Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

IV. L’environnement de Jean Du Bellay à Rome

Les Horti Bellaiani dans le contexte des villas romaines : les rapports avec la ville, le paysage et l’Antiquité

Renata Samperi

Texte intégral

  • 1 Sur la villa de Jean Du Bellay il n’existe pas encore à ce jour d’étude monographique. Parmi les t (...)

1La villa romaine de jean du bellay se trouvait dans le quartier où se dressaient les ruines monumentales des thermes de Dioclétien, au point de rencontre des collines du Quirinal et du Viminal, sur le terrain circonscrit par le grand hémicycle du mur d’enceinte du complexe thermal (Fig. 31, no 6). Construite dans les années 1550, cette structure a été complètement détruite par les transformations ultérieures de cette partie de la ville1, destin partagé par de nombreuses villas romaines du temps, édifiées à l’intérieur des murs et souvent au contact même des habitations, dans des zones sujettes à de rapides changements liés aux processus de développement urbain (Fig. 23).

  • 2 Parmi les innombrables études générales sur les villas romaines du Cinquecento, rappelons les prin (...)

2Leur situation à l’intérieur de l’enceinte, ou aux abords immédiats de celle-ci, qui fait toute la particularité des villas de Rome dans le panorama de la Renaissance, a eu d’importantes implications et conséquences historiques2. Les raisons, évidemment, sont à chercher dans la disponibilité de larges espaces libres intramuros, laissés par la contraction de l’habitat médiéval par rapport à l’extension de la ville antique.

  • 3 Giorgio Simoncini, Roma. Le trasformazioni urbane nel Quattrocento. I. Topografia e urbanistica da (...)
  • 4 Daniela Esposito, « Vigneti e orti entro le mura : utilizzo del suolo e strutture insediative », d (...)

3Au Quattrocento encore, la zone habitée était extrêmement réduite, même si elle était en phase d’expansion, et décentrée vers le nord-ouest par rapport au périmètre de l’enceinte, avec le pôle du Vatican inclus dans les murailles léonines et situé en position périphérique (Fig. 32). L’habitat était constitué de plusieurs noyaux principaux, situés au pied du Capitole et dans l’anse du Tibre, ainsi que par un certain nombre de noyaux mineurs3. La limite entre la ville et la campagne était donc diversement articulée et n’était pas toujours clairement définie ; irrégulier, l’agglomérat urbain était interrompu de terrains non construits, en particulier dans les zones d’expansion. Au-delà de la partie résidentielle de la ville s’étendait une campagne intramuros exploitée par l’agriculture. La terre était parsemée de vigne, constituée non seulement d’exploitation viticole, mais aussi de jardins, cannaies, arbres fruitiers et oliviers4.

Fig. 31 > Étienne Dupérac, plan de Rome, détail avec la zone du Quirinal (d’après A. P. Frutaz, Le piante di Roma, t. II, Roma, 1962, tav. 250) : 1. Villa Carafa-d’Este ; 1a. Vigna Boccaccio ; 2. Villa Grimani ; 3. Villa Pio da Carpi ; 4. Palais Ferreri ; 5. Vigna Sadoleto ; 6. Horti Bellaiani.

4Partout, dans la trame réduite de l’habitat et dans les vastes zones inhabitées qui l’entouraient, les restes de la ville impériale, autrefois riche de parcs et de villas monumentales, constituaient une présence forte et diffuse : des imposantes constructions dominant la scène, aux côtés des principaux édifices chrétiens, dans les paysages de la fin du Quattrocento, jusqu’aux ruines plus modestes, mêlées aux vignes, aux jardins et aux maisons, altérées par des constructions successives, dépouillées pour en retirer des matériaux de construction, et en partie recouvertes de terre et de gravats.

Fig. 32 > Anonyme, vue de Rome, copie du perdu prototype de la fin du XVe siècle attribué à Francesco Rosselli (Mantova, Museo di Palazzo San Sebastiano).

5Autour de l’habitat, de vastes zones vertes, associées à des restes antiques, s’étendaient le long du fleuve ou ondulaient sur les collines et au creux de petites vallées, tandis que le réseau des chemins d’origine antique ou médiévale se coulait dans l’orographie naturelle. Le tout déterminait des environnements variés et articulés, dotés de qualités esthétiques, climatiques et historiques diverses, qui bénéficiaient également de la proximité du centre urbain, auquel les reliait un bon réseau routier.

  • 5 Ibid., p. 221-228.

6C’est dans ce contexte particulier et favorable que, dans la seconde moitié du XVe siècle, avec l’affirmation en ville d’une nouvelle culture humaniste et dans le sillage des premières initiatives de rénovation urbaine, s’amorce un processus de transformation des zones vertes et libres de construction qui, avec les développements du siècle suivant, conduira à l’édification des nombreuses et très originales villas de la Rome du Cinquecento. Ainsi commence, dans certaines zones encore limitées, une série de transactions de terres agricoles qui permettent la réalisation de résidences dotées de jardins et de bâtiments destinés à des séjours plus ou moins longs ou à permettre simplement de passer la journée5. Le terme de vigna (vigne), continuera cependant d’être employé dans la majorité des cas pour désigner aussi ces installations qui ont désormais tous les traits de la villa.

7À l’origine de la plupart de ces initiatives on trouve les représentants de la nouvelle classe dirigeante de la Rome de la Renaissance. Outre les papes, les commanditaires des opérations les plus significatives sont les riches cardinaux lettrés et les autres personnages de la suite de la curie pontificale, généralement étrangers à Rome. Le milieu culturel dans lequel ils évoluent, inspiré par les humanistes et les intellectuels de la curie, explique leur intérêt pour le thème de la villa, lieu le plus à même de pouvoir satisfaire les multiples exigences liées à la redécouverte de la culture antique. Les humanistes eux-mêmes privilégient justement, comme cadre de leurs rencontres et de leur étude, ces vigne intramuros, dans lesquelles le contact avec la nature est enrichi par la présence physique de souvenirs antiques. On trouve aussi des commanditaires romains, propriétaires de vigne et de résidences dans le centre habité, qui sont à l’origine d’initiatives plus sporadiques et dont les réalisations sont en général de moindre portée.

8Du point de vue fonctionnel, la proximité et le lien avec la ville donnent aux villas des destinations qui vont au-delà des activités spécifiques de dilection et de loisir. Aux exigences de l’otium, typiques de la vie de campagne, se joignent des fonctions politiques, symboliques et de représentation, ajoutées aux fonctions résidentielles, liées au negotium, aux occupations et responsabilités de la vie urbaine, bien souvent sans que les activités agricoles traditionnelles, même limitées, soient pour autant abandonnées. À partir de la seconde moitié du Quattrocento et tout au long du XVIe siècle, se dessine ainsi, à la limite entre l’habitat urbain et la campagne, un système articulé de résidences suburbaines. Sur la rive droite du Tibre, les villas se dressent autour du Vatican, de Monte Mario aux rives du fleuve, aux abords du Château Saint-Ange et, plus au sud, autour de la via della Lungara et du Janicule. Sur la rive gauche, les nouvelles installations se disposent le long de l’arc des collines, à l’est de l’habitat, à partir du Quirinal et du Pincio, et s’étendent ensuite au cours du temps au Capitole et au Palatin et, enfin, au Viminal, à l’Esquilin et au Celio.

9En relation avec cette distribution territoriale, les résidences suburbaines sont diversement conditionnées par la présence de la ville. Si les zones extra-muros au nord du Vatican sont situées dans un environnement clairement rural, les autres sont toutes au contact étroit de l’habitat. Les villas se confrontent donc non seulement avec la disposition variée du paysage collinaire, mais aussi avec des structures de caractère urbain. Des solutions diverses sont trouvées pour résoudre le rapport aux ruines, tandis que des fragments de statues ou d’autres objets antiques, parsemés dans les terres cultivées et utilisés d’abord comme motifs décoratifs occasionnels, alimentent ensuite la formation et l’organisation de riches collections. Les jardins, quant à eux, se constituent de plus en plus comme les lieux privilégiés pour l’exposition des pièces antiques. La disposition des résidences et des jardins tient compte des nombreux tracés viaires existants qui deviennent, dans quelques cas, des rues de ville. En outre, la structure particulière, ouverte et peu compacte, de l’agglomérat urbain favorise, surtout à ses marges et dans ses mailles les plus lâches, la formation de résidences citadines pourvues d’espaces ouverts occupés par des jardins, même de grande extension. À la limite des zones habitées, quelques palais urbains acquièrent ainsi certaines parties et caractères des villas, dans le contexte d’une fusion et d’une contamination typologique plus générales.

10Aux XVe et XVIe siècles, le rapport à la riche et complexe articulation du contexte territorial constitue donc une problématique centrale dans la conception des villas romaines. Et le contact avec l’Antique, dans ses multiples dimensions de présence physique comme de référence culturelle, joue un rôle déterminant dans la configuration des édifices et des espaces extérieurs.

  • 6 Giorgio Simoncini, Roma. Le trasformazioni urbane nel Cinquecento. I. Topografia e urbanistica da (...)
  • 7 Claudia Conforti, « Via Pia : rus in urbe », Paragone Arte, 59, 2008, 3e série, 82, p. 21-31.

