Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

III. L’homme de lettres

Jean Du Bellay, la tentation de l’histoire

Nathalie Guillod

Texte intégral

  • 1 C’est René Du Bellay, baron de La Lande, héritier des titres, des fiefs et des papiers de Guillaum (...)
  • 2 Louis Du Bellay eut de Marguerite de La Tour-Landry six fils et deux filles. Voir l’arbre généalog (...)
  • 3 AAJDB ; CCJDB. La correspondance du cardinal, ci-dessous abrégée CCJDB.
  • 4 Voir Richard Cooper, « Les poésies de jeunesse de Jean Du Bellay », dans Poétique et narration. Mé (...)

1Les historiens connaissent bien les Mémoires de Guillaume et Martin Du Bellay, relatant le règne de François Ier et publiés dès le XVIe siècle1. Témoins des événements de leur temps et des guerres menées par le roi de France, les frères Du Bellay, tous deux militaires, les restituent par la plume afin d’en laisser la trace pour les générations futures. Il est un autre membre de la fratrie2 qui par sa carrière, ecclésiastique cette fois, et par les hautes charges auxquelles il accéda, fut au cœur des soubresauts de l’histoire durant ces mêmes années, et que le goût pour les Lettres, l’éloquence et la culture, pouvaient naturellement porter vers une telle entreprise : Jean Du Bellay. Mais si le cardinal Du Bellay a laissé une riche correspondance3 – dont les traits et le style mordant font, outre une mine d’informations sur les années 1527 à 1560, une indéniable œuvre littéraire – ainsi qu’une production poétique encore mal connue4, il semble qu’il ne se soit pas lancé dans la rédaction de mémoires évoquant les trois règnes durant lesquels il fut un acteur de premier plan de la vie politique, diplomatique, militaire, culturelle et religieuse.

JEAN DU BELLAY ET L’HISTOIRE

  • 5 Au début de son règne, Henri II demande aux cardinaux français de se rendre à Rome pour y représen (...)
  • 6 C’est ce qu’il écrit de Rome dans un mémoire du 4 juillet 1549 : « Du temps du feu Roy je m’estoye (...)

2Ce n’est pourtant pas faute d’y avoir songé et d’en avoir revendiqué l’envie, le droit et la compétence. En 1549, alors qu’il est à Rome depuis presque deux ans5, le cardinal Du Bellay appelle de ses vœux son congé et manifeste auprès de ses correspondants son désir de revenir à ce qu’il nomme son « premier mestier des jardins et estudes6 » et de s’atteler à ses mémoires :

  • 7 Dans une lettre du 10 juin 1549, écrite de Rome à Jacques d’Albon de Saint-André. CCJDB, t. V, no (...)

L’autre raison qui me meut est que dès le temps du feu Roy ma vraye resolution estoyt, comme sçayt le Roy, de me retirer a mes estudes, estant après si long service temps de penser a quelque aultre chose. […] Si lors j’avoye ceste envye d’ung doy, j’en ay maintenant une brasse. Et, si je puys une foiz avoir acquis ce paradis terrestre, d’une chose me tiendz-je seur, c’est que je ne seray ennuyeulx a personne ; d’une aultre ceulx qui sont maistres du mestier m’asseurent, je ne sçay si c’est par flatterie ou aultrement, c’est que si je me veulx applicquer a laisser par escript la memoyre de mes maistres, seigneurs et amys, elle sera bien receue et pour durer bien longtemps. Et, puysque je veoy ceste opinion, comme dict est, en ceulx qui se y cognoissent, voyla en quoy je vouldroye passer le demourant de mes jours.7

  • 8 Germain de Brie à Jean Du Bellay, Paris, 2 mai 1533, CCJDB, t. III, no 155 bis, p. 459.
  • 9 AAJDB, p. VII-IX et Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 5-12.
  • 10 Par exemple dans une lettre de Jean Du Bellay et Charles Hémard de Denonville à François Ier du 22 (...)
  • 11 Dans une lettre à Jean Sleidan, du 18 février 1546, Jean Du Bellay évoque un épisode narré par Plu (...)
  • 12 Dans un mémoire du 27 mai 1550, adressé à Anne de Montmorency, Jean Du Bellay évoque l’histoire an (...)
  • 13 Loris Petris, « Vestiges de la bibliothèque du cardinal Jean Du Bellay », Bibliothèque d’Humanisme (...)
  • 14 Voir AAJDB, p. 486 et 519.
  • 15 De rebus gestis Ludovici, ejus nominis undecimi, Galliarum Regis, et Caroli, Burgundiae ducis, Phi (...)

3Dès 1533 on trouve trace de cette aspiration à une retraite littéraire : alors qu’il est un protagoniste influent sur la scène nationale et internationale et qu’il jouit de la pleine confiance du roi, il aspire déjà, s’en ouvrant à Germain de Brie, à se consacrer aux belles-lettres8. Et on ne peut douter que l’histoire avait sa place dans les disciplines qu’il affectionnait. Tout comme son frère aîné Guillaume, Jean avait reçu une éducation fort soignée9. Ses maîtres, peut-être Denys Lefebvre lui-même sous la direction duquel travaillait Guillaume, l’initièrent aux langues anciennes et aux auteurs grecs et latins : il apprend ainsi très tôt à manier leurs concepts et s’imprègne de leurs méthodes. Sa correspondance illustre cette familiarité avec la pensée antique : alors qu’elle relève pour l’essentiel du domaine politique et diplomatique, écrite dans l’exercice de ses fonctions, elle est cependant riche de citations diverses – de Cicéron à Horace en passant par Sénèque – parmi lesquelles on relèvera en particulier les allusions, plus ou moins explicites, aux historiens comme Tite-Live10, Plutarque11 ou encore Suétone12. Les quelques traces que nous avons de ses lectures, grâce à un inventaire de sa bibliothèque conservé au Minutier central des notaires de Paris, confirment également, à côté de son attrait pour la rhétorique et pour la poésie, ce penchant pour l’histoire. On trouve en bonne place les Commentarii de bello Gallico, de Jules César, un extrait des Annalium et historiae Francorum de Pithou, les Clarissimi viri de Conrad Heresbach ou encore le Episcopi Chronicon d’Eusèbe de Césarée13. Dans son entourage d’ailleurs, et parmi ses correspondants, on compte un certain nombre d’érudits et de savants qui se piquent d’histoire, tels Louis Vivès, qu’il rencontre à Londres dès 152814, Jean Sleidan, qui en 1545 publie une traduction latine de l’œuvre de Commynes15, ou encore Paul Jove, dont Jean Du Bellay, à la demande de Charles de Lorraine, se fait relecteur et correcteur, afin d’expurger le portrait trop noir que l’historien lombard dresse de Montmorency :

  • 16 Jean Du Bellay à [ ?], fin de l’année 1550, s. l., BnF, minute autogr., fr. 5146, fos 100-101 ; CC (...)

Monsr le cardinal de Lorraine prinst party qu’il nous laisseroyt ladicte histoire pour deulx jours afin d’achever de la veoir, et me prya que j’advisasse tous moyens d’effaczer toutes ces villennies, ce que je feiz avec le temps car, gaignant jours et sepmaines, a la fin, avec ung present honneste, accompagné de force belles parolles, Jovius remisten moy de corriger le tout a ma fantasie. Ma correction fut de prendre tout le contrepied et de luy bailler, escript de ma main, ce que je vouloye qui en demourast en la memoire des hommes, ce que Jovius accepta pour le mectre mot pour mot en estampe, et a cela m’en rapporte.16

  • 17 Giovio Paolo, Historiarum sui temporis, t. II, Florence, L. Torrentino, 1552, livre XXXXI, p. 401- (...)
  • 18 Rabelais évoque en des termes très élogieux le plaidoyer que Jean Du Bellay prononça devant le Con (...)
  • 19 Montaigne, Les Essais, éd. dirigée par Jean Céard, Paris, Librairie générale française, 2001, I, X (...)
  • 20 Publiée à Paris, chez Robert Estienne en 1544.

4La description à charge que fait Paul Jove du connétable dans ses Historiarum suis temporis infirme les derniers propos de Jean Du Bellay17. Mais, même si Jove ne tint pas compte des recommandations du cardinal, l’initiative de ce dernier prouve assez ses velléités d’écrire l’histoire. Sa plume et son art oratoire sont d’ailleurs très tôt vantés par ses contemporains. Dans les dédicaces qu’on lui adresse, on n’a de cesse de flatter son style18 et Montaigne loue encore dans ses Essais la harangue que celui qui n’était alors qu’évêque de Paris adressa à Clément VII, au pied levé, lors de l’entrevue de Marseille entre François Ier et le souverain pontife en 153319. Sa rhétorique prend corps également lorsque le roi de France lui demande de se faire pamphlétaire pour défendre les positions de la France, ce dont témoigne par exemple l’Oraison escripte suyvant l’intention du Roy très chrestien aux Serenissimes, Reverendissimes, très Illustres, très Excellens, Magnifiques, très hauls seigneurs et a tous les estas du Sainct-Empire assemblez en la ville de Spire20.

