Version classiqueVersion mobile

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Partie II – La fabrique du paraître

Chapitre 6. Culture matérielle et « économie du pouvoir »

Texte intégral

  • 1 « Commentaires sur le royaume de France, par Michel Suriano, ambassadeur vénitien en 1561 », in Re (...)
  • 2 De La Noue F., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 175-186.
  • 3 Stone L., The Crisis of the Aristocracy, 1558-1641, Oxford, Clarendon Press, 1965; Id., Family and (...)
  • 4 Billacois F., « La crise de la noblesse européenne, 1550-1650 : une mise au point », Revue d’histo (...)
  • 5 Labatut J.-P., « Aspects de la fortune de Bullion », XVIIe siècle, vol. 60, 1963, p. 11-40 ; Roche (...)
  • 6 Elias N., La Société de cour, op. cit.
  • 7 Eurich A., The Economics of Power…, op. cit.

1En 1561, l’ambassadeur vénitien Michel Suriano affirmait dans le rapport de sa mission en France : « Les nobles, dont la plupart ne sont pas riches, venant à la cour, où tout est cher, se ruinent par les frais excessifs des serviteurs, des chevaux, de l’habillement et de la nourriture1. » Un quart de siècle plus tard, François de La Noue dénonçait l’hypocrisie d’une noblesse prompte à déplorer les effets de la guerre sur ses finances, mais peu encline à réformer son mode de vie2. Des accusations similaires ont amené Lawrence Stone, dans les années 1960, à s’interroger sur la place des facteurs économiques, et notamment d’une croissance des frais de représentation, dans la crise que l’aristocratie anglaise aurait connue, selon lui, entre le milieu du XVIe siècle et le milieu du siècle suivant3. Si le questionnement de Stone s’est ensuite élargi, il a ouvert la voie à de nombreuses études sur la situation économique de la noblesse européenne4. En France, les historiens se sont emparés de la question en privilégiant l’approche par les revenus. L’image de la noblesse française qui est ressortie de cet examen attentif est celle d’un groupe social à l’assise économique certes ébranlée, mais capable de résister à l’inflation grâce à une gestion avisée de ses terres et ayant gagné au rapprochement avec l’État royal5. Toutefois, alors que Norbert Elias a démontré depuis longtemps que, dans le « système de dépenses » propre à la noblesse, les dépenses primaient sur les revenus, ces diverses études ne leur ont, pour la plupart, accordé que peu de place6. L’objectif de ce chapitre est donc de reprendre les interrogations de Lawrence Stone et Norbert Elias sur le coût réel du paraître par l’étude les dépenses et recettes de la maison de Guise, cela afin de situer la culture matérielle des Lorrains dans ce qu’Amanda Eurich a justement appelé leur « économie du pouvoir7 ».

« DESPENCE DE CE PRÉSENT COMPTE : ET PREMIEREMENT… »

2Pour ce faire, il est nécessaire de se plonger dans la comptabilité très structurée de la maison (fig. 65 pl. XXVI). Le document central en était le compte annuel des recettes et dépenses que le trésorier général des finances du duc de Guise présentait à la chambre des comptes de Joinville entre six mois et un an après la fin de l’année concernée, avec toutes les pièces justificatives nécessaires à l’acceptation définitive du compte. Ce registre exposait d’abord les recettes, regroupées par nature (revenus domaniaux, dons royaux…) et établies notamment à partir des comptes plus circonscrits dressés par les receveurs des différents domaines des Guise. Puis étaient listées les dépenses, elles aussi organisées de façon thématique (dépense ordinaire, gages et pensions…) à partir des comptes tenus par les hommes en charge de tel ou tel service de l’hôtel ducal, comme le maître d’hôtel pour le compte de la dépense ordinaire ou l’écuyer pour le compte de la grande écurie ou du haras. Dans les comptes des années 1560 et 1570 apparut un chapitre spécifique à l’intérieur des dépenses, celui des « deniers renduz mais non receuz ». Il s’agissait des reprises, c’est-à-dire de sommes escomptées en recettes mais que le trésorier n’avait jamais vu entrer dans ses caisses, soit que l’argent ne fût pas rentré à l’échelon inférieur, soit qu’il eût été aussitôt attribué à un créancier. Pour tenir le compte de ce manque à gagner, le trésorier l’inscrivait une fois en recette puis une fois en dépense ; lorsque la somme était enfin perçue réellement, elle était inscrite cette fois uniquement en recette dans le compte de l’année du versement.

3À qui souhaite établir une ventilation des dépenses par poste, les comptes annuels de la maison de Guise tendent de nombreux pièges qu’il convient de désamorcer. Pour ne pas brouiller les calculs, il faut tout d’abord distinguer parmi les reprises celles qui correspondent à une difficulté de paiement de la part d’un fermier ou d’un receveur de celles qui s’avèrent être des sommes jamais perçues par le trésorier car passées directement du fermier ou receveur ducal à un créancier de la maison (artisan, fournisseur, etc.). Les premières relèvent du décalage de trésorerie plus que des dépenses à proprement parler, aussi obtient-on un total des dépenses plus proche de la réalité en les éliminant de l’addition. Ainsi corrigées, les dépenses de la maison de Guise au cours du XVIe siècle s’établissent comme suit (tableau 1) :

Date

Montant (en livres tournois)

1540

81 234

1542

77 663

1561

145 510

1562

179 635

1563

169 164

1570

243 482

1571

217 727

Tableau 1 > Dépenses annuelles corrigées de la maison de Guise (1540-1571).

4Il faut ensuite composer avec le flou entourant l’enregistrement de certaines dépenses. Il n’est pas toujours évident, par exemple, de déterminer si un achat de velours de soie cramoisi mentionné sans plus de précision relève de l’habillement ou de l’ameublement, puisque ce genre de tissu pouvait servir aux deux usages. Par ailleurs, les comptes annuels comportent une rubrique « dépense extraordinaire » dans laquelle peuvent avoir été rangées des dépenses aussi diverses que l’achat de remèdes pour un page, le paiement d’une réparation de pistolets, le remboursement des frais de voyage d’un secrétaire, la location de chevaux de chariot, des aumônes, des dons à des joueurs de violon, des mises au jeu de paume, etc. Au moment d’établir la répartition des dépenses par poste, une telle hétérogénéité des données compilées constitue un point aveugle que seule la lecture des cahiers de la dépense extraordinaire permettrait d’éclairer. Hélas, dans le cas des Guise, aucun de ces documents n’a été conservé pour une année où l’on dispose du compte annuel.

  • 8 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit., p. 9.
  • 9 BnF, fr. 22433, fo 160.

5La situation est encore obscurcie par la pratique alors habituelle du paiement différé. Plaisamment caricaturé par Rabelais, dont le héros Panurge aimait à voir la déférence intéressée de ses créanciers et assurait qu’il serait hors de dettes « ès calendes grecques », le noble de l’époque moderne payait rarement comptant8. La norme était de faire attendre le paiement au fournisseur pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. François de Lorraine ne régla ainsi qu’en 1562 la somme de 1 106 livres qui correspondait à la fin du paiement d’une somme bien plus considérable due à son tailleur depuis décembre 15599. Cette habitude aristocratique perturbe l’examen des comptes puisque les dépenses d’une année ne correspondent pas à la consommation de l’année en question mais plus souvent au règlement d’une créance plus ou moins ancienne, ce qui rend illisible le rythme réel des achats. Avoir acquitté une forte dette auprès d’un fournisseur à bout de patience peut en outre gonfler artificiellement l’importance d’un poste de dépense dans le compte de l’année pendant laquelle a été fait le versement.

6Il faut donc renoncer à l’idée de dresser par le biais des vestiges de leur comptabilité un tableau fidèle de la consommation des Guise. Sans être une panacée, l’examen de ces pièces capitales que sont les comptes annuels de recettes et de dépenses révèle toutefois des tendances dans la structure de leurs dépenses et fait naître des intuitions qui peuvent trouver une confirmation dans l’interrogation d’autres sources. Leur enseignement, pour imparfait qu’il soit, ne doit par conséquent pas être négligé.

Panorama des dépenses

  • 10 Seuls ont été pris en compte les paiements signalés dans le chapitre des dépenses. Les assignation (...)

7Pour tenter, malgré tout, d’évaluer leur importance respective, les dépenses listées dans les comptes annuels ont été regroupées dans des catégories d’analyse simples, additionnées puis rapportées au montant corrigé des dépenses annuelles. L’annexe 2 présente les résultats ainsi obtenus10.

8En dépit de sensibles variations inter-annuelles, quelques tendances nettes se dégagent. La plus frappante est le doublement en valeur absolue du montant de la dépense ordinaire, mais sa baisse très claire en valeur relative : d’environ 46 % de la dépense dans les années 1540, ce poste passa à environ 33 % dans les années 1560-1570. La situation est un peu moins franche pour le poste des gages et pensions, puisqu’il passa de 13 % de la dépense totale environ dans les années 1540 à une valeur relative oscillant entre 5 et 12 % dans les décennies postérieures ; un autre chiffre disponible pour 1561 (année pour laquelle on dispose de l’état des gages et pensions chiffré et d’un fragment de compte contenant à la fois les reprises et le bilan final du compte) donne pour cette année-là une part de 11,5 % de la dépense annuelle corrigée. Il faut donc en déduire une certaine stabilité de ce poste, en dépit de fluctuations importantes selon l’ampleur donnée à l’hôtel ducal. Les pensions allouées à d’autres membres de la famille moins fortunés – essentiellement le comte d’Aumale, héritier du titre, sous Claude de Lorraine, puis la duchesse douairière sous François de Lorraine – représentaient une part plus modeste de la dépense : 5-6 % dans les années 1540 et autour de 2 % dans les années 1560. Cette part augmenta (7,5 %) sous Henri de Lorraine, lequel versait des sommes importantes à son frère, le marquis de Mayenne, et à sa sœur, la duchesse de Montpensier, en plus de sommes plus symboliques à sa mère, la duchesse de Nemours, et à une religieuse de la famille, sœur Marie de Guise : le règlement de la succession de François de Lorraine avait valu au troisième duc de Guise quelques dettes à l’égard de sa fratrie. Comprise entre 17 et 22 % dans les années 1540, la part de la dépense extraordinaire chuta nettement par la suite pour ne plus représenter qu’entre 5 et 10 % de la dépense annuelle totale. Mais dans le même temps, la part des dépenses diverses (remboursements de prêts, arrérages de rentes, affaires, achats variés…) explosa, passant de 11,5-19 % à 45-50 % de la dépense totale.

9Par conséquent, et avant d’entrer dans le détail de l’analyse de ces différents postes de dépense et de leur évolution au cours du siècle, on peut d’ores et déjà constater un renversement important de tendance. Alors que sous Claude de Lorraine les postes relatifs à l’expression la plus traditionnelle du faste – l’ampleur de la suite, la libéralité aristocratique traduite par l’hospitalité au moment des repas, la protection du puissant seigneur étendue à un grand nombre de domestiques – représentaient la part principale de la dépense (autour de 58 % de la dépense totale pour la dépense ordinaire additionnée aux gages et pensions), ils perdirent ensuite leur prééminence (autour de 41 % de la dépense totale dans les années 1560-1570). Ils furent remplacés au sommet de la hiérarchie par les postes de dépense concernant les achats de biens mobiliers ou immobiliers, l’endettement et les « affaires » du duc (procès, frais de gestion, voyages d’agents dans les différents domaines seigneuriaux, etc.), lesquels passèrent de 35 % environ de la dépense totale (dépense extraordinaire + dépenses diverses) à près de 55 %. Cela ne signifie pas que le modèle ancien de représentation aristocratique avait perdu son importance. Il continua au contraire à représenter une part considérable des dépenses ducales et connut une croissance en valeur absolue sur le siècle, signe de la permanence de l’investissement financier et symbolique de la maison de Guise dans ce secteur du paraître. Il fut cependant vivement concurrencé par des dépenses de prestige impliquant des achats de biens de luxe et de terres, ainsi que par un endettement croissant.

Le coût maîtrisé de la suite ducale

10Mais comment expliquer que la suite ducale, dont on a vu toute l’importance sociale et politique au cours du chapitre 3, ait pu voir sa part relative dans le « budget » des Guise reculer aussi nettement au milieu du siècle ? À y regarder de plus près, il apparaît en fait que les Lorrains maîtrisèrent plutôt bien les lourdes dépenses de ce poste indispensable à leur pouvoir.

Une dépense ordinaire faiblement touchée par l’inflation

11Il n’est certes pas question ici de minorer la charge que représentait l’entretien d’une vaste suite. Les dépenses ordinaires (alimentation, écurie et fourrière) pesaient très lourd sur les finances de la maison de Guise : 35 000 ou 37 000 livres dans les années 1540, entre 50 000 et 63 000 en 1562-1563, plus de 72 000 en 1571. Pourtant, la part relative de la dépense ordinaire dans la dépense annuelle totale connut entre 1540 et les années 1560-1570 une chute incontestable qui ne fut pas que la conséquence mécanique du développement d’autres postes. Les effectifs n’ayant pas connu de tendance durable à la baisse entre les décennies 1540 et 1560, bien au contraire, les ressorts de la maîtrise des coûts sont à chercher plutôt du côté des prix payés par les Guise à leurs pourvoyeurs.

  • 11 BnF, fr. 8181 ; ACC, 1-A-14 ; AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 19 février et 27 avril 1571, étude (...)
  • 12 AN, MC, étude VIII, liasse 147, 13 février 1587.

12Fort heureusement, cet aspect de la question s’avère bien documenté grâce aux cahiers de la dépense ordinaire et aux marchés de pourvoirie disponibles ; rapprochés, ils permettent de saisir l’évolution des prix payés par les Lorrains entre 1526 et 158711. Entre 1526 et 1532, le prix de nombreuses denrées resta stable, tandis que celui de quelques autres fut multiplié par un coefficient compris entre 1,07 (mouton entier) et 1,43 (cochon entier, oie). Au cours des trente années suivantes, dans le silence des sources, l’augmentation des prix fut beaucoup plus nette puisqu’elle fut en règle générale de l’ordre de 50 % (coefficient multiplicateur d’1,5), et parfois supérieure comme pour le veau (1,6), la pièce de bœuf (1,8), la fressure de veau (1,88), les pieds de mouton (3). S’ensuivit alors une période de remarquable stabilité entre 1560 et 1581, aucun prix ne connaissant d’évolution sur cette période de plus de vingt ans. Une rupture brutale survint ensuite, au cours des années 1580, puisque tous les prix des marchés de pourvoirie des Guise triplèrent entre 1581 et 1587. Un marché de pourvoirie d’Henri III daté de 1587 et marqué par une semblable envolée des prix révèle cependant que l’augmentation masquait en réalité un changement du mode de rémunération des pourvoyeurs12.

  • 13 Veniel B., Les Marchands pourvoyeurs au XVIe siècle, Paris, Mémoire de l’EPHE, VIe section, 1973. (...)
  • 14 AN, MC, étude XIX, liasse 186, 22 mars et 12 avril 1552.
  • 15 AN, MC, étude VIII, liasse 69, 17 février 1542.

13Une comparaison avec les marchés de pourvoirie d’autres familles se révèle instructive13. Il s’avère ainsi probable que l’essentiel de la hausse des prix constatée pour les Guise entre 1532 et 1560 ait eu lieu au cours de la décennie 1530. En effet, Claude Gouffier jouissait en 1552 d’un marché similaire, bien qu’un peu plus favorable, à celui de François de Lorraine huit années plus tard, et François de Vendôme payait exactement les mêmes prix en 1552 que le duc de Guise en 156014. Or le plus ancien des marchés conservés, daté de 1542 et concernant le cardinal Jean de Lorraine, ne laisse entrevoir qu’une multiplication des prix par 1,2 entre 1542 et 1552-156015. Il apparaît donc probable que les Guise aient profité d’une inflation très modérée de leurs marchés de pourvoirie au cours de la période bornée par les comptes annuels, soit 1540-1571.

  • 16 AN, MC, étude CXXII, liasse 1290, 3 mai 1562.
  • 17 AN, MC, étude XXII, liasse 32, 15 janvier 1573 ; étude XXXVII, liasse 24, 3 octobre 1573 ; étude X (...)
  • 18 AN, MC, étude VIII, liasse 112, 6 février 1584.

