Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

B. Une forme et ses effets : pragmatique du dialogue et de ses dispositifs

« Les choses discutées sont bien mieux comprises »

Lieux communs et ressources pédagogiques dans le dialogue humaniste espagnol

Rafael Malpartida Tirado

Volltext

  • 1 Latine loquicorrumpit ipsam Latinitatem. Cf. E. Asensio, « Paraenesis ad litteras ». Juan Maldonado (...)
  • 2 Cf. A. Domingo Malvadi, La producción escénica del Padre Pedro Pablo Acevedo. Un capítulo en la ped (...)

1En matière d’étude du dialogue humaniste espagnol en tant qu’instrument pédagogique, il est nécessaire de prendre en compte la double démarche de la production et de la réception des textes en ce qui concerne surtout l’enseignement du latin dans lequel les Colloques d’Érasme et la Latinae linguae exercitatio de Vives occupent une place de tout premier choix. Ces deux modèles ont suscité une vive polémique : le premier parce qu’il a été progressivement axé à des fins plus critiques et satiriques que purement pédagogiques, le second parce que l’efficacité didactique de la méthode (l’emploi en particulier de néologismes et de formules familières) s’est trouvée mise en question, si on s’en tient à la formulation paradoxale du Brocense, « Parler en latin corrompt le latin lui-même1 ». Bien plus rudimentaires sont les colloques scolaires qui virent prioritairement le jour dans les écoles jésuites, tels ceux du Père Acevedo2, des exercices portant sur la diversité linguistique, l’amplificatio, l’acquisition du vocabulaire, etc., dont on se servait, en guise de jeu, en cours. On connaît également, pour ce qui a trait à la production de textes de la part des élèves, la pratique qui consistait à transformer les lettres en dialogue, comme le rappelait une « des règles que Lorenzo Palmireno fit afficher sur la porte de son étude » :

  • 3 « Al tiempo que ya los días crescen y el calor es pasado, no sólo les compongo Comedia para que rec (...)

À l’époque où les jours rallongent et la chaleur ne se fait plus sentir, non seulement je compose pour eux une pièce de théâtre afin qu’ils récitent et prennent plaisir, mais je leur offre même l’occasion de composer eux-mêmes des dialogues à partir de deux epîtres Ad Atticum ou de ce passage de Fulvia, Philip. 2 : Ianitor quis tu ?3

  • 4 Cf. par exemple son « Orden de leer a César », dans El latino de repente [1578], Barcelona, Sebasti (...)
  • 5 Il est peu aisé de vérifier si la proposition de Pedro de Madariaga dans Honra de escribanos reflèt (...)

2Si de tels usages du dialogue pour l’enseignement du latin trouvent leur raison d’être dans la nécessité d’améliorer l’espace de l’actio, en accord avec le sens éminemment pratique et dynamique que défendaient les humanistes tels que Palmireno4, face à la répétition mnémotechnique qui était de mise dans les écoles, pour ce qui est des langues romanes, c’est à peine si l’on trouve des allusions au dialogue comme instrument pédagogique5, car le latin n’était pas une langue utilisée dans la vie de tous les jours et il avait de ce fait besoin de ces éléments additionnels pour être plus solidement associé au registre de l’oralité. Lorsqu’on utilisait en castillan pour l’enseignement grammatical le dialogue écrit, il était fréquent de recourir à une facture particulièrement schématique, et l’on trouve même des marques « anti-pédagogiques » très modernes, comme c’est le cas dans cette succession décharnée de questions et de réponses destinées à la leçon « en chœur » de Luis Pastrana dans ses Principios de gramática en romance castellano (1539), avec des interlocuteurs appelés tout simplement Maître et Disciple, sans formules de salutation ou d’adieu, sans aucune allusion à l’espace ou au temps du dialogue, au point que l’on pourrait difficilement admettre la littéralité d’un texte qui se borne à ce type de répliques :

  • 6 « Maestro. – ¿Cuántos son los números ?
    Discípulo. – Dos.
    Maestro. – ¿ Cuáles son ?
    Discípulo. – Singu (...)

Maître. – Combien il y a-t-il de nombres ?
Disciple. – Deux.
Maître. – Quels sont-ils ?
Disciple. – Le singulier et le pluriel.6

  • 7 Voir le versant hétérodoxe de cette instruction dans le Diálogo de doctrina cristiana de Juan de Va (...)

3Il n’y a rien d’étonnant à ce que l’autre grand domaine présentant de telles caractéristiques si peu pédagogiques soit l’enseignement religieux, comme on peut l’observer dans la Doctrina cristiana delermitaño y niño (1546) d’Andrés Flórez, où l’on remarque que l’accommodant gamin apprend par chœur le catéchisme sans en avoir même compris le contenu (ce n’est pas par hasard si ce catéchisme est appelé dogme7), ou lorsqu’il s’agit de l’appliquer à la vie civile, comme on le constate dans Norte de los estados de Francisco de Osuna, dans lequel le maître distant, de mauvaise humeur, met un terme à tout processus pédagogique, sans autoriser la moindre question que pourrait susciter son enseignement :

  • 8 « Si buscas otra mujer, no me hables más ; y si quieres permanecer en biudez, regla te he dado para (...)

Si tu cherches une autre femme, ne m’en parle plus et si tu veux rester veuf, je t’ai donné une règle de conduite, mets-la en pratique et tu vivras en paix. Ne t’occupe plus de moi, car je t’ai dit tout ce qui te convient, ne viens plus me voir, ni me rendre visite ni me parler, car je veux bien évidemment m’adonner sur le champ à des choses plus importantes.8

  • 9 « Quando alguna duda halláredes o sentiéredes, venid a mí, que yo os satisfaré a vuestra voluntad » (...)

4Bien plus stimulante est l’offre courtoise par laquelle se termine le Manual deescribientes (1552 ?) d’Antonio de Torquemada dans lequel le maître dit à ses élèves : « Lorsque vous aurez ou éprouverez un doute, venez à moi, car je satisferai votre requête9 », puisqu’il présente son dialogue à l’intérieur d’une série (un maître et quelques élèves habituels) alors qu’Osuna, improvise, en revanche, cette relation entre les interlocuteurs qu’il clôt définitivement.

5C’est ce type de dialogue, tel celui de Torquemada, dans lequel sont mises à profit les conditions extrinsèques du genre choisi (dans ce cas la projection didactique dans le futur que l’auteur avait accompagnée de mentions de nature exophorique tout au long du dialogue qui marquaient la relation préalable des interlocuteurs), qui m’intéresse pour illustrer certaines des ressources pédagogiques les plus saillantes que l’on trouve dans les dialogues catéchistiques, c’est-à-dire ceux qui consistent en un échange de questions-réponses en accord avec le sens étymologique du mot, utilisés le plus souvent pour enseigner un métier ou pour expliquer des matières pas suffisamment codifiées ou exigeant un traitement non académique pour les diffuser de façon plus accessible.

  • 10 Souvent en lien avec le référent des dialogues platoniciens : « La caractéristique de la rencontre (...)
  • 11 On trouvera une précieuse formulation de cette nécessité d’une pause réparatrice dans le Diálogo de (...)
  • 12 Cf. I. Lerner, « El discurso literario del Diálogo de la lengua de Juan de Valdés », dans A. Rallo (...)
  • 13 «Laurencio y Nicolao, convidados a cenar por un caballero llamado Antonio, se llevan de industria a (...)

