Version classiqueVersion mobile

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Partie I – La culture matérielle des Guise

Chapitre 4. « Pour ne cognoistre gueres d’aultres plus belles maisons en ce royaulme ni plus santantes ung grand prince » : les châteaux et palais des Guise

Texte intégral

  • 1 Goldthwaite R., Wealth and the Demand for Art in Italy (1300-1600), Baltimore/Londres, The Johns H (...)
  • 2 Guerzoni G., « Liberalitas, Magnificentia, Splendor : The Classic Origins of Italian Renaissance L (...)

1L’architecture domestique occupe une place de choix dans l’histoire de la consommation à la Renaissance. Richard Goldthwaite a en effet montré comment le travail de la notion aristotélicienne de magnificence par les humanistes à partir du début du XVe siècle a légitimé l’émergence en Italie du Nord d’un modèle de consommation centré sur l’architecture1. La magnificence n’avait pas été oubliée par les médiévaux, qui la considérait comme le juste milieu entre l’avarice et la prodigalité et comme la vertu princière par excellence. Exprimée par les spectacles, les festivités et les largesses du prince, elle était pour celui-ci un usage de la richesse qui manifestait sa dignité et lui attirait l’estime de ses sujets. Cependant, retravaillée par les humanistes, la magnificence se dissocia de la magnanimité du prince et des exigences de la charité chrétienne : elle devint une vertu sociale de l’homme riche et tendit à perdre sa dimension de dépense faite pour le bien commun au profit d’une dimension d’utilisation plus privée conférant à l’homme fortuné une grande réputation et lui procurant le plaisir de la possession. Là où Aristote mettait en avant l’aspect public de la magnificence et ne signalait qu’au passage une possible application aux possessions privées, Giovanni Pontano et Alberti attribuaient au contraire une place essentielle à ces dernières, puisqu’elles contribuaient à affermir la réputation et l’importance sociale de leur propriétaire. Dans cette perspective, il devenait capital pour un homme soucieux de sa renommée de faire édifier un palais à l’architecture remarquable et au riche ameublement. À la fin du XVe siècle cependant, le profil social de l’homme magnifique changea, et de riche il devint aristocrate ; la magnificence – et donc la beauté des demeures – devint un attribut exclusif de la noblesse2.

2L’aristocratie française n’était certes pas l’aristocratie italienne, toutefois elle se mit elle aussi à accorder un regain d’intérêt au cadre architectural de son existence.

  • 3 BnF, fr. 3118, fo 44.

3En tant que grands seigneurs richement possessionnés dans le royaume de France, les Guise détenaient un nombre conséquent de châteaux, hôtels urbains, maisons seigneuriales et manoirs qui manifestaient leur autorité sur leur territoire. Les archives de la maison témoignent qu’à partir des années 1530, les Lorrains lancèrent maints chantiers qui n’avaient pas pour unique but de maintenir en état ce patrimoine d’origine féodale : en une trentaine d’années, l’aspect des anciennes résidences des Guise fut complètement bouleversé, et de nouvelles demeures vinrent enrichir les possessions ducales. Ce ne fut pas sans raison que le cardinal Charles de Lorraine écrivit à son frère et à sa belle-sœur les duc et duchesse de Guise, à propos du château qu’il fit construire à Meudon pour la gloire de sa famille, qu’il était « pour ne congnoistre gueres d’aultres plus belles maisons en ce royaulme ni plus santantes ung grand prince3 ». Joinville, Paris et Guise furent concernées au premier chef, mais le mouvement atteignit bien d’autres domaines familiaux.

JOINVILLE OU LA BERGERIE : LE BERCEAU DES GUISE

  • 4 BnF, fr. 8182, fo 4.
  • 5 BnF, fr. 20468, fo 249.
  • 6 AN, KK 907, fo 19, KK 908, fo 22.
  • 7 ACC, 1-D-2 ; Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t I, p. 480.
  • 8 BnF, fr. 8182, fo 21.
  • 9 Haton C., Mémoires de Claude Haton, op. cit., t. II, p. 210 (1568, § 19) ; de BelleforestF., La Co (...)

4Ce fut au début des années 1520 que Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon, mariés depuis 1513, élurent la cité de Joinville pour leur résidence habituelle (fig. 42). En effet, bien que baron du lieu depuis la mort de son père en 1508, Claude n’habita pas tout de suite l’antique forteresse des sires de Joinville, car celle-ci faisait partie du douaire de sa mère Philippe de Gueldres4. En choisissant d’entrer au couvent des Clarisses de Pont-à-Mousson en 1519, la duchesse douairière de Lorraine céda ses droits sur le château au jeune couple qui dut s’y installer quelque temps après, puisque Claude de Lorraine écrivait en juillet 1524 : « Puis peu de temps en ce je suis venu icy faire ma residence5. » Dès 1521, le contrat de mariage du comte et de la comtesse de Guise avait été amendé pour permettre à Antoinette de Bourbon de prendre son douaire, le cas échéant, sur Joinville et non plus sur Guise et La Ferté-Bernard, modification qui dit assez l’importance qu’avait prise à cette date la baronnie champenoise6. Le conflit entre Charles de Rohan-Gié et la maison de Lorraine à propos de la possession de Guise (apaisé par un accord en janvier 1527 seulement7) et la proximité entre Joinville et les terres de la branche aînée de la maison de Lorraine durent jouer en faveur du choix de la petite cité des bords de Marne. L’accession de Claude de Lorraine à la fonction de gouverneur de Champagne en 1524 finit d’ancrer la maison de Guise dans la région et de faire de Joinville sa capitale. L’édit d’érection de la baronnie de Joinville en principauté (1552) faisait d’ailleurs un argument du fait que les Guise y avaient élu domicile depuis l’époque du premier duc8. Pour tous les contemporains, la cité champenoise était complètement assimilée aux Guise et, plus encore, à leur « mère », Antoinette de Bourbon9. Dans leur capitale, les Lorrains disposaient de deux résidences : le vieux château féodal et, à partir des années 1530-1540, le pavillon d’agrément du Grand Jardin, appelés de façon ordinaire le château « d’En-haut » et le château « d’En-bas ».

Fig. 42 > « Portrait ou plan de la ville de Joinville », tiré de la Cosmographie de Belleforest, t. I, Paris, 1575, p. 348-349.

Fig. 43 > « Vue du château de Joinville du costé de la ville », dessin de la collection Gaignières, Paris, BnF, Département des Estampes, Va 52, t. 2.

Le château d’En-Haut

  • 10 Belleau R., « Ode présentée à Monseigneur le duc de Guyse à son retour de Calais » (1558), cité pa (...)

5Le château féodal de Joinville dominait la ville de son imposante stature (fig. 43). Construit sur un éperon rocheux surplombant la cité, la forteresse aujourd’hui disparue devait avoir de quoi impressionner les habitants et les voyageurs puisque Rémy Belleau affirmait qu’elle doublait la hauteur de la colline : « La montaigne au blanc couppeau,/ Qui de sa hauteur, egalle/ Les flancz de vostre Chasteau10. » Les représentations iconographiques de Joinville confirment les dires du poète, et il suffit de se promener aujourd’hui dans les rues de la cité haut-marnaise pour ressentir la présence écrasante du relief pourtant dépourvu maintenant de sa couronne castrale. La topographie était le premier et le plus évident des signes de l’autorité seigneuriale sur la ville située en contrebas.

Les transformations du bâtiment à l’époque des Guise

  • 11 Lapasset M., Joinville, résidence princière, Langres, Dominique Guéniot, 2006, p. 7-8.
  • 12 Ibid., p. 16.
  • 13 BnF, fr. 10148.

6Les origines du château d’En-Haut remontent au XIe siècle, puisqu’un document tiré du cartulaire de l’abbaye de Montier-en-Der évoque la construction en 1027 d’une motte féodale par un certain Étienne de Joinville, protecteur de l’abbaye11. Le site s’étoffa peu à peu et devint une place-forte incontournable de Champagne. Si l’aspect médiéval du château reste mal connu, on sait en revanche qu’il appartint au célèbre chroniqueur et ami de saint Louis, Jean de Joinville, qui fut pris de mélancolie au moment de quitter son pays pour rejoindre son roi sur le chemin de la Terre sainte : « Je ne voulus jamais retourner mes yeux vers Joinville de peur que le cœur ne s’attendrît sur le beau château que je laissai et mes deux enfants12. » Le château d’En-Haut créait ainsi un lien symbolique prestigieux entre le héros des croisades et la maison de Guise, ce qui n’était pas pour déplaire à une famille qui continuait à clamer ses droits sur le royaume de Jérusalem en revendiquant sa filiation avec Godefroy de Bouillon. Antoinette de Bourbon fit d’ailleurs réaliser une copie manuscrite de la Vie de saint Louis par Jean de Joinville, conservée aujourd’hui à la Bibliothèque nationale, preuve s’il en fallait de l’importance du patronage du sire Jean pour le clan lorrain13.

  • 14 BnF, fr. 20468, fos 301-303 ; fr. 20517, fo 144.
  • 15 AN, KK 906-908 et 300 AP II 404*.
  • 16 BnF, fr. 20513, fo 23.
  • 17 BnF, fr. 8181, fos 394-487.
  • 18 AN, 300 AP II 404*, fo 521.
  • 19 BnF, Clair. 347, fo 295.
  • 20 AN, KK 906, fo 51.

7Les Guise ne se contentèrent pas cependant d’occuper le château médiéval. Ils l’agrandirent, l’embellirent et lui donnèrent l’aspect qu’il conserva plus ou moins jusqu’à sa destruction en 1791. La principale campagne de travaux eut lieu entre 1551 et 1557 et fut assumée financièrement par les deux frères, le duc François et le cardinal Charles14. Elle aboutit à l’édification du corps de logis Renaissance, reconnaissable à ses lignes horizontales et à ses nombreuses fenêtres15. Une lettre datée du 30 septembre 1551 évoque des travaux de grande ampleur, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du château16. Les ouvriers avaient démoli, semble-t-il, l’ancien grand cellier et s’activaient du côté du jeu de paume. Ils venaient en outre d’achever la nouvelle chambre de la duchesse douairière. Les cahiers de la dépense ordinaire d’Antoinette de Bourbon attestent d’ailleurs la présence quasi permanente au château d’ouvriers, dont des charpentiers, durant les mois de septembre 1552 et novembre 155317. Le gros du chantier dut cependant débuter en 1553 car les inventaires des titres et papiers de la maison mentionnent pour cette période des comptes « pour les reparations et augmentation des bastimens faits au chateau de Joinville en 1553 » ainsi que des « reparations et bastimens faits au chateau de Joinville ez années 1555, 1556 et 155718 ». En juillet 1554 étaient ainsi menés des travaux touchant la structure de la grande salle (poutres du plafond) ainsi que les fenêtres du bâtiment donnant sur la terrasse19. Après la mort du duc François, le cardinal de Lorraine assuma seul, de 1565 à 1567, le coût de nouveaux travaux dont l’objet n’est pas connu de façon certaine20.

  • 21 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575 ; AN, KK 906, f(...)
  • 22 Balandraud O., Lapasset M. et Liébaut E., Une Ville sous l’Ancien Régime : Joinville, Langres, Dom (...)
  • 23 BnF, fr. 11559, Histoire de la principauté de Joinville (1632), fo 265.
  • 24 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575.
  • 25 BnF, fr. 20471, fo 245.

8Les années 1550-1570 virent aussi de fréquentes réparations effectuées sur les murailles du château, réparties en trois campagnes principales (1555-1557, 1565-1566, 1573-157521). Elles étaient rendues nécessaires par la persistance des menaces pesant sur la ville et sur sa forteresse, comme l’avait rappelé l’incendie allumé en 1544 par les troupes de Charles Quint (le château avait néanmoins été épargné22). Une fois les guerres civiles commencées, le château de l’un des chefs de parti ne pouvait manquer de faire une cible potentielle. Une deuxième enceinte bastionnée fut donc ajoutée au sud et à l’ouest de l’éperon rocheux, côtés les plus exposés aux attaques ennemies, afin d’adapter le château à l’évolution de l’artillerie23. Le chantier représenta un investissement considérable puisque Louis Rochereau, le trésorier de la douairière de Guise, dépensa au moins 12 000 livres pour les fortifications du château en 157224. Ces travaux d’ordre militaire et stratégique n’étaient cependant pas menés uniquement aux frais de la maison de Guise. Les fortifications de Joinville, dont faisaient partie celles du château, étaient en effet d’un haut intérêt pour la monarchie dans une région fréquemment en proie aux expéditions hostiles, aussi le trésor royal en finança-t-il en partie le renforcement. En avril 1560, Anne d’Este pouvait ainsi informer sa belle-mère que « les lettres des mil livres que le Roy a ordonnez pour les reparations des pontz et murailles de Joinville estoient expediees25 ».

Aspect général

9Si le terrain où s’élevait autrefois le château d’En-Haut est aujourd’hui désespérément vide, les archives de la maison de Guise couplés à quelques documents iconographiques permettent de tenter une visite imaginaire des lieux (fig. 44). On accédait au château depuis les rues de la cité de Joinville par une longue côte très pentue, au nord de l’éperon rocheux. Après avoir passé la première porte, très massive et renforcée quelques mètres plus loin sur la droite par une tourelle, et le logis du portier sur la gauche, on débouchait sur la vaste esplanade où se dressait la chapelle Saint-Laurent.

Fig. 44 > Plan par terre du château de Joinville (XVIIIe siècle), Paris, Archives nationales, NIII, Haute-Marne, no 4 [reproduction tirée de Émile Humblot, Notre Vieux Joinville. Son château d’autrefois, la collégiale de Saint-Laurent et ses tombeaux, Paris, Le Livre d’histoire, 2004 (fac-similé de l’édition originale de 1928), p. 105].

  • 26 Fériel J., Histoire de Joinville, Paris, Res Universis, 1989 (réédition de Notes historiques sur l (...)
  • 27 Roche F., Claude de Lorraine, premier duc de Guise. Nouvelle chronique, Chaumont, Le Pythagore, 20 (...)

10Cette église, à la fois collégiale et paroissiale, aurait été fondée par Geoffroy III de Joinville vers 1147-115126 ; elle renfermait de précieuses reliques venues de Terre sainte dont la ceinture dite de saint Joseph, offerte à Jean de Joinville par le roi Louis IX27. Devenue nécropole seigneuriale à la mort du sire Jean en 1317, la chapelle Saint-Laurent abritait aussi les tombeaux des Guise.

  • 28 « Description du château de Joinville d’après un manuscrit de Vestus (2 août 1743) », cité par Hum (...)
  • 29 BnF, fr. 20544, fo 15.
  • 30 Salvadori P., La Chasse sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1996, p. 230-231.

11En contournant la collégiale par l’ouest, le long du cloître, on arrivait à l’enceinte du château proprement dit, dominée par une haute tour médiévale. Deux témoins du XVIIIe siècle en ont donné une description propre à montrer la forte impression que cette tour à l’allure martiale faisait sur les personnes entrant au château28. Ils divergent sur la hauteur réelle de l’édifice (de 55 à 104 mètres environ, cette dernière estimation paraissant tout de même très excessive), mais s’accordent sur son aspect imposant et sur l’épaisseur de ses murs (autour de 5 mètres). Cœur médiéval du château, cette tour demeurait un élément-clé du dispositif défensif par le contrôle qu’elle exerçait sur la rampe d’accès à la porte du château lui-même, dite la porte du Cerf. Cette porte devait son nom à son ornementation cynégétique : de nombreux bois de cerf y trônaient autour d’un animal (sans doute en bois) auquel fut accroché en mai 1553 la tête d’un beau cerf trouvé mort dans une forêt des environs de Joinville29. Le dispositif devait être similaire à celui de la galerie des Cerfs du château de Blois, où Louis XII avait fait disposer de véritables bois de cerf sur des animaux en bois sculpté et coloré30. Le noble animal, proie des rois et des ducs, symbole de courage, de force et de virilité, mais aussi image du Christ, marquait ainsi l’entrée du château seigneurial et signifiait à tout un chacun les qualités de noblesse, de vaillance guerrière et de piété de la famille qui faisait ici sa résidence. L’accès au château d’En-Haut avait donc quelque chose de très théâtral : ascension difficile de la côte depuis la ville, franchissement d’une première enceinte par une lourde porte, passage auprès de la chapelle où reposaient les corps des seigneurs de Joinville depuis le début du XIVe siècle, avancée en direction de la rampe d’accès à l’ombre de l’impressionnant donjon médiéval, franchissement enfin de la porte du Cerf à la décoration hautement symbolique. Tout dans cette disposition générale contribuait à rappeler l’autorité seigneuriale et la puissance militaire de la maison de Guise.

  • 31 Humblot E., Notre Vieux Joinville…, op. cit., p. 103 et 106. On trouve dans les comptes une mentio (...)
  • 32 AN, N III, Haute-Marne, no 4.

12Une fois passée la porte du Cerf et la voûte la prolongeant, on arrivait dans la cour du château. À droite, contre la grande tour, se trouvait le bâtiment des cuisines, assez conséquent pour accueillir, selon les témoignages du XVIIIe siècle, sept grandes cheminées ; une citerne située à proximité permettait un approvisionnement aisé des cuisines en eau31. À gauche se dressait le logis, construit en longueur sur près de 120 mètres selon une orientation méridienne. La façade orientale de ce bâtiment est bien connue puisque c’était elle qui dominait la ville de Joinville et qui est donc représentée sur toutes les gravures et peintures de la cité champenoise (fig. 45). La partie la plus méridionale de la façade conservait un aspect plutôt médiéval, marqué par l’alternance de tours d’angle, rondes et aux toits pointus, et de courtines irrégulièrement percées de fenêtres. La partie située entre la dernière tour et l’aile Renaissance constituait une sorte de transition avec la partie la plus moderne d’un point de vue architectural, dont elle partageait certaines caractéristique : alignement des deux rangées de fenêtres, toiture d’ardoises percée de lucarnes. Elle s’en différenciait néanmoins par une orientation légèrement différente et par une moindre accentuation de l’horizontalité des lignes. L’aile Renaissance avait en effet une façade régulière dotée d’une ornementation soulignant ces lignes horizontales chères au nouveau style : bandeau sculpté entre le rez-de-chaussée et l’étage, mise en valeur de la corniche, toiture d’une hauteur égale à celle des étages. La symétrie de la façade, bien que recherchée, ne32

Fig. 45 > Le château de Joinville, d’après le plan dit « de Contenot » (1750), mairie de Joinville.

  • 33 ACC, 1-GE VII-15, Certificat du contrôleur du domaine de Joinville, 16 novembre 1583 ; BnF, fr. 81 (...)
  • 34 BnF, Clair. 347, fos 256 et 295.
  • 35 BnF, fr. 8181, fos 462, 471, 484 et 519.
  • 36 AN, KK 906, Inventaire des titres de la principauté de Joinville (1561), fos 2 et 4.
  • 37 BnF, fr. 20530, fo 55.
  • 38 AN, KK 906, fo 9 ; BnF, fr. 20550, fo 41.