  • 21 BnF, orig. autogr., Dupuy 33, fos 52-64. Nous en donnons une nouvelle édition dans l’annexe 2 du p (...)
  • 22 Alfred Hamy, Entrevue de François Ier avec Henry VIII à Boulogne-sur-Mer en 1532, Paris, L. Gougy, (...)
  • 23 Paul Friedmann, Anne Boleyn, t. I, Londres, MacMillan, 1884, Préface, p. XVIII.
  • 24 V.-L. Bourrilly, « François Ier et Henri VIII – L’intervention de la France dans l’affaire du divo (...)
  • 25 Nous reviendrons sur la datation du texte plus bas mais notons d’ores et déjà que certaines formul (...)

5Les conditions semblaient donc réunies pour inciter Jean Du Bellay à entreprendre la rédaction de mémoires historiques. Or parmi les poésies, les lettres, les dépêches et mémoires diplomatiques, il subsiste un document – au moins – qui n’est pas de la même nature que ces autres productions mais relève bien de l’histoire. Ce texte autographe, non daté, conservé à Paris, porte pour titre – d’une main postérieure – Mémoires pour le fait d’entre le Pape et le roi d’Angleterre auquel le Roi s’estoit entremis, ecrit de la main du cardinal du Bellai21. Il décrit les aléas de l’affaire du divorce d’Henri VIII, de l’été 1533 jusqu’à l’ambassade en Angleterre de Jean Du Bellay en décembre de la même année. Publié en 1898, dans une étude sur l’entrevue de Boulogne entre François Ier et Henri VIII, par Alfred Hamy, ce texte était traité par ce dernier comme un classique mémoire diplomatique, daté de 1533 et adressé à Louis de Perreau, ambassadeur résident à Londres à la même époque22. Pourtant, Paul Friedmann, qui l’exploite dans son étude sur Anne Boleyn, en avait cerné, dès 1884, la nature et signalé sa destination : « […] a long memoir drawn up by Cardinal Du Bellay for the work of his brother Guillaume23 ». Et Victor-Louis Bourrilly, dans un article de 1899, relevait l’erreur de Hamy, notant que « le document – cela ressort nettement du texte – est un mémoire écrit au plus tôt vers 1535, par J. Du Bellay pour l’ouvrage de son frère Guillaume et non pour Castillon24 ». Et cet écrit est bel et bien un récit historique – d’où ce titre qu’il porte, et qui n’est pas anodin, de Mémoires et non Mémoire –, rédigé par Jean Du Bellay une petite dizaine d’années après les faits25 pour l’histoire du règne de François Ier que préparait son frère. C’est ainsi pour Langey que le cardinal, déjà poète et épistolier, se fait historien.

GUILLAUME DU BELLAY HISTORIEN

  • 26 Les livres cinq à sept des Mémoires, t. II, p. 301-415 et t. III, p. 1-286.
  • 27 Sur ce premier texte, voir V.-L. Bourrilly, Fragments de la Première Ogdoade de Guillaume Du Bella (...)
  • 28 Guillaume Du Bellay meurt en janvier 1543, alors qu’il était en chemin pour rentrer du Piémont en (...)
  • 29 Voir Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 382-386.
  • 30 Martin Du Bellay le rapporte dans une lettre datée du 10 octobre 1545, dans Du Bellay, Mémoires, t (...)
  • 31 S’il fallait ne citer qu’un seul trait qui permet de prendre la mesure du travail de Guillaume par (...)
  • 32 Qui prennent par exemple la préface de Martin, ou parfois même celle de René, pour référence et an (...)
  • 33 Les livres cinq à sept donc des Mémoires, t. II, p. 301-415 et t. III, p. 1-286.

6Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey, est en effet à l’origine d’une conséquente entreprise historique, dont les Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay ne nous conservent qu’un fragment très partiel26. Dès le début de sa carrière, désireux d’assouvir son goût des Lettres, il se lance dans la rédaction d’un ouvrage d’histoire, en latin, à la manière de Tite-Live, qu’il intitule Ogdoades27. Encouragé par François Ier, qui l’invite à reprendre son œuvre en français, il s’attèle avec ténacité à cette tâche, qui l’occupera toute sa vie dans les moments de temps libre que lui laissent ses missions et ses charges. Malheureusement la presque totalité de l’œuvre disparaît à sa mort en 154328 et on ignore avec précision jusqu’où Guillaume avait pu mener son projet29. Mais ses écrits ayant éveillé l’intérêt des plus grands esprits de son temps et ce qu’il en restait méritant d’être publié, son frère Martin, qui rapporte que Guillaume l’avait désigné pour « la revision et la continuation de son dict œuvre30 », se sentit investi de la mission de compléter les écrits de son frère et de léguer à la postérité un ouvrage fini sur le règne de François Ier, les Mémoires de Martin et Guillaume Du Bellay. Il faut toutefois soigneusement distinguer ce qui est de la main de Martin de ce qui nous vient de Guillaume, sous peine de méjuger la démarche de ce dernier. Et il est peut-être regrettable que les deux productions soient aujourd’hui aussi étroitement fondues parce qu’elles sont de nature et de teneur fort différentes31, ce à côté de quoi beaucoup de commentateurs et de lecteurs sont passés32. Nous nous arrêterons ici uniquement au travail de Guillaume33, puisque c’est pour celui-ci que Jean rédige le récit qui nous occupe.

  • 34 René Du Bellay nous dit, à propos du titre choisi par Martin pour l’œuvre : « laquelle […] par mod (...)
  • 35 Voir par exemple Jean Dufournet, « Philippe de Commynes et l’invention des Mémoires », dans Mémoir (...)
  • 36 Prologue, Mémoires, p. 335-368. Pour une analyse détaillée du Prologue et de la méthode mise en pl (...)
  • 37 Sur la discipline historique et son évolution à la Renaissance nous avons en particulier consulté (...)

7Le titre de Mémoires, sous lequel sont rassemblés les écrits de Guillaume aujourd’hui, ne rend pas justice à son travail et peut prêter à confusion34. En effet, si l’on s’en tient à la définition que donnent les spécialistes du genre35, les critères qui permettent de circonscrire le genre des mémoires les distinguent en partie des écrits historiques : un destinataire ou un commanditaire généralement identifié, une démarche de justification souvent née d’une injustice ou d’un affront, la revendication d’une certaine désinvolture dans la forme comme dans le fonds, une représentation consciente du moi – la première personne étant généralement utilisée –, qui se prolonge dans une vision manifestement subjective, mâtinée de considérations morales, de notes personnelles, de jugements. Chez Langey, la démarche, la forme et les objectifs sont autres ; la filiation avec Tite-Live, revendiquée en particulier dans le choix du titre, implique une posture manifeste d’historien. Et le dispositif qu’il met en place, et qu’il décrit dans le Prologue des Ogdoades36, vrai programme historiographique aux règles duquel se pliera Jean Du Bellay, le prouve37.

  • 38 Prologue, Du Bellay, Mémoires, t. IV, p. 338.

8De fait, s’il est tributaire de la manière dont ses prédécesseurs racontaient l’histoire, Guillaume Du Bellay a élaboré, au fil du temps et des réécritures, une authentique méthode historique, dont l’objet est « la vraye et diligente exposition des choses faites38 ». Cette quête du vrai est le premier principe édicté par Langey et la mission qu’il se fixe est de raconter ce qu’il connaît pour tel afin que la mémoire ne s’en perde pas :

  • 39 Ibid., p. 345.

En hystoire de tant plus est la tardiveté perilleuse que la vie des mortelz est courte, et si par ceux qui ont cognoissance et memoire des choses de leur temps, il n’en est rien mis par escrit, ceux qui viendront après, tant puissent-ils avoir bon stile, bon vouloir et diligence, si n’en pourront-ils escrire certainement et a la verité.39

  • 40 Sur les sources anciennes, mais aussi médiévales et modernes, de Guillaume Du Bellay, voir le Prol (...)
  • 41 Guillaume Du Bellay les évoque parlant d’historiens qui auraient été plus avisés « et pour eux et (...)
  • 42 Dubois C.-G. « Les lignes générales de l’historiographie… », art. cit., p. 14.
  • 43 Prologue, Du Bellay, Mémoires, t. IV, p. 347.
  • 44 Chez Guillaume, comme le dit Auguste de Trémault, qui ne cache pas sa déception, « la partie anecd (...)
  • 45 Dans une lettre qu’il adresse à Montmorency, vers la fin d’octobre 1536, il dit : « J’ay laissé ce (...)
  • 46 « François Ier ne se contenta pas de lui conseiller d’écrire son ouvrage en français : il lui donn (...)

