Version classiqueVersion mobile

Amboise

 | 
Lucie Gaugain

Conclusion. La ville en fête, la ville en deuil

Texte intégral

1Le décor urbain procède de deux volontés : manifester l’importance de la ville, sa richesse, son autonomie et faire honneur au plus illustre de ses habitants, le roi. Le statut d’Amboise est en effet ambigu : sujette du roi et détentrice d’un pouvoir intrinsèque, la ville se révèle à travers la qualité de son architecture, forte ou non, et plus particulièrement au travers d’un décor monumental plutôt austère (cf. p. 212-214). Cependant, son visage changeait lors des grandes occasions. La naissance d’un héritier pour la couronne, la venue d’un personnage illustre et plus encore l’entrée du souverain dans la ville ou les funérailles métamorphosaient la cité. Mais la ville avait ses propres fêtes et organisait des « mystères », auxquels le roi et la reine étaient conviés.

2La vie de la ville, devenue royale, fut rythmée par les allées ou venues et les bonnes ou mauvaises fortunes de la dynastie. Lors des décès d’immenses et mornes processions défilaient dans la ville depuis le château jusqu’à l’église Saint-Denis, tandis que les naissances provoquaient des effusions de joie et l’organisation de fêtes. Les archives de la ville nous apportent le regard de ses habitants sur les solennités amboisiennes. On constate ainsi qu’à mesure que la ville s’enrichissait leur nombre croissait et leurs mises en scène s’élaboraient. Disposant progressivement de moyens plus importants, la ville n’hésite pas à employer des artistes brillants pour confectionner des décors.

LES ENTRÉES ROYALES, LES JOYEUSES RÉJOUISSANCES ET LES TRIOMPHES FUNÈBRES

  • 1 Jacques Heers, Fêtes des fous et carnavals, Paris, 1983, 315 p. Du même auteur, voir également Fête (...)
  • 2 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, op. cit., p. 188-196 et 207-214. David Rivaud, « Les entrées roy (...)
  • 3 ACA, CC 112, fo 26vo, janvier et février 1498 (n. st.).
  • 4 ACA, CC 121, fo 32, mai 1506.

3Depuis l’entrée de Charles VI à Paris en 1380, les représentations théâtrales ont leur place au programme des festivités habituelles. Les préparatifs amboisiens ne différent guère de ceux qui ont pu être étudiés par Jacques Heers1, Jean-Pierre Leguay et David Rivaud2. Ainsi commence-t-on toujours par nettoyer la ville : « Curer la Masse », « oster la fange », « nectir le carroi », parfois sur ordre du roi3, mais le plus souvent sur celui du conseil de ville4. Ensuite, le conseil se réunit et délibère de la manière d’accueillir le souverain. La première entrée royale, celle de Charlotte de Savoie, est mentionnée dans les comptabilités et dans le registre de délibération de la ville. En septembre 1461, le conseil se rassemble pour :

  • 5 ACA, BB 1, fo 9vo, 26 août 1461.

Traicter de l’entree et deu que on fera a la joyeuse venue de la royne en ceste ville, qui devoit venir en ceste ville, et decida que la ville fust tendue depuis le pont jusques au Carroir et d’icelui Carroir jusques a la porte du chasteau et que joyeulx esbattemens se facent comme anges, volutes et autres belles choses pour ladicte venue.5

4Le terme « tendue » fait référence à la toile, tel un ciel, qui couvrait la rue. « Quelques belles sainctes » sont pendues dans les rues « aux dessus de la ville ». La réalisation des décors est confiée à un marchand, Jean Gandion le jeune, et à un peintre que l’on va chercher à Chaumont, nommé Briant. La ville fournit le tissu aux « joueurs d’instruments habillés de bougrans » mais il leur incombe de le « paindre a leurs despens ». Ces musiciens précédaient toujours le cortège avec les porteurs de bannières. Si l’on en croit les projets de décoration, la reine doit être accompagnée depuis le pont − sans doute la grosse tour du Pont − jusqu’à l’entrée du château − probablement la grande rampe d’accès méridionale −, en empruntant la rue « Blesienne » puis le Carroir.

