Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

IV. L’environnement de Jean Du Bellay à Rome

La familia de Jean Du Bellay à Rome

Loris Petris

Texte intégral

1Le 15 avril 1557, alors que le pape passe du côté impérial, le cardinal Jean Du Bellay déplore que Paul IV ne considère plus sa présence comme nécessaire et qu’il doive, en conséquence, réduire son train :

  • 1 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 15 avril 1557 ; BnF, fr. 20448, p. 287-290 ; CCJDB, t. VII, (...)

Je me mectz a retrencher mon train de beaucoup et, passée ceste feste, me veoys ranger a une belle petite table carrée. Il est vray que, la ayant il y a plus de trente et six ans eu continuellement bien longue, qui m’eust dict lorsque suz la fin de mes jours je seroye contrainctde la reduire au petit pied, et ce suz le plus hault eschaffault du monde, qui est en bon langaige devenir d’evesque musnier, a grant paine l’eussay-je creu. Mais, puisque nous susmes au temps des merveilles, je ne puis sinon m’armer de patience, au mains telle que je la puis prendre.1

  • 2 Sur la présence d’Érasme dans la correspondance de Jean Du Bellay, voir L. Petris, « Érasme, Rabel (...)
  • 3 Voir D. S. Chambers, Renaissance Cardinals and their Worldly Problems, Aldershot, Variorum, 1997 ; (...)
  • 4 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 25 décembre 1553 ; Moscou, Archives centrales des actes anci (...)

2Comme Jean Du Bellay aime à le faire à ses meilleures heures, le mot d’esprit côtoie les questions les plus délicates voire douloureuses, la légèreté apparente une gravité réelle : temps des « merveilles », Pâques devrait permettre un miracle et l’évêque devenu meunier, qui a passé ab equis ad asinos, comme le diraient les Adagia d’Érasme, retrouver une fortune2 ! Comme au début du sonnet 49 des Regrets, les vicissitudes de l’existence trouvent ici un écho littéraire, à travers un vocabulaire concret (belle petite table carrée), un sens de la métaphore et du contraste (la reduire au petit pied, et ce suz le plus hault eschaffault du monde) jusqu’à l’oxymore et l’autodérision exprimée proverbialement (evesque musnier) pour mieux traduire les soucis matériels et économiques du cardinal au train de vie fastueux3. C’est à ces dépenses qu’il songe lorsqu’il termine une missive au connétable par un laconique : « c’est ung terrible gouffre que Rome4 ».

3Le 22 juin 1549, Jean Du Bellay envisageait déjà, non sans humour, de se retirer des affaires pour être enfin en France donc libre, motif que Joachim Du Bellay saura faire sien dans ses Regrets :

  • 5 Jean Du Bellay à Olivier Le Doyen, 22 juin 1549 ; BnF, fr. 5151, fos 48-51 ; CCJDB, t. V, no 1072, (...)

ce peu que j’ay plus a vivre, je le veulx employer pour moy-mesmes, m’acquictant de mes debtes pour le commencement et apres faisant ce que Dieu me conseillera. Et si mesdictz amys me disent qu’il ne me sera permis et qu’on me tiendra par decza en exil, actendant la mort du Pape, a cela je respondz qu’estant hors des affaires du Roy, je me jecteray en belles montaignes, comme les aultres, rompant mon train et despendant dix mil beaulx francz par an et vivant en liberté d’esperit. Et ne y seray sans compagnye car en ce pays l’on trouve des livres pour son argent.5

  • 6 Pour d’autres évocations, voir surtout ASV, Pauli III Brev. Min., an. 1536, vol. II, f° 200, édité (...)
  • 7 Voir Descriptio Urbis : The Roman Census of 1527, éd. E. Lee, Rome, Bulzoni, 1985 ; D. Gnoli, « “D (...)
  • 8 Annexe 3, p. 315.
  • 9 Del governo della corte d’un signore in Roma, dove si ragiona di tutto quello che al Signore e a’s (...)
  • 10 Idem, p. 23. Dans les années 1560, la familia d’une centaine de personnes du cardinal Bernardo Sal (...)

4Ces deux évocations de son « train6 » permettent de penser que sa familia fut importante sans être toutefois considérable. À Rome, stimulée par la notion aristotélicienne de magnificentia reprise par Pontano dans ses traités De magnificentia et De splendore (1494), les maisonnées des cardinaux sont de tailles et de qualités très variables : d’après le census de 1526-1527, les vingt et une cours cardinalesques sont constituées d’un minimum de 45 personnes (Tommaso de Vio, cardinal Gaetano) et d’un maximum de 306 bocche (Alessandro Farnese). Seules dix cours dépassent les 150 personnes et la familia moyenne compte de 100 à 120 personnes7. On sait que la maisonnée de Jean Du Bellay voisinait ces proportions puisqu’elle comptait plus d’une centaine de personnes directement (en tant que familiaris domesticus et continuus commensalis) ou indirectement dépendantes, comme le dénombre un document de 15498. La familia de Jean Du Bellay à Rome est donc de dimension moyenne, comparable à celle décrite dans Del governo (1543) par Francesco Priscianese, qui imagine une cour moyenne de cent sept personnes et quarante montures, cour « nè troppo grande nè piccola, ma onesta molto, e qual possa essere onorevole ad ogni tal signore9 ». Priscianese en estime non seulement les dépenses, poste par poste, mais il décrit aussi les devoirs relatifs à chaque fonction et évalue les dépenses totales à 6 579 écus par an10, ce qui rejoint, mutatis mutandis, le chiffre avancé par Cortesi dans son De cardinalatu, où il estimait que la cour idéale devait compter au moins cent cinquante personnes. Joachim Du Bellay n’exagère donc pas lorsqu’il évoque la familia du cardinal dans cet éloge paradoxal qu’est L’Hymne de la surdité :

  • 11 Joachim Du Bellay, Hymne de la surdité, dans Divers jeux rustiques, XXXVIII, v. 191-195 ; O. poét. (...)

