Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

III. L’homme de lettres

La Silva Langaeana de Jean Du Bellay1

David Amherdt

Texte intégral

  • 1 On trouvera le texte, la traduction et un commentaire de la silve en fin de volume à l'annexe 1.

1La silva langaeana est un poème latin de 244 hexamètres dactyliques. Elle consiste dans un dialogue entre Jean Du Bellay et une nymphe, porte-parole des nymphes de la seigneurie de Langey. L’échange porte sur Guillaume Du Bellay, sieur de Langey, et sur son frère Jean, que les nymphes appellent à prendre auprès d’elles la place que Guillaume, presque toujours absent de Langey, aurait dû occuper. Le poète se sert de ce dialogue pour brosser une vaste fresque historique sur les destins de la France, des nymphes et surtout de la famille Du Bellay. Son but est d’une part de montrer l’ancienneté et le caractère quasi mythique de cette famille (pt. 3) et de faire l’éloge de Guillaume (pt. 4), d’autre part de s’attribuer la mission de redonner vie à Langey en s’y installant pour écrire (pt. 2). L’intertexte épique virgilien, qui structure l’ensemble du poème, soutient la démonstration de l’ancienneté de la famille, et confère à Guillaume et à Jean le statut de héros épiques (pt. 5).

COMPOSITION ET CONTEXTE2

  • 2 Dans son article « La poésie néo-latine du cardinal Jean Du Bellay, archevêque de Bordeaux », dans (...)
  • 3 On notera que le nom de silva (« forêt ») convient particulièrement bien à un poème mettant en scèn (...)
  • 4 Il s’agit de la sedes patriae, du « séjour paternel » ou de la petite patrie de Jean Du Bellay, men (...)

2La silve3 porte bien son nom de Langaeana, puisque, en plus d’avoir pour sujet le sieur de Langey et sa succession littéraire, le dialogue entre la nymphe et Du Bellay se déroule précisément sur le territoire de la seigneurie de Langey, près de l’actuel Cloyes-sur-le-Loir, non loin du lieu de naissance des frères Du Bellay, Glatigny4.

  • 5 v. 7-8, Tantum illi morbi gravitas plusque annua febris/ Roboris abstulerat misero longique labores
  • 6 De mai à septembre 1551, mais surtout en août, Jean Du Bellay fait allusion à une grave maladie qui (...)
  • 7 Dans l’épître III, 7, Michel de L’Hospital encourage Jean Du Bellay, malade et âgé, à quitter son o (...)
  • 8 C’est l’hiver, et la nouvelle année est proche, dit L’Hospital (III, 7, 1, Nunc canas hiemes adsper (...)
  • 9 Dans une lettre datée du Mans après le 5 juin 1552, il affirme en effet : « et encores le dernier v (...)

3Le poème commence par une présentation de Jean Du Bellay où l’on trouve l’information qu’« une grave maladie et une fièvre qui durait depuis plus d’une année, ainsi que de longs labeurs, avaient ôté bien des forces à ce malheureux5 ». Cette indication permet de situer l’action à la fin de l’année 1551, soit une année après le retour de Du Bellay de Rome dans la seconde moitié de l’année 1550, alors qu’il était gravement malade6. L’épître III, 7 de Michel de L’Hospital à Jean Du Bellay, qui est une réponse à la silve7, remonte elle-même à la fin du mois de décembre 15518. On peut ainsi dater la silve de l’automne 1551. La correspondance de Du Bellay confirme d’ailleurs que le cardinal a passé une partie de l’hiver 1551-1552 au Mans ou dans la région9, de même que la réponse de L’Hospital, qui conseille à son ami de quitter au plus tôt Cloyes-sur-le-Loir pour rentrer à Paris.

  • 10 Ces interventions sont indiquées dans le texte latin édité en annexe.
  • 11 On trouve ainsi dans la silve des acceptions de termes, des expressions ou des façons de traiter ce (...)

4L’auteur de la Silva Langaeana n’est mentionné dans aucun des deux manuscrits du poème qui nous sont conservés. Mais il ne fait aucun doute qu’il s’agit bien de Jean Du Bellay, puisque le manuscrit Dupuy 810 comporte des corrections de la main du cardinal10 et que l’épître III, 7 de L’Hospital, qui répond à la silve, est adressée Ad Janum Bellaium Cardinalem. Enfin, le contenu, les tournures et le style de la silve portent la marque de Du Bellay11.

5Les manuscrits ne donnent aucune indication sur l’éventuel destinataire du poème. Il est toutefois probable qu’il s’agisse de Michel de L’Hospital, qui apparaît d’ailleurs lui-même dans les derniers vers de la silve, où la nymphe annonce à Du Bellay l’arrivée de L’Hospital (Xenius) et du juriste André Tiraqueau, auprès desquels il pourra prendre conseil à propos de sa vocation poétique :

  • 12 v. 238-242.

En tibi amicorum casu par venit ab urbe,
Divino illo equidem, Tiraques et Xenius, ambo
Insignes studiis, rara et virtute fideque.
Hic etiam charus merito primoribus ; hos tu
consule nam sapiunt, neque norunt fallere amicos.
12

Voici que par hasard, divin hasard, un couple d’amis te vient
De la ville, Tiraqueau et Xenius, tous deux
D’une culture remarquable, et d’une vertu et d’une loyauté rares. C’est à juste titre
Qu’ici tu es cher à ces grands citoyens ; consulte-les
Car ils sont savants et incapables de tromper les amis.

6Cet artifice consistant à convoquer dans le poème ces deux grands personnages est une manière de les honorer et de se placer sous leur protection, et équivaut presque à une dédicace. Dans les tout derniers vers de son épître, L’Hospital répond à cette profession d’amitié en déclarant solennellement à Jean Du Bellay :

  • 13 v. 60-62.

Aut si stat fixumque manet traducere vitam
Sedibus in patriis, et me simul accipe tecum :
Nam sine te verum est nusquam me vivere posse.
13

Si tu es fermement décidé à passer ta vie
Sur les terres de tes ancêtres, prends-moi du moins avec toi,
Car sans toi je t’assure que je ne peux vivre nulle part.

