Version classiqueVersion mobile

Amboise

 | 
Lucie Gaugain

Partie IV. Habiter Amboise à l’aube de la Renaissance

Chapitre 9. Les acteurs

Texte intégral

LES AMBOISIENS : DÉNOMBREMENT ET RÉPARTITION SOCIALE

  • 1 ADIL, 7M5-38 (1841).
  • 2 J.-P. Aubert, La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 98.
  • 3 Casimir Chevalier, Tableau de la province de Touraine, 1762-1766, d’après un manuscrit de la biblio (...)

1Le château d’Amboise héberge les membres de la famille royale durant à peine un siècle (de 1470 à 1570 environ) et la présence du roi y est épisodique. L’influence de la cour sur la vie amboisienne s’appréhende en confrontant les données antérieures, contemporaines et immédiatement postérieures à la présence royale ou en traquant certains faits particuliers révélateurs d’un changement au sein de la société. Il nous faut tout d’abord évaluer indirectement la démographie. À partir de recensements récents, entre autres celui de 18411, Jean-Philippe Aubert avance le nombre de 924 habitants pour la première enceinte et extrapole pour la seconde enceinte à partir de cette densité démographique de « 1,91 habitants à l’are, à un maximum de population proche de 1 900 personnes2 ». Le Tableau de la province de Touraine de 1762-1766 établit une moyenne générale de 4 habitants par feu3, ce qui en adoptant une méthode régressive sur les feux recensés entre 1739 et 1831 aboutit au nombre d’habitants représenté dans le tableau 28.

Date du recensement

Nombre d’habitants ou de feux

1831

4 613 habitants

1822

5 276 habitants

1801

5 097 habitants

1800

5 513 habitants

1762

4 600 habitants, soit 937 feux (dont 355 feux pour la ville et 582 feux pour les faubourgs)

1739

4 000 habitants

Tableau 28 > Recensement de la population amboisienne.

  • 4 BMT, ms. 1207, Mémoire de la généralité de Tours, rédigé par l’Intendant Miromesnil en 1698.
  • 5 ACA, BB 1, fos 27vo et 29vo, 4 janvier et 22 février 1467 (n. st.).
  • 6 Ordonnances des rois de France de la IIIe race jusqu’en 1514, Paris, 1723-1849, tome XIV, p. 1-5.
  • 7 ACA, BB 1, fo 27vo, 1er décembre 1466 : « Pour savoir comment on se commandera touchant la commissi (...)

2En 1698, l’Intendant Miromesnil recense quant à lui 800 feux pour les seules paroisses de Saint-Denis et de Saint-Florentin4, ce qui fait osciller la population d’Amboise autour de 3 200 habitants, sans compter le faubourg du Bout-des-Ponts. Enfin, le calcul de la population en fonction du nombre de jacquets que la ville doit fournir au royaume au XVe siècle correspond à notre période d’étude, mais est-il plus fiable ? En janvier 1467 (n. st.), l’assemblée de la ville détermine l’« habillement de huit hommes en jaquiers, salade, espee et autres harnoys de guerre par le commandement et plaisir du roy5 ». Finalement le 22 février 1467 (n. st.), il n’est plus question que de 5 jacquets. L’ordonnance du 28 avril 1448 assujettissait chaque paroisse à équiper un franc-archer pour 50 feux6, mais le fait que la ville se soit ravisée sur le nombre de jacquets prouve bien qu’elle dut parlementer pour réduire le nombre d’hommes et qu’elle obtint gain de cause, faussant les estimations7. Si en 1467, la première évaluation de 8 jacquets est peut être juste et correspond à environ 1 600 habitants, aucun élément ne permet de juger celle de 1473 où la ville doit envoyer 13 hommes d’armes. Mais même si la ville « triche », sa population est assée d’au moins 1 600 à 2 600 habitants.

  • 8 Bruno Laurioux, Manger au Moyen Âge, Paris, 2009, p. 40-41.
  • 9 ACA, CC 99, fo 24ro, 24 janvier 1467 (n. st.).
  • 10 Bruno Laurioux explique que l’aristocratie urbaine a hérité des traditions romaines selon lesquelle (...)

3L’évolution des recettes issues des ventes de sel et de vin donne une idée des variations annuelles de la population à Amboise (fig. 36 CC). Sans pouvoir avancer de chiffres, puisque l’on ne connaît pas le tarif du vin vendu au détail dont le 1/8 constituait les rentes de l’apetissement, on constate que les bonnes années telles que 1497 et 1525, la ville réalise entre 510 ℓ. t. et 520 ℓ. t de recettes, et que les mauvaises années, comme 1471, elle ne s’élève plus qu’à 370 ℓ. t., tout comme 1500, où elle tombe à moins de 100 ℓ. t. La population qui consomme du vin s’oppose couramment à celle qui boit de la bière ou du cidre8 ; cependant la région amboisienne est traditionnellement viticole et lorsque l’on ravitaille les ouvriers, c’est bien du vin qu’on leur porte9. On ne sait rien sur les autres breuvages mais si le vin n’est pas la boisson exclusive10, la population faisait bien plus que quintupler à certain moment.

  • 11 Toutefois, d’après le tableau de la durée des principaux séjours de Louis XII établi par Monique Ch (...)

4La vente du sel est également un bon indicateur même si sa courbe, qui ne suit pas exactement celle de l’apetissement, présente des variations beaucoup plus amples. Il est admis que la consommation de sel touche davantage de personnes itinérantes que celle du vin. En 1500, au départ de la cour pour Blois, la ville en débite pour 20 ℓ. t. tandis qu’en 1499 la recette du grenier atteint près de 260 ℓ. t. et en 1511 160 ℓ. t., soit une recette jusqu’à 13 fois plus élevée pour les bonnes années. Ce qui laisse conjecturer qu’une année particulièrement fructueuse pour la recette du grenier à sel, comme 1499, correspond à une année où la cour fréquente assidûment Amboise, car la ville consomme alors autant de sel que si elle était peuplée d’environ 20 000 habitants11. Ces résultats ne reflètent cependant qu’une moyenne masquant de brutales variations de population entre le moment où la cour afflue massivement et le moment où elle repart de manière tout aussi prompte. En somme, 2 600 habitants n’est que la moyenne d’une estimation minimum de la population qui prendrait en compte les Amboisiens et les hôtels permanents du château et non la cour au sens large.

5Les délibérations du conseil de ville portant sur les gens de la cour qui refusent de payer la taille prouvent que ceux-ci constituent une population non négligeable. Ainsi, le 28 janvier 1476 (n. st.), est-il décidé que :

  • 12 ACA, BB 1, fo 68vo.

L’on yra a Tours ou est le roy de present et que l’on tirera par deux fois monseigneur le president Ladrische, ou autre, pour remonster au roy lesdictes choses dessusdictes, et savoir pour lesdits officiers comme marchants et gens de mestier doivent paier taille ou non, et que Pierre Pasquier, esleu, yra.12

  • 13 ACA, BB 1, fo 80vo, 1477 : « Pour savoir qu’il estoit de faire touchant ce que par monseigneur le m (...)

6Dès 1477, le cas se renouvelle ; il semble que nombre de marchands se font passer pour des officiers de la reine, du dauphin ou d’Anne de Beaujeu, refusant à nouveau de payer quelque impôt que ce soit13. Cependant, il réside une imprécision dans les termes employés : qui est compris dans les « gens de mestier » ? Les gens attachés au château et les ouvriers étaient-ils aussi concernés ?

  • 14 J. Melet-Samson, Le développement…, op. cit., p. 140, d’après ACA, BB 7, fo 59.
  • 15 J.-P. Aubert, La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 102. Basé sur « une taille de 1477 [qui] pré (...)
  • 16 Pour les comptes de l’argenterie des souverains qui n’habitaient pas en permanence à Amboise, nous (...)

7En 156714, soit moins de 10 ans après la conjuration d’Amboise, le conseil de ville estime à 300 le nombre de feux à Amboise, soit 1 200 habitants. En considérant que le dénombrement est réalisé dans le but d’une imposition fiscale, on présume qu’il est volontairement revu à la baisse. Mais on approche des 1 600 habitants des années 1470 et il n’est donc pas impossible que ce soit là le nombre d’Amboisiens de souche. La présence royale aurait ainsi attiré, en plus des résidents établis régulièrement à Amboise, environ un millier de personnes supplémentaires : qui sont-elles ? On estime que 85 % des habitants du baillage d’Amboise sont des citadins15. Sur une période d’un siècle (1421-1525), notre recensement systématique des noms rencontrés dans les comptabilités de la ville, les comptes de l’argenterie des membres de la famille royale16, le compte de construction du château, l’inventaire après décès de Charlotte de Savoie et les différentes archives consultées aboutit à une liste de 2 800 personnes fréquentant Amboise, dont environ 250 qui n’y demeurent pas. Il nous faut définir la représentativité de ce répertoire.

  • 17 ACA, BB 2, fo 1ro-vo, novembre 1464.
  • 18 Florentin Prevost, Jean Duruau, Jean Forget et Jean Aucheron.
  • 19 Gillet Le Hongre, René Le Fuzelier, Jean Merigot et André Perrault.
  • 20 Des marchands, Jean De Maslines et Jean Gandion ; une hôtelière, Peronelle La Royne ; et des élus o (...)
  • 21 Jean Le Royer, Jean Richart, Colas Le Paige, Macé Senot, Jean Goelard, Jean Reverdi, Pasquier De Br (...)

8En novembre 1464, la ville décide de faire des présents à Jean Bourré, précepteur du dauphin, et Guillaume de Varye, capitaine de la ville, qui viennent de s’installer à Amboise et convient que « chacun portera argent a la ville selon sa puissance et faculté17 ». La liste des dons produit le classement par état de fortune de la société amboisienne. C’est de loin Jean Morin qui verse la somme la plus importante avec 6 écus ; quatre marchands ou charretiers versent 4 écus18, quatre autres donnent 3 écus19, parmi lesquels deux marchands et deux élus ; douze personnes participent à hauteur de 2 écus20 ; et une grande majorité n’abandonne que 1 écu21. Enfin, Macé Fournier et Le Biernoys (Raymond de Dezest) donnent un 1/2 écu et Colin Lepaige 10 s. t. Cette énumération disparate comprend élus, nautoniers, hôteliers et d’autres dont, tout en ignorant la profession, nous savons que quelques quartiers de vignes ou de chènevières leur appartiennent. Il est indéniable que chacun se sentit concerné par l’accueil de ces hôtes de marque susceptibles de recommander leur ville au roi.

  • 22 ACA, BB 1, fo 16ro, 5 mai 1465 : « Julian Lopin, Jean Aucheron, élu, Jean Morin Maistre Jean Papill (...)

9Lors de la grande assemblée de ville ordonnée par Louis XI et tenue au château le 5 mai 1465, soit à l’aube de la période d’expansion d’Amboise, 28 personnes sont présentes dont 22 Amboisiens de souche qui ont participé aux cadeaux22 (cf. p. 304). La liste des donateurs et celle des Amboisiens de souche se recoupent et ceux-ci semblent former une élite au sein de la société municipale.

10L’année 1469 signe l’installation définitive de Charlotte de Savoie à Amboise, installation scellée par une première lettre patente de Louis XI annonçant la fermeture de l’église Saint-Florentin du château et qui est réaffirmée en 1473 par une seconde lettre en ces termes :

  • 23 BnF, ms. fr. 20579, fo 9, 16 août 1473.

Comme depuis notre advenement a la couronne, nous et nostre très chere et très amee compaigne la royne, nous soions tenuz pour la plupart en nostre chastel d’Amboise ou quel avons esté nourriz de nostre jeunesse et aussi y aient esté néz nos tres chier et tres amés enfens en plus grant seureté.23

  • 24 S. Cassagnes-Brouquet, Louis XI, le mécénat…, op. cit., p. 15.

11Une partie des hôtels de la famille royale loge en permanence au château. L’hôtel de Louis XI consiste dès les premières années de son règne en 18 chambellans, 8 maîtres d’hôtel, des médecins, 25 valets de chambre, une dizaine d’aumôniers pour la chapelle, 4 valets de garde-robe, 18 huissiers et sergents d’armes, 4 huissiers de salles, 6 portiers, 4 trompettes, des pages, des dames de compagnie et des conseillers24. Les menus officiers sont représentés par :

  • 25 Id.

Onze panetiers, deux échansons, dix-huit sommeliers, vingt-quatre personnes travaillant en cuisines, sept fruitiers, dix fourriers, six valets de fourrière, six portiers, vingt-deux veneurs, neuf fauconniers, cinq lavandières, cinq écuyers d’écurie, quinze chevaucheurs, trois gardes de petits oiseaux, un italien faiseur de lances, soit plus de deux cent trente personnes journellement à son service qui constituent l’intendance de sa cour, fréquentée par de nombreux conseillers, nobles ou pas, et des ambassadeurs venus de toute l’Europe.25

  • 26 AN, KK 68.
  • 27 A. Tuetey, « Inventaire des biens… », op. cit. Et son testament : BnF, ms. fr. 15538 (MF 30115), fo(...)
  • 28 AN, KK 80, 1484-1485.
  • 29 C. Beaune, « Comment vit et meurt… », op. cit., p. 49-55.

12Pour l’année 1470, l’hôtel de la reine connu par les comptes de l’argenterie, comprend une soixantaine de personnes26, l’hôtel du dauphin en compte une quarantaine. En 1483, dans l’inventaire après décès des biens de Charlotte de Savoie sont citées 134 personnes qui ont été au service de la reine27. Les comptes de l’argenterie de la jeune princesse Marguerite d’Autriche rapportent qu’une soixantaine de personnes étaient à son service28. Enfin, l’hôtel du dauphin Charles-Orland totalise 95 personnes29. En définitive, tous hôtels confondus, il semble que 300 à 400 personnes soient un minimum à considérer pour évaluer le nombre d’hommes et de femmes travaillant au château, car ni les marchands ni les ouvriers ne sont pris en compte dans ces documents, et que l’hôtel du roi n’est là qu’en sa présence intermittente.

  • 30 Philippe Mantellier, Histoire de la communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire et fle (...)

13Parmi les 300 à 400 personnes appartenant aux hôtels, il faut distinguer le personnel venu à Amboise se mettre au service du roi, et les habitants de la ville qui sont engagés au château. Les hôtels ne représentent finalement qu’une part restreinte des 1 000 personnes qui affluent à Amboise vers 1473. Outre la présence royale, deux paramètres doivent être observés : la conjoncture économique alors favorable et la très nombreuse main-d’œuvre des chantiers de construction. C’est en effet à cette époque que le commerce sur la Loire se développe et, par extension, le passage sur la route d’Espagne ce que confirment les revenus de la ferme du barrage30 (fig. 36 CC). L’année 1472 marque l’apogée de ces revenus qui passent de moins de 10 ℓ. t. avant 1470 à 50 ℓ. t., pour ensuite se stabiliser autour de 35 à 40 ℓ. t. annuelles.

  • 31 D’après les chroniqueurs contemporains, la cour aurait pu atteindre 10 000 à 20 000 personnes et au (...)

14Peut-on considérer que la cour s’amplifia encore sous Charles VIII ? Monique Chatenet retient, pour le XVIe siècle31, des estimations impressionnantes quant au nombre de personnes et de chevaux suivant la cour, mais elle en conclut aussi :

  • 32 M. Chatenet, La cour de France…, op. cit., p. 34.

La cour du XVIe siècle est une nébuleuse aux contours évanescents, d’où les deux qualificatifs qui reviennent constamment à son propos dans la correspondance diplomatique : la cour est « grosse », la cour est « petite ».32

LA NOBLESSE ET LES OFFICIERS AU SERVICE DU CHÂTEAU

  • 33 J. Heers, Louis XI, op. cit., p. 159-173.
  • 34 Françoise Robin, La cour d’Anjou-Provence : la vie artistique sous le règne de René, Paris, 1985, p (...)
  • 35 J. Heers, Louis XI, op. cit., p. 70.
  • 36 Il s’agit de Marguerite de Savoie (1439-1483), veuve de Louis III d’Anjou, tante de Charlotte de Sa (...)
  • 37 AN, KK 68, fo 41ro, mai 1470. BnF, ms. fr. 6602, fo 59 (s. d.). ACA, BB 1, fo 26ro, 22 septembre 14 (...)

