Version classiqueVersion mobile

La demeure noble en Haute-Normandie

 | 
Xavier Pagazani

Chapitre 1. Les noblesses haut-normandes1

Texte intégral

  • 1 J’emprunte ce titre à Boltanski A. et Hugon A. (dir.), Les noblesses normandes, op. cit.
  • 2 Voir Nassiet M., « Les structures sociales des noblesses normande et bretonne à l’époque moderne »,(...)

En définitive, la noblesse n’est pas une ; au-delà des stéréotypes souvent retenus, ses modèles varient d’une France à l’autre. Rien de plus différent que des gentilshommes normand, breton ou beauceron.
Jean-Marie Constant, La vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, 1985, p. 102.

  • 3 Sur la noblesse au XVIe siècle, voir Jouanna A., L’idée de race en France au XVIe siècle et au débu (...)
  • 4 Vaissière P. de, Gentilshommes campagnards de l’ancienne France. Étude sur la condition, l’état soc (...)

1La noblesse, le plus envié des trois ordres pour son prestige, ses droits et privilèges, son assise foncière et son mode de vie, domine le monde rural3. Plus que la grande noblesse parfois étrangère à la région, qui n’y réside pas, la petite et moyenne noblesse, qui constitue sans doute près de 90 % des effectifs nobiliaires au XVIe siècle4, forme le ciment de la société rurale : c’est elle qui est présente dans « ses villages », attentive à y faire respecter l’ordre social. Mais les disparités restent réelles : les lieux des emplois, l’éclat des dignités, le montant et l’origine des fortunes, et l’ampleur des réseaux de clients ou d’amis introduisent d’énormes différences d’une strate à une autre, comme d’une région à une autre. C’est pourquoi il faut s’attacher, d’abord, à relever les principales spécificités des « noblesses haut-normandes ».

SEIGNEURS ET NOBLES DAMES

  • 5 Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 49.
  • 6 L’historiographie a surtout porté ses efforts sur Rouen et le pays de Caux, de sorte qu’on possède (...)

2Un document lancastrien de 1430 – peut-être établi pour souligner l’importance du duché – fait état des sept comtés et des 4 000 fiefs nobles que compterait la Normandie à cette date, ce qui suggère une très forte densité nobiliaire pour cette partie du royaume5. Toutefois, puisqu’on ne dispose d’aucune synthèse à l’échelle de la Haute-Normandie pour la période étudiée, force est de recourir à des études fragmentaires qu’il convient d’analyser avec soin6.

  • 7 Nassiet M., « La noblesse en France au XVIe siècle d’après l’arrière-ban », Revue d’histoire modern (...)
  • 8 Bois G., Crise du féodalisme, Paris, 1981.
  • 9 Wood J., The Nobility…, op. cit. Le même constat est fait pour la Bretagne par Nassiet M., « Nobles (...)
  • 10 AD Seine-Maritime, F 39, p. 93 sq. : « Roole de la perquisition faicte des personnes nobles du bail (...)
  • 11 AD Seine-Maritime, 3 B 142, f° 222 : arrêt du parlement, 13/03/1533 (n. st.).
  • 12 Voir la notice 44 sur Les Rocques.
  • 13 Sur les Brossard, voir p. 179.
  • 14 AD Seine-Maritime, F 39, p. 105. Le cas n’est pas isolé : Jean Caqueray, maître de la verrerie du G (...)
  • 15 Ceci est surtout valable pour la première moitié du XVIe siècle en Haute-Normandie, car la situatio (...)
  • 16 Sur le sujet, voir Contamine P., La noblesse…, op. cit., chap. I, V et VI.
  • 17 Foisil M., Le sire de Gouberville, Paris, 2001, p. 174-201, spécialement p. 192-194 sur l’amitié ca (...)
  • 18 Analyse par l’abbé Tollemer du journal manuscrit d’un sire de Gouberville, gentilhomme campagnard, (...)
  • 19 Hamon P., « Gilles de Gouberville officier. Activités professionnelles et relations sociales », Cah (...)
  • 20 Sur le sujet, voir p. 303-304.

3Autant qu’on puisse le savoir, la densité est forte, principalement dans la partie occidentale de la province (Basse-Normandie) et dans l’élection de Rouen7. D’une manière générale, la noblesse normande, comme l’ensemble de la société, connaît dans la première moitié du XVIe siècle une hausse de ses effectifs qui n’est à vrai dire qu’une récupération du niveau du milieu du XIVe siècle avant les catastrophes de la peste noire et de la guerre de Cent Ans8. 80 % de ces nobles le sont depuis un siècle et plus, mais aucune opposition ne semble avoir existé entre ces derniers et les nouveaux9 : en Normandie, les différences internes tiennent plus aux inégalités de richesse et de pouvoir qu’à l’ancienneté des lignages lors des « Perquisition[s] des personnes nobles10 ». Ainsi, au terme d’une enquête menée en 1532 à la suite d’une plainte du procureur du roi et d’un paroissien de Villequier contre la noblesse jugée douteuse de Pierre II Busquet, seigneur de Pierreval et des Rocques, le parlement de Normandie conclut que « ledit Busquet joira en privillege de noblesse avec les autres nobles du pais […ainsi que ses enfants], en vivant noblement suyvant les devoirs et sans faire chose derogant audit estat et privillege de noblesse11 ». Pour arriver à ce résultat, Busquet a dû montrer sa généalogie, il a obtenu du roi des lettres de relief (un anoblissement déguisé) et, surtout, il vit noblement aux yeux de tous. En réalité, selon les données recueillies par ailleurs, les Busquet ne sont nobles que depuis une génération : le grand-père de Pierre II, Pierre Ier, était un simple maître verdier du seigneur local ; et son père Robert Busquet s’était enrichi, semble-t-il, grâce à la guerre de course12 (fig. 3). À l’inverse, les « gentilshommes verriers » de la famille Brossard, bien que porteurs des titres d’écuyer et de seigneur de Saint-Martin-au-Bosc (en forêt d’Eu) au moins depuis le début du XVe siècle13 et qui, par conséquent, peuvent témoigner de l’ancienneté de leur lignage, sont néanmoins taxés : pour les enquêteurs royaux, le caractère ignoble de la production verrière, perçue comme un travail manuel d’artisans, devait l’emporter sur toute autre considération14. Pour beaucoup de petits nobles, c’est d’abord l’apparence – la réputation – d’une vie noble, sans déroger, et l’exemption de la taille qui marquent leur condition, plus que leur naissance15. Être noble, c’est donc avant tout un mode de vie particulier : des épithètes d’honneur placés devant le nom (« noble homme » ou « noble dame », « messire » ou « damoiselle », « hault et puissant seigneur » ou « haulte et puissante dame », « dame douairiere »), des tenues vestimentaires codifiées, des activités spécifiques telles que la guerre, la chasse, le jeu, la culture du corps et souvent celle de l’esprit (l’étude, la lecture, la poésie ou le « jardinage »), et des relations avec des alter ego16. Les seigneurs et dames se reçoivent, s’invitent, s’échangent régulièrement des cadeaux et correspondent par lettres17. Emmanuel Le Roy Ladurie et Madeleine Foisil ont montré le rapport particulier d’un petit seigneur campagnard avec sa famille et ses serviteurs : Gilles de Gouberville, « noble de race et maître de plusieurs terres, se situe tout à la fois au sommet et au centre d’une minuscule construction sociale : celle que forment, autour de lui, en cercles concentriques, les hommes de sa famille domestique, de sa paroisse, de ses seigneuries » (E. Le Roy Ladurie18). Tandis que Philippe Hamon a rappelé que Gouberville entretient dans le même temps des relations avec des seigneurs plus puissants19. Être noble, c’est aussi vivre dans une demeure qui donne à voir par des éléments significatifs et distinctifs le statut des propriétaires : fossés, tours ou pavillons, mâchicoulis ou consoles les évoquant, armoiries20 (fig. 2).

Fig. 3 > Anonyme, Bataille navale opposant le navire la Salamandre, armé par Jean Ango sur lequel était Robert Busquet, à un bateau espagnol. Vitrail de l’église de Villequier (Seine-Maritime), 1522. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Leroy]

  • 21 Wood J., The Nobility…, op. cit. À partir de cinq enquêtes de noblesse, l’auteur a pu analyser les (...)
  • 22 Goujard P., La Normandie aux XVIe et XVIIe siècles face à l’Absolutisme, Rennes, 2002, p. 31.

4On ne dispose pas de chiffres pour la Haute-Normandie, mais l’étude de James Wood sur la proche élection de Bayeux va à l’encontre de l’idée qu’il existerait une vieille noblesse désargentée ou en voie d’appauvrissement et une noblesse récente plus fortunée21. En outre, un autre point semble capital pour la période qui nous occupe : au XVIe siècle, l’écart de richesse se creuse entre la grande noblesse et les autres. C’est là un des effets de la mutation du revenu des seigneuries sur lequel nous aurons à revenir. À partir de ce moment, certains petits nobles, qui ont de plus en plus de mal à tenir leur rang, doivent trouver des ressources supplémentaires en se mettant au service de membres de la haute noblesse ou au service du roi. Ils vont le faire d’autant plus facilement que le roi et les Grands du royaume ont besoin d’eux. Il faut remarquer ici que selon les pays de Normandie le constat n’est pas le même : la noblesse de la Normandie orientale, plus proche des centres décisionnels (Rouen, Paris), semble plus étroitement impliquée dans la politique régionale et royale que ne peut l’être la noblesse du Bocage22.

  • 23 Tableau 1b.

5Les propriétaires des édifices étudiés ici ne représentent qu’une petite partie de l’ensemble des gentilshommes haut-normands, mais ils sont sans doute représentatifs d’une réalité : si une partie d’entre eux semble vivre aux champs sans autre revenu (près de 40 %), une majorité (près de 53 %) est au service du roi, soit directement (28 %), soit dans les cours souveraines de Paris et de Rouen (parlement, cour des aides, chambre des comptes) ou dans les petites instances royales de la province (vicomtés d’Arques, de Conches, de Gisors, de Breteuil…23). Visiblement, dans ce groupe – et ce n’est pas une surprise –, le pourcentage des détenteurs d’offices est supérieur à ce qu’on peut supposer pour l’ensemble de la noblesse normande. Et si ces statistiques doivent être prises avec prudence pour cette raison, elles suggèrent cependant un fait : l’importance de la Normandie, qui ne peut échapper au roi soucieux de l’intégrer plus étroitement au royaume et de la gérer efficacement, a commandé, semble-t-il, l’intégration de nombreux gentilshommes haut-normands au service de la couronne.

AU SERVICE DU ROI ET DES GRANDS

  • 24 Dupont-Ferrier IV, p. 249 ; Catalogue des actes de François Ier IX (1907), p. 227 ; Farin 1731 I, p (...)
  • 25 Dupont-Ferrier G., Gallia Regia ou État des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de (...)
  • 26 Carroll S., Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholic Cau (...)
  • 27 Bedos Rezak B., Anne de Montmorency, seigneur de la Renaissance, Paris, 1990.
  • 28 Beck B., « Le mécénat des d’Estouteville », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.),(...)
  • 29 Lucinge, Lettres 1586, p. 22 (08/01/1586), cité par Le Roux N., La faveur du roi. Mignons et courti (...)

6Tout pousse le souverain à accroître sa tutelle sur la Normandie, région clé sur le plan économique, région maritime dont l’intérêt stratégique est vital, mais encore première région fiscale de France. Aussi le gouvernement de la province est-il l’un des plus convoités. Dès la fin du XVe siècle, il est d’usage pour le roi d’y nommer son successeur présomptif ou l’un de ses principaux favoris. On compte ainsi parmi les gouverneurs Louis d’Orléans (1491-1498), futur Louis XII, Georges Ier d’Amboise (1498-1510), François d’Angoulême, futur François Ier (1510-1515), le grand sénéchal de Normandie Louis de Brézé (1526-1531), le dauphin François (1531-1536), le dauphin, futur Henri II (1536-1547), l’amiral de France Claude d’Annebault (1547-1552) ou encore Anne de Joyeuse (1583-1587) et le duc d’Épernon (1587-1588)24. Ajoutons les lieutenances générales, occupées aussi par des favoris du roi ou du gouverneur : Jean et Georges d’Amboise, Joachim de Matignon, Claude d’Annebault (avant d’être nommé gouverneur), les Möy (ou Mouy) et les Le Veneur s’y succèdent25. Le roi a besoin d’eux pour contrôler la province, car, comme les grands seigneurs qui possèdent d’importants domaines en Normandie (les Guise26, les Montmorency27, les Bourbon, les d’Estouteville28, les Brézé), ils ont un atout qui les rend indispensables : leur crédit, qui se traduit de manière concrète par le nombre de personnes (parents, amis, fidèles ou clients) qui dépendent d’eux et qu’ils sont capables de mobiliser dans la province. Pouvant redistribuer à leurs clientèles les bienfaits du roi, ils jouent le rôle d’intermédiaires entre les simples gentilshommes et le souverain. De fait, le gouverneur et ses lieutenants pesaient de tout leur poids sur les nominations, comme le suggère une note de l’ambassadeur de Savoie : « La noblesse [de Normandie] se despite pour n’estre emploiée aux charges de la province, que Monsieur de Joieuse baille touttes à de ses serviteurs et confidens29. »

7Mais le besoin qu’a le roi de la coopération des Grands n’est pas sans risques pour lui : les laisser seuls maîtres de la redistribution des emplois et des honneurs en Normandie serait leur conférer un trop grand pouvoir. Aussi les souverains, de Louis XI à Henri IV, veillent-ils à maintenir des relations directes avec la petite et moyenne noblesse, ce qu’ils font en accordant parfois à ces simples gentilshommes des charges, soit dans leur maison domestique, soit dans leur maison militaire, ou encore dans les instances provinciales.

  • 30 Pour Bertrand de Bailleul, Guillaume de Houdetot, Philippe de Fumechon, Gabriel de Chambray, Louis (...)
  • 31 Nawrocki F., « Claude d’Annebault (v. 1495-1552) », in C. Michon (dir.), Les conseillers de Françoi (...)
  • 32 BnF, ms. Clairambault 835, p. 2 086, 2 091, 2 113 ; Catalogue des actes de François Ier, Paris, 188 (...)
  • 33 Voir les notices du Bec-Crespin (Nicolas Romé), Bonnemare (Nicolas Le Conte), Le Plain-Bosc (George (...)
  • 34 François Picard fut enfant d’honneur de Louis XII à partir de 1509 (BnF, ms. Clairambault 835, p. 1 (...)
  • 35 BnF, ms. Clairambault 835, p. 1 835 (Anne de Brézé) et p. 2 002 (Charlotte d’Esquetot, « madamoisel (...)
  • 36 Tableau 24.

8Les membres de la maison domestique du roi occupent la charge de valet de chambre, comme Bertrand de Bailleul, ou celle plus recherchée de gentilhomme ordinaire de sa chambre, comme Guillaume de Houdetot, Philippe de Fumechon, Richard IV Le Pelletier ou Gabriel de Chambray, de maître d’hôtel ordinaire, comme Jean Picard et Charles de Boissay, de chambellan, comme Jacques de Chambray, tandis que d’autres cumulent ces charges, comme Louis Picard, qui est à la fois conseiller et chambellan de Louis XII, ou Louis de Silly, qui est chambellan et gentilhomme ordinaire d’Henri II30. Jean VI d’Annebault, issu d’un lignage normand de noblesse seconde, est maître des toiles de chasse31. À sa mort en 1534, son fils aîné Claude reprend le flambeau à ce poste alors qu’il connaît déjà une faveur marquée auprès de François Ier, qui le couvre d’honneurs et de dons : il est nommé lieutenant-général du roi en Normandie (1531), gentilhomme de sa chambre, conseiller et chambellan ordinaire, bailli et capitaine d’Évreux (1532), chevalier de l’ordre du roi (1535), maréchal de France (1538), amiral de France et gouverneur de Normandie sous l’autorité formelle du dauphin (154432). À ceux-là s’ajoutent le personnel administratif, principalement les maîtres des requêtes et les secrétaires du roi, comme Nicolas Le Conte, Georges Langlois, Nicolas Romé ou François Du Four33. Tous ces gentilshommes haut-normands peuvent ainsi accéder au roi, ce qui les conduit parfois vers des charges plus lucratives ou plus importantes, comme les Langlois, Romé et Du Four que je viens de citer, qui réussissent à obtenir respectivement d’Henri III les charges de conseiller et trésorier de la trésorerie royale en Normandie, de conseiller du conseil privé et de gentilhomme ordinaire de sa chambre. D’autres, enfin, issus de la noblesse seconde, entrent très jeunes dans la maison du monarque comme enfants d’honneur (François Picard, Louis de Silly) ; ils sont destinés à occuper de plus hautes fonctions par la suite34. De la même manière, certaines des demoiselles issues de la moyenne et haute noblesse s’intègrent dans les maisons de la reine, de la mère ou des sœurs du roi, telles Anne de Brézé, fille d’honneur de Marguerite d’Autriche, la jeune fiancée de Charles VIII, Charlotte d’Esquetot, demoiselle de Marguerite de Navarre, sœur de François Ier, ou encore Anne de Laval, dame de la reine Éléonore d’Autriche. Elles se marieront ensuite à des gentilshommes rencontrés à la cour (Georges de Clères, Charles de Cossé-Brissac et Louis de Silly35). Des gentilshommes normands occupent aussi des charges dans ces maisons, tel Jean Le Veneur, valet tranchant des reines Claude de France et Éléonore d’Autriche, avant de progresser dans la hiérarchie : il devient d’abord panetier, puis maître d’hôtel de la reine36.

  • 37 Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit., p. 69.
  • 38 BnF, Pièces orig. 1537, ms. fr. 28.021 (Famille de Houdetot), pièce no 47 ; Anselme de Sainte-Marie (...)

9Les gentilshommes normands attachés à la maison militaire du roi occupent des places d’archer de la garde (Robert de Fontenil37) ou de membres d’une compagnie des cent gentilshommes de l’hôtel (Guillaume de Houdetot puis son fils Antoine38). Par la médiation de capitaines (Louis de Brézé, Claude d’Annebault, Philippe de Fumechon, Jacques de Silly), le roi recrute également dans les compagnies d’ordonnance (Louis Picard, Guillaume de Houdetot, Martin Alorge…).

  • 39 Sur le sujet, voir Constant J.-M., La vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe-XVIIe siècl (...)
  • 40 AD Eure, E 674, 27/03/1540 (n. st.).
  • 41 Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit., p. 64.
  • 42 Leur plate-tombe située dans l’église de Fours porte la date de leur décès, le 17/02/1525 (n. st.). (...)
  • 43 AD Eure, E 1296 : tab. Vernon, f° 27. Sur le passage du Mont Cenis, voir Nawrocki F., « Claude d’An (...)
  • 44 Du Bellay M., Les mémoires de Messire Martin du Bellay…, coll. complète des mémoires relatifs à l’h (...)
  • 45 Anselme de Sainte-Marie (père), Histoire généalogique…, op. cit., t. 8, p. 24 ; Le Brasseur P., His (...)
  • 46 Bréard C. et Bréard P., Documents relatifs à la marine normande et à ses armements aux XVIe et XVII(...)
  • 47 BnF, Pièces orig. 1537 (doss. Houdetot), no 51 : lettres patentes de François Ier, 12/01/1515 (n. s (...)
  • 48 Picard estattesté à la charge de conseiller du roi à partir du 02/04/1498 (n. st.) [BnF, Pièces ori (...)
  • 49 En 1516, les délégués de la ville de Rouen se présentèrent au logis du roi à Amboise où « ils entrè (...)
  • 50 Ibid., p. 177 : 13/08/1517 ; AD Seine-Maritime, G 6840 : lettres patentes du roi pour pourvoir à la (...)

10Les Normands sont sur tous les champs de bataille afin d’acquérir la gloire par un haut fait d’armes39 : Jean Picard, seigneur de Radeval, sans doute au côté de son frère aîné Louis, seigneur d’Ételan, participe à « la journée de Fornoue40 » (6 juillet 1495) ; Jean Basset, seigneur de Normanville, est« oultre les Montz » à la tête de 2 000 hommes de pied normands (150341). Cette voie d’accès aux honneurs n’est pas sans risque : Claude d’Annebault est fait prisonnier à Pavie (1525), tandis que Guillaume de Fours et son fils aîné Hugues sont vraisemblablement tués au cours des escarmouches qui ont précédé la bataille42 ; le malheureux Jean Le Cesne, seigneur de Montigny, est amputé des deux pieds après avoir été pris dans la tempête de neige qui a décimé les troupes d’Annebault lors du passage des Alpes au Mont Cenis (janvier 154343) ; Louis de Silly est fait prisonnier à deux reprises, d’abord lors de la campagne en Provence (1536) puis au cours de celle en Cambrésis (155344) ; Pierre de Houdetot, homme d’armes dans la compagnie d’Anne de Montmorency, et Pierre de Chambray, jeune chevalier, fils du baron de Chambray, trouvent la mort à la bataille de Saint-Denis (156745) ; Pierre Le Normant est tué au côté de Philippe Strozzi lors d’une bataille navale aux Açores (26 juillet 158246). Mais le roi reconnaît la bravoure lorsqu’il la voit et sait la récompenser : après « la garde et defence du chasteau de Godessa-lez-Gennes en quoy il s’est tres vertueusement acquieté comme chacun sait », Guillaume de Houdetot reçoit de Louis XII, puis de François Ier, une pluie de dons : de l’argent, des fiefs, une chaîne en or, une nouvelle charge (il est nommé lieutenant des cent gentilshommes de l’hôtel du roi) et l’insigne honneur de voir sa fille Anne mariée par le roi à François de Hautbourdin47. Jean Basset qui participe à nombre des expéditions d’Italie (1499, 1503, 1506, 1509 et peut-être 1507, 1511 et 1515), est nommé par le roi capitaine de Château-Gaillard (1512-1513), puis capitaine et bailli de Gisors (1517-1521). Jean Picard, après avoir combattu à Fornoue, entre au conseil du roi (1498) et, après Marignan, devient maître d’hôtel ordinaire du roi (1517) et bailli de Gisors (152148). Ce type d’ascension sociale devait être cependant assez exceptionnel. Aussi ces gentilshommes, par leur proximité avec le roi et le crédit qu’ils ont auprès de lui, connaissent-ils un certain prestige dans la province et une reconnaissance auprès des notables rouennais : Jean Basset et Jean Picard sont régulièrement appelés à représenter la noblesse aux États généraux de Normandie et les conseillers de la métropole normande n’hésitent pas à faire appel à eux lorsqu’ils souhaitent obtenir une audience du souverain49. Bien sûr, cette voie de communication n’est pas à sens unique : lorsqu’en 1517 Louise de Savoie désire encourager la création d’une maison de repenties à Rouen ou lorsqu’en 1522 François Ier décide d’aliéner une partie du domaine royal dans la province, Basset et Picard sont leurs intercesseurs auprès des notables normands50.

