Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Partie II – La fabrique du paraître

Chapitre 8. Géographie de l’approvisionnement ducal

Texte intégral

  • 1 Jardine L., Worldly Goods. A New History of the Renaissance, New York/Londres, Norton, 1998 (1re é (...)
  • 2 Brotton J., The Renaissance Bazaar. From the Silk Road to Michelangelo, Oxford, Oxford University (...)
  • 3 Brook T., Le Chapeau de Vermeer. Le XVIIe siècle à l’aube de la mondialisation, Paris, Payot & Riv (...)

1Depuis une quinzaine d’années, et parallèlement au développement des recherches académiques sur le phénomène de la mondialisation, les historiens anglo-saxons ont fait de la peinture de la Renaissance et du XVIIe siècle européen le témoignage d’une première accentuation des échanges commerciaux à l’échelle du monde connu. Lisa Jardine a érigé l’Annonciation avec saint Emidius de Carlo Crivelli (1486) en quasi affiche publicitaire vantant la beauté des tapis d’Istanbul, des tapisseries d’Arras, des verreries de Venise et des soies de Chine, et le portrait des Époux Arnolfini de Jan Van Eyck (1434) en célébration picturale de la notion de possession1 (fig. 70 pl. XXVIII). À sa suite, Jerry Brotton a pu montrer que le tableau des Ambassadeurs d’Holbein (1533) résumait de façon saisissante les bouleversements culturels de la Renaissance, de l’invention de l’imprimerie à l’innovation technique et scientifique en passant par la naissance des instruments du capitalisme moderne et surtout la densification des échanges commerciaux à l’échelle du monde, symbolisée dans l’image par le tapis d’Orient et les riches vêtements de soie de Jean de Dinteville et Georges de Selve2. Plus récemment encore, l’historien canadien Timothy Brook a pris comme point de départ une jatte emplie de fruits figurant dans La Liseuse à la fenêtre (vers 1657-1659) et le chapeau de feutre du jeune homme de L’Officier et la jeune fille riant (1658) de Vermeer pour reconstituer les circuits commerciaux drainant vers l’Europe du XVIIe siècle la porcelaine de Chine ou les fourrures de castor d’Amérique du Nord3.

2Si le procédé ne manque ni de pertinence ni d’efficacité rhétorique, il n’épuise pas pour autant la question de la circulation des biens de consommation des élites de la première modernité. À trop attirer l’attention sur les objets venus d’horizons de plus en plus lointains, ne risque-t-on pas de donner une image quelque peu biaisée de la consommation des riches Européens de cette époque ?

3Le recours aux archives comptables et aux correspondances des Guise offre de ce point de vue l’occasion d’une étude de cas – certes moins romanesque ! – et permet d’établir les aires d’approvisionnement d’une maison aristocratique du XVIe siècle en fonction des types de produits recherchés et de prendre ainsi conscience des problèmes pratiques que posait une consommation élargie aux dimensions de l’Occident.

LES AIRES D’APPROVISIONNEMENT DE LA MAISON DE GUISE

4L’environnement matériel foisonnant des Guise concentrait les infinies richesses de la culture consommatrice de la Renaissance. Le savoir-faire des meilleurs artisans de France, d’Europe et d’ailleurs était mis à contribution, tout comme l’ensemble des structures commerciales du temps. De Joinville aux rivages lointains de la Chine, d’innombrables centres de production étaient appelés à fournir aux Guise les objets nécessaires à leur paraître. Toutes les régions n’avaient cependant pas le même statut : à chaque type de consommation, son aire de production privilégiée.

Joinville, la Champagne et la Lorraine

5Lieu de résidence autant que berceau de la puissance féodale de la maison de Guise, Joinville offrait au clan lorrain son premier espace de consommation, au contact des terres françaises de la Champagne et du duché de Lorraine où régnaient les aînés des Guise.

La principauté de Joinville ou l’approvisionnement du quotidien

  • 4 Cf. supra chap. 2.
  • 5 Cf. supra chap. 7.
  • 6 Sur les villages dépendant de la baronnie d’Ancerville, voir Calmet A., Notice de la Lorraine qui (...)
  • 7 BnF, fr. 8181, fo 185.
  • 8 BnF, fr. 8181, fos 14, 21, 25, 31, 48, 58, 69, 71, 73, 80, 81-82, 89-90, 96-97, 99-100, 102, 160, (...)

6La maison de Guise était profondément ancrée dans le terroir de Joinville, notamment pour sa consommation alimentaire quotidienne. Les vins locaux, produits dans un rayon de moins de 10 kilomètres autour de la petite cité ducale, représentaient, on l’a vu, l’essentiel des vins bus par la suite4. Le blé, l’avoine, les poulets et les chapons des recettes de Joinville, Éclaron ou Roches, voire de la recette de la baronnie voisine d’Ancerville, faisaient tout autant l’ordinaire de la suite ducale5. Le village dépendant de la baronnie d’Ancerville le plus éloigné de Joinville étant Brillonen-Barrois, les céréales et volailles consommées par les Guise venaient d’un rayon maximal de 45 kilomètres autour de leur capitale6. L’essentiel avait sans doute été produit dans une aire de 20-30 kilomètres à peine autour de Joinville, sur le territoire même de la principauté – l’échelle était celle d’une petite journée passée à cheval. Quelques-uns au moins des fruits mangés à la table des Guise avaient poussé sur des arbres des environs, comme ces cerises qu’un homme fut chargé d’aller cueillir « à la lande » en juin 15327. Les épices utilisées quotidiennement en cuisine, quant à elles, étaient achetées auprès d’un marchand local : le dénombrement de la principauté daté de 1576 signale en effet parmi les habitants de la ville un Nicolas Roussel, peut-être descendant de Simon Roussel, marchand épicier de Claude de Lorraine en 1526-1527, ainsi qu’un dénommé Étienne Lescot, tenant boutique dans les murs de la ville (mais défunt au moment de la rédaction), sans doute le marchand épicier mentionné dans le cahier de la dépense ordinaire de juin 15328.

  • 9 AN, R4 915, liasse 4, 1576, Extrait du dénombrement de la principauté de Joinville.
  • 10 MC, étude VIII, liasse 126, 22 janvier 1573 ; étude IV, liasse 4, 27 janvier 1578 ; étude XC, lias (...)

7L’approvisionnement de la maison en viandes de boucherie est plus difficile à appréhender sur le plan géographique. Les marchands pourvoyeurs de Claude de Lorraine puis de sa veuve – c’est-à-dire les marchands au service des membres de la famille ayant vécu le plus souvent à Joinville – semblent bien avoir été Joinvillois ou, à tout le moins, avoir eu un point de chute dans la ville. Jacques Flournoy, pourvoyeur d’Antoinette de Bourbon dans les années 1550, et Didier Serier, son homologue trente ans plus tard, apparaissent tous deux dans le dénombrement de la principauté daté de 15769. Par ailleurs, un Jean Flournoy fournissait le comte de Mansfeld en France, en Lorraine, dans le duché de Bar et dans le pays messin en 1577, ce qui semble confirmer l’ancrage à l’est du royaume d’une famille de pourvoyeurs de ce nom ; les frères Didier et Jean Serier signèrent quant à eux un marché avec le duc d’Elbeuf en 1583, marché dans lequel ils étaient désignés comme marchands pourvoyeurs habitant à Joinville10.

  • 11 Argant T., « L’approvisionnement en viande de boucherie de la ville de Lyon à l’époque moderne », (...)

8Cette intégration des marchands pourvoyeurs des Guise dans la communauté des habitants de Joinville ne permet pas cependant d’avoir une idée précise de l’aire dans laquelle ils allaient se fournir. Pouvaient-ils en effet compter sur les ressources de la principauté ou devaient-ils aller au-delà pour procurer chaque jour à la table ducale dix à quinze moutons, deux à six cochons, un veau et jusqu’à trente pièces de bœuf ? Rien ne permet d’établir ce point. Il faut se contenter dès lors d’en appeler aux résultats d’enquêtes menées sur l’origine des viandes consommées dans d’autres villes à la même époque. Le bétail qui finissait sur les étals des marchands bouchers de Lyon au milieu du XVIe siècle venait ainsi pour l’essentiel du sud des Monts du Lyonnais, entre Givors et Saint-Étienne, en passant par les vallées du Giers et de la Coise, ainsi que du plateau des Dombes et de la vallée de l’Ain, autour de Pérouges, c’est-à-dire de deux zones situées à moins de soixante kilomètres de la ville de Lyon11. La population lyonnaise était cependant incomparablement plus importante que celle de la petite ville de Joinville. Il est donc probable qu’un territoire assez proche de Joinville, si ce n’est le territoire de la principauté elle-même, suffisait à approvisionner la petite cour des Lorrains. Peut-être même la présence des Guise à Joinville avait-elle entraîné le développement d’une petite activité d’élevage à destination de la table ducale.

  • 12 BnF, fr. 8181, fos 19, 24, 26, 30, 70, 74, 82, 84-87, 94-95, 97 et 103.

9Les produits nécessaires au confort quotidien de la suite venaient eux aussi de cette zone de voisinage immédiat. Les habitants des villages environnants – dans un rayon de 15 kilomètres, et même pour l’essentiel 10 kilomètres – apportaient au château d’En-Haut des réserves de bois de chauffage pris dans les forêts de la principauté de Joinville, en particulier dans le bois de Rupt, à quatre ou cinq kilomètres du château, ainsi que la paille destinée aux chevaux comme aux lits12. La participation de Joinville et de ses environs à la consommation ducale dépassait cependant le cadre de l’apport de matières premières destinées à l’alimentation ou au confort. Elle englobait en effet les produits manufacturés et les services. Rémy Belleau affirmait poétiquement de la petite cité champenoise :

  • 13 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. II, p. 106-107.

Cette ville est riche de toutes les commoditez que les bergers, chevriers, bouviers, laboureurs pourroient souhaitter, fust pour trouver panetières ouvrées & taillées au poinçon avec leurs écharpes, […] fleutes, flageollets de canne de sureau, d’écorce de peuplier, […] couples de crein de cheval, sonnettes, jects, longes, […] rubans, bracelets, vants, fléaux, éclisses, oules, battes, terrines, tiroüers, & toutes sortes de vaisseaux propres à la bergerie, vacherie, & labourage.13

10En plus des manouvriers et journaliers des environs qui rendaient ponctuellement service aux Guise en travaillant les jardins et les vignes, en entassant les réserves de bois ou en réparant la fontaine, les artisans de Joinville étaient fréquemment amenés à travailler pour leurs seigneurs.

  • 14 BnF, fr. 8181, fos 10, 13, 102-103, 168, 188, 197, 406, 411, 422, 446 et 478 ; ACC, 1-A-14, Dépens (...)
  • 15 ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555.

11C’était en effet à Joinville même qu’étaient achetés produits et petits objets sans grande valeur mais utiles au quotidien : clés et cadenas pour les portes du château ou les coffres de la suite, longues cordes pour changer celles de la citerne ou pour servir aux chariots de transport, pots de terre employés en cuisine, chandeliers de bois, chaudrons pour faire la vaisselle, collets et anneaux pour le chariot branlant d’Antoinette de Bourbon, sonnettes pour les oiseaux de chasse, doublures de manteaux en agneau, etc.14. Le cahier de la dépense des enfants de François de Lorraine pour l’année 1555 offre un bon exemple des interactions entre la famille de Guise et les artisans de Joinville et des alentours au cours d’une année complète15. Les cordonniers de la petite cité champenoise fournirent aux enfants ainsi qu’aux petits pages chaussures et collets de maroquin, le sellier confectionna des harnais pour les chevaux du prince et répara des coffres de cuir, le potier d’étain réalisa une ferrière destinée à transporter l’eau et le vin du prince en voyage ; les serruriers de Joinville refirent les armatures en fer des coffres, chaises et tables d’Henri de Lorraine et de sa petite sœur, tandis que celui d’Éclaron fabriqua les crochets et œillets nécessaires au berceau du petit Louis ; le menuisier Millot répara divers meubles et réalisa plusieurs jouets, tandis que le pelletier doubla la saie et plusieurs manteaux du prince de Joinville ; le cordier de Doulevant vendit une douzaine de couples de corde. De son côté, l’orfèvre de Joinville fut appelé à réparer l’aiguière en argent, les poignards et dagues du prince, pour qui il fabriqua en outre deux cure-dents en or et un cœur d’orfèvrerie à porter des parfums. C’était encore le barbier de Joinville qui tondait régulièrement le petit prince et ses pages. Christophe Moraud, le marchand épicier en titre d’Antoinette de Bourbon, vendit dans l’année des produits aussi variés que des gants en chevreau, des aiguillettes de filoselle, un petit coffre, des vergettes (petites brosses à vêtements), des rubans et du savon blanc : la dimension médicale de son commerce d’épices lui permettait de vendre des gants parfumés – on connaît le rôle des parfums dans la pharmacopée de cette époque – et, par extension, de petites pièces et de petits objets liés à l’ornement corporel.

12Par l’intermédiaire de ses paysans, de ses artisans et de ses marchands, la principauté de Joinville était donc l’aire d’approvisionnement principale de la maison de Guise en matière de consommation ordinaire. La présence permanente de la famille ducale dans sa capitale champenoise du début des années 1520 à la mort d’Antoinette de Bourbon en 1583 assura sans le moindre doute à la région un certain niveau d’activité économique ; le caractère plus épisodique de cette présence dans les deux dernières décennies du siècle dut entraîner un repli de cette activité et contribuer au lent engourdissement de la cité. La principauté ne suffisait pas cependant aux besoins de la maison dès que ceux-ci se faisaient un peu moins courants. Il fallait dès lors se tourner vers les ressources de la province de Champagne et celles du duché de Lorraine voisin.

