Version classiqueVersion mobile

La demeure noble en Haute-Normandie

 | 
Xavier Pagazani

Chapitre 7. La maison seigneuriale : les « dedans »

Texte intégral

Il vaudroit trop mieux à l’Architecte, selon mon advis, faillir aux ornements des colomnes, aux mesures et fassades (ou tous qui font profession de bastir s’estudient le plus) qu’en ces belles reigles de nature, qui concernent la commodité, l’usage, et prouffit des habitans.
Philibert Delorme, Le premier tome de l’architecture, Paris, 1567, f° 14r°.

  • 1 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 11.
  • 2 Estienne H., Apol. XVIII, 1566 (cité par Bonnaffé E., Études sur la vie privée…, op. cit., p. 101). (...)
  • 3 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 11-12.

1L’attention toute particulière portée à la distribution du logis noble en France au XVIe siècle, dont témoignent notamment cette citation de Philibert Delorme et les recueils de modèles de Jacques Androuet du Cerceau, fait partie de l’héritage médiéval national1. Pleinement conscients de leurs mérites en la matière, les Français ont su profondément renouveler cet héritage au cours du siècle, ce que soulignent certains contemporains : « Je n’oublieray pas leur façon de bastir qui estoit telle qu’ils se privoient presque de toutes les commoditez, lesquelles aujourd’huy nous requérons (et à bon droict) en un bastiment », écrit Henry Estienne en 15662. Néanmoins, c’est seulement depuis une vingtaine d’années que les historiens de l’architecture s’intéressent à cet aspect, pourtant essentiel, de la Renaissance française : les ouvrages et articles de Monique Chatenet, Jean Guillaume, Bertrand Jestaz, Mary Whiteley et Françoise Boudon (pour ne citer qu’eux) ont offert une révision radicale des schémas d’analyse et des connaissances du sujet3. Mais aussi fondateurs que soient ces travaux, le fait qu’ils portent quasi exclusivement sur les logis royaux et princiers rend difficile la généralisation de toutes les observations : chaque milieu présentant des caractères spécifiques, les fonctions et les usages distributifs des demeures varient forcément d’un milieu à un autre – comme d’une strate de la noblesse à une autre.

  • 4 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., Voir aussi les études (passées o (...)

2C’est donc sur un terrain presque vierge mais non dénué de jalons que l’on peut avancer : peu de points de comparaison pour l’étude spécifique de la distribution des demeures de la petite et moyenne noblesse en dehors d’une étude pionnière sur les manoirs bretons4, mais une méthode solide établie par les travaux que l’on a dits. Les sources de la présente étude sont le traité de Philibert Delorme et les recueils de modèles de Du Cerceau déjà cités, ainsi que quelques inventaires de biens meubles retrouvés et les plans restitués d’une cinquantaine de maisons nobles haut-normandes.

L’ENTREE ET L’ESCALIER DE LA MAISON : DES PARTICULARISMES NORMANDS

  • 5 Impey E., « Seigneurial Domestic Architecture in Normandy, 1050-1350 », in G. Meirion-Jones et M. J (...)
  • 6 Près de 90 % des maisons de mon catalogue.
  • 7 Guillaume J., « L’escalier dans l’architecture française de la première moitié du XVIe siècle », in(...)

3C’est dans l’accès direct au logis seigneurial que se révèle le plus clairement l’originalité de l’architecture normande dont elle est l’une des constantes – comme elle l’est de l’ancienne zone d’influence anglo-normande, mais aussi, parfois, du Berry et de l’Anjou5. Dans ces régions, l’accès au logis par l’intermédiaire de l’escalier, formule si largement majoritaire dans le reste de la France, fait figure d’exception au XVe siècle. La porte d’entrée perce directement la façade antérieure6. Cette particularité n’est pas sans conséquences : l’escalier, réduit à un simple organe de circulation, est relégué le plus souvent dans une tour en façade postérieure ; tous les signes d’appartenance du propriétaire à la classe dominante (écu armorié, décor sculpté, éléments de défense, etc.) sont reportés sur la porte d’entrée et, bientôt, ailleurs sur la façade ; l’entrée se fait directement dans la salle, qui est au rez-de-chaussée. Toutefois, l’accès direct au logis n’est pas non plus sans inconvénients : l’entrée est peu signalée (au contraire de la porte percée dans la tour d’escalier, qui donne une forte visibilité architecturale et symbolique à la maison). De plus, il faut forcément passer par la salle pour se rendre dans les autres pièces du logis, les visiteurs ne sont donc pas filtrés et l’ouverture de la porte crée de grands courants d’air. C’est pour répondre à ces problèmes que des dispositifs anciens sont encore employés ou que de nouveaux voient le jour à partir de la fin du XVe siècle. Ils jouent un rôle d’espace intermédiaire entre l’extérieur et l’intérieur du logis, à l’instar de la cage de l’escalier des constructions ligériennes7, et certains vont bouleverser l’architecture de la maison noble.

Le tambour

  • 8 Gay V., Glossaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissance par Victor Gay. Texte revu et com (...)

4Le dispositif le plus ancien est certainement le tambour (appelé « tournevent » ou « ostevent » au Moyen Âge et « porche de chambre » à l’époque moderne), mot qui désigne une construction légère, le plus souvent en menuiserie, beaucoup plus rarement en maçonnerie, percé d’une ou de plusieurs portes. Il semble que l’usage des tambours était fort répandu dès le XIVe siècle, comme l’ont révélé plusieurs études récentes8. Il est ainsi expliqué par Henri Sauval qui écrit sur le sujet au milieu du XVIIe siècle :

  • 9 Sauval H., Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, t. 2, Paris, 1724, p. 278.

On entroit dans les Chambres et les Salles, aussi-bien que dans les Chapelles, les Galleries et autres lieux semblables, par un porche de menuiserie à trois, quatre ou à cinq faces, haut de neuf et de douze pieds ; d’ordinaire on le faisoit de bois d’Irlande ; ils étoient couverts d’ornemens, et terminés de figures et autres enrichissemens gothiques ; ils s’ouvroient de toutes parts, afin de pouvoir entrer et sortir plus commodément. Enfin ils ressembloient à ces vieilles portes de bois qui se voyent encore en quantité de vieux logis, et quoiqu’ils défigurent et embarrassent les lieux, nos vieillards pourtant ne s’en veulent point défaire et les conservent en dépit d’un chacun.9

  • 10 Document 11, art. 40.
  • 11 Document 12, art. 26.
  • 12 L’avant-projet du château de Gaillon, dit « plan de Poitiers » (AD Vienne, carton 37, pièce 8), rep (...)
  • 13 Sur la sallette, voir p. 238-241.

5En raison de leur nature (en bois), très peu d’« ostevents » ont été conservés. On peut toutefois supposer leur existence dans un certain nombre de cas par la présence d’aménagements spécifiques : à Beuzeville-la-Guérard et à Houlbec, bâtis dans la décennie 1490, une petite fenêtre est percée en hauteur dans la façade près de l’entrée (fig. 146, 147a). Sa présence à cet endroit ne se comprend que si elle éclairait un tambour en menuiserie aujourd’hui disparu. Sans doute du même type que le tambour du manoir de La Fleuriaie, à Avire (Maine-et-Loire), le tambour de Beuzeville avait certainement la particularité de commander à la fois la salle (à gauche) et la cuisine (à droite – fig. 147b). En outre, une petite meurtrière percée dans le mur à droite de l’entrée du logis permettait de défendre celle-ci depuis le tambour. Les « porches » d’Ételan (vers 1494), eux aussi disparu, sont attestés par un inventaire (155710), par l’agencement des pièces au rez-de-chaussée qui nécessite leur présence pour les distribuer, et par la forme inhabituelle du pavillon d’escalier, avec ses grandes arcades ouvertes à tous vents (fig. 32b). L’existence d’un tambour à l’entrée de la « grande salle [du] vieil corps de logis » d’Harquency (156711) ne fait pas non plus de doute. Ce dispositif, généralement en bois, était certainement beaucoup plus couramment employé que ne le laissent supposer ces quelques exemples et d’autres édifices normands en étaient pourvus, comme l’atteste le tambour de Clères dessiné et gravé avant sa disparition lors d’un incendie en 1862 (fig. 148), y compris lorsque la tour d’escalier ouvre sur la grande salle, comme le suggèrent les exemples de Thevray et d’Héronchelles12 (fig. 113). Malgré la disparition du tambour, sa présence dans ces édifices est révélée par une petite feuillure autour de l’encadrement intérieur de la porte et dans le mur de refend à côté, ainsi que par de petits trous dans la maçonnerie où il était scellé par des fixations métalliques. C’est à Mentheville, daté de l’extrême fin du XVIe siècle, qu’on trouve l’unique tambour conservé, et pour cause : il s’agit d’un ouvrage en pierre de taille (fig. 149). De plan rectangulaire (environ 2 × 1,60 mètre), haut de 2 mètres, il est placé à l’entrée du logis dans la salle et le haut de ses murs est souligné par une corniche à doucine. Comme à Beuzeville, il avait une fonction défensive : ses murs sont percés de petites meurtrières. L’autre porte d’entrée de Mentheville, qui ouvre dans la sallette13, comportait probablement elle aussi un tambour, comme le laissent supposer les arrachements laissés dans le mur et le tableau biais de la porte facilitant la circulation à l’intérieur d’un espace réduit.

Fig. 146 > Houlbec, à Houlbec-près-le-Gros-Theil (Eure). Extrémité sud de la maison noble, état en 2007. À droite la porte d’entrée de la chambre seigneuriale, à gauche la petite ouverture verticale qui donnait du jour à l’intérieur du tambour.

Fig. 147a > Beuzeville-la-Guérard (Seine-Maritime). Porte d’entrée de la maison noble. À droite, une meurtrière cruciforme (en bas) et une petite ouverture (en haut) qui donnait du jour à l’intérieur du tambour.

Fig. 147b > Beuzeville-la-Guérard (Seine-Maritime). Plans restitués du rez-de-chaussée et du premier étage, état vers 1500. a : meurtrière. b : petite fenêtre. C : cabinet. CH : chambre. CU/SL : cuisine/sallette. Fo : four à pain. G : grande salle. GCH : grande chambre. GR : garde-robe. L : latrine.

L’allée, le vestibule et le porche dans-œuvre

  • 14 Un dispositif mixte, tenant à la fois du tambour et de l’allée, existait en Île-de-France au châtea (...)
  • 15 C’est l’appellation qui apparaît dans les textes (voir, par exemple, document 13, art. 8) et dans l (...)
  • 16 En Angleterre où les mêmes dispositions se retrouvent, celles-ci donnèrent lieu à un autre disposit (...)
  • 17 Les autres édifices de la région sont Bourgtheroulde, Le Bus, Acquigny, La Motte, Guetteville, Fleu (...)

6Les problèmes posés par l’entrée directe dans la salle et les avantages qu’offrait le tambour sont peut-être à l’origine d’une formule appelée à faire souche en Normandie et dans le reste de la France14 : l’« allée15 ». Celle-ci apparaît, semble-t-il, conjointement au corps double en profondeur à Martainville, vers 1495 (fig. 44). Il s’agit d’un large couloir traversant placé au milieu du corps et qui précède un escalier situé dans une tour hors-œuvre en façade arrière, sa place traditionnelle en Normandie. L’allée dessert à gauche la grande salle, à droite la cuisine et une sallette. Comme celle de la salle, la porte de la sallette est placée le plus loin possible de l’entrée, ce qui oblige à parcourir l’allée couverte d’une magnifique voûte d’ogives ornée de peinture et de culots et clefs sculptées (fig. 150). À l’allée couplée à l’escalier du rez-de-chaussée répond à chaque étage des couloirs traversants desservis par l’escalier. On ignore l’origine du plan absolument neuf de Martainville, mais on comprend que l’introduction de ce système de circulation permet d’obtenir une partition claire du corps de logis : les salles et les offices sont regroupés au rez-de-chaussée et les chambres aux étages ; toutes les pièces sont indépendantes les unes des autres, salles comprises. Rien ne laissait présager l’apparition d’un tel parti architectural en Normandie, bien que les dispositions traditionnelles des maisons nobles normandes, à savoir l’accès direct à la salle depuis l’extérieur (située au rez-de-chaussée) et la tour d’escalier rejetée en façade postérieure, se prêtaient à l’établissement d’une allée16. Il reste que ce parti si novateur paraît avoir rencontré un succès immédiat et prolongé dans la province. On dénombre plus d’une dizaine d’édifices du XVIe siècle qui en sont inspirés, tels Fontaine-le-Bourg, Tilly, Auffay-la-Mallet et Bailleul17 et si dans quelques cas, les plus modestes (Les Fossés ou La Valouine par exemple), l’allée est un simple espace de circulation, dans d’autres demeures de plus grande qualité et résolument à la mode, son traitement fait l’objet de plus de soin.

Fig. 148 > Clères (Seine-Maritime). Tambour de porte en bois sculpté aux armes et aux chiffres de Georges de Clères et d’Anne de Brézé. Lithographie publiée dans H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration, t. 4, Paris, 1890, fig. 248.

Fig. 149 > Mentheville (Seine-Maritime). Tambour à l’entrée de la maison noble, dans la grande salle.

Fig. 150 > Martainville, à Martainville-Épreville (Seine-Maritime). Allée du rez-de-chaussée. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Beghin]

7Peu après son mariage avec Catherine de Canouville (1523), Antoine de Houdetot, l’un des gentilshommes de la maison du roi, entreprend d’importants travaux dans sa maison campagnarde d’Auffay : il ajoute une allée couverte par une superbe voûte en berceau à caissons et petites clefs pendantes (disparues) tandis que la nouvelle porte ouvrant dans la salle reçoit un encadrement de pilastres cannelés et rudentés. Au logis du Bus que font rebâtir Claude d’Anlezy et Renée du Bus entre 1525 et 1535, l’allée est dotée de bancs en pierre installés dans un renfoncement du mur de sorte que, de cet endroit, les visiteurs attendant d’être reçus pouvaient voir la généalogie des propriétaires peinte sur la frise règnant en haut des murs – disposition qui atteste de la fonction de pièce d’attente attachée à l’allée (fig. 124). En outre, l’allée est éclairée par des oculi percés de chaque côté du fronton qui couronne l’entrée (fig. 141). Au Bus encore, l’allée se trouve pour la première fois couplée avec un escalier rampe sur rampe, disposé à sa place habituelle en Normandie dans un pavillon rectangulaire hors-œuvre en façade postérieure.

8C’est à Acquigny, bâti entre 1547 et 1557, que la formule connaît un rebondissement spectaculaire : l’allée devient un vestibule « à l’antique » (fig. 65, 151). En effet, la pièce est installée à la place habituellement attribuée à l’allée, c’est-à-dire au centre de la distribution ; elle est couplée avec l’escalier (à rampes droites autour d’un réduit central), logé, ici encore, à sa place habituelle dans un pavillon hors-œuvre en façade postérieure ; comme à Martainville, à Fontaine-le-Bourg, à Tilly et au Bus, elle commande les salles et la cuisine. En revanche, son traitement diffère radicalement. Trois colonnes toscanes cannelées sont disposées en enfilade dans l’axe de la pièce rectangulaire et des piliers et pilastres du même ordre, adossés aux parois, portent une voûte complexe constituée de deux berceaux en plein-cintre parallèles pénétrés de lunettes entre chaque couple de support. L’ensemble du vestibule, avec ses puissantes colonnes, et de la cage d’escalier, qui l’éclaire, constitue déjà une véritable scénographie architecturale.

Fig. 151 > Acquigny (Eure). Vestibule à l’antique, avec son enfilade de colonnes toscanes portant le mur de refend du premier étage.

  • 18 Le vestibule a été restauré au XIXe siècle, mais des plans du siècle précédent attestent la présenc (...)
  • 19 Aux hôtels de La Vrillière [Babelon J.-P. et Mignot C. (dir.), François Mansart…, op. cit., p. 59] (...)

9Cette formule ne se généralise pas : après Acquigny, seul Bailleul (vers 1565) comporte un vestibule à l’antique, plus modeste, avec des niches et de simples pilastres adossés18 ; les vestibules des Fossés et de La Valouine ne reçoivent pas, pour autant qu’on le sache, de traitement particulier. Il faut attendre le grand renouvellement des intérieurs des années 1630-1650, pour voir la formule réapparaître à Paris19.

  • 20 Voir document 13, art. 8.
  • 21 D’autres exemples se voient dans le reste du royaume, comme à Oiron et à Écouen (Thirion J., Le mob (...)
  • 22 À Fontaine-le-Bourg, la salle comprend vingt chaises et tabourets en 1517 (document 4, art. 9).
  • 23 Deville A., Comptes et dépenses…, op. cit., p. 262 : marché pour des bancs à dossier « tout entour (...)
  • 24 BnF, ms. fr. 4480, Saint-Germain, compte de serrurerie, 1546-1548, cité par Chatenet M., La cour de (...)
  • 25 Sur cet espace à l’intérieur de la salle, voir p. 235-237.

10Allée, vestibule ou vestibule à l’antique, cette première pièce fait perdre à la salle son rôle distributif : elle permet à la fois de commander et de séparer clairement à l’intérieur du logis les espaces publics (salles) ou plus privés (chambres) et les offices, et d’articuler plus clairement les diverses fonctions. Outre ces avantages, cette pièce permet de filtrer les visiteurs et, lorsqu’ils sont autorisés à entrer, elle leur offre un espace d’attente avant leur réception par le maître des lieux dans la grande salle ou la sallette. Au Bus, on vient de le voir, la fonction de pièce d’attente attribuée à l’allée est assurée. À Gueutteville (disparu), un inventaire de biens meubles de 1567 mentionne la présence dans l’allée de deux « fourmes [bancs] de boys de perier20 ». À n’en pas douter, les allées et vestibules des autres logis avaient cette fonction. Cependant, si la formule de l’allée est nouvelle en 1495 lorsqu’elle apparaît à Martainville, on lui trouve un précédent beaucoup plus modeste. Dans l’escalier en vis qui mène à la salle de la tour-résidence de Jacques de Chambray à Thevray (1489), la fenêtre qui éclaire la montée est munie de coussièges où pouvaient s’asseoir les visiteurs en attendant d’être conviés à entrer dans la pièce de réception (fig. 113). La même disposition se retrouve à Ételan (vers 1494), où la fenêtre qui éclairait le tambour menant à la « grande chambre » est munie de coussièges. On comprend donc que le besoin d’un espace d’attente précédant les pièces de réception se faisait sentir21. Cette disposition, certes modeste, indique aussi autre chose : la salle tend à perdre son rôle de pièce d’attente qu’elle semblait tenir jusque-là. En effet, encore au XVIe siècle, il n’est pas rare de trouver mentionnés des bancs, des « chaizes » et des « escabelles » (tabourets) disposés en nombre dans la pièce ou contre ses murs22. C’est le cas des salles de la maison dite de Pierre Delorme à Gaillon23 et des logis du roi et de la reine à Saint-Germain-en-Laye24, pour ne citer qu’eux, mais aussi, sans nul doute, de plus modestes maisons nobles du royaume. On comprend que les visiteurs attendaient sur ces bancs avant d’être reçus par le seigneur soit au « haut bout25 » de la salle, soit dans sa chambre lorsqu’elle est située à la suite de la salle, soit encore dans une garde-robe ou un cabinet attenant au haut bout.

  • 26 Sur le traitement décoratif de la loggia, voir Massing J.-M., « Les peintures murales détruites du (...)
  • 27 AD Calvados, F 2267 : inventaire après décès de G. Moisant, 04/06/1624.

11Si l’allée apporte une nouveauté en la matière, à partir des années 1530 elle n’est plus isolée. Une autre formule apparaît, en effet, à ce moment. Le manoir de Jean Ango (à partir de 1535) présente un porche dans œuvre (une sorte de loggia), ouvert par de grandes arcades sur la cour, commandant l’escalier (fig. 99, 102). Décoré de superbes peintures à fresque timbrées des armes et de la devise d’Ango26, ce porche comprend un banc en pierre où les visiteurs pouvaient se tenir en attendant d’être introduits auprès du maître de maison. Cette formule se retrouve au même moment à l’hôtel d’Escoville à Caen (1533-1541) : les portiques, ouverts par de grandes arcades sur la cour et meublés de bancs en bois, commandent l’escalier et servent à distribuer les salles au rez-de-chaussée et les chambres au premier étage27. À la différence de l’allée, la formule du porche ou du portique ouvert sur l’extérieur semble n’avoir rencontré aucun succès par la suite.

  • 28 Chatenet M., « Architecture et cérémonial à la cour de Henri II. L’apparition de l’antichambre », i (...)
  • 29 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 179-184.

12De ce qui précède, on retiendra seulement que ces espaces, qu’il s’agisse d’allées, de vestibules, de porches ou de portiques, font perdre en partie à la salle sa fonction de pièce d’attente, et que, du même coup, ils allongent la partie publique de la demeure pour mettre une distance plus grande entre le visiteur et son hôte. On retrouve en cela certaines caractéristiques de l’antichambre, qui apparaît dans les châteaux royaux et princiers à l’avènmement d’Henri II28. Certes, le vestibule et l’antichambre diffèrent par leur place dans la distribution, par leur forme et par l’importance de la demeure où ils se trouvent, mais ils participent de la même idée : ils instaurent une barrière supplémentaire entre le monde extérieur et le maître des lieux. Ainsi, tous deux ont en commun d’être placés avant la pièce où celui-ci reçoit à l’ordinaire : la chambre pour le roi, la salle pour les seigneurs de la petite et moyenne noblesse. Partant, on comprend mieux pourquoi la formule de l’antichambre, au contraire de celle du vestibule, n’a pas pris chez ces derniers : elle ne correspond pas au programme de leurs modestes demeures – mais il est vrai que cette pièce ne se généralise qu’au XVIIe siècle. Malgré cela, trois édifices haut-normands possèdent une antichambre : ce sont Brécourt (vers 1580), Le Bourgtheroulde (s.d., vers 1580) et peut-être Le Bec-Crespin (après 1579). Ce n’est sans doute pas une coïncidence s’ils appartiennent à un maître des requêtes de l’hôtel d’Henri III (Claude II Le Roux), à l’un des conseillers de son conseil privé (Nicolas II Romé) et à un gentilhomme de sa chambre (Henri II Jubert) : c'est à ce roi que l’on doit le règlement général de 1578 qui reconnaît pour la première fois l’existence de l’antichambre dans la suite royale et qui contribua à l’allongement de celle-ci par la multiplication de cette pièce29.

La cage de l’escalier formant tambour

  • 30 Ce dispositif, commun à l’ensemble du domaine royal, a été décrit et analysé par Mignot C., « L’esc (...)

13Une autre formule apparue presque au même moment que l’allée de Martainville semble avoir emporté une forte adhésion de la part des gentilshommes haut-normands. Il s’agit du petit vestibule que constitue la cage d’un escalier dans-œuvre (rampe sur rampe ou en vis) : la porte d’entrée du logis donne accès à la salle par l’intermédiaire de cet espace réduit30. L’apparition précoce en Normandie de ce parti tient sûrement, comme celle du tambour et de l’allée, à la nécessité d’éviter les courants d’air, de défendre l’entrée, de filtrer les visiteurs et de leur offrir un espace d’attente avant l’entrée dans la salle.

