Version classiqueVersion mobile

Construire à la Renaissance

 | 
Andrea Bernardoni
, 
Alexander Neuwahl

Les grues de l’Antiquité à la Renaissance

Texte intégral

LES SYSTÈMES DE LEVAGE EN GRÈCE, À ROME ET À ALEXANDRIE

1Les deux problèmes principaux de la construction antique se réduisaient essentiellement au transport et au levage des énormes blocs de pierre utilisés dans les chantiers. Les machines de chantier, en particulier celles destinées au levage de poids, étaient des structures élémentaires qui, avec peu de variations, restèrent plus ou moins les mêmes pendant tout le Moyen Âge, jusqu’à ce que des modèles de nouvelle conception côtoient les modèles traditionnels. Ces derniers ont été codifiés pour la première fois par l’architecte romain Vitruve dans son Traité d’architecture qui constitue un document exceptionnel pour l’histoire de la technologie : après avoir traité de tous les problèmes liés à l’édification de la ville, dans son dixième et dernier livre, Vitruve passe en revue les machines de construction utilisées à l’époque romaine. Malheureusement, l’œuvre de Vitruve nous est parvenue sans illustrations mais, grâce aux descriptions contenues dans le traité, il a été possible de reconstituer le schéma de fonctionnement ainsi que les principes mécaniques qui sont à l’origine de ces dispositifs. Des études archéologiques ont montré comment les grues des Anciens étaient en mesure de soulever et de mettre en œuvre des blocs au poids et aux dimensions considérables. On estime que les systèmes de levage mécanique ont été introduits en Grèce entre 630 et 580 av. J.-C., alors qu’on assistait à un important changement de dimension des éléments architecturaux. En témoignent les architraves du temple d’Artémis à Corfou, dont le poids environne les cinq/six tonnes, et le Colosse des Naxiens à Délos, dont on estime – grâce aux dimensions de la base sur laquelle il est érigé – qu’il devait peser environ trente tonnes. Jusqu’au Ve siècle, on ne possède aucun reste archéologique relatif à l’utilisation de grues et à la découpe des poutres employées dans la construction des temples. Cette lacune documentaire nous pousse à croire que les poutres étaient déplacées à l’aide de leviers et de terrepleins inclinés, plutôt que grâce à des systèmes de levage mécanique. On observe un tournant décisif dans les systèmes de levage grecs lors de l’introduction de la poulie composée, dont l’utilisation est documentée à partir d’Hérodote dans sa célèbre description du pont de barques sur l’Hellespont, ainsi que dans les Problèmes de Mécanique d’Aristote (Di Pasquale, 2004, p. 148). Un autre indice confirme l’origine grecque de ces machines de levage : ce sont les termes que Vitruve emploie pour décrire les principes cinématiques de ses grues qui sont clairement d’origine grecque. Ainsi, il utilise le terme trispastos pour indiquer un système composé de poulies. La trace archéologique antique la plus importante d’un système de levage est un moufle à deux poulies qui a été exondé du port de Corinthe. D’autres poulies datant de la période romaine ont été retrouvées en Égypte, et une poulie dans un des bateaux romains du lac Nemi.

LES GRUES DANS LE DE ARCHITECTURA DE VITRUVE

2Dans son traité intitulé De Architectura, Vitruve présente trois grues destinées au levage de poids dans les chantiers de construction. Il s’agit de machines disposant d’une structure qui peut être définie comme intuitive, que le caractère pratique et l’efficacité ont destiné à devenir des modèles pour les siècles suivants. La première de ces machines, que l’on considère traditionnellement comme le premier modèle de grue introduit par les Antiques, est essentiellement constitué d’une bigue, c’est-à-dire de deux montants en bois assemblés à l’extrémité supérieure par une ligature ou une cheville. Dans la partie inférieure, un treuil transmet la force de traction à un système de traction composé de trois poulies : de là vient le nom de trispastos, qui signifie « qui tire trois fois » en grec ancien. La grue était soutenue par des cordes ancrées à terre, qui permettaient d’en régler l’inclinaison. Comme nous l’avons dit, le traité de Vitruve nous est parvenu sans illustration et les descriptions ne sont pas assez claires pour résoudre définitivement la disposition des poulies. Dès les premières reconstitutions graphiques datant de la Renaissance, ces poulies ont été dessinées, par déduction logique, comme se succédant verticalement.

