Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La demeure noble en Haute-Normandie

 | 
Xavier Pagazani

Chapitre 5. Le pourpris du manoir

Texte intégral

Pourpris : c’est tout ce qu’un bourg, ou un fief, ou un manoir comprend tant en maisons, masures, que jardinages.
Michel Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la coutume de Normandie, t. 3 (1780), Rouen, 1782, p. 512.

  • 1 La méthode que j’emploie est exposée dans mon mémoire de DEA (Pagazani X., Les manoirs de Haute-No (...)

1Le manoir est à la fois une exploitation agricole, le siège d’un domaine noble, et une résidence permanente ou temporaire ; il a, en outre, des fonctions défensives et de représentation. Tout comme le château, il imprime son empreinte au paysage environnant. Mais le pourpris et ses abords ont été souvent altérés au cours des siècles. Aussi, avant toute analyse, convient-il de tenter une restitution de l’état originel. C’est sur un groupe d’une cinquantaine de manoirs restitués que repose ce chapitre1.

LES ENCLOS

Clôtures et défense du manoir

Ceste court contenant un arpent en quarré, sera fermée de murailles de 18 poulces d’espesseur [env. 50 centimètres], et de 10 pieds de hauteur [env. 3,3 mètres], depuis le rez de chaussée, pour appuier vos bastiments par dedans : et pour obvier au danger des larrons, y aura des chaines [de pierres] par voyes et bonnes encogneures, selon la commodité de vostre lieu.

Charles Estienne et Jean Liébault, L’agriculture et maison rustique…, 1564, livre I, chap. 5, f° 7.

  • 2 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 65 ; Cron E., Les manoirs en (...)
  • 3 Fontaine M.-M., « Plaisirs, hospitalité et profit… », art. cit., spécialement p. 26-30 et fig. 3.
  • 4 Frontebosc T. de, Mémoire sur les plantations du Pays de Caux, s.l.n.d. (vers 1760).
  • 5 Garofalo Y. et Warnier B., Clos-masures du pays de Caux, Paris, s.d., p. 3. À Mentheville, le talu (...)
  • 6 Maneuvrier C., « Les paysages de la Normandie médiévale : réflexions sur les sources et sur quelqu (...)
  • 7 Ce sont Auffay, Bailleul, Beuzeville-la-Grenier, Beuzeville-la-Guérard, Caltot, Cleuville, Sénitot (...)
  • 8 AD Seine-Maritime, G 563 : compte de Fresne-l’Archevêque, année 1477-1478 (texte cité par La Conté (...)
  • 9 Since M.-H., « Les jardins de la Renaissance… », art. cit., p. 176.
  • 10 Pour ne citer que ces exemples, les basses-cours d’Ételan (AD Seine-Maritime, 3 PP 770), des Rocqu (...)

2L’image dominante du manoir est celle d’une cour bordée de bâtiments et de murs d’enceinte, comme en Bretagne et en Touraine2 ; une image que proposent aussi les traités d’agronomie du XVIe siècle, comme celui de Charles Estienne3. Mais dans grand nombre de manoirs de Haute-Normandie, principalement dans le pays de Caux, la clôture est constituée de talus plantés d’arbres, qu’on appelle « fossés » dans la province4 (fig. 87). Ainsi en est-il à Auffay, Beuzeville-la-Grenier et Caumare pour ne citer qu’eux. Cette solution a l’avantage de mettre l’enclos et ses bâtiments à l’abri des vents dominants5. La nature végétale de ce type d’enceinte rend difficile, voire impossible, toute datation en l’absence de fouilles6, mais pour nombre de manoirs, l’examen des bâtiments situés à proximité de talus et parallèles à eux n’a pas révélé les arrachements qu’aurait laissés la destruction de murs d’enceinte7. On peut donc légitimement penser que ces manoirs étaient clos dès l’origine par des talus plantés. Au manoir archiépiscopal de Fresne-l’Archevêque, cent chênes de 16 à 19 pieds de hauteur (5,30 à 6,30 mètres environ) furent plantés en 1477 autour du jardin « affin de rompre les vents qui pourroient grever ou abastre les pommiers8 ». Certes, ce texte ne dit pas que les chênes étaient situés sur des talus, mais la disposition des arbres autour d’un enclos, en l’occurrence un jardin, est semblable aux dispositions qu’on a déjà rencontrées. L’utilisation d’arbres de haute futaie, pour protéger les arbres fruitiers de la parcelle répond à la nécessité d’abriter les enclos des vents dominants dans le pays de Caux, comme c’est aussi le cas dans certains terroirs de Basse-Normandie9. La cour seigneuriale ou la basse-cour de nombreux manoirs était en effet plantée d’arbres fruitiers, en général des pommiers, comme l’attestent l’Atlas de Trudaine (fig. 88), plusieurs mentions ou plans cadastraux10 (fig. 89) et des photographies anciennes. On notera cependant que ce type de clôture caractérise le plus souvent des manoirs d’importance secondaire. D’autres manoirs du pays de Caux situés, non dans la plaine, mais au creux d’une vallée ou en bordure de la Seine, sont fermés par des murs d’enceinte plus traditionnels, en pierre (Ételan, Le Bec-Crespin, Fontaine-le-Bourg). Manifestement, les deux faits sont liés : parce qu’ils sont placés dans un site protégé, au creux d’une vallée, les domaines les plus importants sont démunis de tels brise-vent, car ils n’en ont pas l’utilité.

Fig. 87 > Cleuville (Seine-Maritime). Le « fossé » du manoir.

Fig. 88 > Caltot, à Bolbec (Seine-Maritime). Localisation des principaux bâtiments du manoir sur fond d’Atlas de Trudaine, route de Rouen au Havre. AN, CP F/14 bis*/8502, pl. 36. A : maison noble (bâtie après 1491). B : grange et pressoir (après 1491). C : colombier (bâti vers 1520). D : châtelet et dépendances (vers 1520).

Fig. 89 > Mentheville (Seine-Maritime). Plan du domaine de Mentheville vers 1820 (plan cadastral ancien de la commune de Mentheville, section A, 1re feuille dite du Village). AD Seine-Maritime, 3P3 2057.

  • 11 AD Seine-Maritime, 2 B 424, pièce no 9 : aveu pour Goderville, 15/03/1687.
  • 12 Serres O. de, Le théâtre d’agriculture…, op. cit., septiesme lieu, chap. IX, p. 1 174-1 175.

3Mais les arbres plantés sur un talus n’étaient pas utilisés seulement pour protéger le manoir et ses enclos, comme le révèle un aveu du XVIIe siècle : à Goderville, les « jardins fruictiers » possèdent des « ceintures d’arbres pour l’ornement » (sans doute des arbres rangés et taillés, plantés sur les talus11), expression qui rappelle le « décorement » que procurent au lieu seigneurial les avenues plantées d’arbres préconisées par Olivier de Serres12. Les rideaux d’arbres « droictement alignés » pour former la clôture des manoirs normands devaient plaire aux contemporains, en même temps qu’ils offraient en été l’agrément d’une promenade ombragée.

  • 13 AD Eure, E 144 : aveu de Chauvincourt, 05/05/1629 ; E 132 : aveu de Chambray, 20/08/1692 ; AD Sein (...)
  • 14 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique…, op. cit., livre I, chap. 5, f° 7.
  • 15 AD Seine-Maritime, 2 B 437, f° 61 sq. : aveu du Mesnil-Jourdain, 09/12/1665.

4Cependant, ailleurs que dans le pays de Caux (Roumois, pays de Bray, plaine du Neubourg, etc.), la plupart des pourpris sont enclos, comme il est précisé dans les aveux, « de murailles » (Chauvincourt, Chambray), « de murs » (Mesnil-Jourdain), de « muraille de brique » (Martainville), « de mur de bauge » (Glisolles, Beaumont) ; ils peuvent encore être « enclos d’eaue » (Goderville) ou « fermé[s] en murailles, environné[s] de profonds fossez pleins d’eaux, vivier, avec pont-levis » (Le Bec-Crespin13), c’est-à-dire, pour reprendre l’expression d’Estienne et Liébault, « selon la commodité [du] lieu et des estoffes [les matériaux locaux]14 ». Certains textes précisent les différents types de clôture du domaine : au Mesnil-Jourdain, le « chasteau » (en réalité un grand corps de galerie) est« clos de fossés », tandis que la cour du manoir, où sont la maison seigneuriale et les autres bâtiments, est fermée « de murs », sans autre précision, et le grand parc de « murs de bauge15 ».

  • 16 Ce sont Acquigny, Archelles, Le Bec-Crespin, Chambray, Clères, Fontaine-le-Bourg, La Folletière, N (...)
  • 17 En Normandie, ce type de permissions estattesté depuis la fin du XIe siècle [Bur M., « Le château (...)
  • 18 Quevilly H., « Deux châteaux du pays d’Ouche. Thevray, 1489 – Beaumesnil, 1633 », Congrès archéolo (...)

5Naturellement, plus on monte dans la hiérarchie des domaines, plus les éléments de défense sont importants. Ainsi, les pourpris des pleins-fiefs, châtellenies ou baronnies sont presque systématiquement ceinturés de hauts murs et de grands fossés ou douves maçonnées en eau16. Ce constat rejoint celui fait plus haut : ces fiefs importants, établis de longue date dans un site en fond de vallée, protégeaient et contrôlaient le passage sur la rivière, tandis que le cours de celle-ci, en partie détourné, alimentait les douves. Ces éléments de défense plus importants étaient soumis à une permission royale17. Ainsi, en 1489, lorsque Jacques de Chambray commence à édifier à Thevray une « tour ou maison forte ayant fossés et pont-levis », les représentants du roi s’y opposent. Chambray doit faire valoir l’antiquité de la fortification, constituée d’une « motte ancienne, d’anciennes murailles et fondements, de grands fossés larges et profonds », afin de pouvoir poursuivre la construction18.

  • 19 Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582, modèles VIII, X, XI et XXXVII.

6Si les domaines de moindre importance possèdent ces éléments, ils sont plus modestes : les fossés, moins larges, ne sont pas maçonnés mais simplement creusés, les murs de l’enceinte sont moins épais et moins hauts, l’entrée n’est généralement défendue que par une porte. Ainsi les fausses-braies maçonnées en pierre du Bec-Crespin, siège d’une baronnie, se retrouvent à Tilly, Archelles, Le Hom ou Beaumont sous une forme plus simple, en « terreau » pour reprendre l’expression de Du Cerceau19.

7Mais quel que soit le rang du domaine ou du propriétaire, on note un souci de mise en valeur des ouvrages de défense : murs crénelés (Martainville, Tilly, Ménilles, Le Hamel, Chambray, fig. 90, 91), murs en brique à motifs de briques surcuites (Martainville, Beaumont, Boos, Le Bourgtheroulde, Tilly), en pierre et silex appareillés en damier (Les Rocques, Le Hamel), en moellon recouvert d’un enduit clair sur lequel se détachent des motifs en brique (inscriptions à Ménilles, tables à crossettes à Brécourt) ou encore en assises de brique et de pierre alternées (Caltot), parfois agrémentées de motifs plus complexes (Archelles).

Fig. 90 > Ménilles (Eure). Mur de clôture du jardin vu à l’extérieur, depuis la route.

Fig. 91 > Tilly, à Boissey-le-Châtel (Eure). Mur d’enceinte et tourelles.

8Les clôtures ont connu une évolution marquée au cours du temps, qui touche principalement leurs fonctions défensives et représentatives. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les manoirs haut-normands n’ont que peu de défenses au sortir de la guerre de Cent Ans et des troubles civils qui suivent. À l’exclusion des sièges de baronnie et de châtellenie dont le propriétaire fait sa résidence principale (Clères, Goderville, Chambray), qui sont relevés dès les années 1470-1480 avec les châtelets ou logis-porte, douves, pont-levis, tours et tourelles déjà évoqués, les manoirs de Perriers, Anquetierville, Caumare, Beuzeville-la-Grenier, Ételan, Héronchelles, Le Hérault, La Boissaye semblent être pour ainsi dire dépourvus d’éléments de défense. Seul le logis possède parfois une petite meurtrière pour protéger l’entrée ou l’arrivée au manoir. À Ételan, le logis est une « maison plate », sans fossés, ni autres ouvrages défensifs, seule une petite meurtrière protège le portail et une autre le jardin.

  • 20 Voir la citation et la référence placées en exergue à cette partie, p. 145.

9Les gentilshommes normands connaissaient peut-être trop la guerre qu’ils venaient de quitter pour croire encore à la possibilité de défendre leurs petits domaines campagnards par des moyens traditionnels. Certains d’entre eux, cependant, à partir des années 1495, munissent leur logis de petites canonnières à la française installées au bas de leurs tours, dans une pièce voûtée en coupole (Houlbec, La Motte à Saint-Mards de Fresnes), qui ne valent que « pour obvier au danger des larrons20 ».

  • 21 Guillaume J., « Château, jardin, paysage en France du XVe au XVIIe siècle », Revue de l’art, no 12 (...)
  • 22 Les consoles de Martainville ont été sciées au ras du mur.
  • 23 Voir p. 303-305.

10À la même époque, la défense adopte un tour nouveau, plus civil dans ses formes et sa fonction, mais sans doute tout aussi efficace dans ce qu’elle devait évoquer aux hommes du XVIe siècle. À Martainville, dès 1495, la cour au centre de laquelle se dresse la maison seigneuriale de plan massé, isolée telle une tour-maîtresse du XIVe siècle, est fermée de murs crénelés et cantonnée de tourelles basses, disposition qui préfigure les plates-formes cantonnées de tourelles ou de petits « forts » des « villas en forme de châteaux isolés sur plate-forme », dont Jean Guillaume a restitué la genèse, du prieuré de Coussay (1521) à Wideville (158021). L’évocation des tours-maîtresses médiévales est d’autant plus évidente à Martainville que le sommet des tours du logis était muni de consoles, aujourd’hui disparues mais dont on voit encore les pierres sciées, qui portaient corniche et coyau, motif rappelant des mâchicoulis22 (fig. 2). Ce type d’appareil militaire fictif tend à se généraliser à partir de ce moment : consoles portant corniche et coyau à Normanville (vers 1500) et fronton au Bec-Crespin (vers 1575-1585, fig. 92) ou pseudo-chemin de ronde sur grosses consoles aux tours d’Auffay et d’Houlbec (vers 1510). À partir du milieu du XVIe siècle, l’emploi de petites consoles ou de modillons empruntés au répertoire classique suffit à évoquer les mâchicoulis : ces petits motifs se voient à la façade en fond de cour de Mesnières (vers 1545, fig. 93), au sommet des murs de Beuzeville-la-Grenier (vers 1550-1560, fig. 38b) ou encore à Fleury (vers 1565, fig. 17). Ces motifs hérités de l’époque médiévale, mâchicoulis, murs crénelés, chemins de ronde, voient aussi leur usage détourné à des fins plus récréatives. Ce phénomène, peut-être nouveau, qui touche principalement le jardin, appelle des développements particuliers, j’y reviendrai23.

  • 24 Roy M., Artistes et monuments…, op. cit., vol. 1 (1929), p. 375-380.

11Dans ce contexte, il n’est pas étonnant de voir, à partir des années 1520, la cour s’ouvrir sur le paysage alentour. Aux Rocques (vers 1525-1535), peut-être pour la première fois en Normandie, la cour est bordée sur un côté par un simple garde-corps (fig. 42). Il faut dire que le site, en pente douce, ouvert sur le remarquable paysage du Val de Seine, se prêtait à une telle disposition. La cour est traitée en terrasse pour dominer un jardin en contrebas qui descend jusqu’à la Seine. L’innovation des Rocques ne semble pas avoir eu de succès immédiat, mais elle est reprise dans la seconde moitié du XVIe siècle. À Bailleul (vers 1565), la cour fermée par de hauts murs était ouverte du côté de la maison noble qui se dressait entre elle et le jardin : bordée par un garde-corps, cette partie de la cour formait une terrasse donnant des vues sur le jardin situé en léger contrebas – son sol était à environ 1,50 mètre au-dessous du sol de la cour (fig. 39, 60). Le jardin était ainsi protégé des vents dominants qui soufflent sur le plateau. Bien mieux, l’architecte de Bailleul a traité de manière exceptionnelle ce garde-corps, pour théâtraliser l’accès au bâtiment principal en lui donnant la forme d’un exèdre, ce qui n’est pas sans rappeler, en beaucoup plus modeste, la cour « en forme de téâtre » du Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye ou le projet d’agrandissement de Chenonceau24 (fig. 94). Beaucoup plus modestement encore, à Archelles (vers 1567-1575), des murs bas bordent en partie la cour et le premier jardin pour donner des vues sur les jardins suivants, plus vastes (fig. 95).

Fig. 92 > Le Bec-Crespin, à Saint-Martin-du-Bec (Seine-Maritime). Élévation antérieure (ouest) du châtelet d’entrée.

Fig. 93 > Château de Mesnières, à Mesnières-en-Bray (Seine-Maritime). Le corps oriental, en fond de cour (à gauche) et le corps de galerie (sud) à droite de la cour.

Fig. 94 > Château de Chenonceau (Indre-et-Loire). Projet de réaménagement du château pour Catherine de Médicis. Dessin de Jacques Androuet du Cerceau. Coll. British Museum, Inv. 1972, U. 881.

  • 25 Les autres sont Le Hom (vers 1560-1570), La Chapelle (vers 1560-1570), La Folletière (la basse-cou (...)

12Exception faite des deux derniers exemples, la clôture du pourpris connaît un infléchissement majeur avec les guerres de Religion (1562-1598). Le manoir se refortifie au cours de cette période troublée. Du Bourgtheroulde (vers 1562-1570) aux Mottes (vers 1580-159025), de nouvelles clôtures ferment désormais le manoir, qui est le plus souvent rebâti en partie ou entièrement à ce moment : le pourpris est défendu par de hauts murs de clôture, parfois crénelés (Le Hamel) ou bordés de fausses-braies (Le Hom, Thevray, Beaumont), et par des tours, des tourelles ou des pavillons munis de nombreuses petites canonnières pour armes à feu légères (fig. 96, 97). C’est aussi au cours de cette période qu’apparaît une formule plus simple, mais qui connaît un grand développement : les angles des enclos traités en forme de bastion. Généralement placés sur le chemin d’accès au manoir, ce motif architectural et militaire est utilisé à l’avant-cour d’Archelles, aux jardins du Bourgtheroulde et de Miromesnil (fig. 95a, 98), et dans beaucoup d’autres manoirs où cette disposition, maintenant disparue, était encore visible au XVIIIe siècle – l’Atlas de Trudaine en conserve le souvenir. Au Plain-Bosc, l’enclos, entouré de murs et cantonné de pavillons percés de meurtrières, était aussi flanqué par endroit de petites plates-formes saillantes permettant un tir de flanquement.