15La tradition selon laquelle Louis XI choisissait ses hommes parmi les « petites gens, d’origines et d’emplois fort modestes33 » n’est en réalité qu’une légende. Les exemples qui illustrent ce fait sont bien loin de représenter la majorité des cas. La politique de Louis XI consistait à s’entourer des personnes les plus compétentes tout en renouvelant le plus souvent possible le corps de ses conseillers afin d’éviter toute forme de népotisme. Nombreux sont ceux qui séjournent au château d’Amboise, tout du moins entre 1468 et 1473, période durant laquelle Louis XI s’y trouve très fréquemment. Parmi les personnages les plus influents de l’entourage du roi qui reçoivent des charges à Amboise se remarquent : monseigneur de Maillé, seigneur de Luynes, Jean Bourré, seigneur du Plessis et de Jarzé, Guillaume de Varye, seigneur de l’Isle-Savary, Pierre II de Beaujeu, duc de Bourbon et d’Auvergne et Jean de Chambes, seigneur de Montsoreau. Dans le cadre de sa politique diplomatique, le roi reçoit à Amboise quelques grands de l’histoire : le roi René en janvier 146934 ; puis son frère Charles du Maine et Warwick le 8 juin 1470 qui vient sceller une alliance entre Anne de Neville, sa fille, et Édouard, prince de Galles, fils d’Henri VI et Marguerite d’Anjou35 ; et, en 1483, les ambassadeurs de Flandres pour organiser les fiançailles du dauphin Charles et de la jeune princesse Marguerite. Enfin, certains proches de la couronne viennent en villégiature telles les nièces de Charlotte de Savoie et de Louis XI ou font étape à Amboise telle la comtesse de Wurtemberg36, leur tante37.

  • 38 François d’Evre, « chevalier dudit lieu d’Evre », Mathurin Cailleteau, écuyer de la reine, Guillaum (...)
  • 39 On retrouve ainsi le lit de la dame de la Guerche dans la chambre d’Anne de Bretagne (Marck Girouar (...)

16Ces personnages séjournent à Amboise de manière éphémère et impressionnent les foules, mais là se limitent leurs contacts avec la cité. Peut-on pour autant considérer qu’ils véhiculent les usages, les modes et les fastes de la cour dans la ville ? Les officiers servant journellement la couronne jouent sans doute bien mieux ce rôle, mais on connaît mal leur relation avec la population. Dans l’inventaire après décès de Charlotte de Savoie, pour 8 d’entre eux il est précisé qu’ils sont « ancien officier de ladicte dame, demourant en [leur] propre maison38 », sans que l’on sache s’ils prennent leur retraite à Amboise ou s’ils se sont retirés dans leurs terres. Les officiers en activité se rendent fréquemment au château et certains doivent même y demeurer, du moins pour ce qui est des dames de la reine qui traditionnellement dorment dans son logis39. De même, les usages de la cour sont-ils diffusés par les gardes du château.

  • 40 A. Tuetey, « Inventaire des biens… », op. cit., p. 338-366. Et son testament : BnF. ms. fr. 15538 ( (...)
  • 41 X. Carré de Busserolle, Dictionnaire historique, géographique…, op. cit. Luc Boisnard, Dictionnaire (...)
  • 42 Bernard Chevalier, Tours ville royale : 1356-1520, origine et développement d’une capitale à la fin (...)
  • 43 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 483. Et L. Boisnard, Dictionnaire des ancie (...)
  • 44 L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 167. Esvres se situe sur les bords (...)
  • 45 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 499-500, note 97. Et L. Boisnard, Dictionna (...)

17La confrontation de l’État de la maison de Charlotte de Savoie40, dressé pour son inventaire après décès, et des archives de la ville, révèle qu’exception faite des artisans et des ouvriers, une grande majorité des gens de la cour et du château ne sont pas originaires de la ville, la plupart venant même de provinces autres que la Touraine. Parmi les 134 personnes citées, 21 officiers, dames et demoiselles portent le nom de leur terre41, mais seuls 4 d’entre eux appartiennent à la noblesse tourangelle : Brion42, Dezest43, Esvre44 et Aubus45. En l’absence de pérennité d’une famille récemment anoblie, il s’avère toutefois délicat d’affirmer qu’elle le fut vraiment. Si exemption d’impôts et tenure d’un fief sont propres à la noblesse, force est d’admettre qu’une minorité arrivait à cumuler les deux critères :

  • 46 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1983), p. 273-274.

Des fiefs, a-t-on dit, il y en avait pour toutes les bourses. […] En conséquence, tous les « honorables hommes » sont seigneurs de quelques terres, mais très rares sont ceux qui détiennent une juridiction de quelque importance.46

18En réalité, la détention de ces fiefs n’est qu’un avant-goût de la noblesse car il faut, d’une part, ne plus exercer aucune activité professionnelle pour ne pas figurer sur le rôle des tailles et, d’autre part, attendre la troisième succession pour que les bénéficiaires soient réellement anoblis, mais en attendant ils ne payent pas la taille ; ce qui pourrait expliquer la confusion qu’il est facile de créer à l’égard des receveurs de la ville en se refusant de participer à la taille au nom d’une quelconque exemption.

  • 47 S. Cassagne-Brouquet, Louis XI, le mécénat…, op. cit., p. 15.

19Aussi à Amboise, sommes-nous bien en peine de qualifier 98 % des personnes citées dans l’inventaire de Charlotte de Savoie, qui sont censées représenter l’entourage proche de la reine. Dans ces conditions, évaluer le milieu social et intellectuel de la cour de Charlotte de Savoie reste difficile47. Certes, la reine est bien entourée, mais est-ce par une l’élite ? Et parmi ces gens, comment estimer le nombre d’Amboisiens ? Car les archives ne font aucune distinction entre l’immigration d’une élite et la promotion sociale locale, nées l’une et l’autre de la présence royale.

  • 48 AN, KK 84, fo 83ro-vo, 18 janvier 1495 (n. st.) : « A Clément Berthier et Martin de la Bryere, auss (...)
  • 49 AN, KK 84, fo 82 ro, le 2 décembre 1494.
  • 50 Id.

20Sous Charles VIII, il est encore plus difficile de comptabiliser le personnel qui reste à demeure au château ou de manière occasionnelle puisque le roi n’habite plus en permanence à Amboise et que son hôtel est distribué entre ses différents lieux de résidence. De même, Anne de Bretagne vient à Amboise de façon intermittente : les comptes de son argenterie révèlent une vie itinérante entre Loches, Le Plessis, Tours et Amboise, ses demoiselles la suivant parfois avec plusieurs jours de retard48. Fréquemment, la reine rejoint Amboise, y séjourne une petite semaine et repart pour une autre de ses demeures49. À chaque fois ce sont de lourds chariots attelés à 5 ou 6 chevaux, ou plusieurs chalands qui transportent lits, coffres, tapisseries, garde-robe et « acoustremens des draps d’or et de soye et aultres estoffes de ladicte escurie50 ».

  • 51 L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 87, 162 et 323. B. Chevalier, Tours (...)
  • 52 Jean Philippe Aubert n’a rencontré que 2 représentants de la noblesse résidant en ville en 1431, so (...)
  • 53 L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 187.
  • 54 Ibid., p. 73. Et AN, KK 228-229, 1495-1496. Ibid., p. 290.
  • 55 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 553. L. Boisnard, Dictionnaire des ancienne (...)
  • 56 Ibid., p. 257.
  • 57 AN, KK 65, fo 169vo : « A Jean Sauvaige, maistre faiseur de panaisines ». En 1468, il est sommelier (...)
  • 58 L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 380.
  • 59 Ibid., p. 154.
  • 60 AN, KK 229, fo 6vo, 1495-1496.
  • 61 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 419.
  • 62 Ibid., p. 421.

21Au vu des archives, la noblesse établie qui habite en ville avant l’arrivée de la cour semble assez restreinte. On compte51 : Julien Lopin, Jean de la Bretonnerie, Jean Durruau et Jean de Pocé, seigneur de Nazelles52. Quatre marchands que l’on retrouve dans les comptabilités royales accèdent à la propriété de fief entre 1476 et 1486 : René Le Fuzelier (1476)53, contrôleur de l’argenterie du Dauphin et marchand à Amboise, Jean Aucheron (1483), Nicolas Boningalle (1485) et Pierre Morin (1486)54. En outre, deux personnages importants de l’administration amboisienne − Jean Papillon et Jean Gandion55 − sont apparentés à la petite noblesse locale et se trouvent à la tête d’une seigneurie. Trois officiers habitant Amboise sont anoblis pour avoir servi la couronne : Estienne Leloup, François Sauvage et Raymond de Dezest. Le premier commence sa carrière dans les cuisines de Louis XI56, le second, dont le père est déjà au service de Louis XI en 146457, se fait remarquer lors de la bataille de Fornoue le 6 juillet 1495 et tient l’office de contrôleur de l’argenterie du roi en 149658 ; le troisième, dit « Le Byarnois59 », est tailleur de robe de Charlotte de Savoie et devient maître des œuvres du château et maître d’hôtel du dauphin Charles-Orland60. Le cas de ces hommes est tout à fait remarquable. À Tours, il faut quatre générations pour pouvoir s’extraire de son milieu d’artisan, accéder à une éducation universitaire et, enfin, à une charge d’officier61. Cependant, tout va plus vite pour celui qui est au service du roi : « Richesse, honneur, succès tout est permis à qui fait partie de l’hôtel62. »

LES BOURGEOIS MARCHANDS

  • 63 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1983), p. 253-303.
  • 64 Id.

22Pour caractériser la bourgeoisie amboisienne, il faudrait pouvoir établir le pourcentage de chaque profession au sein de celle-ci. À Tours, on observe ainsi l’ascension fulgurante de la bourgeoisie au cours de la seconde moitié du XVe siècle63. La majorité des « honorables hommes » exercent les professions de marchand, d’hommes de loi, de médecin ou d’officier, et se différencient des grandes familles, qui tiennent le rôle de banquier, exercent une influence sur la politique du roi et aspirent à accéder au statut de « nobles hommes » : « Ce qui constitue la grande originalité de la bourgeoisie tourangelle de l’époque, c’est la quantité d’officiers qu’elle renferme64 », elle est composée de tous ceux qui appartiennent à l’hôtel royal, mais aussi des magistrats, des élus, des officiers de justice, des receveurs, etc. Qu’en est -il à Amboise ?

  • 65 La reine et ses filles partagent la même maison tandis que le dauphin dispose de la sienne.
  • 66 Fond Saint-Germain-Harlay, vol. 308, Bibliothèque de l’École des chartes, 26e année, tome Ier, 6e s (...)
  • 67 ACA, CC 121, fo 43vo.

23Puisque Charlotte de Savoie et ses enfants vivent à Amboise de manière permanente65, l’ensemble du personnel des hôtels y demeure66. Mis à part quelques membres de la noblesse que nous avons identifiés, les autres officiers à son service doivent être des bourgeois dont on ne sait souvent rien. Martin Leguenays incarne un modèle d’ascension sociale. Issu d’une famille amboisienne de nautoniers-manœuvres que l’on rencontre sur tous les chantiers de la ville à partir des années 1433, en 1483, il est aide de fruiterie au service de la reine. Cet homme d’origine modeste, dont la famille est particulièrement impliquée dans la vie municipale d’Amboise, accède donc au service du château. Vingt-cinq ans plus tard, en 1506, Martin Leguenays est prêtre à Amboise67. Cet exemple illustre le moteur social que crée la cour royale à Amboise comme ailleurs. Mais, parce qu’il n’est quasiment jamais possible de reconnaître la demeure d’un personnage, le retentissement sur l’architecture privée de cette ascension sociale ne peut être évaluée concrètement.

  • 68 Julian Lopin, Jean Papillon, Macé Papillon, Macé de La Bretonnerie, Jean de La Bretonnerie, Jean Co (...)

24Si, à Tours, médecins et hommes de loi sont regardés comme notables susceptibles de faire construire un hôtel, à Amboise, leur état de fortune, leur importance, ou même leur influence sur la société ne peut s’apprécier au travers des archives. Aucun médecin amboisien n’est jamais cité entre 1421 et 1525 ; les hommes de loi et comptables assumant des responsabilités dans la ville sont au nombre de 26 mais on ne connaît rien ni de leur habitat et ni de leur mode de vie68. Au sein de la bourgeoisie, ce sont les marchands que nous pouvons le mieux saisir (tableau 29) : 70 des 124 marchands cités dans les comptabilités de la ville sont amboisiens. Au château, 24 fournisseurs (23 %) sont d’Amboise, et 5 d’entre eux (4 %) se retrouvent dans les comptes de la ville.

Tableau 29 > Répartition des marchands à Amboise.

  • 69 AN, KK 65, fos 139-140, décembre 1468 : « Huit aulnes de gros drap gris prins et acheté de lui ou m (...)
  • 70 Françoise Piponnier souligne que sous Louis XI la mode vestimentaire était au noir pour les toilett (...)

25Le cas de la famille Morin est unique à Amboise. Jean Morin apparaît dans les comptes de l’argenterie de Charlotte de Savoie en 1464, et vend à la reine pour 101 s. 3 d. t. de tissu69. Cette somme n’est rien comparée aux 309 ℓ. 15 s. 3 d. t. de l’année 1469-1470, et aux 1 344 ℓ. 9 s. t. de l’année suivante. À cette date, les commandes de textile ne se réduisent plus à du drap pour couvrir les chevaux mais intéressent une grande partie des étoffes choisies par la reine pour ses robes, celles de ses filles et de son hôtel70. Ces matières premières, lorsqu’elles ne sont pas destinées aux coffres de la reine « pour en faire son plaisir », sont taillées par ses couturiers et tailleurs de robe : Raymond de Dezest, dit Le Byarnois, ou Michau de Veuze. Jean Morin fournit ainsi : velours noir double poil, satin noir, bougran noir, écarlate, gris souris, fin noir, damas noir, noir, gris, blanchet, « rollet », doublure noire de Flandres, camelot, taffetas noir, drap noir, velours noir tiers poil, gris de Rouen, velours cramoisi double, satin renforcé, velours cramoisi double poil, drap à soie d’or, satin jaune, violet, grainé et toile de Hollande. Apprécier la qualité des étoffes que propose à la reine le plus gros marchand d’Amboise reste toutefois délicat, car l’identification des tissus est malaisée, au point que même les chercheurs hésitent parfois à les définir.

  • 71 Louis Demaison, « Documents sur les drapiers de Reims au Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des c (...)
  • 72 Jean-Baptiste Weckerlin, Le drap « escarlate » au Moyen Âge. Essai sur l’étymologie et la significa (...)
  • 73 Le français « écarlate » dérive du flamand « scaerlaken » ou « scarlaken » qui signifie « drap tond (...)
  • 74 Françoise Piponnier, « Enquête en cours : à propos de textiles anciens, principalement médiévaux »,(...)

26Le camelot est « une étoffe fine et lisse, non croisée, faite avec du poil de chameau ou du poil de chèvre d’Arménie71 », une étoffe de luxe, rare. L’écarlate correspond à une qualité72, non à une nuance ; ce drap précieux se caractérise par des opérations de tondages répétées73. D’autres draps de laine portent des noms de couleurs blanquet, brunete, griset, selon des traitements de teinture et d’apprêt qu’ils ont subis ; ils sont aussi reconnaissables par la qualité de la matière première74. Le jaune, le gris, le violet définissent de la même façon des catégories de drap de laine. Les comptabilités livrent parfois la provenance des étoffes fournies par Jean Morin ; certaines viennent de Rouen, d’autres de Flandres. Issues de la production flamande, les techniques drapières furent en effet importées en Normandie et en Languedoc ; si les draps du Nord restaient les plus réputés, les draps normands étaient assez recherchés. Les soies, les draps d’or, le taffetas, le satin et les damas sont à l’évidence des textiles de luxe, parfois importées du Moyen-Orient ou d’Italie. Les velours de qualités supérieures sont dits « doubles » et « à tiers poil ».

  • 75 AN, KK 80, fo 81vo, juillet 1485 : « 20 s. aux chamberiers de Pierre Morin, marchant d’Amboise, pou (...)

27Cet aperçu montre que Jean Morin était en mesure de fournir à la cour, en quantité, une grande diversité d’étoffes, de qualités variables, y compris certains des draps les plus prisés. Sans jouer auprès du roi un rôle de banquier, sa notabilité dut l’en rapprocher. En 1485, le fils de Jean Morin, Pierre Morin, eut le privilège d’inviter à dîner la jeune princesse Marguerite75.

