Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

V. Autour de Jean Du Bellay : regards, relations et collaborations croisées

Au service du roi, au service de l’Évangile

Guillaume Alonge

Texte intégral

  • 2 L’ambassadeur à Venise, Georges d’Armagnac, s’adresse ainsi au chancelier du roi, Antoine du Bourg, (...)

Monseigneur nous sommes contrainctz de vous repliquer souvent la commemoracion des bons services que monsr de Vaulx faict de par decza au roy qui nous semblent dignes de la bonne oppinion que le roy et vous avez de luy, et nous sembleroit, monseigneur, soubz votre bonne correction, qu’il seroit bien raisonnable que le roy usast envers luy de quelque honneste gratuité.2

1Les deux citations prouvent le rôle non secondaire que deux Italiens au service du roi pouvaient revêtir à la cour de France dans les premières décennies du XVIe siècle. Il s’agit du véronais Ludovico di Canossa, évêque de Bayeux, et du génois Giovan Gioacchino da Passano, plus connu sous le nom de monseigneur de Vaulx, qui pendant plusieurs années furent des agents de François Ier. L’intérêt que l’on peut porter à ces deux personnages dépend non seulement de leurs carrières diplomatiques mais également de leurs choix spirituels ; c’est en effet au croisement entre l’histoire religieuse et l’histoire politique qu’il est nécessaire, à mon sens, d’inscrire leurs trajectoires biographiques.

  • 3 Ils sont par exemple à peine cités dans le volume collectif sur Les conseillers de François Ier, qu (...)
  • 4 L’importance de Canossa notamment dans la politique étrangère de la couronne a été longtemps sous-e (...)
  • 5 Sur ce point je dois reconnaitre la dette que j’ai envers l’intuition que Richard Cooper avait expo (...)

2Jusqu’à aujourd’hui Canossa et Da Passano ont connu un succès historiographique plutôt limité, malgré l’attention que les chercheurs ont accordée tout récemment aux conseillers de François Ier3. Le but des pages qui suivent sera justement d’offrir quelques éléments pour redonner à Canossa et Da Passano la place qui leur revient dans l’histoire diplomatique de l’époque4. J’essaierai ensuite de poser l’attention sur le rôle de médiateurs qu’ils jouèrent sur le plan religieux entre les milieux évangéliques français et ceux de la péninsule dans la période qui précède le Concile de Trente5.

LUDOVICO DI CANOSSA, UN PRÉLAT D’ÉTAT

  • 6 Voir Elena Valente, « I letterati ambasciatori nel Rinascimento », dans Sergio Luzzatto, Gabriele P (...)

3À partir de la fin du XVe siècle l’Italie devient le théâtre du conflit européen entre le roi d’Espagne et le roi de France ; il n’est donc pas surprenant que les souverains soient tentés de prendre à leur service non seulement des intellectuels, des écrivains et des artistes, comme c’était le cas auparavant, mais également le personnel diplomatique issu de la grande aristocratie italienne. C’est en effet dans le contexte transalpin que prend son premier essor la pratique des « ambassadeurs résidents », et les États de la péninsule disposent donc de techniciens déjà bien expérimentés et formés dans ce secteur6.

  • 7 Voir Alessandro Luzio, Rodolfo Renier, Mantova e Urbino : Isabella d’Este ed Elisabetta Gonzaga nel (...)
  • 8 C. A. Fr. Ier, t. I, p. 14.
  • 9 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 18, p. 236, 293, 301, 351-352, 403.
  • 10 Francesco Vettori, « Sommario della Istoria d’Italia (1511-1527) », dans Francesco Vettori, Scritti (...)
  • 11 C. A. Fr. Ier, t. VIII, p. 577.
  • 12 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 24, p. 543.
  • 13 C. A. Fr. Ier, t. V, p. 312 ; M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 22, p. 453, 468-469.

4Canossa, descendant de la plus ancienne noblesse véronaise, reçoit sa formation dans les cours de Mantoue, Urbino et Rome. Comme la plupart de ses contemporains, il se rend compte de l’affaiblissement définitif des petits États italiens, désormais privés de toute autonomie, et décide de tenter sa chance au service du souverain pontife. Jules II le nomme évêque de Tricarico en 1511, après l’avoir employé lors de plusieurs négociations délicates en Italie7, mais c’est seulement trois ans plus tard, au cours de l’été 1514 que Canossa fait son entrée sur la scène diplomatique internationale. Léon X l’envoie en France et en Angleterre en tant que nonce extraordinaire pour favoriser la stipulation d’une trêve entre les deux royaumes8. La mission de paix, pour laquelle le pape lui donne carte blanche et pendant laquelle il gagne habilement la confiance d’Henri VIII et l’amitié du cardinal Wolsey, se révèle un succès, couronné par le mariage entre la sœur du roi anglais, Marie Tudor, et le roi de France9. À partir de l’automne de la même année, le gentilhomme italien reste à la cour de Louis XII comme nonce du pape, et ne tarde pas à nouer des liens d’amitié avec Louise de Savoie et le tout-puissant secrétaire du roi Florimond Robertet. Rentré en Italie avec l’armée de François Ier, Canossa, grâce à l’estime dont il jouit déjà à la cour, exerce un rôle décisif à la suite de la bataille de Marignan dans le rapprochement entre le jeune souverain et Léon X. Le talent dont il fait montre à cette occasion, grâce auquel il parvient à obtenir de François Ier des conditions de paix moins lourdes que prévues, éblouit les hommes de son époque, notamment les florentins Francesco Guicciardini et Francesco Vettori, selon lequel « la sua destrezza et ingegno furono causa che il re non procedesse a destruere lo essercito ispano e quello della Chiesa10 ». Il organise ensuite l’entrevue de Bologne en décembre 1515 et signe, en tant que représentant pontifical, les accords du concordat qui renforcent considérablement le pouvoir du roi sur l’Église du royaume11. Au cours des années suivantes, Canossa reste en France mais se détache progressivement de Léon X, dont il n’apprécie guère la politique de népotisme aux dépens du duc d’Urbino, ce qui sera par ailleurs à l’origine de la révocation de sa nonciature en 151712. En revanche il devient un conseiller de plus en plus écouté par le roi et par Louise de Savoie, qui le récompensent de sa fidélité en lui offrant le riche diocèse de Bayeux13.

  • 14 Sur Canossa évêque de Bayeux voir l’essai approfondi mais parfois discutable de Pierre Bourdon, « N (...)
  • 15 Sur la participation de Canossa au réseau fabriste voir Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t.  (...)
  • 16 Voir « Synodales Constitutiones per reverendum in Christo patrem Ludovicum de Canossa », dans Guill (...)
  • 17 Une lettre de Canossa à Castiglione, conservée à Paris, est datée « Meaux settembre 1521 » (BnF, fr (...)
  • 18 F. Vettori, Sommario della Istoria d’Italia…, op. cit., p. 136.

5La période suivante de la vie de Canossa se caractérise par un retrait des affaires diplomatiques pendant quelques années, pour se consacrer à la gestion de son diocèse normand14. Il participe au mouvement réformateur des évêques qui s’inspire du cercle de Lefèvre d’Étaples et dont Guillaume Briçonnet, évêque de Meaux, est sans doute l’exemple le plus illustre15. Le prélat véronais ne se limite pas seulement à convoquer à plusieurs reprises un synode diocésain et à faire personnellement les visites pastorales – ce qui n’était déjà pas très courant à l’époque –, mais il s’engage également dans la réforme de la spiritualité des laïcs, par la publication de nouveaux statuts synodaux, et l’impression à ses frais de deux œuvres, l’Instruction des curez pour instruire le simple peuple de Jean Gerson et le Speculum curatorum d’Arthur Fillon16. Il est intéressant de remarquer que les deux textes en question furent réédités et diffusés au même moment par les autres évêques réformateurs, dans le cadre d’une large campagne éditoriale menée par l’entourage de Lefèvre et de Briçonnet. Canossa n’est donc pas seulement un des premiers évêques à mettre en pratique les enseignements fabristes, mais il joue aussi un rôle de premier plan dans le renforcement des liens entre la cour et les milieux évangéliques : c’est en effet le véronais qui accompagne en septembre 1521 Marguerite et sa mère à Meaux17. Il n’est donc pas surprenant que l’ambassadeur florentin dise de lui : « Canossa è così nobile, buono e degno prelato come ne abbi conosciuto un altro18 ».

  • 19 Biblioteca Capitolare di Verona, Busta DCCCXXXI, fascicolo 4 (Copie de lettere scritte al signor Da (...)
  • 20 Du même avis C.A. Mayer, D. Bentley-Cranch, Florimond Robertet…, op. cit., p. 79-82.
  • 21 Voir Biblioteca civica di Verona, busta 161 bis, fasc. 3, fos 28-30, 39-40, 44-45, 68-71.
  • 22 Canossa écrit à Robertet le 2 octobre 1525 de Venise : « Dubito che vi sia qualche uno in la compag (...)

6Il ne s’agit toutefois aucunement d’un abandon définitif de la vie diplomatique : le roi et la reine mère parviennent finalement à le rappeler à leur service et l’envoient en 1523 en Italie à Rome pour suivre de près le conclave, et ensuite à Venise en qualité d’ambassadeur résident. C’est en effet pendant la captivité de François Ier que son importance s’accroît de manière considérable : la reine mère et le secrétaire Robertet, auxquels il est étroitement lié depuis une dizaine d’années, lui confient la direction de la politique italienne de la couronne, comme le prouve la riche correspondance de Canossa conservée manuscrite à Vérone et jusqu’ici très peu exploitée par les historiens. Les cinq cents lettres environ qui nous sont parvenues permettent d’apprécier le nombre et l’importance des relations qu’il entretenait avec plusieurs cours italiennes, notamment son amitié fraternelle avec le tout puissant dataire de Clément VII, Gian Matteo Giberti19, mais aussi de mesurer son influence sur les choix de Louise de Savoie et de Florimond Robertet. C’est en effet suite à ses conseils et suggestions que la couronne s’engage dans une politique d’alliance avec tous les États de la péninsule, et avec l’Angleterre contre l’empereur, avec pour objectif de faire pression sur l’ennemi et de faciliter ainsi les négociations pour la libération du roi20. Une politique de grande envergure qui occupe Canossa de manière frénétique pendant plusieurs mois et qui sera couronnée par la formation de la ligue de Cognac21. La politique menée par Canossa en Italie se fonde toutefois sur l’idée de sauvegarder la « libertà dell’Italia » et sur l’autonomie des États de la péninsule par rapport à l’empereur et à François Ier, ce qui explique la réticence du roi à s’engager pleinement et l’opposition d’une partie de la cour22. Le sac de Rome en 1527 marque un point de non-retour dans la carrière diplomatique de Canossa, qui décide alors d’abandonner la vie active et de se retirer, de manière définitive cette fois, dans son diocèse de Bayeux pour y exercer encore personnellement le rôle de pasteur.