6Un des ressorts les plus remarquables du dialogue tient à l’avidité des disciples auxquels revient la demande d’être instruits et qui prennent l’initiative à l’aide de leurs questions, que ce soit dans le cadre de l’otium (par exemple pendant qu’on marche10, lorsqu’on sort de l’église, en pleine activité urbaine ponctuée par des pauses et des arrêts11, comme dans les superbes colloques de Mexía) ou dans celui du nec otium (dans l’espace et le temps consacrés ex professo au processus d’enseignement, comme dans le Manual de escribientes déjà cité). Dans le premier de ces deux domaines, se produisent souvent des dialogues catéchistiques improvisés, comme c’est le cas dans le paradigme d’une disposition presque « vampirique », afin de profiter au maximum des qualités de l’interlocuteur assiégé par ses domandatori : ainsi du Diálogo de la lengua de Valdés où domine une « amicale agressivité12 », que l’on perçoit également de façon plus atténuée dans des textes tels que les Diálogos de filosofía natural y moral de Pedro de Mercado. Dans le quatrième de ces colloques du médecin grenadin, intitulé Du dîner, comme on peut le lire dans le résumé préliminaire, « Laurence et Nicolas invités à dîner par un gentilhomme appelé Antoine, amènent, à dessein, Jhoannet, médecin, afin d’obtenir des avis sur le bien manger et le bien boire pour se maintenir en bonne santé13 ». On ne peut mieux résumer la chose : ils sont de mèche, « de propos délibéré », pour éviter que Jhoannet ne devienne vir facetus, comme c’était habituel dans son cas, et l’amènent à être doctus « pour obtenir des avis », tout comme les amis italiens de Valdés qui ne le laissent pas tranquille avant de l’« avoir harcelé de questions ».

7Cette encourageante initiative venant de celui qui souhaite être instruit dépend parfois d’une conjoncture favorable considérée comme privilégiée, comme c’est également le cas dans le Coloquio de la dentadura de Francisco Martínez de Castrillo, un artifice qui fait naître chez le lecteur la sensation d’accéder à une formation excellente, car celui-ci assiste à une conversation dont les conditions ne se produisent pas fréquemment, ce qui lui donne plus de valeur :

  • 14 « Sufrisel. – Por cierto, señor Valerio, holgaré yo más de tener la teórica que conoscer por experi (...)

Sufrisel. – Bien sûr, Sire Valerio, j’éprouverai un plus grand plaisir à posséder la théorie qu’à connaître par expérience une bête si sauvage, un bourreau si cruel, un ennemi si fort comme c’est le cas pour le mal aux dents et je crois que personne, si courageux soit-il, ne tiendra pour lâcheté d’éviter de l’affronter et si possible de l’esquiver. Eh bien on peut imaginer que la faveur de vous avoir ici ne se produira que peu souvent, aussi on ne manquera pas de vous importuner même si notre désir est de vous servir pour ne pas manquer une occasion si favorable. Par conséquent, Sire Valerio, vous ferez preuve de patience, car je crois bien que vous en aurez besoin.14

8Une autre possibilité, c’est que le dialogue commence par la correction d’une erreur, comme cela se produit dans Los diálogos de arte militar (1583) de Bernardino de Escalante ou dans Eldiálogo de doctrina cristiana de Juan de Valdés. Un tel ressort est très efficace dans le Manualde escribientes de Torquemada dans lequel une réprimande du maître sert de catalyseur pour que débute l’enseignement : on insiste clairement sur le fait que bien écrire n’est pas graçia gratis data, comme le pensait un des disciples mais plutôt le résultat de l’union entre qualités innées et effort quotidien :

  • 15 « Antonio. – Travajosa cosa es que con quanto escrivís comigo cada día no os aprovechéis más una ve (...)

Antonio. – C’est une chose pénible qu’avec tout ce que vous écrivez en ma compagnie vous ne tiriez pas plus de profit quelquefois à suivre le style et l’ordre de l’écriture comme de vous souvenir de tant de choses que vous me demandez dans lesquelles il serait juste que vous soyez si instruit au point d’être un meilleur maître que moi, et ceci n’est dû qu’à votre peu de soin et parce qu’il vous semble que point n’est besoin de travailler pour vous rendre compte de tout ce qui touche à ce savoir-faire, et ne croyez pas que sans études et application, même si vous possédez le plus grand esprit et la plus grande mémoire au monde, vous parviendrez à connaître les qualités exigées pour rédiger une lettre bien tournée.15

9De la même façon que l’auteur fait naître le sentiment que ce dialogue appartient à toute une série compte tenu de l’expression itérative cada día (« chaque jour »), il inclut une motivation extrinsèque au dialogue que, nous lecteurs, nous ne percevrons pas lorsque les apprentis demandent à être instruits, à la recherche d’une future autonomie :

  • 16 « Luis. – Tornemos al propósito, y pues ya emos dado prinçipio a esta materia, no penséis, señor An (...)

Luis. – Revenons à notre propos, étant donné que nous avons déjà commencé ce sujet ; n’allez pas croire, Sire Antoine, qu’on va vous laisser si facilement, car tout doit être fait pour mieux pouvoir vous aider et vous servir, il serait bon que vous nous indiquiez un ordre et une doctrine pour les exécuter, car il ne faut pas que vous nous donniez toujours des ordres et nous, que nous nous bornions à écrire, mais que vous puissiez nous dire quelque-fois ce que vous souhaitez qu’on écrive et que nous nous efforcions de le faire pour que nous vous épargnions la difficulté continuelle que demandent les missives.16

  • 17 C’est une figure qui est très chère à l’auteur. Il la reprend d’ailleurs dans ses deux autres dialo (...)

10Se dessine dorénavant une image idéale du disciple et l’on fait continuellement allusion à l’attitude anti-exemplaire17 :

  • 18 « Antonio. – Esos vayan adelante con su porfía neçia, y vosotros, pues me hazéis que travaje en ens (...)
  • 19 « Josepe. – Avéisnos hecho, señor Antonio, tan gran merçed que de aquí adelante, como buenos disçíp (...)
  • 20 « Luis. – Vos, señor, lo avéis hecho tan bien, y avemos reçibido tan gran merçed que toda nuestra v (...)

Antonio. – Qu’eux continuent dans leur sot entêtement et puisque vous, vous me demandez de mettre tout mon effort à vous instruire, efforcez-vous également de me comprendre et de mettre en pratique ce que nous en aurons compris.
Josepe. – On agira ainsi, sous peine d’être deux fois sots : la première parce que nous perdrions notre temps en vain et la seconde parce que nous commettrions une plus grande faute en le comprenant et en ne le mettant pas en pratique18.
Josepe. – Sire Antoine, vous nous avez fait une si grande faveur que nous essaierons de suivre dorénavant, en bons disciples, avec grand soin, vos règles et préceptes et je suis étonné que d’une chose si importante les gens se soucient si peu, afin d’y porter remède19.
Luis. – Vous, Sire, vous l’avez si bien fait et nous avons reçu une si grande faveur que nous nous en souviendrons toute notre vie, car la doctrine que vous nous avez transmise est d’un très grand profit. Ceux qui ne voudraient pas la suivre pourront agir selon leur volonté et, nous selon la nôtre, en l’ayant sous nos yeux et en la gardant en mémoire si nous devons pratiquer ce métier20.

  • 21 C’est un mot-clé pour comprendre plusieurs stéréotypes dérivés du dialogue, soit parce que le sujet (...)

11Plus réussie encore est l’idée de cercles de conversation exemplaires dans lesquels on cherche la confidentialité21et l’on choisit avec soin les destinataires de l’enseignement, comme dans les dialogues de Pedro Mexía, lequel fait vivre le concept de communication citoyenne, de facture démocratique et altruiste, avec le raffinement intellectuel de réserver le dialogue aux mêmes interlocuteurs que l’on retrouve de colloque en colloque et qui évitent d’autres citoyens, tenus pour un obstacle :

  • 22 « Petronio. – […] Y todavía quisiera preguntar otras cosillas al propósito, pero habrase de romper (...)
  • 23 « Paulo. – Si no me acuerdo mal, señor Petronio, hoy ha ocho días que acaso, como agora, nos juntam (...)

Petronio. – Je voudrais vous demander encore d’autres petites choses sur ce point, mais il nous faudra mettre un terme à notre conversation, à cause de ceux qui arrivent ; on la remet à un autre jour, car il s’agit d’une affaire qui ne peut pas être traitée à plusieurs22.
Paulo. – Si ma mémoire ne me trahit pas, Sire Petronio, cela fait aujourd’hui huit jours que nous nous sommes rencontrés par hasard tous les trois dans un même endroit et Sire Antonino, tout en se promenant avec nous dans cette campagne, s’est entretenu avec nous de certaines choses bonnes et délicieuses touchant à la richesse de la terre et à d’autres éléments, ce dont j’ai pris grand plaisir, de sorte que je ne serais pas malheureux de le voir reprendre la conversation.
Petronio. – Vous me l’avez enlevé de la bouche car je voulais intervenir et vous demander la permission de vous poser une question, ce que j’aurais fait si nous n’avions pas été interrompus par ceux qui sont arrivés.
Antonino. – Ils sont si peu nombreux les gens qui prendraient plaisir à parler de telles choses et qui se soucieraient de les comprendre que personne n’ose en parler si ce n’est sous forme de questions, mais pour cela point n’est besoin de permission, car c’est justement le peu de choses que je connais que je prends plaisir à communiquer et à montrer à tous.23

  • 24 L’expression choisie par Rinaldo Rinaldi, « la science légère », s’avère particulièrement significa (...)