  • 76 AN, KK 69, 1483.
  • 77 AN, KK 69, fo 141vo.
  • 78 Dans l’Inventaire des biens de Charlotte de Savoie, sur les 40 robes répertoriées, 21 sont noires, (...)
  • 79 Jean Jamet, Huguet Pelle, Gillet Pelle, Jean De Maslines, Collas De Monceaulx, Jean Forget, Jean Du (...)
  • 80 AN, KK 68, fo 105vo, décembre 1469.
  • 81 Ibid., fo 91ro, octobre 1469.

28L’enterrement de Charlotte de Savoie fut particulièrement lucratif pour les Amboisiens76. Pierre Morin, prenant la relève de son père, vend pour 8 419 ℓ. 3 s. 6 d. t. d’étoffes : damas blanc pour coudre des croix sur du velours noir, velours noir pour couvrir les chevaux et les autels de l’église Saint-Florentin, satin bleu dont est fait « le manteau de parement pour mectre sur le corps saint de ladicte dame », drap d’or, drap d’or cramoisi, satin noir pour faire les pourpoints des pages, rubans de laine et de soie, et bougran noir pour « faire la saincture de l’eglise de Saint Fleurentin et aussi environ la nef d’icelle eglise77 ». Au cours de la décennie 1470-1480, Jean Morin apparaît comme le principal marchand d’Amboise78 ; à ses côtés, une dizaine de marchands de moindre importance vendent pour moins de 100 ℓ. t. de marchandises par an79. Ils pourvoient ainsi la cour en marchandises de moindre importance, jeux de cartes « pour esbattre nosdictes dames80 », épingles, blanchet, « rollet » transformé en couverture, futaine et plume dont on fait des oreillers, gris, velours, etc. Seul René Le Fuzelier fournit quelques toiles de Hollande81.

  • 82 AN, KK 80, fos 91 à 150, 1484-1485.
  • 83 Jean Duruau, Jaquine Pellee, Jean Beauvarlet, Marie Pelloc, Pierre Gandion, Clocquet, Guillaume Bur (...)

29En 1484, dans les comptes de la jeune princesse Marguerite82, l’effectif des marchands est similaire mais n’est plus représenté par les mêmes familles83. Martin Dassy, pelletier et fourreur des robes de la jeune princesse, tient une place de premier ordre, mais fugace puisqu’il n’est cité qu’au cours de l’année 1484-1485. Il livre ainsi : ventres de léopard (« liepars »), manteaux de chats d’Espagne ou d’agneaux blancs, peaux de Lombardie, ventres de menu vair, « jambes de foizons », dos d’hermine roussâtre (« rozereux ») et peaux d’hermines importées (« espourtees ») pour la somme de 400 ℓ. t. Apparemment, les renommées se faisaient aussi vite qu’elles se défaisaient et rares étaient ceux qui réussissaient à se maintenir auprès de la cour.

  • 84 AN, KK 228-229, 1493-1495.
  • 85 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 322.
  • 86 M. Chatenet, La cour de France…, op. cit., p. 30. Emma Delpeuch, « Les marchands et artisans suivan (...)
  • 87 Ibid., p. 323, note 65.
  • 88 Ibid., p. 322 et tableaux généalogiques p. 595.

30En 149584, ne sont plus effectués à Amboise que certains achats vestimentaires principalement chez Jean de Maslines, mais les soies et taffetas sont commandés à Tours notamment chez Maurice Briant85. Il semble que l’on ne se soit adressé aux marchands amboisiens que pour habiller au quotidien les membres de la famille royale demeurant en permanence au château : soit de 1469 à 1483 la reine Charlotte et ses enfants, puis, de 1483 à 1491, la jeune princesse Marguerite et, de 1493 à 1495, le dauphin Charles-Orland. Louis XI, Charles VIII, Anne de Bretagne et les souverains suivants ne font plus appel à ces marchands. Est-ce pour une raison pratique ? Un changement de mode que la petite cité amboisienne ne peut suivre ? L’extinction de la race de marchands suffisamment habiles pour se procurer les étoffes souhaitées ? Le développement des « marchands suivant la cour86 » ? Ou tout simplement l’attirance exercée sur les marchands par la capitale ? À partir de 1487, les Le Fuzelier et les Morin ne sont plus marchands à Amboise et on assiste à leur entrée sur le marché tourangeau87. Sans doute le paysage amboisien était-il trop étriqué pour cette seconde famille ambitieuse dont le membre le plus illustre, Pierre Morin, épouse Jeanne, fille de Jean de Beaune, et devient trésorier de France en 149888. Son ascension n’aurait pas été possible s’il n’avait pas déménagé pour sceller une alliance avantageuse et se faire pleinement accepter dans la sphère très fermée du négoce tourangeau et de sa bourgeoisie, seule capable de propulser un homme instruit aux plus hautes fonctions du royaume.

  • 89 FSL, Compte 1495-1496, fo 81vo. B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 432.
  • 90 Ibid., fo 208ro .
  • 91 Ibid., fos 264ro et 210vo.

31En 1493-1494, lors de l’ameublement du château, un seul marchand d’Amboise est sollicité : Julien Bricet qui ne vend que pour 8 ℓ. 5 s. 8 d. t. de marchandises alors que le compte se monte à la somme totale de 39 700 ℓ. t. Deux ans plus tard, en 1495-1496, les marchands amboisiens tiennent une place secondaire dans l’approvisionnement du chantier du château. Jean De Maslines fournit toujours en quantités importantes les clous et le fer, Guillaume Bourgeau vend du bougran rouge, Jean Gandion des pelles de bois, Jean Gruel du fil. Mais seuls les marchands tourangeaux et blésois offrent un choix important de pigments et de matières précieuses. Les couleurs pour les peintres sont ainsi achetées à Tours à Jean Galocheau le jeune89, tout comme le papier or fin, la soie rouge, l’étain doré, la laque de Venise, le vermillon, l’azur et le vernis. De même, trois marchands de Blois fournissent des matières recherchées : Michaud Foubert vend 97 livres de cuivre « pour employer a faire ung angin a tirer l’eau dudictpuys nouvellement fait audit chastel90 », Michel Meslee 243 livres d’étain poix et Jeanne Peloquine procure 11 papiers or fin pour les peintres91.

  • 92 Il tint sa charge jusqu’en 1504. ACA, CC 201, pièce 15 et CC 202, pièce 35.
  • 93 Sur les revenus d’officiers : B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 493-495 et p. (...)

32En définitive, la grande période des marchands amboisiens est le règne de Louis XI, et les Morin surent saisir leur chance. En 1498, Pierre Morin, trésorier de France92, percevait 2 400 ℓ. t. de gages par an. Mais si l’on se fie au compte-rendu du conseil de ville de 1464 concernant le cadeau de bienvenue fait à Jean Bourré et Guillaume de Varye, Jean Morin, son père, avait déjà les revenus les plus élevés d’Amboise. À l’inverse des officiers qui recevaient un salaire net, les marchands devaient investir une mise de départ sans laquelle aucune ascension n’était envisageable. Les offices financiers étant l’affaire des tourangeaux, il y a tout lieu de croire que les Amboisiens se contentaient des offices locaux aux revenus beaucoup moins confortables93.

33À Tours « les grandes familles », cette partie de la bourgeoisie exerçant le rôle de financiers et de banquiers, se limitent à une quinzaine de familles et, exception faite de Pierre Morin, ne sont pas représentées à Amboise. Les officiers amboisiens sont donc chargés du fonctionnement du château, mais en aucun cas de celui du royaume. Notre sentiment sur la modestie des commanditaires des demeures amboisiennes est donc conforté, ce qui explique ainsi la rareté des hôtels et des manoirs : à Amboise, les notables sont peu nombreux et leurs moyens sont pour la plupart limités.

OUVRIERS ET ARTISANS

  • 94 Nous regroupons sous l’expression d’officier de la couronne toute personne au service du château, q (...)

34La nature des sources, qui regroupent principalement des comptes de construction ou de réparation d’ouvrages, induit que les corps de métier liés au bâtiment soient largement plus représentés dans la prosopographie amboisienne que les autres (tableau 30). L’étude de cette population permet de mettre en évidence l’impact de l’arrivée de la cour à Amboise et explicite les concepts de « ville-château » et de « ville-chantier94 ».

Les métiers de la construction

  • 95 C’est même la principale difficulté à surmonter ; dans le compte de 1495-1496, même Colin Biart est (...)

35Les chiffres que nous avançons ici ne peuvent prétendre à une parfaite exactitude en raison des variations orthographiques des noms95, des homonymes, des surnoms que reçoivent quelques-uns, mais aussi de la pluridisciplinarité de certains. Pour ce dernier cas, les exemples les plus probants se vérifient chez les charretiers et les nautoniers qui peuvent par ailleurs être maçons ou manœuvres. Des manœuvres peuvent aussi être ou devenir maçons. Il convient donc de rester extrêmement prudent. Nous nous limiterons aux corps de métier les plus représentés que sont les manœuvres (581), les maçons (406), les charpentiers (153) et les « perriers » (120). Sachant que le compte de construction du château délivre 251 noms de maçons, 142 de manœuvres, 46 de charpentiers et 72 de « perriers », il demeure 439 manœuvres, 155 maçons, et 107 charpentiers qui apparaissent déjà dans les comptes de la ville avant 1495. Le cas des « perriers » diffère des autres corps de métier car peu d’entre eux résident à Amboise. Ce n’est pas vraiment eux qui sont attirés par les chantiers mais bien plutôt les chantiers qui font appel à eux selon leurs besoins. Cependant, certains cas de « perriers » travaillant à la fois aux chantiers castraux et urbains prouvent que la ville profitait des contacts établis par le château avec ses fournisseurs.

  • 96 Marie-Anne Moulin, « Les ouvriers du bâtiment à Argentan au XVe siècle », Bulletin de la Société de (...)

36Théoriquement, quatre variables permettent d’évaluer dans quelles proportions les chantiers du château firent vivre la population amboisienne, comment ils attirèrent une main-d’œuvre nouvelle et s’ils la fidélisèrent. D’abord, la date d’apparition du patronyme dans les comptabilités détermine les moments d’afflux de la main-d’œuvre. Ensuite, les filiations dynastiques entre ouvriers révèlent le dynamisme des chantiers. Puis, l’identification, dans le compte du château de 1495-1496 d’ouvriers travaillant auparavant dans la ville indique qu’ils s’établissaient à Amboise pour une période quelle qu’elle soit, sans doute avec leur famille. Il en va de même pour les ouvriers œuvrant en 1495-1496 au château et par la suite dans la ville. Enfin, l’étude onomastique suggère parfois l’origine géographique de la personne96.

Maçons

406

Manœuvres

581

Bessons

22

Paveurs

17
(dont 2 de Blois et 1 de Chargé)

Charpentiers

153

Couvreurs

26
(dont 1 de Tours)

« Plombeurs »

5

Menuisiers

71
(dont 1 de Loches)

Charretiers

161
(dont 1 de Beaulieu, et 1 de Tours)

Nautoniers

90
(dont 1 de La Peilleraudière)

Maréchaux

21
(dont 1 de La Peilleraudière et 1 serpier)

Cloutiers

4

Serruriers

27
(dont 1 de Tours)

« Perriers »

120
(dont 1 de Tours, 1 de Fondette, 2 de Véretz, 2 du Couldray, 1 de Tortecoué, 2 de Rochecorbon, 4 de La Ronde, 6 de Saumur, 10 de Limeray, 11 de Lussault, 13 de Malvau, 16 de Bourré et 25 de Saint-Aignan) = 74

Canonniers

5

Tuiliers briquetiers

18
(dont 1 des Fougeraiz, 1 de Montlouis et 3 de Chargé)

Chaufourniers

30
(dont 6 de Rillé, 1 de Lussault, 1 de Maillé et 1 de Onzain)

Marchands de bois et matériaux

47dont 28 marchands de bois
(dont 1 de Pocé, 1 de Bourré, 1 de Moran et 1 de Saint-Oyn)

Scieurs de long

21

Vitriers

4
(dont 2 de Tours)

Enduiseurs

4

Imagiers

5
(dont 1 Italien)

Peintres

25
(dont 1 de Chaumont et 1 de Milan)

Charbonniers

5

Marchands

125
(dont 1 de Vallière, 1 de Saumur, 1 de Milan, 3 de Blois, 4 suivants la cour et 17 de Tours, 1 d’Orléans, 2 de Beaugency)

Cordiers

8

Tonneliers

2

Charrons

10
(dont 1 habitant la paroisse de Ruigné)

Tableau 30 > Dénombrement des ouvriers.

37Parmi les noms d’ouvriers cités dans les différentes comptabilités, seules 24 familles exerçant une activité en rapport avec les chantiers de construction sont présentes à la fois avant 1463-1465 − soit avant les chantiers de Louis XI − et après cette date. On peut donc supposer qu’il s’agit bien de familles amboisiennes de souche, et non ayant migrées à Amboise à l’arrivée de la cour. Il en va ainsi pour les :

  • Anemat, plusieurs charpentiers ;

  • Aucheron, nautonier, marchand, couvreur ;

  • Bauhardi, maçons, couvreur ;

  • Barrier, menuisiers, maçons et autres ;

  • Bertin, diverses professions ;

  • Billart (Biart ?), « perriers », maçons et manœuvres ;

  • Billaut, nautonier et manœuvres ;

  • Boyneau, serrurier et manœuvres ;

  • Cailleau, charpentiers, paveur, manœuvres ;

  • Eveillard, nautoniers ;

  • Fordebraz, maçons ;

  • Fouchart, charpentiers ou autre ;

  • Senaut (ou Senot), diverses professions ;

  • Jullian, maçon, menuisier, mercier ;

  • Leguenays, nautoniers ;

  • Lepaige, charretiers, marchand ;

  • Lepelletier, menuisier, maçon, charretier, manœuvres, charpentiers ;

  • Gaillart, manœuvres, hommes de bras ou autre ;

  • Gasnier, nautonier ou autres ;

  • Guerin, diverses professions ;

  • Marrier (ou Marriller), diverses professions ;

  • Mohier (ou Moyer), maréchaux et notaire ;

  • Piedalu, « perriers » et maçons ;

  • Voisin, charretier, charpentier et maçons.

  • 97 Nous laissons de côté les manœuvres qui forment une main-d’œuvre plus volage et polyvalente.

38Les trois grandes périodes amboisiennes enregistrent l’accroissement considérable des effectifs de maçons et de charpentiers durant lesquelles on observe l’arrivée de nouveaux patronymes97 (tableau 31).

Tableau 31 > Renouvellement des maçons et des charpentiers.

  • 98 D. Cailleaux, La cathédrale en chantier…, op. cit., p. 422.
  • 99 4 Blondeau, 2 maçons, marchand de pierre et 1 charpentier ; 3 Boucher, 1 maçon et 2 manœuvres ; 5 A (...)

39D’après ces chiffres, la main-d’œuvre se serait renouvelée continuellement sans mettre en place de véritable dynastie. Cependant, la confrontation du compte de construction de 1495-1496 et des comptabilités urbaines est bien plus fructueuse pour appréhender les rouages des chantiers amboisiens. Dans la double décennie à cheval sur l’année 1495-1496, on identifie aux chantiers de la ville 170 des 700 ouvriers employés au château en 1495-1496, soit un quart de l’effectif. Parmi ces ouvriers, les filiations familiales s’enregistrent au sein d’une même génération et rarement entre un père et son fils98. Les « perriers » font exception : les Vinconnet, les Hervé, les Marchans, les Beauvoys et les Blondeau exploitent leurs carrières en famille. En 1495-1496, le chantier du château fait aussi quelques embauches familiales99.

  • 100 4 Boulays, tous « perriers » de Malvau, maçons ou manœuvres ; 4 Boutet, 1 serrurier, 2 charpentiers (...)
  • 101 7 Bauhardi sont 2 manœuvres, charretiers, 2 couvreurs, 2 faucheurs, 1 maçon ; 9 Biart (ou Byart et (...)

40Les occurrences patronymiques entre ouvriers travaillant au château et ouvriers travaillant à la ville témoignent des échanges entre les chantiers. On les constate parmi les familles amboisiennes, mais beaucoup plus fréquemment parmi celles qui sont arrivées après 1465. Ainsi, 33 patronymes représentant 191 personnes se rencontrent avant 1495 dans les comptabilités, puis sur le chantier du château de 1495-1496 ; 14 familles (93 personnes) sont amboisiennes, les autres sont arrivées à Amboise après 1463100. On note que chez les Amboisiens exerçant un même métier, les porteurs d’un même patronyme sont plus nombreux que dans les familles d’immigrés101.

