Version classiqueVersion mobile

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Partie II – La fabrique du paraître

Chapitre 9. La consommation ducale comme interaction sociale

Texte intégral

  • 1 Heilbrunn B., La Consommation et ses sociologies, Paris, Armand Colin, 2010 (1re éd. 2005), chap. (...)

1La sociologie contemporaine analyse les choix de consommation au sein d’un ménage en termes de système de rôles tenus tour à tour ou simultanément par un individu1. Parmi ces rôles, on compte entre autres celui de l’acheteur, qui accomplit l’acte d’achat en tant que tel, celui de l’influenceur (ou leader d’opinion), celui de l’informateur qui, par ses compétences, est susceptible de trouver les informations pertinentes pour choisir un produit spécifique, celui du décideur, celui de l’utilisateur ou encore celui du « garde-barrière », détenteur d’un pouvoir qui le rend capable de bloquer ou de contrôler l’achat. Une telle grille de lecture n’est certes pas transposable telle quelle pour analyser le processus décisionnel de consommation d’une grande famille de la Renaissance, toutefois elle présente l’avantage d’attirer l’attention sur la réalité du rôle tenu par chaque acteur impliqué dans l’achat d’un nouvel objet destiné à prendre place dans le décor de gloire de la maison de Guise. Il serait en effet réducteur de ne voir dans le marchand fournisseur qu’une sorte d’institution économique répondant de façon univoque à la demande formulée par son client, ou de considérer le serviteur envoyé par le duc acheter des draps de soie comme le simple exécutant de la volonté souveraine et inflexible de son maître. La consommation d’une puissante famille engageait en réalité une multitude d’intervenants qui, tous, pouvaient à leur mesure façonner l’achat final et donc infléchir quelque peu le paraître ducal. C’est cet écheveau d’interactions qu’il convient de démêler pour rendre à chaque acteur – fournisseur, intermédiaire et client – le rôle qui fut le sien dans la construction du paraître des Guise.

DES RELATIONS CLIENTS/FOURNISSEURS D’INTENSITÉ VARIABLE

  • 2 Sapori M., Rose Bertin, ministre des modes de Marie-Antoinette, Paris, Institut français de la mod (...)

2Dans les archives de la maison de Guise, les lettres émanant des marchands et artisans fournisseurs sont malheureusement rarissimes. Il est par conséquent difficile d’évaluer la part prise par ces hommes dans le processus d’achat et d’estimer leur capacité d’influence sur la consommation ducale. Cette lacune ne peut pas non plus être compensée par le recours aux rares marchés de fourniture subsistant, car l’acte notarié tend à effacer le travail de concertation ayant pu avoir lieu entre l’artisan et le commanditaire lors de l’élaboration d’un patron ou d’un croquis préparatoire à la réalisation d’un objet. Toutefois, quelques indices peuvent être trouvés lorsque l’on s’attache à définir le degré de proximité entre un fournisseur et la maison de Guise : une collaboration régulière, parfois sur plusieurs décennies, ou le développement de liens institutionnels entre un artisan et l’hôtel ducal révèle en effet une relation de confiance qui laisse augurer un rôle majeur du fournisseur dans la construction du paraître ducal. On sait, depuis l’étude de Michelle Sapori sur Rose Bertin, la marchande de modes de Marie-Antoinette, qu’un commerçant de modeste origine mais habile pouvait en venir à entretenir des relations de familiarité avec son prestigieux client et devenir un acteur essentiel de son paraître2. Il faut par conséquent examiner les relations qu’eurent les Lorrains avec leurs fournisseurs, du marchand forain au tailleur valet de chambre, pour tenter d’établir qui furent les « ministres des modes » des ducs de Guise.

Entre foire et boutique : une relation commerciale a minima

  • 3 BnF, fr. 8181, fos 329 et 372 ; fr. 20551, fo 118.
  • 4 BnF, fr. 8181, fo 291.

3Pour approvisionner la maison de Guise en certains produits, et en particulier en chevaux de selle ordinaire, les acheteurs ducaux se tournaient tout naturellement vers les grandes foires européennes. Nombre de courtauds et haquenées furent ainsi achetés à l’occasion des foires de Guibray, en Normandie, de Lyon ou de Francfort3. Les écuyers ducaux profitaient du vaste choix offert lors de ces grandes manifestations commerciales pour peupler à prix raisonnable la petite écurie de leur maître. Pour ce genre de « produits » de qualité courante (pour une famille ducale), nul n’était besoin d’entretenir une relation de confiance avec le marchand et le relatif anonymat d’une grande foire n’était pas une gêne. L’acte d’achat dans une foire était d’ailleurs jugé à ce point banal que l’écuyer Mulet pouvait en 1553 prendre l’initiative d’acquérir des courtauds allemands à la foire de Lyon sans demander l’avis de son maître. Il est vrai qu’on était loin, pour ces animaux, des prix pratiqués pour les montures d’exception ramenées à grands frais de Turquie ou d’Espagne : les trois haquenées achetées à Guibray en 1542 n’étaient estimées individuellement qu’aux deux tiers du prix d’un beau cheval italien acheté deux années auparavant pour Claude de Lorraine4. En la matière, les Guise se reposaient donc entièrement sur l’expertise de leurs écuyers.

  • 5 BnF, fr. 20550, fo 128.
  • 6 Bimbenet-Privat M., Les Orfèvres parisiens…, op. cit., p. 99-101. Les marchés du cardinal sont con (...)

4Plus fréquemment, cependant, les agents des Guise négociaient avec des marchands ou artisans tenant boutique (fig. 73 pl. XXX). Passage d’une commande de grande ampleur, mise en concurrence et recherche des produits les plus excellents imposaient souvent de rencontrer un nombre important de détaillants. François d’Agoult de Montauban, comte de Sault, qui avait reçu de François de Lorraine en 1551 la mission de réunir un ensemble d’armures et de corselets à envoyer ensuite à Guise, eut ainsi à visiter les échoppes de tous les armuriers lyonnais, faute d’un bon relais dans la ville capable de le guider sûrement vers les artisans les plus capables5. En 1550-1552, Jérôme de Beaquis, un Milanais qui faisait office d’acheteur spécialisé en orfèvrerie pour François et Charles de Lorraine, dut passer commande à dix orfèvres parisiens en quatorze marchés pour satisfaire l’insatiable appétit du cardinal de Lorraine en matière de vases précieux6. Dans de tels cas, aucune relation commerciale particulière ne monopolisait le flux de la consommation. Les marchands et artisans se contentaient de répondre à une commande ponctuelle : il leur revenait de saisir l’opportunité et de se faire remarquer pour leurs aptitudes ou par le caractère raisonnable de leurs prix s’ils voulaient fidéliser leur clientèle.

  • 7 BnF, fr. 20516, fo 121 ; fr. 20534, fo 33.
  • 8 BnF, fr. 20469, fos 101-103.

5Les plus ambitieux des marchands n’attendaient pas cependant dans leur boutique que la bonne fortune se présentât sous les traits d’un envoyé des Guise. Certains tentaient en effet leur chance en venant proposer spontanément quelques-uns de leurs articles aux Lorrains. Il en fut ainsi d’un marchand d’orfèvrerie lyonnais qui profita du passage de François de Lorraine dans sa ville à l’été 1548, ainsi que du tisserand tourangeau Nicolas Drouin qui « se vint offrir » au duc aussitôt qu’il apprit que celui-ci cherchait à faire réaliser un luxueux lit de velours7. L’artisan de la soie, pour donner du poids à sa proposition, ordonna à l’un de ses ouvriers de tisser un échantillon de drap qu’il fit transmettre au duc d’Aumale pour preuve du savoir-faire de son atelier8. Le geste était loin d’être anodin, car le montage des métiers nécessaire pour mener à bien l’opération de séduction était coûteux. L’artisan faisait donc un véritable pari en approchant François de Lorraine. Dans les deux cas, l’audace s’avéra payante : l’orfèvre lyonnais réussit à placer au moins cinq belles pièces d’une valeur estimée à 6 500 écus (14 625 livres) et Nicolas Drouin emporta le droit de confectionner une partie du luxueux damas.

6Dans le cadre de relations ponctuelles, l’influence du marchand ou de l’artisan sur la consommation ducale devait être relativement limitée. La discussion devait certes porter sur l’objet à réaliser, mais plus encore sur le prix négocié et les délais imposés. Le fournisseur ne disposait pas d’une connaissance intime des préférences des membres de la famille ducale, aussi son audience en tant que force de proposition en était-elle restreinte. Les fournisseurs les plus en vue, les plus au contact de la cour, avaient de ce point de vue un net avantage : forts de leur expérience au service des puissants, habitués à suivre – voire à dicter – les caprices de la mode courtisane, marchands suivant la cour, marchands de l’argenterie et artisans du roi étaient capables d’infléchir les choix de consommation de leurs clients.

L’entregent des marchands curiaux

  • 9 BnF, fr. 8181, fo 335 ; fr. 22433, fos 66, 88 et 161 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de nove (...)
  • 10 Cf. supra chap. 8.
  • 11 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie en France au XVIe siècle : les dettes de l (...)
  • 12 AD37, 3E9/11, 20 février 1561. Minute analysée par Bernard Chevalier dans la base « De minute en m (...)
  • 13 De Lorraine F., Mémoires-Journaux, publiés par A. Champollion-Figeac et al., Nouvelle collection d (...)
  • 14 Estienne R., Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, op. cit., t. 1, p. 252.

7Les Guise faisaient souvent appel, en effet, à des marchands et artisans voués au service de la cour. Les marchands suivant la cour, comme les merciers Maugis Vaillant et Philippe Curet, le bossetier Richard Callais, le pelletier René Le Crannes, apparaissent ainsi à diverses reprises dans les sources de la maison9. De même, René Tardif, Robert Fichepain, Pierre Galland et Étienne de La Salle, les marchands de l’argenterie du roi, fournissaient aux Lorrains une part importante de leurs draps d’or et de soie dans la première moitié du siècle10. Par définition, ces hommes avaient l’habitude de servir l’élite économique et sociale du royaume. Tardif et ses associés fournirent par exemple des marchandises à Claude de Foix, comtesse de Laval, pour un montant d’au moins 20 500 livres que les Nevers, héritiers de la comtesse, eurent bien du mal à régler11. En 1561, la couronne devait encore 43 585 livres à Robert Fichepain12. Richard Calais réalisa pour sa part une partie des dorures des harnais destinés aux chevaux d’Élisabeth de France à l’occasion de son mariage avec le roi d’Espagne, en 155913. Ces marchands étaient donc habitués à complaire à leurs puissants clients et savaient trouver les produits et façons susceptibles d’attirer leur attention. À coup sûr, ils faisaient partie de ces artisans inventifs, à même d’« excogite[r] tous les jours des moyens de despendre de l’argent » à force de coupes nouvelles et d’accessoires inédits14.

  • 15 Delpeuch E., « Les marchands et artisans… », art. cit., p. 389-393.
  • 16 Un mandement signé par Louis II de La Trémoille en mai 1517 ordonne le paiement à Thibaud Tardif e (...)

8Leur crédit provenait pourtant plus de leur place dans les circuits de la consommation courtisane que de leur exceptionnelle maîtrise. Les heureux bénéficiaires du statut envié de marchand suivant la cour avaient en effet été sélectionnés par le prévôt de l’hôtel du roi en vertu de critères très contestés par les maîtres des métiers15. Rien n’indique en effet qu’il ait été nécessaire d’être maître pour entrer dans ce cercle très fermé – 169 personnes à partir de 1543 et jusqu’au règne d’Henri IV. Le prévôt de l’hôtel prenait plutôt en considération la réputation et l’attachement au souverain, tandis que l’existence d’un droit d’entrée plus élevé que le montant habituel des frais de réception aux corporations supposait des candidats dotés d’une solide assise financière. Les critiques des maîtres des métiers s’expliquent aisément par leur dépit face à une concurrence jugée déloyale, cependant il faut bien reconnaître que le système de recrutement des marchands suivant la cour semble avoir favorisé des hommes ayant de l’entregent et suffisamment de capital pour se poser en fournisseurs sérieux, plus que des artisans talentueux. La boutique de l’argenterie du roi était quant à elle une véritable entreprise du luxe tenue par des familles solidaires dans le but de parvenir à une ascension sociale collective. Pour les marchands suivant la cour comme pour les marchands de l’argenterie, le service de la cour était sans doute plus l’expression d’une ambition que l’apogée d’une carrière passée à perfectionner son art. Une famille comme celle des Tardif disait d’ailleurs assez ses projets en étant présente à la fois au sein des associés de l’argenterie et parmi le groupe des marchands suivant la cour16.

9Marchands suivant la cour, marchands de l’argenterie et artisans du roi étaient en relation avec les Guise comme ils l’étaient avec les autres membres de la cour. Cela avait un intérêt pour les Lorrains dans la mesure où leur connaissance intime du milieu curial les rendait capables de jouer de façon très subtile avec les codes en vigueur pour permettre au client qui l’aurait souhaité de se faire remarquer par son audace ou sa parfaite élégance. En revanche, ces fournisseurs n’étaient pas nécessairement plus liés aux Guise qu’à d’autres Grands, aussi ne devaient-ils pas avoir la même audience auprès d’eux que d’autres commerçants peut-être moins intégrés au milieu curial, mais plus au fait des desiderata des princes de la maison de Lorraine.

Quelques relations privilégiées

  • 17 François Guyard : BnF, fr. 22433, fos 78-80 et 91 ; ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les (...)
  • 18 BnF, fr. 8181, fos 233, 245, 293, 295, 323, 328, 373 et 375 ; fr. 20522, fo 9 ; fr. 20540, fo 51 ; (...)
  • 19 BnF, fr. 8181, fos 245 et 246 ; fr. 22433, fo 88.
  • 20 BnF, fr. 20649, fo 117.
  • 21 Veniel B., Les Marchands pourvoyeurs…, op. cit., p. 64.

10Quelques marchands et artisans eurent une relation commerciale suivie avec les Guise pendant des années, voire des décennies. Ce fut le cas par exemple des orfèvres François Guyard et Pierre Hotman, présents respectivement dans les années 1550-1560 et 1550-1570 auprès des Guise17. Ce fut aussi le cas du marchand de draps de soie parisien Philippe Le Jay. Ce riche commerçant apparaît à treize reprises dans les comptes et la correspondance des Lorrains entre 1540 et 1563 pour la fourniture de toutes sortes de velours, de taffetas et d’autres tissus de soie d’un montant total minimal de 10 585 livres18. La fidélité des Guise à l’égard de ce fournisseur s’étendit à sa famille, puisque Jean Le Jay et Jean Després, le gendre de Philippe, ont droit eux aussi à quelques mentions dans les archives de la maison19. À n’en pas douter, près d’un quart de siècle de relation commerciale donnait à la famille Le Jay un certain poids dans la consommation ducale, les marchands devant être capables de proposer à leurs clients les tissus les plus susceptibles de leur plaire. Connaissance des goûts et des exigences des membres de la famille ducale, liens de familiarité entre le marchand et le tailleur de la maison, confiance facilitant le crédit et le règlement souple des créances… Autant d’atouts donnant aux Le Jay un avantage décisif sur leurs concurrents. Il semble d’ailleurs que les Guise aient eu une sorte de compte ouvert dans la boutique de Philippe Le Jay, puisque celui-ci écrivait à Antoinette de Bourbon en août 1549 : « Au surplus, Madame, vous me debvez par parties arrestées la somme de huyt cens dix neuf livres neuf soubz troys denyers tournois20. » L’expression « par parties arrestées » renvoie à un compte tenu par le marchand et enregistrant les achats successifs des Guise, compte arrêté régulièrement pour demander le paiement des créances accumulées. Un semblable système existait pour les marchands pourvoyeurs, lesquels consignaient avec soin dans un registre-journal les viandes et poissons qu’ils livraient, puis tiraient de ce document un relevé qu’ils présentaient au trésorier ducal pour se faire payer21. L’existence d’un tel compte chez Philippe Le Jay accrédite dès lors l’idée d’un lien étroit, quasi institutionnel, entre le marchand et la famille de Guise.

  • 22 AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 19 février et 27 avril 1571 ; étude LIV, liasse 83, 10 août 1575  (...)
  • 23 Couperie P., « Les marchés de pourvoierie : viandes et poissons chez les Grands au XVIIe siècle »,(...)
  • 24 AN, MC, étude LXVIII, liasse 19, 22 juin 1555 ; étude LIV, liasse 83, 27 août 1575.
  • 25 BnF, fr. 22433, fos 73-74, 80, 85 et 102.