12Ces interlocuteurs rêvés sont le parfait alibi que s’offre l’auteur lui-même pour traiter la matière à sa convenance, en n’approfondissant que ce qu’il estime opportun et en traçant de la sorte une dynamique relevant plus d’une démarche de vulgarisation ou de l’essai que proprement scientifique24.

  • 25 « Valerio. – […] Yo aquí más pretendo guardar orden breve, clara y provechosa, que muy doctrinal y (...)
  • 26 « Antonino. – […] yo no me curaré de opiniones ni alegar autores, sino seguir la común doctrina, pr (...)
  • 27 « Paulo. – Así se entiende, que tampoco no queremos nosotros matarnos por saber sutilezas, sino lle (...)
  • 28 «Antonio. – […] Nosotros, ya que tratásemos desta materia, no ha de ser tan profundamente, sino por (...)
  • 29 « Luis. – Antes os lo suplicamos, pues es para hazernos a nosotros merçed y tanbién para que vos de (...)

Valerio. – […] Pour ma part, je prétends garder plus un ordre bref, clair et profitable que très dogmatique ou élégant, car le but de ma conversation, c’est de vous montrer ce qui vous convient et non de faire de vous des médecins scholastiques, ce qui serait m’étendre plus que de raison25.
Antonino. – […] Je ne me soucierai point des avis ni d’invoquer des auteurs, mais de suivre la doctrine commune, tout particulièrement celle d’Aristote, en l’exposant de la façon la plus brève possible, en ne disant rien d’autre que ce qu’il convient de dire, afin que vous puissiez la comprendre médiocrement car pour traiter un tel sujet à la source et à sa racine, il nous faudrait plus de temps et disposer d’autres fondements que l’on ne peut assimiler ni connaître en un jour26.
Paulo. – Soit, car nous ne voulons pas nous décarcasser pour connaître des subtilités, mais pour en retirer ce qui est essentiel pour nous27.
Antonio. – […] Nous, puisque nous traitons un tel sujet, ce ne sera pas si en profondeur mais selon un ordre qui se laissera aisément saisir et qui ne présuppose pas tant de qualités que celles qui sont exigées pour être un bon rhétoricien, car même si la rhétorique artificielle est digne d’être prise en grande estime, la rhétorique naturelle est plus utile, car on l’emploie avec moins de précaution. Si vous vous contentez de ce que je pourrai vous dire sur ce point, je ne manquerai pas de faire l’effort que vous me demandez.28
Luis. – On vous en supplie plutôt, car c’est pour nous venir en aide et aussi pour que vous puissiez aussi avoir l’avantage de pouvoir vous décharger de l’obligation de nous faire exécuter les requêtes qui s’offriraient.29

13Mais s’il est un disciple idéal dans ce type de dialogue que tout enseignant voudrait avoir parmi ses élèves, c’est Picardo, dans les Medidas del romano de Diego de Sagredo (1526), qui propose la suggestion de l’enseignement hors du cadre qui lui est consacré et la recherche dans la pratique de l’élève lui-même, qui est à l’origine des doutes que le maître formule ultérieurement :

  • 30 « Picardo. – […] Pena te habrá dado mi tardança, pues veo que me estás esperando con el compás en l (...)

Picardo. – […] Tu as dû regretter mon retard car je vois que tu m’attends le compas à la main pour commencer à tracer les fondations. Je veux te rendre compte avant que tu commences de ce qui m’est arrivé après que j’eus quitté mon auberge. Comme tu avais mis un terme hier à la lecture des colonnes, je n’ai pas pu fermer l’œil de la nuit bouleversé et retournant dans mes rêves tout ce que tu m’as enseigné et il me semble l’avoir bien compris. Mais pour m’en satisfaire, j’ai voulu voir quelque échantillon et je me suis précipité dans l’atelier d’Andino où j’ai vu, de mes yeux vus, être vrai ce que tu m’avais dit hier et au milieu des colonnes carrées et rondes, j’ai vu un si étrange assemblage que je n’ai pas pu m’apercevoir si elles étaient doriques ou ioniennes et encore moins toscanes. J’ai demandé quel était leur nom. Il m’a été répondu balustre. Donc, avant que tu dises autre chose, sois d’avis de me parler de certains détails, car il me semble qu’il s’agit d’un autre type de colonnes.30

14Nous ne trouvons cependant pas toujours des disciples avides de savoir, stimulés par l’apprentissage : il en est certains qui incarnent précisément l’attitude contraire. Dans les Diálogos de Mexía, le degré de difficulté que pouvait entraîner la présence d’interlocuteurs peu expérimentés, comme Paulo et surtout Petronio, n’est rien d’autre, en fait, qu’un ressort pour adapter la matière à un niveau de divulgation ; le maître choisissant pour cela la « clarté » au lieu de la « délicatesse », en s’assurant au moins qu’on l’écoute et en observant comment l’élève improvisé s’implique progressivement dans l’enseignement, ce qui représente une remarquable satisfaction pour l’enseignant :

  • 31 « Antonino. – Señor, yo no os lo vendo por artículo de fe, ni va nada en que lo creáis o no, pero b (...)

Antonino. – Sire, je ne vous le vends pas pour parole d’évangile et peu me chaut que vous le croyiez ou pas, mais je me risquerais à vous le faire comprendre et à vous le prouver, de sorte que non seulement vous le croyiez, mais que vous le compreniez. Mais c’est là un entretien qui demande force attention et Sire Paulo ne fait pas d’ordinaire preuve de tant de calme pour vouloir attendre cela. C’est également une affaire quelque peu délicate, elle n’est pas faite pour tous les hommes, aussi vaut-il mieux changer de sujet et parler d’une chose qui procurera du plaisir à tous les quatre.
Petronio. – Je vois que tu dis ça pour moi, car tu n’es pas parvenu à me faire comprendre l’autre jour qu’il y a des hommes sur l’autre partie de la Terre qui se trouve tout droit en dessous de nous. Car je vous fais savoir que bien que je ne sache pas le latin et ne comprenne pas ces choses, je prendrai un vif plaisir à entendre parler d’elles, et que je serai très attentif même si je ne pipe pas mot. Donc ne manquez pas, à cause de moi, de faire plaisir à ces gentilshommes, car ils vous comprendront mieux que moi ; car vous aurez de ma part une chose agréable : je ne vous importunerai ni dirai mot, car je suis si peu au fait de ces choses qu’il m’est même impossible de les mettre en doute.
[…]
Antonino. – Bien sûr que je prendrai plaisir à le faire, mais comme vous n’avez pas, Messieurs, de rudiments en Astrologie et en perspective nécessaires à cela, je ne sais pas si je pourrai l’exprimer pour que l’on comprenne bien. Mais puisque vous l’exigez, j’essaierai de le montrer dans les termes les plus clairs que je pourrai, même s’il en existe d’autres plus subtils.
[…]
Petronio. – Eh bien, dites vite ce qui manque, car, bien que vous me teniez pour un esprit lourd, je vous fais savoir que j’ai compris ce qui a été dit.
[…]
Ludovico. – J’affirme que vous dites vrai et je l’ai bien compris, que personne n’ait souci d’en douter.
[…]
Paulo. – Je suis resté muet car Sire Antonin a pensé que je ne n’aurais pas assez de patience pour l’écouter, mais je ne l’ai pas pour autant compris moins bien que vous. Mais, Petronio fait donc preuve aujourd’hui de trait d’esprit, il serait bon de lui faire comprendre ce qu’il n’a pas pu comprendre l’autre jour, qu’il y a des gens qui habitent sur l’autre partie de la Terre sous celle-ci.
Antonino. – Ceci est aussi clair que ce que nous avons dit, mais il n’a pas voulu bien m’écouter.
Petronio. – Eh bien je vais le faire à présent ; que Votre Seigneurie le dise, je prends plaisir, grâce à Dieu, à la conversation.
Antonino. – Cela me plaît assurément, car je pense qu’aucune chose ne réjouit ni n’encourage plus celui qui enseigne que de voir qu’il est compris par ceux qui l’écoutent.31

15Parfois, l’interlocuteur qui présente peu de qualités ne se montre même pas réceptif, tel est le cas de Solino dans les Diálogos de montería (« Dialogues de vènerie ») (1587 ?) de Luis Barahona de Soto qui, au lieu de s’impliquer dans l’enseignement et de contribuer par ses interventions à rendre le processus plus efficace, ce qu’il fait, c’est de l’entraver :

  • 32 « Silvano. – Siempre salís vos, señor Solino, con esos alivios que podríamos llamar estorbos más qu (...)

