Version classiqueVersion mobile

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Annexes

Texte intégral

ANNEXE 1. GÉNÉALOGIE SIMPLIFIÉE DE LA MAISON DE GUISE

ANNEXE 2. RÉPARTITION DES DÉPENSES PAR POSTE D’APRÈS LES COMPTES ANNUELS (1540-1571)1

  • 1 Sont ajoutées aux sommes totales des états des gages et pensions les sommes des compléments répert (...)

ANNEXE 3. LA RÉALISATION DU LIT DE VELOURS DE TOURS (1548-1549)

1BnF, fr. 20469, fos 101-103, Lettre de Marie Gaudin, dame de La Bourdaisière, à François de Lorraine, alors duc d’Aumale, La Bourdaisière, 1er décembre 1548 :

Monseigneur, après votre partement de Tours j’ay assemblé voz ouvriers et premierement Jacques Proust pour adviser de votre ciel et pour le faire frizé selon ce qu’il vous avoit pleu luy diviser. Il me dist qu’il n’y pourroit si tosty bessoigner pour ce qu’il faict dresser ses mestiers pour voz rydeaux. Je luy demanday le pris qu’il voulloit avoir pour le faire frizé ; il me dist qu’il ne le pourroit faire à moings de quinze escutz l’aulne et de basse frizeure comme le patron que je vous envoye qui n’est que ung argent torts et n’y veullent faire autre frizeure qui ne coustast beaucoup davantaige. J’ay parlé à Nicolas Drouyn et au marchant qui bessoigne pour vous pour ce que Jacques Proust me dist (et aussi monseigneur est verité que vous l’aurez beaucoup plustost de luy pour ce que les mestiers sont tous dressez) que vous n’aurez dudit Proust. Je vous en envoye une piece que l’ouvrier de Drouyn a faicte qui me semble monseigneur estre plus belle que le promier qui est d’argent plat mais il fault que le damas soit encores plus fort qu’il n’est ce que Drouyn m’a asseurée qu’il fera faire. Je leur ay dict qu’ilz ne bessoignent poincttant que je sache votre responce. Pour ce monseigneur j’envoye expres devers [vous] mon filz pour vous porter les deux pieces d’ouvraiges l’une d’argent torts et l’autre plain affin qu’il vous [plaise] monseigneur me commandez votre voulloir et s’il vous plaist que l’ouvrier dudit Nicolas Drouyn bessoigne aux penthes, fonds, doulxciel et couverture. Il en demande quinze escutz autant que Jacques Proust. Je luy en ay offert dix escutz et suis allée jusques à douze pourveu qu’il vous plaise. Il m’a dict qu’il ne le fera à moings de treze escutz et que si ses mestiers n’estoient dressez il ne l’entreprandroit, et dict qu’ilz luy ont beaucoup cousté à monter. Je luy ay voulu donner jusques à vingt escutz pour laisser le tout comme il vous avoit pleu le commander, de quoy il ne s’est voulu contenter s’il ne faisoit les penthes qui sont commancées. Il me semble monseigneur que vous n’en aurez pas meilleur marché de Proust et serez servy plus promptement quant ils bessongneront tous deux. Ledit Proust m’a dict que n’entendrez poinct que le fondz de voz rydeaulx fust damassé. Je ne scay monseigneur s’il sera beau que les penthes soient damassées et les rydeaulx non ; madame votre mère vous en pourra dire son advis qui se y congnoist myeux que moy mais il me semble monseigneur qu’il seroit plus beau tout d’une pareure. Vous me commanderez monseigneur ce qu’il vous plaira et je mectray peine de vous obeyr et y faire faire la plus grande dilligence qu’on pourra car l’ouvrier ne bessoignera poinct que je n’aye votre responce affin de n’y faire chose qui ne soit selon votre commandement. [Suivent les salutations d’usage]

2BnF, fr. 20534, fo 12, Lettre de Jacques Proust, tisserand de Tours, à François de Lorraine, Tours, 9 mai 1549 :

