Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

II. Le cardinal et l’Église

Le cardinal Jean Du Bellay et ses bénéfices en France sous François Ier et Henri II

Cédric Michon

Texte intégral

  • 1 Voir la contribution d’Alain Tallon dans le présent ouvrage.

1Evêque ou archevêque de bayonne (1524-1532), Paris (1532-1551), Limoges (1541-1546), Bordeaux (1545-1551 ; 1559-1560), Le Mans (1546-1556), Tréguier (1548), Saint-Brieuc (1553) ; abbé de Breteuil (1527-1535), Longpont (1531-1545), Saint-Gildas de Bourges (1532- ?), Saint-Maur-des-Fossés (1532-1551 (?)), Saint-Honorat de Lérins (1532-1545), Saint-Martin d’Aumale (1533-1534), Barbeaux (1534-1545), Cormery (1535-1545), La Trappe de Mortagne (1535-1538), Saint-Vincent-du-Mans (1537 (?)-1554 (?)), Notre-Dame-de-l’Aumône, dite le Petit-Citeaux (1537-1538, au moins, peut-être 1536-1540), Fontaine-Daniel (v. 1543-1560 (?)), Aniane (1544-1546), Pontigny (1544-1560), Notre-Dame des Escharlis (1546-1551 (?)), Montolieu (1546 ?-), Tiron en Chartrain (1551 (?)-1560), L’Épau (1557-1560), Sainte-Marie d’Aulps (1554-1560) et Entremont (15561560) ; prieur de Saint-Pourçain (1547-1550) et sans doute de beaucoup d’autres petits bénéfices dont la liste nous échappe largement, Jean Du Bellay est l’incarnation du prélat cumulard (voir carte page suivante). Cela ne signifie pas, on le sait, qu’il se désintéresse de la fonction pastorale ni de la question de la réforme de l’Église, aussi bien séculière que régulière. Cet aspect, particulièrement complexe dans l’absolu, et sans doute encore plus dans le cas du cardinal, ne sera pas abordé ici. On se reportera au chapitre d’Alain Tallon dans le présent livre. Tout au plus retiendra-t-on qu’il est significatif que la première trace que l’on ait d’une opposition du cardinal à une mesure précise de réforme de l’Église se situe en 1547 lorsqu’il proteste contre la décision de Paul III d’interdire aux cardinaux de posséder plus d’un évêché1. Dans la présente contribution, trois questions sont abordées en priorité. Il s’agit d’une part d’essayer d’établir la liste la plus précise possible des bénéfices qui ont été détenus par Du Bellay ; ensuite, d’analyser les stratégies du cardinal pour accroître sans cesse le nombre de biens ecclésiastiques dont il dispose ; enfin, il s’agit d’essayer d’estimer les revenus tirés de ces bénéfices, lesquels lui permettent de financer tous ses projets.

LES BÉNÉFICES DÉTENUS PAR JEAN DU BELLAY EN FRANCE

  • 2 Les informations fournies dans cet article complètent et corrigent un certain nombre d’attributions (...)

2L’établissement d’une liste à peu près fiable des bénéfices détenus par Du Bellay, qui implique le dépouillement de dizaines de fonds d’archives départementaux, est facilité par l’exceptionnel outil de travail que constitue l’édition de la correspondance du cardinal2.

Maximus cumulator episcopatuum : les sept évêchés et archevêché du cardinal Du Bellay

  • 3 Gall. christ., t. I, col. 1320.
  • 4 ASV, Arch. consist., Acta vicecanc., 7, f° 95, bulle du 18 mai 1551 ; CCJDB, t. V, p. 5.

3Le premier évêché obtenu par Jean Du Bellay est, on le sait, celui de Bayonne3. Très rapidement, il ambitionne mieux et, à partir de 1529, il est sur les rangs pour obtenir l’évêché de Paris. Il lui faut toutefois attendre la mort de François Poncher, le 1er septembre 1532, pour parvenir à ses fins. Vingt ans plus tard, le 18 mai 1551, il résigne l’évêché (en même temps que le prieuré de Saint-Éloi et l’abbaye de Saint-Maur) en faveur d’Eustache Du Bellay, tout en restant usufruitier du revenu du temporel4.

  • 5 Pouillé du diocèse de Limoges : contenant la liste des évêques de Limoges, l’état des chartres, etc (...)
  • 6 AD Haute-Vienne, 3 G 471. Le 15 juin 1545, le chapitre cathédral s’adresse aux consuls et à l’évêqu (...)

4Après l’obtention de Paris, il lui faut attendre près de dix ans, pour que, le 22 août 1541, en étant nommé à Limoges, il puisse commencer sa collection d’évêchés5. Il se retrouve rapidement en procès avec les chanoines. En effet, Jean de Langeac, son prédécesseur, a lancé en 1537 la construction d’un nouveau palais épiscopal. Cela a nécessité un certain nombre d’échanges de parcelles qui donnent lieu à des procès, lesquels nous permettent de trouver traces de l’épiscopat de Du Bellay. On dispose ainsi pour l’année 1542 d’un « Mémoire contre Monseigneur Du Bellay, cardinal, évêque de Limoges, pour le dédommagement prétendu par le Chapitre à cause des jardins et château de Jean de Langeac6 ». Lorsqu’Antoine Sanguin lui succède en 1546, Du Bellay est déjà titulaire de Bordeaux depuis deux ans.

  • 7 Sur Jean Du Bellay et Bordeaux, voir CCJDB, t. III, p. 279 et CCJDB, t. V, p. 4 n. ; Hierarchia, t. (...)

5L’obtention de l’archevêché de Bordeaux est le résultat d’une longue convoitise. Après une première tentative avortée en 1529, Du Bellay doit attendre la mort de Charles de Gramont pour arriver à ses fins, le 17 décembre 1544, avant d’entrer en sa possession le 25 janvier 1545. Il conserve le bénéfice jusqu’en 1551. Après un intermède au cours duquel Jean de Monluc puis François-Michel de Mauny lui succèdent, il récupère l’archevêché le 15 février 1559. On signalera toutefois que l’administration perpétuelle de Bordeaux continue d’être attribuée à Jean Du Bellay. En 1553, il négocie avec François de Mauny la permutation de Bordeaux contre l’évêché de Saint-Brieuc et la réserve des deux tiers des fruits. François de Mauny est archevêque de Bordeaux du 13 septembre 1553 à sa mort, et Jean Du Bellay redevient administrateur le 15 février 15597.

  • 8 Sur Jean Du Bellay évêque du Mans en 1546, voir Hierarchia, t. III, p. 178. Sur le projet de permut (...)

6Avec Le Mans, dont son frère est titulaire depuis 1536, le cardinal Du Bellay est davantage en terre de connaissance. René Du Bellay résigne l’évêché du Mans en faveur de son frère dès 1542. Il ne meurt toutefois qu’en août 1546 ; c’est donc le 15 novembre de la même année que Paul III pourvoit Jean de cet évêché. Au début de l’année 1551, le cardinal envisage la permutation de son évêché du Mans. Finalement, il en dispose en faveur de son cousin Charles d’Angennes, qui devient évêque le 27 juillet 15568.

  • 9 Résignation du siège par Hippolyte d’Este : ASV, Arch. consist., Acta vicecanc., 7, f° 81 ; obtenti (...)
  • 10 CCJDB, t. III, p. 279 et Hierarchia, t. III, p. 154 et 157. Là encore, comme pour Tréguier, aucune (...)

7À côté de ces évêchés qui se situent sous le régime du concordat, Jean Du Bellay, obtient, au début du règne d’Henri II, deux évêchés qui se trouvent en pays d’obédience : Tréguier et Saint-Brieuc. Ces nominations, très brèves on va le voir, et qui interviennent après la moisson bénéficiale des années 1535-1545, qui correspond au moment où Du Bellay est en faveur auprès de François Ier, s’expliquent peut-être par la volonté du roi de France de conserver la main sur ces bénéfices de pays d’obédience qui lui échappent largement : en nommant à leur tête un cardinal, il s’assure qu’il n’aura pas de problèmes avec la Curie. Jean Du Bellay fait donc, pour commencer, un passage éclair de quelques mois sur le siège de Tréguier en 1548, non sans, vraisemblablement, un arrangement financier sur les revenus de l’évêché dont la nature nous échappe (a-t-il conservé les deux tiers des fruits comme il le fait pour Saint-Brieuc cinq ans plus tard ?). Ce que l’on sait, c’est qu’Hippolyte d’Este résigne ce bénéfice le 25 mai 1548. On sait ensuite, par une lettre du cardinal Jean de Lorraine, que Jean Du Bellay a, au début de l’été 1548, obtenu l’évêché, ici appelé de son ancien nom de Lantriguet. Enfin, on sait que Jean Jouvenel des Ursins, doyen de Notre-Dame de Paris et abbé du Petit-Cîteaux devient évêque de Tréguier en octobre ou novembre 1548. La teneur de la lettre de Jean de Lorraine qui fait un parallèle entre l’obtention de Tréguier et un projet d’échange de Bayonne et de Nantes entre lui-même et l’évêque de Bayonne François Poncher laisse supposer que le passage par Tréguier correspond également à un échange de bénéfices entre Du Bellay et Jean Jouvenel des Ursins9. Deuxième évêché breton (et dernier, semble-t-il), à tomber dans l’escarcelle de Du Bellay, celui de Saint-Brieuc. Lorsque François-Michel de Mauny, évêque de Saint-Brieuc, devient archevêque de Bordeaux, c’est Jean Du Bellay qui lui succède sur le siège breton, le 13 septembre 1553, pour fort peu de temps toutefois (exactement comme pour Tréguier), puisqu’il résigne l’évêché en faveur de Jean Du Tillet dès le 18 du même mois, en prenant bien soin cependant de conserver les deux-tiers des fruits – tout comme il l’avait fait en résignant Bordeaux10.

8Pour être complet, on rajoutera qu’après son accession au cardinalat, Jean Du Bellay est d’abord cardinal-prêtre de Sainte-Cécile (mai 1535), de Saint-Pierre-aux-Liens (26 octobre 1547), de Saint-Adrien (9 avril 1548), de Saint-Chrysogone (25 février 1549), puis cardinal-évêque d’Albano (28 février 1550), de Frascati (29 novembre 1553), de Porto et Sainte-Rufine (11 décembre 1553) et enfin, comme doyen du Sacré-Collège, évêque d’Ostie et Velletri (29 mai 1555).

9« Maximus cumulator episcopatuum » Jean Du Bellay, avec ses sept diocèses (dont un archidiocèse) n’estpas loin, si on le replace parmi ses contemporains, d’égaler les plus impressionnants d’entre eux tel Jean de Lorraine avec ses onze diocèses (dont trois archidiocèses). Les diocèses les plus riches tels Albi, Auch ou Narbonne lui échappent toutefois. Quoi qu’il en soit, la liste des bénéfices détenus par Jean Du Bellay ne s’arrête pas là puisqu’aux évêchés et archevêchés, il faut ajouter les abbayes.

« Homme haicgneux, comme sont moynes11 » : au moins vingt abbayes pour Jean Du Bellay

  • 11 CCJDB, t. V, p. 33.
  • 12 Gall. christ., t. IX, col. 806 ; voir aussi Ambassades en Angleterre, 33, 180, 380, 542 et CCJDB, t (...)
  • 13 Gall. christ., t. IX, col. 477 et CCJDB, t. I, 271-272, 277, 279, 282, 287; t. II, 192; t. III, 82n (...)
  • 14 Pour Trincant, voir ms Ste Geneviève 537, f° 171 ; sur les lettres de Dinteville, voir CCJDB, t. I, (...)
  • 15 Nomination : Gall. christ., t. III, col. 1207 ; permutation : C. A. Fr. Ier, t. V, p. 35, no 14840  (...)

