Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La demeure noble en Haute-Normandie

 | 
Xavier Pagazani

Chapitre 3. L’implantation

Texte intégral

1L’étude de l’implantation du manoir implique de savoir pourquoi un seigneur ou son épouse décide de bâtir à un endroit plutôt qu’à un autre. Or, cette question, simple en apparence, en soulève bien d’autres, auxquelles il convient également de répondre : quelle latitude – s’il en avait une – un gentilhomme haut-normand des XVe et XVIe siècles avait-il pour le choix du site de sa maison de campagne ? Un lieu lui était-il imposé par la tradition, par les obligations d’une charge ou, au contraire, le choisissait-il par affinité personnelle ? Quelle conjoncture particulière entourait la décision de construire en un lieu ? Sa fréquentation de l’élite rouennaise ou de la cour de France avait-elle des effets sur sa conception d’une « maison aux champs » ? Quels étaient alors les critères constitutifs du programme architectural et de l’environnement du domaine seigneurial ? Enfin, la demeure qu’il bâtit ou embellit se démarquait-elle de celles des autres gentilshommes haut-normands ou au contraire s’inscrivait-elle dans une typologie déjà éprouvée ?

LE CHOIX DU SITE

  • 1 Soit 46,5 % des gentilshommes du corpus étudié ici (tableau 8).
  • 2 Yver J., art. cit.
  • 3 Houard M., Dictionnaire analytique…, op. cit., p. 514-515.
  • 4 Loc. cit. Sur le sujet, voir Nassiet M., Parenté, noblesse et États dynastiques. XVe-XVIe siècles, (...)

2Dans la Haute-Normandie de l’Ancien Régime, le droit est un facteur déterminant. En effet, dans la moitié des cas un gentilhomme est propriétaire d’un fief à la suite d’une succession1. Or, selon la coutume de Normandie, le partage entre les héritiers mâles est strictement égal et le père de famille n’est pas libre de la destination de l’essentiel de ses biens après sa mort2. Ensuite, toujours selon la coutume, si un père n’a qu’une fille, ses biens reviennent à tout mâle descendant d’un ancêtre commun : on parle dans ce cas de remontée héréditaire. Enfin, pour préserver le droit des héritiers, la coutume prévoit l’interdiction de léguer des biens immeubles. Dans ce cadre existe également une exception : la coutume particulière de la région cauchoise. Celle-ci stipule le droit d’aînesse masculin, réservant le tiers des biens immobiliers à l’aîné des garçons. Hors l’exception du pays de Caux, la coutume normande fait de la province, selon la formule de Jean Yver, un « pôle insurmontable de la perfection de l’égalité ». Autant le dire, cette analyse n’est pas tout à fait juste, car, outre que cette égalité ne concerne pas les filles, le droit normand privilégie l’aîné dans tous les cas. D’une part, le fief principal d’une famille ne fait pas partie du partage des biens du père décédé, et revient en préciput à l’aîné, qui hérite également d’un des lots du partage. Ajoutons que les lots sont choisis dans l’ordre de primogéniture (l’aîné choisit un premier lot, puis le cadet parmi les lots restants, etc.3). D’autre part, le fief principal doit rester dans les mains de l’aîné, même au préjudice du douaire de sa mère qui hérite des terres roturières lorsque la famille ne possède pas d’autres biens nobles4. Ces articles de la coutume normande visent à pérenniser les lignées nobles en privilégiant l’aîné. Voici pour le cadre légal. Voyons maintenant son application ou, plutôt, la réalité des faits, ce qui n’est pas la même chose.

  • 5 AD Seine-Maritime, 1 ER 2056 : tab. Rouen, 20/01/1485 (copie).
  • 6 Coll. particulière : Contrat d’échange de la terre d’Houdetot contre celle d’Auffay, 03/01/1517 (n. (...)
  • 7 AD Seine-Maritime, 2 E 1/256 : tab. Rouen, 13/08/1521, acte d’accord entre Guillaume III Le Roux et (...)
  • 8 AD Seine-Maritime, 14 H 1281, liasse no 3 : acte du 02/06/1545.

3Force est de constater que les gentilshommes haut-normands n’étaient pas très regardants à l’application du droit successoral et qu’ils n’hésitaient pas à le contourner quand cela les arrangeait. En 1485, Jean de Houdetot, seigneur du lieu, de Harville (aujourd’hui Oherville) et d’Auffay-la-Mallet, dans le pays de Caux, et son épouse Marie de La Mothe donnent à leur fils aîné Jacques pour son mariage le fief d’Auffay5. En 1492, ce même Jean de Houdetot, avant de décéder, ne donne à ses quatre autres enfants, Guillaume, Robert, Ambroise et Perrette, que le tiers de tous ses biens. Autrement dit, l’aîné, Jacques, qui selon la coutume particulière du pays de Caux devrait hériter d’un tiers des biens de son père, hérite non seulement de deux tiers (les fiefs de Houdetot, Harville et Bihorel), mais aussi du fief d’Auffay6. Les tabellions de Caudebec qui ont enregistré ces actes étaient soit peu au courant de la coutume normande, soit peu soucieux de la respecter. La situation n’était pas différente dans les autres pays de Normandie. En 1515, le conseiller au parlement Guillaume II Le Roux, jugeant que son fils aîné, Guillaume III, est suffisamment pourvu de bénéfices ecclésiastiques, oblige celui-ci à céder son droit d’aînesse à son cadet Claude. Mais en 1520, sitôt son père décédé, Guillaume III fait casser l’acte de 1515 et, après arrangement avec son frère, recouvre en 1521 son droit d’aînesse et la plupart des biens auxquels il pouvait prétendre7. Sans doute peu avant 1545, Jacques II Le Pelletier, sentant sa fin prochaine, fait rédiger l’acte des lots et partages réglant sa succession. Dans ce document, il oblige trois de ses enfants à donner au quatrième, à qui doit revenir le fief de Martainville, quatrième lot du partage, la somme de 1 200 lt afin qu’il puisse réparer la « grande maison […] pour la somptuosité et magnifficence » de celle-ci8.

  • 9 Pagazani X., « Oherville, manoir d’Auffay-la-Mallet », Congrès archéologique de France…, op. cit., (...)

4De ce qui précède, on peut conclure que le droit normand est loin d’être un obstacle pour un père de famille désireux de donner les meilleures chances à l’un de ses fils. Mieux : à partir des textes cités, on comprend qu’il y a le plus souvent arrangement entre le père et le fils. Pour continuer avec l’exemple de la famille de Houdetot, le fief d’Auffay semble avoir retenu toute l’attention de Jacques, qui a dû le réclamer à son père pour son mariage. Une preuve nous en est fournie par un autre acte, daté de 1493, dans lequel on apprend que Jacques, alors qu’il n’y est pas obligé, concède à ses frères et sœurs le fief principal de la famille et d’autres biens, mais conserve pour lui le fief d’Auffay. C’est sur celui-ci qu’il fera bâtir un peu plus tard9. La même observation vaut également pour Claude Le Roux, qui fut cependant moins chanceux comme on l’a vu. On notera toutefois dans l’acte de 1521 cité plus haut que si Claude n’obtient pas le droit d’aînesse de son frère, du moins gagne-t-il la propriété (mais non la jouissance) de la seigneurie du Bourgtheroulde, signe de son intérêt pour le fief principal de la famille dont il peut désormais porter le titre. Ce n’est qu’en 1532, au décès de son aîné, qu’il prendra la pleine propriété et jouissance du Bourgtheroulde.

  • 10 Houard M., Dictionnaire analytique…, op. cit., p. 514-515, art. 356.
  • 11 Ce fut le cas pour le fils aîné de Jacques de Houdetot qui, par la suite, s’estattaché à récupérer (...)

5En règle générale, c’est donc l’aîné de la famille qui a un réel pouvoir de décision : s’il est presque obligé de prendre le fief principal, du moins peut-il choisir de bâtir sur l’un des autres fiefs. Sans compter qu’avec les revenus que lui apportent ces domaines, il a toujours la possibilité d’acheter un fief plus en rapport avec ses désirs personnels – ce fut parfois le cas. En outre, ce seigneur peut posséder d’autres domaines par sa femme, comme c’est le cas pour Louis de Silly à Acquigny ou Guillaume III Jubert à Gueutteville. Le privilège de l’aînesse a cependant sa contrepartie : le fils aîné se doit de conserver le fief principal pour perpétuer le nom de la lignée et, suivant la coutume de Normandie, il a le devoir d’y laisser une habitation présentant « toutes les commodités et […] la même décoration dont ses ancêtres lui avaient laissé l’exemple10 ». Le cas de Jacques de Houdetot montre que le contournement de la coutume est possible – cependant, dans l’ensemble, elle paraît avoir été suivie, signe de l’importance accordée par les membres d’une lignée au fief principal11.

  • 12 Nassiet M., Parenté, noblesse…, op. cit., p. 49-51.
  • 13 Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit., p. 6-7 et note 1 ; BnF, Pièces orig. 2478 (doss. Rich (...)

6Le choix d’un fief pour un cadet et, a fortiori, pour les puînés était donc beaucoup plus limité. Il est rare qu’un cadet hérite de plusieurs fiefs, d’autant plus s’il est issu d’une famille de petite noblesse12. L’exemple de Jacques de Chambray en témoigne : cadet d’une famille de noblesse seconde, il hérite de la seule seigneurie de Thevray en 1478. Le cadet peut cependant acheter une seigneurie ou choisir le domaine qu’il possède par sa femme, comme c’est le cas pour Jean de Camprond à Caumare, pour Louis de Richebourg à Sénitot et pour Claude d’Anlezy au Bus. On notera que ces trois gentilshommes sont des horsains, respectivement originaires de Basse-Normandie, d’Île-de-France et du Berry13. En s’installant sur ces fiefs haut-normands qu’ils tiennent de leur épouse, ces cadets les ont élevés au rang de fief principal et, du même coup, ont fondé une nouvelle branche familiale en Haute-Normandie.

  • 14 Tableau 8.

7Si la voie successorale est la plus fréquente, elle n’est pas la seule. Hormis la voie maritale qu’on vient d’évoquer qui représente moins de 10 % des accès à la propriété, les gentilshommes peuvent faire l’acquisition d’un domaine dans des cas qui restent cependant très minoritaires, avec 15 % seulement14. On ne s’étonnera pas qu’il s’agisse presque exclusivement de personnes récemment anoblies ou en voie d’anoblissement : ils achètent une seigneurie afin de justifier leur statut social et de s’assurer un placement stable, source de revenus supplémentaires. Ce fut assurément le cas pour Jacques Le Pelletier à Martainville, Jean Ango à Varengeville, Nicolas Rassent à Archelles, Nicolas Romé au Bec-Crespin ou encore Georges Langlois au Plain-Bosc.

8Ce sont donc principalement ces personnes, aînés de famille, cadets propriétaires de plusieurs fiefs ou nobles de fraîche date, qui, théoriquement, possèdent un véritable pouvoir de décision quant au choix du site. Cela établi, reste à voir où sont localisés leurs fiefs et quelles sont les raisons qui peuvent les pousser à choisir un lieu plutôt qu’un autre.

  • 15 Prétreval et Mesmoulins sur la commune de Tourville-les-Ifs, Prétreval à Riville, Vattetot à Vattet (...)
  • 16 Auffay-la-Mallet à Oherville, « Herville » (Oherville) et Houdetot (Seine-Maritime).
  • 17 Communes d’Angerville-Bailleul, Annouville-Vilmesnil et Vattetot-sous-Beaumont (S.-M.).
  • 18 Communes de Morainville-Jouveaux, La Chapelle-Bayvel, Bois-Hellain et Morsan (Eure).
  • 19 Pagazani X., « Le château de Tilly… », art. cit. ; Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit., p. 1 (...)
  • 20 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 6, no 19.229 (26/06/1527). Vatimesnil, commune de (...)
  • 21 Aujourd’hui Draqueville-la-Heuze, près de Tôtes (Seine-Maritime).

9Ces gentilshommes possèdent souvent plusieurs domaines campagnards, qui en règle générale sont groupés. En 1503, Jean de Prétreval possède les fiefs de Prétreval, de Mesmoulins, de Prétreval à Riville, de Vattetot et d’Annouville, tous situés dans le pays de Caux, sur un territoire large de seulement 15 kilomètres15 (fig. 15). L’observation vaut aussi pour les Houdetot (avec les fiefs d’Auffay, Harville et Houdetot16), les Bailleul (Angerville, Vattetot, Rufosse, Sainte-Marie, Bosc-Bourdain, Vinemesnil17) ou les Hally (Jouveaux, Chapelle-Bayvel, Morsan et Bois-Hellain18), pour ne citer qu’eux. Il faut dire que ces regroupements sont favorisés par les mariages de ces petits gentilshommes avec des demoiselles du voisinage. Ce constat vaut également pour les gentilshommes de noblesse plus récente : les Le Roux ou les Jubert sont propriétaires de fiefs groupés généralement dans le pays d’où ils sont originaires (autour de Louviers pour les premiers, de Vernon pour les seconds). Plus on monte dans l’échelle sociale, plus les propriétés d’un seigneur ont tendance – ce n’est pas systématique – à se disperser, même si un fonds reste groupé autour du fief principal. Deux raisons à cela. Présents à la cour ou dans les cours souveraines de Rouen et Paris, ces gentilshommes avaient davantage la possibilité de contracter de belles alliances avec la fille ou la sœur d’un de leurs collègues originaires d’une autre région de Normandie ou d’une autre province. Ainsi, Guy du Bus et Guillaume de Houdetot, des gentilshommes de la maison du roi, marient leurs filles à Claude d’Anlezy et à François de Hautbourdin ; le maître des requêtes de l’hôtel du roi Nicolas Le Conte épouse Catherine Meigret, nièce de Jean Meigret, l’un des présidents du parlement de Paris ; Gabriel de Chambray épouse la sœur de René d’Angennes, comme lui gentilhomme de la maison du roi. La seconde raison tient au lieu où ils exercent leurs offices. À partir du moment où Guillaume II Le Roux et Guillaume III Jubert entrent à l’Échiquier de Normandie (respectivement en 1499 et 1504), leur regard ne se tourne plus exclusivement vers des seigneuries aux alentours de la ville dont ils sont originaires, mais vers des fiefs autour de la ville où ils exercent et parfois bien au-delà. Ainsi, Guillaume Le Roux achète la seigneurie du Bourgtheroulde située à près de 30 kilomètres au sud-ouest de Rouen en 1499, le fief de Tilly à 35 kilomètres vers 1510 et les fiefs du Val, de Lucy et de Sainte-Beuve autour de Neufchâtel-en-Bray entre 1500 et 151519. Peu avant l’annonce officielle faite par François Ier de faire désormais sa principale résidence à Paris et en Île-de-France (1528), son général des finances de Normandie Guillaume Preudhomme achète la seigneurie de Vatimesnil (Eure) située à mi-chemin entre Paris et Rouen20. Claude d’Annebault, sans doute à partir du moment où il est nommé lieutenant général de Normandie et capitaine et bailli d’Évreux (1532), décide de réinvestir non pas son principal fief, mais le domaine d’Heubécourt, idéalement situé à proximité de la route reliant la capitale à la métropole normande. Nicolas Le Conte, lorsqu’il est encore conseiller au parlement de Normandie, possède la seule seigneurie de Dracqueville située à une trentaine de kilomètres au nord de Rouen21. En 1555, un an après avoir acquis la charge de maître des requêtes de l’hôtel du roi, il achète le fief de Bonnemare, situé à proximité de la route de Paris – où il exerce désormais – à Rouen – où il réside le reste de l’année. On devine que la décision d’acheter ou de s’implanter sur une seigneurie coïncide avec une étape importante dans la vie d’un gentilhomme. Nous verrons plus loin que la décision de construire également. Il résulte aussi de ce qui précède que le choix d’un site devait répondre a priori à des critères bien différents selon qu’il était destiné à devenir le fief principal d’une famille ou à recevoir le seigneur et sa famille, pour échapper à la chaleur de l’été ou à la peste, et pour se détendre loin du tumulte de la ville. Mais quels étaient ces critères ?

