Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

III. L’homme de lettres

Jean Du Bellay, lecteur d’Érasme

Marie Barral-Baron

Texte intégral

  • 1 Voir Paul Piolin, Histoire de l’Église du Mans, Paris, H. Vryate de Surcy éditeur, 1861, t. V.
  • 2 Voir Michon, La crosse et le sceptre, p. 44, 71-73, 85, 89, 93, 97, 147, 158, 206 notamment. Voir é (...)
  • 3 Voir les propos de Cédric Michon au sujet de l’année 1536 : « Pour comprendre ce qu’est la carrière (...)
  • 4 Voir Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay (1492 ou 1498/1499-1560) », dans Les conseillers de François I(...)
  • 5 Érasme, Institutio principis christiani, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, éd. O. Herdi (...)
  • 6 Érasme, Querela pacis, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, éd. O. Herding, Amsterdam, Nor (...)
  • 7 Loris Petris, « Vestiges de la bibliothèque de Jean Du Bellay », Bibliothèque d’Humanisme et Renais (...)
  • 8 Cédric Michon le constate également lorsqu’il analyse la clientèle de Jean Du Bellay, voir Cédric M (...)

1Évêque de limoges en 1541, archevêque de Bordeaux en 1544, évêque du Mans en 15461, puis bientôt cardinal et évêque d’Ostie à Rome, Jean Du Bellay présente une vie politique et mondaine animée2 qui tranche fortement avec l’existence protégée d’Érasme de Rotterdam. Pourtant, le prince des humanistes, qui s’éteint en juillet 15363 alors que Jean Du Bellay cumule le chapeau de cardinal à Rome et le titre de gouverneur de Paris et de l’Île-de-France4, semble avoir fortement inspiré le diplomate dans son action et l’homme de Lettres dans sa prose. Ses lettres sont parsemées de références aux textes érasmiens, des Adages dont il est nourri, comme beaucoup de ses contemporains, à des textes plus délicats comme l’Institutio principis christiani5, la Querela Pacis6 ou encore les œuvres de saint Jean Chrysostome. Entouré par les plus brillants humanistes de son temps tels Guillaume Budé, son maître et son ami, François Rabelais, son médecin et familier, l’imprimeur Robert Estienne ou les érasmiens Germain de Brie et Jean de Morel, Jean Du Bellay semble pétri des idées évangéliques de son époque et tente de les retranscrire dans son action. Néanmoins, comme l’écrit Loris Petris au sujet des vestiges de la bibliothèque du cardinal, « […] plus ou moins visibles et significatives, les traces de ses lectures sont rares et ténues7 ». En effet, il est fort délicat de repérer avec exactitude et dans toute leur ampleur les lectures érasmiennes de Jean Du Bellay. Cette approche sera donc forcément lacunaire et partielle, l’homme ne se livrant pas facilement, une attitude qui rappelle la personnalité d’Érasme, qui ne parle de lui qu’à travers des masques. De ce fait, il s’agira ici d’étudier non pas toutes les lectures érasmiennes de Jean Du Bellay, une entreprise colossale qui exigerait un travail de grande ampleur, mais seulement d’analyser la lecture des Adages par le diplomate français. Cette lecture apparaît en effet particulièrement intéressante car, si Du Bellay y puise essentiellement des apophtegmes pour décorer ses textes, ses choix trahissent néanmoins des orientations philologiques et philosophiques qui semblent démontrer sa sensibilité aux idées évangéliques8.

JEAN DU BELLAY ET LES ADAGES : UN LECTEUR DE L’ANECDOTE ?

  • 9 Rares sont les prélats qui sont allés jusqu’au doctorat. Voir Robert J. Knecht, Un prince de la Ren (...)
  • 10 Cité par Gilbert Gadoffre, La révolution culturelle dans la France des humanistes, Genève, Droz, 19 (...)
  • 11 À ce sujet, voir notamment Geneviève Demerson, « La poésie néo-latine du cardinal Jean Du Bellay », (...)
  • 12 Jean Du Bellay ne semble jamais écrire le nom d’Érasme dans sa correspondance comme dans le reste d (...)
  • 13 Voir la dernière édition complète bilingue des Adages parue : Érasme, Les Adages, éd. J.-C. Saladin (...)

2À l’image des plus grands humanistes, Jean Du Bellay apparaît comme un individu passionné par la culture de l’Antiquité et désireux de rivaliser avec elle. Ses études ont commencé à l’Université d’Angers, se sont poursuivies à Paris, au Collège de Navarre, et sont achevées à l’Université d’Orléans par une licence en droit9. Brantôme dit de lui qu’il était « prompt, soudain et haut à la main autant qu’un homme de guerre, un des grands personnages en tout, et de lettres et d’armes10 ». Ce « grand personnage de lettres » se dévoile notamment dans sa correspondance, où les références aux auteurs de l’Antiquité abondent. Régulièrement, le cardinal fait référence aux Odes d’Horace ou paraphrase Cicéron11. Mais, bien souvent, même s’il ne cite pas sa source12, ses références proviennent des Adages d’Érasme publiés pour la première fois en 1500, mais sans cesse repris et enrichis par leur auteur (ils sont réédités 132 fois du vivant d’Érasme) jusqu’à constituer un ensemble de 8 000 adages en 1536, année de la disparition de l’humaniste13.

  • 14 À ne pas confondre avec son homonyme et contemporain, le philosophe.
  • 15 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., chap. « La révolution humaniste » par J.-C. Saladin, t. V, p. 19 (...)

3Les Adages utilisés par Du Bellay sont autant un manuel de style que la voie royale d’accès à la culture antique. À chaque page, on y trouve un nombre impressionnant d’auteurs, rassemblés au fil des lectures d’Érasme. Le lecteur d’aujourd’hui se perd d’ailleurs dans ce dédale de citations car elles sont présentées sans aucun ordre, ou plutôt dans un désordre soigné et volontaire. Parfois, le même auteur ou le même ouvrage est cité dix fois de suite (deux cents fois pour Homère ou Antigone de Sophocle). Certains n’apparaissent qu’une seule fois et ne reviennent jamais. D’autres ont droit à quelques mots de présentation. D’autres encore sont supposés connus, parfois accompagnés d’un qualificatif tel Platon « le Comique14 ». Enfin, ces adages que cite Jean Du Bellay ne sont jamais présentés dans un quelconque ordre chronologique. Les Adages ne sont donc pas un traité d’histoire littéraire, ni d’histoire tout court. Ils sont un anti-traité15.

4Néanmoins, les auteurs cités par Érasme peuvent être répartis en trois groupes principaux.

  • D’abord les « classiques » : Homère, Sophocle, Aristophane, Platon, Aristote chez les Grecs ; Cicéron, Virgile, Plaute et Terence chez les latins. Ils sont omniprésents. C’est particulièrement dans cet ensemble de citations que Jean Du Bellay butine. De toute évidence, Érasme connaissait par cœur une bonne partie d’Homère et de Virgile ainsi qu’Aristophane, Horace et Lucien.

    • 16 Sur la place de Macrobe à la Renaissance, voir Agostino Pertusi, Leonzio Pilato, fra Petrarca e Boc (...)
    • 17 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., p. 20.

    Ensuite un groupe d’auteurs très apprécié des humanistes, mais déjà délaissé par les contemporains d’Érasme tels Athénée, Plutarque, Aulu-Gelle et Macrobe16. Jean-Christophe Saladin, dans la dernière édition des Adages aux Belles Lettres en 2011, nomme ce groupe « la littérature de banquet17 ». Les humanistes goûtent alors follement ces textes, car ils écrivent, comme eux, une littérature ouverte, légère et ils présentent d’ailleurs leurs œuvres comme des conversations familières. Jean Du Bellay ne semble pas très à l’aise avec ces auteurs et il ne les reprend d’ailleurs pas dans ses écrits.