La Champagne et la Lorraine : de la polarisation à l’oubli

  • 16 BnF, fr. 8181, fos 39, 67, 93, 100, 160 et 197.
  • 17 BnF, fr. 8181, fo 93.
  • 18 BnF, fr. 8181, fos 80 et 94.

13Lorsque l’on se concentre sur les sources de la première moitié du siècle, la Champagne (au-delà des alentours de Joinville) et la Lorraine apparaissent comme des zones d’approvisionnement privilégiées de la maison de Guise. Elles fournissaient en effet fréquemment aux Guise des produits de médiocre valeur (d’une livre à peine à une douzaine de livres) : entre septembre 1526 et juin 1532, Bar-le-Duc fournit ainsi des poires, des mors et des étriers de qualité ordinaire, Bar-sur-Aube du vinaigre et Troyes une ratière, des marrons, des citrons et une nouvelle quantité de vinaigre16. Il faut croire que la maison ducale cherchait alors des produits un peu rares ou d’une qualité supérieure à celle proposée à Joinville et aux alentours, car ces villes se situaient à une distance non négligeable de la capitale des Guise : Bar-le-Duc est à environ 50 kilomètres au nord de Joinville, et Bar-sur-Aube à 45 kilomètres environ en direction du sud-ouest ; Troyes est plus éloignée encore, à près de 90 kilomètres à l’ouest de Joinville. Certains achats étaient sans doute faits à l’occasion de voyages entrepris pour de plus grandes affaires, mais d’autres justifiaient à eux seuls la mobilisation d’un homme et de ses animaux de bât. En novembre 1527, Colo le muletier fut ainsi envoyé à Troyes tout spécialement pour se procurer les marrons et citrons déjà évoqués17. Les 90 kilomètres de distance n’étaient pas considérés comme un obstacle majeur puisque Colo fit deux autres allers-retours durant le même mois de novembre 152718. La distance n’empêchait donc pas Bar-le-Duc, Bar-sur-Aube ni même Troyes d’être intégrées à l’aire d’approvisionnement quasi ordinaire des Guise lors de leurs séjours sur les bords de Marne.

  • 19 BnF, fr. 8181, fos 86, 94, 293 et 375.
  • 20 BnF, fr. 8181, fo 252.
  • 21 BnF, fr. 8181, fo 80, 94, 296 ; fr. 20543, fo 137 ; fr. 20640, fo 134.
  • 22 Cassan C.-G., Les Orfèvres de Lorraine et de Sedan, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1994.
  • 23 BnF, fr. 8181, fos 291, 292, 378.

14Quelques achats plus conséquents amenaient aussi à faire ces trajets. Des charretiers furent envoyés à Nancy (à 95 kilomètres de Joinville) en novembre 1527 pour acheter une grosse quantité de vins surets – un purgatif – à l’usage de Claude de Lorraine, et le duc acquit à Troyes quinze grandes toiles de chasse en 1540 et une belle haquenée en 154219. Le premier duc de Guise fut aussi en contact avec Guillaume Bizet, un marchand de Châlons-en-Champagne (à un peu plus de 90 kilomètres de Joinville), en 1539, et les quelque 363 livres qu’il lui versa furent peut-être le paiement d’un achat textile effectué dans cette ville de drapiers et de tanneurs20. Les spécialités des villes champenoises et lorraines justifiaient en effet l’existence d’un bon nombre de ces flux. Les Guise furent de fidèles clients de la draperie troyenne dans la première moitié du siècle, comme le prouvent cinq mentions de velours, de draps de laine et de soie achetés tant pour la famille ducale que pour les pages entre 1527 et 1550 ; le tailleur Macé Leschassier se rendit notamment à Troyes au printemps 1550 pour acheter une partie des tissus nécessaires aux obsèques de Claude de Lorraine21. Nancy était quant à elle un grand centre de production et de commerce d’orfèvrerie, en raison du voisinage de la riche orfèvrerie allemande et de l’implantation de la cour ducale22. Claude de Lorraine ne manqua pas de recourir à plusieurs reprises à l’un de ses marchands, Philibert Sequin, dit Trébuchet, au début des années 154023. Il lui acheta de nombreuses pièces de vaisselle d’argent doré pour un montant total de 2 156 livres.

  • 24 BnF, fr. 22433, fo 76.

15La Champagne et la Lorraine étaient donc dans la première moitié du XVIe siècle les aires naturelles de l’approvisionnement d’une maison de Guise certes devenue française, mais encore largement tournée vers son berceau lorrain. À mesure que l’horizon de la famille devint plus spécifiquement français, à mesure aussi que le point d’équilibre de la maison se déplaça de Joinville à Paris, les espaces de la consommation ducale furent cependant redéfinis. Les mentions d’achat auprès de fournisseurs champenois ou lorrains se font en effet beaucoup plus rares pour la seconde moitié du siècle, puisque l’on ne trouve guère trace que d’un achat de drap à Châlons pour des couvertures destinées aux chevaux du haras d’Éclaron, en 156324. Cela ne signifie pas, bien entendu, que les Guise renoncèrent entièrement à se fournir en Champagne et en Lorraine. Leurs fréquents séjours à Joinville, y compris après le décès d’Antoinette de Bourbon, suffisaient à créer les occasions de ces acquisitions à l’échelle régionale. Toutefois, et en particulier pour leurs achats de biens de luxe, les Guise se tournèrent de plus en plus vers d’autres régions du royaume de France.

Les flux à l’échelle du royaume de France

  • 25 ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire du prince de Joinville de juin 1560.
  • 26 AN, MC, étude XXIV, liasse 37, 10 août 1575 ; étude LXVIII, liasse 39, 19 février et 27 avril 1571 (...)
  • 27 BnF, fr. 20514, fo 113.
  • 28 BnF, fr. 22433, fo 102.

16L’itinérance de la cour et de la suite ducale explique en partie la présence de certaines régions dans la liste des zones ayant fourni des produits à la maison de Guise. Lors de leurs déplacements, les Guise recouraient bien sûr aux services des marchands et artisans locaux pour répondre à leurs besoins quotidiens. Les selliers, en particulier, devaient souvent « dépanner » la suite ducale en raccommodant selles et harnais fatigués par les voyages. Le vin était acheté aux aubergistes et détaillants des régions parcourues, quitte à être transporté ensuite pendant une partie du voyage25. Les fruits et légumes, les céréales, les viandes et poissons nécessaires à l’entretien de la suite étaient eux aussi achetés localement. Maîtres d’hôtel et marchands pourvoyeurs se devaient alors de faire preuve de capacité d’adaptation pour trouver lors de chaque étape les producteurs et vendeurs capables de ravitailler la suite de façon satisfaisante. Une connaissance intime de la région était un gage de réussite, aussi ne faut-il pas s’étonner du fait que près de la moitié des marchands pourvoyeurs de la maison de Guise aient été originaires d’une région qui accueillait souvent la cour de France, la Touraine26. En outre, de passage dans une ville, le duc commandait parfois à un artisan quelque objet plus précieux, comme les trois boucles « en façon d’Allemagne » exigées par François de Lorraine à Metz en 155127. Des circonstances exceptionnelles pouvaient aussi contraindre à se fournir rapidement dans la région où la suite séjournait : l’assassinat de François de Lorraine en février 1563 entraîna l’achat immédiat de draps de deuil à Blois, ville ne figurant pas parmi les lieux où les Guise achetaient habituellement ce genre d’article mais où la cour résidait alors28.

  • 29 BnF, fr. 20536, fo 80 ; fr. 20551, fo 55 ; fr. 20554, fo 73 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire (...)
  • 30 Cf. supra chap. 2.

17Pour les marchandises les plus raffinées, toutefois, la famille ducale préférait s’adresser à des marchands ou à des producteurs installés dans les villes ou régions qui s’en étaient fait une spécialité. François de Lorraine fit ainsi acheter deux horloges à Abbeville en 1560 et il se porta acquéreur à trois reprises de bottes fabriquées quelque part entre la Savoie et Genève, dans une région alpine réputée depuis le XIVe siècle pour son artisanat du cuir et de la ganterie29. Les meilleurs vins, réservés aux plus éminents commensaux de la suite ducale, étaient achetés en Bordelais, en Bourgogne, près de Beaune, en Champagne, près d’Ay, autant de régions déjà réputées au XVIe siècle pour l’excellence de leurs breuvages30. Toutefois, si de nombreuses régions du royaume de France contribuaient au paraître des Guise, Tours, Lyon et Paris faisaient figure de pôles incontournables de la consommation ducale.

Trois pôles dominants : Tours, Lyon et Paris

  • 31 Chevalier B., Tours, ville royale (1356-1520). Origine et développement d’une capitale à la fin du (...)
  • 32 BnF, fr. 20469, fos 101-103 ; fr. 20534, fos 12, 33 et 34. Sur la carrière et la réussite matériel (...)
  • 33 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. VIII, p. 198.

18La place des productions de Tours dans la consommation ducale s’explique aisément par le développement des industries de luxe consécutif à l’installation de Louis XI sur les bords de Loire en 146831. Éphémère capitale du royaume, résidence des hommes de l’administration royale mais aussi des courtisans à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, Tours avait vu prospérer en son sein les artisans de la soie, les brodeurs, les orfèvres et les armuriers, dont certains étaient des étrangers attirés par le dynamisme de la cité. La ville était cependant avant tout une cité de la soie. Après une tentative infructueuse à Lyon en 1466, Louis XI avait implanté à Tours des ouvriers italiens afin de développer un centre de production capable d’assécher les flux de soie venant de la Péninsule. La volonté royale vint à bout des résistances des bourgeois de la ville, réticents à l’idée d’investir dans un commerce encore timide en France, et la production prit son essor dans les dernières années du XVe siècle. La soie devint en quelques décennies la principale activité de la cité. Bien qu’occupés pour la plupart à la fabrication de draps de soie relativement bon marché, les artisans tourangeaux étaient capables, pour certains, de déployer tout leur savoir-faire pour réaliser des pièces d’exception, comme les tentes dressées par les Français lors de l’entrevue du Camp du drap d’or en 1520. Ce fut bien vers cette aristocratie de l’artisanat tourangeau que se tournèrent les Guise. Jacques Proust, à qui François de Lorraine confia la fabrication des rideaux du très riche lit de damas cramoisi brodé d’argent qu’il commanda en 1548, était un puissant maître ouvrier en draps de soie de Tours, dont la réussite était suffisante pour qu’il fût seigneur de Roidemont et qu’il achetât des terres du côté de Saint-Avertin32. Son confrère Nicolas Drouin, sollicité par François de Lorraine pour d’autres pièces du lit, appartenait lui aussi à une lignée de riches artisans de la soie tourangeaux capables d’œuvrer pour les Grands du royaume. En septembre 1548, le tailleur de Catherine de Médicis jugea un taffetas de Tours suffisamment beau pour pouvoir servir sans honte à la confection d’une robe de cour pour Anne d’Este, à côté d’un taffetas florentin. Les soieries de Tours firent donc le bonheur des Guise, mais ceux-ci furent aussi clients des autres secteurs du luxe représentés dans la ville : Louis Merveilles, qui réalisa un harnois pour Claude de Lorraine en 1539, appartenait à la branche tourangelle de la dynastie des Meraviglia, célèbre famille d’origine milanaise qui fournit plusieurs armuriers du roi au cours du siècle33.

  • 34 BnF, fr. 8181, fos 246, 291, 292 et 374 ; fr. 22433, fos 52 et 84. Autour d’une rente constituée e (...)
  • 35 Chevalier B., Tours, ville royale…, op. cit., p. 134-139 et 187-192.

19La ville de Tours contribua également au paraître des Guise par l’intermédiaire de René Tardif, Robert Fichepain, Pierre Galland et Étienne de La Salle, marchands de l’argenterie du roi ayant fourni à plusieurs reprises des draps de soie aux Lorrains entre 1537 et 156334. La boutique de l’argenterie du roi était une compagnie de commerce spécialisée dans la fourniture de biens pour le service de la cour – draps précieux et orfèvrerie, pour l’essentiel – dont les origines remontaient au règne de Charles VII35. À cette époque, le grand marchand de Bourges Jacques Cœur était parvenu à mettre sur pied une puissante organisation commerciale pour concentrer entre ses mains les flux de draps de qualité à destination d’une cour résidant de plus en plus souvent en Val de Loire. La préférence marquée du roi pour la région de Tours amena le marchand à déplacer ses entrepôts de Bourges à Tours. Après la chute de Jacques Cœur, la compagnie fut reprise en main par des Tourangeaux, signe que la ville était désormais au centre du commerce des biens de luxe. Fondée sur le regroupement de capitaux de marchands drapiers unis entre eux par des liens de parenté et d’alliance, la compagnie prospéra et servit de tremplin à plusieurs groupes familiaux qui continuèrent ensuite leur ascension grâce à de prestigieux offices de finance : Jacques Semblançay de Beaune et Guillaume Briçonnet étaient tous deux des rejetons de ces familles enrichies grâce à la boutique de l’argenterie. La compagnie fut toutefois victime de la crise financière de la monarchie lors de la première guerre d’Italie, les paiements du roi se faisant alors rares ; le changement de dynastie n’arrangea rien puisque Louis XII refusa d’assumer les dettes de son prédécesseur. L’affaire renaquit une nouvelle fois de ses cendres au tout début du XVIe siècle, et elle passa dans les années 1510 entre les mains des Tardif et de leurs associés. Les sommes laissées aux hommes de cette génération par les Guise (9 530 livres) attestent le fait que la compagnie était encore un acteur important du commerce des biens précieux dans la première moitié du siècle. Tours, bien que privée de son statut de capitale, restait alors un pôle incontournable du luxe français et continuait à ce titre à attirer l’argent des plus grandes familles du royaume.

