Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

Annexes

Texte intégral

ANNEXE 1. JEAN DU BELLAY, SILVA LANGAEANA ÉDITÉE ET TRADUITE PAR DAVID AMHERDT

1La Silva Langaeana, jusqu’ici inédite, est conservée par deux manuscrits de la BnF, le Dupuy 810 et le fr. 2 870. Le texte que nous éditons est celui du Dupuy 810, qui comporte des corrections autographes de Jean Du Bellay et que l’on peut ainsi considérer comme une version autorisée. Il ne nous a pas paru utile de faire état des variantes présentées par le fr. 2870, manuscrit extrêmement fautif.

2On trouvera une présentation de la silve dans l’article figurant aux pages 153-165 de ce volume.

Silva Langaeana

  • 1 Vers ajouté de la main de Jean Du Bellay.
  • 2 Le vers est corrigé de la main de Jean Du Bellay.
  • 3 « Hic » de la main de Jean Du Bellay.
  • 4 Le vers est corrigé de la main de Jean Du Bellay.
  • 5 « aut » de la main de Jean Du Bellay.
  • 6 En marge on lit : « Hospit ».

Forte per angustos calleis, qua semita ducit

Aerium ad lucum, aerio qui certat Olympo,

Unus, Langiadum cretus de sanguine, mystes

(Bellaiae dedit hos stirpis veterum genus Andum)

5

Mittebat voces tremulas gressusque trahebat

Incertos, baculo hos sed enim firmabat eburno;

Tantum illi morbi gravitas plusque annua febris

Roboris abstulerat misero longique labores.

Depressa haec igitur paulum in convalle canebat.

10

«Langiades Nymphae, quibus ipso in margine clivi

Umbrosas subter quercus hederasque sequaces

Marmoreos lavat unda pedes et fonte perenni

Irrigat, ante lacus quam se demittit in imos,

Dicite quis tandem nobis hominumve deumve

15

Posse dedit vultus istos spirantiaque ora

Ambrosiam spectare, atque inter noscere gnatas

Pastorum. Neque enim species est concolor illis

Vestra, deae, ne vestra quidem vox consonat illis;

Et vos esse deas nobis dictavit Apollo.

20

At vos ô duras nimium (sed parcite, divae,

Praecipitat nam corda dolor), quae tanta latere

Saecula quaesitae, tot sustinuistis et annos.

Scilicet ille olim vester Langaeus alumnus, [9v]

Langaeus, fama notus super aethera, dignus

25

Non fuerat posttot terraque marique labores

Exhaustos recipi tandem in penetralia vestra,

Et vestro tum conspectu tum voce fruisci?

Illum equidem memini (nam fratrum huic dulcior alter

Non fuit) ab vestri nimio et marcescere amore,

30

Et desyderio tabescere; nil sibi maius,

Nil potius tota in vitae dulcedine quam si

Vestro in complexu vitaleis carperet auras

Dicere, eodem si in complexu efflaret easdem,

Tam magnum paritas studiorum inducit amorem.

35

Illi seu ductanti acies, seu regna regenti

Vos animo fixae, vos semper in ore fuistis,

Et noctes atque ille dies vos voce vocabat.

Sprevistis durae, neque adhuc quae causa venire

In mentem potuit, nisi tempora regnaque forte;

40

Illa horrebatis. Sed si non ipse timori

Ante Nero fuerat, sub quo hic palatia quondam

Eruta de tumulis surrexse nomismata produnt,

Quur Franciscus erat, Musarum assertor et author,

Franciscus, quo nil melius sol viderat unquam,

45

Franciscus, mihi cuius amor sic crescit in horas,

Ut nisi spes teneat gnati gnataeque nurusque,

Quos aequare patri certat iamiam aemula virtus,

Non superesse velim, non porro hanc ducere vitam? [10r]

Ne tamen, o Nymphae, quod res queror haud patuisse

50

Langaeo vestras, contemptim ferre putetis

Quod mihi, cuius opis non sit pro munere tanto,

Pro mente hac animoque isto persolvere grateis.

Verum quod querimur, causa (mihi credite) vestra est.

Nanque ut in ornandis his sedibus, illustrando

55

Nomine et in vestro, quaecunque estgratia, ponam

Ingenium, vel opes quantas fortuna ministrat,

Quae tamen esttandem rationum summa mearum,

Langaei si quis rationibus, ingenii vi,

Doctrinae, studiis, illas componere certet?

60

Aut vos quid maius non expectastis ab illo?

De vobis igitur quod apud vos conqueror hoc est».

Finierat Mystes; Nymphae excepere loquentem

Murmure non tacito. Quae deinde est dicere iussa,

Demisso paulum vultu venerata sorores:

65

«Non ea quam reris nostra est (absiste moveri)

Culpa, inquit. Quin tu qui nil mirare caducum,

Bellai, tamen hic quaedam mirabere forsan

Praeterita, attentas mihi si concesseris aureis

Fata recensenti Regum casusque tuorum.

70

Haec loca prospectu quae despicis omnia vasto,

Carnutes qui nunc iidem olim a fronte tenebant;

Ab laeva druydes; Genabis dextra obvenit; inde

Quod pone est Lygerim per amoenum excurrit ad Andes. [10v]

Sunt placidi colles qui trans ista avia sensim

75

Altius assurgunt, sublati donec in auras

Montem ad postrema praeruptum a parte ferantur.

Forma eadem adversis est collibus; est similis mons,

Impositaeque utrique arces. Hunc vertice dicunt

A gemino duplicem, nomen mirabilis illi

80

Ob moles varias, opera admiranda priorum.

Planicies ingens nemorum, quam haec brachia cingunt

Collium, erat druydum sedes gratissima quondam,

Dum licuit neque adhuc divorum exarserat ira.

Ut reliquos fregit Romana potentia Gallos,

85

Praecipue his infesta fuit, non sanguine

Diti Humano quod inhumani saevique litarent –

Commentum illud erat –, sed quod contemnere mortem

Posse suos vitamque aliam spectare docerent.

Cognatos quid enim magis exacuebat ad arma?

90

At fuit hos nimio satis afflixisse tributo,

Donec ad imperium ventum est ac sceptra Neronis.

Tum vero in miseros flammis gravioribus arsit

Tisiphone. Heu pietas, heu relligionis avitae

Sancta fides, cecidere alii per vulnera mille,

95

praeda ferarum alii periere in montibus istis;

Constrictos alios duris tenuere metalla

Servitiis: adeo invidiae est obnoxia virtus.

Unus erat dignus quocunque Nerone satelles [11r]

Ruffinus. Turrim hic atris convallibus altam

100

Ruffinae sacram genti excitat. Ille reorum

Carcer erat, clam se vicum unde ferebat in amplum,

Quo druydes furtim, intempesta nocte, per umbram

Coelitibus sacra facturi reptare solebant.

Nomen adhuc turri. Mutavit littera vico

105

Partem aliquam vocis; Drodas nanque accola dicit.

Arx laniena fuit, vicus lachrymabile bustum.

Scire cupis quae nos tum sors versaverit? Aedes

Regificas (ea sunt quae tu palatia narras)

Prospectu Ruffinus, adhuc qui se obiicit, isto

110

Extruit et, ne quis tota regione lateret,

Quae nemora obstiterant succendit et omnia nudat.

Diffugimus miserae. Nunc, si placet, optime Bellai,

Assidua madidum nostrorum caede tyrannum

Obiicito Nymphis exprobratoque Nerone

115

Francisci invidia fac ut te auctore grassemur».

Sic Nympha. Assensere aliae, tum haec addidit ultro:

«Vis memorem quae nos fuerint et fata sequuta,

Bellaiamque domum qui rerum exercuit ordo?

Ruffino haud sat erat speculas statuisse, nisi urbem

120

Conderet. Haec Claudi de nomine Clodia dicta,

Clogia nunc vestra est, vestrumque Latinium, utrumque

(Vos vagistis in hoc, pars vestrae stirpis in illo,

Vos † Latiae †, illi res prout ipsa ferebat et aetas)

Est ipsius opus. Romanam hinc aspice villam, [11v]

125

Romanos campos et Romuleum frondosum;

Deflectas quocunque oculos, monimenta videbis

Gallorum sobolis certam referentia cladem.

Sed scelerum vindex Troiano a sanguine gentem

Deductam demum his immisit Iuppiter oris,

130

Et stirps hinc Troiana itidem, sed spuria, pulsa est.

Nec iam cura fuit retegendis urere silvas

Insidiis, iam nec vexare ligonibus arva

Pascendis per vim legionibus; omnia coepit

Naturae genioque loci permittere miles,

135

Barbarus ille quidem, at, quae genti gratia, mitis1.

Ex illo pulchrae certatim crescere silvae,

Nympharumque domus; quos fontes torruerat sol

Seque occultarant fibris telluris amicae

Emergunt, redit et facies placidissima terris.

140

Ut rediit, sensim nos et rediisse vetustas

Sensit, et his Dryades iterum consedimus oris.

Nanque umbram dulces sectantur et ocia Nymphae.

Tene autem, Langaee, latet quo numine vestra

Salva domus per nos utcunque hoc duret in aevum?

145

Si nescis, quo Rex Capettus tempore primum

Gallorum imperii coepit totius habenas,

Huic gens obstiterat Bellaia animisque virisque,

Andegavum comitata armis studioque sequuta

Quam fuerat sortita fidem ut deiecit Enyo

150

Childericum; cecidere et opes et gloria gentis [12r]

Bellaiae. Andegavum et Pictum dispersa per oras

Nomina, quae stirpis resonabant stemmata vestrae,

Victorum haec praeda ampla fuit; dominique, quod unum iis

Vix reliquum fuerat, saltus fugere sub istos;

155

Et silvas ope nostra alti tectique (nihil vos

Nobis ne debere putes) coluere frequentes.

Nec dura hinc efferre pedem sibi fata sinebant,

Progenies donec Capetti clara Rupertus

In partem hos agri fortunarumque remisit.

160

Mars reliquam (fors et quam olim donarat) ademit.

Id merita, inquis, erat mens nil sibi conscia? Sed quid2

Hic3 facias? quem non agitat sors prava, proterva,

In sola constans levitate, inimica bonorum?

Tum sic in rebus superum sapientia nostris4

165

Ludit, ut admoneat fluxa haec quaecunque videmus

Esse, aliquid certum magis aeternumque petendum.

Sed tua quae tandem (sermoni denique finis

Iam per me esto) haec est facti querimonia nostri

Fratre super, Langaee, tuo? Quasi non magis is nos

170

Spreverit ! Erratum etsi a quoquam est, non sit ab illo?

Aut non auctores ad saecula tanta fuistis

Quanta exprobratum est nostri exiliive fugaeve?

Nanque ubi ad Andegavos fines et rura recepta

Bellaiis remeasse datum, vix mentio nostri

175

Nominis ulla fuit; nec quisquam his visus in oris [12v]

Progeniem revehens exoptatosque nepotes;

Cura data est aliis tenuitque vicarius agros.

Quid quod ut ad proavos deventum, excindere lucos,

Arcere a silvis Dryadas coepere, lacusque

180

Siccare, et terrae premere intra viscera fonteis?

Scilicet et Nymphis ea gratia magna relata est !

Quid pater ipse tuus? Non nobis (pace sit istud

Dictum, Iane, tua) Ruffinus hic extitit alter?

Coetera non melior, non observantior aequi

185

Ullus in orbe fuit, patriae non charior ullus,

Nec quem nostra magis defunctum luxerit aetas.

Sed tractus terrarum istos, haec aspice rura,

Mille boum paribus pascendis, mille bidentum;

Vis verbo factum complectar patris ut uno?

190

Silva haec Langaeana fuit. Nec quaerere nostrum est

Militiaeve domive ut opes effuderit istas,

Quurve edicto uno Dryadas damnaverit omneis.

Quod Nymphas decet et doctas parere puellas,

Paruimus domino, nec vox audita querelae est.

195

Quid frater? Quae summa rei est: optavit, opinor,

Instaurare, animique fuit vel plus satis illi.

Verum, animum excipias, in nos quid contulit unquam?

Omnino vita bis hic conspectus in omni est.

At maria, at terras studio lustravit; et ut non

200

Paucorum invidia aut5 Parcarum indulserit huic sors [13r]

Omnia, at huic saltem, quantum debere repertus

Ex testamento est, debet Respublica tantum.

Et debent Musae, quod eas invexit in Aulam,

Ac proceres docuit Gallos assuescere chartis.

205

Hanc etenim mihi vocem et te res ipsa tacente

Exprimit; et cunctae hos illi optabamus honores

Qui concessi aliis pene huic videantur adempti.

Sed longe ista tuae causa est disiuncta querelae.

Distat enim nimium tentaveris omnia, quicquam

210

Perficere ut posses, aut re perfeceris ipsa.

Quod nos Langaeus quantum coluisse volebat,

Tantum non coluit, vertat quis ei vitio? Atqui

Est homini miserandum a tempestate retracto

Ne velis remisque istud sulcaverit aequor.

215

Verum ita de nobis vel promeruisse, vel esse

Nos culpae affines, quia promeruisse negetur,

Quae sint illius bona mens et candida virtus,

Certet ne ipse quidem, si nunc existat in auras.

Te vero hic, Bellai, aliis postterga relictis,

220

Appellare lubet, quia res componere nostras

Sunt partes, mihi crede, tuae, et fulcire ruinam.

Fac tandem, fac belle ut te presente fruamur.

Manibus hoc debes fratris, te ii nempe precantur,

Te Musae prensant omnes, hortatur et idem

225

Qui tibi de nobis (quod ais) dictavit Apollo. [13v]

Desidiam obiiciet nemo tibi, nemo quietem

Non maturam aevi, non maturamque laborum.

Sat per te patriaeque datum Regique aliisque.

Des aliquid nobis, vel (si fas dicere verum)

230

Des tibi. Dumque nihil prohibet, dum a littore venti

Non reflant, hos in portus te confer ab alto.

Neptuni ille vices qui ridet, flebit easdem;

Bos petet ignavus cornu, si saepe lacessas;

Si nimis urgetur, saevit patientia Divae

235

Infidae per se, sed quom irritatur, acerbae.

Tu varios casus, tu tanta pericula, quanta

Perpauci expertus, statuas non denique finem?

En tibi amicorum casu par venit ab urbe,

Divino illo equidem, Tiraques et Xenius6, ambo

240

Insignes studiis, rara et virtute fideque.

Hic etiam charus merito primoribus;

hos tu consule nam sapiunt, neque norunt fallere amicos».

Ut cecinit mystae Bellaio talia Nympha,

Repressit vocem factoque hic fine quievit

La silve de Langey

  • 7 Contamination de deux textes classiques : Hor., epist., I, 7, 29-30, Forte per angustam tenuis vulp (...)
  • 8 Le mystes (du grec μύστης ; voir aussi v. 62) désigne le prêtre d’une religion à mystères ou l’init (...)
  • 9 L’expression Langiadum cretus de sanguine est inspirée de Verg., Aen., IV, 191, venisse Aenean Troi (...)
  • 10 La famille Du Bellay tire son origine et son nom du fief du Bellay, près de Saumur, en Anjou, et c’ (...)
  • 11 Sur cette maladie, voir « La Silva Langaeana », infra, p. 163, note 6.
  • 12 La description géographique des vers 70-89, la mention, au vers 120, de la localité de Clodia ou Cl (...)
  • 13 Ces nymphes sont des dryades, nymphes des forêts (voir infra, v. 141, 179 et 192). Dans sa réponse, (...)
  • 14 Écho de Ov., am., II, 11, 15, Litora marmoreis pedibus signate, puellae.
  • 15 Cf. Perse, sat., pr. 6, Hederae sequaces.
  • 16 Du Bellay semble se souvenir de Ov., am., III, 9, 25-26, Adice Maeoniden, a quo ceu fonte perenni/V (...)
  • 17 Sur la carte de Cassini est indiqué l’étang (ou les étangs) que l’on peut voir de nos jours encore (...)
  • 18 Cf. Ov., am., II, 14, 33, Dicite, quis Tereus… ; Verg., Aen., I, 229-230, adloquitur Venus : o qui (...)
  • 19 Dans la mythologie, les déesses sont toujours plus grandes et plus belles que les mortelles (voir, (...)
  • 20 On peut rapprocher ce passage de l’opposition des princesses de la cour aux trois princesses royale (...)
  • 21 Dans son discours, la nymphe fera allusion (v. 225) à cette déclaration d’Apollon.
  • 22 L’expression fama notus super aethera est empruntée à Verg., Aen., I, 378-379, sum pius Aeneas, rap (...)
  • 23 Pour l’expression labores exhaurire, voir notamment Liv., XXI, 21, 8.
  • 24 La forme fruisci figure à deux reprises dans les Amores de Joachim Du Bellay (21, 3 et 26, 20).
  • 25 Jean avait cinq frères : Guillaume, René, Martin, Jacques et Nicolas, desquels seul Martin vivait e (...)
  • 26 Cf. Lucr., III, 405, aetherias vitalis suscipit auras ; Verg., Aen., I, 387-388, auras/ vitalis car (...)
  • 27 Cf. le premier adage d’Érasme, « Amicorum communia omnia » (Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami (...)
  • 28 Langey fut gouverneur de Turin et lieutenant du roi en Piémont.
  • 29 Du Bellay s’inspire de Ov., trist., IV, 1, 68, qui populi semper in ore fuit : Ovide, dont les vers (...)
  • 30 Le français ne parvient pas à rendre le jeu de sonorités vos voce vocabat.
  • 31 On connaît les activités artistiques de Néron (voir notamment Suétone, Vie de Néron, 10 ; 12 ; 20-2 (...)
  • 32 Au vers 108, la nymphe, citant Du Bellay, reprend le terme palatia. Dans l’épître III, 7, 22-24, At (...)
  • 33 Dans sa réponse, L’Hospital suggère à Jean Du Bellay de cesser de s’intéresser aux vestiges ensevel (...)
  • 34 Dans l’ode 18, 79-80, Francisco nec alumno/Musarum, et patriae patri, François Ier est appelé « nou (...)
  • 35 Verg., ecl., 10, 72-73, vos haec facietis maxima Gallo/Gallo, cuius amor tantum mihi crescit in hor (...)
  • 36 Cf. Ov., fast., IV, 395, procedunt pariter matres nataeque nurusque.
  • 37 Pour l’expression aemula virtus, voir Hor., epod., 16, 3, aemula… virtus Capuae et Lucan., I, 120.
  • 38 Inspiré de Verg., Aen., IX, 212, te superesse velim : tua vita dignior aetas, « Je désire que tu me (...)
  • 39 Imitation de Verg., Aen., I, 600-601, grates persolvere dignas / non opis est nostrae, Dido. Jean D (...)
  • 40 Écho de Ov., Pont., III, 1, 4, has fortuna tibi nostra ministrat opes.
  • 41 Modestie feinte. Il en va tout autrement dans l’ode 8, où, dans la perspective de succéder à son fr (...)
  • 42 Cf. Ov., fast., VI, 65, finierat Iuno…
  • 43 Cf. Ov., met., VI, 203, tacito venerantur murmure numen.
  • 44 La nymphe a les yeux baissés, tout comme Didon s’adressant aux Troyens dans Verg., Aen., I, 561, Tu (...)
  • 45 Cf. Verg., Aen., XI, 408, absiste moveri ; VI, 399.
  • 46 Imitation de Verg., Aen., I, 754, insidias […] Danaum casusque tuorum ; Didon demande à Énée de lui (...)
  • 47 Le territoire des Carnutes, peuple de Gaule lyonnaise, embrassait la plus grande partie des départe (...)
  • 48 L’Hospital fait écho à ce passage dans l’épître III, 7, 25-26, At nemora haec Druidae quondam tenue (...)
  • 49 Ville de Gaule lyonnaise, aujourd’hui Orléans.
  • 50 Mondoubleau, dans le Loir et Cher ; « Mondoubleau » vient de « mons Dublelli », ou « Mons Dublellus (...)
  • 51 Montmirail (= Mons mirabilis), Sarthe ; son château date du XIIe siècle.
  • 52 Au vers 72 la nymphe disait effectivement que le territoire que possédaient les druides se situait (...)
  • 53 C’est surtout l’empereur Claude qui est connu pour sa persécution contre les druides en 43 ; il abo (...)
  • 54 Voir César, Gall., VI, 14 (réincarnation) et VI, 16 (sacrifices humains). Comme l’explique aussi Cé (...)
  • 55 Néron est empereur de 54 à 68.
  • 56 Tisiphone est l’une des furies (cf. Verg., Aen., VI, 571).
  • 57 Cf. Ov., fast., V, 305, flammis absentibus arsit.
  • 58 Écho de Ov., met., VI, 617, ferro rapiam aut per vulnera mille/sontem animam expellam.
  • 59 Cf. Ov., epist., 11, 111, rapidarum praeda ferarum.
  • 60 Cf. v. 9, depressa in convalle.
  • 61 Du Bellay fait-il allusion au château de Bois-Ruffin (commune d’Arrou, Eure-et-Loir), bien connu au (...)
  • 62 Cf. Verg., Aen., II, 420, obscura nocte per umbram ; VI, 268, Ibant obscuri sola sub nocte per umbr (...)
  • 63 Jean Du Bellay semble dire qu’une ville portait le nom de Drodas, qui viendrait de Druydes. Peut-on (...)
  • 64 Cf. v. 41, palatia.
  • 65 Cet emploi ironique d’obiicito se retrouve dans la réponse de Jean Du Bellay à l’épître I, 1 de L’H (...)
  • 66 Allusion aux vers 40-43 où Jean Du Bellay reprochait aux nymphes d’avoir pour Néron une sympathie q (...)
  • 67 Cf. p. ex. Verg., Aen., I, 325, Sic Venus.
  • 68 Cette entrée en matière de la nymphe rappelle les paroles qu’adresse Énée à Didon dans Verg., Aen.,(...)
  • 69 Selon notre hypothèse (infra, note 61), il pourrait s’agir de la Tour Ruffin.
  • 70 Sans doute Cloyes-sur-le Loir. Le nom de cette localité, « Clodia », est repris par L’Hospital dans (...)
  • 71 Sans doute le château de Glatigny, à Souday (Loir-et-Cher, cant. de Mondoubleau), où sont nés les f (...)
  • 72 Le sens de ce vers nous échappe. Les deux manuscrits portent « latiè », peut-être pour « Latiae », (...)
  • 73 L’Hospital paraît faire allusion à ce passage dans III, 7, 22, monumenta Neronis.
  • 74 Jean Du Bellay se souvient de Verg., Aen., I, 19-20, progeniem sed enim Troiano a sanguine duci/ au (...)
  • 75 Le génie du lieu est sa divinité protectrice (cf. notamment Verg., Aen., V, 95).
  • 76 Cf. Verg., Aen., I, 166-168, antrum/ […]/ nympharum domus. Chez Virgile, la demeure des nymphes est (...)
  • 77 C’est la première fois que Du Bellay précise que les nymphes avec qui il dialogue sont des dryades (...)
  • 78 Jean Du Bellay est appelé Langey, comme au vers 169 ; en réalité, à la mort de Guillaume, c’est Mar (...)
  • 79 Cf. Ov., Pont., IV, 8, 7, impetus iste tuus longum modo duret in aevum.
  • 80 Cf. p. ex. Verg., ecl., 3, 23, si nescis.
  • 81 Hugues Capet (987-996). Jean Salmon Macrin prétendait que la famille Du Bellay remontait au temps d (...)
  • 82 Cette phrase fait écho à Verg., georg., I, 61-62, quo tempore primum/ Deucalion vacuum lapides iact (...)
  • 83 Cf. Verg., Aen., IV, 48, Teucrum comitantibus armis. Les Andécaves, peuple de la Lyonnaise, aujourd (...)
  • 84 Pour l’expression fidem sequi, voir par exemple Caes., Gall., V, 20, 1, Mandubracius adulescens Cae (...)
  • 85 Probablement Childéric III, le dernier Mérovingien, destitué en 751 par Pépin, le premier Carolingi (...)
  • 86 Cf. Verg., Aen., VI, 767, Procas, Troianae gloria gentis. La gloire de la famille Du Bellay remplac (...)
  • 87 Le génitif pluriel Pictum est inhabituel.
  • 88 C’est-à-dire à Langey. Rien n’atteste la présence des Du Bellay dans la région à cette époque. Ce n (...)
  • 89 Robert II le Pieux (996-1031), fils d’Hugues Capet.
  • 90 Cf. Ov., Trist., V, 8, 18, et tantum constans in levitate sua est ; Catulle, 108, 2, inimica bonoru (...)
  • 91 Sur ce nom donné à Jean Du Bellay, voir v. 143.
  • 92 Allusion au reproche que Du Bellay fait aux nymphes de s’être cachées durant des siècles (v. 21-22)
  • 93 Cf. v. 159.
  • 94 On comprend qu’ayant pu retourner en Anjou, les Du Bellay ont alors quitté la région de Langey.
  • 95 L’arrière-grand-père de Jean. Hugues VII, mourut en 1415 à Azincourt. Il était vassal du duc d’Anjo (...)
  • 96 Louis Du Bellay s’était engagé dans la carrière des armes au service du roi de France. Il servit no (...)
  • 97 La date de la mort de Louis Du Bellay est inconnue. Il était encore en vie en 1529, puisque dans un (...)
  • 98 Verg., ecl., 4, 51-52, terrasque tractusque maris caelumque profundum,/ aspice (le poète s’adresse (...)
  • 99 Dans l’ode 8, 41, Du Bellay parle de la Parque vorace qui a injustement fait mourir Langey (v. 41-4 (...)
  • 100 La correspondance de Jean Du Bellay fait à plusieurs reprises allusion aux dettes laissées par Lang (...)
  • 101 Le testament de Guillaume Du Bellay (fr. 4332, fos 73 ss., 13 novembre 1542) est publié par Charles (...)
  • 102 Sur Guillaume Du Bellay homme de guerre et homme de lettres, voir « La Silva Langaeana », infra, p. (...)
  • 103 Cf. Ov., Pont., I, 4, 35, nos fragili ligno vastum sulcavimus aequor. La phrase s’adresse à Jean Du (...)
  • 104 Cf. Lucr., V, 512, Sponte sua nequeant liquidas exsistere in auras.
  • 105 Cf. Ov., fast., IV, 281, Lesbo postterga relicta ; met., II, 187, multum caeli postterga relictum.
  • 106 Cf. v. 19, Et vos esse Deas nobis dictavit Apollo.
  • 107 Dans le sens d’otium, « loisir studieux ».
  • 108 Cf. Verg., Aen., V, 73, aevi maturus Acestes.
  • 109 Littéralement : « qui n’est pas encore arrivé à son terme, ni au bout de ses peines ».
  • 110 Dans l’ode 8, 47-49 des Poemata (1546), Jean Du Bellay évoque la possibilité de poursuivre les Mémo (...)
  • 111 Il est dangereux de défier la mer ou le dieu Neptune. Ulysse l’apprit à ses dépens : ayant aveuglé (...)
  • 112 C’est l’opposé du lieu commun : inviter à courir quelqu’un qui court déjà (Hom., Il., VIII, 293 ; C (...)
  • 113 Possible référence a Vénus, qualifiée a deux reprises par Tibulle de déesse « cruelle » (acerba) : (...)
  • 114 Écho de Verg., Aen., I, 615-616, quis te, nate dea, per tanta pericula casus/ insequitur ? Didon s’ (...)
  • 115 Hospitalis ou Hospitalius est l’équivalent du grec xenios [ξένιος, « hospitalier »]. Le jeu de mots (...)
  • 116 Tiraqueau et L’Hospital font partie des hôtes réunis à Saint-Maur que Jean Du Bellay énumère dans l (...)
  • 117 hic, dans les deux manuscrits. On aurait attendu his.
  • 118 La nymphe, tout comme Jean Du Bellay (v. 9, canebat), « chante » (cecinit).
  • 119 Verg., Aen., III, 718, conticuit tandem factoque hic fine quievit. Ainsi s’achève le troisième livr (...)

Un jour, par d’étroits sentiers, sur le chemin qui conduit

À un bois élevé qui rivalise en hauteur avec l’Olympe7,

Un prêtre8, né du sang des Langey9

(Qui sont issus de la vieille famille angevine des Du Bellay10),

5

Faisait entendre une voix tremblante et traînait des pas

Incertains, qu’il affermissait à l’aide d’un bâton d’ivoire ;

Une grave maladie et une fièvre qui durait depuis plus d’une année,

Ainsi que de longs labeurs, avaient ôté bien des forces à ce malheureux11.

Dans une profonde vallée12, il chantait ces quelques vers :

10

« Nymphes13 de Langey, dont les pieds blancs comme le marbre14,

Sur le bord même d’un chemin en pente, sous des chênes ombreux

Et des lierres tenaces15, sont lavés et baignés

Par les eaux d’une source éternelle16, qui se précipite ensuite au fond des lacs17,

Dites-nous donc qui des hommes ou des dieux18

15

Nous a donné de pouvoir contempler ces visages et ces bouches

Exhalant l’ambroisie, et de vous distinguer des filles

De bergers19. En effet, votre apparence n’est pas semblable

À la leur, déesses, et même votre voix n’est pas en harmonie avec la leur20 ;

Et Apollon nous a dit que vous êtes des déesses21.

20

Mais vous êtes trop dures (pardonnez-moi, divinités :

La douleur trouble mon cœur), vous qui avez supporté de vous cacher

Durant une si longue période, et durant tant d’années, alors qu’on était à votre recherche.

Certes, autrefois, l’illustre Langey, votre enfant,

Langey, dont la gloire est connue jusqu’au haut de l’éther22, n’était-il pas

25

Digne, après être venu à bout de tant de labeurs23 sur terre

Et sur mer, d’être reçu enfin dans vos séjours

Et de jouir24 de votre vue et de votre voix ?

Je me souviens (car aucun de mes frères25 ne me fut plus doux

Que lui) qu’il se consumait dans un extrême amour pour vous

30

Et qu’il dépérissait de désir ; qu’il disait que pour lui il n’y avait rien de plus noble,

Rien de plus est imable parmi tous les plaisirs de la vie

Que de respirer vos souffles vitaux26 en vous embrassant

Et, vous embrassant encore, que de les exhaler,

Tant est grand l’amour que fait naître le partage des mêmes intérêts27.

35

Quand il commandait des armées ou qu’il dirigeait des royaumes28,

Vous avez été attachées à son cœur, vous avez toujours été sur ses lèvres29,

Et jour et nuit il vous appelait de sa voix30.

Insensibles, vous l’avez méprisé, et à cela je ne suis pas encore parvenu

À imaginer d’autre raison que les malheurs et les tyrannies,

40

Que vous aviez en horreur. Mais si Néron lui-même autrefois

Ne vous fit pas peur31, sous le règne duquel jadis s’élevèrent ici

Des palais32, comme le révèlent des monnaies extraites de tumulus33,

Pourquoi François vous fit-il peur, lui le défenseur et le guide des Muses34,

François – le soleil n’a jamais rien vu de meilleur que lui –,

45

François, dont l’amour en moi croît d’heure en heure35,

De telle sorte que, s’il ne restait pas l’espoir de fils, de filles et de brus36,

Dont la valeur rivale37 lutte pour les égaler dès maintenant à leur père,

Je ne voudrais pas survivre, je ne voudrais pas continuer cette vie38 ?

Ô nymphes, ne pensez pas, parce que je me plains que votre sort n’ait pas

50

Été confié à Langey, que je m’indigne qu’il ait été confié

À moi, qui n’ai pas le pouvoir de rendre grâces

Pour une si grande faveur39, pour un tel projet et pour un tel dessein.

