Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

IV. L’environnement de Jean Du Bellay à Rome

Le cardinal Jean Du Bellay et le marché des antiquités à Rome au milieu du XVIe siècle1

Barbara Furlotti

Texte intégral

  • 1 Cette contribution est extraite d’une recherche plus large intitulée « Antiquities in Motion in Ea (...)
  • 2 Pour un profil biographique de Pirro Ligorio, voir David R. Coffin, Pirro Ligorio. The Renaissance (...)
  • 3 Par exemple Ligorio, Paris, p. 329 : « … mai s’è trovato cosa alcuna di Volcano, se non davante al (...)
  • 4 Par exemple, Ligorio, Turin, vol. 12, f° 44r° : « … del medesimo Flamine Volcanale si leggeva in u (...)
  • 5 Ligorio, Paris, p. 329 : « … avendolo trovato il sudetto Giovanni Bellaio nel spiantare li fondame (...)
  • 6 En ce qui concerne cet épisode, voir CCJDB, t. V, p. 385 ; Caterina Bernardi Salvetti, « Il naufra (...)
  • 7 À ce sujet, voir aussi l’article de Carmelo Occhipinti dans ce même volume.

1On sait les critiques virulentes que, dans son encyclopédie des antiquités de Rome, l’antiquaire et artiste napolitain Pirro Ligorio, n’a pas manqué de faire contre le cardinal Jean Du Bellay2. Ligorio rappelle ses nombreuses campagnes de fouilles, souvent concentrées sur les terrains des différentes églises dont le cardinal fut tour à tour titulaire3, et dénonce les dommages importants qu’elles ont provoqués4. L’artiste napolitain en arrive à interpréter comme une punition divine le naufrage au large de Piombino, en 1550, d’un navire de commerce sur lequel le prélat avait fait embarquer un grand nombre d’antiques destinés à la France5. Le bateau avait été attaqué par des pirates turcs, accident tout sauf rare à cette époque sur cette route de la mer tyrrhénienne et ces pirates avaient mis le feu au vaisseau et jeté à la mer la précieuse cargaison pour punir le capitaine qui n’avait pas voulu abandonner son navire, comme le rapporte, Du Bellay, désolé, au grand connétable Anne de Montmorency6. À feuilleter les passages dans lesquels Ligorio parle de Du Bellay, on a l’impression que l’artiste napolitain en fait la figure emblématique du comportement prédateur des cardinaux français résidant à Rome, accusés de dépouiller la ville de ses antiquités pour en orner leurs palais et leurs résidences en France7.

  • 8 Antonino Bertolotti, « Esportazione di oggetti di belle arti da Roma nei secolo XVI, XVII, XVIII » (...)
  • 9 Voir, par exemple, Carmelo Occhipinti, « Il cardinale Jean Du Bellay visto da Pirro Ligorio. Statu (...)
  • 10 Ligorio, Turin, vol. 9, f° 151r°.
  • 11 Ligorio, Naples, vol. 3, f° 176r°.

2En effet, au milieu du XVIe siècle, les cardinaux français se placent parmi les premiers exportateurs d’antiquités de Rome et, de ce point de vue, les attaques de Ligorio apparaissent parfaitement fondées et justifiées8. Il estvrai aussi que sa critique doit être rapprochée de la diffusion, à cette période, d’une sensibilité historique nouvelle par rapport aux vestiges du glorieux passé romain, considérés comme un patrimoine qui doit être protégé et étudié9. Cependant, même si l’indignation devant le pillage auquel était soumise la ville justifiait les attaques de Ligorio, elle ne suffit pas à expliquer l’agressivité particulière dont il fait preuve à l’encontre de Du Bellay et de ses collègues français. Si l’on compare les jugements tranchants prononcés contre les prélats transalpins avec ceux, bien plus mesurés, qu’il réserve à tant d’aristocrates et de cardinaux italiens qui n’avaient rien à leur envier en matière de fouilles et d’exportations d’antiques, on se rend compte à quel point la position de Ligorio estambiguë. Son attitude envers Alfonse d’Este, par exemple, révèle sans équivoque la partialité des jugements contenus dans les Antichità di Roma. Pour parler de l’arrivée à Ferrare d’une sculpture exportée par le duc, Ligorio choisit attentivement ses mots et emploie le verbe « conduire », un terme neutre, privé de connotations négatives : « une de ces [sculptures] a été conduite de Rome à Ferrare et placée parmi les belles pièces antiques rassemblées par Son Altesse Monseigneur Alfonse, duc de cette ville10 ». En revanche, quand la même démarche estattribuée à un cardinal français, en l’occurrence le cardinal Charles de Lorraine, le ton de Ligorio estcelui d’une accusation sans appel et l’exportation d’une seule statue déclenche une dénonciation générale du pillage auquel toute la ville est soumise : « le cardinal de Guise l’a emportée [une statue de Vénus] en France ainsi que un nombre infini d’autres belles choses. Ainsi la malheureuse Rome estsans cesse pillée et se trouve dépouillée de tout ce qui fait sa beauté11 ». Dans le bref passage consacré à Alfonse II d’Este, non seulement la pratique de l’exportation n’estpas l’objet de la moindre critique, mais le transfert même des rives du Tibre à celles du Pô esttransformé par l’auteur en un parcours anoblissant, au terme duquel l’œuvre antique acquiert un nouveau prestige du fait même d’entrer dans la célèbre collection du duc de Ferrare.

  • 12 Adriano Cavicchi, « Appunti su Ligorio a Ferrara », dans L’impresa di Alfonso II. Saggi e document (...)

3Cette indulgence particulière que Ligorio accorde aux agissements d’Alfonse II s’explique facilement par son service prolongé auprès de la maison d’Este : après avoir servi le cardinal Hippolyte II à partir 1549, il estdevenu antiquaire de la cour d’Este, de la fin de l’année 1568 jusqu’en 1583, période au cours de laquelle – et ce détail n’estpas insignifiant pour notre propos – de très nombreuses œuvres d’art antiques prirent la route de Rome à Ferrare, sur la demande de l’artiste lui-même12. Les attaques contre Du Bellay et les autres cardinaux français peuvent donc trouver leur origine, au moins en partie, dans le climat de rivalité intense qui domine le marché romain des antiques au milieu du XVIe siècle.

  • 13 En général, sur le climat de compétition entre les cardinaux résidant à Rome, voir Gigliola Fragni (...)
  • 14 Ligorio, Naples, vol. 3, f° 176r° : « … Così la misera Roma ognor si spoglia e se le toglie il suo (...)

