Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

I. Du Maine à l’Europe

Le cardinal Jean Du Bellay, les princes allemands et le Saint Empire

Comportements politiques entre « mensonges » et « vérité »

Thomas Nicklas

Texte intégral

UNE LUTTE DE CARDINAUX : L’EVIDENCE LIMITEE DES SOURCES

  • 1 Calendar of State Papers, Foreign Series: Reign of Elizabeth, 1558-1559, Londres, Longman, 1863, p (...)
  • 2 Ibid., p. 433 (01/08/1559). Pour une biographie succincte de Throckmorton: Patterson Annabel, The (...)

1En juillet 1559, l’ambassadeur anglais en France, Nicholas Throckmorton, avisa sa reine Elisabeth Ire d’une nouvelle dont un voyageur arrivant d’Italie et qui passait par Paris pour aller en Flandre venait de lui faire part1. Il s’agissait du projet entamé par les princes allemands d’envoyer une ambassade en France afin de demander au roi la restitution des Trois Évêchés en Lorraine, occupés par Henri II en 1552. L’Empire avait envisagé de confier cette mission difficile au duc Christophe de Wurtemberg (1515-1568) et au cardinal Otto Truchsess von Waldburg (1514-1573), l’évêque d’Augsbourg. Selon les informations du voyageur, le duc avait pourtant refusé de partir en mission pour la France avec le cardinal Waldburg. Sommé par l’empereur Ferdinand de s’expliquer sur son refus, Christophe répondit que le cardinal était son ennemi et que celui-ci avait l’intention de le faire assassiner. Le cardinal, lui, nia strictement d’avoir cette intention et il demanda au duc de fonder son accusation sur des preuves. En conséquence, le Wurtembergeois fit état de quelques lettres qu’il avait reçues de Rome lui indiquant que le cardinal avait tenu, en présence du pape Paul IV, des propos très agressifs à son égard. Waldburg aurait suggéré d’éliminer le prince protestant du Wurtemberg qui fit, d’après lui, obstacle à la préservation de l’église catholique en Allemagne. L’évêque d’Augsbourg contestant fermement d’avoir dit chose pareille, le duc précisa que le doyen du collège des cardinaux, Jean Du Bellay, lui avait envoyé ces lettres de mise en garde. Après avoir consulté ces documents que son accusateur mit sous ses yeux, Waldburg écrivit incontinent une dépêche au pape, lequel donna l’ordre d’emprisonner le cardinal Du Bellay, pour satisfaire aux demandes furieuses du dignitaire allemand. Quelques jours plus tard, Throckmorton ajouta que cette présentation des faits était confirmée par d’autres rapports, « sauf pour l’emprisonnement du cardinal Du Bellay2 ».

  • 3 Matthäus Von Pappenheim, Chronik der Truchsessen von Waldburg, von ihrem Ursprunge bis auf die Zei (...)
  • 4 Klaus Graf, « Matthäus Marschalk von Pappenheim », dans Deutscher Humanismus 1480-1520. Verfasserl (...)
  • 5 « Es war aber die Person des Herrn Otto einem französischen Cardinal um deßwillen verhaßt, weil er (...)
  • 6 Fürstlich Waldburg-Zeil’sches Gesamtarchiv Schloss Zeil, Kißlegger Archiv, ZAKi 1019 : Odiosa etli (...)
  • 7 Ibid. : « Der Bapst Paulus IIII. stirbt gleich darauf. Dz Collegium Cardinalium lasset Bellaium le (...)
  • 8 Ibid. : « Gleich darauf fhahet Bellaius im Conclave ahn zu siechen, also dz mann in khranck darauß (...)

2Contrairement à l’ambassadeur anglais qui garda la prudence diplomatique face aux nouvelles douteuses qu’on lui rapportait d’Italie, la chronique « officielle » de la maison de Waldburg, l’une des plus prestigieuses familles de la noblesse du Saint Empire, détentrice de la dignité de Sénéchaux d’Empire (Reichserbtruchsessen), n’alla pas par quatre chemins en fustigeant la mémoire du cardinal français qui avait, selon les apparences, mis en cause l’honneur de l’un des leurs. Au XVIIIe siècle, le prince Maximilian Wunibald von Waldburg-Zeil-Trauchburg (1750-1818) fit publier cette chronique du lignage (Truchsessenchronik), composée par plusieurs auteurs au XVIe siècle, pour augmenter sa notoriété et sa splendeur3. À travers le texte abondent les exemples d’un attachement sans faille des Truchsessen von Waldburg à l’Empire et à la dynastie des Habsbourg. Le « noyau » de l’ouvrage fut constitué par les listes généalogiques qu’avait établies le chanoine humaniste d’Augsbourg et fin connaisseur de l’histoire de la noblesse souabe, Matthäus von Pappenheim (1458-1541)4. D’après la Truchsessenchronik un cardinal français dont on n’indique pas le nom aurait mis en œuvre, au moment de la Diète d’Empire qui se tenait à Augsbourg en 1559, une « intrigue condamnable » contre son collègue, le cardinal Otto Truchsess von Waldburg, qu’il haïssait car il fut à la tête du parti espagnol à la curie pontificale5. Mais les ressorts de l’intrigue furent démontés et le cardinal souabe retrouva l’estime des autres princes d’Empire. On voit bien qu’au moment de la publication de la chronique, au XVIIIe siècle, on ne voulait pas heurter de front la mémoire d’un homme d’Église français. Un document qui se trouve aux archives des princes de Waldburg-Zeil et sur lequel s’étaient appuyés les auteurs de la chronique est beaucoup plus explicite sur le sujet. Il contient la version des faits telle qu’on se la raconta au sein du lignage6. Ce récit prend une tournure particulièrement amère pour le cardinal Du Bellay, cité de nom, vers la fin. D’après cette présentation des choses, l’empereur Ferdinand lui-même aurait pris l’initiative pour réconcilier le duc de Wurtemberg et l’évêque d’Augsbourg. Le Habsbourg envoya même son maître des postes, Christophe de Taxis, à Rome pour demander au pape des explications sur le comportement de Jean Du Bellay. Le cardinal français, mis en accusation par le pontife, avoua les faits et fut emprisonné. Libéré à la mort de Paul IV, en août 1559, Du Bellay se retrouva face à son adversaire Waldburg lors du conclave qui se réunit pour élire un successeur. Le cardinal allemand refusa même de siéger auprès de son diffamateur à l’assemblée7. Pour ne pas hypothéquer le déroulement de l’élection papale, Du Bellay fut tenu de s’excuser formellement auprès de l’évêque d’Augsbourg. Suite à ces événements, le cardinal français souffrit d’un malaise et se fit transporter dans sa demeure près des Thermes de Dioclétien. Il mourut aussitôt après8.

3Cet imaginaire d’une justice rétablie, d’une vengeance presque corporelle exercée sur un adversaire, laissa perplexes et sceptiques les contemporains du XVIIIe siècle. Lorsque le prince Maximilian Wunibald prit l’initiative de faire publier la chronique de la famille des Truchsessen von Waldburg, en 1777, on ne fit pas mention de cet épisode qui se serait déroulé lors du conclave qui élut Pie IV après de longues tractations, en décembre 1559. L’évidence limitée des sources inspira le doute, à juste titre. Quoiqu’il en fût, même si cette affaire d’Empire n’assombrit pas forcément les derniers mois de la vie de Jean Du Bellay, comme on peut le croire, sa mémoire dans les pays de langue allemande n’en sortit pas indemne. Nous pouvons constater que cette sombre anecdote traduisit l’échec d’une certaine politique allemande, une politique qui avait pourtant commencé sous des auspices prometteurs pour le futur cardinal.

LES FRERES DU BELLAY : UNE CERTAINE POLITIQUE ALLEMANDE (1532/1547)

  • 9 Voir notamment Jean-Daniel Pariset, Les Relations entre la France et l’Allemagne au milieu du XVIe(...)
  • 10 Rémy Scheurer, « Jaean Du Bellay (1492 ou 1498/1499-1560) », dans Les conseillers de François Ier,(...)
  • 11 Pour les réseaux du cardinal voir notamment Michon, La crosse et le sceptre, p. 42-45, 53-55 et 60 (...)
  • 12 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 133.

4Malgré tous les changements dans les affaires politiques de la France et qui affectent ses liens au Saint Empire sous le règne de François Ier, les deux frères Du Bellay, Guillaume (mort en 1543) et Jean, savent garder un rôle important dans le dispositif diplomatique de la Couronne de France. L’action des frères s’insère dans le cadre du projet éminent de la politique française : formation d’une grande alliance contre les Habsbourg avec, pour principaux piliers, l’entente avec l’Angleterre et le rassemblement des princes allemands derrière la France pour ébranler l’autorité impériale au sein de l’Empire9. Familier d’Anne de Montmorency, Jean Du Bellay correspond directement, à partir de 1530, avec les représentants de François Ier à l’étranger et il exerce son influence au sein du Conseil du Roi, notamment en matière de politique étrangère10. Évêque de Paris en 1532, créé cardinal en 1535, Jean dispose de réseaux d’informateurs en Italie et en Allemagne, ce qui augmente considérablement son potentiel d’influer sur les prises de décision, sur différents niveaux, particulièrement dans les années 153011 Bien en Cour, Jean soutient l’action de son frère Guillaume sur le terrain, dans les Allemagnes. Cette activité du Seigneur de Langey dans le Saint Empire connaît un indéniable succès en mai 1532, lorsqu’il signe avec les représentants de l’électeur de Saxe, du landgrave de Hesse et des ducs de Bavière un traité d’assistance générale et d’appui au monastère bavarois de Scheyern12. Le choix de ce lieu donne une dignité toute particulière à l’alliance car l’église de Scheyern fut depuis le XIIe siècle la première nécropole familiale des Wittelsbach.

