Version classiqueVersion mobile

La demeure noble en Haute-Normandie

 | 
Xavier Pagazani

Chapitre 2. La seigneurie

Texte intégral

  • 1 Doucet R., Les institutions de la France au XVIe siècle, Paris, 1948, 2 vol. ; Goubert P., L’Ancie (...)

1 D’évidence, il y a une bonne dose de présomption à vouloir traiter en un seul chapitre de la seigneurie, sujet déjà largement débattu par nombre d’historiens1. Mais on ne peut prétendre étudier les demeures de la noblesse sans comprendre le lien qui les unissait à la terre sur laquelle elles étaient bâties.

DEFINITION

2Ensemble foncier et instance juridique, politique et économique essentielle, la seigneurie est au cœur de la vie rurale normande.

  • 2 Cette enquête repose sur les aveux, lots et partages ainsi que les actes d’achat des fiefs suivant (...)

3À l’époque moderne comme au Moyen Âge, la seigneurie se divise entre le domaine non fieffé appelé réserve, et le domaine fieffé composé de censives, tenures ou mouvances. Le premier, où se trouvent la maison seigneuriale, le tribunal, ainsi que des terres et des bois, est parfois exploité par le seigneur en faire-valoir direct, mais il peut être aussi baillé à ferme, c’est-à-dire loué à un fermier – ce qui semble être le cas le plus répandu dans la partie de la province qui nous concerne. Le second – le domaine fieffé – est détenu à perpétuité et en quasi-propriété par les tenanciers moyennant le versement de droits annuels, comme le cens (une rente annuelle payée à date fixe), et de droits casuels, avant tout les droits de lods et ventes, payables en cas de mutation par vente ou héritage de la tenure et s’élevant à une part variable de la valeur de la terre. La seigneurie est aussi un ensemble de monopoles – les banalités – plus ou moins lucratifs : le plus important est celui du moulin, auquel s’ajoutent ceux du colombier, du pressoir et du four, et la propriété exclusive des animaux de reproduction. Le seigneur jouit aussi de droits et de privilèges honorifiques, comme la préséance à l’église et dans les processions. Pour peu rentables que soient certains droits, ils jouent un rôle essentiel dans la vie sociale d’une époque où les différences de rang et la seigneurie – et au seigneur – est celui de justice. Les seigneuries, selon leur importance, se distinguent en effet par leurs droits de basse, moyenne ou haute justice. Chaque cas est particulier, mais il ressort d’une enquête portant sur les seigneuries ici étudiées2 que les plus petits domaines nobles, les vavassories, les huitièmes de fief et certains quarts de fief n’ont en règle générale qu’un droit de basse justice, comme Beuzeville-la-Grenier et La Chanterie (des huitièmes de fief), Martainville et La Valouine (des quarts de fief). Ce droit, malgré sa modestie, suffit à la vigueur de ces domaines, car il donne à leur propriétaire le pouvoir de poursuivre les tenanciers qui n’acquittent pas leurs redevances et de confisquer leurs terres en cas de trop grande obstination à ne pas payer. Il permet aussi au seigneur d’exercer un droit de préemption (le droit de retrait féodal) sur une terre dépendant de la seigneurie lorsqu’elle est mise en vente par un des tenanciers, et donc de l’acheter à un prix et à des conditions fixés par lui. Quelques quarts de fief ont aussi le droit de moyenne justice (Varengeville-sur-Mer) à l’instar des plein-fiefs de haubert, comme Chauvincourt ou Ételan. Les seigneuries qui jouissent du droit de haute justice sont peu nombreuses (Le Bec-Crespin, Fontaine-le-Bourg et Clères), mais elles ont un point commun : ce sont des baronnies. Certains domaines font exception dans ce tableau général : le plein-fief de Fleury n’a droit que de basse justice ; le plein-fief de Chauvincourt, avec sa basse et moyenne justice, possède cependant une prison.

