Version classiqueVersion mobile

Amboise

 | 
Lucie Gaugain

Partie II. Le château : étude historique et monumentale

Chapitre 3. Du château au seigneurial château royal

Texte intégral

LE PROMONTOIRE

  • 1 Compte tenu du modelage quasi-continu qu’a subi le site il faut considérer que les niveaux de sol c (...)

1Le promontoire du château s’élève à environ 25 m au-dessus du niveau de la ville (fig. 33 CC). De plan trapézoïdal, sa silhouette se rapproche d’un triangle isocèle dont les deux grands côtés nord et sud, de 212 et 233 m de long, sont fermés vers le coteau à l’est par un petit côté de 175 m de long ; à l’ouest, la pointe du triangle est abattue par un autre petit côté de 19 m, situé à l’extrémité de l’éperon rocheux (fig. 2 CC). Le terrain présente une pente naturelle de 5 à 6 %, orientée est-ouest, culminant à l’orient (fig. 31 et 32). Malgré les remaniements successifs du site, cette pente peut être évaluée grâce au niveau de sol conservé à l’est sous la porte des Lions, où se trouvent les tourillons du pont-levis, et, à l’ouest, grâce au niveau du sol de la tour Garçonnet1.

2Ainsi, le terrain s’élève à l’est à 62 m d’altitude (normes NGF), pour 50 m à la pointe ouest, hauteur commune à l’ensemble des points relevés sur les bâtiments de la partie occidentale du promontoire qui a pu être vérifiée grâce aux linteaux de la porte de la chapelle et du rez-de chaussée du bâtiment sur Loire de la grande salle. La pointe occidentale du promontoire présente donc une homogénéité dont on apprécie mal l’origine (fig. 31) : naturelle, résultant de travaux de terrassement, ou les deux à la fois.

3Actuellement, à une centaine de mètres de l’extrémité ouest (fig. 31, 33 et 34), se distingue un mouvement de terrain situé dans la continuité de la façade occidentale du nouveau logis de Charles VIII côté jardin et au-dessus du sol du côté cour. Plus à l’est, le niveau du sol du promontoire remonte pour atteindre 53 m, altitude commune à une bande de terrain de 65 m sur 20 qui s’étend sur toute la largeur du promontoire, au devant du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins.

Fig. 31 > Vue du promontoire castral depuis la tour Garçonnet : à gauche le logis de la grande salle sur Loire, puis en retour d’équerre le nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et à droite la chapelle Saint-Hubert [© L. Gaugain].

Fig. 32 > Vue du promontoire castral depuis la porte des Lions à l’est [© L. Gaugain].

  • 2 Vincent Belbenoit, Élisabeth Lorans, Serge François, La terrasse est du château d’Amboise (Indre-et (...)

4À cet endroit, le promontoire se scinde en deux. La partie nord, qui mesure une trentaine de mètres de large, correspond à l’emplacement de l’ancien « jardin du roi » qui se déploie face à la Loire (fig. 35). Lors des sondages, les archéologues ont constaté l’absence de tout vestige matériel « à partir de [l’antique] période Augustéenne jusqu’à la Renaissance ». Pour eux, cette anomalie pourrait être « la conséquence d’un prélèvement important de terre nécessité par l’édification d’ouvrages défensifs liés à l’évolution du château d’Amboise2 ». Un certain nombre d’observations corroborent l’hypothèse d’un décapage du terrain lié au grand projet de Charles VIII.

5La partie sud occupe la surface restante du promontoire et s’étend sur une longueur d’environ 110 m et une largeur variant de 60 m, au droit de la tour Heurtault, à 135 m près du rempart des Lions (fig. 33 et 34). Les différences de niveau y sont importantes. Ce terrain aujourd’hui inoccupé correspond à l’emprise de la basse-cour (fig. 8, 9, 10 et 11 CC).

6L’église Saint-Florentin a disparu mais les plans anciens permettent de la situer au centre du promontoire. Son portail d’entrée occidental se trouvait à l’emplacement de l’actuelle statue de Léonard de Vinci (fig. 34 ; fig. 16, 17, 18 et 19 CC).

7Le logis de l’Armurerie surplombait le jardin du roi et le cloître (fig. 9 CC). Sa construction étant conditionnée par la mise en place du mur de soutènement brique et pierre toujours visible, l’époque de sa construction ne saurait différer de celle du jardin du roi. Plus loin à l’est, 15 à 20 m séparent l’emplacement du logis canonial du rempart oriental. L’altitude y varie de 60 m à 66 m, cette dernière hauteur coïncidant avec le sommet du rempart (fig. 35).

Fig. 33 > Vue de la topographie environnante de la tour Heurtault [© L. Gaugain].

