Version classiqueVersion mobile

Amboise

 | 
Lucie Gaugain

Partie IV. Habiter Amboise à l’aube de la Renaissance

Chapitre 10. L’architecture privée

Texte intégral

1 L’architecture privée se divise en deux grands types d’édifices : les hôtels et les maisons dont il faut établir les caractéristiques et déterminer, dans la mesure du possible, l’évolution architecturale. L’absence d’archives, la transformation des édifices et parfois les problèmes d’accès aux demeures privées ont nécessité de mettre en place une méthodologie rigoureuse et de nous subordonner à certains paramètres.

MÉTHODOLOGIE

2Le cadre géographique de l’étude se circonscrit aux frontières de la commune, avec une forte concentration des vestiges dans les secteurs de l’ancienne enceinte de ville, du faubourg Saint-Denis, de l’ancien grand marché, des marais asséchés vers 1489-1490 et de l’île (fig. 1 CC). Le cadre temporel est délimité, théoriquement, par les années 1421 et 1525. Ces dates butoirs correspondent à des faits historiques, mais la genèse architecturale ne fut pas aussi rigide. Pour identifier les édifices construits durant cette période, le recours à l’analyse stylistique atteint vite ses limites car nombre d’édifices sont dépourvus de décor.

3Dès lors, les caractéristiques de cette période reposent sur deux données essentielles : l’état architectural de la ville lorsqu’elle devient ville royale puis l’évolution qu’elle suit sous l’influence de la cour de France. Parmi les édifices aisément datables, certains bâtiments sont antérieurs au XVe siècle ou d’autres directement postérieurs. L’architecture antérieure à la fin du Moyen Âge est particulièrement rare à Amboise ; seuls subsistent quelques témoignages des XIIIe ou XIVe siècles (fig. 191, 192 et 193). Il a donc bien existé un renouveau important du bâti aux XVe et XVIe siècles. De même, l’architecture immédiatement postérieure au milieu du XVIe siècle (fig. 194) n’est quasiment pas rencontrée, ce qui vérifie que la conjuration d’Amboise en mars 1560 signa la fin de la période de faste.

Fig. 191 > Emplacement du 38 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 193 > Vue de la charpente de comble du 38 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général].

Fig. 194 > Vue ancienne du 16 place Richelieu [© Région Centre, Inventaire général].

4L’architecture privée amboisienne distingue les édifices en pierre de ceux en pan-de-bois, à première vue, difficilement datables car ils relèvent d’une architecture traditionnelle et vernaculaire qui présente une mise en œuvre rencontrée du XVe au XVIIIe siècle. Le décor y est simplifié, voire inexistant, et la fourchette de datation stylistique pourrait s’étendre sur plusieurs siècles. Cependant, à partir de la définition typo-stylistique de l’architecture de pierre, nous avons pu intégrer à notre corpus des édifices de bois faiblement ornés. Pour fixer formellement quelques repères, quatre hôtels et manoirs et quatre maisons ont été datés par dendrochronologie. Ces analyses ont été réalisées sur des bâtiments présentant soit une technique constructive unique mais extrêmement intéressante, soit, au contraire, retrouvée fréquemment à Amboise ce qui permet par extension de dater d’autres bâtiments. La méthode a cependant ses limites, la diffusion des formes ne connaissant pas nécessairement une évolution continue. Le travail de recensement a été clos lorsque les données se sont recoupées, en estimant qu’un échantillonnage de 120 édifices était représentatif sans pour autant être exhaustif, dans la mesure où nombre de maisons sont enduites, ce qui masque les structures constructives, et où nombre d’autres ont subi un alignement de leur façade au XIXe siècle. De plus, la visite de l’habitat privé est soumise à l’approbation des propriétaires et quelques portes sont restées fermées.

5Dans le souci de retrouver le visage médiéval d’Amboise, le corpus comprend certains bâtiments transformés mais ayant conservé quelques éléments datants et d’autres situés dans un secteur urbanisé durant cette période, dont les éléments ne sont pas plus favorables que défavorables à une datation médiévale. Afin d’affiner l’appréciation sur les bâtiments délicats à dater − outre la dendrochronologie −, plusieurs procédés ont été utilisés : la photogrammétrie des façades, grâce à laquelle on peut étudier la longueur des bois, leur largeur et leur espacement ; l’étude des bois dont on note : l’essence, le mode de débitage, la qualité, la rectitude et les dimensions ; et, pour 11 d’entre eux, le relevé de charpentes. La sélection des édifices a donc recouvert cinq possibilités : soit l’édifice présente des caractéristiques architecturales évidentes de la fin du Moyen Âge (fig. 195 et 196) ; soit l’édifice actuel a recouvert un bâtiment de la fin du Moyen Âge mais ses dispositions prouvent sa filiation avec l’édifice antérieur ; soit l’édifice ou une partie de celui-ci est antérieur à la période étudiée et témoigne d’une occupation de la place précédant le renouveau de la ville à la fin du Moyen Âge ; soit les caractéristiques architecturales restent neutres pour une datation de la fin du Moyen Âge (fig. 197). Pour cette catégorie d’édifice malheureusement bien représentée le choix fut restreint au minimum. Soit enfin, l’édifice n’a pas pu être visité mais sa période de construction est connue et sa seule localisation constitue déjà un élément important pour la topographie de l’architecture amboisienne de la fin du Moyen Âge (fig. 198 et 199). Fort de ces paramètres, ce ne sont pas nécessairement les structures les plus remarquables qui ont fait l’objet de relevés architecturaux.

Fig. 192 > Plan de l’édifice et coupes de la charpente du comble du 38 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 195 > Emplacement du 46 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].

Fig. 196 > Vue du mur gouttereau de la deuxième maison du 46 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 197 > Vue de la façade du 8 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

6Ainsi ont été recherchés comme susceptibles d’être employés à la fin du Moyen Âge les techniques et critères suivants : la situation topographique de l’édifice, l’encorbellement sur double sablière et sur poteaux élargis, l’encorbellement sur solives débordantes, les poteaux corniers enfourchés par les sablières, le pan-de-bois à grille, le pan-de-bois à croix de Saint-André, la charpente à fermes et à pannes avec comble à surcroît ainsi que poutres faîtières et sous-faîtières, la charpente à fermes et à pannes sans comble à surcroît mais toujours avec poutres faîtières et sous-faîtières, la ferme débordante ; et enfin, le décor, délicat à interpréter car il est souvent restauré voire amputé. L’identification des édifices de pierre est quant à elle plus aisée, les éléments qui orientent cet inventaire étant : leur situation topographique, les techniques de mise en œuvre des maçonneries en pierre ou en brique, les charpentes à chevrons formant fermes ainsi que les moulures et les sculptures qui sont plus fréquentes que dans le pan-de-bois mais tout aussi dénaturées.

DE L’ÉTUDE DES CAVES À CELLE DU PARCELLAIRE

7Sur le plan cadastral de 1808, les quartiers médiévaux se caractérisent par un parcellaire profondément laniéré (fig. 6 et 37 CC). Cependant, le parcellaire médiéval ne se cantonne pas à ce seul caractère. L’analyse de terrain, en particulier des caves, mais aussi celle des textes, viennent pondérer les données du cadastre ancien. Les parcelles laniérées se situent le long des axes principaux de la ville : le long de la rue de la Concorde, de la place Michel Debré, de la rue Victor Hugo, de la rue Newton, de la rue Nationale, ainsi que dans les petites rues adjacentes (fig. 4 CC). Au sein du secteur de l’ancienne enceinte urbaine, trois zones présentent un tissu urbain plus lâche : la première longe le quai des Marais, les parcelles plus grandes résultant des aménagements modernes d’industries sur le bord de la Masse ; la seconde se situe dans l’ancien quartier du Petit Fort ; enfin, la troisième se localise entre l’extrémité de la rue Newton qui touche la place Michel Debré et le mur d’enceinte vers la rue Racine, vers l’ancien cimetière de la fin du XVIIIe siècle (cf. p. 37). La taille des parcelles ne révèle cependant pas de façon certaine la date de construction des édifices, car le niveau social des commanditaires joue également un rôle important dans le choix de l’implantation de leur demeure. Ainsi, au Petit Fort, dans la seconde zone, les habitations espacées de la fin du Moyen Âge sont fréquentes, correspondant à des hôtels. À l’inverse, le faubourg Saint-Denis est également découpé selon un parcellaire laniéré et dense à rattacher aux zones tout aussi urbanisées que celles de l’enceinte. Contrairement à ce que laisserait penser la seule analyse de leur parcellaire assez lâche, les quartiers du grand marché, de l’île, et des marais figurent également parmi les secteurs habités à la fin du Moyen Âge.

8À chaque type de zones, laniérée ou lâche, correspond un type de parcelle qui n’influe pas nécessairement sur sa surface. Dans le parcellaire laniéré, les parcelles sont étroites tandis que dans le parcellaire lâche elles sont larges. Mais la taille de la parcelle conditionne inévitablement les dispositions de la maison : il faut à nouveau distinguer au sein des parcelles étroites, les parcelles traversantes pouvant disposer de deux façades sur rue, de celles adossées au rempart, ou des parcelles situées aux limites du parcellaire lâche qui n’en ont qu’une. De même, les distinctions au sein des parcelles larges se font entre les parcelles traversantes, les parcelles adossées entre elles et les parcelles en cœur d’îlot.

9L’étude des caves a permis de rétablir les données du parcellaire médiéval car dans nombre de cas, la cave médiévale a été conservée lors de la reconstruction moderne ou contemporaine du bâtiment. La présence de caves se limite aux zones non menacées par les crues : rue de la Concorde, place Michel Debré et dans une moindre mesure, rue Nationale. Les 35 caves ou salles basses excavées se répartissent selon quatre types (fig. 42 CC) : les caves voûtées en berceau régulier, avec doubleaux à rouleaux successifs (fig. 200) ; celles à berceau brisé renforcé de doubleau également brisé (fig. 201) ; celles voûtées en berceau surbaissé (fig. 202) ; et une salle basse excavée voûtée d’arêtes et de nervures d’ogives non pénétrantes (fig. 168 et 203).

Fig. 198 > Emplacement du Sauvage [© L. Gaugain].

Fig. 199 > Plan cadastral de 1808, parcelle du Sauvage [© L. Gaugain].

Fig. 200 > Vue de la descente de cave du 25 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 201 > Vue aquarellée de la cave du 17 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 202 > Vue aquarellée de la cave voûtée en berceau surbaissé du 34 rue Nationale [© L. Gaugain].

Fig. 203 > Emplacement du 18 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 204 > Emplacement du 5 rue Newton [© L. Gaugain].

Fig. 205 > Vue aquarellée de la vis d’accès à la cave du 5 rue Newton [© L. Gaugain].

  • 1 Simone Collin-Rosset, Jacques Guillaume, Anne Remy-Tosi, « Marville : l’apport de l'étude des sous (...)
  • 2 Jean-Denis Clabault, Les caves médiévales de Lille, Villeneuve d’Ascq, 2001, 223 p. Jean-Denis Cla (...)

10Les premières, au nombre de trois, se rencontrent au sein du parcellaire laniéré, dans le cœur de la ville médiévale, au pied du château (fig. 42 CC). Aujourd’hui, ces caves présentent un plan rectangulaire allongé duquel partent de nombreuses ramifications en grande partie remblayées et non accessibles. Les berceaux, construits en pierres de taille de tuffeau dressées à la laye, reposent sur des murs en moellons de tuffeau ébauchés ou équarris liés au mortier de chaux. La descente de ces caves, soutenue par des doubleaux à rouleaux successifs (fig. 200), constitue un élément de datation relativement fiable que l’on retrouve à Marville1, à Lille ou à Douai au XIVe siècle2. Les bâtiments édifiés à leur aplomb sont contemporains ou légèrement postérieurs. La cave du 25 rue de la Concorde, la mieux conservée des trois, possède un escalier droit particulièrement large qui atteint 2,20 m et témoigne sans doute du besoin d’accéder rapidement et aisément au niveau bas pour entreposer les denrées.

  • 3 Clément Alix, « L’habitat d’Orléans du 12e au début du 15e siècle ; état de la recherche : étude d (...)
  • 4 Annie Cospérec, Blois, la forme d’une ville, Paris, 1994, p. 100-101.
  • 5 Claudine Billot, Chartres à la fin du Moyen Âge, Paris, 1987, 360 p. Olivier Desforges, « La maiso (...)

11Le second groupe se compose de trois caves également situées rue de la Concorde ; leur voûte en berceau brisé est renforcée de doubleaux brisés (fig. 201). Elles sont construites en pierre de taille de tuffeau, tandis que des moellons grossièrement équarris constituent la base des murs. L’exhaussement manifeste du niveau du sol ne permet pas de connaître leur hauteur sous voûte d’origine. Dans la cave du 7 montée Abd-el-Kader sont conservés une partie du ciel et du front de taille qui caractérisent une ancienne carrière d’extraction de pierre. Ces aspects se retrouvent dans certaines caves datant des XIIIe et XIVe siècles à Orléans3, mais aussi à Blois4, Chartres ou Provins5. À Amboise, dans les premières années des comptabilités de la ville, une partie de la pierre de construction est encore tirée de carrières des faubourgs proches. L’emplacement de cette cave, située au pied du château dans un secteur sans doute urbanisé très tôt, laisse supposer qu’elle servait de carrière avant le milieu du Moyen Âge.

  • 6 Les traces de brétures n’ont été rencontrées qu’une fois, dans les caves de l’hôtel Morin.
  • 7 J.-D. Clabault, Les caves de Douai…, op. cit., 337 p. et particulièrement p. 58.
  • 8 Nous tenons à remercier Christian Davy qui s’est aimablement déplacé à Amboise pour étudier les pe (...)

12Le troisième type se définit par des caves voûtées en berceau et regroupe une trentaine d’adresses réparties entre la rue de la Concorde, la place Michel Debré et la rue Nationale (fig. 204 et 205). Elles sont construites en moyen appareil de pierres de taille de tuffeau dressées à la laye selon une taille principalement oblique et plus rarement croisée6 (34 rue Nationale ; fig. 202). Leur emprise au sous-sol peut être corrélée au parcellaire laniéré, sauf dans les zones de l’enceinte urbaine au parcellaire lâche où la cave n’occupe qu’une partie du sous-sol ce qui prouve que parfois les demeures ont été construites sur deux voire trois parcelles achetées et réunies à cet effet (2, 14, 20 et 22 rue de la Concorde ; 54 place Michel Debré). Situées à 2 ou 3 m sous le niveau du sol actuel, elles représentent la majorité des caves amboisiennes. Les pierres de taille de la voûte, assemblées au mortier de chaux et sable, reposent parfois sur des murs de moellon grossièrement équarri (5 rue Newton). Ces caves ordinaires proposent peu de caractères datants ; des caves similaires des XIVe-XVe siècles existent à Douai7. Celles d’Amboise remontent sans doute aux XVe ou XVIe siècles au vu des modules allongés du moyen appareil réglé de tuffeau qui y sont employés, des constructions qui sont érigées à leur aplomb et du renouveau de la ville à cette époque. Cependant, la cave du 25 quai Charles Guinot, dont le berceau porte encore des vestiges de peintures murales figurant une scène de combat chevaleresque, estimées du troisième quart du XIIIe siècle8, est bien antérieure à la fin du Moyen Âge (fig. 169).

Fig. 206 > Emplacement du 52 rue Rabelais et 1 rue Joyeuse [© L. Gaugain].

  • 9 Alain Salamagne, « Du vocabulaire et de l’identification de la pierre dans l’architecture gothique (...)

13Enfin, une salle basse excavée, voûtée d’arêtes et de nervures d’ogives chanfreinées prend place au 18 rue de la Concorde (fig. 168). Les voûtes en pierre de taille de tuffeau ont conservé les traces d’un soigneux layage oblique, tandis qu’une partie des murs est élevée en moellon de tuffeau. Les voûtes sont effondrées en de nombreux endroits, mais l’on observe toutefois les retombées des ogives qui adoptent la technique du tas-de-charge. Ce type de mise en œuvre prouve le niveau de connaissance stéréotomique des maçons et appelle les comparaisons avec Orléans et Douai9.

Fig. 207 > Emplacement du 12 rue Newton [© L. Gaugain].

14Ailleurs dans la ville, on observe peu de véritables caves. Aux abords de la Masse, la zone marécageuse interdit toute structure souterraine. Parfois une sorte de garde-manger prend place sous la cuisine. Accessible par une trappe, ce petit espace de 2 ou 3 m2 a été ménagé en rehaussant de 50 cm le sol de la cuisine et en creusant sur 1 à 1,50 m le sous-sol (1 rue Joyeuse ; 52 rue Rabelais ; fig. 206). Au 12 rue Newton, on note une autre disposition : le rez-de-chaussée légèrement encaissé est laissé vierge de tout aménagement à l’exception d’un puits (fig. 207 et 208). La salle prend donc place 1 m sous le niveau de la rue, les niveaux résidentiels ne commençant qu’au 1er étage. Dans la rue Victor Hugo, on s’est servi, du côté du coteau des espaces troglodytiques (fig. 209) et du côté de la Masse de la déclivité naturelle du terrain qui descend vers le lit du ruisseau (fig. 210a). Ainsi, le rez-de-chaussée des édifices donne sur la rue Victor Hugo et l’espace de stockage au rez-de-jardin. Ce sont des espaces planchéiés et non voûtés, qui ont aussi joué le rôle d’écuries (78 rue Victor Hugo).

Fig. 208 > Vue du puits de la cave du 12 rue Newton [© L. Gaugain].

Fig. 209 > Vue aquarellée de l’entrée d’une habitation troglodytique [© L. Gaugain].

15Dans l’ensemble de ces caves, les aménagements sont rares et rudimentaires. Quelques unes ont conservé leur accès d’origine qui peut être constitué par un escalier droit ou par une petite vis en pierre (fig. 205), et plus rarement en bois, mettant en communication le rez-de-chaussée et le niveau excavé. Les escaliers droits mesurent au moins 1,20 m de large et débouchent dans la cour arrière du bâtiment (8 et 46 place Michel Debré ; 2, 14, 20, 50-52 rue de la Concorde ; hôtel de la placette Saint-Florentin) ; les vis montent de fond à l’aplomb de l’escalier principal (5 rue Newton ; 9-11 rue Victor Hugo ; 40, 52 et 54 place Michel Debré ; hôtel Morin) ou depuis la cour (52 place Michel Debré ; 34 rue Nationale).

16Les caves de la place Michel Debré disposent de soupiraux ouvrant sur la chaussée de la place. De par leur taille réduite, ces ouvertures (40 à 50 x 30 cm) ne peuvent être liées qu’à une fonction d’éclairage et d’aération du lieu. Le mode d’accès à la salle basse excavée du 12 rue Newton se particularise par une porte surbaissée ouvrant depuis la rue sur un escalier droit et large (1,20 m) (fig. 208). Les caves de la rue de la Concorde sont quant à elles toujours situées à 2 ou 3 m sous le niveau de la rue.