Mais ma plainte vous concerne, croyez-moi.

En effet, à supposer que, pour exalter ces lieux et pour illustrer

55

Votre nom, et tout ce qu’ils ont de charme, j’emploie

Mon intelligence et tous les moyens que la fortune me donne40,

Que vaut donc tout ce que j’ai d’intelligence,

Si on essayait de la comparer à l’intelligence,

À la vigueur du génie, à la science, à la culture de Langey41 ?

60

Et vous, pourquoi n’avez-vous pas placé en lui de plus grandes espérances ?

Voilà donc les motifs de plainte que j’ai à votre encontre ».

Le prêtre avait terminé42 ; les nymphes accueillirent ses paroles

Par un murmure bien audible43. Celle qui reçut ensuite l’ordre de parler,

Baissant les yeux44, par révérence pour ses sœurs, s’exprima ainsi :

65

« Notre faute n’est pas telle que tu l’imagines – cesse de t’émouvoir45.

Bien plus, toi qui ne t’étonnes nullement de ce qui est fragile,

Du Bellay, peut-être t’étonneras-tu cependant de certains

Événements passés, pour peu que tu m’accordes une oreille attentive

Pendant que je passe en revue les destins des rois et les vicissitudes des tiens46.

70

De tous les lieux que tu peux observer à perte de vue,

Ce sont, comme aujourd’hui, les Carnutes47 qui en possédaient la partie avant ;

Les druides tenaient la partie de gauche48 ; aux habitants de Cénabum49 était échue la partie de droite ;

La partie située à l’arrière s’étend, en passant par la Loire charmante, jusqu’en Anjou.

Il y a de paisibles collines qui peu à peu, au-delà de ces chemins impraticables,

75

Deviennent plus hautes, jusqu’à ce que, soulevées dans les airs,

Elles se transforment, à l’extrémité de ce territoire, en une montagne abrupte.

Les collines situées à l’opposé ont la même forme, avec une montagne semblable ;

Sur chacune de ces montagnes a été construite une place forte. On appelle la deuxième « double »,

En raison de son double sommet50, et la première « merveilleuse51 »,

80

En raison de ses constructions variées, œuvre admirable des habitants antérieurs.

Une immense plaine boisée, qu’entourent ces bras

De collines, était autrefois un séjour très apprécié des druides52,

Tant qu’on le leur permit et que la colère des dieux ne s’était pas encore enflammée.

Lorsque la puissance romaine brisa les Gaulois restants53,

85

Elle leur fut particulièrement hostile, non parce que, inhumains et cruels,

Ils offraient du sang humain à Pluton comme sacrifice expiatoire

– Car cela est une fiction –, mais parce qu’ils enseignaient aux leurs

Qu’on pouvait mépriser la mort et aspirer à une autre vie54.

En effet, qu’est-ce qui pouvait davantage exciter des hommes unis par le sang à prendre les armes ?

90

Mais il fut suffisant de les frapper d’un impôt excessif,

Jusqu’au moment où l’on arriva à l’empire et aux sceptres de Néron55.

Alors Tisiphone56 brûla de flammes encore plus cruelles57

Contre ces malheureux. Hélas, piété, hélas, sainte foi

De la religion ancestrale ! Les uns moururent de mille blessures58,

95

D’autres, devenus la proie des bêtes sauvages59, périrent dans ces montagnes ;

Le métal en tint d’autres enfermés dans une dure

Servitude, tant la vertu est hostile à la haine !

Un seul soldat était digne de n’importe quel Néron,

Ruffin. Ici, dans ces noires vallées60, il éleva

100

Une haute tour consacrée à la famille Ruffin61. C’était là la prison

Des condamnés, d’où il se rendait en secret dans le vaste bourg,

Là où les druides, en cachette, au milieu de la nuit, avaient coutume

De se glisser dans l’ombre62 pour accomplir leurs sacrifices aux dieux.

La tour a gardé son nom. Le mot désignant le bourg

105

A été modifié ; en effet, les habitants l’appellent Drodas63.

La citadelle devint une boucherie, le bourg un triste bûcher.

Désires-tu savoir quel sort nous malmena alors ? Une résidence

Magnifique (c’est ce que tu appelles palais64),

Fut construite par Ruffin sur les lieux qui s’offrent encore

110

À notre vue et, pour éviter que, dans toute la région, quelqu’un ne se dissimulât,

Il brûla tous les bois qui faisaient obstacle et les mit tous à nu.

Nous nous enfuîmes, toutes malheureuses. Maintenant, si tu le souhaites, excellent Du Bellay,

Reproche65 aux nymphes le tyran tout humide du massacre

Incessant des nôtres, et, après nous avoir reproché Néron,

115

Fais que nous marchions sous ton autorité malgré notre haine pour François66 ».

Ainsi parla la nymphe67. Les autres manifestèrent leur accord, puis elle ajouta :

« Veux-tu que je te rappelle quels furent les destins qui nous échurent ensuite68,

Et quel fut l’enchaînement des événements qui mirent à l’épreuve la maison Du Bellay ?

Il ne suffisait pas à Ruffin d’avoir établi des tours d’observation69 ; il lui fallait encore

120

Construire une ville. Celle-ci, appelée Clodia70, du nom de Claudius,

Clogia, est vôtre maintenant, vôtre aussi Latinium71 ; l’une et l’autre

(Vous avez poussé vos premiers cris dans la seconde, une partie de votre famille dans la première,

Vous [dans la cité latine], eux en fonction des circonstances et de l’époque72)

Sont l’œuvre du même personnage. Regarde d’ici la campagne romaine,

125

Les champs romains et le feuillage romuléen ;

Où que tu tournes les yeux, tu verras des monuments73

Rappelant la claire défaite de la race des Gaulois.

Mais Jupiter, le vengeur des crimes, finit par lancer

Contre ces contrées une race provenant du sang troyen ;

130

Et la souche troyenne également, mais bâtarde, fut chassée d’ici74.

Alors on ne songea plus à brûler les forêts pour découvrir

Les embuscades, ni à forcer les paysans à retourner la terre

Avec le hoyau pour nourrir les légions ; le soldat commença

À confier toute chose à la nature et au génie du lieu75,

135

Soldat barbare, certes, mais doux – c’est ce qui fait le charme de ce peuple.

Ensuite, de belles forêts se mirent à croître à l’envi,

Demeure des nymphes76 ; les sources que le sol avait desséchées

Et qui s’étaient cachées dans les entrailles de la terre amicale,

Émergèrent, et le charme le plus paisible revint dans ces contrées.

140

Dès qu’il fut revenu, les temps anciens remarquèrent que nous étions peu à peu aussi

Revenues ; et nous, les dryades77, nous nous installâmes à nouveau sur ces rivages.

Car les douces nymphes recherchent l’ombre et la solitude.

Ignores-tu, Langey78, par quelle puissance divine votre

Maison, saine et sauve, subsiste tant bien que mal, grâce à nous, de nos jours encore79 ?

145

Si tu ne le sais pas80, à l’époque où le roi Capet81

Commença à prendre les rênes de tout l’empire des Gaulois82,

La famille Du Bellay s’était opposée à lui par son courage et par ses combattants,

Associée aux armes angevines83 et s’en remettant avec zèle

À la protection qui lui avait été dévolue par le sort84 lorsqu’Ényo chassa

150

Childéric85 ; les richesses et la gloire de la famille Du Bellay86

Disparurent. Les noms qui faisaient retentir les généalogies

De votre famille çà et là sur le territoire de l’Anjou et du Poitou87,

Tel fut l’ample butin des vainqueurs ; et les chefs de la famille, parce que c’est à peine

S’il leur restait encore ce dernier recours, fuirent sous ces pacages88 ;

155

Et nourris et protégés par nos soins (ne va pas penser que vous ne nous devez

Rien), ils vécurent en grand nombre dans les forêts.

Les durs destins ne leur permirent pas de quitter cet endroit,

Jusqu’à ce que Robert89, l’illustre fils de Capet,

Leur rendît une partie de leur territoire et de leur fortune.

160

Mars anéantit l’autre partie, que le sort leur avait autrefois donnée.

Un esprit qui ne se sentait coupable de rien avait-il mérité cela, dis-tu ? Mais que

Faire ? Est-il quelqu’un qui ne soit tourmenté par un sort méchant, violent,

Constant seulement dans la légèreté, ennemi des gens de bien90 ?

Oui, c’est ainsi que la sagesse des dieux se joue de nos

165

Affaires, pour nous avertir que tout ce que nous voyons est

Fuyant, et qu’il vaut mieux demander quelque chose de sûr et d’éternel.

Mais pour finir (je vais maintenant terminer mon discours),

Pourquoi te plains-tu de notre comportement

À l’égard de ton frère, ô Langey91 ? Comme si ce n’était pas plutôt lui qui nous

170

Méprisa ! Si quelqu’un a commis une erreur, n’est-ce pas lui ?

Ne fûtes-vous pas la cause de notre exil et de notre fuite

Durant tous ces siècles dont vous nous reprochez la durée92 ?

Car lorsqu’il fut donné aux Du Bellay de revenir dans le pays d’Anjou93

Et dans les campagnes qu’ils avaient reçues, c’est à peine si notre

175

Nom fut mentionné ; on ne vit personne ramener dans ces contrées

Une descendance et des petits-enfants désirés ;

L’entretien fut confié à d’autres et c’est un administrateur qui s’occupa des champs94. Que dire du fait que lorsqu’on arriva à l’époque de tes bisaïeux95, ils commencèrent à détruire

Les bois, à tenir les dryades à l’écart des forêts, à assécher

180

Les lacs et à enfouir les sources dans les entrailles de la terre ?

C’est ainsi que l’on rendit grandes grâces aux nymphes !

Que fit ton père lui-même96 ? Ne fut-il pas pour nous (cela soit dit

Sans t’offenser, Jean) comme un autre Ruffin ?

Pour le reste, personne ne fut meilleur, personne sur terre ne fut

185

Plus respectueux du droit, personne plus cher à sa patrie ;

Personne de nos jours ne fut davantage pleuré à sa mort97.

Mais regarde ces étendues de terres98, ces campagnes

Qui servent à nourrir des milliers de paires de bœufs et de brebis !

Veux-tu que d’un mot je résume ce qu’a fait ton père ?

190

Cette forêt fut bien la forêt de Langey ! Il ne nous appartient pas de demander

Comment il dissipa ces richesses en temps de guerre comme en temps de paix,

Ou pourquoi il condamna toutes les dryades par un seul édit.

Parce qu’il convient aux nymphes et aux doctes jeunes filles d’obéir,

Nous obéîmes au maître et nous ne fîmes pas entendre la voix de la plainte.

195

Que dire de ton frère ? Voici le point essentiel : il désira, je pense,

Prendre les choses en main et il eut plus qu’assez de bonnes dispositions.

Cependant – prends courage – que nous a-t-il jamais apporté ?

De toute sa vie on ne le vit ici que deux fois :

Il parcourut avec zèle les mers et les terres et, à supposer que

200

La jalousie d’un petit nombre ou le sort imposé par les Parques ne lui aient pas tout

Permis99, à lui du moins le royaume doit autant

Qu’il doit lui-même100, comme on l’apprend dans son testament101.

Les Muses quant à elles lui doivent d’avoir été introduites à la cour,

Et il enseigna aux vieux Gaulois à s’habituer à l’écriture102.

205

La réalité elle-même, bien que tu te taises, me fait tenir

Ce discours ; et toutes, ici, nous souhaitions pour lui ces honneurs

Qui furent concédés à d’autres et qui semblent presque lui être ôtés.

Mais la cause de ta plainte est bien différente.

Il y a en effet une très grande différence entre tout tenter

210

Pour pouvoir accomplir quelque chose, ou l’accomplir en réalité.

Quant au fait que Langey ne nous a pas honorées autant qu’il l’aurait

Voulu, qui lui en ferait le reproche ? En revanche,

Il faut le déplorer chez un homme qui s’est éloigné de la tempête

Pour ne pas devoir sillonner cette mer à l’aide de voiles et de rames103.

215

Mais qu’il ait bien mérité de nous, ou que nous soyons

Complices d’une faute en niant qu’il a bien mérité de nous,

Lui dont l’esprit est bon et la vertu pure,

Lui-même ne le prétendrait pas, s’il revenait maintenant à la vie104.

Mais toi, Du Bellay, il nous plaît ici, en laissant les autres de côté105,

220

De faire appel à toi, parce que ton rôle est de t’occuper de nos

Affaires, crois-moi, et d’empêcher notre ruine.

Fais donc en sorte que nous jouissions de ton agréable présence.

Tu dois cela aux Mânes de ton frère, ils te le demandent ;

Toutes les Muses te pressent, il t’exhorte aussi,

225

Apollon, qui, dis-tu, t’a parlé de nous106.

Personne ne te reprochera cette inaction, ni ce repos107,

Qui n’est pas celui de l’homme trop âgé108 et incapable de travailler109.

Tu as déjà assez donné à la patrie, au roi et aux autres.

Accorde-nous quelque chose110 ou, s’il est permis de dire la vérité,

230

Accorde-toi quelque chose. Et tant que rien ne t’en empêche, tant que les vents ne refluent

Pas du rivage, réfugie-toi de la haute mer vers les ports.

Celui qui se moque des hasards de Neptune les pleurera111 ;

Le bœuf paresseux prendra courage si on le tourmente souvent112 ;

Si on la met trop à l’épreuve, la patience de la déesse113 se transforme en fureur :

235

Elle est déjà par elle-même déloyale, mais elle devient acerbe si on l’irrite.

Toi, qui as vécu tant de malheurs, tant de dangers114 – très peu

En ont vécu autant – ne décideras-tu pas enfin d’y mettre un terme ?

Voici que par hasard, divin hasard, un couple d’amis te vient

De la ville, Tiraqueau et Xenius115, tous deux

240

D’une culture remarquable, et d’une vertu et d’une loyauté rares116. C’est à juste titre

Qu’ici117 tu es cher à ces grands citoyens ; consulte-les

Car ils sont savants et incapables de tromper les amis ».

Lorsque la nymphe eut chanté118 cela au prêtre Du Bellay,

Elle se tut et, achevant là son discours, se reposa119.

ANNEXE 2. JEAN DU BELLAY, MÉMOIRE SUR LES AFFAIRES D’ANGLETERRE, ÉDITÉ PAR NATHALIE GUILLOD

[1539-1542]120, s.d. – s.l. Memoires pour le fait d’entre le Pape et le roi d’Angleterre auquel le Roi s’estoit entremis, ecrit de la main du cardinal du Bellai

  • 120 Autour de ce texte, dont le manuscrit autographe est conservé à Paris, BnF, Dupuy 33, fos 52r°-64v° (...)
  • 121 Jean Du Bellay avait d’abord écrit : « desirer ».
  • 122 Au moment où une entrevue entre Clément VII et François Ier commence à être discutée, dès l’hiver 1 (...)
  • 123 Jean Du Bellay avait d’abord écrit « pullulant ».
  • 124 Jean Du Bellay avait d’abord écrit « restraindre », dont il a barré le r initial.
  • 125 BnF, Dupuy 33, f° 52v°.
  • 126 En marge : « Nota : de sçavoir du cardinal de Tournon plusieurs choses ».
  • 127 « Qu’il » corrigé en « qui ».
  • 128 François de Tournon et Gabriel de Gramont quittent la cour à Amiens le 6 novembre 1532. Ils sont re (...)
  • 129 Il est possible que Jean Du Bellay ait eu sous les yeux les instructions baillées à Jean de Dintevi (...)
  • 130 C’est Jean de Dinteville, bailli de Troyes, envoyé ambassadeur en Angleterre en janvier 1533, qui a (...)
  • 131 Ce topos revient sans cesse dans les documents de l’époque. Une formulation similaire apparaît par (...)
  • 132 Dupuy 33, f° 53r°.
  • 133 Dans les instructions remises à Jean Du Bellay en novembre 1533 il est dit de même : Henri VIII aur (...)
  • 134 Henri VIII accueille effectivement favorablement la proposition et promet d’envoyer le duc de Norfo (...)
  • 135 Ce sont finalement Thomas Howard, duc de Norfolk, George Boleyn, lord Rochford, frère d’Anne Boleyn (...)
  • 136 Nous n’avons pas retrouvé les instructions des ambassadeurs anglais.
  • 137 Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme). Le roi y est les 12 et 13 juillet 1533, ibid., t. VIII, p. 482-483.
  • 138 Suit ici un paragraphe biffé, en partie repris plus loin dans le récit : « Et esta noter qu’ayant a (...)
  • 139 Anthony Browne, gentilhomme de la Chambre de Henri VIII, dans une lettre de Paris du 12 juin à Thom (...)
  • 140 En marge : « Nota : hic de sçavoir des propoz qu’ilz apporterent ».
  • 141 Jean Du Bellay avait d’abord commencé à écrire : « Et après plusieurs propoz et quelques journees q (...)
  • 142 BnF, Dupuy 33, f° 53v°.
  • 143 Francis Bryan. C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 100.
  • 144 En marge : « Nota : si voulez nommer Jehan Joachim, Morette, Laigerie, etc. ». Les deux premiers so (...)
  • 145 Rodolfo Pio di Carpi, nonce en mai 1533 (ibid., t. IX, p. 126), envoyé auprès de François Ier expre (...)
  • 146 Cesare Trivulzio, nonce ordinaire de septembre (ou octobre selon J. Fraikin) 1529 jusqu’au début de (...)

3L’une des raisons, et principale, qui avoyt mené le Roy a Marseille et qui luy avoyt faict accorder121 l’entreveue du Pape et de luy, c’estoyt, comme j’ay dict, pour communiquer par ensemble des choses qui pouvoyent toucher au bien et repoz de la Chrestienté et remedier aux troubles qui estoyent desja et estoyent apparens d’estre encores plus grans en icelle, car pape Clement, le recherchant de ceste entreveue, luy proposoyt ces raisons122. Or luy sembloyt que l’une des choses qui pour lors autant requeroyt qu’il y feust pourveu, c’estoyt la dissension qui estoyt nee et alloyt de plus en plus croissant123 entre le Sainct-Siege apostolique et le royaulme d’Angleterre, car il veoyt evidentement que cela pourroyt par après tirer a soy grant consequence et que si promptement ne se y pourveoyt, le feu s’en alloyt si avant enflammé qu’après il seroyt difficile a estraindre124. Le Pape faisoyt grandes et continuelles instances audict sr qu’il prinst cecy en main, saichant qu’il avoyt plus de moyen de persuader ledict roy d’Angleterre que nul aultre de le faire descendre a quelques partiz. D’aultre part aussi, ledict roy d’Angleterre se fyant de la foy et amytié dudict sr, se125 vouloyt plus rapporter et remectre en luy de tout cest affaire qu’en nul aultre. Quoy voyant, le Roy très crestien – et luy faisant nostre Sainct-Pere sçavoir par les cardinaulx de Tournon126 et de Grantmont, qui127 estoyent allez vers luy, comme dict est, pour ceste pacification128, que s’il vouloyt venir a Marseille, il se condescendroyt a de si grandes raisons que jamais ne departiroyent d’ensemble que quelque bon expedient ne se trouvasten cest affaire – voyant donc ledict sr ce que dict est, accorda ceste veue, esperant d’en veoir venir ung très grant fruyct129. Et envoya vers le roy d’Angleterre luy faire sçavoir ce que dessuz130, le pryant vouloir envoyer quelques personnaiges ausquelz il eust toute fiance tant pour estre tesmoings et participans de tout ce qui se feroyt en ceste entreveue que pour povoir desduyre ses raisons, la ou besoing seroyt, que aussi pour accepter les partiz qui se trouveroyent raisonnables, si bon luy sembloyt, avec povoir de capituler selon iceulx, asseurant ledict Roy de mains ne traveiller en cest affaire pour l’en mectre en repoz d’esprit que si c’estoyt son propre affaire131, ainsi qu’il avoyt faict par le passé. De ceste offre, ledict Roy le remercya grandement et monstra d’en avoir bien grant contentement, disant que si ses affaires pouvoyent porter si longue absence, luy-mesmes viendroyt en personne132 trouver le Roy pour plus facilement et promptement y trouver resolution133. Mais, en faulte de ce, y envoya ceulx qui luy estoyent de plus pres d’auctorité, alliance, familiarité et credict134, entre les aultres le duc de Norfoch, le frere de sa nouvelle femme, le tresorier etc., accompagnez des plus sçavans personnaiges de son royaulme et qui myeulx estoyent pour debattre ses raisons135. Et estoyent iceulx deputez guarniz de povoir bien ample136, et vindrent trouver le Roy a Vuich137, qui alloyt de la prendre son chemin par le Languedoc, qu’il n’avoyt encores veu, pour de la venir descendre a Marseille138. La furent fort honnorablement receuz par le Roy et familiairement traictez, ainsi que meritoyt l’amytié des deulx roys et lieu qu’ilz tenoyent envers leur maistre139. Et après plusieurs propoz140 et quelques journees qu’ilz eurent esté ensemble, pour l’incommodité qu’eussent eu lesdictz srs, qui estoyent venuz a grans journees et de pays loingtain, [sembla141] que leur meilleur seroyt – avant142 mesmement que s’enfoncer et descendre ou pays de Languedoc, qui est pays fort chault et a eulx non accoustumé, aussi que leurs gens et chevaulx commençoyent fort a se lasser –, le meilleur seroyt qu’ilz laissassent aulcuns d’eulx, des plus familiers de nostre court, avec leur ambassadeur, vers le Roy143, et qu’eulx iroyent reprendre le chemin de Lyon qui estoyt beaucoup le plus court et plus commode pour eulx, pour après venir a rencontrer le Roy le jour qui seroyt le plus a propoz pour les ungs et pour les aultres. Se ordonna le Roy grosse et notable compagnye de ses serviteurs pour les accompagner, et chef d’entre eulx l’evesque de Paris, tous leurs amys et familiers, dont nul n’y avoyt qui n’eust esté ambassadeur en Angleterre et a qui ilz n’eussent privaulté144. Et leur ordonna que partout ou ilz passeroyent ilz feussent traictez et honnorez comme eust esté la propre personne de monsr le dauphin. Se departirent d’avec le Roy en icelle compagnye, plains de grant esperance, tant ledict sr qu’eulx, qu’il se feroyt quelque bien bonne chose, et advertirent tous ambassadeurs, chacun respectivement leur maistre, du bon commencement qui se veoyt en ceste matiere, faisans entre les aultres, les ambassadeurs du Pape Fayence – qui, comme dict est, estoyt venu de sa part pour conclure la veue et communiquer de cest affaire d’Angleterre145 – et l’evesque de Come146.

  • 147 BnF, Dupuy 33, f° 54r°.
  • 148 Voir note 138 ci-dessus.
  • 149 Pomponio Trivulzio, ibid., t. IX, p. 227 et t. X, Index.
  • 150 Nous n’avons pas identifié ce personnage.
  • 151 La sentence d’excommunication est prononcée le 11 juillet 1533 (Stephan Ehses, Römische Dokumente z (...)
  • 152 La phrase est incomplète.
  • 153 BnF, Dupuy 33, f° 54v°.
  • 154 George Boleyn est effectivement dépêché en toute hâte en Angleterre, où il arrive le 28 et dont il (...)
  • 155 En marge : « Nota : sçavoir du cardinal de Tournon que portoyt la sentence ».
  • 156 En effet, après avoir reçu la nouvelle de la sentence, Henri VIII exige de ses ambassadeurs, à défa (...)
  • 157 En marge : « Nota : que ce narré est ung peu long ».
  • 158 « Ou nom du Roy » ajouté en marge.
  • 159 La fin de la phrase, depuis ici, ajoutée par Jean Du Bellay dans l’interligne.

4Mais bientost advinst une nouvelle qui troubla bien ceste feste par la maniere qui s’ensuyct147. Il esta noter que, prenant le Roy très chrestien cest affaire en main a la requeste des parties, il les prya et conjura de riens ne innover ne attenter les ungs contre les aultres148 jusques a ce qu’on veistl’yssue de cest entreprinse, ce qu’ilz accorderent de faire, et s’en tenoyt ledict sr tout asseuré. Or, estant les deputez d’Angleterre venuz jusques a Lyon, ainsi qu’il[z] entroyent dedans la ville, les accompagnans les gens de ladicte ville et gouverneur149 en grant honneur, voycy ung gentilhomme qui venoyt de Rome en poste en extreme diligence devers le roy d’Angleterre150, qui vient dire en l’oreille au duc de Norfoc qu’il s’en alloyt signifier au roy d’Angleterre comment sentence avoyt esté donnee contre luy par pape Clement151 et luy en baille une petite lettre dont le pouvre duc demoure si estonné que souldainement cuyda deffaillir. Et, ayant dict ceste nouvelle a l’evesque de Paris, après s’estre le myeulx rasseuré qu’il peult, se retirent secretement au logys et commencent a communiquer par ensemble quel remede se pourroyt trouver en cest affaire. L’evesque de Paris, qui suyvant et saichant l’intention de son maistre estre pour le bien de la Chrestienté [et que]152 la chose si bien commencee se continuast, feist tant envers ledict duc et aultres deputez qu’après plusieurs disputes ilz se contenterent que – pour suyvre leur premiere opinion, qui estoyt d’aller en poste prendre congié du Roy pour retourner devers leur maistre153 – le frere de la Royne seulement y iroyt en poste et extreme diligence pour sçavoir ce qu’il luy plairoyt qu’ilz feissent154 ; et Bryant iroyt vers le Roy pour l’advertir aussi de ce qui leur estoyt survenu et se plaindre de l’offense du Pape. Ilz disoyent que, après que leur maistre auroyt receu une telle honte que d’estre condamné par le Pape et declaré excommunié155, il ne seroyt honneste qu’eulx se trouvassent avec le Roy comme supplyans vers ledict Pape156. Et disoyent que s’ilz avoyent faict une telle faulte, leur vie seroyt envers luy en très grant dangier. Et de faict, n’eust esté l’asseurance157 que leur bailloyt l’evesque de Paris que ceste sentence, qu’il presupposoyt avoir esté donnee par contumace, se pourroyt reparer par l’ordre de droicta ceste entreveue, et une façon de protestes qu’il feist a l’encontre d’eulx ou nom du Roy158 s’ilz s’en alloyent si souldainement (desquelles protestes ilz se povoyent couvrir envers leur maistre), s’ilz rompoyent dez l’heure toute pratique de paction et s’en retournoyent souldainement en Angleterre159, prins qu’ilz auroyent, ou faict prendre, congié du Roy.

  • 160 Jean Du Bellay a ajouté « publiquement » dans l’interligne.
  • 161 BnF, Dupuy 33, f° 55r°.
  • 162 En marge : « Nota : de sçavoir [de] Tournon ».
  • 163 Un témoignage semble confirmer en partie ces propos de Jean Du Bellay. Dans The Life and Raigne of (...)
  • 164 Dans sa lettre au roi du 17 août 1533, François de Tournon explique les raisons qui ont poussé Clém (...)
  • 165 BnF, Dupuy 33, f° 55v°.
  • 166 Au bas de ce feuillet, un paragraphe ajouté en incise : « Me semble qu’il sera bon faire quelque pr (...)
  • 167 Le texte porte « problables ».
  • 168 François Ier s’emploie en particulier à calmer la colère du monarque anglais et à le rassurer sur l (...)
  • 169 George Boleyn arrivé en Angleterre le 28 juillet, repart le 30 et retrouve Norfolk à Lyon, où il lu (...)
  • 170 Stephen Gardiner, évêque de Winchester, proche de Norfolk et rival de Thomas Cromwell, est envoyé e (...)
  • 171 Norfolk repart pour l’Angleterre le 8 août, où il arrive le 30. Les autres députés anglais quittent (...)
  • 172 BnF, Dupuy 33, f° 56r°.
  • 173 En l’absence des députés anglais, sous l’impulsion du parti radical et de Thomas Cromwell, Henri VI (...)

5La raison qui avoyt meu ledict Pape de donner ceste sentence fut, entre aultres, une nouvelle qui luy vinstque le roy d’Angleterre, combien qu’il eustpromis, comme dict est, au Roy de ne riens innover, feist jouer ou permist estre jouees publiquement160 des farces dedans Londres fort ignominieuses esquelles, entre aultres choses, alloyent par les rues gens masqués, abillez en cardinaulx, qui portoyent en crouppe des putains et des bardaches, choses que le Pape interpreta a innovation et qu’il prinsta très grant despit. Et combien que les cardinaulx de Tournon et Grantmont susdictz161 feissent ce qu’ilz povoyent pour empescher ceste sentence et que le Pape monstrastne la vouloir donner162 mais qu’aux procureurs de la vielle Royne, et pour myeulx dire aux agens de l’Empereur et cardinaulx tenant sa part, il ne povoyt desnyer que la matiere, suz le delay qui avoyt esté baillé, ne feust myse en consistoire, disant tousjours ausdictz cardinaulx françoys que nul effectne s’en ensuivroyt, et monstrant de ainsi le penser163. Si est-ce qu’il estoyt bien aise de laisser courir le dé et fermer les yeulx a une façon de tumulte ou commun consens que la pluspart des cardinaulx, irritez de ce que dessuz, avoyent prins ensemble de donner ceste sentence, car, en effect, il sçavoyt bien que mectant la matiere en consistoire elle se donneroyt. Et aussi vouloyt-il qu’elle se donnast, comme disant qu’ayant sa partie et luy injurié chacun en son endroict, et l’un ne demourant poinctinjurié sans revenche, ilz demoureroyent but a but. Et, la ou a Marseille les choses se abilleroyent, elles passeroyent avec plus de sa reputation. Et telle fut la fantaisie de pape Clement, lequel ne faillit d’envoyer s’excuser au Roy de ce qui avoyt esté faict, disant la sentence n’estre procedee de sa voulenté mais qu’il n’avoyt peu reffuser audience aux parties après tant de delaiz, mesmement suz son partement de Rome pour le venir trouver, car les Imperiaulx eussent cryé d’injustice, et d’autant plus luy eust esté osté de moyen de faire quelque chose de bon avec luy, car on l’eust jugé trop partial164. Et que cest acte luy donneroyt plus d’auctorité de povoir faire quelque bonne chose, actendu mesmes que ceste sentence se pourroyt facilement165 rabiller par les raisons cy-dessuz dictes166. Le Roy receut, ou monstra de recepvoir, d’une part et d’aultre, les raisons pour probables167, ne voulant desesperer ne l’une ne l’autre partie et tousjours tendant a ce qu’il avoyt encommencé et, deliberé d’actendre le retour du frere de la Royne, pryant cependant et faisant instance aux parties de ne rompre d’une part ne d’aultre168. A la fin retourna ce frere de la Royne avec les plus grandes querimonies du monde, voulant, s’il eust peu, tirer le Roy de son costé contre le Pape, monstrant que lui avoyt rompu sa foy et promesse d’escuser le Roy, etc169. Mais a la fin prenant, et ses collegues, congié du Roy, alleguant n’estre honneste qu’ilz y demourassent plus, pour les raisons devant dictes, mais bien qu’ilz laisseroyent l’evesque de Vincestre ordinaire ambassadeur170, et quelques aultres docteurs, instruictz de la matiere et guarniz de povoir pour actendre, puysqu’il plaisoyt ainsi au Roy, de veoir si encores quelque chose se pourroyt moyenner suz ceste affaire, et venant lesdictz deleguez prendre congié du Roy jusques Montpellier, de la s’en retournerent en toute diligence vers leur maistre, prenant le duc de Norfoch la poste et usant de toute extreme diligence afin de remedier qu’en son absence aultres ne feissent faire le sault a son maistre171, car il172 sentoyt qu’il y en avoit autour de luy qui ne demandoyent que occasion de le faire si bien rompre que plus n’y eust de retour, et luy monstroyt avec aulcuns aultres des plus grans du pays ne desirer aultre chose sinon d’empescher que les choses n’en tombassent ou elles sont a present tombees173.

