Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

III. L’homme de lettres

Poésies inédites de Jean Du Bellay

Richard Cooper

Texte intégral

1C’est un énorme plaisir pour nous tous, et un triomphe pour notre sénateur Rémy Scheurer (qui, comme Du Bellay, a marié les lettres et la politique), pour notre mécène Loris Petris (qui a eu l’heureuse idée de ce colloque) et pour toute leur équipe, que notre cardinal, naguère connu essentiellement comme le protecteur de Rabelais et de Joachim, soit désormais reconnu comme acteur politique majeur, comme bâtisseur, comme correspondant fébrile au style haut en couleur, et comme fin et subtil courtisan. Mon rôle est de le situer un peu mieux dans le canon des poètes français de la Renaissance, où il trouvera sa place, je pense justifiée, auprès de son protégé Macrin, de Nicolas Bourbon, et du cenaculum lyonnais.

2Ce qui distingue ce noble poète néolatin de ses confrères roturiers, Macrin, Bourbon et compagnie, c’est son désintérêt presque total pour la publication de ses élucubrations, désintérêt tout aristocratique, digne d’un François Ier ou d’une reine de Navarre, dont les compositions circulaient en manuscrit, mais qui ne pensaient pas à établir un texte définitif de leur œuvre, et encore moins à les confier à un imprimeur. Ainsi les poèmes des Valois inclus dans l’Hecatomgraphie/Fleurs de poésie françoise, sont anonymes et ne correspondent pas non plus aux diverses versions du texte conservées dans les manuscrits. Si certains poèmes de la reine paraissent à Lyon dans les Marguerites de la Marguerite de 1547, rien n’indique qu’elle ait participé à la publication ni à l’établissement du texte ; de même, si Macrin sort à Paris, l’année d’avant, une anthologie des vers de notre cardinal, nous recevons cinq sur cinq le message du Loudunais qui affirme avoir agi « se insciente atque inconsulto », à l’insu et sans l’aval de Du Bellay. Si Jean Du Bellay taquine donc la muse latine, comme ses souverains, il opte pour la publication manuscrite.

  • 1 G. Du Bellay, Peregrinatio humana, Paris, N. du Pré pour E. de Gourmont, 1509 (BnF).
  • 2 BAV, ms Reg. Lat. 1552 ; voir R. Cooper, « Les poésies de jeunesse de Jean Du Bellay », dans Mélang (...)

3Son frère aîné en avait fait autrement. Dès 1509, ce futur guerrier, âgé de dix-huit ans, avait confié à Gilles de Gourmont son poème, Peregrinatio humana1, avant d’abandonner les vers au profit d’une vaste chronique bilingue des guerres de son temps. Au grand dam du cadet, Jean, qui se rattrappe avec ses juvenilia − dont le manuscrit incomplet à Rome nous donne quelques éléments fragmentaires2, qui comprennent des poésies pastorales, des satires, et des pièces politiques. Nous y rencontrons un garçon de vingt ans, profondément jaloux de son aîné (comblé d’éloges), alors que le petit Jean est un raté déconsidéré, frustré du succès de Guillaume.

  • 3 Charles de Bourbon, futur duc de Vendôme (1489-1537), son épouse Françoise d’Alençon (1490-1550), e (...)

4Si cette famille assez obscure a pu percer, c’est sans doute grâce à l’appui des Bourbon-Vendôme3, qui prennent Guillaume sous leur aile protectrice, et à qui Jean, en signe de reconnaissance, dédie plusieurs pièces de ses juvenilia. Les quatre frères Du Bellay ont pu quitter le Perche et faire leur entrée à la cour, deux sous les armes, deux en soutane. Mais Jean n’a pas encore brûlé les ponts avec son pays d’origine, et notamment avec le Maine, où Louis de Bourbon-Vendôme venait d’être élu évêque du Mans. Ainsi le petit recueil de trente-six poèmes contient non seulement des morceaux sur les Bourbons à la campagne, mais également des réflexions satiriques sur des personnages de Vendôme et du Mans.

5Or, Jean a étudié à Paris et, voué à la carrière ecclésiastique, il a commencé à tisser son réseau à la cour. Notre jeune courtisan en herbe cherche à unir sa destinée à celle de l’ancien pédagogue du roi, François Demoulins de Rochefort, à qui il dédie son florilège, mais qui mourra en 1526. Grâce à ses entrées à la cour, Jean a pu assister aux fêtes offertes en 1518 aux ambassadeurs anglais, qu’il commente avec humour. Et il prend à cœur les intérêts politiques de la France, en ironisant dès 1515, quand il a dix-sept ans, sur l’entrée de Charles V à Bruges, et sur ses prétentions à l’Empire.

6Pour mieux illustrer les débuts du jeune poète-prélat, je ne prendrai que deux exemples inédits de ses juvenilia, écrits comme tout ce recueil en vers élégiaques : l’un une satire contre un glouton, l’autre une espèce de pasquinade anti-impériale. Et je chercherai à mettre en évidence certains éléments de continuité dans les poésies composées au fil des cinq décennies de son activité.

  • 4 R. Cooper, « Les Poésies de Jeunesse de Jean Du Bellay », p. 106-107.
  • 5 Jean Du Bellay, Poemata, p. 123 et notes p. 278-279.
  • 6 BAV, ms Reg. Lat. 1552, no 24.
  • 7 Cf. Martial, Epigr., 7. 14, v. 10.
  • 8 BAV, ms Reg. Lat. 1552, f° 8, no 25.