  • Les « commentateurs » constituent enfin un autre groupe très hétéroclite et formé d’auteurs que le public cultivé de l’époque ne fréquente pas, faute de les trouver en librairie, mais qui reviennent presque à chaque page des Adages. Ils sont quelques dizaines. Érasme avait la plupart d’entre eux sous les yeux, car Alde Manuce, l’imprimeur chez qui il avait logé à Venise en 1500, les avait édités. D’autres ne circulaient que sous forme manuscrite. Il s’agit des deux grandes encyclopédies byzantines, Les Cités d’Étienne de Byzance, et de la Souda, mine de renseignements ethnographiques et littéraires sur l’Antiquité. Il faut aussi citer les recueils de proverbes dont les auteurs ne sont pas toujours clairement identifiés, mais également les scholiastes, érudits souvent anonymes qui ont rempli des volumes de commentaires sur les grands auteurs antiques. Reste enfin les auteurs de dictionnaires et de morceaux choisis : Hésychios, Stobée ou Harpocration chez les Grecs ; Nonius Marcellus, Festus Pompeius ou Julius Pollux chez les latins.

  • 18 Pierre Mesnard, Érasme ou le christianisme critique, Paris, Seghers, 1969, p. 48. Voir également Al (...)

5La diversité des auteurs cités est ainsi impressionnante, mais il est intéressant de remarquer qu’Érasme renvoie à certains noms plus qu’à d’autres : par exemple, chez les Latins, Cicéron (que Du Bellay apprécie tant) est nommé 581 fois. Chez les Grecs, Homère apparaît dans plus de 539 citations devant Lucien, nommé 333 fois. Mais la palme revient à Aristophane qui est nommé plus de 650 fois. Ces citations si nombreuses sous la plume d’Érasme en disent long sur ses préférences, sur ses auteurs fétiches qu’il considère, et dans son sillage Du Bellay, comme les plus représentatifs de la culture classique. Car les lecteurs contemporains tels que le cardinal ont beaucoup apprécié, dans les Adages, comme l’écrit Pierre Mesnard, « l’aspect encyclopédique de la tentative. Grâce à Érasme, on avait non seulement les feuilles roses du petit Larousse, mais la totalité des éléments de cette sagesse dont la perspective résolument a-historique d’Érasme permettait de croire qu’elle était à la fois primitive et éternelle18 ».

  • 19 Loris Petris, « Vestiges de la bibliothèque… », art. cit., p. 131-145.

6Jean Du Bellay possédait sans doute, même si les vestiges de sa bibliothèque ne permettent pas de le savoir19, une édition de ces Adages, car s’il ne cite pas sa source, soucieux sans doute d’étaler son savoir sans avouer qu’il n’a pas lu directement le texte antique original, une pratique commune à tous les humanistes d’alors, certains décalages textuels prouvent cette filiation.

  • 20 Cette expression signifie que « personne ne se mette à juger des choses qui sont étrangères à son s (...)
  • 21 Érasme, Les Adages, op. cit., no 148, p. 171.
  • 22 Jean Du Bellay à Charles de Guise, Rome, 14 janvier 1548 ; CCJDB, t. IV, p. 81, cité dans Loris Pet (...)
  • 23 Érasme, Les Adages, op. cit., no 592, p. 467.

7Jean Du Bellay fait un usage très classique des Adages, il pioche en leur sein des formules toutes faites pour enrichir sa prose et agrémenter son discours. Dans sa correspondance, il reprend par exemple à trois reprises l’expression proverbiale Ne sutor ultra crepidam, « Cordonnier, pas plus haut que la sandale20 ! ». Si, comme le rappelle Érasme, cet adage tire son origine de Pline l’Ancien qui, au livre 35 chapitre 10, raconte une aventure arrivée au célèbre peintre Apelle, on retrouve une histoire similaire chez Athénée. De la même manière, Du Bellay emploie l’adage 148, In trivio sum, qui signifie « à la croisée des chemins », métaphore provenant des voyageurs qui, lorsqu’ils arrivent à un carrefour, s’interrogent sur la route à prendre21. Euripide, dans Hécube, comme Platon dans le livre 7 des Lois se sont référés à cette image. En 1548, dans une autre épître encore, Du Bellay cite Horace, pourtant modèle de ses Poemata (1546), en empruntant ses passages aux Adages d’Érasme22. Il fait notamment référence à la locution proverbiale Intra tuam pelliculam te contine23, « Reste dans la peau qui est la tienne » (nous dirions : « Contente-toi de ton sort »), formule employée par Aristophane dans les Cavaliers ou encore par Lucien dans La défense des portraits. Bref, les exemples d’emprunts de locutions proverbiales aux Adages d’Érasme sont légion tout au long de sa correspondance. Au mois de mai 1548 par exemple, dans une lettre à Charles de Guise, Du Bellay glisse un adage tout érasmien à la fin de son épître :

  • 24 Voir CCJDB, t. IV, p. 170. La « sacra ancora » désigne le dernier recours, le dernier espoir, la de (...)

Vous ferez, Monseigneur, chose digne de vous de luy estre aydant et de l’obliger a vous en cest endroict, duquel on luy a mandé l’intercession estre necessaire et que a vous falloyt qu’il eust son recours veluti ad sacram ancoram.24

  • 25 Voir CCJDB, t. V, p. 204. Voir Érasme, Les Adages, op. cit., no 2049, p. 34.

8En mai 1549, dans une lettre adressée au roi Henri II, il se plaît également à introduire des locutions proverbiales, employées notamment par Cicéron au livre I de son De oratore et reprises par Érasme dans ses Adages. Ainsi, il cite la formule Per transennam inspicere qui signifie « regarder par la jalousie », « comme à travers un grillage25 ». En 1551 encore, dans une lettre à Olivier Le Doyen, le cardinal cumule les adages :

  • 26 Érasme, Les Adages, op. cit., no 582, p. 462. On peut aussi consulter Érasme, Opera omnia…, op. cit (...)
  • 27 Érasme, Les Adages, op. cit., no 46, p. 95. On peut aussi consulter Érasme, Opera omnia…, op. cit.,(...)
  • 28 Jean Du Bellay à Olivier Le Doyen [après le 22 mai 1551] ; BnF, fr. 5151, fos 72. Cité par Loris Pe (...)

Mihi neque seritur neque metitur26, sinon d’autant que je me suys mys en la foy que sçavez. Si j’ay saigement faict ou non, j’en laisse a Dieu le jugement, mais tant y a que je l’ay faict et jamais ne me suys retiré de chose que j’aye commencee, pour jeune que je feusse, tant mains a ceste heure le feroye-je. Mais, en quelque part que le sort tombe, ego in portu navigo27, ne demandant riens, pretendant encores mains et ne craignant pour le reste de ma vie pour tous ennemys que les bancquiers, desquelz toutesfoiz je me desvelopperay si je veiz : si je meurs, j’en seray quicte.28

9Il est frappant de constater que le cardinal emploie les Adages exactement comme l’humaniste l’avait imaginé. En effet, dans sa préface de 1500, Érasme définit les buts de son entreprise et écrit qu’il a entrepris ce travail :

  • 29 Voir le début du passage : « Je me suis promené pour une recherche d’un genre plus plaisant, parmi (...)

[…] pour l’utilité des jeunes gens qui aiment à avoir une provision de proverbes, utiles en société, car sentences, métaphores, paraboles, comparaisons, exemples, rapprochements, images et autres figures font l’ornement et l’agrément du discours.29

10Par ses Adages, l’humaniste souhaite renforcer les capacités à s’exprimer de son lecteur. Pour Du Bellay, passionné par la culture de l’Antiquité, les Adages fournissent une introduction à la culture antique et un moyen d’habiller son discours. Érasme apporte ainsi une contribution de choix à l’élaboration d’une langue humaniste commune et, en les utilisant, en se les appropriant, le cardinal affirme son identité d’humaniste. C’est ainsi à travers ses mots, dans les interstices de ses lignes, qu’il dévoile une sensibilité littéraire toute érasmienne.

11Mais les emprunts de Du Bellay aux Adages d’Érasme ne se limitent pas seulement à des expressions proverbiales car le diplomate sait aussi citer des adages bien plus fondamentaux et lourds de sens sur le plan philosophique, philologique et humaniste.

JEAN DU BELLAY ET LES ADAGES : UNE LECTURE ENGAGÉE ?

12Dans ce pêle-mêle savant qu’est le recueil des Adages, Érasme glisse en effet, au milieu des paraboles et des métaphores, des locutions qui traduisent ses convictions d’humaniste chrétien les plus engagées.