  • 51 Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles (...)
  • 52 BnF, Pièces orig. 2261 (doss. Picard) : acte royal passé à Tours, 20/11/1479.

11Pour affirmer son autorité sur la Normandie, le roi y choisit soigneusement ses représentants. Déjà au sortir de la guerre de Cent Ans, Charles VII et surtout Louis XI trouvent en Guillaume Picard, simple greffier civil à l’échiquier de Normandie en 1455, un serviteur les plus zélés. Aussi le placent-ils aux postes les plus importants de la province : notaire et secrétaire du roi et procureur à la cour des aides de Rouen en 1456, Picard est nommé après l’avènement de Louis XI général des aides à Rouen (1462) et général des finances de Normandie (1465-1479). En 1481, il cumule les postes de chambellan du roi, bailli de Rouen et capitaine d’Abbeville ; il est également l’un des capitaines généraux du camp royal51. Bien sûr, cette ascension professionnelle s’accompagne d’une promotion sociale : en lui offrant en don les pleins-fiefs d’Ételan (1468) et du Bourg-Achard (1477) ainsi que tous les autres biens confisqués du « rebelle » Arthur de Coucy (1479), Louis XI fait entrer Guillaume Picard de plain-pied dans le second ordre en même temps qu’il lui assure les revenus appropriés à son nouveau statut52. Comme beaucoup d’autres au même moment, il connaît une disgrâce presque complète à l’avènement de Charles VIII en 1483, et meurt au début de l’année suivante.

  • 53 Selon Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no 556, mais Hamon P., « Messieurs (...)
  • 54 BnF, Pièces orig. 2392 (doss. Preudhomme), nos 8-9; AN, MC XIX 42, 11/04/1516 (v. st.) ; Dupont-Fer (...)
  • 55 AD Seine-Maritime, 7 H 1044 : compte de la baronnie de Fontaine-le-Bourg, année 1514-1515, f° 142.
  • 56 Ibid., f° 183 v° (mention). Selon Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no 556, (...)
  • 57 Loc. cit. ; BnF, Pièces orig. 2392 (doss. Preudhomme), nos 11-12.
  • 58 Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 196.
  • 59 Preudhomme fait l’objet d’une procédure entre 1523 et 1525, interrompue par la régente par lettre d (...)
  • 60 BnF, Pièces orig. 2392 (doss. Preudhomme), nos 19, 22 et 23.
  • 61 Aujourd’hui Sainte-Marie-de-Vatimesnil (Eure). Voir Pagazani X., « Maisons des champs autour de Rou (...)

12Charles VIII et Louis XII placent en Normandie beaucoup des puissantes familles de Touraine et du Berry : Charles VIII nomme les Lallemand, de Bourges, au poste de receveur général des finances de Normandie, tandis que Louis d’Orléans, gouverneur de Normandie (1491-1498), choisit Thomas Bohier comme général des finances (1494-1524). La carrière de Guillaume Preudhomme, sans doute originaire de Bourges53, illustre les perspectives qui s’offrent aux ambitieux de la première moitié du siècle. Receveur des tailles de l’élection de Lisieux de 1507 à 151754, Preudhomme doit sans doute à ses talents dans cette fonction d’être repéré par Thomas Bohier, qui le recommande à son frère Antoine, abbé de Fécamp : on le retrouve receveur de l’abbaye pour « monseigneur Anthoine » à partir de 1514-151555. Nommé notaire et secrétaire du roi la même année56, il poursuit son ascension en Normandie dans le sillage des frères Bohier comme receveur général des finances (1517), charge qu’il cumule par la suite avec celle de commissaire au paiement de « l’edifice du Havre de Grace » (1519-152257). Un temps inquiété par la commission d’enquête sur les supposées malversations des « gens de finances » (janvier 152358), Preudhomme, sorti blanchi (à la différence de son protecteur Thomas Bohier59), est nommé général des finances de Normandie (1524), avant d’être appelé au plus haut poste des finances de l’état, celui de trésorier de l’épargne (11 mai 152560). Comme beaucoup d’autres notables de la province, tels Jacques Le Pelletier, Jean Basset ou Antoine Bohier, Preudhomme réside à Rouen (dans la paroisse Saint-Laurent, dont il est l’un des trésoriers) et possède un « jardin », c’est-à-dire une maison suburbaine située dans l’un des faubourgs de la ville (fig. 4), ainsi qu’une seigneurie aux champs (Vatimesnil61).

Fig. 4 > Jardin de « Monsieur le général Preudhomme » au faubourg Cauchoise de Rouen. Détail du Livre des Fontaines, 1525. BM de Rouen, R 1 : Plans des fontaines (1518-1521) dit le Livre des Fontaines.

  • 62 Officiers royaux, les élus sont en charge de la répartition de l’impôt et jugent les contentieux fi (...)
  • 63 BnF, Pièces orig. 210 (doss. Basset), no 8.
  • 64 La cour des aides enregistre les édits concernant les impôts (taille, gabelle, aides) et les actes (...)
  • 65 Aujourd’hui Pissy-Poville (Seine-Maritime).

13Si les charges financières de la province sont majoritairement tenues par des hommes nouveaux, les nobles d’ancienne extraction ne les dédaignent pas, comme Jean Basset, déjà cité, qui ajoute à toutes ses charges militaires celle d’élu62 de l’élection de Bayeux, contrôlant en 1498 l’assiette de la taille63. Deux présidents successifs à la cour des aides à Rouen64, Roger puis Charles Gouel, seigneurs de Poville65, sont également issus d’une famille noble établie de longue date dans le pays de Caux.

  • 66 Voir les notices d’Argueil, de Fleury et d’Houlbec.
  • 67 Voir p. 41-44 : Culture et formation.

14Pour la justice, le personnel des cours subalternes est encore souvent composé de nobles, dans les bailliages et les sénéchaussées, de même que dans les juridictions de première instance, telles que les vicomtés : Georges Havart, seigneur d’Argueil, cumule les charges de bailli de Caux, de vicomte de Dreux et de sénéchal héréditaire du Perche dans les années 1470 ; Jean Mazeline, seigneur d’Houlbec, est vicomte de Conches et de Breteuil (vers 1498-1524) ; Pierre de Courcol, seigneur des Marets et de Fleury, est vicomte et receveur ordinaire de Gisors (de 1543 à 1550), puis de Lyons (de 1550 à 156366). Cela ne doit pas nous étonner : tous les gentilshommes ne sont pas incultes, tant s’en faut67.

  • 68 Frondeville H. de, Les conseillers du parlement de Normandie au XVIe siècle (1499-1594), Rouen, 196 (...)
  • 69 Cette période ne voit qu’un seul affrontement avec le souverain : lorsque le parlement refuse d’enr (...)
  • 70 Frondeville H. de, Les conseillers…, op. cit., p. II.
  • 71 Duplessis M.T.C., Description geographique et historique de la Haute Normandie…,, 2e partie, « Le V (...)
  • 72 Frondeville H. de, Les conseillers…, op. cit., p. III.
  • 73 Duplessis M.T.C., Description geographique…, op. cit., 2e partie, « Le Vexin », p. 162-163.
  • 74 Le parlement de Bordeaux compte 29 membres en 1515, 66 en 1547 ; celui de Toulouse 24 en 1515, 83 e (...)

15L’événement majeur en Normandie à la toute fin du XVe siècle est la création par Louis XII de l’échiquier permanent à Rouen (1499), qui devient le parlement de Normandie en 1515. Composée de quatre présidents et de 28 conseillers, clercs et laïcs, la nouvelle cour devient la seule juridiction d’appel de la province, avec une organisation peu à peu calquée sur celle du parlement de Paris68. Dans la première moitié du XVIe siècle, elle est une institution à la fois juridique, politique et administrative, et un instrument essentiel du renforcement de l’autorité monarchique dans la province69. Tout autant que les appétits financiers du roi, le besoin d’avoir des agents dévoués au sein du parlement et la multiplication des procès expliquent l’accroissement des offices de conseillers au XVIe siècle. En 1519, François Ier crée un nouvel office de président et huit nouvelles charges de conseillers, en même temps qu’il installe une nouvelle chambre, dite, comme à Paris, de la Tournelle, pour juger les affaires criminelles70. En 1543, il ajoute quinze conseillers aux 28 de la première création et érige encore une chambre des requêtes71. En août 1547, Henri II installe une chambre dite « des vacations » pour assurer l’instruction et l’expédition des procès pendant les vacances annuelles du parlement, avec un président et douze conseillers72. En 1568, Charles IX crée encore six nouveaux conseillers73. Le parlement, qui comptait 32 membres en 1499, en possède 80 à la fin du XVIe siècle. Certes, le cas du parlement de Normandie n’est pas isolé : au cours de la même période, toutes les cours souveraines de France connaissent une augmentation de leurs effectifs. Mais la hausse constatée en Normandie semble l’une des plus importantes74.

  • 75 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility: The Magistrates of the Parlement of Rouen (1499- (...)
  • 76 Loc. cit. Selon Frondeville H. de, Les conseillers…, op. cit., p. III, sur 300 conseillers du parle (...)

16D’après l’étude capitale de Jonathan Dewald sur les parlementaires rouennais aux XVIe et XVIIe siècles, 17 % des conseillers sont fils de nobles ruraux, dont deux tiers représentent au moins la quatrième génération de noblesse de leur lignée75. Dewald souligne aussi l’origine géographique des magistrats : entre 1499 et 1528, 55 % des conseillers sont nés en Normandie, dont 24 % à Rouen. Dans les deux décennies suivantes, la part des Rouennais est encore plus forte : 43 % des conseillers en charge entre 1529 et 1559 sont nés à Rouen et 28 % dans d’autres régions de basse et haute Normandie76.

17Ces magistrats, qui cultivent le goût de la compétence, se voient à la fois comme des praticiens du droit et des serviteurs du roi. Certains parlementaires tissent d’ailleurs grâce à leur office des liens privilégiés avec le souverain.

  • 77 AD Seine-Maritime, 61 J 3, acte orig., 23/08/1520.
  • 78 Bigot de Monville A., « Recueil des présidents, conseillers et autres officiers de l’échiquier et d (...)
  • 79 Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 142.
  • 80 Voir tableau 29. Sur le Bourgtheroulde et Tilly, voir la notice 14 et 49, et Pagazani X., « Le chât (...)

18Parce qu’il a un trop grand nombre de parents au parlement, Claude Le Roux (fig. 5) ne peut succéder à son père Guillaume II, conseiller de 1499 à 1520, que grâce à l’appui de François Ier : le 23 août 1520, il se rend à Saint-Germain-en-Laye et obtient du roi des lettres intimant l’ordre au parlement de le recevoir « au regard et consideracions aux bons et agreables services que ledit feu Me Guillaume Le Roux et ses prédécesseurs ont faiz par cy-devant […] à la couronne de France et princes alliez d’icelle77 ». Reçu conseiller le 12 novembre, il occupe cette charge jusqu’à son décès en 153778. Ce premier contact avec François Ier fut suivi d’autres, tout aussi révélateurs du crédit de Claude Le Roux. Ainsi, en 1532, lors de la venue du roi à Rouen, il est désigné par la ville « pour remonstrer au roy les inconvéniens et préjudice au roy et à la chose publique de ladicte ville pour et à cause de deux foires voullues érigées par le roy en la ville françoise de Grace79 ». Trois ans plus tard, Claude Le Roux a l’honneur de recevoir le souverain à plusieurs reprises sur ses terres, au Bourgtheroulde et à Tilly qu’il vient de faire construire80.

  • 81 Catalogue des actes d’Henri II, t. 1, Paris, 1979-2001, no 12.105. L’aliénation estréalisée à haute (...)
  • 82 Ibid., t. 5, nos 9006 (14 juillet), 9852 (27 novembre) et 9915 (3 décembre).
  • 83 Expédition d’Austrasie contre Charles Quint.
  • 84 Frondeville H. de, Les présidents du parlement de Normandie (1499-1790), Rouen, 1953, notices nos 2 (...)

19Nicolas Le Conte devient conseiller au parlement de Normandie en 1538. C’est sans doute dans cette fonction qu’il se distingue auprès du dauphin, gouverneur de la province. Devenu roi en avril 1547, Henri II le nomme, dès le mois de décembre, l’un de ses commissaires chargés de l’aliénation du domaine royal dans la province81, et en 1551, il le choisit pour conduire la réformation du domaine royal dans la vallée de Vernon82. En 1552, Nicolas Le Conte siège au conseil du lieutenant-général du roi en Normandie en l’absence du souverain parti en guerre hors du royaume83, avant de devenir en octobre 1553 maître des requêtes de l’hôtel, tout en continuant à effectuer des missions pour le roi dans la province84.

Fig. 5 > En grand Le Prince, Claude Le Roux (1494-1537), seigneur du Bourgtheroulde et de Tilly présenté par son saint patron. Vitrail (baie 19) de l’église de Louviers. Chapelle Saint-Claude.

  • 85 Il estattesté à cette charge de 1498 à 1503 (Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, (...)
  • 86 Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 381.
  • 87 AD Eure, E 1292: tab. Vernon, f° 76.

20Hors ces postes dans les cours souveraines, le roi a aussi un très grand nombre de gouvernements et de capitaineries de villes, places ou châteaux à pourvoir. Ainsi, parmi d’autres fonctions, Louis de Brézé est capitaine du château de Rouen (1490-1531) et choisit pour lieutenant l’un de ses clients normands, Jean Basset85 ; Jean Ango est nommé vicomte de Dieppe et capitaine du château de la ville lors de la venue du roi en 153586 ; Catherine de Médicis crée son écuyer tranchant originaire de Modène Marc-Antoine Seghizzo capitaine de Vernon en 156587.

  • 88 Lettéron I. et Gillot D., Rouen, l’hôtel de Bourgtheroulde, demeure des Le Roux, Rouen, 1996, p. 19 (...)
  • 89 AD Eure, E 2469 : preuves de noblesse de Louis Guillaume Jubert de Bouville, p. 286 : mention d’une (...)

21Le roi nomme aussi à l’archevêché de Rouen, aux évêchés et aux abbayes depuis le Concordat de Bologne (et même avant). À l’archevêché de Rouen, se succèdent les Amboise et les Bourbon, à l’évêché d’Évreux Ambroise et Gabriel Le Veneur, à l’abbaye de Fécamp Antoine Bohier, Adrien Gouffier, Jean de Lorraine, Charles et Louis de Guise. Ces grands prélats placent leur clientèle aux offices ecclésiastiques qui dépendent d’eux : Georges Ier d’Amboise fait de Guillaume III Le Roux l’un des chanoines de sa chapelle de Gaillon, tandis que Georges II d’Amboise obtient pour lui du roi l’abbaye d’Aumale (Nicolas Le Roux, le frère cadet de Guillaume, lui succèdera après son décès88) ; Jean Jubert, haut doyen de la cathédrale de Rouen, obtient en 1559 du cardinal de Guise le vicariat général de l’abbaye du Bec-Hellouin89.

  • 90 Pour Quiévremont, voir AD Seine-Maritime, 1 ER 1597 et 1588 : comptes du Bec-Crespin, années 1484-1 (...)
  • 91 Cochet J.-B.-D. (abbé), Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure…, Paris, 187 (...)
  • 92 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 184.
  • 93 Loc. cit.
  • 94 AD Seine-Maritime, 1 ER 1590 : pleds de la sergenterie de Bretheville dépendant du Bec-Crespin, 14/ (...)
  • 95 Sur les Jubert et les Le Roux, voir les notices 14 (Le Bourgtheroulde) et 67 (Gueutteville).
  • 96 Sur le sujet, voir spécialement Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 88(...)

22Beaucoup de petits nobles haut-normands parviennent à obtenir des emplois de bailli, capitaine, lieutenant ou vicomte de domaines appartenant à des grands seigneurs de la province, comme Pierre de Quiévremont, bailli de la baronnie du Bec-Crespin (1484-1496), ou Guérard de Blancbaston, seigneur d’Héronchelles, qui est successivement lieutenant du bailli, puis bailli du comté de Longueville (vers 1497-151790). Au début du XVIe siècle, Guillaume Mongnier, seigneur de Bermonville, est capitaine de la baronnie de Clères91. En 1600, Jean de Lux, écuyer et licencié en droit, est sénéchal du fief de Cormeilles à Romilly92. Au début du XVIIe siècle, des petits nobles de la vallée de l’Andelle profitent de la restauration des droits de la baronnie de Pont-Saint-Pierre pour y exercer des emplois de juges93. Ces places sont presque toujours des tremplins vers de plus hautes et plus profitables fonctions au service de la couronne – grâce à l’appui de leur protecteur. Ainsi, au milieu des années 1470, Louis de Viennens, écuyer, est lieutenant du vicomte de la baronnie du Bec-Crespin qui appartient aux Brézé ; au début du XVIe siècle, on le retrouve élu sur le fait des aides et tailles de l’élection de Montivilliers et exemption de Fécamp94. Guillaume II Le Roux occupe d’abord la charge de lieutenant général, puis celle de vicomte d’Elbeuf avant d’être nommé conseiller à l’échiquier permanent de Normandie lors de sa création en 1499 ; Guillaume III Jubert est substitut du procureur du roi avant d’entrer, en 1504, comme conseiller à l’échiquier95. On pourrait multiplier les exemples96.

  • 97 Georges de Clères a épousé Anne de Brézé (AD Seine-Maritime, 7 J 2 : fonds de Clères, contrat de ma (...)
  • 98 Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 131 et 141.
  • 99 Id., « Les architectes de Rouen dans la première moitié du XVIe siècle », BAMR, Rouen, 1904, spécia (...)

23D’autres gentilshommes faisaient partie de la parentèle de grands seigneurs, mais leur carrière est plus difficile à saisir. Georges de Clères, baron du lieu, en est un exemple. Pour autant qu’on sache, ce gentilhomme normand n’occupe aucune fonction auprès du roi ou auprès d’un Grand du royaume, y compris de son beau-frère, le grand sénéchal de Normandie Louis de Brézé97. Cependant, on le trouve auprès de Brézé annonçant la défaite du roi à Pavie (1525) au conseil de la ville de Rouen puis à la cour du parlement de Normandie. En 1531, on le retrouve député de la noblesse aux États de Normandie98. C’est également lui, avec d’autres « gentilshommes experts et bien expérimentés », que le grand sénéchal envoie « pour donner conseil aux réparations et fortifications [de la ville de Rouen] » en 152599.

  • 100 Un phénomène comparable, plus précoce, a déjà pu être constaté pour la Touraine par Nicolas Le Roux (...)
  • 101 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 201.

24Au vu de ce rapide tableau de la noblesse haut-normande au service du roi et des Grands, on comprend que l’emprise croissante de l’État central sur la Normandie au XVIe siècle s’est fondée tout particulièrement sur la noblesse de cette partie de la province100. Bien sûr, cela tient surtout à la présence des principales cours souveraines dans la métropole normande, mais aussi à l’importance stratégique et économique de villes haut-normandes telles que Dieppe, Le Havre, Évreux, Vernon, et à la différence d’échelle des deux « régions ». Aussi n’est-il peut-être pas anodin qu’au début du XVIIe siècle encore, la noblesse bas-normande, qui avait gardé des habitudes séditieuses, se soit jointe au soulèvement des Grands contre le roi (1620) tandis qu’il n’y eut aucune action en Haute-Normandie101.

LE RENOUVELLEMENT DE LA NOBLESSE

  • 102 Extrait cité par Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 7.

Du nombre des personnes, les ungs sont nobles et les aultres non nobles. Les personnes nobles sont dicts nobles par deux manieres, car les ungs sont nobles de nativité, les aultres sont nobles par faict et par le moyen du prince. Les nobles de nativité sont ceulx qui ont prins naissance des nobles. Les nobles par faict sont personnes non nobles de nativité mais ils sont anoblis par l’auctorité du prince ou par raison d’aucuns offices, comme sont les sergens d’armes.
Jacques d’Ableiges, bailli d’Évreux, Le grant coustumier de France, vers 1388102.

  • 103 Jouanna A., L’idée de race en France…, op. cit. Constant J.-M., La vie quotidienne…, op. cit., p. 8 (...)
  • 104 Schalk E., L’épée et le sang…, op. cit., spécialement p. 32-34, qui se fonde essentiellement sur l’ (...)
  • 105 Schalk E., L’épée et le sang…, op. cit., p. 18 ; Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 63.

25La noblesse forme à la fin du XVe siècle et encore dans la première moitié du XVIe un groupe social juridiquement bien défini. Il n’en demeure pas moins que ce groupe n’est ni fermé ni même encore particulièrement attaché à l’idée qu’il puisse constituer une « race » dont les qualités se transmettraient par le sang103. Certes, d’un point de vue légal, ce groupe se définit en grande partie comme héréditaire. Mais, comme le soulignait Ellery Schalk, les membres de la noblesse ne semblent éprouver alors aucun besoin de défendre leur statut nobiliaire et, pour eux, la seule vertu ou le seul mérite peut être un motif suffisant de promotion sociale104. Ainsi, comme je l’ai dit plus haut, au début du XVIe siècle en Haute-Normandie il n’existe pas encore d’opposition entre les nobles d’anciennes lignées et les nouveaux venus dans le second ordre. À l’inverse, un gentilhomme appauvri ou exerçant une profession indigne de son statut social cesse d’appartenir à la noblesse105.