7Nous avons suggéré que le jeune prélat accusait un intérêt un peu morbide pour la laideur, pour le grotesque4. Témoin, dans le recueil de 1546, l’épigramme 14, « Contre un être monstrueusement obèse et totalement ignorant des belles lettres5 », qui met en scène un être à la tête d’âne et au corps de cochon, défauts attribués au style de copulation de ses parents. On en trouve un avant-goût dans plusieurs poèmes de jeunesse : par exemple, le blason de Jean des Masures6, dont notre jeune ecclésiastique se plaît à évoquer les fesses couvertes d’épines comme un chameau, les jambes éléphantesques, le nez comme une étagère, et le membre sesquipedalis7. Il s’y moque également d’un amant estropié qui nourrit l’illusion que ses qualités intellectuelles vont compenser son handicap physique8.

8Du Bellay nous présente donc des amants laids, contrefaits et incapables. Parmi ces acerbes satires ad hominem, prenons l’exemple d’une épigramme contre un glouton dépensier, Hanchius :

  • 9 Ibid., fos 8v°-9, no 27.
  • 10 Hercule trouve les juments de Diomède, attachées par des chaînes de fer à leur abreuvoir, en train (...)
  • 11 Défait par Hercule, Diomède sera dévoré encore vivant par ses propres chevaux.
  • 12 Traduction de David Amherdt, qui a éclairci plusieurs points obscurs de ce poème.

In Hanchium voracem et prodigum9
Hospitibus miseris, dentes quæ invisit equorum,
   Quam fuit infœlix tam scelerata fames.
Ante pedes sacros aut in præsepe iacebant
   Ad libitum diræ corpora strata gulæ10.
Adque ea ridentem memorant dixisse tyrannum:5
   “Ludite, dum indomitis frena parentur equis”.
Sed quo sævicies, quo pabula mœsta, necesque,
Si fuit et sævo grex nociturus hero
11?
Cautior Hanchius est, qui, ne sit prædasuorum,
   Appositos omnes protinus ipse vorat. 10
Appositi sint mille, unoque voraverit anno.
Bina apponuntur millia, mense voret.
Hanchius le vorace et le prodigue12

À ces hôtes malheureux, elle fut aussi funeste que fatale, la faim qui s’empara des dents des chevaux ! Devant leurs pieds odieux ou dans l’écurie étaient étendus des corps terrassés pour satisfaire une sinistre gloutonnerie. On dit que le tyran, riant à ce spectacle, déclara : « Amusez-vous, tandis que l’on prépare le mors pour mes chevaux sauvages ! » Mais pourquoi cette cruauté, pourquoi ces tristes mets, pourquoi ces meurtres, si le troupeau allait ensuite nuire à ce maître cruel ? Hanchius est plus prudent qui, pour ne pas devenir la proie de ses chevaux, dévore lui-même aussitôt tous ceux qu’on lui sert. Supposons qu’on lui en serve mille, il les dévorerait en une année. Deux mille lui sont servis : il pourrait les dévorer en un mois.

9Parodiant le mythe des juments de Diomède, roi de Thrace, Du Bellay se moque, comme Martial et Juvénal, de la voracité du glouton, et s’exerce à l’hyperbole burlesque.

  • 13 Jean Du Bellay, Poemata, p. 121-122, épigr. 11 & 12; p. 127-135, 144-145, 173-175, odes 1, 2, 4 & 1 (...)

10Autre constante entre 1521 et 1546 : la satire politique, et notamment le genre de pasquinade qui sera affectionné par son protégé Joachim dans les années 1550. Le jeune prélat de 1520, tout comme le conseiller royal des années 1540, est un inconditionnel de la cause nationale française, témoin ses poèmes de 1546 sur les campagnes du roi et de son fils Charles dans le Hainaut et en Luxembourg13. Mais dès 1520 il fait preuve d’une partialité toute chauvine contre le jeune Charles Quint, nouvellement élu à l’Empire.

  • 14 BAV, ms Reg. Lat. 1552, fos 9v°-10, no 32.
  • 15 Selon Jamblique, Pythagoræ vita, Rome, V. Luchrinus, 1556, p. 4, les élèves de Pythagore, après tro (...)
  • 16 Horace, Sat., 1.4, v. 138, « compressis labris ».
  • 17 Voir la même image dans Jean Du Bellay, Poemata, élégie 5, v. 108, p. 105 : « Ad Rhenum aurifluo di (...)
  • 18 Contaminatio de Martial, Spect., 3. 10, « tortis crinibus Aethiopes », et de Silius Italicus, Punic (...)
  • 19 D. Amherdt voit dans ce vers une opposition entre medius sol, les pays où le sol est à son zénith, (...)
  • 20 Sénèque, Oedipus, v. 48-49 : « denegat fructum Ceres/ adulta » ; Virgile, Géorgiques, I, 7, « alma (...)
  • 21 Traduction de David Amherdt, que je remercie de son aide précieuse.