10La première abbaye détenue par le cardinal est celle de Breteuil-sur-Noye, dans le diocèse de Beauvais dont il devient abbé commendataire en 1527. Il résigne l’abbaye en faveur d’Hippolyte d’Este en 153512. Par la suite, il détient l’abbaye de Longpont entre 1531 et 1545. Il en est d’ailleurs le premier abbé commendataire. Il la résigne en 1545 en faveur du dominicain Gabriel Guzman13. Plus confuse est sa relation avec l’abbaye de Saint-Gildas de Bourges (près de Chateauroux). Si Trincant affirme que Jean Du Bellay en aurait été abbé, la Gallia Christiana ne mentionne pas Du Bellay dans la liste des abbés pour les années 1512-1571, mais une lettre de François de Dinteville à Du Bellay du 5 août 1532 l’informe que « toutes vos abbayez […] sont depeschees : desja vous a envoyé Omalle et Saint-Guidas ». Il n’est pas absolument certain cependant que Du Bellay ait été abbé de Saint-Gildas puisqu’une autre lettre de Dinteville semble signifier que c’est le cardinal de Gramont qui obtiendrait Saint-Gildas. Si Jean Du Bellay a été abbé de Saint-Gildas, c’est donc à partir de 1532, mais on ne connaît pas le terme de son abbatiat14. La même année, au printemps, François Ier nomme Jean Du Bellay abbé commendataire de l’abbaye de Lérins. Il le reste jusqu’en 1545, année où il échange l’abbaye avec Notre-Dame des Echarlis (diocèse de Sens) que détenait jusque-là Guillaume Pellicier, évêque de Montpellier, lequel récupère donc en échange Saint-Honorat. On sait que c’est dans le cadre de Saint-Honorat de Lérins que Jean Du Bellay rencontre Denys Faucher qu’il soutient dans ses entreprises de réforme15.

  • 16 Obtention de la commende : AN, L 456, no 12 et 13 ; sécularisation de l’abbaye : AN L 454 ; no 22 e (...)
  • 17 ASV, Arch. consist., Acta vicecanc., 7, f° 95, bulle du 18 mai 1551 ; CCJDB, t. V, p. 5.

11Ses relations avec Saint-Maur sont bien connues. Jean Du Bellay se voit promettre l’abbaye, ainsi que l’évêché de Paris, dès 1529. Toutefois, François Poncher ne meurt que le 1er septembre 1532 et ce n’est donc qu’à la fin de cette année que Du Bellay reçoit les deux bénéfices. Clément VII confère à Jean Du Bellay la commende de Saint-Maur en septembre 1532. Le 13 juin 1533, l’abbaye est sécularisée et les moines deviennent chanoines16. Du Bellay la résigne en faveur d’Eustache Du Bellay le 18 mai 1551 (en même temps que l’évêché de Paris et le prieuré de Saint-Éloi) tout en restant usufruitier du revenu du temporel17.

  • 18 Gall. christ., t. XI, col. 277 ; CCJDB, t. I, p. 271 et 275, et III, p. 456.
  • 19 Gall. christ., t. XII, col. 239 ; voir aussi CCJDB, t. I, 400, 406, 409, 510n ; t. III, 276n, 433 ; (...)
  • 20 Gall. christ., t. XII, col. 452 et XIV, col. 271 ; voir aussi CCJDB, t. III, 200, 276n, 327, 417n. (...)
  • 21 Gall. christ., t. XI, col. 749-750.

12Par la suite, Jean Du Bellay perçoit les fruits de l’abbaye de Saint-Martin d’Aumale en 1533 et 153418. À l’été 1534, Jean Du Bellay obtient la commende de l’abbaye cistercienne de Barbeaux dans le diocèse de Meaux jusqu’à 1545, date à laquelle il la permute avec celle de Pontigny. Toutefois, une bulle du 28 mai 1551 indique qu’il touche alors encore des revenus dessus19. Après Barbeaux, Jean Du Bellay obtient l’abbaye Saint-Paul de Cormery (dans le diocèse de Tours) à la mort de Denis Briçonnet, le 18 décembre 1535. Là aussi, il procède en 1545 à une permutation avec celle de Pontigny qui était détenue par Jacques de Jaucourt20. En 1535 toujours, il obtient l’abbaye cistercienne de La Trappe, dans le diocèse de Sées, qu’il conserve jusqu’en 153821.

  • 22 Gall. christ. t. XIV, col. 465 ; G.M. Oury, « Au siècle de la Renaissance : l’abbaye de Saint-Vince (...)
  • 23 Tentative de 1535 : CCJDB, t. I, 459-460, 482 ; exemption fiscale de 1537 : C. A. Fr. Ier, t. IV, p (...)
  • 24 Il est, là encore, exempté de l’emprunt sur ce bénéfice pour les années 1537-1538 (C. A. Fr. Ier, t (...)

13Le cas de Saint-Vincent-du-Mans mérite que l’on s’y arrête quelques instants. Il souligne la difficulté qu’il y a à faire l’inventaire des bénéfices détenus par Jean Du Bellay. Saint-Vincent est rattachée à la congrégation de Chezal-Benoît depuis 1501. La Gallia Christiana ne donne que la liste des abbés élus dans laquelle ne figure pas, logiquement, Du Bellay. Un article de G.M. Oury dans Province du Maine, souvent cité, est utile mais ne cite aucune source et est imprécis et parfois inexact sur la chronologie (il fait mourir Du Bellay en 1556 par exemple22). On sait que le cardinal tente d’obtenir Saint-Vincent dès 1535. C’est au plus tard en 1537 qu’il l’obtient puisqu’il est exempt de l’emprunt des années 1537-1538 sur un certain nombre de bénéfices, dont celui-là. D’après G. M. Oury, qui ne donne pas de preuves, Du Bellay détient Saint-Vincent jusqu’à sa mort. Il en est au moins abbé commendataire jusqu’en 1554, puisque l’on sait qu’il la détient toujours en 1543, en 1548 (en février 1548, Henri II confirme les statuts de la congrégation de Chezal-Benoît et donne à cette occasion à Jean Du Bellay à titre viager l’administration du temporel), en 1549, en 1550, en 1551, en 1552 et en 155423. À peu près en même temps que Saint-Vincent du Mans, c’est-à-dire en 1536 ou en 1537, Jean Du Bellay entre en possession de l’abbaye Notre-Dame-de-l’Aumône, dite le Petit-Citeaux (La Colombe, Loir-et-Cher). Il la conserve au plus tard jusqu’en 154824.

  • 25 Albert Grosse-Duperon et Émile Gouvrion, L’abbaye de Fontaine-Daniel. Étude historique, Mayenne, 18 (...)
  • 26 Gall. christ., t. VI, col. 851. CCJDB, t. III, p. 275.
  • 27 CCJDB, t. III, p. 275-276 pour l’obtention de l’abbaye. Il est tentant de penser que c’est à tort q (...)
  • 28 C. A. Fr. Ier, t. V, p. 35, no 14840 ; Lettres autorisant le cardinal Du Bellay, abbé de Saint-Hono (...)
  • 29 François de Crequy, évêque de Thérouanne, reçoit des lettres, de Limours (21 février 1546) lui perm (...)
  • 30 Une bulle du 28 mai 1551 définit les droits et les obligations de Jean Du Bellay sur de nombreux bé (...)
  • 31 CCJDB, t. VII, à paraître. Lettre du cardinal à Henri II du 18 novembre 1557. On sait que Jean Chev (...)

14Il semble que Jean Du Bellay obtient Fontaine-Daniel lorsque Pierre Cordier (conseiller au Grand Conseil et abbé commendataire, en conflit avec Michel Le Fèvre, abbé élu) la résigne en sa faveur, sans doute vers 1543 ; en tout cas, c’est chose faite en 154525. Vers la même époque (en 1544), Jean Du Bellay devient le premier abbé commendataire d’Aniane, au moyen d’une stratégie pour le moins douteuse sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir. Il conserve l’abbaye jusqu’en 154626. C’est toujours en 1544 (à la mi-octobre) que Jean Du Bellay devient abbé de Pontigny. Il semble qu’il détienne l’abbaye jusqu’à sa mort le 16 février 156027. En 1546, Jean Du Bellay reçoit Notre-Dame des Echarlis dans le diocèse de Sens, en échange de Saint-Honorat de Lérins. Elle est toujours en sa possession en 1549, en septembre 1551 et en 155528. En 1546, Du Bellay ajoute l’abbaye de Montolieu à sa collection, pour une durée que nous ne connaissons pas29. Jean Du Bellay est ensuite abbé commendataire de l’abbaye de Tiron, dans le diocèse de Chartres, à partir de 1551 au moins, jusqu’à sa mort en 156030. En 1557, il remercie Henri II de « [lui] redonner l’abbaye de Lespau », ce qui laisse supposer qu’il l’a détenue auparavant, même si l’on en a trouvé aucune trace31. Il devient également abbé de Sainte-Marie d’Aulps (Savoie) en 1554. Toutefois, dans une lettre à Sébastien de L’Aubépine du 8 octobre 1554, le cardinal se plaint de ne pouvoir toucher les revenus de son bénéfice :

  • 32 CCJDB, t. VII, à paraître. Le cardinal a sans doute été victime dans l’affaire d’Aulps de la diète (...)

Monsr, est ant pourveu par nostre Sainct-Pere de l’abbaye d’Aux, comme vous ay ja escript, j’avois obtenu lettres du Roy adressantes a messrs de Vallaiz afin qu’ilz voulsissent permectre qu’on en prinstpossession a mon nom et me laiser jouyr des fruictz d’icelle […] Mais l’on m’a dictque, pource que n’ay eu leur nomination, ilz tiennent que ma provision est nulle ; et de faictont reffusé d’en laisser prendre possession.32

  • 33 ASV, Reg. Vat. 1853, fos 381-383. On dispose d’un « Placet du Roy de l’Abbaye d’Entremont ordre de (...)
  • 34 ASR, notai RCA 1453, fos 3-5.

15Il est ensuite abbé d’Entremont à partir de 1556. Paul IV lui donne en effet l’abbaye d’Entremont le 7 août 1556, après le décès de Thomas Bonnet, abbé du lieu33. Le 3 janvier 1560 Du Bellay remet la commende de l’abbaye d’Entremont à Gallois de Regard (« Gallesis Regard »), familier du pape34.

  • 35 Gall. christ., t. II, col. 274; CCJDB, t. V, p. 250. Sur François de Tournon comme prieur de Saint- (...)

16Enfin, dernier bénéfice dont j’ai pu trouver trace (ce qui ne signifie pas, on l’aura compris, qu’il n’y en a pas d’autres), le prieuré de Saint-Pourçain dans lequel Jean Du Bellay succède en 1547 à Jacques Colin. Ce prieuré (situé à Saint-Pourçain-sur-Sioule) dépendait de l’abbaye Saint-Philibert de Tournus dont François de Tournon était abbé depuis 1537 (François de Tournon récupère d’ailleurs par la suite le prieuré de Saint-Pourçain35).

  • 36 Joseph Bergin, « The Decline and Fall of the House of Guise as an Ecclesiastical Dynasty », The His (...)

17Là encore, si l’on compare Jean Du Bellay à Jean de Lorraine, on peut dire qu’il soutient fort bien la comparaison. Là où le cardinal de Lorraine détient treize abbayes en commende, Jean Du Bellay en détient dix-huit36. Jean Du Bellay, toutefois, comme pour les évêchés, convoite des bénéfices dont les revenus sont la plupart du temps nettement inférieurs à ceux détenus par Jean de Lorraine.

« Je n’ay parent ne amy en ce pays-la » : répartition géographique des bénéfices de Jean Du Bellay

  • 37 Je remercie vivement Sébastien Angonnet pour la réalisation des cartes.
  • 38 « Monsr de Valence [Jacques de Tournon] me a meu procès et faict mouvoir par d’aultres, dont il a e (...)
  • 39 Joseph Bergin, art. cit., p. 785-786.

