Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

A. Vues d’ensemble

Dialogue renaissant et styles conversationnels. Une périodisation

Ruxandra Vulcan

Texte intégral

  • 1 M. Fumaroli, Trois institutions littéraires, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1992, « La (...)
  • 2 N. Elias, La civilisation des mœurs, trad. P. Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1973.
  • 3 Cicéron, Orator, trad. A. Yon, Paris, Les Belles Lettres, 1964.
  • 4 Voir, entre autres, E. Kushner, Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, c (...)

1Interroger le topos de la conversation constitutive du dialogue, c’est avec Marc Fumaroli, songer à l’empire européen que se conquiert ce nouveau genre au bel esprit « bien français1 ». Cette institution quasi nationale et internationale connaît cependant un essor à la Renaissance plus « meslé » ; loin d’être une naissance, il s’agit d’abord d’une resurgence antique, une renovatio pour un avènement moderne ; ensuite, comme son nom l’indique, c’est un italianisme cicéronien, en général, puis courtisan (dès 1537), donc une greffe sur une tradition française réfractaire (conversation signifiant mauvaises fréquentations, au Moyen Âge). C’est dire l’innovation que représente ce fait de société qui relève de la civilisation des mœurs et qui devient progressivement un genre littéraire à part entière2. Au cours du siècle, l’émergence d’une nouvelle sociabilité crée un langage conversationel qui puise dans l’Orator de Cicéron les moyens stylistiques de l’elocutio, à chaque fois renouvelés selon les milieux concernés3. Pour le dialogue littéraire4, la conversation est source de mimesis, non pas unitaire, mais fortement diversifiée dans le temps, selon les goûts oratoires et selon les savoirs, la religion, la philosophie et l’histoire. La première période, l’âge de la dispute scolastique, ne connaît pas de conversation ; c’est sur sa ruine que naît le dialogue, selon l’hypothèse qui s’est développée en trois temps – en termes montaigniens – : d’abord dans le commerce avec Dieu, puis dans le commerce avec les hommes et enfin dans le commerce avec les femmes avant qu’il ne soit général.

2L’Aetas ciceroniana, généralement en plein essor, puisqu’elle voit la production des Colloquia familiaria érasmiens, ne semble pas toucher les débuts de la Renaissance, en ce qui concerne le genre du dialogue en langue française (leur influence sera postérieure et inspirera le dialogue protestant). La première production conversationnelle n’est pas philosophique, mais bien religieuse. Ce qui mérite d’être mis en évidence, c’est le mouvement de laïcisation entre les premiers dialogues consolatoires de François Le Roy, de la réforme de Fontevrault, et le Dialogue en forme de vision nocturne de Marguerite de Navarre, sorte de manifeste évangélique – d’ailleurs interdit. En effet, alors que les premiers se déroulent dans un milieu monastique et reflètent la crise spirituelle de la fin du XVe siècle, celui de la duchesse l’inscrit dans le milieu royal et donne une gravité majestueuse que les premiers, empreints de suavité spirituelle, ne connaissent pas. Sous l’influence de l’évangélisme, le commerce avec Dieu trouve des accents plus familiers, avant que ne se dessine la crise de l’humanisme chrétien à la suite du Ciceronianus d’Érasme, d’ailleurs annonciatrice de la rupture confessionnelle prochaine. C’est à cette charnière que se trouve le Cymbalum mundi, qui donne un ton primesautier à la question du logos christique, ton en vogue à la cour des Valois ; la grâce, la subtilité fine et les tours spirituels animent la conversation mondaine entre dieux, hommes et animaux. Cette manière désinvolte de parler religion est bien un happax dans l’histoire du dialogue, car dès l’affaire des Placards, un nouveau style conversationnel naît : celui de la Réforme qui puise dans les colloques chrétiens que souhaitait Érasme, dans la Paraclesis au Nouveau Testament, le langage courant, le naturel et la verve humoristique, ainsi que dans la rhétorique de Melanchthon, le sérieux didascalique (Elementa rhetorices des 1530). Pierre Viret, la « bouche diserte » de la 1re réforme de la langue française, en est le promoteur, en grand vulgarisateur. (ses premiers textes de piété, imitant le Catéchisme de Luther, comprennent d’abord des Expos fam (sur le Credo, les Dix Commandements, l’Oraison dominicale), puis des dialogues plus polémiques (Disput chrest) ou plus humanistes, tels que les Dialogues du désordre ou les Dial contre le salut des hommes, entre autres. Tous ces dialogues s’inscrivent dans le commerce avec les hommes, de même que les dialogues rabelaisiens. Le ton viril prévaut dans la miscellanée de dialogues de la geste pantagruéline ; celui-ci fera d’ailleurs école jusqu’aux Dialogues non moins profitables que facetieux de Jacques Tahureau ou même au Moyen de Parvenir de Béroalde de Verville.

