Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

B. Une forme et ses effets : pragmatique du dialogue et de ses dispositifs

La dispositio du dialogue à la Renaissance : notes sur un commentaire de Jean Sturm (1548)

Véronique Montagne

Texte intégral

CONTEXTE

Le dialogue à la Renaissance1

  • 1 Voir notamment P. Burke, « The Renaissance Dialogue », Renaissance Studies, vol. 3, 1, mars 1989 ; (...)

1Comme on le sait, le dialogue est amplement pratiqué au XVIe siècle. Il y a plusieurs explications à cet engouement : le dialogue est un gage de prudence et/ou un instrument d’audace, pour reprendre les expressions de Lucien Febvre à propos du Cymbalum mundi. C’est aussi une forme ouverte qui se prête à l’expression de la diversité des opinions, le degré d’échange véritable variant en fonction du type de dialogue retenu parmi les modèles que fournit alors l’Antiquité. Le succès que connaît en France Le Livre du courtisan de Baldassar Castiglione, paru en 1528, accroît notablement cet intérêt pour le dialogue, en fournissant un modèle nouveau de conversation.

  • 2 R. Estienne, Dictionnaire françois-latin [1549], Genève, Slatkine, 1972, p. 189.
  • 3 Voir V. Montagne, « Le dialogue à la Renaissance : notes sur la théorisation contemporaine du genre (...)

2Le dialogue est rapidement considéré comme un genre littéraire, comme en atteste la définition que Robert Estienne donne du terme en 1549, dans son Dictionnaire françois-latin : « Dialogue : livre où plusieurs devisent ensemble2. » Il est admis que la théorisation du genre3 apparaît dans les années 1560-1580, avec des ouvrages italiens comme le De dialogo liber de Carlo Sigonio (1562), l’Apologia dei dialogi (1574) de Sperone Speroni ou le Discorso dell’arte del dialogo du Tasse (1585). Dans les années 1570, on trouve aussi des éléments de réflexion sur le genre chez Lodovico Castelvetro, auteur de la Poetica d’Aristotele vulgarizzata et sposta (1570), et chez Alessandro Piccolomini, auteur des Annotationi nel libro della poetica d’Aristotele (1575).

  • 4 Aristote, Poétique, Paris, Hachette, 1990, p. 86.

3Cette théorisation est à replacer dans un contexte où l’influence d’Aristote est d’une importance considérable pour la réflexion générique. Pour rendre compte des caractéristiques d’un genre qui connaît alors un succès si important, les théoriciens nommés ici profitent de remarques tirées des Topiques, mais aussi de la Poétique dans laquelle le Stagirite explique que « l’art qui n’imite que par la prose ou les vers […] n’a pas jusqu’à présent reçu de nom » et que « nous ne saurions désigner par un terme commun les mimes de Sophron et de Xénarque, et les dialogues socratiques4 ».

  • 5 Voir C. Schmidt, La vie et les travaux de Jean Sturm, premier recteur du Gymnase et de l’Académie d (...)
  • 6 Cette datation est proposée par C. Schmidt, La vie et les travaux…, op. cit., p. 315.
  • 7 Le texte est réédité en 1554, 1560, 1566, 1571, 1591, 1597, 1615 et 1624. L’édition que nous consul (...)
  • 8 Voir C. Engel, L’école latine et l’ancienne académie de Strasbourg (1538-1621), Strasbourg, Schlesi (...)
  • 9 Bartholomé Masson, dit Latomus, estun humaniste d’origine allemande qui, en 1534, a occupé une chai (...)

4Cet intérêt pour le dialogue, et la théorisation auquel il se prête, est également important hors de l’Italie, et ce, dès la première moitié du siècle. Entre 1529 et 1536, le pédagogue humaniste Jean Sturm5 (1507-1589) donne des leçons de rhétorique et de dialectique au Collège royal auxquelles assiste notamment Pierre de la Ramée et qui connaissent un très grand succès. Le contenu de ces leçons est publié en 1539, sous le titre Partitionum dialecticarum libri duo Joannis Sturmii. L’ouvrage contient les deux premiers livres d’une réflexion sur la dialectique que l’humaniste complète par une troisième partie, publiée en 1543. En 1548, l’édition est augmentée d’une quatrième partie6. L’ouvrage complet est réédité six fois entre 1554 et 15977, toujours à Strasbourg, notamment parce qu’il est utilisé dans certains cours dispensés au célèbre Gymnase de Strasbourg8 que Jean Sturm fonda en 1537 avec Martin Bucer. C’est dans la quatrième partie de l’ouvrage, parue en 1548 et elle-même rédigée sous la forme d’un dialogue entre lui-même et Bartolomé Latomus9, dialogue didactique dans lequel Latomus pose les questions et Sturm apporte des réponses, que Jean Sturm propose diverses réflexions autour de la forme dialoguée, auxquelles nous allons nous intéresser ici.

Jean Sturm et le dialogue

5Pour justifier l’intérêt que Jean Sturm manifeste pour le dialogue, on peut évoquer plusieurs raisons. La première d’entre elles est le fait que Sturm est un dialecticien humaniste, auquel s’applique parfaitement la remarque que Lucien Febvre proposait au sujet du Cymbalum mundi :

  • 10 L. Febvre, Origène et Des Périers ou l’énigme du Cymbalum mundi, Paris/Genève, Droz, 1942, p. 7.

Dialogue… c’est un dialogue… On pouvait s’y attendre. Grands lecteurs de Lucien, grands dévots de Platon, ces hommes de la Renaissance, en bataille contre tout ce qui rappelait le dogmatisme rigide de la scolastique, ne pouvaient qu’être séduits par un genre littéraire que l’art des Grecs avaient su préserver, ou à peu près, de l’artifice…10

  • 11 Aristote, Topiques, dans Organon V, éd. J. Tricot, Paris, Vrin, 1983, I, 2, p. 5.
  • 12 « La vitalité du dialogue genre littéraire au temps de la Renaissance est doublement signifiante : (...)

6Les dialecticiens humanistes, dans la lignée de Philippe Melanchthon, font partie d’un ensemble de pédagogues qui s’inspirent des travaux de Rodolphe Agricola et de Georges de Trébizonde pour défendre une logique du probable fondée sur le dialogue. Comme Aristote11, ces pédagogues rappellent à leurs élèves qu’un lien étymologique unit la dialectique et le dialogue12. À un ars docendi, scolastique, strictement lié au logos et centré sur les formes – essentiellement syllogistiques – du raisonnement, se substitue avec eux un ars disserendi, centré sur la question de la topique, qui prend en compte les conditions réelles de l’argumentation et tout spécialement, la dimension interpersonnelle qu’elle implique. L’enseignement de cette nouvelle dialectique est introduit à Paris dans les années 1530, notamment avec Jean Sturm qui considérait la dialectique comme l’art de discuter de façon probable.

  • 13 Voir J. Sturm, Partitiones dialecticarum libri IIII, emendati et aucti, Strasbourg, J. Rihelium, 15 (...)
  • 14 Aristote, Topiques, éd. cit., VIII, 14, p. 367.
  • 15 Voir V. Montagne, « Jean Sturm et Valentin Erythraeus ou l’élaboration méthodique d’une topique dia (...)
  • 16 Voir ibid et V. Montagne, « Le De suavi dicendi forma de Jean Sturm : notes sur la douceur du style (...)
  • 17 J. Sturm, Partitiones dialecticarum…, éd. cit., fos 220v°-221v°.

