Version classiqueVersion mobile

Amboise

 | 
Lucie Gaugain

Partie III. Amboise : une ville du second réseau urbain entre Moyen Âge et Renaissance

Chapitre 8. Un exemple de maîtrise d’ouvrage urbaine

Texte intégral

L’ÉVOLUTION DES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION DANS LES CHANTIERS DE LA VILLE

1Entre 1421 et 1525, l’étude individuelle des chantiers de la ville rend perceptible une évolution, sensible mais homogène, des techniques de construction. Qu’il s’agisse de l’enceinte, des ponts, des édifices publics ou d’ouvrages d’urbanisme, leur réalisation tend vers un choix plus rigoureux des matériaux, un outillage plus performant, une meilleure qualification de la main-d’œuvre et un souci esthétique accru. Évaluer sur un siècle dans quelle mesure se sont modifiés ces paramètres aboutit à distinguer trois grandes périodes : de 1421 à 1465 (antérieur aux chantiers de Louis XI), de 1465 à 1485 (les chantiers sous Louis XI) et de 1485 à 1525 (postérieur à Louis XI).

De 1421 à 1465

  • 1 Les maçons : Pierre Potier, Jean Felon, Jacquet De la Lande, Jean De la Bruyere, Guillaume Arrault, (...)
  • 2 Les manoeuvres : Estienne Lespiciere, Jean Caillau l’aisné, Jean Caillau le puisné, Jean Caillau le (...)
  • 3 B. Chevalier, Tours, ville royale…, op. cit., p. 590.
  • 4 ACA, CC 75.
  • 5 ACA, CC 78, fo 15vo.

2Si les finances de la ville augmentent à mesure que la royauté se fixe à Amboise le souci d’économie est toujours présent. Entre 1421 et 1465, 27 maçons œuvrent aux chantiers de la ville dont une vingtaine apparaît entre 1448 et 14651. Les 26 manœuvres et hommes de bras ne se décomptent qu’à partir de 14482. L’amplitude des salaires est conforme à celle observée à Tours à la même époque3. En 1449, lors du chantier de la brèche Cormeray4, les manœuvres touchent en moyenne 2 s. 6 d. t. par jour tandis que la rémunération des maçons varie entre 5 s. t. et 6 s. 3 d. t. Dans les comptes, la hiérarchie dénominative est faible ; seul Jean Quoquillart est nommé « maistre des euvres de la maçonnerie du pillier de la braye sur Loyre » de juillet à septembre 14525. L’étalonnement des salaires est significatif de leurs compétences.

  • 6 ACA, CC 75, fo 15ro, 15 septembre 1449.

3Durant cette période, les travaux se concentrent essentiellement sur l’entretien de l’enceinte et des ponts. Les techniques décrites pour la réparation des ponts sont parfaitement maîtrisées. Il s’agit là de techniques ancestrales, bien connues des Amboisiens qui ne font appel à aucun savoir extérieur. La ville est équipée d’un « engin à baptre les paux6 », ou mouton. Pour ce travail les ouvriers semblent polyvalents : charpentiers et manœuvres sont aidés de nautoniers qui manient les chalands. L’écopage des batardeaux est réalisé par les manœuvres au moyen de seaux. Éloquente, la terminologie est hiérarchisée : les maçons besognent, les manœuvres les servent.

  • 7 ACA, CC 191, (pièce non numérotée), 30 janvier 1448.
  • 8 ACA, CC 75, fo 20vo, 12 décembre 1449 : bien que proche de Fourchette, entre Pocé-sur-Cisse et Lime (...)
  • 9 ACA, CC 81, fo 12vo, 26 août 1457.
  • 10 ACA, CC 75, fo 13vo, 19 août 1449.
  • 11 ACA, CC 191, (pièce non numérotée).

4La modicité des chantiers de cette époque se lit aussi dans les faibles quantités de matériaux qui y sont employés. Les pierres sont commandées parcimonieusement, parfois à l’unité. En 14487, lors d’une réparation de ponts on n’engage pas moins de 4 personnes durant 197 journées pour récupérer, pendant que l’étiage est bas, les pierres des « argeaux » tombées dans l’eau. La pierre provient régulièrement des carrières de Tortecoue8, de La Maze, de Malvau ou encore du faubourg de la Porte Heurtault9 (fig. 35 CC). Les commandes les plus importantes de pierre de taille ont lieu en 1448-1449 : on achète à Macé De Verday, « maçon perrier », 120 grosses pierres de taille de la perrière de Tortecoue pour « les fondeurs des meurs de la bresche qui nagaires sont fenduz en la rue de la tour Cormeray10 » et 200 pierres de Malvau à Collete, veuve d’André Huet. En somme, les maçons choisissent des pierres de proximité, sans doute moins chères. Mais ils connaissent mal les pierres plus lointaines. En 1447, Jean Dupont et Jean Piedalu, tous deux maçons « furent commis a Tours pour […] visiter la perriere, savoir si on y trouverait de bonne pierre pour la reparacion des pons de Loire11 ».

  • 12 Sur la chaux : S. Büttner, A. Coutelas, C. Oberlin, B. Palazzo-Bertholon, D. Prigent et F. Suméra, (...)
  • 13 ACA, CC 79, fo 16vo : août 1455.

5Le sablon est tiré des grèves éphémères de la Loire et la chaux est prise à Lussault ou à Rillé-sur-Loire. Elle arrive sous forme de chaux vive et régulièrement manœuvres12, hommes de bras et parfois maçons sont payés pour « est eindre la chaux et faire le mortier13 ».

  • 14 ACA, CC 78, fo 29ro, 1452 ; CC 82, fo 11ro, mars et avril 1458.
  • 15 Id.
  • 16 ACA, CC 78, fos 30vo-31ro, 1452.
  • 17 ACA, CC 191, (pièce non numérotée), 28 octobre 1448.
  • 18 ACA, CC 193, (pièce non numérotée), 18 octobre 1464 et CC 84 fo 14vo.

6Le fer, usité même en temps de sobriété budgétaires, sert à renforcer les piliers de pierre mais aussi les pieux des piles de bois (chapeau, anneau, lien, cheville…14). Les clous achetés au marchand sont rarement signalés15, contrairement aux crampons, scellés au plomb, servant à lier les pierres entre elles. Le poids unitaire d’un crampon, très variable, demeure inconnu mais on sait que 490 livres de fer forgé en crampons nécessitent 350 livres de plomb pour être posées16. Comme les autres matériaux, le fer est récupéré autant que possible et refondu17. Dans les années 1450, on compte 4 maréchaux dans la ville. Chaque année, ils livrent aux chantiers entre 300 et 600 pointes de marteaux, ce qui témoigne d’une activité constructrice intense. De plus, des maillets de bois d’ormeau sont régulièrement remplacés pour restaurer les maçonneries ou travailler au « batey » et servent à ajuster les palissades et les parements déjà dressés sans les endommager18.

7La serrurerie des portes de la ville représente un des postes de dépense importants. Entre 1421 et 1465, 3 serruriers sont installés à Amboise. Leur ouvrage, ne concernant que les ferrures et les serrures, se distingue clairement de celui des maréchaux qui fournissent l’ensemble des outils et des pièces métalliques nécessaires aux édifices : pointes de marteaux, chevilles, liens, chapeaux, crampons, fer de pieux et anneaux.

  • 19 Jean Fouchart, Guillaume Fouchart, Bricet Desmyer, Jean Anemat, Jean Salleau, Florentin Guidoyn, Es (...)
  • 20 ACA, CC 82, fo 12vo, 1458.
  • 21 Philippe Bernardi constate qu’à Aix-en-Provence la distinction entre les menuisiers et les charpent (...)
  • 22 ACA, CC 85, fo 11vo, avril 1465.
  • 23 ACA, CC 83, fo 15ro, avril 1464.

8Les charpentiers travaillent la plupart du temps à la tâche, et leur salaire journalier est mal déterminé. On retrouve indifféremment 8 charpentiers sur les chantiers principalement occupés, eux-aussi, aux réparations des ponts, des portes ou des garde-portes19. Ils réalisent les échafaudages, au moyen de claies de bois20, de divers bois carrés et de planches. Les voûtes sont quant à elles construites sur des cintres qu’ils fabriquent. Les charpentiers se chargent de fournir le bois. Les termes de « boys de repartaige » ou de « seaige » expriment le débitage des quartiers et planches (« aie »). Mais entre 1421 et 1465, on ne rencontre pas de scieur de long. La division des tâches entre charpentiers et menuisiers est moins nette que pour les métiers du fer21. Les 3 menuisiers − Estienne Dupuy, Estienne Barrier et Guillot Barrier − fournissent les meubles (tables, dressoirs22), les portes d’intérieur, mais aussi des planches utilisées aux réparations des ponts23.

