Desktop versionMobile Version

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

IV. L’environnement de Jean Du Bellay à Rome

Jean Du Bellay, bâtisseur passionné de la France à l’Italie1

Flaminia Bardati

Volltext

  • 1 Je tiens à remercier Cédric Michon et Loris Petris pour le dialogue que nous avons instauré autour (...)

1Dans le cadre des relations artistiques entre France et Italie au XVIe siècle et, plus particulièrement, du rôle joué par les cardinaux en tant que passeurs de culture dans l’Europe de la Renaissance, Jean Du Bellay est sans doute un pivot de ce transfert de civilisation, goût et mode de vie.

  • 2 Michon, La crosse et le sceptre.
  • 3 Cf. les articles de David Potter et Thomas Nicklas dans ce volume.
  • 4 Cf. Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay (1492 ou 1498/1499-1560) », dans Les conseillers de François I(...)
  • 5 Cf. les articles de Barbara Furlotti et Carmelo Occhipinti dans ce volume.
  • 6 Cf. les articles de Perrine Galand, Richard Cooper et David Amherdt dans ce volume.

2Prélat d’État, selon la définition de Cédric Michon2, diplomate expert des réseaux italiens, anglais et germaniques3, homme de confiance de François Ier et d’Anne de Montmorency4, ce personnage multiforme est connu dans le domaine artistique surtout pour sa compétence « antiquaire » et sa passion effrénée pour la sculpture5, sans oublier ses relations étroites avec les milieux lettrés français et italien, auxquels il appartient également par sa production poétique6.

  • 7 Comme bibliographie essentielle cf. Philibert Delorme, Le Premier Tome de l’Architecture, Paris, F (...)
  • 8 Jean-Jacques Boissard, Romanae Urbis Topographiae & Antiquitatum Qua succinta & breviter describun (...)

3Dans le domaine de l’architecture son nom est lié à Philibert Delorme et au château de Saint-Maur-des-Fossés7, un édifice clé pour la compréhension de la seconde Renaissance française mais malheureusement perdu (Fig. 1). Tout comme la magnifique villa des Horti Bellaiani, qu’il commanda à Rome vers 1554 (Fig. 2), devenue en partie, entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle, le couvent des Feuillants, puis les églises San Bernardo et Santa Caterina in thermis. Elle fut définitivement démolie au profit du percement de la voierie moderne durant la seconde moitié du XIXe siècle8.

  • 9 CCJDB, t. I, p. 402.

4Outre ce destin malheureux, le château de Saint-Maur et les Horti Bellaiani reflètent l’un et l’autre la passion pour l’Antiquité qui guide leur commanditaire dans les choix fondamentaux de leur conception. En fait l’architecture fait partie des intérêts de Jean Du Bellay au moins depuis le début des années 1530. La lettre que lui écrit Rodolfo Pio da Carpi en juillet 1534, au lendemain de la conclusion de sa première mission romaine, témoigne de son projet de construire à Saint-Maur un édifice qui sera enrichi de statues, médailles et autres pièces antiques : « […] spero vedere anchora V.S. qui in Roma, et con manco travaglio andar rivedendo le anticaglie con ragunarne alcune per portare a San Mauro9 ».

Fig. 1 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, plan, d’après P. Delorme, Premier tome de l’architecture…, f° 17v°.

Fig. 2 > Horti Bellaiani, vue d’après le plan de Rome d’Étienne Dupérac, 1577 (d’après A. P. Frutaz, Le piante di Roma, vol. II, Roma 1962, tav. 250).

  • 10 Io. Bartholomei Marliani Patricii Mediolanen. Antiquae Romae topographia libri septem, Romae, per (...)
  • 11 Giovanni Bartolomeo Marliani, Topographia antiquae Romae, studio Francisci Rabelaesi edita, Lyon, (...)

5Les fouilles archéologiques à la recherche de sculptures antiques, faites à l’occasion de cette mission, avaient aussi permis un contact direct avec les vestiges architecturaux, parfois étudiés et mesurés en compagnie de Rabelais et d’autres assistants dans le but de rédiger ce plan topographique et philologique de la ville ancienne qui sera publié en 1534, d’abord à Rome par Giovanni Bartolomeo Marliani10, puis à Lyon, dans une édition revue par Rabelais et dédicacée à Jean Du Bellay11.

6Si en France sa nomination à l’évêché de Paris et le rôle qu’il espérait jouer auprès de François Ier l’obligeaient à se doter d’une demeure convenable, à Rome la fréquentation des cours cardinalices, dont les fastes ont été chantés par son neveu Joachim, a sans doute incité Jean Du Bellay à rivaliser avec ses confrères, imaginant un château à la française qui accueillerait en même temps les résultats des recherches architecturales italiennes contemporaines. Vingt ans plus tard, les Horti Bellaiani s’insèrent pleinement parmi les exemples les plus innovants de ces recherches, tout en gardant quelques commodités à la française.

  • 12 Pendant les nombreuses années qu’il passe à Rome, Du Bellay change souvent de demeure. Hôte de l’é (...)

7Bien que les obligations et le mode de vie de Jean Du Bellay varient beaucoup de la cour de France à la cour pontificale, son rapport avec l’art de bâtir semble suivre des invariants, guidés par l’amour qu’il porte à l’Antiquité et que révèlent les choix des delizie de Saint-Maur et des Horti Bellaiani : malgré la distance chronologique, la situation géographique et culturelle différente, l’appartenance à deux mondes relevant de traditions fonctionnelles et stylistiques autonomes, les deux édifices sont conçus par Du Bellay comme des refuges pour l’otium, maisons des Muses, temples dédiés à la vénération de la civilisation classique. Ils constituent les pendants des demeures urbaines où le cardinal Du Bellay règle, en France, les affaires liées à ses charges officielles, d’évêque de Paris et lieutenant de la Ville pour quelque temps et, à Rome, celles de vice-doyen puis doyen du Sacré Collège. Cela ne signifie pas qu’il néglige ses résidences urbaines parisiennes et romaines12, bien entretenues, parfois améliorées par des interventions plus au moins importantes : toutefois, lieux du negotium, elles ne jouissent pas d’un dessein d’ensemble original, nourri de la passion « antiquaire » du cardinal.

SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS, DELIZIA DE L’HOMME DU ROI

  • 13 Pour la chronologie du chantier cf. bibliographie citée en note 6.
  • 14 Du Cerceau informe le lecteur des détails du projet commandé à Delorme par la reine (J.A. Du Cerce (...)

8Du Bellay obtient la sécularisation de l’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés en 1536. En l’absence de sources, les spécialistes tendent à penser que la construction a dû commencer vers 1541, quand François Ier ordonne de clôturer le parc de Saint-Maur pour protéger le gibier. Cette datation est cohérente avec la vente de l’hôtel parisien dépendant de l’abbaye, en 1542, ainsi qu’avec l’obtention entre 1541 et 1543 des évêchés de Limoges, du Mans et de Bordeaux ainsi que des abbayes d’Aniane et Pontigny : ce cumul de bénéfices et de revenus a sans doute permis à Du Bellay de concentrer beaucoup de ressources financières sur le chantier de Saint-Maur. En 1544, une partie du château devait être habitable, car le roi y a séjourné sans interruption du 7 juillet au 4 août. D’autres travaux sont documentés en 1548 et en 155013. Le château passe ensuite à Catherine de Médicis (1563) qui le fait profondément transformer par le même Delorme14, puis aux Bourbon Condé, qui à leur tour firent des aménagements importants avant qu’il ne soit finalement démoli à la Révolution.

  • 15 J.A. Du Cerceau, op. cit., éd. D. Thomson, p. 227.

9Au dire de Du Cerceau le projet de Saint-Maur que Delorme publie dans son traité, en 1567, ne correspond pas à l’édifice réalisé et acquis par Catherine de Médicis : « le cardinal Du Bellay […] commença à y faire bastir & fist faite un corps de logis, avec cour seulement15 » ; mais, malheureusement, si le corpus de dessins et de gravures de Du Cerceau montre plusieurs étapes des aménagements commandés par la reine, il ne présente pas l’état des lieux au moment de l’acquisition, ce qui empêche d’évaluer à la fois la fiabilité du projet proposé par Delorme et l’état d’avancement du chantier.

  • 16 Pour Kitaeff (op. cit.) en 1551 seule une partie du logis principal était réalisée tandis que Péro (...)
  • 17 Sur la rencontre entre Du Bellay et Delorme autour de 1535 cf. A. Blunt, op. cit., p. 10 ; Yves Pa (...)

10En effet ce dernier dut progresser très lentement et demeurer inachevé : entre la date présumée du début des travaux (1541) et la résignation du siège épiscopal de Paris à Eustache Du Bellay (1551), il semble que seule une partie du logis principal et peut-être les soubassements des ailes latérales aient été bâtis16. De plus si l’on pense que dès 1534 au moins, depuis Rome, Jean Du Bellay songeait à bâtir un édifice à Saint-Maur et que durant sa première ou sa deuxième mission romaine il a connu Delorme, qui se passionnait pour l’étude des ruines et de l’architecture Renaissance17, il est possible qu’architecte et commanditaire aient esquissé les lignes fondamentales du projet dans la ville Éternelle, hypothèse qui prolongerait encore la genèse et la mise en œuvre du chantier.

  • 18 « Le chasteau de S. Maur des Fossez a esté basty sur une colline […] qui estoit faicte de la terre (...)

11Ce retard dans la réalisation est dû à plusieurs circonstances. Comme Philibert l’écrit dans son traité, le site de Saint-Maur était caractérisé par un terrain instable qui obligea l’architecte à creuser des fondations profondes, ce qui demanda beaucoup de temps et de ressources financières18.

12Ces dernières étaient sans doute un problème constant pour l’évêque de Paris, dont le train de vie et la passion « antiquaire » engendraient des dépenses et des dettes énormes.

  • 19 Le commentaire de Marino Giustiniani à son retour d’une mission de plus de trois ans auprès de Fra (...)

13En outre, prélat d’État participant au Conseil au moins entre 1531 et 1545, le service qu’il devait à son roi le retenait souvent loin à la fois de Saint-Maur et de ses passions : non seulement la cour de France maintient sous François Ier son caractère itinérant19, obligeant ses membres à se déplacer selon les nécessités et le gré du roi, mais les atouts de Jean Du Bellay résident dans son réseau politique et diplomatique anglais, germanique et italien, qui l’obligent à s’absenter fréquemment de France et de Paris.

  • 20 Flaminia Bardati, « Francesco I e il rinnovamento urbano di Parigi : un approccio graduale (1528-1 (...)
  • 21 Statues et autres pièces antiques récupérées par sa sœur Louise après la mort du cardinal et offer (...)
  • 22 Comprenant notamment les livres I et II de Sebastiano Serlio. Voir Loris Petris, « Vestiges de la (...)

14À Paris, par ailleurs, il ne délaissa pas l’évêché, qui en 1540 était plus agréable et apte à accueillir Charles Quint que les résidences royales, encore à moderniser20. Du Bellay y exposait des statues et des marbres antiques importés de Rome21 et, bien que les archives fassent défaut, il est probable que depuis 1532 il ait commandé des petits aménagements dans la résidence épiscopale où, même après son départ définitif pour Rome, on gardait une partie de sa bibliothèque22.

  • 23 « Ledict sr cardinal a, par commandement du Roy, amené ung homme bien experimenté à fortiffier vil (...)
  • 24 Paris, BnF, Dupuy 838, f° 145r°-v°. On peut supposer que c’est grâce à l’expérience acquise à Rome (...)
  • 25 A. Tuetey, op. cit., t. II, p. 245. Voir aussi les édits diffusés le 30 juillet et le 4 août 1536 (...)

15Les difficultés politiques, en outre, et des événements contingents ont sans doute ralenti l’entreprise de Saint-Maur. En 1536, nommé lieutenant général pour la ville et pour l’Île-de-France, Jean Du Bellay administre les travaux de fortification de la capitale. Assisté par Domenico da Cortona23, à la même époque chargé du projet pour l’Hôtel de Ville, il entreprend d’examiner personnellement et mesurer les remparts, depuis la porte Saint-Honoré, pour évaluer les travaux à effectuer24. Pour que toutes les ressources financières et humaines soient destinées aux fortifications, il ordonne que les chantiers privés de la capitale soient interrompus25, circonstance qui pourrait avoir retardé aussi ses projets personnels.