4En s’introduisant sans vergogne dans un secteur jusque-là dominé et presque monopolisé par les princes et prélats italiens, les cardinaux français modifiaient les délicats équilibres existants et, alors que la compétition était déjà rude sur ce marché, ils ajoutaient la rivalité nationaliste13. À la fin du passage déjà cité sur le cardinal de Guise, Pirro Ligorio s’en prend en effet aux ecclésiastiques français, « ces étrangers » qui, alors que c’estRome qui les a élevés aux plus hautes charges, la remercient en la dépouillant de ses richesses14.

  • 15 Ligorio, Naples, vol. 4, fos 7r° et suivants. Une telle préoccupation était partagée alors à la fo (...)

5Que Ligorio ait été personnellement impliqué dans le marché des antiques n’estpas une découverte et ce n’estpas un hasard si les Antichità di Roma constituent une source précieuse pour connaître les noms des artisans, sculpteurs, collectionneurs, amateurs et marchands, ainsi que tout le réseau des personnes qui, à divers titres, étaient actifs dans ce secteur. De la même manière, les références fréquentes à des achats, des ventes et des dons montrent combien Ligorio était attentif aux fluctuations du marché et connaissait aussi bien les circuits légaux à travers lesquels les œuvres voyageaient dans et hors de Rome, que toutes les pratiques illicites. Son ouvrage comprend un chapitre de conseils aux « amateurs d’antiques », afin de leur apprendre à distinguer les vraies des fausses monnaies et médailles et de leur éviter de tomber dans les pièges de commerçants malhonnêtes15. Si, à la lumière de ce qui a été dit jusqu’ici, la rivalité pour les antiques peut permettre de mieux comprendre le sens profond des attaques dirigées par Ligorio contre les cardinaux français, il convient à présent de s’aventurer dans les méandres du marché romain et d’en comprendre le fonctionnement à l’époque où Jean Du Bellay et ses agents y intervenaient.

  • 16 Kathleen W. Christian, Empire without End. Antiquities Collections in Renaissance Rome, ca. 1350-1 (...)
  • 17 En général, à propos du contrôle exercé par le cardinal camerlingue sur le patrimoine antique, voi (...)
  • 18 Francesco Cerasoli, « Usi e regolamenti per gli scavi di antichità in Roma nei secoli XV e XVI », (...)

6Au milieu du siècle, le commerce des antiques était un secteur en pleine expansion et les terres, cultivées ou non, comprises à l’intérieur du mur d’Aurélien, y compris les cours, les jardins des palais, les vignes et les potagers, étaient considérées comme de potentielles mines à ciel ouvert (Fig. 48). À partir de la fin du Quattrocento, l’augmentation progressive de la demande avait généré une inévitable augmentation des prix, mais avait aussi rendu plus âpre la compétition entre collectionneurs, tandis que s’intensifiaient les campagnes de fouilles16. Dans la mesure où une grande partie de la population pouvait être tentée de se mettre à la recherche des trésors ensevelis, les fouilles étaient strictement encadrées par la législation pontificale. En particulier, le cardinal camerlingue était chargé de délivrer les licences et d’établir, au cas par cas, de manière détaillée, les conditions selon lesquelles les travaux pouvaient être exécutés17. Certaines licences, par exemple, permettaient de creuser seulement pendant un certain nombre de jours ; d’autres ne permettaient pas d’extraire du terrain certaines catégories de vestiges ; d’autres encore fixaient le pourcentage de découvertes qui, en cas de succès, devait revenir à la Chambre Apostolique18. Comme les documents l’attestent, les licences étaient accordées de manière démocratique, ce qui peut surprendre au vu des pratiques de l’époque, puisqu’aucune distinction n’était faite selon l’identité, le sexe ou le rang du demandeur. Ceci confirme combien ces activités et leurs gains potentiels intéressaient toutes les couches de la société romaine, des hautes sphères de l’Église aux plus humbles citadins, en passant par les aventuriers et les professionnels de ce secteur.

Fig. 48 > Mario Cartaro, Plan de Rome, 1576 (d’après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, Rome 1962, vol. II, pl. 238).

  • 19 Elena Bonora, Roma 1564. La congiura contro il papa, Bari, Laterza, 2011, en particulier p. 65-77.

7Comme les campagnes de fouilles pouvaient se révéler très coûteuses, il était courant de constituer des sociétés comprenant deux personnes ou plus, qui se partageaient ainsi les dépenses ; on commençait par choisir un terrain prometteur et s’il n’appartenait à aucun des actionnaires, on s’accordait avec le propriétaire sur un loyer ou sur un pourcentage sur les découvertes. À l’époque ces associations étaient si fréquentes qu’elles pouvaient être choisies comme couvertures plausibles pour des activités criminelles. Ainsi, en 1564, un groupe de conjurés décidés à attenter aux jours de Pie IV imagina de dissimuler son projet sous couvert d’une société de fouilles, demandant et obtenant de l’abbé Ludovico Cesi le permis de creuser dans la cour de son palais du Borgo, tout près du Palais du Vatican19. Le jour, les conjurés surveillaient les allées et venues dans le palais pontifical tout en travaillant assidûment à la recherche de trésors enfouis tandis que, le soir, ils mettaient au point leur plan de coup d’État, qui finirait par échouer.

  • 20 F. Bardati, Hommes du roi…, op. cit., ad indicem.

8Qu’elles proviennent de fouilles planifiées par des individus ou des sociétés, ou encore de découvertes occasionnelles, les antiquités arrachées à la terre constituaient la première source d’approvisionnement du marché antiquaire romain. Selon leur valeur et leur intérêt, les œuvres ainsi retrouvées pouvaient poursuivre leur voyage vers la collection de celui qui avait organisé la fouille, vers celles de ses amis, de ses alliés politiques ou de ses influents protecteurs, comme ce fut souvent le cas pour les antiques découverts par Jean Du Bellay20 ; d’autres encore pouvaient être vendues à travers les canaux du marché. Au milieu du Cinquecento, un des principaux quartiers autour desquels se déployait le commerce des antiques était celui du Campo de’Fiori, place de marché très fréquentée et carrefour de rues très animées de boutiques et d’ateliers d’artisans (Fig. 49).

  • 21 Martha McCrory, « An Antique Cameo of Francesco I de’Medici: An Episode from the Story of the Gran (...)

9C’estlà que, comme le rapportait l’agent des Médicis, Stefano degli Alli au grand duc de Florence, en 1581, les paysans apportent les objets apparus fortuitement à la faveur de travaux des champs, pour les vendre à ceux qu’on appelle les « fouineurs » (frugatori21). Ces derniers étaient de véritables chasseurs d’antiques, qui agissaient le plus souvent pour le compte de tiers et notamment pour le compte de sociétés spécialisées qui, toujours selon Stefano degli Alli, exerçaient une sorte de monopole sur le marché florissant du Campo de’Fiori.