7Dans le livre IV des Partitiones dialecticarum, Jean Sturm déclare qu’il ne veut pas innover mais présenter clairement des notions développées dans le livre VIII des Topiques d’Aristote13, lequel est consacré aux règles de l’interrogation dialectique, c’est-à-dire celle qui prend en compte les relations avec un adversaire et les réponses de ce dernier14. Mais le commentaire sturmien va bien au-delà de la paraphrase ou même de l’explicitation. Il est vrai qu’un certain nombre de ses réflexions sur l’art du dialogue s’inspire effectivement des considérations dialectiques aristotéliciennes. Comme Aristote, il rappelle l’importance du lien étymologique entre dialectique et dialogue et il s’applique à décrire l’argumentatio du dialogue. Mais dans la troisième partie de ce livre V15, qui nous intéresse ici, il développe des considérations sur la dimension poétique des entretiens, sur l’art de l’imitatio qui doit donner l’impression que la conversation transcrite se déroule vraiment sous nos yeux. On y trouve notamment deux réflexions importantes pour caractériser la théorisation du dialogue sous la plume de Sturm. Il y a d’abord une réflexion, conséquente, sur la notion de decorum16. Il y a aussi une réflexion sur la dispositio du dialogue placée dans le chapitre XVIII17.

  • 18 Dans diverses préfaces, Valentin Erythraeus (voir la préface des Tabulae duorum datée du 31 août 15 (...)
  • 19 V. Erythraeus, Tabulae in quatuor libros dialecticarum partitionum Joannis Sturmii ab authore corre(...)

8L’entreprise de clarification de Jean Sturm est relayée par les travaux de Valentin Erythraeus18 (1521-1576) qui, en 1551, présente les deux premiers livres de la dialectique sturmienne sous la forme de tableaux. Dès 1555, il fait de même pour les livres III et IV de Jean Sturm. En 1561, paraît l’ensemble de toutes les Partitiones schématisées. La réflexion sur la dispositio du dialogue fait, elle aussi, l’objet d’une présentation schématique qui suit19.

> V. Erythraeus, Tabulae in quatuor libros dialecticarum partitionum Joannis Sturmii ab authore correctae et locupletae (1561). BnF – LLA – X-216 (4), p. LVIII.

LECTURE

Le dialogue : argumentation et poétique

  • 20 Voir C. Sigonio, De dialogo liber, Roma, Bulzoni, 1993, p. 134.

9Chez les théoriciens du genre évoqués plus haut, le rapprochement entre le dialogue et la dialectique est explicite. Carlo Sigonio utilise les Topiques d’Aristote pour rappeler lui aussi qu’un lien lexicographique unit dialectique et dialogue20, ce qui lui permet de légitimer l’existence du dialogue et, ce faisant, sa théorisation. Ce rapprochement vaut au moins pour l’un des deux aspects du dialogue. Dans leurs analyses, les théoriciens précisent que le genre du dialogue est à aborder selon deux points de vue : le point de vue argumentatif, qui permet de rattacher le genre aux considérations d’Aristote évoquées ici et le point de vue poétique qui concerne toute la mise en scène vraisemblable qui encadre le dialogue. Ils expliquent ainsi que le dialoguiste doit être à la fois poète pour produire une imitatio vraisemblable et orateur pour développer une argumentatio propre à chaque participant au dialogue.

  • 21 Voir supra.

10Dans la quatrième partie de ses Partitiones, Jean Sturm prend ces deux aspects en considération. La dimension poétique du dialogue est évidemment évoquée dans la réflexion sur le decorum21. Quant à la réflexion sur la dispositio du dialogue, à laquelle nous nous intéressons ici, elle implique les deux aspects : la seconde partie du tableau correspond explicitement à l’argumentatio, alors que les deux autres concernent plutôt la poétique du dialogue.

Les contours d’un genre

Les modèles

  • 22 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 152.
  • 23 Voir ibid., p. 154 et 156. Il semble que la mauvaise réputation de Lucien se soit accentuée après 1 (...)
  • 24 Tasso T., Dell’arte del dialogo [1585], dans Prose. La letteratura italiana, a cura di E. Mazzali, (...)
  • 25 Chez les Latins, c’est bien évidemment Cicéron qui tient le premier rang (Tasso T., Dell’arte del d (...)
  • 26 S. Speroni, Apologia dei dialogi [1574], introduzione di M. Pozzi, Roma, Vecchiarelli, 1989, p. 275

11Ce sont des modèles antiques que les théoriciens du dialogue prennent le plus souvent en considération, en l’occurrence Platon, Cicéron, Xénophon ou Lucien. Carlo Sigonio étudie ainsi le dialogue pratiqué par Platon, Xénophon et Cicéron. Comme il considère que le but du dialogue est essentiellement didactique et pédagogique, il insiste sur le fait que, de son propre aveu, Lucien a pratiqué un genre qui n’était pas conforme à la véritable nature du dialogue22. Fort de ce qu’il considère comme un argument, il écarte d’un coup de plume le dialogue du Samosatois, tenu pour indigne23. Le Tasse parle lui de quatre genres de dialogue, le doctrinal, le dialectique, le critique et le litigieux24. En fidèle continuateur de Carlo Sigonio, il précise que ce sont surtout les deux premiers qui sont dignes de louange. Dans le classement qu’il propose pour ordonner les dialoguistes par ordre de mérite, il place ainsi Platon au premier rang des Grecs, suivi par Xénophon, et c’est la dernière place qui est accordée à Lucien25. Dans l’Apologia, Speroni dit aussi que le « bon » dialogue est celui de Platon26.

  • 27 P. Burke, « The Renaissance Dialogue », art. cit., p. 3-4. Les trois premiers types sont également (...)

12Dans un article intitulé « The Renaissance Dialogue », Peter Burke propose une classification qui distingue quatre types d’entretien27 : il y a tout d’abord le dialogue didactique, représenté par Platon, dans lequel un princeps sermonis détient les réponses aux questions que lui pose son interlocuteur ; il y a ensuite le dialogue dialectique, dans lequel personne n’est spécialisé dans les questions ou dans les réponses, où les points de vue sont divers et qui est notamment pratiqué par Cicéron ; le dialogue polémique ou satirique, d’inspiration lucianesque, met en scène des personnages qui sont généralement à égalité et qui assertent les vérités qu’ils disent chacun détenir ; s’y ajoute un quatrième modèle, inspiré en particulier par Baldassar Castiglione et son Libro del cortegiano : la conversation ou le colloque, dans lequel la dimension phatique de l’échange est primordiale.

13L’observation du métalangage et des exemples utilisés par Jean Sturm permet d’apprécier son approche du genre par rapport à cette typologie générale.

Les désignations du genre

  • 28 Voir supra.
  • 29 Voir B. Sayhi-Périgot, Dialectique et littérature : les avatars de la dispute entre Moyen Âge et Re (...)
  • 30 M. De La Porte, Les épithètes, Paris, Buon, 1571, fo 83ro.

14Le dialogue est ici désigné par trois termes latins, en l’occurrence dialogus, disputatio et disceptatio. En France, dans les années 1540, le mot « dialogue » évoque un genre littéraire comme en témoigne le Dictionnaire françois-latin de Robert Estienne28. En français toujours, le mot disputatio est l’équivalent de « dispute ». Il renvoie à une pratique académique médiévale mettant face à face deux interlocuteurs (un opponens et un respondens), soumis à l’autorité d’un maître29. Dans ses Épithètes parues en 1571, Maurice de la Porte le qualifie par une série d’adjectifs qui évoquent cette pratique médiévale ou rendent compte des connotations polémiques qui sont déjà les siennes : « Dispute. Douteuse, opiniastre, raillarde, scolastique, ambiguë, scrupuleuse, theologale, problematique, docte, captieuse, arguante, sophistique, contentieuse, philosophale30. »

  • 31 Voir A. Godard, Le dialogue à la Renaissance, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 53.