16Quoi qu’il en soit, les transformations commandées par Catherine de Médicis et les Bourbon-Condé, puis la démolition de l’édifice, obligent à baser toute analyse sur le projet publié par Delorme en 1567 et partiellement sur les dessins et gravures de Du Cerceau, de peu postérieurs.

Le projet selon le Premier Tome

  • 26 Plusieurs architectes-théoriciens de la Renaissance partagent cette attitude, qui d’une part perme (...)
  • 27 Tous les bâtisseurs des exemples cités ont joué des rôles politiques remarquables (Flaminia Bardat (...)
  • 28 Dans le texte toutefois Delorme parle d’un nombre non précisé de marches, sept ou dix (P. Delorme,(...)
  • 29 Cet équilibre complexe de pleins et vides se retrouve dans les baies des élévations extérieures qu (...)
  • 30 Le même Delorme critique cette solution, peut-être dérivée du Grand Ferrare, et explique que pour (...)
  • 31 Dont Delorme explique le fonctionnement des platebandes au folio 226vo, après avoir illustré la so (...)
  • 32 Ces types de solutions ne sont pas étrangers à l’architecture contemporaine italienne mais Delorme (...)

17Comme souvent dans les traités, le projet que Delorme présente au public est, selon ses mots, « quasi semblable » à celui qu’il rédigea pour le cardinal Du Bellay plusieurs années auparavant26. Le plan du folio 17vo (Fig. 1) montre une cour quasiment carrée, bordée par quatre corps de logis, dont celui de l’aile d’entrée plus bas, selon un modèle inauguré en France au Verger, suivi par Bury (Fig. 3), Écouen (Fig. 4) le château de Nantouillet (Fig. 5) et la villa de Vanves (Fig. 6), bien que les plans des deux derniers soient moins réguliers27. À Saint-Maur les ailes latérales, légèrement prolongées, forment des avant-corps ou pavillons renfermant une terrasse, large autant que la façade de l’aile d’entrée et accessible grâce à trois gradins, comme un temple28. Delorme présente aussi, au folio 18ro, un plan similaire (Fig. 7), mais enrichi de quatre pavillons d’angles, un portique postérieur, une deuxième terrasse en façade et une autre articulation des pièces des ailes latérales, qui semble constituer une réflexion successive, peut-être en rapport avec le plan du rez-de-chaussée dessiné par Du Cerceau (Fig. 8). Cette terrasse, qui dialogue avec les nombreuses solutions de loggia proposées par Serlio dans le livre VI, mais sans les imiter, et que Delorme utilisera plus tard aux Tuileries, empêche l’entrée à cheval en transformant la cour en un espace qui se rapproche du « cortile » italien. Cet effet est augmenté grâce à l’articulation régulière des élévations sur cour des quatre ailes que l’on peut déduire du plan, organisé selon deux axes orthogonaux : le premier, longitudinal, allant du portail extérieur jusqu’au vestibule de l’aile de fond (E) et à l’escalier vers le jardin, le deuxième, transversal, qui démarque deux accès secondaires dans les ailes latérales. Les quatre entrées et les angles de la cour sont marqués par la présence de colonnes adossées tandis que les parois suivent un rythme particulier, qui se répète pour chaque demi-façade : de l’angle à l’entrée se succèdent une colonne, une fenêtre, un couple de pilastres, un trumeau, un couple de pilastres, une fenêtre, une colonne29. Cette organisation est confirmée par l’élévation de la moitié de la cour que Delorme publie au folio 250vo (Fig. 9), où colonnes et pilastres sont d’ordre corinthien. Le corps de logis est doté d’un étage d’attique, orné de table (D) et de niches, qui doit se prolonger sur les ailes latérales ; le frontispice du corps de logis principal est enrichi par d’autres niches et par un fronton situé au-dessus de l’attique (A). Les appartements étant situés à un niveau plus haut que celui de la cour grâce à un double soubassement, l’on y accède par un perron de 13 marches, solution qui devrait nécessairement s’étendre aux autres trois entrées sur cour30. On remarque également des détails très soignés, dérivés de l’étude des vestiges antiques ainsi que de la connaissance de quelques réalisations contemporaines romaines, comme les pilastres jumelés (utilisés dans l’église de Santa Maria di Loreto au Forum, dès 1518, et au palais Caffarelli, dès 1524), la table destinée à une inscription (C) qui occupe une partie de l’architrave (sans doute inspiré du temple de Minerve au forum de Nerve, Fig. 10), le soubassement unique pour les pilastres jumelés (comme à la basilique Aemilia31) ou le gorgerin qui relie les pilastres jumelés, un détail qui caractérise des monuments très étudiés à l’époque du séjour romain de Delorme tels le Panthéon et le portique d’Octavie. Ces citations érudites sont insérées dans un dessein original, attentif aux traditions françaises, et souvent se pliant à l’invention de l’architecte : le gorgerin, par exemple, se prolonge au-dessus des baies, jusqu’à la colonne adossée (F). Jouant sur ce type de liaison entre les éléments, une moulure continue souligne l’appui des fenêtres et des niches du frontispice du logis principal, court sur toute la surface du mur, en passant derrières les ordres (colonnes et pilastres), pour n’être interrompu que par la baie du portail32.

Fig. 3 > Château de Bury, plan d’après J.A. Du Cerceau, Les plus excellents bastiments de France.

Fig. 4 >Château de Écouen, plan d’après J.A. Du Cerceau, Les plus excellents bastiments de France.

Fig. 5 > Château de Nantouillet, restitution du plan du rez-de-chaussée (Bardati 2013, dessin L. Menegatti).

Fig. 6 > Gabriele Symeoni, Maison de plaisance de Vanves (Florence, Bibliothèque nationale).

  • 33 Différence de niveau qui, dans la cour, est confiée au perron.

18Si le plan et l’élévation sur cour sont assez cohérents, il n’en est pas de même pour l’aile d’entrée représentée au folio 251vo (Fig. 11). D’après le plan (Fig. 1) le même rythme alternant colonnes adossées et couple de pilastres articule la façade en sept travées, malgré l’introduction d’une fenêtre à la place de chaque trumeau, nécessaire pour éclairer les deux pièces, autrement aveugles ; les colonnes flanquant le portail se situent dans les mêmes axes du côté de la cour de l’aile d’entrée et de l’aile de fond, soulignant continuité et cohérence entre la façade externe, l’atrium et les façades de la cour. L’élévation publiée par Delorme (Fig. 11) est assez différente. Si les terminaisons des ailes latérales, en légère saillie pour former des pavillons plus hauts que le reste de la façade grâce à la présence de l’étage attique, présentent aux angles des pilastres, comme dans le plan, l’aile d’entrée proprement dite, en revanche, ne correspond pas du tout au plan. Elle ne compte que cinq travées, celle du milieu est occupée par un trop petit portail monumental et les travées latérales sont percées chacune par une haute fenêtre. Au lieu des couples de pilastres du plan on voit des colonnes adossées, cannelées ; les fenêtres, couronnées par des tympans, alternativement triangulaires et courbés, selon la mode romaine dérivée de l’exèdre du marché de Trajan, ont des proportions très différentes de celles que Delorme avait montrées auparavant. Le portail, constitué par un arc en plein cintre flanqué de deux couples de minces colonnes et surmonté par une série d’éléments très fragiles par rapport au reste de l’ordonnance, est complètement hors d’échelle : la hauteur de l’ordre égale celle de l’appui des fenêtres, le cerceau de l’arc n’arrive qu’à la moitié des piédestaux des colonnes. Mais, même sans prendre en compte ces problèmes de proportions, la terrasse et les pièces éclairées par ces hautes fenêtres se situent à des niveaux fort différents et, d’après le plan, les escaliers sont mal placés pour permettre de monter de l’une aux autres, posant un problème remarquable de circulation33.

Fig. 7 > Plan de château, P. Delorme, Premier tome de l’architecture…, f° 18r°.

Fig. 8 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, J.A. Du Cerceau, Plan du rez-de-chaussée (British Museum).

Fig. 9 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, Entrée du corps de logis principal, d’après P. Delorme, Premier tome de l’architecture…, f° 250v°.

Fig. 10 >Temple de Minerve au forum de Nerve, Florence, GDSU 1588 Ar.

Fig. 11 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, Aile d’entrée, d’après P. Delorme, Premier tome de l’architecture…, f° 251v°.

  • 34 Du Cerceau, op. cit., éd. D. Thomson, p. 227.

19Réalisées pour un traité d’architecture à peu près 25 ans après la mise au point du projet pour Du Bellay, les trois illustrations ont très probablement été plus ou moins corrigées car Delorme les utilise comme exempla pour expliquer des données théoriques. La cohérence entre plan et élévation sur cour et la description détaillée que Delorme donne du programme iconographique du décor du frontispice portent à croire que ces deux illustrations sont très proches du projet tandis que pour la façade de l’aile d’entrée il est possible qu’à l’époque de Du Bellay cette partie – évidemment la dernière à être bâtie – n’était pas encore mise au point et que dans le traité Delorme ait proposé une solution légèrement différente, fonctionnelle à son explication théorique. Les dessins de Du Cerceau montrent l’aile d’entrée déjà modifiée, côté cour et à l’extérieur (Fig. 12 et 13). En revanche, pour ce qui est de l’élévation sur cour de l’aile de fond, à l’exception de la terrasse en construction dans le dessin du British Museum (Fig. 12) et dans la gravure (Fig. 14), Du Cerceau montre l’« eslevation suivant & ainsi que le feu Cardinal l’avoit faict eslever34 », ce que confirme la fiabilité de l’illustration du Premier Tome.

  • 35 M. Chatenet, op. cit., p. 290-291.
  • 36 C’est avec ces objectifs que Delorme présente le plan de Saint Maur.

20En ce qui concerne la distribution des pièces (Fig. 1), Saint-Maur s’insère dans la tradition inaugurée avec Bury (Fig. 3), Bonnivet et Nantouillet (Fig. 5), qui consiste à séparer l’appartement du maître de maison de celui destiné aux hôtes, notamment le roi. L’appartement du cardinal se situait à gauche du vestibule (E) et se composait de salle, chambre (C), cabinet (carré, donnant vers la cour et accessible de la chambre), garde-robe rectangulaire et galerie35 (D). L’autre appartement se développait symétriquement à droite avec salle, chambre et garde-robe, suivi d’un troisième appartement dans l’aile droite. Outre le doublement de la salle, l’élément troublant dans le projet de Delorme est bien évidemment l’absence de chapelle, surtout chez un prince de l’Église, mais là aussi il faut se demander si dans le traité l’architecte n’a pas omis cet espace qui peut-être gênait sa démonstration vitruvienne concernant le choix du lieu et la bonne orientation des bâtiments36. Le dossier de Du Cerceau n’aide pas à résoudre la question : dans le plan du British Museum (Fig. 8) l’appartement cardinalice a été démembré en plusieurs pièces, selon les nécessités royales ; dans celui des Plus Excellents bastiments de France (Fig. 15) les angles sont complètement modifiés. En aucun cas on n’arrive à situer la chapelle.

Fig. 12 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, J.A. Du Cerceau, axonométries militaires (British Museum).

Fig. 13 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, J.A. Du Cerceau, axonométrie cavalière (British Museum).

Fig. 14 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, J.A. Du Cerceau, Face dedans la court du premier dessing (Plus excellents bastiments de France).

Fig. 15 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, J.A. Du Cerceau, Plan d’ensemble du château et ses dépendances (Plus excellents bastiments de France).

  • 37 Sabine Frommel, Sebastiano Serlio architetto, Milan, Electa, 1998, p. 236-237 ; Flaminia Bardati, (...)
  • 38 Choix sur lequel Delorme insiste dans son traité « y faire un étage seulement » (f° 251v°).
  • 39 Barré dans le texte.
  • 40 C. Grodecki, op. cit., no 118.