Fig. 95a > Archelles, à Arques-la-Bataille (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan de la vallée d’Arques (BnF, département des cartes et plans, S.H.M., Port. 36, div. 3, pièce no 9). A : avant-cour. B : cour (1 : maison seigneuriale ; 2 : logis secondaire). C : premier jardin (3 : tour du colombier ; 4 : tour). D : deuxième jardin, avec fontaine. E : troisième jardin. F : église paroissiale. G : forêt royale d’Arques.

Fig. 95b > Archelles, à Arques-la-Bataille (Seine-Maritime). Clôture constituée d’un bahut et de piliers (les murs entre les piliers sont plus récents) entre la cour et le premier jardin.

Fig. 96 > Beaumont, à Bourneville (Eure). Petit « fort » de défense à l’angle de la basse-cour du manoir bâti en 1575.

Fig. 97a > Thevray (Eure). Plan restitué de la dépendance à droite (au sud) de la « premyere et haulte cour » (voir fig. 35a). a : fausse-braie. CHL : chapelle. CU : cuisine. E : écurie. Fo : four à pain ou à pâtisserie. GM : garde-manger. Re : remise.

Fig. 97b > Thevray (Eure). Mur d’enceinte, fausse-braie et chapelle (au fond) au sud de la plate-forme.

Fig. 98 > Miromesnil (Seine-Maritime). Extrait de l’Atlas de Trudaine, route de Rouen à Dieppe. Le Nord est droite. AN, CP F/14 bis*/8502, pl. 49.

  • 26 Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582, modèles I et IIII.

13On observe aussi le détournement de bâtiments liés à une prérogative seigneuriale comme éléments de défense. Aux Mottes, le colombier et la chapelle nouvellement construits cantonnent les angles de la plateforme : leur rez-de-chaussée, percé de nombreuses petites meurtrières, est utilisé pour la protection du manoir ; en outre, celui de la chapelle, avec son plan en éperon, permet de protéger les bras de la rivière. À Beaumont, le colombier, percé de canonnières dont l’embrasure extérieure est à redans, flanque l’enceinte. À Archelles, le colombier, qui a aussi cet usage, est placé en bordure de la rivière. À Thevray, la chapelle et la cuisine présentent de petites meurtrières pour défendre le manoir et la fausse-braie qui borde la dépendance à laquelle elles sont attachées (fig. 97). Jacques Androuet du Cerceau ne fera que reprendre ce nouvel usage en 1582 dans ses modèles pour « bastir aux champs26 ».

Les différents types d’enclos et leur organisation

  • 27 C’est ainsi que Du Cerceau désigne la principale cour du manoir (voir, par exemple, Androuet du Ce (...)

14Parmi les enclos, il est nécessaire de distinguer ceux qu’on peut appeler, par convention, principaux, c’est-à-dire la « cour du seigneur27 », la basse-cour, le jardin et éventuellement l’avant-cour, qui organisent l’espace proche du logis seigneurial que nous étudions ici, et les enclos secondaires, plus éloignés, à savoir le verger, la garenne, le parc, les bois taillis et pépinières que nous examinerons en détail au chapitre VIII.

  • 28 52 %, soit 40 manoirs.

15Les manoirs sont majoritairement situés dans un enclos unique, où s’élèvent à la fois le logis seigneurial et les dépendances28. Le regroupement de ces bâtiments dans un même espace suggère que les seigneurs avaient un mode de vie assez rustique, peut-être pas très éloigné de la façon de vivre de leurs fermiers. Mais tout dépend de la qualité du fief et du niveau social de son possesseur : s’il est vrai qu’on a souvent affaire à de petites seigneuries (vavassories, huitièmes ou quarts de fief), certaines, plus importantes, impliquent un niveau social élevé, comme à Clères, qui est le siège d’une baronnie. Encore faut-il voir la répartition des bâtiments à l’intérieur de la cour unique. À Clères, le logis seigneurial et les bâtiments attachés au siège de la baronnie (bâtiment de la Justice et logis secondaires) sont situés d’un côté de la cour et les bâtiments agricoles de l’autre, ce qu’éclaire l’histoire particulière de ce fief : l’enclos unique est l’ancienne basse-cour du château des barons de Clères commandant l’accès à la forteresse qui se dressait sur une motte environnée de douves ; après la guerre de Cent Ans, Georges III de Clères fait rebâtir son nouveau logis, non sur l’ancienne forteresse détruite, mais dans l’ancienne basse-cour (fig. 33).

16Les dimensions de l’enclos unique sont variables. Il faut cependant signaler les cas où la parcelle a une superficie réduite et où les bâtiments sont proches les uns des autres au point d’entourer complètement (ou presque) la cour (manoir d’Ango, Le Flot, La Valouine). La fonction de défense, même limitée, a sans doute commandé cette disposition (fig. 99, 100, 13b). Pour preuve, à La Valouine, les bâtiments agricoles sont percés de petites meurtrières en partie haute de leur mur sur cour pour protéger celle-ci. Le manoir de Jean Ango était entouré de fossés et s’il n’en existe pas de traces au Flot, l’éventualité de leur présence à l’origine n’est pas à écarter. De plus, des tours flanquent ou cantonnent les murs d’enceinte. Bien entendu, cela ne veut pas dire que les manoirs aux vastes parcelles cités plus haut étaient dépourvus d’éléments défensifs : au Plain-Bosc, on l’a vu, l’enclos était entouré de murs, cantonné de pavillons percés de meurtrières et flanqué par endroit de petites plates-formes saillantes (fig. 101).

  • 29 La nouveauté des bâtiments ou de l’implantation d’un manoir n’implique pas forcément la création d (...)

17L’enclos unique est généralement quadrangulaire, les contraintes du site influant bien entendu sur sa forme. Les exemples d’organisation orthogonale et géométrique sont rares (au manoir d’Ango, au Flot, au Plain-Bosc, aux Brûlins et à La Valouine), mais ils témoignent presque à coup sûr d’une reconstruction a novo, qui comprend également la réédification de la demeure noble et des dépendances agricoles29.

  • 30 Ce sont Prey, Le Mesnil-Jourdain, Le Bus, Les Maillets, Beuzeville-la-Guérard, Héronchelles, Comma (...)

18Comme on l’a vu pour Clères, l’organisation des bâtiments à l’intérieur de certains enclos uniques suggère une distinction et une hiérarchisation entre les bâtiments agricoles d’un côté, et le logis avec les constructions liées à son fonctionnement ou à des prérogatives seigneuriales de l’autre. À Anquetierville, à Auffay et à Beuzeville-la-Grenier, manoirs dont la parcelle est relativement vaste, la maison et certaines dépendances sont groupées de telle façon qu’elles déterminent une sorte de cour à l’intérieur du grand enclos du manoir, cour qui n’est cependant pas délimitée par des barrières ou des murs (fig. 38a). L’intention délibérée de distinguer deux pôles semble assurée : l’un agricole, avec les dépendances vouées à cet usage, l’autre seigneurial, commandé par le logis. À Clères, la différenciation entre bâtiments seigneuriaux et bâtiments agricoles au sein même de l’enclos unique est plus nette : à l’est se trouvent la maison noble, les communs attenants, le bâtiment de justice et un logis secondaire ; à l’ouest, séparées par la cour, s’élevaient les dépendances (elles furent rasées au milieu du XIXe siècle, fig. 33). Plus simplement, dans la majorité des autres manoirs de ce type30, le logis seigneurial, isolé ou placé au fond de la cour, à l’écart des autres bâtiments, se distingue par ses dimensions, la qualité et la mise en œuvre de ses matériaux (fig. 13d, 102).

Fig. 99 > Manoir de Jean Ango (Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Plan restitué du rez-de-chaussée, état vers 1545. a : banc en pierre ; CH : chambre ; Col : colombier ; CU : cuisine ; éc : écurie ; ét : étable ; GM : garde-manger ; Gr : grange ; Po : porche dans-œuvre ; Pr : pressoir ; S : salle pour les serviteurs.

Fig. 100 > Le Flot, à Bully (Seine-Maritime). Plan général restitué du manoir, état vers 1560. A : logis du fermier (ancien logis seigneurial ?) ; B : puits ; C : maison seigneuriale ; D : grange disparue (au sous-sol : cave) ; Ec : écurie ; Pr : pressoir ; Vo : volière (sur le porche d’entrée).

Fig. 101 Le Plain-Bosc, à Étouteville (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1575. A : cour (1 : logis du fermier ; 2 : colombier ; 3 : mare ; 4 : grange ; 5 : pavillon de défense ; 6 : puits ; 7 : maison seigneuriale) ; B : jardin d’agrément ; C : jardin potager ; D : verger ; E : vivier ; F : parc.

Fig. 102 > Manoir d’Ango (Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Façade sur cour du corps de galerie avec, à gauche, le corps d’entrée, vestiges de l’ancienne maison noble de Jean Ango.

19Les manoirs à enclos unique ont un rôle agricole important. Mais il ne faudrait pas en déduire que ce type de manoir ne correspond qu’à des gentilshommes vivants sur leur terre. Le manoir d’Ango et Le Plain-Bosc sont des « maisons des champs » : la première appartient au célèbre Jean Ango, alors vicomte de Dieppe, la deuxième à Georges Langlois, un secrétaire du roi, qui réside à Rouen.

20D’autres manoirs sont la résidence principale de seigneurs absents une partie de l’année en raison de leur charge, comme Martin Alorge qui était homme d’armes des ordonnances du roi ou Antoine de Houdetot, l’un des Cent gentilshommes de la maison du roi.

  • 31 Près de 48 %, soit 37 manoirs sur l’ensemble du corpus étudié ici.
  • 32 Sur les dépendances, voir plus loin p. 168-177.

21Un autre type de manoirs, un peu moins fréquent, s’articule autour d’au moins deux enclos : la basse-cour et la cour31. Dans la basse-cour se trouvent en général le logis du fermier, les dépendances agricoles (grange, pressoir, étables, bergeries) et souvent le colombier32. Dans la cour s’élèvent la demeure du seigneur, ses communs (cuisine, fournil, écuries, cellier, cave) et, lorsqu’il y en a une, la chapelle (fig. 43).

22Dans la plupart des manoirs, la basse-cour commande la cour principale, ce qui contribue à renforcer et à expliciter leur hiérarchie comme on l’a vu dans certains manoirs à cour unique. Les principales variantes de ce type concernent l’agencement des enclos.

  • 33 Chatenet M., « Les maisons de papier… », art. cit., p. 73-74.

23La succession des deux cours, la basse-cour précédant la cour, est le cas le plus fréquent, comme à Perriers, La Motte à Saint-Mards de Fresnes, Bailleul-la-Campagne et Acquigny (fig. 29). La basse-cour peut être dans ce cas placée approximativement dans l’axe de la cour, comme à Perriers, Acquigny ou Archelles, ou, dans les cas les plus exceptionnels, réglée sur elle, comme à Bonnemare, au Hom et à Chambray. Deux domaines se distinguent par le soin particulier apporté au cheminement vers le bâtiment principal. À Bonnemare, si on en croit un texte du XVIIIe siècle, un grand portail en forme d’arc de triomphe ouvrait de la basse-cour sur la cour (fig. 18). À Chambray, la basse-cour prend une forme inhabituelle, qui rappelle un peu le projet d’agrandissement de Chenonceau publié en 1576 par Jacques Androuet du Cerceau (fig. 94) : de plan trapézoïdal, elle se rétrécit progressivement en largeur, invitant le visiteur à se diriger vers le châtelet d’entrée qui, placé au fond de la basse-cour, forme le point focal de la composition (fig. 36). Autant qu’on puisse en juger, ce type d’aménagement semble assez rare en Haute-Normandie : la succession des cours en gradins devant un logis surélevé précédé d’une terrasse, qui prend un développement considérable dans le Livre des champs de 1582 d’Androuet du Cerceau, n’a pas d’équivalent dans la province33. Il faut dire que ces dispositions supposent que le logis soit placé au sommet d’un terrain en pente, ce qui est loin, on l’a dit, d’être une situation habituelle.

24Une autre organisation consiste à placer cour et basse-cour sur un axe transversal, comme c’est le cas à Martainville, Normanville, Heubécourt, Miromesnil, La Chapelle (fig. 12, 98, 103). On peut combiner les deux dispositions. Ainsi, suivant l’entrée par laquelle on arrive à Tilly, Beaumont, Bailleul, Fleury, Brécourt ou La Folletière, l’organisation apparaît soit sur un axe transversal soit sur un axe longitudinal (fig. 39, 40).

Fig. 103 > La Chapelle, à Sotteville-les-Rouen-Oissel (Seine-Maritime). Le manoir, son jardin d’agrément et ses vergers en bordure de Seine à la fin du XVIIIe siècle. AN, Atlas de Trudaine, route de Paris à Rouen, CP F/14 bis*/8502/Planche 19. A : cour. B : basse-cour. C : jardin avec, au fond, le puits couvert en pyramide.

25À Houlbec, La Motte, Caumare, Sénitot ou Limeux, la cour principale est située à l’intérieur de l’enceinte de la basse-cour. Toutefois, dans les trois premiers cas, la cour, bordée de fossés ou de douves, est nettement distincte de la basse-cour.

26Pour cinq manoirs – Ételan, Goderville, Fontaine-le-Bourg, Le Bec-Crespin et Thevray –, si la basse-cour ne commande pas la cour (fig. 32a, 35a, 37), la distinction entre les deux espaces reste très nette dans la mesure où un chemin à Ételan, des douves à Goderville et à Thevray, les deux au Bec-Crespin et à Fontaine-le-Bourg séparent les deux enclos. Cette bipartition appuyée est la marque d’une volonté de séparer clairement la maison noble et l’exploitation agricole. Le fait que ces manoirs soient le siège d’une baronnie ou d’une châtellenie ne relève sûrement pas du hasard.

27Enfin, le dernier cas est une variante du précédent : la demeure se dresse isolée au fond d’une plate-forme fossoyée. Cette disposition, qui se voit de manière quasi-simultanée à Houlbec (entre 1494 et 1505) et à La Motte à Saint-Mards-de-Fresnes (entre 1496 et 1505) – sans que l’on puisse dire s’ils se rattachent à un parti architectural traditionnel dans la région – traduit sans équivoque la volonté de créer une composition cohérente et hiérarchisée : placée sur une plate-forme rectangulaire à distance des communs, la demeure est isolée à l’intérieur du pourpris. Si l’on retrouve ce parti à une date plus avancée dans le XVIe siècle à Bailleul-la-Campagne (vers 1520-1530), ce n’est qu’au milieu du XVIe qu’il est profondément renouvelé, à Annebault (1544-1552), pour la demeure de l’amiral de France (fig. 28), immédiatement repris à peu de distance au petit logis des Mottes, à Montfort-sur-Risle.

LES ENTREES

28Ces différents types d’organisation établis, il reste à voir où et comment on entrait dans le manoir. Premier élément présenté au regard du visiteur, l’entrée occupe une place essentielle dans la silhouette et le fonctionnement du manoir. Aussi, même s’il s’agit d’un simple portail, ses matériaux et leur mise en œuvre suffisent à signaler l’appartenance du propriétaire au second ordre. Mais le plus souvent, l’entrée se démarque plus explicitement encore par la présence d’un crénelage, d’armoiries, de tours, d’un fossé que franchit un pont-dormant ou levis, d’un petit châtelet, voire d’un vaste logis-porte flanqué de tours qui regroupe plusieurs logements associés à des espaces de défense.

  • 34 Près de 72 % des manoirs étudiés ici ont perdu leur portail d’entrée.

29Les portails se composent soit d’une porte cochère (Ételan, fig. 104), soit d’une porte cochère flanquée d’une porte piétonne, ce qui est le cas le plus courant (Martainville, Le Bourgtheroulde, Le Hamel, Le Plain-Bosc, La Chapelle, fig. 2). À Ételan, le portail, protégé par une meurtrière qui perce le mur sur le côté, est souligné par une grande accolade surmontée d’un fleuron, dont le tympan était meublé des armes du propriétaire (aujourd’hui disparues). Au Hamel, le portail placé en retrait du chemin qui lui donne accès, forme un dégagement pour une meilleure circulation des coches ou des charrettes, mais aussi pour la défense : les deux murs crénelés qui l’encadrent sont percés de petites meurtrières à redans. Les portails de Martainville, du Bourgtheroulde, du Plain-Bosc et de La Chapelle sont flanqués de tours ou de pavillons. Ces formes relativement simples devaient être les plus courantes, mais la gêne qu’ils occasionnent pour le passage des engins agricoles modernes en a fait disparaître un grand nombre au cours du siècle dernier. Les exemples que je viens de citer sont les seuls conservés de ce type34.

Fig. 104 > Ételan, à Saint-Maurice-d’Ételan (Seine-Maritime). Portail d’entrée du manoir.

Fig. 105 > La Motte, à Saint-Mards de Fresnes (Eure). La grange à l’entrée de l’ancien manoir.

30À l’inverse, parce qu’ils sont élevés sur des domaines ayant perdu depuis longtemps leur vocation agricole ou parce qu’ils ne constituent pas l’unique entrée, les bâtiments plus importants qui donnaient accès à la cour du manoir, sans doute les moins fréquents aux XVe et XVIe siècles, sont aujourd’hui les mieux conservés et les plus nombreux. Il peut s’agir d’un portail cocher surmonté d’une volière formant pavillon, comme au Flot, ou d’une pièce de défense, comme à La Valouine (fig. 13a, 100). Il peut s’agir encore d’un passage cocher traversant une dépendance agricole, comme à La Motte à Saint-Mards-de-Fresnes ou au Hom. À La Motte, le passage traverse la grange du manoir, flanquée de contreforts massifs et dont les murs en brique sont tapissés d’étrésillons en brique surcuite (fig. 105). Nul doute que l’entrée principale se faisait par cette grange, car elle est placée exactement en face de l’imposante demeure noble. On trouve également des pavillons d’entrée et des logis-portes adoptant les formes les plus variées.

Fig. 106 > Caltot, à Bolbec (Seine-Maritime). Châtelet d’entrée (voir plan de localisation fig. 88, en D).

  • 35 Sur le logis du fermier, voir également p. 98.