  • 22 Jean Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle, 2 vol. , P (...)

10Comme pour les activités archéologiques citées précédemment, ces sociétés se constituaient pour partager entre les associés les grandes dépenses nécessaires à l’acquisition et à la restauration des œuvres et à couvrir les risques liés à ce type de commerce. Dans une société comme celle de la Rome de l’époque, entièrement basée sur le crédit, il était très fréquent qu’un acquéreur, quels que soient sa fortune ou son statut, ne paie pas ce qu’il devait pendant plusieurs années, mettant sérieusement en danger la stabilité économique, voire la survie même de l’activité de son créditeur22.

  • 23 ASR, TCG (Tribunale Criminale del Governatore), Processi, vol. 60, fos 684r°-694vo. Les actes rela (...)
  • 24 ASR, TCG, Processi, vol. 60, fos 689r°-vo.

11Ces sociétés pouvaient être constituées par des professionnels, c’est-à-dire des artistes ou des artisans, pourvus des compétences nécessaires pour restaurer et compléter les objets, et par des antiquaires, dont l’expertise était requise pour replacer les œuvres dans leur contexte historique et culturel et se mettre en rapport avec les collectionneurs. Certaines sociétés n’atteignaient pas ce degré de spécialisation, sans que cela rende forcément leur activité moins profitable. Au milieu du XVIe siècle, la boutique de l’orfèvre Vincenzo Mantovano et celle du chapelier Giovanni della Porta s’ouvraient l’une en face de l’autre sur la rue del Pellegrino, à deux pas du Campo de’Fiori. Vers 1555, les deux artisans avaient commencé à acheter ensemble des antiques, que restaurait Vincenzo, sans doute plus habile de ses mains23. D’après le récit d’un voisin, Giuseppe della Porta avait toujours un bel étalage de sculptures très variées et entre les deux boutiques le trafic d’objets antiques était incessant : « dans la boutique où il travaille à présent, [Giuseppe della Porta] avait des têtes, des bustes, des jambes, des bras et autres choses de ce genre en marbre, et je voyais alors entre Iosepho et ledit Maître Vincenzo des liens très étroits d’activité et une conversation constante autour de ces antiquités, parce que je voyais maître Vincenzo et Iosepho se rendre chacun dans la boutique de l’autre, qui sont très voisines, puisque seule la rue del Pellegrino les sépare, et regarder et manipuler des antiquités, et les porter de l’une à l’autre boutique et les rapporter, pour je ne sais quelle raison24 ». Comme cela transparaît dans ces paroles, la société avait connu un certain succès au moins jusqu’en 1560, jusqu’à ce que les rapports entre Giuseppe et Vincenzo se détériorent et que ce Vincenzo dénonce son ancien associé pour avoir offert en cachette certaines statues qu’ils possédaient en commun au cardinal Rodolfo Pio da Carpi, avec l’intention évidente d’en tirer des avantages personnels.

Fig. 49 > Mario Cartaro, Plan de Rome, détail de Campo de'Fiori et de Piazza Fieschi al Pozzo Bianco, 1576 (d'après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, Rome 1962, vol. II, pl. 244).

  • 25 ASR, TCG, Investigazioni, vol. 99, fos 56vo-57r°.

12Ce cas nous montre combien se lancer sur un marché comme celui des antiques, traversé d’intérêts très forts et de rivalités acharnées, signifiait en soi courir de grands risques, qui pouvaient être amplifiés encore si l’on ne possédait pas des compétences spécifiques, et donc que l’on s’avérait incapable d’évaluer les qualités de ce que l’on achetait et/ou si l’on ne pouvait compter sur un réseau solide de relations à travers lequel vendre les œuvres acquises. Pourtant, au cours du XVIe siècle, de nombreux commerçants et artisans, cherchant à diversifier leurs investissements et attirés par les gains que le secteur semblait promettre, se mirent à investir une partie des bénéfices de leur activité principale dans l’achat et la restauration de statues, têtes et autres antiques variés. Les résultats, cependant, ne furent pas toujours à la hauteur des attentes, comme le montre le cas d’un certain Battista Acciari, interrogé en 1569 par le notaire du Tribunal criminel du Gouverneur de Rome, en qualité de témoin, dans le cadre d’un procès pour escroquerie25. Tenté par le va-et-vient des paysans qui venaient place de la Madonna de’Monti pour proposer à la vente des objets antiques (Fig. 50), comme on le voyait sur le Campo de’Fiori, Acciari avait commencé à acheter bustes et têtes.

  • 26 Pour un cadre général des principales relations professionnelles entretenues par Giovanni Antonio (...)

13Les moyens économiques dont il disposait, grâce à son activité de forgeron, ne s’appuyaient pas sur des connaissances suffisantes et cela l’avait exposé aux tromperies de plus experts et plus au fait des lois du marché que lui. S’étant rendu compte de son inexpérience, les frères Vincenzo et Giovanni Antonio Stampa, deux des antiquaires les plus actifs à Rome dans la seconde moitié du XVIe siècle, à Rome, sur lesquels nous reviendrons plus loin, parce qu’ils étaient liés au cardinal Du Bellay, en profitèrent et mirent au point une véritable escroquerie dont Acciari était la victime. Selon les dires de ce dernier, en effet, les Stampa, à travers un réseau de faux paysans organisé dans ce but, l’auraient poussé à acheter des sculptures sans valeur, en partie tirées de leur propre collection, tandis qu’ils l’auraient convaincu de céder à vil prix ses meilleures pièces, sans doute au profit de ces clients importants pour lesquels les deux frères faisaient alors la chasse aux antiques26.

Fig. 50 > Mario Cartaro, Plan de Rome, détail de Piazza della Madonna dei Monti, 1576 (d'après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, Rome 1962, vol. II, pl. 241).

  • 27 Barbara Furlotti, « Connecting People, Connecting Places. Antiquarians as Mediators in Sixteenth-C (...)
  • 28 Sur le rôle des agents et intermédiaires à cette période, on renvoie à “Your Humble Servant” : Age (...)
  • 29 Pour une discussion du concept de juste prix, voir les articles de l’ouvrage The Material Renaissa (...)