  • 36 Gascon R., Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands, Paris, SEVPEN, 197 (...)
  • 37 BnF, fr. 20468, fos 31-44.
  • 38 BnF, fr. 20516, fos 121 et 124-125 ; fr. 20522, fo 9 ; fr. 20540, fo 63. Gascon R., Grand commerce (...)
  • 39 BnF, fr. 20517, fo 37 ; fr. 20537, fo 98 ; fr. 20552, fo 71.
  • 40 BnF, fr. 20551, fo 118.
  • 41 BnF, fr. 20513, fo 35 ; fr. 20516, fos 121-125 ; fr. 20542, fo 139 ; fr. 20552, fo 128.

20Le cas de Lyon est tout à fait différent de celui de Tours (fig. 71 pl. XXIX). Bien que centre de production de quelques biens manufacturés – en particulier de la soie à partir de 1536-1537 –, la ville était essentiellement une plaque tournante du commerce européen et la porte d’entrée des productions italiennes en France36. La création en 1464 par Louis XI de quatre foires annuelles avait en effet permis à la ville de capter les flux commerciaux entre l’Italie et l’Europe du Nord qui passaient jusque-là par Genève ; entre 1461 et 1466, les Médicis avaient en outre décidé de transférer leur filiale genevoise à Lyon. Marchands italiens et français se partageaient l’essentiel d’une activité économique largement dominée par les échanges de textile : aux Italiens, maîtres de la cité, le commerce avec les centres de production de la Péninsule ; aux Français, la redistribution des produits au sein du royaume de France. Cette dimension de contact avec l’Italie apparaît de façon frappante dans les archives des Guise, où les mentions de la cité rhodanienne sont fréquentes. Philippe de Gueldres s’adressa ainsi au marchand lyonnais Pierre Laurencin pour obtenir divers draps de soie destinés à son fils et à sa belle-fille en 1516 et 1517, c’est-à-dire à une époque où la production lyonnaise était inexistante ; les draps convoités par la duchesse douairière de Lorraine provenaient donc nécessairement d’ateliers italiens37. De même, le velours cramoisi rouge acheté dans la ville en 1556 pourrait bien avoir été originaire de Lucques, car la petite cité de Toscane avait un talent tout particulier pour le tissage de cette étoffe considérée comme la plus luxueuse de toutes38. François de Lorraine s’adressait aussi souvent à l’un de ses relais à Lyon pour se procurer des produits transalpins (petits fromages dits marzolini, saucisses de Bologne, eau thermale de Lucques) ou issus du sud de la France (des melons, par exemple39). L’Italie n’était cependant pas l’unique zone de production des biens achetés à Lyon : l’écuyer Mulet, bloqué dans la ville en novembre 1553 dans l’attente de chevaux turcs arrivés par Marseille, profita ainsi de son séjour forcé pour essayer d’acheter quelques courtauds allemands à la foire de la Toussaint40. Pour d’autres achats effectués à Lyon, il est toutefois difficile d’établir s’il s’agissait de productions locales ou de biens transitant par la ville (bagues et médailles en août 1548, armures dans les années 155041). Lyon était en tout cas un centre de première importance pour la consommation ducale.

  • 42 Je remercie vivement Robert Descimon pour les renseignements qu’il a bien voulu me donner sur plus (...)
  • 43 Pour les Le Jay : BnF, fr. 8181, fos 233, 245-246, 293, 295, 323, 328, 373 et 375 ; fr. 20522, fo (...)
  • 44 Pour une étude sociale approfondie de ce don gratuit de 1571, voir Descimon R., « Paris on the Eve (...)
  • 45 BnF, fr. 20640, fo 134 ; ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Gu (...)
  • 46 BnF, fr. 8182, fo 199 ; fr. 22433, fos 88 et 161 ; ACC, 1-A-14, Deniers dépensés pour les affaires (...)
  • 47 BnF, fr. 20549, fo 134 ; fr. 20555, fo 115 ; fr. 22433, fos 78, 88, 90, 91, 102 et 161 ; ACC, 1-A- (...)

21La prééminence de Paris sur Lyon comme sur Tours était cependant nette. Claude de Lorraine, déjà, était actif sur le marché parisien, mais son fils et son petit-fils le furent plus encore. Près de quarante marchands et artisans ayant travaillé pour les Guise sont clairement signalés dans les sources comme habitant la capitale, sans compter la quinzaine (au bas mot) de maîtres et d’ouvriers du bâtiment employés pour construire, réparer ou embellir l’hôtel de la rue du Chaume42. Cinq secteurs de l’artisanat et du commerce parisiens attiraient particulièrement les Lorrains. Le premier était sans conteste le secteur du textile de luxe. Les Guise étaient en contact régulier avec deux grandes familles de marchands de draps de soie de la capitale, les Le Jay (y compris le gendre de Jean, Jean Desprez) et les Dolu, tous mentionnés entre les années 1540 et le début des années 156043. Les deux frères Philippe et Jean Lejay étaient deux riches marchands de soie du quartier de la Cité et de grands notables municipaux. Les Dolu étaient eux aussi très aisés, puisqu’ils furent lourdement taxés à l’occasion du don gratuit de 1571 : René, devenu trésorier de la reine, à hauteur de 200 livres et Catherine Pichonat, veuve de Jean, à hauteur de 240 livres, alors même que la moyenne de la taxe était d’un peu moins de 20 livres44. Ce fut encore à Paris toujours que le tailleur du duc acheta le reste des draps de laine et des velours nécessaires aux obsèques de Claude de Lorraine, et à Paris toujours que le jeune Henri de Lorraine envoya en urgence l’un de ses valets de chambre se procurer des habits de toile d’argent45. Les Guise recouraient aussi à Paris à des merciers (Guillaume de La Croix, au palais), des passementiers (Spire Prevost, Louis Sanson, sur le pont Notre-Dame), des gantiers (Michel Mullot, rue de Bussy), des lingères (Marguerite Le Duc), des plumassiers (Nicolas Thomas, sur le pont Notre-Dame) et même des tapissiers (Pierre de Larris46). Les autres secteurs de la production parisienne bien représentés dans la consommation ducale étaient l’orfèvrerie [Jean Tubin, François Guyard (paroisse Saint-Germain-de-l’Auxerrois), Pierre Hotman (paroisse Saint-Barthélémy), Claude Doublet, Richard Toutain], l’armurerie [Henri et Jean Merveilles (rue de la Heaumerie), Miette Guillot, le fourbisseur Raulequin de Hou, le sommelier d’armes du roi Henri Alais (rue Saint-Denis)], les commerces de bouche [le rôtisseur Jean Sarrazin, dit Le More (rue Saint-Martin), l’apothicaire Jean Delabuyère (rue Saint-Denis) pour des confitures dignes de régaler le duc d’Albe en 1559] et l’équipement du cheval [l’éperonnier Guy Senesal (rue de la Tissanderie), les selliers Jean Laverdée et Maurice Crichant, le bourrelier Christophe Colet47]. De plus en plus lieu de vie des Guise au fil du siècle, Paris devint aussi le centre de leur espace de consommation.

Un cas particulier : l’« aire » des marchands suivant la cour

  • 48 Delpeuch E., « Les marchands et artisans suivant la cour », Revue historique de droit français et (...)
  • 49 BnF, fr. 8181, fo 335 ; fr. 22433, fos 66, 88 et 161 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de nove (...)

22Tous les marchands ayant servi les Guise ne peuvent cependant pas être rattachés à une aire géographique précise. Il en va ainsi des marchands suivant la cour. Ces commerçants privilégiés étaient les héritiers d’une institution sans doute née dans la première moitié du XVe siècle pour subvenir aux besoins d’une cour nomade ayant parfois des difficultés, lors de ses déplacements, à trouver des denrées et des pièces de parure conformes au rang de ses membres48. Pour assurer la permanence et la qualité de l’approvisionnement, il fut décidé d’attacher à la cour des marchands qui furent dès lors dégagés de la tutelle des métiers. Partie intégrante de la cour royale, avec le statut de commensaux du troisième rang, les marchands et artisans suivant la cour jouissaient de nombreux privilèges qui contribuaient à leur attirer l’hostilité des maîtres des métiers. Ils échappaient en effet au contrôle des maîtres jurés – qui multiplièrent toutefois les tentatives pour les y assujettir – car ils ne relevaient que de l’autorité du prévôt de l’hôtel du roi, lequel les avait choisis et leur avait remis leurs brevets. La seule véritable obligation de ces marchands était de se joindre à la cour lors de ses déplacements ou, à tout le moins, d’y envoyer des hommes capables de les remplacer. Ils pouvaient en revanche exercer leur activité et tenir boutique partout dans le royaume, et ils ne se privaient pas de venir faire concurrence aux marchands parisiens, même lorsque le roi ne résidait pas en Île-de-France. Pour toutes ces raisons, les marchands suivant la cour constituaient une aire d’approvisionnement à eux tous seuls, bien différente il est vrai des aires traditionnelles. Les Guise recouraient parfois à leurs services : un pelletier suivant la cour apparaît dans le compte annuel de 1542, sous Claude de Lorraine, tandis qu’un mercier-cordonnier, un autre mercier et un bossetier (artisan fabriquant les ornements en bosse situés de part et d’autres d’un mors de cheval) sont mentionnés à diverses reprises au début des années 156049.

  • 50 La question des intermédiaires sera plus amplement traitée dans le chapitre 9.

23Ainsi se dessine une carte, si ce n’est de l’espace vécu, au moins de l’espace utile de la maison de Guise au sein du royaume de France. Largement – bien que non exclusivement – tournée vers la Champagne et la Lorraine à l’époque de Claude de Lorraine, la maison de Guise abandonna quelque peu ces régions dans la seconde moitié du siècle et réorienta en grande partie sa consommation vers le marché parisien. La recherche de biens de qualité l’amenait néanmoins à solliciter les régions spécialisées dans quelques productions particulières, tandis que le goût du luxe confortait la place de Tours et plus encore de Lyon dans la hiérarchie des villes fournissant la maison. Les grands absents de ces relations commerciales « nationales » étaient un vaste sud-ouest allant du sud de la Loire aux Pyrénées et couvrant une large part du Massif central (cette zone n’est mentionnée que dans deux rares occurrences des vins du Bordelais ou de Gascogne et dans une de fromage d’Auvergne), et la Bretagne (visible uniquement à travers des cadeaux de lévriers ou de beurre faits par des aristocrates de la région). La carte de ces aires d’approvisionnement recouvre donc assez exactement celle des zones d’influence de la maison de Guise, enrichie par les pôles français du luxe et les régions de fréquent séjour de la cour de France. Les possessions des Lorrains se situaient en effet, rappelons-le, en Champagne, en Picardie, en Normandie, en Île-de-France et dans le Maine, sans compter les quelques terres provençales de la famille ; cette puissance foncière était redoublée par la mainmise de la famille sur certains gouvernements de province (Brie, Champagne, Bourgogne, Dauphiné et Savoie). Cette correspondance entre territoire de la puissance et espace de la consommation suggère d’ores et déjà toute l’importance du facteur humain dans les circuits d’approvisionnement de la maison de Guise : là où ils disposaient d’interlocuteurs privilégiés en la personne de leurs officiers, d’officiers royaux placés sous leur autorité ou de riches marchands-banquiers en relation avec la couronne, les Lorrains n’avaient aucun mal à se fournir en toutes sortes de marchandises. Là où ils n’avaient aucun relais naturel – comme c’était le cas dans de vastes régions de la partie occidentale du royaume – il leur fallait au contraire trouver des intermédiaires ad hoc, créer de toutes pièces un réseau humain capable de leur procurer les produits qu’ils désiraient. Ce n’était certes pas irréalisable, mais c’était à tout le moins beaucoup moins pratique, rapide et efficace que de solliciter des hommes avec qui ils étaient déjà en contact régulier. La géographie de la consommation ducale était donc aussi une géographie de la puissance foncière et politique de la maison50.

24Pour l’élite culturelle et économique de la Renaissance, la consommation ne s’arrêtait pas cependant aux frontières du royaume de France. La géographie du luxe était en effet une géographie européenne, voire mondiale.

Les Guise dans le commerce international du luxe

  • 51 De La Noue F., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 182.

Il ne sera point à son aise, qu’il n’ait recouvré des tapisseries de Flandres et des licts de Milan.51

25Alors qu’il vitupérait contre le gentilhomme adepte de l’architecture moderne et du faste domestique, François de La Noue mettait en évidence le caractère international de la consommation distinctive. Les régions urbaines d’Italie du Nord et des Flandres figuraient sur le banc des accusés comme les premières responsables de la déraison aristocratique à cause du dynamisme de leurs centres industriels et de la variété de leurs productions. Comme pour confirmer les dires du moraliste, on les retrouve en bonne place parmi les zones où la maison de Guise s’approvisionnait volontiers, mais aux côtés d’un autre espace : le bassin méditerranéen dans son ensemble.

  • 52 Guiffrey J., « Inventaires… », art. cit., p. 156-246.
  • 53 Cf. supra chap. 5.
  • 54 BnF, fr. 8181, fo 372 ; fr. 20551, fo 118.
  • 55 AN, K 529 A, Inventaire de 1583, fo 9 vo ; ACC, 1-A-14, liasse 5.
  • 56 ACC, 1-D-7, liasse 4, 1569, Travaux au château de Guise. Cf. supra chap. 3.
  • 57 Carteggio d’arte…, op. cit., p. 256.