  • 23 Michon choisit ce terme par nécessité de se distinguer par rapport au concept ambigu et normalement (...)
  • 24 Voir R. Doucet, Étude sur le gouvernement…, op. cit., p. 218-219.
  • 25 Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. I, p. 357-358.

7L’atout de Canossa, précieux aux yeux d’un souverain étranger, était donc sa connaissance fine et précise du contexte politique italien, et ses nombreux contacts à Rome, Venise, Gênes, Urbino et Mantoue. Canossa correspond par ailleurs parfaitement au profil du « prélat d’État », selon la convaincante expression forgée par Cédric Michon23. Ses compétences dans le domaine du droit canonique et des controverses religieuses, qui font de lui un pion non secondaire dans les relations avec Rome, lui permettent de jouer un rôle important à l’occasion de l’affaire du divorce d’Henri VIII (en collaboration avec Giberti il participe en effet au recueil d’avis favorables au roi parmi les experts italiens en droit et en théologie), mais aussi à l’occasion des luttes qui enflamment la cour tout au long des années vingt entre parti évangélique et parti conservateur. Le roi le choisit parmi les trois « juges délégués » qui en 1527 sont chargés de s’occuper de la lutte contre l’hérésie, à la place d’une précédente commission contrôlée par les théologiens de l’université24. La nouvelle commission est donc composée d’hommes fidèles à Marguerite de Navarre et aux Du Bellay, qui parviennent ainsi à limiter l’ingérence de la Sorbonne dans la politique religieuse du roi et à assurer l’impunité à leurs collaborateurs évangéliques les plus exposés25. La réaction à cet épisode d’un agent du pape en France ne laisse aucun doute sur l’idée qu’on se fait, déjà à cette date, de monseigneur de Langey dans les milieux les plus conservateurs de la curie :

  • 26 Lettere de Principi, le quali o si scrivono da principi o a principi o ragionano di principi, Venez (...)

Non si ricorda Nostro Signore quanto tempo è che questa setta cercava deponere questi santi giudici, e impetrare quello hanno fatto hora col mezzo del Langie (Du Bellay), che è ancora lui della setta […] Perdonatemi ch’io mi creppo di dolore, e vedendo il scandalo grande che presto averrà, che vi dichiaro la corte non essere netta di queste heresie ma una parte inclinarli.26

  • 27 Sur la collaboration entre Canossa et Guillaume Du Bellay voir Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 2 (...)

8Le parti de Du Bellay et de Canossa à la cour est donc considéré explicitement comme une véritable secte de dangereux hérétiques27.

GIOVAN GIOACCHINO DA PASSANO, UN AGENT SECRET DU ROI

  • 28 Voir Archivio di Stato di Genova, Archivio segreto 2178.
  • 29 Fregoso demande avec insistance à Da Passano de ne plus le mêler aux affaires politiques : « Solo m (...)

9L’autre personnage qui mérite notre attention est, comme je l’ai déjà dit, Giovan Gioacchino Da Passano. Son parcours d’accès à la cour n’apparaît pas très différent de celui du véronais : génois de naissance, il est au service du gouverneur de Gênes, Ottaviano Fregoso, qui l’envoie en tant qu’ambassadeur à la cour de France à partir de 151628. Au moment du sac de la ville, en 1522, et de la capture d’Ottaviano, il se réfugie en France à la suite de son ami et mécène, l’archevêque de Salerne et de Gubbio Federico Fregoso, frère du gouverneur. Tous les deux, comme Canossa, entrent bientôt en contact avec le cercle de Lefèvre et nouent des liens d’amitié avec Louise de Savoie et la duchesse d’Alençon. Fregoso décide, après la bataille de Pavie, d’abandonner la vie politique pour se consacrer à l’étude de la Bible et à l’activité pastorale. Une lettre qu’il écrit à son ami Da Passano depuis l’abbaye de Saint Benigne, que le roi lui avait offerte, non loin de Dijon, le 29 décembre 1527, permet non seulement de fixer une date charnière entre son expérience politique et sa nouvelle vie vouée à la dimension spirituelle29, mais également d’apercevoir les liens d’amitié chaleureux que Fregoso et Da Passano entretenaient avec Florimond Robertet :

  • 30 Littere et altre scritture concernenti all’unione di Genua…, op. cit., p. 18.

Il nostro tesorero Roberto, come haverete intezo, per non voler, o non posser partire dalla corte, è partito di questo mondo, e bene haveria fatto a quel consiglio ch’el me dava a me prender il contrario per lui, che intendo sia morto in gran parte di dispiacere, vedendo e udendo molte cose che lo affligevano.30

  • 31 À propos de la mission anglaise de Da Passano en 1525 voir l’étude détaillée et bien documentée de (...)
  • 32 Voir Littere per quali si fa vera prova, & appare che il signor Gio. Gioachino delli Signori di Pas (...)
  • 33 « Vene in collegio monsignor di Baius orator di Franza, insieme con uno domino Zuan Joachino zenoes (...)
  • 34 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 46, p. 256, 263, 320-322.
  • 35 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 46, p. 634, 670 ; vol. 47, p. 178, 382.
  • 36 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 48, p. 384, 402, 439, 457 ; vol. 49, p. 217.
  • 37 Voir Littere et altre scritture concernenti all’unione di Genua, per la quale si verifica che di es (...)

10Le choix de Da Passano, qui n’est pas un homme d’église même s’il partage les inclinations évangéliques de son maître, est différent : à partir de l’été 1524 Louise l’utilise comme ambassadeur secret auprès du roi d’Angleterre et lui confie la délicate mission de rapprocher les deux pays en opposition à l’empereur. C’est l’occasion pour le gentilhomme génois de montrer son habilité diplomatique en collaboration avec Jean Brinon, autre homme étroitement lié à Marguerite et Louise : ayant pris contact avec le tout-puissant cardinal Thomas Wolsey, c’est avec ce dernier qu’il parvient au mois d’août 1525 à un accord de paix, assez avantageux pour la France dans un moment aussi délicat pour le royaume, privé de son souverain31. Un des atouts de Da Passano était sans doute sa grande mobilité : après avoir fait plusieurs allers-retours entre la France et Londres pour assurer à Henri VIII que François Ier ne respectera jamais le traité de Madrid, il est envoyé en Italie à la suite de l’armée du vicomte de Lautrec32. On le retrouve un peu partout, à Venise où il se confronte avec l’ami Canossa33, à Ferrara où il négocie avec Gasparo Contarini le ralliement du duc à François Ier et organise le mariage entre Renée de France et Ercole d’Este34, à Naples avec les troupes françaises35, à Viterbe auprès du pape prisonnier36, à Gênes pour chercher à éviter la trahison d’Andrea Doria37. Dans sa ville natale il joue entre autres un rôle de premier plan dans l’avancement de la réforme des institutions républicaines : c’est en effet surtout grâce à sa médiation auprès de François Ier, bien plus qu’à celle d’Andrea Doria, qu’il fut possible à la communauté génoise de conclure la réforme de 1528, qui restitua à la ville une certaine stabilité.

  • 38 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 50, p. 124, 128, 133, 147, 165, 216, 232, 273, 341, 342, 348, 366 (...)
  • 39 CCJDB, t. I, p. 282.
  • 40 Voir Philippe Hamon, L’argent du roi (les finances sous François Ier), Paris, Comité pour l’histoir (...)
  • 41 C. A. Fr. Ier, t. I, p. 416, 687-688, 711; t. II, p. 35, 117, 126-127, 163-164, 185, 252, 280, 283, (...)

11Il s’installe ensuite à Venise où il prend progressivement la place de Canossa non seulement comme ambassadeur, mais aussi en tant que responsable de la politique italienne du roi et des rapports avec les cours de la péninsule38. Le profil de technicien de Da Passano présente plusieurs spécialisations : tout d’abord il garde une influence considérable sur les milieux génois liés à la famille Fregoso, et la ville ligurienne était d’une importance capitale pour le contrôle du Milanais et de toute l’Italie du Nord. L’autre élément qui rend Da Passano particulièrement précieux aux yeux du roi est sans doute sa connaissance dans le domaine financier : ses rapports avec les banquiers de sa ville natale39, mais aussi florentins et lucquois le rendent un agent financier de premier ordre40. C’est en effet lui qui est chargé d’organiser un réseau international de créanciers destiné au financement des guerres du roi, et c’est toujours Da Passano qui gère personnellement les paiements des pensions anglaises41.

  • 42 James Gairdner, Letters and Papers Foreign and Domestic of the Reign of Henry VIII, London, Longman (...)
  • 43 Canossa, notamment dans sa correspondance avec Robertet, fait plusieurs fois allusion à l’hostilité (...)
  • 44 Jean Du Bellay exprime de cette manière sa méfiance à l’égard de Beda : « Mais il y a ung Beda de c (...)
  • 45 Biblioteca civica di Verona, busta 161 bis, fasc. 3, f° 58 ; fasc. 6, lettre de Venise du 10 août 1 (...)
  • 46 Voir M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 42, p. 344 et vol. 44, p. 315.
  • 47 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 109 et 145 ; C. A. Fr. Ier, t. II, p. 319 ; t. VI, p. 390 ; t. V (...)
  • 48 AAJDB, p. 2n, 16n, 27n, 344, 394, 416n, 453, 471-772, 479n, 502-504, 506, 510, 516, 524, 532-533, 5 (...)