4Le droit de haute justice des baronnies confère un pouvoir encore plus étendu à leur détenteur : toutes les petites et moyennes seigneuries en dépendent. La haute justice seigneuriale, qui emploie des hommes de loi, juge au civil comme au criminel ; elle est tout à la fois une justice privée et le premier échelon de la justice royale qui reçoit les appels des jugements rendus par les petites cours seigneuriales. Cependant, au début du XVIe siècle, le parlement de Normandie doit rappeler à certains seigneurs haut-justiciers, qui se désintéressent alors de ce droit, leur devoir de rendre la justice sous peine de confiscation de leur fief.

  • 3 Bois G., Crise du féodalisme, op. cit. ; Bottin J., Seigneurs et paysans…, op. cit. ; Id., « Struc (...)

5Cette classification juridique des seigneuries, pour être précise et sûre, doit être complétée par la prise en compte des autres droits seigneuriaux (banalités) en fonction des différentes aires géographiques. Les travaux de Guy Bois et de Jacques Bottin sur le pays de Caux, d’André Plaisse pour la baronnie du Neubourg et de Jonathan Dewald pour la région à l’est de Rouen offrent une vision relativement fiable de la hiérarchie des seigneuries en Haute-Normandie3. D’emblée, le premier fait qui s’impose à l’attention est la multitude des seigneuries de taille relativement modeste et le contraste entre ces dernières et quelques grands ensembles, pour la plupart propriétés des abbayes d’ancienne fondation.

6À l’ouest du pays de Caux, les censives de quelques grandes seigneuries sont dispersées sur plus d’une dizaine de paroisses : comté de Tancarville, comté de Lillebonne, duché d’Estouteville, marquisat de Graville et baronnie du Bec-Crespin. Cette dernière compte au total 269 tenures disséminées sur dix-neuf villages. On imagine la difficulté dans laquelle se trouvent les agents du baron pour percevoir des droits au demeurant modestes et que la hausse des prix a dévalués quand ils sont payés en argent, ce qui n’est pas toujours le cas. Parce qu’elles sont essentiellement constituées de mouvances, ce sont surtout les seigneuries de petite taille qui souffrent le plus de l’évolution sociale dans les campagnes (diminution des richesses et de l’autorité des seigneurs, et essor d’une élite villageoise). Selon Guy Bois, dès 1500, le revenu des petites seigneuries du pays de Caux commence à stagner, avant de diminuer.

  • 4 Douard C., « Phénomènes de densité à moyenne et grande échelle », in M. Chatenet et C. Mignot (dir (...)

7La surface moyenne des réserves varie selon les pays de Normandie. Elle semble avoir été relativement modeste dans le pays de Caux : plus de 80 % des fiefs semblent être constitués de réserves de moins de 90 acres (environ 50 hectares). Cette réalité, qui reflète le plus ou moins grand nombre de fiefs dans les différents pays, différencie le pays de Caux à la fois du Vexin, où les réserves peuvent souvent dépasser les 180 à 270 acres (environ 100 à 150 hectares), et du Bocage illustré par le sire de Gouberville où elles sont plus petites encore. Mais, au vrai, la modestie des réserves des fiefs du pays de Caux est toute relative : en Bretagne, le domaine seigneurial atteint exceptionnellement 60 hectares4.

  • 5 Bois G., Crise du féodalisme, op. cit., p. 233-235.
  • 6 Constitué des fiefs de Valmont, de Varengeville, de Berneval, des Loges et « autres lieux », le du (...)

8Le domaine non fieffé des grandes seigneuries haut-normandes est de plus vaste étendue. Son revenu peut alors constituer 50 à 60 % du revenu total alors que celui des censives n’en représente que le quart ou le tiers5. Ces réserves sont soit d’un seul tenant, soit dispersées sur plusieurs villages, ce qu’explique en partie leur histoire. Celle du duché d’Estouteville, érigé en août 1534 par la réunion des différents domaines éparpillés de la famille de ce nom6, comprend 220 acres (environ 120 hectares) à Valmont et 79 acres (43 hectares) aux Loges. Un second trait individualise les grandes seigneuries : l’importance de leurs forêts. Dans le duché d’Estouteville par exemple, elles forment 50 % des terres non accensées. En un temps où le prix du bois s’envole, on comprend l’intérêt des seigneurs à mettre en valeur leurs forêts et à limiter les droits d’usage des paysans.

