Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Conclusion

Texte intégral

Dès qu’une excellence est prise pour supériorité et qu’un homme domine plutôt qu’une fonction ne s’exerce, cet homme, quelle que soit sa supériorité, déploie de l’apparat pour tenter de justifier ce qui, dans sa supériorité, dépasse sa fonction. On devine que, jusqu’à ce jour, toute excellence, presque sans exception, a eu à déployer quelque apparat, de même que, jusqu’à ce jour, toute société a été inégale.
Paul Veyne, Le Pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique,
Paris, Le Seuil, 1976, p. 153-154.

1Traduire la domination sociale en objets matériels et en pratiques de consommation ne fut pas une invention de la Renaissance. L’homogénéité des apparences est un rêve de société égalitaire et, par conséquent, une tentation très récente à l’échelle de l’histoire de l’Occident. Chaque société, toutefois, développe des modalités propres pour cette expression concrète de la hiérarchie des rangs, modalités qui sont fonction des conditions socio-politiques du temps autant que des valeurs alors dominantes.

  • 1 Cole A., La Renaissance dans les cours italiennes, Paris, Flammarion, 2000 (1re éd. 1995), chap. 1 (...)
  • 2 Cole A., La Renaissance dans les cours italiennes, op. cit., p. 21-28.

2Pour la France de la Renaissance, l’exemple italien fut ainsi déterminant. La Péninsule avait en effet été le berceau de théories propres à rénover l’expression de la domination sociale. Le néo-platonisme développé au XVe siècle par des humanistes comme Marsile Ficin et Pic de La Mirandole valorisait la beauté, conçue comme une image de la perfection divine et de l’harmonie de l’univers, tandis que les penseurs de la magnificence, d’Alberti à Pontano, suggéraient de souligner la dignité d’un homme et d’un lignage non seulement par des édifices publics, comme le faisaient les Anciens, mais aussi dans des réalisations à caractère plus privé puisque, même cachée aux yeux du plus grand nombre, la splendeur d’un palais devait asseoir la réputation et la dignité de son propriétaire1. La sensibilité aux qualités esthétiques de l’environnement de la vie quotidienne s’en trouva dès lors accrue. Ces pensées avaient imprégné les milieux curiaux italiens, où se développait par ailleurs au tournant du XVIe siècle un modèle de maîtrise du corps et des émotions sensible dans tous les manuels du courtisan et en particulier dans le plus célèbre d’entre eux, celui de Baldassare Castiglione (Le Livre du courtisan, 1528). Vêtements et objets acquéraient dans ce modèle une fonction d’aide à l’intégration du nouvel habitus et devenaient des instruments de mise en scène du moi social pour le spectacle de la cour. Magnificence et contrôle des affects n’étaient cependant pas sans parenté, car ces deux notions avaient partie liée avec les anciennes vertus rhétoriques de clarté, d’ordre et de bienséance2. Tout comme le déploiement de faste d’un puissant devait, selon les recommandations d’Aristote, être adapté aux circonstances pour ne jamais paraître déplacé ni malséant, les paroles ni les gestes d’un prince ne devaient jamais être impulsifs, irréfléchis, mais au contraire parfaitement appropriés à la situation. Le même Pontano qui détaillait les qualités des objets attendus dans l’environnement matériel d’un prince déconseillait à ce dernier de faire preuve de gloutonnerie ou de balancer la tête « comme un cheval hennissant ». Dans l’Italie de la Renaissance, dignité et bienséance régnaient sur les corps comme sur les intérieurs.

  • 3 Paravicini W., « The Court of the Dukes of Burgundy. A Model for Europe? », in R. Asch et A. Birke (...)
  • 4 Smith P., The Anti-Courtier Trend in Sixteenth Century French Literature, Genève, Droz, 1961.

