Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les États du dialogue à l’âge de l’humanisme

 | 
Emmanuel Buron
, 
Philippe Guérin
, 
Claire Lesage

A. Vues d’ensemble

Les défenseurs espagnols du vulgaire en dialogue1

Ana Vian Herrero

Texte intégral

  • 1 Travail réalisé dans le cadre du projet IDEAPROMYR (HUM2006-07936) du ministère espagnol de l’Éduca (...)

1La plupart des auteurs espagnols du XVe au XVIIe siècle connaissaient relativement bien le latin, mais préféraient écrire leurs dialogues en langue vulgaire. Les motifs de ce choix et les pratiques linguistiques et littéraires sur lesquelles ils s’appuient sont généralement expliqués dans les paratextes qui justifient leurs ouvrages ou à des endroits précis de leur argumentation interne. Cette communication s’occupe des différents problèmes que posent ces défenseurs espagnols du vulgaire : si l’expansion du vernaculaire face au latin explique une partie du problème, il est nécessaire d’explorer d’autres domaines bien plus complexes : objectifs politiques, sociaux et éducatifs, mieux connus ; mais surtout objectifs esthétiques du point de vue du genre lui-même, qui sont les moins analysés. En ce sens, les réflexions et pratiques en tous genres sont fréquentes : définition du statut du récepteur, exercice des concepts d’imitation, de vraisemblance ou de decorum dans l’expression des interlocuteurs, fixation de la norme linguistique, fusion volontaire d’univers linguistiques et de codes différents, théories du style et un nombre infini de facteurs qui donnent l’idée d’une pratique recherchée et bien pensée.

2Il sera impossible d’entrer ici à fond dans l’analyse d’œuvres concrètes, ce qui fait que j’accorderai ma préférence à l’étude des paratextes, où les auteurs donnent quelques indications claires sur leurs objectifs.

L’EXPANSION DE LA LANGUE VULGAIRE

  • 2 D. Ynduráin, « La invención de una lengua clásica (literatura vulgar y Renacimiento en España) », E (...)

3La consolidation d’un corpus monumental en prose castillane au début du XIIIe siècle favorise, au cours de la seconde moitié du XVe, l’installation définitive du castillan face au latin. Asensio et Ynduráin ont fixé ce point d’inflexion pour la littérature avant Nebrija. Le processus d’unification linguistique est en marche dans la péninsule ibérique sans qu’il y ait besoin d’importer la stimulation d’Italie : les circonstances l’exigent2. La construction centralisée de l’État moderne, la remarquable position géopolitique de la monarchie hispanique et son expansion en Afrique et en Amérique, qui en faisaient la remplaçante de l’Empire romain d’après la théorie, toujours en vigueur, du translatio imperii (« transfert des empires »), sont déterminantes pour forger la langue et la littérature castillanes aux dépens du latin.

  • 3 D. Ynduráin, Humanismo y Renacimiento…, op. cit., p. 14 et 16, n. 4, 18-20, 22-26 et 31-32.

4La formation classique reste essentielle pour expliquer la naissance de nombreuses œuvres, mais pas pour élucider le domaine de la réception, où le lecteur crée du sens. À cet égard, les déclarations d’auteurs du XVe siècle, qui vont au-delà de la défense déjà connue du castillan liée à des objectifs politiques, sont importantes pour insister sur d’autres aspects : pouvoir déficient du latin dans certains cas, inutilité de son pouvoir dans d’autres, avancée irrésistible du castillan parlé à la Cour (par rapport également aux autres langues péninsulaires), réserve croissante des imprimeurs à éditer en latin, nouvelle théorie de la traduction, nouvelle conscience d’originalité en raison de l’introduction dans la langue vulgaire des héritages classiques et bibliques comme nouvelle voie d’accès à la latinité3, etc.

5Les auteurs de dialogues et d’autres genres écrivent leurs ouvrages en latin et les traduisent ensuite pour qu’ils soient connus par une majorité, commentant les problèmes spécifiques aux deux versions. Bien que la latinité reste un point de référence (plus dans le contenu que dans la forme), les écrivains ne considèrent pas leur œuvre comme une production dégradée des Anciens, mais croient réaliser une activité louable et inédite : dépouiller la langue vulgaire de sa rudesse, en l’élevant à la perfection des langues classiques pour la rendre capable d’exprimer des nuances et des catégories esthétiques dans des domaines sérieux. Dès lors, se généralisent les déclarations d’auteurs défenseurs d’une langue accessible à tous, qui ne se limite pas aux cercles des lettrés pour lesquels il est plus commode de copier à la main un manuscrit latin que de l’imprimer. Grâce à une inévitable pression dérivée de la lecture, affleure aussi parmi les auteurs de dialogues en langue vulgaire le concept de fierté de l’originalité personnelle.

  • 4 Ibid., p. 31.
  • 5 F. Miranda Villafañe, Diálogos de phantástica philosophía, de los tres en un compuesto, y de las Le (...)

6La principale nouveauté est que ces textes ne sont plus écrits pour le Roi, mais « pour un récepteur collectif4 ». Bien que tardif (1582), le meilleur témoignage que j’ai de l’appel à un lecteur solitaire et inconnu, dans un dialogue, est celui de l’épître « Au lecteur candide et avisé » de Miranda Villafañe dans ses Diálogos de Phantástica philosophía5.

  • 6 D. Ynduráin, Humanismo y Renacimiento…, op. cit., p. 34.
  • 7 J. de Valdés, Diálogo de la lengua, J.M. Lope Blanch (dir.), Madrid, Castalia, 1985, p. 41.

7Cette conscience d’originalité littéraire et de pensée trahit une communauté plus éloignée de la tradition classique que ne l’est la communauté italienne des lettrés, une communauté rompant davantage avec certaines des conventions classiques. En somme, la généralisation de la langue vulgaire dans la seconde moitié du XVe siècle ne repose pas seulement sur des causes administratives ; elle repose aussi sur des raisons formelles, expressives, plastiques ou artistiques6, qui sont celles qui ici nous intéressent. C’est un peu ce que dut entrevoir Castiglione lorsque, des années plus tard, il proclamait que l’idéal du parfait courtisan était de savoir parler castillan ; ou Juan de Valdés, lorsqu’il fait dire au Coriolano de son Diálogo de la lengua que les courtisans italiens parlent le castillan comme indice d’élégance et de politesse7.

  • 8 R.L. Kagan, Universidad y sociedad…, op. cit., p. 76, 79-80, 83-84 et passim.

8La réticence dédaigneuse de la noblesse à l’égard de la culture latine jusqu’au début du XVe siècle est une autre affaire, encore plus complexe, que je laisse à présent de côté8.

OBJECTIFS DÉCLARÉS ET PRATIQUES EFFECTIVES DES AUTEURS DE DIALOGUES

  • 9 Pour J. Ferreras (Los diálogos humanísticos del siglo xvi en lengua castellana, Murcia, Universidad (...)

9Les buts varient d’un auteur à un autre. La justification du choix en raison de la nature plus accessible de la langue vernaculaire est très étendue, liée ou pas à des objectifs politiques, sociaux ou éducatifs9. La casuistique se déploie depuis ceux qui adoptent une position défensive, neutralisant d’éventuelles critiques pour avoir abandonné les langues savantes, jusqu’à ceux qui le font convaincus du devoir de magnificence de la langue maternelle et des virtualités expressives du castillan, ce qui est plus fréquent à mesure que le temps passe. Il est difficile d’isoler chaque argument car habituellement chaque déclaration en renferme plusieurs. Toutefois, je tâcherai de sélectionner, par ordre de progression, les opinions les plus significatives par rapport à l’objectif ici visé.

  • 10 R. de Santaella, Tratado de la inmortalidad del ánima, Séville, Ladislao Polono y Jacobo Cromberger (...)
  • 11 F. López de Villalobos, Trasunto de un diálogo entre un Grande y el Doctor Villalobos, C. Baranda ( (...)

10Rodrigo de Santaella représente bien la première position justificatrice, dans son Tratado de la inmortalidad del ánima (1503). Il ressent le besoin d’accréditer l’emploi de la langue vulgaire avec l’aide d’autorités illustres pour rappeler, en des termes analogues à ceux employés par García de Santa María ou Nebrija, que c’est ce que firent d’autres peuples avec leurs langues naturelles respectives10. Pour sa part, le docteur Villalobos représente, à une date précoce (ca. 1498/1543), la seconde position, celle de ceux qui découvrent un plus grand potentiel expressif dans la langue maternelle : dans sa « Lettre du… Seigneur don Alonso de Fonseca, archevêque de Santiago, au docteur Villalobos » et sa « Réponse du docteur », qui opèrent comme paratextes du Diálogo con un Grande de España, il associe langue castillane et dialogue pour garantir la réception comique du texte. Il s’agit de rappeler la distance qui existe entre le parlé et l’écrit, en particulier en matière de moqueries11.

11Les deux positions, nuancées en une grande abondance d’arguments, vont proliférer au fil des années.

  • 12 « […] en lengua vulgar, por que todos lo gozasen en común. » C. de Villalón, Ingeniosa comparación (...)
  • 13 « […] hablen muy llano como usa el común. » A. Vian Herrero, « El Scholástico de Cristóbal de Villa (...)
  • 14 C. de Villalón, El Scholástico, J.M. Martínez Torrejón (éd.), Barcelona, Crítica, 1997, prologue de (...)

12Les auteurs religieux constituent un groupe relativement compact d’écrivains partisans de la langue vulgaire justifiée par le besoin de s’adresser au plus grand nombre. C. de Villalón (1539) choisit d’écrire son Ingeniosa comparación en vulgaire pour garantir le plaisir de tous12, et plusieurs années après (ca. 1556), il insiste de nouveau lorsqu’il refond son Scholástico. Même si Villalón maîtrise le latin et malgré sa défense enflammée des études des auteurs grecs et latins, c’est sûrement l’amour de sa langue castillane, ainsi que l’objectif réformateur, qui l’incite à écrire ce livre en langue vernaculaire, pour que ses étudiants de Salamanque « parlent tout simplement13 ». Mais comme il le déclare dans la première rédaction de l’ouvrage, la langue maternelle est déjà plus souple et compréhensible pour tous, y compris pour lui-même, et il en profite pour souligner des motifs plus expressifs14.

  • 15 J. de Tolosa, Aranjuez del alma, Saragosse, Lorenzo de Robles y Diego de Robles, 1589, prologue.
  • 16 Id., Diálogos de la conquista del reino de Dios, A. González Palencia (dir.), Madrid, Biblioteca Se (...)

13Le but récréatif d’écrire en dialogue peut aussi être lié à la défense de la langue vulgaire, plus qu’à la vulgarisation, comme le fait Fray Juan de Tolosa dans son Aranjuez del alma15. Le témoignage même très tardif du prologue de Fray Juan de los Ángeles dans ses Diálogos de la conquista del reino de Dios (1595) en est une preuve16.

  • 17 Il avoue écrire « mas por mi recreación y por probar la mano en este género de escriptura » ; mais (...)

14Pendant un temps, le problème tient encore à un jugement de valeur : il y a des sujets dont il ne semble pas licite de parler en vernaculaire. Pedro Mexía (1547) le ressent encore ainsi, bien que pour lui, le genre choisi soit plutôt un défi créatif personnel17.

  • 18 L. de León, De los nombres de Cristo, J. San José Lera (éd.), Barcelona, Centro para la Edición de (...)
  • 19 Ibid., p. 331-332.

15Fray Luis de León (1583) se montre encore troublé dans la dédicace à D. Pedro de Portocarrero qui précède le livre III de De los nombres de Cristo : sa matière, la théologie, exigeait pour quelques-uns un long, profond et dur traité en latin18. Cependant, les grands savants s’exprimèrent de façon savante et avec pertinence dans leur langue maternelle19.

  • 20 J. Ferreras, Los diálogos humanísticos…, op. cit., p. 442-443.
  • 21 F. Miranda Villafañe, Diálogos de phantástica philosophía…, op. cit., f° 36v° ; « Y culpa es de los (...)
  • 22 Ibid., fos 37v°-38r°.