3La jeune diplomatie française, dont François Ier était très fier, cultive ce même ton viril, mais dans un style royal sans truculence, d’inspiration budéenne, élégante et grave (Guy Breslay).

  • 5 T. Sebillet, Art poétique françois, dans Traités de poétique et de rhétorique, F. Goyet (dir.), Par (...)
  • 6 M. Fumaroli, La diplomatie de l’esprit. De Montaigne à La Fontaine, Paris, Gallimard, coll. « Tel » (...)
  • 7 B. Castiglione, Le Livre du courtisan, éd. et trad. A. Pons, Paris, Flammarion, 1991.

4Une première conclusion s’impose : au cours de la laïcisation des savoirs et de l’introduction des studia humanitatis, la conversation sert à gérer harmonieusement les nouvelles relations sociales ; d’ailleurs Thomas Sebillet se réfère au « style prosomilitique, c’est-à-dire confabulatoire » bien reçu dans le dialogue5. En fait, la diplomatie de l’esprit6 se manifeste de manière de plus en plus étendue dans des domaines inattendus, qui deviennent l’apanage d’académies, que ce soit celle de Lausanne pour la théologie protestante ou celle de Lyon pour la chirurgie. Le cicéronianisme ouvre des voies nouvelles à l’entregent que l’apport du Livre du courtisan modifie à la cour de François Ier7, dans un esprit autre qu’à la cour de son successeur sur le trône, Henri II. L’humour badin du livre II, à la mode sous le règne juvénile de François Ier, s’efface au profit de la formation élégante du courtisan et d’une conversation harmonieuse avec les gentilshommes et les dames, que développent les deux autres livres de ce nouveau bréviaire du monde.

  • 8 Ibid., p. 233.
  • 9 A. Tuccaro, de l’Abruzzo, du royaume de Naples, Trois dialogues de l’exercice de sauter, et voltige (...)
  • 10 T. Arbeau (pseudonyme de Jean Taboureau et Jean Vostet), Orchésographie, Langres, J. des Preys, 158 (...)

5La nouveauté inaugurale de cette deuxième période d’essor de la conversation, dans les dialogues français, c’est la promotion de la femme régnante. Jusqu’alors sans poids dans le premier humanisme civil, la dame de cour contribue par sa grâce à l’accomplissement du courtisan8. C’est elle qui se trouve au centre de la Cour, c’est elle qui médiatise les diverses subjectivités en jeu. Le nouvel art de plaire qu’exigent les dames est aussi une formation d’élite, car elle comporte tout ensemble une maîtrise de la parole, de l’âme et du corps et un polissage des mœurs. Les arts, la musique, la peinture, la sculpture, la danse, la poésie chantée possèdent des vertus éducatives à la même mesure que la voltige9, les arts martiaux ou la gymnastique dans la palestre et surtout la danse10. Cette nouvelle actualisation du Livre du courtisan signifie un véritable tournant vers un humanisme esthétisant.

  • 11 Le Philologue d’honneur de Claude de Cuzzi, Paris, Charles l’Angelier, 1537. Cuzzi était secrétaire (...)
  • 12 Pietro Bembo publie les Asolani en 1505 (trad. J. Martin, Paris, N. Chrestien, 1555).
  • 13 C. de Taillemont, Discours des champs faez, à l’honneur et exaltation de l’amour et des dames, J.-C (...)
  • 14 F. d’Ambroise, Dialogues et devis des damoiselles, Paris, Vincent Norment, 1581 ; M. de Romieu, Ins (...)
  • 15 Marguerite de Navarre, Heptaméron, Paris, Sedes, 1991.