Silvano. – Vous répliquez toujours, Sire Solino, en utilisant ces soulagements que nous pourrions qualifier plutôt d’obstacles que de passe-temps. Poursuivez, Sire Montano, ne soyons pas rattrapés par l’heure du déjeuner car gourmand comme il est, dès qu’il arrivera, personne ne pourra lui faire entendre raison.
Solino. – Sachez, Sire, que, bien que j’écoute à contre-cœur ce que l’on m’enseigne, j’ai un je ne sais quoi de faiblesse dans la mémoire que j’oublie tout ce que j’entends, mais même ainsi, malgré tous ces inconvénients, je connais mille petites choses, car j’ai le cerveau farci de mille et une bagatelles.
Silvano. – Je ne comprends pas comment n’étant pas attentif vous savez tant de choses : avez-vous lu le livre Razón de estudiar écrit par Joachimo Forcio ?
Solino. – Oui, je dois l’avoir lu, mais exprimez ce point qui retient le fil de votre propos, ne serait-ce que pour que Montano l’entende.
Silvano. – Il dit qu’il y a trois sortes d’étudiants : les premiers qui assistent aux leçons et qui étudient volontiers ce qu’on leur enseigne, les seconds qui délaissent la nourriture pour l’étude et ne se soucient nullement de l’heure du déjeuner et du dîner pour ne pas quitter leur leçon, les troisièmes qui abandonnent leur pays se mettant en route en quête de savoir. Il se dit des premiers qu’ils savent peu de choses, des seconds qu’ils en savent un peu plus et des troisièmes qu’ils seront remarquables dans leurs métiers.
Solino. – En ce qui me concerne, il faut me classer devant les premiers, à une place, si ça existe, car non seulement je n’irai pas chercher mon savoir dans un autre endroit, mais je ne délaisserai le manger et je n’écouterai pas avec attention.
Silvano. – Vous saurez ainsi moins que peu, s’il est possible d’en savoir moins.32

16Cette mauvaise disposition de Solino, forte d’un évident effet d’humour, ne pouvait être authentique dans les limites d’un humanisme qui était pleinement convaincu de la valeur didactique du dialogue et qui reproduisait, par l’entremise d’un tel genre, les conditions nécessaires à compléter le circuit de la communication. Il en va ainsi, lorsque l’un des interlocuteurs se montre rétif, insensible ou peu coopératif, ou lorsqu’il objecte et pose beaucoup des questions, une sorte d’« anagnorisis pédagogique » selon laquelle une telle résistance n’était rien d’autre qu’une stratégie pour vivifier le dialogue. On l’observe de façon nette à la fin du Diálogo de la Tierra de Mexía.

  • 33 « Petronio. – Yo me doy por contento y bien respondido, y creo la postura de los cuatro elementos. (...)

Petronio. – Je me tiens pour satisfait et votre réponse me convient. Et n’allez pas croire que j’avais des doutes sur tout ce que je vous disais, mais c’était pour vous amener à traiter un tel sujet que je l’ai fait.33

17Ceci est également à l’œuvre dans les Diálogos de Barahona de Soto dans lesquels le maître loue sur le champ ses disciples, en accord avec les normes de la camaraderie qui définissent les conversations instructives entre amis, comme c’était le cas pour celles spontanées de Mexía qui respectaient l’espace et le temps de l’otium :

  • 34 « Solino. – Yo os restituyo, señor Silvano, de vuestra primera honra ; y para satisfacella más, hol (...)

Solino. – Je vous rétablis, Sire Soldino, dans votre premier honneur et pour le satisfaire encore plus je prendrai plaisir à me compter au nombre des chasseurs, car je tiens pour louable et digne que les hommes courageux s’y exercent. Et à vrai dire, j’ai toujours tenu et tiendrai Montano pour un homme légitimement occupé et si je comprenais que ce passe-temps n’était pas de nature à ce que, sans y déroger, il eût pu s’y adonner, je n’en n’aurais pas parlé. Mais j’ai pris plaisir à le contredire pour tirer de lui ce qu’il nous a montré ces derniers jours. Le voici, et il doit avoir envie de s’acquitter de sa promesse et je suis d’avis de le prier d’instruire, tout d’abord, un nouveau chasseur pour que je puisse, après avoir pris connaissance des préceptes qu’il nous a exposés, comprendre ce qu’il convient de faire pour devenir parfait dans cet art.
Montano. – Il faut donc, car il nous reste bien peu de choses à traiter, que vous soyez prêts à m’attendre pour mettre fin à ce sujet et pour en traiter un autre dans lequel nous pourrions être tout à la fois maîtres et disciples, car je suis las d’être toujours celui qui enseigne même si avec les disciples que j’ai eus ces jours-ci, je peux bien affirmer que j’ai autant appris qu’enseigné.34

18Il y a par conséquent un sens coopératif qui définit parfaitement ce type de dialogues : ceux-ci montrent comment « les choses discutées sont bien mieux comprises », d’après la maxime par laquelle se clôt le Manual de escribientes de Torquemada et qui peut être élargie à un genre, le dialogue, qui s’érige souvent en moyen pédagogique plus efficace que le texte monologique, pas tant parce qu’il intègre très harmonieusement le delectare et le prodesse, d’après ce que déclarent fréquemment les auteurs dans les préliminaires de leurs œuvres, mais parce qu’il permet de représenter in fieri (il montre la démarche et pas seulement le résultat) les conditions idéales d’un processus enseignement-apprentissage qui s’avèrent très stimulantes pour le lecteur.

Literaturverzeichnis

BIBLIOGRAPHIE

Arenas Cruz M.E., Hacia una teoría general del ensayo : construcción del texto ensayístico, Cuenca, Universidad de Castilla-La Mancha, 1996.

Asensio E., « Paraenesis ad litteras ». Juan Maldonado y el humanismo español en tiempos de Carlos V, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1980.

Aullón de Haro P., Teoría del Ensayo como categoría polémica y programática en el marco de un sistema global de géneros, Madrid, Verbum, 1992.

Barahona de Soto L., Diálogos de la montería, introducción de J. Lara Garrido, Archidona, ADR/Nororma, 2002.

Chamizo P.J., La doctrina de la verdad en Michel de Montaigne, Málaga, Universidad de Málaga, 1984.

Domingo Malvadi A., La producción escénica del Padre Pedro Pablo Acevedo. Un capítulo en la pedagogía del latín en la Compañía de Jesús en el Siglo XVI, Salamanca, Universidad de Salamanca, 2001.

Ferreras J., « Le premier traité d’architecture en langue vulgaire. Le dialogue de Diego de Sagredo : Medidas del romano (1526) », dans M. Roig Miranda (dir.), La transmission du savoir dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 201-217.

Fuentes A. de, Suma de filosofía natural, Sevilla, Juan de León, 1547.

Gallego Barnés A., « Un plan de estudios para las escuelas de Alcañiz en la segunda mitad del siglo XVI : El razonamiento que hizo Palmyreno a los regidores de su patria de la orden de enseñar y las reglas que Lorenzo Palmyreno puso a la puerta de su auditorio », Boletín del Centro de Estudios Bajoaragoneses, 1, 1981, p. 69-90.