16À partir du XVe siècle, et jusqu’au XVIIe, cet argument revient chez les auteurs qui revendiquent l’utilisation de la langue vulgaire pour parler de thèmes sérieux. Les Grecs et les Romains exprimèrent dans leurs langues maternelles respectives l’excellence de leurs pensées. Toutefois, tous ne l’assument pas du même point de vue, et en matière de jugement de valeur, le problème de la comparaison des disciplines où le vulgaire est licite n’est pas sans importance. Par exemple, Miranda Villafañe (1582) défend le latin pour l’expression conceptuelle des gens de lettres20. Ce sont les arrogants qui soutiennent le contraire, car à son avis ce sont les sciences et non les langues qui font les hommes savants ; c’est ce que firent les Romains en traduisant les Grecs, à la différence des Castillans, qui méprisent leur langue21. L’âme interlocutrice parsème sa réflexion d’arguments stylistiques et politiques22.

17La traduction se limite pour Miranda aux sciences, non aux Saintes Écritures, que ne doivent étudier que les « saints hommes à la foi prouvée » (« varones aprobados en la fe », p. 41), comme boucliers protecteurs de l’hérésie. Par conséquent, deux stricts contemporains comme Fray Luis et Miranda défendent la langue vulgaire, mais Fray Luis étend son emploi à la théologie alors que Miranda le limite aux autres sciences. On ne peut qualifier ni d’identique, ni d’équivalente, cette attitude en pleine Contre-Réforme.

  • 23 P. de Navarra y Labrit, Diálogo de los grados de perfeción que ha de tener el cortesano eclesiástic (...)

18Mais pour certains, l’orgueil linguistique rivalise non seulement avec les langues savantes mais aussi avec d’autres langues modernes. C’est de la sorte que le conçoit Pedro de Navarra y Labrit dans la lettre à Don Georges d’Armagnac de son Dialogue des degrés de perfection, où il dit prétendre ajouter l’excellence de la langue espagnole à celles, savantes ou modernes, dans lesquelles se sont exprimés les disciples de son dédicataire23.

19Certains témoignages présentent un autre intérêt, où l’on détecte une préoccupation pour définir le statut de l’auditoire et construire la langue en fonction de celui-ci. Ceci implique la conscience que le récepteur in absentia exerce un contrôle permanent sur le discours de l’émetteur.

  • 24 « Va la epístola dedicatoria en latín, porque el señor Arçobispo a quien la obra va dirigida no sab (...)
  • 25 Ibid., p. 391.
  • 26 Ibid., p. 402.

20Bernardo Pérez de Chinchón (1535) différencie clairement les destinataires et agit en conséquence : il dédie son œuvre à Érard de La Marck, archevêque de Valence de 1520 à 1538, l’un des nombreux prélats non résidents de l’époque24. Son but est d’écrire dans la seule langue que peuvent comprendre les morisques et la population chrétienne qui peut parler avec eux, outre qu’il affirme se sentir plus à l’aise en s’exprimant en langue vernaculaire25. Il insiste sur ce point de nouveau dans le prologue au lecteur, déjà rédigé en castillan26.

  • 27 N. Monardes, Diálogo llamado Pharmacodilosis, N. Baranda (éd.), N. Baranda et B. Gutierrez-Colomer (...)
  • 28 B. Montaña de Monserrate, Libro de anothomía del hombre [Valladolid, Sebastián Martínez, 1551], G. (...)
  • 29 B. de Escalante, Diálogos de arte militar, Séville, Andrea Pescioni, 1583, prologue ; voir J. Ferre (...)

21Mais il n’est pas nécessaire que le récepteur soit illettré. Monardes abandonne aussi le latin pour le castillan en pensant aux professionnels de la santé dans son Diálogo llamado Pharmacodilosis o declaración medicinal (153627), but que corrobore, avec d’autres nuances, Bernardino Montaña de Monserrate (155128). Et l’on constate cela jusqu’à une date tardive du XVIe siècle, en pensant toujours à des publics spécifiques. Par exemple, les simples soldats qui dictent le récit en castillan des Diálogos de arte militar de Bernardino de Escalante (158329).

  • 30 Pour les défenseurs de la langue vulgaire, non seulement dans le dialogue, voir surtout J.F. Pérez (...)
  • 31 C’est ainsi que l’exprime le personnage de l’Italien Marcio à plusieurs reprises, porte-parole de l (...)
  • 32 De « los que se precian scribir bien » (J. de Valdés, Diálogo de la lengua, op. cit., p. 78) ou « l (...)

22Les arguments des auteurs conduisent, dans plusieurs cas, à la théorisation de la dignité de la langue30. Le Diálogo de la lengua de Juan de Valdés (1535) est le texte le plus connu et étudié des dialogues hispaniques dont la préoccupation est la qualité de la langue. C’est logique. Je n’insiste donc pas sur cet aspect bien connu. L’association du thème (perfectionnement de la langue maternelle), du genre et du style choisis m’intéresse plus car elle pose certaines des questions les plus intéressantes du sujet ici abordé, en prenant par ailleurs de la distance par rapport à Nebrija qui se trouve immergé dans les problèmes de la défense du vulgaire31. Valdés théorisera l’origine et l’expansion du castillan (un castillan déjà consolidé et transnational, dont la norme courtisane est fondée sur la langue de Tolède), et passera en revue des questions d’orthographe, de prosodie et de prononciation, de grammaire, de lexique, de syntaxe, de style et de création littéraire ; le tout depuis la représentation agréable d’une conversation familière, en insistant à tout moment sur le caractère parlé de cette rencontre, ce qui va de pair avec sa défense de la notion d’usage, alliée à celle d’autorité32. Concernant ce dernier aspect, Valdés est plus proche de Nebrija qu’il ne le pense.

  • 33 J. de Valdés, Diálogo de la lengua, op. cit., p. 154, 158.
  • 34 H. Gauger, « “Escrivo como hablo”. Oralidad en lo escrito », T. Kostchi, W. Oesterreicher, K. Zimme (...)
  • 35 M. Marzano, « Le forme del Dialogo de la lengua di J. de Valdés », SLSp, 1968-1970, p. 25-58 ; J.B. (...)
  • 36 J. de Valdés, Diálogo de la lengua, op. cit., respectivement p. 39 et 41-42.
  • 37 Ibid., p. 184.
  • 38 I. Lerner, « El discurso literario del Diálogo de la lengua de Juan de Valdés », Actas del VIII con (...)
  • 39 Ibid., p. 146; A. Vian Herrero, « La mimesis conversacional… », art. cit., p. 65-79.
  • 40 J. de Valdés, Diálogo de la lengua, op. cit., p. 43, 45, 59, 77, etc.
  • 41 « Por un proceso de filtración se convierte lo supuestamente hablado en escrito, y lo escrito conse (...)
  • 42 J. Ferreras, Los diálogos humanísticos…, op. cit., p. 441-444, étend le même idéal stylistique aux (...)

23De là dérivent une série de corollaires, qu’il faut comprendre comme des exemples de sa démonstration : défendre la clarté, la transparence, la spontanéité et la sélection des principes exposés dans certains paragraphes mémorables toujours cités33. Grâce à une belle imitation d’une conversation, c’est un exemple inégalable de la capacité artistique de cette langue vulgaire, aussi bien littéraire qu’orale (mimétique), car le « j’écris comme je parle » n’est qu’une convention rhétorique de plus parmi les nombreuses conventions sous-jacentes au texte34 ouvrant la voie au code de la spontanéité, de la sprezzatura. Ce code entraîne avec lui les proverbes, dictons, mots piquants, mots d’esprit qui surgissent dans une amicale conversation de courtisans dictée par le decorum, par le respect de la fonction argumentative et les caractéristiques singulières de chacun, hommes inégalement cultivés et experts hétérogènes de la langue dans laquelle est tenue la conversation, mais qui savent savourer la littérature castillane du moment. Le plus important est peut-être que le dialogue se présente comme se construisant face au lecteur, ce qui, grâce à l’argutie du scribe bilingue caché, qui ne parle pas mais prend note des positionnements de Valdés – également bilingue – sans que celui-ci le sache, va permettre la naissance du texte que nous lisons35. Comme ressource dramatique non seulement il apporte de la vraisemblance à la relation entre la rencontre orale prétendument survenue et le texte écrit, mais il octroie aussi au lecteur une place sur la scène : celle de témoin de tout ce qui s’y passe, mieux informé même que l’auto-ironique maître du dialogue (Valdés-personnage). Toutefois, le texte final nous épargne des questions non écrites mais prononcées oralement entre les personnes impliquées (une conversation matinale non textualisée ; les lettres envoyées par Valdés et commentées par ses amis36), et présente l’ouvrage en parfait castillan « bien qu’eux [les interlocuteurs italophones] aient parlé en italien37 ». Ce produit final est œuvre de l’auteur, pas du scribe Aurelio. La ressource consistant à confronter le texte fermé et figé par rapport au texte oral, éphémère et ouvert, se faisant écho à lui-même, implique que le discours s’auto-questionne38, et que, chez Valdés, la tentation d’entrer dans la matière de la langue de façon normative et grammaticale n’a pas primé, mais que c’est la conscience artistique de rendre possible le traitement du sujet avec une ambition littéraire qui a dominé39. Il fait dire à plusieurs reprises à son auto-ironique personnage que les délicatesses et finesses du vulgaire (« punticos y primorcicos de lengua vulgar ») sont matière d’opinion et non de dogme40. C’est pourquoi il accompagne sa défense théorique et pratique du castillan d’un certain discours mis en dialogue, où l’utilisation des ressources rhétoriques produit un effet conversationnel crédible, de « spontanéité » et de « sélection ». La conversation est ainsi revêtue d’un caractère littéraire puisque lui sont appliqués les mêmes principes stylistiques que ceux défendus dans le texte, position qui l’associe à la rhétorique éclectique des anti-cicéroniens comme Érasme41. D’autres auteurs de dialogues défendent au XVIe siècle les notions d’usage et de spontanéité, majoritaires chez les auteurs surtout sous Charles Quint42. Toutefois, il est douteux qu’ils les aient héritées de lui, car il n’est pas certain que le texte de Valdés ait été diffusé en Espagne, et parce que son œuvre avait un lecteur potentiel plus italien – ou Espagnol résidant en Italie – que castillan.

  • 43 P. de Navarra, Diálogos de la preparación de la muerte, J.L. Ocasar Ariza (éd.), dans Diálogos espa (...)
  • 44 P. de Navarra, Diálogos de la diferencia del hablar al escrevir, A. Vian Herrero (éd.), dans Diálog (...)
  • 45 P. de Navarra, Diálogos de la diferencia…, op. cit., p. 869.
  • 46 Ibid., p. 872.
  • 47 Cf. A. Vian Herrero, « La ficción conversacional… », art. cit., p. 174-175.
  • 48 P. de Navarra, Diálogos de la diferencia…, op. cit., p. 877-878.
  • 49 Ibid., p. 875-878.
  • 50 Ibid., p. 875 et 877, n. 22 et 31.
  • 51 Ibid., p. 879.
  • 52 P. Cátedra, introduction citée, p. 56-57.