  • 6 Ibid., fo 26ro.
  • 7 É. Cartier père, « Une réception princière municipale… », op. cit., p. 40-47 et plus particulièreme (...)
  • 8 ACA, BB 1, fo 26ro, 22 septembre 1466.

5Quelques années plus tard, en 1466, la ville reçoit la tante de Louis XI et de Charlotte de Savoie, Marguerite de Savoie, comtesse de Wurtemberg6. Tout d’abord, la comtesse est accueillie par le clergé de l’église Saint-Florentin. Selon la tradition, on attendait la personnalité à un point de rencontre stratégique, une place relativement dégagée, telle l’entrée d’un pont, puis l’on entrait dans la ville et on l’accompagnait jusqu’à une église où était célébré un office solennel. Enfin, on se rendait sur le lieu du banquet. Ici, il ne s’agissait pas de l’entrée d’un souverain, mais Louis XI avait adressé une lettre à la ville pour donner ses instructions. Les Amboisiens doivent, pour honorer la tante du roi en « pelerinaige a monseigneur saint Jacques de Galice », la recevoir et lui faire « tout l’onneur et la meilleure chere que faire sera possible, tout ainsi que vouldriez faire a nous mesmes7 ». Aussi, l’on adapte le cérémonial à la situation. Après lui avoir fait la révérence, on lui offre du raisin, des pommes et des poires puis on loge sa personne, ses gens et ses chevaux, chez trois personnages de la ville. Il était question qu’elle soit accueillie par Jean Morin8 − l’hôtel que nous connaissons n’étant pas encore édifié −, mais elle refuse de loger dans les murs et fait étape à l’hôtel de l’image Notre-Dame, chez Peronelle La Royne, sur l’île, entre les ponts. Ses 47 chevaux sont répartis entre la demeure de Colas Leguenays, l’hôtel « de la Levryere », et l’hôtel « de la Pye ». Les frais pour la comtesse s’élèvent à 16 ℓ. 19 s. 7 d. t.

6Les édiles ne perdaient jamais de vue qu’en période de réjouissances il était toujours plus aisé de placer une requête auprès du roi. Le 29 juin 1470, naît à Amboise le dauphin Charles, futur Charles VIII. Les recommandations de Louis XI sont formelles : interdiction de fêter l’événement. Si les Amboisiens respectent la volonté du roi, ils saisissent néanmoins l’occasion pour :

  • 9 Ibid., fo 44vo, 1er juillet 1470.

Demander au roy estant ou chastel dudit Amboise, au joyeulx advisement et nativité de monseigneur le daulphin, que lui pleust nous donner aucunes franchises et libertez, actendu qu’il estoit né oudit chastel et que on advisast quelque bonne chose a lui demander.9

7Leur requête, qui concernait l’installation d’un grenier à sel propre à la ville, n’aboutit pas pour autant.

  • 10 Murielle Gaude-Ferragu, « L’honneur de la reine : la mort et les funérailles de Charlotte de Savoie (...)
  • 11 AN, KK 69, fo 150ro, décembre 1483 : « Ausdits cent pouvres, pour leur aider a faire leurs despense (...)
  • 12 AN, KK 69, fo 159vo, décembre 1483.

8En décembre 1483, Charlotte de Savoie s’éteint au château. Si les comptes de l’argenterie de la reine permettent de restituer le détail de ses funérailles10, les comptabilités de la ville n’évoquent même pas l’évènement. Ainsi, après avoir exposé le corps d’abord dans la chapelle du donjon, puis dans l’église Saint-Florentin, une procession d’enfants de chœur et de 100 pauvres portant des torches défile du château à Saint-Denis, puis de Saint-Denis à Cléry-Saint-André. Ils partent tous à pied, mais sont défrayés de leur retour11. Sans que le cheminement du corps soit clairement exposé dans les textes, on peut imaginer que le cortège, portant des torches12, descend par la grande rampe d’accès du château et emprunte la rue principale de la ville, actuelle rue Nationale.