Le bruit de cent vallets, qui mes flancz environnent,
Et qui soir et matin à mes oreilles tonnent,
Le devoir de la court, et l’ entretien commun,
Dont il me fault gouverner un fascheux importun,
Ne me fascheroit point [si j’étais sourd].11

5D’autres témoignages confirment cette évaluation. Ainsi, lorsque Jean Du Bellay passe par Genève le 6 mai 1553, le registre du Conseil de Ville rapporte que

  • 12 Genève, Arch. de l’État, RC 47, f° 69.

le sr cardinal du Belley, evesque de Paris et conseiller du roy de France, arrive icy ce soir, acompaigné de deux evesques et aultres gens savans, en nombre de envyron deux centz chevaulx, qui s’en vont a Rome. Parquoy seroit bon de donné ordre pour cella.12

  • 13 Voir ASV, Arm. XLI, 69, f° 85, 28 août 1553, document qui dénombre les prêtres qui viennent d’arri (...)
  • 14 Jean Du Bellay à [Sébastien de L’Aubespine], 12 mai 1553 ; Berne, Arch. de l’État, AV 1419, no 15  (...)
  • 15 Lyon, Arch. du Rhône, BP 3640, f° 206, suivi de la constitution le 30 juin 1553 à Lyon par Jean Du (...)
  • 16 C. A. Henri II, t. 7, p. 102-103, no 13019; CCJDB, t. III, p. 82-83 n. 4 et t. IV, no 772, p. 27, (...)
  • 17 Lyon, Arch. du Rhône, BP 3640, fos 206v°-207r°.
  • 18 Ibid. Sur Tignat, voir La Chronique lyonnaise de Jean Guéraud, 1536-1562, éd. J. Tricou, Lyon, Imp (...)
  • 19 BnF, fr. 5129, f° 121v°.
  • 20 Giulio Alvarotti à Hercule d’Este, 26 mai ; Modène, Arch. di Stato, Ambasciatori Francia, busta 24

6Complété en réalité par au moins trois évêques (Simon de Mailly, François de Mauny et Louis de Brezé, respectivement évêques de Viviers, Saint-Brieuc et Meaux13), ce train provoque dans les environs de Soleure des dégâts tels qu’il est arrêté manu militari à Wiedlisbach14. Des lettres de congé et sauf-conduit datées du 6 mai 155315 à Saint-Germain-en-Laye permettent aussi d’entrevoir plus concrètement la taille de cette maisonnée puisqu’elles autorisent Jean Du Bellay, malgré les édits interdisant d’exporter or ou argent, de transporter 35 000 écus soleil en Italie, prélevés sur les revenus de ses bénéfices, et notamment des coupes de bois, pour l’entretien annuel de sa maison à Rome16. Auparavant, le 9 avril à Paris, devant les notaires Vincent Maupeou et Jean Angirard, Jean Du Bellay a pris soin de nommer comme procureurs les banquiers Filippo Didato, Jacques Jacomini et Jean-Baptiste Gondi pour recouvrer les lettres patentes qu’il « pretend obtenir du Roy, par lesquelles ledict sr Roy permectra audict sr Revme de pouvoir tirer la somme de trente cinq mil escuz d’or soleil17 ». Le 30 juin 1553, des copies des lettres de congé d’Henri II et de l’acte du 9 avril sont « presentées à Me Jean de Tignat, lieutenant general de Lyon, par Benedetto Pandolfi, gouverneur de la maison de Jacques Jacomyni et Jehan Baptiste Gondy18 » et cette autorisation extraordinaire est réitérée le 1er août 155719. À titre de comparaison en 1547 le cardinal de Lenoncourt, qui n’est pas le dernier des cardinaux, disposait de 18 000 écus par année à Rome20 !

7Quatre ans plus tôt, en 1549, pressé par les dettes de son frère Guillaume Du Bellay, le cardinal Du Bellay écrivait pourtant à Charles de Guise que trente mille écus ne lui suffiraient pas :

  • 21 Jean Du Bellay à Charles de Guise, 2 janvier 1549, CCJDB, t. V, p. 3.

Je vous asseure, Monseigneur, que, quant ce morceau me vient au ronge ou que quelque malladie m’assault, pour petite qu’elle soyt, et qu’il me vient devant les yeulx que, la ou je mourroye, ma maison, que feu monsr de Langey laissa endebtée de IIIcc mil livres et monsr du Mans de plus de XXX mil, seroyt par moy achevée de ruiner car, suz ma foy, XXXm escuz ne me sçauroyent acquiter. Demander au Roy du sien, je ne doibz ny ne puys ; des benefices aussi peu, estimant chacun que j’aye LXm livres de rente, combien que je n’en sçauroye faire estat de XXVm et m’abismant icy de plus en plus en debtes et despence. Quant, diz-je, Monseigneur, cela me revient au ronge, j’entre en telle melencolie que, quant j’ay esté huyctjours sans prendre casse, les medecins m’en retrouvent tant qu’ilz ne peuvent fournir a l’oster.21

8Relevant plus de la réalité matérielle et médicale concrète que de l’association purement littéraire, ce lien entre les soucis financiers et la mélancolie, Joachim Du Bellay se l’appropriera.

  • 22 Annexes 3 et 4, p. 315 et 320.