Gil Fernández L., Panorama social del humanismo español (1500-1800), Madrid, Tecnos, 1997.

Hernández Rodríguez E., Las ideas pedagógicas del Dr. Pedro López de Montoya. Comentario a nuestra pedagogía del siglo XVI, Madrid, CSIC, 1947.

Lerner I., « El discurso literario del Diálogo de la lengua de Juan de Valdés », dans A. Rallo Gruss, R. Malpartida Tirado (dir.), Estudios sobre el diálogo renacentista español. Antología de la crítica, Málaga, Universidad de Málaga, 2006, p. 403-409.

Lledó E., La memoria del Logos, Madrid, Taurus, 1984.

Madariaga P. de, Libro subtilisímo intitulado Honra de escribanos, Valencia, Juan de Mey, 1565.

Malpartida Tirado R., Aprendices, escépticos y curiosos en el Renacimiento español, Málaga, Universidad de Málaga, 2004.

Malpartida Tirado R., Varia lección de plática áurea. Un estudio sobre el diálogo renacentista español, Málaga, Analecta Malacitana, 2005.

Martínez de Castrillo F., Coloquio breve y compendioso sobre la materia de la dentadura y maravillosa obra de la boca, Valladolid, Sebastián Martínez, 1557.

Massebieau L., Les colloques scolaires du seizième siècle et leurs auteurs. 1480-1570, Paris, J. Bonhoure et Cie, 1878.

Mexía P., Diálogos, éd. I. Lerner, R. Malpartida, Sevilla, Fundación José Manuel Lara, 2006.

Mercado P. de, Diálogos de filosofía natural y moral, Granada, Hugo de Mena/René Rabut, 1558.

Osuna F. de, Norte de los estados, Sevilla, Bartolomé Pérez, 1531.

Palmireno J.L., El latino de repente [1578], Barcelona, Sebastián de Comellas, 1615.

Pastrana L. de, Principios de gramática en romance castellano, Cuenca, Guillermo Reymón, 1539.

Pineda J. de, Diálogos familiares de la agricultura cristiana [Salamanque, 1589], éd. J. Meseguer Fernández, 5 vol., Madrid, Atlas, 1963-1964.

Prieto A., « Extensión democrática del Renacimiento », dans J. Matas et al. (dir.), Actas del Congreso Internacional sobre Humanismo y Renacimiento, II, León, Universidad de León, 1998, p. 17-26.

Rallo Gruss A., La prosa didáctica en el siglo XVI, Madrid, Taurus, 1987.

Rallo Gruss A., La escritura dialéctica : estudios sobre el diálogo renacentista, Málaga, Universidad de Málaga, 1996.

Rinaldi R., « La science légère : sujets médicaux dans deux dialogues humanistes », dans P. Guérin (dir.), Le Dialogue ou les enjeux d’un choix d’écriture (pays de langues romanes), actes du colloque international de l’université Rennes 2 (17-18 octobre 2003), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 115-134.

Sagredo D. de, Medidas del romano, édition fac-similée, introduction de F. Marías, A. Bustamante, Madrid, Dirección General de Bellas Artes y Archivos, Instituto de Conservación y Restauración de Bienes Culturales/Consejo General de Colegios Oficiales de Aparejadores y Arquitectos Técnicos, 1986.

Simón Abril P., Apuntamientos de cómo se deben reformar las doctrinas, dans Obras escogidas de filósofos, éd. A. de Castro, Madrid, Atlas, 1953.

Torquemada A. de, Manual de escribientes, éd. Ma J. Canellada, A. Zamora, Madrid, Anejos del BRAE, 1970.

Vives J.L., Diálogos, trad. C. Coret, Valencia, Benito Monfort, 1759.

Anmerkungen

1 Latine loquicorrumpit ipsam Latinitatem. Cf. E. Asensio, « Paraenesis ad litteras ». Juan Maldonado y el humanismo español en tiempos de Carlos V, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1980, p. 46 sq. ; voir aussi L. Gil Fernández, Panorama social del humanismo español (1500-1800), Madrid, Tecnos, 1997, p. 59-84 ; et la défense de Mayans dans les préliminaires de la troisième édition des Diálogos de Juan Luis Vives, trad. C. Coret, Valencia, Benito Monfort, 1759 (il existe une édition fac-similée : París/Valencia, 2004). Il est encore utile de se référer à la monographie de L. Massebieau, Les colloques scolaires du seizième siècle et leurs auteurs. 1480-1570, París, J. Bonhoure et Cie, 1878, qui exclut cependant Érasme car les Colloques de celui-ci sont plutôt considérés comme l’œuvre d’un moraliste que comme celle d’un pédagogue. Dans cette perspective, l’autre erreur à relever dans l’enseignement du latin serait due à l’utilisation de cette même langue au plan didactique, comme nous l’observons dans le premier des Apuntamientos de cómo se deben reformar las doctrinas (1589) de Pedro Simón Abril : « La plupart de ceux qui enseignent aujourd’hui, puisqu’ils n’enseignent pas dans leur propre langue, mais dans d’autres, rares et peu utilisées dans le monde, n’énoncent pas leurs concepts en de termes simples, clairs et appropriés à ceux qui apprennent, mais avec des mots impropres et obscurs. C’est de là que vient la difficulté à se comprendre entre maîtres et disciples ; et si, par hasard, l’on trouve un maître qui connaît bien le grec ou le latin, ceux qui vont l’écouter ne sont pas tout à fait aptes à utiliser ces langues rares pour comprendre facilement les concepts et les propos du maître. C’est ainsi que les disciples seront mal éclairés dans la connaissance des choses, car ces dernières se saisissent à l’aide de la clarté et de la signification des mots » (Obras escogidas de filósofos, éd. A. de Castro, Madrid, Atlas, 1953, p. 293-294).

2 Cf. A. Domingo Malvadi, La producción escénica del Padre Pedro Pablo Acevedo. Un capítulo en la pedagogía del latín en la Compañía de Jesús en el Siglo XVI, Salamanca, Universidad de Salamanca, 2001, où sont inclus des textes tels le Dialogus in adventu comitis (1568) ou le Dialogus initio studiorum (1569).

3 « Al tiempo que ya los días crescen y el calor es pasado, no sólo les compongo Comedia para que reciten y se recreen, mas aun les doy modo como ellos mismos saquen diálogos de dos epístolas Ad Atticum, o de aquel passo de Fulvia, Philip. 2 : ¿ Ianitor quis tu ? » Cet extrait est cité par A. Gallego Barnés, « Un plan de estudios para las escuelas de Alcañiz en la segunda mitad del siglo XVI : El razonamiento que hizo Palmyreno a los regidores de su patria de la orden de enseñar y las reglas que Lorenzo Palmyreno puso a la puerta de su auditorio », Boletín del Centro de Estudios Bajoaragoneses, 1, 1981, p. 89.

4 Cf. par exemple son « Orden de leer a César », dans El latino de repente [1578], Barcelona, Sebastián de Comellas, 1615, f° 105v° ; et, en ce qui concerne l’opinion contraire, cf. E. Hernández Rodríguez, Las ideas pedagógicas del Dr. Pedro López de Montoya. Comentario a nuestra pedagogía del siglo XVI, Madrid, CSIC, 1947, p. 158-159.

5 Il est peu aisé de vérifier si la proposition de Pedro de Madariaga dans Honra de escribanos reflète une pratique habituelle, lorsqu’il décide d’adresser son ouvrage non seulement aux écrivains, mais aussi à tous les élèves, afin que ces derniers pratiquent le dialogue, « car ils liront plus vite en langue vulgaire qu’en latin et seront aptes à parler parmi les hommes sous forme de question-réponse, ce qui est un bienfait inconnu, privés de cette honte grossière, et cela profitera aussi aux plus grands pour apprendre par cœur et réciter devant beaucoup de gens » (« Prólogo » du Libro subtilisímo intitulado Honra de escribanos, Valencia, Juan de Mey, 1565).