  • 31 Cne de Fontaine-la-Mallet (Seine-Maritime). Sur cet édifice, voir Dupont-Danican J.-F. et Jamme P. (...)
  • 32 Tableau 30.
  • 33 Guillaume J., « L’escalier… », art. cit., p. 27-47.

14Dans la rénovation de sa maison campagnarde de Perriers en 1498, l’abbé de Saint-Ouen Antoine Bohier introduit un escalier en vis au centre du bâtiment dans un volume pris sur l’ancienne salle et les pièces qui lui sont superposées. La cage, carrée, en pan de bois, est placée derrière un petit espace de dégagement formant tambour par lequel on entre dans le logis : il commande la salle à droite, la sallette à gauche et les chambres des étages ; l’espace restant derrière la cage abrite une annexe de la salle. Cette formule inédite n’eut pas de suite immédiate sous cette forme – on la retrouve seulement à partir du milieu du XVIe siècle, à Saffray (vers 1560) et à Archelles (vers 1570). Mais elle préfigure la formule de l’escalier rampe sur rampe dans-œuvre, qui eut plus d’impact dans la province, quoique avec retard. En Haute-Normandie, il faut attendre les années 1520 pour le voir apparaître dans un pavillon hors-œuvre (Le Bus) et une décennie de plus pour qu’on le trouve dans-œuvre (Emfrayette31). Mais le principe ne se généralise vraiment dans la province qu’à partir de la fin des années 1540, à Longuelune, à Beuzeville-la-Grenier et à Bonnemare (fig. 38b, 125, 152). Elle estreprise par la suite à Bailleul et à Fleury, couplée au vestibule, puis seule au Plain-Bosc, à Chambray, à Senneville, aux Brûlins, à La Folletière et à Jouveaux32. Le retard de l’apparition de l’escalier rampe sur rampe s’explique peut-être par le succès de la formule de l’allée, mais surtout par le poids de la tradition. En Normandie comme en Bretagne, la salle est traditionnellement placée au rez-de-chaussée, aussi le rôle de l’escalier est-il considérablement réduit. Remarquons que l’apparition de l’allée à Martainville et de l’escalier dans-œuvre à Perriers (à ma connaissance les premiers exemples) se situe autour de 1500 dans une période de grand essor économique et de construction intense, favorable à l’émergence de solutions nouvelles33.

Fig. 152 > Longuelune, à Piseux (Eure). Plan restitué du premier étage, état entre 1546 et 1550. C : cabinet. CH : chambre. GCH : grande chambre (a : dressoir en meuble d’attache). GR : garde-robe. L : latrine.

15Enfin, un dernier parti, isolé, mais promis à de grands développements au XVIIe siècle, semble issu des deux formules précédentes. À Brécourt, bâti vers 1580 pour Henri Jubert, le corps simple comprend un escalier rampe sur rampe reporté sur le côté précédé d’une allée axiale (fig. 51b). La petite allée n’a pas reçu, selon toute vraisemblance, de traitement architectural particulier, mais elle facilite le passage de la cour au jardin. L’allée couplée à l’escalier de Brécourt s’inscrit clairement dans les recherches distributives normandes. Mais plus encore que de celles-ci, le parti semble tenir du modèle XX du Livre d’architecture de 1559 de Du Cerceau (fig. 53).

L’AGENCEMENT DES PIECES

Les pièces, parties, et appartenances qui peuvent entrer en la composition des bastimens particuliers, sont vestibules, chapelles, antisalles, salles, antichambres, chambres, garderobes, arriere-garderobes, souspentes, ou entre-soles ; anticabinets, cabinets, arriere-cabinets, galleries, librairies, armureries, caves, celiers, salles du commun, cuisines, gardemangers, sommelleries, fournils, boulangeries, buanderies, greniers […].

  • 34 Savot L., L’architecture françoise…, op. cit., p. 21.

Louis Savot, L’architecture française…, op. cit.34.

16Pour comprendre le fonctionnement et la distribution du logis noble haut-normand, comme de toute demeure, il convient de déterminer la nature des pièces entrant dans sa composition et surtout la manière dont elles s’agencent entre elles. Mais plutôt que la longue énumération qu’égrène Louis Savot, ce propos se bornera aux pièces les plus importantes du logis : la grande salle, la sallette, la cuisine, les chambres et leurs annexes.

La grande salle

[les salles] sont propres à recevoir les survenants, et y manger avec ses amis.

  • 35 Ibid., p. 82.

Louis Savot, L’architecture française…, op. cit.35.

  • 36 Aussi bien dans les petites maisons nobles (documents 4, 5, 12, 13, 16 et 19) que dans les châteaux (...)

17La « grande salle » – c’est ainsi que la salle est désignée dans les textes haut-normands36 – est la pièce la plus importante de la maison noble. Son appellation n’est certainement pas anodine : il s’agit de la transposition dans les petites maisons nobles de la grande salle des châteaux médiévaux (ou du great hallanglais), où les souverains et grands seigneurs prenaient leurs repas, où ils exerçaient leur justice, rassemblaient leurs conseillers afin de délibérer. Aussi, la grande salle des modestes maisons nobles de l’époque moderne se signale-t-elle directement à l’attention par sa place, sa forme, ses dispositions et son décor, parfois hérités des temps féodaux.

  • 37 69 logis, soit 93,2 % des édifices du catalogue (tableau 1). Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le ma (...)

18Grande pièce rectangulaire, la salle est généralement située au rez-de-chaussée. À l’époque médiévale et dans l’orbite anglo-normande, elle constituait dans la majorité des cas un bâtiment indépendant et était directement couverte par la charpente du toit, d’où l’expression « salle sous charpente » à la manière du « hall » d’outre-manche37. La place de la salle au XVIe siècle semble donc issue de cette longue tradition. En matière de superficie, la plus grande mesure environ 100 m2 (Heubécourt), la plus petite 33 m2 (Le Hérault). Cette variété implique sans doute des différences dans l’utilisation ; mais, partout, s’impose la même symbolique seigneuriale.

  • 38 Pour près d’un tiers des édifices étudiés, la salle est au rez-de-chaussée (tableau 30).

19Dans de nombreux cas, la salle se signale de l’extérieur par le traitement de sa porte, qui est également la porte d’entrée du logis : elle est plus grande et plus ornée que les autres38 (fig. 22, 114). Pour ces bâtiments, elle commande, on l’a dit, l’accès aux autres pièces principales et à l’escalier. Dans les demeures pourvues d’une allée ou, à partir des années 1520-1530, d’un vestibule ou d’un escalier rampe sur rampe dans-œuvre, l’entrée dans la salle est signalée par un encadrement de porte différencié : un fronton meublé d’une coquille au Bus, des pilastres cannelés portant un entablement à Auffay, les armes du seigneur sculptées sur la plate-bande à Chambray. D’une manière générale, en plus des caractéristiques de sa porte d’entrée qui l’identifient clairement et attestent de son importance dans la maison, la salle est la pièce la plus généreusement éclairée, avec deux, trois, quatre, voire cinq fenêtres, y compris pour des demeures modestes (Les Brûlins), et même exceptionnellement six, à La Folletière.

  • 39 Chatenet M. et Cussonneau C., « Le devis du château de Jarzé : la place du lit », Bull. monumental,(...)
  • 40 Un devis rédigé entre 1435 et 1442 pour la construction d’une maison-forte mentionne « ung degré a (...)
  • 41 C’est le cas à Caltot, Commanville, aux Rocques, à Sénitot et à Jouveaux.
  • 42 Voir plus loin sur « La chambre seigneuriale », p. 246-250.
  • 43 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 72.
  • 44 Ibid., p. 177.

20La salle se distingue aussi par la qualité de ses dispositions internes. Une zone est particulièrement mise en valeur : l’extrémité opposée à l’entrée, appelée le « haut bout » dans les textes39, où se trouve la cheminée. Dans les édifices qui l’ont conservée, on peut constater que la cheminée de la salle, souvent monumentale, est plus saillante que les autres cheminées du logis et qu’un soin tout particulier est attaché à sa mise en œuvre : elle est en pierre, en brique et pierre ou en pierre et stuc. Son décor sculpté couvre parfois une grande partie de la surface visible : y sont représentés les armes ou les chiffres des propriétaires (à Héronchelles, Heubécourt, Longuelune, aux Fossés), des attributs de la noblesse (au Hérault, des consoles à ressauts imitant des corbeaux de mâchicoulis) et des motifs purement décoratifs (pilastres, colonnes-balustres, frises, cuirs percés, etc.), comme à Sénitot, au manoir d’Ango, au Bus, au Flot, à Mentheville et à La Valouine (fig. 153, 154). À droite ou à gauche de la cheminée, on trouve parfois un petit escalier de service, la « viz potoyer40 », allant aux caves situées au sous-sol41. Dans certains logis où la chambre du seigneur est au rez-de-chaussée, c’est aussi à droite ou à gauche de la cheminée de la salle que se trouve la porte d’accès à cette pièce42 (fig. 114). Dans les manoirs bretons, des meubles d’attache en pierre sont souvent aménagés dans l’épaisseur des murs proches de la cheminée, crédences ou étagères qui recevaient de la vaisselle ou des objets précieux43. Ces aménagements, qui témoignent de l’importance du haut bout, sont rares dans les salles normandes. On n’en compte que deux exemples : à Auffay, le mur gouttereau présente à droite de la cheminée une arcade surbaissée aveugle, qui était sans doute un dressoir ; à Sénitot, un conduit placé dans l’allège d’une fenêtre suggère la présence d’un lave-mains aujourd’hui disparu, situé dans l’embrasure de cette fenêtre proche de la cheminée (fig. 114, en d). Avec Jean-Jacques Rioult, on serait tenté de voir dans la rareté de ces aménagements fixes, non pas l’éventuelle destruction de ces éléments, mais plutôt la préférence pour un mobilier en bois sculpté44.

21L’accumulation de ces aménagements à cet endroit de la salle répond, on le sait, à une longue tradition qui se prolonge au XVIe siècle. Plusieurs plans de Du Cerceau montrent la table placée au centre du haut bout et de nombreuses enluminures des XVe et XVIe siècles représentent le seigneur et son épouse assis sur un banc, le dos tourné vers la cheminée, en train de manger ou de recevoir avec plus ou moins de solennité (fig. 155, 156). Ces images attestent qu’il s’agissait de la place où se tenait le couple seigneurial. En tant qu’attribut majeur de la salle, la cheminée est placée à cet endroit, non seulement pour réchauffer les maîtres du logis, mais aussi pour leur servir de cadre monumental, usage scénographique qui explique son traitement décoratif soigné, la grande hauteur du manteau (pour apparaître au-dessus du couple seigneurial et de leurs convives attablés) et le fait qu’elle est toujours placée à l’extrémité opposée à l’entrée du visiteur. Cette règle souffre une seule exception parmi les édifices hauts-normands : dans la maison des champs de Jean Ango, la cheminée est placée contre le mur de refend près de l’entrée de la pièce, disposition inhabituelle sans doute commandée par la volonté du célèbre armateur de placer son logis au-dessus du passage d’entrée. De la même façon, la place du seigneur doit déterminer celle de l’accès à la « viz potoyer » près de la cheminée (fig. 114, en e) : d’où il était installé, le seigneur pouvait surveiller les denrées que les serviteurs sortaient de ses caves, ou bien être directement servi. Autrement dit, les fonctions principales de la grande salle – pièce de réception et pièce où l’on mange – et certains usages commandent tous ces aménagements.

Fig. 153 > Sénitot (aujourd’hui Bévilliers), à Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime). Cheminée de la grande salle. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Yvon Miossec.]

Fig. 154 > Le Flot, à Bully (Seine-Maritime). Cheminée de la grande salle.

Fig. 155 > Le Mois de janvier dans Horae ad usum Parisiensem (calendrier des Heures de Charles d’Angoulême), par Testard, 1476-1496, f° 1r°. BnF, Département des manuscrits, Latin 1173.

  • 45 Documents 12, art. 3 et 15 (Harquency) ; document 13, art. 6 (Gueutteville) ; document 16, art. 2 ( (...)
  • 46 Documents 12, art. 3 (Harquency).
  • 47 Document 11, art. 14 (Ételan) ; document 16, art. 2 (Le Bourgtheroulde) ; document 19, art. 1 (Cham (...)
  • 48 Document 16, art. 2 (Le Bourgtheroulde).

22Le mobilier que l’on y trouve répond à ces fonctions et à ces usages. La table posée sur ses tréteaux, ce qui permet de libérer la pièce pour d’autres activités à l’issue des repas, est pourvue de rallonges en fonction du nombre des convives : elle se « tire » ou « s’eten[d] », parfois « par les deux boutz45 ». Montée pour le repas, elle est protégée par un tapis de couleur verte. Le seigneur, sa famille et leurs invités de marque sont assis sur un banc surélevé par un marchepied tandis que les personnes de moindre importance sont assises sur des chaires ou des tabourets, les « petitz enfants » ayant leur petite table46. À proximité, toujours au haut bout, se trouve le dressoir ou buffet où est exposée la vaisselle d’apparat aux armes du couple. Parfois, la salle comporte également un petit lit, sans doute de repos dans la journée ou de conversation47, et des instruments de musique (une épinette et un manicordion au Bourgtheroulde48), qui témoignent de la vie sociale dans la pièce. S’ajoutent invariablement à ce mobilier les tapisseries tendues aux murs (pièces de « grosse[s] figures de fleurs et oyzeaulx par carreaulx » à Fontaine-le-Bourg, à « personnaiges où sont les armes d’Esquetot et d’Estelan [Picard] » ou « a grands personnages et des escriteaux etants au haut de chaquune » à Ételan et à Chambray) ainsi que les ustensiles nécessaires à la cheminée (chenets, tenailles, palette et fourchettes). Enfin, la pièce abrite de grands coffres où sont rangés le linge de table et, à la belle saison ou lorsque le maître des lieux et sa famille ne résident pas, les belles tapisseries de haute lice.

Fig. 156 > Jacques Androuet du Cerceau, Livre d’architecture…, op. cit., 1559, modèle XXV, détail. Fonds patrimonial de la médiathèque d’Évreux, cote a 1299.

La sallette

  • 49 Du Fail N., Œuvres facétieuses de Noël Du Fail […] par J. Assézat, t. 2, Paris, 1874, p. 167, cité (...)
  • 50 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 177-179.
  • 51 Une vingtaine d’édifices de mon catalogue.

23« Avoir deux salles tient du grand », dit en substance Noël Du Fail49. Au vrai, des études récentes ont montré que la salle tend, à partir du XVIe siècle, à perdre son rôle de pièce à manger ordinaire au profit d’une nouvelle pièce, plus petite : la « sallette » ou « petite salle50 ». De nombreuses maisons nobles de Haute-Normandie possèdent cette pièce51. Leur analyse permet d’infléchir et de préciser les conclusions proposées.

  • 52 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 177.
  • 53 AD Seine-Maritime, 14 H 86, f° 41r° : « De faire une sallette a costé et joingnant d’icelle cuysine (...)
  • 54 Document 4, art. 8 (Fontaine-le-Bourg, 1517). Pour les textes où le mot sallette est employé : docu (...)

24Alors que la pièce est attestée dès le XIVe siècle en Bourgogne et dans les châteaux royaux52, l’apparition du mot et de la chose en Haute-Normandie ne semble remonter qu’à la fin du XVe siècle. En 1493, dans l’inventaire des meubles du manoir des Andelys, propriété des archevêques de Rouen, plusieurs pièces sont appelées « sallecte », dont l’une située au rez-de-chaussée, au même niveau que la salle et « prez [de] la cuysine », correspond à notre sallette. En Haute-Normandie, le mot, utilisé également en 1508 (marché de construction du logis abbatial de Saint-Ouen à Rouen53), devient d’un usage courant qu’à partir des années 1540 : il est employé à Fontaine-le-Bourg en 1546 – mais pas en 1517 –, à Harquency et à Gueutteville en 1567 et au Bourgtheroulde en 1591. Auparavant, elle peut adopter le terme générique de « chambre », c’est-à-dire de pièce à feu d’une habitation54. Le mot antichambre n’est alors jamais employé.

  • 55 Ce sont Perriers (2e état), Heubécourt, Longuelune, Archelles, Le Hérault, Mentheville, Chambray, S (...)
  • 56 Document 12, art. 17.

25À peu près à la même époque, vers 1495, on trouve une sallette à Martainville, le premier édifice de ma sélection a en posséder une : il s’agit d’une pièce qui présente les dimensions et l’aspect d’une chambre, mais, qui, par sa place à côté de la cuisine et en pendant de la salle – elle est de l’autre côté de l’allée –, apparaît clairement comme une « petite salle », c’est-à-dire le lieu distinct de la grande salle où le seigneur peut prendre son repas à l’ordinaire, en petite compagnie (fig. 44). Il est intéressant de noter qu’à Martainville, de manière simultanée, la grande salle perd à la fois ses rôles d’espace distributif et d’attente qu’elle semblait tenir jusqu’ici, en raison de la présence de l’allée, et son rôle de salle à manger ordinaire, à cause de la sallette. Nombreuses sont les demeures nobles haut-normandes qui ont pris modèle directement ou indirectement sur Martainville et où, par conséquent, on trouve une sallette : Le Bourtheroulde, Fontaine-le-Bourg, Le Bus, Tilly, Acquigny, Gueutteville, Bailleul, Fleury et La Valouine en sont dotés. Pour tous ces exemples (ou presque), la sallette est directement accessible par l’allée (ou le vestibule), elle est plus ou moins étroitement reliée à la cuisine (par une porte ou par l’intermédiaire de l’allée) et aux pièces de stockage du sous-sol par une « vis à potoyer ». À partir de ces caractères distinctifs, on peut être plus ou moins assuré de l’existence d’une sallette dans une dizaine de logis dépourvus d’allée55. Par ailleurs, dans quelques demeures, la pièce possède une ou plusieurs annexes, selon deux cas que représente Du Cerceau dans ses Logis domestiques (avant 1550) : à Harquency, il s’agit d’une « despence56 » meublée de deux grands coffres, dont un « de chesne taillé », qui servaient « à serrer linge » (bâtiment D et F) ; au Bus et à Chambray, c’est une petite chambre et ses annexes (bâtiments B, C et F).

Fig. 157 > Le Bus, au Bus-Saint-Rémy (Eure). Portes de la sallette (à gauche) et de la vis à potoyer (à droite).

  • 57 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 247vo.

26Dans la majorité des cas, la sallette devait être le « mangeoir ordinaire » que Philibert Delorme définit laconiquement : « Celles [les salles] qui sont petites et servent pour manger ordinairement57. » Plus disert, Olivier de Serres recommande la pièce aux gentilshommes qui veulent construire aux champs :

  • 58 Serres O. de, Le théâtre d’agriculture…, op. cit., premier lieu, chap. V, p. 100-101.

Nostre mesnager aura une anti-cuisine qui lui servira de sallette ou mangeoir ordinaire, au travers de laquelle de nécessité conviendra passer allant à la cuisine : par ce moyen estant notablement servi en son vivre, sans se mesler avec la lie de ses domestiques, tiendra en office tous les siens : lesquels se rendront plus obéissans et mieux morigenés par telle proximité, qu’est ans plus reculés de sa présence.58

27Autrement dit, la sallette permet au seigneur d’être à proximité de ses serviteurs sans toutefois se mêler à eux de trop près. Cette fonction de salle à manger ordinaire est parfois clairement signifiée. L’exemple le plus parlant se trouve au Bus. Dans le vestibule, la porte de la vis à potoyer est surmontée d’un buste d’homme, coiffé d’une couronne de feuilles et grappes de vigne et qui verse d’une main le contenu d’un broc dans un verre que tend une main semblant sortir du décor sculpté au-dessus de la porte de la sallette (fig. 157). Cette signalétique hospitalière à l’intention du survenant, cordialement invité à venir boire un verre dans la pièce, indique clairement qu’elle sert à recevoir.

28Mais la sallette n’est peut-être pas nécessairement utilisée tous les mois de l’année, comme le suggère un passage du Plaisir des Champs de Claude Gauchet qui écrit en 1604 :

  • 59 Gauchet C., Le plaisir des champs…, Paris, 1604, cité par Fontaine M.-M., « Plaisirs, hospitalité e (...)

Vous pourrez pratiquer auprès de la cuisine
Une salle d’hyver, où l’on souppe, et l’on disne
Hors des efforts des vents, car on se chauffe mieux En un endroit serré, qu’en un lieux spatieux, […].59

29Un épisode dramatique survenu au cours de l’hiver 1542 à l’hôtel d’Escoville à Caen semble confirmer cet usage saisonnier :

  • 60 Bourgueville C. de, Les recherches…, op. cit., p. 195. La place de la sallette dans le « pavillon » (...)

[…] le vendredy jour et feste des roys 1541 [6 janvier 1542 (n. st.)], ainsi qu’il [Nicolas Le Valois] se devait asseoir à table, à la [petite] salle du pavillon de ce beau et superbe logis qu’il avoit fait bastir l’an précédent, en mangeant une huistre à l’escalle, lui aagé de viron 47 ans, tomba mort subitement d’une apoplexie qui le suffoqua.60

  • 61 Ce sont Martainville, Tilly, Acquigny, Bailleul, Le Plain-Bosc, Senneville, Le Hérault, Mentheville (...)

30La place de la pièce au sud dans plus de la moitié des logis nobles où elle est présente le suggère également61. Bien mieux, à Fontaine-le-Bourg, Tilly et Acquigny, la sallette est de dimensions plus réduites qu’une chambre, de sorte qu’elle était plus facile à chauffer (fig. 57, 58, 65). À l’inverse, la place de la pièce au nord dans plusieurs maisons laisse à penser qu’elle y était principalement utilisée en été : ce sont Le Bus, Longuelune, Archelles, Fleury, Jouveaux et La Valouine (fig. 13b, 124).

  • 62 La pièce est attestée à la fin du XVe siècle et au début du XVIe au château de Jarzé (Chatenet M. e (...)
  • 63 Document 16, art. 41.
  • 64 Document 22.

31La sallette pouvait aussi faire fonction de « comptoir62 », c’est-à-dire de lieu où le seigneur mène ses affaires et reçoit pour celles-ci, comme le laisse penser l’inventaire des biens meubles du Bourgtheroulde. Un petit écrin situé dans la petite salle enferme l’argent qui sert au receveur du domaine pour payer les ouvriers qui y travaillent63. Les petits placards de la sallette de Longuelune avaient peut-être ce rôle. C’est encore dans la sallette qu’en 1620 Tanneguy de Chambray passe marché avec les artisans appelés à faire des travaux de couverture à Thevray64. Cette fonction se comprend aisément : située au rez-de-chaussée, directement accessible sans avoir à passer par d’autres pièces ou à monter aux étages, n’ayant pas les amples proportions de la salle, la pièce offre l’avantage de permettre de recevoir les personnes de façon plus ordinaire, tout en affirmant le statut privilégié du maître des lieux par son traitement et son ameublement équivalents à ceux de la grande salle.

