Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

II. Le cardinal et l’Église

L’accession de Jean Du Bellay au décanat du Sacré Collège

Rémy Scheurer

Texte intégral

  • 1 Lucien Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, Paris, Perrin, 1914, p. 16- (...)
  • 2 Michel François, Le cardinal François de Tournon…, Paris, Éditions de Boccard, 1951, p. 316-317.

1Selon lucien romier1, Jean Du Bellay aurait obtenu le décanat du Sacré Collège à l’avènement de Paul IV par ambition personnelle et en récompense des services rendus pendant le conclave au nouveau pape, qui, par une modification de la règle, aurait frustré du décanat Louis de Bourbon, le plus ancien des cardinaux-évêques, ainsi que, à son défaut, le cardinal François de Tournon. C’est l’explication qui prévalut à la cour de France au moment des faits. C’est celle aussi que reprit Michel François2.

2L’objet de ma communication sera donc l’examen des raisons, des modalités et des conséquences de l’accession de Jean Du Bellay au décanat.

JEAN DU BELLAY SUPPLÉANT DU DOYEN DE 1553 À 1555

  • 3 Louis de Saint-Gelais à Anne de Montmorency, 12 novembre. Correspondance politique de M. de Lanssa (...)

3Déjà pendant la maladie qui emporta le 10 décembre 1553 le cardinal de Trani, doyen du Sacré Collège, Jean Du Bellay exerça le décanat et, selon l’ambassadeur de France, il le fit très bien : « Monsieur le cardinal Du Bellay est le plus ancien et fait office de doyen avec grant contentement de tout le College3. »

4Pourtant, au moment de la vacance, Jules III ne tarda pas à conférer l’évêché d’Ostie et la fonction de doyen au cardinal Gian Pietro Carafa, dit le Théatin, à la vive déception de Jean Du Bellay, qui écrit le 22 à Anne de Montmorency :

  • 4 Ribier, Lettres et mémoires, t. II, p. 481, à paraître dans CCJDB, t. VI.

De fait, Ostie m’appartenoit de droit et le decanat aussi, et s’en trouvoit assez qui m’eussent soustenu audit decanat, les uns pour estre serviteurs du Roy, les autres pour trouver le Theatin long, irresolu et austere. Et en avoit monsieur l’ambassadeur fait de bonnes pratiques envers eux, sous nom d’amy et parent et sous couleur de l’honneur et non d’autre chose. Mais a la fin, voyant que le Pape s’estoit manifesté contraire, nous avons esté d’advis de luy donner ce que nous ne pouvions retenir.4

  • 5 Hierarchia, t. III, p. 26.

5Jean Du Bellay ne s’explique pas sur son droit à succéder au cardinal de Trani dans la qualité de doyen. Nommé cardinal le 20 mai 1535, il avait bien l’antériorité par rapport à Gian Pietro Carafa, nommé le 22 décembre 1536, mais ce dernier, et c’est ce qui importait, était cardinal-évêque depuis le 17 octobre 1545, alors que lui-même l’était depuis le 20 février 15505.

  • 6 Louis de Saint-Gelais à Anne de Montmorency, 27 décembre. Correspondance politique de M. de Lanssa (...)

6Quoi qu’il en soit, Jules III n’en fit pas moins savoir à Henri II le grand contentement qu’il avait de Jean Du Bellay, « louant infinyment son sçavoir, prudence et eloquence » ainsi que son comportement « tant en ce qui concerne le devoyr de bon cardinal comme de ministre de sa Majesté », si bien que « toute la compagnye en demoure grandement satisfaict6 6 ».

7Sans être doyen en titre, Jean Du Bellay, ayant passé de l’évêché de Frascati à celui de Porto, n’en exerça pas moins la fonction lors d’indispositions du cardinal Carafa, comme au moment de la fermeture du conclave dans la nuit du 5 au 6 avril 1555 :

  • 7 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 6 avril. Moscou, Arch. centrales des actes anciens, fonds 81 (...)

Monseigneur, écrit-il à Anne de Montmorency, je veoys conduyre tous ces malfaicteurs en prison car assez de semblables corvees me donne la vieillesse et debilité de nostre doyen, encores que j’aye peu mains besoing de repoz que luy.7

8Que Jean Du Bellay, après le court pontificat de Marcel II, ait reçu de Gian Pietro Carafa, devenu Paul IV, le titre de doyen ne constitue donc pas une surprise.

LA DÉSIGNATION VERBALE DE JEAN DU BELLAY COMME DOYEN LE 29 MAI 1555

9Pour l’ambassadeur de France, il ne faisait aucun doute que l’élection de Gian Pietro Carafa au pontificat, le 23 mai, entraînait ipso facto la nomination de Jean Du Bellay au décanat. Dans sa lettre du lendemain à Henri II il écrit :

  • 8 Jean de Saint-Marcel, sr d’Avanson, à Henri II. BnF, fr. 20442, fos 229-231.

Quant a messieurs les cardinaulx Du Bellay et d’Armaignac. Led. sr d’Armaignac est un grand homme de bien et fort affectionné a vostre service, et led. Du Bellay tient aujourd’hui le premier lieu après le Pape. Et puysqu’il est doyen et evesque d’Ostie, et ayant la bonne volonté qu’il a a vostre service, il pourra tous les jours beaucoup, tant au consistoire qu’en tous autres lieux, qui me fait esperer que, ayant ung Pape de bonne volonté a vostre Majesté et ung doyen vostre naturel subject, du sçavoir et experience de mond. sr le cardinal Du Bellay, on ne peult attendre que bonne yssue des affaires que vostre Majesté a en court de Rome.8

10Élu le 23 mai, couronné le 26, Paul IV déclara officiellement Jean Du Bellay son successeur à l’évêché d’Ostie et au décanat lors de son premier consistoire le 29.

11Serviteur de l’Église, mais sujet du roi, Du Bellay n’accepta pas d’emblée sa désignation. Il s’en remit à Henri II, auquel il écrit le 3 juin :

  • 9 BnF, Clairambault 805, f° 103, à paraître dans CCJDB, t. VII.