12Pendant ces mêmes années, notamment après la débâcle de Pavie, Guillaume et Jean Du Bellay revêtent un rôle de plus en plus important dans la diplomatie de la couronne. Il n’est donc pas surprenant de constater la collaboration entre les Du Bellay et les deux Italiens, plus âgés et plus expérimentés, dans le contexte anglais aussi bien que dans le contexte italien. Plusieurs éléments les rapprochent : tout d’abord, le partage d’une identique politique européenne, centrée sur une opposition radicale à un accord avec l’empereur, et au contraire favorable sur le plan militaire et théologique aux négociations avec les protestants42 ; ensuite l’amitié avec Marguerite de Navarre et la fréquentation à la cour des mêmes milieux évangéliques, et enfin l’hostilité à l’égard du chancelier conservateur Antoine Duprat43 et du doyen de la Sorbonne Noël Beda44. À Venise au mois d’août 152645, et encore au mois de mars de l’année suivante, Canossa et Guillaume se retrouvent pour assurer au sénat vénitien que le roi respectera ses engagements vis-à-vis de ses alliés italiens46, et c’est toujours à monseigneur de Langey que le roi offrira les droits d’aubaine sur les biens laissés en France à sa mort par l’évêque de Bayeux47. Pour ce qui est des rapports entre les Du Bellay et Da Passano, Jean qui lui succède en tant qu’ambassadeur en Angleterre en 1527, le cite à plusieurs reprises dans sa correspondance48, et en décembre 1529 affiche sa satisfaction de le voir le remplacer à nouveau à Londres. Il dit en effet en s’adressant à Montmorency :

  • 49 CCJDB, t. I, p. 120.

Cepandant, quelque bonne chiere qu’on leur puysse faire, ne passera poinct celle qu’on me faicticy dont je croy qu’on ne diminuera riens a monsr de Vaux pour y etre si bien voulu qu’il est ; mais j’ay grant envye suz luy qu’il viendra au temps que les ceremonies sont converties en bonnes chieres et que beaucoup plus y a d’augmentation de bonnes voulentés que de diminution.49

  • 50 J. Gairdner, Letters and Papers…, op. cit., vol. 5, p. 7, 71-72.
  • 51 J. Gairdner, Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, p. 367-368, 374.

13Da Passano représente une garantie de continuité en matière de politique anglaise de la part de la couronne de France ; il n’est donc pas surprenant de constater que tout au long de l’année suivante le gentilhomme génois continue de collaborer avec Guillaume Du Bellay à propos de l’affaire du divorce du roi et des négociations d’alliance entre la France et l’Angleterre50. Da Passano reste à Londres pendant deux ans encore comme ambassadeur résident, mais garde à son retour en France une aura de fin connaisseur des questions anglaises : c’est en effet bien lui qui accompagne Jean Du Bellay et l’ambassadeur d’Henri VIII à Lyon au mois de juillet 153351.

  • 52 Federica Ambrosini, L’eresia di Isabella, Milano, Franco Angeli, 2005, p. 32.
  • 53 C. A. Fr. Ier, t. III, p. 747-748, 767-768 ; t. IV, p. 29. Jean Zeller, La diplomatie française ver (...)
  • 54 Le 16 novembre de Selve et d’Armagnac s’adressent ainsi à Montmorency à propos du Da Passano : « Mo (...)
  • 55 Voir Armagnac, Correspondance, p. 25-26.
  • 56 Jean La Forest dit de Da Passano dans une lettre à Georges d’Armagnac du 13 juillet 1537 : « J’ay t (...)
  • 57 Armagnac, Correspondance, p. 121. Ernest Charrière, Négociations de la France dans le Levant, ou co (...)
  • 58 Guillaume Pellicier, Correspondance politique, Paris, Felix Alcan Editeur, 1899, vol. 1, p. 33-39, (...)
  • 59 « Delli denari che se dicea esser sta mandati da Franza a domino Philippo Strozzi, mi son voluto in (...)
  • 60 Voir surtout la lettre de Selve à Jean Du Bellay du 9 mars 1536 dans CCJDB, t. II, p. 273-280 et au (...)
  • 61 Armagnac, Correspondance, p. 31-32.
  • 62 Le 8 février 1536 de Venise de Selve informe Du Bellay des conditions de santé de Da Passano : « Mo (...)

14C’est à ce moment-là que Da Passano, bien qu’ayant atteint un certain âge, prend la décision de se marier avec la très jeune Caterina Sauli, et se retire à Padoue52. Sa décision met un terme à ses voyages frénétiques à travers l’Europe mais ne représente cependant pas la fin de son service auprès du roi. Venise n’est en effet pas très loin, et pendant la période qui va de 1534 à 1542 le génois devient un agent permanent du roi dans le territoire de la Sérénissime, où il accueille et conseille les jeunes ambassadeurs envoyés de France (Georges De Selve, Georges d’Armagnac et plus tard Guillaume Pellicier), mais où à l’occasion il assume directement le rôle de représentant de la couronne, comme c’est le cas d’avril à août 153953. La correspondance entre ces hommes montre bien le rôle central de Da Passano dans les choix diplomatiques du roi en Italie54 : le but principal de sa politique est, comme cela avait été le cas pour Canossa, de brouiller les rapports entre la République Vénitienne et l’empereur, pour parvenir à rapprocher de la France la Sérénissime, et derrière elle les autres États de la péninsule. Da Passano joue aussi un rôle prépondérant dans les relations avec la Turquie : c’est en effet lui qui pousse le roi à demander au sultan de se rapprocher de Venise par l’envoi d’un ambassadeur55, et c’est toujours lui qui sélectionne et conseille les représentants de la France envoyés en Orient56, notamment Rincon et Cantelmo57. Pendant l’été 1540, au moment le plus délicat pour la politique orientale de la France, c’est Da Passano en personne qui est chargé de se rendre auprès du Sultan pour l’induire à se rapprocher définitivement de Venise58. Le génois joue un rôle de premier plan même à l’intérieur du contexte italien, qu’il s’agisse de l’affaire de Florence59 et de Gênes en 153760 ou des rapports avec la papauté61. En 1535, Jean Du Bellay, s’adressant de Rome à François Ier, souligne l’importance et le poids d’une lettre de Da Passano, avec lequel les rapports personnels sont restés excellents62, dans l’influence exercée sur les choix du pape :

  • 63 CCJDB, t. II, p. 163.

Aussi sire, nous avons continué de faire instance a Sa Saincteté qu’elle se feist entendre aux Veniciens et pour luy induire, entre plusieurs aultres bons advis, nous luy avons monstré une lettre de Jehan-Joachin, dont nous vous envoyons le double.63

  • 64 À propos de ce réseau d’espions voir Michon, La crosse et le sceptre, p. 40-42. Sur la délicate enq (...)
  • 65 CCJDB, t. II, p. 257.
  • 66 G. Jacqueton, La politique extérieure…, op. cit., p. 101-104.
  • 67 « Et mesmement en temps d’affaires feu M. de Lavaur séjourna ici long temps avec M. de Rodez, ensem (...)
  • 68 Canossa demande pour lui à Giberti un monastère le 26 avril 1527 (Biblioteca Capitolare di Verona, (...)
  • 69 Pour le passionnant personnage de Valier je renvoie à l’article dans ce même volume de Guido Rebecc (...)
  • 70 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 51, p. 12.
  • 71 Le récit détaillé de l’exécution publique des trois espions au service de la France (Abbondio, Vali (...)
  • 72 Voir Armagnac, Correspondance, p. 182, 284 et G. Pellicier, Correspondance politique…, op. cit., vo (...)
  • 73 G. Pellicier, Correspondance politique…, op. cit., vol. I, p. 202.
  • 74 Da Passano dans une lettre au doge du 31 mai 1533 défend Bernardo contre les accusations qui lui so (...)

15À Venise le génois n’est pas seulement un conseiller, mais il est aussi au centre d’un réseau d’espions au service de la France qui sera découvert et démantelé seulement en 154264. C’est en effet lui qui est chargé de sélectionner les agents au service de la couronne65 et qui suggère aux ambassadeurs français de se garantir l’appui de certains sénateurs vénitiens à travers le paiement de pensions régulières, un procédé déjà utilisé avec succès à la cour du roi d’Angleterre66. Son principal collaborateur est le patricien vénitien Giovan Francesco Valier67, déjà signalé aux ministres de François Ier au cours de la décennie précédente par Canossa68 et ensuite devenu une source de renseignements incontournable pour les ambassadeurs français à Venise69. L’exploitation de ce réseau d’informateurs de la part de Georges d’Armagnac et surtout de Guillaume Pellicier, dans le cadre des alliances diplomatiques avec la Turquie et de la tentative de rapprochement entre la France et Venise au début des années quarante, montre bien l’importance pour le roi d’avoir à son service des Italiens bien expérimentés et introduits dans les milieux de l’aristocratie vénitienne, capables à tout moment d’influencer les décisions du Conseil des Dix. Le cas de Valier est d’autant plus intéressant qu’il met en évidence la continuité non seulement de la ligne politique, mais aussi du personnel recruté entre la période Canossa et la période Da Passano. D’ailleurs le réseau d’espions semble être déjà bien en place et opératif en 1529, comme le suggère une lettre d’un agent génois de Da Passano, Federico Grimaldi, qui informe de manière très détaillée sur la situation militaire et politique de Gênes70, par le biais de Doria à peine assujetti à Charles V, le Vénitien Agostino Abbondio, un autre personnage-clé de l’espionnage français en Italie, qui accompagnera Valier au bûcher en 154271. Au réseau d’espions français appartient aussi un membre important de l’aristocratie vénitienne, Maffeo Bernardo, qui semble jouer un rôle de premier plan dans les rapports avec Constantinople72, où le mènent entre autre ses intérêts commerciaux. Bernardo, qui sera condamné à mort par le Sénat vénitien pour avoir fourni au roi de France des informations réservées de la Sérénissime73, entretient des relations d’amitié avec Da Passano au moins à partir de 1533, quand on le retrouve invité à dîner dans la résidence londonienne du patricien génois74.