15Quant au mot disceptatio, qui apparaît dans le tableau mais aussi dans les titres de la partie et du chapitre concernés ici, il signifie en latin « débat, discussion ou contestation ». C’est un terme que Bruni, dans son Dialogi ad Petrum Paulum Histrum (ca. 1405), oppose à colloquium, autrement dit à la conversation phatique31.

16Ce que l’on peut prudemment déduire du métalangage de Sturm, c’est que l’objet de ses réflexions n’est peut-être pas tant la conversation, le colloque ou l’échange phatique que la confrontation véritable des points de vue. Cela correspond bien évidemment au cadre dans lequel se place sa réflexion : Sturm commente ici les Topiques d’Aristote, ce qui justifie le choix de ce métalangage comme l’importance qu’il accorde à l’argumentatio en tant que second point d’une dispositio idéale. C’est au début de cette dispositio que nous allons essentiellement nous intéresser ici, d’abord parce qu’elle occupe la plus grande partie du tableau, ensuite parce qu’il s’agit d’un point que n’a pas abordé Aristote et dans lequel Jean Sturm et Valentin Erythraeus vont au-delà du commentaire pour aborder des thèmes qui leur sont chers.

Les exemples

  • 32 Dans le De literarum ludis recte aperiendis (Strasbourg, Mylius, 1538), il conseille notamment la l (...)
  • 33 Voir C. Schmidt, La vie et les travaux…, op. cit., p. 275.
  • 34 Loc. cit.
  • 35 En association avec Rutger Rescius, Jean Sturm a fait paraître une traduction du Mortuorum dialogi (...)

17Dans la pédagogie sturmienne, une grande importance est accordée à l’usus, à la pratique, qui doit dominer les praecepta, la théorie. Ce souci est illustré ici par le recours à des exemples concrets, qui sont en l’occurrence tirés des ouvrages de Platon, de Cicéron ou de Térence. La mention de Platon et de Cicéron est habituelle dans la réflexion sur le dialogue. Ce sont par ailleurs des auteurs dont Sturm a maintes fois recommandé la lecture et/ou l’imitation32 et dont il édite les œuvres avec Rutger Rescius dans les années 520. La présence de Térence est plus inattendue. Il s’agit là aussi d’un auteur dont Jean Sturm recommande vivement la lecture dans son Judicium de docendis comoediis, édité en 154633. Jean Sturm, qui partage en cela l’avis de Philippe Melanchthon et de certains humanistes italiens, tient Térence pour un maître de la langue et du dialogue. On sait par ailleurs que, parmi les exercices que Jean Sturm recommandait, l’un consistait en la représentation de comédies et de drames latins34. Dans le cadre d’une réflexion sur le dialogue, cette mention d’un auteur dramatique est probablement le substitut d’un Lucien dans les théorisations déjà mentionnées, Lucien que Jean Sturm connaît pourtant bien pour l’avoir traduit dans les années 153035. Ce choix de Térence pose par ailleurs le problème des relations entre le dialogue et le théâtre, problème souvent abordé dans les monographies sur le sujet.

  • 36 Voir Aristote, Poétique, op. cit., p. 85.
  • 37 Voir G. Genette, Introduction à l’architexte, Paris, Le Seuil, 1991, p. 30 sq.

18Le problème est double : il concerne d’une part la question du mode narratif à choisir et d’autre part les spécificités du propos représenté. On sait que dans le livre III de la République de Platon sont opposés le mode mimétique et le mode diégétique : dans le premier cas, le poète parle en son nom, rapporte des récits et des événements ; dans le second, il prononce un discours sous le nom d’un autre, en se conformant au langage du personnage qu’il imite. Cette répartition est repensée au XVIe siècle, avec la diffusion de la Poétique d’Aristote, qui fait de la représentation directe (le mode mimétique de Platon) et du récit (le mode diégétique de Platon) deux variétés de la mimesis36. Comme le faisait déjà Diomède à la fin du IVe siècle37, les théoriciens distinguent alors trois modes ou espèces : l’espèce dramatique, l’espèce narrative et l’espèce mixte.

  • 38 Voir L. Castelvetro, Poetica d’Aristotele vulgarizzata e sposta [1570], a cura di W. Romani, vol. I (...)
  • 39 Voir A. Piccolomini, Annotationi nel libro della Poetica d’Aristotele, con la traduttione del medes (...)

19Le choix du mode narratif divise les théoriciens du dialogue : pour Castelvetro, auteur de la Poetica d’Aristotele vulgarizzata et sposta, le dialogue peut avoir une forme dramatique, comme dans les comédies et les tragédies, une forme narrative difficile à porter sur scène dans la mesure où l’auteur rapporte ce que chaque participant est censé avoir dit ou une forme mixte, où l’auteur parle d’abord à la première personne, où il conte comme un historien avant de céder la parole à ses personnages. Pour lui, le mode dramatique est à préférer, au nom de la vraisemblance38. En revanche, pour Piccolomini, auteur des Annotationi nel libro della poetica d’Aristotele, c’est au lecteur d’imaginer que la scène se déroule sous ses yeux, ce qui n’exclut pas le mode narratif39. Apparemment, pour Jean Sturm, le dialogue peut se faire selon le mode dramatique ou le mode mixte : il inclut évidemment les propos échangés par les personnages, mais aussi éventuellement une partie de narration placée dans le principium.

20Le choix du mode est donc variable d’un théoricien à l’autre, et ne constitue pas un élément qui permette de distinguer le dialogue d’autres genres, en particulier de l’art dramatique. La spécificité est à chercher du côté de la nature de l’argumentatio que nous avons mentionnée plus haut comme élément caractéristique du genre. Carlo Sigonio et Le Tasse insistent ainsi particulièrement sur le fait que le dialogue ne peut pas être confondu avec l’art dramatique dans la mesure où il n’y a pas de véritable action dans un dialogue et que ce sont les mouvements de pensée qui constituent la seule action, contrairement au théâtre où la trame événementielle est importante. L’argumentatio est donc la seule action pensable dans un dialogue. Sturm lui consacre du reste une réflexion synthétisée elle aussi par Erythraeus dans une tabula qui suit la nôtre. Dans sa réflexion, la présence d’une argumentatio est une caractéristique du dialogue, et ce, quel que soit le genre dans lequel il s’inscrit.

  • 40 T. Sébillet, Art poétique français. Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, Paris, (...)

21Cette conception englobante du genre n’est pas un cas isolé : on voit que Piccolomini affectionne la forme dramatique du genre, qu’il rapproche de l’art dramatique ; par ailleurs, dans l’Art poétique français (1548) de Thomas Sébillet, le rapprochement entre le dialogue et l’art dramatique est évident. Parmi les multiples « espèces » de dialogue, Sébillet cite ainsi l’églogue, la moralité et la farce, en faisant le lien entre la moralité et la tragédie grecque ou latine, et entre la farce et la comédie latine40.

LES PARTIES DU DIALOGUE

22Dans sa réflexion sur la dispositio propre au genre, Jean Sturm propose une structure tripartite : le dialogue commence par une introduction (principium), se poursuit par une argumentatio dont le contenu est largement inspiré des Topiques d’Aristote et s’achève sur une conclusion.