Il vous plaira, Sire, veoir et juger a quoy je seray bon pour vostre service car je seroye trop marry que non seulement ce decanat, qui est ung honneur plein d’infiny et continuel labeur, et accompagné de despence, m’ostastles moyens de vostredictservice mais que ung papat entier eust en mon endroict ceste puissance, actendu que l’obeissance ou je suys né et la devotion ou j’ay continué sera tousjours le seul but que je sçauroys avoir en ce monde.9

  • 10 BnF, Clairambault 348, f° 140, à paraître dans CCJDB, t. VII.

12Le même 3 juin il remit au cardinal de Guise, retournant en France, un mémoire sur les circonstances de sa désignation et les raisons données par Paul IV, qui, de son côté, chargeait le cardinal de Ferrare, protecteur des affaires de France, d’être moyen « envers le Roy très chrestien a ce qu’il se contentast de donner ledict cardinal Du Bellay tout entier a sa Saincteté et audict Colliege10 ».

  • 11 Voir Alain Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, École française de Rome, 1 (...)

13Compte tenu du temps d’acheminement du courrier11, la réponse d’Henri II ne pouvait guère parvenir à Rome avant le début de juillet, mais Jean Du Bellay était alors dans une attente plus angoissante car il était sous le coup de l’accusation du cardinal de Ferrare d’être la cause de son échec lors du conclave de Marcel II, et il ne savait toujours pas comment le roi avait réagi.

  • 12 BnF, fr. 20448, p. 163-166, à paraître dans CCJDB, t. VII.

14Encore sans nouvelles le 20 juin, craignant d’être tenu pour « desloyal ou mechant » aux yeux du roi, il lui demande son rappel et, si ses justifications ne suffisent pas, il le supplie « qu’après luy avoir esté baiser la main, je m’aille retirer en mon eveschié pour y pleurer mes pechez ce peu que j’ay plus a vivre, m’y acquictant envers le monde des debtes ou pour vostre service je me suys plongé et envers Dieu de celles que je pourray selon ma fragilité luy payer12 ».

15N’osant pas agir à l’insu du roi, et encore moins contre sa volonté, Jean Du Bellay attendait donc de savoir à quoi s’en tenir avant de s’engager envers Paul IV. Au contraire, celui-ci le pressait car il avait besoin du doyen du Sacré Collège pour entreprendre une grande réforme de l’Église et, à l’âge de 79 ans, il n’avait pas de temps à perdre.

LA DÉSIGNATION ÉCRITE : LE BREF DU 15 JUILLET

  • 13 La copie de ce bref est conservée, ASV, Arm. XLIV, 4, fos 99-100, à paraître dans CCJDB, t. VII.
  • 14 Dans sa lettre du 20 juillet à Henri II, Jean Du Bellay écrit avoir reçu ce bref lors du consistoi (...)

16Le 15 juillet Paul IV fit rédiger à l’adresse de Jean Du Bellay un bref13 pour le décanat sur le modèle de celui qu’il avait lui-même reçu de Jules III, bref qui fut remis à son destinataire lors du consistoire du 1714.

  • 15 Cette lettre n’a pas été retrouvée mais elle est mentionnée dans le post-scriptum de celle de Henr (...)
  • 16 Jean Du Bellay à Henri II, 20 juillet. BnF, fr. 20448, p. 183-188, à paraître dans CCJDB, t. VII.

17À cette date Jean Du Bellay n’avait pas encore reçu la lettre expédiée de Saint-Germain-en-Laye le 9 juillet15 par laquelle Henri II lui disait sa confiance et ne mettait pas d’obstacle au décanat. Mais il est vrai aussi que Jean Du Bellay avait pu d’autant plus facilement céder aux instances de Paul IV qu’il avait eu connaissance d’une lettre du garde des sceaux contenant, écrit Jean Du Bellay, « que vostre Majesté avoit esté bien aise d’entendre que par la promotion de nostre Sainct-Pere je viendroye a estre doyen ». S’il n’avait pas vu cette lettre, il aurait, écrit-il, « suz le champ cherché expedient, pour maulvais qu’il eust esté, de m’en desmesler16 ».

  • 17 BnF, fr. 20448, p. 189-192, à paraître dans CCJDB, t. VII.
  • 18 BnF, fr. 20448, p. 197-200, à paraître dans CCJDB, t. VII.

18Le 20 juillet, très soulagé, Jean Du Bellay écrit à Anne de Montmorency qu’il aurait tout de même bien désiré se présenter devant le roi « pour une fois pour toutes me secouer le pennage de tant d’eaues de calumnie ou si souvent, depuis que suis par decza, je me suys trouvé plongié17 ». Le 7 août, il remercie encore Henri II qui, s’il n’avait pu « fermer une oreille a ceulx qui m’ont voulu calumnier envers vous, [lui en a] neantmoings reservé une, et que ce ayt esté la meilleure18 ».

  • 19 BnF, fr. 20448, p. 205-208, à paraître dans CCJDB, t. VII.

19D’avril à juillet Jean Du Bellay, mis en cause pour sa conduite lors du conclave de Marcel II, multiplie dans ses lettres et dans ses mémoires les protestations de loyauté et de fidélité, il donne des détails sur les faits, cite des témoins et affirme son désintéressement pour les honneurs et les dignités, « papat inclus ». Rassuré à propos du roi, il retrouve sa verve dans la lettre du 8 août à Anne de Montmorency et fait allusion à des gens « envenimez », « petiz brouillons » dont les propos peuvent être démentis « par ung pape et trente cardinaux ». « Vrayement, Monsieur, poursuit-il, si de toutes les imputations qu’ilz m’ont faictes de ces conclaves, de ces sieges vacantz, de ces paperies et de ces decanatz ne d’aultre chose quelque qu’elle soyt, ilz m’en pevent verifier une seulle, je leur advoue toutes les aultres19 ».