  • 65 Neuschel K.B., « Noble Households in the Sixteenth Century: Material Settings and Human Communities (...)

32Ces fonctions et ces usages, autrefois dévolus uniquement à la salle, indiquent que la sallette tend à prendre de l’importance au détriment de la salle, comme l’a justement relevé Kristen Neuschel65. De fait, on vient de le dire, la sallette reçoit un décor comparable à la grande salle. À Martainville, la cheminée était en brique et pierre avec un manteau mouluré et sculpté d’un fin décor de feuilles de chênes et choux frisés. Au Bus, la pièce a conservé sa cheminée ornée d’élégantes colonnes et, à la droite de celle-ci, un dressoir de pierre. À Tilly, la pièce était chauffée par une grande cheminée et les poutres et solives, moulurées, étaient peintes en rouge, comme le plafond de la grande salle. À La Valouine, les salles, pourvues chacune d’une cheminée traitée de la même manière, seraient difficiles à distinguer si les dimensions des pièces n’étaient pas légèrement différentes (fig. 13b). De quand date ce glissement des fonctions de la salle à la sallette en Normandie ? Au moins de la fin du XVe siècle à en juger par Martainville.

33Au XVIe siècle, la place de la sallette dans la distribution se trouve modifiée en relation avec l’évolution des rapports entre logis et jardin. Dans les demeures de la première moitié du XVIe siècle, alors que le jardin tend à se rapprocher du logis jusqu’à le border directement comme à Fontaine-le-Bourg, au Bus et à Tilly, on n’a pas l’idée d’ouvrir la sallette par des fenêtres sur les parterres, soit que la pièce ne prenne pas place de ce côté (Le Bus, fig. 124), soit qu’un couloir en masque les vues (Fontaine-le-Bourg, Tilly, fig. 57, 58). Seule exception, mais qui n’est pas assurée : à Ételan, vers 1494, une pièce appelée « salle pavée » dans un inventaire de 1557 est peut-être une sallette, placée à côté de la grande salle, les fenêtres des deux pièces ouvrant directement sur le jardin d’agrément placé derrière le logis. Mais en règle générale, la grande salle, qui est alors la seule pièce du rez-de-chaussée ayant regard sur le jardin, garde sa prééminence sur la sallette. La situation change radicalement au milieu du XVIe siècle. À Acquigny entre 1547 et 1557 – c’est aussi le cas au même moment dans les Logis domestiques de Du Cerceau –, l’architecte a l’idée de traiter les deux salles de manière égale : la sallette, placée à côté de la grande salle dans un corps de bâtiment que borde un petit jardin d’agrément, offre aux habitants des vues sur les parterres (fig. 56, 65). Mieux, la pièce est plus proche de l’accès au jardin que la salle. Après Acquigny, la plupart des logis munis d’une sallette offrent cet avantage.

  • 66 Document 4, art. 8 ; document 5, art. 3.
  • 67 Document 13, art. 5.
  • 68 Tableau 27 et document 16, art. 1.

34Les divers inventaires haut-normands retrouvés prouvent que la pièce est de plus en plus luxueusement meublée. À Fontaine-le-Bourg (en 1517 et 1546), la sallette comportait les meubles correspondant à sa fonction (une table et ses bancs, une chaire, deux dressoirs et le nécessaire pour la cheminée), mais sans caractères particuliers66. À Gueutteville (1567), les meubles sont en bois de poirier ou de noyer, le fond et les dossiers des chaires sont recouverts de cuir noir et les instruments pour l’entretien du feu sont en fer et en cuivre67. Au Bourgtheroulde (1591), la pièce, qui est l’une des plus richement meublées de la maison (d’une valeur de 301 lt), comprend une grande table, une table de desserte, un buffet en bois de noyer, quatre grands tableaux, de nombreuses chaires couvertes de cuir ou de tapisserie, des tapis dont un au point rehaussé de soie, de grands chenets de cuivre cannelés et des palettes, fourchettes et tenailles à feu ornées de pommes de cuivre68.

  • 69 Androuet du Cerceau J., Logis domestiques, op. cit., bâtiments B et F.
  • 70 Particulièrement l’appellation de « grant salle » pour la salle et l’emplacement des pièces et des (...)

35En raison de sa position dans la distribution, de son ameublement, de la qualité de son traitement et des vues qu’elle offre sur le jardin, la sallette ne peut être destinée qu’au seigneur et à sa famille pour y recevoir des proches ou des convives. Assimilable à la « salle commune », elle est distincte de la « salle des serviteurs » ou « salle du commun », distinction qu’introduit précisément Du Cerceau dans ses Logis domestiques69. En effet, dans les modèles de bâtiments qui comprennent ces pièces, la « salle des serviteurs » ou « du commun » est toujours placée au sous-sol, près de la cuisine qui est à ce niveau. Au contraire, la « grande salle » et la « salle commune » se trouvent au rez-de-chaussée, généralement placées de chaque côté d’un organe de circulation (allée, vestibule ou escalier), disposition qui n’est pas sans rappeler celle des maisons nobles normandes70 (fig. 56). La « salle commune », qui a toutes les caractéristiques de la sallette (place, accès, dimensions, dispositions), est donc la pièce où le seigneur mange communément, c’est-à-dire à l’ordinaire. En Normandie, il n’y a qu’à Bonnemare, Brécourt et Chambray, construits dans la seconde moitié du XVIe siècle que l’on trouve des « salles pour les serviteurs », dans un sous-sol légèrement enterré pour le premier et le deuxième, dans l’étage de soubassement pour le troisième. Dans les autres demeures normandes, le commun mangeait sans doute dans la cuisine.

36Dernière remarque : en Haute-Normandie, dans les demeures de la petite et moyenne noblesse, la sallette ne précédant jamais la chambre seigneuriale, elle ne peut être considérée comme l’ancêtre de l’antichambre.

La cuisine et ses annexes

La cuisine doit estre à la partie de l’Occident, si faire se peut commodement, ou du Midy, accompagnée d’un garde-manger, d’une sommellerie, d’une salle du commun, d’un puits, ou d’un tuyau de fontaine, ou de tous les deux.

Louis Savot, L’architecture française…, op. cit., p. 41.

  • 71 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 76-79.
  • 72 Le seul exemple repéré est à Héronchelles.

37Contrairement à la cuisine des manoirs bretons reconnaissable par sa cheminée de grande taille et les niches ou les étagères ménagées dans ses murs71, la cuisine des logis de Haute-Normandie se repère avec peine : la cheminée, inadaptée à l’évolution des usages, a souvent été remplacée, et les murs comportent très rarement des meubles d’attache en pierre72. Mais d’autres critères ou indices aident à reconnaître la pièce. Pour les trouver, il faut partir d’exemples où la fonction de la pièce ne fait aucun doute et, par comparaison, cerner les caractéristiques communes à ces pièces.

  • 73 Document 13, art. 1.

38En général accessible directement depuis l’extérieur (ou par l’intermédiaire de l’escalier à Héronchelles), souvent proche d’un puits situé dans la cour (Le Flot, Les Loges et Sénitot), la cuisine peut présenter un conduit d’évacuation des eaux usées (Les Loges, Tilly), un passe-plat dans le mur la séparant de la grande salle (Sénitot et Le Flot), un four à pâtisserie (ou du moins ses vestiges, comme à Beuzeville-la-Guérard, Houlbec, Acquigny, Sénitot, fig. 158, 159). Elle se repère également, parfois, par la plus grande hauteur des allèges de ses fenêtres (un peu plus de deux mètres à Auffay et à Limeux), ce qui permet de placer les tables de cuisine au-dessous, comme l’indique une mention de l’inventaire du manoir de Gueutteville : « Deux autres tables de facon d’establies, l’une contre les fenestres et l’autre contre la despence, affichez au paroie aussi a tenons de fer73. » Un trait commun à toutes les cuisines est la place de la cheminée : elle est disposée contre un mur pignon (plus rarement gouttereau) et, surtout, elle n’est jamais adossée à la cheminée de la salle. Souvent cette pièce en commande d’autres, plus petites, dont les dispositions, pour certaines, ne font aucun doute sur leur destination : il s’agit le plus couramment de celliers ou de garde-manger (pièces aveugles ou très peu éclairées, parfois semi-enterrées) et de caves (partiellement ou entièrement enterrées). Comme il se doit, la cuisine communique le plus souvent avec la grande salle ou la sallette par une porte. Dans certains cas, la cuisine est immédiatement reconnaissable au manteau de sa cheminée, qui s’étend sur toute la largeur de la pièce et est porté par deux piliers ou de gros piédroits, comme à Houlbec, au manoir de Jean Ango ou à Mentheville pour ne citer qu’eux (fig. 158).

Fig. 158 > Houlbec, à Houlbec-près-le-Gros-Theil (Eure). Cheminée de la cuisine et son four à pain (à droite), état en 2007.

  • 74 Foisil M., Le sire de Gouberville, op. cit., p. 36 : « Cantepye […] nous trouva […] à table en la c (...)
  • 75 Serres O. de, Le théâtre d’agriculture…, op. cit., premier lieu, chap. V, p. 100.
  • 76 Foisil M., Le sire de Gouberville, op. cit., p. 40.

39On l’a vu plus haut : en Haute-Normandie, l’apparition de la sallette remonte à l’extrême fin du XVe siècle. Jusque-là, pour les petits seigneurs normands qui n’avaient pas cette pièce, la cuisine faisait office de « mangeoir ordinaire ». Gilles de Gouberville mangeait et recevait dans sa cuisine74 et Anne de Montmorency, si l’on en croit Olivier de Serres, préconisait cet usage en citant l’exemple d’un gentilhomme de plus de 500 livres de revenu, qui « ne sçait plus [ce] que c’est de faire bonne chère ; parce que voulant trancher du grand, mange à sa salle, à l’appétit de son cuisinier, où auparavant prenant ses repas à sa cuisine, se faisoit servir à sa fantaisie75 ». Cet usage attaché à la cuisine explique le soin particulier qui lui est parfois apporté : piédroits à colonnettes et chapiteaux de choux frisés à Perriers et à Beuzeville-la-Guérard (fig. 160), écus aux armes et chiffre du couple à Sénitot. Soin tout particulier de la cuisine aussi chez Gouberville : il fait refaire à neuf la cuisine de son manoir du Mesnil-au-Val en 1558, et particulièrement la cheminée76.

Fig. 159 > Mentheville (Seine-Maritime). Cuisine en sous-sol.

Fig. 160 > Beuzeville-la-Guérard (Seine-Maritime). Piédroit de la cheminée de la cuisine.

40À partir du milieu du XVIe siècle, plusieurs logis comprennent ce que je qualifierais volontiers des cuisines « équipées », qui semblaient jusqu’alors réservées aux hôtels et châteaux des Grands (Châteaudun, hôtel archiépiscopal à Rouen) : à Bonnemare, Thevray, Chambray et Bailleul, les murs de la cuisine sont creusés de renfoncements pour former sur tout ou partie de leur hauteur des placards ; la pièce est voûtée ; la cheminée munie d’un manteau de mur à mur et comprend un four à pain ou à pâtisserie. À Acquigny, l’une des annexes de la cuisine, sans doute une buanderie, possède en outre un puisard à l’intérieur même du bâtiment.

  • 77 Voir également p. 241. Ce sont Archelles, Bailleul, Chambray, Jouveaux, Mentheville et La Valouine.
  • 78 Morin C., Au service du château. L’architecture des communs en Île-de-France au XVIIIe siècle, Pari (...)

41Pour finir, signalons qu’à partir des années 1560, dans un nombre restreint d’édifices, les cuisines peuvent être placées en sous-sol, ce qui permet en général de libérer le rez-de-chaussée des pièces de service77 (fig. 159). À Bailleul, bien que l’architecte ait logé les offices en sous-sol, il a toutefois placé une autre (petite) cuisine au rez-de-chaussée, directement reliée à la sallette, afin de faciliter le service des plats à la table du seigneur. Si aucun des théoriciens du XVIe siècle ne s’exprime sur cette disposition, tel n’est pas le cas au XVIIe et plus encore au XVIIIe, lorsque l’emplacement des offices en sous-sol suscite une véritable controverse78.

Les chambres

La grande chambre

  • 79 Par exemple : document 12, art. 6 et 20 : « La grand chambre sur lad. salle ».
  • 80 Pour continuer avec l’exemple de la note précédente : document 12, art. 7 et 21. On trouve d’autres (...)

42La pièce située à l’étage, au-dessus de la grande salle, est la « grande chambre » – selon l’expression employée dans les inventaires79. Mais elle n’est généralement pas seule au-dessus de la salle : souvent, une garde-robe l’accompagne, séparée d’elle par une cloison en pan de bois80 (fig. 121, en 6 et 8). Cette configuration distributive, qui se remarque dans nombre de maisons nobles, indique clairement que la pièce, meublée d’un lit et de plusieurs couchettes et lits de camp et parfois dégagée par un ou plusieurs cabinets et un retrait (Ételan, Beuzeville-la-Guérard, Le Bus pour ne citer qu’eux), était bel et bien une chambre. Reste à savoir à qui elle était destinée, ce que l’on peut tenter de préciser en examinant sa position dans la distribution et son traitement.

  • 81 Seuls 29 édifices (sur les 80 que compte mon catalogue) ont pu faire l’objet d’une visite au premie (...)
  • 82 Document 11, art. 2, 3, 4, 10, 14, 31 et 40.
  • 83 Document 13, art. 7.
  • 84 Document 16, art. 2 et tableau 27.

43La grande chambre est systématiquement indépendante des autres pièces de l’étage grâce à un accès direct depuis l’escalier, un tambour, un espace de dégagement ou un petit vestibule. Son accès ne semble pas avoir été mis en valeur par une signalétique particulière. La cheminée, plus petite que celle de la grande salle au-dessus de laquelle elle est située, est traitée beaucoup plus sobrement – du moins pour celles conservées81. En revanche, elle semble meublée avec beaucoup de soin. À Ételan en 1557, la pièce, aux murs tendus de tapisseries rehaussées de fils de soie et d’or, au sol couvert de tapis et aux fenêtres habillées de rideaux de taffetas, abrite un lit à ciel de toile d’argent, une couchette et deux lits de camp ; elle est accessible par un tambour sur lequel est accroché un tableau représentant Lucrèce82 (fig. 121, en 7). À Guetteville en 1567, la « grande chambre de dessus ladite grand salle » comprend un ensemble de meubles en bois de noyer (deux grandes couches, une grande table, un banc, un dressoir et six grandes chaires), ainsi que six petites chaires à siège de toile, deux grands coffres et un jeu de tablier en bois du Brésil83. Au Bourgtheroulde en 1591, l’ameublement est plus luxueux encore, au point que sa valeur surpasse celle du mobilier de la grande salle et des autres chambres : grande couche en bois de noyer et couchette à vis dorées, table en marqueterie, « buffet fort beau de boys de noyer facon de Paris de deux guichetz », chaire à placer près du lit et chaires à siège de velours, de maroquin vert ou de tapisserie et grand coffre en cyprès84. En outre, la pièce possède des annexes parfois plus nombreuses que la chambre du seigneur : garde-robe, cabinet, retrait, accès à l’« étude » (Le Bus, fig. 124) ou à une tribune donnant sur la chapelle (Ételan, fig. 121). Car l’exemple du Bus et les inventaires des biens meubles d’Ételan et du Bourgtheroulde ne laissent aucun doute sur un point : la grande chambre n’est pas la chambre du maître de maison. Au Bus, cette dernière est clairement identifiée par un écu aux armes de Claude d’Anlezy au-dessus de l’entrée ; à Ételan et au Bourgtheroulde, chaque chambre a reçu le nom de la personne qui y loge, excepté la grande chambre. En creux, cette dernière observation apporte un premier élément d’explication : la pièce, superbement meublée, ne semble loger personne en particulier. Deux textes du XVIe siècle apportent une réponse à ce mystère. Le premier est le récit par Archambaud de La Rivoire, sieur de Leques, habitant d’Aigues-Mortes, de l’entrevue de François Ier et de Charles Quint en juillet 1538. À cette occasion, la maison urbaine de La Rivoire sert à loger l’auguste invité :

  • 85 « Extrait des Mémoires manuscrits d’Archambaud de la Rivoire, sieur de Leques, habitant d’Aigues-Mo (...)

Et eux retirez [François Ier et sa suite], ledit seigneur Empereur se mit à son aise et se mit sur un lit merveilleusement riche que le Roy lui avoit fait dresser en ma grand chambre, sur lequel reposa environ une heure.85

44L’autre texte, tiré d’un petit manuel bilingue latin/français de Jan Loys Vivès, présente un dialogue entre trois protagonistes : Jocondus, Leo et Vitruvius. Vitruve fait visiter la maison de son maître aux deux autres :

  • 86 Vivès J.L., Les Dialogues de Jan Loys Vivès, traduits du latin en françois pour l’exercice des deux (...)

vitr. : […] Ce premier estage est l’habitation du seigneur. Ceste chambre haute est là où on reçoit les hostes, non pas que mon maistre baille chambre à louage, ce que ja n’avienne ; mais elle est destinée pour ses amis venans loger chez luy, tousiours ornée, garnie et vuide, sinon que quand il y a des hostes.86

  • 87 Document 21, art. 11.

45Manifestement, la pièce sert à loger des survenants, c’est-à-dire des hôtes de passage. Si cette fonction de la pièce semble attestée, on ne peut exclure qu’elle ait pu parfois servir de chambre à des membres de la famille, voire, quelquefois, au seigneur lui-même. Ainsi, à Houlbec en 1603, la chambre « estant sur ladite salle […] est la chambre de Monsieur », c’est-à-dire celle du mari en deuxièmes noces de la maîtresse des lieux, qui, elle, loge au rez-de-chaussée87. Cette remarque est d’autant plus valable lorsque ce type de grande chambre est situé dans une demeure plus modeste, à deux ou trois pièces par étage. À Héronchelles, la grande chambre est sans doute une chambre à coucher, peut-être celle du seigneur, puisqu’au rez-de-chaussée se trouvent la salle et la cuisine, et qu’au niveau supérieur, dans le comble, les pièces n’ont pas de cheminée : les deux pièces à feu restantes, au premier étage, ne peuvent être que les chambres du maître de maison et de sa famille. Le même constat et la même conclusion s’appliquent aux logis d’Anquetierville, de Caumare, de Prey, de Mentheville et du Hérault.

  • 88 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., fig. 96 (Le Louvre), fig. 125 (Gaillon), fig. 134 (Nanto (...)
  • 89 On trouve cette disposition à Auffay, Le Hérault, Héronchelles, Normanville, Le Plain-Bosc, Réauté, (...)
  • 90 Pagazani X., « Le château de Martainville », art. cit.
  • 91 Du Fail N., Œuvres facétieuses…, op. cit., p. 167.

46D’autres maisons, plus relevées mais moins nombreuses au point qu’elles font figure d’exceptions, possèdent une grande chambre quelque peu différente : la pièce a les mêmes dimensions et un traitement semblable à la grande salle du rez-de-chaussée. Il n’est guère douteux qu’ici la pièce est l’équivalent de la « salle haute » dans les grands châteaux, c’est-à-dire une seconde pièce de réception, où le seigneur reçoit avec une solennité plus marquée que dans la salle du rez-de-chaussée88. Hors le fait que la salle haute se signale immédiatement à l’attention parce qu’elle n’est pas recoupée par des cloisons, cette fonction est attestée par certaines dispositions. Aux Loges, pour y accéder, le visiteur doit d’abord emprunter l’escalier avant de longer la pièce par l’extérieur grâce à une coursière. Ce parcours peut paraître compliqué, d’autant que la porte de la salle haute aurait pu être placée plus près de l’arrivée de l’escalier. Mais il s’explique très bien si l’on considère que le visiteur, après ce parcours, se trouve face à la cheminée marquant le haut bout de la pièce. Pour d’autres logis, tels Longuelune ou Chambray, l’accès à la salle haute est plus simple : l’escalier y donne directement accès89 (fig. 152). On comprend que la fonction de la pièce et le moyen d’y parvenir sont liés. L’exemple du logis de Martainville est sur ce point très éclairant90. L’édifice, qui ne possédait pas de salle haute lors de sa construction vers 1495, est doté de cette pièce quelques années plus tard, vers 1500 (fig. 44). Ce remaniement, qui aurait simplement nécessité la suppression d’une cloison entre deux chambres, est pourtant accompagné de travaux beaucoup plus importants : la cage de l’escalier est élargie et l’escalier entièrement reconstruit avec des marches plus larges et moins hautes ; l’arc en pierre au-dessus du palier du premier étage reçoit un décor rappelant les mâchicoulis des châteaux. Ces travaux s’expliquent. Dans un premier temps, l’escalier, fermé, étroit et peu commode avec ses marches hautes, donnait seulement accès aux chambres. Après les travaux, la nouvelle salle haute est desservie par un large escalier, facile d’accès car amplement ouvert sur l’allée et plus doux à monter. Il est clair qu’à Martainville la « grande chambre » est en réalité une salle haute, pièce publique où l’on reçoit avec un certain faste. Mais, comme le souligne Noël Du Fail, déjà cité, « avoir deux [salles] tient du grand91 ». Nul doute que Jacques Le Pelletier à Martainville, Louis de Richebourg à Sénitot, Claude Le Roux à Tilly et Robert de Varennes à Longuelune voulaient vivre noblement.

47Que les demeures de Jacques de Chambray, conseiller et chambellan du duc d’Orléans vers 1489, de Claude d’Annebault, lieutenant général au gouvernement de Normandie et bailli d’Évreux vers 1535, ou de Louis de Silly, chambellan du roi Henri II, comprennent deux belles salles, l’une au rez-de-chaussée, l’autre à l’étage, semble plus naturel, bien que ces gentilshommes ne soient pas de très grands seigneurs (fig. 65). On ne peut exclure cependant que leur salle haute ait tenu, à l’occasion, le rôle de grande chambre pour des hôtes de marque, d’autant que l’on y trouve systématiquement une place pour le lit. L’inverse est aussi fort probable dans des maisons moins relevées : la grande chambre, bien que n’étant pas une salle haute (Ételan, Gueutteville et Le Bourgtheroulde), pouvait servir à recevoir de manière plus fastueuse grâce aux nombreuses chaises et aux tabourets composant son mobilier.

48Reste, enfin, les grandes chambres des maisons des champs d’ecclésiastiques : elles semblent exclusivement destinées au maître de maison. À Fontaine-le-Bourg (aujourd’hui détruit), la grande chambre est appelée la « grande chambre de Monseigneur [l’abbé de Fécamp Antoine Bohier] » (fig. 57). À Perriers et à La Boissaye, les grandes chambres sont les seules chambres munies d’annexes.

Chambre seigneuriale, chambres de Monsieur et de Madame

  • 92 Cette appellation n’existait pas aux XVe et XVIe siècles.