11Dans certains cas, la passation d’un marché formalisait la relation entre les Guise et leurs fournisseurs. Il s’agissait alors d’un contrat global de fourniture, valable plusieurs mois ou plusieurs années, et non plus d’un marché ponctuel conclu pour la réalisation d’une commande précise. Il en allait ainsi, bien sûr, des marchés passés avec les marchands pourvoyeurs et leurs confrères boulangers et épiciers22. Le procédé visait à limiter les risques de malversation de la part des officiers ducaux chargés de gérer l’approvisionnement de la maison tout en garantissant la stabilité des prix pratiqués pour le temps du contrat23. La pratique ne se limitait pas cependant aux marchands chargés du ravitaillement de la maison de Guise. Des marchés de charroi furent ainsi passés en 1555 et 1575 avec des charretiers de Joinville et de Paris pour assurer les déplacements du chariot branlant d’Anne d’Este comme le transport des bagages de la suite ducale24. Il se pourrait en outre que certains artisans aient pu se prévaloir d’un contrat de ce type pour se faire appeler « artisan du duc de Guise » sans pour autant être couchés sur l’état des gages et pensions de la maison ducale : comment expliquer sinon les titres de Noël Soret, dit en 1563 « naguières chaussetier de feu monseigneur », Philippe Curet, marchand suivant la cour dit lui aussi en 1563 « mercyer de mondit seigneur », et Jean de La Verdée, sellier de la grande écurie du duc et de la petite écurie de la duchesse à cette même date25 ? Aucun en effet n’apparaît dans la liste des serviteurs domestiques de la maison de Guise. La formule du marché de fourniture ou de service semblait donc particulièrement adaptée pour les domaines marqués par une certaine régularité dans les besoins de la maison ducale. S’attacher un professionnel du domaine concerné permettait de n’être jamais pris au dépourvu et de ne pas risquer de devoir, pressé par l’urgence, s’adresser à un fournisseur moins compétent.

  • 26 AN, 597 AP 1-2 ; Kaiser W., Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de fact (...)
  • 27 BnF, fr. 20551, fo 130 ; fr. 20517, fo 70 ; fr. 20545, fo 17 ; Clair. 348, fo 147 ; fr. 20522, fo (...)
  • 28 BnF, fr. 20517, fos 26, 55 et 70.

12Deux cas particulièrement bien documentés permettent de saisir en détail ce que signifiait entretenir un rapport commercial étroit avec la maison de Guise au milieu du XVIe siècle. Le premier concerne une famille de marchands marseillais originaire d’Aubagne, les Bausset26. Pierre Bausset, né sans doute dans la première décennie du XVIe siècle et mort en 1585, était l’un des principaux importateurs d’épices en activité à Marseille au milieu du siècle. Comme les autres membres de l’aristocratie marchande de la cité phocéenne, il était en réalité actif dans tous les secteurs économiques prépondérants. Il siégeait en particulier dans la fameuse Compagnie du Corail de Thomas Lenche qui, en plus du corail, trafiquait les épices, les toiles, et s’adonnait à une lucrative activité de contrebande d’armes et de chevaux entre l’Afrique du Nord et la France. Avec son fils Nicolas, il apparaît à cinq reprises dans les archives de la maison de Guise, entre novembre 1553 et novembre 1560, pour des approvisionnements en chevaux nord-africains, en tapis d’Égypte et en singes27. La diversification des activités de ces importateurs d’épices est ici flagrante, et leur implication dans les trafics de contrebande en Afrique du Nord semble avoir beaucoup contribué au développement de leurs liens commerciaux avec la cour. En effet, les Guise n’étaient pas les seuls aristocrates à se tourner vers les Bausset pour se procurer les chevaux barbes de leurs rêves : le bateau qui transportait à l’automne 1553 un beau cheval blanc et une jument pour François de Lorraine convoyait aussi des animaux destinés aux écuries du Dauphin, du connétable, du sieur de Potrincourt et du comte de Tende28.

13Les Lorrains entretenaient toutefois des liens particulièrement forts avec la famille marseillaise. Une lettre de Chasteignier, le gouverneur du grand prieur, frère du duc de Guise, signale le zèle déployé par Pierre Bausset et son fils pour satisfaire François de Lorraine :

  • 29 BnF, Clair. 348, fo 147.

J’ay baillé à Bausset la lettre qu’il vous a pleu luy escripre et ne se trouve en ceste ville […] votre plus prompt à votre service qu’il est, ne qui se y employ[e] si fidelement en toutes choses qui concernent votre service. Le semblable faict Nycolas Bausset son filz […].29

  • 30 BnF, fr. 20522, fo 21.
  • 31 BnF, fr. 20517, fo 70; Clair. 348, fo 147.
  • 32 BnF, fr. 22429, fos 130-165 ; fr. 22433, fos 105-113 et 165-174 ; fr. 22437, fos 42-50, 51-64 et 6 (...)

14Cet empressement n’était d’ailleurs pas uniquement tourné vers la fourniture des écuries ducales, il englobait aussi les activités politiques et militaires de la maison de Guise puisque les Bausset se portèrent caution pour le grand prieur en 1556 lorsque celui-ci dut trouver 1 200 écus pour l’achat des galères de Corse30. La densité des relations entre la maison de Guise et la famille Bausset trouva sa meilleure expression dans la probable attribution à Nicolas du titre de valet de chambre du duc au début des années 155031. Étrangement, pourtant, Nicolas Bausset n’apparaît ni dans l’état des gages et pensions de 1552, ni dans aucun de la série de 1556 à 156332. De deux choses l’une : soit cette distinction fut pour une raison inconnue de courte durée, soit Chasteignier, l’auteur des lettres mentionnant ce titre pour le marchand, fut abusé par l’existence d’un lien commercial remarquable entre le duc et la famille marseillaise. Quoi qu’il en soit, ce titre, même abusif, renforce le sentiment d’un rapport privilégié entre les Bausset et les Guise.

  • 33 BnF, fr. 8181, fos 320, 323, 329, 334, 372 et 373.
  • 34 BnF, fr. 8181, fo 360 ; fr. 22437, fo 45.

15Si elle fut réelle, l’intégration de Nicolas Bausset dans le groupe des valets de chambre du duc de Guise ne dut guère avoir qu’un sens social, c’est-à-dire constituer une marque de faveur, une source de prestige et l’affirmation d’une relation clientélaire toujours appréciable dans une société très marquée par l’importance des liens interpersonnels. Le Marseillais continua cependant à vivre et à prospérer sur les rivages de la Grande Bleue en envoyant ses navires vers tous les ports méditerranéens. Il en allait tout autrement pour un autre valet de chambre de François de Lorraine, appelé Macé Leschassier, pour qui ce titre avait un sens beaucoup plus quotidien et fonctionnel. Le cas de ce tailleur, le deuxième à être très bien documenté dans les archives des Guise, est des plus intéressants (fig. 74 pl. XXXI). Les premières occurrences de son nom figurent dans le compte annuel des dépenses et recettes de Claude de Lorraine pour l’année 154233. Il y apparaît comme un artisan travaillant très régulièrement pour la maison ducale et fournissant tant des habillements pour le duc et son fils Claude que les livrées destinées aux « paiges et lacquaiz, chantres, varletz de chambre ». Paradoxalement, il n’était pas couché sur l’état des gages et pensions des serviteurs domestiques de Claude de Lorraine. Il était en revanche qualifié de « tailleur de monsieur d’Aubmalle », ce qui souligne la précocité de la relation privilégiée qu’il entretint sa vie durant avec François de Lorraine, qui était âgé de 23 ans seulement en 1542 et qui dépendait encore beaucoup de l’autorité et des ressources de son père. Macé Leschassier continua de servir les deux générations de la maison durant toutes les années 1540, puisqu’il servit d’intermédiaire entre Antoinette de Bourbon et le marchand parisien Philippe Le Jay en août 1549. La mort de Claude de Lorraine lui permit de faire son entrée dans le groupe des serviteurs domestiques du duc en titre, aux côtés de l’ancien tailleur de Claude de Lorraine, Hans Godechal, lequel garda une place dans l’hôtel ducal jusqu’en 156034.

  • 35 BnF, fr. 20513, fo 71 ; fr. 20551, fo 10 ; fr. 20543, fo 137 ; fr. 22433, fos 91 et 103. AN, MC, é (...)
  • 36 BnF, fr. 22433, fos 76-78, 91, 103, 150-151 et 160-161.
  • 37 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575.

16Omniprésent, Macé Leschassier ne se contenta pas de tailler et de coudre les pièces d’habillement des membres de la famille ducale et de leurs serviteurs. Des années 1540 au début des années 1570, il eut la haute main sur tous les flux de vêtements et de textiles de la maison de Guise : c’était vers lui que les écuyers se tournaient pour se faire délivrer le velours nécessaire à la confection d’une selle de parade ou de rênes, ce fut lui qui obligea le tapissier parisien Pierre de Larris à refaire deux pans de tapisserie qui ne correspondaient pas aux attentes d’Antoinette de Bourbon (août 1553), lui encore qui estima de la toile de Hollande prise en butin en 1551, lui enfin qui se chargea de trouver les draps d’or, de soie et de laine ainsi que les draps de deuil nécessaires aux obsèques de Claude de Lorraine puis, treize ans plus tard, de François de Lorraine35. Les sommes qui passaient entre ses mains pour régler les produits qu’il fournissait étaient considérables : en 1562, il toucha au moins 8 830 livres et l’année suivante près de 7 150 livres36. Les recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, dont on a vu qu’elles étaient une liste des sommes versées entre 1553 et 1575 pour lesquelles les comptables souhaitaient voir les pièces justifiant les versements, enregistrent pour le seul Macé Leschassier près de 56 000 livres payées entre 1554 et 157237. Le tailleur et valet de chambre était donc plus qu’un artisan travaillant pour la maison de Guise : il était l’homme qui, pendant près de trente ans, veilla sur le paraître ducal dans le domaine du textile.

  • 38 AN, MC, étude LXVIII, liasse 31, 22 mai 1562.
  • 39 AN, R4 915.
  • 40 La base de données généalogiques du Centre généalogique de Haute-Marne – http://www.actes52.fr (co (...)
  • 41 BnF, fr. 22433, fos 36 et 114.
  • 42 BnF, fr. 22433, fo 168 ; fr. 22437, fos 73-77 et 79-84.
  • 43 Pierre Bellet : ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575 (...)

17La place stratégique occupée par Macé Leschassier dans le système de consommation ducale pousse à s’interroger sur la carrière de cet homme. Bien que les renseignements à son endroit soient maigres, quelques hypothèses peuvent être formulées grâce notamment à un acte découvert dans les liasses du minutier central des notaires parisiens38. Cet acte est une donation faite en mai 1562 par Macé à son neveu Pierre Leschassier. Le tailleur des Guise y affirmait que tous ses biens reviendraient, après sa mort, à Pierre, à l’exception des biens appartenant en propre à sa femme et sous réserve qu’aucun enfant légitime ne serait né d’ici là. Les précisions données par cette donation tendent à accréditer l’idée d’un homme dont la famille avait lié son destin aux Guise et à leur capitale. Son neveu Pierre Leschassier était en effet greffier du grenier à sel de Joinville, soit l’un des officiers royaux en poste dans la petite cité champenoise. Il avait épousé une certaine Françoise Godechal, dont il est difficile d’envisager qu’elle n’ait eu aucun lien de parenté avec Hans Godechal, le tailleur et valet de chambre de Claude de Lorraine et donc collègue de Macé Leschassier. Bien que passé devant des notaires parisiens, l’acte de donation précisait bien que Macé habitait à Joinville, à une époque où pourtant François de Lorraine n’y passait pas le plus clair de son temps ; l’extrait du dénombrement de la principauté champenoise daté de 1576 confirme cette résidence puisque le tailleur devait deux sols et six deniers de cens annuel « pour une place où souloit etre une ruelle de largeur de quatre à cinq pieds comprinse en sa maison en la rue des Prestres39 ». La résidence joinvilloise de Macé à une époque où la consommation ducale subissait un tropisme parisien, la possession par l’un de ses neveux d’un office royal dans la ville, la permanence à Joinville d’une famille portant son nom bien après les années 1570, tout accrédite l’idée d’un ancrage local très affirmé40. La famille Leschassier appartenait-elle déjà à la sphère de la notabilité locale – offices royaux ou seigneuriaux, artisanat prospère – ou bien la réussite de Macé au service des Guise fut-elle la clé de son ascension ? Macé contribua en tout cas à l’établissement de sa famille puisqu’il lia sa fortune à celle de ses maîtres en devenant le fermier des revenus de la baronnie d’Ancerville à partir de 156341. Il avait en outre fait de son autre neveu, Denis, son aide tailleur et l’avait fait devenir lui aussi valet de chambre du duc de Guise (155942). Denis ne parvint pas cependant à régner comme son oncle sur le paraître textile des Guise : les sources des années 1570 et du début des années 1580 le montrent en effet sérieusement concurrencé par un autre tailleur d’Henri de Lorraine, Pierre Bellet, dit Bras-de-Fer ; en 1586, Henri de Lorraine avait aussi à son service un certain Robert de Neufville, tailleur et valet de chambre43.

  • 44 BnF, fr. 22429, fos 130-165 et 166-169 ; fr. 22433, fos 165-174 ; fr. 22437, fos 42-50, 51-64 et 6 (...)
  • 45 BnF, fr. 8181, fo 396 ; AN, MC, étude XIX, liasse 244, 23 septembre 1570, cité dans Documents du m (...)

18Quoi qu’on ne sache rien sur l’étendue de son habileté, sur sa capacité d’innovation, il faut admettre à l’évidence que Macé Leschassier eut une grande influence sur les choix vestimentaires de François de Lorraine – mais pas sur ceux d’Anne d’Este, qui disposa tout au long de sa vie commune avec le deuxième duc de Guise d’un tailleur personnel, Pierre Paulet44. Le duc de Guise disposait en tout cas au sein de son personnel d’un homme capable de répondre rapidement à toutes ses demandes et de gérer l’approvisionnement de la maison en tissus précieux. Le tailleur traitait sans doute avec d’autres artisans du textile spécialisés pour réaliser le décor de broderie qui était alors de mise sur les costumes de cour. D’après les états des gages et pensions de sa maison dans les années 1550 et 1560, François de Lorraine n’entretenait pas toutefois de brodeur attitré, à la différence de sa mère Antoinette de Bourbon – qui comptait parmi ses commensaux en septembre 1552 un brodeur et une fille faisant les coiffes – et de son frère Louis, cardinal de Guise, qui avait le brodeur Étienne Pillois parmi ses valets de chambre en 157045. L’absence d’un brodeur au sein de l’hôtel ducal dut renforcer l’influence de Macé Leschassier. Bénéficier de la confiance du duc de Guise était assurément un moyen pour un bon artisan de gagner un pouvoir économique considérable.

19Ainsi, s’ils ne rechignaient pas à faire appel à toute la gamme des commerçants et artisans susceptibles de les approvisionner en biens de qualité, les Guise avaient à leur service quelques fournisseurs devenus de quasi familiers de la maison. À n’en pas douter, ces derniers gagnèrent à l’établissement de ce rapport de confiance une vraie capacité à infléchir les choix de consommation des Lorrains : de simples vendeurs, ils devinrent de véritables acteurs du paraître courtisan, suggérant des coupes nouvelles, proposant des objets inattendus et séduisants à la convoitise de leurs clients. Toutefois, même ces fournisseurs attitrés n’eurent pas nécessairement la chance de Rose Bertin, devenue intime de Marie-Antoinette grâce au succès de ses trouvailles auprès de la souveraine. Bien souvent, ils n’avaient pas un accès direct au duc ou à la duchesse de Guise, mais devaient se contenter de traiter avec les intermédiaires envoyés auprès d’eux. Le fait même que la quasi totalité des lettres relatives à des achats aient été écrites aux Lorrains non par leurs fournisseurs, mais par ces fameux intermédiaires indique la place stratégique que ces derniers occupaient dans la chaîne des décisions de consommation : maîtres de l’information, parfois investis du pouvoir de décider pour leurs patrons, ils étaient les hommes forts de la consommation ducale.