18Sur la géographie des bénéfices détenus par Jean Du Bellay, il est intéressant de remarquer qu’une bonne part d’entre eux se trouve dans des régions où Jean Du Bellay ou ses premiers patrons (les Bourbon Vendôme et Montmorency) ont des attaches, c’est-à-dire un ensemble situé entre Le Mans et une large Île-de-France37. Dans le cadre des démêlés qu’il a avec Jacques de Tournon au sujet de son prieuré de Saint-Pourçain, qui dépend de l’abbaye Saint-Philibert de Tournus dont François de Tournon est abbé, Du Bellay explique d’ailleurs ses malheurs par la raison suivante : « Je n’ay parent ne amy en ce pays-la38 ». Il semble bien que Du Bellay a beaucoup plus de difficultés à obtenir des bénéfices en dehors de cet ensemble Maine-Touraine-Île-de-France, sauf pour les évêchés, qui sont dans la main du roi. En dépit de quelques exceptions, sa sphère d’influence est donc assez précisément circonscrite dans l’espace. Sa politique bénéficiale est ainsi assez comparable à celle de la deuxième génération des Guise mise en lumière par Joseph Bergin. Ce dernier a montré comment, tandis que le cardinal Jean de Lorraine et ses neveux, notamment Charles, détenaient des bénéfices répartis dans tout le royaume, à l’inverse, à partir de la décennie 1560, les Guises se recentrent sur leur sphere of influence, c’est-à-dire, les provinces de Lorraine, Champagne, Bourgogne, Picardie et Île-de-France39. Dans le cas de Du Bellay, à part quelques rares exceptions (Lérins, Montolieu, Saint-Pourçain), l’écrasante majorité de ses abbayes s’inscrivent dans l’espace défini plus haut. Quoi qu’il en soit de cette géographie bénéficiale assez claire, Jean Du Bellay n’en déploie pas moins une énergie impressionnante pour arrondir ses possessions, qu’il s’agisse d’évêchés ou d’abbayes, et, dans ses ambitions, ne se limite pas à cette région, n’hésitant pas, à l’occasion, à chasser loin de ses terres, souvent en vain.

À LA POURSUITE DES BÉNÉFICES

Une si longue attente

  • 40 Il est possible qu’il ait accompagné son frère Guillaume et Charles de Vendôme en mission auprès de (...)

19L’activité de Du Bellay au service du roi commence véritablement en septembre 1527, lorsqu’il accompagne Anne de Montmorency à Londres, puis qu’il y reste seul à partir du mois de novembre et jusqu’en février 152940. C’est pourtant depuis 1524 qu’il est titulaire de l’évêché de Bayonne, petit diocèse lointain aux faibles revenus. Le premier bénéfice n’est donc pas une récompense pour service rendu, ou alors d’un service si petit que l’on n’en a gardé aucune trace. Comme souvent sans doute, le premier diocèse a été attribué en raison des liens du candidat avec des individus puissants à la cour ou régionalement. La logique qui domine l’attribution du premier bénéfice est locale ou curiale. Elle n’est qu’exceptionnellement la conséquence des mérites personnels de l’impétrant. Dans le cas de Jean Du Bellay, la promotion à l’évêché de Bayonne puis à l’abbaye de Breteuil en Picardie s’inscrit sans doute dans la dynamique qui voit son frère Guillaume envoyé comme ambassadeur en Italie, grâce vraisemblablement à la protection de la famille Vendôme, et sans doute, déjà, d’Anne de Montmorency.

  • 41 Ambassades en Angleterre…, p. 33 et 338.

20À partir du moment où Jean se met à servir son souverain, il est en droit d’attendre des récompenses pour ses services, mais aussi pour entrer dans ses frais, car le service du roi à l’étranger coûte cher. Ainsi, lors de sa mission à Londres, il demande l’autorisation de faire venir de son abbaye de Breteuil « cent muictz [de blé] […] dont je mangeray bien une partie et vendray l’autre ». Cet épisode souligne que pour certains abbés en commende, les revenus bénéficiaux sont en partie justifiés par le service du roi. Il est donc prêt à en prélever une partie dans le cadre de ses missions. C’est d’ailleurs ce qu’il écrit dans une lettre à Montmorency dans laquelle il affirme qu’il ne souhaite rien d’autre que « [dépenser] mon bien à son service41 ». Toutefois, lorsque la dépense se fait trop forte, les prélats ambassadeurs demandent des réductions de décimes ou des bénéfices plus rémunérateurs.

21Pourtant, il faut attendre 1532 pour que Du Bellay obtienne le riche évêché de Paris. Durant huit ans il doit donc se contenter de Bayonne et de quelques abbayes. S’il n’a pas été pourvu entre 1528 et 1532, ce n’est pas faute de sièges vacants. En effet, sur les quatre années qui vont de 1528 à 1531, ce ne sont pas moins de trente et un diocèses qui ont changé de main et trente et un prélats qui ont été servis avant Jean Du Bellay. Qui sont ces hommes et comment justifier que le futur cardinal passe ainsi après tant d’autres ? Jean Du Bellay est en effet servi après des prélats italiens (Trivulce, Pucci, Saluces, etc.) que François Ier dote en priorité afin de disposer d’appuis à Rome ; après des individus influents ou liés à de puissantes personnalités de la cour (Antoine Duprat, Georges d’Armagnac, Jacques Babou, etc.) ; après les dynasties locales qui se résignent les évêchés (Pellissier, Dinteville) ; après l’aristocratie (Jacques d’Albret, Charles de Villiers de l’Isle-Adam) ; et enfin après certains théologiens (Guillaume Petit, Robert Cénalis). On signalera que Du Bellay n’est pas le seul à devoir attendre. Il partage cette patience imposée avec, parmi d’autres, François de Tournon, en attente d’un évêché plus rémunérateur que Bourges. Cette compagnie est un indice de la dureté de la concurrence et explique l’avidité et l’âpreté avec lesquelles Jean Du Bellay surveille le marché des bénéfices.

Le bal du vautour

  • 42 Alain Tallon montre dans le présent ouvrage que les principes gallicans habituellement défendus par (...)

22Jean Du Bellay, comme la plupart des prélats français de sa génération, ne remet pas en cause le concordat de Bologne. Jouant avec les règles du jeu et avec le pouvoir de patronage du souverain, il s’efforce d’obtenir les bénéfices qu’il convoite par une méthode en trois temps42. D’abord, il scrute le marché des bénéfices, à l’affût de toute vacance. Il orchestre ensuite un véritable lobbying pour obtenir l’objet de son désir et n’hésite pas, enfin, à payer pour l’obtenir. Il est frappant de voir avec quelle avidité il tourne autour des malades et, attentif aux macabres rumeurs des décès, revendique avec force arguments leur héritage. Avec son style inimitable, Jean Du Bellay, résume ainsi une succession de transferts à la suite de la mort de quelques prélats :

  • 43 CCJDB, t. I, p. 213.

Voyla les vendanges qui se font par decza a la chute des feuilles.43

23À d’autres moments, il déplore qu’« il ne meurt evesque ne riens ». Heureusement, les bonnes nouvelles chassent les mauvaises et le malheureux Du Bellay peut s’exclamer, cinq jours après cette triste constatation :

Dieu soyt loué de tout ! Depuys troys jours est venu advis que Monseigneur d’Aulx estoyt a l’extremité.

24Pourtant, trois bémols atténuent souvent sa joie.

25Le premier est la fausseté des rumeurs. Lorsque Du Bellay apprend que l’archevêque de Bordeaux, qu’on lui avait présenté comme moribond, n’est pas mort, il commente :

je ne suys pas d’opinion que le Roy se mesle plus de guerir les escrouelles : il aura plus d’honneur de ressusciter les évesques, combien que ce seroyt chose ung peu pernicieuse pour la chose publique.

26De la même manière, quelques années plus tard, au mois de septembre 1531, il écrit dans une lettre à François de Dinteville

  • 44 CCJDB, t. I, p. 213. Dans une lettre à Dinteville, Berthereau écrit la même chose « Monsr de Bayonn (...)

Monsr de Beziers rescuscea l’autre jour dont advint que je n’euz pas Sainct-Lucien.44

27Quelques années plus tard, le 26 juillet 1535, Anne de Montmorency écrit, de Villers-Cotterêts, à Jean Du Bellay que

  • 45 CCJDB, t. II, p. 31.

le Roy vous faict responce […] qu’il vous a donné l’abbaye de Sainct-Cornille [sans doute Saint-Corneille de Compiègne] si elle est vaccante ou vient à vacquer, a quoy j’auray l’œil.45

  • 46 CCJDB, t. II, p. 121 (Montmorency à Jean Du Bellay, 28 septembre 1535).

28Ce genre de promesse n’engage que ceux qui les croient. De même que Jean Du Bellay n’obtient jamais Saint-Lucien de Beauvais ou Saint-Corneille de Compiègne, de la même manière, il semble bien qu’il n’obtient jamais Saint-Pierre de Chalon-sur-Saône, malgré la promesse royale. Lors de l’agonie de Charles de Villiers de l’Isle-Adam, évêque de Beauvais, François Ier promet en effet Beauvais à Odet de Coligny et « Sainct-Pierre de Chaallon » à Du Bellay46.

  • 47 Arch. di Stato di Modena, busta 21, lettre de Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Verneuil, 1er jui (...)

29Le second élément qui atténue l’attrait des bénéfices vacants est la charge des pensions qui diminuent considérablement leurs revenus. Ainsi, l’ambassadeur de l’empereur nous apprend que, pour obtenir l’archevêché de Bordeaux, Du Bellay a accepté de verser pour 4 000 francs de pension (soit 4 000 livres tournois). Pire, sur décision de l’amiral d’Annebault, cette pension a été augmentée de 2 000 francs, pour atteindre 6 000 francs (6 000 livres tournois47). L’affaire ne se passe d’ailleurs pas très bien puisque, lorsque Du Bellay apprend que la charge des pensions a été ainsi augmentée, il se présente à la cour et une altercation l’oppose alors à l’amiral, qui nous est rapportée par l’ambassadeur de l’empereur et celui du duc de Ferrare :

  • 48 Jean de Saint-Mauris parle lui de « cent cops de poignard ».

Vous êtes, lui dit [l’amiral], le plus hâbleur des gentilshommes de France, et si vous n’étiez d’Église, par ma foi, je vous donnerais dix coups de poignard ». Le cardinal lui répond : « Je suis un homme de bien, mais c’est bien de vos pratiques de sans cesse faire le bravache avec qui ne fait pas profession des armes.48

30En l’occurrence, et malgré l’intervention de la duchesse d’Étampes, Saint-Maurice nous dit que « la piece est demeuree chargee desd. six mil frans ».

31Le dernier élément, enfin, est la multiplicité des candidats sur chaque poste. Ainsi, en 1529, lors de la maladie de Jean de Foix, l’archevêché de Bordeaux fait l’objet d’une rude concurrence. Du Bellay écrit à Montmorency :

  • 49 CCJDB, t. I, p. 134, 135, et 41-42.

trouveroye-je fort estrange que […] Ledict[ personnage désigné par un sigle non déchiffré] […] vint manger le pain en la main de ceulx à qui desja il est donné et qui font au Roy quelque service […] Si l’autre a si grant envye d’estre évesque, qu’il prenne mon évesché, le cas advenant de l’autre, et qu’il ne m’y empesche poinct et j’en seray content.49

32La concurrence amène des inimitiés. Jean Du Bellay s’acharne ainsi contre Gabriel de Gramont. Le différend entre les deux hommes commence au plus tard en 1527. Dans une lettre particulièrement perfide, Du Bellay rapporte des propos hostiles à Gramont qui auraient été tenus par le cardinal Thomas Wolsey :

  • 50 Ambassades…, p. 66-68.

Monseigneur de Tarbes […], par trop cuyder faire le subtil et ne l’estre poinct et trop donner à entendre qu’il est homme de pratique, mectles affaires en très grandz et évidens dangiers.50

  • 51 BnF, Dupuy, 495, f° 51.

33Gramont est obligé de se justifier51. La raison essentielle de l’hostilité de Du Bellay à l’égard de Gramont réside dans le positionnement des deux hommes sur le même champ de récompenses, avec un net avantage au second, qui, le 24 septembre 1529, obtient Bordeaux contre le premier et qui est promu cardinal dès 1530. La dimension personnelle de l’animosité apparaît à la suite de l’élection à Bordeaux de Gabriel et de sa promotion comme cardinal. À ce moment-là, Du Bellay se dit prêt à refuser un bénéfice car il se refuse à récupérer les miettes de Gramont :

  • 52 CCJDB, t. I, p. 135

Plustost vouldroye demourer toute ma vie comme je suys que de prendre les demourans, mesmes estans telz qu’ilz sont, de celluy qui n’a guerez myeulx servy que moy et qui auroyt myeulx occasion de se contenter d’avoir desja eu du Roy XX mil [livres tournois] de rente et réserves de plus de XL, oultre Bordeaulx qu’il eut l’an passé et oultre l’asseurance du chapeau, que moy qui ayt si peu receu de bien ne avancement.52

  • 53 BnF, fr. 3071, f° 23.