  • 102 Cependant leur patronyme peut varier facilement en Berthelon, Berthelin ou même Bertherau si l’on r (...)
  • 103 Jean D’Anjou, Jacques Delalande, Jean More, Jean Barbier et Guillaume Branchu.
  • 104 Guillaume Bredineau, Pierre Chanoine, Alain Chappelain ou Conrat Chapperon.

41L’exemple de la famille Berthelot illustre un mouvement inverse en ne restant à Amboise qu’une saison. Venus en 1463, au moment des creusements des fossés ordonnés par Louis XI, ils sont 7 manœuvres, bessons, charretiers, puis ils disparaissent102. Par ailleurs, certaines familles citées dans les archives amboisiennes, à partir des années 1463-1465, ne collaborent apparemment pas aux chantiers du château – du moins d’après les documents tardifs dont nous disposons. Il en va ainsi pour : les 4 Juignet, charpentiers, et les 5 Allart, charretiers, manœuvres, hommes de bras et couvreur. Enfin, d’autres familles amboisiennes ne semblent pas travailler pour le château : les Fouchart, les Anemat, les Eveillards et les Malagu. En outre, une poignée de maçons apparaissant seuls, sans parent, travaillent aux chantiers de la ville avant 1495 puis pour le château alors que la plupart des ouvriers se trouvant dans cette situation passent apparemment très peu de temps à Amboise103. D’autres viennent travailler en 1495-1496 au château et ne se retrouvent jamais aux chantiers urbains104, phénomène qui a pu se produire lors des chantiers de Louis XI mais qui n’est pas renseigné.

  • 105 D. Cailleaux, La cathédrale en chantier…, op. cit., p. 416.
  • 106 En dehors des métiers du bâtiment, on citera Jean Mode dit Brioulde (sellier) et Raymond de Dezest (...)
  • 107 FSL, Compte 1495-1496, fos 94ro, 220ro et 274vo. En 1502, parmi les 3 serruriers de la ville − Mart (...)
  • 108 É. Hamon, Un chantier flamboyant…, op. cit., p. 286.

42Parmi les patronymes, près de 90 % apparaissent à partir des années 1465, début des chantiers de construction de Louis XI. On trouve là « l’une des caractéristiques reconnues des grands chantiers médiévaux [qui] est le recours à la main-d’œuvre mobile105 ». Quantité de patronymes sont portés dans des communes très proches telles que Nazelles, Pocé, Négron… Si Nazelliens et Pocéens sont embauchés à Amboise, on doit admettre que ce sont bien, là encore, les chantiers royaux qui attirent cette main-d’œuvre campagnarde. Aux côtés de la main-d’œuvre locale, certains patronymes indiquent explicitement des origines géographiques bien plus lointaines106 : De Bordeau, De Nevers, De Berry, Lovergnat, De Limoges, D’Anjou, De Paris, De Brucelles, De Nefve, D’Utrec, De Rains, De Dinen107, Braban. Deux origines sont particulièrement représentées : les villes du Nord et le Massif Central. De fait, cette dernière région est moins atteinte par les pertes démographiques qu’a engendrées la guerre de Cent Ans et elle fournit aux chantiers de la fin du Moyen Âge une abondante main d’œuvre108. Parmi ces ouvriers, les transmissions familiales sont absentes.

43En somme, il est bien difficile d’avoir un discours général car les cas de figures sont multiples. Ainsi que nous l’avons vu (cf. p. 279), à partir de 1465, la ville embauche sur ses chantiers annuellement une vingtaine de maçons soit autant que sur la période 1448-1465. La durée et la succession rapide des chantiers motivent les ouvriers de quelque origine qu’ils soient, à venir à Amboise. La rareté des dynasties apparaissant sur un siècle au travers de notre prosopographie incite à penser que les chantiers amboisiens ne constituent qu’une étape dans la vie de ces hommes dont le métier est itinérant.

  • 109 À Douai, la main-d’œuvre représentait 9,6 % de la population, à Valenciennes 20 % à la fin du XIVe (...)

44Nous ne pouvons définir le pourcentage exact que représente cette main-d’œuvre sur la population totale d’Amboise qui varie sans cesse. Cependant en 1495-1496, année pour laquelle les comptabilités de la ville et le compte du château se recoupent, on dénombre 736 ouvriers, dont 700 travaillent uniquement au château et 18 à la ville et au château109.

  • 110 Sur ce sujet, consulter Alain Salamagne, « Les projets architecturaux dans les villes du nord de la (...)

45Enfin, ce sont les exemples des grands maîtres-maçons ayant œuvré à Amboise qui donnent à la « ville-château » toute son importance dans l’histoire des chantiers de la fin du Moyen Âge. L’émulation que créa ce regroupement d’hommes de métier permit d’offrir la meilleure des formations. La différenciation entre petit et grand maître-maçon mise en évidence par Alain Salamagne s’observe à Amboise comme ailleurs110. La conservation des archives, tant à la ville qu’au château, met de surcroît en évidence qu’elle n’est pas seulement due au talent de chacun ; toutes les conditions d’une exceptionnelle formation étaient rassemblées à Amboise : l’ambition du projet et l’ampleur de la réalisation ainsi que le prestige qui y était attaché firent éclore des vocations et consacrèrent les plus fameux maîtres.

  • 111 ACA, CC 106, fo 43ro .
  • 112 Pierre Lesueur « Colin Biart, maître maçon de la Renaissance », Gazette des Beaux-Arts (tiré à part (...)
  • 113 A. Deville, Compte de dépenses de la construction de Gaillon, Paris, 1850, p. 14-32.
  • 114 ACA, CC 124, fo 37ro-vo, 1511.
  • 115 M. Chatenet, Chambord, op. cit., p. 232.

46Colin Biart, qui opère en 1487 au chantier de la maison de la ville en tant que maçon111, devient l’un des maîtres-maçons les plus reconnus et les mieux payés de son temps. En 1495-1496, dans le compte de construction du château, il apparaît à la tête du chantier, avec Guillaume Senault et Louis Amangeart, touchant 6 s. 3 d. par jour ; à l’apogée de sa carrière, il est rémunéré 10 s. t. par jour à Paris en 1500112. En ce qui concerne Guillaume Senault, les comptabilités de la ville mentionnent en 1469 Macé Senault, marchand demeurant à Amboise, et en 1473 Jean Senault, « perrier » de Rochecorbon. Plus qu’une pure homonymie il faut peut être y voir une filiation. À Gaillon, Guillaume Senault est maître-maçon sur le chantier de la « Grant maison » en 1502-1503113. De Louis Amangeart, on ne connaît pas les antécédents, mais en 1502 il dirige les travaux de la porte Saint-Simon. En 1511, lors d’un problème de canalisation des eaux de la Cisse, il intervient en tant qu’ingénieur dont la parole est reconnue114. En 1522, il fait partie des quatre appareilleurs du chantier de Chambord et gagne 10 s. t.115.

  • 116 L. Gaugain, « Le chantier royal du château d’Amboise… », op. cit.

47Selon Étienne Hamon, Colin Biart travaillait en coordination avec Guillaume Senault mais bénéficiait toutefois d’une renommée supérieure. Il fut notamment appelé pour prodiguer ses conseils sur le chantier du château du Verger du Maréchal de Gié (autour de 1495-1500) puis sur le chantier de la tour de Beurre de Rouen, « où les chanoines lui soumirent à plusieurs reprises les dessins des maîtres-maçons ». Étienne Hamon suggère sa filiation avec l’ensemble des chantiers du cardinal d’Amboise sans qu’aucune archive mise au jour ne lui permette cependant de l’affirmer. Rappelons à ce propos les comparaisons formelles que nous avons établies entre la chapelle du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et la chapelle du logis Saint-Ouen à Rouen d’Antoine Bohier, dont le frère Thomas était, par ailleurs, commis à tenir le compte sur le chantier de Gaillon précisément édifié par le cardinal Georges II d’Amboise. L’étude du château d’Amboise vient donc enrichir la connaissance d’un réseau d’architectes et d’amateurs d’art qui demanderait de plus amples investigations pour être parfaitement appréhendé116. Étienne Hamon déplore « l’absence des principales œuvres certaines dans le domaine de l’architecture civile, les logis d’Amboise et le château du Verger ». Mais, demeure à Amboise le bâtiment sur Loire de Charles VIII avec sa grande salle qualifiée par Jean Guillaume de « première construction de grand luxe de l’architecture française depuis les châteaux princiers du XIVe siècle ». Quant aux tours cavalières, réalisées par Colin Biart notamment, et constituant de véritables chefs-d’œuvre tant du point de vue esthétique que de celui de l’innovation et de la maîtrise technique, elles appartiennent autant à l’architecture civile qu’à l’architecture militaire.

  • 117 J. de Croÿ, Nouveaux documents…, op. cit., p. 8-25. Pièce justificative no IV, p. 191 (d’après BnF, (...)
  • 118 ACA, CC 107, fos 20vo-21ro, entre 19 juillet et 8 août 1490.
  • 119 ACA, CC 78, fo 14vo, 24 juillet 1452.
  • 120 Guide du Patrimoine en région Centre, Jean-Marie Pérouse de Monclos (dir.), Paris, 1995, p. 164.
  • 121 M. Chatenet, Chambord, op. cit., p. 232. Le 3 mai 1524, on va chercher Denis Sourdeau à Chambord (A (...)
  • 122 Pierre Nepveu, dit Trinqueau, commence sa carrière en 1487, comme apprenti du maître charpentier am (...)
  • 123 M. Chatenet, Chambord, op. cit., p. 232
  • 124 Colin, Jean, Gilles, Roland et Pierre.
  • 125 Annie Cospérec, « Le cloître de la basilique Saint-Martin de Tours », Congrès archéologique de Fran (...)
  • 126 FSL, Compte de 1495-1496, fos 105ro, 174ro et 234vo.
  • 127 Frédéric Lesueur, « Le château [de Châteaudun] », Congrès archéologique de France d’Orléans, 1930-1 (...)

48Les relations étroites entre les chantiers de la ville et du château s’illustrent aussi par le cas de Gatien, ou Gacian, Fordebraz. Dans une quittance du 11 juillet 1501, il est qualifié de « maistre maçon de l’ediffice et bastiment du chastel d’Amboise117 ». Quelques années plus tôt, dans le compte de construction du château de 1495-1496, il travaille sur le chantier en tant que simple maçon. En 1489, il apparaissait déjà parmi les maçons du chantier du petit pont de la Masse construit pour déverser les déblais du château aux marais118. Or, dès 1452, on rencontre sur les chantiers de la ville, l’un de ses parents, maçon : Jean Fordebraz119. En 1495-1496, Jacques Sourdeau travaille comme maçon sur le chantier castral ; entre 1516 et 1518, il est chargé du chantier de Blois120 ; entre 1519 et 1522, il dirige le chantier de Chambord121. De même, Pierre Nepveu, dit Trinqueau, maçon sur le chantier du château en 1495-1496 et œuvrant dans la ville comme charpentier au cours des premières années de sa carrière122, dirige les travaux de Chambord entre 1522 et 1537123. Les Nepveu appartiennent d’ailleurs aux rares familles qui arrivent à Amboise au début des chantiers de Louis XI en 1466, et qui y restent par la suite124. Bastien François, maçon, travaille au château en 1495-1496 avant d’œuvrer au chantier de la cathédrale de Tours au tout début du XVIe siècle et d’être nommé maître des œuvres de Tours autour de 1515125. C’est à Amboise aussi, en 1495-1496, que débute la carrière du Normand Rouland Le Roux, poursuivie ensuite à Gaillon et terminée à Rouen à la tête de la maîtrise des œuvres de la cathédrale entre 1508 et 1526126. Enfin, Pierre Gadier, l’un des maçons sans filiation patronymique à Amboise, travaille au château en 1495-1496, puis il œuvre à la grande vis de Châteaudun et enfin il opère en tant que maître des œuvres au château de Madrid en 1528127.

  • 128 L. Gaugain, « Le chantier royal du château d’Amboise… », op. cit. Monique Martin-Demézil (Chatenet) (...)

49Si la plupart de ces hommes ne s’installent pas à Amboise de manière durable, c’est sans doute parce que les chantiers amboisiens ne constituent qu’un temps de leur formation. En grossissant le trait, on pourrait dire que tout comme les peintres allaient en Italie pour s’instruire à partir de la Renaissance, entre 1465 et 1515, les ouvriers du bâtiment se devaient de passer par Amboise pour connaître leur métier : au cours de l’année 1473, même Martin Chambiges se rendit à Amboise où il éduqua vraisemblablement son art sous les ordres de Simon Duval, maître des œuvres du roi à Amboise autour de 1470128.

Les artisans

  • 129 AN, KK 62, fo 133vo, octobre 1469.
  • 130 AN, KK 64, fo 30ro-vo, janvier 1469.
  • 131 AN, KK 68, fo 123ro, juin 1470.
  • 132 AN, KK 61, fo 37, juillet 1469 : « A Guillaume Bertrand, poislier demeurant a Amboise, la somme de (...)
  • 133 AN, KK 68, 1469-1470.
  • 134 Il valait plus du double du prix du noir.
  • 135 AN, KK 68, fo 29ro, mai 1470.

50Les artisans se comprennent ici hors les métiers du bâtiment. Les comptes de l’argenterie de Louis XI et Charlotte de Savoie enregistrent les achats quotidiens faits chez les Amboisiens. Au moins 27 corporations étaient au service du château : orfèvres, chevaucheurs129, gardes, nautoniers130, tondeurs, charrons131 et « poislier », etc.132 (tableau 32). Durant l’année 1469-1470, deux tondeurs, Jean Louinguy et Yvonnet Le Breton, tondent des draps de laine à Amboise133. Ils vendent ainsi directement leur production au château, sans passer par l’intermédiaire d’un marchand. Ils traitent cinq types de drap ; de qualité variable, les comptes indiquent leur prix et leur destination. L’aulne de gris ou de violet à 15 d. t. sert à habiller les filles de chambre, la gouvernante ou les enfants d’honneur. De l’aulne de noir ou de « my grainé » à 20 d. t., on confectionne d’une part les robes de nuit ou les chausses et d’autre part les doublures des couvertures. Enfin, l’écarlate à 2 s. 6 d. t. est achetée pour y tailler les robes de la reine134, de ses filles et occasionnellement de sa nièce135.

  • 136 ACA, BB 1, fo 54ro, assemblée du 4 septembre 1472.
  • 137 Les souliers étaient achetés à Amoulry Du Jardin et Jacotin De la Croix, cordonniers à Amboise. (AN (...)
  • 138 J.-P. Aubert, La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 129.

51La grande industrie d’Amboise demeurait la tannerie. Les tanneurs, dont la présence est rappelée au travers de plaintes, étaient installés sur la Masse, le long de l’actuel quai des Marais et de la rue Newton. En 1472, Charlotte de Savoie envoie au conseil de ville « son contrerolleur de l’argenterie et chambre aux deniers car, a son lever de disner, [elle] avoit santi une mauvaise santeur des tanneries qui sont en la ville ». Elle réclame que les édiles de la ville, « fassent commandement aux tanneurs de oster leurs tanneries de la ville ou autrement elle en referoit au roy136 » ; mais il n’en fut rien. Cette industrie alimentait probablement les pelletiers et les cordonniers fournissant le château137. On serait tenté de rapprocher leur production de l’activité des tondeurs138, ce qui signifierait que les peaux de moutons auraient été particulièrement exploitées. Pourtant, lors de l’assemblée du 22 novembre 1467, la ville revendique l’autorisation de lever une taxe :

  • 139 ACA, BB 1, fo 35ro .

Sur les denrees et marchandises qui passeront tant par la riviere de Loire et du Cher et par terre en la baronnie d’Amboise jusqu’a ung an, pour mectre a la reparacion et fortifficacion d’icelle.139

Bouchers

1

Rôtisseurs

1

Poissonniers

9

Boulangers

5

Hôteliers

7

Hommes d’armes

3

Chevaucheurs

9

Hommes de loi, avocats et juges

10

Notaires

18

Italiens

27

Hommes d’église

27

Officiers de la ville

74

Officiers du château et hôtels royaux

316

Profession indéterminée

122

Horlogers

2

Orfèvres

12 (dont 3 de Paris et 1 de Tours)

Barbiers

2

  • 140 A. Tuetey, « Inventaire des biens… », op. cit., p. 338-366.