13À l’extrémité sud du château, au-delà de la Porte des violons [marquée 25 sur le plan (fig. 44), elle permettait de traverser la première enceinte et d’arriver à la porte de derrière, dans la deuxième enceinte, qui livrait accès à une route hors les murs de la ville], se serraient des bâtiments annexes sans doute liés aux nécessités du service ou au logement des animaux domestiques. Était-ce là que se trouvait le pressoir du château évoqué en 1583 et auquel travaillèrent peut-être les « pressouereux » nourris par la duchesse douairière en septembre 155233 ? La héronnière à l’architecture soignée dont la correspondance ducale relate la construction prit-elle place ici34 ? Les vaches mentionnées dans les comptes d’Antoinette de Bourbon avaient-elles leur étable à cet endroit35 ? Il paraît assez logique de localiser là ces bâtiments d’exploitation, à proximité du jardin du château, mais le doute est malgré tout permis en raison de l’implantation au-dehors des murs du château de certains édifices du même genre : les écuries – ou une partie des écuries au moins – furent ainsi longtemps logées dans la ville, rue Saunoise, dans une maison qui devint ensuite l’auditoire de Joinville36. De même, le chenil, déplacé du Grand Jardin où il fut un temps, devait se trouver près de la montée allant de la ville au château, comme en témoigne le nom conservé jusqu’à aujourd’hui d’une rue du Chenil située juste au pied de la montée au château37. Les poulaillers devaient quant à eux être situés dans l’enceinte du Grand Jardin38.

La disposition intérieure

  • 39 Humblot E., Notre Vieux Joinville…, op. cit., p. 104-105.

14La disposition des appartements à l’intérieur du château est difficile à établir. On possède il est vrai un « Plan par terre du château de Joinville » (fig. 44) mais, daté du XVIIIe siècle, il ne rend pas nécessairement compte de la situation à l’époque des Guise. L’existence sur ce plan, étonnante pour le siècle de la douceur de vivre et de la conquête de l’intimité, de vastes pièces disposées en enfilade laisse néanmoins penser qu’il n’était pas intervenu de changement radical depuis le XVIe siècle. Le chanoine Bluget signalait d’ailleurs en 1796 que, dans son souvenir, les étages étaient « très élevés », que « les salles étaient très vastes et assez mal éclairées » et qu’on y voyait « des cheminées immenses39 ».

  • 40 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. II, p. 6, site du château et vue générale de la façade (...)
  • 41 Le chanoine Bluget évaluait quant à lui la largeur de la terrasse à vingt-cinq pieds, soit un peu (...)

15Le meilleur guide pour le XVIe siècle reste cependant Rémy Belleau. La « Première Journée » de La Bergerie figure en effet une promenade à travers le château d’En-Haut, en 156540. Le poète commençait son itinéraire en traversant la grande terrasse orientale, large selon lui de deux toises et demie (un peu moins de 5 mètres41). Cette terrasse à la vue très dégagée sur la vallée de la Marne était fermée par une rambarde de pierre sculptée et enrichie d’un beau pavement « de porfire bastard, moucheté de taches blanches, rouges, verdes, grises, & de cent autres couleurs ». Le système d’évacuation des eaux avait été le support d’un décor sculpté de « gargouilles, & mufles de Lion ». La terrasse donnait accès à la galerie vitrée située à son extrémité septentrionale (notée 15 sur le plan du XVIIIe siècle). À l’intérieur, les murs de la galerie étaient lambrissés et le sol était recouvert de précieux « carreaux émaillez de couleur ».

  • 42 Postface de Fontaine M.-M dans Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. II, p. 246. Pour l’inter (...)
  • 43 BnF, fr. 8182, fo 149.

16La galerie renfermait d’après Belleau « une infinité de tableaux, faits de la main d’un gentil ouvrier » : faut-il comprendre que la galerie présentait un programme iconographique réalisé par un seul et unique maître, éventuellement peint à fresque ? Belleau décrivait en particulier trois tableaux : le premier était une scène pastorale dans laquelle deux bergers, Francin et Charlot (allusion transparente aux deux frères François et Charles de Lorraine), pleuraient ensemble sur l’état de la France livrée aux tourments de la guerre civile, le deuxième figurait un groupe de bergers en prière implorant la Paix sous les traits d’Astrée, le dernier enfin « estoit tout guerrier » et illustrait les exploits de François de Lorraine à Metz, Calais, Thionville et lors de son expédition italienne. Ces tableaux s’inscrivent dans la logique générale de La Bergerie, conçue comme une célébration du pouvoir des princes dont l’action garantit au monde l’ordre, la paix et la fertilité, mais il n’est pas impossible que Rémy Belleau, comme il aimait à le faire, ait développé et amplifié dans son œuvre un thème déjà présent dans la décoration de la galerie du château de Joinville42. On sait en effet que François de Lorraine, dans le testament rédigé sur son lit de mort le 24 février 1563, demanda à ses frères de faire représenter ses hauts faits de guerre dans la grande salle du château de Joinville, de façon à montrer que ces batailles avaient été menées pour le service des rois de France et de Dieu43. Les travaux payés par le cardinal de Lorraine en 1565-1567 – Belleau fut présent à Joinville entre 1563 et 1566 – eurent-ils pour but d’aménager en ce sens non la grande salle, mais la galerie du château d’En-Haut ? Si tel fut le cas, le poète aurait alors rendu compte du travail en train d’être réalisé sous ses yeux.

  • 44 Guillaume J., « La galerie dans le château français : place et fonction », Revue de l’art, no 102, (...)

17La galerie se serait bien prêtée à l’exposition d’une telle œuvre car la galerie, si caractéristique des châteaux français de la Renaissance, n’était pas seulement un espace voué aux fêtes mais plus encore un espace destiné à servir de promenoir intérieur pour le propriétaire des lieux44. Un rappel des gestes héroïques de François de Lorraine dans cet espace d’ordre privé pouvait servir à raviver le courage des membres de la famille, alors en disgrâce, aux flammes de l’exemple du grand duc de Guise. En outre, commandant l’entrée de l’étroit couloir reliant le château à la chapelle des Princes, dans l’église Saint-Laurent (une configuration qui n’est pas sans rappeler la galerie François Ier de Fontainebleau, reliant les appartements du roi à la chapelle de la Trinité), la galerie était empruntée quotidiennement par la duchesse douairière qui ne passait pas une journée sans se recueillir devant le tombeau de son mari puis celui de son fils aîné. Un décor consacré aux victoires ducales remportées pour la préservation de l’harmonie sociale dans la galerie menant à la nécropole princière aurait pu servir à rappeler le sens de l’engagement militaire de la famille. Il aurait pu s’agir alors d’une réactivation du thème de la ruine glorieuse du corps, thème gravé dans leur chair du vivant des ducs et inscrit dans la pierre de leur château à leur mort.

  • 45 BnF, fr. 8181, fo 481 (fragment d’un cahier de la dépense ordinaire d’un mois de novembre des anné (...)
  • 46 AN, K 529 A, fo 5.

18La partie médiévale du château abritaient une succession de pièces placées en enfilade et sans doute destinées au logement des gentilshommes et dames de la suite ainsi que des officiers. En revanche, c’était dans le nouveau corps de logis de style Renaissance que se situaient les appartements ducaux. Belleau mentionne au rez-de-chaussée la grande salle, la chambre de la duchesse douairière et une salle où les « bergères » (les dames et demoiselles de la duchesse) « ont de coustume de faire leur ordinaire & y paroissent sans plus au disner & au souper ». Les comptes de la maison ducale confirment la présence dans la chambre de la duchesse douairière de la vaste volière dépeinte par Rémy Belleau45. La duchesse disposait en outre d’un cabinet attenant à sa chambre et d’un prie-Dieu somptueusement meublé puisqu’il renfermait en 1583 « deux petitz chandeliers d’argent, deux pettites chopinettes aussy d’argent, neuf tableaux, ung tableau en chasse d’argent, quatre ymaiges albastre et ung petit crucifix, ung autre tableau où y a plusieurs ymaiges, ung tappis de buffet veloux cramoisy brun et toille d’or par laiz, ung grand miroir de cristal46 ».

  • 47 Humblot E., Notre Vieux Joinville…, op. cit., p. 104.
  • 48 AN, N III, Haute-Marne, no 4.

19On accédait à l’étage par une terrasse extérieure, selon le témoignage du chanoine Bluget (1796) : « On allait dans l’étage supérieur par le moyen d’une seconde terrasse extérieure pratiquée au-dessus des fenêtres qui éclairaient les appartements inférieurs au levant. Cette terrasse conduisait à un cabinet qu’on appelait le “Cabinet de la Ligue” […]. Ce cabinet était au milieu de la façade orientale de la ville47. » Les gravures et peintures ne permettent pas vraiment de distinguer cette terrasse, que l’on a tendance à prendre pour un simple bandeau décoratif, mais le plan du XVIIIe siècle des Archives nationales consigne lui aussi l’existence d’un « grand escalier par lequel on montait à une Gallerie qui communiquait aux appartemens d’en haut » situé contre le bâtiment des cuisines, de l’autre côté du logis (no 18 sur le plan48). Une galerie prenait donc naissance dans le prolongement de cet escalier, puis virait à angle droit (ou presque) vers la ville jusqu’au bout de la grande galerie lambrissée ; un embranchement perpendiculaire non couvert (la terrasse) partait au niveau de la façade orientale du bâtiment principal et desservait le fameux cabinet de la Ligue. Cette disposition de la galerie de circulation explique la largeur de la séparation entre les appartements du rez-de-chaussée (no 14) et la grande galerie décrite par Belleau (no 15), ainsi que l’épaisseur de la façade du château côté ville. Un autre escalier, plus petit et en colimaçon, desservait la galerie depuis la terrasse extérieure. Sa localisation, clairement indiquée sur le plan, explique un détail visible sur les images du château : l’existence d’une sorte de tourelle percée de fenêtres collée contre la grande galerie vitrée. Cette tourelle est en fait la terminaison de la galerie de circulation, et ses fenêtres, situées clairement entre les étages, signalent la présence de l’escalier accessible depuis la terrasse basse par une porte que l’on distingue sur la vue du château de la collection Gaignières (fig. 43). Une étude attentive de cette même vue permet de remarquer que la galerie de circulation était ornée par des arcades. On entrait donc dans la grande galerie vitrée du château depuis la terrasse basse en passant sous une sorte de portique formant un avant-logis. C’est probablement cet avant logis que Belleau vantait comme une parfaite exécution des canons de l’architecture moderne : « Le frontispice, à grandes colonnes, canellées & rudentées, garnies de leurs bases, chapiteaux, architrave, frise, cornice, & mouleures de bonne grace, & de juste proportion. »

  • 49 Guillaume J., « Château, jardin, paysage en France du XVe au XVIIe siècle », Revue de l’art, no 12 (...)

20L’idée d’un espace ouvert à l’étage n’était pas nouvelle, mais elle était assurément dans l’air du temps49. Ce type d’aménagement apparut à la fin du XVe siècle, lorsque l’envie se fit jour de profiter des agréments du jardin et du paysage sans pour autant sortir des pièces principales, situées généralement à l’étage. Les premiers exemples de réalisation furent les châteaux d’Amboise et surtout de Gaillon, dont le propriétaire Georges d’Amboise avait eu le loisir d’apprécier une disposition semblable à la villa du Belvédère, à Rome, en 1503. À Gaillon, le cardinal d’Amboise fit construire une terrasse élevée sur un portique qui longeait la Grand’Maison au niveau du premier étage : cette terrasse, accessible depuis les appartements du cardinal, offrait un très beau point de vue sur la Seine. Bien des bâtisseurs reprirent une si belle idée, comme François II de Longueville à Chateaudun ou Thomas Bohier à Chenonceaux ; plus tard, à Fontainebleau, des galeries de ce type permirent à la fois de faciliter la circulation dans le Château-Neuf et de jouir du spectacle des jardins et des étangs. La particularité du château de Joinville résidait peut-être dans sa double terrasse. La première, décrite par Belleau, était située au rez-de-chaussée du château et permettait de circuler entre les appartements de la duchesse et la galerie (pour ceux des résidents qui n’étaient pas autorisés à passer par les pièces les plus privées de l’appartement ducal) ; le souci de profiter du panorama y était clair puisque l’enceinte du château faisait place ici à une rambarde de pierre « taillée à jour », et donc à un garde-corps masquant moins la vue que ne l’aurait fait une muraille défensive. La deuxième terrasse, située à l’étage, avait une fonction de communication entre les appartements de l’étage et le rez-de-chaussée. On peut sans doute y voir un indice de la présence à cet endroit du premier étage des appartements du duc en titre lors de ses séjours à Joinville, puisqu’un tel espace était généralement placé dans le prolongement des appartements principaux (cela donne par conséquent quelque consistance à la légende entourant le cabinet de la Ligue). La terrasse de l’étage redoublait l’agrément du logis en offrant un point de vue un peu plus élevé sur la vallée de la Marne. La présence très probable d’un jardin aménagé dans l’espace de la troisième et dernière terrasse, sise en contrebas devant la partie ancienne du château (notée B sur le plan), complétait le tableau d’un château médiéval réordonnancé pour s’ouvrir à la beauté du paysage environnant.

Les abords du château

  • 50 BnF, fr. 8181, fos 74 et 80.

21Les Guise avaient pris soin de rendre plaisants les abords immédiats du château, lequel possédait, outre les citernes et le puits situé derrière l’église, purement fonctionnels, un bassin agrémenté d’une fontaine50. Un document de 1571 mentionne pour sa part une autre fontaine située cette fois-ci dans une grotte :

  • 51 ACC, 1-A-14, Dépenses du duc de Guise pour ses affaires, 1571.

À des menuisiers dudit Joynville pour besongnes qu’ilz ont faicte en la croste du château dudit lieu pour deux huys, ben et table : iiii livres.
À Nicolas La Lorre serruryer dudict Joynville pour avoir ferré deux chassys des offices de ladite croste et faict deux crochetz et anneaulx pour la fontaine : xxxix sous.
À maître Jehan le masson sur les besongnes par luy faictes pour ladicte croste la somme de c livres.51

  • 52 Belleau R., Œuvres poétiques, t. IV : La Bergerie divisée en une première et seconde journée (1572 (...)
  • 53 BnF, fr. 11559, fo 265.

22Belleau faisait bien halte au cours de la « Seconde Journée » de sa Bergerie dans un énigmatique « fief d’Haplaincourt, lieu propre pour prendre le frais & pour se desalterer » où se nichait une grotte, mais les commentateurs n’y ont vu en général que pure invention ou transposition d’une autre grotte vue ailleurs par le poète. Bien que se déroulant essentiellement dans le Grand Jardin des bords de Marne, la « Seconde Journée » de La Bergerie place la grotte visitée sur les hauteurs de Joinville, au sein du château d’En-Haut. Lorsqu’il vient faire cette courte retraite à l’ombre de la grotte, le poète a en effet terminé le tour du jardin. Il en est sorti par le petit bois, allant jusqu’au bord de la rivière, avant de monter au château52. Comme le pavillon du Grand Jardin n’est jamais évoqué dans la « Seconde Journée » et que la topographie joinvilloise ne justifie aucune ascension pour s’y rendre, il faut bien admettre que le poète retournait dans le cadre de sa « Première Journée », c’est-à-dire au château d’En-Haut. Datée de 1572, la « Seconde Journée » suivait d’ailleurs de peu la construction de la grotte par Henri de Lorraine. De plus, l’Histoire de la principauté de Joinville (1632) évoque elle aussi un « fief d’Applaincour » dont la localisation est cette fois explicitement associée au vieux château féodal53.

  • 54 Miotto L., « Grottes et nymphées dans les premières villas du Cinquecento », in A. Godard et M.-F. (...)
  • 55 Miller N., « Domain of Illusion : The Grotto in France », in E. MacDougall (éd.), Fons sapientiae.(...)
  • 56 Brunon H., « Grottes de la Renaissance en France : état de la question », in P. Morel (dir.), Les (...)
  • 57 Lecoq A.-M., « “Queti et musis Henrici II. Gall. R.” Sur la grotte de Meudon », in M. Fumaroli, P. (...)

23La passion des hommes de la Renaissance pour ces grottes pseudo-rustiques, agrémentées de jeux d’eau et susceptibles d’accueillir des convives pour un repas raffiné dans un décor onirique est bien connue. La mode en naquit en Italie, au XVe siècle, sur le modèle des grottes des villas romaines d’époque impériale54. Ces antres artificiels devaient susciter chez le spectateur la stupeur et le désir irrépressible de voir des choses extraordinaires : le revêtement décoratif imitait les matériaux naturels – coquillages, nacres… – en y mêlant d’autres matériaux – peintures… – qui devaient rendre le lieu plus merveilleux encore qu’une grotte naturelle. Les jeux d’eau, les reflets de lumière et les effets sonores accentuaient l’aspect fabuleux du lieu. Liées à l’obsession renaissante pour les pierres précieuses, les roches et l’alchimie, les grottes étaient une ouverture sur le monde fascinant des forces invisibles et souterraines de l’univers55. La vogue italienne rencontra un vif succès en France à partir des années 1540. L’un des premiers exemples attestés dans le royaume est la célèbre grotte des Pins, construite à Fontainebleau en 1543 et dont la conception a été attribuée tour à tour à Serlio et à Primatice56. La maison de Guise avait pour sa part donné l’un des plus fameux bâtisseurs de grottes de la Renaissance en la personne du cardinal de Lorraine qui confia là encore à Primatice le soin de réaliser la grotte du château de Meudon (1552 ?-155857). Au début des années 1570, la mode des grottes n’était en rien retombée puisque Catherine de Médicis en fit bâtir une aux Tuileries.

  • 58 L’expression « D’austre [?] costé sont les cours du fief d’Applaincour » vient en effet juste aprè (...)
  • 59 Brunon H., « Grottes de la Renaissance… », art. cit., p. 6-7.
  • 60 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. IV, p. 257.
  • 61 Lecoq A.-M., « “Queti et musis Henrici II. Gall. R.”… », art. cit., p. 101.
  • 62 BnF, fr. 11559, fo 265.

24Où pouvait bien se situer la grotte du château de Joinville et quel pouvait être son programme iconographique ? Comme souvent pour ce type de constructions, les sources font défaut. La lecture de l’Histoire de la principauté de Joinville donne toutefois à penser que la grotte des Guise aurait pu avoir été construite dans l’une des cours situées à l’arrière du château, du côté de la forêt et non de la ville58. La présence d’un escalier monumental pour passer de la grande cour marquée D sur le plan (fig. 44) à la « terrasse de cour haute » (notée 24) pourrait d’ailleurs être l’indice de l’implantation à cet endroit de la grotte, selon un dispositif proche de celui de la grotte de Meudon. Les preuves manquent toutefois pour l’affirmer. La question du programme iconographique est tout aussi délicate, même s’il est avéré que les grottes françaises présentaient souvent un décor articulé autour du Parnasse et des Muses ou bien autour de Pan et de l’univers pastoral59. Si la rapide description de Belleau comporte quelque vérité, ce serait au second thème qu’il faudrait rattacher la grotte de Joinville : « En ceste grotte nous trouvons mille belles inscriptions latines et françoises, chiffres, devises. Entre autres singularitez, il y a deux fontaines de vin perpétuellement coulantes, & liberalement espandues en ceste noble maison : là nous trouvons gravez sous les piés de Bacchus ces petits vers60… » Pan est en effet souvent présent dans les cortèges bacchiques. C’est la présence même de ce Bacchus qui a conduit beaucoup de lecteurs de La Bergerie à voir dans la grotte décrite par Belleau une transposition joinvilloise de la grotte de Meudon car le cardinal de Lorraine exposait dans sa grotte de nombreuses statues antiques et modernes, dont un « Automne » ou Bacchus moderne, exécuté à Rome dans le style antique par le Français Jacques d’Angoulême61. Belleau, qui n’était pas à Joinville pour la rédaction de la « Seconde Journée » (contrairement à celle de la Première), pallia-t-il sa méconnaissance de la nouvelle grotte en recourant à une grotte fameuse en son temps ou bien faisait-il état de ce qu’on lui avait rapporté sur la construction faite en Champagne l’année précédente ? Encore une fois, il faut se contenter d’admettre la seule vraisemblance de la description du poète. La grotte contribuait en tout cas à faire du château d’En-Haut une résidence bien « santante ung grand prince », comme aurait pu dire le cardinal de Lorraine. Il en allait de même pour l’indispensable jeu de paume (noté C sur le plan) aménagé dès le début des années 1550 dans un élargissement de la muraille, sous la collégiale Saint-Laurent62.