34Notons en passant que Gramont n’est pas rancunier : il propose un an plus tard la candidature de Du Bellay, qui n’est toujours que simple évêque de Bayonne, au chapeau de cardinal53.

  • 54 CCJDB, t. II, p. 227 (lettre de Marguerite de Navarre, du 28 décembre 1535), et Gall. christ., t. X (...)
  • 55 CCJDB, t. III, p. 295 (Jean Du Bellay à Georges d’Armagnac, Saint-Maur, 25 mars 1545).

35C’est parfois Jean Du Bellay qui essaie d’aller manger dans l’écuelle des autres. Ainsi, alors que l’abbaye de Saint-Martin de Séez est promise à Georges d’Armagnac, il essaie, en vain d’ailleurs, d’obtenir pour lui ce bénéfice54. De la même manière, après la mort en 1544 de Jean IV Philibert de Chales, le chapitre cathédral élit un successeur invalidé par François Ier qui désigne Nicolas de Saint-Séverin. Il semble que Jean Du Bellay tente de s’immiscer au sein de ce duel pour emporter la mise, en vain55. À propos de l’abbaye d’Aniane, Du Bellay se montre véritablement sans foi ni loi. Dans ce cas précis, non seulement il essaye de s’emparer d’une abbaye promise à un autre, mais de surcroît, il falsifie le nom de l’abbaye pour payer moins de droits de mutations. Bien lui en prend puisque, même s’il est démasqué, il l’emporte et devient le premier abbé commendataire d’Aniane. L’affaire est rapportée dans une lettre de Georges d’Armagnac à Jean Du Bellay du 28 octobre 1544

  • 56 CCJDB, t. III, p. 275. Georges d’Armagnac à Jean Du Bellay, 28 octobre 1544. Sur l’obtention d’Ania (...)

Monseigneur, le xxiiie du present j’ay seulement receu voz lettres du vi d’aoustavec celles du Roy pour la nomination de l’abbaye d’Agnyane en vostre faveur, de quoy j’ay esté aultant plus esbahy que je sçay avoir environ deux ans que led. seigneur y avoit nommé monsr Coqueron, auquel n’eust point esté refusee la commende s’il n’y eust eu aultre chose, et de ce je vous en puiz asseurer. Mais, pour ce qu’on vouloit faire passer lad. abbaye pour xxiiii ducatz et elle en doit payer viiic, ces seigneurs Reverendissimes de votre College ne la vouleurent passer ; ce plaignent encore que, pour les circunvenir et retenir ce qui leur apartient, on avoit mallicieusement faict supprimer et changer esd. lettres de nomination le vray non de lad. abbaye, de sorte, Monsr, que maintenant qu’ilz voyent que ces menees ce font par le moyen de vostre personne, ilz en sont plus esbahyz, ayans tousjours tant d’estime de vostre bonté et de l’amour que vous pourtez a toute la compagnie que vous serez le vray protecteur de leurs droictz et auctorité, et ne vouldrez souffrir qu’on leur face ung si grand dommaige. Et pour ce, Monsr, qu’il y va de vostre honneur et reputation, je vous ay bien voulu adviser qu’il seroit meilleur faire depescher lad. abbaye au non de monsr Coqueron, suyvant la premiere nomination dud. sr. En quoy faisant, et payant les droictz dud. College, j’espere, Monsr, et me faiz fort, que nostre Sainct-Pere luy en donra la commende.56

  • 57 CCJDB, t. I, p. 170.
  • 58 Voir notamment l’intervention d’Hémard en faveur du cardinal Du Bellay sur la question de la succes (...)

36Clairement, le mérite est la chose du monde la mieux partagée et, pour convaincre le roi d’attribuer tel bénéfice à tel prélat, il faut faire pression sur son entourage pour qu’il dirige dans la bonne direction son droit de patronage. Ainsi, apprenant que l’évêché de Limoges est vacant, Du Bellay n’hésite pas à faire intervenir Louise de Montmorency, maréchale de Châtillon et sœur du grand maître, auprès de Louise de Savoie57. De la même manière, il est important que l’ambassadeur du roi à Rome intervienne à la curie en faveur des candidats promus pour accélérer l’envoi des bulles. De ce point de vue, dans la décennie 1530, Jean Du Bellay peut compter sur l’activité de son ami Charles Hémard de Denonville58.

37Dernier obstacle à l’obtention des bénéfices, la lourdeur administrative romaine. Ainsi, à l’été 1534, Jean Du Bellay obtient en commende l’abbaye cistercienne de Barbeaux dans le diocèse de Meaux. Toutefois, il faut toute la vigilance de Charles Hémard de Denonville pour surmonter les obstacles :

  • 59 CCJDB, t. III, p. 406. Charles Hémard de Denonville à Jean Du Bellay, Rome, 6 juillet 1534.

Je vous envoye les bulles du Barbeau par ce courrier lequel je feray retarder jusques a mercredy affin qu’il les vous puisse porter. Vous ne m’avez envoyez le nom et cognom du derrenier possesseur par la mort duquel led. monastere est vacqué, dont j’ay estay en grand payne car l’on ne vouloit depecher lesd. bulles sans ceste expression disant que non erat solitum. Toutefoys, sçachent l’affaire que en aviez pour fruictz prochains, j’ay gaigné ce poinct pour ceste foys.59

  • 60 CCJDB, t. III, 2n et 172, 81 et 82, 295.

38Parfois, les soutiens multiples ne suffisent pas. Parmi les bénéfices convoités en vain par Jean Du Bellay et qui ont pu être identifiés, on peut citer outre Saint-Lucien de Beauvais, Saint-Corneille de Compiègne et Saint-Pierre de Chalon, déjà évoqués, l’abbaye de Saint-Martin-de-Sées, celles d’Igny (dans le diocèse de Reims), celle de La Valasse (dans le diocèse de Rouen) ainsi que l’évêché de Saint-Jean de Maurienne60.

« Le désir que j’ay que soiez mon evesque61 » : Montmorency protecteur du cardinal dans la poursuite des bénéfices

  • 61 CCJDB, t. I, p. 87 (24 septembre 1529).
  • 62 Il est bien entendu que la relation vassalique est ici entendue en un sens symbolique, la dépendanc (...)

39En dépit de ces échecs, on a vu que Du Bellay parvient tout de même à réunir une belle collection de bénéfices. Ces succès s’expliquent au départ par le fait qu’il dispose d’une carte maîtresse en la personne d’un puissant protecteur. Dans le jeu concordataire en effet, pour obtenir des bénéfices, il faut agir sur les membres de l’entourage royal qui peuvent obtenir des récompenses pour leurs protégés. Dans le cas de Du Bellay, c’est Montmorency qui joue le rôle de protecteur, à tel point que la relation des deux hommes se développe sur un mode qui emprunte au vocabulaire vassalique62. Lorsqu’il demande à Montmorency d’intervenir en sa faveur pour obtenir l’évêché de Paris et l’abbaye de Saint-Maur, Du Bellay se justifie ainsi :

  • 63 CCJDB, t. I, p. 97 (4 octobre 1529) et p. 192 (16 août 1530).

La principalle raison pourquoy je trouveroy ce mariaige de Paris et Saint Mor bon, je vous promectz ma foy que ce seroyt pour dèz ceste heure ficher mon pied pour jamais auprès de celluy soubz la bannière duquel je vivray et mourray.63

40Quelques mois plus tard, il écrit au grand maître qu’il a « de plus en plus […] envye d’entrer soubz la bannyere de vostre parroisse ». De son côté, Anne de Montmorency, lorsqu’il annonce à Du Bellay le 24 septembre 1529 que le roi lui accorde l’évêché de Paris associé à l’abbaye de Saint-Maur, s’en réjouit en lui écrivant :

de quoi vous pouvez penser que je n’ay moindre plaisir que vous, tant pour le désir que j’ay que soiez mon evesque que pour l’affection que j’avois de vous aider à recouvrer chose en lieu a propos que puissiez estre satisfaict.

41Il est amusant de souligner que Montmorency, bien conscient du caractère insatiable de Du Bellay en matière de bénéfices poursuit :

  • 64 CCJDB, t. I, p. 87 (24 septembre 1529).

et aussi me semble-t-il, que ayant cela avec vostre abbaye de Brethueil aurez occasion de vous contenter pour ce coup, ensemble de l’affection et grande volunté que lesd. seigneur et Dame vous portent.64

42À partir de la fin de la décennie 1530, dans le cadre d’un certain refroidissement des relations entre le connétable et le cardinal, puis de l’affaiblissement politique du premier, Jean Du Bellay va de plus en plus devoir compter sur lui seul ; il est alors de taille à le faire et continue d’ailleurs à faire profiter ses protégés de son droit de patronage.

L’ombre portée de la puissance ecclésiastique de Jean Du Bellay : un cardinal pourvoyeur de bénéfices pour sa famille et pour ses serviteurs

  • 65 CCJDB, t. I, p. 246, 247 et 272 (Gall. christ., t. XIV, col. 1023 et 497). Concernant l’évêché du M (...)

43Jean Du Bellay procure en effet des bénéfices à sa large parentèle et à ses clients. On pense bien sûr au poète Joachim et à sa prébende à Notre-Dame, mais aussi à Eustache Du Bellay, qui, avant de succéder au cardinal comme évêque de Paris, est nommé chanoine des églises de Paris et du Mans par son cousin. De la même manière, son frère René lui doit sans doute le prieuré de Nogent-le-Roi dans le diocèse de Chartres, l’abbaye de Saint-Méen-de-Gael dans le diocèse de Saint-Malo ainsi que l’abbaye du Gué-de-l’Aulnay dans le diocèse du Mans, puis son évêché du Mans lui-même en 153665. D’ailleurs, c’est à Jean que René a recours lorsqu’il a des difficultés avec les moines de Fontaine-Daniel.

  • 66 ASR, notaires du tribunal de l’Auditor Camerae, notaire Savius, J, vol. 6462, fos 100-133 (année 15 (...)
  • 67 BnF, fr. 10485, f° 175 [publié dans CCJDB, t. III, p. 286-287] ; BnF, fr. 10485, f° 176.

44Jean Du Bellay se sert également de ses bénéfices et de leurs revenus considérables pour soutenir sa famille. Il est en relation d’affaires avec ses frères Guillaume puis Martin. En 1556 encore, il passe un contrat avec Martin sur la châtellenie de Montigny66. Toutefois, Jean Du Bellay est un chef de clan dur, froid, et conscient de ses intérêts. Ses lettres à ses frères laissent rarement transparaître une affection particulière, moins en tout cas que certaines missives à Odet de Châtillon voire à Anne de Montmorency. Le soutien accordé à ses frères s’accompagne de féroces négociations financières. Martin se plaint d’ailleurs d’une série d’engagements financiers contractés à son égard par Jean, qui n’ont pas été tenus. Pour autant, le jour même où il confie ses malheurs à son cousin Eustache, il tait son mécontentement dans une lettre adressée au cardinal et modestement signée : « Votre humble et obéissant frère, Martin Du Bellay » qui contraste avec la signature plus à l’aise de sa lettre à Eustache : « Votre meilleur cousin et amy. Martin Du Bellay67 ». La dureté de Jean à l’égard de son frère Martin s’explique peut-être par le coût représenté par le soutien apporté à son frère aîné, Guillaume et à Martin qui a hérité de ses dettes (cf. plus loin).

45Jean Du Bellay n’est toutefois pas seulement le chef d’un clan familial ; c’est aussi un patron qui place ses serviteurs. Si la cure de Meudon obtenue pour Rabelais en est l’exemple le plus célèbre, les bénéfices reçus par Jean Jouvenel des Ursins, Olivier Le Doyen, Jean Brouiller ou Jean Moreau soulignent combien les multiples résignations du cardinal Du Bellay sont en fait le révélateur de l’ampleur de sa clientèle. Ainsi par exemple de la résignation de l’évêché de Tréguier en faveur de Jean Jouvenel des Ursins à l’automne 1548. La multiplication des résignations est un moyen pour le cardinal de récompenser ses clients. Il ne se dépouille pas pour autant, puisque ces résignations sont presque toujours accompagnées d’une réserve de pension comme on le verra plus loin.