9Cette idée, qui n’a rien de nouveau depuis Aristote40, mais que les res gestae du Moyen Âge, le merveilleux des légendes et le miraculeux des hagiographies avaient reléguée au second plan41, est réaffirmée avec force à la Renaissance, à un moment où l’histoire accède lentement à un statut scientifique et acquiert ses lettres de noblesses et son autonomie face aux enseignements traditionnels – cosmologie, astronomie et rhétorique – dont elle ne constitue longtemps qu’un sousgenre42. Et la garantie la plus manifeste de ne point déroger à cet engagement d’authenticité est de parler comme témoin oculaire : l’historien, autant que faire se peut, « doit avoir veu ou cogneu une bonne partie de ce qu’il dit43 ». La présence au cœur des événements narrés n’implique toutefois aucunement pour l’auteur d’adopter un point de vue subjectif, de mettre en avant ses faits d’armes ou de porter un jugement sur le déroulement des faits44. L’historien s’efface devant son sujet. Guillaume ne se contente d’ailleurs pas du gage de véracité que représente son expérience, il enrichit sa démarche d’historien par le recours systématique aux témoignages de tiers, aux dépêches, traités et récits de son temps, propres à étoffer ses dires, à combler son ignorance et à corriger sa méconnaissance des faits. Son discours ne se veut pas partiel à l’image de la mémoire d’un homme qui ne peut être présent en chaque lieu, en chaque circonstance. Des ministres jusqu’au roi, de ses amis, de sa famille, Langey a tiré parti de toutes ses relations45 et obtient même de François Ier un accès facilité aux sources officielles46.

  • 47 Pour son histoire de l’origine des Gaules, Guillaume envisageait même de fournir au lecteur un « v (...)
  • 48 C’était déjà la manière dont il organisait la matière dans son Ogdoade latine. Bourrilly V.-L., Fr (...)
  • 49 Cité par Y. Coirault, « Les Ogdoades… », art. cit., p. 304.
  • 50 Par exemple chez Vivès, Jean-Claude Margolin, « La Conception de l’histoire selon Jean-Louis Vivès (...)

10Le second précepte énoncé par Guillaume est l’agencement de la matière historique qui ne peut être livrée brute au lecteur. Il s’efforce d’organiser son propos de la manière la plus intelligible qui soit47. Ses choix – par exemple une division des faits selon une distribution géographique48, que reprend le cardinal à son tour – ont le mérite de signaler l’importance qu’il accorde à ce principe de hiérarchisation. S’il est attentif à la chronologie des faits, il s’attarde aussi sur les étymologies, le contenu des traités et des alliances ou encore les descriptions physiques, qui doivent venir éclairer la narration. Et, corollaire de ce principe de structuration, toujours dans un même souci de rigueur, Langey se fixe pour règle d’écrire en un « elegant et poli langage49 ». Le style adopté est châtié, afin de restituer les événements avec exactitude et clarté. La forme doit être à l’image du fond, limpide. La narratio est indissociable de l’ornatus50.

  • 51 C.-G. Dubois, « Conscience et imaginaires historiques… », art. cit., p. 39.
  • 52 Gérard Luciani, « Machiavel, lecteur des historiens antiques », L’Histoire et les historiens…, op. (...)

11Tous ces doctes principes, qui doivent permettre d’établir l’histoire vraie, s’inscrivent dans un noble dessein qui est celui d’instruire les générations futures afin qu’elles trouvent dans l’Histoire un recueil d’exemples et de leçons à suivre pour bien faire51. C’était déjà l’intention de Machiavel qui invitait Laurent de Médicis à lire l’Histoire et à y puiser des ressources pour mieux agir et gouverner et ce sera le même but que poursuivront les précepteurs des rois de France, dès les derniers Valois, qui encourageront les dauphins à lire les historiens et les mémorialistes afin de se préparer à l’exercice du pouvoir52. C’est ainsi que l’on conçoit l’histoire à la Renaissance, suivant l’exemple des Anciens :

  • 53 Prologue, Du Bellay, Mémoires, t. IV, p. 342.

Et certes jamais aux humains n’avint si bien, comme du temps que toutes choses dignes ou de louange ou de reprehension estoient transmises a la posterité par vraye escriture ; car tout ainsi que par louange, nourrice de vertu, sont les cœurs nobles aiguillonez et resveillez, ainsi n’est chose qui plus destourne de vice les fresles et tendres esprits que la reprochee memoire des vicieux, dont par hystoire nous sont les exemples proposez, pour ensuyvre les uns et fuyr les autres.53

  • 54 Paris, Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, France, 752, fos 279- (...)
  • 55 Paris, Archives du Min. des aff. étrangères, Mémoires et Documents, France 752, f° 284v°.
  • 56 Ibid., f° 286r°.
  • 57 Ibid., f° 288v°.
  • 58 Ibid., f° 295r°.
  • 59 Ibid., f° 296v°.
  • 60 A. de Trémault, « Les Mémoires… », art. cit., p. 166.

12Un document de travail, conservé aux Archives du Ministère des Affaires étrangères, nous permet de suivre Guillaume au travail et de voir de quelle manière il met en œuvre le programme qu’il a défini dans son Prologue54. Cette esquisse – d’une rédaction déjà fort aboutie –, porte en marge toutes sortes de notations, qui nous montre la rigueur constante et le soin dont l’auteur entoure chacun des événements qu’il relate : « fault sçavoir de sa negociation55 », « fault descrire particulierement la personne, ses liniamans, meurs et vertuz56 », « icy fault deduire tous les poinctz qui sont deduictz en la longue oraison…57 », « fault inserer la substance du traicté58 », « nota de l’union et incorporation de Bretaigne59 », etc. Et à la lecture des trois livres qui restent des Ogdoades, on constate que Langey a mené à bien sa démarche, puisque, dans un style sobre, il fait la narration serrée des événements de l’année 1533, enrichie d’extraits de lettres, de condensés d’instructions d’ambassadeurs, de résumés de témoignages qu’on lui a fait des événements et de détails physiques sur les personnes et les lieux. Le seul reproche que l’on adressa aux Mémoires de Guillaume et Martin Du Bellay, dès Montaigne60, c’était de prendre trop ouvertement le parti du roi :

  • 61 Montaigne, Les Essais, éd. citée, livre II, chapitre X, p. 663-664.

Sur les mémoires de monsieur Du Bellay : c’est toujours plaisir de voir les choses écrites par ceux qui ont essayé comme il faut les conduire : mais il ne se peut nier qu’il ne se découvre évidemment en ces deux seigneurs ci un grand déchet de la franchise et liberté d’écrire, qui reluit ès anciens de leur sorte : comme au Sire de Jouinville, domestique de S. Loys, Eginard, chancelier de Charlemaigne, et de plus fraîche mémoire en Philippe de Comines. C’est ici plutôt un plaidoyer pour le Roi François, contre l’Empereur Charles cinquième, qu’une histoire. Je ne veux pas croire qu’ils aient rien changé, quant au gros du fait, mais de contourner le jugement des événements souvent contre raison, à notre avantage, et d’omettre tout ce qu’il y a de chatouilleux en la vie de leur maître, ils en font métier : témoin les reculements de messieurs de Montmorency et de Brion, qui y sont oubliés, voire le seul nom de Madame d’Estampes, ne s’y trouve point. On peut couvrir les actions secrètes, mais de taire ce que tout le monde sait, et les choses qui ont tiré des effets publics, et de telle conséquence, c’est un défaut inexcusable. Somme pour avoir l’entière connaissance du Roi François, et des choses advenues de son temps, qu’on s’adresse ailleurs, si on m’en croit : ce qu’on peut faire ici de profit, c’est par la déduction particulière des batailles et exploits de guerre, où ces gentilshommes se sont trouvés : quelques paroles et actions privées d’aucuns Princes de leur temps, et les pratiques et négociations conduites par le Seigneur de Langeay, où il y a tout plein de choses dignes d’être sues, et des discours non vulgaires.61

  • 62 V.-L. Bourrilly, Fragments de la première Ogdoade…, op. cit., Introduction, p. III-IV.
  • 63 Charles Quint aurait dit de Guillaume Du Bellay : « La plume de Langey m’a trop plus fait la guerr (...)
  • 64 Selon V.-L. Bourrilly, Guillaume était comme l’historiographe de François Ier : « Guillaume Du Bel (...)
  • 65 C.-G. Dubois, « Conscience et imaginaires… », art. cit., p. 35.
  • 66 Guillaume ajoute encore : « Je veuil bien toutefois et oze affirmer certainement que tout y sera f (...)
  • 67 C.-G. Dubois, « Les lignes générales de l’historiographie… », art. cit., p. 23.

13Nous serions tentés de nuancer, au vu de ce qui nous reste de la main de Guillaume – le récit d’une partie de l’année 1536 seulement – la critique de Montaigne, qui concerne davantage le travail de Martin. Toutefois, il est vrai que le contexte dans lequel trouve origine la vocation d’historien de Langey – la lutte qui oppose François Ier à Charles Quint, nœud autour duquel se tisse son récit62 – et une pratique confirmée de pamphlétaire63 ont indubitablement orienté sa manière d’écrire ; il tient presque le rôle d’historiographe du roi64 et adopte un point de vue que l’on pourrait qualifier de « dynastique65 ». Mais il se défend dans son Prologue d’avoir sacrifié sa liberté de ton et son esprit critique à quelque penchant que ce soit et s’il concède que c’est « perilleuse chose que d’escrire les vertuz ou vices des vivans, car de l’un l’on acquiert hayne et malveillance, de l’autre on est tenu pour blandisseur et flatteur », il ajoute « en tout ma conscience me juge et avec elle je me reconforte, me sentant net de toute maligne simulation ou dissimulation66 ». Il faut voir dans ce parti pris peut-être plus les convictions d’un homme, dans une époque troublée qui voit l’émergence d’un certain sentiment national, particulièrement sensible sous François Ier, qu’une volonté délibérée de biaiser les faits67.