14Par ailleurs, si François de Lorraine semble avoir conclu des marchés se situant dans la norme des marchés de l’époque – les prix auxquels il payait ses denrées en 1560 étaient quasi identiques à ceux d’un marché du maréchal de Saint-André daté de 156216 –, il n’en va pas de même pour son fils. Henri de Lorraine réussit en effet à négocier des tarifs particulièrement intéressants avec ses pourvoyeurs. Que l’on compare : en 1573, le prince de Condé et le cardinal de Retz déboursaient 60 % de plus et payaient jusqu’au double pour certaines denrées ; en 1573 encore, Gaspard de Schomberg payait entre 50 et 60 % de plus pour ses viandes et poissons ; en 1579, Anne de Joyeuse dépensait deux fois plus qu’Henri de Lorraine pour la viande de boucherie, les volailles et les poissons17. L’écart était moindre en revanche avec les Nevers, qui, en 1584, ne payaient que 20-30 % plus cher la plupart des denrées, et le même prix, voire moins, pour quelques autres18. Chez les Guise, la maîtrise de la dépense ordinaire passa ainsi par la conclusion de marchés de pourvoirie des plus avantageux.

  • 19 ACC, 1-A-14 ; AN, MC, étude XXIV, liasse 37, 10 août 1575.
  • 20 Baulant M., « Prix et salaires à Paris au XVIe siècle. Sources et résultats », Annales ESC, vol. 3 (...)
  • 21 La fourrière, sujette à de très fortes variations selon les mois, n’a pas été prise en compte dans (...)

15La situation fut néanmoins un peu moins favorable pour le pain : la douzaine de pains coûtait 4 sous à François de Lorraine en 1560, mais le double à son fils Henri en 1575 comme en 158119. Il est vrai que les céréales furent, après le sel, le produit alimentaire qui connut la plus forte inflation au cours du XVIe siècle20. Cette plus grande perméabilité de la maison de Guise à la hausse du prix des céréales trouve sa traduction dans la part de chaque service dans la dépense ordinaire mensuelle : alors que la part de l’échansonnerie, de la fruiterie et de l’herberie apparaît stable entre novembre 1560 et juillet 1581 (25 % pour l’échansonnerie, 6 % pour la fruiterie, 2 puis 3 % pour l’herberie), celle de la paneterie et celle de l’écurie, soit les deux services consommateurs de grains, grimpent respectivement de 9 à 12 % et de 15 à 20 % de la dépense ordinaire ; à l’inverse, la cuisine recule de 43 à 34 % de la dépense ordinaire21. Les Guise ne furent donc pas complètement à l’abri de l’inflation, mais ils ne la subirent que de façon très atténuée.

L’hôtel ducal

  • 22 BnF, fr. 20649, fo 172.

16L’entretien d’une ample suite nécessitait en outre une domesticité nombreuse, occupée à nourrir, à blanchir ses membres, à mettre en ordre leur logement et à prendre soin de leurs montures. Cependant, à côté de ce peuple de cuisiniers, de palefreniers, d’aides et de laquais, l’hôtel ducal comprenait aussi en ses rangs de nobles dames et des gentilshommes, dont les liens de fidélité avec les Guise étaient ainsi institutionnalisés et qui remplissaient des fonctions d’encadrement des domestiques, voire de gestion des domaines ducaux. Les ducs s’attiraient par ailleurs la reconnaissance d’artisans et de fournisseurs recherchés en les couchant sur leur état des gages et pensions, geste qui exemptait les bénéficiaires du paiement de la taille22.

  • 23 BnF, fr. 3002, fos 62-65 (1566) ; fr. 8181, fos 269-288 (1540) et 353-371 (1542) ; fr. 22429, fos (...)

17Indispensable au bon fonctionnement de la maison comme institution, l’hôtel ducal était une source de dépenses très significatives, puisque les domestiques recevaient des gages ainsi que, parfois, des primes et des avantages en nature. Par chance, les comptes annuels sont complétés en ce domaine par une belle série d’états des gages et pensions (1552, 1556-1561, 1563, 1566) ainsi que par des fragments de comptes (1561, 1570-1571) qui permettent d’avoir une vue plus précise de l’évolution de ce poste23. À l’époque de Claude de Lorraine, dans les années 1540, les gages et pensions avoisinaient un montant annuel de 10 000 livres, pour un hôtel d’environ 110 personnes. Sous le deuxième duc de Guise, la dépense annuelle en la matière était plutôt comprise entre 16 000 et 17 000 livres, pour un hôtel en croissance quasi permanente jusqu’à l’assassinat de février 1563 (de 135 à un peu plus de 160 personnes). Après cet apogée, la jeunesse d’Henri de Lorraine vit une contraction de l’hôtel, d’autant qu’à partir de 1566, Anne d’Este s’étant remariée, l’hôtel de la duchesse ne fut plus comptabilisé ; en 1571, la jeune épouse du troisième duc, Catherine de Clèves, n’avait pour sa part que deux dames d’honneur et trois femmes de chambre. L’hôtel comptait alors moins de cent personnes et le montant des gages dépassait à peine 10 000 livres tournois.

  • 24 Major J.R., « Noble Income, Inflation… », art. cit., p. 39.

18En dépit de son fort agrandissement sous François de Lorraine, l’hôtel ducal ne représenta pas une part croissante de la dépense totale de la maison de Guise. Là encore, l’effet mécanique du développement d’autres dépenses ne suffit pas à expliquer cet état de fait, il faut aussi prendre en compte la surprenante évolution du montant moyen des gages par personne : de 91 livres environ en 1540-1542, il passa à 118 livres environ dans la première moitié des années 1550, soit une progression de 29,7 %. Mais il chuta par la suite, passant à 103 livres en 1561-1562, soit une baisse de 12,7 %. Le phénomène appelle une double explication. Premièrement, le développement de l’hôtel sous François de Lorraine se fit essentiellement par le recrutement de membres appartenant aux catégories les moins bien rémunérées : les officiers représentaient 55 % de l’hôtel vers 1560, contre 27 % seulement au début des années 1540. Deuxièmement, les gages qui avaient été fortement réévalués entre 1542 et 1552 (beaucoup augmentèrent de 33 %, voire de 66 %) connurent une atonie quasi complète par la suite. Il est à noter que les gages versés par la maison de Navarre, sensiblement plus généreux, connurent pour leur part une grande stabilité entre 1529 et 159624. Le XVIe siècle pourrait bien alors ne pas avoir été un âge d’or pour les officiers de rang modeste des hôtels aristocratiques.

19Marchés de pourvoirie avantageux et stagnation des gages limitèrent ainsi le poids de l’entretien d’une suite que l’implication grandissante des Guise dans les affaires du temps avait fait grossir. Ce qui ne fut pas dépensé ici trouva sans difficulté à s’employer ailleurs.

Le prix de la splendeur

  • 25 Cf. supra chap. 5.

20Sur ce chapitre capital du luxe, l’étude des comptes annuels se révèle des plus frustrantes. La raison en est simple : la régularité de ce genre de dépenses étant bien moindre que celle des dépenses alimentaires ou des gages, la faible représentativité des cinq comptes annuels dispersés sur le siècle, couplée à la pratique du paiement différé, joue à plein pour rendre les décomptes annuels peu concluants. Le phénomène atteint son paroxysme pour les objets caractérisés par une grande durabilité limitant leur renouvellement mais facilitant leur transmission entre membres du clan lorrain (biens d’ameublement et pièces d’orfèvrerie, notamment). Les faibles pourcentages reportés dans le tableau de l’annexe 2 pour l’orfèvrerie (3,56 % de la dépense annuelle en 1540, 0,41 % en 1542, 0,83 % en 1563, rien en 1562 ni en 1571) ne reflètent ainsi guère les splendeurs entrevues par le biais des inventaires25. Pour quelques dépenses de ce secteur du luxe, néanmoins, les comptes annuels croisés à d’autres sources apportent quelques enseignements.

  • 26 ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560 ; Dépense extraordinaire de juillet 1581 ; Dé (...)
  • 27 BnF, fr. 22433, fos 84-97 et 160-164.

21Il en est ainsi du poste des vêtements et de la parure. Celui-ci suscite dans les comptes un grand nombre de mentions de paiement à des marchands de draps de soie ou de draps d’or et d’argent, des merciers, des chaussetiers, des fourreurs, des passementiers, etc. Le paiement différé trouve en ce secteur son lieu d’épanouissement, cependant la stabilité à 6 % environ de la part de ce poste dans la dépense annuelle (si l’on met de côté l’année 1571, marquée par le règlement partiel des frais vestimentaires d’Henri de Lorraine pour son mariage l’année précédente) donne le sentiment qu’il y avait quasiment un « budget » pour la parure ducale. La part de ces frais était même sans doute un peu supérieure, car la dépense extraordinaire abritait fréquemment des dépenses d’habillement (59 % de la dépense extraordinaire de novembre 1560, 23 % de celle de juillet 1581, 18 % de celle de mars 158226). À l’intérieur de ce poste de dépense, les draps de soie et les draps d’or et d’argent semblent avoir représenté l’essentiel des frais : ils comptaient pour 47,7 % des frais vestimentaires dans les acquits de dettes payés en 1562, et pour 88 % dans ceux de 156327.

  • 28 BnF, fr. 8181, fos 289, 291, 329 et 372.
  • 29 BnF, fr. 20519, fo 85 ; fr. 20545, fo 119 ; fr. 22433, fo 79 ; Clair. 349, fo 145 ; ACC, 1-A-14, R (...)
  • 30 Pour plus de détails sur ce sujet, voir Meiss-Even M., « Les chevaux des Guise… », art. cit., p. 2 (...)

22Les comptes annuels permettent également de mettre en évidence le poids réel des écuries ducales. Les mentions d’achat de chevaux, presque aussi rares dans les comptes que celles de pièces d’orfèvrerie, sont un peu plus nombreuses dans la correspondance, ce qui permet de se faire une idée non du rythme d’achat (qui semble élevé), mais des montants que les Guise s’autorisaient à verser dans ce domaine. Il apparaît ainsi que Claude de Lorraine déboursait entre 60 et 75 livres pour des chevaux ordinaires et plus de 100 livres pour les individus de valeur28. Ses fils et petit-fils dépensaient, eux, entre 100 et 150 livres pour des chevaux ordinaires et pouvaient aller jusqu’à près de 500 livres pour une belle monture29. Les comptes annuels de 1562 et 1563 permettent en revanche d’estimer avec plus de précision ce que coûtait à l’année l’entretien des écuries ducales et du haras30. On peut ainsi évaluer le coût annuel du haras à 3 000 livres et celui des quinze à vingt chevaux de la grande écurie à 4 500 ou 5 000 livres (avec un coût potentiellement moindre lors des années moins marquées par les guerres). La petite écurie nécessitait quant à elle pour son entretien entre 5 500 et 6 500 livres par an, dont une partie toutefois ressortait de la dépense ordinaire. En ne comptant que les frais du haras et ceux de la grande écurie, c’est-à-dire les deux services en charge des chevaux de luxe et non des bêtes ordinaires, le poste de dépense devait avoisiner, au début des années 1560, 8 000 livres, soit 4,6 % des dépenses annuelles.

  • 31 BnF, fr. 20554, fo 13 ; fr. 22433, fos 91, 96, 98, 154 et 164 ; ACC, 1-A-14, Recherches de Le Cong (...)

23L’annexe 2 fait aussi apparaître pour les années 1560 le poste lié aux dépenses d’entretien et de construction des diverses résidences des Guise, de façon assez modeste en 1562 (1,43 %) mais plus significative en 1563 (4,29 %). Ces deux chiffres rendent cependant mal compte de l’intense activité de bâtisseurs des Guise, bien qu’ils suggèrent l’importance toute particulière de la période de François de Lorraine. Alors que son père s’était consacré pour l’essentiel à l’édification du château du Grand Jardin, à Joinville, et à la modernisation de la forteresse de Guise, François de Lorraine mena de nombreux chantiers en parallèle. Il reprit le flambeau de son père concernant la place-forte picarde, agrandit ou rénova en profondeur les châteaux champenois de Joinville, Éclaron et Ancerville tandis que sa femme aménageait avec soin sa belle demeure de Nanteuil. Le grand chantier du deuxième couple ducal fut cependant l’hôtel parisien de la rue du Chaume, acheté en 1553 et magnifiquement décoré jusqu’en 1556-1557, à l’époque même où le cardinal de Lorraine faisait embellir ses demeures de Dampierre et Meudon. Des données éparses permettent de calculer que le deuxième duc de Guise entreprit ces chantiers pour au minimum 1 900 livres en 1554, 2 670 en 1555, 6 967 en 1562, 3 855 en 1563, etc.31. Pour ces deux dernières années, la somme (un minimum, redisons-le) représente l’équivalent de 2 à 3 % des dépenses annuelles. Le sommet dut être atteint en 1553, année où l’achat de l’hôtel de Guise s’ajouta aux coûteux travaux du château familial de Joinville : le duc de Guise déboursa cette année-là 17 500 livres au moins. Rapporté aux dépenses totales du début des années 1560, faute de chiffre pour le début des années 1550, un tel montant représenterait potentiellement 10 % des sorties financières d’une année. L’affirmation du pouvoir des Lorrains par l’architecture eut donc un coût qui fut tout sauf négligeable.

  • 32 BnF, fr. 20516, fo 121; fr. 20555, fo 115; fr. 20534, fo 34.
  • 33 BnF, Clair. 342, fos 56 et 86 ; fr. 20467, fo 55 ; fr. 20463, fo 159 ; fr. 20553, fo 54 ; fr. 2053 (...)
  • 34 ACC, 1-A-14, État des recettes et dépenses, 1571.

24De tout cela, il ressort que, au début des années 1560, les dépenses de luxe – ameublement, orfèvrerie, parure, chevaux de prix, construction et entretien des palais – ne pouvaient pas représenter chez les Guise moins de 17 % des dépenses annuelles. L’impossibilité de déconstruire la catégorie de la dépense extraordinaire et le caractère très fragmentaire de l’information disponible pour les biens de luxe les plus durables incitent même à penser que ce chiffre est assez largement sous-estimé. En outre, dans les temps forts de la vie de cour ou lors des grands événements familiaux, les dépenses de luxe pouvaient augmenter considérablement. À l’automne 1548, par exemple, François de Lorraine se mit en frais pour accueillir dignement sa promise. Entre août et octobre, il acheta pour au moins 21 000 livres de pièces d’orfèvrerie à offrir à Anne d’Este et à sa suite, tandis que les seuls rideaux du lit de velours cramoisi qu’il fit réaliser à Tours à cette occasion coûtèrent 210 écus (472 livres et 10 sous32). L’approche du mariage et, quelques mois après, de l’entrée d’Henri II à Paris justifièrent aussi son omniprésence, durant quelques mois, sur le marché des chevaux de luxe : il fit amener plusieurs chevaux d’Espagne en octobre 1548 et, deux mois plus tard, des chevaux directement arrivés d’Orient ; de mars à mai, il fit encore venir neuf chevaux d’Espagne33. En huit mois, ce furent donc une quinzaine de très bons et coûteux chevaux qui entrèrent dans les écuries de François de Lorraine, qui dut se trouver délesté de 3 000 livres au moins pour une telle commande. Plus tard, en 1570, le mariage d’Henri de Lorraine et Catherine de Clèves engendra de semblables dépenses somptuaires puisque 11 000 livres furent déboursées pour une partie seulement des dépenses vestimentaires du troisième duc de Guise et que 12 560 livres furent empruntées pour subvenir aux nécessités du mariage34. Cependant, en dépit de ces montants considérables, les dépenses de luxe semblent être restées à un niveau supportable par la maison de Guise. Il n’en fut pas de même pour les dépenses causées par l’immense appétit de terres de François de Lorraine.

Une politique foncière ruineuse ?

25Le tableau de l’annexe 2 suggère en effet l’émergence d’une ambitieuse politique foncière à l’époque du deuxième duc de Guise. Toutefois, les chiffres établis grâce aux comptes annuels de 1562 et 1563 sont encore une fois très en-dessous de ce que les contrats d’acquisition des diverses terres permettent de reconstituer (tableau 2).