6 « Maestro. – ¿Cuántos son los números ?
Discípulo. – Dos.
Maestro. – ¿ Cuáles son ?
Discípulo. – Singular y plural » [L. de Pastrana, Principios de gramática en romance castellano, Cuenca, Guillermo Reymón, 1539, f° bVI (dans les catalogues des dialogues espagnols de la Renaissance, une seule édition – celle de 1583 – apparaît, bien qu’il y ait des données contradictoires)]. Cf. M.A. Maquieira, « El diálogo en los tratados gramaticales del xvi en España : los Principios de Luis de Pastrana », dans G. Ruffino (dir.), Atti del XXI Congresso Internazionale di Lingüistica e Filologia Romanza, IV, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1998, p. 499-509. Le caractère instrumental et non consubstantiel du dialogue relève du fait qu’il soit écrit « à la manière de » et qu’il se contente de présenter sous forme de dialogue la méthode de l’enseignement du latin, pourtant très critiquée (bien qu’il utilise déjà la langue vulgaire et tienne compte ainsi des observations du Brocense). Cette méthode était déjà connue par antonomase comme l’Antonio, comme nous pouvons d’ailleurs le constater dans le titre complet : Sacados del arte del Antonio de Librixa y de otros autores degramática. L’auteur ne tente, à aucun moment, de tirer profit des possibilités intrinsèques du genre dialogique, car il ne cherche qu’à reproduire et à répéter une leçon.

7 Voir le versant hétérodoxe de cette instruction dans le Diálogo de doctrina cristiana de Juan de Valdés, motivé précisément par le mauvais endoctrinement qu’un curé est en train de mener à bien. Cf. R. Malpartida Tirado, « Curas idiotas, discípulas hipersensibles y amistades pelipeligrosas : los diálogos de Juan de Valdés », dans Varia lección de plática áurea. Un estudio sobre el diálogo renacentista español, Málaga, Analecta Malacitana, 2005, p. 29-46.

8 « Si buscas otra mujer, no me hables más ; y si quieres permanecer en biudez, regla te he dado para regirte : ponla en obra y bivirás en puerto seguro. No cures más de mí, pues ya te he dicho todo lo que te conviene : no me vengas más a ver ni a visitar ni a hablar, que dende luego me quiero dar a cosas de más importancia » (F. de Osuna, Norte de los estados, Sevilla, Bartolomé Pérez, 1531, fos 184v°-185). La fin du dialogue est parfaitement cohérente avec ce qu’Asunción Rallo Gruss présente comme un « schéma rigide de la formulation catéchistique, fondé sur la présentation exclusive du maître/disciple, avec des rôles déjà stéréotypés, [de sorte que] les conséquences dialectiques dérivées, comme celle du processus temporel ou de la transmission de la doctrine dans le cas du récepteur, sont soulignées, mais sa problématique est éludée ou n’est pas résolue […] ». L’œuvre d’Osuna présente un degré primaire de structuration dialogique : celui de la fonction didactique réduite à ses seuls fondements (« El Norte de los estados como diálogo : la catequesis, función primaria del género », dans La escritura dialéctica : estudios sobre el diálogo renacentista, Málaga, Universidad de Málaga, 1996, p. 177-178).

9 « Quando alguna duda halláredes o sentiéredes, venid a mí, que yo os satisfaré a vuestra voluntad » (A. de Torquemada, Manual de escribientes, éd. Ma J. Canellada, A. Zamora, Madrid, Anejos del BRAE, 1970, p. 260).

10 Souvent en lien avec le référent des dialogues platoniciens : « La caractéristique de la rencontre fortuite, du discours circonstanciel, apparaît dans la plupart des dialogues. Les premières lignes nous parlent déjà de la fugacité de la vie. Les personnages se rencontrent par hasard ; ils viennent d’un endroit et vont ailleurs. Il y a toujours cette surprise des rencontres, le plus souvent inattendues, qui vont se prolonger brièvement, pendant que le rythme initial de la discussion philosophique ralentit. Puis, lorsqu’ils ont assez parlé, le dialogue se conclut par le départ de Socrate ou d’un autre interlocuteur, se mettant en route vers une nouvelle rencontre » (E. Lledó, La memoria del Logos, Madrid, Taurus, 1984, p. 58).

11 On trouvera une précieuse formulation de cette nécessité d’une pause réparatrice dans le Diálogo de la dignidad del hombre de Fernán Pérez de Oliva. L’incipit est l’occasion de montrer à quel point l’homme a besoin stratégiquement de s’éloigner de la société et cet éloignement le « préparera » à la relation avec autrui. Ces temps de répit consacrés à la réflexion ou à l’étude illustrent, de façon particulière dans le dialogue, « l’apprentissage dans la solitude, la façon selon laquelle l’humaniste sortait dans la rue » comme l’explique A. Prieto, « Extensión democrática del Renacimiento », dans J. Matas et al. (dir.), Actas del Congreso Internacional sobre Humanismo y Renacimiento, II, León, Universidad de León, 1998, p. 23.

12 Cf. I. Lerner, « El discurso literario del Diálogo de la lengua de Juan de Valdés », dans A. Rallo Gruss, R. Malpartida Tirado (dir.), Estudios sobre el diálogo renacentista español. Antología de la crítica, Málaga, Universidad de Málaga, 2006, p. 407.

13 «Laurencio y Nicolao, convidados a cenar por un caballero llamado Antonio, se llevan de industria a Joanicio, médico, con propósito de sacarle avisos de bien comer y beber para conservación de la sanidad» (P. de Mercado, Diálogos de filosofía natural y moral, Granada, Hugo de Mena/René Rabut, 1558, f° 83v°).

14 « Sufrisel. – Por cierto, señor Valerio, holgaré yo más de tener la teórica que conoscer por experiencia bestia tan fiera, verdugo tan cruel, enemigo tan fuerte como lo es el dolor de muelas, y creo que nadie, por hidalgo que sea, terná por cobardía huirle el encuentro y volverle si puede las espaldas. Y pues esta merced de teneros aquí se puede presumir que será pocas veces, no podremos dejar de importunaros, aunque nuestro deseo sea serviros, por no perder tan buena ocasión. Por tanto, señor Valerio, arrendaréis la paciencia, que bien creo que os será menester » (F. Martínez de Castrillo, Coloquio breve y compendioso sobre la materia de la dentadura y maravillosa obra de la boca, Valladolid, Sebastián Martínez, 1557, f° 78. C’est moi qui souligne).

15 « Antonio. – Travajosa cosa es que con quanto escrivís comigo cada día no os aprovechéis más una vez que otra así en seguir el estilo y horden del escrivir como en tener memoria de muchas cosas que me preguntáis, en las quales sería justo que estubiésedes ya tan enseñados que fuésedes mejores maestros que yo, y esto no lo causa sino vuestro poco cuidado y pareçeros que no ay neçesidad de trabajar para venir a caer en la qüenta de lo que toca a esta abilidad, y no penséis que sin estudios y diligençia, aunque tengáis todo el yngenio y memoria del mundo, acavaréis de saber las partes que para hazer una carta bien hordenada se requieren » (A. de Torquemada, Manual de escribientes, op. cit., p. 65).

16 « Luis. – Tornemos al propósito, y pues ya emos dado prinçipio a esta materia, no penséis, señor Antonio, que os avemos de dexar tan fáçilmente, que pues todo ha de ser para que mejor podamos ayudaros y serviros, justo será que nos deis alguna horden y dotrina con que lo hagamos, que no ha de ser siempre que vos hordenéis y que nosotros escrivamos, sino que alguna vez podáis descuidaros con dezirnos solamente lo que quisierdes que se escriva, y que nosotros travajemos en hordenarlo para quitaros en algunas cartas del travajo continuo que pasáis » (ibid., p. 65-66).