Fig. 210a > Vue de la façade arrière du 92 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].

  • 10 Dans le cas du 12 rue Newton, la maison étant construite sur les bords de la Masse, le creusement (...)

17Certaines caves accueillent un puits. Lorsqu’il traverse la voûte, sans doute pour être utile aux activités domestiques, voire professionnelles, il est contemporain de la mise en œuvre du voûtement de la cave (7 montée Abd-el-Kader ; 12 rue Newton10 ; fig. 208). Aux 12-13 quai Charles Guinot où le réseau de caves se ramifie, sont aménagés trois puits qui ne communiquent pas ou plus avec les niveaux supérieurs.

18Enfin, certaines caves renferment des niches bordées de feuillures indiquant leur fermeture par une menuiserie. Au 13 quai Charles Guinot on découvre un placard mural, de dimensions réduites (40 cm x 50 cm) (fig. 210b), bordé d’un gros tore en pierre. À gauche de l’ouverture, la gâche monolithe, qui recevait le pêne, a été taillée dans l’encadrement en pierre. Ce type de placard se voit par exemple à Orléans mais sa fonction reste mal définie : soit il faisait office de pseudo-coffre-fort pour y garder les objets de valeur de la maison, les structures excavées et voûtées se gardant mieux que d’autres des incendies, soit de rangement voué à la vaisselle vinaire.

  • 11 C’est le cas de Provins : Olivier Desforges, « La maison urbaine… », op. cit., p. 198. Mais aussi (...)

19Ces salles basses excavées correspondent donc à des caves de stockage dont les capacités sont relativement faibles ; elles ne débordent, en général, ni sur la cour ni sur la voie publique, leur emprise étant équivalente à celle de la demeure, à l’exception de quelques unes reliées entre elles et formant des réseaux. Cinq caves, desquelles l’authenticité des portes reste discutable, auraient pu communiquer avec le bord de Loire, le long du Petit Fort pour décharger des marchandises. Mais, dans les villes marchandes11, les caves sont généralement ornées ce qui n’est pas le cas à Amboise, sinon au 18 rue de la Concorde et 25 quai Charles Guinot (fig. 168 et 169).

Fig. 210b > Vue du placard mural dans la cave du 12 quai Charles Guinot [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

20En somme, vouloir établir une typologie amboisienne du parcellaire en relation avec le type des constructions et des caves simplifierait beaucoup trop la réalité de terrain, car le corpus restreint de la ville et sa brève période de faste ont amené à des mises en œuvre quasiment au cas par cas. Exception faite de l’assèchement des marais qui permit l’aménagement de la rue Joyeuse, il n’y eut jamais de plan de construction raisonné de l’architecture privée à l’échelle urbaine.

Fig. 211 > Vue de l’hôtel du 6 rue de la Concorde depuis le promontoire du château [© L. Gaugain].

L’ARCHITECTURE EN PIERRE ET EN BRIQUE : HÔTELS ET MANOIRS

Les commanditaires

  • 12 Annie Cospérec, Blois, la forme d’une ville, étude topographique et monumentale, thèse de doctorat (...)
  • 13 B. Chevalier, Tours, ville royale…, op. cit., (1983), p. 162.

21Le phénomène de construction des hôtels particuliers urbains a été étudié à Blois12, ville royale succédant à Amboise dans les années 1500. Mais il advient plus tôt encore à Poitiers ou à Bourges, qui devient la ville de son « petit roi », Charles VII, dès les années 1420. Aussi, le palais Jacques Cœur s’impose-t-il comme symbole architectural de la réussite d’une nouvelle classe sociale constituée des officiers de la couronne et de la bourgeoisie enrichie par son commerce13.

  • 14 A. Chazelle, Les maisons en pans de bois…, op. cit., 1997.
  • 15 B. Chevalier, Tours, ville royale…, op. cit., (1983).
  • 16 O. Biguet et D. Letellier, « Pan-de-bois à Angers », op. cit., p. 38-51.
  • 17 C. Alix, L’habitat à Orléans…, op. cit.
  • 18 A. Cospérec, Blois, la forme…, op. cit.

22Les bourgeois aspirent à construire, à l’image de la noblesse, de grandes demeures faisant étalage de leurs richesses. Mais l’acquisition d’un domaine n’est pas toujours aisée d’autant qu’elle est soumise à l’appréciation royale ; il est plus facile d’acheter quelques parcelles en ville pour implanter son hôtel. En outre, les plus fortunés, possédant un fief qui les éloigne de la cour, préfèrent souvent leur demeure urbaine. Si à Amboise le phénomène n’est pas vraiment flagrant et reste assez tardif, cela tient au nombre d’habitants de la cité. Donnons quelques chiffres : à la fin du XVe siècle, Bourges compte entre 15 000 et 20 000 habitants14, Tours passe de 9 000 à 12 000 habitants à l’arrivée du roi en Val de Loire15, Angers accueille environ 24 000 habitants16, Orléans est peuplé, ville et faubourg compris, de 12 000 à 15 000 habitants17, et Blois passe, vers 1500, de 9 000 à 18 000 habitants18. À Amboise, on peut est imer vers 1473 la population de la ville à 2 500 personnes. Même Loches doit atteindre à cette époque 3 000 âmes.

Fig. 212 > Vue ancienne de l’hôtel Morin, côté cour (vers 1960) [© Région Centre, Inventaire général].

  • 19 Ibid., p. 146-147.

23Les familles banquières et marchandes, c’est-à-dire les grands notables tels que les Bohier, les Briçonnet, les Beaune, construisent à Tours. Amboise est suffisamment proche, et sans doute assez mal adaptée, pour qu’ils n’y déménagent pas, alors que sous Louis XII le déplacement de la cour à Blois les contraint à y faire construire19. À Amboise, en abaissant nos critères de sélection au minimum, une quinzaine d’édifices forment le corpus des hôtels, ou des manoirs, encore debout. L’ignorance du nom de leurs commanditaires manque cruellement à leur compréhension.

Fig. 213 > Emplacement du Clos-Lucé [© L. Gaugain].

Fig. 214 > Emplacement de Château-Gaillard [© L. Gaugain].

  • 20 J.-P. Aubert, La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 176
  • 21 Trésorier de France ayant la garde du dauphin à Amboise, seigneur du Plessis et de Jarzé entre aut (...)
  • 22 D’après J.-P. Aubert (La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 150) qui fait référence au document (...)
  • 23 ACA, CC 123, fo75 (1508). Par ailleurs, les Amboisiens font présent de neuf pintes d’hypocras à «  (...)

24L’origine de la bourgeoisie amboisienne est essentiellement municipale20. Quelques grands personnages font exception, peut-être parce qu’ils n’ont pas de résidence à Tours : Jean Bourré ayant une demeure dans le quartier du Petit Fort qui se situerait au 6 rue de la Concorde (1462[d] ; fig. 21121), et Jean Morin22, marchand amboisien de la cour puis trésorier de France, qui fait bâtir son hôtel à côté de la porte Saint-Simon peu après 1500 (fig. 212). Le Clos-Lucé est quant à lui édifié autour de 1472 par Étienne Leloup, maître d’hôtel de Louis XI (fig. 213). Le Sauvage appartient à la famille éponyme, celle de François Sauvage, contrôleur de l’argenterie de Charles VIII (fig. 199). Enfin, il est aujourd’hui admis que Château-Gaillard est commandé par Charles VIII pour son jardinier italien Pacello de Mercogliano (fig. 214, 215 et 216). Cependant, les preuves formelles font encore défaut. Les comptabilités de la ville rapportent lors d’un litige à propos de deux pièces de saulaie : « Que ladite vefve dit n’en tenir aucune chose et que le feu roy Charles que Dieu absoille les a prins pour ses jardins du Chasteaugaillart23. » Nul ne sait si Pacello y résida, mais le roi semble en tout état de cause avoir eu des vues sur le domaine.

Demeures des villes, demeures des champs

  • 24 Monique Chatenet, « Vivre aux champs dans l’Europe de la Renaissance », introduction aux Actes des (...)

25L’analyse du parcellaire se révèle inadaptée pour localiser et identifier les hôtels de la fin du Moyen Âge. Dans les quartiers médiévaux, les édifices en pierre ou en brique proposant des caractéristiques constructives de la fin du Moyen Âge se situent systématiquement à leur périphérie. D’autres demeures se situent à proximité du bourg, mais à la campagne, manifestant un mouvement bien connu des historiens de l’architecture : la maison des champs24 (fig. 43 CC). Cette mode se répand entre le dernier quart du XVe siècle et la première moitié du XVIe siècle ; le roi René est l’un des premiers à « collectionner » les manoirs. Donna-t-il une impulsion à cette vogue ? L’Anjou pourrait sembler bien éloignée d’Amboise pour exercer une telle influence, mais les caractéristiques des demeures campagnardes de René recoupent celles des demeures amboisiennes :

  • 25 Emmanuel Litoux, Christian Cusonneau et Christine Leduc-Gueye, Dominique Letellier, Jean-Yves Huno (...)

Les manoirs, généralement implantés à faible distance des villes, sont des résidences campagnardes de petite et moyenne importance juxtaposant plusieurs logis plus ou moins organisés, souvent reliés par des portiques et systématiquement associées à des bâtiments d’exploitation agricole.25

Fig. 215 > Vue de la façade de Château-Gaillard [© L. Gaugain].

26À Amboise, il s’agit précisément de distinguer les hôtels des champs des véritables manoirs, ayant une fonction agricole.

27Les hôtels sont implantés dans des zones où le bâti est moins dense, ce qui impliquerait que les plus éloignés du centre ville soient édifiés plus tardivement. Si pour les constructions urbaines choisir une grande parcelle à la périphérie des murs s’explique par le manque de surface intra-muros, le choix de construire à la campagne paraît quant à lui délibéré. Parmi les 16 édifices recensés (fig. 43 CC) – les hôtels : 2 rue de la Concorde (fig. 217 et 218), l’hôtel Morin (fig. 212), l’hôtel de la placette Saint-Florentin (fig. 219 et 220), le 4 place Michel Debré (fig. 221 et 222), le 9-11 rue Victor Hugo (fig. 223 et 224), le 32 rue Nationale (fig. 225 et 226), l’hôtel de la rue du Petit Soleil (fig. 161 et 162), l’hôtel Joyeuse (fig. 242 et 243), l’hôtel Saint-Thomas (fig. 229 et 230), et le 16 place Richelieu (fig. 194) ; les manoirs : le Sauvage (fig. 198 et 199), Château-Gaillard (fig. 214 et 215), le logis des Pages (fig. 231 et 232) et le logis du prieur du prieuré Saint-Thomas (fig. 233 et 234) ; les seuls manoirs attestés étant le Clos-Lucé (fig. 213 et 235) et la maison Blanche –, on distingue 10 hôtels urbains et 6 autres implantés à l’écart de la ville, mais dont la fonction agricole est mal cernée.

Fig. 216 > Vue du pignon de Château-Gaillard [© L. Gaugain].

Fig. 217 > Emplacement du 2 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 218 > Vue du 2 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 219 > Emplacement de la placette Saint-Florentin [©L. Gaugain].

Fig. 220 > Vue du pignon depuis la placette Saint-Florentin [© Inv. Centre M. Hermanovicsz].

Fig. 221 > Emplacement du 4 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 222 > Vue de la façade du 4 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général].

Fig. 223 > Emplacement des 9-11 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].

Fig. 224 Vue du pignon des 9-11 rue Victor Hugo depuis le haut de la rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz ].

Fig. 225 Emplacement du 32 rue Nationale [© L. Gaugain].

Fig. 226 > Aquarelle de la façade donnant sur la venelle du 32 rue Nationale [©Région Centre, Inventaire général, A.-M. Bonnard].

Fig. 227 > Relevé photogrammétrique de la façade du 50-52 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

  • 26 A. Cospérec, Blois, la forme…, op. cit., p. 151.

28En général, construites en vue d’une retraite paisible, les demeures des champs sont a priori incompatibles avec le concept de vie de cour. À Blois, les demeures des membres de la cour ont précisément été édifiées jusqu’au plus près du château, dans l’avant-cour de celui-ci, quel que soit le rang de leur commanditaire26. Mais à Amboise, les distances pour se rendre au château, que l’on vienne de la ville intra muros ou de la campagne proche, restent très réduites.

Définition de l’hôtel

29De dimensions et de superficie variables, allant de 100 à 200 m2 au sol, ces édifices possèdent parfois une cour ou un jardin. La surface habitable ne les distingue donc pas formellement de la demeure commune ; l’étude des matériaux de construction est plus convaincante. Diverses définitions essaient de circonscrire l’idée d’hôtel. Pour Jean Guillaume et Bernard Toulier à Tours :

  • 27 J. Guilaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 17.

Il n’y a pas de définition exacte de l’hôtel parce que la monumentalisation peut s’appliquer à plusieurs sortes de demeures et qu’il est impossible de définir objectivement un seuil qui sépare l’architecture « ordinaire » de l’architecture à prétention monumentale.27

30Dans quelle mesure cela tient-il pour Amboise ? Nous n’écartons pas la possibilité de n’avoir pas su identifier comme maison vernaculaire et médiévale certaines constructions en pierre complètement transformées, ce qui de fait restreint notre corpus de maisons aux seuls édifices en pan-de-bois, mais à l’inverse, nous pouvons affirmer qu’aucun édifice construit en pan-de-bois ne peut être assimilé à un hôtel.

Fig. 228 > Emplacement du 54 place Michel Debré [© L. Gaugain].

  • 28 Eugène Viollet-Le-Duc, Encyclopedie médiévale, Paris, 2008, p. 574.

31Dans les comptabilités de la ville, les termes de maison ou d’hôtel sont indifféremment employés. Notre raisonnement ne peut donc se défendre du seul point de vue terminologique et il peut paraître artificiel de proposer une césure aussi nette entre ces deux classes de demeures. Depuis la définition d’Eugène Viollet-le-Duc, on considère couramment que l’hôtel se distingue de la maison par la distance qui sépare les logis de la voie publique28. Si cette définition convient sans doute à des villes importantes telles que Blois ou Tours, nous sommes contraints de la remettre en cause à Amboise où les deux hôtels les plus imposants − l’hôtel Morin et l’hôtel Joyeuse − donnent précisément sur la voie publique. Rien n’empêche donc de considérer que certaines demeures sans cour ni jardin sont des hôtels. À Amboise, la volonté d’édifier une demeure se distinguant de celle du commun se manifeste avant tout par le choix des matériaux de construction. En cette fin du Moyen Âge où de plus en plus de familles bourgeoises accèdent à la noblesse, la taille de la demeure n’importe pas tant que sa différenciation visuelle et son identification dans le paysage urbain. La distinction entre l’architecture de pierre et l’architecture de bois semble donc dépasser la prédilection du commanditaire pour un matériau. Ce n’est pas par goût que l’on construit en bois ou en pierre, mais bien pour s’affilier à une classe sociale et afficher les moyens financiers dont on dispose. Ainsi, sans proscrire pour autant l’emploi ponctuel du pan-de-bois pour les tourelles d’escalier ou les galeries, les réalisations architecturales les plus ambitieuses sont-elles en pierre ou en brique.

Fig. 229 > Emplacement de l’hôtel du 1 mail Saint-Thomas [© L. Gaugain].

Fig. 230 > Vue de la façade côté rue du 1 mail Saint-Thomas [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 231 > Emplacement du logis des Pages [© L. Gaugain].

  • 29 Clément Alix et Julien Noblet, « Les charpentes à entrait retroussé moisé : exemples orléanais des (...)

32En l’absence de textes qui vérifieraient cette hypothèse en dévoilant l’identité des propriétaires, cette distinction fondée sur le choix des matériaux reste une hypothèse qui hiérarchise les édifices amboisiens. Nous prenons donc le parti de nommer hôtels les édifices de pierre ou de brique couverts d’ardoises, qui tranchent volontairement dans le panorama architectural ; ils sont par ailleurs couverts de charpentes à chevrons formant fermes, et non à fermes et à pannes. À Orléans, où la charpente à pannes remplace précocement la charpente à chevrons porteurs, celle-ci persiste dans le cas de construction à caractère ostentatoire29.

Fig. 232 > Vue du logis des Pages côté Loire [©Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

  • 30 A. Cospérec, Blois, la forme…, op. cit., p. 147.

33À l’inverse des maisons, peu de caractères morphologiques récurrents peuvent être reconnus pour les hôtels : bien que souvent transformée, chaque façade est unique. Tandis que les maisons sont construites en premier lieu dans un but fonctionnel par une communauté homogène, l’édification des hôtels par la noblesse ou la bourgeoisie enrichie relève, au contraire, d’une volonté de paraître et de personnaliser sa demeure. En l’absence d’archives, notre corpus est trop mal documenté pour affirmer reconnaître indubitablement « la résidence urbaine d’un grand personnage proche de la cour […] de celle d’un riche bourgeois » comme à Blois30. À Amboise, seule l’hétérogénéité des projets architecturaux plus ou moins ambitieux traduit la hiérarchie sociale.

La forme de l’hôtel et sa position par rapport à la rue : la cour et le jardin

  • 31 L’extension du jardin du côté du couvent des Minimes est sans doute postérieure ; à cet endroit de (...)

34L’hôtel, tel que nous le concevons pour Amboise à la fin du Moyen Âge, revêt diverses formes et aucun systématisme n’apparaît. Le plus ancien hôtel daté, au 6 rue de la Concorde (1462[d]), se développe selon un plan en « L » où le corps de logis principal domine une aile plus basse en retour d’équerre (fig. 211 et 236). La tourelle d’escalier hors-œuvre est installée à l’angle des deux bâtiments. L’hôtel est isolé de la rue par une cour et présente face à la Loire son corps de logis principal, en fond de cour. L’hôtel du 2 rue de la Concorde ne propose plus aujourd’hui sa forme d’origine : il faut l’imaginer sans ses surélévations en pan-de-bois (fig. 218). Néanmoins, le modèle architectural est unique à Amboise et peu courant ailleurs : un grand corps de logis barlong, dont le pignon est installé face à la Loire, arbore contre sa façade sur cour deux tours carrées, la plus haute et la plus large accueillant la vis de pierre monumentale, l’autre un retrait à chaque niveau. Comme pour l’édifice précédent, une cour devance la façade donnant du côté de la rue de la Concorde31.

Fig. 233 > Emplacement du logis dit le Prieuré [© L. Gaugain].

Fig. 234 > Vue du logis dit le Prieuré depuis le parc [© Léonard de Serres].

35Les hôtels de la placette Saint-Florentin (fig. 219 et 220), du 9-11 rue Victor Hugo (1516[d]), du 4 place Michel Debré (fig. 221 et 222) − et sans doute celui du 16 place Richelieu, plus tardif − ne semblent pas avoir disposé de cour ou de jardin, mais ils sont bien édifiés en brique et pierre. Qu’ils aient leur mur pignon ou de rive sur la rue, ils sont parfaitement intégrés au parcellaire étroit. De son pignon élancé, le 9-11 rue Victor Hugo domine cependant l’un des grands axes amboisiens, l’ancienne rue de la porte Heurtault.