  • 13 L.-A. Bosseboeuf, Amboise, le château, la ville…, op. cit., p. 497. ACA, AA 130.

9Juin 1483 marque l’arrivée à Amboise Marguerite d’Autriche, fiancée à Charles VIII13. À cette occasion, est jouée « l’histoire de Pâris et des trois déesses ou le jugement de Pâris ». Des costumes de bougran vert, rouge et bleu habillent les déesses et les hommes sauvages les entourant, selon des patrons de Florentin Legay. L’estrade pour jouer la pièce est montée au bout des ponts de pierre, juste à l’entrée de la ville et au pied du château. Le menuisier amboisien Mathelin Prunelle dresse la scène (« eschaffaut »). Deux peintres, Estienne Delasalle et Pierre Briant de Chaumont − sans doute le même que celui qui était intervenu pour l’entrée de Charlotte de Savoie en 1461 – réalisent le décor. Suivant le goût médiéval pour les rébus, une marguerite de bois sculptée orne la scène et flottent ensemble les bannières aux armes de France et d’Autriche.

  • 14 ACA, CC 108, fo 25vo, 1491.
  • 15 Ibid., fo 44vo.

10Le Mystere de monseigneur Sainct Denys dont les décors, composés de saintes, sont réalisés par Pierre Thévenot, est donné en 149014. En décembre 1491, pour la première entrée d’Anne de Bretagne à Amboise, les édiles font « lever un mast ou carroué de cestedicte ville a la venue de la royne15 ».

  • 16 ACA, CC 109, fo 26vo.

11Le Mystere de la Passion est mis en scène en 1494 à l’occasion d’une nouvelle entrée de Charles VIII. Michel Laloue, le metteur en scène, reçoit 9 ℓ. t. pour « estudier le mistere de la passion Notre Seigneur qui avoit esté entreprins jouer en cestedicte ville et avoir esté a plusieurs repeticions avec les joueux » et on lui offre une coupe de 8,5 marcs d’argent16.

  • 17 Il s’agit de Bonne de Savoie (1449-1503), tante de Charles VIII puisque sœur cadette de Charlotte d (...)
  • 18 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, op. cit., p. 193.
  • 19 ACA, CC 109, fo 29ro.

12Le vendredi 19 février 1496 (n. st.), on organise une fête pour le retour de Naples de Charles VIII qui est accompagné de la duchesse de Milan17. La ville est-elle tendue d’étoffes ainsi qu’on l’a fait quelques dizaines d’années plus tôt ? Les comptes n’en témoignent pas. Comme le veut l’usage dans toute entrée royale18, un dais est tenu au-dessus du roi et sa monture durant la procession. Ses dimensions demandent deux aulnes de ruban blanc et violet pour confectionner, aux couleurs du roi vainqueur de Fornoue, les franges du « chassys de boys carré pour tendre le pesle pour mectre sur le roy a ladicte entree19 ». En outre, il semble que l’on organise au carroir un festin pour le roi, puisque l’on rétribue un menuisier :

  • 20 Ibid., fo 28vo.

Pour six dressouers de boys de seage faiz ou carroué de ladicte ville a l’eure que le roy vint en icelle a son retour de Napple pour mectre la vesselle d’argent et autres choses pour servir au banquet et choses que on faisoit pour l’entree dudit seigneur et aussi fait un parc de boys pour garder ladicte vesselle.20

  • 21 ACA, CC 111, fo 26vo, 1496.
  • 22 B. Guenée, Fr. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, 1968, p. 74.
  • 23 ACA, CC 112 fo 26vo, 24 décembre 1497.
  • 24 Ibid., fo 29vo.
  • 25 Ibid., fo 26vo.
  • 26 Ibid., fo 28ro.
  • 27 Ibid., fo 29ro.