9Trois autres documents permettent d’esquisser encore plus précisément les contours de cette famiglia : les quantités de sel octroyées pour sa famiglia en 1548 et 1549 ; une liste de 1549 des personnes ayant droit à un salaire et/ou des biens en nature ; et surtout un décompte post mortem des créanciers du cardinal appartenant à sa familia. Les deux derniers documents, de nature sensiblement différente et ici édités en annexe22, fondent la familiarité non sur la résidence mais sur le paiement d’un salaire, ce qui devient, au XVIe siècle, le critère majeur de distinction entre le famulus et le domesticus, le familier et le serviteur. En sont donc évidemment exclus les serviteurs qui n’avaient droit qu’au logis et à la nourriture ainsi que ceux qui se voient gratifiés d’un bénéfice ecclésiastique.

  • 23 ASV, Cam. Ap., Div. Cam. 149, f° 136v°. Pour d’autres points de comparaison, voir le mandatum stip (...)
  • 24 F. Schroeder, Monumenta quae spectant primordia Collegii Germanici et Hungari, Rome, 1896, p. 247 (...)
  • 25 ASV, Cam. Ap., Div. Cam. 149, f° 131r°.
  • 26 ASV, Cam. Ap., Div. Cam. 149, fos 153 et 205.

10La consommation de sel est un indice aussi intéressant qu’inattendu et, avouons-le, insuffisant, de l’étendue et surtout de la croissance de sa maisonnée. Un acte du 11 mai 1548 autorise le cardinal Jean Du Bellay à acquérir « rubra salis nigri quatuor ad usum sue familie23 ». Sachant que la rubbia équivaut à 217 kg24, qu’il s’agit donc en l’occurrence de 868 kg, et qu’un acte du 21 mars lui permettait déjà d’acquérir du sel « pro usu domus et familie sue25 », on peut se faire une idée des efforts logistiques que sa familia nécessitait. Deux ordres de douane, du 4 septembre 1548 et du 3 septembre 154926, offrent l’avantage de fournir à la fois un point de comparaison avec les autres cardinaux et un indice de la croissance de la familia de Du Bellay sur une année. L’ordre du 3 septembre 1549 donne les noms de quarante-six cardinaux et indique pour trente-sept d’entre eux la quantité de sel, exprimée en buccae, qui leur sera remise moyennant 4 ½ jules pro rubro : le cardinal Farnèse vient en tête avec 360, suivi par le cardinal Guido Ascanio Sforza, neveu du pape (250), Jean Du Bellay (240) et le cardinal de Burgos (220), alors que Reginald Pole (60) clôt la liste. Parmi les cardinaux français, d’Annebault, d’Armagnac et Lenoncourt ont une dotation de 160, Antoine Sanguin de 150, Givry de 120 et La Chambre 100. Mais le plus significatif est l’évolution entre ces deux dates, puisque les seuls cardinaux qui voient leur dotation augmenter sont Jean Du Bellay (qui passe de 100 à 240), Crispus (de 0 à 80), Armagnac (de 100 à 160), Viseu (de 60 à 80), Verulan (de 60 à 70) et Pisan (de 100 à 120). L’augmentation la plus forte – 140 buccae – est celle de Jean Du Bellay, dont la maisonnée a donc visiblement crû.

  • 27 Éditée dans l’annexe 4, p. 320.
  • 28 Voir L. Gomez, Commentaria […] in regulas cancellariae iudiciales, quae usu quotidiano in curia et (...)
  • 29 Elle se distingue donc des lettere di famigliarità, de nature juridique et dont si peu d’exemples (...)
  • 30 La Sciomachie et festins faits à Rome au palais de monseigneur reverendissime cardinal Du Bellay, (...)
  • 31 R. Cooper, Rabelais et l’Italie, op. cit., p. 202-203. Dans une lettre du 17 juin 1548 à Jean Du B (...)

11Datant de 1549, une liste des personnes qui ont droit à un salaire et/ou des biens en nature27 précise les contours de sa familia, bien que tous n’en fassent pas partie. Elle appartient à la catégorie de ce que les traités sur le secrétaire appellent le rotolo di tinello ou ruolo della famiglia28, à savoir une liste destinée à adapter l’approvisionnement de la familia en argent, nourriture et vin en fonction du nombre de famuli29. Recouvrant autant la maisonnée laïque que celle ecclésiastique, cette liste dénombre 106 personnes et 37 montures, chiffre « honorable » quand on songe que la cour de Charles Borromée comptera à Rome cent cinquante bouches. La fête somptueuse, « quoy qu’il coutast », comme le confie Rabelais dans La Sciomachie30, que Jean Du Bellay organise le 14 mars 1549 sur la place Sant’Apostolo à l’occasion de la naissance de Louis d’Orléans, donne également une idée de ce qu’a pu être, à cette époque, la familia du cardinal : le souper, se plaît à narrer Rabelais, « fut dressé en sumptuosité et magnificence si grande qu’elle pouvoit effacer les celebres banquetz de plusieurs anciens Empereurs romains et barbares » et la maison « ouverte à tous venans, quelz qu’ils fussent, tout iceluy jour31 ». Le souci de rivaliser avec la grandeur des Anciens et le désir gallican de marquer la présence française à Rome n’y sont pas étrangers.

  • 32 Voir L. Marcucci, « Persistenze e trasformazioni della “piazza di Termini”. Dagli orti cinquecente (...)
  • 33 « Essendo longa la cortina de muro delli Horti Bellaiani nella piazza de Termini come 174 et larga (...)

12Le troisième document est sans doute le plus précieux32. Le fascicule no 13 du ms 4447 des Corporazioni femminili S. Susanna conservé à l’Archivio di Stato de Rome constitue la source essentielle sur la succession de Jean Du Bellay, et en particulier le devenir de ses fameux Horti Bellaiani, les relevés topométriques permettant de se représenter précisément leur dimension33. Mais ce sont surtout les listes de créanciers qui livrent de précieuses informations.