  • 30 Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Érasme, Paris, Les Belles Lettres, 1981, t. II, p. 1 (...)
  • 31 Voir Alexandre Vanautgaerden, « Vérité et violence chez Érasme », dans Dire le vrai aux XVIe-XVIIe (...)

13Profondément philologue, aveuglé de lettres et de textes, incapable d’entrevoir le monde autrement qu’au travers du langage, Érasme a toujours évité de fixer sa pensée dans des traités idéologiques. L’humaniste devient en effet hésitant, presque maladroit, quand il doit s’éloigner des mots pour se rapprocher de la pensée et de ce qu’il ressent comme des formules. Pour Érasme, il y a en effet un lien étroit entre la dialectique qui contraint le raisonnement et la logique du bûcher30. D’où sa recherche permanente d’une pensée flottante, entièrement portée par la digression, qui va et s’égare, distrait pour mieux faire penser31. Aussi, c’est par l’intermédiaire des Adages ou de ses Colloques, en se cachant derrière des personnages de fiction ou de grands auteurs de l’Antiquité que l’humaniste livre ses réflexions profondes et dévoile le cœur de sa pensée. Lorsque Jean Du Bellay, comme ses contemporains, cite des passages de certains adages, il fait alors plus que recopier des locutions proverbiales : ce sont les convictions érasmiennes les plus profondes qu’il exprime et, avec elles, tout l’univers philosophique et philologique de l’humaniste qu’il fait revivre.

  • 32 Voir le commentaire de l’adage par Jean-Claude Margolin dans Érasme. Guerre et paix, éd. J.-C. Marg (...)
  • 33 Contrairement à ce que l’expression érasmienne donnerait à croire, il n’estpas fait référence aux L (...)
  • 34 Voir Érasme, Institutio principis christiani, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, éd. O. (...)
  • 35 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., no 201, p. 201-209 : « Aut regem aut fatuum nasci oportere » qui (...)
  • 36 Platon, Lois, 711bc ; Lois, 729c : « La meilleure manière d’élever la jeunesse et soi-même ne consi (...)
  • 37 La « chose publique ».
  • 38 Jacques Chomarat, « Le juste et l’injuste chez Érasme », dans Mots et Croyances, éd. J. Chomarat, G (...)
  • 39 Érasme cite aussi cette formule lorsqu’il s’adresse au duc de Clèves en 1531 : voir Percy S. Allen, (...)
  • 40 Voir sa dédicace de la Paraphrase de Luc : Percy S. Allen, Helen M. Allen et W. Garrod Heathcote (d (...)
  • 41 Margherita Isnardi-Parente, « Érasme, la République de Platon… », art. cit., p. 43.
  • 42 Voir I Timothée, II, 3 et Érasme, Opera Omnia : Emendatiora et auctiora, ad optimas editiones, prae (...)
  • 43 Margherita Isnardi-Parente, « Érasme, la République de Platon… », art. cit., p. 42.

14Ainsi, lorsque le cardinal cite un extrait du fameux adage Dulce bellum inexpertis32, il s’inscrit dans l’une des pensées les plus constantes et les plus passionnées d’Érasme. Farouche militant de la paix, Érasme a combattu toute son existence les velléités guerrières des puissants de son temps. En citant, dans son ode 23 à Odet de Coligny, la formule bellum e bello seritur, de l’adage 3001, le cardinal exprime, si ce n’est une adhésion, du moins une main tendue vers l’idéal du bon gouvernement selon Érasme. Il rejoint ce dernier dans le combat qu’il mena toute sa vie pour convaincre les puissants de son temps d’être à l’image de Jésus-Christ, c’est-à-dire au service des peuples qu’ils ont à administrer. Or, ce prince christique que défend Érasme est l’équivalent, selon lui, du roi philosophe que propose Platon. L’idéal platonicien de la cité s’identifie en effet avec l’idéal chrétien le plus authentique, celui de la communauté apostolique. Dans son adage Amicorum communia omnia, tiré du Livre V de la République de Platon33, que Du Bellay ne semble pas citer directement, mais que son correspondant Germain de Brie lui rappelle dans une lettre de mai 1533, Érasme défend toujours la même idée. Il ne dit pas non plus autre chose dans son Institutio principis christiani qu’il dédie à Charles Quint en 151634. Dans cette œuvre humaniste, que Du Bellay connaissait sans nul doute, Érasme affirme qu’une cité ne peut être juste que si son prince est véritablement chrétien, autrement dit qu’il ne juge pas des choses selon la même échelle de valeurs que le commun des hommes35. Le vrai prince, qui est le philosophe d’aujourd’hui, éduque son peuple à la vertu et il ne le fait que par la force de l’exemple qu’il lui donne ; il enseigne les vertus en les pratiquant36. Il devra donc vivre sous les yeux de tous et non enfermé dans ses palais ; en toutes circonstances il pratiquera les vertus de clementia, de comitas, d’aequitas, de ciuilitas, de benignitas, afin de rendre les siens iustissimos ac temperatissimos minime cupidos, minime feroces aut factiosos, maxime concordes. Prenant modèle sur le Christ, il sera un véritable pédagogue de la charité. Il préférera utiliser les récompenses et les explications raisonnables et n’en viendra aux châtiments qu’en dernier recours. Il se rappellera que son autorité repose sur le consensus et qu’il peut exister une Res publica37 sans prince mais non l’inverse38. La vraie politique pour Érasme est donc l’éducation des citoyens par les gouvernants qui s’éduquent eux-mêmes en éduquant ceux qu’ils gouvernent. C’est une politique chrétienne, platonicienne c’est-à-dire d’une certaine façon utopique. Érasme sait d’ailleurs très bien que les Lois de Platon ne sont pas applicables aux hommes de son temps : il le dit dans l’adage 2036 intitulé Extra organum39. Dans la dédicace de sa paraphrase à Luc, il constate également que nul législateur antique, Solon, Lycurgue, Minos ou les décemvirs ne sont parvenus à exporter leurs lois, et que seul le Christy a réussi, mais que ses lois ne sont pas respectées40. Néanmoins, selon l’humaniste, cela n’empêche pas qu’en principe, l’idéal platonicien demeure supérieur car il n’appartient pas à la réalité concrète, mais il est réel d’une façon plus élevée : Platon a bien enseigné que la réalité de la norme se place sur un niveau ontologique supérieur à celui des simples événements41. Ainsi, selon Érasme, le chrétien doit accepter les lois de la cité qui sont nécessairement différentes de celles du Christ. Le chrétien reconnaît les tares de la société où Dieu a souhaité qu’il vive et il en respecte les institutions, non pour elles, mais pour Dieu, qui les autorise. « Le monde a un ordre qui lui est propre », martèle-t-il d’ailleurs en 1519 en commentant la première Épître de saint Paul à Timothée42. Le disciple de Jésus-Christ entretient et cultive donc en lui-même la liberté de l’esprit et supporte les lois de la cité. Au service du roi François Ier, Du Bellay essaie peut-être de s’inscrire dans les pas d’Érasme et de réaliser cette république heureuse de Platon dont la félicité est due uniquement au prince-philosophe. Si tel est le cas, il se situe alors avec Érasme dans le sillage des humanistes du XVe siècle, un Bessarion, un Pléthon, qui reconnaissaient en Platon l’anticipateur du Christ lui-même, le représentant de la pia philosophia, un véritable christianisme avant la lettre dans le monde païen43.

  • 44 Jean Du Bellay aux cardinaux du Sacré Collège, Rome, fin 1559, cité dans Loris Petris, « Érasme, Ra (...)
  • 45 Sur cette notion, voir Jean Mesnard, « Sur le terme et la notion de “philautie” », dans Mélanges su (...)
  • 46 Anne de Montmorency est le correspondant privilégié de Jean Du Bellay. Rémy Scheurer constate que « (...)
  • 47 On observe le même souci de conclure la paix de la part de Jean Du Bellay lors des négociations pou (...)