13On peut se demander comment la ville s’est procurée la vaisselle ; sans doute un riche marchand ou le château l’a-t-il prêtée. La ville achète aussi 28,5 pippes d’hypocras et 6 livres de dragées qui sont distribuées dans les rues21. Il s’agit là encore d’une pratique traditionnelle. À l’entrée de Charles VII dans Paris le 12 novembre 1437, on avait doté chaque carrefour d’une fontaine à boissons22. Toutefois, à moins qu’il ne nous manque l’essentiel des faits, les entrées royales d’Amboise ne soutiennent évidemment pas la comparaison avec les fêtes orchestrées par les grandes villes telles que Paris, Rouen ou Lyon. À Noël 149723, le roi commande de représenter la Nativité Notre Seigneur qui est jouée au château24. Les travaux suivent leur déroulement habituel : « Curé et nectoyé la place ou se tient a present le marché pres la porte Saint Denis », « mené du gros sablon » pour éviter toutes glissades, « curé et nectoyé par plusieurs fois le commandement du roy a la porte Titery et semblablement le Carroir de ladicte ville » et enfin « mené et ramené du boys de seage au chastel pour faire les chaffaulx sur lesquelz a esté joué la nativité Notre Seigneur devant le roy »25. Pour monter la scène, 200 planches de sapin sont nécessaires26. Puis, la ville est parée et l’on prend un soin étrange à couvrir « de menuiserie l’escuczon ou sont les armes du roy au port du pont sortant hors la ville27 ».

  • 28 Alain Boureau, « Le simple corps du roi : l’impossible sacralité des souverains français », Paris, (...)
  • 29 ACA, CC 113, fo 26vo.

14À la mort de Charles VIII en avril 1498, le tragique évènement et la célèbre cérémonie sont à peine évoqués, dans un paragraphe de compte28. On donne ainsi : « Vingt cinq messes pour ung service solennel qui a esté fait en l’eglise monseigneur Saint Florentin d’Amboise le mardi […] pour l’ame du feu roy Charles dernier trepassé que Dieu absoille29 ».

  • 30 L.-A. Bosseboeuf, Amboise, le château et la ville…, op. cit., p. 500. ACA, AA 131.
  • 31 ACA, CC 208, pièce 73, 17 janvier 1509 (n. st.).
  • 32 ACA, CC 124, fos 42vo-43ro.
  • 33 ACA, CC 207, pièce 72, 1506. Les « fouaces », fameuses fouées tourangelles et angevines, sont des p (...)

15En 1500, lors de la seconde entrée d’Anne de Bretagne, après son mariage avec Louis XII, on interprète le Mystère de Jules César. La scène est ornée de porcs-épics et d’hermines, devises des souverains, de la gueule desquels jaillissent des boissons30. Enfin, en 1509, les festivités organisées à en l’honneur de Claude de France et de François d’Angoulême donnent naissance à un nouveau spectacle, le Mystère de la Passion. Cette fois les dépenses sont considérables : 950 ℓ. t. au total31. En 1511, la ville n’a toujours pas fini de payer les acteurs32. On ne sait toutefois que peu de choses du spectacle. Les scieurs de long besognent à l’érection de la scène, les prêtres de Saint-Denis qui interprètent des rôles dans la pièce se laissent pousser la barbe et l’on engage quelqu’un pour faire les fouaces à déguster durant les festivités33.

  • 34 L.-A. Bosseboeuf, Amboise, le château et la ville…, op. cit., p. 501. ACA, AA 132.

16Les mystères d’Amboise acquièrent une certaine renommée. Louis Ier d’Orléans, duc de Longueville et comte de Dunois, qui a l’« intention de faire jouer led. Mistère » à Châteaudun, écrit le 5 octobre 1518 à la ville d’Amboise pour avoir le livre du mystère « qui est, comme l’on dit, le plus beau que l’on puisse trouver », en ajoutant qu’il « feray rendre et renvoyer » le livre, qui comporte 482 folios34.

LE MYSTÈRE DE LA NATIVITÉ : DÉCOR ET MISE EN SCÈNE

  • 35 Marius Sepet, « Les prophètes du Christ. Étude du théâtre au Moyen Âge », (4e article), Bibliothèqu (...)
  • 36 ACA, CC 112, fos 29 à 33.