7Voici le plan du poème :

8– 1-9 : Introduction : présentation de Jean Du Bellay, malade

9– 10-61 : Discours de Jean Du Bellay aux nymphes de Langey
10-48 : pourquoi les nymphes ont-elles repoussé Langeyet n’ont-elles pas permis son retour, malgré le grand amour qu’il éprouvait pour elles ?
49-61 : Jean se sent incapable de remplacer Langey pour chanter ces lieux et illustrer le nom des nymphes de Langey

  • 14 Le discours a lieu en deux temps (v. 62-115 et 117-242), avec une interruption au vers 116, qui per (...)

10– 62-242 : Réponse de la nymphe porte-parole14 : destins de la France, des Du Bellay et des nymphes
62-69 : entrée en matière de la nymphe
70-83 : situation géographique de la rencontre entre la nymphe et Du Bellay
84-127 : la puissance romaine brise les Gaulois ; l’époque de Néron : l’odieux Ruffin ; fuite des nymphes
128-142 : domination des Francs ; retour des nymphes
143-161 : vicissitudes des nymphes et des Du Bellay sous Hugues Capet et Robert le Pieux
162-166 : réflexion sur l’instabilité du destin
167-194 : à leur retour à Langey, les Du Bellay, et en particulier l’arrière grand-père et le père de Jean et de Guillaume, n’ont rien fait pour les nymphes
195-218 : malgré sa bonne volonté et ses qualités, Langey lui-même n’a pas suffisamment servi les nymphes ; il ne s’est occupé que de la guerre ; les Muses lui sont cependant redevables d’avoir été introduites à la cour
219-242 : Jean doit s’occuper des nymphes à la place de son frère

11– 243-244 : Conclusion : la nymphe se tait

PETITE PATRIE ET ÉCRITURE

  • 15 « Du temps du feu Roy je m’estoye resolu a me rendre a mon premier mestier des jardins et estudes » (...)
  • 16 CCJDB, t. V, no 1059, 10 juin 1549, p. 240.
  • 17 Ainsi, dans une lettre du 4 juillet 1549 (CCJDB, t. V, no 1081, p. 276), il fait part de son désir (...)
  • 18 CCJDB, t. IV, p. 160, ainsi que Cooper, Litteræ in tempore belli, p. 319-320, qui souligne l’attach (...)
  • 19 CCJDB, t. IV, p. 176.
  • 20 CCJDB, t. IV, no 846, 1548, 14 mai, p. 180.

12Dans sa correspondance, et surtout en 1548-1549, Jean Du Bellay exprime fréquemment le désir de se retirer de la politique pour se consacrer à ses jardins et à ses « estudes15 », c’est-à-dire à l’écriture, en particulier à l’histoire, ou, comme il le dit, « a la memyore de [ses] maistres16 », activité où il pourra être plus utile au roi que dans la diplomatie, métier que bien d’autres peuvent faire17. À la même époque, ainsi qu’en 1550, il exprime également son désir d’aller se reposer dans sa petite patrie, de revoir le « doulx pays de Maine18 », de reprendre l’air « de la doulce terre de Maine, ou [il a prins sa] naissance19 », de « reprendre l’air de [sa] nativité20 ».

13Dans la silve, Jean Du Bellay, plutôt que d’exprimer directement son désir d’aller habiter Langey pour se consacrer à l’écriture, se sert d’un dialogue fictif entre lui-même et une nymphe. Alors que dans son discours (v. 10-61), Jean prétend ne pas être à la hauteur de l’intelligence et de la culture de Langey et se dit incapable de le remplacer, la nymphe lui déclare non seulement qu’il a le talent pour prendre la place de son frère, mais encore qu’il a déjà beaucoup donné à la politique et qu’il peut en toute bonne conscience se retirer sur ses terres. Voici une partie du discours de la nymphe, qui exprime très bien l’état d’âme du cardinal à cette époque :

  • 21 v. 219-231 et 236-237.

Te vero hic, Bellai, aliis postterga relictis,
Appellare lubet, quia res componere nostras
Sunt partes, mihi crede, tuae, et fulcire ruinam.
Fac tandem, fac belle ut te presente fruamur.
Manibus hoc debes fratris, te ii nempe precantur,
Te Musae prensant omnes, hortatur et idem
Qui tibi de nobis (quod ais) dictavit Apollo.
Desidiam obiiciet nemo tibi, nemo quietem
Non maturam aevi, non maturamque laborum.
Sat per te patriaeque datum Regique aliisque.
Des aliquid nobis, vel (si fas dicere verum)
Des tibi. Dumque nihil prohibet, dum a littore venti
Non reflant, hos in portus te confer ab alto.
[…]
Tu varios casus, tua tanta pericula, quanta
Perpauci expertus, statuas non denique finem ?
21

Mais toi, Du Bellay, il nous plaît ici, en laissant les autres de côté,
De faire appel à toi, parce que ton rôle est de t’occuper de nos
Affaires, crois-moi, et d’empêcher notre ruine.
Fais donc en sorte que nous jouissions de ton agréable présence.
Tu dois cela aux Mânes de ton frère, ils te le demandent ;
Toutes les Muses te pressent, il t’ exhorte aussi,
Apollon, qui, dis-tu, t’a parlé de nous.
Personne ne te reprochera cette inaction, ni ce repos,
Qui n’est pas celui de l’homme trop âgé et incapable de travailler.
Tu as déjà assez donné à la patrie, au roi et aux autres.
Accorde-nous quelque chose ou, s’il est permis de dire la vérité,
Accorde-toi quelque chose. Et tant que rien ne t’en empêche, tant que les vents ne refluent
Pas du rivage, réfugie-toi de la haute mer vers les ports.
[…]
Toi, qui as vécu tant de malheurs, tant de dangers – très peu
En ont vécu autant – ne décideras-tu pas enfin d’y mettre un terme ?

  • 22 v. 143 et 169.

14Du Bellay doit s’occuper des nymphes, autrement dit être présent à Langey et se consacrer aux Muses et à Apollon. Ce n’est pas de l’inaction, mais un otium littéraire salutaire : on trouve ici l’opposition classique entre otium (le port), et negotium (la haute mer). La succession de Langey est aussi présentée comme un devoir moral, auquel Jean ne saurait se soustraire ; la nymphe d’ailleurs, comme si elle voulait lui forcer la main, l’appelle par deux fois Langaeus22 : il y a là, de la part du poète, comme une sorte de revendication du titre de Langey, alors que c’est Martin qui devint sieur de Langey à la mort de Guillaume.

  • 23 v. 238-242, cités infra, p. 154.
  • 24 Cf. supra, note 15.
  • 25 Cf. supra, p. 339, note 47.

