Version classiqueVersion mobile

Un seul corps

 | 
Amélie Bernazzani

Partie IV – La lamentation comme configuration ecclésiale

Introduction

Texte intégral

  • 1 Jacob Burckhardt, Civilisation de la Renaissance en Italie, Paris, 1994.
  • 2 Ibid., p. 197-203 : « L’État italien et l’individu ».
  • 3 Ibid., p. 197.
  • 4 Wallace Ferguson, The Renaissance in Historical Thought : Five Century on Interpretation, Boston, 1 (...)
  • 5 Jean-Claude Schmitt, « La découverte de l’individu : une fiction historiographique ? », dans Le cor (...)
  • 6 Walter Ullmann, The Individual and Society in the Middle Ages, Baltimore, 1966.

1Dans la seconde partie de Civilisation de la Renaissance en Italie, qu’il publie pour la première fois en 1860, Jacob Burckhardt consacre un chapitre entier au « développement de l’individu1 ». Selon lui, la naissance de la notion d’individu – un membre isolé de la collectivité – est concomitante de celle de l’État italien et est un phénomène essentiellement urbain2. De ce point de vue, toujours d’après Jacob Burckhardt, l’humanisme de la Renaissance s’oppose au Moyen Âge qui « se caractérise par une confusion des valeurs objectives et des valeurs subjectives, ne laissant de la sorte aucune place à l’émergence de l’individu : l’homme ne se connaissait que comme race, peuple, parti, corporation, famille, ou sous toute autre forme, générale et collective3. » À partir des années 1960, les historiens – médiévistes pour la plupart – révisent les conceptions de Jacob Burckhardt à propos de l’émergence de la notion d’individu. Leur volonté est surtout de rétablir la chronologie et de nuancer la rupture que Jacob Burckhardt établit entre le Moyen Âge et la Renaissance. De fait, au cours de ce que Wallace Fergusson appelle « The revolt of the medievalist4 », certains attribuent au XIIIe siècle les caractéristiques que Jacob Burckhardt donne au XVe. Comme Jean-Claude Schmitt le rappelle5, c’est en particulier avec l’ouvrage de Walter Ullmann6 (1966) que le Moyen Âge émerge positivement dans l’histoire de la naissance de la notion d’individu. L’historien australien repère en effet des facteurs d’individualisme dans le système féodal et prouve que les droits du citoyen-individu sont apparus bien avant le XVe siècle.

  • 7 Peter Dronke, Poetic Individuality in the Middle Ages, Oxford, 1970.
  • 8 Robert Hanning, The Individual in Twelfth-Century Romance, New Heaven, 1977.
  • 9 Richard Southern, The Making of the Middle Ages, New Heaven, 1959, p. 219-257 et « Medieval Humanis (...)
  • 10 Collin Morris, The Discovery of the Individual: 1050-1200, New York, 1973.
  • 11 John Benton, « Individualism and Conformity in Medieval Western Europe », dans Amin Banani et Spero (...)
  • 12 Cf. Roberto Cobianchi, « The Practice of Confession and Franciscan Observant Churches : New Archite (...)
  • 13 Cf. Jean-Claude Schmitt, « La découverte de l’individu… », art. cit., p. 254.
  • 14 Cf. Jean-Claude Schmitt, « La découverte de l’individu… », art. cit., p. 254.

2Dans les années 1970, Peter Dronke7, suivi quelques années plus tard par Robert Hanning8, parvient aux mêmes conclusions dans le champ disciplinaire de la littérature. Quasiment dans le même temps, des auteurs tels que Richard Southern9, Collin Morris10 et John Benton11 montrent qu’une prise de conscience de soi-même s’effectue dans la pratique de la religion qui devient de plus en plus individuelle. La meilleure preuve est l’avènement de la spiritualité des ordres mendiants qui revendiquent un accès personnel et immédiat au Christ souffrant grâce à la méditation. De plus, entre le XIIe et le XIIIe siècle s’instaure la confession en tête à tête avec le prêtre12. Dès lors, comme le démontre Jacques Le Goff13, la conscience de chacun face à la mort devient plus personnelle : l’accent se met sur le jugement individuel qui s’effectue juste après la mort. Il n’est plus question d’attendre le verdict divin lors du jugement dernier : les tourments qui sont endurés au purgatoire sont proportionnels aux péchés commis. Pour résumer, on pourrait dire que la relation à Dieu et la conscience individuelle face à la mort sont les deux creusets les plus importants de l’émergence de la notion d’individu au XIIe siècle14.

