Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

I. Du Maine à l’Europe

Jean Du Bellay et l’Angleterre, 1527-1550

David Potter

Texte intégral

  • 1 Du Bellay à Montmorency, 21 août 1528, AAJDB, p. 386, mais voyez ses propos équivoques sur Bryan e (...)
  • 2 Du Bellay à La Pommeraye, 24 septembre 1529, CCJDB, t. I, no 35, p. 89.
  • 3 Bryan à Du Bellay, Greenwich, 26 janvier 1545, BnF, fr. 3921, f° 53, CCJDB, t. III, p. 288-289.

1Au début de 1546, Jean Du Bellay reçut une lettre inattendue d’un ami anglais, Sir Francis Bryan, gentilhomme de la chambre privée et conseiller d’Henri VIII, plusieurs fois ambassadeur de son maître en France et parfois appelé, non sans ambiguïté, « the vicar of hell » ou « le curé des enfers ». Bryan était un grand bavard et un orateur accompli. Ce n’était peut-être pas un érudit humaniste mais il était assez cultivé et il avait eu l’occasion de fréquenter Du Bellay à plusieurs reprises. Cette lettre, écrite peu après l’échec d’un projet de paix entre les deux pays en décembre 1545, éclaire leurs relations dans le cadre des négociations de paix (toujours exigeantes) face aux projets de l’empereur Charles Quint. En 1528, Du Bellay avait écrit à propos de Bryan et de ses relations avec le cardinal Wolsey, qu’il « est bien à ceste heure de ses grans gouverneurs » et qu’il faudrait que Montmorency « luy [fasse] bonne chiere1 ». Bryan prit part aux entretiens de Du Bellay avec le cardinal Campeggio ; en septembre 1529 il dit à Gilles de La Pommeraye qu’il essaierait de faire de Bryan un « honneste homme » mais qu’il était trop adonné aux mensonges2. La lettre de 1546 révèle qu’ils s’étaient rencontrés à Boulogne en 1544, lorsque Du Bellay lui avait promis de lui envoyer du vin. Bryan se disait certain que « si, comme nous deux, et de la bouche et en toutes aultres choses, sommes d’asses bon accord, noz maitres aussy et leurs affaires s’accorderoyent ». Mais Dieu n’avait pas bien fait en signifiant à ses apôtres « querite et invenietis » sans leur dire où chercher. À Calais tous les deux étaient favorables à la paix ; par conséquent, il fallait agir de la même manière que l’on corrige les notes en musique lors d’un désaccord. « J’ay veu vostre esprit aultrefois inventif ; si voullez diviser, j’aideray3 ».

  • 4 Pour Du Bellay en Angleterre, il n’y a rien qui égale le journal des voyages et séjours en Anglete (...)
  • 5 À Solleure « où je ne m’y tiens que le moings que je puis par necessité par ce que l’aue me y ests (...)
  • 6 Du Bellay à Montmorency, 9 décembre 1528, AAJDB, p. 482.
  • 7 À Cromwell, 26 juillet 1536, CCJDB, t. II, no 384, p. 386. Le 27 juillet 1536, Nicolas Raince écri (...)

2Cette lettre, si riche en allusions à une vieille amitié entre deux personnes si différentes, nous fournit un point de départ pour revisiter le vécu de Du Bellay en Angleterre et aussi son point de vue sur les Anglais. Sa correspondance en Angleterre, comme chacun le sait, est riche mais il est difficile de dégager les vraies opinions de l’évêque de Bayonne sur le pays et son peuple. Est-il besoin de souligner que les ambassadeurs français du premier XVIe siècle ne se donnaient que très rarement le loisir de réfléchir aux pays où ils travaillaient ? Une telle correspondance visait au premier plan à rapporter une sorte de conversation entre les princes et leurs ministres. Les autres observations étaient secondaires4. On s’aperçoit rapidement que les ambassadeurs étaient souvent mal à l’aise et irrités mais au moins Du Bellay (à la différence de Morelet du Museau en Suisse dans les années 15405) ne se trouvait pas dans un pays à la fois hérétique et qui ne convenait pas à ses goûts. Il ne résidait pas en Angleterre après la rupture avec Rome. Vers la fin de sa première ambassade, en décembre 1528, il écrit à Montmorency, dans un passage fréquemment utilisé pour démontrer un profond sentiment xénophobe à l’égard des Français, que Wolsey « faict ce qu’il peult pour tourner ledict Empereur en hayne et le Roy en amour, mais c’est grant chose que de combattre contre nature6 ». D’autre part, il peut écrire à Thomas Cromwell en 1536 à propos de son séjour en Angleterre, « du temps que j’estoye Angloys, ce que je suys encores comme sçayt toute la Chrestienté7 ».

  • 8 Charles Giry-Deloison, François Ier et Henri VIII. Deux princes de la Renaissance (1515-1547), Vil (...)
  • 9 Pour les études déjà effectuées sur ce sujet : Rémy Scheurer, « Les relations franco-anglaises pen (...)

3Le cadre de la diplomatie française a été établi sous François Ier par un réseau d’ambassadeurs plus ou moins résidents ; Charles Giry-Deloison a signalé les débuts de ce service diplomatique avant la lettre et Cédric Michon a révélé l’importance des évêques et des autres prélats d’État dans la formation d’une stratégie française vis-à-vis des autres pouvoirs et princes de l’Europe ; Daniel Ménager nous a donné le portrait des ambassadeurs dans toute leur magnificence, représentant la personne du roi, souvent érudits, certainement rusés, peut-être trop, en politique. Enfin, Lucien Bély a placé le monde des diplomates dans le cadre d’une « société des princes8 ». Il est tout à fait évident que Jean Du Bellay est à la fois de première importance et que sa carrière est un exemple de la culture politique en France. Il occupe un rôle charnière dans le cadre des relations avec l’Angleterre du point de vue de la politique française entre 1527 et 1535, quoiqu’il faille souligner la continuité de ses liens avec l’Angleterre tout au long de sa carrière publique9.

  • 10 Jonathan Reid, King’s Sister – Queen of Dissent. Marguerite of Navarre (1492-1549) and her Evangel (...)
  • 11 Du Bellay à Berthereau, 26 avril 1530, CCJDB, t. I, p. 46 : « pour avoir prins quelque partie de n (...)
  • 12 Voir la contribution dans ce volume de Richard Cooper sur les Juvenilia de Du Bellay et les poèmes (...)
  • 13 Victor-Louis Bourrilly, Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey (1491-1543), Paris, Cornély & Cie, (...)
  • 14 Pour un exemple extraordinaire des circonstances de la nomination d’un ambassadeur, on peut citer (...)
  • 15 On a révisé récemment sa date de naissance – 1498/1499 au lieu de 1492, Rémy Scheurer, « Jean Du B (...)
  • 16 Avec Montmorency : « il vous a pleu nous mectre si avant ou privé roolle de voz meilleurs et plus (...)

4Jean Du Bellay est envoyé en Angleterre pour la première fois dans le cadre d’une ambassade extraordinaire, dirigée par Anne de Montmorency, en septembre-octobre 1527, suite à la conclusion du traité de paix perpétuelle à Amiens. Pourquoi est-il nommé ambassadeur ? Il est sans doute protégé par Montmorency bien qu’on ait suggéré récemment la primauté de la protection de Marguerite de Navarre10. Avec les ducs de Vendôme, dont les Du Bellay étaient les vassaux, on suggère traditionnellement (en s’appuyant sur les remarques biographiques de Trincant) des liens de fidélité, mais le duc Charles de Vendôme, bien qu’il reste un personnage d’importance, ne se trouve pas parmi les plus influents du Conseil après 152511. On sait relativement peu de choses sur la formation de Du Bellay aux affaires diplomatiques ; il fait peut-être son début en diplomatie, accompagnant son frère Guillaume de Langey, dans l’entourage du duc Charles de Vendôme en mission auprès de Charles d’Autriche en 151512. Bien sûr, le succès à la cour et aux armées de son frère Langey est important13. Mais il faut avouer qu’à cette époque on sait très peu de choses sur les raisons qui présidaient à la nomination d’un ambassadeur14. C’est un homme assez jeune, peut-être âgé de 28 ans, de formation humaniste et juridique, qui devient évêque en 152415. L’étendue de ses sympathies pour la Réforme reste encore incertaine à ce moment. C’est la protection et l’appui de Montmorency qui pèse le plus pendant les années d’entente avec l’Angleterre. D’autre part, ses relations avec le chancelier Duprat sont très mauvaises16.

  • 17 François de Dinteville à Du Bellay, Rome, 27 août 1532, CCJDB, t. I, no 137, p. 286.

5Il est ambassadeur résident (à la suite de J.J. de Passano) entre novembre 1527 et février 1529. Il rentre en France pour quelques mois, puis retourne en Angleterre de mai 1529 à janvier 1530, avant d’être remplacé brièvement par son frère Langey. Suit encore une ambassade en août-septembre 1530 et une ambassade extraordinaire en octobre 1531. Il fait partie de la suite du roi François Ier lors de la rencontre avec Henri VIII à Boulogne en octobre 1532. Vient ensuite une mission importante en novembre 1533, où il est censé avertir le Saint Siège du risque de schisme avec l’Angleterre. Bien qu’il reste en contact avec des amis en Angleterre, ce n’est qu’en octobre 1544 qu’il négocie à nouveau directement avec les Anglais, sans grand succès. Il est donc très clair que Du Bellay est un des hommes d’État en France qui connaît le mieux les affaires d’Angleterre, surtout pendant les années de la rupture avec Rome. Devenu cardinal en 1535, il lui est désormais plus difficile de résider en Angleterre mais il en reste le spécialiste au Conseil du roi. Comme le dit François de Dinteville en 1532, c’est« vous qui manyez les affaires de la Court et d’Angleterre17 ».

  • 18 Du Bellay à Montmorency, 20 novembre [1527], AAJDB, no 12, p. 30, mais il est à noter que cette le (...)

6Du Bellay était le premier évêque ambassadeur « résident » (c’est-à-dire pendant quelques années) envoyé par François Ier en Angleterre, quoique, compte tenu des interruptions des relations occasionnées par la guerre, l’ambassade n’avait eu guère de temps pour se développer et les fonctions d’un ambassadeur résident restent imprécises à cette époque. On pourrait même dire qu’il a créé le rôle de résident français (la plupart de ses prédécesseurs n’y étant restés que brièvement). Comme Wolsey, il était homme d’Église mais il n’est pas certain que cela ait engendré un point de vue commun entre eux. Dès son arrivée, Wolsey lui donne « grant espoir de le trouver autant privé et amy que nul aultre ambassadeur qui ait esté par devant », en particulier vu l’estime que lui témoigne Montmorency18.