  • 174 Thomas Howard, troisième duc de Norfolk, est né en 1473, il a alors 60 ans. Oxford Dictionary of Na (...)
  • 175 BnF, Dupuy 33, f° 56v°.
  • 176 Jean Du Bellay commet ici une erreur. Au moment du départ de Norfolk et de ses collègues pour la Fr (...)
  • 177 En marge : « Nota : sçavoir de Castillon ». Louis de Perreau, seigneur de Castillon, ambassadeur ré (...)

6Et, de faict, il ne sceut faire si grant diligence, combien qu’il la feist extreme et que d’homme de l’eage dont il estoyt174, qu’il ne trouvasta son175 arrivee les choses comme prestes a rompre et le parlement commencé176, etc177. Mais sa venue, confortee de ce qu’il apporta de par le Roy et des remonstrances qu’il luy avoyt faictes pour dire a son maistre, accompagnees de bonne esperance et de quelque façon de protestes, arresta les choses encores ung peu et feist que la conclusion de ce parlement se remistencores jusques a quelque temps, actendant la conclusion de ce qui auroyt esté faict a Marseille.

  • 178 Jean Du Bellay s’adresse ici directement à son frère. Guillaume Du Bellay est à Marseille pour l’en (...)
  • 179 Clément VII accoste à Marseille le 11 octobre 1533. Il fait son entrée solennelle dans la ville le (...)
  • 180 Le 7 novembre 1533, William Bonner, créature de Cromwell, envoyé à Marseille, intime au pape, en ac (...)
  • 181 La réaction du pape est décrite par Jean Du Bellay lui-même ci-dessous et dans une lettre de Fernan (...)

7Je presuppose que vous sçavez178 comment tout alla a Marseille179 et comment le Roy jura de ne jamais ouyr parler le Pape de nul affaire public ou privé que premierement celluy d’Angleterre ne feust decidé ; comment après toutes concertations, a l’heure que le Roy venoyt pour, suz ce point-la et a l’instant mesmes, prendre avec le Pape a ung jour une resolution dudict affaire, il rencontra les ambassadeurs d’Angleterre qui venoyent de signifier au Pape l’appellation au futur concile180 ; comment il trouva le Pape en colere181 ; comment etc.

  • 182 BnF, Dupuy 33, f° 60r°. L’ordre des feuillets a été bouleversé au moment de la reliure du volume.
  • 183 Dans la marge : « Il y en a quelque statut du Pape Jule ou aultre ». Nous n’avons pas retrouvé ces (...)
  • 184 Dans la marge : « Cy-après le diray plus amplement ».
  • 185 Avant de quitter Marseille, Clément VII, d’entente avec Cifuentes, avait discuté la cession de Cala (...)
  • 186 Sur la réaction de François Ier, ibid., t. I, p. 252-256 et Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, (...)
  • 187 En marge : « Je croy que ce fut par vous ». Jean Du Bellay s’adresse à nouveau à son frère. C’est G (...)
  • 188 BnF, Dupuy 33, f° 60v°.
  • 189 Jean Du Bellay écrit « dommeagable ».

8Le Pape donc vinsta grandement se lamenter que non seulement le roy d’Angleterre les eust tous deulx desprisez en faisant ceste innovation mais eust grandement abusé de la couverture du Roy car, soubz couleur que le Pape estoyt logé chiez luy, au moyen de quoy et182 soubz son umbre, sa Saincteté donnoyt entree indiferement a chacun sans user de la cerimonie que a Rome il est accoustumé de user a ses audiences, ces docteurs s’estoyent venuz insinuer et se presenter sans demander congié a huissier, chambrier ne aultre et avoyent faict chose qui a Rome eust esté capitale183, c’estde luy signifier ceste appellation, chose que veritablement lesdictz docteurs confessoyent bien avoir faict pour ladicte raison, saichant qu’il ne leur seroyt loisible de la povoir faire ailleurs184. Concluoyt la-dessuz le Pape, s’estant de son costé tant voulu mectre en son debvoir et le roy d’Angleterre faict au contraire, que le Roy le debvoyt reputer pour ennemy et se mectre contre luy avec le Sainct-Siege apostolicque185. Le Roy, qui ne povoyt nyer ne excuser l’erreur qu’avoyent faicte ces deputez, et voyant la principale occasion de son voyaige estre par cestacte devenue a neant, se trouva fort ennuyé car, a la verité, il ne povoyt nyer au Pape qu’il n’eust raison de dire ce qu’il disoyt186. Et après avoir faict parler aux ambassadeurs d’Angleterre187 et veu le peu de fundement qu’il trouvoyt de leur costé, ne sceut faire de mains que de consentir au Pape de ne luy parler plus de cestaffaire et de venir a traicter des aultres dont, jusques-la, il avoyt tousjours clos le pas a tout le monde (ce qu’il consentit audict Pape pour myeulx revenir a ses attainctes et pour tousjours essayer a renouer les choses ainsi que se dira cy-après). Mais d’en venir jusques-la que de se declarer contre ledict roy d’Angleterre, il remonstra188 le dommaige qu’il feroyt aux affaires publiques, et mesmement au Sainct-Siege, car telle chose pourroyt advenir qu’encores y serviroyt bien ung mediateur, et aultre ne s’en povoyt trouver que luy ; aussi que, faisant icelle declaration, c’estoyt le vray moyen de desesperer ledict Roy et de le contraindre de se venir jecter entre les mains de gens dont l’alliance pourroyt estre dommageable189, non a eulx deulx seulement mais a toute la Chrestienté. Joinctqu’il estoyt eschappé au roy d’Angleterre de dire a quelq’ung que la ou le Roy, son frere, luy fauldroyt, au pis aller il seroyt tousjours quicte pour reprendre sa femme au contentement de l’Empereur, entretenant l’autre pour amye, et qu’il mectroyt telz partiz en avant audict Empereur contre le Roy avec lequel il estoyt en simulté qu’ilz le ruineroyent eulx deulx ensemble. Et de faict c’estoyent propoz qu’il avoyt secretement concertez avec de ses plus privez et familiers.

  • 190 Le contrat de mariage de Henri de France, duc d’Orléans, avec Catherine de Médicis, est daté de Mar (...)

9La-dessuz on vinsta traicter mariaiges de monsr d’Orleans190 et aultres choses.

  • 191 En marge : « La se pevent inserer les remonstrances ».
  • 192 BnF, Dupuy 33, f° 57r°.
  • 193 Une partie de la population craignait effectivement qu’une guerre puisse être engagée contre l’Angl (...)
  • 194 François Ier avait en effet obtenu de Clément VII qu’il renvoie le délai pour l’excommunication à f (...)

10Tout cela faict, après que le Roy se veyt en si grande seurté avec le Pape qu’il ne seroyt, pour soubsonneux de nature qu’il peust estre, pour entrer en opinion sinistre de luy des remonstrances qu’il luy feroyt191, le trouvant bien a propoz, vinsta luy remonstrer ce qu’il luy sembla bon pour le persuader a ne venir poincta faire rompre contre le roy d’Angleterre. Et a la fin convinstentre eulx que ledict Pape permectroyt au Roy192 que de luy-mesmes il envoyastvers ledict roy d’Angleterre se plaindre de l’outraige que luy avoyent faict ses gens, faire remonstrances amyables de tout ce qu’il luy sembloyt en ceste matiere, et a la fin venir dextrement a tomber la-dessuz de renouer les choses, ce que le Pape, voyant le dangier qui estoyt de perdre totalement ce royaulme-la et le peu de moyen qu’il avoyt de le reduyre par force193, non seulement, mais eut a bien grant plaisir que ledict sr entreprinst, de maniere que, a la parfin et après y avoir bien pensé luy-mesmes, le prya très fort de l’entreprendre, luy promectant que la ou dez lors il vouldroyt envoyer vers ledit Roy en diligence, il temporiseroyt194, quant bien il arriveroyt a Rome plus tostque la responce n’en vinst, de maniere que les grandes fulminations ne se y feroyent poinct, quelque instance que les parties en sceussent faire.

  • 195 Jean Du Bellay quitte la cour à la Côte-Saint-André le 29 novembre et arrive à Londres le 17 décemb (...)
  • 196 Jean de Dinteville.
  • 197 Dans une lettre qu’il écrit à Jean Du Bellay de Londres le 17 novembre, Louis de Perreau, sr de Cas (...)
  • 198 BnF, Dupuy 33, f° 57v°.
  • 199 Jean Du Bellay anticipe ici sur les sentences qui seront promulguées durant la cinquième session du(...)
  • 200 Francis Bryan, ambassadeur résident en France, quitta Marseille à la mi-novembre 1533. C. A. Fr. Ie (...)
  • 201 Jean de Dinteville ou Louis de Perreau. L’état d’ambassadeur résident de Jean de Dinteville court j (...)
  • 202 En marge : « Castillon parlera bien de tout cecy ». Outre les difficultés sans cesse renouvelées po (...)
  • 203 Thomas Audley, proche de Cromwell, nommé chancelier le 26 janvier 1533, à la suite de la démission (...)
  • 204 Thomas Cromwell, allié du clan Boleyn, défend une politique autonome de l’Angleterre face aux puiss (...)
  • 205 BnF, Dupuy 33, f° 58r°.
  • 206 En marge : « Nota : de sçavoir s’il fault inserer ce que je luy diz ». Voir les instructions de Jea (...)
  • 207 Sur l’état d’esprit de Henri VIII en cette fin d’année 1533, voir le mémoire de Dinteville de début (...)
  • 208 À Marseille, les négociations entre François Ier et Clément VII étaient effectivement menées en gra (...)
  • 209 « De l’ung » répété.
  • 210 En août déjà, Henri VIII demandait à Norfolk de rappeler au roi de France que « he once said he wou (...)
  • 211 Paragraphe ajouté en fin de page : « Que le grant regrectqu’il avoyt ce n’estoyt de l’effectdes cho (...)
  • 212 BnF, Dupuy 33, f° 58v°.
  • 213 En marge : « Nota : de sçavoir ».
  • 214 « Et mariaiges » ajouté dans l’interligne.
  • 215 Resté en blanc dans le texte. Il s’agit de François II Sforza, duc de Milan, que Charles Quint prop (...)
  • 216 C’est aussi ce qui est dit dans les instructions de Jean Du Bellay. CCJDB, t. I, no 164, p. 324-325
  • 217 Le futur Henri II devient le neveu de Clément VII par son mariage avec Catherine de Médicis ; il es (...)
  • 218 BnF, Dupuy 33, f° 59r°.
  • 219 Jean Du Bellay avait d’abord écrit : « car s’il avoyt esté en ladicte puissance dudict… »
  • 220 Le texte porte « souloyt ».
  • 221 BnF, Dupuy 33, f° 59v°.
  • 222 En remplacement de « rachepter ».
  • 223 Au bas du f° 59v°, un paragraphe ajouté en note : « “Ces choses”, respondoyt ledict evesque de la p (...)
  • 224 BnF, Dupuy 33, f° 61r°.
  • 225 « Et tort » ajouté dans l’interligne.

11Pour cela fut choisy l’evesque de Paris qui, comme dict est, avoit eu plusieurs communications avec ledict Roy et luy estoyt bien agreable. Et luy fut donné charge de ne laisser nulle chose derriere qui peust servir a reduyre ce Roy-la a quelque raison195. Si se mista user de toute diligence, et d’autant plus qu’il rencontra par les chemins le bailly de Troyes196 qui, retournant d’estre ambassadeur par-dela, avoyt prins la poste pour venir en toute diligence advertir le Roy que les choses y estoyent pour desesperees197 et que de jour a aultre s’actendoyt la derniere et irrevocable198 sentence du Parlement contre le Sainct-Siege199, telle que depuys elle se y est donnee. Et de faict ainsi en eust esté, ne feust que, prevoyant le Roy la precipitation ou ilz estoyent pour se jecter, avoit pryé et persuadé Bryant par plusieurs bons moyens d’aller en diligence faire arrester toutes choses jusques a la venue dudict evesque de Paris, luy donnant espoir qu’il luy apporteroyt choses de grant contentement200. Et si avoyt-l’on, tant par le moyen de l’ambassadeur lors y estant201 que par tous aultres moyens, adverty ceulx qui tenoyent auctorité dudict Roy, plus le party de l’Église romaine, qu’ilz laissent la main que la venue dudict evesque feust actendue, chose qui a grant paine peult estre obtenue car, oultre toutes aultres raisons, les ambassadeurs dudict Roy, qui avoyent faict et precipité, comme cy-après se dira, l’appellation et mys les choses en la combustion nouvelle ou elles estoyent entrees, aigrissoyent tant pour leur naturel que pour leur particulier interestz les matieres a leur povoir, craignans que, si les affaires viendroyent a estre entenduz sans passion de colere, il[s] ne vinssent a estre reprins de ce qu’ilz avoyent faictz. Aussi que, comme dicta esté, la nouvelle Royne craignoyt tousjours que quelque appoinctement se feist a ses despens202. Item, ceulx qui estoyent nouvellement venuz en credict, comme le chancellier203 et Cramvel, estoyent ennemys capitaulx de l’Église romaine204. Et qui plus avoyt de force, c’estoyt que l’alliance que le Roy avoyt faicte avec le Pape le205 rendoyt aulcunement suspecta ce Roy et plus subjecta calumnies aux susdictz et a tous aultres qui ne vouloyent ne riens de bien et tranquille ne l’amyitié de ces deulx Roys estre entretenue. Toutesfoiz, il actendict et après que l’evesque susdict luy eut faict entendre ce qu’il avoyt en charge de luy dire206 et qu’il luy eut, a son povoir, rabattu de la colere en laquelle il le trouva, ilz vindrent a debattre particulierement plusieurs choses. Le Roy se plaignoyt207 que le Roy très chrestien, estant joinctavec luy de si grande amytié et estroite confederation et alliance, ayant receu de luy en son adversité secours et ayde, feust venu a s’allyer de son ennemy capital, et faire avec luy traictez secretz et de grant importance sans luy communicquer le contenu en iceulx208 ; non content de ce, eust faict alliance et affinité de mariaige de sa prochaine, comme de son filz a la niepce de l’autre. Qu’elle seurté povoit-il jamais prendre de luy, veu que les affaires de l’ung209 desormais seroyent comme les affaires de l’autre. Aussi se plaignoyt que suz la promesse qu’il luy avoyt faicte de ne faire avec luy ladicte alliance, ne traicté quel que ce feust, que premierement son affaire ne feust resolu et appointé210 ; amenoyt après plusieurs aultres plaintes comme de la sentence donnee par le Pape, y presens et consentans les serviteurs et conseillers privez du Roy, et generalement y mectant et exenggerant tout ce que homme marry et malcontent peult assembler en telles matieres211, car, a dire la verité, ceste212 affinité le troubloyt tant qu’il n’estoyt possible de plus et estoyt une des choses qui plus le tourmentoyt pour le doubte qu’il avoyt qu’elle deust a l’advenir estre cause de faire pendre et incliner le Roy plus a la part du Pape que a la sienne. A tout cela fut respondu par ledict evesque en telle modestie que requeroyt de trouver l’ire d’ung prince courroucé et malcontent, de maniere que les justifications de tous les actes de son maistre ne povoyent ne se trouver bien peremptoires213 car, quant a ceste alliance et mariaiges214, il luy ramena en memoire que les premiers propoz en furent mys avant par luy et par ses ministres lesquelz, voyans qu’il se parloyt de faire mariaige de la niepce du Pape a […]215 vindrent a proposer aux ministres du Roy, craignans que ceste alliance-la mist du tout le Pape es mains de l’Empereur, de luy faire proposer par le Roy ung de ses enfans et que après luy-mesmes le feist proposer. Et combien que du commencement il ne voulust, ainsi qu’il disoyt, sinon par ce moyen-la rompre l’autre party, toutesfoiz depuys, quant il veit les choses ung peu avant et que le Pape vouloyt aultre chose que parolles et vouloyt estre resolu de si ou de non, il conseilla et prya le Roy de se y resouldre par l’affirmative, ce qu’il avoyt faict a son instance et requeste, ce qu’il n’estoyt pour faire aultrement216. Et mesmement qu’il avoyt baillé audictPape, a sa requeste, celluy de ses filz qui estoyt pour myeulx estre moyen entre lesdictz Roy et Pape pour estre nepveu par alliance de l’ung et filleul de l’autre217. N’estoyt a propoz de dire qu’avant que faire le mariaige, il l’avoyt envoyé pryer et conseiller de ne le faire et que c’estoyt assez qu’il eust218 la fille entre ses mains qu’il feist le traicté entre les parens puis passer oultre, soubz couleur des eages, et après il en feroyt ce qu’il luy plairoyt, car l’amytié dudict219 Roy d’Angleterre luy avoyt peu commander d’obliger sa parolle au Pape en chose si peu avantageuse pour luy et pour son filz ou, pour myeulx dire, si desadvantageuse pour tous deulx, elle ne luy povoyt commander de rompre la parolle et foy que a son instance il avoyt baillee, et failloyt ou qu’il ne le luy feist promectre ou, estre promis, qu’il trouvastbon qu’il l’accomplist. Mauvais guerdon d’amytié seroyt que l’amy ne se contentastde faire dommage a l’amy mais qu’en ce faict mesmes il luy feist recepvoir honte. Toutes aultres choses vouldroyt faire pour luy le Roy fors que de y engaiger son honneur et sa conscience. Ceste mesmes raison solvoyt220 ce qu’il disoyt que le Roy, ayant le Pape entre ses mains, ne le debvoyt laisser eschapper que premierement il ne luy eust faict faire en chose si raisonnable ce que son amy demandoyt – c’estoyt la declaration du divorce – et que luy ayant eu telle occasion de luy satisfaire en chose si importante, ne luy eust voulu faillir, car quant a estre la chose raisonnable ou non, il n’en estoyt le juge pour condamner le Pape ou absouldre. Et quant bien il le seroyt, il ne vouldroyt user de puissance ne jurisdiction envers celluy qui par amytié et se fyant de luy s’estoys venu mectre entre ses mains221, car de violer ce droictd’hospitalité, droictde nature divin et des gens, il ne le vouldroyt faire, non a ung Pape, qui est tenu pour pere commun de la Chrestienté, et encores qui en riens ne l’a offencé, mais a ung infidele, a ung tyrant et son ennemy, ne vouldroyt seulement le faire sans en recepvoir grant guerdon, mais ne vouldroyt commuer222 ceste desloyaulté avec le bien universel de tout le monde. Et si n’estoyt qu’il supportoyt en cela la passion extreme esmeue par advanture de quelque raison et des injures qu’il pretendoyt avoir receues du Pape, comme, a dire la verité, il en avoyt receu aulcunes, mais quoy que ceste passion extreme qu’il veoyt parler par sa bouche et non par son naturel jugement et raison. « Je ne sçay », dictle Roy, « que une aultre foix je debvroye penser de vous, car qui fault d’honneur et promesse envers l’ung peult bien puys après faillir envers l’autre ». Laissastdonc le roy d’Angleterre se refreschir ces propoz et ne usastde reproches envers le Roy, qui a luy-mesmes ne seroyent guerez honnestes et lesquelles il desplairoyt au Roy estre divulguees pour avoir l’honneur de son frere en recommandation comme le sien mesmes223. Et aussi que la ou il y continueroyt, il feroyt que le Roy estimeroyt desormais son amytié mains qu’il n’avoyt faict par le passé, car le premier poinctet regle d’amytié, mesmement entre grans princes, c’est d’avoir foy, honneur et parolle. La ou cela deffault, ne se peult nommer ce sainctnom d’amytié qui ne merite estre comptee sinon entre les bons. Quant a la promesse qu’il disoyt avoir faicte de ne jamais224 entrer en propoz de traicté, alliance ne aultre chose de consequence que premierement l’affaire dudict Roy ne feust depesché, c’estoyt chose que voluntairement, sans obligation et aussi sans requeste, il avoyt promise et aussi vouluntairement et fidelement executee. Et de cela en appelloyt tout le monde a tesmoing que jamais ne voulut ouyr parler de nul affaire ne en general n’en particulier, combien qu’il en eust assez a decider avec le Sainct-Siege, jusques a ce que la faculté de ses agens, disans le faire par commission et commandement exprès de luy, et monstrant ladicte commission, rompirent la broche a tout le negoce sans en advertir ne luy ne ses gens a l’heure et au poinctque l’affaire avoyt esté si longuement debattu d’une part et d’aultre, ainsi que ses gens sçavoyent, et tellement conduyctpar luy qu’entrant chiez le Pape pour le conclure au contentement de chacun et a son advantaige de luy, il trouva en teste, sortans, ceulx qui venoyent de le rompre avec tel vitupere et tort225 faicta luy que ses ennemys ne luy en eussent sceu faire davantaige.

  • 226 « Parlant a quelq’ung » ajouté dans l’interligne.
  • 227 « Et qu’en ceste promesse luy avoyt failly » ajouté dans l’interligne.
  • 228 Nous n’avons pas compris cette allusion.

12Et pource qu’encores avoyt ledict Roy adjousté, parlant a quelq’ung226, que le Roy luy avoyt promis de jamais ne faire ce mariaige sans son consentement exprès et qu’en ceste promesse luy avoyt failly227 des aultres choses, qui ne touchoyent son honneur, il estoyt pour en pardonner une bonne partie a la passion et colere de son frere, mais, quant a ce qui touchoyt son honneur, il n’y avoyt homme ou monde a qui il en laissastpasser le gros d’ung cheveu. Et pour ce le prioyt en fraternité et amytié que s’il avoyt tenu ce propoz, qu’il s’en departistcar s’il y vouloyt perseverer, il sçavoyt bien ce qu’il avoyt accoustumé de respondre quant on le chargeoyt de son honneur, et en avoyt veu peu d’annees au precedent l’experience228 et que luy n’en povoyt pas mains actendre. S’il vouloyt vivre avec luy, etc.

Minute autographe : Paris, Bibliothèque nationale de France, Dupuy 33, fos 52r°-64v°.
Publication : Hamy Alfred, Entrevue de François Ier avec Henry VIII à Boulogne-sur-Mer en 1532,
Paris, L. Gougy, 1898, doc. 114, p. CCCLXXII-CCCXCIII.
Publication partielle : Friedmann Paul, Anne Boleyn, A Chapter of English History, 1527-1536,
t. I, Londres, MacMillan, 1884, p. 219 sq.

ANNEXE 3. ACTES RELATIFS À JEAN DU BELLAY, ÉDITÉS PAR LORIS PETRIS ET RÉMY SCHEURER

1555, 15 mai, donation229 de Jean Du Bellay en faveur de Marie Du Bellay

  • 229 Le terme de « donatio » est noté en marge.
  • 230 Le 15 mai est marqué par l’ouverture du conclave de Paul IV.

13In nomine Domini, Amen. Per hoc presens publicum instrumentum cunctis pateat evidenter et sit notum quod anno a nativitate Domini millesimo quingentesimo quinquagesimo quinto, indictione decima tertia, die vero decima quinta mensis Maii230, sede vacante per obitum Marcelli, dum vixit pape secundi, in notarii publici testiumque infrascriptorum ad hec specialiter vocatorum et rogatorum presentia, personaliter constitutus Illmus et Rmus dominus Ioannes Bellaius, Sancte Romane Ecclesie episcopus Portuensis cardinalis, per gratiam omnipotentis Dei sanus mente et corpore, sciens se morti subiectum, sponte et ex eius certa scientia ac spontanea voluntate, vigore quorumcumque indultorum et privilegiorum sibi a Sede Apostolica concessorum et aliis omnibus melioribus modo, via, iure, causa et forma quibus melius potuit et debuit, titulo donationis, que a iure causa mortis nuncupatur, salvis tamen semper infrascriptis, donavit, dedit, cessit et concessit Illme domine Marie, filie primogenite Illi equitis Martini Bellaii, ad presens pro Regis in provincia Normandie, eius nepti, licet absenti, pro ea eiusque heredibus et successoribus, notario publico infrascripto stipulante, omnia et singula eius bona mobilia, etiam preciosa et immobilia, iura, nomina et actiones tam in urbe quam quibusvis aliis mundi partibus existentia, et respective sibi quomodolibet ex quavis causa competentia et quantum consuetudo loci, ubi dicta bona reperiuntur, sibi concedit, et presertim valles seu paludes Pontinas nuncupatas, sibi a Serenissima Regina Francie donatas et quovis alio titulo sibi concessas, et quarum possessionem, ut dixit, apprehendit ita quidem, ut dicta Illma Maria donataria, eius neptis, eiusque heredes et successores predicta bona, ut prefertur, donata una cum omnibus earundem pertinentiis post mortem Illmi et Rmi domini Ioannis episcopi et cardinalis predicti donantis teneat, habeat et possideat et exinde quicquid voluerit faciat et disponat sine alicuius contradictione.

14Item simili titulo donavit eidem Illme Marie, donatarie, omnes eius actiones, defensiones et iura reales, personales, utiles, directas et mixtas et in rem scriptas, ac realia, personalia, utilia, directa et mixta et in rem scripta, eidem Illmo et Rmo Ioanni episcopo et cardinali donanti, in predictis bonis superius donatis et pro eis et eorum occasione, adversus quamcumque personam et quamlibet rem, et tam in rem quam in personam, quomodolibet competentia et comp[et]itura.

15Constituens idem Illmus et Rmus donans eandem Illmam Mariam donatariam procuratricem ut in rem suam propriam, ita quod sequta morte prefati Illmi et Rmi domini donantis dicta Illma donataria sic possit agere, petere, excipere, replicare, exercere, experiri, uti et se tueri et omnia et singula dicere et facere quemadmodum dictus Illmus et Rmus donans poterat aut posset, et ut sequta morte eiusdem Illmi et Rmi cardinalis dicta Illma donataria sua auctoritate possessionem et tenutam realem et corporalem eorundem bonorum, ut supra, donatorum capiat et apprehendat.

  • 231 Le texte porte « neptis ».
  • 232 Silvestro Aldobrandini, alors avocat de Henri II à Rome. Notice dans DBI, t. II, p. 112-115.
  • 233 Dans sa lettre du 4 septembre 1559 à Olivier Le Doyen (BnF, fr. 5146, fos 120-122), Jean Du Bellay (...)
  • 234 Rémy Doulcin (Remigio Donluci), dédicataire du sonnet 97 des Regrets de Joachim Du Bellay, « arte m (...)
  • 235 L’original mentionne ici les noms suivants : « Silvestro Aldrobrandino, Pirrho Taro, Remigio Donluc (...)
  • 236 Pierre Cocault, clerc de Soissons et curé de Saint-Saturnin de Limeray (Indre-et-Loire), est mentio (...)
  • 237 Ce clerc de Ségovie n’a pas été identifié.
  • 238 « Ego » ne figure pas sur l’original-minute.
  • 239 L’original ajoute ici : « notarius in fidem rogatus ».
  • 240 Et, d’une autre main : « Aquinas corrector ». L’originale ajoute d’une autre main : « Die 29 7bris (...)

16Constituens se interim ex nunc in illum tamen casum et eventum mortis pro dicta Illma Maria donataria et eius nomine predicta bona superius donata possidere vel quasi, voluitque et vult idem Illmus et Rmus cardinalis, ut ex nunc prout ex tunc et e contra, sequta morte ipsius Illmi et Rmi donantis, dominium ipsorum bonorum, ut prefertur supra, donatorum ipso iure ac pleno iure in eandem Illmam donatariam sit translatum, et eadem bona fiant et acquirantur prenominate Illme donatarie in totum, et eorumdem bonorum donatorum exactio et petitio dicte Illme donatarie pleno iure pertineat, ponens eandem Illmam donatariam in omne ius et privilegium suum prout ad ipsum Rum dominum donantem spectant et pertinent, cum onere tamen solvendi societatibus Schole Germanice et Annunciationis Beate Marie summas et prestationes annuas eisdem hodie vigore instrumenti per infrascriptum notarium rogatum donatas, ac etiam cum onere solvendi debita ipsius Rmi donantis. Voluitque insuper et ordinavit ac mandavit predictus Illmus et Rmus dominus donans, quod in eventum, in quem prenominatus Illus eques Martinus Bellaius, eiusdem Rmi et Illmi frater germanus, haberet in futurum quandocunque filios masculos legitimos et naturales, tunc et eo casu donatio presens non in favorem prenominate Illme Marie, eiusdem donantis neptis, sed dictorum filiorum legitimorum et naturalium facta esse censeatur. Et insuper voluit statuit et ordinavit, quod decedente eadem Illma domina Maria donataria et nepte231 primogenita absque filiis seu filiabus legitimis et naturalibus, quod tunc et eo casu bona, ut prefertur, eidem donata ad filiam prefati Martini Bellaii secundo genitam vel eius filios deveniant ; ac etiam voluit et ordinavit, quod in eventum in quem eadem secundo genita, sic ut prefertur substituta, decederet sine filiis vel filiabus legitimis et naturalibus, quod tunc et eo casu bona et res in presenti instrumento donata deveniant et devolvantur ad filiam eiusdem Illi equitis Martini tertio genitam, vel eius filios, et eiusdem Illmi et Rmi donantis etiam neptem. Que omnia prefatus Illmus et Rmus donans fecit hac lege et conditione, quod si contingat dictam Illmam Mariam donatariam predecedere vel eundem Illmum et Rmum cardinalem donantem penitere, quod tunc et eo casu presens donatio, et in ea contenta quecunque sint et esse debeant ac censeantur, revocata penitus et annullata et in totum evanescant. Et premissa omnia et singula idem Illmus et Rmus dominus cardinalis donans fecit, voluit et mandavit, non solum modo premisso sed etiam omni alio meliori modo, iure, causa et forma, quibus magis et melius potuit et debuit, et cum aliis clausulis in similibus apponi solitis et consuetis, etiam ad consilium sapientis extendendum dedit potestatem infrascripto notario extendendi in forma. De et super quibus omnibus et singulis dictus Illmus et Rmus dominus donans ab infrascripto notario unum vel plura publicum vel publica fieri atque confici petiit instrumentum vel instrumenta. Actum in civitate Leonina in burgo Sancti Petri, in palatio habitationis eiusdem Rmi et Illmi d. cardinalis, presentibus dominis Silvestro Aldobrandino232, Pirrho Tharo233, Remigio Donluci234, Carnutensis diocesis, medico eiusdem Rmi, ac235 Petro Concariet236, clerico Suesionensi, secretario, et Francisco Villanova237, clerico Segobiensi, testibus ad premissa vocatis specialiter atque rogatis. In cuius quidem instrumenti nota originali apparent infrascripte subscriptiones sequentis tenoris videlicet : Ita est, ego238 Io. cardinalis Bellaius episcopus Portuensis. Ego Silvester Aldobrandinus, advocatus consistorialis, qui super presens fui, ideo subscripsi manu propria. Ego Pirrhus Tharus, qui super presens fui et subscripsi manu propria. Io. Petrus Forteguerra, clericus Pistoriensis239. Preinsertum instrumentum extractum fuit ex nota originali d. Io. Petri Fortiguerra, notarii publici a Romana curia absentis, et per ipsum ad archivium reportata, ex qua preinsertum instrumentum per me scriptorem infrascriptum extractum et publicatum partique traditae collatum. Io Francescus Bucca scriptor publicavit240.