17 C’est une figure qui est très chère à l’auteur. Il la reprend d’ailleurs dans ses deux autres dialogues en écartant la sagesse que l’on ne peut atteindre sans avoir préalablement parcouru une topographie labyrinthique, mais aussi pour faire le constat de l’égarement des gens (« Coloquio de la honra », dans les Coloquios satíricos, 1553) et dans un incipit très réussi où l’un des interlocuteurs se plaint du fait que dans une conversation entre des hommes « simples et ignorants », ces derniers se moquaient des thèmes que le dialogue allait justement intégrer (Jardín de flores curiosas, 1570). De façon analogue, Alonso de Fuentes, dans sa Suma de filosofía natural, montre comment quelques jours plus tard un dialogue fut reporté à cause du refus de ceux qui, au lieu de « tenter d’apprendre et de connaître un exercice si noble et si grand que celui des lettres », ressentent pour elles « haine et mépris. Et de ce que je viens de dire, il en résulte qu’ils considèrent indigne d’attention tout ce à quoi ils n’adhèrent pas et ce qu’ils ne comprennent pas, mais aussi ceux qui exercent le dialogue, car de leur ignorance naissent une telle affectation et une telle arrogance, car il leur paraît tout à fait évident que toute chose dont leur entendement est dépourvu ne peut être bonne et sans plus de preuve ni d’examen, ils la condamnent et la jugent mauvaise, et celui qui était en train de l’ordonner grâce à son travail et ses veilles est lui aussi châtié. » De cette façon, les conversations entre Vandalio et Etrusco apparaissent comme un antidote face à cette attitude négative (je cite l’édition de Séville, Juan de León, 1547, f° IIIv°-IV). Le genre dialogique se révèle être une magnifique façon pour faire voir le pour et le contre en faisant allusion à des circuits de communication anormaux et en représentant les idéaux qui les corrigent d’une manière instructive pour le lecteur.

18 « Antonio. – Esos vayan adelante con su porfía neçia, y vosotros, pues me hazéis que travaje en enseñaros, travajad también en entenderme y en exerçitar lo que de aquí lleváremos entendido. Josepe. – Así lo haremos, so pena de ser dos vezes neçios : la una en que gastaríamos el tiempo aquí en vano, y la otra que quedaríamos con mayor culpa entendiéndolo y no usando dello » (A. de Torquemada, Manual de escribientes, op. cit., p. 90).

19 « Josepe. – Avéisnos hecho, señor Antonio, tan gran merçed que de aquí adelante, como buenos disçípulos, procuraremos seguir con todo cuidado vuestras reglas y preçetos, y estoy maravillado de que por cosa que tanto va, las gentes se den tan poco que no procuren el remedio (ibid., p. 117).

20 « Luis. – Vos, señor, lo avéis hecho tan bien, y avemos reçibido tan gran merçed que toda nuestra vida nos acordaremos de ella, porque la dotrina que nos avéis dado es de muy gran provecho. Los que no quisieren seguirla, podrán hazer a su voluntad, y nosotros a la nuestra en tenerla delante de nuestros ojos y en la memoria, aviendo de usar este ofiçio » (ibid., p. 260).

21 C’est un mot-clé pour comprendre plusieurs stéréotypes dérivés du dialogue, soit parce que le sujet de la conversation donne particulièrement lieu à controverse, de sorte qu’il est nécessaire de s’écarter dans un lieu sûr (par exemple, dans le Diálogo de las cosas ocurridas en Roma de Alfonso de Valdés), soit parce qu’on ne le considère pas digne de diffusion (avec le jeu presque machiavélique d’une planification de la lecture et de la divulgation de l’instruction dialoguée, qui vont à l’encontre des désirs de l’interlocuteur principal, dans le Diálogo de la lengua de Juan de Valdés).

22 « Petronio. – […] Y todavía quisiera preguntar otras cosillas al propósito, pero habrase de romper la plática por los que vienen ; quedarse ha para otro día, que entre tantos no es ésta cosa que se puede platicar » (P. Mexía, Diálogos, éd. I. Lerner, R. Malpartida, Sevilla, Fundación José Manuel Lara, 2006, p. 211).

23 « Paulo. – Si no me acuerdo mal, señor Petronio, hoy ha ocho días que acaso, como agora, nos juntamos todos tres en este mismo lugar, y el señor Antonino, paseándonos por este campo, nos platicó y dio a entender algunas buenas y sabrosas cosas de la postura de la tierra y agua, y de los otros elementos, de que yo tomé tanto gusto, que no me pesaría agora si él quisiese volver a la plática.
Petronio. – De la boca me lo quitastes, que ya yo quería moverla y pedirle licencia para preguntarle, lo que entonces hiciera si no vinieran los que nos estorbaron.
Antonino. – Hay tan pocos que huelguen de hablar en cosas semejantes ni se trabajen por entenderlas, que no osa hombre tocar en ellas sino preguntado ; pero para hacerlo no es menester licencia, porque ciertamente eso poco que yo entiendo, huelgo de comunicarlo y mostrarlo a todos » (ibid., p. 213-214).

24 L’expression choisie par Rinaldo Rinaldi, « la science légère », s’avère particulièrement significative pour définir le traitement que l’Humanisme réservera à certains sujets scientifiques : « Les studia humanitatis affirment leur nouveauté précisément en se différenciant de la méthode scolastique : l’opposition entre la nouvelle rhétorique et la vieille philosophie (la philosophie spéculative, mais aussi la philosophie naturelle) constitue un filon essentiel de la culture latine du Quattrocento », et dans le cas du dialogue de la Renaissance, nous trouvons « nouveauté et élargissement par rapport aux thèmes traditionnels, mais aussi effet de surprise, obtenu grâce à la simplification vulgarisatrice qui transforme les points techniques en passe-temps léger et mondain ». « La science légère : sujets médicaux dans deux dialogues humanistes », dans P. Guérin (dir.), Le Dialogue ou les enjeux d’un choix d’écriture (pays de langues romanes), actes du colloque international de l’université Rennes 2 (17-18 octobre 2003), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006. Les citations se trouvent aux pages 115 et 129. En ce qui concerne le rapport entre essai et dialogue, cf. la proposition d’A. Rallo qui, en les regroupant avec la lettre et la miscellanée dans l’ensemble de la prose non romanesque du xvie siècle, se réfère à une « première époque de l’essayisme européen » (La prosa didáctica en el siglo XVI, Madrid, Taurus, 1987, p. 17) ; et les précisions de P.J. Chamizo, La doctrina de la verdad en Michel de Montaigne, Málaga, Universidad de Málaga, 1984, p. 13-19 ; P. Aullón de Haro, Teoría del Ensayo como categoría polémica y programática en el marco de un sistema global de géneros, Madrid, Verbum, 1992, p. 117-118 ; M.E. Arenas Cruz, Hacia una teoría general del ensayo : construcción del texto ensayístico, Cuenca, Universidad de Castilla/La Mancha, 1996 ; R. Malpartida Tirado, Aprendices, escépticos y curiosos en el Renacimiento español, Málaga, Universidad de Málaga, p. 307-312.

25 « Valerio. – […] Yo aquí más pretendo guardar orden breve, clara y provechosa, que muy doctrinal y polida, porque el fin es de mi plática enseñaros lo que os cumple y no haceros médicos escholásticos, que sería alargarme más de lo que conviene. »

26 « Antonino. – […] yo no me curaré de opiniones ni alegar autores, sino seguir la común doctrina, principalmente la de Aristóteles ; y también que lo diré lo más en breve que pueda, diciendo no más de lo que me pareciere que conviene para que lo podáis comprehender medianamente, porque para tratar esta materia de fundamento y raíz, sería menester más tiempo y tener otros principios, que no se pueden decir ni saber en un día. »

27 « Paulo. – Así se entiende, que tampoco no queremos nosotros matarnos por saber sutilezas, sino llevar lo que mejor pudiéremos » (P. Mexía, Diálogos, op. cit., p. 216).

28 «Antonio. – […] Nosotros, ya que tratásemos desta materia, no ha de ser tan profundamente, sino por una horden que fácilmente se dexe entender, y que no presuponga tantas partes como se requieren paraser uno buen retórico, que aunque la retórica artifiçial sea dina de estimarse en mucho, la natural es más provechosa, pues se usa della con menos cuidado. Si os contentáis con lo que yo sobre esto podré deziros, no dexaré de tomar el trabajo que me rogáis.»

29 « Luis. – Antes os lo suplicamos, pues es para hazernos a nosotros merçed y tanbién para que vos después podáis reçibir serviçio en poder descuidaros con mandarnos hazer los despachos que se ofreçieren » (A. de Torquemada, Manual de escribientes, op. cit., p. 68).