9Durant cette période, les travaux de pavage sont réalisés par Regnault Pean, paveur demeurant à Amboise, et occasionnellement par Mathieu Pantz. Acheminé de Rochecorbon par sentine, le pavé est livré au port de Loire.

10Enfin, pour le transport des matériaux, les manœuvres disposent sur les chantiers de plusieurs « civieres a braz » ou « rouleresses » et d’un « charonneau ». Tandis que les premières sont des sortes de brancards portés à bout de bras ou équipés de deux roues telle une brouette, le second doit plutôt ressembler à une charrette à main avec quatre roues. Les contenances ne peuvent pas être estimées. Les tombereaux sont aussi en usage. Attelés à un unique cheval − et exceptionnellement à deux −, ils permettent de manœuvrer et de décharger aisément (fig. 95). Enfin, les charrois servent sur les distances importantes relayant les voitures par eau.

De 1465 à 1485

11La rupture entre la période 1465-1485 et celle qui la précède n’est évidemment pas tranchée mais, à partir de l’année 1465, les chantiers de fortification s’intensifient et la dynamique constructive de la ville en est révolutionnée. On multiplie les barrières aux portes de la ville que l’on consolide de divers renforts (barres, serrures, chaînes, contreportes…), on élève des guettes sur les murs (« logetes ») ainsi que des boulevards à l’entrée des portes et l’on ménage des degrés pour accéder aux murs. Les travaux des ponts ne sont pas complètement abandonnés pour autant, mais ils ne constituent plus la préoccupation première des Amboisiens qui mettent leurs savoirs et leurs techniques au service des volontés royales. Cependant, les techniques, tout comme les matériaux employés ne varient pas avant 1467 où, pour la première fois, la ville est autorisée à prendre :

  • 24 ACA, CC 87, fos 12vo-13ro, 18 août 1467.

47 pierres de Veretz […] ou chastel dudit Amboise qui appartenoient au maistre des euvres et lesquelles ont est é mises a faire le mur neuf […] darriere la maison Philipoin Duboys, seigneur des Appentiz, sur la Masse.24

  • 25 Ibid., fo 24vo, 16 décembre 1467.
  • 26 ACA, AA 91, 13 août 1465. Et AA 1, 25 août 1476.
  • 27 ACA, CC 102, fo 28vo, 1480.
  • 28 ACA, CC 104, fos 29vo-30ro, 6 novembre 1482.

12C’est alors qu’un rapprochement s’opère entre les chantiers de la ville et ceux du château. Au mois de décembre 1465, Jean Gandion le jeune, marchand, fournit plusieurs sortes de clous ; notamment des clous de Gien qui n’apparaissent pas auparavant dans les comptes et dont une partie est envoyée au château25. Est-ce une commande ? Un échange de bons procédés ? En réalité, à partir de cette date, Louis XI impose un gouverneur puis un capitaine à la ville26, Raoulin Cauchinart, qui assure le lien entre le château et la ville. Il n’est pas systématiquement nommé, mais on lit souvent que les tâches sont effectuées « par ordre du cappitaine ». À plusieurs reprises, il impose aux édiles de s’occuper de menus travaux au château27. Plus tard en 1482, les réparations du « pont de la poterne du chastel28 » − future porte des Lions – sont prises en charge par la ville, tout comme l’évacuation des déblais provenant des travaux du château.

  • 29 ACA, CC 91, fo 17vo, janvier 1469.

13À partir de 1470, la ville reprend les réparations des ponts qui, depuis 1465, étaient quelque peu sacrifiées au profit des travaux de fortification. Les techniques demeuraient inchangées. Entre 1465 et 1470, exception faite des garde-portes couvertes de tuiles29, aucune construction neuve ne voit le jour. Les principales commandes de matériaux pour réparer les ouvrages urbains intéressent la chaux et le bois sous toutes ses formes : bois carré, planches (« aies », « limendes »), bois sciés (« de seaige ») et de quartier (« de repartaige »), pieux plus ou moins grands (« pichons » et « paulx »), traînes.

  • 30 ACA, CC 93, fo 19ro, janvier 1471.
  • 31 Ibid., fo 16ro, novembre 1471.
  • 32 Ibid., fo 16vo, 14 décembre 1471.
  • 33 ACA, BB 1, fo 11ro, 6 décembre 1471 : « Sur ce que a esté mis en deliberacion par les esleuz d’icel (...)

14En 1471, pour la première fois, les comptes rapportent l’achat d’une tarière pour passer des liens entre les pieux de bois d’un « argeau30 ». La même année, on achète des pierres de Lussault et de Véretz mais en faible quantité, quelques pièces seulement31. Les petites carrières précédemment citées ne sont plus exploitées, à l’exception de celle de Malvau d’où l’on tire toujours du moellon. Outre les réparations d’entretien, les travaux semblent s’orienter vers la recherche de plus d’agrément : on refait les cheminées des garde-portes ou les chambres des portes de la ville. Cette même année, une commande non négligeable de 1 200 briques est passée auprès de Jean Stephe, briquetier de Chargé32. La brique ne semble pas avoir été introduite à Amboise avant 1471. On sait néanmoins, qu’en 1461, à la suite de l’incendie de deux maisons, la ville interdit le chaume pour les couvertures des maisons33 ; sans doute, cette mesure, qui se répand dans la plupart des villes du Val de Loire, favorise-t-elle l’essor des tuiles qui sont produites par les briquetiers. En outre, le goût de Louis XI puis de Charles VIII pour la brique dut également influencer les choix des constructeurs. Les maçons qui besognent aux cheminées de brique des garde-portes sont ceux qui travaillent d’ordinaire aux ponts, aux puits et à tous les travaux de la ville. Ont-ils reçu une formation particulière pour ce matériau nouveau ? Nous l’ignorons.

  • 34 ACA, CC 93, fos 22vo-23ro, 1471.
  • 35 ACA, CC 94, fo 9vo, 23 juin 1472.
  • 36 ACA, CC 94 bis, fo 4ro, dernier jour de janvier 1468 (n. st.).
  • 37 Ibid., fo 10ro, 21 août 1472.

15C’est également en 1471 que les puits du Carroir et du Petit Fort reçoivent leur couverture d’ardoises, pavillon, épi de plomb et autres décors34. Les pierres désormais achetées en quantité, « au cent de quartiers », proviennent de la perrière du Haut-Lussault. En 1472, la pierre de Saumur fait son apparition sur les chantiers35. Les comptabilités distinguent même la pierre de Saumur ordinaire de celle du « grant coing dudit Saumeur36 ». La pierre de Limeray, carrière pourtant très proche, devient courante sur les chantiers alors qu’elle y est très rare auparavant. On commande toujours de la chaux à Rillé-sur-Loire, mais les chaufourniers d’Onzain remplacent ceux de Lussault37.

  • 38 ACA, CC 100, fo 15ro.
  • 39 ACA, CC 101, fo 13vo.

16La fin de la période couverte par la double décennie 1465-1485 est marquée par la construction des halles et du portail sur le Port. Si l’édification des halles, en 1480, ne semble pas correspondre à celle d’un ouvrage d’art, celle du portail du Port, en 1479, s’en rapproche davantage. C’est le capitaine de la ville qui passe les marchés avec un maçon d’Amboise, Jeannot Le Pelletier, et avec Henri De Montrichart, habitant les faubourgs de la ville38. Conjointement à la pierre de taille de Saumur, la pierre de Saint-Aignan est commandée pour la première fois. Dans cette pierre à grain très fin, on sculpte « les armes du roy a deux angelotz qui les tiennent et ung larmier par dessus en une belle pierre de Saint Aignan39 ».

17Deux hypothèses pourraient expliquer la diversification des sources d’approvisionnement. La première serait d’imaginer que la ville commande les matériaux plus ou moins conjointement à ceux achetés pour les travaux du château, mais aucun élément dans les archives ne le laisse entendre. La seconde, plus probable, voudrait que la ville enrichie souhaite commander la même pierre que celle adoptée au château. Les belles pierres sont d’ailleurs employées aux abords de celui-ci, à l’entrée de la ville. Cette recherche ostentatoire est en outre corroborée par la décoration des puits, contemporaine de ces commandes.