31Le seul véritable châtelet se trouve à Chambray (vers 1470-1480), qui est aussi le plus ancien bâtiment conservé. Muni d’un pont-levis et de petites canonnières, il abrite une petite pièce à feu au-dessus du passage, sans doute destinée à loger le garde du domaine. À Caltot, le bâtiment a la forme d’un châtelet cantonné de tourelles munies de petites meurtrières (fig. 106). Le bâtiment accueillait des chambres superposées sur trois niveaux et pourvues de petites garde-robes munies de latrines installées dans l’une des tourelles. Le corps de logis bas qui lui est adossé abritait une petite salle, à la fois pièce à vivre et cuisine, qui commandait les chambres par un escalier en vis logé dans l’autre tourelle. L’ensemble était sans doute destiné à loger le fermier et sa famille35. À Bonnemare (après 1555), au contraire, le pavillon d’entrée ne présente pas les caractères d’un châtelet (fig. 107). Le corps central de plan quadrangulaire, flanqué par deux pavillons, n’est ni bordé de fossés ni muni d’un pont-levis ni même d’éléments de défense, et, de manière surprenante, sa façade, largement ouverte, est traitée à la manière d’un arc de triomphe, avec un portique d’ordres superposés. La destination même du bâtiment diffère de l’habitude. En règle générale, le châtelet sert à loger le fermier ou le portier. À Bonnemare, la pièce du premier étage, accessible par un escalier en vis placé dans le petit pavillon de droite, a tout d’une habitation de qualité : largement éclairée au nord (par trois fenêtres en plein-cintre) et au sud, la chambre possède les annexes attendues d’un logis (garde-robe dans le pavillon de gauche, retrait dans la construction qui lui est adossée) et comporte une cheminée en pierre de taille au décor sculpté très élaboré (fig. 68). Il ne fait guère de doute que ce logis était destiné à une personne de qualité (le receveur du domaine ou un hôte de marque). On arrive à la même conclusion pour Le Bec-Crespin, où les nombreux éléments de défense, réels ou fictifs (pont-levis, petites meurtrières, faux mâchicoulis), sont placés du côté de l’entrée, qui présente une façade assez austère, dotée seulement d’une fausse fenêtre ; la façade sur cour est plus riante, avec de grandes fenêtres dont l’encadrement est traité en bossage tandis que les murs sont animés de nombreuses tables (fig. 92). L’entrée de Fours (vers 1555-1565) relève sans doute du même type : cantonné de petits pavillons munis d’ouvertures de tir, le corps central, de plan rectangulaire, abritait une chambre, une garde-robe et trois cabinets (dans les pavillons) au premier étage et à l’étage sous comble ; de plus, son escalier situé dans un des pavillons communiquait avec une galerie rejoignant le bâtiment principal.

Fig. 107a > Bonnemare, à Radepont (Eure). Pavillon d’entrée. Vue à l’est depuis le chemin venant de Bacqueville.

Fig. 107b > Bonnemare, à Radepont (Eure). Pavillon d’entrée. Plan et distribution restitués du premier étage, état vers 1560. CH : chambre. GR : garde-robe. L : latrine.

  • 36 Pitte D., « Le Mesnil-sous-Jumièges, manoir de La Vigne », Congrès archéologique de France…, op. c (...)

32L’entrée d’Heubécourt participe encore d’un autre type qui, par son emplacement, sa forme et ses fonctions, rappelle les grandes « porteries » du XIIIe et du XIVe siècle des manoirs dépendant des grandes abbayes normandes, tels Le Mesnil-sous-Jumièges et Criquetot-le-Mauconduit36 (près de Fécamp). Il s’agit, a priori, d’un simple pavillon, traversé par un passage cocher et piéton avec une chambre au premier étage. Ce pavillon est cependant couplé à un grand bâtiment qui lui donne accès par une vis, destiné à loger la nombreuse suite du propriétaire, Claude d’Annebault, alors lieutenant général au gouvernement de Normandie, capitaine et bailli d’Évreux (fig. 108). Dans cette mesure, il peut être rattaché au type des logis-portes, même s’il n’en a pas la forme. On retrouve ces caractéristiques au logis secondaire du Mesnil-Jourdain, qui, outre sa fonction de passage d’entrée avec portes cochère et piétonne, abritait des pièces de communs (caves et cellier au sous-sol semi-enterré, salle pour les serviteurs au rez-de-chaussée surélevé) et des logis pour des hôtes ou pour les personnes de la suite du seigneur au premier étage, accessible, comme à Heubécourt, par un escalier en bois dans-œuvre. Le logis secondaire placé à l’entrée de la cour d’Archelles devait avoir une fonction proche de celle des châtelets et des logis-portes. Cantonné de tours, bordé par un fossé en eau, il possède une entrée défendue par un pont-levis.

Fig. 108 > Heubécourt (Eure). Portail d’entrée et corps de logis secondaire vus dans la cour.

  • 37 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 119-133.
  • 38 Pitte D., Pradié P. et Toussaint F., Le manoir du Catel, Rouen, 2010.

33D’autres entrées, enfin, se rapportent plus directement à la typologie des logis-portes étudiés par Christophe Amiot pour les manoirs bretons et comparables aux gatehouses britanniques37 : c’est le logis seigneurial qui est placé sur la porte, comme à Caumare, Clères, La Boissaye et au manoir d’Ango (fig. 102, 109). On en trouve des exemples très développés en Normandie dès le XIIIe ou le XIVe siècle, comme au manoir du Catel à Écretteville-lès-Baons38. L’analyse de cette typologie, qui rejoint l’étude des logis seigneuriaux que j’aborde plus loin, demande cependant à être quelque peu expliquée. Comme le châtelet, ce type de logis, cantonné ou flanqué de tours, défendu par des meurtrières, bordé de douves ou de fossés et parfois ouvert par un pont-levis, porte une forte signification symbolique : il évoque les grosses tours de l’époque médiévale. Cette évocation est d’autant plus appuyée que l’étage noble domine les communs. En plaçant le logis au-dessus de la porte, les seigneurs donnaient à voir d’emblée le bâtiment le plus imposant et le plus soigné du manoir. À ces rôles symbolique et représentatif d’évidence ces logis-portes ajoutaient une fonction plus pratique de défense. Le fait que ces manoirs soient tous entourés de fossés ou de douves et flanqués d’au moins une tour en atteste. On notera, pour finir, que contrairement aux logis-portes bretons, le type s’est perpétué au XVIe siècle.

  • 39 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique…, op. cit., livre I, chap. 5, f° 9 : (...)

34Il ne faudrait pas déduire de ce qui précède que les manoirs normands n’avaient qu’un seul accès. Suivant l’organisation du pourpris, la grande majorité des manoirs pouvait en avoir deux, voire trois. Ces portails secondaires ont généralement disparu, excepté lorsqu’ils se trouvent liés à un bâtiment. Arrêtons-nous sur quelques exemples. À Caltot et à Héronchelles, la grange qui borde le pourpris a un accès direct vers les terres arables du domaine, comme le recommande Estienne et Liébault39. Au Bus, un portail ouvrait sur la rue principale du bourg tandis qu’un autre donnait sur les champs. À Clères, vers 1505, le domaine comprend trois entrées : l’entrée principale au nord, l’accès au jardin par le logis-porte au sud et l’accès à l’église paroissiale par un passage voûté surmonté d’une petite chapelle à l’est (fig. 33). Le Plain-Bosc, de manière exceptionnelle, a conservé ses deux grands portails : le portail principal ouvert en direction de la route de Rouen où le propriétaire résidait habituellement ; un portail secondaire vers le bourg d’Étoutteville et l’église du lieu. À Martainville, les deux portails étaient placés en vis-à-vis, certainement pour permettre une meilleure circulation des engins agricoles, disposition qu’on retrouve à Beaumont, bâti entre 1575 et 1581 (fig. 12).

Fig. 109 > Caumare, à Foucart (Seine-Maritime). La maison noble vue depuis la basse-cour.

Fig. 110 > Bonnemare, à Radepont (Eure). Porte d’entrée privée au domaine (voir plan fig. 18, en 8).

  • 40 Loc. cit.

35Enfin, le manoir possédait parfois une porte de dégagement toute simple, que Charles Estienne et Jean Liébault appellent « l’entrée particulière » du maître des lieux ou le « portail de derrière40 » car il se situe à l’extrémité du jardin ou d’un verger. On trouve de telles portes en Normandie, à Ételan dans le mur de clôture ouvrant sur le parc, au Bus (aujourd’hui murée) percée dans le mur au fond du jardin donnant sur la rue qui traverse le bourg, à Tilly près de l’une des tourelles de l’enceinte entourant le logis seigneurial qui débouchait sur la fausse-braie bordant l’enclos. Ainsi, comme l’écrit Estienne :

  • 41 Loc. cit.

Vous entrerez en vostre maison, et en sortirez à secret, quand bon vous semblera, sans le sceu de voz gens, n’y avoir la mauvaise odeur des estables et de vostre grand’court.41

36À Bonnemare, pourtant, la porte a reçu un encadrement très soigné à l’extérieur (fig. 110) : des pilastres toscans à bossages piquetés ou vermiculés un sur deux, ce décor raffiné indiquant à tous l’usage exclusif de la porte pour le seigneur, qui en avait certainement la clef.

LE COLOMBIER, LA CHAPELLE, LA MOTTE ET LA PRISON

37Autour du logis, on vient de le voir, sont disposés des bâtiments répondant à deux fonctions bien distinctes : ceux liés à une prérogative seigneuriale et les dépendances à vocation strictement agricole. Ce sont ces deux types de bâtiments que nous allons étudier, qu’ils soient contemporains ou non de la maison noble, à condition que leur construction remonte au XVe ou au XVIe siècle.

  • 42 AD Seine-Maritime, 2 B 424, pièce no 25 : aveu du Bec-Crespin, 12/01/1672 ; 2 B 410, pièce no 155  (...)
  • 43 Avoir un droit de bâtir n’implique pas que le bâtiment en question soit construit : un aveu rendu (...)

38Chaque fief a des droits seigneuriaux particuliers : droit de garenne, de pêche et d’étangs au Bec-Crespin, droit de garenne dans le bois de la Basse-Commanville à Commanville, droit de parc et de garenne à Ételan, etc.42. Certains privilèges concernent également la construction de bâtiments43.

Les colombiers

  • 44 L’enquête lexico-graphique de Claire Étienne (« Le manoir d’après les aveux… », art. cit., p. 57) (...)
  • 45 Houard M., Dictionnaire analytique…, op. cit., t. 1 (1780), p. 296.

39Ce bâtiment est considéré à juste titre comme le symbole par excellence du complexe seigneurial, car tous les fiefs nobles ont droit de colombier44. Lorsque des roturiers voulant se faire passer pour nobles en font construire sur leurs terres, bien qu’il ne s’agisse pas de fiefs, le parlement de Normandie enjoint aux baillis de la province de faire abattre ces constructions illégales (arrêts du 18 décembre 1533, 7 janvier 1580, 19 juillet 1599 par exemple45). Inversement, des nouveaux venus dans le second ordre parviennent à obtenir le droit de colombier pour leur fief nouvellement créé, comme Martin Anquetil, procureur du roi au parlement de Rouen, à qui Henri III accorde en 1588 la permission de construire un colombier à pied sur son domaine des Brûlins.

  • 46 Ce sont Anquetierville, Anvéville, Archelles, Auffay-la-Mallet, Bailleul-la-Campagne, Bailleul, Be (...)
  • 47 À Auffay, Les Maillets, Caumare, Bailleul-la-Campagne, Les Rocques, Le Bus, Le Bec-Crespin, Beuzev (...)
  • 48 À Perriers, Martainville, Caltot, Héronchelles, Normanville, Clères, Tilly, Les Mottes.

40Quarante-six fiefs étudiés ici ont ou avaient un colombier46, le plus souvent « à pied », comme le précisent les aveux, c’est-à-dire fondé directement sur le sol. Il est également le plus souvent de plan circulaire47 ou polygonal48, plus rarement quadrangulaire, comme à Mentheville et au Flot (fig. 100). Par sa forme, qui rappelle les tours des châteaux, le colombier exprime de manière évidente la noblesse du propriétaire. À Archelles, le colombier prend la forme en fer à cheval de certaines tours de défense des fortifications modernes. Cette analogie est parfois confirmée, comme au manoir d’Ango et à Caltot, par un décor de petites consoles à ressauts au sommet des murs rappelant les mâchicoulis (fig. 111). Enfin, les armes du propriétaire figurent le plus souvent au-dessus de la porte d’entrée, en général dans un cadre les mettant en valeur : dans un décrochement du larmier à Anvéville, entre deux pilastres et de chaque côté d’un pinacle à Cauville, entre deux petits pilastres et sous un fronton meublé d’une coquille à Boos, dans un fronton triangulaire entre deux pinacles à Caltot.

41Le plus souvent, le colombier est isolé dans l’enclos du manoir. Mais il arrive, dans quelques cas, qu’il soit intégré au mur d’enceinte (Archelles, Le Bec-Crespin, Le Flot, Beaumont, Les Mottes), afin de servir également à la défense. Dans le cas de manoirs à enclos multiples, le fait que l’on ait placé le colombier dans la basse-cour plutôt que dans la cour suggère que l’utilité agricole du bâtiment (l’élevage de pigeons pour l’alimentation et l’utilisation des déjections pour l’engrais) prévaut sur sa valeur symbolique. Celle-ci n’est cependant pas occultée pour autant puisque, quel que soit le nombre des enclos des manoirs, le colombier se voit de loin. Au sommet d’une tour au Bec-Crespin, au-dessus du porche d’entrée au Flot, presque au centre de l’enclos unique à Mentheville, face à l’entrée de la basse-cour à Bailleul, au Bois-Rosé et à Normanville, ou de l’enclos unique, à Auffay, Caltot et à Senneville, le colombier affirme le statut noble du domaine, et donc du propriétaire. De fait, rares sont les exemples où le colombier n’est pas mis en valeur par une situation ou un traitement architectural particulier : soigneusement maçonné, en brique et pierre ou en pierre, il est généralement couvert d’ardoises, et souvent décoré de motifs polychromes obtenus par l’agencement de différents matériaux en parement (silex, pierre, brique et brique vernissée) et de motifs sculptés (moulures au bandeau horizontal médian et à l’ébrasement de la porte). L’exemple du colombier de Jean Ango à Varengeville illustre bien mon propos : les dimensions imposantes, le traitement décoratif polychrome des murs et le toit en forme de dôme en font le plus bel exemple conservé de la région (fig. 111). Le bâtiment peut être aussi à deux niveaux : le premier, semi-enterré, le plus souvent à usage de cave (Héronchelles, Les Brûlins, Mentheville) ; le second, à usage de colombier. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, on l’a dit, le premier niveau pouvait aussi avoir un rôle défensif (Beaumont, La Motte). Enfin, on notera une caractéristique singulière qui se vérifie pour tous les édifices : la porte du colombier est toujours percée du côté du logis seigneurial. Il est vrai que les pigeons étaient exclusivement destinés à la table du seigneur.

Les chapelles et oratoires

La chapelle est nécessaire, principalement aux champs.

Louis Savot, L’architecture françoise des bastiments particuliers, Paris, 1624, p. 60.

  • 49 Étienne C., « Le manoir d’après les aveux… », art. cit., p. 55-60, spécialement p. 57.
  • 50 Houard M., Dictionnaire analytique…, op. cit., t. 1 (1780), p. 222.
  • 51 Ce sont Acquigny, Auffay, Bonnemare, Bailleul, Le Bourgtheroulde, Chambray, Clères, Ételan, Fontai (...)

42La chapelle est un autre symbole important de la prérogative seigneuriale, bien qu’elle ne dépende pas d’un droit inhérent au fief, contrairement au colombier49. La fondation d’une chapelle, soumise à une autorisation de l’Église, dépend en effet des « titres et capacités » du seigneur ; il doit pourvoir notamment à son entretien et aux revenus d’un chapelain50. C’est sans doute la raison pour laquelle un nombre assez réduit de manoirs ont ou avaient une chapelle51. Faut-il y voir un privilège accordé seulement à certains nobles, voire un élément de distinction au sein même de la noblesse ? La connaissance des fonctions, titres et statut des seigneurs, de même que celle des droits et de l’histoire de chaque fief, apportent des éléments de réponse.

  • 52 Les autres sont Archelles, Le Bus, Chauvincourt, Ménilles, Perriers, Prey et Raimbertot. Sur Chauv (...)
  • 53 AD Seine-Maritime, 2 B 437, f° 61 sq. : aveu du Mesnil-Jourdain, 09/12/1665.
  • 54 Document 20 : aveu de La Valouine, 15/01/1602.

43Constatons pour commencer que certains manoirs dépourvus de chapelle sont situés à proximité immédiate de l’église paroissiale, emplacement qui remonte vraisemblablement à la création du fief au XIe ou XIIe siècle. Dans ce cas, le fief porte le nom de la paroisse (Anquetierville, Archelles, Perriers, etc.). Souvent, l’enclos paroissial est situé à moins d’une vingtaine de mètres du pourpris du manoir (Beuzeville-la-Guérard, Le Bec-Crespin, Senneville), quand il n’est pas mitoyen du manoir et séparé de lui par une simple clôture (mur, haie, palissade), comme à Anquetierville, à Héronchelles ou à Houlbec52. Au Mesnil-Jourdain, où le « manoir est assis proche et joignant l’eglise du dit lieu », le seigneur possède « une petite porte pour [s]on entrée et [celle] de [s]es gens dans la dite eglize », porte qui existe encore aujourd’hui, au premier étage d’un logis secondaire du manoir53. Le seigneur de ces fiefs possède en général le patronage de l’église, c’est-à-dire qu’il a, selon la formule consacrée, « droict de présenter à la cure et bénéfice de ladicte paroisse54 », d’avoir une litre seigneuriale dans l’église et, parfois, une chapelle.

Fig. 111 > Manoir d’Ango (autrefois Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Élévation et coupe du colombier. Dessin aquarellé de Gabriel Malençon, 1879. Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine. [Cliché RMN.]

  • 55 Étienne C., « Le manoir d’après les aveux… », art. cit., p. 57.

44Inversement, l’éloignement de l’église paroissiale semble être un des critères pour posséder une chapelle à l’intérieur du manoir ; c’est d’ailleurs la raison mise en avant par les seigneurs dans leur demande d’autorisation55.

  • 56 Ce cas se rencontre à Acquigny, Auffay, Le Bourgtheroulde, Chambray, Commanville, Ételan, Fontaine (...)
  • 57 L’oratoire n’est jamais mentionné dans les aveux, ce qui indique bien qu’il ne dépend pas d’un dro (...)