14L’exemple de Vincenzo et Giovanni Antonio Stampa nous introduit dans ce groupe de personnes influentes qui apparaissent dans les sources comme des habitués du marché : les antiquaires, agents au service directdes collectionneurs27. Le statut social de ces derniers les empêchait de fréquenter des marchés comme le Campo de’Fiori, comme il ne leur permettait pas de conduire eux-mêmes les tractations infinies sur les prix. Ils disposaient d’agents qui se chargeaient de cette activité, assumant bien souvent un rôle clef dans la formation des collections importantes du temps et, plus généralement, dans les dynamiques internes du marché antiquaire28. En l’absence de paramètres objectifs pour l’établissement du juste prix d’une œuvre, il leur revenait la tâche difficile de trouver un compromis propre à satisfaire les différentes parties impliquées dans l’affaire29. Un peu comme cela arrive aujourd’hui, la valeur d’une statue antique, au XVIe siècle, n’était que partiellement déterminée par ses qualités intrinsèques, c’est-à-dire le matériau, l’originalité iconographique, les qualités esthétiques. D’autres éléments, tout à fait indépendants de l’objet même, entraient en jeu, comme par exemple les conditions dans lesquelles l’achat se faisait. Si le vendeur était pressé par ses dettes ou cédait sa propre collection en bloc, l’acheteur pouvait souvent obtenir un prix plus favorable. À son tour, un vendeur pouvait tenter de tirer profit du statut social élevé de l’acquéreur potentiel.

  • 30 Ferdinand Boyer, « Nouveaux documents sur les antiques Médicis (1560-1583) », Études Italiennes, v (...)
  • 31 Sur le comportement des agents des ducs de Mantoue, voir Barbara Furlotti, « Ambasciatori, nobili, (...)

15Dans une lettre envoyée de Rome à Florence en 1574, Diomede Leoni, collectionneur et très bon connaisseur du marché romain, se plaignait de ce que, quand il se rendait Campo de’Fiori en quête d’antiques pour le duc de Florence, sa seule présence faisait monter le prix du blé, sans parler du prix des antiquités30. Un agent rusé et bien au fait des lois non écrites du marché savait que, parfois, il valait mieux agir incognito, sans révéler le nom de son client, tandis qu’à l’inverse, il convenait parfois d’en dévoiler l’identité, pour mieux jouer sur des liens de clientèle, d’amitié ou d’alliance politique31. Pour satisfaire efficacement les demandes continuelles de patrons très exigeants, les agents devaient donc posséder non seulement de bonnes connaissances dans le domaine des antiquités, mais être aussi habiles à manœuvrer sur les marchés fréquentés par les paysans, comme le Campo de’Fiori ou la place Madonna de’Monti, que dans les cours des princes et des cardinaux.

  • 32 Sur l’utilisation d’objets d’art comme cadeaux diplomatiques, voir The Diplomacy of Art : Artistic (...)
  • 33 Pour les sources disponibles sur la vente au duc de Mantoue de la collection d’antiques de Giovann (...)
  • 34 Sur la dispersion de la collection de Du Bellay, voir Bardati F., Hommes du roi…, op. cit., ad ind (...)

16À l’inverse de ce que l’on pourrait imaginer de prime abord, le passage d’une œuvre d’art antique des mains d’un agent à celles d’un collectionneur ne constituait pas forcément la fin de son voyage. Souvent, en effet, l’entrée dans une collection n’était qu’une étape avant que l’œuvre ne soit remise sur le marché ou ne soit à nouveau mise en circulation sous une autre forme, comme celle du don32. Au cours du Cinquecento, il était très courant qu’un collectionneur peu fortuné vende quelque pièce de sa collection pour faire face à un besoin pressant de liquidités, ou cède toute sa collection à un puissant protecteur en échange de pensions et de rentes33 ; il était plus rare en revanche que des cardinaux et des princes aliènent leurs collections, tant qu’ils étaient en vie. La situation pouvait changer brutalement à leur mort, quand, pour satisfaire les créanciers, des patrimoines entiers, objets d’art compris, étaient fréquemment vendus aux enchères, comme il advint des biens de Du Bellay, en 1560, et, peu de temps après, de ceux d’un autre très grand collectionneur de l’époque, Rodolfo Pio da Carpi34.

  • 35 Ligorio, Turin, vol. 14, f° 32r°, cité dans Occhipinti C., « Il cardinale Jean Du Bellay… », op. c (...)

17La mobilité des sculptures antiques était un phénomène très répandu, comme le dénonçait déjà Pirro Ligorio, qui dans ses Antichità di Roma écrivait que le terme de statua, employé par les Anciens pour désigner des images qui restent « légitimement où elles sont placées », n’était pas approprié pour des œuvres qui « leurs pieds et leurs piédestaux brisés, se transportent, deviennent des objets instables et vénaux, qui n’ont plus une place fixe, et c’estune honte de les dire statues du verbe se tenir », tandis qu’il serait plus juste de les définir comme des « images de l’instabilité35 ».

  • 36 Jean-Jacques Boissard, Romanae Urbis topographia et antiquitates, Frankfurt, de Bry, 1597, vol. I, (...)
  • 37 Filippo M. Tuena, « Un bando del 1572 per la regolamentazione degli scavi in Roma », Xenia, vol. 1 (...)

18La circulation des biens sur le marché des antiques ne suivait pas toujours des voies légales. Vols et escroqueries, on l’a vu, étaient courants. Au milieu du XVIe siècle, dans sa Romanae Urbis Topographia l’homme de lettres et antiquaire français Jean-Jacques Boissard dénonçait le fait que les collectionneurs, inquiets des vols fréquents, déposent leurs pièces les plus précieuses dans les angles les moins accessibles de leurs demeures et se montrent réticents à les montrer aux visiteurs36. Le contenu même des décrets pontificaux, promulgués au cours du XVIe siècle pour réglementer les fouilles, confirme que les vols et les malversations étaient des phénomènes endémiques du commerce des antiquités, aiguisés par la demande croissante des marchands et collectionneurs italiens et étrangers. Le texte du décret promulgué en 1572 par Grégoire XIII est très explicite à cet égard : « il a été rapporté par ceux qui ordonnent les fouilles que les fouilleurs et les ouvriers, tentés et stimulés par ceux qui font métier de revendre, cachent toutes les choses qui seraient d’importance, c’est-à-dire les médailles d’or comme d’argent, ainsi que les figurines et les autres fragments de métaux et de pierres précieux37 ». Le décret prévoyait des peines sévères pour les trois catégories impliquées dans ces trafics, à savoir les fouilleurs, les vendeurs et les acquéreurs conscients de la provenance illégale de la marchandise : une amende de cent écus et le châtiment du fouet. Cependant, le fait que quelques années plus tard les mêmes règles sont rappelées presque dans les mêmes termes dans des décrets pontificaux successifs, tend à faire penser que leur efficacité était plutôt réduite, surtout si dans ces activités suspectes étaient impliqués des collectionneurs influents qui pouvaient compter sur un réseau de protections efficace à l’intérieur de l’administration pontificale.