52Les taxes sont levées : « Sur chacune charge de drap : 2 s. 6 d. t., sur chacune charge de pelleterie : 2 s. 6 d. t., sur chacun cuir de beuf ou de vaches tanné ou a tanner : 2 d. t. ». Les peaux de bovidés sont donc les plus employées, les moutons étant élevés pour la laine. Par ailleurs, la taxe sur la « charge de pelleterie » atteste l’existence de ce commerce qu’il soit d’import ou d’export comme pour les peaux de léopards, de chats d’Espagne et d’agneaux de Lombardie que Martin Dassy vend à la cour. L’inventaire des biens de Charlotte de Savoie détermine parfois la provenance des étoffes commandées auprès des tondeurs et marchands amboisiens et définit la nature des peaux tannées à proximité d’Amboise : une robe de drap noir et une autre de satin gris sont ainsi fourrées de « martres de pais140 ».

  • 141 BnF, ms. fr. 20685, fo 501.

53Les orfèvres comptent parmi les professions qui ne peuvent prospérer que dans les grandes villes ou à proximité de la demeure d’un prince. Au cours de l’année 1469-1470, Lambert de Sey, orfèvre à Paris, soumet à l’approbation de la reine des « patrons de coupes tant d’estain, de terre que en peinture sur papier141 » ; et il procède pour environ 80 ℓ. t. à :

  • 142 AN, KK 68, fo 101vo, décembre 1469.

La façon d’un collier fait a encollies d’or frizé, semé de pancees blanches et rouges, pois quatre onces cinq gros ung denier d’or que ladicte dame luy a baillé pour faire ledit collier et pour ung tuyau d’or de feu pour servir a faire tenir les plumes d’austrusses a ung chappeau.142

  • 143 Élisabeth Taburet-Delahaye, « L’orfèvrerie », dans Art et société en France au XVe siècle, Christia (...)

54Le port du collier ou du pendentif demeure une mode princière résultant du « profond renouvellement de l’art du bijou » connu au XVe siècle143.

  • 144 AN, KK 228-229, fo 70vo. On les rencontre aussi dans le compte de l’argenterie d’Anne de Bretagne d (...)
  • 145 AN, KK 332, publié dans C. Loiseau de Grandmaison, « Compotus particularis pagamenti… », op. cit., (...)

55En 1494, Berthelemy et Pierre Clabault, orfèvres à Amboise, réparent pour le dauphin Charles-Orland, moyennant une somme dérisoire (71 s. t.), « ung petit crochet d’or a une petite chesne ou tenoit une emeraulde pendant au coul dudit seigneur » et « ung routissouer d’argent servant a faire les rosties pour la bouche dudit seigneur144 ». La même année, pour 10 ℓ. 10 s. t., ils exécutent « 28 pieces, tant tasses que escuelles d’argent, estans audit chasteau d’Amboyse, sur chascune piece ung C et ung A semez de fleurs de liz, a la devise dudit seigneur, pour y servir de marque145 ». L’implantation d’orfèvres au sein d’une petite ville montre combien l’arrivée de la cour attirait les professions les plus luxueuses, mais leurs créations ne soutiennent pas la comparaison avec celles des orfèvres parisiens.

  • 146 AN, KK 69, fo 114ro, 9 décembre 1483.
  • 147 Ibid., fo 115ro-vo, hiver 1469.
  • 148 Ibid., fo 65, 1469.
  • 149 Ibid., fo 125vo, 1469.
  • 150 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 417.
  • 151 En s’appuyant sur le portail, Jean De Brioulde pouvait économiser la construction d’un des murs por (...)

56En 1483, l’essentiel de l’appareil nécessaire à la cérémonie des obsèques de Charlotte de Savoie est commandé à des Amboisiens. Jean Chassenay, menuisier, se charge moyennant 24 ℓ. t. de réaliser la chapelle de bois dans laquelle va reposer la reine dans l’église Saint-Florentin. Pour le voyage d’Amboise à Cléry-Saint-André, on lui commande également un grand cercueil de bois où est déposé un autre cercueil de bois plus sobre, et enfin un dernier en plomb dans lequel demeure le corps enveloppé d’une toile cirée. Le tout coûte une trentaine de livres146. De même, pour 6 ℓ. t. Martin Mennau, serrurier extrêmement actif sur les chantiers de la ville, forge les ferrures des cercueils et celles d’un coffre de bois « ouquel ont esté mis les escussons aux armes de ladicte dame147 ». Les chariots du cortège sont fabriqués à Amboise par Guillot Pasquier, charron, pour 7 ℓ. t. et leurs roues sont ferrées par Jean Galemant, maréchal pour 8 ℓ. 14 s. 8 d. t.148. Enfin, les 36 ℓ. t. que Jean De Brioulde (ou Briodé), « cellier de ladicte feue dame », gagne annuellement couvrent aussi le travail considérable qu’il fournit à l’occasion de l’enterrement. Il livre au cortège équestre son harnachement en « tretz, bricolles, collier, celles, et garniment149 », coud sur les cuirs le velours noir que lui a livré Pierre Morin et taille les couvertures des chevaux. À travers ces exemples transparaît le faible enrichissement que procure à un artisan son embauche auprès de la cour. On estime à 50 ℓ. t. le prix de revient d’une petite bâtisse et au double celui d’une belle maison150. En mai 1470, le conseil de ville débat de la maison que Jean De Brioulde souhaite faire édifier sur la Masse, à côté de la future tour de l’Horloge et lui accorde le droit d’appuyer les sablières (« traynes ») de sa maison en pan-de-bois sur le portail, faisant ainsi l’économie d’un mur151. Au vu des revenus avancés, comment ces artisans pourraient-ils faire construire une demeure plus cossue ?

57Les sommes que perçoivent les artisans d’Amboise en 1493-1494 lors de l’ameublement du château par Charles VIII et, dans une moindre mesure en 1495-1496, pour la construction du château, instruisent encore sur leur niveau de vie. Sous Charles VIII, les commandes passées auprès de marchands amboisiens sont dérisoires au regard de ce qui est acheté auprès des marchands de Tours ou de ceux qui suivent la cour (tableau 33).

Tableau 33 > Achats faits auprès des Amboisiens lors de l’ameublement en 1493-1494.

  • 152 Pierre De Lange, Guillaume Marcel et Philleze Protet.

58En 1493-1494, les dépenses s’élèvent à plus de 39 700 ℓ. t. dont 32 800 ℓ. t. sont consacrées aux seuls achats de marchandises. Ces achats profitent à 48 personnes dont une grande majorité de Tourangeaux (23), à 5 parisiens, à 3 marchands suivant la cour, à 3 autres tenant une charge auprès du roi ou du dauphin et à 12 artisans amboisiens. Seules 300 ℓ. t. sont versées aux Amboisiens, alors qu’Estienne Bodineau, marchand suivant la cour, perçoit 8 836 ℓ. 10 s. t., Lancelot Platel, tapissier du roi, 1 750 ℓ. t., messire Philippes de Moulins, prêtre du Pays de Flandres, 1 412 ℓ. 7 d. ob. t. et Jean Guystelle, marchand de Tours, 262 ℓ. 10 s. t. Les sommes allouées aux Amboisiens sont représentatives de la moindre qualité de leur marchandise ou des tâches subalternes qui leur sont confiées. Berthelin Clabault vend quelques pièces et pèse la vaisselle d’argent qui arrive de chez les orfèvres parisiens152. Là encore, les sommes perçues par ces artisans sont équivalentes à celles qu’ils gagnent ordinairement en travaillant pour la ville (tableau 34).

Tableau 34 > Salaires à la ville et au château de trois artisans.

59Dix ans après l’enterrement de Charlotte de Savoie le même constat se vérifie :

  • 153 L’auteur tempérant son propos souligne : « L’ascension théoriquement possible et probablement réali (...)

Quel que soit le mal qu’il se donne pour se constituer un patrimoine, l’artisan moyen, celui qui pratique l’un des métiers traditionnels, n’a pas d’autre vraie richesse que sa compétence, son atelier et sa clientèle. Le seul moyen dont il dispose pour avantager ses enfants, c’est de leur donner un métier plus lucratif que le sien. Comme on l’a vu, les fils du couturier seront merciers ou orfèvres. Leurs enfants deviendront peut-être de gros marchands, riches et considérés, capables à leur tour d’envoyer leurs garçons à l’université, de les munir d’offices ou de bénéfices et de les pousser dans les rangs de la bourgeoisie. Quatre générations au moins séparent donc couramment l’ouvrier du notable.153

  • 154 Nous considérons là la période où la cour fréquenta assidûment Amboise. Toutefois, dans l’absolu, A (...)

60Ainsi, le statut de la ville trop éphémère, car véritablement royal qu’entre 1463 et 1525154, ne put permettre aux Amboisiens de gravir les échelons de la société.

ESSAI D’APPROCHE TOPO-SOCIOLOGIQUE DE L’HABITAT

  • 155 Étienne Cartier père, « Une réception princière municipale en 1466 », Mémoires de la société archéo (...)
  • 156 ACA, BB 1, fo 26ro, assemblée du 22 septembre 1466 : « Pour savoir qu’il est a faire pour la venue (...)
  • 157 L’hôtellerie « du Cheval blanc » (ACA, CC 124, fo 27ro ), « de l’image Notre-Dame » (ACA, CC 120, f(...)
  • 158 Louis XI exempte les Amboisiens de toutes aides, tailles et subsides pour 1482 en compensation de l (...)
  • 159 ACA, BB 1, fos 47vo-48ro, 1471 : « A esté appoinsté par l’opinion et deliberation des dessusdits, e (...)
  • 160 Dès 1499, les édiles de la ville chargent Pierre Beurre d’inspecter systématiquement les foyers pou (...)

61La cour devait se loger au château pour les plus privilégiés, dans les hôtelleries et les demeures privées pour les autres (fig. 1 CC). L’importance de la vague de construction n’est pas parfaitement évaluée. En outre, la pauvreté des informations sur les commanditaires des maisons, hôtels et manoirs amboisiens ne permet que rarement de cerner leur identité. Dans les comptabilités de la ville, au détour d’un paragraphe, certaines hôtelleries sont mentionnées, mais on ne peut cependant pas prétendre connaître la totalité de ces hébergements évoqués fortuitement. En 1464, on sait que lorsque le roi Louis XI recommande à la ville de recevoir sa tante la comtesse de Wurtemberg « tout ainsi que vouldriez faire a nous mesmes155 », les édiles hésitent à la loger chez l’une des personnes les plus importantes de la ville, Jean Morin, ou chez Peronelle La Royne (ou La Royere) qui tient une hôtellerie sur l’île, entre les ponts d’Amboise156. Cette seconde solution est finalement adoptée. Onze hôtelleries citées dans les comptes de la ville sont sises hors les murs mais à ses abords immédiats157. Pour expliquer cette implantation, on peut invoquer le manque de place qu’offre la surface intra-muros, car les hôtelleries doivent être en mesure de loger gens et chevaux, et l’interdiction formulée par Louis XI, en octobre 1482, de laisser pénétrer des étrangers à l’intérieur des murs afin de préserver la santé du dauphin en gardant la ville de tout risque d’épidémie158. Depuis 1471, la ville demeure, comme la plupart des cités à la fin du XVe siècle, menacée par la peste159 ; les lettres patentes de Louis XI en 1482 ne font que réitérer des injonctions antérieures. Déjà en 1469, la fermeture aux paroissiens de la collégiale castrale est motivée par la crainte de la maladie160.

62La répartition de la population au sein d’une ville est généralement documentée par les registres terriers mais, à Amboise, le territoire de la ville est morcelé à l’extrême, relevant de 4 fiefs principaux et de plusieurs autres plus petits. Le « fié » de la ville, dont les locations de parcelles apparaissent dans les comptes communaux, ne consiste en réalité qu’en une partie infime de la ville. Il existe en outre :

  • 161 J.-P. Aubert, La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 156-157.

Celui de la Commanderie de Saint-Jean de Jérusalem qui s’étendait à l’est sur les faubourgs de Violette, de la Porte Hurtault et sur l’extrémité de la rue du même nom. Le fief du temple, réuni à la Commanderie au milieu du siècle, couvrait l’île Saint-Jean et une partie du faubourg Saint-Denis. Celui de l’Aumône ou Maison-Dieu s’étendait essentiellement au faubourg Saint-Denis comme le chapitre de Saint-Florentin au Bout des Ponts. Les fiefs du Ruau, de Mesne et du Prieuré de Saint-Denis étaient plus restreints et respectivement limités au Petit-Fort, à la partie septentrionale du faubourg Saint-Denis et aux alentours de l’église Saint-Denis. Nous savons peu de choses sur le fief du prieuré Saint-Thomas dont une partie recouvrait l’Entre-les-Ponts.161

  • 162 Id. Bernard Chevalier précise : « Les archives de ces compagnies, en effet, ne nous sont pas parven (...)

63Cette complexité est révélée par les comptes de la confrérie Saint-Nicolas où les noms des fiefs auxquels sont rattachées les maisons de rapport appartenant à la confrérie sont très souvent laissés en blanc162.

  • 163 ACA, CC 94, fo 9vo, 4 juillet 1472.
  • 164 ACA, BB 1, fo 58ro, 7 septembre 1474.
  • 165 ACA, CC 92, fo 4vo, 1470.
  • 166 BnF, ms. fr. 20491, fo 41, (s. d.) : « Messire Jean d’Estampes demoura pour faire achever l’euvre d (...)
  • 167 ACA, CC 85, fo14vo, 22 mai 1465. Et CC 91, fo 10, avril 1468.
  • 168 ACA, BB 1, fo 61vo, 25 juin 1475.
  • 169 ACA, CC 102, fo 20ro .
  • 170 ACA, CC 85, fo 14vo, 22 mai 1465.

64Le Petit Fort dépend du fief de la ville et les sommes dues au titre du Cens par certains des propriétaires sont répertoriées dans les comptabilités amboisiennes. Dans ce quartier sont regroupés les domiciles d’une certaine élite : élus, officiers ou personnages issus de la noblesse : le seigneur de Nazelles (fig. 37 CC), le seigneur des Arpentiz, le bailli de Sens163, Jean Duruau164 ou encore le châtelain Julian Lopin y résident. À partir de 1468165, Jean Bourré y possède une demeure. La situation du Petit Fort, en limite de zone urbanisée, semble donc être propice à l’implantation d’hôtels particuliers sur de larges parcelles. En dehors de ce quartier, on sait que Jean d’Étampes, maître d’hôtel, et homme de confiance de Louis XI166, habite au pied du château vers la rue de la porte Heurtault167, qu’en 1475, Yvon de Carminien, écuyer panetier de la reine, demeure dans l’enceinte non loin de la Masse168, et qu’en 1480 Philippe Remon, conseiller de Charlotte de Savoie, possède un hôtel proche de la porte Tripière169. Enfin, Raymond de Dezest vit dans une maison ayant appartenu à Jean Anemat, charpentier, à proximité de la tour Cormeray, dans l’extension de l’enceinte170.

  • 171 ACA, CC 91 à 95.
  • 172 ACA, CC 92, fo 7, 1469.
  • 173 ACA, CC 95, fo 10, 1472.
  • 174 Future tour de l’Horloge.
  • 175 ACA, CC 108, fo 18ro
  • 176 Nous ignorons son métier. En 1458, Estienne Becdacier était « besson » (ACA, CC 120, fo 21vo, mars, (...)
  • 177 ACA, CC 119, fo 19vo, 1504.

65Au cours des années 1469 à 1472171, les locations de logements sont assez répandues. Marchands suivant la cour, savetiers172, merciers ou orfèvres s’implantent le long du grand axe de circulation − la route d’Espagne − c’est-à-dire le long de la rue du Pont173, de la rue « Blesienne » et de la Grande rue Saint-Denis. Ils louent des échoppes (« ouvrouers ») placées sous la porte de la Boucherie174, sur le pont de la Boucherie, sous la grosse tour du Pont et même parfois des chambres dans les garde-portes et les tours de l’enceinte. Cependant la situation ne se prolonge pas plus de 3 ans. En mars 1491 (n. st.), on note le cas unique d’un tavernier suivant la cour qui « fut logé en la garde porte de la porte Saint Denis durant que le roy a esté en ceste ville175 ». Les locations reprennent entre 1494 et 1520. Pour ne citer que quelques cas, Jean Mercier, cordier, et Jean Forest, mercier, louent chacun une boutique vers la chapelle de la Meyte, Roullet Becdacier « la garde porte de dessus les ponts de Loire176 » et Julian De La Noue, dit La Poste, marchand demeurant à Beaugency177, la cuisine de la maison de ville ; enfin Pierre Hardion, cloutier, occupe la garde-porte Saint-Denis.