LA NOMINATION AU DÉCANAT. LA BULLE DU 22 AOÛT

20Pris entre ses devoirs de sujet et de cardinal, Jean Du Bellay avait attendu d’être certain qu’Henri II ne mettait pas d’obstacle à ce qu’il s’engageât davantage au service du pape pour accepter le décanat, mais une difficulté surgit que ni l’ambassadeur ni Jean Du Bellay ni personne, semble-t-il, n’avaient jusqu’alors évoquée. Le décanat revenait-il au doyen des cardinaux-évêques selon le seul ordre de création ou au doyen des cardinaux-évêques résidant effectivement à Rome ? Dans le premier cas le décanat aurait dû revenir à Louis, cardinal de Bourbon, ou, à son défaut, à François de Tournon. Le bref du 15 juillet ne dit rien du problème mais la contestation de l’attribution du décanat à Jean Du Bellay existait déjà alors puisque dans sa lettre du 20 ce dernier prie Anne de Montmorency de bien informer Henri II que :

  • 20 BnF, fr. 20448, p. 189-192, à paraître dans CCJDB, t. VII.

quelques resolutions du decanat qu’ayt faictes nostre Sainct-Pere tant de bouche que par escript en ma personne, et quelque declaration ou arrest qu’il en ait faict et en ma presence et en mon absence, quoy cque je luy soubstinsse au contraire, maintenant qu’il ne seroit raisonnable que toutes fois et quantes que messrs les cardinaulx de Bourbon ou de Tournon viendroient icy, ilz ne prinssent le lieu de doyen pour estre mes anciens et telz seigneurs que chacun d’eulx est, si est-ce que je ne seray jamais si ambitieux que toutes fois qu’il plaira a l’ung desdicts srs venir icy, je ne soye, quant en moy sera, presta luy laisser la precedence du lieu. Et aussi peu tiendra a moy que toutes les facultez extraordinaires que sadicte Saincteté m’a donnees ne soient remises a celluy des personnes susdictes qui les vouldra prendre…20

  • 21 Bullarum, diplomatum et privilegiorum…, éd. Gaude Francesco, t. VI, Turin, Franco & Dalmazzo, 1860 (...)

21Manifestement Paul IV, pape réformateur, ne l’entendait pas ainsi et il coupa court aux interprétations en promulguant, le 22 août, une bulle qui attribuait le décanat à Jean Du Bellay, le plus ancien cardinal-évêque résidant à Rome au moment de la vacance21. Le décanat était une fonction, pas seulement un titre.

  • 22 BnF, fr. 3142, fos 68-71, à paraître dans CCJDB, t. VII.

22Nous disposons principalement des explications de Jean Du Bellay sur la genèse de ce document, explications données dans un mémoire du 14 octobre à Anne de Montmorency22. Il s’agit évidemment d’un plaidoyer mais qui cite des témoins et qui permet la vérification de paroles ou de faits allégués.

LES RÉACTIONS À LA NOMINATION

Celle du cardinal de Ferrare

23Qu’Hippolyte d’Este ait été ou non à l’origine de l’opposition à la nomination de Jean Du Bellay, c’est lui qui, à Rome, réagit le plus fortement à la bulle du 22 août. Le 24 déjà Giulio Grandi, ambassadeur de Ferrare à Rome, écrit au duc Hercule II :

  • 23 Modène, Archivio di Stato, Cancelleria estero, Ambasciatori, Roma 52, 283-XVII/17.

Hieri in concistorio ce furno facendi de importanza senon che S. Sta per bolla sua ha declarato che cardinali absenti ad chi toccasse il deccanato de vescovo cardinale, si come era solito, non habbia haver luogho, non ostante le constitutione passate, le quale erano se bene li absenti non ottavano al titolo principale de Ostia e Porto, in pero, quando erano ritornati alla corte, haveano il primo luogo, di modo se Borbone et Tornone verano alla corte, dove devriano havere li principali luochi, serano, et di tittolo et di honore, inferiori a Parigi et, credo, al cardinale de Pii, perche l’uno è Ostiense et l’altro Portuense, principali vescovati de cardinali vescovi piu antiqui. Ma hora la regola fallirà.23

  • 24 Modène, Archivio di Stato, Casa e stato, 149.

24Quant à Hippolyte d’Este, probable informateur de l’ambassadeur de Ferrare, dans une longue lettre du 28 à son frère Hercule24, il reproche à Paul IV d’avoir promulgué cette bulle précipitamment alors qu’il venait d’avoir été rendu attentif aux difficultés et qu’il avait promis de prendre le temps de la réflexion. Il ajoute que l’affaire a été tramée « da Bellay et da Carpi si per odio particolare che portano a esso Tornone, come per fare dispetto a me » ; que leur intention est d’empêcher François de Tournon de venir à Rome, « come quello che non sia per volersi trovar in grado inferiore a Bellay » ; et qu’en tout état de cause la bulle est invalide puisqu’elle comporte la clause « de unanimi fratrum consilio », alors que le pape ne l’a pas soumise aux voix des cardinaux.

  • 25 Hippolyte d’Este à Hercule II, 9 septembre. Modène, Archivio di Stato, Stato e Casa, 149.
  • 26 J. Alvarotti à Hercule II, 1er octobre. Lettre citée par L. Romier, Les origines, op. cit., t. II, (...)
  • 27 Jean Du Bellay à Hercule II, 9 septembre. Modène, Archivio di Stato, Cancellaria Estero, Carteggio (...)
  • 28 BnF, fr. 3142, fos 50-56, à paraître dans CCJDB, t. VII.

25Le bannissement d’Hippolyte d’Este de Rome et des États pontificaux le 5 septembre, officiellement en raison de ses mœurs, n’est peut-être pas étranger à la violence de sa réaction à la bulle de Paul IV, même si le cardinal de Ferrare l’attribua à la « malignita di coloro che hanno cercato di calunniarmi si falsammente presso di lei, che non sono pero altri che Bellay et Carpi25 ». En France, Henri II fut aussi convaincu que ce bannissement avait été provoqué par les cardinaux Du Bellay et Carpi et il entra, selon l’ambassadeur du duc de Ferrare : « in grandissima colera contro detto cardinale Bellai et ne faria dimostratione grande. M. di Guisa mi disse che, se non fosse cardinale, il re li faria mozzare la testa26. » Pour sa part, Jean Du Bellay s’empressa d’écrire à Hercule II tout le déplaisir qu’il ressentait de la « sinistre opinion » que Paul IV avait conçue de son frère et de l’assurer qu’il s’emploierait à faire révoquer la décision27. Il expliqua aussi dans un mémoire du 21 septembre à Anne de Montmorency28 combien était grande la colère de Paul IV contre le cardinal et qu’il avait en vain tenté de l’apaiser.

