Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Partie II – La fabrique du paraître

Chapitre 7. Les ruses du paraître

Texte intégral

  • 1 Boutier J., « La Fattoria, le palais, la boutique. Les consommations textiles d’une famille aristoc (...)

1Dans un article consacré aux consommations textiles d’une grande famille florentine du tournant du XVIIIe siècle, Jean Boutier met son lecteur en garde contre l’illusion commune tendant à réduire la consommation d’un ménage à l’achat de produits1. Bien d’autres voies existent en effet qui permettent d’accéder à la jouissance d’un objet ou d’un produit, au premier rang desquelles figurent les pratiques d’autoconsommation et de réemploi. L’historien de la culture matérielle doit par conséquent se faire attentif à « l’enchevêtrement des consommations », et ce même dans les milieux les plus aisés des sociétés anciennes. Cependant, là où Jean Boutier voit un temps mort de l’ostentation, il peut être fécond de discerner des pratiques permanentes conçues comme un moyen discret de limiter les frais d’un paraître impératif. Elles ouvrent alors sur tout un ensemble de ruses du paraître, soit autant de stratégies d’évitement destinées à limiter autant que possible l’incidence de l’apparat sur la fortune familiale. Plus encore, certaines de ces pratiques s’avéraient doublement bénéfiques à la prospérité d’une maison noble puisque, non contentes d’éviter de dénouer les cordons de la bourse, elles rappelaient utilement la réputation et l’ancienneté d’un lignage. L’ensemble de ces stratégies se divisait en deux tendances : consommer en-dehors des circuits monétaires et réduire les coûts.

CONSOMMER EN-DEHORS DU MARCHÉ

2À une époque où la monnaie restait rare, la circulation de biens déconnectée de tout échange d’argent était un phénomène socialement répandu. Elle faisait entrer dans un système d’échange de biens matériels et immatériels riche en symboles.

Autoconsommer

  • 2 BnF, fr. 8181.

3À la tête de vastes et riches domaines, les Guise pouvaient dans une certaine mesure éviter le recours au marché. Lorsqu’ils séjournaient sur leurs terres, les Lorrains consommaient en effet les redevances versées en nature par leurs tenanciers, comme le prouvent à l’envi les cahiers de la dépense ordinaire des mois passés à Joinville et aux alentours2. L’avoine donnée aux chevaux y est ainsi systématiquement mentionnée comme venant de la recette de Joinville et, pour les années 1520 et 1530, de celles de Saint-Urbain, Échenay, Ancerville, Éclaron, Saint-Dizier. Les cahiers des années 1550 signalent en outre que le pain fourni aux tables de la duchesse douairière était confectionné à partir du blé de la recette de Joinville. La cire destinée à éclairer la chapelle et les chambres ducales provenait pour sa part des recettes de Joinville et Éclaron. Les volailles consommées étaient elles aussi en partie issues des recettes locales : sur les 703 volailles consommées en septembre 1552, 92 provenaient de la recette (13,1 %), complétant les 524 pièces achetées (74,5 %) et les 87 pigeons venus du colombier de Doulevant (12,4 %). Les proportions furent entièrement différentes en novembre 1553, puisque 92,5 % des chapons, poules et poulets dévorés par la suite d’Antoinette de Bourbon furent tirés des recettes de Joinville et Marac, et 7,5 % seulement achetés au marchand pourvoyeur. En avril 1581, en revanche, seuls trois chapons et huit poules furent pris dans la recette, contre 659 achetés au boucher, soit 1,6 % à peine de la consommation de volailles du mois. La part des volailles procurées à la suite par les terres ducales variait donc considérablement d’un mois à l’autre, mais elle représentait une source de petites économies qui, mises bout à bout, n’étaient pas entièrement négligeables. La duchesse douairière de Guise économisa en effet 13 livres et 11 sous en septembre 1552 et une cinquantaine de livres en novembre 1553 grâce aux volatiles fournis par les habitants de ses domaines ; la très faible part de volailles de la recette consommées en avril 1581 ne représentait toutefois que la somme minime d’une livre et quinze sous.

  • 3 Cf. supra chap. 2.
  • 4 BnF, fr. 8181, fo 467.
  • 5 BnF, Clair. 348, fo 43.
  • 6 BnF, Clair. 348, fo 44.
  • 7 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. IV, p. 156-157.
  • 8 AN, MC, étude XC, liasse 121, 5 novembre 1572.

4Les productions des terres ducales exploitées en faire-valoir direct constituaient une autre réserve de denrées. L’étude, au cours du chapitre 2, de la provenance des vins consommés par le train ducal a mis en évidence la part considérable prise par les vins produits à Joinville et dans ses environs dans la consommation globale de la maison (entre 75 et 95 % dans les années 1520 et 1530, et encore 50 % environ en 15533). Par ailleurs, les poissons servis les jours maigres pouvaient avoir été pêchés dans les fossés des résidences ducales, et dans ce cas seul le travail du pêcheur restait à rémunérer. Il en fut ainsi lors du voyage à Marac d’Antoinette de Bourbon, en novembre 15534. Trois années plus tard, François de Lorraine fut averti de l’introduction de vingt-cinq brochetons dans les fossés du château de Saint-Dizier. Ce peuplement des douves avait pour but de permettre une future pêche au profit de la table ducale ou pour une vente avec bénéfice aux marchands intéressés5. Les différents jardins des Guise fournissaient de plus un complément de fruits et légumes. Antoinette de Bourbon écrivait en effet à son fils, en février 1556, qu’elle ferait planter avec soin les arbres qu’il lui envoyait et qu’ainsi, si la culture réussissait, ils pourraient à terme en manger les fruits6. L’évocation poétique du jardin du château d’En-Bas par Belleau évoquait, on s’en souvient, le foisonnement d’arbres fruitiers de ce petit paradis des bords de Marne, et les propriétaires des lieux ne devaient pas manquer d’en déguster les « pommes, poires, guignes, cerises, griottes, oranges, figues, grenades, pesches, avant-pesches, presses persiques, pavis, perdigoines, raisins muscats, prunes de Damas noires, blanches, rouges7 ». Les jardins de l’hôtel de Guise à Paris étaient eux aussi plantés de vergers dont les récoltes étaient explicitement destinées à la consommation de la maison8.

  • 9 Meiss-Even M., « Une vie de chien chez les ducs de Guise (XVIe siècle) », in C. Beck et f. Guizard- (...)
  • 10 BnF, fr. 8181, fo 167 ; fr. 20470, fo 117 ; fr. 20540, fos 73 et 78 ; fr. 20544, fo 47 ; fr. 20549, (...)
  • 11 Meiss-Even M., « Les chevaux des Guise… », art. cit., p. 7-29.
  • 12 BnF, fr. 20552, fos 152-153.
  • 13 BnF, fr. 20550, fo 141.

5L’autoconsommation ne concernait cependant pas uniquement les denrées alimentaires. Les animaux qui peuplaient l’environnement des Guise étaient pour certains nés chez leurs propriétaires et n’avaient donc jamais été achetés. Les meutes de chiens de chasse étaient largement renouvelées par les naissances en leur sein, comme en témoignent les nombreuses lettres évoquant l’arrivée d’une portée ou la croissance et le dressage des jeunes chiots9. Les oiseaux de proie, dont le caractère sauvage était recherché et interdisait donc toute reproduction en captivité, étaient quant à eux souvent pris dans les nids repérés au cœur des forêts ducales et soigneusement protégés par les officiers seigneuriaux du lieu10. C’était toutefois pour les chevaux que la production était la plus aboutie, grâce au haras d’Éclaron11. Cet établissement qui usait de pratiques d’élevage élaborées similaires à celles du traité Philippica de Jean Tacquet (fig. 68) abritait sans doute plus d’une quarantaine d’animaux et voyait chaque année la naissance de plusieurs poulains issus des meilleurs chevaux achetés par le duc de Guise en Espagne, en Italie, en Afrique du Nord ou au Proche-Orient. Rarement vendus, si ce n’est pour écarter quelques mauvais éléments du haras, les poulains nés à Éclaron avaient pour vocation de servir un jour dans les écuries ducales. En septembre 1551, l’écuyer Jean Francisque signalait par exemple à François de Lorraine que l’une des juments nées au haras était de taille insuffisante pour faire une bonne reproductrice mais qu’elle serait parfaite pour servir de monture de chasse12. La même année, l’écuyer du roi Tomaso di Cardi, amené à se prononcer sur les qualités d’une demi-douzaine de grands chevaux du duc de Guise, confia à ce dernier que les chevaux nés dans son haras seraient à la hauteur de ses attentes13. Le duc de Guise cherchait ainsi à créer à son usage une race de chevaux de qualité, capable à terme de suffire à peupler ses écuries. L’intérêt économique d’un tel investissement se doublait là d’une dimension plus symbolique car l’amélioration d’une race équine rappelait l’excellence toujours perfectible du lignage aristocratique, dans une analogie chère aux gentilshommes du temps et clairement exprimée par Florentin Thierriat en 1606 :

  • 14 Jouanna A., L’Idée de race en france…, op. cit., p. 44.

Nous recherchons la Race aux juments et aux chiens pour avoir des poulains et des lévriers de bonne nature et propre au service, et quand nous ajoutons un peu de nourriture et de soin à dresser cette portée, elle ensuit facilement la bonté et l’adresse de la Race dont elle est venue […]. Ainsi, le Gentilhomme né d’une bonne et ancienne Race, et bien nourri et enseigné, fait paraître ses vertus avec beaucoup plus d’éclat que les anoblis de nouveau.14

Fig. 68 > Page de titre du Philippica, ou Haras de chevaux de Jean Taquet (1614). Bien que tardive, l’œuvre de Tacquet est considérée comme une source précieuse, car rare, sur l’organisation des écuries à la Renaissance.

6L’autoconsommation s’avérait ainsi doublement utile : source de substantielles économies, elle offrait la possibilité d’un discours de la puissance en faisant entrer dans le paraître ducal des éléments rappelant la richesse des terres de la famille et la supériorité de son sang. La distinction passait autant par le moyen de la consommation que par le produit consommé.