ACHETEURS ET EXPERTS : LES INTERMÉDIAIRES DANS LA CONSOMMATION DUCALE

20L’approvisionnement en produits de luxe d’une grande maison aristocratique donnait aux intermédiaires un rôle central, bien que discret, dans la création d’un environnement matériel en adéquation avec le rang des commanditaires. Le manque de temps disponible, l’impossibilité de se montrer en train de marchander, l’éloignement des centres de production empêchaient les aristocrates de procéder eux-mêmes aux achats nécessaires à leur représentation. Ils devaient par conséquent déléguer cette tâche à des personnes capables de la mener à bien, en dépit des difficultés inhérentes à l’achat par procuration. Judicieusement menée, la mission de ces intermédiaires permettait à ces derniers de devenir des acteurs de premier ordre du paraître aristocratique.

Les acheteurs : statuts et compétences

21Le recensement des acheteurs impliqués dans la consommation des ducs de Guise fait rapidement apparaître deux types de personnes amenées à exercer cette fonction : des acheteurs réguliers, pris souvent dans le vivier des serviteurs domestiques des ducs et généralement spécialisés dans un champ bien précis de la consommation ducale, et des intermédiaires habitant à proximité d’un centre de production réputé.

Serviteurs domestiques et acheteurs réguliers

  • 46 AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 19 février 1571 ; étude LXVIII, liasse 39, 27 avril 1571 ; étude (...)
  • 47 BnF, fr. 20550, fo 33.
  • 48 ACC, 1-A-14, Ordre donné au tailleur de faire les vêtements des garçons de l’office, 1580.

22Les serviteurs domestiques étaient tout désignés pour jouer un rôle de premier plan dans l’approvisionnement de la maison ducale. Assez naturellement, les maîtres d’hôtel des Lorrains se chargeaient d’une partie des achats. Ils géraient en particulier les fournitures quotidiennes en denrées alimentaires et les marchés de pourvoirie les instituaient clairement en interlocuteurs des marchands bouchers et mareyeurs46. L’ordinaire de la table ducale dépendait ainsi largement des décisions prises par le maître d’hôtel de quartier, en concertation sans doute avec les maîtres-queux. À titre exceptionnel, toutefois, les maîtres d’hôtel pouvaient être épaulés dans leur quête d’approvisionnement par d’autres membres de la maisonnée : en juin 1551, alors qu’il avait à cœur de fournir la maison en denrées excellentes en prévision du baptême de la petite Catherine-Marie, le maître d’hôtel François de Hangest bénéficia de l’aide du trésorier et receveur général Hugues de Champaigne, lequel envoya des hommes auprès de marchands dont il connaissait et appréciait les produits47. En plus d’avoir la haute main sur les achats de denrées, les maîtres d’hôtel avaient une certaine autorité en matière d’habillement des domestiques. Guillaume Perdriel, seigneur de Bobigny et maître d’hôtel d’Henri de Lorraine au début des années 1580, reçut ainsi la mission de passer un marché avec le tailleur de la maison et de décider avec lui quels seraient les vêtements dont le duc entendait faire don à ses garçons d’office48.

  • 49 BnF, fr. 20467, fo 55 ; fr. 20513, fos 3, 47 et 61 ; fr. 20519, fo 85 ; fr. 20542, fo 91 ; fr. 205 (...)
  • 50 BnF, fr. 20517, fo 65.
  • 51 BnF, fr. 20542, fo 91.

23D’autres employés avaient l’oreille du duc. Le cas le plus intéressant est sans doute celui de Ramassin de Bologne49. Cet homme de cheval, qui devait être au service de François de Lorraine depuis 1547 au moins, avait le statut de « cavalcadeur » (dresseur) du haras d’Éclaron. L’écuyer royal Scipion di Piovene le comptait au nombre des rares personnes capables de l’aider à mener à bien un dressage innovant50. Ses compétences en faisaient un interlocuteur incontournable pour toutes les affaires de chevaux de la maison et un conseiller écouté de François de Lorraine. C’était probablement lui le « Ramazino » que le Milanais Giovanni Ambrosio Cazzulo cherchait à contacter au moment d’aller voir à Bergame onze chevaux récemment sortis du royaume de Naples51. En avril 1548, l’écuyer Mulet signalait au duc d’Aumale que Ramassin était parti voir les chevaux de madame de Saint-Pol – qui souhaitait probablement faire un cadeau au Lorrain – pour choisir le meilleur. Quelques mois plus tard, il accompagnait le sieur de Belloc pour mener à François de Lorraine de beaux chevaux espagnols. En février 1553, le sieur de Belloc, de nouveau occupé à repérer des chevaux espagnols, demanda à François de Lorraine de lui envoyer Ramassin pour l’aider à faire son choix. Ces multiples mentions font sans conteste de Ramassin de Bologne l’homme clé de l’approvisionnement de la maison de Guise en chevaux d’exception au milieu du XVIe siècle.

  • 52 BnF, fr. 20548, fo 57 ; AN, MC, étude C, liasse 38, août 1551 ; Bimbenet-Privat M., Les Orfèvres p (...)

24Quelques personnes enfin se virent accorder à diverses reprises la confiance des Guise pour mener à bien leurs achats, sans pour autant être employés de façon permanente par les Lorrains. Il en allait ainsi de ce monsieur de Belloc, plusieurs fois évoqué ici pour un approvisionnement en chevaux espagnols, ou de Jérôme de Beaquis, appelé à diverses reprises à trouver des pièces d’orfèvrerie et des joyaux pour le duc de Guise et son frère cadet le cardinal de Lorraine52. Ces hommes n’appartenaient pas au groupe des serviteurs domestiques de la maison du duc de Guise ni ne se rattachaient à une entité satellite comme le haras, toutefois ils apparaissent régulièrement dans les sources dans leur domaine de spécialité. Ils étaient manifestement parvenus à s’imposer auprès de François de Lorraine comme des acheteurs de confiance, comprenant bien les demandes de leur commanditaire et sachant lui trouver des objets et des animaux satisfaisants à un coût acceptable.

L’acheteur résidant dans la zone de production

  • 53 « Babou, famille », Jouanna A. et al, La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, Paris (...)

25Pour limiter les déplacements des fidèles comme Ramassin de Bologne ou François de Hangest, les Guise pouvaient aussi recourir à des connaissances résidant à proximité du centre de production concerné. Lorsqu’il chercha à faire réaliser son lit de parade par des artisans de Tours, en 1548, François de Lorraine voulut avoir sur place un représentant capable de négocier avec les ouvriers et de suivre au jour le jour la progression du travail. Il fit alors appel à Marie Gaudin, dame de La Bourdaisière (fig. 75 pl. XXXII). Elle était l’épouse depuis 1510 de Philibert Babou, fils d’une famille d’officiers de Bourges qu’elle avait fait entrer dans le milieu des grands marchands et officiers de finance de Tours et qui était devenu par la suite trésorier de France53. Détenteur de multiples charges à la cour, Philibert Babou remplit de très nombreuses missions pour François Ier, dont l’une, a priori des plus anodines, éclaire le rôle de son épouse dans l’épisode du lit de damas. Babou était en effet régulièrement chargé d’effectuer pour le roi le paiement des ouvriers en drap précieux et des artistes établis à Tours – ville dont il était aussi maire. Par son appartenance à l’une des familles les plus importantes de la ville, par la place occupée par son mari dans les instances municipales, par l’habitude enfin qu’avait développée le couple d’être une courroie de transmission entre la cour et les artisans tourangeaux, Marie Gaudin était tout désignée pour remplir cet office pour le jeune duc d’Aumale. Celui-ci confia à la dame de La Bourdaisière la responsabilité des opérations : elle donnait des ordres aux ouvriers, négociait les prix avec les maîtres, discutait avec eux de la qualité de la pièce, les pressait pour tenir les délais, présentait au duc les options possibles… Elle participa donc pleinement à l’élaboration du lit.

  • 54 BnF, Clair. 351, fo 124 ; fr. 20512, fo 3.
  • 55 Négociations, lettres et pièces diverses relatives…, op. cit., p. 300.
  • 56 Bacqué-Grammont J.-L. et al., Représentants permanents de la France en Turquie (1536-1991) et de l (...)
  • 57 BnF, Clair. 342, fo 86 ; fr. 20530, fo 1 ; fr. 20513, fos 3, 47 et 61 ; fr. 20552, fos 36 et 150 ; (...)
  • 58 BnF, Clair. 349, fo 145.

26D’autres personnages étaient des mieux placés pour servir d’intermédiaires aux Guise : les ambassadeurs, et en particulier ceux qui étaient en poste dans les pays qui fournissaient les produits les plus recherchés par les Lorrains (Espagne, Italie, Empire ottoman). L’abbé de Saint-Ferme, qui secondait l’ambassadeur Jean d’Avanson à Rome, eut ainsi à gérer les problèmes d’expédition des marbres antiques de François de Lorraine en 1557 et 155954. Sébastien de L’Aubespine, évêque de Limoges et ambassadeur auprès du roi catholique, permit la sortie du royaume de Naples des trente-sept juments et douze chevaux achetés par le duc de Guise en 156055. Les plus sollicités étaient toutefois les ambassadeurs auprès du sultan ottoman. Au milieu du siècle se succédèrent à ce poste trois hommes : Gabriel de Luetz d’Aramon (1546-1553), Michel de Codignac (1553-1556) et Jean Cavenac de La Vigne (1556-156656). Tous furent en contact avec François de Lorraine au cours de leur mission. D’Aramon acheta des chevaux pour le duc en 1548-1549 et 1551, Codignac en fit autant en 1556, tandis que Cavenac de La Vigne envoya au duc et à la duchesse des bonnets de Turquie et divers cadeaux – sans plus de précision – en 1558 et 155957. Le rôle de ces diplomates dans le processus de consommation de la maison de Guise se limitait parfois à faciliter l’exportation des produits achetés vers la France, néanmoins ces hommes avaient souvent la responsabilité de choisir l’acheteur final qu’ils envoyaient à grands frais se procurer la marchandise désirée. En 1556, Codignac affirmait attendre de l’argent pour envoyer des hommes acheter une douzaine de poulains parmi lesquels le duc de Guise pourrait choisir les animaux lui plaisant le plus58. Les ambassadeurs pouvaient aussi prendre part à la sélection des objets ou des animaux. Le maître des postes de Lyon Catherin Jean affirmait ainsi en 1551 que les deux chevaux turcs qu’il avait aidé à faire mener au duc de Guise avaient été choisis par l’ambassadeur d’Aramon et son écuyer (fig. 76 pl. XXXII).

  • 59 Cf. supra chap. 8.
  • 60 Welch E., Shopping in the Renaissance…, op. cit., p. 262.
  • 61 BnF, fr. 20515, fo 19 ; fr. 20649, fos 188 et 193. AN, KK 906, fo 154.

27Le lieu de résidence de l’intermédiaire était ainsi un critère majeur des Guise. La correspondance mise précédemment en évidence entre les aires d’approvisionnement de la maison de Guise et les zones de son influence politique s’explique d’ailleurs aisément lorsque l’on observe l’identité des intermédiaires servant de relais au duc de Guise dans ces régions59. Officiers seigneuriaux, officiers royaux, marchands-banquiers en relation avec la couronne constituaient en effet autant d’interlocuteurs avec lesquels les Lorrains étaient en contact épistolaire régulier pour le suivi des affaires courantes de leurs terres, de leurs gouvernements ou, dans les périodes d’apogée politique de la maison, de celles du royaume. Rien de plus simple alors que de demander à un subordonné de se charger d’une mission plus personnelle et de se mettre en quête de produits de consommation. Le fait n’avait rien d’extraordinaire, car il était en fin de compte un aspect parmi d’autres de la relation de clientèle60. Girard Sayne, par exemple, eut affaire aux Guise au début des années 155061. Receveur général du roi en Bourgogne, il eut à traiter avec la famille ducale en raison de divers dons de revenus faits aux Lorrains par le roi sur des ressources bourguignonnes. Très vite, il suivit les tractations faites autour de l’acquisition de la terre de Marac par Antoinette de Bourbon (1553), assurant semble-t-il le transfert d’argent de l’acquéreuse à l’ancienne propriétaire, Anne de Gaignarre, dame de L’Aubespin. Il lui fut aussi demandé d’envoyer des tonneaux de vin blanc de Dijon à Fontainebleau, et plus encore de fournir cent livres à une dame de Digoin pour lui permettre d’acheter les aunes de toile d’Autun réclamées par la duchesse douairière.

  • 62 Mentions des versements par Artus Prunier en ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les compte (...)
  • 63 ACC, 1-CB-2, Pouvoir donné par François de Lorraine et Anne d’Este, 11 novembre 1555.
  • 64 AN, MC, étude CXII, liasse 1, 30 juillet 1549 (deux actes). BnF, fr. 20511, fo 129 ; fr. 20517, fo(...)

28En Dauphiné, Artus Prunier eut de semblables relations avec la famille de Guise. En tant que receveur général du Dauphiné, Artus Prunier était en contact fréquent avec François de Lorraine, gouverneur de la province, à qui il versait en particulier les fameux ducats briançonnais qui étaient l’un des attraits de la charge62. Les relations entre les deux hommes furent suffisamment bonnes pour que le duc chargeât le receveur – entre autres fidèles – de le représenter dans les négociations relatives à l’achat du comté de Nanteuil63. Les revenus que touchait le duc de Guise du trésorier et receveur général expliquent que ce dernier reçût nombre d’assignations à payer des fournisseurs de la maison de Guise pour des draps, des bottes ou d’autres marchandises64.

  • 65 BnF, fr. 20515, fo 19 ; fr. 20517, fo 137 ; fr. 20540, fo 63. Sur la généalogie de la famille Prun (...)

29Artus Prunier et Girard Sayne ne firent peut-être jamais eux-mêmes l’achat des produits envoyés aux Guise, cependant ils désignèrent parmi leurs proches des personnes capables de faire un tel choix : n’ayant pu trouver la dame de Digoin, Girard Sayne proposa aussitôt les services de l’une de ses nièces, mariée à Autun, pour faire les quelques emplettes de toile pour Antoinette de Bourbon ; de même, Artus Prunier fit à plusieurs reprises le lien entre les Lorrains et Jean Henri, riche marchand de draps de Lyon qui avait épousé sa nièce Claudine, et permit ainsi l’achat de grandes quantités de velours cramoisi65. Ces hommes n’étaient peut-être pas les intermédiaires chargés en dernier ressort de la sélection des produits, mais ils remplissaient une fonction stratégique dans le processus de consommation en désignant les acheteurs finaux et en faisant circuler les consignes et questions dans la chaîne de décision. Lorsqu’ils s’avéraient capables de mobiliser les personnes adéquates, ils devenaient un maillon essentiel de la consommation ducale.

  • 66 BnF, fr. 20516, fos 121, 124 et 125.
  • 67 Archives historiques, statistiques et littéraires du département du Rhône, t. XIII, nos 74-75, p.  (...)
  • 68 BnF, fr. 20517, fo 37 ; fr. 20537, fo 98 ; fr. 20552, fo 71.

30Le cas des intermédiaires lyonnais est ici éclairant. Lorsqu’il voulut finalement, à l’été 1548, faire acheter les bijoux qu’un marchand lyonnais était venu lui présenter, François de Lorraine s’adressa à deux notables de la ville66. Le premier était François Rousselet, seigneur de La Part-Dieu, un homme issu d’une famille de marchands et échevins de la ville qui avait contracté une alliance prestigieuse en épousant une femme de la famille Gondi en 153367. À cet homme bien établi fut adjoint Jacques Senneton, marchand libraire, allié à l’un des secrétaires de François de Lorraine. Ces hommes ne durent pas donner pleine satisfaction au duc puisque ce fut là leur dernière (ou unique) collaboration ; il est vrai que ni Rousselet ni Senneton ne parvinrent à faire entendre raison au marchand pour lui faire baisser son prix de vente. Par la suite, durant les années 1550, l’intermédiaire lyonnais par excellence fut Albisse d’Elbène, le financier d’Henri II. L’implication du banquier dans les opérations de financement des guerres de la monarchie suscita une abondante correspondance avec le duc de Guise, qui en profita pour se faire adresser les nombreuses denrées qu’il aimait à se procurer sur le marché lyonnais68. Albisse d’Elbène semblait y mettre du sien, du moins s’attribuait-il le mérite des trouvailles dans ses lettres : à propos de l’eau thermale de Lucques qu’il envoya au duc de Guise en mars 1558, il affirmait en effet n’avoir « espargné les amys ny la dilligence » et avoir pris soin de solliciter les recommandations d’un médecin expert en cette sorte de médication. Le marchand-banquier faisait ainsi jouer ses réseaux dans la capitale des Gaules pour fournir les meilleurs produits au duc. Là encore, il ne choisissait sans doute pas lui-même les produits qu’il envoyait à François de Lorraine, néanmoins il veillait à s’adresser aux bonnes personnes.