  • 40 ACA, CC 95, fo 17ro, septembre 1472.
  • 41 Le truffeau est un type de dame pour tasser la terre.
  • 42 Ibid., fo 18ro-vo, 20 octobre 1472.
  • 43 Ibid., fo 20ro, 27 novembre 1472.
  • 44 ACA, CC 96, fo 16vo, 12 octobre 1473.

18Soit que le matériel se soit modernisé en 1472, soit que les achats ne soient pas assez détaillés dans les comptes précédents, il semble que la ville ne s’outille qu’en cette année 1472. Les vieilles civières sont remplacées par des neuves comme à l’habitude, car depuis les années 1463, la ville pour évacuer les déblais du château en consomme au moins 3 à 5 par an, sans compter celles qui une fois réparées restent en usage. Les nouveaux équipements des ouvriers consistent en un contenant pour le transport du mortier (« oyseau40 »), 2 grandes tarières, 3 « truffeaux41 » « pour servir a adouber la terre des est anches du pillier de la braye », 1 vieille salade pour fondre le plomb − sans doute un vieux casque remployé −, 1 cuillère, 1 gros couteau « pour coupper le plomb » et enfin42, au mois de juillet 1472, 12 paires de gants qui servent « aux maçons qui besongnoient a refaire le pillier de la braye desdits ponts pour plus surement mectre les mains dedans le mortier43 ». À partir de cette année là, l’usage des gants devient régulier ; l’année suivante on en commande encore 21 paires44. L’achat de pelles de bois n’atteint pas celui des 76 pièces de l’année 1464, acquises lorsqu’il fallut creuser les douves côté Loire, mais on en négocie 12.

  • 45 ACA, CC 95, fo 21ro ; décembre 1472. Et CC 198, pièce 25, 16 août 1485.
  • 46 Cédric Roms, « L’extraction de la pierre de Tonnerre (Yonne) : l’exemple de la cave noire », dans l (...)
  • 47 ACA, CC 95, fo 21ro, 4 décembre 1472.

19En cette même année 1472, on emploie l’acier et non plus le fer pour « asserer les marteaux et les picques des maçons45 ». L’acier devait être fixé sur l’outil par cémentation, comme certains chercheurs l’ont avancé46. Une commande conjointe de pics et de marteaux précise qu’ils sont destinés aux maçons qui « ont besongnés tant a derompre ledit pillier que a reffaire iceluy47 ». Ainsi, à Amboise, le marteau désigne un marteau taillant et le « picque » une lourde pioche servant à rompre les maçonneries vetustes.

  • 48 Les maçons : Jean Hameau, Laurens Maillart, Denis Chainguy, Mathelin Bessin, Jean De la Bruyere, Gu (...)

20Enfin, on observe qu’à partir de l’année 1473, le nombre et la qualification des ouvriers augmentent et que les maîtres-maçons sont beaucoup plus nombreux. Durant cette période, sur un réservoir de 31 maçons, une dizaine travaille en permanence pour la ville48.

  • 49 ACA, CC 96, fo 12vo, 22 août 1473.
  • 50 Ibid., fo 13ro, 22 août 1473.
  • 51 ACA, CC 96, fos 12-13.
  • 52 Les manœuvres : Mathelin Pelletier, Michau Pelletier, Jean Chapeau, Phillipon Marrant, Jean Gasnier (...)
  • 53 ACA, CC 96, fo 22ro, janvier 1473.
  • 54 A. Salamagne, Construire au Moyen Âge…, op. cit., p. 114.
  • 55 ACA, CC 96, fo 22vo, janvier 1473.
  • 56 Pierre-Yves Le Pogam et Philippe Plagnieux, « Les maîtres des œuvres de maçonnerie de la ville de P (...)
  • 57 ACA, CC 96, fo 22vo, janvier 1473.
  • 58 P. Bernardi, Métiers du bâtiment…, op. cit., p. 28. Et É. Hamon, Un chantier flamboyant…, op. cit.,(...)

21Si les simples maçons touchent entre 2 s. 1 d. t. – sans doute les apprentis – et 5 s. t., André Lores, maître-maçon, est quant à lui rétribué à hauteur de 5 s. 5 d. t. par jour, ce qui se trouve dans les salaires moyens des chantiers de la fin du Moyen Âge. Le salaire dépend du rôle de chacun sur le chantier, étalonnant compétences et responsabilités. André Lores, cité comme demeurant à Amboise49, travaille comme les autres « a reparer les pilliers des ponts de pierre de la vieille Loire50 ». À ses côtés, se tient une douzaine de maçons − dont Martin Chambiges en août et septembre 147351 − et 9 manœuvres52 ; il n’est toutefois pas toujours qualifié de maître-maçon. C’est en tant que simple maçon qu’il livre des matériaux − perches, bois pour échafauder, pierres − en janvier 1474 (n. st.) et qu’il réalise une canonnière à la porte Galaffre53. À Douai, l’œuvre de taille proprement dite est exécutée par des spécialistes, par exemple, Heluart Cauflan passe un marché pour réaliser exclusivement les « rayeres » et canonnières54. Une des tâches qui incombe systématiquement à André Lores est la taille des gargouilles évacuant les eaux des ponts55. On reconnaît là l’un des traits des maîtres-maçons de la fin du Moyen Âge. À Paris, « les maîtres des œuvres sont choisis parmi les tailleurs de pierre les plus doués et les plus spécialisés56 ». Pour ce travail, André Lorès œuvre à la journée, avec un apprenti désigné comme « son homme ». Ils reçoivent un salaire commun, inférieur à celui qu’il touche lorsqu’il est maître-maçon : 4 s. 4 d. t57. Le statut des ouvriers qui sont secondés par leur « varlet », leur « homme » ou leur « serviteur » n’est guère encore cerné sur les chantiers médiévaux58. Sont-ils, en réalité, des maîtres ayant un apprenti sous leurs ordres, même s’ils ne sont pas nommés en tant que tels ? Dès les premières années des comptes de la ville, certains ouvriers − maçons, charpentiers, serruriers − travaillent en compagnonnage ce qui, de fait, augmenterait considérablement le nombre de maîtres-ouvriers à Amboise.

  • 59 ACA, CC 96, fo 18vo, 2 décembre 1473. Et CC 103, fo 20vo, 11 octobre 1481.
  • 60 ACA, CC 99, fo 17vo, 26 septembre 1473.
  • 61 ACA, CC 100, fo 18vo, 26 janvier 1478 (n. st.).
  • 62 ACA, CC 193, (pièce non numérotée), août 1464 : « Pour dix neuf journees qu’ilz ont esté a cercher (...)

22Au Moyen Âge, le cœur de vie de tout chantier, est la loge des maçons. À Amboise, il n’en est jamais question. Ils s’affairent sur les grèves où l’atelier est monté59. À Gisors, les maîtres-maçons travaillent souvent l’hiver dans leur atelier personnel, mais aucun élément ne fait allusion à une telle organisation à Amboise. Les divers locaux − tours Féalan, Cormeray, chambres des halles, petites maisons ou nonnerie60, etc. − où l’on met « les besongnes de la ville » jouent un rôle d’entrepôt ne serait-ce que pour les outils61. Notons aussi que souvent des pierres taillées sont stockées dans les fossés de la ville ou le long des murailles et il n’est pas rare de rencontrer un manœuvre chargé de déblayer des pierres sous un tas de « terriers62 ». En raison d’un climat particulièrement favorable, les chantiers ne connaissent pas vraiment de temps d’arrêt et seul le mois de février est un peu plus creux.

  • 63 Les charpentiers : André Regatier, Macé Juignet, Guillaume Juignet, Jean Juignet, Denis Renart, Jea (...)

23Sur 27 charpentiers que comptent la ville durant cette période, seuls 5 étaient déjà en activité durant le période précédente63. En 1477, Estienne Lostellier, unique charpentier à recevoir le titre de maître, apparaît pour la première fois dans les comptes et l’on peut penser qu’il vient de s’installer à Amboise. Cependant, Jean Fouchart et Jean Anemat régissaient tous les chantiers depuis les années 1440 et il y a tout lieu de croire qu’ils opéraient déjà en tant que maîtres-charpentiers. La filiation entre un charpentier et son apprenti transparaît clairement dans les comptes. En janvier 1471 (n. st.), Jean Boutet est désigné comme « varlet apprentiz » de Jean Fouchart et en 1477, il travaille en tant que charpentier indépendant. Bricet Desmyer, ancien valet de Jean Fouchart, ou Estienne Lostellier opèrent aussi avec leur « varlet » dont le nom n’est pas toujours précisé ; Le Noir est cité par exemple.