Terre

Statut

Localisation

Année d’achat

Valeur négociée

Dourdan Provins Saumur

seigneuries

Île-de-France
Île-de-France Anjou

1549

155 491 livres

Nanteuil-le-Haudoin

comté

Île-de-France

1555

260 000 livres

Arzillières

baronnie

Champagne

1556

échange contre les terres provençales du duc, rachetables pour 46 000 livres

Cuverville

baronnie

Normandie

1559

2 000 livres de rente + 30 000 livres

Dammartin

comté

Île-de-France

1560

180 000 livres

Courtenay

comté

confins de l’Île-de-France, de la Champagne et de l’Orléanais

1580-1582

le duc achète une partie de la terre pour 52 500 livres

  • 35 Dourdan, Provins et Saumur : Guyot J., Chronique d’une ancienne ville royale. Dourdan, capitale du (...)

Tableau 2 > Les acquisitions foncières des ducs de Guise35.

  • 36 BnF, fr. 8182, fo 14-20.
  • 37 Le Roux N., La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1 (...)

26Il faut rappeler ici que le partage réalisé en 1550 entre François de Lorraine et ses frères avait amputé le patrimoine du duc de Guise des riches terres de Normandie, passées à Claude, marquis de Mayenne, et à René, marquis d’Elbeuf36. François de Lorraine se devait donc de restaurer une puissance territoriale affaiblie. Ses principales acquisitions furent toutes faites dans les régions où la famille était déjà possessionnée (Champagne, Picardie, Normandie surtout) ainsi qu’en Île-de-France. La logique était donc double : renforcement de l’emprise de la maison sur les terres anciennement possédées et, plus encore, nouvel ancrage à proximité de la capitale. Cette politique territoriale cohérente avait néanmoins un coût, aussi le duc et la duchesse de Guise durent-ils débourser environ 625 000 livres (sans compter la rente de Cuverville) durant une décennie d’intense activité foncière. Il est vrai que la concurrence était rude. Le maréchal de Saint-André se constitua entre 1549 et 1559 un patrimoine foncier considérable et, à la même époque, le connétable de Montmorency se lançait lui aussi dans une vaste campagne d’acquisition de terres qui lui fit dépenser plus de 800 000 livres entre 1554 et 156037.

  • 38 De Grouchy E.-H. (vicomte), « Meudon, Bellevue et Chaville », Mémoires de la Société de l’histoire (...)
  • 39 AN, KK 906, fo 146 ; 300 AP II 404*, Inventaire de Joinville, t. II, fo 74.
  • 40 Greengrass M., « Property and Politics… », art. cit., p. 391-392.
  • 41 Jouanna A., Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559-16 (...)

27Dans sa rivalité avec le connétable, le duc de Guise pouvait compter sur le soutien de sa famille. Le cardinal Charles de Lorraine, qui participait lui aussi dans les années 1550 à cette quête effrénée de terres, acquit successivement Dampierre en 1551, Chevreuse et Meudon en 1552, Marchais en 155338. Dans le même temps, Antoinette de Bourbon mettait ses ressources plus modestes au service de ses enfants en achetant en Champagne la seigneurie de Marac en 1551 et celle de Donjeux en 1556 pour 56 000 livres39. Unis, les Guise purent tenir tête à Anne de Montmorency, à tel point que les deux maisons s’affrontèrent pour mettre la main sur le très envié comté de Dammartin40. L’affaire est d’ailleurs révélatrice de l’extrême tension qui régnait alors sur le marché des grands domaines, en particulier en Île-de-France, et de l’importance tant politique qu’économique que tenaient encore les terres dans l’équilibre des maisonnées aristocratiques. Élément de stabilité dans la fortune des grands, la terre restait pour eux une source de revenu indispensable car indépendante des largesses royales ; elle était en outre le support de leur influence politique par sa vocation de réservoir « naturel » de clients et de fidèles41. Pour François de Lorraine, accumuler les terres riches et bien placées était une façon d’assurer l’avenir en traduisant en termes concrets l’influence qui avait été la sienne dans les années 1550 ; c’était un gage d’indépendance en cas de revers de fortune.

28Toutefois, les quelques 500 000 livres dépensées par François de Lorraine et Anne d’Este pour la seule période 1555-1560 revenaient à près de 71 500 livres par an. Une telle somme représentait l’équivalent d’environ 45 % des revenus annuels escomptés pour 1561 et de près de 30 % de ceux attendus en 1562 ; rapporté aux dépenses annuelles (hors reprises), cela équivalait à près de 50 % de celles de 1561 et à 35 % de celles de 1562. Pour de tels montants, cependant, les paiements ne se faisaient pas comptant et pas non plus nécessairement sous la forme du versement du capital exigé. L’acquisition du comté de Nanteuil, négociée à 260 000 livres en 1555, devait être réglée par 30 000 livres comptant le jour de la signature du contrat, 30 000 livres encore au jour de Pâques suivant, 150 000 livres au jour du décès de la vendeuse et usufruitière Marguerite de Broyes et 50 000 livres enfin pour acquitter les dettes de cette dernière ; le versement était prévu sous la forme d’une rente annuelle de 8 000 livres. De même, la vente de la baronnie de Cuverville fut conclue moyennant 2 000 livres de rente annuelle. Le système présentait l’avantage de ne pas effectuer sur le moment une ponction trop lourde sur les revenus de la maison, cependant il concourait à la naissance à moyen terme de nouveaux frais en ancrant l’endettement familial dans la durée.

LA CRISE DE LA DETTE DES GUISE

  • 42 Fontaine L., L’Économie morale…, op. cit., chap. 3 : « Les élites et la logique de la dette ».
  • 43 Coquery N., L’Hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publication (...)
  • 44 Fontaine L., L’Économie morale…, op. cit., p. 100 et 259-260.

29Sous l’Ancien Régime, l’endettement était constitutif du mode de vie aristocratique42. Il n’était pas nécessairement le signe d’une situation économique difficile puisqu’il pouvait au contraire attester qu’une famille avait eu besoin de réunir des capitaux pour investir dans des projets ambitieux et prometteurs43. Par ailleurs, la pratique du paiement différé donnait naissance à une part quasi incompressible – car profondément culturelle et sociale – de la dette. Le fournisseur trouvait dans cette pratique, a priori risquée pour lui, le moyen de maintenir vivant le lien avec son noble client et il acceptait de remettre à plus tard la perception de montants à la hauteur du crédit social dont jouissait l’acheteur. Tour à tour prêteuse et emprunteuse, la haute noblesse était partie prenante d’une culture généralisée du don et des liens interpersonnels dans laquelle le crédit était certes un instrument économique, mais aussi une « modalité relationnelle44 ».

30Pourquoi alors s’attarder sur un poste de dépense aussi attendu au sein du « budget » des Guise ? Tout simplement parce que l’endettement prit chez les Lorrains une tournure dramatique dont les chiffres de l’annexe 2 (« remboursement de prêt » et « arrérages de rentes constituées ») ne donnent qu’une première idée. Prenant ses racines à l’époque de François de Lorraine, il en vint dès les années 1560 à représenter une réelle menace pour la survie de la maison.

La montée de l’endettement sous François de Lorraine

31L’historiographie a fait d’Henri de Lorraine un homme jouisseur et passionné, engagé dans les luttes de son temps au point de mettre en péril les richesses de sa famille. Une plongée dans les archives de la maison tend toutefois à disculper, au moins partiellement, le troisième duc de Guise : bien des difficultés avec lesquelles il dut se battre au cours de sa vie trouvèrent leur origine dans la politique menée par son père.

Le crescendo des constitutions de rentes

  • 45 BnF, fr. 22433, Compte annuel de 1563, fos 93-95.
  • 46 Schnapper B., Les Rentes au XVIe siècle. Histoire d’un instrument de crédit, Paris, SEVPEN, 1957 ; (...)
  • 47 Schnapper B., Les Rentes au XVIe siècle…, op. cit., p. 202.

32Le tableau de l’annexe 2 montre l’apparition au cours de la période d’un nouveau type de dépenses qui devint rapidement très important, celui du paiement des arrérages de rentes constituées. Inexistante dans les comptes de 1540 et 1542, cette rubrique est présente en revanche dans ceux de 1562, 1563 et 1571 et concerne dès lors des niveaux élevés de dépense. La moindre somme enregistrée pour 1562 ne doit pas tromper, car elle n’est due qu’au report du paiement de la plupart des arrérages à l’année suivante45. La rente constituée était une forme de prêt à intérêt déguisé couramment employée au XVIe siècle46. Le vendeur (ou constituant), désireux d’obtenir une somme importante d’argent liquide, constituait une rente à un preneur contre le paiement en une fois du capital de la rente. Le preneur versait donc ce capital au vendeur, au moment de la constitution, et touchait en échange une rente annuelle jusqu’au rachat éventuel de la rente par le vendeur. Celui-ci devait alors verser au preneur le même montant que celui qu’il avait obtenu lors de la constitution de la rente ; les arrérages annuels payés entre le moment de la constitution de la rente et celui de son rachat représentaient pour le preneur de confortables intérêts sans le nom. Le taux habituellement pratiqué était le denier 12, soit un denier de rente annuelle pour 12 deniers prêtés (8,33 %47). Le système était par conséquent très onéreux pour la personne constituant la rente, surtout si elle mettait du temps à la racheter pour solder définitivement sa dette.

  • 48 AN, KK 906, fo 418 ; BnF, fr. 8182, fo 194.
  • 49 AN, KK 908, fo 37.
  • 50 BnF, fr. 8182, fos 194-200 ; AN, MC, étude CXII, liasse 1 (20, 24-25 et 29 juillet 1549).
  • 51 BnF, fr. 20465, fos 15 et 33-34 ; fr. 20640, fos 96, 98 et 100.
  • 52 BnF, fr. 20515, fo 125.
  • 53 AN, MC, étude LXVIII, liasse 27, 8 juin 1550 ; BnF, fr. 20640, fo 134.
  • 54 AN, MC, étude LXVIII, liasse 27, 5 avril 1560.
  • 55 BnF, fr. 20513, fos 65 et 69.

33Alors même que ces rentes sont bien documentées dans les archives des Guise, seules trois mentions concernent explicitement Claude de Lorraine : deux rentes de 200 et 250 livres (capital de cette dernière : 3 000 livres), fondées respectivement en 1520 et 1521, ainsi qu’une rente de 750 livres au denier 16 (capital : 12 000 livres) fondée en juin 154848. La mention laconique de la rente constituée de 1 600 livres datée de février 1547 ne permet pas d’établir si son constituant fut Claude de Lorraine ou bien son fils, alors duc d’Aumale49. Il se peut que la présence plutôt discrète du premier duc de Guise sur ce chapitre soit due à une moindre conservation des sources le concernant, cependant l’absence de mention de rentes constituées dans les comptes de 1540 et 1542 suggère un recours limité de sa part à ce type de crédit. Il n’en est pas de même pour François de Lorraine. Celui-ci se livra à une première vague de constitution massive dès juillet 1549, alors qu’il était encore duc d’Aumale. En dix jours, il constitua 2 000 livres de rente (pour un capital de 24 000 livres) pour subvenir à ses « urgentes affaires50 ». Il serait difficile de ne pas mettre en rapport ce soudain besoin d’argent frais du duc d’Aumale avec son implication dans la préparation des festivités curiales autour du couronnement de Catherine de Médicis, puisqu’il finança lui-même une partie des dépenses vestimentaires des participants au grand tournoi donné à cette occasion51. Les co-constituants avaient par ailleurs promis aux acheteurs des rentes de les racheter au bout de trois ans, ce qui indique que ce moyen avait été employé comme prêt à court terme et non comme l’un de ces prêts à long terme couramment utilisés pour payer l’achat d’une terre, par exemple52. L’année suivante, François de Lorraine eut de nouveau recours à cet instrument de crédit et constitua une rente de 500 livres pour payer des marchands de draps précieux en dépit des réticences de son maître d’hôtel, François de Hangest, qui craignait de grever les finances de son maître et préférait un paiement certes différé, mais ferme53. Cette rente, dont les marchands se débarrassèrent presque immédiatement entre les mains d’un parlementaire, fut finalement rachetée dix ans plus tard, en avril 156054. Le choix de la rente constituée plutôt que du paiement direct coûta donc 5 000 livres au duc de Guise. On comprend dès lors les réserves de François de Hangest comme les espoirs du trésorier Jean Vion lorsqu’il crut possible en octobre 1551 de solder les rentes constituées du duc en faisant attribuer à ce dernier par le roi l’amende de 80 000 livres infligée à un ancien trésorier55. Cette forme de crédit coûtait cher, néanmoins il semblait encore possible, au début des années 1550, de tarir cette source d’endettement en remboursant le capital des rentes.

  • 56 ACC, 1-D-3.

34Le ver entra dans le fruit lorsque François de Lorraine se mit aussi à payer par ce moyen le prix de la politique foncière qu’il mena dans la seconde moitié des années 1550. L’année 1555 vit ainsi une nette amplification du recours aux rentes constituées. Les Guise constituèrent en particulier aux vendeurs du comté de Nanteuil une rente annuelle de 8 000 livres au denier 32,5, toutefois, à la suite d’un nouveau montage financier, celle-ci fut peu après remplacée par une rente de 5 750 livres au denier 12. Partagée entre Marguerite de Broyes et ses filles Madeleine et Guillemette de Lenoncourt, cette rente ne fut rachetée qu’entre 1579 et 1583, après la vente du comté de Nanteuil à Gaspard de Schomberg. Cette acquisition obligea aussi les Guise pour des rentes constituées par la précédente propriétaire du comté, montant à un total de 2 433 livres annuelles. L’année 1555 vit par ailleurs la constitution d’une rente de 416 livres à Louis de Proisy, baron de la Bove et gouverneur de Guise, sans doute à titre de remboursement d’une somme avancée pour les travaux alors en cours au château de Guise56. Le total des créations de l’année s’élevait ainsi à 8 600 livres de rente supplémentaires.

  • 57 ACC, 1-CB-3.
  • 58 AN, MC, étude LXVIII, liasse 25, 24 août 1559. En 1556, l’acquisition de cette baronnie s’était fa (...)
  • 59 BnF, fr. 22433, fos 122, 160 et 175.
  • 60 AN, MC, étude LIV, liasse 83, 27 septembre 1561.

35Les achats de terres postérieurs à celui de Nanteuil entraînèrent eux aussi la constitution de nouvelles rentes. En mai 1559, François de Lorraine fit de l’un de ses hommes de confiance, Louis Guillart, évêque de Chalon-sur-Saône, son procurateur pour constituer des rentes jusqu’à hauteur de 2 500 livres57. Cette délégation de pouvoir permit en particulier à Louis Guillart de fonder une rente de 1 000 livres à Claude de Boussin, sieur de Longueval, et à sa femme Anne de Linange, pour le paiement d’une partie de la terre d’Arzillières58. Le duc de Guise acquit aussi durant cette année 1559 la terre normande de Cuverville. Il versa à la vendeuse Louise de Sainte-Maure, dame de Loue, 30 000 livres en plusieurs fois et lui constitua une rente de 2 000 livres59. Enfin, en septembre 1561, l’achat de la deuxième partie de la Doulcette, cette maison située dans le voisinage immédiat de l’hôtel de Guise et dont la première partie avait été achetée par le cardinal de Lorraine en 1557, suscita là encore la constitution d’une rente de 800 livres60.

  • 61 AN, MC, étude LXVIII, liasse 31, 14 mai 1562 ; étude VIII, liasse 389, 2 avril 1582 ; BnF, fr. 224 (...)
  • 62 BnF, fr. 22433, fo 101.
  • 63 Jouanna A. et al., Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Paris, Laffont, 1998, p. 110- (...)

36Il n’est pas évident de cerner les causes ayant présidé à la constitution des autres rentes de François de Lorraine. La date précise du contrat manque souvent, et l’appartenance des preneurs au monde de la robe en apprend plus sur les pratiques financières de ce milieu que sur l’origine de la dette. La particulière concentration des actes pour le mois de mai 1562 frappe néanmoins. Trois contrats furent passés le 1er mai 1562 et instituèrent trois rentes de 600, 250 et 183 livres (pour un capital de 10 000 livres) ; le 14 du même mois, deux rentes furent fondées pour procurer au duc de Guise à nouveau la somme de 10 000 livres61. Les trois rentes du 1er mai étaient liées à un prêt fait au roi par le duc, lequel reçut remboursement l’année suivante62. L’intensité du besoin d’argent frais en cette première quinzaine de mai 1562 s’explique sans doute par la situation politique et militaire du royaume : le massacre de Wassy le 1er mars puis la prise d’armes du prince de Condé le 2 avril avaient marqué le début de la première guerre de religion et le printemps avait vu de rapides succès protestants dans la vallée de la Loire, le Sud-Ouest, le Centre-Ouest, en Dauphiné, en Normandie63… Les catholiques cherchaient de l’argent et des hommes pour reprendre l’avantage.