49La chambre seigneuriale92 – c’est-à-dire celle occupée par le seigneur et son épouse – est difficilement reconnaissable aujourd’hui, car elle a souvent été modifiée pour répondre à de nouvelles exigences de confort. La cheminée a disparu au profit d’une autre plus petite et les fenêtres ont été agrandies, voire multipliées. Aussi, seule la place qu’elle occupe dans le logis et certaines dispositions particulières peuvent-elles nous aider à l’identifier.

  • 93 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 79-81.
  • 94 Sur la galerie, voir Guillaume J., « La galerie dans le château français : place et fonction », Rev (...)
  • 95 Pagazani X., « Le château de Mesnières », art. cit.
  • 96 Tableau 31.

50Au logis de Caltot (vers 1491-1495), la porte à droite de la cheminée de la grande salle dessert une pièce surélevée – elle est au-dessus d’une cave semi-enterrée –, qui elle-même commande une pièce plus petite logée dans une tour. Au vu de ces indices et de la place de la cheminée de la première pièce, adossée à celle de la salle (au contraire de la cheminée de la cuisine qui ne l’est jamais), on devine une ancienne chambre. Cette place et ces dispositions rappellent la « chambre unique » de certains logis bretons93. On retrouve ces dispositions, avec quelques variantes, dans un certain nombre de logis : à Sénitot, Commanville, L’Écluse, Le Hérault, Normanville et Raimbertot (fig. 114). À Sénitot, l’une des annexes de la chambre est munie d’un chauffe-pieds : il s’agit sans doute d’un cabinet ou de l’étude du seigneur, attenante à sa chambre. À Houlbec, comme nous l’apprend un inventaire de biens meubles, la pièce située après la salle, accessible directement de l’extérieur par un petit escalier, était la chambre de Suzanne Du Val, la maîtresse des lieux en 1603 ; elle comporte deux garde-robes (fig. 21). La chambre placée au rez-de-chaussée se voit aussi dans des logis plus importants, comme à Clères, siège d’une baronnie, où elle se signale par la petite galerie qu’elle commande94. Même disposition à Mesnières où, à partir de 1521, le nouveau baron du lieu, Charles de Boissay, fait agrandir le logis bâti par son père pour loger une chambre (la sienne), complétée d’une garde-robe, d’un cabinet et d’une galerie en rez-de-cour95. La présence de la chambre seigneuriale au rez-de-chaussée est attestée dans quinze logis96. Mais cet emplacement au même niveau et à la suite de la grande salle, qui répond peut-être à une tradition régionale, disparaît au cours du XVIe siècle pour faire place, semble-t-il, à la sallette ; après les années 1530, on n’en trouve plus d’exemples.

51Dans les autres logis, la chambre seigneuriale se trouve à l’étage. À Héronchelles, qui comporte deux pièces à feu par niveau, le rez-de-chaussée contient la salle et la cuisine. À l’étage, les deux dernières pièces à feu du logis – les combles ne sont pas habitables – étaient sans aucun doute deux chambres avec leurs annexes. La même disposition se voit à Auffay, où le rez-de-chaussée abrite la salle et la cuisine. À l’étage se trouvaient la grande chambre et une seconde chambre, l’une d’elles faisant fonction de chambre à coucher ; le comble habitable pouvait quant à lui recevoir dans ses quatre chambres les autres membres de la famille et peut-être des proches. Pour les édifices des décennies suivantes (1530-1560), la chambre seigneuriale est plus facilement identifiable : elle comporte en général les annexes les plus nombreuses (une garde-robe, un cabinet, voire plusieurs cabinets ou une petite galerie) et se trouve toujours en pendant de la grande chambre (Le Bus, Tilly, Le Bourgtheroulde, Brécourt, fig. 58, 124).

52Jusqu’ici, on est parti du principe que le seigneur et son épouse partageaient la même chambre appelée par convention la chambre seigneuriale. Mais il faut se rendre à l’évidence : dans certains cas, le seigneur et son épouse faisaient chambre à part. À Houlbec, Suzanne Du Val logeait au rez-de-chaussée et son second mari dans la grande chambre. Au Bus, une chambre se différencie clairement par le nombre de ses annexes (une garde-robe, deux cabinets et une étude) et, surtout, par un écu placé au-dessus de la porte. Mais cet écu est meublé des armes pleines des d’Anlezy et non des armes mi-parties du couple, ce qui revient à dire que Claude d’Anlezy et Renée du Bus, son épouse, ne partageaient pas la même chambre. Où était la chambre de Madame ? Un élément suggère qu’elle logeait dans la grande chambre, qui possède le même nombre d’annexes que le logis de son mari, les deux logis ayant d’ailleurs en commun une étude ou librairie (fig. 124). Des dispositions comparables sont visibles aux maisons d’Ételan, où la « chambre d’Esquetot » (Jean d’Esquetot) et le « petit cabinet [de] madite feue dame d’Esquetot » (Madeleine Picard) sont reliés par un passage (fig. 121), et de Mentheville, où les deux chambres communiquent entre elles par une porte : Jean d’Esquetot et Madeleine Picard, Nicolas de Prétreval et son épouse Jacqueline de Maricourt, comme Claude d’Anlezy et Renée du Bus, vivaient peut-être chacun dans une de ces pièces, à la fois séparés et proches. C’est une disposition similaire que propose Alberti dans son célèbre De re aedificatoria (traduit par Jean Martin et publié à Paris en 1553) :

  • 97 Alberti L.B., L’architecture et art de bien bastir…, Paris, 1553, Livre V, chap. II, f° 78.

Le logis de la dame sera tout separé de celuy de son mary, excepté seulement d’une petite allée secrette, par où ilz se pourront visiter quand bon leur semblera, et n’y aura qu’une porte entre deux.97

  • 98 Document 19, art. 6 et 12.
  • 99 Voir les notes analytiques des documents 4, 5, 11, 12, 13, 16, 19 et 21.

53D’autres cas de figure se remarquent également. À Chambray, Gabriel de Chambray et Jeanne d’Angennes ont chacun un logis ou, plus exactement, Madame a un logis et Monsieur en possède deux, l’un au premier étage du « vieux château », l’autre au rez-de-chaussée de la maison neuve. Pourquoi ? La mention d’un texte laisse à penser que, pour ne pas avoir à monter l’escalier « quand Monsieur le baron a les gouttes », il loge au rez-de-chaussée, proche à la fois de l’entrée, de la salle et des cuisines, mais qu’au cas contraire il réside au premier étage du vieux logis98. Au Bourgtheroulde, en 1591, Claude II Le Roux, alors veuf, loge dans une chambre au premier étage et ses filles, encore mineures, dans la chambre qui la suit (fig. 161) ; aussi les annexes de la chambre de Claude (cabinet et étude) sont-elles reportées à l’étage supérieur. On le voit : la question de l’emplacement des chambres des époux est complexe et la seule lecture des inventaires de biens meubles soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses, révélant à chaque fois un nouveau cas particulier : le document notarié fixe à un moment précis une situation forcément inhabituelle (décès, séparation du couple, etc.99).

54Il existe cependant deux groupes d’édifices pour lesquels la réponse est plus évidente. À Caltot, au Hérault, à Clères, à Sénitot, au Bec-Crespin et à Bailleul-la-Campagne, la salle haute commande à sa suite, comme la salle du rez-de-chaussée, une chambre et ses annexes. Autrement dit, la maison comprend deux logis superposés, l’un au rez-de-chaussée, l’autre à l’étage. Dans ce cas, on peut être sûr que l’un des deux est pour le seigneur et l’autre pour sa femme (fig. 114), comme parfois dans les résidences royales de l’époque. À Perriers, à La Boissaye et à Fontaine-le-Bourg, résidences ecclésiastiques dont j’ai déjà parlé, l’abbé loge dans la grande chambre. Signalons aussi deux cas particuliers, qui, eux aussi, ne posent aucun problème d’identification : la tour-résidence de Thevray ne comprend qu’une chambre, qui était assurément celle de Jacques de Chambray : il était célibataire (fig. 113). À Prey, la maison ne comprend qu’un seul logis (une grande chambre avec une garde-robe et deux cabinets), celui du couple, le rez-de-chaussée abritant la grande salle et la cuisine, et les combles n’étant pas habitables.

Fig. 161 > Le Bourgtheroulde (Eure). Distributions restituées du rez-de-chaussée et des premier et deuxième étages d’après un inventaire des biens meubles de 1591. A. Rez-de-chaussée. A1 : « sallette ». A2 : « grande salle ». A14 : « despense ». A27 : « cuisine ». A28 : « arriere-despense ». B. Premier étage. B3 : « chambre de Monsieur ». B4 : « chambre des filles ». B5 : « garde-robe ». B6 : « cabinet ». B7 : « petitte chapelle ». B8 : « grande chambre ». B9 : « garde-robe de la grande chambre ». B10 : chambre du sieur Semo ». B11 : « garde-robe d’en haut ». C Deuxième étage. C20 : « estude de Monsieur ». C21 : « cabinet de Monsieur ». C22 : « grenier proche ».

  • 100 Documents 4 et 5 (Fontaine-le-Bourg, 1517, 1546).
  • 101 Documents 11, 13, 16 et 21.
  • 102 Chatenet M. et Cussonneau C., « Le devis du château de Jarzé… », art. cit. ; Chatenet M., « “Cherch (...)
  • 103 Voir Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 268.
  • 104 Aries P., L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, 1973, p. 294-295.

55À Fontaine-le-Bourg, l’abbé de Fécamp pouvait manger ou écrire dans sa chambre au moyen d’une table à tréteaux et d’un banc100. D’autres inventaires confirment cet usage : les mêmes meubles sont mentionnés dans les chambres des logis d’Ételan, du Bourgtheroulde, de Gueutteville et d’Houlbec101. Mais c’est surtout la place du lit qui retient l’attention. En France, on sait depuis les travaux de Monique Chatenet qu’au XVIe siècle le lit est en général placé à côté de la cheminée, souvent décalée pour ce faire102. En Normandie, la situation est différente : le lit est placé le plus souvent en face de la cheminée, adossé au mur opposé. Presque tous les logis seigneuriaux haut-normands répondent à ce principe que seule une tradition régionale peut expliquer. De fait, à Gaillon déjà, vers 1498, la place des lits constituait sans doute un élément prédéterminé du programme constructif puisqu’un projet non retenu, conservé à Poitiers, présente systématiquement le lit du côté opposé à la cheminée (fig. 45). Cette observation est à mettre en rapport avec le fait que ce même plan présente l’association de la chambre de parement et de la chambre de retrait, qui est une tradition constructive héritée des grands modèles princiers du XIVe siècle103. Le logis du cardinal réalisé présentait ces deux particularités. On ne s’étonnera donc pas que les maisons nobles normandes présentent des dispositions comparables, différentes de celles du reste du domaine royal : les cheminées sont au centre du mur qui les porte et les fenêtres sont percées à proximité, ce qui permet de placer le lit du côté de l’entrée de la chambre (fig. 21, 121, 124, 152). Ces dispositions rappellent celles de la sallette ou, en mineur, celles de la grande salle : le haut bout de la pièce où se trouve la cheminée, généreusement éclairé par de grandes fenêtres, est bien visible dès l’entrée par le visiteur. En somme, la chambre permettait au seigneur de recevoir, peut-être avec moins de solennité. Elle est donc un lieu de sociabilité – et non une pièce intime (si tant est que cette notion ait eu une réalité au XVIe siècle104) et inaccessible, comme on pourrait aisément l’imaginer. C’est le cas, du moins, dans le Cotentin, au Mesnil-au-Val du sire de Gouberville :

  • 105 Cités par Foisil M., Le sire de Gouberville, op. cit., p. 37.

– Jeudi 14 mars 1554. Dès le grand matin, Cresné vint frapper à l’huis de ma chambre que Cantepye ouvrit.
– Mercredi 15 janvier 1555. Thomas Moucle y vint avant que je fusse levé et parla à moi en lit.
– Vendredi 11 août 1559. Je baille à Julien Germain sur ses gages avant de sortir de ma chambre […].105

  • 106 Ce sont Bonnemare, Acquigny, Brécourt, Archelles et peut-être Chambray.

56Ce constat doit cependant être nuancé à propos de la grande chambre, qui sert à recevoir des hôtes de passage : il n’est pas rare que le lit soit adossé à un pan de mur gouttereau proche de la cheminée, à droite ou à gauche d’elle (Le Bus, Tilly, Heubécourt, Longuelune, Acquigny), voire au mur de refend portant la cheminée lorsqu’elle est décalée (tour-résidence de Thevray, Bonnemare, Archelles, Chambray, Brécourt, Senneville). On notera aussi que les rares édifices où, comme dans le reste du domaine royal, le lit prend sa place à côté de la cheminée appartiennent à des gentilshommes en relation avec le roi106. C’est le cas des chambres seigneuriales de Tilly, Bonnemare, Acquigny et Chambray (fig. 58, 65, 125). L’exemple le plus évocateur est sans doute Acquigny, bâti selon toute vraisemblance pour Louis de Silly, conseiller et chambellan d’Henri II, où les cheminées de toutes les chambres sont décalées sur le côté pour permettre d’installer le lit à sa place habituelle dans le reste du royaume. Mais peut-être l’architecte d’Acquigny n’était-il pas normand.

  • 107 Tous les inventaires mentionnent au moins une couche et une couchette dans la chambre. Sur le sujet (...)

57Faut-il également rappeler, enfin, que le lit, étant clos et les rideaux tirés, constitue une petite pièce dans la pièce, de sorte qu’il pouvait y en avoir plusieurs dans la même chambre – ce qu’enregistrent les inventaires de biens meubles107. Car le seigneur et son épouse couchent rarement seuls, mais avec leurs serviteurs ou servantes qui devaient dormir près d’eux, sur une couchette ou un lit de camp dans la chambre et dans la garde-robe attenante.

La chambre des enfants

  • 108 AD Seine-Maritime, 61 J 3 : déposition du sieur Semo pour la perte des meubles du Bourgtheroulde, 1 (...)
  • 109 Loc. cit.
  • 110 Document 16, art. 5.

58Au Bourgtheroulde évoqué plus haut, la chambre de Claude II Le Roux commande la « chambre des filles ». Un cas de figure semblable se retrouve à Ételan avec un « petit cabinet […] qui appartenoit a ladite feue dame d’Esquetot [Madeleine Picard, épouse de Jean d’Esquetot] où se trouvent mes damoyselles de Brissac [Diane et Jeanne de Cossé] » ; en réalité, ce cabinet est placé entre le logis de Monsieur et celui de Madame (fig. 121, en 13). Peut-être en est-il de même au Bus ou dans d’autres logis qui possèdent une pièce commune entre les chambres des époux, tels Caumare, Archelles et La Valouine ? Pour les autres maisons, il est difficile de savoir ; les enfants dorment peut-être dans la garde-robe ou le cabinet attenant à la chambre de l’un des deux parents. Devenus majeurs et avant leur mariage, les enfants possèdent un logis indépendant et complet. Du moins est-ce le cas pour le « sieur de Saint-Aulbin [Nicolas II Le Roux], fils dudit sieur du Bourgtheroulde [Claude II] », qui loge dans une des ailes (le « bastiment neuf »), dans une chambre accompagnée d’une garde-robe108. Mais pour l’aîné des enfants Le Roux, il s’agit sûrement d’un logement réservé à d’éventuels séjours chez son père109. En revanche, telle n’est pas la situation pour les « damoyselles » : à Ételan et au Bourgtheroulde, leur chambre est la plus richement pourvue de la maison, sans doute parce qu’elle est à la fois leur chambre et le cabinet des parents. À Ételan s’y entassent des poupées (les « poupines », « petit mesnaige », « gentilzhommes », « femme en couche », « hacquenées » ou « Vierge Marie avec son enfant ») avec leurs vêtements et ustensiles luxueux, en or, en argent, en velours cramoisi et de nombreux autres petits objets de prix que l’on trouve habituellement dans les cabinets précieux. Au Bourgtheroulde, la valeur du mobilier des chambre et garde-robe des filles de Claude II Le Roux s’élève à plus de 3 700 lt, essentiellement en raison des « robbes, manteaux, saies et autres accoustrementz de toutes sortes de soye en fort grand nombre » qui s’y trouvaient110.

Les chambres des familiers, des proches et des serviteurs

  • 111 Document 12, art. 1-13.
  • 112 Document 4, art. 17 (1517) ; document 5, art. 10 (1546). Pagazani X., « Maisons des champs… », art. (...)
  • 113 Document 19, art. 4.
  • 114 Document 16, art. 10.

59Les autres membres de la famille ont également droit à un traitement privilégié dans la demeure noble où des logements leur sont réservés. Si à Harquency, c’est une demeure entière, la « vieille maison », qui est mise à la disposition de Claude Jubert, le frère aîné du seigneur du lieu111, un petit logis composé d’une chambre et d’une garde-robe suffit le plus souvent à recevoir le frère, la sœur, l’oncle ou la nièce. En règle générale, ce petit logis indépendant est situé au premier étage, c’est-à-dire au même niveau que la chambre des maîtres de maison. Le général des finances de Normandie Thomas Bohier a droit à un logis de ce type dans la grande maison de Fontaine-le-Bourg que détient son frère cadet Antoine. En témoignent les tapisseries « de carreau[x] en fleurs » tendues « aux armes de mondit seigneur » et l’appellation de « chambre du général112 ». À Chambray, René d’Angennes, seigneur de La Loupe (Eure-et-Loir), frère de la maîtresse de maison, dispose d’une chambre superbement meublée qui porte le nom de son fief, au premier étage du logis neuf113. Mais à toute règle ses exceptions : au Bourgtheroulde, « Monsieur Semo », receveur du domaine, réside au premier étage, dans la chambre située à la suite de la grande chambre, ce qui en dit long sur l’estime dans laquelle Claude II Le Roux tenait ce serviteur114.

60À Fontaine-le-Bourg, Antoine Bohier réserve également à l’étage supérieur des chambres pour deux personnes qui sont à la fois des proches, des clients et des officiers : Robert de Bapaulme, président clerc au parlement de Normandie, et Claude de Launay, maître d’hôtel de son abbaye. Mais à proximité, on trouve aussi la petite chambre de la lingère « Jehanne », qui devait avoir les fonctions d’une gouvernante.

  • 115 Document 12, art. 23 ; document 13, art. 15 et 18 ; document 19, art. 18.
  • 116 AD Seine-Maritime, G 685 : inventaire des biens meubles du logis archiépiscopal, 21/07/1493. Docume (...)
  • 117 Document 4, art. 7 ; document 13, art. 2.

61Il n’est pas rare, en effet, de trouver dans les combles les chambres des officiers ou, lorsqu’il y a de la place pour eux, des serviteurs. Ces chambres, meublées de deux ou trois grands lits, parfois accompagnés de lits de camp, devaient être en réalité de véritables dortoirs115. Aux Andelys, chez l’archevêque de Rouen Robert de Croismare avant 1493, mais aussi à Chambray en 1600, on y trouve une chambre « où couchent les serviteurs116 ». À Ételan, c’est la « chambre des tailleurs ». Sinon, les serviteurs dormaient en fonction de leur qualité ou de leur spécialité, soit dans le logis (à Fontaine-le-Bourg et à Gueutteville, le cuisinier dort dans la chambre ou « despence de laditte cuisine117 »), soit en dehors du logis : à Ételan, les chambrières logent dans la « vieille maison », le jardinier dans un « cabinet » (une tourelle du jardin) et les palefreniers aux écuries.

Des cas exceptionnels : les chambres du roi

  • 118 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., chap. VIII, p. 258-296.
  • 119 Ce sont Le Bourgtheroulde, Chambray, Clères, Ételan, Fontaine-le-Bourg, Heubécourt, Tilly. Auxquels (...)

62Les itinéraires publiés des rois de France permettent de connaître les étapes faites par les souverains dans un certain nombre de maisons nobles haut-normandes. Car, en dehors des châteaux des Grands, le roi aimait aussi se loger chez ses sujets moins en vue, leur témoignant par là sa faveur118. Ainsi, sur l’ensemble des édifices étudiés ici, sept ont assurément reçu le roi, auxquels on doit ajouter quatre autres où le fait n’est pas certain quoique très vraisemblable119. Ce petit corpus suffit à étudier la place de la chambre du roi dans ces logis.

  • 120 Documents 14, 19, 23 et 26.
  • 121 Tableau 29.
  • 122 Tableau 29.
  • 123 Mesnières ne fait pas partie de mon corpus, mais je le prends en compte pour l’occasion.
  • 124 Weiss R., art. cit.

63Le premier fait qui surprend dans cette enquête est l’absence de mentions d’une chambre du roi dans les textes normands alors qu’il est certain que le souverain a passé au moins une nuit dans ces édifices120. Ainsi François Ier couche à Fontaine-le-Bourg dans la nuit du 27 juillet 1517, sans doute au Bourgtheroulde dans celle du 3 avril 1535, Henri II à Fontaine-le-Bourg du 13 au 15 octobre 1550, Charles IX à Chambray dans la nuit du 1er septembre 1563121. Autrement dit, à l’inverse de ce que Monique Chatenet a pu enregistrer dans les demeures plus relevées, l’appellation pourtant flatteuse de « chambre du roi » n’est pas retenue en Normandie. Cette observation vaut aussi pour l’illustre Gaillon, certainement le château normand le plus visité par les souverains au cours du XVIe siècle122. D’un autre côté, la tradition orale accorde une chambre du roi à des édifices où l’on n’a pas de preuve formelle du passage du souverain, comme c’est le cas à Sénitot, Bonnemare et Mesnières123. Que dire de ce paradoxe ? Dans les actes notariés, la fonction de la pièce en temps ordinaire prévaut apparemment sur sa fonction extraordinaire, alors que la tradition orale fait le contraire : bien qu’aucun inventaire mobilier de Gaillon n’en fasse mention, on sait où a logé Louis XII en 1508 grâce à un émissaire du marquis de Mantoue à qui on présente deux ans plus tard la chambre du roi124. C’est certainement ainsi que, de génération en génération, s’est transmis le souvenir du passage du roi à Sénitot, Bonnemare et Mesnières. L’étude de ces trois édifices pour lesquels la tradition orale s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui apparaît révélatrice.

  • 125 La chambre du roi est mentionnée dans l’inventaire après décès de Pierre Basnage en 1733 [Frémond G (...)
  • 126 Taylor J., Nodier C. et Cailleux A. de, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France,(...)
  • 127 Le décor a disparu lors des travaux du XIXe siècle, mais il est décrit avant cela par Décorde J.-E. (...)