Se faire offrir et échanger

  • 15 BnF, fr. 8181, fos 14 et 16.
  • 16 BnF, fr. 8181, fo 75.
  • 17 Davis N.Z., Essai sur le don…, op. cit., p. 67-70.

7Non contents de s’abstraire des circuits monétaires par la consommation des ressources tirées de leurs terres ou par la reproduction de leurs animaux, les Guise devaient une partie de leur environnement matériel à leur place dans un réseau de dons et d’échanges de biens. Les habitants des terres soumises à leur autorité étaient les premiers à venir offrir à leurs seigneurs de menus présents, comme cette femme qui vint offrir à Antoinette de Bourbon de la souchette (un champignon) le 4 septembre 1526, et cet homme qui vint le lendemain présenter en hommage à la comtesse des citrons et des oranges15. En novembre 1527, ce furent les habitants de Saint-Urbain qui offrirent collectivement quatorze setiers d’avoine au duc de Guise, lequel refusa un cadeau jugé trop lourd à supporter pour la communauté villageoise et ne prit l’avoine qu’en échange de la somme de dix livres16. Ces petits présents de paysans à leur seigneur n’étaient pas rares dans la France du XVIe siècle, ils marquaient le respect des habitants à l’égard du détenteur du pouvoir à l’échelle locale et appelaient celui-ci à exercer sa bienveillance à leur endroit17.

  • 18 BnF, fr. 20517, fo 83.
  • 19 BnF, fr. 20540 ; Carteggio d’arte…, op. cit., p. 217 et 234-235.
  • 20 Goldthwaite R., « The Empire of Things… », art. cit., p. 153-175.

8Plus encore, les Guise étaient pris dans des relations d’échange avec d’autres nobles du royaume ou étrangers. Leur correspondance porte les traces d’un très grand nombre de dons ou d’échanges de ce type, mettant en particulier au centre de l’interaction les oiseaux, les chiens de chasse et les chevaux. L’échange de ces animaux, dont le rapport symbolique étroit avec la noblesse d’épée a déjà été souligné, fonctionnait comme une reconnaissance réciproque de la qualité de gentilhomme, essentielle en un temps où la noblesse était avant tout un état défini par la perception du corps social. L’habitude de désigner certains oiseaux ou chevaux par le nom de leur donateur – c’était le cas chez les Guise des chevaux appelés le Salviati, le Farnèse – permettait d’ailleurs de maintenir vivace la mémoire de l’échange entre pairs et donc la reconnaissance par le corps social de l’appartenance à l’élite du royaume18. Les présents d’armes ou de denrées alimentaires recherchées allaient dans le même sens, rappelant les unes la vocation militaire des gentilshommes et les autres la nature délicate et somme toute supérieure de leur complexion. Toutefois, si les nobles français étaient pour la plupart engagés dans des échanges de ce type avec les Guise, leurs homologues italiens ouvraient beaucoup plus la palette des biens susceptibles d’être offerts aux Lorrains. D’Italiens soucieux d’entretenir de bonnes relations avec eux, les Guise reçurent en effet – outre, là encore, des oiseaux, des chiens ou des chevaux – des objets plus originaux : un jeu de tarots, des chemises finement ouvragées, un lit somptueux, le fameux coche du cardinal Charles19… L’« empire des choses » de l’Italie renaissante s’étendait ainsi au voisin français20.

  • 21 Lettre d’Ercole Strozzi à Guglielmo Gonzaga, La ferté-Milon, 16 mars 1559, citée par Coester C., Sc (...)
  • 22 BnF, Clair. 353, fo 34. Sur Tomaso del Vecchio (« Thomas Delvesche » dans la lettre), gentilhomme f (...)
  • 23 BnF, fr. 20541, fo 65 ; fr. 20542, fo 8.

9La situation éminente des Guise dans l’économie de la faveur royale les positionnait à une place stratégique dans les circulations de cadeaux entre nobles. En effet, même s’ils avaient eux aussi à offrir des présents dignes d’intérêt au roi, à d’autres grands et à des nobles de moindre envergure, ils étaient la plupart du temps les bénéficiaires de ces échanges. Les princes étrangers cherchaient à cultiver l’amitié de personnalités influentes à la cour de France en leur offrant des cadeaux somptueux : Anne d’Este, présente au Cateau-Cambrésis lors des négociations de 1559, reçut de Philippe II des bijoux dont la valeur était estimée à près de 20 000 écus (46 000 livres) par les témoins21. Plus couramment, les Guise recevaient de la part de nobles d’un rang inférieur au leur des lettres de demande d’intercession auprès de la majesté royale, lettres accompagnées de dons destinés à faire recevoir favorablement la requête. Il en fut ainsi de la missive envoyée à François de Lorraine par Tomaso del Vecchio en février 1560 : del Vecchio écrivait qu’il offrait au duc un cheval qu’il jugeait plus digne d’être monté par un prince que par lui mais, après avoir vanté les qualités du cheval, il occupait le reste de sa lettre à demander l’intervention du duc pour que fût payée la pension de son frère22. De même, l’envoi par les états de Dauphiné d’une riche litière et de trois beaux mulets à Anne d’Este avait bien sûr pour but de cultiver les bonnes relations entre l’assemblée locale et le gouverneur du roi dans la province23.

  • 24 BnF, fr. 20529, fo 27.
  • 25 BnF, Clair. 349, fo 145.
  • 26 BnF, fr. 20515, fo 99.

10De plus, sûrs – à juste titre ! – qu’il était difficile à des hommes moins en vue de refuser quoi que ce fût à une si puissante famille, les Guise n’hésitaient pas à forcer la main de ceux qui possédaient des objets ou des animaux sur lesquels ils avaient jeté leur dévolu. Le trésorier de l’épargne Moreau en fit l’expérience en 155724. Moreau possédait en effet un cheval dont la beauté fut vantée au duc de Guise. Celui-ci écrivit alors au trésorier pour lui demander de lui céder l’animal, ce que Moreau s’empressa de faire tout en affirmant qu’à son avis le cheval était « plus propre à porter une malle que non pas les armes ». Il serait tout de même étrange que les personnes qui avaient loué les mérites de l’animal à François de Lorraine se fussent trompées à ce point sur ses qualités, et la remarque de Moreau pourrait être une tentative pour dissuader le duc de s’intéresser à l’animal. Ce sentiment est renforcé par une phrase sibylline du trésorier au sujet du paiement (« quant à ce que me mandez du paiement d’icelluy, c’est chose Monseigneur de quoy je seray ung jour bien d’accord avecques vous »), allusion qui laisse planer quelque doute sur le versement réel d’une somme correspondant à la valeur du cheval ou même d’un simple dédommagement pour la perte d’un animal a priori coûteux. Un semblable malaise est sensible dans la lettre adressée en juillet 1556 à François de Lorraine par l’envoyé du roi en Turquie, Codignac, chargé par le duc de lui trouver à Istanbul un cheval de grande qualité25. Tout en protestant qu’il voulait mettre tout son bien au service d’un homme à qui il était profondément reconnaissant de sa protection, Codignac soulignait le prix exorbitant du seul animal qu’il eût trouvé (il était « merveilleusement cher » !). Bien sûr, il affirmait ne pas en chercher le remboursement, cependant cette protestation de fidélité montre bien qu’obtenir ou entretenir le pouvoir d’intercession du duc de Guise pouvait représenter un véritable sacrifice financier. Bien peu d’hommes devaient avoir le cran de se montrer inflexibles et de répondre au Lorrain comme le fit François d’Anglure. Celui-ci avait lui aussi reçu, en 1552, une lettre de François de Lorraine lui demandant de lui céder le beau cheval d’Espagne qui était en sa possession. François d’Anglure s’exécuta aussitôt mais il conditionna la cession définitive de l’animal au paiement par le duc de Guise de 500 écus (1 150 livres) non négociables26. Une telle résistance étant sans doute rare, le duc de Guise pouvait espérer emplir chaque année ses écuries de beaux chevaux si ce n’est gratuitement, au moins pour une somme bien inférieure à la valeur du marché.

11La circulation sociale des biens, particulièrement intéressante pour les Guise, ne s’arrêtait pas aux portes de la famille. Bien au contraire, celle-ci formait un lieu privilégié de redistribution des richesses matérielles.

Transmettre

  • 27 AN, 300 AP II 404*, fos 378-379.
  • 28 Et, très secondairement, dans celles de la maison de Bourbon. Bien qu’ayant renoncé à tout droit de (...)

12La transmission familiale des objets précieux revêtait une grande importance, en particulier pour les ducs de Guise qui, en tant que chefs de leur maison à partir de François de Lorraine, voyaient les richesses du clan se concentrer entre leurs mains. Claude de Lorraine, qui lui n’était qu’un cadet de la maison souveraine de Lorraine, bénéficia toutefois de la générosité de sa mère. Par son testament rédigé en 1520 et consécutif à son entrée au couvent de Pont-à-Mousson, Philippe de Gueldres ne donna en effet que quelques meubles à ses fils Antoine, Jean, Louis et François, et disposa de tout le reste en faveur de Claude, alors comte de Guise27. Il est vrai qu’Antoine, devenu duc de Lorraine, Jean, déjà puissant cardinal de Lorraine, et Louis, évêque de Verdun, avaient grâce à leur rang et à leurs bénéfices des richesses plus qu’il ne leur en fallait ; François, comte de Lambesc, était quant à lui sans doute encore trop jeune (il avait alors 14 ans) pour que son établissement fût une priorité pour sa mère. Philippe de Gueldres justifia très clairement sa décision : « Et pour ce qu’il [Claude] a femme et enfans, jeune mesnaigier, et leur maison mal fournie et mal meublée de toutes choses, nous luy donnons tout le reste et surplus de nos meubles. » Le but de cette donation était donc de constituer au jeune couple un univers matériel conforme à son rang, et ce dans les moindres détails puisque les meubles légués comprenaient de la vaisselle d’argent, d’étain, de cuivre et de fer, des tapisseries de laine et de soie, des tissus d’ameublement de soie, de drap d’or et de laine, tous les tapis et toutes les courtepointes de la reine de Sicile, tout son linge de lit et de table ainsi que les trois couvertures d’hermine utilisées lors des couches d’Antoinette de Bourbon. Le brillant environnement matériel des Guise trouve ainsi ses origines dans les richesses de la maison souveraine de Lorraine28.

