Version classiqueVersion mobile

Amboise

 | 
Lucie Gaugain

Partie II. Le château : étude historique et monumentale

Le château : étude historique et monumentale

Texte intégral

1À partir du moment où le château devient possession royale, il assume un rôle moteur dans l’économie de la ville tout en continuant d’en assurer la défense de manière tangible et symbolique. Outre l’aspect défensif, la fréquence des séjours de la cour nécessite de repenser les logis. Textes, documents graphiques, bâtiments et site permettent de comprendre cet édifice majeur de l’architecture française mais aussi les projets, les choix et les idées des commanditaires.

  • 1 À propos des dessins de Jacques Androuet du Cerceau, se référer à F. Boudon et C. Mignot, Jacques A (...)

2Décrivons brièvement cet ensemble complexe de « logis » et « corps d’hostel », résultant de phases de construction successives, dont les dessins de Jacques Androuet du Cerceau réalisés dans les années 1560-1570 livrent encore la vision la plus complète1 (fig. 2, 8, 9, 10 et 11 CC). Nous reviendrons par la suite sur chacune des phases de la construction.

3Assis sur un éperon rocheux barré de deux fossés, le château se compose de neuf corps de logis. Du sud au nord : logis des Sept Vertus, logis dit de Louis XI, logis ouest, logis du Donjon et pavillon dit de Penthièvre, logis du Fossé, logis du Tambour, logis sur Loire, nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et logis d’Henri II. L’édifice compte aussi deux chapelles (du Saint-Sépulcre et Saint-Hubert), cinq tours (tour des Minimes, deux petites tours rondes, tour Pleine, tour Garçonnet et tour Heurtault), un jardin et ses bâtiments attenants (galeries, orangerie et logis de l’Armurerie), l’église collégiale Saint-Florentin située dans la seconde cour et différents bâtiments secondaires qui prennent place dans cette même cour mais dont il est difficile de définir le nombre exact(magasin à poudre, écuries, logis canonial et ensemble de la porte des Lions).

  • 2 BnF, ms. fr. 20877, publié par Alfred Spont, « Documents relatifs à la reconstruction du château d’ (...)
  • 3 AN, O2 1383, fo 2vo.
  • 4 FSL, Château d’Amboise, « Le livre de menuiserie faite et fournie à façon dans le château d’Amboise (...)
  • 5 ADIL, C 655, doc. 3, fo 12ro.
  • 6 ADIL, C 950, fo 21ro.

4Au sud, le logis des Sept Vertus, ainsi dénommé dans un compte d’ameublement de 1498, domine la ville2 (fig. 11). Il enjambe la rampe d’accès au château et se dresse dans la seconde cour par laquelle on accède à cheval ou à pied (fig. 28b). Touché par le feu en 17893, ses trois niveaux supérieurs finissent de disparaître en 1806-1808 tandis que son premier sous-sol est aménagé en écuries en 18324. À son extrémité occidentale, deux petites tours rondes, la plus à l’ouest appelée « tour Bourbon » dans les procès-verbaux de 16305 et l’autre, carrée, dénommée « tour des Barons » en 17616, sont héritées d’un état médiéval du château et assurent la continuité des bâtiments jusqu’au niveau du fossé séparant la seconde cour de la cour du Donjon (fig. 8 et 9 CC). Ces tours communiquent avec la rampe d’accès. La « tour des Barons » abrite la « chambre de la Herse » qui défend cette rampe et communique également, au niveau du promontoire, avec le châtelet d’entrée du donjon gardé par un pont-levis à flèches.

Fig. 29 > Vue de détail du linteau du portail [© Région Centre, Inventaire général, R. Malnoury].

  • 7 AN, KK 332, publié par Ch. Loiseau de Grandmaison, « Compotus particularis pagamenti… », op. cit., (...)
  • 8 Id., et ADIL, C 655, doc. 2, fo 3vo.
  • 9 ADIL, A7, fo 405 : « […] il y a une chapelle d’ordre gotique, bien scutrée et ornée, nommée la chap (...)
  • 10 MAP, Planothèque, 0082/037/2004, 009240.