3Bien entendu, la France du bas Moyen Âge n’ignorait ni le faste ni la magnificence. Les noms de Charles V, de Jean de Berry, de Louis d’Orléans ou de René d’Anjou sont restés associés à juste titre aux notions de collection et de mécénat. Plus encore, les ducs de Bourgogne d’ascendance capétienne suscitèrent l’admiration de leurs contemporains par l’exhibition d’un luxe et d’un raffinement inouïs, quand bien même les historiens se demandent encore si les Grands ducs d’Occident établirent réellement de nouveaux standards en la matière ou si leur splendeur était le simple effet de leur plus grande fortune et de leur habileté à faire connaître par des écrits les richesses présentées lors de leurs fêtes de cour3. L’accentuation des relations entre la France et l’Italie à partir de 1494 facilita cependant l’acclimatation, au cours du XVIe siècle, de pratiques culturelles transalpines et firent évoluer le schéma tardo-médiéval d’ostentation vers un schéma propre à la France de la première modernité. L’italophobie marquée de la littérature anti-curiale du XVIe siècle atteste d’ailleurs que les contemporains établirent eux-mêmes une connexion claire entre la forte représentation d’immigrés transalpins à la cour des Valois et le raffinement croissant de cette dernière4. L’Italie ne manquait pas, il est vrai, de relais dans le royaume de France. L’examen de la consommation des ducs de Guise a révélé l’omniprésence des Italiens parmi les fournisseurs de la maison ducale, et ce particulièrement à partir de l’époque de François de Lorraine. Les Italiens proposaient aux aristocrates français leur expertise en matière de beaux objets et de chevaux de luxe autant qu’en fait de voltige équestre ou d’escrime.

  • 5 Hamon P., « Une monarchie de la Renaissance ? 1515-1559 », in J. Cornette (dir.), La Monarchie ent (...)
  • 6 Burke P., « L’homme de cour », in E. Garin (dir.), L’Homme de la Renaissance, Paris, Le Seuil, 199 (...)

4La curialisation rapide des élites françaises au début du XVIe siècle rendit particulièrement intéressantes les propositions de service de ces experts transalpins. Le règne de François Ier vit en effet le renforcement de la cour royale comme lieu central du pouvoir grâce à la disparition des dernières grandes cours féodales en Bourgogne, à Nantes ou à Moulins5. Plus que jamais, la proximité avec le souverain était un gage de puissance. L’influence d’un Grand se mesurait certes à l’étendue de ses terres et à l’ampleur de sa clientèle, mais richesse et capacité de satisfaire les ambitions des fidèles dépendaient de plus en plus du bon vouloir du roi, libre d’accorder ou non à ses courtisans les pensions et charges qu’ils convoitaient. La conquête d’une position favorable exigeait donc du courtisan qu’il maniât avec habileté les codes culturels du milieu curial, largement puisés en Italie à l’époque de François Ier. Le noble français, en bon élève de Baldassare Castiglione (dont le traité avait été traduit en 1537 à la demande expresse du roi), aspirait désormais à être un homme « universel », aussi doué pour les lettres que pour les armes, causeur agréable, musicien inspiré, danseur élégant autant que vaillant chevalier6.

  • 7 Descimon R., « Chercher des voies nouvelles… », art. cit., p. 14.

5Dans le même temps, des phénomènes appelés à changer en profondeur l’identité sociale de la noblesse en étaient à leurs prémisses : ouverture de plus en plus grande des carrières militaires aux roturiers, montée en puissance d’une noblesse fondée sur la détention d’offices de justice et de finance, évolution des rapports de pouvoir au sein de l’élite politique. Pour ne pas être reléguée au rang de vestige d’une époque révolue, la vieille noblesse française devait s’adapter à un monde nouveau. Comme le fait remarquer Robert Descimon, « du point de vue sociologique, la noblesse n’était pas autre chose qu’une élite sociale soumise aux aléas inhérents à la reproduction des situations de domination7 ». Certes, les Guise, les Montmorency, les Nevers, les Bourbons ou les Albret n’étaient pas directement menacés, à court terme, par ces évolutions. Toutefois, en tant que sanior pars de la sanior pars du royaume, ils étaient leaders dans la grande entreprise de redéfinition identitaire de l’ordre qui devait aboutir, à terme, au modèle de l’aristocrate cultivé et pétri de bonnes manières caractéristique des XVIIe et XVIIIe siècles. Sans renoncer le moins du monde aux anciennes manifestations de leur domination, les Guise et leurs semblables se mirent à emplir leur environnement d’objets censés donner un aspect concret à un nouveau répertoire de valeurs fondant la supériorité de l’ordre : maîtrise des affects, bienséance, bon goût, élégance, sensibilité aux arts, etc.