6Un dialogue littéraire, contemporain du Cymbalum mundi, le Philologue d’honneur de Claude de Cuzzi, en 153711, donne une première expression à cet humanisme, d’inspiration ficinienne. Dans ces dialogues à cornice, à la manière de Bembo12, les danses (pavanes et gaillardes), la musique instrumentale illustrent la vie de cour raffinée des Bourbons ; durant les diverses journées, la conversation est aussi ornée de multiples chansons et de dizains, faisant écho aux nuances des sentiments. Cette prose poétique donne un delectare à la conversation, tenue dans un style moyen. Le naturel a fui les échanges, aucune trace de sprezzatura ni d’ironie, mais d’artificialité syntaxique à cause du nombre oratoire allant jusqu’à la pompe. C’est moins le cas des Discours des champs faez de Claude de Taillemont qui privilégie la suavité fluide, musicale et ornée13. Le dialogue pédagogique féminin suit également cette manière (les Dialogues et devis des damoiselles de François d’Amboise, de 158114). Dans cette mouvance, l’Heptaméron de 1557 fait contraste, car l’évangélisme ne s’allie pas au platonisme de cour, bien que l’art de la « négligente diligence » et la variété des conversations traduise l’esprit de cour des Valois15.

  • 16 L. Le Caron, Dialogues, J.A. Buhlmann, D. Gilman (dir.), Genève, Droz, 1986, p. 64-65. Pontus de Ty (...)
  • 17 J. Yver, Le Printemps d’Yver, Paris, Jehan Ruelle, 1572 (rééd. Genève, Slatkine, 1970) ; N. de Chol (...)
  • 18 Id., Des médecins et de la médecine, dans les Serées, 1584.

7La Pléiade marque le tournant vers le dialogue philosophique savant. Dans ce nouveau style conversationnel d’art, le sermo facetus s’efface au profit du projet encyclopédique, et de la recherche d’élégance et de gravité. La nouvelle sociabilité réunit la jeune République des lettres qui s’affiche par les propres noms de ses membres, à la différence de anthroponymes grecs « unanismistes » des dialogues d’amour. La langue des civilités de ce groupe s’éloigne du naturel gracieux au profit d’une langue savante « diserte et exquise » (Louis Le Caron), capable d’exprimer le sublime philosophique16 (Pontus de Tyard). De fait, l’esprit d’enquête renaissant qui anime les cénacles ou les académies fait vraiment partie de ce processus des mœurs, dans lequel l’amour civilisateur engage une nouvelle sociabilité, plus raffinée, de l’honnêteté et de la courtoisie ; cet esprit s’étend des poètes, aux orateurs et juristes des Parlements, puis également aux médecins jusque dans les cabinets d’études et à toute la société, par osmose des milieux. En effet, la sociabilité s’élargit, par la suite, à la bourgeoisie selon une nouvelle politia literaria, une « bonne société17 », dont la conversation mondaine se reflète dans les Serées de Guillaume Bouchet18 ou bien dans les Matinées du Seigneur de Cholières ; les propos sont néanmoins très libres.

  • 19 J. Jehasse, La Renaissance de la critique. L’essor de l’humanisme érudit de 1560 à 1614, Paris, Hon (...)
  • 20 P. Viret, Instruction chrestienne, Genève, Jean Rivery, 1564.
  • 21 K.-H. Drochner, « Darstellung einiger Grundzüge des literarischen Werks von Pierre de La Primaudaye (...)
  • 22 F.C. Prieur (natif de Laval au Mayne, refrere mineur de l’observance), Dialogue de la lycanthropie (...)

