Version classiqueVersion mobile

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Cahier hors-texte

Texte intégral

Fig. 1 > Portrait de Claude de Lorraine par Jean Clouet, vers 1525-1530, Florence, Palazzo Pitti.

Fig. 3a-b > Portrait en diptyque de Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon par Léonard Limosin, vers 1550, émail peint, 18,5 × 26,4 cm, Écouen, Musée national de la Renaissance.

Fig. 4 > Portrait de François de Lorraine, atelier de François Clouet, XVIe siècle, huile sur bois, 31 × 23 cm, Paris, Musée du Louvre.

Fig. 6 > Portrait d’Henri de Lorraine, anonyme, vers 1580, huile sur bois, 60,3 × 48,5 cm, Paris, Musée Carnavalet.

Fig. 8 > Portrait d’Henri de Lorraine, école française, XVIe siècle, gouache et parchemin, 11 × 8,1 cm, Chantilly, Musée Condé.

Fig. 9 > Portrait d’Antoinette de Bourbon, anonyme, XVIIe siècle, huile sur toile, 49 × 40 cm, Pau, Musée national du château.

Fig. 11 > Le Triomphe de la Foi, par Léonard Limosin, émail peint, 19,21 × 25,8 cm, New York, The Frick Collection.

Fig. 12 > Portrait d’Anne d’Este, école française, XVIe siècle, huile sur bois, 32 × 23 cm, Versailles, Châteaux de Versailles et de Trianon.

Fig. 13 > Portrait présumé d’Anne d’Este, par Léonard Limosin, vers 1570, email peint, 31 × 24 cm, Londres, British Museum.

Fig. 15 >La mise à mort du sanglier dans Les Chasses de Maximilien, détail de la tenture du mois de décembre, vers 1530, atelier bruxellois, d’après des cartons de Bernard van Orley, Paris, musée du Louvre.

Fig. 18 > Portrait de François de Lorraine, école française, XVIe siècle, huile sur bois, 22,5 × 16,5 cm, Paris, Musée du Louvre.

Fig. 19 > Portrait de François de Lorraine, par Léonard Limosin, 1557, émail peint sur cuivre, 46,4 × 31,2 cm, Paris, Musée du Louvre.

Fig. 20 > Portrait de François de Lorraine, attribué à Pourbus ou à Marc Duval, XVIe siècle, huile sur bois, 33 × 25 cm, Chantilly, Musée Condé.

Fig. 22 > Portrait équestre d’Henri II, école française, XVIe siècle, gouache, bois et vélin, 27 × 20,5 cm, Chantilly, Musée Condé.

Fig. 25 > Intérieur de cuisine, par Joachim Bueckelaer, XVIe siècle, huile sur bois, 1,09 m × 1,39 m, Paris, Musée du Louvre.

Fig. 26 > Lait, œufs et fromages vendus par la Fermière hollandaise de Pieter Aertsen, 1543, huile sur bois, 90 × 64 cm, Lille, Palais des Beaux-Arts.

Fig. 30 > Broches et lèche-frite : la préparation du rôt. Intérieur de cuisine, le Christavec les pèlerins d’Emmaüs, école flamande, XVIe siècle, huile sur bois, 56,5 × 74 cm, Lille, Palais des Beaux-Arts.

Fig. 31 > Nature morte à l’artichaut, par Beert Osias l’Ancien, XVIe siècle, huile sur bois, 50 × 64 cm, Saint-Omer, Musée de l’hôtel Sandelin.

Fig. 32 > Le cérémonial du repas d’après la tapisserie du Festin, Bruxelles, vers 1510-1515, tapisserie de haute lisse en laine et soie, 2,82 m × 3,66 m, Paris, Musée des Arts décoratifs.

Fig. 33 > Assiette aux armes de Marguerite de Bourbon-Vendôme, par Jean II Trudaine, Paris, 1553-1554, argent partiellement doré, 26,4 cm de diamètre, Écouen, Musée national de la Renaissance.

Fig. 34 > Aiguière aux armes des Montalembert, par Nicolas de Villiers, Paris, 1597-1598, argent partiellement doré, 17,8 cm de hauteur, Paris, Musée du Louvre.

Fig. 35 > Meubles et objets du repas d’après la tapisserie des Fructus Belli (« Le dîner du général », détail), par Jean Baudouyn d’après Jules Romain, Bruxelles, 1546-1548, tapisserie de haute lisse en laine et soie, 4,10 m × 8,12 m, Écouen, Musée national de la Renaissance.

