Version classiqueVersion mobile

La demeure noble en Haute-Normandie

 | 
Xavier Pagazani

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2009 à l’université Paris Sorbonne sous la direction de Claude Mignot auquel je tiens à exprimer ma plus vive reconnaissance pour sa confiance, son soutien et les précieux conseils dont il me fait bénéficier depuis tant d’années. J’ai aussi une profonde gratitude à l’endroit de Jean Guillaume dont les encouragements en cours de thèse et l’enseignement au Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours sont pour beaucoup dans cet ouvrage. Mes plus vifs remerciements vont également à Monique Chatenet pour ses conseils, son aide et la relecture attentive de mon manuscrit. Filons la métaphore : si l’on doit parler de fondations pour l’édifice forcément collectif qu’est ce livre, elles sont là.

2Mes remerciements s’adressent également aux membres du jury de ma thèse dont les observations et les questions m’ont poussé à aller au-delà d’un travail que je croyais achevé : pour cela, j’ai une dette immense envers Alexandre Gady, Pascal Liévaux et Alain Salamagne. Ce livre doit aussi beaucoup à Philippe Hamon qui a relu les chapitres consacrés à la noblesse et aux seigneuries.

3Une allocation de recherche de l’Institut national d’histoire de l’art (inha) et une allocation de la Direction de l’architecture et du patrimoine (dapa) m’ont permis de mener pendant plusieurs années ce travail de recherche dans d’excellentes conditions : qu’Alice Thomine-Berrada et Christian Trézin trouvent ici tout spécialement l’expression de ma gratitude.

4Je tiens également à remercier chaleureusement pour leur aide et leurs remarques Pierre Aquilon, Flaminia Bardati, Étienne Faisant, Etienne Hamon, Michel Hérold, Peter Führing, Florian Meunier et Alain Prévet. Ma reconnaissance va également à Patrick Sorel et Madame Salmon-Legagneur pour les renseignements qu’ils ont eu l’amabilité de me communiquer.

5Une aide précieuse m’a été apportée par les responsables et le personnel des institutions publiques suivantes : la direction régionale des affaires culturelles, le service régional de l’Inventaire du Patrimoine culturel de Haute-Normandie, la conservation régionale des Monuments historiques, les archives départementales de l’Eure et de la Seine-Maritime, la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, la bibliothèque nationale de France, les bibliothèques municipales de Rouen et d’Évreux, le parc zoologique de Clères, le musée des arts et traditions normands/Château de Martainville, les municipalités de Perriers-sur-Andelle et de Montfort-sur-Risle, et en particulier Paul Astolfi, Marie-Christine de la Conté, Pierre-Yves Corbel, Lionel Dumarch, Claire Etienne, Alain Joubert, Emmanuel Pous et Elisabeth Wallez.

6Mon travail de recherche aurait été impossible sans le concours de tous les propriétaires privés qui ont bien voulu m’accueillir et m’accorder une partie de leur temps pour me faire découvrir leur demeure : que M. et Mme G. Adam, M. M. Amyot Du Mesnil-Gaillard, M. J.-P. Basire, Mme L. Boucher, Mme F. Boudier, M. P. Caffin, M. J. Callens, M. C. Clément-Grandcourt, M. et Mme G. de Cournon, M. J.-P. Defrance, Mme J. Desforêts, Mme M.-T. Duval-Hébert, M. Y. Estève, Mme Godin, M. P. Guilloux, Mme G. Jacqueline, M. M. Jalles, Mme V. Joncquez, Mme M. Josso et M. O. Faivre, M. B. Langlois, M. Leconte Jaco, M. et Mme J.-P. Lecourt, Mme de Maupeau, M. et Mme Malassis-Muret, M. J.-M. Manuelle, Mme I. Moltzer, Mme F. Pinard, M. C. de Prunelé, Mme J. Quesney, M. M. Rouland, M. Y. Saffray, M. D. Simon, M. et Mme A. Vandecanlaere, M. et Mme Vansteenberghe, M. et Mme Voisin trouvent tous ici mes sincères remerciements.

7Je voudrais enfin remercier pour la relecture de mon manuscrit et leurs encouragements mes collègues du service régional de l’Inventaire d’Aquitaine, Alain Beschi, Florian Grollimund, Jean-Philippe Maisonnave, Christophe Rambert, Claire Steimer, ainsi que, pour leur aide, leur patience et leur soutien constant, mes amis, Laurence Ouvrier-Buffet, Christophe Ardouin, Pauline Chambrier, Christophe Gourves, Martine et Philippe Chambrier, et ma famille, en particulier ma mère, Françoise Sionville.

Avertissements

8– Les demeures normandes citées dans le texte ont fait l’objet d’une étude monographique dont les résultats, trop volumineux pour être repris in extenso tout en s’accordant avec la charte de la collection « Renaissance » des PUFR, le parti a donc été pris de centrer cette publication sur les résultats essentiels apportés par les travaux de terrains. Ces annexes sont, par conséquent, disponibles sous forme de fichiers numériques à l’adresse suivante : « http://pufr-editions.fr/​livre/​demeurenoble-en-haute-normandie », rubrique « documents ».

9– Pour garder une cohérence chronologique, toutes les dates ont été modernisées. En effet, en France, jusqu’à l’édit de janvier 1564 promulgué par Charles IX (et plus systématiquement à partir de 1567), l’année ne commençait pas au 1er janvier mais le jour de Pâques, entre le 22 mars et le 25 avril.

10– Les valeurs monétaires sont exprimées en livres tournois (désormais abrégées lt), la monnaie de compte utilisée en France aux XVe-XVIe siècles, qui équivaut à 20 sols. L’écu d’or au soleil est au contraire une pièce de monnaie, d’une valeur fixe de 60 sols ou 3 lt, jusqu’à l’édit de 1602. Proposer une équivalence avec l’euro estimpossible. Tout au plus peut-on donner un ordre de grandeur : à Rouen et dans le Roumois, en 1550, une vache coûte entre 6 et 10 lt, un mouton environ 1,5 lt, une livre de beurre environ 2,5 sols ; une journée de travail d’un maçon vaut environ 4 sols entre 1515 et 1546 et 10 sols en 1578 (Dewald J., The Formation of a Provincial Nobility, Princeton, 1980, p. xiv).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search