  • 68 Pour tout ce qui suit, voir CCJDB, t. III, p. 250.
  • 69 Sur les deux derniers bénéfices, voir BnF, nouv. acq. lat. 2501, fos 36-37.

46C’est sans doute Jean Moreau qui est la version la plus aboutie du serviteur bien pourvu en bénéfices par son patron68. Chanoine-prêtre de Notre-Dame de Paris dès le 12 mai 1534, Jean Moreau est licencié ès lois et demeure en l’hôtel épiscopal de Paris. Il a auprès de Jean Du Bellay le titre de secrétaire, de grand vicaire et de procureur. Il est en tout état de cause l’un de ses principaux hommes d’affaires. Jean Du Bellay le fait d’ailleurs venir à Rome en 1555. Il est également détenteur d’une cure dans le diocèse de Beauvais, d’une autre (celle de Cossigny-en-Brie) dans le diocèse de Paris, d’une autre encore dans l’évêché de Tréguier ainsi que du prieuré de Souday au diocèse du Mans, d’un canonicat au chapitre cathédral du Mans, et de l’archidiaconé du Passais69. À l’exception du premier, tous ces bénéfices relèvent du patronage de Jean Du Bellay.

  • 70 AD 72, H 242, H 159 et René de Saint-Venant, Dictionnaire topographique, historique, biographique, (...)

47Au croisement des intérêts familiaux et du placement de ses protégés, Jean Du Bellay joue également un rôle essentiel dans la création d’une nouvelle paroisse à Glatigny, la seigneurie familiale. Il y avait en effet à Glatigny une chapelle domestique dédiée à Sainte-Barbe. Cette chapelle est érigée en paroisse en 1547 à la demande de Martin, mais grâce au soutien du cardinal. En effet, l’érection en paroisse de la cure de Sainte-Barbe de Glatigny, distraite de celle de Souday n’est possible que par le soutien du cardinal et de tous ses clients. Le prieuré de Souday dépendait de l’abbaye de Saint-Vincent du Mans. Or, en 1547, au moment de l’opération, Jean Du Bellay est abbé commendataire ; Jean Moreau, que l’on a vu tour à tour secrétaire, grand-vicaire et procureur du cardinal, est prieur de Souday ; Jean Brouiller, chanoine du Mans est, de son côté, vicaire général de Du Bellay et procureur de ce dernier (en 154970).

« J’AY VEU VOSTRE LECTRE DU XXVIe DU PASSÉ ET N’Y PARLEZ POINCT D’ARGENT71 » : APPROCHE FINANCIÈRE DES BÉNÉFICES DE JEAN DU BELLAY

  • 71 CCJDB, t. V, p. 249, Jean Du Bellay à Jean Moreau, Rome, 11 juin 1549.

48Si Jean Du Bellay est un grand chasseur de bénéfices il est également très attentif aux revenus qu’ils peuvent lui apporter. Toutefois, s’il est difficile d’établir l’ampleur de ses possessions ecclésiastiques, il est encore plus compliqué d’estimer avec précision les sommes qu’ils lui rapportent.

De multiples difficultés pour estimer les revenus de Du Bellay

  • 72 AN, MC, ét. VIII, 198 ; voir aussi ét. viii, 199, 22 juin 1548, et ét. viii, 200, 23 mars 1549.
  • 73 AN, MC, ét. VIII, 219, 22 octobre.

49La question de l’estimation des revenus ecclésiastiques du cardinal Du Bellay est en effet extrêmement complexe, à tous les niveaux. D’entrée de jeu, il est difficile d’établir la liste des bénéfices détenus par Du Bellay. Il faut ensuite estimer les revenus de chacun de ces bénéfices, ce qui se traduit à nouveau par des difficultés multiples : il faut faire la part des revenus théoriques (déjà difficiles à déterminer), des prélèvements divers (décimes, emprunts forcés, pensions, frais d’entretiens des bâtiments religieux) et, à l’inverse, des revenus exceptionnels. Les montants peuvent ainsi varier considérablement. Pour ne prendre qu’un exemple de revenu exceptionnel, celui des coupes de bois de l’abbaye de Pontigny : le 17 mars 1548, Jean Moreau vend au nom de Du Bellay 400 arpents de bois dans les forêts de Pontigny, à raison de 89 livres l’arpent, soit un total de 35 600 l.t.72, alors que les revenus de l’abbaye sont affermés à hauteur de 8 000 l.t. et 300 bichets d’avoine par an73. Cette année-là, l’abbaye de Pontigny rapporte donc à Du Bellay cinq fois ses revenus ordinaires. Il n’est pas certain pour autant que Du Bellay touche une seule livre tournoi de cette vente qui intervient peut-être uniquement pour effacer les dettes de Guillaume.

  • 74 CCJDB, t. III, no 597, p. 199-200 et no 600, p. 203-205, ainsi que t. IV, no 882, p. 247.
  • 75 Guillaume et Martin Du Bellay, Mémoires, V.-L. Bourrilly et F. Vindry éd., Paris, 1908-1919, t. IV, (...)
  • 76 CCJDB, t. III, p. 199-200.
  • 77 AN, MC, ét. VIII, 191, 12 janvier 1546.
  • 78 AN, MC, ét. VIII, 220, 23 août et 25 septembre 1554. Les revenus de Saint-Vincent du Mans sont esti (...)

50En effet, la famille Du Bellay n’était pas riche et la succession de Guillaume a pesé fort lourd, et pendant longtemps, sur les revenus du cardinal74. À en croire les mémoires des frères Du Bellay, à sa mort, les dettes de Guillaume s’élevaient à 300 000 l.t., chiffre absolument considérable, également donné par Jean dans une lettre du 2 janvier 1549 au cardinal de Guise (« ma maison, que feu monsr de Langey laissa endebtee de IIIcc mil livres75 »). Très concrètement, cela signifiait qu’une partie des revenus de Jean était directement reversée aux créanciers de Guillaume. Ainsi, dès la mort du seigneur de Langey, le Lucquois Vincent de San Dandino et le Florentin Raphael Corsini réclament à Jean une assignation de 900 écus sur l’abbaye de Cormery qui leur a été promise par Guillaume76. En 1546, encore, Martin Du Bellay s’oblige à l’égard d’Albert de « Sainct-Donyno », marchand demeurant à Lyon, pour une somme de 16 000 l.t., remboursable en cinq ans à raison de 3 200 l.t. par an, assignée par Jean Du Bellay sur les revenus de l’abbaye de Saint-Vincent du Mans77. En 1554, une autre assignation d’un montant de 6 423 l. 2 s. 5 d. est signée, sur la même abbaye, en faveur de Giovan Francesco Bini, pour le remboursement d’une dette de Martin Du Bellay, toujours reprise de son frère Guillaume78. On pourrait multiplier les exemples de cette nature.

  • 79 CCJDB, t. I, p. 135.
  • 80 BnF, fr. 20506, f° 93 ; Correspondance du cardinal François de Tournon, M. François éd., 1946, p. 3 (...)
  • 81 AD 33, G 330, G 516, G 523.
  • 82 AD 33, 3 E 1066 et Paul Roudié, « Les embarras financiers de François Ier et leurs répercussions en (...)

51Il faut tenir compte d’autres prélèvements à la source. Ces derniers interviennent parfois au moment de l’attribution des bénéfices, mais sont parfois récurrents, notamment dans le cas des pensions. Dans le premier cas, on peut rappeler que Du Bellay propose en 1530, si le roi lui accorde l’archevêché de Narbonne « qui est affermé XVIIm l. », de lui verser 10 000 livres tournois79. Une autre coutume consiste à recevoir des bénéfices en échange du paiement de pensions à des prélats italiens chargés de défendre les intérêts du roi de France à la Curie. C’est ce qui arrive à Jean de Langeac ou aux cardinaux de Lorraine et de Tournon80. C’est également, on l’a évoqué, le cas de Du Bellay sur Bordeaux. Ce dernier exemple permet de souligner les difficultés qu’il y a à essayer d’estimer les revenus d’un bénéfice, puisque, selon les sources invoquées (bordelaises, diplomatiques ou romaines), les revenus bordelais de Du Bellay peuvent être estimés entre 10 000 l.t. et… presque rien ! Le premier chiffre est, on va le voir, le plus fiable. Si l’on ne dispose pas d’estimations romaines pour les revenus de l’archevêché, on sait en revanche qu’il est taxé à 4 000 florins, soit à peu près 12 000 l.t., qui doivent être payées par tout nouveau titulaire. Ce montant place Bordeaux dans le premier tiers des diocèses français pour ce qui est des taxes romaines. Par ailleurs, ses revenus sont estimés à 8 000 l.t. en 154481. Cela signifie-t-il que Jean Du Bellay dispose, lors de l’obtention du siège, en 1545, de 8 000 l.t. de revenus ? Non, et pour diverses raisons. La première, on le voit bien, est que la taxe romaine le prive de l’intégralité de son revenu la première année, et ampute même celui de l’année suivante ; la seconde, que le temporel de l’archevêché a été saisi en 1544 ; la troisième, qu’il ne prête serment pour le temporel que le 3 août 1546 ; la quatrième, que, suite à un accord du 17 février 1504, les archevêques de Bordeaux doivent consacrer un quart de leurs revenus à la réparation du palais épiscopal et des prisons qui en dépendent82. En admettant que le temporel lui soit remis et qu’au terme de la deuxième année de possession, la taxe romaine ait été intégralement remboursée, ce sont chaque année au moins 2 000 l.t. qui lui échappent au titre des réparations de la cathédrale. Dernier point : on a vu que, pour obtenir ce bénéfice, Du Bellay avait été contraint d’accepter de payer pour 6 000 l.t. de pensions. Si l’on tient compte de ce prélèvement, il ne reste théoriquement plus grand-chose à Jean Du Bellay, sur un revenu de départ de près de 8 000 l.t. Et encore, c’est compter sans les décimes. Jean Du Bellay réclame d’ailleurs leur diminution. Il obtient qu’elles soient d’un sol par livre, soit un vingtième du revenu total. En 1553, par exemple, elles sont de 300 l.t., soit, pour cette année-là des revenus, qui, avant les prélèvements divers, ne devraient pas, normalement, dépasser les 6 000 livres. Cela signifie-t-il que le cardinal ne touche rien de son archevêché, voire qu’il est déficitaire ? Non, car il ne respecte pas les engagements passés entre ses prédécesseurs et le chapitre. Ainsi, entre 1544 et 1550, il ne paie pas une seule fois les 2 000 livres dues au titre des réparations de la cathédrale et des prisons. Le 18 mars 1550, le Grand Conseil le condamne d’ailleurs à payer ce qu’il doit sur ce point. S’ajoutent à cela les problèmes qui font suite à la révolte de la gabelle de 1548. Du Bellay, dans une lettre à Henri II du 3 janvier 1549, se plaint avec les mots suivants :

  • 83 CCJDB, t. V, p. 9.

Vray estque, pour m’achever de paindre, ceste annee je ne recepvray riens de Bourdeaulx, qui estoyt ma mere nourrisse, et peu les annees subsequentes, ainsi que mes gens m’ont mandé.83

  • 84 AD 33, G 804 (cet accord intervient entre 1553 et 1560, sans qu’il soit possible d’être plus précis (...)

52On le voit, la gestion des revenus d’un diocèse est une affaire compliquée. C’est la raison pour laquelle Jean Du Bellay choisit d’affermer ses revenus bordelais à des banquiers italiens, les Parenty et Barthely, et cela « à raison de 10 000 livres par an84 ». C’est là la seule information à peu près fiable. On peut donc considérer que l’archevêché de Bordeaux rapporte 10 000 livres à Jean Du Bellay dans la décennie 1550. Le cas de Bordeaux pourrait être généralisé.

  • 85 ASV, Reg. Vat. 1734, f° 3.

53La même remarque peut être formulée lorsqu’il s’agit de proposer une estimation globale car, même sans tenir compte des bénéfices appartenant à Du Bellay et qui ont pu nous échapper, on découvre, au hasard des archives, que Du Bellay continue à toucher des revenus sur des bénéfices qu’il ne détient plus ! Pour ne prendre qu’un exemple, celui de l’année 1551, on sait par une bulle du 28 mai 1551, que Du Bellay possède des droits et obligations sur au moins une dizaine de bénéfices, dont les abbayes de La Trappe et de Barbeaux qu’il est pourtant censé avoir résignées en 1538 et 154585.