64Contre toute attente, le roi n’est pas logé en règle générale dans la plus belle pièce de la maison, la grande chambre, qui, on l’a vu plus haut, sert parfois à loger les hôtes de marque dans les demeures de qualité. À Sénitot, c’est dans le logis attenant à celle-ci, beaucoup plus modeste par ses dimensions mais qui possède tout le confort moderne de l’époque, que le roi fut sans doute hébergé : la chambre est munie de nombreuses annexes (garde-robe et latrines dans un pavillon et petite étude en menuiserie dans la chambre125, fig. 115). De plus, elle est luxueusement meublée (la garde-robe attenante est tendue de « cuir doré ») et elle est autonome : un tambour, qui lui donne un accès indépendant à l’escalier, permet au roi d’aller et venir à sa guise (il peut sortir du logis ou aller au jardin sans passer par les salles et les autres chambres). Ensuite, cette chambre est la seule du logis pour laquelle la cheminée est décalée afin de placer le lit « à la guise de France » ; dans toutes les autres chambres, le lit fait face à la cheminée comme il est d’usage en Normandie. Enfin, la grande chambre qui précède cette pièce pouvait sans doute servir de salle du roi. On retrouve des traits communs dans la chambre du roi au château de Mesnières126. La pièce, séparée des autres logis, est située dans un pavillon à l’extrémité de l’aile droite ; pourvues des mêmes commodités qu’à Sénitot (garde-robe, cabinets et latrines dans la tour), elle offre un luxe équivalent (peintures à fresque dans les embrasures de fenêtres, plafond à solives moulurées rehaussées de filets d’or) et possède un accès indépendant (un petit escalier en vis mène directement à la cour puis, de là, au jardin). De plus, la chambre ouvre directement sur la grande galerie du château qui mène à la chapelle, et dont le décor (disparu) était constitué de lambris d’appui et de peintures à fresque représentant des scènes de chasses, de festins et de combats127. Ces deux exemples suggèrent donc que la chambre du roi, modeste par ses dimensions, indépendante et sans doute remarquablement meublée, est distincte de la chambre du seigneur et de la grande chambre.

  • 128 Les armes de Le Conte étaient autrefois sculptées sur la dalle en pierre qui couvre le repos de l’e (...)
  • 129 Document 11, art. 3 et 2.
  • 130 Sur les deux logis de Georges d’Amboise à Gaillon, voir Bardati F., L’architettura francese di comm (...)

65Doit-on déduire de ces deux exemples qu’il en est toujours ainsi ? Rien n’est moins sûr, car si la « chambre du roi » de Bonnemare possède toutes les caractéristiques vues précédemment, elle s’en écarte sur un point : située dans un rez-de-chaussée très surélevé, de plain-pied avec la grande salle mais séparée d’elle par l’escalier rampe sur rampe, la pièce ne peut être en temps ordinaire que la chambre du propriétaire, Nicolas Le Conte128 (fig. 125). Le même constat vaut pour Tilly, qui reçut François Ier en avril 1535 (fig. 58). À Ételan, la chambre de Jean d’Esquetot comporte des pentes de lit semées de fleurs de lis, ce qui pourrait suggérer que le roi a dormi dans cette pièce ; une autre pièce s’appelle la « chambre de la royne129 » (fig. 121). De même, on ne peut pas écarter l’hypothèse que, dans quelques cas, la grande chambre ait pu loger le roi, et même que quelques grandes chambres, qui servaient à l’ordinaire de chambre au maître de maison, aient pu servir au roi à l’occasion. Ainsi, à Fontaine-le-Bourg, l’abbé de Fécamp Antoine Bohier possédait deux logis, l’un dans la « grande maison », l’autre dans le « petit pavillon » (l’ancien logis noble à l’usage désormais privé de l’abbé). Ces deux logis rappellent ceux de Georges d’Amboise à Gaillon et, partant, il faut croire que, comme le cardinal archevêque de Rouen, Bohier abandonnait sa chambre de la « grande maison » au roi (la grande chambre, appelée dans les textes « chambre de Monseigneur »), tandis que lui-même se réfugiait dans sa chambre du « pavillon » (aussi appelée « chambre de Monseigneur130 »).

  • 131 Ibid., p. 265.
  • 132 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 250. Pour Chenonceau, un acte de François Ier (1517) men (...)

66On en vient donc naturellement au même constat que Monique Chatenet : « Il apparaît que la manière dont le roi est logé chez ses sujets dépend de la forme du logis du propriétaire et de la place que ce dernier réserve à ses hôtes131. » Ajoutons seulement que les chambres du roi de la plupart de ces maisons semblent avoir été prévues dès l’origine pour accueillir le souverain, comme le suggère la place du lit à côté de la cheminée. Somme toute, cela peut se comprendre pour des gentilshommes qui connaissent personnellement le roi, tels Louis de Richebourg, qui doit sa fortune à François Ier, Claude Le Roux, qui tient sa charge au parlement grâce à l’intervention du souverain, Nicolas Le Conte, commissaire d’Henri II, ou Louis de Silly, conseiller et chambellan : pour ces raisons, ils ont sans doute plus que d’autres l’espoir de recevoir le roi chez eux, pour signifier à tous la faveur royale dont ils jouissent. Ces gentilshommes normands, finalement, ne font que suivre le comportement normal des courtisans : Thomas Bohier (Chenonceau), Côme Clausse (Fleury-en-Bière), le cardinal du Bellay (Saint-Maur) ou le cardinal de Lorraine (Meudon et Fontaine-le-Bourg) s’efforcent de mettre leurs résidences campagnardes à la disposition du souverain lorsqu’il désire « s’échapper de ses palais132 ».

Garde-robe, étude et librairie

  • 133 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 159-162 ; Le Pogam P.-Y., « Sources textuelles… », ar (...)

67Le logis des seigneurs normands semble s’être cristallisé très rapidement et de manière assez précoce. Dès les années 1470-1480, il comprend une chambre qui s’accompagne parfois, mais parfois seulement, d’une garde-robe (Perriers, Caumare), alors même que cette pièce était jusqu’ici réservée aux demeures princières133. Mais à partir des années 1490, la présence de la garde-robe devient systématique (Martainville, fig. 44).

  • 134 La plus petite garde-robe de mon corpus présente une superficie de 7,6 m2 (Héronchelles) et la plus (...)

68Généralement de forme rectangulaire, d’une superficie avoisinant les 15 m2 et munie d’une petite cheminée, la pièce est toujours commandée par la chambre dont elle est la principale annexe134. Elle contient une couchette ou un lit de camp à l’usage d’un serviteur, et des coffres, appelés « bahuts » ou « garde-robbe », pour ranger les vêtements. Ce sont exactement ces dispositions que figure Du Cerceau dans l’ensemble de ses livres consacrés aux demeures civiles (avant 1550, 1559 et 1582, fig. 53, 56, 115). Une légère précision doit être apportée à ce discours général. À la fin du XVe siècle et jusqu’au milieu des années 1520, dans les quelques cas où elle est placée dans une tour d’angle, la garde-robe adopte un plan massé, le plus souvent octogonal, comme à Martainville et à Auffay-la-Mallet.

  • 135 Étude, estude : « Cabinet de travail, d’étude, bureau ».
  • 136 Girouard M., La vie dans les châteaux français, Paris, 2001, p. 114, cite les « estudes » de Charle (...)
  • 137 Corrozet G., Les blasons domestiques…, Paris, 1539, fos 33r°v°.

69Vers 1490, en même temps que se généralise la garde-robe, une petite pièce, sans doute une « estude », qui s’apparente au futur cabinet, lui est parfois ajoutée135. Dans la partie haute de la tour-résidence de Thevray (vers 1489), le logis de Jacques de Chambray comprend sa chambre, une garde-robe et une étude placée dans la tour, ainsi qu’un oratoire et des latrines placés dans l’avant-corps attenant (fig. 113). Dans la maison beaucoup plus modeste de Beuzeville-la-Guérard (vers 1500), les deux chambres du premier étage sont munies d’une garde-robe, de latrines et d’une étude dont l’espace, créé par une petite structure en menuiserie, est pris dans le volume de la chambre et éclairé par une petite fenêtre percée en hauteur (fig. 147b). Ce type de petite pièce isolée par de simples planches ou par un ouvrage de menuiserie n’est cependant ni nouveau, ni limité à la seule Normandie, car on en trouve des représentations dans quelques enluminures des XIVe et XVe siècles (fig. 162). Là encore, il s’agit de la généralisation d’une disposition autrefois rare et exclusivement réservée aux demeures royales et princières136. Au XVIe siècle, l’usage semble en être devenu plus courant et s’être répandu en Europe et dans d’autres strates de la société. Ainsi, en 1532, Hans Holbein le jeune peint un portrait du marchand allemand installé à Londres Georg Gisze dans un espace constitué de planches clouées (fig. 163). Dans ses curieux Blasons domestiques (1539), Gilles Corrozet donne une représentation encore plus explicite d’une « estude », qui, à l’instar du lit clos, constitue une pièce dans la pièce (fig. 164). Manifestement, il s’agit d’une petite pièce où le seigneur garde quelques livres, sans doute ses papiers, ses actes notariés et des objets précieux, où il peut « composer, chanter, escripre et lire137 ». C’est précisément ces usages qu’attribue Philibert Delorme au cabinet en 1567 :

  • 138 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 88r°.

Il est necessaire et plus que raisonnable d’accompaigner les chambres des Roys et grands Princes et seigneurs, d’un cabinet, (à fin qu’ils se puissent retirer en leur privé et particulier, soit pour escrire ou traicter des affaires en secret, ou autrement).138

Fig. 162 > Pseudo-Sénèque, Des quatre vertus cardinales. Cicéron, Livre de vieillesse et Livre d’amitié, s.d., vers 1460-1465. [Cliché Bibliothèque nationale de Russie, Saint-Pétersbourg, Fr. F.v.III, 1, f° 19.]

Fig. 163 > Hans Holbein le Jeune, Portrait du marchand allemand Georg Gisze, 1532, huile sur bois. [Cliché Staatliche Museen zu Berlin, Gemäldegalerie.]

70C’est aussi le cas en 1552 pour Félix Platter, dont le cabinet, comme chez Georg Gisze à Londres et comme chez Jean de Canouville à Beuzeville-la-Guérard, est constitué par de simples planches :

  • 139 Félix et Thomas Platter à Montpellier, 1552-1559, 1595-1599 : notes de voyage de deux étudiants bal (...)

Je me réfugiai dans mon cabinet, qui se trouvait tout au haut de la maison, et qui était une simple petite loge en planches. Je m’y enfermai avec une lampe et j’y restai jusqu’au retour de la messe, en lisant dans un vieux Plaute la comédie d’Amphitryon.139

71Par leur place et leur fonction, les études de Thevray et de Beuzeville s’apparentent en moins prestigieux et en moins précieux, mais avant elle, à celle que Georges d’Amboise projetait à Gaillon aux alentours de 1498 (fig. 45).

  • 140 Deville A., Comptes et dépenses…, op. cit., p. 536.
  • 141 AD Seine-Maritime, 14 H 86 : compte de l’abbaye, f° 46r°.

72C’est précisément dans le célèbre château de l’archevêque que le mot cabinet apparaît de manière précoce en 1507 ou 1508, avec le « cabinet doré » attenant à la chambre du cardinal140, ainsi qu’au logis abbatial de Saint-Ouen à Rouen avec le « cabinet de cedre de Monseigneur [Antoine Bohier]141 » (logé dans la tourelle à droite de la façade sur cour, fig. 82). Pourtant, le mot « cabinet » ne commence à supplanter celui d’« estude » qu’à partir du milieu du siècle.

Fig. 164 > Gilles Corrozet, Blasons domestiques, 1539, gravure sur bois, f° 33r°, « Le blason de l’estude ». [Cliché BnF.]

73Entre-temps, la pièce, quel que soit le nom qu’on lui donne, tend à se répandre, d’abord essentiellement dans les demeures campagnardes de qualité, puis dans des demeures moins relevées, sous les trois formes que l’on a vues précédemment. À Auffay (vers 1510), comme le « cabinet de cedre » d’Antoine Bohier à Rouen, elle est placée dans une tourelle qui flanque l’un des angles du bâtiment. À Longuelune (vers 1546-1550), comme déjà à Thevray (vers 1489), l’étude est prise sur le volume de la garde-robe, séparée d’elle par une simple cloison en bois (fig. 152). À Emfrayette (vers 1530) comme à Beuzeville-la-Guérard (vers 1500), elle est prise dans le volume de la chambre par une structure en menuiserie, mais, ici, elle est en revanche largement éclairée par deux fenêtres jumelles percées à l’angle du logis (fig. 165).

Fig. 165 > Emfrayette (Seine-Maritime). Fenêtres à l’angle de la maison noble.

  • 142 Document 5, art. 16.
  • 143 Document 13 (Gueutteville), art. 19 ; document 16 (Le Bourgtheroulde), art. 21.

74Au même moment qu’apparaît l’étude (1490), il existe une pièce ayant des fonctions à peu près analogues, mais plus vaste et isolée dans les parties hautes du logis, soit dans le comble du corps principal, soit au-dessus de l’escalier. À Thevray, la pièce, lambrissée, directement desservie par l’escalier, était située dans l’avant-corps, au-dessus des annexes (oratoire et latrines) du logis de Jacques de Chambray. À Martainville, alors que les chambres sont dépouvues d’études, une pièce haute est ajoutée après coup vers 1505 au-dessus de l’escalier principal : elle est isolée et possède une cheminée. Quelques années plus tard (vers 1515), Fontaine-le-Bourg, qui reprend quantité de dispositions de Martainville, présente une « librarye », autrement dit une bibliothèque, placée au centre de la distribution du deuxième étage, au-dessus de la chapelle du premier : l’abbé de Fécamp y conserve « dix vollumes ou livres sur des lieutrins142 » (fig. 57). Il est fort probable qu’à Thevray et à Martainville, mais aussi à Auffay et à Acquigny où l’on retrouve ces caractéristiques, la pièce était également une librairie. À Gueutteville en 1567, malgré son appellation de « petite garde-robbe », et au Bourgtheroulde en 1591, où elle a le nom de « cabinet » (au-dessus de la petite chapelle du premier étage), on a affaire à la même pièce : elle est meublée d’une « petite table portée sur ung traisteau qui se plye » ou d’une « grande table » à tiroirs, de « grandes armaires a mettre des escriptures » et de « grand pupitres sur lesquelz il y avoit plusieurs grands vollumes143 ».

  • 144 Document 12 (Harquency), art. 8 ; document 16 (Le Bourgtheroulde), art. 20.

75À partir des observations qui précèdent se dégage une distinction nette entre étude et librairie. L’étude, toujours commandée par la chambre ou sa garde-robe, en est l’une des annexes. Elle lui est subordonnée : il faut d’abord être admis dans la chambre, puis dans la garde-robe, pour y accéder. Elle appartient donc à une personne en particulier, cette appartenance se lisant dans les textes : à Harquency, la pièce commandée par la garde-robe de la grande chambre est« l’estude dudit feu sieur de Velly » ; au Bourgtheroulde, dans une situation semble-t-il provisoire, c’est la « chambre où ledictsieur faisoit son estude144 ». L’étude est donc une pièce privée, où son possesseur conserve des objets précieux, se retire pour étudier et dont il peut faire à l’occasion les honneurs à quelques personnes choisies. En revanche, tel n’est pas le cas pour la « librarye ». La pièce est indépendante (accessible par l’escalier principal, un escalier secondaire ou un espace de dégagement), si bien qu’elle peut servir aux différents membres de la maisonnée.

Les éléments de confort et d’hygiène : latrines, chaises percées, bassins et cuves « baigneresses »

  • 145 Mesqui J., Châteaux et enceintes…, op. cit., vol. 2, p. 170-173.

76Chaque maison noble haut-normande possède ses lieux d’aisance, qu’il s’agisse de latrines à fosse, de latrines en encorbellement, selon la terminologie établie par Jean Mesqui145, d’une solution mixte de latrines en encorbellement au-dessus d’une fosse ou, plus tard au XVIe siècle, d’une chaise percée. De tous les édifices où ces trois types s’observent, aucun emplacement des latrines ne semble l’emporter sur un autre : elles peuvent être liées aux chambres et aux salles (Ételan, Thevray, Beuzeville), à une garde-robe (Martainville, Auffay), ou être indépendantes, accessibles par l’escalier (Anquetierville, Commanville).

  • 146 Girouard M., La vie dans les châteaux français, op. cit., p. 220. Voir aussi le plan dit de Poitier (...)
  • 147 Elles étaient encore conservées dans les années 1970.

77Dans le premier cas, les fosses, les conduits et les petites pièces qui accueillent le siège, appelées « retraits » dans les textes146, sont ménagés dans le corps de logis. Si à Thevray la disposition est intégralement conservée (fig. 150), à Ételan, elle se remarque surtout à l’extérieur, au rez-de-chaussée et au premier étage, par la présence de petites fenêtres percées à chaque extrémité de la maison et logiquement décalées d’un niveau à l’autre. Aussi chaque pièce principale (les salles au rez-de-chaussée, les chambres à l’étage) est-elle dotée de son retrait. À Beuzeville-la-Guérard, malgré leur disparition, l’emplacement des latrines se repère facilement, puisqu’elles étaient logées dans deux avant-corps placés dans l’angle entre la façade arrière et la tour d’escalier (fig. 147b). Cette disposition, fermée, a l’avantage d’éviter les odeurs à l’extérieur – et à l’intérieur à la condition que la fosse soit suffisamment profonde. Ajoutons qu’à Ételan et à Beuzeville, ce type de latrines était commandé par la forme des demeures : des « maisons plates », sans fossé. Dans le second cas, les latrines sont disposées dans un édicule en encorbellement au-dessus d’un fossé. À Martainville, il s’agit d’édicules en brique (disparus) que portent de grosses consoles en grès encore en place. L’évacuation se fait dans le fossé, ce qui n’est pas sans inconvénients olfactifs, sauf si le fossé draine un courant d’eau vive – ce qui est rarement le cas. C’est sans doute pour cette raison qu’on eut l’idée de placer une fosse maçonnée dans le fossé : c’est le dernier type, les latrines en encorbellement au-dessus d’une fosse. À Martainville, les fosses, en brique, ont certainement été ajoutées après coup pour remédier aux désagréments qu’on a dits147. Cette disposition offre en effet plusieurs avantages sur les deux cas précédents : la fosse et l’édicule étant dissociés, l’appel d’air ainsi créé ventile le conduit et évite la diffusion des odeurs à l’intérieur du logis ; de plus, la fosse étant d’un accès facile, il est possible de la curer régulièrement. Par conséquent, on ne s’étonne pas que certaines demeures se présentant aujourd’hui comme des maisons plates (et semblant l’avoir toujours été) possèdent des latrines en encorbellement. Il faut croire qu’elles étaient munies d’une fosse creusée dans le sol au pied de la maison (Auffay et Commanville).

78Restent quelques maisons nobles de la fin du XVe siècle qui ne présentent aucune trace de latrines et semblent n’en avoir jamais eu. C’est le cas à Houlbec (1494), à Héronchelles (1495) et à La Motte, à Saint-Mards-de-Fresnes (1496-1500). Deux hypothèses s’offrent à nous : soit les latrines étaient en dehors de la demeure, dans une tourelle ou un petit édicule au fond du jardin ou dans la cour du manoir, soit les pièces de la demeure étaient meublées dès cette époque de chaises percées. Si, faute de preuves, on ne peut pas trancher entre l’une ou l’autre de ces hypothèses, on doit remarquer qu’il est difficile d’imaginer des seigneurs ou leurs épouses sortir dans la cour du manoir pour gagner une latrine rejetée à l’extérieur de la demeure.

  • 148 Document 4, art. 12 et 18.
  • 149 Document 11, art. 8 et 34 ; document 19, art. 3, 5, 7, 9, 11, 13 et 16.
  • 150 Document 13, art. 10 et 16.
  • 151 Girouard M., La vie dans les châteaux français, op. cit., p. 221.
  • 152 Elles font l’objet de réparations en 1556 (document 8, art. 3 et 4).
  • 153 Document 11, art. 35 ; document 12, art. 18 ; document 19, art. 2, 4, 7, 9, 13 et 16.

79En Haute-Normandie, c’est en 1517 que l’on trouve la première mention d’une « chaize persée » (autrement appelée « chaize a chambre » ou « selle »), dans les garde-robes des chambres des frères Bohier à Fontaine-le-Bourg148. Cet emplacement semble être systématique : d’après les textes normands, les chaises sont toujours logées dans la garde-robe attenant aux chambres les plus importantes du logis. Généralement personnelles, elles sont en effet un confort, voire un luxe. Toujours munies d’une « bassine », ou « bacin », y compris « ung petit pour les enfans », dont le contenu peut être vidé dans les latrines, elles sont rarement sans garniture. À Ételan et à Chambray, le siège est« garn[i] de drap vert » ou de velours bleu, et couvert d’« ung petit ciel dessus » ou d’« un poisle [c’est-à-dire un dais] », selon l’importance de l’utilisateur149. Et, parfois – tout comme on a vu dans la chambre le lit fermé par ses rideaux ou l’étude close par des planches –, elles sont isolées dans la garde-robe par « ung petit pavillon de boys de menuyserie » (Gueutteville150), disposition qui préfigure le « cabinet de propreté », petite pièce réservée à cet usage151. En revanche, dans la province, rien ne permet d’affirmer que la chaise percée supplante les latrines au XVIe siècle. En 1517 à Fontaine-le-Bourg, les garde-robes meublées de chaises percées étaient également munies de latrines en encorbellement du même type que celles de Martainville152, tandis qu’à l’autre extrémité du siècle, Brécourt (vers 1580) ou Mentheville (1595-1606) présentent encore des latrines en encorbellement, l’une au bout de la petite galerie du seigneur, l’autre en haut de l’escalier. Autres preuves que les latrines continuent d’être employées au cours du siècle, mais aussi que des perfectionnements sont apportés aux anciennes techniques : à Longuelune (vers 1546-1550), la latrine du premier étage est accessible dans la chambre seigneuriale par une porte cachée par le lit du couple (fig. 152), tandis qu’au Val-d’Arques (vers 1635), elle est dans une niche aménagée dans le mur proche de la ruelle, ce qui atteste l’étanchéité des dispositions. Un dernier élément de confort et d’hygiène fait peut-être également son apparition dans la maison noble au cours du XVIe siècle : le pot de chambre, en cuivre ou en étain selon l’importance de son utilisateur, qu’on trouve désormais dans la chambre ou dans la garde-robe, à Ételan (1557), à Harquency (1567) et à Chambray153 (1600).

  • 154 Ils sont inventoriés dans les salles et sallettes (document 11, art. 34 ; document 16, art. 1 et 2  (...)
  • 155 Document 16, art. 6.
  • 156 Document 11, art. 36.

80Des « cuvette » ou « petit bacin », « en cuyvre », sont utilisés pour se laver les mains au cours du repas154. De manière tout à fait exceptionnelle, la maison du Bourgtheroulde comprend aussi, en 1591, un « grand nombre de grandz bassins et vases de vaisselle de valleur, de la facon de messire Bernard Palissy de diverses coulleurs et fort exquises155 ». De manière tout aussi rare, un inventaire mentionne une « cuve baigneresse » dans la maison d’Ételan. Ici encore (tout comme la petite étude ou le lit dans la chambre, ou la chaise percée dans la garde-robe), cet élément de confort était isolé dans la pièce où il se trouvait par une menuiserie : une « chapelle [un pavillon] de boys156 ». À ces rares témoignages près, il n’existe pas d’équipements sanitaires, tels que des étuves ou des salles de bains, dans les petites maisons nobles de Haute-Normandie aux XVe et XVIe siècles. Est-ce à dire que les gentilshommes et nobles dames de la province se lavaient peu ? C’est possible, mais peu probable. On sait en effet, notamment par le médecin Louis Savot qui en donne l’explication en 1624, que l’hygiène était alors surtout affaire de linges :

  • 157 Savot L., L’architecture françoise…, op. cit., chap. XVIII, p. 95-96.

