Version classiqueVersion mobile

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Partie II – La fabrique du paraître

La fabrique du paraître

Texte intégral

1Il faut le reconnaître, plus de quatre cents après la mort d’Henri de Lorraine, le paraître des Guise conserve une efficience certaine. Grâce aux portraits parvenus jusqu’à nous, les ducs de Guise apparaissent tels qu’ils souhaitaient être vus de leur vivant : des aristocrates riches et puissants, vêtus avec soin, des guerriers menaçants mais non dépourvus d’élégance. Les vestiges de leurs châteaux et de leurs collections attirent encore le regard émerveillé des visiteurs des musées où ils sont aujourd’hui conservés, suggérant la vie de beauté et de culture de leurs propriétaires des temps jadis. Ce paraître figé dans toute sa perfection pour la postérité est devenu une évidence, le « naturel » des Lorrains.

2Pourtant, la magnificence des Guise résultait d’un patient processus d’élaboration. L’environnement matériel digne de grands aristocrates était une construction prise dans un réseau de contraintes à la fois économiques, pratiques et sociales. La mentalité aristocratique faisant primer les dépenses sur les revenus, l’exigence de faste pesait de tout son poids sur les finances d’une maison qui devait dans le même temps soutenir la monarchie de sa fortune et s’engager dans les conflits de son siècle. La culture matérielle des Guise demande par conséquent à être replacée dans la logique économique globale de la maison de Lorraine. De même, la réunion autour de la personne d’un aristocrate de tous les objets nécessaires à sa représentation ne peut être abstraite du contexte de la production artisanale et des échanges commerciaux de la Renaissance. Où les Guise allaient-ils se fournir pour être capables de renvoyer l’image de grandeur attendue d’eux ? Comment choisissaient-ils les artisans à qui ils passaient les commandes qu’exigeait leur rang ? Était-il si simple, à une époque où les circulations étaient lentes et souvent hasardeuses, de remplir le château de Joinville ou l’hôtel de la rue du Chaume de l’« empire des choses » caractéristique de la Renaissance ? À ce faisceau de questions s’en ajoute un autre, qui plonge plus profond encore derrière la façade du paraître. En effet, nul paraître aristocratique fixé dans le monde des Idées qu’il aurait suffi de reproduire fidèlement ! Qui décidait alors de ce que devait être l’« aspect de vue » d’un prince de la Renaissance ? Les Guise furent-ils, en définitive, les principaux artisans de leur paraître ? C’est à toutes ces interrogations que la seconde partie entend proposer des éléments de réponse, dans l’espoir d’aller au-delà de la surface du paraître.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search