21Hormis cette pièce, la distribution de Saint-Maur et son plan sont très proches du contemporain Grand Ferrare (Fig. 16), delizia bellifontaine du cardinal Hippolyte d’Este, adversaire de Jean Du Bellay dans les cours de France et de Rome, pour l’obtention de la faveur royale et pontificale ainsi que pour la primauté en tant que protecteur des artistes et connaisseur des arts et de l’Antiquité37. La similitude des deux plans – surtout si l’on considère l’incertitude sur l’aile d’entrée de Saint-Maur, le choix de bâtir un seul étage38 – révélait des passions, des modèles et des objectifs communs. Cette similitude, accentuée par le fait que l’aile d’entrée n’existait pas et que Saint-Maur présentait donc un plan en « U », comme le Grand Ferrare, devait être tellement perceptible que même dans des documents officiels tels les marchés de construction, les deux édifices pouvaient être confondus : le menuisier Jacques Berthres s’engage à faire des croisées semblables à celles « d’une maison que Monseigneur le cardinal Du Bellay faict faire à Saint Maur des Fosséz39 de Ferrare faict faire à Fontainebleau40 ».

Fig. 16 > Grande Ferrare, Fontainebleau, S. Serlio, Sixième livre (ms New York, f° XI).

Saint-Maur, temple des Muses de François Ier

22Illustrant l’élévation sur cour (Fig. 9), Delorme déclare que

le lieu que vous voyez marqué C, est une table d’attente de marbre où il y a escrit
Hunc tibi, francisce, assertas ob Palladis arteis
Secessum, vitas si forte Palatia, gratae
Diana, et Carites, et Camoenae

  • 41 P. Delorme, op. cit., f° 249v°-250r°. Le rapprochement entre François Ier et les Muses revient dan (...)

Ce qui avoit esté inventé d’un très bon esprit et fort bonne grace, par feu Monseigneur le Cardinal Du Bellay, lors evesque de Paris. Le lieu signé B est une basse taille de figure, où sont insculptées les Charites, ou si vous voulez les trois Graces, & Diane, avec neuf Muses, qui dédient et présentent le susdit lieu de S. Maur des Fossez à la majesté du Roy François, premier de ce nom, ainsi que les vers le montrent et le proposent. Lieu marqué A, est une teste de bronze & pectoral dudit Roy au plus pré du naturel- Les endroits marqués D, entre les corniches, estoient painctures à fraize qui sont quasi effacées.41

  • 42 Dans cette gravure, les trois niches entourant la porte d’entrée accueillent des statues, très pro (...)

23Le programme iconographique décrit par Delorme est également confirmé par Du Cerceau qui, dans la Face dedans la court du premier dessing (Fig. 14), montre au milieu du fronton un buste et, dans l’attique, un bas-relief représentant les trois Grâces, Diane et les Muses42.

  • 43 D. Cordellier, op. cit.
  • 44 Sylvia Pressouyre, « Les fontes de Primatice à Fontainebleau », Bulletin Monumental, 127, 1969, p. (...)
  • 45 Malgré le jugement très négatif que Benvenuto Cellini donne de Primatice il ne peut pas s’empêcher (...)

24Comme l’a montré Dominique Cordellier, le même programme iconographique est développé par Primatice dans un dessin datant d’environ 1544 qui représente François Ier avec Diane, les Charites et les Camènes (Fig. 1743). Le recours au Bolonais pour ce projet « antiquaire » ne doit pas surprendre : grâce à sa mission romaine pour trouver des anticaglie pour François Ier, puis pour effectuer des copies des statues antiques de la collection papale du Belvedère à couler en bronze à Fontainebleau44, au milieu des années 1540, Primatice était sans doute l’un des artistes les plus réputés en matière de sculpture antique à la cour de France45. Par ailleurs, le succès obtenu par ses bronzes en faisait un expert même dans ce domaine technique, détail qui revêt une certaine importance si, d’après Delorme, le buste de François Ier qui ornait le tympan du frontispice de Saint-Maur était en bronze.

Fig. 17 > Francesco Primaticcio, projet de décor pour Saint-Maur, Saint-Pétersbourg, Ermitage.

25Si autour de 1534, d’après la lettre de Rodolfo Pio, Saint-Maur ne semblait être destiné qu’à accueillir des antiques, comme Montmorency le faisait à Chantilly, au milieu des années 1540 le mode de vie des cardinaux imprégnés de culture classique fait son entrée dans l’architecture française. La maison de plaisance se conforme à un idéal classique qui envahit tous les domaines. Plus que le Grand Ferrare, delizia ferraraise en France, Saint-Maur est conçu autour d’une série de topoi relevant de la culture « antiquaire » de Du Bellay et de son immersion dans la civilisation classique.

  • 46 20 février 1549, CCJDB, t. V, p. 74. Cf. Lettres du cardinal de Guise (1525-1574), éd. D. Cuisiat, (...)
  • 47 Cf. à ce propos les considérations de Barbara Furlotti dans ce volume.
  • 48 Anne-Marie Lecoq, « Quieti et musis Henrici II. Gall. R. Sur la grotte de Meudon », dans Marc Fuma (...)

26Comme Charles de Guise l’avoue dans une lettre de 1549, Jean Du Bellay aimait et révérait l’Antiquité et, sur ce point, constituait un modèle pour le jeune et ambitieux cardinal lorrain : « pour ce que j’ay aprins de vous à reverer et aymer les antiquitéz et que j’en suis à vostre appettit et pour vous ensuivre en cela46 ». Au vu de la distance politique existant entre les deux cardinaux, cette marque d’estime envers Du Bellay ne peut que témoigner de la renommée que l’évêque de Paris avait acquise en France, et probablement aussi à Rome, dans le domaine « antiquaire »47. Mais il est assez probable que Charles de Guise a songé aussi à Saint-Maur, château consacré aux Muses de François Ier, avec son programme iconographique confié à Primatice, car cette dédicace constitue un précédent important sinon le modèle pour celle de la grotte de Meudon à Henri II et ses Muses (Fig. 1848).

  • 49 Le modèle est proposé par Blunt et repris par Kitaeff.
  • 50 À la villa de Poggio a Caiano, le fronton se limite au portique d’entrée ; au Grand Ferrare, mais (...)
  • 51 Que l’on croyait être une villa d’Auguste.

27Si le programme iconographique confié à la sculpture exalte François Ier et ses Muses, la révérence et l’amour de l’Antiquité font de Saint-Maur un temple où vénérer Pallas et ses arts. Malgré la fonctionnalité du plan, complètement dessiné par Delorme selon les exigences de la distribution française, et la présence probable du bossage sur les façades extérieures du bâtiment qui, avec le choix d’un seul étage ont fait penser au palais du Té de Jules Romain49, les dispositions d’ensemble et les détails du décor montrent que la cour du château est conçue par Du Bellay sous forme de sanctuaire ancien, bâti autour d’un temple, dont la présence est révélée à Saint-Maur par le fronton qui anoblit le frontispice de l’aile de fond50. La hiérarchie (que l’on retrouvera aux Horti Bellaiani mais aussi chez Palladio) établie entre le frontispice à fronton et les trois corps de bâtiment, en « U », d’un seul étage mais dotés d’attique et rythmés par l’ordre, rappelle les temples du Forum ou les sanctuaires proto-républicains, comme le temple d’Hercule à Tivoli (Fig. 1951).

Fig. 18 > Meudon, palais de la Grotte, restitution par C. Bourel Le Guilloux (2005).

  • 52 L’ensemble est très étudié entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle. Cf. Francesco di Giorgi (...)

28La table de marbre avec la dédicace de l’édifice au Protecteur des arts de Pallas, apposée sur l’entablement, copie celle du temple de Minerve au forum de Nerva (Fig. 1052), instituant une relation directe entre les deux édifices ainsi qu’entre forme et signification.

  • 53 Selon Delorme Charles IX le considérait « la cassine de son chasteau du bois de Vincennes » (P. De (...)

29Par la sculpture et par l’architecture, donc, Du Bellay rend ici hommage à son roi, lui consacrant son château, conçu comme un refuge proche de Fontainebleau et de Vincennes53, qui peut permettre à François Ier de s’éloigner du tracas de la cour, comme il aimait à le faire à Chambord. L’allusion aux Muses du roi et à Pallas célébrait la protection que François Ier offrait aux artistes et la révolution culturelle qu’il avait opérée avec la fondation du Collège de France, et, par la citation érudite des vestiges archéologiques, faisait de ce refuge une villa à l’antique, consacrée à l’otium, aux arts et surtout à la vénération de l’Antiquité.

Fig. 19 > Tivoli, temple d’Hercule, restitution de Fasolo et Gullini (1953).

ROME : FOLIE DE GRANDEUR, FOLIE DE CONSTRUCTION

  • 54 Cf. l’article de Guido Rebecchini dans ce même volume.

30Malgré les nombreuses missions diplomatiques romaines, malgré l’adhésion, dès le début, au mode de vie des cardinaux lettrés et connaisseurs de l’Antiquité, c’est seulement après 1550 que Jean Du Bellay se révèle enfin bâtisseur dans la Ville Éternelle. Jusqu’alors il avait brillé par son amour pour la sculpture, témoigné par l’amitié et la collaboration de Valier54, par sa passion pour les fouilles archéologiques, par son intérêt pour le marché « antiquaire », par son soutien aux intellectuels et aux humanistes, sans toutefois s’engager dans l’architecture.

31En fait, dès la mort de François Ier, on remarque des changements dans son action et ses intérêts romains : après être resté pendant plusieurs années titulaire de Santa Cecilia, il s’insère très énergiquement dans le jeux des échanges des titres cardinalices, passant, entre 1547 et 1555, par San Pietro in Vincoli, Sant’Adriano, San Crisogono, Albano, Tuscolo, Porto et finalement Ostie, attaché à la charge de doyen. Derrière cette attention nouvelle aux dynamiques « de carrière » romaines, on peut supposer que Jean Du Bellay cherche le moyen de revoir son rôle par rapport à la politique d’Henri II et au renouvellement du Conseil et des charges suite à l’avènement du nouveau roi. Renforcer sa position à Rome, au moins jusqu’à 1553, ne signifie pas éloigner ses intérêts de la cour mais modeler ses atouts sur les objectifs d’Henri II, tout en sachant que plusieurs cardinaux – Este, Tournon, Armagnac, Sanguin – partagent sa difficulté à maintenir la place et le rôle joués sous François Ier et que d’autres, comme Guise, sont prêts à les remplacer. Rome est l’un des terrains où Jean Du Bellay peut bâtir sa propre position stratégique face au roi et il profite de son expérience passée pour consolider son statut sans négliger le bénéfice qu’il pourrait tirer de l’appui de Catherine de Médicis.

  • 55 La Sciomachie & festins faits à Rome au palais de mon Seigneur reverendissime Cardinal Du Bellay, (...)
  • 56 Sur la Sciomachie cf. F. Bardati, « Between the King and the Pope », op. cit., p. 430-432 ; F. Bar (...)

32C’est dans cette perspective qu’il faut lire, à mon sens, l’organisation de la magnifique Sciomachie de la place des Santi Apostoli55, qui, mêlant la tradition des fêtes et des tournois français à la politique des fêtes publiques inaugurée par Paul III avec la reprise du carnaval56, célébra dans la Ville Éternelle la naissance de Louis de France, duc d’Orléans. Metteur en scène de l’ensemble des célébrations organisées par les Français à Rome, mais se réservant l’apothéose finale, Jean Du Bellay confia à la participation des cardinaux et des nobles les plus illustres de la scène romaine la tâche de faire connaître en France la puissance dont il jouissait à Rome. Et, en même temps, il confia aux joyeux vivats du peuple romain l’association entre le roi et son (peu) humble serviteur :

  • 57 La Sciomachie, op. cit., p. 24.

Le peuple assistant, grans & menuz, nobles & roturiers, reguliers & seculiers, hommes & femmes bien au plein asjouiz, contens & satisfaits feirent applausement de ioye & alaigresse, de tous costez à haute voiz crians & chantans Vive France, France, France, Vive Orleans […]. Quelques uns adiouterent, Vive Paris, vive Bellay, vive la coste de Langey.57

  • 58 Le projet est mentionné dans un mémoire du 27 mai 1550 destiné à Montmorency, publié dans CCJDB, t (...)
  • 59 On peut toutefois se demander si, parmi les buts poursuivis par Du Bellay, il y avait aussi l’obte (...)