  • 13 Alfred Kohler, Antihabsburgische Politik in der Epoche Karls V. Die reichsständische Opposition ge (...)
  • 14 Voir Franz Brendle, Dynastie, Reich und Reformation. Die württembergischen Herzöge Ulrich und Chri (...)

5Un système d’alliances autour de la Couronne de France semble prendre forme dans l’Empire où la situation se présente favorable à ces initiatives. Début 1531, l’archiduc Ferdinand a été élu roi des Romains contre l’opposition d’un groupe de princes protestants (Saxe, Hesse) et catholique (Bavière). Ces opposants au pouvoir expansif des Habsbourg forment une alliance défensive pour coordonner leurs activités contre l’empereur Charles Quint et le roi Ferdinand par le biais du traité de Saalfeld, conclu en octobre 153113. Ce dispositif correspond parfaitement aux projets des frères Du Bellay et de leurs proches pour le Saint Empire. Toujours est-il qu’il s’agit d’une alliance de tendance « irénique » qui réunit les adhérents des deux confessions, les princes s’organisent de leur propre initiative pour faire contrepoids aux prétentions des Habsbourg, pour y arriver ils prennent contact avec des puissances étrangères, à savoir la France, l’Angleterre et le Danemark. Ils ne veulent pas se retrouver seuls face au pouvoir réuni de la Bourgogne et de l’Autriche et ils ont besoin de subsides français pour lever une armée digne de ce nom. Guillaume Du Bellay peut aussi profiter de la question pendante du Wurtemberg, territoire de grande importance stratégique dans l’Allemagne du Sud, occupé par les fidèles des Habsbourg, dès 1519. La France s’impose comme protectrice des libertés germaniques pour ramener dans leur pays les ducs de Wurtemberg, Ulrich et Christophe, privés de leurs droits14.

  • 15 A. Kohler, Antihabsburgische Politik…, op. cit., p. 358-373 ; Joachim Lauchs, Bayern und die deuts (...)
  • 16 Pour la réaction du roi, voir J. Lauchs, Bayern und die deutschen Protestanten…, op. cit., p. 39.
  • 17 Pour le rôle de Jean Du Bellay, voir Karl Josef Seidel, Frankreich und die deutschen Protestanten. (...)
  • 18 Michon, La crosse et le sceptre, p. 59.
  • 19 Hugues Daussy, « Jean Sturm et la France », dans Johannes Sturm (1507-1589). Rhetor, Pädagoge und (...)

6Mais cette construction, impressionnante au premier abord, s’avère très fragile car elle ne résiste pas aux sentiments de loyauté et de légitimité à l’égard de l’Empire qui anime cette société des princes allemands. Après la reprise du Wurtemberg par le duc Ulrich sur les Habsbourg, les princes protestants se réconcilient avec le roi Ferdinand par le biais du traité de Kaaden (juin 1534). À leurs yeux, la reconquête du Wurtemberg par Ulrich a rétabli l’équilibre au sein de l’Empire. La Bavière, isolée, doit suivre et reconnaître la dignité royale de Ferdinand15. Furieux, le roi de France ne peut que constater l’échec de la politique allemande qu’avaient préconisée les frères Du Bellay16. Jean et Guillaume, à court d’une stratégie adaptée à la nouvelle situation, soutiennent fermement l’initiative du cardinal Jean de Lorraine de faire venir en France le réformateur Philippe Melanchthon. Ce projet qui finit par être avorté par l’électeur de Saxe aurait pu contribuer à faire sortir la politique allemande de l’impasse où elle se trouve depuis le traité de Kaaden17. Après le départ de l’aîné Guillaume pour le Piémont, en 1537, le cadet Jean hérite d’un concept politique en mal de perspectives : s’appuyer sur les adversaires intérieurs de Charles Quint dans l’Empire pour structurer l’opposition anti-impériale en faveur des intérêts du roi de France. Mais on constate un retournement de l’opinion allemande contre la France dès que la complicité de François Ier avec l’Empire Ottoman devient évidente. Martin Luther, qui voit dans son esprit apparaître les guerriers du Sultan sous les murs de sa ville de Wittenberg, qualifie le Très chrétien de « très turc » (Turcissimus). Le même Luther avait accepté aux débuts de la Réforme, en 1518, l’arbitrage de la Sorbonne pour régler son différend avec la curie romaine en rendant ainsi hommage à l’érudition française. Or l’habile propagande impériale, orchestrée par le conseiller Granvelle, met au pilori la France, alliée à l’Infidèle. Et personne en Allemagne n’est en droit de se faire des illusions sur le statut des protestants dans le royaume du Valois. L’ambassade française (Jean Du Bellay, François Olivier et Africain de Mailly) en route pour la Diète impériale de Spire, début 1544, est obligée de faire demi-tour à Nancy parce que l’Empire leur refuse les laissez-passer18. C’est tout un symbole qui démontre clairement que le prestige de la Couronne de France dans les Allemagne est au plus bas. Malgré tous les efforts de Jean Sturm et de Jean Sleidan, ces deux « quasi-secrétaires » du cardinal Du Bellay pour les affaires allemandes19, les princes germaniques font entièrement confiance à la constitution impériale et à la Ligue de Smalkalde qui organise les forces protestantes. Ce rejet d’une politique d’alliance avec la France permet à Charles Quint de s’imposer manu militari, au moins provisoirement, en 1546/1547.

  • 20 CCJDB, t. III, p. 240-241 et 255-257 ; voir aussi Geschichte Niedersachsens III/1 : Politik, Wirts (...)
  • 21 CCJDB, t. III, p. 170-171 ; voir J. Lauchs, Bayern und die deutschen Protestanten…, op. cit., p. 2 (...)
  • 22 CCJDB, t. III, p. 154-158 ; voir aussi Heribert Smolinsky, « Albrecht von Brandenburg und die Refo (...)
  • 23 Cédric Michon parle, à cet égard, d’un « éphémère réveil du réseau Du Bellay par ordre royal » dan (...)

7Malgré l’échec à moyen terme du projet d’alliance franco-germanique, le cardinal Du Bellay se réserve d’autres modes d’action en Allemagne. Toujours est-il qu’il peut contribuer à fidéliser une clientèle allemande à la Couronne de France. En font partie les ducs de Brunswick-Lunebourg, la Bavière et le Wurtemberg. Le duc Henri Ier de Brunswick-Lunebourg (1468-1532) avait favorisé la candidature du roi de France à la dignité impériale contre Charles d’Espagne, en 1519. Élu empereur, le Habsbourg profite des querelles autour de l’évêché de Hildesheim pour mettre Henri au ban de l’Empire et ordonner son exil en 1521. Le décret d’exil contre le duc de Brunswick n’est retiré qu’en 1530. Les fils de celui-ci, les jeunes ducs Othon, François et Ernest, continuent à jouer la carte française. Le cardinal Du Bellay est en contact avec les envoyés des trois princes de Brunswick-Lunebourg, Wolfgang von Eisenberg et Ernstvon Bewesen. Eisenberg vient en France en 1544, Bewesen en 1546. Ces transactions permettent à la France de garder une tête de pont en Basse-Saxe, dans le nord de l’Allemagne, en attendant mieux. Le duc François dit être disposé, en printemps 1544, à servir dans les armées du roi de France, mais seulement contre les Anglais20. Réconciliée avec le roi Ferdinand dès 1534, la Bavière se réserve toutefois l’option d’une politique avec la France. Fin 1541, les ducs de Bavière décident d’envoyer leur conseiller Johannes Weissenfelder en France. Le même Weissenfelder avait négocié le traité de Scheyern avec Guillaume Du Bellay et ses prises de contact passent par le cardinal-évêque de Paris. Weissenfelder et le duc Christophe de Wurtemberg sont reçus par François Ier, le 11 février 1542, à Fontainebleau, mais l’audience ne donne pas de résultat satisfaisant pour ces Allemands21. Un autre allié potentiel de la France dans le Saint Empire est le cardinal Albert de Brandebourg, archevêque de Mayence et de Magdebourg. En 1539, le Hohenzollern fait écrire son chanoine Julius Pflug au cardinal Du Bellay pour s’enquérir auprès de lui sur un projet de réforme ecclésiastique élaboré en France22. La réponse de l’évêque de Paris semble l’avoir déçu car il ne reviendra plus sur cette initiative. À défaut d’une ligne claire, Jean Du Bellay n’arrive plus à donner l’orientation à la politique française en Allemagne, même lorsqu’il y trouve des circonstances favorables23.