  • 69 BnF, fr. 20522, fo 21.
  • 70 BnF, fr. 20515, fo 19 ; fr. 20552, fo 150.

31Hélas, il est souvent impossible de remonter la piste au-delà de ces personnages responsables du choix final de l’acheteur. Sur ce dernier point, les lettres se font en général allusives : qui étaient les « amys » d’Albisse d’Elbène ? Qui les ambassadeurs auprès du sultan chargeaient-ils de dénicher les chevaux ou les bonnets qui sauraient plaire au duc de Guise et à son épouse ? Le patron du navire des Bausset qui, en 1556, devait trouver à Alexandrie des tapis pour le duc de Guise était-il capable de les choisir lui-même ou devait-il faire appel sur place à quelqu’un de plus compétent69 ? Seuls les acheteurs posant problème sont clairement mentionnés dans les sources, lorsqu’ils n’étaient pas en contact direct avec le duc de Guise. La nièce de Girard Sayne n’était évoquée ainsi avec quelque précision que parce que son oncle la proposait en remplacement de la femme originellement désignée par Antoinette de Bourbon ; de même, c’était parce qu’il refusait d’endosser la responsabilité d’un mauvais choix quant à deux chevaux turcs que le maître des postes Catherin Jean précisait que la décision avait été prise par l’ambassadeur et son écuyer70. Cette fréquente absence de précision, bien que décevante, est en fin de compte révélatrice. Si les correspondants du duc de Guise ne prenaient pas la peine d’indiquer qui ils avaient chargés de choisir le produit et de faire la transaction – en-dehors de certaines acquisitions stratégiques ou de quelques bévues –, c’est qu’ils étaient conscients d’avoir la confiance de leur commanditaire. Le duc s’adressait à eux en raison de leur connaissance du terrain et de leur réseau de relations dans la zone de production : du moment que le résultat était à la hauteur de ses espérances, peu lui importait au fond qui finalisait l’achat.

Acheteurs et expertise

  • 71 BnF, Clair. 349, fo 145.
  • 72 La confiance du duc à l’égard des capacités de Morenger perdura puisque, sous le règne de François (...)
  • 73 BnF, fr. 20515, fo 19.
  • 74 BnF, fr. 20469, fo 103.
  • 75 BnF, Clair. 349, fo 145.
  • 76 BnF, fr. 20517, fo 83.

32Quel était le degré de compétence des acheteurs des Guise ? La question est d’importance, pourtant il n’est pas simple d’y répondre. Pour quelques personnages comme Ramassin de Bologne, l’écuyer Morenger ou Jérôme de Beaquis, le problème est toutefois vite réglé puisqu’ils furent clairement employés en raison de leurs aptitudes. Lorsqu’il envoya l’écuyer Morenger à Istanbul pour visiter les écuries de l’ambassadeur Michel de Codignac et lui en ramener quelques beaux chevaux turcs, François de Lorraine interdit en effet clairement à tout autre que son émissaire de choisir les animaux71. Le duc réservait ainsi le droit de prendre la décision à un homme dont il connaissait les capacités72. Pour les autres acheteurs, le problème s’avère plus épineux, car les sources sont peu loquaces. On peut supposer qu’il y avait dans les dires de Girard Sayne une certaine vérité lorsqu’il assurait à Antoinette de Bourbon qu’elle pouvait faire confiance à sa nièce puisque celle-ci « se y congnoistra[it] très bien73 ». Faut-il croire en revanche Marie Gaudin, laquelle modérait ses avis d’un « madame votre mère vous en pourra dire son advis qui se y congnoist myeux que moy74 » ? Alors quinquagénaire et habituée à traiter avec les ouvriers tourangeaux de la soie, l’épouse du trésorier de France devait tout de même avoir un œil très exercé en matière de draps précieux ; ses réserves relevaient sans doute plus d’une volonté d’adoucir ses conseils pour ne pas sembler trop péremptoire à François de Lorraine que d’une réelle timidité au moment de faire un choix. Quelques intermédiaires se révélèrent néanmoins moins capables que la nièce de Sayne et Marie Gaudin. L’ambassadeur Codignac, qui à défaut de l’avoir faite lui-même avait approuvé la sélection de chevaux opérée par son écuyer, prit ainsi une véritable leçon d’anatomie équine en écoutant les critiques formulées par le sieur de Morenger sur son cheptel : « Luy en aiant faict veoir ung nombre que j’ay en mon logis, il ne y a trouvé chose qui l’aye contenté, faisant veoir à l’œil les deffaultz que nous qui n’avons pas si grande expérience n’avions pas congneuz75. » Le diplomate découvrait les limites de son savoir et de sa compétence en la matière. Peut-être n’était-ce pas là la première fois qu’il se montrait mauvais juge en fait de beauté équine car en 1554 Scipion di Piovene, l’écuyer du roi qui dressa certains des chevaux de François de Lorraine, avait déjà dû signaler au duc de Guise que deux chevaux turcs récemment entrés en sa possession n’étaient pas dignes de lui76.

  • 77 BnF, fr. 20516, fo 121.
  • 78 BnF, fr. 20542, fo 8.
  • 79 Fontaine L., L’Économie morale…, op. cit., p. 255.

33Lorsque le seul acheteur disponible n’était pas assez compétent par lui-même, il lui était toujours possible d’avoir recours à des experts – la plupart du temps des professionnels – pour l’aider dans sa prise de décision ou dans sa transaction. François Rousselet et Jacques Senneton, au moment de finaliser l’achat de quelques joyaux auprès d’un marchand lyonnais à l’été 1548, préférèrent s’adresser « à personnes ad ce congnoissans » pour avoir une estimation sérieuse du prix des bijoux et éviter d’être désarmés au moment de la négociation avec le vendeur77. De la même façon, les officiers du Dauphiné qui espéraient s’attirer les bonnes grâces de leur gouverneur en faisant présent à sa femme de beaux mulets, durent revoir leur choix78. D’après l’official de Grenoble, le procureur du roi en « avoit arresté quatre fort beaux » et les deux hommes s’apprêtaient à les faire partir pour la cour. Ils eurent cependant la présence d’esprit de les faire « essaier aux maistres » or ceux-ci eurent vite fait de constater que les animaux « n’avoient tant de bonté que de beaulté ». Il fallut attendre l’arrivée de Suze d’une douzaine d’autres bêtes pour pouvoir envoyer au duc et à la duchesse de Guise un cadeau susceptible de leur agréer. Dans l’« économie de bazar » de l’Europe moderne, la compétence de l’acheteur était la seule garantie d’une consommation judicieuse79.

34La diversité régnait donc parmi les nombreux acheteurs des Guise. Leur degré d’implication, tout d’abord, variait de la simple conclusion d’une transaction déjà bien engagée (comme ce fut le cas pour François Rousselet et Jacques Senneton) à la participation active au processus de décision. Leur compétence, ensuite, différait sensiblement, l’expertise d’un acheteur utilisé pour son lieu de résidence étant souvent, de ce point de vue, moindre que celle d’un serviteur de confiance envoyé en mission. Leurs caractéristiques individuelles et sociales, enfin, étaient très diverses : nobles ou roturiers, hommes ou femmes, Italiens ou régnicoles, écuyers, officiers, marchands, etc. participaient également à la construction du paraître des Guise. Ceux-ci multipliaient donc les canaux leur donnant accès aux produits qu’ils désiraient s’offrir, choisissant les personnes les plus adéquates pour chaque achat. Néanmoins, si, pour certains produits stratégiques, les Lorrains sélectionnaient eux-mêmes avec le plus grand soin l’acheteur, ils déléguaient bien souvent ce choix à la personne qui était leur relais habituel pour toutes sortes de raisons – politiques, diplomatiques, militaires, seigneuriales – dans la région productrice. Cette relative souplesse dans le choix de l’acheteur final avait sans doute pour but de permettre la capacité d’adaptation nécessaire à la réussite de l’opération délicate qu’était l’achat par procuration.

Acheter par procuration : une opération délicate

35Acheter pour quelqu’un d’autre, qui plus est pour un commanditaire très exigeant, n’était pas chose facile à une époque où les moyens de communication étaient lents, où les outils de reproduction graphique des objets étaient limités et où l’absence de standardisation faisait de chaque produit une pièce unique. Même les plus experts des acheteurs des Guise avaient besoin de consignes un peu précises pour remplir leur mission au mieux. C’était ce que rappelait Jérôme de Beaquis à François de Lorraine en mars 1548 :

  • 80 BnF, fr. 20548, fo 57.

L’argentier de monseigneur le reverendissime cardinal de Guyse votre frere m’a ce jourd’huy dict de votre part que je veuille faire diligence de chercher et recouvrer ung beau rubis, ung beau dyament et quelques bonnes perles pour vous qui m’a dict que en avez affaire. […] Vray est monseigneur que je vouldroys bien premierement scavoir de votre Illustrissime Seigneurie de quelle grosseur et pris voulez lesdites pierres, combien de perles et de quelle grosseur, afin que je ne faille et incontinant que auray sceu votre advis je pourray plus certainement me y employer et faire ma diligence.80

  • 81 BnF, fr. 20516, fo 121.
  • 82 BnF, fr. 20543, fo 137.
  • 83 BnF, fr. 20468, fo 31.
  • 84 AN, MC, étude VIII, liasse 135 (parchemin servant de couverture à la liasse), 28 août 1553.

36Malheureusement, aucune lettre des Guise comportant les informations nécessaires à l’acheteur n’a été conservée, ce qui empêche de connaître le niveau de détail des commandes qu’ils passaient. La correspondance ducale témoigne pourtant d’un véritable souci de guider les intermédiaires. On sait par exemple que François Rousselet et Jacques Senneton reçurent un inventaire des bijoux présentés à François de Lorraine à l’été 1548, inventaire dont cinq articles étaient précédés d’une croix ; il s’agissait des pièces qu’ils devaient soumettre à l’avis éclairé de joailliers professionnels pour en avoir une estimation fiable81. Macé Leschassier partit pour Troyes et Paris, au printemps 1550, armé d’un mémoire faisant la liste des « drap d’or, ciel et aultres choses » nécessaires aux obsèques de Claude de Lorraine82. En 1551, lorsqu’il eut à choisir des chevaux turcs dans les écuries de l’ambassadeur d’Aramon, Ramassin de Bologne reçut du duc de Guise une lettre et un mémoire destinés à l’aider dans ses démarches. L’écrit pouvait aussi être remplacé par un échantillon, souvent plus parlant qu’une description très abstraite (fig. 77). C’est pour cela qu’en 1516 l’acheteur envoyé par Philippe de Gueldres auprès du marchand lyonnais Pierre Laurencin pour se procurer des draps de soie pour Antoinette de Bourbon était porteur d’une pièce de tissu censée le guider dans son choix83. Bien sûr, les acheteurs pouvaient souvent s’appuyer sur un dessin ou un patron (mais arrêté par qui ?) pour obtenir du fournisseur un produit parfaitement adapté aux besoins des Lorrains. Macé Leschassier, qui par son statut de tailleur et valet de chambre tenait à la fois du fournisseur et de l’acheteur, put ainsi se fonder sur le patron qui avait été joint au marché passé entre Antoinette de Bourbon et le tapissier parisien Pierre du Larris en 1553 pour refuser un pan de tapisserie d’une taille inadéquate84.

Fig. 77 > Échantillon de gaze brochée d’or fourni par Catherine de Médicis et glissé dans une lettre adressée à la duchesse de Mantoue (1550), Mantoue, Archivio di Stato di Mantova, Archivio Gonzaga, busta 643 (lettre du 12 juillet 1550).

  • 85 BnF, fr. 20469, fos 101-103 ; fr. 20534, fo 33 (cf. annexe 3).

37Les lettres que Marie Gaudin envoya à François de Lorraine en décembre 1548 et mai 1549 à propos de la fabrication du lit de damas tourangeau illustrent à merveille les modes de communication employés entre le duc et ses acheteurs85. Une fois restée seule avec les ouvriers, Marie Gaudin organisa le travail des différents ateliers. Les deux maîtres Jacques Proustet Nicolas Drouin lui firent tenir des échantillons du travail qu’ils pouvaient réaliser ; l’acheteuse les fit porter par son fils au duc d’Aumale afin que ce dernier prît lui-même la décision. Après concertation avec sa mère, le duc se décida pour le drap tissé par l’atelier de Nicolas Drouin ; il retourna l’échantillon à Marie Gaudin pour que celui-ci servît désormais de point de comparaison pour le travail du maître tourangeau. À chaque moment de l’échange, les pièces de tissu étaient accompagnées de lettres permettant de créer un espace de discussion entre le duc et la dame de La Bourdaisière ; conseils et consignes circulèrent de la sorte jusqu’à l’aboutissement du projet.

  • 86 BnF, fr. 20513, fo 3 ; fr. 20517, fo 83.
  • 87 BnF, Clair. 349, fo 145.

38Malgré l’existence de tels circuits d’information, les erreurs de jugement de la part de l’acheteur étaient toujours possibles. C’était le cas particulièrement pour les produits ou les animaux venus de très loin et pour lesquelles les possibilités de communication entre le responsable de l’achat et son commanditaire étaient de fait plus réduites. On imagine mal en effet le patron du navire des Bausset, une fois arrivé à Alexandrie, se dire qu’il lui fallait demander l’avis du duc de Guise avant de faire son choix ! Une semblable hésitation aurait signifié un délai supplémentaire de plusieurs semaines, et plus probablement de plusieurs mois, avant l’arrivée du produit entre les mains de son nouveau propriétaire. De façon révélatrice, les traces d’erreurs repérées dans les archives concernent toutes des chevaux achetés en Turquie86. Ces déconvenues répétées expliquent sans doute pourquoi François de Lorraine décida en 1556 d’envoyer un expert lorsqu’il voulut de nouveau acheter des chevaux orientaux à Istanbul87. Bien lui en prit visiblement puisque, on l’a vu, l’ambassadeur Michel de Codignac fut abasourdi de voir l’écuyer Morenger rejeter, arguments à l’appui, chacun des chevaux de son écurie. Une pointe d’agacement est d’ailleurs sensible dans le récit fait par l’ambassadeur qui dut accompagner Morenger dans un fastidieux périple à travers Istanbul pour voir « tous les chevaulx de ceste ville » et n’en acheter finalement qu’un. Dépité, Codignac promit de faire en sorte d’avoir de meilleurs chevaux à proposer au duc l’année suivante :

J’attens ung homme que j’ay [envoyé] à la court neuf moys a pour avoir l’assignation d’une somme de deniers que le roy doibt icy à ma requeste pour m’estant acquité envers mes créditeurs havoir le moyen d’envoyer en Natolye achapter une douzaine de poulains que je nourriray chez moy pour vous accommoder dès qu’en reuscira de bon quant ilz seront de service, esperant monseigneur que passé ung an ou tant j’auray tout le moyen de vous metre à cheval à votre fantaisie.

  • 88 Rey A. (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, t. 2 : F-PR, Paris, Le Robert, 1998 (...)

39La formule finale témoigne de l’incompréhension de l’ambassadeur face aux exigences du duc de Guise, car « fantaisie » avait déjà au XVIe siècle le sens de « goût passager », « humeur », voire « caprice88 ». Michel de Codignac et François de Lorraine n’avaient décidément pas la même idée de ce qu’était un beau cheval !

L’œil de l’intermédiaire : un filtre pour la consommation ducale

  • 89 BnF, fr. 20469, fos 101-103.