26L’Europe du Nord fournissait aux Guise des produits classiques de l’environnement matériel aristocratique. Parmi les tapisseries enregistrées dans l’inventaire de l’hôtel de Guise en 1644, six venaient de Bruxelles, dont les trois plus beaux ensembles entrés dans les collections des Guise au XVIe siècle (les Chasses de Maximilien, les Douze signes du zodiaque et les Bestions52). Dix-huit des quarante-cinq pièces – soit 40 % – de l’orfèvrerie du cardinal de Lorraine, passée ensuite à son neveu le duc de Guise, portaient un poinçon allemand53. Les puissants chevaux allemands intéressaient aussi les Lorrains, puisque Claude de Lorraine envoya l’un de ses écuyers en acheter à la foire de Francfort en mars 1542 ; onze années plus tard, l’écuyer de François de Lorraine jugeait d’un œil très favorable les chevaux menés à la foire de Lyon par les marchands allemands et réclamait de l’argent pour acquérir quelques-uns de ces courtauds au nom du duc54. Peut-être enfin les fourrures doublant ou bordant les vêtements d’hiver des Guise venaient-elles des bords de la Baltique. À côté de ces objets traditionnels de la culture matérielle aristocratique, l’Europe du Nord offrait aussi quelques nouveautés aux Lorrains. Deux mentions discrètes suggèrent ainsi la présence de fine toile de Hollande parmi les tissus destinés aux vêtements ou au linge de lit de la maison, ce qui va dans le sens de l’adhésion des Guise au mouvement de promotion du linge blanc finement ouvragé55. On sait par ailleurs que le cardinal de Lorraine envoya chercher au Cateau-Cambrésis un chariot de Flandres, en 1568, quelques années avant que le succès de ce véhicule n’amenât les charrons parisiens à copier le modèle56. À l’exception des chevaux dont l’écuyer fit l’acquisition à la foire de Francfort, toutefois, aucun indice dans les sources ne permet de dire que ces produits nord-européens étaient achetés dans leur zone de production. Il semblerait au contraire que ces biens étaient acquis la plupart du temps auprès de marchands français ou de marchands étrangers venus en France, voire rachetés à un premier propriétaire régnicole, comme dans le cas de la très belle tapisserie bruxelloise des Douze mois de l’an que le cardinal de Lorraine obtint à bas prix de la duchesse d’Étampes en novembre 155057.

  • 58 BnF, fr. 20542, fo 91 ; fr. 20550, fo 128.
  • 59 BnF, fr. 20551, fo 118 ; fr. 22433, fo 97.
  • 60 BnF, fr. 20517, fo 37 ; ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de novembre 1560 ; Dépense ordinaire de jui (...)
  • 61 BnF, Clair. 347, fos 137 et 178.
  • 62 Cf. supra chap. 5.

27Les mentions de produits nord-européens sont cependant moins nombreuses dans les archives de la maison de Guise que les mentions de ceux venant de la Péninsule italienne. Les belles soieries, on l’a vu, transitaient par Lyon avant d’arriver entre les mains des Lorrains. De même, les armes et armures qui faisaient la gloire de la Lombardie et du Piémont étaient très prisées des Guise : en 1547, François de Lorraine se fit envoyer de Milan trois belles épées garnies et en 1551, l’un de ses agents, n’ayant pas trouvé ce qu’il cherchait auprès des armuriers lyonnais, demanda s’il devait se rendre en Piémont pour satisfaire la requête du duc58. Les selles somptueuses et les luxueux harnais produits dans ces mêmes régions étaient tout aussi recherchés des Lorrains59. Les produits italiens achetés par les Guise n’appartenaient cependant pas tous aux secteurs d’excellence traditionnels de la Péninsule. En 1547, par exemple, François de Lorraine se fit envoyer de Milan, en même temps que ses trois épées, vingt-neuf chemises finement travaillées et neuf peignes. Le deuxième duc de Guise aimait aussi à se procurer des denrées alimentaires typiquement italiennes comme les saucisses de Bologne, les petits fromages de mars ou le fromage de Milan60. Son mariage avec Anne d’Este ne fit que renforcer ce goût marqué pour les délicatesses de l’art de vivre italien, d’autant que la duchesse jouait parfois de sa connaissance des producteurs ferrarais pour se procurer quelques objets rares, comme ces élégantes fleurs de soie confectionnées par des moniales de la région de Ferrare61. La fascination des aristocrates français pour la culture italienne se lisait enfin dans l’importation d’un type bien particulier de produits : les marbres antiques et contemporains, dont on sait que François de Lorraine fit provision lors de son passage à Rome en 155762. L’« empire des choses » de l’Italie renaissante trouvait ainsi dans les Guise de fervents admirateurs. L’engouement des Lorrains avait une conséquence directe : à la différence de ce qui se passait pour les produits d’Europe du nord, les produits italiens étaient fréquemment achetés en Italie même par des envoyés du duc ou par des intermédiaires de confiance. L’existence de liens privilégiés avec la Péninsule grâce à l’alliance avec les Este et grâce à la présence d’un grand nombre d’Italiens dans la suite ducale explique sans doute cette disparité flagrante. Il était en effet aisé pour les Guise d’activer leurs réseaux dans la Péninsule pour se procurer les objets de leurs désirs. Cette connexion privilégiée favorisait l’entrée dans leurs possessions de biens plus rares ou plus originaux, car le choix de l’objet se faisait alors sur l’ensemble de la production locale au lieu de se faire sur une pré-sélection faite par un marchand.

  • 63 BnF, fr. 20534, fos 29, 32 et 53 ; fr. 20549, fo 21 ; fr. 20467, fo 55 ; fr. 20469, fos 149 et 163 (...)
  • 64 BnF, fr. 15874, fos 108-109.
  • 65 BnF, fr. 20534, fo 29 (je remercie Pascal Brioist pour les précisions techniques).

28L’Italie occupait ainsi la première place dans une aire d’approvisionnement méditerranéenne par ailleurs très appréciée des Guise. Les Lorrains possédaient en effet des chevaux, des armes et des soies d’Espagne, apportés à grands frais depuis les régions les plus lointaines de la péninsule ibérique63. Les beaux chevaux espagnols, si réputés pour servir de coursiers à la guerre, étaient déjà élevés au XVIe siècle en Andalousie, où le roi catholique possédait alors des haras réputés. En 1560, François II y envoya d’ailleurs son écuyer pour sélectionner de beaux spécimens à ramener en France64. L’Espagne bénéficiait en la matière de la présence multiséculaire des Arabes dans la Péninsule, car les chevaux natifs du royaume avaient dans leurs veines un peu du sang des beaux étalons issus des déserts d’Arabie. De même, les armes espagnoles recherchées par les Guise étaient pour certaines « ferées à la morisque », c’est-à-dire gravées ou travaillées de façon à obtenir un aspect moiré65. C’était donc un peu des richesses et des raffinements de l’Orient musulman que cherchaient les Guise dans les spécialités espagnoles.

  • 66 BnF, n.a.fr. 7711, fo 344 ; fr. 20513, fos 3, 47, 61 ; fr. 20517, fos 26-27, 55 et 70 ; fr. 20530, (...)

29À ces produits ibériques venaient s’ajouter d’autres marchandises méditerranéennes, issues cette fois des vastes régions réunies dans l’Empire ottoman : chevaux, cuirs et bonnets de Turquie, chevaux encore et même singes d’Afrique du Nord66. Les productions de la Méditerranée orientale suscitaient alors l’admiration des Européens. En 1553, Pierre Belon du Mans affirmait à propos des artisans ottomans :

Leurs marchandises et labeurs sont si très exquisement faits et si durables (fors les maisons) qu’ici ne reçoivent aucune comparaison. […] Les costumiers de Turquie, si l’on fait comparaison de leurs ouvrages à ceux qui sont connus en Europe, cousent toutes besognes mieux et plus élégamment que ne font ceux du pays des Latins, tellement qu’on dirait que l’ouvrage d’Europe n’est que ravaudage au prix du leur.

  • 67 Belon du Mans P., Voyage au Levant, édité par A. Merle, Paris, Chandeigne, 2001 (1re éd. 1553), p. (...)
  • 68 Veinstein G., « L’empire dans sa grandeur (XVIe siècle) », in R. Mantran (dir.), Histoire de l’Emp (...)
  • 69 AN, K 529 A, Inventaire de 1589, fos 2-5.

30Il était aussi enthousiaste à propos des cordonniers et selliers turcs67. L’Empire produisait alors un grand nombre d’articles renommés : savons d’Alep, de Tripoli, d’Irak et d’Urla, verreries d’Hébron et Damas, ustensiles de cuivre de Küre, faïences d’Iznik, de Kütahya et de Diyarbekir, cierges de Damas, papier d’Istanbul, velours et brocarts de Bursa, soie des cités anatoliennes, de Damas ou d’Alep, etc.68. L’industrie lainière, bien implantée en Anatolie mais aussi en Égypte, en Syrie du Nord et en Irak, produisait en outre les fameux tapis présents dans tant de tableaux de la Renaissance. Les Guise partageaient l’engouement des autres Européens en la matière puisque leurs plus beaux tapis provenaient d’un Orient mal défini : l’inventaire des meubles mis en sûreté au château de Bar en 1589 range en effet dans la rubrique « Tappis velus de Turquie » des tapis qualifiés de « persiens ou cayriens69 ».

  • 70 Sur ces marchands, cf. infra chap. 9.
  • 71 BnF, fr. 15871, fo 217.

31Les produits de luxe qui fascinaient les Occidentaux depuis l’époque des Croisades arrivaient alors en Europe à un rythme accru par le canal des Génois, des Florentins et plus encore des Vénitiens. Ce ne fut cependant pas par l’intermédiaire des Italiens – ou du moins pas uniquement – que les Guise parvinrent à se constituer un environnement matériel aussi peuplé des objets de l’Orient que le décor de l’Annonciation avec saint Emidius de Crivelli ou des Ambassadeurs de Holbein. En effet, leur correspondance les montre en relation étroite avec des marchands et armateurs marseillais capables d’affréter un navire pour aller à Alexandrie ou à Alger chercher des tapis ou des chevaux dignes de leurs prestigieux clients70. Là encore, il s’agissait de « boire à la source » du commerce du luxe, probablement pour avoir accès à un plus large choix de produits et pour pouvoir traiter directement avec les meilleurs producteurs. Ce souci ne s’étendait pas toutefois aux objets exotiques de l’Extrême-Orient : l’unique mention de « quelques nouveaultez venues de la China », concernant le cardinal de Lorraine en 1560, révèle en effet qu’elles furent achetées à Lisbonne sur des navires venant des Indes ; il ne s’agissait en outre que de quelques babioles sans grande valeur, si ce n’est pour la curiosité qu’elles pouvaient provoquer71.

32Le basculement de l’épicentre commercial de l’Europe renaissante de la Méditerranée vers la Mer du Nord n’était donc guère sensible dans la géographie de l’approvisionnement de la maison de Guise. En effet, deux démarches sont à distinguer dans la consommation de produits importés par les ducs et duchesses de Guise. D’un côté, la volonté de se fournir en produits d’excellence amenait tout naturellement les Guise à se tourner vers les hauts lieux de la production de luxe de l’époque, en Europe, en Afrique du Nord, en Méditerranée orientale. Cette géographie du luxe était encore largement calquée sur celle de l’époque médiévale, même si la circulation des artisans et de leur savoir-faire (comme l’illustre la présence à Tours et Paris des Meraviglia ou Merveilles, ces grands armuriers d’origine milanaise) brouillait quelque peu les cartes en créant des appendices des zones productrices au cœur des zones consommatrices. De l’autre côté, émergeait avec force une consommation nouvelle, teintée de fascination pour la culture italienne de la Renaissance, qui faisait entrer dans l’univers matériel de la maison de Guise une foule de petits objets, de détails de parure et de denrées alimentaires propres à changer en profondeur les habitudes quotidiennes. La spécificité de la Renaissance en matière de consommation de biens internationaux serait-elle alors à chercher, à côté d’une fidélité certaine aux objets de luxe traditionnels, dans l’émergence d’une attirance pour des produits étrangers plus modestes mais plus à même de transformer le quotidien, comme certaines denrées alimentaires ou pièces de vêtement ? Si tel était le cas, cela aurait pu constituer un terreau favorable à l’enracinement de consommations ultérieures de biens importés comme le thé ou le café, dont on connaît toute l’importance pour la révolution de la consommation à l’œuvre dans l’Europe du XVIIIe siècle.

33La géographie de la consommation ducale fonctionnait donc à plusieurs échelles. Les besoins quotidiens étaient satisfaits par une aire très restreinte d’une trentaine de kilomètres autour du lieu de séjour, agrandie pour certains biens ou denrées un peu moins courants (mais de valeur médiocre) à un rayon d’un peu moins de cent kilomètres. La recherche de biens de qualité justifiait en revanche d’envoyer des acheteurs au-delà de ce premier cercle, aux quatre coins du royaume s’il le fallait, mais en privilégiant les villes ou provinces spécialisées dans une production ainsi que les zones où la puissance familiale était bien ancrée. L’exigence distinctive et la nécessité du luxe commandaient quant à elles de franchir les frontières du royaume pour s’approvisionner dans les centres de production les plus réputés du continent ou du bassin méditerranéen. Comme le rappelle John Hale, à la Renaissance,

  • 72 Hale J., La Civilisation de l’Europe à la Renaissance, Paris, Perrin, 2003 (1re éd. 1993), p. 186.

les centres traditionnels gardaient le prestige qui entourait leurs spécialités : tapisseries à Bruxelles, horloges et serrures à Nuremberg, lames d’épée à Solingen, armures de parade à Milan, velours à Gênes, arcs de chasse à Malines, verrerie fine et miroirs à Venise, etc.72

34S’approvisionner en armures milanaises, en chevaux d’Espagne ou en toile de Hollande, c’était simplement rechercher la qualité suprême du produit, le lieu de production offrant une forme de garantie de finesse – osera-t-on dire qu’il faisait office de label ? L’Italie faisait toutefois figure d’exception, abritant certes des centres de production inégalés, mais offrant plus encore aux consommateurs renaissants un véritable mode de vie.