3La deuxième grue diffère de la précédente par son système de démultiplication de force, qui est composé d’un palan double, d’un tambour et d’un treuil. Ce système de traction complexe confère à l’engin une puissance supérieure par rapport au modèle précédent. Le trispastos est composé de trois couples de poulies et prévoit l’utilisation de deux cordes. L’avantage que cette machine offre aux opérateurs dépend non seulement du palan, mais aussi du diamètre du tambour et de la longueur des bras du treuil. Vitruve spécifie que si la grue est équipée d’un tambour suffisamment grand, les opérateurs peuvent agir directement sur celui-ci en éliminant le treuil. Ainsi, la grue devient de type cage à écureuil. On dispose de deux bas-reliefs remontant à l’époque romaine – le premier a été retrouvé dans l’amphithéâtre de Capoue, le second dans le tombeau des Haterii à Rome – qui représentent ce dispositif de levage en action.

4Par la suite, la grue à cage à écureuil a été largement diffusée jusqu’à l’époque moderne et représentée dans les traités de machines du XVIe siècle, comme celui de l’ingénieur milanais Agostino Ramelli. Une représentation de ce dispositif se trouve également dans le célèbre tableau de Brueghel l’Ancien, la Tour de Babel. Le troisième et dernier modèle de grue présenté par Vitruve est le Polúspastus (engin à poulies multiples). La machine est constituée d’un seul montant et de trois blocs garantissant une plus grande précision dans le positionnement des poids. Le palan qui équipe ce modèle de grue est composé de dix-huit poulies au total.

> Marcus Vitruvius Pollio, Systèmes de levage, De Architectura libri decem traducti de latino in vulgare […] da Cesare Cesariano, Como, per magistro Gotardo da Ponte, 1521, fo CLXV.

> Relief funéraire des Haterii, Rome, Musées du Vatican.

> Brueghel l’Ancien, Tour de Babel, 1563, Vienne [détail].

LES GRUES DE HÉRON D’ALEXANDRIE

5Héron d’Alexandrie est l’autre ingénieur de l’Antiquité qui offre une description soignée des systèmes de levage employés dans les constructions du Ier siècle. Dans le troisième livre de sa Mécanique, il décrit quatre modèles de grue. La première est similaire au troisième modèle de Vitruve : elle comprend un seul montant inclinable doté d’un système de traction à poulies, actionné dans ce cas par un treuil. On note que la corde enroulée en spirale le long du montant garantit un appui aux opérateurs, au cas où ils devraient grimper sur la bigue pendant les opérations d’élévation et de positionnement de la charge. Le deuxième modèle de grue est constitué de deux supports verticaux et d’une travée horizontale à laquelle est ancrée une moufle plan constitué de deux blocs parallèles de trois poulies chacun. La corde s’actionne manuellement ou grâce à un treuil. Le même type de système de traction est employé dans le troisième modèle de grue de Héron. Il est construit avec un bâti à trois montants obliques, réunis à l’extrémité supérieure. Le dernier modèle est une grue formée par un châtelet à quatre montants verticaux, que Héron conseille pour soulever des charges de poids considérable. Le système de traction est le même que celui des deux modèles précédents. En règle générale, dans la construction des grues, Héron suggère de limiter l’utilisation des clous et de ne pas en appliquer aux points de jonction des travées parce que l’effort pendant les opérations de levage pourrait provoquer des fractures létales pour le fonctionnement de la machine et dangereuses pour les opérateurs. La corde de traction est un élément essentiel dans tous les systèmes de levage, à l’exception de ceux à vis. Il n’existe aucune étude approfondie sur les matériaux utilisés pour les cordes et sur leur charge de rupture, mais certains fragments de cordes ayant survécu à l’éruption du Vésuve – conservés aujourd’hui dans le musée d’Ercolano – constituent des éléments de référence utiles. On trouve également des informations sur les matériaux organiques utilisés dans la production des cordes dans l’Histoire naturelle de Pline : l’auteur évoque la sparte à grande spathe (Lygeum spartum) et le chanvre comme des matériaux végétaux très diffusés pour la fabrication des cordes destinées à la construction édilitaire et utilisés dans tous les systèmes de levage à corde.