37Ainsi, sur les 18 768 livres de rentes constituées retrouvées pour François de Lorraine, 2 500 furent fondées pour payer des frais de paraître (13 %), 11 616 pour la politique immobilière du deuxième duc de Guise (62 %), 1 866 pour son engagement politique et militaire (10 %) et 2 786 enfin pour des causes inconnues (15 %). Cette répartition reprend largement une évolution d’ordre chronologique : si les rentes constituées furent utilisées très tôt par François de Lorraine pour lui permettre d’honorer son rang à la cour, elles connurent leur apogée à l’époque de la plus grande expansion territoriale de la maison de Guise, dans la seconde moitié des années 1550. Elles commencèrent à être moins un expédient destiné à étaler le paiement d’une créance qu’un instrument de crédit à long terme particulièrement apprécié à un moment où il fallut débourser des sommes colossales en très peu de temps. Les rachats se firent par conséquent plus rares, à tel point que toutes les rentes passées à partir de 1555 semblent bien avoir eu encore cours en 1578. Les rentes à motif politique passées au début des guerres civiles auraient dû, a priori, ressortir plutôt de la première catégorie, celle des prêts de court ou moyen terme permettant de faire face à un événement inattendu ou particulièrement important. Cependant, la persistance des troubles et la déstabilisation durable du royaume les firent basculer du côté des prêts à longue échéance, les plus coûteux pour la maison de Guise. Les rentes constituées se mirent donc à peser de tout leur poids sur les finances ducales, amputant chaque année de larges parts de revenus.

Le poids de l’engagement politique et militaire

38Les rentes constituées au cours du mois de mai 1562 mettent en évidence ce que signifiait sur le plan financier, pour une grande famille, s’engager dans les conflits de son temps. François de Lorraine le proclamait lui-même hautement en juillet de la même année dans une lettre adressée à sa mère et destinée à la remercier d’avoir proposé à ses fils une partie de sa vaisselle précieuse afin de financer leur participation aux campagnes contre les protestants :

  • 64 Lettre du duc de Guise à sa mère Antoinette de Bourbon, Blois, 9 juillet 1562, publiée dans le Bul (...)

J’ai, par la grasse de Dieu, de feu monsieur et de vous, Madame, des biens plus que n’en merite et serai bien heureux de les dependre tous pour maintenir notre sainte et vraie religion i estant joint le servisse du roy et bien de se roiaulme.64

  • 65 BnF, fr. 20517, fo 111.

39L’état de noblesse exigeait de faire assaut de générosité et de secourir le roi en lui ouvrant largement sa bourse (fig. 66 pl. XXVI). C’était là un impératif social autant que moral bien connu des contemporains, comme par exemple du fidèle sieur de Grignan qui écrivait à François de Lorraine en 1554 : « Je vouldrois s’il estoit possible vous aider à supporter les charges que je suys seur aves en ce temps de guerre65. »

  • 66 BnF, fr. 20515, fo 130 ; fr. 20519, fos 43, 51, 62 et 95 ; fr. 20459, fo 313.
  • 67 BnF, Clair. 346, fos 53 et 57.

40Malheureusement, les pièces comptables ne fournissent que peu de renseignements sur le coût économique réel d’un tel engagement. Une demi-douzaine de lettres datées de l’automne 1552 apporte en revanche quelque éclairage sur l’implication pécuniaire de François de Lorraine à l’occasion du premier de ses hauts faits, la défense victorieuse de Metz66. Il prit en charge sur ses propres deniers la constitution de stocks de nourriture (17 450 livres) et de vin (5 000 livres) ainsi que diverses « parties inopinées » (1 000 livres environ), pour un montant de 23 450 livres au moins. Néanmoins, il fit activer ses hommes en coulisses pour obtenir un remboursement rapide de la part du roi : le cardinal de Lorraine joua de son influence pour faire rapidement dédommager son frère et le trésorier Hugues de Champaigne fit un voyage à Châlons-en-Champagne pour solliciter le paiement des sommes assignées par le roi sur le receveur général de la province. À en croire les différentes lettres, le duc de Guise recouvra vite son argent et n’en fut guère de sa poche que pour les frais causés par son intense campagne de sollicitation auprès du roi. On ne peut cependant établir avec certitude que ces 23 450 livres représentaient l’intégralité des sommes déboursées par François de Lorraine pour la mise en défense de la ville de Metz. Le duc de Guise s’était en outre engagé à rembourser de ses fonds propres deux marchands de Paris et de Saint-Nicolas si le roi manquait à les dédommager des 10 500 livres qu’ils avançaient67. On ne sait s’il eut à honorer cet engagement pour soulager son roi.

  • 68 Baudouin-Matuszek M.-N. et Ouvarov P., « Banque et pouvoir au XVIe siècle : la surintendance des f (...)
  • 69 BnF, fr. 23191, fo 1.
  • 70 BnF, fr. 22433, fo 85.
  • 71 Poncet O., « Une utilisation nouvelle de la rente constituée au XVIe siècle : les membres du conse (...)

41La participation de François de Lorraine au financement de l’expédition italienne de 1556-1557 demeure pour sa part un mystère. Les aspects financiers de cette campagne furent confiés à Albisse del Bene, facteur de la compagnie Gadagne à Lyon et surintendant des finances pour les affaires d’Italie à partir de janvier 1550 ; l’action du Florentin permit à Henri II d’assumer une guerre dont le montant total fut évalué en 1558 à environ 4,35 millions de livres68. Il serait toutefois étonnant que François de Lorraine, qui fondait sur cette campagne militaire tant d’espoirs d’ascension pour sa famille, n’ait pas participé financièrement à l’opération. Sans doute faut-il comprendre en ce sens la lettre que lui adressa le cardinal de Lorraine le 1er janvier 1558 : « Je ne cesse jour et nuit de me tourmenter pour avancer noz deniers et crochetter toutes les bourses dont je me puis adviser pour vous secourir69. » Quelques compagnons d’aventure prêtèrent par ailleurs de l’argent à François de Lorraine lors de leur séjour sur le sol italien, comme ce Guillaume Dugart qui fut remboursé en 1563 de 1 125 livres « dont il [avait fait] prest à feu mondit seigneur au voyaige d’Itallye70 ». Le duc de Guise et le cardinal de Lorraine furent en tout cas impliqués dans le montage financier réalisé pour les guerres italiennes d’Henri II, puisque celui-ci demanda aux membres de son conseil privé de se porter garants sur leur propre fortune du gigantesque emprunt qu’il fit auprès des banquiers71.

  • 72 Citée par Coester C., Schön wie Venus…, op. cit., p. 137-138.
  • 73 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 270.

42La destinée financière de la maison était ainsi profondément liée à celle de la monarchie. La fin des guerres d’Italie en 1559 n’apporta qu’un court répit puisque le royaume de France plongea rapidement dans la période troublée des guerres civiles. Le duc de Guise continua donc à soutenir de sa fortune comme de ses armes l’engagement de l’armée royale, alors même qu’il avait accumulé les rentes constituées à un rythme accéléré pour étendre ses domaines. À sa mort en février 1563, la situation financière de la maison était d’ores et déjà difficile. Anne d’Este, qui vers 1562 était déjà inquiète – elle avait écrit à sa mère Renée de France : « Nous sommes si an arrières et devons tant que ye ne puis panser à rien72 » – fut assaillie par des créanciers rendus méfiants par la brutale disparition de son époux. Elle dut sortir de ses coffres près de 25 000 livres qui, jointes à d’autres ressources, lui permirent d’acquitter environ 45 000 livres de dettes. Brantôme n’avait donc pas tout à fait tort lorsqu’il écrivait de François de Lorraine qu’il avait vécu et était mort « chargé plus de gloire et de debtes, qu’il laissa à madame sa femme et à messieurs ses enfans, que de finances73 ».

« Ses rentes constituées le mengent jour et nuict » : Henri de Lorraine dans l’œil du cyclone

  • 74 Lettre de Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 3 décembre 1563, citée par Coester C., Schön (...)
  • 75 BnF, fr. 3232, fo 77.
  • 76 « Voyage de Jérôme Lippomano, ambassadeur en France en 1577, par son secrétaire », in Relations de (...)

43Ce fut d’une situation promettant un sombre avenir qu’hérita Henri de Lorraine à la mort de son père. Rentes constituées et prêts à rembourser se cumulaient pour former une dette dont le capital était estimé alors par l’ambassadeur de Ferrare à un montant compris entre 400 000 et 600 000 livres74. Peut-être une réaction énergique à ce moment précis aurait-elle permis d’assainir les finances de la maison par le remboursement du capital de l’essentiel des rentes. Quoi qu’il en soit, Anne d’Este et les cardinaux de Lorraine et de Guise, tuteurs du jeune duc, n’y parvinrent pas. Charles de Lorraine écrivait même en 1568 à son ancienne belle-sœur : « Vous sçavez bien, Madame, que voz enfans sont acablés de debtes, et qu’il n’ont aide de personne qui leur veulle rien donner ni payer pour eus75. » Devenu adulte et responsable de ses biens, Henri de Lorraine ne put que se lancer dans une fuite en avant qui fit dire en 1577 à l’ambassadeur Jérôme Lippomano : « C’est un prince pauvre, qui dépense plus qu’il n’a76. »

Quand la succession devient fardeau

  • 77 BnF, fr. 8182, fos 194-200.
  • 78 BnF, fr. 3338, fo 82.

44Le troisième duc de Guise, d’abord représenté par ses tuteurs, puis de son propre chef, continua d’accumuler les constitutions de rente. Aux quelques 18 000 livres non rachetées laissées par son père, il en ajouta environ 10 000 entre 1565 et 1577, soit un total minimal de 28 000 livres dues chaque année77. Ce chiffre recoupe à peu près l’estimation avancée par Antoinette de Bourbon dans une lettre à Anne d’Este datée de 1577 : « Les rentes courent sur nostredit filz qui ne peuvent estre moing de trente mil francz pour chacune année qui est une exessive somme et de laquelle on se pourroit bien ayder78. » Les rentes constituées, qui n’étaient pourtant qu’une partie de l’endettement du duc, absorbaient ainsi l’équivalent de 12 à 13 % du revenu d’Henri de Lorraine en 1571, et ce uniquement en intérêts.

  • 79 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 271.
  • 80 ACC, 1-A-14, Acte relatif à un différend entre Henri de Lorraine et Pierre Hotman, 1576.
  • 81 ACC, 1-A-14, Mémoire des sommes dues à Pierre Hotman, 1581.
  • 82 BnF, fr. 8182, fos 323-327.
  • 83 Sur cette succession, voir BnF, fr. 20468, fos 205 et 329-347 ; fr. 22441, fos 20-22, 128-141 et 1 (...)

45La situation d’Henri de Lorraine se compliqua encore en décembre 1574, à la mort de son oncle le cardinal de Lorraine, dont il était le légataire universel. Le fait peut sembler paradoxal car le cardinal passait alors pour l’homme le plus riche du royaume de France. Brantôme lui-même se serait laissé prendre au piège : « Mondict seigneur de Guyze me dist après sa mort, que je luy disois et faisois la guerre qu’il seroit ast’heure fort riche et qu’il payeroit ses debtes aux despans de sa succession nouvelle, il me jura qu’il luy avoit laissé autant de debtes que M. son père79. » Les archives de la maison de Guise permettent de constater l’ampleur des difficultés que souleva cette succession. Un différend en particulier opposa pendant des années Henri de Lorraine à Pierre Hotman, ancien trésorier général des finances du cardinal. D’après un acte daté de 1576, Hotman réclamait au duc 92 800 livres dues par l’état final des dépenses et recettes du cardinal80. Devant les réticences d’Henri de Lorraine à payer une telle somme, Hotman fit saisir des biens du duc qui, épaulé par son autre oncle le cardinal de Guise, réussit à faire appel avant d’être finalement débouté. Après réévaluation, le duc de Guise devait encore plus de 58 000 livres à l’ancien trésorier de son oncle. D’importants intérêts – un total de 18 632 livres au 31 décembre 1581 – alourdirent encore la note alors même qu’Henri de Lorraine tentait de la régler81. Mais Hotman n’était pas l’unique créancier à s’être retourné contre le duc de Guise à la mort du cardinal de Lorraine : les Bonvisi, banquiers lyonnais d’origine italienne, firent ainsi condamner le duc au paiement de la somme de 17 502 livres et à celui de 1 458 livres annuelles d’intérêt82. La succession du cardinal de Lorraine fut ainsi plus un fardeau qu’une chance pour le troisième duc de Guise, ce qui explique sans doute pourquoi ce fut Antoinette de Bourbon et non Henri de Lorraine qui fut le légataire universel de Louis, cardinal de Guise, à sa mort en 1578 : la duchesse douairière dut ne pas vouloir aggraver encore les difficultés de son petit-fils83. Les cardinaux, qui avaient puissamment soutenu le duc en titre de leur vivant, étaient devenus à leur mort une tragique source d’embarras financiers.

Le duc de Guise au bord de la faillite

  • 84 BnF, fr. 8182, fos 194-200.

46La situation d’Henri de Lorraine devint proprement intenable. Il ne lui était pas même possible d’honorer tous les versements d’arrérages nés des constitutions de rente, comme en témoigne un document de 157884. Les héritiers de Charles d’Hangest, qui avait repris une rente constituée à Pierre Hotman en juillet 1549, attendaient alors dix années d’arrérages. Le sieur de Gamache, dont la rente avait été fondée sous Marguerite de Broyes, précédente comtesse de Nanteuil, n’avait rien reçu depuis douze ans. Les héritiers des vendeurs de la maison de la Doulcette patientaient depuis onze ans et sept mois. D’autres possesseurs de rente n’avaient pas perçu qui trois années et demie, qui plus de sept années, qui cinq années complètes d’arrérages. Ces différents retards de paiement accréditent l’idée selon laquelle les difficultés financières de la maison de Guise remontaient pour le moins à la seconde moitié des années 1560.

  • 85 BnF, fr. 8182, fos 195 et 197.

47Bien sûr, certains des rentiers firent valoir leurs droits devant les tribunaux. Hélie Boissot, ayant droit de la rente constituée à madame de Loue pour l’acquisition de Cuverville, était ainsi engagé en 1578 dans un procès contre le duc alors en cours devant le parlement de Paris ; Marguerite de Broyes et sa fille Guillemette avaient de leur côté intenté une action contre le duc et obtenu en 1576 une saisie sur ses biens85. Le non-paiement des arrérages par le duc et les procès qui pouvaient s’ensuivre avaient des conséquences dramatiques, car aux arrérages qui s’accumulaient s’ajoutaient les frais de procédure et les saisies sur les revenus fonciers du duc qui laissaient à ce dernier une marge de manœuvre financière des plus réduites.

  • 86 AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 19 février 1571.
  • 87 AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 6 avril 1571. Des mentions d’un paiement de 10 000 livres consécu (...)

48Les saisies s’étaient en effet multipliées. Une clause du marché de pourvoirie du 19 février 1571 précisait que les marchands pourvoyeurs percevraient chaque année 15 600 livres sur les revenus du marquisat de Mayenne ou de la baronnie de La Ferté-Bernard et que ces terres devaient être « des-chargées de toutes saisyes et empeschemens qui y peuvent estre pour le present soit à la requete du sieur de Lenoncourt ou autres86 ». Il se trouve qu’Henri de Lenoncourt, tuteur d’Urbain de Laval, fils mineur de René II de Laval et de Jeanne de Lenoncourt, réclamait pour son pupille le paiement de sommes dues par le contrat d’acquisition du comté de Nanteuil ainsi que six années d’arrérages de rente (1565-1571). Il avait fait saisir à partir de septembre 1565 les biens du duc de Guise sur les terres de La Ferté-Bernard, Mayenne et Sablé. Par un accord signé en avril 1571, le duc de Guise et son fermier de La Ferté-Bernard fournirent les 20 423 livres tournois qui leur étaient réclamées, moyennant quoi Henri de Lenoncourt accorda la mainlevée des saisies en cours87. La précision du marché de pourvoirie révèle par conséquent que les hommes disposés à faire affaire avec Henri de Lorraine connaissaient ses difficultés et cherchaient à s’en prémunir.