36Lorsque l’escalier est dans-œuvre (4 place Michel Debré ; hôtel Joyeuse ; fig. 237), on ne supposerait pas sa présence (fig. 44, 47 et 48 CC). Lorsque l’escalier est hors-œuvre, la tourelle est placée sobrement sur la façade arrière ou, dans la cour, à la rencontre des deux ailes (9-11 rue Victor Hugo, fig. 223, 224 et 229 ; 16 place Richelieu ; 6 rue de la Concorde, fig. 211). Seul l’hôtel Morin arbore, côté cour, sur son pignon, une tourelle d’escalier semi-hors-œuvre visible depuis la chaussée (fig. 238). Enfin, le logis des Pages par la qualité de la sculpture encadrant ses baies s’apparente bien aux hôtels : construit à l’écart du centre-ville, sa tourelle d’escalier jouxte le pignon faisant face à la Loire (fig. 231, 232 et 239).

Fig. 235 > Vue du Clos-Lucé depuis le parc [© Léonard de Serres].

Fig. 236 > Emplacement de l’hôtel du 6 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 237 > Vue de la vis avec sa main-courante sur le noyau [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

37L’hôtel Morin (vers 1500-1506) fut édifié à la porte de la ville, en face du port Saint-Simon (fig. 212, 238, 240 et 241). Placé sur une parcelle d’angle, il accueillait le visiteur qui, pour entrer dans la ville, longe deux de ses façades. Il fut construit en empiétant sur l’espace de la grève et à cheval sur l’enceinte, affirmant ainsi le rang du commanditaire qui remettait en cause les limites de la ville et défiait la Loire. De plan rectangulaire massé, le choix d’implanter à trois de ses quatre angles, une tourelle d’escalier et deux pavillons carrés en encorbellement, n’est pas anodin et fait référence au modèle castral défensif. D’énormes denticules font office de fausses consoles de mâchicoulis sur le petit pavillon oriental. Enfin, le choix du toit en pavillon pour la façade sur Loire rend l’édifice plus massif et accentue son caractère hautain. L’entrée est rejetée côté ville, dans une petite cour − sur laquelle le bâti tardif a peut-être empiété par la suite, réduisant ainsi sa surface. La tourelle d’escalier surmonte la porte d’entrée et le pignon arrière s’élève en retrait.

38Le 1 mail Saint-Thomas (1512-1522[d]) est installé à pignon sur rue (fig. 229 et 230) ; la porte d’entrée prend place sur le mur gouttereau. À l’arrière, et sur son flanc gauche, s’ouvre un large jardin.

39L’hôtel Joyeuse présente des dispositions analogues mais plus ambitieuses (fig. 242, 243 et 244) : le mur gouttereau du corps de logis longe la rue et se détache clairement par l’emploi de la pierre de taille du porche d’entrée passant sous une galerie en pan-de-bois et brique. Celle-ci est encadrée de deux puissants pavillons de plan carré, prenant l’allure de postes de gardes.

Fig. 238 > Vue de l’hôtel Morin côté Loire [©Région Centre, Inventaire général].

40Enfin, l’hôtel de la rue du Petit Soleil ou les manoirs (Clos-Lucé, Château-Gaillard, Sauvage) sont retranchés derrière des murs de propriété.

  • 32 J. Guilaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 17.

41De ces diverses ordonnances aucune évolution ne transparaît, mais l’on discerne deux tendances. Contrairement à ce qui est observé à Tours32, à Amboise, certains commanditaires choisissent de se retrancher de la rue et d’autres non. Outre les hôtels qui sont intégrés au bâti préexistant et qui n’avaient d’autre choix que de construire leur façade sur la rue, l’hôtel Saint-Thomas, l’hôtel Joyeuse et l’hôtel Morin plus encore, adoptent volontairement la façade sur rue.

Fig. 239 > Vue de l’encadrement d’une baie du 1 er étage du logis des Pages [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 240 > Emplacement de l’hôtel Morin [© L. Gaugain].

Fig. 241 > Plan de l’hôtel Morin, après restauration rez-de-chaussée et premier étage (1892) [© Région Centre, Inventaire général].

Les matériaux et leur mise en œuvre

La pierre

  • 33 Entre 1502 et 1507, la veuve de Pierre Morin était en procès avec la ville pour la construction de (...)
  • 34 L’édifice est antérieur à 1507 − date à laquelle l’église Notre-Dame-et-Saint-Florentin reçoit sa (...)
  • 35 L’hôtel est nécessairement postérieur à la date d’assèchement des marais, 1490.
  • 36 1512-1522 [d].

42Les constructions en pierre de taille emploient le tuffeau. Six édifices sont ainsi construits en moyen appareil réglé de pierre de taille de tuffeau : l’hôtel Morin33, l’hôtel de la placette Saint-Florentin34, le 4 place Michel Debré, le 16 place Richelieu. À l’hôtel Joyeuse35 (fig. 243) et à l’hôtel Saint-Thomas36 (fig. 230), seules les façades sur rue sont édifiées en pierre de taille ; cette dernière est réservée aux chaînages et encadrements des autres murs construits en moellon. Enfin, il faut souligner l’alternance de carreaux et de boutisses employée à l’hôtel de la placette Saint-Florentin qui ne se rencontre pas ailleurs (fig. 220).

  • 37 Les deux corps de logis ont été datés par dendrochronologie de 1460 pour le grand corps de logis e (...)
  • 38 1516 [d].

43Les parements de moellon enduits s’observent sur quatre hôtels : les 2 et 6 rue de la Concorde37 (fig. 119, 211 et 217), l’hôtel de la rue du Petit Soleil (fig. 161 et 162) et le 9-11 rue Victor Hugo38 (fig. 223 et 224). La pierre de taille y est aussi réservée aux chaînages et aux encadrements des ouvertures, par ailleurs très restaurés.

La brique

44Le 1er étage du 32 rue Nationale est construit en brique sur un mur bahut en pierre dure ; sa surélévation sommitale en pan-de-bois est plus tardive (fig. 225 et 226). La brique d’une vingtaine de centimètres de long pour 3,5 à 4 cm d’épaisseur est mise en œuvre selon un motif polychrome de losanges marron-noir sur fond rouge. On note l’absence de carreaux-boutisses. Le Clos-Lucé montre une mise en œuvre similaire sans décor polychrome (fig. 213 et 235).

45La brique peut aussi être employée pour l’édification des tourelles d’escalier hors-œuvre, comme au 6 rue de la Concorde (fig. 211 et 336). Là encore, le soubassement et les encadrements sont en pierre de taille.

Le pan-de-bois

46Le pan-de-bois est employé aux galeries et exceptionnellement à la tourelle d’escalier en pan-de-bois et hourdis de brique du 16 place Richelieu (milieu XVIe siècle). La galerie de l’hôtel de la rue du Petit Soleil est authentique − contrairement à la tourelle (fig. 161 et 162). Bien que plus modeste, elle s’apparente à celle de l’hôtel Joyeuse qui borde la rue à côté de la façade du logis ou encore à celle du Clos-Lucé (fig. 242 et 244), située à l’entrée, au revers du mur d’enceinte (fig. 233 et 245). Enfin, l’ancienne galerie du 9-11 rue Victor Hugo est également élevée en pan-de-bois mais sur la façade arrière (fig. 223, 246 et 247). Laissée ouverte, la question de la nature de son hourdis ne se pose pas.

47En ce qui concerne les charpentes, hormis trois cas − situés 16 place Richelieu, placette Saint-Florentin et rue du Petit Soleil −, les élévations des hôtels possèdent un niveau de plus que celles des maisons, les détachant ainsi du paysage urbain (fig. 155). Leur hauteur moyenne de 16 m est encore accentuée par l’élancement de leur charpente, dont les combles sont plus volumineux que ceux des maisons. L’ensemble des constructions adopte le type chevrons formant fermes – il en va ainsi pour le 6 rue de la Concorde (fig. 248 et 249), l’hôtel Morin (fig. 250), le 9-11 rue Victor Hugo (fig. 251 et 252), le 1 mail Saint-Thomas (fig. 253 et 254), la rue du Petit Soleil (fig. 255), l’hôtel Joyeuse (fig. 256), le 18 rue de la Concorde (fig. 257 et 258) et le Clos-Lucé. Seul le Prieuré propose une construction inhabituelle. L’alternance de fermes maîtresses et secondaires dont le nombre est très variable, mais non l’entraxe des chevrons qui mesure entre 55 et 65 cm, caractérise ces charpentes qui suivent une pente comprise entre 55 et 59 degrés. Les assemblages sont à tenon-mortaise – dont les chevilles sont couramment doublées − et parfois à double queue d’aronde, notamment pour les sous-faîtages.

Fig. 242 > Emplacement de l’hôtel Joyeuse [© L. Gaugain].

Fig. 243 > Vue de l’hôtel Joyeuse [© L. Gaugain].

Fig. 244 > Vue aquarellée du portail et des pavillons d’entrée de l'hôtel Joyeuse depuis la cour [© L. Gaugain].

Fig. 245 > Vue de la galerie surplombant le porche d’entrée du Clos-Lucé [© Léonard de Serres].

Fig. 246 > Vue de la galerie en pan-de-bois au revers de la façade des 9-11 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 247 > Relevé photogrammétrique de la galerie en pan-de-bois du 9-11 rue Victor Hugo [© Inv. Centre M. Andry].

Fig. 248 > Vue du contreventement de la charpente de comble du grand corps de logis au niveau des faux-entraits du 6 rue de la Concorde [© Inv. Centre H. Bouvet].

48L’essence mise en œuvre est le chêne. Les bois de brin débités à la doloire, comme les bois de quartiers, qui peuvent aussi être sciés, présentent une section de 13 à 15 cm de côté. On constate que leur qualité, sans être optimale, est néanmoins bien meilleure que celle des charpentes à fermes et pannes : les flaches comme les nœuds sont rares. Longitudinalement, faîtage et sous-faîtage sont reliés par des croix de Saint-André. Transversalement, les arbalétriers s’assemblent en tête, par un enfourchement, alterné ou non. Les fermes sont contreventées par un faux-entrait monoxyle. Pour certaines charpentes de plus de 5 m de haut, sur les fermes maîtresses, un second faux-entrait reçoit le poinçon tandis que le premier faux-entrait est constitué de 2 sections. Ainsi le sol des combles est-il toujours dégagé de tout poteau. Des aisseliers soutiennent les faux-entraits et des jambettes appuient sur l’about des blochets. Les entraits ont rarement été rencontrés ; au 9-11 rue Victor Hugo, on y recourt pour les fermes maîtresses.

49La longueur moyenne des bois de charpente de comble est de 3,80 m, valeur qui met en évidence l’emploi privilégié des bois courts sur les bois longs, car on distingue en réalité les bois longs de 6 à 8,50 m pour les arbalétriers, la poutre faîtière et parfois pour la sous-faîtière, des bois courts pour toute autre pièce mesurant entre 1 m et 4,50 m de long.

50Enfin, à l’inverse des maisons, il est courant que les combles soient isolés par des clayonnages en bois − des éclisses couvertes de torchis − et éclairés de lucarnes. Aucune cheminée n’a été retrouvée et aucun hôtel n’est surmonté de comble à surcroît. L’ensemble de ces édifices est couvert d’ardoise, matériau consacré aux édifices de prestige.

Fig. 249 > Relevés et coupes des charpentes du 6 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 250 > Vue de la charpente de comble du pavillon de l'hôtel Morin [© Inv. Centre H. Bouvet].

51Au sein de ce corpus de charpentes homogènes, deux charpentes se singularisent : celles du 6 rue de la Concorde et de l’hôtel Saint-Thomas.

52La grande charpente du 6 rue de la Concorde (fig. 236, 248 et 249) est datée de 1460[d] par dendrochronologie. Elle se distingue par la complexité de ses assemblages à parements qui permettent de rigidifier l’ouvrage. Le travail a été réalisé par un charpentier particulièrement expérimenté et soigneux. Les largeurs variables de bois autorisent les divers assemblages et le délardement pratiqué au revers du faux-entrait permet de centrer les aisseliers moins larges. C’est également le seul comble qui était divisé par deux cloisons placées à l’aplomb des fermes maîtresses centrales. Ainsi chacune des 3 pièces était éclairée par une lucarne.

  • 39 C. Alix et J. Noblet, « Les charpentes à entrait… », op. cit.

53Les bois de la charpente de l’hôtel Saint-Thomas (fig. 229, 253 et 254) sont abattus et mis en œuvre entre 1512 et 1522 [d]. Des jambettes prennent place entre le second faux-entrait et les arbalétriers. Sur les fermes maîtresses, l’entrait retroussé tenant en moise le poinçon induit qu’aucun aisselier n’est employé. L’entrait retroussé reprend ainsi les efforts assurés habituellement par l’entrait, la ferme devenant d’autant plus rigide. En outre, le dégagement du volume du comble au sol, permet de l’habiter sur 2 niveaux. Ces caractéristiques révèlent une haute connaissance des techniques de charpenterie de la part des constructeurs, proches de celles mises en évidence sur une vingtaine d’édifices à Orléans39.

Fig. 251 > Vue de la charpente de comble des 9-11 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 253 > Vue de la charpente de comble au niveau des entraits retroussés du 1 mail Saint-Thomas [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Les hôtels de la bourgeoisie et de la noblesse

Distribution : études de cas

54Restituer la distribution d’un hôtel à Amboise est chose possible grâce à cinq édifices qui révèlent une ordonnance classique des pièces.

L’hôtel Morin

55L’hôtel Morin était sans doute desservi par un autre corps de logis, situé à l’est, accueillant les espaces de services et notamment les cuisines (fig. 212, 240, 241 et 259). Le corps de logis principal propose une distribution des logis sur 3 niveaux qui, outre les galetas probablement occupés par la domesticité, reprend le schéma traditionnel des logis de Madame et de ceux de Monsieur superposés à la salle et à la salette du rez-de-chaussée. Au 1er niveau, la porte d’entrée ouvre sur l’escalier semi-dans-œuvre ce qui induit la construction d’un couloir dans le prolongement de la porte pour commander les deux pièces privatives : salette et garde-robe sans doute.

Fig. 252 > Plan de l’édifice et relevé de la charpente de comble des 9-11 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 254 > Plan du comble et coupes longitudinale et transversale de la charpente du 1 mail Saint-Thomas [© L. Gaugain].

Fig. 255 > Plans et coupes de la charpente de comble de l’hôtel de la rue du Petit Soleil [© L. Gaugain].

56Le couloir aveugle privatise l’édifice aux yeux de la rue et dessert séparément la salle installée face à la Loire. Études et retraits donnent dans la salle et la salette. À l’étage, les deux logis disposent du même plan : chambre et étude ainsi qu’une garde-robe commune. Mais le logis côté Loire est plus spacieux : 63 m2 contre 51 m2 pour l’autre. On peut supposer que le grand logis, qui a vue sur la Loire et occupe le pavillon de l’hôtel, partie la plus prestigieuse, était celui de Monsieur.

Le 9-11 rue Victor Hugo

57Au 9-11 rue Victor Hugo, la construction d’un unique corps de logis est prouvée par les quatre niveaux d’habitation mis en œuvre : au rez-de-chaussée, les cuisines et les offices, au-dessus les étages de Madame et de Monsieur (fig. 223 et 252). Si aucun élément architectural ne permet d’affirmer lequel se trouvait au-dessus de l’autre, la datation de la charpente autour de 1516[d] n’aide pas d’avantage puisqu’elle correspond précisément au moment où François Ier modifie la distribution prévue à l’origine du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins en faisant construire pour la reine un logis au-dessus du sien (cf. p. 128).

58L’intérêt de cet hôtel réside dans la galerie en pan-de-bois, que l’on doit restituer sur le mur gouttereau arrière, qui permettait d’isoler et de desservir les deux premières pièces, étant sans doute la grande chambre et la garde-robe, de la chambre privative située au-delà de l’escalier, ce dernier prenant place dans le prolongement de la galerie (fig. 246). La galerie de desserte est proche du couloir mis en œuvre à l’hôtel Morin, et l’on note la position de la garde-robe, entre les deux chambres, faisant aussi office de sas voire de pseudo-antichambre.

L’hôtel Joyeuse

59Construit en 1526, le corps de logis de l’hôtel Joyeuse est clairement valorisé par la mise en œuvre en pierre de taille du corps d’entrée (fig. 242 et 260). De fait, la grande superficie de la parcelle interdit de penser que le corps de logis ait abrité des offices, qui devaient donc se tenir dans un bâtiment annexe. Le rez-de-chaussée doté de larges baies ouvertes sur la rue était sans doute occupé par les pièces de réception, comme à l’hôtel Morin. On remarque en outre que pour entrer dans le bâtiment il faut gravir un palier de trois marches. Le sol du rez-de-chaussée ainsi légèrement surélevé positionne l’appui des baies au-dessus du regard des passants.

Fig. 256 > Vue ancienne de l’hôtel Joyeuse après l’incendie (vers 1960) [© Région Centre, Inventaire général].

  • 40 Dominique Hervier, Pierre Le Gendre et son inventaire après décès : étude historique et méthodolog (...)

60À l’intérieur, les restaurations drastiques n’autorisent qu’une proposition de distribution. La vis située dans-œuvre au centre de la façade sur jardin en fait toute la particularité. Elle ouvre à chaque niveau par trois portes : celle de gauche donne sur une première pièce, celle de droite sur une seconde, tandis que la porte centrale ouvre sur une garde-robe, ou pseudo-retrait au rez-de-chaussée. Dans l’hypothèse où les pièces de réception, salle et salette, étaient bien au rez-de-chaussée, les deux logis du 1er étage devaient disposer d’une garde-robe commune. Cette disposition restituée pour l’hôtel Morin est assez commune, et connue notamment à l’hôtel de Pierre Legendre à Paris40. Comme à l’hôtel Morin, on observe que le logis nord-est plus spacieux : 53 m2 contre 30 m2.

Fig. 257 > Relevé de la charpente de comble, plan et coupe du 18 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 258 > Vue ancienne de la charpente de comble du 18 rue de la Concorde, avant qu’elle ne soit masquée (vers 1960) [© Région Centre, Inventaire général].

Fig. 259 > Plan de l’hôtel Morin, avant restauration rez-de-chaussée et premier étage (1892) [© Région Centre, Inventaire général].

Le logis des Pages

  • 41 Claire Mabire La Caille, « Les petits oiseaux en Europe de l’ouest au Moyen Âge et à l’époque mode (...)
  • 42 Clément Alix, « Un hôtel méconnu de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance à Orléans : étude arc (...)