L’église Saint-Laurent et les tombeaux des Guise

  • 63 Sur ce tombeau qui a suscité une abondante littérature, voir en particulier Balsamo I., « Les tomb (...)
  • 64 De Belleforest F., La Cosmographie universelle…, op. cit., t. I, p. 350.

25Berceau des Guise, puisqu’il accueillit dans un cadre rénové les générations successives d’enfants sous l’œil attentif d’Antoinette de Bourbon, le château d’En-Haut fut aussi leur tombeau. L’église Saint-Laurent abritait en effet la chapelle des Princes où se trouvaient les sépultures des seigneurs de Joinville depuis 1317. En ce lieu sacré qui unissait dans la mort leur famille à Jean de Joinville, Antoinette de Bourbon et ses fils firent édifier entre 1550 et 1552 le somptueux tombeau de Claude de Lorraine qui marqua le début d’une succession de collaborations entre Primatice et la maison de Guise63. L’ambition du projet et sa parfaite exécution firent du monument funéraire du premier duc de Guise une œuvre célèbre en son temps, si bien que François de Belleforest pouvait écrire dans sa Cosmographie qu’il était « estimé des plus superbes ouvrages de ce royaume64 ».

Fig. 46 > Plan et élévation du tombeau de Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon, Paris, BnF, fr. 22429, fo 128.

26Le projet finalement exécuté par les sculpteurs Dominique Florentin et Jean Le Roux, dit Picart, consistait en un monument d’albâtre à deux étages comparable en cela au tombeau de Louis XII, terminé depuis 1530, et à celui de François Ier, alors en cours de réalisation.

  • 65 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. II, p. 24-25.

27Deux autres prestigieuses réalisations, hors des sépultures royales, adoptaient un parti similaire : les monuments destinés à Marguerite d’Autriche et Philibert le Beau à Brou, et celui de Louis de Brézé dans la cathédrale de Rouen. Les précédents étaient donc des plus recommandables. Selon la disposition devenue traditionnelle, les défunts (Claude de Lorraine et déjà Antoinette de Bourbon) étaient représentés en gisants décharnés au niveau inférieur et en orants parés des manteaux et couronnes ducaux à l’étage (fig. 46). Au-dessus des duc et duchesse en prière s’affichaient fièrement les armoiries et le chiffre enlacé des époux. La partie inférieure formait la chambre sépulcrale (haute de 5 mètres, large de 4,20 mètres et profonde de 2 mètres) derrière une façade composée de quatre cariatides représentant les quatre vertus cardinales, Force, Prudence, Tempérance et Justice, dont seules les deux dernières ont été conservées (fig. 47 et 48). Elles impressionnèrent beaucoup Rémy Belleau en 1565 : « Au lieu de colonnes [c] e sont les Vertus aprochantes à la moyenne proportion du colosse, elles soustiennent le vase & taillouer du chapiteau dessus leurs testes enrichies de fueilles d’acanthe, & branche ursine, pour soustenir le plinte de ce bastiment, si bien conduit, & si bien achevé, qu’il ne sauroit rougir pour les antiques65. » En réalité, les vertus ne soutenaient pas l’étage mais étaient simplement posées devant un pilier à chapiteau ionique. Il s’agissait d’un thème récent dans l’architecture française puisque les réalisations marquantes étaient alors les cariatides conçues par Jean Goujon pour le tombeau de Louis de Brézé (vers 1540) et les « quatre figures de femmes […] en façon de termes servant de colonnes » de la tribune de la salle de cérémonie du Louvre (septembre 1550). Encore une fois, les Guise avaient demandé aux artistes appelés à leur service de mobiliser pour eux les dernières nouveautés, et les plus prestigieuses.

Fig. 47 et 48 > Cariatides du tombeau de Claude de Lorraine représentant la Tempérance et la Justice, par Jean Le Roux (?). 1550-1552, albâtre, 1,99 × 0,66 × 0,60 m (Tempérance), 1,98 × 0,63 × 0,55 m (Justice), Joinville, château du Grand Jardin.

28Le sarcophage de Claude de Lorraine était sur sa face principale orné d’un triomphe. Le premier duc de Guise, vêtu à la romaine et assis dans un char, y était couronné de lauriers par une victoire ailée. La foule des vaincus soumis à son pouvoir marchait devant lui, tandis qu’un homme portant un écusson aux armes de la maison de Lorraine suivait le char du triomphateur. Le côté droit montrait une bataille, et un autre relief la prise d’une ville. Le reste de la chapelle funéraire était décoré de reliefs ayant pour thème la Charité et la Justice de Claude de Lorraine et de quatre figures de vertus matérialisant la Charité, la Libéralité, la Foi et l’Espérance. L’ensemble du tombeau constituait un monument à la gloire de Claude, guerrier victorieux et juste, prince charitable et protecteur de ses sujets. L’équilibre des vertus faisait du premier duc de Guise un seigneur chrétien exemplaire, alors que la splendeur de son tombeau élevait le défunt au sommet de l’aristocratie du royaume de France.

  • 66 Le cérémonial des funérailles de Claude de Lorraine est bien connu grâce à la brochure qui fut pub (...)

29Par sa qualité, le monument de Claude de Lorraine permettait en effet à la maison de Guise de faire bonne figure dans la compétition funéraire dans laquelle étaient alors engagées les grandes familles. Sa réalisation matérialisait une entreprise d’exaltation commencée au moment des obsèques de Claude de Lorraine, lorsque les Lorrains avaient décidé d’adopter un cérémonial directement inspiré de celui des rois de France66. Le corps du premier duc de Guise, décédé le 12 avril 1550, fut remplacé par une effigie qui reçut les honneurs d’un service à la royale, sur un lit d’honneur, dans la chambre mortuaire installée au couvent Notre-Dame-de-Pitié, au sud de Joinville. L’effigie était vêtue de hauts-de-chausses de toile d’or enrichis de velours cramoisi et de passements d’argent, d’une fine chemise brodée d’or, d’un grand manteau ducal de velours noir fourré d’hermine, semé de croix de Jérusalem dorées et retenu par une grosse agrafe d’or à cinq pointes de diamants, d’un bonnet de velours cramoisi brun et d’une couronne ducale étincelante de pierreries. Le 1er juillet, une fois la famille réunie et les représentants des grands seigneurs du royaume enfin arrivés à Joinville, eurent lieu les funérailles proprement dites. Un cortège impressionnant se mit en branle depuis le couvent, fait de douze crieurs annonçant le trépas du duc, de deux cents pauvres portant des cierges, du clergé des églises de la ville, des officiers de Joinville, des ambassadeurs des villes de Bourgogne dont Claude était gouverneur, des officiers et serviteurs de la maison ducale, des chanoines et chantres de l’église Saint-Laurent, puis de six grands chevaux caparaçonnés de velours noir précédant les pièces d’honneur (les armes du duc), et enfin des bannières aux armes des lignées maternelles et paternelles de Claude de Lorraine. Le lit d’honneur où était étendue l’effigie était porté par vingt gentilshommes et suivi par les princes du grand deuil accompagné de nombre de gentilshommes et d’ecclésiastiques. Serrés dans la petite chapelle des Princes au sein de la collégiale Saint-Laurent, la famille ducale et les représentants des personnalités les plus éminentes purent rendre un dernier hommage solennel au duc de Guise au cours d’une cérémonie qui disait hautement des ambitions du clan lorrain.

  • 67 Chatenet M., « Quelques aspects des funérailles nobiliaires au XVIe siècle », in J. Balsamo (éd.),(...)

30D’autres familles firent à cette époque le choix du même rituel, mélange de tradition médiévale, d’inspiration antique (par le « piteux triomphe » à travers la ville, notamment) et de glorification monarchique, pour affirmer leur rang à l’occasion du décès de l’un de leurs membres : les Clèves en 1549 pour les obsèques de Marie d’Albret, mère du duc de Nevers, les La Trémoille pour celles d’Anne de Laval en novembre 1553, les Bourbon en 1557, les Montmorency pour le connétable en 156767… La précocité de l’adoption de ce rituel par les Guise jointe à l’édification de leur somptueux tombeau dans l’église des seigneurs de Joinville dit assez la place qu’entendait prendre la famille au sein de l’aristocratie française. Capables de mobiliser l’imaginaire monarchique français aussi bien que lorrain (Emond du Boullay, le grand ordonnateur des funérailles de Claude de Lorraine, était le héraut d’armes de la maison ducale de Lorraine) et de mettre à contribution la symbolique antique revisitée par les artistes contemporains, les Guise donnèrent au fondateur de leur lignée un mausolée à la hauteur de leur désir de pouvoir. Et ce fut sans déshonneur que le corps de François de Lorraine put être inhumé aux côtés de celui de son père en 1563, la glorification du combattant toujours vainqueur et du gouverneur juste et bon convenant au fils tout autant qu’au père.

31Le château d’En-Haut offrait donc le visage contrasté de bien des châteaux médiévaux réaménagés par leurs propriétaires à la Renaissance. Il conservait par beaucoup d’aspects son allure antique de château-fort hérissé de tourelles et dominant la ville de toute la hauteur de ses murailles. La permanence de la menace militaire en Champagne a montré à l’envi que l’aspect de forteresse du château n’était pas uniquement le vestige d’un passé révolu ni même un simple rappel symbolique de l’autorité seigneuriale. Les Guise surent cependant actualiser leur vieille demeure pour en faire une résidence ornée de toutes les inventions de l’art de vivre italien revisité par les Français.

32L’ancien château de Joinville imposait de jouer avec les contraintes, d’adopter des solutions quelque peu bâtardes, bref de faire du neuf avec de l’ancien. Il n’en allait pas de même du petit pavillon de plaisance que Claude de Lorraine décida d’ériger en bord de Marne dans les années 1530 : le château d’En-Bas entouré de son Grand Jardin permit aux Guise de s’affranchir des lourdeurs prestigieuses du pouvoir militaire et de l’autorité seigneuriale.

Le château du Grand Jardin

  • 68 De Navarre M., Heptaméron, édité par R. Salminen, Genève, Droz, 1999 (1re éd. 1558). Voir la nouve (...)

33Une légende colportée par l’Histoire de la maison de Guise de Fornier veut que le château du Grand Jardin ait été le fruit d’un repentir. Claude de Lorraine serait en effet tombé sous le charme d’une jolie et modeste Joinvilloise, surnommée la Viergeotte, et aurait décidé de concrétiser ses vues sur la jeune femme. L’épouse du duc, ayant eu vent de cette passade, aurait choisi de faire comprendre sa faute à son mari par un stratagème : elle aurait fait porter dans l’humble logis de sa rivale les plus beaux meubles du château, afin que son mari trouvât là un intérieur conforme à son rang. L’époux volage aurait compris en voyant un décor aussi fastueux qu’il était découvert et serait aussitôt allé avouer ses errements à sa femme pour obtenir son pardon. Il aurait alors décidé de faire élever un pavillon d’agrément en gage de sa fidélité retrouvée. L’anecdote est plaisante et comporte semble-t-il quelque fond de vérité. Les devises sculptées sur les façades du château d’En-Bas (« Toutes pour une » et « Là et non plus »), jointes aux chiffres mêlés de Claude de Lorraine et d’Antoinette de Bourbon, accréditent en effet l’idée d’un bâtiment placé sous le signe de l’amour conjugal et de la foi jurée. Le stratagème prétendument employé par la duchesse était en revanche un topos de la littérature sur les maris infidèles et leurs épouses bafouées puisque la nouvelle 38 de l’Heptaméron de Marguerite de Navarre, datée de 1546 et inspirée de deux sources publiées en 1523 (dont un colloque d’Érasme), développait une histoire semblable à propos d’une bourgeoise de Tours trompée par son mari avec l’une de ses métayères68. Au-delà de la légende, certains faits sont avérés grâce aux archives et à l’étude architecturale poussée que les travaux de restauration menés depuis les années 1980 ont rendu possible.

Un pavillon d’agrément

  • 69 AN, 300 AP II 404*, fo 521 ; KK 908, fo 58 ; KK 906, fo 59 ; BnF, fr. 8181, fo 231. Pour toute la (...)
  • 70 Les lucarnes d’époque Renaissance furent détruites à la Révolution ou au début du XIXe siècle ; le (...)
  • 71 Billat H., Joinville, le château du Grand Jardin. Haute-Marne, Paris, Inventaire général Adagp, co (...)

34La construction du château, qui dut commencer en 1533 et dura jusqu’en 1546, fut menée en trois campagnes successives bien mises en évidence par Diane Timmer69. À l’origine, le pavillon du jardin n’était constitué que d’un seul corps de logis rectangulaire de sept travées rythmé par le grand ordre corinthien (fig. 49 pl. XV). Le toit était percé de sept lucarnes, placées au sommet de chacune des travées, et possédait sans doute deux grandes cheminées70. Des adjonctions furent rapidement entreprises sur ce bâtiment initial, dont un probable édicule à l’angle nord-est du logis. Dans un dernier temps, enfin, en 1546, le château prit son extension définitive par l’ajout d’une chapelle et d’une vis au sud, ainsi que par la transformation de l’édicule nord-est afin de conserver l’aspect rectangulaire du plan d’ensemble. La vis sud fut surmontée d’un dôme à lanternon semblable à celui qui ornait peut-être déjà le cabinet en saillie de la façade orientale. On ne sait pas en revanche quand fut construit le troisième et dernier dôme, au-dessus de la vis nord. Non représenté sur la gravure de Belleforest, il est présent sur les gravures et peintures du XVIIIe siècle71.

  • 72 Une visite virtuelle du château est accessible en ligne : http://www.haute-marne.fr/legrandjardin/ (...)

35L’intérieur du bâtiment, profondément remanié par le bailli Jacques Faypoult dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, a été restitué dans son état du XVIe siècle lors des récentes rénovations72. L’entresol et les cloisons ont été supprimés pour retrouver les vastes volumes et la distribution qui étaient ceux de l’époque des Guise. Le seul et unique étage d’apparat, isolé du sol par un niveau de soubassement, est ainsi réapparu dans sa configuration initiale : une grande salle de 250 m2 (25 mètres de long sur 10 de large) haute de 6,60 mètres, une chambre accompagnée d’une antichambre et d’un cabinet ou garde-robe (fig. 50). Les escaliers situés de part et d’autre de l’appartement ducal permettait d’accéder aux combles et aux cuisines installées en sous-sol ; l’escalier sud desservait en outre la chapelle, placée légèrement en contre-bas et dédiée à saint Claude en l’honneur du patron du bâtisseur. Les travaux donnèrent aussi l’occasion aux restaurateurs de se faire une idée plus précise de l’aspect de la grande salle. Ils purent ainsi rétablir le rythme des poutres du plafond (deux par trumeau), remettre à jour les solives et découvrir l’existence de grandes niches rectangulaires de 2,50 mètres sur 2,20. Ces niches, disposées entre les grandes fenêtres à double traverse décorées aux armes de Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon, étaient elles-mêmes ornées d’un fronton triangulaire et d’une frise sculptée de fruits, de cartouches et de têtes d’enfants. De riches lambris, partiellement reconstitués dans un angle de la salle, couvraient les murs jusqu’à hauteur des niches. Une cheminée monumentale devait en outre occuper le centre du mur séparant la salle de la chapelle (fig. 51 pl. XV).

  • 73 AN, Q1 684*.
  • 74 BnF, fr. 20472, fos 111 et 175.

36Le plan très simple du château d’En-Bas s’explique par la vocation du bâtiment. Comme le précisait l’aveu de la principauté de Joinville de 1576, le Grand Jardin n’était « que lieu de plaisir sans proffit73 ». Destiné aux fêtes et au délassement de ses propriétaires, le château n’avait aucune des vocations militaires, économiques et seigneuriales du château d’En-Haut. Il arrivait certes que le duc vînt y résider – en particulier Henri de Lorraine qui écrivit à plusieurs reprises à son épouse de lui faire préparer son logis au Grand Jardin74 – mais les installations étaient bien trop sommaires pour abriter longtemps la suite ducale. L’ornementation des façades soulignait la vocation du lieu par une symbolique alliant glorification des hauts faits militaires de Claude de Lorraine et célébration de l’amour conjugal, de l’abondance et de la fertilité. La porte d’entrée était ainsi surmontée de deux victoires tenant les palmes de la renommée et une couronne de laurier, ainsi que d’un bas-relief figurant une bataille héroïque inspirée de l’Antiquité. Des chars de triomphe formaient un glorieux cortège tout autour du bâtiment, tandis que putti et trophées d’armes faisaient allusion à la victoire et à la paix lui succédant. Des satyres, des termes canéphores et des cornes d’abondance amenaient le thème de la prospérité issue de la paix dans le contexte propice du jardin. Le thème du mariage, lié à celui du jardin par les motifs de la paix, du repos et de la fertilité, apparaissait quant à lui dans les devises de fidélité et dans les chiffres unis de Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon.

Fig. 50 > Restitution du plan au sol dans l’état du XVIe siècle par l’architecte des Monuments historiques Jean-Michel Musso.

  • 75 Babelon J.-P., Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, Picart, 1989, p. 397.

37Le château d’agrément de Claude de Lorraine louait donc les qualités militaires de son bâtisseur dans le langage classique chéri des humanistes et des artistes férus de culture antique. Le premier duc de Guise ne faisait ici que suivre l’exemple de princes plus puissants qui, des Médicis à François Ier, avaient perçu tout ce que l’utilisation des références antiques et de la mystique impériale (en particulier par le motif du triomphe) conférait à leur pouvoir en matière de légitimité et d’aura quasi sacrée. Le programme iconographique du Grand Jardin inscrivait le pouvoir ducal dans la monumentalité et le revivifiait en le parant des couleurs de la culture politique moderne. L’ambition de Claude de Lorraine était d’ailleurs sensible dans l’extrême qualité du château qu’il fit bâtir car bien des éléments du bâtiment le rapprochaient des édifices contemporains les plus prestigieux. Le choix de rythmer la façade du château d’En-Bas par des paires de pilastres corinthiens réunis sur un même stylobate et sous un même entablement avec au centre un espace pour y loger une niche ornée du motif de la coquille rappelle très clairement le parti adopté par Sebastiano Serlio dans certains des projets de son Quarto Libro (1537) et plus encore dans la réalisation du château d’Ancy-le-Franc (1544-1550). De même, la travée centrale, avec sa porte d’entrée à colonnes coiffée d’un bas-relief et insérée entre de grands pilastres, présente une parenté avec le château de Saint-Maur, commencé par Philibert Delorme pour le compte de Jean du Bellay en 1541. Le château du Grand Jardin fut donc l’une des toutes premières manifestations de l’inspiration serlienne en France. Son décor sculpté, attribué tour à tour au Lorrain Ligier Richier et à Dominique Florentin (en collaboration avec un autre collaborateur de Primatice, Jean Picart), témoignait pour sa part de « l’aisance souveraine d’une main habituée à la grammaire italienne et s’en libérant75 ».

Un écrin de verdure

38Le château d’En-Bas était bien sûr indissociable du grand jardin qui lui donnait son nom (fig. 52 pl. XV). L’aspect de ce dernier à l’époque de Claude de Lorraine nous est inconnu mais la « Seconde Journée » de La Bergerie de Belleau permet de se faire une idée de son aménagement à la date de 1572 :

  • 76 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. IV, p. 156-157.