35Les exigences d’une consommation adaptée à son rang projetaient ainsi la maison de Guise bien au-delà des sphères ordinaires de la consommation. Mais comment ces biens produits aux quatre coins de l’Occident parvenaient-ils jusque dans les résidences du clan lorrain ? Quelles étaient en définitive les conséquences pratiques de cette consommation à l’échelle de l’Europe et du monde méditerranéen ? La réponse se trouve en cheminant sur les routes de la Renaissance à la poursuite des produits des Guise.

DU PRODUCTEUR AU CONSOMMATEUR : LA GRANDE ODYSSÉE DES ACHATS DES GUISE

  • 73 Braudel F., Civilisation matérielle…, op. cit., p. 14.

Pour l’observateur rétrospectif qu’est l’historien, il est difficile de commencer par la production, domaine confus, malaisé à repérer et encore insuffisamment inventorié. La circulation, au contraire, a l’avantage d’être d’observation facile. Tout y remue et signale ses mouvements. Le bruit des marchés parvient sans erreur jusqu’à nos oreilles.73

36L’affirmation de Fernand Braudel, formulée pour son ambitieuse étude de la civilisation matérielle à l’échelle du monde, ne perd rien de sa validité une fois ramenée à l’échelle beaucoup plus modeste de la monographie. Alors qu’il est souvent difficile, voire impossible, d’entrer par l’intermédiaire des archives dans l’atelier des artisans ayant fourni les Guise, il est bien plus aisé de suivre les acheteurs des Lorrains de foires en boutiques et d’accompagner leurs porteurs sur les chemins de France ou d’Europe. En raison des conditions favorables créées par l’abondance des sources, le parcours de l’historien est certes plus balisé ici que dans d’autres contrées de la recherche, toutefois les archives des Guise permettent de changer quelque peu d’angle d’observation : au lieu de mettre en point de mire le groupe des marchands, le cas de la maison de Guise offre au regard le déploiement des possibilités de circulation et d’acheminement autour d’un client puissant et exigeant. Dès lors, les routes commerciales propres aux Lorrains apparaissent plus clairement sur la carte des échanges à la Renaissance, tandis que se laissent deviner les contraintes logistiques de l’approvisionnement d’une grande maisonnée au XVIe siècle.

Les « grands chemins du commerce » des Guise74

  • 74 L’expression est de Richard Gascon.
  • 75 BnF, fr. 20467, fo 55 ; fr. 20469, fo 163 ; fr. 20534, fos 29, 32 et 53 ; Clair. 342, fo 56.
  • 76 BnF, fr. 20542, fo 91.
  • 77 BnF, fr. 15871, fo 309 ; fr. 20513, fo 47 ; fr. 20517, fo 55 ; fr. 20522, fo 21 ; fr. 20530, fo(...)
  • 78 BnF, fr. 15871, fos 150-151, 203 et 217 ; fr. 15872, fo 149 ; Clair. 351, fo 124.
  • 79 Gascon R., Grand commerce et vie urbaine…, op. cit., p. 183.
  • 80 BnF, fr. 20517, fo 37 ; fr. 20534, fos 29, 32 et 34 ; fr. 20543, fo 137 ; fr. 20552, fo 71 ; fr. 2 (...)

37Les routes commerciales des Guise n’ont de prime abord rien de bien surprenant. Les produits espagnols arrivaient à Bordeaux ou à Toulouse après avoir traversé les Pyrénées, puis remontaient vers le nord de la France par des axes classiques, comme la route reliant Toulouse à Paris par Cahors, Brive et Limoges75. Les produits issus de la Péninsule italienne faisaient fréquemment halte à Milan avant d’entrer en France, où Lyon en réorientait la distribution dans le royaume76. Les grands ports méditerranéens drainaient les productions d’un très vaste arrière-pays (l’Afrique du Nord pour Alger, l’Égypte et le Levant pour Alexandrie, le Levant encore et l’Anatolie pour Istanbul) pour les envoyer par bateau jusqu’à Marseille, d’où les caisses remontaient les vallées du Rhône et de la Saône puis étaient acheminées vers Paris ou Joinville77. Les pondéreux, comme les marbres antiques achetés à Rome et Orange ou les tonneaux de vin de Bordeaux, faisaient autant que possible le trajet par bateau, quitte à faire quelques détours et à subir les désagréments des ruptures de charge lors des changements de bassin hydrographique78. Le coût du transport par eau pour ce genre de chargement était en effet bien plus intéressant : en 1484, des marchands de Troyes estimaient le coût de revient d’un cent de marchandises convoyé par eau à 36 % seulement du coût de revient de la même cargaison transportée par voie terrestre79. Pour les produits moins pesants, cependant, les Guise et leurs agents tendaient à privilégier les routes terrestres, la logistique y étant moins complexe et les itinéraires plus directs. Les porteurs avec leur hotte, les muletiers avec leurs bêtes de somme, les charretiers avec leur attelage sillonnaient ainsi le royaume, menant aux Lorrains fromages, saucisses, fruits, confitures, piques et lances d’Espagne, rideaux de damas, draps d’or, jeunes plants d’arbre, etc.80.

  • 81 BnF, fr. 20469, fo 163 ; fr. 20534, fos 29, 32 et 53.
  • 82 Braudel F. et Labrousse E. (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. 1 : Chaunu P. e (...)
  • 83 BnF, fr. 20517, fos 26, 27, 55 et 70 ; fr. 20551, fos 118 et 130 ; Clair. 347, fo 124 ; Clair. 348 (...)
  • 84 BnF, fr. 20551, fo 130 ; fr. 20517, fos 27 et 55 ; fr. 20545, fo 17.

38Les itinéraires les plus souvent empruntés par les marchandises des Guise étaient donc organisés autour de quelques pôles – Bordeaux, Marseille, Lyon, Milan, Alger, Istanbul (fig. 72). Ces nœuds du réseau d’acheminement des Guise n’étaient cependant pas juste des villes importantes situées sur des axes de communication terrestres, fluviaux ou maritimes majeurs à l’échelle de l’Europe et du royaume de France. Plus concrètement pour les Guise, ils étaient aussi le lieu de résidence de personnes de confiance servant de soutien aux hommes chargés du transport ou capables d’organiser elles-mêmes une partie du voyage effectué par les produits. La ville de Bordeaux, par exemple, semble avoir été la base de Pierre Chedorge, que l’on rencontre à propos de plusieurs acheminements de produits espagnols (chevaux, armes et tissus81). Celui-ci centralisait chez lui les animaux et produits qu’il conduisait ensuite vers le Nord. En novembre 1549, contraint de retourner en Espagne pour faire passer en France le reste d’un groupe de chevaux destiné à François de Lorraine, il envoya la première partie de la troupe de Toulouse à Bordeaux attendre l’arrivée des suivants. L’opération lui permit d’envoyer l’ensemble des animaux en un seul voyage à leur nouveau propriétaire. De même, Marseille était certes la tête de ligne du réseau commercial français en Méditerranée depuis le rattachement de la Provence au royaume (1481), mais c’était aussi un port où François de Lorraine disposait d’un relais de confiance en la personne de son frère, grand prieur de France et général des galères du roi82. Fréquemment amenés à séjourner à Marseille, le grand prieur et son gouverneur n’oubliaient pas de profiter de leur venue dans la ville pour surveiller l’acheminement des produits commandés par le duc de Guise, en assurer l’envoi ou avancer de l’argent aux hommes chargés de les convoyer83. La possession par les Lorrains de terres provençales (Orgon et Eygalières dans les Alpilles, Lambesc à l’est de Salon-de-Provence) facilitait en outre l’acheminement des animaux et des produits puisqu’un premier chargement pouvait passer quelques jours ou semaines sur les terres du duc dans l’attente d’un autre chargement transporté par un bateau différent. Il en fut ainsi durant l’hiver 1553-1554 : quelques chevaux barbes patientèrent à Lambesc durant plus de deux mois pendant que certains de leurs congénères traversaient la Méditerranée puis se remettaient du voyage ; tous les chevaux furent ensuite menés ensemble, en un seul et même trajet, jusqu’aux écuries du duc de Guise84. Les structures du commerce méditerranéen, la puissance territoriale des Guise, les charges détenues par les membres de la famille et la conjoncture militaire et diplomatique se rejoignaient pour faire de Marseille un nœud du réseau d’approvisionnement des Lorrains.

Fig. 72 > Vue d’Istanbul, par Giovanni Andreas di Vavassore, 1520, feuillet, 52,6 × 36,8 cm, Nuremberg, Germanisches National museum.

39L’importance des distances induites par la géographie de la consommation ducale nécessitait la mise en place d’un réseau dense de personnes, quand bien même il était parfois possible de profiter des trajets des porteurs de lettres administratives, politiques, militaires ou diplomatiques pour faire un envoi. Bien souvent, toutefois, les mêmes individus apparaissent dans les sources sur un itinéraire défini : Pierre Chedorge ou le sieur Bellot pour l’acheminement des chevaux espagnols par Bordeaux ou Toulouse, le banquier Albisse del Bene ou le maître des postes Catherin Jean pour les produits transitant par Lyon, les négociants de la famille Bausset pour les marchandises venues en bateau d’Afrique du Nord jusqu’à Marseille, les ambassadeurs auprès de la Sublime Porte pour les achats effectués dans l’Empire ottoman, etc. De fait, les routes commerciales des Guise étaient autant des successions d’intermédiaires de confiance que des itinéraires. Chacun de ces hommes-relais prenait en charge une partie du trajet, choisissant les moyens de transport les plus adaptés à la topographie de la région et aux caractéristiques propres à la cargaison qu’il lui fallait acheminer. Le fait de disposer de relais dans les principales villes traversées était pour les Guise la garantie que tout serait fait au mieux pour leur permettre de jouir de leurs acquisitions dans les meilleures conditions possibles. Toutefois, malgré l’intervention de ces hommes connus des Guise et habitués à travailler ensemble, la consommation à longue distance n’était pas toujours aisée : les difficultés étaient légion, qui rendaient les parcours chaotiques et les acheminements périlleux.

La consommation à longue distance, entre difficultés logistiques et valeur distinctive

40Il était somme toute rarissime, au XVIe siècle, de consommer des produits venant d’horizons aussi lointains et variés. S’il continue à attirer les regards des historiens, le commerce international ne constituait alors en effet qu’une infime partie des flux commerciaux, loin, bien loin derrière les échanges proprement locaux. Le caractère distinctif de l’environnement matériel de l’aristocratie ne résidait pas donc uniquement dans l’excellence, la cherté et la symbolique des objets possédés. Le fait même d’être partie prenante des échanges internationaux et de le manifester à travers ses possessions était un moyen très sûr de clamer son appartenance à l’élite sociale et économique du royaume de France. La participation des Guise à ce registre d’échanges était même exacerbée, car ils ne se contentaient pas d’acheter en France des produits étrangers ; bien souvent, ils envoyaient au contraire leurs agents se procurer sur place les productions des régions étrangères les plus réputées dans chaque domaine. Leur capacité à agir de la sorte signait leur rang et établissait leur supériorité sociale. Cependant, cette pratique avait une contrepartie : les innombrables aléas émaillant le trajet représentaient un défi logistique et coûtaient cher, en temps comme en argent.

Les aléas du voyage

  • 85 BnF, fr. 20530, fo 3.
  • 86 Veinstein G., « L’empire dans sa grandeur… », art. cit., p. 222.
  • 87 BnF, fr. 20517, fo 55.
  • 88 BnF, Clair. 349, fo 145.

41Il n’était pas toujours simple d’importer des biens venant de régions lointaines. Les autorités locales pouvaient en effet faire des difficultés lors de la sortie des produits achetés, comme François de Lorraine l’expérimenta à plusieurs reprises. En 1549, un certain sieur de Tomel, qui était alors en Turquie pour trouver des chevaux pour le roi et pour le duc d’Aumale, écrivit à ce dernier qu’il avait été contraint de laisser sur place les animaux qu’il avait achetés en raison du refus des autorités turques de les laisser sortir de l’Empire ; seule une lettre du roi pouvait débloquer la situation85. Il est vrai que Soliman le Magnifique était alors lancé dans une nouvelle offensive contre la Perse et qu’il n’avait certainement pas intérêt à voir partir de bons chevaux aptes à être montés par ses guerriers ou à servir plus tard à la remonte de son armée. Les chevaux étaient d’ailleurs considérés par les autorités ottomanes comme des marchandises stratégiques, au même titre que les armes, la poudre, l’or, l’argent, le cuivre, le fer, le plomb, les peaux, les céréales, etc.86. Leur exportation était donc théoriquement interdite, mais des dérogations pouvaient être accordées lorsque la conjoncture était favorable et, dans le cas présent, lorsque l’éminente personnalité du requérant en faisait une question d’ordre diplomatique. En l’occurrence, le contexte conflictuel compromettait fortement la réussite de l’opération. La conjoncture militaire locale était en effet une donnée importante de l’approvisionnement en chevaux : en décembre 1553, le marchand en quête de beaux chevaux nord-africains s’excusait auprès du duc de Guise, affirmant qu’il aurait voulu fournir « meilleur nombre [de chevaux] et de plus beaulx, n’eust esté que le Roy d’Argiers estoit en cappaigne contre le cherif avec vingt mil chevaulx et pour cest occasion on en trouvoit point87 » ; en juillet 1556, l’ambassadeur français en Turquie déplorait lui aussi le manque de choix dans une ville d’Istanbul vidée de ses chevaux « depuis les guerres de Perse où s’en sont perdues beaucoup et pour ce que le Beglierbey de la Grèce en a mené grant quantité à la volte d’Hongrie où il se treuve campé88 ». L’histoire du commerce équestre ne peut en effet être totalement détachée d’une histoire des campagnes militaires et des relations diplomatiques, car seul le souci du souverain local de cultiver de bons rapports avec le roi très chrétien ou avec l’un des hommes les plus puissants du royaume de France pouvait dans un tel contexte lever l’obstacle et permettre l’acheminement des animaux.