8Dès 1560, le nouveau style savant s’impose, c’est celui de la Critique19. En effet, le legs antique étant recouvré par tous les efforts des humanistes, la recherche encyclopédique adopte un style sobre, dans un langage technique – dépourvu de toute rhétorique des citations ; la philologie érasmienne serait à l’origine de cette évolution plus générale vers une langue des sciences, sans art. Cette affirmation se vérifie de manière sensible dans l’œuvre de Pierre Viret, en particulier dans l’Instruction chrestienne20, dont les qualités sont tant appréciées par Pierre de la Primaudaye qu’il la plagie dans ses Académies21 (1581). C’est aussi le cas du Dialogue de lycanthropie de Claude Prieur, des Dialogues de la pluralité des religions de Laurent Pollot et du Colloquium Heptaplomeres de Jean Bodin22.

  • 23 F. Béroalde de Verville, Deux dialogues, l’un de l’honneste amour, l’autre de la bonne grace, Paris (...)
  • 24 Antoine d’Urfé, L’Honneur, premier dialogue de Polémophile. La Vaillance, second dialogue du Polemo (...)
  • 25 F. Béroalde de Verville, Moyen de parvenir, transcription par H. Moreau et A. Tournon, avec la coll (...)

9Plus tard, le dialogue philosophique, dégagé de toute affabulation romanesque, recherche la perfection abstraite (dans les dialogues de François Béroalde de Verville sur « l’honneste amour » et « la bonne grace », de 160223, et même le furor platonicien (dans ceux d’Antoine d’Urfé sur l’honneur et la vaillance24) ; le Moyen de parvenir du premier auteur en présente l’envers satirique25.

  • 26 En creux se dessine l’éradication du ficinisme par la Contre-Réforme (voir E. Garin, Scienza e vita (...)
  • 27 Anonyme, attribué à François Cromé, Dialogue d’entre Maheustre et le Manant, s.l.n.d. (rééd. Paris, (...)

10Ensuite, le dialogue historique présente une dernière interprétation de l’Orator cicéronien : toutes grâces et toutes facéties ont disparu au profit du tour énergique et de la justesse entre les mots et les choses, l’historien étant l’anti-figure du courtisan26. Clio, la dernière Muse, préfère la vérité de l’histoire, dans toute sa crudité et son dénuement à l’élégance, au raffinement, à la politesse ou à l’encyclopédie dans le Dialogue d’entre Maheustre et le Manant (s.l.n.d.), anonyme, attribué à François Cromé, le Miroir des François, 1581, le Réveille-matin des François et de leurs voisins. Composé par Eusebe Philadelphe, pseudonyme de Théodore de Bèze, 1574 et le Dialogue du François et du Savoisien René de Lucinge, 159327.

  • 28 Montaigne, Essais, I, XXVI, p. 171-172a. Dans l’édition en « Pochotèque » dirigée par J. Céard, Par (...)

11Les historiographes cultivent la langue d’usage et même le sermo des satiriques, proche du parler montaignien « simple et naïf », « un parler succulent et nerveux », « non pedantesque, non fratesque, non plaideresque, mais plustost soldatesque, comme Suétone28 » (I 26). D’ailleurs, la brièveté véhémente sénéquienne va de pair avec l’urgence de la situation.

  • 29 P. Doré, Dialogue de justification chrestienne entre nostre saulveur Jesus et la Samaritaine, Paris (...)

12Enfin, une resurgence du dialogue religieux et doux – apparemment de tradition catholique –, le Dialogue de justification chrestienne entre nostre saulveur Jesus et la Samaritaine, de 1554, annonce « l’entretien dévot » de François de Sales29.

  • 30 Le chevalier de Méré, Conversations, Paris, Stock, 1929.
  • 31 B. Beugnot, L’entretien au XVIIe siècle, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 1971.

13Le tournant du XVIIe siècle se pose en termes de continuité et de redistribution des divers styles. La stupéfaction est grande de constater que la conversation de l’honnête homme ne naît pas dans le prolongement direct du XVIe siècle, ni la conversation galante d’ailleurs. Quant à celle-ci, la Contre-Réforme ayant étouffé le néo-platonisme, il s’agit bien plutôt d’une resurgence, adaptée à la nouvelle langue de la cour, à laquelle s’accommode aussi la conversation de l’honnête homme ; cette dernière reste cependant dans la continuité de la conversation animée de la société polie, mais sujette à un « redressement attique » vers la clarté et la justesse (le chevalier de Méré30) – comme le dialogue d’ailleurs, vers l’entretien du XVIIe siècle31. Enfin, la conversation savante, en accentuant le mouvement initié par la Critique, se distingue des mondanités, mais pour d’autres raisons, car le naturel du « grand monde » ne tolère plus aucun pédantisme des gens de lettres ; néanmoins, la conversation savante connaîtra une autre resurgence brillante au XVIIIe siècle, après une relative éclipse durant le Grand Siècle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sources