15À la fin de son discours23, la nymphe annonce l’arrivée de deux amis de Du Bellay. Par cet artifice littéraire, celui-ci cherche des appuis à son désir de quitter la politique pour se consacrer, comme il le dit, « à ses estudes24 ». Dans sa réponse, L’Hospital se montre favorable à ce projet, tout en précisant qu’il préférerait que Du Bellay se rapproche de la capitale ; et d’ajouter, avec un brin d’ironie : ne quitte pas Paris et ses honneurs pour errer sans gloire sur le territoire des Carnutes25.

16Remarquons enfin qu’en composant la Silva Langaeana Jean réalise déjà son désir d’écrire et montre qu’il a le talent nécessaire pour mener cette tâche à bien.

LES DU BELLAY, FAMILLE MYTHIQUE

  • 26 L’étymologie lui donne tort ; voir notre traduction supra, p. 339-340, notes 70-71.

17Au début de sa réponse, la nymphe annonce qu’elle va passer en revue les destins des rois et de la famille Du Bellay. Et de fait, toute la partie concernée par cette annonce, c’est-à-dire les vers 62 à 218, n’est autre qu’une narration de l’histoire de la France, des Du Bellay et des nymphes centrée sur le territoire de Langey. La nymphe porte-parole montre qu’en fonction des événements historiques elle et ses sœurs y ont été plus ou moins honorées, de même qu’elles ont été plus ou moins honorées par les Du Bellay, qui ont eux-mêmes été plus ou moins favorisés ou défavorisés par la fortune, les alliances politiques et les jeux de pouvoir. Aux vers 70-83, la dryade introduit sa fresque historique en situant le lieu du dialogue, c’est-à-dire Langey, et, aux vers 120-121, elle mentionne deux localités prétendument d’origine romaine, nommées Latinium et Clogia ou Clodia. Elle explique que c’est à Latinium que les frères Du Bellay ont poussé leurs premiers cris, tandis qu’une partie de la famille provient de Clodia. Latinium est manifestement Glatigny, où sont nés les frères Du Bellay ; Clogia peut être identifiée à Cloyes-sur-le-Loir, où se trouve Langey. Du Bellay semble avoir choisi ces deux noms pour leur consonance latine et afin de les associer à la présence des Romains dans la région26.

18Après avoir situé le dialogue, la nymphe entame une explication historique souvent obscure, avec nombre de raccourcis et d’imprécisions. Le but du cardinal, toutefois, n’est pas de faire de l’histoire, mais de montrer l’ancienneté de la famille Du Bellay – c’était pratique courante à l’époque pour les grandes familles de s’inventer un passé glorieux. Sans doute le poète s’inspire-t-il largement de traditions orales familiales ; il va même, semble-t-il, jusqu’à inventer des faits ou des personnages.

  • 27 Voir supra, p. 339, note 61.

19La nymphe parle d’abord des druides, puis de la domination romaine, et en particulier d’un personnage d’une cruauté extraordinaire nommé Ruffin, qui bâtit une tour, qui sert de prison, ainsi qu’un château. Il n’existe aucune trace de l’existence d’un Ruffin romain à l’époque. Il s’agit probablement d’une pure invention de Du Bellay, peut-être inspirée par l’existence dans la région, plus précisément sur la commune d’Arrou, située au nord-est de Glatigny et au nord-ouest de Langey, du château de Bois-Ruffin, qui était bien connu au XVIe siècle et dont on peut encore voir quelques modestes vestiges de nos jours27.

20Mais voilà que la domination romaine prend fin :

  • 28 v. 128-130.

Sed scelerum vindex Troiano a sanguine gentem
Deductam demum his immisit Iuppiter oris,
Et stirps hinc Troiana itidem, sed spuria, pulsa est.
28

Mais Jupiter, le vengeur des crimes, finit par lancer
Contre ces contrées une race provenant du sang troyen ;
Et la souche troyenne également, mais bâtarde, fut chassée d’ici.

  • 29 Jean Du Bellay fait allusion à plusieurs reprises dans ses Poemata aux origines troyennes de la mon (...)

21Cette race troyenne qui chasse les Romains, et en particulier l’odieux Ruffin, est celle des Francs, dont on prétendait à l’époque qu’ils étaient d’origine troyenne29, tout comme les Romains, justement, qui se prétendaient issus de Troie par Énée.

  • 30 v. 146-156. Rien n’atteste la présence des Du Bellay à Langey déjà à cette époque. Voir supra, p. 3 (...)
  • 31 De même que Scévole de Sainte-Marthe, au début du XVIIe siècle. Voir supra, p. 340, note 81.
  • 32 Voir supra, p. 340, note 85.

22La nymphe passe ensuite au règne d’Hugues Capet (987-996). C’est là que la silve fait mention pour la première fois de la famille Du Bellay, qui, s’étant opposée à Capet en combattant aux côtés du comte d’Anjou, perd sa gloire, ses richesses et ses terres situées en Anjou, et se réfugie à Langey, où elle jouit de la protection des nymphes30. Ce passage évoque l’origine angevine des Du Bellay, dont il est déjà question au vers 4. On se souviendra à ce propos qu’à la fin des années 1530 Jean Salmon Macrin prétendait que les premiers Du Bellay vivaient au temps d’Hugues Capet31. Mais Du Bellay tient manifestement à faire remonter cette origine bien plus haut, en expliquant que la famille s’était liée aux Anjou à l’époque où fut chassé Childéric, qu’il faut identifier avec Childéric III, le dernier Mérovingien, destitué par Pépin le Bref, le premier Carolingien. Si l’on suit Jean Du Bellay, sa famille remonterait donc au moins au VIIIe siècle, au début de la dynastie carolingienne et au début supposé de la dynastie angevine32.

  • 33 L’Aubépine est envoyé à Rome avec un ordre écrit de ne rien communiquer de sa mission à Jean Du Bel (...)

23Dans une lettre de 1548, Jean Du Bellay souligne aussi l’ancienneté de sa famille. Le cardinal se défend d’avoir trahi le roi Henri II et affirme que, si tel était le cas, il serait le premier de sa famille depuis neuf cents ans à avoir « failly de fidélité a son Roy », faisant ainsi remonter les origines de sa famille à la deuxième partie du VIIe siècle33.