Celles des cardinaux de Bourbon et de Tournon

  • 29 Voir plus bas.

26Nous n’avons pas trouvé de trace directe de la réaction de Louis de Bourbon à la nomination de Jean Du Bellay mais il est douteux qu’il ait sérieusement envisagé de se rendre à Rome pour y faire valoir son droit au décanat, comme l’écrit Henri II le 18 septembre29.

  • 30 Comme George Duruy, Le cardinal Carlo Carafa (1519-1561), Paris, Hachette, 1882, p. 86-87, nous es (...)
  • 31 M. François, Le cardinal François de Tournon, op. cit., p. 316-319.
  • 32 La corrispondenza di Bernardo Navagero, ambasciatore veneziano a Roma 1555-1558, éd. Daniele Santa (...)

27Quant à François de Tournon, parti d’Anet le 10 août pour se rendre à Rome avec d’amples pouvoirs, et peut-être pas sans espoir de succéder bientôt à Paul IV, il apprit à Lyon la nomination de Jean Du Bellay. Très offensé, il interrompit son voyage. Déjà sollicité par Alexandre Farnèse, c’est seulement après qu’Henri II eut pris le 1er octobre la décision de l’envoyer à Rome en compagnie du cardinal de Lorraine qu’il accepta de reprendre la route mais il se déplaça lentement30. Le 11 octobre il était à Avignon, le 16 à Toulon, à la mi-novembre à Civitavecchia, et il entra à Rome le 2231. Là, il fallut l’intervention de Paul IV pour qu’il consentît finalement de prendre place au consistoire sous Jean Du Bellay, ainsi que l’écrit le 30 novembre l’ambassadeur de Venise32 :

Il reverendissimo Tornone non s’è voluto trovare nel sopradetto concistorio, non essendo ancor deciso la differenza ch’è tra reverendissima e l’illustrissimo di Bellai del decanato, il che vedendo il pontifice s’è lasciato intendere col reverendissimo di Lorena che non è honesto, che muti quel ch’ha fatto e che havria piacere ch’esso illustrissimo Tornone si quieti. Onde reverendissima, che fu all’altro concistorio, essendosi ritrovato con esso reverendissimo di Bellai, prima che s’entrasse in concistorio, essendovisi ritrovato con esso il reverendissimo di Lorena, Armignac e Pisano, ch’a caso sopragiunse, disse che, per compiacere a sua Santità, li concedeva il decanato, con questo pretesto però che tal concessione non pregiudicasse al reverendissimo di Borbone e così se li misse a mano sinistra et andó in concistorio.

Celle d’Henri II

28Ayant pris connaissance de la bulle du 22 août, le roi envoya le 18 septembre à Jean Du Bellay une lettre dans laquelle se mêlent l’incompréhension, la réprobation et la menace. Henri II y prend acte de la publication de la bulle et dit sa conviction que Du Bellay n’a accepté la dignité de doyen « que pour la garder et conserver a celluy a qui elle apartient et que, arrivant le cardinal de Tournon par della, vous la luy cederez, comme la raison le veult », le contraire lui semblant « fort est range ». Dans le post-scriptum, le ton se fait plus dur car le roi vient d’apprendre comment il en est allé du décanat. Dans le cas où Du Bellay se serait servi de la lettre du 9 juillet, contenant son accord à la nomination au décanat, pour obtenir la bulle du 22 août, Henri II rappelle qu’il n’a pas consenti qu’il soit « doyen absolut » et qu’il exclue de cette dignité le cardinal de Bourbon, qui est « du sang du roy de France, et avec lequel vous avez prins vostre premiere nourriture », et le cardinal de Tournon, qu’il aime et estime et qui « liberallement et de bon cœur, tout viel, caduc et maladif qu’il est, a bien voulu entreprendre ce voyage et habandonner sa patrie et ses amys pour aller satisfaire au debvoir de lad. charge », charge que, dans d’autres circonstances, le roi aurait été content de voir exercée par Du Bellay.

  • 33 Carpentras, Bibliothèque-Musée Inguimbertine, ms 490, fos 168vo-169, à paraître dans CCJDB, t. VII (...)

29La fin du post-scriptum est accablante pour Jean Du Bellay car le roi constate que ses actes ne correspondent pas à ses paroles, même s’il ne peut encore se persuader « que vous m’avez voulu dire l’ung pour faire l’aultre et que l’ambition vous puisse faire oublyer le singulier respect que vous devés avoir en cest endroict a deux cardinaulx de vostre mesme nation ». Passe pour d’autres, mais, « quant a ces deux, vous ne vous en pouvez aucunement excuser ». Et, pour mieux rendre Du Bellay sensible à son outrecuidance, le roi s’avance jusqu’à l’aviser que le cardinal de Bourbon, « soy sentant interessé d’honneur par lad. publication de bulle, n’est pas encore hors d’esperance de s’aller presenter par della pour faire instance de la reparation et restitution de ce que luy a esté injustement osté33 ».

  • 34 BnF, fr. 3142, fos 68-71 et 41-48, à paraître dans CCJDB, t. VII.

30Peu après cette lettre, le 1er octobre, Henri II rappela en France le cardinal Du Bellay. Ce rappel a beau coïncider avec l’envoi à Rome des cardinaux de Lorraine et de Tournon, il s’explique mal car la lettre du 18 septembre était, même menaçante, une demande d’explication, et, de toute évidence, la réponse ne pouvait pas parvenir à la cour dans un si bref délai. Dans l’ignorance encore de son rappel, Jean Du Bellay répondit à la lettre du 18 septembre par deux mémoires du 14 octobre : l’un à Anne de Montmorency, l’autre à Henri II34.