  • 68 Nous nuancerions donc l’assertion de J.-C. Margolin : « Autant la seconde partie du XVIe siècle co (...)

14Ainsi, si Guillaume Du Bellay est l’héritier des formes historiques des siècles passés, la chronique, dont il garde la volonté d’agencement, le journal, témoignage de visu, et enfin la biographie chevaleresque et royale, de nature encomiastique, il en fait la synthèse et les transcende pour élaborer de manière assez précoce en France une méthode historique68.

JEAN DU BELLAY SUR LES TRACES DE LANGEY

  • 69 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, Saint-Maur-des-Fossés, 21 mars 1539, CCJDB, t. III, no 563, (...)

15Jean Du Bellay connait et admire le travail de son frère, qu’il vante à Montmorency en ces termes en mars 1539 : « une des plus belles choses que je viz onc, ou ne sont oubliez ceulx qui ont merité de la chose publique69 ». Il a donc certainement accueilli avec enthousiasme la proposition de Guillaume de lui fournir des détails sur ses missions en Angleterre pour compléter le récit de ses Ogdoades là où son information faisait défaut. Guillaume avait d’ailleurs prévu de faire appel à Jean dès ses travaux préparatoires : il note en marge de son récit, après avoir relaté une partie des événements de l’année 1533 :

  • 70 Paris, Archives du Min. des Aff. étrangères, Mémoires et Documents, France 752, f° 348.

Fault inserer […] la depesche de l’evesque de Paris en Angleterre, depuys a Rome, sa negociation en l’ung et l’aultre lieu ; deux voiages de monsr l’admiral, l’ung en Angleterre, l’aultre a Calais ; la creation du pape Paule, les articles d’entre luy et les cardinaulx françois, l’aller de l’evesque de Paris vers luy, etc.70

  • 71 Guillaume et Jean Du Bellay furent très impliqués dans les négociations menées par la France pour (...)

16Langey savait qu’il avait en la personne de son frère un fin connaisseur des affaires d’Angleterre, en particulier des longues tractations qui entourèrent le premier divorce d’Henri VIII71. C’est ainsi que débute la collaboration entre les deux Du Bellay. Mais l’ébauche du ministère des Affaires étrangères, non datée, ne nous offre pas de suivre au-delà le partenariat qui s’esquisse. C’est la correspondance de Jean Du Bellay qui nous donne des indices permettant de préciser cette coopération et de mieux circonscrire le récit rédigé par le cardinal.

  • 72 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 381.
  • 73 « Je ne puys si tost envoyer l’histoire que damandez car j’ay faict transporter hors de ceste vill (...)
  • 74 Par exemple « comme dict est », BnF, Dupuy 33, par exemple fos 52v°, 53v°, 57r°.

17Guillaume se remet à son ouvrage autour de 1536, après l’avoir négligé quelques temps, trop occupé qu’il était au service du roi72. Il est possible qu’il ait dès cette époque soumis à son frère ses requêtes mais en 1538, de toute évidence, Jean Du Bellay n’a pu encore prendre connaissance du travail de Langey : le 24 juillet, en poste à Turin, ce dernier s’excuse auprès de son cadet de n’avoir pu lui envoyer son histoire qu’il a fait transporter hors de la ville pour des raisons de sécurité73. C’est cependant chose faite l’année suivante, le cardinal a parcouru les Ogdoades, dont il fait, nous l’avons vu, l’éloge au connétable. Ce n’est vraisemblablement donc pas avant cette date de 1539 que Jean Du Bellay se met à la tâche puisqu’on trouve dans son texte des mentions faisant référence à des situations relatées en amont de son récit74, qui prouvent qu’il a lu ce que son frère a déjà écrit quand il débute sa rédaction. Il nous reste de ce travail douze feuillets autographes sur lesquels on a apposé ce titre de Mémoires pour le fait d’entre le Pape et le roi d’Angleterre. Ces quelques pages, d’une cursive régulière et assez soignée, nous offrent de contempler Jean Du Bellay historien, rôle pour lequel, comment ce fut le cas souvent dans sa carrière, il emboîte le pas à son aîné dont il suit l’exemple et adopte les principes, rédigeant, pour ce que nous pouvons en voir, avec soin, exactitude et méthode, les épisodes qu’il a vécus et qui doivent venir compléter le récit de Langey.

18Comme ce dernier, le cardinal a fait ses armes à l’école du pamphlet : rechercher l’information à la source, organiser le propos, soigner la prose, sont des principes qu’il connaît pour les avoir pratiqués lors de la rédaction de ses libelles politiques. Dans une lettre au chancelier Du Bourg de 1537, il écrit :

  • 75 Jean Du Bellay à Antoine Du Bourg, Pernes, 27 avril 1537, CCJDB, t. III, no 490, p. 34. Antoine Du (...)

Monseigneur, le Roy m’a commandé faire une apologie pour envoyer en Alemaigne, suyvant quelques lectres et advertissements qu’il en a receuz ces jours passez, et qui luy ont esté ecriptes et envoyees de plusieurs endroictz dudict pays ; et m’a dict que, pour ce faire, je veisse les articles, lectres et autres choses que luy ont envoyé dernierement les estatz protestantz, lesquelz ledict seigneur vous a depuis envoyez pour les veoir. Je vous supplie, Monsr, me vouloir envoyer tout ce que vous en avez afin que, s’il m’est possible, je satisface a la voulenté dudict seigneur. Il veult que ladicte apologie soit faicte le plus tost qu’il sera possible, et pour ce il vous plaira m’envoyer au plus tost que pourrez lesdictz articles, memoires et lectres que vous en avez. Et si vous aviez d’aventure en latin l’apologie que mon frere, monsr de Langey, feit l’annee passee, vous me feriez singulierement grant plaisir de la m’envoyer aussi.75

  • 76 BnF, Dupuy 33, fos 52v°, 54v°, 55r°, 56v°, etc.
  • 77 Jean Du Bellay à Jean Duthier, 14 mai 1549, « Il y a trente-six ans que vous m’avez veu par le mon (...)
  • 78 Mémoire du 4 juillet 1549, ibid., t. V, no 1081, p. 276.

19Dans l’exercice du pamphlet déjà, on le voit, il s’inspirait de son frère. Et dans ses habits d’historien, de même, il marche sur ses traces, estimant au plus haut point le témoignage d’un homme qui a vécu les événements en personne. Sa méthode, que nous pouvons saisir sur le vif dans son manuscrit, s’apparente à celle de Guillaume : ne se bornant pas à ses propres expériences, il étoffe sa connaissance directe des faits par le recours à d’autres sources et parsème son texte de notes de travail, parmi lesquelles de nombreuses mentions de compléments d’information à rechercher auprès des acteurs de la vie politique et diplomatique de l’époque. Ainsi, à plusieurs reprises, on lit dans la marge « Nota : de sçavoir de Tournon », ou « Nota : sçavoir de Castillon76 ». En 1549, il soulignera encore, auprès de ses interlocuteurs, l’importance de ce principe d’authenticité, se targuant d’avoir « veu plusieurs temps et quorum pars magna fui[t]77 » et de pouvoir ainsi parler « de veue et non pas d’ouyr dire, comme font tous aultres escripvantz78 ».

  • 79 BnF, Dupuy 33, f° 53v°.
  • 80 Ibid., f° 55v°.
  • 81 Ibid., par exemple f° 52v°. C’est le cas ici des instructions reçues par Jean de Dinteville en jan (...)
  • 82 Ibid., f° 59v°.

20Soucieux de bien faire et de se conformer aux exigences de son frère, le cardinal lui soumet certaines propositions, s’adressant directement à lui dans le texte : « Nota : si voulez nommer Jehan Joachim, Morette, Laigerie79 », « me semble que sera bon faire quelque proteste pourquoy c’est que ceste matiere se traictera si amplement…80 », etc. Et pour organiser l’exposé, il reprend le découpage géographique établi par Langey : on passe ainsi de la cour de France itinérante à la curie romaine, pour revenir ensuite à Marseille et traverser enfin la Manche pour entendre les lamentations du monarque anglais et les démarches de l’évêque de Paris envoyé à son chevet. La prose du cardinal s’apparente aussi à celle de Guillaume : reformulation des informations glanées dans les documents consultés81, recours au discours direct pour animer le récit82, soin dans le choix d’un mot ou d’une expression, de la syntaxe d’une phrase ou d’une tournure, souci du style se signalant par de nombreuses petites corrections apportées au texte. Enfin, tout comme son aîné, le cardinal se fixe une haute mission, attribuant à l’histoire cette valeur d’exemplum, qui donne tout son sens à la démarche historique :

  • 83 Ibid., f° 55v°.