JEAN DU BELLAY ET LE PROBLÈME DU TRANSFERT DE L’EMPIRE (1558/1559)

  • 24 En juillet 1554, Charles Quint prépara un acte secret par lequel il céda toutes ses possessions, s (...)
  • 25 Voir toujours J.-D. Pariset, Les Relations entre la France et l’Allemagne…, op. cit., p. 127-164 ; (...)
  • 26 Pour la conception de l’empereur sortant, à l’égard de l’abdication, voir Alfred Kohler, « Vom hab (...)
  • 27 Albrecht P. Luttenberger, Kurfürsten, Kaiser und Reich. Politische Führung und Friedenssicherung u (...)
  • 28 Heinz Duchhardt, Protestantisches Kaisertum und Altes Reich. Die Diskussion über die Konfession de (...)

8Les problèmes que soulève l’élection de l’archiduc Ferdinand à la dignité de roi des Romains, en 1531, ouvrent les portes de l’Allemagne à l’action politique des deux frères Du Bellay. Le difficile transfert de la couronne impériale de Charles Quint, qui décide de renoncer à tous ses titres de souveraineté en juillet 155424, peut mettre des atouts du côté du roi Henri II de France qui n’a pas abandonné son rêve impérial après le demi-échec de son « voyage d’Allemagne », en 155225. Aux yeux de l’empereur, ce passage du pouvoir à son fils Philippe et à son frère Ferdinand n’est qu’un acte purement dynastique au sujet duquel il n’a des comptes à rendre à personne26. Concernant l’Empire, il a l’opinion qu’il est largement suffisant que la Diète réunissant tous les princes allemands entérine formellement son abdication en faveur de Ferdinand qui a déjà été élu roi des Romains en 153127. Ferdinand, avisé par les expériences faites dans les années 1530, ne partage pas du tout l’avis de son frère. Il est convaincu que son accession à la dignité impériale ne peut être légitime qu’avec l’aval des princes électeurs qui représentent l’Empire tout entier. Or Charles Quint signe l’acte d’abdication pour le Saint Empire à l’été 1556, les princes électeurs ne peuvent toutefois se réunir, pour plusieurs raisons, qu’en février 1558. L’Allemagne se retrouve donc dans une phase de transition compliquée qui permet à la papauté de faire valoir ses droits « médiévaux » d’influer sur le choix d’un empereur, voire de transférer la couronne de Charlemagne à qui bon lui semble, et au roi de France de caresser certains espoirs par rapport à la dignité impériale28.

  • 29 Ludwig von Pastor, Geschichte der Päpste seit dem Ausgang des Mittelalters, vol. 6, Fribourg-en-Br (...)
  • 30 Ribier, Lettres et mémoires, t. II, p. 623-625. Cette lettre date sans doute du mois de mars 1558, (...)

9Lors de leur réunion à Francfort sur le Main, en février 1558, les princes électeurs appartenant aux deux confessions confirment le règne de Ferdinand. L’élu corrobore ensuite la paix de religion que l’Empire a conclue en 1555, acte qui doit augmenter le mécontentement de la curie romaine dont le représentant, le nonce Antonio Augustino, est systématiquement tenu à l’écart des tractations de Francfort29. Écœuré par le procédé des Habsbourg d’Autriche qui font cause commune avec les princes protestants pour réorganiser l’Empire, le pape Paul IV décide de réunir le consistoire pour faire débattre les cardinaux de la politique à adopter face aux évolutions dans les Allemagnes. Le déroulement du consistoire est connu grâce à une lettre que Jean Du Bellay a envoyée au connétable Anne de Montmorency, lettre publiée au XVIIe siècle30. Nous apprenons, à travers ce document, que le pape Carafa, irascible et emporté, déclare Charles Quint « impos mentis » et en déduit la nullité de son acte d’abdication. Paul IV rejette les principes du droit public du Saint Empire en s’insurgeant contre le fait que ce « qui se passoit dans les Recés de leurs Diettes soit tenu comme sacro-saint ». D’après lui, il « ne se trouveroit point qu’il fut en la puissance d’un Empereur de resigner l’Empire, ny aux Electeurs d’accepter la resignation ; & suivant icelle faire nouvelle Election, inconsulto summo Pontifice ». La nullité de l’élection effectuée à Francfort résulterait déjà du constat que « bonne partye des élisans sont manifestement Heretiques & Schismatiques ». Jean Du Bellay reste prudent quant aux suites à donner à ce rejet catégorique de la dignité impériale de Ferdinand par Paul IV. Il donne le conseil à Anne de Montmorency de se renseigner d’abord sur les compétences réelles des papes dans les élections au Saint Empire. Un bon érudit comme Jean du Tillet, greffier civil du parlement de Paris, est susceptible d’aider le connétable à se retrouver dans les subtilités du droit public allemand, ajoute-t-il dans sa lettre.

  • 31 Les mémoires qu’ont rédigées les membres de la commission sont publiées : Juan Ignacio Tellechea, (...)
  • 32 Ribier, Lettres et mémoires, t. II, p. 759.
  • 33 Ibid., p. 759.
  • 34 Voir entre autres Grete Mecenseffy, « Maximilian II. in neuer Sicht », dans Jahrbuch für die Gesch (...)
  • 35 Hugo Schwendenwein, « Staatskirchenrechtliche Grundfragen der Seldschen Denkschriftzur Kaiserprokl (...)

10Paul IV demande à une commission formée de théologiens et de juristes de s’exprimer sur l’attitude à adopter face aux Habsbourg. Les travaux de cette commission durent jusqu’au mois de juillet 155831. Le pontife résume, à la mi-juillet, le résultat de ces réflexions dans un entretien avec le cardinal Du Bellay qui en tient au courant le cardinal de Lorraine, résidant en France : « Indignus estelectus32 ». La curie établit une longue liste des accusations dirigées contre le Habsbourg d’Autriche et sa famille. Tous ces chefs d’accusation débouchent sur un constat rigoureux : « Ergo deponendus, si iam esset Imperator. » Du Bellay souligne qu’il ne connaît pas les intentions du roi sur le sujet, mais il évoque dans son message à Charles de Guise « un bruit sourd qui a couru que le Pape vouloit donner l’Empire au Roy, comme vacquant en sa disposition33 ». Lui n’y croit pas vraiment. Pour Du Bellay, le pape veut « in primis & ante omnia que toute cette Lutherannerie soit purgée en sa Maison [celle de Ferdinand, T.N.] & lieux où il a puissance ». En d’autres termes, Paul IV n’a pas l’intention de détourner la couronne impériale des Habsbourg de Vienne pour la donner ensuite au roi de France, comme l’indiquent les bruits qui courent en Italie et en Allemagne, mais plutôt maintenir une forte pression sur Ferdinand et ses parents pour qu’ils adoptent une attitude plus ferme contre les Luthériens. La remarque se réfère particulièrement au fils aîné de l’empereur élu, l’archiduc Maximilien (II), dont tout le monde connaît les sympathies pour la Réforme34. Paradoxalement, la mort de Charles Quint, survenue le 21 septembre 1558, ne modifie en rien la stricte position du pape Carafa. Tout au contraire, pour augmenter encore la pression sur les princes autrichiens, Paul IV fait publier sa protestation contre l’élection de Ferdinand en France et en Pologne35.

  • 36 Johann Friedrich Le Bret, Magazin zum Gebrauch der Staaten-und Kirchengeschichte, wie auch des gei (...)
  • 37 Deutsche Reichstagsakten. Reichsversammlungen 1556-1662 : Der Kurfürstentag zu Frankfurt 1558 und (...)
  • 38 Ibid., p. 197.
  • 39 Voir surtout : Ferdinand Siebert, Zwischen Kaiser und Papst. Kardinal Truchsess von Waldburg und d (...)

11Ce bras de fer entre les cours romaine et viennoise dure jusqu’à la mort de Paul IV, en août 1559. Finalement le successeur, Pie IV, prend la résolution d’engager la normalisation des relations diplomatiques entre la curie et la maison d’Autriche. Les rumeurs évoquées par Du Bellay que la France souhaite arracher l’Empire aux Habsbourg avec le soutien du pape font entre-temps bon chemin dans les pays germaniques. Selon l’une des versions les plus répandues, Henri II aurait déjà envoyé des ambassadeurs à Rome pour réclamer l’Empire auprès de Paul IV tout en lui promettant d’éradiquer le protestantisme dans les Allemagnes36. Sans fondement réel, ces bruits influent tout de même beaucoup sur le positionnement des princes allemands, notamment protestants, qui s’apprêtent à assister à la Diète convoquée par Ferdinand et qui doit se réunir à Augsbourg dès le 1er janvier 1559. Pour mieux préparer cette assemblée d’Empire, Ferdinand fait sonder les opinions des princes. Quelques-uns comme le duc Christophe de Wurtemberg soufflent encore sur les braises. Que l’empereur « sacrifie » le pontife aux Luthériens, fulmine le Wurtembergeois, ils lui aideraient en contrepartie à faire un pape plus docile qui se soucierait sérieusement de trouver un compromis religieux avec les Allemands ! Le conseiller impérial qui s’est entretenu avec le duc de Wurtemberg, Johann Ulrich Zasius, trouve ces remarques assez ridicules37. D’autres s’évertuent à trouver une solution à l’amiable. L’évêque d’Augsbourg, Otto Truchsess von Waldburg, propose de négocier un compromis entre la curie romaine et la cour impériale38. Waldburg joue même le rôle du représentant « inofficiel » de Paul IV à la Diète car le pontife n’envoie personne à Augsbourg afin de signaler son désaccord complet avec la politique de l’Empire. Mais l’évêque d’Augsbourg s’est décrédibilisé aux yeux de beaucoup puisqu’il a protesté contre la paix de religion de 155539. Waldburg incarne, en quelque sorte, les principes politiques de Charles Quint dont il a été l’un des plus proches collaborateurs, peu disposé à envisager un compromis durable avec les princes protestants et hostile aux avancées françaises.