24Un nouveau point d’intérêt émane de la plume de Pedro de Navarra : c’est l’un des auteurs qui formule le plus clairement la relation entre les dialogues et la rencontre vivante que, prétendument, ceux-ci transcrivent ou imitent, c’est-à-dire le lien étroit que le genre a entretenu au fil de l’histoire avec les formes de l’enseignement oral. Il le fait dans ses Diálogos de la preparación de la muerte, où en plus de nous léguer une liste de participants à l’académie de Hernán Cortés, il affirme que la plupart de leurs conversations sont une reproduction de ces discussions académiques43. Cette affirmation fournit une orientation concernant sa théorie de l’écriture dialogique. Dans ses Diálogos de la diferencia que hay del escrebir al hablar il considère la « matière aussi nouvelle que curieuse44 », bien qu’il inclue des concepts traditionels de diverses rhétoriques et poétiques de l’époque : le langage, don divin qui distingue les humains, relie les organes de phonation à la pensée, mais c’est un don qui s’apprend ; l’effet est que les hommes se comprennent en formant dans leur esprit des concepts « comme dans la musique d’orgue45 ». Face aux analogies musicales, l’écriture suggère déjà des images picturales qui se rapprochent de nouveau du concept d’imitation – ou de « peinture parlante » que postule Speroni46. La perpétuité et la fixité différencient l’écrit du parlé, et cela modifie les formes de perception, le rythme de pensée et le système de langue, introduisant des distinctions d’une grande utilité pour les auteurs de dialogues, dont les interlocuteurs ne « parlent » pas mais « imitent » une conversation47. Cela n’implique pas que parler soit plus facile qu’écrire, mais l’écriture permet de corriger les défauts, de communiquer à travers le temps, et c’est le choix préféré du sage48. Les règles que dictent Bastardo et le Duc pour bien parler et écrire résument en substance les théories sans maître chez les rhétoriciens de la Renaissance qui s’inspirent de Quintilien et de l’Orator cicéronien49 ; mais Navarra, par le biais de Bastardo, défend l’éclectisme stylistique, la « prudente liberté » sans se borner à un modèle unique50, dans lequel on peut observer la réserve face aux excès des cicéroniens. Quoi qu’il en soit, les deux personnages considèrent que la difficulté de l’écriture est si manifeste qu’ils concluent, ironiquement par un anti-climax, qu’il vaut mieux ne pas écrire, que cela est plus sûr51. La censure postridentine est la toile de fond qui perturbe Pedro de Navarra, par ailleurs fortement contre-réformiste et anti-luthérien52.

  • 53 Bien qu’il y ait des nuances entre chacun des théoriciens, tous insistent sur le besoin de vraisemb (...)

25Les derniers exemples (Juan de Valdés, Pedro de Navarra) nous ont éloignés du cadre strictement linguistique pour nous situer déjà dans le littéraire et le stylistique. Les paratextes offrent occasionnellement des indices de la réflexion linguistique des auteurs traduite en comportements littéraires concrets, aspects qui coïncident généralement avec ce que, pour leur part, ont développé les théoriciens du dialogue53. Les commentaires sur le style apparaissent au moment de l’anticipation du sujet ou de la justification de la matière.

  • 54 F. López de Villalobos, Libro de los problemas, f° AII.
  • 55 Glose au dialogue De las fiebres interpoladas, C. Baranda (éd.), dans Diálogos españoles del Renaci (...)

26Le précoce Doctor Villalobos, dans la dédicace à l’infant don Luis de Portugal de l’ensemble des ouvrages qui composent son Libro de los Problemas, définit le style souhaité pour ses dialogues en l’ajustant à sa désinvolture naturelle54. Le style simple n’empêche pas d’aspirer à la fixation de la norme linguistique – « la habla del arte » –, loin, dans ce cas, du castillan arabisé de Tolède, et donc de la Cour, qu’apprécie en revanche Valdés. Et c’est ce qu’il dit dans la glose du dialogue « De las fiebres interpoladas55 ».

  • 56 P. de Mercado, Diálogos de philosophía natural y moral, C. Sainz de la Maza (dir.), C. Baranda, C. (...)

27Pedro de Mercado, dans la dédicace à l’archevêque de Grenade, Don Pedro Guerrero, de ses Diálogos de Philosophía natural y moral (1558), n’est plus soucieux de justifier l’abandon de la langue savante, mais de souligner l’originalité de la façon de parler de ces sujets en castillan. Le plus significatif, à mon sens, est qu’il associe la notion de langue vulgaire à d’autres notions, comme le besoin de savoir philosophique, commun à d’autres langues, le genre de divertissement et le « style moyen56 ».

  • 57 « Pues a este propósito me vinieron a la memoria unos razonamientos que, en los años pasados, tres (...)
  • 58 « Pues lo que en ello se platicó entonces, recorriendo yo la memoria dello después, casi en la mism (...)
  • 59 Ibid., p. 329-334.

28Fray Luis de León a recours dans De los nombres de Cristo au souvenir d’une rencontre importante qui, dans ce cas, est archivé dans sa mémoire57. Le procédé renvoie à la fiction du Banquet de Platon, quoique de manière simplifiée, en rendant au moins vraisemblable la chaîne complexe des transmetteurs oraux de la mémoire d’Apollodore58. L’ensemble de la dédicace du livre III de De los nombres de Cristo est consacré à la défense enflammée de la langue vulgaire comme langue savante, et on y trouve les célèbres passages sur la culture du « nombre » du vernaculaire et sur la méditation linguistique indispensable pour qu’elle égale les meilleures langues59. De plusieurs passages l’on déduit que Fray Luis considère comme essentielle la forme dialoguée en raison de la nature de l’ouvrage ; à l’argument d’autorité (la culture d’auteurs éminents païens et profanes), il ajoute le désir d’associer le langage conversationnel, l’imitation vraisemblable et les ressources de l’art littéraire, ce qui fait du dialogue l’instrument parfait pour élever la dignité de la langue vulgaire.

  • 60 « Pero cuando aquí no guardamos tanta orden, importa poco, pues nunca en las conversaciones se trat (...)
  • 61 P. Guérin, « Préméditation et improvisation : un modèle anomique de la disputatio », dans F. Furlan (...)

29Le Diálogo de la discreción de Damasio de Frías (1579), probablement celui des dialogues hispaniques qui est le plus riche en réflexions sur l’art de converser, explique son désir mimétique d’une conversation familière60. C’est un cliché que les personnages de dialogue se réfèrent à leur ratio loquendi comme à un acte uniquement soumis à l’ordre des souvenirs et à l’association d’idées, interrompus aléatoirement par un autre locuteur, brisant la divisio obligatoire qui marque généralement la fin du pacte argumentatif initial. C’est une forme de captatio benevolentiae tirée du De inventione de Cicéron, et l’insistance systématique est le meilleur symptôme du choix de la stylisation d’une écriture plus naturelle ou erratique61.

  • 62 A. López de Vega, Heráclito y Demócrito, Madrid, 1641, « Al lector ». L’atmosphère incite à ces idé (...)

30Même très tard, on rencontre l’idée que la forme dialogique est optimale pour la discussion familière sur des thèmes philosophiques, chez un auteur que l’on peut considérer comme faisant la transition vers les points de vue du XVIIIe siècle. Dans le Heráclito y Demócrito (1641) d’Antonio Lopes da Veiga, portugais, écrivant en espagnol, on trouve une belle explication, « Au lecteur », en faveur du style mixte62.

  • 63 D. Núñez Alba, Diálogos de la vida del soldado, Salamanca, Andrea de Portonariis, 1552 (BNE, R/3577 (...)
  • 64 F. Miranda Villafañe, Diálogos de phantástica philosophía…, op. cit., fos 2v°-3v°. Pour d’autres as (...)

31De façon générale, les auteurs considèrent comme obligatoire la conformité entre thème, personnages et expression des idées, en employant des arguments structurels avant la lettre. Diego Núñez Alba montre sa préoccupation quant à l’harmonie entre le style et la matière63. Pour sa part, Miranda Villafañe, dans l’« argument de l’ouvrage », présente le genre, les personnages et ce qui maintenant m’importe le plus, l’adaptation entre les interlocuteurs et la forme stylistique64. Ses propos nous renseignent sur la conception que Miranda possède de ce qu’est la formation d’un apprenti qualifié de son temps, tel l’artisan Bernaldo, et la culture du personnage justifie le style employé, par le recours à la notion de decorum.

  • 65 J. de Pineda, Diálogos familiares de la agricultura cristiana [Salamanque, 1589], J. Meseguer Ferná (...)
  • 66 Ibid., p. 4-5.
  • 67 Ibid., p. 5.

32Un des auteurs religieux les plus représentatifs de la virtuosité idiomatique, le partisan et le pratiquant le plus décidé de la fiction, Fray Juan de Pineda (1589), explique quelles sont les règles du dialogue familier et de la bonne conversation65. Outre la distinction entre le dialogue et le traité, il s’efforce de présenter ses dialogues familiers comme « historiques » dans la plus pure tradition de la conception cicéronienne de l’histoire66. Il éclaire aussi abondamment les licences fictionnelles de l’énonciateur67 et présente et décrit dans le détail les traits principaux des quatre interlocuteurs, parfaitement modelés comme des figures argumentatives et comme des êtres de parole.

  • 68 L. López Grigera, La retórica en la España del Siglo de Oro, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1 (...)

33Dans la mesure où le langage est, au moins depuis Wittgenstein, un instrument permettant d’exprimer la réalité, à travers l’analyse de la langue chez un locuteur donné on pourrait arriver à connaître sa vision du monde. L’analyse des nuances dans l’emploi de la langue de chaque interlocuteur d’un dialogue écrit conduit toujours à des formes différentes de raisonnement – parfois aussi de langage – et par conséquent, littérairement, à des caractères distincts. Dans la combinaison de la théorie du decorum avec celle des trois styles, on peut différencier chaque interlocuteur par une façon de parler – si l’auteur suit la théorie des trois styles classiques et croit aux hiérarchies sociales –, ou bien unifier les locuteurs du dialogue dans un même style mixte, ou dans une pluralité de styles – si l’auteur tend aux théories rhétoriques gréco-byzantines qui vont de Hermogène à Trapezuntius68, et ne les adapte pas à une catégorie sociale dérivée du decorum. Les textes et leur analyse profonde sont, à cet égard, les seuls éléments sûrs pour l’étude des formes stylistiques du dialogue, domaine qui peut réserver quelques surprises.

  • 69 Voir, par exemple, J. de Lucena, Libro de vita beata, édition d’O. Perotti sous le titre Libro de v (...)
  • 70 La seule exception parmi les humanistes de la Curie de la première moitié du XVe siècle est Leon Ba (...)
  • 71 Ibid., p. 80. Pour P. Guérin « [Alberti] tente de greffer sur ce compromis d’art oratoire et de dis (...)

34Le meilleur et le plus précoce des exemples est le Libro de vita beata de Juan de Lucena (1463). Tous les personnages ne s’expriment pas de la même façon et pourtant l’auteur a composé l’œuvre en se fondant sur une théorie expressive unitaire consciemment élaborée. En différenciant les modes d’élocution des interlocuteurs et en les mettant en relation avec les techniques argumentatives, on découvre que la réaction contre la prose excessivement latinisée de l’époque, le refus de l’affectation que proclame un certain humanisme laïc professionnel, apparaît déjà dans ce Libro de Lucena, et non pas, comme on le pensait, dans son Epístola exhortatoria a las letras, postérieure69. Si l’analyse de chaque forme élocutive, avec ses nuances individuelles, s’imbrique dans celle des fonctions que remplit chaque interlocuteur (et qui isolent Mena du reste des personnages du dialogue), on observera que le résultat est, finalement, très éloigné du style pompeux et solennel des disputes philosophiques et des écrivains pédants, mais aussi éloigné des formes populaires grossières ou même excessivement pittoresques, extrêmes, qui commencent à intéresser tout autant les premiers humanistes. Lucena est déjà, à bien des égards, plus proche de Nebrija que de Mena. On entrevoit ici la « spontanéité » et la « sélection » de la période de Charles Quint. Et peut-être le plus significatif est-il qu’à la différence des humanistes que Lucena connaissait à Naples, il écrit son Libro en vulgaire, dans la langue vivante, ce qui témoigne non seulement d’un désir évident d’accroître son public, mais aussi d’une intention de préserver, mieux qu’eux, le rapport entre mot écrit et oral qui fait du dialogue une forme d’expression vivante70. Comme L.B. Alberti, il pratique l’idéal du ragionamento domestico, en recherchant un point intermédiaire stylistique, méthodologique et social entre l’apprentissage classique et les réalités de la langue contemporaine71.

  • 72 Viaje de Turquía, F. García Salinero (éd.), Madrid, Cátedra, 1980 (rééd. 1985).