  • 19 23 novembre 1527, AAJDB, p. 34.
  • 20 Tuke à Vannes, 6 juin 152?, Letters and Papers, Foreign and Domestic, of the Reign of Henri VIII, (...)
  • 21 À Montmorency, 14 décembre 1527, AAJDB, no 25, p. 65 « car monseigneur le légat voulut veoir ce qu (...)
  • 22 À Montmorency, 20 mai 1528, AAJDB, no 95, p. 259.
  • 23 25 janvier 1528, AAJDB, no 43, p. 118 (BL, Calig., D X, f° 182 ; Montmorency, 25 janvier 1528, no (...)
  • 24 Dans les archives anglaises, on trouve des lettres originales de François Ier à Bonnivet, au marqu (...)

7Jonathan Reid a suggéré que Du Bellay était impliqué, en raison de son activité diplomatique, dans un « réseau » (network) d’évangélistes, Marguerite de Navarre en tête. Mais le problème principal de l’ambassade – l’étendue de la coopération politique et militaire contre l’empereur – était la question qui était soumise à négociation continue, ce qui transparaît de manière sensible dans sa correspondance. En outre, bien que cette correspondance soit très abondante (plus que celle de ses prédécesseurs), elle présente des problèmes d’interprétation, ainsi que des lacunes, des énigmes (sans mentionner son fameux style elliptique et rempli de sous-entendus). Au début de son ambassade, Montmorency lui ayant conseillé d’éviter « jalousie tant que me sera possible », il décide que « la plus grant partie de ce que sera d’escripre le mectray ès lectres du Roy19 ». Il devient dès lors normal de montrer ses dépêches à Wolsey20 et le cardinal demande même parfois à voir ce que Du Bellay écrit en France21. Par exemple, Du Bellay suggère au grand maître de lui écrire « comment vous avez veu par mes lectres du Roy et de madame que me faiz suz mon honneur que monseigneur le légat n’a moins en recommandation leurs affaires que les siens ». Il peut ensuite les montrer à Wolsey22. On sait que beaucoup des dépêches originales reçues de François Ier et de ses conseillers entre janvier 1528 et février 1529 sont encore conservées dans les archives anglaises23 (ainsi qu’une suite remarquable de dépêches originales de François Ier à Bonnivet, Bourbon et autres en 1516-151824). Donc, il fallait maintenir une correspondance parallèle afin de communiquer des opinions plus franches et libres. De son côté, Wolsey donnait des dépêches ouvertes à Du Bellay pour les transmettre en France (parfois en chiffre).

  • 25 23 novembre 1527, AAJDB, p. 34.
  • 26 À Montmorency, 2 janvier 1528, AAJDB, no 30, p. 82.

8Dans la correspondance, on mentionne nombre de dépêches qui ne nous sont pas parvenues. Néanmoins, beaucoup de copies ont été rassemblées par Du Bellay lui-même dans le registre et conservées aujourd’hui dans le manuscrit français 5499 de la BnF (qui ne contient pas toute sa correspondance). Par conséquent, on ne sait même pas s’il a employé régulièrement un chiffre. Il en envoya certainement la clé à Berthereau et Robertet en novembre 152725 et peut-être l’employa-t-il en décembre26. Mais la première dépêche en chiffre qui nous est parvenue est celle du 28 octobre 1528, et il emploie encore ce chiffre le 28 mai 1529, même si celui-ci pose de nombreux problèmes d’interprétation.

  • 27 Par exemple, lorsque Wolsey lit une lettre de Flandre en Anglais et la traduit en Latin pour Du Be (...)
  • 28 CCJDB, t. I, no 38, p. 95 ; à Berthereau, 29 novembre 1528, AAJDB, no 168, p. 473 : « estant forcé (...)
  • 29 En août 1529, la position de Wolsey estchancelante, il a fallu à Du Bellay suggérer son remplaçant (...)
  • 30 À Montmorency, Sandwich, 23 février 1528, AAJDB, no 61, p. 162-163.

9Du Bellay – il va sans dire à cette époque – ne pouvait pas parler anglais même s’il y a lieu de croire qu’il pouvait en lire un peu27. En 1529, comme la peste régnait à Londres et qu’il avait congédié ses domestiques, il ne pouvait pas demander où aller « pour ne bien entendre le langaige » ; pendant un mois il se réfugie dans une maison particulière sans ses serviteurs, restant à la maison et dépensant plus de 3 500 écus puisqu’il est forcé de jouer avec ses hôtes28. Wolsey préférait négocier en latin – il ne parlait pas français avec aisance et sa correspondance avec Du Bellay est normalement en latin29. Quant à son lieu de séjour, Jean Du Bellay séjourne habituellement à Londres, même s’il se rend aux châteaux royaux de Greenwich, Windsor, Richmond et Hampton Court et, au plus loin, à Woodstock dans l’Oxfordshire. À part cela, il ne voyagea pas à travers le pays, exception faite d’une excursion à Sandwich en 1528 afin de parler à quelques marins français qui avaient saisi des navires flamands30.

  • 31 23 novembre 1527, AAJDB, no 13, p. 35.
  • 32 À Montmorency, 28 mai 1529, CCJDB, t. I, no 8, p. 25.
  • 33 David Potter, Henri VIII and Francis, the Final Conflict (1540-1547), Leyde, Boston, Brill, 2011, (...)
  • 34 Dépêche du 5 janvier, arrivant le 12 ; une autre du 9 arrivant le 19, au roi et Montmorency, 20 ja (...)
  • 35 BnF, fr. 20147, fo 22.

10Il importe, pour tout ambassadeur, de maintenir des communications rapides avec son propre pays. On plaçait des courriers à Londres et à Boulogne afin d’éviter de longues traversées, autrement Du Bellay pensait qu’il lui faudrait employer plus de ceux « qui sceussent parler le langaige » en doublant dès lors la dépense pour le roi31. Le temps d’acheminement d’une dépêche variait selon le lieu de séjour de la cour de France, mais en mai 1529 une dépêche du 21 arriva à Londres le 2532. J’ai établi qu’en 1540 des lettres d’Abbeville pouvaient gagner Londres en 36 heures (avec une bonne traversée de la Manche) mais une dépêche de Paris prenait deux jours de plus33. Lorsque les postes étaient « assez malaisez » comme en janvier 1528, il fallait compter une semaine ou dix jours34. Pour François de Noailles en 1554, le voyage de Paris à Boulogne ne prend plus que trois jours mais il est retenu à Boulogne pendant six jours par « le vent contraire » et la durée du voyage s’étend à quatorze jours35.

  • 36 CCJDB, t. I, no 38, p. 95. La peste frappe encore en 1530 – à Montmorency, 18 septembre 1529 : « d (...)
  • 37 À Montmorency, 28 juillet 1528, AAJDB, p. 352 ; 19 août 1528, ibid., p. 377. Pour le compte de cet (...)

11Du Bellay fut servi par une suite assez large. Au début de la peste de 1529, douze de ses gens moururent, d’autres prirent la fuite et le reste fut congédié ; en 1530 encore, il est forcé de renvoyer ses gens36. Parmi ceux qui le servaient comme courriers de la plupart de ses dépêches et de ses communications orales, la première place est occupée par son cousin le protonotaire Pierre de La Chapelle. En mai 1528, c’est à lui qu’il confie le transport de 30 000 écus d’or en monnaie anglaise, reçus comme contribution d’Henri VIII à la guerre commune. Sur les chemins entre Londres et Douvres, il y a « si peu de seureté des mauvais garsons » qu’il lui joint des gens armés « de bonnes hacquebuttes ». La Chapelle traverse la Manche continuellement et possède le chiffre de son maître afin de lui écrire lorsqu’il reste à Douvres, blessé par une chute37.

12Comme la plupart des ambassadeurs, il manque d’argent comptant. Il souffre de ce qu’il appelle « la mutation de credit ». En janvier 1528, il proteste, quant à ses dépenses :

  • 38 À Montmorency, 2 janvier 1528, AAJDB, no 30, p. 83.

Je vous promectz Monseigneur, suz mon honneur, que j’ay, depuys vostre partement, desboursé plus de mil escuz et si suys le meilleur mesnager que je puys. J’entendz bien que je vous en fasche : c’est grant paine d’avoir à faire à pauvres gens.38

  • 39 À la fin des années 1530, Charles de Marillac reçoit 10 l.t. par jour. En 1548 « pour nostre estat (...)
  • 40 Au roi, 10 février 1528, AAJDB, no 56, p. 149. La plupart des mentions dans le C. A. Fr. Ier, à pa (...)
  • 41 À Montmorency, 27 novembre 1527, AAJDB, no 12, p. 30.
  • 42 À Montmorency, 23 février 1528, AAJDB, no 62, p. 165.
  • 43 À Montmorency, 10 juin 1528, AAJDB, no 106, p. 290-291 ; au roi ?, 30 juin 1528, AAJDB, no 113, p. (...)
  • 44 À Berthereau, 29 novembre 1528, AAJDB, no 168, p. 473.

13En février 1528, il se plaint au roi que « n’ay encores eu de par vous moien aulcun ne de vivre ne de satisfaire aux frais extraordinaires » ; pire, il prétend n’avoir pas « gros revenu » de son propre compte (ses revenus de Bayonne ne pouvaient pas lui avoir apporté une grande somme). Son « état » est fixé à 10 l. t. par jour39 et l’on pourrait suggérer qu’il reçoit vers 4 000 l.t. par an pour ses dépenses mais cette somme n’est versée que de manière irrégulière40. Il est vrai que Du Bellay avait son propre approvisionnement à Londres « ayant mes bledz en mes greniers et près de la riviere41 ». Mais un ton plus amer s’installe peu à peu dans son discours : si le chancelier Duprat accepte des dépenses extraordinaires mais ne fait rien pour les dépenses quotidiennes « je vendray ma vayselle et encores en emprunteray42 ». En juin 1528, Jean Du Bellay n’a rien reçu « et par ma foy la despence m’augmente tous les jours d’autant plus que mes cognoissances croissant, et croiez que j’en suys à l’extrémité ». Il désire un meilleur évêché mais « estant absent, il n’y aura personne qui advertisse et qui demande pour moy ». Comme beaucoup d’ambassadeurs, il commence à demander son congé presqu’au moment d’arriver « car il n’y a ordre que je y puisse plus estre43 ». En novembre 1529, il se lamente que le grand maître « ne m’ayt faict bailler ung escus pour desloger44 ».

  • 45 À Montmorency, 26 décembre 1527, AAJDB, no 26, p. 70 ; à Mont, 20 janvier 1528, AAJDB, no 39, p. 1 (...)
  • 46 À Montmorency, 11 mai 1528, AAJDB, no 89, p. 243.

14Le temps en Angleterre ne lui convenait pas. En décembre, il éprouve un « caterre qui me tourmente » et en soufrait encore après six semaines en janvier, sa santé empirant chaque fois qu’il ose sortir pour remplir ses fonctions. Il n’est dès lors pas surprenant de constater sa mauvaise opinion à l’égard des médecins anglais45. En mai 1528 il évoque déjà, contre l’avis du grand maître, son « demoure » (son rappel46). Fin juin, il semble in extremis :

  • 47 À Montmorency, 30 juin 1528, AAJDB, no 114, p. 319.