8Au sud de l’emplacement de l’église, le terrain est aussi escarpé ; pour évaluer l’exhaussement du terrain depuis les constructions de Charles VIII, la rampe d’accès, la tour Heurtault et certaines structures mises en œuvre à l’extrémité sud-est de l’enceinte sont des points de repère fiables (fig. 34 et 36). La rampe d’accès au château, parallèle au mouvement de terrain déjà cité qui traverse le promontoire du nord au sud, au niveau du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins, débouchait devant le portail occidental de l’église Saint-Florentin (fig. 16 CC). Alors que la rampe devait atteindre à son sommet une altitude d’environ 52 m, elle se trouvait surplombée, à l’est, par un mur de soutènement qui supporte toujours aujourd’hui les terres dominant l’accès à 54 m de haut (fig. 33 et 34). Au-dessus de ce mur, un talus permet de gagner le niveau de terrain supérieur (55 m) où s’ouvre la porte sommitale de la tour Heurtault. Un niveau au-dessous, dans la tour-même, une autre porte s’ouvre à 52 m, contre le rempart, en contrebas du talus et du mur de soutènement ; on se trouve là à hauteur de l’ancien débouché de la rampe d’accès.

Fig. 34 > Vue de la rampe d’accès qui débouchait au-devant l’emplacement de l’ancienne église Saint-Florentin [© L. Gaugain].

  • 3 À la fin du Moyen Âge, le cheval est de toutes les activités, de sa tâche la plus utilitaire (le tr (...)

9De petites écuries, décrites dans les divers procès-verbaux et représentées sur le plan de 1708 – mais pas sur les Vues de Jacques Androuet du Cerceau qui simplifie la représentation de ce secteur – étaient construites légèrement à l’est de la tour Heurtault (fig. 2 CC) mais elles semblent fort modestes, avec leurs 16 stalles3. Si ces écuries étaient médiévales, elles ne pouvaient être les seules du château, tout au plus pouvaient-elles loger les « grans chevaux » du prince (chevaux de selle).

Fig. 35 > Vue du jardin depuis les combles du nouveau logis de Charles VIII [© L. Gaugain].

Fig. 36 > Vue du bassin dominant la tour Heurtault, emplacement de l’ancienne basse-cour [© L. Gaugain].

Fig. 37 > Vue de la porte des Lions depuis l’extérieur de l’enceinte du château [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

Fig. 38 > Vue du front nord-est, à l’angle du jardin des pierres d’attente [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

10Les bâtiments de la basse-cour ne se discernent plus sur le site. Un fort mouvement de terrain s’observe au sud-est de l’enceinte. Sur ces hauteurs, s’élevait le « magasin à poudre », selon la dénomination du XVIIe siècle, que l’on peut localiser grâce à un puits conservé et transformé en bassin qui prenait place au-devant de celui-ci (fig. 36). Enfin, le long du rempart se dresse au sud un petit tertre (63 m) qui n’atteint pas le sommet du rempart contrairement aux buttes du nord (67 m).

11Au-delà des remparts, après avoir franchi la porte des Lions, subsistent au nord les vestiges du corps de garde (fig. 37 et 38), puis un pont enjambant un fossé de 40 m de large qui au delà de la contrescarpe maçonnée débouche sur le terre-plein de la demi-lune. Les niveaux de terrain suivent une pente régulière au nord et au sud, de part et d’autre de la tête de pont (fig. 37 et 38).

LES SOUTERRAINS

12Le long des remparts, plusieurs boyaux souterrains descendent vers la ville (fig. 20 CC). La plupart figurent sur le plan du château de 1815 (fig. 39), sans que l’on sache de quelle campagne de construction ils relèvent. L’association de la brique et de la pierre de taille pour les espaces intérieurs étant caractéristique de l’ensemble des chantiers de construction du château d’Amboise, il est impossible d’en différencier les phases à partir des seuls matériaux. On peut toutefois supposer que ces cavités sont liées à une occupation très ancienne. Sans doute ont-elles été creusées pour l’exploitation du tuffeau comme en témoignent par endroits les traces de pics signalant un front de taille. Des peintures murales datées du XIVe siècle et les quelques pierres de parement montrant un layage antérieur au XIIIe siècle prouvent qu’elles ont été occupées bien avant la période royale, mais il y a tout lieu de croire qu’elles furent également entretenues, exploitées et peut-être étendues à cette époque (fig. 40).

Fig. 39 > Plan du château en 1815 auquel est superposé le plan actuel [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].

LES FOSSÉS

13Les structures ayant précédé le chantier initié par Louis XI se limitent aujourd’hui à quelques éléments défensifs. Les vues anciennes ne permettent pas d’identifier avec certitude, parmi les constructions disparues, celles qui ont précédé l’occupation royale. Mais si le site fut élu par Louis XI, c’est qu’il présentait, outre des qualités naturelles, des aménagements défensifs qui demeurèrent en place jusqu’aux destructions opérées à partir du XVIIe siècle.

Fig. 40 > Vue du faux-appareil peint dans la pièce troglodytique de la tour des Minimes [© L. Gaugain].

  • 4 Lucie Gaugain, « Trèves (Maine-et-Loire), une tour résidentielle du XVe siècle », dans Alain Salama (...)