35Quelque chose de non similaire mais d’analogue se produit avec le langage des interlocuteurs du Viaje de Turquía (ca. 1557) cent ans plus tard72. Les ressources mimétiques abondent dans cet ouvrage comme dans peu de dialogues de la Renaissance et atteignent une intensité et un traitement artistiques uniquement comparables à ceux de certaines des œuvres maîtresses de l’histoire du dialogue. La caractérisation des interlocuteurs, le registre de langue choisi, les annotations et les apartés, les techniques argumentatives, l’humour, sont d’une richesse inépuisable.

  • 73 Ibid., p. 106-108 ; la citation se trouve à la page 107.

36La langue de l’ensemble de l’ouvrage est un élément comique en consonance avec la nature des interlocuteurs aux accents folkloriques et populaires, avec l’intention satirique de l’auteur et avec la nature non spéculative du sujet, soumis au traitement rhétorique d’une conversation familière entre de vieux amis espiègles. L’utilisation d’expressions parlées contribue au decorum et à la vraisemblance des personnages, mais Pedro de Urdemalas possède un grand avantage car c’est lui qui parle le plus. N’en sont pas exclues l’anacoluthe, les phrases inachevéees ou les interruptions propres à la conversation orale, de sorte que la discussion est rendue plus crédible. Insultes, vérités dites involontairement, serments, malédictions, gros mots, figures rhétoriques au traitement comique, mélange de langage parlé et de latin ecclésiastique… Le comique des personnages et des situations est important, mais le comique verbal, celui qui produit l’humour rien qu’avec des éléments linguistiques et fait du livre aussi un ouvrage de facéties et de moqueries, est irremplaçable. Pedro prodigue dans toute la discussion les éclaircissements linguistiques et étymologiques ; l’utilisation de termes dans d’autres langues, qu’il traduit toujours, contribue au decorum et à la vraisemblance. Le texte montre un grand effort rhétorique et stylistique d’ensemble malgré les déclarations de fausse modestie du prologue, mais de nombreuses nuances affleurent dans l’expression de chaque personnage, issues de la projection du point de vue de l’auteur sur chacun d’eux. Face à un Pedro de Urdemalas et un Mátalascallando plus idiomatiques, plus naturels, plus critiques et plus ironiques, qui cultivent le « troisième style » avec une fraîcheur, une perspicacité, un humour et une simplicité de registre inégalables, Juan de Voto a Dios fait montre de sa pédanterie comme faux prédicateur. Bien que ses interventions conservent également un ton de conversation, il est le moins idiomatique dans sa langue ; il mélange assez fréquemment langue parlée et latin ecclésiastique, et il le fait en faisant semblant d’entendre ce qu’il ne comprend pas ; son registre dénote plus clairement son côté hypocrite et trompeur ; dès le début de l’ouvrage, son ignorance linguistique apparaît lorsque, face au grec d’Urdemalas, il utilise une langue inintelligible que Mata qualifie de « negresco73 ». L’auteur du Viaje critique, à de nombreuses reprises, la formation universitaire dispensée en Espagne, notamment dans les langues classiques, et Juan est un bon représentant de la langue « negresque ».

37Les opinions concernant le style dialogique revêtent un intérêt particulier lorsque s’y mêlent les problèmes de bilinguisme, lorsqu’il y a fusion d’univers linguistiques distincts et différence de codes linguistiques. Nous l’avions déjà remarqué à propos du Diálogo de la lengua de Juan de Valdés et c’est aussi le cas du Viaje de Turquía. Mais il y a d’autres exemples encore tout aussi intéressants.

  • 74 J. Gómez, El diálogo en el Renacimiento español, Madrid, Cátedra, 1988, p. 15 et passim, et Id., El (...)
  • 75 J.L. Ocasar Ariza, introduction à son édition de J. de Arce de Otálora, Coloquios de Palatino y Pin (...)
  • 76 « El escrúpulo que vuestra merced tiene si fue bien que algunas cosas fuesen en latín siendo el lib (...)

38Bien qu’il existe une quantité estimable de dialogues de la Renaissance écrits en latin, ou qui mélangent les deux langues74, il n’est pas habituel de rencontrer une réflexion aussi tranchante et littéraire que celle que présente Arce de Otálora. Celui-ci perçoit avec clarté que la défense de la langue vernaculaire comme moyen d’expression est devenue un cliché. Il combine admirablement le style élevé d’un spécialiste de droit civil et de droit canon de Salamanque avec le troisième style, familier et frais, quoique codifié, de deux étudiants en vacances. La fréquence avec laquelle sont cités des passages en latin – surtout –, mais aussi en portugais et en italien, indique que Juan de Arce de Otálora a défini à l’avance son « auditoire », un lecteur certainement minoritaire qu’il décrit comme érudit et lettré. Le latin comme langue de culture, complémentaire de la langue vulgaire, fait du mélange un élément de decorum stylistique car les interlocuteurs, qui s’expriment en castillan et en latin, sont de fait bilingues75. Le soi-disant ami qui a écrit la « Lettre » qui sert de second prologue est celui qui s’exprime dans les termes les plus exacts76.

  • 77 Ibid., p. 16-19.
  • 78 « Agrádame estrañamente el estilo, que en todo el libro se guarda tan igual y semejante a sí mismo (...)

39Arce se présente à nous comme l’un des plus illustres théoriciens du decorum : la formule d’imitation qu’il choisit pour ses dialogues lie style rhétorique, genre littéraire mimétique, autorités et auditoire – ou destinataire – du texte77. Le fait que son inquiétude en la matière soit perceptible est prouvé par la deuxième et définitive consolidation de ses thèses, par le biais d’un ami feint, par lequel il les fait prononcer dans un second prélude78. Le castillan entremêlé de latin indique un univers à la culture élevée, bien sûr, mais aussi, en même temps, des marques d’identité d’auteur, un moyen de choisir le récepteur et d’établir avec lui un argument de communion, à savoir l’appartenance à un cercle culturel restreint. Mais les critères qui ont mené Arce à établir un style unitaire ne sont pas seulement des critères rhétoriques et d’autorité, ni – bien qu’ils soient importants – uniquement ceux de l’auteur (la « volonté de style »). Ce sont les critères mimétiques et de genre qui à présent nous intéressent le plus pour le sujet ici considéré : l’adaptation crédible à la langue de deux étudiants qui ont en leur pouvoir les marques d’une tradition littéraire que le dialogue doit refléter, et qui les conduit à s’exprimer avec autant d’érudition et de connaissances que de désinvolture et de moquerie, lors de leurs vacances. Palatino et Pinciano héritent des traits de leur koiné littéraire.

  • 79 A. Vian Herrero, « Los personajes de los diálogos y su forma expresiva : la voz de las retóricas áu (...)

40Nous avons vu que la combinaison des styles et des registres est habituelle dans les dialogues, soit en différenciant les interlocuteurs les uns des autres eu égard à leur façon de parler, soit en répartissant la multiplicité des registres et des styles entre tous les personnages, avec une intention différente selon les modèles. Chaque partie du dialogue exige, en outre, un style différent en fonction de la situation communicative et argumentative, d’après Le Tasse et dans la pratique de la plupart des auteurs79.

  • 80 Érasme, Vivès, Budé, Luisa Sigea et d’autres grands humanistes latins de l’époque, installèrent la (...)
  • 81 La situation contenue dans la note qui précède n’affecte pas le but de quelqu’un qui écrit en langu (...)

41La cohabitation de différents univers linguistiques est un procédé cher aux humanistes qui pose des problèmes spécifiques80, comme celui que nous venons de voir. Mais parfois, s’il n’y a pas d’explications dans les préambules, il y a des pratiques définies : c’est le cas de Pedro de Quiroga dans ses Coloquios de la verdad (ca. 1569), conversations écrites pour faire un diagnostic des difficultés survenant dans la conversion des indiens du Pérou au christianisme et sans indications de style dans son épître initiale81. Seule l’analyse interne nous révèle que la variété idiomatique, le trilinguisme du texte (castillan, quechua et latin), cimente avec fermeté de nouveaux modes de caractérisation complexe des personnages dialogiques. Sa description de réalités nouvelles comporte généralement le même charme que celui qui caractérise le castillan expressif des découvreurs et conquistadors des Indes, soumis à une expérience culturelle et idiomatique commune. Dans ces Coloquios, des interlocuteurs relativement indifférenciés, de part la volonté de l’auteur, dans leur façon de s’exprimer, peuvent en même temps déployer leurs caractéristiques spécifiques grâce à des niveaux d’intensité diversifiés des jeux de style ; nous sommes face à un exercice de caractérisation littéraire par le biais de la langue dont je ne vais pas m’occuper ici. Lorsqu’il écrit dans le castillan dominant du texte, l’auteur combine les expressions parlées, les proverbes, les termes indigènes et créoles – qu’il explique ou traduit si nécessaire –, langage châtié et vivant, etc., avec des formes savantes, lexicales et syntaxiques. Il alterne une langue très idiomatique et familière avec des citations évangéliques latines. Le paradigme linguistique de Quiroga qui est un orateur et un écrivain en castillan septentrional, n’est pas tant courtisan qu’évangélisateur. C’est aussi pour cela que son indien parle par moments dans son quechua vernaculaire, et par moments en latin, la langue modèle : si l’indien parlant le quechua connaît le latin et est capable de s’exprimer brillamment en castillan, c’est qu’il peut être évangélisé, qu’il est digne de la Révélation et peut être sauvé. Le mélange de citations bibliques latines ne semble pas être, en principe, un fait surprenant, en accord avec la matière principale dont traite le livre, la conversion des indiens, et avec d’autres facteurs, comme l’influence dominicaine et franciscaine, surtout celle de Las Casas, Antonio de Guevara et Domingo de Santo Tomás. Peut-être l’aspect significatif est-il qu’un aborigène qui a été présenté comme étant au bord du suicide en pratiquant ses rites de sacrifice, viole de façon aussi manifeste les préceptes de vraisemblance et de decorum dans sa façon de s’exprimer. Tito a été modelé conformément à sa fin dialectique et argumentative. Cela veut dire que Quiroga prend surtout parti, dans le cas de l’indien et en dehors des passages dans sa langue vernaculaire, pour un canon stylistique qui n’est pas nécessairement régi par un critère de « vérité » reproductive.

42En revanche, Quiroga montre déjà une préoccupation philologique pour la langue quechua en faisant parler l’indien Tito également dans sa langue. Du point de vue stylistique, l’introduction du quechua est une forme supplémentaire d’emploi du style mixte qui s’était répandu dans le castillan des prédicateurs et peut être interprétée comme une façon particulière de s’en tenir momentamément aux préceptes de vraisemblance et de decorum. Mais il y a plus important, car cet acte d’expression est une façon de définir, d’expliquer et de structurer une réalité inédite pour ses destinataires. Les paragraphes en quechua constituent un témoignage précieux de grands changements : le désintérêt pour la représentation du langage de l’indien comme jargon plus ou moins contrefait destiné à fournir variété et comique, et le remplacement par une expérience nouvelle, la perception philologique d’une langue indigène inconnue et inintelligible, employée dans différents registres, destinée à conférer crédibilité et dignité littéraire à l’aborigène, et non pas à en faire un simple ressort d’hilarité. Il convient de noter ici que le quechua possède une nature discursive, stylistiquement élaborée, et n’est pas traité de manière comique – contrairement à la langue portugaise de la domestique de la reine dans le dialogue du même nom du docteur Villalobos – ; le quechua n’apparaît pas non plus, de nouveau au milieu d’une situation comique, comme une langue démoniaque – contrairement à ce qui se produit avec le grec parlé par Urdemalas dans le Viaje de Turquía aux yeux de Mata et de Juan. En définitive, Quiroga a opté pour un idéal de style embellissant la langue ordinaire, qui par moments, lié à des situations communicatives concrètes, imite, mimétise dans ses accents les plus parlés. Il projette son idéal linguistique sur les deux personnages avec lesquels il sympathise : le conquistador repenti qui se consacre à la défense des « natifs », et l’indien revendicatif, Tito, qui s’avère être, dans son trilinguisme, un bon chrétien, un humain méritant la foi et le salut éternel.