  • 35 François de Tournon, cardinal depuis le 30 mars 1530, était devenu évêque de Sainte-Sabine le 18 f (...)

31À Anne de Montmorency, il expose dans le détail sa résistance à la détermination de Paul IV de publier la bulle du 22 août. Au roi, il rappelle sa loyauté et son abnégation, mais il justifie sa conduite et la fonde sur l’examen des textes. Oui, il a bien écrit le 20 juillet qu’il était prêt à céder le décanat au cardinal de Bourbon ou à celui de Tournon, mais seulement dans la mesure où cela dépendrait de lui. Or le pape, en dépit de ses réitérées demandes, ne l’a pas voulu ainsi. Lui-même n’a donc pas dit l’un pour faire l’autre, mais il a dû se soumettre à l’autorité du souverain pontife. Jean Du Bellay va plus loin dans sa justification. Là où il est sommé de laisser la place à François de Tournon, son aîné, prêt à se rendre à Rome pour être doyen, « tout viel et caduc qu’il est », il répond rapidement qu’il pourrait contester le droit d’antériorité, puisque Tournon et lui sont devenus cardinaux-évêques lors du même consistoire35, mais il reprend surtout le thème de la vieillesse et de la caducité pour démontrer que Tournon, « si travaillé de sa toux qu’il est, et mesmement le matin », n’est physiquement pas capable d’exercer le décanat, une charge que Jean Du Bellay décrit en une seule phrase, mais d’une quinzaine de lignes.

32Le but de ces deux mémoires est donc de prouver que Jean Du Bellay est devenu doyen, au sens voulu par Paul IV, contre sa volonté mais que, cela dit, il est plus apte à l’exercice de cette fonction que François de Tournon, son contemporain plus que son prédécesseur dans le titre de cardinal-évêque.

LE RAPPEL DE JEAN DU BELLAY

  • 36 Jean Du Bellay à Henri II, 24 décembre : « Et ne m’appartient de m’enquerir pourquoy plus tostelle (...)

33Jean Du Bellay fut officiellement informé de son rappel par une lettre d’Henri II, datée du 5 décembre, que Claude Breton, sr de Villandry, tombé malade en route, lui remit le 23. Mais c’est le lendemain que Charles de Lorraine, pourtant à Rome depuis le 21 novembre, lui remit la lettre de rappel du 1er octobre, de laquelle il avait été porteur. Jean Du Bellay donne de ce retard une explication peu convaincante36.

  • 37 La corrispondenza di Bernardo Navagero…, op. cit., no 12, p. 14.
  • 38 Lettre du nonce S. Gualterio du 14 octobre. Nonciatures de France, éd. Ancel René, Paris, Gabalda, (...)

34Tardivement informé de son rappel, Jean Du Bellay n’en fut guère surpris, « voyant le bruyct estre icy si commun dez devant son arrivee [celle du cardinal de Lorraine] que vous m’en revoquiez avec honte ». En effet, le 18 octobre déjà l’ambassadeur de Venise écrivait qu’Henri II « commette all’ambasciator suo che non communichi più alcuna cosa co’l reverendissimo cardinal di Bellai37 » et le 14 le nonce Sebastiano Gualterio annonçait l’envoi à Rome du protonotaire de Saint-Julien, « il quale, per quanto si dice, porta ordine al sr cardinal di Bellai di tornarsene quanto prima a questa corte38 ».

35Pour la date de son retour, pour l’itinéraire à emprunter, Jean Du Bellay s’en remet au cardinal de Lorraine mais il demande un délai car il est retenu à Rome par plus de 40 000 écus de dettes. Pour le reste, il remercie le roi s’il veut bien lui accorder « une doulce et perpetuelle demeure en mes hermitaiges », sinon, sa tête répondra de toutes ses actions depuis plus de quarante ans et aucun exil, « feust-ce celluy de Canada », ne lui sera trop rigoureux s’il lui permet de recouvrer un jour la bonne grâce du roi.

36Un mois plus tard tout était apaisé et Du Bellay, dans une lettre au ton enjoué, écrit à Jean Duthier le 23 janvier :

  • 39 Moscou, Arch. centrales de actes anciens, fonds 81, vol. 45, f° 86, à paraître dans CCJDB, t. VII.

Finablement j’actendz ma sentence et vous asseure qu’il n’y a homme vivant qui plus me desire veoir hors d’icy, hoc tecum, que moy qui desire et souspire d’estre en mes hermitaiges pour jamais avec la bonne grace du Roy et celle de Dieu aussi, auquel je prye…39

  • 40 BnF, fr. 5676, f° 214, à paraître dans CCJDB, t. VII. Voir aussi les réactions de Jean Du Bellay à (...)

37Le 31 mars Henri II fait savoir à Du Bellay qu’il trouve bon « le desir qu’il a de luy continuer ses services dans Rome40 ».

L’AFFAIRE DU DÉCANAT ET LES RAISONS DU RAPPEL DE JEAN DU BELLAY

38Quoi qu’il en ait été des critiques, particulièrement de celles d’Hippolyte d’Este, à l’égard de la bulle du 22 août et de l’attitude de François de Tournon à l’annonce de la nomination du doyen, il est peu probable que ce soit seulement pour avoir brûlé la politesse à ses aînés que la décision de rappel a été prise en France le 1er octobre, alors que le roi était encore à attendre la réponse à sa demande de justification du 18 septembre. Il faut donc ajouter à l’affaire du décanat les soupçons de trahison contenus dans les dénonciations de connivence avec le cardinal Rodolfo Pio de Carpi, mais surtout, avec une importance allant croissant au fil des semaines, la volonté de Carlo Carafa de faire quitter Rome à Du Bellay pour mieux y accueillir François de Tournon afin de conclure une ligue avec la France. Il y a aussi peut-être, parmi ces raisons enchevêtrées, le fait que ni Hippolyte d’Este ni François de Tournon ni Charles de Guise ne s’entendaient bien avec Jean Du Bellay.

  • 41 BnF, fr. 3117, p. 119.