14Le promontoire offre une imposante surface de 24 000 m² bordée de parois rocheuses abruptes remparées de pierre de taille, à l’exception de l’extrémité sud-est où affleure la roche ; avec un périmètre de 800 m pour 25 m de haut, la surface parementée avoisine 20 000 m². Le parement n’est pas indispensable à la fortification et, sur certains sites4, le rocher porte encore les traces de taille au pic. Il procède d’un double objectif : d’une part, consolider la roche en la protégeant du ruissellement des eaux et, d’autre part, traduire avec ostentation le rang du commanditaire. Ce travail considérable ne fut pas réalisé d’une traite, mais la part revenant aux seigneurs d’Amboise est d’autant plus difficile à définir que le rempart a fait l’objet de restaurations régulières. Quatre endroits présentent un petit appareil allongé ou plus cubique qui pourrait correspondre à une construction des XIIe ou XIIIe siècles : les alentours de la tour Pleine à l’extrémité sud-ouest du promontoire (fig. 30), le parement à l’ouest de la tour Garçonnet (fig. 41), le soubassement du pavillon de Penthièvre (fig. 42) et une petite partie du mur de soutènement du jardin à l’angle nord-est de l’enceinte.

Fig. 41 > Vue du petit appareil allongé sous les croisées arasées de l’ancienne plate-forme nord du château [© L. Gaugain].

Fig. 42 > Vue du parement à la base du pavillon Penthièvre [© L. Gaugain].

15Le point faible d’un tel éperon rocheux réside dans ses accès. Le plus ancien est celui de la porte des Lions, nommé dans les comptes de la ville jusqu’en 1482 « la poterne du chastel » (fig. 34 et 37), dénomination qui définit un accès secondaire. Ce fut certainement le premier point fortifié et, par la suite, il n’eut de cesse d’être maintenu, étendu et développé. Il faut donc faire abstraction de la porte avec ses ponts-levis à flèches, caractéristiques du XVe siècle, ainsi que de l’ouvrage avancé du XVIIe siècle (fig. 39 et 43).

  • 5 V. Belbenoit, É. Lorans, S. François, La terrasse est…, op. cit., p. 13.

16L’investissement du promontoire est à mettre en rapport avec l’occupation du site des Châtelliers (fig. 1 CC). Les sondages réalisés dans le jardin du roi fournissent quelques repères chronologiques sur les périodes préhistorique, protohistorique et antique5. Les premiers travaux visèrent à faire du site un éperon barré. Le profil original du fossé de la porte des Lions a pu être élargi et modifié lors de l’édification des ouvrages avancés à la fin du Moyen Âge et au XVIIe siècle.

  • 6 Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence, tome II : (...)

17Le corps de garde, qui avait été installé dans la tour pentagonale « ruinée » et qui apparaît déjà comme telle dans les procès-verbaux du XVIIe siècle, fournit deux indices (fig. 38 ; fig. 2 CC). D’une part, cette tour fonctionne avec le fossé puisque son archère flanque le pont et, d’autre part, ses fondations se trouvent en contrebas du rempart, au moins 3 m au-dessus du niveau le plus profond du fossé. L’état de dégradation de l’ouvrage entrave l’analyse, mais le modèle de tour pentagonale qui se répand dans le troisième quart du XIIIe siècle, notamment dans l’entourage de Philippe Le Bel et qui disparaît quasiment après 14006, tout comme les vestiges d’archères, orientent vers une datation comprise entre le milieu du XIIIe et le milieu du siècle suivant.

Fig. 43 > Relevé de la demi-lune et d’une des ouvertures de tir [© L. Gaugain].

LE DONJON

  • 7 Loches, Chinon, Blois, Langeais, Saumur ou Trèves.
  • 8 Le donjon d’Amboise couvrait 2 500 m ².

18Le creusement du second fossé, celui du donjon, n’est pas mieux connu mais rien n’interdit de penser que les deux ouvrages ont été creusés simultanément (fig. 2 CC). À l’époque médiévale, c’est une disposition courante que de barrer un éperon de deux fossés7. Isolé de la basse-cour par un petit fossé à l’endroit où l’éperon est le plus étroit, le donjon était gardé par un logis-porte situé au sud et mis en relation grâce à la « tour des Barons » avec la rampe, accès de la ville au château qui, ainsi placé côté ville, permettait de conserver l’intégrité du front sur Loire. Le logis-porte posté à l’entrée du donjon est faiblement documenté : autour de 1560-1570, les dessins de Jacques Androuet du Cerceau figurent un pont-levis à flèches datant sans doute des XVe et XVIe siècles (fig. 8 et 9 CC). Communiquant avec la « tour des Barons » qui abritait la herse de la rampe, ce logis permettait au portier, de par son emplacement, de surveiller les deux entrées du château : la rampe méridionale et l’entrée de la cour du donjon. Toujours d’après ces Vues, au-dessus du sol du promontoire, la « tour des Barons » était occupée par trois chambres. Son dernier niveau était ceinturé d’un chemin de ronde sur mâchicoulis. C’est donc autour du « donjon », ainsi qu’est nommée dans les archives du XVe siècle la pointe occidentale du promontoire, que l’essentiel des constructions médiévales se concentrent. Le « donjon » − terme qui désigne comme dans de nombreux cas le lieu le mieux défendu d’un château8 – était-il ou non hérité d’une ancienne tour-maîtresse ? Nul ne saurait le dire. Dubuisson-Aubenay rapporte les propos d’André Duchesne en 1609 selon lesquels il était possible de :

  • 9 BMT, ms. 1206, fo 31. André Duchesne, Les Antiquitez de France, 1609, p. 517-521 et plus particuliè (...)