Arbeau T. (pseudonyme de Jean Taboureau et Jean Vostet), Orchésographie, Langres, J. des Preys, 1588 (Langres, D. Guéniot, 1988).

Ambroise F. d’, Dialogues et devis des damoiselles, Paris, Vincent Norment, 1581.

Barnaud N., Le Miroir des François, le tout mis en Dialogues par Nicolas De Montand, s.l., s.n., 1581.

Bembo P., Asolani, 1505, trad. J. Martin, Paris, N. Chrestien, 1555.

Bodin J., Colloque entre sept savans qui sont de differens sentimens es secrets cachez des choses relevees, traduction anonyme du Colloquium Heptaplomeres de Jean Bodin, F. Berriot (dir.), Genève, Droz, 1984.

Bouchet G., Les Serées, éd. C.E. Roybet, Paris, Lemerre, 1881 (rééd. Genève, Slatkine, 1969).

Des médecins et de la médecine, dans les Serées, 1584.

Castiglione B., Le Livre du courtisan, éd. et trad. A. Pons, Paris, Flammarion, 1991.

Cholières N. de, Neuf Matinées, Paris, J. Richer, 1585.

Cholières N. de, Apres Dinees, Paris, J. Richer, s.d.

Cicéron, Orator, trad. A. Yon, Paris, Les Belles Lettres, 1964.

Anonyme, attribué à François Cromé, Dialogue d’entre Maheustre et le Manant, s.l.n.d. (rééd. Paris, EDHIS, 1977).

Cuzzi C. de, Philologue d’honneur, Paris, Charles l’Angelier, 1537.

Doré P., Dialogue de justification chrestienne entre nostre saulveur Jesus et la Samaritaine, Paris, Jehan Ruelle, 1554.

Le Caron L., Dialogues, J.A. Buhlmann, D. Gilman (dir.), Genève, Droz, 1986.

Lucinge R. de, Dialogue du François et du Savoisien [1593], A. Dufour (dir.), Genève/Paris, Droz/Minard, 1961.

Méré, le chevalier de, Conversations, Paris, Stock, 1929.

Moyen de parvenir, transcription par H. Moreau et A. Tournon, avec la collaboration de J.-L. Ristori, Paris, Honoré Champion, 2004.

Navarre M. de, Heptaméron, Paris, Sedes, 1991.

Pollot L., Dialogues contre la pluralité des religions et l’athéisme, La Rochelle, Jerôme Haultin, 1595.

Prieur F. Claude (natif de Laval au Mayne, refrere mineur de l’observance), Dialogue de la lycanthropie ou transformation d’hommes en loups, Louvain, Jehan Maes et Philippe Zangre, 1596.

Réveille-matin des François et de leurs voisins. Composé par Eusebe Philadelphe, fac-similé de l’édition d’Édimbourg, Jaques James, 1574 (Strasbourg, Bernard Jobin, 1574).

Romieu M. de, Instruction pour les jeunes dames, par la mère et la fille d’alliance, Paris, Jean Dieppi, 1597.

Sales F. de, Œuvres complètes, Bar-le-Duc, Contand-Laguerre, 1896.

Sebillet T., Art poétique françois, dans Traités de poétique et de rhétorique, F. Goyet (dir.), Paris, Librairie générale française, 1990.

Taillemont C. de, Discours des champs faez, à l’honneur et exaltation de l’amour et des dames, J.-C. Arnould (dir.), Genève, Droz, 1991.

Tuccaro A. Sr., de l’Abruzzo, du royaume de Naples, Trois dialogues de l’exercice de sauter, et voltiger en l’air, dédié au roi. Avec les figures qui servent à la parfaite démonstration et intelligence dudict Art, Paris, Claude de Monstr’oeil, 1599 (dédicace au roi, Charles IX).