  • 106 Mollat M., Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge. Étude d’histoire économique et socia (...)
  • 107 Constant J.-M., La vie quotidienne…, op. cit., p. 110.
  • 108 Mollat M., Le commerce maritime normand…, op. cit.
  • 109 Pagazani X., « Le château de Martainville », Congrès archéologique de France. Rouen et pays de Caux (...)
  • 110 Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit., p. 11-12.
  • 111 Wood J., The Nobility…, op. cit.

26Sur les nouveaux venus dans le second ordre, on dispose de l’enquête de Michel Mollat qui a dressé le portrait de plusieurs familles de grands négociants rouennais tendant peu à peu à délaisser le commerce106. Des familles enrichies à l’aube de l’époque moderne, comme les Le Lieur, les Alorge et les Miffant, ou grâce aux crises de la guerre de Cent Ans, comme les Dufour, les Le Pelletier, les Le Roux, les Jubert, les Carradas et les Le Seigneur, se détournent ainsi progressivement du négoce pour acheter des fiefs ou occuper des charges publiques. Ils sont aidés dans leur démarche par la coutume normande qui veut qu’un roturier possédant un fief noble pendant quarante années passe quasi automatiquement à la noblesse107. Ils le sont aussi par Louis XI. Singulièrement compréhensif à l’égard des ambitions de la classe marchande, le roi déclare compatible noblesse et commerce, et en 1467, pour récompenser les Rouennais de leur loyauté, il les autorise, eux et leurs héritiers, à posséder des fiefs nobles, sans payer aucun droit, « comme s’ilz estoient nobles nez et extraicts de noble ligne ». En 1470, il étend même le bénéfice de ce privilège à toute la Normandie par l’ordonnance dite des « francs-fiefs ». Charles VIII et Louis XII ne confirment pas cette ordonnance, mais François Ier, à l’époque où il fonde Le Havre, le fait à deux reprises, en 1516 et 1519. C’est du reste la confirmation d’une réalité : la bourgeoisie marchande est déjà installée dans la noblesse108. Les frères Jacques et Richard II Le Pelletier transforment les rentes foncières achetées par leur père en propriétés, dont les plus importantes sont les fiefs de Martainville et d’Estouteville. Après avoir été conseiller de la ville de Rouen et député auprès du roi (1493-1496), Jacques intègre définitivement la noblesse en abandonnant le grand négoce en 1499109. Jacques Le Lieur (vers 1475-1550) fait tout, lui aussi, pour faire oublier les origines de sa famille : il est notaire et secrétaire du roi, seigneur de Cidetot, Bosc-Guérard et Bonneville, conseiller de la ville et député de Rouen aux États provinciaux. Souvent, comme les Le Roux et les Jubert110, les négociants deviennent rentiers du sol avant de poursuivre leur ascension sociale en achetant des offices d’abord de prestige modeste, le plus souvent auprès de grands seigneurs, puis plus importants, comme celui de conseiller au parlement. Selon l’enquête de James Wood sur la proche élection de Bayeux, en 1523, près de 43 % des familles nobles étaient d’extraction récente et la poussée du XVIe siècle apparaît plus considérable encore : en 1598, les hommes nouveaux constituaient 70 % des nobles de l’élection111.

  • 112 Voir les nombreux exemples cités par Bréard C. et Bréard P., Documents relatifs à la marine normand (...)

27Dans le même temps, à l’inverse, un certain nombre de gentilshommes normands n’hésitent pas à investir et à équiper des navires pour le grand commerce, pratique qui contribue à rendre encore plus floue la frontière entre noblesse et grande bourgeoisie marchande112. L’article présenté par la noblesse normande lors des États généraux de 1614 ne veut une fois de plus qu’entériner un état de fait :

  • 113 Texte cité par Richard G., La noblesse d’affaires au XVIIIe siècle, 2e éd., Paris, 1997, p. 21.

Qu’il soit loisible à la noblesse de faire le grand trafic et d’équiper navires pour cet effet, sous les congés et formes accoutumées, sans pour ce être estimés dérogeans. Cela rendra l’État plus puissant et les cadets seront employés.113

  • 114 Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, p. 254-256 ; Anselme de Sainte-Marie (pèr (...)
  • 115 BnF, ms. fr., Pièces orig. 2261 (doss. Picard), nos 53 (23/11/1494) et 54 (28/12/1496), publiés par (...)
  • 116 AD Seine-Maritime, G 2144, 15/07/1493.
  • 117 Hamon P., « Messieurs des finances »…, op. cit., p. 381.
  • 118 Clément Marot, Œuvres lyriques, éd. critique par C.A. Meyer, Londres, 1964, p. 165 sq. (Complainte (...)
  • 119 Document 17, art. 10 (Romé participe sans doute à la bataille à Dieppe où il perd un cheval) ; Dewa (...)
  • 120 Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 198-207.

28Si l’acquisition de fiefs, l’adoption d’un mode de vie particulier et l’exemption de la taille suffisent pour être considéré comme noble, certains nouveaux venus dans le second ordre font aussi parfois profession des armes lorsque l’opportunité s’offre à eux. Nous avons vu plus haut la carrière de Guillaume Picard, devenu grâce à Louis XI général des aides à Rouen et général des finances de Normandie. Contre toute attente s’ajoutent bientôt des charges militaires à ces charges administratives et financières : Picard est nommé bailli de Rouen, capitaine d’Abbeville et l’un des capitaines généraux du camp royal, signe évident qu’il possède désormais l’expérience des armes114. À la génération suivante, le doute n’est plus permis quant à l’appartenance des Picard au second ordre : le fils aîné de Guillaume, Louis Picard, est homme d’armes du roi dans la compagnie du duc d’Orléans et, à ce titre, participe à la première expédition d’Italie115. Bien plus, il en adopte l’arrogance parfois brutale : en juillet 1493, il insulte de la façon la plus grossière le doyen du chapitre de la cathédrale de Rouen (l’honorable Jean Masselin, le rédacteur des États généraux tenus à Tours en 1484) et porte la main sur les officiers de l’archevêque116. De la même manière que Guillaume Picard en son temps, d’autres nouveaux venus dans le second ordre au XVIe siècle, qui font l’essentiel de leur carrière dans l’administration royale en Normandie, participent à l’occasion à des opérations militaires. Le général des finances de Normandie Thomas Bohier estadoubé sur le champ de bataille au siège de Gênes en avril 1507117. Célébré par Clément Marot qui avait été un temps pensionné par lui, son successeur, Guillaume Preudhomme, qui fut également trésorier de l’épargne, trouve la mort au cours du siège de Perpignan en 1542118. Parmi d’autres, le conseiller du roi et président de la chambre des comptes de Normandie Jean-Jacques Romé, les conseillers du parlement et de la cour des aides Jacques et Jean Dyel participent à la bataille d’Arques119. Au vrai, ces quelques exemples sont moins étonnants qu’il n’y paraît : pour entrer pleinement dans la noblesse, les nouveaux venus recevaient, comme les nobles d’ancienne lignée, une formation au métier des armes120.

GAGES, REVENUS, DEPENSES ET TRAIN DE VIE

29Il est difficile de connaître précisément les revenus des gentilshommes haut-normands. Tout au plus peut-on avancer des remarques et quelques chiffres tirés des études de Guy Bois et de Jacques Bottin sur les seigneuries du pays de Caux, de Jonathan Dewald sur les parlementaires, ainsi que de mes propres recherches.

Les revenus fonciers

  • 121 AD Seine-Maritime, 1 ER 1597 : compte du Bec-Crespin, année 1484-1485 (recettes : 1 206 lt 11 s) ; (...)
  • 122 Voir note précédente.

30La surface moyenne des réserves et des tenures des seigneuries, les modes d’exploitations et, partant, les revenus de leurs propriétaires varient selon les régions et les périodes. La baronnie du Bec-Crespin, dans le pays de Caux, particulièrement bien documentée, rapporte annuellement à Louis de Brézé et à son épouse environ 1 200 lt à la fin du XVe siècle, environ 1 300 lt dans le premier quart du XVIe siècle et jusqu’à 1 826 lt en 1550121. Mais recette ne veut pas dire revenu net : déduction faite des dépenses (gages des officiers, travaux, etc.), le revenu « en deniers » de la baronnie s’élève seulement à 516 lt en 1550122. Il faut aussi remarquer une évolution des droits perçus au cours du siècle. La hausse générale des prix a en effet contraint les propriétaires de la baronnie à augmenter la part en nature : quasi nulle du temps de Louis de Brézé, elle rapporte

  • 123 La vente des animaux rapporte 282 lt, les céréales 162 lt et les autres revenus en nature (œufs, pa (...)
  • 124 Il faut gager des hommes de lois. AD Seine-Maritime, 1 ER 1590 : bail de 6 ans de la recette de la (...)
  • 125 AD Seine-Maritime, 1 ER 1590 : bail pour 9 ans à C. Estur, copie du 27/04/1577.

31553 lt en 1550, en chapons, gelines, moutons, oies et lapins, qui constituent l’essentiel de ce revenu en nature (52,9 %), sans compter les boisseaux de blé, d’avoine, de seigle et d’orge (30,4 %), et les œufs, les harengs, les pains et les corvées (16,7 %123). Soit un revenu net total, en deniers et en nature, de près de 1 050 lt en 1550. Le changement de propriétaire en 1561 modifie totalement la structure de la seigneurie et ses revenus. Claude de Lorraine, duc d’Aumale, devenu baron du Bec-Crespin, occupé par ses charges à la cour et par ses autres domaines, loue à ferme l’ensemble de la baronnie en même temps qu’il abandonne son droit de haut justicier, se déchargeant ainsi de tâches onéreuses124. Par conséquent, la quasi-totalité des recettes de la baronnie devient un revenu net et invariable que le fermier doit verser au représentant du duc : de 1561 à 1567, ce revenu s’élève à 2 000 lt par an. Soit une hausse spectaculaire des profits nets, presque multipliés par deux en moins de dix ans. On comprend que les mesures drastiques prises par Aumale ont pour seul objectif de tirer le maximum de bénéfices de la baronnie. Par ailleurs, le bail à court terme (six ans) permet au duc de le réévaluer, réévaluation qui concerne, outre le bail, un ensemble d’obligations. En 1568 comme en 1561, le fermier doit faire sa résidence au château du Bec, labourer convenablement les terres, y mettre compost et engrais sans les emporter, entretenir le colombier de pigeons, le repeupler si nécessaire, « entretenir de couvertures les maisons tant du chasteau que autres maisons estans sur lad. baronnie […], excepté le corps de la grande maison où il n’est tenu à l’entretien de la couverture » ; il doit également conserver une chambre pour le seigneur quand il vient, avec un lit et du linge. Mais à ces clauses, le duc en ajoute de nouvelles en 1568 : le bail s’élève désormais à 2 100 lt par an et le fermier doit notamment planter 25 pommiers par an (soit un total de 150 arbres pour les six années du bail) aux endroits les plus commodes de la baronnie. Signe des temps, le preneur du bail doit également payer la somme « en la ville de Rouen a ses despens, perilz et fortunes125 ».

  • 126 Tableaux 10, 11 et 13.

32D’autres baronnies documentées corroborent le montant de ces revenus annuels : pour la Rivière-Bourdet, de 2 194 lt vers 1570 à 1 000 lt en 1601 ; 1 160 lt pour Acquigny en 1584. D’un statut inférieur, les pleins fiefs semblent avoir des revenus beaucoup plus contrastés d’une seigneurie à l’autre : de 100 lt pour Prey ou Chauvincourt au début du XVIIe siècle, les revenus de ces domaines peuvent égaler (le plein-fief de Sainte-Beuve rapporte 990 lt en 1591), voire dépasser ceux des baronnies. C’estle cas du plein-fief de Thevray, avec un revenu annuel de 1 467 lt vers 1598126.

33À ce stade de l’enquête, on peut d’ores et déjà faire un constat : les baronnies, avec des recettes annuelles estimées supérieures à 1 000 lt (déduction faite des frais évalués à la moitié du revenu, mais en comptant les revenus en nature dont on a vu qu’ils peuvent doubler les revenus en argent), placent leur détenteur dans la moyenne noblesse, ce qui n’est pas forcément le cas du propriétaire d’un plein-fief.

  • 127 Blanquart F. (abbé), « Comptes de dépenses pour la construction du pavillon d’entrée du doyenné d’É (...)

34Mais grandes et moyennes seigneuries sont avantagées parce que composées de réserves assez vastes et de monopoles (fours et moulins essentiellement). Particulièrement spectaculaire est la croissance du revenu de ces derniers : à Berneval, il passe de 60 lt en 1507 à 140 lt en 1520 et à 272 lt en 1556 ; à Hautot-sur-Dieppe, il monte de 58 lt en 1499 à 200 lt en 1542 ; à Bourdenis, les moulins (à draps et à blé) rapportent 92 lt en 1507 et 300 lt un siècle plus tard. Certains des monopoles rapportent aussi de manière plus ponctuelle, mais non négligeable : la carrière de pierres du pleinfief du Mesnil-Jourdain génère une recette de 130 lt pour les trois années que dure le chantier du portail du doyenné de l’évêché d’Évreux127.

  • 128 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., 172.
  • 129 Tableau 9.
  • 130 Nassiet M., Noblesse et pauvreté…, op. cit., p. 52 et tableau 3 p. 49.
  • 131 Ce sont les fiefs de Martainville (achat en 1482), d’Estouteville (aveu en 1485), de Bourgagnel (14 (...)
  • 132 BnF, ms. fr. 2226, no 50.357, f° 13 ; Mollat M., Le commerce maritime normand…, op. cit., p. 488-48 (...)
  • 133 Ce sont les fiefs du Val, de Lucy, de Sainte-Beuve, de Cambremont, de Gilletenque près du Neufbourg (...)
  • 134 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 205.
  • 135 AD Eure, E 674 : dénombrement du Vivier, 27/03/1540 (n. st.). Ce sont les fiefs du Vivier, de Radev (...)
  • 136 Blacqueville (Seine-Maritime). Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit., p. 183-184.

35Dans le même temps, en règle générale, le produit des censives baisse de manière importante en valeur réelle et représente une part de plus en plus faible du revenu de la seigneurie : dans le comté de Tancarville, les cens et les autres redevances, qui font 53 % des revenus en 1459, n’en constituent plus que 44 % en 1519, 26 % en 1544 et 22 % en 1554. Même chute dans la seigneurie de Berneval : 38 % de la recette totale en 1508, 15 % en 1557. Si cette baisse est largement compensée par la montée du produit des réserves et des banalités, elle ne l’est que très difficilement pour les petites seigneuries qui, souvent, ne possèdent ni four, ni moulin, ni vaste réserve. Ainsi, le petit fief d’Hectot-l’Auber, dans le pays de Caux, ne rapporte annuellement que 4 lt 7 sols à son propriétaire en 1569128. De nombreuses petites seigneuries (principalement des quarts de fief) semblent apporter un revenu compris entre 15 (Haricourt en 1472) ou 20 lt (Sénitot en 1501) à 50 lt (Martainville en 1482) par an à leurs détenteurs129. Certes, il s’agit des plus petits domaines nobles et donc de cas extrêmes et, là encore, ce revenu ne prend pas en compte la part en nature qui pouvait être élevée. À titre de comparaison, en Bretagne, la très grande majorité des seigneuries a un revenu inférieur, le revenu noble médian se situant à 30 lt à la fin du XVe siècle130. Mais on comprend que, dès lors, beaucoup de petits nobles doivent trouver des solutions pour résister à l’inflation : prêter plus d’attention à la gestion de leur réserve, mais aussi, pour certains, augmenter la réserve de leur seigneurie, soit en récupérant des censives, soit en achetant des fiefs voisins pour agrandir le fief principal. Ils peuvent également, selon les occasions et leurs moyens, multiplier les acquisitions de seigneuries parfois fort éloignées. À ce jeu, les nouveaux venus dans la noblesse semblent particulièrement doués. Jacques Le Pelletier, en plus des deux ou trois fiefs qu’il hérite de son père Richard (vers 1480), en acquiert plus de seize de 1482 à 1509131, tandis que son frère cadet Richard tient les fiefs de Claville et d’Oissel ainsi que le plein-fief du Bosc-Béranger par sa femme. De plus, les deux frères tiennent ensemble les fiefs de Saint-Maclou-de-Folleville (aveu en 1488) et de Pierreval (achats groupés en 1488-1489132). Vers 1490, Guillaume II Le Roux hérite de son père des fiefs de Becdal, de Villettes, de Saint-Aubin d’Écrosville, du Mouchel et de Bailleul à Acquigny, patrimoine qu’il accroît de 1490 à sa mort en 1520 d’une dizaine de seigneuries, dont le plein-fief du Bourgtheroulde, qui devient le fief principal de la famille133. On peut encore citer Guillaume III Jubert : sur les sept fiefs qu’il laisse à son décès en 1543, deux seulement lui viennent de son père134. Ainsi, en 1540, si le fief du Vivier-sur-Andely ne génère que 40 lt de revenu à Georges Picard, les six fiefs additionnés que celui-ci possède lui apportent un total de 746 lt135. Une autre possibilité pour les petits seigneurs est de mener une habile politique matrimoniale. En épousant Marguerite Bazin, Guérard de Blancbaston prend possession des fiefs d’Houdetot et de Verretot assis sur la paroisse de Blacqueville, au milieu du riche plateau du pays de Caux – ce qui a en outre l’avantage de le rapprocher du lieu de sa fonction : il est l’un des lieutenants du comté de Longueville136.

  • 137 Tableau 14. De telles statistiques à partir de documents analogues ont également pu être établies p (...)
  • 138 Il faut toutefois apporter une précision à propos de ces résultats : les chiffres, qui résultent de (...)

36Les nobles du bailliage d’Évreux sont particulièrement bien connus pour la période comprise entre 1562 et 1567. Ils possèdent en majorité deux fiefs ou plus, et leur revenu moyen s’établit autour de 156 lt en 1562 et 172 lt en 1567, avec un minimum à 2 lt (Jacques de Pommereuil, pour son fief du même nom) et un maximum à 484 lt (Anne d’Estançon, dame des fiefs de La Boulaye, La Salle et Ménilles137). On comprend aussi que ces nobles semblent réussir à gérer plus efficacement leurs domaines : ils obtiennent ainsi une augmentation moyenne de 10,5 % au cours de cette courte période. Ainsi, en 1567, une bonne frange d’entre eux (26 %) perçoit un revenu annuel compris entre 200 et 500 lt. Parmi d’autres, Louis de Silly, seigneur des Fossés et de Saugueuse, voit ses revenus croître de 61 lt en 1562 à 309 lt en 1567, tandis que ceux de Jean Le Sens, seigneur de Morsent et du Grand-Couldray, passent de 66 à 200 lt. Mais peut-être ne s’agit-il que d’une récupération du niveau de leurs revenus d’avant la crise de 1562138. À moins qu’il ne s’agisse d’une modification du patrimoine concerné entre ces deux dates ?

Les gages

37Une autre solution pour la petite noblesse est de trouver un emploi auprès de seigneurs plus relevés, laïcs ou ecclésiastiques, et du roi, ce qui, pour les gentilshommes haut-normands, devait être relativement aisé, on l’a vu. Comme on dispose de documents pour la presque totalité des gages perçus en Normandie, on peut établir une échelle assez précise de l’importance de ces emplois.

  • 139 On constate cependant des variations selon les époques : les gages du bailli du Bec-Crespin passent (...)
  • 140 Tableau 16b.
  • 141 AD Eure, E 1311 : tab. Vernon, f° 14.
  • 142 Nassiet M., « Noblesse et offices de justice… », art. cit., p. 11.
  • 143 Tableau 17.

38Les gages les moins lucratifs sont ceux accordés par les hauts et moyens seigneurs et ceux des villes. À la fin du XVe siècle et au début du XVIe, les gages du receveur de la baronnie du Bec-Crespin atteignent 50 lt par an ; ceux du bailli, du vicomte et du procureur, avec respectivement 15, 10 et 5 lt par an, sont nettement moindres139. À la même époque, le sénéchal de la baronnie de Fontaine-le-Bourg touche 10 lt et le sous-sénéchal 5 lt140. En 1571, le receveur de la baronnie d’Annebault reçoit 30 lt pour son office141. Michel Nassiet a pu constater des valeurs similaires pour les gages des petits officiers bretons, compris entre 12 lt pour un alloué (un second juge) et 6 lt pour un procureur de Saint-Malo142. Les officiers du conseil de la ville de Rouen sont mieux lotis : 100 lt par an pour le procureur-général en 1515 et 50 lt pour le clerc et le greffier. En revanche, les six conseillers-échevins de la ville ne touchent que 20 lt – ce n’est donc pas en termes financiers que Jacques I Le Pelletier ou Thomas Surreau, pour ne citer qu’eux, devaient apprécier l’importance de cette fonction. Une charge de la ville se démarque nettement des autres : le capitaine (Louis de Brézé en 1515) touche 1 000 lt par an143. Mais il faut dire que si cette charge est payée avec les deniers municipaux, la nomination en revient au roi de France qui a dû en fixer le montant.

  • 144 Pour la vicomté de Lyons, Pierre de Courcol touche 8 lt en 1563, mais il ne s’agit pas de gages ann (...)

39Ensuite viennent les charges dans l’administration royale de la province. On ne dispose pas de chiffre pour les cours subalternes extérieures à Rouen144, mais comme la métropole normande concentre l’essentiel des cours, il est possible de se faire une idée assez précise de l’importance des principales fonctions.

  • 145 Tableau 18.
  • 146 Tableau 18. Nassiet M., « Noblesse et offices de justice… », art. cit., p. 11, constate là encore d (...)
  • 147 Ce qui estaussi vrai pour les exemples précédents : en règle générale, les receveurs et les payeurs (...)