11La résidence du cardinal Jean Du Bellay – ce qu’on a appelé les Horti Bellaiani, selon les termes de l’inscription antiquisante apposée sur le portail –, participe pleinement aux conditions qui ont été décrites. La villa se dressait aux marges de la colline du Quirinal, zone recherchée pour sa position élevée et sa vue panoramique, et pour la présence de vestiges antiques monumentaux. Grâce à des conditions topographiques, paysagères et climatiques particulièrement favorables, ce quartier s’était affirmé au cours des XVe et XVIe siècles comme le lieu privilégié des résidences pourvues de jardins et d’espaces ouverts, commanditées et fréquentées par des personnages de tout premier plan. Au sommet de la colline, de nouvelles constructions, discontinues, interrompues par les murs d’enclos des vignes et des jardins, suivent le tracé de l’antique via Alta Semita, tracé élargi et régularisé en plusieurs phases, sous l’impulsion de différents pontifes, de Jules II à Jules III et Pie IV6. Au début des années 1560, l’intervention de ce dernier fait de cette rue, renommée via Pia, un espace unitaire, conclu par l’extraordinaire toile de fond constituée par la porte michelangesque et délimitée par les coulisses uniformes des murs d’enceinte des villas, dotées de nouveaux portails (Fig. 317).

  • 8 Voir, dans le présent volume, la documentation complémentaire présentée par Flaminia Bardati dans (...)
  • 9 Florence, Gabinetto dei disegni e delle stampe degli Uffizi, 2547A ; le dessin est publié et comme (...)
  • 10 M. Brock, « La villa romana del Cinquecento…, op. cit., p. 342-343.
  • 11 Le mur est représenté en détail sur un dessin d’Antonio Dosio (Florence, Gabinetto dei disegni e d (...)

12La villa de Jean Du Bellay – réalisée entre 1554 et 1560, avant l’achèvement des aménagements de la voirie voulus par Pie IV – s’ouvre sur la via Pia par son portail secondaire, situé en un point légèrement en retrait là où la rue s’élargit, devant l’église Santa Susanna. Le plan de Rome d’Étienne Dupérac (1577), qui constituent jusqu’à présent la meilleure, quoique sommaire, représentation de cette architecture8, restitue bien la relation de la villa avec le contexte topographique (Fig. 31, no 6). Orientée orthogonalement par rapport aux autres constructions de la via Pia, la structure reprend l’axe de symétrie de l’antique complexe des thermes de Dioclétien, puisque l’entrée principale s’ouvre sur la voie reliant le Quirinal au Viminal. Au centre de l’exèdre des thermes s’élève un petit palais résidentiel, un casino, à deux étages, pourvu d’une façade à double loggia surmontée d’un tympan triangulaire flanqué, autant qu’on peut en juger, de deux petits pavillons à un étage unique. Les parois incurvées de l’hémicycle, que l’on voit encore en ruines dans une représentation antérieure attribuée à Antonio Dosio (Fig. 339), apparaissent restructurées et surélevées d’un niveau, sur lequel s’ouvre une série de fenêtres. On sait, en outre, que l’antique muraille était utilisée dans sa partie supérieure comme promenade panoramique, d’où l’on pouvait voir la campagne et les villas du Quirinal, et apercevoir, au loin, la ville10. Au devant, le terrain était délimité par un mur d’enceinte couronné d’une série de fenêtres, avec un portail central placé dans l’axe du casino (Fig. 3411). Le jardin, plan, clairement délimité dans sa forme géométrique par rapport à l’espace qui l’entoure, accueillait une remarquable collection d’antiques, disposée dans le jardin et associée à une végétation riche et variée, comprenant pergolas, pavillons de verdure et plantes en espaliers le long des murs de l’exèdre.

Fig. 33 > Giovanni Antonio Dosio, vue de l’enceinte des thermes de Dioclétien (Florence, GDSU, 2547 Ar).

Fig. 34 > Giovanni Antonio Dosio, clôture des Horti Bellaiani (Florence, GDSU, 2573 Ar).

13Réalisée au beau milieu du XVIe siècle, la villa du cardinal Du Bellay fournit incontestablement une interprétation singulière du caractère du lieu et du contact avec les ruines, et cette qualité apparaîtra mieux à l’aune d’un rappel synthétique sur l’architecture des villas romaines du temps, qui permettra de mettre en lumière un certain nombre de caractéristiques, en particulier le rapport au contexte et à l’Antique.

  • 12 Rodolfo Lanciani, Storia degli scavi di Roma e notizie intorno le collezioni romane di antichità, (...)
  • 13 D.R. Coffin, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 9 ; Fritz-Eugen Keller, « Ricostruire l’Antico : (...)
  • 14 D. R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 183-185; David Sanderson Chambers, « The Housing Problems o (...)
  • 15 D. R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 187-190; Christoph Luitpold Frommel, « La villa e i giardin (...)
  • 16 Roberto Valentini, Giuseppe Zucchetti, Codice Topografico della Città di Roma, 4 vol. , Roma, Tipo (...)
  • 17 D. R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 193-195; R. Lanciani, Storia degli scavi…, op. cit., t. I, (...)
  • 18 R. Valentini, G. Zucchetti, Codice Topografico…, op. cit., 4, 1953, p. 519; R. Lanciani, Storia de (...)
  • 19 Alessandro Ferrajoli, « Il ruolo della Corte di Leone X. Prelati e domestici », Archivio della R. (...)
  • 20 R. Valentini, G. Zucchetti, Codice Topografico…, op. cit., 4, 1953, p. 519; R. Lanciani, Storia de (...)

14Comme on l’a suggéré, dès le Quattrocento les vigne et les jardins du Quirinal constituent des expressions précoces et significatives du rapport entre le climat humaniste et la nouvelle culture de la villa. Il s’agit, dans la plupart des cas, de lieux de retraite calmes et jouissant de vues panoramiques, propices à l’étude, aux réunions savantes, au collectionnisme, au jardinage et à d’autres activités de plein air comme la chasse. Parmi les premiers commanditaires on trouve l’humaniste Pomponius Leto, dont la vigna, située près des thermes de Constantin, était le siège de l’Académie romaine12, ainsi que des cardinaux lettrés comme Prospero Colonna13, Francesco Gonzaga14 et Oliviero Carafa (Fig. 31, no 115). Le témoignage de Flavius Biondo mérite d’être cité : selon lui Colonna aurait restauré et réutilisé les ruines imposantes que l’on tenait à l’époque pour être des restes de la villa de Mécène, afin de faire revivre ces célèbres jardins16. Au début du Cinquecento, de nouvelles résidences avec jardin, toujours au milieu de ruines, sont construites sur la colline à l’initiative d’autres cardinaux comme Domenico Grimani (Fig. 31, no 217), Giovanni Stefano Ferreri (Fig. 31, no 418), Jacques Sadolet (Fig. 31, no 519), ainsi qu’à celle de fonctionnaires de la Curie comme Ulisse da Fano20.

  • 21 Fritz-Eugen Keller, « Une villa de la Renaissance sur le site d’une villa antique », dans La Villa (...)
  • 22 D. R. Coffin, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 33-34, 233-234. Pour la restauration de l’aqued (...)

15Le modèle qui s’est constitué sur le Quirinal semble avoir été repris plus sporadiquement sur la colline voisine du Pincio – l’antique collis hortulorum, sur laquelle subsistaient les restes, encore importants à l’époque, des villas de Lucullus et des Acilii – où on a gardé trace de la présence de quelques vignes établies par des cardinaux (Fig. 3521). D’autres petits jardins, lieux d’études et de rencontres savantes, sont aménagés, dans les premières décennies du XVIe siècle, au pied des collines et en lisière de l’habitat : ainsi le jardin de Hans Goritz, dit le Coricio, dans la zone du forum de Trajan et, au bas du Pincio, les deux jardins contigus d’Antonio Del Bufalo et d’Angelo Colocci, ce dernier intégrant une arche en ruine de l’antique aqueduc Vergine restauré grâce à la contribution financière du propriétaire lui-même (Fig. 35, no 122).

Fig. 35 > Étienne Dupérac, plan de Rome, détail avec la zone du Pincio (d’après A. P. Frutaz, Le piante di Roma, t. II, Roma, 1962, tav. 255) : 1. Jardins Colocci et Del Bufalo ; 2. Villa Ricci-Médicis.

  • 23 E.B. MacDougall, Fountains, Statues and Flowers…, op. cit., p. 23-25.