De 1485 à 1525

  • 64 ACA, CC 106.
  • 65 É. Hamon, Un chantier flamboyant…, op. cit., 2008, p. 298.

24L’année 1485 correspond au début du chantier de la maison de ville. Durant la période 1485-1525, les techniques et l’outillage précédents restent en usage. La nouveauté vient de l’ampleur que prennent les chantiers tels que celui de cette maison qui abrite aussi le grenier à sel (1485-148764), de l’aménagement des marais (1489-1490), de la tour du Pont (1494-1495) ou encore de la tour de l’Horloge (1495-1498). La ville d’Amboise est alors capable de mener en continu, et parfois de front, ces chantiers, sans oublier ceux des ponts dont le rythme est même intensifié. Pour Étienne Hamon, « cette continuité du travail est le propre des grands chantiers de construction, et ce depuis le XIIIe siècle65 ». Extraits des comptes de la ville, les quantités de matériaux achetés, les outils employés ainsi que la qualification des ouvriers et les rapports qu’ils entretiennent avec les chantiers du château traduisent l’envergure et la qualité des travaux entrepris par la ville qui se transforme alors en un immense chantier.

  • 66 ACA, CC 106, fo 30ro.
  • 67 ACA, CC 108, fo 32vo : « Pour le nombre de cinquante ancez de despessay et de briz de tieulle […] p (...)
  • 68 Sur le tuileau : S. Büttner, A. Coutelas, C. Oberlin, B. Palazzo-Bertholon, D. Prigent et F. Suméra (...)
  • 69 ACA, CC 112, fo 25vo.

25Pour la seule année 1489, 275 pointes de marteaux sont fabriquées uniquement pour l’entretien des grands ponts de pierre, contre 300 pointes en dix ans durant la première période (1421-1465). Les quartiers de pierre de Bourré apparaissent sur les chantiers et la pierre de Saumur n’est pas pour autant délaissée. Comme au château, chaque pierre est attribuée à un usage bien défini : la pierre de Beaulieu aux marches d’escalier, la pierre de Bourré aux parements, la pierre de Saint-Aignan aux éléments moulurés ou sculptés, tels que les cheminées et les linteaux, et la pierre de Limeray aux corbeaux. L’esthétique prend aussi de l’importance. En janvier 1488 (n. st.), on fait appel à Anthoine Briant66, « paintre et faiseur d’ymaiges », pour orner la maison de ville. À partir de 1489, les ponts sont couramment réparés au ciment67. Sur la foi d’une livraison de Jean Perthuys, le ciment était un mortier à base de bris de tuile68. Cette nouvelle technique découle sans doute de l’usage de plus en plus répandu de la tuile et de la brique. La commande de briques la plus importante intéresse la restauration de la tour du Pont en 1493. Le choix de construire l’édifice en partie en brique confère à l’esthétique du monument une éloquence particulière qui renvoie immédiatement à sa filiation avec le château royal, d’autant que l’on appose les armes du roi au-dessus de la porte en août 149769.

  • 70 ACA, CC 110, 1495 : les maçons : Mathurin Riviere, Estienne Baudoyn, Jean De Venes, Guyon De Guymen (...)

26Dès le début du chantier en 1495, la tour de l’Horloge reçoit pour maître-maçon Berthelot Crestien70. Comme pour André Lorès son titre n’est pas permanent et son salaire est à peine plus élevé que ceux des autres maçons : 4 s. 7 d. t. par jour, contre 4 s. 2 d. pour Mathurin Riviere et Michau Cheze, 3 s. 9 d. pour Estienne Baudoyn et 3 s. 4 d. pour Jean Bongars.

  • 71 ACA, CC 110, fo 38ro, juin 1495-janvier 1496 (n. st.).
  • 72 FSL, Compte 1495-1496, fo 70vo.

27C’est sur le chantier de la tour de l’Horloge que l’on rencontre pour la première fois des gabarits pour les moulures appelés « moulles […] pour servir aux maçons71 ». Ce chantier mérite d’être rapproché, de celui du château car à l’automne 1495, au cours du 1er rôle, Berthelon Christien est payé pour « avoir taillé en tache deux toises et demye et deux piedz de pavé plat72 ». Les chantiers de la ville bénéficient donc des apports techniques et méthodologiques de l’activité du château, car les 3 maîtres-maçons en charge du chantier du château interviennent tous dans cette période sur les différents chantiers de la ville (cf. p. 241).

  • 73 ACA, CC 111, fo 31ro, 1496.
  • 74 FSL, Compte 1495-1496, fo 74ro.

28Les chantiers de charpenterie s’organisent selon le même schéma. En 1496, lors d’une réparation sur les grands ponts de bois, les 7 charpentiers travaillent « soubz la charge desdits Rousseau et Tri[n]queau73 ». La même année, Robin Rousseau œuvre au château en « ayant la charge et conduicte » des ouvrages de charpenterie avec Pierre Bryant74.

  • 75 ACA, CC 82, fo 12vo.
  • 76 ACA, CC 116, fo 32vo.
  • 77 Mathurin Lostellier, Robin Rousseau, Anthoine Laurens et Macé Juignet, tous maîtres-charpentiers ; (...)
  • 78 Loys Amangeart, Pierre Martin, Gacian Fordebraz et Gerosme Patherot, maîtres-maçons ; Guillaume Bou (...)
  • 79 Jean Gaultier, Guillaume Mapeton, Rolland Mondain, Jean Bigot, Estienne Petit, Pierre Poupault, Jea (...)

29Au tournant du XVIe siècle, la rédaction des comptes de la ville se modifie. Elle s’apparente alors à celle du compte du château de 1495-1496, où les salaires sont regroupés par profession. Cette nouvelle manière de présenter les comptabilités traduit en réalité une spécialisation de la main-d’œuvre. Aussi voit-on apparaître un « bapteur de paulx et pichons », un manœuvre spécialisé dans cette tâche qui auparavant est assurée par les manœuvres, les nautoniers et surtout par tous ceux qui savent se servir du mouton. Alors qu’en 1458, Jean Leguenays, nautonier, et à l’occasion manœuvre, effectue cette tâche75, en 1501, on fait appel à un spécialiste, Jean Lucas, qui enfonce entre août et septembre 399 « paulx ou pichons76 » dans un « argeau ». Les effectifs de chacune des professions aux alentours de 1495-1510 sont plus parlants pour évaluer l’ampleur qu’ont pris les chantiers de la ville. On décompte ainsi sur 15 ans 43 charpentiers77, 36 maçons78 et plus de 10 « perriers » travaillant à Amboise régulièrement. Chaque année, les chantiers de la ville embauchent un minimum de 15 maçons et autant de charpentiers. Les manœuvres constituent une main-d’œuvre moins fidèle ; seule une quarantaine d’entre eux se retrouvent fréquemment dans les comptes79.

30Par ailleurs, certains corps de métier comptent toujours peu de représentants, tels les menuisiers au nombre de 3, les serruriers 4, les maréchaux 3 et les paveurs 3 également. Dans cette dernière période, apparaît à Amboise un cloutier, Pierre Hardion, qui toutefois ne peut se substituer aux marchands pour répondre seul à la demande.

POLITIQUE CONSTRUCTIVE ET FINANCEMENT DES CHANTIERS URBAINS

31Au-delà des connaissances propres aux techniques de construction, les comptabilités d’Amboise permettent de concevoir le rôle que joua l’installation de la cour dans l’enrichissement et le développement de la petite ville ligérienne. Si en 1421, la mise en place d’une administration et d’un conseil de ville est sans doute liée à l’obligation de gérer au mieux les travaux de défense de la ville face à la menace de la guerre de Cent Ans en Touraine, on peut supposer que l’amélioration de la gestion des deniers communs et les choix de construction soient dictés, dès 1465, par Louis XI, en particulier au moment de la guerre du Bien public.

  • 80 S’il convient de rester prudent puisque certains habitants possèdent leur propre clos de vigne et é (...)

32Les courbes des recettes et des dépenses de la ville figurant sur le graphique s’expliquent en grande partie par les faits historiques qui marquèrent Amboise et les chantiers qu’elle entreprit (fig. 36 CC). Entre 1421 et 1465, les comptes de la ville sont lacunaires ; on constate cependant, qu’au cours du premier compte qui couvre la période 1421-1436, la recette s’élève à 600 ℓ. t. et les dépenses propres à l’entretien de l’enceinte et des ponts atteignent environ 290 ℓ. t. Puis, jusqu’en 1465, la ville dispose annuellement d’environ 350 ℓ. t. Le principal revenu provient de l’apetissement du vin qui est proportionnel à l’importance de la population. Aussi, la courbe de cet impôt nous donne-t-elle indirectement une idée assez juste de l’augmentation de la population à Amboise entre 1421 et 152380 (cf. courbe jaune).