33À côté de la magnificence et des relations politiques établies dans la Ville Éternelle, Du Bellay joue également la carte du stratège militaire, capable de parcourir le Latium et d’examiner minutieusement les marais Pontins dans le but de proposer au roi le projet d’un port et d’un système de défense entre Rome et Naples, une citadelle française qui aurait permis d’exercer un contrôle sur les voies de terre et de mer entre les deux pays58. L’absence de toutes références à la beauté du lieu, au temple de Jupiter Anxur qui domine le paysage ainsi qu’aux forums de Terracina et de Priverno, les deux très bien conservés et réserves éventuelles d’antiquités, met en scène l’image fiable de l’homme du roi, qui sait faire taire ses passions quand il s’agit de servir au mieux son maître59.

  • 60 F. Bardati, Between the King and the Pope, op. cit., p. 424-426.

34Durant ces premières années du règne d’Henri II, si Jean Du Bellay n’est plus hébergé chez un hôte – sinon pour très peu de temps chez le très puissant cardinal Farnèse –, il loue des palais dignes du rôle qu’il vise à se bâtir, comme celui de la place Santi Apostoli60. Mais dès l’obtention du titre de Porto-Santa Rufina, il inaugure une nouvelle saison de sa vie romaine, où l’art de bâtir occupe une place prééminente (Fig. 20).

  • 61 Claudio Varagnoli, « L’Episcopio di Porto da castrum a palazzo », dans Cancellieri Stefania (dir.) (...)
  • 62 Turin, Archivio di Stato, ms a.II.1, vol. 14, f° 75r°-v°.
  • 63 Il en parle dans une lettre de 1555 à Montmorency (CCJDB, t. VI, à paraître). Je remercie vivement (...)

35Le domaine de Porto, vanté par Pie II pour sa splendide situation à côté du port hexagonal de Trajan, accessible par le fleuve61, a sans doute attiré l’attention du cardinal qui commença immédiatement des fouilles près du temple de Portumno62. L’ancien château des Stefaneschi (Fig. 21), récemment réaménagé par Roderigo Borgia, répondait aux exigences résidentielles de l’évêque de Porto mais sa nature défensive, due à la proximité de la côte, nécessitait des espaces d’agrément. Amateur de jardins, Du Bellay s’empresse d’en créer un, doté d’allées, viviers et d’arbres fruitiers63.

  • 64 Pauli Cortesii protonotarii apostolici in libros de cardinalatu ad Iulium secundum pont. max. proo (...)

36Cependant, si le château de Porto pouvait être utilisé pour de brefs séjours de retraite, il n’était pas habitable pour de longues périodes à cause des terrains marécageux qui l’entouraient et qui favorisaient le paludisme. Surtout, il était trop éloigné de Rome pour devenir une résidence officielle. Un palais in urbis oculis, ou, mieux encore, proche du Vatican, comme le conseillait Paolo Cortesi64, était nécessaire au vu de la nouvelle charge de Du Bellay, qui comportait des obligations et impliquait la fréquentation assez assidue du Palais.

Fig. 20 > Plan de Rome de Mario Cartaro, 1576 d’après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, vol. II, Roma 1962, tav. 238. Localisation des résidences de Jean Du Bellay : 1. Tor di Nona, chez Rodolfo Pio ; 2. Palais dans la place Santi Apostoli ; 3. Palais à Campo Marzio ; 4. Palais Farnèse (chez le cardinal Farnèse) ; 5. Palais Della Rovere in Borgo ; 6. Horti Bellaiani aux thermes de Dioclétien.

Fig. 21 >Archevêché de Porto, le château. daprès C. Varagnoli, « L’Episcopio di Porto… », p. 76.

  • 65 ASR, Presidenza delle strade, 445, f° 275r° (« per la casa di Rmo Monsr di Parigi ») et f° 379r° ( (...)
  • 66 Après la mort de Du Bellay, François de Tournon se hâte de le louer à son tour mais il n’y logera (...)

37Grâce à l’appui de Catherine de Médicis, Du Bellay loue l’étage noble du palais Della Rovere, dans le rione Borgo, appartenant à l’époque à la puissante confrérie de la Santissima Annunziata65. Le palais, composé de trois corps de bâtiments en forme de « U » autour d’un cortile et d’un jardin, ouvert vers le borgo Santo Spirito, fut commencé par Domenico della Rovere, neveu de Sixte IV, en 1480. Décoré par Pinturicchio, il devint bientôt l’un des plus réputés de la ville : Charles VIII y logea au retour de Naples et Georges d’Amboise s’y retira après sa rupture avec Pie III. Depuis peu réaménagé par le cardinal Giovanni Salviati (mort en 1553), qui confia la décoration de quelques pièces à Francesco Salviati et son entourage, le palais était stratégiquement situé, magnifiquement décoré et bien fonctionnel dans sa distribution, illustrée par un plan dressé en 1563 (Fig. 2266).

  • 67 F. Bardati, Hommes du roi et princes de l’Église romaine, op. cit., chap. 3.

38Conformément à la distribution italienne, le bâtiment était à double corps, la salle donnait sur la place Scossacavalli, à l’époque déjà anoblie par les palais Caprini et Castellesi, et le jardin derrière, vers l’Hôpital du Saint-Esprit. Après la salle, orientée selon l’axe longitudinal, se succédaient le « salocto », l’« anticamera », la « camera » et deux pièces privées. De la chambre on passait aussi à une deuxième chambre, puis à la galerie. Du « salocto », suivant les indications de Cortesi, on accédait directement à la chapelle, qui regardait vers le cortile. Cette distribution ne s’éloigne pas beaucoup de ce qu’on voit en France à la même époque, sinon par la présence de « sala » et « salocto » et d’une suite de trois pièces privées. Multiplication des espaces qui, toutefois, existait en France dans les palais ducaux du XVe siècle, ainsi qu’au Verger, à Gaillon et au palais archiépiscopal de Rouen67.

Fig. 22 > Palais Della Rovere in Borgo, plan de 1563 (AS Roma, SS. Annunziata, Libro delle case).

  • 68 Giovanna Sapori, « Andata e ritorno di modelli Italiani nel Cinquecento. Da Ponce a Fréminet », da (...)
  • 69 Reconnu par M.G. Aurigemma, A. Cavallaro, op. cit., p. 280.
  • 70 Le mauvais état des fresques empêche de vérifier si ailleurs se trouvent d’autres édifices liés à (...)

39La présence d’une galerie après la chambre du cardinal, cependant, n’est pas un élément fréquent avant 1554 à Rome, où l’on préfère les loggias (Pl. 10 cahier couleur – CC). Ce fut Jean Du Bellay qui commanda de boucher la loggia orientale et de lui donner une nouvelle décoration (Pl. 11 CC68), marquée par son écusson (Pl. 6 CC69). Suivant le goût de l’époque et les modes romaines, les écoinçons abritent des allégories, échos des créations de Primatice ou de Taddeo Zuccari, et les travées internes des vues de paysages et de ruines (Pl. 12 CC), parmi lesquelles une représentation, jusqu’à présent passée inaperçue, des Horti Bellaiani (Pl. 13 CC70). Le palais cardinalice, lieu du negotium, est donc agrémenté par un espace de loisir à la française, où Du Bellay se plaît à montrer son goût pour les arts et sa delizia, solide témoignage de sa passion archéologique et « antiquaire », à laquelle, dès 1554, il consacre une bonne partie de ses moyens.

Les Horti Bellaiani, delizia du prince de l’Église

  • 71 Au début des années 1550 la future Via Pia se profile comme une enclave cardinalice, le site des t (...)
  • 72 Pour la chronologie de construction et les transformations successives cf. bibliographie note 7.

40Comme plusieurs princes de l’église et en particulier Rodolfo Pio, dont la villa sur la colline du Quirinal est déjà documentée dans le plan de Bufalini (155171), la villa de Du Bellay est située au nord-ouest de la ville, sur les restes de l’enceinte méridionale des thermes de Dioclétien (Fig. 272).

41L’existence de ces vestiges imposants a sûrement attiré très tôt l’attention de Jean Du Bellay, qui en 1534 déjà les avait visités avec Rabelais. Mais une autre raison pourrait avoir flatté ses ambitions : le prêtre sicilien Antonio Lo Duca avait depuis 1541 pour objectif de construire sur les ruines des thermes l’église Santa Maria degli Angeli et sans doute le cardinal était-il parfaitement au courant du projet. Sa villa, tout en exploitant des fondations et des structures existantes, se serait située sur la future basilique, s’ouvrant en accolade vers celle-ci (Fig. 23).

  • 73 ASR, notai AC, atti L. Reydettus, 6164, 1554, f° 321. Copie dans ASR, Corporazioni religiose femmi (...)
  • 74 ASR, notai AC, atti Savius, 6462, 1556, f° 46ro-50vo. Cf. Léon Clédat, « Le musée de sculptures du (...)
  • 75 Jean Du Bellay, réponse à l’épître I, 1 de Michel de L’Hospital, v. 20, dans Michel de L’Hospital,(...)

42En mars 1554, Du Bellay obtient en emphytéose perpétuelle la tour ouest de l’enceinte thermale73, vraisemblablement le dernier lot à acquérir car en mai 1556 il achète une collection considérable de statues antiques, ce qui semble marquer la fin des travaux74, comme le confirmerait aussi la mention de ses « horti in colle Quirini » dans la réponse à Michel de L’Hôpital75.

  • 76 M. Brock, p. 343.

43L’édifice se composait d’un logis central flanqué de deux imposants promenoirs aménagés sur la structure de l’exèdre des thermes et de deux tours circulaires en brique, elles aussi faisant partie de l’enceinte. Les promenoirs reliaient les tours au logis en permettant d’exposer des statues antiques et d’aménager un espace de promenade surélevé, proposant une vue unique sur la Ville Éternelle76.

Fig. 23 > Catasto Urbano, de l’exèdre des Horti Bellaiani avant l’ouverture de via Nazionale e la basilique de Sainte Marie des Anges (AS Roma, Presidenza delle strade, Monti, 4).

  • 77 ASR, Corporazioni religiose maschili, S. Bernardo, 2210 bis, 3, Acta Capitolorum Gentium ab initio (...)
  • 78 ASR, AC ufficio 3, Curtius, prot. 2244 (1560), f° 283r°-288r°, édité par Loris Petris dans l’annex (...)
  • 79 Antonio Bertolotti, Artisti francesi in Roma nei secoli XV, XVI e XVII, Mantova, G. Mondovi, 1886, (...)

44Malgré l’appellation de « palais des thermes », d’après les sources, le logis proprement dit était assez petit, comme la villa Giulia (1551) ou le casino de Pie IV (1560-1562). Le rez-de-chaussée abritait un portique où plusieurs documents ont été signés et comportait une salle et deux petites pièces, transformées en 1594 respectivement en la nef de l’église de Santa Catherina in Thermis, une sacristie et une pièce de service77. L’inventaire dressé après le décès de Jean Du Bellay mentionne une chapelle et quatre pièces : la prima sala magna, la chambre où était mort le cardinal, une autre camera et la « stantia […] quam guarda robba appellant78 ». Les pièces de service, le jardin et les promenoirs ne sont pas concernés par ce texte, qui était accompagné d’un deuxième inventaire, consacré à la collection de sculptures et rédigé par Claude Lusenier, qui suit celui de 1556, sans donner d’indications topographiques79.

  • 80 Il est même possible que Du Bellay n’ait pas réussi à acquérir ces parties, qui dans les plans suc (...)

45L’inventaire des biens, les documents conservés par les congrégations de S. Susanna et de S. Bernardo, les plans topographiques antérieurs au XIXe siècle et les vestiges encore en place (l’église de San Bernardo et la tour est) permettent de restituer les dispositions d’ensemble et le décor des pièces principales. La chapelle aménagée dans la tour ouest était reliée au logis par le bras occidental de l’exèdre, occupant une place tout à fait normale dans la distribution française contemporaine, au bout de la galerie. L’autre tour et le bras oriental ne furent pas exploités, demeurant à l’état de ruine80. Au rez-de-chaussée du casino, la salle était caractérisée par un décor de neuf pièces de cuir peint, de grand format. La première chambre, très probablement à l’étage, présentait un décor en cuir semblable, deux padiglioni, richement ornés de damas et de franges dorées, correspondant à un baldaquin de lit et à un dais surmontant la chaire. Dans la même pièce est mentionné un « curtinaggio di damasco rosso et frangie et passamani d’oro cum colonne girate pur di damasco rosso et passamano d’oro con una coperta di raso taffetà imbottita », qui concerne, selon toute vraisemblance, le lit de parement où Du Bellay fut exposé après son trépas. La deuxième chambre, décorée de tapisseries « a fioroni verde », avait également un lit d’apparat fort riche. La « stantia […] quam guarda robba appellant » est inventoriée après la chapelle et sa situation reste incertaine. Contenant la bibliothèque, beaucoup d’objets et d’habits liturgiques, un riche mobilier et un lit d’apparat, elle était polyfonctionnelle : cabinet, librairie, sacristie, garde-robe. Elle se situait peut-être dans les ruines de l’ancienne bibliothèque des thermes, relevées par Baldassarre Peruzzi et Giuliano da Sangallo, où les Feuillants établirent ensuite leur monastère.