Par dieu de paradis ! monseigneur, si je n’ay mon congié, je m’en iray sans l’avoir et qui me vouldra fouetter n’estant poinct mon maistre trouvera que je crains mains cent mors que une honte. Si Job estoit en ma place, il n’auroit tant actendu à perdre patience.47

  • 48 Au cardinal de Bourbon, 28 juillet 1528, AAJDB, no 128, p. 353.

15Puis, l’irruption d’« une manière de peste qu’on appelle le sutin » (sweat) en juillet 1528 interrompt ses négociations sur la trêve avec Wolsey, qui s’était renfermé à Whitehall pendant un mois. Du Bellay tombe également malade48.

  • 49 À Montmorency, 10 août 1528, AAJDB, p. 378.
  • 50 À François de Dinteville, 26 août 1532, CCJDB, t. I, no 136, p. 284-285.
  • 51 À Montmorency, 27 novembre 1527, AAJDB, no 12, p. 30 ; 23 novembre 1527, AAJDB, p. 35-36.
  • 52 À Montmorency, 30 juillet 1528, AAJDB, no 132, p. 360.

16Que peut-on dire de ses points de vue sur l’Angleterre ? À part ses remarques sur la xénophobie des Anglais, il pensait que ces derniers étaient de « grans observateurs de leurs cérymonies », c’est-à-dire qu’ils insistaient (par manque de confiance) sur l’exactitude dans la documentation diplomatique49. Il se souvient plus tard que la négociation difficile d’un mariage princier lui a coûté « deux cens bonnes lieues a trotter, et jamais n’euz tant de paine a traicter au cardinal d’Angleterre50 ». Il faut observer qu’il était ambassadeur pendant une période de rapprochement exceptionnel entre les deux pays mais les relations n’étaient jamais sans difficultés. C’est à Wolsey qu’il parle normalement et le cardinal, quant à lui, pense que, par sa politique d’alliance avec la France, il risque l’hostilité populaire, que « le peuple » le blâmait pour la disette « et que déjà icelluy peuple monstroyt estre fort malcontent de luy ». Du Bellay, comme on l’a vu, acceptait que le « peuple » (quelle qu’en soit la définition) soit hostile à la France. Il pensait que « le peuple […] ne se peult bien eschauffer contre noz ennemys » à cause de l’interruption de marchandises des Pays-Bas et puis, les gens de l’empereur étaient constamment prêts à semer des mensonges « et vous sçavez, Monseigneur, que cela (l’opinion publique) emporte plus icy que à Paris51 ». Mais si Du Bellay s’opposa parfois vigoureusement à Wolsey, souvent « le lendemain, fusmes grans amys ». Wolsey répétait que ce qu’il faisait était « contre l’opinion et vouloir de toute Angleterre ». Oui, il persévérait « mais qu’il luy falloyt user d’une terrible alquemye et dexterité en ses affaires ; car il y avoit des gens qui esclaroyent de si près que, à la maindre occasion du monde qu’ilz auroyent de calumnier sesdictz actes ». Wolsey insiste et répète « combien j’estoys adonné à vous » – qu’il a placé toute sa confiance en Montmorency52 :

  • 53 À Montmorency, 21 août 1528, AAJDB, no 140, p. 386.

Monseigneur, vous estes bien son grant mignon. Il a plus grant paeur à ceste heure que soyez malcontent de luy qu’aultrement. Il voulut que maistre Bryant veystvostre lectre pour vous y respondre.53

  • 54 Au roi, 28 juillet 1528, AAJDB, no 126, p. 349.
  • 55 À Montmorency, 12 octobre 1529, en chiffre, CCJDB, t. I, no 41 bis, p. 106 ; 17 octobre 1529, ibid (...)

17Bien sûr, c’est un beau stratagème que de chercher à faire croire aux Français qu’il était le seul pilier de l’alliance en Angleterre, de surcroît à un moment où son crédit auprès de son roi chancelait. Les deux hommes se taquinent de temps à autre ; une fois le cardinal annonce qu’il se réjouit que l’impératrice ait donné naissance à une fille, qui pourrait, par son mariage, sceller la paix avec la France : « Je luy respondis que ce n’estoit la première foys qu’il s’estoit mocqué de moy et que encores ceste-cy la prendroys bien en patience54 ». Du Bellay tient Wolsey en une certaine estime. Lors de la chute du cardinal, Du Bellay prévient le roi que les Boleyn, en visitant la France, « mectront paine de tirer de la bouche du Roy et Madame parolles qui puissent estre à son prejudice […] mais il me semble qu’ilz debvront avoir pitié de luy ». Du Bellay va visiter le cardinal disgracié et raconte ses pleurs et ses appels à l’aide au roi de France et sa mère. Il regarde sa chute comme « le plus grant exemple de fortune qu’on sçauroit veoir ». « Je l’ay reconforté au myeulx que j’ay peu mais je n’y ay sceu faire grant chose ». Mais Du Bellay est aussi réaliste. À la plupart des demandes d’aide émises par le cardinal il conseille d’opposer un refus, sauf dans une lettre. Dans cette dernière, il esquisse un argumentaire, par lequel François Ier conseillerait au roi d’Angleterre d’éviter la destruction totale de Wolsey par peur de donner l’impression que l’amitié négociée par le cardinal serait remise en cause55.

  • 56 Au roi, 2 janvier 1528, AAJDB, no 29, p. 77-78.
  • 57 Au roi, 6 février 1528, AAJDB, no 51, p. 130.
  • 58 Ibid., p. 141-142.

18Quant à ses opinions à propos d’Henri VIII, il va sans dire qu’il lui fallait être très discret. On ne sait rien de sa première audience avec le roi. Pendant de longues semaines et mois ce n’est qu’avec Wolsey qu’il parle. En janvier 1528, il décrit une audience avec le roi accompagné de La Brosse où il fut appelé pour parler avec le roi lui-même dans sa chambre, faire sa révérence à la reine Catherine et regarder danser la reine et sa fille56. Il lui faut attendre le mois de février pour être de nouveau invité à parler au roi à Greenwich57 et c’est à ce moment qu’il mentionne pour la première fois la dissolution du mariage (sujet que Du Bellay avait envisagé depuis longtemps ; son frère Langey venait de lui communiquer depuis Rome les avis des canonistes). Il savait qu’il était presque certain que le pape refuserait de donner son consentement58. En juillet 1528, Du Bellay note le retour d’Anne Boleyn à la cour et que certaines lettres de France, qui « leur ont donné à penser », ont été interceptées. Le contenu est incertain vu la perte de certaines dépêches mais il ajoute que :

On m’a dict, à propoz de ce qu’on avoye dictà monseigneur le légat il y a plus d’ung mois, comme vous escripviz, que ne suys mauvais devin. Et pour vous dire ma fantaisie, je croy que le roy en estsi avant qu’aultre que Dieu ne l’en soyt oster.

  • 59 À Montmorency, 30 juillet 1528, AAJDB, no 132, p. 363 ; Montmorency à Du Bellay, 10 août 1528, AAJ (...)

19Il estime maintenant que Wolsey est dans la peine et que Henri « luy usa de terribles termes » suite à l’échec de ses négociations avec le pape. Accusé d’avoir parlé contre Wolsey, Montmorency insiste que c’« est chose de quoy je n’ai jamais riens veu ni entendu59 ». Le mariage du roi d’Angleterre reste un problème complexe pour la France.

  • 60 Au roi, 10 février 1528, AAJDB, no 56, p. 149-150.
  • 61 Au roi, 26 mars ?, AAJDB, no 76, p. 190, 195.
  • 62 Du Bellay pensait qu’« ilz ne prennent plaisir » à ces missions extraordinaires « car ce sont auta (...)
  • 63 À Montmorency, 15 mai 1528, AAJDB, no 91, p. 247.
  • 64 Du Bellay et La Brosse à Montmorency, 20 janvier 1528, AAJDB, no 39.
  • 65 Tuke à Wolsey, 23 juin 1528, Record Commissioners, State Papers of King Henri VIII (ci-après, St. (...)

20Du Bellay pensait que Wolsey était vraiment partisan d’accorder une aide militaire à la France mais que Henri était au contraire « bien froict60 ». À Richmond et Hampton Court fin mars 1528, il trouve le roi « si très froict » lors des décisions nécessaires pour la campagne en commun contre les Pays-Bas. Mais Henri VIII était toujours capable de changements imprévus et pendant une audience de deux heures il use « de force bonnes et honnestes parolles et qui sembloient partir de merveilleusement bon estomac ». Le roi d’Angleterre est probablement plus raisonnable en négociant avec les gentilshommes de la cour de France (il avait invité Morette à son lever et l’avait prié de se comporter comme envers son propre maître « pour estre vous deux une mesme chose », comme l’écrit Du Bellay61). Pour sa part, Wolsey n’était pas aussi enthousiaste au sujet de ce qu’on a appelé « la diplomatie de la chambre », pensant que Du Bellay pouvait éclaircir plus en une heure qu’un gentilhomme pourrait le faire en un jour, « considéré mesmes qu’ilz ne l’entendent poinct parler que par truchement62 ». Être un prélat-ambassadeur conférait des avantages. Lors d’une confrontation avec l’ambassadeur impérial Mendoza en mai 1528 et sous menace de violence, « je ne sceuz sinon rire et luy demander si ce seroyt de sa crosse ou de sa marotte63 ». La question de préséance était toujours pénible. Début janvier 1528, Wolsey monte un triomphe à Whitehall avec des spectacles en latin ; par sa « contenance » il manifeste une grande affection pour le roi de France mais néanmoins il donne encore le « haut bout » à la table à Mendoza. Du Bellay est disposé à l’accepter patiemment même si un ambassadeur de robe courte (comme Olivier de la Vernade, sr de la Bastie) ne l’aurait jamais enduré64. Du Bellay excelle dans une souplesse toute diplomatique. Le secrétaire Brian Tuke rapporte en juin 1528 qu’en lisant des dépêches, Henri VIII loue « the honeste, wisedome, and discretion of the Bishop of Bayon65 ».

  • 66 À Montmorency, 14 décembre 1527, AAJDB, no 25, p. 68.
  • 67 À Montmorency, 8 août 1528, AAJDB, no 135, p. 372.
  • 68 Récit de Bourrilly dans AAJDB, p. XXXVIII-IX.
  • 69 Marino Sanuto, I Diarii di Marino Sanuto, t. 49, Venise, 1897, col. 507.
  • 70 Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay », dans Les conseillers de François Ier, p. 326.