  • 34 Jean Du Bellay à NN., fin août 1548, BnF, fr. 5146, fos 81-83 (minute autographe), ici fos 82v°-83r (...)

O, que mes oz seroyent heureux s’ilz avoyent après la mort sentyment quant, d’icy a cent ans ou plus, ceste instruction se trouvera es mains des heritiers de L’Aubepine pour consacrer mon nom a une perpetuelle memoire de infidelité et trahison ; la pouvre maison et racze mais, comme j’ay dictcy-dessuz, assez noble, aura receu par mes mains ung grant loz et honneur que j’aye esté le premier qui de neuf cens ans de bonne memoire ayt failly de fidelité a son Roy.34

  • 35 Plutôt que « neuf générations », comme le traduit Geneviève Demerson, qui affirme toutefois en note (...)

24Deux ans au moins auparavant, dans l’élégie 3, adressée au cardinal Jean de Lorraine et publiée en 1546 dans les Poemata, Jean Du Bellay, en butte à des calomnies, affirme également que, au cas où il aurait trahi le roi, il serait le seul depuis neuf siècles (secla novena35) à avoir été indigne des rois de France :

  • 36 Élégie 3, 141-142, p. 91.

Et fuero Francis indignus Regibus unus
Poste Bellaïa secla novena domo.
36

  • 37 v. 157-177.
  • 38 v. 178 sq.

25Sous le fils de Capet, Robert II Le Pieux (996-1031), la famille retrouve une partie de son territoire et de sa fortune. Les Du Bellay reviennent en Anjou et délaissent Langey37. Les événements se précipitent : la nymphe passe à l’arrière-grand-père et au père des frères Du Bellay qui, en raison notamment de leurs activités guerrières, ont délaissé Langey et ses nymphes38. Avant d’en venir à Jean, appelé à redorer le blason de Langey, la nymphe parle de Guillaume et de son hostilité à l’égard des nymphes. Le quatrième point concerne précisément Guillaume Du Bellay, sieur de Langey, et en particulier l’éloge qu’en fait son frère dans la Silva.

LÉLOGE DE LANGEY

  • 39 v. 24-27.

Langaeus, fama notus super aethera, dignus
Non fuerat posttot terraque marique labores
Exhaustos recipi tandem in penetralia vestra,
Et vestro tum conspectu tum voce fruisci ?
39

Langey, dont la gloire est connue jusqu’au haut de l’éther, n’était-il pas
Digne, après être venu à bout tant de labeurs sur terre
Et sur mer, d’être reçu enfin dans vos séjours
Et de jouir de votre vue et de votre voix ?

  • 40 v. 24.
  • 41 v. 28-29. Sur les liens privilégiés unissant Jean et Guillaume, ainsi que sur le rôle de chef de fa (...)
  • 42 Verg., Aen., I, 378-379, sum pius Aeneas, raptos qui ex hoste penates/ classe veho me cum, fama sup (...)
  • 43 v. 25, terraque marique ; voir aussi v. 199, At maria, at terras studio lustravit.

26Jean fait ici de son frère Guillaume un bel éloge en affirmant que sa « gloire est connue jusqu’au haut de l’éther », fama notus super aethera40 – dans les vers suivants, il va jusqu’à dire qu’« aucun de [ses] frères ne [lui] fut plus doux que lui41 ». L’expression fama notus super aethera est empruntée à Virgile, où elle se rapporte à Énée42. Nous verrons plus loin tout ce que la silve doit à l’épopée virgilienne : en particulier, Jean lui-même est une sorte de nouvel Énée, chargé de prendre la succession littéraire de cet autre Énée que fut son frère, qui, comme le héros troyen, surmonta toutes sortes d’épreuves sur terre comme sur mer43, et qui, à l’instar d’Ulysse, espérait revoir sa patrie.

27La nymphe, tout en reprochant à Langey son absence, reconnaît qu’il a bien mérité de sa patrie. Et aux vers 198 et suivants, elle affirme :

  • 44 v. 198-199 ; 203-204.

Omnino vita bis hic conspectus in omni est.
At maria, at terras studio lustravit…
[…]
Et debent Musae, quod eas invexit in Aulam,
Ac proceres docuit Gallos assuescere chartis.
44

De toute sa vie on ne le vit ici que deux fois :
Il parcourut avec zèle les mers et les terres…
[…]
Les Muses quant à elles lui doivent d’avoir été introduites à la cour,
Et il enseigna aux vieux Gaulois à s’habituer à l’écriture.

  • 45 Ce thème est étudié par Cooper, Litteræ in tempore belli, chap. « Guillaume Du Bellay homme de guer (...)
  • 46 Sur l’émergence d’une nouvelle classe culturelle, sur les rapports entre culture et pouvoir et en p (...)

28Guillaume réalise l’idéal du parfait homme de guerre qui est en même temps le parfait homme de lettres45. On rapprochera notre texte d’un passage du De officio legati d’Étienne Dolet datant de 1546, où l’humaniste lyonnais fait un vibrant éloge de Langey qui, au milieu des armes, a toujours cultivé les belles-lettres, unissant ainsi Pallas à Mars, et qui est parvenu à persuader la noblesse de les cultiver à son tour46 :

  • 47 Étienne Dolet, De officio legati, éd. D. Amherdt, Paris, Droz, 2010, p. 58-61 et notes 18-19. Dolet (...)

Multos ut silentio praeteream, non de te tamen tacebo, Gulielme Bellay Langeie. De te, inquam, non silebo, divino omnibus proposito ad literas et eloquentiam amplectendam exemplo ; de te iterum, qui primus apud Gallos Palladem cum Marte coniunxisti, id est qui inter armorum strepitus et assiduam regiorum mandatorum procurationem literas sic semper coluisti, ut eas coli semper debere te magistro nunc omnes existiment, nihilque nobilitati (quod hactenus longe secus accidit) tam convenire putent quam literarum studium et promptam eloquentiae facultatem ; id quod totum tibi debet Gallia.47

Il en est beaucoup dont je ne dirai rien ; je ne me tairai cependant pas à ton sujet, Guillaume Du Bellay, sr de Langey. Je ne te passerai pas sous silence, dis-je, toi, exemple divin de culture et d’éloquence proposé à l’imitation de tous ; toi, je le répète, qui le premier en France as uni Pallas à Mars. Oui, au milieu du fracas des armes et malgré ton souci constant d’exécuter les instructions du roi, tu as toujours cultivé les belles-lettres, si bien que tous maintenant sont d’avis qu’il est de leur devoir de sans cesse les cultiver en te prenant pour maître, et que rien ne sied davantage à la noblesse que l’étude des belles-lettres et une grande facilité de parole (voilà une opinion bien différente de celle qu’on avait jusqu’ici !). Tout cela, c’est à toi que la France le doit.