LA DIPLOMATIE ÉVANGÉLIQUE DES VALOIS

  • 75 Michon, La crosse et le sceptre, p. 53-55.
  • 76 Lucien Febvre le premier s’était posé le problème du rapport entre la réforme italienne et l’expéri (...)
  • 77 Adriano Prosperi me semble sous-estimer l’importance de Canossa dans la politique pastorale de l’év (...)

16Le deuxième volet de notre analyse concerne les inclinations spirituelles de Da Passano et Canossa, dimension fondamentale et inséparable du côté politique pour des hommes du XVIe siècle contemporains de Luther. En effet loin de ne pas avoir influencé leur parcours biographique, l’appartenance au « navarrian network » de Marguerite de Navarre est sans doute un des éléments-clés qui leur permit de faire une carrière remarquable au sein de la diplomatie française, en dépit de leur nationalité étrangère. Jonathan Reid et Cédric Michon ont bien montré l’existence d’un réseau de diplomates évangéliques mis en place par les frères Du Bellay qui chercha à influencer la politique étrangère du roi dans le sens d’un ralliement aux princes protestants et à l’Angleterre schismatique d’Henri VIII75. Mon sentiment est que Da Passano et Canossa ont été à l’intérieur de ce réseau européen des acteurs non secondaires. L’analyse du contexte italien reste en bonne partie à approfondir, surtout pour ce qui relève des rapports entre appartenance politique et positions spirituelles, en vue d’une valorisation plus accentuée de l’influence, jusqu’ici fortement et injustement – j’ajouterais – sous-estimée, qu’exerça l’évangélisme français sur les débuts de l’évangélisme italien76. Je me limiterai aux quelques exemples que je connais le mieux : Canossa on l’a vu était très lié à Giberti ; leur rapport d’amitié qui jusque-là a intéressé les historiens uniquement sur le plan diplomatique avait en effet des conséquences importantes également sur le plan religieux77. Comme le montre bien sa correspondance manuscrite c’est Canossa qui, fort de son expérience à Bayeux, met en place la réforme du diocèse de Vérone, qui appartenait à Giberti, entre 1526 et 1528, et qui ensuite restera son principal conseiller, capable de diriger ses choix spirituels et pastoraux.

  • 78 Silvana Seidel Menchi, Erasmo in Italia 1520-1580, Torino, Bollati Boringhieri, 2001 (1987), p. 84- (...)

17Da Passano, de son côté, n’était pas un homme d’Église, mais sa position spirituelle peut se retracer en partant de plusieurs indices que nous avons pu repérer. Au cours des années quarante, il demande à un ami humaniste, Bernardino Tomitano, de traduire en italien un texte d’Érasme. À ses frais le génois finance l’impression d’un bon nombre d’exemplaires de cette œuvre qui est publiée à Venise en 1547 sous le nom du traducteur, qui sera par ailleurs pour cela inquiété par l’Inquisition quelques années plus tard, et ayant pour titre Espositione letterale del testo di Mattheo evangelista78. L’insistance dans l’introduction au texte sur l’idée de « sola fide » et sur la centralité de l’Évangile, aussi bien que le recours à une terminologie très fabriste – il suffit de penser au terme de « fede viva », ou « foy vive » que l’on retrouve si souvent dans les textes du « navarrian network » et de Marguerite de Navarre – mais aussi le choix de renoncer au nom d’Érasme, auteur considéré à cette date comme hérétique par les milieux les plus conservateurs de l’Église, et le projet, inachevé, de faire traduire et imprimer encore d’autres œuvres de l’humaniste hollandais, laisse apercevoir une adhésion non superficielle du gentilhomme génois aux milieux hétérodoxes du nord-est de la péninsule. D’ailleurs, le projet éditorial démontre une intention explicite de propagande évangélique sur grande échelle visant à influencer le débat conciliaire et le conflit interne à l’Église entre le parti des « spirituali » et celui des inquisiteurs.

  • 79 Voir F. Ambrosini, L’eresia di Isabella, op. cit., p. 14-17 ; voir également la lettre de Canossa à (...)
  • 80 Cortese aussi s’était lié d’amitié avec Guillaume et Jean Du Bellay à partir de la deuxième décenni (...)
  • 81 Da Passano, Bembo e Canossa se connaissaient depuis leur jeunesse à Urbino ; sur le rapport entre D (...)

18En effet Da Passano, tout comme Canossa, est lié à plusieurs protagonistes du parti évangélique, à l’intérieur de la curie, favorable à une réconciliation avec le monde protestant ; il suffit de penser au cardinal vénitien Gasparo Contarini79, au bénédictin Gregorio Cortese80, à l’humaniste Pietro Bembo81, lui aussi cardinal à la fin de sa vie, mais surtout à Federico Fregoso.

  • 82 F. Ambrosini, L’eresia di Isabella, op. cit., p. 60-61.

19Leur amitié remontait à la période génoise et aux premières années en France au début des années vingt, et resta très forte jusqu’à la mort du cardinal Fregoso, comme le témoigne le testament de Da Passano de 154082. Fregoso, devenu cardinal l’année précédente, connaissait de très près les œuvres des protestants et partageait bon nombre des positions théologiques de Luther, qu’il cite d’ailleurs dans ses œuvres restées manuscrites et imprimées après sa mort. Son engagement pour une réforme radicale de l’Église romaine sur le plan moral et théologique, qui visait d’autre part à ne pas compromettre l’union de la communauté des croyants, le rapproche des positions d’un autre ambassadeur français à Venise, Georges De Selve et plus généralement de l’évangélisme français.

  • 83 J. Gairdner, Letters and Papers…, op. cit., vol. 5, p. 167-168.

20Les œuvres de Fregoso seront mises à l’Index très tôt par l’Inquisition qui le considérera à sa mort, malgré son titre de cardinal, « suspecto de fide », à cause en outre de son amitié avec le célèbre prédicateur apostat Bernardino Ochino. Pour en revenir à Da Passano, il est bon de rappeler que sa fille Isabella et sa femme Caterina Sauli furent également suspectées d’hérésie au cours des années soixante avec l’imputation d’avoir organisé et soutenu financièrement un réseau assez consistant d’hétérodoxes de toute sorte. Il est encore intéressant à ce propos de remarquer le rôle joué par Da Passano lui-même en faveur de certains luthériens qu’il aida à fuir en France pendant son ambassade anglaise83, et le soutien qu’il accorda aux protégées hétérodoxes de la duchesse de Ferrare, Renée de France.

  • 84 Voir Alain Tallon, « Le parti français et la dissidence religieuse en France et en Italie », dans P (...)
  • 85 Sur le rapport entre des positions politiques en faveur du roi de France et l’adhésion à des choix (...)
  • 86 « Havendo inteso la Signoria heri sera esser zonto in questa terra, venuto per le poste, uno orator (...)
  • 87 Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. II, p. 604.
  • 88 Franco Gaeta, Nunziature di Venezia, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contempora (...)
  • 89 À propos du rapport d’étroite collaboration entre les deux ambassadeurs français et Renée pour la l (...)
  • 90 Sur le lien entre d’Armagnac et Vittoria Colonna par la médiation initiale de Marguerite de Navarre (...)
  • 91 Pour un profil biographique de l’évêque de Lavaur voir Mary F.S. Hervey, Holbein’s Ambassadors: The (...)
  • 92 Georges de Selve, Œuvres de feu révérend père en Dieu George de Selve, évêque de Lavaur, contenans (...)
  • 93 Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. II, p. 556.
  • 94 Voir J. Zeller, La diplomatie française…, op. cit., p. 380-393.
  • 95 Le nonce à Venise, Fabio Mignanelli, s’exprimait ainsi à propos de Pellicier le 19 juin 1542 : « El (...)
  • 96 Voir A. Tallon, Le parti français et la dissidence religieuse…, op. cit., p. 383 ; voir aussi J. Ze (...)
  • 97 Il n’est pas inintéressant de remarquer que Maggio, plus tard exilé en Suisse à cause de ses convic (...)
  • 98 Voir Pierre de Vaissière, Charles de Marillac, Paris, Welter, 1896, p. 10.
  • 99 Voir V.-L. Bourrilly, L’ambassade de La Forest…, « art. cit. », p. 324-327.
  • 100 C. A. Fr. Ier, t. II, p. 561.
  • 101 Cette hypothèse est confirmée entre autre par le lien d’amitié entre Cosimo Pallavicini et Valier, (...)
  • 102 Voir Cesare Vasoli, I miti e gli astri, Napoli, Guida, 1977, p. 219-245 ; Cesare Vasoli, « Il luter (...)
  • 103 Les Pallavicini sont proches de l’entourage de l’évêque Giberti, comme le suggère une lettre de Fra (...)