  • 82 À ce propos, voir Id. « Los personajes de los diálogos… », art. cit., p. 1171-1181. Les principaux (...)
  • 83 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 8 et 15 et L. Mulas, « La scrittura del dialogo… », art. (...)
  • 84 Le dialogue de Speroni, « bel giuoco » pour l’auteur et le lecteur, plus proche de la comédie, comp (...)

43Si nous récapitulons, en nous fondant uniquement sur la base de quelques exemples concrets de déclarations préliminaires ou de pratiques spécifiques, nous pouvons en conclure que l’écriture dialogique vernaculaire contient une réflexion sur le style qui sait adapter les notions et les polémiques générales au genre spécifique. Les auteurs se comportent en la matière de façon analogue à celle dont les codificateurs du genre ont théorisé le sujet82 : Sigonio, Espinosa ou Le Tasse n’aspirent pas non plus exactement à un style transcrivant l’oralité d’un discours, mais à l’enseigne de l’imitation, ils voient dans le dialogue le résultat de l’application des règles des trois arts de la parole : dialectique, rhétorique et poétique83. Sigonio et Le Tasse appellent à dresser le portrait de la langue des « meilleurs », plus que le code oral. Speroni et Pallavicino semblent un peu plus enclins à prendre en considération le code oral et ses stylèmes84. Espinosa occupe une position intermédiaire en demandant d’adapter la langue à la variété des personnages possibles.

  • 85 Le style varie dans les différentes parties du dialogue selon Le Tasse ; dans la dispute, il doit ê (...)

44Au-delà des différences singulières de chaque auteur, la langue des interlocuteurs est marquée au moins par quatre conventions sur lesquelles ont également insisté les théoriciens : en premier lieu, l’imitation, la vraisemblance et le decorum, principes identificateurs du genre depuis la consolidation des préceptes aristotéliciens ; en deuxième lieu, les personnages et le thème choisis ; en troisième lieu, la théorie du style (ancienne, médiévale, renaissante et baroque) ; et en dernier lieu, plus spécifiquement, l’argumentation et les parties du dialogue85. Si l’une de ces conventions est violée – ce qui, naturellement peut arriver, et on en a vu ici quelques exemples –, c’est pour atteindre des objectifs littéraires ou idéologiques qui doivent être évalués dans chaque cas concret. Les passages précédemment allégués illustrent la conscience des trois premières conditions (pour les respecter ou les outrepasser). Pour examiner l’intelligence et la pratique de la quatrième convention, les paratextes et les portions isolées de chaque dialogue sont inutiles : ne peut aider que l’argumentation spécifique à chaque dialogue singulier.

  • 86 « Voglio dire che, nel sistema culturale cinquecentesco, la frattura dominante non è quella tra ora (...)

45Une autre conclusion est claire : l’utilisation de la langue vulgaire, native, doit être mise en relation avec les principes de cohérence et de congruité qui régissent le code rhétorique et stylistique de l’écriture. La rhétorique de l’oralité est aussi rigide que celle de l’écriture, toutes deux sont conventionnelles et partagent le code de la littérarité. L’imitation au XVIe siècle est un problème littéraire, plus que linguistique86. Les auteurs ne proposent pas tant l’imitation de la « parole » d’une personne réelle que celle de la « langue », cette langue sectorielle que chaque genre – et particulièrement la comédie – avait déjà choisie pour chaque catégorie de personnages. S’interpose une stylisation du langage des dialogants, le choix du lexique et du registre de la parole. L’éventail permet de représenter la langue des plus cultivés ou celle des plus ignorants, le langage le plus livresque et spécialisé ou le plus commun, mais dans tous les cas, il oblige l’auteur à un exercice stylistique, à créer la prétendue fluidité de ton d’une prétendue rencontre survenue que nous lisons par écrit, fluidité qu’exigeait déjà de façon improbable le latin pour se différencier du traité. La langue vernaculaire s’était alors avérée un instrument souple pour les nuances expressives les plus subtiles dont les auteurs veulent tirer parti.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ángeles J. de los, Diálogos de la conquista del reino de Dios, A. González Palencia (éd.), Madrid, Biblioteca Selecta de Clásicos Españoles, 1946.

Arce de Otálora J. de, Coloquios de Palatino y Pinciano, J.L. Ocasar Ariza (intro. et éd.), 2 vol., Madrid, Turner/Biblioteca Castro, 1995.

Asensio E., « Paraenesis ad Litteras ». Juan Maldonado y el Humanismo español en tiempos de Carlos V, E. Asensio, J. Alcina Rovira (éd.), Madrid, Fundación Universitaria Española, 1980, p. 5-92.

Avalle-Arce J. B., « La estructura del Diálogo de la lengua », Dintorno de una época dorada, Madrid, Porrúa Turanzas, 1978, p. 57-72.

Boutcher W., « Vernacular Humanism in the Sixteenth Century », dans J. Kraye (éd.), Renaissance Humanism, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 189-202.

Castelvetro L., Poetica d’Aristotele vulgarizzata e sposta [1570], W. Romani (éd.), 2 vol., Roma/Bari, Editori Laterza, 1978.

Cátedra P., introduction à l’édition de P. de Navarra, Diálogos de la diferencia del hablar al escrevir, Salamanca, Seminario de Estudios Medievales y Renacentistas, 1985.

Despuig C., Los col loquis de la insigne ciutat de Tortosa, E. Querol, J. Solervicens (éd.), Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2011.

Escalante B. de, Diálogos de arte militar, Savilla, Andrea Pescioni, 1583.

Espinosay Sanctayana R., Arte de retórica, Madrid, G. Drouy, 1578.

Ferreras J., Los diálogos humanísticos del siglo xvi en lengua castellana, Murcia, Universidad de Murcia, 2003.

Frías D. de, Diálogos de diferentes materias inéditos hasta ahora, J. García Soriano (éd.), Madrid, G. Hernández et G. Sáez, 1929.

Gauger H., « “Escrivo como hablo”. Oralidad en lo escrito », dans T. Kostchi, W. Oesterreicher, K. Zimmermann (éd.), El español hablado y la cultura oral en España e Hispanoamérica, Madrid/Frankfurt am Main, Iberoamericana/Vervuert, 1996, p. 341-358.

Gil L., Panorama social del Humanismo español, Madrid, Alhambra, 1981.

Girardi R., « Elegans imitatio et erudita. Sigonio e la teoria del dialogo », Giornale Storico, 153, 1986, p. 321-355.

Gómez J., El diálogo en el Renacimiento español, Madrid, Cátedra, 1988.

Gómez J., El diálogo renacentista, Madrid, Laberinto, 2000.

Gómez J., « La “conversación discreta” de Damasio de Frías y los estudios sobre el arte de conversar », Hispanic Review, 75-2, 2007, p. 95-112.

Guérin P., « Préméditation et improvisation : un modèle anomique de la disputatio », dans F. Furlan (dir.), Leon Battista Alberti, actes du congrès international de Paris (10-15 avril 1995), Torino/Paris, Nino Aragno Editore/Vrin, 2000, p. 493-510.

Kagan R. L., Universidad y sociedad en la España Moderna, J.A. Maravall (prol.), Madrid, Tecnos, 1981.

León L. de, De los nombres de Cristo, C. Cuevas (éd.), Madrid, Cátedra, 1982.

León L. de, De los nombres de Cristo, J. San José Lera (éd.), Barcelona, Centro para la Edición de Clásicos Españoles/Galaxia Gutenberg/Círculo de Lectores, 2008.

Lerner I., « El discurso literario del Diálogo de la lengua de Juan de Valdés », Actas del VIII congreso de la AIH, Madrid, Istmo, 1986, p. 145-150.

López Grigera L., La retórica en la España del Siglo de Oro, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1994.

López de Vega A., Heráclito y Demócrito de nuestro siglo, Madrid, Diego Díaz de la Carrera, 1641.

López de Villalobos F., Diálogos, C. Baranda (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, A. Vian Herrero (dir.), Córdoba/Toledo/Madrid, Almuzara/Fundación BLU, 2010, p. 3-106.

Lucena J. de, Libro de vita felici, O. Perotti (éd.), Pavie, Ibis, 2004.

Marsh D., The Quattrocento Dialogue, Cambridge/Londres, Harvard University Press, 1980.

Marzano M., « Le forme del Dialogo de la lengua di J. de Valdés », SLSp, 1968-1970, p. 25-58.

Mercado P. de, Diálogos de philosophía natural y moral, C. Sainz de la Maza (dir.), C. Baranda, C. Sainz de la Maza, M. Laín, D. Ruiz Otín, J.L. Ocasar (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, A. Vian Herrero (dir.), Córdoba/Toledo/Madrid, Almuzara/Fundación BLU, 2010, p. 583-809.

Mexía P., Diálogos o Coloquios, A. Castro Díaz (éd.), Madrid, Cátedra, 2005.

Miranda Villafañe F., Diálogos de phantástica philosophía, de los tres en un compuesto, y de las Letras y las Armas, y del Honor, donde se contienen varios y apazibles subjectos, Salamanca, Matías Gast, 1582 (exemplaire de la BMP no 1166).

Monardes N., Diálogo llamado Pharmacodilosis, N. Baranda (éd.), N. Baranda et B. Gutierrez-Colomer (notes), V. Infantes (prol.), Madrid, Smithiline Beecham, 1992.

Montaña de Monserrate B., Libro de anothomía del hombre [Valladolid, Sebastián Martínez, 1551], G. Doménech Ratto (intro.), Murcia, Servicio de Publicaciones de la Universidad, 1999.

Mulas L., « La scrittura del dialogo. Teorie del dialogo tra Cinque e Seicento », dans G. Gerina, C. Lavinio, L. Mulas (éd.), Oralità e scrittura nel sistema letterario, atti del convegno, Cagliari (14-16 aprile 1980), Roma, Bulzoni, 1982, p. 245-263.

Navarra y Labrit P. de, Diálogos de los grados de perfeción que ha de tener el cortesano eclesiástico que pretende ser cardenal, J.L. Ocasar Ariza (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, A. Vian Herrero (dir.), Córdoba/Toledo/Madrid, Almuzara/Fundación BLU, 2010, p. 1079-1207.

Navarra y Labrit P. de, Diálogos de la preparación de la muerte, J.L. Ocasar Ariza (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, A. Vian Herrero (dir.), Córdoba/Toledo/Madrid, Almuzara/Fundación BLU, 2010, p. 949-1078.

Navarra y Labrit P. de, Diálogos de la diferencia del hablar al escrebir, A. Vian Herrero (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, A. Vian Herrero (dir.), Córdoba/Toledo/Madrid, Almuzara/Fundación BLU, 2010, p. 863-879.

Núñez Alba D., Diálogos de la vida del soldado, Salamanca, Andrea de Portonariis, 1552 (BNE, R/35770).

Ocasar Ariza J.L., « Coloquios de Palatino y Pinciano » : trasmisión textual y proceso de escritura, Madrid, Universidad Complutense, 2005, thèse de doctorat.

Ocasar Ariza J.L., La lucha invisible. Estudio genético-literario de los « Coloquios de Palatino y Pinciano », de Juan Arce de Otálora, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2009.

Pallavicino S., Discorso dell'arte del dialogo [1644], 3e édition corrigée et élargie, Venezia, s.n., 1698.

Pérezde Chinchón B., Antialcorano. Diálogos cristianos, F. Pons Fuster (éd.), Alicante, Publicaciones de la Universidad, 2000.

Pérez Pastor J.F., Las apologías de la lengua castellana en el Siglo de oro, Madrid, Clásicos Olvidados, 1929.

Pineda J. de, Diálogos familiares de la agricultura cristiana [Salamanca, 1589], J. Meseguer Fernández (éd.), 5 vol., Madrid, Atlas, 1963-1964 (exemplaire de la bibliothèque historique Marqués de Valdecilla accessible sur le Fondo Digital Dioscórides de l’UCM : http://alfama.sim.ucm.es/dioscorides/consulta_libro.asp?ref=B19061018, site consulté le 23 juillet 2014).