In Carolum austerum14
Sunt qui Pythagoram15 tantas mirentur habenas
   Assiduo pressis imposuisse labris
16.
At mirum magis est quod iam concordia lustra
   Quattuor invicti Cæsaris ora patent.
Attonitæ spectant et quas, Germania, gentes 5
   Et quas cum aurato mittis, Ibere, Tago
17.
Circumstat Batavus, circumstat Flandrus hiantem,
Iandudum longa fessus uterque mora.
Venerunt Arabes, venerunt Thraces et Indi,
Venere ambustis crinibus Æthiopes
18, 10
Quos medius spectat, quos sol circumfluus ambit
19,
Quos hyemes torquent, quos bona veris alunt,
Et quibus est notus, quibus uvæ incognitus usus,
Quos alit et quis se denegat alma Ceres
20.
Dum dominum cupiunt aliquando audire loquentem, 15
   Is quoties aliquot verba precantur hiat.
Si qua fides vulgo est, posttantos Cæsar hiatus
   Nescio quid dignum Cæsaris ore vomet.
Charles le sévère21

Il y en a qui s’étonnent de ce que Pythagore n’ait cessé d’imposer de si grandes contraintes aux lèvres closes. Mais il est beaucoup plus étonnant de voir depuis quatre lustres, sans changement, s’ouvrir la bouche de l’invincible César. C’est avec étonnement que le regardent les peuples que tu envoies, Allemagne, et ceux que tu envoies, Ebre, en compagnie du Tage couleur d’or. Le Batave s’empresse autour de lui, le Flamand s’empresse autour de lui, et il a toujours la bouche béante, et tous deux, depuis longtemps, sont fatigués de cette longue attente. Les Arabes sont arrivés, les Thraces et les Indiens sont arrivés, les Éthiopiens aux cheveux roussis sont arrivés, ceux que regarde un soleil à son zénith, ceux qu’enveloppe un soleil au raz de l’eau, ceux que torturent les hivers, ceux que nourrissent les biens du printemps, et ceux à qui l’usage de la vigne est connu, ceux à qui il est inconnu, ceux que nourrit Cérès la nourricière, ceux à qui elle se refuse. Tandis qu’ils désirent entendre enfin parler le maître, celui-ci, chaque fois qu’ils réclament quelques mots, reste la bouche béante. Si l’on peut accorder quelque crédit au vulgaire, après tant de fois qu’on l’a vu la bouche béante, je ne sais ce que César pourrait vomir de sa bouche qui soit digne d’un César.

11Dans ces vers élégiaques, avec leur titre qui joue sur austriacus et auster, le poète imagine une vaste assemblée des sujets du monarque, comme le Cortes de 1518 à Valladolid, venus des quatre coins du monde : de l’Espagne (v. 5), de l’Allemagne (v. 4), des Pays-Bas (v. 7), ainsi que des contrées plus exotiques (et fantaisistes), les Arabes, les Ottomans, les Indiens, les Éthiopiens avec leurs cheveux crépus (v. 9-10). Tous s’attroupent autour de lui, suspendus à ses lèvres, impatients de boire ses sages et harmonieuses paroles. Les vers 1-2 font allusion aux cours donnés par le disert Pythagore, qui imposait le silence à ses disciples, qui tiennent la bouche close ; ici c’est l’inverse, car le monde entier se rend auprès du nouvel empereur, qui a toujours la bouche ouverte, mais s’avère incapable de dire quoi que ce soit. Du Bellay se moque de la physiognomie du jeune Habsbourg, avec ses lèvres épaisses, son menton pointu, son prognatisme marqué, et sa bouche béante (v. 16-17 hiat/hiatos). Et notre prélat, avec sa cruauté habituelle, de se gausser du défaut d’élocution de ce jeune, qui aspire à la monarchie universelle, et qui, au lieu de déclamer, vomit. Nouvel exemple du penchant de notre poète pour la déformité physique et le ridicule personnel. On n’en trouve plus d’exemples dans ses derniers vers, et moins dans le recueil de 1546.

  • 22 Jean Du Bellay, Poemata, p. 117, epigr. 7.
  • 23 Ibid., p. 111, epigr. 1.
  • 24 Ibid., p. 77-81, élégie 2.

12Pendant ces vingt-cinq années de silence poétique (1521-1546), nous n’avons que de rares indices de son activité littéraire. Si notre cardinal paraît avoir rejeté tous ses poèmes de jeunesse (aucun ne figure dans le recueil de 1546), il continue à taquiner la muse, témoin l’épigramme de 1523 sur le conclave qui choisit un successeur au pape impérialiste, Adrien VI22. En 1531 il compose une autre épigramme sur le deuil porté par le roi après la mort de sa mère23. L’élégie no 2, églogue sur la famille royale en villégiature à la campagne, paraît dater de 153524. Tous ces poèmes sont en vers élégiaques, que le cardinal persiste à privilégier.

13Mais lorsque paraît le recueil de 1546, nous constatons que Du Bellay a diversifié sa production, avec un groupe de poèmes, classés « odes » par Macrin, mais en différents mètres imités de son modèle Horace – sapphiques, alcaïques, asclépiades, distiques éoliens, sans compter trois hendécasyllabes phaléciens qu’on trouve plutôt chez Catulle. À la campagne tourangelle il a substitué sa villa et ses jardins de Saint-Maur, où il plante des arbres, collectionne des antiquités et accueille la famille royale et ses amis plus intimes.

14Quel est le rapport entre ce recueil de 1546 et les senilia du cardinal, écrits dans les treize dernières années de sa vie (1547-1560), et dispersés en quatre ou cinq manuscrits conservés à Rome, Como, Munich, Paris et Harvard ? Si on compte l’ode saphique publié dans la Sciomachie, il s’agit de onze poèmes assez variés, mais pour la plupart des pièces de circonstance et des épîtres.