Nous nous trouvons à la porte d’un jardin le plus beau & le plus accomply qu’on pourroit souhaitter, soit pour le complant d’arbres fruictiers, à pépin, ou à noyau […], soit pour la beauté du parterre, arrousé de trois fontainettes d’eau vive qui sourd des flancs de ce rocher, & qui fait un canal de largeur d’une toise et demie, passant au travers de ce jardin enrichi de compartimens, entrelas, bordures, chiffres, armoiries, allées, clostures, cabinets, labyrinthes, berceaux, arcades et de tous autres enrichissemens que l’œil pourroit souhaiter.76

  • 77 Comito T., « Le jardin humaniste », in M. Mosser et G. Teyssot (dir.), Histoire des jardins de la (...)
  • 78 Guillaume J., « Le jardin mis en ordre. Jardin et château en France du XVe au XVIIe siècle », J. G (...)

39Une fois franchis les murs du jardin par la porte donnant sur la ville, on pénétrait ainsi dans un monde d’abondance dédié au plaisir des sens. Les arbres fruitiers évoqués par Belleau tendaient leurs branches chargées des fruits les plus goûteux aux promeneurs gourmands : « Pommes, poires, guignes, cerises, griottes, oranges, figues, grenades, pesches, avant-pesches, presses persiques, pavis, perdigoines, raisins muscats, prunes de Damas noires, blanches, rouges : bref de tous les meilleurs fruicts et plus exquis qu’on sçauroit recouvrer en nostre France. » Les savantes dentelles de fleurs flattaient le nez autant que l’œil et Belleau pouvait chanter l’air « embasmé des souefves odeurs de ce parterre » d’œillets, de thym, de marjolaine, de roses, d’églantines et de muscades. L’imaginaire médiéval du jardin clos comme lieu d’enchantement retiré du monde et reflet du Paradis terrestre s’associait à la Renaissance à la réactivation humaniste du mythe de l’âge d’or pour faire du jardin un espace dédié au délassement du corps, à la récréation de l’esprit et à l’émerveillement de tous les sens77. L’évolution décisive à la Renaissance fut cependant le rapprochement entre le jardin et le château, au lieu des espaces clairement dissociés de l’époque médiévale. Le Grand Jardin de Joinville représentait de ce point de vue une sorte d’aboutissement en intégrant un pavillon de plaisance au cœur du jardin, l’un et l’autre fonctionnant en symbiose78.

  • 79 Sur l’importance de la diversité des formes et des espaces pour le plaisir visuel, voir Puppi L., (...)
  • 80 Comito T., « Le jardin humaniste », art. cit., p. 33.
  • 81 Duport D., Le Jardin et la nature. Ordre et variété dans la littérature de la Renaissance, Genève, (...)
  • 82 Ibid., p. 46-47 ; Fontaine M.-M., « La vie autour du château : témoignages littéraires », in J. Gu (...)

40La réussite du jardin des Guise passait par la diversité des espaces au sein même du jardin – parterres, prés, bois, cheminements couverts ou découverts, retraits dans les cabinets de verdure, sous les arcades, fontaines, etc. – propre à réjouir l’œil et à fournir un cadre adapté à chaque activité, que ce soit la promenade, la parade, les jeux, l’intimité amoureuse, ou simplement quelques instants de repos à l’ombre d’un grand arbre ou dans la proximité rafraîchissante d’une fontaine79. Le jardin, et plus particulièrement les parterres, donnaient en outre à lire par leur allure géométrique les proportions mathématiques et musicales du cosmos et vantaient ainsi à la fois la beauté de l’œuvre divine et la capacité humaine à la reproduire. Car le jardin fut de plus en plus à la Renaissance un hymne à la magnificence et au pouvoir princiers, si bien que Pontano formulait des recommandations à ce propos au roi de Naples dans son traité De Splendore80. La végétation déployait ses richesses et sa fertilité selon les plans du prince, lequel pouvait encore les marquer de son sceau. L’art du parterre était en effet « une écriture de la gloire » grâce à ses entrelacs dessinant chiffres et armoiries du maître des lieux81. Les parterres de Fontainebleau, des Tuileries, de Saint-Germain-en-Laye étaient ornés du chiffre royal, et Olivier de Magny chantait les parterres d’Anet où se dessinaient les chiffres de Diane de Poitiers, du roi et de la reine : « Cettuy là qui l’a divisé/ L’a de parterres composé,/ Où plusieurs armes il a mises/ Et plusieurs chiffres et devises,/ Le tout en herbe si bien feint/ Qu’on diroyt presque qu’il est peinct82. » Les parterres des Guise au Grand Jardin, enrichis de la sorte selon Belleau, participaient de cette exaltation du pouvoir ducal et entraient en résonance avec le décor armorié triomphal du pavillon construit au cœur du jardin.

  • 83 Boudon F., « Jardins d’eau et jardins de pente dans la France de la Renaissance », in J. Guillaume (...)

41La domestication de l’eau par les seigneurs de Joinville, sensible à travers l’aménagement d’un canal de 3 mètres de large pour faire passer l’eau venant de la colline au pied du château avant de la laisser repartir à l’état sauvage à travers le bois jusqu’à la Marne, avait le même sens : elle symbolisait la puissance des maîtres des lieux mise au service non plus de la défense d’un château mais du pur agrément et de la beauté. Le Grand Jardin était en pointe dans ce registre puisqu’on ne lui connaît pas d’équivalent pour les années 1540. Le roi avait certes commencé les recherches sur les utilisations de l’eau pour l’embellissement du château et des jardins de Fontainebleau, mais son exemple ne fut guère suivi avant les années 1550 à Anet, Chenonceaux, Vallery, Dampierre83… Tout le discours symbolique du Grand Jardin et de son château affichait l’ambition de la maison de Guise au début des années 1540 et au seuil de son ascension politique.

42Joinville demeura la cité des Guise pendant plus de soixante ans. En mars 1583, le décès d’Antoinette de Bourbon, qui en avait été l’âme, marqua la fin d’une époque. Bien qu’Henri de Lorraine y vînt encore régulièrement, la ville et ses châteaux perdirent peu à peu leur place au profit de Paris et de l’hôtel de Guise. Les grandes heures de la ville étaient finies, et le cœur du pouvoir des Guise tendit à se déplacer vers Paris et vers l’hôtel de la rue du Chaume.

L’HÔTEL DE LA RUE DU CHAUME : « LE LOUVRE DES GUISE84 »

  • 84 Babelon J.-P., « L’hôtel de Guise », in R. Mousnier et J. Mesnard (dir.), L’âge d’or du mécénat (1 (...)
  • 85 Id., Paris au XVIe siècle, Paris, Association pour la publication d’une histoire de Paris, 1986, p (...)
  • 86 BnF, Clair. 341, fo 48.

43Il n’était en effet plus guère possible pour une grande famille, au milieu du XVIe siècle, de ne pas posséder au cœur de la capitale du royaume une demeure qui fût aussi une vitrine de sa puissance. Depuis la décision de François Ier, en 1528, de faire de Paris sa principale résidence, la ville n’avait cessé de voir croître son importance politique et les aristocrates s’attachaient à faire construire de magnifiques hôtels dans les quartiers de Saint-Germain-l’Auxerrois, de Saint-Honoré, de Saint-Eustache ou bien encore du Temple85. Les Guise possédaient bien, avant d’acheter le bâtiment qui devint l’hôtel de Guise, un pied-à-terre à Paris : une lettre datée de 1548 et adressée à François de Lorraine, alors duc d’Aumale, porte en effet en guise de signature la mention suivante : « Concierge de leur [i.e. Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon] logis et le vostre à Paris86. » Où était ce logis ? La lettre, qui traite de tout autre chose, n’en dit pas plus.

44En revanche, l’inventaire des titres de la principauté de Joinville de 1629 (dans sa copie de 1673) contient un article des plus intéressants :

  • 87 AN, KK 907, fos 29-30.

Promesse et recongnoissance faicte par Jean Levergeur, sieur d’Acy, qu’encores que par les lettres de possession et saisine de certaine maison appartenant à monseigneur le duc de Guise es faulxbourgs St Marcel près Paris nommée le séjour d’Orléans il soit porté que j’avois presté et advancé grosses sommes de deniers à mondit seigneur sur ladicte maison neanmoings que la verité est telle qu’il n’a presté ny advancé aucuns deniers à mondict seigneur mais seulement luy a presté son nom par son commandement et pour luy faire service (24 juin 1537).87

  • 88 Hurtaut P., Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, t. III, Paris, 1779, (...)
  • 89 ACC, 1-B-110.

45Ce Séjour d’Orléans était un hôtel médiéval entouré de vastes jardins situé le long des rues Mouffetard et du Fer-à-Moulin, dans le faubourg Saint-Marcel88. Il avait appartenu à Milles de Dormans, évêque de Beauvais, qui le vendit au duc de Berry en 1386. Cédé l’année suivante à Isabeau de Bavière, l’hôtel fut l’objet d’un échange entre la reine et son beau-frère le duc d’Orléans, qui l’augmenta de diverses acquisitions (1388). Le Séjour d’Orléans passa ensuite à la maison d’Anjou-Sicile, puis fut réuni à la couronne après la mort de Charles IV d’Anjou, neveu et successeur du Roi René, qui avait fait de Louis XI son héritier universel. Le roi donna alors le bâtiment à Jacques Louet, trésorier des chartes, pour en jouir sa vie durant (1483). En février 1541, pourtant, Claude de Lorraine céda le Séjour d’Orléans à Jean-Jacques de Mesmes, lieutenant civil de la prévôté de Paris89. Le duc de Guise, descendant comme membre de la famille de Lorraine de la maison d’Anjou-Sicile, réussit-il à remettre la main pendant quelques années sur une ancienne possession de prestige, aux portes de Paris ? Il semblerait bien que oui. Était-ce pour autant un véritable lieu de résidence pour la première génération des Guise lors des étapes parisiennes, cela reste impossible à vérifier. Les Guise en perdirent de toute façon le contrôle dès le début des années 1540 et la lettre de 1548 fait nécessairement référence à un autre bâtiment.

46De tout cela, il ressort deux points essentiels : primo, les Guise étaient possessionnés à Paris ou dans ses faubourgs bien avant l’achat de l’hôtel de la rue du Chaume ; secundo, aucune des résidences parisiennes antérieures à cet achat ne fut aussi clairement associée à la famille et ne lui servit de réelle vitrine au sein de la capitale. L’acquisition de 1553 signe donc la volonté de la maison de Guise de marquer désormais le paysage parisien de son empreinte.

Le quadrilatère parisien des Guise

47Ce fut en effet en juin 1553 qu’Anne d’Este et François de Lorraine acquirent pour 16 000 livres des mains de Philibert Babou de la Bourdaisière, trésorier de France, l’ancien hôtel de Clisson, bâti entre 1371 et 1375. L’entrée en était située rue du Chaume, aussi appelée parfois Grande rue de Braque ou rue de la Chapelle-de-Braque (l’actuelle rue des Archives, sur la section comprise entre la rue des Blancs-Manteaux et la rue des Quatre-Fils) mais une partie du terrain s’étendait le long de la rue des Quatre-Fils. L’hôtel se situait au sein du quartier aristocratique né de la proximité du palais des Tournelles, mais était de fait assez éloigné du Louvre.

  • 90 BnF, fr. 8182, fos 58-62 ; fr. 22389, fo 35 ; Carteggio d’arte…, op. cit., p. 300-301.
  • 91 Voir les dossiers sur l’hôtel de Guise en BnF, fr. 8182 et 22389, ainsi que de Langlois C.-V., Les (...)
  • 92 Goldthwaite R., Wealth and the Demand for Art…, op. cit., p. 216-217.
  • 93 Mirot L., « L’hôtel et les collections… », art. cit., p. 314 et 350.

48L’acte de vente précisait que la propriété consistait en « une grande maison contenant plusieurs corps d’hostelz, estables, courtz et jardins » et un agent du duc de Ferrare affirmait au moment de l’achat par les Guise que l’hôtel était assez grand et les jardins beaux90. Un artifice juridique fut mis sur pied en 1556 afin de garantir l’hôtel contre d’éventuels créanciers : le duc et la duchesse cédèrent l’hôtel à leur frère et beau-frère le cardinal de Lorraine (octobre 1556) qui le rétrocéda six mois plus tard à son neveu, le prince de Joinville, à la condition que l’hôtel appartiendrait toujours à l’héritier du titre (et non au duc en titre91). Le cardinal avait aussi, peu de temps auparavant, en juin de la même année, fait don à ses frère et belle-sœur de l’hôtel de Laval, acheté des héritiers du conseiller en parlement Jean Brinon et surtout voisin de l’hôtel de Clisson (il était situé à l’angle des actuelles rue des Archives et rue des Francs-Bourgeois, sur l’emplacement actuel de la cour d’honneur de l’hôtel de Soubise) ; le don était soumis à la condition que l’hôtel passerait toujours à l’aîné mâle de la famille. Ces montages juridiques démontrent à l’évidence le poids de l’hôtel parisien dans la représentation dynastique de la maison de Guise. Semblables en cela aux riches Florentins du XVe siècle dont l’obsession était de prémunir leur palais contre un passage aux mains d’une autre famille, les Guise faisaient en sorte que l’hôtel de la rue du Chaume restât un signe fort de leur pouvoir au cœur de Paris92. Le cardinal de Lorraine acquit encore, en deux fois (1557 et 1561), la maison appelée La Doulcette « tenant à l’hostel de Guise » sur la rue des Quatre-Fils, tandis que François de Lorraine parvenait au terme d’un long procès contre les Rohan à s’emparer de l’hôtel de La Roche-Guyon, rue Vieille-du-Temple, en face de la rue Barbette. Au terme de huit années d’efforts et de solidarité familiale, les Guise parvinrent ainsi à agrandir considérablement l’emprise de l’ancien hôtel de Clisson et à affermir leur position au cœur du Marais, à deux pas de l’hôtel de Montmorency qui connaissait exactement à la même époque d’importants agrandissements93.

De l’hôtel de Clisson à l’hôtel de Guise

  • 94 Babelon J.-P., « Dans le cadre de la rénovation du Marais. Nouveaux documents pour la restauration (...)

49En dépit de ces acquisitions, le bâtiment de l’hôtel de Guise n’était guère au XVIe siècle que l’hôtel de Clisson (fig. 53). Des marchés de construction et des plans de l’hôtel analysés par Jean-Pierre Babelon et Patricia Ranum ont en effet permis d’établir que les grands travaux qui donnèrent à l’hôtel son extension maximale avant son intégration dans l’hôtel de Soubise furent réalisés au XVIIe siècle, d’abord dans les années 1610 par Henriette-Catherine de Joyeuse, épouse du quatrième duc de Guise, puis dans les années 1660 par Marie de Lorraine, dernière représentante des Guise (fig. 5494) Au XVIe siècle, l’hôtel se résumait au corps de logis et aux deux ailes entourant la cour de Clisson. Le premier étage du corps de logis abritait la grande salle et la chambre du duc de Guise et communiquait avec la chapelle située dans l’aile qui faisait le prolongement de la grande porte d’entrée. Le bâtiment devait faire trois étages au-dessus du rez-de-chaussée, sans compter les combles. Des bâtiments plus bas, abritant les communs, longeaient la rue du Chaume au-delà de l’aile gauche et jusqu’au carrefour avec la rue des Quatre-Fils. Derrière le bâtiment principal s’étiraient les jardins de l’hôtel.

Fig. 53 > L’hôtel de Guise d’après le plan de Paris de Quesnel (1609).

Fig. 54 > L’étage noble de l’hôtel de Guise après les rénovations de 1666-1667. Les bâtiments autour de la seconde cour datent du XVIIe siècle. Seule la partie inférieure du plan, autour de la cour de Clisson, est à considérer pour approcher la possible disposition des pièces à l’étage au XVIe siècle (restitution de Patricia Ranum, d’après AN, AB XIX 600).

  • 95 AN, AB XIX 313. Le 17 octobre, le prévôt des marchands se déplaça à l’hôtel afin d’examiner l’état (...)
  • 96 AN, MC, étude XLIX, liasse 101.
  • 97 Guiffrey J., Les Comptes des bâtiments du roi (1528-1571), suivis de documents inédits sur les châ (...)

50S’ils n’agrandirent pas significativement l’hôtel de Clisson, les Guise n’en refirent pas moins intégralement la décoration pour affirmer leur grandeur au sein de la capitale. Leur premier acte à la prise de possession de l’hôtel fut de demander le rétablissement de l’eau de la fontaine, étape indispensable pour pouvoir commencer les travaux d’aménagement95. La fin de l’année 1553 et le début de l’année 1554 durent être consacrés au réaménagement du logis car un marché du 5 novembre 1554 fixait une partie de la décoration à apporter à la grande salle du premier étage ainsi qu’à la chambre et à la garde-robe du duc96. Le maître peintre Thomas Le Plastrier s’engageait à peindre et vernir les plafonds de l’étage d’apparat de très riche façon : les solives devaient recevoir deux bordures d’or fin larges de « cinq à la feullie » et les poutres quatre bordures d’or larges de « troys à la feullie » ; chaque poutre devait en outre porter quatre entrelacs contenant le chiffre ducal ou la croix de Jérusalem ; dans la chambre et la garde-robe, le peintre devait en outre vernir une frise de menuiserie située entre les solives et les corbeaux soutenant les poutres, la frise devant comporter un chiffre peint entre chaque poutre et un certain nombre de masques dorés à l’or fin. La commande, à livrer deux mois après la passation du marché (soit le 1er janvier 1555), avait été établie moyennant 500 livres tournois. L’artisan chargé de la réalisation de cette luxueuse décoration de l’appartement ducal faisait partie de l’élite parisienne, car on retrouve son nom trois années plus tard parmi les ouvriers occupés à faire des enrichissements similaires dans la grande salle de bal du Louvre. En compagnie de Louis et Jean Dubreuil, Jean Testart et Jean le Jeune, Thomas Le Plastrier avait en effet peint de couleur bois le tour de la salle au niveau des poutres, puis peint en blanc le niveau inférieur, au niveau des corbeaux, lesquels avaient été recouverts de feuille d’or et ornés d’un masque de faune de papier doré à l’or fin ; la partie peinte en blanc avait été enrichie d’un décor de festons de lierre et d’un grand nombre de devises du roi97. L’artisan était par conséquent spécialisé dans la peinture des menuiseries et il réalisa à l’hôtel de Guise un décor alors très prisé par l’aristocratie : les chiffres et devises de la famille consacraient l’espace à la glorification du lignage, et les masques dorés conféraient aux pièces un aspect« à l’antique » des plus satisfaisants.

  • 98 AN, MC, étude XLIX, liasse 101.
  • 99 Sur cette tapisserie et sa présence à l’hôtel de Guise, cf. infra chap. 5.

51Thomas Le Plastrier fut rappelé très peu de temps après (mars 1555) pour une nouvelle série de travaux concernant cette fois les lambris et huisseries de la salle, de la chambre et de la garde-robe. Il devait dorer et vernir les cinq croisées de la chambre et les huit de la salle en y intégrant la devise du duc, peindre les six portes de l’appartement en leur appliquant des bords et filets dorés similaires à ceux des poutres ainsi que deux grandes devises, peindre le plafond de la petite allée réunissant la grande salle et la chambre sur le modèle de celui de la chambre, vernir les lambris hauts de trois pieds tout à l’entour de la chambre avec force devises, vernir et dorer encore la frise de la salle, de l’allée et de la chambre98. Le Plastrier devait en outre peindre cinq chandeliers « coulleur de courail » pour la chambre ducale, vernir et dorer « une table qui s’allonge » et un buffet pour la salle, ainsi que « les banctz du circuyt de la dicte grande salle » ; il devait enfin fournir un ensemble destiné à la chapelle et composé d’une « table d’hostel », de deux images de saint François et de sainte Anne, patrons des duc et duchesse de Guise, encastrées dans le tableau, lui-même surmonté d’un couronnement aux armes du duc, et le tout accompagné d’un lutrin en forme d’ange. La lecture du marché de mars 1555 donne ainsi à voir un appartement richement orné (les travaux coûtèrent 1 100 livres tournois) et très coloré, garni de quelques meubles conçus spécialement pour s’accorder à la décoration d’ensemble des pièces. Il est possible que l’espace entre les lambris et le plafond fût alors recouvert – au moins à l’époque d’Henri – de la célèbre tapisserie des Chasses de Maximilien qui faisaient la fierté de la maison99.

