Version classiqueVersion mobile

Le cardinal Jean Du Bellay

 | 
Cédric Michon
, 
Loris Petris

I. Du Maine à l’Europe

Les Du Bellay avant Du Bellay

Laurent Bourquin

Texte intégral

  • 1 F. Dosse, Le pari biographique, Paris, La Découverte, 2005, surtout le chapitre 5.
  • 2 Voir à ce sujet l’ouvrage fondateur coordonné par O. Poncet et R. Claerr, La prise de décision en (...)
  • 3 Les conseillers de François Ier. Voir surtout, pour notre sujet, le très solide article de R. Sche (...)

1L’intérêt que nous portons à jean du bellay s’inscrit dans le renouveau actuel du genre biographique, qui étudie les individus à la fois comme acteurs de l’Histoire et comme acteurs de leur propre histoire, personnelle et familiale1. Ainsi, Du Bellay nous intéresse parce qu’il a participé aux prises de décision2, mais aussi parce qu’il a su intégrer le premier cercle de l’entourage royal. C’est sur ce second versant historiographique que s’inscrit la présente étude, à la suite des travaux récents que Cédric Michon a dirigés sur les conseillers de François Ier3.

  • 4 Martin et Guillaume Du Bellay, Mémoires (ci-après Du Bellay, Mémoires).
  • 5 Cédric Michon fait le point sur leurs charges dans la version dactylographiée de sa thèse : La cro (...)

2Or Jean Du Bellay, quels que fussent ses talents personnels, appartenait à une fratrie dont les membres connurent des carrières presque aussi éclatantes que la sienne. Sous le règne de François Ier, les six frères Du Bellay investirent en effet tous les domaines de l’appareil d’État où le roi pouvait avoir besoin d’individus fidèles et, si possible, compétents. On les trouvait au Conseil, avec Jean, bien sûr, mais aussi Guillaume, son aîné, le seigneur de Langey. Tous deux furent également envoyés comme ambassadeurs à l’étranger, notamment en Espagne, aux Pays-Bas, en Italie, en Angleterre et en Allemagne. Guillaume et Martin Du Bellay, les fameux auteurs des Mémoires4, se consacrèrent aussi à l’administration et à la sécurité des régions conquises en Italie du Nord, en exerçant le gouvernement de Turin et la lieutenance générale pour le roi en Piémont. Ajoutons que sur les six frères Du Bellay, on compta quatre militaires : Guillaume et Martin, dont nous venons de parler, mais aussi Jacques qui participa à la bataille de Ravenne, et Nicolas qui commanda deux galions. Dans l’Église, les deux autres frères, Jean et René, cumulèrent ou occupèrent successivement les sièges épiscopaux de Bayonne, de Limoges, du Mans, de Grasse et l’archevêché de Paris. N’oublions pas les nombreuses récompenses qui leur furent octroyées, en particulier la plus prestigieuse de toutes à cette époque : le collier de l’ordre de Saint-Michel que reçurent Guillaume et Martin. Au total, nous avons donc là une famille qui bénéficia très largement de la confiance et des bienfaits du pouvoir royal dans la première moitié du XVIe siècle5.

  • 6 L. Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de (...)

3À travers Jean Du Bellay, c’est donc l’affirmation de tout un clan qu’il nous faut envisager. Mais ce n’est pas tout : leur ascension sociopolitique est d’autant plus remarquable qu’ils n’appartenaient pas à la plus haute aristocratie du royaume, habituée de génération en génération à fréquenter les cercles les plus proches du pouvoir royal et capable de s’appuyer depuis longtemps sur de tels réseaux à la cour. À la charnière des XIVe et XVe siècles, leurs terres, fort modestes, se situaient dans un périmètre relativement restreint, compris entre l’Anjou, le Perche et la Beauce ; des régions assez proches de la cour lorsque celle-ci résidait dans le val de Loire, mais éloignées de la capitale du royaume. À cette époque, les alliances des seigneurs Du Bellay ne dépassaient guère leur région, et ils faisaient partie de cette bonne noblesse de province assez banale qui était très répandue dans le Nord-Ouest du royaume, bien implantée dans son territoire mais peu introduite dans l’entourage royal6.

4Comment les Du Bellay ont-ils pu changer de statut et d’horizon en cinq générations, jusqu’à occuper de si brillantes charges sous le règne de François Ier ? Comment leurs carrières, après avoir été longtemps cantonnées au Nord-Ouest, ont-elles pu s’épanouir à la cour dans la première moitié du XVIe siècle ? Selon quel rythme et grâce à quels atouts ont-ils opéré cette mue ? Nous raisonnerons ici en termes de dynamique familiale, en essayant non seulement d’en isoler les mécanismes, mais aussi de replacer cet itinéraire singulier, à la fois personnel et lignager, dans un cadre plus général. Nous verrons ainsi que cette ascension s’est appuyée sur trois éléments clés : une réelle prospérité familiale, à la fois démographique et financière ; des choix judicieux pendant la guerre de Cent Ans ; enfin le service exclusif de la couronne à la charnière des XVe et XVIe siècles.

LA PROSPÉRITÉ DE TOUT UN CLAN

  • 7 BnF, Dossier Bleu 81 et Cabinet de D’Hozier 37.

5La présence de Jean Du Bellay et de ses frères dans l’entourage royal est le résultat d’un long processus qui se déroula sur cinq générations, depuis le milieu du XIVe siècle jusqu’au début du XVIe. Mais l’historien souhaitant reconstituer cet itinéraire familial est confronté à un manque flagrant de sources. En amont de la période étudiée, les documents médiévaux ont presque tous disparu ; et en aval, la famille n’a pas fait l’objet d’une étude approfondie de la part des généalogistes de Louis XIV, faute de descendants à la fin du XVIIe siècle. Les documents conservés dans les dossiers du Cabinet des Titres de la BnF sont donc, pour la plupart, des notes éparses dont le dépouillement s’avère souvent décevant7.