45La chapelle castrale répond à trois types d’emplacements. Elle peut être soit située à proximité du logis seigneurial dans un bâtiment isolé (Bonnemare, Chambray, Les Mottes), soit intégrée à un bâtiment secondaire (Clères, Bailleul, Thevray), soit enfin, le cas le plus courant, logée dans la demeure noble elle-même56. La chapelle est alors une pièce aux dimensions réduites avoisinant d’autres pièces (fig. 44, 57, 58). Au contraire, les deux premiers types se caractérisent par une construction autonome, ayant l’aspect d’une vraie chapelle (fig. 60a, 43), voire d’une petite église, comme à Chambray (fig. 6). Ce fait recouvre-t-il une différence de statut, entre d’une part une chapelle, de l’autre un simple oratoire, qui, contrairement à la chapelle, ne dépend pas d’une autorisation ecclésiastique57 ? La réalité, comme souvent plus complexe, que livrent les aveux et les inventaires de biens meubles du XVIe siècle, autorise une réponse de Normand.

  • 58 Chatenet M., « Le château de Kerjean », Congrès archéologique de France, 165e session, 2007, Paris (...)

46Les premier et deuxième types correspondent assurément à des chapelles puisqu’elles sont consacrées à saint Christophe (Bonnemare), à saint Laurent (Chambray) et à la Sainte-Trinité (Thevray) – les chapelles des Mottes et de Bailleul ne sont pas documentées sur ce point, mais il ne fait aucun doute qu’elles l’étaient. Au vrai, on s’en doutait un peu, au vu de l’importance de ces constructions et du soin apporté à leur réalisation. Les chapelles de Chambray et de Bailleul ont des dispositions plutôt traditionnelles. En revanche, celles de Thevray, des Mottes et surtout de Bonnemare ont des plans ou un traitement plus neuf. À Thevray, la chapelle, de plan rectangulaire, s’éclaire par un oculus au-dessus de l’entrée et par deux grandes fenêtres en plein-cintre du côté de l’autel, percées dans les murs gouttereaux nord et sud ; son couvrement est un berceau lambrissé (malheureusement en très mauvais état aujourd’hui, fig. 97a). La petite chapelle des Mottes se distingue par son plan en forme d’éperon, sans doute dû à la fonction de pièce de défense au rez-de-chaussée, selon une disposition que l’on peut voir également en Bretagne, au château de Kerjean58. La chapelle se trouve au premier étage du bâtiment, autrefois accessible par un escalier extérieur en bois. Deux fenêtres en plein-cintre au centre des deux pans de murs formant l’éperon éclairent l’autel tandis que de petites ouvertures donnent jour au reste de la pièce. La chapelle est couverte par un lambris en berceau et cul-de-four. Un petit lavabo se loge dans l’embrasure de l’une des fenêtres. Mais c’est à Bonnemare que se trouve le bâtiment le plus remarquable (fig. 112). Visiblement inspiré de la chapelle du château d’Anet, le bâtiment en brique et pierre, isolé, de plan centré, est une rotonde très développée d’où saillent, aux quatre points cardinaux, des bras qui s’achèvent en arc segmentaire. Le massif antérieur que forment le bras nord et un petit portique d’ordre ionique sur piédestaux, est ouvert par une porte, autrefois en plein-cintre. La rotonde est couverte par un grand dôme d’ardoises surmonté d’un clocheton. Plus bas, les bras coiffés d’un fronton triangulaire sont couverts par un petit toit à deux pentes. L’intérieur est éclairé par huit fenêtres : un oculus à chaque bras, une fenêtre en plein-cintre entre chacun d’eux. Le décor intérieur semble dater du XVIIe et du XVIIIe siècle.

Fig. 112 > Bonnemare, à Radepont (Eure). La maison noble avec sa chapelle saint Christophe à proximité.

  • 59 Serlio S., Tutte l’Opere d’Architettura di Sebastiano Serlio Bolognese…, Venise, 1584, f° 213.

47Par leurs dimensions, leur plan et leur traitement, les chapelles d’Ételan et d’Acquigny se rattachent au type précédent, si ce n’est qu’elles sont directement reliées au logis seigneurial. La chapelle d’Ételan, citée dans les textes, est dédiée à la Madeleine. De plan rectangulaire, flanquée de petits contreforts de contrebutement, largement ouverte par de grandes fenêtres à remplage et sommée d’un petit clocheton, elle a tout d’une chapelle traditionnelle (fig. 43). L’intérieur ne contredit pas son aspect extérieur : il est décoré de statues du Christet de sainte Madeleine et couvert par de belles voûtes d’ogives ; et le mur auquel s’adosse l’autel est peint à fresque. Mais contrairement aux exemples précédents, la chapelle était directement accessible depuis les pièces du logis : au rez-de-chaussée, peut-être depuis le cabinet de la grande salle ; à l’étage sûrement depuis la grande chambre par une porte qui ouvrait autrefois sur la tribune. À Acquigny, la chapelle, située dans un pavillon de plan carré, était double : au sanctuaire du rez-de-chaussée, accessible depuis la grande salle, était superposé un second sanctuaire au premier étage, commandé par la grande chambre (fig. 65). Très modifiées, ayant perdu leur vocation première depuis le XVIIIe siècle sans doute, ces deux chapelles ont conservé peu d’éléments primitifs. À Acquigny, une voûte plate en croix grecque portée par quatre pendentifs aux angles de la pièce et des niches creusées de chaque côté des ouvertures pour la chapelle du rez-de-chaussée ; les niches pour le sanctuaire de l’étage. Les fenêtres ont perdu leur remplage. On devine à cette description que la chapelle d’Acquigny, tant par son plan que par son traitement, loin d’être une construction traditionnelle, n’est pas sans rappeler certains projets de chapelles du Livre VII de Serlio59.

  • 60 Document 4, art. 15 : la « chappelle de monseigneur au-dessus de la porte » (1517).
  • 61 AD Eure, III F 12 : fonds Carême (Boisset-le-Châtel).

48Reste le dernier type, les pièces de forme ordinaire ayant fonction de chapelle ou d’oratoire. À Fontaine-le-Bourg (détruit à la Révolution), la petite pièce placée au-dessus de la porte, semble tenir de l’oratoire par ses dimensions, mais son appellation60, son autel « benny » et la qualité de son propriétaire, l’abbé de Fécamp Antoine Bohier, ne laissent aucun doute sur sa nature (fig. 57, en B8). Cela revient-il à dire que les pièces « au dessus de la porte » de Martainville, Clères, Le Bourgtheroulde, Tilly et Auffay étaient aussi des chapelles ? Rien ne renseigne sur Auffay et Clères, et les textes concernant Martainville (aveux, lots et partages) n’évoquent pas l’existence d’un sanctuaire. En revanche, au Bourgtheroulde, la pièce est effectivement appelée « petite chappelle » dans un inventaire de 1591 et, à Tilly, la chapelle, prévue dès l’origine de la construction (vers 1528-1535), fut consacrée seulement vers 1560, avec l’autorisation de l’archevêque de Rouen61 (fig. 16, 58). L’exemple de Tilly est révélateur : il était possible de construire une chapelle, sans pour autant en avoir l’autorisation. Aussi le même espace pouvait changer de statut au cours du temps.

49Chapelle ou oratoire, ces petites pièces étaient à l’usage exclusif du seigneur et de sa famille. Leur caractère privé est assuré, car la pièce est le plus souvent à proximité immédiate de la chambre du seigneur (Auffay, Le Bourgtheroulde, Chambray, Martainville, Thevray, Tilly, fig. 113, en O). Ce caractère est encore plus affirmé lorsque le seul accès à la pièce est la chambre du seigneur ou de son épouse (Chambray, Les Brûlins, Sénitot, fig. 114). Au Bourgtheroulde, la petite chapelle devait être accessible depuis l’antichambre du logis du seigneur et à Heubécourt depuis la sallette de Claude d’Annebault.

Fig. 113 > Thevray (Eure). Restitution de la tour-résidence de Jacques de Chambray (plans du rez-de-chaussée, du premier, du deuxième et du troisième étages), entre 1489 et 1499. C : cabinet ; Ce : cellier ; GCH : grande chambre ; GR : garde-robe ; GS : grande salle ; L : latrine ; O : oratoire ; R : retrait. a : pont-levis. b : sas d’accès à la fausse-braie. c : fausse-braie. d : soupirail. e : placard. f : fenêtre à coussièges.

  • 62 Robillard de Beaurepaire C. de, « Note sur le manoir de Bévilliers près Harfleur », BCASI, t. 2, D (...)
  • 63 Callias Bey M., Chaussé V., Gatouillat F. et al., Corpus Vitrearum France…, op. cit., p. 311.
  • 64 Pour Sénitot, voir Robillard de Beaurepaire C. de, « Note sur le manoir de Bévilliers… », art. cit (...)
  • 65 Pagazani X., « Le château de Tilly… », art. cit., p. 28-29.
  • 66 Document 4, art. 15 (Fontaine-le-Bourg, 1517) ; document 16, art. 7 (Le Bourgtheroulde, 1591).

50Ces petites pièces, voûtées (Heubécourt, Thevray) ou lambrissées (Tilly, Les Brûlins), avec des carreaux de pavement en terre cuite au sol (Sénitot62), s’éclairent en général par une baie triple à réseau (Auffay, Martainville, Sénitot, Tilly, Clères, fig. 2). Rares sont celles qui conservent encore leurs vitraux d’origine (Sénitot63). À Sénitot, à Tilly, sûrement à Auffay et à Martainville, la pièce était séparée de l’espace de dégagement qui la commandait par une clôture à claire-voie64. En outre, à Tilly, les murs avaient reçu un décor de panneaux en bois sculpté, dits du « Triomphe de la Vierge » (aujourd’hui conservés au Musée départemental des Antiquités de Rouen65). À Esclavelles, le seigneur s’est fait représenter avec sa famille en prière dans une peinture à fresque sur l’un des murs. Des tableaux, des prie-Dieu, une tenture en cuir peinte en façon de drap d’or (Fontaine-le-Bourg) et les nappes d’autel constituaient leur mobilier66.

51Ces petites chapelles se signalent parfois à l’extérieur de manière très discrète. C’est en général leur emplacement qui a dû déterminer la sobriété de leur traitement. À Chambray, les pièces superposées (sans doute des oratoires), placées à l’extrémité de la maison noble, n’étaient pas visibles depuis la cour. De fait, leur petit chevet, en saillie sur l’extérieur, n’a reçu aucun traitement particulier (fig. 6). À Thevray, l’oratoire de Jacques de Chambray situé dans la partie haute de la tour-résidence ne pouvait être vu depuis la cour : aucun traitement particulier ne signale sa présence. Il n’y a qu’aux Brûlins que cette règle ne se vérifie pas : la chapelle située dans un pavillon bien visible depuis la cour du manoir n’est pas signalée. Elle a cependant pu perdre des éléments : des remplages de fenêtres, un épi de faîtage en forme de croix ou un petit campanile.

  • 67 AD Seine-Maritime, G 1311 : requête de Louis Le Roux, seigneur de Tilly, pour le transfert de la c (...)

52À l’inverse, à Sénitot, la chapelle, logée à l’extrémité du logis, était visible dès l’arrivée au manoir, car une baie triple à réseau indique sa présence. Cette observation est encore plus pertinente pour les petites chapelles « sur la porte », qui se donnaient à voir depuis la cour. Leur chevet peut être plat, simplement signalé par leur baie triple à réseau et un petit lanternon au sommet du toit (Clères, Auffay), ou faire saillie sur un cul-de-lampe (Martainville, Tilly et peut-être Fontaine-le-Bourg), avec un lanternon au sommet de la tour d’escalier. Ces chapelles en saillie, qui signalent l’entrée du logis, font l’objet de soins particuliers. À Martainville (vers 1500), le chevet est clairement articulé par de petits pilastres gothiques à pinacles, qui scandent les trois pans coupés, et par les larmiers horizontaux qui soulignent les niveaux (fig. 2). Des arcs en accolade surmontés de fleurons et les réseaux ajourés des remplages des trois baies complètent le décor. Le cul-de-lampe qui porte le chevet est animé de larmiers saillants et de moulures concaves dans lesquelles prennent place des choux frisés sculptés ; ces moulures et ce décor sculpté étaient peints de couleurs bleue, rouge et verte, et rehaussés d’or. À Tilly (vers 1528-1535), le chevet disparu n’a laissé qu’un culot sculpté qui portait le cul-de-lampe et la partie basse du mur dans lequel celui-ci est maçonné. Ces quelques vestiges font regretter la disparition de ce chevet qu’un texte du XVIIe siècle décrit comme « une très belle chapelle […] ornée dehors et dedans67 ».

  • 68 Faucherre N., « Enjeu symbolique et défense passive du château ; une figure emblématique : la chap (...)
  • 69 Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit., p. 74 (hôtel de Bourgtheroulde) et fig. p. 147 (hôtel (...)

53L’emplacement de ces chapelles « sur la porte » n’est pas fortuit. Cette disposition, peu fréquente en France, est, en effet, attestée dans certains édifices de la fin du Moyen Âge, notamment au château du duc de Berry à Mehun-sur-Yèvre (à partir de 1367) et à l’hôtel de Jacques Cœur à Bourges (vers 145068). La mode semble renaître au début du XVIe siècle, particulièrement en Normandie, à l’hôtel de Bourgtheroulde (vers 1501-1506) et à l’hôtel des généraux des finances (vers 1508-150969). L’idée de placer ainsi l’entrée du logis et le logis lui-même sous la protection divine est renforcée à Tilly par l’inscription latine gravée sur la frise au-dessus de l’entrée du château : expugna impugnantes me domine (« Ô seigneur, repousse mes ennemis »).

  • 70 Document 16, art. 7 et 17 (Le Bourgtheroulde, 1591).

54Certains manoirs possèdent plusieurs chapelles : à la chapelle Saint-Laurent placée dans la cour de Chambray s’ajoutent les oratoires de la maison seigneuriale ; à la « petite chappelle » vraisemblablement placée sur la porte au Bourgtheroulde s’ajoutait une « grande chappelle » située à l’extrémité de l’une des galeries de la maison70 ; à Thevray, l’oratoire de la tour-résidence et la chapelle de la Sainte-Trinité sont toutes deux dans le pourpris ; à Acquigny et à Heubécourt, la chapelle de la maison noble est à cinquante mètres tout au plus de l’église ; à Clères, l’oratoire est sur une porte qui rejoint par un pont-levis l’enclos paroissial. On devine par ces exemples que la « commodité » d’un oratoire ou d’une chapelle à proximité n’était pas l’unique raison de sa présence. La multiplication des lieux de culte a sans doute à voir avec la piété du possesseur, mais peut-être aussi avec le fait que la chapelle est un signe du fief.

Fig. 114 > Sénitot (aujourd’hui Bévilliers), à Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime). Plans et distributions restitués du rez-de-chaussée et du premier étage, état en 1535. C : cabinet. CH : chambre. Co : comptoir. CU : cuisine. GS : grande salle. GCH : grande chambre (salle haute). GR : garde-robe. L : latrine. O : oratoire. R : retrait. a : porche. b : passe-plat. c : portique. d : conduit d’évacuation. e : vis potoyer. f : tambour.

Les mottes castrales

55D’autres constructions ne sont pas forcément liées à un droit seigneurial, mais leur présence rappelle le statut privilégié du manoir. C’est le cas des mottes castrales et des châteaux forts ruinés.

  • 71 Les viviers sont un privilège du domaine noble, contrairement à la mare. Pourtant, de nombreux man (...)
  • 72 Voir chap. VIII, p. 298-301.

56Leur présence est le signe à la fois de l’ancienneté et du statut de la terre sur laquelle ils se trouvent. Les manoirs possédant l’un de ces éléments sont peu nombreux ; leur présence est là encore significative – et signifiante pour les hommes du XVIe siècle. À Auffay, le colombier, une mare et une motte sont situés à proximité du logis qui contient une chapelle, comme si l’on avait voulu regrouper tous ces éléments pour les mettre en valeur71. Une disposition similaire s’observe à Clères, où le manoir est bâti près de l’église et de l’ancien château fort ruiné (fig. 33), comme pour affirmer le pouvoir seigneurial. Une disposition différente, qui participe de la même idée, se voit au Plain-Bosc, où la maison noble se dresse sur une importante levée de terre, sans doute l’ancienne motte castrale (fig. 101). La demeure du XVI e siècle est fondée sur la demeure féodale. Il y a là un souci évident de continuité, qui est d’autant plus significatif que le constructeur était un bourgeois de Rouen récemment anobli : en érigeant sa demeure à cet emplacement, il a sans doute voulu marquer d’une manière symbolique son nouveau statut social. On verra plus loin que la volonté de placer les bâtiments à proximité de la motte castrale peut poursuivre un objectif bien différent72.

Les prisons

  • 73 AD Seine-Maritime, 1 ER 1597 : compte, année 1486-1487.
  • 74 AD Seine-Maritime, 1 ER 1598 : compte, année 1505-1506.
  • 75 AD Seine-Maritime, 7 H 1141 : mémoire des réparations, 1554.
  • 76 Catalogue des actes de Henri II, op. cit., t. 1, no 04.23².

57Seules les baronnies qui avaient droit de haute justice possédaient une prison – à une exception près, le plein-fief de Chauvincourt. Au Bec-Crespin, la prison, située dans une des tours qui cantonnent la cour, est remise en état à plusieurs reprises. En 1487, le maréchal-ferrant Pierre d’Aussemot se contente de remplacer les serrures73, mais en 1505-1506 elle est pour ainsi dire refaite à neuf : le maçon Clément Joivenson rétablit la « muraille de la tour a faire la prison », le charpentier Henriet Fauconnier refait la charpente, qui est couverte de tuiles par Guillaume Le Gallois, tandis que Robert Le Deguet, « estamier et plomeur », soude le plomb d’une bannière placée au sommet, peinte par Guillaume de La Noé, sans doute aux armes et couleurs du seigneur du lieu, Louis de Brézé74. À Fontaine-le-Bourg, la « tourelle de la prison » placée dans la « grant court » de la baronnie avait, semble-t-il, les mêmes caractéristiques75. Elle reçut un invité de marque, Virginio Orsini, comte dell’Anguillara, qui fut relaxé en 154776.

LES DEPENDANCES AGRICOLES

58Les bâtiments anciens, on le sait, ont souvent été l’objet de remaniements, voire de destructions. Cette observation est d’autant plus vraie pour les bâtiments à usage agricole, qui ont été modifiés pour suivre les évolutions techniques et parfois rasés lorsqu’ils n’étaient plus adaptés. Aussi, pour l’étude des dépendances encore debout, faut-il se borner à ceux dont la datation et la restitution sont sûres.