Ceste matiere se traictera si amplement car elle est, ainsi que pour ce temps on peult juger, pour estre encores le temps advenir et a la memoire des successeurs, tenue de grant consequence, et qui ne sera par adventure entendue propter studia partium a la verité comme elle est passee, et dont la cognoissance et memoire pourra servir d’instruction a ceulx qui viendront après.83

  • 84 En effet, quelques semaines après la mort de Guillaume (9 janvier 1543), au printemps de 1543, Jea (...)
  • 85 « Après qu’eusmes passé plusieurs journees en la lecture de son œuvre ». Jean Du Bellay à [?], s. (...)
  • 86 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 342.

21À la lecture de ces feuillets, et notamment de cette dernière citation, on ne peut s’empêcher de déceler chez Jean Du Bellay un goût certain pour l’exercice : tout en suivant scrupuleusement les bornes établies par Guillaume, on voit le cardinal s’installer avec aplomb dans sa position d’historien, dépassant la sèche contribution factuelle. Et Langey a sans doute été sensible à l’implication de son cadet. Lorsqu’en 1542, le cardinal a enfin l’occasion de soumettre ce qu’il a préparé à Langey84, les deux frères passent de longues heures à travailler ensemble, qui semblent très prometteuses85. Mais c’est là le dernier séjour que Langey effectue en France86 et la dernière fois qu’il revoit son cadet : la mort le surprend quelques mois après ces séances de relecture et son œuvre est dispersée dans les circonstances quelque peu obscures qui entourent sa disparition, loin des siens. Jean Du Bellay se retrouve donc orphelin de ce frère qui avait été tout au long de sa carrière un mentor. Il est probable que si Guillaume avait vécu et poursuivi son travail, nous aurions retrouvé dans ses Ogdoades les extraits qu’il avait pu retirer du prélat et dont il fut manifestement très satisfait, à tel point qu’il confie à Jean le soin de prendre sa suite s’il venait à mourir avant d’avoir pu terminer son récit :

  • 87 Jean Du Bellay à [?], mars-avril 1543, s. l., CCJDB, t. III, no 622, p. 232-233.

[Mon frere] me prya très fort que, si je demouroye le dernier en la peregrination de ceste vie, je misse, tant en ce qu’il avoyt laissé imparfaict qu’en ce ou il ne seroyt encores entré, paine d’ambrasser et la revision et la continuation de sadicte œuvre. Et depuys, prevoyant ce que luy est advenu avec la consecration qu’il m’a faict d’icelle euvre comme d’aultres choses siennes, ma grande affection renouvelle la memoire de ce que dessuz, fardeau, a dire la verité, que je cognoys trop poisant pour mes espaulles. Ce nonobstant, Monseigneur, considerant que je ne puys pis faire que riens, j’ay pensé obtemperer a son desir et par assiduité de labeur essayer d’acquerir ce que nature d’elle-mesmes m’avoyt reffusé, après toutesfoiz que j’auray entendu que mon dict labeur ne feust pour mon insuffisance desagreable au Roy […], ce que je vous supplye très humblement vouloir sçavoir de luy, si jugez qu’il ne doibve prendre a mal qu’il luy soyt demandé, car selon qu’il le prendroyt ou je travailleroye a me former stile approchant de l’autre, a tout le moins d’aussi près que feist Oppius de Caesar, et d’icy a quelque temps consigneroye les primeurs de l’excellent sçavoir de monsieur de Tulles et par le cler jugement tant de vous, Monsr, que des aultres qu’il plairoyt audict seigneur adviser, et lors selon ce qu’il choisiroyt, ou je continueroye mon tableau ou bailleroye le pinseau a meilleurs paintres.87

  • 88 Du Bellay voit son crédit auprès de François Ier diminuer durant l’année 1545, et malgré un bref r (...)
  • 89 Jean Du Bellay à Jean Sleidan, Paris, 22 novembre 1545 (CCJDB, t. III, no 684, p. 329-331). En aoû (...)
  • 90 Jean Du Bellay à François Olivier, Saint-Maur-des-Fossés, 10 octobre 1545, CCJDB, t. III, no 679, (...)
  • 91 CCJDB, t. IV, note 3, p. 15.

22Nous ignorons ce que François Ier lui répondit mais Jean Du Bellay n’a sans doute pas bénéficié des mêmes facilités et du soutien officiel dont avait joui Guillaume. D’autant moins que dès 1545, il est en discrédit auprès de François Ier88. Il saisit d’ailleurs l’occasion de cette mise à l’écart du pouvoir, pour revenir, bon gré, mal gré, à sa vocation littéraire89, puisqu’il se retire alors à Saint-Maur et se tient en retrait de la vie politique. Malheureusement les sources manquent pour savoir comment le jeune retraité occupe alors son temps. Mais il semble bien qu’il ait ramené dans son abbaye ce qui avait pu être sauvé des papiers de Guillaume, puisqu’il effectue en octobre 1545 des recherches « parmy les papiers de feu monsr de Langey90 ». Il n’est donc pas exclu qu’il se soit replongé dans ce qu’il restait des Ogdoades de Guillaume et qu’il ait profité de cette retraite forcée pour prendre la suite de son frère dans cette entreprise, comme ce dernier le lui avait demandé. Mais pas pour longtemps, puisque, rentré en grâce sous Henri II, il reprend du service à Rome en 1547, où il est envoyé avec les cardinaux français91, abandonnant semble-t-il pour quelques temps les Lettres. Mais lorsque la situation romaine devient inconfortable pour lui et qu’il pense n’avoir plus de rôle à jouer sur la scène diplomatique, le souvenir du legs de son frère lui revient en mémoire. Demandant son rappel, pour justifier sa requête, on le voit évoquer le désir fervent de reprendre ses études là où il les avait laissées avant son départ. En juillet 1549, désespéré par sa position, attaqué de toutes parts et soupçonnant le roi de lui avoir retiré sa confiance, il écrit :

  • 92 Mémoires de Jean Du Bellay à [?], 4 juillet 1549, Rome, CCJDB, t. V, no 1081, p. 276.

[…] Si assez d’aultres pevent faire le mestier que maintenant je faiz, peu y en a qui sceussent faire ce que, estant retiré, je proposeroye de faire, estimant ne faire tort a personne quant je diray estre seul vivant qui puysse mectre par escript les choses passees de trente ans en cza, parlant de veue et non pas d’ouyr dire, comme font tous aultres escripvantz.92

23Et en août 1549, il s’en ouvre en ces termes au connétable de Montmorency :

  • 93 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, Rome, 16 août 1549, CCJDB, t. V, no 1103, p. 312.

[…] Que ce peu que j’ay plus a vivre, je le puysse employer a remuer mes papiers et mes lectures, prest, nonobstant a toutes heures qu’il plaira au Roy faire pour son service ung voyaige en Calicut non que a Rome et de y employer la vye et les biens, et eussay-je le pied en la fosse, car quelque chose qu’on me puysse faire, jamais ma fidelité ne devotion ne luy defauldra.93

  • 94 Le militaire de carrière qu’était Martin avoue humblement dans sa préface : « Si j’ay d’adventure (...)
  • 95 Le récit resta aux mains du cardinal, puisqu’il n’a pas connu le sort que subirent les manuscrits (...)
  • 96 Si l’on excepte quelques minimes corrections de relecture qui ont pu être apportées dès la rédacti (...)

24Puis les témoignages explicites cessent. Si Jean Du Bellay évoque encore son rappel, il ne mentionne plus l’histoire qu’il veut écrire. Et lors de son second séjour à Rome, il ne fait plus allusion à ses mémoires. S’y est-il mis ? A-t-il renoncé à honorer la volonté de son frère ? Connaît-il les projets de son cadet de s’atteler à cette tâche ? Nous l’ignorons. Tout ce que nous pouvons dire, c’est que c’est finalement Martin qui reprend, autour de 1555, le flambeau, avec la fortune que l’on sait. Moins préparé que ses aînés94, il faut lui reconnaître le mérite d’avoir permis aux trois livres, qui restaient, des Ogdoades d’être publiés. Quant aux Memoires pour le fait d’entre le Pape et le Roi d’Angleterre, Jean Du Bellay n’a plus retouché ces quelques pages après 154295. Le texte ne porte pas de corrections96 ni rien qui indique qu’il ait été retravaillé : les hésitations dans l’agencement des événements, les annotations, les blancs et les propositions ouvertes sont restés en l’état et n’ont pas été corrigés ou complétés.