  • 81 Bernard Chevalier, « La rénovation de l’enceinte de Tours dans la seconde moitié du XVe siècle : re (...)
  • 82 Le registre de délibérations commence en 1451. Sans pouvoir prouver qu’il s’agit bien du 1er regist (...)
  • 83 ACA, CC 88, fo1ro, 1468.

33En 1465, se manifeste dans le registre de délibération de la ville la volonté de Louis XI de renforcer l’enceinte urbaine. On peut donc considérer qu’avant cette date le coût de revient moyen de l’enceinte et des ponts correspond à la quasi-totalité des dépenses en « euvres et reparacions » de la ville, soit, en moyenne, à 250 ℓ. t. par an, dont la moitié est affectée aux seuls ponts. D’ailleurs, même après 1465 et jusqu’en 1525, date à laquelle s’arrête notre étude des comptabilités, la ville ne dépense jamais moins de 150 ℓ. t. par an pour maintenir en état ses murs et ses ponts ; de façon habituelle, 50 à 70 % du budget de la ville y sont consacrés. En 1470, répondant aux directives de fortification formulées par Louis XI, la ville de Tours dépense 3 794 ℓ. t. pour édifier deux nouvelles tours81. Avec un budget aussi restreint, la ville royale d’Amboise supporte avec peine le parallèle. De plus, sa position est à la fois paradoxale et délicate, il s’agit de complaire au roi sans mettre en péril la pérennité des ponts qui demandent un entretien assidu. En 1463, Louis XI enjoint à la ville de débarrasser les déblais issus des travaux du château et de faire un « batey » le long de la Loire. Cette mesure reçoit l’approbation du conseil de ville et l’on fait une belle allée sur le « batey ». Il en est tout autrement en 1465 ; les délibérations de la ville témoignent de l’embarras dans lequel se trouvent les élus quand il faut se procurer les fonds nécessaires à la construction des boulevards imposés par Louis XI. Le problème est double car la ville n’en a pas les moyens et qu’en outre parmi les 4 boulevards, celui du Petit Fort, qui ne dépend pas de la ville, a une place des plus stratégiques. Situé le long du flanc septentrional du château et défendant la tête des ponts de Loire mais fortifié aux frais de ses habitants82, il n’est pas envisageable de renoncer à renforcer les accès du Petit Fort : la « porte devers Chargé » doit être devancée d’un boulevard. La ville a donc recours, à hauteur de 216 ℓ. t., « a certains empruncts fais sur lesdits habitans pour mectre et emploier es reparacions de ladicte ville83 ». En 1469, la ville et le Petit Fort sont définitivement réunis ; cette fusion semble être menée de leur propre initiative ; l’intervention du roi dans cette démarche n’est jamais évoquée mais la seule exigence royale au sujet des boulevards fait sans doute prendre conscience aux édiles combien il est incommode de gérer séparément deux entités complémentaires et indissociables l’une de l’autre.

  • 84 B. Chevalier, « La rénovation de l’enceinte… », op. cit., p. 75-82.

34Si les instructions du roi sont parfois tout juste à la portée financière de la ville, il ne semble pourtant pas que les édiles sacrifient un quelconque projet aux volontés royales. Non pas qu’ils aient un avis divergent de celui du roi − comme à Tours − mais plutôt par manque de connaissances en matière de défense. À Tours, lors du chantier de rénovation de l’enceinte autour de 1470, alors que le roi recommande une mise en défense moderne faite de boulevards et de fossés larges et profonds, les deux tours que fait élever la ville correspondent mieux à l’image que l’on se fait d’une bonne ville close84. Si la ville d’Amboise accepte d’assumer certains travaux de fortification, elle passe néanmoins outre les admonestations royales en n’observant pas réellement les tours de garde imposés par le roi qui avait pourtant avisé la ville :

  • 85 ACA, CC 92. Publié dans C. Chevalier, Inventaire Analytique…, op. cit., p. 329-332.

De contraindre et faire contraindre tous et chacuns les nobles de ladicte chastellenie d’Amboise et autres manans et habitans des dites ville, chastel et chastellenie, tant gens d’église que aultres, a eulx mectre sus et en armes au mieulx que possible leur sera, et a faire lesdits guets et garde esdites ville et chastel.85

  • 86 Id.
  • 87 ACA, CC 96. Publié dans C. Chevalier, Inventaire Analytique…, op. cit., p. 336-337.

35La ville ne rémunère qu’un « eschauguet » et aucun guet n’est évoqué. L’essentiel de la surveillance et du guet est en réalité assuré par 20 hommes d’armes que le roi fait installer au château, dès août 146586. Cette même année, la reine, provisoirement établie au château, doit d’ailleurs partir incontinent car sa cohabitation dans le donjon avec « Jean Gresleul, capitaine des francs archiers de Touraine » et les francs archers eux-mêmes n’est pas envisageable87.

36L’année 1469 est marquée par l’installation définitive de la reine et de ses enfants à Amboise ainsi que par la sommation de Louis XI d’édifier une nouvelle église en ville afin de ménager la collégiale Saint-Florentin du château à l’usage des chanoines et de la famille royale. S’étalant sur une trentaine d’années, le chantier de l’église Neuve ne semble pas avoir été la priorité de la ville. Elle n’investit que peu de fonds dans cette entreprise qui est financée, durant 4 ans par les deniers gagnés sur la crue de 5 d. t. levé sur chaque minot de sel vendu dans le royaume.

  • 88 Itinéraire publié par Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI roi de France, tomes I (...)

37En 1469, on constate l’accroissement fulgurant des recettes de la ville qui dépassent pour la première fois 700 ℓ. t. En 1468, Louis XI séjourne environ 53 jours à Amboise, alors que les années précédentes, d’après les différentes mentions relevés dans les comptabilités et dans ses échanges épistolaires88, le roi accordait tout au plus 34 jours par an à son château qui, il est vrai, était en travaux. En 1469, le roi demeure environ 105 journées à Amboise, en 1470, à peu près 143 journées et, en 1471, un minimum de 41. Les deux années suivantes, il vient 41 et 46 jours, puis ses séjours se raréfient jusqu’en 1482 et 1483, époque des négociations du mariage du dauphin avec Marguerite d’Autriche, où il y passe 4 jours (tableau 27).

Années

Nombres de jours où le roi fut à Amboise

1461

24

1462

34

1463

16

1464

6

1465

2

1466

0

1467

3

1468

53

1469

105

1470

143

1471

41

1472

41

1473

46

1474

0

1475

0

1476

0

1477

0

1478

0

1479

0

1480

0

1481

0

1482

4

Tableau 27 > Présence de Louis XI à Amboise.

38Entre 1470 et 1482, les comptes de la ville affichent néanmoins pour les années les moins fructueuses, une recette minimum de 350 ℓ. t. Les faits historiques ne permettent pas d’élucider systématiquement les pics ou les chutes de la courbe des recettes de la ville : 1475 est une très bonne année avec plus de 800 ℓ. t. de recette, alors qu’en 1478, les recettes retombent à tout juste 350 ℓ. t. Le graphique 36 CC met par ailleurs en évidence l’adéquation entre la courbe des recettes totales (cf. courbe bleue), de l’apetissement (cf. courbe jaune), des dépenses totales (cf. courbe rouge) et des dépenses consacrés aux œuvres et réparations (cf. courbe orange) qui traduit la bonne gestion des deniers amboisiens. Au cours de cette décennie, la ville n’arbore qu’un seul édifice ouvragé qui reste le puits du Petit Fort. L’année 1479 marque un nouveau tournant dans la gestion des finances de la ville. Le capitaine de la ville, Raoulin Cauchinart, exerce son pouvoir avec autorité. Il impose de prime abord la construction de halles, qui sont symboliquement placées à la liaison de la ville et du Petit Fort comme pour sceller définitivement leur alliance et mettre en valeur, aux abords du château, la santé économique de la cité. Les chantiers du capitaine se poursuivent par la construction du portail sur le port édifié juste à côté de l’entrée principale de la ville et de la tête de pont. L’entreprise est d’autant plus symbolique que les armes du roi sont apposées au-dessus de la porte.

