Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Partie I – La culture matérielle des Guise

Partie I. Conclusion

Texte intégral

  • 1 Castiglione B., Le Parfait courtisan du comte Baltasar Castillonnois… de la traduction de Gabriel (...)

1Dans tous les domaines du paraître, les Guise affichèrent leurs ambitions. Recherche de la qualité et même de l’excellence, souci de la variété des objets possédés autant que de leur grand nombre, recours aux artisans les plus en vue, tout indiquait chez eux l’inflexible volonté non seulement de tenir leur rang, mais plus encore de satisfaire aux critères imposés pour briguer le titre de maison « splendide ». Il leur était en effet impossible de se soustraire à cette obligation de paraître. Une société d’ordres, qui pense la hiérarchie sociale comme le reflet de la hiérarchie des valeurs, produit naturellement des signes destinés à manifester le degré d’excellence de l’individu qui les arbore. L’habitude de manger de la volaille, le droit de chasser le cerf ou la possibilité de porter des habits de velours et de soie, par exemple, étaient des signes déjà anciens d’appartenance à l’aristocratie et ils gardèrent leur vitalité au XVIe siècle. On a cependant l’impression, en examinant le cas des ducs de Guise, que le XVIe siècle vit l’aboutissement d’un processus de multiplication des signes de la prééminence sociale. Les aristocrates continuaient à entretenir des suites nombreuses, à chasser, à offrir l’hospitalité à d’autres nobles, à thésauriser leur fortune sous forme de vaisselle de métal précieux, mais tout cela, même magnifié, ne suffisait plus à signifier la supériorité sociale. Le double moteur que constituèrent, à partir du XVe siècle, la concurrence des grands financiers et la curialisation des élites les poussa à adopter des pratiques distinctives complémentaires. Il fallait maintenant aux Grands façonner leur corps pour obtenir un maintien alliant puissance, élégance et adresse, témoigner de leur culture classique par leurs demeures, leurs collections et jusque sur le décor de leurs armures, savoir adopter une tenue qui ne manquerait pas de faire l’admiration de tout un chacun, offrir à leurs convives les mets les plus fins et les services les plus variés, etc. Les marques exhibant le statut social s’étaient multipliées et diversifiées ; toutes allaient cependant dans le sens d’une plus savante mise en scène de soi dans un décor devenu lui-même porteur de plus de sous-entendus sur les qualités du maître des lieux. Baldassare Castiglione, expert s’il en est en matière de self-fashioning des aristocrates renaissants, le disait à propos de l’apparence vestimentaire : « [Le courtisan] doit deliberer en soy mesme ce qu’il veut sembler, se vestir de la mesme sorte, en laquelle il veut & desire estre estimé, & faire que les habillemens luy aident à estre tenu pour tel, voire de ceux qui ne l’entendent parler, & ne luy voyent faire aucune chose1. » Le développement de la société de cour pervertissait la conception traditionnelle d’une conjonction nécessaire entre être et paraître puisqu’un travail réfléchi sur le paraître devait permettre au courtisan de suggérer un être conforme à ses vœux et à ses ambitions plutôt qu’à la vérité. Les objets revêtaient alors une importance accrue puisqu’ils devenaient les dépositaires de l’identité de leur possesseur.

  • 2 Jouanna A., « Une analyse de la maladie sociale du paraître. Les aventures du baron de Faeneste d’ (...)
  • 3 Du Haillan B., Discours sur les causes…, op. cit., t. VII, p. 188.
  • 4 De Montaigne M., « Des coches », in Les Essais, op. cit., livre III, chap. VI, p. 197.

2Faeneste, le anti-héros d’Agrippa d’Aubigné, caricaturait cet investissement symbolique exacerbé dans les objets, lui qui, d’après la formule d’Arlette Jouanna, pensait qu’« avoir de l’honneur, c’[était] avoir de belles bottes2 ». Il incarnait la « maladie sociale du paraître », maladie de civilisation dans laquelle le signe qui devait manifester la vertu s’était dissocié de la vérité de l’être – tel gentilhomme, tout empanaché de grandes aigrettes et couvert de velours et d’argent, s’enfuyait à bride abattue à l’apparition du danger – et s’était mis à proliférer jusqu’à perdre tout sens. Et Agrippa d’Aubigné de s’interroger : « Mais où est la noblesse ? », « Où est l’honneur ? ». À donner trop d’importance au monde des objets, l’aristocrate risquait de perdre des yeux la vertu qui était censée avoir élevé ses ancêtres et qui fondait encore sa place dans la société. Agrippa d’Aubigné n’était pas le seul à regretter cet état de fait puisque Bernard du Haillan déplorait lui aussi la promotion du discours des apparences aux dépens de la valorisation de l’essence : « Les princes ne devroient tant reluire ny paroistre par pierreries que par la vertu3. » Montaigne y voyait même une marque de faiblesse, un manque de confiance dans le fondement de la domination : « C’est une espèce de pusillanimité, aux monarques, et un témoignage de ne sentir point assez, ce qu’ils sont, de travailler à se faire valoir et paraître, par dépenses excessives4. » Le paraître n’était plus la traduction de la hiérarchie sociale, adossée à une supposée hiérarchie des vertus, mais un enjeu de pouvoir. Puisqu’il n’y avait aucune échappatoire, puisque, en dépit des récriminations des observateurs, le signe faisait de plus en plus l’état au lieu d’en être l’émanation, il ne fallait rien céder dans le domaine de la représentation. Là où nos esprits contemporains ne voient de prime abord qu’un gaspillage presque indécent, les aristocrates renaissants voyaient un investissement inévitable pour quiconque espérait jouer un rôle de premier ordre sur la scène du théâtre social. Il leur fallait donc organiser leurs maisons pour les rendre aptes à mener cette grande bataille du paraître.

Notes

1 Castiglione B., Le Parfait courtisan du comte Baltasar Castillonnois… de la traduction de Gabriel Chapuis, tourangeau, Lyon, 1580, p. 215.

2 Jouanna A., « Une analyse de la maladie sociale du paraître. Les aventures du baron de Faeneste d’Agrippa d’Aubigné », Réforme, humanisme, Renaissance, no 10, 1979, p. 36.

3 Du Haillan B., Discours sur les causes…, op. cit., t. VII, p. 188.

4 De Montaigne M., « Des coches », in Les Essais, op. cit., livre III, chap. VI, p. 197.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540