40Le désaccord fondamental entre Michel de Codignac et François de Lorraine rappelle qu’il était difficile pour l’acheteur de se couler entièrement dans la peau du commanditaire et d’abdiquer toute sensibilité personnelle. Bien plus, le fait d’avoir fréquemment recours à des experts indique que les Guise attendaient de leurs acheteurs une certaine capacité de critique ou, au minimum, la capacité de faire le choix le plus judicieux au sein des possibles ouverts par la commande. Certains acheteurs ne se privaient d’ailleurs pas de faire connaître leur opinion, tout en gardant bien sûr une attitude modeste propre à manifester leur conscience de la distance sociale les séparant des Lorrains. Le meilleur exemple de cette attitude est donné par Marie Gaudin. Dans sa lettre du 1er décembre 1548 (annexe 3) destinée à accompagner les deux échantillons soumis au jugement du duc, la Tourangelle transcrivait ce que le tisserand Jacques Proust lui avait dit être les volontés de son client : « Ledict Proust m’a dict que n’entendrez poinct que le fonds de voz rydeaulx fut damassé89. » Surprise par cette décision, elle tentait d’infléchir la position du duc : « Je ne scay monseigneur s’il sera beau que les penthes soient damassées et les rydeaulx non. » Elle faisait un léger pas en arrière (« madame votre mère vous en pourra dire son advis qui se y congnoist myeux que moy… »), mais pour aussitôt insister sur ses doutes (« … mais il me semble monseigneur qu’il seroit plus beau tout d’une pareure »). La suite de la lettre était en revanche une démonstration de soumission : « Vous me commanderez monseigneur ce qu’il vous plaira et je mectray peine de vous obeyr et y faire faire la plus grande dilligence qu’on pourra car l’ouvrier ne bessoignera poinct que je n’aye votre responce affin de n’y faire chose qui ne soit selon votre commandement. » Si elle était soucieuse de pas paraître irrespectueuse, Marie Gaudin jugeait toutefois qu’il était de son devoir de conseiller le duc pour lui éviter de se rendre possesseur d’un produit imparfait, voire mal conçu.

  • 90 BnF, fr. 20541, fo 120 ; Clair. 349, fo 145 ; fr. 20517, fo 83 (« non sono a giudicio moi cavali p (...)
  • 91 BnF, fr. 20468, fo 31.

41Au-delà de Marie Gaudin, tous les acheteurs des Guise, tous les experts qu’ils sollicitaient, toutes les personnes de rang inférieur qui leur faisaient un riche cadeau avaient une obsession : procurer au duc de Guise des objets dignes de lui. Il s’agissait d’un véritable leitmotiv : « il n’y a riens digne de vous que le tiercelle[t] que j’avoitz baillé », « il n’a trouvé chose digne de vous […] que le cheval qu’il vous meyne », « ce ne sont pas, à mon avis, des chevaux pour Votre Excellence », « [le cheval ne s’est] pas trouvé comme il appartenait à Son Excellence », « ne vous volons provoir de telle marchandise qui ne soit excellente et telle qu’il n’en y aies poinct à la suitte du roy de plus belle90 », etc. De telles affirmations signifient que les Guise n’étaient pas les seuls artisans de leur paraître ni les seuls garants de la conformité de celui-ci avec leur rang : le corps social, par le biais des intermédiaires de la consommation ducale, participait activement à la définition de ce paraître. Roturiers et nobles de rang inférieur se faisaient une idée précise de ce qui devait constituer l’environnement matériel de la famille d’un pair de France, et ils n’entendaient pas transiger sur ce point. Les commanditaires eux-mêmes leur reconnaissaient ce droit, si l’on se réfère à la consigne somme toute très vague donnée par Philippe de Gueldres à son marchand de draps de soie : « Et que le tout soit bon ainsi que entendez qu’il le fault pour nostre fille de Guise91. » La duchesse de Lorraine considérait que le marchand avait une idée très juste de ce que devait être le paraître d’une jeune comtesse et qu’elle pouvait donc se reposer sur lui pour trouver des tissus susceptibles de refléter l’éminente dignité de sa belle-fille.

  • 92 BnF, fr. 20513, fos 3, 47 et 61 ; fr. 20552, fos 36 et 150. Cf. annexe 4.

42Un épisode dont certains aspects ont déjà été évoqués ici constitue un magnifique exemple des discussions pouvant avoir lieu entre le duc de Guise et ses acheteurs et du rôle de ces intermédiaires dans la définition du paraître ducal : il s’agit de l’épisode des chevaux turcs offerts au duc de Guise par l’ambassadeur d’Aramon et rendus par son cavalcadeur Ramassin de Bologne durant l’année 1551 (fig. 7892). L’histoire est la suivante. Dans une première missive, datée du 24 juillet, le maître des postes de Lyon Catherin Jean informait le duc de Guise qu’il était en contact avec un dénommé Stila (surnommé « Le Grec » dans les autres courriers) qui avait la charge de deux chevaux turcs que l’ambassadeur d’Aramon offrait au duc. Les chevaux durent arriver dans les écuries de François de Lorraine dans le courant du mois d’août. La crise débuta alors. Le duc de Guise fut visiblement très déçu ; il envoya à Ramassin de Bologne, alors occupé à dresser les poulains du haras à Éclaron, une lettre et un mémoire sur la conduite à tenir pour obtenir des animaux plus satisfaisants de l’ambassadeur. L’écuyer se mit en route pour Lyon, où résidait alors d’Aramon, quelques jours après le Grec qui y ramenait les deux chevaux. Arrivé dans la cité rhodanienne avant le 26 septembre, Ramassin dut s’entretenir avec Catherin Jean et lui affirmer que le duc le tenait pour responsable de la sélection des animaux, car le maître des postes s’empressa d’écrire à François de Lorraine pour nier toute participation à la prise de décision (25 septembre).

Fig. 78 > Un « cavalcadeur » en plein dressage. Planche tirée du Trattato dell’imbrigliare…, op. cit., p. 74.

43Pendant ce temps, Ramassin se lançait dans une aventure rocambolesque. Il s’introduisit clandestinement dans les écuries de l’ambassadeur pour y observer à loisir les sept chevaux turcs qui s’y trouvaient, mais il les jugea sans intérêt. Fort des résultats de cette visite secrète, il se présenta à Guillaume Regnaud (visiblement un serviteur de d’Aramon) et lui montra la lettre dans laquelle le duc de Guise exprimait son mécontentement. Regnaud, ignorant que Ramassin s’était déjà invité dans l’écurie de l’ambassadeur, convia aussitôt l’émissaire du duc à venir voir tous les chevaux dont il avait la garde afin d’en choisir de plus adéquats. La visite officielle ne fut pas plus concluante que la petite promenade clandestine, aussi Ramassin conseilla-t-il au duc de n’accepter aucun des animaux. Il le faisait en des termes tout à fait catégoriques : « il n’y avoit riens qui feit pour vous », « n’ay treuvé chose qui vaille », « l’ung ne l’autre ne sont de service », « suppliant Votre Excellence ne recepvoir aulcungs desdits chevaulx parce qu’ilz ne se peuvent porter eulx mesmes », etc. Le dresseur restait toutefois à Lyon quelques jours, le temps de recevoir confirmation de la décision du duc (26 septembre).

  • 93 L’homme appelé « monsieur Le Chevalier » par Ramassin était en fait Tomaso di Cardi, l’écuyer char (...)

44Ramassin eut la surprise de recevoir au début du mois d’octobre une lettre de François de Lorraine lui demandant son avis sur un cheval gris de l’écurie de d’Aramon. Le duc de Guise avait en effet entendu dire par Artus de Cossé-Brissac que ce cheval méritait en fait plus de considération que ne lui en avait accordée l’Italien. Le cavalcadeur répéta sa ferme opposition à l’idée que le duc acceptât un tel animal (« je l’ay veu et les aultres estans en l’escuerie de monsieur d’Aramont en ceste ville et vous asseure qu’il n’y a cheval de service comme vous ay ja rescript dès le vingt sixiesme jour de septembre dernier »). Sentant son jugement mis en doute, il prit soin d’étayer sa sentence par des considérations techniques précises : « Et quant au cheval grison, il arregarde le ciel et ne se embouche et n’a bonnes jambes. » Il affirmait en outre être conforté dans son opinion par un autre expert dont il donnait des gages de compétence et de sérieux (« j’ay faict visiter ladite escuerye par ung mareschal florentin qui se nomme maître Jacques qui est bien congnoissant et praticq en chevaulx et lequel monsieur Le Chevalier escuier du roi congnoist bien93 »). La discussion sur le sujet était de toute façon désormais sans objet, puisque le cheval gris avait été donné à quelqu’un d’autre dans l’intervalle.

45Ramassin de Bologne avait fort à faire pour maintenir le « standing » des écuries ducales, puisqu’il devait en même temps résister à l’offre que lui faisait le frère de d’Aramon d’un petit cheval turc de couleur bai. Comme le frère de l’ambassadeur avait décidé de contourner l’obstacle que représentait Ramassin en allant voir directement le duc avec l’animal, le cavalcadeur mettait en garde son maître en signalant à son attention les défauts du petit cheval : « Je le treuve fort hault en joincte et les jambes bien primes. » Il rappelait qu’il avait hésité à le prendre, ne le pensant pas assez digne de son maître. Ramassin laissait toutefois la décision finale au duc. Il n’omettait pas de préciser, cependant, que l’écuyer de d’Aramon lui avait promis de se rendre très bientôt à Istanbul pour acheter des chevaux plus conformes aux attentes du duc de Guise : la patience devait primer et le duc devait attendre l’arrivée de ces nouveaux chevaux plutôt que se précipiter. Mais contrairement à ce qu’il avait pu penser, Ramassin n’en avait pas encore fini avec les chevaux des écuries de l’ambassadeur d’Aramon. Il reçut en effet le 11 octobre de nouvelles lettres du duc de Guise lui demandant vraisemblablement une nouvelle fois de considérer la question. Il fut obligé de procéder à une nouvelle visite en compagnie d’un autre expert, visite à l’issue de laquelle il ne put que réitérer ses recommandations (« et pour responce à vos lettres, j’ay encores visité et faict visiter l’escuyrie et vous assure monseigneur qu’il n’y a chouse que j’en puisse emmener »). Bien décidé à clore enfin le chapitre, il déclara au duc de Guise qu’il avait rendu définitivement et officiellement les chevaux et qu’il s’en retournait à Éclaron. L’affaire était enfin réglée.

46En dépit des lacunes du dossier documentaire – l’absence des réponses du duc de Guise, en particulier –, les rebondissements de cette histoire sont très révélateurs. Ramassin de Bologne apparaît en effet comme un intermédiaire investi d’une véritable mission de conseil, capable de camper sur ses positions en dépit des pressions de son maître. Il ne craignait pas d’insister et d’argumenter pour emporter la décision de François de Lorraine, multipliant les avis autorisés et les précisions techniques. Il est donc clair que l’écuyer s’estimait capable de peser sur les choix du duc : à son service depuis trois années au moins, il ne se serait certainement pas lancé dans le débat avec autant d’assurance, au risque d’importuner le duc, s’il n’avait pas pensé avoir une réelle chance de le convaincre. Le fait que Ramassin, plusieurs années après cet épisode, ait toujours été au service du duc, prouve d’ailleurs que son comportement ne fut pas jugé déplacé. Bien au contraire, il resta après cela le responsable de la sélection des chevaux amenés à servir de reproducteurs au haras d’Éclaron. Par ailleurs, même s’il laissait bien sûr en fin de compte le choix à l’appréciation du duc de Guise, Ramassin de Bologne s’érigeait en défenseur du paraître de son maître, faisant tout pour éviter à ce dernier une décision qui pourrait le déconsidérer aux yeux des autres courtisans. On conçoit dès lors l’importance que revêtait le choix par le duc de ses intermédiaires. Il était essentiel d’avoir des relais, des personnes de confiance placées au bon endroit : à une époque où le modèle en matière d’art de vivre était à chercher de l’autre côté des Alpes, rien ne valait le recours à des experts italiens.

L’Italien, ou l’expert superlatif

  • 94 BnF, fr. 22433, fo 97 ; fr. 20551, fo 12.

47Forts de la supériorité culturelle de l’Italie renaissante, les Transalpins – surtout ceux vivant en France – étaient des acteurs quasi incontournables du paraître aristocratique dans le royaume des Valois. Les marchands originaires de la Péninsule sillonnaient alors le royaume de France pour présenter à leurs riches clients les velours de Lucques, les armes de Milan et les verreries de Venise. À Chartres, en 1560, François de Lorraine fut ainsi délesté de 33 livres par un marchand milanais venu lui présenter des harnais de cuir rouges et dorés ; sept années plus tôt, il avait dû demander à des Italiens habitant à Paris de bien vouloir se porter garants pour lui auprès de l’un de leurs compatriotes qui lui avait fourni pour près de 800 écus de « marchandisse et armes94 ». On sait en outre les bons offices que remplirent pour lui le banquier d’origine florentine Albisse del Bene et le gentilhomme milanais Jérôme de Beaquis afin de lui permettre de recouvrer en France même denrées italiennes et bijoux précieux.

  • 95 Jean Francisque : BnF, fr. 8181, fos 100, 180, 190, 222, 271 et 355 ; fr. 20468, fo 177 ; fr. 2053 (...)
  • 96 Scipion di Piovene : BnF, fr. 20517, fos 19, 33, 65 et 103 ; fr. 20519, fos 73, 75 et 83 ; fr. 205 (...)

48Toutefois, le secteur du paraître ducal le plus marqué par la présence des Italiens fut sans doute possible celui du cheval. Grâce au développement, dès le début du XIVe siècle, de l’équitation savante dans la Péninsule et à sa codification dans les grands traités de Federico Grisone et Cesare Fiaschi, les Italiens faisaient figure d’experts incontestables et jouissaient d’un quasi monopole de fait. Dès l’époque de Claude de Lorraine, les écuries de la maison de Guise – et en particulier la grande écurie et le haras – furent largement peuplées par des Transalpins : Jean Francisque (naturalisé en 1539), Jean-Antoine Ferrier, dit Mulet (Milanais naturalisé en 1551), Spagny ou Hespany, serviteur de Piero Strozzi passé au service de François de Lorraine en 1558, Ercole Trinchetta, Ramassin de Bologne, César Dalbert (naturalisé en 158695), etc. François de Lorraine n’hésitait pas en outre, pour faire dresser ses chevaux, à faire appel à des écuyers italiens installés en France, comme Scipion di Piovene, gentilhomme de Vicence qui avait épousé Claude Robertet et qui fut naturalisé en 1555, ou le Mantouan Tomaso di Cardi, qui s’était fixé dans le royaume avec sa famille en 1537 et qui avait été chargé de la réorganisation du haras royal de Saint-Léger en 155196.

  • 97 Ibid., p. 106-107.

49Les Italiens eurent donc pendant tout le XVIe siècle la haute main sur les écuries des Guise, choisissant les chevaux les plus dignes des ducs, les formant aux raffinements de l’équitation savante et les conduisant à la guerre lorsqu’il le fallait. Du point de vue des transferts des techniques équestres et de l’acclimatation des savoir-faire italiens en France, la maison de Guise n’eut sans doute pas moins d’importance que la maison de Nevers une fois celle-ci relevée par les Gonzague. Jean-François Dubosta en effet émis l’hypothèse d’un rôle essentiel joué par les Gonzague dans l’introduction de la maîtrise équestre italienne en France en rappelant qu’ils n’eurent pas moins de cinq écuyers italiens à leur service entre 1565 et 1628 et que Ludovic Gonzague envoyait ses agents lui acheter des chevaux dans la cité familiale de Mantoue, alors l’une des capitales de la culture équestre européenne97. Si les Gonzague purent sans doute, par leurs liens naturels avec Mantoue, aviver la passion de l’aristocratie française pour l’art équestre, l’exemple de la maison de Guise prouve qu’ils ne furent pas des pionniers en la matière. Le souci de confier les écuries ducales à des experts transalpins, apparu dès l’époque de Claude de Lorraine, ne se démentit plus par la suite ; le mariage italien de François de Lorraine renforça à coup sûr cette tendance en liant la maison de Guise à la famille régnant sur l’autre capitale du cheval à la Renaissance, Ferrare. Le parcours personnel de Scipion di Piovene, arrivé en France à la suite du cardinal de Ferrare et devenu ensuite un protégé du duc de Guise, illustre cette relation privilégiée. Les Guise contribuèrent ainsi à promouvoir la figure de l’écuyer italien dans la France du XVIe siècle.

