Version classiqueVersion mobile

Construire à la Renaissance

 | 
Andrea Bernardoni
, 
Alexander Neuwahl

Avant-propos

Pascal Brioist

Texte intégral

1 Cinquante années ont passé depuis la publication des travaux fondateurs de Bertrand Gille sur les ingénieurs de la Renaissance. Il y appelait à considérer la dimension européenne de la culture technique de la Renaissance et soulignait qu’une entreprise de ce genre finissait inévitablement par être faussée par l’imposante figure de Léonard de Vinci. Depuis, l’historiographie sur l’ingénierie médiévale et renaissante a fait des progrès considérables grâce auxquels, à travers la reconstruction d’un scénario complexe riche de personnages et d’auteurs divers, nous disposons aujourd’hui d’une vision plus mesurée du travail de Léonard. Des études approfondies sur des figures d’artistes ingénieurs siennois tels que Mariano di Iacopo, dit Taccola (le corbeau), et Francesco di Giorgio Martini, des florentins comme Filippo Brunelleschi, Lorenzo e Bonnacorso Ghiberti, des familles des San Gallo et della Volpaia – pour ne citer que quelques-uns des principaux acteurs de cette histoire – ont peuplé le scénario technique de la Renaissance en montrant comment une partie des inventions léonardiennes universellement célébrées sont en réalité des propositions à nouveaux frais et des réinterprétations de solutions provenant d’un tissu technologique déjà élaboré et bien articulé. Cette complexité était restée jusque-là dans l’ombre en raison de la faible quantité d’archives disponibles : les carnets et dessins d’ateliers furent souvent endommagés, voire partiellement ou complètement perdus. Quant aux machines elles-mêmes, en raison de leur propre nature, souvent provisoire, elles ont rarement survécu.

2S’il est par conséquent vrai que Léonard appartenait à un milieu frétillant duquel émergea quantité de formes technologiques nouvelles dont ses écrits témoignent, il est non moins vrai que Léonard produisit un nombre considérable de pages manuscrites : plus de 7 000 feuillets sans compter les feuilles dispersées. Par comparaison, nous ne disposons, de la main de Francesco di Giorgio Martini, seulement de quelques centaines de pages, alors même que, dans le contexte des auteurs de culture technique, il est, après Léonard, celui qui au XVe siècle a laissé le plus de documentation. Le caractère exceptionnel du cas Léonard de Vinci réside en outre dans le fait que la plupart de ses manuscrits contiennent des notes à usage personnel. Il s’agit ici d’un processus d’enregistrement d’idées, de faits, de projets sur le long terme, c’est-à-dire sur la durée de toute une vie, de sorte que les écrits techniques de Léonard de Vinci constituent sans aucun doute le fond le plus dense en notre possession dans le champ des techniques et des arts de la Renaissance. Un long monologue de l’artiste avec lui-même sur les problèmes de la technologie nous permet ici de pénétrer, avec toutes les difficultés classiques relatives à l’interprétation de ses papiers, dans le processus même d’invention et de production technique. Cette occasion unique avait déjà été perçue en 1953 par Alexandre Koyré qui assimilait Léonard à un technologue pour en souligner sa propension à considérer la technique bien au-delà du point de vue exclusivement empirique, c’est-à-dire théorique.

3À partir de la seconde moitié du siècle dernier furent publiées d’importantes études qui approfondirent le chemin tracé par Bertrand Gille, mettant en évidence de nombreux auteurs et personnages de la culture technique qui animaient les chantiers, les arsenaux et les ateliers artisanaux des principales cités européennes. Les expositions des années quatre-vingt-dix comme « Prima di Leonardo » (Sienne 1991) et « Les ingénieurs de la Renaissance : de Brunelleschi à Léonard de Vinci » (Paris 1995-1996) – dont le commissariat avait été confié à Paolo Galluzzi –, ainsi que des travaux plus récents comme ceux de Leng Reiner sur les ingénieurs militaires allemands, ceux de Pamela Long, Pamela Smith et Robert Halleux consacrés au contexte social des artisans, ou encore ceux de l’auteur de cette introduction sur la biographie militaire de Léonard, mettent en évidence la complexité et le dynamisme de l’histoire des arts mécaniques. Le contexte social des ambiances de travail a été récemment caractérisé comme un ensemble de lieux d’échanges culturels (« trading zones », Long 2011, 94-95) et donc perméable aux alternatives et à l’innovation : c’est ce qui constitue le tissu culturel de la formation de Léonard. C’est dans cet environnement qu’il a opéré, et c’est donc en rapport avec cet environnement qu’il convient d’étudier et d’évaluer son œuvre. Dans cette perspective se justifient des études, qui, à travers des thèmes technologiques spécifiques et circonscrits, regardent Léonard de Vinci comme l’un des principaux témoins de son temps et utilisent ses manuscrits pour offrir une vision plus complète du panorama technologique de la Renaissance. Leur nature évidente de « feuille de laboratoire » (Frosini, 2003 et 2006) confère aux feuillets léonardiens, qui se caractérisent par leur non systématisation, leur incomplétude et leur état provisoire, le concept de « trading zones » : bien qu’ils fassent apparaître des processus mentaux d’invention et de création de projets, ils permettent en réalité de reconstruire les relations multiples et complexes que Léonard entretient avec le monde de son temps et qui l’ont inspiré.

4Ce livre retrace une histoire des machines de chantier à travers une sélection de cas exemplaires qui illustrent l’évolution de ces appareils technologiques depuis leur origine jusqu’à la Renaissance. Dans le même temps, l’ouvrage explore quelques chemins de traverse qui sont reliés d’une manière ou d’une autre à ces dispositifs, comme la construction du Dôme de Florence ou la tentative de déviation du fleuve Arno durant la guerre entre Florence et Pise. Il approfondit également quelques aspects spécifiques de la biographie de Léonard de Vinci liés à ce genre de technologie. La recherche s’enrichit d’une série de modèles et de reconstructions 3D qui ont l’ambition de se distinguer de la pléthore des applications multimédiales commerciales dédiées à Léonard, par l’attention critique portée aux sources, fruit d’une analyse paléographique, philologique et ingénieuriale, avec l’objectif de vérifier et d’expliquer le fonctionnement des machines examinées sans rien ajouter d’autre qui ne se trouve dans le document original. Entre toutes les machines présentées, le cas le plus curieux et significatif est celui de l’élévateur pyrotechnique, placé en conclusion du parcours retracé dans le livre. Dans la tentative de développer un dispositif capable d’impliquer, en la contrôlant, la force produite par une explosion, comme dans les bombardes « lance plateforme » que l’on trouve représentées par exemple dans le De re Militari de Valturio, Léonard outrepasse l’horizon de la mécanique élémentaire et préfigure des scénarios qui furent réalisés deux siècles plus tard avec l’invention du moteur à échappement.

5Ce volume se referme sur un appendice d’« histoire matérielle » dédié aux splendides engins de levage de la Basilique de Santa Maria maggiore de Bergame, jusqu’à présent méconnus du grand public. Ce sont bien sept treuils à roue de la Renaissance que l’on trouve là dans les greniers de la basilique, lesquels font de cette église le conservatoire de machines de levage anciennes le plus important d’Europe.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search