5Le logis dit de Louis XI prend place dans la cour du Donjon, mais dans la continuité du logis des Sept Vertus. Ce corps d’hôtel abrite selon le compte d’ameublement de 1493-1494 les logis du roi et de la reine7. Il se trouve lié au sud aux chapelles du Saint-Sépulcre et Saint-Hubert (fig. 11 CC). La première, qui constitue le soubassement de la seconde, est ainsi désignée dans le compte d’ameublement de 1493-1494, dans les procès-verbaux de 16308 et dans un registre recensant le domaine royal fixe de la province de Touraine en 17759 ; la seconde s’est appelée « chapelle du donjon » ou « chapelle du roi » jusqu’aux campagnes de restauration initiées par Eugène Viollet-le-Duc en 1842 lors desquelles elle prend son nom en raison de l’iconographie du linteau représentant la conversion de saint Hubert10 (fig. 29). L’ensemble de ces constructions ont disparu en 1806-1808, à l’exception de la chapelle Saint-Hubert et des murs extérieurs de la chapelle du Saint-Sépulcre (fig. 30).

Fig. 30 > Vue d’ensemble de la rampe d’accès au château [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].

  • 11 AN, Cartes et Plans, O1 1903.
  • 12 ACA, CC89, fo 10vo (26 juillet 1468).
  • 13 AN, KK 76, fo 73vo et L.-A. Bosseboeuf, « Compte de Louis XI, Louis XII et Catherine de Médicis », (...)
  • 14 ADIL, C 655, doc. 4, fo 3ro et doc. 5, fos 3vo-4ro.
  • 15 É. Thomas, « Les énigmes… », op. cit., p. 157.

6À l’ouest, le logis dit de Louis XI est lié à la tour Pleine qui en dépend (fig. 8 CC) et qui marque l’angle sud-ouest du promontoire. Ses niveaux supérieurs ont été démolis avant 170811. Le long du petit côté ouest, un corps de bâtiment déjà disparu dans les années 1630 abriterait, selon notre hypothèse, les cuisines de bouche de Louis XI (cf. p. 82). Ce corps est lié à la tour Garçonnet occupée, dans les deux tiers inférieurs de sa hauteur, par un escalier monumental descendant dans la ville et, dans son tiers supérieur, par des logis et espaces de garde supprimés au XVIIe siècle (fig. 8 et 9 CC). Appelée « tour nefve » en 146812, « grosse tour » en 1491 et 149913, puis tour « razée » autour de 163014, elle reçoit son nom de tour Garçonnet dans la seconde moitié du XIXe siècle sans que l’on puisse véritablement en expliquer l’origine15.

  • 16 AN, KK 76, fo 73vo.
  • 17 AN, Cartes et Plans, O1 1903.
  • 18 La comparaison des procès-verbaux de 1761 (ADIL, C 950) à ceux de démolition de 1806-1808 (AN, Cart (...)
  • 19 FSL, Compte 1495-1496, fos 95vo-96ro.
  • 20 ADIL, C 655, doc. 4, fos 3vo et doc. 5, fo 4ro.

7Le long du rempart nord, s’étend une « galerie » couverte d’une « terrasse » ainsi dénommées en 1491 et 149916 (fig. 8 et 9 CC), mais condamnées avant 170817. Elles ouvrent sur le logis du Donjon qui n’existe plus en 1708 et qui est lui-même lié au pavillon dit de Penthièvre, petite tour carrée saillante sur le rempart nord, héritée de la forteresse médiévale, intégrée au logis, qui tient son nom des importants aménagements dont elle est l’objet entre 1786 et 1790, à l’initiative du duc de Penthièvre. Des campagnes de restauration qui suivent découle son aspect actuel18 (fig. 32 et 33 CC). Le compte de construction de 1495-1496 rapporte que le logis du dauphin Charles-Orland y prend place19, et il apparaît dans les procès-verbaux de 1630 sous le nom de « pavillon du roy Charles20 ».

  • 21 FSL, Compte 1495-1496, fos 95vo-96ro. Philippe de Commynes, Mémoires, collection particulière des m (...)
  • 22 AN, Cartes et Plans, O1 1903.

8Enfin, le donjon est fermé par un autre logis longeant le fossé dont les portiques ont vue sur le jeu de paume installé dans le fossé dès 149621. Il subsiste encore en 1630 lorsque sont rédigés les procès-verbaux le décrivant, mais disparaît avant 170822. En témoignent le plan levé à cette date et la Troisième Vüe de Jacques Rigaud réalise vers 1730 (fig. 15 CC).

  • 23 ADIL, C 655, doc. 3, fo 3ro.
  • 24 FSL, Compte 1495-1496, fo 90ro.
  • 25 ADIL, C 655, doc. 3, fo 16 et C 950, fo 6.
  • 26 MAP, 0081/37/1001 et 1002 ; planothèque, 0082/37/1001 ; et base Mémoire : cote sap04_02105844 à 021 (...)