52L’automne 1555 et l’hiver 1556 furent dédiés à l’édification et à la décoration des étuves et de la chapelle, travaux pour lesquels les Guise firent de nouveau appel à Primatice, après l’avoir employé pour l’édification du tombeau de Claude de Lorraine. L’artiste italien écrivit au duc de Guise en octobre 1555 pour se justifier de la lenteur des travaux :

  • 100 BnF, fr. 20554, fo 13 (le texte original de la lettre est en italien ; la traduction donnée ici es (...)

Madame a trouvé du retard à l’ouvrage ; mais pour la maçonnerie et la charpente il y a plus de travail fait que d’argent dépensé. Quant à la peinture des étuves, le peintre a reçu trente écus et a fait de la besogne pour plus de vingt-cinq […]. Pour ce qui est de la chapelle, la voûte n’est pas encore assez sèche pour qu’on la puisse bien peindre.100

  • 101 BnF, Clair. 348, fo 20.
  • 102 Hanke S., « Bathing all’antica : Bathrooms in Genoese Villas and Palaces in the Sixteenth Century  (...)
  • 103 Eschenfelder C., « Les Bains de Fontainebleau : nouveaux documents sur les décors du Primatice », (...)
  • 104 Crépin-Leblond T., « Les appartements de bains en France à la Renaissance », in I. Bardiès-Fronty, (...)

53Les étuves étaient cependant finies en janvier 1556, puisque le maître d’hôtel Gaucher de Foissy pouvait écrire le 23 de ce mois : « Quant à voz baings et estuves je les ay visitez estant le feu au fourneau et l’eau dedans le baing, vous asseurant monseigneur que les trouverrez fort belles et fort bien painctes » ; le gentilhomme prévenait en outre son maître que les travaux de peinture à la voûte de la chapelle étaient enfin commencés101. Les appartements dotés de bains et d’étuves étaient alors un luxe apprécié des élites. Celles-ci voyaient dans la pratique du bain (d’eau comme de vapeur) non seulement une nécessité hygiénique, mais aussi une occasion de sociabilité, un moment de délassement du corps et de jouissance esthétique grâce à une décoration raffinée inspirée des beautés de l’Antiquité. Car, si les bains et étuves privés n’étaient pas une nouveauté à la Renaissance, ils se paraient désormais des couleurs du mode de vie des Anciens. Les architectes s’inspiraient des plans des villas antiques (Viterbe, la villa Adriana de Tivoli) et des thermes (ceux de Dioclétien, de Caracalla, etc.) ainsi que des descriptions de Vitruve pour intégrer cet élément de l’art de vivre antique aux bâtiments modernes102. À Fontainebleau, Primatice avait conçu pour l’appartement des bains de François Ier un décor alliant les allusions aux vertus purificatrices et fertilisantes de l’eau et la glorification du roi à travers des épisodes mythologiques tirés des Métamorphoses d’Ovide et du Songe de Poliphile de Francesco Colonna103. Nombre de châteaux aristocratiques, comme ceux d’Écouen ou de Dampierre, offraient à leurs résidents les agréments du bain. Le fait était toutefois plus rare dans les palais urbains, car alors l’espace manquait pour déployer les nombreuses salles nécessaires au délassement104. Anne de Montmorency en fit aménager un dans son hôtel parisien par Jean Bullant en 1557, soit un an à peine après l’achèvement des travaux à l’hôtel de Guise. Cela dit assez l’enjeu distinctif d’un tel équipement. Le décor des bains et des étuves de l’hôtel de Guise a entièrement disparu, cependant la remarque admirative de Gaucher de Foissy et plus encore la direction des opérations confiée à Primatice attestent en tout cas qu’en ce domaine comme en tant d’autres, les Guise recherchèrent et trouvèrent l’excellence. Primatice s’en faisait le garant, quand il rappelait qu’il avait souhaité ne faire appel qu’aux meilleurs des artistes alors disponibles à Paris :

  • 105 BnF, fr. 20554, fo 13 (traduction de Samaran C., « Le Primatice et les Guises… », art. cit., p. 13 (...)

Le peintre [des étuves] est un dévoyé et il ne travaille pas avec beaucoup d’ardeur, cependant il n’a pas reçu tant d’avances qu’on puisse voir là du désordre. Si j’en avais trouvé un autre dans Paris qui fût capable de peindre aussi bien que lui, ce n’est pas à lui que je me serais adressé. Mais il n’y a pas beaucoup d’hommes habiles et j’ai fait du mieux qu’il était possible.105

  • 106 De Langlois C.-V., Les Hôtels de Clisson, de Guise…, op. cit., p. 24-28 ; Primatice, maître de Fon (...)
  • 107 Wardropper I., « Le mécénat des Guise… », art. cit., p. 38.
  • 108 Durot E., « François de Lorraine (1520-1563) : duc de Guise et nouveau Roi mage », Histoire, écono (...)
  • 109 BnF, fr. 20554, fo 13.

54Primatice fut aussi maître d’œuvre pour la décoration de la chapelle de l’hôtel de Guise. L’existence de dessins préparatoires du maître, de copies et de gravures et de quelques descriptions des XVIIe et XVIIIe siècles a permis aux historiens de l’art de reconstituer le décor de la voûte106 : au centre du plafond trônait Dieu le Père sur une draperie bleue semée d’étoiles soutenue par des anges ; autour de cette figure s’étalaient diverses scènes louant la naissance du Christ(entre autres, un ange tenant une banderole sur laquelle était écrit « Gloria in excelsis » annonçait la naissance à deux bergers) ; à droite du plafond était figuré un cortège d’animaux exotiques – chevaux, chameaux, éléphants – chargés de riches présents et conduits par un roi maure, lui-même suivi par un page portant sa couronne et son épée, puis par une femme drapée et sa suivante ; la partie gauche représentait un autre convoi de chevaux, de mules et de chameaux, conduits cette fois par un roi en costume contemporain que l’on identifie généralement à François de Lorraine, accompagné d’un nain tenant des gants (fig. 55). Au-dessus de l’ancien autel était peinte la Sainte-Famille ayant devant elle un roi agenouillé en adoration devant l’Enfant. Le reste de la décoration de la chapelle montrait deux prophètes et diverses scènes de la vie du Christ jusqu’à la Résurrection. Ian Wardropper a voulu voir dans cette Adoration des mages peinte sur la voûte de la chapelle de l’hôtel de Guise une mise en images des revendications du clan lorrain sur le royaume de Jérusalem : la marche des rois-mages vers Bethléem aurait symbolisé l’aspiration dynastique de la maison à une époque où le rêve de croisade était toujours d’actualité107. Plus prudemment, on peut se contenter de rappeler avec lui l’existence d’une semblable Adoration des mages due à Benozzo Gozzoli dans la chapelle du palais Médicis-Riccardi à Florence (1459) et souligner que ce thème était l’occasion d’une évocation pleine de magnificence de la famille réunie autour de sa foi. Éric Durot rappelle d’ailleurs que le décor de la chapelle doit être rapporté au « capital identitaire » d’une maison de Guise qui affirmait entretenir un lien privilégié avec Dieu depuis les années 1520108. L’identification des Guise aux puissants et richissimes souverains bibliques contribuait ainsi à la vaste entreprise d’exaltation familiale. La magnificence passait en outre par le recours aux artistes les plus en vue, aussi Primatice fit-il appel, pour réaliser ses projets pour la chapelle des Guise, au fameux Niccolo dell’Abbate qu’il estimait être le seul capable de mener à bien l’opération109.

Fig. 55 > François de Guise en roi mage (détail d’une copie des fresques de la chapelle de l’hôtel de Guise), dessin d’Abraham Van Diepenbeck, vers 1625, Francfort, Städelsches Kunstinstitut.

  • 110 BnF, Clair. 348, fo 20 ; fr. 20522, fo 39.

55La cour de l’hôtel de Guise fut pavée au cours du premier semestre 1556. Le 23 janvier 1556, le maître d’hôtel Gaucher de Foissy écrivait au duc qu’il pensait que les travaux de pavage commenceraient sous peu et, six mois plus tard (le 5 août), François de Lorraine recevait une missive du prévôt des marchands et des échevins de la ville de Paris l’informant qu’ils avaient fait payer 456 livres tournois au maître paveur de la ville pour ses travaux à l’hôtel de la rue du Chaume110. Cet acte généreux n’était bien sûr pas désintéressé et la notification de cette largesse suivait dans la lettre un long paragraphe expliquant l’impossibilité où se trouvaient les échevins de fournir au roi l’argent qu’il leur réclamait. Les échevins plaçaient d’ailleurs très explicitement leur geste dans une démarche de recherche du soutien de François de Lorraine puisqu’ils écrivaient qu’ils avaient fait cela « affin qu’il plaise [au duc] avoir tousjours les affaires de ceste ville en bonne recommandation envers le Roy ». Comme lors du prompt rétablissement de la fontaine en 1553, les travaux s’intégraient dans un système d’échange de bons et loyaux services entre le duc et l’échevinage. Conçu pour servir de vitrine à la maison dans la capitale politique du royaume, l’hôtel de Guise était en permanence intégré à l’économie du pouvoir ducal.

  • 111 BnF, fr. 20537, fo 30 ; Clair. 349, fos 128, 164 et 196.
  • 112 BnF, fr. 20537, fo 44.

56En dépit de retards dus aux délais mis par le duc de Guise pour fournir l’argent nécessaire aux ouvriers, l’hôtel devait être presque achevé à l’été 1556111. Le pavillon n’était pas encore couvert, mais l’hôtel put néanmoins être admiré le 2 juillet par le cardinal Caraffa, alors en légation auprès d’Henri II pour obtenir la rupture de la paix de Vaucelles. Après avoir soupé chez le connétable de Montmorency, le légat vint à l’hôtel de Guise pour voir le petit prince de Joinville et visiter la nouvelle demeure des Lorrains. Un témoin assura au duc de Guise, absent de Paris à cette date, que le cardinal romain avait trouvé son logis « fort beau, et principallement [la] librairie112 ». Cette mention laisse imaginer une très riche bibliothèque sur laquelle on ne sait à peu près rien et un décor assez remarquable pour avoir emporté la faveur du cardinal Caraffa en dépit de la concurrence des fresques de Primatice et de dell’Abbate dans les étuves et sur la voûte de la chapelle. La même lettre rassurait enfin le duc sur la santé de son fils, encore convalescent après une maladie infantile (la rougeole, semble-t-il), en lui écrivant que le garçonnet avait recommencé le matin même à jouer à la paume dans la salle de son père.

  • 113 BnF, fr. 22433, fo 147.
  • 114 Cf. le marché pour les travaux de terrassement devant la grotte : AN, MC, étude LXVIII, liasse 23, (...)
  • 115 BnF, fr. 22433, fos 79, 82 et 87-88.
  • 116 Sur cette explosion, voir le discours tiré des registres et chroniques du bureau de la ville de Pa (...)
  • 117 Documents du minutier central des notaires de Paris. Histoire de l’art au XVIe siècle (1540-1600),(...)
  • 118 BnF, fr. 22433, fos 82 et 92.

57Après cette phase initiale de reconstruction et d’aménagement au goût des nouveaux propriétaires (1553-1556/1557), l’hôtel de Guise connut encore quelques travaux au courant du XVIe siècle. Le compte annuel de 1562 enregistre en effet le paiement de 242 livres pour des travaux faits durant l’année « en l’escuyrie de l’hostel de Guise en ladite année pour loger les grans chevaulx de la grande escuyrie113 ». Un chantier de plus grande ampleur se tint à partir de novembre 1562 : un charpentier, un maçon (Nicolas de Lisle, qui avait travaillé sous la direction de Primatice à la grotte de Meudon114), un couvreur, des menuisiers, un plombier et deux serruriers participèrent à ce qui était peut-être une extension du bâtiment puisque l’un des versements faits à Nicolas de Lisle précisait qu’il l’était « pour la massonnerye neufve » de l’hôtel115. Ce fut pendant ce chantier qu’eut lieu l’explosion de l’arsenal de Paris, le 28 janvier 1563 : l’hôtel de Guise, comme l’hôtel de Montmorency tout proche, vit certaines de ses fenêtres voler en éclats116. Pour réparer les dégâts, les Guise firent appel au meilleur artisan verrier de Paris, Jean de La Hamée, qui accumulait les commandes prestigieuses depuis 1527 au moins. Il avait réalisé les travaux de verrerie des châteaux de Fontainebleau, Boulogne et Villers-Cotterêts, travaillé à Villiers-le-Bel pour Anne de Montmorency et fait en 1555 pour le cardinal de Lorraine à Meudon des vitres en émail blanc, technique que Philibert de l’Orme se vantait d’avoir introduit en France au château d’Anet à la même époque117. Au même moment, la duchesse de Guise fit aussi couvrir de natte les murs d’un cabinet et d’une garde-robe et embellir les parterres du jardin118.

  • 119 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575, fo 4.

58Une nouvelle série de travaux eut lieu en 1572 à l’hôtel de Guise et à l’hôtel de La Roche-Guyon, comprenant maçonnerie et ouvrages de serrurerie et de menuiserie pour une somme totale inconnue mais supérieure à 524 livres119. Ce fut peut-être pour redonner vie au jardin malmené par le chantier qu’Henri de Lorraine fit passer par son secrétaire un marché de remise en état des parterres et du verger : le jardinier Jean Aubry s’engageait par cet acte à

  • 120 AN, MC, étude XC, liasse 121 (acte transcrit dans Documents du minutier central…, op. cit., t. I, (...)

labourer, cultiver et remectre en bon estat et valleur deue et accoustumée et ainsy que cy devant a esté […] le grand jardin estant des apartenances de l’hostel de Guise […], y mectre et applicqué des arbres fruictiers bons et de bonne plante selon les saisons […], entretenir le parterre comme il appartient, ensemble les treilles estans en icelluy, nettoyer et emonder les arbres […].120

  • 121 ACC, 1-A-14, Devis concernant le grand pavillon de l’hôtel de Guise, 1579.
  • 122 ACC, 1-A-14, dernière liasse, 24 octobre 1578, Lettre de Claude de Comitin, Éclaron.

59Quelques années plus tard, en 1578-1579, de nouveaux travaux furent ordonnés ; ils concernèrent au minimum le grand pavillon de l’hôtel et en particulier sa couverture121. Une cheminée dut être démolie, mais ce ne fut probablement pas le seul but du chantier puisque Claude de Comitin, le gruyer d’Éclaron, avait fait flotter jusqu’à Paris à l’automne 1578 quarante-trois pièces de bois « pour la reffection de [l’]hostel de Guyze122 ». Les aménagements du dernier quart du XVIe siècle sont cependant mal connus, et on peut tout au plus affirmer que les hôtels de La Roche-Guyon et de Laval, ces bâtiments voisins de l’hôtel de Guise et achetés au cours des années 1550-1560, furent détruits entre 1575 (date à laquelle ils figurent encore sur le plan de Paris de Belleforest) et 1609 (aucun n’apparaît plus en effet sur les plans de Quesnel et de Vassalieu).

60Les Guise investirent donc massivement dans leur hôtel parisien pour en faire une demeure équipée de tous les éléments du nouvel art de vivre noble. Jeu de paume et étuves étaient des lieux de sociabilité aristocratique désormais incontournables, le premier aidant à l’intégration du nouvel habitus du courtisan par la pratique d’un exercice physique tout entier tourné vers la maîtrise des gestes et des émotions, tandis que les secondes invitaient au repos et à la delectatio dans un univers de plaisir esthétique et de communion avec les Anciens. La bibliothèque prolongeait cette communion en affichant la nouvelle ambition intellectuelle et humaniste des aristocrates, quand bien même cette ambition était encore souvent plus proclamée que réelle. Partout dans l’hôtel, les chiffres et devises de la famille rythmaient l’espace, tandis que les peintures des grands maîtres alors en vogue dans le monde de la cour disaient le bon goût et la culture des habitants des lieux. Monument à la gloire de la famille de Guise, vitrine de son prestige, de sa richesse et de son raffinement, l’hôtel de Guise jouait un rôle central dans la représentation du clan lorrain. Grâce à lui, les Guise occupaient l’espace de la capitale, en marquaient le paysage et même la toponymie, à mesure que l’habitude se prenait d’appeler l’ancien hôtel de Clisson « hôtel de Guise ».

  • 123 De Rabutin F., Commentaires, in J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat, Nouvelle collection des mémoi (...)
  • 124 Ibid., fos 78-79 et 87.
  • 125 « Relation de Jean Michel, ambassadeur vénitien en 1575 », in Relations des ambassadeurs vénitiens (...)
  • 126 De L’Estoile P., Registre-journal du règne de Henri III, éd. par M. Lazard et G. Schrenck, Genève, (...)

61Celui-ci devint très vite l’un des pôles majeurs de la vie politique et curiale de la seconde moitié du siècle. Il fut le cadre d’une partie des festivités données au cours de l’année 1559 pour le mariage des filles du roi : Claude, qui épousa un parent des Guise, le duc Charles III de Lorraine, et Élisabeth, qui devenait reine d’Espagne par son mariage avec Philippe II123. Les comptes annuels enregistrent divers paiements faits à des fournisseurs pour des banquets faits en présence du roi à l’hôtel de Guise durant l’année 1560, puis en novembre 1562 et juin 1563124. En octobre 1575, l’ambassadeur vénitien Jean Michel fut logé à l’hôtel de Guise, qu’il estimait être l’« un des principaux [palais] de la ville » ; l’hôtel fut à cette occasion décoré des plus beaux meubles du roi, dont un somptueux lit « brillant d’or et de broderies très-fines125 ». En décembre 1577, l’ancien orfèvre Claude Marcel, devenu l’un des surintendants des finances du roi, maria sa fille à l’hôtel de Guise ; en 1580 se déroula en ces lieux le festin des noces du comte de Chateauvillain, et en février 1583 celui du mariage de monsieur de Tournon et de mademoiselle de La Rochefoucauld126.

  • 127 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 233 ; de Langlois C.-V., Les Hôtels de Clisson, de (...)
  • 128 BnF, fr. 22433, fo 79. De Langlois C.-V., Les Hôtels de Clisson, de Guise…, op. cit., p. 42.

62L’hôtel de Guise ne se contenta cependant pas d’être un bel écrin pour les mascarades et banquets de la cour. En des heures plus sombres, il fut un point de ralliement pour les Guise et leur clientèle, mais aussi pour le peuple de Paris tout entier acquis à la cause des Lorrains. Brantôme raconte le mouvement de foule en direction de la rue du Chaume provoqué par le retour de François de Lorraine à Paris en juin 1561, dans un contexte de menace de soulèvement protestant, comme le maréchal de Saint-Paul relate la presse populaire dans la cour de l’hôtel le 8 mai 1588, peu de temps avant la journée des Barricades127. Les Guise se retranchèrent à plusieurs reprises dans leur palais transformé en forteresse, en particulier en novembre 1563, pour se protéger de l’avancée menaçante de l’amiral de Coligny accusé par Anne d’Este d’avoir été l’instigateur du meurtre de son mari128.

  • 129 Labatut J.-P., Les Ducs et pairs de France au XVIIe siècle. Étude sociale, Paris, Presses universi (...)