40Loin derrière toutes les autres charges exercées à Rouen, le vicomte de l’eau gagne seulement 50 lt par an, ce qui n’est pas négligeable : Jacques II Le Pelletier occupe cette fonction de 1506 à son décès en 1545145. Pour la cour des généraux et justice des aides de Normandie, les rémunérations s’élèvent à partir de 1544 à 200 lt pour un conseiller, 300 lt pour un général et 600 lt pour un président. Au parlement de Normandie, à partir de la création de l’échiquier permanent en 1499, le premier avocat du roi touche 300 lt, les conseillers clercs 373 lt, les conseillers laïcs 375 lt, le receveur des amendes, les payeurs des gages, le troisième et le quatrième président 500 lt, enfin, le premier et le deuxième président 750 lt par an146. L’écart entre ces rétributions et celles des officiers de seigneuries ou de la ville de Rouen est donc assez important, mais il n’est rien en comparaison des rémunérations considérables accordées aux officiers des finances147.

  • 148 Tableau 18.
  • 149 En l’absence des quittances pour chacune des années d’exercice à ces charges.
  • 150 Preudhomme fit de nombreux prêts au roi, qui le remboursa de 3 000 (1518), 4 000 (1521) et 10 000 l (...)
  • 151 Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 104 et 144.
  • 152 Hamon P., « Messieurs des finances »…, op. cit., p. 27.

41Vers 1520, les receveurs généraux des finances du roi en Normandie touchent 1 500 lt de gages annuels, auxquels s’ajoute une pension de 500 lt ; les gages du général des finances s’élèvent à 2 940 lt par an avec une pension de 2 400 lt148. Si l’on applique de manière théorique149 ces revenus et pensions à la période au cours de laquelle le receveur (1517-1524) puis général des finances de Normandie (1524-1542) Guillaume Preudhomme et le général Thomas Bohier (1494-1524) sont en exercice, on obtient, pour une estimation basse, des fortunes qui s’élèvent à 110 120 lt (Preudhomme) et 154 860 lt (Bohier). Bien sûr, ces chiffres bruts ne tiennent pas compte des prêts faits au roi par Bohier et Preudhomme sur leurs deniers personnels, ou, à l’inverse, des remboursements, dons ou cadeaux qui leur sont faits150. Ainsi, lorsque Thomas Bohier et son épouse Catherine Briçonnet sont attendus à Rouen au mois d’octobre 1512, le conseil de la ville, en récompense de ce que Bohier « a fait et fait chacuns jours de grans services à la ville », juge « qu’il seroit bon regarder à luy faire quelque gracieux don ». En 1535, le même conseil décide d’offrir de la vaisselle d’argent à concurrence de 200 écus (600 lt) à Guillaume Preudhomme, alors général de Normandie, afin de faire « recongnoistre les plaisirs des amis de la ville pour tousjours les entretenir en leur bon vouloir151 ». François Ier fait également des dons : ainsi donne-t-il à Preudhomme en 1527, en plus de ses gages, 2 000 lt en argent et 600 lt pour acquérir une maison à Fontainebleau, ainsi que le don des droits d’anoblissement et d’armoiries152.

  • 153 Tableau 20.
  • 154 Document 2.
  • 155 Tableau 23.
  • 156 BnF, Pièces orig. 74 (doss. Annebault), no 21: 23/12/1532; Pièces orig. 2704 (doss. Silly), no 17: (...)

42Le revenu des militaires employés par le roi dans la province est loin d’être ridicule. Ainsi, le capitaine des nobles du bailliage de Caux perçoit 200 lt par an en 1512, tandis qu’un capitaine de 2 000 hommes de pied touche 300 lt en 1499153. C’est autant qu’un conseiller et un général de la cour des aides, mais c’est moins que ce que touche un homme d’armes dans l’une des compagnies d’ordonnance du roi : Louis Picard, seigneur d’Ételan, perçoit 400 lt de gages pour les deux quartiers qu’il effectue durant l’année 1497154. Au cours de la première moitié du XVIe siècle, la charge de loin la plus avantageuse est celle de commissaire à la revue des gens de guerre mortes-payes de Normandie : en ne prenant en compte que les quittances conservées, Louis de Richebourg, seigneur de Sénitot, gagne 5 040 lt entre 1521 et 1537, dont 3 600 pour la seule période 1531-1537155. Au vrai, si on extrapole en comblant les années où les quittances manquent, Louis de Richebourg a dû percevoir un revenu annuel de 1 200 lt au cours de cette dernière période, soit 8 400 lt. En 1532, Claude d’Annebault, seigneur d’Heubécourt, capitaine de cinquante lances des ordonnances de François Ier, reçoit 1 410 lt à cette charge pour une année et, en 1564, Jacques de Silly, aussi seigneur d’Heubécourt, capitaine de trente lances fournies des ordonnances de Charles IX, 1 800 lt par an156.

  • 157 Tableau 19.
  • 158 Ibid.
  • 159 AD Seine-Maritime, 2 E 14/238 : tab. Auzouville-sur-Ry, 06/06/1499 (Pierre Chenu, seigneur de Saint (...)
  • 160 Tableaux 20 et 25.
  • 161 Tableau 24.
  • 162 Tableau 19.

43Reste, enfin, le personnel des maisons du roi et de la reine. Un notaire et secrétaire du roi reçoit 132 livres parisis par an (165 lt), auxquelles s’ajoutent des avantages divers (provendes d’avoine et ferrure des montures, nourriture à la cour pour eux et éventuellement un ou deux valets, etc.157). Un valet de chambre ordinaire du roi, tel Bertrand de Bailleul, recueille 300 lt par an158. C’est moins que les pensions des membres de la maison militaire du roi : l’un des cent gentilshommes de l’hôtel du roi gagne 390 lt pour ses quartiers en 1499 et le lieutenant 450 lt en 1513159. Par ailleurs, sous Charles VIII, un conseiller et chambellan du roi gagne seulement 200 lt par an, mais au fil des règnes le montant de la pension est réévalué : sous Louis XII elle passe à 300 lt, sous François Ier à 600 lt et sous Henri II à 1 200 lt160. Comparativement, les membres de la maison de la reine semblent mieux rémunérés : Jean Le Veneur, seigneur de Talye, puis baron de Tillières, commence sa carrière en 1523 comme valet tranchant de Claude de France à 400 lt par an ; devenu panetier de la reine Éléonore d’Autriche en 1537, il perçoit la même somme, mais l’année suivante il est promu maître de l’hôtel de la reine et gagne 600 lt161. Un maître des requêtes de l’hôtel du roi touche autant qu’un gentilhomme de la chambre, c’est-à-dire 1 200 lt par an, auxquelles s’ajoute une pension de 100 lt162.

Les revenus réels et le train de vie

  • 163 BnF, Pièces orig. 1537 (doss. de Houdetot), no 47 : Montils-les-Tours, 13/06/1506.
  • 164 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 5, no 15720 : acte du 12/01/1515 (n. st.).
  • 165 Ibid., no 15721 : acte du 12/01/1515 (n. st.) ; Anselme de Sainte-Marie (père), Histoire généalogiq (...)

44Le rapide tableau que je viens de dresser, très lacunaire il faut le reconnaître, a cependant le mérite de donner une idée de l’échelle des revenus des gentilshommes haut-normands. Pour l’affiner encore, on doit prendre en compte le cumul des fonctions, mais aussi les dons et les cadeaux qui contribuaient, ponctuellement, à augmenter grandement leurs revenus. Ainsi, Guillaume de Houdetot reçoit en 1506 de Louis XII, « affin qu’il ait mieux de quoy soy entretenir en notre service », des droits de rachats et de treizième d’une valeur de 450 lt, qui, ajoutés à sa pension de gentilhomme de l’hôtel du roi, constituent un revenu total pour l’année de 840 lt163. En 1515, devenu lieutenant des cent gentilshommes, Houdetot reçoit un nouveau don de 1 213 lt, soit un revenu pour l’année de 1 663 lt164. En outre, Louis XII, qui marie la fille de Guillaume à François de Hautbourdin, constitue lui-même la dot de la mariée : 400 lt par an que François de Hautbourdin reçoit du receveur du roi165.

  • 166 Tableau 20.

45Le cas de Jean Basset (vers 1460-1521), seigneur de Normanville, dont la carrière est particulièrement bien documentée, est exemplaire du cumul des charges. Élu sur le fait des aides ordinaires de l’élection de Bayeux de 1485 à 1498, il est dans le même temps conseiller et chambellan de Charles VIII, charge qu’il occupe aussi sous Louis XII et François Ier. Nommé à l’avènement de Louis XII lieutenant du château de Rouen (1498) et capitaine de 2 000 hommes de pied normands pour le roi « au fait de ses guerres » en Italie (1499, 1503), il devient capitaine de Château-Gaillard en 1507, capitaine des nobles du bailliage de Caux à partir de 1512 et capitaine et bailli de Gisors de 1517 jusqu’à sa mort, en 1521. Jean Basset est en outre, à plusieurs reprises, député de la noblesse ou commissaire du roi aux États généraux de Normandie (1517, 1519 et 1521). Pour toutes ces fonctions, Jean Basset perçoit de 1486 à 1497 200 lt par an, de 1498 à 1515 entre 300 et 500 lt annuelles (sans compter les gages de lieutenant du château de Rouen qu’on ignore) et de 1515 à 1521 de 800 à 950 lt par an166.

  • 167 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 116.
  • 168 Voir p. 32, note 21.
  • 169 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 234.

46Pour connaître précisément les revenus réels des nobles haut-normands, il faudrait donc pouvoir additionner les revenus de leurs terres, les montants de leurs gages, ainsi que les divers émoluments qu’ils perçoivent par ailleurs. Seuls les parlementaires rouennais étudiés par Jonathan Dewald sont assez bien documentés pour avancer des estimations : selon cet auteur, le revenu annuel moyen de la première génération de magistrats, qui comprend leurs gages, leurs rentes foncières et immobilières et le revenu de leur terre, est de 500 lt par an. Il augmente ensuite : 1 000 lt dans les années 1520, 2 000 à 3 000 lt à partir des années 1540 ; dans les années 1570 et 1580, 5 000 lt de revenus annuels deviennent la norme167. Ces chiffres placent les magistrats du parlement de Normandie dans la moyenne noblesse (si l’on ne considère que l’aspect économique168), avec quelques exceptions, comme le conseiller au parlement Guillaume III Jubert dont le revenu annuel moyen s’élève à 13 500 lt et la fortune à environ 201 350 lt à sa mort (1543169). Il faut dire que l’évolution du revenu des parlementaires rouennais tient à la structure de celui-ci : dans la première moitié du XVIe siècle, les gages forment encore une part non négligeable de leur revenu, mais les rentes foncières et immobilières, qui l’emportent déjà, augmentent beaucoup par la suite, les magistrats réinvestissant leurs profits dans les fiefs et les rentes.

  • 170 Tableau 10, nos 17-18.
  • 171 Tableaux 18 et 19.
  • 172 AD Eure, 126 J (Chartrier de Chambray, non classé, ancienne cote 5 J 54).

47De tous les propriétaires étudiés ici, seul Gabriel de Chambray est suffisamment connu pour permettre d’évaluer ses revenus annuels et son train de vie à la fin du XVIe siècle. Les revenus de ses domaines, dont les principaux, Chambray et Thevray, lui rapportent respectivement 715 et 1 467 lt, s’élèvent à près de 2 640 lt par an170. À ce chiffre, il faut ajouter le cumul des charges qu’il occupe : comme gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, il doit toucher 1 200 lt et comme capitaine de 50 lances des ordonnances 1 800 lt171. Bien sûr, il ne s’agit là que d’une estimation, car les quittances de ces gages ne sont pas conservées, mais elle donne une idée des revenus de Gabriel qui gagnerait au total plus de 5 600 lt par an, ce qui le placerait théoriquement dans la frange supérieure de la moyenne noblesse. Toutefois, d’autres textes apportent un éclairage tout différent sur sa situation réelle, de sorte qu’on est en droit de se demander s’il voyait même la couleur de ses deniers. En effet, Gabriel de Chambray est criblé d’énormes dettes : parmi ses nombreux créanciers se trouvent Christophe de Bassompierre, père du futur maréchal (pour près de 7 000 lt), Isaac Blier, couturier du duc de Longueville et du comte de Saint-Paul (pour 750 lt), ou encore Pierre d’Harcourt, baron de Beuvron (pour 900 lt). En 1596, la situation est telle qu’en février Bassompierre fait le voyage jusqu’à Thevray pour réclamer son dû, tandis qu’en mai, Gabriel, pris à la gorge, émancipe son fils Tanneguy, âgé d’à peine quinze ans, par crainte de le voir participer à ses créances172.

  • 173 Dupont-Ferrier G., Gallia Regia…, op. cit., t. 4 (1954), no 16206.
  • 174 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 8, no 28148, cité par Cloulas Y., Diane de Poitie (...)
  • 175 Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., p. 77.

48Au demeurant, l’écart reste immense avec les Grands du royaume : si un gouverneur de la province dispose d’un salaire annuel de 14 000 lt en 1493 (Louis II d’Orléans173) et de près de 9 000 lt en 1531 (Louis de Brézé174), Anne de Montmorency perçoit environ 180 000 lt par an, tandis qu’à la fin du règne d’Henri II, Charles de Lorraine, archevêque de Reims et abbé de Fécamp, a des revenus de 300 000 lt175.

  • 176 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 34 et 196.
  • 177 Voir, par exemple, Girard du Haillan B. de, Les causes de l’extreme cherte qui esten France, Bordea (...)

49Quoi qu’il en soit, on voit que les charges les plus avantageuses pour les gentilshommes haut-normands sont sans conteste celles d’officier du roi, établi dans la province ou à son service personnel. À partir de cela, on comprend mieux la fidélité des nobles haut-normands à leur souverain. Mais l’exemple de Gabriel de Chambray illustre un autre aspect de la question que l’on ne peut négliger. À partir du début du XVIe siècle, le profit tiré par le seigneur de ses terres, de son office et de ses rentes est en effet de plus en plus absorbé par des dépenses sans effet sur la productivité agricole de ses terres – avec une fiscalité royale en progression, c’est là une des causes majeures de l’arrêt de la croissance dans la province. Un souci d’ostentation inconnu jusqu’alors semble émerger au cours de la période : domesticité plus nombreuse, construction de superbes bâtiments, achat de meubles luxueux, port de vêtements plus coûteux176. Il faut dire que les souverains montrent l’exemple, à commencer par François Ier. On connaît les sévères jugements des moralistes du XVIe siècle qui se sont penchés sur les terribles conséquences financières de ces débauches de luxe et de bâtiments177.

  • 178 Sur le sujet, voir les chapitres VI et VII,, tout spécialement p. 261-266.
  • 179 Documents 4, 5, 11, 16 et 19.
  • 180 Tableau 27 et document 16.
  • 181 AD Eure, 126 J (fonds du chartrier de Chambray, non classé).
  • 182 La dette contractée par Gabriel pour ses vêtements s’élève à 750 lt en 1594 (Ibid., 07/11/1594).

50Les édifices construits au cours de la période en témoignent suffisamment, nous le verrons plus loin178 ; les documents aussi. Les inventaires de Fontaine-le-Bourg (1517, 1546), d’Ételan (1557), du Bourgtheroulde (1591) et de Chambray (1600) dénombrent soieries et objets précieux ou singuliers, tels que fontaine artificielle en albâtre, vaisselle de Venise et « grandz bassins et vases de vaisselle de valleur, de la façon de messire Bernard Palissy de diverses couleurs et fort exquises », tableaux, tapisseries et meubles à vis dorées, marquetés, « fort beau en boys de noyer facon de Paris » ou en bois de cyprès sculptés179. L’estimation des biens meubles de Claude II Le Roux pour sa maison aux champs du Bourgtheroulde – il en possède d’autres – s’élève à la somme considérable de 28 542 lt180. Nicolas de Chambray (à partir de 1534) et surtout son fils Gabriel, on vient de le voir (à partir de 1566), cumulent des dettes (pour les dots de leurs filles, leur train de vie ou le service du roi) auxquelles leurs héritiers auront bien du mal à faire face – les intérêts courent encore au milieu du XVIIe siècle181. Il faut dire que Gabriel ne regarde pas à la dépense, notamment en matière vestimentaire et surtout d’architecture : c’est à lui qu’on doit attribuer la construction du nouveau logis (aujourd’hui disparu) de Thevray (1566-1576) et la grande maison de Chambray (1578-1588, fig. 6182).

  • 183 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 133.

51Mais toutes les dépenses ne sont pas uniquement somptuaires. Certains gentilshommes, tout particulièrement les magistrats et ceux de la moyenne noblesse, sont obligés d’envoyer leurs fils faire de longues études sur les bancs universitaires pour leur assurer un avenir. Cette formation est coûteuse : Nicolas I Romé débourse pour l’éducation de son fils aîné, Nicolas II, qui débutera sa carrière en 1568 comme conseiller au parlement de Normandie, 140 lt par an de 1548 à 1557 jusqu’à la licence ès arts passée à Paris, puis 230 lt par an pendant neuf ans pour ses études de droit dans les universités de Poitiers, Orléans, Toulouse et Bourges, soit un total de 3 470 lt pour dix-sept années d’études. Mais ce n’est pas tout. Son cadet, Antoine, qui deviendra secrétaire du roi et conseiller de la ville de Rouen, a lui aussi étudié : 8 ans à Poitiers, pour 300 lt par an, et une année à Rome pour 600 lt, soit un total de 3 000 lt183. Cette éducation poussée n’est pas cependant uniquement destinée à assurer un avenir professionnel à la progéniture nobiliaire : elle est désormais l’un des signes évidents de l’appartenance à la caste la plus relevée.

Fig. 6 > Chambray, à Gouville (Eure). La plate-forme et ses bâtiments vus à l’est, lithographie d’après F. Benoist, Normandie illustrée…, Nantes, 1852.

CULTURE ET FORMATION

  • 184 La Taille J. de, Œuvres de Jean de La Taille, seigneur de Bondaroy…, éd. R. de Maulde, Paris, 1878- (...)

Jeune, on m’apprit, avec les lettres la manière
d’escrimer, voltiger, de chanter et baller,
de courir bien en lice et proprement parler,
de faire ce qui est propre à tout gentilhomme.
Jean de La Taille, Le courtisan retiré, 1574184.

  • 185 Analyse par l’abbé Tollemer…, op. cit., t. 1, p. XLI.
  • 186 Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., chap. 31.

52On serait enclin à penser que, dans l’ensemble, les gentilshommes n’étaient guère plus savants que leurs fermiers ou leurs maçons, du moins en ce qui concerne le latin. Mais le cas de Gilles de Gouberville invite à plus de prudence : il sait le latin et cache ses pensées les plus intimes sous le couvert de l’alphabet grec185. Le degré d’éducation, le niveau culturel ou de compétence des seigneurs et dames haut-normands en fonction des différentes strates nobiliaires ne peut être quantifié ou évalué faute d’informations. Cependant, quelques exemples nous invitent à aller au-delà d’éventuels préjugés. Surtout, ils témoignent d’une évolution au cours du XVIe siècle qui est précisément l’une des causes du malaise nobiliaire en France dans la seconde moitié du siècle186.

  • 187 Cité dans Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 170.
  • 188 Gaussin P.-R., « Les conseillers de Louis XI (1461-1483) », in B. Chevalier et P. Contamine (dir.),(...)
  • 189 Frondeville H. de, Les conseillers…, op. cit., p. 2 ; Floquet A., Histoire du parlement de Normandi (...)

53Au XVe siècle, si la plupart des gentilshommes s’occupent de leur terre et font profession des armes, certains d’entre eux sont diplômés des universités et possèdent une charge dans l’une des cours de la province, voire auprès du roi. On sait, par exemple, qu’en 1427 plusieurs enfants de Guillaume d’Estouteville, seigneur de Torcy, sont « a l’estude en l’université de Paris pour acquerir science187 ». Dans la seconde moitié du XVe siècle, le conseiller de Louis XI Georges Havart, seigneur d’Argueil et de La Rosière, est l’un de ses spécialistes en matière d’administration188. De même, on a vu que 17 % des parlementaires rouennais au moment de la création de l’échiquier en 1499 étaient nobles d’ancienne extraction. Parmi eux, on trouve Robert Destain, issu d’un lignage de petite noblesse de la vicomté d’Arques. C’est à lui, nommé quatrième président de l’échiquier en 1499, que Louis XII confie le soin de veiller à l’organisation matérielle de l’échiquier permanent lors de sa création : militaire renommé, il a fréquenté l’université et, d’après le magistrat et poète rouennais Le Chandelier († 1549), nul ne connaît mieux que lui les lois romaines189. On le voit, l’opposition entre service civil et service guerrier, entre robe et épée, n’est pas stricte, et même souvent inappropriée. En 1561, c’est Jacques de Silly, seigneur de Rochefort, qui est l’orateur de la noblesse devant le jeune roi Charles IX aux états généraux d’Orléans. Dans l’épître dédicatoire de sa « harangue », Bernard du Poy-Monclar dresse en ces termes le panégyrique de Jacques de Silly et de son frère aîné Louis, seigneur de La Roche-Guyon et baron d’Acquigny par sa femme :

  • 190 Silly J. de, La Harangue de par la noblesse de toute la France, au roy tres-chrestien Charles neufi (...)