Fig. 15 > Localisation des fiefs des familles de Prétreval et de Bailleul sur fond de carte de Cassini, 1759 (Feuille Arques, Aumale, Forges, Neufchâtel, Yvetot ; 30e feuille levée en 1757, gravée en 1759).

  • 22 La plus forte concentration de manoirs est dans la partie occidentale appelée le « Bec-de-Caux » où (...)
  • 23 Élégies de Jan Doublet Dieppoys, Paris, 1559. Sur l’attrait de la mer chez les poètes normands, voi (...)
  • 24 Sur le sujet, voir Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 40-61.
  • 25 Voir les notices 13 (Bonnemare) et 24 (Fleury) ; Pagazani X., « Le château de Tilly… », art. cit. S (...)
  • 26 Charles IX renoue ainsi avec plusieurs de ses prédécesseurs (Lalou E. sous la direction de R.-B. Ba (...)
  • 27 Voir p. 252 et note 128, p. 272. On pourrait tracer un parallèle avec le château de Fleury-en-Bière (...)

10Partant de la distinction entre seigneuries aux champs de gentilshommes résidant habituellement en ville et fiefs principaux de gentilshommes campagnards, un simple regard sur la carte apporte un début de réponse (fig. 23). Sans véritable surprise, les riches plaines et plateaux céréaliers du pays de Caux22, du Lieuvin, du Neubourg et de Saint-André rassemblent une grande majorité de manoirs de gentilshommes campagnards et de nobles au service du roi présents sur leur domaine une bonne partie de l’année. La basse vallée de la Seine, le grand massif forestier de Lyons, la région du Vexin normand où passent les routes reliant Rouen à Paris et, dans une moindre mesure, le littoral de la Manche, entre Saint-Valéry-en-Caux et Dieppe, constituent avec la vallée de la Risle de véritables « poches » où se concentrent la majorité des maisons aux champs de nobles citadins : ce sont les hauts lieux de la villégiature nobiliaire haut-normande. On comprend la cohérence de ces différentes implantations. Les fiefs principaux des gentilshommes devaient avant tout apporter des revenus suffisamment importants pour assurer la pérennité d’une lignée, tandis que, sans négliger cet aspect, les fiefs destinés à la villégiature de la noblesse citadine devaient offrir un cadre privilégié à proximité d’une route importante pour rejoindre facilement la cité : vues sur une vallée verdoyante, voisinage d’une forêt giboyeuse pour l’exercice de la chasse, proximité de la mer pour profiter de la promenade naturelle qu’offrent les falaises du littoral que décrit admirablement le poète dieppois Jean Doublet23. Pour les maisons aux champs de la basse vallée de la Seine et autour de Lyons, c’est la relation avec l’espace forestier qui semble la plus forte. À quelques rares exceptions, toutes ces demeures sont situées dans le voisinage immédiat d’un vaste espace boisé. Aussi ne s’étonnera-t-on pas que certains gentilshommes aient repris à petite échelle la forme des « maisons de plaisance24 » royales vouées à la chasse : à Tilly et à Fleury, la formule du logis-tour de La Muette et Challuau, avec de petites couvertures en terrasse pour fournir des belvédères aux spectateurs de la chasse (fig. 16, 17) ; à Bonnemare, celle du corps bas flanqué symétriquement de deux longs portiques ouverts à l’arrière sur un vaste jardin et le parc boisé, sans doute directement imitée d’un projet pour le Château Neuf de Saint-Germainen-Laye (fig. 18, 1925). On ne s’étonnera pas non plus que Fleury et Bonnemare, situés dans le massif forestier de Lyons, possèdent de grandes et remarquables écuries datables des années 1560 si l’on rappelle qu’au cours de cette décennie, Charles IX aimait à chasser en forêt de Lyons et y fit débuter la construction du château de Charleval26. Ces courtisans voulaient sans doute attirer le roi chez eux – ce que réussit, semble-t-il, Nicolas Le Conte à Bonnemare27.

Fig. 16 > Tilly, à Boissey-le-Châtel (Eure). La demeure noble, état restitué vers 1535.

Fig. 17 > Fleury, à Fleury-la-Forêt (Eure). La maison noble vue au nord, état restitué vers 1562-1567. Les parties en gris (frontons de lucarne passante, lanternon) sont hypothétiques.

Fig. 18 >Bonnemare, à Radepont (Eure). Plan général restitué sur fond de plan cadastral ancien et d’après une description du XVIIIe siècle, état vers 1560.
A : allée d’arbres ;
B : basse-cour (1 : pavillon d’entrée ; 2 : écuries ; 3 : grange) ;
C : cour (4 : portail en « arc de triomphe de style roma[i] n » ; 5 : maison seigneuriale ; 6 : chapelle) ;
D : jardin d’agrément (7 : portique ouvert sur le jardin) ;
E : jardin potager ;
F : cour secondaire.
G : verger (8 : porte vers les champs) ;
H : parc ; I : pré.

Fig. 19 > Château neuf de Saint-Germain-en-Laye. Détail du dessin à la plume sur vélin de Jacques Androuet du Cerceau, s. d. (après 1566). Londres, British Museum, Inv. 1972 U. 822.

  • 28 Gabriel possède également Chambray, son fief principal qu’il fait reconstruire quelques années plus (...)

11Si ce contraste domine, il doit être nuancé. D’abord, un certain nombre de fiefs principaux de gentilshommes campagnards se dressent également dans un lieu privilégié : Chambray, Clères, Le Bec-Crespin, pour ne citer qu’eux, sont dans un site plaisant de fond de vallée ou de crête, baigné ou à proximité d’un cours d’eau et proche d’un vaste parc boisé. Mais ces sites, occupés de longue date, avaient été choisis au Moyen Âge pour leur intérêt stratégique – il s’agit d’anciennes places fortes créées au Xe ou XIe siècle à proximité d’une rivière qu’elles contrôlaient et d’un bois utilisé sans doute avant tout pour sa valeur économique. Ensuite, quelques fiefs sont à la fois les domaines aux champs de gentilshommes qui résident habituellement en ville et des fiefs principaux : c’est le cas, notamment, de Martainville pour Jacques Le Pelletier, du Bourgtheroulde pour Guillaume Le Roux, de Brécourt pour Henri Jubert, du Bec-Crespin pour Nicolas Romé. Quelques domaines, enfin, ont vu leur destination changée au cours du temps. Thevray, l’unique fief de Jacques de Chambray à la fin du XVe siècle, est embelli dans la seconde moitié du XVIe siècle par son petit-neveu, Gabriel, pour devenir une agréable résidence secondaire28. À l’inverse, la modeste maison de plaisance des Mottes, à Montfort-sur-Risle, agrandie à la fin du XVIe siècle, devient alors, semble-t-il, une résidence principale. Reste à voir qui construit, à quel moment et pour quelles raisons.

LA DECISION DE CONSTRUIRE

Les périodes de construction

  • 29 Robillard de Beaurepaire C. de, Notes et documents…, op. cit.
  • 30 Voir les notices de ces édifices.
  • 31 Voir Grodecki C., « La construction du château de Wideville et sa place dans l’architecture françai (...)
  • 32 Vingt-neuf manoirs ont été construits, agrandis ou modifiés entre 1562 et 1600, soit 33 % de la tot (...)

12La reconstruction après les guerres commence vraiment en Normandie entre 1475 et 1525 : les travaux sont souvent commandés par l’état d’abandon ou de destruction des domaines campagnards29. Nous en voyons la preuve dans le remploi d’anciennes maçonneries, comme à Caltot, Anquetierville, Caumare et Ételan30. Les travaux de cette période concernent aussi bien la maison seigneuriale que les bâtiments agricoles et les bâtiments liés à une prérogative nobiliaire (chapelle, colombier), pour une remise en état du domaine. Néanmoins, la seconde moitié du XVIe siècle, période troublée s’il en est, apparaît aussi propice à la construction que la période précédente, ce qui a été démontré par les recherches conduites ces vingt dernières années pour l’Île-de-France31. L’architecture normande a en effet prospéré au cours de ce demi-siècle qui ne comprend pourtant guère plus de dix ans de paix continue32. Il faut croire que les guerres civiles n’ont pas eu en Normandie les effets dépressifs des guerres étrangères du siècle précédent. Ce dynamisme architectural des particuliers contraste avec un dépérissement relatif de la politique architecturale du souverain, qui bâtit surtout alors des châteaux de papier. On peut voir à cela plusieurs raisons qui, sans doute, se sont conjuguées.

  • 33 Voir note 25, p. 139. Voir aussi Fontaine M.-M., « Plaisirs, hospitalité et profit… », art. cit. ; (...)

13La décennie 1560 semble être véritablement la période la plus importante en Normandie. Sans trop s’avancer, on peut penser qu’il s’agit avant tout d’une réaction à la prise de Rouen et du Havre par les protestants en 1562, qui a frappé durement les esprits. À partir de ce moment, de nombreux gentilshommes haut-normands ont dû vouloir se protéger, eux et leurs domaines campagnards. Autre raison possible à ce pic de constructions : la signature du traité de Cateau-Cambrésis en 1559 démobilise les gentilshommes français qui retournent sur leurs terres. Une dernière raison peut tenir au fait que l’époque voit paraître quantité d’ouvrages sur la vie rustique et les plaisirs des champs, ainsi que sur la mise en œuvre matérielle de ceux-ci33 – mais s’agit-il d’une cause ou d’une conséquence du phénomène ? Rien n’est moins clair. De même, le fait que les années 1573-1586 sont la plus belle période économique du siècle pour la province peut être autant pris pour une raison que pour une conséquence. Pour aller au-delà de ces considérations, il faut s’intéresser aux cas particuliers.

Cas particuliers

14Les nobles haut-normands possèdent plusieurs domaines campagnards mais, au cours de leur vie, ils ne bâtissent que sur un seul – à quelques rares exceptions près. On a vu plus haut que la décision pour un seigneur de s’installer dans un domaine ou d’acquérir une seigneurie correspond généralement à une étape importante de sa vie. La décision d’embellir, d’agrandir ou de construire un manoir y répond, elle aussi, le plus souvent.

  • 34 Les autres sont Robert Surreau et Jeanne de La Haye (vers 1480), Nicolas de Mailloc et Antoinette d (...)

15Un assez grand nombre de gentilshommes bâtissent peu après leur majorité (21 ans en Normandie), qui est souvent aussi l’époque où ils se marient, héritent et peuvent prétendre à une fonction : la dot, l’héritage ou les gages leur donnent les moyens de financer les travaux, ainsi pour Jean d’Esmalleville à Caltot, Georges de Clères à Clères, Jean de Camprond à Caumare ou Gabriel de Chambray à Thevray34. La décision de construire répond aussi certainement à la volonté du jeune couple de vivre dans une demeure plus en accord avec ses goûts. C’est également l’occasion de marquer dans la pierre l’union des deux familles : leurs armes, pleines ou mi-parties, et leurs chiffres figurent en bonne place à Auffay (voûte de l’allée), aux Fossés (lucarnes, cheminée), à Chambray (portes de l’entrée et des salles), à La Valouine (façade principale), à Mentheville (cheminée de la sallette) et au Bus, où les époux se font représenter en buste, côte à côte, dans une niche de la façade principale (fig. 20). Bien entendu, cela vaut aussi pour un remariage, comme dans le cas de Gabriel de Chambray qui fait rebâtir peu après sa seconde union en 1578 avec Jeanne d’Angennes.

  • 35 Comme Les Maillets pour Ango, Bourdenis pour Jacques de Bauquemare, ou encore Martainville pour Jac (...)

16On a vu plus haut avec les exemples de Guillaume Le Roux au Bourgtheroulde, de Nicolas Le Conte à Bonnemare ou de Claude d’Annebault à Heubécourt, que la décision de s’implanter dans un domaine peut correspondre à l’accession d’un gentilhomme à une nouvelle charge. La même observation vaut pour la construction, qui suit souvent de près. On peut multiplier les exemples. Jacques Le Pelletier fait bâtir Martainville peu après son élection comme conseiller-échevin de Rouen (1493) et fait remanier ce logis « en forme de chasteau » après avoir définitivement abandonné ses affaires commerçantes (1500), le célèbre Jean Ango construit à Varengeville après son anoblissement et sa nomination comme vicomte de Dieppe (1535), Georges Langlois achète et fait bâtir Le Plain-Bosc à partir du moment où il devient secrétaire du roi (1567), Henri Jubert à Brécourt lorsqu’il devient gentilhomme ordinaire de la chambre du roi (1577). Que ces constructions soient toutes (ou presque) des maisons aux champs n’est certainement pas fortuit : la construction d’une nouvelle demeure offre à ces gentilshommes un refuge à la campagne pour se retirer avec des amis loin des soucis de leur nouvelle charge, sans compter que, ce faisant, ils adoptent le mode de vie de leurs collègues. De même, ce n’est sans doute pas un hasard s’il s’agit pour un certain nombre d’entre eux de leur fief principal (éventuellement après agrandissement par l’acquisition de terres mitoyennes) : généralement anoblis de fraîche date, fiers de leur nouveau statut, ils veulent édifier dans leur domaine le plus important une demeure qui matérialise leur ascension sociale. On comprend mieux ainsi la diversité de leurs résidences campagnardes, qui peuvent être une maison de plaisance aux portes de la ville ou près d’un territoire de chasse pour s’adonner à ce plaisir aristocratique ou pour se délasser, se délecter d’un cadre magnifique, recevoir des hôtes, méditer et jouir des arts. Il peut s’agir aussi d’une « grande maison en forme de chasteau », qui montre à tous, de manière évidente, le statut du propriétaire tout en garantissant sa sécurité. Bien entendu, la maison aux champs peut être tout cela à la fois35.

