Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

III. L’homme de lettres

Jean Du Bellay, cardinal-poète, entre tendresse et oracle dans les Poemata de 1546

Perrine Galand

Texte intégral

  • 1 Sur Macrin, voir G. Soubeille, introduction à Jean Salmon Macrin, Epithalames & Odes, éd. G. Soube (...)
  • 2 Voir aussi G. Demerson, « La poésie néo-latine du cardinal Du Bellay », Renaissance-Classicisme du (...)
  • 3 R. Cooper, « Les poésies de jeunesse de Jean Du Bellay », Poétique et narration. Mélanges Guy Deme (...)
  • 4 Jean Du Bellay, Poemata, p. 45 et notes.
  • 5 P. Galand-Hallyn, « Michel de L’Hospital à l’école de Jean Salmon Macrin dans les Carmina », Bibli (...)

1Les poemata du cardinal du bellay ont été publiés – à son insu, prétend son éditeur – à Paris en 1546 chez Robert Estienne, imprimeur du roi, par les soins du grand poète Jean Salmon Macrin1, à la suite de trois livres de ses propres odes. Les Poemata, dont nous devons l’édition moderne, traduite et annotée, à Geneviève Demerson (avec la collaboration de Richard Cooper, en 2006, à la STFM2), sont intéressants à plusieurs titres : premièrement, il s’agit des seules compositions de Jean Du Bellay qui furent jamais publiées (à l’exception d’une longue ode saphique éditée par Rabelais après sa Sciomachie, en 1549), bien que le prélat, nous le savons, n’ait jamais cessé de composer en latin tout au long de sa vie (Richard Cooper a étudié ses œuvres de jeunesse3 et travaille toujours à récolter les pièces postérieures aux Poemata) ; en second lieu, la mise en scène paratextuelle soignée, qui implique un poète professionnel célèbre, Macrin, et un parlementaire en pleine ascension, Michel de L’Hospital, futur chancelier de France et poète fécond, vise à présenter le recueil comme un modèle à suivre par les jeunes érudits et écrivains du temps ; cette présentation ne relève pas seulement de la rhétorique épidictique, elle va légitimer en effet, dans la seconde moitié du siècle, une poursuite active de la création poétique en néolatin par des auteurs non professionnels, souvent liés au milieu des juristes et des serviteurs de l’État ; enfin, les trois livres des Poemata (6 élégies, 17 épigrammes et 21 odes), si on les replace dans leur contexte italien et français, offrent une écriture très personnelle et particulière, souvent difficile et déroutante, comme le souligne fréquemment Geneviève Demerson4. Dans l’espace nécessairement limité de cette communication, je me bornerai à commenter la mise en scène des Poemata par Macrin et L’Hospital (j’ai étudié ailleurs l’importance de l’édition de 1546 pour la carrière poétique de ce dernier5), avant de confronter les choix de Jean Du Bellay, en matière d’inventio et d’èthos, avec ceux de ses deux amis.

LA MISE EN SCÈNE DES POEMATA

2Les Poemata de Jean Du Bellay sont encadrés par deux épîtres en latin. Dans la première (en prose), Macrin dédie les œuvres du cardinal à l’Erasmien Pierre Du Châtel, évêque de Mâcon, lecteur et bibliothécaire du roi, et il explique les motifs de sa démarche d’éditeur et la réception qu’il en attend. La seconde, adressée à Jean lui-même, est composée en vers par Michel de L’Hospital. Comme ce dernier indique – à tort – que Macrin a classé chronologiquement les pièces du recueil, G. Demerson suppose que l’épître a été rajoutée in extremis en fin de volume et non comme liminaire initial, sans même que L’Hospital ait pu voir l’édition définitive. Il est sûr en tout cas que L’Hospital a conçu son poème comme une réponse, un pendant, à l’épître de Macrin, endossant in fabula l’habit du lecteur idéal appelé par le Loudunais. Il raconte en effet comment Macrin, dont il était l’hôte à Loudun en compagnie de son ami Émile Perrot, leur a dévoilé sa récolte des Poemata (le manuscrit préparatoire ?), suscitant en lui vive admiration et enthousiasme contagieux. Nous avons là un bel exemple de stratégie paratextuelle qui ne décevrait pas Gérard Genette.

La tradition de la silve

  • 6 P. Galand-Hallyn, « Quelques coïncidences (paradoxales ?) entre l’Epître aux Pisons d’Horace et la (...)
  • 7 P. Galand-Hallyn et F. Hallyn, « “Recueillir des brouillars” : éthique de la silve et poétique du (...)

3La préface de Macrin nous indique, par l’usage de certains lieux communs, que le recueil du cardinal fonctionne comme la plupart des collections de poésies de circonstances depuis le Quattrocento (que j’ai qualifiées de « silves » en raison de leur proximité avec l’œuvre de Stace et de ses suiveurs dans l’Antiquité tardive6) et relève d’un genre remis au goût du jour par Politien et la vague de ses imitateurs à travers l’Europe. Macrin apprend au lecteur qu’il a rassemblé des poèmes épars offerts par le cardinal (dans les années quarante surtout) à divers amis, qu’il les a fait contrôler par des hommes clari et doctissimi et que, fort de leur approbation et même incité par ces auctores anonymes, il a décidé, puisque les textes circulaient déjà, de les publier, sans toutefois oser en avertir le prélat. On reconnaît les topoi préfaciels de ce genre d’ouvrages depuis Stace, supposant une création en deux temps, que j’ai étudiée ailleurs7 : une première phase, spontanée, liée à la circonstance et aux affects intenses (pathos), qui garantit aux textes une fécondité et un élan propres à une improvisation érudite, voire à une inspiration plus ou moins divine ; une seconde phase plus maîtrisée, distante dans le temps, associée, comme le veut Horace, au labor de la relecture et du perfectionnement, accomplis par l’auteur lui-même ou comme ici par un éditeur distinct. Ingenium et ars y trouvent réciproquement leur compte, de manière à disculper la poésie de circonstances des accusations de négligence ou de superficialité, voire d’exhibitionnisme incontrôlé, qui reviennent régulièrement sous la plume des théoriciens.

La défense de l’activité poétique chez les Grands

  • 8 Sur le rôle de Germain de Brie dans la poétique néo-latine française, voir P. Galand-Hallyn, « L’o (...)