  • 241 « Jo. Franc. Bucca de recognitione et decreto super hoc rogatus » ; d’une autre main : « Aquinas co (...)
  • 242 Publication faite à partir de la copie partielle du 29 septembre 1567 par Balthasar Tucius, du dioc (...)

Copie: Rome, Archivio capitolino, Archivio urbano, sezione LXVI, 58, f° 184241.
Original-minute: Rome, Archivio capitolino, Archivio urbano, Sezione II, 54, f° 127 (anc. f° 74), n
o 90.
Publication partielle242 : C. Pointeau, L’héritage et les héritiers des Du Bellay, Laval, 1883, p. 42-46 (extrait des Procès-verbaux et documents de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, tome II, 1880-1881).

1555, 15 mai, donation de Jean Du Bellay en faveur du Collège germanique et de la Société de l’Annonciation Santa Maria sopra Minerva

17Die decima quinta Maii 1555, sede vacante per obitum Marcelli, dum vixit papae II.

  • 243 Jean Du Bellay s’était engagé en mai 1553 à verser annuellement 150 écus d’or au Collège germanique (...)
  • 244 À savoir 15’190 kg, un rubrum représentant 217 kg. « Septuaginta frumenti modicos, quos Romani rubi (...)
  • 245 Le texte porte « concessas ».
  • 246 Le Collège germanique et la Société de l’Annonciation réclameront respectivement 1200 et 1300 livre (...)
  • 247 Le texte porte « quo ».
  • 248 Voir p. 349, notes 243 et 244.
  • 249 « domina Catharina regina Francie », biffé sur la minute.

18In nomine Domini, Amen. Illmus et Rmus dominus Ioannes Bellaius, Sancte Romane Ecclesie episcopus Portuensis cardinalis, sponte etc., vigore quorumcunque indultorum et privilegiorum sibi a Sede Apostolica quomodolibet concessorum et alias omnibus melioribus modo, iure etc., titulo donationis irrevocabilis, que inter vivos a iure nuncupatur, salvis tamen et reservatis infrascriptis, donavit etc. venerabili societati Schole Germanice de Urbe, cuius idem Rmus et Illmus dominus cardinalis protector243 existitur, quolibet anno in perpetuum annuam prestationem rubrorum septuaginta grani244 Item societati Annunciationis Beate Marie Virginis super Minervam de Urbe scuta centum quolibet anno in, de et super vallibus seu paludibus atterratis et ad culturam reductis, Pontine vulgariter nuncupatis, sibi a serenissima Regina Francie donatis, et quovis alio titulo sibi concessis245, et quarum possessionem, ut dixit, apprehendit246. Item simili titulo donationis donavit eisdem societatibus, licet absentibus, me notario etc., omnia iura etc., quae247 ad dictas annuas prestationes in, de et super vallibus seu paludibus predictis competentia et competitura, ad habendum etc., ponens etc., constituens etc., et donec etc. Quam donationem et omnia et singula supradicta et que infra dicentur, idem Illmus et Rmus dominus donans effectum habere et sortiri voluit et declaravit, quam primum idem Illmus et Rmus dominus cardinalis vel eius heredes et succesores possessionem pacificam et fructuum perceptionem earundem vallium et paludum assecutus et adeptus fuerit, assecutique et adepti fuerint, et non antea aliter vel alio modo, hac tamen lege et conditione, quod quandocumque prenominatus Illmus et Rmus dominus donans, eiusdem heredes vel successores etc., consignabit seu consignabunt dictis societatibus tot redditus in bonis immobilibus vel censibus aut montibus in urbe consistentibus et ad dictas summas et quantitates ascendentibus, videlicet dicte societati Schole Germanice248 ad summam et quantitatem scutorum 200 monete quolibet anno loco dictorum rubrorum 70 grani, et societati Annunciationis Beate Marie ad scuta 100 similia quolibet anno, quod tunc et eo casu dicte paludes et valles, super quibus, ut prefertur, impositum fuit onus predictum, a dicto onere libere et exempte sint et esse censeantur, ac dicto oneri in futurum nullatenus obligati sint, sed perpetuo liberati censeantur. Promisitque insuper idem illmus et Rmus dominus donans presentem donationem perpetuo attendere etc., et illam non revocare ex quavis causa etc. Voluit tamen et ordinavit scholares eiusdem Schole Germanice ibidem commorantes, nec non societatem dicti Annuntiationis supra Minervam, quolibet anno in festivitate Beate Catharine teneri et obligatos esse ad supplicandum et suplicari faciendum omnipotenti Deo et orandum pro dicta Illma249 et serenissima Catharina, regina Francie, eiusdemque filiis et successoribus. Que omnia et singula prenominatus Illmus et Rmus cardinalis fecit, voluit et mandavit non solum modo premisso, sed omni alio meliori modo etc., cum clausulis solitis et opportunis et in similibus apponi solitis, etiam ad consilium sapientis extendendum. Quam donationem et alia premissa, quatenus opus sit, etiam insinuari voluit et mandavit etc., pro quibus etc., etiam in forma Camere Apostolice iuravit, etc., more prelatorum dedit potestatem mihi notario extendendi. Acta fuerunt haec in civitate Leonina et Burgo Sancti Petri in pallatio eiusdem Rmi et Illmi domini donantis.

  • 250 Une adjonction « et in bonis et paludibus predictis » semble renvoyer à ce passage. Sur ces témoins (...)

19Presentibus250 domino Silvestro Aldrobrandini et domino Pirrho Taro ac Remigio Doulcin, medico eiusdem Rmi, et Petro Cocauet, clerico Suesionnensi, secretario eiusdem Rmi, ac Francisco Villanova, clerico Segobiensi, testibus.

20Ita est. Io. cardinalis Bellaius, episcopus Portuensis.

21Ego Silvester Aldobrandinus, advocatus consistorialis testis, qui super presens fui. Idem propria manu subscripsi.

22Ego Pyrrhus Tharus, presens fui et subscripsi manu propria.

23Jo. P. Forteguerra, notarius.

Original-minute : Rome, Archivio capitolino, Archivio urbano, Sezione II, 54, f° 125 (anc. f° 73), no 89.
Minute (à la date du 13 mai) : Rome, Archivio capitolino, Archivio urbano, Sezione II, 54, fos 137-140.

1560, 16 février, testament de Jean Du Bellay251

  • 251 « Die veneris XVI februarii hora 13 ½ obiit ex longa egritudine Rmus Joannes cardinalis Bellayus ep (...)

24Testamentum

25In nomine Domini, Amen. Per hoc presens publicum instrumentum cunctis pareat evidenter et sit notum quod anno a nativitate Domini millesimo quingentesimo sexagesimo, indictione tertia, die vero sexta decima mensis Februarii, ante crepusculum et circa horam nonam, pontificatus S.D.N. Pii papae quarti anno primo, ego notarius infrascriptus, accersitus ex parte Illmi et Rmi D. Joannis a Bellayo, episcopi Hostiensis, sacri Collegii Rmorum Dnorum S.R.E. cardinalium decani, per unum ex suis parafrenariis, accessi ad palatium residentie ipsius Rmi D. cardinalis situm Rome in Monte Caballo, prope thermas Dioclitianas, et in cubiculo sue Rme Dominationis repperi eundem Illmum et Rmum D. cardinalem sanum, Dei gratia, mente et intellectu, licet corpore languentem, jacentem in lecto. Quo salutato R. d. Stephanus Bouchier, abbas Sancti Fermerii, Vasatensis diocesis, ibi astans coram eisdem Rmo D. Carle et testibus infrascriptis, exhibuit mihi notario quandam scripturam seu folium, in vulgari Gallico pro maiori parte scriptum, continens in se quandam testamenti formam, dicens mihi ejusdem Illmi et Rmi D. cardinalis intentionis esse, prout etiam ipse Rmus D. cardinalis ita annuit, ita velle testare prout in eodem folio continetur tenoris infrascripti, videlicet :

26« Rmus et Illmus D. Joannes Bellayus, episcopus Hostiensis, sacri Collegii Rmorum S.R.E. cardinalium decanus, suum ultimum nuncupativum quod dicitur sine scriptis condidit testamentum in hunc qui sequitur modum, videlicet :

27Imprimis son ame a Dieu, son corps a la Trinité.

28Item, raccommande au Pape les siens et sa famile a ce qui lui plaise en prandre protection.

  • 252 Le texte de la minute est « qui li entre mains » et la version latine « que habet in manibus ».
  • 253 Voir la « Bellaiana discussionis », liste des créanciers de Jean Du Bellay appartenant à sa famigli (...)

29Item, laissier payer de ses biens ses crediteurs, assçavoir de ses meubles et certaines bagues qu’il a entre ses mains252 ; payer ses serviteurs et les remunerer selon leurs services253.

30Item, vendre sa vigne, si ses parens ne la veillent, et du pris d’icelle payer les crediteurs ou que les parens s’en chargent.

  • 254 Charles Marault prit possession de cette vigne le 7 mars 1560 (ASR, notai RCA 1453, f° 65). Sur ce (...)
  • 255 Le texte porte : « de ».

31Item, delaysse a Charles Marault, son valet de chambre, la petite vigne du costé de Sainct-Laurent in Palisperna254 por [en]255 disposer selon son commandament.

  • 256 Catherine de Médicis, qui avait cédé « a feu nostre amé cousin le cardinal Du Bellay […] le territo (...)

32Item, delaisse ses heritiers seulx et univer[sels], ses assçavoir ses nepces, filles de feu Martin, sigr de Langey, en egalle portion en tous ses biens meubles et immeubles, en quelque lieu qu’ils peussent et quocunque jure ad eum pertinent, et principalement les Paluz Pontines qui luy ont esté donnees per la reyne Catherine de France256, excepté lesdictz meubles qui sont en Rome, qui laisse pour sesdictz serviteurs. Veult que ceste sienne derrier volunté, appelee testament, codicille ou aultrement, soit en forme redigee par tous notaires rogiés et appellez et faict ceste sienne derniere volunté et testament en vertu du pouvoir endonné par notre Sainct-Pere ».

33Hujus autem testamenti executores esse voluit et ordinavit Illmum D. Joannem, cardinalem Senonensem, et prefatum R. d. Stephanum Bouchier ibidem presentem. Hanc quidem dictus Illmus et Rmus D. carlis testator asseruit esse ultimam voluntatem suam et ultimum testamentum, quam et quod valere voluit et tenere jure ; et si jure testamenti non valeret ratione omissionis, preteritionis vel alterius cujuscunque solemnitatis, voluit et vult istam suam voluntatem valere jure codicillorum seu donationis causa mortis, aut inter vivos, et tanquam jure ultime voluntatis, quo melius valere poterit et tenere ; cassans, irritans et adnullans idem testator omne aliud testamentum ac aliam quamcunque ultimam voluntatem per eum hactenus quocunque seu quibuscunque verbis derogatoriis factam ; quo quidem vulgari gallico mihi notario per dictum R. d. Stefanum Bouchier coram eisdem Rmo et Illmo D. cardle et testibus interpretato sub infrascripta forma, videlicet :

34« Rmus et Illmus D. Joannes Bellayus, episcopus Hostiensis, sacri Collegii Rmorum D. S.R.E. cardinalium decanus, suum ultimum nuncupativum quod dicitur sine scriptis condidit testamentum in hunc qui sequitur modum, videlicet :

35« In primis animam suam omnipotenti Deo commendavit et corpus suum in ecclesia sanctissime Trinitatis humari mandavit.

36Item commendavit suos et familiam suam S.D.N. papae, quod placeat eidem Sanctissimo illorum protectionem suscipere.

37Item, quod permittat satisfieri creditoribus suis de bonis suis, videlicet de bonis mobilibus et nonnullis jocalibus que habet in manibus, satisfieri suis servitoribus et eos remunerari juxta eorum servitia.

38Item, quod vendatur ejus vinea, si ejus consanguinei illam habere nolint, et de illius pretio satisfiat dictis creditoribus, seu dicti ejus consaguinei onus eisdem creditoribus satisfaciendis in se suscipiant.

39Item, reliquit Carolo Marault, ejus camerario, parvam vineam sitam prope ecclesiam Sancti Laurentii in Palisperna ad effectum quod de illa disponat juxta ejusdem testatoris mandatum.

40Item, instituit heredes suos universales, videlicet suas neptes, filias quondam Martini domini de Lange, pro equalibus portionibus in quibusvis suis bonis mobilibus et immobilibus ubilibet constitutis et quocunque jure ad eum pertinentibus, et presertim in Paludibus Pontinis sibi donatis per sermam Caterinam, reginam Francie, exceptis dictis mobilibus Rome existentibus, que pro suis servitoribus reliquit. Et voluit quod ista ultima voluntas, testamentum nuncupatum, codicillum vel alias, redigatur in forma per quosvis notarios rogatos et vocatos ; et hanc suam ultimam voluntatem et testamentum facit vigore potestatis sibi attribute ex concessione et indulto apostolico. Hujus autem testamenti executores ut supra. Hanc siquidem ut supra, cassans, irritans, ut supra ».

  • 257 François Blandin, Nantais porteur de la lettre du 16 août 1554 de Jean Du Bellay à Côme Ier (Floren (...)
  • 258 Il apparaît dans la lista familiorum de Jean Du Bellay : « Franciscus Festus phisicus ea mercedis d (...)

41Et omnibus suprascriptis per me alta et intelligibili voce perlectis, predictus Illmus et Rmus D. Joannes cardinalis interrogatus per me notarium, ad unumquodque caput et articulum suprascripte scripture, an talis sit ipsius voluntas et ita velit testari prout supra dicitur ad singula queque capita et articula predicta, annuit capite quod sic, exprimens non sine aliqua difficultate, caterro impeditus, in vulgari gallico hoc verbum « huy ». Super quibus omnibus et singulis premissis predictus Illmus D. Joannes cardinalis annuit per me notarium infrascriptum unum vel plura publicum seu publica fieri atque confici instrumentum et instrumenta. Acta fuerunt hec Rome, ubi supra, quinque luminaribus accensis, sub anno, indictione, die, mense et pontificatu quibus supra. Presentibus ibidem D. Philippo Gentil, clerico Lingonensi, Nicolao Alard, Jacobo Garreau, Carnotenses, Livio Vandelpiero, medico, fratre Vincentio Orbinate, ordinis sancti Dominici, Francesco Blandin257, Nannetensis dioecesis, et magistro Francisco Festo, medico258, testibus ad premissa vocatis atque rogatis.

Minute : ASR, notai RCA 1453, fos 55-58 de la seconde partie du registre (Alexander de Peregrinis).

ANNEXE 4. LA FAMILIA DE JEAN DU BELLAY, TEXTES ÉDITÉS PAR LORIS PETRIS

[1549]259, Nombre des personnes ordinaires de la maison de monseigneur Jean, cardinal Du Bellay

  • 259 Le titre de Saint Chrysogone que porte Jean Du Bellay de février 1549 à février 1550 permet de date (...)
  • 260 Jean de Ferrière, sr de Maligny, qui participe à La Sciomachie et apparaît dans plusieurs actes pas (...)
  • 261 François de Bouliers, abbé de Manne.
  • 262 Giovanni Salviati, évêque de Porto de 1546 à 1553 (Hierarchia, t. III, p. 63).
  • 263 Peut-être le messager Guy de Fleury (CCJDB, t. I, p. 316).
  • 264 François Rabelais, médecin, familier et ordinaire commensal de Jean Du Bellay, « in artibus et medi (...)
  • 265 « Maistre Prothais Coulon, chirurgien de defunctMonsieur de Langey » (Les Œuvres d’Ambroise Paré, 8 (...)
  • 266 Voir les lettres de Sleidan à Jean Du Bellay, 10 novembre et 13 décembre 1550. CCJDB, t. VI, à para (...)
  • 267 Voir [Francesco Priscianese], Del governo della corte d’un signore in Roma […], Roma, per Francesco (...)
  • 268 Del governo évalue à deux écus par mois le salaire mensuel d’un « cappellano » (p. 22). Voir chap. (...)
  • 269 Les Diari sistini mentionnent à trois reprises Jean Du Bellay : le 2 août, après avoir été fait car (...)
  • 270 Voir Del governo, chap. XXXVIII, « Del credenziero » (p. 77), dont le salaire mensuel est estimé à (...)
  • 271 Noël Huet, sr du Maupas, architecte de Jean Du Bellay. Voir Jean Du Bellay à Nicolas Bouliers, 15 a (...)
  • 272 Voir Del governo, chap. XXXII, « De’camerieri », p. 72-73.
  • 273 Voir Del governo, chap. XL, « Dello spenditore », p. 78-79 et chap. XLI, « Del dispensiero », p. 79 (...)
  • 274 Voir Del governo, chap. XXXIX, « De’palafrenieri », p. 78, qui gagneront un écu par mois et par per (...)
  • 275 Del governo évalue à un écu et demi par mois le salaire mensuel d’un « acquaiuolo » (p. 23).
  • 276 Peut-être Milan Gavaudan, prieur de Sainte-Agathe de Véragues, maître d’hôtel de Guillaume Pellicie (...)
  • 277 Voir CCJDB, t. V, p. 274 n. 1 et p. 284 n. 5.

Premierement

Monseigneur et sa chambre

Vc

Monsr de Maligny260

IIIc

Monsr le Me

IIIc

Monsr l’hofficial

IIIIc

Monsr de Manne261

IIIc

L’evesque Saleratz262

IIIc

L’escuyer Dandigne

IIc

Fleury263

IIc

Rabellais264

IIc

Me Prothais265

IIc

Le caudataire

IIc

Vermissel266et le Napolitain

IIIc

Allemant

Ic

Les deux secretaires267

IIIc

Les deux chappellains268

IIIc

Le jouueurs de luc et cornet

IIIc

Les deux petitz chantres269

IIc

La taille et haulte contre

IIc

Argentier270

IIc

Contrerolleur

IIc

Paiges et leur varletz

IIIc

Estaffiers et lacais

VIc

Fauconnier

Ic

Me Noel271

Ic

L’homme du fourier

Ic

Sommelliers272

Vc

Cuisiniers

VIIIc

Verdurier

Ic

Pourvoieur273

Ic

Tailleur

IIc

Portier

IIc

Boullangers

IIc

Pellefreniers274

VIIc

Muulletiers et chartier

IIIc

Mareschal

Ic

Acquirol275

Ic

Celluy que livre le fouing

Ic

Le me d’hostel de monsr de Montpellier276

IIc

Somme : cent III personnes

party monsr de Quanet277

IIIIc

party monsr de Chasay

IIIc

42Ceulx qui ont portion de pain, vin et argentz

  • 278 Del governo évalue à un boccal de vin par jour et par personne la consommation ordinaire : « Costum (...)
  • 279 Le décompte Del governo della corte évalue à 20 onces par bouche, « come dar si debbe », les besoin (...)

43A Pierre Anthoine de Peccy, IIII boucaltz de vin278, IX pains279 et III jull. et demi pour sa pitance de chacun jour

44Au lavendier, deux boucaltz de vin, huict pains

45Au jardinier, deux boucaltz de vin, VII pains

  • 280 André Olicio.

46A messere Andree280, Neapolitain, ung boucal et demi de vin, VI pains

  • 281 Luca Castello.

47A messere Luc281, Neapolitain, ung boucal, VI pains

48A Muscadel, III boucaltz, IX pains

  • 282 Francesco Pisani.
  • 283 Niccolò Caetani di Sermoneta, qui participe au festin de la Sciomachie. « Le cardinal Sarmonette es (...)
  • 284 Giovanni Pietro Caraffa, futur Paul IV.
  • 285 Guido Ascanio Sforza.
  • 286 François de Rohan, sr de Gyé.
  • 287 Marco Maccarone, archéologue papal. Voir R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 59
  • 288 Marcello Cervini. CCJDB, t. IV, p. 381 n. 3.
  • 289 Nicolas Raince, secrétaire de l’ambassadeur de France à Rome.
  • 290 Camillo Paolo Orsini. CCJDB, t. IV, p. 103 n. 5.
  • 291 Gian Francesco Orsini.
  • 292 Ottavio Orsini. CCJDB, t. I, p. 232. Jean Du Bellay se trouve à Monterotondo, au nord-est de Rome, (...)
  • 293 Jean Du Bellay se fera ensevelir à la Trinité-des-Monts : « Die veneris XVI februarii hora 13 ½ obi (...)
  • 294 Jean de La Sauve (Savius), né à Rieumes, appelé Reomanus/Reuman et futur notaire du tribunal de l’A (...)
  • 295 Jean Du Bellay porte le titre de Saint Chrysogone du 25 février 1549 au 28 février 1550. Hierarchia (...)
  • 296 Alfonso Rossetto.

Ceulx qui n’ont que du vin

Le cardinal Pissan282

II bouteilles

Le cardinal Sermonette283

II [bottell.]

Le cardinal Theatin284

Ie boutt.

Le cardinal Sainct-Flour285

II boutt.

L’ambassadeur286

II boutt.

A messere Ludovic

Ie bouteille

A Macaree287

Ie boutt.

Au libraire du pape288

Ie boutt.

Au fiscal du pape

Ie boutt.

Au secretaire Rainse289

II bou., III pains

A Camille Ursain290

II bou., II pains

Au conte Petillan291

II bou.

Au seigneur de Mont Rotonde292

II bou.

A la Trenité toutes les sepmaines293

IIII boucaltz et demi, VI pains

A Romus, auditeur de Rotte294

II boutell.

Aux relligieux de Sainct Grisogon295 toutes les sepmaines

III boucaltz, VI pains

A l’abbé Rousset296

II bouteill.

  • 297 Pour une maisonnée de 107 personnes, Priscianese évalue en 1543 les besoins par mois à 90 barils de (...)

49Somme : XLIII boucalz de vin et cinquante cinq pains, qui sont donnez aux personnes cy dessus escriptz par chacun jour, qui est par mois cinq bottes et demye de vin et six vingtz deux douzaines et demye de pain, qui revient en argent a IIcXV livres par mois297.

50Plus est baillé en argent par chacun mois pour la pitance de Pierre Anthoine de Pecci, messire André Olicio, messire Lucques Castel, Muscadel, le jardinier et le lavendier, trente cinq escuz d’or qui vallent LXXV livres, qui est en somme par mois IIcIIIIxxX livres oultre la despense de CIII personnes et XXXVII chevaulx.

Copie : BnF, fr. 5146, fol.136-137.
Publication : A. Heulhard, Rabelais. Ses voyages en Italie, son exil à Metz, Paris, Librairie de l’Art, 1891, p. 284-286.

[après 1562]1, Lista familiarium cardinalis

  • 1 Comme semble l’indiquer le détail du no 2. La liste, dont on ne retient ici que l’essentiel, commen (...)
  • 2 Jean Brosset, contrôleur des finances de Marguerite d’Angoulême. CCJDB, t. I, p. 95 n.
  • 3 Franciscus Quartus (no 2), « camerarius », et Petrus Magliardus (no 9), « barbitonsor », sont tous (...)
  • 4 « ead. Rationem ∇ 40 pro quolibet anno ».
  • 5 « Providictor : providitor, provisor ; Scalchus : Gall. échanson, item majordomus, architriclinus » (...)
  • 6 « pro suis servitiis Rome et extra factis ».
  • 7 « per viam d. cardinalis Chrispi ».
  • 8 « intravit servitia per Coppieri ».
  • 9 Désigné comme témoin « laico Carnoten. dioc. barbitonsori in Urbe » dans un acte du 3 janvier 1556, (...)
  • 10 « ad rationem ∇ 2 quolibet mense ».
  • 11 Le 13 février 1559, le Napolitain Annibal Cortes passe une convention devant le notaire Savius pour (...)
  • 12 Marco Manilio estmembre de l’Accademia degli Sdegnati (Cooper, Litterae in tempore belli, p. 240). (...)
  • 13 « non video eius creditum liquidatum ».
  • 14 Cet Egidius est mentionné comme « mr Gilio guarda robba » dans l’Inventarium rerum et bonorum capel (...)
  • 15 Del governo évalue à un écu et demi par mois le salaire mensuel d’un « sottocuoco » (p. 23).
  • 16 Del governo évalue à un écu par mois le salaire mensuel d’un « aiutante di cucina » (p. 23).
  • 17 Del governo évalue à trois écus par mois le salaire mensuel d’un « cuoco segreto » (p. 23).
  • 18 Del governo évalue à un écu par mois le salaire d’un palefrenier (p. 22).
  • 19 « inservivit pro parafrenario ».
  • 20 Del governo évalue à 4 écus par mois le salaire d’un maître d’écurie (p. 22). Voir chap. XXVI, « De (...)
  • 21 Del governo évalue à un écu par mois le salaire d’un « canovaio » (p. 22). Voir chap. XLII, « Del c (...)
  • 22 « Cantor abbatiae S. Mauri de Fossatis » (acte du 20 juillet 1554 ; ASR, notai AC 6461, fos 97-98 ; (...)
  • 23 Del governo évalue à dix écus par mois le salaire d’un « maestro di casa » (voir aussi chap. XXIV, (...)
  • 24 Claude Lusinier établit le 19 février 1560 l’inventaire des antiquités de Jean Du Bellay (ASR, nota (...)
  • 25 « ad rationem quatuor ∇ quolibet mense auri in auro in sculpendo ».
  • 26 « ad rationem ∇ 4 auri quolibet mense ».
  • 27 « deve pagare tutti coloro ch’hanno da havere per vittuaglia a lui data in tal servitio ». Del gove (...)
  • 28 « Francesco Miglioret Carpentoratensis » est, avec Michaele Chappin, le témoin de l’acte par lequel (...)
  • 29 « causa salarii duorum annorum ».
  • 30 Franciscus Samarinus est dit « cameraris cardinalis » dans la liste du fascicule no 10, sous Person (...)
  • 31 « pro salario suo pro caudatario cardinalis duorum annorum […] incepit die prima Aprilis 1548 pro c (...)
  • 32 « Caudatarius : Gall. Portequeue » (Du Cange).
  • 33 Del governo évalue à cent écus par an le salaire d’un médecin (p. 23). Voir chap. XLIV, « Del medic (...)
  • 34 « occasione servitii medicando spatio 5 aut sex annos continue petit ∇ 2000 ».
  • 35 « Francesco Festo medico » est l’un des témoins du testament rédigé par Jean Du Bellay le 16 févrie (...)
  • 36 « asseruit spatio 5 annorum cardinali et toti eius familie ».
  • 37 « Frater Vincentio Orbinate ordinis sancti Dominici » est l’un des témoins du testament de Jean Du (...)
  • 38 « petit ∇ 144, non iustificavit ».
  • 39 « per multos annos in diversis rebus et bonis d. cardinalis, ut asseruit, diversimode prestitit, pe (...)
  • 40 « petit, sed non iustificat creditum ».
  • 41 « Currerius, tabellarius. Gallice courier, ital. Corriere » (Du Cange).
  • 42 « petit, non iustificat ».
  • 43 « ad rationem ∇ 15 auri in auro quolibet mense petit remunerationem laborum, damnorum et interesse (...)
  • 44 Fulvio Teofilo, futur évêque de Forli (1587-1594) ? Voir l’inventaire de la garde-robe de Jean Du B (...)
  • 45 Voir Del governo, chap. XXIX, « Dell’auditore », p. 69.
  • 46 « et postea hereditati per unum annum ».
  • 47 « pretende haver d’havere per piu pasti fatti duc. 48 et per cialdoni et simile cose in conclave du (...)
  • 48 Voir Del governo, chap. XXVII, « s’egli è da tener muli da soma », p. 65-67, qui déconseille d’avoi (...)
  • 49 Del governo évalue à un écu et demi par mois le salaire mensuel d’une « lavandaia » (p. 23).
  • 50 « petit ∇ 10 auri in auro occasione mercedis in lavandis pannis cardinalis et familie ».
  • 51 « mortuo d. cardinali et finita quadragena aufugit in Galliam cum meliori mula d. cardinalis insalu (...)
  • 52 Le 15 août 1551, de Saint-Maur, Jean Du Bellay écrit à François de Bouliers et lui envoie de l’arge (...)
  • 53 « in variis negociis, presertim in Paludibus Pontinis ». Sur Piperne et les marais Pontins, voir le (...)
  • 54 « pro servitiis factis ut asseruit in paludibus pontinis petit ∇ 2 ».
  • 55 « pro simili servitio ».

Source > ASR, Corporazioni religiose femminili S. Susanna 4447, fasc. 13, « Scritture concernenti gli Orti Bellaiani vicino al nostro monastero con l’heredità del cardinal Bellaia » (1565-1590), no 11, Bellaiana discussionis.
Note 1
Note 2
Note 3
Note 4
Note 5
Note 6
Note 7
Note 8
Note 9
Note 10
Note 11
Note 12
Note 13
Note 14
Note 15
Note 16
Note 17
Note 18
Note 19
Note 20
Note 21
Note 22
Note 23
Note 24
Note 25
Note 26
Note 27
Note 28
Note 29
Note 30
Note 31
Note 32
Note 33
Note 34
Note 35
Note 36
Note 37
Note 38
Note 39
Note 40
Note 41
Note 42
Note 43
Note 44
Note 45
Note 46
Note 47
Note 48
Note 49
Note 50
Note 51
Note 52
Note 53
Note 54
Note 55

ANNEXE 5. INVENTAIRES DE BIENS DE JEAN DU BELLAY, ÉDITÉS PAR LORIS PETRIS

1556, 29 mai, inventaire de statues de Jean Du Bellay298

  • 298 Acte de vente du 29 mai 1556, par lequel Jean Du Bellay achète un ensemble statuaire pour 1 000 écu (...)

51Questo è il numero de tutte le statue intiere

  • 299 Lupa, dans l’inventaire de Lusenier.

1.

In primo un Ganimede con l’aquila grande del naturale

2.

Una figura de una Venere grande del naturale

3.

Una figura de un Baccho grande poco meno del naturale

4.

Una figura de un fauno grande del naturale con una fistola

5.

Una figura de un Baccho o satiro o un fauno grande del naturale

6.

Una figura grande del naturale de una Victoria con le girlande et libri

7.

Dua figure de dua Victorie grande del naturale per tener le arme

8.

Una figura de uno Apollo poco meno del naturale

9.

Una figura de uno altro Apollo della medesma grandezza

10.

Doi fiumi per una fontana per gittar acqua longhi cinque palmi

11.

Una Venere longa il medesmo per una fonte per gittar acqua

12.

Doi Aurope con li Tori, che siedono sopra, pichole

13.

Uno Hercule longo tre palmi bellissimo

14.

Un centauro grande il medesmo o poco più che porta un vaso bellissimo

15.

Un satiro della medesma grandezza, bello, che fa il medesmo effecto

16.

Una figura d’un ermofrodito che sona l’arpa, grande tre palmi

17.

Una figura de un faunetto che sona la fistola pastorale

18.

Una figura d’un Apollo bellissimo con la testa antiqua che tira

19.

Un putto che tiene uno orsolino in braccio grande quattro palmi

20.

Un’altro bamboccio con la medesma grandezza con fiori in mano

21.

Una figura di un Giove vestito, grande palmi tre incirca

22.

Un Mercurio della medesma grandezza, bello

23.

Un puttino che sona un cifolo, grande di doi palmi

24.

Un Adone grande del naturale poco meno, bello fornito

25.

Una figurina de un Cleopadre con la serpe, grande doi palmi

26.

Una figurina de un Cupido longa pocho più de un palmo

27.

Dui Venere, una con un Cupido in braccio et l’altra si specchia, grande un palmo et mezzo

28.

Una cupa299 di paragone grande un palmo et quattro figurette in un pilo

29.