Nous estimons grandement les personnes généreuses que en l’un [les armes] et l’autre [les lettres] exercice ont emploié l’usure de ceste perissable vie. Tellement que feu Monseigneur de La Roche-Guion vostre frere, ni vous, n’avés esté miëus conneus et honorés entre les François, admirés des estrangiers, pour estre issus des plus anciennes maisons des ducs et comtes d’Alemaigne, Angleterre, Bretaigne, Champaigne, et estre des premiers en France : avoir tousjours bien faict en plusieurs batailles, assaultz de villes, et à beaucoup de rencontres à la guerre : que pour avoir devançé maintz autres par les lettres, et avoir bien sceu joindre et marier les armes au scavoir.190

  • 191 De WittE. H. (éd.), Mémoire de Madame de Mornay, t. 1, Paris, 1878, passim.
  • 192 Sur le sujet, voir Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., p. 494.
  • 193 Monluc B. de, Commentaires, Bordeaux, 1592 (rééd. Paris, 1964), p. 345.
  • 194 Ibid., p. 654.
  • 195 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 22 sq.
  • 196 AD Seine-Maritime, 61 J 3 : certificat du baccalauréat (orig. en latin), 07/09/1512 ; 61 J 3 : lett (...)
  • 197 Voir Tabbagh V., Gens d’Église, gens de pouvoir (France, XIIIe-XVe siècle), Dijon, 2006, p. 105-108

54D’autres gentilshommes, qui occupent des charges militaires ou dont les parents en faisaient profession, sont également fort diplômés : Jean Ébrard de Saint-Sulpice, capitaine de cinquante hommes d’armes et gouverneur de la maison de François d’Alençon, est docteur in utroque (dans les deux droits, civil et canon) ; Philippe de Mornay (1549-1623), né à Buhy dans le Vexin, plus connu sous le nom de Duplessis-Mornay, a fait ses études de droit à Genève, Heidelberg et Padoue191. Des gentilshommes de vieille souche deviennent surintendants généraux des finances dans les années 1560, tels Artus de Cossé et François d’O192. Si Blaise de Monluc s’étonne dans les années 1570 que des jeunes gentilshommes puissent rester assis et enfermés toute la journée, cela revient à dire qu’il en voit alors un assez grand nombre s’adonner à l’étude193. Et s’il prend la défense de la noblesse d’épée contre les « gens de robe », ses mémoires témoignent d’un goût pour l’étude et d’une volonté d’atteindre une certaine qualité : « [Je] crois qu’un homme qui a lu et retenu est plus capable d’exécuter de belles entreprises qu’un autre194. » De fait, l’éducation et la culture sont des marques d’appartenance des nobles à la caste supérieure. Ainsi, les magistrats des cours souveraines partagent sans doute leur éducation avec la moyenne et grande noblesse dont ils font partie : les futurs conseillers au parlement sont confiés tout jeunes à des précepteurs, puis à une école avant d’être envoyés dans un collège parisien dépendant de l’université de Paris. Parfois, ils complètent leur savoir dans une université étrangère, italienne ou le plus souvent allemande195. Dans la première moitié du XVIe siècle, ces magistrats étaient des hommes compétents, titulaires d’une licence, d’une maîtrise ou d’un doctorat en droit. C’est le cas, par exemple, de Claude Le Roux, qui obtient son baccalauréat en 1512 et sa « licence es loix » peu avant 1520196. C’est sans parler des membres du clergé issus de la noblesse : leur niveau d’éducation était certainement plus élevé encore197.

  • 198 Voir, par exemple, la lettre de l’une des filles de Claude II Le Roux (AD Seine-Maritime, 61 J 3, 2 (...)
  • 199 Sur les veuves à la Renaissance, voir Viennot E., « Veuves de mère en fille au XVIe siècle : le cas (...)
  • 200 BnF, Pièces orig. 210 (doss. Basset), no 16: 13/02/1504 (n. st.).
  • 201 Documents 18 et 19.
  • 202 AD Eure, E 1194 : tab. Pont-Authou, 28/04/1603, fos 537-541.
  • 203 Un registre pour les travaux du jardin estarrêté et les sous-totaux évalués et signés à de multiple (...)

55Les demoiselles de la noblesse avaient, elles aussi, reçu un enseignement qui n’était pas seulement une éducation mondaine, pour leur permettre de converser et de correspondre avec leurs familles et amis198, ou pour lire leur livre d’heures. L’enseignement qu’elles recevaient leur permettait de gérer efficacement leurs domaines et l’ensemble des biens du couple dans toutes ses dimensions. Les « damoiselles » ou « dames », en l’absence de leur mari, et, surtout, les « dames douairieres », veuves de leur époux, devaient en effet savoir pleinement assumer le rôle de chef de famille199. En résumé : faire tout ce qu’un gentilhomme était appelé à réaliser au cours de sa vie, moins le service des armes. Ainsi voit-on Anne de Laval, veuve de Louis de Silly, acheter des terres pour arrondir son domaine, gager son propre maître menuisier, obtenir de Charles IX la garde-noble de ses enfants et l’exemption des droits du ban et de l’arrière-ban pour eux. C’est d’ailleurs peut-être elle (comme la femme de Jean Bourré au Plessis-Bourré et Philippe Lesbahy, l’épouse de Gilles Berthelot, à Azay-le-Rideau), qui conduisit la construction de la « maison aux champs » du couple à Acquigny lors de la captivité de son époux entre 1553 et 1556. Des cas de figure analogues se sont sans doute également présentés à Ételan, dont Louis Picard engage les travaux alors qu’il est encore en Italie (1494), et à Normanville, dont la construction peut être placée autour de 1500 : Jean Basset, seigneur du lieu, participant aux campagnes militaires en Italie en 1499, en 1503 et en 1506, ce ne peut être que son épouse Isabeau Roussel, se faisant « fort d’icelluy chevalier son mary » en son absence, qui doit suivre le chantier200. Le cas de Jeanne d’Angennes est exemplaire de ces « nobles dames », femmes fortes de la Renaissance : ayant résolu de quitter le surendetté et inconséquent Gabriel de Chambray évoqué plus haut, Jeanne se rend auprès d’Henri IV en 1598 et obtient de lui des lettres l’autorisant à se séparer civilement de son époux. À partir de là, c’est elle qui fait dresser l’inventaire des biens du couple, c’est elle qui décide la séparation en deux parties égales des terres et de leurs revenus, et c’est elle qui obtient de son mari la signature de ce document qui le dépossède de la moitié de ses biens et qui les fait saisir201. Le cas de Suzanne Du Val fournit un autre exemple : en 1603, elle se trouve propriétaire en douaire d’une grande partie des biens ayant appartenu à ses deux époux décédés, les fiefs d’Houlbec, du Genestay, de Chambray, d’Hectomare et de Bourdigny. Elle passe alors des baux pour ses terres et fait dresser un inventaire des biens meubles de son domaine d’Houlbec en 1600202. Enfin, au commencement du XVIe siècle, et de manière tout aussi significative, Françoise Dumas, femme d’Adrien de Hangest, seigneur de Genlis et bailli d’Évreux, est directement impliquée dans la comptabilité de la construction du château de Gaillon pour le cardinal d’Amboise : c’est elle qui clôture certains comptes intermédiaires puis, avec son mari, les comptes finaux d’un registre203.

  • 204 Voir p. 247.

56On ne s’étonne donc pas de trouver chez ces dames et gentilshommes des bibliothèques importantes. D’ailleurs, nous verrons plus loin que des cabinets, qui étaient sans doute à usage de « librairie » ou d’« estude », à Ételan, au Bus et peut-être à Gueutteville, se trouvaient judicieusement placés entre les logis de Monsieur et de Madame, et offraient ainsi une communication entre eux204.

  • 205 AD Seine-Maritime, 1 ER 2056 : inventaire des biens de C. Jubert, 07/06/1567, fos 25ro-31ro.
  • 206 Document 16, art. 20 et 21.

57Le conseiller au parlement Claude Jubert (1522-1559), seigneur de Vesly, possédait chez lui près de 180 livres, parmi lesquels, bien sûr, une grande majorité d’ouvrages de droit, civil et canon, et la coutume de Normandie (74 %), mais aussi des livres « d’humanité » (20 %), tels que Platon, Cicéron, Virgile, Sénèque, Quintilien, Tite Live, Pétrarque, Érasme, Rudolph Agricola, Lorenzo Valla205. Le fait qu’une partie de ces livres datent des premières années du XVIe siècle laisse penser que le fonds primitif de cette bibliothèque a été constitué par Guillaume III Jubert, le père de Claude, conseiller au parlement de 1504 à 1540. L’étude de Claude II Le Roux au Bourgtheroulde recelait, avant 1591, « ung grand nombre de livres et volumes, tant en theologie, droictz civil et canon, medecine, humanité, historiens de toutes sortes, livres d’architecture, agriculture » [pour une valeur de plus de 1 400 écus (4 200 lt)], tandis que son cabinet abritait « de grands pupitres sur lesquelz il y avoit plusieurs grands vollumes206 ».

  • 207 Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit., p. 114-131 ; Riviale L., « Rouen, verrières de l’église (...)
  • 208 Sanson V. (éd.), Le livre enchaîné, ou Livre des fontaines de Rouen, Rouen, 1911, p. 1-3. Voir égal (...)
  • 209 Cité par Floquet A., Histoire du parlement de Normandie, op. cit., t. 1 (1840), p. 338.

58Le mouvement s’amplifie au cours du XVIe siècle. L’accession au gouvernement de Normandie en 1491 de Louis II d’Orléans, futur Louis XII, et au trône archiépiscopal en 1493 de son fidèle Georges d’Amboise, futur cardinal et conseiller du roi, furent des événements marquants. Dans l’intervalle d’une vingtaine d’années, en faisant construire à Rouen (résidence archiépiscopale, Palais Royal pour abriter l’échiquier permanent, partie occidentale de la cathédrale avec la tour de Beurre, hôtel des généraux des finances) et aux environs (Déville-lès-Rouen, Gaillon), en apportant et faisant exécuter des copies des manuscrits à peintures de la bibliothèque de Ferdinand Ier d’Aragon, en faisant venir des artistes et des œuvres d’Italie et du Nord de l’Europe, les deux princes et leur clientèle (les Bohier) vont donner à Rouen une impulsion décisive. L’élite cultivée de la noblesse et de la haute bourgeoisie rouennaise leur emboîta le pas, comme Guillaume III Le Roux, proche du cardinal d’Amboise, chanoine de Gaillon, abbé d’Aumale, qui fut « prince » du Puy de la Conception (académie religieuse devenue académie littéraire) et le commanditaire de la galerie du célèbre hôtel de Bourgtheroulde à Rouen dont les bas-reliefs illustrent les Triomphes de Pétrarque207. Les références à la Rome antique et aux auteurs classiques se multiplient dans la ville, sur les fontaines (comme le Mont-Parnasse de la fontaine dite de Lisieux), sur les bas-reliefs des maisons, aux vitraux des églises. Jacques Le Lieur ne parle pas d’autre chose en introduction à son fameux Livre des Fontaines (1525) : citant des passages de Suétone et de Pline l’Ancien sur les fontaines de la Rome impériale, il compare à Rome et aux Romains – comme le veut la rhétorique de l’époque – Georges d’Amboise, gouverneur de Normandie, « émulateur des vertus rommaines », et les conseillers de la ville qui ont contribué au développement de l’adduction d’eau dans la métropole normande208. Témoin de ce mouvement nouveau, en partie rêvé et en partie réel, le Rouennais Baptiste Le Chandelier écrit avant 1543 : « Notre siècle, il faut le reconnaître, est plus fécond en lumières, et plus favorisé des Muses ; les études renaissent, les intelligences se réveillent ; on cultive avec succès des arts dont naguère on ignorait jusqu’au nom même209. »

  • 210 Castiglione B., Le courtisan, nouvellement traduictde langue ytalicque en françoys, Paris, 1537. De (...)

59La noblesse haut-normande, de plus en plus dépendante des ressources de la couronne, est affectée directement ou indirectement par le laboratoire de sociabilité qu’est la cour. Le Courtisan de Balthazar Castiglione (1528), traduit en français en 1537, contribue au développement d’un nouveau « miroir des nobles » : le gentilhomme et sa dame doivent cultiver leur esprit, leurs manières, l’aisance de leurs gestes et la pratique assidue de la danse210.

60Qu’en est-il spécifiquement de la petite noblesse haut-normande ? Sans doute est-elle obligée de suivre le mouvement dans la mesure de ses moyens pour conserver le prestige de son rang et pour espérer obtenir des charges plus élevées. Les édifices construits par elle témoignent d’une certaine culture architecturale, à moins qu’il ne s’agisse d’un simple mimétisme : les petites maisons seigneuriales prennent modèle sur les grandes demeures du voisinage (Les Mottes et La Folletière sur Annebault, Jouveaux sur Acquigny), le décor des cheminées ou des puits est copié à partir de gravures (Le Flot, La Chapelle). En revanche, le plan d’ensemble de La Valouine témoigne d’une lecture précise des traités d’agronomie.

SEIGNEURS DES VILLES, SEIGNEURS DES CHAMPS

  • 211 Bouchet J., Epistres morales et familieres du Traverseur, Poitiers, 1545, « Troisiesme Epistre à to (...)

Mais entre vous les François et Anglois
Vous vivez tous aux champs sur voz domaines
De rentes, sens, de terres, prez, et laines
Que vous avez, et aultre revenu,
Lequel vous est de voz parens venu,
[…].
Jean Bouchet, De la forme de vivre des gentilz hommes de France et d’aultres nations, 1545211.

  • 212 Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 148-151. Sur le cas des nobles de Toulouse, voir Lamazou-D (...)
  • 213 Fontaine M.-M., « Plaisirs, hospitalité et profit… », art. cit., spécialement p. 9-10.
  • 214 Cité par Mignot C., « La villégiature cardinalice… », art. cit., p. 128.

61En réalité, ces vers du poète poitevin caricaturent une situation française qui est loin d’être aussi tranchée. Cela fait bien longtemps qu’un certain nombre de gentilshommes de France possèdent en ville des hôtels parfois somptueux où ils résident sinon toute l’année, du moins une partie du temps, comme le fait le souverain lui-même212. Aussi décalé soit-il, ce point de vue est cependant un lieu commun213, repris, un peu vite, par l’ambassadeur vénitien en France, Giovanni Soranzo, en 1558 : « Les nobles en France n’habitent pas dans les cités, mais dans les villages et dans leurs châteaux214. » Dans le deuxième livre des Recherches de la France (1565), Étienne Pasquier pose le lien entre noblesse d’épée et vie champêtre :

  • 215 Pasquier E., Des recherches de la France, livre premier et second…, Paris, 1581, fos 175r°-176v°.

En une republique, c’est chose du tout necessaire, de faire degrez des ordres, et mesmement qu’il soit requis de gratifier d’avantage aux hommes qui se rendent plus meritoires, à fin qu’à leur exemple chascun soit induit à bien faire, je ne seray mais jaloux ny marry, qu’à ceux qui exposent leur vie pour le salut de nous tous, soit attribué le titre de noble, plutost qu’à ceux qui dedans leurs Palais, à leurs aises, se disent vaquer au bien des affaires de une justice. Ceux-là se moyennent ce nom de noblesse à la pointe de leurs espées, ceux-cy, à la pointe seulement de leurs plumes. [… Aussi] ceux qui se veulent dire estre à bonnes enseignes nobles, laissent les villes, pour choisir leurs demeures aux champs. Tant à l’occasion de ce que la plus grande partie de noz Fiefs y sont assis, lesquelz, comme j’ay deduit cy-dessus, il estoit seulement permis aux nobles et gens suivants les armes de posseder qu’aussi que par ce moyen ilz pensent se garentir de toutes opinions que l’on pourroit auoir d’eux, qu’ilz pratiquassent ou trafiquassent dans une viIle : chose qui obscurciroit (ce leur sembleroit) la lumiere de leur noblesse. […] Car aussi, à bien dire, entre touttes les vies qui approchent plus pres de la militaire, c’est la champestre.215

  • 216 Schalk E., L’épée et le sang…, op. cit., « Deuxième partie » ; Jouanna A., La France du XVIe siècle (...)

62D’un côté sont les « vrais » nobles, qui illustrent leur vertu sur les champs de bataille et résident à la campagne ; de l’autre les « faux » nobles, qui instruisent des dossiers dans le confort du Palais ou de leur demeure citadine. Les conflits armés de la seconde moitié du XVIe siècle et la multiplication de la vénalité des offices ne feront qu’exacerber cette opposition216. La situation était en réalité plus complexe, et singulièrement en Haute-Normandie.

  • 217 AD Seine-Maritime, F 311 : copie ms. du docteur Bouis de la Montre des nobles à Rouen (1486). En to (...)
  • 218 Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 148-151. Chevalier B., Tours, ville royale (1356-1520) : o (...)
  • 219 Robillard de Beaurepaire C. de, Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, 1909, p. 22 (...)
  • 220 AD Seine-Maritime, G 2088 et G 6274. Il s’agit peut-être de l’actuel hôtel situé au 39, rue aux Our (...)
  • 221 Lardin P., « Travail et sociabilité sur un chantier du bâtiment : “l’ostel neuf” du cardinal d’Esto (...)
  • 222 AD Seine-Maritime, G 73, G 471 et G 472. Bardati F., « Cardinaux aux champs. Georges d’Amboise à Dé (...)
  • 223 AD Seine-Maritime, G 472. S’ébattre : « Pratiquer des activités de loisir qui impliquent un effort (...)
  • 224 Chatenet M. (dir.), Maisons des champs…, op. cit.

63Un document tout à fait significatif de la situation particulière de la métropole normande est rédigé en 1486 : le 3 juillet, plus d’une centaine de nobles se présente sans vergogne à la « monstre » (une revue) des nobles qui résident à Rouen217. Ainsi, alors que des villes comme Lyon, Tours et Poitiers ignorent presque complètement la noblesse, Rouen compte quantité de seigneurs habitant des maisons et hôtels urbains218. Certes, quelques-uns sont de grands marchands en voie d’anoblissement, comme Jacques Le Pelletier, sieur de Thionville à ce moment. Mais d’autres sont des nobles d’ancienne extraction comme Robert Destain, Roger Gouel ou Jean de Gouvis. Et ce phénomène n’est pas nouveau, semble-t-il. En 1408, Jean, seigneur de Sainte-Beuve et de Cuverville, doit céder une partie de ses biens à son épouse, Jeanne de Trézéguidy, dont il se sépare civilement. Parmi les propriétés qu’il lui délaisse figure son hôtel rouennais, où il se réserve cependant une chambre, un grenier et une étable à chevaux pour pouvoir y résider lors de ses séjours dans la ville219. Anobli de fraîche date par Louis XI, Guillaume Picard achète en 1474 un hôtel, paroisse Saint-Cande-le-Jeune, où il « fait faire plusieurs grans et sumptueux ediffices220 ». Peu avant, il avait fait bâtir sur son fief d’Ételan une demeure située en bordure du magnifique paysage de la vallée de la Seine. Robert Destain fait de même quelque temps après : il achète en 1483 le fief du Taillis, à Duclair, situé sur la rive droite du fleuve, à faible distance de Rouen où il réside. Ces gentilshommes ne font pas autrement que leur archevêque, Guillaume d’Estouteville, qui semble avoir donné le signal de la reconstruction en Normandie après la guerre de Cent Ans : bien que résidant le plus clair de son temps à Rome, le cardinal fait d’abord rebâtir la résidence d’été des archevêques à Gaillon (1454-1463) puis le palais archiépiscopal de Rouen (1461-1466, fig. 7221). En outre, l’archevêque possède une résidence suburbaine, le manoir de Déville-lès-Rouen que son successeur au siège archiépiscopal, Robert de Croismare, fait réparer de 1483 à 1486222. Cette année-là, l’archevêque y vient « s’ébattre223 » avec plusieurs notables personnes, parmi lesquelles maître Renault Chuffes, chanoine de Rouen, docteur en médecine et curé de Saint-Denis de Rouen, Jeanne Picard, dame de Louraille, sa demi-sœur, et maître Jean Gouel, seigneur de Frontebosc. Ce mode de vie, à la fois citadin et campagnard, n’est ni nouveau, ni près de s’éteindre, ni encore limité à la seule Normandie, comme l’a brillamment rappelé le récent ouvrage Maisons des champs dans l’Europe de la Renaissance224.

Fig. 7 > Le palais archiépiscopal de Rouen d’après le Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur, 1525. BM de Rouen, R 1 : Plans des fontaines (1518-1521) dit le Livre des Fontaines.

  • 225 « Note sur une maison de plaisance, sise à Sotteville près Rouen, appartenant à Pierre Cauchon », B (...)

64Que ce phénomène ne soit pas nouveau, cela ne fait aucun doute dans le cas de Rouen. Pour preuve, dans la première moitié du XVe siècle, le juge de Jeanne d’Arc, l’évêque de Lisieux Pierre Cauchon, réside dans l’hôtel de l’évêché à Rouen et dispose aux environs d’« ung jardin assis en la paroisse de Sotteville lez Rouen, ainsi planté et édiffié de maisons, coulombier, aysements et arbres dessus croissans et qu’il se pourporte225 ».

  • 226 Le nombre des nobles résidant à Rouen semble s’accroître : en 1500, la seule paroisse Saint-Laurent (...)
  • 227 Sanson V. (éd.), Le livre enchaîné…, op. cit. AM Rouen, XX3, f° 64ro, cité par Lardin P., Les chant (...)
  • 228 Pagazani X., « Maisons des champs… », art. cit.

65Plus tard, au tournant du XVIe siècle, de nombreux aristocrates et notables rouennais adhèrent encore à ce mode de vie226. Parmi eux se trouvent des militaires au service du roi, comme Jean Basset et Louis Picard, des officiers des finances et de la justice tels que Guillaume Preudhomme (fig. 4), Robert Surreau, Jean d’Esquetot, Nicole Hamelin, ou des conseillers de la ville, comme Jacques Le Pelletier, Guillaume Auber ou Jean Le Lieur. Tous (ou presque) possèdent un hôtel à Rouen, plusieurs seigneuries à la campagne et une agréable résidence suburbaine (appelée « jardin » dans les textes, comme déjà la demeure de Pierre Cauchon à Sotteville227). Les faubourgs Cauchoise et Saint-Gervais, à l’ouest de la cité, les proches paroisses de Saint-Gilles et Saint-Hilaire, à l’est, de Sotteville et Saint-Étienne-du-Rouvray, au sud-est, semblent être les lieux privilégiés de ces petites maisons aux portes de Rouen. Les ecclésiastiques ne sont pas en reste : parce qu’il est abbé de Saint-Ouen et de Fécamp, Antoine Bohier dispose d’un hôtel à Rouen, d’un « jardin » dans le faubourg Cauchoise et d’une résidence d’été à Fontaine-le-Bourg228.

  • 229 Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit. ; Helot P., « L’hôtel Jubert de Brécourt, 1 rue de l’hôp (...)