61Les spécificités ténues du logis des Pages expriment le goût du commanditaire pour la nature (fig. 331, 332 et 339). Il s’élève face à la Loire, à l’écart du centre-ville sans qu’aucune fonction agricole ne puisse de nos jours être identifiée. Les ébrasements des baies des chambres, qui ont vue sur le fleuve, sont dotés de coussièges. Les penchants bucoliques du commanditaire se manifestent dans le décor naturaliste des baies, qui oriente vers une datation du troisième tiers du XVe siècle. Il fait installer de surcroît, sur sa façade orientale, des nichoirs pour passereaux41. Ces derniers ne peuvent être destinés à l’élevage puisqu’ils sont hors d’atteinte et les oiseaux devaient agrémenter les lieux de leurs chants et de leur vol primesautiers pour le plaisir des résidents. La présence de tels nichoirs est bien connue dans l’architecture civile du Val de Loire42.

  • 43 Nous faisons volontairement abstraction des aménagements troglodytiques qui se trouvent derrière c (...)

62Il propose un exemple de distribution plus modeste43. Le rez-de-chaussée est réservé aux cuisines comme l’atteste la rusticité de la cheminée comparée à celles des étages (fig. 261, 262 et 263). Au-dessus, les deux niveaux de logis sont divisés en deux espaces : chambre et garde-robe. Placée à côté du pignon, la tourelle d’escalier qui dessert les étages masque le rampant du toit qu’un long coyau allonge, effaçant ainsi l’asymétrie du bâtiment. La vis ouvre à la fois sur une petite garde-robe et sur la chambre, plus spacieuse. La garde-robe communique avec la chambre.

Le logis dit le Prieuré, un édifice à part

63Enfin, se dresse en contre-bas du Clos-Lucé un logis, nommé « La Mazeure » sur le plan cadastral dit napoléonien, mais plus couramment appelé de nos jours le Prieuré, qui était probablement lié au prieuré Saint-Thomas (fig. 233, 234, 264, 265, 266 et 267). Le logis manorial se compose de deux parties, issues de deux campagnes de construction différentes : l’une construite en pan-de-bois sur un soubassement de moellon est datée de 1453[d], l’autre en pierre lui est postérieure. Le choix des matériaux apparaît tout à fait original. On peut supposer, qu’en employant la pierre au rez-de-chaussée et le bois à l’étage, on a trouvé un bon compromis entre une construction à moindre coût et les contraintes exercées par le milieu humide. Les larges croisées du 1er niveau annoncent le rang du propriétaire.

Fig. 260 > Proposition de plan restitué de l’hôtel Joyeuse au rez-de-chaussée [© L. Gaugain].

64La distribution reste incertaine du fait de l’évolution du bâtiment. Dans un premier temps le logis, se limitant à la partie en pan-de-bois, devait admettre une pièce à chaque niveau. La cuisine au rez-de-chaussée était équipée de sa cheminée et de son four. À l’étage, prenait place la chambre desservie par un escalier, sans doute extérieur, s’élevant sous la coursière. L’extension de pierre et la tourelle d’escalier carrée agrandirent le bâtiment : soit que le nouveau prieur ait été moins sobre, soit que plus de personnes aient dû être logées.

Fig. 261 > Vue de la cheminée du rez-de-chaussée du logis des Pages [© L. Gaugain].

Fig. 262 > Vue du corbeau du piédroit de la cheminée du rez-de-chaussée du logis des Pages [© L. Gaugain].

Fig. 263 > Vue de détail du corbeau du piédroit de la cheminée du second étage du logis des Pages [© L. Gaugain].

65D’après ces cinq édifices, il apparaît qu’une distribution assez traditionnelle devait être le cas de figure le plus courant : le rez-de-chaussée accueillait les pièces de réception, et parfois les offices, tandis qu’à l’étage, sur un seul ou deux niveaux, prenaient place les chambres de Monsieur et de Madame.

La façade et la baie : décors et symboles

66Les hôtels côtoyant les maisons, l’étroitesse des rues posa le problème de l’assiette du corps de logis et de l’emplacement du décor sculpté. Après le choix des matériaux − la pierre et la brique opposées au pan-de-bois −, on opta entre deux dispositions : le corps de logis en fond de cour ou le corps de logis sur rue. Les 2 et 6 rue de la Concorde se rattachent au premier groupe qui n’est confronté à aucun souci ostentatoire, tout du moins pour les façades côté ville (fig. 211 et 218). Leurs façades tournées sur la Loire vers l’extérieur, qui restent visibles, constituaient ainsi pour les visiteurs la vitrine de la ville. Cependant, si les passants n’avaient aucune vue sur les façades côté cour, le château jouissait quant à lui d’une vue plongeante. Au 6 rue de la Concorde, la tourelle d’escalier en brique apporte une pointe de couleur dans le paysage castral et fait écho aux matériaux employés au château. Au 2 de la même rue, les deux tourelles érigées face aux jardins sont des plus symboliques ; elles auraient pu être fondées côté Loire pour profiter du panorama ligérien et indiquer à l’entour la présence du seigneur. Il n’en est rien, elles se dressent face au promontoire, face au roi.

67Quant à la façade du 32 rue Nationale, en brique polychrome, visible depuis la venelle longeant la façade, elle échappe à toute logique d’analyse du décor (fig. 226). Alors que les losanges bruns sur fond rouge signent une recherche esthétique indéniable, la façade est peu visible, ce qui conduit à deux hypothèses : soit les dispositions de la ruelle que longe cette façade ont changé − ce qui n’est pas décelable sur le plan cadastral de 1808 −, soit la façade à pignon, ou à croupe, tournée sur la rue Nationale qui a été alignée était bien plus remarquable.

68Les commanditaires qui firent construire leur corps de logis sur rue bravèrent les perspectives sinueuses de la ville, et signalèrent la présence de leur hôtel en élançant un haut pignon, pignon qui devenait alors un phare dans la nage des constructions urbaines. Ainsi, le 9-11 rue Victor Hugo domine l’ancienne rue de la porte Heurtault (fig. 224), et l’hôtel de la placette Saint-Florentin, la rue Mably (fig. 220). L’hôtel Saint-Thomas est sans doute le mieux placé pour que l’on puisse admirer, avec du recul et sans parallaxe excessive, la symétrie et les proportions harmonieuses de la façade depuis la place du Grand Marché (fig. 230). Les hôtels Joyeuse et Morin sont quant à eux conçus en tenant compte de l’ensemble de ces paramètres afin d’ériger deux édifices remarquables (fig. 212, 238, 243 et 244). Chez leurs maîtres d’œuvre, est palpable une volonté délibérée de manifester leur présence. L’hôtel Morin se présente comme un édifice public : longtemps occupé par l’hôtel de ville, il supporte au mieux la comparaison avec le château. À l’origine construit plus ou moins sur la grève, il franchit les limites de l’enceinte pour offrir une vue sur la Loire à ses occupants ; à l’inverse il s’expose aux regards des visiteurs arrivant par le port Saint-Simon (fig. 238 et fig. 43 CC). Par son décor flamboyant imité des façades de Charles VIII − lucarnes et savant quadrillage de sa façade −, il est un avant-goût de l’architecture castrale et devient une dépendance du château (fig. 212). Il manifeste de manière appuyée l’allégeance de la famille à la couronne à laquelle les Morin doivent tout de leur réussite sociale.

Fig. 264 > Vue ancienne du logis dit le Prieuré côté rue (vers 1960) [© Région Centre, Inventaire général].

Fig. 265 > Relevé photogrammétrique de la façade du logis dit le Prieuré, côté parc [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

Fig. 266 > Vue de la cheminée la salle du rez-de-chaussée du logis dit le Prieuré [© Léornard de Serres].

69Alors que l’hôtel Morin s’aperçoit à peine depuis le château, quiconque scrutant l’horizon pour la première fois depuis le promontoire s’interroge sur l’édifice imposant qui s’élève au centre de la ville et dont les deux niveaux de lucarnes sombres toisent la masse des maisons (fig. 155). C’est l’hôtel de Pierre Pineau, sommelier de la reine, dont les lucarnes tournées vers le château regardent avec retenue le souverain. On distingue juste la base du blanc entablement renaissant et des lucarnes de bois qui percent discrètement le comble couvert d’ardoise. Au-dessus d’une noble façade en pierre de taille − qui n’est pas visible depuis le promontoire −, s’ouvrent des lucarnes sobres tournées vers le château alors que, coté jardin, la façade de moellon est grossièrement enduite et les lucarnes en pierre arborent de grandes coquilles (fig. 243 et 256). Au-delà des impératifs strictement économiques qui ont dicté ces choix, l’hôtel Joyeuse est le seul hôtel d’Amboise à proposer plusieurs niveaux de lecture : côté jardin, de lourdes lucarnes, faites pour être observées du fond du courtil, côté rue, en bas, des croisées aussi gothiques que renaissantes pour le passant ordinaire et, en haut, un entablement italianisant supportant un comble noir ébène porté à la vue du château. À Amboise, la topographie de la ville donne toute son importance aux matériaux de couverture. Lorsque l’ensemble des maisons était encore couvert de tuile, il était aisé de repérer les toits d’ardoise des hôtels depuis les hauteurs du promontoire.

  • 44 Jusqu’à présent, les différents historiens ayant travaillé sur Amboise, attribuaient la constructi (...)

70Les hôtels amboisiens dont la façade donne sur la rue, tels que l’hôtel de Pierre Morin, trésorier de France édifié vers 1505, et l’hôtel Joyeuse de Pierre Pineau44, sommelier de la reine en 1525, privilégient d’afficher leur présence aux yeux de tous plutôt que de se ménager une certaine tranquillité. Nous pourrions y voir le trait des demeures de personnages récemment enrichis auprès de la cour qui affirment leur rang, ne désirant pas particulièrement se soustraire à la vie bruyante de la rue. Aussi, sans pouvoir vraiment le vérifier, peut-on supposer que les hôtels les plus discrets à l’égard de la rue (2 et 6 rue de la Concorde) auraient été commandités par la noblesse bien établie, amboisienne ou non, tandis que la nouvelle bourgeoisie aurait commandité des édifices plus « tape-à-l’œil ».

Fig. 267 > Plan et coupe transversale de la structure en pan-de-bois du 1 er étage du logis dit le Prieuré [© L. Gaugain].

  • 45 A. Cospérec, Blois, la forme…, op. cit., (1992), p. 159.

71Il serait faux de dire, comme à Blois que, dans les hôtels antérieurs à 1515, il n’y a « aucun souci de régularité dans les façades, car selon une disposition encore médiévale l’emplacement des baies est commandé par l’éclairage des pièces45 », puisque les façades amboisiennes sont ordonnées en travées. Cependant, l’alternance des croisées et des demi-croisées permet de lire d’un coup d’œil la distribution intérieure. La baie constitue donc un élément impudique permettant au passant de déterminer, avec une discrétion feinte, qui occupe l’édifice et comment :

  • 46 Yves Esquieu, « La baie ostentation et hiérarchie dans la demeure médiévale » dans Cadre de vie et (...)

La façade de la maison médiévale, en Occident, est essentiellement ostentatoire et, outre le matériau utilisé pour sa réalisation, ce sont avant tout les baies qui jouent un rôle de représentation, davantage les fenêtres que les portes, d’ailleurs.46

  • 47 D. Prigent, « Évolution de la construction… », op. cit., p. 14-33.

72Les hôtels d’Amboise ne dérogent pas à cette règle. À l’inverse des croisées des maisons en pan-de-bois, les baies en pierre révèlent des proportions systématiques, qui sont pour une croisée de 1,95 x 2,60 m et pour une demi-croisée de 0,95 x 2,60 m. On peut en partie expliquer la « standardisation » des ouvertures des façades en pierre – qu’il s’agisse des hôtels ou du château – par le fait que la taille de la pierre est déjà normalisée depuis le milieu du Moyen Âge47. Les pierres sont taillées plus ou moins en série et il est ainsi plus aisé de construire des baies de 6 pieds par 8 pour les croisées et de 3 pieds par 8 pour les demi-croisées.

73Les baies des hôtels amboisiens reçoivent l’essentiel du décor de la façade qui se caractérise par l’emploi, simultané ou non, de quatre éléments : les encadrements à baguettes croisées aux angles, les angles supérieurs arrondis, les allèges talutées et les doubles croisillons. Le tableau 35 permet d’étudier par recoupement et comparaison avec le château ces différents éléments.

74Les baies du logis des Pages n’obéissent pas à cette analyse. Leur encadrement est bordé de sculptures foisonnantes où les sujets animaux et végétaux ne s’apparentent à aucun modèle connu à Amboise mais relèvent d’un répertoire naturaliste, en accord avec le décor intérieur où murs et cheminées étaient peints. Les piédroits non-prismatiques et les corbeaux d’une cheminée sont sculptés de petits animaux datant du troisième quart du XVe siècle.

  • 48 À Orléans, les baies de l’hôtel du roi Louis XI (10, cloître Saint-Aignan) présente des bases et d (...)

75Le répertoire des formes employées pour les modénatures des encadrements des baies obéit à une évolution plus ou moins linéaire (fig. 49 CC). Si l’on oppose aux formes prismatiques les formes arrondies plus douces, l’architecture du château fut toujours annonciatrice et se décompose en trois étapes : premièrement, les modénatures prismatiques des baies de la plate-forme et de la chapelle (fig. 83) ; deuxièmement, les modénatures à quart de rond et liseré qui vont de paire avec les angles supérieurs arrondis et les allèges talutées du bâtiment sur Loire de la grande salle et des deux premiers niveaux du nouveau logis de Charles VIII (fig. 135) ; troisièmement, les baies de la surélévation du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins due à François Ier encadrées de pilastres bordés de tresses et soulignées de fleurs renaissantes sculptées sur un simple quart-de-rond (fig. 135). Chronologiquement, le répertoire de formes est cohérent, allant des formes les plus prismatiques, aigües et découpées des baies arasées de la plate-forme (sans doute Louis XI48), dont on peut supposer que des baguettes se croisaient aux angles, aux formes plus souples de Charles VIII et Louis XII et, enfin, aux décors renaissants de François Ier. Sous Louis XII, les modénatures sont toriques mais encore d’inspiration gothique, alors même que les motifs italianisants de rinceaux, de perles et de feuillages d’acanthe font leur apparition dans l’ornement comme en témoigne la porte du porc-épic (fig. 101).

76Le classement chronologique de ces éléments ne peut cependant constituer une typologie fiable, car la fourchette de datation se limite à une trentaine d’année, que de multiples combinaisons sont possibles y compris l’emploi simultané d’éléments renaissants et d’éléments gothiques mais aussi, et surtout, que le corpus amboisien est réduit. Plus que vers l’étude des modénatures c’est vers l’aspect général des façades qu’il faut se tourner pour définir le style de l’hôtel.

Tableau 35 > Caractéristiques des baies des hôtels et manoirs d’Amboise.

Fig. 268 > Emplacement du 42 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 269 > Vue de la façade du 42 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

  • 49 C. Alix, « Un hôtel méconnu… » 2e partie, op. cit., p. 5-53.

77Dans la ville, les modèles castraux furent adaptés ; les textes ont beau attester l’emploi de « moules » et d’ouvriers travaillant à la fois à la ville et au château, il n’existe pas d’adéquation parfaite entre les formes mises en œuvre dans la ville et celles du château car si la main-d’œuvre était la même, c’est bien le financement qui dictait l’ampleur du projet. Les encadrements à baguettes croisées bénéficièrent d’un grand succès qui perdura au-delà de leur emploi au château. Le modèle des angles supérieurs arrondis et des appuis talutés de la grande salle fut immédiatement adopté : à l’hôtel Morin, l’encadrement est à doubles baguettes, l’une ronde, l’autre en amande et listel. À Amboise, la phase de transition entre les formes prismatiques du gothique flamboyant et les formes articulées autour d’angle droit de l’architecture classique semble donc se caractériser par l’emploi de baguettes rondes. Cependant, les hôtels particuliers ne tombèrent jamais dans les formes toriques à l’extrême de la porte du porc-épic de Louis XII (fig. 101). À Orléans, les encadrements de baies à baguettes provoquant un jeu de contraste sur la pierre se rencontrent autour de 1500, mais contrairement à celles d’Amboise, les baguettes orléanaises sont très saillantes49. Il faut attendre l’hôtel Joyeuse en 1526 pour que la modénature soit proche de celle des fenêtres du nouveau logis de Charles VIII, mais là encore le modèle est devenu désuet, appuis saillants et allèges talutées n’ayant plus de raison d’être avec pilastres, agrafes et coquilles du décor mitoyen (fig. 256). Le commanditaire, consciemment ou non, se fit construire un logis hétéroclite à l’instar du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins qu’occupait le couple royal au château. Ainsi, la Renaissance semble avoir percé dans la cité amboisienne à l’avènement de François Ier. C’est donc avec un temps de retard, comme si maçons et commanditaires avaient besoin de s’approprier le répertoire plutôt que de le copier naïvement, que la ville suivit toujours le modèle du château.

L’ARCHITECTURE ORDINAIRE : LA MAISON EN PAN-DE-BOIS

78L’essentiel des constructions en pan-de-bois se rencontre dans le secteur de l’ancienne enceinte urbaine et dans les faubourgs immédiatement périphériques (fig. 45 CC).

Définition

  • 50 J.-M. Pérouse de Montclos, Architecture, méthode et vocabulaire, op. cit., p. 139.

79Dans les archives, les mots « coulombages » ou « coulombes » traduisent une construction en pan-de-bois. Il serait pourtant bien réducteur de ne considérer que cette pièce de la structure qui est faite d’un « ensemble des pièces de charpente assemblées dans un même plan. La ferme, par exemple, est un pan-de-bois […]. Plus particulièrement, mur en charpente avec un remplissage en brique, en torchis, en plâtre, etc., appelé hourdis50 ». Dans son étude sur Bourges, Annie Chazelles formule sa définition comme suit :

  • 51 Chazelles Annie, Les maisons en pans de bois de Bourges (Cher), Orléans, 1997, p. 10.

La technique du « pan de bois » se définit par une ossature en bois dont tous les éléments sont solidaires depuis la charpente jusqu’au sol. Le parfait assemblage des pièces entre elles est essentiel à la bonne cohésion de l’ensemble. La seconde caractéristique de ce mode constructif est la mixité des matériaux employés : l’ossature et les pièces secondaires sont en bois mais le remplissage est en pierre, brique ou torchis. Le rôle du maçon est donc loin d’être négligeable.51

80En 1868, Viollet-le-Duc avance quant à lui les caractères suivants :

  • 52 Eugène Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’Architecture française du XIe au XVIe siècle, Pa (...)

Ouvrage de charpenterie composé de sablières hautes et basses, de poteaux, de décharges et de tournisses, formant de véritables murs de bois, soit sur la façade des habitations, soit dans les intérieurs et servant alors de murs de refend. Aujourd’hui, en France, il est interdit de placer des pans-de-bois sur la voie publique, dans les grandes villes, afin d’éviter la communication du feu d’un côté d’une rue à l’autre. Pour la même raison, il n’est pas permis d’élaborer des murs mitoyens en pans de bois.52

81Ces trois définitions exposent les thèmes de l’étude d’un bâtiment en pan-de-bois, à savoir : les dispositions des pièces de bois, leurs assemblages, le type et l’importance du hourdis, enfin les mesures urbanistiques prises à l’encontre de ce mode de construction qui expliquent aussi la disparition partielle de ces édifices dans le patrimoine amboisien.