15En faisant référence, dans son Mémoire au Sacré Collège de 155944, au terme si érasmien de « philautia45 », Jean Du Bellay semble encore vouloir afficher sa filiation et peut-être même s’affirmer comme un héritier du « prince des humanistes ». Érasme a en effet consacré une réflexion longue et approfondie à cette notion essentielle dans l’histoire de la philosophie, de la morale et de la spiritualité. En lui consacrant un adage et en regroupant dans son index un bon nombre d’expressions proverbiales sous la rubrique Philautia, mais plus encore en présentant la philautia comme la sœur de la Folie dans son Eloge, Érasme a profondément renouvelé le sens du terme. D’amour de soi, la philautia tend à prendre sous sa plume un sens péjoratif, celui d’erreur ou de « puissance trompeuse » selon l’expression pascalienne. Dans ses Adages, Érasme livre ses idées fondamentales sur la philautia : son refus d’une éloquence qui accorderait trop à la complaisance en soi ; son souci de définir un idéal de civilité, c’est-à-dire un système de rapports harmonieux entre les hommes, excluant toute affirmation de soi excessive ; enfin et surtout, son attachement profond à la paix, constamment menacé par l’amour-propre des princes et des peuples. En citant cet adage, Du Bellay partage alors avec Érasme ses pensées évangéliques les plus intimes. Mais le cardinal ne fait pas que partager intellectuellement les idées érasmiennes, il ne cesse aussi de vouloir les mettre en application. Ainsi, dans sa relation épistolaire avec Anne de Montmorency46, il ne se contente pas de transmettre des nouvelles ou de formuler des impressions, mais il indique des lignes de conduite, et s’efforce notamment de prêcher la paix47. Par exemple, dans une lettre du 28 mai 1529, Du Bellay encourage son interlocuteur à pousser le roi de France à conclure la Paix des Dames avant que Henri VIII puisse s’y opposer :

  • 48 CCJDB, t. I, p. 31 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 28 mai 1529). Sur le rôle de Jean Du Bell (...)

Concluez entierement voz articles par messaigers puy, a certain jour et brief, ordonnez la veue des Dames pour toucher en paulme ! Le tout conclud, vous approcherez et, partant de Paris, manderez que le Roy s’en va chasser à Coucy […]. Le Roy demourera a Coussy et le Chancelier avec le Conseil, fors ceulxb que Madame [Louise de Savoie] choisira […]. Ne prenez pas mal, Monseigneur, si je me ingere de vous dire par la presente ce qu’il me semble…48

16Ainsi, les lectures érasmiennes de Jean Du Bellay ont-elles pu jouer un rôle dans le rapport du cardinal au monde et, plus précisément, dans ses pratiques diplomatiques, militaires, financières et de conseil. En tout cas, de nombreux indices indiquent des filiations étroites entre le prince des humanistes et le diplomate français qui semblent faire de ce dernier un parfait humaniste chrétien.

JEAN DU BELLAY, PARFAIT HUMANISTE CHRÉTIEN ?

  • 49 Voir Loris Petris, « Érasme, Rabelais et Joachim Du Bellay… », art. cit., p. 148.
  • 50 Voir Loris Petris, « Vestiges de la bibliothèque… », art. cit., p. 136-137 et Id., « Érasme, Rabela (...)
  • 51 Voir Érasme, Adagiorum chilias tertia. Pars prior, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, éd (...)
  • 52 Terence Cave, Cornucopia : figures de l’abondance au XVIe siècle, Paris, Macula, 1997, p. 58.
  • 53 Guillaume Budé, De philologia, éd. M.-M. de La Garanderie, Paris, Les Belles Lettres, 2001. Dès 153 (...)
  • 54 Louis Delaruelle, Guillaume Budé, les origines, les débuts, les idées maîtresses, Genève, Slatkine, (...)
  • 55 Érasme, De duplici copia verborum ac rerum, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, éd. B. I. (...)
  • 56 Jean-Claude Margolin, « Humanisme : genèse et histoire d’un mot », dans Les Humanistes et l’Antiqui (...)

17« Pour l’éloquence, je ne suis inférieur ni aux latins, ni aux grecs », écrit Jean Du Bellay dans ses Poemata49. Avec justesse, Loris Petris souligne le souci de la maîtrise du logos qui habite le cardinal. Dans ses discours comme dans ses lettres, Du Bellay souhaite écrire à l’image de Cicéron, le père de l’éloquence latine qui le fascine tant50. En cela, il rejoint parfaitement le souci d’Érasme, qui est un passionné du langage, du discours, des mots51. Terence Cave a bien mis en évidence le plaisir de l’humaniste à commenter, annoter, paraphraser à l’infini. Il y a, selon sa formule, un véritable « festin des mots » chez Érasme52. L’humaniste n’est d’ailleurs pas le seul de sa génération à se régaler lorsqu’il décortique des syllabes. Dans le royaume de France, Guillaume Budé s’impose par exemple comme le champion de cette discipline à laquelle il consacre même un traité entier en 153253. La philologie est pour lui comme une « seconde épouse » (altera conjux54). Érasme rédige aussi un traité spécialement consacré à toutes les sortes de techniques qui permettent de varier l’expression et d’étoffer le discours. Intitulé le De duplici Copia verborum ac rerum (1512), ce texte rend hommage à ce que l’humaniste admire beaucoup dans le style des Anciens, à savoir leur sens de l’enargeia, cette capacité à rendre sensibles et évidents les objets de leurs narrations55. Érasme se passionne pour les mots, afin de mieux saisir les choses, et il interroge la langue afin de comprendre la spécificité d’une culture. Dans son sillage, Jean Du Bellay soigne sa prose, cherche toujours un style sobre, mais élégant, orné. Il n’y a ainsi pas de contradiction dans le fait que le cardinal souhaite à la fois la simplicité et l’ornatus dans son style, puisque c’est au contraire en associant les deux qu’il peut véritablement espérer se réaliser comme humaniste chrétien. Car Du Bellay, comme Érasme, ne conçoit pas un chrétien non lettré et, s’il cultive son humanisme56, ce n’est pas seulement pour le plaisir de fréquenter de bons auteurs classiques. Selon Érasme en effet, il reste des « braises » d’une philosophie archaïque (prisca theologia) dans les proverbes et il l’écrit d’ailleurs dans le long avant-propos (prolegomena) des Adages :

  • 57 Érasme, Les Adages, op. cit., p. 27: « His enim tam brevibus dictis per involucrum quoddam eadem in (...)

Ils [les adages] signifient en effet, en termes très brefs, présentés sous une sorte de voile, exactement ce que les princes de la philosophie nous ont transmis en tant d’ouvrages.57

  • 58 Sur cette formule, voir notamment Margaret Mann Phillips, « La “philosophia christi” reflétée dans (...)
  • 59 Il constitue d’ailleurs le premier de tous les adages. Voir à son sujet Kathy Eden, Friends hold al (...)
  • 60 En 1515, il ajoute des précisions : « C’est extraordinaire de voir à quel point cette communauté de (...)
  • 61 Voir Margaret Mann Phillips, « Comment s’est-on servi des Adages ? », dans Actes du colloque intern (...)

18Si Érasme se plaît tant au contact de ces proverbes, c’est ainsi parce qu’il croit que la Philosophia Christi58 qu’il défend est le produit de la rencontre de la devotio moderna et de l’amour des belles-lettres, de l’Évangile et des écrits des Pères de l’Église. Ainsi, celui qui a compris et fait sien le précepte pythagoricien Amicorum communia omnia – car Érasme estime qu’il n’y a pas « de proverbe plus salutaire (salubrius) et plus répandu59 » – a découvert la formule de la félicité la plus parfaite. Cet adage, repris par Platon sous la forme d’une communauté des biens dans la Cité juste, trouve son épanouissement dans l’enseignement christique de la charité et son accomplissement dans le corps mystique des chrétiens60. On a ici un cas typique de la démarche érasmienne dans les Adages qui part de la sagesse archaïque comme déposée dans les proverbes, l’illustre et l’explicite par un développement emprunté à des philosophes (Platon, Cicéron), puis élève le tout du plan moral (l’exigence du partage et de la charité) à un plan spirituel (le pain eucharistique symbole de la charité) et enfin théologique (la Trinité). Érasme peut donc conclure : « Tu vois quel océan de philosophie et, plus, de théologie, nous a ouvert un si petit adage61. » Avec cet exemple, s'esquisse ainsi « la préparation évangélique » chère à l'humanisme chrétien. Surtout, on trouve une claire invitation à un retour à la pureté de l’Église primitive, dont les textes des Actes des Apôtres, 4, 32, qui ne sont pas cités, donne témoignage. Ainsi, Érasme aime de plus en plus à découvrir, derrière la sagesse lapidaire et paradoxale des adages, cette folie chrétienne dont il a fait l’éloge quelques années après la parution des Collectanea. Érasme n’est définitivement pas qu’un humaniste du XVIe siècle : il est d’abord un humaniste chrétien. En s’inscrivant dans son sillage et en citant régulièrement ses adages, Du Bellay montre qu’il a très bien compris la leçon des Adages, à savoir que les belles-lettres participent de la formation du baptisé. Lorsqu’il soutient le projet de la fondation du Collège royal sous l’égide de son roi François Ier, institution qui cherche à attirer les plus grands humanistes dans la capitale française, peut-être a-t-il à l’esprit cette vision érasmienne de la culture et de l’éducation. Si tel est le cas, Du Bellay apparaît alors comme le parfait soldat chrétien que souhaitait faire éclore Érasme en 1513 dans son Enchiridion militis christiani.