66La création de l’échiquier permanent de Normandie en 1499 est certainement décisive dans ce mouvement, car beaucoup de nouveaux conseillers, originaires de Louviers, Vernon, Dieppe ou d’ailleurs, s’installent alors en ville ; parfois ils y font construire de superbes hôtels, comme les Le Roux et les Jubert229 (fig. 8). Surtout, ils adoptent le mode de vie de l’élite rouennaise. Ainsi, dans la seconde moitié du XVIe siècle, le président au parlement de Normandie Jacques de Bauquemare réside à Rouen, possède le manoir suburbain de Bourdenis à Saint-Léger (qu’il fait reconstruire à partir de 1580, fig. 9) et des manoirs campagnards plus éloignés, notamment celui ayant appartenu à Jean Ango près de Dieppe. Au XVIIe siècle encore, les parlementaires et autres officiers de cours souveraines perpétuent cet art de vivre – d’autant qu’ils tiennent souvent de leurs parents ou grands-parents leurs hôtel, maison suburbaine et seigneuries campagnardes :

  • 230 AD Seine-Maritime, 1 ER 1963, 1653, f° 6v°, s. d.

Oultre lesdicts meubles cy-dessus estants en ladicte maison de Rouen, ledict feu sieur president [Nicolas III Rassent (1602-1653), président de la chambre des comptes à Rouen] avoit encore [en] ses terres et maisons dudit lieu d’Archelles, du Veneur, Puidelaire, Preaux, et jardin du fauxbourg Cauchoise de cesdite ville de Rouen, lesquels estoient touttes meublées de touttes sortes de meubles, d’ustencille de mesnage, tant en lits, tables, coffres, buffets, tapisseries, vaisselles d’estain et arain et autres, servans a l’usage desdictes maisons lors que ledit feu sieur president, femme, famille et serviteurs alloient d’ordinaire ausdits lieux et terre pour y passer quelque temps de l’année.230

Fig. 8 > Hôtel de Bourgtheroulde à Rouen. Bâti entre 1499 et 1506. Lithographie par Engelmann dans Taylor J., Nodier C. et Cailleux A. de, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, t. II (1820), pl. 157. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Yvon Miossec]

Fig. 9 > Bourdenis (aujourd’hui Saint-Léger-de-Bourdenis, Seine-Maritime). Maison du président au parlement de Normandie Jacques de Bauquemare bâtie en 1580 (vue au nord-ouest). [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Yvon Miossec]

  • 231 Le cas n’estpas avéré pour la noblesse normande du XVIe siècle, mais elle l’esten Hollande [Ottenhe (...)
  • 232 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 78.
  • 233 Tableaux 6a et 6c.

67On devine très bien le mode de vie de ces officiers du roi : travaillant à leur charge le plus clair de leur temps, quittant Rouen pour de brefs séjours – en fin de semaine231 ? – afin de se rendre dans leur « jardin » du faubourg et se retirant sur leurs fiefs aux champs pour des séjours plus longs, au moment des vacances de la cour où ils exercent – celles du parlement duraient du 1er septembre au 11 novembre232. Un critère atteste ce scénario : la distance depuis Rouen. Les maisons suburbaines sont à une ou deux heures à cheval ; les maisons aux champs, beaucoup plus éloignées, sont à 7 ou 10 lieues (30 à 40 kilomètres), voire 20 lieues (80 kilomètres) dans le cas du fief d’Archelles et du manoir d’Ango déjà cités, c’est-à-dire à une ou deux journées à cheval233. C’est donc « pour y passer quelques temps de l’année » que le seigneur se rend sur ses terres. On l’a vu dans l’exemple cité précédemment, ce voyage se fait avec « femme, famille et serviteurs », mais aussi avec bagages et meubles :

  • 234 Document 16, art. 43.

Il [Claude II Le Roux] avoit faictporter [à Tilly], pour sa commoditté durant le sejour qu’il y avoit faict, plusieurs autres meubles comme couches et litz fourniz, linge, vaisselle, accoustrements […].234

  • 235 AD Eure, E 1089 : tab. Louviers, 1601-1602, f° 13. Becdal, aujourd’hui commune d’Acquigny.
  • 236 Document 12, spécialement art. 8.
  • 237 Pagazani X., « Maisons des champs… », art. cit., p. 211.
  • 238 Voir note 237, p. 60.

68Pendant les vacances des cours, ces seigneurs propriétaires de plusieurs fiefs ont le choix de se rendre dans tel ou tel de leurs domaines, comme Robert III Le Roux, seigneur de Tilly, président aux requêtes du Palais à Rouen, « demeurant presentement en son manoir seigneurial de Becdal » (septembre 1601235). Ils ont aussi la possibilité de séjourner dans les maisons aux champs d’autres membres de leur famille, comme Guillaume Jubert qui loge avec son épouse Marie de Civille dans leur domaine campagnard d’Harquency dans un « logis neuf », mais laisse une « vieille maison » (vraisemblablement l’ancien logis seigneurial) à l’usage du frère aîné de Guillaume, Claude Jubert, seigneur de Vesly, qui y possède un logis confortable comprenant sa bibliothèque236. Cet usage n’est ni isolé, ni l’apanage des parlementaires. L’abbé de La Croix-Saint-Leuffroy Simon Passard partage sa demeure aux champs de La Boissaye avec un seigneur laïc. L’abbé de Fécamp Antoine Bohier met à la disposition de son frère Thomas, le général des finances de Normandie, une chambre dans sa résidence à la campagne de Fontaine-le-Bourg237. Si les frères Jacques et Richard Le Pelletier possèdent séparément un certain nombre de fiefs, ils partagent un hôtel à Rouen (paroisse Saint-Cande-le-Jeune), une maison de plaisance aux portes de la ville (au faubourg Cauchoise) et plusieurs fiefs campagnards238. Les membres de la famille Du Fay, Pierre et ses fils Richard, Robert et Jean, se partagent la propriété et la jouissance du fief du Taillis.

  • 239 Pour Martainville, voir AD Seine-Maritime, 14 H 273, 1488 ; 2 E 14/238, 12/05/1498 ; 2 E 1/236, 15/ (...)
  • 240 Document 13, 1er paragraphe ; document 21, 1er paragraphe.

69Pendant les longues absences du propriétaire, le domaine est laissé à son épouse, à un capitaine ou à un receveur, personne de confiance en charge de la gestion du domaine : commandement des serviteurs et contrôle des tâches à faire, travaux, paiements des ouvriers, etc. Il peut s’agir aussi d’un notable du voisinage ou d’un petit seigneur local : à Martainville, c’est Pierre Havart, curé d’Estouteville, qui semble être à la fois le receveur et le procureur de Jacques Le Pelletier ; au Bourgtheroulde, c’est« Monsieur Semo », qui réside dans une chambre du corps principal239. Il peut aussi s’agir d’un simple serviteur, comme Jean Campion à Gueutteville, ou du fermier, comme Jean Basse à Houlbec, qui fait alors fonction de receveur240. Mais la confiance en celui-ci est peut-être plus limitée : le seigneur ou son épouse font dresser un inventaire des biens meubles pour se prémunir contre d’éventuels vols lors de leurs absences.

  • 241 Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 141 : 26/01/1532 (n. st.).
  • 242 Tableau 29.
  • 243 Héron A., « Journal de la dépense faite pendant le mois de décembre 1552 par Françoise de Brézé et (...)
  • 244 Beatis A. de (dom), Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie,(...)

70Hors les vacances des cours souveraines, le séjour à la campagne peut être commandé par des circonstances exceptionnelles, en particulier lors de la venue d’un personnage de marque dans la province. En janvier 1532, le chancelier de France Antoine Du Prat est reçu par Guillaume Preudhomme, alors général des finances de Normandie, dans son « jardin » du faubourg Cauchoise241. En avril 1535, le conseiller au parlement Claude Le Roux reçoit François Ier dans ses demeures campagnardes, d’abord au Bourgtheroulde, puis à Tilly242. En décembre 1552, c’est peut-être Claude II Le Roux (ou son receveur en son absence) qui reçoit cette fois-ci Françoise de Brézé, la fille de Diane de Poitiers, au Bourgtheroulde – elle y perdra quelques deniers à la table de jeu243. Selon toute vraisemblance, le propriétaire devait alors servir de guide à son invité pour lui faire visiter les lieux, comme Antoine Bohier le fit en 1517 de son logis abbatial de Saint-Ouen à Rouen pour le cardinal Louis d’Aragon244.

  • 245 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 34-35.

71Le séjour à la campagne peut être aussi imposé, à l’instar des jeunes gens du Décaméron de Boccace, par des raisons plus dramatiques afin de fuir une épidémie de peste, qui touche Rouen à plusieurs reprises au cours du XVIe siècle (en 1521-1522 et en 1542 notamment245), avant d’atteindre Caen en 1545 :

  • 246 Bourgueville C. de, Les recherches et antiquitez de la province de Neustrie, à present Duché de Nor (...)

Vray est qu’il ne mourrut pas grand nombre de gens d’estat [de la ville de Caen], parce qu’ils s’étoient retirés aux champs ; en quoy l’on voit que c’est un souverain remède de s’absenter pour éviter la contagion du mauvais air.246

72À l’inverse, le séjour à la campagne peut être écourté devant la menace d’un danger, comme Claude II Le Roux qui fuit les troupes de la Ligue en 1589 :

  • 247 Document 16, 1er paragraphe.

Sommaire declaration des meubles appartenant au sieur du Bourgtheroulde qui estoient tant en sa maison du Bourgtheroulde d’où il sortit le neufe jour de juing mil vc iiiixx et neuf pour aller à Tilly [à Boissey-le-Châtel] et dudit lieu en ceste ville de Caen, […].247

  • 248 Voir, par exemple, BnF, Pièces orig. 74 (doss. Annebault), nos 21 et 30.
  • 249 Etchechoury M., Les maîtres des requêtes de l’hôtel du roi sous les derniers Valois (1553-1589), Pa (...)

73La situation devait être sensiblement la même pour les officiers des maisons du roi, qui effectuent leur service à la cour pendant plusieurs mois de l’année : en général deux ou trois quartiers par an, c’est-à-dire six à neuf mois248. L’édit de Compiègne d’août 1553, qui réglemente la charge de maître des requêtes de l’hôtel du roi, prévoit ainsi un quartier de l’année, c’est-à-dire un trimestre, pour que ces officiers puissent rester « en leurs maisons pour donner bon ordre à leurs affaires particulières et domestiques249 ».

  • 250 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., chap. III ; Le Roux N., « La cour dans l’espace du palai (...)
  • 251 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., fig. 25 et 26 B (Saint-Germain-en-Laye).
  • 252 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 7, no 28161. Don du roi de 600 lt.
  • 253 Roy M., Artistes et monuments de la Renaissance en France, vol. 2 (1934), Paris, 1929-1934, p. 470- (...)
  • 254 BnF, Clairambault 764, p. 5, cité par Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no (...)
  • 255 BnF, Clairambault 764, p. 41, cité par Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no(...)
  • 256 Hamon E., Une capitale flamboyante : la création monumentale à Paris autour de 1500, Paris, 2011, p (...)
  • 257 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 7, no 26.826, cité par Lapeyre A. et Scheurer R.,(...)
  • 258 BnF, Pièces orig. 2705 (doss. de Silly), no 42.
  • 259 Le Roux N., « La cour dans l’espace du palais… », art. cit., p. 238-242.

74Depuis les travaux fondateurs de Monique Chatenet et de Nicolas Le Roux, on sait en quoi consiste le logement du souverain et de ses serviteurs dans les châteaux royaux et lorsque la cour est en marche250. Les plus relevés d’entre eux, qui jouissent parfois de la faveur royale, sont les mieux logés. À Saint-Germain-en-Laye, Charles de Cossé-Brissac (seigneur d’Ételan par sa femme Charlotte d’Esquetot) et Claude d’Annebault ainsi que leurs épouses logent respectivement dans la basse-cour et dans le château, à proximité du roi251. Ajoutons que ces seigneurs détiennent parfois des hôtels dans les environs des châteaux royaux. À Fontainebleau, le général des finances de Normandie Guillaume Preudhomme possède à partir de 1527 une maison achetée en partie grâce à un don de François Ier252. Claude d’Annebault détient aussi à partir de 1543, à faible distance du château, un hôtel qui était avant lui à Jean Le Veneur, évêque de Lisieux et grand aumônier du roi ; cet hôtel passe en 1552 au fils de l’amiral253. À Paris, Jean Guesdon, général à la cour des aides de Normandie, achète une maison rue Vieille-du-Temple en 1467254. Dans les mêmes années, Guillaume Picard possède son hôtel rue Quincampoix255. En 1503, le normand Louis Malet de Graville, amiral de France, fait construire un hôtel rue Saint-Antoine256. En 1527, le général de Normandie Guillaume Preudhomme détient une maison rue des Marmousets257. Louis de Silly, chambellan et gentilhomme ordinaire d’Henri II, et son épouse Anne de Laval, nièce du connétable Anne de Montmorency, ont un hôtel à Paris, mitoyen de celui de Clisson appartenant aux Guise258. Pour les gentilshommes de moindre volée, leur logement dépend de leurs fonctions à la cour. Un valet de chambre du roi comme Bertrand de Bailleul, par exemple, est censé dormir dans le cabinet voisin de la chambre du souverain. Mais peut-être louaient-ils ou possédaient-ils aussi un logis à Paris ou dans les environs, comme le font, du reste, certains hauts personnages, tel Anne de Joyeuse qui, en 1580, loue la maison du Cygne blanc, rue Saint-Honoré259.

  • 260 AD Eure, E 1428: tab. Vernon, 1594-1595, f° 76.
  • 261 BnF, Pièces orig. 210 (doss. Basset), no 16 : acte du 13/02/1504 (n. st.).
  • 262 Le sieur de la Rivière et son épouse à Ételan (document 11).

75Là encore, pendant les vacances de leur charge, ces gentilshommes propriétaires de plusieurs fiefs ont le choix de se rendre dans tel ou tel de leurs domaines, comme Henri Jubert, gentilhomme de la chambre d’Henri IV, « demeurant audit Brecourt et estant de present en sa maison de Bizy260 ». De même, pendant leur absence, ces seigneurs laissent la garde de leurs domaines campagnards normands à une personne de confiance. Il peut s’agir de leur épouse ayant procuration, comme Isabeau Roussel, la femme de Jean Basset261. Il peut aussi s’agir, comme on l’a déjà dit, d’un petit seigneur ou d’un receveur262.

  • 263 AD Eure, 126 J (fonds non classé) : mémoire des dépenses du receveur de Chambray, 1588.

76Il ne faudrait pas croire, néanmoins, que pendant les trois ou six mois de l’année au cours desquels ils ne sont pas au service de la maison du roi, ces gentilshommes retournent systématiquement dans leurs demeures champêtres. On l’a dit, un certain nombre cumulent les charges. Ils doivent donc remplir leurs fonctions dans la province ou ailleurs. Les conseillers et chambellans du roi Jean Basset, Louis Picard et Jacques de Chambray sont respectivement lieutenant du château de Rouen, puis bailli de Château-Gaillard et de Gisors, bailli de Tournai et capitaine et bailli d’Évreux. Ils sont aussi régulièrement commis par le roi ou député de la noblesse aux États provinciaux ou généraux. En 1588, Gabriel de Chambray, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, doit s’absenter de sa charge pendant plusieurs semaines pour assister comme député de la noblesse aux États généraux tenus à Blois – à moins qu’il ne cumule les deux fonctions, le roi étant présent au château263. Outre sa fonction de maître des requêtes de l’hôtel du roi, Nicolas Le Conte est chargé par Henri II de commissions en Normandie. Il réside alors dans son hôtel rouennais, paroisse Saint-Lô, retrouvant ainsi le mode de vie qui était le sien lorsqu’il était conseiller au parlement de Normandie.

77Ce n’est donc qu’une fois leurs différents services accomplis que ces seigneurs peuvent, s’ils le désirent, regagner leurs domaines et vivre comme de parfaits gentilshommes campagnards, attentifs au revenu et à la gestion de leurs terres, désireux de chasser, d’étudier, de recevoir ou de visiter leurs voisins, ou encore, à l’occasion, de protéger leurs tenanciers contre les exactions de troupes qui passent dans le pays, ce dont les paroissiens se montrent fort redevables :

  • 264 AD Eure, E 1244 : tab. Pont-Saint-Pierre, 1562, f° 1.

Ledit seigneur de Senneville [Martin Alorge] qui nous a gardez des gens d’armes qui ont passé et repassé par ce pays puys dix ans en ça ou envyron, en sorte et si bien que par le moyen dudit sieur de Senneville iceulx gens d’armes n’ont logé audit lieu de Senneville, ny prins, pillé, robbé, ne fourragé auculne chose en iceluy village, comme ilz ont faictaux aultres villages et paroisses circonvoisines, en quoi faisant il nous a esté fait proffit et auxdits aultres paroissiens par ledit seigneur de Senneville de plus de mil livres tournois.264

  • 265 Analyse par l’abbé Tollemer…, op. cit. ; Foisil M., Le sire de Gouberville, op. cit. ; Hamon P., «  (...)

78On peut se faire une idée de cette vie aux champs en relisant le « journal » du sire de Gouberville (et les travaux qui lui sont consacrés) ou l’étude de Jean-Marie Constant sur la vie quotidienne de la noblesse française265.

Fig. 10 > Maison aux champs de Claude d’Annebault à Heubécourt bâtie vers 1530. Au premier étage, une coursière en bois (disparue) était ouverte sur la cour.

  • 266 Document 14.
  • 267 Texte cité par Charpillon M. et Caresme A. (abbé), Dictionnaire historique, géographique et statist (...)

79Ce n’est qu’après une longue carrière que certains seigneurs se retirent définitivement à la campagne. Jacques de Silly passe ainsi la fin de sa vie à Heubécourt en compagnie de sa belle-sœur, Anne de Laval, et d’une nombreuse suite : écuyers (dont l’Italien Constantino Alafranco), serviteurs ordinaires (parmi lesquels ses intendants, ses secrétaires, ses valets de chambre et de garde-robe), médecin (Jean Bourdon, un médecin de Charles IX), aumôniers, peintre (« maistre Jacques »), joueur de luth (Claude Linet), apothicaire, cuisinier, muletier, fauconniers, veneur et valet de chiens266 (fig. 10). Plus modestement, Martin Alorge, seigneur de Senneville, cède la jouissance de tous ses biens à son fils Georges, se réservant cependant la propriété de Senneville et « ce qu’il faudra pour meubler deux chambres à garde-robes du grand bâtiment de briques […] avec les meubles d’une cuisine et une écurie pour [s] a haquenée267 » (fig. 11). C’est ainsi que les seigneurs d’Heubécourt et de Senneville passent leurs dernières années, entourés de leurs proches et serviteurs, en jouissant de leur demeure, de leur jardin et de leur verger.

Fig. 11 > Senneville, à Amfreville-sous-les-Monts (Eure). La maison noble de Martin Alorge.

  • 268 Tableau 1b.
  • 269 AD Eure, E 1 et E 3 ; Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit. ; AD Seine-Maritime, F 39 (bibli (...)
  • 270 C’estle cas pour Henri et Antoine de Silly, exemptés par Charles IX en 1567 : BnF, Pièces orig. 270 (...)
  • 271 Le pourcentage de nobles résidant en ville que j’ai indiqué est une estimation basse : un certain n (...)
  • 272 Tableau 3.
  • 273 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 22-24, qui s’appuie sur les études de G. Bois, J. Bottin, A (...)
  • 274 Ibid., p. 94.

80Le corpus établi pour cet ouvrage permet d’apporter une appréciation chiffrée. Officiers du roi, conseillers de la ville de Rouen et ecclésiastiques dans la province ou au service personnel du souverain confondus, un peu plus de la moitié des gentilshommes haut-normands résident en ville une partie de l’année (53,4 %268). Cette évaluation doit être considérée avec prudence. Mais il paraît difficile d’obtenir un échantillon plus complet et précis. On a tenté de dresser un tel tableau à partir des nombreux « rooles des nobles des bailliages » de Normandie (1470, 1503, 1523, 1562), mais force est de constater que ces listes de gentilshommes sont incomplètes : manquent les ecclésiastiques, les officiers des cours et la plupart des nobles attachés au service du roi, c’est-à-dire le gros de ceux qui vivent en ville269. Et pour cause : généralement exemptés du ban et de l’arrière-ban, ils ne sont pas recensés270. Aussi les noms des seigneurs souvent cités dans mon propos – les Chambray, Clères, Le Roux, Le Pelletier et consorts – figurent-ils très rarement dans ces listes. De reste, le chiffre est sans doute en dessous de la réalité271, sans compter que si nombre de nobles résident à Rouen en raison de la présence des cours souveraines, les villes de Dieppe, Évreux, Louviers, Le Havre pour ne citer qu’elles, accueillaient, elles aussi, des résidents nobles272. Deux indicateurs confortent cette estimation. D’une part, les historiens de la Normandie à l’époque moderne ont relevé qu’à la différence des pays du Bocage, dans l’openfield céréalier, c’est-à-dire l’essentiel de la Haute-Normandie, les réserves seigneuriales étaient presque toutes mises en location273. Plus qu’une différence due au type de culture, il faut peut-être y voir une conséquence des fonctions citadines des seigneurs haut-normands : retenus à la ville ou à la cour, ceux-ci ne pouvaient pas gérer personnellement leurs domaines. De plus, ces mêmes historiens soupçonnent que Rouen hébergeait de gros effectifs ecclésiastiques alors qu’au contraire le pays de Caux manquait de prêtres274. On peut en déduire, me semble-t-il, que, comme les bénéficiers haut-normands, les gentilshommes préféraient jouir à la ville de leurs revenus campagnards. Ainsi, contrairement aux assertions de Jean Bouchet, les nobles de Haute-Normandie vivent à part presque égale en ville et à la campagne.

Notes

1 J’emprunte ce titre à Boltanski A. et Hugon A. (dir.), Les noblesses normandes, op. cit.

2 Voir Nassiet M., « Les structures sociales des noblesses normande et bretonne à l’époque moderne », in Boltanski A. et Hugon A. (dir.), Les noblesses normandes, op. cit., p. 35-50.

