Version classiqueVersion mobile

Construire à la Renaissance

 | 
Andrea Bernardoni
, 
Alexander Neuwahl

Préface

Carlo Pedretti

Texte intégral

1Le soulèvement et le déplacement d’éléments constructifs, surtout de grande dimension, représentent des opérations qui ont toujours suscité l’admiration, et l’histoire des grues, des treuils et des dispositifs mécaniques en général est longue et riche de moments d’une importance fondamentale. Telle est l’origine du choix courageux, mais clairement prometteur, d’Andrea Bernardoni et Alexander Neuwahl consistant à parcourir à nouveaux frais les étapes fondamentales de ce parcours en partant des plus antiques machines de soulèvement pour arriver à la Renaissance. Au folio 333vo-a [909vo] du Codex Atlanticus, surtout connu pour ses études d’attaques sous-marines que l’on peut dater des années 1485-1487, Léonard ébauche des dessins, accompagnés de notes au ton vif et exubérant, qui ont le caractère impulsif des croquis d’essais technologiques de la première période du corpus vincien.

2Outre l’annotation « mais tout d’abord, essayons de comprendre ce qui concerne l’instrument » qui permet à Léonard de se réfugier dans le secret en l’absence de l’existence d’un brevet concernant son invention, on trouve l’indication « va prendre l’empreinte d’une des trois vis de fer de l’œuvre de Santa Liberata » car il avait l’idée de percer les carènes de navires ennemis à l’aide de mécanismes à vis. Cette phrase met Léonard en rapport avec Brunelleschi. La vis dont il veut prendre le moule pour avoir à disposition un duplicata est un des dispositifs inventés par Brunelleschi à l’époque de la construction de la coupole de Santa Maria del Fiore dans le but de tenir des câbles ou d’autres éléments en tension. La vis, qui produit et multiplie la force, est bien connue des architectes de la fin de l’antiquité où elle était utilisée pour soulever et transporter des poids énormes. Dans les vis, Léonard reconnaissait ce type de puissance de la nature qu’il voyait déjà à l’œuvre dans les poids. La force motrice produite par les poids avait constitué au Moyen Âge un champ d’étude très étendu que les scholastiques avaient développé à partir des textes de l’Antiquité, construisant un corps de notions théoriques connu sous le nom de science des poids, le De Ponderibus. Celui-ci trouvait une application pratique dans l’architecture déjà à l’époque des grandes cathédrales. Ces mêmes notions restent valides au seuil du XVe siècle, quand Brunelleschi non seulement se réfère directement aux modèles de l’Antiquité, mais reconsidère également la grande tradition médiévale qui lui était parvenue, encore vive et opératoire, à travers les enseignements de Blaise de Parme (le Pelicani que Léonard connaît et dont il discute souvent le De Ponderibus) et Paolo dal Pozzo Toscanelli. Avec Brunelleschi s’intensifie la ferveur opérative qui se développe sur le chantier, où les concepts théoriques sont mis immédiatement à l’épreuve et où le projet, souvent, complète sa forme alors que l’ouvrier est encore en train de construire l’édifice. Voilà une pratique qui dominera tout le XXe siècle, nonobstant l’importante parenthèse théorique d’Alberti (pour lequel l’œuvre de l’architecte commence et finit avec le dessin) et en dépit du fait que l’on se soit défendu de l’habitude et de la nécessité de se retourner contre le commanditaire en rédigeant des relations écrites qui parfois se transformaient en véritables traités. Bramante lui-même, qui porta l’architecture à un niveau de majesté impériale grâce à l’étude de l’antique par laquelle il mit l’accent sur Vitruve, préfère s’en tenir à l’exemple brunelleschien et codifier ses idées au moyen de maquettes et d’édifices. Ce n’est pas un hasard si les notes qu’il écrivait et qui sont aujourd’hui perdues, avaient pour titre la Pratique de Bramante. Vient ici à l’esprit le personnage barbu avec capuchon sur les vingt-trois figurées de profil que Léonard peint sur le fond à droite de l’Adoration des Mages, et dans laquelle on identifie généralement spontanément la figure de l’architecte occupé à donner des instructions à ses assistants et à des ouvriers au travail. Au travail – et là encore ce n’est pas un hasard – justement avec des machines de chantier. Ces considérations d’ordre technologique témoignent de la perception de ce que pouvaient être les intentions de Léonard lorsqu’il programmait une iconographie innovante pour l’arrière-plan de son chef d’œuvre de jeunesse. Et en fait on parle ici d’un arrière-plan non plus seulement dominé par la présence d’un temps antique révolu en ruine progressive, mais par la ferveur de la scène d’un nouvel édifice en construction comme s’il s’agissait d’évoquer la présence paradigmatique de la villa Médicis de Poggio a Caiano.

3C’est précisément à la première période florentine que renvoient les fondements de la technologie vincienne, issus d’une étude systématique et soutenue des machines simples et par conséquent des vis, des plans inclinés, des poulies et des treuils ; Bernardoni et Neuwahl, unissant leurs compétences en matière de recherche historique et de philologie des machines, interprètent les sources de l’histoire de la technologie et expliquent chaque aspect fonctionnel de ces machines.

> Léonard de Vinci, Adoration des Mages, Huile sur bois, 246 cm × 243 cm, Florence, Galerie des Offices.

> Une des grues du chantier de la coupole de la cathédrale de Florence projetée par Brunelleschi dans un dessin ici de Léonard de Vinci. Similaire structurellement aux grues actuelles, elle est plus évoluée fonctionnellement grâce au contrepoids mobile qui, tout en maintenant la machine en équilibre, pallie à la fragilité intrinsèque des matériaux (bois) avec lesquels elle est construite. Les vis permettaient de manœuvrer la grue avec une grande précision pour positionner les grands blocs de pierre.
Léonard de Vinci, Codex Atlanticus, fo 965ro, Milan, Bilbioteca Ambrosiana.

Table des illustrations

Légende > Léonard de Vinci, Adoration des Mages, Huile sur bois, 246 cm × 243 cm, Florence, Galerie des Offices.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende > Une des grues du chantier de la coupole de la cathédrale de Florence projetée par Brunelleschi dans un dessin ici de Léonard de Vinci. Similaire structurellement aux grues actuelles, elle est plus évoluée fonctionnellement grâce au contrepoids mobile qui, tout en maintenant la machine en équilibre, pallie à la fragilité intrinsèque des matériaux (bois) avec lesquels elle est construite. Les vis permettaient de manœuvrer la grue avec une grande précision pour positionner les grands blocs de pierre.Léonard de Vinci, Codex Atlanticus, fo 965ro, Milan, Bilbioteca Ambrosiana.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k

Auteur

Directeur du The Armand Hammer Center for Leonardo Studies University of California, Los Angeles et de son siège en Italie à l’université de Urbino

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search