  • 8 Louis Trincant, Histoire généalogique. La même bibliothèque possède un autre manuscrit intitulé(...)
  • 9 Louis Trincant était procureur du roi à Loudun lors de l’affaire Grandier. Cf. V.-L. Bourrilly, Gu (...)
  • 10 Louis Trincant met l’accent sur le lustre de la famille à une époque où celle-ci estjustement en t (...)
  • 11 D’Hozier reprit notamment à son compte l’assimilation entre les Berlaye et les Du Bellay au Xe siè (...)

6Fort heureusement, la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris conserve une source fondamentale : l’Histoire généalogique de la maison Du Bellay8. Cet épais volume in-folio fut rédigé par Louis Trincant, procureur du roi à Loudun dans le premier tiers du XVIIe siècle9. Sans doute rémunéré par les Du Bellay pour composer une prestigieuse Histoire digne du passé illustre de leur famille, Trincant n’épargna pas sa peine. Il composa un ouvrage soigné, et il accompagna ses généalogies d’un ensemble de pièces annexes d’autant plus précieuses que les archives en question ont souvent disparu. Certes, soucieux de complaire à ses commanditaires, il n’hésita pas à faire remonter leur origine au Xe siècle, en les assimilant à une famille de Berlaye, disparue depuis longtemps, qui possédait la baronnie de Montreuil-Bellay10 … Mais pour la période qui nous intéresse (les XIVe-XVIe siècles), il réalisa un travail à la fois documenté et précis. C’est ainsi que le manuscrit de Trincant fut ensuite copié et recopié par tous ses successeurs, y compris par les D’Hozier un demi-siècle plus tard11.

  • 12 Jean Du Bellay, seigneur de Gizeux. Il épousa en 1361 Jeanne Souvain, fille de Pierre, sire de Pal (...)
  • 13 Hugues Du Bellay épousa Isabeau de Montigny, dont nous reparlerons plus loin. Il mourut en 1415 à (...)
  • 14 Jean IV Du Bellay épousa Jeanne de Logé, fille aînée et principale héritière de Hervé de Logé et d (...)
  • 15 Louis Du Bellay, le père du cardinal et de ses cinq frères, était vraisemblablement le troisième f (...)
  • 16 P. Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII. Essai de synthèse, (...)
  • 17 J.-M. Constant, Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille, Atelier reproduction (...)
  • 18 Cette précarité touchait particulièrement les cadets. Cf. M. Nassiet, Noblesse et pauvreté. La pet (...)
  • 19 M. Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques. XVe-XVIe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, (...)

7L’étude attentive de cette généalogie montre que le lignage connut une vigueur démographique tout à fait remarquable au cours des XIVe et XVe siècles. Alors que cette période fut marquée par le déclin et la disparition de vieilles familles, particulièrement dans l’Ouest de la France, les Du Bellay eurent de nombreux enfants à chaque génération. On observe ce phénomène dès la seconde moitié du XIVe siècle, avec le trisaïeul du cardinal, qui s’appelait lui-même Jean12 et qui eut huit enfants légitimes (quatre garçons, quatre filles) ainsi que deux bâtards. À la génération suivante, son fils Hugues, mort en 1415, eut lui aussi huit enfants légitimes : cinq fils et trois filles13. Son propre fils, Jean IV, mort en 1482, n’eut pas moins de onze enfants (six garçons et cinq filles14) ! Enfin, comme on le sait, Louis, le père du cardinal, eut six garçons, ainsi que deux filles, Renée et Louise15. Du milieu du XIVe au début du XVIe siècle, les Du Bellay eurent donc à chaque génération entre huit et onze enfants qui parvinrent à l’âge adulte. Alors que les couples nobles élevaient environ quatre enfants, les Du Bellay en avaient le double, et parfois même davantage (voir la généalogie simplifiée ci-après16). Ce régime démographique leur permit d’éviter de disparaître à une époque où la mortalité due à la guerre était forte. Jean-Marie Constant a ainsi montré que les conflits provoquèrent dans la noblesse beauceronne, à la fin du Moyen Âge, l’extinction d’anciens lignages qui furent remplacés par de nouveaux venus issus de la notabilité urbaine17. Plus à l’Ouest, Michel Nassiet a souligné la fragilité de la petite noblesse du nord de la Bretagne aux XVe et XVIe siècles18. Par contraste, le régime démographique des Du Bellay leur évita la disparition. Surtout, ils purent de la sorte fonder des lignes collatérales presque à chaque génération. Ce fut, par exemple, le cas des trois fils de Jean IV (Eustache, Jean et Louis), qui préparèrent chacun l’intégration de leurs propres enfants à la fin du XVe siècle dans les cercles les plus proches du pouvoir royal. Pourtant, comme le rappelle Michel Nassiet, la création de branches cadettes n’était, à cette époque, « pas tout à fait banale19 ». Mais dans le cas des Du Bellay, elle fut facilitée par d’importantes concentrations foncières. À cet égard, deux moments paraissent décisifs.

  • 20 Trincant, Histoire généalogique, f° 56r°.

8Tout d’abord le début du XVe siècle : à cette époque, Hugues Du Bellay bénéficia d’une donation réalisée à son profit par son cousin germain, Pierre Souvain, seigneur de Palais et de Dain : ecclésiastique et donc sans descendance, ce dernier lui donna « entre autres choses tous les droictz qu’il avoit en la succession de Jeanne Souvain, leur tante commune ». À peu près au même moment, son épouse Isabeau de Montigny apporta la seigneurie de Langey et les Grands Moulins de Vendôme qui accrurent considérablement le patrimoine de ses enfants20.

  • 21 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 4.
  • 22 Trincant, Histoire généalogique, f° 141r°.
  • 23 Ibid., f° 70r°.
  • 24 L. Merlet, Registres et minutes des notaires du comté de Dunois (1369-1676). Inventaire sommaire, (...)