39Il est vrai que Jean Du Bellay a formellement résisté à la volonté de Paul IV de le faire doyen : la seconde police qu’il écrivit au pape en témoigne41. Mais, comme il n’était pas un homme sans ambition et qu’il aurait voulu devenir doyen en décembre 1553, il n’a pas peut-être pas opposé à la volonté de Paul IV une résistance aussi vive et opiniâtre qu’il le dit dans ses lettres et mémoires d’explication et de justification car le décanat lui procurait une place éminente, qu’il était loin d’avoir toujours eue parmi les ministres du roi à Rome, et cela au moment où les deux échecs à l’élection pontificale du cardinal de Ferrare lui barraient la protection des affaires de France.

  • 42 Hierarchia, t. III, p. 62-63.

40Nous ne sommes pas en état de juger si Jean Du Bellay a intrigué pour devenir doyen et si Paul IV a innové avec la règle de la résidence à Rome. Cependant, que Jean Du Bellay, évêque de Porto, ait reçu de Gian Pietro Carafa, devenu Paul IV, l’évêché d’Ostie et le titre de doyen, n’a rien de surprenant puisque cela correspond au cursus de son prédécesseur et, avant lui, à celui de Gian Domenico de Cupis42. Nous avons vu aussi que l’ambassadeur de France faisait de Jean Du Bellay le doyen du Sacré Collège dès l’élection de Paul IV, mais il est vrai qu’il était nouveau à Rome.

41Quant au pape, il fut plus renforcé qu’ébranlé dans sa volonté d’avoir Jean Du Bellay pour doyen au fur et à mesure que des pressions étaient exercées sur lui pour le révoquer et que Du Bellay se disait prêt à renoncer. Cela résulte clairement du témoignage de l’ambassadeur de Venise, qui écrit le 18 octobre qu’Henri II :

  • 43 La corrispondenza di Bernardo Navagero…, op. cit., no 12, p. 14.

si era risoluto di mandare a Roma li reverendissimi di Lorena e Tornone, con amplissima commissione. Si intende anco per cosa certa che il Re commette all’ambasciatore suo che non communichi più cosa alcuna col Rmo cardinale di Bellai, il quale, sapendo che il Re s’è indignato perch’ha procurato d’esser decano in pregiudicio delli Rmi Borbone e Tornone, a quali di ragione spettava esso decanato per essere li piu vecchi de vescovi, è andato al pontefice a renuntiare il decanato, ma Sua Santità non l’ha voluto accettare, anzi l’ha detto che non vuole che il Re s’intrometti in questo n’é s’immagini ch’ella voglia far decano a sua compiacenza, e che più presto faria guerra con lui che far altro decano.43

42Côme Ier fut aussi informé par son ambassadeur à Rome de la disgrâce de Jean Du Bellay, de son offre de renoncer au décanat et du refus très net de Paul IV, qui n’entendait pas que le roi de France intervienne dans le choix du doyen du Sacré Collège.

  • 44 A. Serristori à Côme Ier, 24 octobre 1555. Florence, Arch. di Stato, Mediceo del Principato 3274, (...)

Intendo che il Re ha scritto qua al carle Bellay che si meraviglia molto di lui, che habbia procurato et accettato il decanato dei cardinali, che dice pervenirsi prima al carle Tornon et a Borbon, et che ha fatto intendere qui al suo ambasciatore che non li vadia più in casa ne conferisca seco cosa alcuna, et che voleva che lo rinuntiassi, altrimenti che li torrebbe quanto ha et lo gastigherebbe. Diche Bellay, dandone conto a S. Bne, dice che Ella venne in tanta collera che rispose che non voleva che lo rinuntiassi, anzi, che lo tenessi et che questi erano offitii che toccavano darli a Lei et non ad altri, et mostrandoli il cardinale temere dal Re et di qualche castigo, raccomandandosi a S. Sta perche non lo volessi far rovinare, Ella gli replicò che se gastigassi S. S. Rma, Ella rovinerebbe lui.44

43La détermination de Paul IV de ne pas revenir sur sa décision apparaît aussi d’une lettre du 27 novembre à Anne de Montmorency de Charles de Lorraine, qui considérait Du Bellay comme l’un « des plus malitieux et malhureulx cardinaulx que la terre porte ». Il écrit dans cette lettre qu’il a parlé à Paul IV du décanat :

  • 45 Lettres du cardinal Charles de Lorraine (1525-1574), éd. Daniel Cuisiat, Genève, Droz, 1998, no 23 (...)

en quoy je le trouvay si outré et se meisten telle collere que je ne voy nul moyen d’en pouvoir despouiller le cardinal Du Bellay. Il est vray qu’il y aura bien moyen cy après, comme nous avons advisé, monsr le cardinal Caraffe et moy, de le faire sortir.45

44Charles de Lorraine ne précise pas « le moyen » pour faire quitter Rome à Jean Du Bellay au moment où François de Tournon y arrivait enfin et alors qu’il gardait par devers lui la lettre de rappel. Mais Carlo Carafa n’avait pas attendu la venue du cardinal de Lorraine pour demander ce rappel. En effet, les instructions à Annibale Rucellai, envoyé en France à la mi-septembre, reprennent à l’encontre de Jean Du Bellay l’accusation de connivence avec le cardinal Rodolfo Pio de Carpi déjà formulée par le cardinal de Ferrare :

  • 46 Nonciatures de France, op. cit., t. I, 2, no 114, p. 266-267 ; voir aussi les textes cités par G. (...)

Dite a S. M che mons. il cardinal di Bellai s’è fatto molto intrinseco del cardinal de’ Carpi, e ciò per conto delle loro ambizioni ; e perciocchè io non mi sono assicurato di conferire questo negozio con S. S. Illma, anzichè io giudico che sia bene che S. M, parendole, gli dia tempo ormai da ripatriarsi e riposarsi ; e che io tratterò volontieri in ogni occasione con li detti due signori [le cardinal d’Armagnac et l’ambassadeur Jean de Saint-Marcel, sr d’Avanson] et con mons. il cardinale Tornon, se S. M l’invierà a Roma, come si dice.46

  • 47 Lettre de fin août-début septembre. BnF, fr. 3142, fos 60-62, à paraître dans CCJDB, t. VII.