19C’estdans ce cadre que les agents du cardinal Jean Du Bellay agissaient, avec habileté et prudence. Parmi eux, on trouvait également ce Giovanni Antonio Stampa qui, comme nous l’avons vu, fut accusé avec son frère d’escroquerie par Battista Acciari en 1569. Grâce à Giovanni Antonio, en effet, le cardinal français put conclure ce qui, autant que les sources actuellement disponibles permettent d’en juger, fut son acquisition la plus importante : l’achat en bloc de la collection de Pietro Stampa.

  • 38 Ulisse Aldrovandi, Di tutte le statue antiche che per tutta Roma in diversi luoghi e case particol (...)
  • 39 C. M. Brown, Our Accustomed Discourse…, op. cit., ad indicem.
  • 40 ASR, TCG, Processi, sec. XVI, vol. 19, f° 39, absence de numération homogène. Ce procès, publié pa (...)
  • 41 ASR, TCG, Processi, sec. XVI, vol. 19, f° 39, interrogatoire de Pietro Stampa, 7 septembre 1554.

20La première description de la collection Stampa remonte au milieu du XVIe siècle et on la doit au naturaliste bolonais Ulisse Aldovrandi qui, dans Delle statue antiche, rappelle les nombreuses « belles et antiques têtes » qu’il a pu admirer dans le salon de Maître Vincenzo Stampa, qui habitait sur la place dei Fieschi al Pozzo Bianco (Fig. 49), aujourd’hui disparue mais alors située près de la Chiesa Nuova, à deux pas, donc, du Campo de’Fiori38. En réalité, quand Aldovrandi la visita, la collection appartenait à Pietro Stampa, père de Vincenzo et de Giovanni Antonio ; cependant, l’indication du Bolonais estintéressante, en ce qu’elle semble suggérer que ce fut Vincenzo qui l’introduisit dans la maison familiale et sans doute aussi qui lui servit de guide. Alors qu’il est fréquent de rencontrer les noms de Vincenzo et de Giovanni Antonio dans la bibliographie du collectionnisme antiquaire de la seconde moitié du XVIe siècle39, la figure de Pietro reste mal connue et jusqu’à aujourd’hui pratiquement absente des travaux des spécialistes. On peut pourtant tirer des informations intéressantes et inédites sur son compte des actes d’un procès dans lequel fut impliqué son fils Giovanni Antonio, à la suite de l’assassinat de l’architecte Bartolomeo Baronino, en 155440. De ces documents il ressort que Pietro était un tailleur d’origine milanaise, fier de sa profession. Interrogé par le magistrat du Tribunal Criminel du Gouverneur à propos de son fils Giovanni Antonio, il regrettait que ce dernier ait abandonné la boutique familiale pour se consacrer à une activité qui le laissait sceptique et qui lui semblait particulièrement douteuse d’un point de vue moral : « Il n’aime pas travailler et il s’estlancé dans l’achat de ces antiques de marbre et de ces médailles sur lesquels il spécule », ajoutant : « je me suis souvent disputé avec mon fils parce que j’aurais voulu qu’il fasse le même métier que moi et je souffrais de le voir sortir vêtu somptueusement ; je l’ai alors chassé de chez moi en lui disant : “Va-t-en gagner ton pain ailleurs”41 ».

  • 42 ASR, TCG, Processi, sec. XVI, vol. 19, f° 39, interrogatoire de Pietro Stampa, 7 septembre 1554.

21En réalité, malgré cette ostensible animosité à l’encontre des choix professionnels de son fils, Pietro ne limitait pas ses activités à sa boutique de tailleur. Comme le moins habile Bernardino Acciari, déjà cité, Pietro avait investi une partie des bénéfices de son activité principale dans l’achat de têtes et de bustes antiques. À l’inverse d’Acciari, cependant, il se montra avisé et fit grandement fructifier son investissement. Malgré les critiques qu’il lui adresse, c’estgrâce au réseau de clients que son fils avait réuni autour de lui, que, dès 1554 Pietro était entré en contact avec un certain nombre de fonctionnaires de la cour pontificale, auxquels il avait proposé l’achat de sa collection entière. Même le sculpteur Bartolomeo Ammannati, qui était à la recherche de sculptures pour la villa du pape Jules III, alors en construction, s’était montré intéressé par la collection Stampa, bien qu’il ait fini par renoncer à l’acheter, au dernier moment, sans doute parce qu’en échange Pietro avait demandé qu’il résigne entièrement une pension au profit de ses fils42.

  • 43 ASR, TCG, Processi, sec. XVI, vol. 19, f° 39, interrogatoire de Giovanni Antonio Stampa, 6 septemb (...)
  • 44 ASR, notai AC 6462, fos 46-51, notaire Giovanni Savius (Johannes Le Save), inventaire complet de l (...)

22À la suite de ces premières tentatives avortées, ce fut une fois de plus Giovanni Antonio qui vint au secours de son père, en le mettant en contactavec le cardinal Jean Du Bellay, en 1556. Selon ce qu’il déclara aux juges, Giovanni Antonio faisait en effet partie des agents qui procuraient des antiques au cardinal de Paris, depuis 1554 : « je gagne ma vie convenablement puisque j’achète des têtes que je fais restaurer et je les vends ou les donne, c’estselon, et cela fait le bonheur de nombreux seigneurs auxquels je suis attaché, comme le cardinal de Paris, le conte Critoforo [Cacciaguerra, cubicularius secret de Jules III] et à tant d’autres que, si je voulais les nommer tous, il nous faudrait un jour entier43 ». Cette fois l’affaire fut conclue et le contrat de vente entre le cardinal et Vincenzo Stampa, qui agissait au nom de son père, absent de Rome, fut signé le 29 mai 155644 La collection entière accumulée par Pietro dans les années précédentes et composée d’un total de 173 pièces, entre statues entières, bustes et têtes, fut payée mille écus d’or.

  • 45 L’inventaire est publié dans Antonino Bertolotti, Artisti francesi in Roma nei secoli XV, XVI, e X (...)
  • 46 Pour cette acquisition et pour les rapports difficiles entre les cardinaux Jean Du Bellay et Hippo (...)

23Comme on l’a vu, les archives à notre disposition permettent d’éclairer le contexte général de cette vente. Cependant, bien des points demeurent obscurs, à commencer par la manière dont les œuvres furent disposées à l’intérieur des Horti Bellaiani, pour lesquels elles furent principalement achetées. Malheureusement, l’« inventaire de toutes les antiquités du cardinal Bellay », rédigé le 19 février 1560 par son sculpteur de confiance, le Français Claude Lusenier, ne fournit aucune indication utile, puisqu’il n’estpas organisé selon la topographie45. L’unique élément certain est que, à la mort du prélat français, quand tous ses biens ont été dispersés, le cardinal Hippolyte II d’Este reprit à son compte l’héritage de Du Bellay antiquaire, à la fois en achetant en partie les sculptures de la précédente collection Pietro Stampa et en prenant à son service peu de temps après Giovanni Antonio et Vincenzo comme antiquaires46.