63Le palais de la rue du Chaume était en voie de supplanter définitivement le château familial de Joinville, comme bien des hôtels aristocratiques parisiens le firent au détriment des châteaux ruraux au cours du XVIIe siècle129. Dans le cas des Guise, le château supplanté n’était pas le château ducal, car le château ducal de Guise n’occupa jamais le premier rang dans le cœur de ses propriétaires. Solidement planté sur les hauteurs de la ville, il était avant toute autre chose une forteresse commandant les terres picardes.

LE CHÂTEAU DE GUISE : FORTERESSE DUCALE OU ROYALE ?

  • 130 ACC, 1-D-7, liasse 1, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1537.
  • 131 BnF, fr. 20641, fo 106 ; fr. 20515, fo 43.
  • 132 BnF, Clair. 347, fo 157 ; Clair. 348, fo 131 ; fr. 20545, fo 65.
  • 133 ACC, 1-D-7, liasse 4, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1568.

64Paradoxalement, Guise, bien que centre de la principale possession de la famille, apparaît très en retrait dans l’ensemble des demeures des Lorrains. Joinville, on l’a vu, lui ravit la place de capitale seigneuriale et de résidence habituelle dès les années 1520. Alors que le château d’En-Haut de Joinville était petit à petit mis au goût du jour par ses possesseurs, le château de Guise resta une forteresse sans attrait mais de grande importance pour la défense du royaume. Il est vrai que la ville commandait une région particulièrement exposée aux attaques ennemies : Guise et son château furent occupés quelques temps par le comte de Nassau en 1536, et l’année suivante encore les dégâts dans les campagnes environnantes étaient tels que les revenus domaniaux du duc de Guise en furent durement affectés130. En 1552, le duché de Guise et le comté voisin de Marle furent de nouveau ravagés par les troupes ennemies131. En décembre 1553, juin 1555 et juillet 1557, des travaux se firent au château de Guise sous la pression de l’approche des armées adverses132. La signature du traité du Cateau-Cambrésis n’apporta que peu de répit à la forteresse, de nouveau menacée en novembre 1568 par le passage des troupes du prince d’Orange133.

  • 134 Guillemin D., « Le Château des ducs de Guise. Découverte archéologique et architecturale. Dix sièc (...)
  • 135 ACC, 1-D-7, liasse 3, Compte des travaux au château de Guise pour la période 1533-1534 ; liasse 1, (...)

65La forte exposition de la Picardie explique que les Guise se soient appliqués à faire du vieux château ducal une forteresse moderne apte à résister aux lourdes attaques de l’artillerie. Une première modernisation, encore timide, avait été ébauchée en 1455-1456 puis rapidement arrêtée en raison du montant des travaux134. Elle n’aurait de toute façon pas suffi à rendre la forteresse capable de résister à une artillerie ayant fait de fantastiques progrès dans la seconde moitié du XVe siècle. Les travaux des années 1530 (1533-1534 et 1537-1538) concernèrent essentiellement les bâtiments situés à l’intérieur de l’enceinte du château : chantiers de charpenterie et de couverture, aménagement des chambres du galetas, travaux dans la cuisine neuve, pavage de la salle basse, ouvrages de serrurerie, ajout d’huisseries, construction d’une montée à vis en briques au donjon, nettoyage du puits, remplacement des vitres brisées de la chapelle du donjon135… Les murailles et le pont-levis subirent aussi quelques réparations, mais les comptes du chantier ne font pas état pour cette période de travaux plus significatifs sur l’enceinte.

  • 136 BnF, fr. 20515, fo 13 ; fr. 20545, fo 109. Buisseret D., Ingénieurs et fortifications avant Vauban (...)

66Pourtant, l’ingénieur provençal Jean de Saint-Rémy travaillait déjà (dès l’année 1537) aux « devis et marchés » pour les fortifications de Guise136. Arrivé l’année suivante en Picardie, et aidé d’Antonio Castello, il commença à mener les travaux destinées à moderniser la forteresse des Guise. Les sources des années 1540 et de la période ultérieure font en effet apparaître tout le vocabulaire de la fortification moderne : boulevards, fossés, contre-escarpes, parapets devinrent alors l’objet de toutes les attentions. Sous la conduite de Claude de Lorraine, la place de Guise se transforma en l’une des premières forteresses françaises suivant les règles de la trace italienne. Robert de La Marck pouvait ainsi écrire au jeune duc d’Aumale à la fin des années 1540 :

  • 137 BnF, Clair. 345, fo 121.

Monsieur, à mon retour de Picardie, j’ai passé par Guise où j’ai trouvé monsieur de Gyrondelle [Louis de Sorbey, gentilhomme de la chambre de Claude de Lorraine chargé de surveiller les travaux] lequel m’a fort bien traicté et m’a monstré le boulleverd que monsieur de Guise a faict faire ceste estée passée qui estoit très nécessaire. Il est desja hors de cordeaux et la platte forme qu’il faict faire au donjoing est bien fort advancée, de sorte que dedans quinze jours elle poura estre achepvée.137

  • 138 Meurgey de Tupigny J., Le Château de Guise et ses seigneurs, Guise, Club du Vieux Manoir, 1958, p. (...)
  • 139 BnF, fr. 20511, fo 60.

67Une inscription encastrée jusque dans les années 1950 dans le mur sud-ouest du château célébrait d’ailleurs le rôle joué par Claude de Lorraine dans la transformation du château138. À la mort du premier duc de Guise, son fils reprit le flambeau139.

  • 140 Dubost J.-F., La France italienne, XVI-XVIIe siècles, Paris, Aubier, 1997, p. 91-94.
  • 141 BnF, Clair. 344, fo 168.
  • 142 BnF, fr. 20541, fo 65.
  • 143 BnF, fr. 20544, fo 148 ; fr. 20551, fo 5.
  • 144 BnF, Clair. 348, fo 183 ; fr. 20545, fo 109.

68Par la suite, les ingénieurs à la tête du chantier furent pour l’essentiel des Italiens. On trouvait dans leurs rang le Siennois Girolamo Bellarmato, l’un des ingénieurs italiens de l’équipe d’Antonio Mellone que François Ier engagea pour fortifier les frontières du nord et de l’est du royaume. La supériorité des ingénieurs militaires italiens était alors incontestable et beaucoup mirent leurs compétences au service des souverains européens140. En juin 1550, on appela Bellarmato à Guise pour inspecter les contre-mines de la forteresse, lesquelles étaient défectueuses aux dires d’un autre Italien appelé « Dominicque141 ». Un an plus tard, ce même Dominique fit à la demande du duc de Guise une visite complète de la forteresse et donna son avis sur la suite à donner aux travaux142. En juin 1553, ce fut un gentilhomme italien à l’identité inconnue qui servit d’expert pour la conduite du chantier143. En 1555 enfin, le « capitaine Mellorin » (Migliorino Ubaldini, qui avait été envoyé en Écosse par Henri II pour aider à fortifier le château d’Édimbourg, en 1548) était attendu à Guise et finit par envoyer un mémoire contenant sans doute de nouvelles instructions sur les priorités à donner dans les travaux144.

  • 145 Pour les crédits royaux destinés aux fortifications de Guise, voir BnF, fr. 20540, fo 73 ; fr. 205 (...)
  • 146 BnF, fr. 20541, fo 95 ; fr. 20515, fo 43 ; fr. 20544, fo 148 ; fr. 20545, fo 109 ; fr. 20512, fo 1 (...)
  • 147 ACC, 1-D-7, liasse 2, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1551 ; liasse 4, Compte (...)
  • 148 BnF, fr. 20513, fos 35, 37 et 46 ; ACC, 1-D-7, liasse 2, Compte des travaux au château de Guise po (...)
  • 149 BnF, fr. 5195.
  • 150 ACC, 1-D-7, liasse 2, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1551 ; 2-D-16, Compte de (...)

69L’implication dans les travaux du château de Guise de Jean de Saint-Rémy, au service de François Ier depuis 1536 au moins, et de ces ingénieurs italiens rattachés à la cour de France dit toute l’ambiguïté de ce bâtiment. Fortifiée par les architectes militaires royaux, sur des fonds en partie d’origine royale et sur décision du roi de France, la capitale théorique des Lorrains n’était pas pleinement l’expression de leur pouvoir145. Les ducs dirigèrent pourtant les transformations, recevant une abondante correspondance sur l’avancement du projet et étant appelés à trancher lorsqu’un choix devait être fait146. Ils mirent leur autorité seigneuriale dans la balance pour faire travailler les habitants de la ville et des villages environnants aux ouvrages du château par corvée, quitte à soulever le mécontentement populaire147. Les Guise entretenaient en outre au cœur du château une salle d’armes qui ne renfermait pas uniquement des armes destinées aux soldats gardant la forteresse, mais aussi de belles armures richement décorées qui devaient former une sorte de galerie à la gloire de la puissance militaire de la maison de Guise148. Enfin, les pièces d’artillerie les plus lourdes, les plus prestigieuses et par conséquent les plus onéreuses appartenaient aux Guise et non au roi : une trentaine de couleuvrines, de fauconneaux et autres canons, pour certains frappés des armes ducales, défendaient ainsi la place en 1543149. En ce crépuscule de la féodalité française, la possession de ces couleuvrines et canons étaient un signe fort de la puissance du lignage et de sa capacité militaire. Malgré cela, il était difficile d’abstraire entièrement la forteresse de Guise, régulièrement visitée par les ingénieurs du roi, d’une entreprise centralisée de fortification des provinces du nord et de l’est du royaume. Au milieu des années 1540, François Ier avait en effet décidé de nommer à la tête de chaque province frontalière un commissaire charger d’inspecter les places-fortes et de donner des conseils pour le renforcement des édifices militaires. À l’heure de l’érection d’une première « ceinture de fer » voulue par la monarchie pour protéger le royaume du côté des voies d’invasion traditionnelles, les modifications apportées par les Guise à leur château picard ne pouvaient se comprendre comme une initiative isolée et tout entière vouée à la célébration du lignage. Le château de Guise devint en tout cas sous leur direction une forteresse moderne dotée de tout le nécessaire pour résister à un siège : outre les différents logis et les cuisines, des halles dotées de fours, des bergeries et étables, une forge, un moulin à poudre (ainsi que « deux salloirs et autres vaisseauz à faire sallepestre150 »)… Elle conserva néanmoins les stigmates de son ancienneté, et les ingénieurs durent se contenter de faire évoluer ses murailles selon les principes de l’architecture bastionnée. Elle n’eut jamais la régularité géométrique visible dans d’autres forteresses picardes, comme celle d’Amiens, qui était le meilleur gage d’une résistance efficace.

TOUR DE FRANCE DES AUTRES RÉSIDENCES

70En dépit de leur importance respective, les demeures de Joinville, Paris et Guise ne constituaient pas l’intégralité des résidences de la famille de Guise, bien loin de là. On ne saurait dire si les Lorrains furent aussi richement pourvus que le connétable de Montmorency, lequel possédait en plus de ses deux hôtels parisiens quelque 130 châteaux, cependant les Guise avaient à leur disposition un très grand nombre de bâtiments répartis sur leurs terres de Champagne, d’Île-de-France, de Picardie, de Normandie, de Provence et d’ailleurs. L’intérêt qu’ils portèrent à chacune de ces demeures varia considérablement, certaines ayant fait l’objet de gros chantiers destinés à leur faire adopter les nouveaux canons architecturaux alors que d’autres étaient plus ou moins oubliées, parfois simplement entretenues pour en éviter la ruine complète. Un petit tour de France s’impose, en commençant par la Champagne.

Champagne

  • 151 Meiss-Even M., « Les chevaux des Guise. Le haras d’Éclaron au milieu du XVIe siècle », Revue d’his (...)
  • 152 BnF, fr. 20543, fo 137.
  • 153 Erlande-Brandenburg A., Ennès P. et Fritsch J., Musée national de la Renaissance. Château d’Écouen (...)
  • 154 Babelon J.-P., Châteaux de France…, op. cit., p. 802.
  • 155 BnF, fr. 22433, fos 154 et 96.
  • 156 BnF, fr. 20554, fo 127 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560, fo 2.
  • 157 BnF, fr. 3231, fo 83.

71Sur leurs terres champenoises, les Guise ne se contèrent pas d’aménager le vieux château familial de Joinville ni de lui adjoindre le pavillon de plaisance du Grand Jardin. Les demeures qui jalonnaient leurs possessions – Ancerville, Éclaron, Roches-sur-Marne, Doulevant-le-Château, Montiers-sur-Saulx et Marac – et qui servaient de villégiature pendant leurs campagnes de chasse connurent presque toutes des travaux dans les années 1550 et 1560, en particulier les deux châteaux d’Ancerville et d’Éclaron (lesquels étaient situés, ainsi que celui de Roches-sur-Marne, à proximité des sites du haras ducal151). À Éclaron, les travaux furent de très grande ampleur puisque les Guise y érigèrent un château ou à tout le moins un nouveau bâtiment. Une lettre de juin 1550 évoque en effet les travaux faits aux « fondementz » de l’édifice et signale que les plans initiaux furent révisés pour introduire des modifications inspirées par les modèles des châteaux de Chantilly et plus encore d’Écouen152. Le connétable de Montmorency était depuis 1547 en train de faire remanier son nouveau bâtiment d’Écouen (commencé en 1538) via un réaménagement des appartements royaux et l’ajout de portiques sur les ailes du château153. Jean Bullant n’avait pas encore élevé le portique de l’aile sud destiné à mettre en évidence les statues des deux Captifs de Michel-Ange offertes à Anne de Montmorency par Henri II, mais il travaillait d’ores et déjà à faire du château du connétable, à la décoration jusque-là assez sobre, un exemple français du style « à l’antique ». La décision prise par le nouveau duc de Guise, à la suite d’une visite à Écouen alors en chantier, de faire de la demeure du connétable une source d’inspiration pour son château d’Éclaron en dit long sur l’ambition qu’il nourrissait pour cet édifice aujourd’hui entièrement disparu154. Les travaux durèrent jusqu’en 1562 au moins, année où le duc de Guise dépensa environ 3 430 livres pour le chantier155. En novembre 1560, François de Lorraine envoya à Éclaron un certain Jean Étienne, maître maçon à Saint-Denis, afin d’inspecter les travaux faits sous la direction du maître maçon joinvillois Jean Vanesson, comme s’il était nécessaire à ses yeux de donner autorité à un homme rôdé aux nouveautés architecturales sur le maçon local en qui la famille avait pourtant confiance (Jean Vanesson fut en effet chargé de la plupart des autres chantiers champenois des Guise156). Tout cela laisse imaginer un agréable bâtiment à la mode, presque une villa à l’italienne puisque Éclaron était considérée par les Guise comme une résidence de campagne, située près du site principal du haras ducal et au cœur de forêts giboyeuses à souhait157.

  • 158 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575, fo 1 ; AN, 300 (...)
  • 159 BnF, fr. 22433, fo 154.
  • 160 BnF, Clair. 347, fo 295 ; fr. 20554, fo 61 ; fr. 20540, fo 55.
  • 161 AN, 300 AP II 404*, fos 539-543 (la superficie en hectares estdonnée sur la base de la perche d’ar (...)
  • 162 ACC, 1-GE VII-16, État des dépenses faites pour les travaux réalisés au château d’Ancerville en 16 (...)
  • 163 Peut-être s’agissait-il des deux maisons achetées par Claude puis François de Lorraine en juillet (...)

72À une quinzaine de kilomètres d’Éclaron, au-delà de la forêt du Val, se trouvait Ancerville. Là, les Guise possédaient un château qu’ils firent édifier ou remanier de 1554 à 1562 au moins, et qui était environné d’un jardin agrandi dans les années 1560. Le chantier fut là encore de grande envergure puisque les Guise dépensèrent plus de 12 000 livres auprès du maçon et maître d’œuvre (toujours Jean Vanesson) entre 1554 et 1560 et déboursèrent près de 1 000 livres en achats de terrains pour la création du jardin158. Lors de la seule année 1562, un peu plus de 2 410 livres furent payées « pour les bastimens faictz au chasteau dudit Ancerville, closture et parterre des jardins dudit lieu159 ». Quelques lettres permettent de suivre la progression des travaux : en juillet 1554, la première chambre basse était bien avancée, avec sa garde-robe, ses cheminées et deux grandes fenêtres, « le tout et fait de la hauteur du premier etaige et les sommiers mis » ; en janvier 1556, les charpentiers étaient à l’œuvre et l’on travaillait encore aux cheminées du bâtiment ; en juin de la même année, le château était « bien fort advancé » et l’argentier du duc espérait qu’il serait bientôt possible de le couvrir d’ardoise, en dépit de la désorganisation de l’équipe des charpentiers ; les menuisiers s’attaquaient de leur côté à la mise en place des planchers160. La lettre de l’argentier laissait en outre apparaître un souci de mise en valeur du bâtiment puisque Jean Le Seurre conseillait de faire enlever des arbres masquant le château. Ce souci trouva par la suite un développement logique dans l’aménagement d’un vaste jardin autour de la bâtisse : les achats de 1561-1562 permirent la réunion d’environ 39 hectares de terrains, diversement plantés lors de leur acquisition (prés, chènevières, vergers, bois) mais transformés par la suite en jardins ornés de parterres (1562) et en plantation de tilleuls (1563161). Les sources n’en disent pas plus pour les travaux faits au cours du XVIe siècle, mais quelques documents relatifs à des travaux du XVIIe siècle permettent de compléter cet aperçu de la résidence162 : le château d’Ancerville était en fait composé essentiellement d’une tour et d’un grand pavillon couvert d’ardoises auquel conduisait un escalier de pierre de taille tendre. Le pavillon était au moins partiellement entouré de fossés alimentés par l’eau de pluie récupérée du toit, et on y accédait par un lourd pont-levis ; il était doté d’une chapelle. Les communs – les écuries et un bâtiment situé sur les caves – étaient couverts de tuile creuse et placés en contact direct avec le pavillon. Une maison et une grange longeaient la route de Valtièremont, tandis que deux autres maisons étaient comprises dans l’enceinte du château163. L’ensemble donne une impression de moindre innovation architecturale qu’à Éclaron, mais de très grand soin apporté au jardin qui devait constituer le principal agrément du lieu.

  • 164 AN, KK 906, fo 178 ; BnF, fr. 20550, fo 42.
  • 165 AN, KK 906, fos 110-112.
  • 166 Voir les cahiers de la dépense ordinaire de septembre 1552 et novembre 1553 en BnF, fr. 8181.
  • 167 AN, KK 906, fo 151 ; BnF, fr. 8181, fo 467.
  • 168 BnF, fr. 20540, fo 33.
  • 169 BnF, fr. 8182, fos 42-47 ; AN, MC, étude LXVIII, liasse 25, 24 août 1559.

73Les informations sur les autres résidences champenoises sont très fragmentaires. Le château de Roches-sur-Marne subit des travaux au tout début du siècle, entre 1501 et 1505, puis de nouveau en 1551164. Celui de Doulevant, où l’on a vu que Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon aimaient à résider, ne connut pas semble-t-il de modifications, mais se vit adjoindre une portion de jardin en 1554 ; les Guise avaient déjà procédé auparavant (1536, 1542) à des achats de terrains dans le village, peut-être là encore pour agrandir le jardin165. L’existence d’un colombier qui alimentait fréquemment la table des Guise devait contribuer à signaler la bâtisse comme demeure seigneuriale166. Entrée en possession de la seigneurie de Marac au début des années 1550, Antoinette de Bourbon fit faire une visite du château à des maîtres maçons et charpentiers du bailliage de Chaumont afin de dresser la liste des réparations nécessaires ; une mention isolée dans un cahier de dépense indique que le bâtiment était doté d’un fossé où il était possible de pêcher pour approvisionner la suite ducale en poisson167. À Montiers-sur-Saulx, en revanche, les Guise durent renoncer à leurs projets de rénovation – au moins temporairement – en raison de la profonde dégradation du bâtiment et se contenter d’éviter la complète décrépitude du lieu168. Aucune trace n’a été trouvée de travaux à la maison seigneuriale d’Arzillières, bien que la baronnie ait été acquise par les Guise en 1556169. Les relais champenois disséminés autour du berceau familial de Joinville furent en tout cas l’objet de nombreux soins de la part des Guise, signe de leur désir de marquer leur profond attachement à leur terre natale jusque dans une période de fort tropisme francilien.