21Mais on se trompe si l’on pense à Da Passano comme à un individu qui agit en solitaire : il appartient, on l’a dit, à un réseau plus ample, celui des frères Du Bellay. Si le discours tient sur le plan politique, il en est de même sur le plan spirituel. Ses fréquentations vénitiennes, aussi bien que ses intérêts culturels et ses choix de conscience, sont partagés par bon nombre d’ambassadeurs qui se succèdent à cette période auprès de la Sérénissime84. Il n’est donc pas exagéré de parler de « diplomatie évangélique », car tous les ambassadeurs du roi à Venise partagent les inclinations religieuses de Canossa et de Da Passano, bénéficient également de la protection de Marguerite de Navarre et sont proches des milieux fabristes85. Lazare de Baïf, accueilli dans la Lagune par Da Passano86, en 1532 envoie à la reine de Navarre la version italienne de la Bible d’Antonio Brucioli, qui fut un instrument important pour la diffusion de sensibilités spirituelles hétérodoxes dans l’Italie des années trente87. Deux ans plus tard, il s’engage dans la défense de « Joannem Gelichil », un gantier français venu d’Allemagne, accusé de propagande hétérodoxe par le nonce Jérôme Aleandro, membre de premier plan du parti conservateur88. Georges De Selve et Georges d’Armagnac peuvent véritablement être considérés comme des créatures de Marguerite, qui les orientent vers certaines fréquentations italiennes : tous deux sont très actifs dans le soutien des hérétiques, protégés par la duchesse Renée, contraints de fuir Ferrare89 ; D’Armagnac instaure très tôt d’étroites relations avec Vittoria Colonna et les milieux évangéliques de la péninsule, à Venise comme à Rome90, tandis que De Selve se rapproche des hébraïsants Vénitiens, en nouant de fortes relations avec les humanistes réformateurs de Padoue91. Les œuvres de l’évêque de Lavaur publiées après sa mort affichent de manière incontestable ses inclinations spirituelles, sa prise de distance par rapport aux vices et aux abus de l’Église romaine et son engagement dans la recherche d’une réconciliation avec les protestants fondée sur un compromis à la fois théologique et diplomatique92. Un tel choix religieux est confirmé d’ailleurs par une lettre de Guillaume Farel à Calvin dans laquelle il l’invite à s’adresser à De Selve et à Gérard Roussel, un homme très proche de Lefèvre et de Marguerite, au nom d’une même sympathie évangélique93. Guillaume Pellicier, qui sera plus tard gravement inquiété par des accusations d’hérésie94 mais selon certains témoignages déjà à cette date hostile à la papauté95, s’appuie pendant son séjour italien sur plusieurs personnages ambigus, notamment Pietro Strozzi96 et Vincenzo Maggio97. Que le recours à un personnel pour le moins très ouvert aux nouvelles idées religieuses soit systématique et non seulement limité à l’ambassade de Venise est confirmé par le cas de Charles de Marillac, qui en 1534, contraint d’abandonner la France à la suite de l’affaire des Placards98, est envoyé en Turquie avec son cousin, l’ambassadeur auprès du sultan, Jean de la Forest, dont il prit la place à sa mort en 153799. La même logique de fidélité politique à la France et d’adhésion à des positions religieuses hétérodoxes se retrouve dans le parcours biographique des frères Pallavicini : Giovan Battista dès la seconde moitié des années vingt attire l’attention des autorités romaines à cause de ses prédications très proches des idées luthériennes, mais régulièrement il trouve le soutien politique de membres influents de la curie et parvient à garder une certaine liberté de mouvement et de parole. Après un séjour à Venise, Giovan Battista, accompagné de son frère Cosimo, est accueilli à la cour de François Ier, où il reçoit « en récompense d’importants avis », fournis à l’occasion de la rencontre de Marseille, « 225 livres tournois100 » ; il est donc évident qu’il s’agit dans son cas aussi d’un agent secret du roi en Italie101. À partir de 1534 le parti conservateur, dirigé par Montmorency, parvient à plusieurs reprises à faire arrêter Pallavicini pour ses idées religieuses et ses rapports avec le roi d’Angleterre, mais à chaque fois Cosimo, soutenu par le réseau des Du Bellay et par d’autres Italiens influents, obtient du roi sa libération102. Il est intéressant de remarquer que les fréquentations italiennes et parisiennes des Pallavicini relèvent du même milieu hétérodoxe fréquenté par Da Passano et Fregoso103 ; c’est d’ailleurs au service de ce dernier que Cosimo entrera en 1540 au moment de sa nomination au cardinalat.

22Les ambassadeurs du roi à Venise partagent entre autre un attachement particulier au thème de la résidence de l’évêque, qui est récurrent dans leur correspondance. Bon nombre d’entre eux décident finalement de se retirer de la vie politique pour se consacrer à leurs devoirs diocésains : Canossa maintes fois s’adresse à Louise, au roi et à Marguerite pour qu’on lui permette de revenir à Bayeux s’occuper de ses brebis. Georges De Selve et, plus tard, Guillaume Pellicier aussi connaîtront le même parcours : de la grande diplomatie à l’exigence personnelle de tout abandonner pour respecter ses devoirs envers ses fidèles.

  • 104 Le lien entre Canossa, Da Passano et Robertet est confirmé par une lettre du véronais au secrétaire (...)
  • 105 Cfr. C.A. Mayer, D. Bentley-Cranch, Florimond Robertet…, op. cit., p. 114-133 ; Claude Albert Mayer (...)
  • 106 Canossa accepte par exemple d’attribuer un bénéfice ecclésiastique à un prêtre proche de Robertet ( (...)

23En suivant la trajectoire biographique de Da Passano et de Canossa, il est possible d’entrevoir l’histoire, complexe et en bonne partie encore à explorer, des rapports politiques et religieux entre la France et l’Italie sous le règne de François Ier. La participation des deux hommes au réseau diplomatique de Florimond Robertet104 et ensuite à celui des frères Du Bellay, parallèle à une opposition franche à la politique du conservateur Duprat, permet d’avancer quelques provocations. Étant donné que les convictions spirituelles des deux diplomates, très proches de Marguerite de Navarre et du cercle fabriste, jouèrent un rôle déterminant dans leur carrière, cette dimension serait donc à tenir en compte dans l’analyse des critères de sélection du personnel diplomatique de la couronne ; dans l’autre sens, les inclinations confessionnelles de Louise de Savoie, mais surtout de Florimond Robertet, seraient aussi à reconsidérer sous un angle différent, comme d’ailleurs semble le témoigner la Déploration de Clément Marot, un texte affichant très clairement des convictions évangéliques écrit à l’occasion de la mort du secrétaire105. À ce propos il n’est pas inutile de remarquer que souvent dans sa correspondance Canossa, toujours vigilant et rigoureux sur le choix de ses collaborateurs dans son diocèse, recourt à la médiation de Robertet et accepte ses conseils106.

  • 107 Malgré son retrait des affaires politiques au cours des années vingt, Fregoso était considéré proch (...)
  • 108 « Ogni giorno questi Signori fanno consiglio de Dieci per costoro che scoprivano li loro secreti, n (...)
  • 109 Finalement Venise, sans doute à cause de l’importance du prélat et des pressions romaines, laissa t (...)

24Pour ce qui en est du contexte italien, la participation de Canossa et de Da Passano au réseau international des frères Du Bellay, et leur influence sur plusieurs protagonistes de l’évangélisme italien, impose de rediscuter certains clichés historiographiques. Notamment le lien exclusif qu’on a toujours voulu voir entre le parti contarinien à Rome et la politique conciliatrice en matière religieuse appuyée par l’empereur au cours des années quarante. À l’intérieur de la curie, le groupe des cardinaux « spirituali », tels que Giovanni Morone, Reginald Pole et Gasparo Contarini, est signalé comme très proche de Charles Quint, qui encourage leur effort de réconciliation avec les protestants pour obtenir une réunification religieuse de ses territoires. Toutefois, tout au long de la décennie précédente, cette même politique de concorde fut menée par la diplomatie française, qui s’appuya elle aussi sur des prélats italiens, grands humanistes et favorables à une remise en cause de certains aspects théologiques du catholicisme, notamment la justification « ex sola fide ». Il suffit de penser à Canossa et à Fregoso107, mais aussi à Jacques Sadolet, évêque de Carpentras et étroitement lié à Jean Du Bellay, à Pier Paolo Vergerio, et à Gian Matteo Giberti ; l’évêque de Vérone fut en effet personnellement inquiété par l’enquête sur le réseau d’espions français en 1542, et fut contraint, probablement à la suite de la délation de Valier108, de venir à Venise se défendre devant le Sénat109. Tous ces hommes étaient à l’évidence des membres du parti réformateur, mais, à cause de leur parcours biographique, plus proches de François Ier que de Charles Quint. Cette diplomatie évangélique du roi relève bien évidemment, avant tout, d’objectifs de Realpolitik, à savoir la construction d’une alliance militaire avec les princes protestants ; toutefois pour poursuivre ce dessein elle eut recours à des individus engagés sincèrement et personnellement du point de vue spirituel sur des positions qui seront bientôt considérées comme hétérodoxes par l’Église romaine.

Notes

2 L’ambassadeur à Venise, Georges d’Armagnac, s’adresse ainsi au chancelier du roi, Antoine du Bourg, le 10 janvier 1537 (Armagnac, Correspondance, p. 42).

3 Ils sont par exemple à peine cités dans le volume collectif sur Les conseillers de François Ier, qui reste cependant un instrument de travail très utile et un point de départ incontournable pour explorer la vie politique de la cour du roi.

4 L’importance de Canossa notamment dans la politique étrangère de la couronne a été longtemps sous-estimée par les historiens de la période, à l’exception de Doucet et, à sa suite, de Mayer et Bentley-Cranch (Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le Parlement de Paris (1525-1527), Paris, Champion, 1926, p. 18 ; Claude Albert Mayer, Dana Bentley-Cranch, Florimond Robertet, homme d’État français, Paris, Champion, 1994, p. 59-60, 79-81).

5 Sur ce point je dois reconnaitre la dette que j’ai envers l’intuition que Richard Cooper avait exposée brièvement dans un article il y a presque vingt ans et qui se révéla décisive au début de mes recherches (Richard Cooper, « Marguerite de Navarre et la réforme italienne », dans Cooper, Litteræ in tempore belli, p. 210-211).

6 Voir Elena Valente, « I letterati ambasciatori nel Rinascimento », dans Sergio Luzzatto, Gabriele Pedullà (dir.), Atlante della letteratura italiana : Dalle origini al Rinascimento, Torino, Einaudi, 2010, p. 781-785.