  • 178 ACA, CC 106, fo 27vo, dernier jour de mai 1487.
  • 179 ACA, CC 109, fo 20ro, 1494.
  • 180 ACA, BB 1, fo 26ro, 22 septembre 1466.
  • 181 Ibid., fo 40ro-vo, pénultième jour de septembre 1469 : « Ledit procureur du roy a dit aux dessusdit (...)
  • 182 Son fils ? ACA, CC 108, fo 11vo, 1491.

66On sent au travers de ces exemples une pseudo-crise du logement. Les locations ne durent guère plus de 2 ans pour les garde-portes. Les « ouvroirs » peuvent quant à eux être détenus pendant 5 à 10 ans. On remarque que ce phénomène ne touche que des artisans ou des marchands. Cependant, leur location n’est pas forcément à mettre en relation avec leur période d’arrivée sur les chantiers de la ville et du château mais sans doute plutôt avec leurs moyens financiers assez limités. Tel l’exemple de Pierre Hardion qui prend en location en 1494, 7 ans après l’arrivée à Amboise de l’un de ses parents178, la garde-porte Saint-Denis179. Comme lui les artisans ont plutôt tendance à louer leur logement. À Amboise, le renouveau du bâti constaté à la fin du Moyen Âge n’est probablement pas initié par les artisans, mais par une classe intermédiaire qui reste à définir. Les bâtisseurs seraient des Amboisiens ayant hérité d’un patrimoine foncier, que le contexte leur permet de faire prospérer en construisant des maisons affectées à la location, à l’instar de Perronelle La Royne180, tenant l’hôtellerie de l’image Notre-Dame entre les ponts en 1466 qui fait construire au Petit Fort en 1469 une autre maison en pan-de-bois181 – dont on ne connaît cependant pas l’usage. En 1490, Robinet Le Royer acquiert 3 parcelles aux marais, dès la première année de leur location182.

  • 183 ACA, BB 1, fo 52ro, juin 1471.
  • 184 ACA, CC 106, fo 4ro, février 1473 (n. st.).
  • 185 ACA, BB 1, fo 55ro, février 1473 (n. st.).
  • 186 ACA, CC 92, fo 4 : 1471-1472.
  • 187 Guillaume Bourgeau, marchand, lui succédera dans la maison en 1490-1491. ACA, CC 108, fo 5vo, 1492- (...)
  • 188 ACA, BB 1, fo 61vo, assemblée du 25 juin 1465.

67Certains artisans pensionnés par la cour mais également des clercs et des officiers font toutefois construire en calculant au plus juste. Dans les comptes de la ville, et ce durant toute notre période d’étude, on relève les demandes formulées auprès du conseil de ville par des habitants pour appuyer une partie de la maison sur les murs de la ville183. Il en va ainsi pour Emar Cave et Macé Taut184, clercs d’office du roi185. Dès 1471, Jean Briodé − ou encore De Brioulde − et Guillaume Courtade, son apprenti, selliers du roi et de la reine versent à la ville 5 s. t. par an « pour leur avoir souffert mectre le bout des traines de leur maison de la tour du mollin de la Masse appartenant a ladicte ville et doivent soustenir la moictié du pont de davant leur maison186 ». Tout comme eux, Philipoin Arnault, également sellier, est installé à proximité de l’actuelle rue Newton, soit du mur de la première enceinte187. Sans faire construire à neuf, certains souhaitent accroître leur maison en empiétant légèrement sur la chaussée, ce qui est accordé à Yvon Carminien lors d’une assemblée du conseil de ville188. De même, en 1494, Pierre Joussier, notaire, est autorisé à prendre :

  • 189 ACA, CC 109, fo 6ro, 1493-1494.

Ung petit accroissement suspendu estant au bout de la maison ou il demoure davant Notre Dame de la Meite du cousté de devers la riviere de Loire, contenant ; une toise de large au long de la rue a aller de sadicte maison au pont, et 2 toises de long a prandre depuis ladicte rue en tirant contre bas au long du mur qui fait la cloaison de sadicte maison et de ladicte ville.189

  • 190 ACA, CC 108, fos 10-18, 1491.

68Enfin, dès 1490-1491190, l’aménagement des marais permet à la ville de louer 24 places de 4 toises par 8 (8 x 16 m), situées de part et d’autres du chemin menant au grand marché, (actuelle rue Joyeuse). La population qui se porte acquéreur de ces emplacements est très disparate et l’absence de répartition par classes socio-professionnelles traduit au mieux la mixité sociale qui régnait à Amboise. Les prix des loyers annuels varient d’une parcelle à l’autre − de 21 s. t. à 57 s. t. − sans que l’on en comprenne vraiment la raison, mais même les plus chères sont à la portée de tous. Ainsi, à l’est, se tiennent :

  • Macé Jusqueau dit Moliharne (1 place) ;

  • Guillaume Leroy, archer de la garde du corps du roi (2 places) ;

  • Nicolas Leber, enquêteur pour le roi (1 place) ;

  • Jean Rougemont, marchand (1 place) ;

  • Gillet Durran, apothicaire (1 place) ;

  • Estienne Desloges (1 place) ;

  • Robinet Le Royer, hôte de l’image Notre-Dame entre les ponts (3 places) ;

  • Jean Gandillon, marchand de pelles (1 place) ;

  • Pierre Baschelier, boulanger (1 place) ;

69À l’ouest, on trouvait :

  • Jean Chevallier, pelletier (1 place) ;

  • Jean Gandillon, marchand et élu (1 place) ;

  • Jean Augeron, couvreur (1 place) ;

  • Jean Bernard, seigneur du Coq (1 place) ;

  • Jean Pavillon, valet de chambre de la reine (1 place) ;

  • Foucquet Gardelaz, notaire (1 place) ;

  • Guillaume Bourgeau, marchand (1 place) ;

  • Mathelin Romyan, boulanger (1 place) ;

  • Jean Alaire, écuyer de la cuisine de la reine (1 place) ;

  • Pasquier Duboys, cordonnier (1 place) ;

  • Martin Bordeau (1 place) ;

  • Pierre Lefranc, tanneur (1 place) ;

  • Guillemin Esturgeon, cordonnier (1 place) ;

  • Maistre Guillaume de Mons, clerc des offices de Madame la duchesse d’Orléans, et Heliot Chappons, tanneur (2 places) ;

  • Jaquet Fournier, chevaucheur d’écurie du roi (1 place).

  • 191 Étienne Hamon, Documents du minutier central des notaires de Paris, Art et architecture avant 1515,(...)
  • 192 ACA, CC 128, fos 46vo-47vo : « De Pierre Pineau, somellier ou lieu du deffunct messire Martin Legue (...)

70La plupart des demeures bâties sur ces parcelles à ce moment sont aujourd’hui détruites. On peut néanmoins supposer avec une relative certitude que la maison du 2 rue Joyeuse, qui expose une façade d’inspiration gothique (fig. 343 et 344), est construite soit par Jean Chevalier, qui conserve la place jusqu’en 1502, soit par Lancelot Platel qui est propriétaire de l’emplacement en 1502 et 1503 ou encore par la veuve de feu Pierre Berthran qui la garde jusqu’en 1522. Le lieu de résidence de Lancelot Platel, valet de chambre et tapissier ordinaire du roi n’est pas précisé dans les comptes mais, dans les années 1490, on le découvre vivant à Paris191. Il meurt au cours de l’année 1503 et pourrait avoir déménagé pour Amboise. Enfin, l’hôtel du 6 rue Joyeuse est édifié en 1526 par Pierre Pineau, sommelier de la reine192. Jusqu’à présent, il était attribué à Fra Giocondo, mais sans préciser si on l’entendait comme son maître d’œuvre ou son maître d’ouvrage – l’un comme l’autre restant cependant fort peu probable.

  • 193 Pierre Garrigou-Grandchamp, Demeures médiévales, Paris 2008, p. 26. Catherine Arlaud, « Beaujeu (Rh (...)

71Cette analyse sommaire de la population amboisienne entre 1470 et 1520 révèle une formidable expansion. Les nouveaux venus se distribuent en fonction des besoins pratiques et matériels de chaque profession, couplés aux possibilités topographiques qui de fait se retrouvent plus ou moins regroupées dans un même quartier (fig. 1 CC). Sans doute installés de longue date, les tanneurs occupent le cours de la Masse en amont des bouchers dont le quartier n’a pas changé depuis le XIIIe siècle. Les métiers liés au cuir, notamment les selliers, se joignent aux tanneurs dans la rue Newton. En cette fin du Moyen Âge, tandis que la tannerie est bien l’industrie florissante d’Amboise, les demeures de ces artisans sont des plus ordinaires. Il est courant qu’ils vivent sur leur lieu de travail, leur logement se superposant à la tannerie193. Les maisons du quai des Marais sont trop transformées pour permettre une quelconque analyse architecturale, par contre celles de la rue Newton sont conservées. Issues de la construction vernaculaire en pan-de-bois, ce sont des demeures fort modestes, totalement inadaptées au commerce, sans aucune boutique et dont la façade principale donne sur une rue de moins de 2 m de large. Dans ces conditions, il est en effet nécessaire qu’un intermédiaire, tel Dassy, leur achète des peaux pour les revendre en un lieu plus convenable.

  • 194 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, op. cit., p. 130-133.

72Enfin, les commerçants sont postés le long de la route d’Espagne (ponts et future tour de l’Horloge) et les hôtelleries restent aux portes de la ville. Conformément à ce que l’on rencontre dans les villes médiévales194, il n’existe aucune ségrégation puisqu’au début du XVIe siècle, aux parcelles des marais, le sommelier de la reine côtoie couvreur, boulanger, clerc, écuyer, cordonnier et élu de la ville. Les échanges quels qu’ils soient, et pour ce qui nous occupe, esthétiques, devaient d’autant mieux s’opérer.

Notes

1 ADIL, 7M5-38 (1841).

2 J.-P. Aubert, La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 98.

3 Casimir Chevalier, Tableau de la province de Touraine, 1762-1766, d’après un manuscrit de la bibliothèque de Tours, 1863 (source imprimée de 320 pages).

4 BMT, ms. 1207, Mémoire de la généralité de Tours, rédigé par l’Intendant Miromesnil en 1698.

5 ACA, BB 1, fos 27vo et 29vo, 4 janvier et 22 février 1467 (n. st.).

6 Ordonnances des rois de France de la IIIe race jusqu’en 1514, Paris, 1723-1849, tome XIV, p. 1-5.

7 ACA, BB 1, fo 27vo, 1er décembre 1466 : « Pour savoir comment on se commandera touchant la commission envoyé par le roy nostre sire aux esleuz de Tours, et envoyé par lesdits esleuz de Tours ausdits habitants d’Amboise pour avoir de cinquante feuz ung franc archier ou jacquier ou pais de Touraine et autres pais contenuz en ladicte commission ».

8 Bruno Laurioux, Manger au Moyen Âge, Paris, 2009, p. 40-41.

9 ACA, CC 99, fo 24ro, 24 janvier 1467 (n. st.).

10 Bruno Laurioux explique que l’aristocratie urbaine a hérité des traditions romaines selon lesquelles : « Boire son vin est signe d’une certaine aisance. […] Cet idéal […] s’est transmis aux bourgeois des villes qui rivalisent entre eux pour mettre la main sur les vignes de banlieue » (Manger au Moyen Âge, op. cit., p. 40-41). En 1490, dans les comptes de la ville, aux chapitres des recettes, de nombreux clos de vigne sont détenus par des élus, tels que Pierre Barre et Pierre Pasquier, receveurs, Alixandre Blandin, receveur des travaux du château en 1495-1496.

11 Toutefois, d’après le tableau de la durée des principaux séjours de Louis XII établi par Monique Chatenet, ce dernier ne résida pas à Amboise (La cour de France…, op. cit., p. 319).

12 ACA, BB 1, fo 68vo.

13 ACA, BB 1, fo 80vo, 1477 : « Pour savoir qu’il estoit de faire touchant ce que par monseigneur le maistre d’ostel du roy, Estienne Leloup nostre bailly, lundi derrenier, manda aller devers lui au Cloux, lesdits esleuz et autres gens de ladicte ville, ausquelz il dist que le roy avoit entendu qu’il y a plusieurs demourant en ceste ville qui sont marchans et gens de mestier qui se dient estre officiers de la royne, de monseigneur le daulphin et de madame de Beaujeu et lesquelz ne veullent riens paier, ne aider a la ville pour tailles ne autre chose et qu’on les lui a baillé et escript afin de le remonstrer au roy et y mectre permission. »

14 J. Melet-Samson, Le développement…, op. cit., p. 140, d’après ACA, BB 7, fo 59.

15 J.-P. Aubert, La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 102. Basé sur « une taille de 1477 [qui] précisait que sur 56 livres imposées, les “villaiges” payaient 8 livres ».

16 Pour les comptes de l’argenterie des souverains qui n’habitaient pas en permanence à Amboise, nous nous sommes bornés, à ne répertorier que les personnes « demourant a Amboyse ».

17 ACA, BB 2, fo 1ro-vo, novembre 1464.

18 Florentin Prevost, Jean Duruau, Jean Forget et Jean Aucheron.

19 Gillet Le Hongre, René Le Fuzelier, Jean Merigot et André Perrault.

20 Des marchands, Jean De Maslines et Jean Gandion ; une hôtelière, Peronelle La Royne ; et des élus ou membres du conseil, Jean Mandin, Maistre Jean Papillon, Estienne Tissart, Colin Goelard, Guillaume Blanchet, Pierre Barre, et Jean Poinçon le jeune ; Macé Martineau et Pierre Macquain, tanneurs.

21 Jean Le Royer, Jean Richart, Colas Le Paige, Macé Senot, Jean Goelard, Jean Reverdi, Pasquier De Bray, Jean Lehoup, Berthelot Nicolas, Loys Belin, Henry Bonnecte, Michau Bertin, Jean Plegier, Michau Crespau, Jeanne De la Fuye, Jean Thenebot, Jean Pertuys, Estienne Barrier, Guillaume Lepaige, Ter Gatz, Denis Leguenays, Michau Montraux, Jean Buisson, Colas Peinrault, Guillaume Lohier, Estienne Doupe, Loys Maquain, Macé Quantin, Jean Rogemart et Collas Leguenays.

22 ACA, BB 1, fo 16ro, 5 mai 1465 : « Julian Lopin, Jean Aucheron, élu, Jean Morin Maistre Jean Papillon, René Le Fuzelier, Guillaume Pasquier, Colin Lepaige, Jean De Maslines, Simon Frault, Jean Boucheron, Abel Clotet, Jean Rogemont le jeune, Jean Collas, Pierre Barre, Pierre Ladoire, Le Biernoys, Jean Richart, Robin Badault, Maistre Philippe Remon, Gillet Pelle, Jean Forget, Henry Bonnecte, Macé Fournier, Philipoin Chassenay, Jean Reverdi, Pierre Beurre, Gillet Le Hongre, Macé Poitevin, Pierre Bonnete, Denis Leguenays, Colin Goellard, Jean Foucher, Jamet Maquain, Florentin Prevost, Pierre Pelle, Anthoine Brisson, Jean Poirier, Jean Rogemont l’esné, et plusieurs autres de la ville ».

23 BnF, ms. fr. 20579, fo 9, 16 août 1473.

24 S. Cassagnes-Brouquet, Louis XI, le mécénat…, op. cit., p. 15.

25 Id.

26 AN, KK 68.

27 A. Tuetey, « Inventaire des biens… », op. cit. Et son testament : BnF, ms. fr. 15538 (MF 30115), fo 60 ro : 1er décembre 1483.

28 AN, KK 80, 1484-1485.

29 C. Beaune, « Comment vit et meurt… », op. cit., p. 49-55.

30 Philippe Mantellier, Histoire de la communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire et fleuves descendant en icelle, Orléans, 1864-1867, 2 vol.