21Dès le début de son ambassade, Du Bellay dut lutter contre les soupçons mutuels des Anglais et des Français qui craignaient à tour de rôle que l’autre ne joue un double jeu avec l’empereur. Même en décembre 1527, Wolsey souligne que les offres de l’empereur n’étaient qu’une tromperie et qu’il voulait « se faire monarche et affoiblir tous aultres potentatz », idée à laquelle, sans doute, il jugeait le roi de France très disposé66. Du Bellay, tout homme de ruse qu’il est, ne veut pas moins limiter le pouvoir des Habsbourg ; en août 1528, il se dit déterminé à « ne leisser par delà ung pied de terre à ces gentilz dominateurs du monde67 ». Mais il resta sceptique à l’égard des projets de Wolsey – pour la dissolution du mariage, la paix générale et une conférence à Avignon68. Quant à François Ier, il estimait que tout cela ne visait qu’à retarder une guerre pour laquelle Du Bellay devait demander de l’aide financière. Lorsque le bruit se répand en janvier 1529 que le pape Clément est mort, Wolsey, selon le résident vénitien à Londres, suggère à Du Bellay de rentrer en France afin de demander que François Ier pousse les cardinaux français à faire « che vogliano far esso reverendissimo Eboracense papa69 ». Attendant une excuse pour partir, Du Bellay traverse la Manche en février. C’est peut-être pendant ce court séjour à la cour de France qu’il entre dans le Conseil et côtoie de près le roi70.

  • 71 Marguerite d’Autriche à Charles V, 26 mai 1528, Bruxelles, AGR, K. Lanz, éd. Korrespondenz des Kai (...)
  • 72 CCJDB, t. I, no 5. Voir les remarques sur la procédure par Rémy Scheurer dans CCJDB, t. I, p. 22, (...)
  • 73 CCJDB, t. I, no 7, 7 bis.

22Mais à son retour en Angleterre, sa tâche devient de plus en plus complexe au moment où les diplomates français cherchent la paix avec l’empereur71. Il rédige une dépêche conciliante qui affirme que Wolsey accepte des pourparlers à Cambrai mais attend un chiffre pour révéler sa véritable opinion72. Fin mai, ayant reçu le chiffre, il peut évoquer franchement les problèmes de Wolsey à l’égard du roi et préciser que les ducs de Norfolk et de Suffolk glissent à l’oreille du roi des accusations que Wolsey tente de réfuter. Tout cela est d’une importance capitale pour les négociations avec l’empereur. Le traité de paix perpétuelle interdit une paix séparée avec l’empereur mais Du Bellay avait déjà suggéré une solution car il y avait toujours une clause échappatoire dans le domaine diplomatique. Du Bellay suggérait donc qu’Henri avait déjà pressé le roi de France de faire la paix, d’autant plus que Suffolk et le fils de Wolsey, Germain, étaient encore en France et étaient donc susceptibles de servir d’otages73. Ainsi, au début de sa deuxième ambassade, Du Bellay était totalement initié au jeu tortueux de la diplomatie.

  • 74 CCJDB, t. I, no 8, 8 bis.
  • 75 À Montmorency, 30 juin 1529, CCJDB, t. I, no 17, p. 59 ; au roi et à Montmorency, 1 septembre 1529 (...)

23Le 28 mai 1529 encore, sa dépêche en clair est aimable et sans détours. Sa dépêche en chiffre parle des problèmes posés à Wolsey par le mariage du roi et en conséquence, l’impossibilité pour lui de se rendre à Cambrai, puisque cela ne pouvait qu’avantager les intérêts de la France. Du Bellay veut qu’on avance les pourparlers, en prétextant la chasse du roi près de Coucy d’où Louise de Savoie pourrait se rendre chez Marguerite d’Autriche pendant que les Anglais resteraient dans l’ignorance, le duc de Suffolk étant un féru de chasse. On pourrait ensuite mettre les Anglais devant le fait accompli ; mais selon Du Bellay il faut surtout éviter de s’aliéner les Anglais sans gain74. Pendant les mois de l’été 1529, Du Bellay s’occupait surtout de duper Henri et Wolsey, d’isoler les Anglais et de consolider leur dépendance à l’égard de la France. L’annulation du mariage (il écrit en chiffre) ne peut que favoriser les Français parce que « oultre la grant amytié que le roy porte au Roy, son bon frère, sera ung moyen pour à l’advenir vous faire tomber le roy d’Angleterre à genoulx ». Mais lors de la signature du traité de Cambrai il regrette de ne pas avoir connaissance des articles des traités pour se justifier devant le Conseil du roi d’Angleterre. Du Bellay le décrit comme « ce benoist traicté de Cambray qui tant s’est faict achapter75 ».

  • 76 À Montmorency, 23 août 1529, CCJDB, t. I, no 22, p. 65.
  • 77 CCJDB, t. I, p. 105.

24Au fur et à mesure que les luttes entre les conseillers d’Henri VIII deviennent plus féroces, la situation de Du Bellay devient plus délicate ; par exemple, il entreprend des pourparlers amers et difficiles avec le duc de Suffolk, qui l’accuse d’avoir parlé défavorablement de lui76. De la famille Boleyn, à part Anne, il ne tenait pas grand compte. Il parle de Thomas Boleyn (qu’il décrit comme « me Boleyn » bien qu’il ait déjà été vicomte Rochford) comme d’un « si glorieulx fol pour m’avoir voulu monstrer son credit et ce qu’il sçait faire ». Son fils, envoyé en France après la chute de Wolsey, est« son petit prince77 ».

  • 78 « Je voy evidentement, que ce Roy n’estsans ung peu de jalousie de vous veoir entrer en plus grand (...)
  • 79 Du Bellay accompagne Montmorency à Bayonne pour le recouvrement des enfants du roi au printemps de (...)
  • 80 Victor-Louis Bourrilly, « François et Henri VIII : l’intervention de la France dans l’affaire du d (...)
  • 81 À Dinteville, 10 janvier 1532, CCJDB, t. I, no 114, p. 247.
  • 82 François de Dinteville à Du Bellay, Rome, 10 avril 1532, CCJDB, t. I, no 125, p. 267.
  • 83 À François de Dinteville, 27 août 1532, CCJDB, t. I, no 136, p. 283.

25D’autre part, la survie de l’alliance, en dépit du traité de Cambrai78, est en partie l’œuvre de Du Bellay et le fruit de sa finesse diplomatique. L’évêque de Bayonne continue de s’occuper des négociations pour une ligue défensive avec les Anglais en 153079 mais se préoccupe de plus en plus de l’annulation du mariage et de sa portée, comme Bourrilly l’a révélé il y a plus d’un siècle80. Toujours en quête d’une alliance anglaise, François Ier s’engage à favoriser la cause d’Henri à Rome mais son influence est limitée ; en outre, ses intérêts et ceux du roi d’Angleterre ne coïncident pas tout à fait. Du Bellay reste le spécialiste de l’Angleterre à la cour de France et celui qui est en contact avec les envoyés français à Rome. En janvier 1532, il écrit à François de Dinteville que le roi « se resent de l’ennuy que porte le roy d’Angleterre et luy tient de plus près que jamais81 ». En avril il apprend de Dinteville que, quant aux affaires du roi d’Angleterre, « j’en ay veu du murmure par deça que, a mon advis, ce ne seroit chose a nostre advantage82 ». En août 1532, Langey esten Angleterre afin d’assurer Henri qu’en Allemagne « il a faict tout ce qu’il a voulu » et déjà on prévoit une nouvelle rencontre entre les rois à Boulogne et Calais, « environ la fin d’octobre il fera le plus beau du monde83 ».

  • 84 À François de Dinteville, 1 novembre 1532, CCJDB, t. I, no 144, p. 299. On sait qu’il parlait à No (...)
  • 85 À Jean de Dinteville, La Fère, 20 mars 1533, CCJDB, t. I, no 153, p. 309.
  • 86 Mémoire pour le faict d’entre le pape et le Roy d’Angleterre auquel le Roy s’estoit entremys, « Es (...)
  • 87 « Si ordonna le Roy [en marge : Si vous voulez nommer Jean Joachim, Morette, Largerie] grosse et n (...)
  • 88 Montmorency, 22 juillet 1533, CCJDB, t. I, no 159, p. 318.
  • 89 David Potter, Henri VIII and Francis I…, op. cit., p. 198.
  • 90 Louis de Perreau de Castillon à Du Bellay, 17 novembre 1533, CCJDB, t. I, no 163, p. 322-323.

26La seule remarque qui subsiste de Du Bellay sur l’entrevue de Calais et de Boulogne est que « noz Roys se sont departiz à grant regrect l’un de l’autre, et vous promectz qu’onc ne fut veue telle amytié ne privaulté, tant entre maistres qu’en serviteurs84 ». Les commentaires, à propos de la grande rencontre suivante qui concernait les relations avec l’Angleterre, de François Ier et Clément VII à Marseille, sont plus nombreux. Jean Du Bellay rédige un grand mémoire et dès mars 1533 dit que « le plus grant moyen qu’on sçauroyt adviser de remedier a leur affaire, c’est ceste entreveue ». Il trouve les envoyés anglais Thomas et son fils George Boleyn hostiles à l’idée et en est irrité : « Je croy qu’il mandera que je suys bien mauvais Angloys pource que je ne luy ay voulu accorder les pires raisons et les plus jeunes qui passerent onc la mer85 ». Du Bellay rédige lui-même un sommaire de l’entrevue86 dans lequel il décrit l’arrivée des envoyés anglais et l’allocation d’une suite des anciens ambassadeurs en Angleterre (s’y incluant lui-même) à leur escorte. Au début on est optimiste87 mais en juillet, Du Bellay doit transmettre au duc de Norfolk des lettres de Rome à propos de la déclaration formelle de nullité du mariage d’Henri VIII et Anne Boleyn88. Norfolk et ses collègues sont furieux et rentrent en Angleterre (il n’est pas surprenant que Norfolk, un conservateur sur le plan religieux mais généralement favorable à la France dans les années 1530, décrive Du Bellay comme « glorieux » lorsqu’il le rencontre encore une fois à Boulogne en 154489). En 1533 c’est Stephen Gardiner, qui continue le voyage et qui, à Marseille, rend furieux le Pape en appelant à un Concile général. François Ier est dans une position pénible : il a besoin de l’alliance de Henri VIII encore plus que d’un accord avec le Pape. On décide d’envoyer Du Bellay encore une fois en Angleterre. Le nouvel ambassadeur est informé par Castillon que « le roy d’Angleterre commence fort a dimynuer l’amytié et fiance qui pançoyt avoyr a jametz evec le Roy, voyant que sy froydement il a procedé avec le Pape90 ».

  • 91 CCJDB, t. I, no 164, p. 323-332.
  • 92 Le récit de Du Bellay, L&P, t. VI, no 1572 et P. A. Hamy : « Laissast donc le Roy d’Angleterre de (...)

27Du Bellay, comme d’habitude, voyage rapidement, muni d’une instruction qu’il rédige lui-même91. Son audience avec Henri VIII, à la veille de sa rupture définitive avec Rome, est pénible selon le récit qu’il en fait peu après : « Je ne sçay, dit le Roy, que, une aultre foix, je debvroys penser de vous, car qui fault d’honneur et promesse envers l’ung peult bien puys après faillir envers l’aultre ». Il réfléchit sur la question de l’honneur entre les princes92.