  • 7 Document 3, art. 24.

9Dans les pays d’openfield céréalier qui constituent la Normandie orientale, ces réserves seigneuriales sont toutes mises en location moyennant le versement d’un loyer, partie en argent, partie en nature, pour une durée de trois, six ou neuf ans, à la fois pour rendre possible la rotation triennale et pour permettre au seigneur de réévaluer le bail. Le seigneur impose aussi à ses tenanciers des corvées, avant tout des charrois ou des travaux de réparation, afin de diminuer le coût d’exploitation de son domaine. L’exemple de Jacques de Chambray est significatif. Dans son testament rédigé en 1505, il remercie les paroissiens de Thevray, Saint-Aubin, Saint-Lambert, Le Chastellier, Le Trouyer et Rebromont pour la « satisfaction des corvees et plaisirs qu’ils m’ont faits en mes edifices de Thevray7 ». La situation est différente dans les pays de bocage, où la réserve est plus rarement louée ; le recours à la corvée pour sa mise en exploitation est plus fréquent. Ainsi, pour les fenaisons et les moissons, le sire de Gouberville fait-il appel non seulement à une main d’œuvre salariée, mais aussi à ses tenanciers corvéables. Beaucoup de hobereaux du bocage devaient faire de même. Dernière source de revenus, mais non la moindre : les banalités avec, au premier chef, celle du moulin. Le droit de mouture varie d’une seigneurie à l’autre, mais on peut estimer qu’il monte le plus souvent au 1/16e : tous les paysans tenanciers du fief donnent à leur seigneur 6,25 % de leur grain pour le faire moudre. Il est vrai qu’il ne s’agit pas pour le seigneur d’un revenu net puisque la construction d’un moulin et son entretien coûtent cher. Les autres droits seigneuriaux sont d’un rapport inférieur, en particulier le droit de justice, qui ne représente que 3 à 5 % au maximum du revenu du fief – mais il faut rappeler que l’importance de ce droit n’est pas d’ordre économique.

  • 8 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 25.
  • 9 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., tableaux 4:3 et 4:7 p. 211 et 217.
  • 10 Voir la notice de Caltot.
  • 11 AD Seine-Maritime, 14 H 1281, liasse no 3 : lots et partages des biens de Jacques II Le Pelletier, (...)
  • 12 AD Eure, E 3207 et 3208, cités par Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p (...)
  • 13 Document 20 (15/01/1602).
  • 14 Parmi d’autres : le fief de Beuzeville-la-Grenier comprend une vavassorie et un huitième de fief r (...)
  • 15 Voir les notices de Caltot, Perriers, Héronchelles, Martainville, La Motte, manoir d’Ango, Beaumon (...)
  • 16 Sur le sujet, voir, p. 172-174.