AFFAIRES D’EMPIRE : DU BELLAY, WALDBURG, WURTEMBERG (1559)

  • 40 Pour le contexte général : Christine Petry, « Faire des sujets du roi ». Rechtspolitik in Metz, To (...)
  • 41 A.P. Luttenberger, Kurfürsten, Kaiser und Reich…, op. cit., p. 69-73.
  • 42 Deutsche Reichstagsakten…, op. cit., p. 267, 601-604.
  • 43 Ibid., p. 875-878, 887.
  • 44 Ibid., p. 900-903.
  • 45 Le séjour de Christophe en France a duré de 1534 à 1542 : Bernhard Kugler, Christoph, Herzog zu Wi (...)
  • 46 Notons le rôle important du théologien et juriste Konrad Braun (1495-1563), le chancelier de l’évê (...)
  • 47 Est-ce que Ferdinand et le duc ont mis en œuvre cette opération pour démontrer à l’évêque Otto le (...)

12Après l’occupation des Trois Évêchés par Henri II lors de son « voyage d’Allemagne » en 1552, les états de l’Empire souhaitent la restitution de ces territoires lorrains, notamment pour des raisons fiscales. Metz, Toul et Verdun doivent surtout contribuer aux dépenses pour la défense de l’Empire qui se trouve sous la menace permanente des Ottomans en Europe centrale40. Par conséquent, les électeurs réunis à Francfort, en 1558, lancent l’idée d’une ambassade officielle de l’Empire en France pour demander au roi de restituer ces biens aliénés à l’Empire41. Pour ne pas offenser le roi de France, les électeurs protestants de Saxe et du Palatinat préconisent d’envoyer simultanément une autre ambassade au roi d’Espagne pour exiger le retour sous la souveraineté immédiate de l’Empire des territoires intégrés aux Pays-Bas sous le règne de Charles Quint car l’empereur a renforcé le pouvoir de sa Bourgogne au détriment du Saint Empire. Il est dans ce contexte question de la Frise Occidentale, de l’évêché d’Utrecht, de Groningue et de Gueldre42. Au cours des débats engagés à la Diète d’Augsbourg qui commencent début mars 1559, le collège des électeurs se prononce, par prudence, contre l’envoi d’une ambassade au roi de France, mais le collège des princes y insiste tout en soulignant qu’il faut envoyer des personnalités éminentes afin de donner un poids important à la mission43. Lors de la session du conseil d’Empire du 11 mai 1559, la question de la composition de l’ambassade est discutée44. On part du principe que les personnalités choisies soient présentes à l’assemblée d’Empire pour pouvoir donner leur accord sans difficultés. Comme d’habitude, on se propose le but d’élire un prince ecclésiastique et un prince séculier pour que les deux confessions soient représentées. L’Autriche suggère de prendre le duc Christophe de Wurtemberg car il a séjourné en France dans sa jeunesse où il a appris la langue française et fait la connaissance des hommes influents de la cour45. Pour la fonction de l’ambassadeur issu du clergé, on hésite entre l’archevêque Michel de Salzbourg (Michael von Kuenburg) et l’évêque d’Augsbourg, Otto Truchsess von Waldburg. Le Salzbourgeois renonce à la mission en faveur de son collègue Waldburg qui l’accepte volontiers car il peut ainsi échapper à la marginalisation qui l’a frappé à cause de son opposition à la paix de 1555, un coup de force politique qui l’a rendu suspect aux yeux des autres princes46. Or le Wurtembergeois se lève en déclarant qu’il refuse de partir pour la France pour des raisons de santé. Sommé de s’expliquer plus en détail et d’indiquer les véritables raisons de son refus, il précise de ne pas pouvoir partir avec l’évêque d’Augsbourg tout en confirmant cette position dans un entretien avec l’empereur47.

  • 48 Deutsche Reichstagsakten…, op. cit., p. 907-908.

13Avec le cardinal Waldburg qui répond par l’affirmative et le duc Christophe de Wurtemberg qui confirme qu’il ne souhaite pas partir pour la France avec le cardinal, le projet de l’ambassade se trouve dans l’impasse. La question prend l’allure d’une affaire retentissante car la Diète envisage d’envoyer Waldburg en Espagne pour que le duc puisse partir pour la France avec quelqu’un d’autre. Le cardinal, irrité par le procédé, s’insurge contre ce qu’il ressent comme une exclusion humiliante. Il fait protester son chancelier Konrad Braun contre les mesures adoptées par la Diète à son égard et il demande qu’on lui explique clairement les raisons de ce traitement déshonorant dont il fait l’objet48. Peu impressionnés par cette déclaration, les États persistent dans leur choix tout en exigeant d’Otto qu’il se démette lui-même de sa fonction d’ambassadeur.

  • 49 Ibid., p. 1428-1430.
  • 50 Voir sa déclaration, ibid., p. 1431-1432.
  • 51 Pour cette ambassade de 1559-1560 voir surtout Gaston Zeller, La Réunion de Metz à la France (1552 (...)
  • 52 Deutsche Reichstagsakten…, op. cit., p. 1035.
  • 53 Werner Baumann, « Die Religionspolitik Herzog Christophs von Württemberg und Kurfürst Friedrichs I (...)
  • 54 Deutsche Reichstagsakten…, op. cit., p. 1430, n. 7.

14On décide de choisir à sa place un autre prince catholique, le duc Albert de Bavière, mais qui finit par refuser la tâche. En colère, Waldburg renouvelle sa protestation contre le procédé et il réitère sa demande qu’on lui explique la cause de cette discrimination49. Ayant appris que le duc a fait allusion à des lettres écrites par le cardinal Jean Du Bellay l’accusant de vouloir tuer Christophe, il souhaite qu’on mette ces documents sous ses yeux, mais le Wurtembergeois ne satisfait pas à cette exigence50. Lassés par cet imbroglio, les États décident de remettre le choix des ambassadeurs à Ferdinand qui confie la mission finalement à deux de ses proches, à savoir l’évêque Ludovico Madruzzo de Trente (1532-1600) et le comte Louis de Stolberg (1505-1574). Ces deux hommes partent effectivement, fin 1559, pour la France sans en ramener beaucoup pour l’Empire51. Indépendamment de cette question, le conflit entre les princes de Wurtemberg et d’Augsbourg n’arrête pas de préoccuper les États. Ils adressent, le 5 juin, au duc la demande sans équivoque de produire les lettres du « cardinal de Paris » dont il a parlé52. Le duc, obligé de réagir, quitte la Diète aussitôt après cette déclaration des États. Il ne revient à Augsbourg que le 8 juillet pour y rester jusqu’à la fin des travaux de la Diète53. Waldburg, quant à lui, essaie de se tirer honorablement de l’affaire en faisant circuler la nouvelle que le pape lui a interdit d’assumer une mission avec un hérétique, une affirmation en somme peu crédible54.

  • 55 Voir la présentation des faits, sur la base des archives romaines, dans F. Siebert, Zwischen Kaise (...)
  • 56 Les deux lettres en traduction française se trouvent dans Léon Séché, « Les dernières années du ca (...)
  • 57 S. Ehses, Kardinal Otto Truchseß…, p. 129.
  • 58 L’empereur a fait un grand pas vers Christophe en inféodant son ami Frédéric (III) du Palatinat él (...)
  • 59 « Dazu hatte er lange Zeit in der Konfessionsfrage laviert, denn das Spannungsfeld Habsburg-Wittel (...)
  • 60 F. Siebert, Zwischen Kaiser und Papst…, op. cit., p. 171.
  • 61 S. Ehses, Kardinal Otto Truchseß…, op. cit., p. 124-125.
  • 62 Ehses (p. 125) :« Zuihm [Jean Du Bellay] stand Christoph von Württemberg in ganzbesonderem Freunds (...)
  • 63 Anne J. Schutte, Pier Paolo Vergerio: The Making of an Italian Reformer, Genève, Droz, 1977, p. 24 (...)
  • 64 « Denique cardinalem Bellaium, de quo postremo mentionem facis, hominem prorsus άθεον, impium, inc (...)