9Existent encore aujourd’hui le long du rempart nord, mais dans la seconde cour, le logis du Tambour et le bâtiment sur Loire abritant la grande salle (fig. 2 CC). Le nom du premier figure dans les procès-verbaux de 163023, tandis que celui de la grande salle a changé en fonction de son usage : en 149624, elle est bien la « grande salle », en 1630, elle devient la « salle de bal » en référence à sa fonction du milieu du XVIe siècle, puis en 1761, elle est appelée « salle de garde » sans doute par analogie avec celles des logis royaux des XVIIe et XVIIIe siècles. Actuellement, appartenant au « logis du Roi25 », elle répond, bien qu’ils ne s’y soient jamais réunis, au nom de « salle des états » comme dans les rapports de restauration du service des Monuments historiques26.

  • 27 ADIL, C 655, doc. 2, fo 8ro.
  • 28 ADIL, C 950, fo 6.
  • 29 AN, O2 1383, fos 12 et 19 sq. ; MAP, 0081/37/1001 et 1002.
  • 30 F. Boudon et C. Mignot, Jacques Androuet du Cerceau…, op. cit., p. 150. Désignés sur le plan de 170 (...)
  • 31 ADIL, C 655, doc. 3, fo 21 et C 950, fo 7. AN, O2 1383.

10En retour d’équerre (fig. 8 et 9 CC), parallèle au fossé et face aux jardins, s’élève le nouveau logis de Charles VIII sur les jardins, auquel on ne connaît pas d’appellation particulière avant 1630, date à laquelle les procès-verbaux le nomment le « logis de la Royne » en référence aux appartements de Catherine de Médicis qui s’y trouvaient27. En 1761, on le nommait « logis de François Ier28 ». Par la suite, les procès-verbaux de 1806-1808 l’appellent « bâtiment de l’échansonnerie » et les rapports de restauration du service des Monuments Historiques « logis de Louis XII29 ». Aujourd’hui, il est appelé « logis du roi ». Dans son prolongement et barrant le promontoire jusqu’au-devant du logis des Sept Vertus, se trouvent de petits bâtiments annexes construits par Catherine de Médicis, dont Jacques Androuet du Cerceau dénonce la construction médiocre en 1579 et qui, selon le plan de 1708, ne comprennent qu’un seul niveau30 (fig. 8 et 9 CC). Puis, parallèlement au logis de Charles VIII et empiétant sur les jardins, le logis d’Henri II, construit pour le roi, est relié à celui de la reine par un couloir. Il apparait sous le terme de « logis du Roi » dans le procès verbal de 1630 et disparaît lors des démolitions de 1806-180831.

  • 32 A. Boulay de la Meurthe, « Pièce relative à la construction… », op. cit. FSL, Compte 1495-1496, fo (...)
  • 33 ADIL, C 655, doc. 3, fo 2vo et MAP, 0081/37/1001 et 1002, 1991/025/007.
  • 34 ADIL, C 655, doc. 3, fos 5ro-7 et C 950, fo 11vo.

11De part et d’autre du promontoire, attenantes pour l’une au logis des Sept Vertus au sud et pour l’autre au bâtiment de la grande salle sur Loire au nord, se dressent les deux célèbrent tours cavalières (fig. 9 et 11 CC). La tour des Minimes qualifiée de « grosse tour » est localisée dès 1495 et jusqu’en 1630 par rapport au quartier du Petit Fort puis32, à partir de cette date, par rapport au couvent des Minimes installé en contrebas de l’extrémité orientale du château33. À la place de son double couronnement (fig. 33 CC), issu des restaurations des architectes en chef des Monuments historiques Victor et Gabriel Ruprich-Robert menées à partir de 1882, s’élevait la salle « du logis du Roy » liée au logis d’Henri II. Cette salle, qui existait encore en 1761, disparaît dans les aménagements sénatoriaux de 1806-1808 et se trouve remplacée par une verrière (fig. 32 CC). Quant à la tour Heurtault, elle répond aux noms de « tour des fours » dans les textes de 1630 et de « tour de la rue de la porte Hurtault » dans ceux de 176134, en référence à la porte de ville éponyme qui s’ouvre à une centaine de mètres plus à l’est.

  • 35 FSL, Compte 1495-1496, fos 73ro et 226ro. BnF, Pièces Originales 2334, fragment de compte du 11 avr (...)
  • 36 AN, KK 289, fo 500vo. Et Antoine Leroux de Lincy, « Inventaire des vieilles armes conservées au châ (...)