Le logis du fermier

  • 77 Ce sont Archelles, Auffay, Bailleul, Beuzeville-la-Grenier, Caltot, Ételan, Fontaine-le-Bourg, Heu (...)

59De tous les manoirs étudiés ici, seize seulement possèdent un logis apparemment destiné à un fermier77, et dans bien des cas, la construction n’est pas contemporaine du logis seigneurial. Au vrai, très peu de ces bâtiments datent de la période qui nous intéresse.

  • 78 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique…, op. cit., livre I, chap. 5, fos 7v° (...)
  • 79 Loc. cit.
  • 80 Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582, modèle I : le logis de l’entrée est (...)

60Pour ceux qui subsistent, il s’agit le plus souvent d’un simple corps de logis bas, de plan rectangulaire, qui comprend au moins une pièce à vivre au rez-de-chaussée (à la fois cuisine et salle) et une chambre dans le comble habitable (Auffay, Le Flot, La Folletière, Martainville, Les Mottes, Perriers). Comme le recommande Charles Estienne, ces logis sont en grande majorité « basty[s] à costé du portail », plus précisément à côté de l’entrée de la basse-cour, adossés à la clôture78. À Martainville (vers 1495), le petit logis, en brique et pierre comme le reste des constructions, est placé dans un long corps de dépendance qui comprend aussi les écuries, immédiatement à droite de la porte. Cette disposition se retrouve aux Mottes, où le bâtiment, en pan de bois et couvert de chaume, comprend les écuries, des étables et une grange. Au contraire, au Flot, le logis en pan de bois qui borde la clôture à proximité de l’entrée n’est lié à aucun autre bâtiment agricole. Il faut dire que cette situation tient à l’organisation particulière du manoir : les quatre bâtiments qui le composent (logis seigneurial, logis du fermier, écuries, grange avec pressoir) sont disposés aux quatre angles de la cour, sans doute à la fois pour les isoler et pour renforcer la défense (fig. 100). Contrairement aux autres logis de fermier déjà cités, celui du Flot se singularise par son traitement soigné : sur la cour, le mur en pan de bois est animé par un cordon horizontal mouluré au niveau des appuis de fenêtres et le hourdis en brique entre les colombes forme des motifs ; les traverses des fenêtres sont également moulurées. Par la place de son logis, dans la cour, à côté de l’entrée, et par le soin apporté à sa mise en œuvre, on comprend que le fermier a un statut privilégié : en tant qu’exploitant du domaine non fieffé d’un seigneur, il est exempté du droit de fouage que payaient les roturiers79. L’emplacement de son logis à l’entrée du manoir manifeste un rôle de contrôle, ce que confirme Du Cerceau dans le Livre pour les champs de 158280 (fig. 115).

Fig. 115 > Jacques Androuet du Cerceau, Livre d’architecture…, op. cit., 1582. Planche gravée à l’eau-forte du modèle I.

61Le logis du fermier peut prendre la forme d’un bâtiment plus important, souvent isolé, avec un étage carré au-dessus du rez-de-chaussée. Ce type de bâtiment, malheureusement très modifié au cours du temps, est difficile à dater. Il peut toutefois correspondre à une disposition ancienne. Dans le cas d’une cour unique, ce logis est isolé, à proximité du logis seigneurial (Le Plain-Bosc, fig. 101). Mais le cas le plus fréquent est lorsque bassecour et cour sont dissociées : il est alors soit au centre de la basse-cour (Fontaine-le-Bourg, Tilly, Thevray), soit au fond (Heubécourt, Bailleul, Fleury) ou à l’un des angles (Ételan, fig. 32a).

  • 81 Sur les logis-portes en Touraine, voir Cron E., Les manoirs en Touraine…, op. cit., p. 28.

62Un autre type, déjà évoqué plus haut, est le logis sur le passage d’entrée81. À Caltot, il s’agit d’un châtelet cantonné de deux tourelles à l’extérieur, auquel est adossée une longère (un long bâtiment à un seul niveau surmonté d’un comble, fig. 88, 106). Le logis se compose d’une pièce à feu principale au-dessus d’un cellier et d’une cave dans la longère, et de trois chambres superposées dans le châtelet, au-dessus du passage, accessibles par l’escalier logé dans l’une des deux tourelles du châtelet ; l’autre tourelle abritait certainement les garde-robes des chambres. La longère abrite aussi une suite de petites étables ou bergeries. Son comble à lucarnes en pierre servait sans doute à entreposer le foin. Ce qui étonne dans cet ensemble, c’est la qualité de la mise en œuvre, notamment le soin apporté à l’appareillage des murs, au décor sculpté des lucarnes du châtelet, et à la cheminée de la pièce principale de la longère qui présente un linteau en bois mouluré et une hotte droite en briques moulées. Le châtelet du Bec-Crespin servait peut-être également de logis au fermier, mais on n’en est pas assuré. Au-dessus du passage se trouvent deux pièces à feu accessibles par un escalier en vis situé dans l’une des tours du châtelet.

63Le soin apporté au logis du fermier de Caltot doit être mis en relation avec le statut privilégié de l’occupant, mais peut-être plus encore avec son emplacement : le logis, qui donne accès à la cour, est le premier bâtiment visible du manoir. Cantonné de tours, il adopte la forme d’un châtelet à la manière des portes fortifiées des grands châteaux médiévaux. À l’imitation des châteaux encore, les armes du propriétaire sont sculptées dans la pierre, au-dessus du passage, tant à Caltot qu’à Archelles (où elles ont disparu), et dans le fronton qui surmonte le châtelet au Bec-Crespin (fig. 92). L’aspect donné au bâtiment exprime donc, dès l’entrée, le statut du possesseur du domaine. À cette valeur symbolique s’ajoutait bien sûr un rôle pratique. Le logis ainsi placé sur la porte de la cour rend celle-ci moins vulnérable – le rôle défensif du châtelet est attesté, on l’a dit, par la présence de meurtrières. Par ailleurs, l’exemple de Caltot montre qu’un soin particulier a également été donné au traitement intérieur du logis, notamment au décor de la cheminée, sans doute seulement visible par le fermier et par sa famille, raffinement en rapport avec le statut privilégié de l’occupant.

  • 82 Rioult J.-J., « Les “retenues”… », art. cit., spécialement p. 245.
  • 83 Parmi d’autres : bail du fief de Mauconduit, 15/07/1501 (AD Seine-Maritime, 2 E 14/238 : tab. Auzo (...)
  • 84 AD Seine-Maritime, 2 E 14/238 : tab. Auzouville-sur-Ry, 15/03/1496 (n. st.).
  • 85 AD Seine-Maritime, 1 ER 1590 : bail de six ans, 28/08/1561.
  • 86 Document 21 (28/04/1603).
  • 87 AD Seine-Maritime, 7 H 1140 : bail de la baronnie de Fontaine-le-Bourg, 13/05/1688.

64Enfin, un dernier type de logis de fermier reste à évoquer : le logis seigneurial lui-même. En effet, de multiples baux de fermage révèlent qu’un assez grand nombre de seigneurs laissaient à ferme leur domaine, y compris la maison noble, selon une pratique déjà observée par Jean-Jacques Rioult autour de Rennes82. Ces baux sont établis pour une période donnée, en général de trois à neuf ans83. Ainsi, en 1496, Jean de Rains, seigneur de Trossereux (Croisy-sur-Andelle, Eure), laisse à ferme pour neuf années « l’ostel, maison, jardins et toutes les terres labourables qui de present sont en labeur avec toutes les autres terres non labourés, boys et pastures appartenans audit sieur non fieffés, sauf que ledit sieur retient la neufve maison ainsy qu’elle se pourporte avec la chapelle84 ». Par ce contrat passé devant notaires, le fermier s’oblige à remplir plusieurs obligations intéressantes pour nous. Il doit apporter chaque année la moitié de la récolte « a la granche dudit manoir », « essarter tous les ans une acre de terre et [la] mectre en labeur » ou encore « entretenir les maisons de couverture qu’il occupera, c’est assavoir, ce qui est couvert de tieulle l’entretenir de couverture de tieulle, et ce qui est couvert de bardel l’entretenir couvert de bardel, et ce qui est couvert de chaume l’entretenir couvert de chaume, et mesmes sera tenu iceluy preneur entretenir les jardins et manoir de cloture ». En contrepartie, le fermier « aura la moictié de tous les fruys qui croistront chacun an aux jardins de ladite ferme, pour ce que iceluy sieur en retient quatre arbres a son choys, a prendre et choisir aux jardins dudit manoir ou ledit preneur [le fermier] ne prendra aucune choze ». Une mention que l’on retrouve toujours dans ce type d’acte est l’obligation pour le fermier d’apporter du bois de chauffage lorsque « ledit sieur et ses serviteurs [y] seront ». Ainsi, en 1561, lorsque Claude de Lorraine, duc d’Aumale, baille à ferme pour six ans sa baronnie du Bec-Crespin, il précise que le preneur du bail doit « querir une chambre ustencillée audit chasteau, une estable a chevaux audit sieur bailleur ou a autres officiers de mondit seigneur quand il viendra audit lieu du Bec et querir lictet linge85 ». L’acte ne dit pas quelle chambre de la maison noble est réservée, mais on comprend que le reste du bâtiment est à l’usage du preneur. De même, dans le bail précédent concernant Trossereux, on comprend que le seigneur avait deux maisons nobles, l’une neuve, qu’il se réserve pour ses séjours dans son domaine, l’autre plus ancienne, pour loger son fermier. Cette pratique, aussi étonnante qu’elle puisse paraître, aussi contraire à l’idée que l’on peut se faire de l’usage de la maison noble et de son statut, semble pourtant assez répandue. En 1603, Suzanne Du Val fait dresser l’inventaire des biens meubles de sa « maison et manoir d’Houllebec » pour s’assurer qu’aucun de ses meubles ne disparaisse alors que son receveur et fermier en a l’usufruit pendant son absence86. Au XVIIe siècle encore, lorsque les religieux de l’abbaye de Fécamp baillent leur baronnie de Fontaine-le-Bourg, ils ne « retiennent » pas l’ensemble du grand corps de logis, mais (seulement) « une cuisine, la chapelle, une laverie, une salle, un cabinet, une autre chambre en hault, une tourelle servant de cellier, une autre tourelle servant d’escurie, un bûcher et deux chambres en haut servant de grenier87 ». Autrement dit, les pièces qui permettent à l’abbé de se loger convenablement lorsqu’il séjourne à Fontaine-le-Bourg ; le reste de l’habitation est laissé à l’usage du fermier.

  • 88 Rioult J.-J., « Les “retenues”… », art. cit., spécialement p. 245.
  • 89 Pagazani X., Étude du manoir du Val d’Arques, étude inédite préalable aux travaux de restauration, (...)

65Ce constat invite à une observation et à une réflexion. Une observation : pour chacun des cas évoqués, on est assuré que le fief baillé à ferme ne servait pas de résidence principale au bailleur. Les propriétaires sont en effet des seigneurs au statut assez relevé, voire de haut rang dans le cas du duc d’Aumale ou de l’abbé de Fécamp. Propriétaires de nombreux domaines nobles, ils passent un bail à ferme comprenant le logis parce qu’ils ne peuvent gérer eux-mêmes leur domaine. Comme les « retenues » des nobles de Rennes et du Rennais aux XVIe et XVIIe siècles analysées par Jean-Jacques Rioult88, il est probable que la détention de plusieurs fiefs a entraîné ces membres de la noblesse à louer ou affermer ceux dont ils ne font par leur résidence. Ils se réservent cependant quelques pièces pour un séjour occasionnel, pour jouir de leur manoir comme d’une villégiature. Une réflexion : on s’interroge pour savoir si plusieurs de nos « logis de fermier » ne sont pas, en réalité, d’anciens logis seigneuriaux ayant changé d’affectation lors de la construction d’un nouveau logis seigneurial, comme l’exemple de Trossereux y invite. Cette question ne doit pas être rejetée d’emblée, car l’étude du Val d’Arques, à Saint-Eustache-la-Forêt (Seine-Maritime), montre que l’ancien logis seigneurial du lieu, bâti sans doute au XVIe siècle, était devenu un « logis de maître », c’est-à-dire un logis de fermier, lorsqu’une nouvelle maison noble fut bâtie vers 163089.

66En effet, on le suppose à Bailleul (vers 1565, fig. 39) et à Fleury (vers 1562-1567, fig. 40), dont les manoirs possèdent une organisation presque identique : le logis du fermier partage sa position au fond de la basse-cour avec de nombreux logis seigneuriaux, comme Le Bus, Beuzeville-la-Grenier ou Le Bois-Rosé (fig. 38a). De plus, ces logis devaient être isolés avant que des écuries et des dépendances ne leur soient adossées lorsque fut bâti le nouveau logis noble. À Bailleul, le bâtiment, en ruine au début du XIXe siècle, a disparu en même temps que les dépendances qui le flanquaient ; seule subsiste à proximité la chapelle seigneuriale, bâtie dans les années 1510-1520 (fig. 60a).

  • 90 Je n’ai pas pu visiter ce logis qui fait aujourd’hui partie d’une autre propriété.

67À Fleury, le bâtiment est si remanié que l’on ne peut savoir s’il s’agissait à l’origine d’une maison noble90. On notera cependant l’appareil du rez-de-chaussée en damier de pierre de taille et silex, qui signale une demeure d’un statut assez relevé. Mais c’est là aussi, on l’a dit, l’une des caractéristiques de certains logis de fermiers. On se pose également la question pour Beuzeville-la-Grenier où l’ancien logis noble, en grès, pierre et silex, bâti vraisemblablement au cours de la décennie 1470, s’est vu supplanté par une élégante maison en pierre de taille dressée à proximité dans la décennie 1550 (fig. 38). Du reste, il est tentant de rapprocher ce probable changement de statut avec la destruction d’une tour visible depuis la cour qui cantonnait le vieux logis. La destruction, si elle est contemporaine de la construction de la nouvelle maison noble, serait le signe tangible de la déchéance du bâtiment : la maison neuve, cantonnée de tourelles, munie de petites consoles au sommet des murs évoquant les mâchicoulis, est désormais seule à porter la symbolique nobiliaire.

  • 91 De tels aménagements et mutations ont pu également être observés en Bretagne, autour de Rennes (Ri (...)
  • 92 Voir p. 98 et 127-128.

68On devine les changements apportés à ces trois manoirs, qui participent d’une idée commune. À Fleury et à Bailleul, le manoir comprenait autrefois une cour unique réunissant tous les bâtiments, logis seigneurial et dépendances. Lorsque dans les années 1560 fut prise la décision de bâtir une nouvelle maison noble, on décida de conserver l’intégralité de l’ancienne cour du manoir et ses bâtiments, logis compris : la cour devint alors la basse-cour, et le logis seigneurial celui du fermier. C’est derrière celui-ci qu’on aménagea la nouvelle cour et que fut construite la nouvelle demeure91. Le même principe de conservation et de remploi des éléments anciens a prévalu, on l’a vu plus haut, à Beuzeville-la-Grenier92.

Les granges

  • 93 Une soixantaine qui, soit sont encore en place, soit ont disparu, mais sont figurées sur les plans (...)
  • 94 Ce sont les granges de Beaumont, Bonnemare, Caltot (deux granges), Fleury, Le Flot, Les Fossés, Le (...)
  • 95 Parmi d’autres : les granges de La Motte, de Mentheville et de La Valouine (fig. 13b et 13d, en E)

69Sur l’ensemble des granges que j’ai pu recenser en Haute-Normandie93, dix-huit seulement peuvent encore être étudiées94. Elles possèdent des caractéristiques communes. De plan rectangulaire, généralement de grandes dimensions, elles sont ouvertes par un ou plusieurs portails, contre toute attente, elles ont un traitement particulièrement soigné. À Perriers (vers 1475), la plus ancienne grange conservée de l’époque qui nous occupe (malheureusement en partie démolie) a certainement été bâtie en même temps que le logis noble et le colombier du manoir, dont elle présente les principales caractéristiques (soubassement en grès, murs en brique avec motifs de brique surcuite, larmier et corniche en pierre). Sans doute élevée en même temps que le logis seigneurial (reconstruit vers 1491), la grange du manoir de Caltot présente comme lui un mur sur cour en pans de bois animé d’un bandeau horizontal (aujourd’hui disparu), de consoles et d’entrevous à fines moulures (fig. 116). Trente ans plus tard, lorsque le nouveau seigneur de Caltot engage, semble-t-il, une remise en valeur des terres, il fait construire un châtelet, une longère et une grange de dimensions imposantes (45,4 × 10,8 mètres), juxtaposés les uns aux autres afin de former un front à l’ouest, du côté de la route principale de Rouen à Bolbec (fig. 88, en D). La nouvelle grange de Caltot, qui vient s’ajouter à la précédente, se compose de deux nefs couvertes par une toiture à longs pans. Les murs, très soigneusement appareillés en brique et pierre à assises alternées, sont couronnés d’une corniche moulurée en pierre et animés de motifs de quatre-feuilles en pierre et en brique moulée. À Bonnemare, le hourdis des murs est animé de motifs créés par l’agencement des tuileaux. Mais l’exemple le plus éloquent se trouve certainement au manoir de Jean Ango, aux Maillets : les murs, en pan de bois et hourdis sur solin en pierre et silex, sont décorés par un bandeau horizontal mouluré en bois et par les tuileaux du hourdis et les croix de Saint-André et chevrons du pan de bois. En outre, les portes étaient autrefois accostées de pilastres sculptés en bois (un seul subsiste, fig. 117). En réalité, toutes les granges étudiées ici présentent un traitement soigné95. Nul doute à partir de ce constat qu’un bâtiment situé dans le pourpris du manoir, aussi modeste et commun soit-il par sa fonction, doit montrer l’appartenance du propriétaire au second ordre.

Fig. 116 > Caltot, à Bolbec (Seine-Maritime). Grange des années 1490, état actuel.

Fig. 117 > Manoir d’Ango (autrefois Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Chapiteau d’un pilastre ornant l’ancienne grange.

  • 96 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique…, op. cit., livre I, chap. 5, f° 8vo  (...)
  • 97 Document 16, art. 34.