  • 62 Voir Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. II, p. 431, 435-438 et 441. Le chancelier Antoine D (...)
  • 63 Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay… », art. cit., p. 327. Voir également Reid, King’s Sister – Queen o (...)
  • 64 CCJDB, t. III, p. 338, n. 2.

19En tant que conseiller et serviteur du roi, Jean Du Bellay montre encore un esprit plein d’irénisme, notamment dans ses relations avec l’Allemagne. Il est l’un des piliers de la diplomatie allemande de François Ier et il est au courant par diverses voies de la situation intérieure de la nébuleuse germanique et des forces d’opposition au pouvoir impérial. Or, il ne cesse de donner des gages aux protestants allemands, accordant notamment en France une protection à des réformés déclarés ou à des suspects d’hérésie62. Comme le constate Rémy Scheurer, il « joue résolument la carte des bonnes relations avec les protestants et, par exemple, informe des intentions du roi Jean Sturm qui à son tour en avertit Philippe Melanchthon63 ». Certes, le cardinal ne parvient pas à orienter la politique de François Ier vers un rapprochement avec Henri VIII et la coalition de Smalkalde, même si finalement une tentative d’arbitrage par les protestants allemands a lieu à la fin de l’année 154564. Mais, même une fois la paix revenue entre le roi de France et le roi d’Angleterre, Jean Du Bellay tente toujours d’inciter François Ier à une politique irénique envers l’Allemagne, attitude à laquelle les lettres de ses correspondants allemands et strasbourgeois, tels Jean Sturm, Jean Sleidan ou Gérard Sevenus, l’invitent fortement. L’ambassadeur de Henri VIII en France, Nicolas Wotton, écrit d’ailleurs, le 28 novembre 1546, à William Paget, à propos de Jean Du Bellay :

  • 65 Ibid., p. 329.

The cardinal goes not directly to the rejecting of the bishop of Rome, but says that must follow this league […] the man shows himself earnest for the Gospel and anxious about the matters in Germany.65

20Quoi qu’il en soit de ses convictions religieuses intimes, Du Bellay apparaît ainsi comme le parfait évangélique, dans la droite ligne de l’héritage érasmien.

  • 66 Cédric Michon, « Jean Du Bellay et Stephen Gardiner… », art. cit., p. 44.
  • 67 Ibid.

21Néanmoins, il faut bien entendu apporter des nuances à ce tableau et souligner des différences essentielles entre Érasme et Du Bellay. Si l’humaniste de Rotterdam est d’abord un théologien, un philologue qui ne veut surtout pas se mêler des affaires du monde, le cardinal est lui un véritable homme de son temps, soucieux de faire carrière, de se construire des réseaux et d’occuper des fonctions essentielles au cœur de l’État. La correspondance de Du Bellay revêt également souvent un style guerrier bien éloigné de la tonalité des échanges épistolaires du « prince des humanistes », même si les excès de violence ne sont pas absents des épîtres érasmiennes. Du Bellay parle en gentilhomme et en homme de guerre. Il évoque souvent son mépris de l’argent et son sens de l’honneur66. Il est aussi pleinement un homme des grandes découvertes, comme le souligne Cédric Michon, et ses lettres contiennent des allusions au Pérou, au Canada et aux Indes67, tandis qu’Érasme n’en parle jamais et ne porte d’ailleurs au sujet que bien peu d’intérêt. En 1535 pourtant, les chemins si différents d’Érasme et de Du Bellay auraient pu se croiser et les deux hommes se rencontrer pour la première fois. Le pape Paul III leur offre en effet à tous les deux, la même année, le chapeau de cardinal. Mais, si Du Bellay accepte cette dignité, couronnement de son parcours d’ecclésiastique, c’est dans un geste mi-amusé, mi-douloureux qu’Érasme la refuse :

  • 68 S. Allen Percy, Helen M. Allen et W. Garrod Heathcote (éd.), Opus epistolarum…, op. cit., t. XI, ep (...)

On s’emploie à présent à me donner la charge de prévôté afin que, pourvu du cens requis, je sois gratifié du chapeau de pourpre. C’est ce qu’on appelle « mettre à un chat une robe de gala ».68

  • 69 S. Allen Percy, Helen M. Allen et W. Garrod Heathcote (éd.), Opus epistolarum…, op. cit., t. XI, ep (...)
  • 70 Gaston Feugère, Érasme, études sur sa vie et ses ouvrages, Paris, Hachette, 1874, p. 186.

22Dans un autre courrier, il note encore : « Le bœuf que je suis n’acceptera pas le joug69. » Érasme ne veut alors plus du joug de Rome, parce qu’il estime qu’il est trop tard pour lui : il ne veut plus entendre parler de la papauté et il ne jette qu’un regard discret au bref que lui envoie la chancellerie romaine. Il n’en fait aucun usage et il est retrouvé, après sa mort, bien classé dans ses papiers70. Ainsi, définitivement, Érasme reste dans le domaine de la pensée et Du Bellay dans celui de l’action ; l’un meurt en 1536, tandis que l’autre est alors à l’apogée de sa carrière. Mais, en dépit de ces différences de caractère et de cheminement, il semble y avoir chez ces deux hommes un même engagement philosophique et philologique à mettre le logos et le savoir de l’Antiquité au service du Christ.

  • 71 Voir Jean Lecointe, L’idéal et la différence. Perception de la personnalité littéraire à la Renaiss (...)

23« Jean Du Bellay, lecteur d’Érasme » est ainsi un sujet qui nous invite à lire et à relire la prose du cardinal français, tant celle-ci est parsemée de références humanistes souvent érasmiennes. Ces deux hommes, qui ont eu des vies et qui ont composé des écrits forts différents, se rejoignent ainsi dans leur obsession de ciseler un logos des plus raffinés, non par coquetterie, mais par grandeur d’âme. Mais surtout, derrière ce souci du verbe juste et du style orné, ne se cache-t-il pas un souhait plus profond, pleinement partagé par les hommes de la Renaissance, de la recherche constante de leur « moi » ? Du Bellay dit clairement qu’il entend par son œuvre littéraire se survivre à lui-même71, tandis qu’Érasme cherche aussi, à travers ses écrits, à contribuer à donner consistance à la prophétie de son ami John Colet, Nomen Erasmi nunquam peribit. Par ses Adages de plus en plus nombreux à mesure qu’il vieillit, comme par ses annotations aux Évangiles sans cesse plus épaisses, Érasme concourt à la propre survie de son moi puisqu’il confie à ses lecteurs, au fil de ses écrits, des détails de sa vie passée parfois sans aucun rapport avec le texte commenté. Érasme survit ainsi dans chacun de ses textes, au détour d’un ouvrage souvent austère, derrière une phrase inattendue, derrière un masque qui ne demande qu’à être soulevé. De la même manière, même si l’œuvre n’est pas comparable, Du Bellay parle de lui au fil de ses lettres et de ses poèmes. Tous deux sont ainsi des figures typiques de la Renaissance sans cesse à la recherche d’eux-mêmes à travers leur vie et leurs œuvres.

Notes

1 Voir Paul Piolin, Histoire de l’Église du Mans, Paris, H. Vryate de Surcy éditeur, 1861, t. V.

2 Voir Michon, La crosse et le sceptre, p. 44, 71-73, 85, 89, 93, 97, 147, 158, 206 notamment. Voir également Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. II, p. 418-421, 455, 498, 501, 553 notamment.