17Le Mystère de la Nativité est joué dans la cour du château le soir de Noël 1497. Est-ce dans la cour du donjon ou plutôt dans la seconde cour ? Rien ne nous le dit. Le sujet de la nativité ici choisi est un grand classique des thématiques empruntées par les mystères médiévaux35. La mise en scène du mystère est élaborée et les comptes livrent seulement quelques détails du décor et certains accessoires dont il nous faut retrouver les dispositions36. La scène est éclairée de torches et de chandelles. Deux tabernacles façonnés pour l’occasion servent l’un à mettre en valeur Notre-Dame et l’autre les idoles. Estienne Perrin, le menuisier, fabrique aussi « deux grans tableaux faiz pour mectre deux grans myrouers ». La ville lui fournit bois, tonneaux (« douelles »), chaume, perches et plomb ainsi que six manœuvres pour l’aider. Ils mettent ainsi au point « ung engin a quatre poulies a monter et descendre les anges en paradis ». En outre, « sept douzaines d’estain dorez » et deux plats de verre sont commandées, et deux « rusches pour faire les lys ».

18On peut donc imaginer un décor sur deux niveaux : un niveau terrestre, et un niveau céleste d’où les anges montent et descendent. Les anges dotés d’ailes portent des lys et entourent Dieu le Père qui reçoit une couronne d’empereur et une calotte (« ung tymbre »). Tandis que les anges descendent sur terre pour porter la nouvelle aux bergers (« aux pastoureaux »), dans le ciel scintille une étoile (« estoille »), l’étoile du berger pour laquelle on a acheté « ung quarteron de demy or fin ». Le spectacle doit s’achever en apothéose détonante : 13 « fuzees emplies de pouldre de canon et demye livre de cocton » ont été commandées ; 12 d’entre elles « furent mises en ung ydolle et l’autre en paradis en laquelle fut gectee dudit lieu a ladicte ydolle pour icelle brusler ».

  • 37 FSL, Compte 1495-1496, fo 181.

19Les techniques employées par le peintre Anthoine Briant sont dignes d’intérêt. Il a besoin d’un boisseau de farine de seigle et de 6 livres de colle qu’il mélange pour coller le papier des lys. Ces diverses fournitures sont commandées à un apothicaire amboisien, Jean Jusqueau, qui livre également 1 once et 6 gros de camphre, 4 livres « verdet », 6 livres « rouzines », 2,5 livres d’eau de vie, 4 torches de 1 livre de cire et de 1/2 livre de cire rouge. Alors qu’au château, où Bryant œuvre également, on utilise de l’huile et de la graisse comme medium37, pour ce décor les pigments semblent être dissouts dans l’alcool. On peut penser que les pigments sont notamment employés à peindre les « six aulnes de bougran noir baillé a Anthoine Bryant paintre pour la Nativité » que Guillaume Bourgeau, marchand, lui a procuré. En outre, sont fournies une toque noire pour le costume de l’un des acteurs et huit mains de papier, sans doute pour écrire la pièce.

  • 38 P. de Vaissière, Le Château d'Amboise, op. cit., p. 103-107, d’après BnF, ms. fr. 10420, fos 140ro- (...)