31 D’après les chroniqueurs contemporains, la cour aurait pu atteindre 10 000 à 20 000 personnes et autant de chevaux.

32 M. Chatenet, La cour de France…, op. cit., p. 34.

33 J. Heers, Louis XI, op. cit., p. 159-173.

34 Françoise Robin, La cour d’Anjou-Provence : la vie artistique sous le règne de René, Paris, 1985, p. 30.

35 J. Heers, Louis XI, op. cit., p. 70.

36 Il s’agit de Marguerite de Savoie (1439-1483), veuve de Louis III d’Anjou, tante de Charlotte de Savoie (sœur de son père Amédé VIII) et par alliance de Louis XI [F. L. de Villeneuve Bargemont, Histoire de René d’Anjou, roi de Naples, duc de Lorraine et Comte de Provence (1476-1481), tome 3, Paris, 1825, p. 154].

37 AN, KK 68, fo 41ro, mai 1470. BnF, ms. fr. 6602, fo 59 (s. d.). ACA, BB 1, fo 26ro, 22 septembre 1466.

38 François d’Evre, « chevalier dudit lieu d’Evre », Mathurin Cailleteau, écuyer de la reine, Guillaume des Aulbu, son maître d’hôtel, Thibault de Mareuil, écuyer et également maître d’hôtel, Jean de Brion et Jean Regnault, valets de fourrière, Blaise de Savary, échanson et pour Adam maître-queux de la reine.

39 On retrouve ainsi le lit de la dame de la Guerche dans la chambre d’Anne de Bretagne (Marck Girouard, La vie dans les châteaux français, Londres, 2000, Paris, 2001, 352 p.).

40 A. Tuetey, « Inventaire des biens… », op. cit., p. 338-366. Et son testament : BnF. ms. fr. 15538 (MF. 30115) fo 60 ro : 1er décembre 1483, p. 339-344.

41 X. Carré de Busserolle, Dictionnaire historique, géographique…, op. cit. Luc Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles de Touraine, Mayenne, 1992, 450 p. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, 1770-1786, 15 tomes. Ainsi : Jean d’Aux, maître d’hôtel ; Jean Tiercelin, seigneur de Brosse, conseiller de la reine et capitaine de Chinon ; Raymond de Dezest, François d’Evre, chevalier, seigneur d’Evre ; Guillaume des Aulbu, maître d’hôtel de la reine ; Castellan de Sazilly, échançon ; Yvon de Carminien, écuyer panetier ; Blaise de Savary, échanson ; Thibaut de Mareuil ; Jean de Brion, valet de fourriere ; Françoise de la Fourest, dame de Bussières de l’hôtel de la reine ; Loyse des Byars, demoiselle, épouse de Jeanot de Tardes ; Loyse de Poulac, demoiselle, dame de Boisfreslon, Marguerite de Willon, demoiselle de l’hôtel de la reine, Loyse d’Euvre, demoiselle ; Marie de Vaux, demoiselle ; Jeanne de Chaseron, demoiselle ; Marie d’Auffey, demoiselle, Jeanne de Menetou, épouse de Mathurin du Four ; Marie de Cordan, demoiselle de la reine.

42 Bernard Chevalier, Tours ville royale : 1356-1520, origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Paris-Louvain, 1975, p. 443. Et, L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 89-90.

43 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 483. Et L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 154.

44 L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 167. Esvres se situe sur les bords de l’Indre, à 4 km de Montbazon.

45 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 499-500, note 97. Et L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 27.

46 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1983), p. 273-274.

47 S. Cassagne-Brouquet, Louis XI, le mécénat…, op. cit., p. 15.

48 AN, KK 84, fo 83ro-vo, 18 janvier 1495 (n. st.) : « A Clément Berthier et Martin de la Bryere, aussi voicturier par eaue demourans a Amboise, la somme de Cent solz tournoye a eulx semblablement ordonnés pour leurs peines et sallaires d’avoir mené et conduict par eaue en leurs basteaulx dudit lieu d’Amboise audit lieu de Tours, le dix-huitième jour dudit moys de janvier, la damoiselle de Larchetz avec les filles de honneur d’icelle dame qui estoient demourees audit Amboise apres son partement avecques les coffres, litz et barques ».

49 AN, KK 84, fo 82 ro, le 2 décembre 1494.

50 Id.

51 L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 87, 162 et 323. B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 443.

52 Jean Philippe Aubert n’a rencontré que 2 représentants de la noblesse résidant en ville en 1431, soit avant l’arrivée royale. Il ne cite pas les noms de ces personnes. (La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 126-127 ; d’après AN, P 11, nos 3710 à 3746, 3791, 3816, 3826 et 3832).

53 L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 187.

54 Ibid., p. 73. Et AN, KK 228-229, 1495-1496. Ibid., p. 290.

55 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 553. L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 194.

56 Ibid., p. 257.

57 AN, KK 65, fo 169vo : « A Jean Sauvaige, maistre faiseur de panaisines ». En 1468, il est sommelier de la chapelle du roi (AN, KK 69, fo 143).

58 L. Boisnard, Dictionnaire des anciennes familles…, op. cit., p. 380.

59 Ibid., p. 154.

60 AN, KK 229, fo 6vo, 1495-1496.

61 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 419.

62 Ibid., p. 421.

63 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1983), p. 253-303.

64 Id.

65 La reine et ses filles partagent la même maison tandis que le dauphin dispose de la sienne.

66 Fond Saint-Germain-Harlay, vol. 308, Bibliothèque de l’École des chartes, 26e année, tome Ier, 6e série, Paris, 1865, p. 338-366 : 1483 décembre : « Inventaire après décès de Charlotte de Savoie ». Et son testament : BnF, ms. fr. 15538 (MF 30115), fo 60 ro : 1er décembre 1483, p. 339-344.

67 ACA, CC 121, fo 43vo.

68 Julian Lopin, Jean Papillon, Macé Papillon, Macé de La Bretonnerie, Jean de La Bretonnerie, Jean Coqueau, Jean Aguillon, Yvon Jamet, Philippe Remon, Simon Chereau, Yvonnet Pasquier, Pierre Joussier, Macé Chereau, Jean Guiot, Jean Dupuy, Guillaume de Sauzay, Fouquet Gardelaz, Robert Goulet, Pierre Moyer, Jean Musiner, Pierre Bourreau, Jean de Manseul, Guillaume Angerart, Pierre Beurre, Jean Bourreau, Jean Desquartes, Regné Farrineau.

69 AN, KK 65, fos 139-140, décembre 1468 : « Huit aulnes de gros drap gris prins et acheté de lui ou mois de decembre derrenier pas pour faire sept couvertures a couvrir les chevaulx de corps du roy nostredit seigneur c’est assavoir : pour trois aulnes pour faires deux couvertures, l’une pour le poulain et l’autre pour le coulon et cinq aulnes pour faire cinq couvertures pour les deux hacquenees nommees l’une Lesternille et l’autre, qui fut a monseigneur le bailly de Cens [sic], le petit grisonnet, le cheval de Thomas et le mulet qui porte les flacons ».

70 Françoise Piponnier souligne que sous Louis XI la mode vestimentaire était au noir pour les toilettes quotidiennes. (« La diffusion des tentures à la fin du Moyen Âge : l’exemple de la Bourgogne », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 1999, tome CXI-I, p. 419-442).

71 Louis Demaison, « Documents sur les drapiers de Reims au Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des chartes, 1928, vol. 89, p. 5-39.

72 Jean-Baptiste Weckerlin, Le drap « escarlate » au Moyen Âge. Essai sur l’étymologie et la signification du mot écarlate et notes techniques sur la fabrication de ce drap de laine au Moyen Âge, Lyon, 1905.

73 Le français « écarlate » dérive du flamand « scaerlaken » ou « scarlaken » qui signifie « drap tondu ».

74 Françoise Piponnier, « Enquête en cours : à propos de textiles anciens, principalement médiévaux », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, tome XXII-IV, 1967, p. 864-880.

75 AN, KK 80, fo 81vo, juillet 1485 : « 20 s. aux chamberiers de Pierre Morin, marchant d’Amboise, pour ce que ladicte dame fut soupper au jardin dudit Morin ».

76 AN, KK 69, 1483.

77 AN, KK 69, fo 141vo.

78 Dans l’Inventaire des biens de Charlotte de Savoie, sur les 40 robes répertoriées, 21 sont noires, mais il n’en reste pas moins de 19 aux couleurs variées pour lesquelles nous n’avons jamais rencontré le type de tissu employé chez les marchands amboisiens, même dans les commandes adressées aux Morin (A. Tuetey, « Inventaire des biens… », op. cit., p. 338-366).

79 Jean Jamet, Huguet Pelle, Gillet Pelle, Jean De Maslines, Collas De Monceaulx, Jean Forget, Jean Duruau, Jean Guion, mercier, Colas Lepaige, mercier, Jean Thiner, marchand, mercier et chaussetier.

80 AN, KK 68, fo 105vo, décembre 1469.

81 Ibid., fo 91ro, octobre 1469.

82 AN, KK 80, fos 91 à 150, 1484-1485.

83 Jean Duruau, Jaquine Pellee, Jean Beauvarlet, Marie Pelloc, Pierre Gandion, Clocquet, Guillaume Burgeau, Estienne De Lalande, apothicaire, Jean Bonnet et Simonne Auberde, lingère.

84 AN, KK 228-229, 1493-1495.

85 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 322.

86 M. Chatenet, La cour de France…, op. cit., p. 30. Emma Delpeuch, « Les marchands et artisans suivant la cour », Revue historique de droit français et étranger, 52e année, 1974, juillet-septembre 1974, p. 379-413.

87 Ibid., p. 323, note 65.

88 Ibid., p. 322 et tableaux généalogiques p. 595.

89 FSL, Compte 1495-1496, fo 81vo. B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 432.

90 Ibid., fo 208ro .

91 Ibid., fos 264ro et 210vo.

92 Il tint sa charge jusqu’en 1504. ACA, CC 201, pièce 15 et CC 202, pièce 35.

93 Sur les revenus d’officiers : B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 493-495 et p. 497.

94 Nous regroupons sous l’expression d’officier de la couronne toute personne au service du château, qu’il soit galopin de cuisine ou maître d’hôtel ; il en a été de même pour les personnes constituant l’administration de la ville.

95 C’est même la principale difficulté à surmonter ; dans le compte de 1495-1496, même Colin Biart est nommé dans le 2e rôle Colin Baillard (FSL, Compte 1495-1496, fo 98vo).

96 Marie-Anne Moulin, « Les ouvriers du bâtiment à Argentan au XVe siècle », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 2002-2003, tome LXV, 2008, p. 137-154.

97 Nous laissons de côté les manœuvres qui forment une main-d’œuvre plus volage et polyvalente.

98 D. Cailleaux, La cathédrale en chantier…, op. cit., p. 422.

99 4 Blondeau, 2 maçons, marchand de pierre et 1 charpentier ; 3 Boucher, 1 maçon et 2 manœuvres ; 5 André, tous maçons ou « perriers » de Malvau ; 4 Davy, 1 maçon, 2 manœuvres et 1 charretier ; 6 Biart, 4 maçons, 1 manœuvre et 1 perrier ; 3 Minart, 1 maître-ymagier et 2 manoeuvres ; 3 Sourdeau, tous maçons ; 3 Preudonme, tous maçons.

100 4 Boulays, tous « perriers » de Malvau, maçons ou manœuvres ; 4 Boutet, 1 serrurier, 2 charpentiers puis 2 valets de chambre au château ; 5 Briant, outre le marchand tourangeau et 1 maître-charpentier, 3 peintres ; 3 Cathe, tous charpentiers ; 3 Chassenay, tous menuisiers ; 6 Duruau, 6 marchands et charretiers ; 6 Foucault, 2 serruriers, 1 charpentier, 2 manœuvres, et 1 apothicaire ; 4 François, 3 maçons et 1 manoeuvre ; 3 Gabilleau, tous maçons ; 4 Galliers, 3 charpentiers et 1 prêtre ; 4 Juignet, tous charpentiers ; 14 Martin, 5 manœuvres, 7 maçons dont 1 maître-maçon et 2 « perriers », 1 charpentier, 1 plombeur et 1 serrurier, dont 1 homme de bras, avant 1465, en 1449 ; 3 Lostellier, tous charpentiers ; 4 Mabille, charretier, manœuvres ; 9 Moreau, 1 maçon, 1 tailleur de robes, 3 manœuvres, 1 « perrier », 1 besson, 1 prêtre et 1 valet de chambre ; 5 Nepveu, 1 charretier, 1 manœuvre, 1 serpier, 1 maçon et charpentier (surnommé Trinqueau, il s’appelle Pierre Nepveu), charpentier, 1 marchand de bois ; 3 Prunelle, tous menuisiers ; 5 Quinerit, 1 charpentier, 3 charretiers et 1 hôtelier ; 6 Tionne, 5 maréchaux et 1 manoeuvre ; 3 Trinqueau, 2 manœuvres, 1 maçon et charpentier (surnommé Trinqueau, il s’appelle Pierre Nepveu).

101 7 Bauhardi sont 2 manœuvres, charretiers, 2 couvreurs, 2 faucheurs, 1 maçon ; 9 Biart (ou Byart et Billart), 6 maçons, 2 manœuvre, 1 « perrier » ; 5 Fordebraz, tous maçons ; 5 Voisin, 1 hôtelier, 1 charpentier, 1 charretier et 2 maçons ; 8 Barrier, 4 menuisiers, 1 faucheur, 2 manœuvres et 1 maçon ; 5 Lepaige, charretiers, manœuvres ou maçons ; 13 Billaut, 6 nautoniers dont 1 poissonier, 2 poissonniers, 3 manœuvres, 1 marchand et 1 maçon ; 7 Cailleau, 5 hommes de bras, 1 paveur et 1 charpentier ; 4 Gaillart, 3 manœuvres et 1 pelletier ; 6 Leguenays, 5 nautoniers et 1 prêtre puis aide de fruiterie au château ; 14 Lepelletier (ou Pelletier), 5 charpentiers dont 1 menuisier, 4 manœuvres, 3 maçons, 1 couvreur et 1 charretier ; 7 Marrier (ou Mariller), 2 nautoniers, 2 charpentiers, 1 charretier, 1 manœuvre, 1 élu ; 3 Piedalu, maçons perriers.

102 Cependant leur patronyme peut varier facilement en Berthelon, Berthelin ou même Bertherau si l’on roule un peu les « r », ce qui complique leur suivi.

103 Jean D’Anjou, Jacques Delalande, Jean More, Jean Barbier et Guillaume Branchu.

104 Guillaume Bredineau, Pierre Chanoine, Alain Chappelain ou Conrat Chapperon.

105 D. Cailleaux, La cathédrale en chantier…, op. cit., p. 416.

106 En dehors des métiers du bâtiment, on citera Jean Mode dit Brioulde (sellier) et Raymond de Dezest dit Le Byarnois (tailleur de robe et couturier).

107 FSL, Compte 1495-1496, fos 94ro, 220ro et 274vo. En 1502, parmi les 3 serruriers de la ville − Martin Mennau et Jean Boyneau − figure Pierre Hervé dit Dignen, qui travaillait également au château en 1495.

108 É. Hamon, Un chantier flamboyant…, op. cit., p. 286.

109 À Douai, la main-d’œuvre représentait 9,6 % de la population, à Valenciennes 20 % à la fin du XIVe siècle et à Amiens 5,3 % au XVe siècle (A. Salamagne, Construire au Moyen Âge…, op. cit., p. 131).

110 Sur ce sujet, consulter Alain Salamagne, « Les projets architecturaux dans les villes du nord de la France à l’époque médiévale et au début de la Renaissance : des maîtres d’ouvrage aux maîtres d’œuvre », dans Du projet au chantier : maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre aux XIVe-XVIe siècles, Odette Chapelot (dir.), Paris, 2007, p. 219-238. Et, Odette Chapelot, « Maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre dans le bâtiment médiéval », dans Du projet au chantier…, op. cit., p. 11-35 et plus particulièrement p. 20-21.

111 ACA, CC 106, fo 43ro .

112 Pierre Lesueur « Colin Biart, maître maçon de la Renaissance », Gazette des Beaux-Arts (tiré à part), 1919, 24 p.

113 A. Deville, Compte de dépenses de la construction de Gaillon, Paris, 1850, p. 14-32.

114 ACA, CC 124, fo 37ro-vo, 1511.

115 M. Chatenet, Chambord, op. cit., p. 232.

116 L. Gaugain, « Le chantier royal du château d’Amboise… », op. cit.

117 J. de Croÿ, Nouveaux documents…, op. cit., p. 8-25. Pièce justificative no IV, p. 191 (d’après BnF, ms. fr. 26107 fo 276).