16Les vigne et les jardins cités sont non seulement tous caractérisés par leur destination fonctionnelle, qu’on peut relier au concept humaniste d’otium, mais ils sont aussi tous marqués par la présence physique des vestiges de l’Antiquité, ruines monumentales, mais aussi sculptures et autres antiques, souvent retrouvés sur place. Il s’agit dans tous les cas de structures disparues, dont l’étude, en l’absence de plans fiables de la ville, peut seulement se fonder sur une documentation très fragmentaire qui permet difficilement d’en reconstituer les éléments et l’aspect architectonique. Les sources se résument le plus souvent à de simples mentions ou à des descriptions contenues dans des répertoires plus tardifs du XVIe siècle consacrés aux collections d’antiques, ou dans des compositions poétiques que l’on doit aux lettrés qui fréquentaient les jardins. Ces écrits restituent moins l’aspect concret des espaces que des atmosphères suggestives et des scènes idéalisées, fruit de l’association harmonieuse de l’architecture, de la sculpture, des décors peints, des ruines, des fontaines et de la végétation. On peut à partir de cela deviner que le contact avec les ruines et la disposition des œuvres des collections ne correspondaient pas à des critères précis d’organisation et que l’on ne cherchait pas de relation organique entre les différentes parties23. Probablement la seule présence des souvenirs antiques suffisait à établir avec elles un rapport de continuité et à approfondir le sens de l’aménagement des nouveaux jardins. En quelques cas seulement les descriptions suggèrent une plus grande complexité et l’existence de programmes iconographiques et littéraires qui devaient donner une signification aux espaces et lier les éléments par des parcours narratifs. En dépit de leur aspect indéterminé, ces réalisations peu connues semblent annoncer la richesse des aménagements de jardin qui caractériseront par la suite les villas romaines, surtout à partir au milieu du XVIe siècle.

17Les œuvres les plus connues du premier Cinquecento présentent un cas bien différent. Documentées et conservées au moins en ce qui concerne le bâti, elles reflètent la position d’avant-garde occupée désormais par Rome dans le processus de renouvellement du langage architectural. Avec Bramante, Raphaël, Antonio da Sangallo le Jeune, Peruzzi, Giulio Romano, le thème de la villa est affronté dans des projets innovants et variés, diversement inspirés par les résidences de l’Antiquité. Dans ces réalisations, le rapport à l’Antique, qui dans les expériences précédentes avait consisté essentiellement en un contact physique et matériel, ainsi qu’en une référence morale, se trouve plus approfondi et complexe : il implique désormais l’ensemble du projet architectonique. Une attention particulière est réservée au dessin et à l’articulation des édifices résidentiels avec les espaces verts ; dans certains cas exemplaires, comme le Belvédère ou la villa Madama, les jardins eux-mêmes présentent un aspect structuré et sont étroitement liés à l’architecture. Ce n’est pas un hasard si ces œuvres manifestes se situent toutes sur la rive droite du fleuve, au Vatican et dans sa zone d’influence. En général dans cette zone les villas ne comprennent pas de ruines monumentales ; c’est leur aspect architectonique et décoratif même qui trouve son inspiration dans les modèles et les sources antiques. Il suffira de rappeler en quelques mots ces œuvres très connues, dans le seul but de mettre en évidence certains aspects liés aux thèmes traités dans cette contribution.

  • 24 Parmi les très nombreux travaux sur le sujet, rappelons les études fondamentales de Ackerman et Br (...)
  • 25 D.R. Coffin, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 19-20, 58-61; Hans Henrik Brummer, The Statue Co (...)

18Fruits d’ambitieux programmes pontificaux, les projets inachevés pour la cour-jardin du Belvédère, au Vatican, et pour la villa Medici-Madama, sur les pentes du Monte Mario, inspirés librement de sources littéraires et de modèles antiques, proposent à nouveau l’emploi de terrasses pour articuler les dénivellations, à l’intérieur de systèmes axiaux. Au Belvédère, œuvre de Bramante, l’énorme espace rectangulaire incliné est organisé, pour produire un effet de perspective, selon un axe de symétrie avec différents niveaux reliés par des escaliers et des rampes (Fig. 36, no 1) ; (Fig. 3724). En dehors du mur du fond de l’espace principal, la petite cour des Statues devait accueillir les principaux chefs-d’œuvre antiques tirés du sol de la ville (Fig. 36, no 225).

Fig. 36 > Étienne Dupérac, plan de Rome, détail avec la zone du Vatican (d’après A. P. Frutaz, Le piante di Roma, t. II, Roma, 1962, tav. 251) : 1. Belvédère ; 2. Cour des Staues ; 3. Casino de Pie IV ; 4. Palais Cesi.

  • 26 Parmi les très nombreux travaux sur le sujet, rappelons en particulier : D.R. Coffin, The Villa…, (...)
  • 27 Isa Belli Barsali, « I giardini di statue antiche nella Roma del ‘500 », dans Gli Orti farnesiani (...)

19Quant à la villa Madama, dans le projet de Raphaël et d’Antonio da Sangallo le Jeune, le plan met en relation un ensemble organique, mais dépourvu de symétrie rigide ; une série de corps de bâtiments et d’espaces ouverts sont disposés sur plusieurs niveaux en terrasses selon deux axes se coupant à angle droit dans la grande cour centrale (Fig. 3826). Dans les deux cas, l’exposition de riches collections d’antiques prend un caractère formalisé, en rapport avec l’architecture et avec la disposition des espaces verts, qui dépasse la disposition sans doute plus aléatoire d’autres aménagements de l’époque27.

Fig. 37 > Giovanni Antonio Dosio, vue de la cour-jardin du Belvédère, vers 1560 (Florence, GDSU, 2559 Ar).

Fig. 38 >Antonio da Sangallo le Jeune, projet pour la villa Médicis-Madama, plan, 1519-1521 (Florence, GDSU, 314 Ar, détail).

  • 28 Maurizio Caperna, « Sviluppi e caratteri dell’area urbana di via della Lungara dalla metà del Cinq (...)
  • 29 Christoph Luitpold Frommel, Die Farnesina und Peruzzis architektonisches Frühwerk, Berlin, De Gruy (...)

20Dès les premières années du XVIe siècle on trouve des expressions moins grandioses, mais tout aussi neuves et significatives, de référence à l’Antique : il s’agit de certaines villas situées dans la zone de la via della Lungara et du Janicule (Fig. 39). La via della Lungara, hors les murs, mais comprise entre la ville léonine au nord et le quartier du Trastévère au sud, devait être particulièrement attractive à la fois pour ses qualités paysagères et, en même temps, pour sa proximité avec le Vatican et le noyau urbain situé sur l’autre rive du fleuve. Ces conditions ont favorisé la formation d’une zone de résidences suburbaines, avec des édifices nichés dans la verdure et, du côté de la rue, des façades alternant avec les murs d’enceinte28. Ces réalisations sont le fait d’importants personnages, comme le banquier Agostino Chigi (Fig. 39, no 1), les cardinaux Alessandro Farnese (Fig. 39, no 2) et Raffaele Riario (Fig. 39, no 3), le fonctionnaire pontifical Filippo Adimari (Fig. 39, no 4). La villa Chigi (dite par la suite Farnesina) se distingue entre toutes avec son vaste jardin qui regarde le fleuve, dans lequel sont diposés librement des édifices somptueux qui, par la fusion de l’architecture et des décors, évoquent une atmosphère d’antique splendeur : l’édifice résidentiel de Peruzzi, l’imposant bâtiment des écuries de Raphaël, la grotte avec piscine sur la rive du Tibre (Fig. 4029).

Fig. 39 > Étienne Dupérac, plan de Rome, détail avec la zone de la via della Lungara e du Janicule (d’après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, t. II, Roma, 1962, tav. 250) : 1. Villa Chigi (dite par la suite Farnesina) ; 2. Vigna Farnese ; 3. Palais Riario ; 4. Palais Adimari-Salviati ; 5. Villa Turini-Lante.

  • 30 Christoph Luitpold Frommel, « Le opere romane di Giulio », dans Giulio Romano, Milano, Electa, 198 (...)

21D’autres résidences sont documentées pour cette période au sommet du Janicule. Parmi elles, la villa de Baldassare Turini da Pescia, important fonctionnaire pontifical, (appelée ensuite villa Lante), de petite dimension mais très raffinée, jouissait d’une vue panoramique sur la ville, grâce à une grande loggia à serliennes (Fig. 39, no 5). Dans ce cas également, comme dans la villa Chigi, l’insistante référence à l’Antique réside moins dans l’aménagement des espaces verts que dans le programme architectonique et décoratif du casino, œuvre de Giulio Romano. En outre, sa situation, sur les restes d’un édifice antique considéré à l’époque comme la villa de Martial, suggère une identification idéale30.

22Interrompues brusquement par la grave crise consécutive au sac de 1527, les expériences du début du XVIe siècle sont reprises à partir des années 1530, avec des développements originaux qui ouvrent une période fondamentale de l’histoire de l’architecture de la villa. Cette phase, qui se poursuit jusqu’au début des années 1570 environ, se distingue à la fois par la remarquable expansion des zones concernées par la construction de villas et par la richesse et la variété des solutions adoptées. Par rapport aux périodes précédentes, la documentation, plus abondante, permet dans l’ensemble une bonne connaissance de la situation. L’existence de représentations fiables de la ville, du plan de Leonardo Bufalini (1551) à la vue perspective d’Étienne Dupérac (1577), rendent possible la reconstitution des caractéristiques générales, tandis qu’une série de documents particuliers, ainsi que des dessins et des descriptions, mettent en lumière l’aspect d’une bonne partie des implantations, des édifices, souvent encore conservés, jusqu’aux plus éphémères aménagements des jardins.