29Dans la foulée, Jean Du Bellay fait l’éloge de François Ier :

  • 48 v. 40-45.

Illa horrebatis. Sed si non ipse timori
Ante Nero fuerat, sub quo hic palatia quondam
Eruta de tumulis surrexse nomismata produnt,
Quur Franciscus erat, Musarum assertor et author,
Franciscus, quo nil melius sol viderat unquam,
Franciscus, mihi cuius amor sic crescit in horas.
48

Mais si Néron lui-même autrefois
Ne vous fit pas peur, sous le règne duquel jadis s’élevèrent ici
Des palais, comme le révèlent des monnaies extraites de tumulus,
Pourquoi François vous fit-il peur, lui le défenseur et le guide des Muses,
François – le soleil n’a jamais rien vu de meilleur que lui –,
François, dont l’amour en moi croît d’heure en heure.

  • 49 Voir supra, p. 338, notes 34 et 38.

30De tels éloges de François Ier, protecteur des lettres et des arts, sont fréquents dans les Poemata, et en particulier l’idée que le soleil n’a jamais rien vu de meilleur que lui49.

L’INTERTEXTE ÉPIQUE : L’ÉPOPÉE DES DU BELLAY, OU JEAN DU BELLAY HÉROS D’ÉPOPÉE

31La Silva Langaeana contient de nombreux échos aux classiques. Virgile détient la palme, avec une quinzaine de passages ; il est suivi de près par Ovide. Nous parlons ici d’emprunts qui en général ne sont pas uniquement verbaux, mais structurels, c’est-à-dire qui renvoient au contenu ou au contexte du passage d’origine et confèrent ainsi une profondeur particulière au texte.

32Nous avons vu plus haut, à propos des vers 24-27, que Du Bellay loue Langey dans les mêmes termes que Virgile loue Énée. Les premiers vers de la silve font d’emblée de Jean un héros épique.

  • 50 v. 1-6.

Forte per angustos calleis, qua semita ducit
Aerium ad lucum, aerio qui certat Olympo,
Unus, Langiadum cretus de sanguine, mystes
(Bellaiae dedit hos stirpis veterum genus Andum)
Mittebat voces tremulas gressusque trahebat
Incertos, baculo hos sed enim firmabat eburno.
50

Un jour, par d’étroits sentiers, sur le chemin qui conduit
À un bois élevé qui rivalise en hauteur avec l’Olympe,
Un prêtre, né du sang des Langey
(Qui sont issus de la vieille famille angevine des Du Bellay)
Faisait entendre une voix tremblante et traînait des pas
Incertains, qu’il affermissait à l’aide d’un bâton d’ivoire.

  • 51 Verg., Aen., IV, 191, venisse Aenean Troiano sanguine cretum : la renommée raconte qu’Énée, issu de (...)

33Du Bellay est « né du sang des Langey », Langiadum cretus de sanguine : le poète s’inspire de la formule virgilienne Troiano de sanguine cretum, appliquée à Énée, « issu du sang troyen51 ».

34On trouve un autre rapprochement de Du Bellay avec Énée aux vers 236-237, où la nymphe s’écrie :

Tu varios casus, tua tanta pericula, quanta
Perpauci expertus, statuas non denique finem ?

Toi, qui as vécu tant de malheurs, tant de dangers – très peu
En ont vécu autant – ne décideras-tu pas enfin d’y mettre un terme ?

35L’expression Tu varios casus, tua tanta pericula rappelle les vers 615-616 du premier chant de l’Énéide, où Didon s’adresse à Énée en ces termes : « Fils d’une déesse, à travers de si grands périls, quel sort te poursuit donc ? » (quis te, nate dea, per tanta pericula casus/ insequitur) : on retrouve notamment l’expression tanta pericula.

36La présentation du dialogue entre la nymphe et Du Bellay a plusieurs points communs avec l’épopée. Commençons par les vers 62 et suivants – Du Bellay vient d’achever son discours :

  • 52 v. 62-69.

Finierat Mystes ; Nymphae excepere loquentem
Murmure non tacito. Quae deinde est dicere iussa,
Demisso paulum vultu venerata sorores :
« Non ea quam reris nostra est (absiste moveri)
Culpa, inquit. Quin tu qui nil mirare caducum,
Bellai, tamen hic quaedam mirabere forsan
Praeterita, attentas mihi si concesseris aureis
Fata recensenti Regum casusque tuorum.
52

Le prêtre avait terminé ; les nymphes accueillirent ses paroles
Par un murmure bien audible. Celle qui reçut ensuite l’ordre de parler,
Baissant les yeux, par révérence pour ses sœurs, parla ainsi :
« Nous ne sommes pas coupables, comme tu l’imagines – cesse de t’émouvoir.
Bien plus, toi qui ne t’étonnes nullement de ce qui est fragile,
Du Bellay, peut-être t’étonneras-tu cependant de certains
Événements passés, pour peu que tu m’accordes une oreille attentive
Pendant que je passe en revue les destins des rois et les vicissitudes des tiens.

  • 53 La nymphe a les yeux baissés, tout comme Didon s’adressant aux Troyens dans l’Énéide (I, 561, Tum b (...)
  • 54 Le livre II est consacré à la prise de Troie ; le livre III aux voyages d’Énée.

37Ces vers confirment la fin du discours de Du Bellay (finierat, v. 62), décrivent la réaction des auditrices (les nymphes, qui ne peuvent s’empêcher de faire des commentaires, v. 63-64) et introduisent le discours suivant, celui de la nymphe porte-parole53. Ce procédé est caractéristique de l’épopée, en particulier des passages de l’Énéide précédant et suivant le récit d’Énée aux chants II et III54. C’est ainsi qu’à la fin du chant I, Didon cesse de parler pour laisser la parole à Énée, et qu’au début du livre II est décrite la réaction (muette en l’occurrence) des auditeurs et la prise de parole du nouvel orateur :

  • 55 Verg., Aen., II, 1-2.