La structure

L’ossature

  • 53 La façade du 31 rue de la Concorde fait toutefois exception.
  • 54 A. Chazelles, Les maisons en pans de bois…, op. cit., p. 7.
  • 55 Clément Alix, L’habitat à Orléans à la fin du Moyen Âge, mémoire de DEA civilisation de la Renaiss (...)

82L’ossature des constructions en pan-de-bois amboisiennes se compose de pièces verticales maîtresses : les poteaux corniers. Ces poteaux ne montent pas de fond53 ; on distingue les poteaux élargis du rez-de-chaussée qui portent l’encorbellement, de ceux qui encadrent le 1er étage et le comble à surcroît des édifices construits à rive sur rue. La longueur moyenne de ces bois se situe autour de 5 m sachant, qu’à l’exception du 42 rue de la Concorde (fig. 268 et 269) qui arbore 17 m de haut, la hauteur des maisons amboisiennes est comprise entre 10 et 13 m. Les poteaux sont issus de bois de brin de chêne dont la section la plus forte atteint communément 40 cm de côté. Les pièces horizontales, ou sablières, assurent la stabilité de l’édifice mais leur rôle principal intervient dans les dispositions de l’encorbellement. Sans être vraiment une règle il est très fréquent que le ou les murs mitoyens à une demeure soient construits en moellon et non en pan-de-bois. Ce procédé permet d’installer les cheminées contre le mur maçonné et d’éviter ainsi la propagation des incendies (40, 46, 52 et 54 place Michel Debré ; fig. 270). Ce système de pare-feux est bien connu des historiens du pan-de-bois ; à Bourges après l’incendie de la Madeleine qui décime la ville le 22 juillet 1487, les édiles prennent des mesures, parmi lesquelles l’interdiction de construire les cheminées au revers de la façade sur rue et l’obligation d’édifier des murs mitoyens en pierre54. À Orléans, les murs pare-feux existent aussi55. Le mur opposé, qui n’accueille aucun foyer, est quant à lui construit en pan-de-bois. La sablière de ce mur latéral vient donc prendre appui sur la sablière de plancher de la façade, à l’aplomb de la partie arrière du poteau élargi, se trouvant donc à hauteur de la sablière de chambrée (fig. 271). Enfin, pour les édifices construits à pignon sur rue, il est courant que le mur arrière soit élevé en moellon enduit (92 rue Victor Hugo ; 5 rue Newton).

Fig. 270 > Vue de la place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, T. Cantalupo].

Fig. 271 > Vue de l’assemblage de l’encorbellement du 54 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 272 > Emplacement du 66 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

L’encorbellement

  • 56 11 rue de l’Entrepont, 42 rue de la Concorde, 66 rue de la Concorde, 46, 52 et 54 place Michel Deb (...)

83Sur les 22 façades conservées dans un état permettant l’analyse, 11 d’entre elles présentent un encorbellement sur poteaux élargis56. Hormis 2 édifices (42 et 66 rue de la Concorde ; fig. 268, 272, 273 et 274) parmi les 11, tous possèdent un unique surplomb du 1er étage et du comble sur le rez-de-chaussée. Les pièces maîtresses de l’encorbellement sont les sablières de plancher et de chambrée. La sablière de plancher, la plus basse, reçoit les solives de plancher et repose sur la partie arrière du poteau, tandis que la sablière de chambrée, à l’aplomb de laquelle s’élèvent les colombes du niveau supérieur est positionnée en avant de la première sablière, sur la partie élargie du poteau. N’a été rencontrée qu’une seule entretoise installée entre 2 sablières (66 rue de la Concorde ; fig. 274), ce qui s’explique par la forte section des sablières – 40 cm de côté pour la sablière de plancher et 20 cm pour celle de chambrée − face à un encorbellement faible qui ne dépasse guère 30 cm. La longueur des sablières d’encorbellement monoxyles est très variable car elle dépend de la largeur de la façade : la plus étroite se limite à 3,90 m (52 place Michel Debré ; fig. 318, 326 et 345) de front et la plus large à 8,70 m (54 place Michel Debré ; fig. 228 et 316). Les bois de l’ossature et de l’encorbellement peuvent facilement atteindre 7 à 8 m alors que la majorité des bois de l’armature secondaire, colombes, écharpes, guettes et tournisses mesurent autour de 4 m. Aussi, à Amboise, la longueur moyenne des bois de façade est-elle de 5,60 m de long.

84Sur certaines façades à rive sur rue dépassant 6 m de large, les potelets du comble à surcroît, bâti à l’aplomb du 1er étage, reposent sur une sablière constituée de 2 pièces de bois assemblées à tenon-mortaise à un poteau central (2 rue Joyeuse et 52 rue Rabelais ; fig. 206, 319, 343b et 344).

  • 57 46 rue Victor Hugo, 14 rue Mirabeau, 92 rue Victor Hugo et à l’angle de la rue Joyeuse et de la pl (...)
  • 58 Le 92 rue Victor Hugo fait exception avec des solives parallèles à la rue alors que son encorbelle (...)

85À Amboise, il ne se trouve pas ou plus d’encorbellement sur consoles. L’encorbellement sur solives débordantes a été rencontré à quatre reprises57, mais seuls le 46 rue Victor Hugo et le 14 rue Mirabeau l’adoptent pour leur façade sur rue (fig. 319b). Cette technique consiste à faire reposer sur la sablière de plancher les solives de plancher qui, dépassant de 20 à 30 cm, soutiennent la sablière de chambrée. Dans l’ensemble de ces cas les solives de plancher sont installées perpendiculairement à la rue58.

Fig. 273 > Vue de la façade du 66 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Une alternative, le rez-de-chaussée en pierre

86Au sein d’un corpus de 34 maisons en pan-de-bois, se distingue un petit groupe d’édifices dont le rez-de-chaussée est bâti sur un solin ou sur un mur bahut en pierre, nombre de ces bâtiments étant implantés en milieu humide, à proximité immédiate de la Masse. C’est le cas des habitations longeant le côté pair de la rue Newton (fig. 25). D’autres exemples se rencontrent, notamment le long des anciennes rue « Blesienne » et de la porte Heurtault (50-52 rue de la Concorde, 31 rue de la Concorde, 40 place Michel Debré, 46 et 105 rue Victor Hugo, 44 rue Rabelais et 11 rue de l’Entrepont ; fig. 227, 275 et 276).

87Lorsqu’il ne s’agit pas d’un solin, la structure en pierre du rez-de-chaussée − souvent en moellon enduit − va de paire avec l’absence d’encorbellement. Les 11 rue de l’Entrepont et 105 rue Victor Hugo (fig. 277, 278, 279 et 280) ont la particularité d’y associer un encorbellement d’une quinzaine de centimètres en surplomb sur l’assise du rez-de-chaussée. Les sablières peuvent adopter deux dispositions : soit sablières de plancher et de chambrée superposées prennent en moise les solives de plancher (31 et 50-52 rue de la Concorde ; fig. 227, 281, 282 et 283), soit l’unique sablière de chambrée reçoit les colombes (40 place Michel Debré ; fig. 284, 285, 286 et 287). Cette seconde disposition implique un changement d’orientation des solives qui, de fait, sont positionnées parallèlement à la rue et non plus perpendiculairement. Enfin, lorsque le rez-de-chaussée de pierre est surplombé d’un encorbellement (11 rue de l’Entrepont et 105 rue Victor Hugo ; fig. 278, 288, 289 et 290), les colombes s’assemblent dans la sablière de chambrée et les solives disposées perpendiculairement à la rue prennent appui sur le mur de pierre.

Fig. 274 > Vue des moulures en sifflet des sablières d’encorbellement du 66 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 275 > Emplacement du 50-52 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 276 > Vue du 50-52 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 277 > Emplacement des 103-105 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 278 > Vue de la façade des 103-105 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 279 > Vue depuis le coteau de la façade arrière des 103-105 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 280 > Relevé photogrammétrique de la façade du 11 rue de l’Entrepont [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

Fig. 281 > Emplacement du 31 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 282 > Vue de la façade du 31 rue de la Concorde depuis les combles du 2 rue Nationale [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 283 > Relevé photogrammétrique de la façade du 31 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

Fig. 284 > Vue du 40 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 285 > Emplacement du 40 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 286 > Vue ancienne du 40 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général].

Fig. 287 > Relevé photogrammétrique de la façade du 40 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

Fig. 288 > Emplacement du 5 rue de l’Entrepont [© L. Gaugain].

L’armature secondaire

88À Amboise, coexistent deux types d’armature secondaire qui ne s’opposent pas toujours, pouvant être employés conjointement : le colombage à croix de Saint-André et le colombage à grille.

89Le premier type à croix de Saint-André est représenté par un groupe de 6 édifices. Les croix de Saint-André, placées dans des panneaux formés d’éperons pris entre deux décharges sont assemblées à tenonmortaise, exceptées celles du 54 place Michel Debré qui sont à mibois (fig. 291). Les croix présentent une largeur et une taille variable : 46 rue Victor Hugo (1,20 m ; fig. 292), 11 rue de l’Entrepont (0,60 m et 1,05 m ; fig. 280, 293 et 294), 50-52 rue de la Concorde (0,75 à 0,80 m ; fig. 227), 42 rue de la Concorde (0,65 m ; fig. 295), 35 rue Nationale (0,65 m ; fig. 296, 297 et 298) et enfin 54 place Michel Debré (0,55 m à 0,60 m). Pour trois édifices la largeur des croix est inférieure ou égale à 0,65 m et on note le soin esthétique apporté aux façades de deux d’entre eux (42 rue de la Concorde et 54 place Michel Debré) ; soin qui porte sur une recherche accrue de symétrie de la façade et sur une moindre largeur des croix, engendrant une augmentation du volume de bois mis en œuvre. Parfois, dans les allèges, les deux décharges montant de part et d’autre d’un potelet central sont assimilables aux croix de Saint-André (42 rue de la Concorde).

90La largeur moyenne des bois formant les croix de Saint-André est légèrement plus faible que celle des autres bois : ainsi au 42 rue de la Concorde ou au 35 rue Nationale, ils font 12,5 à 13 cm d’épaisseur ; au 54 place Michel Debré ce sont des bois de quartiers particulièrement minces ne dépassant pas 10,5 cm. Leurs longueurs moyennes de 1,40 à 1,70 m en font des bois très courts.

  • 59 40 et 46 place Michel Debré, 42, 44, 78 et 92 rue Victor Hugo, 12 rue Newton, 2 rue Joyeuse, 11 ru (...)
  • 60 Voir la construction de la garde-porte des ponts en 1471.

91Le colombage à grille est de loin le plus fréquent à Amboise, visible sur 16 façades59. Les 8 et 10 rue Chaptal ou le 10 place Michel Debré montrent des caractères très atténués rendant leur datation ardue (fig. 299 et 300). Les caractéristiques du pan-de-bois à grille de la fin du Moyen Âge à Amboise peuvent se résumer à : un espacement des bois variant entre 25 et 40 cm dont la majorité se situe autour de 30 à 35 cm ce qui, compte tenu de la flâche fréquente des bois, peut être considéré comme correspondant à la longueur d’un pied60 ; l’emploi d’écharpes encadrant la ou les baies centrées ; la mise en œuvre de potelets du comble à surcroît dont la hauteur varie entre 0,80 et 1 m ; et la proportion de bois par rapport aux maçonneries proche de 60 % de hourdis pour 40 % de pièces de bois. Les colombes des pans-de-bois à grille sont faites de bois de brin et de quartiers issus de moitié ou de quarts d’arbres, dont la longueur moyenne de 2,60 m présente une largeur variant entre 13,5 et 15,7 cm.

Fig. 289 > Vue de la façade du 5 rue de l’Entrepont [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 290 > Relevé photogrammétrique de la façade du 5 rue de l’Entrepont [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

Fig. 291 > Relevé photogrammétrique de la façade du 54 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

Fig. 292 > Relevé photogrammétrique de la façade du 46 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

Fig. 293 > Emplacement du 11 rue de l’Entrepont [© L. Gaugain].

Fig. 294 > Vue de la façade du 11 rue de l’Entrepont [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 295 > Relevé photogrammétrique de la façade du 42 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

  • 61 Olivier Biguet et Dominique Letellier, « Pan-de-bois à Angers », dans 303, la revue des Pays de la (...)

92Enfin, un autre type de colombage peu représenté est documenté par l’iconographie : le pan-de-bois losangé (40 et 66 rue de la Concorde ; fig. 172, 301 et 302). Dans la plupart des villes il est réservé aux édifices les plus prestigieux. À Angers, les chercheurs ont qualifié les maisons à motifs en losanges de « savantes61 » ; sa disparition à Amboise amoindrit largement le patrimoine de la ville.

La charpente

  • 62 Clément Alix et Julien Noblet, « Les charpentes à entrait retroussé moisé : exemples orléanais des (...)
  • 63 Martine Bonnin, « Les maisons à pan de bois des origines à la Renaissance » dans « L’architecture (...)

93Les édifices en pan-de-bois sont tous, et sans exception, couverts de charpente à fermes et à pannes. Cette particularité est à rapprocher des caractéristiques orléanaises62. À Tours ou à Bourges, les maisons en pan-de-bois sont généralement couvertes de charpentes à chevrons porteurs63. Les charpentes à fermes et à pannes de la fin du Moyen Âge sont reconnaissables par la mise en œuvre d’un contreventement longitudinal à poutres faîtière et sous-faîtière raidies par des liens (52 place Michel Debré ; fig. 303, 304 et 305), des décharges ou une croix de Saint-André (14-16 rue Newton). Dans la majorité des cas, trois fermes portent la structure. Deux d’entre elles sont prises dans les murs pignons, la dernière est placée au centre du comble. Tous les assemblages sont à tenon-mortaise.

94Quelques façades se distinguent par l’emploi d’une ferme débordante sur le pignon (46 place Michel Debré et 5 rue de l’Entrepont ; fig. 289, 306 et 307). Cette ferme joue un rôle tant pratique, en protégeant la façade du ruissellement des eaux pluviales à la manière d’un auvent, que décoratif. Les aisseliers et les jambes-de-force courbes sont tangents aux arbalétriers et au faux-entrait. Les jambettes reposent sur l’about intérieur des blochets étayés par d’autres aisseliers contigus aux poteaux corniers. Les sablières longitudinales des murs gouttereaux reposent quant à elles sur l’about extérieur des blochets.

95Les fermes sont contreventées transversalement par un faux-entrait et un entrait. De forte section (35 cm en moyenne), l’entrait joue un rôle fondamental dans la structure du bâtiment, recevant les abouts des solives du comble. Le poinçon de la ferme centrale peut montrer deux dispositions : soit il lie le faîtage à l’entrait − et le faux-entrait s’assemble de part et d’autre de ce poteau (46 place Michel Debré ; fig. 306 et 307) −, soit il ne descend pas jusqu’au sol − et le faux-entrait monoxyle est donc continu entre les deux arbalétriers. Dans ce dernier cas, deux solutions peuvent être mises en place : soit le poinçon est pris en moise par un entrait retroussé moisé (54 place Michel Debré ; fig. 308 et 309), soit il repose sur le faux-entrait (92 rue Victor Hugo ; fig. 310, 311, 312), ce qui nécessite que de longues jambes-de-force doublent les arbalétriers et soutiennent le faux-entrait.

Fig. 296 > Emplacement du 35 rue Nationale [© L. Gaugain].

Fig. 297 > Vue de la façade du 35 rue Nationale [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 298 > Relevé photogrammétrique de la façade du 35 rue Nationale [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

Fig. 299 > Emplacement des 8 et 10 rue Chaptal [© L. Gaugain ].

Fig. 300 > Vue de la façade du 8 rue Chaptal [© L. Gaugain].

Fig. 301 > Vue ancienne du 42 rue de la Concorde (vers 1960) [© Région Centre, Inventaire général].

Fig. 302 > Vue d’Amboise, dessin à la mine (début XX e siècle) [© BM Tours].

96Les faîtages sont toujours monoxyles et l’on ne rencontre que rarement un enfourchement du poinçon par le faîte (40 et 46 place Michel Debré ; fig. 284, 306, 307, 313 et 314). Les sous-faîtages montrent quant à eux deux sections assemblées aux poinçons et soutenus par des aisseliers.

97Les pannes peuvent être positionnées : à l’extérieur des arbalétriers, sur des chantignolles (40 place Michel Debré ; fig. 313 et 314) ou, à l’intérieur des arbalétriers sur l’arête, reposant dans des encoches ménagées sur le faux-entrait (92 rue Victor Hugo et 46 place Michel Debré ; fig. 306, 307, 310 et 315).

98Les chevrons font partie des pièces de charpenterie souvent remplacées ou doublées de pièces neuves. Lorsque les chevrons ont conservé leurs dispositions d’origine, ils présentent un entraxe de 55 à 60 cm. Ils sont assemblés en tête au-dessus du faîtage et en pied à une sablière posée sur le mur. Il est courant qu’ils soient traversés par une cheville de bois qui retiendrait le chevron sur la panne s’il venait à glisser.

  • 64 Jean-Yves Hunot, L’évolution de la charpente de comble en Anjou, du XIIe au XVIIIe siècle, Patrimo (...)

99Le bois de chêne est systématiquement employé ; les observations de terrain ont été confirmées par les analyses dendrochronologiques de certaines charpentes. Pourvu de flâches importantes et de multiples nœuds, sa qualité s’avère assez médiocre. Il n’existe pas vraiment de règle pour le débitage du bois qui peut être de brin, équarri à la hâche ou débité à la scie de long64. Le bois scié peut pour sa part être divisé en moitiés ou en quartiers, le mode de débitage étant conditionné par la nécessité d’employer un calibre donné. Aussi les bois des arbalétriers, du poinçon, du faîte et du sous-faîte sont-ils de brin avec une section de 15 à 19 cm de côté ; ceux des faux-entraits, des liens des décharges et des aisseliers présentent une section légèrement inférieure, de 13 à 14 cm, et sont plus fréquemment sciés. Il n’est pas rare que les pannes soient des moitiés de grumes, de section rectangulaire de 20 x 12 cm (54 place Michel Debré). Enfin, dans la majorité des cas, les chevrons d’origine, issus de bois de brin, présentent une section de 13 cm.

Fig. 303 > Plan et coupes du 52 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 304 > Vue de la charpente de comble de la première maison donnant sur la place Michel Debré (le 52) [© L. Gaugain].

Fig. 305 > Vue du pignon commun aux 54 et 52 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 306 > Vue de la charpente de comble du 46 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 307 > Relevé et plan de la charpente de comble au 46 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 308 > Vue du comble du 54 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 309 > Vue de détail de la ferme centrale du comble du 54 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 310 > Vue de la charpente du 92 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].