Una figura di un Iove picchola intiera for della testa che manca

52Tutte le figure sensa teste cioè li busti

  • 300 Roma, dans Lusenier.
  • 301 Parapetto, dans Lusenier.
  • 302 Parte, dans Lusenier.
  • 303 Magrona, dans Lusenier.

30.

In primo un torso de un Marte grande più del naturale

31.

Un torso di un Hercule grande del naturale

32.

Una figura che non ci manca se non la testa che siede

33.

Una Minerva con un pilo, bella, grande quattro palmi

34.

Un torso de un pastore grande del naturale

35.

Un torso de un Baccho grande che non serve se non per pecto

36.

Un torso di un putto nudo grande poco meno del naturale

37.

Doi figurine de donna che sono doi delle tre Gratie

38.

Un torso di altro putto nudo con un poco di panno

39.

Un torso de una figuretta vestita

40.

Doi torsi, un di donna et l’altro d’homo per la metà et manco del naturale

41.

Una figuretta che siede di una froma300 pichola

42.

Una figurina che sta in un letto che dorme nuda

43.

Quattro cavalli che sono in un pilo un poco rotti

44.

Tre altri torsetti, un di un Iove et l’altro di un Priapetto301 et l’altro di un torsettino

45.

Doi torsi grandi quasi del naturale di Venere et Adone

46.

Un torso di un Mercurio, bello

47.

Un torso di un ortolano nudo, bello

48.

Un torso di un Hercule con la pelle d’il leone

49.

Una figura intiera, for che la testa vestita per una fonte302

50.

Una mezza figura di un porfido bella

51.

Una mezza figura di una donna del bellicolo in giù

52.

Tre figurine quasi intere, una di una Venere con la testa, l’altra di un gladiatore, l’altra di un pastorello piccholino

53.

Un’altro torso di un Hermofrodito grande tre palmi

54.

Una figura di una Magiona303 di Mischio intiera for della testa

55.

Un torso di homo con li capelli longhi grande tre palmi

56.

Un’altro torsetto di un Cupido un poco rotto

57.

Un torso di un satiro con un braccio al collo di una putta

53Tutti li petti con le teste

  • 304 Antonino pio, dans Lusenier.
  • 305 Druso, dans Lusenier.
  • 306 Putto, dans Lusenier.
  • 307 Diana, dans Lusenier.

58.

In primo un petto con la testa di Claudio imperatore con littere nel petto

59.

Un [blanc]304 più d’il naturale, bello, con il suo pecto più del naturale

60.

Un Adriano grande doi volte del naturale con il pecto, bello

61.

Un Brudo305 con il pecto antiquo più del naturale

62.

Un Marco Agrippa più del naturale

63.

Un Caio Mario con il pecto del naturale

64.

Una testa con il pecto di un re delli Romani

65.

Una Lucretia romana con il pecto grande

66.

Un Commodo con il pecto del naturale

67.

Un Eliogabalo con il pecto antiquo, bello

68.

Una Sabbina con il pecto, bella

69.

Un Tiberio bello con il pecto antiquo

70.

Una satira con il pecto antiquo di buon maestro

71.

Doi figlioli di doi re pregioni del naturale, belli

72.

Una Geda grande del naturale con il pecto antiquo

73.

Un Hercole con il pecto meno del naturale

74.

Una venerina con il pecto bello quasi del naturale

75.

Un putto che ride con il pecto molto bello

76.

Una Faustina con il pecto, bella

77.

Un pecto306 grande del naturale di homo con la testa bellissima

78.

Una Iulia Mammea grande del naturale con il pecto bella

79.

Un pecto con la testa di un Hercole

80.

Un Iulio Cesare con il pecto della medesma grandezza

81.

Doi pettini, uno de Adriano et l’altro de Sabbina, bellissimi

82.

Un pecto con un Iove per la metà del naturale

83.

Un pecto della medesma grandezza di una Faustina

84.

Un pettino di alabastro di una donna307 con la testa

85.

Doi petti di doi putti con le teste, bellissimi, del naturale che rideno

86.

Diece pecti con le teste de più sorte, per studiolo, belli

87.

Doi altri pecti, uno di un Troiano et l’altro di Mercurio con le teste, belli

88.

Una Diana col pecto del naturale in tavola bella

89.

Una testa di una Fortuna con il pecto antiquo del naturale

54Le teste che sono tutte sensa pecti

  • 308 Traiano, dans Lusenier, possible.
  • 309 Druso, dans Lusenier.

90.

In primo una testa di una Faustina con la gola, del naturale

91.

Una testa di una Diana, bellissima

92.

Una testa di Agrippina con la gola bella

93.

Una testa di una Iulia di retto, bella

94.

Una testa di una Lucretia più d’il naturale assai

95.

Un Nerone, bello

96.

Un Albino et un Macrino bellissimi, del naturale

97.

Un Adriano bello grande del naturale con tutto il collo

98.

Una testa grande di una Medusa alta quattro palmi

99.

Un Troiano vecchio grande del naturale

100.

Una testa di un Caio Mario grande una volta et mezza

101.

Una testa di un Pompeio con il collo più d’il naturale, bella

102.

Doi teste di naturale, un Troiano308 con il collo et un Tiberio con il collo

103.

Doi teste, una Iulia et un Bruto309 grande del naturale tutte doi

104.

Una testa che si dice un Numma Pompilio del naturale, bella

55Tutte le teste sensa li petti

  • 310 Bocca, dans Lusenier.

105.

Una testa di una Cleopadre quasi del naturale, bella

106.

Una testa di un Iove più assai del naturale

107.

Una testa di una Bacca310 grossa una volta et mezzo del naturale

108.

Quattro altre teste di più sorte

109.

Una testa grossa doi volte più del naturale di una Iustitia

110.

Una testa della medesma grossezza con un poco di pecto di una Venere

111.

Una testa di una Lucretia più del naturale bella

112.

Una testa bellissima di una Minerva ch’ha cavati gli occhi

113.

Una Venere del naturale bella

114.

Una Martia moglie di Settimio imperadore

115.

Una Faustina ammantata più grande del naturale con il collo

116.

Una Mallia Scantilla del naturale, bella

117.

Sei teste tra un Antino et altre persone di più nomi, belle et antique

118.

Mezza testa di un Octaviano di paragone, bella

119.

Tre teste di tre Romani, cioè Bruto, Cassio et Ala, quelli che amazorno Cesari, belle grosse del naturale

120.

Una testa di una Salus Augusta

121.

Una testa di Antino più grossa assai del naturale

56Li pecti sensa testa, di più sorte

  • 311 Da console, dans Lusenier.
  • 312 Les no 129 et 130 sont absents de l’inventaire que donne Lusenier, publié par A. Bertolotti.

122

In primo un pecto grande de imperadore per doi volte il naturale

123

Un pecto bello antiquo consulo311 alla grecha

124

Un pecto antiquo di donna bello

125

Un pecto de imperatore del naturale

126

Un’altro pecto de imperatore della medesima grandezza

127

Un pecto di un Iove nudo bello

128

Un pecto di Venere nudo

129

Tre mezi petti di dona belli

130

Doi altri pecti di homo piccholi312

131

Un pecto di una Lucretia romana mezo nudo

132

Un pecto di un consolo haugurato intier, bello, del naturale

133

Un pettino di una Venere nudo bello

134

Un panno di marmo statuale per metter ad qual si volgio figura.

Source > ASR, notai AC 6462, fos 47v°-50v° (Io. Savius)
Publications : L. Clédat, « Le musée de sculpture du cardinal Du Bellay à Rome »,
Courrier de l’art, III (1883), p. 99-100 et 206-207 ; C. Bernardi Salvetti, « Il naufragio presso Piombino di un navile carico di “anticaglie” romane nel 1550 », L’Urbe, 38/6 (1975), p. 15-25 (transcription très fautive).

1560, 16 février, inventaire des biens de la chapelle de Jean Du Bellay

57Die 16 februarii 1560

58Inventarium rerum et bonorum capelle quondam bonae memoriae carlis Bellai

59Una croce d’argento dorata col crocifisso di rilievo

60Doi candelieri d’argento indorati

61Una pace d’argento dorata

62Doi ampolline d’argento

63Due bacinette d’argento dorate

  • 313 Voir le motu proprio du 8 novembre 1560 par lequel Pie IV avalise le transfert à Girolamo Capodifer (...)

64Un calice alto con sua paterna d’argento dorati, grande313

65Le sue tovaglie

66La pietra sacrata, qual dicono esser della chiesa di Sta Susanna

67Due cotte di lino

68Dui camici similmente di lino con suoi cordoni et un’aciutto

69Il messale con sua coperta di raso verde et suo coscino

70Una pianeta pavonaza con soi stole et manipoli

71Un’altra pianeta di veluto avinata con suoi stole et manipoli

72Doi palii del altare, uno di raso pavonazo et l’altro di veluto avinato

73Un’altro panno con un crocifisso da porre avanti al altare con la Madonna et S. Giovanni

74Un piviale di tela d’oro fodrato di vermesino rosso, qual dicono haver prestato il giorno della

  • 314 Philibert Babou de La Bourdaisière.
  • 315 Sur cet « Egidius », garde-robe, voir p. 323, no 13.

75Candelora al imbasciatore di Francia314, come dice mr Gilio315, guarda robba

  • 316 Étienne Boucher, abbé de Saint-Ferme.

76r.d. Stef. Buchier316

77Franciscus de Blanchis de Parma

  • 317 Un parent, Rainero Cesi (Raynerius Libicinus de Cesis), notaire de la chambre apostolique, administ (...)

78Carolus Sanctus de Cesis317

79Source > ASR, notai AC 2244, f° 283 (Io. Ant. Curtus).

1560, 16 février, inventaire de la garde-robe de Jean Du Bellay

80Die XVI feb. 1560

  • 318 Étienne Boucher, abbé de Saint-Ferme.
  • 319 Jean Bertrand, archevêque de Sens, cardinal depuis le 15 mars 1557.

81R. d. Stefanus Bouchier, abbas monasterii Sti Fermi318 … … … … [blanc] executor testamenti bonae memoriae Io. cardinalis Bellai, episcopi Ostiensis, et [nomine] Rmi D. Ioannis cardinalis Senonensis319 et executoris dicti testamenti, mandavit mihi notario ut omnium bonorum existentium [inventarium] in palatio ipsius quondam Rmi carlis conficerem suo facto ; ego ad dictum palatium situm Rome in Monte Caballo apud tabernas Diclitianas una cum infrascriptis testibus accessi et de bonis mihi infrascriptum inventarium confeci. Et primo in quadam stantia superi, quam guarda robba apellant, sunt infrascripta bona. Vidi :

82Una mitra pontificale di broccato d’oro riccio sopra riccio lavorato a fioroni de riccamo con 38 gemme in tutte legate in oro, de quale ne sonno due grosse in cima, et oltre sonno diamanti rubini et zafferi, fodrata con cremosino rosso con sua cassa di corame nero

83Due altre mitre de damasco bianche, con uno berettino rosso con uno velo di tela, sortite con li fiochi d’oro et uno annello con li fiochi d’oro et argenti, pur sua casea

84Una coda santissima, con la sua sacoccia

85Un porta beretta da piece, con 3 bonette de cardinale

86Una veste di damasco cremosi fodrata di pelle di lupo cervino

87Un’altra veste de raso cremesi fodrato pur di pelle di lupo cervino

88Un’altra di raso paonaza fodrata de pelle martire

89Un’altra di tabi pavonazo fodrato di agnelli armellini

90Un’altra ciambellotto, con l’onde foderata di armellini anche et agnelli

91Un saggio de tabi pavonaza foderato di agnelli mesi con li paramenti di martore

92Uno capuccio fatta in bancio sino a mezzo petto, di velluto negro fodrato di agnelli negri con le mostre di martore

93Un’altra camisuola di tela, con le maniche di agnello bianco con le mostre d’armellino et d’altra banda de tabi pavonazo

94Un capuzo pur’ fatto in bauco come quel di velluto negro sopra di raso cremosi

95Un altro simile di ciambellotto paonazo con l’onde con le lite di raso rosso aborno

96Dui robboni, uno di paonazo et l’altro di panno rosato con le sue mostre di ormesi de cavalcar’con le sue mozette

97Due altri simeli di ciambellotto con l’onde, uno paonazo et l’altro rosso con le sue mozette

98Una sottana de tabi rosso con la sua mozetta

99Un’altra sottana di ciambellotto con le onde cremosi di seta pur’con la sua mozzetta

100Un’altra simile ma non di seta

101Un mantelletto di rosato con le sue mostre di taffetta rosso

102Un’altro mantelletto di ciambellotto con l’onde pavonazo con le mostre de annesi rosse

103Un’altro mantelletto di ciambelloto con le onde rosso

104Una sottana di panno pavonazo con la sua mozetta et mostre cremosi rosso pavonazo

105Un’altra sottana di panno rosso con le sue mostre d’armesi rosso

106Un’altra zimara di panno pavonazo cremesi a la franzese con li passamani pavonazzi intorno

107Un’altra zimara de Nucaiardo

108Un’altra da camora di saia Vicentina paonaza imbottita di seta paonaza intorno

109Un’altra da camora di cremosi lionato imbottita

110Un’altra zimarra da camera de tabi cremosi

111Una cappa pontificale di rascia Visentina paonaza

112Un’altra di ciambellotto con le onde rosse

113Un mantello pontificale con la sua mozetta di panno paonazo

114Un mantello da pioggia pur di panno paonazo con le mostre de armesi pavonaze

115Un tabarro di panno franzese da acqua, con li passamani di seta et bavaro fodrato di velluto

116Un robbone da viaggio con le maniche de scarlatto

117Un tabarro pur di scarlatto con il baverio

118Un saggio di velluto negro fodrato di cremesino negro senza maniche

119Un’altro di panno pavonazo con le maniche

120Un’altro di tabi tane con le maniche

121Un’altro di ciambellotto con le onde rosso con le maniche

122Un’altro di cremesi rosso con le maniche

123Un’altro di raso tane con le maniche

124Un’altro sagio de armesi imbottito di fora rosso e dentro tane

125Un’altro sagio di raso lionuto fodrato di taffeta lionato

126Un’altro saggio de cremesi rosso

127Una vesticciola de cremosini negro

128Un’altra di raso tane, fodrato di tafeta tane

129Un’altra vesticciola de muccaiano nero, fodrato de armesi negro

130Un’altra simile

131Dui pana di rosato con sue pistagne di raso rosso, uno pano nere con sue pistagne simile 3 para bianche con pistagne di raso pur bianche

132Un tapeto di tavole di panno rosso con le franze di seta rosse et oro

133Un’altro panno di tavola di damasco cremosi con le sua frangie di seta et oro

  • 320 Girolamo Verallo.

134Un paio di coscini di velluto cremesi recamato d’oro intorno con li suoi fiochi, con le arme in mezzo del cardinale Verallo320

135Un tapeto di taula di panno rosso vechio

136Una coperta di letto di taffetta turchino sotto e sopra con infioroni imbottita, fatta di seta rossa

137Uno panno rosso vechio da mettere attorno in uno letto

138Uno padiglone di rascia di Fiorenza pavonaza con li fiochi attorno di seta pavonaza, con il suo pomo et cordone con suo tornaletto franciato

139Un cortinaggio fatto a padiglone con lo capelletto di broccato d’oro riccio sopra riccio et intorno con frangie di seta rossa et oro

140Uno padiglione di damasco verde con il capuccio di velluto verde, con passamani e sue frangie verde intorno

141Una coperta da letto di panno pavonazo con le frangie intorno

142Quindeci pezi di panno da corruccio fra grandi e piccoli di panno pavonazo

143Dui portiere simile fodrate di tela azura

144Una valige da cavalcare di panno pavonazo usata

145Un’altra di panno rosso pur usata

146Una pezza di panno pavonazo non intiera ancora non messa in opra

1474 matarazzi et uno paglariccio fodrato di ciambellotto rosso

148Una portiera di panno rosso recamata di panno gialdo

149Una coperta di cariaggi di tome reccamata de azurro et giallo con le arme del cardinale Bellay

150Dui sedie de velluto cremosino con soi cuscini reccamati d’oro

151Un’altra simile

152Uno corame da tavola meza tonda rosso con li capitelli d’oro

153Quattordici pezi di corame rossi con le colonne et archi d’oro

154Una portera simile

155Dodici capelli fra pontificali cricci e de armesino et de altra manera

156Otto pezzi de libri in-foglo, 3 azzurri, 4 in cartone bianco et uno in carta pecora

157Un altro pure in-foglo con coperta di raso rossa messa in oro

15824 libri in-sexto decimo ligati in corame et messi ad oro

1594 pezzi in-16° legati in carta pecora

1604 in-8 in carta pecora

161Uno in-8 in carta pecora messo in oro

1625 in-8 in corame messi in oro

1633 in-4 in corame

164Uno in-4 sligato

1654 in-4 messi medesimo

166Uno in-4 in covo

1673 in-foglo in covo

168Uno in-foglo di corame rosso tinto d’azzurro

169Un tornaletto di panno paonazo sotto d’il capello

170Sette rochetti da cardinali

171Una portiera di corame

1723 seggn’, una paonazza, l’altra verde et l’altra rossa

173Item prima sala magna

174It. guadri c.

175Due portiere di corame

176Una di panno paonazzo di coruccio

177Nove pezi grandi de corami de penni de verde et rosso, quale tutte stavano parate in detta sala

178Due casse da campo coperte di corame rosso dientro di essi, una coperta di lana rossa con uno tornaletto di panno rosso

179Item camera in qua mortuus est Rmi

180Undici pezzi di panno di raza figurati

181Uno padiglione di damasco cremosino con il capoletto di velluto cremosino tutto passamanato et frangiato d’oro

182Uno padiglone di rosato con le frangie di seta et le mostre di raso rosso

183Uno tapeto di tavola grande di panno paonazzo

184Uno manteletto con la sua mozetta di panno pavonazo

185Uno currinaggio di damasco rosso et frangie et passamani d’oro con sua lettera et colonne girate pur’di damasco rosso et passamani d’oro, con una coperta di tafeta imbottita

186Uno tapeto di tavola di velluto verde vechio

187Dui coperte da tavola di panno pavonazo con sue figure intorno

1883 quadri di tavola da letto

189Sette pezzi de corami simili da quelli de sala

190Dui cosini di panno pavonazo

191Uno cusino di velluto torchino

192Sei sedie di velluto pavonazo et cremesino con francie d’oro

193Dui coperte da letto, una rossa et un’altra bianca di lana

194Una coperta di tafeta rosso imbottita

195Tre sedie di panno pavonazo

196Una sedia di velluto lionato con sue frangie di seta

197In alia camera

198Nove pezi di panni di razza a fioroni verde et doi portiere simile

199Uno cortinaggio con le colonne aggiate di velluto pavonazo et tornaletto, et il giro di sopra pure di velluto pavonazo, tutti passamani et frangieni d’oro et le portiere intorno di damasco paonazo pur passamanate et frangian d’oro et le portiere intorno di damasco paonazo pur passamanate et frangiate

200Uno scabello da scrivere di velluto verde

201Uno casettino di velluto rosso con brocheno d’oro, con doi casettini che se tirano fora

202Uno calamaro di velluto verde

203Dui quadri corniciati d’oro

204Dui sedie, una coperta di panno verde et l’altro di corame

205Una portiera rossa con le arme del cardinale

  • 321 Fulvius Theophilus Romanus, qui appartient à la familia de Jean Du Bellay à partir du 6 février 155 (...)

206Presentibus ubi super d. Fulvio Theophilo321 Iur. V.D. Romo

  • 322 Étienne Boucher, abbé de Saint-Ferme.

207Successive eadem die XVI februarii 1560 supradictus r.d. abbas Stephanus abbas Sancti Fermi322 sponte etc. constituit se tenere et habere supradicta bona in supradicto inventario contenta et descripta in depositum et nomine puri et meri depositi omni suo resico, periculo et fortuna, ac eadem bona restituere et consignare cui spectant de iure et cui d. mandabit quandocumque ad omne mandatum domini alias etc. de quibus etc. pro quibus omnibus etc. observantis etc. se heredes etc. ac bona omnia etc. in ampliori forma Camerae apostolicae cum clausulis etc. obligavit et tactis iuravit super quibus etc.

208Actum Rome prope Montem Caballum sub quodam porticu palatii viridarii praedicti bonae memoriae carlis Bellai, presentibus ibidem Francesco de Blanchis de Parma et Carolo Sancti de Cesis testibus.

  • 323 Un court extrait de ces deux inventaires, qui les confond, est publié par R. Lanciani, Storia degli (...)

209Source > ASR, notai AC 2244, f° 284-288, 18 février 1560 (Io. Ant. Curtus323).

Notes

1 Vers ajouté de la main de Jean Du Bellay.

2 Le vers est corrigé de la main de Jean Du Bellay.

3 « Hic » de la main de Jean Du Bellay.

4 Le vers est corrigé de la main de Jean Du Bellay.

5 « aut » de la main de Jean Du Bellay.

6 En marge on lit : « Hospit ».

7 Contamination de deux textes classiques : Hor., epist., I, 7, 29-30, Forte per angustam tenuis vulpecula rimam/repserat in cumeram frumenti et Verg., Aen., IX, 383, rara per occultos ducebat semita calles.

8 Le mystes (du grec μύστης ; voir aussi v. 62) désigne le prêtre d’une religion à mystères ou l’initié aux mystères. À la Renaissance, on trouve aussi le terme dans le sens de « religieux » (voir notamment René Hoven, Lexique de la prose latine de la Renaissance, Leyde-Boston, Brill, 2006, p. 350). La traduction « prêtre » paraît ici la plus adéquate, d’autant plus que L’Hospital fait sans doute allusion à ce terme lorsqu’il appelle Du Bellay « magne sacerdos » au vers 15 de l’épître III, 7, qui est une réponse à la silve (cf. notre article « La Silva Langaeana de Jean Du Bellay », infra, p. 154).

9 L’expression Langiadum cretus de sanguine est inspirée de Verg., Aen., IV, 191, venisse Aenean Troiano sanguine cretum : Du Bellay est comparé au Troyen Énée ; pour l’expression sanguine cretus, voir aussi Verg., Aen., II, 74 et III, 608.

10 La famille Du Bellay tire son origine et son nom du fief du Bellay, près de Saumur, en Anjou, et c’est au XIIIe siècle qu’apparaît le premier Du Bellay connu, Hugues III (voir Léon Séché, « Les origines de Joachim Du Bellay », Revue de la Renaissance, t. I, 1901, p. 9-31, ici p. 12-13 ; Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 4 (sur la famille Du Bellay, p. 3-12) ; Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique, archéologique et biographique du Maine-et-Loire, t. II, Angers, H. Siraudeau, 1978, p. 66). Le premier Du Bellay mentionné par Louis Trincant (Histoire généalogique de la maison Du Bellay, manuscrit du XVIIe siècle, Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms 537, f° 17r°) est Berlay, sr de Montreuil en Anjou, qui vécut sous le règne de Lothaire ; ce rattachement des Berlay aux Du Bellay ne repose sur aucun fondement. Sur l’origine de la famille Du Bellay, voir Laurent Bourquin, « Les Du Bellay avant Du Bellay », dans ce même volume, p. 21-31.

11 Sur cette maladie, voir « La Silva Langaeana », infra, p. 163, note 6.

12 La description géographique des vers 70-89, la mention, au vers 120, de la localité de Clodia ou Clogia, c’est-à-dire Cloyes-sur-le-Loir (voir infra, note 70), ainsi que le fait que Du Bellay s’adresse aux « nymphes de Langey » (v. 10), permet de situer la scène dans la propriété de la seigneurie de Langey, près de Cloyes-sur-le-Loir, localité effectivement située, comme son nom l’indique, dans une vallée (v. 9, in convalle), celle du Loir – l’insistance sur le caractère encaissé ou profond de la vallée est une exagération poétique. Le bois dont il est question au début du poème (v. 1) pourrait être le Bois de Montigny, qui se trouve entre Langey et Cloyes-sur-le-Loir, à proximité du Loir ; cela dit, il y a un grand nombre de bois dans la région de Cloyes et de Langey.

13 Ces nymphes sont des dryades, nymphes des forêts (voir infra, v. 141, 179 et 192). Dans sa réponse, L’Hospital situe les nymphes, et donc aussi Du Bellay, dans des lieux inaccessibles (épître III, 7, 28, Haec etiam Dryades percurrunt avia Nymphae). Les nymphes sont très présentes dans les Poemata de Jean Du Bellay (éd. G. Demerson et R. Cooper, Paris, Société des textes français modernes, 2006) : voir notamment les jeunes filles nymphes de l’élégie 2 ; voir aussi l’élégie 5, « Réponse des Nymphes de Saint-Maur à Jeanne de Navarre », et l’ode 19, « À la Nymphe de Fontainebleau ».

14 Écho de Ov., am., II, 11, 15, Litora marmoreis pedibus signate, puellae.

15 Cf. Perse, sat., pr. 6, Hederae sequaces.

16 Du Bellay semble se souvenir de Ov., am., III, 9, 25-26, Adice Maeoniden, a quo ceu fonte perenni/Vatum Pieriis ora rigantur aquis.

17 Sur la carte de Cassini est indiqué l’étang (ou les étangs) que l’on peut voir de nos jours encore près de Cloyes-sur-le-Loir.

18 Cf. Ov., am., II, 14, 33, Dicite, quis Tereus… ; Verg., Aen., I, 229-230, adloquitur Venus : o qui res hominumque deumque/aeternis regis imperiis.

19 Dans la mythologie, les déesses sont toujours plus grandes et plus belles que les mortelles (voir, parmi bien des exemples, Hom., Od., VI, 106-109).

20 On peut rapprocher ce passage de l’opposition des princesses de la cour aux trois princesses royales (Catherine, femme du Dauphin Henri, Marguerite, fille de François Ier et de Claude de France, et Jeanne, fille du roi de Navarre et de Marguerite, sœur de François Ier) qu’établit Jean Du Bellay dans l’élégie 1, 113-114, Sed non idcirco vos iis conferte, puellae,/ Quas erret siquis non putet esse Deas. La beauté des princesses est plus qu’humaine, poursuit-il aux vers 115-116, Nam supra humanum est quod in iis decus eminet, ut quae/Heroas referant sanguine, mente Deos. Les filles de la cour sont pourtant belles et dignes qu’Apollon les conduise avec sa propre lyre (v. 109-110, Foelices hac o specie, hoc et amore puellas,/ Quasque sua dignas ducat Apollo lyra).

21 Dans son discours, la nymphe fera allusion (v. 225) à cette déclaration d’Apollon.

22 L’expression fama notus super aethera est empruntée à Verg., Aen., I, 378-379, sum pius Aeneas, raptos qui ex hoste penates / classe veho me cum, fama super aethera notus. Langey est comparé à Énée.

23 Pour l’expression labores exhaurire, voir notamment Liv., XXI, 21, 8.

24 La forme fruisci figure à deux reprises dans les Amores de Joachim Du Bellay (21, 3 et 26, 20).

25 Jean avait cinq frères : Guillaume, René, Martin, Jacques et Nicolas, desquels seul Martin vivait encore en 1551.

26 Cf. Lucr., III, 405, aetherias vitalis suscipit auras ; Verg., Aen., I, 387-388, auras/ vitalis carpis.

27 Cf. le premier adage d’Érasme, « Amicorum communia omnia » (Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, recognita et adnotatione critica instructa notisque illustrata, t. II. 1, Amsterdam, Elsevier, 1993, p. 84-86).

28 Langey fut gouverneur de Turin et lieutenant du roi en Piémont.

29 Du Bellay s’inspire de Ov., trist., IV, 1, 68, qui populi semper in ore fuit : Ovide, dont les vers étaient « sans cesse sur les lèvres du peuple », vit maintenant malheureux parmi les Besses et les Gètes. Jean Du Bellay use ici du lieu commun de l’homme de guerre qui est à la fois homme de lettres. Sur ce thème, voir infra, v. 203-204.

30 Le français ne parvient pas à rendre le jeu de sonorités vos voce vocabat.

31 On connaît les activités artistiques de Néron (voir notamment Suétone, Vie de Néron, 10 ; 12 ; 20-21 ; et 23).

32 Au vers 108, la nymphe, citant Du Bellay, reprend le terme palatia. Dans l’épître III, 7, 22-24, Atqui monumenta Neronis/ instaurare libet ; sed enim melioribus optem/ Auspiciis. Et quid vestra cum gente Neroni ?, Michel de L’Hospital reproche à Jean Du Bellay de célébrer les monuments de Néron, qui n’a rien à voir avec sa famille.

33 Dans sa réponse, L’Hospital suggère à Jean Du Bellay de cesser de s’intéresser aux vestiges ensevelis (épître III, 7, 29-30, Quin tu res senio longaque aetate sepultas/ desine sectari).

34 Dans l’ode 18, 79-80, Francisco nec alumno/Musarum, et patriae patri, François Ier est appelé « nourrisson des Muses ». Il est le père des Camènes : ode 13, 17-18, Nam quid extincto miserae parente/ fecerint [Camaoenae] ; cf. aussi 21-22, Quam diu morbi rabiem vagari/In sui sensere animam parentis. Voir les autres références proposées par Geneviève Demerson, « La poésie néo-latine du cardinal Jean Du Bellay, archevêque de Bordeaux », dans Renaissance-classicisme au Maine, Paris, Nizet, 1975, p. 309-328, ici p. 314-315 (entre autres épigramme 11, 1-2 : le roi a la double vocation de Pallas ; ode 13, 1-4, sur les Muses chassées de Grèce puis du Latium pour arriver dans les campagnes des Séquanes). On peut encore citer l’élégie 5, 82-85, sur François Ier protecteur des lettres et des arts.

35 Verg., ecl., 10, 72-73, vos haec facietis maxima Gallo/Gallo, cuius amor tantum mihi crescit in horas. François Ier est rapproché du poète élégiaque Gallus, un ami de Virgile. Tout comme le nom de Gallus chez Virgile, le nom de François est répété par Jean Du Bellay.

36 Cf. Ov., fast., IV, 395, procedunt pariter matres nataeque nurusque.

37 Pour l’expression aemula virtus, voir Hor., epod., 16, 3, aemula… virtus Capuae et Lucan., I, 120.

38 Inspiré de Verg., Aen., IX, 212, te superesse velim : tua vita dignior aetas, « Je désire que tu me survives : ton âge est plus digne de la vie », déclare Nisus à Euryale. Dans ses Poemata, Jean Du Bellay fait souvent l’éloge de François Ier ; en particulier on y trouve à deux reprises l’idée que le soleil n’a jamais rien vu de meilleur que lui : élégie 6, 13-14, nostin’Franciscus ut ille/Quo maius nil Sol aspicit, aut melius ; épigramme 10, 11-12, At tu, quo maius nil Sol videt, optime Regum,/ Deliciis vatis usque fruare tui. Voir aussi élégie 1, 69-70 ; élégie 5, 55 et 117-118 ; épigramme 11.

39 Imitation de Verg., Aen., I, 600-601, grates persolvere dignas / non opis est nostrae, Dido. Jean Du Bellay reprend les paroles d’Énée à Didon.

40 Écho de Ov., Pont., III, 1, 4, has fortuna tibi nostra ministrat opes.

41 Modestie feinte. Il en va tout autrement dans l’ode 8, où, dans la perspective de succéder à son frère pour écrire l’histoire, Jean Du Bellay affirme : « je ne suis pas inférieur aux Latin ni aux Grecs » (v. 49-50, eloquio non Latiis minor,/ Non Graiis).