9Deux générations plus tard, à la fin du XVe siècle, cette même terre de Langey fit l’objet d’un nouveau transfert foncier, tout aussi fondamental : en 1483, Eustache Du Bellay, le petit-fils d’Hugues, fit don à son frère Louis de cette seigneurie et de « tous les droictz qu’il avoit en la succession de Catherine Du Bellay leur tante21 ». Eustache, l’aîné de la fratrie, favorisa de la sorte la création d’une branche cadette issue de son frère. Quatre ans plus tard, il accrut une fois encore le patrimoine de Louis, en « luy delaissa[nt] pour son droict de partage (à la mort de leurs parents), outre ce qu’il luy avoit donné, la terre et seigneurie de La Jouslinière et autres heritages sis au pays de Vendosme par partage de l’an 148722 ». Eustache, l’oncle du cardinal Jean Du Bellay et de ses frères, joua ainsi un rôle central dans la famille au cours des dernières décennies du XVe siècle. C’est lui, par exemple, qui fit élever le tombeau de ses parents dans l’abbaye du Loroux, « un fort beau tombeau de pierre selon Trincant, sur lequel l’un et l’autre sont representez gisans, et autour d’iceluy sont leurs armes gravées, représentées encores dans les vitraulx de la chapelle23 ». Il prit vraisemblablement en main l’éducation de Louis, son cadet, et spécifia dans l’acte de 1483 qu’il lui donnait justement la seigneurie de Langey « afin qu’il se peust mieux entretenir en armes pour servir le roy24 ». À la fin du XVe siècle, Eustache Du Bellay était donc conscient que le destin de la famille allait et devait se jouer loin de son territoire ancestral. Car depuis un siècle, les Du Bellay s’étaient progressivement impliqués dans la guerre de Cent Ans.

DES CHOIX JUDICIEUX

  • 25 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 4.
  • 26 BnF, Cabinet de D’Hozier 37.
  • 27 Trincant, Histoire généalogique, f° 61r°.
  • 28 Ces épisodes guerriers, qui servaient les desseins apologétiques de Louis Trincant, sont savamment (...)

10Selon le premier historien des Du Bellay, Victor-Louis Bourrilly, « leur notoriété commença […] durant la guerre de Cent Ans, où ils se distinguèrent au service des ducs d’Anjou dans les luttes contre les Anglais25 ». Hugues Du Bellay trouva en effet la mort à Azincourt en 1415. Au cours de cette bataille, l’un de ses fils, Bertrand, perdit également la vie. Un autre de ses fils, Jean III, seigneur de Bréhabert, y fut capturé par les Anglais et ne fut libéré qu’en 1417 ou 1418. Un troisième fils, Pierre, mourut quelques années plus tard en Normandie, à la bataille de Verneuil, en 142426 La génération des fils de Hugues paya donc un lourd tribut aux conflits entre la France et l’Angleterre dans le premier quart du XVe siècle. Ses gendres s’impliquèrent également dans la guerre ; Jean Rouault, qui avait épousé sa fille Jeanne, trouva ainsi la mort à Verneuil, comme son beau-frère. Quant à Louis de Tremagou, le mari de Catherine, il fut capturé par les Anglais peu après son mariage, en 1414, et dut s’acquitter d’une rançon de 1 400 écus pour sa libération27. Cependant, les Du Bellay et leurs alliés ne furent pas seulement victimes de la guerre de Cent Ans, car ils conduisirent aussi de spectaculaires coups de main contre les ennemis. Jean III, seigneur de Bréhabert, dont on a vu qu’il recouvra la liberté après avoir passé deux ans en Angleterre, reprit les armes en s’associant avec Ambroise de Loué, un seigneur du Maine qui l’aida à rassembler une troupe. Ils harcelèrent les Anglais pendant plusieurs campagnes et remportèrent notamment une brillante victoire contre un détachement de 1 400 hommes en 142228.

  • 29 Toutes les grandes familles angevines intégrèrent, comme les Du Bellay, le service des ducs d’Anjo (...)

11La guerre de Cent Ans fut donc une période décisive pour les Du Bellay, surtout ses dernières décennies, qui furent notamment marquées par la reconquête du Nord-Ouest. Naguère seigneurs ruraux, ils élargirent leur horizon et changèrent de statut en encadrant les troupes de Charles VII. Mais sans doute s’agissait-il d’abord pour eux de suivre les ducs d’Anjou, qui avaient fait le choix d’appuyer les efforts militaires du roi de France. En effet, on les voit assez tôt, dès le début du XVe siècle, accompagner les princes apanagistes dans leurs campagnes. Ce fut le cas d’Hugues Du Bellay qui servit Louis d’Anjou, et surtout le cas de son fils, Jean IV, qui mena une très brillante carrière dans l’entourage du roi René. Le contexte s’y prêtait : au milieu du XVe siècle, plusieurs familles angevines entrèrent volontiers dans la clientèle de René, non seulement parce qu’il bénéficiait d’un prestige considérable, mais aussi parce qu’il leur offrait des charges de cour, des emplois dans ses troupes et des récompenses de prix. Le service d’un tel prince, à la fois proche et ambitieux, ne pouvait qu’intéresser ces lignages très dynamiques29.

  • 30 Sur le recrutement des chevaliers du Croissant, voir L. Bourquin, « Les chevaliers de l’ordre du C (...)
  • 31 Trincant, Histoire généalogique, f° 10v°.
  • 32 Les louanges vont en croissant (sous-entendu grâce aux mérites du chevalier). Voir L. Hablot, « L’ (...)
  • 33 Voici la description qu’en fait Louis Trincant (f° 9v°) : « Jean seigneur Du Bellay, qui fut cheva (...)
  • 34 Trincant, Histoire généalogique, f° 70v°. Les Du Bellay furent aussi étroitement liés à l’abbaye d (...)

