Version classiqueVersion mobile

Construire à la Renaissance

 | 
Andrea Bernardoni
, 
Alexander Neuwahl

Glossaire

Texte intégral

« ALZARI »

1Terme italien qui désigne les systèmes de levage.

ANTENNE (OU BALIVEAU)

2Barre transversale de la grue à laquelle est accrochée la charge. Sa longueur correspond à la portée, c’est-à-dire le déplacement horizontal que la grue peut couvrir (voir aussi Bigue).

ANTHROPOMÉTRIE

3Discipline qui relève et étudie les mesures du corps humain et de ses membres à des fins statistiques. Ces études servent à d’autres disciplines comme l’anthropologie, pour voir par exemple de quelle manière les proportions du corps humain varient dans le temps. Elles trouvent leur application dans la mode ou l’ergonomie.

AVANTAGE MÉCANIQUE

4Rapport entre force résistante et force motrice : plus il est bas, plus la machine est efficace.

AXE

5Barre, le plus souvent métallique, qui sert à bloquer de manière fixe ou mobile plusieurs parties d’une structure.

BAS-RELIEF

6Technique artistique qui consiste à donner un peu d’épaisseur aux représentations sculptées exécutées sur des surfaces planes.

BIGUE

7Montant principal d’une grue utilisé en général dans les ports et sur les bateaux.

CAGE À ÉCUREUIL

8Grande roue montée sur un arbre et mise en rotation au moyen d’opérateurs qui peuvent marcher à l’intérieur ou à l’extérieur. Ces dispositifs étaient utilisés avant que ne soient introduites les sources d’énergie modernes (moteurs à vapeur, électriques ou à explosion). Depuis l’Antiquité, ils constituaient une alternative aux roues hydrauliques dans tous les cas où il fallait installer des machines opératives loin des cours d’eau.

CARROUSEL À ANIMAUX

9Moteur à levier, simple ou double, auquel on attachait un ou deux bœufs qui, en bougeant, faisaient tourner l’arbre d’un treuil ou d’une autre machine opérative.

CHARIOT ÉLÉVATEUR

10Chariot pour déplacer et positionner des charges lourdes.

CHEVILLE

11Ancien terme toscan indiquant un pivot d’arrêt de plusieurs poutres ou axes séparés.

CINÉMATIQUE

12Branche de la physique qui s’occupe de décrire quantitativement le mouvement des corps sans se préoccuper ni des causes ni des effets du mouvement.

COIN

13Instrument de profil triangulaire utilisé comme une cale pour niveler des objets qui ne s’appuient pas à plat sur les surfaces de travail, pour distancier des objets, pour bloquer des accouplements mécaniques, ou encore pour briser des blocs de bois ou de pierre.

CONTREVENT

14Élément de renfort pour stabiliser un cadre ou n’importe quelle structure. Le terme dérive des tirants de renfort utilisés pour stabiliser des structures exposées à l’action du vent.

COQUILLE

15Moule de fusion composé de deux parties (valves) qui se ferment sur le noyau de fusion. Dans la fonderie moderne, la coquille est réalisée en fonte ou en acier et est utilisée pour les fusions en série.

CRÉMAILLÈRE

16Barre métallique qui porte une denture sur un des côtés. Elle est utilisée en association à une roue dentée pour la transformation du mouvement rotatif d’un arbre en mouvement rectiligne de la crémaillère elle-même. Le dispositif a de nombreuses applications dans les systèmes de levage ou dans les machines outils pour les déplacements longitudinaux de leurs parties mobiles.

DYNAMIQUE

17Branche de la physique qui étudie le mouvement des corps en relation avec les forces qui le produisent.

ÉCROU

18Élément creux fileté à l’intérieur, pivotant ou fixe. Accouplé à une vis du même pas et du même diamètre, il forme un dispositif de transmission du mouvement. Par le terme écrou on indique quelques fois aussi l’outil mâle ou femelle (filière) utilisé pour réaliser les filetages. Dans les machines outils modernes, l’écrou est également la vis-coulisse qui transmet le mouvement à l’outil filetant.