Fig. 311 > Emplacement du 92 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].

Fig. 312 > Vue de la façade du 92 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 313 > Vue aquarellée de la charpente de comble du 40 place Michel Debré [© L. Gaugain].

La couverture

  • 65 ACA, BB 1, fo11ro, 6 décembre 1461.

100Aujourd’hui, l’ardoise prend peu à peu le pas sur la tuile traditionnelle qui demeurait le matériau de couverture du pan-de-bois à la fin du Moyen Âge. L’usage de la tuile se généralise à partir de 146165, lorsqu’à la suite d’un incendie qui touche deux maisons, les édiles de la ville interdisent l’emploi du chaume pour couvrir les bâtiments construits intra muros.

Le hourdis

101Le hourdis est constitué de moellons et fragments de briques enduits ou de briques laissées apparentes. Les 10 façades à briques apparentes furent toutes enduites à l’époque moderne ou contemporaine. Exceptée la façade du 12 rue Newton sur laquelle alternent briques verticales et horizontales créant des motifs carrés (fig. 25), sur les autres les briques sont agencées horizontalement (fig. 316). Un dessin du début du XXe siècle montre ce même dessin de briques (fig. 317). Ces briques font une vingtaine de centimètres de long pour 3,5 à 4 cm d’épaisseur.

102Les façades enduites dès l’origine se repèrent par l’emploi d’un blocage de moellon entre les colombes (52 place Michel Debré ou 52 rue Rabelais ; fig. 318 et 319). Enfin, les murs pignons des édifices construits à rive sur rue reçoivent toujours un hourdis de moellon.

La baie

  • 66 Clément Alix, « La mise en valeur des façades en pans-de-bois d’Orléans du milieu du 15e au début (...)

103Rares sont les ouvertures vierges de toute transformation. Contrairement aux édifices de pierre, nous n’avons pas pu définir un modèle de référence pour les croisées des maisons. Il semble qu’il n’y ait pas de proportions types. Aussi, les baies des maisons mesurent-elles 1 à 1,25 m de large et 1,40 à 1,80 m de haut. Pour les charpentiers, la normalisation des dimensions d’une baie n’offre aucun avantage, mais il est vrai que pour les menuisiers − à Amboise, la distinction entre les deux corps de métiers est avérée dès le début du XVe siècle − une certaine forme de standardisation induite par la fabrication sérielle des menuiseries (vantaux de fenêtres) aurait permis un gain de temps non négligeable. À Orléans, à la fin du XVe et au début XVIe siècle, la normalisation des panneautages à croix de Saint-André est liée à l’emploi de modules de référence dupliqués lors des tracés régulateurs des épures66. Sans doute à cause du corpus réduit d’Amboise, les façades diffèrent les unes des autres. Cependant, si les façades présentent des dimensions très variables, les proportions des baies sont standardisées dans la mesure où elles sont adaptées au nombre d’ouvertures percées ainsi qu’au taux de luminosité indispensable à l’intérieur. Le rapport entre la surface d’ouverture et la surface de la façade varie toujours entre 0,125 et 0,142, ce qui implique une surface de mur 7 à 8 fois supérieure à la surface de baie. Ainsi, une petite façade comme celle du 52 place Michel Debré est aujourd’hui percée d’une unique baie de 1,26 x 1,83 m et la façade du 42 rue de la Concorde est percée de 6 croisées dont les dimensions n’excèdent pas 1,20 x 1,45 m. Par ailleurs, les baies sont toujours centrées sur la façade ou symétriques. Le 5 rue de l’Entrepont affiche un exemple amusant d’illusion optique réussie où la baie semble au centre de la façade grâce aux largeurs plus importantes des croix de Saint-André à dextre, alors qu’en réalité la fenêtre est décalée de 40 cm vers la droite (fig. 280).

Fig. 314 > Relevé de la charpente de comble du 40 place Michel Debré [© L. Gaugain].

  • 67 Clément Alix, Orléans, les façades à pans-de-bois, 2006, p. 15.

104La plupart des baies étaient des croisées, les demi-croisées demeurant plus rares. Certains encadrements ont conservé la trace de leur meneau et de leur traverse (35 rue Nationale ou 2 rue Joyeuse). Les meneaux ne sont porteurs que dans les combles des édifices à pignon sur rue où le poinçon sert de meneau à l’ouverture ; dans ce cas la baie n’a pas de traverse (40 place Michel Debré ou 46 rue Victor Hugo67).

Fig. 316 > Vue du 54 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 317 > Gravure par Dubreuil de la porte d’une maison à Amboise (début XX e siècle) [© BM Tours].

Fig. 315 > Plan et coupes de la charpente du 92 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].

Fig. 318 > Vue de la façade du 52 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 319 > Vue de la façade du 52 rue Rabelais [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

  • 68 Ibid., p. 19.
  • 69 Cliché publié dans L.-A. Bosseboeuf, Amboise, le château et la ville…, op. cit., p. 515.

105Lorsque la maison est installée à rive sur rue, une lucarne perce le toit. Les façades du 54 place Michel Debré et du 42 rue de la Concorde portent des poteaux sculptés au niveau de leur comble à surcroît qui permettent de reconstituer, comme on en trouve dans d’autres villes construites en pan-de-bois − Orléans par exemple68 −, une lucarne monumentale de 3 m de large, simulant un pignon (fig. 269 et 316). Sur une vue ancienne du 42 rue de la Concorde (fig. 320), une lucarne de ce type apparaît encore69. On comprend ainsi que si le confort était privilégié par le choix de faire construire une large façade à rive sur rue, le prestige d’avoir pignon sur rue était encore fort présent dans les mentalités.

La porte

106En raison de leur utilisation intensive et de leur situation au niveau du sol de la rue, peu de portes nous sont parvenues. Leur aspect est conforme à l’iconographie ancienne (fig. 317). Elles sont soit encadrées de simples poteaux moulurés (54 place Michel Debré ; fig. 316) soit surmontées d’une accolade (2 rue Joyeuse ; fig. 344).

LES DISTRIBUTIONS : QUATRE ÉTUDES DE CAS TYPES

  • 70 J. Guillaume et B. Toulier, « Tissu urbain et types de demeures : le cas de Tours », dans les Acte (...)

107Les éléments qui subsistent laissent à penser qu’à Amboise, la règle était d’édifier les maisons en pan-de-bois sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage et un comble aménagé. Trois adresses s’individualisent avec quatre niveaux (40 place Michel Debré, 42 et 66 rue de la Concorde ; fig. 268, 269, 272, 273, 284 et 285). Ainsi, si la hauteur des bâtiments avait défini la démographie de la cité comme à Tours ou à Bourges, Amboise n’aurait jamais été considérée comme surpeuplée. Dans ces deux cités, les maisons de quatre niveaux sont en effet courantes, en particulier dans les quartiers centraux où les parcelles sont étroites, trait caractéristique des grandes villes70. L’essor amboisien, notable mais bref, obligea à renouveler le bâti. Le phénomène d’encombrement dans les murs est bien attesté par les comptabilités de la ville lorsque les espaces de circulation militaire sont annexés par les habitations (cf. p. 316-317). Alors même que l’on construisait des maisons sur trois niveaux, suffisantes pour répondre à la demande du moment, la croissance se poursuivait. Les choix constructifs du début de la reconstruction devinrent bientôt caducs, mais l’enrichissement de la ville et de ses habitants n’était cependant pas suffisant pour remanier, à nouveau, le bâti qui resta insuffisant. Aussi, peut-on supposer sans en avoir de preuve formelle que les trois édifices à quatre niveaux sont légèrement plus tardifs que les autres.

108Outre ce trait général, la distribution des édifices en pan-de-bois a souvent été effacée par les aménagements postérieurs. Les cloisons aisément modulables ont en effet été adaptées aux besoins d’aujourd’hui. Pour aborder l’agencement des maisons il faut tenir compte de l’état de conservation de la façade qui peut révéler des dispositions intérieures disparues ; de la place de l’escalier (fig. 46, 47 et 48 CC) ; et enfin, sans s’arrêter à l’état de la façade qui a pu être rasée lors d’un réalignement du XIXe siècle, il faut privilégier l’examen des parcelles étroites et longues qui résultent d’un parcellaire médiéval. La topographie variable de la ville a demandé aux constructeurs d’adapter chaque édifice à son environnement et à sa fonction. On détermine quatre types de distribution, mais faute de renseignement sur la distribution originelle (42 rue de la Concorde) ou d’accès aux espaces intérieurs du bâtiment (2 rue Joyeuse et 11 rue Manuel ; fig. 321, 322, 323 et 324), la totalité des édifices en pan-de-bois recensés est bien loin d’être répartie dans cette typologie.

Fig. 320 > Vue ancienne du 42 rue de la Concorde (avant 1897) [publiée dans L.-A. Bosseboeuf, Amboise..., op. cit., p. 115].

Les maisons sur parcelles étroites et longues

  • 71 Comme à Bourges (A. Chazelle, Les maisons en pans de bois…, op. cit., p. 19), ou à Tours (J. Guill (...)

109Les 8 et 52 place Michel Debré constituent des exemples types de demeures implantées sur une parcelle très étroite (de moins de 5 m) et très longue (de plus de 20 m) qui impose pour solution l’agencement que Viollet-le-Duc présente comme plan-type des maisons urbaines médiévales : deux bâtiments construits de part et d’autre d’une petite cour (fig. 197, 303, 318, 325 et 326). Installée dans le bâtiment donnant sur la rue principale, l’habitation surplombe d’un étage le bâtiment placé en fond de cour. Au 52 place Michel Debré, la porte d’entrée située contre le poteau cornier ouvre sur une pièce aujourd’hui unique, sans doute la boutique ; mais il n’est pas à exclure qu’une cloison ait divisé l’espace en deux71. Le mur arrière donne sur la cour depuis laquelle on accède à la cave qui comprend puits et latrines. Au fond de la minuscule cour (4,20 x 3 m), un autre bâtiment s’élève encore aujourd’hui. Il est occupé au rez-de-chaussée par la cuisine et son évier et au-dessus par le comble auquel on monte par un escalier en vis positionné à côté de la porte d’entrée de cette seconde maison. La vis communique avec une galerie − disparue − qui, portant sur des corbeaux le long du mur de la cour, dessert le 1er étage de la maison principale. Depuis ce niveau divisé en 2 pièces et distribué par un demi-couloir, on gagne par un escalier droit le comble éclairé d’une lucarne.

Fig. 321 > Emplacement du 11 rue Manuel [©. Gaugain].

  • 72 J. Guillaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 13.

110Au 8 place Michel Debré se rencontre une disposition analogue sinon que l’escalier s’inscrit au sein de la première maison, dans un angle donnant sur la cour. En dépit de l’étroitesse des façades, les maisons ne sont pas construites à pignon sur rue mais à rive sur rue. Ce choix permet, en effet, de faire l’économie d’une ferme centrale pour la charpente. À Tours, au contraire, « toutes les maisons bâties sur des parcelles étroites ont une façade à pignon72 ». Le 66 rue de la Concorde s’apparente aussi à ce type de distribution où une galerie accessible depuis un escalier construit dans la cour, assure l’accès aux étages (fig. 269 et 327). Il est possible que le plan du 46 rue Victor Hugo ait suivi les mêmes dispositions (fig. 195, 196 et 328).

Fig. 322 > Vue de la façade du 11 rue Manuel [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 323 > Vue de détail du pan-de-bois du 11 rue Manuel [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 324 > Relevé photogrammétrique de la façade du 11 rue Manuel [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

Les maisons sur parcelles étroites et courtes, avec escalier en façade

111On peut ainsi définir les maisons situées sur le côté pair de la rue Newton (fig. 25). Implantées contre le mur de la première enceinte qui leur sert de mur gouttereau, elles sont à rive sur rue et ne comportent pas de bâtiments annexes. Leur escalier se situe dans-œuvre, au revers de la façade, à côté de la porte d’entrée. Elles jouissent d’un accès direct à la Masse. Compte tenu de la dénomination que recouvrit l’actuelle rue Newton jusqu’à la Révolution − « rue Basse des Tanneries » −, ces maisons peuvent être identifiées comme celles de tanneurs.

112Le 40 place Michel Debré est à rapprocher de ce type de maison (fig. 284 et 313). Cependant, la maison est à pignon sur rue et l’escalier placé au revers de la façade ne communique pas avec les pièces du rez-de-chaussée, ce qui permet de privatiser les niveaux supérieurs et de limiter la fonction commerciale au rez-de-chaussée. La maison s’élevant sur 4 niveaux, sa distribution aurait été parfaitement adaptée à l’occupation de ses pièces par plusieurs locataires. Pour pallier l’absence de façade arrière due à la densité du bâti, dès l’origine, un puits de lumière a été conçu dans l’angle arrière droit de la maison. Par ailleurs, dans le comble, la ferme centrale porte une cloison en pan-de-bois et hourdis de moellon.

Les maisons des parcelles étroites, sans escalier en façade

  • 73 Comme à Tours (J. Guillaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 13).

113Les 46 place Michel Debré (fig. 329, 342a et 342b), 44 rue Rabelais, 50 place Michel Debré (fig. 330 et 331) et 5 rue de l’Entrepont (fig. 288 et 289) constituent quatre exemples de maisons à pignon sur rue comportant deux pièces à chaque niveau, dont l’escalier est ménagé au centre d’un des murs gouttereaux. Cette disposition implique en principe un demi-couloir le long du gouttereau distribuant distinctement chaque pièce, mais il n’y en a aucune trace73. L’arrière de ces maisons donne sur une petite cour.

Les maisons des parcelles larges

114Le 54 place Michel Debré occupe une parcelle large, type de parcelle qui accueille rarement un édifice en pan-de-bois (fig. 228 et 316). Construit à rive sur rue, le bâtiment dispose d’une arrière-cour. Le rez-de-chaussée est divisé par un mur de refend. La porte d’entrée ouvre sur une pièce unique depuis laquelle on accède directement à la vis hors-œuvre, plaquée contre le gouttereau arrière. Située le long de l’un des grands axes de la ville, on peut supposer que le rez-de-chaussée de cette maison était dévolu au commerce tandis que l’escalier desservait l’habitation depuis la cave jusqu’au comble. Le 52 rue Rabelais et les 50-52 rue de la Concorde offrent les mêmes dispositions (fig. 206, 275, 276 et 319). Enfin, les 78 et 105 rue Victor Hugo présentent également une tourelle d’escalier hors-œuvre (fig. 277, 279, 332 et 333), mais leur situation topographique excentrée semble toutefois incompatible avec une activité commerciale et l’installation d’échoppe au rez-de-chaussée.

Fig. 325 > Emplacement du 8 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 326 > Emplacement du 52 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Le décor et la datation

115Si l’iconographie ancienne représente certaines maisons au pan-de-bois losangé dont il ne reste qu’un seul exemple au 66 rue de la Concorde (fig. 172, 301, 302 et 320), ou d’autres dont la porte était surmontée d’une accolade, jamais aucune figure sculptée n’a été relevée à Amboise. Dans d’autres villes où ce décor subsiste, attirant l’œil du curieux, il a été le premier à faire l’objet de dessins ou de clichés photographiques. Il est donc probable que ces ornements n’aient jamais existé à Amboise. Aussi, le décor des façades en pan-de-bois se limite-t-il à des moulures. Quant à la cheminée du 23 rue de la Concorde (fig. 334) et aux vestiges de celle du 50 place Michel Debré, ils constituent les seuls exemples d’un décor intérieur (fig. 335 et 336) autre que les noyaux d’escaliers tors.

Fig. 327 > Vue de détail de l’encorbellement du 42 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 328 > Vue des deuxième et troisième maisons du 46 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 329 > Emplacement du 46 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 330 > Emplacement du 50 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 331 > Vue de la façade du 50 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 332 > Emplacement du 78 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].

Fig. 333 > Vue de la façade du 78 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 334 > Vue de la cheminée du 23 rue de la Concorde [© L. Gaugain].

Fig. 335 > Vue d’un corbeau de la cheminée du 50 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 336 > Vue d’un corbeau de la cheminée du 50 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Fig. 337 > Vue de l’escalier à noyau tors et détail du noyau, de sa main courante et de sa corde [© L. Gaugain].

Fig. 338 > Vue du noyau tors de la vis à main courante incrustée de l'hôtel des 9-11 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

Fig. 339 > Vue de détail du pan-de-bois aux pilastres bûchés du 12 rue Newton [© L. Gaugain].

Les noyaux d’escalier

  • 74 L’une des maisons de la basse-cour du château possédait un escalier en bois dont le noyau était po (...)
  • 75 Comme à Langeais, à Chinon, à Orléans, mais aussi à Tours, à Saumur, à Angers ou à Chaumont.

116Dans des demeures construites entièrement ou en partie en pan-de-bois74, dix noyaux tors d’escalier en bois ont été inventoriés (fig. 46 CC). Les doubles mains courantes incrustées dans ces noyaux recouvrent un aspect pratique et décoratif (fig. 337). Ces noyaux (22 cm de diamètre) sont sculptés dans une grume de bois de chêne de 5 à 6 m de haut. Pour les constructions plus hautes, un second noyau prend le relais à mi-hauteur (hôtel du 9 rue Victor Hugo ; fig. 338). Chacune des mains courantes montre un profil pseudo-rectangulaire sur la face antérieure de 5 cm par 3 cm de côté. De part et d’autre, leurs bords sont creusés d’une gorge profonde et large qui les met en relief. Ces noyaux sont courants en Val de Loire durant les XVe et XVIe siècles75. À Amboise, ils se trouvent en effet dans des édifices possédant les caractéristiques typologiques de cette période (8, 40 et 54 place Michel Debré, 78 rue Victor Hugo, 52 rue Rabelais, 50-52 et 66 rue de la Concorde). Lorsque l’édifice est trop transformé pour que l’on puisse proposer une datation avec assurance, ils sont considérés comme des indices chronologiques ; il en va ainsi du 50 place Michel Debré qui conserve par ailleurs les corbeaux sculptés d’une ancienne cheminée médiévale (fig. 335 et 336). Les noyaux d’escalier en vis des maisons en pan-de-bois peuvent être plus rarement cylindriques (92 rue Victor Hugo).

Fig. 340 > Vue de détail de la colonnette d’un poteau cornier du 42 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 341 > Vue de détail des moulures des sablières d’encorbellement du 54 place Michel Debré [© L. Gaugain].

Les façades

  • 76 Les colonettes du 46 place Michel Debré font exception avec un fût circulaire.
  • 77 C. Alix, Orléans, les façades…, op. cit., p. 32.
  • 78 C. Alix, « La mise en valeur des façades… », op. cit., p. 190.