12C’est ainsi que Jean IV Du Bellay, le fils d’Hugues, fut conseiller et chambellan du roi René. Honneur suprême pour un noble angevin, il fut nommé chevalier du Croissant, l’ordre que ce dernier fonda en 1448 pour gratifier les familles qui lui étaient les plus utiles30. Dès lors, Jean IV modifia ses emblèmes : jusqu’à lui, selon Trincant, les Du Bellay portaient sur leurs armes une tête de More, « pour mémoire de ce qu’autrefois un de ce nom, très fort et très valeureux chevalier, estant à la guerre contre les Mores infidelles, tua en un combat de deffy seul à seul un des plus forts et plus vaillans, auquel il couppa la teste qu’il apporta en son camp31 ». Jean IV décida de ne pas reprendre ce symbole un peu désuet, et adopta un grand croissant, sur lequel fut inscrite la devise de l’ordre de René, « Los en croissant32 ». En arborant une distinction honorifique moderne, convoitée et connue de toute la noblesse de sa région, Jean IV Du Bellay put exhiber la faveur dont il bénéficiait auprès de son maître33. Il en profita aussi sur le plan financier, en obtenant de sa part la rénovation de l’abbaye du Loroux, qui avait été ruinée par les guerres et où plusieurs Du Bellay avaient été inhumés34.

  • 35 Ibid., f° 75r°.
  • 36 J. Favier, Le roi René, Paris, Fayard, 2008, p. 415-417.
  • 37 BnF, Cabinet de D’Hozier 37.

13Les enfants de Jean IV en profitèrent et intégrèrent très tôt l’entourage du roi René. Eustache, son fils aîné dont nous avons déjà souligné l’importance au sein de la famille, entra dans l’hôtel du duc qui appréciait tout particulièrement son érudition et sa connaissance du latin. Nommé écuyer tranchant et chambellan en 1470, il faisait figure à la fois de confident et de conseiller très écouté35. Louis, son frère cadet, aurait participé à l’expédition italienne de 1461 ; même si cette campagne s’acheva par une retraite peu glorieuse36, elle permit aux Du Bellay de découvrir d’autres horizons et de ne plus seulement raisonner en fonction de leurs propres intérêts angevins, d’autant que Jean de La Flotte, le troisième fils de Jean IV, y participa également, à la tête d’une compagnie de cinquante hommes d’armes37.

14Le troisième quart du XVe siècle fut donc décisif pour les Du Bellay, qui intégrèrent la clientèle du duc d’Anjou, en tirèrent de nombreuses récompenses et profitèrent de sa proximité. Jusqu’alors simples seigneurs de province, ils devinrent ainsi, en une génération, les courtisans d’un grand prince européen. Jean IV, qui cumula d’importantes responsabilités militaires, des emplois auliques et des récompenses prestigieuses, joua un rôle décisif dans cette évolution, d’autant qu’il en fit bénéficier ses trois fils. Mais il sut aussi ménager l’avenir en se faisant connaître du roi de France et en obtenant de sa part de multiples faveurs.

  • 38 La montre, qui se déroula le 13 août 1453, estreproduite par Louis Trincant (fos 64r° sq.).
  • 39 Ibid., f° 67r°.

15Au cours de sa reconquête du Nord-Ouest et plus encore dans les décennies qui suivirent, Charles VII eut besoin de s’appuyer sur de solides familles nobles qui disposaient d’un crédit suffisant dans la région pour relayer ses volontés. Les Du Bellay, qui étaient implantés depuis des générations dans le même territoire et qui y entretenaient un vaste réseau de voisins, de parents et d’amis, avaient donc du prix à ses yeux. C’est ainsi qu’en 1453, il confia à Jean IV le commandement d’une compagnie de 37 hommes d’armes et de 111 archers, dont beaucoup étaient originaires d’Anjou, du Poitou et du Loudunois38. Quelques années plus tard, le roi renforça ses responsabilités régionales en le chargeant d’assembler les seigneurs d’Anjou qui étaient convoqués au titre du ban et de l’arrière-ban, avec le pouvoir d’exempter éventuellement ceux qui le demandaient. Cette fonction, qui ne pouvait être exercée que par un officier disposant d’un large crédit dans la région, permit à Jean IV de se rendre indispensable. Il en fut récompensé par un titre de conseiller et chambellan du roi, qui lui fut accordé en 1461, et une pension de 600 livres qu’il toucha à partir de 146539.

  • 40 Outre les Du Bellay, ce fut aussi le cas, à des degrés divers, des Brézé, des Laval, des La Jaille (...)
  • 41 Rappelons que Louis de Beaumont (1407-1477) fut sénéchal du Poitou et chambellan du roi. En 1469, (...)
  • 42 Trincant, Histoire généalogique, f° 75v°. Trincant reproduit une lettre de Louis de Beaumont, dans (...)

16Avant même la mort de René (1480), Jean IV prépara donc son avenir et celui de ses enfants, en tissant avec le roi de solides liens de fidélité. En Anjou, sept familles accomplirent semblables itinéraires40. Mais les Du Bellay le firent d’une manière particulièrement méthodique. Non content d’assumer les charges royales que nous venons d’évoquer, Jean IV renforça en effet sa position en s’appuyant sur Louis de Beaumont-Bressuire, seigneur de La Forest, l’un des plus importants conseillers du souverain41. Comme ils étaient tous deux bien implantés en Anjou et qu’ils nourrissaient des ambitions similaires, ils décidèrent d’unir leurs enfants : Eustache, le fils aîné de Jean IV, épousa Catherine, la fille de Louis de Beaumont42. Celle-ci apporta une dot de 2 500 écus, et surtout une consolidation de la position des Du Bellay dans l’entourage royal. Dès lors, la génération d’Eustache et de Louis, qui arrivait à maturité, prit une part très active dans la reconstruction de l’autorité royale à la charnière des XVe et XVIe siècles.