  • 34 Nota creditorum hereditatis cardinalis Bellaia.
  • 35 On y trouve notamment la Société de l’Annonciation sopra Minerva (en vertu de la donation du 15 ma (...)

13Le dossier no 11, intitulé Bellaiana discussio34, détaille sur près de vingt folios recto verso les créanciers répertoriés et classés par Francesco Sarmento, auditeur extra Rotam. Quatre catégories y sont hiérarchisées : les créanciers qui possèdent une hypothèque ou un privilège de droit35, les familiers de Jean Du Bellay, les créanciers sans hypothèque ni créance et les créditeurs « ut fideiussoris Rmi D. episcopi Noviomen. [Jean de Hangest] principalis ». Dans la première catégorie (no 1-38), on trouve notamment une mention des deux tours d’angle des Horti Bellaiani (celle de Saint-Bernard, devant Santa-Susanna, et celle à l’autre extrémité est, qui existe encore), que Jean Du Bellay loue au chapitre de Sainte-Marie-du-Peuple et qui est le véritable point de départ de l’édification de son palais des thermes de Dioclétien :

  • 36 ASR, Corporazioni religiose femminili S. Susanna 4447, fasc. 13, no 11 Bellaiana discussio, no 27.

1554. Fratres de Populo pro locatione turrion[or] um ad Santam Susannam et canone illorum de anno 1559 debito habuerunt […] ∇ 484.36

14De fait, le 10 avril 1554, le chapitre de Sainte-Marie-du-Peuple avait loué pour 18 écus par an à Jean Du Bellay

  • 37 ASR, notai AC 6164, f° 322 (Ludovicus Reydetus).

unus turrionus situs apud Thermas et intra urbis moenia […] et ab uno latere vias publicas et vineas d. Bernardini de Castello sub proprietate S. Susanne.37

  • 38 ASR, notai AC 6150, f° 685.

15Cette première catégorie confirme également l’importance de l’approvisionnement alimentaire de la familia du cardinal, et notamment en vin : les marchands Marcus Antonius Cotta de Sorrento, Antonius Rivolta de Novaria, Hannibal Cortesius, Ioannes Thomas Cortesius, le Napolitain Troilus Laurus, les héritiers d’Antonello et Andreas Inelli (no 28-33) réclament tous leur dû pour le vin livré. Le 19 septembre 1549, Jean Du Bellay promettait déjà au marchand napolitain Antonello de Inelli de lui payer 50 écus d’or pour du vin grec38. Et les créanciers se pressent : une certaine Faustina de Capranica réclame de l’argent pour la vigne louée le 5 janvier 1559 à Terranova (no 35) ; même Paul Sadolet, évêque de Carpentras et neveu de Jacques Sadolet, exige des sommes dues pour du vin (no 36) ; le marchand sicilien Franciscus Gilbertus demande le règlement de l’achat de 133 barils de vin grec et Antonius Marinus celui des vina Gallica qu’il a livrés (no 20) ; enfin, un certain Camillus Simius exige 600 écus pour une vigne qu’il vendit à Jean Du Bellay le 1er février 1558 (no 22). De toute évidence, l’approvisionnement en « purée septembrale » draîna plus de moyens qu’on ne pourrait le penser. Mais d’autres personnes de sa maisonnée apparaissent aussi, comme un aromatarius nommé Ioannes Baptista Solatius (no 8), qui sert Jean Du Bellay du 17 juin 1554 jusqu’à la mort de celui-ci.

  • 39 Éditée dans l’annexe 4, p. 320.
  • 40 Jean Du Bellay à François de Bouliers, [15 août 1551], BnF, fr. 5150, fos 67-70 ; CCJDB, t. VI, à (...)

16La deuxième catégorie (à partir du no 39) fournit la lista familiorum cardinalis39 de ceux qui se réclament créanciers du feu cardinal, c’est-à-dire l’essentiel de la familia non seulement peu avant le décès du cardinal mais également dans la durée puisque les dates d’entrée en service sont fréquemment mentionnées. La transcription de l’essentiel de cette liste permet de cerner l’entourage étroit du cardinal Jean Du Bellay de 1548 à sa mort, même si tous ceux qui ont appartenu à sa familia ne réclament pas des sommes d’argent. Ce document n’est pas exhaustif mais le fait que soixante-seize personnes appartenant à la familia de Jean Du Bellay réclament de l’argent après son décès en dit long sur l’étendue de ses dettes comme sur sa familia, dans laquelle on trouve notamment le notaire Jean Le Save, le maître de chambre Charles Marault, ses secrétaires Marco Manilio et Stéphane Maloraut, ses médecins Lutin Piet et Francesco Festo, ses sculpteurs Claude Lusenier et le picard Jacques d’Erbé, ce « maistre Jacques » évoqué avec « maistre Noel [Huet] » dans une lettre de 155140.

17Enfin, la troisième liste, Lista creditorum non hipothecariorum nec privilegiatorum nec mercennariorum, renseigne sur les personnes que Jean Du Bellay sollicita, comme ce Nicolaus Mirandellus Gallus faber lignarius qui le servit de 1551 à 1560. Le chapitre de Sainte-Marie-Majeure y réclame de l’argent pour des barils de vin, Veletri pour du grain, la Société de l’Annonciation pour le loyer du palais Salviati dans le Borgo alors que le couvent de la Trinité-des-Monts exige le paiement de 400 écus « pro dotatione cappelle Beate Marie, ubi est depositum corpus causa funeralium et missarum per fratres decantatarum ».