7 Voir Alessandro Luzio, Rodolfo Renier, Mantova e Urbino : Isabella d’Este ed Elisabetta Gonzaga nelle relazioni famigliari e nelle vicende politiche, Torino-Roma, Editori Le Roux, 1893, p. 156, 192-195 ; Baldassar Castiglione, Le lettere, Verona, Mondadori, 1978, p. 44-46, 46-47, 47-48, 51-52, 55-58 ; Marin Sanudo, Diarii, Venezia, Fratelli Visentini, 1887, vol. 10, p. 457, 508, 598.

8 C. A. Fr. Ier, t. I, p. 14.

9 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 18, p. 236, 293, 301, 351-352, 403.

10 Francesco Vettori, « Sommario della Istoria d’Italia (1511-1527) », dans Francesco Vettori, Scritti storici e politici, Bari, Laterza, 1972, p. 167-168.

11 C. A. Fr. Ier, t. VIII, p. 577.

12 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 24, p. 543.

13 C. A. Fr. Ier, t. V, p. 312 ; M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 22, p. 453, 468-469.

14 Sur Canossa évêque de Bayeux voir l’essai approfondi mais parfois discutable de Pierre Bourdon, « Nouvelles recherches sur Ludovico di Canossa éveque de Bayeux », Comité des travaux historiques et scientifiques, 1911, p. 260-301.

15 Sur la participation de Canossa au réseau fabriste voir Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. I, p. 158-160.

16 Voir « Synodales Constitutiones per reverendum in Christo patrem Ludovicum de Canossa », dans Guillaume Bessin, Concilia Rothomagensis provinciae, Rouen, Rotomagi, 1717, p. 244-246

17 Une lettre de Canossa à Castiglione, conservée à Paris, est datée « Meaux settembre 1521 » (BnF, fr. 3092, f° 64).

18 F. Vettori, Sommario della Istoria d’Italia…, op. cit., p. 136.

19 Biblioteca Capitolare di Verona, Busta DCCCXXXI, fascicolo 4 (Copie de lettere scritte al signor Datario per gli affari de la Gran Lega e altre occorentie, 1525, 1526, 1527).

20 Du même avis C.A. Mayer, D. Bentley-Cranch, Florimond Robertet…, op. cit., p. 79-82.

21 Voir Biblioteca civica di Verona, busta 161 bis, fasc. 3, fos 28-30, 39-40, 44-45, 68-71.

22 Canossa écrit à Robertet le 2 octobre 1525 de Venise : « Dubito che vi sia qualche uno in la compagnia vostra al quale non pare che sia bene di confidarsi tanto di me per essere italiano et sugieto di questa signoria et io vi dico signor mio che dove vada la fede et l’honore mio io non cedo ne a francese ne ad altro che sia al mondo, ne bastarebbe il re ne madama che sono quelli dui che più observo » (Biblioteca civica di Verona, busta 161 bis, fasc. 3, f° 24).

23 Michon choisit ce terme par nécessité de se distinguer par rapport au concept ambigu et normalement négatif d’« évêque diplomate » (Michon, La crosse et le sceptre, p. 24-25).

24 Voir R. Doucet, Étude sur le gouvernement…, op. cit., p. 218-219.

25 Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. I, p. 357-358.

26 Lettere de Principi, le quali o si scrivono da principi o a principi o ragionano di principi, Venezia, Ziletti, 1581, vol. II, fos 103v°-104v° (lettre sans nom adressée à un certain « Pietro Paolo »).

27 Sur la collaboration entre Canossa et Guillaume Du Bellay voir Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 23-41.

28 Voir Archivio di Stato di Genova, Archivio segreto 2178.

29 Fregoso demande avec insistance à Da Passano de ne plus le mêler aux affaires politiques : « Solo mi resta dirvi, che pregarvi e astringervi, per tutti quelli vinculi di amicitia corsi fra noi, nel tempo passato, che se sentite parlar di me in simile pratiche, vi piacerà per salute dell’anima mia, e quiete del corpo tagliarne ogni ragionamento, per il quale rispetto io non andai alla Corte, ne penso andarvi, e ho piacere quando quelli Signori non se raccordano di me in questo caso, e nelli altri, poiche voi savete l’intention mia » (Littere et altre scritture concernenti all’unione di Genua, per la quale si verifica che di essa fu inventore, mottore, & quasi esecutore Gio. Gioachino de Signori di Passano, nelli anni 1527 & 1528, Casale, Pantaleone Goffi stampatore ducale, 1615, p. 18).

30 Littere et altre scritture concernenti all’unione di Genua…, op. cit., p. 18.

31 À propos de la mission anglaise de Da Passano en 1525 voir l’étude détaillée et bien documentée de Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie : relations diplomatiques de la France et de l’Angleterre pendant la captivité de François Ier (1525-1526), Paris, Bouillon, 1892.

32 Voir Littere per quali si fa vera prova, & appare che il signor Gio. Gioachino delli Signori di Passano nell’anno 1528 è stato commissario Generale, & luogotenente generale dell’exercito della santissima lega nel Regno di Napoli, essendo Generale del detto Exercito Monsignor Odeto de Fois signor di Lautrech 1528, Casale, Pantaleone Goffi stampatore ducale, 1615.

33 « Vene in collegio monsignor di Baius orator di Franza, insieme con uno domino Zuan Joachino zenoese vien da Piasenza, è con monsignor di Lutrech, di la qual terra partì heri mattina, et è venuto con un burchielo per Po volando. Et intrati in Collegio, sentati tutti do apresso il Serenissimo, letto la lettera di credenza di Lutrech, expose come bisognava la Signoria nostra pagasse li lanzinech in loco di sguizari che si doveva pagar » (Sanudo M., Diarii, op. cit., vol. 46, p. 250).

34 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 46, p. 256, 263, 320-322.

35 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 46, p. 634, 670 ; vol. 47, p. 178, 382.

36 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 48, p. 384, 402, 439, 457 ; vol. 49, p. 217.

37 Voir Littere et altre scritture concernenti all’unione di Genua, per la quale si verifica che di essa fu inventore, mottore, & quasi esecutore Gio. Gioachino de Signori di Passano, nelli anni 1527 & 1528, Casale, Pantaleone Goffistampatore ducale, 1615, p. 3-43.

38 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 50, p. 124, 128, 133, 147, 165, 216, 232, 273, 341, 342, 348, 366, 412, 426, 501, 507, 520, 537, 541, 562 ; vol. 51, p. 5, 36, 39, 44, 52, 132, 149, 162, 167, 188, 191, 205, 209, 246, 257, 290, 301, 330.

39 CCJDB, t. I, p. 282.

40 Voir Philippe Hamon, L’argent du roi (les finances sous François Ier), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1994, p. 143, 202-203.

41 C. A. Fr. Ier, t. I, p. 416, 687-688, 711; t. II, p. 35, 117, 126-127, 163-164, 185, 252, 280, 283, 430-431, 547; t. V, p. 745, 748, 803; t. VI, p. 46, 60, 69, 71, 78-79, 128, 132; t. VII, p. 561, 618, 633, 681, 708.

42 James Gairdner, Letters and Papers Foreign and Domestic of the Reign of Henry VIII, London, Longmans, 1920, vol. 5, p. 223-224.

43 Canossa, notamment dans sa correspondance avec Robertet, fait plusieurs fois allusion à l’hostilité de Duprat, qui ne relève pas simplement de questions économiques (voir Biblioteca civica di Verona, busta 161 bis, fasc. 3, fos 19, 23-24, 35, 39-40, 43, 47, 51-52, 61, 66, 77 ; fasc. 4, fos 46, 80, 81, 87-88. Voir encore Lodovico di Canossa, Lettere del celeberrimo monsignor Lodovico di Canossa, Verona, Tipografia Vincentini e Franchini, 1862, p. 27). Da Passano aussi dans une relation qu’il envoie de Venise au roi en 1529 exprime son mécontentement pour la politique menée par le chancelier (BnF, fr. 3000, f° 74r°).

44 Jean Du Bellay exprime de cette manière sa méfiance à l’égard de Beda : « Mais il y a ung Beda de ce nombre qui est très dangereux marchant, et ne seroyt grant besoing d’en avoir beaucoup de telz en une bonne compagnye comme vous diray plus avant » (CCJDB, t. I, p. 119-120).

45 Biblioteca civica di Verona, busta 161 bis, fasc. 3, f° 58 ; fasc. 6, lettre de Venise du 10 août 1526. Voir encore Biblioteca Capitolare di Verona, Busta DCCCXXXI, Fascicolo IV, op. cit., lettre de Canossa à Giberti de Venise 11 août 1526.

46 Voir M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 42, p. 344 et vol. 44, p. 315.

47 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 109 et 145 ; C. A. Fr. Ier, t. II, p. 319 ; t. VI, p. 390 ; t. VII, p. 690.

48 AAJDB, p. 2n, 16n, 27n, 344, 394, 416n, 453, 471-772, 479n, 502-504, 506, 510, 516, 524, 532-533, 547-548.

49 CCJDB, t. I, p. 120.

50 J. Gairdner, Letters and Papers…, op. cit., vol. 5, p. 7, 71-72.

51 J. Gairdner, Letters and Papers…, op. cit., vol. 6, p. 367-368, 374.

52 Federica Ambrosini, L’eresia di Isabella, Milano, Franco Angeli, 2005, p. 32.

53 C. A. Fr. Ier, t. III, p. 747-748, 767-768 ; t. IV, p. 29. Jean Zeller, La diplomatie française vers le milieu du XVIe siècle, Paris, Hachette, 1881, p. 43-44.

54 Le 16 novembre de Selve et d’Armagnac s’adressent ainsi à Montmorency à propos du Da Passano : « Monseigneur, nous avons par cy devant script souvent la promtetude que nous trouvons en monsieur de Vaulx en tout ce qui concerne les affaires du roy, et nous voulons encore dire que plus nous allons en avant que plus elle nous semble grande, ce qui meriteroit, ce nous semble, monseigneur, qu’il se feist quelque bien a ung sien nepveu qu’il a à Paris pretendant a l’Eglise, a qui il en a esté faict pieça promesse, et encore qu’il ne luy advint jamais, de nous prier d’en escripre, si l’aurons nous voulu faire, et vous supplie d’y tenir la main advenant l’occasion, ce qui reviendra, nous semble, au grand honneur du roy et vostre, donnant ceste satisfaction a ung si bon serviteur comme est ledict sieur de Vaulx, et aura cause de la trouver tant meilleure qu’il ne sçaura poinct que nous vous en ayons escript » (Armagnac, Correspondance, p. 39-40).