50La capacité à mobiliser des agents italiens à chaque stade de la consommation – et plus encore dans les domaines où s’exerçait la suprématie des experts issus de la Péninsule : équitation, escrime… – était le gage de se constituer un environnement matériel en phase avec les nouvelles exigences de distinction aristocratique. La présence de nombreux Italiens au sein de la suite ducale était sur ce plan un avantage décisif pour les Guise : dames et demoiselles d’Anne d’Este, gentilshommes servants de François de Lorraine, écuyers, secrétaires, aumôniers, valets de chambre, etc., formaient ce que Jean-François Dubosta qualifié de « cristallisation sociale » italienne autour du couple ducal. La maison de Guise pouvait à son gré puiser dans les ressources humaines de son hôtel ou solliciter son vaste réseau pour trouver des experts capables de définir les meilleures orientations pour rendre visible sa transformation en foyer de la nouvelle culture aristocratique.

51Par leurs compétences, par leur place dans la chaîne de décision et leur contrôle de l’information fournie aux Guise, par leur capacité de choix et de censure, les intermédiaires constituaient bien la clé de voûte du système de consommation ducal. Ils étaient en outre indispensables aux négociations et marchandages permettant aux Guise de ne pas débourser plus que nécessaire, et leur mobilité rendait possible un approvisionnement à longue distance. Ils ne pouvaient cependant oublier qu’ils étaient au service de maîtres auxquels revenait toute décision, en dernier ressort.

LES GUISE, MAÎTRES DE LEUR PARAÎTRE ?

  • 98 Boltanski A., Les Ducs de Nevers et l’État royal…, op. cit., p. 275-325.

52Dans cette construction du paraître ducal faisant la part belle aux décisions des intermédiaires et des fournisseurs attitrés, quelle place restait-il au final pour le choix personnel, voire le goût de celui ou celle autour de qui se bâtissait l’image de la domination ? La question se pose d’autant plus que les acteurs de la construction du paraître ducal n’étaient pas, dans leur grande majorité, au service exclusif des Guise. Marchands suivant la cour et marchands de l’argenterie du roi, cela va de soi, avaient pour clientèle naturelle toute l’aristocratie curiale. Les meilleurs artistes et artisans, comme le vitrier Jean de La Hamée ou le peintre-doreur Thomas Le Plastrier, comptaient sur chacun des membres de la petite élite sociale susceptible de recourir à leurs compétences exceptionnelles. Même des marchands ou experts très liés aux Guise ne dédaignaient pas de recevoir les honneurs d’une autre famille, voire du roi lui-même : l’armateur marseillais Nicolas Bausset et l’écuyer Mulet étaient respectivement valet de chambre et écuyer d’écurie du roi à l’époque même où ils servaient le duc de Guise ; de même, Scipion di Piovene accepta de dresser les grands chevaux de François de Lorraine à une époque où il était déjà écuyer du roi et écuyer du cardinal de Ferrare. Ariane Boltanski, qui a constaté de semblables circulations entre le service des Nevers et le service du roi, rappelle qu’il s’agissait là du fonctionnement normal du clientélisme : l’entregent du grand seigneur permettait à ses serviteurs de progresser dans leur carrière en se mettant aussi au service du roi. Les doubles carrières étaient par conséquent fréquentes98. Marchands de luxe, artisans d’exception et intermédiaires avertis circulaient ainsi du service d’un Grand à celui d’un autre, contribuant à une certaine uniformisation du paraître courtisan. Dès lors, la personnalité du commanditaire, l’autonomie plus ou moins grande qu’il laissait à ses acheteurs, ses propres compétences techniques, ses arbitrages, son positionnement à la cour, tout cela influait nécessairement sur son paraître final et sur sa capacité à se démarquer de ses rivaux. Dans quelle mesure les ducs et duchesses de Guise furent-ils alors les artisans de leur propre paraître ?

La consommation : une affaire de femmes ?

  • 99 Neuschel K., Word of Honor…, op. cit., p. 78-79.
  • 100 Loc. cit. ; Berriot-Salvadore E., Les Femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, (...)

53Il est désormais bien établi que les femmes jouaient un rôle déterminant dans la gestion quotidienne des maisonnées aristocratiques. Beaucoup supervisaient les comptes de la maison, traitaient avec les créanciers, organisaient le travail des maîtres d’hôtel99. Très logiquement, cette activité s’étendait aux multiples facettes de la consommation : la marquise de Mézières négociait avec des marchands parisiens, tout comme Charlotte-Brabantine de Nassau, duchesse de La Trémoille ; Claude du Chastel, baronne de La Moussaye, dirigeait autant le chantier de son château de La Moussaye que le travail des brodeurs installés à son domicile100. Les duchesses de Guise ne dérogeaient pas à cette règle.

  • 101 Voir en particulier BnF, fr. 3338, 20468, 22437 et 22441 ; AN, KK 906-908.

54Incarnation de la piété familiale, gardienne des jeunes années de trois générations de Lorrains au château de Joinville, représentante de la dynastie seigneuriale dans les terres champenoises pendant près de soixante ans, Antoinette de Bourbon avait bien mérité le surnom de « mère des Guise ». Son rôle allait bien au-delà toutefois des tâches d’éducation et de représentation car la première duchesse de Guise fut tout au long de son existence une actrice majeure de la vie économique de la maison. Investie successivement par son mari, son fils aîné puis sa petite-fille Marie Stuart du pouvoir de gérer leurs terres en leur nom, Antoinette de Bourbon prenait part à toutes les décisions relatives à la mise en valeur des domaines, aux relations avec les officiers seigneuriaux, aux travaux faits aux châteaux comme aux moulins, à la conservation des archives, etc.101. Dans les années 1550, elle parvint à agrandir le patrimoine familial sur ses revenus propres, achetant à proximité de Joinville les terres de Marac et Donjeux. À la fin des années 1570, alors âgée de plus de 80 ans, elle prit encore en charge le règlement de la succession de son fils le cardinal de Guise et suivit de près les ventes de terres rendues inévitables par l’aggravation de la situation financière de son petit-fils.

  • 102 BnF, fr. 20467, fo 145 ; fr. 20515, fo 19.
  • 103 BnF, fr. 20469, fos 101-103 ; fr. 20534, fo 33.
  • 104 BnF, fr. 20543, fo 137 ; fr. 20640, fo 134 ; de Lorraine F., Mémoires-Journaux, op. cit., p. 42.

55Fort logiquement, l’autorité de la première duchesse de Guise s’étendait au domaine de la consommation. Antoinette de Bourbon avait bien sûr voix au chapitre pour les produits la concernant : sa fille Renée, abbesse de Saint-Pierre-de-Reims, s’adressait ainsi naturellement à elle en juin 1548 pour recevoir ses instructions quant à la confection de bandes de soie cramoisie brodées de roses lui étant destinées, tout comme Girard Sayne lui écrivait au moment de lui faire acheter quelques dizaines d’aunes de toile d’Autun102. Mais la « mère des Guise » était aussi appelée à donner son avis lors de l’acquisition de biens destinés à d’autres membres de la famille ou ayant vocation à servir dans une occasion de représentation du clan lorrain. François de Lorraine, à l’incitation de Marie Gaudin, consulta ainsi sa mère sur le type de tissage adapté aux rideaux du lit de parade qu’il faisait faire à Tours au moment de son mariage103. Peu de temps après, au printemps 1550, la duchesse joua de nouveau un rôle important en faisant bon nombre des choix relatifs à l’impressionnante cérémonie funèbre décidée pour honorer la mémoire de Claude de Lorraine104. Elle semblait toutefois submergée par l’ampleur de la tâche et appelait de ses vœux l’arrivée rapide de ses fils à Joinville pour la décharger d’une partie du fardeau.

  • 105 AN, MC, étude VIII, liasse 135 (parchemin servant de chemise à la liasse), 28 août 1553.

56Devenue duchesse douairière et ayant théoriquement cédé la place à sa belle-fille Anne, nouvelle duchesse en titre, Antoinette de Bourbon continua à peser dans les choix de consommation de sa famille. Un document de 1553 donne clairement à voir son implication : il s’agit d’un acte notarié relatif à la réfection d’un tapisserie commandée par la duchesse à l’artisan parisien Pierre du Larris, conservé aujourd’hui au minutier central des notaires parisiens105. À cette date, Antoinette de Bourbon avait d’ores et déjà fait don de tous ses meubles à ses fils, n’en gardant que l’usufruit sa vie durant. Elle devait donc considérer que passer commande pour une nouvelle tapisserie était de sa part une façon d’enrichir le patrimoine de ses enfants plus qu’un acte personnel d’ostentation. Elle demanda à Macé Leschassier, le tailleur joinvillois et valet de chambre de son fils, de faire le lien entre elle et le fameux artisan tapissier. Un marché fut signé le 14 avril devant des notaires parisiens et des patrons furent confiés à du Larris. Macé Leschassier récupéra quelques temps après sept pièces de tapisserie sur les douze de la série et s’en retourna à Joinville pour les montrer à la duchesse. Celle-ci ne fut pas satisfaite : deux pièces n’offraient pas les mêmes couleurs que le reste de la série et deux autres présentaient des fleurons dont la duchesse était mécontente. Il ne fait donc aucun doute ici qu’Antoinette de Bourbon jetait un regard aigu sur les tapisseries soumises à son approbation et qu’elle était capable d’en critiquer la qualité. Il est remarquable en outre que Macé Leschassier, dont on connaît maintenant toute l’expérience en matière de textiles de luxe, n’avait pas vu les défauts des pièces ou n’avait en tout cas pas pris sur lui de refuser la livraison. La décision de renvoyer les tapisseries à leur fabricant fut donc bien la décision de la douairière de Guise. Les remarques de la duchesse devaient d’ailleurs être fondées – et quand bien même : si le client n’était pas roi, il était tout de même duc ! – puisque Pierre du Larris accepta de faire refaire les pans incriminés. Antoinette de Bourbon était donc une actrice dynamique et exigeante de la consommation de la maison de Guise.

  • 106 ASM, Canc. duc., Cart. prin. est. 1568/13, Lettre de François de Lorraine à Hercule d’Este, Blois, (...)
  • 107 BnF, fr. 22433, fos 31-177.
  • 108 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575.
  • 109 BnF, fr. 3338, fo 104, Lettre d’Antoinette de Bourbon à Anne d’Este, Joinville, 15 septembre 1577.

57Anne d’Este, sans avoir eu peut-être l’autorité morale et le poids de sa belle-mère, parvint elle aussi à influer sur la consommation familiale. Dans une certaine mesure, une répartition des rôles avait été faite entre les deux femmes : à Antoinette de Bourbon, la douairière retirée à Joinville, la gestion des terres, à Anne d’Este, la belle princesse italienne, les intrigues politiques de la cour et les relations avec le duché de Ferrare. Non que la deuxième duchesse de Guise n’eût aucune part dans la gestion de la maison. Au contraire, son implication dans les affaires domestiques fut reconnue par son mari dès les premières années de leur mariage, puisque François de Lorraine jugeait bon d’écrire à son beau-père, à la fin de l’année 1550, que la duchesse avait « très bien commencée à entendre le faict du mesnaige de ceste […] maison106 ». Les comptes annuels de 1562 et 1563, tous deux rédigés après l’assassinat de François de Lorraine, montrent la jeune veuve aux prises avec les créanciers et les fermiers des terres de son fils, accordant là une assignation, ici une remise de paiement, ordonnant la vente de quelques chevaux et signant cahiers de dépense, mandements et rôles des gages et pensions107. Les annotations du trésorier de Champaigne portées en marge des recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise pour la période 1553-1575 révèlent quant à elles une connaissance des affaires domestiques par Anne d’Este puisqu’elles suggèrent à plusieurs reprises de s’en remettre aux souvenirs de celle qui était devenue entre temps duchesse de Nemours108. Son remariage n’empêcha pas la duchesse de régler encore quelques affaires pour ses enfants. Elle reçut en effet de son fils, en 1577, pouvoir de vendre des terres pour commencer à assainir la situation financière de la maison109.

  • 110 BnF, fr. 22429, fos 130-165, 1552-1560 ; fos 166-169, 1563, pour Anne d’Este ; fr. 22433, fos 105- (...)

58En matière de consommation, la capacité d’action et de décision d’Anne d’Este devait être accrue du fait que, contrairement à sa belle-mère et à sa belle-fille, elle jouit tout au long de sa vie commune avec François de Lorraine d’une maison à part. La princesse ferraraise, sans doute en raison de sa prestigieuse ascendance la rattachant à la famille royale, avait ainsi à son service exclusif entre trente-cinq et quarante personnes110. Cette particularité renforçait sa position de patronne et mécène en la rendant capable de gratifier une personne de son choix d’une place dans son hôtel, mais elle lui conférait également une certaine autonomie en matière de paraître. Outre des dames d’honneur et des officiers chargés de l’approvisionnement de sa table et de l’organisation de ses déplacements, la duchesse disposait en effet d’artisans valets de chambre (dont le tailleur Pierre Paulet), d’un écuyer d’écurie et d’un secrétaire et argentier. Elle avait donc à ses côtés des interlocuteurs entièrement dévoués et soucieux de lui fournir les meilleurs produits.

  • 111 BnF, fr. 3118, fo 44.
  • 112 BnF, fr. 20554, fo 13.
  • 113 Coester C. (éd.), « Extrait de l’inventaire après décès d’Anne d’Este… », art. cit.
  • 114 BnF, fr. 20517, fo 137 ; fr. 20522, fo 9 ; fr. 20540, fo 63 ; fr. 22389, fo 52 ; Clair. 349, fo 20 (...)
  • 115 BnF, Clair. 347, fos 137 et 178.
  • 116 Sur le goût d’Anne d’Este pour les horloges et les livres, cf. supra chap. 5.

59Deux domaines de consommation en particulier semblent avoir vu l’intervention de la princesse ferraraise. Le premier était celui des bâtiments. Son beau-frère le cardinal de Lorraine demanda ainsi son opinion à Anne d’Este sur les embellissements qu’il faisait réaliser dans son château de Meudon111. En octobre 1555, la belle duchesse au regard aiguisé s’en vint inspecter les travaux de l’hôtel parisien – la peinture des étuves, en particulier, était alors en cours – et se plaignit auprès de Primatice du retard pris par le chantier112. Mais le château qui retint toute l’attention de la duchesse fut bien sûr celui de Nanteuil-le-Haudoin. En ce lieu où elle régnait en maîtresse, la duchesse décidait de chacun des aménagements et des embellissements à apporter. Il s’agissait là d’un beau terrain d’exercice pour une lectrice du De Architectura de Vitruve113. Le second domaine pour lequel la deuxième duchesse de Guise apparaît souvent dans les sources de la maison est celui du textile. Anne d’Este est en effet explicitement mentionnée dans une demi-douzaine de lettres relatives à des achats de tissus, qu’il s’agisse de soie d’Espagne ou de velours cramoisi de Lyon acheté par dizaines d’aunes114. Au cours de l’hiver 1553-1554, elle usa de sa connaissance de l’artisanat ferrarais et de ses liens familiaux avec la cour de Ferrare pour tenter de se faire confectionner deux cents fleurs de soie par des moniales de la région115. La duchesse, dont Brantôme ne trouvait pas assez de mots pour vanter l’élégance, devait avoir en la matière un jugement bien assuré. Peut-être en allait-il de même pour des types d’objets qu’elle affectionnait, comme les horloges ou les livres, cependant les sources disponibles pour l’époque de son mariage avec François de Lorraine n’y font pas clairement référence116.

  • 117 BnF, fr. 20517, fo 51.
  • 118 Carteggio d’arte…, op. cit., p. 213.
  • 119 Ibid., p. 217.
  • 120 Ibid., p. 233-235.
  • 121 BnF, fr. 20540, fo 149 ; fr. 20545, fo 149.

60La présence d’Anne d’Este aux côtés du deuxième duc de Guise dut en outre faciliter l’adoption par les Lorrains des produits caractéristiques de l’art de vivre italien. Quelques dégoûts et goûts typiques, comme son aversion marquée pour le beurre et sa prédilection pour l’huile d’olive de qualité, contribuaient en effet à donner une coloration italienne à la vie quotidienne de la maison de Guise117. Par ailleurs, la duchesse faisait très naturellement le lien entre sa famille française et la cour de Ferrare grâce à la correspondance régulière qu’elle entretenait avec ses parents, ses frères et l’ambassadeur de son père en France. Bien souvent, les lettres étaient accompagnées de cadeaux qui s’ajoutaient peu à peu à l’univers matériel italianisant des Lorrains. En mars 1549, Anne d’Este pria son père de lui faire savoir s’il avait dans ses écuries un cheval qu’il aurait jugé propre à servir à son gendre au moment de l’entrée royale d’Henri II à Paris118. Quelques semaines plus tard, l’ambassadeur Giulio Alvarotti présentait au duc d’Aumale de belles chemises de linge finement brodées de la part de son maître le duc de Ferrare119. Le coche et le lit de parure qui firent la joie du cardinal Charles étaient eux aussi des cadeaux du duc de Ferrare à la nouvelle famille de sa fille120. Les Guise reçurent encore, entre autres cadeaux ferrarais, un autour et un jeu de tarot121. Anne d’Este, dont le rôle d’intermédiaire culturel entre l’Italie et la cour de France a été souvent souligné, commença donc par remplir cet office au profit de la famille de son premier mari.