  • 89 Jestaz B., « L’exportation des marbres de Rome… », art. cit., p. 415-466.
  • 90 BnF, Clair. 351, fo 124.

42De même, les exportations de marbres antiques étaient soumises aux caprices de la très complexe diplomatie pontificale. Interdite en théorie depuis la fin du XVe siècle, l’exportation de marbres antiques depuis la ville de Rome avait été dans les faits une pratique permanente jusqu’à l’élection de Paul III en 153489. Féru de culture antique, ce dernier mit un frein au pillage en créant, un mois à peine après son accession au trône de saint Pierre, un poste de commissaire général chargé de veiller à ce que les vestiges antiques fussent conservés en bon état à l’intérieur de la ville ; la mesure n’était pas dépourvue cependant d’arrières-pensées politiques, car Paul III se réservait de la sorte la possibilité de s’attirer les bonnes grâces des ambassadeurs étrangers par l’octroi de dérogations exceptionnelles. Quelque peu relâchée à la fin du pontificat, la surveillance ne disparut pas pour autant, et un nouveau surintendant fut mis en place en 1556, sous Paul IV. Cela ne suffit pas à endiguer l’hémorragie, tant les fraudes étaient nombreuses. François de Lorraine apprit toutefois à ses dépens que de telles entorses à la réglementation officielle ne pouvaient se faire sans entregent. Lui qui avait profité de son séjour romain de 1557 pour acquérir plusieurs caisses de marbres antiques et modernes, dut prendre la plume pour se plaindre du refus opposé à son secrétaire au moment de faire expédier les caisses et pour faire plaider sa cause auprès du cardinal Caraffa, neveu et puissant secrétaire d’État de Paul IV90. Dans ces conditions, parvenir à prendre réellement possession de son bien était une preuve que l’on avait un poids politique et diplomatique certain, ce qui ajoutait à l’objet possédé une nouvelle dimension distinctive très bien venue.

  • 91 BnF, Clair. 342, fo 56 ; Carteggio d’arte…, op. cit., p. 296-297.
  • 92 BnF, fr. 20517, fo 55.
  • 93 BnF, fr. 20544, fo 15.
  • 94 BnF, Clair. 344, fo 46 ; « Li cavalli erano magri, fiachi e molto batuti. Di tutto che io non me n (...)
  • 95 BnF, fr. 20545, fo 17.

43Bien d’autres difficultés attendaient encore les hommes chargés de mener au duc de Guise les objets de ses désirs. La longueur du voyage, par exemple, constituait en soi un risque pour les produits de luxe, et plus encore pour les animaux. Les chevaux et les chiens étaient souvent conduits auprès du duc à « petites journées », c’est-à-dire par petites étapes, afin de ne pas les fatiguer inutilement91. L’obsession des accompagnateurs était la maigreur des animaux, signe de leur faiblesse et de leur probable incapacité à supporter la fatigue du voyage : en janvier 1554, le marchand Nicolas Bausset, arguant de leur extrême maigreur, préféra laisser des chevaux nord-africains se reposer durant un gros mois en Provence avant de les mener à la cour où l’attendait le duc de Guise92. Antoinette de Bourbon fit elle aussi retarder pour la même raison l’envoi de huit chiens gris à son fils en mai 155393. La précaution n’était sans doute pas inutile, car le voyage tendait naturellement à creuser les flancs des animaux. L’homme qui fit don à François de Lorraine de deux levrettes de bonne race en mars 1550 n’oublia d’ailleurs pas d’excuser leur maigreur en invoquant « le long chemain qu’elles [avaient] faict », tout comme Giulio Alvarotti ne s’étonna pas du piètre aspect des chevaux de coche offerts par le duc de Ferrare au cardinal Charles, en septembre 1549, car leur voyage de Ferrare à Paris avait été long et fatigant94. Les marchands et les hommes chargés de conduire les animaux devaient appréhender la réaction du duc face à des animaux achetés à prix d’or mais décharnés et affaiblis. Mieux valait donc les ménager pour leur permettre d’impressionner favorablement leur nouveau propriétaire. Nicolas Bausset ne s’y trompait pas, lui qui, après un mois effectif de repos accordé aux chevaux barbaresques du duc, annonça leur départ pour la cour : « Je espere lez amener à tant petitez jornées et tant bien covers que quant je seré vers vous je espere qu’ils vous seront bien agreables95. »

  • 96 BnF, fr. 20469, fo 149.
  • 97 BnF, fr. 20469, fo 163.
  • 98 Sur l’arrivée de ces chevaux voir le groupe de lettres suivant : BnF, fr. 20517, fos 26, 27, 55 et (...)

44Les conditions climatiques rendaient parfois ces trajets plus périlleux encore pour les animaux. Les chevaux espagnols arrivaient en France par voie terrestre, ce qui signifie qu’il leur fallait passer la barrière naturelle des Pyrénées. Ceci n’était pas une mince affaire, surtout lorsque le voyage se faisait à l’automne ou en hiver ; il n’était pas rare alors de devoir attendre une accalmie pour passer les montagnes en toute sécurité. La valeur des chevaux encourageait à la prudence, en dépit de l’impatience du donneur d’ordres. François de Lorraine fut confronté plusieurs fois au problème, comme en ce mois de mars 1549 où une lettre de monsieur de Vendôme lui annonça le retard d’un cheval très attendu : « Je suis bien asseuré du cheval d’Espaigne que je vous ay promis », lui écrivait Vendôme, « mays les neiges sont si grandes es montaignes qu’il n’a esté possible le passer encorez. Je ne fauldres incontinent qu’il sera arrivé le vous envoier96. » Quelques mois plus tard, les mêmes causes entraînant les mêmes effets, les neiges empêchèrent de passer « par quelque certain passaige » cinq des douze chevaux destinés à peupler les écuries de la maison de Guise97. Il n’y avait là toutefois qu’un regrettable contretemps. Pour les chevaux venus d’Orient ou d’Afrique du Nord, la traversée de la Méditerranée recelait des dangers bien plus grands encore. Le bateau qui, en novembre 1553, cinglait vers la France avec à son bord vingt-sept chevaux barbes destinés au roi et à certains de ses courtisans, essuya ainsi une terrible tempête longue de plusieurs jours. Quelques-uns des chevaux – trois selon les premières informations, puis « cinq ou six » – n’y survécurent pas98.

  • 99 BnF, fr. 20552, fo 71.
  • 100 BnF, fr. 20534, fo 34.
  • 101 BnF, fr. 20554, fo 63.
  • 102 BnF, fr. 20553, fo 25 ; fr. 20536, fo 80.

45Les animaux étaient bien sûr particulièrement exposés aux dangers et aux fatigues du voyage – y compris d’ailleurs les animaux destinés à finir sur la table ducale, comme ces petits ortolans dont Albisse del Bene se demandait s’ils seraient « plus gras ou plus maigres » à l’issue du voyage99 – mais les objets et les végétaux n’étaient pas à l’abri de dégradations survenues sur le trajet. Le tisserand tourangeau Jacques Proust préféra par exemple envoyer ses rideaux de damas à François de Lorraine par un porteur à pied plutôt que par un porteur à cheval, car il craignait de voir son travail gâté par un passage sur le dos de l’animal100. Le gruyer de Saint-Dizier, au moment d’envoyer deux cents jeunes platanes à Fontainebleau, hésitait pour sa part à les faire porter par les gens de pied, de peur que les plants ne souffrissent des mouvements et de la transpiration de leurs porteurs101. Et les conditions climatiques, sans avoir de conséquences aussi dramatiques que pour les chevaux nord-africains, pouvaient tout autant ralentir l’acheminement des convois : des vents contraires sur la Garonne gênèrent la progression du bateau transportant le vin du duc d’Aumale, tandis que le froid et la neige retinrent à Genève huit jours durant l’homme qui était allé y chercher de quoi faire les bottes du duc de Guise en décembre 1558102.

  • 103 Bimbenet-Privat M., Les Orfèvres parisiens de la Renaissance (1506-1620), Paris, Commission des tr (...)
  • 104 BnF, fr. 3391, fo 22.
  • 105 Guillotel G., Les Haras nationaux, t. 1, Paris/Limoges, Lavauzelle, 1985, p. 61 ; Lettres de Cathe (...)

46Les hommes se joignaient au temps pour rendre les routes peu sûres. Le facteur de l’orfèvre parisien François Guyard, qui travaillait pour les Lorrains depuis 1557 au moins, eut ainsi la désagréable surprise d’être attaqué par des brigands aux abords de Joinville, en janvier 1562, alors qu’il se rendait auprès du duc de Guise103. Il perdit dans l’affaire les lettres que son maître lui faisait porter au duc. Les guerres de religion accentuèrent l’insécurité sur les chemins de France, à tel point que Henri de Lorraine jugea bon, en 1583, de demander à son beau-père le duc de Nemours de bien vouloir procurer une escorte à l’écuyer qui menait pour lui par le Piémont quelques chevaux italiens104. La précaution était dans ce cas-là d’autant plus compréhensible que les bons chevaux de guerre étaient l’objet de toutes les convoitises en cette période troublée. Dès les premiers temps des guerres civiles, en effet, le prince de Condé et ses soldats pillèrent le haras royal de Meung-sur-Loire, où ils s’emparèrent de vingt-deux étalons ; ces chevaux étaient à ce point importants pour la couronne que Catherine de Médicis en demanda la restitution au prince de Condé dès le 23 mars 1563, soit quatre jours à peine après la signature de l’édit de pacification d’Amboise105. Il est probable, dans le cas des chevaux italiens d’Henri de Lorraine, que la personnalité de leur propriétaire ait alors représenté un risque supplémentaire, car il devait être particulièrement tentant de s’attaquer aux possessions du chef du parti adverse.

47Les aléas étaient donc nombreux qui perturbaient le bon acheminement des produits et animaux achetés au loin par les Guise. Encore le verbe « perturber » reflète-t-il peut-être trop la réaction d’observateurs du XXIe siècle, habitués à des voyages dont la durée est prévisible avec une précision de quelques minutes. Au XVIe siècle, les aléas étaient pour ainsi dire constitutifs des voyages. Ils contribuaient de ce fait grandement à la caractéristique majeure des trajets : la lenteur.

Patience et longueur de temps

  • 106 Studeny C., L’Invention de la vitesse. France, XVIII-XXe siècle., Paris, Gallimard, 1995.
  • 107 Cf. supra chap. 3.
  • 108 BnF, fr. 20469, fo 163 ; fr. 20534, fo 53.
  • 109 BnF, fr. 20517, fo 37.
  • 110 Gascon R., Grand commerce et vie urbaine…, op. cit., t. 1, p. 189.
  • 111 Braudel F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. 1, Paris, Arma (...)
  • 112 BnF, fr. 20553, fos 25 et 69 ; Clair. 342, fo 93.
  • 113 BnF, fr. 20552, fo 21.

48Le XVIe siècle ne fut pas le siècle de « l’invention de la vitesse106 ». La volonté des Guise de se procurer au loin les meilleurs produits dans chaque catégorie avait donc une contrepartie : il leur fallait faire preuve de patience. Le rythme moyen des trajets liés à l’approvisionnement tournait en effet autour de 40 kilomètres par jour et ne différait pas de celui constaté pour la progression du train ducal107. En 1549, Pierre Chedorge prévoyait ainsi des étapes de 35-40 kilomètres pour mener les chevaux espagnols du duc108. En 1553, la lettre par laquelle François de Lorraine demanda des denrées italiennes à Albisse del Bene et le colis envoyé en retour par le banquier lyonnais circulèrent à un rythme moyen de 45 kilomètres par jour109. C’était là le rythme normal d’un convoi circulant par voie terrestre. Sur l’eau, les temps de trajet étaient beaucoup plus aléatoires, selon que l’on descendait ou remontait un fleuve et selon que les vents et les courants étaient ou non favorables sur mer. Le Rhône pouvait ainsi se descendre à la vitesse fantastique de 90 kilomètres par jour, quand il ne fallait guère espérer dépasser 15 kilomètres quotidiens à la remontée110. Fernand Braudel a montré autrefois l’extrême hétérogénéité des voyages méditerranéens, la durée d’un même trajet pouvant varier de 1 à 7, voire de 1 à 10, selon les circonstances111. De ses observations, l’historien de la Méditerranée a conclu que l’on pouvait garder en tête – mais juste pour « simplifier, parler à l’imagination » – un ordre de grandeur de une à deux semaines pour une traversée nord-sud, et de deux à trois mois pour une traversée est-ouest. Face à ces variations infinies, les rares exemples de trajets fluviaux ou maritimes qu’il est possible de retracer dans leur durée pour les Guise n’ont donc aucune valeur générale. Tout au plus peut-on en constater la lenteur. Les gabarres chargés de tonneaux de vin de Bordeaux partis du port de Nantes le 19 décembre 1548 remontèrent la Loire jusqu’à Gien à une vitesse moyenne de 23 kilomètres par jour112. En Méditerranée, un marchand marseillais annonçait le 8 juin 1556 que l’un de ses navires était parti pour Alexandrie quelque temps auparavant et que son retour en Provence n’était attendu que pour la fin du mois d’août, soit trois mois plus tard113.