Voir de la sommité d’icelle [la tour d’Amboise] le clocher de Saint-Martin de Tours auquel il [Foulque Nerra] avoit une dévotion singulière : tour qui fait néanmoins repasser par devant les yeux de ceux qui la regardent des ressentiments d’une grande ancienneté.9

  • 10 Gilles Le Bouvier dit le Hérault de Berry, Chronique du roi Charles VII, Paris, 1979, p. 345.

19Cette tour a-t-elle existé ? Les écrits du héraut de Berry10, Gilles Le Bouvier sont troublants car, en 1450, au sujet du siège de Caen, il relate :

Y a ung donjon très fort, assis sur un roc, fermé de moulte beaux fossez et parfons, lequel est fait d’une large et haute tour quarrée, de la fasson de celle de Londres ou de celle d’Amboise, se elle estoit entiere, combien qu’elle est encore plus grande et plus grosse.

20Aussi convient-il de garder à l’esprit que Louis XI et Charles VIII abattirent une grande partie des bâtiments pour façonner leur château. Il y a tout lieu de penser que, s’il existait une tour-maîtresse, elle disparut au XVe siècle. Dubuisson-Aubenay suppose que la mention d’André Duchesne se rapporte à la tour Garçonnet ; même si elle ne constitue en rien une tour-maîtresse et qu’en 1609 elle ne devait pas paraître « d’une grande ancienneté », il a peut-être vu juste.

21L’efficacité de la défense d’un lieu et son apparence ostentatoire ne tiennent pas uniquement à la maîtresse-tour. Elles se lisent aussi dans l’importance des remparts en pierre de taille qui se substituent à la symbolique tour. En somme, le promontoire se présente comme un immense donjon avec des tours aux angles et des corps de logis entre celles-ci, configuration philippienne qui fut conservée jusque sous Henri II, et qui n’annonce encore en rien l’évolution opérée à l’aube des temps modernes, tendant à la séparation définitive du palais et de la forteresse.

LA BASSE-COUR

  • 11 Julien Noblet, En perpétuelle mémoire : collégiales castrales et Sainte-chapelles à vocation funéra (...)
  • 12 Marie-Agnès Ferrault, Chaumont-sur-Loire, un château, un bourg, Lyon, 2011, 125 p.

22La basse-cour accueillait la collégiale Saint-Florentin, fondée en 1030, et ses chanoines. Durant tout le Moyen Âge, les exemples de collégiales castrales abondent11 : Montreuil-Bellay, Loches, Blois, Luynes. Le mur du logis de l’Armurerie brique et pierre ne pouvant remonter au XIe siècle puisqu’il épaule, on l’a dit, un terrassement du XVe, force est de constater que nous n’avons aucun renseignement sur le cloître primitif. Par ailleurs, l’implantation de Saint-Florentin au sein même du château a conditionné les choix défensifs. Ses fonctions paroissiales obligèrent à concevoir un accès au promontoire facile mais protégé. La découverte récente de peintures murales du début du XIVe siècle dans une cavité troglodytique attenant à la tour des Minimes (1495-1497) et d’appareil cubique au layage oblique très fin, soit antérieur au XIIIe siècle, resté en place dans la cavité occidentale sous le bâtiment sur Loire de la grande salle remet en question l’occupation de la basse-cour, autour de l’église (fig. 40). L’existence d’une ville-haute, peut-être réservée aux membres les plus proches de la cour du seigneur, descendue au pied du promontoire au plus tard au début du XIVe siècle, correspond à une disposition courante, attestée notamment à Chaumont-sur-Loire12.

  • 13 ACA, BB 1, fo 9ro, 26 août 1461.
  • 14 L.-A. Bosseboeuf, Amboise, le château, la ville…, op. cit., p. 143.
  • 15 Il cite le Docteur Bruneau : BMT, ms. fr. 1320, fos 64-65.
  • 16 Id. : « Ce prince obligea les chanoines à déserter le château et à se loger en ville ; il fit seule (...)