30 « Picardo. – […] Pena te habrá dado mi tardança, pues veo que me estás esperando con el compás en la mano para començar la traça de las basas. Quiérote dar, primero que comiences, cuenta de lo que me ha sucedido después que salí de mi posada. Como ayer diesses conclusión a la letura de las colunas, en toda esta noche no han gozado mis ojos de sueño, trastornado y rebolviendo en la fantasía todo lo que me has enseñado, y me parece lo tengo bien entendido. Pero por más satisfazerme, quise ver alguna cosa dello, y assí, de camino, me lancé dentro del obrador de Andino, donde vi por experiencia ser verdad todo lo que ayer me dixiste, y entre las colunas que avía quadradas y redondas, vi unas de tan estraña formación que no puede discernir si eran dóricas o jónicas, ni menos tuscánicas. Pregunté cómo se llamavan. Fueme respondido que balaustres. Por tanto, antes que otra cosa digas, ten por bien de platicarme alguna cosilla dellas, pues a mi parecer son otro género de colunas » [D. de Sagredo, Medidas del romano, édition fac-similée, introduction de F. Marías, A. Bustamante, Madrid, Dirección General de Bellas Artes y Archivos, Instituto de Conservación y Restauración de Bienes Culturales/Consejo General de Colegios Oficiales de Aparejadores y Arquitectos Técnicos, 1986, f° bVIIIv°. Cf. J. Ferreras, « Le premier traité d’Architecture en langue vulgaire : le dialogue de Diego de Sagredo : Medidas del romano (1526) », dans M. Roig Miranda (dir.), La transmission du savoir dans l’Europe des XVIe et XVIIe siecles, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 201-217].

31 « Antonino. – Señor, yo no os lo vendo por artículo de fe, ni va nada en que lo creáis o no, pero bien me atrevería a darlo a entender y probarlo de manera que no solamente lo creyésedes, pero que lo entendiésedes. Pero es plática que requiere mucha atención, y el señor Paulo no suele tener tanto reposo que quiera esperar esto. Y también es un poco delicado el negocio, y no es para todos hombres, y por eso será mejor mudar el propósito y hablar en cosa de que todos cuatro gustemos.
Petronio. – Ya veo que decís por mí eso, porque no me podistes hacer entender el otro día que hay hombres en la otra parte de la Tierra derechamente debajo de nosotros. Pues hágoos saber que aunque no sé latín ni entiendo estas cosas, que me holgaré mucho de oír hablar en ellas, y que estaré muy atento, aunque no entienda palabra. Por eso no dejéis por mi causa de hacer placer a estos caballeros, que os entenderán mejor que yo ; que de mí ternéis una cosa buena : que no os porfiaré ni argüiré palabra, porque quedo tan bajo en estas cosas, que aun dudar dellas no sé.
Antonino. – Por cierto yo holgaré de hacerlo, pero como no tenéis, señores, principios de Astrología ni perspectiva que son menester para esto, no sé si lo podré decir de manera que se entienda bien. Mas pues lo mandáis, procuraré de mostrarlo por los más claros términos que pudiere, aunque haya otros másdelicados.
[…]
Petronio. – Pues decí presto eso que falta, que aunque me tenéis por torpe, hágoos saber que lo que se ha dicho tengo entendido.
[…]
Ludovico. – Digo que decís verdad. Y pues yo lo tengo entendido, no cure ninguno de dudar más.
Paulo. – Yo he
estado callando, porque el señor Antonino pensó que no tuviera paciencia para oírlo, pero no lo he dejado de entender tan bien como vosotros. Pero, pues Petronio está hoy tan agudo, bien será que le deis a entender lo que no pudo el otro día, de que hay gentes que habitan en la otra parte de la Tierra debajo desta.
Antonino. – Tan claro es eso como estotro que habemos dicho, sino que él nunca quiso escucharme bien.
Petronio. – Pues agora lo haré : dígalo Vuestra Merced, que por Dios que voy tomando gusto en la plática.
Antonino. – Pláceme por cierto, porque creé que ninguna cosa alegra ni anima más al que enseña, que ver que lo van entendiendo los que lo oyen » (P. Mexía, Diálogos, op. cit., p. 142-148. C’est moi qui souligne).

32 « Silvano. – Siempre salís vos, señor Solino, con esos alivios que podríamos llamar estorbos más que entretenimientos. Proseguid vos, señor Montano, no se nos venga la hora del comer, que según es goloso el señor Solino, en llegando, no habrá quien le haga aguardar más razones. Solino. – Sabed, señor, aunque escucho de mala gana lo que me enseñan, tengo un no sé qué de ligereza en la aprehensiva, que nada que oiga se me va de cuenta ; y así, aun con todos esos inconvinientes, sé mil cosillas, que tengo el seso lleno de mil baratijas.
Silvano. – No sé yo cómo no estando atento podéis saber mucho : ¿ vos habéis leído el libro que hizo de Razón de estudiar Joachimo Forcio ? Solino. – Sí debo de haber ; pero decí ese punto que lleváis enhilado, siquiera por que le oiga Montano.
Silvano. – Dice que hay tres maneras de estudiantes : unos que oyen y estudian lo que les enseñan de buena gana, y otros pierden la comida por estudiar y no tienen cuenta con hora de comer ni cenar por no levantarse de la leción ; otros que van fuera de sus tierras peregrinando por saber. De los primeros dicen que sabrán poco, de los segundos que sabrán algo más, y los terceros que serán notables en sus oficios.
Solino. – A mí podéis poner antes de los primeros, en otro lugar, si lo hay, porque no sólo no peregrinaré por saber, mas ni dejaré la comida ni escucharé con atención.
Silvano. – Así sabréis menos que poco, si puede ser cosa menos » (L. Barahona de Soto, Diálogos de la montería, introducción de J. Lara Garrido, Archidona, ADR/Nororma, 2002, p. 38-39).

33 « Petronio. – Yo me doy por contento y bien respondido, y creo la postura de los cuatro elementos. Y no creáis que dudaba tanto cuanto os dije, que por sacaros a lo que habéis tratado lo hice » (P. Mexía, Diálogos, op. cit., p. 211. C’est moi qui souligne).

34 « Solino. – Yo os restituyo, señor Silvano, de vuestra primera honra ; y para satisfacella más, holgaré de contarme en el número de los cazadores porque lo tengo por ejercicio loable y digno de que los hombres de valor se ejerciten en él. Y para deciros la verdad, yo siempre tuve a Montano, como lo tendré, por hombre legítimamente ocupado y que, si entendiera que este entretenimiento no era tal que sin derogar su valor lo pudiera usar, no tratara de él ; mas he holgado de irle contradiciendo por sacar de él lo que nos ha mostrado estos días. Veisle viene, y debe de traer voluntad de cumplirnos la promesa, y será bien que le roguemos que instruya primero un nuevo cazador para que yo pueda, después de saber los preceptos que nos ha dicho, entender lo que me conviene hacer para salir perfecto en esta arte.
Montano. – Así es menester que, pues que nos queda tan poco que tratar, estéis apercibidos aguardándome por que demos fin a esta materia y tratemos de otra con que podamos ser todos a veces discípulos y maestros, que yo cansado estoy de ser siempre el que enseña, aunque con tales discípulos como yo he tenido estos días, bien puedo decir que he aprendido tanto como he enseñado » (L. Barahona de Soto, Diálogos de la montería, op. cit., p. 454-455). Cette lassitude à laquelle Montano fait allusion peut aussi être perçue dans les récriminations de Filatetes dans Juan de Pineda, Diálogos familiares de la agricultura cristiana [Salamanque, 1589], éd. J. Meseguer Fernández, 5 vol., Madrid, Atlas, 1963-1964 : « Depuis quelques jours, vous devez m’aimer comme une bête qui ne vous appartient pas, au vu de la charge que vous m’attribuez ou, depuis quelques repas, comme une simple bouchée de pain ; or, vous devriez remarquer que le prix du repas ne doit pas être payé par un seul, et il en va de même pour celui de la conversation. En effet, d’après le nom de conversation qui signifie convenance commune, vous devriez tous venir avec vos denrées ou vos symboles plutôt que d’attribuer toute la charge à un seul » (vol. I, p. 39).

Autor

Université de Málaga

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540