Fig. 40 > Paul Marie Letarouilly, plan de la villa Chigi, dite par la suite Farnesina, avant l’ouverture du Lungotevere (d’apres P.M. Letarouilly, Édifices de Rome moderne, Paris, 1860, t. I, pl. 100).

  • 31 D.R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. VII-VIII.

23Au milieu du siècle, la terminologie utilisée pour désigner les installations se fait plus articulée31. Si le mot « vigna » ou « vinea » continue à prévaloir, surtout dans le langage courant ainsi que dans la correspondance personnelle ou encore dans les avvisi, des termes plus savants dérivés du latin, occasionnellement employés auparavant, se font plus fréquents dans les documents pontificaux et les traités, dans les plans de la ville et les inscriptions des portails d’entrée. En relation avec l’importance croissante accordée aux espaces aménagés en jardin les mots de « villa », « orti » ou « horti », « giardino » et « viridarium » deviennent usuels.

24La croissance et la rénovation de la ville, la constitution de nouveaux pôles urbains entraînent alors un affaiblissement du rôle moteur joué par le Vatican et une réduction des initiatives dans sa zone d’influence. Les réalisations les plus remarquables concernent surtout la rive gauche du fleuve, où s’édifient des résidences pontificales et où, aux marges de l’agglomérat urbain et sur les collines plus proches de l’habitat, se développent d’importants complexes pourvus de jardins.

  • 32 Dans le cadre de l’abondante littérature sur la villa Giulia, voir en particulier : D.R. Coffin, T (...)
  • 33 Pour le casino de Pie IV, voir en particulier : D.R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 267-278 ; A. (...)

25L’aspect de ces nouvelles villas est encore plus conditionné par la proximité de la ville et par la présence diffuse des ruines antiques, sans parler des divers paysages du territoire. Tenant compte de la complexité de ce contexte et du caractère des lieux, les solutions architectoniques adoptées sont elles-mêmes variées et flexibles. Seuls quelques cas présentent des plans d’une manière ou d’une autre liés aux prestigieux modèles que sont le Belvédère et la villa Madama, par leur unité et leur parti structuré, qui recourt à l’emploi de terrasses articulant plusieurs niveaux. C’est moins à Rome que ces villas exemplaires du premier xvie suscitent de nouvelles élaborations que dans quelques réalisations du Latium, comme dans les jardins en terrasses de la villa d’Este à Tivoli ou de la villa Lante à Bagniaia. À Rome, malgré l’implantation fréquente des villas sur des hauteurs et sur des terrains en pente, l’emploi de plans complexes à plusieurs terrasses est limité à de très rares jardins, comme les Horti Farnesiani sur le Palatin (Fig. 41, no 1) ou dans le cadre circonscrit de la vigna Boccaccio (Fig. 31, no 1a), à l’intérieur de la villa d’Este de Montecavallo. Dans la plupart des cas, les hauteurs sont appréciées pour les vues qu’elles offrent, la salubrité de l’air et la position dominante par rapport à la ville, mais les jardins se développent surtout sur des superficies planes, comme celles qu’on trouve naturellement au sommet du Quirinal ou comme le plateau artificiel creusé sur les pentes du Pincio, dans la villa Médicis. Par rapport aux exemples majeurs du début du siècle, la définition architectonique et décorative des édifices passe généralement au second plan. On trouve cependant d’importantes exceptions, comme la villa Giulia32, surtout dans son noyau principal (Fig. 42), et le casino de Pie IV au Vatican (Fig. 36, no 333). Ces deux villas, qui sont l’œuvre d’architectes tels que Vignola et Pirro Ligorio, présentent des structures organiques et articulées, dans lesquelles alternent, sur différents niveaux, le long d’un axe central de symétrie, des corps de bâtiments et des espaces ouverts, caractérisés par une mise en relation originale entre l’architecture, la décoration plastique et picturale, l’eau et la végétation. Plus souvent, l’accent est mis sur les jardins, dans le cadre d’aménagements quelquefois fragmentaires et provisoires, dont le dessin semble être l’œuvre de divers artisans et personnages – architectes, commanditaires, jardiniers – comme on a pu l’établir pour les villas d’Este (Fig. 31, no 1) et Pio da Carpi au Quirinal (Fig. 31, no 3). Toutefois, pour la majorité de ces réalisations, on ne retrouve plus cette disposition presqu’aléatoire qui, en dehors de quelques exceptions saillantes, semble caractériser les aménagements de la fin du Quattrocento et du début du Cinquecento.

Fig. 41 > Étienne Dupérac, plan de Rome, détail avec la zone du Palatin e du Forum (d’après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, t. II, Roma, 1962, tav. 250) : 1. Horti Farnesiani ; 2. Palais Silvestri.

26Quelques exemples parmi les plus significatifs permettront d’esquisser une typologie des différents partis pris par rapport aux conditions topographiques.

Fig. 42 > Paul Marie Letarouilly, plan du noyau principal de la villa Giulia (d’apres P.M. Letarouilly, Édifices de Rome moderne, Paris, 1860, t. II, pl. 205).

  • 34 Christian Hülsen, Römische Antikengärten des xvi. Jahrhunderts, Heidelberg, Winter, 1917, p. 1-42  (...)

27Le cas de la résidence des Cesi est bien représentatif de la différence de mentalité qui préside au dessin des jardins, avant et après le Sac de Rome, ainsi que de l’attitude nouvelle par rapport aux ruines et à l’exposition des antiques. Il s’agit d’un exemple intéressant de palais-villa, situé non loin de la basilique Saint-Pierre, dans une position typique de marge urbaine (Fig. 36, no 4). La propriété donnait sur la via del Borgo di Santo Spirito et était bordée sur l’arrière par une portion en ruine de la muraille léonine : à un bloc de constructions à caractère urbain, avec cour à portique et façade le long de la rue, répondait à l’arrière un vaste jardin au plan très élaboré, délimité par la muraille. Deux phases d’intervention sont conduites sur le palais et les jardins, destinés à l’exposition d’antiques, d’abord dans les années 1520 et à nouveau après le Sac, entre les années 1530 et 1550, à l’initiative des frères Paolo Emilio et Federico, tous deux cardinaux. Une vue dessinée par Maarten van Heemskerck au début des années 1530 montre probablement l’aspect de la villa avant le Sac, avec une association informelle et pittoresque entre les sculptures exposées dans le jardin et les murs en ruines qui semble révéler un rapport peu structuré entre les pièces de collection et les restes monumentaux (Fig. 43). Plusieurs sources – représentations graphiques et descriptions – témoignent d’une situation bien différente dans les décennies suivantes, quand le jardin est organisé selon des correspondances précises entre ses parties, intégrant le dessin des plates-bandes avec la disposition des sculptures et de petites structures antiques et modernes, qui viennent souligner et valoriser des points de vue, en relation avec les axes du plan34.

  • 35 Hildegard Giess, « Studien zur Farnese-Villa am Palatin », Römisches Jahrbuch für Kunstgeschichte,(...)
  • 36 Matthias Quast, « Zur Planung römischer Villenanlagen der zweiten Hälfte des Cinquecento : die Org (...)

28À une échelle différente, dans la seconde moitié du siècle, le dessin des Horti Farnesiani, sur le Palatin – dont la paternité, que la tradition historiographique attribue à Vignola et à Giacomo del Duca, demeure incertaine –, présente des modalités intéressantes de rapport direct et étroit entre de grandioses structures antiques et modernes (Fig. 41, no 1 ; Fig. 4435). Le jardin, en pente, est disposé sur le versant de la colline qui regarde le Forum et il est organisé suivant un plan unitaire axial orienté sur l’abside nord-est de la basilique de Maxence, avec des terrasses et des plans inclinés reliés par des rampes et des escaliers. Du portail d’entrée, on parcourait des structures et des passages de natures diverses, couverts ou découverts, et en partie souterrains, suivant un cheminement complexe qui obligeait le visiteur à revenir en arrière et à changer de direction ; au cours de la montée, la vision du vaste et spectaculaire panorama sur le Forum et la basilique de Maxence pouvait se déployer largement et librement, ou, au contraire, être encadrée et divisée, dans l’embrasure de fenêtres percées le long de l’étroite terrasse aménagée derrière le mur d’enceinte. Pour s’adapter aux différents tracés des substructures antiques réutilisées dans la nouvelle construction, l’axe de symétrie de la structure est imperceptiblement dévié, pour ensuite subir une torsion plus accentuée au point de rencontre avec l’implantation géométrique du jardin plan supérieur. Le plan axial des grands projets du début du XVIe siècle est ainsi interprété avec une flexibilité réfléchie en fonction de son insertion dans le contexte topographique antique36.

Fig. 43 > Marten van Heemskerck, vue du jardin du palais Cesi, 1532-36, (Berlin, Kupferstichkabinett, Heemskerck-Alben, I, f° 25r°, d’après H. Egger, Die römischen Skizzenbücher von Marten van Heemskerck im Königlichen Kupferstichkabinettzu Berlin, Berlin 1913-1916, I, 1913, tav. 26).