12Le « jardin du roy » s’étend au-devant du nouveau logis de Charles VIII (fig. 8, 9, 10 et 11 CC), sur un terrain aplani, dominé par l’église Saint-Florentin. Ses aménagements qui évoluent au cours des siècles sont documentés par le compte de construction de 1495-1496, celui de 1501 puis par tous les procès verbaux35 (fig. 2). Il est bordé de portiques et de belvédères du côté de la Loire, d’une « galerie » le surplombant à l’est, dite « haute », d’une orangerie notamment mentionnée sur le plan de 1708 et de logis du côté de l’église. Celui « de l’Armurerie », prenant place à l’aplomb du mur en brique et pierre au sud, est cité dès 151536. Les autres semblent liés à la fonction canoniale. À partir du XVIIe siècle, l’ensemble des logis de la basse-cour sont voués à cette fonction.

  • 37 BnF, ms. fr. 20579. AN, KK62, fos 19-20. ADIL, C 655 et C 950, fo 9ro.
  • 38 ADIL, C 655, doc. 3, fo 25ro et C 950, fo 11vo.

13La basse-cour à proprement parler s’étend dans le quart sud-est du promontoire (fig. 8, 9, 10 et 11 CC). L’église Saint-Florentin en occupe une part importante. Édifiée par Foulque Nerra autour de 1030, elle est progressivement dotée de chapelles latérales, d’un cloître et d’un cimetière37. À côté de la tour Heurtault sont installées des écuries que l’on retrouve sur le plan de 1708 et dans les procès-verbaux de 1630 et 176138. Jacques Androuet du Cerceau propose quant à lui, à l’angle du promontoire, un bastion ou oreillon qui existe encore en grande partie et, sur le front sud-est, un ensemble de constructions ressemblant plutôt à des logements. Mais leur représentation simplifiée laisse supposer que le dessinateur ne leur a pas vraiment prêté attention.

  • 39 ACA, CC 102, fo 26vo, CC 104 et CC 197.
  • 40 AN, KK 84, fo 90. Des lions furent ramenés par Vincent Gelée de Paris à Amboise en 1496 (XIX/12, 2 (...)
  • 41 ADIL, C 655, doc. 4, fo 6vo.
  • 42 ADIL, C 950, fo 12vo.
  • 43 ADIL, A 7, fo 365ro.

14Enfin, la porte des Lions garde l’entrée orientale du château (fig. 8, 9, 10 et 11 CC), donnant sur le coteau. Appelée « poterne du chastel » en 1480 et 148139, elle tient probablement son nom des lions, signalés à Amboise dès 1494 et qui vivaient vraisemblablement dans le fossé40. L’appellation « porte des Lions » apparaît pour la première fois dans les procès-verbaux des années 163041. Elle est toujours nommée ainsi en 176142 et la description du décor de la seconde porte, située au-delà des ravelins et demi-lune, comprend deux lions en 177543.

15Revenons à présent en détail sur la chronologie des constructions en commençant par l’analyse du site actuel et des constructions antérieures à la confiscation de la place par Charles VII en 1434.

Notes

1 À propos des dessins de Jacques Androuet du Cerceau, se référer à F. Boudon et C. Mignot, Jacques Androuet du Cerceau.…, op. cit., p. 14-20.

2 BnF, ms. fr. 20877, publié par Alfred Spont, « Documents relatifs à la reconstruction du château d’Amboise (1495-1496) », Correspondances historique et archéologique, tome I, 1894, p. 367-372.

3 AN, O2 1383, fo 2vo.

4 FSL, Château d’Amboise, « Le livre de menuiserie faite et fournie à façon dans le château d’Amboise pour sa majesté Louis-Philippe Ier roi des Français : fait par Lasserre, maître menuisier à Amboise, commencé le 20 février 1832 ».

5 ADIL, C 655, doc. 3, fo 12ro.

6 ADIL, C 950, fo 21ro.

7 AN, KK 332, publié par Ch. Loiseau de Grandmaison, « Compotus particularis pagamenti… », op. cit., p. 253-304.

8 Id., et ADIL, C 655, doc. 2, fo 3vo.

9 ADIL, A7, fo 405 : « […] il y a une chapelle d’ordre gotique, bien scutrée et ornée, nommée la chapelle du roy, et au dessous, une autre chapelle servant de Sépulcre […] ».