Rico F., El sueño del humanismo, Madrid, Alianza, 1993.

Santaella R. de, Tratado de la inmortalidad del ánima, Sevilla, Ladislao Polono y Jacobo Cromberger, 1503.

Sigonio C., De dialogo liber, Venezia, Ziletum, 1562.

Sperone S., Apologia dei Dialogi, dans Trattatisti del Cinquecento, M. Pozzi (éd.), Milano/Napoli, Ricciardi, 1978, p. 683-724.

Tasso T., « Dell’arte del dialogo », dans Dialoghi di Torquato Tasso, I, Pisa, N. Capurro, 1822, p. I-XIV, G. Baldassari (éd.), La Rassegna della Letteratura italiana, 75, 1971, p. 93-134.

Terracini L., Lingua come problema nella letteratura spagnola del Cinquecento, Torino, Stampatori, 1979.

Tolosa J. de, Aranjuez del alma, Zaragoza, Lorenzo de Robles y Diego de Robles, 1589.

Valdés J. de, Diálogo de la lengua, J.M. Lope Blanch (éd.), Madrid, Castalia, 1985.

Viaje de Turquía, F. García Salinero (éd.), Madrid, Cátedra, 1980 (rééd. 1985).

Vian Herrero A., « La mimesis conversacional en el Diálogo de la lengua de Juan de Valdés », Criticón, 40, 1987, p. 45-79.

Vian Herrero A., « La ficción conversacional en el diálogo renacentista », Edad de Oro, VII, 1988, p. 173-186.

Vian Herrero A., « El Libro de vita beata de Juan de Lucena como diálogo literario », Bulletin hispanique, vol. 93, 1, 1991, p. 61-105.

Vian Herrero A., « Los personajes de los diálogos y su forma expresiva : la voz de las retóricas áureas », dans F. Cerdan (éd.), Homenaje a Robert Jammes, vol. III, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1994, p. 1171-1181.

Vian Herrero A., « El Scholástico de Cristóbal de Villalón : un manifiesto por el humanismo en la hora de los especialistas », Boletín de la Real Academia Española, t. LXXXII, 286, 2002, p. 309-351.

Vian Herrero A., « Defensa e ilustración del oficial mecánico en la prosa literaria del siglo xvi », dans I. Arellano, M. Vitse (éd.), Modelos de vida en la España del Siglo de Oro, t. I : El noble y el trabajador, Madrid/Frankfurt am Main, Iberoamericana/Vervuert, 2004, p. 289-351.

Vian Herrero A., « La codificación del personaje y del habla del indio en los Coloquios de la Verdad de Pedro de Quiroga (c. 1569) », dans B. Baranda Leturio, A. Vian Herrero (éd.), El personaje literario y su lengua en el siglo xvi, Madrid, Instituto Universitario Menéndez Pidal/Editorial Complutense, 2006, p. 243-283.

Vian Herrero A., El indio dividido. Fracturas de conciencia en el Perú colonial. Edición crítica y estudio de los Coloquios de la verdad de Pedro de Quiroga, Madrid/Frankfurt am Main, Iberoamericana/Vervuert, 2009.

Vian Herrero A., « Lengua dominada, literatura y mentalidades : los fragmentos quechuas en los Coloquios de la Verdad (c. 1569) de Pedro de Quiroga », dans A. Puigvert Ocal, I. Delgado Cobos (dir.), Ex admiratione et amicitia. Homenaje a Ramón Santiago, vol. II, Madrid, Ediciones del Orto, 2007, p. 1149-1178.

Villalón C. de, Ingeniosa comparación entre lo antiguo y lo presente, A. Vian Herrero (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, A. Vian Herrero (dir.), Córdoba/Toledo/Madrid, Almuzara/Fundación BLU, 2010, p. 311-399.

Villalón C. de, El Scholástico, J.M. Martínez Torrejón (éd.), Barcelona, Crítica, 1997.

Ynduráin D., « La invención de una lengua clásica (literatura vulgar y Renacimiento en España) », Edad de Oro, I, 1982, p. 13-34 [réédition dans C. Baranda, M.L. Cerrón, I. Fernández-Ordóñez, J. Gómez, A. Vian (éd.), Estudios sobre Renacimiento y Barroco, Madrid, Cátedra, 2006, p. 81-105].

Ynduráin D., Humanismo y Renacimiento en España, Madrid, Cátedra, 1994.

Notes

1 Travail réalisé dans le cadre du projet IDEAPROMYR (HUM2006-07936) du ministère espagnol de l’Éducation et des Sciences et du projet FFI2012-33903 du ministère de l’Économie et de la Compétitivité.

2 D. Ynduráin, « La invención de una lengua clásica (literatura vulgar y Renacimiento en España) », Edad de Oro, I, 1982, p. 13-34, travail que je poursuis actuellement. E. Asensio, « Introduction », dans E. Asensio, J. Alcina Rovira (éd.), « Paraenesis ad litteras ». Juan Maldonado y el Humanismo español en tiempos de Carlos V, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1980, p. 5-92. Voir aussi R.L. Kagan, Universidad y sociedad en la España Moderna, J.A. Maravall (prol.), Madrid, Tecnos, 1981 ; L. Gil, Panorama social del Humanismo español, Madrid, Alhambra, 1981, p. 59-84 ; F. Rico, El sueño del humanismo, Madrid, Alianza, 1993, p. 38, 80 et 108 ; D. Ynduráin, Humanismo y Renacimiento en España, Madrid, Cátedra, 1994, p. 209 sq. ; W. Boutcher, « Vernacular Humanism in the Sixteenth Century », dans J. Kraye (dir.), Renaissance Humanism, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 189-202. Par ailleurs, le dialogue en langue vulgaire naît dans la péninsule ibérique (en Catalogne) : avec Lo somni de B. Metge (ca. 1398), c’était la première fois que l’on écrivait un dialogue imitant Platon, Cicéron et Pétrarque dans une langue vernaculaire. Dans le dialogue italien, le processus s’engage de façon déjà maîtrisée avec les dialogues en vulgaire d’Alberti et notamment avec I libri della famiglia (voir infra).

3 D. Ynduráin, Humanismo y Renacimiento…, op. cit., p. 14 et 16, n. 4, 18-20, 22-26 et 31-32.

4 Ibid., p. 31.

5 F. Miranda Villafañe, Diálogos de phantástica philosophía, de los tres en un compuesto, y de las Letras y las Armas, y del Honor, donde se contienen varios y apazibles subjectos, Salamanca, Matías Gast, 1582, f° 3r°-v° ; je cite d’après l’exemplaire de la BMP no 1166. La longueur des citations (que les assitants au colloque ont eu à leur disposition) m’empêche de les proposer ici. Je donne seulement les références bibliographiques.

6 D. Ynduráin, Humanismo y Renacimiento…, op. cit., p. 34.

7 J. de Valdés, Diálogo de la lengua, J.M. Lope Blanch (dir.), Madrid, Castalia, 1985, p. 41.

8 R.L. Kagan, Universidad y sociedad…, op. cit., p. 76, 79-80, 83-84 et passim.

9 Pour J. Ferreras (Los diálogos humanísticos del siglo xvi en lengua castellana, Murcia, Universidad de Murcia, 2003, p. 435), le choix de la langue vulgaire est un aspect supplémentaire de la conscience nationale. Cela est incontestable. Ici, on prétend aborder aussi d’autres facteurs moins étudiés.

10 R. de Santaella, Tratado de la inmortalidad del ánima, Séville, Ladislao Polono y Jacobo Cromberger, 1503, f° IIII.

11 F. López de Villalobos, Trasunto de un diálogo entre un Grande y el Doctor Villalobos, C. Baranda (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, A. Vian Herrero (dir.), Córdoba/Toledo/Madrid, Almuzara/Fundación BLU, 2010, p. 57-58.

12 « […] en lengua vulgar, por que todos lo gozasen en común. » C. de Villalón, Ingeniosa comparación entre lo antiguo y lo presente, dans Diálogos españoles del Renacimiento, op. cit., p. 331.

13 « […] hablen muy llano como usa el común. » A. Vian Herrero, « El Scholástico de Cristóbal de Villalón : un manifiesto por el humanismo en la hora de los especialistas », Boletín de la Real Academia Española, t. LXXXII, 286, 2002, p. 309-351.

14 C. de Villalón, El Scholástico, J.M. Martínez Torrejón (éd.), Barcelona, Crítica, 1997, prologue de la 1re rédaction, p. 342. Peut-être l’insistance vient-elle du modèle de la traduction de Boscán de El Cortesano de Castiglione (1533).

15 J. de Tolosa, Aranjuez del alma, Saragosse, Lorenzo de Robles y Diego de Robles, 1589, prologue.

16 Id., Diálogos de la conquista del reino de Dios, A. González Palencia (dir.), Madrid, Biblioteca Selecta de Clásicos Españoles, 1946, p. 45. J. Ferreras, Los diálogos humanísticos…, op. cit., p. 447.

17 Il avoue écrire « mas por mi recreación y por probar la mano en este género de escriptura » ; mais en même temps, il déclare : « […] he deseado y procurado […] hazer participante a nuestra lengua castellana de algunas de las cosas de erudición y doctrina que la latina, para los que no la saben, tiene escondido… » [P. Mexía, Diálogos o Coloquios, A. Castro Díaz (éd.), Madrid, Cátedra, 2005, p. 204 et 205 respectivement]. Pour l’étude détaillée des préliminaires de ces Coloquios, l’analyse réalisée par son éditeur dans l’introduction, au paragraphe 4.1 et à la note 145, est indispensable.

18 L. de León, De los nombres de Cristo, J. San José Lera (éd.), Barcelona, Centro para la Edición de Clásicos Españoles/Galaxia Gutenberg/Círculo de Lectores, 2008, p. 329-331.

19 Ibid., p. 331-332.

20 J. Ferreras, Los diálogos humanísticos…, op. cit., p. 442-443.

21 F. Miranda Villafañe, Diálogos de phantástica philosophía…, op. cit., f° 36v° ; « Y culpa es de los castellanos que nunca han hecho cuenta de la suya, y assí está pobre » (ibid.).

22 Ibid., fos 37v°-38r°.

23 P. de Navarra y Labrit, Diálogo de los grados de perfeción que ha de tener el cortesano eclesiástico que pretende ser cardenal, J.L. Ocasar Ariza (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, op. cit., p. 1081-1082.

24 « Va la epístola dedicatoria en latín, porque el señor Arçobispo a quien la obra va dirigida no sabe la lengua castellana » [B. Pérez de Chinchón, Diálogos cristianos, Valence, Francisco Díaz Romano, 1535, dans Antialcorano. Diálogos cristianos, F. Pons Fuster (éd.), Alicante, Publicaciones de la Universidad, 2000, p. 387].

25 Ibid., p. 391.

26 Ibid., p. 402.

27 N. Monardes, Diálogo llamado Pharmacodilosis, N. Baranda (éd.), N. Baranda et B. Gutierrez-Colomer (notes), V. Infantes (prol.), Madrid, Smithiline Beecham, 1992, p. 3 ; J. Ferreras, Los diálogos humanísticos…, op. cit., p. 445.

28 B. Montaña de Monserrate, Libro de anothomía del hombre [Valladolid, Sebastián Martínez, 1551], G. Doménech Ratto (intro.), Murcie, Servicio de Publicaciones de la Universidad, 1999, dédicace. (J. Ferreras, Los diálogos humanísticos…, op. cit., p. 445). Son dialogue Declaración de un sueño est édité à la suite de l’Anatomía. Il est possible que celle de Montaña soit une critique larvée du cicéronisme stylistique.

29 B. de Escalante, Diálogos de arte militar, Séville, Andrea Pescioni, 1583, prologue ; voir J. Ferreras, Los diálogos humanísticos…, op. cit., p. 448.