  • 93 Victor-Louis Bourrilly, « Le cardinal Du Bellay en Italie », Revue des études rabelaisiennes, t. V (...)
  • 94 Raince au duc d’Albany, 22 février 1534, BnF, fr. 3000, fo 62 ; Du Bellay à Castillon, 22 février (...)

28L’entrevue à Marseille et la mission de Du Bellay auprès de Henri VIII signalent la fin de l’entente anglo-française. Un ton de méfiance domine dès lors ; oui, Henri VIII envoie des missions à François Ier en 1534 pour, à première vue, le persuader de le suivre en rompant avec le Pape, mais c’est l’année des Placards. En décembre 1533, Du Bellay part de Londres (la dernière fois) pour Rome afin d’essayer, avec l’évêque de Mâcon, de persuader Clément VII d’annuler la bulle d’excommunication93. Le compte rendu de cette mission a disparu mais une lettre de Nicolas Raince indique qu’il pense que les ambassadeurs français « se peuvent bien venter d’avoir faict ung chef d’œuvre et servy le roy d’Angleterre tout au contraire du croyre d’un chacun malgré tout le monde. Et si jamais led. sr roy d’Angleterre eut obligation au Roy, cest-cy doit estre le chef ». D’abord, Du Bellay continue d’être optimiste ; il espère persuader le roi d’Angleterre de suspendre ses velléités de rupture avec Rome et d’assembler des représentants à Cambrai pour faire un jugement intérimaire, tout en travaillant pour la liberté d’action d’un pape, dont il pense qu’il serait favorable au cas du roi d’Angleterre s’il était libre. Mais il écrit en même temps « si je n’ay mieulx faict, croyez qu’il n’a tenu a moy et que tout ce que j’ay eu de toute ma vie de peyne, soing, travail et ennuy n’est pas la dixiesme partye de ce qu’en ay eu en cest affaire » et enfin il décide qu’Henri VIII poursuivra ses projets bien qu’il « s’en trouvera bien empesché ». En général « je ne voy point comment il sera possible que le Roy puisse demourer amy de tous deux, et de cestuycy ne peult-il departir pour les praticques d’Italye94 », ce qui résume en bref le dilemme français.

  • 95 Du Bellay et Hémard de Denonville à François Ier, Rome, 23 mars 1534, CCJDB, t. I, no 181, p. 382- (...)
  • 96 À Raince, novembre 1534, CCJDB, t. I, no 212, p. 448. Il parle de temps en temps à Gregorio Casale (...)

29Le 23 mars, en présence de 22 cardinaux, le mariage d’Henri et de Catherine est déclaré valide et sa fille héritière légitime. Du Bellay ne peut rien faire sinon rappeler au Pape ses promesses, au contraire : « suz si mauvais chanson nous n’eussions sceu composer chant qui eust riens vallu ». Il avait espéré une meilleure fin et il a fallu à Pommeraye apporter les nouvelles au roi d’Angleterre le 3 avril95. En novembre 1534, il se plaint d’avoir averti le Consistoire du danger de la confiscation des terres de l’Église en Angleterre et il continue d’espérer que l’amiral Chabot et son frère Langey pourront l’éviter96.

  • 97 Il se moque de ceux qui parlent de sa promotion au cardinalat en 1532. Il avait lui-même rédigé la (...)
  • 98 « Responce du Roy aux plainctes de l’ambassadeur d’Angleterre », AN, J 976, f° 32 ; 25 février 153 (...)

30Du Bellay devient cardinal en mai 1535 et en juillet, il apprend les nouvelles de l’exécution de Fisher et More97. Dorénavant, ce sont les relations avec les princes et États allemands et puis les affaires françaises à Rome qui sont son terrain d’action. Quant à l’Angleterre, sa manière d’y intervenir commence à évoluer. En 1539, par exemple, il est appelé à l’examen d’un prédicateur contre Henri VIII, ce qui n’est pas surprenant puisque les théologiens traditionnels de la Sorbonne, tels Noël Beda, étaient durement hostiles à Henri VIII. L’ambassadeur anglais, Edmund Bonner, porte plainte en 1538 contre les sermons d’un franciscain nommé Pierre de Cornibus (un vieil ennemi d’Érasme et du divorce du roi d’Angleterre) le jour de la Saint-Thomas, en présence notamment du cardinal Du Bellay. Le prédicateur prétend qu’il ne fait que louer le nom de Saint-Thomas le martyr comme d’habitude le jour de sa fête sans avoir l’intention de critiquer le roi anglais. Mais il est évident que la question de Thomas Becket était une matière délicate après la destruction de son tombeau sur les ordres d’Henri VIII98.

  • 99 Sur le cadre de ces négociations, David Potter, Henri VIII and Francis I…, op. cit., p. 198-202.
  • 100 Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay », dans Les conseillers de François Ier, p. 328.

31Du Bellay devient un interlocuteur des ambassadeurs anglais et se mêle aux tentatives de paix entre les pays. Il négocie directement, mais sans succès, avec les Anglais en septembre 1544, écrivant un sommaire de ses négociations (avec Pierre Remon) au château de Hardelot en septembre et puis en octobre dans le cadre des négociations à Calais dans lesquelles l’évêque d’Arras prend part en tant que représentant de l’empereur99. L’échec à Hardelot et Calais en 1544 lui coûte cher mais il est rappelé en faveur en juin 1545 de toute évidence par l’intervention de la duchesse d’Étampes100. Puis Du Bellay intervient dans les tentatives de médiation protestantes en 1545-1546. En juillet 1545, c’est lui qu’on mentionne comme l’interlocuteur en France des envoyés Sturm et Sleidan, qui ont mis en avant l’idée de la médiation protestante entre la France et l’Angleterre. Les agents du roi d’Angleterre en Allemagne racontent qu’un agent de Sturm leur a dit :

  • 101 Bucler et Mont à Henri VIII, juillet 1545, State Papers of Henri VIII, t. X, p. 519 (L&P, t. XX, i (...)

then having letters from Sturmius his maistre to the French King, the Cardinal Bellaius, and other […] Sturmius answered that he had not expresse commission by the King to propone soch thinges to him, but by a letter sent to him from Cardinall Bellaius, and an other letter sent to him from the Dolphine, and the thirde from thAdmyrall, he did well understande that thei were verie desirous that soche thinges shuld be proponed to the Protestantes, and other whoe might bring this thing teffect ; […] to the which articles Sturmius wrote his name with his oune hande, whiche articles we sende here to Your Majestie.101

  • 102 À Charles de Guise, 2 janvier 1549, BnF, fr. 5149, f° 112v° ; CCJDB, t. V, no. 964 ; Rémy Scheurer (...)

32Encore une fois « a demy en desgrace » au milieu de 1546102, il semble très clair qu’il a décidé en 1546 que sans l’aide des allies la cause des princes protestants était perdue. Nicholas Wotton raconte un entretien qu’il a eu avec lui à Chauny en novembre 1546. Le cardinal

  • 103 Wotton a Paget, 28 novembre 1546, State Papers of Henri VIII, t. XI, p. 353-354 (L&P, t. XXI, ii, (...)

made a longe tale of the good affection that he beareth to the Kinges Majestie and to the contynuance of this amitye ; wherein he wolde travaile as muche as enye manne, and thoughte that nowe was the tyme come that meanes mighte be founden that they shulde be knytte yet in a streighter amitye then they were. For the Protestantes have nowe neede of helpe, and have requyrid to make a leage with the King his maister ; Who hath made theim a playne answer, that He will entre in none with theym, unlesse the Kinges Majestie wolde doo the lyke ; but yf the Kinges Majestie wolde, then was He content to doo it to. And he thoughte that the Kinges Majestie making this leage with the King his maister and the Protestantes, they shulde all be so stronge, that they nedid not to feare enye other forces. And besides that, nowe is the mater of religion yn questyon, and in that estate that, unlesse the Protestantes be succourid, he sayeth that actum est de negocio Evangelij, for it is not possible that the Protestantes beare the burden enye lengar. So that this manne goith not directelye to the rejecting of the Bishop of Rome, but he sayeth that that shall necessarelye folowe of this leage ; wherof he shewith hymself muche desyrouse […] But fynallye the manne in his communicacion shewith hymself verye earnestlye myndid to the setting fourthe of the Gospell, and to take greate thought, what ende these maters of Germanye will take.103

  • 104 Pour les documents sur cette affaire : CCJDB, t. III, p. 400-402.
  • 105 Brantome, Grands capitaines, Œuvres complètes, ed. L. Lalanne, t. III, Paris, Vve Jules Renouard, (...)
  • 106 On a suggéré qu’il s’agit de Julien de Clermont (en s’appuyant sur le C. A. Fr. Ier, t. V, 124, no(...)

33Une fois la paix avec l’Angleterre rétablie avec le traite d’Ardres-Guînes en juin 1546, Du Bellay peut écrire a Henri VIII et à son ami Paget en faveur d’un sien parent, le jeune Talart, « le frère de la contesse de Tonnerre – qui n’est, depuis qu’elle est mariée, recongneue sinon au tiltre de madame Du Bellay104 ». Il s’agit d’une favorite de François Ier, Louise de Clermont, dont un frère avait été condamne pour un meurtre commis, comme le dit Brantome, « desguisé en bourguignon imperial105 ». Il y a un problème concernant l’identité du jeune homme ainsi accuse106, mais Louise était la femme de François Du Bellay, « chef de ma maison », comme dit le cardinal. La question était difficile pour les Anglais ; on savait que le roi de France était dur, bien que les femmes, y compris la duchesse d’Étampes, aient été pour la miséricorde. Face à ce dilemme, l’ambassadeur Wotton conseille l’attitude suivante : au cas où l’amiral de France chercherait les raisons de l’intervention anglaise,

  • 107 Nicholas Wotton a Paget, Moulins, 28 août 1546, State Papers, t. XI, p. 277 (L&P, t. XXI, i, 1521)

it maye well be sayde that Madame de Bellay wrote and sente for it, and that the Kinges Highnesse, yn contemplacion of summe service done to hym by theym of Bellay, (wheryn the sayde Cardinal, yf it please His Highnesse, maye be well yn nough namidde to) thinking to do theym all summe pleasur heeryn, was content to become intercessour to the Kinge his goode brother for the mater.107107

  • 108 Le conseil d’Angleterre à Wotton, 31 août 1546, State Papers, t. XI, p. 283 (L&P, t. XXI, i, 1530)
  • 109 Wotton à Paget, 17 septembre 1546, State Papers, t. XI, p. 301 (L&P, t. XXI, ii, 118): « Tallard i (...)
  • 110 Wotton à Paget, 26 août 1546, ibid.: « And, bicause yow shall sumwhat the better perceyve what thi (...)