> Héron d’Alexandrie, Grue, Codex Oriental 51, vers 1445, Leyde, Bibliotheek der Rijksuniversiteit.

> Léonard de Vinci, Machine pour fabriquer les cordes, Codex Atlanticus, fo 12ro, Milan, Biblioteca Ambrosiana.

> Léonard de Vinci, Machine pour fabriquer les cordes, Codex Atlanticus, fo 13ro, Milan, Biblioteca Ambrosiana.

> Corde et treuils utilisés sur le chantier de l’œuvre de la cathédrale de Florence.

6Dans la section du Moyen Âge tardif du Museo dell’Opera del Duomo de Florence, sont conservés divers écheveaux de cordes utilisées sur le chantier de la coupole de Brunelleschi. La corde était un élément de grande importance et sa fabrication demandait beaucoup d’attention. Les études des systèmes de fabrication des cordes menées par Léonard de Vinci montrent d’ailleurs des machines spéciales qui tendent et tordent le chanvre de manière à obtenir un enroulement uniforme et homogène en épaisseur.

LES MACHINES DE LEVAGE AU MOYEN ÂGE

7Rares sont les témoignages portant sur les techniques utilisées au Moyen Âge. D’après ce que l’on sait de la formation des techniciens, il nous semble licite de penser qu’avant la diffusion des écoles, à partir du milieu du XIVe siècle, la plupart des artisans et des ingénieurs était analphabète, à croire qu’ils n’avaient pas besoin d’écrire pour transmettre leurs connaissances. Les arts s’apprenaient pendant de longues années de formation dans les ateliers, et non par les livres. Après la période romaine et alexandrine, pendant laquelle des œuvres comme celles de Vitruve et de Héron avaient vu le jour, ce type de traité reste confiné dans les bibliothèques et n’a aucune diffusion. Comme dans les temps les plus lointains de l’humanité, les techniques sont pratiquées silencieusement pendant le Moyen Âge et nous parviennent sous forme d’objets plutôt que de traités ou de manuels d’ateliers. Les splendides cathédrales gothiques construites entre le XIIe et le XIVe siècle nous parlent d’elles-mêmes, ne nous permettant que d’émettre des hypothèses sur les techniques et sur les machines qui ont été employées pour les construire. On a toutefois retrouvé quelques monte-charges dans les soupentes d’une vingtaine d’églises du Nord de l’Europe : les roues des cathédrales de Peterborough, Tewkesbury et Salisbury dont on peut situer la construction entre la fin du XII e et le XIIIe siècle, ainsi que celle de Canterbury datant de la fin du XVe siècle. La roue qui a été retrouvée dans le grenier de la basilique de Santa Maria Maggiore de Bergame est également très intéressante puisqu’il s’agit de l’unique exemplaire connu jusqu’à présent de ce type d’engin en Italie. Elle pourrait remonter à la seconde moitié du XIIe siècle. Une source iconographique curieuse permet de retracer l’histoire de ces dispositifs : les illustrations de l’épisode biblique de la Tour de Babel qui comprennent au moins quatorze miniatures dans lesquelles on voit divers systèmes de levage à l’œuvre (Matthies, 1992, p. 535). À partir de la première moitié du XVe siècle, on trouve certaines illustrations de monte-charges à cage à écureuil dans les manuscrits d’un auteur surnommé « Anonyme de la guerre Hussite », ainsi que chez les auteurs italiens Mariano di Jacopo dit Taccola et Francesco di Giorgio. Pour les siècles précédents, si l’on exclut le monde arabe – qui avait notamment emprunté la science et la technologie aux Grecs et qui vivait à cette époque son âge d’or – le Carnet manuscrit et illustré de l’architecte français Villard de Honnecourt (XIIIe siècle) constitue une source d’une importance fondamentale pour l’histoire de l’architecture et des machines. Le manuscrit comporte de splendides dessins architecturaux de cathédrales et de quelques machines à l’œuvre, que Villard réalise au cours de ses voyages. Les machines sont dessinées grâce à une technique de représentation bidimensionnelle et sont quelquefois difficiles à comprendre parce que les dessins ne respectent pas les principes de la perspective linéaire à point de fuite central, qui n’est alors pas encore théorisé. On y trouve deux dessins de scies automatiques – dont l’une est conçue pour travailler sous l’eau – qui constituent les sources les plus anciennes de ce dispositif très diffusé au Moyen Âge et reporté aussi dans des œuvres plus tardives comme dans les traités de Francesco di Giorgio et de Léonard de Vinci. Le seul système de levage reporté par Villard, probablement destiné aux chantiers de construction, est un élévateur à vis certainement actionné par la force animale. Si l’on considère que le dessin a été réalisé à l’échelle, l’espace destiné au carrousel ne pourrait que se trouver à une hauteur inférieure à deux mètres. Cela impliquerait que la machine ait une hauteur totale d’environ six mètres, avec une vis d’au moins quatre mètres de longueur. Il s’agit d’un témoignage iconographique exceptionnel d’une technologie – la vis dans les systèmes de levage – qui anticipe certaines solutions analogues que Brunelleschi introduisit sur le chantier de la coupole du Dôme de Florence. Francesco di Giorgio représente un élévateur à vis similaire à celui de Villard de Honnecourt, qui sert à soulever un marchepied à l’intérieur d’un colombier (Cod. Vat. Urb. 1757, fo 32vo).