24Le tableau que l’on a cherché à brosser montre combien, au milieu du XVIe siècle, les antiquités sont des biens continuellement mobiles. Grâce à un réseau stratifié d’intermédiaires concurrents, les monnaies, les intailles, les sculptures de petites et de grandes dimensions circulaient des lieux de fouilles aux places de marché, des boutiques d’artisans et de restaurateurs aux palais de riches collectionneurs, pour ensuite être remis en circulation, par une vente, un legs ou un don. Vu sous cet angle, c’est-à-dire celui de la mobilité des œuvres d’art antiques à l’intérieur de tout le processus de développement et de diffusion du collectionnisme antiquaire, il devient évident que, avec ses campagnes de fouilles, avec ses très nombreuses exportations, ses achats et ses présents envoyés en France, le cardinal Jean Du Bellay s’esttaillé une place de choix parmi ceux qui furent capables d’animer et d’infléchir, en bien et en mal, comme aurait ajouté Pirro Ligorio, le marché artistique romain au milieu du XVIe siècle.

Notes

1 Cette contribution est extraite d’une recherche plus large intitulée « Antiquities in Motion in Early Modern Rome : People, Objects and Practices », que je mène actuellement auprès de l’Institut Warburg de Londres, grâce au soutien du Senior Researcher Marie Curie Fellowship, financé par la fondation Gerda Henkel.

2 Pour un profil biographique de Pirro Ligorio, voir David R. Coffin, Pirro Ligorio. The Renaissance Artist, Architect, and Antiquarian, with a Checklistof Drawings, Princeton, Princeton University Press, 2004. La production manuscrite de Pirro Ligorio estactuellement en cours de publication au sein de l’Edizione Nazionale delle Opere di Pirro Ligorio, pour laquelle on renvoie au site http://www.culturaimmagineroma. it/italiano/menut/pirro/edizione.htm (consulté le 5 décembre 2013). Sauf mention contraire, les citations des Antichità di Roma sont tirées du site de la Scuola Normale Superiore di Pisa (http://lartte. sns. it/ligorio/,consulté le 5 décembre 2013), où l’on trouve l’édition proposée par Carmelo Occhipinti à laquelle on renvoie en utilisant les abréviations suivantes : Ligorio, Naples, vol. 1-10 = Ligorio Pirro, [Antichità di Roma], Naples, Biblioteca Nazionale, mss. XIII B1 - XIII. B10 ; Ligorio, Paris = Ligorio Pirro, [Antichità di Roma], Paris, BnF, it. 1129 ; Ligorio, Turin, vol. 1-30 = Ligorio Pirro, [Antichità di Roma], Turin, Archivio di Stato, mss. a.III.3 - a.III.15 (vol. 1-13) et mss. a.II.1 - a.II.17 (vol. 14-30).

3 Par exemple Ligorio, Paris, p. 329 : « … mai s’è trovato cosa alcuna di Volcano, se non davante al tempio di Santo Hadriano, che fu un mirabile edificio, che ai nostri giorni è stato vituperato della sua maestà : prima fu cominciato a spogliare da Giovanni Bellaio cardinale parisiense titulare del luogo, poscia è stato finito di spogliare de’fodri del marmo mischio e del porfido, che furono con grandissima et incredibile spesa fatti dagli antichi… ».

4 Par exemple, Ligorio, Turin, vol. 12, f° 44r° : « … del medesimo Flamine Volcanale si leggeva in uno fragmento d’uno picciolo epistilio o architrave di marmo, lo quale guastò monsignore Ioan Bellaio, per accomodare l’ornamento della porta della sudetta chiesa di Santo Adriano in Volcanale… ».

5 Ligorio, Paris, p. 329 : « … avendolo trovato il sudetto Giovanni Bellaio nel spiantare li fondamenti del portico del tempio, lo imbarcò con l’altre belle cose che avea spogliate, e per giudizio d’Iddio sono annegate per averle portate fuor della città ancor che fussero sopra di ciò molte scomuniche de’beatissimi pontefici… » ; Ligorio, Turin, vol. 9, f° 28r° : « … le quali memorie sono state portate fuor di Italia dal Cardinal Bellaio, e nel viaggio annegate con molte antichità spogliate dai tempii di Roma, come sono le tavole di porfido tolte dalle chiese di Santo Adriano, di Santi Cosmo e Damiano in Via Sacra, con altre bellissime cose che per brevità le taciaremo, il quale aveva desiderio di fare un luogo pensile sopra di quei termini, ma la fortuna promettente Iddio gli tolse ogni suggetto… ». Dans les deux cas, c’estmoi qui souligne.

6 En ce qui concerne cet épisode, voir CCJDB, t. V, p. 385 ; Caterina Bernardi Salvetti, « Il naufragio presso Piombino di un navile carico di “anticaglie” romane nel 1550 », L’Urbe, no 6, 1975, p. 15-25.

7 À ce sujet, voir aussi l’article de Carmelo Occhipinti dans ce même volume.

8 Antonino Bertolotti, « Esportazione di oggetti di belle arti da Roma nei secolo XVI, XVII, XVIII », Archivio storico Artistico archeologico e letterario della città e provincia di Roma, t. III, 1877, p. 21-46 ; Bertrand Jestaz, « L’exportation des marbres de Rome de 1535 à 1571 », Mélanges d’archéologie et d’histoire, no 75, 1963, p. 415-466 ; Bardati Flaminia, Hommes du roi et princes de l’Église romaine : les cardinaux français et l’art italien (1495-1560), Rome, École française de Rome (en cours de publication).

9 Voir, par exemple, Carmelo Occhipinti, « Il cardinale Jean Du Bellay visto da Pirro Ligorio. Statuaria antica e architettura moderna tra Roma e Parigi », dans Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, éd. F. Lemerle, Y. Pauwels et G. Toscano, Villenueve d’Ascq, IRHiS, 2009, p. 135-147, en particulier p. 135, et toujours l’article de Carmelo Occhipinti dans ce même volume.

10 Ligorio, Turin, vol. 9, f° 151r°.

11 Ligorio, Naples, vol. 3, f° 176r°.

12 Adriano Cavicchi, « Appunti su Ligorio a Ferrara », dans L’impresa di Alfonso II. Saggi e documenti sulla produzione artistica a Ferrara nel secondo Cinquecento, éd. J. Bentini et L. Spezzaferro, Bologna, Nuova Alfa Editoriale, 1987, p. 137-150. Sur les bustes antiques demandés par Ligorio lui-même pour orner la bibliothèque ducale, par exemple, voir Elena Corradini, « Le raccolte estensi di antichità. Primi contributi documentari », dans L’impresa di Alfonso II…, op. cit., p. 173.