  • 41 Lista seu informatio omnium creditorum bo. me. cardinalis Bellaii cum eorum pretensionibus et resp (...)

18En plus de la liste que fournit cette Bellaiana discussio, plusieurs membres de sa familia sont encore cités dans la liasse no 1041, sous la troisième rubrique, Personae familiae quae veniunt pro mercede sua. On y retrouve notamment Andreas de Marsilia paraphrenarius (no 22), Franciscus Claudian Gallus expenditor (no 37), Franciscus Millior (no 41), le sous-secrétaire Claude Semur (no 42), Franciscus Pasquerius (no 44), le camerarius Franciscus Samarinus (no 46), Melchior de Citadinis (no 47), Iohannes de Bacio (no 51), Claudius de Savoie (no 64), l’aquarolus Bartholomeus (no 66), Dalida Furrore (no 68), etc. Quelques nouveaux noms apparaissent, comme Jacobus d’Agle sculptor, Franciscus Sammarini canavarius cardinalis et un certain Nicolas Billi factor cardinalis, ce qui force à admettre que la liste reste ouverte.

  • 42 M.M. Jurgens, Ronsard et ses amis, Paris, AN, 1985, p. 329.
  • 43 Par exemple, lorsque le 20 juillet 1554 Jean Du Bellay nomme François de Mauny comme son procureur (...)
  • 44 En mai 1553, Jean Du Bellay faisait don de 150 écus par an au Collège germanique : « Parisien. Ego (...)
  • 45 Rome, Arch. capitolino, Archivio urbano, Sezione II, 54, f°125 (original-minute) et fos 137-140 (m (...)
  • 46 ASR, notai AC 6461, f° 73, 8 juin 1554 (notaire Jean Le Save ; témoins Étienne Boucher et Antonio (...)
  • 47 Voir CCJDB, t. III, p. 124 n. 6 et p. 484.
  • 48 Paris, AN, MC, ét. XXIII, 007 : « sommation respectueuse » à propos du mariage (dont Jean Du Bella (...)
  • 49 CCJDB, t. I, p. 417-418 ; R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 102.
  • 50 Sur cette question, voir CCJDB, t. IV, p. 129 n. 4 ; t. V, p. 74 n. 4, p. 270 et surtout p. 385 n. (...)
  • 51 Voir Cooper, Litteræ in tempore belli, p. 363-364.
  • 52 Rome, Archivio capitolino, Archivio urbano, sezione LXVI, 58, f° 184 (copie de l’expédition) et se (...)
  • 53 ASR, notai AC, 6150, fos 673ro-674ro (témoins Bernardo Acciaioli et Francesco Scarlati). Olivier E (...)
  • 54 Rome, ASV, notai AC 6463, f° 173. Un acte du 13 février 1559, dans lequel il agit pour Jean Du Bel (...)
  • 55 ASR, notai RCA 1453, fos 3-5 (no 2 et 9 de l’annexe 4, p. 322-323).
  • 56 ASR, notai AC 6463, f° 192.

19Malgré l’importance de cette liste inconnue, il faut en effet se garder de lui conférer un caractère exhaustif puisque des familiers attestés (et payés !) de Jean Du Bellay n’y sont pas mentionnés. Tel est le cas, par exemple, de Pierre Cocault, clerc du diocèse de Soissons, « curé de Gence, evesché du Mans42 » et curé de Saint-Saturnin de Limeray : témoin de plusieurs actes passés par Jean Du Bellay43, et notamment celui du 15 mai 1555 par lequel Jean Du Bellay donne annuellement soixante-dix rubra grani au Collège germanique44 et cent écus à la Société de l’Annonciation sopra Minerva45, Cocault est mentionné comme « secretarius et familiaris Rmi et Illmi d. cardinalis Bellaii » dans un acte du 8 juin 1554 passé dans le palais de Jean Du Bellay46. Claude Cottereau, qui dédie au cardinal dès 1539 ses De iure et privilegiis militum libri tres, est également son secrétaire et familier47, tout comme, à Paris, Mathurin Briant, mentionné comme tel dans un acte du 24 juillet 155148. L’épître liminaire de Rabelais à Jean Du Bellay, datée du 31 août 1534 et placée en tête de son édition de la Topographia antiquae Romae de Marliani (1534), mentionne également Nicolas Le Roy et Claude Chappuys parmi les familiers de Jean Du Bellay, « domesticis tuis iuvenibus honestissimis, antiquitatisque studiosissimis49 », eux aussi gagnés, comme Rabelais le topographe, par l’anticomanie invétérée du cardinal50. Rémy Doulcin (Remigio Donluci), dédicataire du sonnet 97 des Regrets de Joachim Du Bellay et procureur de Rabelais lorsque celui-ci résigne la cure de Saint-Christophe-du-Jambet le 9 janvier 155551, est cité en qualité de témoin comme médecin de Jean Du Bellay dans l’acte du 15 mai 1555 en faveur de Marie Du Bellay, la nièce du cardinal52. Un acte passé le 19 septembre 1549 dans le palais d’Ascanio Colonna, à côté de l’église Sant’Apostoli, que Jean Du Bellay occupe, désigne aussi comme procurateurs du cardinal Jean de Puppis et Olivier Estienne, « ipsius Rmi et Illmi D. cardinalis argentarii praesentes53 ». Un acte du 30 mai 1559 mentionne comme maître d’Hôtel un certain Lorenzo Dominici, « magnificus d. Laurentius Iannuen, eques Sanctissimi Sepulchri Iesu Christi, magister domus Rmum et Illmum d. Io. epi Ostien. Cardinalis Bellay54 ». Enfin, le 3 janvier 1560, Jean Du Bellay réserve une part des fruits sur Bordeaux et sur les bénéfices ecclésiastiques, ainsi qu’une pension de 200 livres, à Michel Chappin, cité comme familiaris de Jean Du Bellay dans un acte du 3 janvier 1556 par lequel Jean Du Bellay cède l’évêché de Bordeaux55 ainsi que dans l’acte du 13 juin 1559 par lequel il nomme Christophe de Thou, Michel de L’Hospital et Antoine de Lyon curateurs des filles de feu Martin Du Bellay, Catherine et Jeanne56.