  • 89 Monique Chatenet a établi dans son étude sur La cour de France au XVIe siècle, architecture et soci (...)
  • 90 D. Le Fur, Charles VIII, op. cit., p. 49 et 437.
  • 91 ACA, CC 108, fos 10ro-14vo.

39Avec l’avènement de Charles VIII en 1483, les chantiers de la ville se développent encore. Si le roi n’habite pas en permanence à Amboise89, la jeune princesse Marguerite y demeure dès le 18 mai 1483 en vue de leurs fiançailles prévues le 22 juin90 et jusqu’en 1491. Entre 1491 et 1494, Anne de Bretagne y vient de manière épisodique et, entre 1492 et 1495, le dauphin Charles-Orland y est jalousement gardé. Les finances de la ville affichent alors une santé encore jamais égalée. Mais, dans les comptes, l’ordonnance du capitaine pour faire édifier un ouvrage urbain n’est plus énoncée aussi formellement que sous Louis XI ; les édiles semblent jouir d’une liberté plus grande. Jusqu’en 1500, les recettes ne sont jamais inférieures à 625 ℓ. t. La courbe des investissements en « euvres et reparacions » suit parfaitement celles des recettes. En 1489, soit l’année où débutent les chantiers de construction de Charles VIII au château, les recettes atteignent 1 050 ℓ. t. À partir de l’année 1490, la ville les accroit de 47 ℓ. 8 s. 6 d. t. en louant les places des marais91.

  • 92 Marie Groult, L’ordre de Saint-Michel de 1499 à 1515, mémoire de maîtrise d’histoire M. Roch (dir.) (...)

40Alors que les lettres patentes de Charles VII stipulent clairement que la recette de l’apetissement du vin doit être exclusivement employée à l’entretien des ponts et de l’enceinte, sous Charles VIII, 70 % du budget de la ville sont en moyenne consacrés aux chantiers de construction : la maison de ville (1485-1486), la réédification de la tour du Pont (1493-1494) et la surélévation de la tour de l’Horloge (1494-1500). Le reliquat de recettes est absorbé par le renforcement de la défense de la ville pour la sûreté du dauphin Charles-Orland, en particulier, entre 1494 et 1496, durant la conquête transalpine de Charles VIII. À partir de 1494, sans doute pour soutenir les finances de la ville, le roi lui concède l’installation et la gestion d’une chambre à sel dont les revenus ne sont pas négligeables (cf. courbe noire). En 1495, les dépenses de la ville s’élèvent à près de 950 ℓ. t. Cependant même avec des revenus augmentés, la ville a des moyens limités et elle trouve un arrangement financier avec la confrérie Notre-Dame-et-Saint-Nicolas pour faire construire la maison de ville dans laquelle il est convenu que le conseil de ville et la confrérie se partagent l’usage de la salle. La confrérie subvient ainsi à hauteur de 163 ℓ. t. à la construction de l’édifice. On note la position stratégique et symbolique de la maison de ville : sise sur l’ancienne séparation de la ville et du Petit Fort, elle fait face à la Loire et arbore sur son pignon la statue or et azur de saint Michel réalisée par Anthoine Briant, « faiseur d’ymaiges » au château, en référence à la fondation en 1469 de l’ordre de Saint-Michel dont les valeurs sont celles de la chevalerie et de la foi chrétienne, de l’honneur et de la loyauté92, plaçant ainsi la ville sous la double protection du roi et de l’archange.

41Les ouvriers travaillant sur le chantier comptent aussi parmi les plus renommés : Colin Biart, Gacian Fordebraz. En 1494, la réédification de la grosse tour en tête de Pont s’inscrit également dans cette recherche de mise en valeur de la ville et des abords du château, mais aussi d’allégeance au roi. Deux tourelles parent la porte en l’encadrant et l’on appose les armes du roi au-dessus du passage pour faire de cette simple tour un monument à part entière. Cette fois ce sont symboliquement Colin Biart, Guillaume Senault et Loys Amangeart, les trois maîtres-maçons qui dirigent le chantier du château qui rétribuent au nom du roi, Antoine Briant pour avoir sculpté et peint les armes royales. Dans le choix de ces hommes transparaît à nouveau la bonne cohésion de la ville avec son roi.

  • 93 ACA, CC 116, fo 39ro-vo, novembre 1501, puis CC 117, fo 35ro et CC 118, fo 34ro.

42La gestion optimale des deniers communs et l’ambition constructrice de la ville se comprennent vraiment à travers le projet de la tour de l’Horloge. L’horloge ne prend place qu’en 1503 mais, dès 1495, dans chaque paragraphe des comptabilités concernant le chantier, la tour est désignée par une longue périphrase suggérant la fierté de la ville : « La tour pres le moulin de la Masse que ladite ville a intencion faire bastir pour mectre et asseoir une orloge. » Le paiement de la cloche de la tour, qui coûte 200 ℓ. t., est étalé sur 3 ans. En 1501, Chrispofle Montdoré reçoit 100 ℓ. t. puis, en 1502, 60 ℓ. t. et enfin, l’année suivante, les 40 ℓ. t. restants93. Pour la première fois la ville peut ainsi financer seule un projet de pur embellissement.

  • 94 ACA, CC 214.
  • 95 Louise de Savoie, Journal de la mère de François Ier (1459-1522), Clermont-Ferrand, 2006, p. 13.

43En 149894, la mort de Charles VIII, et par conséquent le ralentissement du chantier castral, est suivie d’une chute des finances qui se relèvent en 1499 pour à nouveau, en 1500, accuser une forte décroissance au départ du roi, de la reine et de la cour pour Blois. Les recettes se montent péniblement à 150 ℓ. t. Durant le règne de Louis XII − au cours duquel les comptabilités amboisiennes sont lacunaires − les finances de la ville regagnent peu à peu le niveau jadis atteint sous Louis XI. Dès la fin de l’année 1500, l’économie de la ville est soutenue par la résidence à Amboise de Louise de Savoie et de ses enfants, Marguerite et François, futur François Ier sur lequel veille Louis XII, en vue de son mariage avec Claude de France95. Par ailleurs, Louis XII fait achever une partie du château et le chantier de construction, moins actif, doit néanmoins maintenir une certaine activité en attirant une main-d’œuvre qualifiée, au moins jusqu’en 1505 − date de la dernière des rares pièces comptables connues pour le château sous ce règne.

44Durant tout le début de règne de Louis XII, la ville achève ses grands chantiers de construction et n’entreprend que peu d’ouvrages. En 1501, le puits du Carroir est rebâti à neuf et le pavage des rues et des ponts se poursuit avec le chantier de pavage du Carroir Saint-Denis en 1503, mais l’essentiel a déjà été fait entre 1464 et 1485 (fig. 41 CC). Enfin, les courbes de dépenses et de recettes de l’année 1508 marquent une forte augmentation synchrone que nous n’expliquons pas.

45Les comptes de la ville sous François Ier ne sont pas conservés entre 1515, année de son avènement, et 1523. Nous n’avons aucune idée de l’impact qu’ont la reprise du chantier de construction au château en janvier 1516 (n. st.) puis les grandes fêtes données en 1518 à l’occasion du baptême du dauphin et du mariage de Madeleine de la Tour d’Auvergne avec le duc d’Urbin. En 1523, les recettes atteignent 500 ℓ. t., et 2 ans plus tard, elles retrouvent le niveau qu’elles avaient au cours des meilleures années du règne de Charles VIII en approchant 1 000 ℓ. t. Cette même année, une brèche fort inquiétante, apparue sur un des piliers des ponts de pierre de Loire, absorbe 600 ℓ. t., soit 80 % des dépenses en « œuvres et reparacions ».

46En 1434, Amboise entre définitivement dans le domaine de la couronne de France ; un changement de statut qui prend toute son importance sous Louis XI, lequel décide dès 1463, de s’y installer d’abord épisodiquement, puis, à partir de 1469, de manière continue avec la reine et ses enfants. Le destin du château et de la ville sont désormais liés l’un à l’autre mais aussi dépendants de la faveur royale. Le statut de la ville change, ainsi que son organisation économique : alors qu’elle est fondée depuis quatre siècles sur le passage de la route d’Espagne et les péages sur Loire et ponts, faisant d’elle une « ville-pont », elle devient tout à coup une « ville-château » où une population de cour nombreuse alimente commerces et négoces, pour finalement se transformer en « ville-chantier ». Sa population est alors en grande partie composée de gens de métiers échangeant savoirs, techniques et traditions de divers horizons, attirés simultanément par le chantier castral hors-norme, l’érection de quatre édifices édilitaires qui restèrent les seuls d’Amboise jusqu’au XVIIIe siècle, les chantiers répétés d’entretien des ponts et par le renouvellement du bâti privé, que nous allons étudier.

