Version classiqueVersion mobile

La demeure noble en Haute-Normandie

 | 
Xavier Pagazani

Préface

Claude Mignot

Texte intégral

1« Il n’y a pas de vérités premières ; il n’y a que des erreurs premières. » Cet aphorisme de Gaston Bachelard vaut aussi pour l’histoire : le plaisir du bon historien n’est pas seulement de trouver en archive des données inédites, il est aussi de prendre à contrepied les faits admis et les idées reçues, et le plaisir du lecteur curieux n’est pas seulement d’apprendre des faits bruts, mais de renouveler au fil de sa lecture sa vision de l’histoire.

2Le grand et beau livre de Xavier Pagazani, La demeure noble en Haute-Normandie (1450-1600), s’appuie sur les études nombreuses et disparates, produites par l’érudition locale depuis près de deux siècles ; s’y ajoute encore une récolte impressionnante de données neuves puisées aux archives ; mais, là où ses prédécesseurs se contentaient le plus souvent d’établir des généalogies de seigneurs, ce jeune historien propose pour la première fois une magnifique synthèse sur ce patrimoine monumental normand, brossant un tableau profondément renouvelé de l’implantation, du parti de plan, des distributions, et des élévations de ces manoirs, qu’il replace avec bonheur dans l’histoire de l’architecture française.

3Ces superbes pages constituent la première partie de cet ouvrage, mais reposent sur le socle très solide des quatre-vingt monographies, qui en forme la seconde partie, et leur nouveauté tient à la méthode suivie pour établir ce « catalogue raisonné » : un original croisement entre « archéologie de papier » et « archéologie du bâti », non seulement du logis seigneurial, mais de son domaine proche, de son « manoir » au sens étymologique du mot.

4Les méthodes de l’archéologie du bâti sont maintenant bien éprouvées : sur les structures constructives d’un bâtiment en élévation (de pierre ou de bois, ou comme ici le plus souvent en brique), elle analyse systématiquement toutes les traces – ruptures des lignes d’appareil, changements de matériaux, traces de baies obturées, etc. –, un peu comme la police scientifique procède aujourd’hui sur une « scène de crime ». Par archéologie de papier, je n’entends pas l’exploitation brute d’archives, mais la superposition systémique de toutes les informations graphiques et textuelles glanées en archive, pour déconstruire, puis reconstruire les états successifs d’un bâtiment en un palimpseste inverse. En expert de ces deux méthodes systémiques, utilisées conjointement, Xavier Pagazani nous fait remonter dans le temps, restituant enclos et logis, murs et cloisons, baies et tambours, pour décrire cet épisode majeur de l’histoire de l’architecture française dans ce territoire haut normand.

5Le monde rural de l’ancienne France ne se réduit pas en effet au château et à la chaumière. Entre la haute noblesse, qui ne se retire qu’épisodiquement aux champs, et les paysans, il convient de réévaluer la petite et moyenne noblesse, qui constitue 80 à 90 % des effectifs nobiliaires au XVIe siècle ; il convient surtout, pour l’histoire de l’architecture, de mieux mesurer, dans la configuration du paysage rural, le rôle majeur de leurs « manoirs », c’est-à-dire du logis seigneurial et de son pourpris – communs et ferme, jardins et parc, bois et taillis.

6Il y a un peu plus d’un siècle, en 1903, dans ses Gentilshommes campagnards de l’ancienne France, Pierre de Vaissière avait dressé un premier tableau de la condition de ces « gentilshommes champêtres », si différents de la noblesse de cour, qu’elle soit d’épée ou de robe. Cette étude pionnière n’eut guère de suite, et en 1985, dans sa Vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe-XVIIe siècles, Jean-Marie Constant pouvait encore écrire que la noblesse ancienne, notamment cette « petite noblesse de campagne », offre « des champs d’investigation à peu près neufs ». La fortune éditoriale des mémoires du sieur de Gouberville (M. Foisil, Le sieur de Gouberville, un gentilhomme normand de la seconde moitié du XVIe siècle, Paris, 1981, 1986) marqua cependant un retournement historiographique, et dans les années 1980-1990, les monographies régionales se multiplièrent en effet (P. Charbonnier, La seigneurie en Auvergne, Clermont, 1980 ; J.-B. Wood, The Nobility of the Election of Bayeux, 1463-1666. Continuity through Change, Princeton, 1980 ; J. Gallet, Seigneurs et paysans bretons, du Moyen Âge à la Révolution, Rennes, 1992, etc.). Mais dans toutes ces études, la configuration spatiale des maisons seigneuriales restait sommaire, à l’image des aveux et des titres de propriétés, trop elliptiques dans leurs descriptions.

7Pour aller plus loin il fallait trouver des documents plus rares, comme les procès-verbaux et les inventaires après décès ; il fallait surtout s’engager dans une double approche, cartographique et archéologique, permettant de remonter dans le temps à partir des cadastres et des cartes anciennes, de croiser archéologie du bâti et archéologie de papier pour débrouiller de véritables palimpsestes architecturaux et restituer l’évolution des distributions et des élévations de ces demeures constamment occupées au fil des générations, mais souvent modifiées selon l’évolution des mœurs ou du statut social de leurs occupants.

8Après quelques articles pionniers (François Le Bœuf, « Les manoirs du canton de Sablé, XVe-XVIe siècles », Histoire de l’art, no 9-10, 1990), la première synthèse conséquente fut celle publiée par une équipe de l’Inventaire général de Rennes, Le manoir en Bretagne. 1380-1600 (Paris, 1993). Le livre de Xavier Pagazani sur les manoirs normands vaut naturellement pour lui-même, mais il vaut aussi pour la contrepartie qu’il offre à ce dernier ouvrage sur les manoirs bretons. En lisant les deux études en parallèle, on mesure mieux ce qu’il y a de permanent dans ces petites demeures seigneuriales françaises, et ce qu’il y a de singulier ou de propre aux différentes cultures régionales. Dès le XIIIe siècle, Paris s’est affirmée comme la plus importante ville d’Europe après Constantinople (Istanbul), et elle le restera jusqu’à ce que Londres la dépasse à la fin du XVIIe. La présence du roi, du gouvernement et de la cour, ainsi que du parlement et des autres cours souveraines, à Paris ou dans ses environs à partir de 1528, et donc aussi des financiers et des marchands au service de la noblesse dirigeante, contribue à établir dès le XVIe un très fort contraste entre Paris et la province, qui masque la diversité maintenue entre les provinces.

9Longtemps l’histoire de l’architecture a ainsi privilégié l’architecture royale et parisienne, tandis que l’étude de l’architecture des provinces restait marquée par un certain provincialisme, voire localisme. Depuis une vingtaine d’années, l’architecture française commence à être abordée dans la perspective d’une architecture à la française, nationale, mais ses historiens se montrent aussi plus sensibles aux expressions multiples, non seulement entre l’architecture régnicole de la vallée de la Loire et de l’Île-de-France, et le reste du royaume, mais aussi selon toute la diversité des provinces.

10Avec ce splendide tableau de l’habitat seigneurial haut normand, de la fin de la guerre de Cent Ans à la fin des guerres de Religion, Xavier Pagazani nous offre ici le second volet d’un grand diptyque sur les demeures nobles aux champs, contribution majeure au rééquilibrage entre Paris et la province, et du même coup une pièce clé pour ce puzzle ouvert, inachevé et interminable de l’histoire de l’architecture civile de l’ancienne France.

11Telle est la triple lecture à laquelle nous invitons maintenant les lecteurs de ce grand livre, qui fera date.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search