  • 88 BnF, fr. 8182, fos 199-200.
  • 89 AN, MC, étude LIV, liasse 114, 20 juin 1586.
  • 90 AN, MC, étude LIV, liasse 114, 13 juillet 1586.

49La situation ne fit ensuite qu’empirer. En 1578, six créanciers différents faisaient bloquer les revenus du comté de Nanteuil et réclamaient à eux tous près de 23 000 livres88. En juin 1586, le tailleur d’Henri de Lorraine, Robert de Neufville, fit « saisir et arrester entre les mains de Gabriel Poullet naguieres receveur dudit Guyse […] tous les deniers de la recepte dudit duché de Guise » pour se rembourser des 3 171 écus (9 513 livres) lui étant dus89. À cette date, les créanciers se disputaient parfois la saisie d’un même bien et les perdants devaient obtenir une nouvelle assignation sur des revenus non encore saisis. Ce fut la déconvenue qui arriva à Nicolas Fillastre, l’un des marchands pourvoyeurs d’Henri de Lorraine, en 1586. Arguant d’un mandement du duc à son receveur de Guise, Fillastre avait obtenu d’un huissier du Châtelet de Paris la saisie de la recette du duché de Guise. Lorsqu’il voulut faire exécuter cette décision, il découvrit alors qu’« il y avoit plusieurs autres saisies et arrestz faictz sur la recepte dudit Guyse auparavant celle faicte à sa requeste90 ». Le duc de Guise dut lui promettre de le faire assigner sur la recette d’une autre de ses terres.

  • 91 BnF, fr. 3338, fo 86.

50Au cœur de cette débâcle financière, ce fut Antoinette de Bourbon qui fit preuve de la plus grande lucidité. La duchesse douairière avait une conscience aiguë des atermoiements de son petit-fils et des membres de son conseil. Dans une lettre adressée à Anne d’Este en juillet 1577, elle s’emportait contre la tendance des conseillers ducaux à se retrancher derrière leur documentation à la recherche d’expédients au lieu de prendre le problème à bras le corps : « Il y a beaucoup de moyens s’ilz estoient bien recherchez et sollicitez, ce n’estasses de faire de belles deliberations et de beaulx estatz s’il ne s’en ensuit quelque execution91. » Personne ne résuma mieux qu’elle la situation :

  • 92 BnF, fr. 3338, fo 86.

J’ay communiqué [avec le trésorier] des affaires de mon petit filz votre filz ausquelles je vois tousjours ung grand desordre à l’occasion de ses rentes constituées qui le mengent jour et nuictet ne peult pour cela tirer ung seul solz de son revenu pour les saisies qui se font tellement qu’il est contrainct chacun mois vandre une terre pour vivre. […] [Il faut vendre Nanteuil,] aultrement je le vois tomber en une telle confusion de debtes qu’il ne s’en relevera jamais.92

Un remède pire que le mal ? Le temps des aliénations de patrimoine

  • 93 ACC, 1-A-14, État des recettes et dépenses, 1571.
  • 94 BnF, fr. 8182, fos 154-156.
  • 95 ACC, 1-GE-14.
  • 96 BnF, fr. 20472, fo 91.
  • 97 AN, 300 AP II, 404*, fos 74-128.
  • 98 AN, KK 908, fo 201; ACC, 1-GE-14.

51La phase d’intense activité de François de Lorraine et Anne d’Este sur le marché foncier dans les années 1550 trouva en effet son pendant dans les années 1570. En 1571, le troisième duc de Guise dut vendre la seigneurie de Hauteville pour 12 000 livres93. L’année suivante, il céda cette fois avec faculté de rachat perpétuel la seigneurie de Cuverville, en Normandie, pour 18 000 livres tournois94. L’acte de vente précisait que cette aliénation était faite par Henri de Lorraine et Catherine de Clèves « pour survenir à leurs urgens affaires » et le choix de la vente à réméré indiquait que le duc et la duchesse espéraient que cette aliénation ne serait que passagère. En 1575, le duc vendit le très symbolique hôtel de Guise à Calais, offert par Henri II à François de Lorraine en récompense de la conquête du port, et ne put engager les terres issues du même don, déjà aliénées95. À la même date, il menaçait sa femme de vendre la terre de Marchais sous douze jours si elle était incapable de lui obtenir les 200 000 francs qu’elle affirmait devoir recevoir de marchands rémois96. Pendant ce temps, Antoinette de Bourbon vendait également des terres de son douaire ou des terres champenoises qu’elle gérait pour son petit-fils. En 1571, elle avait déjà laissé pour 5 500 livres la terre de Germay, qu’elle avait acquise quinze ans plus tôt, à François de Choiseul97. En 1577, elle céda encore au trésorier de Champaigne la seigneurie de Blaise-sous-Hauteville, en Champagne, en vertu d’une commission donnée par son petit-fils98.

  • 99 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 271.
  • 100 BnF, fr. 3338, fos 82 et 86.
  • 101 BnF, fr. 8182, fos 175-186 ; ACC, 1-CB-3.
  • 102 BnF, fr. 8182, fos 323-327.
  • 103 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit., p. 37-39.

52Il apparut très vite, cependant, que ces aliénations mineures ne pouvaient suffire à renflouer le duc de Guise. D’après Brantôme, Henri de Lorraine aurait songé dès 1575 à vendre « l’une de ses bonnes pièces », le comté de Nanteuil99. À l’été 1577, c’était en tout cas devenu un leitmotiv de la duchesse douairière dans ses lettres à Anne d’Este100. La décision fut finalement prise de vendre Nanteuil à Gaspard de Schomberg pour 380 000 livres, ce qui fut fait en 1578101. Le sacrifice ne fut pas encore suffisant, si bien qu’Henri de Lorraine vendit en 1581 Hombourg et Saint-Avold, en Lorraine, que son oncle le cardinal avait soustrait de la tutelle de l’Église en sa faveur en 1573 ; il obtint du duc de Lorraine 288 000 livres – entièrement payées en remboursement de créances – pour ces terres de l’Est102. Il fut ainsi vendu dans les années 1570 pour 700 000 livres de terres dans l’espoir d’assainir la situation financière de la maison. À titre de comparaison, les Nevers ne vendirent « que » pour 374 000 livres de terres entre 1565 et 1579, et « seulement » pour 220 000 livres entre 1570 et 1579103.

  • 104 BnF, fr. 8182, fos 323-327. Carroll S., Noble Power…, op. cit., p. 28.

53Dans le même temps, toutefois, Henri de Lorraine constitua de nouvelles rentes, dont, en 1578, une rente colossale de 8 000 livres (100 000 livres de capital) au duc d’Aumale, son cousin germain, créée sans doute dans le but d’acquitter la dot de leur cousine commune, Marie, qui avait épousé le duc d’Aumale en 1576104. Henri de Lorraine constitua encore 6 170 livres de rente entre le 20 mars 1581 et le 23 juillet 1584, ces rentes venant s’ajouter aux 2 550 livres créées à une date inconnue mais attestées en 1579-1580. Plus de 20 000 livres supplémentaires de rente vinrent ainsi encore aggraver la situation économique de la maison de Guise entre 1578 et 1584 et, si les documents manquent pour poursuivre l’enquête sur la période 1584-1588, on peut aisément imaginer que les débuts de la Ligue n’arrangèrent guère les finances ducales, en dépit du soutien de l’Espagne.

  • 105 Poncet O., « Une utilisation nouvelle de la rente… », art. cit., p. 310, note 14 ; Constant J.-M.,(...)
  • 106 Poncet O., « Une utilisation nouvelle de la rente… », art. cit., p. 319.
  • 107 Boltanski A., Les Ducs de Nevers et l’État royal…, op. cit., p. 157-160. Le taux d’intérêt du prêt (...)
  • 108 BnF, fr. 20472, fo 143.

54L’impossible rétablissement des finances ducales doit en effet être replacé dans le contexte des guerres civiles qui déchirèrent le royaume de France dans la seconde moitié du siècle. Comme son père avant lui, Henri de Lorraine mit d’abord sa fortune et son crédit au service du roi : avec son frère le cardinal de Guise, le duc de Lorraine et des financiers, il se porta garant du roi afin de payer la somme de 1,7 million de livres exigée par le comte palatin Jean Casimir pour faire sortir ses reîtres du royaume après la paix de Beaulieu (mai 1576) ; il donna également sa vaisselle de métal précieux pour aider au paiement105. Lorsque Henri III, en octobre 1583, se décida à emprunter aux membres de son conseil par le biais de la constitution de rentes, Henri de Lorraine fut encore sollicité, en même temps que les favoris, Joyeuse et Épernon, et d’autres puissants personnages106. L’absence de minute notariale attestant la constitution de rentes à son nom laisse cependant planer un doute sur sa participation effective à l’opération. Il est vrai que le passage du duc de Guise dans l’opposition au roi n’en faisait pas un candidat de choix pour financer la monarchie, contrairement au duc de Nevers qui avait avancé, via l’achat de rentes sur l’hôtel de ville, plus de 2,5 millions de livres au souverain en 1576-1578107. Plus avant dans les guerres civiles, cependant, les lettres domestiques d’Henri de Lorraine furent remplies de plaintes devant le poids écrasant du financement des troupes royales. Le troisième duc de Guise pressait son épouse de réclamer haut et fort au roi et à la reine-mère le remboursement des très fortes sommes qu’il avait avancées pour le paiement de ses troupes champenoises, affirmant avoir déjà déboursé plus de 20 000 écus pour le service du roi108. Henri III usait en fait de ce moyen pour affaiblir son turbulent opposant, dégoûtant les soldats mal payés de se mettre sous ses ordres et limitant sa capacité à fidéliser une large clientèle. Henri de Lorraine s’en plaignait auprès de l’ambassadeur du roi d’Espagne, Mendoza, en 1587 :

  • 109 Cité par de Croze J., Les Guises, les Valois et Philippe II, t. II, Paris, Amyot, 1866, p. 31.

[Le roi] nous va au devant pour nous convaincre d’ambition et d’insolence si nous prenons les armes, et ne les prenant point, se donner loisir de nous enfondrer de despenses, dissiper nos partisans de défaveurs, et enfin nous opprimer des plus laborieux artifices qu’il peut inventer […]. Durant cette guerre, l’on craint tant de nous venir accompagner qu’il faut que tous ceux qui nous viennent trouver servent à nos dépends.109

  • 110 Ibid., p. 42-43.

55L’obligation traditionnelle des Grands de soutenir financièrement leur souverain en temps de guerre devenait ainsi une arme aux mains d’Henri III pour contrer un duc de Guise toujours plus inquiétant. Celui-ci refusait cependant de se laisser impressionner et affirmait avec vigueur à Mendoza : « Plustostje vendray ma chemise qu’ils ne soyent mieux satisfaictz que les autres qui sont demeurés inutiles110. » Les rodomontades n’y firent rien, ni même le soutien financier d’un roi d’Espagne désireux d’entretenir l’instabilité au cœur du royaume de France : si les Guise purent garder leur chemise, ce fut uniquement grâce au rachat de leurs dettes décidé par Henri IV pour terminer la guerre.

  • 111 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit.

56Ainsi, l’endettement, qui était certes inhérent au mode de vie aristocratique, prit chez les Guise un tour inquiétant et se mit à représenter un poste de dépense de plus en plus lourd, les intérêts s’ajoutant au capital à un rythme vertigineux. En large part constitué dans les années 1550 en lien avec la politique foncière de François de Lorraine, cet endettement ne fit pleinement sentir ses effets dévastateurs qu’à la mort de celui-ci en 1563. La coïncidence de cette mort brutale avec le début de la déstabilisation du royaume de France empêche de faire la part des choses entre les effets d’un drame essentiellement familial et ceux de la situation générale du royaume. Il est néanmoins remarquable que la chronologie des difficultés économiques de la maison de Guise soit très similaire à celle de la maison de Nevers étudiée par Denis Crouzet111. Les archives des Nevers montrent en effet une rupture en 1561, moment où la liquidation de la dette considérable accumulée jusque-là s’accéléra ; la situation devint quasi intenable en 1564, à la mort du duc Jacques, à tel point qu’Henriette de Nevers et son mari Louis de Gonzague furent obligés, en 1568, de solliciter l’aide du roi Charles IX pour éviter la banqueroute. Il semble donc possible de souscrire à la conclusion formulée par Denis Crouzet :

  • 112 Ibid., p. 30.

La crise d’une famille aristocratique comme celle des Nevers, si elle est déjà marquée dans les premières années de la décennie 1560, pour des raisons difficiles à percevoir précisément, se développe à travers un réseau de réactions en chaîne consécutives au désordre économique instauré par les guerres de religion. Si en même temps, dans ses premières manifestations, elle coïncide avec les premiers troubles, elle s’amplifie et acquiert une dimension décisive et dangereuse lorsque le désordre est général.112

57L’hypothèse selon laquelle le processus de conflictualisation des années 1560 se serait épanoui sur un substrat de graves difficultés économiques concernant les Grands du royaume sort renforcée de l’étude du cas des Guise. À l’échelle de la maison de Guise, en tout cas, l’endettement devint dans la seconde moitié du siècle un poste de dépenses dramatiquement impérialiste, alors même que les revenus ducaux n’avaient jamais été aussi élevés.

« JE NE PARLERAI PAS MÊME DE LA RICHESSE DE CES SIX FRÈRES »

58L’endettement spectaculaire des Guise fut à la hauteur de leur richesse. En 1561, l’ambassadeur vénitien Jean Michiel les plaçait en effet au sommet de la hiérarchie des fortunes françaises :

  • 113 « Relation de Jean Michiel, après son ambassade de 1561 », in Relations des ambassadeurs vénitiens (...)

Je ne parlerai pas même de la richesse de ces six frères, dont les revenus, pris ensemble, en comptant les biens de l’Église, les pensions et les traitements qu’ils reçoivent du roi, s’élèvent à six cent mille francs. Le cardinal seul a, de ses biens ecclésiastiques, trois cent mille francs. Cette richesse, jointe à la splendeur de leur maison, à leur piété, à leur beauté, à la concorde qui règne entre eux, les place au-dessus de tous les autres seigneurs du royaume.113

59Comprendre pourquoi une telle richesse n’a pas suffi à soutenir les ambitions de la maison de Guise nécessite de plonger plus avant dans le chapitre « recette » des comptes annuels afin de suivre au plus près l’évolution de la structure de ses revenus.

Tendances générales

  • 114 Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, éditées par G. Canestrini et A. Desjardin (...)
  • 115 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit., p. 16 ; Boltanski A., Les D (...)

60Les quatre comptes annuels disponibles ainsi que le résumé du compte de 1571 permettent de discerner un accroissement spectaculaire du total des revenus en valeur nominale entre le début des années 1540 et le début des années 1570 : autour de 80 000 livres en 1540-1542 (environ 93 000 livres en 1540, mais à peine 65 000 deux ans plus tard), les revenus des Guise passèrent à près de 200 000 livres au début des années 1560 (183 000 environ en 1562, 201 000 en 1563) et franchirent même cette barre pour atteindre 235 000 livres en 1571. Les revenus d’Henri de Lorraine auraient même atteint 300 000 livres à la fin des années 1580, d’après l’envoyé du grand-duc de Toscane en France114. Si l’on s’en tient toutefois aux montants attestés par les comptes, c’est donc à un triplement des ressources ducales que l’on assiste en trente ans. Certes, la poussée inflationniste que connut le royaume de France au XVIe siècle dut réduire l’augmentation réelle des revenus, cependant elle ne fit pas fondre les revenus des Guise comme neige au soleil. Les Lorrains pouvaient en tout cas rivaliser avec les plus grandes maisons du royaume : les Nevers avaient en effet un revenu annuel de 115 000 livres en 1551 et le connétable de Montmorency touchait probablement près de 180 000 livres à la fin des années 1550115.

  • 116 Les revenus de terres donnés en usufruit au duc de Guise par le roi ont été traités comme des reve (...)

61Comme pour toute maison de la haute noblesse, les principales sources de la richesse des Guise étaient les terres et la faveur royale, dont les revenus étaient plus ou moins largement arrondis par des sources secondaires comme les pensions versées par un membre de la famille, les emprunts ou les aliénations de patrimoine (voir graphique ci-contre116).