Fig. 20 > Le Bus, à Bus-Saint-Rémy (Eure). Vestiges des bustes de Claude d’Anlezy et Renée du Bus en façade principale de la maison noble.

  • 36 Tableau 23.

17L’assurance de conserver une charge et, à plus forte raison, l’augmentation du revenu lié à cette charge entrent également en jeu. L’exemple le plus éloquent est sans doute celui de Jean Mazeline, dont la carrière et les étapes de la construction de son manoir d’Houlbec semblent intimement liées. Après avoir acquis la terre d’Houlbec en 1494, Mazeline commence la construction d’un nouveau logis au moment où il est confirmé dans sa charge de vicomte de Conches et de Breteuil à l’avènement de Louis XII en 1498 ; l’autre partie du bâtiment, qui remplace l’ancien logis seigneurial d’abord laissé en place, est sans doute commencée lorsqu’il est confirmé dans ses fonctions à l’avènement de François Ier en 1515 (fig. 21). De même, Louis de Richebourg, commissaire pour le roi à la revue des mortes-payes de Normandie, commence à bâtir à Sénitot en 1528 lorsque ses gages passent de 240 à 1 200 lt annuelles à la fin des années 1520, puis à 2 400 lt en 153136 (fig. 22).

  • 37 Turin, Archivio di Stato, Sezioni Riuniti, Camerale Piemonte, art. 806, paragraphe 2, no 128, liass (...)

18Un autre cas de figure – de loin le plus étonnant – est la construction financée par un détournement de fonds. Il semble en effet que ce fut bel et bien le cas de la superbe demeure campagnarde de Fleury bâtie par Pierre de Courcol, vicomte et receveur ordinaire de la châtellenie de Lyons (fig. 17). Un acte passé au Louvre le 24 mai 1567 par Renée de France, duchesse douairière de Ferrare, à qui appartient la châtellenie, nous apprend que Courcol, dans sa fonction de receveur du domaine pour la princesse, aurait fait « quelques quittances, souffrances et obmissions de recepte » dans son registre comptable de l’année 1561, à hauteur de 800 lt. On est en droit de mettre en rapport ce fait avec l’acquisition, en 1559, de la seigneurie de Fleury par Courcol et la construction d’une grande et belle demeure. On est d’autant plus disposé à le penser que, finalement, la duchesse « inclinant a laquelle requeste, desirant gratieusement traicter et favorizer ledit de Courcol » efface la totalité de l’ardoise laissée par son receveur, en invoquant, nous dit le texte (ce qui laisse également songeur), les « services qu’il nous a faictz et esperons qu’il nous face a l’advenyr et aussy que, par notre commandement, il nous a fournys grande quantité de voirre pour notre gallerye bastye de neuf en notre chasteau de Montargis37 ». La fourniture d’une grande quantité de verre provenant de l’une des verreries de la forêt de Lyons, au moment même où Courcol bâtit à proximité une demeure percée de hautes et larges fenêtres, ne peut être, là encore, une coïncidence.

  • 38 Jacques de Bauquemare (1518-1584) reconstruit Bourdenis à partir de 1580. Sur lui et sa carrière, v (...)
  • 39 Les biens de Jacques Le Pelletier reviennent à son neveu Jacques II Le Pelletier en 1511 (Pagazani (...)

19Construire une demeure ambitieuse ou embellir une résidence peut aussi marquer l’aboutissement d’une carrière : lorsqu’ils décident de bâtir, Jacques Le Pelletier a environ 50 ans, Jean Ango plus de 55, Bertrand de Bailleul entre 50 et 60, Jacques de Silly la cinquantaine, Martin Alorge la soixantaine et Jacques de Bauquemare 62 ans38. On a vu plus haut avec les exemples de Martin Alorge à Senneville et de Jacques de Silly à Heubécourt que la nouvelle construction leur permet de se retirer définitivement de la vie publique et de passer la fin de leur vie à la campagne dans une demeure agréable. Mais il est encore plus significatif que ces gentilshommes, à l’exception de Martin Alorge et de Jacques de Bauquemare, n’aient pas de descendance mâle directe. On devine qu’arrivés à l’automne de leur existence, sans fils pour leur succéder et sans espoir d’en avoir jamais, ces hommes aient voulu rappeler durablement leur nom et leur lignée dans la pierre, faute de pouvoir le faire dans la chair39.

Fig. 21 > Houlbec, à Houlbec-près-le-Gros-Theil (Eure). Plan et distribution restitués du rez-de-chaussée en 1606 (voir document no 21). 3 : « petite court » ; 4 : « salle » ; 5 : « chambre de ladite dame » ; 6 : « tour de ladicte chambre » ; 7 : « garde-robe de ladite chambre » ; 8 : « cuysine » ; 9 : « tourelle de ladite cuysine » ; 10 : « despence de ladicte salle ».

Fig. 22 >Sénitot (aujourd’hui Bévilliers), à Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime). Façade principale (sud) de la maison noble.

Recevoir le roi chez soi

20Reste à aborder un dernier critère qui a peut-être pesé sur le choix du site et sur la décision de construire chez quelques gentilshommes haut-normands : l’espoir de recevoir le roi chez eux. Si les preuves formelles manquent, un faisceau de présomptions assez important permet d’aborder le sujet. Le fait avéré que certains gentilshommes de petite et moyenne noblesse ont reçu le roi chez eux est-il dû au hasard des pérégrinations du souverain ou à la réussite d’un plan concerté pour l’attirer ? Que peut-on retenir du fait que certains calquent les formules architecturales de châteaux royaux, comme on l’a déjà vu pour Tilly, Fleury et Bonnemare, édifices construits par des gentilshommes qui ont eu accès à la faveur du souverain à un moment de leur carrière ? Que peut-on dire des venues fréquentes dans la province de François Ier (quatorze séjours en trente-deux ans de règne), de Charles IX (huit séjours en treize ans) et d’Henri III (six séjours en quinze ans) ? Qu’en est-il réellement de la volonté de Charles IX de construire un château dans la province ? L’implantation des maisons des notables en bordure ou au voisinage d’une route importante n’est-elle voulue que pour faciliter l’accès au domaine ou s’agit-il également d’augmenter leurs chances d’y voir passer le souverain ? La question se pose aussi pour la proximité avec les forêts royales.

  • 40 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 40.
  • 41 Tableau 29.
  • 42 Lettre de Pierre Le Gouppil, seigneur du Parquet, procureur général de Rouen, aux conseillers de la (...)

21Monique Chatenet a montré la propension des rois de France à séjourner chez leurs sujets40. Les châteaux partageant avec les abbayes et les évêchés le privilège de servir de résidence au roi quand il passe à proximité, les étapes sont, somme toute, quelque chose d’assez banal. Mais l’élément le plus significatif – et le plus facile à interpréter – est lorsque le souverain fait un crochet sur la route pour se rendre chez l’un de ses courtisans (fig. 23). Cela se produit, pour ne citer que ces exemples, en août 1517 quand François Ier sur le chemin de Dieppe à Rouen bifurque soudain pour aller à Fontaine-le-Bourg que possède l’abbé Antoine Bohier (27-28 août), en avril 1535 lorsqu’il se rend de Rouen à l’abbaye du Bec-Hellouin et quitte la route pour aller chez Claude Le Roux à Tilly (5 avril), le 18 mars 1535 et le 19 avril 1540 quand il va à Condé-sur-Iton dans la résidence d’été de l’évêque d’Évreux Gabriel Le Veneur, ou encore le 3 avril 1544 et les 15 et 18 février 1546 lorsque le roi se rendant à Vernon fait un crochet pour être reçu chez son favori l’amiral d’Annebault à Heubécourt. C’est de la même manière que Charles IX se rend à Ételan et à Chambray en 156341. Les rois semblent assez coutumiers de ces petites escapades, à commencer par François Ier qui s’échappe souvent « pour aller par pais à son plaisir » avec sa « petite bande » de dames et courtisans triés sur le volet42.

22Qu’il s’agisse le plus souvent de simples haltes ne retire rien à l’importance de cette marque de faveur du souverain faite à ces courtisans que tous devaient savoir mesurer tant à la cour que dans la province.

  • 43 Tableau 29.
  • 44 Sur la « chambre du roi » à Sénitot, voir p. 252.
  • 45 Tableau 29 et document 4. Si Charles IX et Catherine de Médicis sont à Ételan en 1563, une chambre, (...)
  • 46 AD Seine-Maritime, 116 J 11, pièce no 5 : acte du 14/12/1541, cité par Sorel P., Le château du Tail (...)
  • 47 Tableau 29.
  • 48 Sur Fleury, voir p. 114-117 et notice 24.

23D’autres gentilshommes n’ont pas eu la chance de recevoir le roi chez eux, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’ils n’aient pas tenté de le faire. Du reste, il n’est même pas sûr que certains d’entre eux n’y soient pas parvenus. Les itinéraires des rois de France reposant essentiellement sur les « dates de lieu » des actes royaux, il ne fait aucun doute que des lacunes les émaillent, le souverain ne travaillant pas tous les jours aux affaires de l’État, tout particulièrement lorsqu’il s’isole de la cour pour chasser. Ainsi en sommes-nous réduits aux conjectures lorsque le roi passe à proximité immédiate de tel ou tel manoir et qu’aucun acte n’est enregistré. On peut légitimement penser que les petites et moyennes demeures ayant hébergé le roi sont plus nombreuses que ne le laissent supposer les documents. L’hypothèse doit être formulée à propos de Sénitot que fait construire de 1528 à 1535 Louis de Richebourg, commissaire du roi : François Ier passe à proximité à deux reprises au mois de mars 1535 avant de se rendre au Havre et sur le chemin du retour43. Une chambre de ce logis, appelée « chambre du roi », certes dans un inventaire de biens meubles tardif (il date du XVIIIe siècle), donne un poids supplémentaire à l’hypothèse de la venue du souverain chez Richebourg44. La tradition, des mentions d’inventaires de biens meubles ou des lettres suggèrent ou attestent la venue du roi dans d’autres édifices, à Fontaine-le-Bourg (1517, 1550, 1576, 1592), à Clères (1517, 1563, 1590, 1592) et à Ételan déjà cités (1475, avant 1557 et en 1563), mais aussi à Bonnemare (sans doute au cours de la décennie 156045). Pour d’autres raisons, on peut aussi émettre cette hypothèse, par exemple, pour « la maison appartenant ausdits Du Fay [Richard et Robert Du Fay, chanoines de Rouen], nommé Le Taillis, [qui] est parc pour le roy nostre seigneur46 ». Jamais mentionné dans les itinéraires comme halte ou étape du roi, le fief du Taillis, dans la forêt royale du Trait, dut cependant être visité par François Ier qui aimait à chasser dans la proche forêt de Mauny appartenant au grand sénéchal de Normandie Louis de Brézé et à son épouse Diane de Poitiers, veuve en 1531 (François Ier est à Mauny en 1517, 1520, 1523, 1532, 1535, 1540 et 1544 ; Henri II s’y arrête aussi en 155047). La même hypothèse peut être énoncée pour Fleury, on l’a vu plus haut, construit entre 1559 et 1567 par Pierre de Courcol, vicomte et receveur ordinaire de Lyons. En raison de sa charge, ce gentilhomme a dû rencontrer Charles IX qui chassait souvent en forêt de Lyons, d’autant que son fief, situé dans cette forêt, était voisin de celui du roi dont le projet de bâtir Charleval remonte précisément à cette décennie48.

Fig. 23 > Trajets et séjours de François Ier en Haute-Normandie au début (1515-1540) et à la fin (1540-1547) de son règne.

  • 49 Voir tableau 29 et les notices des édifices cités.
  • 50 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 260.

24On notera aussi que ces édifices sont tous ou presque de construction récente lorsque le roi y passe. Ételan, donné par Louis XI à Guillaume Picard en 1468, est reconstruit peu après et visité par le roi en 1475 ; Clères, rebâti en 1500-1506, et Fontaine-le-Bourg, vers 1512, reçoivent le roi en 1517 ; Sénitot (1528-1535) et Tilly (vers 1529-1535) sont tous les deux visités en 1535, de même qu’Heubécourt (construit après 1532) en 1544 et 1546 ; Le Taillis (vers 1544-1550) accueille peut-être Henri II en 1550 ; Bonnemare (1555-1560) reçoit Charles IX peut-être en 1562, du moins au cours de la décennie, de même que Fleury (élevé vers 1559-156749). Comme l’a remarqué Monique Chatenet, les rois semblent apprécier les initiatives architecturales de leurs sujets50. Outre que ces lieux devaient être fort délectables, le plaisir des souverains à découvrir les nouveaux bâtiments de leurs courtisans n’était sans doute pas étranger à leurs visites. De leur côté, les courtisans haut-normands n’étaient certainement pas ignorants du fait. Que Claude d’Annebault reprenne l’ordonnance de la façade sur cour de l’aile François Ier de Blois pour orner la cheminée de sa grande salle d’Heubécourt (fig. 24, 25), que Claude Le Roux reproduise pour sa maison campagnarde de Tilly le parti des toits en pavillon séparés par une terrasse de Chambord (fig. 16, 26), ou que Louis de Richebourg calque le quadrillage des façades des châteaux royaux ligériens (Blois, Chambord) pour son logis de Sénitot n’est certainement pas un hasard (fig. 22). Plus qu’une préférence pour l’architecture royale, peut-être faut-il y voir une volonté de flatterie. Arrêtons-nous un instant sur l’exemple de Tilly, car l’histoire de la construction semble étayer cette supposition. Mieux : elle suggère que le roi a pu être, sans doute inconsciemment, le promoteur de la puissante architecture qu’il développe à cette époque.

Fig. 24 > Heubécourt (Eure). Cheminée de la grande salle, état actuel. L’emblème (de François Ier ?) qui figurait au centre a été martelé.

Fig. 25 > Château de Blois (Loir-et-Cher). Détail de la façade sur cour de l’aile François Ier.

  • 51 Pagazani X., « Le château de Tilly… », art. cit.
  • 52 Tableau 29 ; Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 142.
  • 53 Pour la datation des travaux de couverture de Chambord, voir Chatenet M., Chambord, Paris, 2001, p. (...)
  • 54 Sur l’hôtel d’Escoville, voir Beck B., « L’hôtel Le Valois d’Escoville, à Caen », Mémoires de l’aca (...)
  • 55 Sur les toits à profil en fer de hache, voir p. 196-197. Ce dessin de Jacques Androuet du Cerceau ( (...)