30 Pour les défenseurs de la langue vulgaire, non seulement dans le dialogue, voir surtout J.F. Pérez Pastor, Las apologías de la lengua castellana en el Siglo de oro, Madrid, Clásicos Olvidados, 1929 ; L. Terracini, Lingua come problema nella letteratura spagnola del Cinquecento, Torino, Stampatori, 1979. C. Cuevas (L. de León, De los nombres de Cristo, Madrid, Cátedra, 1982, p. 496, n. 10) rappelle la plainte d’Ambrosio de Morales – qui ouvre la voie ensuite élargie par Fray Luis – dans le prologue « Al lector » qu’il fait passer avant le Diálogo de la dignidad del hombre, de Fernán Pérez de Oliva, prêt à être imprimé par Cervantes de Salazar. Le rappel est opportun, mais n’est pas ici introduit car il s’agit d’un ouvrage indépendant qui n’appartient pas au dialogue de Pérez de Oliva.

31 C’est ainsi que l’exprime le personnage de l’Italien Marcio à plusieurs reprises, porte-parole de l’auteur dans le texte pour les questions de structure argumentative : J. de Valdés, Diálogo de la lengua, op. cit., p. 44, à plusieurs reprises. À ce propos, voir A. Vian Herrero, « La mimesis conversacional en el Diálogo de la lengua de Juan de Valdés », Criticón, 40, 1987, p. 45-79 et surtout 51-58.

32 De « los que se precian scribir bien » (J. de Valdés, Diálogo de la lengua, op. cit., p. 78) ou « los más primos en el escribir » (ibid., p. 80, 87, 101). Sur la condition parlée de la rencontre, voir ibid., p. 39, 182, 184 ; sur la défense de la notion d’usage, voir ibid., p. 70, 77, 87, 89, 101, 107.

33 J. de Valdés, Diálogo de la lengua, op. cit., p. 154, 158.

34 H. Gauger, « “Escrivo como hablo”. Oralidad en lo escrito », T. Kostchi, W. Oesterreicher, K. Zimmermann (dir.), El español hablado y la cultura oral en España e Hispanoamérica, Frankfurt am Main/Madrid, Vervuert/Iberamericana, 1996, p. 341-358.

35 M. Marzano, « Le forme del Dialogo de la lengua di J. de Valdés », SLSp, 1968-1970, p. 25-58 ; J.B. Avalle-Arce, « La estructura del Diálogo de la lengua », Dintorno de una época dorada, Madrid, Porrúa Turanzas, 1978, p. 57-72.

36 J. de Valdés, Diálogo de la lengua, op. cit., respectivement p. 39 et 41-42.

37 Ibid., p. 184.

38 I. Lerner, « El discurso literario del Diálogo de la lengua de Juan de Valdés », Actas del VIII congreso de la AIH, Madrid, Istmo, 1986, p. 145-150.

39 Ibid., p. 146; A. Vian Herrero, « La mimesis conversacional… », art. cit., p. 65-79.

40 J. de Valdés, Diálogo de la lengua, op. cit., p. 43, 45, 59, 77, etc.

41 « Por un proceso de filtración se convierte lo supuestamente hablado en escrito, y lo escrito conserva el recuerdo estilizado de una conversación cortesana y distendida » (A. Vian Herrero, « La mimesis conversacional… », art. cit., p. 75).

42 J. Ferreras, Los diálogos humanísticos…, op. cit., p. 441-444, étend le même idéal stylistique aux Diálogos de la diferencia del hablar al escribir de Pedro de Navarra et à Damasio de Frías dans son Diálogo de las lenguas. La liste peut être élargie, mais pas du fait de la dépendance directe de Juan de Valdés.

43 P. de Navarra, Diálogos de la preparación de la muerte, J.L. Ocasar Ariza (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, op. cit., p. 949-950. Voir A. Vian Herrero, « La ficción conversacional en el diálogo renacentista », Edad de Oro, VII, 1988, p. 173-186. Une nouvelle allusion à la dépendence de l’académie – en ce cas-ci du cardinal Georges d’Armagnac, évêque de Rhodes et d’autres membres qui la suscitent – dans son Diálogo de los grados de perfección…, op. cit., p. 1080.

44 P. de Navarra, Diálogos de la diferencia del hablar al escrevir, A. Vian Herrero (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, op. cit., p. 864, et aussi P. Cátedra, introduction à l’édition précédente du texte, Salamanca, Seminario de Estudios Medievales y Renacentistas, 1985, p. 65. Écrits entre 1558-1559 et 1563, comme l’affirme l’éditeur (ibid., p. 30-31).

45 P. de Navarra, Diálogos de la diferencia…, op. cit., p. 869.

46 Ibid., p. 872.

47 Cf. A. Vian Herrero, « La ficción conversacional… », art. cit., p. 174-175.

48 P. de Navarra, Diálogos de la diferencia…, op. cit., p. 877-878.

49 Ibid., p. 875-878.

50 Ibid., p. 875 et 877, n. 22 et 31.

51 Ibid., p. 879.

52 P. Cátedra, introduction citée, p. 56-57.

53 Bien qu’il y ait des nuances entre chacun des théoriciens, tous insistent sur le besoin de vraisemblance du discours reproduit : il faut représenter dans la dispute le même type de style qui convient aux personnages introduits. « Adeo uero diligentes esse in eorum ingeniis, quos inducimus, exprimendis debemus ut quo genere orationis eos delectatos sciamus, id ipsum in eorum quoque disputatione adumbrare conemur » (C. Sigonio, De dialogo liber, Venise, Ziletum, 1562, f° 22v°).

54 F. López de Villalobos, Libro de los problemas, f° AII.

55 Glose au dialogue De las fiebres interpoladas, C. Baranda (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, op. cit., p. 20-21.

56 P. de Mercado, Diálogos de philosophía natural y moral, C. Sainz de la Maza (dir.), C. Baranda, C. Sainz de la Maza, M. Laín, D. Ruiz Otín, J.L. Ocasar (éd.), dans Diálogos españoles del Renacimiento, op. cit., p. 615-618. De façon analogue, C. Despuig associe dans ses Colloquis le genre, la langue vernaculaire [catalane et non castillane (« per no mostrar tenir en poch la cathalana y també per no valer-me de llengua estranya per a llustrar y defensar la naturalesa pròpia, que és la principal intenció de mon treball ») ni latine (« perquè no pareguera ser tan generalment tractada y entesa per los de nostra nació com yo volguera »)] et « style bas et humble », quoique orné d’autorités latines (je remercie J. Solervicens pour cette citation). Voir l’édition critique d’Enric Querol et Josep Solervicens : Cristòfol Despuig. Los col loquis de la insigne ciutat de Tortosa, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2011.

57 « Pues a este propósito me vinieron a la memoria unos razonamientos que, en los años pasados, tres amigos míos y de mi orden, los dos dellos hombres de grandes letras e ingenio, tuvieron entre sí, por cierta ocasión, acerca de los nombres con que es llamado Jesucristo en la Sagrada Escritura, los cuales me refirió a mí poco después el uno dellos, y yo por su cualidad no los quise olvidar » (L. de León, De los nombres de Cristo, op. cit., p. 10).

58 « Pues lo que en ello se platicó entonces, recorriendo yo la memoria dello después, casi en la misma forma como a mí me fue referido, y lo más conforme que ha sido posible al hecho de la verdad o a su semejança, habiéndolo puesto por escrito, lo envío agora a V.M. [D. Pedro de Portocarrero], a cuyo servicio se enderezan todas mis cosas » (ibid., p. 12).

59 Ibid., p. 329-334.

60 « Pero cuando aquí no guardamos tanta orden, importa poco, pues nunca en las conversaciones se tratan sino como primero se ofrecen las cosas, ni de repente es posible ofrecerse con aquel concierto que de pensado y con el que ellas piden » [D. de Frías, Diálogo de la discreción, J. García Soriano (éd.), Diálogos de diferentes materias inéditos hasta ahora, Madrid, G. Hernández et G. Sáez, 1929, p. 63]. L’auteur ressent le besoin de le justifier et de conserver un point de vue intermédiaire, car pour Quintilien le discours sans ordre est exécrable (Inst. orat., V, X, 63 s., VII, Prohemium et I, I, ss.). Pour l’analyse de ce dialogue depuis la perspective des arts de la conversation, plus proche du Galateo de Della Casa que du Cortegiano de Castiglione, voir le travail de J. Gómez, « La “conversación discreta” de Damasio de Frías y los estudios sobre el arte de conversar », Hispanic Review, 75-2, 2007, p. 95-112.

61 P. Guérin, « Préméditation et improvisation : un modèle anomique de la disputatio », dans F. Furlan (dir.), Leon Battista Alberti, actes du congrès international de Paris (10-15 avril 1995), Torino/Paris, Nino Aragno Editore/Vrin, 2000, p. 493-510, ici p. 501.

62 A. López de Vega, Heráclito y Demócrito, Madrid, 1641, « Al lector ». L’atmosphère incite à ces idées. Sforza Pallavicino (Discorso dell’arte del dialogo [1644], 3e édition corrigée et élargie, Venise, s.n., 1698), un demi-siècle après Sperone Speroni (Apologia dei Dialogi, dans M. Pozzi (éd.), Trattatisti del Cinquecento, Milano/Napoli, Ricciardi, 1978, p. 683-724), théorise le dialogue comme simulation du discours familier lié à la notion de « varietà ». Lorsqu’il écrivait (1644), la séparation entre langue parlée et langue écrite s’était réduite : L. Mulas, « La scrittura del dialogo. Teorie del dialogo tra Cinque e Seicento », dans G. Gerina, C. Lavinio, L. Mulas (dir.), Oralità e scrittura nel sistema letterario, atti del convegno, Cagliari (14-16 aprile 1980), Roma, Bulzoni, 1982, p. 245-263, en particulier p. 256.

63 D. Núñez Alba, Diálogos de la vida del soldado, Salamanca, Andrea de Portonariis, 1552 (BNE, R/35770), « A la Illustríssima y excellentíssima señora Doña María de Toledo, Duquesa de Alba, Marquesa de Coria, Condesa de Salvatierra, etc., Diego Núñez Alba », dialogue second, f° AIII.

64 F. Miranda Villafañe, Diálogos de phantástica philosophía…, op. cit., fos 2v°-3v°. Pour d’autres aspects de ces propositions, voir A. Vian Herrero, « Defensa e ilustración del oficial mecánico en la prosa literaria del siglo xvi », dans I. Arellano, M. Vitse (dir.), Modelos de vida en la España del Siglo de Oro, t. I : El noble y el trabajador, Madrid/Frankfurt am Main, Iberoamericana/Vervuert, 2004, p. 289-351, § III [4].

65 J. de Pineda, Diálogos familiares de la agricultura cristiana [Salamanque, 1589], J. Meseguer Fernández (éd.), 5 vol., Madrid, Atlas, 1963-1964, vol. I : « El auctor a los lectores », p. 5 (exemplaire de la bibliothèque historique Marqués de Valdecilla accessible sur le Fondo Digital Dioscórides de l’UCM, p. 4 : http://alfama.sim.ucm.es/dioscorides/consulta_libro.asp?ref=B19061018, site consulté le 23 juillet 2014).

66 Ibid., p. 4-5.

67 Ibid., p. 5.

68 L. López Grigera, La retórica en la España del Siglo de Oro, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1994, p. 171 et passim.

69 Voir, par exemple, J. de Lucena, Libro de vita beata, édition d’O. Perotti sous le titre Libro de vita felici, Pavie, Ibis, 2004, p. 72-73. Sur les différences de style entre les interlocuteurs et leur transcendance pour comprendre leur position dans les polémiques de la langue, voir A. Vian Herrero, « El Libro de vita beata de Juan de Lucena como diálogo literario », Bulletin hispanique, vol. 93, 1, 1991, p. 61-105.