ENGRENAGE HÉLICOÏDAL

19Roue dentée à dents inclinées qui, par rapport à la roue à dents droites, offre une plus grande surface de contactet une transmission plus douce de la force d’une dent à l’autre, en réduisant le bruit caractéristique des engrenages. L’augmentation de la surface de contacta l’inconvénient d’une augmentation du frottement qui fait perdre de la puissance à la transmission du mouvement.

ÉTAI

20Câble ou filin de chanvre de soutien ou d’ancrage.

ETAYÉ

21Élément soutenu par des étais.

FERME

22Élément architectural destiné au soutien des couvertures ou des structures suspendues.

FORCE ANIMALE

23Énergie tirée des muscles des animaux ou de l’homme pour actionner des moteurs à levier ou à cage à écureuil (v. Cage à écureuil).

FUSION DIRECTE ET INDIRECTE

24La technique de fusion à cire perdue, appelée ainsi parce que la cire utilisée pour construire le moulage positif de l’élément à fondre se perd lors de la coulée, peut être directe ou indirecte. Dans le premier cas, le noyau coïncide avec le modèle et est donc détruit. Dans le second cas, le noyau est construit à partir du moulage du modèle qui est donc préservé et peut être réutilisé à nouveau pour exécuter des copies ou lorsque la coulée rate.

GOUPILLE

25Baguette métallique utilisée pour bloquer les axes ou pour empêcher que les dés et les boulons ne se desserrent.

HOMO FABER

26Locution qui assemble la dimension du « faire » à celle du « savoir » (sapiens) qui se réfère généralement à l’homme primitif pour le distinguer des autres animaux, en soulignant l’importance de la connaissance technique dans l’histoire de l’humanité.

IMPOSITION DE LA COUPOLE

27Niveau auquel s’élève la surface arquée de la coupole.

JETER EN CIRE

28Lors de la fusion indirecte à cire perdue, « jeter en cire » renvoie à la phase de préparation du noyau, lorsque la cire est coulée dans le moulage négatif en plâtre, de manière à obtenir le moulage positif de la statue, qui est ensuite rempli de terre réfractaire.

JOUG

29Élément d’attache d’un ou de plusieurs animaux de trait à un système mécanique, de transport ou de travail.

LOUVE

30Instrument en fer pour accrocher et soulever de gros blocs de pierre sans élingue. Un des types les plus communs est constitué de trois coins unis par une cloche, bloqués par une rainure en queue d’hirondelle réalisée sur la pierre en les insérant (d’abord les latéraux, ensuite le central).

MANCHE FAÇONNÉ

31Partie terminale d’un outil ou d’une partie amovible d’un dispositif mécanique, qui sert de coulisse et de liaison dans le montage et le positionnement à l’intérieur de son logement.

MÉMOIRES

32Cahier dans lequel sont annotés des commentaires, des dessins, des pensées sans ordre apparent. Le terme italien « zibaldone » est utilisé pour les cahiers des ingénieurs de la Renaissance qui étaient souvent des véritables carnets de voyage dans lesquels ils annotaient les choses plus diverses à propos de leur métier ou de faits de la vie quotidienne.

MIROIR ARDENT

33Miroir parabolique qui renvoie les rayons solaires jusqu’à obtenir des températures élevées capables même de fondre des métaux comme l’étain et le plomb.

MOUFLE

34Dispositif pour le levage constitué de deux blocs, l’un fixe et l’autre mobile, contenant chacun un certain nombre de poulies.

MOULE EN PLÂTRE

35Moulage du modèle dont on retire la cire pour effectuer la fusion indirecte d’une statue ou de n’importe quel autre organe mécanique. En général le moulage est réalisé en plusieurs sections qui sont ensuite montées afin de réaliser le moulage positif en cire de la statue à fondre.