  • 57 Acte du 17 juin 1558 dans H. Tronchay, « Le chirurgien du cardinal Jean Du Bellay », La Province d (...)
  • 58 Acte du 11 juin 1553, Paris, AN, MC, ét. LXXVIII, 29.
  • 59 Voir Inventaire des registres des Insinuations au Châtelet, éd. E. Campardon et A. Tuetey, Paris, (...)
  • 60 Ibid., no 3947 (6 août 1547).
  • 61 Paris, AN, MC, ét. VIII, 225 (8 juillet 1556).
  • 62 Paris, AN, MC, ét. VIII, 184, 1er juillet 1543. Voir Jean Du Bellay à Philibert de L’Orme, 24 juin (...)
  • 63 Voir R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 59-60.
  • 64 29 mai 1548, Jean Du Bellay à Charles de Guise, CCJDB, t. IV, p. 196.

20La familia française du cardinal Jean Du Bellay reste également à identifier, où l’on dénombrerait notamment un certain « Jehan de Cherme, barbier et chirurgien » de Jean Du Bellay, « a present curé dud. Mehoudin », mentionné dans un acte du 17 juin 155857, le cuisinier Antoine Barbier58, le sommelier Gabriel Bouvier59, l’argentier Olivier Estienne60, l’écuyer Perrin de Crémone61 et, last but not least, « noble et discrete personne maistre Philibert de L’Orme », chanoine du chapitre de Notre-Dame de Paris, « architecte de monseigneur le reverendissime Jehan, cardinal Du Bellay62 ». Autour de ces familiae, il faudrait encore mieux identifier les autres cercles concentriques, autour de Jean Du Bellay : ses clients, ses agents, ses protégés, les membres plus ou moins informels des cénacles de Jean Du Bellay à Rome63, qui se décrivait, avec son autodérision coutumière, comme « bon homme de finances, sinon à perte d’icelles64 ». De quoi nourrir encore une de ces longues et improbables listes que Rabelais affectionne tant…

Notes

1 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 15 avril 1557 ; BnF, fr. 20448, p. 287-290 ; CCJDB, t. VII, à paraître.

2 Sur la présence d’Érasme dans la correspondance de Jean Du Bellay, voir L. Petris, « Érasme, Rabelais et Joachim Du Bellay au fil de la correspondance politique de Jean Du Bellay », Le Pouvoir et ses écritures, Eidôlon, 101 (avril 2012), p. 147-165.

3 Voir D. S. Chambers, Renaissance Cardinals and their Worldly Problems, Aldershot, Variorum, 1997 ; Firpo M., « Le cardinal », in L’Homme de la Renaissance, sous la dir. de E. Garin, Rome-Bari, Laterza, 1988 ; trad. fr. Paris, Seuil, 1990, p. 81-145 ; G. Dickinson, Du Bellay in Rome, Leiden, J. Brill, 1960, p. 89-106. Pour une comparaison, voir P. Hurtebise, « Familarité et fidélité à Rome au XVIe siècle : les familles des cardinaux Giovanni, Bernardo et Antonio Maria Salviati », Hommage à Roland Mousnier. Clientèles et fidélité en Europe à l’époque moderne, sous la dir. de Y. Durand, Paris, PUF, 1981, p. 335-350.

4 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 25 décembre 1553 ; Moscou, Archives centrales des actes anciens, fonds 81, vol. 31, f° 193 ; CCJDB, t. VI, à paraître.

5 Jean Du Bellay à Olivier Le Doyen, 22 juin 1549 ; BnF, fr. 5151, fos 48-51 ; CCJDB, t. V, no 1072, p. 259.

6 Pour d’autres évocations, voir surtout ASV, Pauli III Brev. Min., an. 1536, vol. II, f° 200, édité dans V.-L. Bourrilly, Lettres écrites d’Italie par François Rabelais (décembre 1535-février 1536), Paris, Champion, 1910, p. 88-89.

7 Voir Descriptio Urbis : The Roman Census of 1527, éd. E. Lee, Rome, Bulzoni, 1985 ; D. Gnoli, « “Descriptio urbis” o censimento della popolazione di Roma avanti il sacco borbonico », Archivio della Reale Società Romana di Storia Patria, 17 (1894), p. 375-520 ; G. Fragnito, « Cardinals’Courts in Sixteenth-Century Rome », Journal of Modern History, 65/1 (mars 1993), p. 26-56.

8 Annexe 3, p. 315.

9 Del governo della corte d’un signore in Roma, dove si ragiona di tutto quello che al Signore e a’suoi Cortigiani si appartiene di fare, opera non manco bella, che utile e necessaria, in Roma, per Francesco Priscianese Fiorentino, [1543] ; éd. L. Bartolucci, Città di Castello, S. Lapi, 1883. Pour une comparaison entre les salaires estimés par Priscianese et ceux, effectifs, de la cour du cardinal Giovanni Salviati, voir L.M.C. Byatt, « Aspetti giuridici e finanziari di una “famiglia” cardinalizia del XVI secolo : un progetto di ricerca », in Famiglia del Principe e famiglia aristocratica, éd. C. Mozzarelli, Rome, Bulzoni, 1988, p. 625-626. Voir aussi P. Hurtebise, « La “table” d’un cardinal de la Renaissance. Aspects de la cuisine et de l’hospitalité à Rome au milieu du XVIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome, 92/1 (1980), p. 249-282.