Monseigneur, la presante est pour vous donner avys comme le damas cramoysy et d’argent que vous m’avez commendé faire pour voz rideaux est faict et tout prest, lequel est fort riche et beau. Madame de Canaples l’a veu faire sur le mestier et a veu que je n’y ay rien espargné à le faire beau et riche. Je faict marché à vous à dix escuz soleil l’aulne et il me couste plus de douze escuz l’aulne. Je n’ay rien receu de vous ne d’aultre sur ledit damas et sy ay acheté vingt mars d’argent superfin pour y metre sans la fason et soye cramoysie qui me couste pres de cent escuz. Je me raporte à madite dame de Canaples sy ledit damas vault davantaige combien que s’il ne vous plaist bailler plus que je n’ay faict marché à vous je ne laiseray à le vous envoyer là où il vous plaira payent la despance de celuy qui le vous portera ou s’il vous plaist me commender de le delivrer en cette ville à qui il vous plaira, qui est la fin, priant le Créateur, Monseigneur, vous donner en santé bonne et longue vie. De Tours en votre maison, se ixe jour de may 1549. Votre très humble serviteur, Jacques Proust.

3BnF, fr. 20534, fo 33, Lettre de Marie Gaudin, dame de La Bourdaisière, à François de Lorraine, La Bourdaisière, 26 mai 1549 :

Monseigneur, j’ay receu la lettre qu’il vous a pleu m’escripre. Tout incontinent ay envoyé devers Jacques Proust lequel vous envoye le damas d’argent cramoysy qu’il a faict pour les rideaulx de votre lict qui me semble, Monseigneur, estre beau et riche et très bien faict. J’arrestay avecques luy à dix escuz l’aulne et suys bien marrye Monseigneur de ce que Nicollas Drouyn se vint offrir à vous car je voy que vous n’en serez servy si promptement qu’eussiez esté dudit Proust, combien que je l’aye sollicité et faict solliciter ordinairement. Je n’en puys avoir la raison de ceulx qui besongnent pour luy. Il y a deux moys qu’il est à Paris et disent ses gens qu’ilz ne peuvent avoir faict plus tost que la Sainct Jehan. Je feray tout ce qu’il me sera possible de le solliciter, combien Monseigneur qu’il ne peult besongner sur chascune piece qu’ung homme. Vous avez retenu la piece d’ouvraige qu’il a faicte où les fleurs sont frizees qui fauldra qui serve pour veoir s’il aura bien suyvy le patron qu’il en a baillé. J’ay baillé audit Nicollas Drouyn cent escuz qu’il vous pleut me faire bailler ainsi qu’il vous pleut me commander luy faire bailler après avoir faict veoir les patrons à Madame votre mère. Jacques Proust ne m’a rien demandé aussi je ne luy ay rien faict bailler, vous suppliant très humblement, Monseigneur, me voulloir commander voz bons plaisirs et je me tiendray bien heureuse si je vous puys faire service, qui sera l’endroit où je vous presenteray mes très humbles recommandations à votre bonne grace et priray notre seigneur, Monseigneur, qu’il vous donne très bonne vye et longue. Escript de La Bourdaiziere ce xxvie jour de may. Votre très humble et très obeisante servante, M. Gaudin.

4BnF, fr. 20534, fo 34, Lettre de Jacques Proust, tisserand de Tours, à François de Lorraine, Tours, 27 mai 1549 :

Monseigneur, suyvant la lettre que vous m’avez escripte, je vous envoye par se porteur le drapt que vous m’avez commendé faire pour voz rideaulx, lequel ainsin que je pense vous trouverez beau et riche. Et s’il heust esté posible de le faire plus beau et plus riche, je le heusse faict. Je n’ay faict marché à vous que à dix escuz sol[eil] l’aulne mais il m’en couste douze pour le moins comme vous pourés veoir par la pesanteur dud[it] drap. L’argent qui y est entre vous en payerés se qu’il vous plaira la piesse tient vingt et une aulne et ung quart. Quant à celuy de Drouyn, il n’est pas encore faict, parquoy je n’ay laissé de vous envoyer celuy que j’ay faict pour ce que les rideaulx serviront bien à quelque ciel qu’il vous plaira. Monseigneur, il vous plaira me excuser sy je ne cous ay envoyé homme propre pour vous presanter ledit drap, se a esté affin que vous le heussies plus toust et auxi qu’il se porte mieulx à estre porté par homme de pied que par cheval sans se gaster. Monseigneur, s’il vous plaist de luy faire bailler l’argent de ses journeez tant pour estre allé que pour retourner, je faict marché à luy à dix solz par jour et je priray Dieu pour votre bonne prosperité et santé. Je n’ay rien receu d’avance sur ledit drap. Monseigneur, je encore environ de dix aulnes et demye de toille d’or frizeez d’argent toutte de la sorte et de la fason de celle que je vous ay bailleez qui a le fons d’or et la frizeure d’argent, sy vous en avez affaire je la vous envoyray qui est la fin, priant le Créateur, Monseigneur, vous donner en santé bonne vie et longue. De Tours en votre maison, se xxviie jour de may 1549. Votre très humble serviteur, Jacques Proust.