> Dans ce folio, outre l’élévateur à vis, des dispositifs mécaniques sont présentés : en haut, on voit la plus ancienne représentation de scie hydraulique automatique ; à droite une « arbalète infaillible » dont le fonctionnement est garanti par un fil tendu qui, bougé au passage de l’ennemi, fait déclencher le dispositif de tir ; au centre à gauche et en bas à droite, deux mécanismes internes d’automates imaginés pour faire bouger le doigt d’un ange à la suite de la course diurne du soleil (le premier) et la tête d’un aigle commandé (le second).
Villard de Honnecourt, Manuscrit Fr 19093, f
o 22vo, Paris, Bibliothèque nationale de France.

> Anonyme d’après Francesco di Giorgio Martini, Élevage de colombes, Manuscrit Palatin 767, fo 204ro, Florence, Biblioteca Nazionale Centrale.

LES MACHINES DE CHANTIER À LA RENAISSANCE ENTRE RÉALITÉ ET IMAGINATION

8Dans la période allant de la fin du XIVe siècle à la première moitié du XVIe, une renaissance culturelle a embrassé tous les domaines du savoir humain, comprenant l’ingénierie des machines et les techniques de travail en général. Pendant cette période on redécouvrit les principaux traités de technologie antique que nous avons mentionnés dans les pages précédentes (le De Architectura de Vitruve ; la Pneumatica et la Mécanique de Héron d’Alexandrie) dans les bibliothèques des couvents ou emportés en Europe en passant par les pays arabes. Toutefois, au fil de ce mouvement que l’on a quelquefois qualifié de « renaissance des machines », aucune innovation technologique importante n’a marqué un pas vers la technologie de la civilisation future. Les machines de chantier, utilisées dans la construction édilitaire et dans les mines, sont toujours équivalentes à celles élaborées dans l’Antiquité et perfectionnées au Moyen Âge avec l’introduction de dispositifs mécaniques fondamentaux comme la manivelle ou l’essieu directeur. Dans la technologie militaire, au contraire, la Renaissance coïncide avec le perfectionnement des techniques de fusion des armes à feu et l’introduction des canons à charge par la gueule qui, réalisés en monofusion, se sont révélés plus résistants et performants que les bombardes médiévales réalisées dans le fourneau ou fondus en plusieurs parties. À partir du début du XVIe siècle, les armes à feu constituent le moteur du développement industriel et technico-scientifique.