  • 41 Voir C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 164.
  • 42 Ibid., p. 164 et 173-205.
  • 43 Ibid., p. 164.

23Alors que Le Tasse ignore totalement le sujet dans son Discours sur le dialogue, Carlo Sigonio, lui, distingue deux parties dans un dialogue, qu’il appelle la preparatio et la contentio41. La table que nous observons est essentiellement consacrée au début du dialogue et c’est à cette partie initiale que nous nous intéresserons essentiellement ici. Deux questions sont abordées : d’une part, celle de la place de ce prologue par rapport à la suite du dialogue, qu’il soit contigu à celle-ci ou qu’il en soit séparé ; d’autre part, celle de son contenu. Comme Sigonio, qui consacre un long raisonnement au sujet42 et qui affirme qu’un dialogue ne saurait être parfait sans cette preparatio43, Sturm considère visiblement que le début du dialogue est d’une importance capitale : c’est lui, nous le verrons, qui conditionne la réussite du propos.

Les prologues

24Sturm considère le prologue de deux points de vue : il aborde d’abord la question de son articulation avec le dialogue à proprement parler ; il aborde ensuite la question du contenu de ce prologue.

Primum

25Dans un premier temps, Jean Sturm distingue deux types de prologue : le prologue joint aux discours des interlocuteurs (continentia ipsis sermonibus) et le prologue disjoint, séparé de ces discours (separata). Dans le premier cas, il envisage deux possibilités : soit l’auteur expose d’abord la situation, avant de prendre lui-même part à la conversation, soit le dialogue commence in medias res. Dans le second cas, celui du prologue disjoint, l’auteur intervient aussi avant que le dialogue ne commence, mais il ne participe pas à ce dialogue.

Le prologue attenant

26Le prologue attenant peut prendre deux formes : soit il consiste en une véritable introduction, dans laquelle l’auteur s’exprime et développe un certain nombre de points, avant d’enchaîner sur l’entretien à proprement parler, soit il n’y a pas véritablement d’introduction et l’entretien démarre abruptement.

27Le « vrai » prologue attenant, nous explique Jean Sturm, est de tradition latine. Dans ces introductions, l’auteur et écrivain plaide sa cause, et présente en détail le moment où se déroule l’entretien et les personnes qui y prennent part. Cette première catégorie est illustrée par un exemple emprunté au début des Seconds académiques de Cicéron. Avant que le dialogue commence, Cicéron en explique les circonstances et présente les futurs interlocuteurs, dont il fera partie. Nous verrons un peu plus loin quels enjeux recouvrent ces indications précises du temps, du lieu et des personnages impliqués dans le dialogue.

  • 44 Voir supra.

28La catégorie simul cum ipso sermone inchoantur correspond à l’ouverture in medias res des dialogues platoniciens. Dans sa Poetica d’Aristotele vulgarizzata e sposta, Lodovico Castelvetro fait observer que les dialogues de Platon fonctionnent sur le mode dramatique et qu’ils relèvent donc des dialogues qui peuvent « monter sur scène », les seuls dialogues vraiment recommandables selon lui44.

  • 45 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 164.
  • 46 Loc. cit. Dans le Phédon, Phédon discute avec Ephecrate, auquel il raconte ensuite les derniers jou (...)
  • 47 Le Lysis, traduit par Bonaventure Des Périers et dédicacé à Marguerite de Navarre, commence en ces (...)
  • 48 La République est un long monologue de Socrate racontant à un auditoire non identifié, après un cou (...)
  • 49 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 164.

29Quand Sigonio énumère et illustre les trois façons de rapporter un dialogue, sur le mode dramatique, le mode narratif ou le mode mixte, il fait observer qu’il n’y a pas d’exemple du mode narratif dans le corpus de Platon. Pour lui, c’est aussi le modèle sans narration, dramatique, qui est essentiellement illustré chez Platon, notamment par le Gorgias et le Phèdre45. Mais il ajoute que Platon pratique aussi le mode mixte, par exemple dans le Phédon et le Protagoras, dialogues dans lesquels un locuteur rapporte à un interlocuteur un entretien qu’il a eu précédemment avec une autre personne46. Il signale là son désaccord avec Diogène Laërce, qui trouve les trois modèles illustrés chez Platon. Pour Sigonio, Laërce considère probablement que le mode narratif est représenté par le Lysis47 et la République48 : mais dans ses deux dialogues, c’est Socrate qui rapporte un entretien qu’il a eu préalablement et non Platon. Pour Sigonio, il n’est donc pas légitime de parler ici de narration pure sauf à considérer Socrate comme le représentant de Platon49.

30Dans ce premier type de prologue, on note que Sturm mentionne à deux reprises la présence de l’auteur : dans les deux cas, l’auteur s’exprime à la première personne, avant d’être ou non un locuteur dans le dialogue. Le premier cas, celui qui est illustré par le modèle cicéronien, soulève une nouvelle question très débattue par les théoriciens du genre, à savoir celle de la présence d’un princeps sermonis, d’un maître de cérémonie, du personnage qui est censé représenter et défendre les opinions de l’auteur.

  • 50 Voir D. Laërce, Vie de Platon, Paris, Les Belles Lettres, 1999, p. 43.

31Cette présence est fonction du type de dialogue utilisé. Dans le modèle lucianesque, les personnages sont à égalité et prétendent tous détenir la vérité ; dans le modèle platonicien, un princeps sermonis domine qui, comme le soulignait déjà Diogène Laërce dans sa Vie de Platon, représente l’auteur lui-même50 ; dans le modèle cicéronien, les interlocuteurs sont égaux, et l’on progresse vers une vérité commune.

  • 51 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 181-182.

32Lorsque Carlo Sigonio évoque la place respective des participants à un dialogue, il mentionne la possibilité que l’auteur assiste, ou ait assisté à l’entretien. Deux possibilités se présentent : soit l’auteur est silencieux, comme dans le De natura deorum, soit c’est un véritable interlocuteur, et même le principal interlocuteur. À cette catégorie appartiennent selon lui le De finibus, le De divinatione, le De legibus et le De claris oratoribus51 (Brutus).

  • 52 Voir V. Cox, The Renaissance Dialogue…, op. cit.
  • 53 L. Castelvetro, Poetica d’Aristotele…, éd. cit., p. 38.

33Comme son maître Cicéron dans les Partitions oratoires, c’est un dialogue didactique que Sturm pratique dans les Partitiones, un dialogue plus monologique que dialogique dans la mesure où la pluralité des voix n’y est qu’un artifice pédagogique. C’est le dialogue qui semble le plus apprécié dans la seconde moitié du siècle52, encore que cette préférence ne fasse pas l’unanimité. Lodovico Castelvetro, qui commente Aristote en 1570, est ainsi résolument opposé à ce type de dialogue didactique, dans lequel l’auteur commet le péché de vanité en ne tenant pas véritablement compte des opinions d’autrui53. La suite de notre réflexion nous montrera que, tout en pratiquant ce type de dialogue monologique et clos, Sturm reconnaît et mentionne l’existence d’autres possibilités.

Le prologue disjoint

34Dans le prologue disjoint, l’auteur plaide toujours sa cause et il introduit un dialogue dont il ne fera pas partie. Selon Sturm, ce type d’introduction est illustré par de nombreux textes cicéroniens et par l’ensemble des prologues de Térence.