55 Voir Armagnac, Correspondance, p. 25-26.

56 Jean La Forest dit de Da Passano dans une lettre à Georges d’Armagnac du 13 juillet 1537 : « J’ay tousjours reputé (monseigneur de Vaulx) en lieu de père et de tel amy qu’il n’y a plausi ne service que ne luy voulsisse faire » (Victor-Louis Bourrilly, « L’ambassade de La Forestet de Marillac a Constantinople (1535-1538) », Revue Historique, mai-août 1901, p. 317).

57 Armagnac, Correspondance, p. 121. Ernest Charrière, Négociations de la France dans le Levant, ou correspondances, mémoires et actes diplomatiques des ambassadeurs de France à Constantinople…, Paris, Imprimerie nationale, 1848, vol. I., p. 391-395, 398-408.

58 Guillaume Pellicier, Correspondance politique, Paris, Felix Alcan Editeur, 1899, vol. 1, p. 33-39, 43-50 ; Armagnac, Correspondance, p. 155-159.

59 « Delli denari che se dicea esser sta mandati da Franza a domino Philippo Strozzi, mi son voluto informare diligentemente. Quelli che favoriscono le parte francese dicono esser scudi 100m et che la provision de 50m è in mano de domino Zuan-Joachim in Venetia » (CCJDB, t. II, p. 67).

60 Voir surtout la lettre de Selve à Jean Du Bellay du 9 mars 1536 dans CCJDB, t. II, p. 273-280 et aussi Armagnac, Correspondance, p. 80-81, 91, 101.

61 Armagnac, Correspondance, p. 31-32.

62 Le 8 février 1536 de Venise de Selve informe Du Bellay des conditions de santé de Da Passano : « Monseigneur, monsr de Vaulx, qui vous mercye très humblement de la bonne souvenance que vous avez de luy, est malade au lict qu’il n’a poinct abbandoné passé a quatre moys pour ung ennuyeux et perilleux accident qui luy est venu en une jambe ou il luy a fallu faire plusieurs ouvertures. Toutes-foys, il est en quelque meilleure voye de guerison. Il vous supplye luy pardonner s’il ne vous escript et se recommande très humblement a vostre bonne grace » (CCJDB, t. II, p. 252).

63 CCJDB, t. II, p. 163.

64 À propos de ce réseau d’espions voir Michon, La crosse et le sceptre, p. 40-42. Sur la délicate enquête menée par les autorités vénitiennes à partir du mois d’août 1542 voir les documents publiés par Benedetto Nicolini, Lettere di negozi del pieno Cinquecento, Bologna, Patron, 1965, p. 17-36.

65 CCJDB, t. II, p. 257.

66 G. Jacqueton, La politique extérieure…, op. cit., p. 101-104.

67 « Et mesmement en temps d’affaires feu M. de Lavaur séjourna ici long temps avec M. de Rodez, ensemble le seigneur Livio Corty n’y faisoit pas peu de secours ; pareillement M. de Vaulx et le seigneur Valério, abbé de Sainct-Pierre-le-Vif : les quelz, pour aucuns leurs respectz particuliers, ce que vous pourra dire le présent porteur, nommé Puylobier, se sont retirez de faire secours » (G. Pellicier, Correspondance politique…, op. cit., vol. 2, p. 614-615).

68 Canossa demande pour lui à Giberti un monastère le 26 avril 1527 (Biblioteca Capitolare di Verona, Busta DCCCXXXI, fascicolo 4, op. cit.). L’hypothèse est donc que Valier soit un agent du roi en Italie déjà au cours des années vingt, et pas seulement à partir de la décennie suivante, comme on le croit habituellement. Il se peut d’ailleurs que ce soit lui le « Giovanni Francesco » venu en France avec Canossa et dont il est question dans une lettre du véronais au cardinal de Medici en 1520 (Lettere de Principi…, op. cit., vol. I, f° 80v°).

69 Pour le passionnant personnage de Valier je renvoie à l’article dans ce même volume de Guido Rebecchini et à Nuccio Ordine, « Giovan Francesco Valier, homme de lettres et espion au service de François Ier », dans La circulation des hommes et des œuvres entre la France et l’Italie à l’époque de la Renaissance, Paris, Université Sorbonne, 1992, p. 223-245.

70 M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 51, p. 12.

71 Le récit détaillé de l’exécution publique des trois espions au service de la France (Abbondio, Valier, e Cavazza) se trouve dans une lettre de Ludovico Tridapale à Benedetto Agnello du 27 septembre 1542, qui ne fait que confirmer l’ampleur du soutien dont ces hommes jouissaient dans les milieux de l’aristocratie vénitienne (B. Nicolini, Lettere di negozi…, op. cit., p. 29-30). Sur Abbondio, homme de l’entourage de Giano et Cesare Fregose, voir J. Zeller, La diplomatie française…, op. cit., p. 61-82, 354-387 et N. Ordine, « Giovan Francesco Valier… », art. cit., p. 237-240.

72 Voir Armagnac, Correspondance, p. 182, 284 et G. Pellicier, Correspondance politique…, op. cit., vol. I, p. 216, 221, 319.

73 G. Pellicier, Correspondance politique…, op. cit., vol. I, p. 202.

74 Da Passano dans une lettre au doge du 31 mai 1533 défend Bernardo contre les accusations qui lui sont portées par l’ambassadeur vénitien à Londres (M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 58, p. 39, 257, 353-354).

75 Michon, La crosse et le sceptre, p. 53-55.

76 Lucien Febvre le premier s’était posé le problème du rapport entre la réforme italienne et l’expérience de l’évangélisme français, mettant l’accent sur les analogies frappantes entre la Vérone de Giberti et la Meaux de Briçonnet. Les conclusions auxquelles il parvenait ensuite, qui tendent à exclure une influence directe entre les deux contextes, apparaissent toutefois à présent irrecevables (Lucien Febvre, « Idée d’une recherche d’histoire comparée : le cas Briçonnet », dans Au cœur religieux du XVIe siècle, p. 151-161).

77 Adriano Prosperi me semble sous-estimer l’importance de Canossa dans la politique pastorale de l’évêque de Vérone ; par conséquent la reconstruction des modèles, dont s’inspire Giberti, qui en dépend paraît peu convaincante (Adriano Prosperi, Tra Evangelismo e Controriforma, Gian Matteo Giberti, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 1969).

78 Silvana Seidel Menchi, Erasmo in Italia 1520-1580, Torino, Bollati Boringhieri, 2001 (1987), p. 84-85.

79 Voir F. Ambrosini, L’eresia di Isabella, op. cit., p. 14-17 ; voir également la lettre de Canossa à Giberti, du 9 septembre 1526, dans laquelle il propose la candidature de Contarini au cardinalat (Biblioteca Capitolare di Verona, Busta DCCCXXXI, fasc. 4, op. cit.).

80 Cortese aussi s’était lié d’amitié avec Guillaume et Jean Du Bellay à partir de la deuxième décennie du siècle comme le témoigne la lettre suivante que le bénédictin adresse à monseigneur de Langey à une date incertaine aux alentours de 1525-1527 : « Cum vix fieri posse putarem, ut non modo tibi congredi ; teque coram alloqui possem, sed etiam ut si quas ad te dedissem litteras, eae aliqua ratione reddi possent, ob temporum iniquitatem, atque infesta undique itinera, repente mihi allatum est, te in Italiam adventasse, eo potissimum consilio ab rege optimo, et (quae verissima praestatio est) Christianissimo missum, ut non nutanti bus tantum, sed pene funditus iam eversis Christianae Religionis rebus studio, atque dexteritate tua opem ferres. Quo quidem nuntio nihil iucundius, nihil optatius nobis accidere potuit. Ex quo enim primum mei in te amoris fondamenta posuit vir optimum, et utriusque nostrum amantissimus Venusinus Pontifex, cum a nobis in Lerina Longolii orationes describendas accepisti, nullum a te praetermissum officium est, quo singularis tua in me benevolentia illustrius, aut expressius declarari posset : nec enim mihi memoria excidit, sed nec profecto excidet aliquando cum tu mihi Lugduni gratiam, consilium, authoritatem tuam ita sine ulla exceptione aut laboris, aut occupationum pollicitus es, ut tamen amplissimas pollicitationes opera, et studio superaveris. Accesserunt deinde fratris tui viri santissimi, atque innocentissimi innumerabilia in me merita, quibus factum est, ut cum omnino mihi persuasum sit nequaquam fieri posse, ut tantis vestris in me beneficiis aliquando respondeam, non tamen verear, longe maiora mihi de vobis in posterum polliceri. Ea nempe ratione a maximis viris beneficia collocari consuevere, u tea non facultate accipientium, sed dantium magnanimi tate aestimentur. Accidit vero incommodissime, quod tu eo praecipue tempore Mutina iter facturus es, quo ego ob longe difficillima, mihique mirum in modum molesta negotia absens esse cogor, ut non te coram alloqui, tuisque illis suavissimis congressi bus perfrui possim. Etsi enim te gravissimis negotiis pro suscepta provincia assidue distineri certissime scio, mihi tamen adeo perspecta estmorum tuorum incredibilis facilitas, pari ingenio coniuncta, ut mihi persuadeam futurum etiam fuisse, ut inter tantos negotiorum (ut ita dicam) fluctus, te per ocium perfrui possem. Quod quando iam ne sperandum quidem mihi esse videtur, consilium fuit,/certum nomine ex collegio nostro ad te mittere, qui mihi exploratissima omnia de te referret, quique eius coenobii, quod fidei nostrae creditum est, ea ratione tibi negotia commendaret, ut certo scires, quicquid studii, et operis in eo tuendo collocasses, te non in alienis rebus, sed in iis quae iure optimo et tamquam mancipio, et nexu tuae sunt, te collocaturum esse, quod ut allibente facias, meque in posterum eius spei usura sinas perfrui, te vehementer etiam atque etiam rogo. Vale. » (Gregorio Cortese, Gregorii Cortesii monachi casinatis omnia, quae huc usque colligi potuerunt, sive abeo scripta, sive ad illum spectantia, Padova, Comino, 1774, vol. II, p. 161-162).