42 Cf. Ov., fast., VI, 65, finierat Iuno…

43 Cf. Ov., met., VI, 203, tacito venerantur murmure numen.

44 La nymphe a les yeux baissés, tout comme Didon s’adressant aux Troyens dans Verg., Aen., I, 561, Tum breviter Dido vultum demissa profatur.

45 Cf. Verg., Aen., XI, 408, absiste moveri ; VI, 399.

46 Imitation de Verg., Aen., I, 754, insidias […] Danaum casusque tuorum ; Didon demande à Énée de lui raconter les embûches des Danaens et les malheurs des siens : les destins des Grecs sont devenus les destins des Du Bellay.

47 Le territoire des Carnutes, peuple de Gaule lyonnaise, embrassait la plus grande partie des départements actuels du Loiret, du Loir-et-Cher et de l’Eure-et-Loir ; les villes principales en étaient Orléans (Cenabum) et Chartres (Autricum). Le territoire des Carnutes, qui passait pour être au centre de la Gaule, était – surtout les forêts – aussi celui des druides. César est la source principale pour notre connaissance des druides dans la Gaule celtique (voir surtout Gall., VI, 13-14). Dans l’épître III, 7, L’Hospital fait allusion à notre passage en parlant du territoire des Carnutes, où l’on fait de la poésie sans gloire : Du Bellay ferait mieux de rester dans la région de Paris (v. 41-42, Parisiumque solum certosque relinquet honores,/ Finibus ut vastis Carnutum inglorius erret ; L’Hospital parle ici de Jean Du Bellay à la troisième personne, alors que dans le reste du poème il s’adresse à lui à la deuxième personne).

48 L’Hospital fait écho à ce passage dans l’épître III, 7, 25-26, At nemora haec Druidae quondam tenuere, dabantque/ His responsa locis.

49 Ville de Gaule lyonnaise, aujourd’hui Orléans.

50 Mondoubleau, dans le Loir et Cher ; « Mondoubleau » vient de « mons Dublelli », ou « Mons Dublellus », du nom de Hugues Doubleau, qui y avait édifié une forteresse à la fin du Xe siècle, et non de « Mons duplex » : la ville n’est pas sise sur un mont double. Voir Pierre Désiré de Beauvais de Saint-Paul, Εssai historique et statistique sur le canton et la ville de Mondoubleau, Le Mans, Monnoyer, 1837, p. 5.

51 Montmirail (= Mons mirabilis), Sarthe ; son château date du XIIe siècle.

52 Au vers 72 la nymphe disait effectivement que le territoire que possédaient les druides se situait à l’est.

53 C’est surtout l’empereur Claude qui est connu pour sa persécution contre les druides en 43 ; il abolit le druidisme (cf. Suet., Claud., 25).

54 Voir César, Gall., VI, 14 (réincarnation) et VI, 16 (sacrifices humains). Comme l’explique aussi César, la région des Carnutes est l’endroit où les druides se réunissaient (VI, 13).

55 Néron est empereur de 54 à 68.

56 Tisiphone est l’une des furies (cf. Verg., Aen., VI, 571).

57 Cf. Ov., fast., V, 305, flammis absentibus arsit.

58 Écho de Ov., met., VI, 617, ferro rapiam aut per vulnera mille/sontem animam expellam.

59 Cf. Ov., epist., 11, 111, rapidarum praeda ferarum.

60 Cf. v. 9, depressa in convalle.

61 Du Bellay fait-il allusion au château de Bois-Ruffin (commune d’Arrou, Eure-et-Loir), bien connu au XVIe siècle ? Voir Jean Mesqui, « Alluyes et Bois-Ruffin, deux donjons du XIIIe siècle », Bulletin de la Société archéologique d’Eure-et-Loir, t. CXXIV, 1980, p. 105-144, en particulier p. 123-144. Jean Du Bellay semble imaginer l’existence d’un certain Ruffinus, qui aurait vécu à l’époque de Néron.

62 Cf. Verg., Aen., II, 420, obscura nocte per umbram ; VI, 268, Ibant obscuri sola sub nocte per umbram.

63 Jean Du Bellay semble dire qu’une ville portait le nom de Drodas, qui viendrait de Druydes. Peut-on penser à Droué (Loir-et-Cher), bien que l’étymologie du nom n’ait manifestement rien à voir avec les druides (Émile Nègre, Toponymie générale de la France, vol. I, Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, Droz, 1990, p. 203, no 3181 ; Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Guénégaud, 1978, p. 254) ? La ville de Dreux (Eure-et-Loir), qui passait chez les Anciens pour être le milieu de la Gaule et dont le nom a aussi une certaine proximité avec Druydes, est toutefois située bien trop loin du théâtre de l’action.

64 Cf. v. 41, palatia.

65 Cet emploi ironique d’obiicito se retrouve dans la réponse de Jean Du Bellay à l’épître I, 1 de L’Hospital au vers 176 : et obiicito divina haec otia nobis (BnF, lat. 8138, fos 1r°-3v° et lat. 8139, fos 6r°-9r° ; dans Michel de L’Hospital, Carmina, livre I, éd. L. Petris et P. Galand, Genève, Droz, 2014, p. 362).

66 Allusion aux vers 40-43 où Jean Du Bellay reprochait aux nymphes d’avoir pour Néron une sympathie qu’elles n’éprouvaient pas pour François Ier.

67 Cf. p. ex. Verg., Aen., I, 325, Sic Venus.

68 Cette entrée en matière de la nymphe rappelle les paroles qu’adresse Énée à Didon dans Verg., Aen., II, 504, Forsitan et Priami fuerint quae fata requiras : peut-être Didon demandera-t-elle quel fut le destin de Priam.

69 Selon notre hypothèse (infra, note 61), il pourrait s’agir de la Tour Ruffin.

70 Sans doute Cloyes-sur-le Loir. Le nom de cette localité, « Clodia », est repris par L’Hospital dans l’épître III, 7, au vers 54 (Quales Clodia fert, quales et Perchia multos), où il mentionne aussi le Perche, situé au nord de Cloyes. Haec désigne le lieu du dialogue, donc Cloyes, ou Langey. L’étymologie de Cloyes que propose ici Du Bellay est fantaisiste. Pour l’étymologie de Cloyes, voir E. Nègre, Toponymie générale de la France, op. cit., no 4064, p. 282.

71 Sans doute le château de Glatigny, à Souday (Loir-et-Cher, cant. de Mondoubleau), où sont nés les frères Du Bellay. Latinium serait une étymologie fantaisiste de Glatigny. Dans l’épître III, 7, 26-27, et passim multa Latini/ Nominis hoc integra manent vestigia tractu, Michel de L’Hospital relève le fait que la région où se trouve Jean Du Bellay comporte beaucoup de noms provenant des Romains. Pour l’étymologie de Glatigny, voir E. Nègre, Toponymie générale de la France, op. cit., no 9127, p. 559-560.

72 Le sens de ce vers nous échappe. Les deux manuscrits portent « latiè », peut-être pour « Latiae », qui ne semble toutefois pas faire sens.

73 L’Hospital paraît faire allusion à ce passage dans III, 7, 22, monumenta Neronis.

74 Jean Du Bellay se souvient de Verg., Aen., I, 19-20, progeniem sed enim Troiano a sanguine duci/ audierat, Tyrias olim quae verteret arces : Junon apprend qu’une race naissant du sang troyen renverserait un jour les forteresses tyriennes (de Carthage) ; c’est la race des Romains, que Jean Du Bellay traite justement, un peu plus bas, de bâtarde (les Romains se prétendaient issus de Troie par Énée). Les Francs, eux, sont une race troyenne pure ; sur la légende de l’origine troyenne des Francs, voir Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 19-54 (chapitre premier, « Trojani aut Galli ? »). Jean Du Bellay fait allusion à plusieurs reprises dans ses Poemata aux origines troyennes de la monarchie française (élégie 1, 53-56 et note 28, p. 244, et élégie 1, 87-90 ; ode 2, 75-76 ; ode 11, 29 ; ode 17, 63-64 et note 30, p. 321 ; voir aussi G. Demerson, « La poésie néo-latine… », art. cit., p. 317).

75 Le génie du lieu est sa divinité protectrice (cf. notamment Verg., Aen., V, 95).

76 Cf. Verg., Aen., I, 166-168, antrum/ […]/ nympharum domus. Chez Virgile, la demeure des nymphes est une grotte.

77 C’est la première fois que Du Bellay précise que les nymphes avec qui il dialogue sont des dryades (le terme apparaît ensuite aux vers 179 et 192). L’Hospital, dans l’épître qu’il écrit en réaction à la silve, mentionne précisément les dryades (épître III, 7, 28, cité infra, note 13).

78 Jean Du Bellay est appelé Langey, comme au vers 169 ; en réalité, à la mort de Guillaume, c’est Martin qui devint sr de Langey.

79 Cf. Ov., Pont., IV, 8, 7, impetus iste tuus longum modo duret in aevum.

80 Cf. p. ex. Verg., ecl., 3, 23, si nescis.

81 Hugues Capet (987-996). Jean Salmon Macrin prétendait que la famille Du Bellay remontait au temps de Capet : Hymne I.1 (éd. par S. Guillet-Laburthe, Genève, Droz, 2010), 3-6, Bellai, proavis edite Martiis :/ Quorum gloria erit clara perenniter/ Per fastos memores atque diaria/ Francorum, a Capeto tempus ad hoc Duce (aussi dans Salmonii Macrini Juliodunensis Hymnorum libri sex, Paris, R. Étienne, 1537, p. 3-4). Scévole de Sainte-Marthe relève lui aussi cette ascendance : Elogia doctorum in Gallia virorum…, Jena, E. Claudius, 1696, livre I, p. 13-14, Iam inde a Capeti regis temporibus, qui ante sexcentos annos rerum in Gallia potitus est, Bellaiorum gens et genere illustris et rerum gestarum magnitudine nobilis enituit perpetuaque serie ad hanc aetatem deducta tres tandem protulit fratres omni virtute cumulatissimos, qui pari animorum contentione rem maxime omnium laudabilem perfecere quam ne velle quidem ulli Gallorum antea in mentem venerat, ut armorum gloriam cum litterarum dignitate copularent.

82 Cette phrase fait écho à Verg., georg., I, 61-62, quo tempore primum/ Deucalion vacuum lapides iactavit in orbem. Hugues Capet appartient à un temps mythique !

83 Cf. Verg., Aen., IV, 48, Teucrum comitantibus armis. Les Andécaves, peuple de la Lyonnaise, aujourd’hui l’Anjou. À l’époque d’Hugues Capet et de Robert le Pieux, le comte d’Anjou est Foulque Nerra (v. 987-1040), qui se reconnaît vassal du roi ; son pouvoir est celui d’un roi. Voir Christian Thevenot, Histoire des comtes d’Anjou (850-1151), Joué-lès-Tours, Sutton, 2001, p. 25-77 ; Jean-Louis Ormières, Histoire de l’Anjou, Paris, PUF, 1998, p. 22.

84 Pour l’expression fidem sequi, voir par exemple Caes., Gall., V, 20, 1, Mandubracius adulescens Caesaris fidem secutus.

85 Probablement Childéric III, le dernier Mérovingien, destitué en 751 par Pépin, le premier Carolingien ; Ényo (aussi appelée Bellone) est la déesse des batailles (il faut toutefois préciser que Childéric ne fut pas mis à l’écart à la suite d’une bataille). Selon le récit légendaire des Chroniques des comtes d’Anjou, qui date du XIIe siècle, la dynastie angevine remonte à la deuxième partie du VIIIe siècle (Chroniques des comtes d’Anjou, éd. L. Halphen et R. Poupardin, Paris, Picard, 1913, p. 26 ; voir aussi C. Thevenot, Histoire des comtes d’Anjou, op. cit., p. 15 et p. 151). Jean Du Bellay fait ainsi remonter sa famille au début de la dynastie carolingienne, comme le confirment un passage d’une lettre de 1548 et deux vers de l’élégie 3 des Poemata présentés dans « La Silva Langaeana », infra, p. 158.

86 Cf. Verg., Aen., VI, 767, Procas, Troianae gloria gentis. La gloire de la famille Du Bellay remplace la gloire de Troie !

87 Le génitif pluriel Pictum est inhabituel.

88 C’est-à-dire à Langey. Rien n’atteste la présence des Du Bellay dans la région à cette époque. Ce n’est qu’au début du XVe siècle, à l’époque d’Hugues VII Du Bellay, que Langey entra en possession de la famille (voir supra, note 95). En 1483 le père des frères Du Bellay, Louis, reçut de son frère Eustache « la seigneurie de Langey et tout tel droictqu’il avoit en la succession de Catherine Du Bellay […] dans les terres et seigneuries sises au pays de Dunois, ensemble ès moulins, prez et riviere de Cloyes » (Trincant, Histoire généalogique, f° 141r°).

89 Robert II le Pieux (996-1031), fils d’Hugues Capet.

90 Cf. Ov., Trist., V, 8, 18, et tantum constans in levitate sua est ; Catulle, 108, 2, inimica bonorum.

91 Sur ce nom donné à Jean Du Bellay, voir v. 143.

92 Allusion au reproche que Du Bellay fait aux nymphes de s’être cachées durant des siècles (v. 21-22).

93 Cf. v. 159.

94 On comprend qu’ayant pu retourner en Anjou, les Du Bellay ont alors quitté la région de Langey.

95 L’arrière-grand-père de Jean. Hugues VII, mourut en 1415 à Azincourt. Il était vassal du duc d’Anjou (Trincant, Histoire généalogique, f° 55v°). Hugues reçut la seigneurie de Langey par son mariage avec Isabeau de Montigny (Trincant, Histoire généalogique, f° 56v°).

96 Louis Du Bellay s’était engagé dans la carrière des armes au service du roi de France. Il servit notamment dans la guerre contre le duc de Bretagne (Trincant, Histoire généalogique, f° 141r°). Dans l’élégie 3, Jean Du Bellay dit qu’il a eu envers François Ier encore plus d’égards qu’envers son père (v. 89-90, Nec prodestillum plus observasse parente,/Sique nefas non est, plus coluisse Deo ? et la note 53 ad loc., sur la vénération des frères Du Bellay pour leur père).

97 La date de la mort de Louis Du Bellay est inconnue. Il était encore en vie en 1529, puisque dans une lettre à Anne de Montmorency datée à Londres du 18 septembre 1529, Jean Du Bellay affirme : « Je luy ay dict que […] avoye […] desja demandé mon congié pour m’aller trouver avec mon pere qui, estant fort vieil et malade, desiroyt fort avant sa mort faire le departement de ses biens » (CCJDB, t. I, lettre no 31, p. 82, et note 1 : « Louis Du Bellay avait alors, selon son fils Guillaume, quatre-vingt-dix ans. Bibl. nat., fr. 3078, p. 55-58 »). Dans une lettre d’avril 1530, Jean Du Bellay parle de son père en des termes qui permettent de supposer qu’il était encore en vie (CCJDB, t. I, lettre no 65, p. 142). Léon Séché, « Le cardinal Jean Du Bellay au Maine », Revue de la Renaissance, t. I, 1902, p. 230, mentionne une lettre d’octobre 1539 de Jean à René Du Bellay, qui contiendrait la phrase suivante : « Mon frere, j’ay appris en grant peine la maladie de nostre pere qui estoit si bien portant cet été, quand nous festames la cinquantaine de son mariage ; baillez-moi bientostde ses nouvelles ! » ; comme l’affirme aussi CCJDB, t. III, no 566, p. 158, n. 4, il est impossible de se prononcer sur la sincérité de ce texte, Séché s’étant contenté de citer une phrase tirée d’une « lettre manuscrite de notre collection particulière » ; il est en tout cas fort peu probable que Louis Du Bellay ait vécu jusqu’à cette date. Selon Trincant (Histoire généalogique, f° 141v°), Louis Du Bellay serait mort au château de Glatigny en 1522.

98 Verg., ecl., 4, 51-52, terrasque tractusque maris caelumque profundum,/ aspice (le poète s’adresse à l’enfant qui va ramener l’âge d’or au monde).

99 Dans l’ode 8, 41, Du Bellay parle de la Parque vorace qui a injustement fait mourir Langey (v. 41-42, Nam quod Parca vorax eripuit viro/ Nullis non merito laudibus evehi).

100 La correspondance de Jean Du Bellay fait à plusieurs reprises allusion aux dettes laissées par Langey à sa mort. Voir CCJDB, t. III, no 597, p. 199, n. 3 et no 600, p. 204, n. 2; t. IV, no 882, p. 247, n. 4; t. V, no 964, p. 3, n. 2.

101 Le testament de Guillaume Du Bellay (fr. 4332, fos 73 ss., 13 novembre 1542) est publié par Charles Pointeau, L’héritage et les héritiers des Du Bellay, Laval, Moreau, 1883, p. 9-17 ; sur ce testament, voir aussi Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 361-364.

102 Sur Guillaume Du Bellay homme de guerre et homme de lettres, voir « La Silva Langaeana », infra, p. 159.

103 Cf. Ov., Pont., I, 4, 35, nos fragili ligno vastum sulcavimus aequor. La phrase s’adresse à Jean Du Bellay : si Guillaume avait des excuses, Jean, qui s’est retiré – momentanément – des affaires, n’en a pas. Aux vers 230-231 la nymphe encourage précisément Jean à rentrer au port.

104 Cf. Lucr., V, 512, Sponte sua nequeant liquidas exsistere in auras.

105 Cf. Ov., fast., IV, 281, Lesbo postterga relicta ; met., II, 187, multum caeli postterga relictum.

106 Cf. v. 19, Et vos esse Deas nobis dictavit Apollo.

107 Dans le sens d’otium, « loisir studieux ».

108 Cf. Verg., Aen., V, 73, aevi maturus Acestes.

109 Littéralement : « qui n’est pas encore arrivé à son terme, ni au bout de ses peines ».

110 Dans l’ode 8, 47-49 des Poemata (1546), Jean Du Bellay évoque la possibilité de poursuivre les Mémoires de son défunt frère Guillaume. Dans l’épître (III, 10) figurant à la fin du recueil des Poemata, Michel de L’Hospital parle aussi de ce projet du cardinal (v. 15-16, p. 235). Dans sa correspondance de l’année 1549, celui-ci évoque à plusieurs reprises son intention d’écrire l’histoire des dernières décennies. Voir « La Silva Langaeana », infra, p. 164, note 17.

111 Il est dangereux de défier la mer ou le dieu Neptune. Ulysse l’apprit à ses dépens : ayant aveuglé le fils de Poséidon, le cyclope Polyphème, il dut subir maintes épreuves sur la mer.

112 C’est l’opposé du lieu commun : inviter à courir quelqu’un qui court déjà (Hom., Il., VIII, 293 ; Cic., fam., XV, 15, 3, eumque… redeuntem ad pacem currentem, ut aiunt, incitarem). Sur le bœuf qui a besoin d’être stimulé, voir Tibulle, I, 1, 29-30, Nec tamen interdum pudeat tenuisse bidentem/ Aut stimulo tardos increpuisse boves ; sur le bœuf paresseux, voir aussi Hor., epist., I, 14, 43, bos piger.

113 Possible référence a Vénus, qualifiée a deux reprises par Tibulle de déesse « cruelle » (acerba) : voir surtout, avec la presence de infidus (qui chez Tibulle ne se rapporte pas a la déesse) I, 6, 83-84, Hanc Venus ex alto flentem sublimis Olympo/ Spectat et infidis quam sit acerba monet ; voir aussi I, 2, 99-100, At mihi parce, Venus: semper tibi dedita servit/ Mens mea: quid messes uris acerba tuas?

114 Écho de Verg., Aen., I, 615-616, quis te, nate dea, per tanta pericula casus/ insequitur ? Didon s’adresse à Énée.

115 Hospitalis ou Hospitalius est l’équivalent du grec xenios [ξένιος, « hospitalier »]. Le jeu de mots est fréquent. Voir notamment Joachim Du Bellay, Xenia, 30 (à L’Hospital), v. 3-4, Quis neget ex ipso contingere nomina caelo,/ Hospitii nomen nec tibi sorte datum ? et 7-8, Ergo parva meos, Xenie, accipe munera versus :/ Parva placent Xenio munera saepe Iovi ; voir aussi Loris Petris, La plume et la tribune. Michel de L’Hospital et ses discours (1559-1562), Genève, Droz, 2002, p. 544 et note 58, ainsi que p. 527, note 33, qui cite le début du portrait de L’Hospital par Bèze : Hic ille est Michael Xenius, sive Hospitalius.

116 Tiraqueau et L’Hospital font partie des hôtes réunis à Saint-Maur que Jean Du Bellay énumère dans l’ode 18, 4-7 (ils sont accompagnés d’Antoine de Lion, seigneur de Reuilly, de Claude Le Voix et d’Adrien Du Drac), Quique ex hospitio trahis/ Nomen, perpetuum a Pallade sed decus,/ Tuque iis par, Tiraquelle optime. Dans l’épître II, 11, 206-207, Michel de L’Hospital évoque aussi la visite à Saint-Maur des amis de Du Bellay, dont lui-même : Hic quibus ipse voles, et quando, frueris amicis,/ Me simul atque aliis, me plus tamen omnibus uno (Émile Dupré-Lasale, Michel de L’Hospital avant son élévation au poste de chancelier de France, deuxième partie (1555-1560), Paris, A. Fontemoing, 1899, p. 17, date ce poème de 1550). L’Hospital et Tiraqueau étaient très liés : deux épîtres de L’Hospital paraissent comme liminaires d’œuvres de Tiraqueau, l’une (IX, 21) en 1543 au début du De utroque retractu, l’autre en 1546 (III, 17) en tête de la quatrième édition du traité sur les lois matrimoniales (De legibus connubialibus et iure maritali) ; on a aussi conservé une lettre de Tiraqueau à L’Hospital datée de 1557 et éditée dans Michel de L’Hospital, Discours et correspondance. La plume et la tribune II, éd. L. Petris, Genève, Droz, 2012, p. 145.

117 hic, dans les deux manuscrits. On aurait attendu his.

118 La nymphe, tout comme Jean Du Bellay (v. 9, canebat), « chante » (cecinit).

119 Verg., Aen., III, 718, conticuit tandem factoque hic fine quievit. Ainsi s’achève le troisième livre de l’Énéide : Énée, après avoir raconté ses aventures à Didon, se tait. Une bonne conclusion pour la silve !

120 Autour de ce texte, dont le manuscrit autographe est conservé à Paris, BnF, Dupuy 33, fos 52r°-64v°, de sa production et de sa date de rédaction, voir dans le présent volume Nathalie Guillod p. 167-180.

121 Jean Du Bellay avait d’abord écrit : « desirer ».

122 Au moment où une entrevue entre Clément VII et François Ier commence à être discutée, dès l’hiver 1532, les relations entre Londres et Rome sont tendues : la question du divorce de Henri VIII, pendante depuis 1529, n’a pas encore trouvé de solution. Les événements se précipitent durant le printemps 1533, crispant encore davantage chaque partie. D’abord prévue en mai 1533, l’entrevue entre le roi de France et le pontife, dont Henri VIII attend la régularisation de sa situation conjugale, est repoussée à plusieurs reprises, ce qui provoque la colère du monarque anglais. Ayant secrètement épousé Anne Boleyn le 25 janvier 1533 et attendant la naissance de leur premier enfant pour septembre, Henri VIII souhaite légaliser son union au plus vite pour assurer la légitimité de sa descendance. Exaspéré par les lenteurs des démarches diplomatiques, il fait convoquer une cour, présidée par Thomas Cranmer, archevêque de Cantorbéry, qui déclare son remariage légal et promulgue une sentence à l’encontre de Catherine d’Aragon le 23 mai 1533. Le 1er juin, Anne Boleyn est couronnée reine. La réponse du Saint-Siège ne se fait pas attendre : Clément VII, le 11 juillet invalide la sentence de Cranmer, condamne l’union du roi d’Angleterre avec Anne Boleyn et le somme de reprendre Catherine avant fin septembre sous peine d’excommunication. Henri VIII exhorte alors Thomas Howard, duc de Norfolk, qui avait été envoyé en France pour assister à la rencontre entre Clément VII et François Ier de convaincre ce dernier de renoncer à cette entrevue. Mais le roi de France espère encore pouvoir réconcilier les deux parties et maintient l’entrevue avec le souverain pontife, d’autant qu’à Rome, François de Tournon est parvenu à convaincre le pape de repousser d’un mois le délai imposé à Henri VIII pour reprendre sa femme, jusqu’à la fin d’octobre. L’ambassade extraordinaire, menée par Norfolk, retourne en Angleterre. L’entrevue se tient finalement à Marseille en octobre-novembre 1533 ; Stephen Gardiner, évêque de Winchester, représente le souverain anglais. François Ier obtient de Clément VII qu’il repousse encore le délai d’excommunication à la fin novembre. Mais alors que les deux souverains sont en pourparlers, une délégation anglaise arrive qui signifie au pape l’appel de Henri VIII au concile général. François Ier dépêche alors Jean Du Bellay à Londres pour tenter de ramener le monarque anglais à de plus conciliantes vues. Ce sont là les événements que relate Jean Du Bellay dans ce texte. Paul Friedmann, Anne Boleyn, A Chapter of English History, 1527-1536, t. I, Londres, MacMillan, 1884, Table chronologique, p. LXVI-LXXI et chap. V-VIII ; Nicolas Camusat, Meslanges historiques ou Recueil de plusieurs actes, traictez…, Troyes, N. Moreau, 1619, [2e section] « Lettres du roy François premier et instructions a ses ambassadeurs, ensemble les memoires et lettres desdicts ambassadeurs pour affaires traictees pour ledict seigneur avec le roy d’Angleterre Henry 8 pour ledit roy d’Angleterre ».

123 Jean Du Bellay avait d’abord écrit « pullulant ».

124 Jean Du Bellay avait d’abord écrit « restraindre », dont il a barré le r initial.

125 BnF, Dupuy 33, f° 52v°.

126 En marge : « Nota : de sçavoir du cardinal de Tournon plusieurs choses ».

127 « Qu’il » corrigé en « qui ».

128 François de Tournon et Gabriel de Gramont quittent la cour à Amiens le 6 novembre 1532. Ils sont reçus en audience par Clément VII le 3 mai à Rome. Gabriel de Gramont quitte Rome le 7 juillet 1533. François de Tournon y est encore en août et repart pour la France en septembre 1533 (C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 62-63). Leurs instructions, datées du 13 novembre 1532 évoquent, outre la défense de la chrétienté et les exactions commises dans l’expédition des bulles, le danger qui résulterait d’une action du pape contre Henri VIII : les deux rois menacent en particulier Clément VII d’un concile général, auquel se joindraient les princes allemands, luthériens et autres. Les instructions prévoient également une entrevue entre François Ier et le pontife à Nice ou à Avignon, après le départ de l’empereur d’Italie (Alfred Hamy, Entrevue de François Ier avec Henry VIII à Boulogne-sur-Mer en 1532, Paris, L. Gougy, 1898, doc. 76, p. CCLXXXV-CCXCVI ; Michel François, Le cardinal François de Tournon, Paris, E. de Boccard, 1951, p. 99-100). Selon Gregorio Casale, ambassadeur d’Angleterre à Rome, cité par Eustache Chapuys, ambassadeur de Charles Quint à Londres, leur mission est encore plus précise: « one of their principal charges is to summon the Pope to declare immediately that the divorce should be pronounced, which he had formerly promised to do when in prison, or to remit the cause here [en Angleterre], otherwise the two Kings were determined to abrogate the Papal authority in their kingdoms, and Henry would have the case decided by the prelates of his own kingdom ». James Gairdner (éd.), Letters and Papers, Foreign and Domestic, Henry VIII, Londres, Longmans Green, 1880, vol. 5, no 1531.

129 Il est possible que Jean Du Bellay ait eu sous les yeux les instructions baillées à Jean de Dinteville en janvier 1533 : ce qu’il écrit ici correspond à ce que les instructions rapportent des négociations menées à Rome par Tournon et Gramont, des dispositions du pape, ainsi que de celles du roi de France. N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., instructions de Jean de Dinteville, Anet, 27 janvier 1533, [2e section], fos 4v°-5r°.

130 C’est Jean de Dinteville, bailli de Troyes, envoyé ambassadeur en Angleterre en janvier 1533, qui apporte ces nouvelles à Henri VIII, comme il ressort de ses instructions, précédemment citées, datées d’Anet, le 27 janvier 1533 (ibid., [2e section], fos 4r°-6v°).

131 Ce topos revient sans cesse dans les documents de l’époque. Une formulation similaire apparaît par exemple à la fin des instructions de François de Tournon et Gabriel de Gramont qui « s’employeront envers nostredict Sainct-Pere, et ailleurs ou besoing sera, en tout ce qui touchera le faict dudict seigneur roy d’Angleterre, tout ainsi et en la propre forme et maniere qu’ilz vouldroient faire, pour l’affaire propre du roy ». Letters and Papers…, op. cit., vol. 5, no 1541.

132 Dupuy 33, f° 53r°.

133 Dans les instructions remises à Jean Du Bellay en novembre 1533 il est dit de même : Henri VIII aurait envisagé dans un premier temps de participer en personne à l’entrevue entre Clément VII et François Ier. CCJDB, t. I, 1969, no 164, p. 326.

134 Henri VIII accueille effectivement favorablement la proposition et promet d’envoyer le duc de Norfolk ou Thomas Boleyn, le père de sa nouvelle épouse. P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 191, qui cite une lettre de Guillaume Du Bellay, Étienne de Laigue et Jean de Dinteville à François Ier datée de Londres le 26 février 1533, que Jean Du Bellay a peut-être pu consulter par le biais de Dinteville ou de son frère.

135 Ce sont finalement Thomas Howard, duc de Norfolk, George Boleyn, lord Rochford, frère d’Anne Boleyn, William Paulet et Anthony Browne qui partent de Calais le 2 juin 1533. L’entrevue est alors supposée imminente puisque le 28 mai 1533, William Bennet, ambassadeur anglais à Rome, écrit à Henri VIII pour lui annoncer qu’elle est fixée au 15 juillet (Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, no 548.). Les ambassadeurs arrivent à la cour le 10 juillet. Ils repartent pour l’Angleterre en août et c’est Stephen Gardiner, évêque de Winchester qui est dépêché pour assister à l’entrevue de Marseille en octobrenovembre 1533. C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 100-101.

136 Nous n’avons pas retrouvé les instructions des ambassadeurs anglais.

137 Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme). Le roi y est les 12 et 13 juillet 1533, ibid., t. VIII, p. 482-483.