9L’important développement technologique de la Renaissance amena une requalification sociale et culturelle des techniciens qui s’adonnèrent également à la compilation et à l’élaboration de traités sur les machines et les arts. La naissance d’une tradition manuscrite sur les techniques élargit les frontières du débat technologique au-delà de l’atelier d’artisan et du chantier, marquant par là-même l’origine de l’ingénierie moderne et de la société technologiste dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Les premiers manuscrits de cette tradition étaient des recueils de machines de guerre réalisés par des auteurs qui n’avaient pas de formation technique mais qui venaient du milieu humaniste et médical. Ces auteurs tentaient de faire porter l’attention des princes sur des sujets provenant de traités sur la guerre issus de l’Antiquité tardive. Tantôt, comme dans le cas du Texaurus regis Francia de Guido da Vigevano (XVIe siècle), ils poursuivaient la promotion et l’organisation d’une croisade en Terre Sainte. Tantôt, au contraire, ils étaient écrits afin de répondre aux demandes précises d’un commanditaire cultivé, comme dans le cas du De re militari de Roberto Valturio (1455) qui avait été rédigé à la demande de l’ancien capitaine d’aventure Sigismondo Pandolfo Malatesta. Ce dernier considérait les traités sur les machines de guerre comme des symboles de prestige et de pouvoir. Parallèlement à cet intérêt croissant envers les machines apparaissent les premiers auteurs de formation strictement technique. Dans la seconde moitié du Quattrocento, surtout dans les aires géographiques germaniques et italiennes, on voit apparaître de nombreux recueils et cahiers d’ateliers – comme celui de l’ingénieur florentin Bonaccorso Ghiberti. Leur contenu à l’origine technologique militaire, laisse peu à peu place aux machines de chantier, comme les systèmes de levage, les pompes et les moulins. À partir des années 1480, l’artiste-ingénieur siennois Francesco di Giorgio s’appliqua à réaliser son Traité d’architecture en prenant pour modèle l’œuvre de Vitruve et, comme ce dernier, il laissa un large champ aux machines de construction. Les machines de l’école siennoise d’ingénierie – menée par Mariano di Jacopo dit il Taccola – circulaient alors largement et restèrent une source d’inspiration pour les ingénieurs des siècles suivants (elles seront d’ailleurs reprises et développées par Francesco di Giorgio). Les dessins de machines réalisés au XVe siècle n’ont rien en commun avec nos dessins techniques modernes : on n’y trouve aucune information (ou presque) de type quantitatif nécessaire à la construction de la machine. Il s’agit en fait plutôt de « portraits » représentant les machines comme des objets curieux ou comme des emblèmes du pouvoir militaire d’un prince. Cependant, cet aspectà la fois artistique et symbolique n’enlève rien à la valeur technique et scientifique de ces dessins : ils constituent tout de même les premières tentatives de communication de l’information technologique. Au sein du parcours tracé par cette tradition manuscrite, qui s’étendit sur presque un siècle, on assiste à l’introduction et au développement d’expédients graphiques toujours plus efficaces, permettant de passer outre l’apparence de la machine et d’entrer plus profondément dans ce que l’on peut considérer comme de véritables études d’« anatomies des machines » (Galluzzi, 1996, p. 74). Grâce aux vues en transparence et en éclaté, et grâce à l’emploi de rigoureuses constructions en perspective, les auteurs mettent en évidence les organes internes, leurs relations et les modalités de fonctionnement. Léonard se place au sommet de cette tradition : il montre des capacités de représentation et d’analyse du dispositif mécanique bien supérieures à celles des autres ingénieurs de son époque. C’est dans les splendides dessins figurant dans ses manuscrits que l’on trouve le témoignage visuel des machines de chantier développées pendant le XVe siècle. À cette époque, en effet, contrairement aux époques précédentes, on commence à enregistrer de nombreuses variantes de machines qui, malgré l’absence de restes, peuvent être considérées comme le reflet du degré effectif de développement de la technologie de l’époque. « Tirer » et « soulever », comme le démontrent les splendides dessins de treuils et de grues d’auteurs comme Taccola, Francesco di Giorgio ou Bonaccorso Ghiberti, constituaient les principes de la plupart des dispositifs représentés dans la littérature naissante des ingénieurs.

> Roberto Valturio, Tour d’assaut mobile, De re militari, fo 83vo, Turin, Archivio Storico Amma.

> Moufle annulaire pour l’ouverture d’une série de barres disposées de manière circulaire. Les poulies externes (fixes) tirent les poulies internes en faisant incliner les barres qui y sont attachées vers l’extérieur. La destination de cette machine de traction n’est pas claire et, même si la morphologie pourrait faire penser à un dispositif tendeur ou écarteur dans une machine textile, nous sommes probablement en présence d’une étude théorique. Léonard de Vinci, Codex de Madrid I, fo 44vo, Madrid, Biblioteca Nacional.