13 En général, sur le climat de compétition entre les cardinaux résidant à Rome, voir Gigliola Fragnito, « Rivalità cardinalizie nella Roma del secondo Cinquecento », dans From Florence to the Mediterranean and Beyond. Essays in Honour of Anthony Molho, éd. D.R. Curto, E.R. Dursteler et J. Kirshner, Firenze, Olschki, 2009, 2, p. 517-530.

14 Ligorio, Naples, vol. 3, f° 176r° : « … Così la misera Roma ognor si spoglia e se le toglie il suo ornamento, quantunque essa onori le gente strane[re] degli onori divini… ».

15 Ligorio, Naples, vol. 4, fos 7r° et suivants. Une telle préoccupation était partagée alors à la fois par les antiquaires et par les numismates. Par exemple le chapitre XXII des Discorsi… sopra le medaglie degli antichi d’Enea Vico, publié pour la première fois à Venise en 1555, s’intitule : « Delle fraudi che si fanno intorno alle medaglie moderne per farle parere antiche e delle patine di diversi colori » (Comment les médailles modernes sont travesties en antiques et comment reconnaître les patines de différentes couleurs).

16 Kathleen W. Christian, Empire without End. Antiquities Collections in Renaissance Rome, ca. 1350-1527, New Haven-London, Yale University Press, 2010.

17 En général, à propos du contrôle exercé par le cardinal camerlingue sur le patrimoine antique, voir B. Jestaz, « L’exportation des marbres… », art. cit., p. 415-466.

18 Francesco Cerasoli, « Usi e regolamenti per gli scavi di antichità in Roma nei secoli XV e XVI », Studi e documenti di storia e diritto, 18, 1897, p. 133-149 ; Ronald T. Ridley, « To Protectthe Monuments : The Papal Antiquarian (1534-1870) », Xenia Antiqua, 1, 1992, p. 117-154. De nombreux exemples de licences de fouilles sont publiés dans Lanciani, Storia degli scavi di Roma, passim.

19 Elena Bonora, Roma 1564. La congiura contro il papa, Bari, Laterza, 2011, en particulier p. 65-77.

20 F. Bardati, Hommes du roi…, op. cit., ad indicem.

21 Martha McCrory, « An Antique Cameo of Francesco I de’Medici: An Episode from the Story of the Grand-ducal Cabinet of Anticaglie », dans Le arti del principato mediceo, Firenze, SPES, 1980, p. 315, doc. 6, et, pour le rôle d’agent joué par Stefano degli Alli, p. 308-311. Une version complète de cette lettre se trouve dans Collezionismo mediceo. Cosimo I, Francesco I e il cardinale Ferdinando, éd. P. Barocchi et G. Gaeta Bertelà, Modena, Panini, 1993, p. 210-212, doc. 232.

22 Jean Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle, 2 vol. , Paris, Boccard, 1957-1959, et, pour la période suivante Ago Renata, Economia barocca : mercato e istituzioni nella Roma del Seicento, Roma, Donzelli, 1998. Pour des exemples de défauts de paiement d’antiques, qui impliquèrent le sculpteur Tommaso della Porta et les amateurs Vincenzo et Antonio Stampa, voir respectivement Gerda Panofsky, « Tommaso della Porta’s “Castles in the Air” », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, vol. 56, 1993, p. 119-167 et Barbara Furlotti, A Renaissance Baron and his Possessions. Paolo Giordano I, Duke of Bracciano (1541-1585), Turnout, Brepols, 2012, p. 104-106.

23 ASR, TCG (Tribunale Criminale del Governatore), Processi, vol. 60, fos 684r°-694vo. Les actes relatifs à ce procès, dont on ignore l’issue, sont transcrits seulement en partie dans Bertolotti Antonino, Artisti lombardi a Roma, Milano, Hoepli, 1881, vol. I, p. 150-168.

24 ASR, TCG, Processi, vol. 60, fos 689r°-vo.

25 ASR, TCG, Investigazioni, vol. 99, fos 56vo-57r°.

26 Pour un cadre général des principales relations professionnelles entretenues par Giovanni Antonio et Vincenzo Stampa avec le monde des collectionneurs, voir Clifford M. Brown, Our Accustomed Discourse on the Antique. Cesare Gonzaga and Gerolamo Garimberto, Two Renaissance Collectors of Greco-Roman Art, New York-London, Garland, 1993, ad indicem. La carrière des frères Stampa, que j’ai déjà étudiée en ce qui concerne leurs rapports avec Paolo Giordano I Orsini, duc de Bracciano (B. Furlotti, A Renaissance Baron…, op. cit., p. 104-106), constitue un de mes principaux chantiers de recherche en cours.

27 Barbara Furlotti, « Connecting People, Connecting Places. Antiquarians as Mediators in Sixteenth-Century Rome », dans Locating Communities in the Early Modern Italian City, éd. F. Nevola, numéro special de la revue Urban History, vol. 37, no 3, 2010, p. 386-398.

28 Sur le rôle des agents et intermédiaires à cette période, on renvoie à “Your Humble Servant” : Agents in Early Modern Europe, 1500-1800, éd. H. Cools, M. Keblusek et B. Noldus, Hilversum, Verloren, 2006, avec l’importante bibliographie précédente, notamment la contribution de Howarth David, « A Question of Attribution. Art Agents and the Shaping of the Arundel Collection », p. 17-28.

29 Pour une discussion du concept de juste prix, voir les articles de l’ouvrage The Material Renaissance : Studies in Design and Material Culture, éd. Evelyn Welch et Michelle O’Malley, Manchester, Manchester University Press, 2007, notamment ceux d’Evelyn Welch, « Making Money: Pricing and Payments in Renaissance Italy », p. 71-84, Guido Guerzoni, « The Social World of Price Formation: Prices and Consumption in Sixteenth-Century Ferrara », p. 85-105, et Michelle O’Malley, « Pietro Perugino and the Contingency of Value », p. 106-130. Per un examen des coûts de la peinture, bien que pour une période postérieure à celle traitée ici, voir Painting for Profit. The Economic Lives of Seventeenth-Century Italian Painters, éd. Richard Spear et Philip Sohm, New Haven-London, Yale University, 2010.

30 Ferdinand Boyer, « Nouveaux documents sur les antiques Médicis (1560-1583) », Études Italiennes, vol. 3 (1933), p. 12.

31 Sur le comportement des agents des ducs de Mantoue, voir Barbara Furlotti, « Ambasciatori, nobili, religiosi, mercanti e artisti : alcune considerazioni sugli intermediari gonzagheschi », dans La Celeste Galeria. L’esercizio del collezionismo, éd. Raffaella Morselli, Milano, Skira, 2002, p. 319-328.