AU SERVICE DE SA MAJESTÉ

  • 43 Trincant, Histoire généalogique, f° 76r°.
  • 44 Elle était la mère d’Isabeau de Montigny, femme de Hugues Du Bellay et mère de Jean IV.
  • 45 Trincant, Histoire généalogique, fos 56v° et 76r°.
  • 46 « Adverti que plusieurs de vos terres, seigneuries et heritages sont situés et assis au long des d (...)

17La disparition de l’apanage d’Anjou (après la mort de René en 1480 et de son neveu Charles l’année suivante), modifia en profondeur le contexte qui avait tant profité aux Du Bellay depuis le début du XVe siècle, car l’extinction de la dynastie angevine les priva d’un patronage précieux. Mais comme Jean IV avait à la fois servi les ducs et les rois de France depuis le milieu du siècle, ses enfants purent sans grandes difficultés passer ce cap délicat, et transférer leur fidélité sur la personne du souverain. Eustache fut ainsi nommé conseiller du jeune roi Charles VIII le 17 mai 148443, à l’époque où la régence était assurée par Anne de Beaujeu et son époux Pierre de Bourbon. Cet honneur était-il dû à la proximité que les Du Bellay entretenaient depuis longtemps avec la maison de Bourbon-Vendôme ? On peut le supposer, dans la mesure où l’arrière-grand-mère d’Eustache, Mathilde, était une Bourbon-Vendôme44. Il était, en outre, leur vassal à cause de sa seigneurie de La Jouslinière, qui se situait non loin de leurs domaines. Il serait donc tentant d’en déduire qu’Eustache fit carrière grâce aux liens à la fois féodaux et familiaux qu’il entretenait avec le comte François de Bourbon-Vendôme, l’un des conseillers les plus influents de cette période. Mais en l’absence de preuves documentaires explicites, il semble imprudent de trancher ; tout au plus peut-on relever qu’Eustache fut distingué au moment même où les Bourbons dominaient le Conseil de Charles VIII45. De façon peut-être plus décisive, il disposait en tout cas d’un crédit régional intéressant pour la couronne. On en trouve une trace quinze ans plus tard, lorsque Louis XII lui confia, en 1499, une commission pour réparer les levées de la Loire, et donc recruter la main-d’œuvre et conduire les travaux nécessaires46.

  • 47 Louis XII, « pour les bons offices qu’il avoit faictà la couronne, luy donna et entretint en sa ma (...)
  • 48 Ibid., f° 141r°.
  • 49 BnF, fr. 5152, f° 14r°-v°. Cette lettre de Guillaume Du Bellay à la sœur de François Ier, non daté (...)

18Les frères cadets d’Eustache bénéficièrent eux aussi de cette attention du pouvoir royal. Le souverain confia ainsi à Jean Du Bellay, seigneur de La Flotte, une compagnie de cent hommes d’armes47. Mais ce fut Louis, le père du cardinal, qui accomplit la plus belle carrière. Dans un acte de 1483, il était qualifié « d’homme d’armes en l’ordonnance du roy soubs le mareschal de Gié ». Au cours de la « Guerre folle » de 1488, il se plaça au service de Charles VIII et combattit dans ses troupes le duc de Bretagne François II. À ce titre, il commanda la ville de Dinan au nom du roi en compagnie de son beau-frère, Thibaut de Beaumont48. Bien des années plus tard, son fils Guillaume le décrivait à Marguerite d’Angoulême, la sœur de François Ier, comme « ung vieil gentilhomme de quatre vingts ans passez, enquel les predecesseurs, depuis plus de sept cens ans en ça ont tousjours bien et loyaulment servy, [et] ont laissé plusieurs memoires et exemples de bons services, nul de meschanceté, de memoire de noz pères49 ». Selon Guillaume, son père s’était donc conformé à une geste ancestrale qui alimentait l’honneur de la famille depuis des lustres… Mais ce genre d’éloge, assez convenu, ne permet pas de comprendre pourquoi ce furent Louis et ses enfants (donc les cadets) qui s’imposèrent dans l’entourage de François Ier, et non la branche aînée, celle d’Eustache.

  • 50 L. Merlet, Registres et minutes des notaires du comté de Dunois, op. cit., p. 37.
  • 51 Surnommé « Le Solitaire de Gizeux », il mourut en odeur de sainteté en 1504. Il était le grand-pèr (...)
  • 52 BnF, fr. 5152, f° 13v°. Guillaume écrivait que « pour le loger et meubler, entretenir son estat se (...)

19On se souvient que Louis Du Bellay avait bénéficié de toute l’attention d’Eustache, qui lui avait fait deux avantageuses donations en 1483 et 1487 « afin qu’il se peust mieux entretenir en armes pour servir le roy50 ». Il semble en effet qu’Eustache, à la mort de son épouse, ait décidé de se retirer progressivement du monde et de mener une vie de dévotion51. Ayant abandonné toute ambition pour lui-même, il aurait ainsi choisi de favoriser son frère cadet, désormais porteur du destin familial. Sans doute est-ce la raison pour laquelle ce furent les enfants de Louis, et non ceux d’Eustache, qui firent de si belles carrières dans l’entourage de François Ier. Louis disposait, comme nous le savons, de solides atouts que sa famille avait accumulés depuis quatre générations, mais il y ajouta une dernière dimension, en donnant à ses enfants une éducation particulièrement soignée. Dans la lettre que nous venons de citer, où Guillaume Du Bellay faisait l’éloge de son père à Marguerite d’Angoulême, il expliquait que ce dernier n’avait rien épargné pour « entretenir ses enfans, […] et leur faire apprendre choses qui les rendissent recepvables à servir qui les nourrist, […] jusques à l’aage de povoir chemyner, aller et chercher son adventure52 ». Cette dimension culturelle, si nous voulons bien la prendre au sérieux, fut certainement décisive pour transformer les Du Bellay en véritables hommes de cour.