3 Sur la noblesse au XVIe siècle, voir Jouanna A., L’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle (1498-1614), vol. 1, Lille, 1976, p. 9-10 ; Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., p. 57-89 ; Schalk E., L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Paris, 1996 ; Contamine P., La noblesse au royaume de France, de Philippe Le Bel à Louis XII, Paris, 1997, p. 137-161 ; Knecht R.J., Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, 1998, p. 47-48.

4 Vaissière P. de, Gentilshommes campagnards de l’ancienne France. Étude sur la condition, l’état social et les mœurs de la noblesse de province du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1903.

5 Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 49.

6 L’historiographie a surtout porté ses efforts sur Rouen et le pays de Caux, de sorte qu’on possède peu d’informations sur des micro-régions tels le Vexin normand ou l’Évrecin.

7 Nassiet M., « La noblesse en France au XVIe siècle d’après l’arrière-ban », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 46, no 1, 1999, p. 86-116 ; Id., « Les structures sociales », art. cit., spécialement p. 36-38 ; Wood J., The Nobility of the Election of Bayeux, 1463-1666. Continuity through Change, Princeton, 1980 ; Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 55. Signe de cette forte densité nobiliaire : les paroisses sont souvent partagées entre plusieurs seigneuries. On dénombre ainsi pas moins de neuf fiefs à Avremesnil (Seine-Maritime) au début du XVIe siècle, presque tous entre les mains de différents seigneurs (Beaucousin A., Registre des fiefs et arrière-fiefs du bailliage de Caux en 1503, Rouen, 1891, p. 84-88 et 93).

8 Bois G., Crise du féodalisme, Paris, 1981.

9 Wood J., The Nobility…, op. cit. Le même constat est fait pour la Bretagne par Nassiet M., « Noblesse et offices de justice en Bretagne au XVIe siècle », Bull. de la société d’histoire moderne et contemporaine, nos 3-4, 1994, spécialement p. 12.

10 AD Seine-Maritime, F 39, p. 93 sq. : « Roole de la perquisition faicte des personnes nobles du bailliage de Caux, Evreux, Gisors et commencant le 19 juin 1523 en vertu des lettres données a Lion le 16 juin 1522. »

11 AD Seine-Maritime, 3 B 142, f° 222 : arrêt du parlement, 13/03/1533 (n. st.).

12 Voir la notice 44 sur Les Rocques.

13 Sur les Brossard, voir p. 179.

14 AD Seine-Maritime, F 39, p. 105. Le cas n’est pas isolé : Jean Caqueray, maître de la verrerie du Grand Val à Retonval, est lui aussi taxé (p. 110). Ce constat va à l’encontre de ce qui est admis, par exemple par Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., p. 63-64.

15 Ceci est surtout valable pour la première moitié du XVIe siècle en Haute-Normandie, car la situation change radicalement par la suite. Il faut donc nuancer quelque peu l’approche de Schalk E., L’épée et le sang…, op. cit., p. 18, qui est d’ailleurs aujourd’hui discutée [voir spécialement Nassiet M., « Pedigree and Valor. Le problème de la représentation de la noblesse en France au XVIe siècle », in J. Pontet, M. Figeac et M. Boisson (dir.), La noblesse de la fin du XVIe au début du XXe siècle : un modèle social ?, t. 1, Bordeaux, 2002, p. 251-269], mais sans la remettre totalement en cause.

16 Sur le sujet, voir Contamine P., La noblesse…, op. cit., chap. I, V et VI.

17 Foisil M., Le sire de Gouberville, Paris, 2001, p. 174-201, spécialement p. 192-194 sur l’amitié campagnarde de Gouberville avec le sieur de Saint-Naser. Voir aussi AD Seine-Maritime, 61 J 3 : lettre de l’une des filles de Claude II Le Roux à lui adressée, 28/04/1581 ; Correspondance de Joachim de Matignon… 1914, citée par Since M.-H., « Les jardins de la Renaissance en Basse-Normandie », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., t. 1, p. 175-190, spécialement p. 180.

18 Analyse par l’abbé Tollemer du journal manuscrit d’un sire de Gouberville, gentilhomme campagnard, Bricqueboscq, 1993, p. XIX. Foisil M., Le sire de Gouberville, op. cit., p. 175, ne dit pas autre chose.

19 Hamon P., « Gilles de Gouberville officier. Activités professionnelles et relations sociales », Cahiers du centre de recherches historiques, 3, 1999, spécialement p. 98-99 et 101-102.

20 Sur le sujet, voir p. 303-304.

21 Wood J., The Nobility…, op. cit. À partir de cinq enquêtes de noblesse, l’auteur a pu analyser les familles nobles du Bessin sur près d’un siècle et demi.

22 Goujard P., La Normandie aux XVIe et XVIIe siècles face à l’Absolutisme, Rennes, 2002, p. 31.

23 Tableau 1b.

24 Dupont-Ferrier IV, p. 249 ; Catalogue des actes de François Ier IX (1907), p. 227 ; Farin 1731 I, p. 83-85 ; Le Roux 2000, p. 34 et 542.

25 Dupont-Ferrier G., Gallia Regia ou État des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, t. 4 (1954), Paris, 1942-1966, p. 251-252.

26 Carroll S., Noble Power during the French Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholic Cause in Normandy, Cambridge, 1998.

27 Bedos Rezak B., Anne de Montmorency, seigneur de la Renaissance, Paris, 1990.

28 Beck B., « Le mécénat des d’Estouteville », in B. Beck, P. Bouet, C. Étienne et I. Lettéron (dir.), L’architecture…, op. cit., t. 1.

29 Lucinge, Lettres 1586, p. 22 (08/01/1586), cité par Le Roux N., La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), p. 544, note 4.

30 Pour Bertrand de Bailleul, Guillaume de Houdetot, Philippe de Fumechon, Gabriel de Chambray, Louis Picard et Louis de Silly, voir les notices de Bailleul, Aufay-la-Mallet, Chauvincourt, Chambray, Ételan et Acquigny. Pour Jean Picard, voir BnF, Pièces orig. 2661, pièce no 80. Pour Charles de Boissay, voir AD Seine-Maritime, 1 Mi 390, f° 2. Pour R. Le Pelletier, voir BnF, nouveau d’Hozier, no 261 (5966).

31 Nawrocki F., « Claude d’Annebault (v. 1495-1552) », in C. Michon (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, 2011, spécialement p. 482.

32 BnF, ms. Clairambault 835, p. 2 086, 2 091, 2 113 ; Catalogue des actes de François Ier, Paris, 1887-1908, t. 2, nos 4970-4, 13594, 13596 et 13654 ; BnF, Pièces orig. 74, no 1454 (famille d’Annebaut), pièces nos 21-37.

33 Voir les notices du Bec-Crespin (Nicolas Romé), Bonnemare (Nicolas Le Conte), Le Plain-Bosc (Georges Langlois) et du Vièvre (François Du Four).

34 François Picard fut enfant d’honneur de Louis XII à partir de 1509 (BnF, ms. Clairambault 835, p. 1 837) et de François Ier de 1515 à 1516 (p. 2 121), tandis que Louis de Silly le fut de ce dernier de 1526 à 1529 (p. 2 124).

35 BnF, ms. Clairambault 835, p. 1 835 (Anne de Brézé) et p. 2 002 (Charlotte d’Esquetot, « madamoiselle d’Estelan ») ; Kolk C. zum, La maison des reines de France au 16e siècle. Nobles, officiers et domestiques (1494-1590), http://cour-de-france.fr/article131.html (consulté le 27 juillet 2013) (Anne de Laval).

36 Tableau 24.

37 Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit., p. 69.

38 BnF, Pièces orig. 1537, ms. fr. 28.021 (Famille de Houdetot), pièce no 47 ; Anselme de Sainte-Marie (père), Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France…, t. 8, Paris, 1726-1733, p. 24.

39 Sur le sujet, voir Constant J.-M., La vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, 1985, chap. I ; Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 198-207.

40 AD Eure, E 674, 27/03/1540 (n. st.).

41 Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit., p. 64.

42 Leur plate-tombe située dans l’église de Fours porte la date de leur décès, le 17/02/1525 (n. st.). La bataille de Pavie a lieu le 24.

43 AD Eure, E 1296 : tab. Vernon, f° 27. Sur le passage du Mont Cenis, voir Nawrocki F., « Claude d’Annebault… », art. cit., p. 493.

44 Du Bellay M., Les mémoires de Messire Martin du Bellay…, coll. complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, t. 3, Paris, Foucault, 1821-1827 [à partir de l’éd. : Paris, 1569], p. 66 ; Rabutin F. de, Commentaires des dernières guerres en la Gaule Belgique…, coll. complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, Paris, 1823 [à partir de l’éd. : Paris, 1574], p. 210 ; Bedos Rezak B., Anne de Montmorency…, op. cit., p. 79. Il doit la fin de sa seconde captivité à l’oncle de son épouse, le connétable Anne de Montmorency, lors de la trêve de Vaucelles du 05/02/1556 (n. st.).

45 Anselme de Sainte-Marie (père), Histoire généalogique…, op. cit., t. 8, p. 24 ; Le Brasseur P., Histoire civile et ecclesiastique du comté d’Évreux, Paris, 1722, p. 325-326.

46 Bréard C. et Bréard P., Documents relatifs à la marine normande et à ses armements aux XVIe et XVIIe siècles, Rouen, 1889, chap. VI.

47 BnF, Pièces orig. 1537 (doss. Houdetot), no 51 : lettres patentes de François Ier, 12/01/1515 (n. st.) ; Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 5, nos 15720 et 15721 ; Anselme de Sainte-Marie (père), Histoire généalogique…, op. cit., t. 8, p. 24.

48 Picard estattesté à la charge de conseiller du roi à partir du 02/04/1498 (n. st.) [BnF, Pièces orig. 2661 (doss. Picard), no 56].

49 En 1516, les délégués de la ville de Rouen se présentèrent au logis du roi à Amboise où « ils entrèrent par le moyen de Monsieur de Radeval [Jean Picard, seigneur de Radeval] » (Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire des archives communales antérieures à 1790. Ville de Rouen, t. 1, Rouen, 1887, p. 115).

50 Ibid., p. 177 : 13/08/1517 ; AD Seine-Maritime, G 6840 : lettres patentes du roi pour pourvoir à la guerre, 03/02/1522 (n. st.).

51 Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (1461-1515), t. 1, Paris, 1978, p. 254-256 ; Anselme de Sainte-Marie (père), Histoire généalogique…, op. cit., t. 8, p. 160 sq.

52 BnF, Pièces orig. 2261 (doss. Picard) : acte royal passé à Tours, 20/11/1479.

53 Selon Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no 556, mais Hamon P., « Messieurs des finances ». Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, 1999, p. 239, note 90, n’exclut pas qu’il puisse être originaire du pays de Caux.

54 BnF, Pièces orig. 2392 (doss. Preudhomme), nos 8-9; AN, MC XIX 42, 11/04/1516 (v. st.) ; Dupont-Ferrier G., Gallia Regia…, op. cit., t. 5 (1958), no 19 448.

55 AD Seine-Maritime, 7 H 1044 : compte de la baronnie de Fontaine-le-Bourg, année 1514-1515, f° 142.

56 Ibid., f° 183 v° (mention). Selon Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no 556, Preudhomme aurait été notaire et secrétaire du roi depuis 1507, mais, en réalité, il ne porte le titre dans aucun acte antérieur à 1514.

57 Loc. cit. ; BnF, Pièces orig. 2392 (doss. Preudhomme), nos 11-12.

58 Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 196.

59 Preudhomme fait l’objet d’une procédure entre 1523 et 1525, interrompue par la régente par lettre du 18/05/1525 (AN, J 958, no 42).

60 BnF, Pièces orig. 2392 (doss. Preudhomme), nos 19, 22 et 23.

61 Aujourd’hui Sainte-Marie-de-Vatimesnil (Eure). Voir Pagazani X., « Maisons des champs autour de Rouen à la fin du XVe et au début du XVIe siècle », in Chatenet M. (dir.), Maisons des champs…, op. cit., p. 203-218, spécialement p. 205-207 et note 24 ; Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no 556.

62 Officiers royaux, les élus sont en charge de la répartition de l’impôt et jugent les contentieux fiscaux (Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., p. 215).

63 BnF, Pièces orig. 210 (doss. Basset), no 8.

64 La cour des aides enregistre les édits concernant les impôts (taille, gabelle, aides) et les actes qui modifient le rendement fiscal comme les lettres d’anoblissement ; elle juge les procès relatifs à la répartition, la levée et la perception (Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., p. 148).

65 Aujourd’hui Pissy-Poville (Seine-Maritime).

66 Voir les notices d’Argueil, de Fleury et d’Houlbec.

67 Voir p. 41-44 : Culture et formation.

68 Frondeville H. de, Les conseillers du parlement de Normandie au XVIe siècle (1499-1594), Rouen, 1960, p. I.

69 Cette période ne voit qu’un seul affrontement avec le souverain : lorsque le parlement refuse d’enregistrer l’édit de Villers-Cotterêts en 1539 (Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 531-534).

70 Frondeville H. de, Les conseillers…, op. cit., p. II.

71 Duplessis M.T.C., Description geographique et historique de la Haute Normandie…,, 2e partie, « Le Vexin », Paris, 1739-1740, p. 162-163.

72 Frondeville H. de, Les conseillers…, op. cit., p. III.

73 Duplessis M.T.C., Description geographique…, op. cit., 2e partie, « Le Vexin », p. 162-163.

74 Le parlement de Bordeaux compte 29 membres en 1515, 66 en 1547 ; celui de Toulouse 24 en 1515, 83 en 1559 (Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., p. 215).

75 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility: The Magistrates of the Parlement of Rouen (1499-1610), Princeton (New Jersey), 1980, p. 78.

76 Loc. cit. Selon Frondeville H. de, Les conseillers…, op. cit., p. III, sur 300 conseillers du parlement, 50 étaient originaires de Rouen, 100 des bailliages autour de Rouen (Caux, Évreux, etc.) et seulement 30 issus de familles de Basse-Normandie.

77 AD Seine-Maritime, 61 J 3, acte orig., 23/08/1520.

78 Bigot de Monville A., « Recueil des présidents, conseillers et autres officiers de l’échiquier et du parlement de Normandie, 1499-1550 », publié par Bigot de Monville A., « Recueil des présidents, conseillers et autres officiers de l’échiquier et du parlement de Normandie, 1499-1550 », MSHN, Rouen, 1905, p. 151 ; Frondeville H. de, Les conseillers…, op. cit., p. 199, no 72.

79 Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 142.

80 Voir tableau 29. Sur le Bourgtheroulde et Tilly, voir la notice 14 et 49, et Pagazani X., « Le château de Tilly à Boissey-le-Châtel : la “maison aux champs” d’un conseiller au parlement de Normandie sous le règne de François Ier », Cahiers Léopold Delisle, t. LVII, 2008, p. 3-33.

81 Catalogue des actes d’Henri II, t. 1, Paris, 1979-2001, no 12.105. L’aliénation estréalisée à hauteur de 100 000 lt.

82 Ibid., t. 5, nos 9006 (14 juillet), 9852 (27 novembre) et 9915 (3 décembre).

83 Expédition d’Austrasie contre Charles Quint.

84 Frondeville H. de, Les présidents du parlement de Normandie (1499-1790), Rouen, 1953, notices nos 26 (N. Le Conte) et 18 (L. de Pétremol).

85 Il estattesté à cette charge de 1498 à 1503 (Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 113 ; Dupont-Ferrier G., Gallia Regia…, op. cit., t. 5 (1958), p. 230 ; Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit., p. 6).

86 Knecht R.J., Un prince de la Renaissance…, op. cit., p. 381.

87 AD Eure, E 1292: tab. Vernon, f° 76.

88 Lettéron I. et Gillot D., Rouen, l’hôtel de Bourgtheroulde, demeure des Le Roux, Rouen, 1996, p. 19-21.

89 AD Eure, E 2469 : preuves de noblesse de Louis Guillaume Jubert de Bouville, p. 286 : mention d’une copie collationnée en latin du 08/03/1559 (n. st.).

90 Pour Quiévremont, voir AD Seine-Maritime, 1 ER 1597 et 1588 : comptes du Bec-Crespin, années 1484-1485, 1486-1487 et 1495-1496. Pour de Blancbaston, voir AD Seine-Maritime, 2 E 14/238 : tab. Blainville, reg. des meubles. Auzouville : 05/06/1497 ; E 2477 : contrat de mariage de Robert II Surreau et Catherine, 24/02/1518 (n. st.).

91 Cochet J.-B.-D. (abbé), Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure…, Paris, 1871, col. 281.

92 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 184.

93 Loc. cit.

94 AD Seine-Maritime, 1 ER 1590 : pleds de la sergenterie de Bretheville dépendant du Bec-Crespin, 14/02/1475 (n. st.) ; 2 E 1/230 : tab. Rouen, 16/07/1501.

95 Sur les Jubert et les Le Roux, voir les notices 14 (Le Bourgtheroulde) et 67 (Gueutteville).

96 Sur le sujet, voir spécialement Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 88 sq.

97 Georges de Clères a épousé Anne de Brézé (AD Seine-Maritime, 7 J 2 : fonds de Clères, contrat de mariage des époux, 10/10/1490).

98 Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 131 et 141.

99 Id., « Les architectes de Rouen dans la première moitié du XVIe siècle », BAMR, Rouen, 1904, spécialement p. 125.

100 Un phénomène comparable, plus précoce, a déjà pu être constaté pour la Touraine par Nicolas Le Roux (Le Roux N., « Élites locales et service de la Couronne au XVIe siècle : l’exemple de la noblesse de Touraine », in C. Grell et A. Ramière de Fortanier (éd.), Le second ordre : l’idéal nobiliaire. Hommage à Ellery Schalk, Paris, 1999, p. 153-167).

101 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 201.

102 Extrait cité par Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 7.

103 Jouanna A., L’idée de race en France…, op. cit. Constant J.-M., La vie quotidienne…, op. cit., p. 8, ne dit pas autre chose.

104 Schalk E., L’épée et le sang…, op. cit., spécialement p. 32-34, qui se fonde essentiellement sur l’analyse de M. Foisil du Journal du sire de Gouberville et sur les études de R. Muchembled sur une famille de petite noblesse de l’Artois et de J.-M. Constant sur les nobles beaucerons du XVIe siècle.

105 Schalk E., L’épée et le sang…, op. cit., p. 18 ; Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 63.

106 Mollat M., Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge. Étude d’histoire économique et sociale, Paris, 1952.

107 Constant J.-M., La vie quotidienne…, op. cit., p. 110.

108 Mollat M., Le commerce maritime normand…, op. cit.

109 Pagazani X., « Le château de Martainville », Congrès archéologique de France. Rouen et pays de Caux, 161e session, 2003, Paris, 2005, spécialement p. 154.

110 Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit., p. 11-12.

111 Wood J., The Nobility…, op. cit.

112 Voir les nombreux exemples cités par Bréard C. et Bréard P., Documents relatifs à la marine normande…, op. cit.

113 Texte cité par Richard G., La noblesse d’affaires au XVIIIe siècle, 2e éd., Paris, 1997, p. 21.

114 Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, p. 254-256 ; Anselme de Sainte-Marie (père), Histoire généalogique…, op. cit., t. 8, p. 160 sq.

115 BnF, ms. fr., Pièces orig. 2261 (doss. Picard), nos 53 (23/11/1494) et 54 (28/12/1496), publiés par Blanquart F. (abbé), « Construction du château d’Ételan (1494) », Bull. de la SHN, Rouen, t. 9 (1900-1904), p. 417-420.

116 AD Seine-Maritime, G 2144, 15/07/1493.

117 Hamon P., « Messieurs des finances »…, op. cit., p. 381.

118 Clément Marot, Œuvres lyriques, éd. critique par C.A. Meyer, Londres, 1964, p. 165 sq. (Complainte VII).

119 Document 17, art. 10 (Romé participe sans doute à la bataille à Dieppe où il perd un cheval) ; Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 103.

120 Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 198-207.

121 AD Seine-Maritime, 1 ER 1597 : compte du Bec-Crespin, année 1484-1485 (recettes : 1 206 lt 11 s) ; 1 ER 1597 : compte, année 1486-1487 (recettes : 1 127 lt 9 sols 9 deniers) ; 1 ER 1598 : compte, année 1504-1505 (recette : 1 292 lt 8 sols 2 deniers) ; 1 ER 1598 : compte, année 1505-1506 (recette : 1276 lt 8 sols 10 deniers) ; 1 ER 1614 : compte, année 1513-1514 (recettes : 1 283 lt 13 sols 5 deniers) ; 1 ER 1618 : compte, année 1515-1516 (recettes : 1 346 lt 16 sols 5 deniers) ; 1 ER 1590 : compte, année 1549-1550 (recettes : 1 826 lt 3 sols 5 deniers).

122 Voir note précédente.

123 La vente des animaux rapporte 282 lt, les céréales 162 lt et les autres revenus en nature (œufs, pains, corvées et harengs) près de 89 lt.

124 Il faut gager des hommes de lois. AD Seine-Maritime, 1 ER 1590 : bail de 6 ans de la recette de la baronnie du Bec-Crespin donné à G. Aulde, 28/08/1561.

125 AD Seine-Maritime, 1 ER 1590 : bail pour 9 ans à C. Estur, copie du 27/04/1577.

126 Tableaux 10, 11 et 13.

127 Blanquart F. (abbé), « Comptes de dépenses pour la construction du pavillon d’entrée du doyenné d’Évreux ; 1507-1511, 1527-1531 », MSHN, 7e série, Rouen, 1907, spécialement p. 74-78.

128 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., 172.

129 Tableau 9.

130 Nassiet M., Noblesse et pauvreté…, op. cit., p. 52 et tableau 3 p. 49.

131 Ce sont les fiefs de Martainville (achat en 1482), d’Estouteville (aveu en 1485), de Bourgagnel (1491), de la Salle (1491), de Venestanville (avant 1492), de Saint-Martin-du-Plessis, d’Eudemare (1501), du Vieux-Manoir (1501), de Saint-Maurice (1505), de la Vacquerie (1505), d’Oudalle (1506), de Beaucamp (1506) et de Bénarville, ainsi que ceux de Mantelle à Andely, de Monpoignant (aveu en 1509) et de Lonray.