25On sait que Claude Le Roux hérite de son père en 1528 ; peu après, le 6 septembre 1529, il procède à un échange de terres limitrophes de son fief avec son suzerain, Claude de Lorraine, duc de Guise ; et le 13 septembre de la même année, il contracte une dette de 1 200 lt auprès de son oncle maternel, le conseiller au parlement Guillaume III Jubert. Il n’est guère douteux que la construction débuta à ce moment, l’accroissement d’un domaine précédant souvent le début d’un chantier et les liquidités permettant à Claude Le Roux de financer celui-ci51. Sur ces entrefaites, François Ier fait son entrée solennelle à Rouen avec sa nouvelle épouse Éléonore d’Autriche au mois de février 1532 et reçoit au cours de son séjour Claude Le Roux et le président du parlement comme représentants de la ville52. On est tenté de mettre en rapport la venue du roi dans la province avec l’adoption par Claude Le Roux pour le couvrement de sa demeure campagnarde d’un parti spectaculaire, mis en œuvre au même moment à Chambord : comme au château royal, le corps isolé de Tilly est couvert par des toits en pavillon séparés par une terrasse que domine la silhouette du grand lanternon de la tour d’escalier53 (fig. 16, 26). La tentation de ce rapprochement est d’autant plus grande que le même phénomène se produit simultanément à Caen. À l’hôtel d’Escoville, bâti à partir de 1533 par Nicolas Le Valois quelques mois après l’entrée du roi dans la ville (avril 1532), les petits portiques ouverts sur la cour par de grandes arcades sont couverts par une terrasse qui isole les toits en pavillon des corps de logis et donne ainsi à voir les superbes lanternons chambourdins qui se dressent au-dessus des escaliers54. Cela veut-il dire que François Ier, féru d’architecture comme on le sait, a eu un rôle direct dans cette histoire ? Rien ne permet de l’affirmer, d’autant que cette disposition a très bien pu être inspirée à Claude Le Roux et à Nicolas Le Valois par les architectes du roi qui suivaient la cour dans ses pérégrinations. Un superbe dessin à la plume de Jacques Androuet du Cerceau, daté de 1550, conservé au musée Condé de Chantilly, apporte un élément qui va dans ce sens (fig. 26) : il représente Chambord, non pas avec des toits à pente droite comme ceux effectivement réalisés, mais avec un profil de fer de hache effilé, comme les toits de Tilly et de l’hôtel d’Escoville, forme qui connut un vif succès dans la province normande55. Ce dessin corrigé de Chambord atteste que le modèle du parti développé dans les deux édifices normands circulait dans l’entourage du roi.

Fig. 26 > Jacques Androuet du Cerceau, Chambord, dessin à la plume sur vélin. Chantilly, musée Condé, ms. f° 57vo-58r°.

  • 56 Tableau 29. Sur les détours du roi, voir la note 42.

26Quoi qu’il en soit, force est de constater l’adoption à Heubécourt, Sénitot, Bonnemare, Beuzeville-la-Grenier, Acquigny, Bailleul, Fleury et Chambray de partis de plan, de formules architecturales ou d’éléments de décor – utilisés parfois de manière insistante comme à Beuzeville et à Bonnemare – inspirés des demeures royales, réalisées ou restées à l’état de projet. On s’interroge d’autant plus que les rois ont effectivement vu certains de ces édifices lors de leurs séjours normands, comme Tilly que François Ier visite le 4 avril 153556. Le nombre même de ces réalisations n’est pas sans laisser perplexe.

27Mais la réponse est peut-être à chercher ailleurs. Ces formules, comme tant d’autres, quoique plus prestigieuses car émanant des châteaux du roi, ont plu à des gentilshommes qui les ont calquées, en plus modeste, pour leur propre demeure. Un autre élément de réponse peut tenir à la situation privilégiée de la Normandie : sa proximité avec l’Île-de-France, où désormais les rois résident le plus souvent et où ont lieu les expériences les plus novatrices, sa richesse, le nombre important d’officiers implantés dans la province et leur attachement au souverain sont autant d’éléments qui ont pu jouer en faveur de l’adoption de ces formules. Pour cerner plus précisément les traits, il faut prendre, à rebours, un peu de champ et élargir l’enquête en prenant en compte l’attitude des Grands.

  • 57 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 259-260.
  • 58 Voir note suivante et Nawrocki F., « Le dauphin Henri (1519-1559) », in C. Michon (dir.), Les conse (...)
  • 59 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 6, no 21.139 : 10/11/1536 ; Ibid., t. 4, no 13.65 (...)
  • 60 Bedos Rezak B., op. cit., p. 28 ; AN, P. 265², no 1476 : aveu du 19/12/1538, avec mention de l’acha (...)
  • 61 Beck B., « Le château de Valmont », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’archi (...)

28Monique Chatenet a relevé avec pertinence qu’à partir de 1547 une véritable partie d’échecs se joue à l’ouest de Paris entre les courtisans les plus en vue à la cour pour attirer le roi auprès d’eux57. Ainsi le cardinal de Lorraine commande-t-il la route de Saint-Léger avec Meudon et Dampierre, surveillée aussi par Diane de Poitiers, qui possède Limours, Beynes et Anet, tandis qu’Anne de Montmorency règne au nord de la capitale avec Vigny, L’Isle-Adam, Écouen et Chantilly. En réalité, la partie semble débuter en Normandie quelques années plus tôt et de manière beaucoup plus étendue, autour du dauphin, futur Henri II, gouverneur de la province depuis 1536. Nommé amiral de France et lieutenant-général de Normandie en 1544, Claude d’Annebault, grand favori de François Ier à cette époque, a pour mission implicite de surveiller l’héritier du trône dont les relations avec son père sont difficiles58. Or, dans la province, se concentrent à ce moment les principales propriétés de la grande sénéchale Diane de Poitiers (Mauny, Maulévrier, Le Bec-Crespin et Anet59). Par les terres héritées de sa famille, Anne de Montmorency, le principal favori du dauphin, est, lui aussi, particulièrement bien implanté dans la province ; et pour faire bonne mesure, il acquiert dès 1538 la baronnie de Préaux60. Dès lors, les grands seigneurs et barons normands n’ont de cesse d’attirer l’attention par des constructions spectaculaires. L’un des signes tangibles de ce phénomène est le début à cette époque des quatre plus grands chantiers normands depuis Gaillon : Valmont (1538-1550), Tillières (achevé en 1546), Mesnières (à partir de 1544) et Annebault (entre 1544 et 155261).

  • 62 Tableau 29.
  • 63 Ibid.
  • 64 Cloulas Y., Henri II, op. cit., p. 156 (Aumale) et 327 (Damville).
  • 65 Catalogue des actes d’Henri II, op. cit., t. 3, no 4956, 06. E1 (juin 1549), t. 4, no 6494 (avril 1 (...)

29Parallèlement, les visites de François Ier en Normandie tendent à se multiplier dans les dernières années de son règne. Au printemps 1540, le roi s’arrête à Aumale puis à Elbeuf chez Claude de Lorraine, à l’abbaye du Bec-Hellouin chez Jean Le Veneur, à Condé-sur-Iton, résidence d’été de l’évêque d’Évreux Gabriel Le Veneur, à Évreux dont Claude d’Annebault est capitaine et bailli. Le roi revient en Normandie quelques mois plus tard, au cours de l’été : là encore, il passe au Bec-Hellouin, à Évreux, mais aussi à La Mailleraye chez le vice-amiral de France Charles de Moÿ, à Mauny chez la grande sénéchale et sans doute à Appeville chez Annebault. En 1544, le roi, entrant en Normandie par Anet, se rend à nouveau au Bec-Hellouin, qui appartient désormais à Jacques d’Annebault, le frère cadet de l’amiral, à Mauny, à Heubécourt (chez l’amiral) et sans doute encore à Annebault. François Ier s’arrête une dernière fois à Aumale en 1545 et à Heubécourt en 154662. Au total, au cours des sept dernières années de son règne, François Ier se rend six fois en Normandie (contre seulement sept fois pour les vingt premières années63). À l’avènement de Henri II, la partie d’échecs est plus acharnée que jamais dans la province, le roi jetant en quelque sorte de l’huile sur le feu entre les Montmorency et les Guise : il érige le comté d’Aumale en duché-pairie en 1547, Damville en baronnie en 1552 tandis qu’il nomme le cardinal de Lorraine abbé de Fécamp (1550) ; il érige, enfin, la baronnie d’Elbeuf en marquisat en 155464. Annebault n’est pas en reste malgré sa disgrâce, toute relative il est vrai (s’il perd la capitainerie et le bailliage d’Évreux, c’est pour les céder à son fils ; il conserve sa charge d’amiral de France et de lieutenant-général du gouvernement de Normandie) : Appeville est érigé en baronnie d’Annebault en 1549 et l’amiral obtient en 1550 pour sa fille Madeleine les vicomtés de Pont-Authou et de Pont-Audemer dont dépend sa nouvelle baronnie d’Annebault65.

  • 66 Bedos Rezak B., Anne de Montmorency…, op. cit., p. 28. Montmorency achète la seigneurie de Préaux à (...)
  • 67 François est le fils de Claude de Montmorency-Fosseux (mort en 1546) et d’Anne d’Aumont, dame de Da (...)
  • 68 Tableau 29.
  • 69 Ibid.

30Le jeu d’échecs comprend aussi des pièces secondaires mais indispensables pour conforter la puissance des Grands : la parentèle et la clientèle. Le connétable contrôle, grâce à elles, tout le nord et l’ouest de Paris, en particulier les accès vers la Normandie. En effet, en plus des propriétés normandes que les Montmorency tiennent plus ou moins de longue date (Préaux, Mesnil-Hodenne, Bosgouet, Blainville, Mesnil-Paviot, Morel-Boissel, Bosc et Becquelièvre), Anne possède désormais le domaine de Dangu, dans le Vexin normand, qu’il acquiert en 1554 et fait rénover, tandis que son fils Henri possède la châtellenie de Damville, érigée, on l’a dit, en baronnie en 155266 ; son parent François de Montmorency-Hallot détient le proche domaine du Hallot, à Civières-en-Vexin67, et sa nièce, Anne de Laval, possède avec son mari Louis de Silly les domaines de La Roche-Guyon et d’Acquigny, qu’ils font reconstruire à cette époque. Preuve de l’importance de ces pièces secondaires, François Ier puis Henri II, accompagnés du connétable, se rendent à de nombreuses reprises à La Roche-Guyon, qui, sur les « marches » de la Normandie, devient avec Anet entre 1535 et 1550 l’une des portes privilégiées qu’empruntent les rois pour entrer ou sortir de la province68. Les Guise n’ont rien à envier : outre le duché d’Aumale et le marquisat d’Elbeuf tenus par Claude, puis par ses fils François et René à partir de 1550, l’abbaye de Fécamp et la baronnie de Fontaine-le-Bourg qui en dépend tombent dans l’escarcelle du cardinal Charles de Lorraine qui y reçoit Henri II au mois d’octobre 155069. Est-ce vraiment un hasard si le cardinal engage d’importants travaux de réparations à Fontaine-le-Bourg au moment même où il fait construire à Meudon et à Dampierre ? Dans ce jeu, les constructions vont en effet bon train. On l’a dit, Mesnières, Tillières, Annebault, Dangu, Valmont, Fontaine-le-Bourg, Anet sont reconstruits, embellis ou rénovés au cours des décennies 1540 et 1550. Notons que deux d’entre eux, Tillières et Annebault, malheureusement disparus, inaugurent un parti promis à un bel avenir au XVIIe siècle : le corps de logis flanqué de deux gros pavillons isolé au fond d’une cour ou d’une plate-forme, privé des ailes que l’on trouve habituellement à cette époque dans les grandes demeures (fig. 27, 28). C’est aussi sans doute dans les années 1550 que Louis de Silly et Anne de Laval décident de bâtir sur leur baronnie d’Acquigny non pas un château, mais une agréable maison de plaisance agrémentée d’un jardin et d’un vaste parc de chasse (fig. 29, 30). Le choix du site d’Acquigny n’est pas anodin : Anet et Acquigny sont au bord de la même rivière, l’Eure, Louis de Silly et Anne de Laval en aval, la favorite (et le roi) en amont.

Fig. 27 > Château de Tillières (aujourd’hui Tillières-sur-Avre, Eure). Anonyme, « Le château de Tillières. An 1546 », publié dans Lizot B., « Les communes du canton de Verneuil », dans F. Salet, J. Guislin, P. Bachelet (abbé) et al., Le pays de Verneuil-sur-Avre, Évreux, 1987, p. 156.

31Dans ce climat architectural et politique, Charles de Lorraine peut espérer recevoir Henri II à Fontaine-le-Bourg au cours de l’été 1559, comme le suggère une mention d’un mémoire de réparation :

  • 70 AD Seine-Maritime, 7 H 1139, 06/07/1559. La nouvelle de l’accident mortel du roi n’est pas encore p (...)

Monseigneur pourrait venir par deçà, aprez le mariage du roy catholique [Philippe II d’Espagne], et que on eust à regarder que toutes réparations feussent faictes et le tout mys au meilleur estat qu’il serait possible.70

32Mais on sait le dénouement tragique des réjouissances données à l’occasion de ce mariage : la blessure mortelle d’Henri II lors du tournoi de la rue Saint-Antoine.

Fig. 28 > Annebault, à Appeville-Annebault (Eure). Élévation antérieure du château, 1773. Paris, AN, N III, Eure/56/2. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Emanuelli]

  • 71 Grodecki C., « Les chantiers de la noblesse et de la haute bourgeoisie dans la région parisienne d’ (...)
  • 72 Tableau 2.

33Catherine Grodecki a déjà relevé l’importance de l’activité de construction qui se développe alors dans la région parisienne parmi les officiers et les favoris des rois. Cela est particulièrement sensible autour d’Henri II, qui, comme son père, donne l’exemple71. Cette activité architecturale s’étend jusqu’en Normandie, phénomène qui se renouvelle, dans une mesure égale sinon supérieure, pendant les règnes suivants72. C’est donc dans cette conjoncture privilégiée et stimulante que des gentilshommes normands moins fortunés font bâtir et, parfois, reçoivent leur souverain. Preuve éclatante de l’importance de la petite et moyenne noblesse dans ce jeu, ce n’est pas un Grand du royaume qui décide Charles IX à construire en Normandie, mais le plus modeste secrétaire des finances Jean Férey, seigneur de Durescu, comme le révèle Jacques Androuet du Cerceau :

  • 73 Androuet du Cerceau J., Le second volume des plus excellents bastiments de France, Paris, 1579, cit (...)