3 Voir les propos de Cédric Michon au sujet de l’année 1536 : « Pour comprendre ce qu’est la carrière d’un prélat du roi dans sa polyvalence, il suffit d’examiner l’année 1536 dans la vie du cardinal Du Bellay. Il commence l’année comme ambassadeur à Rome. En juin et en juillet, il est à Lyon avec la cour et le roi. À la fin de juillet, il est nommé Lieutenant-général du roi en Île-de-France, chargé de la défense de Paris, dans le contexte de la reprise de la guerre contre Charles Quint. Il est bientôt responsable de la levée des subsides destinés à payer l’armée en charge de la défense du Nord du royaume. Pendant toute cette période, il reste en contactépistolaire avec les envoyés de François Ier en Angleterre, et en Italie, jouant un rôle déterminant dans l’orientation de la politique italienne et anglaise du roi. Durant cette seule année 1536, il occupe donc des fonctions diplomatiques, militaires, financières et de conseil ». Voir Cédric Michon, « Jean Du Bellay et Stephen Gardiner, deux prélats du roi à la Renaissance », dans La Renaissance, Paris, PUPS, 2003, p. 19, n. 5.

4 Voir Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay (1492 ou 1498/1499-1560) », dans Les conseillers de François Ier, p. 326.

5 Érasme, Institutio principis christiani, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, éd. O. Herding, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1974, ASD IV. 1, p. 95-219. On peut aussi consulter la traduction donnée par Neil M. Cheshire et Michael J. Heath, dans Collected works of Erasmus, éd. A. Levi, Toronto, University of Toronto Press, 1986, t. 27. Voir également Lisa Jardine, The Education of a Christian Prince, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 1-110.

6 Érasme, Querela pacis, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, éd. O. Herding, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1977, ASD IV-2.

7 Loris Petris, « Vestiges de la bibliothèque de Jean Du Bellay », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LXIX (2007), p. 131.

8 Cédric Michon le constate également lorsqu’il analyse la clientèle de Jean Du Bellay, voir Cédric Michon, « Jean Du Bellay et Stephen Gardiner… », art. cit., p. 38. Sur la question des convictions religieuses intimes de Jean Du Bellay, voir Victor-Louis Bourilly, et, plus récemment, Eugénie Droz, Chemins de l’hérésie, Genève, Droz, 1970, t. I, chap. « Le curé Landry et les frères Langelier », p. 273-394.

9 Rares sont les prélats qui sont allés jusqu’au doctorat. Voir Robert J. Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, Fayard, 1998, p. 111 : « François Ier n’attachait guère […] d’importance aux titres universitaires de ses élus ».

10 Cité par Gilbert Gadoffre, La révolution culturelle dans la France des humanistes, Genève, Droz, 1997, p. 128.

11 À ce sujet, voir notamment Geneviève Demerson, « La poésie néo-latine du cardinal Jean Du Bellay », dans Actes du colloque Renaissance-Classicisme du Maine, Paris, Nizet, 1975, p. 309-328 et R. Cooper, Rabelais et l’Italie, Genève, Droz, 1991, p. 28. On peut aussi consulter David Amherdt, « Le bilinguisme français-latin dans la correspondance de Jean Du Bellay », Humanistica Lovaniensia, LVIII, 2009, p. 53-79.

12 Jean Du Bellay ne semble jamais écrire le nom d’Érasme dans sa correspondance comme dans le reste de sa production littéraire.

13 Voir la dernière édition complète bilingue des Adages parue : Érasme, Les Adages, éd. J.-C. Saladin, Paris, Les Belles Lettres, 2011, 5 vols.

14 À ne pas confondre avec son homonyme et contemporain, le philosophe.

15 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., chap. « La révolution humaniste » par J.-C. Saladin, t. V, p. 19. Ce passage de l’article doit beaucoup à ce chapitre.

16 Sur la place de Macrobe à la Renaissance, voir Agostino Pertusi, Leonzio Pilato, fra Petrarca e Boccaccio. Le sue versioni negli autografidi Venezia e la cultura greca del primo Umanesimo, Venise-Rome, Instituto per la collaborazione culturale, 1964.

17 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., p. 20.

18 Pierre Mesnard, Érasme ou le christianisme critique, Paris, Seghers, 1969, p. 48. Voir également Alfred Berchtold, Bâle et l’Europe. Une histoire culturelle, Lausanne, Payot, 1990, p. 272.

19 Loris Petris, « Vestiges de la bibliothèque… », art. cit., p. 131-145.

20 Cette expression signifie que « personne ne se mette à juger des choses qui sont étrangères à son savoir-faire et à sa profession ». Voir Loris Petris, « Érasme, Rabelais et Joachim Du Bellay au fil de la correspondance politique de Jean Du Bellay », dans Le Pouvoir et ses écritures, Eidôlon, 101 (2012), p. 149. Voir Érasme, Les Adages, op. cit., no 516, p. 416-417. On peut aussi consulter Érasme, Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami recognita et adnotatione critica instructa, notisque illustrata, t. II, 1-9, Amsterdam, North-Holland Publishing Compagny, 1993-2005, t. II, no 516, p. 40-42.

21 Érasme, Les Adages, op. cit., no 148, p. 171.

22 Jean Du Bellay à Charles de Guise, Rome, 14 janvier 1548 ; CCJDB, t. IV, p. 81, cité dans Loris Petris, « Érasme, Rabelais et Joachim Du Bellay… », art. cit., p. 149.

23 Érasme, Les Adages, op. cit., no 592, p. 467.

24 Voir CCJDB, t. IV, p. 170. La « sacra ancora » désigne le dernier recours, le dernier espoir, la dernière chance de salut. Voir Érasme, Les Adages, op. cit., no 24, p. 75 : « Sacram ancoram solvere » soit « Jeter l’ancre sacré ».

25 Voir CCJDB, t. V, p. 204. Voir Érasme, Les Adages, op. cit., no 2049, p. 34.

26 Érasme, Les Adages, op. cit., no 582, p. 462. On peut aussi consulter Érasme, Opera omnia…, op. cit., t. II-2, no 582, p. 106, adage « Mihi istic nec seritur nec metitur ». Cet adage très connu est emprunté à Plaute et signifie « Ici, ce n’est pas pour moi qu’on sème et qu’on récolte » c’est-à-dire que « l’affaire ne me touche en rien, cela ne me fait ni chaud ni froid ».

27 Érasme, Les Adages, op. cit., no 46, p. 95. On peut aussi consulter Érasme, Opera omnia…, op. cit., t. II-1, no 46, p. 164, adage « In portu navigare » qui signifie « Naviguer dans le port » c’est-à-dire « je suis désormais hors de danger ».

28 Jean Du Bellay à Olivier Le Doyen [après le 22 mai 1551] ; BnF, fr. 5151, fos 72. Cité par Loris Petris, « Érasme, Rabelais et Joachim Du Bellay… », art. cit., p. 150.

29 Voir le début du passage : « Je me suis promené pour une recherche d’un genre plus plaisant, parmi les jardins bigarrés des auteurs et j’ai cueilli au passage, comme des fleurettes de toute espèce, pour en faire une sorte de guirlande, les adages les plus anciens et les plus remarquables ». Voir Percy S. Allen, Helen M. Allen et W. Garrod Heathcote (éd.), Opus Epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami, Oxford, Clarendon, 1906, t. I, ep. 126, p. 290-297 (Érasme à Guillaume Mountjoy, juin 1560). Voir également Guy Bedouelle, Christian Belin et Simone De Reyff, La tradition rassemblée, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2007, p. 90.

30 Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique chez Érasme, Paris, Les Belles Lettres, 1981, t. II, p. 1129. Voir également, sur le refus du dogmatisme chez Érasme, Coppens Joseph, « Où en est le portrait d’Érasme théologien ? », dans Scrinium Erasmianum, éd. J. Coppens, Leyde, Brill, 1969, t. II, p. 588.

31 Voir Alexandre Vanautgaerden, « Vérité et violence chez Érasme », dans Dire le vrai aux XVIe-XVIIe siècles : langue, esthétique, doctrine, éd. D. de Courcelles, Paris, Classiques Garnier, 2013, p. 69-80.

32 Voir le commentaire de l’adage par Jean-Claude Margolin dans Érasme. Guerre et paix, éd. J.-C. Margolin, Paris, Aubier Montaigne, 1973, p. 111-162.