46Dupérac (Fig. 24) restitue la magnificence de l’ensemble et le volume compact du casino ainsi que son ordonnance, caractérisée en bas par trois arcades cintrées, probablement encadrées d’un ordre architectural, et flanquées de deux petits volumes carrés, d’un seul étage, couverts par un dôme ; à l’étage une loggia s’ouvrait vers le jardin sous forme de serlienne, couronnée par un fronton triangulaire, orné de trois acrotères. Comme dans plusieurs villas palladiennes, le fronton, révolutionnaire dans la villa de Poggio a Caiano et à certains égards à Saint-Maur, passait du frontispice de l’entrée à l’échelle de l’édifice. Ce casino, moderne mais nourri de culture « antiquaire », naissait tout naturellement des vestiges de l’enceinte thermale, selon une scénographie monumentale mais aussi très fonctionnelle (Pl. 13 CC).

Fig. 24 > Horti Bellaiani, casino, détail d’après le plan de Dupérac, 1577 (d’après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, vol. II, Roma 1962, tav. 250).

  • 81 Sur les portails du Grand Ferrare et de Chaalis, cf. Sabine Frommel, Sebastiano Serlio, op. cit., (...)
  • 82 Giovanni Antonio Dosio, clôture des Horti Bellaiani (Florence, GDSU, 2573 Ar) ; Claude Lorrain, d’ (...)

47Du côté des ruines qui allaient devenir l’église de Santa Maria degli Angeli, la villa était fermée par un mur, percé d’une série de fenêtres sur consoles et dans lequel s’ouvrait un portail en bossage, couronné d’un fronton. Celui-ci rappelle à la fois les vigne cardinalices de l’Alta Semita (la future via Pia), illustrées dans les rééditions du traité de Vignole, et des exemples cardinalices français, comme le Grand Ferrare à Fontainebleau, les aménagements d’Hippolyte d’Este à Fontaine-Chaalis (Fig. 25), la villa d’Antoine Duprat à Vanves (Fig. 6) ou le château des Bourines (Aveyron), dont le portail fut commandé par Georges d’Armagnac (Fig. 2681). La baie, conçue comme un tableau ouvert vers les ruines et le paysage, qui caractérise à la fois l’exèdre et le mur d’enceinte, sera peu après reprise dans les Horti Farnesiani sur le Palatin ; son tympan naissant du profil supérieur du mur, documenté par les dessins de Giovanni Antonio Dosio et de Claude Lorrain82, s’inspire à nouveau de la villa de Vanves et de quelques exemples du Sixième Livre de Serlio, dont le Grand Ferrare.

Fig. 25 > Abbaye de Fontaine-Chaalis, portail.

  • 83 En revanche, la vue des Horti Bellaiani éditée par De Paoli, en 1623, reste moins fiable car elle (...)

48Malgré le mauvais état de conservation de la partie antérieure, les dispositions d’ensemble sont confirmées par la fresque que Jean Du Bellay fit exécuter dans le palais Della Rovere83 ; mais le casino (Pl. 14 CC) diffère par plusieurs éléments : les deux petits volumes latéraux, ici à deux étages et dépourvus de dôme, s’intègrent à la façade de manière plus conventionnelle, renfermant le portique et la loggia dans deux blocs latéraux qui constituent l’appui d’un fronton inférieur, aussi large que le bâtiment. La partie centrale, également couronnée par un fronton dont les acrotères représentent des lys de France, présente un portique soutenu par des colonnes isolées surmonté à l’étage par une énorme baie cintrée, sur le modèle du nymphée de Genazzano (Fig. 27) ou de la villa Poiana (Fig. 28). La connexion entre les deux frontons rappelle les solutions adoptées dans les églises de Carpi et de Roccaverano ainsi que celles plus tardives des églises palladiennes.

Fig. 26 > Les Bourines (Bertholène, Aveyron), portail.

Fig. 27 > Genazzano, nymphée (Bramante ?).

Fig. 28 > Palladio, villa Poiana à Poiana Maggiore.

49Ces différences pourraient illustrer le passage d’un premier projet, fixé sur les murs de la galerie du palais Della Rovere, au projet définitif, inséré par Dupérac dans son plan, mais pourraient aussi révéler quelques approximations ou inventions de la part de ce dernier.

  • 84 Voir l’article de Renata Samperi dans ce volume.

50Quoi qu’il en soit, les dispositions d’ensemble, le jeu des volumes, l’organisation des espaces éloignent les Horti Bellaiani des modèles de la villa romaine de la première moitié du siècle84 et intègrent des éléments français, comme l’emplacement du logis au fond de la cour, qui devient ici un jardin planté, d’après Dupérac (Fig. 2), la fresque du palais Della Rovere (Pl. 13 CC) et une fresque de la fin du siècle (Pl. 15 CC), alors que les terrains s’étendant vers la ville restaient des vigne, peut-être exploitées pour des fouilles archéologiques et pour des activités viticoles ou agricoles.

Bâtir à l’antique sur l’Antique, pour l’Antique

Fig. 29 > Sallustio Peruzzi, relevé du temple de Mars au forum d’Auguste, détail (Florence, GDSU, 676 Ar).

  • 85 Guido Rebecchini, « After the Medici », op. cit., p. 171-175.
  • 86 Florence, GDSU, 676 Ar.
  • 87 Florence, GDSU, 453 Ar.
  • 88 Sabine Frommel, « Sogni architettonici. I Sangallo e le ville e i palazzi a pianta centrale », Qua (...)

51Comme dans plusieurs villas palladiennes et plus encore qu’à Saint-Maur, la hiérarchie établie entre le casino, les promenoirs et les tours rappelle les sanctuaires du Latium et les temples que l’on relevait à deux pas du site des thermes, au Forum. Le fronton couronnant l’édifice indiquait nettement ces modèles, sacralisant la villa en tant que lieu destiné à l’otium littéraire et à la contemplation de l’art antique, à partager avec ses amis, selon le modèle mis en place par les cardinaux et les humanistes romains avant le sac de 1527 et évoqué avec nostalgie après celui-ci85. La forme des vestiges des thermes – les bras de l’exèdre et les deux tours – proposait tout naturellement la solution du casino/temple marquant l’axe de symétrie adopté par Du Bellay, s’inspirant en particulier des nombreuses exèdres du Forum, toutes abritant sur l’axe une niche de grandes dimensions, et de celle du temple de Trajan, dont les portiques étaient curvilignes. Il est aussi très intéressant de noter le rapport avec le relevé du temple de Mars au Forum d’Auguste, exécuté par Sallustio Peruzzi (Fig. 2986), qui semble anticiper le plan des Horti Bellaiani, et avec le projet de Baldassarre Peruzzi pour la villa Trivulce de Salone (Fig. 30), où le logis regarde le grand espace ovale87. Mais, par rapport à la réflexion théorique sur la villa, qui à partir du projet de Raphaël pour la villa Madama, est très souvent conçue autour d’une cour curviligne, interne à l’édifice88, et par rapport à l’immédiat précèdent de la villa Giulia, aux

Fig. 30 > Baldassarre Peruzzi, plan pour la villa Trivulce à Salone, Rome, détail (Florence, GDSU, 453 Ar).

  • 89 Sur la villa, commencée par Paul IV en 1558 mais rebâtie par Pie IV, cf. Marcello Fagiolo, Maria L (...)
  • 90 Sur le rôle de Meudon dans le développement de la typologie de la villa cf. Sabine Frommel, « Vill (...)

52Horti Bellaiani, comme chez Palladio, la relation entre logis central, les promenoirs circulaires et les bâtiments latéraux devient la clef de lecture de la composition, anticipant le projet de Ligorio pour le casino de Pie IV89 et dialoguant avec celui de Primatice pour Meudon90.

  • 91 Pour le catalogue des dessins des Sangallo et des Peruzzi concernant le relevé et les projets nouv (...)
  • 92 J.-J. Gloton, op. cit. ; P. Fancelli, op. cit. ; Cristiano Tessari, Baldassarre Peruzzi. Il proget (...)
  • 93 Sans aborder ici l’immense bibliographie sur Michel-Ange, cf. les considérations de Claudia Confor (...)

53Si, pour la typologie, les Horti Bellaiani s’éloignent de la tradition romaine et ouvrent la villa vers l’extérieur, pour ce qui est du rapport avec l’Antique ils s’insèrent dans la recherche architecturale inaugurée au XVe siècle par la loggia du cardinal Barbo dans la maison des Chevaliers de Rhodes au Forum, puis approfondie par Antonio da Sangallo le Jeune91 et, particulièrement, par Baldassarre et Sallustio Peruzzi92, basée sur l’intégration entre ruine et architecture. Intégration qui toutefois diffère à la fois de l’approche « minimaliste » de Michel-Ange à Santa Maria degli Angeli et de l’approche « antiquaire » et décorative de Pirro Ligorio au casino de Pie IV93, faisant pencher pour une attribution à chercher dans l’héritage de l’école de Bramante.

  • 94 André Chastel, « La Bastie d’Urfé » (1982), dans Id., Culture et demeures en France au XVIe siècle (...)
  • 95 Hervé Brunon, « Du jardin comme paysage sacral en Italie à la Renaissance », dans Denis Ribouillau (...)

54Les jardins et leur population de marbre constituaient le centre des intérêts du cardinal, qui intégrait l’Antiquité à sa vie d’ecclésiastique conformément au syncrétisme caractérisant Rome dans les années 1540, tel qu’André Chastel l’a mis en lumière94. Les statues de Vénus et Priape mentionnées dans l’inventaire des statues, placent le jardin sous la protection des divinités mythologiques, comme le recommandent – pourvu qu’il n’y ait rien d’obscène – Pline l’Ancien et Alberti95. Les vestiges des thermes de Dioclétien participaient intégralement à cette mise en scène, où la ruine architecturale, la statuaire antique et l’art des jardins collaboraient à la reconstruction passionnée de cet idéal antiquisant que Du Bellay chante aussi dans ses compositions poétiques. L’épître à Michel de L’Hospital le déclare nettement :

  • 96 Jean Du Bellay, réponse à Michel de L’Hospital, v. 20-22, dans Michel de L’Hospital, Carmina, livr (...)

[…] Sint hori in colle Quirini,
Pomonae clari studiis Bacchique Dianaeque :
Aeriae hos ornent moles.96

  • 97 Le casino de Pie IV a peut-être eu une destination semblable, selon la lecture de L. Cellauro, op. (...)
  • 98 Jean Du Bellay, Poemata, réponse à I, 1 de Michel de L’Hospital, v. 66, « delectare animum studiis (...)

55Si Saint-Maur avait jadis été dédié aux Muses de François Ier, les Horti Bellaiani deviennent eux-mêmes un Musaeum97, temple où, entouré de ruines et de statues et son âme se délectant d’étude98, Du Bellay célèbre l’Antiquité et vit pleinement sa passion.

Anmerkungen

1 Je tiens à remercier Cédric Michon et Loris Petris pour le dialogue que nous avons instauré autour de Jean Du Bellay et qui a beaucoup enrichi mes recherches sur son rôle de bâtisseur.

2 Michon, La crosse et le sceptre.

3 Cf. les articles de David Potter et Thomas Nicklas dans ce volume.

4 Cf. Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay (1492 ou 1498/1499-1560) », dans Les conseillers de François Ier, p. 319-330.