  • 114 BnF, fr. 20534, fos 29, 32 et 53.

49Ces temps de transport, s’ils étaient parfaitement habituels à cette époque, obligeaient à une très grande prévoyance de la part du client car, entre le moment de la prise de décision et celui de l’arrivée du produit, il n’était pas rare de voir s’écouler des mois. Désireux de tenir brillamment son rang à l’occasion des festivités prévues à Paris en juin et juillet 1549 pour le couronnement de Catherine de Médicis et la double entrée royale, François de Lorraine avait demandé à Pierre Chedorge de lui ramener d’Espagne huit beaux chevaux114. À la fin du mois d’avril, seuls deux chevaux avaient passé les Pyrénées. François de Lorraine ordonna alors à Chedorge de lui envoyer cette paire et de se hâter de faire passer les autres. Pour une raison inconnue, les deux chevaux ne partirent qu’à la fin du mois de mai, alors que l’entrée du roi devait avoir lieu le 16 juin. Chedorge manifestait d’ailleurs une certaine inquiétude quant à la date de son arrivée à Paris : « [Je] feré en sorte que les aurez à temps pour l’entrée, Dieu aydant. » L’aide divine vint à manquer puisque le 28 juin, il écrivait une lettre au duc depuis… Brive. Il s’excusait platement de son retard, causé par la maladie de l’un des chevaux, et annonçait qu’il ne serait pas à Paris avant le 10 juillet ; le reste des chevaux n’était pas à attendre avant la fin juillet. Entre la rédaction par François de Lorraine le 27 avril de la première lettre citée – qui ne marquait pas, il faut le souligner, le début du processus d’achat mais seulement la date à laquelle il ordonna d’envoyer les chevaux déjà passés en France – et l’arrivée des derniers chevaux, il s’écoula donc trois longs mois. Pris dans sa globalité, l’achat de ces huit chevaux s’étala sans doute sur cinq ou six mois.

  • 115 BnF, Clair. 342, fo 86.
  • 116 BnF, fr. 20530, fo 1.

50François de Lorraine avait vraisemblablement joué de malchance. Le fait est, cependant, que tous les achats de ce type requéraient des mois de patience. Le 18 décembre 1548, l’ambassadeur d’Aramon, qui était alors à Alep, en Syrie, pour exercer la fonction officieuse de conseiller militaire de Soliman le Magnifique dans sa campagne contre la Perse, écrivit à François de Lorraine115. Il s’excusait auprès de ce dernier de ne pas avoir encore tenu sa promesse « à l’endroict des chevaulx », le voyage en Syrie l’ayant empêché de mener cette tâche à bien. Il espérait néanmoins pouvoir bientôt s’y atteler, de sorte que les chevaux seraient en France « de bref ». Il parvint en effet à ses fins et put alors reprendre la plume, plus de deux mois plus tard (le 28 février 1549), pour annoncer au duc d’Aumale qu’il avait réussi à accomplir sa mission ; il chargeait par ailleurs le porteur de la lettre de donner au duc une date approximative pour l’arrivée des chevaux en France – date malheureusement non mentionnée dans la lettre116. Les traversées de la Méditerranée dans le sens de la longueur duraient souvent, on l’a vu, deux ou trois mois, et la remontée de Marseille à Paris prenait sans doute, au rythme de 40 kilomètres par jour environ, une vingtaine de jours. Il put ainsi difficilement s’écouler moins de six mois entre la décision de François de Lorraine de s’adresser à l’ambassadeur français en Turquie et l’arrivée des chevaux orientaux dans ses écuries.

51Le temps était ainsi une dimension essentielle de l’achat à longue distance. Il tendait à décourager le caprice, l’envie soudaine, au profit d’une consommation plus réfléchie et soigneusement construite. Il avait une autre conséquence : il faisait monter en flèche le coût du produit acheté au loin.

Conséquence : le coût du voyage

  • 117 « […] sarà ben necessario farli maggiore provisione de denari, perché con cani di quella sorte e n (...)

52Toutes ces contraintes pesant sur le transport des biens achetés au loin par les Guise avaient des conséquences en terme de coût. Bien que largement masqué dans les comptes du fait de son intégration dans des rubriques englobantes (la dépense extraordinaire et la fourrière, notamment, mais aussi les gages en cas de remboursement de ses frais de voyage à un serviteur domestique), l’aspect financier des trajets liés à l’approvisionnement de la maison de Guise ne doit pas être ignoré. Giulio Alvarotti faisait très clairement le lien, en septembre 1553, entre les contraintes matérielles de l’acheminement des chiens fournis au duc de Ferrare par son gendre le duc de Guise et le prix élevé de l’opération, lorsqu’il évoquait en ces termes l’homme chargé de mener la meute : « Il sera bien nécessaire de lui faire plus grande provision de deniers, parce que, avec des chiens de cette sorte et à l’époque où il partira, il ne pourra faire plus de quatre ou six lieues par jour et peut-être même pas tant s’il veut les conduire vifs et sains117. » Un long trajet impliquait de nombreuses étapes, et donc de grandes dépenses d’hébergement et de restauration pour le porteur et les animaux qui pouvaient faire le chemin en sa compagnie – qu’ils fussent de simples bêtes de somme ou bien l’objet même du voyage.

  • 118 BnF, fr. 20517, fo 21 ; fr. 20551, fos 118 et 130.
  • 119 L’estimation de 150 écus par cheval turc est établie à partir du prix connu de douze chevaux espag (...)

53En dépit de regrettables lacunes, l’arrivée de deux chevaux turcs dans les écuries ducales au cours de l’année 1553 permet de se faire une idée de la part des frais de transport dans le coût final d’un achat118. Alors qu’il avait déjà dédommagé le gentilhomme qui avait mené les animaux de Turquie en France, pour un montant hélas inconnu, François de Lorraine versa 50 écus (115 livres tournois) à Mulet, son écuyer, pour les conduire de Lyon au lieu non spécifié où il séjournait alors. Cette somme de 50 écus correspondait à peu près au prix du marché français pour un beau cheval de selle ordinaire (courtaud ou haquenée). En attribuant, par comparaison avec les prix connus pour d’autres chevaux de valeur, aux chevaux turcs la somme unitaire de 150 écus (345 livres tournois), les 50 écus touchés à Lyon par l’écuyer auraient d’ores et déjà représenté 14,3 % du prix total de l’achat ; dans la mesure où il faut ajouter aux 50 écus de Mulet au moins autant pour le gentilhomme qui avait fait la première partie du trajet (dont la traversée de la Méditerranée), il n’est pas déraisonnable d’imaginer que le coût du transport représenta un quart au moins du prix total des belles montures du duc de Guise119.

  • 120 BnF, fr. 20534, fo 34.
  • 121 BnF, fr. 20534, fo 29 ; fr. 20552, fo 81.
  • 122 BnF, fr. 20513, fo 35.

54Ici et là, les archives des Guise distillent d’autres renseignements sur le coût du transport des marchandises. En 1548, Jacques Proust conclut avec le porteur à pied chargé des rideaux de lit de François de Lorraine un marché à dix sous par jour120. La solution de la somme forfaitaire était souvent préférée, sans doute pour dissuader le porteur de traîner en chemin : en 1549, Pierre Cherdorge obtint d’un voiturier qu’il allât de Bordeaux au lieu de résidence de François de Lorraine pour 22 écus (49 livres et 6 deniers) ; deux ans plus tard, Catherin Jean s’entendit avec un charretier à deux chevaux sur le montant de 10 écus (23 livres) pour le transport de trois caisses depuis Lyon121. Il était donc raisonnable, au moment d’évoquer le prix d’une marchandise, d’intégrer le coût du transport, comme le fit Bertrand de Foissy, gentilhomme de la suite ducale, à propos d’armures destinées au château de Guise : « Mestre Hanriy m’a dictque il l’a ung amiy à Lion nomé mestre Gabriel Derusiy qui vous en fornira tel nonbre qui vous plaira et à bon marché. Il pance que il vous couteronct randus en seste ville [de Paris] neuf escu pour le plus122. » Malheureusement, il est excessivement rare de disposer à la fois du prix de la marchandise et du coût total du transport, si bien qu’il est le plus souvent impossible d’établir la part de l’acheminement dans le prix « complet » d’un produit. L’opération est toutefois possible pour un achat modeste, celui des marrons et des citrons que Colo le muletier partit chercher à Troyes, depuis Joinville, en novembre 1527 : il fut payé 30 sous pour son voyage, alors que la marchandise elle-même avait coûté 9 livres et 5 sous ; le trajet représentait par conséquent 15 % du coût total de l’achat.

  • 123 BnF, Clair. 349, fo 145.

55L’habitude des Guise de ne pas consommer uniquement à l’échelle locale avait donc un coût non négligeable – de quelques dizaines de sous à plusieurs centaines de livres –, coût qui venait alourdir d’autant une facture d’un montant souvent déjà élevé. Aussi n’est-il guère surprenant de constater que le leitmotiv des hommes chargés d’envoyer ou d’acheminer les diverses marchandises achetées par la maison ducale était « Envoyez-moi de l’argent » ! On apprécie de plus à sa juste valeur le geste du sieur de Moranger, qui refusa en 1556 l’argent que l’ambassadeur Michel de Codignac voulait lui donner pour la dépense du cheval turc du duc de Guise et du garçon qui le menait d’Istanbul à Paris, préférant « faire la despence luy mesmes123 ». Le cadeau était significatif. La complexité et le coût de l’acheminement ajoutait cependant à l’objet possédé un appréciable supplément de distinction que tout observateur contemporain ne manquait pas de remarquer.

56Pour rendre pleinement compte de la consommation ducale, un tableau de la maison de Guise devrait donc faire figurer, à côté d’un cheval barbe, d’une tapisserie bruxelloise et d’un plastron milanais, un tonneau de vin de Saint-Urbain, une miche de pain au froment d’Ancerville, un cadenas et un tabouret de Joinville, une pièce de drap de Troyes, une aiguière de Nancy, un bijou parisien, des bottes savoyardes et un velours de Tours ou de Lyon. Encore largement inscrite dans la géographie médiévale de la production à l’échelle de l’Occident, la consommation aristocratique de la Renaissance combinait en effet ancrage ultra-local et approvisionnement dans des aires de civilisation radicalement étrangères, mais le critère de choix d’une zone de production ou d’une autre était avant tout celui de la qualité. Bien différente en cela de l’esprit présidant à la constitution d’un cabinet de curiosités, les pratiques de consommation de l’élite ne laissaient que peu de place au bizarre, à l’exotique, au dépaysant : si les tapis ottomans étaient aussi prisés des aristocrates européens, c’était parce qu’il n’y avait aucun centre de production dans toute la chrétienté capable de rivaliser avec ceux des « Infidèles », et non parce qu’ils ajoutaient une touche orientalisante à l’intérieur domestique. Cette quête de l’excellence obligeait les Guise et leurs semblables à mettre en place un dense réseau d’approvisionnement articulé autour de pôles qui étaient autant des personnes-relais que des villes et des marchés. Déployée à une telle échelle, la consommation ducale n’était plus alors l’affaire d’un homme, ni même celle d’une famille. Elle engageait au contraire une multitude d’acteurs qui tous participaient à l’élaboration du paraître des Guise.

Notes

1 Jardine L., Worldly Goods. A New History of the Renaissance, New York/Londres, Norton, 1998 (1re éd. 1996), p. 3-34.

2 Brotton J., The Renaissance Bazaar. From the Silk Road to Michelangelo, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 6-32.

3 Brook T., Le Chapeau de Vermeer. Le XVIIe siècle à l’aube de la mondialisation, Paris, Payot & Rivages, 2010 (1re éd. 2008).

4 Cf. supra chap. 2.

5 Cf. supra chap. 7.

6 Sur les villages dépendant de la baronnie d’Ancerville, voir Calmet A., Notice de la Lorraine qui comprend les duchés de Bar et de Luxembourg, l’électorat de Trèves, les Trois Évêchés (Metz, Toul et Verdun). L’histoire par ordre alphabétique des villes de ce pays, des bourgs, des villages, des abbayes, de tous les établissements sacrés et civils, des camps romains, des palais des anciens rois d’Austrasie, des antiquités remarquables et de tous les monuments qui méritent quelques distinctions, t. I, Lunéville, 1840, p. 21.

7 BnF, fr. 8181, fo 185.

8 BnF, fr. 8181, fos 14, 21, 25, 31, 48, 58, 69, 71, 73, 80, 81-82, 89-90, 96-97, 99-100, 102, 160, 162, 164-166, 169, 173, 175, 178, 182, 187, 194, 202 et 211 ; AN, R4 915, liasse 4, 1576, Extrait du dénombrement de la principauté de Joinville.

9 AN, R4 915, liasse 4, 1576, Extrait du dénombrement de la principauté de Joinville.

10 MC, étude VIII, liasse 126, 22 janvier 1573 ; étude IV, liasse 4, 27 janvier 1578 ; étude XC, liasse 139, 14 mai 1583 ; étude CXXII, liasse 1470, 25 novembre 1577.

11 Argant T., « L’approvisionnement en viande de boucherie de la ville de Lyon à l’époque moderne », Histoire urbaine, no 1, 2003, p. 205-231. L’approvisionnement de la ville de Paris, bien connu depuis la thèse de Reynald Abad, n’offre pas un point de comparaison satisfaisant en raison de la grande disproportion démographique entre les deux villes (Abad R., Le Grand marché. L’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2002).