23Si l’on peut supposer que le second fossé est contemporain du premier, une seconde hypothèse voudrait que ce fossé ait été creusé vers 1044, au moment où l’église devint paroissiale et où la ville haute s’y installa. Le fossé débouchait sur la rampe d’accès qui menait au pied de l’église Saint-Florentin. En septembre 1461, lors de la première entrée à Amboise de Charlotte de Savoie, les édiles préparèrent les festivités en tendant d’étoffes le chemin qu’elle doit parcourir dans la ville et qui mène jusqu’à la porte du château13, ce qui atteste l’existence de cette entrée antérieurement aux travaux de Louis XI. L’abbé Bossebœuf14, citant le passage « d’un auteur de la fin du XVIIIe siècle, qui a vu le château presque entier15 », explique que Louis XI rendit en 1471 à Saint-Florentin son statut de simple collégiale en fermant son accès aux paroissiens et obligea les chanoines à se loger en ville16. Ces derniers, qui jusqu’alors empruntaient la rampe méridionale du château, durent changer leurs habitudes pour un petit chemin escarpé qui fut tracé dans le talus du promontoire, entre la porte des Lions et le faubourg Heurtault. Ce témoignage tardif vérifie néanmoins l’usage de la rampe comme moyen d’accès à l’église.

LA RAMPE D’ACCÈS SUD

  • 17 Le niveau de sol d’origine nous est donné par le petit escalier en vis qui, à présent muré à 4 m au (...)
  • 18 Fente de 1,80 m de haut pour 5 cm de large ; petite louche centrale de 7 à 10 cm de diamètre. L’arc (...)

24Les vestiges de la rampe se limitent à un couloir voûté couvert d’un berceau brisé de 2,50 à 3 m de large (fig. 44 et 45 ; fig. 20 CC), pour 6 m de haut et 33 m de long17, soit moins du tiers de la longueur qu’il présentait dans son état le plus abouti, sur le plan de 1708 (fig. 46 ; fig. 16 CC). À 10 m de son débouché à l’air libre, le couloir marque une inflexion à droite. À hauteur de ce dernier tronçon, on peut encore observer les vestiges de deux archères en piètre état de conservation18 (fig. 47). Elles battaient le fond du fossé qui communiquait avec la rampe. À proximité des archères, une petite vis donne la position exacte de la chambre de la herse, herse dont le passage muré dans la voûte est encore lisible (fig. 48 et 49).

  • 19 Jean Mesqui, « La fortification des portes avant la guerre de Cent Ans », Archéologie médiévale, to (...)
  • 20 De telles chapelles se retrouvent à Mehun-sur-Yèvre ou au palais Jacques Cœur (Bourges).
  • 21 Daniel Prigent, « Les débuts du moyen appareil : l’exemple de l’Anjou-Touraine (Xe-XIIIe siècles), (...)

25La rampe d’accès présente six éléments permettant de proposer une fourchette de datation. Premièrement, l’accès au château se fait par un couloir qui crée un espace tampon. C’est un système de protection des portes antérieur à l’emploi systématique du pont-levis à flèches très répandu au XIIIe siècle19. Le plus bel exemple en reste le Krak des Chevaliers (XIIe siècle), mais on peut aussi citer celui de Hérisson. Deuxièmement, l’ouvrage comporte une association herse / vantaux directement issue du château philippien, peut-être complétée d’un assommoir. L’emplacement des vantaux de porte se lit encore de même que celui de la herse. Si la succession des éléments est inhabituelle, à Arques-la-Bataille (1re moitié du XIIe siècle), on retrouve bien la herse derrière les vantaux. Rappelons enfin que dans les procès-verbaux de 1630, le bâtiment abritant la herse apparaît sous le nom de « tour des Barons » ce qui constitue un élément supplémentaire en faveur d’une attribution de l’ouvrage aux seigneurs d’Amboise. Troisièmement, des archères battent l’ouvrage d’entrée, ce qui est une disposition courante du XIIe siècle que l’on retrouve notamment à Laon. Quatrièmement, les trois ponts-levis qui s’enchaînaient sur toute la longueur de la rampe, dont les dispositifs d’actionnement demeurent hypothétiques et probablement tous différents, relèvent sans doute de plusieurs campagnes de construction. Au XIIe siècle, les ponts-levis fonctionnaient avec un simple treuil, système mal commode, définitivement abandonné à la fin du XIVe siècle en faveur du pont-levis à flèche qui garantissait une défense optimale. Le pont-levis de la herse devait être actionné par un treuil depuis la « chambre de la herse », et avoir été mis en place conjointement aux vantaux, à la herse et aux archères, car un « passage » pouvant servir au maniement des chaînes avait été ménagé dans la voûte de la rampe (fig. 50). Les deux autres ponts-levis, positionnés à l’entrée de la rampe dans la ville au niveau de la tour Pleine (fig. 46) et à l’aplomb de la chapelle − entrée actuelle du château − pourraient être plus récents ou tout du moins avoir été adaptés, l’un, lors de la construction du logis de Louis XI et, l’autre, lors de l’érection de la chapelle du Saint-Sépulcre. Pour cette partie de la rampe correspondant au pont-levis intermédiaire, tant la distinction entre passage piéton et passage charretier que la position de la chapelle au-dessus de l’entrée sont caractéristiques de la fin du XIVe et du XVe siècle20. Cinquièmement, les murs soutenant la voûte présentent les vestiges d’un appareil de tuffeau jaune, fin XIIIe-XVe siècles21. Enfin, sixièmement, la voûte en berceau brisé présente un larmier au profil prismatique caractéristique du XVe siècle.