  • 53 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 6. Les préoccupations éducatives et culturelles apparaissaient (...)
  • 54 Louis Trincant le souligne encore au XVIIe siècle, en écrivant qu’« avant luy, aucun n’avoit mesme (...)
  • 55 Peut-être bénéficia-t-il aussi des recommandations de Charles de Bourbon-Vendôme, le fils de Franç (...)
  • 56 BnF, fr. 7853, f° 341r°.
  • 57 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 13-16 et 380.

20Le parcours intellectuel de Guillaume Du Bellay, le frère aîné du cardinal, est particulièrement intéressant. Il étudia en effet à l’Université d’Angers puis, à partir de 1506, à Paris. Élève de Denys Lefebvre, l’un des meilleurs latinistes de son temps, il publia en 1509 un long poème empreint d’une dévotion vibrante à l’égard de la Vierge, Peregrinatio humana, qui lui valut une grande renommée dans le milieu des humanistes53. Pour un noble de sa condition, issu d’un lignage provincial et militaire, il avait donc un profil tout à fait atypique, et sa culture fut sans doute un facteur décisif pour parachever son ascension54. Homme de guerre, administrateur efficace et homme de lettres érudit, Guillaume Du Bellay ne pouvait que plaire au souverain, qui concevait sa cour comme le lieu de rencontre de tous les talents du royaume autour de sa personne55. On connaît la suite : la participation de Guillaume Du Bellay à la bataille de Marignan avec son frère Martin ; son séjour de cinq années en Italie ; son retour en 1521, au moment où la guerre reprend dans le Nord-Est du royaume. Gentilhomme ordinaire de la chambre du roi en 152456, il fut incontestablement un intime de François Ier. Capturé avec lui à Pavie, l’année suivante, il fut aussitôt libéré afin de porter à Louise de Savoie, en France, des nouvelles du souverain captif. Il effectua deux voyages en Espagne, et le 17 mars 1526, il retrouva François Ier à Bayonne après sa libération. Il revint alors lentement avec lui vers le Nord du pays, en passant par Bordeaux, Cognac et Angoulême. À partir de ce moment-là, Guillaume Du Bellay faisait figure sinon de favori, du moins de courtisan très apprécié du souverain, qui l’encouragea à poursuivre son œuvre littéraire57. Ses cinq frères, dont le cardinal Jean Du Bellay, profitèrent pleinement de sa faveur.

21L’ascension des Du Bellay fut le résultat d’un long processus au cours duquel ils surent faire fructifier trois atouts incontestables : une assise foncière patiemment constituée de génération en génération aux confins de l’Anjou, de la Beauce et du Perche ; une incomparable vigueur démographique qui leur permit de traverser sans encombres la crise des XIVe-XVe siècles ; enfin une indéniable solidarité lignagère qui favorisa la création de solides branches cadettes, promises à un bel avenir. Mais ils surent également tirer parti de la conjoncture militaire et politique de trois manières : la guerre de Cent Ans dans laquelle ils furent nombreux à s’impliquer ; la montée en puissance du pouvoir ducal, qui leur offrait des charges et des dignités prestigieuses ; enfin la reconstruction de l’autorité royale, dans la seconde moitié du XVe siècle, à laquelle ils participèrent résolument.

  • 58 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publi (...)
  • 59 Dans un article récent, Michel Nassiet distingue la renommée personnelle, c’est-à-dire la conformi (...)

22En deux siècles, les Du Bellay accomplirent ainsi une véritable métamorphose. Simples seigneurs provinciaux vers 1350, ils intégrèrent le service des princes, surent se rendre utiles et affirmèrent peu à peu des ambitions nouvelles. Ils ne furent pas les seuls. Les Lenoncourt en Lorraine, les Anglure en Champagne, les Bauffremont en Bourgogne ou les Hangest en Picardie connurent semblables réussites dans des contextes similaires58. Les difficultés socio-économiques de la fin du Moyen Âge, qui provoquèrent le déclin d’anciennes familles, favorisèrent la promotion de ces lignages qui surent s’adapter à la conjoncture et répondre aux nouveaux besoins de l’État, qu’il fût ducal ou royal. Contrairement aux familles que nous venons de citer, les Du Bellay s’investirent peu dans l’administration ou la protection militaire de leur région d’origine comme le fit la noblesse seconde des frontières ; mais ils devinrent des hommes de cour accomplis dès le milieu du XVe siècle, au contact du roi René, puis donnèrent à leurs descendants une éducation humaniste que François Ier semble avoir beaucoup appréciée. Le bel itinéraire des Du Bellay fut ainsi le résultat d’une conjoncture favorable, qui permit à certains d’entre eux d’accroître leur renommée individuelle, et à tous d’entretenir l’honneur de leur lignage59.

Notes

1 F. Dosse, Le pari biographique, Paris, La Découverte, 2005, surtout le chapitre 5.

2 Voir à ce sujet l’ouvrage fondateur coordonné par O. Poncet et R. Claerr, La prise de décision en France (1525-1559) : Recherche sur la réalité du pouvoir royal ou princier à la Renaissance, Genève, Droz, 2009.

3 Les conseillers de François Ier. Voir surtout, pour notre sujet, le très solide article de R. Scheurer : « Jean Du Bellay (1492 ou 1498/1499-1560) », p. 319-333.

4 Martin et Guillaume Du Bellay, Mémoires (ci-après Du Bellay, Mémoires).

5 Cédric Michon fait le point sur leurs charges dans la version dactylographiée de sa thèse : La crosse et le sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, sous la dir. de Jean-Marie Constant et Denis Crouzet, Le Mans, Université du Maine, 2004, p. 232-234.

6 L. Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion (1560-1598), Paris, Belin, 2001, chapitre 1. Voir aussi N. Coulet et J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2000. Dans ce dernier ouvrage, une présentation générale du groupe a été réalisée par Michel Le Méné, « La noblesse angevine vers 1500 », p. 39-48.

7 BnF, Dossier Bleu 81 et Cabinet de D’Hozier 37.

8 Louis Trincant, Histoire généalogique. La même bibliothèque possède un autre manuscrit intitulé Généalogie de la maison Du Bellay, avec un recueil de pièces qui y servent de preuves (ms 538), pour l’essentiel recopié sur celui de Trincant.