Ceste place [Charleval] est assise et située en Normandie sur le chemin de Paris à Rouan, prochain le bourg de Fleury [Fleury-sur-Andelle, Eure]. Le roy Charles IX ayant desir faire bastir quelque lieu, fut aduerty par le sieur de Durescu, de cette place, qui est en un vallon, enclos et circuy de montaignes, au dessus desquelles est la forest de Lions. Et entre lesdictes montaignes y a de belles veuës : vne entre autres, laquelle estend son regard par un vallon jusques à la riuiere de Seine, distante de trois lieuës du lieu […].73

Fig. 29 Acquigny (Eure).
Plan d’ensemble restitué, état vers 1547-1557.
A : avant-cour (1 : pavillon ; 2 : écuries) ;
B, C et D : plate-forme ;
B : cour (3 : maison seigneuriale) ;
C : cour du commun ou jardin potager ;
D : premier jardin d’agrément ;
E : deuxième jardin d’agrément (4 : portique ?) ;
F : parc ;
G : prieuré Saint-Mauxe et Saint-Vénérand (5 : chapelle) ;
H : église paroissiale.

Fig. 30 > Acquigny (Eure). Façade principale (nord-ouest), état restitué vers 1547-1557.

34L’accès facile depuis la capitale et Rouen, la présence d’un cours d’eau (l’Andelle) et de la grande forêt giboyeuse de Lyons, les belles vues sont autant d’arguments que Férey a pu faire valoir au roi. On sait aussi que les grandes forêts normandes ne laissaient pas François Ier indifférent, qui aimait à chasser dans la forêt royale de Brotonne et dans les bois de Mauny et de La Mailleraye, possessions de ses favoris Louis de Brézé et Charles de Moÿ. Une lettre du grand sénéchal résume assez bien l’emploi du temps du souverain en Normandie au cours de l’année 1517 :

  • 74 Lettre datée de janvier 1518, citée par Cloulas Y., Diane de Poitiers, op. cit., p. 374, note 40.

Je n’ay point depuis bougé d’icy [Anet], d’avecques la dame de céans [Diane de Poitiers], sinon depuis quinze jours que le roy y vint là ; où je vous asseure que nous y fymes grant chère, car y avoit force damoyselles de toutes sortes et conditions et de belles ; mais pour ce que la chose seroit longue à vous escrire, je remets à vous d’en penser ce qui en fust. Nous nous en allasmes à Rouen, là où nous fusmes bien festés, et de là à Mauny où nous primes un grant cerf, et de là nous allasmes au Havre de Grâce, là où le dictseigneur coucha et vist sa grand nef. Le lendemain partimes à nous en revenir en Bretonne [la forêt de Brotonne] où nous primes un autre grant cerf, […] de là nous en revinsmes à Rouen, là où nous avons été trois ou quatre jours à fere la plus grant chère du monde ; et tous les jours festins et banquets aux dames, et vous prometz que y avons esté aussi bien traité que le lieu où nous fumes oncques. Le dict seigneur estallé de là tout droictà Saint-Germain et moy ici pour y voir la dame de céans.74

  • 75 Tableau 29.
  • 76 Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, t. 2 (1838), Paris, (...)

35Mais sans doute autant que l’abondant gibier des forêts normandes, c’est la proximité de la province avec la capitale qui a dû conduire les rois à venir si souvent en Normandie. C’est aussi pour échapper à la touffeur de l’été en Île-de-France qu’ils s’y rendent régulièrement à partir des années 1540 : François Ier au cours des étés 1540, 1544 et 1545, Henri II en 1550, Charles IX en 1561, 1563, 1567, 1570 et 1573 et Henri III en 1576, en 1578 et en 158375. Du moins, le fait est-il avéré à l’été 1578 lorsque l’ambassadeur vénitien Lippomano rapporte que le souverain réside dans la province, au château de Gaillon, « per schivare li gran caldi, e per suo diporto76 ».

36Entendons-nous : si la volonté d’attirer le roi chez soi a pu inciter un petit groupe de gentilshommes à bâtir, ce n’est vraisemblablement pas là leur principale motivation. L’espoir de recevoir le roi a pu jouer, mais le désir de posséder une demeure aux champs d’accès facile, dans un site agréable à proximité d’un cours d’eau ou d’une belle forêt et susceptible d’apporter un revenu supplémentaire était certainement bien plus déterminant dans leur décision.

L’« ASSIETTE » DU MANOIR

Il faut que l’architecte soit diligent à connaître l’assiette du lieu, et savoir où doit être posée une chacune chose, selon qu’elle le requiert […] après avoir entendu le plaisir et la volonté du seigneur, pour mieux tout accommoder.
Philibert Delorme, Le premier tome de l’architecture, Paris, 1567, f° 65v°.

Les anciens ont ordonné le bastiment champestre à demi-montaigne, regardant le midi, estimans telle assiete la plus salubre, par estre couverte de la bize, à l’abri, reculée de la rivière (qui est souvent malsaine), avoir la veue assés haute et longue, et n’estre trop humide, ni aussi trop desnuée d’eau. C’est bien à la vérité l’assiete préférable à toute autre.
Olivier de Serres, Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Paris, 1600, premier lieu, chap. V, p. 91.

  • 77 Plus des trois quarts des sites de mon catalogue sont antérieurs au milieu du XVe siècle.
  • 78 Voir les notices suivantes : Acquigny, Anquetierville, Auffay-la-Mallet, Bailleul, Beaumont, Le Bec (...)
  • 79 Pagazani X., « Le château de Martainville », art. cit., p. 151 et note 20.

37Une fois la décision de construire arrêtée, une fois aussi en pleine possession du fief qu’ils convoitent, les gentilshommes, sans doute en concertation avec leur maître-maçon ou leur architecte, doivent choisir l’emplacement où bâtir. Mais, de même que pour un gentilhomme le choix d’une seigneurie est, on l’a vu, limité, le choix de l’assiette du manoir connaît des contraintes, car il doit beaucoup aux constructions des générations qui l’ont précédé. Les seigneuries haut-normandes sont en effet pour une très large majorité des créations antérieures à l’époque qui nous occupe : leur implantation est un héritage médiéval77. Ces seigneuries anciennes sont attestées, soit par des textes, soit par la présence d’éléments architecturaux antérieurs au milieu du XVe siècle (une motte castrale, un château-fort ruiné, des bâtiments agricoles ou des vestiges du logis seigneurial précédent78). Pour les quelques seigneuries restantes, il est souvent difficile de dire si elles sont anciennes ou pas, puisque aucun bâtiment antérieur ne subsiste ; leur histoire est mal connue et leur identification même pose parfois des problèmes. Seuls trois fiefs – Le Taillis, Les Rocques et Les Brûlins – sont attestés comme des créations modernes. Les édifices documentés seulement à partir des XVe et XVIe siècles et dont les bâtiments semblent construits en une seule campagne (Tilly, manoir d’Ango, Le Flot, Mentheville pour ne citer qu’eux) s’élèvent peut-être aussi sur des seigneuries créées au cours de la période qui nous occupe, mais rien ne permet de l’affirmer. Il peut aussi s’agir de seigneuries anciennes dont les bâtiments étaient ruinés. L’exemple de Martainville l’atteste : sans des travaux récents qui ont mis au jour les vestiges de maçonneries anciennes dans la basse-cour et le texte de l’acte de vente de la seigneurie antérieur aux travaux menés par Jacques Le Pelletier vers 1495, il serait impossible aujourd’hui, à la seule vue de l’organisation régulière des bâtiments, de savoir que le site est ancien79. Car si les seigneurs, dans la grande majorité des cas, préfèrent conserver les bâtiments anciens ou remployer leurs vestiges, d’autres font place nette pour créer ex nihilo. Il n’est pas anodin de relever qu’il s’agit le plus souvent d’hommes neufs qui viennent d’acquérir la terre, comme à Martainville, Archelles, Le Plain-Bosc.

  • 80 Voir l’étude pionnière sur l’assiette du château en Île-de-France : Boudon F. et al., Le site et se (...)

38Ce sont ces trois situations particulières, seigneuries d’ancienne création dont l’assiette est conservée ou, au contraire, dont le pourpris est recréé ex nihilo, et seigneuries modernes, qu’il faut distinguer et étudier. La comparaison entre seigneuries anciennes et nouvelles est intéressante, car l’étude de leurs implantations respectives peut permettre de savoir s’il existe une évolution entre la période médiévale et la période moderne. Mais pour les seigneuries anciennes peut-on encore parler d’un choix ? A priori non, excepté si le seigneur implante son nouveau manoir à quelque distance de l’ancien. Autant qu’on puisse en juger par les textes et par les éléments encore en place, la majorité des gentilshommes semble avoir privilégié la conservation de l’ancienne assiette, implantant le nouveau manoir sur l’ancien ou à côté : c’est l’une des constantes du domaine seigneurial normand des XVe et XVIe siècles80.

  • 81 Savot L., L’architecture françoise des bastiments particuliers, Paris, 1624, p. 8.
  • 82 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique de M. Charles Estienne…, Paris, 1572, (...)

39Il faut dire que la conservation du vieux a des avantages évidents : manifestation de la continuité seigneuriale, réutilisation d’une assiette éprouvée, des infrastructures (routes, sources) et des ressources (terres arables et bois), voisinage du village et de l’église paroissiale, qui affirme l’emprise du détenteur du manoir, par ses droits seigneuriaux, sur les paroissiens. « Il vaut mieux bastir en un lieu habité qu’en celuy où personne n’a encore fait aucune demeure », écrit Louis Savot dans son Architecture françoise des bastimens particuliers (1624), « d’autant qu’entre autres raisons, on est asseuré des qualités et conditions de la salubrité81 ». Sans oublier la possibilité de conserver ou remployer des murs, des fondations ou, à tout le moins, de vieux matériaux. Si un certain nombre de manoirs (ce qui est très loin d’être la majorité en Normandie) sont « en croppe d’une petite colline ou de quelque heurt, si le pays est bossu et montueux82 », ce n’est pas parce que leurs constructeurs ont suivi les préceptes des traités d’agronomes (Pierre de Crescens, Charles Estienne) ; au contraire, ce sont plutôt les auteurs de ces traités qui ont enregistré des usages ancestraux. Examinons les différents cas de figure de plus près.

40Aux manoirs d’Anquetierville, de Chauvincourt et de Prey, les sites anciens et leurs logis seigneuriaux, qui datent pourtant du XIIIe siècle, sont conservés : les travaux consistent essentiellement dans des aménagements intérieurs, le percement de nouvelles fenêtres, un rhabillage des façades et l’ajout de tours pour y placer un escalier en vis ou des annexes aux salles et aux chambres (fig. 31). Qu’Anquetierville soit la maison aux champs du bourgeois de Rouen Robert Surreau, Chauvincourt (un plein-fief) la seigneurie principale du gentilhomme de la maison du roi Philippe de Fumechon, et Prey (un autre plein-fief) à la fois la maison aux champs et le fief principal de la famille parisienne Hennequin laisse à penser que cette solution n’a pas été inspirée par un souci d’économie. En réalité, la solution n’avait rien d’un expédient pour ces gentilshommes : ils y vivaient une partie de l’année et portaient le titre de seigneur du lieu. En conservant le bâtiment vieux de plusieurs siècles qui manifestait l’ancienneté de l’implantation seigneuriale, ces gentilshommes voulaient sans doute marquer la continuité et la légitimité de leurs droits et de leur autorité sur la paroisse dont ils étaient à la fois seigneur et patron. En outre, ils préservaient ainsi la puissante image séculaire des deux pôles essentiels de la communauté villageoise placée entre leurs mains : à Anquetierville, à Chauvincourt et à Prey, la maison seigneuriale et l’église, qui est sur le fonds même du manoir, dressent leur haute silhouette à peu de distance l’une de l’autre.

Fig. 31 > Chauvincourt (Eure). Façade arrière (nord). À droite au premier étage, fenêtre géminée du XIIIe siècle ; à gauche, travée de fenêtres du milieu du XVIe. AD de l’Eure, photo du début du XXe siècle. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Christophe Kollmann]

  • 83 Delorme P., Le premier tome de l’architecture, Paris, 1567, f° 65r° et v°. Voir aussi les moraliste (...)

41D’autres seigneurs épargnent l’ancien logis, car celui-ci est de construction plus récente. Il n’est guère douteux, dans ce cas, qu’ils le gardent pour des raisons d’économie tout en préservant la demeure de leurs prédécesseurs, situation que décrit Philibert Delorme dans son Premier tome de l’architecture (156783). À Beuzevillela-Grenier (logis XVe siècle), à Ételan, à Clères, au Hérault, au Bec-Crespin pour ne citer que quelques exemples, les anciens logis sont augmentés, transformés, percés de nouvelles fenêtres ou rhabillés. Toutefois, à la différence du premier cas de figure, ce qui est économisé d’un côté semble être investi de l’autre. Dans ces manoirs, les principaux efforts sont portés ailleurs, sans doute dans le décor intérieur de la maison, mais aussi, plus sûrement, dans les aménagements extérieurs. On doit le reconnaître : ces cas sont passionnants, car les solutions alors adoptées par les architectes ou maîtres-maçons sont à la mesure des contraintes imposées par le site et les bâtiments en place. Jugeons-en plutôt.

42À Ételan (vers 1494), la maison seigneuriale est embellie par une tour d’escalier d’un nouveau type, entièrement ouverte sur la cour, et par de nouvelles lucarnes ; l’intérieur est réaménagé, tandis que l’assise médiévale est renouvelée par le développement d’un jardin d’agrément dont les petites terrasses descendent vers le fleuve (fig. 32). À Clères, avant les travaux, l’entrée se faisait au sud par un logis-porte qui aboutissait dans la cour où se trouvaient sur le côté droit le bâtiment de la Justice (la Cohue) et un peu plus loin le grand logis seigneurial en pan-de-bois. Vers 1500-1506, l’architecte de Clères « retourne » cette organisation (fig. 33). Il place l’entrée au nord et reprend largement au sud l’ancien logis-porte pour en faire la nouvelle maison noble : réaménagé, percé de fenêtres plus nombreuses et plus grandes, augmenté d’annexes, dont une petite galerie en retour sur la cour ayant regard sur l’ancienne motte castrale, le logis-porte est devenu une agréable demeure dont les fenêtres ouvrent sur la verdoyante vallée de la Clérette, où l’architecte a pris soin de placer un vaste jardin accessible par l’ancien pont-levis. Au Hérault (vers 1575), l’agrandissement du logis seigneurial s’accompagne de la construction de bâtiments agricoles de même facture (en pierre et en silex de différentes couleurs), qui apportent une unité visuelle nouvelle à l’ensemble (fig. 34). Au Bec-Crespin (vers 1580), les fausses-braies autour de la plate-forme offrent désormais un lieu de promenade agréable autour de la cour et des vues sur le paysage environnant et le vaste jardin placé au-delà des douves.

Fig. 32a > Ételan, à Saint-Maurice-d’Ételan (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état en 1557. A : cour (1 : portail et « veille maison », logis secondaire ; 2 : « maison » seigneuriale ; 3 : puits). B : jardin d’agrément (4 : terrasse). C : jardin potager. D : « haras » (5 : « grande escurye » et écurie). E : « basse-court » (6 : « maison neufve », logis du fermier ; 7 : étables ; 8 : grange). F : verger. G : parc.