  • 54 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 164.
  • 55 Voir Térence, Comédies, t. 1, Paris, Garnier, 1948, p. 193.
  • 56 Ibid., p. 19.
  • 57 Ibid., t. 2, p. 193.
  • 58 Voir P. Fabri, Le grand et vrai art de pleine réthorique, Genève, Slatkine, 1969, p. 58.

35Lorsque Sigonio définit la preparatio du dialogue, il précise que cette introduction a la même fonction que le prologue au théâtre54, ce qui implique qu’il ne s’agit pas de la même chose. Comme nous avons eu l’occasion de le dire plus haut, Sturm inclut le genre dramatique dans sa réflexion sur le dialogue et c’est avec les textes de Térence qu’il illustre le prologue disjoint. Ce dernier comporte quatre variantes, lequelles correspondent aux fonctions suivantes : recommander, rejeter, suggérer ou faire un peu de tout cela, dans une forme mixte, qui emprunte aux trois types précédents. Chez Térence, le prologue utilisé pour se recommander, se faire valoir est utilisé dans l’Eunuque55 ; le prologue de rejet est utilisé dans l’Andrienne et sert à « répondre aux méchants propos d’un vieux poète malveillant56 » ; le prologue suggestif est utilisé pour présenter le sujet du Phormion, annoncé comme « une comédie nouvelle57 ». Ce genre de prologue est à mettre en relation avec les différents types de captatio benevolentiae identifié par Cicéron et repris, à la Renaissance, par Fabri : dans ce type de texte inaugural, il peut s’agir de se faire valoir, en déconsidérant éventuellement un interlocuteur, ou bien de faire valoir son sujet58.

Deinde

  • 59 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 179 sq.

36Les réflexions de Sigonio sur la preparatio sont essentiellement consacrées à son contenu. La preparatio est pour lui une « sorte de vestibule », dans lequel le dialoguiste indique qui sont les personnages qui discutent, quel est leur rang social, où ils parlent, pourquoi ils parlent et quel est le sujet de leur entretien59. Sturm raisonne dans les mêmes termes mais a visiblement une conception plus large du contenu du prologue. Il identifie ici deux types de contenu : un contenu que l’on qualifiera d’approprié et, par opposition, un contenu non approprié.

Le prologue approprié

37Sturm identifie trois types de prologues « appropriés » : le prologue « affirmatif », le prologue « réfutatif » et le prologue « laudatif ». Pour Sturm, le prologue affirmatif peut comprendre d’une part la présentation des participants au débat et l’indication de ce qui a motivé leur rencontre, d’autre part, la présentation du sujet de l’entretien.

38Pour Sigonio, la preparatio est l’endroit où la question du decorum et de la vraisemblance se pose avec le plus d’acuité : pour que le dialogue soit vraisemblable, il est nécessaire que le plus grand soin soit apporté à sa mise en place, ce qui suppose que l’occasion, les personnages, le moment considéré et les motivations de l’entretien offrent le plus de crédibilité.

  • 60 Voir V. Montagne, « Jean Sturm et Valentin Erythraeus… », art. cit.
  • 61 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 173-185.

39Les considérations relatives aux personnages sont largement développées dans la réflexion sur le decorum que Sturm propose dans le même livre : les personnages y sont appréhendés individuellement, classés d’après leur âge et leur culture ; ils sont ensuite caractérisés par les relations qu’ils entretiennent avec leurs interlocuteurs, relations d’accord ou de désaccord60. Carlo Sigonio accorde la même importance au decorum, à l’imitatio cohérente d’interlocuteurs qui parlent de façon vraisemblable61.

  • 62 Tasso T., Dell’arte del dialogo, op. cit., p. 31.
  • 63 Ibid., p. 87.
  • 64 Ibid., p. 80.

40Sont par ailleurs évoquées ici les circonstances dans lesquelles le dialogue se met en place. Pour Le Tasse, le dialoguiste doit s’attacher au « choix des lieux et des circonstances de la dispute62 ». Il insiste sur le fait que les partenaires doivent avoir un caractère bien distingué, pour que le débat doit crédible : « [le dialogue] n’imite pas seulement la dispute, mais le caractère de ceux qui disputent63 », « il est nécessaire que ceux qui parlent et discutent aient quelque opinion des choses disputées et quelque caractère qui se manifeste parfois dans la discussion64 ».

  • 65 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 184.
  • 66 Ibid., p. 186.
  • 67 Loc. cit. Au début du De senectute, Cicéron se déclare sensible à cette convenance entre les person (...)
  • 68 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 192.

41Pour Sigonio, ces circonstances – plus précisément la mention du moment et du lieu – sont fondamentales pour assurer la crédibilité de l’entretien. La présence de ces indications – qui doivent s’accorder avec les personnages – est une autorité indispensable, dont l’absence est préjudiciable à tout dialogue, même si celui-ci est fidèle à la réalité65. L’introduction du De oratore représente selon lui un modèle du genre : l’indication de l’année, du mois, du jour et du lieu de l’entretien complétée par celle des locuteurs et du motif de leur rencontre forment un ensemble cohérent et plausible, qu’il serait malaisé de contester66. La cohérence tient à la précision de l’ensemble et à la convenance qu’entretiennent entre elles les diverses indications : pour Sigonio, il n’est pas plausible, par exemple, que les plus insignes personnages de la république se retrouvent n’importe où, n’importe quand, pour discuter d’art ou de science67. Pour Sigonio, si ce soin manque quelque peu aux discours de Platon, c’est que les discours de Socrate, destinés à corriger l’ignorance des jeunes gens et à contester l’arrogance des sophistes conviennent à tous les lieux et à tous les instants68.

  • 69 Loc. cit.
  • 70 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 194.
  • 71 Ibid., p. 196.
  • 72 Ibid., p. 202.

42Dans sa réflexion sur la preparatio, Sigonio évoque lui aussi le thème du débat et plus précisément la façon dont il est introduit. Selon lui, c’est un passage qui exige une certaine créativité de la part de l’auteur. Il distingue deux catégories de dialogue : ceux où le sujet est introduit directement et ceux où il est amené progressivement. Du premier type relèvent certains dialogues de Platon, comme le Ménon ou le Cratyle où le sujet est abordé dès le début du texte69, ou encore les Tusculanes de Cicéron70. Du second type relèvent par exemple le Caton, le Laelius ou le De legibus de Cicéron71. À propos de ce dernier, Sigonio se demande quel intérêt il peut y avoir à faire partir le débat de loin, à ne pas l’aborder directement. Selon lui, la motivation d’un tel détour est claire : il s’agit d’imiter la façon naturelle de discourir, laquelle ne suit pas nécessairement une organisation très rationnelle mais peut emprunter des détours, dans lesquels – note Sigonio – il s’agit d’être plus que jamais attentif au decorum et à la vraisemblance. Pour l’Italien, Cicéron a excellé en cela dans le De oratore, où le débat sur l’art oratoire, qui aurait peut-être semblé inadapté au rang des austères sénateurs mis en scène, est amené progressivement et semble alors vraisemblable72.

  • 73 Voir Cicéron, Du bien suprême et des maux les plus graves, Paris, Garnier, 1938, p. 15.
  • 74 Ibid., p. 3.

43Le deuxième type de prologue approprié est de type réfutatif. Pour Sturm, c’est le type de prologue qui est utilisé dans le De finibus bonorum et malorum, où Cicéron parle à la première personne et rapporte à Brutus un entretien qu’il a eu avec L. Torquatus, en présence de C. Triarius73. Avant d’introduire ce dialogue, Cicéron annonce qu’il parlera de philosophie, en latin, et se défend des reproches qu’on lui a faits74.