  • 37 Palazzo Silvestri-Rivaldi a Roma, éd. A. Cremona, Roma, Carocci, 2009 (Ricerche di Storia dell’art (...)

29Non loin, en arrière de la basilique de Maxence, on trouve un autre exemple de réutilisation des vestiges présents sur le terrain : il s’agit du palais et des jardins d’Eurialo Silvestri, camérier secret de Paul III (Fig. 41, no 2). À l’arrière du palais s’étendait un vaste espace vert tourné vers le Forum, le Palatin et le Colisée. Le programme, ambitieux et original, mais dont la réalisation s’interrompit précocement, à la fin des années 1540, prévoyait de développer cet espace en rapport avec la structure monumentale de la basilique, avec un jardin suspendu au sommet des ruines37.

Fig. 44 > Paul Marie Letarouilly, vue des Horti Farnesiani (d’apres P.M. Letarouilly, Édifices de Rome moderne, Paris, 1860, t. III, pl. 264).

  • 38 R. Lanciani, Storia degli scavi…, op. cit., t. II, p. 19-20 ; P. Fancelli, « Demolizioni e “restau (...)

30Dans les mêmes années, un autre exemple, réalisé celui-ci, de contact étroit et voulu avec des structures antiques, est constitué par le jardin-musée compris à l’intérieur du mausolée d’Auguste au Champ de Mars, aménagé à partir de 1549 par monseigneur Francesco Soderini pour y exposer une riche collection d’antiques (Fig. 4538).

  • 39 Glenn M. Andres, « Nanni di Baccio Bigio et la villa Médicis », dans La Villa Médicis. II. Études… (...)

31Pour compléter la revue des différentes possibilités de relation avec l’ensemble des conditions topographiques, on peut évoquer le cas de la villa Ricci (par la suite villa Médicis) sur le Pincio, commencée dans les années 1560 par le cardinal Giovanni Ricci da Montepulciano d’après un projet de Nanni di Baccio Bigio et exceptionnellement bien conservée (Fig. 35, no 2). Elle se distingue par un plan fermé, articulé selon des conditions internes. Il consiste à régulariser et contrôler une situation complexe – forme irrégulière du terrain, qui plus est en pente, présence d’importantes ruines antiques – à travers le nivellement du sol et le tracé d’allées se coupant à angle droit. La documentation permet de mesurer les travaux considérables qui ont été nécessaires pour la construction des murs de soutènement et pour établir le plan des jardins, qui recouvrent le niveau des ruines antiques. C’est seulement dans la partie méridionale de la zone, organisée de manière plus libre, que les restes d’un ancien temple circulaire ont été partiellement conservés et aménagés en forme de montagne artificielle. L’irrégularité du tracé de la muraille d’Aurélien, à la limite orientale, et du mur nord séparant la villa des terrains de Santa Maria del Popolo, est dissimulée par de nouveaux murs internes, tandis que les tours, pavillons et portails, disposés le long de cet enclos sont utilisés comme points de repère du réseau des allées. L’introversion de la structure se reflète dans l’architecture de la résidence, située en position décentrée par rapport au jardin et dotée d’une façade de palais sévère et avare d’ouvertures, isolé et dominant la ville. Tout en jouissant d’une telle position, la villa ne devait offrir à ses hôtes que des points de vue limités et contrôlés sur l’extérieur. Si le salon situé au centre de la façade s’ouvrait sur la ville qui s’étend en contrebas, de l’intérieur du jardin clos ce panorama était encadré dans de petites fenêtres percées dans le haut mur d’enceinte et c’est seulement des points les plus élevés du jardin que le regard pouvait librement se poser sur la ville et la campagne environnante39.

Fig. 45 > Étienne Dupérac, vue du jardin Soderini à l’intérieur du mausolée d’Auguste (d’apres Stefano Du Perac, I vestigi dell’antichità di Roma, Roma, 1575, tav. 36).

32Enfin, les villas situées sur le Quirinal offrent une certaine variété de solutions à la problématique du rapport à une situation environnementale particulièrement riche et intéressante, telle qu’elle apparaît dans les premières années 1560 (Fig. 31). Cette zone, on l’a dit, était très recherchée et faisait pour cela l’objet de transformations fréquentes, qui ont entraîné la disparition rapide des résidences et des jardins de cette période. Il s’agit d’un ensemble de constructions plutôt hétérogènes, quoique présentant des thèmes récurrents, liées entre elles par le tracé de la nouvelle via Pia.

33Dépourvues en général d’un plan unitaire, ces réalisations apparaissent fortement conditionnées par l’orographie et la topographie, ainsi que par la subsistance de structures préexistantes, antiques et modernes. Les jardins se disposent surtout de part et d’autre de la rue, tirant parti des superficies planes qui occupent le sommet de la colline. Sur le versant septentrional, là où se dressent les villas les plus vastes et les plus considérables – d’Este, Grimani et Pio da Carpi –, les propriétés s’étendent au-delà du bord de la colline, et comprennent donc aussi un dénivelé important, souvent conservé dans son aspect presque naturel. Dans ces villas, les bâtiments résidentiels sont situés juste sur le bord ; des entrées s’ouvrent en différents points de la côte, afin de servir de transition entre les niveaux. Seule la vigna Boccaccio, à l’intérieur de la villa d’Este, présente une structure en terrasses, traitée en jardin et comprise dans une sorte de grand amphithéâtre semi-circulaire (Fig. 31, no 1a).

  • 40 C.L. Frommel, « La villa e i giardini…, op. cit. ; Id., « Il Palazzo del Quirinale…, op. cit. ; Pa (...)
  • 41 C. Hülsen, Römische Antikengärten…, op. cit., p. 43-84; D.R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 195- (...)

34Les sources disponibles permettent d’ajouter quelques informations sur la villa du cardinal Hippolyte d’Este, qui loue en 1550 la propriété des Carafa (Fig. 31, no 140), et sur celle du cardinal Rodolfo Pio da Carpi, dont la dénomination latine, Horti Pii Carpensis, est inscrite sur le portail et dont l’existence est documentée à partir des années 1540 (Fig. 31, no 341). Ces deux villas ont dû leur aspect à une série d’interventions circonscrites, conduites sur la base de structures préexistantes et destinées surtout à l’aménagement des espaces ouverts, enrichis d’architectures végétales élaborées, de fontaines, de sculptures, de décorations picturales, et organisés suivant des programmes iconographiques concertés. Dans la villa d’Este, l’aile résidentielle utilise deux édifices subsistants de la vigna Carafa, reliés par un système articulé de cours et de jardins secrets. Disposés à la fois sur la partie plane et sur la pente, avec des petites aires terrassées, les espaces découverts sont délimités par des murs et des corps de logis et s’ouvrent en quelques points sur la ville et le paysage, que laissent apercevoir des loggias et des fenêtres. La pente du terrain avait été mise à profit pour créer la grande niche de la fontaine inférieure, dite « Fontana da basso ». Comme le montre une vue du XVIIe siècle due à Alò Giovannoli, la résidence de Rodolfo Pio consistait à l’inverse en un palais compact, édifié sur des restes importants de structures antiques à arcades aveugles (Fig. 46). Les deux niveaux apparaissent simplement juxtaposés sans qu’un rapport ait été recherché, mais on sait que dans les substructions romaines avait été créée une fontaine en forme de grotte, ornée de statues et masquée par une loggia peinte. Les ruines ne manquaient sans doute pas non plus à l’intérieur de la villa d’Este, mais reste à établir leur rapport avec les aménagements du XVIe siècle et à vérifier la possibilité que l’amphithéâtre semi-circulaire de la vigna Boccaccio s’appuyait sur des structures remontant à l’Antiquité. En outre, aussi bien Hippolyte d’Este que Rodolfo Pio possédaient deux des plus importantes collections d’antiques de la ville dont les pièces étaient exposées, associées à d’autres éléments de la composition, selon différents critères. Dans la villa d’Este, les sculptures étaient restaurées et souvent adaptées pour être utilisées comme fontaines. Dans les Horti Pii Carpensis, les pièces les plus remarquables étaient disposées de manière très ordonnée et structurée, à l’intérieur de niches, de pergolas garnies de sièges ou de pavillons de bois, tandis que les fragments, les vases et les inscriptions étaient plus librement répandus dans la végétation.

  • 42 R. Lanciani, Storia degli scavi…, op. cit., t. III, p. 196-197.

35Les sources actuellement disponibles sont malheureusement rares sur les résidences mineures situées sur le versant méridional du Quirinal. On devait y trouver également des vestiges, mais seul le palais de la famille Ferreri di Vercelli est un peu mieux connu et se prête à une tentative de reconstruction. Placé à l’angle de la place Montecavallo et de la route qui descend vers Suburre, il était pourvu à l’arrière d’un grand jardin, qui englobait des restes imposants des thermes de Constantin (Fig. 31, no 4). Cet espace est représenté en détail dans une vue de Dupérac, qui en montre l’état de « romantique » abandon, avec ses ruines entourées de monticules de terre, de végétation et d’animaux pâturant (Fig. 4742).