  • 29 AN, MC, étude CXII, liasse 1, 18 juillet 1549 ; 300 AP II 404*, fos 381-382. Le don anticipé du duc (...)
  • 30 AN, KK 906, fo 7 ; KK 907, fo 20 ; KK 908, fo 23 ; 300 AP II 404*, fo 390.
  • 31 AN, KK 906, fo 15.
  • 32 Cf. supra chap. 4.

13Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon eurent le même souci d’assurer à leurs enfants, et particulièrement à leur aîné, un paraître digne d’eux. Alors que son retrait progressif de la vie de cour et le mariage de son fils François quelques mois auparavant avaient semblé indiquer l’arrivée de la nouvelle génération à la tête de la maison, Claude de Lorraine décida en juillet 1549 de donner un tour plus officiel à ce changement d’époque. Pour cela, il fit don à son fils aîné du duché de Guise, ne gardant pour lui que l’usufruit, et fit en même temps ajouter un codicille à son testament29. Par ce codicille, il réglait la succession entre ses trois fils laïcs encore vivants (François, Claude et René) et attribuait à François, outre sa part des meubles, une coupe d’or garnie de pierres et le cabinet des bagues, « à charge de le rendre à toujours à l’aîné de ses enfants, et des aînés descendus de luy ». En juillet 1550, après la mort de Claude, Antoinette de Bourbon s’accorda avec ses enfants sur les conditions de son douaire et fit établir sa propriété sur une partie des meubles du château de Joinville ; elle fit ensuite don de ces meubles à ses fils Claude et René, tandis que tous les autres revenaient à François30. Toutes ces dispositions visaient à faire de l’héritier du titre le dépositaire des plus belles pièces des collections familiales afin de ne pas risquer de ternir le paraître de la maison. Les cadets reçurent une part plus modeste des objets précieux, accompagnée d’une compensation pécuniaire puisque Claude, duc d’Aumale, obtint dès 1561 les 10 000 livres tournois qu’il devait recevoir de son frère le duc de Guise « pour les meubles de madame leur mère » après le décès de celle-ci31. François de Lorraine suivit le même principe de transmission privilégiée à l’aîné pour sa propre succession puisque son hôtel parisien fut l’objet d’un artifice juridique censé le mettre à l’abri des créanciers et le faisant toujours appartenir à l’héritier du titre du vivant de son père32.

  • 33 Carteggio d’arte…, op. cit., p. 205 et 207-210. BnF, fr. 20467, fo 69 ; fr. 20553, fos 1-3 ; fr. 20 (...)
  • 34 BnF, fr. 3232, fo 113.
  • 35 BnF, fr. 3232, fo 113.
  • 36 Guiffrey J., « Inventaires… », art. cit., p. 156-246.

14Il n’était pas cependant nécessaire d’attendre la mort ou de sentir l’imminence de celle-ci pour organiser la circulation des biens entre les membres de la famille ducale. Les mariages étaient salués par un afflux de cadeaux vers les jeunes époux, et en particulier vers la jeune femme. Anne d’Este reçut à son arrivée en France une grande quantité de bijoux mais aussi des chiens, des oiseaux, une haquenée, des draps d’or, des pièces de vaisselle, une horloge-automate et un lit de velours offerts par son mari et ses parents, oncles et frères33. Catherine de Lorraine eut de la part de sa famille, lorsqu’elle épousa le duc de Montpensier en 1570, du linge de nuit, des robes, des bijoux, de la vaisselle d’or, un lit de damas et une tapisserie de chambre34. Certains présents faits à l’occasion de noces appartenaient en réalité depuis longtemps au patrimoine familial. Dans un tel cas, leur transmission mettait en évidence l’ancienneté et la grandeur de la maison ; le fait même de ne pas les avoir achetés leur conférait un surcroît de valeur symbolique auquel les membres de la famille étaient très attachés. Parmi les bijoux qui furent offerts par sa belle-famille à Anne d’Este lors de son arrivée en France figurait ainsi une parure de chaperon ornée de diamants, rubis et perles appartenant à Antoinette de Bourbon. Ce joyau avait une valeur suffisante aux yeux des membres de la famille pour que le cardinal de Lorraine prît le soin, au moment de la constitution du trousseau de Catherine, future duchesse de Montpensier, d’interdire à Anne d’Este de le transmettre à sa fille, alors même qu’une grande liberté lui était laissée par ailleurs dans le choix des cadeaux faits à la future mariée35. Il est probable que seule la future épouse d’Henri de Lorraine, alors duc en titre, pouvait recevoir ce bijou fortement associé à l’histoire de la maison de Guise. D’autres objets, quoiqu’un peu moins précieux et prestigieux, transitaient d’une génération à l’autre, contribuant ainsi à proclamer l’ancienneté du lignage tout en permettant un étalage de faste dont le coût avait été amorti depuis longtemps. C’est ainsi que, dans les années 1640, l’hôtel de Guise resplendissait encore de l’éclat des objets portant les armes de Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon, près d’un siècle après la mort du premier duc de Guise36.

  • 37 Bergin J., « The Decline and fall of the House of Guise… », art. cit., p. 781-803.
  • 38 De l’Aubespine C., Histoire particulière de la court de Henry II, publiée par L. Cimber et f. Danjo (...)
  • 39 Haton C., Mémoires de Claude Haton, op. cit., t. II (1571, § 73).
  • 40 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 273-274.

15Pourtant, en dépit du soin apporté par les couples ducaux successifs afin de garantir à leurs héritiers un univers matériel des plus glorieux, ce furent les cardinaux de la famille et non leurs frères aînés qui enrichirent le plus les collections de la maison. On connaît depuis l’étude menée par Joseph Bergin la grande réussite qui fut celle de la maison de Guise dans son entreprise de cumul des bénéfices ecclésiastiques37. Commencée grâce à la grande faveur en laquelle François Ier tenait le cardinal Jean de Lorraine, frère de Claude, l’ascension de la dynastie ecclésiastique guisarde connut son apogée avec Louis, cardinal de Guise, et plus encore avec Charles, cardinal de Lorraine après la mort de son oncle (fig. 69 pl. XXVII). Dans son Histoire particuliere de la court de Henry II, Claude de l’Aubespine évoquait d’ailleurs avec ironie cette dernière succession, stigmatisant l’ambitieux et peu scrupuleux Charles qui « emporta tous les bénéfices de son oncle, […] qui estoyent grands, […] s’appropria tous [s] es meubles […], qui estoyent précieux » et « laissa toutes les debtes d’iceluy, qui estoyent immenses38 ». Devenu sans doute l’homme le plus riche du royaume de France, le nouveau cardinal de Lorraine se fit un devoir de mettre ses immenses ressources à la disposition de son frère aîné puis de son neveu. Le fait était bien connu des contemporains comme Claude Haton qui, évoquant des dettes faites à la guerre par l’un des frères d’Henri de Lorraine, remarquait qu’elles furent réglées par les cardinaux de Guise et de Lorraine, lesquels « ne pleignoient rien pour l’avancement de luy et de leurs aultres nepveux39 ». Cela n’avait alors rien d’extraordinaire et ne faisait médire que les adversaires de la maison de Guise, ainsi que le prouve la réaction de Brantôme : « Les cardinaux aussi ont eu des biens d’église beaucoup ; et s’ilz en ont aydé à leurs proches, quel mal40 ? »

  • 41 BnF, fr. 3118, fo 44.
  • 42 AN, K 529 A, fos 11-12.
  • 43 Guiffrey J., « Inventaires… », art. cit., p. 156-171. Il s’agit là d’une liste minimale des objets (...)

16Le concours de Charles fut décisif dans la constitution du patrimoine foncier et immobilier des ducs de Guise : non content de verser une pension annuelle de 6 000 livres à son aîné, il participa à l’achat des maisons voisines de l’hôtel de Guise afin de rendre son frère maître de tout le quadrilatère. Il fut aussi celui par qui vinrent s’ajouter aux possessions des Guise Joigny, Marchais, Chevreuse, Meudon, Hombourg et Saint-Avold. Le cardinal de Lorraine estimait en outre que les chantiers qu’il menait sur ses terres étaient une œuvre familiale, aussi pouvait-il demander l’opinion avisée de sa belle-sœur Anne d’Este sur l’agencement de la décoration et lui parler, non pas de ses, mais bien de leurs marbres antiques41. À sa mort, ses somptueuses collections d’antiques, de bijoux, de pièces d’orfèvrerie, de tapisseries et de tissus précieux passèrent en pleine propriété à son neveu Henri de Lorraine. Une partie fut déposée au château de Joinville où l’on comptait en 1583 six tapisseries, quatre dais, deux lits, vingt-deux tapis, une table et deux chaises recouvertes de tissu explicitement rattachés au cardinal42. Au XVIIe siècle encore, nombre des pièces les plus riches qui ornaient l’hôtel de Guise provenaient directement de cette succession : une chambre de velours vert brodée d’or et d’argent, un tapis de soie, de satin et d’or décoré d’instruments de musique, un bassin, un vase et une salière de vermeil, une quinzaine de pièces de vaisselle d’or et de pierres dures, etc.43. Une grande partie du paraître des ducs de Guise fut un effet direct du dévouement du cardinal de Lorraine et de son engagement passionné pour l’élévation de sa famille.

  • 44 Cf. supra chap. 4.
  • 45 BnF, fr. 20468, fos 325-326, 333-337 et 339 ; fr. 22441, fos 169-170.
  • 46 BnF, fr. 20468, fos 329-330.