70La grange se définit aussi par des principes constructifs et distributifs : son grand volume intérieur est en général divisé en travées par des murs bas transversaux placés à l’aplomb des fermes de la charpente qui portent une poutre basse et des jambes de force montant jusqu’à l’entrait. Ces divisions internes permettaient de stocker différents types de céréales (blé, froment, seigle, etc.), comme le propose Estienne96. En 1591, la « grande grange » du Bourgtheroulde conservait ainsi 5 000 gerbes de blé d’un côté et 3 500 gerbes d’avoine de l’autre97. En général encore, et comme l’enregistre une nouvelle fois Estienne, la travée médiane, qui ouvre sur la cour par un grand portail à deux vantaux « pour donner jour aux batteurs », servait d’aire de battage et permettait l’entrée à couvert des charrettes lors de la moisson. Les travées médianes de la grange, ouvertes côté cour, l’étaient aussi parfois sur l’extérieur, permettant ainsi aux charrettes d’entrer directement dans la grange pour être déchargées. À Héronchelles et à Caltot, les portails ouvraient sur un chemin passant et vers les champs. Ce que ne dit pas Estienne, c’est que la grange, suivant son importance, pouvait avoir deux portails ouverts sur la cour (ce qui semble d’ailleurs le cas le plus courant, comme à Caltot, Heubécourt, Prey ou Bonnemare). Les portails étaient protégés par une avancée du toit que portaient des poteaux. Ces porches ont le plus souvent disparu, mais des mortaises attestent leur présence à l’origine. En tout cas, les bâtiments de la période présentent donc toujours une façade sur cour régulière et symétrique.

  • 98 Communication orale de Frédéric Épaud.

71Plus rarement, comme les pièces de la maison noble, la grange pouvait avoir des usages multiples : la grange la plus ancienne de Caltot et celle du Flot étaient en effet couplées à un pressoir et à un cellier placé sous celui-ci (fig. 100) ; à Martainville, la grange était flanquée par une bergerie d’un côté et par un pressoir de l’autre, l’ensemble réuni dans un même grand bâtiment. À Beaumont, la grange, datée du XIIIe siècle98, était certainement isolée avant d’être intégrée, entre 1575 et 1581, dans un ensemble régulier de nouveaux bâtiments (granges, pressoir, cave).

72Plusieurs emplacements, souvent déterminés par l’organisation du manoir, semblent avoir été privilégiés pour la grange. Le plus fréquent est évidemment dans la basse-cour, proche des autres bâtiments agricoles. Toutefois, au manoir de Jean Ango, si la grange est le bâtiment le plus éloigné du logis, elle se trouve à peine à plus de 40 mètres de celui-ci, en raison de la superficie peu importante du manoir (fig. 99). Le regroupement des dépendances et des corps de logis seigneuriaux dans un enclos de dimensions modestes où tous les bâtiments sont visibles depuis l’entrée de la cour, a pu commander le traitement plus soigné encore qu’à l’habitude des dépendances. Les motifs en croix-de-Saint-André et chevrons de leurs murs qui rappellent ceux, en pierre et silex, des corps de logis, créent une certaine unité (fig. 102). L’utilisation de matériaux différents, selon qu’il s’agit de bâtiments agricoles (en pan de bois) ou de corps de logis (en pierre et silex), rend toutefois perceptible la hiérarchie des constructions. À l’inverse, au Hérault, les dépendances, dont une grange, furent construits à la fin du XVIe siècle avec des matériaux identiques (silex bleu et pierre calcaire) à ceux utilisés au rez-de-chaussée du logis seigneurial construit au début du siècle. On a sûrement cherché à créer une unité esthétique entre les différents bâtiments du manoir (fig. 34). Signalons encore un unicum : à La Motte à Saint-Mards-de-Fresnes, la grange sert d’entrée à la cour du manoir ; face au logis seigneurial, elle en reprend en partie le traitement (soubassement et petits contreforts de contrebutement en grès, murs en brique à décor de brique surcuite, ouvertures en pierre calcaire, fig. 105).

73Cependant, il n’est pas rare de voir la grange placée à proximité du logis, soit lorsque la cour du manoir sert aussi de basse-cour (Caltot, Héronchelles, Prey, Beuzeville-la-Grenier, La Valouine, fig. 13b), soit encore, contre toute attente, lorsque la grange, située dans la cour, est séparée de la basse-cour (Bailleul, Fleury, Perriers, fig. 39, 40). Il faut peut-être voir dans ces cas une volonté d’un meilleur contrôle des récoltes par le seigneur, ainsi qu’un souci de les défendre contre le vol. 

  • 99 Sur le sujet, voir p. 65-67.

74Tous ces exemples témoignent du soin apporté à la construction des granges : de l’attention portée à la qualité des matériaux, à la mise en œuvre, en dépit du fait qu’il s’agit d’un bâtiment attaché à un usage agricole. Ils témoignent aussi d’une volonté d’unifier les bâtiments du manoir par l’emploi des mêmes matériaux et de motifs décoratifs analogues. Enfin, d’une manière plus générale, il faut observer qu’un certain nombre de manoirs présente un ensemble de bâtiments agricoles qui semblent faire partie d’une seule campagne de construction : à Perriers (vers 1475), à Héronchelles et à Martainville (vers 1495), à La Motte à Saint-Mards-de-Fresnes (vers 1496), à Caltot (vers 1525), aux Maillets (vers 1535-1545), au Flot (1560), au Hérault (vers 1575), à Beaumont (1575-1581), à La Valouine (1592-1602) et à Mentheville (1596-1606). Autrement dit, la construction de ces bâtiments fait partie d’un plan concerté, certainement en vue d’accroître la productivité de l’exploitation agricole. Il faut sans doute y voir moins des initiatives isolées de nouveaux propriétaires qu’une tendance générale à la remise en valeur des exploitations – notamment celle de la réserve seigneuriale – en Normandie dans le courant du XVIe siècle99.

Les écuries et les étables

  • 100 C’estainsi que les écuries sont appelées dans les textes : document 4, art. 26 (Fontaine-le-Bourg) (...)
  • 101 Ce sont Beaumont, Bonnemare, Fleury, Le Flot, La Folletière, Le Hérault, Les Maillets, Les Mottes, (...)

75Les « estables a chevaux100 » sont l’une des constantes du manoir : systématiquement mentionnées dans les inventaires du XVIe siècle, elles ont souvent disparu au siècle dernier. Cette enquête ne porte donc que sur onze bâtiments conservés101.

76Le bâtiment, de plan rectangulaire, peut être assez modeste, comme à Perriers. Il s’agit d’une petite construction en pan de bois comprenant également une remise : deux stalles y prenaient place, l’une ouverte sur la remise, l’autre directement sur la cour. Mais Perriers semble être une exception. En général, les écuries accueillaient de cinq (Le Flot, fig. 100) à plus d’une vingtaine de chevaux (Bonnemare, Fleury et sans doute Bailleul, fig. 118).

Fig. 118 > Bonnemare, à Radepont (Eure). Les écuries.

  • 102 Liévaux P., Les écuries des châteaux français, Paris, Éditions du Patrimoine, 2005, p. 61-64.
  • 103 Ibid., spécialement p. 54 ; Chatenet M., « Les maisons de papier… », art. cit.
  • 104 Voir p. 79, 86 et 92. Rappelons que les écuries de Fleury-en-Bière sont elles aussi directement li (...)

77Les écuries se signalent dans la cour par leurs percements : de grandes portes pour le passage des chevaux et de petites fenêtres pour éclairer l’intérieur. Elles se distinguent aussi par leur belle qualité, tout particulièrement à La Folletière, Fleury et Bonnemare qui présentent à peu près la même mise en œuvre. Leurs murs, en moellons enduits, sont raidis par un quadrillage en brique de chaînes harpées et de bandeaux légèrement saillants, qui n’est pas sans rappeler le traitement des écuries de Fleury-en-Bière bâties par Pierre Lescot pour Côme Clausse vers 1550102. Leurs murs étaient percés de portes en plein-cintre, à impostes et clef en pierre, et de petites fenêtres rectangulaires, à plate-bande clavée en brique. Les écuries de Bonnemare et Fleury, construites dans les années 1560, se distinguent aussi par leur longueur exceptionnelle – 41 mètres à Bonnemare, 66 à Fleury – et leur insertion dans un ensemble architectural cohérent dominé par la demeure en fond de cour, selon l’évolution plus générale vers la « mise en ordre » des bâtiments autour du logis que l’on constate à cette époque103. Mais la construction d’écuries de dimensions aussi exceptionnelles dans deux domaines situés à faible distance de la forêt de Lyons est à mettre en relation avec la présence régulière de Charles IX qui aimait à y chasser et qui commença d’y faire construire le grandiose Charleval à la fin des années 1560104.

  • 105 Document 16, art. 29. En réalité, le seigneur s’étant enfui de son domaine, il est fort probable q (...)
  • 106 Sur le sujet, voir Liévaux P., Les écuries…, op. cit., p. 73 ; Salamagne A., « Les écuries… », art (...)
  • 107 Parmi d’autres : document 16, art. 29 (Le Bourgtheroulde), aux « troys escuries y avoit chacune un (...)

78À l’intérieur, les écuries étaient souvent divisées en plusieurs espaces par des murs de refend ou, plus généralement, par des cloisons en pan de bois qui permettaient de répartir les chevaux selon leur fonction ou leur sexe. Ainsi, les trois écuries du Bourgtheroulde abritaient en 1591 deux mulets et quatorze chevaux (onze chevaux d’attelage, la haquenée du seigneur et deux juments105). Les écuries comprenaient des aménagements spécifiques : des séparations entre les chevaux sans doute par des barres en bois ou des stalles (ces aménagements ont maintenant disparu106) et, presque systématiquement, une petite niche placée à côté de chaque porte d’entrée, pour y déposer une chandelle à la nuit tombée. Bonnemare conserve en outre l’unique exemple d’un petit lit suspendu accessible par une échelle, pour coucher un palefrenier, mais ce type d’installation était très fréquent : la plupart des inventaires mentionnent la présence de lits107. Pour ce qui est du plafond, les écuries sont exclusivement couvertes par un simple plancher de bois.

  • 108 Document 11, art. 43, 44 et 45.
  • 109 À Perriers, Ételan, Fontaine-le-Bourg, Le Flot, Fleury, Bailleul, Le Bec-Crespin.
  • 110 Baudouin-Matuszeck M.-N., « Le cheval dans l’art de la Renaissance », Primaticcio e le arti alla c (...)
  • 111 Salamagne A., « Les écuries… », art. cit., spécialement p. 29.
  • 112 Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582. Parmi d’autres, voir les modèles I, (...)

79Les écuries pouvaient aussi être réparties dans diverses parties du pourpris selon leur fonction : à Ételan, la « grande écurie », située dans la cour du manoir, contenait deux étalons, quatre grands poulains, deux haquenées et un courtaud, tandis que le haras destiné à l’élevage, situé dans une cour mitoyenne, abritait sept grandes juments, six pouliches et trois poulains ; l’écurie de la bassecour renfermait les chevaux de trait, des juments et des mulets108 (fig. 32a). De fait, les écuries des chevaux à l’usage du propriétaire sont souvent109 situées dans la cour, à proximité du logis – au lieu d’être tenues à l’écart comme dans les demeures royales110. Cet emplacement permet au seigneur de rejoindre sa monture sans l’aide d’un valet d’écurie. Mais ce n’est pas toujours le cas. À Martainville, Beaumont, La Valouine et Mentheville pour ne citer qu’eux, les écuries sont dans la basse-cour, à proximité d’une mare servant d’abreuvoir (selon une disposition courante dans les châteaux de l’époque médiévale111). Ce sont autant de dispositions qu’enregistrent Charles Estienne au milieu du XVIe siècle et Du Cerceau à la fin de ce siècle112 (fig. 115) :

  • 113 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique…, op. cit., livre I, chap. 5, f° 8r°.

A main droite du portail, en entrant, seront les est ables aux chevaux avec la réserve d’une assez grande chambre basse tenant le grand portail pour coucher le chartier, et autres serviteurs, et aussi pour retirer les colliers, sellettes, traits, manselles, et autres outils pour les chevaux. […] Et au dessus d’icelles estables les greniers pour le foin et fourrage des bestes.113

  • 114 Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582, notice du modèle I.

Du costé dextre de l’entrée sont est ables, dont l’une sera pour chevaux, et les autres pour bestail.114

  • 115 Loc. cit.

80Comme le suggèrent ces deux extraits et l’attestent les observations de terrain, les étables pour le bétail possèdent toutes les caractéristiques des écuries, si ce n’est qu’elles sont systématiquement placées dans la basse-cour et que leurs portes sont plus basses. Comme les écuries, les greniers « au-dessus d’icelles [servent] pour le foin et fourrage des bestes115 ».

Les pressoirs

  • 116 Document 23 : aveu de Chauvincourt, 05/05/1629 ; AD Seine-Maritime, 2 B 437, f° 61 sq. : aveu du M (...)

81Dans certains domaines, le pressoir peut être soumis à un droit seigneurial : il est banal, comme le four ou le moulin, c’est-à-dire que les « les habitans sont tenus et sujets de venir presser a la charge de payer la dixieme partie de leur pressorage » (La Folletière116).

  • 117 Voir note suivante.
  • 118 Document 21, art. 26 (le pressoir) et 27 (le cellier).

82Les pressoirs à pommes normands se signalent par leur forme, leur mode de construction et, souvent, par la présence d’une cave (appellée cellier dans les textes117) à proximité immédiate. À Caltot, le plus ancien pressoir repéré, au Flot et à Beaumont, le bâtiment, de plan rectangulaire et en pan de bois, se remarque par ses poteaux et ses poutres maîtresses particulièrement resserrés (leur espacement est de moins de 90 centimètres pour le pressoir du Flot, fig. 100) : la charge que représentaient les pommes entreposées dans le grenier nécessitait cette sécurité. Le bâtiment se distingue aussi par une cloison en pan de bois montant de fond qui sépare une pièce en général assez basse de plafond, contenant le pressoir au sens strict, ainsi que le grenier pour les pommes, et une pièce plus petite mais s’élevant jusqu’au toit, où prenait place le pressoir à longue étreinte. Le plus souvent, le bâtiment s’accompagne d’un cellier, appelé à Houlbec le « scellier des thonnes », c’est-à-dire des tonneaux118. Cette disposition se trouve à Caltot, Bonnemare, Le Flot, Beaumont et à Houlbec. Le pressoir de Mentheville qui date de l’extrême fin du XVIe siècle, présente une particularité : la pièce du pressoir à longue étreinte forme un avant-corps sur la cour, certainement pour loger un pressoir plus long qu’à l’accoutumée : la forme de l’outil a commandé la forme du bâtiment. Ce corpus est trop réduit pour pouvoir dire si cette disposition apparaît seulement à la toute fin du XVIe siècle ; quoi qu’il en soit, la formule était promise à un bel avenir puisqu’on la retrouve systématiquement par la suite.

Les moulins

  • 119 Document 23 : aveu de Chauvincourt, 05/05/1629.

83Chaque manoir ou presque possède au moins un moulin banal, qui relève d’un droit attaché au fief, « où sont bannierés tous les subjest de ladite seigneurie », c’est-à-dire où les sujets ont obligation de se rendre pour moudre leurs grains contre le paiement d’une redevance au seigneur119. Le moulin peut être à blé, à tan, à foulon, mais aussi à huile ou à draps, comme le révèle la lecture des aveux et des inventaires. Aucune de ces constructions ne subsiste aujourd’hui en Haute-Normandie, car tous les sites de moulins seigneuriaux ont été réutilisés au XIXe siècle ou ont disparu. Les textes apportent cependant quelques informations, parfois précises, sur l’emplacement, la forme, les matériaux, l’environnement et l’usage de ces édifices.

  • 120 Document 23 : aveu de Chauvincourt, 05/05/1629 ; AP, contrat d’échange de la seigneurie d’Houdetot (...)
  • 121 AD Seine-Maritime, 2 B 424, pièce no 6 : aveu de Goderville, 10/08/1586 ; 2 B 410, pièce no 181 : (...)
  • 122 AD Seine-Maritime, 1 ER 1597 : compte du Bec-Crespin, année 1484-1485.
  • 123 AD Seine-Maritime, 1 ER 1588 : compte de J. de Pymont, année 1491-1492 ; 1 ER 1598 : compte de J. (...)
  • 124 AD Seine-Maritime, 7 H 1041 : compte de Fontaine-le-Bourg, année 1506-1507 ; 1 ER 1614 : compte du (...)
  • 125 AD Seine-Maritime, 2 B 418, pièce no 73 : aveu de Glisolles, 25/06/1599 ; 2 B 440 (1581-1697), piè (...)
  • 126 AD Seine-Maritime, 7 H 1041 : compte de Fontaine-le-Bourg, année 1506-1507 ; 2 B 418, pièce no 73  (...)

84Le moulin est le plus souvent « a eaue », « assis sur la riviere » du lieu, comme à Chauvincourt (sur la Bonde), à Auffay (sur la Durdent), à Sénitot (sur la Gournay), à Bourdenis (sur l’Aubette), à Fontaine-le-Bourg (sur la Cailly), à Glisolles, à Chambray (sur l’Iton) et au Bec-Crespin (sur la Lézarde120). Plus rarement, semble-t-il, il est« à vent » (Fleury, Goderville, Ételan121). La baronnie du Bec-Crespin possédait ainsi trois moulins sur son territoire, remis en état ou édifiés au cours des années 1480 : le « moulin de la Planche », le « moulin du Bec » et le « moulin neuf122 ». Ces moulins, qui ont une structure en bois « cousu[e] d’ais » (c’est-à-dire fermée par des planches), sont couverts de tuiles. Comme l’attestent les comptes de la baronnie, ils demandent de constantes réparations123. En général, ils sont donnés en bail à ferme pour plusieurs années124, aussi n’est-il pas rare de trouver mentionnée la présence d’une maison et d’un petit jardin potager sur la « masure » du moulin, pour loger le fermier ou le meunier, et d’une étable pour abriter les animaux de trait qui transportent les produits125. Parfois le bief du moulin sert aussi de vivier, appelé « pescherie » (Fontaine-le-Bourg, Glisolles, Chauvincourt126). Si les moulins sont toujours sur le territoire de la seigneurie, ils peuvent être à bonne distance du manoir, parfois éloignés de plusieurs centaines de mètres.

  • 127 Document 16, art. 36 (Le Bourgtheroulde, 1591) ; document 21, art. 18 (Houlbec, 1603).

85Quelques manoirs possédaient aussi un four banal, mais peu l’ont conservé. Il s’agit le plus souvent d’une petite construction de plan rectangulaire en pan de bois ouverte seulement par une porte et une ou deux fenêtres. Elle se remarque par son four en saillie sur l’extérieur, autrefois protégé par une avancée du toit portée par des poteaux. Le bâtiment est isolé dans la basse-cour (Chambray, Fleury) ou dans un verger mitoyen (Le Mesnil-Jourdain, Cleuville). Son mobilier était constitué d’auges à pétrir le pain, d’une table (ou « fourme ») et de coffres (ou « choucquet ») pour mettre la farine127.