6Pour y parvenir, les aristocrates de la Renaissance usèrent des canaux spécifiques à une société de la première modernité largement façonnée par des relations inter-personnelles. En l’absence de repères clairs dans le champ de la distribution – garantie de qualité offerte par l’établissement de normes et de standards, publicité renseignant sur le type de produits vendus par un commerçant, vitrines aménagées de façon à susciter un désir chez le consommateur, etc. –, le repérage puis l’achat des objets propres à entrer dans les possessions d’un aristocrate reposaient avant tout sur l’action d’un réseau d’hommes et de femmes connaissant les réputations des artisans, capables d’évaluer les marchandises et de faire des choix judicieux. Le grand nombre d’intermédiaires impliqués dans la consommation des Guise faisait ainsi participer à la définition du paraître ducal un ensemble de personnes dépassant le cadre strict de l’aristocratie : si ce n’est tout le corps social, au moins les catégories (nobles ou roturières) les plus directement en contact avec l’aristocratie curiale. Les structures mêmes de l’offre commerciale empêchaient l’élite d’être entièrement maîtresse de ses apparences. Cela n’était pas pour autant une faiblesse, bien au contraire : la participation des groupes sociaux inférieurs à la redéfinition du paraître digne d’un pair et duc de France valait allégeance à l’organisation hiérarchique de la société et acceptation des changements du fondement de la domination.

  • 8 Sur cette approche constructiviste de la réalité sociale, en bonne part inspirée du travail des so (...)
  • 9 Boltanski L. et Thévenot L., De la justification…, op. cit., p. 31.

7À l’issue de ce travail, il apparaît ainsi que la culture matérielle aristocratique de la Renaissance ne doit pas être perçue uniquement comme un signe de la domination sociale d’un groupe (un duc possède des objets qu’un homme de plus humble condition ne peut et ne saurait posséder, signifiant ainsi une distance sociale et un rapport hiérarchique), ni seulement comme un outil de domination (un duc sait manier avec aisance d’un objet qu’un inférieur tiendrait avec crainte et/ou respect, ce qui est une forme de violence symbolique, l’humble reconnaissant son infériorité en admirant la maîtrise de l’aristocrate). Elle était tout cela, bien sûr, mais elle fut aussi un moteur de la transformation du registre de la domination. La société d’Ancien Régime avait beau se penser comme une société figée, fidèle reflet d’une hiérarchie voulue par Dieu et donc intangible, les hiérarchies sociales se rejouaient constamment dans des processus d’interaction et de reclassement. L’échelle des valeurs permettant de justifier la place d’un individu ou d’un groupe dans la société n’était ni unique, ni immuable. Le maintien d’une position dominante passait donc par une adaptation dynamique aux nouveaux discours sociaux et aux pratiques sociales les actualisant8. Les objets prenaient part à cette dynamique, selon une loi observée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot : « Les personnes font face à l’incertitude en s’appuyant sur des objets pour confectionner des ordres et, inversement, consolident les objets en les attachant aux ordres construits9. » Avoir une tapisserie de grand prix, réalisée par les meilleurs ateliers sur les cartons d’un grand peintre et représentant avec finesse un épisode des Métamorphoses d’Ovide, c’était afficher un pouvoir économique et une appartenance à une élite dont la culture n’était pas celle du commun, c’était faire violence à l’individu extérieur à cette élite qui s’avérait incapable de comprendre le décor et d’apprécier les raffinements de sa réalisation, mais c’était aussi à terme (si ce n’était à l’échelle de la vie de l’individu, au moins à celle de la perpétuation du lignage) intégrer les compétences sociales et culturelles désormais comprises comme propres au second ordre et justifiant de plus en plus sa place éminente dans la société. L’évolution de la culture matérielle ne se contentait pas de refléter la redéfinition de l’identité nobiliaire par l’élite aristocratique elle-même comme par les autres membres de la société, elle y participait. La culture matérielle aristocratique n’était pas qu’affichage, elle était aussi performation.