Fig. 32b > Ételan, à Saint-Maurice-d’Ételan (Seine-Maritime). Élévation sur cour de la maison noble.

Fig. 32c > Ételan, à Saint-Maurice-d’Ételan (Seine-Maritime). Vue du château prise du côté du midi. BM Rouen, dessin de 1791. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie]

Fig. 33 > Clères (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1505. A : cour (1 : bâtiments de dépendance ; 2 : colombier ; 3 : ancien logis-porte devenu maison seigneuriale ; 4 : bâtiment de la Justice ; 5 : ancien logis seigneurial) ; B : église paroissiale ; C : ancienne motte castrale ; D : pré ; E : jardin ; F : prairie (6 : dérivation et moulin) ; G : halle.

43La solution le plus souvent adoptée est encore différente. Des seigneurs préfèrent conserver l’ancienne maison noble et construire contre elle ou à côté un logis neuf. Cette solution est rarement temporaire, comme à Houlbec : Jean Mazeline, seigneur du lieu, conserve l’ancien logis quelques années seulement avant de l’abattre pour poursuivre la construction de la nouvelle demeure. Majoritairement, la solution est pérenne. À Thevray, vers 1570, Gabriel de Chambray conserve la tour-résidence du XVe siècle et élève dans son voisinage un nouveau logis d’où il peut se rendre directement dans le vaste jardin aménagé à cette époque ; les deux logis, ancien et nouveau, fonctionnent indépendamment, ce que suggère la construction d’une nouvelle cuisine à proximité directe de la tour (fig. 35). Ces travaux ont permis en outre de répondre aux exigences de régularité : l’ancienne plate-forme est maintenant un quadrilatère où s’organisent les nouveaux et les anciens bâtiments (le logis neuf en fond de cour, une grande dépendance à droite, le puits au centre, la tour du xve rejetée sur le côté), ce qui correspond tout à fait au cas de figure que présente Delorme dans son traité :

  • 84 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 65v°.

Il [L’architecte] trouvera donc comme un homme de bien et savant telle invention qu’elle y sera requise, et la saura bien excogiter, […] ou autres belles façons qui seront propres pour faire servir et accommoder les vieils logis avec les neufs, ce qu’on pourra faire commodément après avoir dressé un dessin de toute la place, et des bâtiments qu’on trouvera faits.84

Fig. 34a > Le Hérault, à Octeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1575. A : cour (1 : logis seigneurial ; 2 : mare ; 3 : colombier ; 4 : écurie ; 5 : étables ou bergeries ; 6 : pressoir) ; B : jardin.

Fig. 34b Le Hérault, à Octeville-sur-Mer (Seine-Maritime). L’ancien logis seigneurial, élévation antérieure.

Fig. 35a > Thevray (Eure). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, vers 1560-1570. Sources : document no 18, art. 21-32 et 39-48 ; document no 22. A : « premyere et haulte court » (1 : « pavillion du portail », « pont-levys » ; 2 : « puits » ; 3 : « pavillon » ; 4 : « granche, escuries, four et la chambre de desus » ; 5 : « fossez en eau » et « pescherie ») ; B : « grosse tour » ; C : « preys et les jardins » ; D : « basse-court », « ferme » (6 : maison du fermier ; 7 : grange ; 8 : pressoir ; 9 : « jardins de lad. ferme » ; 10 : colombier) ; E : « grand parc » ; F : « rangees d’arbres allant a Thevray ».

Fig. 35b > Thevray (Eure). La tour (fin du XVe siècle) de Jacques de Chambray à droite, isolée sur l’ancienne motte, et la nouvelle demeure (vers 1560-1570) de Gabriel de Chambray à gauche, au fond de la plateforme. Lithographie de F. Benoist publiée dans La Normandie illustrée…, Nantes, 1852.

  • 85 Document 12.

44Quelques années plus tard, vers 1580, le même Gabriel de Chambray opère de manière similaire dans son fief principal de Chambray. Le « vieux château » est alors flanqué d’une grande et belle demeure moderne (fig. 6, 36) ; là encore, les deux logis fonctionnent indépendamment, chacun pourvu de salles, cuisine, chambres et annexes. La nouveauté réside principalement dans la basse-cour de forme trapézoïdale qui offre désormais une arrivée majestueuse à la plate-forme où se dressent les logis, et dans l’emplacement du nouveau logis : comme à Clères, il est tourné vers le remarquable paysage de la vallée et un grand jardin aménagé à ce moment en contrebas pour exploiter le cours de la rivière. À Harquency, comme à Thevray et à Chambray, les deux logis sont indépendants. Un inventaire mobilier nous renseigne sur la destination de ces deux bâtiments : la « vieille maison », certainement l’ancien logis seigneurial, sert à recevoir le frère aîné de Guillaume Jubert, seigneur du lieu, tandis que celui-ci habite avec son épouse le « corps de logis neuf85 ».

45Souvent, cependant, et de manière parfois étonnante, les gentilshommes attribuent une nouvelle fonction à l’ancien logis, qui change alors de statut. À Fontaine-le-Bourg, l’ancienne maison noble devient ainsi, semble-t-il, un logis à l’usage exclusif de l’abbé, tandis qu’un nouveau logis seigneurial, appelé « grand maison », est construit à proximité ; le manoir est entièrement réaménagé, avec cours d’agrément, fontaine, jardins et prés (fig. 37). À Beuzeville-la-Grenier, l’ancien logis est modifié et rhabillé pour devenir une annexe du nouveau, dressé à seulement quelques mètres ; les deux logis fonctionnent ensemble, puisque, contrairement à l’ancien, le nouveau logis ne possède ni cave ni cuisine, mais seulement un cellier. Dans le cas de Beuzeville, comme à Thevray et à Chambray, les exigences de régularité ne sont pas oubliées (fig. 38) : le nouveau logis est implanté au fond de la cour, pour se donner ainsi à voir dès l’entrée, et perpendiculairement à l’ancien, pour régulariser l’ensemble ; dans le même esprit, le vieux bâtiment est rhabillé d’un parement en pierre de taille avec des corps de moulures identiques à ceux de la nouvelle demeure ; un grand jardin encadré par deux bosquets est créé à l’arrière dans l’axe du logis neuf.

  • 86 Ce qui a été remarqué pour la Bretagne : Rioult J.-J., « Les “retenues” des bourgeois de Rennes aux(...)
  • 87 Si je reviens plus précisément sur le sujet plus loin (p. 171-172), il faut cependant noter l’intér (...)
  • 88 Pagazani X., « Le château de Mesnières », art. cit.
  • 89 Fontainebleau et Anet sont « retournés » de la même façon par Philibert Delorme.

46Plus rare est le remploi de l’ancien logis seigneurial à l’usage du fermier86. Deux vieux logis changent ainsi de statut, à Bailleul et à Fleury, dans une organisation quasi identique87. À Bailleul comme à Fleury, l’ancienne cour du manoir devient une simple basse-cour au fond de laquelle l’ancien logis devient le logis du fermier (fig. 39, 40). Quant au nouveau logis, il prend place derrière la basse-cour, dans un endroit plus favorable au développement du jardin et du parc. Aussi étonnants que ces exemples puissent paraître aujourd’hui, ces bouleversements de l’organisation du manoir, ces retournements d’orientation ou ces changements d’affectation sont monnaie courante au XVIe siècle. À Mesnières, un tel retournement est opéré vers 154588. Mais il s’agit d’un phénomène général qui touche toute la France, des plus modestes gentilshommières aux châteaux du roi89.

47On voit par ces différents cas de figures que les remplois d’anciens sites et les remaniements des vieux bâtiments sont loin d’être stéréotypés, les mêmes causes (si tant est qu’elles soient identiques) ne produisant pas obligatoirement les mêmes effets. L’obstination des gentilshommes haut-normands à reprendre les anciennes structures ou à venir coller le neuf à côté du vieux s’accommode plutôt bien de cette cohabitation, d’autant mieux si le commanditaire et son maçon ont porté intérêt aux nouvelles exigences de régularité. Dans ces conditions, on comprend que la propension à reconstruire sur les mêmes lieux et à remployer l’ancien n’est pas incompatible avec l’innovation architecturale. Au contraire, les contraintes imposées semblent avoir été un levier pour la création de nouvelles formules, comme celles de Bailleul et Fleury qu’on vient d’examiner.

Fig. 36 > Chambray, à Gouville (Eure). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien et d’après les descriptions textuelles anciennes, état vers 1600.
A : avant-cour (1 : « colombier baty de bricque » ; 2 : grange ; 3 : logis du fermier) ;
B : plate-forme (4 : châtelet ; 5 : chapelle St-Laurent ; 6 : « vieux corps de maison » ; 7 : « grand corps de logis ») ;
C : « haute motte » ;
D : parc ;
E : pré ;
F : verger ;
G : jardin (8 : retenue ; 9 : canal ; 10 : canal de dérivation et moulin).

Fig. 37 Fontaine-le-Bourg (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien et d’après les documents anciens, état vers 1515.
A : « grande chaussée » ;
B : « grande cour » (1 : « grand fontaine » à « deux cuves » ; 2 : « grande maison ») ;
C : « jardin » ;
D : « fort » (3 : « pavillon du fort » ; 4 : « galleries du costé de devers le parc » et « galleries du costé de devers le manoir ») ;
E : « prairies du vivier » ;
F : « parc » (5 : « pavillon de l’entrée du parc ») ;
G : « manoir et maison de hault appelé la mestarye » (6 : grange ; 7 : colombier ; 8 : « mestairie ») ;
H : « grande prairie » ;
I : « coste des vignes » ;
J : bourg.

Fig. 38a > Beuzeville-la-Grenier (Seine-Maritime). Plan général restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1555.
A : cour (1 : colombier ; 2 : mare ; 3 : grange ; 4 : maison noble du XV
e siècle ; 5 : maison noble du milieu du XVIe siècle ; 6 : jardin potager) ;
B : jardin d’agrément ; C : bosquet.

Fig. 38b > Beuzeville-la-Grenier (Seine-Maritime). Maison noble restituée vue au nord, état vers 1555.

Fig. 38c > Beuzeville-la-Grenier (Seine-Maritime). Élévation sur cour de l’ancienne demeure seigneuriale (XVe siècle) : parement du XVIe siècle au premier étage.

48À l’inverse, d’autres gentilshommes font place nette des vestiges du passé et construisent ex nihilo des édifices forcément plus réguliers. C’est le cas à Perriers vraisemblablement construit du temps de l’abbatiat du cardinal d’Estouteville, à Martainville bâti par le conseiller-échevin Jacques Le Pelletier, à Archelles par le conseiller au parlement Nicolas Rassent, au Plain-Bosc par le secrétaire du roi Georges Langlois ou encore à La Valouine par le gentilhomme campagnard Florestan de Ricarville.

Fig. 39 > Bailleul, à Angerville-Bailleul (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1565. A : cour (1 : grange ; 2 : maison seigneuriale ; 3 : chapelle ; 4 : logis du fermier, ancien logis seigneurial ? ; 5 : abreuvoir) ; B : jardin d’agrément (6 : portique ? ; 7 : puits) ; C : jardin potager ; D : parc (8 : pavillon) ; E : basse-cour (9 : colombier ; 10 : mare).

Fig. 40 > Fleury, à Fleury-la-Forêt (Eure). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1565. A : avant-cour (1 : pavillon ; 2 : grange ; 3 : écuries ; 4 : maison seigneuriale) ; B : jardin (5 : fossé) ; C : verger ; D : basse-cour (6 : ancien logis seigneurial ?) ; E : jardin ; F : parc.

49Débarrassé des bâtiments anciens, un site n’est pas pour autant privé de contraintes : l’implantation du manoir dans un bourg, l’orientation de l’assiette, le relief du terrain, la présence d’infrastructures et d’« appartenances » (bois, viviers, terres labourables) sont autant d’éléments dont l’architecte doit tenir compte. Ainsi, à Martainville et à La Valouine, le relief du terrain pour le premier, l’orientation du site pour le second, ont obligé à désaxer légèrement la basse-cour (fig. 12, 13b), tandis qu’au Plain-Bosc, la présence de l’ancienne motte féodale a donné l’idée de dresser le logis neuf sur celle-ci plutôt que d’opérer de coûteux travaux de terrassement pour la faire disparaître. Ce qui est une contrainte peut ainsi devenir un atout. Aux Fossés (vers 1565), les nouveaux bâtiments prennent place sur le site médiéval débarrassé de toute construction (fig. 41) : la maison et les communs se dressent désormais sur l’assiette de l’ancienne basse-cour, tandis que l’antique motte féodale, environnée de fossés en eau, devient une île pour servir au délassement et à l’agrément du seigneur et de sa famille. Les vieux sites sont aussi renouvelés par la simple régularisation des abords. Encore aux Fossés (comme à Thevray à la même époque, fig. 35a), l’irrégulière basse-cour médiévale est en partie régularisée : elle prend désormais la forme d’un quadrilatère (seulement dans sa partie où se dresse le nouveau logis) réglé sur le jardin situé au-delà des fossés.

50Restent, enfin, les seigneuries de création moderne. Là encore, les choses ne sont pas aussi simples qu’elles peuvent le paraître au premier abord. La création d’un fief à l’époque moderne ne veut pas dire que le site ait été inoccupé : elle semble toujours l’aboutissement d’un processus plus ou moins long. Au Taillis, la terre est attestée au XIIIe siècle ; il s’agit d’une métairie roturière, c’est-à-dire, déjà, d’une exploitation agricole. À la fin de la guerre de Cent Ans, la terre devient une petite seigneurie. On devine que le suzerain dont dépend le Taillis a permis l’érection de ce domaine en fief pour favoriser la reprise économique sur ses terres. La création d’un office de régisseur de la forêt du Trait, voisine du fief, qui est octroyé au détenteur du Taillis, le suggère aussi. Aux Rocques, à Villequier, le processus est plus court, avec une origine comparable : le seigneur de Villequier donne à son maître verdier, c’est-à-dire, là encore, le régisseur de ses bois, plusieurs pièces de terre à partir de 1477. Cette assise foncière roturière, augmentée progressivement par des acquisitions, en particulier en 1491 par la « pièce de terre nommée les Rocques », constitue le fonds primitif du fief, érigé à une date inconnue, vraisemblablement vers 1520. Le dernier exemple assuré de création moderne d’un fief concerne le manoir des Brûlins, au Tronquay, dans la forêt de Lyons. On sait peu de choses de ce domaine, apparemment créé dans la seconde moitié du XVIe siècle sur des terres essartées de la forêt – d’où son nom. Une fois encore, le domaine semble être une exploitation agricole roturière – c’est du moins ce que suggère l’analyse du bâtiment principal – avant d’être érigé en fief à la fin de la décennie 1580.