5BnF, fr. 20552, fo 36, Extrait d’une lettre de Catherin Jean au duc de Guise, Lyon, 24 juillet 1551 :

Monseigneur, ceste […] encoures pour vous faire entendre comme Stila qui a la charge des deux chevaulx turcqs que monsieur d’Aramont vous a donné m’a demandé si j’avois point de lettre et commission de vous de recepvoir lesdits deux chevaulx ou si je scavois personne qui l’heust. Je vous en aye cy devant escript et ne m’avez faict responce. Vous adviserez voz bons plaisirs que mectreys peyne d’accomplir […].

ANNEXE 4. RAMASSIN DE BOLOGNE ET LES CHEVAUX TURCS (1551)

6BnF, fr. 20552, fo 150, Extrait d’une lettre de Catherin Jean au duc de Guise, Lyon, 25 septembre 1551 :

Monseigneur, je vous ay bien voullu escripre la presente pour ce que j’ay entendu que l’on vous avoit donné à entendre que je vous avoys choisy les deux chevaulx turcq que monsieur d’Aramont vous a donnez et envoyez que son escuyer nomez Le Voyer vous avoit menez […]. Monseigneur, je vous advise que je ne les vous ay jamais choisis car ledit Le Voyer les a choisis luy mesmes et a dict que c’estoient ceelle que mondit sieur d’Aramont luy avoit ordonnez de vous delivrer dont je n’ay volu faillir le vous faire entendre.

7BnF, fr. 20513, fo 3, Lettre de Ramassin de Bologne au duc de Guise, Lyon, 26 septembre 1551 :

  • 2 Farcin : forme cutanée de la morve, maladie contagieuse mortelle chez le cheval.

Monseigneur, suivant la lettre qu’il vous a pleu de m’envoier escripte à Fontainebleau le sixiesme jour du moys de septembre, suis departy d’Eclarron et ay faict suivant voz memoires mainer par le grec les deux chevaulx turcqs à Lyon et estre audict Lyon. Suivant la memoire suis allé secretement en l’escuerye de monsieur d’Aramont en laquelle avoit tant seullement sept chevaulx turcqs, lesquelz ay visité et apres congnoissant qu’il n’y avoit riens qui feit pour vous, me suis transporté par devers le sieur Guillaume Regnaud et luy ay presenté la lettre, laquelle il a receu et [après] l’avoir receu m’a faict reveoir lesdits chevaulx à l’estable et aux champs et n’ay treuvé chose qui vaille et ay vus les deux que avons amené en l’escuerie dudit sieur d’Aramont et affin, monseigneur, que puisse mieulx satisfaire à votre vouloir, je vous advise que l’ung des chevaulx que avons amenné avoit une enfleure à la jambe droicte de dernier qui s’est convertie en falsin2 volent lequel ay faict penser bien et expere qu’il guerira si est que l’ung ne l’autre ne sont de service. Par tant, monseigneur, veue la presente vous plaira m’advertir de votre voulenté et attendant responce de vous demeure à Lyon affin de faire selon qu’il vous plaira me commander, suppliant Votre Exellence ne recepvoir aulcungs desdits chevaulx parce qu’ilz ne se peuvent porter eulx mesmes. Aussi Monseigneur vous plaira me mander si laisse lesdits chevaulx, si retournerey le serviteur grec avec moy ou si le randray avec lesd[its] chevaulx, qui sera l’endroit Monseigneur où je prieray Dieu vous donner accomplissement de voz bons desirs.