Fig. 46 > Alò Giovannoli, vue de la villa Sforza, appartenue à Rodolfo Pio da Carpi (d’apres Alò Giovannoli, Vedute degli antichi vestigj di Roma, Roma, s.a., f. 34).

36Si on les replace dans l’ensemble des exemples décrits, les Horti Bellaiani présentent à la fois certains thèmes communs aux villas romaines contemporaines, mais aussi des particularités remarquables. Comme on le voit bien sur le plan de Dupérac, la structure de la villa se détache de celle des autres réalisations de cette zone par la régularité de son plan géométrique, clairement délimité par rapport au territoire qui l’entoure (Fig. 31, no 6). Il ne se contente pas d’unir des espaces ouverts et des corps de bâtiments en un tout, mais se cale parfaitement sur celui des ruines sur lesquelles ces bâtiments s’appuient, en en maintenant l’axe de symétrie. Le jardin, plat, mais situé en position élevée comme dans les autres villas du Quirinal, est entièrement enclos dans le bâti et ne s’ouvre pas directement sur le vaste panorama. Ce dernier est cependant visible depuis la promenade aménagée au sommet de l’exèdre, avec le même désir, quoique selon des modalités différentes, de sélectionner les vues offertes, que l’on a observé à la villa Médicis ou dans les Horti Farnesiani. Et justement, comme on l’a vu, c’est dans les jardins du Palatin qu’aurait été reprise la solution du mur d’enceinte surmonté de petites fenêtres caractérisant les Horti Bellaiani (Fig. 44 ; Fig. 34) ; un parti, selon la démonstration de Flaminia Bardati, qui est issu d’exemples français connus du commanditaire.

  • 43 Pour la référence à l’architecture palladienne, proposée par plusieurs spécialistes, voir les cons (...)

37La villa de Jean Du Bellay abritait aussi, on l’a observé, une collection d’antiques considérable, digne de rivaliser avec les plus grandes de la ville ; elle était exposée dans le jardin où elle était associée à la végétation, selon une composition élaborée. Comme dans d’autres jardins du temps, la présence de structures monumentales remontant à l’époque impériale devait enrichir cette évocation de l’Antiquité. Mais ici les ruines sont complètement absorbées dans un dessein achevé, moderne, d’intégration totale entre l’ancien et le nouveau qui ne se rencontre pas dans les résidences romaines contemporaines. Les parois incurvées de l’exèdre sont ainsi converties en ailes du nouvel édifice, dont la façade est dotée d’un tympan. Cette disposition, comme l’indiquent plusieurs études menées à ce sujet, rappelle fortement les plans de certaines villas palladiennes analogues43. Sur la base d’une restitution soigneuse de la villa réalisée à l’aide de nouveaux documents, Flaminia Bardati est aujourd’hui en mesure de confirmer l’originalité de cette dernière dans le panorama de la Rome du milieu du XVIe siècle, en montrant qu’il existe encore d’autres liens avec l’architecture palladienne et en proposant de manière convaincante de situer l’ouvrage dans le contexte de l’héritage de l’école de Bramante. Il existe donc des raisons suffisantes pour ne pas exclure une implication possible de Palladio qui, en 1554, l’année même où démarrait la construction de la villa, se trouvait à Rome pour étudier les monuments antiques.

Fig. 47 > Étienne Dupérac, vue du jardin du palais Ferreri avec les restes des thermes du Constantin (d’apres Stefano Du Perac, I vestigi dell’antichità di Roma, Roma, 1575, tav. 32).

Notes

1 Sur la villa de Jean Du Bellay il n’existe pas encore à ce jour d’étude monographique. Parmi les travaux contenant des informations et des considérations sur ce sujet, citons : Isa Belli Barsali, Ville di Roma, 2e éd., Milano, Rusconi, 1983, p. 21-22, 105-106 ; David R. Coffin, Gardens and Gardening in Papal Rome, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 1991, p. 67-69 ; Jean-Jacques Gloton, « La villa italienne à la fin de la Renaissance. Conceptions palladiennes, conceptions vignolesques », Bollettino del Centro Internazionale di Studi di Architettura Andrea Palladio, 8, 1966, p. 101-113 ; Paolo Fancelli, « Demolizioni e “restauri” di antichità nel Cinquecento romano », dans Roma e l’antico nell’arte e nella cultura del Cinquecento, éd. M. Fagiolo, Roma, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1985, p. 387-388 ; Maurice Brock, « La villa romana del Cinquecento in quanto recupero della topografia antica », dans Roma e l’antico…, op. cit., p. 342-343. Pour des mises à jour et des approfondissements sur le sujet voir la contribution de Flaminia Bardati dans ce même volume.

2 Parmi les innombrables études générales sur les villas romaines du Cinquecento, rappelons les principaux travaux qui ont été utilisés pour la présente contribution : David R. Coffin, The Villa in the Life of Renaissance Rome, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 1979 ; Id., Gardens and Gardening…, op. cit. ; I. Belli Barsali, Ville di Roma…, op. cit. ; Marcello Fagiolo, Ville e giardini di Roma, Milano, Jaca Book, 2001 ; Claudia Lazzaro, The Italian Renaissance Garden : From the Conventions of Planting, Design and Ornament to the Grand Gardens of Sixteenth Century Central Italy, New Haven, Yale University Press, 1990 ; Elisabeth B. MacDougall, Fountains, Statues and Flowers : Studies in Italian Gardens of the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Washington (DC), Dumbarton Oaks Research Library and Collection, 1994 ; Margherita Azzi Visentini, La villa in Italia. Quattrocento e Cinquecento, Milano, Electa, 1995. Sur les vicissitudes des villas romaines de la Renaissance, en relation avec les processus de transformation urbaine, voir en outre Renata Samperi, « La città delle vigne, dei giardini e delle ville (fine XV-XVI secolo) », dans Le trasformazioni urbane nel Cinquecento. II. Dalla città al territorio, éd. G. Simoncini, Firenze, Olschki, 2011, p. 105-157. On renvoie à ce dernier travail pour des approfondissements sur le thème de la présente contribution.

3 Giorgio Simoncini, Roma. Le trasformazioni urbane nel Quattrocento. I. Topografia e urbanistica da Bonifacio IX ad Alessandro VI, Firenze, Olschki, 2004, p. 253-254.

4 Daniela Esposito, « Vigneti e orti entro le mura : utilizzo del suolo e strutture insediative », dans Roma. Le trasformazioni urbane nel Quattrocento. II. Funzioni urbane e tipologie edilizie, éd. G. Simoncini, Firenze, Olschki, 2004, p. 210-215.

5 Ibid., p. 221-228.

6 Giorgio Simoncini, Roma. Le trasformazioni urbane nel Cinquecento. I. Topografia e urbanistica da Giulio II a Clemente VIII, Firenze, Olschki, 2008, p. 38, 177, 216-217.

7 Claudia Conforti, « Via Pia : rus in urbe », Paragone Arte, 59, 2008, 3e série, 82, p. 21-31.

8 Voir, dans le présent volume, la documentation complémentaire présentée par Flaminia Bardati dans sa contribution.

9 Florence, Gabinetto dei disegni e delle stampe degli Uffizi, 2547A ; le dessin est publié et commenté dans Laura Marcucci, « Persistenze e trasformazioni nella “Piazza di Termini”. Dagli orti cinquecenteschi ai progetti di Marcello Piacentini », dans Architettura : processualità e trasformazione, éd. M. Caperna et G. Spagnesi, Actes du colloque (Rome, 1999), Roma, Bonsignori, 2002 (Quaderni dell’Istituto di Storia dell’architettura, n.s., 34-39, 1999-2002), p. 307-330.

10 M. Brock, « La villa romana del Cinquecento…, op. cit., p. 342-343.

11 Le mur est représenté en détail sur un dessin d’Antonio Dosio (Florence, Gabinetto dei disegni e delle stampe degli Uffizi, 2573A ; L. Marcucci, « Persistenze e trasformazioni…, op. cit.).

12 Rodolfo Lanciani, Storia degli scavi di Roma e notizie intorno le collezioni romane di antichità, 4 t., Roma, Loescher, 1902-1912 ; nouvelle éd. Roma, edizioni Quasar, 4 t., 1989-1992, t. I, 1989, p. 148 ; Franco Borsi, « La Consulta nella storia urbana », dans Il Palazzo della Consulta, Roma, Editalia, 1974, p. 47-51 ; D. R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 182-183 ; Id., Gardens and Gardening…, op. cit., p. 17.

13 D.R. Coffin, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 9 ; Fritz-Eugen Keller, « Ricostruire l’Antico : ville rinascimentali su ville antiche », dans Ianiculum – Gianicolo : storia, topografia, monumenti, leggende dall’antichità al Rinascimento, éd. E. M. Steinby, Roma, Institutum Romanum Finlandiae, 1996, p. 111-117 ; Anna Cavallaro, « Introduzione », dans Collezioni di antichità a Roma tra ‘400 e ‘500, éd. A. Cavallaro, Roma, De Luca, 2007, p. 11-12; Cammy Brothers, « Reconstruction as Design : Giuliano da Sangallo and the “palazzo di mecenate” on the Quirinal Hill », Annali di architettura, 14, 2002, p. 55-72, ici p. 58 et 66.