5 Cf. les articles de Barbara Furlotti et Carmelo Occhipinti dans ce volume.

6 Cf. les articles de Perrine Galand, Richard Cooper et David Amherdt dans ce volume.

7 Comme bibliographie essentielle cf. Philibert Delorme, Le Premier Tome de l’Architecture, Paris, F. Morel, 1567, f° 17r°-v° ; 45v°-46v° ; 225v° ; 237r° ; 249v°-251v° ; 261v° ; 322r° ; Jacques Androuet Du Cerceau, Les plus excellents bastiments de France, Paris, 1576-1579, éd. David Thomson, Paris, Sand & Conti, 1988, p. 226-233 ; Henri Clouzot, « Saint-Maur, paradis de salubrité, aménité… et délice », Revue des études rabelaisiennes, t. VII, 1909, p. 259-284 ; François Gebelin, Les châteaux de la Renaissance, Paris, Les Beaux-Arts, 1927, p. 167-169 ; Jean-Pierre Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1989, p. 327-329, 522-525 et 724 ; Monique Kitaeff, « Le château de Saint-Maur-des-Fossés », Fondation Eugène Piot. Monuments et Mémoires, t. LXXV, 1996, p. 65-176 ; Anthony Blunt, Philibert de l’Orme, Londres, A. Zwemmer, 1958 ; éd. Morresi Manuela, Milan, 1997 ; Jean-Marie Pérouse de Montclos, Philibert De l’Orme. Architecte du roi (1514-1570), Paris, Mengès, 2000, p. 47-51, 152-155 et 338-341 ; Catherine Grodecki, Monique Kitaeff, « Saint-Maur en 1570. Les deux projets de Catherine de Médicis », Bulletin Monumental, 158-III, 2000, p. 203-215 ; Monique Chatenet, La cour de France au XVIe siècle. Vie sociale et architecture, Paris, Picard, 2002, p. 211, 290-291 ; Dominique Cordellier, « Le décor extérieur du château de Saint-Maur », dans Primatice maître de Fontainebleau, cat. exp., Paris, Réunion des musées nationaux, 2004, p. 222-225 ; Flaminia Bardati, Hommes du roi et princes de l’Église romaine : les cardinaux français et l’art italien (1495-1560), Rome, École française de Rome, en cours de publication, notice 30.

8 Jean-Jacques Boissard, Romanae Urbis Topographiae & Antiquitatum Qua succinta & breviter describuntur omnia quae tam publica quam privantium videntur quim adversione digna, 6 vol. , Francfort, impensis Theodori de Bry, 1597-1602, vol. I, p. 90 ; Lanciani, Storia degli scavi di Roma, t. II, p. 138-143 ; 189-191 ; Johannes Orbaan, « La Roma di Sisto V negli Avvisi », Società Romana di storia Patria, 33, 1910, p. 277-312 ; Sergio Ortolani, San Bernardo alle terme e le distrutte chiese di S. Ciriaco e S. Caterina in Thermis, coll. « Le chiese di Roma illustrate », Rome, Casa Editrice « Roma », s.d. [1924] : [Gustavo Giovannoni], Cronaca dei monumenti, Architettura e arti decorative, fascicolo I, septembre 1930, notiziario ; Jean-Jacques Gloton, « Transformations et réemplois des monuments du passé dans la Rome du XVIe siècle. Les monuments antiques », Mélange d’archéologie et d’histoire, LXXIV, 1962, 2, p. 705-759, en particulier p. 727-732 ; Caterina Bernardi Salvetti, « La porta degli Horti Bellayani e quella dei giardini dei Panzani », Strenna dei Romanisti, XXVIII, 1966, p. 41-45 ; Carlo Pietrangeli et al., Il nodo di San Bernardo una struttura urbana tra il centro antico e la Roma moderna, Milan, Angeli, 1977 ; Paolo Fancelli, « Demolizioni e “restauri” di antichità nel Cinquecento romano », dans Fagiolo Marcello (dir.), Roma e l’antico nell’arte e nella cultura del Cinquecento, Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1985, p. 357-403, en particulier p. 387-388 ; Maurice Brock, « La villa romana del Cinquecento in quanto recupero della topografia antica », dans M. Fagiolo, op. cit., p. 339-355, en particulier p. 342-343, Laura Marcucci, « Persistenze e trasformazioni della “piazza di Termini”. Dagli orti cinquecenteschi ai progetti di Marcello Piacentini », Quaderni dell’Istituto di Storia dell’Architettura, N.S. 34/39.1999/2002, special issue Caperna Maurizio (dir.), Architettura: processualità e trasformazione, p. 307-330; Flaminia Bardati, « Between the King and the Pope: French Cardinals in Rome (1495-1560) », Urban History, 37, 2010, 3, special issue Fabrizio Nevola, Guido Rebecchini (dir.), Locating Communities in the Early Modern Italian City, p. 419-433; F. Bardati, Hommes du roi et princes de l’Église romaine, op. cit., notice 24.

9 CCJDB, t. I, p. 402.

10 Io. Bartholomei Marliani Patricii Mediolanen. Antiquae Romae topographia libri septem, Romae, per Antonium Bladum de Asula in Campo Floræ, in æ dibus. D. Ioan. Bap. de Maximis, 1534.

11 Giovanni Bartolomeo Marliani, Topographia antiquae Romae, studio Francisci Rabelaesi edita, Lyon, 1534. Pour l’analyse de ce texte et du rôle effectif de Rabelais cf. Richard Cooper, « Rabelais and the Topographia Antiquae Romae of Marliani », Études Rabelaisiennes, XIV (1977), p. 71-87.

12 Pendant les nombreuses années qu’il passe à Rome, Du Bellay change souvent de demeure. Hôte de l’évêque de Mâcon, puis des Farnèse, il loua ensuite le palais Santi Apostoli, puis un palais non localisé dans le rione Campo Marzio et enfin le palais Della Rovere Salviati dans le rione Borgo (cf. F. Bardati, Between the King and the Pope, op. cit., p. 424-425).

13 Pour la chronologie du chantier cf. bibliographie citée en note 6.

14 Du Cerceau informe le lecteur des détails du projet commandé à Delorme par la reine (J.A. Du Cerceau, op. cit., éd. D. Thomson, p. 227. Sabine Frommel propose la participation de Primatice au projet (Sabine Frommel, « Primatice et Delorme : derniers travaux pour la reine », dans Sabine Frommel, Flaminia Bardati (dir.), Primatice architecte, Paris, Picard, 2010, p. 235-248, ici p. 238-239.

15 J.A. Du Cerceau, op. cit., éd. D. Thomson, p. 227.

16 Pour Kitaeff (op. cit.) en 1551 seule une partie du logis principal était réalisée tandis que Pérouse de Montclos (op. cit.) émet l’hypothèse que la chambre du cardinal aussi était bâtie. Peut-être les fondations des ailes étaient-elles commencées, ce qui donnerait forme à la cour évoquée par Du Cerceau. Delorme (op. cit., f° 251r°) déclare que l’aile d’entrée n’a pas été exécutée. Pour la restitution de l’état à la mort de Du Bellay, des trois projets Médicis et du château des Bourbon-Condé cf. C. Grodecki, M. Kitaeff, op. cit., p. 211.

17 Sur la rencontre entre Du Bellay et Delorme autour de 1535 cf. A. Blunt, op. cit., p. 10 ; Yves Pauwels, L’architecture au temps de la Pléiade, Paris, G. Monfort, 2002, p. 9-11 ; Yves Pauwels, « Philibert de l’Orme et ses cardinaux : Marcello Cervini et Jean Du Bellay », dans Frédérique Lemerle, Yves Pauwels, Gennaro Toscano, Les cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d’Ascq, Impr. Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2009, p. 149-156, en particulier pour l’évolution de la méthode utilisée par Philibert dans l’étude des ruines anciennes et les interventions de Cervini et Du Bellay.

18 « Le chasteau de S. Maur des Fossez a esté basty sur une colline […] qui estoit faicte de la terre qu’on avoit ostée des fossez qui sont autour de l’abbaye. En faisant faire les fondements, je trouvois toute la masse mouvante pour les pierres qu’on avoit tiré autrefois des quarrières. Et pour parvenir jusques au ferme, il me falloit aller plus de quarante pieds plus bas, qui estoit une depense excessive et qui ne fustvenue gueres à propos pour le seigneur cardinal qui n’avoit pour lors beaucoup d’escus de reste » (P. Delorme, op. cit., f° 45v°-46v°).

19 Le commentaire de Marino Giustiniani à son retour d’une mission de plus de trois ans auprès de François Ier est exemplaire : « Questa mia legazione è stata di mesi quaranta. La quale ha voluto Dio ch’io abbia consumata tutta in peregrinazioni […] E questa continua peregrinazione fu causa d’une eccessiva spesa e danno mio intollerabile » (« Relazione di Francia del clarissimo Marino Giustiniano, tornato ambasciatore dal Cristianissimo l’anno 1535 », dans Relazioni degli ambasciatori veneti al senato, éd. Eugenio Albèri, série I, t. I, Florence, Società Editrice Fiorentina, 1839, p. 194-195).

20 Flaminia Bardati, « Francesco I e il rinnovamento urbano di Parigi : un approccio graduale (1528-1540) », dans Patrick Boucheron, Marco Folin (dir.), I grandi cantieri del rinnovamento urbano. Esperienze italiane ed europee a confronto (secoli XIV XVI), Rome, École Française de Rome, 2011, p. 95-117.

21 Statues et autres pièces antiques récupérées par sa sœur Louise après la mort du cardinal et offertes à Catherine de Médicis, malgré des dispositions différentes dans le testament de Du Bellay (AN, MC, ét. LIV, 159, 10 juillet 1560, cité dans Catherine Grodecki, Histoire de l’art au XVIe siècle. 2, Sculpture, peinture, broderie, émail et faïence, orfèvrerie, armures, Documents du minutier central des notaires de Paris, Paris, AN, 1986, no 712.

22 Comprenant notamment les livres I et II de Sebastiano Serlio. Voir Loris Petris, « Vestiges de la bibliothèque du cardinal Jean Du Bellay », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LXIX (2007), p. 131-145. Comme les antiques, la bibliothèque parisienne de Du Bellay est offerte par Louise à Catherine de Médicis en 1560 (Charles Pointeau, « L’héritage et les héritiers des Du Bellay », Commission historique et archéologique. Département de la Mayenne, I, 1878-1879, p. 175-234).

23 « Ledict sr cardinal a, par commandement du Roy, amené ung homme bien experimenté à fortiffier villes et autres places, lequel a visité la partie de ceste Ville, et la visitation la descripra au petit pied pour adviser à besongner à ce qui sera necessaire, et en quel temps, et à quelle despense se pourra faire ce qui sera necessaire pour fortiffier la Ville » (Alexandre Tuetey, Registres des délibérations du Bureau de la Ville de Paris, Paris, Imprimerie Nationale, 1886, t. II (1527-1539), p. 242).

24 Paris, BnF, Dupuy 838, f° 145r°-v°. On peut supposer que c’est grâce à l’expérience acquise à Rome, relevant les vestiges des monuments antiques, qu’il a pu suivre personnellement et même participer à cette reconnaissance.

25 A. Tuetey, op. cit., t. II, p. 245. Voir aussi les édits diffusés le 30 juillet et le 4 août 1536 par volonté du cardinal (ibid., p. 248 et 254).

26 Plusieurs architectes-théoriciens de la Renaissance partagent cette attitude, qui d’une part permet d’améliorer l’exemple théorique par rapport aux problèmes contingents concernant chaque édifice (comme le fait Palladio en présentant ses projets dans I quattro Libri dell’architettura de 1570), de l’autre de respecter l’intimité de leurs commanditaires (comme dans le cas de Serlio avec le cardinal de Ferrare).

27 Tous les bâtisseurs des exemples cités ont joué des rôles politiques remarquables (Flaminia Bardati, « Les conseillers du roi bâtisseurs », dans Les conseillers de François Ier, p. 625-647).

28 Dans le texte toutefois Delorme parle d’un nombre non précisé de marches, sept ou dix (P. Delorme, op. cit., f° 251r°).

29 Cet équilibre complexe de pleins et vides se retrouve dans les baies des élévations extérieures qui, comme Delorme le recommande, alternent avec celle vers la cour pour garantir une meilleure illumination des pièces.