17Les richesses des autres ecclésiastiques de la famille finirent elles aussi par grossir les possessions ducales. L’inventaire des meubles laissés en garde au concierge du château de Joinville en 1583 révèle ainsi la présence au sein du château ducal d’un grand ciel de lit de velours noir brodé d’argent portant les armes du cardinal de Bourbon (c’est-à-dire sans doute Louis de Bourbon-Vendôme, frère d’Antoinette de Bourbon, mort en 1557). On sait en outre qu’Hippolyte d’Este, cardinal de Ferrare et oncle de la duchesse Anne, avait été plus que généreux à l’égard de la nouvelle famille de sa nièce, offrant – entre autres cadeaux – son somptueux hôtel de Fontainebleau à François de Lorraine dès février 155744. Enfin, en mourant en 1578, Louis de Lorraine, cardinal de Guise, fit de sa mère Antoinette de Bourbon sa légataire universelle. La duchesse douairière dut assainir la succession de son fils en vendant de précieux objets liturgiques, cependant elle prit soin de réserver certains meubles que leur valeur distinguait45. Un lit de broderie, notamment, attira son attention46. Comme il était resté inachevé, elle s’enquit du coût du travail nécessaire pour le faire terminer. L’histoire ne dit pas si la mère des Guise jugea intéressant de faire finir cette pièce, mais elle témoigne de l’acuité du regard porté sur les possessions du défunt par les membres de sa famille, soucieux de conserver les objets les plus à même de faire honneur à leurs demeures. Elle illustre en outre une volonté de ne pas se séparer à la légère des objets pouvant encore rendre quelque service.

Réemployer47

  • 47 Sur cet aspect, voir aussi Meiss-Even M., « “Nous ferons les bons mesnagers !” La réutilisation dan (...)
  • 48 Boutier J., « La Fattoria, le palais, la boutique… », art. cit., p. 42.
  • 49 Roche D., La Culture des apparences…, op. cit., p. 202.
  • 50 De Romieu M., L’Instruction pour les jeunes dames, 1572, extraits publiés par P. Lacroix, Recueil c (...)

18Les ducs de Guise avaient beau faire partie des quelques familles les plus riches de France, ils ne pouvaient s’abstraire d’une culture de la pénurie qui était celle de leur temps. À mille lieues de l’insouciance de notre société d’abondance, les hommes de l’époque moderne ne jetaient rien qui pût encore servir sous une forme ou une autre. Le noble florentin Niccolo Gondi (1653-1730) prolongeait par exemple la vie des vêtements en usage dans sa maison en les faisant reteindre, en ajoutant des rubans neufs pour les rafraîchir ou bien encore en faisant tailler les habits de ses enfants dans les siens ou ceux de sa femme48. Dans les années 1770, la baronne de Schomberg limitait elle aussi ses dépenses vestimentaires en faisant retailler ses habits et en utilisant de vieux coupons de tissu49. Ces pratiques étaient courantes et, à en croire Marie de Romieu, quelques courtisans dépassaient les limites de l’acceptable, révélant de la sorte une mesquinerie bien peu compatible avec la prodigalité attendue d’un aristocrate. La mère mise en scène dans l’Instruction pour les jeunes dames (1572) tournait en ridicule une demoiselle de la cour qui fit durer sa robe de mariée de damas blanc plus de vingt ans en la retournant, reprisant, reteignant puis en la découpant pour en faire une frange de manteau et des manchettes qui, elles mêmes usées, furent transformées en dessus de toile de lin découpée. Et la mère de conclure sur cette phrase assassine l’histoire du pauvre damas : « Nous verrons ce qu’il en deviendra cy apres : je m’attends bien que devant qu’il meure, il aura encore bien des affaires50. »

  • 51 Isambert f.-A. (éd.), Recueil des anciennes lois françaises…, op. cit., t. XII, p. 835, loi no 372.
  • 52 De La Noue f., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 178.
  • 53 Ibid., p. 176.
  • 54 Appadurai A. (éd.), The Social Life of Things…, op. cit.

19Le dialogue de Marie de Romieu mettait en évidence la contradiction manifeste entre l’intérêt économique pour les nobles de la Renaissance de ne pas se débarrasser trop rapidement d’objets encore susceptibles de servir et l’impératif social d’un renouvellement rapide du costume de cour. Marie de Romieu préconisait en effet de ne pas porter une robe plus de quelques mois, soit un laps de temps similaire à celui laissé aux courtisans (trois mois) par la loi somptuaire de décembre 1543 pour user leurs vêtements ne respectant pas les prescriptions rappelées dans l’ordonnance51. En 1587, François de La Noue affirmait de son côté : « Et peut-on dire que l’aage d’un vestement ordinaire entre les Courtisans, est de trois mois : & d’un extraordinaire, six52. » À cette rapide obsolescence venait s’ajoutait le renouvellement accéléré des formes, dénoncé là encore par La Noue : « De deux ans en deux ans les façons changent et les faut renouveller, et qui ne s’y accomode est mocqué53. » Le monde curial de la France des Valois affichait donc une exigence de renouvellement permanent en rupture avec le souci de durée valable pour le reste de la société. Tout l’art du courtisan résidait par conséquent dans sa capacité à rendre les réemplois, quasi inévitables, invisibles à l’œil de l’observateur le plus critique. Pour déconstruire le self-fashioning courtisan, l’histoire des choses banales se doit ainsi d’être attentive aux péripéties des objets depuis le jour de leur achat jusqu’à leur disparition définitive, au fil de leur usage et de leurs appropriations successives54.

  • 55 AN, K 529 A, fos 1-19.
  • 56 AN, K 529 A, fos 13.

20Toutefois, nulle trace dans les archives des Guise de telles pratiques de réutilisation des vêtements. Plutôt qu’une spécificité des Lorrains dans leurs consommations textiles, cette absence révèle la difficulté qu’il y a à saisir dans les sources une habitude que peut dissimuler la mention du paiement d’un tailleur pour la « façon » d’un habit. Un phénomène similaire est néanmoins repérable dans l’utilisation des tissus précieux destinés à l’ameublement grâce au témoignage de l’inventaire des meubles laissés au château de Joinville en 1583, après le décès d’Antoinette de Bourbon55. Très narratif, ce document fourmille en effet de remarques laissant entrapercevoir des meubles souvent modifiés ou retouchés. Il n’était pas rare, notamment, que les rideaux défraîchis d’un lit fussent remplacés par un ensemble de tentures neuves, comme ce fut le cas pour un lit de drap vert dont les rideaux de serge blanche, violette et rouge très usés furent supplantés par trois rideaux de camelot d’Amiens rouge réalisés exprès. L’achat de tissu neuf n’était cependant pas toujours nécessaire, car il était possible de prélever les rideaux d’un lit pour les adapter à un autre ensemble et donner au tout une seconde jeunesse. Antoinette de Bourbon utilisait ainsi pour fermer le lit dans lequel elle dormait habituellement les rideaux d’un lit de toile d’or et d’argent et de velours noir servant peu. Les modifications pouvaient être plus radicales, à l’instar de ce dais de velours noir découpé pour confectionner un bas de lit à adapter sur un ensemble de velours noir brodé d’or. La transformation d’un objet pouvait aussi passer par le détournement de sa fonction initiale, lorsqu’un meuble était utilisé pour un usage radicalement différent de celui pour lequel il avait été conçu. Il en fut ainsi du dossier d’un magnifique lit de velours vert brodé d’or et d’argent et semé de grains d’or et de perles, lequel servit à décorer l’église où eut lieu le baptême du petit prince de Joinville en 1571, avant de réintégrer le lit56. Ces quelques exemples tendent à prouver que la famille de Guise considérait son patrimoine mobilier comme une réserve de matériau dans laquelle elle pouvait puiser à tout moment, soit en en tirant ponctuellement de belles pièces pour paraître sans courir à la ruine, soit en « recyclant » certains de ses éléments.

  • 57 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. I, p. 44.
  • 58 Rappelons que le terme « vintage » désigne un vêtement ancien reconnu pour son « authenticité » (mo (...)

21Il est difficile néanmoins d’estimer l’économie réelle que faisait la maison de Guise via ce type de pratiques. Il faudrait en effet pour cela connaître avec précision le prix des étoffes qui auraient été achetées s’il n’y avait pas eu réemploi de textiles, estimer le sursis accordé au meuble grâce à ces opérations de rajeunissement, vérifier l’efficacité ostentatoire de la pièce ainsi assemblée (un lit dont quelques éléments avaient été changés était-il à même de rivaliser avec un meuble neuf et au goût du jour ? Quelle visibilité donnait-t-on à ce meuble rénové ? Dans quelle mesure les visiteurs s’apercevaient-ils de la transformation ? Comment la jugeaient-ils ?)… Les témoignages manquent en particulier sur la réception sociale de ces pratiques, concernant la maison de Guise. Seule une anecdote rapportée par Brantôme évoque les sentiments des courtisans devant ce phénomène. En 1581, lors d’une joute donnée en marge des noces du duc de Joyeuse, Henri de Lorraine se montra en effet coiffé d’un bonnet d’écarlate qu’il avait trouvé « dans les vieux meubles de feu Monsieur son père […], ce que tout le monde trouva fort beau57 ». Aucun des courtisans présents ne vit dans la récupération par le duc de Guise de ce couvre-chef d’un autre temps un manquement à l’exigence de faste et d’élégance. Bien au contraire, le geste inattendu d’Henri de Lorraine lui permit de faire sensation sans dépenser un seul sou. Il convient toutefois de souligner qu’il s’agit ici d’une forme bien spécifique de réemploi, plus proche dans sa logique de l’actuelle vogue du vintage que d’une gestion scrupuleuse des ressources58. Cet épisode, tout comme les commentaires sarcastiques de Marie de Romieu sur la demoiselle usant sa robe jusqu’à la corde, tendent à accréditer l’idée que le réemploi était toléré tant qu’il n’était pas trop manifestement soumis à un calcul d’ordre financier. Si la réutilisation du riche patrimoine familial glorifiait le lignage, si le réemploi créatif amusait le spectateur, la récupération à but économique devait se faire discrète pour ne pas contredire ouvertement le discours sur le mépris nobiliaire à l’égard de l’argent. Dans le secret des châteaux, elle était cependant la règle.

22Les occasions de consommer sans bourse délier étaient donc nombreuses pour une maison aussi puissante que la maison de Guise. Les moyens de limiter les frais du paraître ne s’arrêtaient cependant pas là, car il était encore possible, lorsqu’il fallait payer, de réduire fortement le montant de l’addition.

RÉDUIRE LES COÛTS

23« Il faudrait être fou pour dépenser plus » : quatre siècles avant l’invention de ce slogan publicitaire, les Guise avaient fait leur cette devise. Pour la mettre en pratique, ils n’hésitèrent pas à exercer une très forte pression sur d’autres maisons nobles dans le but d’obtenir d’elles des biens à prix bradé. Ils pratiquèrent aussi une intense chasse au gaspillage et ne reculèrent pas devant quelques négociations serrées avec leurs fournisseurs.