4On peut assurément douter de la sincérité de Macrin, quand il affirme avoir publié sans l’assentiment de Jean Du Bellay. Certains éléments de l’épître montrent cependant qu’il s’agissait là vraisemblablement d’une précaution nécessaire : éditer des poèmes personnels, pour un homme d’État doublé ici d’un ecclésiastique, ne semble pas aller encore entièrement de soi, même en un temps où les humanistes français avaient déjà beaucoup accompli, où le roi lui-même composait des vers (en langue vernaculaire). Un autre grand personnage proche d’Érasme avait déjà publié, pourtant, dès les années vingt, plusieurs plaquettes de qualité, qui devaient lancer en France la mode (répandue de longue date en Italie) des recueils de circonstances : Germain de Brie, chanoine de Notre-Dame et aumônier du Roi8. Mais les poètes néolatins de la première moitié du XVIe siècle, Bourbon, Dolet, Visagier, Ducher, et bien sûr, celui qu’ils reconnaissaient comme le plus grand, Macrin, étaient pour l’essentiel des professionnels de l’humanisme et de la plume, au service de mécènes ou du Roi lui-même, tout comme Marot ou Mellin de Saint-Gelais. Malgré le modèle italien, où princes et hommes d’État, comme Laurent de Médicis à Florence ou Giovanni Pontano à Naples, avaient à cœur d’affirmer leur inspiration de poète et d’en tirer avantage dans leurs fonctions publiques, Macrin se montre désireux ici de dédoubler ostensiblement le rôle de l’auteur (Du Bellay) et de l’éditeur (lui-même). Il juge bon de recourir aussi aux arguments que l’on trouvait dans le Pro Archia de Cicéron, ou dans le De otio ou le De tranquillitate de Sénèque, et que Pétrarque et le Quattrocento avaient largement diffusés. Il place ainsi la défense de la pratique poétique chez les Grands dans la bouche de ses auctores anonymes, illustres et savants, déjà mentionnés : ceux-ci s’appuient eux-mêmes sur l’auctoritas plus spécifique de collègues italiens fameux de Jean Du Bellay, les cardinaux Adrien, Bembo et Sadolet, auteurs, quoique « virgilianisants », de « silves » du même ordre : eidem ipsi cardinales lusissent – ici le verbe ludere, repris plus loin par l’expression Bellaianos lusus, est d’abord, comme on sait, un terme technique appliqué aux genres jugés mineurs dans la tradition latine, élégie, épigramme, églogue ; or ces écrits, que L’Hospital, dans son épître liminaire, qualifiera à son tour de levia, mais par opposition aux lourdes fonctions du cardinal, ne sauraient nuire à la « dignité » : ne dignitati officerent, de Jean, amplissimus et nobilissimus vir, pas plus qu’ils n’ont nui à l’« illustration », claritudini, des cardinaux italiens ; au contraire, précisent les conseillers de Macrin, ils ont même contribué à augmenter leur crédit en ce pays de grande culture, dont l’ouverture d’esprit se trouve implicitement opposée ici aux préjugés français : ut magnam eo nomine a studiosis omnibus illi gratiam inierint. Macrin escompte de même pour Du Bellay, avec cette publication, une gloire aux facettes variées – qui fera de lui, notons-le au passage, son débiteur.

Les qualités du poète cardinal

5En premier lieu, Salmon attribue trois qualités majeures aux « jeux bellayens » : l’elegantia (depuis Valla, la correction et l’élégance de la langue ; la louange revient deux fois à la fin de l’épître : tam elegantis poematis et tam tersa, tam elegantia), la sublimitas (l’élévation du sujet et du style : depuis les Alexandrins et le pseudo-Longin, ainsi que Stace, on sait que la petitesse peut garantir le sublime) et la gravitas (le sérieux du propos, conforme à la dignité sociale et spirituelle de Jean, que souligne aussi L’Hospital : ista gravitate viro). Du Bellay, sachant réconcilier genre « humble » et profondeur du contenu, est ainsi présenté avec précision comme un héritier de la tradition alexandrine qui domine la poésie humaniste depuis le Quattrocento, et contamine même l’art poétique, pourtant « virgilianisant » en apparence, de Girolamo Vida (réédité à Paris en 1527 par Macrin lui-même) : le cardinal-poète maîtrise la culture et la langue latines ; il est également capable, par la vision qu’il donne du monde, de susciter une émotion de bon aloi. Il mérite ainsi le titre de vates cultissimus doctissimusque. Le publier devient donc un devoir, ne pas le publier une faute : indignissimum nec omnino ferendum.

Fonction pédagogique de la publication

  • 9 Jean Du Bellay, Poemata, p. 241, n. 16, rappelle la création du Collège Royal en 1534 et de la cha (...)

6L’œuvre poétique de Jean constitue en effet un exemplum pédagogique qui devrait être contagieux. Macrin, qui fut à ses débuts enseignant à l’occasion lui-même, en collaboration avec l’humaniste Nicolas Bérauld, se montre, là encore, précis : la jeunesse parisienne, passionnée de rhétorique9, se détourne par trop de la poétique, pourtant fréquemment associée comme un art jumeau à l’art oratoire par les humanistes et même parfois considérée, en raison de la séduction de ses rythmes, comme une forme supérieure d’éloquence. C’est en vers justement que Michel de L’Hospital, admiré pour ses discours, choisira finalement d’écrire ses mémoires. La notoriété même, son èthos extérieur diraient les rhéteurs, de Du Bellay, issu d’une noble famille et cardinal admiré de la jeunesse parisienne, fera de ses Poemata un modèle à imiter. La remarque est intéressante. L’activité poétique est ainsi présentée non plus comme un passe-temps mais bien comme un devoir d’éducation morale et aussi culturelle dont les grands sont dépositaires, au même titre ou plus encore, compte tenu de leur aura, que les poètes professionnels.

Le plaisir

7Macrin mentionne enfin le plaisir que retirera le lecteur de la suavitas du cardinal. Il use d’une métaphore plaisante, tirée du registre culinaire, pour expliquer la position des Poemata dans l’édition. Il les a placés, avoue-t-il, à dessein après – et non avant – ses propres odes, qu’il compare aux mauvaises herbes évoquées par Virgile (Géorg., I, 152-154), les chardons et les bardanes, afin de ne pas décourager ses propres lecteurs ; après ce repas grossier, les poèmes du cardinal, au contraire, apparaîtront pareils aux délicieuses laitues qui constituaient, selon Martial (Xenia, 13, 14), pour les Romains de la République, un dessert raffiné. La fausse modestie de Macrin est évidente, bien sûr. Le Loudunais réalise parfaitement que la publication de 1546 constitue en réalité un échange de bons procédés, qui lui permet de « patroner » son patron sur le terrain poétique, où il règne alors en maître incontesté et, en particulier, en virtuose de l’ode horatienne.

Lector in fabula

8Dans la seconde épître liminaire, Michel de L’Hospital entre dans le jeu sans difficulté ; malgré son âge – il n’a que sept ans de moins que le cardinal – il endosse la persona du jeune initié, dont l’exemplum bellayen va susciter la vocation poétique, comme le rêve Macrin dans la dédicace. Tout d’abord, il récrit, en échangeant les rôles, le prétendu dialogue entre Macrin et ses auctoritates à propos de l’utilité de l’otium poétique pour les grands de ce monde ; il se peint en naïf présomptueux, enclin, pour commencer, à reprendre à son compte les moqueries et les jugements hâtifs des ignorants à cet égard (subrisi), puis détrompé par un Macrin qui résume l’apologétique cicéronienne ou sénéquienne : selon le mos maiorum, la poésie est une recreatio indispensable au negotium.

  • 10 Nicolas Bérauld. Praelectio et commentaire à la Silve Rusticus d’Ange Politien [1513], édition, tr (...)