32 Sur l’utilisation d’objets d’art comme cadeaux diplomatiques, voir The Diplomacy of Art : Artistic Creation and Politics in Seicento Italy, éd. E. Cropper, Milano, Nuova Alfa, 2000. Sur la mobilité des œuvres d’art et des produits de luxe entre XVIe et XVIIe siècle, voir B. Furlotti, A Renaissance Baron…, op. cit. et ead., « The Display in Motion », dans The Display of Art in Roman Palaces during the Long Seventeenth Century, éd. G. Feigenbaum, Los Angeles, The Getty Research Institute Publications, publication en cours.

33 Pour les sources disponibles sur la vente au duc de Mantoue de la collection d’antiques de Giovanni Francesco Peranda, cédée au début du XVIIe siècle contre une pension annuelle de 300 écus, voir Barbara Furlotti, Le collezioni Gonzaga. Il carteggio tra Roma e Mantova (1587-1612), Milano, Silvana, 2003, p. 65-77.

34 Sur la dispersion de la collection de Du Bellay, voir Bardati F., Hommes du roi…, op. cit., ad indicem. Sur la vente aux enchères des biens du cardinal Rodolfo Pio, on renvoie à Cecilia Mazzetti di Pietralata, L’eredità di Rodolfo Pio sul mercato antiquario : indagini negli archivi notarili romani, dans Alberto III e Rodolfo Pio da Carpi collezionisti e mecenati, éd. M. Rossi, Carpi, Comune di Carpi, 2004, p. 136-161.

35 Ligorio, Turin, vol. 14, f° 32r°, cité dans Occhipinti C., « Il cardinale Jean Du Bellay… », op. cit., p. 146-147.

36 Jean-Jacques Boissard, Romanae Urbis topographia et antiquitates, Frankfurt, de Bry, 1597, vol. I, p. 58 : « praeterea hodie (propter fraudes multorum malorum, qui clamculum multa furto turpissimo subtraxerunt) paucis aditus praebetur ad huiusmodi secretiora loca ».

37 Filippo M. Tuena, « Un bando del 1572 per la regolamentazione degli scavi in Roma », Xenia, vol. 17, 1989, p. 91-94, ici p. 93.

38 Ulisse Aldrovandi, Di tutte le statue antiche che per tutta Roma in diversi luoghi e case particolari si veggono, raccolte e descritte per messer Ulisse Aldrovandi, opera non fatta più mai da scrittor alcuno, dans Mauro Lucio, Le antichità della città di Roma, Venezia, Giordano Ziletti, 1556, p. 176-179.

39 C. M. Brown, Our Accustomed Discourse…, op. cit., ad indicem.

40 ASR, TCG, Processi, sec. XVI, vol. 19, f° 39, absence de numération homogène. Ce procès, publié partiellement par Bertolotti Antonino, Bartolomeo Baronino da Casalmonferrato architetto in Roma nel secolo xvi, Casale Monferrato, Mazzucco, 1875, constitue une des sources principales de la recherche que j’ai entreprise sur les Stampa.

41 ASR, TCG, Processi, sec. XVI, vol. 19, f° 39, interrogatoire de Pietro Stampa, 7 septembre 1554.

42 ASR, TCG, Processi, sec. XVI, vol. 19, f° 39, interrogatoire de Pietro Stampa, 7 septembre 1554.

43 ASR, TCG, Processi, sec. XVI, vol. 19, f° 39, interrogatoire de Giovanni Antonio Stampa, 6 septembre 1554.

44 ASR, notai AC 6462, fos 46-51, notaire Giovanni Savius (Johannes Le Save), inventaire complet de la vente, transcrit dans C. Bernardi Salvetti, « Il naufragio presso Piombino… », op. cit., p. 20-23, avec des omissions et des erreurs de lecture qui gênent l’identification des œuvres. Le numéro 18, p. 21, par exemple, est indiqué comme « un Apollo bellissimo co’ la testa antiqua che ride », alors qu’il faut lire « un Apollo bellissimo con la testa antiqua che tira » ; le numéro 28, p. 21, transcrit comme « un Cnp a ( ?) di paragone grande un palmo et quattro figurette (illeg.) » se révèle être « una cupa di paragone grande un palmo et quattro figurine in un pilo » ; le numéro 35 toujours p. 21, transcrit comme « un torso d’un Bacco grande che no’serve se non è a posto », doit être lu comme « un torso de un Baccho grande che non serve se non per pecto ».

45 L’inventaire est publié dans Antonino Bertolotti, Artisti francesi in Roma nei secoli XV, XVI, e XVII, Bologna, Forni, 1974 (éd. or. Mantova 1886), p. 40-44. La première partie de ce document reproduit fidèlement la liste des sculptures de Pietro Stampa, joint à l’acte de vente déjà de 1556.

46 Pour cette acquisition et pour les rapports difficiles entre les cardinaux Jean Du Bellay et Hippolyte d’Este, on renvoie à F. Bardati, « Ippolito II d’Este e i cardinali francesi : dialogo, emulazione, competizione », dans Ippolito II d’Este, cardinale, principe, mecenate, sous la dir. de M. Cogotti, F.P. Fiore, Rome, 2013, p. 73-89. En tant que sculpteur du cardinal, Claude Lusenier se chargea de la dispersion d’au moins une partie des marbres du prélat français, comme on l’aperçoit dans la déposition qu’il fait le 23 octobre 1562, dans le cadre d’une enquête sur un vol de quelques antiques : « Morto che fu il cardinal Belaio, essendo io suo scultore, fui deputato dal cardinal di Puteo [Giacomo Puteo] a vendere molti marmi che erano stati di detto cardinal Belai, et ne vendetti a più persone et fra le altre ne ho venduto a questo maestro Pietro, et gli ho venduto un pezzo di marmo mischi affricano che potea essere da una caretta e meza… potea valer diece o dodeci scudi » (ASR, TCG, Investigazioni, vol. 77, 1562, fos 244r°-vo).

Table des illustrations

Légende Fig. 48 > Mario Cartaro, Plan de Rome, 1576 (d’après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, Rome 1962, vol. II, pl. 238).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 49 > Mario Cartaro, Plan de Rome, détail de Campo de'Fiori et de Piazza Fieschi al Pozzo Bianco, 1576 (d'après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, Rome 1962, vol. II, pl. 244).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Légende Fig. 50 > Mario Cartaro, Plan de Rome, détail de Piazza della Madonna dei Monti, 1576 (d'après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, Rome 1962, vol. II, pl. 241).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 417k

Auteur

Warburg Institute, Londres

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search