14 D. R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 183-185; David Sanderson Chambers, « The Housing Problems of Cardinal Francesco Gonzaga », Journal of the Warburg and Courtauld Institute, 39, 1976, p. 32-33; Andrea Vivit, « L’insigne viridario di Francesco Gonzaga in Roma », Bollettino del Centro di Studi per la storia dell’architettura, 34, 1987, p. 5-33.

15 D. R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 187-190; Christoph Luitpold Frommel, « La villa e i giardini del Quirinale nel Cinquecento », dans Restauri al Quirinale, éd. L. Morozzi, Roma, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1999 (Bollettino d’arte, numéro spécial, 1999), p. 15-62; Id., « Il Palazzo del Quirinale tra il XV e il XVII secolo », dans Architettura : processualità…, op. cit., p. 275-284; Enrico Parlato, « Cultura antiquaria e committenza di Oliviero Carafa. Un documento e un’ipotesi sulla villa del Quirinale », Studi Romani, 38, 1990, p. 269-280.

16 Roberto Valentini, Giuseppe Zucchetti, Codice Topografico della Città di Roma, 4 vol. , Roma, Tipografia del Senato, 1940-1953, 4, 1953, p. 283-284.

17 D. R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 193-195; R. Lanciani, Storia degli scavi…, op. cit., t. I, p. 182-183.

18 R. Valentini, G. Zucchetti, Codice Topografico…, op. cit., 4, 1953, p. 519; R. Lanciani, Storia degli scavi…, op. cit., t. I, p. 270; F. Borsi, « La Consulta… », op. cit., p. 63-64; D. R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 185-187.

19 Alessandro Ferrajoli, « Il ruolo della Corte di Leone X. Prelati e domestici », Archivio della R. Società Romana di Storia Patria, 38, 1915, n. 3-4, p. 437-441; D. R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 192; Id, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 235.

20 R. Valentini, G. Zucchetti, Codice Topografico…, op. cit., 4, 1953, p. 519; R. Lanciani, Storia degli scavi…, op. cit., t. I, p. 227; C.L. Frommel, « Il Palazzo del Quirinale…, op. cit., p. 275.

21 Fritz-Eugen Keller, « Une villa de la Renaissance sur le site d’une villa antique », dans La Villa Médicis. 2. Études, Rome, Académie de France à Rome, 1991, p. 64-77 ; Pier Nicola Pagliara, « Le Pincio du XVe au XVIe siècle et la vigna de Marcello Crescenzi », dans La Villa Médicis. II. Études…, op. cit., p. 92-109 ; D.R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 217-219.

22 D. R. Coffin, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 33-34, 233-234. Pour la restauration de l’aqueduc Vergine voir Cesare D’Onofrio, Acque e fontane di Roma, Staderini, Pomezia (Roma), 1977, p. 127-128. Pour la reconstitution des références littéraires présentes dans les jardins de Coricio et de Colocci voir : E. B. MacDougall, Fountains, Statues and Flowers…, op. cit., p. 37-55 ; Phyllis Pray Bober, « The Coryciana and the Nymph Corycia », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 40, 1977, p. 223-239.

23 E.B. MacDougall, Fountains, Statues and Flowers…, op. cit., p. 23-25.

24 Parmi les très nombreux travaux sur le sujet, rappelons les études fondamentales de Ackerman et Bruschi : James S. Ackerman, The Cortile del Belvedere (Studi e documenti per la storia del palazzo Apostolico Vaticano, 3), BAV, 1954 ; Arnaldo Bruschi, Bramante architetto, Bari, Laterza, 1969, p. 291-434. Pour des mises au point plus récentes, voir Christoph Luitpold Frommel, « La città come opera d’arte : Bramante e Raffaello (1500-20) », dans Storia dell’architettura italiana. Il primo Cinquecento, éd. A. Bruschi, Milano, Electa, 2002, p. 82-87, et Alberta Campitelli, Gli horti dei papi. I Giardini Vaticani dal Medioevo al Rinascimento, Milano, Jaca Book, 2009, p. 34-60, avec les références bibliographiques qu’on peut y trouver.

25 D.R. Coffin, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 19-20, 58-61; Hans Henrik Brummer, The Statue Court in the Vatican Belvedere, Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1970 ; A. Campitelli, Gli horti dei papi…, op. cit., p. 45-49.

26 Parmi les très nombreux travaux sur le sujet, rappelons en particulier : D.R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 245-257; John Shearman, « A Functional Interpretation of Villa Madama », Römisches Jahrbuch für Kunstgeschichte, 20, 1983, p. 313-327; Christoph Luitpold Frommel, « Villa Madama », dans Raffaello Architetto, éd. C. L. Frommel, S. Ray, M. Tafuri, Milano, Electa, 1984, p. 311-356 ; Wolfgang Jung, Über szenographisches Entwerfen. Raffael und die Villa Madama, Wiesbaden, Vieweg, 1997. Pour des informations complémentaires voir la notice de Maddalena Scimemi, « Villa Medici-Madama a Monte Mario », dans Andrea Palladio e la villa veneta da Petrarca a Carlo Scarpa, éd. G. Beltramini, H. Burns, Venezia, Marsilio, 2005, p. 238-240.

27 Isa Belli Barsali, « I giardini di statue antiche nella Roma del ‘500 », dans Gli Orti farnesiani sul Palatino, Actes du colloque (Rome, 1985), éd. G. Morganti, Roma, De Boccard, 1990, p. 343-352; E.B. MacDougall, Fountains, Statues and Flowers…, op. cit., p. 11, 25-27.

28 Maurizio Caperna, « Sviluppi e caratteri dell’area urbana di via della Lungara dalla metà del Cinquecento alla metà del Seicento », dans Early Modern Rome 1341-1667, éd. P. Prebys, Ferrara, 2011, p. 572-581.

29 Christoph Luitpold Frommel, Die Farnesina und Peruzzis architektonisches Frühwerk, Berlin, De Gruyter, 1961; Id., La Villa Farnesina, dans La Villa Farnesina a Roma, éd. C. L. Frommel, 2 vol. , Modena, Panini, 2003; D. R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 87, 90-109; Id., Gardens and Gardening…, op. cit., p. 35, 77-78; Fiore Paolo Francesco, « Roma, le diverse maniere », dans Storia dell’architettura italiana. Il primo Cinquecento…, op. cit., p. 132-134 ; Ingrid D. Rowland, « Il giardino trans Tiberim di Agostino Chigi », dans I giardini Chigi tra Siena e Roma : dal Cinquecento agli inizi dell’Ottocento, éd. C. Benocci, Siena, Protagon Editori, 2005, p. 57-72.

30 Christoph Luitpold Frommel, « Le opere romane di Giulio », dans Giulio Romano, Milano, Electa, 1989, p. 112-117; D.R. Coffin, The Villa …, op. cit., p. 257-265; F.-E. Keller, « Ricostruire l’Antico…, op. cit., p. 111-117; Claudia Conforti, « Architettura e culto della memoria : la committenza di Baldassarre Turini datario di Leone X », dans Baldassarre Peruzzi : pittura, scena e architettura nel Cinquecento, éd. M. Fagiolo et M.L. Madonna, Roma, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1987, p. 603-628; F.P. Fiore, « Roma, le diverse maniere…, op. cit., p. 150.

31 D.R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. VII-VIII.

32 Dans le cadre de l’abondante littérature sur la villa Giulia, voir en particulier : D.R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 150-174 ; Id., Gardens and Gardening…, op. cit., p. 39-40, 80-82, 139-142 ; Christoph Frommel Luitpold, « Vignola architetto del potere. Gli esordi e le ville nell’Italia centrale », dans Jacopo Barozzi da Vignola, éd. R. J. Tuttle, B. Adorni, C.L. Frommel, C. Thoenes, Milano, Electa, 2002, p. 45-54 ; Marcello Fagiolo, Vignola : l’architettura dei principi, Roma, Gangemi, 2007, p. 63-92 ; Bruno Adorni, Jacopo Barozzi da Vignola, Milano, Skira, 2008, p. 54-65 ; Alberta Campitelli, « Committenti e giardini nella Roma della prima metà del Cinquecento. Alcuni documenti e un’ipotesi per Villa Giulia », dans Delizie in villa : il giardino rinascimentale e i suoi committenti, éd. G. Venturi, F. Ceccarelli, Firenze, Olschki, 2008, p. 209-221.

33 Pour le casino de Pie IV, voir en particulier : D.R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 267-278 ; A. Campitelli, Gli horti dei papi…, op. cit., p. 80-106 (où l’on trouvera des renvois à la vaste bibliographie antérieure).