30 Le même Delorme critique cette solution, peut-être dérivée du Grand Ferrare, et explique que pour Catherine de Médicis « je les feray faire outrement : joinct aussi qu’on y faict une terrasse de la hauteur des corniches des pied de stat tout autour de la court » (fo 249vo).

31 Dont Delorme explique le fonctionnement des platebandes au folio 226vo, après avoir illustré la solution adoptée à Saint-Maur, f° 225vo.

32 Ces types de solutions ne sont pas étrangers à l’architecture contemporaine italienne mais Delorme fait glisser la hauteur de ces moulures pour souligner des éléments importants dans la tradition visuelle française.

33 Différence de niveau qui, dans la cour, est confiée au perron.

34 Du Cerceau, op. cit., éd. D. Thomson, p. 227.

35 M. Chatenet, op. cit., p. 290-291.

36 C’est avec ces objectifs que Delorme présente le plan de Saint Maur.

37 Sabine Frommel, Sebastiano Serlio architetto, Milan, Electa, 1998, p. 236-237 ; Flaminia Bardati, « Ippolito II d’Este e i cardinali francesi : dialogo, emulazione, competizione », dans Marina Cogotti, Francesco Paolo Fiore (dir.), Ippolito II d’Este, cardinale, principe, mecenate, Roma, De Luca editori d’arte, 2013, p. 73-89.

38 Choix sur lequel Delorme insiste dans son traité « y faire un étage seulement » (f° 251v°).

39 Barré dans le texte.

40 C. Grodecki, op. cit., no 118.

41 P. Delorme, op. cit., f° 249v°-250r°. Le rapprochement entre François Ier et les Muses revient dans l’ode VII des Poemata de Du Bellay « Ad Musas. Allusio ad versus pro foribus ad Regis statuam inscriptos sub Dianae et Musarum atque Charitum signis, cum Rex Sammaurianum veniret sub die Christi resurrectioni sacrum » (Jean Du Bellay, Poemata, 1546, ode VII, p. 156).

42 Dans cette gravure, les trois niches entourant la porte d’entrée accueillent des statues, très probablement quelques-uns des Antiques envoyés de Rome par le cardinal.

43 D. Cordellier, op. cit.

44 Sylvia Pressouyre, « Les fontes de Primatice à Fontainebleau », Bulletin Monumental, 127, 1969, p. 223-239 ; Janet Cox-Rearick, The collection of Francis I : Royal treasures, New-York, Harry N. Abrams, 1996 ; Flaminia Bardati, « Les bronzes d’après l’antique de Fontainebleau et la sculpture française au milieu du XVIe siècle », Gazette des Beaux-Arts, CXXXVI, 2000, p. 159-168.

45 Malgré le jugement très négatif que Benvenuto Cellini donne de Primatice il ne peut pas s’empêcher de reconnaître la grande qualité de ses copies en bronze (La Vita di Benvenuto di Mo Giovanni Cellini fiorentino scritta (per lui medesimo) in Firenze, éd. G. Davico Bonino, Turin, Einaudi, 1982, p. 338-366).

46 20 février 1549, CCJDB, t. V, p. 74. Cf. Lettres du cardinal de Guise (1525-1574), éd. D. Cuisiat, Genève, Droz, 1998, p. 124 et CCJDB, t. V, p. 71-75.

47 Cf. à ce propos les considérations de Barbara Furlotti dans ce volume.

48 Anne-Marie Lecoq, « Quieti et musis Henrici II. Gall. R. Sur la grotte de Meudon », dans Marc Fumaroli, Philippe-Joseph Salazar, Emmanuel Bury (dir.), Le loisir lettré à l’âge classique, Genève, Droz, 1996, p. 93-111. À Saint-Maur et à Meudon, il s’agit des Muses mises en relation avec le roi, qui s’éloignent de l’iconographie plus canonique d’Apollon et les Muses, utilisée en Italie dès le milieu du XVe siècle dans le studiolo puis dans les jardins.

49 Le modèle est proposé par Blunt et repris par Kitaeff.

50 À la villa de Poggio a Caiano, le fronton se limite au portique d’entrée ; au Grand Ferrare, mais auparavant à Vanves, le fronton couronne le portail sur rue et non celui du corps de logis principal.

51 Que l’on croyait être une villa d’Auguste.

52 L’ensemble est très étudié entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle. Cf. Francesco di Giorgio, Trattati di architettura ingegneria e arte militare, éd. Corrado Maltese, Livia Degrassi Maltese, Milano, Il Polifilo, 1967, vol. I, f° 77, tav. 141. Florence, GDSU 1588 Ar (Codex Strozzi) ; GDSU, Sant 158r (Simone del Pollaiolo dit le Cronaca), GDSU 1123 Ar (Antonio da Sangallo il Giovane) ; GDSU 2009 Aa (Giovanni Antonio Dosio).

53 Selon Delorme Charles IX le considérait « la cassine de son chasteau du bois de Vincennes » (P. Delorme, op. cit., f° 250r°).

54 Cf. l’article de Guido Rebecchini dans ce même volume.

55 La Sciomachie & festins faits à Rome au palais de mon Seigneur reverendissime Cardinal Du Bellay, pour l’heureuse naissance de mon Seigneur d’Orléans, le tout extrait d’une copie des lettres escrites à mon seigneur le reverendissime Cardinal de Guise, par François Rabelais, docteur en medicine, à Lyon, par Sebastien Gryphe, 1549. Pour l’édition critique de ce texte ainsi que d’autres témoignages sur ces événements, cf. Richard Cooper, Rabelais et l’Italie, Études Rabelaisiennes, XXIV (1991), p. 61-77 et 183-223.

56 Sur la Sciomachie cf. F. Bardati, « Between the King and the Pope », op. cit., p. 430-432 ; F. Bardati, Hommes du roi et princes de l’église romaine, op. cit., chap. 11.3. Sur la fête publique à Rome et la politique de Paul III cf. Antonio Pinelli, « Feste e trionfi : continuità e metamorfosi di un tema », dans Salvatore Settis (dir.), Memoria dell’antico nell’arte italiana, Turin, Einaudi, 1985, t. II, p. 281-350 ; Marcello Fagiolo (dir.), La festa a Roma dal Rinascimento al 1870, Turin, U. Allemandi per J. Sands, 1997 ; Maria Antonietta Visceglia, Catherine Brice (dir.), Cérémonial et rituel à Rome (XVIe-XIXe siècles) ¸ Rome, École française de Rome, 1997 ; Maria Antonietta Visceglia, La città rituale : Roma e le sue cerimonie in età moderna, Roma, Viella, 2002, surtout p. 93-101 ; Martine Boiteux, « Chasse aux taureaux et jeux romains de la Renaissance », dans Philippe Ariès, Jean-Claude Margolin (dir.), Les jeux à la Renaissance, Paris, J. Vrin, 1982, p. 33-53 ; Martine Boiteux, « Fêtes et commanditaires à Rome au XVIe siècle », dans Sabine Frommel, Gerhard Wolf (dir.), Il mecenatismo di Caterina de’ Medici : poesia, feste, musica, pittura, scultura, architettura, Venezia, Marsilio, 2008, p. 183-201 ; Guido Rebecchini, « After de Medici. The new Rome of pope Paul III Farnese », I Tatti Studies. Essais in the Renaissance, 11, 2007, p. 147-200, en particulier p. 162-172.

57 La Sciomachie, op. cit., p. 24.

58 Le projet est mentionné dans un mémoire du 27 mai 1550 destiné à Montmorency, publié dans CCJDB, t. V, p. 353-356 et analysé dans Loris Petris, « Entre cité pacifiée et cité menacée : construction et représentation de la ville chez le cardinal Jean Du Bellay », dans Elisabeth Crouzet-Pavan, Denis Crouzet, Philippe Desan (dir.), Cités humanistes, cités politiques (1400-1600), actes du colloque international (Paris, 27-28 mai 2011), à paraître. Je tiens à remercier Loris Petris de m’avoir signalé ce document et pour les nombreuses échanges que nous avons eus sur ce projet et, plus généralement, sur Jean Du Bellay à Rome.

59 On peut toutefois se demander si, parmi les buts poursuivis par Du Bellay, il y avait aussi l’obtention des marais, appartenant à la reine, qui effectivement lui en fera don (ratification en mars 1551 (n.s.) C. A. Henri II, t. V, n. 8334. Cf. aussi Lucien Romier, Les origines politiques des guerres de religion, Paris, Perrin, 1913-1914, 2 vol. , I, p. 15).

60 F. Bardati, Between the King and the Pope, op. cit., p. 424-426.

61 Claudio Varagnoli, « L’Episcopio di Porto da castrum a palazzo », dans Cancellieri Stefania (dir.), L’Episcopio di Porto presso Fiumicino: metodo e prassi nel restauro architettonico, Roma, Gangemi, 2001, p. 55-108, ici p. 65-67.

62 Turin, Archivio di Stato, ms a.II.1, vol. 14, f° 75r°-v°.

63 Il en parle dans une lettre de 1555 à Montmorency (CCJDB, t. VI, à paraître). Je remercie vivement Loris Petris qui m’a signalé les documents inédits en relation avec ce projet jusqu’ici inconnu. Il est possible que Michel de L’Hospital se réfère à ce jardin, alors doté de quelques éléments en pierre, dans l’épître I, 1 de ses Carmina (Michel de L’Hospital, Carmina, livre I, éd. Perrine Galand et Loris Petris, Genève, Droz, 2014, p. 38-62) ; toutefois il semble difficile que le chantier soit celui d’une villa.

64 Pauli Cortesii protonotarii apostolici in libros de cardinalatu ad Iulium secundum pont. max. prooemium, Castro Cortesio, Symeon Nicolai Nardi alias Rufus, 1510, éd. Kathleen Weil-Garris Brandt, John F. D’Amico, « The Renaissance Cardinal’s Ideal Palace: A Chapter from Cortesi’s De cardinalatu », dans Henry Millon (dir.), Studies in Italian Art and Architecture 5th through 18th Centuries, Rome, Ed. dell’Elefante, 1980, p. 45-123, p. 70.

65 ASR, Presidenza delle strade, 445, f° 275r° (« per la casa di Rmo Monsr di Parigi ») et f° 379r° (« lo palazzo del Rmo card. di Belaio »); ASR, Confraternita della Ss. Annunziata, 233, f° 524v°. « (1564) denari restano da riscotere per detto palazzo […] E più scudi 391 si restano havere da pigione non pagati dalle heredi del cardle Bellay. scudi 391 ». Sur le palais cf. Maria Giulia Aurigemma, Anna Cavallaro, Il palazzo di Domenico della Rovere in Borgo, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1999 ; sur la location de Du Bellay et les travaux effectués cf. F. Bardati, Hommes du roi et princes de l’Église romaine, op. cit., notice 25.

66 Après la mort de Du Bellay, François de Tournon se hâte de le louer à son tour mais il n’y logera jamais. Puis le palais passe au puissant cardinal Cristoforo Madruzzo.

67 F. Bardati, Hommes du roi et princes de l’Église romaine, op. cit., chap. 3.

68 Giovanna Sapori, « Andata e ritorno di modelli Italiani nel Cinquecento. Da Ponce a Fréminet », dans Sabine Frommel, Flaminia Bardati (dir.), La réception de modèles cinquecenteschi dans les arts et la théorie français du XVIIe siècle, Genève, Droz, 2009, p. 69-84.

69 Reconnu par M.G. Aurigemma, A. Cavallaro, op. cit., p. 280.

70 Le mauvais état des fresques empêche de vérifier si ailleurs se trouvent d’autres édifices liés à Du Bellay et à sa famille, de Saint-Maur à Glatigny. Une campagne de sondage spécialisée permettrait d’avancer les recherches.

71 Au début des années 1550 la future Via Pia se profile comme une enclave cardinalice, le site des thermes de Dioclétien ayant été choisi plus de trente ans auparavant par Innocenzo Cybo qui, depuis 1522 au moins, y avait son barco. Depuis, les cardinaux Carafa, Este, Grimani et Carpi y avaient installé leurs villas et plus tard Felice Peretti y aurait bâti la villa Montalto aux Thermes.