8BnF, fr. 20513, fo 47, Lettre de Ramassin de Bologne au duc de Guise, Lyon, 6 octobre 1551 :

Monseigneur, je receus hier ung pacquet votre addressant à monsieur de Gonnort ou à moy dans lequel avoit une lettre qu’il vous a pleu m’envoier faisant mention d’ung cheval grison duquel ledit sieur de Gonnort lieutenant de votre compaignie vous avoit parlé. Je l’ay veu et les aultres estans en l’escuerie de monsieur d’Aramont en ceste ville et vous asseure qu’il n’y a cheval de service comme vous ay ja rescript des le vingt sixiesme jour de septembre dernier. Et quant au cheval grison, il arregarde le ciel et ne se embouche et n’a bonnes jambes ; et quant au cheval faveau turcq que j’ay ramenné, je vous ay rescript que l’enfleure qu’il avoit en la jambe droicte de dernier s’estremis en falsin volent et quant il seroit bien guery ne l’ung ne l’autre ne sont de service pour Votre Exellence. Le frere dudit sieur d’Aramont estoit en ceste ville qui m’a voulu faire prandre ung petit cavallin bayard turcq appelé Langlois lequel tient de turcq et d’encouleure mais je le treuve fort hault en joincte et les jambes bien primes qui est le meilleur cheval qui fust en l’escuerye lequel je n’ay osé recepvoir creignant qu’il ne fust pour Votre Exellence. Ledit frere dudit sieur d’Aramont le meyne à la court pour le vous presenter, s’il vous est agreable le pourrez recepvoir. Je attendz votre responce de madicte lettre affin de faire selon qu’il vous plaira me commander. J’ay faict visiter ladite escuerye par ung mareschal florentin qui se nomme maître Jacques qui est bien congnoissant et praticq en chevaulx et lequel monsieur Le Chevalier escuier du Roy congnoist bien et despuis ledit grison a esté donné. Ledit sieur Guillaume Regnaud m’a dict qu’il a escript audit sieur d’Aramont comme je estois en ceste ville de votre part et que je avois ramenné les deux chevaulx et que ne treuvey chose pour Votre Exellence en son escuerie et que il vous feit provision à Constantinoble [sic] ou pardella de chevaulx bons pour Votre Exellence ce qu’il dict qu’il espere qu’il fera. Par tant Monseigneur ne feray deliberé recepvoir aulcungs desdits chevaulx veu qu’ilz ne sont pour Votre Exellence attendant qu’il en soit venu de meilleurs. Aussi l’escuier dudit sieur d’Aramont m’a dict ce matin qu’il s’en partira en bref pour aller à Constantinoble et que ce prinstemps il espere en amenner ung couple de bons pour Votre Exellence, aussi vous plaira me mander si ramenneray avec moy le serviteur Grec (j’ay incontinant envoié par monsieur de Perrot qui s’en estallé en poste en Piedmont les lettres de votre dit lieutenant lequel m’a promis les luy bailler et sera votre bon plaisir addresser les lettres que m’envoierez au maître de la poste de ceste ville de Lyon pour les me faire tenir seurement. Qui sera l’endroit Monseigneur où je prye Dieu vous donner bonne et heureuse vye.

9BnF, fr. 20513, fo 61, Lettre de Ramassin de Bolongne au duc de Guise, Lyon, 12 octobre 1551 :

Monseigneur, j’ay receu la lettre qui a pleu à votre Excelance m’envoyer faisant mention comme avez receu mes lettres du xxvie septembre dernier et sont les votres du iiiie de ce moys d’octobre et les ay receu le xie de cedit moys. Je avoys ja consigné les deux chevaulx en l’escuyrie du sieur d’Aramont et pour responce à vos lettres, j’ay encores visité et faict visiter l’escuyrie et vous assure monseigneur qu’il n’y a chouse que j’en puisse emmener car pour estallon ne aultrement il n’y a chouse que puisse servir pour les causes que vous diray. J’ay prins descharge du sieur Guillaume Regnault que j’emporte et n’en rameyne ne chevaulx ne le serviteur grec et prent mon chemyn pour retourner à Genville et de la travaillier à Claron apres exerciter vous poullains Dieu aydant auquel Monseigneur je prie maintenir votre Excelence perpetuellement en bonne prosperité et sancté.

Notes

1 Sont ajoutées aux sommes totales des états des gages et pensions les sommes des compléments répertoriés avec les diverses dépenses.

2 Farcin : forme cutanée de la morve, maladie contagieuse mortelle chez le cheval.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search