9La plaisante scène qui suit, où se trouvent révélés le génie du cardinal et en même temps l’importance insoupçonnée de son activité poétique, rappelle le motif néoplatonicien (tiré du Ion) de la chaîne aimantée de l’inspiration, qui avait été vulgarisé et rationalisé en France au moins depuis le commentaire de Bérauld à la silve Rusticus de Politien en 151310. L’enthousiasme poétique, le furor divinus rationalisé, y apparaît comme une contagion irrésistible liée à la lecture ; la perfection technique de l’opuscule de Du Bellay, varium, florens et suave poema (l’accent est mis sur la variété et la musicalité), suscite cette admiratio, dont Pontano, dans l’Actius, faisait la pierre de touche de l’art poétique ; bien vite, Macrin, le passeur du texte, qui pourtant le connaissait déjà, puis Michel et son ami Émile sont emportés dans une sorte de transe : attoniti, stupuit, ou une perte de conscience : miratur tanquam sibi cognita primum, une extase quasi religieuse : suspicimus, faciemque in caelum tollimus, tandis que le scénario de l’enthousiasme se trouve gentiment parodié, ainsi que sa fécondité immédiate : L’Hospital, dès le trajet du retour, toujours en proie à ce furor aimable que génèrent la reconnaissance et l’admiration (qualités dont la valeur éthique, bien illustrée par Macrin qui ignore la jalousie, se trouve soulignée au passage), aurait improvisé – à cheval, comme les humanistes en avaient l’habitude – son épître épidictique. Cette mise en abyme, mi-humoristique, mi-sérieuse, justifie donc la pratique poétique du cardinal ainsi que le projet éditorial de Macrin, mais légitime du même coup les ambitions littéraires – et sociales – de L’Hospital, qui se place sous leur double caution.

10La mise en scène paratextuelle du recueil de 1546, pour souriante qu’elle soit, présente donc la publication des Poemata du cardinal comme un enjeu d’importance : il ne s’agit plus seulement pour un poète professionnel comme Macrin d’user de la fonction traditionnelle du contredon poétique, en promettant aux Grands qu’il loue, en échange de leur protection, un renom éternel ; au-delà des hyperboles de l’épidictique, Macrin ouvre ici bel et bien les portes du territoire poétique à Jean Du Bellay et l’admet au nombre de ses pairs ; il reconnaît que, chez les hauts dignitaires aussi, la poésie peut être davantage qu’un simple passetemps, qu’elle peut être pratiquée avec un talent et un art consommés, que la gravitas de l’homme d’État qui crée ajoute même une puissance, un relief tout particuliers à son œuvre. Une alliance est désormais conclue, tandis que va s’épanouir en France, autour de Jean Du Bellay et surtout de Michel de L’Hospital, dont l’œuvre amplifiera largement la réflexion du paratexte de 1546, la nouvelle cohorte des poètes-parlementaires ou officiers royaux.

LA MANIÈRE POÉTIQUE DE DU BELLAY, ENTRE TENDRESSE ET ORACLE

11La poésie du cardinal est trop riche et trop complexe pour être approchée de manière détaillée dans un seul exposé. J’aimerai en dessiner quelques grandes lignes, que j’illustrerai par un seul exemple thématique, les pièces consacrées à Jeanne d’Albret (Élégie 5, Épigramme 5, Ode 9, Ode 15, Ode 17, Ode 20). Je m’attacherai à suivre la manière dont Du Bellay a cherché sa voie entre une affectivité travestie ou distanciée, et une tonalité solennelle que l’on pourrait qualifier d’oraculaire, qui anticipe un peu la manière de Jean Dorat.

Du Bellay et les poètes contemporains

  • 11 Voir P. Galand-Hallyn, « L’ode latine comme genre “tempéré” : le lyrisme familial de Macrin dans l (...)
  • 12 Jean Du Bellay, Poemata, p. 48-50.
  • 13 Lorsqu’il publie une ode latine à la suite de l’édition princeps des Quatre premiers livres des Od (...)

12Nous avons vu que Du Bellay publie sous le patronage de Macrin, qui avait su créer sa veine poétique personnelle, assez différente de celle de ses modèles italiens. Le Loudunais, en effet, s’était vite affirmé comme l’« Horace français » ; ce surnom flatteur lui avait été donné par ses contemporains en raison de la métrique virtuose (il privilégie les mètres lyriques horatiens) et de l’èthos bonhomme qu’il avait adoptés ; il combinait (à la différence du poète latin) le genre traditionnellement élevé de l’ode et une thématique plutôt modeste et affective, parfois prosaïque, centrée sur la famille, les amis, la foi catholique et une épidictique parénétique11. Un tel registre, toutefois, ne pouvait entièrement convenir au cardinal, grand personnage investi de hautes responsabilités politiques, même si ses écrits laissent souvent affleurer une affectivité réelle. L’écriture de Michel de L’Hospital qui, occupant dans la hiérarchie sociale une place intermédiaire entre le poète professionnel et le prélat, avait choisi pour lui-même la persona de l’Horace des épîtres, usant du même coup d’un vers plus aisé, l’hexamètre, et dispensant ses vues morales à ses dédicataires, ne ressemble pas vraiment non plus à celle de Jean Du Bellay. Le cardinal use assurément du distique élégiaque, plus facile, dans ses élégies (6 pièces) et ses épigrammes (17 pièces), mais, comme Macrin, il ne recule pas devant l’usage des odes horatiennes (19 pièces), des distiques éoliens (3 pièces) ou des hendécasyllabes phaléciens (plus catulliens, 3 pièces12). Même s’il recourt, comme le Loudunais ou L’Hospital, aux « petits » genres poétiques pour chanter son univers à lui, tout empreint des affaires de la cour et de son dévouement pour le roi, il ne peut se contenter de l’èthos modeste du sage horatien. Les poèmes de Jean, qui précèdent pourtant l’avènement de la Pléiade, relèvent déjà d’un lyrisme plus élevé, plus orné, moins religieux et aussi plus obscur que la veine de ses amis. Par certains côtés, comme on le verra, ils s’apparentent à ce que sera l’inspiration de Dorat, du moins à ce que nous en avons gardé à partir de 155013. Du Bellay en effet, semble chercher non sans difficulté un équilibre entre le besoin d’épancher des sentiments intimes et le désir de préserver à la fois la dignité de son statut et son image de serviteur inconditionnel du roi. Contrairement à Macrin et à L’Hospital, il se défie de la confidence privée, même maîtrisée et métamorphosée en exemplum moral, et se construit une poétique du biais parfois curieuse, entre intensité affective et travestissement rhétorique, poussée parfois jusqu’à l’énoncé oraculaire, comme le montre l’exemple des poèmes liés à l’affaire du mariage de Jeanne d’Albret.

Le rôle de Du Bellay dans le premier mariage de Jeanne d’Albret, d’après sa correspondance

  • 14 Sur le premier mariage de Jeanne, voir A. de Ruble, Le Mariage de Jeanne d’Albret, Paris, Labitte, (...)