117Lorsqu’elle existe, l’ornementation des façades est sobre. Si les croix de Saint-André sont employées, elles en dynamisent l’ordonnance. Les bois − sans traces de polychromie − offrent un contraste plus ou moins prononcé avec le hourdis. Les briques du hourdis sont agencées soigneusement, parfois en motifs géométriques (12 rue Newton ; fig. 339). Les ornements se concentrent sur trois pièces de bois : quelques moulures chantournées courent sur les sablières de l’encorbellement (fig. 49 CC). Les poteaux corniers du rez-de-chaussée sont couramment ornés de colonnettes engagées (fig. 340) et parfois les pièces verticales sont sculptées de pilastres (fig. 327). Les poteaux corniers accusent des formes prismatiques et anguleuses : bases et fût sont hexagonaux et les chapiteaux géométrisés (5 rue de l’Entrepont, 42 rue de la Concorde, 46, 52 et 54 place Michel Debré, 52 rue Rabelais, 2 rue Joyeuse76). Les moulures des sablières sont de deux types : les moulures en sifflet où un très large cavet finit en mourant pour rejoindre le poteau cornier (fig. 274) et les moulures constituées d’une succession de tores, doucines et gorges d’épaisseur et de profondeur décroissantes (fig. 341). Les premières sont représentées deux fois (66 rue de la Concorde et 5 rue de l’Entrepont), les secondes cinq fois (46 et 54 place Michel Debré, 42 rue de la Concorde, 2 rue Joyeuse et 52 rue Rabelais), parfois associées aux pilastres sculptés sur les colombes verticales du pan-debois (42 rue de la Concorde et 54 place Michel Debré) qui s’apparentent aux pilastres à pinacles que l’on rencontre fréquemment à Orléans pour les maisons datant du règne de Louis XII77. À Amboise la forme en est abâtardie et le décor se limite à des pilastres encadrant l’ouverture, sans tendre vers le haut, ni former d’accolade en retour. Le décor ne s’étend pas sur les éléments horizontaux (traverses et entretoises) mais il peut être flottant comme on l’observe encore sur la partie inférieure des pilastres du 54 place Michel Debré (fig. 341). À Orléans, le décor flamboyant est bien plus invasif : pinacles et accolades « ornaient une quarantaine de maisons à panneaux de Saint-André (soit la moitié du corpus des habitations présentant ce type d’ossature), et il n’a été observé que sur une seule maison dont la façade est en pan-de-bois à grille78 ». À Amboise, nous nous heurtons toujours au problème de la représentativité d’un corpus restreint, mais ce sont, en effet, deux maisons à croix de Saint-André qui sont encore pourvues de leurs pilastres. Ce décor devait être plus courant qu’il n’y paraît : on l’aperçoit en partie, ou complètement, bûché sur trois autres façades, à présent remaniées et dépourvues de leurs éventuelles sablières moulurées (50-52 rue de la Concorde, 35 rue Nationale et 12 rue Newton ; fig. 339).

Fig. 342a > Vue de la façade du 46 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

  • 79 J. Guillaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 18.

118Si les types de moulure ne peuvent être corrélés à une datation précise (fig. 49 CC), leur ensemble est néanmoins d’inspiration gothique, observation déjà faite à Tours où le moment fort de la construction en pan-de-bois date de la période 1470-152079. Force est de constater qu’à Amboise la Renaissance ne fit jamais son apparition dans l’architecture de bois, alors qu’à Orléans ou à Angers, les exemples de décor renaissant ne manquent pas.

Fig. 342b > Relevé photogrammétrique de la façade du 46 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

119Quatre édifices sont datés par dendrochronologie. La charpente du 46 place Michel Debré (1483[d] ; fig. 306, 307, 342a et 342b) peut être rapprochée par sa ferme débordante de celle du 5 rue de l’Entrepont (fig. 289), mais est-ce là un élément suffisant de datation dans la mesure où les moulures des sablières diffèrent ? La première expose en effet des volumes plus saillants. Quant aux dispositions de sa charpente, elles sont proches de celles du 92 rue Victor Hugo, adresse à laquelle la façade n’est pas ornée (fig. 310, 312 et 315).

Fig. 343a > Emplacement du 2 rue Joyeuse [© L. Gaugain].

120Au 2 rue Joyeuse (fig. 343a, 343b et 344), nécessairement postérieur à 1490 − date à laquelle les emplacements des marais furent vendus −, les moulures des sablières, tout comme l’ordonnance de la façade à rive sur rue, encorbellement et pan-de-bois à grille, est à rapprocher de celles du 11 rue Manuel (fig. 322, 323 et 324).

121Le 54 place Michel Debré, datée de 1512[d] (fig. 228 et 316) porte des pilastres sculptés en façade à rapprocher de ceux du 42 rue de la Concorde (fig. 269 et 295). Est-il trop hasardeux d’étendre cette datation aux maisons dont les pilastres ont été bûchés (12 rue Newton, 35 rue Nationale et 50-52 rue de la Concorde ; fig. 227, 276, 297, 298 et 339) ? En faveur de cette datation commune, la largeur des croix de Saint-André de ces trois édifices est comprise entre 60 et 65 cm. Si l’on prend en compte cet élément, le 5 rue de l’Entrepont intègre le groupe. Le 12 rue Newton s’en démarque par un pan-de-bois à grille.

Fig. 343b > Vue de la façade du 2 rue Joyeuse [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

122Enfin, les deux maisons du 52 place Michel Debré séparées par une petite cour, ont été datées de 1523[d] et de 1542[d] (fig. 318 et 345). Ces dates tardives révèlent la persistance d’une forme ancienne.

123Pour conclure, tout en gardant la prudence nécessaire à l’interprétation de données lacunaires, il semble toutefois que la période de construction de l’architecture privée coïncide avec la troisième grande période (1485-1525) définie dans les chantiers de la ville. Les caractères relevés sur les édifices en pan-de-bois sont ceux de maisons, commerçantes ou non, qui révèle un réel souci d’économie. La longueur moyenne des bois des pans-de-bois à Amboise étant de 5,60 m, avec des écarts-types importants, il semble que la seule règle qui ait présidé au choix d’implanter une maison à pignon sur rue ou à gouttereau sur rue soit l’adéquation entre la longueur des bois dont on disposait en abondance et les dimensions de la parcelle. À l’exception de quelques pièces fondamentales telles que les sablières ou les poteaux, les bois les plus employés mesurent 4 m de long environ. La maison du 54 place Michel Debré construite vers 1512 [d] montre des bois de qualité en façade tandis que ceux de sa charpente sont très noueux, alors même que celle-ci adopte des dispositions élaborées (entrait retroussé moisé notamment), comme si l’approvisionnement en bois de qualité avait été difficile en cette période de reconstruction intensive et que le propriétaire avait privilégié l’apparence de la façade, à moins qu’il n’ait fait des économies sur le bois de charpente.

Fig. 344 > Relevé photogrammétrique de la façade du 2 rue Joyeuse [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

  • 80 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, op. cit., p. 104.
  • 81 ACA, CC 208, pièce 26, 5 janvier 1500.
  • 82 ACA, CC 123, fo43ro, 1508.

124Les commerçants occupant les maisons en pan-de-bois ne s’y trompèrent pas : l’étroitesse des rues concentrait l’attention des passants sur leurs échoppes. Pour la plupart des maisons, la mouluration des sablières d’encorbellement du 1er étage sur le rez-de-chaussée compose l’unique ornement. Les seules variations de modénature des sablières ne suffisant pas à différencier les maisons, l’usage des enseignes se généralisa80. Si les enseignes d’Amboise n’ont jamais été photographiées ou croquées, les textes témoignent de leur existence. Les hôtelleries sont désignées dans les textes par l’expression « l’hostellerie ou pend l’enseigne de… ». On distingue ainsi celles du « serf », « de la corne de cerf » et « de la teste noire », au faubourg Saint-Denis, « l’ymaige Nostre Dame » sur l’île81, « la levryere » au carrefour du Bout-des-Ponts et « le Renable » au Petit Fort82.

125La sobriété des façades n’est peut être pas seulement due à la modicité d’Amboise ; des villes qui l’étaient tout autant, comme Onzain ou Aubigny-sur-Nère, s’enorgueillissent encore de belles façades en pan-debois sculptées. Aujourd’hui les maisons d’angle sont absentes à Amboise ; ces constructions pourtant courantes à Bourges, Angers, Orléans ou Tours offrent à la vue une surface importante et arborent non pas une mais deux façades où l’ornement peut s’épanouir pour la plus grande joie du passant qui dispose de recul pour la contempler. L’absence de ces maisons à Amboise fait défaut à notre connaissance car, si elles ont existé, le patrimoine amboisien a été amputé de ses plus beaux éléments.

Fig. 345 > Relevé photogrammétrique de la façade du 52 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].

126En l’absence d’archives, seules les visites peuvent instruire sur le patrimoine transformé d’Amboise. L’étude conduite sur 120 adresses n’a pas permis de faire apparaître un habitat amboisien type. Les maisons sont plus nombreuses que les hôtels ainsi qu’on le constate systématiquement dans les villes médiévales. La variété des modèles rencontrés − qui permet des rapprochements avec plusieurs villes du Val de Loire (Tours, Orléans, Bourges, Angers) − constitue le caractère intrinsèque de la ville d’Amboise et forge son identité, essentiellement ligérienne.

  • 83 « L’architecture civile à Tours des origines à la Renaissance », op. cit., p. 46.
  • 84 C. Alix, Orléans, les façades…, op. cit., p. 10. Clément Alix, « Aspects de la construction dans l (...)

127Si l’architecture de pierre prend pour modèle le château, l’architecture de bois ne soutient pas la comparaison. Le chantier général qu’était devenue la ville d’Amboise se manifeste néanmoins dans l’architecture ordinaire : au vu de la diversité des techniques utilisées et du brassage d’artisans constaté sur les chantiers édilitaires et castraux, il n’est pas à exclure que certaines techniques soient propres à un groupe d’artisans originaires d’un même lieu. Les techniques transmises par filiation du maître à l’apprenti se seraient peu à peu mêlées à Amboise. Les campagnes d’urbanisation – qu’il s’agisse des divers aménagements édilitaires ou du chantier des marais après 1490 – favorisèrent sans doute la transmission et l’échange des savoirs. Cela explique aussi que, contrairement aux constructions par lotissement bien connues à Orléans ou à Tours83, à Amboise les constructions diffèrent les unes des autres84.

  • 85 ACA, CC 86, fo13ro : « Pour une autre trayne despartie en deux dont ont esté faiz deux chapeaux po (...)
  • 86 Jusqu’à présent les textes en témoignaient plus tardivement, dans la seconde moitié du XVIe siècle (...)

128Amboise possédait cependant un savoir-faire spécifique : l’entretien et la construction des ponts. Ainsi, faut-il voir dans les charpentes à entraits retroussés moisés, de maisons comme d’hôtels, l’expérience des charpentiers mettant en moises « chapeaux » et « chevalets » pour maintenir les palées des ponts de bois à partir de 146685. Cette technique est connue dans d’autres villes du Val de Loire, notamment à Beaugency, ou à Orléans dès 142186 mais, en 1466, nous ne sommes qu’à l’aube de la période d’expansion d’Amboise.

Notes

1 Simone Collin-Rosset, Jacques Guillaume, Anne Remy-Tosi, « Marville : l’apport de l'étude des sous-sols à la connaissance de l’architecture civile », In Situ, revue des patrimoines [en ligne], 2004, no 2 [consulté le 10/08/2010] : http://www.insitu.culture.fr/article.xsp?numero=2&id_article=mar002-796

2 Jean-Denis Clabault, Les caves médiévales de Lille, Villeneuve d’Ascq, 2001, 223 p. Jean-Denis Clabault, Les caves de Douai : la construction civile au Moyen Âge, Villeneuve d’Ascq, 2007, p. 337.

3 Clément Alix, « L’habitat d’Orléans du 12e au début du 15e siècle ; état de la recherche : étude des élévations et apports de l’observation des caves », Revue archéologique de l’Ouest, no 32, 2007-2008, p. 123-147.

4 Annie Cospérec, Blois, la forme d’une ville, Paris, 1994, p. 100-101.

5 Claudine Billot, Chartres à la fin du Moyen Âge, Paris, 1987, 360 p. Olivier Desforges, « La maison urbaine au temps des foires de Champagne, l’exemple de Provins », dans les Actes de la session d’université d’été 2003 de Via Patrimoine, La maison au Moyen Âge, no spécial du Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, Angoulême, 2005, p. 191-206.

6 Les traces de brétures n’ont été rencontrées qu’une fois, dans les caves de l’hôtel Morin.

7 J.-D. Clabault, Les caves de Douai…, op. cit., 337 p. et particulièrement p. 58.

8 Nous tenons à remercier Christian Davy qui s’est aimablement déplacé à Amboise pour étudier les peintures conservées dans la ville et au château. Christian Davy, « Les décors peints civils entre Loire et Bretagne (XIIe au XVIe siècle) », dans les Actes des journées d’études des 15-16 novembre 2007 tenues à Angers, Le décor peint dans la demeure au Moyen Âge. Lien : http://www.cg49/culture/peintures_murales/medias/pdf/christian_davy.pdf

9 Alain Salamagne, « Du vocabulaire et de l’identification de la pierre dans l’architecture gothique », dans les Actes de la table ronde tenue au musée archéologique de Saint-Romain-en-Gal les 9 et 10 novembre 2001, Archéologie du bâti, pour une harmonisation des méthodes, Isabelle Parron-Kontis et Nicolas Reveyron (dir.), Saint-Étienne, p. 44-52. C. Alix, « L’habitat d’Orléans… », op. cit., p. 123-147. J.-D. Clabault, Les caves de Douai…, op. cit., p. 103.

10 Dans le cas du 12 rue Newton, la maison étant construite sur les bords de la Masse, le creusement d’une cave était impossible. Aujourd’hui, le premier niveau qui fait office de cave se trouve environ 1 m sous le niveau de la rue et il est plus prudent de parler de salle basse excavée que de cave.

11 C’est le cas de Provins : Olivier Desforges, « La maison urbaine… », op. cit., p. 198. Mais aussi de Winchester : R. B. Harris, « The english medieval townhouse as evidence for the property market », dans les Actes des tables rondes de Rouen et de Norwich (1998-1999), La maison médiévale en Normandie et en Angleterre, Rouen, p. 47-56. Ou encore d’Orléans : C. Alix, « L’habitat d’Orléans… », op. cit., p. 145.

12 Annie Cospérec, Blois, la forme d’une ville, étude topographique et monumentale, thèse de doctorat Jean Guillaume (dir.), université François Rabelais de Tours, 1992, p. 111-112.

13 B. Chevalier, Tours, ville royale…, op. cit., (1983), p. 162.

14 A. Chazelle, Les maisons en pans de bois…, op. cit., 1997.

15 B. Chevalier, Tours, ville royale…, op. cit., (1983).

16 O. Biguet et D. Letellier, « Pan-de-bois à Angers », op. cit., p. 38-51.

17 C. Alix, L’habitat à Orléans…, op. cit.

18 A. Cospérec, Blois, la forme…, op. cit.

19 Ibid., p. 146-147.

20 J.-P. Aubert, La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 176

21 Trésorier de France ayant la garde du dauphin à Amboise, seigneur du Plessis et de Jarzé entre autres. ACA, CC 92, fo4 : dans les comptes de la ville, on lit dès l’année 1469 au chapitre des recettes « De Jean de Pocé seigneur de Nazelle, ou lieu de feu Macé Duponet, pour une maison situee et assise ou Petit Fort joignant a la maison maistre Jean Bourré d’un cousté et d’autre cousté a la maison Pierre Channe, du darriere a la riviere de Loire 2 s. ».

22 D’après J.-P. Aubert (La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 150) qui fait référence au document AN, P 11, nos 3816, 3826 et 3832, Morin est» seigneur du fief de la Perrye » et n’a « aucun lien de parenté directe avec le seigneur de la Vallière dont il est fait mention à Pocé » (ADIL, E 600 : 1489).

23 ACA, CC 123, fo75 (1508). Par ailleurs, les Amboisiens font présent de neuf pintes d’hypocras à « monseigneur le grant maistre, luy estant lors en sa maison de chasteau gaillart », ACA CC 125, fo74 et 80ro (1524).

24 Monique Chatenet, « Vivre aux champs dans l’Europe de la Renaissance », introduction aux Actes des premières rencontres d’architecture européenne tenues au château de Maisons, dans Maisons des champs dans l’Europe de la Renaissance, Monique Chatenet (dir.), Paris, 2006, p. 7-8.

25 Emmanuel Litoux, Christian Cusonneau et Christine Leduc-Gueye, Dominique Letellier, Jean-Yves Hunot, avec la collaboration de Thierry Pelloquet, Daniel Prigent, Entre ville et campagne. Demeures du roi René en Anjou, Angers, 2009, p. 11.

26 A. Cospérec, Blois, la forme…, op. cit., p. 151.

27 J. Guilaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 17.

28 Eugène Viollet-Le-Duc, Encyclopedie médiévale, Paris, 2008, p. 574.

29 Clément Alix et Julien Noblet, « Les charpentes à entrait retroussé moisé : exemples orléanais des XVe et XVIe siècles », Revue archéologique du Centre de la France, tome 48, 2009, p. 189-220 : http://racf.revues.org/index1337.html

30 A. Cospérec, Blois, la forme…, op. cit., p. 147.

31 L’extension du jardin du côté du couvent des Minimes est sans doute postérieure ; à cet endroit devait être creusée la douve du Petit Fort.

32 J. Guilaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 17.

33 Entre 1502 et 1507, la veuve de Pierre Morin était en procès avec la ville pour la construction de son hôtel. ACA, CC 207, pièce 72, février 1506.

34 L’édifice est antérieur à 1507 − date à laquelle l’église Notre-Dame-et-Saint-Florentin reçoit sa couverture − les contacts de maçonneries avec l’église révélant qu’elle a été édifiée sur l’hôtel.

35 L’hôtel est nécessairement postérieur à la date d’assèchement des marais, 1490.

36 1512-1522 [d].

37 Les deux corps de logis ont été datés par dendrochronologie de 1460 pour le grand corps de logis et de 1462 pour le petit.

38 1516 [d].

39 C. Alix et J. Noblet, « Les charpentes à entrait… », op. cit.

40 Dominique Hervier, Pierre Le Gendre et son inventaire après décès : étude historique et méthodologique, Paris, 1977, 264 p.

41 Claire Mabire La Caille, « Les petits oiseaux en Europe de l’ouest au Moyen Âge et à l’époque moderne », communication faite lors du séminaire d’Alain Salamagne du 20 mars 2008, Château et paysages : maisons de plaisance, parcs et jardins, 1re partie, les origines médiévales, université de Tours, CESR. Danièle Alexandre-Bidon, Une archéologie du goût, céramique et consommation, Paris, 2005, p. 274.

42 Clément Alix, « Un hôtel méconnu de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance à Orléans : étude archéologique et historique des 15-17 rue Jeanne d’Arc et 13 rue de la Vieille-Monnaie. 3e partie : des années 1520 au début du XIXe siècle », Bulletin de la société archéologique et historique de l’Orléanais, no 158, 2008, p. 17-24.