54En dépit de tous ces obstacles, quels chiffres peut-on proposer ?

Tentative d’évaluation

  • 86 BnF, fr. 15769, fos 499-503.
  • 87 Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des réformes. France : 1480-1560, Paris, 2001, p. 437-439.
  • 88 Jean-Marie Le Gall, op. cit., p. 445 et 436 ; Philippe Hamon, L’Argent du roi, Paris, 1994, p. 79.

55Quelques mots pour commencer, sur les abbayes pour lesquelles on dispose de quelques estimations générales grâce au manuscrit français 15 769 de la BnF86. Si l’on se fie à lui, les revenus cumulés des 319 abbayes bénédictines peuvent être évalués à 1,46 millions de livres. Or, vers 1540, 314 de ces 319 maisons sont tenues en commende. Un commendataire recevant en moyenne 50 % des revenus d’une maison, ce sont donc près de 700 000 livres tournois annuelles que peuvent se partager les abbés commendataires, de plus en plus nombreux, et dont Du Bellay fait partie87. On signalera toutefois que les abbayes les plus riches lui échappent (en 1528, Louis de Bourbon tire près de 13 000 livres tournois de Saint-Denis, François de Tournon, près de 10 000 livres tournois de Saint-Germain en 1535, tandis que Jean de Lorraine afferme, en 1546, une partie des revenus de Cluny pour 11 000 livres tournois), mais il en détient tout de même un certain nombre88.

56On peut donc procéder à des estimations en associant des projections aux chiffres dont on dispose. On peut examiner trois moments : 1532, 1545 et le début de la décennie 1550.

  • 89 CCJDB, t. I, p. 321.
  • 90 BnF, fr. 15769, fos 499-503.
  • 91 AN, MC, ét. VIII, 217 ; liste détaillée des revenus de l’évêché de Paris en 1553, ét. VIII, 218. Vo (...)

57Si l’on essaie une estimation pour le début de 1532, soit la période qui précède tout juste le moment où commence l’ascension bénéficiale de Du Bellay (accession à Paris et obtention de Saint-Maur-des-Fossés à la fin de l’année, de Saint-Honorat de Lérins au printemps et peut-être de Saint-Gildas à l’été), les revenus de Du Bellay se situent sans doute autour de 10 000 l.t. Si l’on n’a pas d’information sur les revenus de Bayonne et Longpont, on sait en revanche que les revenus de l’abbaye de Breteuil sont affermés en 1533 à 3 800 l.t.89. Il est peu vraisemblable que Bayonne et Longpont dépassent de beaucoup, à eux deux, les 6 000 l.t., d’où une estimation qui tourne autour des 10 000 l.t. La situation financière de Jean Du Bellay change sans doute radicalement au cours de l’année avec l’obtention de nouveaux bénéfices. On sait que les revenus de Saint-Gildas de Bourges et de Saint-Honorat de Lérins sont estimés à 4 000 l.t. chacun (soit 2 000 l.t. pour l’abbé qui les détient en commende, et donc 4 000 l.t. pour les deux90). Lorsqu’à la fin de l’année, Jean Du Bellay entre en possession de Paris (affermé pour 11 000 l.t. en 155391) et Saint-Maur-des-Fossés, on peut penser que ses revenus sont multipliés par trois (4 000 l.t. pour Saint-Gildas et Saint Honorat, 11 000 l.t. pour Paris et 5 000 (?) pour Saint-Maur) et atteignent donc d’un coup les 30 000 l.t. Du moins en théorie, car il estfort possible que ces revenus soient grevés de charges diverses.

  • 92 AN, MC, ét. VIII, 219, 22 octobre.
  • 93 BnF, fr. 15769, fos 499-503.
  • 94 AN, MC, ét. VIII, 217 ; liste détaillée des revenus de l’évêché de Paris en 1553, ét. VIII, 218. Vo (...)

58Une dizaine d’années plus tard, les revenus du cardinal ont sans doute encore considérablement progressé. Pour l’année 1545, on dispose d’un certain nombre d’informations. L’abbaye de Pontigny lui rapporte 8 000 l.t. et 300 bichets d’avoine92 ; les abbayes d’Aniane et Saint-Honorat de Lérins, sans doute autour de 2 000 l.t. annuelles chacune ; enfin, celle de Cormery, autour de 2 500 l.t. annuelles93. On a vu que l’archevêché de Bordeaux était affermé pour 10 000 l.t. annuelles, et celui de Paris pour 11 000 l.t. annuelles94. En 1545 ainsi, rien qu’avec les bénéfices pour lesquels on dispose d’informations, les revenus de Jean Du Bellay peuvent être estimés à un peu moins de 40 000 l.t. Mais il faut ajouter à cette somme les revenus tirés des abbayes de Longpont, Saint-Maur-des-Fossés, Barbeaux, Fontaine-Daniel, ainsi que ceux tirés de l’évêché de Limoges, soit au moins 20 000 l.t. de plus (si l’on table sur des revenus moyens de 2 000 à 3 000 l.t., mais sans doute très supérieurs pour Saint-Maur). En 1545, les revenus de Du Bellay dépassent donc très vraisemblablement les 60 000 l.t.

  • 95 On sait qu’en 1554 Jean Du Bellay recevait encore une pension de 500 l.t. sur l’abbaye de Barbeaux (...)
  • 96 Avvisi di Roma, 24 février 1560. Codex Urbinate, 1038. Copie à la Bibliothèque universitaire de Cam (...)

59Quelques années plus tard, en 1553, il faut ajouter à cette somme les revenus du Mans, de Tréguier, puis de Saint-Brieuc ainsi que les abbayes de Notre-Dame des Escharlis, Montolieu et Tiron en Chartrain, soit, là encore, peut-être 20 000 l.t. supplémentaires95. On peut ainsi penser qu’en 1553, les revenus de Jean Du Bellay dépassent les 80 000 l.t. Des sources contemporaines affirment que le décanat du Sacré-Collège lui rapporte 6 000 écus supplémentaires (soit pas loin de 15 000 l.t. supplémentaires96).

  • 97 C. A. Henri II, t. 7, p. 102-103, no 13019; CCJDB, t. III, p. 82-83 n. 4 et t. IV, no 772, p. 27, n (...)
  • 98 Jean Du Bellay à Charles de Guise, 2 janvier 1549, CCJDB, t. V, p. 3.

60Une fois de plus, il faut redire que ces chiffres sont des estimations qui attendent d’être nuancées voir corrigées par des recherches nouvelles. Toutefois, ils ont le mérite de proposer un ordre de grandeur qui est de surcroît assez crédible. Loris Petris a en effet montré qu’en 1553, Jean Du Bellay reçoit l’autorisation d’emporter en Italie la somme de 35 000 écus soleil, soit environ 80 000 l.t.97 Quatre ans plus tôt, Jean Du Bellay se plaint à Charles de Guise qu’il ne peut s’en sortir financièrement avec 30 000 écus, soit environ 70 000 l.t.98 Il est vraisemblable que Du Bellay ne fait pas sortir du royaume l’intégralité de ses revenus et qu’il a des revenus théoriques qui ne sont pas inférieurs aux sommes qu’il a l’autorisation de faire venir en Italie. Il est fort difficile toutefois de savoir ce qu’il touche véritablement en espèces sonnantes et trébuchantes. Les sommes proposées doivent dont être envisagées comme des flux qui correspondent à des revenus qui sont peut-être théoriques mais aussi à des dépenses, des pensions et des remboursements qui sont eux bien réels. Ce que l’on peut dire, c’est que le cardinal brasse plusieurs dizaines de milliers de l.t. par an. Par le jeu des prélèvements, des remboursements de dettes, des fermages ou des pensions sur ses abbayes, les sommes qui arrivent directement au cardinal sont sans doute inférieures. Ainsi, dans une lettre du 28 décembre 1559, Eustache écrit à Jean :

Je vous envoye unes lettre de bancque de douze cens escuz, port et change payés, pour vostre moys de febvrier.

61Si l’on utilise cette somme comme une moyenne mensuelle, cela voudrait dire que Du Bellay, une fois les remboursements des dettes de son frère effectuées, et les diverses pensions sur ses bénéfices versées, toucherait autour de 35 000 l.t. par an.

62Quoi qu’il en soit, s’il est impossible de reconstituer avec précision le livre de comptes du cardinal, ce que l’on peut établir avec certitude, c’est à la fois son manque d’argent permanent et sa richesse considérable. Le modèle économique qui caractérise le cardinal est un modèle à la fois instable et dynamique. Son budget est sans doute en déséquilibre chronique, mais les mouvements de fonds sont de grande ampleur et impliquent de sa part une recherche permanente de revenus nouveaux récurrents ainsi que de revenus exceptionnels qui s’exprime dans sa course aux bénéfices d’une part et dans la vente de ses bois d’autre part. Jean Du Bellay peut dépenser et emprunter abondamment. C’est sa richesse qui lui permet aussi bien de participer au financement de ses missions diplomatiques en Angleterre étudiées par David Potter, que d’entretenir son réseau allemand analysé par Thomas Nicklas, son réseau italien étudié naguère par Richard Cooper et ici par Guillaume Alonge ou sa familia à Rome étudiée par Loris Petris, enfin de réaliser ses ambitions de bâtisseur et de collectionneur étudiées par Flaminia Bardati, Renata Samperi, Barbara Furlotti, Carmelo Occhipinti et Guido Rebecchini.

Annexes

ANNEXE

Bénéfices ecclésiastiques détenus par le cardinal Jean Du Bellay, au début de l’année 1532, à la fin de l’année 1532, en 1545 et en 1553

Bénéfices ecclésiastiques détenus par le cardinal Jean Du Bellay, au début de l’année 1532, à la fin de l’année 1532, en 1545 et en 1553

Notes

1 Voir la contribution d’Alain Tallon dans le présent ouvrage.

2 Les informations fournies dans cet article complètent et corrigent un certain nombre d’attributions et de dates que j’avais proposées dans Michon, La crosse et le sceptre.

3 Gall. christ., t. I, col. 1320.

4 ASV, Arch. consist., Acta vicecanc., 7, f° 95, bulle du 18 mai 1551 ; CCJDB, t. V, p. 5.

5 Pouillé du diocèse de Limoges : contenant la liste des évêques de Limoges, l’état des chartres, etc., publié par l’abbé A. Lecler, Limoges, 1886, p. 12 (qui ne cite pas de sources). On a des raisons de faire confiance à l’abbé A. Lecler puisque les autres informations qu’il donne sont confirmées par ailleurs. Ainsi, il est exact que Caesar de Borgognibus succède à Sanguin le 26 octobre en 1547, ce qui est confirmé par ailleurs (Hierarchia, t. III, p. 239 ainsi que ASV, Arch. consist., Acta vicecanc., 6, f° 52v° et Correspondance des nonces en France… 1546-1551, p. 179).

6 AD Haute-Vienne, 3 G 471. Le 15 juin 1545, le chapitre cathédral s’adresse aux consuls et à l’évêque Du Bellay au sujet de travaux concernant les murailles de la ville (Bonaventure de Saint-Amable, Histoire de saint Martial, III, 1684, p. 772 [extrait des registres capitulaires]).

7 Sur Jean Du Bellay et Bordeaux, voir CCJDB, t. III, p. 279 et CCJDB, t. V, p. 4 n. ; Hierarchia, t. III, p. 154 et 157 et Gallia Christiana, D. de Sainte-Marthe, Paris, 1715-1725, II, col. 848. Sur l’administration perpétuelle des diocèses détenus par Jean Du Bellay, voir ASV, Reg. Vat. 1799, f° 336 ancien, bulle du 10 juin 1552. Sur la permutation de Bordeaux contre Saint-Brieuc, voir Hierarchia, t. III, p. 140 et 154 et sur la réserve des deux tiers des fruits, voir ASV, Arch. consist., Acta vicecanc., 7, f° 187, 5 octobre 1554. Sur le retour de Du Bellay comme administrateur le 15 février 1559, voir Hierarchia, t. III, p. 157.