13Jeanne d’Albret (1528-1572), fille de Marguerite d’Angoulême (la sœur du roi François Ier) et du roi de Navarre Henri II d’Albret, avait été élevée à la cour de son oncle qui la tenait en très grande affection14. Le roi décida, en 1540, de la marier avec le jeune duc Guillaume de Clèves (1516-1592), également duc de Gueldre, qui, repoussé par Charles Quint, offrait son alliance à la France. Jeanne, âgée de douze ans à peine, se révolta violemment contre la perspective de ce départ vers le Nord, menaçant même de se suicider, mais la raison d’État l’emporta et elle fut mariée de force, malgré les réticences de son père, le 14 juin 1541. En raison de son jeune âge, le mariage ne fut pas consommé et la jeune femme resta en France. Dès la fin de 1541, toutefois son mari la réclamait. Son retour fut différé longtemps, mais en mai 1543, Jeanne dut partir vers l’Est avec la Cour, tandis que Clèves guerroyait contre l’empereur. La victoire de Charles-Quint sur Guillaume de Clèves, et la complète capitulation de ce dernier, en septembre 1543 (traité de Venloo), incita François Ier à faire rompre finalement le mariage, qui fut annulé en 1546.

  • 15 Lettres 611-617, dans CCJDB, t. III, p. 218-224.

14Jean Du Bellay fut appelé par le roi à jouer un rôle dans cette affaire. Nous disposons de quelques lettres des mois de juillet et août 154315, qui montrent que Du Bellay avait été chargé par François Ier d’accompagner Jeanne de Saint-Laurent-des-Eaux (près de Blois) à Coucy-le-Château (près de Soissons) et de veiller à sa docilité. La lecture en contrepoint de ces épîtres et des poèmes est instructive et permet de mesurer jusqu’à un certain point les modulations rhétoriques du poète. Ce groupe de lettres comprend deux épîtres du cardinal au roi (611, 617), quatre épîtres du cardinal François de Tournon à Du Bellay, qui surveille son avancée et le tient au courant de la situation militaire (612, 613, 615, 616), une lettre de Hermann Cruser, ambassadeur du duc de Clèves, à Du Bellay (614). Le cardinal y apparaît entièrement dévoué au roi et désireux de hâter le voyage de Jeanne, qui prétextait sans cesse sa mauvaise santé pour différer son départ vers son époux ; nulle part il ne semble prendre en compte les sentiments de la toute jeune femme, mais l’on sent aussi qu’il tient à présenter son comportement sous un jour favorable à François Ier. En juillet 1543, depuis Saint-Laurent-des-Eaux, il écrit ainsi :

  • 16 Lettre 611, du [10] juillet 1543, CCJDB, t. III, p. 218-219.

Sire, pour vous mectre hors de la paine ou je crainctz que soyez, il m’a semblé vous debvoir advertir que j’ay ce soir rencontré en ce lieu madame la princesse qui est, a mon advis, pour povoir estre en huyct jours a Sainct-Germain-en-Laye. Je luy ai dictque vous, Sire, craignant que l’indisposition de sa personne retardastson partement […], m’aviez mandé venir en diligence la visiter de vostre part et la servir, secourir et ayder de tout ce que verroye luy estre besoing […] ; chose qu’elle a receue a grant honneur avec le visaige et parolle qui appartenoyt a visitation procedente de vous, comme pourrez juger par la lectre qu’elle vous en escript.16

15Du Bellay affirme encore sa volonté de servir le roy en tout point, soulignant cependant le caractère périlleux de cette mission psycho-diplomatique. Il fera ainsi pression sur la gouvernante de Jeanne, Aymée de La Fayette, baillive de Caen :

  • 17 Ibid.

Bien bailleray-je a part a la baillyve de Caen la sienne [la lettre du roi] pour avoir d’autant meilleur moyen d’entrer en propoz avec elle. Lesquelz propoz, tant en cest endroy la que tous aultres, je conformeray a vostre intention pour y servir de tout ce que je pourray. M’asseurant, Sire, que prendrez de bonne part ce que j’en feray car si je faiz erreur ce sera par faulte de jugement et non de voulenté.17

16Plus tard (en août), lorsque Jeanne est chez lui, à Saint-Maur, il souligne à nouveau sa docilité et celle de Madame de La Fayette, détournant des deux femmes l’ire toujours à craindre du roi, et attestant du même coup la réussite de sa mission :

  • 18 Lettre 617, CCJDB, t. III, p. 224.

Sire, ayant aujourd’huy madame vostre niepce receu vostre lectre, elle a incontinent commencé a dresser son partement de ce lieu pour se rendre a Coucy ou je la accompagneray, ainsi qu’il vous plaist me commander. Madame la baillyve de Caen vaque diligemment a ce qui est necessaire pour le dict partement […].18

17Du Bellay ne dissimule pas, dans sa première lettre au roi, qu’il lui arrive de mentir pour des raisons psychologiques. Ainsi, trouvant Jeanne « en meilleure disposition de sa personne qu’elle n’a par cy-devant esté […] », il précise :

  • 19 Lettre 611, CCJDB, t. III, p. 219.

Je ne luy ai, Sire, jusques icy presenté sa lectre [celle du roi], m’excusant suz ung de mes gens qui estoyt encores derriere […] Je n’ay voulu a nul donner matiere de dire ou penser que une craincte procedant de la reverence que ladicte dame vous porte eust en sa dicte personne alteré ce qui y estoyt tant bien. Selon ce que je verray cy après qu’il sera bon ou mauvais, ladicte lectre demourera ou perdue ou recouverte.19

18Du côté du duc de Clèves on semble avoir eu bien conscience des efforts déployés par Du Bellay pour servir la cause du mariage voulu par le roi. L’ambassadeur Hermann Cruser le félicite ainsi :

  • 20 Lettre 614, CCJDB, t. III, p. 221-222.

Monseigneur, j’ay entendu par certains hommes de bien le bon office que vous faicte entour de madame la princesse et la paine que prenez pour mitiger le cueur et affections d’aucunes, de quoy, Monseigneur, je vous remercye très humblement de la part de monseigneur mon maistre. Je luy ay mandé que le Roy vous a prié d’accompagner ladicte dame et le plaisir que vous luy faictes en cest endroit la.20

19L’on voit que, contrairement à Macrin ou même à L’Hospital, Du Bellay ne pouvait dissocier aisément son rôle public de sa persona privée. Entièrement soumis au roi, par crainte et par affection, contrôlé de toutes parts, par le cardinal de Tournon ou les hommes de Clèves, le cardinal doit à son tour manipuler l’entourage de Jeanne et la princesse elle-même. Cette situation va naturellement rejaillir sur ses écrits poétiques, d’autant plus qu’ils sont publiés.

Le mariage de Jeanne d’après les Poemata

20Plusieurs pièces des Poemata se font l’écho de cette aventure matrimoniale et dessinent subtilement les relations qui unissaient le cardinal à Jeanne d’Albret. Certains textes attestent de l’estime et de l’affection que Jean Du Bellay éprouvait pour la jeune femme : l’épigramme 5 et l’ode 9 évoquent un séjour de Jeanne à Saint-Maur, chez Du Bellay ; dans l’ode 15, le cardinal, victime d’un calomniateur, dit sa confiance dans le soutien de la princesse. Trois autres pièces, assez ambiguës, traitent de la détresse que causa son mariage à Jeanne : l’ode 17, adressée à Nicolas Bourbon, le précepteur de la princesse, cherche des remèdes à la dépression de la jeune femme ; l’élégie 5 date probablement de 1543 et offre un parallèle intéressant aux lettres évoquées plus haut, car Du Bellay tente d’y convaincre Jeanne de partir rejoindre son époux en Allemagne ; enfin dans l’ode 20, ludique et assez étrange, le cardinal, battu aux échecs par la princesse, la menace de ne rien faire pour la défendre, si son époux venait secrètement se glisser dans son lit.