9 Louis Trincant était procureur du roi à Loudun lors de l’affaire Grandier. Cf. V.-L. Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 3.

10 Louis Trincant met l’accent sur le lustre de la famille à une époque où celle-ci estjustement en train de décliner : « Il y a peu de maisons en France qui puissent prendre leur extraction de plus hault que celle-cy ; laquelle d’ailleurs se trouve honorée d’une infinité de belles charges, dignitez et alliances qui la mettent sans contredit au rang des illustres ». Trincant, Histoire généalogique, f° 7v°.

11 D’Hozier reprit notamment à son compte l’assimilation entre les Berlaye et les Du Bellay au Xe siècle : « C’est de ses ancestres que la baronnie de Montreuil-Bellay et cette seigneurie Du Bellay ont pris leur nom […] ; tout son éclat estdeu au merite d’une illustre suitte de Berlays, seigneurs de Monstreuil, à cause d’eux renommée Bellay » (Cabinet de D’Hozier 37). Bien évidemment, notre travail ne consiste pas à critiquer le travail des généalogistes du XVIIe siècle : nous ne disposons plus des documents qui auraient permis de le faire, et cette enquête n’aurait, de toute façon qu’un intérêt très limité.

12 Jean Du Bellay, seigneur de Gizeux. Il épousa en 1361 Jeanne Souvain, fille de Pierre, sire de Palais, et de Jeanne d’Ancenis. Il mourut en 1382.

13 Hugues Du Bellay épousa Isabeau de Montigny, dont nous reparlerons plus loin. Il mourut en 1415 à la bataille d’Azincourt.

14 Jean IV Du Bellay épousa Jeanne de Logé, fille aînée et principale héritière de Hervé de Logé et d’une dame de Mongerail (du Maine). Il mourut en 1482.

15 Louis Du Bellay, le père du cardinal et de ses cinq frères, était vraisemblablement le troisième fils de Jean IV. Il épousa Marguerite de La Tour-Landry, fille de Raoult, seigneur de La Tour-Landry en Anjou, seigneur de Glatigny, et de Henriette d’Avaugour. Il mourut en 1522.

16 P. Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII. Essai de synthèse, Paris, PUF, 1997, p. 58-61.

17 J.-M. Constant, Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille, Atelier reproduction des thèses, Université de Lille III, 1981, p. 47-55.

18 Cette précarité touchait particulièrement les cadets. Cf. M. Nassiet, Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne. XVe-XVIIIe siècle, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1993, p. 61-74.

19 M. Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques. XVe-XVIe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, p. 55.

20 Trincant, Histoire généalogique, f° 56r°.

21 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 4.

22 Trincant, Histoire généalogique, f° 141r°.

23 Ibid., f° 70r°.

24 L. Merlet, Registres et minutes des notaires du comté de Dunois (1369-1676). Inventaire sommaire, Chartres, Garnier, 1886, p. 37.

25 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 4.

26 BnF, Cabinet de D’Hozier 37.

27 Trincant, Histoire généalogique, f° 61r°.

28 Ces épisodes guerriers, qui servaient les desseins apologétiques de Louis Trincant, sont savamment mis en valeur dans son manuscrit (f° 59r°) : « Près du Fresnoy, comme […] ils eussent rencontré une trouppe d’ennemis qui alloient à la guerre, les chargerent si vivement qu’ils en tuerent la pluspart, et le reste se sauva à grande haste dans la ville ». Plus tard, ils rencontrèrent « une grande compaignie d’Anglois qu’ils attaquerent si rudement que la pluspart y furent tuez et emmenez prisonniers ; auquel lieu, dit l’annaliste d’Anjou, se voyoyent encores les sepultures de ceux qui y furent occis, qu’on appelle le Cymetiere aux Anglois ». Jean III de Bréhabert fut finalement tué en 1423, en participant aux combats de La Gravelle.

29 Toutes les grandes familles angevines intégrèrent, comme les Du Bellay, le service des ducs d’Anjou, parfois dès le XIVe siècle. Ce fut notamment le cas des Beauvau, des La Jaille, des Laval et des Maillé. Voir à ce sujet L. Bourquin, Les nobles, la ville et le roi…, op. cit., p. 18-22.

30 Sur le recrutement des chevaliers du Croissant, voir L. Bourquin, « Les chevaliers de l’ordre du Croissant : les sources d’une faveur, les limites d’une fidélité », Le second ordre : l’univers nobiliaire, Hommage à Ellery Schalk, éd. C. Grell et A. Ramière de Fortanier, Paris, PUPS, 1999, p. 21-29.

31 Trincant, Histoire généalogique, f° 10v°.

32 Les louanges vont en croissant (sous-entendu grâce aux mérites du chevalier). Voir L. Hablot, « L’emblématique du roi René : outil de pouvoir et de gouvernement », dans René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, dir. par Jean-Michel Matz et Noël-Yves Tonnerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 327-337.

33 Voici la description qu’en fait Louis Trincant (f° 9v°) : « Jean seigneur Du Bellay, qui fut chevalier du Croissant, portoit son heaulme entouré d’un cordon ou chapelet à trois cordons du blason de ses armes, argent, gueule et azur, d’où sortoient deux cornes de bufle, une d’argent et l’autre de sable, entre lesquelles et de deux haults lambrequins, en forme de deux grands aisles d’anges du mesme blason estoit un petit leopard accroupi monstrant toute la face ; l’escu soustenu d’un grand croissant, sur lequel estoient escriptz ces mots : Los en croissant ».

34 Trincant, Histoire généalogique, f° 70v°. Les Du Bellay furent aussi étroitement liés à l’abbaye de Saint-Florent, à laquelle ils fournirent trois abbés au XVe siècle. Cf. J. Leloup, Les Du Bellay, abbés de Saint-Florent de Saumur (1404-1504), Mémoire de maîtrise dirigé par J.-M. Matz, Université d’Angers, 2005.