8 Sur Jean Du Bellay évêque du Mans en 1546, voir Hierarchia, t. III, p. 178. Sur le projet de permutation de 1551, voir lettre d’Anne de Montmorency du 1er janvier 1551 à paraître dans CCJDB, t. VI. Lorsque Jean Du Bellay résigne Le Mans en faveur de Charles d’Angennes, il se réserve les revenus du diocèse, à l’exception de 1 000 l.t. en faveur de son successeur (Hierarchia, t. III, p. 178 et DBF, t. 2, col. 1087-1089).

9 Résignation du siège par Hippolyte d’Este : ASV, Arch. consist., Acta vicecanc., 7, f° 81 ; obtention du siège par Jean Du Bellay : CCJDB, t. IV, p. 231-232 ; Jean Jouvenel des Ursins comme évêque de Tréguier : Hierarchia, t. III, p. 337 ; Gall. christ., t. VII, col. 218 ; AN, L 334 no 12 ; ASV, Arch. consist., Acta vicecanc., 7, f° 97 ; sur parallèle entre Tréguier et projet échange Bayonne/Nantes : CCJDB, t. IV, p. 231-232 « pour l’impetration de lad. Expedition il fault prendre la mesme voye et moien que vous avez tenu […] en tout ce que vous pourrez ayder et estre moien envers sad. Saincteté qu’elle veuille accorder lad. permutation suivant les memoires, procurations et concordatz sur ce passez entre les parties, ce que facilement je me persuade qu’elle fera si vous y procedez par le moien que vous avez faict pour led. evesché de Lantreguet ». Malheureusement, aucune mention n’est faite de Du Bellay dans les AD 29, notamment dans la série 2 G qui concerne l’évêché de Tréguier (on trouve seulement des traces des procès contre les évêques Louis de Bourbon [AD 29, 2 G 318] et Hippolyte d’Este [AD 29, 2 G 319]).

10 CCJDB, t. III, p. 279 et Hierarchia, t. III, p. 154 et 157. Là encore, comme pour Tréguier, aucune mention n’est faite de Du Bellay dans les AD 29, notamment dans la série 1 G qui concerne l’évêché de Saint-Brieuc.

11 CCJDB, t. V, p. 33.

12 Gall. christ., t. IX, col. 806 ; voir aussi Ambassades en Angleterre, 33, 180, 380, 542 et CCJDB, t. I, 78, 81, 87, 90-91, 321 et II, 24, 57-58.

13 Gall. christ., t. IX, col. 477 et CCJDB, t. I, 271-272, 277, 279, 282, 287; t. II, 192; t. III, 82n-83n, 260n, 279, 283, 327.

14 Pour Trincant, voir ms Ste Geneviève 537, f° 171 ; sur les lettres de Dinteville, voir CCJDB, t. I, p. 282 et 275.

15 Nomination : Gall. christ., t. III, col. 1207 ; permutation : C. A. Fr. Ier, t. V, p. 35, no 14840 ; sur la réforme de Lérins, voir le chapitre d’Alain Tallon dans le présent volume. Il faut rappeler ici que l’abbaye de femme de Saint-Honorat de Tarascon dépendait de celle de Lérins (CCJDB, t. III, p. 328).

16 Obtention de la commende : AN, L 456, no 12 et 13 ; sécularisation de l’abbaye : AN L 454 ; no 22 et 23 ; voir aussi CCJDB, I, p. 224.

17 ASV, Arch. consist., Acta vicecanc., 7, f° 95, bulle du 18 mai 1551 ; CCJDB, t. V, p. 5.

18 Gall. christ., t. XI, col. 277 ; CCJDB, t. I, p. 271 et 275, et III, p. 456.

19 Gall. christ., t. XII, col. 239 ; voir aussi CCJDB, t. I, 400, 406, 409, 510n ; t. III, 276n, 433 ; ASV, Reg. Vat. 1734, f° 3.

20 Gall. christ., t. XII, col. 452 et XIV, col. 271 ; voir aussi CCJDB, t. III, 200, 276n, 327, 417n. On a la trace aux AD 37, H. 101, de « Sommations faites par ordre du Cardinal Du Bellay, abbé de Cormery, à Antoine de Saint-Jonin, prieur d’Arçay, qui refusait un associé dans ledit prieuré ».

21 Gall. christ., t. XI, col. 749-750.

22 Gall. christ. t. XIV, col. 465 ; G.M. Oury, « Au siècle de la Renaissance : l’abbaye de Saint-Vincent du Mans avant les guerres de religion. La réforme de Chezal-Benoît (1502-1561) », dans Province du Maine, 6 (1977), p. 379-385.

23 Tentative de 1535 : CCJDB, t. I, 459-460, 482 ; exemption fiscale de 1537 : C. A. Fr. Ier, t. IV, p. 66, no 11301. Exemption de l’emprunt des années 1537 et 1538 sur le clergé accordée au cardinal Du Bellay pour son évêché de Paris et ses abbayes de Barbeaux, de Longpont, de la Trappe, de Notre-Dame-de-l’Aumône, dite le Petit-Citeaux, de Cormery, de Saint-Honorat et de Saint-Vincent du Mans. Chenonceaux, 4 décembre 1539. Copie collat. du XVI°, BN, Pièces Orig., Bellay, vol 271, p. 121 ; voir aussi AN, J 965, 6 (25). Lettres adressées par François Ier au chancelier de France pour hâter le procès que le cardinal Du Bellay soutient au Grand Conseil en raison de l’abbaye de St Vincent du Mans, dont il a reçu provision. Orig. Signé du camp. 6 mai 1537 ; Du Bellay abbé de Saint-Vincent en 1543 : CCJDB, t. III, p. 206 ; voir aussi AD 72, H 126) ; Du Bellay abbé de Saint-Vincent en 1548 : C. A. Henri II, II, p. 97, no 2395) ; en 1549 : AD 72, H 159 ; en 1550 : AD de la Sarthe, G 800 [Déclaration rendue pour le temporel de cette cure [de Coulongé] au regard de la seigneurie et châtellenie des Aignelles, en Coulongé, par Mre Martin François, prêtre, curé, à Mgr Jean cardinal Du Bellay, évêque de Paris, archevêque de Bordeaux, évêque du Mans, abbé commendataire de l’abbaye de Saint-Vincent-du-Mans (1550)] ; en 1551 : bulle du 28 mai 1551, ASV, Reg. Vat. 1734, f° 3 ; en 1552 : dans un mémoire postérieur au 5 juin 1552, Jean Du Bellay expose de manière détaillée ses difficultés avec les moines de Saint-Vincent [voir CCJDB, t. VI] ; en 1554 : le 25 septembre 1554 Eustache Du Bellay, comme procureur de Jean, assigne à Giovan Francesco Bini, marchand florentin, la somme de 6 423 l. 2 s. 5 d. sur les revenus de Saint-Vincent en raison d’une dette de Martin Du Bellay, reprise de son frère Guillaume [AN, MC, ét. VIII, 220, 23 août et 25 septembre 1554 ; voir CCJDB, t. V, p. 5]). On dispose d’une longue lettre de René Du Bellay qui expose à son frère les enjeux financiers attachés à cette abbaye (CCJDB, t. III, p. 206-207, René Du Bellay à Jean Du Bellay, Touvoie, 4 février 1543).

24 Il est, là encore, exempté de l’emprunt sur ce bénéfice pour les années 1537-1538 (C. A. Fr. Ier, t. IV, p. 66, no 11301). Sur l’abbaye de l’Aumône, on dispose du texte d’un mémoire déposé aux archives départementales du Loir-et-Cher, rédigé par un érudit du XIXe siècle, du nom de Charles Cuissard. Son mémoire compile le résultat de recherches menées au XVIIIe siècle par l’Abbé Bordas et Dom Verninac. Cuissard considère que Du Bellay a été abbé commendataire de 1536 à 1540 (les premiers baux faits en son nom datent du 2 juin 1536) et qu’il a résigné l’abbaye à son client Jean Jouvenel des Ursins en 1540 (on trouve d’après Cuissard, des baux à son nom en dates du 20 octobre 1542, du 11 juillet 1544 et du 5 juin 1546). En 1548 encore, Jean Jouvenel des Ursins estabbé du Petit-Cîteaux (ASV, Arch. consist., Acta vicecanc., 7, f° 97).

25 Albert Grosse-Duperon et Émile Gouvrion, L’abbaye de Fontaine-Daniel. Étude historique, Mayenne, 1896, p. 117-122 est fort confus en matière de chronologie. Sur Jean Du Bellay et Fontaine-Daniel en 1543 et 1545, voir CCJDB, t. III, p. 207 (René Du Bellay à Jean Du Bellay, Touvoie, 4 février 1543), 337 (Pierre Cordier à Jean Du Bellay, Le Gué-de-l’Aunay, 16 décembre 1545). C’est François de Boysleve, procureur de Jean Du Bellay pour Fontaine-Daniel, qui succède à ce dernier (CCJDB, t. III, p. 439).

26 Gall. christ., t. VI, col. 851. CCJDB, t. III, p. 275.

27 CCJDB, t. III, p. 275-276 pour l’obtention de l’abbaye. Il est tentant de penser que c’est à tort que Gall. christ., t. XII, col. 452 la lui fait résigner en faveur du cardinal Hippolyte d’Este le 16 février 1559 ; Gall. christ. n’a sans doute pas suivi le nouveau style et ce serait donc à la mort de Jean Du Bellay le 16 février 1560 que le cardinal d’Este lui aurait succédé.

28 C. A. Fr. Ier, t. V, p. 35, no 14840 ; Lettres autorisant le cardinal Du Bellay, abbé de Saint-Honorat au diocèse de Grasse, et l’évêque de Montpellier, abbé des Escharlis au diocèse de Sens, de résigner leurs dites abbayes en faveur l’un de l’autre et de les échanger. Rambouillet, 15 mars 1545 [1546]. BnF, fr. 5127, f° 2). Jean Du Bellay abbé de Notre-Dame des Echarlis en 1549 (CCJDB, t. V, p. 5) et le 27 septembre 1551 (AN, MC, ét. VIII, 213) et en 1555. Gall. christ., t. XII, col. 221.

29 François de Crequy, évêque de Thérouanne, reçoit des lettres, de Limours (21 février 1546) lui permettant de faire expédier au nom du cardinal Du Bellay les lettres lui donnant l’abbaye de Montolieu, près Carcassonne, vacante par la mort d’Antoine de Bonne (C. A. Fr. Ier, t. V, p. 178, no 15581 ; BnF, fr. 5127, f° 152).

30 Une bulle du 28 mai 1551 définit les droits et les obligations de Jean Du Bellay sur de nombreux bénéfices détenus par le cardinal, parmi lesquels l’abbaye de Tiron (ASV, Reg. Vat. 1734, f° 3 ; C. A. Henri II, t. V, p. 96, no 8384). On sait aussi que le 1er janvier 1559, Joachim Du Bellay obtient du cardinal une procuration pour recevoir l’argent d’une coupe de 140 arpents de bois dépendant de l’abbaye de Tiron (CCJDB, t. III, p. 83). D’après CCJDB, t. V, p. 249 n, Louis de Crevant résigne l’abbaye de Tiron à Jean Du Bellay en 1548 mais la conserve jusqu’à sa mort en 1549. Son successeur est Geoffroy Laubier, mais Jean Du Bellay jouit de l’abbaye dès 1551 (Gall. christ., t. VIII, col. 1267).

31 CCJDB, t. VII, à paraître. Lettre du cardinal à Henri II du 18 novembre 1557. On sait que Jean Cheval estabbé de Lespau, de 1527 à 1554 (Gall. christ., t. XIV, col. 538). La lettre de Du Bellay à Henri II laisserait entendre que Du Bellay a été abbé commendataire de L’Espau a un moment entre 1554 et 1557. Voir aussi les lettres du 28 mars 1551 de Diane de Poitiers à Jean Du Bellay, du 5 septembre 1556 de Jean Du Bellay à Henri II (CCJDB, t. VI et VII, à paraître).