45Jean Du Bellay n’ignorait pas les accusations de collusion avec le cardinal de Carpi mais il s’en explique à Anne de Montmorency47. Si Carpi a soutenu l’attribution du décanat au plus ancien cardinal-évêque résidant à Rome, ce n’est pas pour l’obliger mais par conviction que Jean Du Bellay n’oserait pas accepter la fonction aux dépens de Tournon et que cela lui en ouvrirait l’accès, puisqu’il était évêque de Porto.

  • 48 G. Duruy, Le cardinal Carlo Carafa, op. cit., p. 78 et 88.

46En somme, la question du décanat est la partie la plus visible et au début la plus importante d’une affaire qui a son origine dans les séquelles de la mésentente au sein du parti français lors du conclave de Marcel II et, dans une moindre mesure, de celui de Paul IV, affaire qui fut aggravée par la déception de François de Tournon et ses répercussions politiques au moment où Carlo Carafa, mettant tout en œuvre pour conclure une ligue entre Paul IV et Henri II48, voulait éloigner de Rome Jean Du Bellay pour mieux y accueillir François de Tournon. Une fois le traité signé, il n’était plus nécessaire que Du Bellay, exclu des négociations, s’en aille.

47Resterait à évaluer l’influence des relations personnelles entre les principaux protagonistes : Jean Du Bellay s’entendait mal avec Hippolyte d’Este comme avec François de Tournon, et Charles de Lorraine se méfiait de lui. Quant à Carlo Carafa, il était déterminé à sacrifier le doyen, pourtant voulu par son oncle, pour mieux faire aboutir sa propre volonté de ligue avec la France, mais Jean Du Bellay ne semble pas avoir perçu cette opposition à son sujet entre Paul IV et son neveu.

48Ainsi, l’affaire du décanat s’envenima pour des raisons personnelles beaucoup plus que politiques. Elle conduisit aussi à donner une interprétation insidieuse des relations entre Jean Du Bellay et Rodolfo Pio de Carpi, et exagérée de ses ambitions personnelles.

49Lucien Romier était d’avis que l’affaire du décanat avait ruiné l’influence politique de Jean Du Bellay. Ce n’est que partiellement vrai car ce dernier eut un rôle non négligeable dans le conflit de 1556 mais, affaibli pour s’être définitivement brouillé avec le cardinal de Tournon et s’être attiré la malveillance de personnages importants des maisons d’Este et de Lorraine, il fut réduit à l’impuissance lorsqu’il perdit le soutien de Paul IV ; et il fut d’autant plus isolé après la capture d’Anne de Montmorency à la bataille de Saint-Quentin (10 août 1557) qu’il n’avait en France ni famille ni alliance que de bonne mais pas très haute noblesse et qu’il était absent de la cour depuis longtemps.

  • 49 BnF, fr. 20448, p. 283-286, à paraître dans CCJDB, t. VII.

50Peut-être pensait-il qu’il avait joué trop gros jeu quand, évoquant ce qu’il venait de vivre, il remerciait, en avril 1556, Dieu et le roi de l’avoir « tiré de ceste fange » et qu’il ajoutait que Dieu ne voulait pas que par confiance en lui on se jette « d’une fenestre en bas pour veoir s’il nous retiendra49 ».

Notes

1 Lucien Romier, Les origines politiques des guerres de religion, t. II, Paris, Perrin, 1914, p. 16-20.

2 Michel François, Le cardinal François de Tournon…, Paris, Éditions de Boccard, 1951, p. 316-317.

3 Louis de Saint-Gelais à Anne de Montmorency, 12 novembre. Correspondance politique de M. de Lanssac (Louis de Saint-Gelais), 1548-1557, éd. Charles Sauzé, Poitiers, Société française d’imprimerie et de librairie, 1904, no 146, p. 275.

4 Ribier, Lettres et mémoires, t. II, p. 481, à paraître dans CCJDB, t. VI.

5 Hierarchia, t. III, p. 26.

6 Louis de Saint-Gelais à Anne de Montmorency, 27 décembre. Correspondance politique de M. de Lanssac, no 169, p. 327.

7 Jean Du Bellay à Anne de Montmorency, 6 avril. Moscou, Arch. centrales des actes anciens, fonds 81, vol. 34, fos 315-316, à paraître dans CCJDB, t. VI.

8 Jean de Saint-Marcel, sr d’Avanson, à Henri II. BnF, fr. 20442, fos 229-231.

9 BnF, Clairambault 805, f° 103, à paraître dans CCJDB, t. VII.

10 BnF, Clairambault 348, f° 140, à paraître dans CCJDB, t. VII.

11 Voir Alain Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, École française de Rome, 1997, p. 40-50.

12 BnF, fr. 20448, p. 163-166, à paraître dans CCJDB, t. VII.

13 La copie de ce bref est conservée, ASV, Arm. XLIV, 4, fos 99-100, à paraître dans CCJDB, t. VII.

14 Dans sa lettre du 20 juillet à Henri II, Jean Du Bellay écrit avoir reçu ce bref lors du consistoire qui eut lieu « avant hier », soit celui du 17. ASV, Acta consist., Vicecanc., 7, f° 250v°.

15 Cette lettre n’a pas été retrouvée mais elle est mentionnée dans le post-scriptum de celle de Henri II à Jean Du Bellay le 18 septembre (Carpentras, Bibliothèque-Musée Inguimbertine, ms 490, fos 168vo-169, à paraître dans CCJDB, t. VII), dans celles de Jean Du Bellay à Henri II les 7 et 31 août (BnF, fr. 20448, p. 197-200 et p. 213-216, à paraître dans CCJDB, t. VII) et dans celle du 28 août à Anne de Montmorency (BnF, fr. 20448, p. 209-212, à paraître dans CCJDB, t. VII).