70 La seule exception parmi les humanistes de la Curie de la première moitié du XVe siècle est Leon Battista Alberti et ses Libri della Famiglia. Il coïncide avec Lucena sur le style latinisant et à la fois regorgeant de néologismes, reflet en partie de la tension entre l’italien oral et l’italien écrit au Quattrocento, et reflet aussi en partie de sa propre polarité de pensée. Voir D. Marsh, The Quattrocento Dialogue, Cambridge/Londres, Harvard University Press, 1980, p. 16 et 78 sq.

71 Ibid., p. 80. Pour P. Guérin « [Alberti] tente de greffer sur ce compromis d’art oratoire et de disputatio les procédures du langage ordinaire » (P. Guérin, « Préméditation et improvisation… », art. cit., p. 500, en particulier p. 501-503).

72 Viaje de Turquía, F. García Salinero (éd.), Madrid, Cátedra, 1980 (rééd. 1985).

73 Ibid., p. 106-108 ; la citation se trouve à la page 107.

74 J. Gómez, El diálogo en el Renacimiento español, Madrid, Cátedra, 1988, p. 15 et passim, et Id., El diálogo renacentista, Madrid, Laberinto, 2000, p. 70-72 et passim.

75 J.L. Ocasar Ariza, introduction à son édition de J. de Arce de Otálora, Coloquios de Palatino y Pinciano, 2 vol., Madrid, Turner/Biblioteca Castro, 1995, vol. II, p. XVII.

76 « El escrúpulo que vuestra merced tiene si fue bien que algunas cosas fuesen en latín siendo el libro en romance, finalmente se le quitaría yo afirmando que antes da gracia y contentamiento que degusto y pena, y que parece muy bien que vaya entregerido uno con lo otro. La causa del romance es la que dan todos los que, sabiendo latín, escribieron en romance : por que sus trabajos se comuniquen a todos los que en este lenguaje natural se crían y no saben otro. Y con esto se junta que siempre es más agradable a todos lo que más fácilmente se entiende y lee, pero por no hacer del todo agravio a la autoridad de la obra, pues es principalmente de recreación y aviso de letrados y personas doctas, fue bien acordado sembrar en este romance algunos pedazos o bocados de latín que, como piezas de diversa color, hiciesen campear y levantasen la obra y la autorizasen y le diesen valor y lustre, como piedras y perlas sembradas en oro, y como esmalte y rosicler, especialmente que hay cosas que no se pueden traducir sin quitar gran parte de su valor y gracia […]. Por esto fue justo el nuevo estilo que aquí se guarda de cumplir con el romance y latín, cuanto más que el latín viene a caer en tales tiempos que los que no lo supiesen lo entenderán por las razones que han precedido y se siguen, y el romance es tal que los latinos manifiestamente conozcan cómo es sacado de autores latinos graves y elegantes » (ibid., p. 20-21).

77 Ibid., p. 16-19.

78 « Agrádame estrañamente el estilo, que en todo el libro se guarda tan igual y semejante a sí mismo desde el principio fasta el cabo, que, con ser muy elegante, es tan sabroso y llano, sin la afectación ni hinchazón que otros suelen tener, que parece sua sponte velut placidisimus fons aut fluvius fluit, sin topar en todo él un vocablo chico ni áspero ni exquisito o extraño, sino una oración casta y sincera y polida y no menos propia. Y comenzando un estilo llano, prosigue, media y acaba en el mesmo, y si alguna mudanza hay, antes es creciendo y en aumento, como los retóricos mandan, que no en diminución, como comúnmente los que poco saben suelen hacer […] » (« Carta enviada al autor por un grande amigo suyo, docto y muy curioso », ibid., p. 17). Pour une analyse de l’option stylistique, les variantes de style et linguistiques, et les très intéressants processus de remplacement du latin par la langue romane que montre l’analyse génétique, voir l’étude définitive de J.L. Ocasar Ariza, « Coloquios de Palatino y Pinciano » : trasmisión textual y proceso de escritura, Madrid, Universidad Complutense, 2005, thèse de doctorat, p. 103-130 et 155-180 (et en particulier p. 12, 126-130, 158, 826 et 955) ; sur le sujet ici traité, voir p. 157. Il conviendra, en la matière, de nuancer le style du dialogue – qui est le style du raisonnement – de chacun, une question de degrés : Pinciano le plus sévère et élevé, qui parfois se permet quelques joies, et Palatino le plus désinvolte, idomatique, satyrique et ironique, responsable d’une bonne partie des grâces du texte mais également capable d’élévations doctorales, sont ainsi conçus dans la « Carta al autor » (J. de Arce de Otálora, Coloquios de Palatino y Pinciano, op. cit., p. 18-19) et ainsi accrédités au fil du voyage. Voir une étude d’ensemble de J.L. Ocasar Ariza, La lucha invisible. Estudio genético-literario de los « Coloquios de Palatino y Pinciano », de Juan Arce de Otálora, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2009.

79 A. Vian Herrero, « Los personajes de los diálogos y su forma expresiva : la voz de las retóricas áureas », dans F. Cerdan (dir.), Homenaje a Robert Jammes, vol. III, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1994, p. 1171-1181, en particulier p. 1179.

80 Érasme, Vivès, Budé, Luisa Sigea et d’autres grands humanistes latins de l’époque, installèrent la pratique d’introduire des termes dans d’autres langues (grecs, hébreu, araméen) avec des intentions différentes dans chaque cas (chiffrer des pensées engagées, se complaire dans l’identification identitaire et de groupe, etc.), avec un objectif commun à tous : forger un destinataire sélectif, minoritaire dans sa capacité de décodage des messages.

81 La situation contenue dans la note qui précède n’affecte pas le but de quelqu’un qui écrit en langue vulgaire et introduit d’autres langues secondaires, comme Quiroga – que nous voyons ensuite –, sauf dans ce qui peut impliquer l’auditoire recherché et précis du conseil des Indes et d’autres évangélisateurs contemporains. Pour ce qui suit, voir A. Vian Herrero, El indio dividido. Fracturas de conciencia en el Perú colonial. Edición crítica y estudio de los Coloquios de la verdad de Pedro de Quiroga, Madrid/Frankfurt am Main, Iberoamericana/Vervuert, 2009 ; Id., « La codificación del personaje y del habla del indio en los Coloquios de la Verdad de Pedro de Quiroga (c. 1569) », dans B. Baranda Leturio, A. Vian Herrero (dir.), El personaje literario y su lengua en el siglo XVI, Madrid, Instituto Universitario Menéndez Pidal/Editorial Complutense, 2006, p. 243-283 ; Id., « Lengua dominada, literatura y mentalidades : los fragmentos quechuas en los Coloquios de la Verdad (c. 1569) de Pedro de Quiroga », dans A. Puigvert Ocal, I. Delgado Cobos (dir.), Ex admiratione et amicitia. Homenaje a Ramón Santiago, Madrid, Ediciones Clásicas, 2007.

82 À ce propos, voir Id. « Los personajes de los diálogos… », art. cit., p. 1171-1181. Les principaux théoriciens, bien que peu normatifs, sont ceux déjà cités : C. Sigonio (De dialogo liber, op. cit.), S. Speroni (Apologia dei Dialogi, op. cit.) et S. Pallavicino (Discorso dell’arte del dialogo, op. cit.), ainsi que Le Tasse [« Dell’arte del dialogo », Dialoghi di Torquato Tasso, I, Pisa, N. Capurro, 1822, p. I-XIV, G. Baldassari (éd.), La Rassegna della Letteratura italiana, 75, 1971, p. 93-134] et R. Espinosa y Sanctayana (Arte de retórica, Madrid, G. Drouy, 1578, 3e partie) ; sont également utiles les considérations de L. Castelvetro (1570) dans son exposition sur Aristote, Poetica d’Aristotele vulgarizzata e sposta [1570], W. Romani (éd.), 2 vol., Roma/Bari, Editori Laterza, 1978. Voir, par exemple, comment Sigonio différencie des styles divers chez les grands fondateurs du dialogue p. 8, 14v°-15v°, 32, 54, 57 ; ou T. Tasso, « Dell’arte del dialogo », art. cit., p. VII-XI ; sur le decorum et la vraisemblance, la sélection du lexique et leur combinaison dans la syntaxe, voir R. Espinosa y Sanctayana, Arte de retórica, op. cit., p. 27v°-28r°, 78v°.

83 C. Sigonio, De dialogo liber, op. cit., p. 8 et 15 et L. Mulas, « La scrittura del dialogo… », art. cit., p. 251. Sur Sigonio, il convient de lire R. Girardi, « Elegans imitatio et erudita. Sigonio e la teoria del dialogo », Giornale Storico, 153, 1986, p. 321-355.

84 Le dialogue de Speroni, « bel giuoco » pour l’auteur et le lecteur, plus proche de la comédie, comprend l’imitation « di nomi e di verbi e d’altre parti d’orazione » de personnages d’une condition humble ou très humble : « E come i servi e le meretrici e li rofiani e li parasiti e li soldati e li pedagogi, se le parole da essi usate son convenevoli a’lor costumi fastidiosi, sono e’l diletto e la bellezza delle comedie, così qualora in alcun dialogo un sciocco, un empio, uno innamorato, un adulatore o alcun sofista arrogante sono ritratti dal naturale, tal dipintura di nomi e verbi e d’altre parti d’orazione non dee men cara istimarsi che la volgare degli colori » (S. Speroni, Apologia dei Dialogi, op. cit., p. 698-99). L. Mulas (« La scrittura del dialogo… », art. cit., p. 256-257) fait une synthèse de chaque position théorique : « […] per Sigonio e Tasso l’elocuzione, pur nel rispetto della verisimiglianza, non deve essere meno ornata di quella dell’epistola ; per Speroni deve essere un « ritratto dal naturale » di una disputa eseguito con gli strumenti della retorica e con la perizia stilistica del comediografo ; per Pallavicino l’imitazione del discorso – che deve attenersi allo stile del sermone familiare – deve evitare gli eccessi di realismo. »

85 Le style varie dans les différentes parties du dialogue selon Le Tasse ; dans la dispute, il doit être plus pur, simple et clair, en évitant l’excès ornemental qui trouble les arguments. Les autres parties, en revanche, acceptent la prose ornée « dovendo lo scrittore del dialogo assomigliare i poeti nell’expressione, e nel por le cose inanzi agli occhi ». Il en va ainsi parce que « […] non imita solo la disputa, ma il costume di coloro che disputano, con elocuzioni in alcune parti piene di ornamento, in altre di purità, come par che si convenga alla materia » (T. Tasso, « Dell’arte del dialogo », art. cit., p. XII et XIV). Le Tasse distingue entre qualité dialectique dominante et caractère imitatif (poétique), qui exige un plus grand raffinement stylistique. Les élégances du style doivent, à leur tour, s’adapter à la modalité discursive choisie : disputatio interrupta (questions et réponses) ou disputatio perpetua (orations amples), car divers sont les styles de Cicéron et Platon. Leurs niveaux stylistiques correspondent à ceux de Sigonio et Espinosa : style « oratoire » (haut, rond et circulaire, plein de couleurs rhétoriques et de vivacité imitative, pratiquant la figure de l’evidentia ; c’est le style où prédomine la fonction poétique) ; vient ensuite le style « historique » (moyennement orné et complexe) ; et lui succède enfin le style « dialogique » (simple et concis, surtout apte aux moments forts de la dispute ou aux instants de plus forte tension argumentative).

86 « Voglio dire che, nel sistema culturale cinquecentesco, la frattura dominante non è quella tra oralità e scrittura, ma quella tra lingua letteraria, cioè regolata, e lingua non letteraria, cioè non regolata » (L. Mulas, « La scrittura del dialogo… », art. cit., p. 255). C’est-à-dire, selon l’auteure, un texte littéraire oral en langue non toscane est moins éloigné d’un texte littéraire en langue vulgaire toscane qu’un discours non littéraire en lombard. L. Mulas pense que pour les intellectuels du XVIe siècle, déjà habitués à la scission entre le latin et le vulgaire, il devrait être moins dramatique, car toute opération de transcription (réelle ou simulée) d’un discours dit est une opération de traduction.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540