132 BnF, ms. fr. 2226, no 50.357, f° 13 ; Mollat M., Le commerce maritime normand…, op. cit., p. 488-489 et 493-495.

133 Ce sont les fiefs du Val, de Lucy, de Sainte-Beuve, de Cambremont, de Gilletenque près du Neufbourg, de Vironvé, de Tilly à Boissey-le-Châtel, de Maupertuis près de Fécamp, du Porpinché (baronnie du Bec-Thomas), de Saint-Sébastien, de l’Aigle à Sotteville-lès-Rouen (Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit., p. 14-17).

134 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 205.

135 AD Eure, E 674 : dénombrement du Vivier, 27/03/1540 (n. st.). Ce sont les fiefs du Vivier, de Radeval, du Vivier-sur-Andely, de Colin Guerin, de Gaillarbois et de La Bucaille.

136 Blacqueville (Seine-Maritime). Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit., p. 183-184.

137 Tableau 14. De telles statistiques à partir de documents analogues ont également pu être établies pour la basse Auvergne (Charbonnier P., Une autre France : la seigneurie rurale en basse Auvergne du XIVe au XVIe siècle, Clermont-Ferrand, 1980). Là encore, à titre de comparaison avec les nobles bretons : 49 % d’entre eux déclarent en 1480 de 15 à 80 lt de revenu noble, et 31 % 12 lt ou moins seulement (Nassiet M., Noblesse et pauvreté…, op. cit., p. 102).

138 Il faut toutefois apporter une précision à propos de ces résultats : les chiffres, qui résultent de déclarations fiscales, doivent sans doute être multipliés par deux ou trois pour avoir les chiffres réels.

139 On constate cependant des variations selon les époques : les gages du bailli du Bec-Crespin passent de 40 lt dans les années 1480 à 15 lt au début du XVIe siècle (tableau 16a). Mais, dans ce cas, cela tient sans doute au fait que le bailli n’est plus à ce moment Pierre de Quiévremont, mais Guillaume « bastard de Breszé », autrement dit le fils adultérin du grand sénéchal, qui cumule d’autres charges auprès de son père : il est maître de son hôtel et capitaine de ses seigneuries du Bec-Crespin et de Nogent-le-Roi.

140 Tableau 16b.

141 AD Eure, E 1311 : tab. Vernon, f° 14.

142 Nassiet M., « Noblesse et offices de justice… », art. cit., p. 11.

143 Tableau 17.

144 Pour la vicomté de Lyons, Pierre de Courcol touche 8 lt en 1563, mais il ne s’agit pas de gages annuels, seulement d’un traitement variable [BnF, Pièces orig. 885 (doss. Courcol), no 2].

145 Tableau 18.

146 Tableau 18. Nassiet M., « Noblesse et offices de justice… », art. cit., p. 11, constate là encore des chiffres similaires pour la Bretagne : le sénéchal de Rennes touchait 864 lt (720 livres monnaie bretonne).

147 Ce qui estaussi vrai pour les exemples précédents : en règle générale, les receveurs et les payeurs gagnent plus que les autres officiers du même corps administratif.

148 Tableau 18.

149 En l’absence des quittances pour chacune des années d’exercice à ces charges.

150 Preudhomme fit de nombreux prêts au roi, qui le remboursa de 3 000 (1518), 4 000 (1521) et 10 000 lt (1537) (Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no 556).

151 Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 104 et 144.

152 Hamon P., « Messieurs des finances »…, op. cit., p. 27.

153 Tableau 20.

154 Document 2.

155 Tableau 23.

156 BnF, Pièces orig. 74 (doss. Annebault), no 21: 23/12/1532; Pièces orig. 2704 (doss. Silly), no 17: 07/02/1564 (n. st.).

157 Tableau 19.

158 Ibid.

159 AD Seine-Maritime, 2 E 14/238 : tab. Auzouville-sur-Ry, 06/06/1499 (Pierre Chenu, seigneur de Saint-Arguensur-Ry) ; BnF, Pièces orig. 560 (doss. du Bus), pièce no 12 (Guy du Bus) ; Pièces orig. 1537 (doss. de Houdetot), pièce no 50 (Guillaume de Houdetot).

160 Tableaux 20 et 25.

161 Tableau 24.

162 Tableau 19.

163 BnF, Pièces orig. 1537 (doss. de Houdetot), no 47 : Montils-les-Tours, 13/06/1506.

164 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 5, no 15720 : acte du 12/01/1515 (n. st.).

165 Ibid., no 15721 : acte du 12/01/1515 (n. st.) ; Anselme de Sainte-Marie (père), Histoire généalogique…, op. cit., t. 8, p. 24.

166 Tableau 20.

167 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 116.

168 Voir p. 32, note 21.

169 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 234.

170 Tableau 10, nos 17-18.

171 Tableaux 18 et 19.

172 AD Eure, 126 J (Chartrier de Chambray, non classé, ancienne cote 5 J 54).

173 Dupont-Ferrier G., Gallia Regia…, op. cit., t. 4 (1954), no 16206.

174 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 8, no 28148, cité par Cloulas Y., Diane de Poitiers, Paris, 1997, p. 87. À ses gages de gouverneur, Brézé cumulait ceux de capitaine du château de Rouen (1 000 lt) et de grand sénéchal de Normandie (1 000 lt), soit un revenu annuel minimum de près de 11 000 lt.

175 Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., p. 77.

176 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 34 et 196.

177 Voir, par exemple, Girard du Haillan B. de, Les causes de l’extreme cherte qui esten France, Bordeaux, 1574, texte cité par Thomson D., Jacques Androuet du Cerceau. Les plus excellents bastiments de France, Paris, 1988, p. 10.

178 Sur le sujet, voir les chapitres VI et VII,, tout spécialement p. 261-266.

179 Documents 4, 5, 11, 16 et 19.

180 Tableau 27 et document 16.

181 AD Eure, 126 J (fonds du chartrier de Chambray, non classé).

182 La dette contractée par Gabriel pour ses vêtements s’élève à 750 lt en 1594 (Ibid., 07/11/1594).

183 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 133.

184 La Taille J. de, Œuvres de Jean de La Taille, seigneur de Bondaroy…, éd. R. de Maulde, Paris, 1878-1882, t. 4, p. 24.

185 Analyse par l’abbé Tollemer…, op. cit., t. 1, p. XLI.

186 Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., chap. 31.

187 Cité dans Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 170.

188 Gaussin P.-R., « Les conseillers de Louis XI (1461-1483) », in B. Chevalier et P. Contamine (dir.), La France de la fin du XVe siècle…, op. cit., spécialement p. 132-133. Sur l’ensemble des conseillers, la majorité relative (42 %) est composée de « grands commis » ou de « spécialistes » en matière de finances, d’administration, de guerre ou de justice, et les plus influents d’entre eux sont des nobles (p. 127 et 133).

189 Frondeville H. de, Les conseillers…, op. cit., p. 2 ; Floquet A., Histoire du parlement de Normandie, t. 1 (1840), Rouen, 1840-1842, p. 340 et 342-343.

190 Silly J. de, La Harangue de par la noblesse de toute la France, au roy tres-chrestien Charles neufiesme, Paris, 1561, fos 2ro et 3vo.

191 De WittE. H. (éd.), Mémoire de Madame de Mornay, t. 1, Paris, 1878, passim.

192 Sur le sujet, voir Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., p. 494.

193 Monluc B. de, Commentaires, Bordeaux, 1592 (rééd. Paris, 1964), p. 345.

194 Ibid., p. 654.

195 Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility…, op. cit., p. 22 sq.

196 AD Seine-Maritime, 61 J 3 : certificat du baccalauréat (orig. en latin), 07/09/1512 ; 61 J 3 : lettres du roi autorisant Claude Le Roux à entrer au parlement, 15/07/1520.

197 Voir Tabbagh V., Gens d’Église, gens de pouvoir (France, XIIIe-XVe siècle), Dijon, 2006, p. 105-108.

198 Voir, par exemple, la lettre de l’une des filles de Claude II Le Roux (AD Seine-Maritime, 61 J 3, 28/04/1581).

199 Sur les veuves à la Renaissance, voir Viennot E., « Veuves de mère en fille au XVIe siècle : le cas du clan Guise », in N. Pellegrin et C. Winn (dir.), Veufs, Veuves et veuvage dans la France d’Ancien-Régime, Paris, 2003, p. 187-198.

200 BnF, Pièces orig. 210 (doss. Basset), no 16: 13/02/1504 (n. st.).

201 Documents 18 et 19.

202 AD Eure, E 1194 : tab. Pont-Authou, 28/04/1603, fos 537-541.

203 Un registre pour les travaux du jardin estarrêté et les sous-totaux évalués et signés à de multiples reprises par Françoise Dumas (AD Seine-Maritime, G 628 : compte de la construction, année 1506-1507, fos 22r°, 23r°, 28r°, 32v°, 36v°, 39r°, 42r°). La fin de ce registre porte la mention « mise et despense de ce compte […] veue et arrestée par Monsieur et Madame de Genly » (f° 63bisro).

204 Voir p. 247.

205 AD Seine-Maritime, 1 ER 2056 : inventaire des biens de C. Jubert, 07/06/1567, fos 25ro-31ro.

206 Document 16, art. 20 et 21.

207 Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit., p. 114-131 ; Riviale L., « Rouen, verrières de l’église Saint-Vincent remontées à Sainte-Jeanne-d’Arc », Congrès archéologique de France…, op. cit., spécialement p. 264-265.

208 Sanson V. (éd.), Le livre enchaîné, ou Livre des fontaines de Rouen, Rouen, 1911, p. 1-3. Voir également sur le sujet, l’analyse de Riviale L., « Rouen… », art. cit., p. 264-265. On retrouve le même discours chez les capitouls de Toulouse [Peyrusse L. et Tollon B. (dir.), L’hôtel d’Assézat, Toulouse, 2002, p. 94-95].

209 Cité par Floquet A., Histoire du parlement de Normandie, op. cit., t. 1 (1840), p. 338.

210 Castiglione B., Le courtisan, nouvellement traduictde langue ytalicque en françoys, Paris, 1537. Des gentilshommes normands en possèdent un exemplaire [Leroy C., « Inventaire des biens meubles dépendant de la succession de Me Jehan Miffant et de celle de Nicolas Miffant, son fils (18/09/1559) », MSHN, 13e série, Rouen, 1937, p. 55].

211 Bouchet J., Epistres morales et familieres du Traverseur, Poitiers, 1545, « Troisiesme Epistre à tous gentilz hommes… », II, III, 8, fos 16ro (col. 2) et 16vo, vers 15 sq., cité par Fontaine M.-M., « Plaisirs, hospitalité et profit : la maison des champs dans la littérature de la Renaissance française », in M. Chatenet (dir.), Maisons des champs…, op. cit., spécialement p. 41-42.

212 Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 148-151. Sur le cas des nobles de Toulouse, voir Lamazou-Duplan V., « Les élites toulousaines et leurs demeures à la fin du Moyen Âge », MSAMF, hors série, 2002, p. 41-61. Chatenet M., La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, 2002, p. 19-21 et tableaux 1 à 8. Sur Henri III, voir aussi Le Roux N., « La cour dans l’espace du palais. L’exemple de Henri III », in M.-F. Auzepy et J. Cornette (dir.), Palais et pouvoir, de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, 2003, p. 229-267.

213 Fontaine M.-M., « Plaisirs, hospitalité et profit… », art. cit., spécialement p. 9-10.

214 Cité par Mignot C., « La villégiature cardinalice… », art. cit., p. 128.

215 Pasquier E., Des recherches de la France, livre premier et second…, Paris, 1581, fos 175r°-176v°.

216 Schalk E., L’épée et le sang…, op. cit., « Deuxième partie » ; Jouanna A., La France du XVIe siècle…, op. cit., chap. 31 ; Le Roux N., « La cour dans l’espace du palais… », art. cit., p. 259-263.

217 AD Seine-Maritime, F 311 : copie ms. du docteur Bouis de la Montre des nobles à Rouen (1486). En tout, 121 nobles sont recensés, mais sans doute étaient-ils plus nombreux.

218 Contamine P., La noblesse…, op. cit., p. 148-151. Chevalier B., Tours, ville royale (1356-1520) : origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Paris, 1975, p. 467, note 149, ne compte que trois nobles à Tours au début du XVIe siècle.

219 Robillard de Beaurepaire C. de, Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, 1909, p. 224-225.

220 AD Seine-Maritime, G 2088 et G 6274. Il s’agit peut-être de l’actuel hôtel situé au 39, rue aux Ours, dont la façade en pan-de-bois remonte à cette époque [Chaline O. (dir.) Les hôtels particuliers de Rouen, Rouen, 2004, p. 184-185].

221 Lardin P., « Travail et sociabilité sur un chantier du bâtiment : “l’ostel neuf” du cardinal d’Estouteville (1461-1466) », Études normandes, no 40, 1991-2, p. 23-40 ; Id., « Les travaux d’aménagement, d’entretien et de reconstruction du château de Gaillon au XVe siècle d’après les sources écrites », Archéologie médiévale, t. 25, Paris, 1995, p. 115-131.

222 AD Seine-Maritime, G 73, G 471 et G 472. Bardati F., « Cardinaux aux champs. Georges d’Amboise à Déville-les-Rouen et Antoine Du Prat à Vanves », in M. Chatenet (dir.), Maisons des champs…, op. cit., p. 151-158.

223 AD Seine-Maritime, G 472. S’ébattre : « Pratiquer des activités de loisir qui impliquent un effort physique ».

224 Chatenet M. (dir.), Maisons des champs…, op. cit.

225 « Note sur une maison de plaisance, sise à Sotteville près Rouen, appartenant à Pierre Cauchon », BCASI, t. 13 (1903-1905), Rouen, 1906, p. 100-102.

226 Le nombre des nobles résidant à Rouen semble s’accroître : en 1500, la seule paroisse Saint-Laurent compte 48 nobles, auxquels il faut sans doute ajouter les ecclésiastiques et officiers du roi issus de la noblesse comptabilisés à part (Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 60).

227 Sanson V. (éd.), Le livre enchaîné…, op. cit. AM Rouen, XX3, f° 64ro, cité par Lardin P., Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIVe-XVIe siècles) : les matériaux et les hommes), vol. 1, Villeneuve d’Ascq, 1998, p. 241, note 63. Les frères Jacques et Richard Le Pelletier possédaient un « jardin » paroisse Saint-Gervais, dont hérite le fils de ce dernier en 1511 (AD Seine-Maritime, 7 H 1023, fos 18vo et 19ro).

228 Pagazani X., « Maisons des champs… », art. cit.

229 Lettéron I. et Gillot D., Rouen…, op. cit. ; Helot P., « L’hôtel Jubert de Brécourt, 1 rue de l’hôpital à Rouen », BAMR, t. 22 (1935-1938), Rouen, 1938, p. 199-214.

230 AD Seine-Maritime, 1 ER 1963, 1653, f° 6v°, s. d.

231 Le cas n’estpas avéré pour la noblesse normande du XVIe siècle, mais elle l’esten Hollande [Ottenheym K., « Les maisons de campagne de la bourgeoisie hollandaise au XVIIe siècle », in Chatenet M. (dir.), Maisons des champs…, op. cit., spécialement p. 191].

232 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 78.

233 Tableaux 6a et 6c.

234 Document 16, art. 43.

235 AD Eure, E 1089 : tab. Louviers, 1601-1602, f° 13. Becdal, aujourd’hui commune d’Acquigny.

236 Document 12, spécialement art. 8.

237 Pagazani X., « Maisons des champs… », art. cit., p. 211.

238 Voir note 237, p. 60.

239 Pour Martainville, voir AD Seine-Maritime, 14 H 273, 1488 ; 2 E 14/238, 12/05/1498 ; 2 E 1/236, 15/04 et 05/06/1504. Pour Le Bourgtheroulde, voir aussi document 16.

240 Document 13, 1er paragraphe ; document 21, 1er paragraphe.

241 Robillard de Beaurepaire C. de, Inventaire-sommaire…, op. cit., p. 141 : 26/01/1532 (n. st.).

242 Tableau 29.

243 Héron A., « Journal de la dépense faite pendant le mois de décembre 1552 par Françoise de Brézé et son train », MSHN, 4e série, Rouen, 1898, spécialement p. 141.

244 Beatis A. de (dom), Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie, éd. et trad. par M. Havard de la Montagne, Paris, 1913, p. 138 : 17/08/1517.

245 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 34-35.

246 Bourgueville C. de, Les recherches et antiquitez de la province de Neustrie, à present Duché de Normandie, comme des villes remarquables d’icelle, Caen, 1588, cité par Boüard M. de (dir.), Histoire de la Normandie, Toulouse, 2001, p. 322.

247 Document 16, 1er paragraphe.

248 Voir, par exemple, BnF, Pièces orig. 74 (doss. Annebault), nos 21 et 30.

249 Etchechoury M., Les maîtres des requêtes de l’hôtel du roi sous les derniers Valois (1553-1589), Paris, 1991, spécialement p. 83-84.

250 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., chap. III ; Le Roux N., « La cour dans l’espace du palais… », art. cit.

251 Chatenet M., La cour de France…, op. cit., fig. 25 et 26 B (Saint-Germain-en-Laye).

252 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 7, no 28161. Don du roi de 600 lt.

253 Roy M., Artistes et monuments de la Renaissance en France, vol. 2 (1934), Paris, 1929-1934, p. 470-473 ; Babelon J.-P., « Du “Grand Ferrare” à Carnavalet. Naissance de l’hôtel classique », Revue de l’art, no 40/41, 1978, p. 107, note 67 (hôtel d’Annebault).

254 BnF, Clairambault 764, p. 5, cité par Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no 308.

255 BnF, Clairambault 764, p. 41, cité par Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no 523.

256 Hamon E., Une capitale flamboyante : la création monumentale à Paris autour de 1500, Paris, 2011, p. 154.

257 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. 7, no 26.826, cité par Lapeyre A. et Scheurer R., Les notaires…, op. cit., t. 1, no 556.

258 BnF, Pièces orig. 2705 (doss. de Silly), no 42.

259 Le Roux N., « La cour dans l’espace du palais… », art. cit., p. 238-242.

260 AD Eure, E 1428: tab. Vernon, 1594-1595, f° 76.

261 BnF, Pièces orig. 210 (doss. Basset), no 16 : acte du 13/02/1504 (n. st.).

262 Le sieur de la Rivière et son épouse à Ételan (document 11).

263 AD Eure, 126 J (fonds non classé) : mémoire des dépenses du receveur de Chambray, 1588.

264 AD Eure, E 1244 : tab. Pont-Saint-Pierre, 1562, f° 1.

265 Analyse par l’abbé Tollemer…, op. cit. ; Foisil M., Le sire de Gouberville, op. cit. ; Hamon P., « Gilles de Gouberville officier… », art. cit. ; Constant J.-M., La vie quotidienne…, op. cit.

266 Document 14.

267 Texte cité par Charpillon M. et Caresme A. (abbé), Dictionnaire historique, géographique et statistique…, t. 1, Les Andelys, 1868-1879, p. 113.

268 Tableau 1b.

269 AD Eure, E 1 et E 3 ; Beaucousin A., Registre des fiefs…, op. cit. ; AD Seine-Maritime, F 39 (bibliographie).

270 C’estle cas pour Henri et Antoine de Silly, exemptés par Charles IX en 1567 : BnF, Pièces orig. 2705 (doss. Silly), nos 43-46.

271 Le pourcentage de nobles résidant en ville que j’ai indiqué est une estimation basse : un certain nombre de nobles ne sont pas documentés ; on ignore où ils résidaient.

272 Tableau 3.

273 Goujard P., La Normandie…, op. cit., p. 22-24, qui s’appuie sur les études de G. Bois, J. Bottin, A. Plaisse et J. Dewald.

274 Ibid., p. 94.

Table des illustrations

Légende Fig. 3 > Anonyme, Bataille navale opposant le navire la Salamandre, armé par Jean Ango sur lequel était Robert Busquet, à un bateau espagnol. Vitrail de l’église de Villequier (Seine-Maritime), 1522. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Leroy]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 4 > Jardin de « Monsieur le général Preudhomme » au faubourg Cauchoise de Rouen. Détail du Livre des Fontaines, 1525. BM de Rouen, R 1 : Plans des fontaines (1518-1521) dit le Livre des Fontaines.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Légende Fig. 5 > En grand Le Prince, Claude Le Roux (1494-1537), seigneur du Bourgtheroulde et de Tilly présenté par son saint patron. Vitrail (baie 19) de l’église de Louviers. Chapelle Saint-Claude.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8063/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 6 > Chambray, à Gouville (Eure). La plate-forme et ses bâtiments vus à l’est, lithographie d’après F. Benoist, Normandie illustrée…, Nantes, 1852.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8063/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 7 > Le palais archiépiscopal de Rouen d’après le Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur, 1525. BM de Rouen, R 1 : Plans des fontaines (1518-1521) dit le Livre des Fontaines.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8063/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 8 > Hôtel de Bourgtheroulde à Rouen. Bâti entre 1499 et 1506. Lithographie par Engelmann dans Taylor J., Nodier C. et Cailleux A. de, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, t. II (1820), pl. 157. [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Yvon Miossec]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8063/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 9 > Bourdenis (aujourd’hui Saint-Léger-de-Bourdenis, Seine-Maritime). Maison du président au parlement de Normandie Jacques de Bauquemare bâtie en 1580 (vue au nord-ouest). [Cliché Inv. Région de Haute-Normandie, Yvon Miossec]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8063/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 10 > Maison aux champs de Claude d’Annebault à Heubécourt bâtie vers 1530. Au premier étage, une coursière en bois (disparue) était ouverte sur la cour.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8063/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 11 > Senneville, à Amfreville-sous-les-Monts (Eure). La maison noble de Martin Alorge.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8063/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search