62Avant même d’observer ces résultats de plus près, on peut d’ores et déjà constater le maintien sur la période de la part des revenus tirés des terres ducales, malgré un repli au début des années 1560 – repli plutôt dû d’ailleurs au développement d’autres sources de revenus (les revenus d’origine royale en 1562, la catégorie « autres » en 1563) qu’à un tassement des recettes issues des différents domaines des Guise. Les recettes tirées du roi apparaissaient cependant comme un complément indispensable, mais fluctuant, à l’équilibre du « budget » des Lorrains.

Une obsession : accroître les revenus des terres

  • 117 BnF, Dupuy 537, fo 171.

Ma femme me trayne [à Guise] à cause des baux quy sont à redonner. Elle y veut avoir ses épingles à toute force. Nous essayerons à y grignoter quelque chose et ferons à la fin les bons mesnagers.117

  • 118 Voir les synthèses de Constant J.-M., La Vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe-XVIIe s (...)
  • 119 Weary W., « La maison de La Trémoille… », art. cit., p. 203.

63L’ironie d’Henri de Lorraine en dit long sur le mépris aristocratique à l’égard de pratiques de gestion dignes d’un bon père de famille du XVIe siècle. La pique du duc de Guise à l’encontre de sa femme indique cependant que Catherine de Clèves, bien qu’issue de la très puissante maison de Nevers, jugeait capital de veiller de près à la mise en valeur du patrimoine familial. Plus encore, l’anecdote révèle que, en dépit de sa mauvaise volonté, Henri de Lorraine se rendit aux raisons de son épouse. L’épisode illustre à merveille les contradictions alors à l’œuvre entre un idéal nobiliaire de désintérêt pour les contingences matérielles et la réalité plus pragmatique d’une aristocratie attentive au rendement de ses domaines. Leurrés quelque temps par des protestations semblables à celle d’Henri de Lorraine, les historiens réévaluent depuis trente ans l’implication des aristocrates dans la valorisation de leurs domaines118. S’il est difficile de dire de Claude, François et Henri de Lorraine qu’ils furent des « merveille[s] d’énergie, de science, de capacité et de conscience », comme l’affirme William Weary au sujet de François de La Trémoille, il est certain qu’ils surent faire de leurs terres une très belle source de richesse119.

  • 120 BnF, fr. 8181, fos 225-227 et 315-319 ; fr. 22433, fos 34-36, 50 et 120-121 ; ACC, 1-A-14, État de (...)

64En effet, leurs terres rapportèrent aux Guise 47 300 livres environ en 1540, 40 000 en 1542, 66 300 en 1562, 83 500 en 1563 et 124 100 en 1571, soit quasiment un triplement des revenus (en valeur nominale) en trente ans. L’augmentation est aussi manifeste considérée relativement aux terres conservées par la famille sur toute la période. Le marquisat de Mayenne, qui rapporta entre 3 000 et 4 000 livres en 1540 et 1542, fut affermé pour 7 000 puis 8 000 livres en 1562-1563 ; en 1571, Henri de Lorraine perçut sur cette terre 12 000 livres. La progression de la baronnie d’Éclaron fut tout aussi significative : 4 100 livres en 1540, 4 900 livres en 1542, autour de 16 000 livres dans les années 1560 et 1570120. Rien d’étonnant par conséquent à ce que les terres aient fourni 52,7 % des revenus d’Henri de Lorraine en 1571, soit à peu près autant que pour Claude de Lorraine en 1540 (50,7 %), après un certain repli à l’époque de François de Lorraine. Essentielle à leur puissance, la terre des Lorrains était un capital qu’il leur fallait faire fructifier.

Receveurs et fermiers au service de la fortune ducale

  • 121 BnF, fr. 20517, fos 45 et 49 ; Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. VIII, p. 668, no (...)
  • 122 ACC, 1-D-3, Bail général du duché de Guise, 1575 ; BnF, fr. 20468, fo 135 ; fr. 20554, fo 61.

65Comme pour tout propriétaire terrien d’Ancien Régime, l’argent que les Guise tiraient de leurs vastes domaines avait trois origines : les droits seigneuriaux, les cens et redevances des tenanciers, la vente des produits agricoles et forestiers. Pour protéger leurs intérêts, il leur était par conséquent vital de faire respecter leurs droits. Leurs sujets provençaux ayant déjà tenté de les berner dans les années 1530 en faisant disparaître les terriers, ils en firent rédiger une version actualisée en 1553 avant de procéder à la renégociation des baux des terres de Lambesc et Orgon121. Il leur fallait aussi se montrer attentifs aux fluctuations du marché agricole car une partie des redevances leur était versée en grains (il était en effet question en 1575 des « nouveaulx baulx à rente ordinaire à loyer d’argent ou de grain »), or la spéculation sur le cours des céréales leur procurait de substantiels bénéfices122.

66Les receveurs particuliers jouaient dans tous ces domaines un rôle de premier plan. Dans le territoire soumis à leur autorité, ces officiers centralisaient les redevances et les droits seigneuriaux et vendaient les grains reçus en paiement des tenanciers. Ils subissaient par conséquent une forte pression de la part du trésorier et receveur général de la maison qui fixait chaque année, dans l’état prévisionnel de ses recettes, la somme qu’il devait recouvrer auprès d’eux (fig. 67).

Fig. 67 > Première page du compte des deniers versés par le receveur du duché de Guise au trésorier Guillaume de Champaigne (1564), Chantilly, Archives du château, 2-D-16.

  • 123 BnF, fr. 22433, fo 37.
  • 124 BnF, fr. 22433, fos 34-35.

67En 1563, Louis Caset, le receveur du marquisat de Mayenne, ne put cependant verser la totalité des 8 000 livres attendues, « quelques dilligences [que le trésorier] ayt sceu faire faire » à son encontre123. Lorsque les circonstances le permettaient, les receveurs parvenaient toutefois à dépasser les espérances du trésorier : la même année 1563, le receveur Nicolas Martinet et le gruyer Jérôme de Comitin réussirent à verser 78 livres de plus que les 12 000 qui leur étaient réclamées pour la baronnie d’Éclaron124.

  • 125 BnF, fr. 8181, fos 239 et 328.
  • 126 ACC, 1-A-14, État des recettes et dépenses, 1571.
  • 127 ACC, 1-CB-2 ; Bail à ferme des revenus du comté de Nanteuil, 1559 ; 1-D-3, Bail général du duché d (...)
  • 128 BnF, fr. 22433, fo 34 et 123 ; ACC, 1-D-3, Bail général du duché de Guise, 1565 ; Bail général du (...)

68Pourtant, sur les terres des Guise, les receveurs semblent avoir été de plus en plus, non pas remplacés, mais doublés par des fermiers ayant obtenu le droit de lever les droits et redevances en échange du versement au trésorier ducal d’une somme fixe établie par contrat. En effet, la quasi-totalité des hommes ayant versé des sommes et rendu des comptes au trésorier général en 1540 et 1542 étaient qualifiés de « receveurs » ; seul l’homme à la tête de la seigneurie de Beaumesnil, en Normandie, était désigné comme « admodiateur » de la terre125. À l’inverse, le document récapitulatif de 1571 mentionne explicitement le « revenu et ferme » des terres d’Éclaron, Ancerville, Mayenne, Sablé, La Ferté-Bernard, Cuverville, Lambesc et Nanteuil126. Entre temps, le régime de la ferme générale des revenus s’était progressivement étendu à la plupart des terres ducales. On conserve ainsi l’acte – ou au moins une mention – pour les baux à ferme des revenus de Sormery (1541), Lambesc, Orgon et Eygalières (1543), Sablé (1548), Ancerville (1556), Nanteuil (1559), Rumigny, Hirson, Cuverville et Dourdan (1562-1563), Guise (1565 et 1575127). Certains des receveurs devinrent eux-mêmes les fermiers des terres de leur recette, à l’instar de Claude de Puisieux à Nanteuil (1562-1563), de Claude Cape à Hirson (1563) et de Gabriel Poullet à Guise (1575128).

  • 129 Gallet J., Seigneurs et paysans en France. 1600-1793, Rennes, Éditions Ouest-France, 1999, p. 207. (...)
  • 130 BnF, fr. 22433, fo 43.

69La généralisation du système de la ferme des revenus était une conséquence directe du souci que manifestaient les Guise de tirer de leurs terres autant d’argent que possible. Certes, en choisissant l’affermage, ils laissaient le preneur du bail s’approprier une partie des revenus de la terre (jusqu’à 30 % selon Jean Gallet129). Ils espéraient cependant que le fermier, dont le bénéfice était directement lié à sa capacité à faire rentrer les droits et redevances, exercerait une pression plus forte sur les exploitants et réussirait par conséquent à faire augmenter de manière significative le rendement financier du domaine. Il faut d’ailleurs noter que le trésorier expliquait les moindres rentrées de la seigneurie de Saumur durant l’année 1563 par les « guerres dernières » et les « pestillences », mais aussi par le fait que « ladite terre a[vait] esté exercée en recepte qui n’a[vait] tant vaillu que à ferme130 ». Ce mode de perception était donc clairement considéré comme plus efficace.

  • 131 ACC, 1-D-3, Bail général du duché de Guise, 1575.
  • 132 ACC, 1-D-3, Extrait d’un mémoire sur les affaires du duché de Guise, 1580.
  • 133 Ibid.

70Par ailleurs, le renouvellement du bail fournissait régulièrement l’occasion de réévaluer le montant dû par le fermier, ce qui limitait la perte due aux effets de l’inflation et permettait même parfois de jolies opérations. La ferme de Cuverville passa par exemple de 1 400 à 1 600 livres entre 1562 et 1563 (+14 %) et celle du marquisat de Mayenne fut portée de 8 000 à 12 000 livres entre 1569 et 1570 (+50 %). À chaque renouvellement, les candidats à l’obtention de la ferme étaient mis en concurrence afin de pousser à la hausse le montant devant être versé au duc. En 1575, le gouverneur du duché de Guise reçut ainsi quatre enchères avant d’attribuer la ferme des revenus du duché à 12 000 livres131. L’enchère se poursuivit l’année suivante, dans une certaine mesure, puisque le preneur du bail de 1575 accepta de s’en dessaisir au profit d’un autre fermier qui en offrait 14 000 livres132. Le contrat unissant le fermier au propriétaire permettait en outre à celui-ci d’anticiper les recettes, chose toujours appréciable pour des aristocrates lourdement endettés. Henri de Lorraine profita de cette prévisibilité des revenus lors de l’attribution du bail du duché de Guise en 1576 puisque le nouveau fermier Renaud Boullenger lui prêta 25 000 livres comptant à la signature du bail ; l’avance représentait près de 20 % du montant de la ferme pour les neuf années du contrat133. Un tel système reportait enfin sur le fermier le risque de chute des revenus consécutif à une mauvaise récolte ou à d’autres circonstances défavorables.

  • 134 ACC, 1-D-3, Bail général du duché de Guise, 1575.

71Ces avantages expliquent en bonne part pourquoi le système de la ferme fut peu à peu préféré à celui de la recette, à mesure que les besoins financiers de la maison de Guise se firent plus pressants. L’accélération du passage à ce système dans la décennie 1555-1565 s’explique d’ailleurs peut-être par le besoin de financer la politique d’acquisitions foncières puis l’engagement militaire dans les guerres civiles, tous deux caractéristiques de cette période pour la maison de Guise. Seule la volonté de récompenser un fidèle serviteur amenait parfois les Lorrains à renoncer à la maximisation des profits, comme ce fut le cas en 1575 lors de la signature du nouveau bail des revenus du duché de Guise. Henri de Lorraine avertit en effet le gouverneur du duché de son désir de favoriser son receveur Gabriel Poullet, du moins si celui-ci acceptait de porter son offre au niveau de celle de son principal concurrent. Le duc de Guise préférait ici s’assurer une fidélité plutôt que tirer tout le profit possible d’une situation de rivalité entre aspirants fermiers. Il justifiait d’ailleurs clairement son choix : « Vous scavez bien qu’il ne seroit raisonnable de mescontenter les anciens serviteurs en chose si equitable134. » Le vœu du duc fut respecté et Gabriel Poullet obtint la ferme moyennant 12 000 livres.

L’apport essentiel des ventes de bois

  • 135 BnF, fr. 20522, fo 59.
  • 136 ACC, 1-D-3, Extrait d’un mémoire sur les affaires du duché de Guise, 1580.

72Loin de représenter de simples compléments de revenus, les ventes de bois pouvaient parfois faire entrer plus d’argent dans les coffres des Guise que les terres proprement dites. Ce fut le cas en Champagne en 1540 et 1542, années où les grueries de Joinville, éclaron, Montiers-sur-Saulx et Ancerville fournirent la quasi-totalité des recettes de ces terres : environ 8 560 livres versées par les gruyers en 1540, et rien par les receveurs ; environ 7 530 livres pour les premiers en 1542, contre 755 livres environ pour les seconds. Bien d’autres chiffres illustrent le poids financier de ces coupes. En novembre 1556, par exemple, François des Boves écrivait au duc que les ventes de bois faites aux alentours de Joinville avaient rapporté 12 970 livres135. Les ventes ordinaires du duché de Guise, quant à elles, étaient estimées à 14 830 livres annuelles en 1576 et le seul bois de la Rouaize était évalué à 4 800 livres de revenu annuel en 1580, avec une réserve de dix-sept années de coupe136.

  • 137 BnF, fr. 20468, fo 147.
  • 138 ACC, 1-D-3, Extrait d’un mémoire sur les affaires du duché de Guise, 1580.
  • 139 BnF, fr. 20540, fo 19.

73De si fortes sommes expliquent aisément le soin jaloux avec lequel les Guise veillaient sur leurs forêts. Antoinette de Bourbon s’inquiétait ainsi, en mars 1547, du non-remplacement des deux sergents chargés de surveiller la forêt d’Épernay alors même que la présence à proximité d’une douzaine de villages et de plusieurs tuileries et forges représentait à l’évidence une menace137. La même méfiance à l’égard des populations vivant en bordure de l’un de ses bois de haute futaie décida Henri de Lorraine, en 1580, à interdire d’y mener paître les troupeaux et d’y couper quelque bois que ce fût, sous peine d’une lourde amende (100 puis 200 livres parisis) et de châtiments corporels138. La suspicion touchait aussi les fermiers, comme celui de Dourdan dont François de Lorraine fit vérifier les ventes de bois en 1556139. Bien lui en prit puisque ses hommes rédigèrent aussitôt un mémoire dénonçant les abus du fermier.

  • 140 ACC, 1-D-3, Extrait d’un mémoire sur les affaires du duché de Guise, 1580.
  • 141 BnF, fr. 20545, fo 129.

74La première garantie d’une bonne exploitation de ces ressources forestières restait toutefois une connaissance fine des massifs. Le mémoire des affaires du duché de Guise daté de 1580 atteste la tenue de registres contenant le détail de chaque bois : superficie, âge des arbres, qualité, prix de vente habituel, durée envisageable de l’exploitation, etc.140. Forts de ces informations, les agents du duc responsables des coupes ordinaires veillaient à maintenir un équilibre raisonnable entre augmentation des revenus et respect de la ressource. Le trésorier de Champaigne conseilla ainsi à François de Lorraine de laisser couper en 1556 quatre chênes par arpent dans sa forêt du Der, ce qui lui semblait pouvoir rapporter 10 000 livres « sans faire dommaige ne degast » à la forêt141.

  • 142 BnF, fr. 20541, fo 126.
  • 143 BnF, fr. 20513, fo 31.

75Les serviteurs des Guise devaient bien souvent tempérer l’impatience de leurs maîtres à jouir d’une telle manne afin de profiter au mieux des fluctuations du marché du bois de construction. Les hommes chargés de la vente faisaient preuve de doigté pour ramener les Lorrains à la raison en leur faisant miroiter les substantiels bénéfices qu’un peu d’attente ne manquerait pas de leur apporter. En mars 1551, un dénommé Lhuillier déconseilla ainsi à François de Lorraine de mettre en vente cinq cents arbres de la forêt d’Épernay en raison des nombreuses ventes de bois qui avaient déjà été faites dans la région, lesquelles auraient probablement réduit le prix de vente à deux écus pièce alors qu’un peu de patience pouvait faire espérer de les céder à dix écus pièce142. L’avis fut semble-t-il suivi, mais à contre-cœur puisque six mois plus tard, le trésorier Jean Vion s’inquiétait encore de la précipitation qu’il sentait dans l’ordre de François de Lorraine de procéder à la vente avant la fin de l’année143.

  • 144 BnF, Clair. 348, fo 52 ; fr. 22433, fo 130 ; 2-D-36, Compte de Rumigny et Aubenton, 1584, fo 17.
  • 145 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit., p. 22-23.