15Lors d’une entrevue dans la demeure de l’archevêque de Salzbourg qui se tient fin mai, Christophe de Wurtemberg assure en présence du cardinal avoir reçu des lettres de Jean Du Bellay qui lui indiquent que Waldburg veut l’éliminer pour enlever l’un des piliers les plus solides de l’hérésie en Allemagne55. Indigné, le cardinal allemand envoie, le 29 mai, un courrier à Rome pour demander à Du Bellay qu’il s’explique sur le sujet. Le messager arrive le 6 juin, obligeant le doyen du collège des cardinaux de répondre aussitôt à la lettre insistante de l’évêque d’Augsbourg. Le comportement du messager déplaît à l’évêque d’Ostie et il se plaint du ton accusatoire de la lettre de Waldburg, mais il y répond sans délai, « en qualité d’ami56 ». Jean Du Bellay affirme avec force de ne pas avoir écrit de lettre au duc de Wurtemberg tout en laissant en suspens la question s’il a traité ailleurs dans sa correspondance du cardinal de Waldburg. Il estime que quelqu’un « a contrefait lesdites lettres signées de mon nom. » L’évêque d’Augsbourg se dit, dans une dépêche adressée au cardinal Carafa, le 20 juin, satisfait de la réaction de Du Bellay qui a contribué à justifier sa personne aux yeux des princes allemands57. L’Empire met en scène la réconciliation des deux princes, Waldburg et Wurtemberg, lors d’un banquet tenu le 11 juillet, toujours à Augsbourg. La mise en scène de l’unité retrouvée…58 Dans sa lettre de réponse à l’évêque d’Augsbourg, Du Bellay met en exergue la sincérité de Christophe de Wurtemberg. Il avait fait la connaissance de ce jeune homme à la cour du roi François, une vingtaine d’années auparavant. Il avait l’impression qu’il s’agit d’un catholique. En effet, Christophe a longtemps louvoyé en matière religieuse59. Si le duc de Wurtemberg et l’évêque d’Ostie disent la vérité, qui a donc contrefait la lettre ? Un historien a soupçonné une mystification de la part des réformés français qui auraient tout mis en œuvre pour ne pas voir arriver à la cour de France le cardinal de Waldburg, un catholique intransigeant qui a protesté contre la paix de religion du Saint Empire60. Mais les dirigeants du parti réformé ne savaient pas que la Diète d’Augsbourg allait faire appel à Truchsess von Waldburg pour mener à bien cette ambassade d’Empire à la cour française. Un autre chercheur a souligné qu’Henri II n’avait aucun intérêt à voir apparaître ces envoyés de l’Empire en France pour y réclamer la restitution des évêchés lorrains. Des princes protestants allemands comme le Palatin Frédéric III et son ami Christophe de Wurtemberg ne voulaient absolument pas que le projet d’ambassade aboutît pour ne pas mettre en péril leurs bonnes relations avec le roi de France61. Ces savants conviennent tout de même que Wurtemberg était l’« ami » de Du Bellay depuis son long séjour à la cour de François Ier62. C’est seulement sous la pression d’une extrême nécessité que Christophe aurait impliqué le nom du cardinal français dans cette funeste affaire. Il n’en est rien. Cette hypothèse est erronée car le duc avait complètement rompu avec son passé « catholique » et il prit violemment ses distances par rapport à Jean Du Bellay. Il s’exprima d’une façon très négative sur le cardinal dans une lettre destinée, en mars 1559, à Pierre Paolo Vergerio (1498-1565), l’ancien évêque de Capodistria qui s’était converti au protestantisme. En 1553, le duc Christophe avait fait venir à Tübingen cet Istrien qui s’y mit à travailler comme propagandiste de la cause luthérienne dans plusieurs pays d’Europe. Bien informé sur la situation en France, Vergerio fit incidemment mention du cardinal Du Bellay sur lequel il misait quelques espoirs pour la cause de la Réforme en France. L’évêque apostat Vergerio avait gardé de l’estime pour Du Bellay car il était l’un des rares cardinaux qui avaient voté contre sa déposition lors d’un consistoire, en juillet 154963. Dans une réaction caractéristique à l’affirmation positive de Vergerio, le duc Christophe fit comprendre qu’il ne voulait pas entendre parler des bonnes qualités de Du Bellay. Tout au contraire, le duc déplora, en choisissant des termes très acerbes, l’inconstance et l’hypocrisie de Du Bellay contre lequel il fallait mettre en garde tous les gens de bien64. C’est le ton d’une rupture qui se veut définitive.

  • 65 Il s’agit de Charles de Marillac (env. 1510-1560), archevêque de Vienne, et d’Imbert de la Platièr (...)
  • 66 Telle une suggestion de Christophe à l’adresse des autres princes protestants, dans Bernhard Kugle (...)
  • 67 F. Zoepfl, Bistum Augsburg…, op. cit., p. 263-265 ; Siebert F., Zwischen Kaiser und Papst…, op. ci (...)
  • 68 Karl E.H. Krause, « Friedrich Spedt », dans Allgemeine Deutsche Biographie, t. 35, 1893, p. 88-92, (...)
  • 69 Ludwig Riess, Die Politik Pauls IV. und seiner Nepoten. Eine weltgeschichtliche Krisis des 16. Jah (...)

16Wurtemberg avait accueilli les ambassadeurs français en route pour la Diète d’Augsbourg65. Le duc Christophe craignait qu’en jouant un rôle actif dans la légation qui devrait exiger la restitution des Trois Évêchés, il risquerait une détérioration de ses bonnes relations avec la Couronne de France. En contrepartie, le roi devait lui savoir gré s’il contribuait à faire échouer le projet d’ambassade. Lorsqu’il se levait, à la Diète d’Augsbourg, pour déclarer qu’il n’était pas disposé à partir pour la France, en précisant plus tard que le personnage du cardinal Waldburg lui posait problème, il se souvenait probablement d’avoir, en 1556 déjà, insisté sur la nécessité d’exclure celui-ci du Conseil d’Empire. Étant immédiatement sujet au pape et n’ayant pas accepté la paix de religion, le cardinal n’avait pas le droit se siéger parmi les États66. À l’époque, un pamphlet imprimé circulait en Allemagne mettant en cause l’évêque d’Augsbourg qui aurait proféré, à la curie romaine, des invectives grossières à l’encontre de différents princes protestants du Saint Empire, dont le duc Christophe. Pour se justifier, Waldburg avait même cru bon de publier une apologie destinée aux princes allemands67. L’auteur du pamphlet anonyme dirigé contre Waldburg était un personnage à la réputation douteuse, Friedrich Spedt, « l’un des plus grands escrocs de son époque », qui s’était insinué dans les bonnes grâces de nombreux personnages importants68. Cet aventurier doué dans l’art de simuler, fils de paysans hessois, formidable homme de réseaux, s’était lié à la cause d’un banqueroutier politique, le margrave Albert Alcibiade de Brandebourg-Kulmbach (1522-1557) qui avait de son propre chef fait la guerre aux évêques et aux villes impériales de sa Franconie natale. Ce Hohenzollern redoutable se retrouva exilé en France après avoir perdu ses dernières batailles dans le Saint Empire. C’est le protestant et ennemi juré des évêques franconiens Albert Alcibiade qui envoya Friedrich Spedt à Rome, en janvier 1556, pour y négocier une alliance avec la papauté, initiative qui laissait entrevoir un certain désespoir de la part du condottiere vaincu, mais qui trouva un écho favorable à la curie, auprès du cardinal-neveu Carlo Carafa69. Le menteur talentueux qu’était Spedt avait fait croire aux proches de Paul IV que les Hohenzollern étaient tous sur le point de se reconvertir au catholicisme. Mais ce n’était rien d’autre qu’une tromperie. Lors du procès contre le cardinal-neveu, en 1560, cette bonne entente entre lui et cet envoyé suspect sera l’un des éléments à charge.

  • 70 En 1560, le landgrave Philippe de Hesse prête toujours une oreille attentive aux contes de Spedt : (...)
  • 71 Friedrich Wilhelm Barthold, Deutschland und die Hugenotten. Geschichte des Einflusses der Deutsche (...)
  • 72 Le procès-verbal de l’interrogatoire de Richius : J.F. Lebret, Magazin zum Gebrauch der Staaten-un (...)