10Les revenus féodaux et seigneuriaux ont connu une évolution marquée au cours des XVe et XVIe siècles, avec un mouvement contradictoire entre le produit de la réserve et des banalités d’une part, et celui des censives d’autre part. Ce dernier diminue en valeur réelle et représente une fraction de plus en plus faible du revenu de la seigneurie : dans le comté de Tancarville, les cens, rentes et autres redevances, qui formaient 53 % des revenus en 1459, n’en constituent plus que 44 % en 1519, 26 % en 1544 et 22 % en 1554. La même chute se remarque dans la seigneurie de Berneval : 38 % de la recette totale en 1508, 15 % en 1557. Cette baisse est cependant largement compensée par la montée du produit des réserves et des banalités, effets de la hausse des prix, mais aussi de l’essor démographique qui multiplie les candidats à la location des terres ou des moulins. Du reste, la croissance du revenu des moulins est particulièrement spectaculaire : à Berneval, il passe de 60 lt en 1507 à 140 lt en 1520 et à 272 lt en 1556. À Hautot-sur-Dieppe, il monte de 58 lt en 1499 à 200 lt en 15428. À Bourdenis, le moulin à draps rapporte 42 lt en 1507 et 100 lt en 1581, tandis que le moulin à blé 50 lt en 1507 et 152 lt en 15689. Cette évolution d’ensemble, qui tient en partie à une croissance de la production et de la population, a plusieurs conséquences. Elle avantage les seigneuries les plus importantes, composées de réserves assez vastes et jouissant de monopoles, au détriment des plus petites seigneuries formées de micro-censives sans droits de banalité et dont les réserves sont d’un médiocre rapport. Mais ce phénomène pousse en même temps la classe seigneuriale à prêter de plus en plus d’attention à la gestion des réserves, certains cherchant à les agrandir, soit par une récupération des censives, en particulier en exerçant leur droit de retrait féodal ou en appliquant de façon plus rigoureuse les procédures de saisie des tenures en cas de défaut de paiement des droits, soit en appliquant une politique d’achat de fiefs voisins afin de les agglomérer à leur propre fief. Ainsi, la surface des seigneuries tend à augmenter au cours du XVIe siècle, en même temps que leur structure est transformée : constituée jusqu’au milieu du siècle par un faible nombre de parcelles, elle est, un siècle plus tard, composée de plus grandes exploitations. En 1491, Jean d’Esmalleville, seigneur de Caltot, acquiert les fiefs voisins de La Rivière et de Dureçu, qui sont par la suite réunis au fief principal dont ils prennent le nom10. Jacques Le Pelletier, seigneur de Martainville, possède le fief d’Orgebray « assis en la paroisse de Martainville-sur-Ry, auquel […] n’y a masure, ny loges, et duquel l’on ne pourrait bonnement discerner le domaine et teneures de celle de ladite sieurie de Martainville11 » (fig. 12). Jonathan Dewald a montré que le domaine non fieffé de la seigneurie de Thibermesnil, propriété de la famille Bigot de Monville, fait 7 % de la surface de la seigneurie en 1512 (soit 17,20 hectares) et 20 % en 1603 (soit 50 hectares12). En 1602, le fief de La Valouine, sur la paroisse de Maintru, comprend « en arrière-fief ung huictiesme de fief nommé le fief de Maintru, assis audict lieu de Maintru, dont je [Florestan de Ricarville] suis tenant, et a present reuny au corps dudict lieu de la Vallouinne et se consiste icelluy fief, ou fiefs, en deux cens acres [environ 110 hectares] de terre de domaine non fieffé13 ». On pourrait multiplier les exemples14. Il n’est sans doute pas fortuit que ces fiefs aient en commun d’avoir fait l’objet d’une importante campagne de travaux de reconstruction à l’époque de la réunion des fiefs voisins à la réserve du fief principal ; il est aussi intéressant de constater que ces travaux n’ont pas seulement touché la reconstruction de la maison seigneuriale mais également de bâtiments agricoles importants15 (fig. 13). Autrement dit, on a là des manoirs dont la reconstruction fait vraisemblablement partie d’un plan concerté, certainement en vue d’accroître la productivité d’une réserve seigneuriale agrandie16.

Fig. 12 > Martainville, à Martainville-Épreville (Seine-Maritime). Plan terrier de la seigneurie, 1787-1788. À cette date, les murs fermant la cour carrée au centre de laquelle se dresse le logis sont en partie dérasés et le fossé autour de celui-ci en partie comblé. AD Seine-Maritime, terrier 260. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Yvon Miossec]

Fig. 13a > La Valouine, à Saint-Osmoy-Saint-Valéry (Seine-Maritime). Le manoir vu du nord-ouest.

Fig. 13b > La Valouine, à Saint-Osmoy-Saint-Valéry (Seine-Maritime). Élévations du pavillon d’entrée du manoir, coupe longitudinale de la maison noble et élévation de la cheminée à l’intérieur du pavillon d’entrée. Dessin aquarellé de Gabriel Ruprich-Robert, 1884. Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, cote orig. 9216.