34Mais bien que le Conseil d’Henri VIII « hath spoken to thAdmyrall ernestly in Tallartes behaulf, for his lief », lors de la visite en Angleterre de l’amiral de France108, le jeune homme est décapité le 3 septembre109. L’affaire, du point de vue de l’ambassadeur d’Angleterre, est compliquée par les divisions entre les factions, Du Bellay se trouvant aux côtés des « dames » contre l’amiral110.

  • 111 Du Bellay à Paget, 2 et 24 août 1546, CCJDB, t. III, no 729 et 731.
  • 112 Du Bellay à Paget, 26 septembre 1551, Anglesey MSS box 2, piece 5, f° 7 (maintenant à l’Université (...)
  • 113 Jean Du Bellay, Poemata, ode 6, p. 152-155, adressée par erreur par le copiste à « Thomam Pagettum (...)

35Finalement, on peut citer ses relations assez proches avec William Paget. Il est au moins possible qu’ils se soient rencontrés à la fin des années 1520, lorsque Paget était clerc de Thomas Cromwell. Puis Paget fut ambassadeur en France entre 1541 et 1543. En 1544, il négocie avec Du Bellay à Hardelot. Le cardinal écrit à Paget en 1546 en faveur de Talart et encore une fois en mentionnant « nostre parfaicte et ancienne amytié111 ». Encore en 1551, il écrit en faveur de l’humaniste Louis Le Roy, lui rappelant que « l’amytié qui est graces à Dieu entre noz deux princes » et « pour l’amytié […] qui est pareillement de long temps fondee entre vous et moy112 ». Du Bellay lui dédie un de ses poèmes publiées dans les Poemata de 1546, une ode qui somme le ministre d’Henri VIII de solliciter François Olivier nouvellement promu chancelier de France en 1545113.

  • 114 Jonathan Reid, King’s Sister – Queen of Dissent…, op. cit., t. I, p. 15 et t. II, p. 441-446.

36Jean Du Bellay ne cesse de s’intéresser aux affaires d’Angleterre mais il estclair que c’estentre 1527 et 1534, l’ère de l’entente presque cordiale entre François Ier et Henri VIII, qu’il joua un rôle de premier plan. Il estintimement mêlé aux problèmes stratégiques des deux royaumes et aux affaires matrimoniales du roi, qui étaient d’une importance durable. Du Bellay s’estimpliqué plus ou moins dans les tentatives des évangéliques en France pour promouvoir un accord entre Henri VIII, la France et les Protestants et une alliance contre Charles Quint114. En fin de compte, je crois que Du Bellay esttout d’abord un diplomate et serviteur de François Ier qui vise surtout à maintenir le pouvoir du roi vis-à-vis de l’empereur. Si cela implique des relations chaleureuses et même bienveillantes avec le roi d’Angleterre, il estprêt à défendre cela. Les conditions ont changé après 1535. Désormais, ce sont les États de l’Empire qu’il faut soutenir contre l’empereur et Henri VIII n’estplus un allié sûr. Il estsans doute favorable aux tentatives de médiation par les Protestants en 1545 et 1546, mais c’estafin de concrétiser une paix qui aiderait la France, les princes et les Anglais à combattre l’empereur pendant la crise de la guerre de Smalkalde.

Notes

1 Du Bellay à Montmorency, 21 août 1528, AAJDB, p. 386, mais voyez ses propos équivoques sur Bryan en 1529, suggérant qu’il était menteur, à La Pommeraye, 24 septembre 1529, CCJDB, t. I, p. 89. Sur la lettre de Bryan, voir Michon, La crosse et le sceptre, p. 62-63.

2 Du Bellay à La Pommeraye, 24 septembre 1529, CCJDB, t. I, no 35, p. 89.

3 Bryan à Du Bellay, Greenwich, 26 janvier 1545, BnF, fr. 3921, f° 53, CCJDB, t. III, p. 288-289.

4 Pour Du Bellay en Angleterre, il n’y a rien qui égale le journal des voyages et séjours en Angleterre de François de Noailles, 1554-1555, BnF, fr. 20147, fos 22-26 ou même les journaux diplomatiques de Jacques Mesnage chez l’empereur, 1545, BnF, fr. 17889, fos 123-131 et celui de Sébastien de L’Aubespine en Allemagne, 1545, Paris Louis, Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Paris, 1841, p. V-IX (extraits).

5 À Solleure « où je ne m’y tiens que le moings que je puis par necessité par ce que l’aue me y estsi contraire que si tostque j’ay disné me fault mectre dedans le lict. Je me fasche bien de me tenir en ceste ville pour n’estre la relligion semblable à celle que nous tenons en France mais d’autant que je m’y trouve m[eilleur ?] et que je puis recouvrer medecins et appoticaires je y demeure plus voullentiers ». Morelet à Mesnage, Basle, 29 juin 1546, BnF, fr. 17889, f° 157.

6 Du Bellay à Montmorency, 9 décembre 1528, AAJDB, p. 482.

7 À Cromwell, 26 juillet 1536, CCJDB, t. II, no 384, p. 386. Le 27 juillet 1536, Nicolas Raince écrit à Du Bellay que Paul III a parlé d’Henri VIII comme « en grosse collere, et se attaché crudellement contre Cramouel » CCJDB, t. II, no 385, p. 390.

8 Charles Giry-Deloison, François Ier et Henri VIII. Deux princes de la Renaissance (1515-1547), Villeneuve-d’Ascq, Centre d’Histoire de la région du Nord et de l’Europe du Nord Ouest ; Londres, Institut français du Royaume-Uni, 1996 ; Charles Giry-Deloison, « Le personnel diplomatique au début du XVIe siècle. L’exemple des relations franco-anglaises de l’avènement de Henri VIII au Camp du Drap d’Or (1485-1520) », Journal des Savants, 3 iv, 1987, p. 205-253 ; ibid., « La naissance de la diplomatie moderne en France et Angleterre au début du XVIe siècle », Nouvelle Revue du Seizième siècle, no 5, 1987, p. 41-58 ; Michon, La crosse et le sceptre ; Daniel Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris, PUF, 2001 ; Lucien Bély, La société des Princes, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1999 ; Lucien Bély (dir.), L’invention de la diplomatie. Moyen Âge Temps modernes, Paris, PUF, 1998. Sur la correspondance d’un ambassadeur, voir Nicole Lemaître, « Le for privé dans la correspondance officielle au XVIe siècle. Le cas du cardinal d’Armagnac (1530-1585) », en ligne.

9 Pour les études déjà effectuées sur ce sujet : Rémy Scheurer, « Les relations franco-anglaises pendant la négociation de la paix des Dames (juillet 1528-août 1529) », dans Litterature and the Arts in the reign of Francis Ist. Essays presented to C. A. Mayer, éd. P.M. Smith et I.D. McFarlane, Lexington, Kentucky, 1985, p. 142-162 ; Germain Marc’Hadour, « Jean Du Bellay à l’école du cardinal Wolsey (Londres, 1527-1529) », dans Du Bellay. Actes du colloque international d’Angers du 26 au 29 mars 1989, éd. G. Cesbron, Angers, Université d’Angers, 1990, t. II, p. 607-621.

10 Jonathan Reid, King’s Sister – Queen of Dissent. Marguerite of Navarre (1492-1549) and her Evangelical Network, Leyde, Boston, Brill, 2009.

11 Du Bellay à Berthereau, 26 avril 1530, CCJDB, t. I, p. 46 : « pour avoir prins quelque partie de nourriture en sa maison ». Du Bellay et Vendôme eurent des échanges difficiles en 1536 lors du siège de Péronne. Le duc considère que Du Bellay n’a pas fait de son mieux pour fournir de l’argent pour ses troupes et écrit aigrement au cardinal, qui répond « que vous ne vous fiez mains que vous debvez en la servitu et obeyssance que je vous porte », CCJD, t. II, no 399, p. 419. René Du Bellay à Jean Du Bellay, 4 février 1543, parlant du duc Antoine de Vendôme : de « l’amour que tousjours luy et sa maison ont porté a la nostre », CCJDB, t. III, no 600, p. 204. Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay », dans Les conseillers de François Ier, p. 321 ; et Cédric Michon, « Les frères de Bourbon-Vendôme », dans ibid., p. 448-449.

12 Voir la contribution dans ce volume de Richard Cooper sur les Juvenilia de Du Bellay et les poèmes adressés au duc de Vendôme (Du Bellay Guillaume et Martin, Mémoires, Paris, éd. V.-L. Bourrilly, 1908-1919, t. I, p. 58-59). En 1548, il écrit à Jean du Thier le 14 mai 1549 : « Il y trente-six ans que vous m’avez veu par le monde » CCJDB, t. V, no 1036 qui signifie 1513.

13 Victor-Louis Bourrilly, Guillaume Du Bellay, seigneur de Langey (1491-1543), Paris, Cornély & Cie, 1905.

14 Pour un exemple extraordinaire des circonstances de la nomination d’un ambassadeur, on peut citer la lettre de Bassefontaine à Jacques Mesnage du 26 août 1546 : « A mon departement hyer moy estant en la chapelle de Roy de son propre mouvement et sans que homme vivant luy en parlastil appella mon frere et luy fistcommandement de mander monsr de Morvillier, lequel estoit en son abbaie nouvelle, pour l’envoyer à Venise. Je ne scay si monsr l’admiral le trouvera bon à son retour mays je vous asseure que le Roy ne veult aucunement que monsr de Monluc y retourne. Je croy qu’il le garde pour quelque chose meilleure. », BnF, fr. 17889, fos 138-139.

15 On a révisé récemment sa date de naissance – 1498/1499 au lieu de 1492, Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay », dans Les conseillers de François Ier, p. 319n.

16 Avec Montmorency : « il vous a pleu nous mectre si avant ou privé roolle de voz meilleurs et plus humbles serviteurs », Du Bellay à Montmorency, 28 mai [1528], CCJDB, t. III, p. 451. Sur l’importance de ses relations avec Montmorency, voir Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay », dans Les conseillers de François Ier, p. 323-325.

17 François de Dinteville à Du Bellay, Rome, 27 août 1532, CCJDB, t. I, no 137, p. 286.

18 Du Bellay à Montmorency, 20 novembre [1527], AAJDB, no 12, p. 30, mais il est à noter que cette lettre est écrite au « marechal de La Rochepot », un titre qui n’était plus porté par Montmorency depuis 1522.

19 23 novembre 1527, AAJDB, p. 34.

20 Tuke à Vannes, 6 juin 152?, Letters and Papers, Foreign and Domestic, of the Reign of Henri VIII, éd. J. Brewer, J. Gairdner et R.S. Brodie, Londres, 1862-1932, 33 vol. (ci-après L&P), t. IV, ii, 4306. On sait aussi que Wolsey conservait des copies des lettres de François Ier à Rome et Venise, qui étaient lues par Henri VIII avec intérêt (L&P, t. IV, ii, 4409).