17C’est le cardinal Otto Truchsess von Waldburg, prévenu par des correspondants dans le Saint Empire, qui mit fin aux intrigues de Spedt à la curie. À l’instigation de Waldburg, Paul IV chassa l’imposteur allemand de sa cour. Celui-ci, pour se venger du cardinal, publia le pamphlet de 1556 où il était question de prétendus complots sanguinaires de l’évêque d’Augsbourg contre les princes allemands. La réfutation que Waldburg s’empressa de publier ne tira pas un trait sur l’affaire. Tout au contraire, vouant une haine durable à Truchsess von Waldburg, Spedt n’arrêta pas de troubler le Saint Empire où il fit circuler des nouvelles falsifiées pendant de longues années70. Il est donc permis de penser que les activités d’un falsificateur d’informations ont semé la confusion au sein de la société des princes du Saint Empire et entaché durablement la mémoire du cardinal Jean Du Bellay que Spedt connut sans doute. Mais, en politique, il n’y a pas de « victime » innocente. Le cardinal français s’était déjà attiré les foudres de quelques princes allemands, dont le Wurtembergeois, puisqu’il avait renoué de sa part, à l’été 1556, avec le dangereux margrave Albert Alcibiade, ce hors-la-loi du Saint Empire qui était rentré en Allemagne afin de se venger de ses ennemis. Pour organiser la défense de la ville éternelle qui fut sous la menace des unités espagnoles du duc d’Albe, le cardinal français demanda au margrave de lever une troupe de 300 cavaliers en faveur du pape. Pour y arriver, Du Bellay envoya un certain docteur Johann Richius (Reich) en Souabe dont la mission échoua à cause de la vigilance des princes allemands71. Les activités secrètes de l’agent Richius éveillèrent le soupçon du magistrat d’Augsbourg, il fut arrêté et subit un interrogatoire assez sévère72. Fort inquiété par l’événement, le duc Christophe n’oubliera jamais que Du Bellay avait contacté sans scrupules le grand fauteur de troubles dans le Saint Empire. Cette mise en cause de la paix d’Empire durement acquise fut à ses yeux impardonnable et le souvenir explique sa fureur contre le cardinal français. Dans sa lettre écrite à Vergerio, en mars 1559, il donna libre cours à sa colère. On peut en conclure que l’idée de faire jouer l’un des deux cardinaux, Waldburg et Du Bellay, contre l’autre était assez attrayante pour le duc qui ne résista pas à cette tentation, comme nous venons de le voir.

  • 73 La version établie par la Truchessenchronik en 1777 prévalut toujours en 1983 : « Die sensationell (...)

18À la Diète d’Augsbourg de 1559, un fait divers de la politique dans le Saint Empire a amené la détonation de la méfiance et de la peur, sous fonds de fausses nouvelles, mais qui correspondaient parfaitement aux images préconçues. Au lieu de révéler ces tensions qui déchiraient la société des princes allemands, on préféra « exorciser » la violence qui était toujours à l’état latent en accusant gravement un cardinal français, bien âgé et mal en cour chez lui, à Paris. L’idée d’un « mensonge calomnieux73 » du cardinal-évêque d’Ostie était beaucoup plus compatible avec la représentation de l’unité de l’Empire si cher aux princes allemands que l’aveu d’un conflit interne qui minait de l’intérieur le vivre ensemble de la communauté germanique. Si l’on dresse le bilan de la politique allemande du cardinal Jean Du Bellay en tenant compte de cette anecdote qui jeta une ombre sur la fin de sa vie, on doit s’assurer qu’à force de répétition les mensonges tendent à devenir vérité.

Notes

1 Calendar of State Papers, Foreign Series: Reign of Elizabeth, 1558-1559, Londres, Longman, 1863, p. 417 (27/07/1559).

2 Ibid., p. 433 (01/08/1559). Pour une biographie succincte de Throckmorton: Patterson Annabel, The Trial of Nicholas Throckmorton, Toronto, CRRS Publications, 1998, p. 12-16.

3 Matthäus Von Pappenheim, Chronik der Truchsessen von Waldburg, von ihrem Ursprunge bis auf die Zeiten Kaisers Maximilian II., 2 vols., Memmingen, Johann Valentin Mayer, 1777/Kempten, Typographische Gesellschaft, 1785. Pour le prince commanditaire : Wilhelm Mössle, Fürst Maximilian Wunibald von Waldburg-Zeil-Trauchburg, 1750-1818. Geistund Politik des oberschwäbischen Adels an der Wende vom 18. zum 19. Jahrhundert, Stuttgart, Kohlhammer, 1968.

4 Klaus Graf, « Matthäus Marschalk von Pappenheim », dans Deutscher Humanismus 1480-1520. Verfasserlexikon, éd. F. J. Worstbrock, vol. II, Berlin, De Gruyter, 2009, col. 204-209. Pour la question des auteurs, en partie non identifiés, de la chronique de Waldburg voir : Gerhard Wolf, Von der Chronik zum Weltbuch. Sinn und Anspruch südwestdeutscher Hauschroniken am Ausgang des Mittelalters, Berlin, De Gruyter, 2002, notamment p. 58. De même : Joseph Vochezer, Geschichte des fürstlichen Hauses Waldburg in Schwaben, vol. 1, Kempten, Kösel, 1888, p. III-IV.

5 « Es war aber die Person des Herrn Otto einem französischen Cardinal um deßwillen verhaßt, weil er sich zu Rom als das Haupt der spanischen Parthey den Franzosen in verschiedenen Gelegenheiten entgegen setzen musste, weßhalben derselbe durch eine verdammliche Intrigue dem Herzog von Würtenberg durch einen geheimen Brief fälschlich beybringen ließ, das, wenn er diese Gesandschaft nach Frankreich übernähme, er auf Eingeben des Cardinals Otto, und mit Einverständnis des Papstes, bey welchem er als ein großer Feind der Katholiken angesehen seye, durch Giftin die andere Welt befördert werden würde » : M. v. Pappenheim, Chronik der Truchsessen…, op. cit., vol. 1, p. 111.

6 Fürstlich Waldburg-Zeil’sches Gesamtarchiv Schloss Zeil, Kißlegger Archiv, ZAKi 1019 : Odiosa etlicher doch Notatum digna. Non paginé.

7 Ibid. : « Der Bapst Paulus IIII. stirbt gleich darauf. Dz Collegium Cardinalium lasset Bellaium ledig wider ins Conclave mit inen. Der Cardinal von Augspurg kompt ghen Rhom, will nit ins Conclave, weil dießer bueb unnd verletzt Mann darinn. Man handlett starckh in der sach, unnd wurd letztlich dohin gepracht, dz Bellaius vor dem ganntzen Collegio dem Cardinal ein offentlich aberpitten thuen, und Instrumenta, deßwegen so der Cardinal von Augspurg seiner notturfft zugeprauchen hette, aufgericht werden soltte. Wie geschach. »

8 Ibid. : « Gleich darauf fhahet Bellaius im Conclave ahn zu siechen, also dz mann in khranck darauß in seine Hortum, bey den Thermis Diocletiani fhüeren müessen, starb desselben Tägens. »

9 Voir notamment Jean-Daniel Pariset, Les Relations entre la France et l’Allemagne au milieu du XVIe siècle, d’après des documents inédits, Strasbourg, Istra, 1981, p. 29-38, ici p. 34, n. 1 ; pour le contexte, voir Rainer Babel, Deutschland und Frankreich im Zeichen der habsburgischen Universalmonarchie. 1500 bis 1648, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2005.

10 Rémy Scheurer, « Jaean Du Bellay (1492 ou 1498/1499-1560) », dans Les conseillers de François Ier, p. 319-330 ; pour l’influence de Jean Du Bellay sur la prise de décision politique, voir Cédric Michon, « Conseils, conseillers et prise de décision sous François Ier », dans La Prise de décision en France (1525-1559). Recherches sur la réalité du pouvoir royal ou princier à la Renaissance, éd. R. Claerr et O. Poncet, Paris, Champion, 2008, p. 15-34, ici p. 22-27.

11 Pour les réseaux du cardinal voir notamment Michon, La crosse et le sceptre, p. 42-45, 53-55 et 60-63.

12 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 133.

13 Alfred Kohler, Antihabsburgische Politik in der Epoche Karls V. Die reichsständische Opposition gegen die Wahl Ferdinands I. zum Römischen König und gegen die Anerkennung seines Königtums (1524-1534), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1982, p. 230-244.

14 Voir Franz Brendle, Dynastie, Reich und Reformation. Die württembergischen Herzöge Ulrich und Christoph, die Habsburger und Frankreich, Stuttgart, Kohlhammer, 1998, p. 105-106 (Scheyern).

15 A. Kohler, Antihabsburgische Politik…, op. cit., p. 358-373 ; Joachim Lauchs, Bayern und die deutschen Protestanten 1534-1546. Deutsche Fürstenpolitik zwischen Konfession und Libertät, Neustadt/Aisch, Degener, 1978, p. 34-48.

16 Pour la réaction du roi, voir J. Lauchs, Bayern und die deutschen Protestanten…, op. cit., p. 39.

17 Pour le rôle de Jean Du Bellay, voir Karl Josef Seidel, Frankreich und die deutschen Protestanten. Die Bemühungen um eine religiöse Konkordie und die französische Bündnispolitik in den Jahren 1534/1535, Münster, Aschendorff, 1970, p. 142-145 ; Heinz Scheible, « Melanchthons ökumenischer Einsatz in Frankreich », dans Id., Aufsätze zu Melanchthon, Tübingen, Mohr Siebeck, 2010, p. 173-188 ; cf. CCJDB, t. II, p. 13-14.