35 Ibid., f° 75r°.

36 J. Favier, Le roi René, Paris, Fayard, 2008, p. 415-417.

37 BnF, Cabinet de D’Hozier 37.

38 La montre, qui se déroula le 13 août 1453, estreproduite par Louis Trincant (fos 64r° sq.).

39 Ibid., f° 67r°.

40 Outre les Du Bellay, ce fut aussi le cas, à des degrés divers, des Brézé, des Laval, des La Jaille, des Maillé, des Champagne et des Valori. L. Bourquin, Les nobles, la ville et le roi…, op. cit., p. 22-25 et 240.

41 Rappelons que Louis de Beaumont (1407-1477) fut sénéchal du Poitou et chambellan du roi. En 1469, il fut choisi par Louis XI pour intégrer la première promotion des chevaliers de l’ordre de Saint-Michel. Très bien implanté en Poitou, il était également seigneur du Plessis-Macé, en Anjou.

42 Trincant, Histoire généalogique, f° 75v°. Trincant reproduit une lettre de Louis de Beaumont, dans laquelle il lui demande de mener vers lui les nobles d’Anjou à partir de La Flèche. Les deux hommes étaient donc utilisés de la même façon par le souverain pour relayer son autorité au sein de la noblesse régionale.

43 Trincant, Histoire généalogique, f° 76r°.

44 Elle était la mère d’Isabeau de Montigny, femme de Hugues Du Bellay et mère de Jean IV.

45 Trincant, Histoire généalogique, fos 56v° et 76r°.

46 « Adverti que plusieurs de vos terres, seigneuries et heritages sont situés et assis au long des dites levées […], sçachant aussy que y sçaurés bien faire besongner à l’utilité de la chose publicque, confiant entierement de vos sens, suffisance, loyaulté et bonne diligence ; pour ces raisons et aultres à ce nous mouvans, vous avons commis et deputé, commettons et deputons par ces presentes, et vous avons donné et donnons pouvoir et auctorité de faire besongner au faictde ladite reparation et entretenement des dites turcies et levées en tous les lieux et endroicts que verrés que besoing sera, selon la limite qui sur ce vous en sera baillée ». Lettre de Louis XII du 6 septembre 1499 reproduite par Trincant, Histoire généalogique, f° 76v°.

47 Louis XII, « pour les bons offices qu’il avoit faictà la couronne, luy donna et entretint en sa maison deux hommes d’armes et quatre archers pour sa garde lorsqu’il devient vieil », ibid., f° 259r°.

48 Ibid., f° 141r°.

49 BnF, fr. 5152, f° 14r°-v°. Cette lettre de Guillaume Du Bellay à la sœur de François Ier, non datée mais antérieure au décès de Louis (1522), était destinée à obtenir son intercession pour que la couronne subvienne aux besoins du vieil homme, perclus de dettes.

50 L. Merlet, Registres et minutes des notaires du comté de Dunois, op. cit., p. 37.

51 Surnommé « Le Solitaire de Gizeux », il mourut en odeur de sainteté en 1504. Il était le grand-père du poète Joachim Du Bellay.

52 BnF, fr. 5152, f° 13v°. Guillaume écrivait que « pour le loger et meubler, entretenir son estat selon ses predecesseurs, soustenir les procès dont il a eu plus que besoing ne luy feust, entretenir ses enfans dont il a eu très grosse charge et leur faire apprendre choses qui les rendissent recepvables à servir, qui les nourrist, en quoy jusques à l’aage de povoir chemyner, aller et chercher son adventure, il y a aussi peu espergné que feistoncques homme. Pour toutes ces choses, [il] a toute sa vie demeuré en despense, travail et soulcy de debtes, lesquelles tournées et retournées, engaigeant l’un pour desgaiger l’autre au moings mal qu’il a peu […] sans amoindrir le bien de luy et de ses enfans ».

53 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 6. Les préoccupations éducatives et culturelles apparaissaient déjà à la génération précédente, car Jean IV avait fait instruire son fils aîné, Eustache, aux belles-lettres avant de le placer dans la maison du roi René « qui aimoit particulierement ceux qui entendoient la langue latine ». Cf. Trincant, Histoire généalogique, f° 75r°.

54 Louis Trincant le souligne encore au XVIIe siècle, en écrivant qu’« avant luy, aucun n’avoit mesme pensé d’y vouloir aspirer, à sçavoir de joindre les lettres avec les armes comme il feit. Mais c’estune chose admirable qu’encores qu’il fust continuellement empesché aux meilleures et plus importantes affaires de l’Estat, il ne laissoit pas tousjours d’occuper son esprit à composer des livres ». Trincant, Histoire généalogique, f° 142v°.

55 Peut-être bénéficia-t-il aussi des recommandations de Charles de Bourbon-Vendôme, le fils de François, qu’il accompagna en Flandre dans une ambassade auprès du futur Charles Quint. Cf. Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 5 : selon lui, c’est sous les auspices des Vendôme que « les enfants de Louis Du Bellay firent leurs premières démarches dans les lettres et à la Cour du roi de France ». Mais nous n’en avons trouvé aucune preuve formelle.

56 BnF, fr. 7853, f° 341r°.

57 Bourrilly, Guillaume Du Bellay, p. 13-16 et 380.

58 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994 ; Marie-Thérèse Caron, La noblesse dans le duché de Bourgogne. 1315-1477, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987; David Potter, War and Government in the French Provincies. Picardy, 1470-1560, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

59 Dans un article récent, Michel Nassiet distingue la renommée personnelle, c’est-à-dire la conformité d’un individu aux devoirs de son statut, et l’honneur familial – un capital collectif dont tout un groupe était le dépositaire. Cf. « L’honneur au XVIe siècle : un capital collectif », dans Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne, dir. par Hervé Drévillon et Diego Venturino, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 71-90.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search