Fig. 13c > La Valouine, à Saint-Osmoy-Saint-Valéry (Seine-Maritime). Élévation sur cour de la maison seigneuriale.

Fig. 13d > La Valouine, à Saint-Osmoy-Saint-Valéry (Seine-Maritime). Plans restitués du manoir et de la maison seigneuriale (sous-sol, rez-de-chaussée surélevé et premier étage), état en 1602. A : pavillon d’entrée ; B : étables, bergerie ; C : cellier. D : écurie ; E : grange ; F : abreuvoir ; G : fosse à fumier ; H : puits ; I : remise ; J : jardin ; K : maison noble ; L : portail. Ditribution de la maison noble, C : cabinet ; Ca : cave ; CH : chambre ; CU : cuisine ; GCH : grande chambre ; GM : garde-manger ; GR : garde-robe ; GS : grande salle ; SL : sallette.

LES CRISES ÉCONOMIQUES DU XVIe SIECLE

  • 17 Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 376.
  • 18 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 155-157.
  • 19 Bois G., Crise du féodalisme, op. cit.
  • 20 AD Eure, E 1244, cité par Beaumont F. et Seydoux P. (dir.), Gentilhommières des pays de l’Eure, Pa (...)
  • 21 Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 500-502.
  • 22 AD Eure, E 1227 : tab. Pont-Saint-Pierre, f° 175 : quittance donnée aux commissaires des vivres.
  • 23 Cloulas Y., Henri II, Paris, 1985, spécialement p. 267-268.

11Dans la campagne normande comme dans le reste du royaume17, le blocage de la croissance est perceptible dès les années 1530-1540 : en attestent les prix qui s’envolent au cours de la décennie 1550-156018. Il faut dire aussi que la croissance a été freinée dans son élan par des épidémies et des crises de subsistance, surtout pendant « la cruelle décennie 1520-1530 », marquée par la peste : à partir de ces dates, les quotients de mortalité se relèvent à nouveau et la faim se réinstalle durablement, due en partie à la montée spectaculaire du prix des grains19. Mais cette crise s’aggrave en partie en raison des ravages de la soldatesque : pillages, destructions et vols des récoltes, du bétail et des arbres fruitiers. Aussi, en 1562, les habitants de Senneville peuvent-ils remercier leur seigneur, Martin Alorge, de les avoir « gardé des gens d’armes qui ont passé et repassé par le pais depuis environ dix ans20 ». Beaucoup de paroisses normandes n’ont pas eu cette chance. Les ravages ne sont pas le seul fait des troubles civils et religieux. La Normandie – tout spécialement la Haute-Normandie – est depuis la fin du règne de François Ier le théâtre d’opérations militaires considérables. À partir du printemps 1544, afin de faciliter la reconquête de Boulogne par le dauphin, gouverneur de la province, une armée de 30 000 hommes est rassemblée en Haute-Normandie et une flotte de plus de 400 vaisseaux mouille au Havre, placée sous le commandement de l’amiral d’Annebault21. L’année suivante, des hommes d’armes de la compagnie de l’amiral sont encore en garnison à Pont-Saint-Pierre22. Dans ces opérations militaires, la province, avec Le Havre, Dieppe et Rouen, joue le rôle de base arrière pour le ravitaillement en hommes, en armes et en nourriture jusqu’à la reprise de Boulogne aux Anglais (25 avril 1550). C’est donc tout naturellement que la métropole normande est choisie pour célébrer le triomphe d’Henri II victorieux le 1er octobre 155023 (fig. 14).

  • 24 Ce taux record est établi par Louis de Silly pour ses deux fiefs de Saugueuse et des Fossés, qui p (...)
  • 25 Benedict P., Rouen during the Wars of Religion, Cambridge/Londres/New-York, 1981, p. 151.