Conticuere omnes intentique ora tenebant ;
Inde toro pater Aeneas sic orsus ab alto.
55

Tous se turent, tenant leurs yeux attachés sur lui. Alors, de son lit élevé, le vénérable Énée commença en ces termes.

38Les vers 67-69, et en particulier l’expression casusque tuorum, renvoient à la fin du chant I de l’Énéide, où Didon s’adresse à Énée en ces termes :

  • 56 Verg., Aen., I, 753-755.

Immo age, et a prima die, hospes, origine nobis
insidias, 'inquit,' Danaum, casusque tuorum,
erroresque tuos
[…]56

Mais plutôt, raconte-nous, dit-elle, ô mon hôte, dès leur origine première, les embûches des Danaens et les malheurs des tiens, ainsi que tes courses errantes.

39Les destins des Grecs sont en quelque sorte devenus les destins des Du Bellay.

40Aux vers 116-117, le poète poursuit :

Sic Nympha. Assensere aliae, tum haec addidit ultro :
« Vis memorem quae nos fuerint et fata sequuta ? »

Ainsi parla la nymphe. Les autres manifestèrent leur accord, puis elle ajouta :
« Veux-tu que je te rappelle quels furent les destins qui nous échurent ensuite ? »

  • 57 Cf. p. ex. Verg., Aen., I, 325, Sic Venus.

41L’expression sic nympha du vers 116 est aussi caractéristique de la fin des discours chez Virgile, souvent ponctués par un sic, suivi du nom du locuteur57. Au vers 117, l’entrée en matière de la nymphe, qui demande : Vis memorem quae nos fuerint et fata sequuta ? (« Veux-tu que je te rappelle quels furent les destins qui nous échurent ensuite ? »), rappelle les paroles qu’adresse Énée à Didon au vers 504 du deuxième livre de l’Énéide : « Peut-être demanderas-tu quel fut le destin de Priam ? » (Forsitan et Priami fuerint quae fata requiras). L’atmosphère est on ne peut plus épique.

42Le dernier intertexte virgilien que nous souhaitons présenter se trouve dans les deux derniers vers du poème :

Ut cecinit mystae Bellaio talia Nympha,
Repressit vocem factoque hic fine quievit.

Lorsque la nymphe eut proclamé ces paroles au prêtre Du Bellay,
Elle se tut et, achevant là son discours, se reposa.

43Du Bellay s’inspire ici de la fin du livre III de l’Énéide :

  • 58 Verg., Aen., III, 716-718.

Sic pater Aeneas intentis omnibus unus
fata renarrabat divum cursusque docebat.
conticuit tandem factoque hic fine quievit.
58

C’est ainsi que le vénérable Énée, au milieu de l’attention de tous, retraçait les destins envoyés par les dieux et racontait ses courses. Il se tut enfin et termina là son récit.

44La situation est la même : Énée, comme la nymphe, se tait et se repose. En particulier, la fin de la Silve (hic fine quievit) est identique à la fin du livre III de l’Énéide, scellant ainsi la parenté épique de ce poème.

45En composant la Silva Langaeana Jean Du Bellay exprime son désir de se retirer et d’écrire, et montre qu’il est à la hauteur de ses prétentions littéraires. Surtout, en se servant habilement de l’intertexte épique, il présente cette retraite studieuse comme une mission confiée par le destin, à lui, ainsi qu’à Guillaume et à sa glorieuse famille, à laquelle d’ailleurs il désire aussi dresser un monument : Jean, instrument du destin, a le devoir en quelque sorte de refonder Langey par l’écriture, un peu comme Énée est chargé par les destins d’une mission qui aboutira à la fondation de Rome.

Notes

1 On trouvera le texte, la traduction et un commentaire de la silve en fin de volume à l'annexe 1.

2 Dans son article « La poésie néo-latine du cardinal Jean Du Bellay, archevêque de Bordeaux », dans Renaissance-classicisme au Maine, Paris, Nizet, 1975, p. 309-328, ici p. 310 et 328, Geneviève Demerson ne mentionne pas cette pièce parmi celles que Jean Du Bellay composa après 1546 ; elle mentionne un poème dédié à Paul III, un autre à Jules III, un billet au cardinal de Guise, ainsi que l’épître envoyée de Rome en réponse à l’épître I, 1 de Michel de L’Hospital (ces deux épîtres sont éditées dans Michel de L’Hospital, Carmina, livre I, éd. L. Petris et P. Galand, Genève, Droz, 2014).

3 On notera que le nom de silva (« forêt ») convient particulièrement bien à un poème mettant en scène des dryades (v. 141, 179 et 192) – il y avait effectivement de nombreuses forêts dans la région de Langey (cf. supra, p. 337, note 12). Sur le genre de la silve et son rapport avec la forêt (puisque les silvae désignent des poésies à sujets variés qui ont poussé sans grand soin, comme une forêt), voir notamment Perrine Galand-Hallyn et Fernand Hallyn, dir., Poétiques de la Renaissance. Le modèle italien, le monde franco-bourguignon et leur héritage en France au XVIe siècle, Genève, Droz, 2001, p. 132-134, ainsi que La silve. Histoire d’une écriture libérée en Europe de l’Antiquité au XVIIIe siècle, éd. Sylvie Laigneau et Perrine Galand, Turnhout, Brepols, 2013.

4 Il s’agit de la sedes patriae, du « séjour paternel » ou de la petite patrie de Jean Du Bellay, mentionnée par L’Hospital au vers 61 de l’épître III, 7, qui est une réponse à la silve. Cloyes-sur-le-Loir et Glatigny sont distants de moins de vingtcinq kilomètres. Le poète décrit très précisément le lieu de la rencontre entre lui et la nymphe aux vers 70-82 et 120-121. La réponse de L’Hospital confirme cette localisation ; c’est ainsi qu’en plus de mentionner le « séjour paternel » de la famille Du Bellay, il parle de l’Eure et du Loir (v. 43, Agrium Lorumque) et mentionne, tout comme Du Bellay au vers 121, la ville de Cloyes-sur-le-Loir (v. 53, Clodia).

5 v. 7-8, Tantum illi morbi gravitas plusque annua febris/ Roboris abstulerat misero longique labores.