25Si Guillaume n’a rien épargné pour mener à bien son entreprise historique – ses manuscrits le suivaient dans toutes ses missions et il consacrait à son grand œuvre chacun des moments de loisir que lui laissaient ses charges –, Jean Du Bellay, pour sa part, semble avoir sacrifié ses aspirations d’historien à sa carrière politique : par devoir ? Par ambition ? Il est manifeste que le désir d’écrire ressurgit presque toujours lorsque sa situation politique s’avère chancelante. Il a sans doute souffert aussi d’une reconnaissance publique très limitée par rapport à son frère et d’un soutien officiel discret, voire inexistant. Enfin, son exil romain semble l’avoir définitivement détaché de ce dessein, en l’éloignant du centre du pouvoir monarchique et de sa retraite de Saint-Maur à laquelle est presque toujours associée son aspiration à l’étude. Sans doute Jean Du Bellay n’avait-il pas la vocation d’historien chevillée au corps comme son frère aîné. Mais il n’est pas exclu que dorment encore, dans quelque fonds romain peut-être, quelques feuillets écrits de la main du cardinal et narrant certains des événements dont il fut le témoin.

Notes

1 C’est René Du Bellay, baron de La Lande, héritier des titres, des fiefs et des papiers de Guillaume et de Martin par son mariage avec sa cousine Marie, qui les fait publier à Paris, chez L’Huilier, en 1569, sous le titre Les Memoires de messire Martin Du Bellay, seigneur de Langey, contenant le discours de plusieurs choses advenües au royaume de France depuis l’an MDXIII jusques au trespas du roy François premier, ausquels l’autheur a inseré trois livres et quelques fragmens des Ogdoades de messire Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey, son frere. Œuvre mis nouvellement en lumiere et presenté au Roy par messire René Du Bellay, chevalier de l’ordre de Sa Majesté, baron de la Lande, heritier d’iceluy messire Martin Du Bellay. Nous utilisons ici l’édition de Victor-Louis Bourrilly et Fleury Vindry (Du Bellay, Mémoires). Une nouvelle édition des Mémoires esten préparation par Michel Magnien et Michel Cassan.

2 Louis Du Bellay eut de Marguerite de La Tour-Landry six fils et deux filles. Voir l’arbre généalogique donné dans Du Bellay, Mémoires, à la suite de l’introduction, t. I.

3 AAJDB ; CCJDB. La correspondance du cardinal, ci-dessous abrégée CCJDB.

4 Voir Richard Cooper, « Les poésies de jeunesse de Jean Du Bellay », dans Poétique et narration. Mélanges offerts à Guy Demerson, éd. F. Marotin et J.-P. Saint-Gérand, Paris, Champion, 1993, p. 97-111 ; Geneviève Demerson, « La poésie néo-latine du cardinal Jean Du Bellay », dans Actes du colloque Renaissance-Classicisme du Maine ; Paris, A.-G. Nizet, 1975, p. 309-328.

5 Au début de son règne, Henri II demande aux cardinaux français de se rendre à Rome pour y représenter la France. Jean Du Bellay arrive à Rome le 27 septembre 1547. CCJDB, t. IV, note 3, p. 15.

6 C’est ce qu’il écrit de Rome dans un mémoire du 4 juillet 1549 : « Du temps du feu Roy je m’estoye resolu a me rendre a mon premier mestier des jardins et estudes… », CCJDB, t. V, no 1081, p. 274.

7 Dans une lettre du 10 juin 1549, écrite de Rome à Jacques d’Albon de Saint-André. CCJDB, t. V, no 1059, p. 239-240.

8 Germain de Brie à Jean Du Bellay, Paris, 2 mai 1533, CCJDB, t. III, no 155 bis, p. 459.

9 AAJDB, p. VII-IX et Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 5-12.

10 Par exemple dans une lettre de Jean Du Bellay et Charles Hémard de Denonville à François Ier du 22 décembre 1535, CCJDB, t. II, no 312, p. 196.

11 Dans une lettre à Jean Sleidan, du 18 février 1546, Jean Du Bellay évoque un épisode narré par Plutarque dans sa Vie de Cicéron. CCJDB, t. III, no 702, p. 358.

12 Dans un mémoire du 27 mai 1550, adressé à Anne de Montmorency, Jean Du Bellay évoque l’histoire ancienne des Marais Pontins, dont il est entré en possession. Ses propos prouvent qu’il avait lu ce qu’en disaient Plutarque et Suétone. CCJDB, t. V, no 1136, p. 353.

13 Loris Petris, « Vestiges de la bibliothèque du cardinal Jean Du Bellay », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LXIX (2007), p. 131-145, en particulier p. 141-143.

14 Voir AAJDB, p. 486 et 519.

15 De rebus gestis Ludovici, ejus nominis undecimi, Galliarum Regis, et Caroli, Burgundiae ducis, Philippi Cominaei, viri patricii et equestris ordinis, Commentarii, vere ac prudenter conscripti, ex Gallico facti latini a Joanne Sleidano, Argentinae, apud Cratonem Mylium, 1545. Cité par Marc Fumaroli, « Mémoires et histoire : le dilemme de l’historiographie humaniste au XVIe siècle », dans Les valeurs chez les mémorialistes français du XVIIe siècle avant la Fronde, Actes du colloque de Strasbourg-Metz, 18-20 mai 1978, Paris, Klinckiesck, 1979, p. 21.

16 Jean Du Bellay à [ ?], fin de l’année 1550, s. l., BnF, minute autogr., fr. 5146, fos 100-101 ; CCJDB, t. VI, à paraître. Voir aussi l’article de Franca Bevilacqua Caldari, « Un brano delle Historiae del Giovio in una lettera inedita del cardinale Jean Du Bellay », Studi Romani, 19, 1971, p. 431-452.

17 Giovio Paolo, Historiarum sui temporis, t. II, Florence, L. Torrentino, 1552, livre XXXXI, p. 401-402.

18 Rabelais évoque en des termes très élogieux le plaidoyer que Jean Du Bellay prononça devant le Consistoire en février 1534, pour la défense de Henri VIII (Epître dédicatoire de la traduction de la Topographie de l’ancienne Rome de Marliani par Rabelais, trad. de M. Huchon, dans Rabelais, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1994, p. 989-990 ; CCJDB, t. I, p. 416) et Michel de L’Hospital salue en lui un digne héritier de Cicéron et Virgile (Michel de L’Hospital, Carmina, Amsterdam, B. Lakeman, 1732, III, 10, p. 166-168). Pour une liste des ouvrages dédiés à Jean Du Bellay sous le règne de François Ier et des épîtres dédicatoires qui lui sont adressées, voir CCJDB, t. III, p. 483-485.

19 Montaigne, Les Essais, éd. dirigée par Jean Céard, Paris, Librairie générale française, 2001, I, X, p. 95-96.

20 Publiée à Paris, chez Robert Estienne en 1544.

21 BnF, orig. autogr., Dupuy 33, fos 52-64. Nous en donnons une nouvelle édition dans l’annexe 2 du présent volume p. 308-314.

22 Alfred Hamy, Entrevue de François Ier avec Henry VIII à Boulogne-sur-Mer en 1532, Paris, L. Gougy, 1898, doc. 114, p. CCCLXXII-CCCXCIII.

23 Paul Friedmann, Anne Boleyn, t. I, Londres, MacMillan, 1884, Préface, p. XVIII.

24 V.-L. Bourrilly, « François Ier et Henri VIII – L’intervention de la France dans l’affaire du divorce : à propos de travaux récents », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. II, 1899, p. 273.

25 Nous reviendrons sur la datation du texte plus bas mais notons d’ores et déjà que certaines formulations rétroactives, comme « telle que depuys » (f° 57v°), ou encore « ou elles sont a present » (f° 56r°) orientent dès la première lecture vers une date d’écriture postérieure aux événements relatés.

26 Les livres cinq à sept des Mémoires, t. II, p. 301-415 et t. III, p. 1-286.

27 Sur ce premier texte, voir V.-L. Bourrilly, Fragments de la Première Ogdoade de Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey, Paris, G. Bellais, 1904, et le chapitre que le même auteur consacre à l’œuvre historique de Guillaume Du Bellay dans sa biographie, Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey, 1491-1543, Paris, G. Bellais, 1905, p. 376-400. Nous nous inspirons de ces pages pour la présentation qui suit.

28 Guillaume Du Bellay meurt en janvier 1543, alors qu’il était en chemin pour rentrer du Piémont en France. Martin Du Bellay écrit à Jean Du Bellay le 1er février, de Turin : « Monsieur mon frere, je vous ay cy-davant escrit touchant la mort de nostre frere, M. de Langey, et tesmoigné le desplaisir et le regret que j’avois eu de ne l’avoir pas conduictjusques au lieu ou il rendit l’esprit. Mais ce regret m’a bien augmenté lorsque j’ay sceu que tous les memoires qu’il avoit emportez avec luy ne se sont point trouvez. […] Le medecin Rabelais s’excuse et m’a escrit qu’il n’avoit jamais pensé a la conservation de ces memoires, qu’il estimoit estre renfermez dans les coffres de muletz qui ne furent point ouverts », CCJDB, t. III, no 599, p. 201-202.