  • 25 Si B. Hauréau, Histoire littéraire du Maine, Paris, Dumoulin, 1872, IV, p. 155, en avait signalé un (...)
  • 26 Como, Bibl. Comunale, ms Sup. 2. 2. 42, f° 125, « Ioannis Bellai Cardinalis de Francisco Rege ».

15Le premier en date est sans doute une courte épigramme en vers élégiaques, qu’on croyait perdue25, sur la mort de François Ier26. Le poète, profondément lié à son souverain, déplore la disparition des multiples qualités du roi, « Gratia, forma, decus, probitas, fac[undia ?], candor/ Relligio, charitum spes […]/ Ingenii atque animi vis admirabilis » etc., et il souhaite à Henri II d’être l’émule de son père.

  • 27 Dans R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 205-208 (Études rabelaisiennes, XXIV).

16Henri ne tardera pas à envoyer Du Bellay à Rome, séjour qui inspire la plume du cardinal, ainsi qu’en témoignent plusieurs poèmes qui datent des deux dernières années du pontificat de Paul III Farnèse, avec qui il était en excellents rapports. Lorsqu’il organisa une grande fête à Rome au carnaval de 1549 pour célébrer la naissance de Louis d’Orléans, il composa une ode saphique, qui fut interprétée par un chanteur du chœur pontifical, Labbat, « avec sa grande lyre27 » : faut-il supposer que ces odes saphiques des dernières années du cardinal étaient conçues comme des pièces lyriques à chanter ou à entonner dans une performance qui cherchait à recréer le lyrisme antique ?

  • 28 Munich, Staatsbibliothek, Cod. Mon. Lat., 10383, fos 340-341 ; BAV, Vat. Lat. 5182, f° 73v°. « Car. (...)

17Vu que cette ode est connue, je n’en dirai plus rien, au profit d’une autre ode saphique, adressée au vieux pontife, et qui existe en deux manuscrits, dont l’un à Munich autographe, le seul poème autographe, je pense, de Du Bellay28. C’est une ode à la louange du pape, célébrant sa longévité, les quinze années de son règne, sa romanité, la paix qu’il a su amener à sa ville natale (après les misères du Sac), les restaurations et les embellissements apportés à la ville, l’institution du Concile de Trente, etc. ; et il lui souhaite encore trois fois quinze années de règne.

  • 29 BnF, fr. 2870, f° 118r°; BAV, Vat. Lat. 5182, f° 76v°; Harvard, ms Typ. 531, f° 137v°-38r°.

18Et cette ode en l’honneur de Paul III n’est pas un cas isolé. Parmi les papiers épars de Du Bellay nous trouvons, dans trois manuscrits29, un cadeau d’anniversaire pour le pape, qu’on peut sans doute dater du 29 février 1548 ou 1549, quand il soufflait ses quatre-vingts bougies. Pour marquer cette faste journée, le cardinal s’est aventuré sur un terrain prosodique nouveau, le troisième mètre archiloquien, qu’on ne trouve qu’une fois chez Horace (épode 11). Du Bellay met en scène le peuple de Rome, ainsi que les nymphes du Tibre (cousines germaines de celles de Saint-Maur) en extase devant cette joyeuse et héroïque célébration.

19Notre cardinal est également lié au petit-fils du pape, Alexandre Farnèse, élevé à la pourpre cardinalice à quatorze ans, favori de Paul III, dont il est le vice-chancelier, et qui exerce, au crépuscule du pontificat, une énorme influence. Il partage avec lui une passion pour les antiquités, au moment où ils s’adonnent, tous les deux, aux fouilles dans le Forum. Or, dans une épigramme en vers élégiaques, conservée à Como, Du Bellay, un petit peu flagorneur, fait état de la considération dont jouissent à Rome la famille romaine des Farnèse, qui paraissent perpétuer la gloire de la Rome antique. Et il prend en guise de preuve l’érection à Rome, par un jeune membre de la famille, d’une statue antique : il ne peut, à mon avis, s’agir que de l’acquisition par le jeune vice-chancelier de l’Hercule Farnèse, découvert en 1546, et placé triomphalement dans le nouveau Palais Farnèse.

  • 30 Como, Bibl. Comunale, ms Sup. 2. 2. 42, f° 151.

Cardinalis Bellayus ad Quirites.
Qui fatum Romæ, atque in Roma quæritis orbis,
   Et vatum abstrusas sollicitatis opes,
Farnesio statua, en iuveni secus ipsa locatur
   Romule Cæsaribus parta trophæa tuis ;
Credite, per iuvenem decus, imperiumque paratur
   Farnesium, antiquo quale fuit latio
30.

Vous qui cherchez le destin de Rome, et le destin du monde à Rome, et qui interrogez les ressources secrètes des poètes/prophètes, voici que la statue elle-même est placée par un jeune Farnèse à côté des trophées créés par vos césars, ô Romule ; croyez-moi, la gloire et l’autorité des Farnèse est érigée par un jeune homme, comme autrefois en l’ancien Latium.

  • 31 BnF, fr. 2870, f° 118r°; BAV. Vat. Lat., 5182, f° 75.
  • 32 Voir R. Cooper, « Le rêve italien des premiers Guises », in Le Mécénat et l’influence des Guises, é (...)
  • 33 Harvard, ms Typ 531, f° 162-163.