21 À Montmorency, 14 décembre 1527, AAJDB, no 25, p. 65 « car monseigneur le légat voulut veoir ce que j’escriproye de ses propoz ». Montmorency note en octobre 1529 que « aucunesfois ilz se peuvent arrester sur quelque mot qui n’est tousjours que pour plustost porter dommaige que adventaige. »

22 À Montmorency, 20 mai 1528, AAJDB, no 95, p. 259.

23 25 janvier 1528, AAJDB, no 43, p. 118 (BL, Calig., D X, f° 182 ; Montmorency, 25 janvier 1528, no 45 (BL, Calig., D X, f° 314) ; Montmorency, 25 janvier 1528, AAJDB, no 46 (BL, Calig., E I, f° 220) ; François Ier, 2 février 1528, AAJDB, no 47 (BL, Calig., D X, f° 305) ; Robertet, 2 février 1528, AAJDB, no 48 (NA, SP 1/46, f° 213) ; François Ier, 7 février 1528, AAJDB, no 53, (BL, Calig., D X, f° 310) ; François Ier, 11 mai 1528, AAJDB, no 88, p. 241 (NA, SP 1/46, f° 8) ; François Ier, 9 juillet 1528, AAJDB, no 117, p. 325 (BL. Calig., D X, f° 282) ; François Ier, 11 juillet 1528, AAJDB, no 118, p. 329, (BL, Calig., D X, f° 286) ; François Ier, 13 juillet 1528, AAJDB, no 119, p. 330 (BL, Calig., D X, f° 289) ; François Ier, 17 juillet 1528, AAJDB, no 122, p. 336 (BL, Calig., D X, f° 299) ; François Ier, 14 septembre 1528, AAJDB, no 147, p. 399 (BL, Calig., D X, f° 292) ; François Ier, 27 septembre 1528, AAJDB, no 150, p. 406 (BL, Calig., D X, f° 327) ; François Ier, 3 décembre 1528, AAJDB, no 170, p. 474 (BL, Calig., D X, fos 330, 329, 312, 311, 319) ; François Ier, 21 janvier 1528, AAJDB, no 185, p. 533 (BL, Calig., D X, fos 316-318, 323) ; François Ier, 24 janvier 1529, AAJDB, no 187, p. 537 (BL, Calig., DX, f° 324) ; François Ier, 30 janvier 1529, AAJDB, no 190, p. 547 (BL, Calig., D X, f° 302) ; François Ier, 1 février 1529, AAJDB, no 191, p. 550 (BL, Calig., D X, f° 331).

24 Dans les archives anglaises, on trouve des lettres originales de François Ier à Bonnivet, au marquis de Palavicini, en mars 1516 et à La Bastie en 1519 ; parfois des copies de la correspondance du roi avec ses ambassadeurs en Angleterre, comme Bonnivet, en 1518.

25 23 novembre 1527, AAJDB, p. 34.

26 À Montmorency, 2 janvier 1528, AAJDB, no 30, p. 82.

27 Par exemple, lorsque Wolsey lit une lettre de Flandre en Anglais et la traduit en Latin pour Du Bellay, celui-ci put regarder de près et contrôler la traduction ; à Montmorency, 28 janvier 1529, AAJDB, p. 546.

28 CCJDB, t. I, no 38, p. 95 ; à Berthereau, 29 novembre 1528, AAJDB, no 168, p. 473 : « estant forcé par ces seigneurs d’avec lesquelz chez eulx ou chez moy je ne bouge nuyctet jour. »

29 En août 1529, la position de Wolsey estchancelante, il a fallu à Du Bellay suggérer son remplaçant comme ambassadeur. Au lieu de son frère Guillaume, il mit en avant les anciens ambassadeurs Marigny ou Lamet « principallement en ce temps qu’il fault beaucoup plus qu’on souloyt negocier en françoys » avec la chute du cardinal, CCJDB, t. I, no 22, p. 67 et no 30, p. 79.

30 À Montmorency, Sandwich, 23 février 1528, AAJDB, no 61, p. 162-163.

31 23 novembre 1527, AAJDB, no 13, p. 35.

32 À Montmorency, 28 mai 1529, CCJDB, t. I, no 8, p. 25.

33 David Potter, Henri VIII and Francis, the Final Conflict (1540-1547), Leyde, Boston, Brill, 2011, p. 40 et 89n.

34 Dépêche du 5 janvier, arrivant le 12 ; une autre du 9 arrivant le 19, au roi et Montmorency, 20 janvier 1528, AAJDB, no 38 et 39, p. 100 et 105.

35 BnF, fr. 20147, fo 22.

36 CCJDB, t. I, no 38, p. 95. La peste frappe encore en 1530 – à Montmorency, 18 septembre 1529 : « depuys le partement de mondictfrere la peste s’estmise parmy mes gens où elle a sy bien gaigné pays quelques changemens de logys et rechangemens que leur aye faictz faire que apres en estre mort des principaulx et bien souldainement je n’ay sceu reffuser aux aultres de de retirer delà la mer chacun en sa maison si je les vouloye tous perdre ensemble. Parquoy estant demouré tout seul je vous supplye avoir pitié de moy. », BnF, fr. 3077, fos 114vo-115ro ; CCJDB, t. I, no 31, p. 83.

37 À Montmorency, 28 juillet 1528, AAJDB, p. 352 ; 19 août 1528, ibid., p. 377. Pour le compte de cet argent, AAJDB, p. 469n ; à Montmorency, 28 janvier 1529, AAJDB, p. 544.

38 À Montmorency, 2 janvier 1528, AAJDB, no 30, p. 83.

39 À la fin des années 1530, Charles de Marillac reçoit 10 l.t. par jour. En 1548 « pour nostre estat, vacacion, despense et entretenement » comme ambassadeur Odet de Selve reçoit 20 l.t. par jour. C. A. Fr. Ier, t. IV, no 11034, 11107, 11148 ; pour de Selve, BnF, fr. 26131, 27 mai 1548.

40 Au roi, 10 février 1528, AAJDB, no 56, p. 149. La plupart des mentions dans le C. A. Fr. Ier, à part les commissions tirées des archives anglaises, concernent quelques paiements : 10 juillet 1528, 1 025 l. t. (t. I, no 3059) ; 7 mai 1529, 4 000 l. t. (t. I, no 3377) ; 12 mai 1530, 4276. 5. 6 l. t. (t. I, no 3686). Ces documents, tirés des mentions des ordres de paiement au trésorier de l’épargne, sont évidemment loin d’être complets.

41 À Montmorency, 27 novembre 1527, AAJDB, no 12, p. 30.

42 À Montmorency, 23 février 1528, AAJDB, no 62, p. 165.

43 À Montmorency, 10 juin 1528, AAJDB, no 106, p. 290-291 ; au roi ?, 30 juin 1528, AAJDB, no 113, p. 318.

44 À Berthereau, 29 novembre 1528, AAJDB, no 168, p. 473.

45 À Montmorency, 26 décembre 1527, AAJDB, no 26, p. 70 ; à Mont, 20 janvier 1528, AAJDB, no 39, p. 105-106.

46 À Montmorency, 11 mai 1528, AAJDB, no 89, p. 243.

47 À Montmorency, 30 juin 1528, AAJDB, no 114, p. 319.

48 Au cardinal de Bourbon, 28 juillet 1528, AAJDB, no 128, p. 353.

49 À Montmorency, 10 août 1528, AAJDB, p. 378.

50 À François de Dinteville, 26 août 1532, CCJDB, t. I, no 136, p. 284-285.

51 À Montmorency, 27 novembre 1527, AAJDB, no 12, p. 30 ; 23 novembre 1527, AAJDB, p. 35-36.

52 À Montmorency, 30 juillet 1528, AAJDB, no 132, p. 360.

53 À Montmorency, 21 août 1528, AAJDB, no 140, p. 386.

54 Au roi, 28 juillet 1528, AAJDB, no 126, p. 349.

55 À Montmorency, 12 octobre 1529, en chiffre, CCJDB, t. I, no 41 bis, p. 106 ; 17 octobre 1529, ibid., t. I, no 43, p. 108-109.

56 Au roi, 2 janvier 1528, AAJDB, no 29, p. 77-78.

57 Au roi, 6 février 1528, AAJDB, no 51, p. 130.

58 Ibid., p. 141-142.

59 À Montmorency, 30 juillet 1528, AAJDB, no 132, p. 363 ; Montmorency à Du Bellay, 10 août 1528, AAJDB, no 137, p. 375.

60 Au roi, 10 février 1528, AAJDB, no 56, p. 149-150.

61 Au roi, 26 mars ?, AAJDB, no 76, p. 190, 195.

62 Du Bellay pensait qu’« ilz ne prennent plaisir » à ces missions extraordinaires « car ce sont autant de présens. » Du Bellay prend soin d’insister à propos de ces envoyés que « plus grand plaisir ne me peult advenir pour plusieurs raisons » mais pense qu’il en faut faire rapport ; à Montmorency, 20 mai 1528, AAJDB, no 95, p. 257.

63 À Montmorency, 15 mai 1528, AAJDB, no 91, p. 247.

64 Du Bellay et La Brosse à Montmorency, 20 janvier 1528, AAJDB, no 39.

65 Tuke à Wolsey, 23 juin 1528, Record Commissioners, State Papers of King Henri VIII (ci-après, St. P.), t. I, Londres, 1850, p. 296.

66 À Montmorency, 14 décembre 1527, AAJDB, no 25, p. 68.

67 À Montmorency, 8 août 1528, AAJDB, no 135, p. 372.

68 Récit de Bourrilly dans AAJDB, p. XXXVIII-IX.

69 Marino Sanuto, I Diarii di Marino Sanuto, t. 49, Venise, 1897, col. 507.

70 Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay », dans Les conseillers de François Ier, p. 326.

71 Marguerite d’Autriche à Charles V, 26 mai 1528, Bruxelles, AGR, K. Lanz, éd. Korrespondenz des Kaisers Karl V, t. I, Leipzig, 1844, p. 310-312.

72 CCJDB, t. I, no 5. Voir les remarques sur la procédure par Rémy Scheurer dans CCJDB, t. I, p. 22, n. 1.

73 CCJDB, t. I, no 7, 7 bis.

74 CCJDB, t. I, no 8, 8 bis.

75 À Montmorency, 30 juin 1529, CCJDB, t. I, no 17, p. 59 ; au roi et à Montmorency, 1 septembre 1529, CCJDB, t. I, no 24 et 25. À Montmorency, 14 septembre 1529, CCJDB, t. I, no 30, p. 78.

76 À Montmorency, 23 août 1529, CCJDB, t. I, no 22, p. 65.

77 CCJDB, t. I, p. 105.

78 « Je voy evidentement, que ce Roy n’estsans ung peu de jalousie de vous veoir entrer en plus grande privaulté qu’il ne vouldroyt avec la personne du monde qu’il ayme le mains. », à Montmorency, 2 novembre 1529, CCJDB, t. I, no 47, p. 116.