32 CCJDB, t. VII, à paraître. Le cardinal a sans doute été victime dans l’affaire d’Aulps de la diète des Valaisans qui avait pris l’habitude, au cours de l’occupation du Chablais, d’intervenir dans les affaires ecclésiastiques, tout particulièrement au sujet de l’élection et de la confirmation des abbés d’Aulps et d’Abondance. La diète repoussait notamment toutes les tentatives des abbés commendataires d’en reprendre possession : « Le Pays ne peut tolérer qu’un courtisan ou un étranger de Rome puisse tenir un tel bénéfice, sans en prendre possession personnellement » (recès de la diète daté du 21/22 septembre 1536) ; il ne sera pas toléré non plus que l’abbé commendataire puisse « tirer des revenus de nos terres, surtout du couvent d’Aulps, que le Valais a conquis à ses frais et maintenu dans la vraie foi catholique, pour s’en servir à Rome comme cardinal, car il n’a pas protégé ce couvent pendant les dangers de la guerre » (recès du 9/12 mai 1538). André Donnet, « L’occupation du Chablais oriental par les Valaisans (1536-1569) », Vallesia, 15 (1960), p. 167, n. 86.

33 ASV, Reg. Vat. 1853, fos 381-383. On dispose d’un « Placet du Roy de l’Abbaye d’Entremont ordre de Saint Augustin, dioceze de Genève, en faveur du Cardinal de Bellay portant main levée des Revenus d’icelle » (AD 73, B 1423, f° 129vo) et, le 12 Aoust1557, Du Bellay reçoit des « Lettres patentes en sa faveur « luy donnant permission de faire chercher, les mines d’or, d’argent, et autres qui peuvent être dans les états de Savoye, et autres lieux spécifiés es dittes lettres avec une requeste pour la vérification et enregistrement d’icelles » (AD 73, B 1423, f° 174).

34 ASR, notai RCA 1453, fos 3-5.

35 Gall. christ., t. II, col. 274; CCJDB, t. V, p. 250. Sur François de Tournon comme prieur de Saint-Pourçain : C. A. Henri II, 7, p. 136, no 13246]). Jacques de Tournon, neveu du cardinal et évêque de Valence de 1536 à sa mort, le 15 août 1553 (Hierarchia, t. III, p. 346) fait procès à Jean Du Bellay au sujet du prieuré de Saint-Pourçain devant le Grand Conseil en février 1549 (AN, V5 23). Il serait indiscutablement intéressant de compléter la liste fournie dans cet article par celle des prieurés, vraisemblablement très nombreux, détenus par Du Bellay. Pour autant, malgré des sondages dans une vingtaine de fonds d’archives départementaux, aucun prieuré n’a pu être identifié.

36 Joseph Bergin, « The Decline and Fall of the House of Guise as an Ecclesiastical Dynasty », The Historical Journal, vol. 25, no 4, décembre 1982, p. 781-803.

37 Je remercie vivement Sébastien Angonnet pour la réalisation des cartes.

38 « Monsr de Valence [Jacques de Tournon] me a meu procès et faict mouvoir par d’aultres, dont il a emprunté les noms, pour le prioré de Sainct-Poursain. Ces aultres, ce sont des moynes crottez. Au moyen de ce procès et des suscitations qu’il me y faict faire soubz l’auctorité de son oncle [le cardinal François de Tournon], voysin du lieu et chief du prioré, je n’en puys comme riens recuillir, et si me couste tout plain en procès, estant absent comme je suys. Et, qui pis est, je y suys mengé ordinairement d’advanturiers et gens de guerre qui a poste me y sont soubz main envoyez par les susdictz et, ne se contentantz de y manger et piller le bien de mes paouvres subjectz, y mangent, pillent et ravissent le myen propre, logeans par force et audace en ma maison, menassans, bravantz et disantz qu’ilz seront bien advouez, et me y faisant mille aultres insolences. Je n’ay parent ne amy en ce pays-la. Il me couste plus a y envoyer et tenir gens que le benefice ne vault. » (Jean Du Bellay à Jean Moreau, Rome, 11 juin 1549 [CCJDB, t. V, p. 250]).

39 Joseph Bergin, art. cit., p. 785-786.

40 Il est possible qu’il ait accompagné son frère Guillaume et Charles de Vendôme en mission auprès de Charles d’Autriche en 1515 [voir la contribution dans ce volume de Richard Cooper].

41 Ambassades en Angleterre…, p. 33 et 338.

42 Alain Tallon montre dans le présent ouvrage que les principes gallicans habituellement défendus par Du Bellay cèdent à l’occasion le pas à son intérêt propre et qu’il n’hésite pas alors à jouer la carte romaine plutôt que française.

43 CCJDB, t. I, p. 213.

44 CCJDB, t. I, p. 213. Dans une lettre à Dinteville, Berthereau écrit la même chose « Monsr de Bayonne […] a eu promesse de l’abbaye de Saint-Lucian […] mais le bonhomme qui la tient n’est encore mort » (BnF, Dupuy 547, f° 19v°). En effet, l’évêque de Béziers, Antoine Dubois ne mourut qu’en 1537 et fut enterré dans son abbaye de Saint-Lucien de Beauvais.

45 CCJDB, t. II, p. 31.

46 CCJDB, t. II, p. 121 (Montmorency à Jean Du Bellay, 28 septembre 1535).

47 Arch. di Stato di Modena, busta 21, lettre de Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Verneuil, 1er juin 1545 et Jean de Saint-Maurice à Charles Quint (décembre 1544) (Vienne, Staatsarchiv, Frankreich, Berichte 10, f° 40-40v°.

48 Jean de Saint-Mauris parle lui de « cent cops de poignard ».

49 CCJDB, t. I, p. 134, 135, et 41-42.

50 Ambassades…, p. 66-68.

51 BnF, Dupuy, 495, f° 51.

52 CCJDB, t. I, p. 135

53 BnF, fr. 3071, f° 23.

54 CCJDB, t. II, p. 227 (lettre de Marguerite de Navarre, du 28 décembre 1535), et Gall. christ., t. XI, col. 725-726.

55 CCJDB, t. III, p. 295 (Jean Du Bellay à Georges d’Armagnac, Saint-Maur, 25 mars 1545).

56 CCJDB, t. III, p. 275. Georges d’Armagnac à Jean Du Bellay, 28 octobre 1544. Sur l’obtention d’Aniane, voir Gall. christ., t. VI, col. 851.

57 CCJDB, t. I, p. 170.

58 Voir notamment l’intervention d’Hémard en faveur du cardinal Du Bellay sur la question de la succession de Chezal Benoît (BnF, fr. 5145, f° 97vo).

59 CCJDB, t. III, p. 406. Charles Hémard de Denonville à Jean Du Bellay, Rome, 6 juillet 1534.

60 CCJDB, t. III, 2n et 172, 81 et 82, 295.

61 CCJDB, t. I, p. 87 (24 septembre 1529).

62 Il est bien entendu que la relation vassalique est ici entendue en un sens symbolique, la dépendance vassalique des Du Bellay étant à l’égard de la maison de Vendôme.

63 CCJDB, t. I, p. 97 (4 octobre 1529) et p. 192 (16 août 1530).

64 CCJDB, t. I, p. 87 (24 septembre 1529).

65 CCJDB, t. I, p. 246, 247 et 272 (Gall. christ., t. XIV, col. 1023 et 497). Concernant l’évêché du Mans, il vient en compensation de l’évêché de Grasse, donné le 8 juin 1532 à René après la mort d’Agostino Grimaldi. Toutefois, René résigne ce bénéfice en faveur de Benedetto Tagliacarne et obtint en échange la promesse de l’évêché du Mans.

66 ASR, notaires du tribunal de l’Auditor Camerae, notaire Savius, J, vol. 6462, fos 100-133 (année 1556).

67 BnF, fr. 10485, f° 175 [publié dans CCJDB, t. III, p. 286-287] ; BnF, fr. 10485, f° 176.

68 Pour tout ce qui suit, voir CCJDB, t. III, p. 250.

69 Sur les deux derniers bénéfices, voir BnF, nouv. acq. lat. 2501, fos 36-37.

70 AD 72, H 242, H 159 et René de Saint-Venant, Dictionnaire topographique, historique, biographique, généalogique et héraldique du Vendômois et de l’arrondissement de Vendôme, Blois, 1912-1913, p. 138.

71 CCJDB, t. V, p. 249, Jean Du Bellay à Jean Moreau, Rome, 11 juin 1549.

72 AN, MC, ét. VIII, 198 ; voir aussi ét. viii, 199, 22 juin 1548, et ét. viii, 200, 23 mars 1549.

73 AN, MC, ét. VIII, 219, 22 octobre.

74 CCJDB, t. III, no 597, p. 199-200 et no 600, p. 203-205, ainsi que t. IV, no 882, p. 247.

75 Guillaume et Martin Du Bellay, Mémoires, V.-L. Bourrilly et F. Vindry éd., Paris, 1908-1919, t. IV, p. 107 et CCJDB, t. V, p. 3.

76 CCJDB, t. III, p. 199-200.

77 AN, MC, ét. VIII, 191, 12 janvier 1546.

78 AN, MC, ét. VIII, 220, 23 août et 25 septembre 1554. Les revenus de Saint-Vincent du Mans sont estimés à 8 000 l.t. par le ms fr. 15769 de la BnF.

79 CCJDB, t. I, p. 135.

80 BnF, fr. 20506, f° 93 ; Correspondance du cardinal François de Tournon, M. François éd., 1946, p. 37 ; Arch. di Stato di Modena, busta 22, Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 10 mars 1546.

81 AD 33, G 330, G 516, G 523.

82 AD 33, 3 E 1066 et Paul Roudié, « Les embarras financiers de François Ier et leurs répercussions en Bordelais », Société Archéologique de Bordeaux, t. 78, 1987, p. 75-82) ; CAF, VII, 404, 25273 ; AD 33, G 330.

83 CCJDB, t. V, p. 9.

84 AD 33, G 804 (cet accord intervient entre 1553 et 1560, sans qu’il soit possible d’être plus précis).

85 ASV, Reg. Vat. 1734, f° 3.

86 BnF, fr. 15769, fos 499-503.

87 Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des réformes. France : 1480-1560, Paris, 2001, p. 437-439.

88 Jean-Marie Le Gall, op. cit., p. 445 et 436 ; Philippe Hamon, L’Argent du roi, Paris, 1994, p. 79.

89 CCJDB, t. I, p. 321.

90 BnF, fr. 15769, fos 499-503.

91 AN, MC, ét. VIII, 217 ; liste détaillée des revenus de l’évêché de Paris en 1553, ét. VIII, 218. Voir CCJDB, t. V, p. 5.

92 AN, MC, ét. VIII, 219, 22 octobre.

93 BnF, fr. 15769, fos 499-503.

94 AN, MC, ét. VIII, 217 ; liste détaillée des revenus de l’évêché de Paris en 1553, ét. VIII, 218. Voir CCJDB, V, p. 5.

95 On sait qu’en 1554 Jean Du Bellay recevait encore une pension de 500 l.t. sur l’abbaye de Barbeaux dont il n’était pourtant plus abbé (AN, MC, ét. LXXVIII, 30, 20 janvier, Gall. christ., t. XII, col. 239 et CCJDB, t. V, p. 256).

96 Avvisi di Roma, 24 février 1560. Codex Urbinate, 1038. Copie à la Bibliothèque universitaire de Cambridge, Additional Ms 4803. Ces différentes sources sont citées par Henry O. Evennett, dans « Pie IV et les bénéfices de Jean Du Bellay : Étude sur les bénéfices français vacants en curie après le concordat de 1516 », Revue d’Histoire de l’Église de France, XXII (1936), p. 437.

97 C. A. Henri II, t. 7, p. 102-103, no 13019; CCJDB, t. III, p. 82-83 n. 4 et t. IV, no 772, p. 27, n. 3. Lyon, Arch. du Rhône, BP 3640, f° 206, suivi de la constitution le 30 juin 1553 à Lyon par Jean Du Bellay de ses procureurs (Philippe Didato, Jacques Jacominy et Jean-Baptiste Gondi) ; C. A. Henri II, t. 7, p. 134, no 13231 (voir l’article de Loris Petris dans le présent ouvrage, « La familia de Jean Du Bellay à Rome »).

98 Jean Du Bellay à Charles de Guise, 2 janvier 1549, CCJDB, t. V, p. 3.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Bénéfices ecclésiastiques détenus par le cardinal Jean Du Bellay, au début de l’année 1532, à la fin de l’année 1532, en 1545 et en 1553
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search