6 De mai à septembre 1551, mais surtout en août, Jean Du Bellay fait allusion à une grave maladie qui l’a presque conduit à la mort. Le 3 septembre il écrit au roi de Danemark Christian III qu’il est malade depuis quinze mois (ex diuturna per menses quindecim quartanae vexatione vix adhuc respirandi mihi data facultas est). Il affirme ailleurs : « j’ay esté si bien mené qu’on craignoyt que je y laissasse les bottes » (lettre du 14 août [1551] à Claude d’Urfé) ; de même : vix enim pedem tumulo effero (Lettre du 14 août [1551], à Marcel Paloue). Voir aussi la lettre du 12 mai 1551 à Côme de Médicis, celle du 11 août à Jean de Monluc, celles du 14 à Bernardino Maffei et à Étienne Boucher, celles du 15 à Bernardino Maffei et à François de Bouliers, celle du 18 au même Bouliers (ces lettres de 1551 paraîtront dans CCJDB, t. VI). Ces allusions à sa mauvaise santé confirment la dédicace du Quart Livre (28 janvier 1552), où Rabelais précise que Jean Du Bellay « pour recouvrement de santé après longue et fascheuse maladie, s’estoit retiré à Sainct-Maur, lieu, ou (pour mieulx et plus proprement dire) paradis de salubrité, amenité, serenité, commodité, delices et tous plaisirs de agriculture, et vie rustique » (Rabelais, Les Cinq Livres, éd. J. Céard, G. Defaux et M. Simonin, Paris, 1994, p. 879). Dans le Carmen I, 14, qui date de septembre 1550 (voir Carmina, livre I, op. cit., « Datation »), Michel de L’Hopital évoquait déjà cette maladie (v. 1, Quae mihi Campanis rediens, infirmus ab oris/Carmina scripsisti ; v. 10-11, Haec ubi cognovi te recte nempe valere/ Salvum atque incolumen sed nondum corpore firmo). Il en parle encore dans l’épître II, 11 (contemporaine de I, 14, voir Carmina, livre I, op. cit., ibid.), 1-3, Ergo tibi reditum reditum persaepe roganti/ Fraternae fecere preces, jactataque vulgo/ Morbi fama tui, et dubiae spes parva salutis.

7 Dans l’épître III, 7, Michel de L’Hospital encourage Jean Du Bellay, malade et âgé, à quitter son obscure et froide retraite de Cloyes, où l’on poétise sans gloire, pour regagner Saint-Maur et la belle et illustre région de Paris, qui conviennent davantage à un grand poète comme lui. Il peut compter sur l’appui des Muses et sur son amitié. L’Hospital reprend des expressions et fait allusion à plusieurs passages de la silve. En particulier, plusque annua febris (silve, v. 7) est repris presque textuellement par L’Hospital au vers 5 de son épître : febris plus annua. Dans les deux textes il est question de Néron (silve, v. 51, 91, 98 et 114 ; épître, v. 22), des druides (silve, v. 72, 82 et 102 ; épître, v. 26), des dryades (silve, v. 141, 179 et 192 ; épître, v. 28), des Carnutes (silve, v. 71 ; épître, v. 42) et de la ville de « Clodia » (silve, v. 120 ; épître, v. 53). Aux vers 29-30, L’Hospital conseille à Du Bellay de cesser de s’intéresser au passé en fouillant le sol pour y retrouver des vestiges enfouis, faisant allusion aux vers 41-42 de la silve où le cardinal parle de monnaies de l’époque de Néron extraites de tumulus. Enfin, l’expression magne sacerdos (épître, v. 15) renvoie très probablement au curieux mystes des vers 3, 62 et 243 de la silve (sur ce terme, voir notre traduction supra, p. 337, note 8). Nous citons les Carmina de Michel de L’Hospital d’après l’édition de 1732 (Michaelis Hospitalii Galliarum Cancelarii Carmina, Amsterdam, Lakeman) ; voir aussi Œuvres complètes de Michel de L’Hospital précédées d’un essai sur sa vie et ses ouvrages, t. III, éd. Pierre-Joseph-Spiridion Dufey, Paris, Boulland, 1825. Sur la numérotation des épîtres, voir Loris Petris, La Plume et la tribune. Michel de L’Hospital et ses discours (1559-1562), Genève, Droz, 2002, p. 548-556.

8 C’est l’hiver, et la nouvelle année est proche, dit L’Hospital (III, 7, 1, Nunc canas hiemes adspergit Iuppiter agris et 7-8, Musaeque valere jubebis et anni/ Principium venientis).

9 Dans une lettre datée du Mans après le 5 juin 1552, il affirme en effet : « et encores le dernier voyaige que j’ay esté au Mans, fust cest iver dernier » ; les mentions dans le compte d’Eustache Cartier, le receveur au Mans de Du Bellay, des paiements, le 6 novembre 1551, de « douze poinssons de vin claret pour la maison de monsr a Ivré » et, le 8 mars 1552, « de trois pippes de vin » (Le Mans, Médiathèque Louis Aragaon, ms 469, sans pagination ; compte-rendu le 13 janvier 1553 en présence de Jean Du Bellay), prouvent qu’il était effectivement au Mans durant l’hiver 1551-1552 ; voir CCJDB, t. VI, à paraître. Dans une lettre d’août 1551 à François de Bouliers (CCJDB, t. VI, à paraître), il exprime d’ailleurs son intention de passer l’hiver au Mans : « mais m’en voye iverner au Maine l’air de nativité ».

10 Ces interventions sont indiquées dans le texte latin édité en annexe.

11 On trouve ainsi dans la silve des acceptions de termes, des expressions ou des façons de traiter certains thèmes que l’on retrouve en particulier dans les Poemata. Les notes sur la traduction donnée en annexe le montrent suffisamment.

12 v. 238-242.

13 v. 60-62.

14 Le discours a lieu en deux temps (v. 62-115 et 117-242), avec une interruption au vers 116, qui permet aux nymphes de manifester leur accord à ce que dit leur porte-parole.

15 « Du temps du feu Roy je m’estoye resolu a me rendre a mon premier mestier des jardins et estudes » (CCJDB, t. V, no 1081, 4 juillet 1549, p. 274 ; voir aussi t. IV, no 803, 28 janvier 1548, p. 92 ; no 895, après le 20 août 1548, p. 278 ; t. V, no 981, 22 janvier 1549, p. 48 ; no 1041, 16 mai 1549, p. 208). Sur l’association jardins-livres, voir Loris Petris, « Entre implication et distanciation : pouvoir et écriture dans la correspondance du cardinal Jean Du Bellay », Seizième siècle, VI (2010), p. 179 ; voir aussi, sur la villa comme lieu de l’otium, Perrine Galand-Hallyn, « Aspects du discours humaniste sur la villa au XVIe siècle (Crinito, Brie, Macrin, L’Hospital) », dans La villa et l’univers familial dans l’Antiquité et à la Renaissance, éd. P. Galand-Hallyn et C. Lévy, Paris, PUPS, 2008, p. 117-143.