Fig. 36 > Un noble et son page au début du XVIIe siècle : Alof de Wignacourt peint par Caravage, 1608, huile sur toile, 1,94 × 1,34 m, Paris, Musée du Louvre.

Fig. 49 > La façade du château du Grand Jardin en 1790, Paris, Archives nationales, NIII, Haute-Marne, no 5.

Fig. 51 > La salle du château du Grand Jardin.

Fig. 52 > Le château et son jardin aujourd’hui.

Fig. 57a-g > Tapisserie des Chasses de Maximilien, ou Belles chasses de Guise, tapisserie de haute lisse réalisée d’après des cartons de Bernard van Orley, Bruxelles, vers 1530, Paris, Musée du Louvre. a : « La course des limiers » (tenture du mois d’août).

Fig. 57b > Détail du « Départ pour la chasse à l’oiseau » (tenture du mois de mars).

Fig. 57c > Détail du « Départ pour la chasse à l’oiseau » (tenture du mois de mars).

Fig. 57d > Détail de « La chasse au cerf, le rapport » (tenture du mois de juillet).

Fig. 57e > Détail du « Départ pour la chasse à l’oiseau » (tenture du mois de mars).

Fig. 57f > Détail du « Retour de la chasse au faucon » (tenture du mois d’avril).

Fig. 57g > Détail de « La chasse au cerf, le repas » (tenture du mois de juin).

Fig. 58a-b > Le dressoir de Joinville. France, 1524, chêne sculpté, Écouen, Musée national de la Renaissance. a : vue d’ensemble ; b : détail.

Fig. 59 > Dressoir chargé de vaisselle d’apparat, frontispice des Discours de Cicéron traduits par Étienne Le Blanc (1531-1538), parchemin, 32,5 × 21,5 cm, Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie.

Fig. 61 > Vase de jaspe figurant Hercule aux prises avec l’Hydre de Lerne, issu du trésor des Médicis, production milanaise, 1580, Florence, Museo degli Argenti.

Fig. 62 > Reliure des Heures de François de Lorraine, XVIe siècle, veau vert, mosaïque de veau rouge à compartiments dorés, au centre, armes du duc de Guise avec le collier de Saint-Michel, Chantilly, Bibliothèque du château, ms. 64.

Fig. 63a-d > Manuscrit des Heures de François de Lorraine. Manuscrit sur vélin de la seconde moitié du XVIe siècle, Chantilly, Bibliothèque du château, ms. 64. a : mois de janvier ; b : les Bergers ; c : la Nativité ; d : Saint-Michel.

Fig. 65 > Deux collecteurs de taxes, par Marinus Van Reymerswaele (atelier), vers 1540, huile sur bois, 92 × 74,6 cm, Londres, National Gallery.

Fig. 66 > « La paye des soldats » (détail), tenture de la tapisserie des Fructus Belli de Jean Baudouyn, sur des cartons de Jules Romain, Bruxelles, vers 1546-1547, Écouen, Musée national de la Renaissance.

Fig. 69 > Portrait du cardinal Charles de Lorraine, attribué à Greco, 1571, huile sur toile, 202 × 117,5 cm, Zurich, Koetser Foundation Kunsthaus.

Fig. 70 > Annonciation avec saint Emidius, par Carlo Crivelli, 1486, huile sur bois, 207 × 147 cm, Londres, National Gallery.

Fig. 71 > Construite vers 1516, la triple galerie d’inspiration toscane de la « Maison des Avocats » illustre combien Lyon était italienne à la Renaissance.

Fig. 73 > Une rue et ses boutiques au début du XVIe siècle, Livre du gouvernement des princes de Gilles de Rome, miniature sur parchemin du début du XVIe siècle (détail), Paris, Bibliothèque de l’Arsenal.

Fig. 74 > Un collègue de Macé Leschassier, Le Tailleur de Giovanni Battista Moroni, vers 1570, huile sur toile, 99,5 × 77 cm, Londres, National Gallery.

Fig. 75 > Portrait de Marie Gaudin, dame de La Bourdaisière, école française, XVIe siècle, huile sur bois, Écouen, Musée national de la Renaissance.

Fig. 76 > Portrait de l’ambassadeur Gabriel de Luetz d’Aramon, par Titien, vers 1541-1542, huile sur toile, 76 × 74 cm, Milan, Pinacothèque du Castello Sforzesco.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search