Piller les autres maisons nobles

  • 59 De l’Aubespine C., Histoire particulière…, op. cit., p. 285.
  • 60 « Relation de Jean Michiel, après son ambassade de 1561 », in Relations des ambassadeurs vénitiens… (...)
  • 61 De l’Aubespine C., Histoire particulière…, op. cit., p. 285.

24Un moyen universellement connu de se procurer des biens à moindre frais consiste à se rapprocher de personnes en difficulté qui, elles, ne demandent pas mieux que de se débarrasser rapidement de leurs possessions, ou de faire pression sur des personnes moins puissantes que soi. Le cardinal Charles de Lorraine aurait été coutumier du fait : d’après l’auteur de L’Histoire particulière de la court de Henry II, très défavorable aux Guise, le prélat aurait mis la main de façon peu avouable sur les terres de Dampierre, de Meudon et de Marchais59. L’ambassadeur vénitien Jean Michiel, en 1561, ne disait pas autre chose du cardinal : « Son grand défaut est une avarice au-delà de celle qui distingue naturellement la nation française ; c’est une cupidité honteuse, qui emploierait même pour ses fins des moyens criminels60. » Les attaques n’épargnaient cependant pas les membres laïcs de la famille de Guise, puisque L’Histoire particulière de la court de Henry II jetait le même discrédit sur l’acquisition par les ducs des terres d’Arzillières, de Donjeux, d’Échenay et même sur l’hôtel de la rue du Chaume61.

  • 62 De Bouillé R., Histoire…, op. cit., t. II, p. 120.
  • 63 BnF, fr. 8182, fo 14 ; fr. 20641, fo 15.
  • 64 BnF, fr. 8182, fo 92 ro.
  • 65 ACC, 1-CB-2, liasse 8.
  • 66 ACC, 1-CB-2, liasse 8.
  • 67 BnF, fr. 20470, fo 191. La duchesse d’Étampes était la demi-sœur d’Adrien de Pisseleu, dont la fill (...)

25De fait, les reproches à l’égard de l’avidité de la maison de Guise, prompte à dépouiller des familles moins puissantes, n’étaient pas entièrement infondés. Les Guise durent répondre de leur prise de possession de certaines terres devant les tribunaux où les firent convoquer des héritiers. Affaibli par la disparition précoce de son neveu François II, François de Lorraine eut ainsi à répondre aux attaques de Lenoncourt, évêque d’Autun et fils de Marguerite de Broyes, à qui le duc et la duchesse de Guise avaient acheté le comté de Nanteuil en 155562. Dans les années précédant la transaction, les relations entre les Guise et les Lenoncourt semblent avoir été bonnes : Henri de Lenoncourt, comte de Nanteuil, fut en effet le représentant de François de Lorraine à l’occasion de la signature de l’acte de partage des terres du premier duc de Guise entre ses enfants, en mars 1550, et une lettre datée de 1552 indique que l’un de ses fils était page dans la maison du duc de Guise63. Le contrat de vente du comté de Nanteuil précisait en outre que Marguerite de Broyes, veuve du comte, acceptait la cession de sa terre « pour l’honneur, amour et affection qu’elle port [ait] ausdits seigneur et dame duc et duchesse64 ». Pourtant, l’acte de vente portait en lui les germes de la contestation de l’évêque d’Autun. La comtesse de Nanteuil affirmait en effet que les terres qu’elle vendait avait une plus haute valeur que les 260 000 livres accordées par les Guise, aussi une nouvelle estimation était-elle demandée, conditionnant une potentielle réévaluation de la rente versée à la vendeuse. Une enquête approfondie fut faite par les conseillers ducaux qui aboutirent à la conclusion que les revenus annuels du comté n’atteignaient pas les 9 000 livres proclamées par la comtesse et son nouveau mari mais plutôt 7 940 livres65. Une lettre de Louis Adhémar de Monteil, baron de Grignan, qui avait été l’un des trois procurateurs de François de Lorraine pour l’achat de Nanteuil, suggère que Marguerite de Broyes et son époux avaient pris ce prétexte pour rompre les négociations avec les Guise et accepter une autre proposition66. L’affaire fut néanmoins conclue en faveur des Guise, non sans susciter, en plus de l’aigreur des anciens propriétaires, celle de la duchesse d’Étampes qui jugeait cet accord très défavorable à son neveu Robert de Lenoncourt67. Aussi n’est-ce guère surprenant que l’évêque d’Autun, sans doute soutenu en coulisses par le roi de Navarre, ait jugé bon de profiter de la perte d’influence des Guise à la mort de François II pour rouvrir un dossier que la faveur insolente des Lorrains était parvenue à clore en 1556.

  • 68 De Bouillé R., Histoire…, op. cit., t. I, p. 198-199.
  • 69 Cet arrêt ne marqua pas cependant la fin du combat juridique engagé entre les deux familles, puisqu (...)
  • 70 ACC, 1-CB-2, liasse 8.

26Les Guise n’hésitaient pas, en effet, à jouer de leur position pour obtenir des terres. François de Lorraine parvint ainsi à se faire remercier de son action en faveur de Louis Adhémar de Monteil, emprisonné à la fin du règne de François Ier pour son rôle dans le massacre des Vaudois, en se faisant coucher sur le testament de son obligé et en devenant de la sorte l’héritier de la baronnie de Grignan (155768). À la mort de Louis Adhémar, en 1558, le duc de Guise entra en possession de la terre provençale, cependant la sœur du baron de Grignan obtint un arrêt du parlement de Toulouse révoquant cette donation en 156369. Les adversaires des Guise ne manquèrent pas de voir dans ce geste du baron en faveur de son protecteur la preuve d’un marché conclu entre les deux hommes pour décider le duc de Guise à jouer de son influence. Il faut bien dire que la lettre précédemment évoquée de Louis Adhémar semble aller en ce sens : le baron de Grignan, en réponse à des accusations selon lesquelles il aurait eu l’intention de revenir sur sa décision, ne cessait de protester de son honneur de gentilhomme et du fait qu’il ne saurait manquer à la promesse autrefois faite au duc70. Il y avait donc bien eu entre les deux hommes l’établissement d’un contrat moral.

  • 71 BnF, Clair. 347, fo 281.

27Certains obligés du duc de Guise n’ayant pas eu spontanément la bonne idée de remercier leur protecteur de cette façon, les conseillers ducaux se faisaient fort de leur suggérer une telle manifestation de gratitude. Le parlementaire François Dormy écrivit ainsi à François de Lorraine qu’il avait réussi à faire signer au sieur de Varey une donation en bonne et due forme « de l’usufruict des seigneuries et aultres biens immeubles et pareillement des droictz raisons et actions dont il [lui avait] cy devant faict don de la propriété » (juillet 155471). L’homme de loi précisait qu’il avait levé les grandes réticences du donateur en lui rappelant à quel point il était redevable au duc de Guise, qui l’avait fait nommer gentilhomme de la chambre du roi, et en le menaçant à mots à peine couverts de la fin de tout soutien de la part du duc, éventualité à coup sûr peu agréable pour un homme à la réputation « affoiblye par son maulvais mesnage ».

  • 72 BnF, Clair. 348, fo 50.
  • 73 BnF, fr. 8182, fos 42-47.

28D’autres pressions sont attestées pour l’entrée en possession de la terre d’Arzillières, propriété du baron et de la baronne d’Hans, François de Cadenet et Madeleine de Grandpré. Dans une lettre datée du 20 février 1556, un conseiller de François de Lorraine informait ce dernier de son intervention auprès des propriétaires : il était satisfait d’avoir réussi à leur faire affirmer que la pièce d’Arzillières était réservée au duc, en dépit de la mauvaise volonté manifestée par François de Cadenet, et affirmait qu’il ne restait plus au duc qu’à conclure l’affaire en personne lors du passage du baron à la cour72. Ce qui dut être fait puisqu’un acte du 18 novembre 1556 entérina un échange fait au mois de juillet73. Le rapport de force entre les deux parties est sensible, là encore, dans l’acte notarié puisque François de Cadenet précisait que les terres qu’il cédait étaient de bien plus grande valeur que les terres provençales (Lambesc, Orgon et leurs dépendances) qu’il recevait en échange de la part du duc ; il consentait cependant à faire une donation entre vifs qui dispensait le duc de Guise de compléter le paiement, ceci au nom de l’affection portée à François de Lorraine par sa marraine… Madeleine de Grandpré. La longue tradition d’amitié entre la famille de la mère de celle-ci, les Hangest, et la maison de Guise servait ainsi les appétits du Lorrain en le laissant s’emparer à vil prix d’une belle terre située à proximité de ses domaines champenois.

  • 74 Guiffrey J., « Inventaires… », art. cit., p. 171. Cette tapisserie était déjà signalée comme venant (...)
  • 75 Carteggio d’arte…, op. cit., p. 256.

29Cette manière d’acquérir des biens en faisant pression sur des familles d’obligés ou en profitant des difficultés d’autres maisons ne concernait pas que les biens fonciers. Elle s’étendait aux objets de luxe dont les Guise aimaient à s’entourer. En novembre 1550, le cardinal de Lorraine mit en effet la main sur quelques-uns des joyaux de ses collections en profitant de l’infortune de la duchesse d’Étampes, lorsque la mort de François Ier laissa s’exprimer la vindicte du nouveau roi à l’égard de l’ancienne favorite. Selon une lettre de l’ambassadeur du duc de Ferrare, Charles de Lorraine se procura ainsi une tapisserie et un diamant pour 10 000 écus (23 000 livres), soit à peine la moitié de leur valeur. Il s’agissait pourtant de pièces d’exception. La tapisserie était un grand ensemble de douze pièces représentant les Douze mois de l’an, tissé d’or et de soie, apporté en France par un marchand qui en demandait alors 20 000 écus ; François Ier ne souhaita pas l’acquérir, mais l’Amiral de Brion l’acheta pour 16 000 écus et en fit don à la duchesse d’Étampes qui tentait alors de le faire revenir dans les grâces du roi. Cette tapisserie tout à fait remarquable pourrait bien être la tenture bruxelloise des Douze signes du zodiaque estimée à 35 000 livres lors de la rédaction de l’inventaire de l’hôtel de Guise en 1644, c’est-à-dire le deuxième meuble le plus cher enregistré par le document74. Le destin du diamant avait été encore plus extraordinaire, puisqu’il avait été offert à la duchesse d’Étampes par Charles Quint lorsque la favorite avait accompagné la reine Éléonore en Flandres à l’occasion de la signature de la paix de Crépy (septembre 1544) ; selon l’ambassadeur, il ne pouvait en aucun cas valoir moins de 5 000 écus (11 500 livres75). Réaliser de si bonnes affaires aux dépens d’un autre Grand ne pouvait manquer d’attirer au cardinal et à sa famille une réputation de rapacité peu compatible avec l’honneur aristocratique.