Tyard P. de, Discours philosophiques, Paris, Abel l’Angelier, 1587.

Urfé A. d’, L’Honneur, premier dialogue de Polémophile. La Vaillance, second dialogue du Polémophile, Lyon, Jacques Roussin, 1602 (approbation déjà en 1592).

Béroalde de Verville F., Deux dialogues, l’un de l’honneste amour, l’autre de la bonne grace, Paris, Galiot Corrozet, 1602.

Yver J., Le Printemps d’Yver, Paris, Jehan Ruelle, 1572 (rééd. Genève, Slatkine, 1970).

Viret P., Instruction chrestienne, Genève, Jean Rivery, 1564.

Critique

Beugnot B., L’entretien au XVIIe siècle, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 1971.

La diplomatie de l’esprit. De Montaigne à La Fontaine, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2001.

Drochner K.-H., « Darstellung einiger Grundzüge des literarischen Werks von Pierre de La Primaudaye », Berlin, Ernst-Reuter-Gesellschaft, 1960.

Elias N., La civilisation des mœurs, trad. P. Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

Fumaroli M., Trois institutions littéraires, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1992, « La conversation ».

Garin E., Scienza e vita civile nel Rinascimento italiano, Bari, Editori Laterza, 1965.

Jehasse J., La Renaissance de la critique. L’essor de l’humanisme érudit de 1560 à 1614, Paris, Honoré Champion, 2002.

Kushner E., Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, coll. « Cahiers d’Humanisme et Renaissance », vol. 67, 2004.

Notes

1 M. Fumaroli, Trois institutions littéraires, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1992, « La conversation ».

2 N. Elias, La civilisation des mœurs, trad. P. Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

3 Cicéron, Orator, trad. A. Yon, Paris, Les Belles Lettres, 1964.

4 Voir, entre autres, E. Kushner, Le dialogue à la Renaissance. Histoire et poétique, Genève, Droz, coll. « Cahiers d’Humanisme et Renaissance », vol. 67, 2004.

5 T. Sebillet, Art poétique françois, dans Traités de poétique et de rhétorique, F. Goyet (dir.), Paris, Librairie générale française, 1990, p. 129.

6 M. Fumaroli, La diplomatie de l’esprit. De Montaigne à La Fontaine, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2001.

7 B. Castiglione, Le Livre du courtisan, éd. et trad. A. Pons, Paris, Flammarion, 1991.

8 Ibid., p. 233.

9 A. Tuccaro, de l’Abruzzo, du royaume de Naples, Trois dialogues de l’exercice de sauter, et voltiger en l’air, dédié au roi. Avec les figures qui servent à la parfaite démonstration et intelligence dudict Art, Paris, Claude de Monstr’œil, 1599 (dédicace au roi, Charles IX).

10 T. Arbeau (pseudonyme de Jean Taboureau et Jean Vostet), Orchésographie, Langres, J. des Preys, 1588 (Langres, D. Guéniot, 1988).

11 Le Philologue d’honneur de Claude de Cuzzi, Paris, Charles l’Angelier, 1537. Cuzzi était secrétaire du cardinal, il traduit plusieurs discours de Cicéron, en collaboration avec Anthoine Macault, traducteur des Apophtegmes d’Érasme et d’Homère ainsi que Estienne Le Blanc, conseiller du roi (Oraisons, Paris, 1541).

12 Pietro Bembo publie les Asolani en 1505 (trad. J. Martin, Paris, N. Chrestien, 1555).

13 C. de Taillemont, Discours des champs faez, à l’honneur et exaltation de l’amour et des dames, J.-C. Arnould (dir.), Genève, Droz, 1991.

14 F. d’Ambroise, Dialogues et devis des damoiselles, Paris, Vincent Norment, 1581 ; M. de Romieu, Instruction pour les jeunes dames, par la mère et la fille d’alliance, Paris, Jean Dieppi, 1597. Voir C. la Charité, « Du Dialogo de la bella creanza de la donne (1539) d’Alessandro Piccolomini à l’Instruction pour les jeunes dames (1572) de Marie de Romieu ou quand le paradoxe fait l’opinion », Revue de l’histoire des religions, 53, 2003, p. 103-113.