Notes

1 Les maçons : Pierre Potier, Jean Felon, Jacquet De la Lande, Jean De la Bruyere, Guillaume Arrault, Jeannot Lepellestier, Jean Charenton, Jean Salmon, Martin Bauhardi, Pierre Burre, Jean Polire, Philipoin Blanchart, Guillaume Basiller, Macé De Verday, Jean Dagault, Guillaume Piedalu, Raoulin Pourcee, Jean Leguin, Jean Salmon, André Huet, Jean Sampon, Jean Fordebraz, Pierre Lesey, Jean Quoquillart, Macé Boulier, Guillaume Rivery, Jean Villain, Jean Tatineau.

2 Les manoeuvres : Estienne Lespiciere, Jean Caillau l’aisné, Jean Caillau le puisné, Jean Caillau le jeune, Laurens Baudry, Raoulet De Bauhardi, Thomin Pelé, Jean De La Vau, Jean Martinet, Jean Martinet le jeune, Jean Bigot, Jean Robert, Jean D’Anjou, Jean Gaillart, Mathelin Gaillart, Laurens Thomassin, Pierre Lacheze, Jean De Chissé, Florentin Caillau, Macé Caillau, Jean Martin, Jean Mauliart, Mathelin Lepelletier, Jean Chavigneau, Jean Chesiere.

3 B. Chevalier, Tours, ville royale…, op. cit., p. 590.

4 ACA, CC 75.

5 ACA, CC 78, fo 15vo.

6 ACA, CC 75, fo 15ro, 15 septembre 1449.

7 ACA, CC 191, (pièce non numérotée), 30 janvier 1448.

8 ACA, CC 75, fo 20vo, 12 décembre 1449 : bien que proche de Fourchette, entre Pocé-sur-Cisse et Limeray (Indre-et-Loire), elle n’a pu être identifiée.

9 ACA, CC 81, fo 12vo, 26 août 1457.

10 ACA, CC 75, fo 13vo, 19 août 1449.

11 ACA, CC 191, (pièce non numérotée).

12 Sur la chaux : S. Büttner, A. Coutelas, C. Oberlin, B. Palazzo-Bertholon, D. Prigent et F. Suméra, Le mortier de chaux, op. cit., p. 33-35 et 50-53.

13 ACA, CC 79, fo 16vo : août 1455.

14 ACA, CC 78, fo 29ro, 1452 ; CC 82, fo 11ro, mars et avril 1458.

15 Id.

16 ACA, CC 78, fos 30vo-31ro, 1452.

17 ACA, CC 191, (pièce non numérotée), 28 octobre 1448.

18 ACA, CC 193, (pièce non numérotée), 18 octobre 1464 et CC 84 fo 14vo.

19 Jean Fouchart, Guillaume Fouchart, Bricet Desmyer, Jean Anemat, Jean Salleau, Florentin Guidoyn, Estienne Godineau, Jean Mariller.

20 ACA, CC 82, fo 12vo, 1458.

21 Philippe Bernardi constate qu’à Aix-en-Provence la distinction entre les menuisiers et les charpentiers ne commence à poindre dans les contrats d’apprentissage que dans les années 1470 ; en 1495, le métier est toutefois encore polyvalent. (Philippe Bernardi, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l’époque gothique, 1440-1550, Aix-en-Provence, 1995, p. 24-26).

22 ACA, CC 85, fo 11vo, avril 1465.

23 ACA, CC 83, fo 15ro, avril 1464.

24 ACA, CC 87, fos 12vo-13ro, 18 août 1467.

25 Ibid., fo 24vo, 16 décembre 1467.

26 ACA, AA 91, 13 août 1465. Et AA 1, 25 août 1476.

27 ACA, CC 102, fo 28vo, 1480.

28 ACA, CC 104, fos 29vo-30ro, 6 novembre 1482.

29 ACA, CC 91, fo 17vo, janvier 1469.

30 ACA, CC 93, fo 19ro, janvier 1471.

31 Ibid., fo 16ro, novembre 1471.

32 Ibid., fo 16vo, 14 décembre 1471.

33 ACA, BB 1, fo 11ro, 6 décembre 1471 : « Sur ce que a esté mis en deliberacion par les esleuz d’icelle ville, s’il est veillé et prouffitable chose que les maisons couvertes de chaume qui sont sise et assise au-dedans de ladite ville soient demolies et descouvertes ou contraindre les detenteurs d’icelle par justice a les couvrir de tuilles pour obvier aux inconveniens qui s’en seroient ensuit par fortune de feu dont ladite ville a esté puis nagueres en grant dangier par le moyen de deux maisons qui est oient de la couverture dessusdite qui sont brulees en icelle ville. »

34 ACA, CC 93, fos 22vo-23ro, 1471.

35 ACA, CC 94, fo 9vo, 23 juin 1472.

36 ACA, CC 94 bis, fo 4ro, dernier jour de janvier 1468 (n. st.).

37 Ibid., fo 10ro, 21 août 1472.

38 ACA, CC 100, fo 15ro.

39 ACA, CC 101, fo 13vo.

40 ACA, CC 95, fo 17ro, septembre 1472.

41 Le truffeau est un type de dame pour tasser la terre.

42 Ibid., fo 18ro-vo, 20 octobre 1472.

43 Ibid., fo 20ro, 27 novembre 1472.

44 ACA, CC 96, fo 16vo, 12 octobre 1473.

45 ACA, CC 95, fo 21ro ; décembre 1472. Et CC 198, pièce 25, 16 août 1485.

46 Cédric Roms, « L’extraction de la pierre de Tonnerre (Yonne) : l’exemple de la cave noire », dans les Actes du colloque de Château-Thierry tenu du 18 au 21 octobre 2005, Pierre du patrimoine européen, François Blary, Jean-Pierre Gély et Jacqueline Lorenz (dir.), Paris, 2008, p. 49-60.

47 ACA, CC 95, fo 21ro, 4 décembre 1472.

48 Les maçons : Jean Hameau, Laurens Maillart, Denis Chainguy, Mathelin Bessin, Jean De la Bruyere, Guillaume Bellin, Jean Haussepie, Jean Baiere l’aisné, Michau Haussepie, Michau Du Rochier, Jacquet Raichert, Regnault Piedalu, Jean Piedalu, Jean Lepelletier, Jean Lepelletier le jeune, Jean Salmon, Martin Salmon, Estienne Fordebraz, Gacian Fordebraz, Jean le jeune Fordebraz, Simon Fordebraz, Jean Sampon, Simon Tatineau, Guillaume Tatineau, Guillaume Lion, Jean Lovergnat, André Lorès, Martin Chambiges, Colin Biart, Guillaume Billart, Jean Billart.

49 ACA, CC 96, fo 12vo, 22 août 1473.

50 Ibid., fo 13ro, 22 août 1473.

51 ACA, CC 96, fos 12-13.

52 Les manœuvres : Mathelin Pelletier, Michau Pelletier, Jean Chapeau, Phillipon Marrant, Jean Gasnier, Jean Lesné, Pierre Chapeau, Jean Chesiere, Mathelin Chesiere.

53 ACA, CC 96, fo 22ro, janvier 1473.

54 A. Salamagne, Construire au Moyen Âge…, op. cit., p. 114.

55 ACA, CC 96, fo 22vo, janvier 1473.

56 Pierre-Yves Le Pogam et Philippe Plagnieux, « Les maîtres des œuvres de maçonnerie de la ville de Paris dans la première moitié du XVe siècle » dans Du projet au chantier : maîtres d’ouvrages et maître d’œuvre aux XIVe et XVIe siècles, Odette Chapelot (dir.), Paris, 2001 p. 253-267 et plus particulièrement p. 264.

57 ACA, CC 96, fo 22vo, janvier 1473.

58 P. Bernardi, Métiers du bâtiment…, op. cit., p. 28. Et É. Hamon, Un chantier flamboyant…, op. cit., p. 271.

59 ACA, CC 96, fo 18vo, 2 décembre 1473. Et CC 103, fo 20vo, 11 octobre 1481.

60 ACA, CC 99, fo 17vo, 26 septembre 1473.

61 ACA, CC 100, fo 18vo, 26 janvier 1478 (n. st.).

62 ACA, CC 193, (pièce non numérotée), août 1464 : « Pour dix neuf journees qu’ilz ont esté a cercher et tirer soubz les terriers venuz du chasteau qui ont esté mis a faire le bateys au long de la riviere, au droit du Petit Fort cinquante et une pierre de taille qui appartenoit a la ville qui estoit cachees et enterees soubz iceulx terriers pour icelles pierres estoient mises et emploiees a la reparacion des pons de pierre dudit lieu ».