10 Idem, p. 23. Dans les années 1560, la familia d’une centaine de personnes du cardinal Bernardo Salviati lui coûtait 5 à 6 000 écus. Voir M. Firpo, « Le cardinal », art. cit., p. 103.

11 Joachim Du Bellay, Hymne de la surdité, dans Divers jeux rustiques, XXXVIII, v. 191-195 ; O. poét., éd. H. Chamard, t. V, Paris, Nizet, 1983, p. 193-194. Sur sa surdité, voir sa lettre à Jean Du Bellay du 31 juillet 1559, CCJDB, t. VII, à paraître.

12 Genève, Arch. de l’État, RC 47, f° 69.

13 Voir ASV, Arm. XLI, 69, f° 85, 28 août 1553, document qui dénombre les prêtres qui viennent d’arriver à Rome dans la maisonnée de Jean Du Bellay.

14 Jean Du Bellay à [Sébastien de L’Aubespine], 12 mai 1553 ; Berne, Arch. de l’État, AV 1419, no 15 ; CCJDB, t. VI. Voir H. Meylan, « Der Kardinal Jean Du Bellay und die Ratsherren von Bern (Der Vorfall von Wiedlisbach im Mai 1553) », Jahrbuch des Oberaargaus, 5 (1962), p. 110.

15 Lyon, Arch. du Rhône, BP 3640, f° 206, suivi de la constitution le 30 juin 1553 à Lyon par Jean Du Bellay de ses procureurs (Philippe Didato, Jacques Jacominy et Jean-Baptiste Gondi) ; C. A. Henri II, t. 7, p. 134, no 13231.

16 C. A. Henri II, t. 7, p. 102-103, no 13019; CCJDB, t. III, p. 82-83 n. 4 et t. IV, no 772, p. 27, n. 3.

17 Lyon, Arch. du Rhône, BP 3640, fos 206v°-207r°.

18 Ibid. Sur Tignat, voir La Chronique lyonnaise de Jean Guéraud, 1536-1562, éd. J. Tricou, Lyon, Imprimerie Audinienne, 1929.

19 BnF, fr. 5129, f° 121v°.

20 Giulio Alvarotti à Hercule d’Este, 26 mai ; Modène, Arch. di Stato, Ambasciatori Francia, busta 24.

21 Jean Du Bellay à Charles de Guise, 2 janvier 1549, CCJDB, t. V, p. 3.

22 Annexes 3 et 4, p. 315 et 320.

23 ASV, Cam. Ap., Div. Cam. 149, f° 136v°. Pour d’autres points de comparaison, voir le mandatum stipulant les quantités de sel octroyées pour chaque cardinal par Jules III le 15 septembre 1551 (ASV, Cam. Ap., Div. Cam. 171, f° 27), le 20 septembre 1552 (id., f° 144) et le 12 septembre 1553 (id., f° 230), dates auxquelles Jean Du Bellay n’estgratifié d’aucune quantité de sel.

24 F. Schroeder, Monumenta quae spectant primordia Collegii Germanici et Hungari, Rome, 1896, p. 247 n. ; J. Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du XVIe siècle, Paris, Éditions de Boccard, 1957, t. I, p. 122 n. 3.

25 ASV, Cam. Ap., Div. Cam. 149, f° 131r°.

26 ASV, Cam. Ap., Div. Cam. 149, fos 153 et 205.

27 Éditée dans l’annexe 4, p. 320.

28 Voir L. Gomez, Commentaria […] in regulas cancellariae iudiciales, quae usu quotidiano in curia et foro saepe versantur, Venezia, Michele Tramezzino, 1540, f° 11r°.

29 Elle se distingue donc des lettere di famigliarità, de nature juridique et dont si peu d’exemples subsistent. Sur cette distinction, voir L.M.C. Byatt, « Aspetti giuridici e finanziari di una “famiglia” cardinalizia del XVI secolo : un progetto di ricerca », in Famiglia del Principe e famiglia aristocratica, éd. C. Mozzarelli, Rome, Bulzoni, 1988, p. 612-618.

30 La Sciomachie et festins faits à Rome au palais de monseigneur reverendissime cardinal Du Bellay, pour l’heureuse naissance de Monseigneur d’Orleans, Lyon, S. Gryphe, 1549 ; R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 183-211 et 212-223.

31 R. Cooper, Rabelais et l’Italie, op. cit., p. 202-203. Dans une lettre du 17 juin 1548 à Jean Du Bellay, Charles de Bourbon évoque « messrs les reverendissimes voz familiers » (Charles de Bourbon à [Jean Du Bellay], 17 juin 1548, CCJDB, t. IV, p. 209).

32 Voir L. Marcucci, « Persistenze e trasformazioni della “piazza di Termini”. Dagli orti cinquecenteschi ai progetti di Marcello Piacentini », dans Architettura : processualità e trasformazione, sous la dir. de M. Caperna, Quaderni dell’Istituto di Storia dell’Architettura, 34/39 (1999/2002), p. 307-330.

33 « Essendo longa la cortina de muro delli Horti Bellaiani nella piazza de Termini come 174 et larga verso la piazza di S. Susanna come 33 et verso Monsr Frangipane et vigna di S. Bla[sio ?] 41 », no 9 Sito delli Horti Bellaiani et Misura della cortena di muro delli Horti Bellaiani.