72 Pour la chronologie de construction et les transformations successives cf. bibliographie note 7.

73 ASR, notai AC, atti L. Reydettus, 6164, 1554, f° 321. Copie dans ASR, Corporazioni religiose femminili, S. Susanna, 4382, f° 3r°-4v°.

74 ASR, notai AC, atti Savius, 6462, 1556, f° 46ro-50vo. Cf. Léon Clédat, « Le musée de sculptures du cardinal Du Bellay à Rome », Courrier de l’art, 1883, 9, p. 99-100 et 18, p. 206-207. Édité par L. Petris dans l’annexe 5, p. 329-332.

75 Jean Du Bellay, réponse à l’épître I, 1 de Michel de L’Hospital, v. 20, dans Michel de L’Hospital, Carmina, livre I, éd. P. Galand et L. Petris, Genève, Droz, 2014, p. 38-62.

76 M. Brock, p. 343.

77 ASR, Corporazioni religiose maschili, S. Bernardo, 2210 bis, 3, Acta Capitolorum Gentium ab initio Congregationis (1582) usque ad an. 1628, f° 46v°-47r°.

78 ASR, AC ufficio 3, Curtius, prot. 2244 (1560), f° 283r°-288r°, édité par Loris Petris dans l’annexe 5, p. 332-336.

79 Antonio Bertolotti, Artisti francesi in Roma nei secoli XV, XVI e XVII, Mantova, G. Mondovi, 1886, p. 40-44, cité aussi par Léon Clédat, op. cit. De ces deux documents, toutefois, reste exclu le jardin qui, d’après Ligorio, abritait plusieurs sculptures antiques. Selon Lanciani (Storia degli scavi di Roma, t. II, p. 139) il y avait deux séries distinctes, celle du casino, acheté en 1556 et inventorié en 1560 par Lusenier, et celle du jardin et des allées.

80 Il est même possible que Du Bellay n’ait pas réussi à acquérir ces parties, qui dans les plans successifs seront bientôt détachées du reste de la propriété.

81 Sur les portails du Grand Ferrare et de Chaalis, cf. Sabine Frommel, Sebastiano Serlio, op. cit., p. 227 et 242-246 ; sur celui des Bourines cf. Flaminia Bardati, « Un bâtisseur en Rouergue : le cardinal Georges d’Armagnac en ses demeures (1530-1560) », Études Averronaises, 2012, p. 249-263, p. 256-257.

82 Giovanni Antonio Dosio, clôture des Horti Bellaiani (Florence, GDSU, 2573 Ar) ; Claude Lorrain, d’après Hermann Egger, Römische Veduten. Handzeichnungen aus dem XV.-XVIII. Jahrhundert, Wien, Wolfrum, 1911-1931.

83 En revanche, la vue des Horti Bellaiani éditée par De Paoli, en 1623, reste moins fiable car elle renverse l’orientation du casino et du portail et simplifie l’ordonnance de la façade principale. Giovan Battista Falda ne montre en 1676 que l’abside de l’église Santa Caterina, désormais installée dans le bâtiment. La même perspective caractérise la fresque du Latran (Pl. 15 CC), vers 1589.

84 Voir l’article de Renata Samperi dans ce volume.

85 Guido Rebecchini, « After the Medici », op. cit., p. 171-175.

86 Florence, GDSU, 676 Ar.

87 Florence, GDSU, 453 Ar.

88 Sabine Frommel, « Sogni architettonici. I Sangallo e le ville e i palazzi a pianta centrale », Quaderni dell’Istituto di Storia dell’architettura, n.s., 40, 2002, p. 17-38.

89 Sur la villa, commencée par Paul IV en 1558 mais rebâtie par Pie IV, cf. Marcello Fagiolo, Maria Luisia Madonna, « La Casina di Pio IV in Vaticano: Pirro Ligorio e l’architettura come geroglifico », Storia dell’arte, 15-16, 1972, p. 237-281; Louis Cellauro, « The Casino of Pius IV in the Vatican », Papers of the British School at Rome, 63, 1995, p. 183-214. Ce seront par ailleurs deux neveux de Sa Sainteté, Borromeo et Serrbelloni, qui jouiront des Horti Bellaiani après la mort de Du Bellay.

90 Sur le rôle de Meudon dans le développement de la typologie de la villa cf. Sabine Frommel, « Villa Lante a Bagnaia e lo sviluppo tipologico della villa del rinascimento italiano », dans Sabine Frommel, Flaminia Bardati (dir.), Villa Lante a Bagnaia, Milan, Electa, 2005, p. 173-189.

91 Pour le catalogue des dessins des Sangallo et des Peruzzi concernant le relevé et les projets nouveaux dans la zone du Forum cf. Alessandro Viscogliosi, I Fori Imperiali nei disegni di architettura del primo Cinquecento. Ricerche sull’architettura e l’urbanistica di Roma, Roma, Gangemi, 2000.

92 J.-J. Gloton, op. cit. ; P. Fancelli, op. cit. ; Cristiano Tessari, Baldassarre Peruzzi. Il progetto dell’antico, Milan, Electa, 199 ; Maurizio Ricci, “Fu anco suo creato” : l’eredità di Baldassarre Peruzzi in Antonio Maria Lari e nel figlio Sallustio, Roma, Dedalo, 2002.

93 Sans aborder ici l’immense bibliographie sur Michel-Ange, cf. les considérations de Claudia Conforti, « Roma », dans Claudia Conforti, Richard J. Tuttle (dir.), Storia dell’architettura italiana. Il secondo Cinquecento, Milan, Electa, 2001, p. 26-65, fondamentales aussi pour situer les Horti Bellaiani dans le contexte architectural de l’époque.

94 André Chastel, « La Bastie d’Urfé » (1982), dans Id., Culture et demeures en France au XVIe siècle, Paris, Julliard, 1989, p. 119-150.

95 Hervé Brunon, « Du jardin comme paysage sacral en Italie à la Renaissance », dans Denis Ribouillault, Michel Weemans, Le Paysage sacré : le paysage comme exégèse dans l’Europe de la première modernité / Sacred Landscape : Landscape as Exegesis in Early Modern Europe, Florence, Leo S. Olschki, 2011, p. 275-308.

96 Jean Du Bellay, réponse à Michel de L’Hospital, v. 20-22, dans Michel de L’Hospital, Carmina, livre I, éd. P. Galand et L. Petris, Genève, Droz, 2014, p. 352-353, déclaration qui, dans l’intégralité [v. 17-27], exprime, enfin, la satisfaction pour l’accès au décanat, la série de bénéfices et de demeures acquis en cour de Rome.

97 Le casino de Pie IV a peut-être eu une destination semblable, selon la lecture de L. Cellauro, op. cit.

98 Jean Du Bellay, Poemata, réponse à I, 1 de Michel de L’Hospital, v. 66, « delectare animum studiis », dans Michel de L’Hospital, Carmina, livre I, éd. P. Galand et L. Petris, Genève, Droz, 2014, p. 356.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Fig. 1 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, plan, d’après P. Delorme, Premier tome de l’architecture…, f° 17v°.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 156k
Bildunterschrift Fig. 2 > Horti Bellaiani, vue d’après le plan de Rome d’Étienne Dupérac, 1577 (d’après A. P. Frutaz, Le piante di Roma, vol. II, Roma 1962, tav. 250).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 168k
Bildunterschrift Fig. 3 > Château de Bury, plan d’après J.A. Du Cerceau, Les plus excellents bastiments de France.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 212k
Bildunterschrift Fig. 4 >Château de Écouen, plan d’après J.A. Du Cerceau, Les plus excellents bastiments de France.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 248k
Bildunterschrift Fig. 5 > Château de Nantouillet, restitution du plan du rez-de-chaussée (Bardati 2013, dessin L. Menegatti).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 72k
Bildunterschrift Fig. 6 > Gabriele Symeoni, Maison de plaisance de Vanves (Florence, Bibliothèque nationale).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 123k
Bildunterschrift Fig. 7 > Plan de château, P. Delorme, Premier tome de l’architecture…, f° 18r°.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 99k
Bildunterschrift Fig. 8 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, J.A. Du Cerceau, Plan du rez-de-chaussée (British Museum).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 133k
Bildunterschrift Fig. 9 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, Entrée du corps de logis principal, d’après P. Delorme, Premier tome de l’architecture…, f° 250v°.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 208k
Bildunterschrift Fig. 10 >Temple de Minerve au forum de Nerve, Florence, GDSU 1588 Ar.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 219k
Bildunterschrift Fig. 11 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, Aile d’entrée, d’après P. Delorme, Premier tome de l’architecture…, f° 251v°.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 217k
Bildunterschrift Fig. 12 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, J.A. Du Cerceau, axonométries militaires (British Museum).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 124k
Bildunterschrift Fig. 13 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, J.A. Du Cerceau, axonométrie cavalière (British Museum).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 155k
Bildunterschrift Fig. 14 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, J.A. Du Cerceau, Face dedans la court du premier dessing (Plus excellents bastiments de France).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 132k
Bildunterschrift Fig. 15 > Château de Saint-Maur-des-Fossés, J.A. Du Cerceau, Plan d’ensemble du château et ses dépendances (Plus excellents bastiments de France).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 105k
Bildunterschrift Fig. 16 > Grande Ferrare, Fontainebleau, S. Serlio, Sixième livre (ms New York, f° XI).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 175k
Bildunterschrift Fig. 17 > Francesco Primaticcio, projet de décor pour Saint-Maur, Saint-Pétersbourg, Ermitage.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 161k
Bildunterschrift Fig. 18 > Meudon, palais de la Grotte, restitution par C. Bourel Le Guilloux (2005).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-18.jpg
Datei image/jpeg, 124k
Bildunterschrift Fig. 19 > Tivoli, temple d’Hercule, restitution de Fasolo et Gullini (1953).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-19.jpg
Datei image/jpeg, 130k
Bildunterschrift Fig. 20 > Plan de Rome de Mario Cartaro, 1576 d’après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, vol. II, Roma 1962, tav. 238. Localisation des résidences de Jean Du Bellay : 1. Tor di Nona, chez Rodolfo Pio ; 2. Palais dans la place Santi Apostoli ; 3. Palais à Campo Marzio ; 4. Palais Farnèse (chez le cardinal Farnèse) ; 5. Palais Della Rovere in Borgo ; 6. Horti Bellaiani aux thermes de Dioclétien.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-20.jpg
Datei image/jpeg, 332k
Bildunterschrift Fig. 21 >Archevêché de Porto, le château. daprès C. Varagnoli, « L’Episcopio di Porto… », p. 76.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-21.jpg
Datei image/jpeg, 188k
Bildunterschrift Fig. 22 > Palais Della Rovere in Borgo, plan de 1563 (AS Roma, SS. Annunziata, Libro delle case).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-22.jpg
Datei image/jpeg, 166k
Bildunterschrift Fig. 23 > Catasto Urbano, de l’exèdre des Horti Bellaiani avant l’ouverture de via Nazionale e la basilique de Sainte Marie des Anges (AS Roma, Presidenza delle strade, Monti, 4).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-23.jpg
Datei image/jpeg, 118k
Bildunterschrift Fig. 24 > Horti Bellaiani, casino, détail d’après le plan de Dupérac, 1577 (d’après A.P. Frutaz, Le piante di Roma, vol. II, Roma 1962, tav. 250).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-24.jpg
Datei image/jpeg, 136k
Bildunterschrift Fig. 25 > Abbaye de Fontaine-Chaalis, portail.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-25.jpg
Datei image/jpeg, 158k
Bildunterschrift Fig. 26 > Les Bourines (Bertholène, Aveyron), portail.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-26.jpg
Datei image/jpeg, 123k
Bildunterschrift Fig. 27 > Genazzano, nymphée (Bramante ?).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-27.jpg
Datei image/jpeg, 174k
Bildunterschrift Fig. 28 > Palladio, villa Poiana à Poiana Maggiore.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-28.jpg
Datei image/jpeg, 212k
Bildunterschrift Fig. 29 > Sallustio Peruzzi, relevé du temple de Mars au forum d’Auguste, détail (Florence, GDSU, 676 Ar).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-29.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Bildunterschrift Fig. 30 > Baldassarre Peruzzi, plan pour la villa Trivulce à Salone, Rome, détail (Florence, GDSU, 453 Ar).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/8009/img-30.jpg
Datei image/jpeg, 112k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search