  • 75 Cicéron, La République, livre 1, VII, 12, Paris, Les Belles Lettres, 1980, p. 202.

44Le troisième type de prologue approprié, incitatif, comprend l’éloge de ce que l’on a entrepris de traiter et un encouragement à le cultiver. Le prologue du De Republica de Cicéron remplit cette fonction : comme l’explique l’auteur au terme d’une introduction détaillée, s’il a parlé « longuement », c’est pour que son « exposé sur la République » « ne fût pas considéré comme inutile », ce qui supposait comme préalable qu’il s’efforce de « vaincre l’hésitation qu’on éprouve à s’occuper de politique ». Le sujet est particulièrement mis en valeur lorsque Cicéron explique qu’il n’est» aucune activité où l’énergie humaine soit plus proche de la puissance divine que celle qui consiste à fonder de nouvelles cités et à conserver celles qui ont déjà été fondées75 ».

Le prologue non approprié

45Dans la catégorie du prologue non approprié, Sturm évoque le recours à des digressions, qui correspondent au second mode d’introduction du thème de l’entretien distingué par Sigonio, à savoir le cas où les participants n’entrent pas directement dans le sujet. Ces éléments étrangers (alienae) au sujet sont diversement composés : il peut s’agir de louanges, de descriptions et de plaintes.

  • 76 Id., Caton l’Ancien…, op. cit., p. 82.
  • 77 Id., La République, op. cit., livre 1, VI, 11, p. 201-202.

46Comme exemple de louange qui porte sur un individu (laudes hominum) extérieur au propos, on peut citer le prologue du De senectute, dans lequel Cicéron s’adresse à Atticus en vantant son « esprit de mesure » et son « égalité d’âme76 ». Les plaintes concernant la chose publique apparaissent par exemple au début du De Republica de Cicéron77.

  • 78 Tasso T., Dell’arte del dialogo, op. cit., p. 13.

47La confrontation du point de vue de Sturm avec d’autres réflexions met en évidence le fait que le dialogue est» un modèle littéraire qui est caractérisé par son côté insaisissable, par la multiplicité de ses formes ». Pour Nuccio Ordine, il s’agit ainsi d’une « structure ouverte », « qui se prête aux solutions les plus diverses78 ».

  • 79 Dans son étude sur Georges de Trébizonde, John Monfasani souligne l’importance de Jean Sturm dans l (...)

48L’étude des prologues est une illustration de la variété des possibles qui s’offre ainsi au dialoguiste. Elle témoigne de l’intérêt que l’on porte au dialogue, en particulier du point de vue des liens qu’il entretient avec la dialectique et l’élaboration commune d’un savoir dans le cadre d’une logique interpersonnelle du probable. Cette étude est aussi une illustration de l’intérêt que Sturm accorde à la dispositio, souci évidemment lié à son attachement à la méthodologie79. La présentation du dialogue, avec l’énumération des parties qui le composent et des différentes formes que peuvent prendre ces parties est un exemple de la technique définitionnelle du dialecticien, technique de diairesis qui fait partie de la méthode sturmienne et qui consiste à énumérer les composantes d’un tout (partitio) ou à caractériser un élément selon ses espèces (divisio).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Œuvres de Jean Sturm et Valentin Erythraeus

Dialectique

Sturm J., Partitionum dialecticarum libri duo Joannis Sturmii, Strasbourg, Rihelius, 1539.

Sturm J., Partitionum dialecticarum libri duo Joannis Sturmii, Paris, Wechel, 1539 (rééd. 1543 et 1546).

Sturm J., Partitionum dialecticarum libri quatuor Joannis Sturmii, Strasbourg, Rihelius, 1543 (rééd. 1548).

Sturm J., Partitionum dialecticarum libri quatuor Joannis Sturmii, emendati et aucti, Strasbourg, Rihelius, 1549 (rééd. 1554).

Sturm J., Partitiones dialecticarum libri IIII, emendati et aucti, Strasbourg, Rihelium, 1571.

Erythraeus V., Tabulae duorum librorum Partitionum dialecticarum Joannis Sturmii, Strasbourg, Mylius, 1551.

Erythraeus V., Tabulae tertii et quarti libri Partitionum dialecticarum Joannis Sturmii, Strasbourg, Mylius, 1555.

Erythraeus V., Tabulae in quatuor libros dialecticarum partitionum Joannis Sturmii ab authore correctae et locupletae, Strasbourg, Mylius, 1561 (rééd. 1565).

Autres ouvrages

Sturm J., De literarum ludis recte aperiendis, Strasbourg, Rihelium, 1538.

Sturm J., Classicae epistolae sive scholae argentinenses restitutae, traduites et publiées avec une introduction et des notes de Jean Rott, Paris/Strasbourg, Droz/Fides, 1938.

Autour de Jean Sturm

Engel C., L’école latine et l’ancienne académie de Strasbourg (1538-1621), Strasbourg, Schlesier et Scweikhardt, 1900.

Garin E., L’éducation de l’homme moderne, 1400-1600, Paris, Fayard, 1968.

Histoire du Gymnase Jean Sturm, berceau de l’université de Strasbourg (1538-1988), Strasbourg, Oberlin, 1988.

Monfasani J., Georg of Trebizond, a Biography and a Study of His Rhetoric and Logic, Leiden, E.J. Brill, 1976.

Montagne V., « Jean Sturm et Valentin Erythraeus ou l’élaboration méthodique d’une topique dialectique », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. LXIII, 3, 2001, p. 477-509.

Montagne V., « Le De suavi dicendi forma de Jean Sturm : notes sur la douceur du style à la Renaissance », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. LXVI, 3, 2004, 3, p. 541-563.

Rott J., « Bibliographie des œuvres imprimées du recteur strasbourgeois Jean Sturm (1507-1589) », Bulletin philologique et historique, Paris, 1975, p. 471 sq.

Schmidt C., La vie et les travaux de Jean Sturm, premier recteur du Gymnase et de l’Académie de Strasbourg, Strasbourg, L.F. Schmidt, 1855.

Vasoli C., La dialettica e la retorica dell’umanesimo : « invenzione » e « methodo » nella cultura del XV e del XVI secolo, Milan, Feltrinelli, 1968 (rééd. : Napoli, Città del sole, 2007).

Autour du dialogue

Aristote, Poétique, Paris, Hachette, 1990.

Aristote, Topiques, dans Organon V, éd. J. Tricot, Paris, Vrin, 1983.

Burke P., « The Renaissance Dialogue », Renaissance Studies, vol. 3, 1, mars 1989.

Castelvetro L., Poetica d’Aristotele vulgarizzata e sposta [1570], a cura di W. Romani, 2 vol., Roma/Bari, Editori Laterza, 1979.

Cicéron, Caton l’ancien (de la vieillesse), Paris, Les Belles Lettres, 1981.

Cicéron, Du bien suprême et des maux les plus graves, Paris, Garnier, 1938.

Cicéron, La République, livre 1, VII, 12, Paris, Les Belles Lettres, 1980.

Cox V., The Renaissance Dialogue : Literary Dialogue in its Social and Political Contexts, Castiglione to Galileo, Genève, Droz, 1998.

Des Périers B., Recueil des œuvres de feu Bonaventure des Périers. Le discours de la queste d’amytié, dict, Lysis de Platon, Lyon, Jean de Tournes, 1544.