  • 76 BnF, fr. 20516, fo 148.
  • 77 BnF, fr. 20468, fo 165.
  • 78 BnF, fr. 20543, fo 19.
  • 79 BnF, fr. 20516, fos 148-149.
  • 80 BnF, fr. 20555, fo 56.
  • 81 BnF, fr. 20543, fo 19.

30Sans faire peut-être d’aussi profitables opérations que son frère, François de Lorraine bénéficia lui aussi de quelques célèbres dépouilles, dues moins cette fois à des disgrâces qu’à la disparition d’anciennes maisons. En 1548, il reçut ainsi en tant que gouverneur du Dauphiné les biens du marquis de Saluces, mort sans héritier. Cette succession était très riche : vêtements de damas brodés de cannetille d’or, robes de satin bordées de fourrure, vaisselle d’or et d’argent, lits de drap d’or, etc.76. Antoinette de Bourbon ne cachait pas sa satisfaction devant ce « renfort de meubles » dont bénéficiait son fils au moment même de son mariage et conseillait de le mettre aussi vite que possible à l’abri d’autres appétits77. François de Lorraine conserva une partie des meubles, qui durent accueillir Anne d’Este lors de son arrivée à Grenoble, et fit vendre le reste pour en récupérer le capital78. La prise de possession de cette riche dépouille ne se fit cependant pas sans tension : la marquise de Saluces n’appréciait guère de se voir privée des meilleurs meubles de son défunt mari, aussi lutta-t-elle pied à pied pour en conserver quelques épaves. Elle affirma que le marquis lui avait fait don de plusieurs des riches meubles et vêtements que lorgnaient les Guise, déclaration accueillie avec scepticisme par l’agent du duc qui fut néanmoins obligé de commencer une enquête pour ne pas spolier la veuve79. De même, le chevalier de Barbes, frère du défunt gouverneur de Saluces, réclama pour ses neveux des biens leur appartenant, dont une tapisserie de cuir argenté portant en effet les armes du gouverneur80. Le duc d’Aumale ne se fit visiblement pas que des amis en mettant la main sur les biens du marquis. Il bénéficia en outre, à la même époque, de la dépouille du grand prieur de France, que son secrétaire annonçait plus belle encore, avec notamment trois grands chevaux d’Espagne81.

  • 82 AN, K 529 A, Inventaire des meubles venant du château de Joinville et conduits au château de La Mot (...)

31Les maisons nobles, qu’elles fussent en disgrâce, au bord de l’extinction ou simplement redevables à une autre plus en vue, constituaient donc une réserve de biens meubles et immeubles des plus intéressantes pour une famille au sommet de sa puissance. Les Guise, qui avaient plus d’une fois su profiter de telles aubaines, ne le savaient que trop. Aussi, quand la fortune tourna en leur défaveur, s’empressèrent-ils de mettre leurs propres possessions à l’abri des convoitises. L’assassinat d’Henri de Lorraine en décembre 1588 suscita le rapide transfert des meubles les plus précieux du château de Joinville vers la place-forte de La Mothe, dans le duché de Lorraine, dans l’attente de jours meilleurs82. Cette sage mesure préserva les joyaux de leurs collections.

Lutter contre le gaspillage

  • 83 BnF, fr. 20540, fo 39.
  • 84 BnF, fr. 20552, fo 152.

32Hostiles à l’idée de dilapider l’argent de leurs maîtres, les agents des Guise avaient à cœur de rationaliser autant que possible l’usage des sommes qui leur étaient confiées. En mai 1556, par exemple, le receveur de Guise Jean Gaignebien exposait au duc François une suite de remarques destinées à mieux utiliser les deniers de sa charge, à une époque où le chantier de la forteresse constituait un véritable gouffre financier83. Il lui suggérait en particulier de réduire les postes de direction du chantier, au nombre de deux à l’heure de son récit, en un seul qu’il proposait de confier à un maître maçon de Laon, Jean Estienne. Il voyait dans cette opération la possibilité d’une économie d’une centaine de livres par an. De même, la mort de l’un des deux garde-juments du haras d’Éclaron dans une bagarre d’ivrognes fut l’occasion pour l’écuyer Jean Francisque de proposer une remise à plat de ce service : au lieu de donner la place du défunt à son fils, connu dans la région pour être « ung homme qui ne vault rien pour tout », l’écuyer préférait profiter des circonstances pour renvoyer l’autre garde en charge et remplacer ces deux incapables par un seul garde « qui ferait mieur debvoir qu’ilz ne faisoient eux deux ». Ce serait en outre le moyen d’une substantielle économie, puisque chaque garde touchait jusque-là 48 livres par an84.

  • 85 BnF, fr. 20540, fo 55.

33Dans cette chasse au gaspillage, la suppression des postes jugés inutiles était complétée par une vérification scrupuleuse de l’utilisation de l’argent sur les chantiers en cours. Au printemps 1556, l’argentier Jean Le Seurre veillait ainsi à la bonne marche du chantier du château d’Ancerville qu’il approvisionnait en matières premières payées au prix le plus juste85. Il promettait de trouver du plomb « à pris raisonnable » et assurait le duc qu’il serait fait « le meilleur mesnaige » que l’on pourrait. Il semble même que la surveillance de l’utilisation des fonds versait parfois dans l’avarice, comme le fit remarquer Primatice à demi-mots lors des travaux de l’hôtel de Guise :

  • 86 BnF, fr. 20554, fo 43. Traduction de l’italien par Charles Samaran, « Le Primatice et les Guises… » (...)

Pour la maçonnerie et la charpente il y a plus de travail fait que d’argent dépensé. Quant à la peinture des étuves, le peintre a reçu 30 écus et a fait de la besogne pour plus de 25, de sorte que vraiment il ne m’apparaît pas le moins du monde que l’argent de Votre Excellence ait été gaspillé jusqu’à présent. Partout où j’en aurai la surveillance, Votre Excellence peut être sûre qu’il ne sera pas jeté au vent. Les maçons auraient plus fait si on leur avait avancé davantage. Le peintre est un dévoyé et il ne travaille pas avec beaucoup d’ardeur ; cependant il n’a pas reçu tant d’avances qu’on puisse voir là du désordre.86

34L’incident atteste le climat de suspicion dans lequel devaient se dérouler bien des chantiers et explique l’importance dans le processus des hommes de confiance du duc, chargés de veiller jalousement sur la bonne utilisation des deniers de leur maître. Il ne s’agissait pas de laisser les coûts s’envoler sans raison ! Cette hantise du gaspillage trouvait son extension dans la pratique du marchandage : il était en effet hors de question de dépenser un sou de trop à cause d’une négociation mal menée.

Marchander

35Rien de plus faux que l’image d’un duc de Guise réglant ses achats rubis sur l’ongle, sans même jeter un regard à la lourde bourse qu’il tendait à un fournisseur reconnaissant. Bien au contraire, la correspondance de François de Lorraine révèle la tenue de quelques négociations serrées et de discussions plus dignes d’un marchand de tapis que d’un aristocrate détaché des contingences matérielles. Lorsqu’étaient en jeu des commandes coûteuses – et même parfois pour des affaires beaucoup plus modestes –, le duc de Guise se livrait par l’intermédiaire de ses acheteurs à un féroce marchandage. Ainsi, quelques mois avant d’épouser Anne d’Este, François de Lorraine, alors duc d’Aumale, séjourna à Lyon où un marchand vint lui présenter « quelques bagues ». Les joyaux plurent au jeune duc qui décida de s’en porter acquéreur, non toutefois sans quelques précautions : un dénommé Rousselet, sieur de La Part-Dieu, fut chargé par le duc de « faire veoir à personne ad ce congnoissans » les cinq pièces qui l’intéressaient. Le but était de faire estimer les bijoux par d’autres marchands ou par des personnes expertes en la matière afin de ne pas payer l’ensemble à un prix excessif. Les hommes de métier consultés par Rousselet lui donnèrent une fourchette de prix acceptable pour chacun des joyaux :

J’ay trouvé par l’advis d’eulx que les cinq pieces marquées et croysées par l’inventaire qu’il vous a pleu envoyer ne pouroyent en ce temps au plus valloir que de six mil cinq cens escuz, c’est assavoir la premiere 2 500 escus, la seconde de de 1 800 à 3 000 escus et la tierce à 1 200 ou 1 500 escus. Et quant à la paincte et medaille ensemble l’on ne les estimoit que 350 ou quatre cens escuz.

36Le sieur de La Part-Dieu, fort de ces estimations fiables, put aller trouver le marchand détenteur des bagues en question et négocier le marché sur des bases assurées. La bataille fut rude, car le marchand n’avait guère envie de baisser le prix de ses pierreries alors que Rousselet se devait de conclure l’affaire au plus vite :

Ay cherché avec le peu de temps que j’ay eu, d’accorder avec le marchant lequel ne s’est jamais voulu condescendre à autre marché que celluy que j’ay contracté avec luy soubz le bon plaisir de vostre seigneurie. Je vous envoye, Monseigneur, le contract que j’en ay passé avec le marchant […].

37Le deuxième agent du duc d’Aumale présent lors du marchandage assurait son maître que son collègue et lui-même n’avaient pas épargné leurs efforts :

  • 87 BnF, fr. 20516, fo 124.