NORIA

36Roue hydraulique à compartiments pour le levage de l’eau. Placée le long d’un cours d’eau, elle est mise en mouvement par le courant. Les conteneurs placés le long de la circonférence se chargent dans la phase de montée et se déchargent en haut dans une conduite qui convoie l’eau utilisée.

NOYAU DE FUSION

37Partie interne du moule de fusion en terre réfractaire comme le moule, qui sert à réaliser des jets creux.

OCULUS DE LA COUPOLE

38Ouverture circulaire au sommet d’une coupole, sur laquelle est construite la lanterne.

ODOMÈTRE

39Du grec hodós, rue et metrón, mesure. Il s’agit d’un dispositif inventé dans l’Antiquité qui sert à mesurer les distances linéaires au moyen de tours d’une roue. Léonard de Vinci améliora cette machine en y ajoutant un mécanisme compteur qui, à chaque tour de roue, faisait tomber un caillou d’un réservoir dans un autre.

PALAN

40Dispositif à poulies multiples pour le levage de grosses charges.

PAS DE FILETAGE

41Distance entre les crêtes successives du filetage d’une vis.

PÉNICHE

42Embarcation pour le transport de marchandises utilisé surtout dans la navigation fluviale.

PERCUTEUR

43Marteau ou masse très lourde qui est soulevé pour être ensuite laissé tomber sur l’objet à percuter.

PONT ROULANT

44Structure suspendue dotée d’un treuil qui peut se déplacer horizontalement le long de la poutre (pont), elle-même positionnée sur des montants verticaux qui peuvent, dans certains modèles, se déplacer longitudinalement.

PONTON

45Embarcation de grande contenance pour le transport de grosses charges (voir Péniche).

PRESSE

46Dispositif mécanique à vis ou à coin (rare) qui sert à exercer une pression. La presse est communément utilisée pour le pressage des fruits ou l’imprimerie.

« SERVITORE »

47Terme toscan utilisé pour indiquer un fer de soutien, comme le support pour les broches ou les penderies. En mécanique, il indique la dent d’arrêt des engrenages asymétriques.

STRUCTURE RÉTICULAIRE

48Structure constituée d’éléments relativement fins par rapport à ses dimensions totales, en se croisant comme un filet, dans un schéma à mailles de formes diverses (triangulaires, carrées, pentagonales, etc.).

TAMBOUR

49Arbre cylindrique d’un treuil sur lequel est enroulée la corde.

TENDEUR

50Dispositif de traction à vis qui sert à niveler les charges pendant leur levage.

« TIRARI »

51Terme italien de la fin du Moyen Âge pour indiquer les systèmes de traction.

TOUR LANTERNE

52Structure de forme polygonale ou circulaire sur laquelle est construite la coupole et sur laquelle elle décharge son poids.

VALVE

53Une des deux parties du moule utilisé dans la technique de fusion à coquille (voir Coquille).

VIS D’ARCHIMÈDE

54Machine pour soulever des liquides et des matériaux granuleux. Invention communément attribuée au savant syracusain Archimède dont elle prend le nom. Elle peut être constituée d’un tube enroulé en spirale le long d’un cylindre dans le cas du levage de liquides, ou par une surface hélicoïdale qui tourne à l’intérieur d’un cylindre dans le cas de matériaux granuleux.

VIS SANS FIN

55Vis utilisée couplée avec un second engrenage (roue dentée, crémaillère ou autre vis sans fin) dans les systèmes de transmission du mouvement. La dénomination « sans fin » dérive du fait qu’en accomplissant seulement le travail de transmission du mouvement d’un arbre en rotation, son mouvement a une course sans fin.

VUE EN ÉCLATÉ

56Expédient graphique utilisé dans le dessin technique pour montrer dans leur ensemble les composants séparés qui constituent une machine.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search