138 Suit ici un paragraphe biffé, en partie repris plus loin dans le récit : « Et esta noter qu’ayant au precedent, comme dict [est], pape Clement donné une sent… ». Et Jean Du Bellay se ravise : « Et esta noter que, prenant le roy très crestien en main cest affaire a la requeste des parties, suz tout leur avoit faict et faisoyt journellement instance de ne rien innover l’ung contre l’autre jusques a ce que cest accord feust du tout faict ou rompu ». Le tout est ici hachuré. Le deuxième jet est repris plus bas. Jean Du Bellay est tenté d’évoquer ces deux points ici déjà. En effet, dès le début de l’année 1533, François Ier exhorte les deux partis, par le biais de ses ambassadeurs, à ne rien entreprendre qui puisse faire capoter les négociations. Dans les instructions de Jean de Dinteville du 27 janvier 1533, François Ier demande que « ledit seigneur Roy [ne] soit pour y faire novité ne y entreprendre aucune chose » (N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], f° 5v°). Henri VIII a son tour exige, s’il accepte l’entrevue entre le pape et le roi de France, la promesse de Clément VII de ne rien « innover » d’ici là (P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 191 qui cite une lettre de Guillaume Du Bellay, Jean de Dinteville et Étienne de Laigue déjà mentionnée ; voir aussi la lettre de Jean de Dinteville à Jean Du Bellay, Londres, 9 juin 1533, CCJDB, t. I, no 156, p. 314-316). Et François de Tournon écrit de Rome : « […] quand au faict du roy d’Angleterre vostre bon frere, suivant ce que j’ay dit de vostre part a nostre Sainct-Pere, sa Saincteté est deliberee de mener cest affaire quand vous serez ensemble si dextrement qu’il n’y aura riens innové ne gasté pour luy… ». Et encore dans la même lettre : « … nostredit Sainct-Pere vous complaira touchant la requeste que luy avez faicte en faveur de vostredit bon frere et qu’il ne se innovera aucune chose en sondit affaire qui luy puisse aucunement nuire entre cy et la veue… » (N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], f° 8r°). Or, en juillet 1533, au moment où les émissaires anglais arrivent auprès de François Ier à Vic-le-Comte, Henri VIII est marié depuis janvier, son épouse est enceinte, l’union a été légalement validée par Thomas Cranmer et Anne Boleyn a été sacrée reine. Quant au pape, il a publié la sentence d’excommunication à l’encontre du roi d’Angleterre. D’un côté comme de l’autre, les événements se sont accélérés. Mais, peut-être pour des raisons d’intensité narrative, Jean Du Bellay choisit de repousser l’annonce de ces faits, en particulier de la sentence d’excommunication rendue par Clément VII : le lecteur l’apprendra un peu plus bas en même temps que les acteurs de l’affaire. Il choisit vraisemblablement de faire de cette révélation retardée le point de bascule de son récit, comme il a été un tournant indéniable dans l’affaire du divorce, le dispositif narratif reflétant ainsi le déroulement historique. Cela lui permet en outre de conserver une unité de lieu dans la narration, respectant ainsi le principe établi par son frère dans l’agencement du propos. Quant au concept d’innovation, dans cette acception négative de démarche précipitée qui induit des complications, il revient à plusieurs reprises tout au long du texte – comme dans les dépêches de l’époque –, laissant présager ici que des gestes imprévus bouleverseront la marche des événements.

139 Anthony Browne, gentilhomme de la Chambre de Henri VIII, dans une lettre de Paris du 12 juin à Thomas Cromwell confirme le bon accueil que reçurent les députés anglais, évoquant « the great cheer my lord of Norfolk and his company have everywhere in these parts, which could not be improved on », mais donne un autre itinéraire pour François Ier, « gone from Lyons to Toulouse, clean out of the way toward Noes [Noves] ». Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, no 631; C. A. Fr. Ier, t. VIII, Itinéraire, p. 482-484.

140 En marge : « Nota : hic de sçavoir des propoz qu’ilz apporterent ».

141 Jean Du Bellay avait d’abord commencé à écrire : « Et après plusieurs propoz et quelques journees qu’ilz eurent esté ensemble, sembla ausdictz… ». Nous rétablissons le verbe sembler qu’il n’a pas repris après s’être ravisé.

142 BnF, Dupuy 33, f° 53v°.

143 Francis Bryan. C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 100.

144 En marge : « Nota : si voulez nommer Jehan Joachim, Morette, Laigerie, etc. ». Les deux premiers sont Jean-Joachim de Passano, envoyé en Angleterre dès 1525 (ibid., t. IX, p. 21 sq.) et Charles du Solier, seigneur de Morette, qui accomplit de même plusieurs missions en Angleterre dès 1516 (ibid., t. IX, p. 18 sq.). « Laigerie », lecture douteuse. A. Hamy donne « Largerie » (Entrevue de François Ier avec Henry VIII…, op. cit., doc. 114, p. CCCLXXVI). Nous serions tenté d’y voir Étienne de Laigue, sr de Beauvais, plusieurs fois chargé de missions diplomatiques, ambassadeur en Écosse à deux reprises en 1533, à peine revenu de sa résidence à Edimbourg et ayant à chacun de ses voyages transité par Londres. Ou peut-être Jean de Langeac, évêque de Limoges, ambassadeur en Écosse en 1523 et qui le sera à nouveau en 1537. En effet, Jean Du Bellay dit d’eux : « dont nul n’y avoyt qui n’eust esté ambassadeur en Angleterre ». C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 35 sq.

145 Rodolfo Pio di Carpi, nonce en mai 1533 (ibid., t. IX, p. 126), envoyé auprès de François Ier expressément pour préparer l’entrevue avec le pape. Carpi repart vraisemblablement pour Rome après l’entrevue de Marseille avec Clément VII le 12 novembre 1533. Il ne reste presque rien des documents de la diplomatie pontificale en France pour la période courant du Traité de Cambrai à la mort de Clément VII. Joseph Fraikin, « La nonciature de France de la délivrance de Clément VII à sa mort », Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’école française de Rome, 26, 1906, p. 551-554.

146 Cesare Trivulzio, nonce ordinaire de septembre (ou octobre selon J. Fraikin) 1529 jusqu’au début de l’année 1534 (et non janvier 1535 comme écrit dans le C. A. Fr. Ier). J. Fraikin, « La nonciature… », art. cit., p. 536-537 ; C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 126.

147 BnF, Dupuy 33, f° 54r°.

148 Voir note 138 ci-dessus.

149 Pomponio Trivulzio, ibid., t. IX, p. 227 et t. X, Index.

150 Nous n’avons pas identifié ce personnage.

151 La sentence d’excommunication est prononcée le 11 juillet 1533 (Stephan Ehses, Römische Dokumente zur Geschichte der Ehescheidung Heinrichs VIII von England, 1527-1534, Paderborn, F. Schöningh, 1893, p. 212-213). Elle prendra effet à la fin du mois de septembre, si dans l’intervalle Henri VIII n’a pas rétabli Catherine d’Aragon comme épouse et reine. La nouvelle est connue en France une dizaine de jours plus tard. Norfolk l’apprend le 21 juillet (P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 223-224). Le 22 juillet, Anne de Montmorency écrit de Rodez à Jean Du Bellay : « J’ay presentement receu ung pacquet de lettres venant de messrs nos cardinaulx qui sont a Romme ouquel s’est trouvé celuy que je vous envoye adressant a monsr le duc de Norfort auquel je vous prie le presenter. Je me doubte bien qu’il aura nouvelles par la qui ne seront pour le contanter veu ce qui s’est faict a Romme contre le roy d’Angleterre… » (CCJDB, t. I, no 159, p. 318). Le cardinal de Tournon, à Rome, parvient à convaincre Clément VII de repousser le délai d’un mois (S. Ehses, Romische Dokumente…, op. cit., p. 214, en date du 26 septembre 1533 ; N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], fos 11v°-12r°, Tournon à François Ier, Pise, 27 septembre et fos 12r°-13v°, François Ier à Jean de Dinteville, Marseille, 14 octobre 1533). À Marseille, François Ier obtient un nouveau terme à fin novembre. S. Ehses, Romische Dokumente…, op. cit., p. 214, en date du 31 octobre 1533 ; Gustave Constant, La Réforme en Angleterre, Paris, Perrin, 1930, p. 44 ; Ludwig von Pastor, Storia dei papi, trad. Italienne Angelo Mercati, t. IV, partie I, Rome, Desclée, 1942, p. 480-481).

152 La phrase est incomplète.

153 BnF, Dupuy 33, f° 54v°.

154 George Boleyn est effectivement dépêché en toute hâte en Angleterre, où il arrive le 28 et dont il repart le 30. P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 225-226.

155 En marge : « Nota : sçavoir du cardinal de Tournon que portoyt la sentence ».

156 En effet, après avoir reçu la nouvelle de la sentence, Henri VIII exige de ses ambassadeurs, à défaut de convaincre le roi de France d’annuler l’entrevue, de revenir immédiatement en Angleterre (8 août, Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, no 954). Au même moment, François de Tournon, de Rome, exhorte au contraire le roi à convaincre Norfolk de la necessité d’une entrevue entre Clément VII et lui pour sauver la situation : « … il me semble que vous ne ferez pas peu pour le roy d’Angleterre si vous pouvez arrester le duc de Norfolk a ceste veue, car […] pour peu de semblant que le roy d’Angleterre face de reparer les attemptatz et de obeyr au Pape, et que sa Saincteté puisse avoir couleur avecques son honneur de faire pour ledit roy d’Angleterre, je vous asseure, Sire, que pour l’amour de vous et de luy, il le fera d’aussi bon cœur qu’il luy est possible et peult-estre que quand vous serez ensemble, il se y trouvera des expediens qui seront mal aysez a trouver si ledict duc de Norsforc n’y est », s. l., 17 août 1533, N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], f° 9r°.

157 En marge : « Nota : que ce narré est ung peu long ».

158 « Ou nom du Roy » ajouté en marge.

159 La fin de la phrase, depuis ici, ajoutée par Jean Du Bellay dans l’interligne.

160 Jean Du Bellay a ajouté « publiquement » dans l’interligne.

161 BnF, Dupuy 33, f° 55r°.

162 En marge : « Nota : de sçavoir [de] Tournon ».

163 Un témoignage semble confirmer en partie ces propos de Jean Du Bellay. Dans The Life and Raigne of King Henry the Eight, publié à Londres en 1649, Edward Hebert of Cherbury rapporte pour le mois de juin 1533, p. 357-358: « And now the Newes of the Archbishop of Canterburies Sentence, and open Marriage of Mistris Anne Bolen being come to the Pope eares, and together with it an information concerning the Booke our King had composed againstthe Popes Authority (which also more than any thing else offended him) the whole College of Cardinalls, especially such as were for the Emperour, became humble suppliants to the Pope, that hee would proceed rigorously againstour King; which also the Pope accorded, though not in that peremptory and publique manner as was afterwards done; For I find that this Sentence was not definitive in the principall cause (as the Imperialls desired, and Sanders mistakes it) but only declarative in the point of Attemptats (as they call it) in that King Henry (the cause yet depending) had Divorced Himselfe without the leave and Authority of the Pope ». Et aux pages 368-369, nous sommes au début de l’année 1534, Jean Du Bellay est à Rome pour convaincre Clément VII de révoquer la sentence d’excommunication: « Newes came to Rome, that the King had Printed and published the Book written againstthe Popes Authority (which yet was untrue, for it came not forth till afterward, though it was not yet kept so close, but a Copy was now come to the Popes hands) and that there was a Comedy represented at Court, to the no little defamation of certain Cardinalls. By reason whereof the Sentence was so precipitated, that, what according to their usuall formes could not be done in lesse than three Consistories, was now dispatched in one ». Et en effet, en mars 1534, Jean Du Bellay évoque encore comment le pape se fait « vituperer par ironies et choses diffamatoires » en Angleterre ; on retrouve des témoignages similaires également dans les lettres des agents impériaux, Jean Hannart et Eustache Chappuys, à la même époque. CCJDB, t. I, no 177, p. 364.

164 Dans sa lettre au roi du 17 août 1533, François de Tournon explique les raisons qui ont poussé Clément VII à agir ainsi, « contraint et presque forcé de faire ce qu’il a faict » à la suite des événements advenus en Angleterre, ajoutant que « la plus grande partie de tous les cardinaux se desesperoient contre le Pape s’il n’eust faict ce qu’il a faict » (N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], fos 8v°-9r°). En mai, il avertissait déjà que le pape « pour la forme […] sera contrainct(e) de tenir quelques façons de faire pour ne se monstrer trop partial pour ledit roy d’Angleterre » (ibid., [2e section], f° 8°). Et dans un mémoire de début novembre 1533 (N. Camusat le donne faussement d’août), Jean de Dinteville mentionne que « le Pape mesme a confessé que sa [Henri VIII] cause est juste » (ibid., [2e section], fos 19r°-19v°). Jean Du Bellay avait peut-être ces documents sous les yeux. Ce qui ne le dispense pas de vouloir demander d’ultérieures précisions à François de Tournon.

165 BnF, Dupuy 33, f° 55v°.

166 Au bas de ce feuillet, un paragraphe ajouté en incise : « Me semble qu’il sera bon faire quelque proteste, pourquoy c’est que ceste matiere se traictera si amplement, car elle est, ainsi que pour ce temps on peult juger, pour estre encores le temps advenir, et a la memoire des successeurs, tenue de grant consequence, et qui ne sera par adventure entendue propter studia partium a la verité comme elle est passee, et dont la cognoissance et memoire pourra servir d’instruction a ceulx qui viendront après ».

167 Le texte porte « problables ».

168 François Ier s’emploie en particulier à calmer la colère du monarque anglais et à le rassurer sur la bonne issue à attendre de la rencontre de Marseille : « Veuillez avoir ceste ferme foy et seureté en nous qu’il n’y aura poinctde faulte que a ceste prochaine veue qui se fera de nostredict Sainct-Pere et de nous, nous nous employons en vostredict affaire […] en façon que vous cognoistrez clerement par effectque nous n’avons pas moins a cœur vostredict affaire que les nostres propres… » (François Ier à Henri VIII, Avignon, 8 septembre 1533, N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], fos 9v°-10r°). Le propos est le même dans la lettre que le roi envoie à Jean de Dinteville et Étienne de Laigue le 10 septembre 1533 (ibid., [2e section], fos 10v°-11v°), et dans celle qu’il adresse à Jean de Dinteville de Marseille le 14 octobre 1533 (ibid., [2e section], fos 12r°-12v°).

169 George Boleyn arrivé en Angleterre le 28 juillet, repart le 30 et retrouve Norfolk à Lyon, où il lui remet les instructions de Henri VIII : « If you can persuade him to this [renoncer à l’entrevue avec le pape], you are to tarry with him and consult by what ways and means we can best annoy the Pope. If you cannot, and he urges that it is important for him to have the Duchess in his hands [Catherine de Médicis, qui épouse le futur Henri II durant l’entrevue de Marseille], you shall tell him that you remember he once said he would never conclude that marriage except to do us good, but you cannot prevent him, and therefore only lament the necessity of your returning to England, for you cannot look patiently on your master’s ennemy ». Après avoir pris connaissance des instructions de Henri VIII, Norfolk quitte Lyon pour Montpellier où il s’entretient avec le roi. 8 août, Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, no 954 ; P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 225-226.

170 Stephen Gardiner, évêque de Winchester, proche de Norfolk et rival de Thomas Cromwell, est envoyé en France en octobre 1533 pour représenter Henri VIII à Marseille ; il ne fait pas partie de l’ambassade extraordinaire menée par Norfolk. Il quitte Londres le 3 septembre (C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 101 ; P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 154 et 227). On peut lire dans les instructions remises à Jean Du Bellay en novembre 1533 que, contrairement à ce que le roi de France demandait, Stephen Gardiner n’est pas muni de « povoir, vouloir et suffisance » pour négocier de plein droit à l’entrevue de Marseille. Et malgré les demandes réiterées, l’agent de Henri VIII ne reçoit pas l’autorité escomptée. Le jugement sur le personnage est pour le moins mitigé, puisque François Ier espère n’avoir plus affaire à l’évêque de Winchester « si peu guarny de bonne voulenté ». CCJDB, t. I, n° 164, p. 327 et 332.

171 Norfolk repart pour l’Angleterre le 8 août, où il arrive le 30. Les autres députés anglais quittent la France entre la mi-août et septembre. C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 100 ; P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 226-227.

172 BnF, Dupuy 33, f° 56r°.

173 En l’absence des députés anglais, sous l’impulsion du parti radical et de Thomas Cromwell, Henri VIII entreprend de suivre une nouvelle ligne politique. Pour contrebalancer la prépondérance de la France, il envisage de nouer de nouvelles alliances en Allemagne, et pour manifester son indépendance vis-à-vis du Saint-Siège, il fait rappeler ses représentants à Rome. Norfolk, en revanche, « chief of the conservative aristocratic party », est un franc partisan de l’alliance française et s’efforce d’éviter la rupture avec Rome. P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 154, 216-217, 225-228. Suit ici dans le manuscrit un long paragraphe inséré dans le corps du texte en incise : « Nota que, combien que les deputez d’Angleterre eussent la charge et commission susdicte, si avoyent-ilz commandement d’essayer premierement par toutes voyes de rompre l’entreveue du Pape et ne riens espargner de toutes faczons d’offres, feust par alliances, traictez, remissions et quictances de debtes, de tiltres et aultres choses, moyennant que le Roy ne s’abbouchastpoinct avec son ennemy, comme il disoyt, declaré. Mais il ne sembla au Roy que ce feust de son debvoir d’estre venu si avant avec le Pape de luy asseurer de se y trouver et puys luy defaillir, actendu mesmement qu’oultre tout ce qui a esté dict cy-dessuz, quant le Roy depescha d’amytié les cardinaulx françoys après la veue de Boulongne [en marge : « sçavoir de Tournon »], le roy d’Angleterre, qui avoyt secretement desiré leur depesche, avoyt, entre les aultres causes d’icelle, mys en avant au Roy de faire venir le Pape en Avignon, s’il estoyt possible, pour plus facilement le faire condescendre quelque raison ».

174 Thomas Howard, troisième duc de Norfolk, est né en 1473, il a alors 60 ans. Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, Oxford University Press, 2004, vol. 28, p. 423-429.

175 BnF, Dupuy 33, f° 56v°.

176 Jean Du Bellay commet ici une erreur. Au moment du départ de Norfolk et de ses collègues pour la France, en juin, la quatrième session de ce qu’on a appelé depuis le Reformation Parliament est levée. Elle s’est tenue du 4 février au 7 avril 1533. Le Parlement se réunira à nouveau pour sa cinquième session le 15 janvier 1534. Michael A. R. Graves, The Tudor Parliaments: Crown, Lords and Commons, 1485-1603, Londres, Longman, 1985, p. 159.

177 En marge : « Nota : sçavoir de Castillon ». Louis de Perreau, seigneur de Castillon, ambassadeur résident en Angleterre de septembre 1533 à avril 1534. C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 27.

178 Jean Du Bellay s’adresse ici directement à son frère. Guillaume Du Bellay est à Marseille pour l’entrevue entre le pape et le roi de France (Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 149-150). Jean Du Bellay lui aussi assiste à l’entrevue de Marseille ; il y est remarqué notamment pour une harangue qu’il adresse au pape. N. Camusat, Meslanges historiques…, [2e section], f° 56v°.

179 Clément VII accoste à Marseille le 11 octobre 1533. Il fait son entrée solennelle dans la ville le jour suivant. Les négociations avec François Ier débutent le 16, après trois jours de cérémonies. Les souverains se séparent à la mi-novembre. P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 247-257 ; C. A. Fr. Ier, t. VIII, p. 484.

180 Le 7 novembre 1533, William Bonner, créature de Cromwell, envoyé à Marseille, intime au pape, en accord avec Stephen Gardiner, l’appel d’Henri VIII au concile général (P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 252-257 ; leurs instructions dans Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, no 740). Le 11 novembre, Clément VII donne sa réponse à Bonner, rejetant formellement l’appel de Henri VIII et le 12 novembre il quitte Marseille (P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 257). L’événement relaté ici est aussi décrit dans les instructions de Jean Du Bellay de novembre 1533. CCJDB, t. I, no 164, p. 327-328.

181 La réaction du pape est décrite par Jean Du Bellay lui-même ci-dessous et dans une lettre de Fernando de Silva, comte de Cifuentes, ambassadeur impérial à Rome, à Charles Quint du 9 novembre, citée par P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 253 et 256.

182 BnF, Dupuy 33, f° 60r°. L’ordre des feuillets a été bouleversé au moment de la reliure du volume.

183 Dans la marge : « Il y en a quelque statut du Pape Jule ou aultre ». Nous n’avons pas retrouvé ces textes.

184 Dans la marge : « Cy-après le diray plus amplement ».

185 Avant de quitter Marseille, Clément VII, d’entente avec Cifuentes, avait discuté la cession de Calais à la France, pour convaincre François Ier d’abandonner l’alliance anglaise. P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 257.

186 Sur la réaction de François Ier, ibid., t. I, p. 252-256 et Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, no 1427.

187 En marge : « Je croy que ce fut par vous ». Jean Du Bellay s’adresse à nouveau à son frère. C’est Guillaume Du Bellay qui présente aux ambassadeurs anglais, Gardiner et Bonner, le 24 octobre, une proposition de François Ier de soumettre la décision du divorce à deux commissaires, l’un Français, l’autre un délégué pontifical, munis de pleins pouvoirs qui siègeraient en Avignon. Guillaume Du Bellay obtient qu’un émissaire soit envoyé à Henri VIII pour discuter le projet. Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 149-150.

188 BnF, Dupuy 33, f° 60v°.

189 Jean Du Bellay écrit « dommeagable ».

190 Le contrat de mariage de Henri de France, duc d’Orléans, avec Catherine de Médicis, est daté de Marseille, le 27 octobre 1533. C. A. Fr. Ier, t. II, p. 535-536, no 6370.

191 En marge : « La se pevent inserer les remonstrances ».

192 BnF, Dupuy 33, f° 57r°.

193 Une partie de la population craignait effectivement qu’une guerre puisse être engagée contre l’Angleterre à la suite de l’affaire du divorce, en cas de schisme. Mais une intervention armée ne fut jamais vraiment envisagée, même si elle est évoquée. N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], f° 21r°.

194 François Ier avait en effet obtenu de Clément VII qu’il renvoie le délai pour l’excommunication à fin novembre. P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 261-262.

195 Jean Du Bellay quitte la cour à la Côte-Saint-André le 29 novembre et arrive à Londres le 17 décembre. Ses instructions datées de novembre 1533 sont publiées dans CCJDB, t. I, no 164, p. 323-332.

196 Jean de Dinteville.

197 Dans une lettre qu’il écrit à Jean Du Bellay de Londres le 17 novembre, Louis de Perreau, sr de Castillon, rapporte que la situation en Angleterre est de plus en plus difficile : « … Je ne vous mettré qu’ung mot des choses de se pays : c’est qu’elles sont en telz termes que le roy d’Angleterre commence fort a dimynuer de l’amytié et fiance qui pançoyt avoyr a jametz avec le Roy, voyant que sy froydement il a procedé avec le Pape veu les aliances et long temps qu’ils ont esté ensemble. Et davantaige, y se resoult de toutallement se mettre et luy et son pays hors de l’obeissance du Pape, voulant faire prescher la sainte parolle de Dieu par tout son pays, ayant ferme foy que par icelle Nostre Seigneur l’aydera en son bon droit, qui est une chose très mauvaise pour l’exemple que les aultres princes y pourront prandre. Toutesfoys, il en est tout resolu et la pluspart des seigneurs autour de luy et de tout le pays y sont ja enclins… » (CCJDB, t. I, no 163, p. 322-323). Jean Du Bellay trouve à son arrivée Henri VIII décidé à rejeter la suprématie papale et à soustraire son Église à l’obéissance du pape. P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 261.

198 BnF, Dupuy 33, f° 57v°.

199 Jean Du Bellay anticipe ici sur les sentences qui seront promulguées durant la cinquième session du Reformation Parliament – dont les séances reprennent le 15 janvier 1534 – et qui conduiront à la rupture définitive avec Rome, en particulier l’Acte de Suprématie. M. A. R. Graves, The Tudor Parliaments…, op. cit., p. 65-98.

200 Francis Bryan, ambassadeur résident en France, quitta Marseille à la mi-novembre 1533. C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 100; Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, no 1425.

201 Jean de Dinteville ou Louis de Perreau. L’état d’ambassadeur résident de Jean de Dinteville court jusqu’au 15 octobre 1533 ; il quitte l’Angleterre entre le 12 et le 20 novembre 1533. Lui succède, comme ambassadeur résident, Louis de Perreau, seigneur de Castillon. Ses créances sont du 6 ou 10 septembre 1533 ; il arrive à son poste autour du 6 novembre. C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 26-27.

202 En marge : « Castillon parlera bien de tout cecy ». Outre les difficultés sans cesse renouvelées pour une légitimation officielle de son union avec le roi, la position d’Anne Boleyn s’avère depuis quelques mois délicate. Le peuple anglais lui est défavorable, elle voit faiblir les espoirs qu’elle avait placés dans le soutien de François Ier et de ses représentants en Angleterre, les Impériaux continuent de lui exprimer leur opposition et Henri VIII lui-même manifeste une certaine lassitude. N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], f° 21r° ; P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 207-212.

203 Thomas Audley, proche de Cromwell, nommé chancelier le 26 janvier 1533, à la suite de la démission de Thomas More, ibid., t. I, p. 187.

204 Thomas Cromwell, allié du clan Boleyn, défend une politique autonome de l’Angleterre face aux puissances continentales et une réorganisation en profondeur du clergé, qu’il veut indépendant de Rome, dans la lignée des réformateurs anglais. En 1533, ses partisans et lui évincent définitivement Thomas More et les siens, qui défendaient une ligne plus conservatrice. Et en octobre, Cromwell exploite la rancœur du roi lorsqu’il apprend que la proposition de François Ier, transmise aux ambassadeurs anglais par Guillaume Du Bellay de faire juger l’affaire en Avignon, estre jetée par Clément VII : « His wrath was carefully nursed by all who wished for a final rupture with Rome. Cromwell opposed an arrangement which would increase the influence of France abroad and of the French party at the English court, while Anne was alarmed at the prospect of the question of the divorce being re-opened, and the validity of her own marriage being thereby disputed. They combined, therefore, to prevent Henry from considering the matter calmly, and they were successful », ibid., t. I, p. 134-146, 185-187 et 250-251.

205 BnF, Dupuy 33, f° 58r°.

206 En marge : « Nota : de sçavoir s’il fault inserer ce que je luy diz ». Voir les instructions de Jean Du Bellay, CCJDB, t. I, no 164, p. 323-332.

207 Sur l’état d’esprit de Henri VIII en cette fin d’année 1533, voir le mémoire de Dinteville de début novembre 1533, précédemment cité. On y voit aussi la position modérée que tient Norfolk dans cette affaire. N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], fos 19r°-19v°.

208 À Marseille, les négociations entre François Ier et Clément VII étaient effectivement menées en grand secret. L. von Pastor, Storia dei papi…, op. cit., t. IV, partie I, p. 450.

209 « De l’ung » répété.

210 En août déjà, Henri VIII demandait à Norfolk de rappeler au roi de France que « he once said he would never conclude that marriage except to do us good » (8 août, Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, no 954). Dinteville rapporte de même que Henri VIII : « conseilloit que l’on ne se fiastau Pape, mais l’on n’a pas faict ce que l’on conseilloit, ny ce que l’on avoit promis touchant le mariage, qui ne se devoit faire si sondict affaire n’estoit faict… » (N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], f° 19v°). Et Dinteville de rétorquer : « Ce dit sieur Roy… me vouloit faire a croire que mes instructions portoient de luy dire que jamais le Roy ne feroit le mariaige de Mgr d’Orleans que le pape ne depeschat son affaire selon son intention, mais jamais je ne luy voulu accorder qu’ainsi feust… » (dans une lettre à Anne de Montmorency, 7 novembre 1533, citée par P. Friedmann, Anne Boleyn…, op. cit., t. I, p. 258). Dans les instructions de Jean Du Bellay, on peut lire que François Ier, à Marseille, a effectivement dans un premier temps fait du règlement de l’affaire de Henri VIII le préalable à toute autre négociation, dans le but de gagner du temps, en attendant que Stephen Gardiner reçoivent de son maître les pleins pouvoirs, espérés en vain. Mais ne voyant rien venir, il a poursuivi les négociations avec le pontife. CCJDB, t. I, no 164, p. 327.

211 Paragraphe ajouté en fin de page : « Que le grant regrectqu’il avoyt ce n’estoyt de l’effectdes choses advenues mais la recordation de l’amytié qu’il avoyt portee au Roy, son frere, pour lequel il avoyt aultrefoix offert d’exposer jusques a sa propre personne en camp de ba[taille] dont il appelloyt, et de plusieurs aultres actes, ledict evesque a tesmoing qu’il feust si mal fortuné en amys que d’avoir choisy ceste amytié qui luy feust de si peu de tenue et ou il trouvastsi peu de correspondance ».

212 BnF, Dupuy 33, f° 58v°.

213 En marge : « Nota : de sçavoir ».

214 « Et mariaiges » ajouté dans l’interligne.

215 Resté en blanc dans le texte. Il s’agit de François II Sforza, duc de Milan, que Charles Quint propose à Clément VII pour époux de Catherine en 1529 (Cloulas Ivan, Catherine de Médicis, Paris, Fayard, 1979, p. 46). En 1532, l’empereur fera encore une tentative pour contrarier le mariage entre la nièce du pape et le fils du roi de France : il presse Clément VII « de faire le mariage de Madame la duchesse d’Urbin sa niepce avecques le duc de Bar », François Ier de Lorraine. N. Camusat, Meslanges historiques…, op. cit., [2e section], instruction à Jean de Dinteville, f° 6v°.

216 C’est aussi ce qui est dit dans les instructions de Jean Du Bellay. CCJDB, t. I, no 164, p. 324-325.

217 Le futur Henri II devient le neveu de Clément VII par son mariage avec Catherine de Médicis ; il est le filleul de Henri VIII. Didier Le Fur, Henri II, Tallandier, Paris, 2009, p. 33-34.

218 BnF, Dupuy 33, f° 59r°.

219 Jean Du Bellay avait d’abord écrit : « car s’il avoyt esté en ladicte puissance dudict… »

220 Le texte porte « souloyt ».

221 BnF, Dupuy 33, f° 59v°.

222 En remplacement de « rachepter ».

223 Au bas du f° 59v°, un paragraphe ajouté en note : « “Ces choses”, respondoyt ledict evesque de la part du Roy – non comme a propoz nouvellement proposez audict evesque par le roy d’Angleterre mais pource que ledict Roy ceulx-ci mesmes ou semblables, partie avoyt tenuz a l’ambassadeur du Roy, partie avoyt faictz tenir au Roy par les siens – “pour ce” dist l’evesque “a ces propos, je n’ay la charge de vous respondre, pour autant que desja en avez tenuz de semblables” ».

224 BnF, Dupuy 33, f° 61r°.

225 « Et tort » ajouté dans l’interligne.

226 « Parlant a quelq’ung » ajouté dans l’interligne.

227 « Et qu’en ceste promesse luy avoyt failly » ajouté dans l’interligne.

228 Nous n’avons pas compris cette allusion.

229 Le terme de « donatio » est noté en marge.

230 Le 15 mai est marqué par l’ouverture du conclave de Paul IV.

231 Le texte porte « neptis ».

232 Silvestro Aldobrandini, alors avocat de Henri II à Rome. Notice dans DBI, t. II, p. 112-115.

233 Dans sa lettre du 4 septembre 1559 à Olivier Le Doyen (BnF, fr. 5146, fos 120-122), Jean Du Bellay mentionne un Pirro Tharo, gentilhomme romain. Voir la note dans CCJDB, t. VII, à paraître.

234 Rémy Doulcin (Remigio Donluci), dédicataire du sonnet 97 des Regrets de Joachim Du Bellay, « arte medicina doctor », prend possession le 11 septembre 1565 de la cure de Saint-Rime, dont Charles d’Angennes, évêque du Mans, l’a pourvu (L. Froger, « Note sur le testament du cardinal Jean Du Bellay », La Province du Maine, XVI (1908), p. 304-305). Il est procureur de Rabelais lorsque celui-ci résigne la cure de Saint-Christophe-du-Jambet le 9 janvier 1553 (Cooper, Litterae in tempore belli, p. 363). Sur Rémy Doulcin, voir L. Petris, « La familia de Jean Du Bellay à Rome », p. 188.