Peintures intimistes déléguées ou décalées

  • 21 CCJDB, t. III, p. 315, n. 3.
  • 22 Voir P. Galand, « Les mythes intimes de Jean Salmon Macrin », dans La mythologie classique dans la (...)
  • 23 Lorsque Michel de L’Hospital, dans plusieurs Carmina, exhortera le cardinal à oublier les sirènes (...)
  • 24 Soit pour son mariage en 1541, soit pour rejoindre son époux en 1543 (Jean Du Bellay, Poemata, p.  (...)

21Dans la sphère semi-privée de sa poésie, Du Bellay n’a pas renoncé à l’expression de ses sentiments ; il tente, à plusieurs reprises, de dire sa tendresse pour Jeanne, de peindre un univers familier, mais il ne s’y résout qu’à travers le filtre de la mythologie ou une prise de distance énonciative. Dans les poèmes sur Jeanne, on ne trouve qu’une allusion directe (encore est-elle voilée) à la compassion du cardinal pour la jeune femme en ce qui concerne son mariage. Dans l’ode 15, en effet, où Du Bellay affirme à la princesse qu’il n’a jamais douté de son soutien lorsqu’il a été calomnié auprès du roi (sans doute par le cardinal de Tournon21), il lui rappelle que jadis lui-même n’avait pas pris à la légère ses propres ennuis : Quem tua haud olim leuiter tulisse / Taedia nosses (v. 55-56). Le plus souvent cependant, le poète recourt au thème du paysage allégorique, en général les nymphes ou les entités liées à son domaine de Saint-Maur, pour créer des métonymes de ses états d’âme. Il s’agit là d’un procédé largement développé par Macrin, notamment, après Stace22, toutefois le Loudunais n’use pas de ses divinités familières pour déguiser sa parole, mais plutôt pour la redoubler. Du Bellay, lui, délègue ses émotions aux nymphes de ses jardins23. Dans l’épigramme 5, les Nymphes (les statues ornant les bassins ?) de Saint-Maur dont les joues étaient sèches tant que Jeanne était présente, ruissellent de larmes quand la princesse s’en va24. Dans l’ode 15 mentionnée à l’instant, il peint les mêmes Nymphes muettes de tristesse, par la faute de son calomniateur, tout comme elles avaient été frappées de mutisme au moment du départ de Jeanne pour la « Germanie », en été 1543 :

  • 25 « Comme [le chœur des Nymphes] a paru jadis abattu, quand/ Tu es partie, ô vierge, en un temps où (...)

Vt tuo visus [sc. Nympharum chorus] iacuisse quondam,
Virgo, discessu, premeret tuos quum
Sors uaga gressus,
Luce cum nolens fruerere pulchra, et
Atropon cunctis precibus vocares,
Nuptias duri fugiens vel ipsa
Morte Guielmi :
Me modo, et consanguineum, parentem
Et modo, aut siquid potius parente
Diceres, singultibus et saliret
Nobile pectus.25

  • 26 D’après l’Espagnol Descurra (AN, K. 1492, no 14), qui adressa à Charles Quint un mémoire détaillé (...)

22La fiction mythologique (et le temps écoulé) permettent de dévoiler ici ce que les lettres ne pouvaient dire : la compassion exprimée par le cardinal à la jeune fille, dont nous savons en effet par ailleurs qu’elle était désespérée au point de parler de suicide et se sentait tout à fait abandonnée par ses propres parents26.

  • 27 C’est ce que suppose G. Demerson, dans Jean Du Bellay, Poemata, p. 262, n. 1.
  • 28 Ibid., n. 4.
  • 29 Voir P. Galand, « Le “jour en trop” de Jean Salmon Macrin (l’ode liminaire des Naeniae de 1550 : g (...)

23Dans l’élégie 5, contemporaine des épîtres et peut-être adressée à Jeanne en réponse à un poème de plainte27, Du Bellay délègue encore plus largement la parole aux Nymphes de Saint-Maur, qu’il charge de déployer divers compliments destinés à consoler la rebelle qui a dû partir pour l’Allemagne. Le poème commence cependant par un indicatif futur qui est aussi une injonction : Ibis, « tu iras ! » ; mais dans le discours qui suit (et occupe une petite moitié du poème, v. 1-72), les divinités comparent d’abord longuement Jeanne à Minerve, pour sa beauté et son savoir, suggérant non sans un humour assez lourd que du moins elle apparaîtra telle au milieu des Germains (v. 1-428) ; elles lui rappellent l’admiration qu’elle a suscitée chez les Muses (dont les statues ornent l’entrée du château) comme chez le fleuve Marne, qui émergeait de son cours pour la contempler (v. 5-10). Bien vite, les divinités peignent le chagrin qu’elles éprouvent à l’idée de ne plus voir la jeune fille, tout en cherchant à la consoler, sur la foi d’un énigmatique messager, par l’espoir que son absence ne saurait durer longtemps. Elles associent au leur le chagrin du cardinal, désigné seulement par le terme « hospes » (v. 49), et dévoilent ses pensées intimes : Dumque hospes, quibus ipse egeat, solatia promit, / Etsi vana, tamen qualiacunque potest (v. 49-50). Puis elles répètent les paroles d’adieu de Jeanne, qui disait son incapacité à vivre loin de sa famille et loin de Du Bellay, qualifié à nouveau de second père (qui sis hic mihi iure parens, v. 58), évoquant son désir de mort (v. 59-60). La foule des dieux statufiés dans le vestibule écoute avec émotion ces plaintes (v. 61-68). Cependant, l’élégie prend alors un tout autre tour. Du Bellay semble suivre ici la méthode habituelle de la consolatio rhétorique héritée des Anciens, qui consiste à laisser d’abord libre cours à la plainte avant de la combattre avec des arguments rationnels29. La suite du poème (v. 69-166) se déroule au rythme d’une polyphonie de la consolation très compliquée, qui brouille volontairement la lecture du texte, tandis que la voix du poète est cette fois déléguée à de multiples interlocuteurs dont les propos ne sont pas eux-mêmes très clairement délimités ni formulés. Le chœur des divinités de Saint-Maur se trouve soudain rasséréné par l’intervention de Mercure (v. 73-96), qui se fait le porte-parole de François Ier, assimilé à Apollon, et reproche leur peu d’obéissance et de foi à ceux qui se lamentent. Il rappelle les hauts-faits du roi contre l’empereur, la valeur de l’époux de Jeanne. C’est ensuite le tour d’Apollon, le dieu oraculaire dont le narrateur commente les propos en d’obscures circonlocutions (v. 97-120), revenant sur la menace de Charles Quint, sur la valeur de Guillaume de Clèves et sa confiance en François Ier, et comparant la guerre en cours à celle que menaient Énée pour Lavinia, les Grecs pour Hélène. Le discours d’Apollon reprend ensuite au style direct(v. 121-150) et le dieu assure que, si le roi cherche par ses combats à frayer une voie facile à Jeanne vers son époux, cette voie pourrait aussi bien lui permettre de revenir dans son pays, et de se partager entre la France et l’Allemagne. L’élégie s’achève sur une reprise de parole des Nymphes (v. 151-166) qui, apaisées, forment des vœux de bonheur pour le couple tout en suggérant que « Dieu » a peut-être d’autres plans pour la jeune femme (allusion au risque de retournement politique possible de Guillaume). L’on voit bien ici comment le poète se protège non seulement en s’abritant derrière des allégories, mais aussi en usant d’une énonciation démultipliée et allusive, d’une temporalité incertaine, qui déroutent le lecteur. La véritable orientation de sa pensée (s’il en est une) est bien difficile à appréhender.