29 Voir Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 382-386.

30 Martin Du Bellay le rapporte dans une lettre datée du 10 octobre 1545, dans Du Bellay, Mémoires, t. I, p. LV.

31 S’il fallait ne citer qu’un seul trait qui permet de prendre la mesure du travail de Guillaume par rapport au travail de Martin, ce serait le suivant. L’édition de Bourrilly et Vindry compte dix livres. Trois d’entre eux (5-7) sont de Guillaume (ils appartenaient à la cinquième ogdoade). Ces trois livres couvrent l’année 1536, de la reprise des hostilités entre Charles Quint et François Ier à la campagne de Provence (août 1536). Les sept livres restants, de la main de Martin, narrent le reste du règne de François Ier. Voir Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 383-384.

32 Qui prennent par exemple la préface de Martin, ou parfois même celle de René, pour référence et analysent l’ensemble du texte selon le programme exposé dans l’une ou l’autre de celles-ci. La méthode, les objectifs et le dispositif mis en place par Guillaume sont définis dans son Prologue, dont nous allons parler, publié dans l’édition de référence à la fin du quatrième volume (Mémoires, t. IV, p. 337-368) ; dans l’édition originale, il figurait avant les trois livres dus à Guillaume.

33 Les livres cinq à sept donc des Mémoires, t. II, p. 301-415 et t. III, p. 1-286.

34 René Du Bellay nous dit, à propos du titre choisi par Martin pour l’œuvre : « laquelle […] par modestie il voulut seulement appeller memoires, estimant (comme je croy) que le tiltre d’histoire emportastquelques ornemens d’eloquence plus grans qu’il ne pensoit y estre employez », dans la dédicace qu’il adresse à Charles IX, Du Bellay, Mémoires, t. I, p. 2.

35 Voir par exemple Jean Dufournet, « Philippe de Commynes et l’invention des Mémoires », dans Mémoires d’État et culture politique en France (XVIe-XIXe siècles), éd. Jean Garapon et J. Dufournet, Nantes, C. Defaut, 2007, p. 17-34 ; Nadine Kuperty-Tsur, Se dire à la Renaissance, les Mémoires au XVIe siècle, Paris, Vrin, 1997 ; N. Kuperty-Tsur, « La stratégie des préfaces dans les Mémoires du XVIe siècle », dans Le genre des Mémoires, essai de définition, éd. Madeleine Bertaud et François-Xavier Cuche, Paris, Klincksieck, 1995, p. 13-25.

36 Prologue, Mémoires, p. 335-368. Pour une analyse détaillée du Prologue et de la méthode mise en place par Guillaume, voir Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 389-396 ; Yves Coirault, « Les Ogdoades de Guillaume Du Bellay : Franciade en prose ou “vraie et diligente” histoire ? », dans Actes du colloque Renaissance-Classicisme du Maine, Paris, A.-G. Nizet, 1975, p. 291-307 ; Auguste de Trémault, « Les Mémoires de Guillaume et Martin Du Bellay », Bulletin de la Société archéologique du Vendômois, t. 29, 1890, p. 161-173, en particulier p. 167-168. Nous allons nous borner à évoquer les principes généraux de la science historique de Guillaume et voir en quoi son frère le suit dans cette voie.

37 Sur la discipline historique et son évolution à la Renaissance nous avons en particulier consulté avec profit les travaux de Claude-Gilbert Dubois, « Conscience et imaginaires historiques en France au XVIe siècle », dans Histoire et conscience historique à l’époque moderne, Actes du Colloque de 1986, Association des historiens modernistes des universités, Paris, PUPS, t. 11, 1987, p. 19-40 ; C.-G. Dubois, « Les lignes générales de l’historiographie au XVIe siècle », dans L’Histoire et les historiens au XVIe siècle, Actes du VIIIe Colloque du Puy-en-Velay, éd. Marie Viallon-Schoneveld, Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, 2001, p. 13-26 ; C.-G. Dubois, « Mémoire universelle, mémoire nationale, mémoire individuelle. L’historiographie au XVIe siècle », dans Eidôlon, Le Temps de la mémoire : le flux, la rupture, l’empreinte, éd. Danielle Bohler, Pessac, Université Michel-de-Montaigne, 2006, p. 255-274. Les articles publiés dans la Nouvelle Revue du XVIe siècle, Paris-Genève, Droz, 19/1, 2001, consacrés à « L’écriture de l’histoire » ont également retenu toute notre attention.

38 Prologue, Du Bellay, Mémoires, t. IV, p. 338.

39 Ibid., p. 345.

40 Sur les sources anciennes, mais aussi médiévales et modernes, de Guillaume Du Bellay, voir le Prologue, Du Bellay, Mémoires, t. IV, p. 347 sqq, ainsi que Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 376-379.

41 Guillaume Du Bellay les évoque parlant d’historiens qui auraient été plus avisés « et pour eux et pour nous, de se tenir en repoz et a leur ayse, que de semer sous nom d’hystoire un incogneu recueil de fabuleuses et mensongeres narrations, dont aujourd’huy nous avons trop plus que d’hystoire », Prologue, Du Bellay, Mémoires, t. IV, p. 345.

42 Dubois C.-G. « Les lignes générales de l’historiographie… », art. cit., p. 14.

43 Prologue, Du Bellay, Mémoires, t. IV, p. 347.

44 Chez Guillaume, comme le dit Auguste de Trémault, qui ne cache pas sa déception, « la partie anecdotique n’occupe qu’une bien petite place […]. Nous avons le regret de n’y avoir trouvé aucun détail sur la vie privée de la famille Du Bellay, ni aucune particularité relative au Vendômois. L’auteur ne s’occupe guère que des affaires publiques […] ; il est d’ailleurs fort sobre de jugements, et encore plus de critiques… ». Trémault A. de, « Les Mémoires… », art. cit., p. 165.

45 Dans une lettre qu’il adresse à Montmorency, vers la fin d’octobre 1536, il dit : « J’ay laissé ce porteur pour me apporter le gectque le Roy m’a dict avoir faict des choses passées de son règne, qu’il me vouloit bailler, aussi pour vous soubzvenir de dire à MM. Bayart et Bouchetel qu’ilz facent apporter à Bloys les despèches qu’ilz ont receues ou faictes », cité par Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 381. Voir aussi p. 393.

46 « François Ier ne se contenta pas de lui conseiller d’écrire son ouvrage en français : il lui donna toutes facilités pour se documenter, lui ouvrit, comme nous dirions aujourd’hui, les archives de son royaume », ibid., p. 380-381.

47 Pour son histoire de l’origine des Gaules, Guillaume envisageait même de fournir au lecteur un « vocabulaire par ordre alphabétique des provinces, cités, villes, châteaux, montagnes, vallées, forêts et rivières du royaume, contenant la situation et la description des lieux avec la mention des faits mémorables ». Ici encore transparaît une évidente volonté de rationalisation et d’organisation de la matière historique, et même plus largement, de l’information. Trémault A. de, « Les Mémoires… », art. cit., p. 170.

48 C’était déjà la manière dont il organisait la matière dans son Ogdoade latine. Bourrilly V.-L., Fragments de la Première Ogdoade…, op. cit., Introduction p. V.

49 Cité par Y. Coirault, « Les Ogdoades… », art. cit., p. 304.

50 Par exemple chez Vivès, Jean-Claude Margolin, « La Conception de l’histoire selon Jean-Louis Vivès », dans L’Histoire au temps de la Renaissance, éd. Jones-Davies Marie-Thérèse, Paris, Klincksieck, 1995, p. 36.

51 C.-G. Dubois, « Conscience et imaginaires historiques… », art. cit., p. 39.

52 Gérard Luciani, « Machiavel, lecteur des historiens antiques », L’Histoire et les historiens…, op. cit., p. 169-182 et Jacqueline Boucher, « Henri III et le recours à l’histoire dans la vie publique », Ibid., p. 157-167.

53 Prologue, Du Bellay, Mémoires, t. IV, p. 342.

54 Paris, Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, France, 752, fos 279-348. Écriture du XVIe siècle. Certaines notes en marge pourraient être de la main de Guilaume. Martin, au moment de compléter ce qu’il restait du travail de son aîné, a utilisé, presque dans son entier, cette esquisse détaillée, qui couvre partie des événements des années 1530-1533, dans le quatrième livre. Du Bellay, Mémoires, p. 122 sq.

55 Paris, Archives du Min. des aff. étrangères, Mémoires et Documents, France 752, f° 284v°.

56 Ibid., f° 286r°.

57 Ibid., f° 288v°.

58 Ibid., f° 295r°.

59 Ibid., f° 296v°.

60 A. de Trémault, « Les Mémoires… », art. cit., p. 166.

61 Montaigne, Les Essais, éd. citée, livre II, chapitre X, p. 663-664.

62 V.-L. Bourrilly, Fragments de la première Ogdoade…, op. cit., Introduction, p. III-IV.

63 Charles Quint aurait dit de Guillaume Du Bellay : « La plume de Langey m’a trop plus fait la guerre que toute lance bardée de la France » (Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 250). Selon Bourrilly, ce sont d’ailleurs ses écrits polémiques qui le ramènent vers l’écriture des Ogdoades, après avoir délaissé son travail, trop pris par ses missions et ses charges : « Nous croirions volontiers que Guillaume Du Bellay fut ramené à son dessein primitif par la composition des écrits polémiques dont nous avons parlé. Pour réfuter les attaques des Impériaux et dégager la responsabilité de son maître, il fut obligé d’écrire un exposé détaillé, presque une histoire, des rapports de François Ier avec l’Empereur », ibid., p. 381.