18 Michon, La crosse et le sceptre, p. 59.

19 Hugues Daussy, « Jean Sturm et la France », dans Johannes Sturm (1507-1589). Rhetor, Pädagoge und Diplomat, éd. M. Arnold, Tübingen, Mohr Siebeck, 2009, p. 339-353, ici p. 343 ; pour Sleidan voir l’étude ancienne mais toujours très utile de Victor-Louis Bourrilly, « Jean Sleidan et le cardinal Du Bellay », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, t. L, 1901, p. 225-242.

20 CCJDB, t. III, p. 240-241 et 255-257 ; voir aussi Geschichte Niedersachsens III/1 : Politik, Wirtschaft und Gesellschaft von der Reformation bis zum Beginn des 19. Jahrhunderts, éd. C. van den Heuvel/M. von Boetticher, Hanovre, 1998, p. 72-74.

21 CCJDB, t. III, p. 170-171 ; voir J. Lauchs, Bayern und die deutschen Protestanten…, op. cit., p. 214-215.

22 CCJDB, t. III, p. 154-158 ; voir aussi Heribert Smolinsky, « Albrecht von Brandenburg und die Reformtheologen », dans Erzbischof Albrecht von Brandenburg (1490-1545). Ein Kirchen-und Reichsfürst der Frühen Neuzeit, éd. F. Jürgensmeier, Francfort sur le Main, Knecht, 1991, p. 117-131, ici p. 126.

23 Cédric Michon parle, à cet égard, d’un « éphémère réveil du réseau Du Bellay par ordre royal » dans les mois qui précèdent la Guerre de la Ligue de Smalkalde fin 1545/début 1546 : Michon, La crosse et le sceptre, p. 60-61.

24 En juillet 1554, Charles Quint prépara un acte secret par lequel il céda toutes ses possessions, sauf l’Empire réservé à Ferdinand, à son fils Philippe (II) : Heinrich Lutz, Christianitas afflicta. Europa, das Reich und die päpstliche Politik im Niedergang der Hegemonie Kaiser Karls V. (1552-1556), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1964, p. 318-321.

25 Voir toujours J.-D. Pariset, Les Relations entre la France et l’Allemagne…, op. cit., p. 127-164 ; Baumgartner Frederic J., Henry II, King of France 1547-1559, Durham, Duke University Press, 1988, p. 146-159.

26 Pour la conception de l’empereur sortant, à l’égard de l’abdication, voir Alfred Kohler, « Vom habsburgischen Gesamtsystem Karls V. zu den Teilsystemen Philipps II. und Maximilians II. », dans Kaiser Maximilian II. Kultur und Politik im 16. Jahrhundert, éd. F. Edelmayer/A. Kohler, Vienne, Verlag für Geschichte und Politik, 1992, p. 13-37, ici p. 15.

27 Albrecht P. Luttenberger, Kurfürsten, Kaiser und Reich. Politische Führung und Friedenssicherung unter Ferdinand I. und Maximilian II., Mayence, Philipp von Zabern, 1994, p. 17-18.

28 Heinz Duchhardt, Protestantisches Kaisertum und Altes Reich. Die Diskussion über die Konfession des Kaisers in Politik, Publizistik und Staatsrecht, Wiesbaden, Franz Steiner, 1977, p. 54-60. Sur les prétentions papales, voir Gerd Kleinheyer, « Die Abdankung des Kaisers », dans Wege europäischer Rechtsgeschichte. Karl Kroeschell zum 60. Geburtstag, éd. G. Köbler, Francfort sur le Main, Peter Lang, 1987, p. 124-144 ; toujours utile Joseph Schmid, « Die deutsche Kaiser-und Königswahl und die römische Kurie in den Jahren 1558-1620 », Historisches Jahrbuch, t. VI, 1885, p. 3-41, 161-207.

29 Ludwig von Pastor, Geschichte der Päpste seit dem Ausgang des Mittelalters, vol. 6, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1913, p. 574-575 ; voir aussi Eduard Reimann, « Der Streit zwischen Papstthum und Kaiserthum im Jahre 1558 », Forschungen zur deutschen Geschichte, t. V, 1865, p. 291-335.

30 Ribier, Lettres et mémoires, t. II, p. 623-625. Cette lettre date sans doute du mois de mars 1558, voir les arguments de E. Reimann, Der Streit…, op. cit., p. 318-320.

31 Les mémoires qu’ont rédigées les membres de la commission sont publiées : Juan Ignacio Tellechea, « La renuncia de Carlos V y la elección de Fernando de Austria », dans Scriptorium Victoriense, t. VII, 1960, p. 7-78, 207-283 ; voir aussi Robert Höslinger, « Das Gutachten des Antonius Augustinus über die Kaiserwahl Ferdinands I. (a. 1558) », dans Österreichisches Archiv für Kirchenrecht, t. II, 1951, p. 76-81.

32 Ribier, Lettres et mémoires, t. II, p. 759.

33 Ibid., p. 759.

34 Voir entre autres Grete Mecenseffy, « Maximilian II. in neuer Sicht », dans Jahrbuch für die Geschichte des Protestantismus in Österreich, t. XCII, 1976, p. 42-53.

35 Hugo Schwendenwein, « Staatskirchenrechtliche Grundfragen der Seldschen Denkschriftzur Kaiserproklamation von 1558 », dans Zeitschriftfür Rechtsgeschichte/Kanonistische Abteilung, t. LXIV, 1978, p. 116-138, ici p. 125.

36 Johann Friedrich Le Bret, Magazin zum Gebrauch der Staaten-und Kirchengeschichte, wie auch des geistlichen Staatsrechts katholischer Regenten in Ansehung ihrer Geistlichkeit, vol. IX, Ulm, Stetinische Buchhandlung, 1785, p. 150-152.

37 Deutsche Reichstagsakten. Reichsversammlungen 1556-1662 : Der Kurfürstentag zu Frankfurt 1558 und der Reichstag zu Augsburg 1559, bearbeitet von J. Leeb, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999, p. 198 avec note 172.

38 Ibid., p. 197.

39 Voir surtout : Ferdinand Siebert, Zwischen Kaiser und Papst. Kardinal Truchsess von Waldburg und die Anfänge der Gegenreformation in Deutschland, Berlin, Junker und Dünnhaupt, 1943, p. 141-153 ; Friedrich Zoepfl, Das Bistum Augsburg und seine Bischöfe im Reformationsjahrhundert, Munich, Schnell & Steiner, 1969, p. 253-257 ; pour une biographie succincte d’Otto Truchsess : Friedrich Zoepfl, « Kardinal Otto Truchseß von Waldburg », dans Lebensbilder aus dem Bayerischen Schwaben, t. IV, 1955, p. 204-248.

40 Pour le contexte général : Christine Petry, « Faire des sujets du roi ». Rechtspolitik in Metz, Toul und Verdun unter französischer Herrschaft (1552-1648), Munich, Oldenbourg, 2006, p. 103-127.

41 A.P. Luttenberger, Kurfürsten, Kaiser und Reich…, op. cit., p. 69-73.

42 Deutsche Reichstagsakten…, op. cit., p. 267, 601-604.

43 Ibid., p. 875-878, 887.

44 Ibid., p. 900-903.

45 Le séjour de Christophe en France a duré de 1534 à 1542 : Bernhard Kugler, Christoph, Herzog zu Wirtemberg, vol. 1, Stuttgart, Ebner & Seubert, 1868, p. 28-54.

46 Notons le rôle important du théologien et juriste Konrad Braun (1495-1563), le chancelier de l’évêque d’Augsbourg, dans l’histoire de l’acte de protestation : Remigius Bäumer, « Konrad Braun und der Augsburger Religionsfrieden », dans Fides et Ius. Festschrift Georg May, éd. W. Aymans, Ratisbonne, Pustet, 1998, p. 283-301 ; en plus, Maria Barbara Rößner, Konrad Braun (ca. 1495-1563), ein katholischer Jurist, Politiker, Kontroverstheologe und Kirchenreformer im konfessionellen Zeitalter, Münster, Aschendorff, 1991.

47 Est-ce que Ferdinand et le duc ont mis en œuvre cette opération pour démontrer à l’évêque Otto le degré de sa marginalisation au sein de l’Empire ? Il y a l’antécédent avec le duc Othon Henri (Ottheinrich) du Palatinat qui avait, en 1558, refusé de siéger auprès de Waldburg dans une commission impériale instituée pour régler un différend entre la maison de Brandebourg et la Ligue franconienne : F. Siebert, Zwischen Kaiser und Papst…, op. cit., p. 161-162.

48 Deutsche Reichstagsakten…, op. cit., p. 907-908.

49 Ibid., p. 1428-1430.

50 Voir sa déclaration, ibid., p. 1431-1432.

51 Pour cette ambassade de 1559-1560 voir surtout Gaston Zeller, La Réunion de Metz à la France (1552-1648), vol. II, Paris, Belles-Lettres, 1926, p. 52-58 ; Bernhard Steinhauf, Giovanni Ludovico Madruzzo (1532-1600). Katholische Reformation zwischen Kaiser und Papst : Das Konzept zur praktischen Gestaltung der Kirche der Neuzeit im Anschluß an das Konzil von Trient, Münster, Aschendorff, 1993, p. 31-33.