79 Du Bellay accompagne Montmorency à Bayonne pour le recouvrement des enfants du roi au printemps de 1530 et c’est là qu’il suggère de « resserrer l’amytié des deux roys » suite à une suggestion du comte de Wiltshire, Thomas Boleyn, voir Du Bellay à Montmorency, 26 juin 1530, CCJDB, t. I, no 80. Il reçoit, à côté de Passano déjà en Angleterre, ses instructions pour traiter d’une ligue défensive incluant le roi d’Écosse, l8 août 1530, CCJDB, t. I, no 82, AN, J 923, no 1 et 2. Ces instructions (copie BnF, fr. 5499, p. 103), sont déjà préparées – BnF, fr. 3091, fos 44 mais sans les références à l’Écosse.

80 Victor-Louis Bourrilly, « François et Henri VIII : l’intervention de la France dans l’affaire du divorce », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 1, 1889, p. 279-284 ; Victor-Louis Bourrilly, « Le cardinal Du Bellay en Italie », Revue des études rabelaisiennes, t. V, 1907, p. 233 sq.

81 À Dinteville, 10 janvier 1532, CCJDB, t. I, no 114, p. 247.

82 François de Dinteville à Du Bellay, Rome, 10 avril 1532, CCJDB, t. I, no 125, p. 267.

83 À François de Dinteville, 27 août 1532, CCJDB, t. I, no 136, p. 283.

84 À François de Dinteville, 1 novembre 1532, CCJDB, t. I, no 144, p. 299. On sait qu’il parlait à Norfolk et Gardiner des dangers pour l’alliance de l’agression anglaise contre l’Écosse, mais c’està peu près tout. À Jean de Dinteville, 22 mars 1533, CCJDB, t. I, no 154, p. 311-312.

85 À Jean de Dinteville, La Fère, 20 mars 1533, CCJDB, t. I, no 153, p. 309.

86 Mémoire pour le faict d’entre le pape et le Roy d’Angleterre auquel le Roy s’estoit entremys, « Escrit de la main du cardinal du Bellai » L&P, t. VI, no 1572 imprimé dans Entrevue de François Ier avec Henri VIII à Boulogne-sur-Mer, en 1532 : intervention de la France dans l’affaire du divorce, d’après un grand nombre de documents inédits par le P.A. Hamy, Paris, 1898, appendice 114, p. CCCLXXII-CCCXCIII.

87 « Si ordonna le Roy [en marge : Si vous voulez nommer Jean Joachim, Morette, Largerie] grosse et notable compaignye de ses serviteurs pour les accompagner et, chef d’entre eulx, l’evesque de Paris, tous leurs amys et familiers, dont nul n’y avoyt qui n’eustesté Ambassadeur et en Angleterre et à qui ilz n’eussent privaulté et leur ordonna que, partout où ilz passeroyent, ilz feussent traictez et honnorez, comme eustesté la propre personne de Monsieur le Dauphin. Se departinrent d’avec le Roy, en icelle compagnye, plains de grant espérance, tant ledictsieur qu’eulx, qu’il se feroyt quelque bien bonne chose et advertirent tous ambassadeurs, chascun respectivement leurs maistres, du bon commencement qui se veoyt en ceste matière. », P.A. Hamy, Entrevue de François Ier avec Henri VIII…, op. cit., p. CCCLXXVI.

88 Montmorency, 22 juillet 1533, CCJDB, t. I, no 159, p. 318.

89 David Potter, Henri VIII and Francis I…, op. cit., p. 198.

90 Louis de Perreau de Castillon à Du Bellay, 17 novembre 1533, CCJDB, t. I, no 163, p. 322-323.

91 CCJDB, t. I, no 164, p. 323-332.

92 Le récit de Du Bellay, L&P, t. VI, no 1572 et P. A. Hamy : « Laissast donc le Roy d’Angleterre de refleschir ces propoz ; et ne usast de reproches envers le Roy, qui a luy mesmes ne seroyent gueres honnestes, et lesquelles il desplairoyt au Roy estre divulguees pour avoir l’honneur de son frere en re[command] ation comme le sien mesmes. Et aussi que là ou il y continueroyt, il feroyt que le Roy estimeroyt desormais son amytie moins qu’il navoyt faictpar le passé, car le premier poinctet regle d’amytié, mesmement entre grans princes, c’estd’avoir foy, honneur et parolle là ou cela deffault ne se peult nommer ce poinctnon d’amytie qui ne merite estre comptee sinon entres les bons ».

93 Victor-Louis Bourrilly, « Le cardinal Du Bellay en Italie », Revue des études rabelaisiennes, t. V, 1907.

94 Raince au duc d’Albany, 22 février 1534, BnF, fr. 3000, fo 62 ; Du Bellay à Castillon, 22 février [1534], CCJDB, t. I, no 173, p. 352-353. La traduction de L&P, t. VII, app. VIII, p. 630-631 donne « Francis cannot do without Henri for the affairs of Italy », un contre-sens.

95 Du Bellay et Hémard de Denonville à François Ier, Rome, 23 mars 1534, CCJDB, t. I, no 181, p. 382-384.

96 À Raince, novembre 1534, CCJDB, t. I, no 212, p. 448. Il parle de temps en temps à Gregorio Casale, l’agent de Henri en Italie, à propos de l’élection d’un successeur à Clément VII (mort en septembre 1534) plus favorable à la France et à l’Angleterre mais son point de vue au cours de l’année 1535 reste obscur.

97 Il se moque de ceux qui parlent de sa promotion au cardinalat en 1532. Il avait lui-même rédigé la lettre de recommandation du roi et en mars 1535, estdéjà traité par les cardinaux comme si « ilz sont tous les matins attendans de me voir rouge. » ; à Dinteville, 27 août 1532, CCJDB, t. I, no 136, p. 284 ; CCJDB, t. I, no 180 et bis, p. 379, 381 ; CCJDB, t. II, no 248.

98 « Responce du Roy aux plainctes de l’ambassadeur d’Angleterre », AN, J 976, f° 32 ; 25 février 1539, Montmorency à Castillon, Ribier, Lettres et mémoires, t. I, p. 386.

99 Sur le cadre de ces négociations, David Potter, Henri VIII and Francis I…, op. cit., p. 198-202.

100 Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay », dans Les conseillers de François Ier, p. 328.

101 Bucler et Mont à Henri VIII, juillet 1545, State Papers of Henri VIII, t. X, p. 519 (L&P, t. XX, i, no 1205, p. 598-100). Ces articles commencent par : « Cardinalis Bellaius, postquam intellexit Protestantibus non placere bellum hoc inter potentissimos duos Principes, dixit cuidam nuncio amici mei Regem suum invitum bellum gerere contra Anglie Regem, atque etiam eundem amare ; se etiam sperare, si Protestantes se interponerent, non recusaturum Regem suum quo minus fieret pax et concordia. »

102 À Charles de Guise, 2 janvier 1549, BnF, fr. 5149, f° 112v° ; CCJDB, t. V, no. 964 ; Rémy Scheurer, « Jean Du Bellay », dans Les conseillers de François Ier, p. 321.

103 Wotton a Paget, 28 novembre 1546, State Papers of Henri VIII, t. XI, p. 353-354 (L&P, t. XXI, ii, 457).

104 Pour les documents sur cette affaire : CCJDB, t. III, p. 400-402.

105 Brantome, Grands capitaines, Œuvres complètes, ed. L. Lalanne, t. III, Paris, Vve Jules Renouard, 1867, p. 89-90.

106 On a suggéré qu’il s’agit de Julien de Clermont (en s’appuyant sur le C. A. Fr. Ier, t. V, 124, no 15322 : mandement sur le procès de « Julien de Clermont, dit Talard ») mais Julien de Clermont, le frère de Louise et d’Antoine III de Clermont, vicomte de Tallart, était, selon les généalogies (par exemple J.-B.-P. de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, t. VII, Paris, Arthus Bertrand, 1826, p. 25), encore vivant en 1563 comme comte de Thoury. Mais il y avait au moins deux autres frères, Claude seigneur de Marigny et Laurent, qu’on dit tue a Cérisolles.

107 Nicholas Wotton a Paget, Moulins, 28 août 1546, State Papers, t. XI, p. 277 (L&P, t. XXI, i, 1521).

108 Le conseil d’Angleterre à Wotton, 31 août 1546, State Papers, t. XI, p. 283 (L&P, t. XXI, i, 1530).

109 Wotton à Paget, 17 septembre 1546, State Papers, t. XI, p. 301 (L&P, t. XXI, ii, 118): « Tallard is beheddid uppon Frydaye the thirde of this moneth. Menye menne complayne that theyr processe hange to longe in the lawe: peraventure he hadde no suche cause to complayne. Madame de Bellay takith the mater verye heavelye, and withdrawith herself owte of the Cowrte, to lamente her yll chaunce. How be it, I suppose she will not absent herself passed three or fowre monethes. »

110 Wotton à Paget, 26 août 1546, ibid.: « And, bicause yow shall sumwhat the better perceyve what this mater meanithe, as farre as I can perceyve, this Cowrte is sumwhat bandidde and divydidde. The chief of the one parte ar thAdmyrall, the Cardinal Tournon, and such other. The chief of the other, ar les Dammes, and on that syde the Cardinal Bellay. Now, al be yt that peraventure thAdmyral cowde be content that Tallart wer holpen, for as muche as he is the Cardynal Tournons nepveu, yet wolde all that syde (as I suppose), rather then a greate summe of money, fynde the meanes to have suche a thinge to laye to the Cardinal Belays charge; the which will go nigh to caste hym owte of favour, yf the Kinge be persuadidde that he have done it yn deede; as it wille peraventure easelye be persuadidde Hym, seing that He dothe more then halfe suspecte it all redye. And Madame dEstampes, who hathe of late gotten hym a goode Bisshopryke, to the greate displeasur of tother parte, as it seemithe, wolde I suppose be mervelouse lothe that suche a fawte shulde be fownde yn hym, whome she had so muche so latelye commendidde. Thus maye yow see, that the Cowrte everye where is the Cowrte; that is to saye, a place, where is usidde goode shouldering and liftinge at eche other. »

111 Du Bellay à Paget, 2 et 24 août 1546, CCJDB, t. III, no 729 et 731.

112 Du Bellay à Paget, 26 septembre 1551, Anglesey MSS box 2, piece 5, f° 7 (maintenant à l’Université de Wales, Bangor). pairs de France, t. VII, Paris, Arthus Bertrand, 1826, p. 25), encore vivant en 1563 comme comte de Thoury. Mais il y avait au moins deux autres frères, Claude seigneur de Marigny et Laurent, qu’on dit tué à Cérisolles.

113 Jean Du Bellay, Poemata, ode 6, p. 152-155, adressée par erreur par le copiste à « Thomam Pagettum ». Il serait intéressant d’établir une date exacte de rédaction de cette ode – pendant les pourparlers à Calais sous la médiation des Protestants vers la fin de 1545 ?

114 Jonathan Reid, King’s Sister – Queen of Dissent…, op. cit., t. I, p. 15 et t. II, p. 441-446.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search