81 Da Passano, Bembo e Canossa se connaissaient depuis leur jeunesse à Urbino ; sur le rapport entre Da Passano e Bembo voir Pietro Bembo, Lettere, Bologna, Commissione per i testi di lingua, 1992, vol. 3, p. 16-20, 23, 51, 56, 305-306, 488, 538-539, 587 ; vol. 4, p. 260, 516, 591, 593.

82 F. Ambrosini, L’eresia di Isabella, op. cit., p. 60-61.

83 J. Gairdner, Letters and Papers…, op. cit., vol. 5, p. 167-168.

84 Voir Alain Tallon, « Le parti français et la dissidence religieuse en France et en Italie », dans Philip Benedict, Silvana Seidel Menchi, Alain Tallon (dir.), La Réforme en France et en Italie, Rome, École française de Rome, 2007, p. 381-399.

85 Sur le rapport entre des positions politiques en faveur du roi de France et l’adhésion à des choix spirituels hétérodoxes voir aussi Silvana Seidel Menchi, « Spionaggio e teologia : il caso di Aurelio Cicuta », dans Erasmo in Italia…, op. cit., p. 240-269 ; l’historienne toutefois ne situe pas les différents cas individuels à l’intérieur d’un réseau évangélique international d’origine fabriste, comme on le propose ici.

86 « Havendo inteso la Signoria heri sera esser zonto in questa terra, venuto per le poste, uno orator del re Christianissimo, venuto per far residentia chiamato Lazaro de Boys alozato a san Moisé in chà Dandolo, dove stà domino Zuan Joachin l’altro orator, et voleva questa matina venir in Collegio […] El qual venne con ditto domino Zuan Joachin, et presentato le lettere di credenza del re, date in Compegne a dì 24 luio, qual scrive in francese, mandar orator a la Signoria nostra a far residentia in loco di monsignor episcopo di Avranges el sopradetto domino Lazaro di Boys » (M. Sanudo, Diarii, op. cit., vol. 51, p. 222).

87 Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. II, p. 604.

88 Franco Gaeta, Nunziature di Venezia, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1958, p. 253-254, 258.

89 À propos du rapport d’étroite collaboration entre les deux ambassadeurs français et Renée pour la libération de Lyon Jamet et de Jehan Cornillau, accusés d’hérésie par le duc de Ferrare, voir Bartolomeo Fontana, Renata di Francia duchessa di Ferrara, vol. I (1510-1536), Roma, Forzani, 1889, p. 335-415. Voir aussi Eleonora Belligni, Renata di Francia (1510-1575), Torino, Utet, 2011, p. 132-147 et Claude Albert Mayer, « Le départ de Marot de Ferrare », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 18/2 (1956), p. 197-221.

90 Sur le lien entre d’Armagnac et Vittoria Colonna par la médiation initiale de Marguerite de Navarre voir Armagnac, Correspondance, p. 234-235 et Bartolomeo Fontana, « Nuovi documenti vaticani intorno a Vittoria Colonna », Archivio della società romana di storia patria, 1887, p. 595-628 ; sur la défense d’un prédicateur hétérodoxe, Bartolomeo della Pergola, de la part du cardinal d’Armagnac voir la lettre passionnée qu’il écrit à Gian Piero Carafa en 1545 (Armagnac, Correspondance, p. 244-245).

91 Pour un profil biographique de l’évêque de Lavaur voir Mary F.S. Hervey, Holbein’s Ambassadors: The Picture and the Men, London, George Bell and sons, 1900, p. 143-194.

92 Georges de Selve, Œuvres de feu révérend père en Dieu George de Selve, évêque de Lavaur, contenans un sermon, quelques exhortations, oraisons, contemplations, lettres, discours, sommaires de l’Escripture Saincte, moyen de faire et entretenir paix et deux remonstrances aux Alemans, Paris, Galliot du Pré, 1559.

93 Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. II, p. 556.

94 Voir J. Zeller, La diplomatie française…, op. cit., p. 380-393.

95 Le nonce à Venise, Fabio Mignanelli, s’exprimait ainsi à propos de Pellicier le 19 juin 1542 : « El Valerio mi ha detto che lo ambasciatore di Francia non ha altro desiderio che procurare che il suo re si levi dalla obbedienza della Sede apostolica ; e questo disegno gli riuscirebbe facilmente robbando una terra, come Ravenna o simili, perché N. S. re saria forzato risentirsi e dal risentimento potria nascere qualche alienazione del re di Francia. Questo ho scritto perché oggi don Diego mi ha fatto intendere che la pratica di Ravenna è viva » (B. Nicolini, Lettere di negozi…, op. cit., p. 172).

96 Voir A. Tallon, Le parti français et la dissidence religieuse…, op. cit., p. 383 ; voir aussi J. Zeller, La diplomatie française…, op. cit., p. 313-324, 346-350.

97 Il n’est pas inintéressant de remarquer que Maggio, plus tard exilé en Suisse à cause de ses convictions religieuses, devait être un intime de Da Passano, qu’il accompagne à Constantinople en 1540. Voir Massimo Firpo, Dario Marcatto, I processi inquisitoriali di Pietro Carnesecchi, Città del Vaticano, Archivio segreto vaticano, 2000, vol. II, p. 1061, 1115. Frederic C. Church, I riformatori italiani, Milano, Il saggiatore, vol. I, 1967, p. 152. G. Pellicier, Correspondance politique…, op. cit., ad indicem.

98 Voir Pierre de Vaissière, Charles de Marillac, Paris, Welter, 1896, p. 10.

99 Voir V.-L. Bourrilly, L’ambassade de La Forest…, « art. cit. », p. 324-327.

100 C. A. Fr. Ier, t. II, p. 561.

101 Cette hypothèse est confirmée entre autre par le lien d’amitié entre Cosimo Pallavicini et Valier, auquel il dédie en 1539 le volume Versi et regole della nuova poesia toscana.

102 Voir Cesare Vasoli, I miti e gli astri, Napoli, Guida, 1977, p. 219-245 ; Cesare Vasoli, « Il luterano Giovanni Battista Pallavicini e due orazioni di Giulio Camillo Delminio », Nuova rivista storica, 1974, p. 64-70 ; Adrianus Staring, « Giambattista Pallavicini e la eterodossia italiana nel Cinquecento », Carmelus, 1967, p. 142-182.

103 Les Pallavicini sont proches de l’entourage de l’évêque Giberti, comme le suggère une lettre de Francesco Della Torre datée de 1542 (Bernardino Pino, Della nuova scielta di lettere di diversi nobilissimi ingegni, Venezia, Rampazzetto, 1582, p. 12-13).

104 Le lien entre Canossa, Da Passano et Robertet est confirmé par une lettre du véronais au secrétaire royal : « Prego mi faccia gratia di fare dare le alligate a messer Johane ioachino in le quale è una lettera che va a Bayeux che mi importa » (Biblioteca civica di Verona, busta 161 bis, fasc. 3, f° 1).

105 Cfr. C.A. Mayer, D. Bentley-Cranch, Florimond Robertet…, op. cit., p. 114-133 ; Claude Albert Mayer, « L’avocat du roi d’Espagne, Jean Bouchard, le parlement de Paris, Guillaume Briçonnet et Clément Marot », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 137 (janv-mars 1991), p. 20-21.

106 Canossa accepte par exemple d’attribuer un bénéfice ecclésiastique à un prêtre proche de Robertet (Biblioteca civica di Verona, busta 161 bis, fasc. 3, f° 48 ; voir aussi f° 59).

107 Malgré son retrait des affaires politiques au cours des années vingt, Fregoso était considéré proche des intérêts du roi de France encore au moment de son élection au cardinalat et de sa mort en 1541 (BAV, Barb. Lat. 5236, f° 20r°-vo ; G. Pellicier, Correspondance politique…, op. cit., vol. II, p. 376-377).

108 « Ogni giorno questi Signori fanno consiglio de Dieci per costoro che scoprivano li loro secreti, né passa mai dì che non diano la corda a questi che sono pregioni e maxime al Valerio, il quale, secondo che qui si dice pubblicamente, ha accusato mons. Vescovo di Verona ch’avesse ancor lui mano in queste pratiche, ma la cosa non si sa per certo, perché in effetto questi Signori passano con tanta segretezza che più non si potrebbe dire » (B. Nicolini, Lettere di negozi…, op. cit., p. 25). Valier et Giberti étaient en relation dès l’année 1528, quand à la suite du sac de Rome, l’évêque fut accueilli dans la demeure du gentilhomme vénitien (Giorgio Padoan, Momenti del Rinascimento veneto, Padova, Editrice Antenore, 1978, p. 339).

109 Finalement Venise, sans doute à cause de l’importance du prélat et des pressions romaines, laissa tomber les accusations et accepta la ligne défensive de l’évêque ; ce qui tout de même ne prouve pas automatiquement, à mon sens, l’innocence de Giberti, comme semble le suggérer au contraire Adriano Prosperi (voir Prosperi A., Tra Evangelismo e Controriforma…, op. cit., p. 316-317 ; et B. Nicolini, Lettere di negozi…, op. cit., p. 28, 34, 35). Le texte de la défense de Giberti est reproduit dans Luigi Federici, Elogi istorici de’più illustri ecclesiastici veronesi, Verona, Ramanzini, 1818, vol. II, p. 212-219.

Auteur

École pratique des hautes études

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search