Les estuves et bains ne sont pas necessaires en France, comme aux provinces [i.e. les Provinces Unies] où l’on y est accoustumé, et encore moins aujourd’huy en quelque pays que ce soit, qu’anciennement […] à cause de l’usage du linge que nous avons, qui nous sert aujourd’huy à tenir le corps net, plus commodement, que ne pouvoient pas faire les estuves et bains aux anciens, qui estoient privez de l’usage et commodité du linge.157

  • 158 Document 4, art. 22 ; document 5, art. 15 ; document 11, art. 15 et 16.

81Les inventaires de biens meubles des maisons nobles en attestent : le linge (nappes, serviettes, essuie-mains et draps) est toujours présent. Lorsqu’il n’est pas gardé dans des coffres meublant les salles ou les chambres, il est remisé dans la « chambre du linge » (au deuxième étage de la grande maison à Fontaine-le-Bourg) ou dans le « cabynet pres la grande chambre » (au premier étage à Ételan158). Ces pièces ne sont pas sans rappeler les « garde linge » ou « à serrer linge » que figure Du Cerceau dans ses Logis domestiques (bâtiments C, D et F), en annexe de la « salle commune » (la sallette).

  • 159 Aries P., L’enfant et la vie familiale…, op. cit., p. 294.
  • 160 Document 16, art. 43.

82En outre, cette enquête, qui repose exclusivement sur des textes, est forcément lacunaire : on l’a dit, les chaises percées sont personnelles, tout comme les lits (que l’on démonte, ce que fait parfois lui-même dans son enfance le futur Louis XIII159), comme devaient l’être les cuves de bain. L’exemple d’Ételan en apporte une preuve : la cuve citée plus haut n’est que mentionnée, elle n’est pas inventoriée, seul l’est son pavillon en bois. Il faut donc admettre que la cuve comptait parmi les meubles que les maîtres des lieux emportaient avec eux. C’est aussi ce qu’attestent en creux les inventaires du Bourgtheroulde et d’Houlbec : aucune chaise percée n’étant mentionnée et Houlbec ne possédant ni latrines, ni pots de chambre, ni cuves « baigneresses », on en déduit que ces équipements faisaient partie des meubles que les propriétaires se « fai[saient] porter pour [leur] commoditté durant le sejour160 ».

Vers une plus grande liberté distributive

83Les usages distributifs normands connaissent un renouvellement profond entre 1495 et 1565, avec l’introduction de nouvelles pièces (allée ou vestibule précédant l’escalier, sallette, cabinet, antichambre), leur démultiplication (salles et cabinets), leur plus grande indépendance (allées, couloirs, espaces de dégagement, tambours) et encore leur traitement plus élaboré (cuisines « équipées », escaliers rampe sur rampe, allées traitées en vestibule, cabinets de formes variées).

84Jusque dans la seconde moitié du XVe siècle sans doute – quoique cela reste encore à vérifier –, les distributions reposent sur une simple segmentation orthogonale des corps de bâtiments, par des murs de refend ou des cloisons qui s’appuient sur la trame des poutres ; la distribution de l’étage répète pour l’essentiel celle du rez-de-chaussée. Mais on comprend au regard des développements que je viens d’évoquer que la distribution des maisons normandes s’est émancipée de manière précoce des contraintes imposées par ces usages constructifs. Dans ce mouvement, le bois, par sa relative légèreté, a permis, plus que la maçonnerie, de prendre des libertés avec les murs des niveaux inférieurs : son rôle a été déterminant dans la création de nouvelles distributions.

  • 161 Certaines des cloisons concernées peuvent dater de la campagne de travaux menée par l’abbé Antoine (...)

85Peut-être dès les années 1470-1480 à Perriers161, plus sûrement à partir des années 1490 à Beuzeville-la-Guérard, Caumare, Martainville, Ételan, des cloisons en bois sont disposées au premier étage sur les poutres du rez-de-chaussée pour créer au-dessus de la grande salle des chambres et leurs annexes (garde-robe, étude). À Héronchelles, bâti vers 1495 sur un plan semi-double en profondeur, une plus grande liberté encore est prise pour créer la distribution du premier étage : une cloison longitudinale portée sur les poutres du rez-de-chaussée coupe à l’étage le logis en deux, les chambres prenant jour sur la cour, leurs annexes sur l’arrière (fig. 166). En outre, les murs du logis, assez épais au rez-de-chaussée pour contrebuter les terres du coteau contre lequel s’appuie le bâtiment, le sont moins à l’étage pour donner plus de place aux annexes. Aux Rocques (vers 1525), toutes les cloisons du premier étage ont été disposées en fonction de la distribution voulue, sans prendre garde aux poutres maîtresses, qui semblent avoir été placées en travées uniquement en fonction des percements (fig. 167). Pour ce faire, les colombes (pièces verticales) des cloisons sont assemblées à des sablières, pièces horizontales beaucoup plus fines que des poutres, dont les extrémités sont fichées dans le mur. Des pattes métalliques permettent de consolider cette structure : clouées aux colombes de rive, elles sont scellées dans le mur (fig. 168).

86Jusque-là également, il était assez courant de monter les murs plus minces d’un étage à l’autre sur l’extérieur : le retrait ainsi créé accueillait un bandeau en pierre traité en larmier pour rejeter l’eau de pluie. Mais à partir des années 1520-1530 (à Tilly), le rétrécissement du mur est également opéré à l’intérieur : les chambres des étages gagnent ainsi un peu d’espace et les solives des planchers ne sont plus fichées dans le mur mais portent sur le retrait ainsi créé.

  • 162 Cette solution se retrouve au même moment au Louvre : « faire et lever au-dessus desdites colonnes (...)

87C’est aussi à partir de ces mêmes décennies 1520-1540 qu’une plus grande liberté encore est prise avec la distribution, y compris lorsque les murs sont en maçonnerie. Au Bus (vers 1525-1535), dont j’ai déjà souligné la nouveauté, le plan, à la fois double et simple en profondeur, comprend des murs de refend décalés pour placer, soit une porte, soit un petit vestibule (fig. 124). L’architecte d’Acquigny, au milieu du siècle, va plus loin encore. Non seulement il décale certains murs de refend pour placer son vestibule et ouvrir une porte sur la grande salle en retour, mais aussi, suivant en cela l’exemple de Lescot au Louvre, il dissocie plus radicalement les distributions du rez-de-chaussée et du premier étage : un mur de refend du premier étage porte sur les colonnes du vestibule du rez-de-chaussée162 (fig. 65, 66). Trop révolutionnaire pour son temps, l’expérience originale menée au Louvre par Lescot et immédiatement reprise à Acquigny par un architecte anonyme n’aura aucune postérité immédiate. Il faut en effet attendre, semble-t-il, l’hôtel Hesselin, à Paris, de Louis Le Vau (1642-1645), pour retrouver de tels développements.

Fig. 166 > Héronchelles (Seine-Maritime). Plans et distributions restitués du rez-de-chaussée et du premier étage, état vers 1500.
Ca : cave creusée dans le coteau ;
CH : chambre ;
CU : cuisine ;
GCH : grande chambre ;
GM : garde-manger ;
GR : garde-robe ;
GS : grande salle ;
a : pont d’accès au coteau.

88Les progrès techniques, principalement en maçonnerie, vont surtout par la suite toucher la distribution des pièces du sous-sol. Jusqu’ici, il était courant de creuser les pièces du sous-sol en fonction de la distribution du rez-de-chaussée : les caves et celliers sont placés exactement sous les pièces habitables du niveau supérieur. Mais déjà à partir des dernières années du XVe siècle, il devient plus courant de placer les murs de refend du rez-de-chaussée directement sur les voûtes ou sur les arcs qui couvrent les pièces du sous-sol, ce qui permet de dégager de plus grands volumes de stockage, comme à Houlbec (vers 1495), à La Motte à Saint-Mards de Fresnes (à partir de 1496) ou encore à Commanville (vers 1500-1505) pour ne citer qu’eux. À Longuelune (vers 1546-1550), on n’hésite pas à placer une partie de la cage et son escalier rampe sur rampe sur la voûte en berceau du sous-sol. Même chose aux Fossés (vers 1562-1570), où l’escalier en vis en pierre porte sur un arc en plein-cintre au sous-sol, et à Jouveaux, où l’un des murs de refend porte presque entièrement sur des arcs.

Fig. 167 > Les Rocques, à Villequier (Seine-Maritime). Plans et distributions restitués du rez-de-chaussée et du premier étage, état vers 1525. CH : chambre ; CU : cuisine ; GS : grande salle ; GR : garde-robe ; L : latrine ; SL : sallette.

Fig. 168 > Les Rocques, à Villequier (Seine-Maritime). Dessin de la structure du plafond du premier étage (poutres maîtresses et solives) et des cloisons en pan de bois (poutres secondaires et colombes) séparant les pièces du niveau ; plans général et de détail du premier étage. a : patte métallique scellée dans le mur et clouée à la colombe de rive. b : about de poutre secondaire scellé dans la maçonnerie. c : assemblage chevillé à tenon et mortaise. c’ : assemblage simple à tenon et mortaise.

DECORS INTERIEURS

Et si sont les maisons meublées de toutes choses, trop plus sumptueusement que jamais ne furent […]. Aussi sont les habillemens et la maniere de vivre, plus sumptueux que jamais on ne les vit : ce que toutefois je ne prise pas, mais c’est pour monstrer la richesse du royaume.

  • 163 Seyssel C. de, Histoire du roy Loys douziesme, pere du peuple, Paris, 1587 (1re éd. 1508), f° 49vo.

Claude de Seyssel, Les louenges du roy Louys XIIe de ce nom, Paris, 1508163.

L’évolution du décor intérieur

89Le décor intérieur, par nature fragile, d’autant qu’il est particulièrement sensible aux changements des modes et du goût, réclame une analyse particulière, qui ne repose le plus souvent que sur des bribes d’éléments conservés et quelques textes, notamment les inventaires.

  • 164 Le dressoir en pierre du Bus construit vers 1520-1530 est le plus récent que j’aie pu repérer.
  • 165 Feray J., Architecture intérieure et décoration en France des origines à 1875, Paris, 1997, p. 38 s (...)

90Autant qu’on puisse en juger donc, dans la seconde moitié du XVe siècle, le décor intérieur des petites et moyennes maisons nobles de Haute-Normandie est principalement affaire de meubles en bois et de tapisseries. Un élément, cependant, échappe à cette règle : la cheminée de la grande salle, qui apparaît comme la pièce maîtresse du décor. Porteuse, on l’a dit, de la symbolique seigneuriale, la cheminée de la salle se donne à voir au haut bout de la pièce tel un dais en pierre, visible au-dessus du seigneur attablé. Les cheminées des autres pièces principales, plus sobres, reprennent parfois en mineur certains de ces éléments (aux cuisines de Perriers et de Beuzeville-la-Guérard et aux chambres du Hérault). On utilise encore à ce moment quelques meubles d’attache, qui contribuent au confort des salles et des chambres, tels les coussièges placés dans l’embrasure des fenêtres (Perriers, Martainville, Ételan). Mais on ne trouve plus de coussièges après 1500 et les meubles d’attache disparaissent complètement après 1530164. Le mobilier est désormais exclusivement en bois165.

  • 166 Mignot C., « La villégiature cardinalice… », art. cit., p. 126.
  • 167 Smith M., « Rouen-Gaillon : témoignages italiens sur la Normandie de Georges d’Amboise », in B. Bec (...)
  • 168 Bardati F., Chatenet M. et Thomas E., « Le château de Georges Ier d’Amboise à Gaillon », in B. Beck (...)

91À partir de la toute fin du XVe ou au début du XVIe siècle, une inflexion semble se produire : alors que le décor était jusqu’alors limité à quelques endroits, il tend désormais à se répandre dans toute la demeure. Clères, siège d’une baronnie, est le premier édifice où un soin particulier semble avoir été porté à toutes les parties du décor intérieur : les poutres des plafonds sont ornées d’un fin listel taillé sur l’arête (chambre du premier étage), les sols sont carrelés (petite galerie) et un tambour de porte est sculpté de fins pilastres et pinacles, d’accolades et de réseaux flamboyants, ainsi que de panneaux à plis de serviette (petite galerie, fig. 148). Il faut dire que Clères, construit dans les années 1500-1505, est contemporain de Gaillon « qui renoue avec l’architecture de grand luxe du temps des ducs de Bourgogne166 ». Nous pouvons être sûrs du rôle décisif joué par Gaillon dans le mouvement qui s’amorce alors. Comme les ambassadeurs italiens qui visitèrent le lieu167, les gentilshommes normands ne purent qu’être éblouis par le faste déployé au château bâti par leur archevêque et gouverneur : les croisées ornées de verrières historiées, les plafonds à caissons all’italiana et les cheminées à multiples listels peints et dorés, les menuiseries des portes et des fenêtres sculptées, les tentures de velours et damas de soie, les draps d’or ou d’argent, qui couvraient les murs, les lits, les dressoirs, les tables et les chaires, sont autant de marques de ce grand luxe168. Gaillon et l’hôtel archiépiscopal de Rouen semblent avoir assuré un climat d’émulation et de surenchère propice à l’entrée du faste dans les demeures nobles plus modestes de la province.

  • 169 Bardati F., Chatenet M. et Thomas E., « Le château… », art. cit., p. 22 ; Bardati F., « Rouen, arch (...)
  • 170 Document 4, art. 2 (« chambre de Monseigneur dudit fort ») et 11 (« chambre de Monseigneur » de la (...)

92Fontaine-le-Bourg, construit vers 1512 (disparu), s’inscrit dans ce mouvement. Il n’est certainement pas fortuit qu’il ait été bâti pour le grand vicaire du cardinal d’Amboise, Antoine Bohier. On retrouve précisément à Fontaine-le-Bourg le doublement du logis du propriétaire que l’on a pu observer dans les deux demeures de l’archevêque de Rouen169. À Fontaine-le-Bourg, l’un d’eux est dans la « grande maison », l’autre dans le « pavillon du fort » (l’ancien logis seigneurial devenu logis annexe), tous deux comprenant des pièces luxueusement meublées : tapisserie de haute lice, lits et chaires en marqueterie, tableaux, tapis fins, devant d’autel couvert de cuir peint en manière de drap d’or, etc.170.

  • 171 Roessler C.-G., « Bévilliers, près Harfleur. – Carrelage émaillé du château. », BCASI (séance du 21 (...)

93Excepté Clères et Fontaine-le-Bourg qui s’inscrivent dans ce mouvement de manière précoce, c’est avec un certain décalage, semble-t-il, qu’apparaissent les premiers signes d’un faste nouveau dans les demeures campagnardes de la petite et moyenne noblesse. À partir des années 1520-1530, les plafonds des pièces principales sont systématiquement moulurés et quelquefois peints et les cheminées, en particulier celle de la grande salle, où le décor était autrefois limité à certaines zones, présentent un décor sculpté qui tend à gagner les piédroits, le manteau, la hotte et même les jouées. Dans ce mouvement, certaines maisons se distinguent tout particulièrement. Au Bus, bâti dans les années 1520-1530, le décor mouluré et sculpté se trouve partout : les portes intérieures sont couronnées de frontons semi-circulaires ou triangulaires meublés d’un écu ou d’une coquille, le sommet des murs du vestibule présente une frise de chapeaux de triomphe, les cheminées des salles sont animées de pilastres ou de colonnes, les petits vestibules sont couverts de voûtes multipartites, les solives de la grande salle portent sur une corniche en pierre moulurée qui règne sur tout le pourtour de la pièce, le mur de la cage d’escalier est creusé de niches à coquille. Dans les mêmes années, le logis seigneurial d’Auffay, construit vers 1500-1510, est largement modifié : dès l’entrée, il offre désormais aux yeux du visiteur une superbe voûte en berceau à caissons ornés de motifs sculptés (allée) et une porte à décor de pilastres cannelés et rudentés (porte de la grande salle). Dans le même temps, les garde-robes des tours sont couvertes de voûtes multipartites dont les arcs reposent sur des culots sculptés. Aux Rocques (vers 1525), le logis est relativement sobre, à l’exclusion de la cheminée de la grande salle, dont la hotte portait un cerf sculpté en fort relief sur un fond de paysage traité en bas-relief. Ce sont les menuiseries qui semblent avoir fait l’objet de toutes les attentions : les vantaux moulurés des portes présentent de petits médaillons sculptés, tandis que les châssis des fenêtres sont garnis de claires-voies sculptées à jour de dauphins, candélabres et piécettes (fig. 134). À Sénitot (1528-1535), les cheminées, dont les hottes sont timbrées soit du chiffre, soit des armes du couple seigneurial, sont flanquées de colonnes-candélabres et de pilastres à chapiteaux historiés représentant des scènes tirées des Métamorphoses d’Ovide (fig. 153) ; la petite chapelle présente un sol revêtu de carreaux émaillés de couleur bleue, jaune et verte, et des vitraux aux fenêtres où, comme sur les carreaux du sol, se lisait le chiffre du couple. Mais, surtout, l’un des cabinets (dans le pavillon ouest, disparu), comme l’une des chambres de Gaillon, était tendu de cuir doré171. À Tilly, outre les plafonds aux poutres et solives moulurées et peintes (les cheminées ont disparu), s’ajoutait le remarquable décor de la chapelle, « ornée dehors et dedans », « bien lambrissée » et dans laquelle figuraient, intégrés aux lambris, des panneaux en bois sculpté représentant le Triomphe de la Vierge. À cela s’ajoutait sans doute le cabinet lambrissé du seigneur du lieu, Claude Le Roux, commandé par sa chambre et sa garde-robe et dont la forme octogonale n’est pas sans évoquer celui de l’hôtel rouennais de Claude, le fameux hôtel de Bourgtheroulde, logé au premier étage de la tourelle octogonale du corps principal (fig. 8, 58). Détruit en 1944, il est décrit à la fin du XIXe siècle par Eustache de La Quérière lors de travaux de restauration :

  • 172 La Quérière E. de, Description historique des maisons de Rouen les plus remarquables par leur décor (...)

Le plafond est d’une richesse extraordinaire et doré sur toutes les parties. Il présente une sorte de voûte en bois dont les nervures vont aboutir à un centre d’où pend un magnifique cul-de-lampe à jour, formé de sirènes. Les arceaux principaux qui correspondent aux six angles de l’appartement, sont portés par des cariatides dont trois représentent des hommes et les trois autres des femmes. Aux croisements des bandeaux intermédiaires, on voit de petits culs-de-lampe fort jolis. Le reste de ce charmant plafond est chargé d’arabesques, de petits médaillons et de mascarons.172

  • 173 L’hôtel que possède en douaire Madeleine Payen, la veuve de Claude I, est loué le 5 août 1548 par c (...)
  • 174 Sur la datation des différents travaux de l’hôtel, voir Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit.
  • 175 Deville A., Comptes et dépenses…, op. cit., p. 278-279. Sur la chambre du cardinal à Gaillon, voir (...)
  • 176 Bunel J. et Tougard A., Géographie du département de la Seine-Inférieure, t. 4, Rouen, 1877, p. 270 (...)
  • 177 Ango avait déployé un luxe équivalant dans sa « grant maison » de Dieppe, l’hôtel La Pensée : souba (...)

94S’il n’est guère douteux que ce petit cabinet, gravé par E. Rouyer à la fin du XIXe siècle (fig. 169), doit une partie de son décor (le registre supérieur) non à Claude Le Roux mais à son fils Claude II sans doute peu après 1548173, sa forme octogonale et son premier registre lambrissé en panneaux à plis de serviettes remontent à la construction de l’hôtel par le père de Claude Ier, Guillaume II Le Roux (entre 1501 et 1506), tandis que le plafond peut dater des travaux de Guillaume III Le Roux, le frère aîné de Claude Ier (peu après juin 1520174). Quoi qu’il en soit, ce cabinet semble la copie en miniature d’un illustre précédent : la chambre du cardinal d’Amboise à Gaillon, qui se caractérise par un plan octogonal et un plafond sur arcs diaphragmes à clef pendante enrichi de nombreux motifs sculptés ; l’ensemble, tout en menuiserie, étant peint et doré, comme le petit cabinet de l’hôtel de Bourgtheroulde175. On ne sait pas si le cabinet de Claude Ier Le Roux à Tilly était aussi richement décoré, mais son plan octogonal et le luxe apparent de la chapelle donnent du crédit à cette hypothèse. Au manoir du très renommé Jean Ango, enfin, construit vers 1535-1542, le porche dans-œuvre ouvert sur la cour pour former une loggia, présentait un décor à fresque représentant Moïse élevant le serpent d’airain, que complétait un décor emblématique avec la devise d’Ango ; les cheminées des salles et des chambres étaient superbement sculptées et les sols pavés de carreaux émaillés176. Mais les pièces les plus luxueuses étaient sans doute le cabinet octogonal et la grande galerie d’Ango, peinte à fresque ou ornée de tableaux accrochés aux murs. Il ne subsiste aujourd’hui de ces pièces que leurs murs177 (fig. 170).

Fig. 169 > Hôtel de Bourgtheroulde, à Rouen. Plafond (disparu) du cabinet du rez-de-chaussée. Lithographie vers 1887 par E. Rouyer.

Fig. 170 > Le manoir de Jean Ango (autrefois Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Distributions et plans restitués du rez-de-chaussée (en bas), du niveau d’entresol (au centre) et du premier étage (en haut), état vers 1545. Ca : cave ; C : cabinet ; CH : chambre ; CHL : chapelle (avec un escalier) ; CU : cuisine ; G : galerie ; GR : garde-robe ; GS : grande salle ; a : banc en pierre ; Po : porche dans-œuvre (loggia).

  • 178 Sur les collections du cardinal à Gaillon, voir en dernier lieu Fagnart L., « Les biens meubles du (...)
  • 179 Document 4, art. 2 et 11 (Fontaine-le-Bourg) ; AD Seine-Maritime, G 3435 : testament de Guillaume I (...)
  • 180 La présence d’autres cabinets peints est attestée en Haute-Normandie, comme celui que Guillaume Mar (...)