33 Contrairement à ce que l’expression érasmienne donnerait à croire, il n’estpas fait référence aux Lois de Platon dans l’adage, mais au cinquième livre de la République (Resp. V 462 C sq.). La République de Platon était plutôt appelée, d’après Marcile Ficin et d’après la tradition, Respublica sive de iusto ; mais Érasme a l’air de se référer à la République comme à l’ouvrage capital de Platon sur les lois et sur l’État. Sur ces questions, voir Isnardi-Parente Margherita, « Érasme, la République de Platon et la communauté des biens », dans Erasmus of Rotterdam. The Man and the Scholar, éd. J. Sperna Weiland et W.T.M. Frijhoff, Leyde, Brill, 1988, p. 40.

34 Voir Érasme, Institutio principis christiani, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, éd. O. Herding, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1974, ASD IV. 1, p. 95-219. On peut aussi consulter la traduction donnée par Neil M. Cheshire et Michael J. Heath, dans Collected works of Erasmus, éd. A. Levi, Toronto, University of Toronto Press, t. 27, 1986 et Jardine Lisa, The Education of a Christian Prince, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 1-110. Voir également Marie Barral-Baron, « Place et rôle de l’Histoire dans l’Institution du prince chrétien d’Érasme », dans Le prince au miroir de la littérature politique, de l’Antiquité aux Lumières, éd. F. Lachaud et L. Scordia, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2007, p. 351-367.

35 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., no 201, p. 201-209 : « Aut regem aut fatuum nasci oportere » qui signifie « Il faut naître roi ou fou ».

36 Platon, Lois, 711bc ; Lois, 729c : « La meilleure manière d’élever la jeunesse et soi-même ne consiste pas à reprendre, mais à montrer qu’on pratique soi-même dans sa propre vie ce qu’on dirait à autrui en le reprenant ».

37 La « chose publique ».

38 Jacques Chomarat, « Le juste et l’injuste chez Érasme », dans Mots et Croyances, éd. J. Chomarat, Genève, Droz, p. 38-40.

39 Érasme cite aussi cette formule lorsqu’il s’adresse au duc de Clèves en 1531 : voir Percy S. Allen, Helen M. Allen et W. Garrod Heathcote (dir.), Opus epistolarum…, op. cit., t. IX, ep. 2458, p. 195, l. 33-39 : « Ista nimirum est bona philosophiae pars, quam Plato requirit in his Rempublicam administrant, non ut sophistico more disputent de principiis rerum, de infinito, de tempore, de motu, de exhalationibus, deque his quae humi gignuntur […] sed ut animum habeant omnibus vulgi cupiditatibus superiorem, omniaque facta simul et consilia sua reipub. Commodis et honesto metiantur » (Érasme au duc de Clèves, Fribourg, 18 mars 1531).

40 Voir sa dédicace de la Paraphrase de Luc : Percy S. Allen, Helen M. Allen et W. Garrod Heathcote (dir.), Opus epistolarum…, op. cit., t. V, ep. 1381, p. 319, l. 250-259 (Érasme à Henri VIII, Bâle, 23 août 1523).

41 Margherita Isnardi-Parente, « Érasme, la République de Platon… », art. cit., p. 43.

42 Voir I Timothée, II, 3 et Érasme, Opera Omnia : Emendatiora et auctiora, ad optimas editiones, praecipue quas ipse Erasmus postremo curavit, summa fide exacta, doctorumque virorum notis illustrata, éd. J. Clericus, Leyde, 1703-1706 ; reprint Gregg Press, Londres, 1969, ordinairement abrégé en « LB ». Ici, voir LB, t. VII, 1040 C : « Habet et hic mundus ordinem suum, quem non expedit a nobis perturbari ». Voir également dans le commentaire à l’édition du Nouveau Testament, Ro. Xiii, 1 : LB, t. VI, 635 D : « Sed ordo tamen bonus estet ob hunc mali quoque principes ferendi sunt piis hominibus ». Voir Augustin Renaudet, Études érasmiennes (1521-1529), Paris, Droz, 1939, p. 116.

43 Margherita Isnardi-Parente, « Érasme, la République de Platon… », art. cit., p. 42.

44 Jean Du Bellay aux cardinaux du Sacré Collège, Rome, fin 1559, cité dans Loris Petris, « Érasme, Rabelais et Joachim Du Bellay… », art. cit., p. 151.

45 Sur cette notion, voir Jean Mesnard, « Sur le terme et la notion de “philautie” », dans Mélanges sur la littérature de la Renaissance à la mémoire de V. L. Saulnier, Genève, Droz, 1984, p. 197-214. Voir également Loris Petris, La plume et la tribune. Michel de L’Hospital et ses discours (1559-1562), Genève, Droz, 2002, p. 308. On peut aussi consulter l’adage « Les philautes » d’Érasme, dans Œuvres choisies, éd. J. Chomarat, Paris, 1991, p. 356-357.

46 Anne de Montmorency est le correspondant privilégié de Jean Du Bellay. Rémy Scheurer constate que « des lettres conservées pendant l’ambassade à Londres de mai à décembre 1529, 27 sont adressées au grand maître, mais seulement 6 au roi, une à l’amiral Chabot et aucune au chancelier Duprat ou à tout autre membre du Conseil. Montmorency jouit donc de la quasiexclusivité de l’information par rapport à tout autre membre du conseil ». Une véritable amitié, qu’aurait appréciée Érasme, naît d’ailleurs entre Jean Du Bellay et Anne de Montmorency. Voir Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay… », art. cit., p. 322.

47 On observe le même souci de conclure la paix de la part de Jean Du Bellay lors des négociations pour la paix de Crépy du 16 septembre 1544. François Ier fit en effet appel à lui et en fit le chef de la mission qui arriva à Handelot le 9 septembre pour y rencontrer les Anglais. Au dire de certains, tel le conseiller du roi Francis Bryan, Du Bellay fut maladroit dans la recherche de la paix et l’échec de la négociation avec les Anglais fut d’ailleurs largement imputé au cardinal par ses adversaires. Voir la lettre de Francis Bryan citée par Rémy Scheurer : « J’ay veu a Calays que fort desirastes la paix. Mais vous n’estes entré le droict chemin : si une note fait la dissonance en la chançon, il fault sercher une aultre pour faire l’harmonie. J’ay veu vostre esprit aultrefois inventif ; si voullez diviser, j’aideray ». Voir CCJDB, t. III, no 654, p. 288-289. Voir également Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay… », art. cit., p. 328.

48 CCJDB, t. I, p. 31 (Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 28 mai 1529). Sur le rôle de Jean Du Bellay dans cette Paix des Dames, on peut aussi consulter Rémy Scheurer, « Les relations franco-anglaises pendant la négociation de la Paix des Dames (juillet 1528-août 1529), dans Literature and the Arts in the Reign of Francis I. Essays Presented to C.A. Mayer, éd. P.M. Smith et I.D. McFarlane, Lexington, Kentucky, 1985, p. 142-162 et Germain Marc’Hadour, « Jean Du Bellay à l’école du cardinal Wolsey (Londres, 1527-1529) », dans Du Bellay. Actes du colloque international d’Angers du 26 au 29 mars 1989, éd. G. Cesbron, Angers, Université d’Angers, 1990, t. II, p. 607-621.

49 Voir Loris Petris, « Érasme, Rabelais et Joachim Du Bellay… », art. cit., p. 148.

50 Voir Loris Petris, « Vestiges de la bibliothèque… », art. cit., p. 136-137 et Id., « Érasme, Rabelais et Joachim Du Bellay… », art. cit., p. 148.

51 Voir Érasme, Adagiorum chilias tertia. Pars prior, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, éd. F. Heinimann et E. Kienzle, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1981, ASD II. 5. Voir l’adage no 2201, « Sileni Alcibiadis », p. 168, l. 159-161: « Et quod in his summum est, id a sensibus, quam maxime sepositum est, nempe deus, adeo ut nec intelligi nec cogitari possit, cum hic fons sit unicus omnium ». « Au commencement était le Verbe (verbum) ». C’est sur ces mots que débute l’Évangile selon saint Jean et ce sont eux qui fortifient Érasme dans son travail de philologue. Le langage est bien le commencement de tout. Ce postulat est fondamental pour l’humaniste qui croit que Dieu est inintelligible et ineffable, c’est-à-dire inaccessible à l’homme : « Dieu […] ne peut être ni compris, ni pensé, bien qu’il soit l’unique source de tout ce qui est », écrit-il dans un de ses Adages.