DES DÉPENDANCES EXCEPTIONNELLES : LES FORGES A HAUT-FOURNEAU ET LES VERRERIES

  • 128 Belhoste J.-F., Lecherbonnier Y. et al., La métallurgie normande…, op. cit. ; Lardin P., Les chant (...)

86Comme l’ont montré Philippe Lardin, Yannick Lecherbonnier et Jean-François Belhoste, la Normandie fut le théâtre de mutations techniques au tournant de 1500, mutations auxquelles contribuèrent en partie les gentilshommes de la province128. Certains seigneurs haut-normands possédaient en effet une forge ou une verrerie sur leur fief. Même si aucune installation n’a été repérée en place, plusieurs documents attestent qu’au moins trois seigneuries étudiées possédaient de tels équipements industriels. Des études récentes sur le sujet permettent en outre d’avoir une idée plus précise de leur fonctionnement et de leurs usages.

87Pour des raisons évidentes d’alimentation en bois et en eau, les forges sont implantées en bordure d’un cours d’eau et à proximité d’une forêt. Plusieurs centres d’activités se développent ainsi dans et autour des grandes forêts normandes, tout particulièrement dans le pays de Bray (forêts d’Eawy et d’Eu), dans la forêt de Lyons et dans le pays d’Ouche (forêt de Breteuil). Certains seigneurs résidant à Rouen s’y sont spécialement intéressés.

  • 129 Voir référence à la note 165, p. 144.
  • 130 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 4, no 11639 (15/09/1540) et no 11676 (10/1540) ; (...)

88Ainsi, Jean Basset, capitaine de Château Gaillard et des nobles du bailliage de Caux et de Gisors, qui réside habituellement à Rouen, fait installer sur son fief de Normanville, que baigne la rivière l’Andelle, deux forges à haut-fourneau. De même, l’abbé de Saint-Ouen Antoine Bohier (abbé de 1492 à 1519) fait aménager une forge à haut-fourneau sur l’Andelle, sur le territoire de la baronnie de Perriers dépendante de son abbaye129. Il n'est guère douteux qu’à partir de ce moment la production du minerai revêt une importance considérable aux yeux de ces seigneurs en raison des possibilités de profits qu’elle peut offrir. Le roi lui-même s’intéresse au développement de la production de fer en Normandie, qui fournit boulets, couleuvrines et canons à l’armée royale. À la fin de l’année 1540, François Ier fait établir à Breteuil, à proximité de la grande forêt royale du même nom, une fonderie et des forges pour équiper l’artillerie royale130.

  • 131 AD Seine-Maritime, 2 B 418, pièce no 73 : aveu de Glisolles, 25/06/1599.

89D’autres seigneuries possédaient des forges, comme l’indique une mention d’un aveu de 1599 pour le fief de Glisolles, situé près de la rivière de l’Iton : « Item. Une masure maison appellée la maison de la forge, ainsy qu’elle se comporte avecq ung petit four a prendre d’un cocté Nicolas Deschamps, escuier, d’autre costé la riviere, d’un bout ladite riviere, le tout contenant trois vergées ou environ131. »

  • 132 Voir la note 165, p. 144.
  • 133 Voir sur le sujet, p. 25 et note 14, p. 53.

90Contrairement aux forges des domaines nobles qui étaient sans doute baillées à ferme à des maîtres (ce qui est avéré pour la forge à haut-fourneau de Perriers-sur-Andelle tenue par un dénommé Quoret132), les verreries normandes ne sont pas l’une des appartenances des manoirs : la production verrière y est exclusive. Cependant, on doit noter le caractère ambigu de ces centres de production : comme Pierre Le Vaillant en 1490 déclaré « escuyer, voirryer et maistre de la voirrerye », les « gentilshommes verriers », tous porteurs de privilèges octroyés par le roi ou un grand seigneur et demeurant sur un fief, ne sont pas reconnus comme nobles du fait de leur activité de production133.

  • 134 Je reprends ici les conclusions apportées par Belhoste J.-F., « La Normandie… », art. cit.

91Une puissante industrie verrière se développe autour de Rouen à partir de 1430, à la suite d’industries plus anciennes134. Le roi et les grands seigneurs normands semblent avoir joué un rôle important dans ce mouvement. La première est celle de Saint-Martin-au-Bosc, fondée dans la forêt d’Eu par le comte du même nom au profit d’Étienne Jourdain et Guillaume Le Verrier le 7 février 1430. Ces derniers la cèdent dès 1441 à Richard Brossard, seigneur de Saint-Martinau-Bosc, et à son fils Colart pour la somme considérable de 1 000 écus. La verrerie du Lihut, à Bully, située en bordure de la forêt d’Eawy, est créée peu après la reconquête de la Normandie ; elle appartient alors à Guillaume de Caqueray. La verrerie de La Haye, à Bézu-la-Forêt, dans la forêt royale de Lyons, est attestée de manière indirecte en 1472 par la présence du verrier Pierre Le Vaillant. Ce dernier est aussi l’exploitant de la verrerie de Thelle, à Sérifontaine, dans la forêt de Thelle, qu’on voit apparaître dans un acte de 1489. Trois autres verreries sont apparemment créées dans les années 1480-1490 : deux dans la forêt de Lyons, l’une à La Croix-des-Mallets, tenue par Jean de Bouju en 1497, l’autre à Martagny, tenue par Antoine Brossard en 1486, puis par les Bouju vers 1530. La dernière résulte d’une concession accordée en 1488 par le comte d’Eu à Guillaume de Caqueray, déjà propriétaire de la verrerie du Lihut à Bully : celui-ci obtient l’autorisation d’établir une verrerie au Grand Val, à Retonval, située en basse forêt d’Eu. Aucune autre verrerie ne semble avoir été édifiée au XVIe siècle.

92L’analyse du pourpris révèle un trait dominant du manoir haut-normand : le soin apporté à la mise en œuvre de ses bâtiments, y compris de ses bâtiments agricoles. Outre leur rôle agricole précis, le logis du fermier, la grange, les écuries et le colombier sont souvent porteurs d’une charge symbolique. Le manoir est plus qu’une exploitation agricole et industrielle, c’est le siège d’un fief au statut privilégié qui tient à le montrer par des signes architecturaux évidents : le colombier prend la forme d’une tour de défense, le logis du fermier, celle d’un châtelet, tandis que l’ancienne motte castrale conservée rappelle le château-fort médiéval. L’emplacement même des bâtiments n’est pas anodin : châtelet à l’entrée du manoir, colombier au-dessus du portail ou au centre de la cour, motte castrale ou château-fort ruiné près de la demeure principale, les éléments de l’ensemble seigneurial sont disposés pour être vus. Et le logis, concerné au premier chef, ne déroge pas à cette règle.

Notes

1 La méthode que j’emploie est exposée dans mon mémoire de DEA (Pagazani X., Les manoirs de Haute-Normandie…, op. cit., vol. 1, p. 20-22 et 33). Pour le détail des restitutions, voir les notices des édifices.

2 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 65 ; Cron E., Les manoirs en Touraine…, op. cit., p. 21-28.

3 Fontaine M.-M., « Plaisirs, hospitalité et profit… », art. cit., spécialement p. 26-30 et fig. 3.

4 Frontebosc T. de, Mémoire sur les plantations du Pays de Caux, s.l.n.d. (vers 1760).

5 Garofalo Y. et Warnier B., Clos-masures du pays de Caux, Paris, s.d., p. 3. À Mentheville, le talus est ancien : le domaine est« clos de fossez sur lesquels il y a quelques arbres de haute fustaye » (AD Seine-Maritime, 2 B 424, pièce no 77 : aveu, 10/05/1680). Précisons que le pourpris du manoir fait exception : il était à l’origine fermé par des murs, comme l’atteste l’analyse des bâtiments.

6 Maneuvrier C., « Les paysages de la Normandie médiévale : réflexions sur les sources et sur quelques moyens d’approche », in J.-P. Hervieu, G. Désiré et E. Barré (dir.), Les paysages ruraux en Normandie, Actes du 37e Congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, vol. 8, Pont-Audemer, 17-20 octobre 2002, Caen, 2003, p. 29-30 ; Fajon P., « Structures bâties du paysage haut-normand : archéologie des fossés, talus et chemins », in J.-P. Hervieu, G. Désiré et E. Barré (dir.), Les paysages ruraux en Normandie, op. cit., p. 63-64.

7 Ce sont Auffay, Bailleul, Beuzeville-la-Grenier, Beuzeville-la-Guérard, Caltot, Cleuville, Sénitot, Le Bois-Rosé, Caumare, Commanville, L’Écluse, Le Hérault, Héronchelles, Raimbertot, Saffray.

8 AD Seine-Maritime, G 563 : compte de Fresne-l’Archevêque, année 1477-1478 (texte cité par La Conté M.-C. de, « Les jardins normands du Moyen Âge à la Renaissance », Société historique et géographique du Bassin de l’Epte, cahiers no 40, 1997, p. 67-78).

9 Since M.-H., « Les jardins de la Renaissance… », art. cit., p. 176.

10 Pour ne citer que ces exemples, les basses-cours d’Ételan (AD Seine-Maritime, 3 PP 770), des Rocques (3 PP 635), et les cours du Hérault (3 PP 743), d’Héronchelles (3 PP 307) et du Plain-Bosc (3 PP 222) sont des « vergers », des « terrains plantés » ou des « cours plantées ».

11 AD Seine-Maritime, 2 B 424, pièce no 9 : aveu pour Goderville, 15/03/1687.

12 Serres O. de, Le théâtre d’agriculture…, op. cit., septiesme lieu, chap. IX, p. 1 174-1 175.

13 AD Eure, E 144 : aveu de Chauvincourt, 05/05/1629 ; E 132 : aveu de Chambray, 20/08/1692 ; AD Seine-Maritime, 2 B 437, f° 61 sq. : aveu du Mesnil-Jourdain, 09/12/1665 ; 14 H 1281, liasse no 3 : lots et partages de Martainville, 02/06/1545 ; 2 B 418, pièce no 73 : aveu de Glisolles, 25/06/1599 ; 2 B 432, pièce no 22 : aveu de Beaumont, 30/03/1686 ; 2 B 424, pièce no 6 : aveu de Goderville, 10/08/1586 ; 2 B 424, pièce no 25 : aveu du Bec-Crespin, 12/01/1672.

14 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique…, op. cit., livre I, chap. 5, f° 7.

15 AD Seine-Maritime, 2 B 437, f° 61 sq. : aveu du Mesnil-Jourdain, 09/12/1665.

16 Ce sont Acquigny, Archelles, Le Bec-Crespin, Chambray, Clères, Fontaine-le-Bourg, La Folletière, Normanville.

17 En Normandie, ce type de permissions estattesté depuis la fin du XIe siècle [Bur M., « Le château et le droit », in J.-P. Babelon (dir.), Le château en France, Paris, 1986, spécialement p. 147-148].

18 Quevilly H., « Deux châteaux du pays d’Ouche. Thevray, 1489 – Beaumesnil, 1633 », Congrès archéologique de France, XLVIIIe session, séances générales tenues à Vannes en 1881, Paris, 1882, spécialement p. 483-484.

19 Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582, modèles VIII, X, XI et XXXVII.

20 Voir la citation et la référence placées en exergue à cette partie, p. 145.

21 Guillaume J., « Château, jardin, paysage en France du XVe au XVIIe siècle », Revue de l’art, no 124, 1999-2, spécialement p. 22-24 ; Id., « À propos de Symeoni et le vingt-troisième projet de villa du Settimo Libro », in S. Deswarte-Rosa (dir.), Sebastiano Serlio à Lyon. Architecture et imprimerie, Lyon, 2004, p. 202-203.

22 Les consoles de Martainville ont été sciées au ras du mur.

23 Voir p. 303-305.

24 Roy M., Artistes et monuments…, op. cit., vol. 1 (1929), p. 375-380.

25 Les autres sont Le Hom (vers 1560-1570), La Chapelle (vers 1560-1570), La Folletière (la basse-cour, vers 1560-1570), Miromesnil (s.d., vers 1560-1570 ?), Thevray (vers 1566-1570), Archelles (vers 1567-1575), Le Plain-Bosc (vers 1570-1580), Les Brûlins (vers 1570-1580), Beaumont (1575-1581), Brécourt (1577-1580).

26 Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582, modèles I et IIII.

27 C’est ainsi que Du Cerceau désigne la principale cour du manoir (voir, par exemple, Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582, p. 5, notice du modèle I) ou du château (voir, par exemple, Anet, dans ses Plus excellents bâtiments de France).

28 52 %, soit 40 manoirs.

29 La nouveauté des bâtiments ou de l’implantation d’un manoir n’implique pas forcément la création d’une seigneurie à cette époque. Sur ce sujet, voir p. 100-103.

30 Ce sont Prey, Le Mesnil-Jourdain, Le Bus, Les Maillets, Beuzeville-la-Guérard, Héronchelles, Commanville, L’Écluse, Le Hérault, Longuelune, Saffray, Le Plain-Bosc, Senneville, Jouveaux, Mentheville, La Valouine.

31 Près de 48 %, soit 37 manoirs sur l’ensemble du corpus étudié ici.

32 Sur les dépendances, voir plus loin p. 168-177.

33 Chatenet M., « Les maisons de papier… », art. cit., p. 73-74.

34 Près de 72 % des manoirs étudiés ici ont perdu leur portail d’entrée.

35 Sur le logis du fermier, voir également p. 98.

36 Pitte D., « Le Mesnil-sous-Jumièges, manoir de La Vigne », Congrès archéologique de France…, op. cit., spécialement p. 125 et note 7.

37 Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 119-133.

38 Pitte D., Pradié P. et Toussaint F., Le manoir du Catel, Rouen, 2010.

39 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique…, op. cit., livre I, chap. 5, f° 9 : « À ceste fin [vous] aurez une yssue particuliere de vostre estable au jardin, pour en tirer voz bestes. »

40 Loc. cit.

41 Loc. cit.

42 AD Seine-Maritime, 2 B 424, pièce no 25 : aveu du Bec-Crespin, 12/01/1672 ; 2 B 410, pièce no 155 : aveu de Commanville, 19/02/1619 ; 2 B 410, pièce no 181 : aveu d’Ételan, 14/07/1677.

43 Avoir un droit de bâtir n’implique pas que le bâtiment en question soit construit : un aveu rendu pour Goderville précise que le seigneur du lieu a droit de deux moulins, mais seul l’un d’eux est construit (AD Seine-Maritime, 2 B 424, pièce no 6 : aveu de Goderville, 10/08/1586).

44 L’enquête lexico-graphique de Claire Étienne (« Le manoir d’après les aveux… », art. cit., p. 57) a révélé que le colombier est signalé dans 80 % des aveux rendus à la chambre des comptes.

45 Houard M., Dictionnaire analytique…, op. cit., t. 1 (1780), p. 296.

46 Ce sont Anquetierville, Anvéville, Archelles, Auffay-la-Mallet, Bailleul-la-Campagne, Bailleul, Beaumont, Le Bec-Crespin, Beuzeville-la-Grenier, Le Bois-Rosé, Boos, Le Bourgtheroulde, Brécourt, Les Brûlins, Le Bus, Caltot, Caumare, Chambray, La Chapelle, Chauvincourt, Clères, Emfrayette, Fleury, Le Flot, La Folletière, Fontaine-le-Bourg, Fry, Goderville, Le Hérault, Héronchelles, Houlbec, Jouveaux, Les Maillets, Martainville, Mentheville, Le Mesnil-Jourdain, Les Mottes, Normanville, Le Plain-Bosc, Prey, Raimbertot, Les Rocques, Sénitot, Senneville, Thevray, Tilly.

47 À Auffay, Les Maillets, Caumare, Bailleul-la-Campagne, Les Rocques, Le Bus, Le Bec-Crespin, Beuzeville-la-Grenier, Caumare, La Chapelle, Bailleul, Thevray, Le Plain-Bosc, Beaumont, Chambray, Senneville.

48 À Perriers, Martainville, Caltot, Héronchelles, Normanville, Clères, Tilly, Les Mottes.

49 Étienne C., « Le manoir d’après les aveux… », art. cit., p. 55-60, spécialement p. 57.

50 Houard M., Dictionnaire analytique…, op. cit., t. 1 (1780), p. 222.

51 Ce sont Acquigny, Auffay, Bonnemare, Bailleul, Le Bourgtheroulde, Chambray, Clères, Ételan, Fontaine-le-Bourg, Heubécourt, Martainville, Les Mottes, Normanville, Sénitot, Thevray, Tilly et peut-être Les Maillets et Fleury.

52 Les autres sont Archelles, Le Bus, Chauvincourt, Ménilles, Perriers, Prey et Raimbertot. Sur Chauvincourt. Voir document 23.

53 AD Seine-Maritime, 2 B 437, f° 61 sq. : aveu du Mesnil-Jourdain, 09/12/1665.

54 Document 20 : aveu de La Valouine, 15/01/1602.

55 Étienne C., « Le manoir d’après les aveux… », art. cit., p. 57.

56 Ce cas se rencontre à Acquigny, Auffay, Le Bourgtheroulde, Chambray, Commanville, Ételan, Fontaine-le-Bourg, Heubécourt, Martainville, Normanville, Sénitot, Thevray, Tilly, Les Brûlins.

57 L’oratoire n’est jamais mentionné dans les aveux, ce qui indique bien qu’il ne dépend pas d’un droit particulier ou d’une autorisation, alors que c’est le cas pour la chapelle (Étienne C., « Le manoir d’après les aveux… », art. cit., p. 59-60).

58 Chatenet M., « Le château de Kerjean », Congrès archéologique de France, 165e session, 2007, Paris, 2009, p. 117-126.

59 Serlio S., Tutte l’Opere d’Architettura di Sebastiano Serlio Bolognese…, Venise, 1584, f° 213.

60 Document 4, art. 15 : la « chappelle de monseigneur au-dessus de la porte » (1517).

61 AD Eure, III F 12 : fonds Carême (Boisset-le-Châtel).

62 Robillard de Beaurepaire C. de, « Note sur le manoir de Bévilliers près Harfleur », BCASI, t. 2, Dieppe, 1871, p. 262-272.