Votre secretaire mon parant et allié m’a prié à votre nom de me trouver avec monsieur de La Part-Dieu pour acorder du pris des bagues qui vous plaist achapter ce que ay faictet avons faictle plus à votre avantage que nous a esté possible.87

  • 88 fontaine L., L’Économie morale…, op. cit., p. 255.

38Le prix payé par François de Lorraine ne fut donc pas tant le prix d’estime exact des bagues que le fruit d’une discussion entre le fournisseur et les acheteurs du duc. Une telle constatation ne doit cependant pas surprendre : les nobles du XVIe siècle ne pouvaient évidemment pas s’abstraire de marchés qui faisaient de l’Europe préindustrielle une « économie de bazar » où le marchandage était la norme de l’échange88. L’incertitude régnant alors sur la qualité des produits, les poids et mesures comme sur la valeur des monnaies, seule la négociation pouvait dégager un prix considéré comme acceptable par les parties en présence.

  • 89 BnF, fr. 20640, fo 96.

39Dans l’exemple précédent, François de Lorraine se laissait tenter par les objets proposés à sa convoitise par un orfèvre venu le démarcher. Ce cas n’était cependant pas le plus fréquent. Le plus souvent, c’était plutôt le désir du duc de se procurer une marchandise qui enclenchait le processus d’achat. Les acheteurs ducaux se mettaient alors en quête des artisans ou marchands à même de fournir le duc au meilleur prix. Ainsi le duc d’Aumale était-il à la recherche, en mai 1549, de panaches et de chanfreins destinés à embellir les harnais des chevaux et les tenues des hommes de pied qu’il devait mener au tournoi donné pour l’entrée d’Henri II à Paris, en juin 1549. Les sieurs de Rostaing et de Lézigny, en charge de cette transaction, s’avisèrent de mettre en concurrence les artisans susceptibles de réaliser les panaches : « Nous avons parlé à quattre plumacierz de ceste ville des myeulx fournis que j’ay envoyé querir l’un après l’autres et leur ay monstré deulx des panachez et chanfrains […] pour voyr celluy qui en feroit le meilleur marché89. » On le voit, les acheteurs prirent soin de convoquer les artisans un à un et de faire faire à chacun d’eux une sorte de devis oral pour choisir, à qualité constante, celui qui proposerait le prix le plus bas. Ce fut une veuve qui obtint d’abord le marché, étant la seule « qui en ait voullu faire meilleur de quatorze escuz le panache et chanfrain et sept escuz celluy d’homme de pied », cependant elle renonça quand les sieurs de Rostaing et Lézigny lui montrèrent la grande quantité de pièces à réaliser en un court laps de temps. Les acheteurs furent alors contraints de se rabattre sur d’autres artisans et se lancèrent dans une nouvelle négociation de longue haleine : « Les plumacierz […] ont esté deulx jours qu’il ne voulloient riens rabbattre de quinze escuz du panache et chanfrain et huict escuz de celluy d’homme de pied. » Au terme de cette lutte, les plumassiers finirent par céder et acceptèrent le marché à quatorze et sept écus.

  • 90 BnF, fr. 20469, fos 101-103 ; fr. 20534, fo 33.

40À la même époque, à Tours, Marie Gaudin, dame de la Bourdaisière et épouse du trésorier de France Philibert Babou, était aux prises avec les meilleurs tisserands de la ville pour faire réaliser un somptueux lit pour le duc d’Aumale90. Au moment où elle cherchait à faire réaliser le ciel du lit, elle consulta elle aussi les différents artisans susceptibles de mener cette tâche à bien afin de voir lequel proposerait le meilleur marché. Elle rendit compte au duc de l’avancement des négociations dans une lettre au style très vif qui était presque un enregistrement de la conversation qu’elle eut avec chacun d’eux. Elle commença avec Jacques Proust :

Je luy demanday le pris qu’il voulloit avoir pour le faire frizé ; il me dist qu’il ne le pourroit faire à moings de quinze escutz l’aulne et de basse frizeure comme le patron que je vous envoye qui n’est que ung argent torts et n’y veullent faire autre frizeure qui ne coustast beaucoup davantaige.

41Elle s’adressa ensuite à un concurrent, Nicolas Drouin :

  • 91 BnF, fr. 20469, fo 103.

Il en demande quinze escutz autant que Jacques Proust. Je luy en ay offert dix escutz et suis allée jusques à douze pourveu qu’il vous plaise. Il m’a dict qu’il ne le fera à moings de treze escutz et que si ses mestiers n’estoient dressez il ne l’entreprendroit, et dict qu’ilz luy ont beaucoup cousté à monter. Je luy ay voulu donner jusques à vingt escutz pour laisser le tout comme il vous avoit pleu le commander, de quoy il ne s’est voulu contenter s’il ne faisoit les penthes qui sont commancées. Il me semble Monseigneur que vous n’en aurez pas meilleur marché de Proustet serez servy plus promptement quant ils bessongneront tous deux.91

  • 92 BnF, fr. 20534, fos 12 et 34.

42L’enjeu était de taille car il fallait un très long métrage de tissu pour obtenir un lit complet. La pièce de damas cramoisi enrichi d’argent réalisée par Jacques Proust pour les rideaux du même lit faisait plus de 21 aunes, à 10 écus soleil l’aune. La pièce valait donc 210 écus (472 livres et 10 sous), sans compter les « vingt mars d’argent superfin » et la « soye cramoysie » que le tisserand y avait ajoutés et qui lui coûtaient, disait-il, « près de cent escuz » (près de 230 livres92). Jacques Proust se plaignait en outre au duc de la rigueur du marché conclu par Marie Gaudin, le prix négocié étant – prétendait-il – inférieur au coût de la fabrication, lequel était selon lui de 12 écus l’aune. Le montant de 12 écus l’aune correspondait sans doute plus au prix espéré par Proust qu’au prix de revient, car on imagine mal comment l’artisan aurait pu accepter un marché à perte. Dans l’espoir de court-circuiter la redoutable acheteuse qu’était Marie Gaudin, Jacques Proust tentait de fléchir le commanditaire en personne en s’appuyant sur le témoignage impartial ( ?) d’un tiers, madame de Canaples, qui avait vu la pièce sur le métier et qui pourrait donc dire au duc « sy ledit damas va[lait] davantaige ». La manœuvre de l’artisan n’eut visiblement pas le succès escompté, car une nouvelle lettre datée du 27 mai annonçait l’envoi du drap tout en rappelant le manque à gagner du tisserand. L’insistance de Proust mettait bien en évidence le fait que le prix était une donnée perpétuellement discutée, susceptible d’être réévaluée si le client était satisfait.

  • 93 Welch E., Shopping in the Renaissance. Consumer Cultures in Italy (1400-1600), New Haven/Londres, Y (...)

43L’utilisation d’intermédiaires comme acheteurs rendait possible cette quête du moindre coût. Il aurait en effet été impossible à l’aristocrate censé incarner les valeurs de libéralité et de magnificence de se montrer en public comme un être mesquin, calculant ses dépenses au plus juste. Sans être pourtant vraiment en train de marchander, l’empereur Frédéric III avait déjà scandalisé l’ambassadeur milanais en 1469 lorsque, sur un marché de Venise, il s’était mis à discuter avec les marchands, à leur demander le prix de leurs draps et à se servir sur leurs étalages. Un tel comportement, trop mercantile, était jugé incompatible avec la dignité du personnage93. Les artistes et artisans qui fournissaient les Guise étaient parfaitement conscients de cette contradiction entre l’image affichée de l’aristocrate généreux, indifférent à la dépense, et la réalité économique de maisonnées aux abois et donc soucieuses de réduire autant que possible leurs frais de représentation. Ils ne se privaient d’ailleurs pas de jouer sur cette corde sensible pour obtenir un complément de revenu ou calmer l’impatience de leur client : c’est ce que fit Jacques Proust en en appelant à la générosité de François de Lorraine par-dessus Marie Gaudin, ou ce que fit Primatice en soulignant à mots couverts la pingrerie du duc de Guise qui trouvait trop lent le rythme des travaux faits en son hôtel parisien. La récompense éventuellement accordée en plus du prix d’achat apparaissait alors comme le retour souverain de la libéralité princière.

44L’« enchevêtrement des consommations » des Guise comportait ainsi tout un ensemble de pratiques contribuant à la construction du paraître ducal sans pour autant menacer les finances de la maison. Quelle est loin alors l’image de l’aristocrate jetant son argent aux quatre vents et méprisant le bourgeois âpre au gain ! Toutes les ruses du paraître n’étaient cependant pas à mettre sur le même plan. Certaines participaient en effet à l’honneur et à la réputation de la maison de Guise. La consommation de produits issus des domaines familiaux rappelait la puissance foncière et l’ancrage provincial du lignage. L’utilisation de chevaux ou de chiens nés dans les élevages ducaux développait une rhétorique de la race et de l’excellence aristocratique, rhétorique d’autant plus riche que ces animaux faisaient fréquemment l’objet d’échanges avec d’autres grandes familles. La transmission des châteaux, des collections et des joyaux proclamait l’ancienneté du lignage et la perpétuation de sa puissance. Les cadeaux, qu’ils fussent ceux de grands souverains ou ceux de modestes sujets, soulignaient enfin l’importance politique et sociale d’une maison ambitieuse. D’autres, en revanche, se devaient de rester cachées afin de ne pas contrevenir à l’idéal de magnificence et de libéralité qui continuait de définir l’aristocrate de la Renaissance : le réemploi, la chasse au gaspillage, l’habitude du marchandage, la mise en concurrence des fournisseurs étaient autant de pratiques courantes, certes, mais peu avouables à qui voulait rester auréolé du désintérêt des nobles à l’égard des contingences matérielles. Les Guise poussèrent-ils ces façons de faire au-delà des bornes de ce qui était socialement acceptable ? Les témoignages de certains contemporains poussent à le croire, cependant il est difficile de faire ici la part entre les pratiques réelles des Lorrains et un sentiment de rancœur à leur endroit né de leur position de force au sein de l’économie de la faveur royale. Le doute subsistant sur ce point révèle en tout cas à quel point pratiques économiques et honneur aristocratique avaient partie liée dans la France du XVIe siècle.