12La première crise économique grave a pour origine la prise de Rouen par les protestants en 1562. Mais si la guerre en est la première cause, le retour de la paix entraîne presque aussitôt celui de la prospérité, d’autant qu’Anvers, la grande rivale de Rouen, connaît à ce moment des temps difficiles. Un indicateur de la reprise au cours de cette décennie est fourni par les revenus des seigneuries du bailliage d’Évreux : d’une manière générale, ils augmentent de près de 10 % entre 1562 et 1567, avec des taux records pour certaines d’entre elles jusqu’à plus de 400 %24. Selon Philip Benedict, les années entre 1573 et 1584 sont même les plus belles du siècle25.

13La seconde crise de la province, beaucoup plus profonde, date de la fin des années 1580 et du début des années 1590, c’est-à-dire de la constitution de la Ligue dans la province (1584) et de l’avènement au trône d’Henri IV (2 août 1589). Les officiers restés fidèles au roi et leurs richesses sont alors spécialement visés par les troupes de la Ligue :

  • 26 Document 17.

Le xviie jour de juing mil vciiiixx et neuf, ceulx du Parlement pretendu de Rouen et ceux du conseil de rebellion [de la Ligue] envoyerent en la maison de noble homme Jehan Jacques Romé, sieur de La Fontaine, conseiller du roy et président en sa chambre des comptes, pour le prendre prisonnier, et saisirent tous ses meubles dont l’on n’avoit rien encor detourné ny caché a cause que la damelle sa femme [Marguerite Alleaume] estoit en couche et qu’ilz furent surpris en ladite maison, desquelz meubles, ils mirent par inventaires ce qu’ilz voullurent, emportans le meilleur, […].26

Fig. 14 > Entrée d’Henri II à Rouen, 1er octobre 1550. BM de Rouen, Y 28. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie]

  • 27 Document 16, art. 44 à 66.

14Le Bourgtheroulde, que son propriétaire Claude II Le Roux a dû quitter avec armes et bagages pour se réfugier à Caen, est particulièrement bien documenté sur les pillages commis par les hommes d’armes du vicomte de Saulx-Tavannes. Entre avril 1590 et janvier 1591, la troupe passe à de multiples reprises dans le domaine, pillant et emportant les fruits de ses rapines : bétails, chevaux, vaisselles, tapisseries, objets de valeurs, bois de chauffage27.

  • 28 Benedict P., Rouen…, op. cit., p. 172-; Id., « Civil War and Natural Disaster in Northern France » (...)

15Aux ravages des gens de guerre s’ajoutent d’autres facteurs, tout aussi néfastes : les hostilités entre l’Espagne et l’Angleterre entraînent la présence de nombreux corsaires dans la Manche, interrompant les échanges commerciaux (1585), tandis que les récoltes des années 1585 et 1586 sont sans doute les plus mauvaises du siècle28. Pour toutes ces raisons, les tenanciers et les exploitants se trouvent dans l’incapacité de payer redevances et rentes, entraînant stagnation des fermages, oscillations brutales des prix et baisse de la production. Ainsi, la ferme de l’ensemble des revenus du comté de Tancarville chute de 30 % entre les années 1580 et les années 1590, passant de 8 600 à 6 000 lt.

  • 29 Bottin J., Seigneurs et paysans…, op. cit. ; Id., « Structures et mutations… », art. cit.
  • 30 Follain A., Les solidarités rurales : le public et le privé dans les communautés d’habitants en No (...)
  • 31 Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 168, 186 et 189.
  • 32 AD Seine-Maritime, G 6840 : lettres du roi, 03/02/1522 (n. st.).
  • 33 Catalogue des actes d’Henri II, op. cit., t. 1, no 12.105.
  • 34 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 158 ; Cloulas Y., Diane de Poitiers, op. cit., p. 163. Par (...)