15 Marguerite de Navarre, Heptaméron, Paris, Sedes, 1991.

16 L. Le Caron, Dialogues, J.A. Buhlmann, D. Gilman (dir.), Genève, Droz, 1986, p. 64-65. Pontus de Tyard, Discours philosophiques, Paris, Abel l’Angelier, 1587.

17 J. Yver, Le Printemps d’Yver, Paris, Jehan Ruelle, 1572 (rééd. Genève, Slatkine, 1970) ; N. de Cholières, Neuf Matinées, Paris, J. Richer, 1585, et Apres Dinees, Paris, J. Richer, s.d. ; G. Bouchet, Les Serées, éd. C.E. Roybet, Paris, Lemerre, 1881 (rééd. Genève, Slatkine, 1969).

18 Id., Des médecins et de la médecine, dans les Serées, 1584.

19 J. Jehasse, La Renaissance de la critique. L’essor de l’humanisme érudit de 1560 à 1614, Paris, Honoré Champion, 2002.

20 P. Viret, Instruction chrestienne, Genève, Jean Rivery, 1564.

21 K.-H. Drochner, « Darstellung einiger Grundzüge des literarischen Werks von Pierre de La Primaudaye », Berlin, Ernst-Reuter-Gesellschaft, 1960.

22 F.C. Prieur (natif de Laval au Mayne, refrere mineur de l’observance), Dialogue de la lycanthropie ou transformation d’hommes en loups, Louvain, Jehan Maes et Philippe Zangre, 1596 ; L. Pollot, Dialogues contre la pluralité des religions et l’athéisme, La Rochelle, Jerôme Haultin, 1595 ; J. Bodin, Colloque entre sept savans qui sont de differens sentimens es secrets cachez des choses relevees, traduction anonyme du Colloquium Heptaplomeres de Jean Bodin, F. Berriot (dir.), Genève, Droz, 1984.

23 F. Béroalde de Verville, Deux dialogues, l’un de l’honneste amour, l’autre de la bonne grace, Paris, Galiot Corrozet, 1602.

24 Antoine d’Urfé, L’Honneur, premier dialogue de Polémophile. La Vaillance, second dialogue du Polemophile, Lyon, Jacques Roussin, 1602 (approbation déjà en 1592).

25 F. Béroalde de Verville, Moyen de parvenir, transcription par H. Moreau et A. Tournon, avec la collaboration de J.-L. Ristori, Paris, Honoré Champion, 2004.

26 En creux se dessine l’éradication du ficinisme par la Contre-Réforme (voir E. Garin, Scienza e vita civile nel Rinascimento italiano, Bari, Editori Laterza, 1965, p. 129).

27 Anonyme, attribué à François Cromé, Dialogue d’entre Maheustre et le Manant, s.l.n.d. (rééd. Paris, EDHIS, 1977). N. Barnaud, le Miroir des François, le tout mis en Dialogues par Nicolas De Montand, s.l., s.n., 1581. Id., Réveille-matin des François et de leurs voisins. Composé par Eusebe Philadelphe, fac-similé de l’édition d’Édimbourg, Jacques James, 1574 [Strasbourg, Bernard Jobin, 1574]. René de Lucinge, Dialogue du François et du Savoisien [1593], A. Dufour (dir.), Genève/Paris, Droz/Minard, 1961.

28 Montaigne, Essais, I, XXVI, p. 171-172a. Dans l’édition en « Pochotèque » dirigée par J. Céard, Paris, Librairie générale française, 2001, la citation se trouve en I, XXV, p. 265.

29 P. Doré, Dialogue de justification chrestienne entre nostre saulveur Jesus et la Samaritaine, Paris, Jehan Ruelle, 1554 ; François de Sales, Œuvres complètes, Bar-le-Duc, Contand-Laguerre, 1896.

30 Le chevalier de Méré, Conversations, Paris, Stock, 1929.

31 B. Beugnot, L’entretien au XVIIe siècle, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 1971.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540