43 Nous faisons volontairement abstraction des aménagements troglodytiques qui se trouvent derrière ces deux pièces et qui nous semblent liés à la mise en œuvre postérieure des parties en pan-de-bois.

44 Jusqu’à présent, les différents historiens ayant travaillé sur Amboise, attribuaient la construction de l’hôtel Joyeuse à Fra Giocondo, mais sans ne jamais citer aucun document d’archives. Nous proposons là une attribution inédite d’après la lecture des archives de la ville. Pierre Pineau est le commanditaire de l’édifice et non pas le maître d’ouvrage. ACA, CC 128 fos 46vo-47vo.

45 A. Cospérec, Blois, la forme…, op. cit., (1992), p. 159.

46 Yves Esquieu, « La baie ostentation et hiérarchie dans la demeure médiévale » dans Cadre de vie et manière d’habiter (XIIe-XVIe siècle), Danièle Alexandre-Bidon, Françoise Piponnier et Jean-Michel Poisson (dir.), Paris, 2006, p. 229-237.

47 D. Prigent, « Évolution de la construction… », op. cit., p. 14-33.

48 À Orléans, les baies de l’hôtel du roi Louis XI (10, cloître Saint-Aignan) présente des bases et des modénatures très proches (Clément Alix, « Un hôtel méconnu de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance à Orléans : étude archéologique et historique des 15-17 rue Jeanne d’Arc et 13 rue de la Vieille-Monnaie. 2e partie : Au début du XVIe siècle étude du décor et de sa place dans l’architecture domestique orléanaise des années 1480-1550 », Bulletin de la société archéologique et historique de l’Orléanais, no 156, 2008, p. 17).

49 C. Alix, « Un hôtel méconnu… » 2e partie, op. cit., p. 5-53.

50 J.-M. Pérouse de Montclos, Architecture, méthode et vocabulaire, op. cit., p. 139.

51 Chazelles Annie, Les maisons en pans de bois de Bourges (Cher), Orléans, 1997, p. 10.

52 Eugène Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’Architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, 1854-1868, tome 7, p. 37.

53 La façade du 31 rue de la Concorde fait toutefois exception.

54 A. Chazelles, Les maisons en pans de bois…, op. cit., p. 7.

55 Clément Alix, L’habitat à Orléans à la fin du Moyen Âge, mémoire de DEA civilisation de la Renaissance, sous la direction d’Alain Salamagne, CESR, université de Tours, 2002, 3 vol.

56 11 rue de l’Entrepont, 42 rue de la Concorde, 66 rue de la Concorde, 46, 52 et 54 place Michel Debré, 2 rue Joyeuse, 11 rue Manuel, 52 rue Rabelais, 92 rue Victor Hugo et l’angle des rues Corneille et Nationale.

57 46 rue Victor Hugo, 14 rue Mirabeau, 92 rue Victor Hugo et à l’angle de la rue Joyeuse et de la place Richelieu.

58 Le 92 rue Victor Hugo fait exception avec des solives parallèles à la rue alors que son encorbellement sur rue est bien à poteaux élargis, mais la façade de rive présente un encorbellement sur solives débordantes.

59 40 et 46 place Michel Debré, 42, 44, 78 et 92 rue Victor Hugo, 12 rue Newton, 2 rue Joyeuse, 11 rue Manuel, 44 rue Rabelais, 16 place Richelieu, 14 rue Mirabeau et 13 rue Racine ; sans compter ceux qui sont enduits tels les 11 rue de l’Entrepont, 52 place Michel Debré et 1 rue Corneille.

60 Voir la construction de la garde-porte des ponts en 1471.

61 Olivier Biguet et Dominique Letellier, « Pan-de-bois à Angers », dans 303, la revue des Pays de la Loire, 1986, no 10, p. 38-51.

62 Clément Alix et Julien Noblet, « Les charpentes à entrait retroussé moisé : exemples orléanais des XVe et XVIe siècles », Revue archéologique du Centre de la France, tome 48, 2009, p. 189-220 : http://racf.revues.org/index1337.html

63 Martine Bonnin, « Les maisons à pan de bois des origines à la Renaissance » dans « L’architecture civile à Tours des origines à la Renaissance », exposition été-automne 1980, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, tome X, p. 63-71. Martine Bonnin, « Tours (Indre-et-Loire) », dans Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse, sous la direction d’Yves Esquieu et Jean-Marie Pesez, Paris, 1998, p. 289-293. Daniel Bontemps, « Un exemple de maison à pan de bois : le 25 rue de la Hallebarde » dans « L’architecture civile à Tours des origines à la Renaissance », op. cit., p. 72-80.

64 Jean-Yves Hunot, L’évolution de la charpente de comble en Anjou, du XIIe au XVIIIe siècle, Patrimoine d’Anjou : études et travaux 1, Angers, p. 43, fig. 2.15.

65 ACA, BB 1, fo11ro, 6 décembre 1461.

66 Clément Alix, « La mise en valeur des façades en pans-de-bois d’Orléans du milieu du 15e au début du 17e siècle », dans Orléans une ville de la Renaissance, Marie-Luce Demonet, David Rivau et Philippe Vendrix (dir.), Orléans, Tours, 2009, p. 185-200.

67 Clément Alix, Orléans, les façades à pans-de-bois, 2006, p. 15.

68 Ibid., p. 19.

69 Cliché publié dans L.-A. Bosseboeuf, Amboise, le château et la ville…, op. cit., p. 515.

70 J. Guillaume et B. Toulier, « Tissu urbain et types de demeures : le cas de Tours », dans les Actes du colloque tenu à Tours du 10 au 14 mai 1977, La maison de ville à la Renaissance, Jean Guillaume (dir.), Paris, 1983, p. 18.

71 Comme à Bourges (A. Chazelle, Les maisons en pans de bois…, op. cit., p. 19), ou à Tours (J. Guillaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 13).

72 J. Guillaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 13.

73 Comme à Tours (J. Guillaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 13).

74 L’une des maisons de la basse-cour du château possédait un escalier en bois dont le noyau était pourvu d’une main-courante (ADIL, C 950, fo10vo).

75 Comme à Langeais, à Chinon, à Orléans, mais aussi à Tours, à Saumur, à Angers ou à Chaumont.

76 Les colonettes du 46 place Michel Debré font exception avec un fût circulaire.

77 C. Alix, Orléans, les façades…, op. cit., p. 32.

78 C. Alix, « La mise en valeur des façades… », op. cit., p. 190.

79 J. Guillaume et B. Toulier, « Tissu urbain… », op. cit., p. 18.

80 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, op. cit., p. 104.

81 ACA, CC 208, pièce 26, 5 janvier 1500.

82 ACA, CC 123, fo43ro, 1508.

83 « L’architecture civile à Tours des origines à la Renaissance », op. cit., p. 46.

84 C. Alix, Orléans, les façades…, op. cit., p. 10. Clément Alix, « Aspects de la construction dans l’habitat orléanais (13e-16e siècles) », dans les Actes du 4e congrès international d’archéologie médiévale et moderne, 3-8 septembre 2007, Medieval Europe Paris 2007, Paris, 2007, 19 p. Sur les lotissements en pan-de-bois : p. 8, fig. 14 ; http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/C.Alix.pdf

85 ACA, CC 86, fo13ro : « Pour une autre trayne despartie en deux dont ont esté faiz deux chapeaux pour faire des armoises aux pichons après ce qu’ilz ont esté piquez et batuz en la riviere ».

86 Jusqu’à présent les textes en témoignaient plus tardivement, dans la seconde moitié du XVIe siècle, sous le terme d’« ammoise » ou d’« aumoise », cependant de telles charpentes avaient bien été datées par dendrochronologie du début du XVe siècle : Clément Alix et Julien Noblet, « Les charpentes à entrait retroussé moisé : exemples orléanais des XVe et XVIe siècles », Revue archéologique du Centre de la France, tome 48, 2009, p. 189-220, http://racf.revues.org/index1337.html

Table des illustrations

Légende Fig. 191 > Emplacement du 38 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 193 > Vue de la charpente de comble du 38 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 194 > Vue ancienne du 16 place Richelieu [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 192 > Plan de l’édifice et coupes de la charpente du comble du 38 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 195 > Emplacement du 46 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 196 > Vue du mur gouttereau de la deuxième maison du 46 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 197 > Vue de la façade du 8 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 198 > Emplacement du Sauvage [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 199 > Plan cadastral de 1808, parcelle du Sauvage [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 200 > Vue de la descente de cave du 25 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 201 > Vue aquarellée de la cave du 17 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 202 > Vue aquarellée de la cave voûtée en berceau surbaissé du 34 rue Nationale [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 203 > Emplacement du 18 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 204 > Emplacement du 5 rue Newton [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 205 > Vue aquarellée de la vis d’accès à la cave du 5 rue Newton [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 206 > Emplacement du 52 rue Rabelais et 1 rue Joyeuse [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 207 > Emplacement du 12 rue Newton [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 208 > Vue du puits de la cave du 12 rue Newton [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 209 > Vue aquarellée de l’entrée d’une habitation troglodytique [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 210a > Vue de la façade arrière du 92 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 210b > Vue du placard mural dans la cave du 12 quai Charles Guinot [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 211 > Vue de l’hôtel du 6 rue de la Concorde depuis le promontoire du château [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 212 > Vue ancienne de l’hôtel Morin, côté cour (vers 1960) [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 213 > Emplacement du Clos-Lucé [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 214 > Emplacement de Château-Gaillard [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 215 > Vue de la façade de Château-Gaillard [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 216 > Vue du pignon de Château-Gaillard [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 217 > Emplacement du 2 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 218 > Vue du 2 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 219 > Emplacement de la placette Saint-Florentin [©L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 220 > Vue du pignon depuis la placette Saint-Florentin [© Inv. Centre M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 221 > Emplacement du 4 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 222 > Vue de la façade du 4 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 223 > Emplacement des 9-11 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 224 Vue du pignon des 9-11 rue Victor Hugo depuis le haut de la rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz ].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 225 Emplacement du 32 rue Nationale [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 226 > Aquarelle de la façade donnant sur la venelle du 32 rue Nationale [©Région Centre, Inventaire général, A.-M. Bonnard].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 227 > Relevé photogrammétrique de la façade du 50-52 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Fig. 228 > Emplacement du 54 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig. 229 > Emplacement de l’hôtel du 1 mail Saint-Thomas [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 230 > Vue de la façade côté rue du 1 mail Saint-Thomas [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 231 > Emplacement du logis des Pages [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 232 > Vue du logis des Pages côté Loire [©Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Fig. 233 > Emplacement du logis dit le Prieuré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 234 > Vue du logis dit le Prieuré depuis le parc [© Léonard de Serres].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 235 > Vue du Clos-Lucé depuis le parc [© Léonard de Serres].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 236 > Emplacement de l’hôtel du 6 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 237 > Vue de la vis avec sa main-courante sur le noyau [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 238 > Vue de l’hôtel Morin côté Loire [©Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 239 > Vue de l’encadrement d’une baie du 1 er étage du logis des Pages [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 240 > Emplacement de l’hôtel Morin [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 241 > Plan de l’hôtel Morin, après restauration rez-de-chaussée et premier étage (1892) [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Légende Fig. 242 > Emplacement de l’hôtel Joyeuse [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 243 > Vue de l’hôtel Joyeuse [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 244 > Vue aquarellée du portail et des pavillons d’entrée de l'hôtel Joyeuse depuis la cour [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 245 > Vue de la galerie surplombant le porche d’entrée du Clos-Lucé [© Léonard de Serres].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 246 > Vue de la galerie en pan-de-bois au revers de la façade des 9-11 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 247 > Relevé photogrammétrique de la galerie en pan-de-bois du 9-11 rue Victor Hugo [© Inv. Centre M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 248 > Vue du contreventement de la charpente de comble du grand corps de logis au niveau des faux-entraits du 6 rue de la Concorde [© Inv. Centre H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 249 > Relevés et coupes des charpentes du 6 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Fig. 250 > Vue de la charpente de comble du pavillon de l'hôtel Morin [© Inv. Centre H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 251 > Vue de la charpente de comble des 9-11 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 253 > Vue de la charpente de comble au niveau des entraits retroussés du 1 mail Saint-Thomas [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 252 > Plan de l’édifice et relevé de la charpente de comble des 9-11 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Fig. 254 > Plan du comble et coupes longitudinale et transversale de la charpente du 1 mail Saint-Thomas [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 255 > Plans et coupes de la charpente de comble de l’hôtel de la rue du Petit Soleil [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 256 > Vue ancienne de l’hôtel Joyeuse après l’incendie (vers 1960) [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 257 > Relevé de la charpente de comble, plan et coupe du 18 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 258 > Vue ancienne de la charpente de comble du 18 rue de la Concorde, avant qu’elle ne soit masquée (vers 1960) [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 259 > Plan de l’hôtel Morin, avant restauration rez-de-chaussée et premier étage (1892) [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 260 > Proposition de plan restitué de l’hôtel Joyeuse au rez-de-chaussée [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Fig. 261 > Vue de la cheminée du rez-de-chaussée du logis des Pages [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 262 > Vue du corbeau du piédroit de la cheminée du rez-de-chaussée du logis des Pages [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 263 > Vue de détail du corbeau du piédroit de la cheminée du second étage du logis des Pages [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 264 > Vue ancienne du logis dit le Prieuré côté rue (vers 1960) [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 265 > Relevé photogrammétrique de la façade du logis dit le Prieuré, côté parc [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 266 > Vue de la cheminée la salle du rez-de-chaussée du logis dit le Prieuré [© Léornard de Serres].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 267 > Plan et coupe transversale de la structure en pan-de-bois du 1 er étage du logis dit le Prieuré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Tableau 35 > Caractéristiques des baies des hôtels et manoirs d’Amboise.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Fig. 268 > Emplacement du 42 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 269 > Vue de la façade du 42 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 270 > Vue de la place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, T. Cantalupo].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 271 > Vue de l’assemblage de l’encorbellement du 54 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 272 > Emplacement du 66 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 273 > Vue de la façade du 66 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 274 > Vue des moulures en sifflet des sablières d’encorbellement du 66 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 275 > Emplacement du 50-52 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 276 > Vue du 50-52 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 277 > Emplacement des 103-105 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 278 > Vue de la façade des 103-105 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 279 > Vue depuis le coteau de la façade arrière des 103-105 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 280 > Relevé photogrammétrique de la façade du 11 rue de l’Entrepont [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 281 > Emplacement du 31 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 282 > Vue de la façade du 31 rue de la Concorde depuis les combles du 2 rue Nationale [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 283 > Relevé photogrammétrique de la façade du 31 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 284 > Vue du 40 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 285 > Emplacement du 40 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 286 > Vue ancienne du 40 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 287 > Relevé photogrammétrique de la façade du 40 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 288 > Emplacement du 5 rue de l’Entrepont [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 289 > Vue de la façade du 5 rue de l’Entrepont [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 290 > Relevé photogrammétrique de la façade du 5 rue de l’Entrepont [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 291 > Relevé photogrammétrique de la façade du 54 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 292 > Relevé photogrammétrique de la façade du 46 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 293 > Emplacement du 11 rue de l’Entrepont [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 294 > Vue de la façade du 11 rue de l’Entrepont [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 295 > Relevé photogrammétrique de la façade du 42 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 296 > Emplacement du 35 rue Nationale [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 297 > Vue de la façade du 35 rue Nationale [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 298 > Relevé photogrammétrique de la façade du 35 rue Nationale [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 299 > Emplacement des 8 et 10 rue Chaptal [© L. Gaugain ].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 300 > Vue de la façade du 8 rue Chaptal [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 301 > Vue ancienne du 42 rue de la Concorde (vers 1960) [© Région Centre, Inventaire général].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 302 > Vue d’Amboise, dessin à la mine (début XX e siècle) [© BM Tours].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Fig. 303 > Plan et coupes du 52 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Fig. 304 > Vue de la charpente de comble de la première maison donnant sur la place Michel Debré (le 52) [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 305 > Vue du pignon commun aux 54 et 52 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 306 > Vue de la charpente de comble du 46 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 307 > Relevé et plan de la charpente de comble au 46 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 308 > Vue du comble du 54 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 309 > Vue de détail de la ferme centrale du comble du 54 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 310 > Vue de la charpente du 92 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig. 311 > Emplacement du 92 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 312 > Vue de la façade du 92 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 313 > Vue aquarellée de la charpente de comble du 40 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 314 > Relevé de la charpente de comble du 40 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 316 > Vue du 54 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 317 > Gravure par Dubreuil de la porte d’une maison à Amboise (début XX e siècle) [© BM Tours].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 315 > Plan et coupes de la charpente du 92 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 318 > Vue de la façade du 52 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 319 > Vue de la façade du 52 rue Rabelais [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 320 > Vue ancienne du 42 rue de la Concorde (avant 1897) [publiée dans L.-A. Bosseboeuf, Amboise..., op. cit., p. 115].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Fig. 321 > Emplacement du 11 rue Manuel [©. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 322 > Vue de la façade du 11 rue Manuel [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-134.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 323 > Vue de détail du pan-de-bois du 11 rue Manuel [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-135.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 324 > Relevé photogrammétrique de la façade du 11 rue Manuel [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-136.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 325 > Emplacement du 8 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-137.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 326 > Emplacement du 52 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-138.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 327 > Vue de détail de l’encorbellement du 42 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-139.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 328 > Vue des deuxième et troisième maisons du 46 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-140.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 329 > Emplacement du 46 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-141.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 330 > Emplacement du 50 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-142.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 331 > Vue de la façade du 50 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-143.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 332 > Emplacement du 78 rue Victor Hugo [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-144.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 333 > Vue de la façade du 78 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-145.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 334 > Vue de la cheminée du 23 rue de la Concorde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-146.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 335 > Vue d’un corbeau de la cheminée du 50 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-147.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 336 > Vue d’un corbeau de la cheminée du 50 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-148.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 337 > Vue de l’escalier à noyau tors et détail du noyau, de sa main courante et de sa corde [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-149.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 338 > Vue du noyau tors de la vis à main courante incrustée de l'hôtel des 9-11 rue Victor Hugo [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-150.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 339 > Vue de détail du pan-de-bois aux pilastres bûchés du 12 rue Newton [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-151.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 340 > Vue de détail de la colonnette d’un poteau cornier du 42 rue de la Concorde [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-152.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 341 > Vue de détail des moulures des sablières d’encorbellement du 54 place Michel Debré [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-153.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 342a > Vue de la façade du 46 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-154.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 342b > Relevé photogrammétrique de la façade du 46 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-155.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 343a > Emplacement du 2 rue Joyeuse [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-156.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 343b > Vue de la façade du 2 rue Joyeuse [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-157.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 344 > Relevé photogrammétrique de la façade du 2 rue Joyeuse [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-158.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 345 > Relevé photogrammétrique de la façade du 52 place Michel Debré [© Région Centre, Inventaire général, M. Andry].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8141/img-159.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search