76L’impatience des Guise ne fit que croître à mesure qu’augmentèrent les difficultés financières de la maison, comme en témoigne le poids croissant des ventes extraordinaires dans les recettes. En temps normal, une vente extraordinaire de bois était la conséquence directe d’un incident d’ordre météorologique, lorsqu’une tempête déracinait un nombre important d’arbres et que ceux-ci devaient alors être éliminés144. En 1571, il eût fallu que le royaume de France connût une singulière tempête pour expliquer les 17 000 livres tirées par Henri de Lorraine de ces ventes ! La vente massive de bois produit dans les forêts ducales était devenu un expédient commode pour remédier à la crise économique de la maison. Les Nevers n’avaient pas procédé autrement pour essayer de régler leurs dettes puisque, entre 1548 et 1564, 120 000 livres de coupes de bois avaient fourni 45 % des remboursements versés aux créanciers ; pour la seule période 1560-1561, les coupes de bois avaient rapporté à la maison de Nevers près de 200 000 livres145. Toutefois, de la même manière qu’une aliénation de patrimoine, le recours excessif aux ventes extraordinaires menaçait la pérennité de la ressource en laissant planer sur les massifs forestiers l’ombre de la surexploitation.

77N’en déplaise à Henri de Lorraine, ses parents et lui-même firent tout leur possible pour être de « bons mesnagers ». Plus que d’autres familles, cependant, les Guise restèrent profondément dépendants de la faveur royale.

La dépendance des Guise à l’égard de la faveur royale

  • 146 Le moindre montant de 1542 traduit un retard de paiement et non une suppression des pensions et do (...)

78À côté des revenus tirés des terres, les recettes émanant du roi formaient le complément indispensable à l’équilibre du « budget » des Lorrains. Elles représentaient près de 45 % des revenus ducaux au début des années 1540 grâce au cumul des pensions de Claude de Lorraine en tant que gouverneur de Brie et de Champagne et des dons de revenus146. En raison du poids politique de François de Lorraine, elles triplèrent en valeur absolue entre 1540-1542 et 1562, alors que, dans le même temps, les revenus des terres n’étaient multipliés que par 1,5 environ. En 1562, l’état de grand maître de France et les différentes pensions allouées à François de Lorraine, à sa femme et à ses enfants atteignaient près de 75 000 livres auxquelles les exploits militaires du duc de Guise avaient ajouté une gratification de 250 000 livres payable en cinq ans, soit 50 000 livres annuelles supplémentaires. Cela représentait un total de près de 125 000 livres annuelles venant des coffres du roi. Le total représentait un peu moins du double des revenus issus des terres ducales.

  • 147 Boltanski A., Les Ducs de Nevers et l’État royal…, op. cit., p. 137 et 151.
  • 148 Ibid., p. 151.

79Face à de tels chiffres, esquisser une comparaison avec d’autres familles de la haute noblesse s’avère très éclairant. En 1551, François de Clèves, duc de Nevers, ne pouvait guère compter que sur son patrimoine foncier, puisque les revenus d’origine royale ne formaient que 9 % de ses rentrées d’argent147. Quinze années plus tard, il en allait de même de sa fille Henriette, héritière de la maison : ses quelque 130 000 livres de revenus provenaient presque entièrement de ses domaines. Louis de Gonzague, devenu duc de Nevers par mariage, se plaignait d’ailleurs en 1578 des maigres récompenses qu’il avait tirées du service du roi. Il affirmait que, sur vingt-neuf années de fidélité, il avait touché en moyenne 17 724 livres en bienfaits du souverain148. Force est de reconnaître le bien-fondé de ses récriminations, car les sommes touchées par les Guise étaient incomparablement plus élevées.

  • 149 Le Roux N., La Faveur du roi…, op. cit., p. 46.

80Il est probable que seuls le connétable de Montmorency et le favori qu’était le maréchal de Saint-André pouvaient se prévaloir d’une telle richesse tirée des coffres royaux. D’après Nicolas Le Roux, Saint-André toucha 240 000 livres de gratifications exceptionnelles entre 1547 et 1560149.

  • 150 Greengrass M., « Property and Politics… », art. cit., p. 378-380.
  • 151 Carroll S., Noble Power…, op. cit., p. 26.

81Le connétable, quant à lui, toucha jusqu’à 56 000 livres de pension annuelle avant sa disgrâce de 1541-1542150. La dépendance du connétable à l’égard du roi était cependant moindre que celle des Guise car ses domaines étaient plus étendus et le restèrent malgré les acquisitions de François de Lorraine dans les années 1550 : entre 1560 et 1564, ses terres rapportaient à Anne de Montmorency entre 125 000 et 150 000 livres, soit le double environ de ce que rapportaient ses domaines à François de Lorraine. Les rares chiffres disponibles sur les fortunes aristocratiques françaises du XVIe siècle tendent à confirmer l’idée que les Guise avaient une fortune foncière moins bien établie que la plupart de leurs rivaux : la seule Picardie rapportait en effet plus de 71 000 livres aux Bourbon en 1549, tandis que les Foix-Navarre-Albret touchaient grâce à leurs terres environ 150 000 livres en 1557-1558 et autour de 190 000 en 1564151.

82Plus encore que pour les autres familles, la faveur royale était donc vitale pour l’équilibre financier de la maison de Guise, et elle ne le fut jamais autant qu’à l’époque du deuxième duc. On comprend dès lors le séisme économique que fut pour la maison de Guise l’assassinat de François de Lorraine. Si les gages afférents aux charges de grand maître, de grand veneur et de lieutenant général du roi restèrent dans la famille, tout comme les versements du don de 250 000 livres, les pensions royales furent réduites de 45 000 livres, passant de 73 000 à 28 000 livres environ. Les revenus des terres, bien que plus élevés que ceux de l’année précédente, ne suffirent pas à endiguer l’hémorragie, d’autant que la mort de François de Lorraine provoqua l’afflux de créanciers inquiets à l’idée de ne jamais recevoir les sommes qui leur étaient dues par le défunt. Anne d’Este dut alors se résoudre à puiser dans les réserves de la maison, ce qui éclaire – avec la contraction de plusieurs emprunts liés aux besoins de liquidités du début des guerres civiles – la part très importante (31,8 %) en 1563 des sources habituellement secondaires de revenus.

83En 1571, les revenus d’origine royale n’avaient pas retrouvé le niveau exceptionnel de 1562. Henri de Lorraine ne touchait alors qu’une pension annuelle de 16 000 livres, ce qui n’avait rien de comparable avec les sommes touchées par son père dix ans auparavant. Dans cet écart se lisent le poids politique de François de Lorraine au début des années 1560 et, par contraste, la méfiance du pouvoir royal à l’égard de son fils. Celui-ci ne fut pas pour autant exclu de la faveur royale. À l’instar de ses grand-père et père, il reçut de Charles IX puis d’Henri III des dons parfois considérables, comme les 100 000 livres offertes à l’occasion de son mariage avec Catherine de Clèves. Cependant, ces dons généreux étaient la contrepartie d’un comportement plus soumis de la part d’Henri de Lorraine – renoncement à ses visées matrimoniales sur Marguerite de Valois, acceptation de la vie courtisane. Ils différaient, par leur caractère ponctuel et surtout conditionnel, des riches pensions quasi récognitives de l’influence politique de François de Lorraine.

  • 152 BnF, fr. 3338, fo 82.

84La moindre libéralité royale à son endroit, combinée aux difficultés financières de la monarchie, obligea Henri de Lorraine à tenter de trouver seul une solution à son endettement. Là encore, Antoinette de Bourbon résumait bien les enjeux : « Pour eviter à la ruyne que je prevoy il fault de necessité toucher sur Nantheuil et les aultres terres qu’on a voullu vendre et ne se fault plus s’arrester aux promesses du roy car il ne peult152. » Le troisième duc de Guise se trouvait dans une impasse dès lors que la faveur royale qui avait fait la fortune de son père venait à lui manquer et qu’il devait se résoudre à aliéner les terres qui fondaient une possible indépendance à l’égard de la monarchie.

85À l’issue de cet audit des comptes, il est possible de mettre la culture matérielle à sa juste place dans l’« économie du pouvoir » des Guise. L’exhibition du statut nobiliaire par le biais des produits et objets consommés, bien que coûteuse, ne semble pas avoir été la principale source des difficultés financières des Lorrains. La spirale de l’endettement qui faillit bien emporter la maison de Guise trouve plutôt son origine dans la logique même du pouvoir nobiliaire, au cœur d’une dialectique de la faveur royale et de la puissance liée à la terre. De ce point de vue, les Guise furent peut-être victimes de leur statut de branche cadette de la maison de Lorraine. Dans le partage qui fut fait avec son frère Antoine des terres du duc René II, Claude de Lorraine reçut en effet toutes les terres situées dans le royaume de France, en Picardie, Champagne, Normandie, Maine et Provence. La dotation était belle, mais elle ne mettait pas la maison de Guise au niveau de fortune foncière que pouvaient revendiquer les plus grandes familles du royaume. Pour rattraper ce retard, les Guise usèrent de la richesse qu’un patient entretien de la faveur royale mit à leur disposition. Claude de Lorraine avait connu son heure de gloire, notamment sous la régence de Louise de Savoie, cependant ses deux fils François et Charles entrèrent bien plus avant dans les bonnes grâces du roi à l’avènement d’Henri II, en 1547. Ils s’empressèrent de convertir les riches pensions que leur valait cette place de choix dans le cœur du roi en la seule source autonome de puissance : la terre.

  • 153 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit., p. 47.

86Un revers de fortune risquait de tarir le flux des bienfaits royaux et de rendre plus ardue la consolidation de leur position. Les Guise avaient subi une première alarme à la fin du règne d’Henri II, après le retour de captivité d’Anne de Montmorency (1558), mais l’avènement de leur neveu par alliance, François II, en juillet 1559, semblait ouvrir pour eux une ère faste puisqu’ils se trouvaient maîtres d’un roi que son jeune âge rendait faible, mais prédisposait à un règne long. Sa mort précoce en décembre 1560 fut un rude coup que redoubla l’assassinat de François de Lorraine en février 1563 : les deux décès rendaient caduc tout espoir de retrouver rapidement une place éminente dans l’économie de la faveur en raison de la jeunesse d’Henri de Lorraine. L’ambition des Guise de marier leur héritier à Marguerite de Valois (1570) ne fit qu’accentuer la méfiance de Charles IX à leur endroit, et plus encore celle de Catherine de Médicis qui tentait de maintenir un fragile équilibre entre les factions de la cour. Les années 1570, si difficiles pour les finances de la maison, virent le troisième duc de Guise entretenir des relations houleuses avec Henri III, lequel cherchait à s’assurer la fidélité d’hommes nouveaux, les mignons, en en faisant les principaux bénéficiaires de sa faveur au détriment des anciennes maisons. Comment ne pas remarquer que 1578 vit à la fois le fameux « duel des mignons » et la vente du comté de Nanteuil par les Guise ? À partir de cette date, et plus encore de 1584, le clair passage d’Henri de Lorraine dans l’opposition au roi compromit le retour d’une embellie sur les finances ducales. On ne peut donc que partager les conclusions de Denis Crouzet à propos d’une guerre civile qui se serait « structur[ée] d’elle-même dans un système clos de luttes d’influences autour du pouvoir, de recherches d’avantages politiques qui débouchent sur des avantages financiers153 ».

  • 154 Le Roux N., « Codes sociaux et culture de cour à la Renaissance », Le Temps des savoirs. Revue int (...)
  • 155 Guicciardini F., Avertissements politiques (1512-1530), édités par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarin (...)

87Bien que secondaire en terme de coût au sein de cette « économie du pouvoir », la culture matérielle y jouait un rôle déterminant. Elle participait pleinement au jeu de la cour puisque, pour emprunter un parallèle à Nicolas Le Roux, la grâce (élégance) du courtisan appelait la grâce (faveur) du prince154. Guichardin l’affirmait nettement : « L’abondance de toutes ces bonnes manières [jouer d’un instrument, danser, chanter, monter à cheval, se vêtir] ouvre la voie aux faveurs des princes et devient parfois, pour qui en abonde, le commencement ou la cause de grand profit et de grande élévation155. » La perfection du paraître courtisan fonctionnait comme métaphore de la perfection aristocratique et donc comme preuve de la vocation naturelle à l’exercice du pouvoir. Se laisser dépasser par d’autres en ce domaine était un aveu d’incomplétude, la reconnaissance d’une infériorité, presque le début de la déchéance. Il n’était donc en rien absurde de creuser son déficit en menant grand train en temps de crise économique de la maison. C’était au contraire le seul moyen de rester dans la course au pouvoir en espérant attirer gratifications royales et nouveaux clients. Il fallait jouer le jeu onéreux de la cour et de ses masques pour trouver les ressources nécessaires à la construction d’un pouvoir plus autonome fondé sur la puissance foncière. La conjonction de ces deux mouvements – investissement dans les signes matériels de la prééminence et acquisition d’une puissance patrimoniale indépendante – créait cependant les conditions d’une fuite en avant sur le plan des dépenses, fuite en avant qui ne fut pas loin d’être fatale aux Lorrains.

Notes

1 « Commentaires sur le royaume de France, par Michel Suriano, ambassadeur vénitien en 1561 », in Relations des ambassadeurs vénitiens…, op. cit., t. I, p. 489.

2 De La Noue F., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 175-186.

3 Stone L., The Crisis of the Aristocracy, 1558-1641, Oxford, Clarendon Press, 1965; Id., Family and Fortune. Studies in Aristocratic Finance in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Oxford, Clarendon Press, 1973.

4 Billacois F., « La crise de la noblesse européenne, 1550-1650 : une mise au point », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 23, no 2, 1976, p. 258-277.

5 Labatut J.-P., « Aspects de la fortune de Bullion », XVIIe siècle, vol. 60, 1963, p. 11-40 ; Roche D., « Aperçus sur la fortune et les revenus des princes de Condé à l’aube du XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 14, no 2, 1967, p. 217-243 ; Mougel F.-C., « La fortune des Bourbon-Conty : revenus et gestion, 1655-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 18, no 1, 1971, p. 30-49 ; Dessert D., « Pouvoir et finance au XVIIe siècle : la fortune du cardinal Mazarin », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 23, no 2, 1976, p. 161-181 ; Major J.R., « Noble Income, Inflation and the Wars of Religion in France », The American Historical Review, vol. 86, no 1, 1981, p. 21-48 ; Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie en France au XVIe siècle : les dettes de la maison de Nevers », Histoire, économie et société, vol. 1, no 1, 1982, p. 7-50 ; Weary W., « La maison de La Trémoille pendant la Renaissance : une seigneurie agrandie », in B. Chevalier et P. Contamine (dir.), La France de la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée, Paris, CNRS Éditions, 1985, p. 197-212 ; Bergin J., Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, Laffont, 1987 ; Aristide I., La Fortune de Sully, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1990 ; Eurich A., The Economics of Power…, op. cit. ; Greengrass M., « Property and Politics in Sixteenth-Century France : The Landed Fortune of Constable Anne de Montmorency », French History, vol. 2, no 4, 1998, p. 371-398 ; Béguin K., Les Princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999 ; Boltanski A., Les Ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca. 1550-ca. 1600), Genève, Droz, 2006.

6 Elias N., La Société de cour, op. cit.

7 Eurich A., The Economics of Power…, op. cit.

8 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit., p. 9.

9 BnF, fr. 22433, fo 160.

10 Seuls ont été pris en compte les paiements signalés dans le chapitre des dépenses. Les assignations évoquées au détour d’une recette (lorsqu’une partie des revenus d’une terre a été directement versée à un créancier sans passer par les caisses du trésorier) ont été délibérément écartées. Lorsqu’elles ont subi un traitement comptable satisfaisant, on les retrouve explicitement dans la rubrique des reprises et on peut alors les compter. Il arrive cependant que, sans doute mêlées à d’autres dépenses sans être signalées, elles soient impossible à repérer. Le risque est alors grand de les comptabiliser deux fois par inadvertance.

11 BnF, fr. 8181 ; ACC, 1-A-14 ; AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 19 février et 27 avril 1571, étude LIV, liasse 83, 10 août 1575 ; étude VIII, liasse 399, 24 avril 1587.