52 Terence Cave, Cornucopia : figures de l’abondance au XVIe siècle, Paris, Macula, 1997, p. 58.

53 Guillaume Budé, De philologia, éd. M.-M. de La Garanderie, Paris, Les Belles Lettres, 2001. Dès 1535, 16 folios de cet ouvrage sont traduits en français par Louis Le Roy sous le titre de Traité de Vénérie. Marie-Madeleine de La Garanderie, La correspondance d’Érasme et de Guillaume Budé, traduction intégrale, annotations et index bibliographique, Paris, Vrin, 1967, p. 33. Voir également Marie-Madeleine de La Garanderie, « Guillaume Budé », dans Contemporaries of Erasmus. A Biographical Register of the Renaissance and Reformation, éd. P.G. Bietenholz et T.B. Deutscher, Toronto, University of Toronto Press, 1985, t. I, p. 212-217. On peut aussi consulter Marie-Madeleine de La Garanderie, Guillaume Budé, philosophe de la culture, éd. L.-A. Sanchi, Paris, Classiques Garnier, 2010, p. 27-83.

54 Louis Delaruelle, Guillaume Budé, les origines, les débuts, les idées maîtresses, Genève, Slatkine, 1907, réédition 1964, p. 59.

55 Érasme, De duplici copia verborum ac rerum, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, éd. B. I. Knott, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, 1988, ASD I. 6.

56 Jean-Claude Margolin, « Humanisme : genèse et histoire d’un mot », dans Les Humanistes et l’Antiquité grecque, éd. M. Ishigami-Iagolnitzer, Paris, CNRS éditions, 1989, p. 15-20. Voir également Arlette Jouanna et al., La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, Paris, Laffont, 2001, p. 12 et 32-35 et Id., « La notion de Renaissance : réflexions sur un paradoxe historiographique », Bulletin de la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. 49 supplément, 2002, p. 10-16. Marie-Madeleine de La Garanderie, Guillaume Budé, philosophe…, op. cit., p. 555-558. C’est à partir de 1526 que Noël Béda, syndic de la Sorbonne, désigne du nom d’« humanistes » Lefèvre d’Étaples, Érasme et leurs disciples. Ils sont les zélateurs des « études d’humanité » (les studia humanitatis), des « lettres plus humaines » (les humaniores literae, par opposition aux diviniores literae), c’est-à-dire les promoteurs d’un enseignement qui permet le plein épanouissement des qualités qui font la dignité de l’homme (dignitas hominis). Voir Marie-Madeleine de La Garanderie, Christianisme et lettres profanes. Essai sur l’humanisme français et sur la pensée de Guillaume Budé, Paris, Champion, 1995, p. 179-180. C’est dans ses Annotations contre Lefèvre d’Étaples et Érasme, publiées en 1526, que Noël Béda affirme que ses adversaires se nomment eux-mêmes humanistes : « suis se verbis jactitant humanistae ». Voir également Jean-Claude Margolin, « La notion de dignité humaine selon Érasme de Rotterdam », dans Humanism and Reform : The Church in Europe, England, and Scotland, 1400-1643. Essays in honour of James K. Cameron, éd. J. Kirk, Oxford, Blackwell Publishers, 1991, p. 37-56.

57 Érasme, Les Adages, op. cit., p. 27: « His enim tam brevibus dictis per involucrum quoddam eadem innui, quae philosophiae principes tot voluminibus tradiderunt ». Dans les lignes qui suivent, Érasme s’emploie à illustrer son propos par de nombreux exemples.

58 Sur cette formule, voir notamment Margaret Mann Phillips, « La “philosophia christi” reflétée dans les adages d’Érasme », dans Courants religieux et Humanisme à la fin du xve et au début du XVIe siècle, Paris, PUF, 1959, p. 53-71 et James D. Tracy, « Liberation through the Philosophia Christi. Erasmus as a Reformer of Doctrina (1514-1521) », Lutherjahrbuch, t. 62, 1995, p. 39. Dans la dernière partie de la Paraclesis (1516), il définit son projet : « La philosophie du Christ, pure et authentique, ne peut être puisée avec plus de bonheur que dans les livres évangéliques, que dans les lettres apostoliques. Dans ces écrits, tout homme qui philosophe pieusement, qui prie plus qu’il n’argumente, qui cherche à être transformé plutôt qu’à s’armer, trouvera sûrement qu’il n’est rien de ce qui fait le bonheur humain, rien de ce qui touche à l’accomplissement de notre vie, qui n’y ait été enseigné, discuté, résolu ». Cité par André Godin, « La Bible et la “philosophie chrétienne” », dans Le temps des Réformes et la Bible, éd. G. Bedouelle et B. Roussel, Paris, Beauchesne, 1989, p. 567. Pour une réflexion globale sur la question, voir Pierre Mesnard, « La philosophie chrétienne de Marcile Ficin à Jean Calvin », introduction à Id., Érasme. La philosophie chrétienne, Paris, Vrin, 1970, p. 10-19, notamment p. 16 : « Pour être chrétien, il suffit d’être bon, pur et simple. Ces vertus sont l’équivalent du Christ. […] La question ne sera donc pas d’imiter Jésus-Christdans la réalisation d’une vie parfaite, idéal présomptueux qui est à la source de la « déviation » monacale, mais de mener cette vie douce et pacifiante qu’il a prêchée dans l’Évangile ».

59 Il constitue d’ailleurs le premier de tous les adages. Voir à son sujet Kathy Eden, Friends hold all Things in Common: Tradition, Intellectual Property and the Adages of Erasmus, New Haven, Yale University Press, 2001.

60 En 1515, il ajoute des précisions : « C’est extraordinaire de voir à quel point cette communauté de Platon déplaît aux chrétiens qui lui jettent l’anathème, alors que rien n’a jamais été dit par un philosophe païen qui soit davantage conforme à la pensée chrétienne ». Et il termine son texte par une sorte de confession de foi : « Pythagore n’a pas seulement été le père de cette pensée, mais il a pratiqué en quelque manière une communauté de vie et de ressources comme celle que le Christ veut voir entre tous les chrétiens ».

61 Voir Margaret Mann Phillips, « Comment s’est-on servi des Adages ? », dans Actes du colloque international Érasme, éd. J. Chomarat, A. Godin et J.-C. Margolin, Genève, Droz, 1990, p. 326.

62 Voir Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. II, p. 431, 435-438 et 441. Le chancelier Antoine Duprat, Pierre Lizet et Noël Béda sont d’ailleurs les adversaires de Jean Du Bellay aussi bien dans leurs idées personnelles que par leurs réticences à suivre la politique du roi à l’égard de Henri VIII et de l’Allemagne.

63 Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay… », art. cit., p. 327. Voir également Reid, King’s Sister – Queen of Dissent, t. I, p. 72-73 et 344.

64 CCJDB, t. III, p. 338, n. 2.

65 Ibid., p. 329.

66 Cédric Michon, « Jean Du Bellay et Stephen Gardiner… », art. cit., p. 44.

67 Ibid.

68 S. Allen Percy, Helen M. Allen et W. Garrod Heathcote (éd.), Opus epistolarum…, op. cit., t. XI, ep. 3048, p. 217, l. 90-92 : « Nunc hoc agunt ut me onerent praeposituris, ut hinc iusto censu parato doner purpureo galero. Feli aiunt crocoton » (Érasme à Pierre Tomicki, Bâle, 31 août 1535).

69 S. Allen Percy, Helen M. Allen et W. Garrod Heathcote (éd.), Opus epistolarum…, op. cit., t. XI, ep. 3049, l. 175 : « Bos clitellas non recipiam » (Érasme à Pierre Tomicki, Bâle, 24 août 1535).

70 Gaston Feugère, Érasme, études sur sa vie et ses ouvrages, Paris, Hachette, 1874, p. 186.

71 Voir Jean Lecointe, L’idéal et la différence. Perception de la personnalité littéraire à la Renaissance, Genève, Droz, 1993.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search