Fig. 44 > Emplacement de la rampe d’accès et de la herse [© L. Gaugain].

Fig. 45 > Vue du débouché du passage voûté de la rampe d’accès au château [© L. Gaugain].

Fig. 46 > Plan du château d’Amboise en 1708, détail de la rampe d’accès [© L. Gaugain].

Fig. 47 > Relevé de l’archère au rez-de-chaussée de la « tour des Barons » [© L. Gaugain].

26Dans ses parties les plus anciennes, la rampe d’accès pourrait donc dater des XIIe et XIIIe siècles ; au XVe siècle, on aurait renforcé le dispositif en y installant des ponts-levis à flèche.

LES TOURS D’ENCEINTE

  • 22 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France…, op. cit., p. 255-285. Jean Mesqui, Provins. La fort (...)

27L’axe du fossé du donjon est donné par l’alignement des archères et de l’amorce du fossé mise au jour à la fin du XIXe siècle. À l’extrémité du fossé, s’élève, nous l’avons dit, le logis du Tambour et, en avant, le pavillon de Penthièvre (fig. 31 et 51 ; fig. 34 CC). Les architectes Victor et Gabriel Ruprich-Robert ayant cherché à harmoniser les façades, il émane de leurs restaurations une impression d’homogénéité. Pourtant, le pavillon de Penthièvre avait été conçu à l’origine comme une tour de flanquement carrée, placée en faible saillie sur le rempart et épaulée de contreforts carrés (fig. 42 ; fig. 33 CC). Ce type de tour se rencontre dès le XIIe siècle, à Chinon par exemple22. Cependant, ici, le plan carré intégré au rempart était surtout une solution pratique et économique, de même que pour la « tour des Barons » compte-tenu de son imbrication avec la rampe d’accès qu’elle chevauche. On observe encore un petit appareil cubique à la base de cette tour et le docteur Lesueur, qui visita le château vers 1935, écrit dans son ouvrage :

  • 23 Frédéric Lesueur, Le château d’Amboise, Paris, 1935, p. 12.

Le long du mur nord de la terrasse, immédiatement à droite de la façade de Charles VIII, on peut voir deux fenêtres, dont les jambages présentant des vestiges de décoration du XIIe (colonnettes, motif courant d’alvéoles) attestent que les travaux furent exécutés à cette époque.23

Fig. 48 > Vue de la base de la vis de la « tour des Barons » accessible depuis la rampe d’accès [© Région Centre, Inventaire général, R. Malnoury].

Fig. 49 > Vue de la vis de la « tour des Barons » accessible depuis la rampe d’accès [© Région Centre, Inventaire général, R. Malnoury].

Fig. 50 > Plan du château d’Amboise en 1708, détail de la « tour des Barons » au niveau R [© L. Gaugain].

Fig. 51 > Vue de l’amorce du fossé [© L. Gaugain].

Fig. 52 > Vestige d’une baie romane et de son chapiteau en haut à droite [© L. Gaugain].

Fig. 53 > Vestige d’une baie romane et détail du cordon mouluré bûché [© L. Gaugain].

28Touchés par les bombardements de la seconde guerre mondiale, les vestiges de ces baies sont plus ténus encore aujourd’hui (fig. 52 et 53).

29Le logis du Tambour, plus transformé encore que le pavillon de Penthièvre, est implanté en retrait de la courtine et si la construction actuelle – qui appartient au chantier de Charles VIII – est venue remplacer une construction antérieure, ainsi que le montrent des soubassements au layage fin typique du XIIIe siècle, celle-ci présentait de fait un caractère résidentiel.

  • 24 Ibid.
  • 25 Base Mémoire : cote sap01_lp004747_p[1].jpg.
  • 26 Encore visibles de manière parsemée dans le parement.
  • 27 Londres, British Museum, U 856 : Projet de transformation, Vue du costé de la forest.

30Enfin, d’après les Vues dessinées et gravées de Jacques Androuet du Cerceau (fig. 54 et 55 ; fig. 9 et 11 CC), la tour dite Pleine, positionnée à l’angle sud-ouest de l’enceinte et dont la fonction dans les parties basses étaient celle d’un énorme contrefort, montait à hauteur des logis la jouxtant. Son plan n’offre guère de repère chronologique car près des trois-quarts des tours de flanquement adoptent dès les XIIe-XIIIe siècles le plan circulaire qui permet d’éviter les angles morts et de bien mieux couvrir le territoire à défendre24. Elle peut donc être contemporaine des tours carrées. Les interrogations se concentrent surtout sur son équipement : a-t-elle toujours été pleine à la base et quel était son couronnement ? Son appareil très restauré s’observe sur des clichés anciens25 : de proportions cubiques26, il ne présente aucune ouverture. Jacques Androuet du Cerceau – notre seule source la concernant – laisse aussi concevoir une tour pleine, ce qui est courant dans l’architecture philippienne du XIIIe siècle. Au niveau de la cour, la pièce intérieure n’excède pas 4 m de diamètre ; le niveau supérieur devait être occupé par une chambre et la continuité du chemin de ronde être assurée au sommet. Ces mêmes Vues figurent un parapet crénelé, un chemin de ronde couvert sur mâchicoulis et un toit en poivrière installé en retrait27. Ces derniers équipements plaideraient en faveur d’une réhabilitation datant du XIVe ou du XVe siècle. Enfin, les deux petites tours circulaires situées près du logis des Sept Vertus, dont l’une est nommée tour Bourbon, pourraient être contemporaines de la tour Pleine car elles présentaient un diamètre proche et une position dans l’alignement du fossé, en surplomb de la rampe d’accès (fig. 2 et 9 CC).