20Le spectacle n’est documenté que par les comptabilités amboisiennes et nul ne sait vraiment pour qui il est joué. Les Amboisiens ayant totalement géré les préparatifs sont-ils invités à se joindre à la cour ? Et par ailleurs, où la scène est-elle dressée ? En décembre 1497, compte tenu des travaux qui ne sont pas encore achevés au château, l’espace libre doit être assez limité. En installant la scène dans la cour du donjon, les galeries orientales et méridionales pouvaient assurer le rôle de tribunes. On pourrait donc supposer que le mystère se joue au donjon où les logis sont toujours occupés par le couple royal. Mais on imagine mal, alors même que l’on a privatisé volontairement le donjon, toute cette foule à deux pas des chambres des souverains. Par contre, en installant la scène dans la seconde cour, on dispose du logis des Sept Vertus, pourvu d’une galerie chauffée ce qui n’est pas négligeable au vu de la saison ; des portiques orientaux du logis longeant le fossé, qui ont également vue sur la cour ; de la coursière suspendue devant la grande salle et de tout l’espace de la cour. Conformément au projet qu’il a imaginé, la fête de Charles VIII s’est probablement déroulée dans la seconde cour, espace d’apparat et de réception, le donjon restant fermé aux étrangers. Cependant, lorsque Pierre Sala rapporte l’exploit de François Ier transperçant in extremis de son épée un sanglier qui s’est introduit dans la galerie de la reine – à l’étage du logis dit de Louis XI – le 26 juin 1515 au cours de festivités, la cour se tient alors dans le donjon38. Cet épisode du sanglier révèle sans contradiction la manière d’habiter le château de François Ier qui diffère de celle de Charles VIII. Manifestement François Ier entretenait une grande proximité avec sa cour et Pierre Sala ne manque pas de souligner que « tant y eut à cette foiz de princes, princesses, dames et demoiselles ; chevaliers et gentilz hommes, que tout le chasteau en fut plain ». Le château d’Amboise, pensé par Charles VIII mais portant en héritage des édifices issus des premiers seigneurs comme de chacun des rois, proposait une telle diversité d’espace que l’on pouvait l’aménager avec quelques artifices à toute situation et plier les lieux aux désirs du souverain.

21Quelques années plus tard, au printemps 1518, à l’occasion du baptême du dauphin François ainsi que du mariage du duc d’Urbin et de Madeleine de la Tour d’Auvergne, François Ier fait installer une immense passerelle de bois pour racheter la différence de niveau du sol entre la collégiale Notre-Dame-et-Saint-Florentin et la seconde cour du château. La description de la scène est connue notamment par le récit d’un ambassadeur italien qui assiste à la fête :

  • 39 A. S. Mantoue, A. G. 85, fos 88-91. 1518, 26 avril, Amboise (Stazio Gadio) (cité dans M. Chatenet, (...)

Hier qui fut le dimanche 25 avril, au château d’Amboise, dans le logis de Mme d’Angoulême, mère du roi Très Chrétien, on prépara une salette […]. De cette salette jusqu’à l’église qui est dans le circuit du château, on fit un chemin de bois à travers le château qui descendait par quelques degrés, si plats qu’on avait pas de peine à descendre ni à monter ; il était entièrement recouvert de beaux tapis ; au-dessus, il y avait des voûtes et des architraves de verdures avec de nombreux festons [guirlandes] ornés de dauphins. Ce chemin traverse deux grandes cours ou places ; l’une d’elles, toute couverte de toile et tendue de belles tapisseries disposées depuis les galeries ou coursières jusqu’à terre, servit à danser aux noces du duc Lorenzo. L’autre n’est pas couverte mais bien ornée de tapisserie. Dans ces décorations de verdure il y avait de nombreux chandeliers où brûlaient des torches blanches.39

  • 40 À propos des fêtes de François Ier, en particulier à Amboise en 1518 (25 avril, le baptême du dauph (...)

22Nous avons là un aperçu de la manière dont peuvent être utilisés les tapis et tapisseries décomptés dans les inventaires et autres minutes de l’hôtel. À cette description, ajoutons quelques mentions des comptes de l’argenterie de François Ier qui donnent l’ampleur de la fête ayant coûté au moins 6 143 ℓ. t.40. Un tournoi a été organisé ; pour cela le roi a fait convoyer de nombreuses armes à feu :

  • 41 AN, KK 289, fo 226ro, 1518.

Trente six grosses pieces d’artillerie, deux cens hacquebutes a crocq, deux cens cinquante halectz, trois cens picques ferrees, pouldres et autres munitions depuis le chasteau de Tours, jusques en la ville d’Amboise, voicture par terre et eaue de deux canons de fer depuis la ville de Romorantin audit Amboise. Achaptz de plomb, fer, cordaiges et drogues a faire feu artificiel avecques plusieurs autres choses necessaires servans au tournoy que ledit sieur fait faire en la ville d’Amboise.41

  • 42 Ibid., fo 508ro-vo, 1518.
  • 43 Ibid., fo 512ro, 1518 : « A Dominique da Cortonne, la somme de soixante livres tournois a luy ordon (...)