16 CCJDB, t. V, no 1059, 10 juin 1549, p. 240.

17 Ainsi, dans une lettre du 4 juillet 1549 (CCJDB, t. V, no 1081, p. 276), il fait part de son désir de « faire… ung essay de quelque chose grande et importante », affirmant que « si assez d’aultres pevent faire le mestier que maintenant je faiz [la diplomatie], peu y en a qui sceussent faire ce que, estant retiré, je proposeroye de faire, estimant ne faire tort a personne quant je diray estre seul vivant qui puysse mectre par escript les choses passees de trente ans en cza, parlant de veue et non pas d’ouyr dire, comme font tous aultres escripvantz » ; voir aussi t. IV, no 842, 7 mai 1548, p. 173 ; t. V, no 1045, 24 mai 1549, p. 218.

18 CCJDB, t. IV, p. 160, ainsi que Cooper, Litteræ in tempore belli, p. 319-320, qui souligne l’attachement de Jean Du Bellay aux deux résidences épiscopales de Touvoie et d’Yvré-L’Évêque. Son attachement à sa petite patrie se manifeste aussi dans le fait qu’il resta évêque du Mans jusqu’à la fin de sa vie, alors qu’il abandonna en 1551 l’évêché de Paris et l’archevêché de Bordeaux, en en conservant toutefois l’administration.

19 CCJDB, t. IV, p. 176.

20 CCJDB, t. IV, no 846, 1548, 14 mai, p. 180.

21 v. 219-231 et 236-237.

22 v. 143 et 169.

23 v. 238-242, cités infra, p. 154.

24 Cf. supra, note 15.

25 Cf. supra, p. 339, note 47.

26 L’étymologie lui donne tort ; voir notre traduction supra, p. 339-340, notes 70-71.

27 Voir supra, p. 339, note 61.

28 v. 128-130.

29 Jean Du Bellay fait allusion à plusieurs reprises dans ses Poemata aux origines troyennes de la monarchie française. Voir supra, p. 340, note 74.

30 v. 146-156. Rien n’atteste la présence des Du Bellay à Langey déjà à cette époque. Voir supra, p. 340, note 88.

31 De même que Scévole de Sainte-Marthe, au début du XVIIe siècle. Voir supra, p. 340, note 81.

32 Voir supra, p. 340, note 85.

33 L’Aubépine est envoyé à Rome avec un ordre écrit de ne rien communiquer de sa mission à Jean Du Bellay avant d’avoir parlé au roi. Du Bellay le prend très mal, puisque c’est le signe qu’on se méfie de lui. Il demande : pourquoi avoir fait écrire cela, alors qu’il aurait suffit de le lui dire.

34 Jean Du Bellay à NN., fin août 1548, BnF, fr. 5146, fos 81-83 (minute autographe), ici fos 82v°-83r° (à paraître dans CCJDB, t. VII, supplément). Dans une lettre à Marguerite d’Angoulême, Guillaume Du Bellay parle de 700 ans de fidélité de sa famille au roi (voir le passage cité par Laurent Bourquin, « Les Du Bellay avant Du Bellay », dans ce même volume, p. 26).

35 Plutôt que « neuf générations », comme le traduit Geneviève Demerson, qui affirme toutefois en note qu’on « peut traduire secla par “siècles” » (Jean Du Bellay, Poemata, p. 258, n. 93).

36 Élégie 3, 141-142, p. 91.

37 v. 157-177.

38 v. 178 sq.

39 v. 24-27.

40 v. 24.

41 v. 28-29. Sur les liens privilégiés unissant Jean et Guillaume, ainsi que sur le rôle de chef de famille de Jean à la mort de ce dernier, voir Michon, La crosse et le sceptre, p. 128-131.

42 Verg., Aen., I, 378-379, sum pius Aeneas, raptos qui ex hoste penates/ classe veho me cum, fama super aethera notus.

43 v. 25, terraque marique ; voir aussi v. 199, At maria, at terras studio lustravit.

44 v. 198-199 ; 203-204.

45 Ce thème est étudié par Cooper, Litteræ in tempore belli, chap. « Guillaume Du Bellay homme de guerre », p. 25-49. Jean Salmon Macrin, qui adresse une douzaine de ses odes à Guillaume, parle de l’éloquent Langey, qui favorise les Piérides et ne laisse pas mourir les belles-lettres (ode I, 1, 50-52, facunde Langi, Pieridas foves/ nec liberales disciplinas/ largus opum sinis interire).

46 Sur l’émergence d’une nouvelle classe culturelle, sur les rapports entre culture et pouvoir et en particulier sur l’éducation comme capital de réussite à l’époque de François Ier, voir Gilbert Gadoffre, La révolution culturelle dans la France des humanistes, Genève, Droz, 1997, en particulier p. 65-113.

47 Étienne Dolet, De officio legati, éd. D. Amherdt, Paris, Droz, 2010, p. 58-61 et notes 18-19. Dolet reprend cet éloge presque textuellement de la dédicace à Guillaume Du Bellay qui figure en tête de ses Formulae latinarum locutionum illustriorum, Lyon, Dolet, 1539, p. 3-4.

48 v. 40-45.

49 Voir supra, p. 338, notes 34 et 38.

50 v. 1-6.

51 Verg., Aen., IV, 191, venisse Aenean Troiano sanguine cretum : la renommée raconte qu’Énée, issu de sang troyen, est arrivé.

52 v. 62-69.

53 La nymphe a les yeux baissés, tout comme Didon s’adressant aux Troyens dans l’Énéide (I, 561, Tum breviter Dido vultum demissa profatur).

54 Le livre II est consacré à la prise de Troie ; le livre III aux voyages d’Énée.

55 Verg., Aen., II, 1-2.

56 Verg., Aen., I, 753-755.

57 Cf. p. ex. Verg., Aen., I, 325, Sic Venus.

58 Verg., Aen., III, 716-718.

Auteur

Université de Neuchâtel

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search