31Les organes de défense antérieurs à la période royale qui nous sont parvenus étaient donc disposés aux angles du donjon et certaines mentions d’archives, tout comme l’emplacement stratégique, portent à croire qu’une autre tour s’élevait peut-être à l’angle nord-ouest de l’enceinte, tour qui aurait été remplacée par la tour Garçonnet sous Louis XI. Elle aurait contrôlé le quatrième angle de l’enceinte, endroit stratégiquement essentiel puisque saillant, face à la Loire et à la tête de pont.

Fig. 54 > Vue du costé de la forest, Jacques Androuet du Cerceau, détail du logis de la tour Pleine (1560-1570) [reproduit dans F. Bourdon et C. Mignot, Jacques Androuet du Cerceau, op. cit., p. 157].

Fig. 55 > Vue du costé de la riviere, Jacques Androuet du Cerceau, détail du logis de la tour Pleine (1560-1570) [reproduit dans F. Bourdon et C. Mignot, Jacques Androuet du Cerceau, op. cit., p. 151].

Notes

1 Compte tenu du modelage quasi-continu qu’a subi le site il faut considérer que les niveaux de sol correspondent à 50 cm près en plus ou en moins à ceux de la fin du Moyen Âge.

2 Vincent Belbenoit, Élisabeth Lorans, Serge François, La terrasse est du château d’Amboise (Indre-et-Loire). Rapport de sondages, 1993, p. 9-12.

3 À la fin du Moyen Âge, le cheval est de toutes les activités, de sa tâche la plus utilitaire (le transport) à sa fonction la plus valorisante (la parade), en passant par le loisir (la chasse à courre). Élément essentiel d’une forteresse qui veut tenir un siège, les écuries sont pourtant mal connues dans les châteaux médiévaux [Alain Salamagne, « Les écuries dans le château médiéval » et Mary Whiteley, « Écuries royales et princières en France à la fin du Moyen Âge », dans Pascal Liévaux et Patrice Franchet d’Espèrey (dir.), Architecture équestre : hauts lieux dédiés au cheval en Europe, Arles, 2010, p. 23-39 et p. 39-46]. Celles de la forteresse de Salses, édifiée entre 1497 et 1503 pour Ferdinand le Catholique, pouvant accueillir jusqu’à 200 chevaux, constituent un des rares modèles (Pascal Liévaux, Les écuries des châteaux français, Paris, 2005, p. 35-39).

4 Lucie Gaugain, « Trèves (Maine-et-Loire), une tour résidentielle du XVe siècle », dans Alain Salamagne (dir.), Le Palais et son décor au temps de Jean de Berry, 2010, p. 155-167.

5 V. Belbenoit, É. Lorans, S. François, La terrasse est…, op. cit., p. 13.

6 Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence, tome II : Les organes de défense, 1993, p. 255-285. On peut aussi rapprocher cette tour pentagonale des tours en amande de Loches (Indre-et-Loire, 1er tiers du XIIIe siècle) : Jean Mesqui, « La tour maîtresse du donjon de Loches : deux donjons construits autour de l’an mil en Touraine : Langeais et Loches », Bulletin monumental, 1998, p. 71-72.

7 Loches, Chinon, Blois, Langeais, Saumur ou Trèves.

8 Le donjon d’Amboise couvrait 2 500 m ².

9 BMT, ms. 1206, fo 31. André Duchesne, Les Antiquitez de France, 1609, p. 517-521 et plus particulièrement p. 518.

10 Gilles Le Bouvier dit le Hérault de Berry, Chronique du roi Charles VII, Paris, 1979, p. 345.

11 Julien Noblet, En perpétuelle mémoire : collégiales castrales et Sainte-chapelles à vocation funéraire en France (1450-1560), Rennes, 2009, XVI ill., 320 p.