Durrer S., Le dialogue romanesque, style et structure, Genève, Droz, 1994.

Estienne R., Dictionnaire françois-latin [1549], Genève, Slatkine, 1972.

Fabri P., Le grand et vrai art de pleine rhétorique, Genève, Slatkine, 1969.

Febvre L., Origène et Des Périers ou l’énigme du Cymbalum mundi, Paris/Genève, Droz, 1942.

Genette G., Introduction à l’architexte, Paris, Le Seuil, 1991.

Godard A., Le dialogue à la Renaissance, Paris, Presses universitaires de France, 2001.

Kushner E., « Les dialogues en France de 1550 à 1560 », dans M.-T. Jones-Davies (dir.), Le dialogue au temps de la Renaissance, Paris, Touzot, 1984.

Jones-Davies M.-T. (dir.), Le dialogue au temps de la Renaissance, Paris, Touzot, 1984, p. 5, « Introduction ».

Laërce D., Vie de Platon, Paris, Les Belles Lettres, 1999.

De La Porte M., Les épithètes, Paris, Buon, 1571.

Le Guern M., « Sur le genre du dialogue », dans J. Lafond, A. Stegmann (dir.), L’Automne de la Renaissance. 1580-1630, Paris, Vrin, 1981.

Montagne V., « Le dialogue à la Renaissance : notes sur la théorisation contemporaine du genre », Revue d’histoire littéraire de la France, no 4, 2011, p. 771-799.

Piccolomini A., Annotationi nel libro della Poetica d’Aristotele, con la traduttione del medesimo libro, in lingua volgare, Vinegia, G. Guarisco, 1575.

Robinson C., « The Reputation of Lucian in the Sixteenth Century France », French Studies, vol. 29, 4, 1975.

Sayhi-Périgot B., Dialectique et littérature : les avatars de la dispute entre Moyen Âge et Renaissance, Paris, Honoré Champion, 2005.

Sébillet T., Art poétique français. Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, Paris, Hachette, 1990.

Sigonio C., Del dialogo [1562], a cura di F. Pignatti, prefazione di G. Patrizi, Roma, Bulzoni, 1993.

Speroni S., Apologia dei dialogi [1574], introduzione di M. Pozzi, Roma, Vecchiarelli, 1989.

Tasso T., Dell’arte del dialogo [1585], dans Prose. La letteratura italiana, a cura di E. Mazzali, Milano/Napoli, Ricciardi, 1959 (Dell’arte del dialogo, introduzione di N. Ordine, testo critico e note di G. Baldassarri, Napoli, Liguori, 1998).

Le Tasse, Discours sur le dialogue, trad. F. Vuilleumier, notes de G. Baldassari, Paris, Les Belles Lettres, 1992.

Térence, Comédies, t. 1, Paris, Garnier, 1948.

Vulcan R.I., Savoir et rhétorique dans les dialogues français entre 1515 et 1550, Hamburg, LIT Verlag, 1996.

Notes

1 Voir notamment P. Burke, « The Renaissance Dialogue », Renaissance Studies, vol. 3, 1, mars 1989 ; E. Kushner, « Les dialogues en France de 1550 à 1560 », dans M.-T. Jones-Davies (dir.), Le dialogue au temps de la Renaissance, Paris, Touzot, 1984 ; M. Le Guern, « Sur le genre du dialogue », dans J. Lafond, A. Stegmann (dir.), L’Automne de la Renaissance. 1580-1630, Paris, Vrin, 1981 ; V. Cox, The Renaissance Dialogue : Literary Dialogue in its Social and Political Contexts, Castiglione to Galileo, Genève, Droz, 1998.

2 R. Estienne, Dictionnaire françois-latin [1549], Genève, Slatkine, 1972, p. 189.

3 Voir V. Montagne, « Le dialogue à la Renaissance : notes sur la théorisation contemporaine du genre », Revue d’histoire littéraire de la France, no 4, 2011, p. 771-799.

4 Aristote, Poétique, Paris, Hachette, 1990, p. 86.

5 Voir C. Schmidt, La vie et les travaux de Jean Sturm, premier recteur du Gymnase et de l’Académie de Strasbourg, Strasbourg, L.F. Schmidt, 1855 ; J. Sturm, Classicae epistolae sive scholae argentinenses restitutae, traduites et publiées avec une introduction et des notes de Jean Rott, Paris/Strasbourg, Droz/Fides, 1938 ; J. Rott, « Bibliographie des œuvres imprimées du recteur strasbourgeois Jean Sturm (1507-1589) », Bulletin philologique et historique, Paris, 1975 ; E. Garin, L’éducation de l’homme moderne, 1400-1600, Paris, Fayard, 1968.

6 Cette datation est proposée par C. Schmidt, La vie et les travaux…, op. cit., p. 315.

7 Le texte est réédité en 1554, 1560, 1566, 1571, 1591, 1597, 1615 et 1624. L’édition que nous consultons estcelle de 1571.

8 Voir C. Engel, L’école latine et l’ancienne académie de Strasbourg (1538-1621), Strasbourg, Schlesier et Scweikhardt, 1900, p. 67.

9 Bartholomé Masson, dit Latomus, estun humaniste d’origine allemande qui, en 1534, a occupé une chaire d’éloquence latine au Collège des lecteurs royaux institué par François Ier en 1530.

10 L. Febvre, Origène et Des Périers ou l’énigme du Cymbalum mundi, Paris/Genève, Droz, 1942, p. 7.

11 Aristote, Topiques, dans Organon V, éd. J. Tricot, Paris, Vrin, 1983, I, 2, p. 5.

12 « La vitalité du dialogue genre littéraire au temps de la Renaissance est doublement signifiante : sans doute montre-t-elle l’importance alors accordée à l’échange verbal entre deux ou plusieurs personnes ; mais cet échange dépasse le simple jeu du langage, il est, comme le prescrivaient les humanistes, lié à la dialectique, au sens ou Rudolph Agricola, dans son De inventione dialectica, y voyait l’art du raisonnement efficace » [M.-T. Jones-Davies (dir.), Le dialogue au temps de la Renaissance, Paris, Touzot, 1984, p. 5, « Introduction »].

13 Voir J. Sturm, Partitiones dialecticarum libri IIII, emendati et aucti, Strasbourg, J. Rihelium, 1571, f° 219.

14 Aristote, Topiques, éd. cit., VIII, 14, p. 367.

15 Voir V. Montagne, « Jean Sturm et Valentin Erythraeus ou l’élaboration méthodique d’une topique dialectique », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. LXIII, 3, 2001, p. 477-509.

16 Voir ibid et V. Montagne, « Le De suavi dicendi forma de Jean Sturm : notes sur la douceur du style à la Renaissance », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. LXVI, 3, 2004, p. 541-563.

17 J. Sturm, Partitiones dialecticarum…, éd. cit., fos 220v°-221v°.

18 Dans diverses préfaces, Valentin Erythraeus (voir la préface des Tabulae duorum datée du 31 août 1551 et retranscrite dans les Tabulae tertii et quarti en date du 21 mars 1555) et Jean Sturm (voir la préface des Tabulae tertii et quarti datée du 10 août 1547 dans l’édition de 1551) expliquent que cette mise en forme doit aider à la compréhension et à la mémorisation des données.

19 V. Erythraeus, Tabulae in quatuor libros dialecticarum partitionum Joannis Sturmii ab authore correctae et locupletae, Strasbourg, Mylius, 1561, p. LVIII.