95Il n’est plus rare à cette époque de voir accrochés aux murs des pièces principales et des cabinets des tableaux sur bois ou sur toile peints à l’huile. Déjà à Gaillon dans la première décennie du XVIe siècle étaient une copie de La Cène de Léonard de Vinci et des tableaux du Pérugin et d’Andrea Solario178. À Fontaine-le-Bourg dans les années suivantes, trois tableaux représentant la Vierge et saint Jérôme figuraient dans la petite chapelle et dans la chambre d’Antoine Bohier ; à la « petite gallerie » de l’hôtel de Bourgtheroulde à Rouen (peu après 1520), un « grand tableau où est l’image de la dicte dame [la Vierge] » était accroché « sur des fiches de fer179 ». Par la suite, les tableaux, plus nombreux, rivalisent avec les tapisseries pour habiller les murs. Il est non seulement courant de trouver des tableaux en plus grand nombre (la maison d’Ételan en compte dix-sept en 1557, celle du Bourtheroulde une trentaine en 1591), mais leurs sujets deviennent aussi plus profanes : portraits « des feuz roys Francois [Ier] et Henry [II] et de leurs enffans », « de la Rayne d’Angleterre », du « cardynal de Lorrayne », du « connestable de Montmorency et autres princes de France » au Bourgtheroulde, mais aussi une « Lucresse » à Ételan180. La multiplication des pièces intimes (cabinets et petites galeries) dans la seconde moitié du XVIe siècle semble aller de pair avec ce mouvement. La nouveauté est aussi dans l’emploi d’une vitrerie d’émail blanc à Acquigny (vers 1547-1557, fig. 171). Suivant Philibert Delorme à Anet, l’architecte d’Acquigny renonce ainsi au chatoiement des verres colorés pour obtenir une lumière adoucie, qui éclaire plus subtilement les bois des lambris rehaussés de dorures et des meubles précieux des pièces. À Bonnemare (1560), le palier du premier étage est couvert par des dalles de pierre magnifiquement sculptées (fig. 172a), tandis que le sol des pièces principales reçoit de superbes carreaux de faïence vraisemblablement sortis de l’atelier de Masséot Abaquesne (fig. 172b).

  • 181 Document 16.

96Dans les décennies suivantes, le phénomène ne décline pas. Pour s’en convaincre, il suffit de lire l’inventaire des biens meubles du Bourgtheroulde (1591), qui énumère, avec une abondance quasi jubilatoire, les luxueux attributs du faste dont s’entourait Claude II Le Roux181. Delorme en fait aussi le constat en 1567 :

  • 182 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 129vo.

Les Papes, Empereurs, Roys et grands Seigneurs ne font aucunes magnifiques excellences en leurs chasteaux et palais, soit en ornements de marbres ou incrustations, en belles chambres, beaux jardins, meubles exquis et riches, que incontinent les gentilshommes, bourgeois, officiers, et autres n’en vueillent avoir le semblable.182

Fig. 171 > Acquigny (Eure). Fragments de bordures de vitre à émail blanc remontés en un seul panneau : motifs d’entrelacs, chiffre de Louis de Silly et Anne de Laval (ALS), mains serrées et devise « potius mori quam foedari ».

  • 183 Androuet du Cerceau J., Second livre d’architecture […] contenant plusieurs et diverses ordonnances (...)
  • 184 Ibid., p. 249. Le président au parlement de Normandie Claude Groulart a fait représenter sur la che (...)

97Et, en effet, le mouvement semble désormais toucher les demeures nobles les plus modestes, à deux pièces à feu par niveau. Ainsi, l’étonnante petite maison du Flot (1560) comprend un ensemble de superbes cheminées en pierre et stuc, dont le décor n’est pas sans évoquer l’art bellifontain, popularisé par diverses gravures183 (fig. 154). D’autres exemples se voient à Ernemont-sur-Buchy (vers 1590), maison tout aussi modeste que Le Flot. Les sujets des tableaux peints à fresque qu’encadrait le décor sculpté de leurs cheminées devaient être des paysages184. Aux Fossés (vers 1565) et à Mentheville (entre 1595-1606), le décor semble gagner toutes les parties de la demeure : les portes possèdent un cadre en bois à montants cannelés et à corniche moulurée, les corbeaux soutenant les poutres sont sculptés de volutes feuillagées et, bien entendu, les cheminées portent un décor sculpté : les piédroits des cheminées des chambres, comme déjà à Bonnemare et à Beuzeville-la-Grenier dans les années 1550, sont copiés d’une gravure du Livre IV de Serlio (fig. 67, 68). Au petit logis du Hérault (agrandi en 1575), la chambre seigneuriale présente un plafond aux poutres peintes en rouge décorées de fleurons et de dieux fleuves dans des cartouches ; une autre chambre est munie d’une cheminée à décor de pilastres, guirlandes et bossages en stuc.

Fig. 172a > Bonnemare, à Radepont (Eure). Plafond en pierre couvrant le palier du rez-de-chaussée surélevé, détail du décor sculpté.

Fig. 172b > Bonnemare, à Radepont (Eure). Carreaux de pavement faïencés attribuables à l’atelier de Masséot Abaquesne (retrouvés au deuxième étage dans un sol refait au XVIIIe siècle).

  • 185 Voir, par exemple, document 11, art. 1 (Ételan). Sur le sujet, voir Pastoureau M., Traité d’héraldi (...)

98Qu’il soit sculpté, peint ou tissé, on le sait, le décor n’est pas de pur ornement : il est toujours porteur d’un sens, ne serait-ce que parce qu’il est en soi, par son coût et sa mise en œuvre, la marque d’un luxe que seules des personnes d’un certain rang peuvent se permettre. On pense immédiatement, bien entendu, aux armoiries, signe nobiliaire par excellence, toujours placées aux endroits les plus en vue, au-dessus de la porte d’entrée, aux frontons des lucarnes, sur la cheminée de la salle. Accompagnées des chiffres du couple seigneurial ou de leur devise, les armoiries envahissent même parfois toutes les parties de la maison noble, les carreaux de pavement, les vitres, les vantaux et les tambours des portes, ainsi que tous les objets de la vie quotidienne : tapisseries, meubles, vaisselle, vêtements185. C’est le cas de Clères et de Sénitot, dont on a déjà parlé, mais aussi d’Acquigny, où le décor prend un sens supplémentaire (fig. 171). Le monogramme entrelacé du couple Louis de Silly et Anne de Laval, leurs devises, la junctio manuum, ainsi que les frises d’ovales et de rectangles joints par des bandes entrelacées, représentation symbolique du mariage, répétés dans la pierre (façade principale) et, à l’intérieur, dans le bois sculpté des lambris (aujourd’hui conservés à Waddesdon Manor, Angleterre) et sur le verre des fenêtres (fragments in situ) clament à tous la fidélité du couple.

Une signalétique à l’usage des « survenants »

Les salles haultes au dedans, et chambres […] seront distinguées en sorte que la communication et hantement des hostes ou survenans avec les ordinaires ou domestiques, ne vienne à diminuer aux uns leur dignité, aisance, ou plaisir : et à augmenter aux autres leur insolence et incivilité.

Alberti, L’architecture et art de bien bastir…, trad. par Jean Martin, Paris, 1553, livre V, chap. II, f° 77r°.

99Le décor peut aussi avoir un sens pratique : il aide le survenant, l’hôte de passage, à se repérer dans la maison noble. Dès l’extérieur, le visiteur est orienté par la différence de hauteur et de largeur des portes, ainsi que par leur traitement différencié. À Sénitot et au Flot se trouvent ainsi deux portes jumelées, d’un côté la porte d’entrée de la maison ouvrant sur la salle, plus grande et plus décorée, de l’autre la porte de la cuisine, plus petite et plus sobre (fig. 22, 100). À Héronchelles, l’entrée se faisant par la tour d’escalier, les deux portes dans la cage se distinguent encore plus facilement : l’une, qui ouvre sur la grande salle, montre l’encadrement chanfreiné de son « avers » (il faut pousser la porte pour entrer), tandis que l’autre, qui donne dans la cuisine, montre au contraire l’embrasure de son « revers » (il faut tirer la porte vers soi, fig. 166). Delorme ne fait qu’enregistrer ces habitudes dans son traité, mais en normalisant les dimensions des portes selon le statut de la pièce qu’elles ouvrent :

  • 186 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 247r°-v°.

Les portes qu’on fait pour entrer dans les salles, doivent être différentes selon les grandeurs desdites salles, et lieux auxquels on les veut faire servir. […] à celles qui sont petites et servent pour manger ordinairement, on ne leur peut aussi moins donner de trois pieds de largeur dans œuvre, avec hauteurs convenables, et bien proportionnées aux dites largeurs. Les portes des chambres auront deux pieds et demi de largeur, pour le moins, et deux pieds, dix pouces, pour le plus ; celles des garde-robes, deux pieds et un quart, pour autant qu’il faut qu’elles soient un peu larges, pour les coffres et bahuts qui en sortent, et y entrent bien souvent ; celles des cabinets ne doivent être si larges.186

  • 187 Document 11, art. 2, 3, 6, 10, 14 et 31 ; document 19, art. 12 et 14.

100Si les différences de traitement et les dimensions des portes suffisent en général à indiquer le chemin au visiteur, le décor est parfois lui aussi très explicite. On l’a déjà vu dans le vestibule de la maison du Bus où il sert à indiquer au survenant la direction de la sallette (fig. 157). Le décor prend ici une véritable valeur signalétique, comme aujourd’hui les pictogrammes de nos bâtiments publics. À l’étage, la chambre seigneuriale est elle aussi clairement désignée : un écu aux armes de Claude d’Anlezy la surmonte. À Acquigny, le visiteur, s’il y est autorisé, doit se diriger vers la pièce de réception de l’étage : un corps de moulures lui sert alors de repère. Tel un fil d’Ariane, ce motif, qui constitue l’abaque des chapiteaux des piliers et colonnes du vestibule (fig. 65), est continu à partir des piliers du fond du vestibule : il se poursuit sous la forme d’un bandeau animant les murs de la cage de l’escalier, rampant pour accompagner la montée des marches, épousant le plein-cintre des fenêtres qui éclairent l’escalier (fig. 78) ; arrivé au premier étage, il se prolonge, horizontal, dans le couloir qui mène à la salle haute, le terme du parcours. À Tilly, c’est un code de couleurs qui indique au visiteur la marche à suivre : les poutres et solives des plafonds sont moulurées et laissées brutes pour les espaces de circulation principaux (une allée au rez-de-chaussée, un espace de dégagement au premier étage), moulurées et peintes en rouge pour les pièces principales (salles et chambres) et simplement équarries et peintes en blanc pour les offices (couloir de circulation, cuisine et arrière-cuisine au rez-de-chaussée). Ce type de code de couleurs était certainement fort répandu. À l’étage de comble du logis des Mottes, les deux chambres et leur garde-robe avaient conservé jusqu’à récemment leurs cloisons en pan de bois peintes, l’une en blanc et l’autre en rouge (fig. 173). Les inventaires attestent ce procédé pour distinguer les différentes chambres des combles : à Ételan (1557) et à Chambray (1600), des chambres du comble sont nommées « chambre blanche » et « chambre rouge187 ». La couleur était peut-être indiquée aux survenants pour désigner le lieu où ils étaient hébergés.

Fig. 173 > Les Mottes, à Montfort-sur-Risle (Eure). Cloison en pan de bois peinte en rouge (détruite récemment). Vue de l’ancienne garde-robe vers la chambre.

Notes

1 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 11.

2 Estienne H., Apol. XVIII, 1566 (cité par Bonnaffé E., Études sur la vie privée…, op. cit., p. 101). Voir également la citation en exergue du chapitre précédent.

3 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 11-12.

4 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., Voir aussi les études (passées ou en cours) d’Éric Cron pour la Touraine, de Julien Deshayes, de Bernard Ducouret et d’Étienne Faisant pour la Basse-Normandie, de Nicolas Gauthier pour le Perche et de Julie Lourgant pour le pays ruthénois.

5 Impey E., « Seigneurial Domestic Architecture in Normandy, 1050-1350 », in G. Meirion-Jones et M. Jones (éd.), Manorial Domestic Buildings in England and Nothern France, vol. 15, Londres, 1993, p. 82-120 ; Impey E., « La demeure seigneuriale en Normandie entre 1125 et 1225 et la tradition anglo-normande », in M. Baylé (dir.), L’architecture normande au Moyen Âge, vol. 1, Caen, 1997, p. 219-241 ; Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 141 ; Smith P., Houses of the Welsh Countryside. A Study in Historical Geography, Londres, 1975, p. 138 et 198-199.

6 Près de 90 % des maisons de mon catalogue.

7 Guillaume J., « L’escalier dans l’architecture française de la première moitié du XVIe siècle », in J. Guillaume (dir.), L’escalier dans l’architecture de la Renaissance, Actes du colloque tenu à Tours, 22-26 mai 1979, Paris, 1985, spécialement p. 28.

8 Gay V., Glossaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissance par Victor Gay. Texte revu et complété par Henri Stein, t. 2 (1928), Paris, 1887-1928, p. 187 (ostevant), 259 (porche) et 416 (tournement) ; Le Pogam P.-Y., « Sources textuelles pour l’étude de la distribution dans les châteaux normands », Histoire de l’art, no 42/43, 1998, spécialement p. 63 ; Pagazani X., Les manoirs de Haute-Normandie…, op. cit., vol. 1, p. 76-78 ; Alexandre-Bidon D., « Le bois dans le château de pierre. L’apport de l’iconographie », in J.-M. Poisson et J.-J. Schwien (dir.), Le bois dans le château de pierre au Moyen Âge, Actes du colloque de Lons-le-Saunier, 23-25 octobre 1997, Besançon, 2003, spécialement p. 33-34 ; Prevet A., « Structures et aménagements en bois dans l’architecture castrale médiévale à travers les collections du Centre de recherches sur les monuments historiques », in J.-M. Poisson et J.-J. Schwien (dir.), Le bois…, op. cit., spécialement p. 51-52 ; Chalmin-Sirot E. et Poisson J.-M., « Le bois dans les châteaux et maisons nobles de Savoie et de Bresse d’après les comptes de châtellenies », in J.-M. Poisson et J.-J. Schwien (dir.), Le bois…, op. cit., spécialement p. 181.

9 Sauval H., Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, t. 2, Paris, 1724, p. 278.

10 Document 11, art. 40.

11 Document 12, art. 26.

12 L’avant-projet du château de Gaillon, dit « plan de Poitiers » (AD Vienne, carton 37, pièce 8), représente un tambour placé à la porte de la grande salle dont l’entrée se fait de manière indirecte par l’escalier.

13 Sur la sallette, voir p. 238-241.

14 Un dispositif mixte, tenant à la fois du tambour et de l’allée, existait en Île-de-France au château de Jouy-en-Jossas : en 1543, la grande salle qui possédait une allée constituée d’une simple menuiserie en est débarrassée [Grodecki C., Documents du minutier central…, op. cit., t. 1 (1985), p. 104].

15 C’est l’appellation qui apparaît dans les textes (voir, par exemple, document 13, art. 8) et dans les gravures des Logis domestiques de Du Cerceau, vers 1550, bâtiments B et C.

16 En Angleterre où les mêmes dispositions se retrouvent, celles-ci donnèrent lieu à un autre dispositif, le screen passage, constitué par une simple cloison placée dans le hall – le plus souvent ouverte sur lui par des arcades.

17 Les autres édifices de la région sont Bourgtheroulde, Le Bus, Acquigny, La Motte, Guetteville, Fleury, Les Fossés, La Guerche à Villequier, La Pommeraye, Ernemont-sur-Buchy, La Valouine. Le Val d’Arques atteste que le parti est encore employé vers 1630.

18 Le vestibule a été restauré au XIXe siècle, mais des plans du siècle précédent attestent la présence des voûtes, pilastres et niches.

19 Aux hôtels de La Vrillière [Babelon J.-P. et Mignot C. (dir.), François Mansart…, op. cit., p. 59] et de Liancourt (Gady A., Jacques Lemercier. Architecte et ingénieur du roi, Paris, 2005, p. 136).

20 Voir document 13, art. 8.

21 D’autres exemples se voient dans le reste du royaume, comme à Oiron et à Écouen (Thirion J., Le mobilier du Moyen Âge et de la Renaissance, Dijon, 1998, p. 245).

22 À Fontaine-le-Bourg, la salle comprend vingt chaises et tabourets en 1517 (document 4, art. 9).

23 Deville A., Comptes et dépenses…, op. cit., p. 262 : marché pour des bancs à dossier « tout entour de la salle du corps d’ostel neuf que a fait Pierre de Lorme », 12/08/1508.

24 BnF, ms. fr. 4480, Saint-Germain, compte de serrurerie, 1546-1548, cité par Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 147 : « Pour servir a sous-tenir les sièges qui sont es salles du roy et de la royne » (voir aussi p. 195). Citons aussi la salle du château de Saint-Cloud, qui sert de chambre funéraire lors des obséques de François Ier en 1547 : « La dicte salle garnie tout alentour de sieges. » (Godefroy T., Le ceremonial de France, Paris, 1619, p. 280)

25 Sur cet espace à l’intérieur de la salle, voir p. 235-237.

26 Sur le traitement décoratif de la loggia, voir Massing J.-M., « Les peintures murales détruites du Manoir d’Ango à Varengeville-sur-Mer », in H. Oursel et J. Fritsch (dir.), Henri II et les arts, Actes du colloque international tenu à l’École du Louvre à Paris et au Musée national de la Renaissance à Écouen, 25-27 septembre 1997, Paris, 2003, p. 242-248.

27 AD Calvados, F 2267 : inventaire après décès de G. Moisant, 04/06/1624.

28 Chatenet M., « Architecture et cérémonial à la cour de Henri II. L’apparition de l’antichambre », in H. Oursel et J. Fritsch (dir.), Henri II et les arts…, op. cit., spécialement p. 363-365.

29 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 179-184.

30 Ce dispositif, commun à l’ensemble du domaine royal, a été décrit et analysé par Mignot C., « L’escalier dans l’architecture française. 1550-1640 », in J. Guillaume (dir.), L’escalier…, op. cit., p. 55.

31 Cne de Fontaine-la-Mallet (Seine-Maritime). Sur cet édifice, voir Dupont-Danican J.-F. et Jamme P. (dir.), Gentilshommes et gentilhommières…, op. cit., p. 26.

32 Tableau 30.

33 Guillaume J., « L’escalier… », art. cit., p. 27-47.

34 Savot L., L’architecture françoise…, op. cit., p. 21.

35 Ibid., p. 82.

36 Aussi bien dans les petites maisons nobles (documents 4, 5, 12, 13, 16 et 19) que dans les châteaux des Grands (Deville A., Comptes et dépenses…, op. cit., p. 329, 515 et 533).

37 69 logis, soit 93,2 % des édifices du catalogue (tableau 1). Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 73. Au Moyen Âge en Normandie, l’usage était de privilégier la salle au rez-de-chaussée, de plain-pied sous charpente apparente (Impey E., « Seigneurial Domestic Architecture… », art. cit. ; Id., « La demeure seigneuriale en Normandie… », art. cit.). Cependant, Renaud Benoît-Cattin (« Le manoir… », art. cit., p. 41) a localisé en Haute-Normandie un certain nombre de salles à l’étage aux XIIe et XIIIe siècles, mais très peu pour le XVe.

38 Pour près d’un tiers des édifices étudiés, la salle est au rez-de-chaussée (tableau 30).

39 Chatenet M. et Cussonneau C., « Le devis du château de Jarzé : la place du lit », Bull. monumental, t. 155-2, 1997, p. 112.

40 Un devis rédigé entre 1435 et 1442 pour la construction d’une maison-forte mentionne « ung degré a potéer » dans le cellier (Régnier L., Devis pour la construction d’une maison forte à Elbeuf-sur-Seine pendant l’occupation anglaise du XVe siècle, Rouen, 1906). Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., modèles II et XII, parle d’une « descente sous l’escallier, servant de viz potoyer ».

41 C’est le cas à Caltot, Commanville, aux Rocques, à Sénitot et à Jouveaux.

42 Voir plus loin sur « La chambre seigneuriale », p. 246-250.

43 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 72.

44 Ibid., p. 177.

45 Documents 12, art. 3 et 15 (Harquency) ; document 13, art. 6 (Gueutteville) ; document 16, art. 2 (Le Bourgtheroulde) ; document 21, art. 1 (Houlbec) ; document 19, art. 1 (Chambray).

46 Documents 12, art. 3 (Harquency).

47 Document 11, art. 14 (Ételan) ; document 16, art. 2 (Le Bourgtheroulde) ; document 19, art. 1 (Chambray).

48 Document 16, art. 2 (Le Bourgtheroulde).

49 Du Fail N., Œuvres facétieuses de Noël Du Fail […] par J. Assézat, t. 2, Paris, 1874, p. 167, cité par Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 265.

50 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 177-179.

51 Une vingtaine d’édifices de mon catalogue.

52 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 177.

53 AD Seine-Maritime, 14 H 86, f° 41r° : « De faire une sallette a costé et joingnant d’icelle cuysine », 25/11/1508.

54 Document 4, art. 8 (Fontaine-le-Bourg, 1517). Pour les textes où le mot sallette est employé : document 5, art. 3 (Fontaine-le-Bourg, 1546) ; document 12, art. 2 et 16 (Harquency) ; document 13, art. 5 (Gueutteville) ; document 6, art. 1 (Le Bourgtheroulde).

55 Ce sont Perriers (2e état), Heubécourt, Longuelune, Archelles, Le Hérault, Mentheville, Chambray, Senneville, Les Mottes (2e état), Jouveaux et La Folletière.

56 Document 12, art. 17.

57 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 247vo.

58 Serres O. de, Le théâtre d’agriculture…, op. cit., premier lieu, chap. V, p. 100-101.

59 Gauchet C., Le plaisir des champs…, Paris, 1604, cité par Fontaine M.-M., « Plaisirs, hospitalité et profit… », art. cit., p. 44.

60 Bourgueville C. de, Les recherches…, op. cit., p. 195. La place de la sallette dans le « pavillon » est confirmée par un texte (AD Calvados, F 2267 : inventaire après décès de G. Moisant, 06/06/1624).

61 Ce sont Martainville, Tilly, Acquigny, Bailleul, Le Plain-Bosc, Senneville, Le Hérault, Mentheville et La Folletière.

62 La pièce est attestée à la fin du XVe siècle et au début du XVIe au château de Jarzé (Chatenet M. et Cussonneau C., « Le devis du château de Jarzé… », art. cit.) et à l’hôtel parisien de Pierre Legendre (Hervier D., Pierre Le Gendre et son inventaire après décès : une famille parisienne à l’aube de la Renaissance. Étude historique et méthodologique, Paris, 1977).

63 Document 16, art. 41.

64 Document 22.

65 Neuschel K.B., « Noble Households in the Sixteenth Century: Material Settings and Human Communities », French Historical Studies, t. 15, 1988-4, p. 595-622.

66 Document 4, art. 8 ; document 5, art. 3.

67 Document 13, art. 5.

68 Tableau 27 et document 16, art. 1.

69 Androuet du Cerceau J., Logis domestiques, op. cit., bâtiments B et F.

70 Particulièrement l’appellation de « grant salle » pour la salle et l’emplacement des pièces et des espaces de circulation des bâtiments A, B, C, D et E. Mêmes dispositions plus tard chez Savot L., L’architecture françoise…, op. cit., p. 72.

71 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 76-79.