10 MAP, Planothèque, 0082/037/2004, 009240.

11 AN, Cartes et Plans, O1 1903.

12 ACA, CC89, fo 10vo (26 juillet 1468).

13 AN, KK 76, fo 73vo et L.-A. Bosseboeuf, « Compte de Louis XI, Louis XII et Catherine de Médicis », La Touraine historique, documents inédits, Tours, 1899, p. 10.

14 ADIL, C 655, doc. 4, fo 3ro et doc. 5, fos 3vo-4ro.

15 É. Thomas, « Les énigmes… », op. cit., p. 157.

16 AN, KK 76, fo 73vo.

17 AN, Cartes et Plans, O1 1903.

18 La comparaison des procès-verbaux de 1761 (ADIL, C 950) à ceux de démolition de 1806-1808 (AN, Cartes et Plans, O1 1903) permet de restituer les transformations de ce pavillon en cabinet de travail du duc de Penthièvre.

19 FSL, Compte 1495-1496, fos 95vo-96ro.

20 ADIL, C 655, doc. 4, fos 3vo et doc. 5, fo 4ro.

21 FSL, Compte 1495-1496, fos 95vo-96ro. Philippe de Commynes, Mémoires, collection particulière des mémoires particuliers relatifs à l’histoire de France, tome XII, Londres et Paris, 1785, p. 430-431.

22 AN, Cartes et Plans, O1 1903.

23 ADIL, C 655, doc. 3, fo 3ro.

24 FSL, Compte 1495-1496, fo 90ro.

25 ADIL, C 655, doc. 3, fo 16 et C 950, fo 6.

26 MAP, 0081/37/1001 et 1002 ; planothèque, 0082/37/1001 ; et base Mémoire : cote sap04_02105844 à 02105878_p[1].jpg

27 ADIL, C 655, doc. 2, fo 8ro.

28 ADIL, C 950, fo 6.

29 AN, O2 1383, fos 12 et 19 sq. ; MAP, 0081/37/1001 et 1002.

30 F. Boudon et C. Mignot, Jacques Androuet du Cerceau…, op. cit., p. 150. Désignés sur le plan de 1708 comme « petits bastiments sans rien au-dessus » (AN, Cartes et Plans, O1 1903).

31 ADIL, C 655, doc. 3, fo 21 et C 950, fo 7. AN, O2 1383.

32 A. Boulay de la Meurthe, « Pièce relative à la construction… », op. cit. FSL, Compte 1495-1496, fo 89ro.

33 ADIL, C 655, doc. 3, fo 2vo et MAP, 0081/37/1001 et 1002, 1991/025/007.

34 ADIL, C 655, doc. 3, fos 5ro-7 et C 950, fo 11vo.

35 FSL, Compte 1495-1496, fos 73ro et 226ro. BnF, Pièces Originales 2334, fragment de compte du 11 avril 1501 (n. st.). ADIL, C 655, doc. 2, fo 9vo et C 950, fos 8-9 et AN, O2 1383, fo14ro.

36 AN, KK 289, fo 500vo. Et Antoine Leroux de Lincy, « Inventaire des vieilles armes conservées au château d’Amboise », Bibliothèque de l’École des chartes, tome IV, 2e série, 1847-1848, p. 412-422.

37 BnF, ms. fr. 20579. AN, KK62, fos 19-20. ADIL, C 655 et C 950, fo 9ro.

38 ADIL, C 655, doc. 3, fo 25ro et C 950, fo 11vo.

39 ACA, CC 102, fo 26vo, CC 104 et CC 197.

40 AN, KK 84, fo 90. Des lions furent ramenés par Vincent Gelée de Paris à Amboise en 1496 (XIX/12, 2 septembre 1497, dans Claire Béchu, Florence Greffe et Isabelle Pébay, Archives nationales. Minutier central des notaires de Paris, minutes du XVe siècle de l’étude IX, inventaire analytique, Paris, AN, 1993, no 3733). On parle dans le compte de construction de 1495-1496 du logis des Lions (FSL, Compte 1495-1496, fo 160vo).

41 ADIL, C 655, doc. 4, fo 6vo.

42 ADIL, C 950, fo 12vo.

43 ADIL, A 7, fo 365ro.

Table des illustrations

Légende Fig. 29 > Vue de détail du linteau du portail [© Région Centre, Inventaire général, R. Malnoury].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 30 > Vue d’ensemble de la rampe d’accès au château [© Région Centre, Inventaire général, M. Hermanovicsz].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search