20 Voir C. Sigonio, De dialogo liber, Roma, Bulzoni, 1993, p. 134.

21 Voir supra.

22 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 152.

23 Voir ibid., p. 154 et 156. Il semble que la mauvaise réputation de Lucien se soit accentuée après 1550 (voir C. Robinson, « The Reputation of Lucian in the Sixteenth Century France », French Studies, vol. 29, 4, 1975). Peter Burke note toutefois que Lucien, abondamment critiqué, a aussi été très imité, tout au long du siècle, notamment par Érasme, Hutten, Rabelais, Des Périers, mais aussi par Pierre Viret, et qu’il semble avoir été aussi indispensable que scandaleux (P. Burke, « The Renaissance Dialogue », art. cit., p. 7).

24 Tasso T., Dell’arte del dialogo [1585], dans Prose. La letteratura italiana, a cura di E. Mazzali, Milano/Napoli, Ricciardi, 1959, p. 339.

25 Chez les Latins, c’est bien évidemment Cicéron qui tient le premier rang (Tasso T., Dell’arte del dialogo, op. cit.).

26 S. Speroni, Apologia dei dialogi [1574], introduzione di M. Pozzi, Roma, Vecchiarelli, 1989, p. 275.

27 P. Burke, « The Renaissance Dialogue », art. cit., p. 3-4. Les trois premiers types sont également cités par Eva Kushner, qui distingue les dialogues philosophique, didactique ou satirique dans « Réflexions sur le dialogue en France au XVIe siècle », Revue des sciences humaines, t. XXXVII, 148, décembre 1972, p. 485-501). Dans Le dialogue romanesque, style et structure, Sylvie Durrer prend les quatre formes en considération, et parle d’échanges polémique, didactique, dialectique ou phatique (S. Durrer, Le dialogue romanesque, style et structure, Genève, Droz, 1994, p. 115 sq.).

28 Voir supra.

29 Voir B. Sayhi-Périgot, Dialectique et littérature : les avatars de la dispute entre Moyen Âge et Renaissance, Paris, Honoré Champion, 2005.

30 M. De La Porte, Les épithètes, Paris, Buon, 1571, fo 83ro.

31 Voir A. Godard, Le dialogue à la Renaissance, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 53.

32 Dans le De literarum ludis recte aperiendis (Strasbourg, Mylius, 1538), il conseille notamment la lecture du Phèdre et du Timée (f° 35v°).

33 Voir C. Schmidt, La vie et les travaux…, op. cit., p. 275.

34 Loc. cit.

35 En association avec Rutger Rescius, Jean Sturm a fait paraître une traduction du Mortuorum dialogi en 1529 et des traductions du Tyrranicida, du Dialogus de parasito ou du Fugitivi, entre autres exemples, en 1530 (voir J. Rott, « Bibliographie des œuvres imprimées… », art. cit., p. 329).

36 Voir Aristote, Poétique, op. cit., p. 85.

37 Voir G. Genette, Introduction à l’architexte, Paris, Le Seuil, 1991, p. 30 sq.

38 Voir L. Castelvetro, Poetica d’Aristotele vulgarizzata e sposta [1570], a cura di W. Romani, vol. I, Roma/Bari, Editori Laterza, 1979, p. 38.

39 Voir A. Piccolomini, Annotationi nel libro della Poetica d’Aristotele, con la traduttione del medesimo libro, in lingua volgare, Vinegia, G. Guarisco, 1575, p. 32.

40 T. Sébillet, Art poétique français. Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, Paris, Hachette, 1990, p. 130 sq.

41 Voir C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 164.

42 Ibid., p. 164 et 173-205.

43 Ibid., p. 164.

44 Voir supra.

45 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 164.

46 Loc. cit. Dans le Phédon, Phédon discute avec Ephecrate, auquel il raconte ensuite les derniers jours de Socrate. Dans le Protagoras, Socrate converse avec un ami, puis lui rapporte un entretien qu’il a eu avec Protagoras.

47 Le Lysis, traduit par Bonaventure Des Périers et dédicacé à Marguerite de Navarre, commence en ces termes : « Socrates racompte les propos que luy, Hippothales, Ctesippe, Menexene, & Lysis, eurent ensemble. Et dictainsi, J’alloye un jour de L’Academie au Lyceon, par le faubourg, le long des murailles… » (B. Des Périers, Recueil des œuvres de feu Bonaventure Des Périers. Le discours de la queste d’amytié, dict, Lysis de Platon, Lyon, Jean de Tournes, 1544, p. 1).

48 La République est un long monologue de Socrate racontant à un auditoire non identifié, après un court récit qui en situe le contexte, une longue discussion qu’il a eue la veille au Pirée dans la maison de Céphale, avec Adimante et Glaucon, les deux frères de Platon, après un échange plus bref avec, tour à tour, Céphale, son fils Polémarque et Thrasymaque de Chalcédoine.

49 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 164.

50 Voir D. Laërce, Vie de Platon, Paris, Les Belles Lettres, 1999, p. 43.

51 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 181-182.

52 Voir V. Cox, The Renaissance Dialogue…, op. cit.

53 L. Castelvetro, Poetica d’Aristotele…, éd. cit., p. 38.

54 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 164.

55 Voir Térence, Comédies, t. 1, Paris, Garnier, 1948, p. 193.

56 Ibid., p. 19.

57 Ibid., t. 2, p. 193.

58 Voir P. Fabri, Le grand et vrai art de pleine réthorique, Genève, Slatkine, 1969, p. 58.

59 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 179 sq.

60 Voir V. Montagne, « Jean Sturm et Valentin Erythraeus… », art. cit.

61 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 173-185.

62 Tasso T., Dell’arte del dialogo, op. cit., p. 31.

63 Ibid., p. 87.

64 Ibid., p. 80.

65 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 184.

66 Ibid., p. 186.

67 Loc. cit. Au début du De senectute, Cicéron se déclare sensible à cette convenance entre les personnages et le thème du discours : « Nous attribuons tous les propos, non pas à Tithon, comme fit Ariston de Céos – car la fable manquerait de poids – mais à M. Caton âgé, pour donner plus de poids aux paroles » [Cicéron, Caton l’Ancien (de la vieilllesse), Paris, Les Belles Lettres, 1981, p. 83].

68 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 192.

69 Loc. cit.

70 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 194.

71 Ibid., p. 196.

72 Ibid., p. 202.

73 Voir Cicéron, Du bien suprême et des maux les plus graves, Paris, Garnier, 1938, p. 15.

74 Ibid., p. 3.

75 Cicéron, La République, livre 1, VII, 12, Paris, Les Belles Lettres, 1980, p. 202.

76 Id., Caton l’Ancien…, op. cit., p. 82.

77 Id., La République, op. cit., livre 1, VI, 11, p. 201-202.

78 Tasso T., Dell’arte del dialogo, op. cit., p. 13.

79 Dans son étude sur Georges de Trébizonde, John Monfasani souligne l’importance de Jean Sturm dans la réflexion humaniste sur la méthodologie et précise que c’estSturm qui a intégré la dispositio à la logique humaniste (J. Monfasani, Georg of Trebizond, a Biography and a Study of His Rhetoric and Logic, Leiden, E.J. Brill, 1976, p. 327).

Table des illustrations

Légende > V. Erythraeus, Tabulae in quatuor libros dialecticarum partitionum Joannis Sturmii ab authore correctae et locupletae (1561). BnF – LLA – X-216 (4), p. LVIII.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 623k

Auteur

Laboratoire BCL, Université Nice Sophia Antipolis, CNRS

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540