52 Deutsche Reichstagsakten…, op. cit., p. 1035.

53 Werner Baumann, « Die Religionspolitik Herzog Christophs von Württemberg und Kurfürst Friedrichs III. von der Pfalz in den Jahren 1559/1560 », Zeitschrift für Württembergische Landesgeschichte, t. XLII, 1983, p. 190-216, ici p. 207.

54 Deutsche Reichstagsakten…, op. cit., p. 1430, n. 7.

55 Voir la présentation des faits, sur la base des archives romaines, dans F. Siebert, Zwischen Kaiser und Papst…, op. cit., p. 167-172 ; en plus, Stephan Ehses, « Kardinal Otto Truchsess von Augsburg zu Rom 1559-1563 », dans Kirchengeschichtliche Festgabe Anton de Waal, éd. F.X. Seppelt, Fribourg-en-Brisgau, Herder, Römische Quartalschrift/Supplementheft XX, 1913, p. 123-143, ici p. 124-129.

56 Les deux lettres en traduction française se trouvent dans Léon Séché, « Les dernières années du cardinal Du Bellay », Revue de la Renaissance, t. IV, 1903, p. 311-314, ici p. 313. Je tiens à exprimer ma gratitude aux éditeurs de la CCJDB qui m’ont communiqué les pages respectives du t. VII (à paraître). Il est à signaler qu’une copie en allemand de la réponse de Du Bellay se trouve aux archives d’État à Augsbourg : Staatsarchiv Augsburg, Hochstift Augsburg, Münchener Bestand Literalien 1111, feuilles non numérotées : « Vom Cardinal Bellay auß Rom », copie, allemand [Rome, 06/06/1559]. Je présume que Waldburg a fait circuler cette version auprès des princes allemands pour mener à bien sa justification.

57 S. Ehses, Kardinal Otto Truchseß…, p. 129.

58 L’empereur a fait un grand pas vers Christophe en inféodant son ami Frédéric (III) du Palatinat électoral sans prendre en compte d’autres prétendants. Lors du banquet qui suit l’acte solennel, le Palatin et Waldburg s’entretiennent d’une manière ostentatoire. Voir W. Baumann, Die Religionspolitik Herzog Christophs von Württemberg…, op. cit., p. 207-209.

59 « Dazu hatte er lange Zeit in der Konfessionsfrage laviert, denn das Spannungsfeld Habsburg-Wittelsbach-Württemberg […] barg viele, auch konfessionelle Untiefen » : Volker Press, « Herzog Christoph von Württemberg (1550-1568) als Reichsfürst », dans Aus südwestdeutscher Geschichte. Festschrift für Hans-Martin Maurer, éd. W. Schmierer et al., Stuttgart, Kohlhammer, 1994, p. 367-382, ici p. 368.

60 F. Siebert, Zwischen Kaiser und Papst…, op. cit., p. 171.

61 S. Ehses, Kardinal Otto Truchseß…, op. cit., p. 124-125.

62 Ehses (p. 125) :« Zuihm [Jean Du Bellay] stand Christoph von Württemberg in ganzbesonderem Freundschaftsverhältnis ; denn zu Paris am Hofe Franz’ I. verkehrte er viel im Hause Du Bellay, bei dem Bischof sowohl wie bei dessen Brüdern Wilhelm und Martin, da er damals noch im Gegensatze zu seinem Vater Ulrich den katholischen Glauben bekannte. » Siebert (p. 171) : « Sicher hat Herzog Christoph, als er schließlich gezwungen war, Farbe zu bekennen, nicht leichtfertig den Namen seines Freundes [Jean Du Bellay] in die Angelegenheit hineingezogen. »

63 Anne J. Schutte, Pier Paolo Vergerio: The Making of an Italian Reformer, Genève, Droz, 1977, p. 245, n. 133.

64 « Denique cardinalem Bellaium, de quo postremo mentionem facis, hominem prorsus άθεον, impium, inconstantem atque mendacem agnoscimus, a quo merito omnes boni et pii sibi summopere cavere debeant […] » : Briefwechsel zwischen Christoph, Herzog von Württemberg, und Petrus Paulus Vergerius, éd. E. von Kausler/T. Schott, Tübingen, Laupp, 1875, p. 198 (07/03/1559).

65 Il s’agit de Charles de Marillac (env. 1510-1560), archevêque de Vienne, et d’Imbert de la Platière (1524-1567), Seigneur de Bourdonville. Voir Pierre De Vaissière, Charles de Marillac. Ambassadeur et homme politique sous les règnes de François Ier, Henry II et François II 1510-1560, Paris, Welter, 1896, p. 360-380, ici p. 364. L’étude est loin d’épuiser le sujet. Henri II souhaitait une représentation permanente de la France à la Diète, la considérant comme un état d’Empire depuis 1552 : Walter Platzhoff, « Frankreich, der deutsche Reichstag und Kurpfalz vom Passauer Vertrag bis zum Tode Heinrichs II. (1559) », Zeitschriftfür die Geschichte des Oberrheins. Neue Folge, t. XXIX, 1914, p. 447-463, ici p. 449-453.

66 Telle une suggestion de Christophe à l’adresse des autres princes protestants, dans Bernhard Kugler, Christoph, Herzog zu Wirtemberg, vol. II, Stuttgart, Ebner & Seubert, 1872, p. 135, n. 104 (12/06/1556). Voir aussi Matthias Langensteiner, Für Land und Luthertum. Die Politik Herzog Christophs von Württemberg (1550-1568), Cologne, Böhlau, 2008, p. 311 avec note 375 (le duc Christophe contre le cardinal Otto Truchsess von Waldburg).

67 F. Zoepfl, Bistum Augsburg…, op. cit., p. 263-265 ; Siebert F., Zwischen Kaiser und Papst…, op. cit., p. 155-157. La réfutation d’Otto : Des Hochwürdigsten Fürsten und Herrn/ Herrn Otho Cardinals und Bischoven zu Augspurg/ Bropsts und Herrn zu Elwangen etc. warhaffte ablainung/antwort und entschuldigung.

68 Karl E.H. Krause, « Friedrich Spedt », dans Allgemeine Deutsche Biographie, t. 35, 1893, p. 88-92, ici p. 88.

69 Ludwig Riess, Die Politik Pauls IV. und seiner Nepoten. Eine weltgeschichtliche Krisis des 16. Jahrhunderts, Berlin, Ebering, 1909, p. 87-89, 425-436 ; Kenneth M. Setton, The Papacy and the Levant (1204-1571), vol. VI, Philadelphie, American Philosophical Society, 1984, p. 749-750.

70 En 1560, le landgrave Philippe de Hesse prête toujours une oreille attentive aux contes de Spedt : les machinations d’Otto Truchsess von Waldburg et d’autres incendiaires et comment y remédier, à savoir en formant une grande alliance avec l’Angleterre, le Danemark et la Suède : Arthur Heidenhain, Die Unionspolitik Landgraf Philipps von Hessen, 1557-1562, Halle/Saale, Niemeyer, 1890, p. 468-470.

71 Friedrich Wilhelm Barthold, Deutschland und die Hugenotten. Geschichte des Einflusses der Deutschen auf Frankreichs kirchliche und bürgerliche Verhältnisse von der Zeit des Schmalkaldischen Bundes bis zum Gesetze von Nantes, 1531-1598, vol. I, Brême, Schlodtmann, 1848, p. 204-210. Voir les lettres de Christophe de Wurtemberg au roi de Bohême (Maximilien II) dans Viktor Ernst, Briefwechsel des Herzogs Christoph von Wirtemberg, vol. IV : 1556-1559, Stuttgart, Kohlhammer, 1907, p. 160-161 (11/09/1556), p. 165-166 (23/09/1556), de même à Philippe de Hesse, p. 188 (13/10/1556). Sur Richius, le secrétaire de l’évêque d’Osnabrück et traducteur de Castiglione, voir Klaus Ley, « Castiglione und die Höflichkeit. Zur Rezeption des Cortegiano im deutschen Sprachraum vom 16. bis zum 18. Jahrhundert », dans Beiträge zur Aufnahme der italienischen und spanischen Literatur in Deutschland im 16. und 17. Jahrhundert, éd. A. Martino, Amsterdam, Rodopi, 1990, p. 3-108, ici p. 46-47.

72 Le procès-verbal de l’interrogatoire de Richius : J.F. Lebret, Magazin zum Gebrauch der Staaten-und Kirchengeschichte IX…, op. cit., p. 24-33 ; les autorités ont également saisi des ébauches de lettres de Richius au cardinal Du Bellay, ibid., 55-60.

73 La version établie par la Truchessenchronik en 1777 prévalut toujours en 1983 : « Die sensationelle Warnung [an Württemberg, T.N.] entpuppt sich als verläumderische Lüge des Rabelais-Freundes und früheren Bischofs von Paris, der in dem Truchsessen einen Parteigänger der Spanier und Franzosenfeind bekämpft » : W. Baumann, Die Religionspolitik Herzog Christophs von Württemberg…, op. cit., p. 208-209.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search