34 Christian Hülsen, Römische Antikengärten des xvi. Jahrhunderts, Heidelberg, Winter, 1917, p. 1-42 ; Fiorenza Rausa, « La collezione del cardinale Paolo Emilio Cesi (1481-1537) », dans Collezioni di antichità…, op. cit., p. 205-217 ; Sabine Eiche, « On the Layout of the Cesi Palace and Gardens in the Vatican Borgo », Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florenz, 39, 1995 (1996), p. 258-281 ; Domenico Gnoli, « Il giardino e l’antiquario del cardinal Cesi », Mitteilungen des deutschen Archäologischen Instituts. Römische Abteilung, 20, 1905, p. 267-276 ; Marjon M. van der Meulen, « Cardinal Cesi’s Antique Sculpture Garden. Notes on a Painting by Hendrich van Cleef III », The Burlington Magazine, 116, 1974, p. 14-24; D.R. Coffin, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 22-24, 66-67.

35 Hildegard Giess, « Studien zur Farnese-Villa am Palatin », Römisches Jahrbuch für Kunstgeschichte, XIII, 1971, p. 179-230; Alessandro Viscogliosi, « Gli Orti Farnesiani : cento anni di trasformazioni (1537-1635) », dans Gli Orti farnesiani…, op. cit., p. 99-339; Sandro Benedetti, « La villa di Alessandro Farnese », dans Gli Orti farnesiani…, op. cit., p. 273-298; M. Fagiolo, Vignola…, op. cit., p. 92-106; D.R. Coffin, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 69-75; Giuseppe Morganti, Gli Orti Farnesiani, Milano, Electa, 1990.

36 Matthias Quast, « Zur Planung römischer Villenanlagen der zweiten Hälfte des Cinquecento : die Organisation des Terrains », Mitteilungen des Kunsthistorischen Insitutes in Florenz, 38, 1994, 2/3, p. 271-274.

37 Palazzo Silvestri-Rivaldi a Roma, éd. A. Cremona, Roma, Carocci, 2009 (Ricerche di Storia dell’arte, 97), p. 17-34, 77-87 ; D. R. Coffin, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 64-65, 67 ; Maria Olimpia Zander, « La casa di Eurialo Silvestri a Roma », dans All’ombra di sa’gilio a celeri di farnesi, éd. E. Galdieri, R. Luzi, Cellere, 2001, p. 163-179. L’hypothèse d’un projet de jardin suspendu est permise par un document de 1547 concernant l’autorisation faite au propriétaire de « paver les arcs » de la basilique de Maxence, document publié dans R. Lanciani, Storia degli scavi…, op. cit., t. II, p. 236-237, et repris dans les études postérieures. L’aménagement du jardin a été terminé seulement après 1577 par le nouveau propriétaire, le cardinal Alexandre de Médicis, suivant le parti d’un rapprochement élaboré entre nature et ruines attribué à Giacomo Del Duca (Sandro Benedetti, Giacomo del Duca e l’architettura del Cinquecento, Roma, Officina, 1972 et 1973, p. 337-343 ; P. Fancelli, « Demolizioni e “restauri”…, op. cit., p. 386-387).

38 R. Lanciani, Storia degli scavi…, op. cit., t. II, p. 19-20 ; P. Fancelli, « Demolizioni e “restauri”… », op. cit., p. 387 ; D.R. Coffin, Gardens and Gardening…, op. cit., p. 65-67.

39 Glenn M. Andres, « Nanni di Baccio Bigio et la villa Médicis », dans La Villa Médicis. II. Études…, op. cit., p. 227-256 ; Id., « Le jardin du cardinal Ricci », dans Ibid., p. 342-349 ; F.E. Keller, « Une villa de la Renaissance…, op. cit., p. 73, note 35 ; D.R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 219-224 ; M. Quast, « Zur Planung römischer Villenanlagen…, op. cit., p. 253-258.

40 C.L. Frommel, « La villa e i giardini…, op. cit. ; Id., « Il Palazzo del Quirinale…, op. cit. ; Paola Zampa, « La vigna Carafa e la vigna Boccaccio a Monte Cavallo : le fontane del bosco del cardinale Ippolito d’Este », dans Ippolito II d’Este, cardinale, principe, mecenate, éd. M. Cogotti, F.P. Fiore, Roma, 2013, p. 163-184.

41 C. Hülsen, Römische Antikengärten…, op. cit., p. 43-84; D.R. Coffin, The Villa…, op. cit., p. 195-200; Id., Gardens and Gardening…, op. cit., p. 25-27, 38-39, 66-67; Sabine Eiche, « Cardinal Giulio della Rovere and the Vigna Carpi », Journal of the Society of Architectural Historians, 45, 1986, p. 115-133; C. Lazzaro, The Italian renaissance garden…, op. cit., p. 109-110.

42 R. Lanciani, Storia degli scavi…, op. cit., t. III, p. 196-197.

43 Pour la référence à l’architecture palladienne, proposée par plusieurs spécialistes, voir les considérations et les indications bibliographiques contenues dans P. Fancelli, « Demolizioni e “restauri”…, op. cit., p. 387-388.

Table des illustrations

Légende Fig. 31 > Étienne Dupérac, plan de Rome, détail avec la zone du Quirinal (d’après A. P. Frutaz, Le piante di Roma, t. II, Roma, 1962, tav. 250) : 1. Villa Carafa-d’Este ; 1a. Vigna Boccaccio ; 2. Villa Grimani ; 3. Villa Pio da Carpi ; 4. Palais Ferreri ; 5. Vigna Sadoleto ; 6. Horti Bellaiani.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Légende Fig. 32 > Anonyme, vue de Rome, copie du perdu prototype de la fin du XVe siècle attribué à Francesco Rosselli (Mantova, Museo di Palazzo San Sebastiano).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 33 > Giovanni Antonio Dosio, vue de l’enceinte des thermes de Dioclétien (Florence, GDSU, 2547 Ar).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Fig. 34 > Giovanni Antonio Dosio, clôture des Horti Bellaiani (Florence, GDSU, 2573 Ar).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 35 > Étienne Dupérac, plan de Rome, détail avec la zone du Pincio (d’après A. P. Frutaz, Le piante di Roma, t. II, Roma, 1962, tav. 255) : 1. Jardins Colocci et Del Bufalo ; 2. Villa Ricci-Médicis.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Légende Fig. 36 > Étienne Dupérac, plan de Rome, détail avec la zone du Vatican (d’après A. P. Frutaz, Le piante di Roma, t. II, Roma, 1962, tav. 251) : 1. Belvédère ; 2. Cour des Staues ; 3. Casino de Pie IV ; 4. Palais Cesi.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Légende Fig. 37 > Giovanni Antonio Dosio, vue de la cour-jardin du Belvédère, vers 1560 (Florence, GDSU, 2559 Ar).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 38 >Antonio da Sangallo le Jeune, projet pour la villa Médicis-Madama, plan, 1519-1521 (Florence, GDSU, 314 Ar, détail).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Légende Fig. 39 > Étienne Dupérac, plan de Rome, détail avec la zone de la via della Lungara e du Janicule (d’après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, t. II, Roma, 1962, tav. 250) : 1. Villa Chigi (dite par la suite Farnesina) ; 2. Vigna Farnese ; 3. Palais Riario ; 4. Palais Adimari-Salviati ; 5. Villa Turini-Lante.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Légende Fig. 40 > Paul Marie Letarouilly, plan de la villa Chigi, dite par la suite Farnesina, avant l’ouverture du Lungotevere (d’apres P.M. Letarouilly, Édifices de Rome moderne, Paris, 1860, t. I, pl. 100).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Fig. 41 > Étienne Dupérac, plan de Rome, détail avec la zone du Palatin e du Forum (d’après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, t. II, Roma, 1962, tav. 250) : 1. Horti Farnesiani ; 2. Palais Silvestri.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 717k
Légende Fig. 42 > Paul Marie Letarouilly, plan du noyau principal de la villa Giulia (d’apres P.M. Letarouilly, Édifices de Rome moderne, Paris, 1860, t. II, pl. 205).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 43 > Marten van Heemskerck, vue du jardin du palais Cesi, 1532-36, (Berlin, Kupferstichkabinett, Heemskerck-Alben, I, f° 25r°, d’après H. Egger, Die römischen Skizzenbücher von Marten van Heemskerck im Königlichen Kupferstichkabinettzu Berlin, Berlin 1913-1916, I, 1913, tav. 26).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Fig. 44 > Paul Marie Letarouilly, vue des Horti Farnesiani (d’apres P.M. Letarouilly, Édifices de Rome moderne, Paris, 1860, t. III, pl. 264).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 45 > Étienne Dupérac, vue du jardin Soderini à l’intérieur du mausolée d’Auguste (d’apres Stefano Du Perac, I vestigi dell’antichità di Roma, Roma, 1575, tav. 36).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 46 > Alò Giovannoli, vue de la villa Sforza, appartenue à Rodolfo Pio da Carpi (d’apres Alò Giovannoli, Vedute degli antichi vestigj di Roma, Roma, s.a., f. 34).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Légende Fig. 47 > Étienne Dupérac, vue du jardin du palais Ferreri avec les restes des thermes du Constantin (d’apres Stefano Du Perac, I vestigi dell’antichità di Roma, Roma, 1575, tav. 32).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8011/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

Auteur

Sapienza Università di Roma

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search