118 ACA, CC 107, fos 20vo-21ro, entre 19 juillet et 8 août 1490.

119 ACA, CC 78, fo 14vo, 24 juillet 1452.

120 Guide du Patrimoine en région Centre, Jean-Marie Pérouse de Monclos (dir.), Paris, 1995, p. 164.

121 M. Chatenet, Chambord, op. cit., p. 232. Le 3 mai 1524, on va chercher Denis Sourdeau à Chambord (ACA, CC 126, fo 167vo).

122 Pierre Nepveu, dit Trinqueau, commence sa carrière en 1487, comme apprenti du maître charpentier amboisien Lostellier et employé d’un autre maître charpentier Robin Rousseau qui travaillent dans la ville, pour le premier, de 1473 à 1496 et sur le chantier de Charles VIII en 1495-1496 [FSL, Compte de 1495-1496, fos 74vo, 136 vo et 206 ro] et, pour le second, de 1487 à 1511 et également au château où il conduit les ouvrages de charpenterie [Ibid. fos 74, 85 vo (livraison de bois) et 136 vo]. Il est maçon en 1495-1496 au château [Ibid., fos 102, 172 ro et 232 vo] et maître-maçon en 1515 [Arch. du Service historique de la Défense, Vincennes A.1.b. 1625, vol. 2. Génie, 69 pièces, no 5 – Amboise : « En la presence de nous, notaires du roy nostre sire ou baillage d’Amboise cy dessoubz signez, Pierre Trinqueau, maistre maçon, a confessé avoir eu et receu de maistre Hugues Blandin, receveur ordinaire d’Amboyse commis de par ledit seigneur au payement des ediffices et reparacions du chasteau dudit lieu, la somme de cent solz tournois pour avoir vacqué au devysement du batimens dudit eddifice, de laquelle somme de cent solz tournois ledit Trinqueau s’est tenu pour contant et bien payé, et en a quicté et quicte ledit Blandin commis susdit et tous autres. Tesmoing noz seings manuelz cy mys a sa requeste le XIIe jour de janvier l’an mil cinq cens et quinze [a. st.] [signatures] Angerart. Boureau. »

123 M. Chatenet, Chambord, op. cit., p. 232

124 Colin, Jean, Gilles, Roland et Pierre.

125 Annie Cospérec, « Le cloître de la basilique Saint-Martin de Tours », Congrès archéologique de France en Touraine de 1997, Paris, 2003, p. 329 ; E. Giraudet, « Les artistes tourangeaux », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, tome XXXIII, 1885, p. 180-182 ; Charles de Grandmaison, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, tome I, 1868-1870, p. 199-208 ; Marius Vachon, La Renaissance française, Paris, 1910, p. 259-263 ; Archives municipales de Tours, Registre des comptes municipaux, tome LVII, fo 221ro-vo.

126 FSL, Compte de 1495-1496, fos 105ro, 174ro et 234vo.

127 Frédéric Lesueur, « Le château [de Châteaudun] », Congrès archéologique de France d’Orléans, 1930-1931, p. 508-512 ; Jean Taralon, Le château de Châteaudun, Paris, 1958, 22 p. ; M. Martin-Demezil, Le château de Châteaudun de 1450 à 1520, mémoire de maîtrise sous la direction d’André Chastel, 1970 ; Monique Chatenet, Le château de Madrid au bois de Boulogne : sa place dans les rapports franco-italiens autour de 1530, Paris 1987, 264 p. ; Monique Chatenet, Guide du Patrimoine Centre Val-de-Loire, Paris 1988, p. 295-296 ; Monique Chatenet, Château de Châteaudun, Paris, 1999, 48 p. ; Pierre Gilles Girault, « Le couronnement du grand escalier du château de Châteaudun. À propos d’une restauration récente », Bulletin monumental, no CLVI-4, 1998, p. 367.

128 L. Gaugain, « Le chantier royal du château d’Amboise… », op. cit. Monique Martin-Demézil (Chatenet), Le château de Châteaudun de 1450 à 1520, mémoire de maîtrise sous la direction d’André Chastel, 1970, 2 vol. ; M. Chatenet, Château de Châteaudun, Paris, 1999, 48 p. ; ADEL, E 2744, 1470-1471 et E 2747, 1474 ; baux par Simon Duval d’une métairie des environs de Brou, analysés par Lucien Merlet : Registres et minutes des notaires du comté de Dunois, 1369-1676, Chartres, 1886, p. 330-331, et commentés par Étienne Hamon : Une capitale flamboyante. La création monumentale à Paris autour de 1500, Paris, 2011, p. 203-205.

129 AN, KK 62, fo 133vo, octobre 1469.

130 AN, KK 64, fo 30ro-vo, janvier 1469.

131 AN, KK 68, fo 123ro, juin 1470.

132 AN, KK 61, fo 37, juillet 1469 : « A Guillaume Bertrand, poislier demeurant a Amboise, la somme de trente deux sols six deniers tournois qui deue lui estoit pour un poisle d’airain tenant environ deux seillees et une chaere parcee prins et achacté de lui audit mois de fevrier et livré a Jean Monsigné, varlet de fourriere du roy nostre sire, la pour servir a estuver ledict seigneur par dessoubz durant sa malladie ».

133 AN, KK 68, 1469-1470.

134 Il valait plus du double du prix du noir.

135 AN, KK 68, fo 29ro, mai 1470.

136 ACA, BB 1, fo 54ro, assemblée du 4 septembre 1472.

137 Les souliers étaient achetés à Amoulry Du Jardin et Jacotin De la Croix, cordonniers à Amboise. (AN, KK 68, fo 19vo, octobre 1469.)

138 J.-P. Aubert, La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 129.

139 ACA, BB 1, fo 35ro .

140 A. Tuetey, « Inventaire des biens… », op. cit., p. 338-366.

141 BnF, ms. fr. 20685, fo 501.

142 AN, KK 68, fo 101vo, décembre 1469.

143 Élisabeth Taburet-Delahaye, « L’orfèvrerie », dans Art et société en France au XVe siècle, Christiane Prigent (dir.), Paris 1999, p. 280-281.

144 AN, KK 228-229, fo 70vo. On les rencontre aussi dans le compte de l’argenterie d’Anne de Bretagne de 1492-1493. AN, KK 83, fo 125ro-vo, janvier 1493 (n. st.).

145 AN, KK 332, publié dans C. Loiseau de Grandmaison, « Compotus particularis pagamenti… », op. cit., p. 253-304.

146 AN, KK 69, fo 114ro, 9 décembre 1483.

147 Ibid., fo 115ro-vo, hiver 1469.

148 Ibid., fo 65, 1469.

149 Ibid., fo 125vo, 1469.

150 B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 417.

151 En s’appuyant sur le portail, Jean De Brioulde pouvait économiser la construction d’un des murs porteurs. La maison n’existe plus. ACA, BB 1, fo 44ro : « Jean De Brioulde, sellier de la royne, a dit aux assistans qu’il a prinz une place sur la Masse de Denis Leguenays en laquelle il feroit voulentiers une maison et que s’il plaisoit aux gens de la ville qu’il meist le bout de ses traynes ou pillier qui porte le portal de la Masse qu’il donneroit voulentiers aucun denier par an a la ville ».

152 Pierre De Lange, Guillaume Marcel et Philleze Protet.

153 L’auteur tempérant son propos souligne : « L’ascension théoriquement possible et probablement réalisée parfois, est cependant si lente et si aléatoire qu’il ne nous a pas été possible d’en trouver un seul exemple concret dans toute notre documentation. » [B. Chevalier, Tours ville royale…, op. cit., (1975), p. 41.]

154 Nous considérons là la période où la cour fréquenta assidûment Amboise. Toutefois, dans l’absolu, Amboise fut rattachée à la couronne en 1434 et ne perdit son statut qu’en 1760, lorsqu’elle passa au duc de Choiseul.

155 Étienne Cartier père, « Une réception princière municipale en 1466 », Mémoires de la société archéologique de Touraine, tome VIII, 1856, p. 40-47.

156 ACA, BB 1, fo 26ro, assemblée du 22 septembre 1466 : « Pour savoir qu’il est a faire pour la venue de madame la contesse Vurtemberht tante du roy nostre sire et dont le roy nostre dit sire a escript aux gens de la ville la recevoir et lui faire tout comme que faire se pourra et comme a lui mesme et laquelle doit arriver aujourd’ui en ceste ville. A esté advisé et appoincté que par les dessusdits que ladite dame la contesse sera logée en l’ostel de Jean Morin et ses femmes chees Pierre Pelle et ses chevaulx et autres gens en la rue de la Boucherie. Touteffois, madite dame la Contesse a esté logee chees Perenelle La Royne, entre les ponts d’Amboise. »

157 L’hôtellerie « du Cheval blanc » (ACA, CC 124, fo 27ro ), « de l’image Notre-Dame » (ACA, CC 120, fo 34ro), celle « ou pend pour enseigne la teste noire » (ACA, CC 119 fo 33ro), celle « ou pend pour enseigne Saint Roc » (ACA, CC 127 fo 33vo), celle « ou pend pour enseigne la levriere » (ACA, CC 208, pièce 26) et celle de la corne de cerf (ACA, CC 204, pièce 8) qui existait encore au XIXe siècle (ADIL, E 344). Jacqueline Melet Samson a de surcroit répertorié : l’hôtellerie du cerf d’argent, l’hôtellerie du Palais royal, l’hôtellerie Sainte Marthe, le pot d’étain, la pomme de pin (Le développement historique…, op. cit., p. 173-174).

158 Louis XI exempte les Amboisiens de toutes aides, tailles et subsides pour 1482 en compensation de leurs pertes. ACA, AA 2 : « Aiant regard et considération que nostre tres cher et tres amé filz le dauphin de Viennoys est né en nostre ville d’Amboise et que en icelle il a esté et est nourry, et affin que aucun inconvenient de peste ou autres maladies ne advienist en ladicte ville, les habitans d’icelle ont esté et sont subjectz a garder les portes de jour en jour, et a faire guet en ladicte ville pour la garde et seureté de nostredit filz, en maniere que la plupart du temps personne a pié ne a cheval n’est passé par ladicte ville, par quoi les habitans et demeurans en icelle ville n’ont aucunement fait leur prouffit. »

159 ACA, BB 1, fos 47vo-48ro, 1471 : « A esté appoinsté par l’opinion et deliberation des dessusdits, en regard du temps de la pestilance qui a eu cours en ceste ville, en l’annee de la ferme dudit Seno et deffence de non entrer en cestedicte ville. »

160 Dès 1499, les édiles de la ville chargent Pierre Beurre d’inspecter systématiquement les foyers pour évacuer les malades hors des murs. ACA, CC 114, fo 31ro.

161 J.-P. Aubert, La ville d’Amboise au xve…, op. cit., p. 156-157.

162 Id. Bernard Chevalier précise : « Les archives de ces compagnies, en effet, ne nous sont pas parvenues à l’exception de celles de la confrérie de la Conception Notre-Dame et de Saint-Nicolas à Amboise » [« La spiritualité des laïcs : les confréries en Touraine à la fin du Moyen Âge », (tiré à part), p. 123-131. Et plus particulièrement p. 124].

163 ACA, CC 94, fo 9vo, 4 juillet 1472.

164 ACA, BB 1, fo 58ro, 7 septembre 1474.

165 ACA, CC 92, fo 4vo, 1470.

166 BnF, ms. fr. 20491, fo 41, (s. d.) : « Messire Jean d’Estampes demoura pour faire achever l’euvre d’Amboise ».

167 ACA, CC 85, fo14vo, 22 mai 1465. Et CC 91, fo 10, avril 1468.

168 ACA, BB 1, fo 61vo, 25 juin 1475.

169 ACA, CC 102, fo 20ro .

170 ACA, CC 85, fo 14vo, 22 mai 1465.

171 ACA, CC 91 à 95.

172 ACA, CC 92, fo 7, 1469.

173 ACA, CC 95, fo 10, 1472.

174 Future tour de l’Horloge.

175 ACA, CC 108, fo 18ro

176 Nous ignorons son métier. En 1458, Estienne Becdacier était « besson » (ACA, CC 120, fo 21vo, mars, avril et mai 1505).

177 ACA, CC 119, fo 19vo, 1504.

178 ACA, CC 106, fo 27vo, dernier jour de mai 1487.

179 ACA, CC 109, fo 20ro, 1494.

180 ACA, BB 1, fo 26ro, 22 septembre 1466.

181 Ibid., fo 40ro-vo, pénultième jour de septembre 1469 : « Ledit procureur du roy a dit aux dessusdits, que puis nagueres il a esté advisé que Peronelle La Royne a fait levé les posteaux d’une maison neufve qu’elle fait de present faire en la ville d’Amboise entre les maisons de Jean Morin et Jean Forget, et que l’un desdits posteaux qui est touchant de la maison dudit Forget estoit trop avant sur la rue et plus que n’est oit son posteau vieil qui a esté osté. Et a ceste cause Pierre Pelle a fait et formé un applegement contre ladite Perenelle, laquelle a ceste cause avoit cessé de faire lever ladite maison. Et partant, ladite Perrenelle a obtenu du roy, et de sa chancellerie, unes lettres de permission a ce qu’elle parachevast sadite maison. Lesquelles lectres elle a porté à monseigneur le bailly de ceste ville, ou a son lieutenant, lequel pour ce que partie de ceulx qui estoit adjournez a veoir, entreveoir lesdites lectres royaux, ne se comparurent point. »

182 Son fils ? ACA, CC 108, fo 11vo, 1491.

183 ACA, BB 1, fo 52ro, juin 1471.

184 ACA, CC 106, fo 4ro, février 1473 (n. st.).

185 ACA, BB 1, fo 55ro, février 1473 (n. st.).

186 ACA, CC 92, fo 4 : 1471-1472.

187 Guillaume Bourgeau, marchand, lui succédera dans la maison en 1490-1491. ACA, CC 108, fo 5vo, 1492-1493.

188 ACA, BB 1, fo 61vo, assemblée du 25 juin 1465.

189 ACA, CC 109, fo 6ro, 1493-1494.

190 ACA, CC 108, fos 10-18, 1491.

191 Étienne Hamon, Documents du minutier central des notaires de Paris, Art et architecture avant 1515, Archives nationales, Paris, 2008, p. 227.

192 ACA, CC 128, fos 46vo-47vo : « De Pierre Pineau, somellier ou lieu du deffunct messire Martin Leguenays, prêtre, et ou lieu de la veufve Jean Allaire, la somme de trente solz tournoys qu’il doit par chacun an de rente a ladicte ville a cause de deux places estant assize audits marays joignant l’une a l’autre qui de present n’est plus que une, en laquelle ledit Pineau a fait bastir joignant d’un long a la maison du deffunct Mathurin Romyon, que tient a present Estienne Rivery, somellier, d’autre long au jardin et tannerye Robin Chanyn dit Mérigot, d’un bout au jardain Jean Martineau, chapelain de Rochecorbon, d’autre bout au pavé de la rue. Pour ce 30 s. t. ». Durant les 1res années au cours desquelles les parcelles des marais furent louées, elles recevaient une numérotation. Les 2 parcelles correspondaient aux parcelles nos 4 et 5 côté « vent d’abas ». Par la suite la numérotation disparut mais la filiation entre les différents propriétaires toujours précisée ; ce qui permet d’affirmer que ce sont bien les parcelles nos 4 et 5 que Pierre Pineau acquit. Par ailleurs les parcelles des marais étant toutes de 4 toises de large côté rue, l’extrémité de l’hôtel Joyeuse situé à 24 m de l’extrémité de la rue sur le plan cadastral de 1808 correspond parfaitement avec la longueur des 3 parcelles précédant l’hôtel.

193 Pierre Garrigou-Grandchamp, Demeures médiévales, Paris 2008, p. 26. Catherine Arlaud, « Beaujeu (Rhône), 46 bis rue des Écharneaux », dans Cent maisons médiévales en France, Yves Esquieu et Jean-Marie Pesez (dir.), Paris, 1998, p. 338-341.

194 J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, op. cit., p. 130-133.

Table des illustrations

Légende Tableau 29 > Répartition des marchands à Amboise.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Tableau 31 > Renouvellement des maçons et des charpentiers.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Tableau 33 > Achats faits auprès des Amboisiens lors de l’ameublement en 1493-1494.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Tableau 34 > Salaires à la ville et au château de trois artisans.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8140/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search