12 Marie-Agnès Ferrault, Chaumont-sur-Loire, un château, un bourg, Lyon, 2011, 125 p.

13 ACA, BB 1, fo 9ro, 26 août 1461.

14 L.-A. Bosseboeuf, Amboise, le château, la ville…, op. cit., p. 143.

15 Il cite le Docteur Bruneau : BMT, ms. fr. 1320, fos 64-65.

16 Id. : « Ce prince obligea les chanoines à déserter le château et à se loger en ville ; il fit seulement pratiquer, dans le talus de la porte des Lions, un chemin étroit et scabreux qui put les conduire à leur église ; ce sentier difficile a retenu le nom d’escalier des chanoines. » Le procès-verbal de 1761 le mentionne aussi : « Le long duquel, au nord, sont six ormeaux et quatre au midy à l’entrée dudit chemin au midy est une rampe triangulaire à marche de pavé en plusieurs pièces qui dessent au fauxbourgs de la porte Hurtault vulgairement appellé l’escalier du chanoine, au milieu duquel escalier et à costé d’iceluy au levant est une colline dans la pente du rocher [...] » (ADIL, C 950 fo 13ro).

17 Le niveau de sol d’origine nous est donné par le petit escalier en vis qui, à présent muré à 4 m au-dessus de la sa base, mettait en communication la rampe et la cour du donjon en débouchant à l’ouest de la Herse.

18 Fente de 1,80 m de haut pour 5 cm de large ; petite louche centrale de 7 à 10 cm de diamètre. L’arc couvrant une seconde ouverture de tir s’observe encore au-dessus de la porte d’entrée du local.

19 Jean Mesqui, « La fortification des portes avant la guerre de Cent Ans », Archéologie médiévale, tome XI, 1981, p. 203-229.

20 De telles chapelles se retrouvent à Mehun-sur-Yèvre ou au palais Jacques Cœur (Bourges).

21 Daniel Prigent, « Les débuts du moyen appareil : l’exemple de l’Anjou-Touraine (Xe-XIIIe siècles), dans François Blary, Jean-Pierre Gély et Jacqueline Lorenz (dir.), Pierre du patrimoine européen, actes du colloque de Château-Thierry tenu du 18 au 21 octobre 2005, Paris, 2008, p. 295-308.

22 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France…, op. cit., p. 255-285. Jean Mesqui, Provins. La fortification d’une ville au Moyen Âge, Paris, 1979, p. 133.

23 Frédéric Lesueur, Le château d’Amboise, Paris, 1935, p. 12.

24 Ibid.

25 Base Mémoire : cote sap01_lp004747_p[1].jpg.

26 Encore visibles de manière parsemée dans le parement.

27 Londres, British Museum, U 856 : Projet de transformation, Vue du costé de la forest.

Table des illustrations

Légende Fig. 31 > Vue du promontoire castral depuis la tour Garçonnet : à gauche le logis de la grande salle sur Loire, puis en retour d’équerre le nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et à droite la chapelle Saint-Hubert [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 32 > Vue du promontoire castral depuis la porte des Lions à l’est [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 33 > Vue de la topographie environnante de la tour Heurtault [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 34 > Vue de la rampe d’accès qui débouchait au-devant l’emplacement de l’ancienne église Saint-Florentin [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 35 > Vue du jardin depuis les combles du nouveau logis de Charles VIII [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 36 > Vue du bassin dominant la tour Heurtault, emplacement de l’ancienne basse-cour [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 37 > Vue de la porte des Lions depuis l’extérieur de l’enceinte du château [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 38 > Vue du front nord-est, à l’angle du jardin des pierres d’attente [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 39 > Plan du château en 1815 auquel est superposé le plan actuel [© Région Centre, Inventaire général, H. Bouvet].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 40 > Vue du faux-appareil peint dans la pièce troglodytique de la tour des Minimes [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 41 > Vue du petit appareil allongé sous les croisées arasées de l’ancienne plate-forme nord du château [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 42 > Vue du parement à la base du pavillon Penthièvre [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 43 > Relevé de la demi-lune et d’une des ouvertures de tir [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 44 > Emplacement de la rampe d’accès et de la herse [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 45 > Vue du débouché du passage voûté de la rampe d’accès au château [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 46 > Plan du château d’Amboise en 1708, détail de la rampe d’accès [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 47 > Relevé de l’archère au rez-de-chaussée de la « tour des Barons » [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 48 > Vue de la base de la vis de la « tour des Barons » accessible depuis la rampe d’accès [© Région Centre, Inventaire général, R. Malnoury].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 49 > Vue de la vis de la « tour des Barons » accessible depuis la rampe d’accès [© Région Centre, Inventaire général, R. Malnoury].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 50 > Plan du château d’Amboise en 1708, détail de la « tour des Barons » au niveau R [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 51 > Vue de l’amorce du fossé [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 52 > Vestige d’une baie romane et de son chapiteau en haut à droite [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 53 > Vestige d’une baie romane et détail du cordon mouluré bûché [© L. Gaugain].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 54 > Vue du costé de la forest, Jacques Androuet du Cerceau, détail du logis de la tour Pleine (1560-1570) [reproduit dans F. Bourdon et C. Mignot, Jacques Androuet du Cerceau, op. cit., p. 157].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 55 > Vue du costé de la riviere, Jacques Androuet du Cerceau, détail du logis de la tour Pleine (1560-1570) [reproduit dans F. Bourdon et C. Mignot, Jacques Androuet du Cerceau, op. cit., p. 151].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8130/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search