16Ces deux crises affectent le revenu des seigneurs, mais elles ne le font pas de la même manière et n’ont pas les mêmes effets. Si la seconde a des répercussions économiques beaucoup plus graves que la première, elle est socialement profitable à la seigneurie. La crise des années 1580 voit en effet un « redressement de la seigneurie » : les seigneurs sont de plus en plus nombreux à faire pression sur les tenanciers pour qu’ils paient leurs redevances, en même temps qu’ils profitent des difficultés économiques de la petite et moyenne paysannerie pour réunir les censives à la réserve de leur domaine29. De fait, la crise conjoncturelle de la seigneurie à la fin du siècle est un élément de la construction d’un « nouveau » système féodal qui a pour condition l’expropriation d’une partie de la paysannerie. Ce mouvement s’accélère par l’attaque systématique des seigneurs contre les biens communaux et les droits d’usage. Cette offensive, qui a pour but, soit de prendre possession de ces biens, soit d’en limiter l’usage, est particulièrement vigoureuse dans les années 1580, d’autant qu’elle est indirectement facilitée par le souverain. En effet, comme dans la première moitié du XVIe siècle, les rois, toujours en quête de liquidités, aliènent le domaine royal de manière assez considérable – selon Antoine Follain, 951 acres (523 hectares) sont aliénées pour la seule région d’Arques à partir des années 157030. Déjà François Ier avait employé ce procédé en 151931 et en 1522 « pour pourvoir aux nécessités de la guerre32 ». À partir de 1547, Henri II fait de même à concurrence de 100 000 lt de revenu pour la seule province normande33. Ces biens sont achetés principalement par des nobles et de riches marchands34. Dans le même temps, le succès de l’offensive est encore facilité par la division croissante entre une paysannerie pauvre et une paysannerie riche. Les seigneurs profitent de cette division et obtiennent une diminution du nombre des usagers et des bêtes dans leurs bois ainsi qu’une augmentation des redevances. Aussi, malgré les apparences, sortent-ils renforcés de la crise.

Notes

1 Doucet R., Les institutions de la France au XVIe siècle, Paris, 1948, 2 vol. ; Goubert P., L’Ancien Régime, t. 1, Paris, 1969-1973, p. 81-85 ; Duby G. et Wallon A. (dir.), Histoire de la France rurale, t. 2, Paris, 1975, p. 108-120 et 134-147 ; Contamine P., La noblesse…, op. cit., chap. IV, p. 137-161 ; Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 38-40. Sur la seigneurie en Normandie, voir Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 163-182 ; Bottin J., Seigneurs et paysans dans l’ouestdu pays de Caux (1540-1650), Paris, 1983 ; Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 19-29.

2 Cette enquête repose sur les aveux, lots et partages ainsi que les actes d’achat des fiefs suivants : Acquigny (AD Seine-Maritime, 2 B 437, f° 11 sq.), Beaumont (2 B 432, pièce 22), Le Bec-Crespin (2 B 424, pièce 25), Le Bus (voir document 15), Beuzeville-la-Grenier (2 B 410, pièce 69), Bourdenis (2 B 440, pièce 37), Le Bourgtheroulde (acte du 29/08/1554, cité par Duchemin P., Histoire de Bourgtheroulde et de sa collégiale, Pont-Audemer, 1888, p. 27), Chambray (AD Eure, E 132), La Chanterie (AD Seine-Maritime, 2 B 387, pièce 309), Chauvincourt (document 23), Ételan (2 B 410, pièce 181), Fleuryla-Forêt (2 B 386, pièce 160), La Folletière (AD Eure, E 842), Glisolles (AD Seine-Maritime, 2 B 418, pièce 73), Goderville (2 B 424, pièce 6), Harquency (AD Eure, E 2474, 22/02/1554 n. st.), Martainville (AD Seine-Maritime, 14 H 1281, liasse no 3), Mentheville (2 B 424, pièce 77), Sénitot (2 E 1/230 : tab. Rouen, 16/07/1501), La Valouine (document 20), Varengeville-sur-Mer (2 B 387, pièce 309).

3 Bois G., Crise du féodalisme, op. cit. ; Bottin J., Seigneurs et paysans…, op. cit. ; Id., « Structures et mutations d’un espace proto-industriel à la fin du XVIe siècle », Annales ESC, 4, 1988, p. 975-995 ; Plaisse A., La baronnie du Neubourg : essai d’histoire agraire, économique et sociale, Paris, 1961 ; Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit.

