Version classiqueVersion mobile

Un seul corps

 | 
Amélie Bernazzani

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est le résultat du remaniement de ma thèse de doctorat en histoire des arts soutenue en mars 2011 au Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours (université François-Rabelais).

2Je ne pourrais nommer tous ceux qui furent pour moi les soutiens – conscients ou inconscients – de cette aventure, mais comment ne pas insister sur tout ce que cet ouvrage doit à mon professeur et directeur de thèse, monsieur Maurice Brock. L’originalité et la pertinence de sa méthode, découverte dès ma première année à l’université, sont en effet à l’origine de mon intérêt, non seulement, pour la période moderne, mais aussi, pour l’iconographie religieuse qui m’était totalement étrangère. Dès la maîtrise, c’est avec une patience et une rigueur à toute épreuve qu’il a su accueillir et guider mes intuitions : qu’il soit publiquement remercié pour ses conseils avisés, ainsi que pour la confiance qu’il m’a accordée en me permettant de goûter aux joies de l’enseignement de la discipline qui me passionne tant.

3Je ne saurais non plus passer sous silence la dette de reconnaissance que j’ai contractée envers les institutions qui ont soutenu et facilité cette recherche à tous les niveaux. D’abord, la région Centre, l’École doctorale de l’université François-Rabelais de Tours et le CESR, qui ont soutenu financièrement ou intellectuellement l’étape de la recherche ou de la publication. Ensuite, les photothèques, les bibliothèques et ceux qui en sont l’âme : de par le monde, j’ai toujours été reçue avec une bienveillance réconfortante. Une place privilégiée revient ici à l’École française de Rome, dont j’ai été l’hôte à trois reprises : à travers l’institution, mes remerciements sincères vont à mon directeur d’études, monsieur Jean-François Chauvard, et à monsieur Marc Bayard, alors chargé de mission pour l’histoire de l’art à l’Académie de France à Rome, qui me logeait. Enfin, je remercie l’Académie et son directeur, qui fut aussi mon professeur, monsieur Éric de Chassey : si cette recherche n’est pas issue de cette année exceptionnelle en tant que pensionnaire, j’ai tout de même pu y relire les différents jeux d’épreuves dans des conditions de travail inégalables et au contact de personnalités extraordinaires. Je remercie également les collègues du département d’histoire de l’art de l’université de Tours, ainsi que les étudiants : ils ne savent pas toujours combien l’évolution de ma réflexion doit à l’écoute de leurs interventions, à la lecture de leurs travaux et aux échanges que nous avons eu.

4Pour finir, je m’en voudrais de ne pas rendre hommage aux miens – famille et amis –, qui me rendent la vie si riche et si joyeuse. Ils voudront bien me pardonner cet anonymat collectif, dans lequel se doivent tout de même d’apparaître Frédéric Herbin et Abel, soutiens du quotidien, sans qui rien n’aurait été possible : que l’aventure soit encore très longue et toujours aussi douce.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search