23Le tournoi se déroule sur la place du grand marché de la ville, et le roi rembourse les dégâts causés par le passage des hommes d’armes42. Les scènes, qui comprennent en ville un « bastillon » mais aussi dans la cour du donjon une estrade, décrites par l’ambassadeur italien, sont conçues par Dominique da Cortone qui est payé pour avoir travaillé jours et nuits43.

24Aujourd’hui, le souvenir de ces fêtes est encore conté par la troupe de théâtre La cour du roi François, siégeant au pied de la rampe d’accès castrale, qui monte des spectacles ayant pour cadre le château. En faisant revivre ces fêtes, la troupe restitue le lien fort unissant une ville et son roi dont les préoccupations quotidiennes bien éloignées se rejoignaient occasionnellement pour partager la joie.

Notes

1 Jacques Heers, Fêtes des fous et carnavals, Paris, 1983, 315 p. Du même auteur, voir également Fêtes, jeux et joutes dans les sociétés d’Occident à la fin du Moyen Âge, Montréal, Paris, 1971, 147 p.

2 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, op. cit., p. 188-196 et 207-214. David Rivaud, « Les entrées royales, outil politique pour un modèle participatif : le point de vue des municipalités dans les villes du Centre Ouest (XIVe-XVIe siècles) », communication orale lors du séminaire de recherche tenu au CESR le 23 septembre 2008, Vecteur de l’idéal : les entrées : légitimation implicite et fabrique du consentement, Françoise Alazard (dir.).

3 ACA, CC 112, fo 26vo, janvier et février 1498 (n. st.).

4 ACA, CC 121, fo 32, mai 1506.

5 ACA, BB 1, fo 9vo, 26 août 1461.

6 Ibid., fo 26ro.

7 É. Cartier père, « Une réception princière municipale… », op. cit., p. 40-47 et plus particulièrement p. 41.

8 ACA, BB 1, fo 26ro, 22 septembre 1466.

9 Ibid., fo 44vo, 1er juillet 1470.

10 Murielle Gaude-Ferragu, « L’honneur de la reine : la mort et les funérailles de Charlotte de Savoie (1er-14 décembre 1483) », Revue historique, tome 652, 2010, p. 779-804.

11 AN, KK 69, fo 150ro, décembre 1483 : « Ausdits cent pouvres, pour leur aider a faire leurs despenses a leur en retourner dudit lieu de Clery a Amboize et es environs ou est leur demourance apres que le corps de ladicte dame fut en sepulture, a esté donné a chacun desdits pouvres 3 s. 8 d. t. par l’ordonnance de monseigneur l’evesque de Perigueux, Messires de Mailly, du Fou et de la Celle Guenanlt devant nommez par les mains desdits Godeau, Goulet, Blandin et de Brion comme dit est qui est pour lesdits cent pouvres audit pris de 3 s. 8 d. t. a chacun, la somme de 18 ℓ. 6 s. 8 d. t., a eulx payee comme dessus, comme par certifficacion desdits Godeau, Goulet, Blandin et de Brion, rendue sur la XVIe partie precedente ; pour ce cy, ladicte somme de 38 ℓ. 6 s. 8 d. t. ».

12 AN, KK 69, fo 159vo, décembre 1483.

13 L.-A. Bosseboeuf, Amboise, le château, la ville…, op. cit., p. 497. ACA, AA 130.

14 ACA, CC 108, fo 25vo, 1491.

15 Ibid., fo 44vo.

16 ACA, CC 109, fo 26vo.

17 Il s’agit de Bonne de Savoie (1449-1503), tante de Charles VIII puisque sœur cadette de Charlotte de Savoie, qui avait épousé par procuration Galeazzo-Maria Sforza, duc de Milan, à Amboise le 10 mai 1468 (Michèle Brocard, Yolande de France, duchesse de Savoie, sœur de Louis XI, Saint-Gingolph, 1999, 210 p.).

18 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, op. cit., p. 193.