8Sans être forcément conscients de ce mécanisme, les aristocrates ne pouvaient pas ne pas participer à la culture consommatrice de la Renaissance. S’ils ne veillaient pas à avoir autour d’eux un environnement matériel conforme à ce que le corps social tendait à définir comme adéquat pour des nobles de haut rang, ils prenaient le risque de ne plus être reconnus comme tels, et, à plus long terme, encouraient le risque de ne plus être réellement nobles (c’est-à-dire ne plus participer à l’« essence » noble, faite de distinction, de culture et de bon goût). La déconnexion avec le « paraître » noble eût ouvert la voie à une déconnexion avec l’« être noble ». Une bonne naissance n’était pas une garantie entièrement suffisante contre une rétrogradation sociale (ou au minimum contre une perte d’influence), surtout dans un univers aristocratique désormais centré sur la cour et où la puissance d’un individu ou d’une famille dépendait très largement de la proximité royale. Le milieu curial se chargeait de ridiculiser – et donc d’éloigner de la faveur – les personnes ne collant pas au nouvel « être noble ». On comprend dès lors que des familles aient consacré une très grande part de leur fortune à la parure de leur corps et à la décoration de leurs intérieurs. Le maintien de leur suprématie était à ce prix.

  • 10 Descimon R., « Chercher de nouvelles voies… », art. cit., p. 20.
  • 11 Cité par Bourquin L., La Noblesse…, op. cit., p. 50.

9Il faut donc repenser la place de la culture matérielle dans la « crise de l’aristocratie » française (comprise comme le « produit d’une conscience malheureuse » plus que comme une crise réelle10) durant la première modernité. Le luxe déployé par l’aristocratie de cour ne doit pas être simplement rangé parmi les causes des difficultés de cette élite, mais envisagé comme le témoin et même comme l’un des moyens de l’adaptation de cette élite à sa nouvelle définition sociale. Rien de plus faux en fin de compte que le regret formulé par le porte-parole du Tiers état aux États généraux de 1560, choqué de voir les nobles se contenter de plus en plus « d’être richement vêtus, assis aux tables les plus honorables, [d’]avoir des châteaux somptueusement bâtis, et toutes choses qui sont en soi plus d’admiration que de noblesse11 ». Tout cela était bien, désormais, « de noblesse ».

Notes

1 Cole A., La Renaissance dans les cours italiennes, Paris, Flammarion, 2000 (1re éd. 1995), chap. 1, « L’art et la “magnificence” princière », p. 17-43 ; Guerzoni G., « Liberalitas, Magnificentia, Splendor… », art. cit., p. 332-378 ; Welch E., « Public Magnificence and Private Display… », art. cit., p. 211-227.

2 Cole A., La Renaissance dans les cours italiennes, op. cit., p. 21-28.

3 Paravicini W., « The Court of the Dukes of Burgundy. A Model for Europe? », in R. Asch et A. Birke (dir.), Princes, Patronage and the Nobility. The Court at the Beginning of the Modern Age. Ca. 1450-1650, Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 69-102.

4 Smith P., The Anti-Courtier Trend in Sixteenth Century French Literature, Genève, Droz, 1961.

5 Hamon P., « Une monarchie de la Renaissance ? 1515-1559 », in J. Cornette (dir.), La Monarchie entre Renaissance et Révolution (1515-1792), Paris, Le Seuil, 2000, p. 31-36.

6 Burke P., « L’homme de cour », in E. Garin (dir.), L’Homme de la Renaissance, Paris, Le Seuil, 1990 (1re éd. 1988), p. 147-178.

7 Descimon R., « Chercher des voies nouvelles… », art. cit., p. 14.

8 Sur cette approche constructiviste de la réalité sociale, en bonne part inspirée du travail des sociologues Luc Boltanski et Laurent Thévenot (De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991) voir Morsel J., L’Aristocratie médiévale. La domination sociale en Occident. Ve-XVe siècle, Paris, Armand Colin, 2004 ; Cosandey F. (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, Éditions EHESS, 2005 ; Dutour F., « Construire et justifier la supériorité sociale (IXe-XVIIIe siècles). Réflexions sur la pensée de sens commun », in L. Jean-Marie et C. Maneuvrier (dir.), Distinction et supériorité sociale (Moyen Âge et époque moderne), Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 27-30 septembre 2007, Caen, Publications du CRAHM, 2010, p. 289-302.

9 Boltanski L. et Thévenot L., De la justification…, op. cit., p. 31.

10 Descimon R., « Chercher de nouvelles voies… », art. cit., p. 20.

11 Cité par Bourquin L., La Noblesse…, op. cit., p. 50.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540