20Pendant ces deux dernières années du pontificat, alors que Du Bellay a la responsabilité des intérêts de la France à Rome, il reçoit la visite d’un émissaire superpuissant du nouveau roi Henri II, Charles, cardinal de Guise. Les derniers tomes de la correspondance de Du Bellay font ressortir à la fois l’importance et la difficulté des relations entre les deux évêques, au moment où Guise est du dernier bien avec le roi, et notre cardinal craint d’être tombé en défaveur. Le recueil de 1546 laisse deviner des relations très amicales entre eux, qui paraissent se perpétuer dans ces fragments des senilia, où nous trouvons deux compositions adressées à Guise. Le premier, en vers élégiaques et conservé dans deux manuscrits31, marque l’arrivée triomphale à Rome du favori, dont Du Bellay ne manque pas de souligner la descendance angevine, sur laquelle les Guise basaient leurs prétentions à Naples32. Le second poème commémore le même événement, cette fois en hexamètres dactyliques33, et salue le rôle de Guise comme intermédiaire et conciliateur entre la France et la papauté.

  • 34 BnF, fr. 2870, f° 136v° ; extrait dans Hauréau, Histoire littéraire du Maine, IV, p. 153-154.

21Après la mort de Paul III, Du Bellay saisit l’occasion pour se réjouir de l’élection du cardinal del Monte, avec qui il entretenait des relations très cordiales, qui allaient lui causer des ennuis lors de la crise des guerres de Parme. Son ode saphique sur Jules III34, dont seules les sept premières strophes nous sont parvenues, est un poème très personnel, sur les difficultés du retour à Rome en plein hiver, sur la goutte qui l’afflige dans les deux jambes (comme son frère Guillaume), et sur les machinations du conclave.

22Établi dans la Ville Éternelle, Du Bellay entretient une vaste correspondance politique, qui s’accompagne de quelques fragments d’échanges poétiques. Il est évident que l’existence à Rome d’un cénacle de poètes néolatins a servi d’aiguillon à notre cardinal et à sa maisonnée, dont son cousin Joachim, et que la famille a participé à quelques dialogues littéraires, dont nous trouvons la trace non seulement dans les Poemata de Joachim, mais dans un recueil manuscrit de poèmes (BnF, lat. 2870), qui aurait appartenu à la maisonnée du cardinal, et qu’il serait intéressant d’analyser davantage.

  • 35 Harvard, ms Typ 531, f° 187v°-188v°.
  • 36 Cf. La Poésie néo-latine de Jean Du Bellay, p. 149, ode 5, v. 41, où le poète utilise le même nom l (...)
  • 37 Harvard, ms Typ 531, f° 188v°-190.

23Or un manuscrit à Harvard35 nous donne le texte d’un échange de poèmes latins entre notre cardinal et l’un de ses grands amis à Rome, le cardinal Bernardino Maffei (1517-1553), secrétaire d’Alexandre Farnèse, créé cardinal en 1549, antiquaire comme Du Bellay, et auteur d’un ouvrage perdu sur la numismatique, De inscriptionibus et imaginibus veterum numismatum. Rentré en France en 1549, Du Bellay lui envoie une ode écrite en vers alcaïques, mètre imité d’Horace et déjà employé dans le recueil de 1546. Cette ode très spirituelle, pleine de nugæ et de sel horatien, doit dater de l’automne de 1549, lorsqu’Henri II met le siège devant Boulogne (Portus Iccius36) pour libérer la ville « du joug du féroce Britannique ». Pour une fois, nous avons la réponse poétique d’un correspondant du cardinal, dans le même manuscrit37, composée par Maffei en hexamètres dactyliques. Tout en évoquant le siège de Boulogne, Maffei fait l’éloge de Du Bellay comme poète, comme érudit, et il rappelle le chaleureux accueil que lui réservaient le pape Paul et le Sacré Collège, tous émerveillés par l’éloquence de notre cardinal, qui peut finalement goûter en France d’une période d’otium bien méritée.

  • 38 Harvard, ms Typ 531, f° 184v°-187.

24Maffei cite, parmi les sodales de Du Bellay, l’évêque Pierre Du Chastel, lecteur bibliothécaire du roi, ami intime du cardinal et dédicataire du recueil de 1546. En l’occurrence, ces senilia de Du Bellay contiennent une longue épître en hexamètres dactyliques adressée depuis Rome à Du Chastel38 ; on peut la dater des années d’avant la mort de Du Chastel en février 1552, et donc des années 1547-1550, quand Du Bellay est à Rome, probablement l’été de 1548. Le cardinal se sent un peu en exil, s’inquiète de sa position sous le nouveau règne, et espère un rappel, un postliminium ; entre-temps il compte chasser le spleen et éviter les grandes chaleurs de Rome, en faisant du tourisme dans le Lazio et la Campania, visitant les Castelli Romani, le Lago d’Albano, la ville de Cicéron, Anzio, il Circeo, Baia, Lucania, etc.

  • 39 BnF, lat. 8138, f° 1r°: « Io. Bellaius episcopus ostiensis Michaeli Hospitali hospiti dulcissimo at (...)
  • 40 L. Petris, La Plume et la Tribune : Michel de L’Hospital et ses discours (1559-1562), Genève, Droz, (...)
  • 41 M. de L’Hospital, Œuvres complètes, éd. P.J.S. Dufey, Paris, A. Boulland, 1824-1825, 6 vol. , t. II (...)