16 Jean Du Bellay à Henri II, 20 juillet. BnF, fr. 20448, p. 183-188, à paraître dans CCJDB, t. VII.

17 BnF, fr. 20448, p. 189-192, à paraître dans CCJDB, t. VII.

18 BnF, fr. 20448, p. 197-200, à paraître dans CCJDB, t. VII.

19 BnF, fr. 20448, p. 205-208, à paraître dans CCJDB, t. VII.

20 BnF, fr. 20448, p. 189-192, à paraître dans CCJDB, t. VII.

21 Bullarum, diplomatum et privilegiorum…, éd. Gaude Francesco, t. VI, Turin, Franco & Dalmazzo, 1860, n. VI, p. 502-504.

22 BnF, fr. 3142, fos 68-71, à paraître dans CCJDB, t. VII.

23 Modène, Archivio di Stato, Cancelleria estero, Ambasciatori, Roma 52, 283-XVII/17.

24 Modène, Archivio di Stato, Casa e stato, 149.

25 Hippolyte d’Este à Hercule II, 9 septembre. Modène, Archivio di Stato, Stato e Casa, 149.

26 J. Alvarotti à Hercule II, 1er octobre. Lettre citée par L. Romier, Les origines, op. cit., t. II, p. 18, n. 4.

27 Jean Du Bellay à Hercule II, 9 septembre. Modène, Archivio di Stato, Cancellaria Estero, Carteggio con Principi Esteri, Roma, Cardinali, 1329/54, à paraître dans CCJDB, t. VII.

28 BnF, fr. 3142, fos 50-56, à paraître dans CCJDB, t. VII.

29 Voir plus bas.

30 Comme George Duruy, Le cardinal Carlo Carafa (1519-1561), Paris, Hachette, 1882, p. 86-87, nous estimons que P. Norès se trompe quand il affirme que François de Tournon interrompit son voyage à Lyon parce qu’il n’était pas partisan de la ligue entre Paul IV et Henri II.

31 M. François, Le cardinal François de Tournon, op. cit., p. 316-319.

32 La corrispondenza di Bernardo Navagero, ambasciatore veneziano a Roma 1555-1558, éd. Daniele Santarelli, éd. électronique, 2011, no 28, p. 37. Voir aussi L. Romier, Les origines, op. cit., t. II, p. 19.

33 Carpentras, Bibliothèque-Musée Inguimbertine, ms 490, fos 168vo-169, à paraître dans CCJDB, t. VII. C’est, à notre connaissance, la seule mention de la réaction prêtée à Louis de Bourbon. Nous n’avons trouvé nulle part mention de l’abandon de son droit d’aînesse en faveur de François de Tournon indiqué par M. François, Le cardinal François de Tournon, op. cit., p. 316.

34 BnF, fr. 3142, fos 68-71 et 41-48, à paraître dans CCJDB, t. VII.

35 François de Tournon, cardinal depuis le 30 mars 1530, était devenu évêque de Sainte-Sabine le 18 février 1550, en même temps que Jean Du Bellay devenait évêque d’Albano (Hierarchia, t. III, p. 22 et 26). Quant à Louis de Bourbon, cardinal depuis le 1er juillet 1517, il devint évêque de Palestrina le 20 février 1550 (Idem, p. 17). Le titre de Sainte-Sabine qu’il portait depuis le 3 mars 1533 était en qualité de cardinal-prêtre (Idem, p. 79). Dans l’ordre des cardinaux-évêques Louis de Bourbon était donc l’aîné de Jean Du Bellay de quelques jours et François de Tournon de quelques minutes.

36 Jean Du Bellay à Henri II, 24 décembre : « Et ne m’appartient de m’enquerir pourquoy plus tostelle ne me a esté baillee, sinon que je croy en ma conscience, et par les actions de mondictsr le cardinal j’ay grande occasion de ainsi le penser, que, voyant le bruyctestre icy si commun dez devant son arrivee que vous m’en revoquiez avec honte, il avoit, comme prince d’honneur, voulu avoir reguard au long service, combien que inutile, que j’ay faicta vous, Sire, et a vostre Couronne, et qu’il luy faisoyt mal d’estre tenu pour ministre ung peu austere envers moy » (BnF, fr. 20448, p. 217-220, à paraître dans CCJDB, t. VII). Peut-on supposer que Charles de Lorraine n’a pas transmis plus tôt la lettre de rappel afin de ne pas susciter de difficultés avec Paul IV au moment des ultimes négociations avant la conclusion de la ligue, signée le 14 décembre ?

37 La corrispondenza di Bernardo Navagero…, op. cit., no 12, p. 14.

38 Lettre du nonce S. Gualterio du 14 octobre. Nonciatures de France, éd. Ancel René, Paris, Gabalda, 1911, t. I, 2, no 123, p. 285-286.

39 Moscou, Arch. centrales de actes anciens, fonds 81, vol. 45, f° 86, à paraître dans CCJDB, t. VII.

40 BnF, fr. 5676, f° 214, à paraître dans CCJDB, t. VII. Voir aussi les réactions de Jean Du Bellay à cette nouvelle dans sa lettre du 15 mai à Henri II (BnF, fr. 20448, p. 291-294) et du 18 mai à Anne de Montmorency. Paris, Arch. du ministère des aff. étr., correspondance politique ancienne, Angleterre 11, fos 309-310, à paraître dans CCJDB, t. VII.

41 BnF, fr. 3117, p. 119.

42 Hierarchia, t. III, p. 62-63.

43 La corrispondenza di Bernardo Navagero…, op. cit., no 12, p. 14.

44 A. Serristori à Côme Ier, 24 octobre 1555. Florence, Arch. di Stato, Mediceo del Principato 3274, f° 460.

45 Lettres du cardinal Charles de Lorraine (1525-1574), éd. Daniel Cuisiat, Genève, Droz, 1998, no 237, p. 205.

46 Nonciatures de France, op. cit., t. I, 2, no 114, p. 266-267 ; voir aussi les textes cités par G. Duruy, Le cardinal Carlo Carafa, op. cit., p. 87-88.

47 Lettre de fin août-début septembre. BnF, fr. 3142, fos 60-62, à paraître dans CCJDB, t. VII.

48 G. Duruy, Le cardinal Carlo Carafa, op. cit., p. 78 et 88.

49 BnF, fr. 20448, p. 283-286, à paraître dans CCJDB, t. VII.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search