Île-de-France

  • 170 AN, KK 907, fo 29 ; mention plus rapide en KK 906, fo 391.
  • 171 BnF, fr. 8182, fos 91-99 ; ACC, 1-CB-2, liasse 8.
  • 172 Babelon J.-P., Châteaux de France…, op. cit., p. 720.
  • 173 BnF, fr. 20467, fo 153.
  • 174 BnF, Clair. 349, fo 196.
  • 175 BnF, fr. 20467, fos 153-154 ; ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison (...)
  • 176 Coester C., Schön wie Venus…, op. cit., p. 136.
  • 177 ACC, 1-CB-2, liasse 8, Travaux sur les murs du parc de Nanteuil, 1571 ; 1-A-14, dernière liasse, l (...)

74En effet, Paris devenue capitale, l’Île-de-France gagna en poids et en force d’attraction pour l’aristocratie française. Les Guise comme leurs rivaux cherchèrent à s’installer près des châteaux royaux et sur les routes les plus fréquentées par la cour, aussi Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon achetèrent-ils en 1548 une « maison contenant deux corps d’entre court et jardin assiz au bourg de St-Germain en Laye » pour 1 500 livres tournois170. En dépit de cette coquette somme, la maison de Saint-Germain-en-Laye ne devait guère être plus qu’un pied-à-terre à proximité immédiate de l’un des châteaux royaux les plus fréquemment visités par la cour. Pour leurs grandes réalisations architecturales, les Guise misèrent plutôt sur les terres qu’ils avaient achetées depuis peu. Le comté de Nanteuil entra ainsi en possession de François de Lorraine et d’Anne d’Este à la fin de l’année 1555, bien que l’ancienne propriétaire, Marguerite de Broyes, conservât sa vie durant l’usufruit sur le château principal171. Construit sous François Ier pour Henri de Lenoncourt, le château de Nanteuil-le-Haudoin avait probablement bénéficié lors de sa conception de la proximité entre la famille de Lenoncourt et Jean Martin, le traducteur de Vitruve, Serlio et Alberti (il était le secrétaire du cardinal de Lenoncourt, frère de Henri172). Il ne reste aucun vestige du bâtiment qui puisse permettre de s’en assurer, néanmoins le château devint rapidement la résidence favorite d’Anne d’Este, qui en 1557 donna naissance à l’un de ses enfants dans les murs de sa nouvelle demeure173. Les Guise fournirent dès août 1556 de l’argent pour payer « les rabillemens de logis et clostures du parc » puis la duchesse prit la direction des opérations174 : elle fit construire dès 1557 un jeu de paille-maille qui fit le bonheur de son fils aîné, dépensa au moins 3 000 livres en 1560 pour diverses réparations et fit édifier de nouveaux bâtiments en 1562-1563, pour lesquels elle déboursa de nouveau près de 3 000 livres175. À la mort de François de Lorraine, Anne d’Este garda sa faveur au château de Nanteuil, à tel point qu’un correspondant du duc de Nemours, peu après leur mariage en 1566, évoqua le bâtiment en l’appelant « la belle mayson de madame votre femme176 ». Dans les années 1570, ce fut Henri de Lorraine qui se chargea de l’entretien du château aimé de sa mère : en octobre 1571, il donna l’ordre de combler les brèches des murs du parc, du petit bois et des jardins ; deux ans plus tard, il régla 233 livres « pour payer diverses réparations faites au château et au petit parc177 ». L’aliénation du comté en 1578 mit cependant un terme à l’histoire commune du château de Nanteuil et de la maison de Guise.

  • 178 Chatenet M., La Cour de France au XVIe siècle…, op. cit., p. 260.
  • 179 Androuet du Cerceau J., Les Plus excellents bastimens de France, t. II, Paris, 1579, p. 6.

75Cœur du pouvoir politique en raison des allées et venues incessantes du roi, l’Île-de-France attira bien entendu le plus puissant des Guise, le cardinal Charles de Lorraine. Celui-ci prit soin de jeter son dévolu sur des lieux de résidence situés sur les routes les plus fréquentées par le roi, afin d’être assuré de le recevoir le plus souvent possible. Au début du règne d’Henri II, lorsque le cardinal en fit l’acquisition, Dampierre et Meudon étaient de ce fait des terres de choix, adéquatement localisées entre Paris, Saint-Léger et les domaines de Diane de Poitiers178. Charles de Lorraine tentait ainsi de faire pièce au connétable de Montmorency, incontournable au nord de la capitale avec ses châteaux de Chantilly et d’Écouen. Toujours soucieux de l’élévation de sa famille, le cardinal fit de son neveu Henri, troisième duc de Guise, l’héritier de ces bâtiments où il avait tant investi. Dampierre, en effet, fut acquis par le cardinal de Lorraine en 1551 et connut rapidement des travaux d’embellissement qui l’amenèrent à compter parmi les Plus excellents bastimens de France, selon Jacques Androuet du Cerceau. L’architecte en louait tout particulièrement les bains et étuves, qu’il trouvait « de bonne grace », et la décoration de la salle, due à des « maistres excellens » (fig. 56179).

  • 180 Wardropper I., « Le mécénat des Guise… », art. cit., p. 39-40.

76Meudon fut achetée en décembre 1552 par le cardinal de Lorraine à Anne de Pisseleu, duchesse d’Étampes, en disgrâce depuis la mort de son royal amant en 1547. Charles de Lorraine décida dès 1553 d’achever le château commencé par Antoine Sanguin et de lui adjoindre la fameuse grotte déjà évoquée. Le chantier fut l’occasion d’une nouvelle collaboration entre la maison de Guise et Primatice pour la réalisation de la grotte, dont Vasari faisait l’une des trois grandes œuvres de la période française de l’artiste180. Non content d’assurer la direction des opérations, Primatice faisait en outre la promotion de son œuvre et de la magnificence de son commanditaire :

  • 181 Traduction de Samaran C., « Le Primatice et les Guises… », art. cit., p. 131.

Personne n’ose dire autre chose, sinon que la dépense est des plus grandes qu’aient jamais faites empereur ou prince de l’Église. Je donne à entendre que l’on a déjà employé dix mille écus, et on le croit, parce que l’ouvrage représente beaucoup plus de dépense qu’il n’y en a eu encore. Je dis que vous voulez y consacrer vingt-cinq mille écus, de sorte que vous ne serez pas embarrassé de montrer à qui en parlera que c’est là une petite somme, comparée à la grandeur de votre entreprise.181

  • 182 Lecoq A.-M., « “Queti et musis Henrici II. Gall. R.”… », art. cit.

77La déclaration de Primatice donne à voir l’ambition colossale du cardinal de Lorraine pour cette grotte, à la fois musée d’antiques, lieu d’émerveillement et de plaisir, et monument à la gloire du roi comme à celle du lignage182. Dès les premiers temps de son achat, le cardinal voulut réaliser une opération de prestige et il cachait mal son impatience de connaître l’avis de sa belle-sœur sur sa demeure :

  • 183 BnF, fr. 3118, fo 44.

J’ay esté à Meudon tandis que j’estoys à Paris et vous supplie vous asseurer que la maison estant achevée comme elle se peult achevant y adjoustant certaines petites invantions que je y ay pansées et noz testes et marbres qui sont à Paris, elle est pour ne congnoistre gueres d’aultres plus belles maisons en ce Royaulme ni plus santantes ung grand prince. J’espère avant Quaresme prenant y tenir et vous et votre mari et vous verrez si je suis bon prophète et s’il y a faulte, reprochez le moy.183

Fig. 56 > Les étuves du château de Dampierre, d’après Jacques Androuet du Cerceau (Les Plus excellents bastimens de France, t. 2, Paris, 1579).

  • 184 BnF, Clair. 349, fo 22, lettre du cardinal de Ferrare au duc de Guise, 1er février 1557 ; analyse (...)
  • 185 Pauwels Y., Aux marges de la règle. Essai sur les ordres d’architecture à la Renaissance, Wavre, M (...)
  • 186 Belmas E., Jouer autrefois…, op. cit., p. 131.

78En faisant tomber dans l’escarcelle de son neveu les deux châteaux de Dampierre et de Meudon (tous deux compris dans le duché de Chevreuse acheté par le cardinal de Lorraine), Charles de Lorraine enrichit la branche aînée de sa famille de deux demeures mises aux nouvelles normes architecturales et décoratives au cœur de l’Île-de-France. Il en fut de même avec l’hôtel du Grand Ferrare à Fontainebleau, chef-d’œuvre de Serlio construit entre 1542 et 1546 pour le cardinal Hippolyte d’Este, oncle paternel de la seconde duchesse de Guise. Ce bâtiment, où était né Henri de Lorraine en décembre 1549, passa entre les mains du duc François en février 1557, quand le cardinal d’Este lui en fit don184. Le Grand Ferrare eut une grande postérité dans l’histoire de l’architecture française puisqu’il initia la forme traditionnelle des hôtels français, organisés en un corps de logis et deux ailes en U autour d’une cour. Sa porte d’entrée, qui en est aujourd’hui le seul vestige, fit longtemps l’admiration des visiteurs en raison du mélange audacieux fait par Serlio de l’ordre toscan et de bossages rustiques (un parti que Serlio développera ensuite considérablement dans son Livre extraordinaire185). Le cardinal de Ferrare succomba lui aussi à la mode et équipa l’hôtel du jeu de paume indispensable à la demeure d’un grand prince186. Nul doute que son palais, situé juste en face du château royal du côté de la cour du Cheval Blanc, fut une pièce de choix pour la maison de Guise dans sa partie d’échecs monumentale en Île-de-France. L’importance politique de la région justifia l’engagement évident des Guise dans leur quête du dernier « chic » architectural.

Picardie, Normandie… et ailleurs

  • 187 ACC, 2-D-34, Compte rendu au duc de Guise pour l’année 1538-1539 par Louis Martin, receveur généra (...)
  • 188 Labande L.-H., Le Château et la baronnie de Marchais, Paris, Honoré Champion, 1927, p. 38-42.

79Bien que là encore nettement en retrait, les terres picardes ne furent pas entièrement oubliées des Guise. En 1539, Claude de Lorraine fit édifier un nouveau grand corps de logis dans le principal château de sa baronnie de Rumigny187. On ne trouve pas trace cependant dans les sources de la maison de Guise d’autres chantiers concernant les maisons seigneuriales d’Aubenton, Hérisson, Martigny, Ribemont ou Any. Encore une fois, c’est vers le cardinal de Lorraine qu’il faut se tourner pour trouver le propriétaire d’une demeure d’envergure dans la région, plus exactement aux confins de la Picardie, de la Champagne et de l’Île-de-France. En 1553, en effet, le cardinal acheta la seigneurie de Marchais. Le prélat ne se satisfit pas de l’étendue des terrains autour du château bâti vers 1540 par Nicolas de Longueval puisqu’il entreprit aussitôt d’en acquérir de nouveaux ; cette politique d’acquisition dura des années mais connut une accélération en 1559-1560 ; en 1564, le cardinal profita d’une vente de biens ecclésiastiques du diocèse de Laon pour mettre la main sur 180 arpents de bois, prés, terres et marais enclavés dans le parc du château, d’une valeur de 5 990 livres tournois188. À la mort du prélat, le château passa avec le reste de ses possessions aux mains d’Henri de Lorraine.

  • 189 Sur la place de la Normandie dans le patrimoine de la famille de Guise, voir Carroll S., Noble Pow (...)
  • 190 Babelon J.-P., Châteaux de France…, op. cit., p. 734-735.
  • 191 AN, MC, étude III, liasse 172, 12 juillet 1584.

80Les possessions normandes des Guise, de première importance sous Claude de Lorraine, passèrent aux frères du deuxième duc de Guise, le duc d’Aumale et le marquis d’Elbeuf189. La branche aînée n’eut donc plus de demeure dans la région jusqu’au mariage d’Henri de Lorraine avec Catherine de Clèves, héritière du comté d’Eu. À partir de 1578, le couple ducal fit bâtir à Eu sur les plans des frères Leroy de Beauvais un château qui devait comprendre un corps de logis et deux ailes en U190. Le gros œuvre était fini en 1584 puisqu’un marché fut passé au mois de juillet de cette année pour la peinture des planchers (plafonds) et des croisées du château : le peintre Antoine Michon promettait de vernir les plafonds et les frises hautes des pièces du château sur le modèle de la grande salle et de peindre « en forme de beau lambry » les frises basses191. Aucune fresque n’était prévue, puisque le marché évoque les tringles de bois fixées dans les murs de briques pour recevoir les tapisseries et tentures censées orner les pièces. Une fois veuve, Catherine de Clèves fit de ce château sa résidence habituelle et fit bâtir à partir de 1613, dans la chapelle du collège jésuite voisin, un somptueux tombeau pour son mari assassiné.

  • 192 BnF, fr. 20534, fo 26.
  • 193 De Bouillé R., Histoire…, op. cit., t. I, p. 443-444 ; ACC, 1-GE VII-14.
  • 194 De Bouillé R., Histoire…, op. cit., t. I, p. 198-199.
  • 195 BnF, fr. 20522, fo 35 ; fr. 20540, fo 87.

81Pour finir ce tour de France des résidences des Guise, il faut encore évoquer les sources fragmentaires concernant d’autres édifices peu connus, et d’abord un projet (réalisé ?) de François de Lorraine, encore duc d’Aumale, pour une maison à Sablé-sur-Sarthe, dans le marquisat de Mayenne. Une lettre du doyen d’Angers datée du 20 mai 1549 informait en effet le duc qu’un maître maçon était venu visiter l’emplacement prévu pour la construction et avait dressé un plan et un dessin préparatoire192. Le doyen se réjouissait de la grandeur du projet du duc d’Aumale : « […] consideré l’assiecte et commodité du lieu, s’il vous plaisty emploier par les années les deniers que j’ay entendu avez deliberé, ce sera l’une des plus belles maisons de ce royaulme. » François de Lorraine n’attendit donc pas d’être devenu duc de Guise pour envisager de construire des bâtiments à même de matérialiser son rang et son bon goût en matière d’architecture. Plus tard, après sa triomphale reprise de Calais, François de Lorraine demanda et obtint en récompense de son fait d’armes une maison située dans la ville libérée des Anglais, bien vite appelée « l’hôtel de Guise ». Lors du partage de la succession de François de Lorraine entre ses fils, en 1575, l’hôtel calaisien de Guise et les terres dans le comté d’Oye échurent à Henri, qui, pressé de dettes, les vendit aussitôt à un bourgeois de Calais193. En Provence, le comte de Grignan, reconnaissant à François de Lorraine de son soutien lorsqu’il fut accusé au début du règne d’Henri II d’être le responsable d’un massacre particulièrement atroce dans le Comtat Venaissin, fit de son protecteur son héritier (1557194). Dans les années 1550, le comte de Grignan prit l’habitude de tenir le duc de Guise au courant des travaux qu’il faisait faire en son château, qu’il considérait d’ores et déjà comme appartenant au duc195. Le duc de Guise ne put cependant pas profiter en pleine propriété des charmes de cette demeure devenue un bel exemple provençal de style Renaissance grâce aux travaux successifs de Gaucher Adhémar (en particulier la galerie) et de son fils Louis (la façade sud), car les neveux du comte de Grignan parvinrent à faire casser le testament du défunt et à récupérer leur bien.

82L’ampleur de ce développement sur les demeures des Guise illustre l’importance des bâtiments dans l’économie du paraître aristocratique dans la France de la Renaissance. Signalés par des éléments distinctifs facilement identifiables – tours, colombiers, fossés, etc. –, manoirs et châteaux contribuaient à marquer le paysage du sceau de l’autorité seigneuriale. Transmis de génération en génération, modernisés sans être démolis, ils symbolisaient la continuité de cette autorité et l’ancienneté du lignage régnant sur les lieux. Disséminés aux quatre coins du royaume, ils rendaient visibles la puissance territoriale d’une maison et sa croissance régulière. Cependant, la séduction exercée sur les Grands par les raffinements de l’architecture telle que définie par l’Italie et adaptée par la France les conduisit à mener une ambitieuse politique monumentale qui ne se contentait plus de dire l’ancienneté, la puissance et l’autorité seigneuriale d’une maison. Sommés de se mettre au niveau des grands robins qui, au début du siècle, firent édifier d’incroyables châteaux répondant aux nouveaux canons architecturaux, les aristocrates durent se lancer à leur tour dans une onéreuse compétition ostentatoire destinée à graver dans la pierre leur richesse, leur bon goût, leur culture et l’élégance de leur art de vivre. François de La Noue, notamment, soulignait le rôle des grands robins dans le développement de l’architecture nouvelle en France :

  • 196 De La Noue F., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 180.

Les gens de justice, & sur tous les thresoriers, ont aussi augmenté aux seigneurs l’ardeur de bastir. Car ils disoyent, Comment ? ceux-ci, qui ne sont si bien fondez que nous, font des bastimens de Princes, & nous dormirons-nous ? & à l’envi les uns des autres, multitude de belles maisons se sont faites […].196

83Que de chemin avait été parcouru depuis qu’un agent d’Isabelle d’Este écrivait à sa maîtresse, à la fin du XVe siècle :

  • 197 Cité par Chastel A., « Le palais d’Apolidon », in A. Chastel, Culture et demeures en France au XVI(...)

La grande préoccupation de la noblesse française a toujours été les armes et les maisons [= les lignages], laissant les affaires au commun. Aussi, ils s’intéressent peu aux lettres et à l’architecture, bien que ce pays ait l’ornement d’hommes doctes et de beaux et riches sanctuaires.197

84Les Guise appartenaient à cette aristocratie désormais soucieuse de son cadre de vie qui se plaisait à faire construire, au grand dam de Bernard du Haillan, des

  • 198 Du Haillan B., Discours sur les causes…, op. cit., t. VII, p. 164.

grands corps d’hostel, pavillons, courts, arrièrecourts, bassecourts, galleries, salles, portiques, perrons, balustres et autres… [ornés de] tant de frises, de corniches, de frontispices, de bases, de piedestals, de chapiteaux, d’architraves, de soubassements, de moulures et de colonnes…198

85L’aristocratie française avait toutefois adapté les habitudes de construction et de consommation des élites italiennes à son mode de vie demeuré marqué par la féodalité, le nomadisme et le poids des domaines ruraux en associant hôtel urbain et château provincial de façon plus étroite que le duo transalpin du palazzo citadin et de la villa rurale. Bien plus qu’un pavillon d’agrément, le château provincial restait en France un élément capital de représentation du pouvoir seigneurial et, par là même, de l’ancrage d’une famille dans les liens de clientèle locaux. La moindre importance du contexte urbain, central dans la théorie de Richard Goldthwaite en raison de l’émulation qu’il créa au sein des élites italiennes, était compensée en France précisément par le nomadisme de la cour. Faire de ses demeures provinciales de petits bijoux d’architecture n’était pas vain, en effet, lorsque l’on pouvait légitimement espérer y recevoir à plusieurs reprises la cour au grand complet. La magnificence nouvelle manière trouva ainsi des moyens d’expression propres à la France de la Renaissance.

  • 199 De La Noue F., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 182.