25Les poèmes les plus importants parmi ces senilia sont sans doute la Sylva Langæana, restituée à notre cardinal par David Amherdt au cours de ce colloque, et datée de ces années 1550-1551, avec réponse par Michel de L’Hospital, et datée de 1550-1551 ; et l’épître en hexamètres dactyliques, qu’il envoie de Rome à son ami L’Hospital39, poète et homme d’État que nous connaissons tant mieux grâce aux recherches de Loris Petris40. Leur amitié est bien connue, ainsi que certaines épîtres en vers, grâce à la correspondance publiée du chancelier, qui ne contient pas moins de huit longues épîtres en vers du chancelier couvrant les années 1547 (lorsque L’Hospital est au concile de Trente) à 1555-155741. Mais deux manuscrits donnent le texte d’une longue réponse, 178 vers, écrite par Du Bellay, évêque d’Ostie, et donc après mai 1555, lorsqu’il reçoit cet évêché, et lorsqu’il a été nommé par Paul IV doyen du Sacré Collège. C’est donc le seul poème retrouvé du dernier séjour de notre cardinal à Rome, et le seul fragment de ce qui a dû être une correspondance soutenue au cours de ces années de séparation.

  • 42 L’Hospital, Œuvres, t. III, p. 7-9, épître I, 1, dans Michel de L’Hospital, Carmina. Livre I, éd. P (...)
  • 43 Ibid., t. III, p. 60-66, épître I, 10, dans ibid., p. 239-259.

26Il n’est pas difficile d’identifier l’épître de L’Hospital à laquelle Du Bellay répond dans son manuscrit42. Le futur chancelier s’adresse aux Muses romaines, pour qu’elles restituent à la France cet exilé têtu, qui persiste à s’enfouir dans une ville décadente, plutôt que de ramener en France, à Saint-Maur, les fruits de ses fouilles et de ses achats sur le marché des antiquités. Il ne s’explique pas que Du Bellay s’y enracine, qu’il construise une villa somptueuse à Rome, et une autre à l’embouchure du Tibre. On peut également identifier la longue riposte de L’Hospital43 qui vient de recevoir l’auto-justification du cardinal. L’Hospital fait parler les statues de Saint-Maur, qui se plaignent d’être abandonnées dans une propriété qui commence à tomber en ruine, par un maître qui place au-dessus de l’amour du pays son ambition pour la tiare.

27Qu’est-ce que Du Bellay avait bien pu dire au juste pour se justifier ? Or, il reconnaît sa nostalgie pour Saint-Maur ; comme Eurydice, il aurait voulu remonter à la lumière. Mais il est prince du Sénat, doyen du Sacré Collège, chéri du pape et de ses confrères les cardinaux.

  • 44 C’est la villa dans les Thermes de Dioclétien.
  • 45 Elle lui a donné des terres dans les Paludes Pontines.

Nam quid denique ? sim princeps tandem ipse senatus,
Charus Pontifici : collegis non odiosus,
Non populo, nec me rodat turba Aulica ; laxe
Secureque habitem, sint horti in colle Quirini
44, 20
Pomonae clari studiis Bacchique Dianaeque :
Aeriae hos ornent moles : quae Tottilam et Hunnos
Ante et vitavere Getas : det Hetruria apricos
Secessus. Anxur det laetifundia (munus
Dia tuum Catharina
45) et abundent coetera nobis 25
Uno apice excepto, queis qui plus appetat, omnes
Clament constringendum et sannae mille sequantur.

  • 46 Traduction de ma collègue Geneviève Demerson ; à paraître dans Michel de L’Hospital, Carmina. Livre (...)

Qu’en est-il pour finir ? Admettons : je suis enfin prince du Sénat, le pontife me chérit, mes collègues ne me haïssent pas, non plus que le peuple, la foule des courtisans ne me déchire pas ; j’ai une demeure spacieuse et sûre, des jardins sur la colline de Quirinus. La passion pour Pomone, Bacchus et Diane les a rendus célèbres ; des architectures aériennes les ornent : Tottila, les Huns, les Gètes les ont épargnées auparavant ; l’Etrurie nous donne des retraites ensoleillées ; Anxur nous donne de vastes domaines (un cadeau de toi, divine Catherine). Admettons : nous avons toutes autres choses en abondance (il ne manque que la tiare). Si quelqu’un réclamait davantage, tous crieraient que c’est un fou à lier, et les moqueries le poursuivraient.46

28Naturellement, il est las de vivre en exil, et il désirerait regagner ses pénates, retrouver ses amis :

Tum nescis et tu ? una quies quae prae omnibus uni 45
Exoptata mihi est, puppi velut anchora nostrae ?
Namque seni et rerum fesso hoc est certa quies, sunt
Quod postliminio reduci sua praedia : agro ros
Arenti : quod hiulcis terra appulsa carinis.

  • 47 Traduction de Geneviève Demerson. Il convient de corriger le hiulco du texte.