24On retrouve un procédé semblable, quoique simplifié, dans l’ode 17 à Bourbon, le précepteur de la princesse. Du Bellay s’adresse d’abord (v. 1-28) à l’humaniste pour décrire une Jeanne profondément déprimée, blanche, maigre, en larmes, obsédée par la mort, dégoûtée de Phébus, des Muses et de Minerve. Ce tableau réaliste et pitoyable, ponctué de « quid » exclamatifs, semble traduire une réelle empathie du cardinal, mais bien vite, dans la seconde partie de la pièce (v. 29-64), Du Bellay souffle à Bourbon les arguments d’un discours de consolation en règle : le précepteur devrait rappeler à la jeune fille les devoirs de la pietas familiale, les honneurs futurs qui l’attendent en Allemagne, et surtout la tâche importante qui lui incombera : civiliser la nation inculte des Germains et dompter leurs cœurs !

25L’ode 20 enfin, la plus curieuse, offre également un exemple déconcertant de ces confessions sentimentales détournées par le travestissement mythologique et une certaine obscurité de l’énonciation. Écrite (peut-être improvisée) en hendécasyllabes, le mètre de l’impertinence catullienne, la pièce porte le titre de Ad Ianam Navarram iocus. Le poème s’ouvre sur une scène familière (v. 1-16), tendre et humoristique, aussi gracieusement sophistiquée qu’un poème de Claudien. Du Bellay y représente Jeanne jouant aux échecs, feignant l’ingénuité pour mieux écraser son adversaire, désigné seulement par le terme cliens, sans autre précision. Le public féminin qui l’applaudit lui suggère de demander pour prix de sa victoire parures et colifichets, mais la princesse, qui se distingue par sa maturité et son savoir, réclame, comme les nymphes enchaînant Silène endormi dans la sixième Bucolique de Virgile, un poème : canorae/ Sint palmae ut precium suae Camoenae (v. 15-16). L’intertexte virgilien entraîne alors la composition d’un mythe bucolique aux réminiscences ovidiennes où Du Bellay – le « client » vaincu au jeu comme il avait peut-être été fléchi par la volonté inébranlable de Jeanne, à propos de son mariage – se donne le rôle du Silène et attribue celui de la Naïade à la princesse : il menace de ne pas la protéger si d’aventure son mari venait en France et gagnait furtivement sa couche. Le rôle de Silène était un peu difficile à endosser par le cardinal ; aussi la menace d’un châtiment sexuel, conforme au personnage habituellement grand amateur de nymphes, est-elle ici déléguée au personnage odieux du mari germanique, Guillaume, converti lui-même pour la circonstance en Priape. Le texte s’achève (v. 39-46) sur une comparaison mythologique non dépourvue d’audace :

  • 30 « Mais si, par tes fenêtres béantes, tu aperçois/ Un âne qui parsème de violettes les eaux/ Ce son (...)

Quod si quem patulis vides fenestris
Spargentem violis aquas asellum,
Partis invideat bonis, latentem et
Ruditu retegat suo Guielmum :
(Vt, dum in Lothida, Lampsacene, Nympham,
Sopitam ruis, accidisse fama est)
Silenus patiar senex haberi,
Mactaro hunc nisi mox tibi, Dione.30

  • 31 Plutôt que de Mét., 9, 347, qui ne conte pas l’épisode, ou de Fastes, 321-346, où la même aventure (...)
  • 32 G. Demerson (ibid.) suppose que le poète se souvient de Fastes, 2, 460-474, récit analogue de cons (...)
  • 33 Ovide lui-même qualifie la fable de Lotis de « causa pudenda », Fastes, 1, 392.

26Du Bellay se souvient ici d’Ovide. L’hypotexte du passage provient de Fastes, 1, 415-44031, où la Naïade Lotis endormie, que Priape s’apprête à violer, est éveillée par le braiment de l’âne de Silène ; par la suite, les ânes, en guise de châtiment, furent sacrifiés à Priape. En suggérant ici que l’âne dénonciateur pourrait être sacrifié à Dioné-Vénus, déesse de l’amour, Du Bellay introduit une variante plaisante qui est aussi une provocation adressée à Jeanne32. L’ode reste assez malaisée à interpréter. Au-delà d’une gaillardise inattendue que suppose l’identification de Jeanne à Lotis et de Guillaume à un grossier Priape33, on peut reconnaître une sorte de complicité, presque de private joke, entre le cardinal et sa jeune amie, tandis que le duc de Clèves a perdu la séduction héroïque dont le paraient l’élégie 5 ou l’ode 17. Nous sommes loin du ton révérencieux des lettres adressées à François Ier. Du Bellay s’enhardit, sous couvert du jeu poétique, à transposer une affaire d’État sur le mode de la fable, voire de la farce. Les vers 27-28, vers ambigus qui parodient le carmen 3 de Catulle : Regis deliciae pii Guielmus / Qui te plus oculis amat suis, préludent à la caricature de Guillaume en Priape et frisent l’insolence à l’égard du roi. La relative du vers 28, dont l’antécédent peut être aussi bien Regis que Guielmus, se prête à deux interprétations dont l’ironie se trouve soulignée par l’expression mignarde : 1. le roi qui a uni sa nièce à un grossier personnage ne saurait l’aimer à ce point ; 2. L’amour prétendu de Guillaume, prêt par la suite à violer sa jeune épouse, n’a rien de très délicat.

  • 34 Jean Du Bellay, Poemata, p. 326, n. 13.

27L’ode 20 enchaîne ainsi de façon inattendue une paisible scène de genre, qui décrit les passe-temps intellectuels et inoffensifs de la jeune fille bien douée et de son mentor le cardinal, avec le conte licencieux, non exempt de satire politique, que le vieux poète métamorphosé en Silène inflige, en guise de punition plaisante, à son alumna. L’on peut s’étonner, avec G. Demerson34, de la cruauté du cardinal, à tout le moins de son manque de tact envers Jeanne, qui lui fait désormais traiter sur le mode de la plaisanterie un mariage qui avait suscité chez la jeune femme des idées suicidaires, même si vraisemblablement, au moment de la composition de l’ode, le retournement des alliances se laissait déjà pressentir. Il est difficile ici, pour le lecteur moderne, de discerner l’intention exacte du poète, entre complicité et ironie, entre improvisation ludique et critique politique.

Une écriture oraculaire

  • 35 G. Demerson, Dorat en son temps. Culture classique et présence au monde, Clermont-Ferrand, ADOSA, (...)