19 ACA, CC 109, fo 29ro.

20 Ibid., fo 28vo.

21 ACA, CC 111, fo 26vo, 1496.

22 B. Guenée, Fr. Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, 1968, p. 74.

23 ACA, CC 112 fo 26vo, 24 décembre 1497.

24 Ibid., fo 29vo.

25 Ibid., fo 26vo.

26 Ibid., fo 28ro.

27 Ibid., fo 29ro.

28 Alain Boureau, « Le simple corps du roi : l’impossible sacralité des souverains français », Paris, 1988, 155 p. en particulier p. 35. Théodore Godefroy, Le cérémonial de France, description des cérémoniées, rangs et séances observées aux couronnements, entrées et enterremens des roys et roynes de France, et autres actes et assemblées solemneles, recueilly des Mémoires de plusieurs secrétaires du roy, hérauts d’armes et autres, Paris, 1619, p. 24-50 (d’après le récit de Pierre d’Urfé en 1498).

29 ACA, CC 113, fo 26vo.

30 L.-A. Bosseboeuf, Amboise, le château et la ville…, op. cit., p. 500. ACA, AA 131.

31 ACA, CC 208, pièce 73, 17 janvier 1509 (n. st.).

32 ACA, CC 124, fos 42vo-43ro.

33 ACA, CC 207, pièce 72, 1506. Les « fouaces », fameuses fouées tourangelles et angevines, sont des petits pâtons de pâtes à pain promptement cuits puis fourrés.

34 L.-A. Bosseboeuf, Amboise, le château et la ville…, op. cit., p. 501. ACA, AA 132.

35 Marius Sepet, « Les prophètes du Christ. Étude du théâtre au Moyen Âge », (4e article), Bibliothèque de l'École des Chartes, 1868, tome 29, p. 261-293.

36 ACA, CC 112, fos 29 à 33.

37 FSL, Compte 1495-1496, fo 181.

38 P. de Vaissière, Le Château d'Amboise, op. cit., p. 103-107, d’après BnF, ms. fr. 10420, fos 140ro-143. Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire : symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, 1987, 500 p.

39 A. S. Mantoue, A. G. 85, fos 88-91. 1518, 26 avril, Amboise (Stazio Gadio) (cité dans M. Chatenet, La cour de France…, op. cit., p. 229).

40 À propos des fêtes de François Ier, en particulier à Amboise en 1518 (25 avril, le baptême du dauphin François ; 2 mai, le mariage de Laurent de Médicis), les sources et la bibliographie sont abondantes. On se réfèrera notamment à : Anne-Marie Lecoq, « Les résidences royales à l’épreuve des fêtes. Les courts-circuits du charpentier », dans les Actes du colloque tenu à Tours du 6 au 10 juin 1988, Architecture et vie sociale. L’organisation intérieure des grandes demeures à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, Jean Guillaume (dir.), Paris, 2003, p. 83-95. M. Sanudo, Diarii, tome 25, Venise, 1889, col. 405, 406, 407-413. BnF, Rés. 8o LG 30 237 : Le Baptesme de monseigneur le Daulphin de France…, s. l. n. d. (non paginé). T. et D. Godefroy, Le cérémonial françois, Paris, 1649, tome 1, p. 139-142. E. Solmi, « inediti sulla dimora di Leonardo da Vinci in Francie nel 1517 e 1518 », Archivio storico lombardo, tome XXXI (2), 1904, p. 397-408.

41 AN, KK 289, fo 226ro, 1518.

42 Ibid., fo 508ro-vo, 1518.

43 Ibid., fo 512ro, 1518 : « A Dominique da Cortonne, la somme de soixante livres tournois a luy ordonnee par le roy nostresire pour ses peines et sallaires d’avoir vaqué en dilligence de jour et de nuyct c’est assavoir 10 journees a faire faire les bastillons fait ou grant marché d’Amboise pres le tournoy du baptisement de monseigneur le daulphin, oultre six nuyctees qu’il a aussi vacquees et 16 journees ; oultre quatre nuyctees a faire faire les eschauffaulx es galleries qu’il a convenu faire pour le baptisement de monseigneur le daulphin ; aussi a faire la salle pour les nopces de monseigneur le duc d’Urbin ».

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search