Alors es-tu dans l’ignorance, toi aussi ? Il n’y a qu’un seul genre de repos que je me souhaite, égoïstement, plus que tout, qui est comme l’ancre de notre poupe. Je suis vieux et las de l’action ; voici ce qu’est pour moi le vrai repos : ce que ses domaines sont pour l’exilé qui revient chez lui ; ce qu’est la rosée pour le champ desséché qui se fendille ; ce qu’est la terre quand les carènes l’abordent.47

29Du haut de ses soixante ans, il passe en revue sa longue vie et sa carrière de serviteur royal :

[…] finge ante oculos positum tibi quendam
Esse hominem : cunctis quem sexagesima messis
Per tractus circum saepe egerit : hunc meditare
Per Regum mensas, per delicias, per honores
Seria permiscere iocis, et tristia laetis,
65
Delectare animum studiis : et cum tulit aetas
Vel canibus, vel canis, non abstinuisse, vel armis :
Denique passa fides quantum est et gratia recti,
Nil non degustasse, locus quod siverit et res.

Fais naître devant tes yeux l’image d’un certain homme : sa soixantième moisson, pour le bénéfice des autres, l’a souvent conduit à faire le tour des pays ; médite sur le fait que l’homme en question, aux tables des différents rois, a connu toutes les délices, tous les honneurs, mêlant le sérieux au plaisant, le triste au gai, charmant son esprit par les études et que, quand sa vie l’a permis, il s’est adonné à la chasse et aux armes, même avec des cheveux blancs ; enfin que, dans la mesure où la foi et l’amour du bien l’autorisaient, il a joui de tout ce que pouvaient offrir les lieux et les circonstances.

30Il a dû renoncer à toutes ces délices pour se dévouer à la cause française, malgré ses différends avec Henri II, aux intrigues du Sacré Collège, où son rôle de doyen, qu’il affirme ne pas avoir ambitionné, est loin d’être une partie de plaisir. Les cardinaux sont tiraillés entre les factions − impériale et francophile ; leurs maîtres estiment pouvoir dicter depuis Paris ou Madrid la politique de l’Église, et exiger que leurs cardinaux suivent la ligne du parti. Mais Du Bellay affirme avoir toujours voté selon sa conscience, d’où ses différends avec Henri II. À l’issue des consistoires, le doyen se voit pris d’assaut par les quémandeurs, par les lobbys :

Quid Iudeorum allectos de fece senesque
Et iuvenes narrem ? quid narrem denique cunctos
Quos livor, quos lis, quos atra calumnia, quos vis
Aut amor, aut odium, propria aut insania pulsat ?
170
Nam nostras ieiuni aures, pransique : cubantis
Aut stantis scelus est non iis dare : turbet Orion,
Exurat canis, haud unquam mihi sabbata sunto,
Haud feriae. Sed et illa forent leviora, crumena
Si foret a tantis illesa tumultibus. I nunc,
175
Xenie, et obiicito Divina haec otia nobis
Fastusque et fumos istis sudoribus emptos
Atque haec, plus patria, nos delectare putato.

  • 48 Traduction de Geneviève Demerson.

Pourquoi parlerais-je des séductions que la lie des Juifs opère sur les vieillards et les jeunes gens ? Pourquoi parlerais-je enfin de tous ceux que la jalousie, que la chicane, que la noire calomnie, que la violence, ou l’amour, ou la haine, ou leur propre folie, agitent sans cesse ? En effet, à jeun ou après les repas, couché, ou debout, c’est un crime de ne pas leur accorder notre attention. Qu’Orion se déchaîne, que le Chien brûle, que jamais il n’y ait pour moi dimanches ni fêtes. Mais ces choses-là seraient plus légères, si ma bourse n’était pas blessée du fait de si grands désordres. Va maintenant, ô mon L’Hospital, et représente-nous les divins loisirs, les motifs d’orgueil, les fumées, qui sont les nôtres, quand on les achète au prix de ces pénibles sueurs, et va croire que ce lot a plus de charme pour nous que la patrie.48

31Devant la richesse de cette épître, qui révèle que la plume du cardinal n’a rien perdu de son sel, ni de son acerbité, on peut regretter le manque de poèmes retrouvés pour ces dernières années de la vie de Du Bellay. Mais tout comme Rémy Scheurer et Loris Petris, qui ont déterré des lettres un peu partout dans le monde, on peut espérer avec une certaine confiance que d’autres vers viendront à la lumière, pour mieux faire entendre le chant du cygne de notre chantre perchois.

Notes

1 G. Du Bellay, Peregrinatio humana, Paris, N. du Pré pour E. de Gourmont, 1509 (BnF).

2 BAV, ms Reg. Lat. 1552 ; voir R. Cooper, « Les poésies de jeunesse de Jean Du Bellay », dans Mélanges offerts à Guy Demerson, éd. J.-P. Saint-Gérand et F. Marotin, Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, 1993, p. 97-111.

3 Charles de Bourbon, futur duc de Vendôme (1489-1537), son épouse Françoise d’Alençon (1490-1550), et ses frères, Louis, cardinal de Bourbon (1493-1553), et François de Bourbon, comte de Saint Pol (1491-1545).

4 R. Cooper, « Les Poésies de Jeunesse de Jean Du Bellay », p. 106-107.

5 Jean Du Bellay, Poemata, p. 123 et notes p. 278-279.

6 BAV, ms Reg. Lat. 1552, no 24.

7 Cf. Martial, Epigr., 7. 14, v. 10.

8 BAV, ms Reg. Lat. 1552, f° 8, no 25.

9 Ibid., fos 8v°-9, no 27.

10 Hercule trouve les juments de Diomède, attachées par des chaînes de fer à leur abreuvoir, en train de dévorer des cadavres humains, dont le roi les nourrisait.