72 Le seul exemple repéré est à Héronchelles.

73 Document 13, art. 1.

74 Foisil M., Le sire de Gouberville, op. cit., p. 36 : « Cantepye […] nous trouva […] à table en la cuisine où nous dînions. »

75 Serres O. de, Le théâtre d’agriculture…, op. cit., premier lieu, chap. V, p. 100.

76 Foisil M., Le sire de Gouberville, op. cit., p. 40.

77 Voir également p. 241. Ce sont Archelles, Bailleul, Chambray, Jouveaux, Mentheville et La Valouine.

78 Morin C., Au service du château. L’architecture des communs en Île-de-France au XVIIIe siècle, Paris, 2008, p. 51-62.

79 Par exemple : document 12, art. 6 et 20 : « La grand chambre sur lad. salle ».

80 Pour continuer avec l’exemple de la note précédente : document 12, art. 7 et 21. On trouve d’autres exemples ailleurs : en Bretagne, les deux pièces, qui ont perdu leur cloison de séparation, sont révélées par la présence de deux cheminées [Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 86] et en Île-de-France, à Alincourt (Verdier D., op. cit., p. 91). La disposition devait être beaucoup plus courante que ce que ces deux seuls exemples repérés peuvent laisser croire. C’est que l’on n’y a pas prêté attention jusqu’ici.

81 Seuls 29 édifices (sur les 80 que compte mon catalogue) ont pu faire l’objet d’une visite au premier étage.

82 Document 11, art. 2, 3, 4, 10, 14, 31 et 40.

83 Document 13, art. 7.

84 Document 16, art. 2 et tableau 27.

85 « Extrait des Mémoires manuscrits d’Archambaud de la Rivoire, sieur de Leques, habitant d’Aigues-Mortes, au sujet de l’entrevue du roy François Ier et de l’Empereur Charles V, audit lieu », Cimber L. et Danjou F., Archives curieuses de l’histoire de France depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII, 1re série, t. 3, Paris, 1835, p. 29-33.

86 Vivès J.L., Les Dialogues de Jan Loys Vivès, traduits du latin en françois pour l’exercice des deux langues, Paris, 1573, f° 60vo, texte cité dans Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 258.

87 Document 21, art. 11.

88 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., fig. 96 (Le Louvre), fig. 125 (Gaillon), fig. 134 (Nantouillet) et fig. 138 (Fère-en-Tardenois).

89 On trouve cette disposition à Auffay, Le Hérault, Héronchelles, Normanville, Le Plain-Bosc, Réauté, Raimbertot, Les Rocques, Saffray et Sénitot.

90 Pagazani X., « Le château de Martainville », art. cit.

91 Du Fail N., Œuvres facétieuses…, op. cit., p. 167.

92 Cette appellation n’existait pas aux XVe et XVIe siècles.

93 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 79-81.

94 Sur la galerie, voir Guillaume J., « La galerie dans le château français : place et fonction », Revue de l’art, no 102, 1993-4, p. 32-42 ; Vergnolle E., Chatenet M., Mignot C. et al., « La galerie à Paris (XIVe-XVIIe siècle) », Bull. monumental, no 166-1, 2008.

95 Pagazani X., « Le château de Mesnières », art. cit.

96 Tableau 31.

97 Alberti L.B., L’architecture et art de bien bastir…, Paris, 1553, Livre V, chap. II, f° 78.

98 Document 19, art. 6 et 12.

99 Voir les notes analytiques des documents 4, 5, 11, 12, 13, 16, 19 et 21.

100 Documents 4 et 5 (Fontaine-le-Bourg, 1517, 1546).

101 Documents 11, 13, 16 et 21.

102 Chatenet M. et Cussonneau C., « Le devis du château de Jarzé… », art. cit. ; Chatenet M., « “Cherchez le lit” : La place du lit dans la demeure française au XVIe siècle », in A. Scotti Tosini (dir.), Aspetti dell’abitare in Italia tra XV e XVI secolo. Distribuzione, funzioni, impianti, Milan, 2001, p. 145-153.

103 Voir Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 268.

104 Aries P., L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, 1973, p. 294-295.

105 Cités par Foisil M., Le sire de Gouberville, op. cit., p. 37.

106 Ce sont Bonnemare, Acquigny, Brécourt, Archelles et peut-être Chambray.

107 Tous les inventaires mentionnent au moins une couche et une couchette dans la chambre. Sur le sujet, voir également Aries P., L’enfant et la vie familiale…, op. cit., p. 295.

108 AD Seine-Maritime, 61 J 3 : déposition du sieur Semo pour la perte des meubles du Bourgtheroulde, 1591. Les articles cités dans ce document correspondent aux articles 23 et 24 du document 16.

109 Loc. cit.

110 Document 16, art. 5.

111 Document 12, art. 1-13.

112 Document 4, art. 17 (1517) ; document 5, art. 10 (1546). Pagazani X., « Maisons des champs… », art. cit., p. 211.

113 Document 19, art. 4.

114 Document 16, art. 10.

115 Document 12, art. 23 ; document 13, art. 15 et 18 ; document 19, art. 18.

116 AD Seine-Maritime, G 685 : inventaire des biens meubles du logis archiépiscopal, 21/07/1493. Document 19 (Chambray), art. 18.

117 Document 4, art. 7 ; document 13, art. 2.

118 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., chap. VIII, p. 258-296.

119 Ce sont Le Bourgtheroulde, Chambray, Clères, Ételan, Fontaine-le-Bourg, Heubécourt, Tilly. Auxquels j’ajoute : Bonnemare, Fleury, Sénitot et Le Taillis.

120 Documents 14, 19, 23 et 26.

121 Tableau 29.

122 Tableau 29.

123 Mesnières ne fait pas partie de mon corpus, mais je le prends en compte pour l’occasion.

124 Weiss R., art. cit.

125 La chambre du roi est mentionnée dans l’inventaire après décès de Pierre Basnage en 1733 [Frémond G., « Le manoir de Bévilliers », in J.-F. Dupont-Danican et P. Jamme (dir.), Gentilshommes et gentilhommières…, op. cit., p. 42-43].

126 Taylor J., Nodier C. et Cailleux A. de, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, t. 2, Paris, 1820, « Normandie ». La chambre était celle de Charles de Boissay avant les travaux importants des années 1540 (Pagazani X., « Le château de Mesnières », art. cit.). Henri IV est reçu à Mesnières le 26 février 1592 (tableau 29).

127 Le décor a disparu lors des travaux du XIXe siècle, mais il est décrit avant cela par Décorde J.-E., Essai historique et archéologique sur le canton de Neufchâtel, Neufchâtel, 1848, p. 155.

128 Les armes de Le Conte étaient autrefois sculptées sur la dalle en pierre qui couvre le repos de l’escalier au-dessus de la porte de sa chambre comme l’attestent des mollettes d’éperons (le meuble de ses armes) visibles autour de l’écu. Cette pièce est appelée la « chambre du roi » dans la lettre d’un seigneur anglais qui séjourne à Bonnemare en 1761 ; il rapporte également la venue de Charles IX (J. C. Ducarel, 1761-1764, lettre du 08/08/1761).

129 Document 11, art. 3 et 2.

130 Sur les deux logis de Georges d’Amboise à Gaillon, voir Bardati F., L’architettura francese di commitenza cardinalizia nella prima metà del Cinquecento, thèse de doctorat sous la direction de A. Bruschi et J. Guillaume, Rome/Tours, 2001 ; Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 265-269.

131 Ibid., p. 265.

132 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 250. Pour Chenonceau, un acte de François Ier (1517) mentionne la « belle place et maison assise sur la rivière de Cher […] où quelquefois nous pourrions loger » (Chevalier C., Archives royales de Chenonceau, Paris, 1864, p. 65-67). Pour Fleury-en-Bière, voir note 340. Pour Saint-Maur et Meudon, voir Mignot C., « La villégiature cardinalice… », art. cit., p. 136. Pour Fontaine-le-Bourg, voir p. 91.

133 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 159-162 ; Le Pogam P.-Y., « Sources textuelles… », art. cit., p. 60.

134 La plus petite garde-robe de mon corpus présente une superficie de 7,6 m2 (Héronchelles) et la plus grande de 31 m2 (Tilly).

135 Étude, estude : « Cabinet de travail, d’étude, bureau ».

136 Girouard M., La vie dans les châteaux français, Paris, 2001, p. 114, cite les « estudes » de Charles V à Vincennes vers 1365 et du duc d’Orléans à Coucy vers 1440.

137 Corrozet G., Les blasons domestiques…, Paris, 1539, fos 33r°v°.

138 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 88r°.

139 Félix et Thomas Platter à Montpellier, 1552-1559, 1595-1599 : notes de voyage de deux étudiants balois, Montpellier, 1892, p. 32.

140 Deville A., Comptes et dépenses…, op. cit., p. 536.

141 AD Seine-Maritime, 14 H 86 : compte de l’abbaye, f° 46r°.

142 Document 5, art. 16.

143 Document 13 (Gueutteville), art. 19 ; document 16 (Le Bourgtheroulde), art. 21.

144 Document 12 (Harquency), art. 8 ; document 16 (Le Bourgtheroulde), art. 20.

145 Mesqui J., Châteaux et enceintes…, op. cit., vol. 2, p. 170-173.

146 Girouard M., La vie dans les châteaux français, op. cit., p. 220. Voir aussi le plan dit de Poitiers, avant-projet non retenu du château de Gaillon (fig. 45, no 19).

147 Elles étaient encore conservées dans les années 1970.

148 Document 4, art. 12 et 18.

149 Document 11, art. 8 et 34 ; document 19, art. 3, 5, 7, 9, 11, 13 et 16.

150 Document 13, art. 10 et 16.

151 Girouard M., La vie dans les châteaux français, op. cit., p. 221.

152 Elles font l’objet de réparations en 1556 (document 8, art. 3 et 4).

153 Document 11, art. 35 ; document 12, art. 18 ; document 19, art. 2, 4, 7, 9, 13 et 16.

154 Ils sont inventoriés dans les salles et sallettes (document 11, art. 34 ; document 16, art. 1 et 2 ; document 19, art. 1) ou dans la cuisine (document 4, art. 6) : ils étaient sans doute apportés au cours du repas.

155 Document 16, art. 6.

156 Document 11, art. 36.

157 Savot L., L’architecture françoise…, op. cit., chap. XVIII, p. 95-96.

158 Document 4, art. 22 ; document 5, art. 15 ; document 11, art. 15 et 16.

159 Aries P., L’enfant et la vie familiale…, op. cit., p. 294.

160 Document 16, art. 43.

161 Certaines des cloisons concernées peuvent dater de la campagne de travaux menée par l’abbé Antoine Bohier vers 1498.

162 Cette solution se retrouve au même moment au Louvre : « faire et lever au-dessus desdites colonnes et arceaux [du tribunal au rez-de-chaussée] le pan de mur tout contremont qui fera séparation de la salle haute, antichambre et garde-robe » [Grodecki C., « Les marchés de construction pour l’aile Henri II du Louvre (1546-1558) », Archives de l’art français, t. 16, 1984, marché de maçonnerie CXXII, 165, 17/04/1551].

163 Seyssel C. de, Histoire du roy Loys douziesme, pere du peuple, Paris, 1587 (1re éd. 1508), f° 49vo.

164 Le dressoir en pierre du Bus construit vers 1520-1530 est le plus récent que j’aie pu repérer.

165 Feray J., Architecture intérieure et décoration en France des origines à 1875, Paris, 1997, p. 38 sqq.

166 Mignot C., « La villégiature cardinalice… », art. cit., p. 126.

167 Smith M., « Rouen-Gaillon : témoignages italiens sur la Normandie de Georges d’Amboise », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., t. 1, p. 41-58.

168 Bardati F., Chatenet M. et Thomas E., « Le château de Georges Ier d’Amboise à Gaillon », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., t. 2, spécialement p. 26-28 ; Pagazani X., « Gaillon… », art. cit., p. 10-11.

169 Bardati F., Chatenet M. et Thomas E., « Le château… », art. cit., p. 22 ; Bardati F., « Rouen, archevêché… », art. cit., p. 205.

170 Document 4, art. 2 (« chambre de Monseigneur dudit fort ») et 11 (« chambre de Monseigneur » de la « grand maison »).

171 Roessler C.-G., « Bévilliers, près Harfleur. – Carrelage émaillé du château. », BCASI (séance du 21 novembre 1871), Dieppe, 1871-2, spécialement p. 181-182 ; Robillard de Beaurepaire C. de, « Note sur le manoir de Bévilliers… », art. cit. ; Frémond G., « Le manoir de Bévilliers », art. cit., p. 43.

172 La Quérière E. de, Description historique des maisons de Rouen les plus remarquables par leur décoration extérieure et par leur ancienneté, t. 1, Paris, 1821, p. 183-184.

173 L’hôtel que possède en douaire Madeleine Payen, la veuve de Claude I, est loué le 5 août 1548 par celle-ci à Claude II Le Roux (Chanoine Davranches L., « Les Le Roux et les Groulard », Bull. de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Rouen, 1900, p. 5). Les grands cartouches à enroulements qui encadrent les peintures illustrant les amours de Vénus et Mars et la vengeance de Vulcain, ainsi que les cariatides et atlantes en bois, avec leurs mascarons, font immanquablement penser aux modèles bellifontains.

174 Sur la datation des différents travaux de l’hôtel, voir Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit.

175 Deville A., Comptes et dépenses…, op. cit., p. 278-279. Sur la chambre du cardinal à Gaillon, voir Chatenet M., « La Gran Fabrica de monseigneur l’évêque de Bayeux », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., t. 1, p. 233-242, spécialement p. 239 et note 17.

176 Bunel J. et Tougard A., Géographie du département de la Seine-Inférieure, t. 4, Rouen, 1877, p. 270-273 ; Massing J.-M., « Les peintures murales… », art. cit.

177 Ango avait déployé un luxe équivalant dans sa « grant maison » de Dieppe, l’hôtel La Pensée : soubassement de pierre, boiseries en chêne sculptées, dorées et ornées de bas-reliefs (Mollat M., Le commerce maritime normand…, op. cit., p. 506).

178 Sur les collections du cardinal à Gaillon, voir en dernier lieu Fagnart L., « Les biens meubles du château de Gaillon », in J. Dumont et L. Fagnart (dir.), Georges Ier d’Amboise (1460-1510). Une figure plurielle de la Renaissance, Rennes, à paraître).

179 Document 4, art. 2 et 11 (Fontaine-le-Bourg) ; AD Seine-Maritime, G 3435 : testament de Guillaume III Le Roux, f° 3vo, 15/04/1532 (Hôtel de Bourgtheroulde).

180 La présence d’autres cabinets peints est attestée en Haute-Normandie, comme celui que Guillaume Martel avait fait faire dans son logis abbatial de Beaubec en 1580 (Beaubec-la-Ville, Seine-Maritime). Les peintures représentaient les amours de Vénus et d’Adonis, ceux de Psyché et de Cupidon, l’enlèvement de Proserpine, etc. Elles ont disparu avant le milieu du XIXe siècle (Guilmeth A., Description géographique, historique, monumentale et statistique…, 3e partie, Rouen, 1836, p. 140-141).

181 Document 16.

182 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 129vo.

183 Androuet du Cerceau J., Second livre d’architecture […] contenant plusieurs et diverses ordonnances de cheminees, lucarnes, portes, fonteines…, Paris, 1561. Sur le sujet, voir Zerner H., « Le décor intérieur à la Renaissance », in J.-P. Babelon (dir.), Le château en France, Paris, 1986, spécialement p. 249 et 251.

184 Ibid., p. 249. Le président au parlement de Normandie Claude Groulart a fait représenter sur la cheminée de son hôtel rouennais la maison aux champs de Tilly peinte sur un fond forcément paysagé. Groulard jouissait de Tilly comme tuteur des enfants mineurs de Robert Le Roux, sieur de Tilly (Chanoine Davranches L., « Les Le Roux et les Groulard », art. cit.).

185 Voir, par exemple, document 11, art. 1 (Ételan). Sur le sujet, voir Pastoureau M., Traité d’héraldique, Paris, 1993, p. 63.

186 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 247r°-v°.

187 Document 11, art. 2, 3, 6, 10, 14 et 31 ; document 19, art. 12 et 14.

Table des illustrations

Légende Fig. 146 > Houlbec, à Houlbec-près-le-Gros-Theil (Eure). Extrémité sud de la maison noble, état en 2007. À droite la porte d’entrée de la chambre seigneuriale, à gauche la petite ouverture verticale qui donnait du jour à l’intérieur du tambour.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 147a > Beuzeville-la-Guérard (Seine-Maritime). Porte d’entrée de la maison noble. À droite, une meurtrière cruciforme (en bas) et une petite ouverture (en haut) qui donnait du jour à l’intérieur du tambour.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 147b > Beuzeville-la-Guérard (Seine-Maritime). Plans restitués du rez-de-chaussée et du premier étage, état vers 1500. a : meurtrière. b : petite fenêtre. C : cabinet. CH : chambre. CU/SL : cuisine/sallette. Fo : four à pain. G : grande salle. GCH : grande chambre. GR : garde-robe. L : latrine.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 148 > Clères (Seine-Maritime). Tambour de porte en bois sculpté aux armes et aux chiffres de Georges de Clères et d’Anne de Brézé. Lithographie publiée dans H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration, t. 4, Paris, 1890, fig. 248.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 149 > Mentheville (Seine-Maritime). Tambour à l’entrée de la maison noble, dans la grande salle.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 150 > Martainville, à Martainville-Épreville (Seine-Maritime). Allée du rez-de-chaussée. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Beghin]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 151 > Acquigny (Eure). Vestibule à l’antique, avec son enfilade de colonnes toscanes portant le mur de refend du premier étage.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 152 > Longuelune, à Piseux (Eure). Plan restitué du premier étage, état entre 1546 et 1550. C : cabinet. CH : chambre. GCH : grande chambre (a : dressoir en meuble d’attache). GR : garde-robe. L : latrine.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 153 > Sénitot (aujourd’hui Bévilliers), à Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime). Cheminée de la grande salle. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Yvon Miossec.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 154 > Le Flot, à Bully (Seine-Maritime). Cheminée de la grande salle.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 155 > Le Mois de janvier dans Horae ad usum Parisiensem (calendrier des Heures de Charles d’Angoulême), par Testard, 1476-1496, f° 1r°. BnF, Département des manuscrits, Latin 1173.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 156 > Jacques Androuet du Cerceau, Livre d’architecture…, op. cit., 1559, modèle XXV, détail. Fonds patrimonial de la médiathèque d’Évreux, cote a 1299.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 157 > Le Bus, au Bus-Saint-Rémy (Eure). Portes de la sallette (à gauche) et de la vis à potoyer (à droite).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 158 > Houlbec, à Houlbec-près-le-Gros-Theil (Eure). Cheminée de la cuisine et son four à pain (à droite), état en 2007.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 159 > Mentheville (Seine-Maritime). Cuisine en sous-sol.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 160 > Beuzeville-la-Guérard (Seine-Maritime). Piédroit de la cheminée de la cuisine.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 161 > Le Bourgtheroulde (Eure). Distributions restituées du rez-de-chaussée et des premier et deuxième étages d’après un inventaire des biens meubles de 1591. A. Rez-de-chaussée. A1 : « sallette ». A2 : « grande salle ». A14 : « despense ». A27 : « cuisine ». A28 : « arriere-despense ». B. Premier étage. B3 : « chambre de Monsieur ». B4 : « chambre des filles ». B5 : « garde-robe ». B6 : « cabinet ». B7 : « petitte chapelle ». B8 : « grande chambre ». B9 : « garde-robe de la grande chambre ». B10 : chambre du sieur Semo ». B11 : « garde-robe d’en haut ». C Deuxième étage. C20 : « estude de Monsieur ». C21 : « cabinet de Monsieur ». C22 : « grenier proche ».
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 162 > Pseudo-Sénèque, Des quatre vertus cardinales. Cicéron, Livre de vieillesse et Livre d’amitié, s.d., vers 1460-1465. [Cliché Bibliothèque nationale de Russie, Saint-Pétersbourg, Fr. F.v.III, 1, f° 19.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 163 > Hans Holbein le Jeune, Portrait du marchand allemand Georg Gisze, 1532, huile sur bois. [Cliché Staatliche Museen zu Berlin, Gemäldegalerie.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 164 > Gilles Corrozet, Blasons domestiques, 1539, gravure sur bois, f° 33r°, « Le blason de l’estude ». [Cliché BnF.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 165 > Emfrayette (Seine-Maritime). Fenêtres à l’angle de la maison noble.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 166 > Héronchelles (Seine-Maritime). Plans et distributions restitués du rez-de-chaussée et du premier étage, état vers 1500.Ca : cave creusée dans le coteau ;CH : chambre ;CU : cuisine ;GCH : grande chambre ;GM : garde-manger ;GR : garde-robe ;GS : grande salle ;a : pont d’accès au coteau.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 167 > Les Rocques, à Villequier (Seine-Maritime). Plans et distributions restitués du rez-de-chaussée et du premier étage, état vers 1525. CH : chambre ; CU : cuisine ; GS : grande salle ; GR : garde-robe ; L : latrine ; SL : sallette.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 168 > Les Rocques, à Villequier (Seine-Maritime). Dessin de la structure du plafond du premier étage (poutres maîtresses et solives) et des cloisons en pan de bois (poutres secondaires et colombes) séparant les pièces du niveau ; plans général et de détail du premier étage. a : patte métallique scellée dans le mur et clouée à la colombe de rive. b : about de poutre secondaire scellé dans la maçonnerie. c : assemblage chevillé à tenon et mortaise. c’ : assemblage simple à tenon et mortaise.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 169 > Hôtel de Bourgtheroulde, à Rouen. Plafond (disparu) du cabinet du rez-de-chaussée. Lithographie vers 1887 par E. Rouyer.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 170 > Le manoir de Jean Ango (autrefois Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Distributions et plans restitués du rez-de-chaussée (en bas), du niveau d’entresol (au centre) et du premier étage (en haut), état vers 1545. Ca : cave ; C : cabinet ; CH : chambre ; CHL : chapelle (avec un escalier) ; CU : cuisine ; G : galerie ; GR : garde-robe ; GS : grande salle ; a : banc en pierre ; Po : porche dans-œuvre (loggia).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 171 > Acquigny (Eure). Fragments de bordures de vitre à émail blanc remontés en un seul panneau : motifs d’entrelacs, chiffre de Louis de Silly et Anne de Laval (ALS), mains serrées et devise « potius mori quam foedari ».
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 172a > Bonnemare, à Radepont (Eure). Plafond en pierre couvrant le palier du rez-de-chaussée surélevé, détail du décor sculpté.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 172b > Bonnemare, à Radepont (Eure). Carreaux de pavement faïencés attribuables à l’atelier de Masséot Abaquesne (retrouvés au deuxième étage dans un sol refait au XVIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 173 > Les Mottes, à Montfort-sur-Risle (Eure). Cloison en pan de bois peinte en rouge (détruite récemment). Vue de l’ancienne garde-robe vers la chambre.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8069/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search