64 Selon V.-L. Bourrilly, Guillaume était comme l’historiographe de François Ier : « Guillaume Du Bellay fut, pour ainsi dire, le successeur de Paul-Émile. […] Il fut chargé de composer, entre 1531 et 1537, les écrits de circonstance, à caractère historique, adressés par François Ier aux princes allemands. Il fut le polémiste officiel et l’avocat ordinaire du rival de Charles Quint, [qui] le considéra véritablement comme son historiographe : peut-être même lui en octroya-t-il le titre », ibid., p. 380.

65 C.-G. Dubois, « Conscience et imaginaires… », art. cit., p. 35.

66 Guillaume ajoute encore : « Je veuil bien toutefois et oze affirmer certainement que tout y sera fidelement escrit et sans alterer la verité pour grace, ambition, hayne ou faveur d’autruy… ». Cité par A. de Trémault, « Les Mémoires », art. cit., p. 171. Son écriture présente une évolution indéniable entre la première Ogdoade latine, en 1523-1524, et les trois livres des Mémoires : il aiguise son esprit critique et adopte un ton plus libre. V.-L. Bourrilly, Fragments de la Première Ogdoade…, op. cit., Introduction p. XII-XIII.

67 C.-G. Dubois, « Les lignes générales de l’historiographie… », art. cit., p. 23.

68 Nous nuancerions donc l’assertion de J.-C. Margolin : « Autant la seconde partie du XVIe siècle compte en Europe, et notamment en France, des historiens au sens quasi moderne du mot, approfondissant et exposant à leurs lecteurs leur méthodologie, ayant tout à la fois le sens de l’événement et l’idée d’une histoire universelle, se détachant plus ou moins totalement de présupposés providentialistes, soucieux avant tout de rechercher des documents authentiques et de les exploiter aux fins de connaissance, autant le premier XVIe siècle, dominé par l’humanisme et l’encyclopédie (au sens étymologique du cercle des connaissances) ne semble pas avoir trouvé de statut solide pour cette science humaine que nous appelons l’histoire », « La Conception de l’histoire… », art. cit., p. 15.

69 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, Saint-Maur-des-Fossés, 21 mars 1539, CCJDB, t. III, no 563, p. 153.

70 Paris, Archives du Min. des Aff. étrangères, Mémoires et Documents, France 752, f° 348.

71 Guillaume et Jean Du Bellay furent très impliqués dans les négociations menées par la France pour tenter de résoudre la question du divorce d’Henri VIII. Langey effectue six missions outre-manche entre 1529 et 1534. Jean Du Bellay cinq entre 1527 et 1534. C. A. Fr. Ier, t. IX, p. 22-27.

72 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 381.

73 « Je ne puys si tost envoyer l’histoire que damandez car j’ay faict transporter hors de ceste ville tous mes papiers, propter metum Judeorum ». Guillaume Du Bellay à Jean Du Bellay, Turin, 24 juillet 1538, CCJDB, t. III, no 542, p. 120-121.

74 Par exemple « comme dict est », BnF, Dupuy 33, par exemple fos 52v°, 53v°, 57r°.

75 Jean Du Bellay à Antoine Du Bourg, Pernes, 27 avril 1537, CCJDB, t. III, no 490, p. 34. Antoine Du Bourg était un collaborateur précieux des deux frères. Jean Du Bellay, dans sa lettre à Anne de Montmorency du 21 mars 1539, évoquant l’œuvre en cours de son frère, regrette en ces termes, la perte qu’ils ont fait en la personne du chancelier, mort en octobre 1538 : « Mais nostre pouvre Chancellier ne se peult ravoir » (ibid., t. III, no 563, p. 153). On sait aussi que Jean Du Bellay gardait des registres de ses lettres, dans lesquels il pouvait à tout moment aller rechercher des informations pour compléter d’éventuels mémoires : « [Avant de mourir], si je ne suys bien surprins, j’en diray ma ratellee. Si je le suys, au mains trouvera-l’on parmy mes registres ce que je vous en mande… », 14 mai 1549, Jean Du Bellay à Jean Duthier, ibid., t. V, no 1036, p. 193.

76 BnF, Dupuy 33, fos 52v°, 54v°, 55r°, 56v°, etc.

77 Jean Du Bellay à Jean Duthier, 14 mai 1549, « Il y a trente-six ans que vous m’avez veu par le monde. J’ay veu plusieurs temps et quorum pars magna fui », CCJDB, t. V, no 1036, p. 192.

78 Mémoire du 4 juillet 1549, ibid., t. V, no 1081, p. 276.

79 BnF, Dupuy 33, f° 53v°.

80 Ibid., f° 55v°.

81 Ibid., par exemple f° 52v°. C’est le cas ici des instructions reçues par Jean de Dinteville en janvier 1533, que Jean Du Bellay a manifestement eues sous les yeux. Ceci expliquerait d’ailleurs pourquoi, s’il mentionne Tournon et Castillon dans ses notes, auxquels il veut demander des compléments d’information, il ne parle jamais de Dinteville : il s’est déjà adressé à lui.

82 Ibid., f° 59v°.

83 Ibid., f° 55v°.

84 En effet, quelques semaines après la mort de Guillaume (9 janvier 1543), au printemps de 1543, Jean Du Bellay rapporte que : « Estant l’an passé feu mon frere […] par decza et ayant retiré de moy, comme il avoyt cherché a faire de tous aultres, les harengues ou deductions d’affaires par moy proposees es voyaiges passez, afin de les inserer au vray en l’histoire qu’il tissoyt, les approuva fort, comme facile luy estoyt d’approuver chose partant de son sang pour peu digne d’approbation qu’elle feust. » Le destinataire est inconnu. La lettre porte pour date « entre mars 1543 et avril 1544 ». Nous sommes tenté de la dater du printemps 1543, une année après le dernier séjour de Guillaume en France. CCJDB, t. III, no 622, p. 232.

85 « Après qu’eusmes passé plusieurs journees en la lecture de son œuvre ». Jean Du Bellay à [?], s. l., ibid., t. III, no 622, p. 232.

86 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 342.

87 Jean Du Bellay à [?], mars-avril 1543, s. l., CCJDB, t. III, no 622, p. 232-233.

88 Du Bellay voit son crédit auprès de François Ier diminuer durant l’année 1545, et malgré un bref retour en grâce, cet état perdure jusqu’à la fin du règne. CCJDB, t. III, note 2, p. 310 et note 1, p. 408.

89 Jean Du Bellay à Jean Sleidan, Paris, 22 novembre 1545 (CCJDB, t. III, no 684, p. 329-331). En août 1548, il rapporte à Charles de Guise sa « resolution […] prinse du temps du feu Roy de me rendre du tout dedans mes jardins et dessuz mes livres » (CCJDB, t. IV, no 895, p. 278). Et encore, dans une lettre à Anne de Montmorency, de Rome, le 11 juin 1549 : « Mais quant serez moyen qu’on me rende la ou l’on m’a prins et qu’il me sera permis de poursuyvre la deliberation que j’avoye prinse, vivant le feut Roy, vous n’aurez plus ces importunitez de moy et ne vous defauldront fleurs et fruictz de mes jardins au lieu de ces amertumes… », CCJDB, t. V, no 1063, p. 248.

90 Jean Du Bellay à François Olivier, Saint-Maur-des-Fossés, 10 octobre 1545, CCJDB, t. III, no 679, p. 323.

91 CCJDB, t. IV, note 3, p. 15.

92 Mémoires de Jean Du Bellay à [?], 4 juillet 1549, Rome, CCJDB, t. V, no 1081, p. 276.

93 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, Rome, 16 août 1549, CCJDB, t. V, no 1103, p. 312.

94 Le militaire de carrière qu’était Martin avoue humblement dans sa préface : « Si j’ay d’adventure quelque chose obmise […], il me semble que je suis d’autant plus excusable que moins j’ay esté nourry aux lettres et que j’ay eu assez peu de loisir et de moyen d’employer le temps à escrire, pour avoir toute ma vie ordinairement suivy les armes au service de mon prince », Du Bellay, Mémoires, t. I, p. 9.

95 Le récit resta aux mains du cardinal, puisqu’il n’a pas connu le sort que subirent les manuscrits des Ogdoades dispersés à la mort de leur auteur et que Martin ne l’a visiblement pas retrouvé dans ce qu’il a pu récolter des écrits de Guillaume, sinon il l’aurait certainement utilisé. Lorsque Martin s’attèle aux Mémoires, vers 1555, le manuscrit est probablement en France, peut-être à Saint-Maur ou à Paris, parmi les affaires de Jean Du Bellay.

96 Si l’on excepte quelques minimes corrections de relecture qui ont pu être apportées dès la rédaction.

Auteur

Université de Neuchâtel

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search