28Les procédés employés par Du Bellay pour voiler en partie l’expression de ses sentiments personnels : recours aux allégories et aux divinités païennes, délégation de la parole, polyphonie, complexité structurelle, obscurité référentielle, ironie, concourent aussi, quel que soit le registre adopté dans ses poèmes, à lui construire un èthos quasi oraculaire. Le cardinal s’éloigne ainsi de la sagesse plus humaine de Macrin ou de L’Hospital ; son écriture fait davantage songer, en plus mesuré, à ce que l’on trouvera chez Jean Dorat, dont on a pu observer qu’il cultive la persona du poète-prophète (vates) et son discours parénétique, pratique la divination, l’anagramme prédictive et un style oraculaire35. Dorat affectionne lui aussi une polyphonie, des masques intertextuels, des rôles stéréotypés qui le dégagent de toute implication personnelle trop visible, y compris dans les éloges des Grands. Quoique Du Bellay ne soit pas un poète de profession, Macrin, comme on l’a vu, lui décerne, dans la préface des Poemata, le titre de « vates ». Les poèmes liés à Jeanne le montrent presque toujours dans une position de domination, qu’il s’agisse du thème traité ou de l’énonciation adoptée. Dans l’Ode 15 (assez proche du registre de L’Hospital, mais plus hautaine), où il déplore les attaques d’un calomniateur, le cardinal se dépeint d’emblée comme un chrétien (un stoïcien) exemplaire, détaché du vulgaire ; s’il s’autorise, on l’a vu, un rappel indirect de ses souffrances (en projetant ses sentiments sur les Nymphes de Saint-Maur), il conclut la pièce en évoquant sa libération par le Christ. Dans l’ode 17, chapitrant le maître Bourbon, le poète-rhéteur apparaît capable, comme dans ses épîtres, de manipuler Jeanne par personne interposée. Dans la plupart des poèmes (élégie 5, épigramme 5, ode 9, ode 15), Du Bellay se présente comme un familier des Nymphes, des Muses, des dieux qui peuplent son domaine, partagent ses joies et ses peines, son langage. Dans l’ode 9, qui célèbre une visite de la princesse dans sa demeure, il compare Jeanne à Pallas (Marguerite de France, mère de la jeune fille, avait été elle-même souvent associée à cette déesse) et semble l’intégrer par magie à son univers mythologique, la faisant converser avec les dieux de Saint-Maur. Dans l’élégie 5, le cardinal se fait le porte-parole et l’interprète des prédictions de Mercure et d’Apollon et, dépassant ses propres craintes, élabore en des accents héroïques toute une prophétie en guise de consolation pour Jeanne. Même dans la facétieuse ode 20, Du Bellay s’attribue comme on l’a dit, sur fond de bucolique virgilienne, le rôle de Silène, dont le lecteur n’ignore pas la puissance oraculaire dans l’églogue VI. Le cardinal ne croit sans doute pas autant que Dorat en son propre pouvoir divinatoire, mais, toujours conscient de son statut, il veille, en un langage érudit et souvent énigmatique, à se démarquer du vulgaire, à souligner la hauteur mythique de la sphère où il se meut, à manifester son autorité sur les personnages qu’il met en scène.

29Les Poemata de Jean Du Bellay illustrent bien le défi, mais aussi le profit que représentait la pratique de l’écriture poétique pour un haut personnage du XVIe siècle en France. La mise en scène soignée de l’édition de 1546 trahit toute l’importance de la démarche de publication pour le cardinal, désormais « adoubé » par le plus célèbre poète professionnel de son temps, reconnu par lui comme un pair. Désormais, cette intronisation légitimera les créations poétiques des grands dignitaires de l’État, dans le sillage de Du Bellay et de Michel de L’Hospital. L’examen de quelques échantillons des poèmes du cardinal montre cependant qu’il n’était guère aisé, pour un personnage de si haut rang, de s’adonner à la poésie d’expression personnelle. Dans ses poèmes touchant au premier mariage de Jeanne d’Albret, Du Bellay cherche manifestement à faire passer ce que ses lettres officielles sur le sujet ne pouvaient pas exprimer : sa pitié pour la toute jeune fille sacrifiée à la raison d’État, son inquiétude devant son désespoir, mais aussi sa loyauté inaltérable au roi. Le poète n’y parviendra que par des procédés obliques, déléguant sa voix à diverses divinités, fragmentant et décalant son discours, brouillant le sens par des obscurités volontaires. L’on observe que ce langage filtré, érudit, souvent énigmatique, permet également à Du Bellay de se constituer, au sein d’un environnement mythique, un èthos quasiment oraculaire, qui lui permet de garder la maîtrise du monde qu’il se crée.

Notes

1 Sur Macrin, voir G. Soubeille, introduction à Jean Salmon Macrin, Epithalames & Odes, éd. G. Soubeille, Paris, Champion, 1998, p. 17-20 (= version augmentée et légèrement modifiée de l’éd. antérieure : Le livre des Epithalames (1528-1531), Les odes de 1530 (livres I & II), éd. G. Soubeille, Toulouse, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, Série A, Tome 37, 1978. Jean Salmon Macrin, Hymnes (1537), éd. S. Guillet-Laburthe, Genève, Droz, 2010. Les deux études fondamentales restent celles de I.D. McFarlane, « Jean Salmon Macrin (1490-1557) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 21 (1959), p. 55-84 et 311-349, et 22 (1960), 73-79, ainsi que G. Soubeille, introduction à l’édition citée.

2 Voir aussi G. Demerson, « La poésie néo-latine du cardinal Du Bellay », Renaissance-Classicisme du Maine, Paris, Nizet, 1975, p. 309-328.

3 R. Cooper, « Les poésies de jeunesse de Jean Du Bellay », Poétique et narration. Mélanges Guy Demerson, éd. F. Marotin et J.-P. Saint-Gérand, Genève, Slatkine, 1993, p. 97-111.

4 Jean Du Bellay, Poemata, p. 45 et notes.

5 P. Galand-Hallyn, « Michel de L’Hospital à l’école de Jean Salmon Macrin dans les Carmina », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LXV (2003), no 1, p. 7-50.

6 P. Galand-Hallyn, « Quelques coïncidences (paradoxales ?) entre l’Epître aux Pisons d’Horace et la poétique de la silve (au début du XVIe siècle en France) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LX (1998-3), p. 609-639 et La « silve » : histoire d’une écriture libérée en Europe de l’Antiquité au XVIIIe siècle, études réunies par Perrine Galand et Sylvie Laigneau, Turnhout, Brépols [Latinitates 5], 2012.

7 P. Galand-Hallyn et F. Hallyn, « “Recueillir des brouillars” : éthique de la silve et poétique du manuscrit trouvé », Le poète et son œuvre. De la composition à la publication, Études réunies par J.-E. Girot, Genève, Droz, 2004, p. 9-35.

8 Sur le rôle de Germain de Brie dans la poétique néo-latine française, voir P. Galand-Hallyn, « L’ode latine comme genre “tempéré” : le lyrisme familial de Macrin dans les Hymnes de 1537 », Humanistica Lovaniensia, 50, décembre 2001, p. 221-265.

9 Jean Du Bellay, Poemata, p. 241, n. 16, rappelle la création du Collège Royal en 1534 et de la chaire d’éloquence de Barthélemy Latomus.