4 Douard C., « Phénomènes de densité à moyenne et grande échelle », in M. Chatenet et C. Mignot (dir.), Le manoir en Bretagne…, op. cit., spécialement p. 50. La grande modestie des domaines bretons explique la forte densité nobiliaire constatée dans cette province.

5 Bois G., Crise du féodalisme, op. cit., p. 233-235.

6 Constitué des fiefs de Valmont, de Varengeville, de Berneval, des Loges et « autres lieux », le duché est érigé en faveur d’Adrienne d’Estouteville et de François de Bourbon, comte de Saint-Pol, son futur mari (Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 1, no 7347).

7 Document 3, art. 24.

8 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 25.

9 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., tableaux 4:3 et 4:7 p. 211 et 217.

10 Voir la notice de Caltot.

11 AD Seine-Maritime, 14 H 1281, liasse no 3 : lots et partages des biens de Jacques II Le Pelletier, 02/06/1545.

12 AD Eure, E 3207 et 3208, cités par Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 171-172.

13 Document 20 (15/01/1602).

14 Parmi d’autres : le fief de Beuzeville-la-Grenier comprend une vavassorie et un huitième de fief réunis ; le fief de Beaumont appartient aux Le Normand, également propriétaires de La Bataille et de Tournetot sur la même paroisse ; le fief de Varengeville-sur-Mer comprend les huitièmes de fief du Porquet, des Maillets et de La Chanterie (AD Seine-Maritime, 2 B 387, pièce no 309 : aveu rendu par Jean de Bauquemare, 20/12/1600).

15 Voir les notices de Caltot, Perriers, Héronchelles, Martainville, La Motte, manoir d’Ango, Beaumont, La Valouine et Mentheville. Les fiefs du Flot et du Hérault ne sont pas documentés sur ce point, mais on peut conjecturer qu’il en fut de même pour eux.

16 Sur le sujet, voir, p. 172-174.

17 Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 376.

18 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 155-157.

19 Bois G., Crise du féodalisme, op. cit.

20 AD Eure, E 1244, cité par Beaumont F. et Seydoux P. (dir.), Gentilhommières des pays de l’Eure, Paris, 1999, p. 160.

21 Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 500-502.

22 AD Eure, E 1227 : tab. Pont-Saint-Pierre, f° 175 : quittance donnée aux commissaires des vivres.

23 Cloulas Y., Henri II, Paris, 1985, spécialement p. 267-268.

24 Ce taux record est établi par Louis de Silly pour ses deux fiefs de Saugueuse et des Fossés, qui passent d’un revenu de 61 lt en 1562 à 309 lt en 1567 (tableau 14).

25 Benedict P., Rouen during the Wars of Religion, Cambridge/Londres/New-York, 1981, p. 151.

26 Document 17.

27 Document 16, art. 44 à 66.

28 Benedict P., Rouen…, op. cit., p. 172-; Id., « Civil War and Natural Disaster in Northern France », in P. Clark (éd.), The European Crisis of the 1590’s, Londres, 1985, p. 84-105.

29 Bottin J., Seigneurs et paysans…, op. cit. ; Id., « Structures et mutations… », art. cit.

30 Follain A., Les solidarités rurales : le public et le privé dans les communautés d’habitants en Normandie du XVe siècle à 1800, Lille, 1994, p. 276.

31 Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 168, 186 et 189.

32 AD Seine-Maritime, G 6840 : lettres du roi, 03/02/1522 (n. st.).

33 Catalogue des actes d’Henri II, op. cit., t. 1, no 12.105.

34 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 158 ; Cloulas Y., Diane de Poitiers, op. cit., p. 163. Parmi d’autres, les frères Jubert font l’acquisition auprès des commissaires du roi du quart de fief d’Harquency contre un droit de rachat le 10/07/1553 [AD Eure, E 2474 : lots et partages des biens de Guillaume Jubert, 22/02/1554 (n. st.), f° 11, mention].

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search