11 Défait par Hercule, Diomède sera dévoré encore vivant par ses propres chevaux.

12 Traduction de David Amherdt, qui a éclairci plusieurs points obscurs de ce poème.

13 Jean Du Bellay, Poemata, p. 121-122, épigr. 11 & 12; p. 127-135, 144-145, 173-175, odes 1, 2, 4 & 11.

14 BAV, ms Reg. Lat. 1552, fos 9v°-10, no 32.

15 Selon Jamblique, Pythagoræ vita, Rome, V. Luchrinus, 1556, p. 4, les élèves de Pythagore, après trois années de probation, prononcent un serment de silence pour les cinq prochaines années de leur préparation.

16 Horace, Sat., 1.4, v. 138, « compressis labris ».

17 Voir la même image dans Jean Du Bellay, Poemata, élégie 5, v. 108, p. 105 : « Ad Rhenum aurifluo dicit ab usque Tago » ; cf. ode 5, v. 30, p. 149 ; déjà chez Catulle, 29, 19, « aurifer Tagus » ; Ovide, Amores, 1, 15, 34, « auriferi… Tagi » ; Lucain, Pharsalia, 7, 755 : « quidquid Tagus expulit auri ».

18 Contaminatio de Martial, Spect., 3. 10, « tortis crinibus Aethiopes », et de Silius Italicus, Punica, 3, v. 265, sur ceux qui accompagnèrent Hannibal en Italie, « Venere Aethiopes, gens haud incognita Nilo ».

19 D. Amherdt voit dans ce vers une opposition entre medius sol, les pays où le sol est à son zénith, et circumfulus sol, ceux où le soleil est bas à l’horizon, apparemment entouré de l’eau de la mer.

20 Sénèque, Oedipus, v. 48-49 : « denegat fructum Ceres/ adulta » ; Virgile, Géorgiques, I, 7, « alma Ceres ».

21 Traduction de David Amherdt, que je remercie de son aide précieuse.

22 Jean Du Bellay, Poemata, p. 117, epigr. 7.

23 Ibid., p. 111, epigr. 1.

24 Ibid., p. 77-81, élégie 2.

25 Si B. Hauréau, Histoire littéraire du Maine, Paris, Dumoulin, 1872, IV, p. 155, en avait signalé une copie « dans le tome XLVI des Mélanges de Colbert à la Bibliothèque Nationale », on n’en avait pas trouvé la trace.

26 Como, Bibl. Comunale, ms Sup. 2. 2. 42, f° 125, « Ioannis Bellai Cardinalis de Francisco Rege ».

27 Dans R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 205-208 (Études rabelaisiennes, XXIV).

28 Munich, Staatsbibliothek, Cod. Mon. Lat., 10383, fos 340-341 ; BAV, Vat. Lat. 5182, f° 73v°. « Car. Bellai Ode eiusdem manu scripta » [Munich] ; « Ode Paul. III P. M. » [Vat].

29 BnF, fr. 2870, f° 118r°; BAV, Vat. Lat. 5182, f° 76v°; Harvard, ms Typ. 531, f° 137v°-38r°.

30 Como, Bibl. Comunale, ms Sup. 2. 2. 42, f° 151.

31 BnF, fr. 2870, f° 118r°; BAV. Vat. Lat., 5182, f° 75.

32 Voir R. Cooper, « Le rêve italien des premiers Guises », in Le Mécénat et l’influence des Guises, éd. Y. Bellenger, Paris, Champion, 1997, p. 115-141.

33 Harvard, ms Typ 531, f° 162-163.

34 BnF, fr. 2870, f° 136v° ; extrait dans Hauréau, Histoire littéraire du Maine, IV, p. 153-154.

35 Harvard, ms Typ 531, f° 187v°-188v°.

36 Cf. La Poésie néo-latine de Jean Du Bellay, p. 149, ode 5, v. 41, où le poète utilise le même nom latin.

37 Harvard, ms Typ 531, f° 188v°-190.

38 Harvard, ms Typ 531, f° 184v°-187.

39 BnF, lat. 8138, f° 1r°: « Io. Bellaius episcopus ostiensis Michaeli Hospitali hospiti dulcissimo atque amico singulari ».

40 L. Petris, La Plume et la Tribune : Michel de L’Hospital et ses discours (1559-1562), Genève, Droz, 2002.

41 M. de L’Hospital, Œuvres complètes, éd. P.J.S. Dufey, Paris, A. Boulland, 1824-1825, 6 vol. , t. III, p. 7, 53, 60, 86, 95, 135, 257, 272.

42 L’Hospital, Œuvres, t. III, p. 7-9, épître I, 1, dans Michel de L’Hospital, Carmina. Livre I, éd. P. Galand et L. Petris, Genève, Droz, 2014, p. 38-62.

43 Ibid., t. III, p. 60-66, épître I, 10, dans ibid., p. 239-259.

44 C’est la villa dans les Thermes de Dioclétien.

45 Elle lui a donné des terres dans les Paludes Pontines.

46 Traduction de ma collègue Geneviève Demerson ; à paraître dans Michel de L’Hospital, Carmina. Livre I, éd. P. Galand et L. Petris, Genève, Droz, p. 352-355.

47 Traduction de Geneviève Demerson. Il convient de corriger le hiulco du texte.

48 Traduction de Geneviève Demerson.

Auteur

Brasenose College, Oxford

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search