Notes

1 Boutier J., « La Fattoria, le palais, la boutique. Les consommations textiles d’une famille aristocratique florentine, fin XVIIe-début XVIIIe siècle », Revue du Nord, no 12, hors-série : « Échanges et cultures textiles dans l’Europe pré-industrielle », Actes du colloque de Rouen, 17-19 mai 1993, édités par J. Bottin et N. Pellegrin, 1996, p. 33.

2 BnF, fr. 8181.

3 Cf. supra chap. 2.

4 BnF, fr. 8181, fo 467.

5 BnF, Clair. 348, fo 43.

6 BnF, Clair. 348, fo 44.

7 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. IV, p. 156-157.

8 AN, MC, étude XC, liasse 121, 5 novembre 1572.

9 Meiss-Even M., « Une vie de chien chez les ducs de Guise (XVIe siècle) », in C. Beck et f. Guizard-Duchamp (dir.), Des Bêtes et des hommes, Actes des troisièmes Rencontres internationales, Valenciennes, 5-6 novembre 2009, à paraître.

10 BnF, fr. 8181, fo 167 ; fr. 20470, fo 117 ; fr. 20540, fos 73 et 78 ; fr. 20544, fo 47 ; fr. 20549, fos 25 et 29 ; fr. 20550, fos 24 et 41-42 ; Clair. 347, fos 256 et 295 ; Clair. 348, fo 211 ; Clair. 351, fo 271. ACC, 1-A-14, Dépense pour la garde de deux aires d’oiseaux, 1556 ; Lettre relative à des oiseaux de chasse, 1568.

11 Meiss-Even M., « Les chevaux des Guise… », art. cit., p. 7-29.

12 BnF, fr. 20552, fos 152-153.

13 BnF, fr. 20550, fo 141.

14 Jouanna A., L’Idée de race en france…, op. cit., p. 44.

15 BnF, fr. 8181, fos 14 et 16.

16 BnF, fr. 8181, fo 75.

17 Davis N.Z., Essai sur le don…, op. cit., p. 67-70.

18 BnF, fr. 20517, fo 83.

19 BnF, fr. 20540 ; Carteggio d’arte…, op. cit., p. 217 et 234-235.

20 Goldthwaite R., « The Empire of Things… », art. cit., p. 153-175.

21 Lettre d’Ercole Strozzi à Guglielmo Gonzaga, La ferté-Milon, 16 mars 1559, citée par Coester C., Schön wie Venus…, op. cit., p. 164.

22 BnF, Clair. 353, fo 34. Sur Tomaso del Vecchio (« Thomas Delvesche » dans la lettre), gentilhomme ferrarais devenu l’agent fidèle de Piero Strozzi, le conseiller secret d’Henri II et un homme ayant toute la confiance des Guise, voir Romier L., Les Origines politiques des guerres de religion, t. I : Henri II et l’Italie (1547-1555), Paris, 1913, p. 158-159.

23 BnF, fr. 20541, fo 65 ; fr. 20542, fo 8.

24 BnF, fr. 20529, fo 27.

25 BnF, Clair. 349, fo 145.

26 BnF, fr. 20515, fo 99.

27 AN, 300 AP II 404*, fos 378-379.

28 Et, très secondairement, dans celles de la maison de Bourbon. Bien qu’ayant renoncé à tout droit de succession lors de son mariage avec Claude de Lorraine en 1513, Antoinette de Bourbon reçut en effet de ses parents quelques objets précieux, dont un psautier manuscrit et cinq grands tapis de velours (AN, 300 AP II 404*, fo 381 ; K 529 A, Inventaire de 1583, fo 9).

29 AN, MC, étude CXII, liasse 1, 18 juillet 1549 ; 300 AP II 404*, fos 381-382. Le don anticipé du duché de Guise à françois de Lorraine fut confirmé par l’accord de partage fait entre Claude de Lorraine et ses trois fils françois, Claude et René en mars 1550 après une étude du conseil ducal pour faire une répartition équitable des terres (BnF, fr. 8182, fos 14-20).

30 AN, KK 906, fo 7 ; KK 907, fo 20 ; KK 908, fo 23 ; 300 AP II 404*, fo 390.

31 AN, KK 906, fo 15.

32 Cf. supra chap. 4.

33 Carteggio d’arte…, op. cit., p. 205 et 207-210. BnF, fr. 20467, fo 69 ; fr. 20553, fos 1-3 ; fr. 20555, fos 153-155. Coester C., Schön wie Venus…, op. cit., chap. IV.

34 BnF, fr. 3232, fo 113.

35 BnF, fr. 3232, fo 113.

36 Guiffrey J., « Inventaires… », art. cit., p. 156-246.

37 Bergin J., « The Decline and fall of the House of Guise… », art. cit., p. 781-803.

38 De l’Aubespine C., Histoire particulière de la court de Henry II, publiée par L. Cimber et f. Danjou, Archives curieuse…, op. cit., 1re série, t. III, p. 281.

39 Haton C., Mémoires de Claude Haton, op. cit., t. II (1571, § 73).

40 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 273-274.

41 BnF, fr. 3118, fo 44.

42 AN, K 529 A, fos 11-12.

43 Guiffrey J., « Inventaires… », art. cit., p. 156-171. Il s’agit là d’une liste minimale des objets de l’hôtel de Guise ayant appartenu au cardinal de Lorraine, basée sur la présence des armoiries du prélat et sur la similitude frappante entre certaines pièces décrites dans cet inventaire et celles enregistrées dans l’inventaire des buffets d’or et d’argent du cardinal (BnF, fr. 22441, fos 49-54).

44 Cf. supra chap. 4.

45 BnF, fr. 20468, fos 325-326, 333-337 et 339 ; fr. 22441, fos 169-170.

46 BnF, fr. 20468, fos 329-330.

47 Sur cet aspect, voir aussi Meiss-Even M., « “Nous ferons les bons mesnagers !” La réutilisation dans la consommation nobiliaire de la Renaissance à travers l’exemple de la maison de Guise », Journal de la Renaissance, vol. 5, 2007, p. 231-242.

48 Boutier J., « La Fattoria, le palais, la boutique… », art. cit., p. 42.

49 Roche D., La Culture des apparences…, op. cit., p. 202.

50 De Romieu M., L’Instruction pour les jeunes dames, 1572, extraits publiés par P. Lacroix, Recueil curieux de pièces originales rares ou inédites en prose et en vers sur le costume et les révolutions de la mode en France, Paris, Administration de Librairie, s.d., p. 143-144.

51 Isambert f.-A. (éd.), Recueil des anciennes lois françaises…, op. cit., t. XII, p. 835, loi no 372.

52 De La Noue f., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 178.

53 Ibid., p. 176.

54 Appadurai A. (éd.), The Social Life of Things…, op. cit.

55 AN, K 529 A, fos 1-19.

56 AN, K 529 A, fos 13.

57 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. I, p. 44.

58 Rappelons que le terme « vintage » désigne un vêtement ancien reconnu pour son « authenticité » (modèle ancien d’un grand couturier, type de vêtement ayant marqué l’air du temps à une époque donnée de l’histoire de la mode, etc.). Il se distingue en cela de la « fripe », simple vêtement d’occasion sans caractère remarquable.

59 De l’Aubespine C., Histoire particulière…, op. cit., p. 285.

60 « Relation de Jean Michiel, après son ambassade de 1561 », in Relations des ambassadeurs vénitiens…, op. cit., t. I, p. 439.

61 De l’Aubespine C., Histoire particulière…, op. cit., p. 285.

62 De Bouillé R., Histoire…, op. cit., t. II, p. 120.

63 BnF, fr. 8182, fo 14 ; fr. 20641, fo 15.

64 BnF, fr. 8182, fo 92 ro.

65 ACC, 1-CB-2, liasse 8.

66 ACC, 1-CB-2, liasse 8.

67 BnF, fr. 20470, fo 191. La duchesse d’Étampes était la demi-sœur d’Adrien de Pisseleu, dont la fille Jeanne avait épousé Robert de Lenoncourt, fils de Henri de Lenoncourt et Marguerite de Broyes.

68 De Bouillé R., Histoire…, op. cit., t. I, p. 198-199.

69 Cet arrêt ne marqua pas cependant la fin du combat juridique engagé entre les deux familles, puisqu’un document de 1575 porte les traces de paiements relatifs au procès de Grignan aux dates de 1568 et 1573 (ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575, fos 5-6).

70 ACC, 1-CB-2, liasse 8.

71 BnF, Clair. 347, fo 281.

72 BnF, Clair. 348, fo 50.

73 BnF, fr. 8182, fos 42-47.

74 Guiffrey J., « Inventaires… », art. cit., p. 171. Cette tapisserie était déjà signalée comme venant du cardinal de Lorraine dans l’inventaire des meubles laissés en garde au concierge du château de Joinville en 1583 (AN, K 529 A, Inventaire de 1583, fo 11) ; elle était encore mentionnée dans l’inventaire de 1589 (AN, K 529 A, Inventaire de 1589, fo 1).

75 Carteggio d’arte…, op. cit., p. 256.

76 BnF, fr. 20516, fo 148.

77 BnF, fr. 20468, fo 165.

78 BnF, fr. 20543, fo 19.

79 BnF, fr. 20516, fos 148-149.

80 BnF, fr. 20555, fo 56.

81 BnF, fr. 20543, fo 19.

82 AN, K 529 A, Inventaire des meubles venant du château de Joinville et conduits au château de La Mothe, 1589.

83 BnF, fr. 20540, fo 39.

84 BnF, fr. 20552, fo 152.

85 BnF, fr. 20540, fo 55.

86 BnF, fr. 20554, fo 43. Traduction de l’italien par Charles Samaran, « Le Primatice et les Guises… », art. cit., p. 135.

87 BnF, fr. 20516, fo 124.

88 fontaine L., L’Économie morale…, op. cit., p. 255.

89 BnF, fr. 20640, fo 96.

90 BnF, fr. 20469, fos 101-103 ; fr. 20534, fo 33.

91 BnF, fr. 20469, fo 103.

92 BnF, fr. 20534, fos 12 et 34.

93 Welch E., Shopping in the Renaissance. Consumer Cultures in Italy (1400-1600), New Haven/Londres, Yale University Press, 2005, p. 215-216.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 333k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540