10 Nicolas Bérauld. Praelectio et commentaire à la Silve Rusticus d’Ange Politien [1513], édition, traduction et commentaire de P. Galand, avec la collaboration de G.A. Bergère, A. Bouscharain et O. Pedeflous, sous presse à Genève, chez Droz [THR], 2013.

11 Voir P. Galand-Hallyn, « L’ode latine comme genre “tempéré” : le lyrisme familial de Macrin dans les Hymnes de 1537 », Humanistica Lovaniensia, 50, décembre 2001, p. 221-265.

12 Jean Du Bellay, Poemata, p. 48-50.

13 Lorsqu’il publie une ode latine à la suite de l’édition princeps des Quatre premiers livres des Odes de Ronsard, en 1550. Voir P. Galand-Hallyn, « La poétique des Odes de Jean Dorat. L’influence de Jean Salmon Macrin », Actes du colloque Jean Dorat, Limoges, 6-8 juin 2001, sous la dir. de C. de Buzon et de J.-E. Girot, Genève, Droz, 2006, p. 235-265.

14 Sur le premier mariage de Jeanne, voir A. de Ruble, Le Mariage de Jeanne d’Albret, Paris, Labitte, 1877 ; N.L. Roelker, Queen of Navarre, Jeanne d’Albret (1528-1572), Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1968, p. 44-66 ; G.E. Bers, Die Allianz Frankreich-Kleve während des Geldrischen Krieges. Jülich’sche Fehde (1539-1543). Urkunden und Korrespondenzen, Köln, 1969 ; V. Duché, « Jeanne d’Albret, un personnage romanesque ? », Jeanne d’Albret et sa cour, Actes du colloque international de Pau, 17-19 mai 2001, éd. E. Berriot-Salvadore, P. Chareyre et C. Martin-Ulrich, Paris, Champion, 2004, p. 356-358.

15 Lettres 611-617, dans CCJDB, t. III, p. 218-224.

16 Lettre 611, du [10] juillet 1543, CCJDB, t. III, p. 218-219.

17 Ibid.

18 Lettre 617, CCJDB, t. III, p. 224.

19 Lettre 611, CCJDB, t. III, p. 219.

20 Lettre 614, CCJDB, t. III, p. 221-222.

21 CCJDB, t. III, p. 315, n. 3.

22 Voir P. Galand, « Les mythes intimes de Jean Salmon Macrin », dans La mythologie classique dans la littérature néo-latine, en hommage à Geneviève et Guy Demerson, études réunies et présentées par V. Leroux, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2011, p. 315-340 et « Jean Salmon Macrin compatriote de Jules César : pour l’amour de “Iuliodunum” », L’image de la « petite patrie » provinciale chez les écrivains de la Renaissance, éd. S. Laigneau-Fontaine, Actes du colloque organisé à l’Université de Dijon, 15-17 mars 2012, Genève, Droz, 2013, p. 309-318. Pontano, puis Bembo, l’un des auctores qui légitiment l’écriture de Du Bellay comme on l’a vu plus haut, avaient perfectionné également une poésie de la nature intimiste, porte-parole du poète. L’étude des sources néolatines de Jean Du Bellay reste à faire.

23 Lorsque Michel de L’Hospital, dans plusieurs Carmina, exhortera le cardinal à oublier les sirènes italiennes et à revenir en France, il fera également parler, plaisamment, les nymphes de Saint-Maur (par ex. I, 1 ; I, 10 ; I, 14). Voir L’Hospital, Carmina, livre I, éd. P. Galand et L. Petris, Genève, Droz, à paraître en 2013.

24 Soit pour son mariage en 1541, soit pour rejoindre son époux en 1543 (Jean Du Bellay, Poemata, p. 272, n. 1).

25 « Comme [le chœur des Nymphes] a paru jadis abattu, quand/ Tu es partie, ô vierge, en un temps où un sort incertain/ Retenait tes pas, alors que malgré toi tu jouissais de la belle lumière, et/ Que tu appelais Atropos de tous tes vœux,/ Fuyant le mariage avec le cruel/ Guillaume, même dans la mort. » (d’après la trad. de G. Demerson).

26 D’après l’Espagnol Descurra (AN, K. 1492, no 14), qui adressa à Charles Quint un mémoire détaillé sur le mariage de Jeanne d’Albret, la jeune fille, exprimant avec véhémence à François Ier son refus de ce mariage, s’était effectivement écriée : « Je me jetterai dans un puits plutôt que de me marier avec le duc de Clèves » (A. de Ruble, Le mariage…, p. 99). Dans une protestation autographe, conservée aux archives de Pau (E. 573), Jeanne se plaint d’être abandonnée par ses parents : « Je ne sais à quy avoir recours que à Dieu, quand je vois que mes père et mère m’ont délaissée, lesquels sçavent bien ce que leur ai dictet que jamais n’aymeroie le duc de Clèves et n’en veux point » (cité par Ruble, Le mariage…, p. 112-113). La reine Marguerite fit même fouetter sa fille par sa gouvernante.

27 C’est ce que suppose G. Demerson, dans Jean Du Bellay, Poemata, p. 262, n. 1.

28 Ibid., n. 4.

29 Voir P. Galand, « Le “jour en trop” de Jean Salmon Macrin (l’ode liminaire des Naeniae de 1550 : grandeur et plasticité) », Devis d’amitié. Mélanges en l’honneur de Nicole Cazauran, éd. J. Lecointe, C. Magnien, I. Pantin et M.-C. Thomine, Paris, Champion, 2002, p. 525-547.

30 « Mais si, par tes fenêtres béantes, tu aperçois/ Un âne qui parsème de violettes les eaux/ Ce sont des biens déjà acquis qu’il jalouserait, dévoilant/ Par son braiment Guillaume qui se cache/ (comme lorsque sur Lothis, Lampsacien, tu te ruas,/ Alors que la nymphe dormait – la légende veut que ce soit arrivé ainsi –) ;/ Je souffrirai qu’on me prenne pour un vieux Silène, à moins que je ne te l’immole bientôt, Dioné » (d’après la trad. de G. Demerson).

31 Plutôt que de Mét., 9, 347, qui ne conte pas l’épisode, ou de Fastes, 321-346, où la même aventure s’applique à Vesta, non à Lotis (réf. données par G. Demerson, dans Jean Du Bellay, Poemata, p. 326, n. 18). Je n’ai pas non plus identifié l’allusion à l’âne qui répand des violettes sur les eaux.

32 G. Demerson (ibid.) suppose que le poète se souvient de Fastes, 2, 460-474, récit analogue de consécration d’un animal à un dieu, où Dioné (Vénus), fuyant Typhon avec Cupidon dans les bras se jeta à l’eau et fut sauvée par deux poissons jumeaux qui, en remerciement, furent métamorphosés en signes du zodiaque.

33 Ovide lui-même qualifie la fable de Lotis de « causa pudenda », Fastes, 1, 392.

34 Jean Du Bellay, Poemata, p. 326, n. 13.

35 G. Demerson, Dorat en son temps. Culture classique et présence au monde, Clermont-Ferrand, ADOSA, 1983, chap. IV, et P. Galand-Hallyn, « La poétique des Odes de Jean Dorat… ».

Auteur

École pratique des hautes études

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search