63 Les charpentiers : André Regatier, Macé Juignet, Guillaume Juignet, Jean Juignet, Denis Renart, Jean Mauguin, Pierre Bournay, Pierre Cathe, Jean De Benoist, Mathelin ou Martin Pelletier, Pierre Bellon, Jean Viau, Jean Mahodeau, Jean Salleau, Guillaume De la Scelle, Bricet Desmyer, Jean Fouchart, Guillaume Fouchart, Bernard Boutet, Jean Boutet, Pierre Godineau, Estienne Godineau, Bernard Godineau, Michau Marillier, Gacian Joulein, Estienne ou Thenot Le Pelletier, Benoist Foucault.

64 ACA, CC 106.

65 É. Hamon, Un chantier flamboyant…, op. cit., 2008, p. 298.

66 ACA, CC 106, fo 30ro.

67 ACA, CC 108, fo 32vo : « Pour le nombre de cinquante ancez de despessay et de briz de tieulle […] pour faire du cymant a mectre et emploiez a la reparacion desdits ponts […] ».

68 Sur le tuileau : S. Büttner, A. Coutelas, C. Oberlin, B. Palazzo-Bertholon, D. Prigent et F. Suméra, Le mortier de chaux, op. cit., p. 72-73. Et Stéphane Büttner et Daniel Prigent, « Archéologie des liants de maçonnerie : entre traités et réalité », Medieval Europe, 4e congrès international d’archéologie médiévale et moderne à l’Institut national d’histoire de l’art tenu du 3 au 8 septembre 2007, Paris, 2007 : http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr

69 ACA, CC 112, fo 25vo.

70 ACA, CC 110, 1495 : les maçons : Mathurin Riviere, Estienne Baudoyn, Jean De Venes, Guyon De Guymené, Jean Bongars, Jean de Digane, Michau Content, Michau Vessiere, Michau Rousseau. Les manœuvres : Yvon Peneglou, Anthoine Querart, Thomas Ciquault, Jean Mariau, Estienne Meslier, Jean Duboys.

71 ACA, CC 110, fo 38ro, juin 1495-janvier 1496 (n. st.).

72 FSL, Compte 1495-1496, fo 70vo.

73 ACA, CC 111, fo 31ro, 1496.

74 FSL, Compte 1495-1496, fo 74ro.

75 ACA, CC 82, fo 12vo.

76 ACA, CC 116, fo 32vo.

77 Mathurin Lostellier, Robin Rousseau, Anthoine Laurens et Macé Juignet, tous maîtres-charpentiers ; Guillaume Belordier, Jeannot Lalier, Lucas Augier, Estienne Coqueau, Richart Lostellier, Bernard Gaudineau, Pierre Gaudineau, Jean Brossier, Florentin Pelletier, Jean Grasset, Olivier Muguet, Pierre Thourault, Pierre Voisin, Pierre Peraz, Guillaume Guerin, Jean Remyer, Philipot Cremet, Jaquet Cremet, Pierre Postel, Louis Ronzay, Pierre Ronzay, Pierre Pisac, Pierre Serac, Estienne Pasquier, Denis Sucet, Jean Rocquenou, Philipeau Trenet, Jacquet Certain, Philippoin Carré, Jean Crosseau, Pallier, Jean Daviau, Pierre Boygneau, Louis Bourgeois, Bernard Caillaud, Jean Juignet, Jean De Sainct-Sire, Pierre Trinqueau, Pierre Trouvault.

78 Loys Amangeart, Pierre Martin, Gacian Fordebraz et Gerosme Patherot, maîtres-maçons ; Guillaume Boucher, Guillaume Fouet, Jean Desouches, Jean Rogier, Nefve Menart, Morice Cormier, Jean Brionneau, Guillaume Boulay, Pasquier Batibert, Merigot Bertheau, Estienne Tabourdeau, Estienne Chesneau, André Collet, Guillaume Bastard, Jean De Nevers, Françoys Davy, Françoys Alaire, Martin Brunet, Loys Martin, Hervé Ruau, Robert Fraye, Jacquet Rousseau, André Deschamps, Pierre Tulasne, Gillet Dupont, Jean Chastigner, Jean Hameau, Jean De la Lande, Mathurin Longuet, Anthoine Bastard, Pierre Tatineau, Simon Tatineau, Regnault Piedalu.

79 Jean Gaultier, Guillaume Mapeton, Rolland Mondain, Jean Bigot, Estienne Petit, Pierre Poupault, Jean D’Auvergne, Anthoine Querart, Yvon Peneglou, Robert Honet, Mathurin Guesdon, Jean Chardonneau, Mathurin Fresneau, Jean Lefranc, Pierre Rebourin, Michau Leduc, Jean Le Tart, Jean Rollant, Pierre Chamin, Pierre et Guillaume Bredif, Jean Guerin, Jean Tranquart, Jean Barrier, Pierre Petit, Pierre Rousseau, René Mariau, Florentin Freslon, René Lulyer, Clement Alys dit Montisseau, Gillet Segretain, Aubriz Martineau, Thomas Ciquault, Martin Veers, Pierre Thoreau, Jean Hodin, Colas Lebeau.

80 S’il convient de rester prudent puisque certains habitants possèdent leur propre clos de vigne et échappent à cette taxe, on peut cependant imaginer que la cour itinérante ne possède pas de vigne mais les officiers de la couronne sont fréquemment exemptés d’impôt. Restent donc les marchands et les courtisans qui ne possèdent pas de demeure à Amboise. Les clos sont mentionnés au chapitre des « autres rentes deues ausdits ponts aux jours et festes saint Michel et Notre Dame de mars par moitié ». En 1465, les recettes des clos rapportaient à la ville 14 ℓ. 11 s. 4 d. t. et concernaient 11 personnes.

81 Bernard Chevalier, « La rénovation de l’enceinte de Tours dans la seconde moitié du XVe siècle : respect de la tradition ou modernisation ? », dans les Actes du 121e congrès des Sociétés historiques et scientifiques tenu à Nice du 26 au 31 octobre 1996, Les enceintes urbaines (XIIIe-XVIe siècle), Paris, 1999, p. 75-82.

82 Le registre de délibérations commence en 1451. Sans pouvoir prouver qu’il s’agit bien du 1er registre, on peut supposer qu’il est précisément établi pour mettre au clair et par écrit la situation du Petit Fort vis-à-vis de la ville puisque c’est le 1er sujet dont il traite.

83 ACA, CC 88, fo1ro, 1468.

84 B. Chevalier, « La rénovation de l’enceinte… », op. cit., p. 75-82.

85 ACA, CC 92. Publié dans C. Chevalier, Inventaire Analytique…, op. cit., p. 329-332.

86 Id.

87 ACA, CC 96. Publié dans C. Chevalier, Inventaire Analytique…, op. cit., p. 336-337.

88 Itinéraire publié par Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI roi de France, tomes I à VII, publiées d’après les originaux pour la Société de l’Histoire de France, Paris, 1883. Les mentions ont été recoupées avec celles apparaissant dans les comptabilités. Restons toutefois prudent à l’égard de cette méthode : les chiffres avancés ne sont que des ordres de grandeur car le lieu d’envoi du courrier signale la présence de la chancellerie mais pas forcément celle du roi.

89 Monique Chatenet a établi dans son étude sur La cour de France au XVIe siècle, architecture et société la « durée des principaux séjours de Charles VIII, Louis XII et François Ier » à Amboise durant leur règne respectif (op. cit., p. 318-321).

90 D. Le Fur, Charles VIII, op. cit., p. 49 et 437.

91 ACA, CC 108, fos 10ro-14vo.

92 Marie Groult, L’ordre de Saint-Michel de 1499 à 1515, mémoire de maîtrise d’histoire M. Roch (dir.), université de Rouen, 2003-2004 (manuscrit dactylographié), 2 vol., 177 p.

93 ACA, CC 116, fo 39ro-vo, novembre 1501, puis CC 117, fo 35ro et CC 118, fo 34ro.

94 ACA, CC 214.

95 Louise de Savoie, Journal de la mère de François Ier (1459-1522), Clermont-Ferrand, 2006, p. 13.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search