12 BnF, fr. 8181, fos 19, 24, 26, 30, 70, 74, 82, 84-87, 94-95, 97 et 103.

13 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. II, p. 106-107.

14 BnF, fr. 8181, fos 10, 13, 102-103, 168, 188, 197, 406, 411, 422, 446 et 478 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560 ; Deniers payés pour les affaires du duc, 1571.

15 ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555.

16 BnF, fr. 8181, fos 39, 67, 93, 100, 160 et 197.

17 BnF, fr. 8181, fo 93.

18 BnF, fr. 8181, fos 80 et 94.

19 BnF, fr. 8181, fos 86, 94, 293 et 375.

20 BnF, fr. 8181, fo 252.

21 BnF, fr. 8181, fo 80, 94, 296 ; fr. 20543, fo 137 ; fr. 20640, fo 134.

22 Cassan C.-G., Les Orfèvres de Lorraine et de Sedan, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1994.

23 BnF, fr. 8181, fos 291, 292, 378.

24 BnF, fr. 22433, fo 76.

25 ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire du prince de Joinville de juin 1560.

26 AN, MC, étude XXIV, liasse 37, 10 août 1575 ; étude LXVIII, liasse 39, 19 février et 27 avril 1571 ; étude LIV, liasse 83, 10 août 1575.

27 BnF, fr. 20514, fo 113.

28 BnF, fr. 22433, fo 102.

29 BnF, fr. 20536, fo 80 ; fr. 20551, fo 55 ; fr. 20554, fo 73 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560, fo 1. Delsalle P., La France industrielle aux XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Paris/Gap, Ophrys, 1993, p. 36-37.

30 Cf. supra chap. 2.

31 Chevalier B., Tours, ville royale (1356-1520). Origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Chambray, CLD, 1983.

32 BnF, fr. 20469, fos 101-103 ; fr. 20534, fos 12, 33 et 34. Sur la carrière et la réussite matérielle de Jacques Proust, voir les nombreux actes notariés le concernant analysés par Bernard Chevalier dans la base « De minute en minute. Minutiers tourangeaux du XVe et du début du XVIe siècle », http://www.bvh.univ-tours.fr/Minutes/index.asp (consulté le 13 août 2013).

33 Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. VIII, p. 198.

34 BnF, fr. 8181, fos 246, 291, 292 et 374 ; fr. 22433, fos 52 et 84. Autour d’une rente constituée en 1550 (et rachetée en 1560) à ces marchands en paiement de draps de soie, voir BnF, fr. 20640, fo 134 ; AN, MC, étude LXVIII, liasse 27, 8 juin 1550 et 5 avril 1560.

35 Chevalier B., Tours, ville royale…, op. cit., p. 134-139 et 187-192.

36 Gascon R., Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands, Paris, SEVPEN, 1971.

37 BnF, fr. 20468, fos 31-44.

38 BnF, fr. 20516, fos 121 et 124-125 ; fr. 20522, fo 9 ; fr. 20540, fo 63. Gascon R., Grand commerce et vie urbaine…, op. cit., p. 108.

39 BnF, fr. 20517, fo 37 ; fr. 20537, fo 98 ; fr. 20552, fo 71.

40 BnF, fr. 20551, fo 118.

41 BnF, fr. 20513, fo 35 ; fr. 20516, fos 121-125 ; fr. 20542, fo 139 ; fr. 20552, fo 128.

42 Je remercie vivement Robert Descimon pour les renseignements qu’il a bien voulu me donner sur plusieurs de ces marchands et artisans.

43 Pour les Le Jay : BnF, fr. 8181, fos 233, 245-246, 293, 295, 323, 328, 373 et 375 ; fr. 20522, fo 9 ; fr. 20540, fo 51 ; fr. 20640, fo 134 ; fr. 20649, fo 117 ; fr. 22433, fo 88. Pour les Dolu : BnF, fr. 8182, fo 38 ; fr. 22433, fos 55, 92, 96.

44 Pour une étude sociale approfondie de ce don gratuit de 1571, voir Descimon R., « Paris on the Eve of Saint-Bartholomew : Taxation, Privilege and Social Geography », in P. Benedict (éd.), Cities and Social Change in Early Modern France, Londres, Unwin Hyman, 1989, p. 67-101.

45 BnF, fr. 20640, fo 134 ; ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575.

46 BnF, fr. 8182, fo 199 ; fr. 22433, fos 88 et 161 ; ACC, 1-A-14, Deniers dépensés pour les affaires du duc, 1571 ; Quittances ; Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575 ; AN, MC, étude VIII, liasse 135 (parchemin servant de chemise à la liasse).

47 BnF, fr. 20549, fo 134 ; fr. 20555, fo 115 ; fr. 22433, fos 78, 88, 90, 91, 102 et 161 ; ACC, 1-A-14, Deniers dépensés pour les affaires du duc, 1571 ; Ordre de paiement pour diverses sommes, 1572 ; Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575 ; Mémoire des sommes dues à Pierre Hotman, 1581 ; Dépense extraordinaire de juillet 1581 ; Quittances.

48 Delpeuch E., « Les marchands et artisans suivant la cour », Revue historique de droit français et étranger, vol. LII, no 3, 1974, p. 379-413.

49 BnF, fr. 8181, fo 335 ; fr. 22433, fos 66, 88 et 161 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560, fos 2 et 4. La spécialité de Richard Callais, le bossetier, n’est pas signalée dans les archives des Guise mais dans un acte analysé dans le Catalogue des actes de François II, édité par M.-T. de Martel, t. 1, Paris, CNRS Éditions, 1991, p. 343.

50 La question des intermédiaires sera plus amplement traitée dans le chapitre 9.

51 De La Noue F., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 182.

52 Guiffrey J., « Inventaires… », art. cit., p. 156-246.

53 Cf. supra chap. 5.

54 BnF, fr. 8181, fo 372 ; fr. 20551, fo 118.

55 AN, K 529 A, Inventaire de 1583, fo 9 vo ; ACC, 1-A-14, liasse 5.

56 ACC, 1-D-7, liasse 4, 1569, Travaux au château de Guise. Cf. supra chap. 3.

57 Carteggio d’arte…, op. cit., p. 256.

58 BnF, fr. 20542, fo 91 ; fr. 20550, fo 128.

59 BnF, fr. 20551, fo 118 ; fr. 22433, fo 97.

60 BnF, fr. 20517, fo 37 ; ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de novembre 1560 ; Dépense ordinaire de juillet 1581.

61 BnF, Clair. 347, fos 137 et 178.

62 Cf. supra chap. 5.

63 BnF, fr. 20534, fos 29, 32 et 53 ; fr. 20549, fo 21 ; fr. 20467, fo 55 ; fr. 20469, fos 149 et 163 ; fr. 20519, fo 85 ; Clair. 342, fo 56.

64 BnF, fr. 15874, fos 108-109.

65 BnF, fr. 20534, fo 29 (je remercie Pascal Brioist pour les précisions techniques).

66 BnF, n.a.fr. 7711, fo 344 ; fr. 20513, fos 3, 47, 61 ; fr. 20517, fos 26-27, 55 et 70 ; fr. 20530, fos 1-3 ; fr. 20545, fo 17 ; fr. 20551, fos 118 et 130 ; fr. 20552, fo 36 ; Clair. 342, fo 86 ; Clair. 347, fo 124 ; Clair. 348, fo 147 ; Clair. 349, fos 136 et 145. ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560.

67 Belon du Mans P., Voyage au Levant, édité par A. Merle, Paris, Chandeigne, 2001 (1re éd. 1553), p. 517.

68 Veinstein G., « L’empire dans sa grandeur (XVIe siècle) », in R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 219.

69 AN, K 529 A, Inventaire de 1589, fos 2-5.

70 Sur ces marchands, cf. infra chap. 9.

71 BnF, fr. 15871, fo 217.

72 Hale J., La Civilisation de l’Europe à la Renaissance, Paris, Perrin, 2003 (1re éd. 1993), p. 186.

73 Braudel F., Civilisation matérielle…, op. cit., p. 14.

74 L’expression est de Richard Gascon.

75 BnF, fr. 20467, fo 55 ; fr. 20469, fo 163 ; fr. 20534, fos 29, 32 et 53 ; Clair. 342, fo 56.

76 BnF, fr. 20542, fo 91.

77 BnF, fr. 15871, fo 309 ; fr. 20513, fo 47 ; fr. 20517, fo 55 ; fr. 20522, fo 21 ; fr. 20530, fo 3 ; fr. 20553, fos 25 et 69 ; Clair. 342, fo 93 ; Clair. 349, fo 145.

78 BnF, fr. 15871, fos 150-151, 203 et 217 ; fr. 15872, fo 149 ; Clair. 351, fo 124.

79 Gascon R., Grand commerce et vie urbaine…, op. cit., p. 183.

80 BnF, fr. 20517, fo 37 ; fr. 20534, fos 29, 32 et 34 ; fr. 20543, fo 137 ; fr. 20552, fo 71 ; fr. 20554, fo 63.

81 BnF, fr. 20469, fo 163 ; fr. 20534, fos 29, 32 et 53.

82 Braudel F. et Labrousse E. (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. 1 : Chaunu P. et Gascon R., De 1450 à 1660, vol. 1 : L’État et la ville, Paris, Presses universitaires de France, 1977, p. 240-244.

83 BnF, fr. 20517, fos 26, 27, 55 et 70 ; fr. 20551, fos 118 et 130 ; Clair. 347, fo 124 ; Clair. 348, fo 147.

84 BnF, fr. 20551, fo 130 ; fr. 20517, fos 27 et 55 ; fr. 20545, fo 17.

85 BnF, fr. 20530, fo 3.

86 Veinstein G., « L’empire dans sa grandeur… », art. cit., p. 222.

87 BnF, fr. 20517, fo 55.

88 BnF, Clair. 349, fo 145.

89 Jestaz B., « L’exportation des marbres de Rome… », art. cit., p. 415-466.

90 BnF, Clair. 351, fo 124.

91 BnF, Clair. 342, fo 56 ; Carteggio d’arte…, op. cit., p. 296-297.

92 BnF, fr. 20517, fo 55.

93 BnF, fr. 20544, fo 15.

94 BnF, Clair. 344, fo 46 ; « Li cavalli erano magri, fiachi e molto batuti. Di tutto che io non me ne meraviglio punto, essendo il camino longo e fastidioso. » (Carteggio d’arte…, op. cit., p. 233)

95 BnF, fr. 20545, fo 17.

96 BnF, fr. 20469, fo 149.

97 BnF, fr. 20469, fo 163.

98 Sur l’arrivée de ces chevaux voir le groupe de lettres suivant : BnF, fr. 20517, fos 26, 27, 55 et 70 ; fr. 20545, fo 17 ; fr. 20551, fos 118 et 130 ; Clair. 347, fo 124.

99 BnF, fr. 20552, fo 71.

100 BnF, fr. 20534, fo 34.

101 BnF, fr. 20554, fo 63.

102 BnF, fr. 20553, fo 25 ; fr. 20536, fo 80.

103 Bimbenet-Privat M., Les Orfèvres parisiens de la Renaissance (1506-1620), Paris, Commission des travaux historiques de la Ville de Paris, 1992, p. 499-500.

104 BnF, fr. 3391, fo 22.

105 Guillotel G., Les Haras nationaux, t. 1, Paris/Limoges, Lavauzelle, 1985, p. 61 ; Lettres de Catherine de Médicis, éditées par H. de La Ferrière et G. Baguenault de Puchesse, t. I, Paris, Imprimerie nationale, 1880-1943, p. 544.

106 Studeny C., L’Invention de la vitesse. France, XVIII-XXe siècle., Paris, Gallimard, 1995.

107 Cf. supra chap. 3.

108 BnF, fr. 20469, fo 163 ; fr. 20534, fo 53.

109 BnF, fr. 20517, fo 37.

110 Gascon R., Grand commerce et vie urbaine…, op. cit., t. 1, p. 189.

111 Braudel F., La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. 1, Paris, Armand Colin, 1966 (1re éd. 1949), p. 326-332.

112 BnF, fr. 20553, fos 25 et 69 ; Clair. 342, fo 93.

113 BnF, fr. 20552, fo 21.

114 BnF, fr. 20534, fos 29, 32 et 53.

115 BnF, Clair. 342, fo 86.

116 BnF, fr. 20530, fo 1.

117 « […] sarà ben necessario farli maggiore provisione de denari, perché con cani di quella sorte e nel tempo che partirà non potrà fare niente più di quattro o sei leghe il giorno e forsi anco non tante, volendoli condure vivi e sani. » (Carteggio d’arte…, op. cit., p. 296-297)

118 BnF, fr. 20517, fo 21 ; fr. 20551, fos 118 et 130.

119 L’estimation de 150 écus par cheval turc est établie à partir du prix connu de douze chevaux espagnols achetés la même année 1553 pour une somme comprise entre 800 et 1 200 écus (soit 66 à 100 écus par animal) et de celui du cheval turc acheté 200 écus par Michel de Codignac en juillet 1556 et jugé alors d’un prix exorbitant (BnF, fr. 20519, fo 85 ; Clair. 349, fo 145).

120 BnF, fr. 20534, fo 34.

121 BnF, fr. 20534, fo 29 ; fr. 20552, fo 81.

122 BnF, fr. 20513, fo 35.

123 BnF, Clair. 349, fo 145.

Table des illustrations

Légende Fig. 72 > Vue d’Istanbul, par Giovanni Andreas di Vavassore, 1520, feuillet, 52,6 × 36,8 cm, Nuremberg, Germanisches National museum.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 628k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540