235 L’original mentionne ici les noms suivants : « Silvestro Aldrobrandino, Pirrho Taro, Remigio Donluci Carnotensis, medico eiusdem Rmi ».

236 Pierre Cocault, clerc de Soissons et curé de Saint-Saturnin de Limeray (Indre-et-Loire), est mentionné comme « secretarius et familiaris » de Jean Du Bellay dans un acte du 8 juin 1554 passé dans le palais du cardinal (ASR, notai AC 6461, f° 73) et dans une substitution du 1er août 1558 en sa faveur par Joachim Du Bellay pour recevoir le prix d’une coupe de bois de l’abbaye de Tiron (M. Jurgens, Ronsard et ses amis, Paris, 1985, p. 329). Louise Du Bellay donne le 13 janvier 1562 à Pierre Cocault, ancien secrétaire de son frère le cardinal Du Bellay, les arrérages des droits féodaux dus à Jean Du Bellay comme évêque de Paris et abbé de Tiron (AN, Y 103, f° 16v°).

237 Ce clerc de Ségovie n’a pas été identifié.

238 « Ego » ne figure pas sur l’original-minute.

239 L’original ajoute ici : « notarius in fidem rogatus ».

240 Et, d’une autre main : « Aquinas corrector ». L’originale ajoute d’une autre main : « Die 29 7bris 1567 Rdus dominus Balthassar Tucius, canonicus Pistoriensis, et d. Petrus Rivaldi, Rote notarius, recognoverunt manum, litteram et personam supradicti d. Io. Petri Forteguerra iurarunt, et Io. Franc. Bucca de recognitione rogatus subscripsi. »

241 « Jo. Franc. Bucca de recognitione et decreto super hoc rogatus » ; d’une autre main : « Aquinas corrector » ; en marge : « Donatio ».

242 Publication faite à partir de la copie partielle du 29 septembre 1567 par Balthasar Tucius, du diocèse de Pistoia, et Pierre Rivaldi, notaire de la Rote, sur l’original, et authentifiée par Jean-François Bucca.

243 Jean Du Bellay s’était engagé en mai 1553 à verser annuellement 150 écus d’or au Collège germanique alors que les contributions de François de Tournon étaient de 80 écus, de 60 pour Georges d’Armagnac et de 240 pour Charles de Lorraine. « Parisien. Ego Io. Bellaius conferam anno quolibet aureos centum et quinquaginta » (orig. autogr., mai 1553 ; Rome, Archivum Collegium Germanicum et Hungaricum (ACGU), Best. U, Nr. 2 ; publ. F. Schroeder, Monumenta quae spectant primordia Collegii Germanici et Hungari, Rome, 1896, p. 136). Dans sa réponse à l’épître I, 1 de Michel de L’Hospital, Jean Du Bellay, énumérant les doléances qu’il reçoit de tous côtés, affirme qu’on lui reproche notamment de permettre à certains de ne pas verser leur cotisation au Collège germanique alors même qu’il en est le président, v. 139-140 : « Cur tua gnata schola est Germanica, si licet huic,/ Si illi non conferre stipem te preside ? » (BnF, lat. 8139, f° 8v°, dans Michel de L’Hospital, Carmina, livre I, éd. P. Galand et L. Petris, Genève, Droz, 2014, p. 360).

244 À savoir 15’190 kg, un rubrum représentant 217 kg. « Septuaginta frumenti modicos, quos Romani rubia vocant » G. Fusban, Historia Collegii Germanicum et Hungaricum ab anno 1552-1581 ; Rome, ACGU, Hist. 68, f° 35. L’acte du don au Collège germanique se trouve aussi à Rome, ACGU, Best. Rom, Nr. 3, f° 88, édité dans F. Schroeder, Monumenta quae spectant primordia Collegii Germanici et Hungari, Rome, 1896, p. 247-254 et reproduit dans G. Fusban, Historia…, fos 21-24. Parmi les « Creditores qui pretendunt habere obligationem et hypothecam », la « Societas schola germanice produxit instrumentum donationis sibi facta D. carlis de rubris grani 70 » (ASR, Corporazioni religiose femminili S. Susanna 4447, fasc. 13, « Scritture concernenti gli Orti Bellaiani vicino al nostro monastero con l’heredità del cardinal Bellaia » (1565-1590), no 10).

245 Le texte porte « concessas ».

246 Le Collège germanique et la Société de l’Annonciation réclameront respectivement 1200 et 1300 livres après le décès de Jean Du Bellay : « […] ex donatione cardinalis sub die 15 maii 1555 occasione annue prestationis rubrorum 70ta grani sunt satisfacti ex paludibus venit pro interesse et petiti […] ∇ 1200 […] 15 maii 1555. Societas Annunciationis supra Minervam occasione donationis centum scutorum annuatim super vallibus pontinis sub die 15 mai 1555 […] ∇ 1300 » ASR, Corporazioni religiose femminili S. Susanna 4447, fasc. 13, « Scritture concernenti gli Orti Bellaiani vicino al nostro monastero con l’heredità del cardinal Bellaia » (1565-1590), no 11 « Bellaiana discussionis », nos 10 et 11.

247 Le texte porte « quo ».

248 Voir p. 349, notes 243 et 244.

249 « domina Catharina regina Francie », biffé sur la minute.

250 Une adjonction « et in bonis et paludibus predictis » semble renvoyer à ce passage. Sur ces témoins, voir l’acte précédent.

251 « Die veneris XVI februarii hora 13 ½ obiit ex longa egritudine Rmus Joannes cardinalis Bellayus eps. Ostien. decanus sac. Collegii in hortis suis Bellaianis apud Thermas Diocletianas, fuit sepultus sine pompa in ecclesia Trinitatis » (ASV, Archivio concistoriale, Acta camerarii 9, f° 14), « etatis 68 fere annorum » (BAV, Ottob. lat. 2608, f° 455v°). Après la mort de Jean Du Bellay, le couvent de la Trinité-des-Monts réclame quatre cents écus « pro dotatione cappelle beate Marie ubi est depositum corpus causa funeralium et missarum per fratres decantatorum » (ASR, Corporazioni religiose femminili S. Susanna 4447, fasc. 13, no 11 « lista creditorum non hipothecariorum nec privilegiorum nec mercennariorum »).

252 Le texte de la minute est « qui li entre mains » et la version latine « que habet in manibus ».

253 Voir la « Bellaiana discussionis », liste des créanciers de Jean Du Bellay appartenant à sa famiglia, annexe 4, p. 322, ainsi que les illustrations pl. 22 et 23, p. XIV-XV.

254 Charles Marault prit possession de cette vigne le 7 mars 1560 (ASR, notai RCA 1453, f° 65). Sur ce personnage, voir annexe 4, p. 324, no 32.

255 Le texte porte : « de ».

256 Catherine de Médicis, qui avait cédé « a feu nostre amé cousin le cardinal Du Bellay […] le territoire scitué entre Terracine, Piperne et Sezze » et « les palludes pontines » obtenus de Laurent de Medici, duc d'Urbin, les cède à « nostre tres cher et tres amé cousin Hippolite cardinal de Ferrare, qui est sur les lieux » (BnF, fr. 3897, f° 55). Sur cette donation, voir CCJDB, t. V, p. 336 n. 1 et p. 349 n. 3 et, sur la succession des marais Pontins, Rome, ACGU (Archivum Collegium Germanicum et Ungaricum), Best. Rom, Nr. 3, « Scritture et notitie circa le Paludi Pontine - et il Collegio Germanico - donate da cardinale di Belay ».

257 François Blandin, Nantais porteur de la lettre du 16 août 1554 de Jean Du Bellay à Côme Ier (Florence, Arch. di Stato, Mediceo del Principato, 3722, 2e moitié ; CCJDB, t. VI, à paraître).

258 Il apparaît dans la lista familiorum de Jean Du Bellay : « Franciscus Festus phisicus ea mercedis deservite ut asseruit spatio 5 annorum cardinali et toti eius familie petit ∇ 1000 » ; annexe 4, p. 325, no 49 et l’illustration de la pl. 23, p. XV. Les autres témoins n’ont pas été identifiés.

259 Le titre de Saint Chrysogone que porte Jean Du Bellay de février 1549 à février 1550 permet de dater ce document. Les erreurs dans la transcription qu’en donne Heulhard justifie ici son édition.

260 Jean de Ferrière, sr de Maligny, qui participe à La Sciomachie et apparaît dans plusieurs actes passés en 1549 et 1550 dans le palais de Jean Du Bellay. ASR, notai AC 6150, fos 176v° et 276v°-280r° (5 juillet 1549).

261 François de Bouliers, abbé de Manne.

262 Giovanni Salviati, évêque de Porto de 1546 à 1553 (Hierarchia, t. III, p. 63).

263 Peut-être le messager Guy de Fleury (CCJDB, t. I, p. 316).

264 François Rabelais, médecin, familier et ordinaire commensal de Jean Du Bellay, « in artibus et medicine doctor, quatenus ipsum, qui devote creature vestre Joannis » (supplique du 5 janvier 1549 ; ASV, Reg. Suppl. 2651, f° 172v°, édité par F. Giacone, « Deux suppliques inédites de François Rabelais au pape Paul III », dans Esculape et Dionysos. Mélanges en l’honneur de Jean Céard, éd. J. Dupèbe et al., Genève, Droz, 2008, P. 700). Voir CCJDB, t. III, passim et, sur le rôle de Rabelais dans cette maisonnée, R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 59-60.

265 « Maistre Prothais Coulon, chirurgien de defunctMonsieur de Langey » (Les Œuvres d’Ambroise Paré, 8e éd. Paris, N. Buon, 1628, p. 375 ; S. Goulard, Thresor d’histoires admirables et memorables de nostre temps, 2e éd., Genève, J. Crespin, 1628, p. 147).

266 Voir les lettres de Sleidan à Jean Du Bellay, 10 novembre et 13 décembre 1550. CCJDB, t. VI, à paraître.

267 Voir [Francesco Priscianese], Del governo della corte d’un signore in Roma […], Roma, per Francesco Priscianese Fiorentino, [1543] ; éd. L. Bartolucci, Città di Castello, S. Lapi, 1883, chap. XXVIII, « Del segretario e sottosegretario », p. 68-69 ; « Il segretario è come un angelo ». Trattati, raccolte, vite paradigmatiche, ovvero come essere un buon segretario nel Rinascimento. Atti del XIV Convegno internazionale di Studio, Verona, 25-27 maggio 2006, a cura di R. Gorris Camos, Fasano, Schena Editore, 2008.

268 Del governo évalue à deux écus par mois le salaire mensuel d’un « cappellano » (p. 22). Voir chap. XXV, « De’cappellani », p. 51.

269 Les Diari sistini mentionnent à trois reprises Jean Du Bellay : le 2 août, après avoir été fait cardinal à Saint-Marc, il donne aux chantres de la Chapelle Sixtine, qui viennent de chanter le Te Deum, 15 ducats ; le 13 octobre, à l’occasion de l’anniversaire de Paul III, il célèbre la messe dans la grande chapelle et leur donne 15 ducats et 4 dans un billet à ordre (a bancho) ; le 2 février 1536, pour la chandeleur, il en fait de même et leur donne 4 ducats et, comme collation, deux fiaschi de vin, du jambon et du pain » cité par C. Van den Borren, « Rabelais et la musique », Revue belge de Musicologie, vol. 21, no 4 (1967), p. 90.

270 Voir Del governo, chap. XXXVIII, « Del credenziero » (p. 77), dont le salaire mensuel est estimé à 2 écus (p. 22).

271 Noël Huet, sr du Maupas, architecte de Jean Du Bellay. Voir Jean Du Bellay à Nicolas Bouliers, 15 août 1551, CCJDB, t. VI, à paraître ; Isabeau Chenu à Jean Du Bellay, 12 août 1559, CCJDB, t. VII, à paraître ; Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 372-375.

272 Voir Del governo, chap. XXXII, « De’camerieri », p. 72-73.

273 Voir Del governo, chap. XL, « Dello spenditore », p. 78-79 et chap. XLI, « Del dispensiero », p. 79. Leur salaire est estimé à un écu par mois et par personne (p. 22).

274 Voir Del governo, chap. XXXIX, « De’palafrenieri », p. 78, qui gagneront un écu par mois et par personne (p. 22).

275 Del governo évalue à un écu et demi par mois le salaire mensuel d’un « acquaiuolo » (p. 23).

276 Peut-être Milan Gavaudan, prieur de Sainte-Agathe de Véragues, maître d’hôtel de Guillaume Pellicier. R. Cooper, Litterae in tempore belli, p. 167 n. 3.

277 Voir CCJDB, t. V, p. 274 n. 1 et p. 284 n. 5.

278 Del governo évalue à un boccal de vin par jour et par personne la consommation ordinaire : « Costumasi dare di vin puro per gentil’uomo un boccale il giorno » (p. 9, chap. II « Del vino »). Une cour cardinalesque de 107 personnes consommerait ainsi 99 bocaux par jour, « ciò è barili tre » (p. 10), à savoir 36 jules, ce qui fait, si on y ajoute 4 jules pour les vins fins du cardinal, 40 jules par jour, à savoir 4 écus (90 barils, soit 120 écus par mois, 1 080 barils soit 1 440 écus par an). Une Descrittione delle bocche che si trovano nella Maremma recense, parmi 4 570 bouches, 4 000 « quali vogliono continuamente il vino a raggione di barile uno per bocca ogni mese » Sienne, Bibl. comunale degli Intronati, ms A. III. 30, f° 42 et Arch. di Stato, Manoscritti, D. 125, fos 30-31 ; Florence, Arch. di Stato, Mediceo del Principato 657 fos 142-143.

279 Le décompte Del governo della corte évalue à 20 onces par bouche, « come dar si debbe », les besoins par jour, ce qui fait un demi rubbio par jour, soit un écu et 45 « baiocchi » (p. 7-9, chap. I, « Del pane »).

280 André Olicio.

281 Luca Castello.

282 Francesco Pisani.

283 Niccolò Caetani di Sermoneta, qui participe au festin de la Sciomachie. « Le cardinal Sarmonette est gouverneur de Terracine » écrit Jean Du Bellay ([14 mai 1550], CCJDB, t. V, p. 348), qui a reçu de Catherine de Médicis les Marais pontins.

284 Giovanni Pietro Caraffa, futur Paul IV.

285 Guido Ascanio Sforza.

286 François de Rohan, sr de Gyé.

287 Marco Maccarone, archéologue papal. Voir R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 59.

288 Marcello Cervini. CCJDB, t. IV, p. 381 n. 3.

289 Nicolas Raince, secrétaire de l’ambassadeur de France à Rome.

290 Camillo Paolo Orsini. CCJDB, t. IV, p. 103 n. 5.

291 Gian Francesco Orsini.

292 Ottavio Orsini. CCJDB, t. I, p. 232. Jean Du Bellay se trouve à Monterotondo, au nord-est de Rome, au tout début de septembre 1548. Voir CCJDB, t. IV, p. 300-308.

293 Jean Du Bellay se fera ensevelir à la Trinité-des-Monts : « Die veneris XVI februarii hora 13 ½ obiit ex longa egritudine Rmus Joannes cardinalis Bellayus episcopus Ostien. decanus sacri Collegii, in hortis suis Bellaianis apud Thermas Diocletianas. Fuit sepultus sine pompa in ecclesia Trinitatis » (ASV, Arch. Concist., Acta camerarii 9, f° 14).

294 Jean de La Sauve (Savius), né à Rieumes, appelé Reomanus/Reuman et futur notaire du tribunal de l’Archivio capitolino (1554-1567). CCJDB, t. V, p. 230 n. 1 ; Repertorio dei notari romani dal 1348 al 1927, a cura di R. de Vizio, Rome, 2011, p. 13.

295 Jean Du Bellay porte le titre de Saint Chrysogone du 25 février 1549 au 28 février 1550. Hierarchia, t. III, p. 22. Le 8 novembre 1550, Bernardino Maffei appelle Jean Du Bellay « lo protettore de detti frati Carmeliti » de Saint Chrysogone (BnF, Dupuy 699, f° 20 ; CCJDB, t. VI, à paraître).

296 Alfonso Rossetto.

297 Pour une maisonnée de 107 personnes, Priscianese évalue en 1543 les besoins par mois à 90 barils de vin, soit 120 écus (p. 10), et, pour le pain, à 15 rubbia, soit 44 écus et 50 baiocchi (p. 9), soit un total de 164 écus par mois pour le vin et le pain, alors que la liste évalue ici les besoins de la maisonnée de Jean Du Bellay à 215 livres par mois. Pour le pain, ces 15 rubbia (= 3 255 kg, autrement dit environ 900 g. de pain par jour et par personne) correspondent exactement à la consommation à la cour de Bernardo Salviati, qui compte vers 1563-1565 cent dix bouches, mais où la consommation de vin ne s’élève « qu’à » 53 barils par mois. Au total, le budget alimentaire du palais Salviati s’élève, pour 110 bouches, à 2 607 écus annuels. Voir P. Hurtebise, « La “table” d’un cardinal de la Renaissance. Aspects de la cuisine et de l’hospitalité à Rome au milieu du XVIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome, 92/1 (1980), p. 267, 272 et 278.

298 Acte de vente du 29 mai 1556, par lequel Jean Du Bellay achète un ensemble statuaire pour 1 000 écus d’or au Milanais Pietro della Stampa devant le notaire Jean Le Save. Il est à distinguer de l’Inventario di tute le anticaglie del cardinale Bellay fatto da Claudio Lusenier, scultore dello stesso, fatto a dì 19 febbraio 1560, publié par A. Bertolotti, Artisti francesi in Roma nei secoli XV, XVI e XVII, Mantua, Mondovi, 1886 ; Bologna, Forni, 1974, p. 40-44, qui fournit un ordre différent, qui est moins cohérent pour les variantes que l’on donne ici en note, et pour lequel A. Bertolotti ne cite pas de référence.

299 Lupa, dans l’inventaire de Lusenier.

300 Roma, dans Lusenier.

301 Parapetto, dans Lusenier.

302 Parte, dans Lusenier.

303 Magrona, dans Lusenier.

304 Antonino pio, dans Lusenier.

305 Druso, dans Lusenier.

306 Putto, dans Lusenier.

307 Diana, dans Lusenier.

308 Traiano, dans Lusenier, possible.

309 Druso, dans Lusenier.

310 Bocca, dans Lusenier.

311 Da console, dans Lusenier.

312 Les no 129 et 130 sont absents de l’inventaire que donne Lusenier, publié par A. Bertolotti.

313 Voir le motu proprio du 8 novembre 1560 par lequel Pie IV avalise le transfert à Girolamo Capodiferro, cardinal de Saint-Georges, de biens ayant appartenu à divers cardinaux, dont Jean Du Bellay : « Robbe che furon del carl Bellay un calice d’argento dorato, una pianeta usata di vaso lavoratto con la croce di velluto » (ASV, Arm. 52, 1, f° 218v°, donatio pro Rmo S. Angelo carli S. Georgii).

314 Philibert Babou de La Bourdaisière.

315 Sur cet « Egidius », garde-robe, voir p. 323, no 13.

316 Étienne Boucher, abbé de Saint-Ferme.

317 Un parent, Rainero Cesi (Raynerius Libicinus de Cesis), notaire de la chambre apostolique, administra les biens d’Ostie au nom de Jean Du Bellay. « D. Raynerius Libicinus de Cesis, connotarius administrator Bononien. episcopatus Hostie pro Rmo domino Io. Bellaio cardinale Hostien » (acte du 26 octobre 1557 ; ASR, notai RCA 1452, f° 17). Le 22 décembre 1560, il règlera, avec Carlo Massaini, la vente des marbres de Jean Du Bellay (Storia degli scavi di Roma e notizie intorno le collezioni romane di antichità (7 febbraio 1550-10 dicembre 1565), éd. R. Lanciani, Roma, 1990, p. 207).

318 Étienne Boucher, abbé de Saint-Ferme.

319 Jean Bertrand, archevêque de Sens, cardinal depuis le 15 mars 1557.

320 Girolamo Verallo.

321 Fulvius Theophilus Romanus, qui appartient à la familia de Jean Du Bellay à partir du 6 février 1559 (voir annexe 4, p. 325, no 58), est le procureur de Marie, Catherine et des autres héritiers de Jean Du Bellay quand le palais des thermes de Dioclétien est loué le 6 décembre 1560 à Charles Borromée (Lanciani, Storia degli scavi a Roma, t. II, p. 140) et quand les Marais pontins sont loués le 5 février 1561 à Hippolyte d’Este pour trois ans, « scutorum 2 700 per toto triennio » (Rome, ASV, notai AC 6464, fos 29-30).

322 Étienne Boucher, abbé de Saint-Ferme.

323 Un court extrait de ces deux inventaires, qui les confond, est publié par R. Lanciani, Storia degli scavi di Roma, t. II, p. 139-140, repris par F. Caldari, Le cardinal Jean Du Bellay à Rome, tesi di laurea in lingue e letterature straniere, prof. S.F. Baridon, Università degli studi di Roma, matr. 20801, p. 267.

Notes de fin

1 Comme semble l’indiquer le détail du no 2. La liste, dont on ne retient ici que l’essentiel, commence au no 39 (et s’interrompt au no 49), ici donné comme no 1.

2 Jean Brosset, contrôleur des finances de Marguerite d’Angoulême. CCJDB, t. I, p. 95 n.

3 Franciscus Quartus (no 2), « camerarius », et Petrus Magliardus (no 9), « barbitonsor », sont tous deux témoins de l’acte par lequel Jean Du Bellay fait de Jean Bertrand, cardinal de Sens, son procureur (ASR, notai RCA 1453, fos 3-5, 3 janvier 1556).

4 « ead. Rationem ∇ 40 pro quolibet anno ».

5 « Providictor : providitor, provisor ; Scalchus : Gall. échanson, item majordomus, architriclinus » (Du Cange). Sur ses fonctions, voir [Francesco Priscianese], Del governo della corte d’un signore in Roma […], Roma, per Francesco Priscianese Fiorentino, [1543] ; éd. L. Bartolucci, Città di Castello, S. Lapi, 1883, p. 32-35, qui évalue à trois écus par mois le salaire du « scalco segreto » (p. 22).

6 « pro suis servitiis Rome et extra factis ».

7 « per viam d. cardinalis Chrispi ».

8 « intravit servitia per Coppieri ».

9 Désigné comme témoin « laico Carnoten. dioc. barbitonsori in Urbe » dans un acte du 3 janvier 1556, par lequel Jean Du Bellay désigne Jean Bertrand comme son procureur (ASR, notai RCA 1453, fos 3-5).

10 « ad rationem ∇ 2 quolibet mense ».

11 Le 13 février 1559, le Napolitain Annibal Cortes passe une convention devant le notaire Savius pour l’achat, sur commande de « messer Cristoforo maestro di casa del Illmo e Rmo cardinal Parisi », de « doi cento canne de legne » (ASR, notai AC 6463, fo 48). Voir Del governo, chap. XXIV, « Del maestro di casa », p. 45-50.

12 Marco Manilio estmembre de l’Accademia degli Sdegnati (Cooper, Litterae in tempore belli, p. 240). Voir Marco Manilio à Jean Du Bellay, 26 septembre et 8 novembre 1550, CCJDB, t. VI, à paraître.

13 « non video eius creditum liquidatum ».

14 Cet Egidius est mentionné comme « mr Gilio guarda robba » dans l’Inventarium rerum et bonorum capelle q. bonissime cardinalis Bellai (16 février 1560 ; ASR, notai AC 2444, fo 283, ici p. 332), dont l’étendue donne une idée de l’importance de cette fonction. Voir Del governo, chap. XXIII, « Del guardaroba », p. 73-74.

15 Del governo évalue à un écu et demi par mois le salaire mensuel d’un « sottocuoco » (p. 23).

16 Del governo évalue à un écu par mois le salaire mensuel d’un « aiutante di cucina » (p. 23).

17 Del governo évalue à trois écus par mois le salaire mensuel d’un « cuoco segreto » (p. 23).

18 Del governo évalue à un écu par mois le salaire d’un palefrenier (p. 22).

19 « inservivit pro parafrenario ».

20 Del governo évalue à 4 écus par mois le salaire d’un maître d’écurie (p. 22). Voir chap. XXVI, « Del maestro di stalla », p. 52-65.

21 Del governo évalue à un écu par mois le salaire d’un « canovaio » (p. 22). Voir chap. XLII, « Del canovaio », p. 80-81.

22 « Cantor abbatiae S. Mauri de Fossatis » (acte du 20 juillet 1554 ; ASR, notai AC 6461, fos 97-98 ; acte du 13 juin 1559 par lequel Jean Du Bellay désigne comme curateurs de ses nièces Christophe de Thou, Michel de L’Hospital et Antoine de Lyon ; ASR, notai AC 6463, fo 192ro ; cf. 17 juin 1559, idem, fo 214), Charles Marault est cité dès 1556 comme « probus et fidus administrator » dans la quittance du 3 janvier 1556 (ASR, notai RCA 1453, fos 5-6) par laquelle Jean Du Bellay lui donne décharge de sa fonction d’administrateur de ses biens. Le 31 mars 1557, la Chambre apostolique le désigne comme « familiaris » de Jean Du Bellay (ASV, Cam. Ap., Div. Cam. 185, fo 84). Le 3 janvier 1560, Jean Du Bellay lui donne décharge pour ses comptes jusqu’à ce jour et, dans son testament du 16 février 1560, il « delaysse a Charles Marault, son valet de chambre, la petite vigne du costé de Sainct-Laurent in Palisperna » (évoquée au 54e sonnet des Regrets), dont Marault prend possession le 7 mars 1560 (ASR, notai RCA 1453, fos 5, 56 et 65).

23 Del governo évalue à dix écus par mois le salaire d’un « maestro di casa » (voir aussi chap. XXIV, « Del maestro di casa, p. 45-50) ou d’un « riveditore generale », « non che con si piccola mercede pagare si possa fatica si grande » (p. 21, chap. XVIII, « Dei salari »).

24 Claude Lusinier établit le 19 février 1560 l’inventaire des antiquités de Jean Du Bellay (ASR, notai AC 6462, fos 47-50 ; supra annexe 5, p. 329-332). Sur Lusinier, voir Lanciani, Storia degli scavi di Roma, t. III, p. 263.

25 « ad rationem quatuor ∇ quolibet mense auri in auro in sculpendo ».

26 « ad rationem ∇ 4 auri quolibet mense ».

27 « deve pagare tutti coloro ch’hanno da havere per vittuaglia a lui data in tal servitio ». Del governo évalue à un écu par mois le salaire d’un « spenditore » (p. 22). Voir chap. XL, « Dello spenditore », p. 78-79.

28 « Francesco Miglioret Carpentoratensis » est, avec Michaele Chappin, le témoin de l’acte par lequel Charles Marault prend possession de la vigne que Jean Du Bellay lui donne dans son testament (7 mars 1560, « actum in dicta vinea » ; ASR, notai RCA 1453, fo 61vo).

29 « causa salarii duorum annorum ».

30 Franciscus Samarinus est dit « cameraris cardinalis » dans la liste du fascicule no 10, sous Personae familiae quae veniunt pro mercede suae.

31 « pro salario suo pro caudatario cardinalis duorum annorum […] incepit die prima Aprilis 1548 pro capno et caudatario, continuando per 9 annos et menses 4 ad rationem ∇ 2 quolibet mense »

32 « Caudatarius : Gall. Portequeue » (Du Cange).

33 Del governo évalue à cent écus par an le salaire d’un médecin (p. 23). Voir chap. XLIV, « Del medico », p. 82.

34 « occasione servitii medicando spatio 5 aut sex annos continue petit ∇ 2000 ».

35 « Francesco Festo medico » est l’un des témoins du testament rédigé par Jean Du Bellay le 16 février 1560 (ASR, notai RCA 1453, fos 55-58), annexe 3, p. 325 no 49.

36 « asseruit spatio 5 annorum cardinali et toti eius familie ».

37 « Frater Vincentio Orbinate ordinis sancti Dominici » est l’un des témoins du testament de Jean Du Bellay, annexe 3, p. 320.

38 « petit ∇ 144, non iustificavit ».

39 « per multos annos in diversis rebus et bonis d. cardinalis, ut asseruit, diversimode prestitit, petit sed non iustificat creditum ».

40 « petit, sed non iustificat creditum ».

41 « Currerius, tabellarius. Gallice courier, ital. Corriere » (Du Cange).

42 « petit, non iustificat ».

43 « ad rationem ∇ 15 auri in auro quolibet mense petit remunerationem laborum, damnorum et interesse passorum nomine d. cardinalis, vestiarium lugubre ac victum 40 dierum non iustificat et egrotavit diu ».

44 Fulvio Teofilo, futur évêque de Forli (1587-1594) ? Voir l’inventaire de la garde-robe de Jean Du Bellay, annexe 5, p. 336.

45 Voir Del governo, chap. XXIX, « Dell’auditore », p. 69.

46 « et postea hereditati per unum annum ».

47 « pretende haver d’havere per piu pasti fatti duc. 48 et per cialdoni et simile cose in conclave duc. 6 et più prestati al spenditore jul. 27 ».

48 Voir Del governo, chap. XXVII, « s’egli è da tener muli da soma », p. 65-67, qui déconseille d’avoir des mulets.

49 Del governo évalue à un écu et demi par mois le salaire mensuel d’une « lavandaia » (p. 23).

50 « petit ∇ 10 auri in auro occasione mercedis in lavandis pannis cardinalis et familie ».

51 « mortuo d. cardinali et finita quadragena aufugit in Galliam cum meliori mula d. cardinalis insalutatis omnibus ».

52 Le 15 août 1551, de Saint-Maur, Jean Du Bellay écrit à François de Bouliers et lui envoie de l’argent, notamment 350 écus « pour les fraiz des paludes, ainsi que Bouchier et vous verrez par ensemble, et pour quelque contentement de Oddo de Piperne et de Pictor de Piperne, auquel Pictor je ne defauldray » (CCJDB, t. VI, à paraître).

53 « in variis negociis, presertim in Paludibus Pontinis ». Sur Piperne et les marais Pontins, voir les fragments du mémoire du [14 mai 1550] de Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, CCJDB, t. V, p. 348-350. Voir L. Petris, « Entre cité pacifiée et cité menacée : construction et représentation de la ville chez le cardinal Jean Du Bellay », dans Cités humanistes, cités politiques (1400-1600), éd. E. Crouzet-Pavan, D. Crouzet et p. Desan, Université de Paris IV-Sorbonne et Université de Chicago, Paris, 27-28 mai 2011, à paraître.

54 « pro servitiis factis ut asseruit in paludibus pontinis petit ∇ 2 ».

55 « pro simili servitio ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8022/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8022/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Source > ASR, Corporazioni religiose femminili S. Susanna 4447, fasc. 13, « Scritture concernenti gli Orti Bellaiani vicino al nostro monastero con l’heredità del cardinal Bellaia » (1565-1590), no 11, Bellaiana discussionis.Note 1Note 2Note 3Note 4Note 5Note 6Note 7Note 8Note 9Note 10Note 11Note 12Note 13Note 14Note 15Note 16Note 17Note 18Note 19Note 20Note 21Note 22Note 23Note 24Note 25Note 26Note 27Note 28Note 29Note 30Note 31Note 32Note 33Note 34Note 35Note 36Note 37Note 38Note 39Note 40Note 41Note 42Note 43Note 44Note 45Note 46Note 47Note 48Note 49Note 50Note 51Note 52Note 53Note 54Note 55
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8022/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search