> Grue rotative à bras multiples. Une cage à écureuil bougée par deux opérateurs (un à l’intérieur, l’autre à l’extérieur) actionne quatre bigues qui soulèvent des blocs de pierre. Il s’agit du seul dessin connu d’une grue ayant ces caractéristiques. Bien que sa réalisation paraisse invraisemblable, il est intéressant de noter que le dessin de cette machine a été inséré dans un groupe de feuillets qui reproduisent les machines de Brunelleschi pour la coupole de la cathédrale de Florence. Bonaccorso Ghiberti, Banco Rari 228, fo 97ro, Florence, Biblioteca Nazionale Centrale.

RECONSTITUTIONS 3D

GRUE À CAGE À ÉCUREUIL

10À partir du relief funéraire des Haterii, Rome, Musées du Vatican.

Emploi

11Construction édilitaire, charge et décharge de matériaux.

Moteur

12Treuil ou cage à écureuil. Le système de réduction de la force est un palan à poulies multiples.

Description

13Bigue inclinable constituée de deux montants verticaux unis au sommet par une ligature à laquelle est aussi fixée la poulie. L’arbre du treuil se trouve dans la partie inférieure. La grue est soutenue et orientée grâce à un système d’étais. Il s’agit du plus ancien témoignage de modèle de grue (grue étayée) qui, même si elle sera quelque peu modifiée, va rester en usage jusqu’à la Renaissance et même au-delà.

Problèmes d’interprétations

14Dimensions : en l’absence de références quantitatives, nous pouvons émettre l’hypothèse que la grue mesurait environ 10 mètres de haut, en fonction des dimensions de la cage à écureuil qui devait avoir un diamètre d’au moins 2,5 mètres.

15Reconstitution : La grue a été reconstituée sur la base du relief funéraire des Haterii et d’après les descriptions de ce type de grue que Vitruve nous donne dans le De Architectura. On ne possède aucune information sur le palan. La séquence verticale de la poulie a été déterminée par déduction logique.

GRUE ÉTAYÉE DE HÉRON

16À partir de Héron d’Alexandrie, Mécanique, livre III.

Emploi

17Construction édilitaire, charge et décharge de matériaux.

Moteur

18Treuil

Description

19La grue est composée d’un seul arbre qui peut à l’occasion être incliné. Elle est maintenue en place grâce aux trois cordes d’étai. Une corde à spirale est enroulée le long du montant de la grue à laquelle les ouvriers pouvaient s’accrocher.

Problèmes d’interprétation

20Dimensions : La hauteur du dispositif est déterminée par la longueur du tronc de bois érigé, qui constitue l’élément portant vertical : la hauteur maximale serait ici d’environ 10-12 mètres.

21Reconstitution : La grue est représentée avec son extrémité inférieure qui pend librement à un endroit qui a été délimité exprès pour en permettre le mouvement dans toutes les directions.

ÉLÉVATEUR À VIS

22À partir de Villard de Honnecourt, Carnet, Manuscrit 19093, fo 22vo, Paris, Bibliothèque nationale de France

Emploi

23Construction édilitaire.

Description

24Deux montants verticaux convergent vers le haut soutiennent la vis sur laquelle coulisse l’écrou, auquel est lié un système autobloquant pour le levage de blocs de pierre. La vis est mise en rotation par le carrousel inférieur, que l’on peut actionner à la main ou peut-être aussi par des animaux de trait.

Problèmes d’interprétation

25Dimensions : la difficulté de réaliser des vis très longues porte à penser que cet élévateur devait avoir une hauteur maximale de 5-6 mètres environ.

26Reconstitution : les vis de cette dimension étaient très fragiles et le système de chargement, tel qu’il est dessiné, implique de le solliciter fortement latéralement, ce qui amènerait, à courte échéance à en compromettre l’efficacité et même à le briser. Le système d’amarrage du poids est celui utilisé depuis l’Antiquité pour le levage de gros blocs taillés dans la pierre ou le marbre. Cependant, même s’il s’agit du seul système de levage rapporté dans le carnet d’un architecte médiéval, la fragilité du dispositif à vis nous fait douter de son efficacité réelle. Par ailleurs, la manœuvrabilité du levier constitue un autre élément problématique qui émerge du dessin : il ne peut pas être actionné lorsque la charge est posée au sol aux pieds de la machine. Le problème peut être résolu facilement en faisant coulisser le levier de manière à le faire ressortir d’un seul côté après chaque demi rotation de la vis. Lorsque la charge est soulevée au dessus du levier, la rotation peut continuer normalement.