Fig. 41 Les Fossés, à Romilly-la-Puthenaye (Eure). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1565.
A : basse-cour ;
B : cour (1 : écuries ; 2 : logis seigneurial ; 3 : petit jardin ?) ;
C : grand jardin ;
D : bosquet ;
E : ancienne motte castrale.

Fig. 42a > Les Rocques, à Villequier (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien et carte IGN actuelle, état vers 1525.
A : verger ;
B : cour (1 : maison noble ; 2 : terrasse et escaliers descendant au verger et au jardin) ;
C : jardin ;
D : basse-cour (3 : colombier ; 4 : pressoir ; 5 : écurie, étable).

51Partant de ce constat, on comprend que le choix de ces assiettes, fussent-elles modernes, et la décision d’y construire ne sont pas tout à fait libres. Au Taillis, lorsque la famille Du Fay décide de bâtir un logis seigneurial dans les années 1540, elle le fait sur un fief où subsistent des bâtiments anciens, des infrastructures et des « appartenances » hérités de l’époque médiévale : on se trouve devant l’un des cas de figure vus précédemment. Aux Brûlins, les travaux menés par Martin Anquetil sur son fief nouvellement créé ne sont, somme toute, qu’un embellissement et un agrandissement de l’ancien logis roturier. Il n’y a finalement que la maison des Rocques, véritablement construite ex nihilo, qui puisse être considérée comme une création moderne, ce qu’explique le court laps de temps entre la constitution du domaine, l’érection du fief (vers 1520) et la construction du manoir (vers 1525, fig. 42). Un facteur important a dû jouer sur la décision de construire ce manoir sur les berges de la Seine : la création en 1517 du Havre de Grâce, qui protège désormais le fleuve des incursions de navires anglais. On comprend mieux le grand jardin bordant directement la Seine, la maison largement ouverte par de grandes fenêtres sur le magnifique paysage fluvial, ainsi que l’organisation rationnelle du manoir où les différents enclos se distribuent autour du logis : cour au nord, jardin au sud, verger à l’ouest et basse-cour à l’est.

Fig. 42b > Les Rocques, à Villequier (Seine-Maritime). Élévation arrière (sud) ouverte sur le paysage de la Seine.

Notes

1 Soit 46,5 % des gentilshommes du corpus étudié ici (tableau 8).

2 Yver J., art. cit.

3 Houard M., Dictionnaire analytique…, op. cit., p. 514-515.

4 Loc. cit. Sur le sujet, voir Nassiet M., Parenté, noblesse et États dynastiques. XVe-XVIe siècles, Paris, 2000, p. 48-51, qui montre bien la primauté de l’aîné en matière successorale, surtout dans les régions coutumières comme la Normandie.

5 AD Seine-Maritime, 1 ER 2056 : tab. Rouen, 20/01/1485 (copie).

6 Coll. particulière : Contrat d’échange de la terre d’Houdetot contre celle d’Auffay, 03/01/1517 (n. st.).

7 AD Seine-Maritime, 2 E 1/256 : tab. Rouen, 13/08/1521, acte d’accord entre Guillaume III Le Roux et son frère cadet Claude à propos de la succession de leur père.

8 AD Seine-Maritime, 14 H 1281, liasse no 3 : acte du 02/06/1545.

9 Pagazani X., « Oherville, manoir d’Auffay-la-Mallet », Congrès archéologique de France…, op. cit., p. 157-162 ; Coll. particulière : contrat d’échange de la terre d’Houdetot contre celle d’Auffay, 03/01/1517 (n. st.).

10 Houard M., Dictionnaire analytique…, op. cit., p. 514-515, art. 356.

11 Ce fut le cas pour le fils aîné de Jacques de Houdetot qui, par la suite, s’estattaché à récupérer le fief principal de la famille qui revenait de droit à la branche aînée (voir note 9).

12 Nassiet M., Parenté, noblesse…, op. cit., p. 49-51.

13 Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit., p. 6-7 et note 1 ; BnF, Pièces orig. 2478 (doss. Richebourg), no 52 ; BnF, Pièces orig. 74 (doss. d’Anlezy), no 38. Louis de Richebourg possédait également les fiefs de Gravon-sur-Seine (Seine-et-Marne) et son frère cadet Charles le fief de Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne).

14 Tableau 8.

15 Prétreval et Mesmoulins sur la commune de Tourville-les-Ifs, Prétreval à Riville, Vattetot à Vattetot-sous-Beaumont et Annouville à Annouville-Vilmesnil (Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit., p. 228, 258 et 281-282).

16 Auffay-la-Mallet à Oherville, « Herville » (Oherville) et Houdetot (Seine-Maritime).

17 Communes d’Angerville-Bailleul, Annouville-Vilmesnil et Vattetot-sous-Beaumont (S.-M.).

18 Communes de Morainville-Jouveaux, La Chapelle-Bayvel, Bois-Hellain et Morsan (Eure).

19 Pagazani X., « Le château de Tilly… », art. cit. ; Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit., p. 17 et fig. p. 181.

20 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 6, no 19.229 (26/06/1527). Vatimesnil, commune de Sainte-Marie-de-Vatimesnil (Eure).

21 Aujourd’hui Draqueville-la-Heuze, près de Tôtes (Seine-Maritime).

22 La plus forte concentration de manoirs est dans la partie occidentale appelée le « Bec-de-Caux » où les remaniements de l’époque quaternaire ont formé un limon dont l’épaisseur atteint plusieurs mètres et qui constitue le sol si riche de la région (Quenedey R., La Normandie. Recueil de documents d’architecture civile…, Paris, 1927, p. 2).

23 Élégies de Jan Doublet Dieppoys, Paris, 1559. Sur l’attrait de la mer chez les poètes normands, voir Fontaine M.-M., « L’intérêt pour l’architecture chez les écrivains normands Charles de Bourgueville, Guy Le Fèvre de La Boderie, Jean Doublet et quelques autres », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., t. 1, spécialement p. 60-63.

24 Sur le sujet, voir Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 40-61.

25 Voir les notices 13 (Bonnemare) et 24 (Fleury) ; Pagazani X., « Le château de Tilly… », art. cit. Sur le château neuf de Saint-Germain-en-Laye, voir Kitaeff M., « Le château neuf de Saint-Germain-en-Laye », Monuments et mémoires publiés par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, t. 77, Paris, 1999, p. 73-139.

26 Charles IX renoue ainsi avec plusieurs de ses prédécesseurs (Lalou E. sous la direction de R.-B. Bautier, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), Paris, 2007).

27 Voir p. 252 et note 128, p. 272. On pourrait tracer un parallèle avec le château de Fleury-en-Bière près de Fontainebleau, où de vastes écuries sont bâties au cours de cette décennie.

28 Gabriel possède également Chambray, son fief principal qu’il fait reconstruire quelques années plus tard.

29 Robillard de Beaurepaire C. de, Notes et documents…, op. cit.

30 Voir les notices de ces édifices.

31 Voir Grodecki C., « La construction du château de Wideville et sa place dans l’architecture française du dernier quart du XVIe siècle », Bull. monumental, t. 136-2, Paris, 1978, p. 135-175 ; Sartre J., Châteaux « brique et pierre » en France, Paris, 1981 ; Thomson D., « Baptiste Androuet du Cerceau, architecte de la cour de Henri III », Bull. monumental, t. 148-1, Paris, 1990, p. 47-81 ; Pérouse de Montclos J.-M. (dir.), Le guide du patrimoine. Île-de-France, Paris, 1992 ; Chatenet M., « Les maisons de papier de Jacques Androuet du Cerceau : le Livre d’architecture de 1582 pour “bâtir aux champs” », in M. Chatenet (dir.), Maisons des champs…, op. cit., p. 69-86.

32 Vingt-neuf manoirs ont été construits, agrandis ou modifiés entre 1562 et 1600, soit 33 % de la totalité des sites sur l’ensemble de la période étudiée ici.

33 Voir note 25, p. 139. Voir aussi Fontaine M.-M., « Plaisirs, hospitalité et profit… », art. cit. ; Id., « L’intérêt pour l’architecture… », art. cit., sur l’intérêt des écrivains normands pour la vie campagnarde et ses plaisirs.

34 Les autres sont Robert Surreau et Jeanne de La Haye (vers 1480), Nicolas de Mailloc et Antoinette du Merle (1496), Claude d’Anlezy et Renée du Bus (vers 1521), Antoine de Houdetot et Catherine de Canouville (1523), Jacques d’Esmalleville et Jeanne Selles (vers 1520-1530), Philippe de Fumechon et Françoise de Malterre (vers 1550), Louis de Silly et Louise de Morainville (vers 1562), Henri Jubert et Claude de La Rosière (1577), Florestan de Ricarville et Péronne de Fautereau (1592), Nicolas de Prétreval et Jacqueline de Maricourt (1595).

35 Comme Les Maillets pour Ango, Bourdenis pour Jacques de Bauquemare, ou encore Martainville pour Jacques Le Pelletier et Brécourt pour Henri Jubert. Voir p. 206-207.

36 Tableau 23.

37 Turin, Archivio di Stato, Sezioni Riuniti, Camerale Piemonte, art. 806, paragraphe 2, no 128, liasse [4], pièce no 2 (copie sur l’orig., 17/07/1567). Sur les « malversations » et autres détournements de fonds au xvie siècle, voir Hamon P., « Messieurs des finances »…, op. cit., p. 147 sq.

38 Jacques de Bauquemare (1518-1584) reconstruit Bourdenis à partir de 1580. Sur lui et sa carrière, voir Frondeville H. de, Les conseillers…, op. cit., p. 54-55 et 63.

39 Les biens de Jacques Le Pelletier reviennent à son neveu Jacques II Le Pelletier en 1511 (Pagazani X., « Le château de Martainville », art. cit., p. 147), Bertrand de Bailleul donne ses biens à son neveu Robert en 1567 (notice Bailleul), les biens de Jacques de Silly passent à ses neveux Henri et Antoine (document 14). La succession de Jean Ango, mort sans héritier et criblé de dettes, est encore plus compliquée (notice manoir d’Ango).

40 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 40.

41 Tableau 29.

42 Lettre de Pierre Le Gouppil, seigneur du Parquet, procureur général de Rouen, aux conseillers de la ville, 07/03/1529 (n. st.), publiée par Robillard de Beaurepaire C. de, « Secours exigés pour la rançon de François Ier et de ses enfants (1528-1530) », MSHN, 7e série, Rouen, 1907, p. 331-395, spécialement p. 364. Le fait est aussi avéré lorsque le roi réside dans ses châteaux. Quand il est à Fontainebleau, Henri II s’invite parfois chez son secrétaire des finances Côme Clausse à Fleury-en-Bière (Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 260).

43 Tableau 29.

44 Sur la « chambre du roi » à Sénitot, voir p. 252.

45 Tableau 29 et document 4. Si Charles IX et Catherine de Médicis sont à Ételan en 1563, une chambre, appelée « chambre de la Royne » dans un inventaire de 1557, atteste la venue d’une reine, peut-être déjà Catherine, avant cette date (document 11).

46 AD Seine-Maritime, 116 J 11, pièce no 5 : acte du 14/12/1541, cité par Sorel P., Le château du Taillis au Trait et à Duclair du XIIIe au XVIIIe siècle, Jumièges, 2004, p. 31.

47 Tableau 29.

48 Sur Fleury, voir p. 114-117 et notice 24.

49 Voir tableau 29 et les notices des édifices cités.

50 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 260.

51 Pagazani X., « Le château de Tilly… », art. cit.

52 Tableau 29 ; Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 142.

53 Pour la datation des travaux de couverture de Chambord, voir Chatenet M., Chambord, Paris, 2001, p. 57 et tableau 2 p. 231.

54 Sur l’hôtel d’Escoville, voir Beck B., « L’hôtel Le Valois d’Escoville, à Caen », Mémoires de l’académie nationale des sciences, arts et belles-lettres de Caen, t. XXXIII, Caen, 1995, p. 105-135 ; Id., « Les monuments civils de la Renaissance caennaise », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., t. 2, p. 139-152 ; Förderer A., « L’hôtel d’Escoville à Caen : essai de restitution de l’état originel », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., t. 2, p. 163-174.

55 Sur les toits à profil en fer de hache, voir p. 196-197. Ce dessin de Jacques Androuet du Cerceau (musée Condé, Chantilly, ms. 396, fos 57-58) est le seul à représenter le château royal avec cette particularité. En outre, il figure le donjon isolé, sans les ailes ajoutées au cours du chantier, et vu du côté où il est le plus régulier, la façade arrière. Le château royal est donc présenté sous une forme idéale, mettant clairement en valeur la disposition du lanternon couronnant l’escalier visible entre les deux toits en pavillon que sépare la terrasse.

56 Tableau 29. Sur les détours du roi, voir la note 42.

57 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., p. 259-260.

58 Voir note suivante et Nawrocki F., « Le dauphin Henri (1519-1559) », in C. Michon (dir.), Les conseillers…, op. cit., p. 591-597.

59 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 6, no 21.139 : 10/11/1536 ; Ibid., t. 4, no 13.654 : février 1544 (n. st.). Pour les biens de Diane de Poitiers en Normandie, voir Cloulas Y., Diane de Poitiers, op. cit.

60 Bedos Rezak B., op. cit., p. 28 ; AN, P. 265², no 1476 : aveu du 19/12/1538, avec mention de l’achat.

61 Beck B., « Le château de Valmont », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., t. 2, p. 69-71 ; Pagazani X., « Le château de Mesnières », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., t. 2, p. 85-90. Le château de Tillières, aujourd’hui disparu et jamais étudié, estreprésenté en élévation sur un dessin avec la date de 1546, qui doit correspondre à celle de son achèvement (Lizot B., « Les communes du canton de Verneuil », in F. Salet, J. Guislin, P. Bachelet (abbé) et al., Le pays de Verneuil-sur-Avre, Évreux, 1987, p. 125-157, spécialement p. 156) et en plan masse par l’atlas Trudaine, route de Paris en Bretagne par Verneuil et Mortagne (AN, CP F/14/bis*/8451, f° 6). Le château d’Annebault (aujourd’hui Appeville-Annebault), entièrement détruit, estconnu par un plan et une élévation sur cour datée de 1778 (AN, Cartes et plans, N III, Eure 56 (1-2), publiés par Beaumont F. et Seydoux P., Gentilhommières des pays de l’Eure, Paris, 1999, p. 216-217) et par le texte d’un aveu rendu au roi par le duc de Gesvres pour le marquisat d’Annebault (AD Seine-Maritime, 2 B 432, fos 1-24). La présence d’ancres sculptées sur les façades (Rever F., Voyage des élèves du pensionnat de l’École centrale de l’Eure…, Évreux, An X [1801-1802], p. 15-17) place la construction entre février 1544 (n. st.), date de la nomination d’Annebault comme amiral de France (Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 4, no 13.594) et 1552, date de la mort de l’amiral. Une fourchette plus réduite peut être envisagée : entre 1549, date de l’érection du fief d’Appeville en baronnie d’Annebault (Catalogue des actes de Henri II, op. cit., t. 3, no 4956, 06. E1), et 1552, ce que semble confirmer l’aveu de 1686 : le château serait « une belle maison sy elle estoit achevée » (AD Seine-Martime, 2 B 432, f° 4).