  • 122 BnF, fr. 20472, fos 111, 169 et 175.
  • 123 ACC, 1-A-14, liasse 1, Mandement, 15 avril 1572.
  • 124 ACC, 1-A-14, liasse 1, Quittance des menus plaisirs de Catherine de Clèves, 18 avril 1572.
  • 125 ACC, 1-A-14, liasse 5.

61Les lacunes documentaires amènent sans doute à ne pas rendre assez hommage à Catherine de Clèves et au rôle qu’elle joua dans la construction de l’environnement matériel des Guise. Le ton très impérieux et souvent cassant des lettres qui lui furent adressées par son mari, et dont un volume est conservé à la Bibliothèque nationale de France, donne – peut-être à tort – le sentiment d’un couple dominé par l’écrasante personnalité d’Henri de Lorraine. Le troisième duc de Guise inondait son épouse d’ordres sur la conduite à tenir à la cour, sur la façon de dégager des revenus, sur les personnes dont il fallait cultiver l’amitié et même sur les détails de la vie quotidienne. Ses consignes sur l’aménagement de ses appartements, notamment, ne laissaient guère de place aux initiatives122. De telles lettres font penser que la fonction de Catherine de Clèves ne consistait guère qu’à exécuter et transmettre les ordres de son époux. Pourtant, la duchesse devait avoir quelque liberté d’action, si l’on en croit un mandement daté d’avril 1572 (soit dix-huit mois après son mariage123). La duchesse y ordonnait au trésorier général Guillaume de Champaigne de verser dix-sept écus à son propre trésorier pour le rembourser d’une somme déboursée pour son service ; elle prenait soin de préciser – et c’est là l’essentiel – qu’elle agissait de la sorte en vertu du pouvoir qu’il avait plu à son mari de lui « octroyer et accorder la charge et entierre disposition de [ses] finances ». Trois jours après avoir signé ce mandement, Catherine de Clèves parapha une quittance pour 2 475 livres semblablement versées à son argentier par Guillaume de Champaigne pour le paiement de perles, de montres et de draps de soie achetés au titre de ses « menus plaisirs124 ». De plus, il est évident que Catherine, qui avait été mariée une première fois avant d’épouser Henri de Lorraine et qui avait vécu une période de veuvage de trois ans, avait eu à gérer le quotidien d’une maisonnée aristocratique. Quelques papiers de sa période de viduité conservés dans les archives des Guise dévoilent même le nom de certains de ses fournisseurs parisiens, comme le sellier François Perrot, le marchand de toile de Hollande Mathurin Massot, l’éperonnier Romain Bony, les orfèvres Jean Chaperon et René de Gaumont, le libraire Lucas Bray, le gantier Simon Du Pron, la lingère Geneviève Lambert ou le faiseur de coches Guillaume Fournier125. De tout cela, il ressort que la duchesse bénéficiait probablement d’une certaine marge de manœuvre pour tout ce qui la concernait directement, mais qu’elle devait s’effacer derrière son mari pour les achats et décisions engageant le reste de la maisonnée. Le fait qu’aucun des fournisseurs parisiens rencontrés dans ses papiers de 1567-1568 ne soit nommé dans les pièces comptables ultérieures de la maison de Guise (certes moins nombreuses pour les années 1570-1580 que pour les périodes précédentes) semble d’ailleurs indiquer que la nouvelle duchesse de Guise ne parvint pas à imposer son ancien réseau de fournisseurs dans les habitudes de consommation de la maison.

62Le pouvoir décisionnel des duchesses en matière de consommation variait ainsi en fonction de leur statut et de leur place dans la famille. Assurément, l’autorité morale de la « mère des Guise » contribua à faire d’elle une figure centrale de la consommation familiale, et ce d’autant plus que, en survivant plus de trente ans à Claude de Lorraine, elle devint une sorte de repère inébranlable pour les membres de son clan. Anne d’Este, par son éducation, son rang éminent et son italianité, façonna elle aussi durablement le paraître de la maison de Guise. Toutefois, son remariage rapide avec le duc de Nemours l’empêcha d’exercer la même influence que sa belle-mère sur le long terme. La part plus modeste – semble-t-il – prise par Catherine de Clèves dans la consommation des Lorrains fut-elle une conséquence du caractère très contraint de son mariage ? On sait en effet qu’Henri de Lorraine, qui s’était attiré les foudres de Charles IX en manifestant des visées matrimoniales à l’égard de Marguerite de Valois, ne put reparaître à la cour qu’une fois marié. Sa grand-mère Antoinette n’accepta qu’avec beaucoup de réticence le choix de Catherine de Clèves qui, bien que riche héritière des Nevers, avait auparavant été l’épouse d’un chef protestant. En dépit de ses richesses, Catherine ne fut pas la mieux accueillie des nouvelles duchesses de Guise, et son pouvoir dans la sphère domestique dut s’en ressentir. Quelle que fût leur intégration dans la famille de Guise, les duchesses jouirent toutefois qu’une certaine autonomie économique qui leur permit d’imposer certains de leurs choix de consommation.

Les ducs

  • 126 Piponnier F., Costume et vie sociale. La cour d’Anjou. XIVe-XVe siècle, Paris/La Haye, Mouton, 197 (...)

63Bien conscients des enjeux de pouvoir cachés derrière l’agrément de la parure et du décor, les hommes de l’aristocratie participaient pleinement à la définition de leur paraître. Pour le XVe siècle, Françoise Piponnier et Sylvie Jolivet ont pu mettre en évidence que des personnalités aussi éminentes que René d’Anjou et Philippe le Bon décidaient eux-mêmes de bien des détails de leur costume et de celui de leurs serviteurs, contraignant parfois les tailleurs et brodeurs à de fastidieux allers-retours entre leur atelier et le lieu de résidence de la cour pour retravailler les vêtements jusqu’à obtention du résultat escompté126. René d’Anjou en vint même à fournir des croquis à son tailleur pour que celui-ci les convertît en patrons puis en pièces de vêtements effectives. Rien ne peut laisser supposer que les autres secteurs du paraître ne reçurent pas de semblables marques d’intérêt de la part des Grands des XVe et XVIe siècles.

  • 127 BnF, fr. 20551, fo 118.
  • 128 BnF, fr. 20551, fo 10.

64Les sources susceptibles de renseigner sur la participation de Claude de Lorraine à l’élaboration de son paraître font cependant hélas défaut. La consommation du premier duc de Guise, contrairement à celle de son épouse puis veuve, est en effet essentiellement documentée par des sources comptables ne donnant aucune indication relative à la prise de décision. Par bonheur, la situation est plus favorable lorsque l’on se tourne vers son fils aîné. L’existence même d’une abondante correspondance entre François de Lorraine et ses intermédiaires et fournisseurs atteste l’intérêt du deuxième duc de Guise pour les questions relatives à la construction de son paraître. Le Lorrain envoyait en effet lettres, mémoires et consignes à ses acheteurs et aux artisans qui le fournissaient et il recevait en retour des courriers très détaillés sur les commandes en cours et les circonstances de leur acheminement. Dans bien des cas, ces documents recèlent des remarques anodines qui tendent à prouver que le duc était à l’origine des décisions de consommation. En novembre 1553, par exemple, l’écuyer Mulet écrivit à François de Lorraine une lettre dans laquelle il rappelait un ordre qu’il avait reçu quelque temps auparavant : « Monseigneur, le voiage que vous feites en Piedmont me commandatez que je feisse faire une selle de vellours en broderie et ung harnoys de mesme et des selles à la gynette, lesquelles ont esté faictes127. » Quelques mois plus tôt, le même Mulet avait fait part à François de Lorraine de ses achats d’équipements de parade pour les grands chevaux de l’écurie ducale et profitait de l’occasion pour demander des précisions sur les désirs du duc de Guise en matière de selle : « Monseigneur, votre bon plaisir soit […] de fayre commander à Massez [Leschassier] de me fayre delivrez du vellours pour faire monter les scelles et pour bander la couverture de feutre et de quel couleur il vous plais que l’on face faire à ladite couverture siege ou sans siege128. » François de Lorraine avait donc décidé du type d’objet qu’il souhaitait voir fabriquer et était appelé à en définir l’aspect général (forme, couleur, matière). L’objet final était bien le fruit de sa volonté en dépit d’un cadre contraint par les obligations de son rang et les aspects pratiques de la réalisation.

  • 129 BnF, fr. 20469, fos 101-103 ; fr. 20534, fo 33.
  • 130 BnF, fr. 20513, fos 3, 47 et 61.
  • 131 BnF, fr. 20543, fo 137.
  • 132 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 233.

65Bien des missives reçues par le deuxième duc insistaient ainsi sur le « voulloir » de l’aristocrate : Marie Gaudin rappelait dans l’une de ses lettres l’ordre donné personnellement par François de Lorraine au tisserand tourangeau sur la frisure à faire au drap de son lit de parade. De façon plus générale, l’intégralité de l’échange épistolaire relatif au tissage des rideaux du lit, de l’argumentation déployée par Marie Gaudin aux échantillons qu’elle envoya à François de Lorraine, prouve la participation active du duc à l’élaboration du meuble129. De même, le débat épistolaire entre le duc et son cavalcadeur Ramassin de Bologne démontre à l’envi l’implication de l’aristocrate dans le processus de décision concernant l’approvisionnement des écuries en chevaux d’exception puisque, en dépit de la fermeté de sa position, Ramassin reconnaissait à son maître le droit absolu de faire ce que bon lui semblait130. La personnalité du commanditaire était en tout cas suffisamment importante pour que la mort du duc en titre pût remettre en question des choix précédemment faits : le décès de Claude de Lorraine obligea ainsi à suspendre durant quelque temps les travaux qui venaient de débuter au château d’Éclaron pour laisser à son successeur l’occasion de choisir entre le plan anciennement établi pour conduire le chantier et un projet nouveau inspiré des résidences du connétable de Montmorency à Écouen et Chantilly131. Si elle avait de l’importance pour la réalisation de grands projets architecturaux engageant financièrement la maison de Guise, la sensibilité individuelle du duc trouvait aussi des occasions plus modestes – mais aussi plus intimes – de se manifester : Brantôme ne prenait-il pas soin de préciser, en décrivant la tenue portée par François de Lorraine un jour de 1561, que ce dernier « de tout temps […] aymoit le rouge et l’incarnat » et qu’il « aymoit les plumes132 » ? Le devoir de représentation n’interdisait pas toute forme de recherche plus personnelle et la participation de François de Lorraine au processus de construction de son paraître n’était pas qu’un moyen de contrôler l’adéquation entre son image et le rôle politique et social qu’il entendait jouer.

  • 133 BnF, fr. 20472, fos 131, 143, 217, 223 et 249.
  • 134 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. I, p. 44.

66Henri de Lorraine, dont on a vu qu’il affichait un souverain mépris pour les affaires de gestion domestique, manifestait un enthousiasme plus marqué pour tout ce qui relevait du champ de la consommation. Les lettres qu’il envoya à Catherine de Clèves durant les années de leur mariage révèlent ainsi un Balafré capable de se mettre en colère pour des chemises à fraise ou un manteau tardant à lui être envoyés, ce qui laisse à penser qu’il s’occupait de sa mise de très près133. Soucieux de conserver sa réputation d’élégance, il demandait d’ailleurs à son tailleur de lui confectionner des habits de coupe « non commune » et n’hésita pas à récupérer dans les affaires de son défunt père un bonnet de velours garni de pierreries et de fers d’or pour faire sensation lors des festivités organisées à l’occasion du mariage du duc de Joyeuse134. Le troisième duc de Guise ne se contentait donc pas de déléguer la responsabilité de son paraître à des tailleurs et intermédiaires bien choisis, comme le fit sans doute son père car les lettres adressées à celui-ci, pourtant plus nombreuses, ne permettent jamais de soupçonner chez lui un goût prononcé pour les questions de mode vestimentaire.

67Dans une mesure certes difficile à appréhender de façon satisfaisante, les ducs furent donc des artisans attentifs de leur propre représentation. Leur correspondance les montre même soucieux au dernier degré de ce qu’une lecture un peu rapide pourrait faire passer pour des frivolités peu compatibles avec les graves préoccupations de généraux et de chefs de parti. C’est que, précisément, les ducs de Guise et leurs épouses furent parfaitement conscients de l’importance politique et sociale de leur paraître : loin d’être une marque de futilité, leur intérêt pour les « choses banales » comme pour les produits d’exception était le témoignage de leur lucidité sur les règles de la vie de cour. Experts en self-fashioning plutôt que fashion victims.

68Bien que responsables en dernier lieu de leurs choix de consommation, les Guise pouvaient donc se reposer sur des personnalités de confiance tout au long du processus d’achat. La construction du paraître aristocratique apparaît dès lors comme une œuvre collective, une collaboration – voire une co-élaboration – sociale. Tout le corps social ne participait certes pas directement à la définition du paraître ducal, toutefois celui-ci était le fruit de négociations et d’influences dépassant largement la sphère de la cour. En donnant une parcelle de leur pouvoir de décision à des fournisseurs attitrés et à des intermédiaires, les Guise les invitaient en réalité à fixer avec eux les normes de la représentation d’un duc et pair de France. Les marchands et artisans se faisaient « inventeurs de nouvelles façons », proposaient des produits auxquels les Lorrains n’auraient peut-être pas songé spontanément, quand les intermédiaires maintenaient un haut niveau d’exigence à chacun de leurs achats pour ne pas risquer de fournir à leurs maîtres des objets ou des animaux indignes d’eux. L’« aspect de vue de prince » que Guilliaud vantait chez Claude de Lorraine était de fait la matérialisation de ce travail de co-définition du paraître aristocratique, lorsque chaque personne impliquée dans la construction du paraître du duc était parvenue à trouver le juste équilibre entre splendeur, originalité et dignité et que le duc réussissait à incarner les valeurs de son ordre. Le succès de cette entreprise collective se mesurait dans l’œil de l’observateur, dont le jugement était en fin de compte la dernière pierre apportée à l’édifice social du paraître aristocratique.

Notes

1 Heilbrunn B., La Consommation et ses sociologies, Paris, Armand Colin, 2010 (1re éd. 2005), chap. 4, en particulier p. 78-79.

2 Sapori M., Rose Bertin, ministre des modes de Marie-Antoinette, Paris, Institut français de la mode/Éditions du Regard, 2003.

3 BnF, fr. 8181, fos 329 et 372 ; fr. 20551, fo 118.

4 BnF, fr. 8181, fo 291.

5 BnF, fr. 20550, fo 128.

6 Bimbenet-Privat M., Les Orfèvres parisiens…, op. cit., p. 99-101. Les marchés du cardinal sont conservés dans l’étude C du minutier central des notaires parisiens (liasses 37 à 40).

7 BnF, fr. 20516, fo 121 ; fr. 20534, fo 33.

8 BnF, fr. 20469, fos 101-103.

9 BnF, fr. 8181, fo 335 ; fr. 22433, fos 66, 88 et 161 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560, fos 2 et 4.

10 Cf. supra chap. 8.

11 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie en France au XVIe siècle : les dettes de la maison de Nevers », Histoire, économie et société, vol. 1, no 1, 1982, p. 29.

12 AD37, 3E9/11, 20 février 1561. Minute analysée par Bernard Chevalier dans la base « De minute en minute », http://www.bvh.univ-tours.fr/Minutes (consulté le 14 août 2013).

13 De Lorraine F., Mémoires-Journaux, publiés par A. Champollion-Figeac et al., Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, 1re série, t. VI, 1839, p. 448.