63 Callias Bey M., Chaussé V., Gatouillat F. et al., Corpus Vitrearum France…, op. cit., p. 311.

64 Pour Sénitot, voir Robillard de Beaurepaire C. de, « Note sur le manoir de Bévilliers… », art. cit. Pour Tilly, voir AD Seine-Maritime, G 1311 : procès-verbal de visite de la chapelle, 27/12/1677 et 17/01/1678.

65 Pagazani X., « Le château de Tilly… », art. cit., p. 28-29.

66 Document 4, art. 15 (Fontaine-le-Bourg, 1517) ; document 16, art. 7 (Le Bourgtheroulde, 1591).

67 AD Seine-Maritime, G 1311 : requête de Louis Le Roux, seigneur de Tilly, pour le transfert de la chapelle, 27/12/1677.

68 Faucherre N., « Enjeu symbolique et défense passive du château ; une figure emblématique : la chapelle sur la porte », in A. Chastel (dir.), L’Église et le château : Xe-XVIIIe siècle, Actes des 2e Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire de Commarque, septembre 1986, Bordeaux, 1988, p. 214-224 ; Mesqui J., Châteaux et enceintes de la France médiévale. De la défense à la résidence, vol. 1., Paris, 1993, p. 346-347.

69 Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit., p. 74 (hôtel de Bourgtheroulde) et fig. p. 147 (hôtel des généraux des finances).

70 Document 16, art. 7 et 17 (Le Bourgtheroulde, 1591).

71 Les viviers sont un privilège du domaine noble, contrairement à la mare. Pourtant, de nombreux manoirs avaient des plans d’eau, souvent proches du logis : Anquetierville, Caltot, Commanville, Le Hérault, Le Mesnil-Jourdain, Raimbertot, Auffay, Les Maillets, Beuzeville-la-Grenier, Bailleul, Le Bois-Rosé, Mentheville et La Valouine.

72 Voir chap. VIII, p. 298-301.

73 AD Seine-Maritime, 1 ER 1597 : compte, année 1486-1487.

74 AD Seine-Maritime, 1 ER 1598 : compte, année 1505-1506.

75 AD Seine-Maritime, 7 H 1141 : mémoire des réparations, 1554.

76 Catalogue des actes de Henri II, op. cit., t. 1, no 04.23².

77 Ce sont Archelles, Auffay, Bailleul, Beuzeville-la-Grenier, Caltot, Ételan, Fontaine-le-Bourg, Heubécourt, Martainville, Perriers, Tilly, peut-être Les Mottes, Le Flot, Fleury, Le Plain-Bosc, La Folletière.

78 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique…, op. cit., livre I, chap. 5, fos 7v° et 8. En Bretagne, beaucoup de métairies tirent leur nom de cet emplacement, telle la « métairie de La Porte » [Chatenet M. et Mignot C. (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., p. 63].

79 Loc. cit.

80 Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582, modèle I : le logis de l’entrée est« pour le metayer, ayant son fournil avec sa commodité ».

81 Sur les logis-portes en Touraine, voir Cron E., Les manoirs en Touraine…, op. cit., p. 28.

82 Rioult J.-J., « Les “retenues”… », art. cit., spécialement p. 245.

83 Parmi d’autres : bail du fief de Mauconduit, 15/07/1501 (AD Seine-Maritime, 2 E 14/238 : tab. Auzouville-sur-Ry) ; bail du fief de Vitot, 31/08/1582 (2 E 1/118 : inventaire des rentes) ; bail de la seigneurie de Cremonville, 03/11/1582 (2 E 1/118 : inventaire des rentes) ; bail du fief du Mesnil-Mauger, 09/10/1587 (2 E 1/118 : inventaire des rentes) ; bail du manoir de la Haye-Gonnot, 01/04/1588 (2 E 1/118 : inventaire des rentes) ; bail du manoir de Sevestre, 26/04/1603 (AD Eure, E 1194 : tab. Pont-Authou, f° 327).

84 AD Seine-Maritime, 2 E 14/238 : tab. Auzouville-sur-Ry, 15/03/1496 (n. st.).

85 AD Seine-Maritime, 1 ER 1590 : bail de six ans, 28/08/1561.

86 Document 21 (28/04/1603).

87 AD Seine-Maritime, 7 H 1140 : bail de la baronnie de Fontaine-le-Bourg, 13/05/1688.

88 Rioult J.-J., « Les “retenues”… », art. cit., spécialement p. 245.

89 Pagazani X., Étude du manoir du Val d’Arques, étude inédite préalable aux travaux de restauration, rapport multicopié, 2005 (non publié).

90 Je n’ai pas pu visiter ce logis qui fait aujourd’hui partie d’une autre propriété.

91 De tels aménagements et mutations ont pu également être observés en Bretagne, autour de Rennes (Rioult J.-J., « Les “retenues”… », art. cit., p. 251-252).

92 Voir p. 98 et 127-128.

93 Une soixantaine qui, soit sont encore en place, soit ont disparu, mais sont figurées sur les plans cadastraux anciens.

94 Ce sont les granges de Beaumont, Bonnemare, Caltot (deux granges), Fleury, Le Flot, Les Fossés, Le Hérault, Héronchelles, Heubécourt, Longuelune, Les Maillets, Martainville, Mentheville, Perriers, Prey, Tilly, La Valouine.

95 Parmi d’autres : les granges de La Motte, de Mentheville et de La Valouine (fig. 13b et 13d, en E).

96 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique…, op. cit., livre I, chap. 5, f° 8vo : « L’ung des costés de la grange sous trois travées de long sera pour loger vostre seigle et froument, et l’autre costé de mesme mesure, pour les mars. »

97 Document 16, art. 34.

98 Communication orale de Frédéric Épaud.

99 Sur le sujet, voir p. 65-67.

100 C’estainsi que les écuries sont appelées dans les textes : document 4, art. 26 (Fontaine-le-Bourg), document 13, art. 21 (Gueutteville), document 21, art. 30 (Houlbec). Voir aussi Salamagne A., « Les écuries dans le château médiéval », in P. Liévaux et P. Franchet d’Espèrey (dir.), Architecture équestre. Hauts lieux dédiés au cheval en Europe, Paris, 2010, spécialement p. 24.

101 Ce sont Beaumont, Bonnemare, Fleury, Le Flot, La Folletière, Le Hérault, Les Maillets, Les Mottes, Perriers, Thevray, La Valouine.

102 Liévaux P., Les écuries des châteaux français, Paris, Éditions du Patrimoine, 2005, p. 61-64.

103 Ibid., spécialement p. 54 ; Chatenet M., « Les maisons de papier… », art. cit.

104 Voir p. 79, 86 et 92. Rappelons que les écuries de Fleury-en-Bière sont elles aussi directement liées aux chasses royales.

105 Document 16, art. 29. En réalité, le seigneur s’étant enfui de son domaine, il est fort probable qu’il ait emporté avec lui les chevaux les plus beaux et les plus coûteux.

106 Sur le sujet, voir Liévaux P., Les écuries…, op. cit., p. 73 ; Salamagne A., « Les écuries… », art. cit., p. 31-32.

107 Parmi d’autres : document 16, art. 29 (Le Bourgtheroulde), aux « troys escuries y avoit chacune ung lictfourny de traversin et couverture ».

108 Document 11, art. 43, 44 et 45.

109 À Perriers, Ételan, Fontaine-le-Bourg, Le Flot, Fleury, Bailleul, Le Bec-Crespin.

110 Baudouin-Matuszeck M.-N., « Le cheval dans l’art de la Renaissance », Primaticcio e le arti alla corte di Francia, Horti Hesperidum, no 2, 2011, p. 199-240.

111 Salamagne A., « Les écuries… », art. cit., spécialement p. 29.

112 Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582. Parmi d’autres, voir les modèles I, II, III, V et IX.

113 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique…, op. cit., livre I, chap. 5, f° 8r°.

114 Androuet du Cerceau J., Livre d’architecture…, op. cit., 1582, notice du modèle I.

115 Loc. cit.

116 Document 23 : aveu de Chauvincourt, 05/05/1629 ; AD Seine-Maritime, 2 B 437, f° 61 sq. : aveu du Mesnil-Jourdain, 09/12/1665 ; AD Eure, E 842 : aveu de La Folletière, 27/03/1677.

117 Voir note suivante.

118 Document 21, art. 26 (le pressoir) et 27 (le cellier).

119 Document 23 : aveu de Chauvincourt, 05/05/1629.

120 Document 23 : aveu de Chauvincourt, 05/05/1629 ; AP, contrat d’échange de la seigneurie d’Houdetot contre celle d’Auffay-la-Mallet, 16/01/1517 (n. st.) ; AD Seine-Maritime, 1 ER 1588 : compte du Bec-Crespin, année 1491-1492 ; 2 E 1/230 : tab. Rouen, acquisition de Sénitot, 16/07/1501 ; 2 B 440 (1581-1697), pièces no 37 : aveu du Bourdenis, 03/11/1681 ; 7 H 1041 : compte de Fontaine-le-Bourg, année 1506-1507 ; 2 B 418, pièce no 73 : aveu de Glisolles, 25/06/1599 ; AD Eure, E 132 : aveu de Chambray, 20/08/1692.

121 AD Seine-Maritime, 2 B 424, pièce no 6 : aveu de Goderville, 10/08/1586 ; 2 B 410, pièce no 181 : aveu de Fleury-la-Forêt, 14/07/1677 ; 2 B 410, pièce no 181 : aveu d’Ételan, 14/07/1677.

122 AD Seine-Maritime, 1 ER 1597 : compte du Bec-Crespin, année 1484-1485.

123 AD Seine-Maritime, 1 ER 1588 : compte de J. de Pymont, année 1491-1492 ; 1 ER 1598 : compte de J. Oursel, année 1503-1504 ; 1 ER 1598 : compte de J. Oursel, année 1505-1506.

124 AD Seine-Maritime, 7 H 1041 : compte de Fontaine-le-Bourg, année 1506-1507 ; 1 ER 1614 : compte du Bec-Crespin, année 1513-1514.

125 AD Seine-Maritime, 2 B 418, pièce no 73 : aveu de Glisolles, 25/06/1599 ; 2 B 440 (1581-1697), pièces no 37 : aveu de Bourdenis, 03/11/1681 ; AD Eure, E 144 : aveu de Chauvincourt, 05/05/1629.

126 AD Seine-Maritime, 7 H 1041 : compte de Fontaine-le-Bourg, année 1506-1507 ; 2 B 418, pièce no 73 : aveu de Glisolles, 25/06/1599 ; document 23 : aveu de Chauvincourt, 05/05/1629.

127 Document 16, art. 36 (Le Bourgtheroulde, 1591) ; document 21, art. 18 (Houlbec, 1603).

128 Belhoste J.-F., Lecherbonnier Y. et al., La métallurgie normande…, op. cit. ; Lardin P., Les chantiers du bâtiment…, op. cit., t. 1, spécialement p. 238-242 ; Belhoste J.-F., « La Normandie, grande région verrière de la Renaissance. Verre plat, vitrail et vitrage », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., p. 287-303.

129 Voir référence à la note 165, p. 144.

130 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 4, no 11639 (15/09/1540) et no 11676 (10/1540) ; ibid., t. 8, no 32916 (16/09/1540).

131 AD Seine-Maritime, 2 B 418, pièce no 73 : aveu de Glisolles, 25/06/1599.

132 Voir la note 165, p. 144.

133 Voir sur le sujet, p. 25 et note 14, p. 53.

134 Je reprends ici les conclusions apportées par Belhoste J.-F., « La Normandie… », art. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 87 > Cleuville (Seine-Maritime). Le « fossé » du manoir.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Fig. 88 > Caltot, à Bolbec (Seine-Maritime). Localisation des principaux bâtiments du manoir sur fond d’Atlas de Trudaine, route de Rouen au Havre. AN, CP F/14 bis*/8502, pl. 36. A : maison noble (bâtie après 1491). B : grange et pressoir (après 1491). C : colombier (bâti vers 1520). D : châtelet et dépendances (vers 1520).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 89 > Mentheville (Seine-Maritime). Plan du domaine de Mentheville vers 1820 (plan cadastral ancien de la commune de Mentheville, section A, 1re feuille dite du Village). AD Seine-Maritime, 3P3 2057.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 90 > Ménilles (Eure). Mur de clôture du jardin vu à l’extérieur, depuis la route.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Fig. 91 > Tilly, à Boissey-le-Châtel (Eure). Mur d’enceinte et tourelles.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 92 > Le Bec-Crespin, à Saint-Martin-du-Bec (Seine-Maritime). Élévation antérieure (ouest) du châtelet d’entrée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 93 > Château de Mesnières, à Mesnières-en-Bray (Seine-Maritime). Le corps oriental, en fond de cour (à gauche) et le corps de galerie (sud) à droite de la cour.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 94 > Château de Chenonceau (Indre-et-Loire). Projet de réaménagement du château pour Catherine de Médicis. Dessin de Jacques Androuet du Cerceau. Coll. British Museum, Inv. 1972, U. 881.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 95a > Archelles, à Arques-la-Bataille (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan de la vallée d’Arques (BnF, département des cartes et plans, S.H.M., Port. 36, div. 3, pièce no 9). A : avant-cour. B : cour (1 : maison seigneuriale ; 2 : logis secondaire). C : premier jardin (3 : tour du colombier ; 4 : tour). D : deuxième jardin, avec fontaine. E : troisième jardin. F : église paroissiale. G : forêt royale d’Arques.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 95b > Archelles, à Arques-la-Bataille (Seine-Maritime). Clôture constituée d’un bahut et de piliers (les murs entre les piliers sont plus récents) entre la cour et le premier jardin.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 96 > Beaumont, à Bourneville (Eure). Petit « fort » de défense à l’angle de la basse-cour du manoir bâti en 1575.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Fig. 97a > Thevray (Eure). Plan restitué de la dépendance à droite (au sud) de la « premyere et haulte cour » (voir fig. 35a). a : fausse-braie. CHL : chapelle. CU : cuisine. E : écurie. Fo : four à pain ou à pâtisserie. GM : garde-manger. Re : remise.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 97b > Thevray (Eure). Mur d’enceinte, fausse-braie et chapelle (au fond) au sud de la plate-forme.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 98 > Miromesnil (Seine-Maritime). Extrait de l’Atlas de Trudaine, route de Rouen à Dieppe. Le Nord est droite. AN, CP F/14 bis*/8502, pl. 49.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 99 > Manoir de Jean Ango (Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Plan restitué du rez-de-chaussée, état vers 1545. a : banc en pierre ; CH : chambre ; Col : colombier ; CU : cuisine ; éc : écurie ; ét : étable ; GM : garde-manger ; Gr : grange ; Po : porche dans-œuvre ; Pr : pressoir ; S : salle pour les serviteurs.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 100 > Le Flot, à Bully (Seine-Maritime). Plan général restitué du manoir, état vers 1560. A : logis du fermier (ancien logis seigneurial ?) ; B : puits ; C : maison seigneuriale ; D : grange disparue (au sous-sol : cave) ; Ec : écurie ; Pr : pressoir ; Vo : volière (sur le porche d’entrée).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 101 Le Plain-Bosc, à Étouteville (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1575. A : cour (1 : logis du fermier ; 2 : colombier ; 3 : mare ; 4 : grange ; 5 : pavillon de défense ; 6 : puits ; 7 : maison seigneuriale) ; B : jardin d’agrément ; C : jardin potager ; D : verger ; E : vivier ; F : parc.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 102 > Manoir d’Ango (Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Façade sur cour du corps de galerie avec, à gauche, le corps d’entrée, vestiges de l’ancienne maison noble de Jean Ango.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 103 > La Chapelle, à Sotteville-les-Rouen-Oissel (Seine-Maritime). Le manoir, son jardin d’agrément et ses vergers en bordure de Seine à la fin du XVIIIe siècle. AN, Atlas de Trudaine, route de Paris à Rouen, CP F/14 bis*/8502/Planche 19. A : cour. B : basse-cour. C : jardin avec, au fond, le puits couvert en pyramide.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 104 > Ételan, à Saint-Maurice-d’Ételan (Seine-Maritime). Portail d’entrée du manoir.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Fig. 105 > La Motte, à Saint-Mards de Fresnes (Eure). La grange à l’entrée de l’ancien manoir.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 106 > Caltot, à Bolbec (Seine-Maritime). Châtelet d’entrée (voir plan de localisation fig. 88, en D).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 107a > Bonnemare, à Radepont (Eure). Pavillon d’entrée. Vue à l’est depuis le chemin venant de Bacqueville.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 107b > Bonnemare, à Radepont (Eure). Pavillon d’entrée. Plan et distribution restitués du premier étage, état vers 1560. CH : chambre. GR : garde-robe. L : latrine.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 108 > Heubécourt (Eure). Portail d’entrée et corps de logis secondaire vus dans la cour.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 109 > Caumare, à Foucart (Seine-Maritime). La maison noble vue depuis la basse-cour.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 110 > Bonnemare, à Radepont (Eure). Porte d’entrée privée au domaine (voir plan fig. 18, en 8).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 111 > Manoir d’Ango (autrefois Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Élévation et coupe du colombier. Dessin aquarellé de Gabriel Malençon, 1879. Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine. [Cliché RMN.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Légende Fig. 112 > Bonnemare, à Radepont (Eure). La maison noble avec sa chapelle saint Christophe à proximité.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 113 > Thevray (Eure). Restitution de la tour-résidence de Jacques de Chambray (plans du rez-de-chaussée, du premier, du deuxième et du troisième étages), entre 1489 et 1499. C : cabinet ; Ce : cellier ; GCH : grande chambre ; GR : garde-robe ; GS : grande salle ; L : latrine ; O : oratoire ; R : retrait. a : pont-levis. b : sas d’accès à la fausse-braie. c : fausse-braie. d : soupirail. e : placard. f : fenêtre à coussièges.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 114 > Sénitot (aujourd’hui Bévilliers), à Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime). Plans et distributions restitués du rez-de-chaussée et du premier étage, état en 1535. C : cabinet. CH : chambre. Co : comptoir. CU : cuisine. GS : grande salle. GCH : grande chambre (salle haute). GR : garde-robe. L : latrine. O : oratoire. R : retrait. a : porche. b : passe-plat. c : portique. d : conduit d’évacuation. e : vis potoyer. f : tambour.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 115 > Jacques Androuet du Cerceau, Livre d’architecture…, op. cit., 1582. Planche gravée à l’eau-forte du modèle I.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 116 > Caltot, à Bolbec (Seine-Maritime). Grange des années 1490, état actuel.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 117 > Manoir d’Ango (autrefois Les Maillets), à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Chapiteau d’un pilastre ornant l’ancienne grange.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 118 > Bonnemare, à Radepont (Eure). Les écuries.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8067/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site