  • 15 Caroline Walker Bynum, Jesus as Mother. Studies in the Spirituality of the High Middle Ages, Los An (...)
  • 16 Ibid., p. 84.
  • 17 Ibid., p. 86-90.

3Il convient pourtant de nuancer le propos. En effet, face à la mort, un individu qui appartient à la communauté chrétienne n’est pas vraiment tout à fait seul : il peut espérer que ses peines de pécheur seront écourtées par les prières ou les messes qui seront dispensées en sa faveur par les vivants. Par conséquent, en même temps que les réactions face à la mort favorisent la conscience de soi, elles engendrent des réseaux de solidarité qui se fondent sur l’amitié, la famille, etc. De ce point de vue, la synthèse nuancée que Caroline Walker Bynum15 propose semble constituer la piste de réflexion la plus sûre. D’une part, elle loue les recherches menées dans les années 1960-1970 parce qu’elles rétablissent la chronologie et prouvent que l’émergence de la notion d’individu se place au XIIe siècle plutôt qu’au XVe. D’autre part, elle reproche à ces mêmes recherches de trop souvent considérer que la prise de conscience de l’individu induit une disparition de la communauté, « both community support and community control16 ». D’après Carolyn Walker Bynum, le développement de l’individu (inner man) ne se fait pas au détriment du groupe (outer man) mais grâce à lui. On sait, dit-elle, que le XIIe siècle découvre le groupe en même temps que l’individu : la période qui s’étend de 1050 à 1200 se caractérise aussi bien par le développement des corporations et des ordres que par celui des ermites et des vagabonds. Toujours d’après Carolyn Walker Bynum17, sous le terme individu (individual), il convient donc de comprendre le moi (self), au sens chrétien du terme : l’homme ne peut s’accomplir seul, mais seulement dans une relation intime avec Dieu et avec tous ceux qui vivent dans sa communion. C’est la définition de l’Ecclesia universalis qui nécessite un rapide état historiographique avant d’être appliquée aux images de la Lamentation.

Notes

1 Jacob Burckhardt, Civilisation de la Renaissance en Italie, Paris, 1994.

2 Ibid., p. 197-203 : « L’État italien et l’individu ».

3 Ibid., p. 197.

4 Wallace Ferguson, The Renaissance in Historical Thought : Five Century on Interpretation, Boston, 1948, p. 329-385.

5 Jean-Claude Schmitt, « La découverte de l’individu : une fiction historiographique ? », dans Le corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale, Paris, 2001, p. 247.

6 Walter Ullmann, The Individual and Society in the Middle Ages, Baltimore, 1966.

7 Peter Dronke, Poetic Individuality in the Middle Ages, Oxford, 1970.

8 Robert Hanning, The Individual in Twelfth-Century Romance, New Heaven, 1977.

9 Richard Southern, The Making of the Middle Ages, New Heaven, 1959, p. 219-257 et « Medieval Humanism », Medieval Humanism and other Studies, Oxford, 1970, p. 29-60.

10 Collin Morris, The Discovery of the Individual: 1050-1200, New York, 1973.

11 John Benton, « Individualism and Conformity in Medieval Western Europe », dans Amin Banani et Speros Vryonis (dir.), Individualism and Conformity in Classical Islam, Wiesbaden, 1977, p. 145-158.

12 Cf. Roberto Cobianchi, « The Practice of Confession and Franciscan Observant Churches : New Architectural Arrangements in Early Renaissance Italy », Zeitschriftfür Kunstgeschichte, 2006/3, p. 289-304.

13 Cf. Jean-Claude Schmitt, « La découverte de l’individu… », art. cit., p. 254.

14 Cf. Jean-Claude Schmitt, « La découverte de l’individu… », art. cit., p. 254.

15 Caroline Walker Bynum, Jesus as Mother. Studies in the Spirituality of the High Middle Ages, Los Angeles, 1982, p. 85.

16 Ibid., p. 84.

17 Ibid., p. 86-90.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search