14 Estienne R., Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, op. cit., t. 1, p. 252.

15 Delpeuch E., « Les marchands et artisans… », art. cit., p. 389-393.

16 Un mandement signé par Louis II de La Trémoille en mai 1517 ordonne le paiement à Thibaud Tardif et Jean Claveau, tous deux marchands suivant la cour, de 1 872 livres pour des draps d’or et de soie (Recueil des actes de la Commission des arts et monuments de la Charente-Inférieure, 4e série, t. 1, 1891, p. 196-204). Les années 1510 étaient précisément celles durant lesquelles les Tardif participèrent à la rénovation de la boutique de l’argenterie (cf. supra chap. 8).

17 François Guyard : BnF, fr. 22433, fos 78-80 et 91 ; ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575, fo 3. D’après Michèle Bimbenet-Privat, François Guyard se mit à travailler pour les Guise à partir de 1557 (Bimbenet-Privat M., Les Orfèvres parisiens…, op. cit., p. 499-500). Pierre Hotman : ACC, 1-A-14, dernière liasse, Mandement de novembre 1572 ; Acte relatif à un différend entre Henri de Lorraine et Pierre Hotman, 1576 ; Mémoire des sommes dues à Pierre Hotman, 1581 ; BnF, fr. 20468, fos 329-330, 333-337 et 339 ; fr. 22433, fo 89 ; fr. 22441, fos 169-170. Voir la notice concernant Hotman dans le dictionnaire des orfèvres édité par Michèle Bimbenet-Privat en annexe de son ouvrage Les Orfèvres parisiens…, op. cit., p. 508-509.

18 BnF, fr. 8181, fos 233, 245, 293, 295, 323, 328, 373 et 375 ; fr. 20522, fo 9 ; fr. 20540, fo 51 ; fr. 20640, fo 134 ; fr. 20649, fo 117 ; fr. 22433, fo 88.

19 BnF, fr. 8181, fos 245 et 246 ; fr. 22433, fo 88.

20 BnF, fr. 20649, fo 117.

21 Veniel B., Les Marchands pourvoyeurs…, op. cit., p. 64.

22 AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 19 février et 27 avril 1571 ; étude LIV, liasse 83, 10 août 1575 ; étude VIII, liasse 399, 24 avril 1587 ; étude XXIV, liasse 37, 10 août 1575.

23 Couperie P., « Les marchés de pourvoierie : viandes et poissons chez les Grands au XVIIe siècle », in J.-J. Hemardinquer (coord.), Pour une histoire de l’alimentation, Paris, Armand Colin, coll. « Cahiers des Annales », no 28, 1970, p. 241-253.

24 AN, MC, étude LXVIII, liasse 19, 22 juin 1555 ; étude LIV, liasse 83, 27 août 1575.

25 BnF, fr. 22433, fos 73-74, 80, 85 et 102.

26 AN, 597 AP 1-2 ; Kaiser W., Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de faction (1559-1596), Paris, Éditions EHESS, 1992, p. 40-41, 62-67, 121 et 157-159.

27 BnF, fr. 20551, fo 130 ; fr. 20517, fo 70 ; fr. 20545, fo 17 ; Clair. 348, fo 147 ; fr. 20522, fo 21 ; Clair. 349, fo 136 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560, fo 6.

28 BnF, fr. 20517, fos 26, 55 et 70.

29 BnF, Clair. 348, fo 147.

30 BnF, fr. 20522, fo 21.

31 BnF, fr. 20517, fo 70; Clair. 348, fo 147.

32 BnF, fr. 22429, fos 130-165 ; fr. 22433, fos 105-113 et 165-174 ; fr. 22437, fos 42-50, 51-64 et 69-71.

33 BnF, fr. 8181, fos 320, 323, 329, 334, 372 et 373.

34 BnF, fr. 8181, fo 360 ; fr. 22437, fo 45.

35 BnF, fr. 20513, fo 71 ; fr. 20551, fo 10 ; fr. 20543, fo 137 ; fr. 22433, fos 91 et 103. AN, MC, étude VIII, liasse 135, 28 août 1553 (parchemin servant de reliure à la liasse). ACC, 1-A-14, Dépense des enfants duc de Guise pour l’année 1555.

36 BnF, fr. 22433, fos 76-78, 91, 103, 150-151 et 160-161.

37 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575.

38 AN, MC, étude LXVIII, liasse 31, 22 mai 1562.

39 AN, R4 915.

40 La base de données généalogiques du Centre généalogique de Haute-Marne – http://www.actes52.fr (consulté le 14 août 2013) – recèle en effet de nombreux actes des XVIIe et XVIIIe siècles relatifs à des membres de la famille Leschassier. Les mentions sont concentrées sur des villages des alentours de Joinville (Wassy, Bailly-aux-Forges, Guindrecourt-aux-Ormes, Sommermont…) ou à Joinville même.

41 BnF, fr. 22433, fos 36 et 114.

42 BnF, fr. 22433, fo 168 ; fr. 22437, fos 73-77 et 79-84.

43 Pierre Bellet : ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575 ; Quittances, 1578 ; Marché pour les vêtements des pages, laquais et chantres, 1576 ; Marché pour les livrées des garçons d’office, 1580 ; BnF, fr. 8182, fo 199 ; fr. 22437, fos 75 et 81. Robert de Neufville : AN, MC, étude LIV, liasse 114, 20 juin 1586.

44 BnF, fr. 22429, fos 130-165 et 166-169 ; fr. 22433, fos 165-174 ; fr. 22437, fos 42-50, 51-64 et 69-71.

45 BnF, fr. 8181, fo 396 ; AN, MC, étude XIX, liasse 244, 23 septembre 1570, cité dans Documents du minutier central…, op. cit., t. II : Sculpture, peinture, broderie, émail et faïence, orfèvrerie, armures, p. 36.

46 AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 19 février 1571 ; étude LXVIII, liasse 39, 27 avril 1571 ; étude LIV, liasse 83, 10 août 1575 ; étude VIII, liasse 399, 24 avril 1587.

47 BnF, fr. 20550, fo 33.

48 ACC, 1-A-14, Ordre donné au tailleur de faire les vêtements des garçons de l’office, 1580.

49 BnF, fr. 20467, fo 55 ; fr. 20513, fos 3, 47 et 61 ; fr. 20519, fo 85 ; fr. 20542, fo 91 ; fr. 20548, fo 123 ; fr. 22433, Compte annuel de 1562, fo 148 ; fr. 22433, Compte annuel de 1563, fos 50 et 76 ; Clair. 342, fo 56 ; ACC, 1-A-14, Dépense de la grande écurie pour le mois d’octobre 1555, fo 1.

50 BnF, fr. 20517, fo 65.

51 BnF, fr. 20542, fo 91.

52 BnF, fr. 20548, fo 57 ; AN, MC, étude C, liasse 38, août 1551 ; Bimbenet-Privat M., Les Orfèvres parisiens…, op. cit., p. 99-101.

53 « Babou, famille », Jouanna A. et al, La France de la Renaissance. Histoire et dictionnaire, Paris, Laffont, 2001, p. 615-616.

54 BnF, Clair. 351, fo 124 ; fr. 20512, fo 3.

55 Négociations, lettres et pièces diverses relatives…, op. cit., p. 300.

56 Bacqué-Grammont J.-L. et al., Représentants permanents de la France en Turquie (1536-1991) et de la Turquie en France (1797-1991), Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1991, p. 5-10.

57 BnF, Clair. 342, fo 86 ; fr. 20530, fo 1 ; fr. 20513, fos 3, 47 et 61 ; fr. 20552, fos 36 et 150 ; Clair. 349, fo 145 ; n.a.fr. 7711, fos 311 et 344.

58 BnF, Clair. 349, fo 145.

59 Cf. supra chap. 8.

60 Welch E., Shopping in the Renaissance…, op. cit., p. 262.

61 BnF, fr. 20515, fo 19 ; fr. 20649, fos 188 et 193. AN, KK 906, fo 154.

62 Mentions des versements par Artus Prunier en ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575.

63 ACC, 1-CB-2, Pouvoir donné par François de Lorraine et Anne d’Este, 11 novembre 1555.

64 AN, MC, étude CXII, liasse 1, 30 juillet 1549 (deux actes). BnF, fr. 20511, fo 129 ; fr. 20517, fo 2 ; fr. 20522, fo 9 ; fr. 20540, fo 51 ; fr. 20551, fo 55.

65 BnF, fr. 20515, fo 19 ; fr. 20517, fo 137 ; fr. 20540, fo 63. Sur la généalogie de la famille Prunier, voir Poncet O., Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Un homme d’État au temps des guerres de religion, Paris, École nationale des chartes, 1998, p. 47-48.

66 BnF, fr. 20516, fos 121, 124 et 125.

67 Archives historiques, statistiques et littéraires du département du Rhône, t. XIII, nos 74-75, p. 39-40.

68 BnF, fr. 20517, fo 37 ; fr. 20537, fo 98 ; fr. 20552, fo 71.

69 BnF, fr. 20522, fo 21.

70 BnF, fr. 20515, fo 19 ; fr. 20552, fo 150.

71 BnF, Clair. 349, fo 145.

72 La confiance du duc à l’égard des capacités de Morenger perdura puisque, sous le règne de François II, à l’époque de la toute-puissance politique des Guise, l’écuyer fut envoyé en Andalousie pour acheter des chevaux pour le roi. Il ramena aussi en France les six chevaux offerts par le roi catholique au roi de France en échange de beaux oiseaux de proie (BnF, fr. 15874, fos 108-109 et 140).

73 BnF, fr. 20515, fo 19.

74 BnF, fr. 20469, fo 103.

75 BnF, Clair. 349, fo 145.

76 BnF, fr. 20517, fo 83.

77 BnF, fr. 20516, fo 121.

78 BnF, fr. 20542, fo 8.

79 Fontaine L., L’Économie morale…, op. cit., p. 255.

80 BnF, fr. 20548, fo 57.

81 BnF, fr. 20516, fo 121.

82 BnF, fr. 20543, fo 137.

83 BnF, fr. 20468, fo 31.

84 AN, MC, étude VIII, liasse 135 (parchemin servant de couverture à la liasse), 28 août 1553.

85 BnF, fr. 20469, fos 101-103 ; fr. 20534, fo 33 (cf. annexe 3).

86 BnF, fr. 20513, fo 3 ; fr. 20517, fo 83.

87 BnF, Clair. 349, fo 145.

88 Rey A. (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, t. 2 : F-PR, Paris, Le Robert, 1998, p. 1 396.

89 BnF, fr. 20469, fos 101-103.

90 BnF, fr. 20541, fo 120 ; Clair. 349, fo 145 ; fr. 20517, fo 83 (« non sono a giudicio moi cavali per la persona di Vostra Eccellentia ») ; fr. 20542, fo 91 (« per non essersi trovatto como aparteneva a sua Ex[ellenti]a »), fr. 20542, fo 8.

91 BnF, fr. 20468, fo 31.

92 BnF, fr. 20513, fos 3, 47 et 61 ; fr. 20552, fos 36 et 150. Cf. annexe 4.

93 L’homme appelé « monsieur Le Chevalier » par Ramassin était en fait Tomaso di Cardi, l’écuyer chargé par le roi de mettre de l’ordre dans son haras de Meung-sur-Loire au début de l’année 1551 et l’homme à qui François de Lorraine avait confié six de ses grands chevaux au début de l’été de la même année (BnF, fr. 20541, fo 31 ; fr. 20550, fos 93, 138 et 141).

94 BnF, fr. 22433, fo 97 ; fr. 20551, fo 12.

95 Jean Francisque : BnF, fr. 8181, fos 100, 180, 190, 222, 271 et 355 ; fr. 20468, fo 177 ; fr. 20536, fo 93 ; fr. 20540, fo 55 ; fr. 20545, fo 149 ; fr. 20550, fos 41-42 et 138 ; fr. 20552, fos 152-153 ; fr. 22433, fo 75 ; ACC, 1-A-14 (les lettres de naturalité accordées à Jean Francisque, « natif d’Italie, écuyer d’écurie du duc de Guise », par François Ier en avril 1539, sont signalées dans le Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. VI, p. 559, no 21804). Jean-Antoine Ferrier, dit Mulet : Dubost J.-F., La France italienne…, op. cit., p. 108. Spagny : Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. VII, p. 301-302 ; de Mergey J., Mémoires, op. cit., t. XXXIV, p. 52-53. Ercole Trinchetta : BnF, fr. 22437, fo 65.

96 Scipion di Piovene : BnF, fr. 20517, fos 19, 33, 65 et 103 ; fr. 20519, fos 73, 75 et 83 ; fr. 20545, fos 15 et 47 ; Romier L., Les Origines politiques…, op. cit., t. I, p. 102. Tomaso di Cardi : BnF, fr. 20541, fo 31 ; fr. 20550, fo 141 ; Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. VIII, p. 129, no 30443.

97 Ibid., p. 106-107.

98 Boltanski A., Les Ducs de Nevers et l’État royal…, op. cit., p. 275-325.

99 Neuschel K., Word of Honor…, op. cit., p. 78-79.

100 Loc. cit. ; Berriot-Salvadore E., Les Femmes dans la société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1990, p. 119-155.

101 Voir en particulier BnF, fr. 3338, 20468, 22437 et 22441 ; AN, KK 906-908.

102 BnF, fr. 20467, fo 145 ; fr. 20515, fo 19.

103 BnF, fr. 20469, fos 101-103 ; fr. 20534, fo 33.

104 BnF, fr. 20543, fo 137 ; fr. 20640, fo 134 ; de Lorraine F., Mémoires-Journaux, op. cit., p. 42.

105 AN, MC, étude VIII, liasse 135 (parchemin servant de chemise à la liasse), 28 août 1553.

106 ASM, Canc. duc., Cart. prin. est. 1568/13, Lettre de François de Lorraine à Hercule d’Este, Blois, 23 décembre 1550, citée par Coester C., Schön wie Venus…, op. cit., p. 141. De façon générale, sur la participation d’Anne à la vie domestique des Guise, voir les pages 138-139 ; pour son rôle politique et diplomatique, voir les pages 159-172.

107 BnF, fr. 22433, fos 31-177.

108 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575.

109 BnF, fr. 3338, fo 104, Lettre d’Antoinette de Bourbon à Anne d’Este, Joinville, 15 septembre 1577.

110 BnF, fr. 22429, fos 130-165, 1552-1560 ; fos 166-169, 1563, pour Anne d’Este ; fr. 22433, fos 105-113, 1563 ; fos 165-174, 1562 ; fr. 22437, fos 42-50, 1556 ; fos 51-64, 1561 ; fos 69-71, 1563, pour Anne d’Este.

111 BnF, fr. 3118, fo 44.

112 BnF, fr. 20554, fo 13.

113 Coester C. (éd.), « Extrait de l’inventaire après décès d’Anne d’Este… », art. cit.

114 BnF, fr. 20517, fo 137 ; fr. 20522, fo 9 ; fr. 20540, fo 63 ; fr. 22389, fo 52 ; Clair. 349, fo 200.

115 BnF, Clair. 347, fos 137 et 178.

116 Sur le goût d’Anne d’Este pour les horloges et les livres, cf. supra chap. 5.

117 BnF, fr. 20517, fo 51.

118 Carteggio d’arte…, op. cit., p. 213.

119 Ibid., p. 217.

120 Ibid., p. 233-235.

121 BnF, fr. 20540, fo 149 ; fr. 20545, fo 149.

122 BnF, fr. 20472, fos 111, 169 et 175.

123 ACC, 1-A-14, liasse 1, Mandement, 15 avril 1572.

124 ACC, 1-A-14, liasse 1, Quittance des menus plaisirs de Catherine de Clèves, 18 avril 1572.

125 ACC, 1-A-14, liasse 5.

126 Piponnier F., Costume et vie sociale. La cour d’Anjou. XIVe-XVe siècle, Paris/La Haye, Mouton, 1970 ; Jolivet S., Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc de Bourgogne. Costume et dispositif vestimentaire à la cour de Philippe le Bon de 1430 à 1455, Thèse de doctorat d’histoire, Auxerre, Université de Bourgogne, 2003, p. 323-329.

127 BnF, fr. 20551, fo 118.

128 BnF, fr. 20551, fo 10.

129 BnF, fr. 20469, fos 101-103 ; fr. 20534, fo 33.

130 BnF, fr. 20513, fos 3, 47 et 61.

131 BnF, fr. 20543, fo 137.

132 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 233.

133 BnF, fr. 20472, fos 131, 143, 217, 223 et 249.

134 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. I, p. 44.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search