62 Tableau 29.

63 Ibid.

64 Cloulas Y., Henri II, op. cit., p. 156 (Aumale) et 327 (Damville).

65 Catalogue des actes d’Henri II, op. cit., t. 3, no 4956, 06. E1 (juin 1549), t. 4, no 6494 (avril 1550).

66 Bedos Rezak B., Anne de Montmorency…, op. cit., p. 28. Montmorency achète la seigneurie de Préaux à Pierre de Ferrières en 1538 et la baronnie de Dangu aux successeurs de celui-ci en 1554. Damville est possession des Montmorency depuis 1285.

67 François est le fils de Claude de Montmorency-Fosseux (mort en 1546) et d’Anne d’Aumont, dame de Dangu (Beaumont F. et Seydoux P., Gentilshommières…, op. cit., p. 124-126).

68 Tableau 29.

69 Ibid.

70 AD Seine-Maritime, 7 H 1139, 06/07/1559. La nouvelle de l’accident mortel du roi n’est pas encore parvenue à Fontaine-le-Bourg.

71 Grodecki C., « Les chantiers de la noblesse et de la haute bourgeoisie dans la région parisienne d’après les archives notariales (1540-1660) », in J. Guillaume (dir.), Les chantiers de la Renaissance, Actes des colloques tenus à Tours en 1983-1984, Paris, 1991, spécialement p. 132.

72 Tableau 2.

73 Androuet du Cerceau J., Le second volume des plus excellents bastiments de France, Paris, 1579, cité par Thomson D., Jacques Androuet du Cerceau…, op. cit., p. 207.

74 Lettre datée de janvier 1518, citée par Cloulas Y., Diane de Poitiers, op. cit., p. 374, note 40.

75 Tableau 29.

76 Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, t. 2 (1838), Paris, p. 374-375.

77 Plus des trois quarts des sites de mon catalogue sont antérieurs au milieu du XVe siècle.

78 Voir les notices suivantes : Acquigny, Anquetierville, Auffay-la-Mallet, Bailleul, Beaumont, Le Bec-Crespin, Beuzevillela-Grenier, Bonnemare, Caltot, Caumare, Chambray, Clères, Ételan, Fleury-la-Forêt, Fontaine-le-Bourg, Les Fossés, Heubécourt, Les Loges, Martainville, Le Mesnil-Jourdain, Perriers-sur-Andelle, Le Plain-Bosc, Prey, Sénitot, Le Taillis, Thevray, Boos, Bourdenis, Les Brûlins, Cauville, Chauvincourt, La Folletière, Fours, Goderville, Harquency, Hellenvilliers, Ménilles, Senneville.

79 Pagazani X., « Le château de Martainville », art. cit., p. 151 et note 20.

80 Voir l’étude pionnière sur l’assiette du château en Île-de-France : Boudon F. et al., Le site et ses châteaux. La modernisation du château et le choix d’un nouvel emplacement, Paris, 1980. Ce constat a aussi été fait pour la Sologne du XIXe siècle : Toulier B., Châteaux en Sologne, Paris, 1991, p. 224-231.

81 Savot L., L’architecture françoise des bastiments particuliers, Paris, 1624, p. 8.

82 Estienne C. et Liébault J., L’agriculture et maison rustique de M. Charles Estienne…, Paris, 1572, livre I, chap. 5, f° 7r°.

83 Delorme P., Le premier tome de l’architecture, Paris, 1567, f° 65r° et v°. Voir aussi les moralistes du XVIe siècle contre les constructions excessives (sur le sujet, voir la citation p. 261).

84 Delorme P., Le premier tome…, op. cit., f° 65v°.

85 Document 12.

86 Ce qui a été remarqué pour la Bretagne : Rioult J.-J., « Les “retenues” des bourgeois de Rennes aux XVIe et XVIIe siècles », in M. Chatenet (dir.), Maisons des champs…, op. cit., p. 245-256.

87 Si je reviens plus précisément sur le sujet plus loin (p. 171-172), il faut cependant noter l’intérêt de cette solution, qui s’accompagne d’un bouleversement de l’organisation du manoir.

88 Pagazani X., « Le château de Mesnières », art. cit.

89 Fontainebleau et Anet sont « retournés » de la même façon par Philibert Delorme.

Table des illustrations

Légende Fig. 15 > Localisation des fiefs des familles de Prétreval et de Bailleul sur fond de carte de Cassini, 1759 (Feuille Arques, Aumale, Forges, Neufchâtel, Yvetot ; 30e feuille levée en 1757, gravée en 1759).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 16 > Tilly, à Boissey-le-Châtel (Eure). La demeure noble, état restitué vers 1535.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 17 > Fleury, à Fleury-la-Forêt (Eure). La maison noble vue au nord, état restitué vers 1562-1567. Les parties en gris (frontons de lucarne passante, lanternon) sont hypothétiques.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 18 >Bonnemare, à Radepont (Eure). Plan général restitué sur fond de plan cadastral ancien et d’après une description du XVIIIe siècle, état vers 1560.A : allée d’arbres ;B : basse-cour (1 : pavillon d’entrée ; 2 : écuries ; 3 : grange) ;C : cour (4 : portail en « arc de triomphe de style roma[i] n » ; 5 : maison seigneuriale ; 6 : chapelle) ;D : jardin d’agrément (7 : portique ouvert sur le jardin) ;E : jardin potager ;F : cour secondaire.G : verger (8 : porte vers les champs) ;H : parc ; I : pré.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 19 > Château neuf de Saint-Germain-en-Laye. Détail du dessin à la plume sur vélin de Jacques Androuet du Cerceau, s. d. (après 1566). Londres, British Museum, Inv. 1972 U. 822.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 20 > Le Bus, à Bus-Saint-Rémy (Eure). Vestiges des bustes de Claude d’Anlezy et Renée du Bus en façade principale de la maison noble.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 21 > Houlbec, à Houlbec-près-le-Gros-Theil (Eure). Plan et distribution restitués du rez-de-chaussée en 1606 (voir document no 21). 3 : « petite court » ; 4 : « salle » ; 5 : « chambre de ladite dame » ; 6 : « tour de ladicte chambre » ; 7 : « garde-robe de ladite chambre » ; 8 : « cuysine » ; 9 : « tourelle de ladite cuysine » ; 10 : « despence de ladicte salle ».
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 22 >Sénitot (aujourd’hui Bévilliers), à Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime). Façade principale (sud) de la maison noble.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 23 > Trajets et séjours de François Ier en Haute-Normandie au début (1515-1540) et à la fin (1540-1547) de son règne.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 24 > Heubécourt (Eure). Cheminée de la grande salle, état actuel. L’emblème (de François Ier ?) qui figurait au centre a été martelé.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 25 > Château de Blois (Loir-et-Cher). Détail de la façade sur cour de l’aile François Ier.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 26 > Jacques Androuet du Cerceau, Chambord, dessin à la plume sur vélin. Chantilly, musée Condé, ms. f° 57vo-58r°.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 27 > Château de Tillières (aujourd’hui Tillières-sur-Avre, Eure). Anonyme, « Le château de Tillières. An 1546 », publié dans Lizot B., « Les communes du canton de Verneuil », dans F. Salet, J. Guislin, P. Bachelet (abbé) et al., Le pays de Verneuil-sur-Avre, Évreux, 1987, p. 156.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 28 > Annebault, à Appeville-Annebault (Eure). Élévation antérieure du château, 1773. Paris, AN, N III, Eure/56/2. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Emanuelli]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 29 Acquigny (Eure).Plan d’ensemble restitué, état vers 1547-1557.A : avant-cour (1 : pavillon ; 2 : écuries) ;B, C et D : plate-forme ;B : cour (3 : maison seigneuriale) ;C : cour du commun ou jardin potager ;D : premier jardin d’agrément ;E : deuxième jardin d’agrément (4 : portique ?) ;F : parc ;G : prieuré Saint-Mauxe et Saint-Vénérand (5 : chapelle) ;H : église paroissiale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 30 > Acquigny (Eure). Façade principale (nord-ouest), état restitué vers 1547-1557.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 31 > Chauvincourt (Eure). Façade arrière (nord). À droite au premier étage, fenêtre géminée du XIIIe siècle ; à gauche, travée de fenêtres du milieu du XVIe. AD de l’Eure, photo du début du XXe siècle. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Christophe Kollmann]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 32a > Ételan, à Saint-Maurice-d’Ételan (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état en 1557. A : cour (1 : portail et « veille maison », logis secondaire ; 2 : « maison » seigneuriale ; 3 : puits). B : jardin d’agrément (4 : terrasse). C : jardin potager. D : « haras » (5 : « grande escurye » et écurie). E : « basse-court » (6 : « maison neufve », logis du fermier ; 7 : étables ; 8 : grange). F : verger. G : parc.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 32b > Ételan, à Saint-Maurice-d’Ételan (Seine-Maritime). Élévation sur cour de la maison noble.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 32c > Ételan, à Saint-Maurice-d’Ételan (Seine-Maritime). Vue du château prise du côté du midi. BM Rouen, dessin de 1791. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 33 > Clères (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1505. A : cour (1 : bâtiments de dépendance ; 2 : colombier ; 3 : ancien logis-porte devenu maison seigneuriale ; 4 : bâtiment de la Justice ; 5 : ancien logis seigneurial) ; B : église paroissiale ; C : ancienne motte castrale ; D : pré ; E : jardin ; F : prairie (6 : dérivation et moulin) ; G : halle.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 34a > Le Hérault, à Octeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1575. A : cour (1 : logis seigneurial ; 2 : mare ; 3 : colombier ; 4 : écurie ; 5 : étables ou bergeries ; 6 : pressoir) ; B : jardin.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 34b Le Hérault, à Octeville-sur-Mer (Seine-Maritime). L’ancien logis seigneurial, élévation antérieure.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 35a > Thevray (Eure). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, vers 1560-1570. Sources : document no 18, art. 21-32 et 39-48 ; document no 22. A : « premyere et haulte court » (1 : « pavillion du portail », « pont-levys » ; 2 : « puits » ; 3 : « pavillon » ; 4 : « granche, escuries, four et la chambre de desus » ; 5 : « fossez en eau » et « pescherie ») ; B : « grosse tour » ; C : « preys et les jardins » ; D : « basse-court », « ferme » (6 : maison du fermier ; 7 : grange ; 8 : pressoir ; 9 : « jardins de lad. ferme » ; 10 : colombier) ; E : « grand parc » ; F : « rangees d’arbres allant a Thevray ».
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 35b > Thevray (Eure). La tour (fin du XVe siècle) de Jacques de Chambray à droite, isolée sur l’ancienne motte, et la nouvelle demeure (vers 1560-1570) de Gabriel de Chambray à gauche, au fond de la plateforme. Lithographie de F. Benoist publiée dans La Normandie illustrée…, Nantes, 1852.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 36 > Chambray, à Gouville (Eure). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien et d’après les descriptions textuelles anciennes, état vers 1600.A : avant-cour (1 : « colombier baty de bricque » ; 2 : grange ; 3 : logis du fermier) ;B : plate-forme (4 : châtelet ; 5 : chapelle St-Laurent ; 6 : « vieux corps de maison » ; 7 : « grand corps de logis ») ;C : « haute motte » ;D : parc ;E : pré ;F : verger ;G : jardin (8 : retenue ; 9 : canal ; 10 : canal de dérivation et moulin).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 37 Fontaine-le-Bourg (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien et d’après les documents anciens, état vers 1515.A : « grande chaussée » ;B : « grande cour » (1 : « grand fontaine » à « deux cuves » ; 2 : « grande maison ») ;C : « jardin » ;D : « fort » (3 : « pavillon du fort » ; 4 : « galleries du costé de devers le parc » et « galleries du costé de devers le manoir ») ;E : « prairies du vivier » ;F : « parc » (5 : « pavillon de l’entrée du parc ») ;G : « manoir et maison de hault appelé la mestarye » (6 : grange ; 7 : colombier ; 8 : « mestairie ») ;H : « grande prairie » ;I : « coste des vignes » ;J : bourg.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 38a > Beuzeville-la-Grenier (Seine-Maritime). Plan général restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1555.A : cour (1 : colombier ; 2 : mare ; 3 : grange ; 4 : maison noble du XVe siècle ; 5 : maison noble du milieu du XVIe siècle ; 6 : jardin potager) ;B : jardin d’agrément ; C : bosquet.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 38b > Beuzeville-la-Grenier (Seine-Maritime). Maison noble restituée vue au nord, état vers 1555.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 38c > Beuzeville-la-Grenier (Seine-Maritime). Élévation sur cour de l’ancienne demeure seigneuriale (XVe siècle) : parement du XVIe siècle au premier étage.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 39 > Bailleul, à Angerville-Bailleul (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1565. A : cour (1 : grange ; 2 : maison seigneuriale ; 3 : chapelle ; 4 : logis du fermier, ancien logis seigneurial ? ; 5 : abreuvoir) ; B : jardin d’agrément (6 : portique ? ; 7 : puits) ; C : jardin potager ; D : parc (8 : pavillon) ; E : basse-cour (9 : colombier ; 10 : mare).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 40 > Fleury, à Fleury-la-Forêt (Eure). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1565. A : avant-cour (1 : pavillon ; 2 : grange ; 3 : écuries ; 4 : maison seigneuriale) ; B : jardin (5 : fossé) ; C : verger ; D : basse-cour (6 : ancien logis seigneurial ?) ; E : jardin ; F : parc.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 41 Les Fossés, à Romilly-la-Puthenaye (Eure). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien, état vers 1565.A : basse-cour ;B : cour (1 : écuries ; 2 : logis seigneurial ; 3 : petit jardin ?) ;C : grand jardin ;D : bosquet ;E : ancienne motte castrale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 42a > Les Rocques, à Villequier (Seine-Maritime). Plan d’ensemble restitué sur fond de plan cadastral ancien et carte IGN actuelle, état vers 1525.A : verger ;B : cour (1 : maison noble ; 2 : terrasse et escaliers descendant au verger et au jardin) ;C : jardin ;D : basse-cour (3 : colombier ; 4 : pressoir ; 5 : écurie, étable).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 42b > Les Rocques, à Villequier (Seine-Maritime). Élévation arrière (sud) ouverte sur le paysage de la Seine.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8065/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site