34 Nota creditorum hereditatis cardinalis Bellaia.

35 On y trouve notamment la Société de l’Annonciation sopra Minerva (en vertu de la donation du 15 mai 1555 ; voir annexe 3, p. 317), mais aussi les héritiers du marchand siennois Carlo Massaini (qui réclament 9495∇, no 13), Charles d’Angennes (5000∇, no 18) et Paul Sadolet (102∇, no 36).

36 ASR, Corporazioni religiose femminili S. Susanna 4447, fasc. 13, no 11 Bellaiana discussio, no 27.

37 ASR, notai AC 6164, f° 322 (Ludovicus Reydetus).

38 ASR, notai AC 6150, f° 685.

39 Éditée dans l’annexe 4, p. 320.

40 Jean Du Bellay à François de Bouliers, [15 août 1551], BnF, fr. 5150, fos 67-70 ; CCJDB, t. VI, à paraître : « Et, comme il est en ung aultre article, il fauldra que maistre Jacques et maistre Noel se retirent a Venise, si lors y sera encores monsr le cardinal de Tournon, pour s’en retourner avec luy ».

41 Lista seu informatio omnium creditorum bo. me. cardinalis Bellaii cum eorum pretensionibus et responsionibus ad eorum petitiones et instructiones secundum prioritatem et potioritatem temporis et hypothecae, per ordinem scripturae positorum pro parte illustrissimae D. Mariae Du Bellay perpetuae et universalis donatricis (14 folios).

42 M.M. Jurgens, Ronsard et ses amis, Paris, AN, 1985, p. 329.

43 Par exemple, lorsque le 20 juillet 1554 Jean Du Bellay nomme François de Mauny comme son procureur dans un procès à propos de Casal-Benoît, les témoins sont Pierre Cocault et Charles Marault.

44 En mai 1553, Jean Du Bellay faisait don de 150 écus par an au Collège germanique : « Parisien. Ego Io. Bellaius conferam anno quolibet aureos centum et quinquaginta » (autogr., mai 1553 ; Rome, Archivum Collegium Germanicum et Hungaricum (ACGU), Best. U, Nr. 2).

45 Rome, Arch. capitolino, Archivio urbano, Sezione II, 54, f°125 (original-minute) et fos 137-140 (minute, à la date du 13 mai), édité dans l’annexe 3, p. 317. Ce don est lié à Giovanni Morone, à la fois fondateur du Collège germanique avec Ignace de Loyola et protecteur de Santa Maria sopra Minerva. Sur les liens entre Jean Du Bellay et les Jésuites à partir de 1553, voir la lettre du 10 avril 1553 de Bernardino Maffei à Jean Du Bellay, CCJDB, t. VI, no 1235 bis.

46 ASR, notai AC 6461, f° 73, 8 juin 1554 (notaire Jean Le Save ; témoins Étienne Boucher et Antonio Bonaccursi). Cocault estaux côtés de Jean Du Bellay lorsque celui-ci résigne le 17 novembre 1554 l’abbaye de Saint-Vincent du Mans. Voir L. Froger, « Note sur le testament du cardinal Jean Du Bellay », La Province du Maine, XVI (1908), p. 305-306.

47 Voir CCJDB, t. III, p. 124 n. 6 et p. 484.

48 Paris, AN, MC, ét. XXIII, 007 : « sommation respectueuse » à propos du mariage (dont Jean Du Bellay estle témoin) de Mathurin Briant et Renée Liger.

49 CCJDB, t. I, p. 417-418 ; R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 102.

50 Sur cette question, voir CCJDB, t. IV, p. 129 n. 4 ; t. V, p. 74 n. 4, p. 270 et surtout p. 385 n. 2 ; R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 26-27 et 60-61.

51 Voir Cooper, Litteræ in tempore belli, p. 363-364.

52 Rome, Archivio capitolino, Archivio urbano, sezione LXVI, 58, f° 184 (copie de l’expédition) et sezione II, 54, f° 127 (originale minute), édité dans l’annexe 3, p. 315.

53 ASR, notai AC, 6150, fos 673ro-674ro (témoins Bernardo Acciaioli et Francesco Scarlati). Olivier Estienne, « clerico Turonen. Dioc. », est le témoin d’un acte passé le 22 mai 1550 par Jean Du Bellay « in palatio habitationis […] in Campo Martio ».

54 Rome, ASV, notai AC 6463, f° 173. Un acte du 13 février 1559, dans lequel il agit pour Jean Du Bellay, précise qu’il s’agit de Lorenzo Dominici (id., f° 48).

55 ASR, notai RCA 1453, fos 3-5 (no 2 et 9 de l’annexe 4, p. 322-323).

56 ASR, notai AC 6463, f° 192.

57 Acte du 17 juin 1558 dans H. Tronchay, « Le chirurgien du cardinal Jean Du Bellay », La Province du Maine, XI (1903), p. 295-297. Jean Du Charme, barbier et valet de chambre, est mentionné dans un acte 13 avril 1553, Paris, AN, MC, ét. LXXVIII, 29.

58 Acte du 11 juin 1553, Paris, AN, MC, ét. LXXVIII, 29.

59 Voir Inventaire des registres des Insinuations au Châtelet, éd. E. Campardon et A. Tuetey, Paris, 1906, no 1988 (20 février 1546).

60 Ibid., no 3947 (6 août 1547).

61 Paris, AN, MC, ét. VIII, 225 (8 juillet 1556).

62 Paris, AN, MC, ét. VIII, 184, 1er juillet 1543. Voir Jean Du Bellay à Philibert de L’Orme, 24 juin [1550], CCJDB, t. V, p. 382-383, no 1158.

63 Voir R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 59-60.

64 29 mai 1548, Jean Du Bellay à Charles de Guise, CCJDB, t. IV, p. 196.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search