12 AN, MC, étude VIII, liasse 147, 13 février 1587.

13 Veniel B., Les Marchands pourvoyeurs au XVIe siècle, Paris, Mémoire de l’EPHE, VIe section, 1973. Je remercie chaleureusement Robert Descimon de m’avoir permis de consulter les fiches préparatoires que Béatrice Veniel lui a laissées en dépôt.

14 AN, MC, étude XIX, liasse 186, 22 mars et 12 avril 1552.

15 AN, MC, étude VIII, liasse 69, 17 février 1542.

16 AN, MC, étude CXXII, liasse 1290, 3 mai 1562.

17 AN, MC, étude XXII, liasse 32, 15 janvier 1573 ; étude XXXVII, liasse 24, 3 octobre 1573 ; étude XIX, liasse 255, 5 octobre 1573 ; étude XC, liasse 132, 31 octobre 1579.

18 AN, MC, étude VIII, liasse 112, 6 février 1584.

19 ACC, 1-A-14 ; AN, MC, étude XXIV, liasse 37, 10 août 1575.

20 Baulant M., « Prix et salaires à Paris au XVIe siècle. Sources et résultats », Annales ESC, vol. 31, no 5, 1976, p. 966.

21 La fourrière, sujette à de très fortes variations selon les mois, n’a pas été prise en compte dans l’analyse afin de mieux révéler les évolutions des autres services.

22 BnF, fr. 20649, fo 172.

23 BnF, fr. 3002, fos 62-65 (1566) ; fr. 8181, fos 269-288 (1540) et 353-371 (1542) ; fr. 22429, fos 130-165 (1552-1560), fr. 166-169 (1563, pour Anne d’Este) ; fr. 22433, fos 105-113 (1563), 165-174 (1562) ; fr. 22437, fos 42-50 (1556), 51-64 (1561), 69-71 (1563, pour Anne d’Este), 73-77 (1570) et 79-84 (1571).

24 Major J.R., « Noble Income, Inflation… », art. cit., p. 39.

25 Cf. supra chap. 5.

26 ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560 ; Dépense extraordinaire de juillet 1581 ; Dépense extraordinaire de mars 1582.

27 BnF, fr. 22433, fos 84-97 et 160-164.

28 BnF, fr. 8181, fos 289, 291, 329 et 372.

29 BnF, fr. 20519, fo 85 ; fr. 20545, fo 119 ; fr. 22433, fo 79 ; Clair. 349, fo 145 ; ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575 ; Dépenses du duc de Guise pour ses affaires, 1571.

30 Pour plus de détails sur ce sujet, voir Meiss-Even M., « Les chevaux des Guise… », art. cit., p. 22-24.

31 BnF, fr. 20554, fo 13 ; fr. 22433, fos 91, 96, 98, 154 et 164 ; ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575 ; AN, MC, étude XLIX, liasse 101, 5 novembre 1554 et 14 mars 1555. Les différences de montant par rapport à l’annexe 2 s’expliquent par le fait que les sommes ont ici été rendues à l’année où les travaux ont été réalisés, et non à l’année du paiement. Ce choix permet d’intégrer dans le décompte les montants connus d’après les marchés et dont on ne sait pas nécessairement à quel moment ils ont été payés.

32 BnF, fr. 20516, fo 121; fr. 20555, fo 115; fr. 20534, fo 34.

33 BnF, Clair. 342, fos 56 et 86 ; fr. 20467, fo 55 ; fr. 20463, fo 159 ; fr. 20553, fo 54 ; fr. 20530, fos 1-3 ; fr. 20469, fo 149 ; fr. 20534, fos 29, 32 et 53.

34 ACC, 1-A-14, État des recettes et dépenses, 1571.

35 Dourdan, Provins et Saumur : Guyot J., Chronique d’une ancienne ville royale. Dourdan, capitale du Hurepoix, Paris, Auguste Aubry, 1869, p. 72-73. Nanteuil-le-Haudoin : BnF, fr. 8182, fos 91-99 ; ACC, 1-CB-2. Arzillières : BnF, fr. 8182, fos 42-47. Cuverville : BnF, fr. 8182, fos 39-42 ; fr. 22433, fo 160. Dammartin : BnF, fr. 8182, fos 83-91 ; MC, étude LXVIII, liasse 28 (13 mai 1560) ; ACC, 1-CA-1. Courtenay : BnF, fr. 8182, fos 341-356.

36 BnF, fr. 8182, fo 14-20.

37 Le Roux N., La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2000, p. 46 ; Greengrass M., « Property and Politics… », art. cit., p. 387-388.

38 De Grouchy E.-H. (vicomte), « Meudon, Bellevue et Chaville », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. XX, 1893, p. 51-206, en particulier p. 66-67 ; Labande L.-H., Le Château et la baronnie de Marchais, Paris, Honoré Champion, 1927, p. 38-40.

39 AN, KK 906, fo 146 ; 300 AP II 404*, Inventaire de Joinville, t. II, fo 74.

40 Greengrass M., « Property and Politics… », art. cit., p. 391-392.

41 Jouanna A., Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559-1661), Paris, Fayard, 1989, p. 36.

42 Fontaine L., L’Économie morale…, op. cit., chap. 3 : « Les élites et la logique de la dette ».

43 Coquery N., L’Hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 156.

44 Fontaine L., L’Économie morale…, op. cit., p. 100 et 259-260.

45 BnF, fr. 22433, Compte annuel de 1563, fos 93-95.

46 Schnapper B., Les Rentes au XVIe siècle. Histoire d’un instrument de crédit, Paris, SEVPEN, 1957 ; Béguin K., Financer la guerre. La dette publique et les rentiers de l’absolutisme, Seyssel, Champ Vallon, 2012.

47 Schnapper B., Les Rentes au XVIe siècle…, op. cit., p. 202.

48 AN, KK 906, fo 418 ; BnF, fr. 8182, fo 194.

49 AN, KK 908, fo 37.

50 BnF, fr. 8182, fos 194-200 ; AN, MC, étude CXII, liasse 1 (20, 24-25 et 29 juillet 1549).

51 BnF, fr. 20465, fos 15 et 33-34 ; fr. 20640, fos 96, 98 et 100.

52 BnF, fr. 20515, fo 125.

53 AN, MC, étude LXVIII, liasse 27, 8 juin 1550 ; BnF, fr. 20640, fo 134.

54 AN, MC, étude LXVIII, liasse 27, 5 avril 1560.

55 BnF, fr. 20513, fos 65 et 69.

56 ACC, 1-D-3.

57 ACC, 1-CB-3.

58 AN, MC, étude LXVIII, liasse 25, 24 août 1559. En 1556, l’acquisition de cette baronnie s’était faite par un échange de terres, mais les terres cédées par le duc de Guise étaient de moindre valeur, d’où ce règlement ultérieur.

59 BnF, fr. 22433, fos 122, 160 et 175.

60 AN, MC, étude LIV, liasse 83, 27 septembre 1561.

61 AN, MC, étude LXVIII, liasse 31, 14 mai 1562 ; étude VIII, liasse 389, 2 avril 1582 ; BnF, fr. 22433, fo 101.

62 BnF, fr. 22433, fo 101.

63 Jouanna A. et al., Histoire et dictionnaire des guerres de religion, Paris, Laffont, 1998, p. 110-120.

64 Lettre du duc de Guise à sa mère Antoinette de Bourbon, Blois, 9 juillet 1562, publiée dans le Bulletin de la Société des amis du château de Pau, vol. XIX-71, 1977, p. 8-9.

65 BnF, fr. 20517, fo 111.

66 BnF, fr. 20515, fo 130 ; fr. 20519, fos 43, 51, 62 et 95 ; fr. 20459, fo 313.

67 BnF, Clair. 346, fos 53 et 57.

68 Baudouin-Matuszek M.-N. et Ouvarov P., « Banque et pouvoir au XVIe siècle : la surintendance des finances d’Albisse Del Bene », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 149, no 2, 1991, p. 249-291.

69 BnF, fr. 23191, fo 1.

70 BnF, fr. 22433, fo 85.

71 Poncet O., « Une utilisation nouvelle de la rente constituée au XVIe siècle : les membres du conseil au secours des finances d’Henri III », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 151, no 2, 1993, p. 309.

72 Citée par Coester C., Schön wie Venus…, op. cit., p. 137-138.

73 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 270.

74 Lettre de Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Paris, 3 décembre 1563, citée par Coester C., Schön wie Venus…, op. cit., p. 229.

75 BnF, fr. 3232, fo 77.

76 « Voyage de Jérôme Lippomano, ambassadeur en France en 1577, par son secrétaire », in Relations des ambassadeurs vénitiens…, op. cit., t. II, p. 639.

77 BnF, fr. 8182, fos 194-200.

78 BnF, fr. 3338, fo 82.

79 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 271.

80 ACC, 1-A-14, Acte relatif à un différend entre Henri de Lorraine et Pierre Hotman, 1576.

81 ACC, 1-A-14, Mémoire des sommes dues à Pierre Hotman, 1581.

82 BnF, fr. 8182, fos 323-327.

83 Sur cette succession, voir BnF, fr. 20468, fos 205 et 329-347 ; fr. 22441, fos 20-22, 128-141 et 169-170.

84 BnF, fr. 8182, fos 194-200.

85 BnF, fr. 8182, fos 195 et 197.

86 AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 19 février 1571.

87 AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 6 avril 1571. Des mentions d’un paiement de 10 000 livres consécutifs à cet accord dans ACC, 1-A-14, État des recettes et dépenses, 1571 ; Quittance, 27 novembre 1572. Sur la rente due à René de Laval, voir BnF, fr. 8182, fo 99.

88 BnF, fr. 8182, fos 199-200.

89 AN, MC, étude LIV, liasse 114, 20 juin 1586.

90 AN, MC, étude LIV, liasse 114, 13 juillet 1586.

91 BnF, fr. 3338, fo 86.

92 BnF, fr. 3338, fo 86.

93 ACC, 1-A-14, État des recettes et dépenses, 1571.

94 BnF, fr. 8182, fos 154-156.

95 ACC, 1-GE-14.

96 BnF, fr. 20472, fo 91.

97 AN, 300 AP II, 404*, fos 74-128.

98 AN, KK 908, fo 201; ACC, 1-GE-14.

99 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 271.

100 BnF, fr. 3338, fos 82 et 86.

101 BnF, fr. 8182, fos 175-186 ; ACC, 1-CB-3.

102 BnF, fr. 8182, fos 323-327.

103 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit., p. 37-39.

104 BnF, fr. 8182, fos 323-327. Carroll S., Noble Power…, op. cit., p. 28.

105 Poncet O., « Une utilisation nouvelle de la rente… », art. cit., p. 310, note 14 ; Constant J.-M., Les Guise, Paris, Hachette, 1984, p. 92.

106 Poncet O., « Une utilisation nouvelle de la rente… », art. cit., p. 319.

107 Boltanski A., Les Ducs de Nevers et l’État royal…, op. cit., p. 157-160. Le taux d’intérêt du prêt étant intéressant, le duc et la duchesse de Nevers attendaient probablement de ce geste de substantielles plus-values.

108 BnF, fr. 20472, fo 143.

109 Cité par de Croze J., Les Guises, les Valois et Philippe II, t. II, Paris, Amyot, 1866, p. 31.

110 Ibid., p. 42-43.

111 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit.

112 Ibid., p. 30.

113 « Relation de Jean Michiel, après son ambassade de 1561 », in Relations des ambassadeurs vénitiens…, op. cit., t. I, p. 437.

114 Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, éditées par G. Canestrini et A. Desjardins, t. IV, Paris, Imprimerie nationale, 1859-1886, p. 689.

115 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit., p. 16 ; Boltanski A., Les Ducs de Nevers et l’État royal…, op. cit., p. 136-137 ; Greengrass M., « Property and Politics… », art. cit., p. 382.

116 Les revenus de terres donnés en usufruit au duc de Guise par le roi ont été traités comme des revenus royaux, bien que les comptes annuels les enregistrent parfois dans la même rubrique que les revenus des terres appartenant aux Guise.

117 BnF, Dupuy 537, fo 171.

118 Voir les synthèses de Constant J.-M., La Vie quotidienne de la noblesse française aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, Hachette, 1985, p. 87-92 ; Bourquin L., La Noblesse dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Belin, 2002, p. 155-166.

119 Weary W., « La maison de La Trémoille… », art. cit., p. 203.

120 BnF, fr. 8181, fos 225-227 et 315-319 ; fr. 22433, fos 34-36, 50 et 120-121 ; ACC, 1-A-14, État des recettes et dépenses, 1571.

121 BnF, fr. 20517, fos 45 et 49 ; Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t. VIII, p. 668, no 32757.

122 ACC, 1-D-3, Bail général du duché de Guise, 1575 ; BnF, fr. 20468, fo 135 ; fr. 20554, fo 61.

123 BnF, fr. 22433, fo 37.

124 BnF, fr. 22433, fos 34-35.

125 BnF, fr. 8181, fos 239 et 328.

126 ACC, 1-A-14, État des recettes et dépenses, 1571.

127 ACC, 1-CB-2 ; Bail à ferme des revenus du comté de Nanteuil, 1559 ; 1-D-3, Bail général du duché de Guise, 1565 ; Bail général du duché de Guise, 1575 ; 1-GE-14, Bail à ferme de la baronnie de Sablé, 1548 ; Bail à ferme de la seigneurie de Sormery, 1541 ; 1-GE-20, Bail à ferme de la baronnie de Lambesc et des terres d’Orgon et Eygalièresn, 1543 ; BnF, fr. 20522, fo 59 ; fr. 22433, fos 32-34, 36, 39-40, 44, 123, 125 et 128-130 ; fr. 22437, fo 61-62.

128 BnF, fr. 22433, fo 34 et 123 ; ACC, 1-D-3, Bail général du duché de Guise, 1565 ; Bail général du duché de Guise, 1575.

129 Gallet J., Seigneurs et paysans en France. 1600-1793, Rennes, Éditions Ouest-France, 1999, p. 207. Isabelle Aristide arrive à une évaluation similaire pour le bénéfice des fermiers du domaine de Sully-sur-Loire entre 1620 et 1626 : environ 4 000 livres de profit annuel pour un loyer de 10 300 livres, soit un bénéfice montant à environ 28 % des revenus de la baronnie (Aristide I., La Fortune de Sully, op. cit., p. 336-337).

130 BnF, fr. 22433, fo 43.

131 ACC, 1-D-3, Bail général du duché de Guise, 1575.

132 ACC, 1-D-3, Extrait d’un mémoire sur les affaires du duché de Guise, 1580.

133 Ibid.

134 ACC, 1-D-3, Bail général du duché de Guise, 1575.

135 BnF, fr. 20522, fo 59.

136 ACC, 1-D-3, Extrait d’un mémoire sur les affaires du duché de Guise, 1580.

137 BnF, fr. 20468, fo 147.

138 ACC, 1-D-3, Extrait d’un mémoire sur les affaires du duché de Guise, 1580.

139 BnF, fr. 20540, fo 19.

140 ACC, 1-D-3, Extrait d’un mémoire sur les affaires du duché de Guise, 1580.

141 BnF, fr. 20545, fo 129.

142 BnF, fr. 20541, fo 126.

143 BnF, fr. 20513, fo 31.

144 BnF, Clair. 348, fo 52 ; fr. 22433, fo 130 ; 2-D-36, Compte de Rumigny et Aubenton, 1584, fo 17.

145 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit., p. 22-23.

146 Le moindre montant de 1542 traduit un retard de paiement et non une suppression des pensions et dons d’origine royale.

147 Boltanski A., Les Ducs de Nevers et l’État royal…, op. cit., p. 137 et 151.

148 Ibid., p. 151.

149 Le Roux N., La Faveur du roi…, op. cit., p. 46.

150 Greengrass M., « Property and Politics… », art. cit., p. 378-380.

151 Carroll S., Noble Power…, op. cit., p. 26.

152 BnF, fr. 3338, fo 82.

153 Crouzet D., « Recherches sur la crise de l’aristocratie… », art. cit., p. 47.

154 Le Roux N., « Codes sociaux et culture de cour à la Renaissance », Le Temps des savoirs. Revue interdisciplinaire de l’Institut universitaire de France, no 4 : « Le code », 2002, p. 135.

155 Guicciardini F., Avertissements politiques (1512-1530), édités par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Paris, Cerf, 1988, p. 119-120 (cité par Le Roux N., « Codes sociaux… », art. cit., p. 135).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search