> Chariot automatique programmable, probablement projeté pour automatiser un quelconque effet scénique dans les représentations théâtrales (l’entrée sur scène d’un petit mannequin). Diverses interprétations ont été avancées sur le type de moteur : elles avancent l’hypothèse de un ou deux ressorts positionnés sous les deux engrenages postérieurs (représentés au premier plan dans la vue en haut). Le chariot peut suivre diverses trajectoires programmables en intervenant sur un système de ressorts et de cames.
Léonard de Vinci,
Codex Atlanticus, fo 812ro, Milan, Biblioteca Ambrosiana.

Table des illustrations

Légende > Marcus Vitruvius Pollio, Systèmes de levage, De Architectura libri decem traducti de latino in vulgare […] da Cesare Cesariano, Como, per magistro Gotardo da Ponte, 1521, fo CLXV.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende > Relief funéraire des Haterii, Rome, Musées du Vatican.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende > Brueghel l’Ancien, Tour de Babel, 1563, Vienne [détail].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende > Héron d’Alexandrie, Grue, Codex Oriental 51, vers 1445, Leyde, Bibliotheek der Rijksuniversiteit.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende > Léonard de Vinci, Machine pour fabriquer les cordes, Codex Atlanticus, fo 12ro, Milan, Biblioteca Ambrosiana.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende > Léonard de Vinci, Machine pour fabriquer les cordes, Codex Atlanticus, fo 13ro, Milan, Biblioteca Ambrosiana.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende > Corde et treuils utilisés sur le chantier de l’œuvre de la cathédrale de Florence.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende > Dans ce folio, outre l’élévateur à vis, des dispositifs mécaniques sont présentés : en haut, on voit la plus ancienne représentation de scie hydraulique automatique ; à droite une « arbalète infaillible » dont le fonctionnement est garanti par un fil tendu qui, bougé au passage de l’ennemi, fait déclencher le dispositif de tir ; au centre à gauche et en bas à droite, deux mécanismes internes d’automates imaginés pour faire bouger le doigt d’un ange à la suite de la course diurne du soleil (le premier) et la tête d’un aigle commandé (le second).Villard de Honnecourt, Manuscrit Fr 19093, fo 22vo, Paris, Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende > Anonyme d’après Francesco di Giorgio Martini, Élevage de colombes, Manuscrit Palatin 767, fo 204ro, Florence, Biblioteca Nazionale Centrale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende > Roberto Valturio, Tour d’assaut mobile, De re militari, fo 83vo, Turin, Archivio Storico Amma.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende > Moufle annulaire pour l’ouverture d’une série de barres disposées de manière circulaire. Les poulies externes (fixes) tirent les poulies internes en faisant incliner les barres qui y sont attachées vers l’extérieur. La destination de cette machine de traction n’est pas claire et, même si la morphologie pourrait faire penser à un dispositif tendeur ou écarteur dans une machine textile, nous sommes probablement en présence d’une étude théorique. Léonard de Vinci, Codex de Madrid I, fo 44vo, Madrid, Biblioteca Nacional.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende > Grue rotative à bras multiples. Une cage à écureuil bougée par deux opérateurs (un à l’intérieur, l’autre à l’extérieur) actionne quatre bigues qui soulèvent des blocs de pierre. Il s’agit du seul dessin connu d’une grue ayant ces caractéristiques. Bien que sa réalisation paraisse invraisemblable, il est intéressant de noter que le dessin de cette machine a été inséré dans un groupe de feuillets qui reproduisent les machines de Brunelleschi pour la coupole de la cathédrale de Florence. Bonaccorso Ghiberti, Banco Rari 228, fo 97ro, Florence, Biblioteca Nazionale Centrale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende > Chariot automatique programmable, probablement projeté pour automatiser un quelconque effet scénique dans les représentations théâtrales (l’entrée sur scène d’un petit mannequin). Diverses interprétations ont été avancées sur le type de moteur : elles avancent l’hypothèse de un ou deux ressorts positionnés sous les deux engrenages postérieurs (représentés au premier plan dans la vue en haut). Le chariot peut suivre diverses trajectoires programmables en intervenant sur un système de ressorts et de cames.Léonard de Vinci, Codex Atlanticus, fo 812ro, Milan, Biblioteca Ambrosiana.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8042/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search