86L’impératif de splendeur architecturale, quoique séduisant, était ruineux. Les Guise tinrent à engager les artistes les plus en vue et les artisans les plus demandés, rivalisant ainsi en splendeur avec leurs concurrents directs. Il fallait néanmoins faire des choix et, s’ils tentèrent de faire édifier un peu partout en France des bâtiments de qualité, les Lorrains concentrèrent leurs efforts sur la Champagne et l’Île-de-France, soit les terres placées à l’origine de leur pouvoir féodal et les terres les plus adaptées à une société aristocratique en voie de curialisation. Le résultat en fut une collection de belles demeures qui, aujourd’hui disparues pour la plupart, n’en firent pas moins l’admiration de leurs contemporains : l’hôtel de Guise, le château du Grand Jardin, Nanteuil, Meudon, Dampierre, Eu, et dans une moindre mesure sans doute Éclaron et Ancerville, furent autant de joyaux qui firent étinceler la couronne ducale. Mais ces grands chantiers n’étaient pas le bout du chemin car, ainsi que le soulignait François de La Noue, « quand un gentilhomme a basti une belle maison, ce n’est pas tout, il la faut garnir de meuble convenable : autrement ce seroit un corps sans ame199 ».

Notes

1 Goldthwaite R., Wealth and the Demand for Art in Italy (1300-1600), Baltimore/Londres, The Johns Hopkins University Press, 1993, p. 149-255.

2 Guerzoni G., « Liberalitas, Magnificentia, Splendor : The Classic Origins of Italian Renaissance Lifestyles », History of Political Economy, vol. 31 (supplément), 1999, p. 358-361.

3 BnF, fr. 3118, fo 44.

4 BnF, fr. 8182, fo 4.

5 BnF, fr. 20468, fo 249.

6 AN, KK 907, fo 19, KK 908, fo 22.

7 ACC, 1-D-2 ; Catalogue des actes de François Ier, op. cit., t I, p. 480.

8 BnF, fr. 8182, fo 21.

9 Haton C., Mémoires de Claude Haton, op. cit., t. II, p. 210 (1568, § 19) ; de BelleforestF., La Cosmographie universelle…, op. cit., t. I, p. 349.

10 Belleau R., « Ode présentée à Monseigneur le duc de Guyse à son retour de Calais » (1558), cité par Fontaine M.-M. dans sa postface, Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. II, p. 239.

11 Lapasset M., Joinville, résidence princière, Langres, Dominique Guéniot, 2006, p. 7-8.

12 Ibid., p. 16.

13 BnF, fr. 10148.

14 BnF, fr. 20468, fos 301-303 ; fr. 20517, fo 144.

15 AN, KK 906-908 et 300 AP II 404*.

16 BnF, fr. 20513, fo 23.

17 BnF, fr. 8181, fos 394-487.

18 AN, 300 AP II 404*, fo 521.

19 BnF, Clair. 347, fo 295.

20 AN, KK 906, fo 51.

21 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575 ; AN, KK 906, fo 423 ; KK 908, fos 58-59.

22 Balandraud O., Lapasset M. et Liébaut E., Une Ville sous l’Ancien Régime : Joinville, Langres, Dominique Guéniot, 1980, p. 11-12.

23 BnF, fr. 11559, Histoire de la principauté de Joinville (1632), fo 265.

24 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575.

25 BnF, fr. 20471, fo 245.

26 Fériel J., Histoire de Joinville, Paris, Res Universis, 1989 (réédition de Notes historiques sur la ville et les seigneurs de Joinville, 1835), p. 24-30 ; Lapasset M., Joinville…, op. cit., p. 8.

27 Roche F., Claude de Lorraine, premier duc de Guise. Nouvelle chronique, Chaumont, Le Pythagore, 2005, p. 58-59.

28 « Description du château de Joinville d’après un manuscrit de Vestus (2 août 1743) », cité par Humblot E., Notre Vieux Joinville. Son château d’autrefois, la collégiale de Saint-Laurent et ses tombeaux, Paris, Le Livre d’histoire, 2004 (fac-similé de l’édition originale de 1928), p. 103 ; « Description du château de Joinville par le chanoine Bluget (27 juillet 1796) », cité par Humblot E., Notre Vieux Joinville…, op. cit., p. 104.

29 BnF, fr. 20544, fo 15.

30 Salvadori P., La Chasse sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1996, p. 230-231.

31 Humblot E., Notre Vieux Joinville…, op. cit., p. 103 et 106. On trouve dans les comptes une mention d’achat de cordes « pour la cyterne d’aupres de la cuysine » en septembre 1552 (BnF, fr. 8181, fo 411).

32 AN, N III, Haute-Marne, no 4.

33 ACC, 1-GE VII-15, Certificat du contrôleur du domaine de Joinville, 16 novembre 1583 ; BnF, fr. 8181, fos 394-432.

34 BnF, Clair. 347, fos 256 et 295.

35 BnF, fr. 8181, fos 462, 471, 484 et 519.

36 AN, KK 906, Inventaire des titres de la principauté de Joinville (1561), fos 2 et 4.

37 BnF, fr. 20530, fo 55.

38 AN, KK 906, fo 9 ; BnF, fr. 20550, fo 41.

39 Humblot E., Notre Vieux Joinville…, op. cit., p. 104-105.

40 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. II, p. 6, site du château et vue générale de la façade donnant sur la ville, description de la terrasse, de la galerie, du frontispice ; p. 7-20, tableaux exposés dans la galerie ; p. 20, vignes du coteau ; p. 21-22, grande salle du rez-de-chaussée et sa décoration de tapisseries ; p. 23-25, le tombeau de Claude de Lorraine ; p. 25-26, sépulture de François de Lorraine ; p. 32-34, salle du dîner des demoiselles et tableau accroché au-dessus de la cheminée ; p. 37-57, chambre de la duchesse douairière, tapisseries et volière ; p. 75-76, forêt de Joinville et ses allées de chasse ; p. 91, salle du souper ; p. 106-107, sortie du château, description de Joinville.

41 Le chanoine Bluget évaluait quant à lui la largeur de la terrasse à vingt-cinq pieds, soit un peu plus de 8 mètres (Humblot R., Notre Vieux Joinville…, op. cit., p. 104), mais le plan du XVIIIe siècle donne raison à Rémy Belleau.

42 Postface de Fontaine M.-M dans Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. II, p. 246. Pour l’interprétation globale de la Bergerie, voir la préface de Guy Demerson dans la même édition, en particulier p. XXIV-XXXIII.

43 BnF, fr. 8182, fo 149.

44 Guillaume J., « La galerie dans le château français : place et fonction », Revue de l’art, no 102, 1993, p. 32-42.

45 BnF, fr. 8181, fo 481 (fragment d’un cahier de la dépense ordinaire d’un mois de novembre des années 1550).

46 AN, K 529 A, fo 5.

47 Humblot E., Notre Vieux Joinville…, op. cit., p. 104.

48 AN, N III, Haute-Marne, no 4.

49 Guillaume J., « Château, jardin, paysage en France du XVe au XVIIe siècle », Revue de l’art, no 124, 1999, p. 13-32.

50 BnF, fr. 8181, fos 74 et 80.

51 ACC, 1-A-14, Dépenses du duc de Guise pour ses affaires, 1571.

52 Belleau R., Œuvres poétiques, t. IV : La Bergerie divisée en une première et seconde journée (1572), éditée par G. Demerson et M. Verdier, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 178-257.

53 BnF, fr. 11559, fo 265.

54 Miotto L., « Grottes et nymphées dans les premières villas du Cinquecento », in A. Godard et M.-F. Piéjus (dir.), Espaces, histoire et imaginaire dans la culture italienne de la Renaissance, Paris, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, 2006, p. 13-42.

55 Miller N., « Domain of Illusion : The Grotto in France », in E. MacDougall (éd.), Fons sapientiae. Renaissance Garden Fountains, Washington, Dumbarton Oaks Trustees for Harvard University, 1978, p. 184.

56 Brunon H., « Grottes de la Renaissance en France : état de la question », in P. Morel (dir.), Les décors profanes de la Renaissance française. Nouvelles hypothèses, Journée d’étude du Centre d’histoire de l’art de la Renaissance, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, 19 juin 2004, http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/13/86/29/PDF/Grottes_de_la_Renaissance_en_France.pdf (consulté le 9 août 2013).

57 Lecoq A.-M., « “Queti et musis Henrici II. Gall. R.” Sur la grotte de Meudon », in M. Fumaroli, P.-J. Salazar et E. Bury (dir.), Le Loisir lettré à l’âge classique, Genève, Droz, 1996, p. 94-115.

58 L’expression « D’austre [?] costé sont les cours du fief d’Applaincour » vient en effet juste après une description de la terrasse principale du château (BnF, fr. 11559, fo 265).

59 Brunon H., « Grottes de la Renaissance… », art. cit., p. 6-7.

60 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. IV, p. 257.

61 Lecoq A.-M., « “Queti et musis Henrici II. Gall. R.”… », art. cit., p. 101.

62 BnF, fr. 11559, fo 265.

63 Sur ce tombeau qui a suscité une abondante littérature, voir en particulier Balsamo I., « Les tombeaux des Guises », in J. Balsamo (éd.), Les Funérailles à la Renaissance, Genève, Droz, 2002, p. 171-184 ; Wardropper I., « Le mécénat des Guise… », art. cit., p. 27-44 ; Primatice, maître de Fontainebleau, Paris, RMN, 2004, p. 367-382. Le présent développement reprend largement les analyses de cette dernière étude.

64 De Belleforest F., La Cosmographie universelle…, op. cit., t. I, p. 350.

65 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. II, p. 24-25.

66 Le cérémonial des funérailles de Claude de Lorraine est bien connu grâce à la brochure qui fut publiée par Emond du Boullay, Le Très excellent enterrement du très haut et très illustre prince Claude de Lorraine, duc de Guyse et d’Aumalle, pair de France, Paris, 1550. L’ambassadeur de Ferrare en donna également une description très détaillée, cf. Carteggio d’arte degli ambasciatori estensi in Francia (1536-1553), édité par C. Occhipinti, Pise, Scuola Normale Superiore, 2001, p. 248-249 (Lettre de Giulio Alvarotti au duc de Ferrare, Joinville, 1er juillet 1550).

67 Chatenet M., « Quelques aspects des funérailles nobiliaires au XVIe siècle », in J. Balsamo (éd.), Les Funérailles…, op. cit., p. 52.

68 De Navarre M., Heptaméron, édité par R. Salminen, Genève, Droz, 1999 (1re éd. 1558). Voir la nouvelle aux pages 328-331 et l’étude des sources de Marguerite aux pages 749-750.

69 AN, 300 AP II 404*, fo 521 ; KK 908, fo 58 ; KK 906, fo 59 ; BnF, fr. 8181, fo 231. Pour toute la partie d’analyse architecturale, voir Vlaswinkel-Timmer D., « Le Château du Grand Jardin à Joinville : un joyau de la Renaissance », Cahiers haut-marnais, nos 188-189, numéros spéciaux : « Joinville et les Guises », 1992, p. 42-59.

70 Les lucarnes d’époque Renaissance furent détruites à la Révolution ou au début du XIXe siècle ; les trois lucarnes actuelles – au lieu des sept originelles – et la balustrade les reliant ont été ajoutées dans la seconde moitié du XIXe siècle par l’architecte Lebreton, de même que l’escalier principal en U pourvu d’une balustrade de pierre (l’escalier originel était un escalier à deux volées droites convergentes).

71 Billat H., Joinville, le château du Grand Jardin. Haute-Marne, Paris, Inventaire général Adagp, coll. « Itinéraires du patrimoine », 2005, p. 12.

72 Une visite virtuelle du château est accessible en ligne : http://www.haute-marne.fr/legrandjardin/le_site/visite_virtuelle/index.php(consulté le 25 septembre 2013).

73 AN, Q1 684*.

74 BnF, fr. 20472, fos 111 et 175.

75 Babelon J.-P., Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, Picart, 1989, p. 397.

76 Belleau R., Œuvres poétiques, op. cit., t. IV, p. 156-157.

77 Comito T., « Le jardin humaniste », in M. Mosser et G. Teyssot (dir.), Histoire des jardins de la Renaissance à nos jours, Paris, Flammarion, 2002, p. 33-41.

78 Guillaume J., « Le jardin mis en ordre. Jardin et château en France du XVe au XVIIe siècle », J. Guillaume (éd.), Architecture, jardin, paysage. L’environnement du château et de la villa aux XVe et XVIe siècles, Paris, Picard, 1999, p. 103-136.

79 Sur l’importance de la diversité des formes et des espaces pour le plaisir visuel, voir Puppi L., « Nature, artifice et illusion. Thèmes et problèmes du jardin italien au XVe siècle », in M. Mosser et G. Teyssot (dir.), Histoire des jardins…, op. cit., p. 45.

80 Comito T., « Le jardin humaniste », art. cit., p. 33.

81 Duport D., Le Jardin et la nature. Ordre et variété dans la littérature de la Renaissance, Genève, Droz, 2002, p. 46.

82 Ibid., p. 46-47 ; Fontaine M.-M., « La vie autour du château : témoignages littéraires », in J. Guillaume (éd.), Architecture, jardin, paysage…, op. cit., p. 271.

83 Boudon F., « Jardins d’eau et jardins de pente dans la France de la Renaissance », in J. Guillaume (éd.), Architecture, jardin, paysage…, op. cit., p. 140.

84 Babelon J.-P., « L’hôtel de Guise », in R. Mousnier et J. Mesnard (dir.), L’âge d’or du mécénat (1598-1661), Paris, CNRS Éditions, 1985, p. 70.

85 Id., Paris au XVIe siècle, Paris, Association pour la publication d’une histoire de Paris, 1986, p. 224-241.

86 BnF, Clair. 341, fo 48.

87 AN, KK 907, fos 29-30.

88 Hurtaut P., Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, t. III, Paris, 1779, p. 691-692 ; Sauval H., Histoire et recherche des antiquités de la ville de Paris, t. II, Paris, 1724, p. 73. Voir aussi Alexandre A., « “Que le roi le puisse toujours avoir prés de lui.” Présence de Louis d’Orléans à Paris », in W. Paravicini et B. Schnerb (dir.), Paris, capitale des ducs de Bourgogne, Ostfildern, Thorbecke, 2007, p. 381.

89 ACC, 1-B-110.

90 BnF, fr. 8182, fos 58-62 ; fr. 22389, fo 35 ; Carteggio d’arte…, op. cit., p. 300-301.

91 Voir les dossiers sur l’hôtel de Guise en BnF, fr. 8182 et 22389, ainsi que de Langlois C.-V., Les Hôtels de Clisson, de Guise et de Rohan au Marais, Paris, 1922, p. 13-16.

92 Goldthwaite R., Wealth and the Demand for Art…, op. cit., p. 216-217.

93 Mirot L., « L’hôtel et les collections… », art. cit., p. 314 et 350.

94 Babelon J.-P., « Dans le cadre de la rénovation du Marais. Nouveaux documents pour la restauration de l’hôtel de Guise, 58, rue des Archives (Archives nationales) », La Vie urbaine, fasc. 3, 1965, p. 180-205 ; Ranum P., « “Feindre des poutres pour faire simmetrie aux vrayes.” La rénovation de l’hôtel de Guise, 1666-1667 », Histoire et archives, vol. 10, no 2, 2001, p. 5-60.

95 AN, AB XIX 313. Le 17 octobre, le prévôt des marchands se déplaça à l’hôtel afin d’examiner l’état des canalisations [Bonnardot F. (éd.), Registre des délibérations du Bureau de la ville de Paris, t. VI, Paris, 1888, p. 230-233].

96 AN, MC, étude XLIX, liasse 101.

97 Guiffrey J., Les Comptes des bâtiments du roi (1528-1571), suivis de documents inédits sur les châteaux royaux et les beaux-arts au XVIe siècle, t. I, Paris, J. Baur, 1877-1880, p. 357.

98 AN, MC, étude XLIX, liasse 101.

99 Sur cette tapisserie et sa présence à l’hôtel de Guise, cf. infra chap. 5.

100 BnF, fr. 20554, fo 13 (le texte original de la lettre est en italien ; la traduction donnée ici estcelle de Samaran C., « Le Primatice et les Guises d’après des documents inédits », Études italiennes, vol. 3, no 3, 1921, p. 135).

101 BnF, Clair. 348, fo 20.

102 Hanke S., « Bathing all’antica : Bathrooms in Genoese Villas and Palaces in the Sixteenth Century », Renaissance Studies, vol. 20, no 5, p. 687-690.

103 Eschenfelder C., « Les Bains de Fontainebleau : nouveaux documents sur les décors du Primatice », Revue de l’art, no 99, 1993, p. 45-52.

104 Crépin-Leblond T., « Les appartements de bains en France à la Renaissance », in I. Bardiès-Fronty, M. Bimbenet-Privat et P. Walter (dir.), Le Bain et le miroir. Soins du corps et cosmétiques de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, Gallimard, 2009, p. 59-62.

105 BnF, fr. 20554, fo 13 (traduction de Samaran C., « Le Primatice et les Guises… », art. cit., p. 135).

106 De Langlois C.-V., Les Hôtels de Clisson, de Guise…, op. cit., p. 24-28 ; Primatice, maître de Fontainebleau, op. cit., p. 402-409 ; Samaran C., « Le Primatice et les Guises… », art. cit. ; Id., « Le Primatice et les Guises d’après des documents inédits (suite) », Études italiennes, vol. 3, no 4, 1921, p. 187-200.

107 Wardropper I., « Le mécénat des Guise… », art. cit., p. 38.

108 Durot E., « François de Lorraine (1520-1563) : duc de Guise et nouveau Roi mage », Histoire, économie et société, vol. 27, no 3, 2008, p. 3-16.

109 BnF, fr. 20554, fo 13.

110 BnF, Clair. 348, fo 20 ; fr. 20522, fo 39.

111 BnF, fr. 20537, fo 30 ; Clair. 349, fos 128, 164 et 196.

112 BnF, fr. 20537, fo 44.

113 BnF, fr. 22433, fo 147.

114 Cf. le marché pour les travaux de terrassement devant la grotte : AN, MC, étude LXVIII, liasse 23, 1er janvier 1558.

115 BnF, fr. 22433, fos 79, 82 et 87-88.

116 Sur cette explosion, voir le discours tiré des registres et chroniques du bureau de la ville de Paris, publié par L. Cimber et F. Danjou, Archives curieuses…, op. cit., 1re série, t. V, p. 427-430 et « Voyage de Jérôme Lippomano… », art. cit., p. 595.

117 Documents du minutier central des notaires de Paris. Histoire de l’art au XVIe siècle (1540-1600), t. I : Architecture, vitrerie, menuiserie, tapisserie, jardins, édité par C. Grodecki, Paris, Archives nationales, 1985-1986, p. 22-24 ; Leproux G.-M., Recherches sur les peintres-verriers parisiens de la Renaissance (1540-1620), Genève, Droz, 1988, p. 18-19 et 28.

118 BnF, fr. 22433, fos 82 et 92.

119 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575, fo 4.

120 AN, MC, étude XC, liasse 121 (acte transcrit dans Documents du minutier central…, op. cit., t. I, p. 368-369).

121 ACC, 1-A-14, Devis concernant le grand pavillon de l’hôtel de Guise, 1579.

122 ACC, 1-A-14, dernière liasse, 24 octobre 1578, Lettre de Claude de Comitin, Éclaron.

123 De Rabutin F., Commentaires, in J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe, t. VII, Paris, Édouard Proux, 1838, p. 607 ; BnF, fr. 22433, fo 90.

124 Ibid., fos 78-79 et 87.

125 « Relation de Jean Michel, ambassadeur vénitien en 1575 », in Relations des ambassadeurs vénitiens…, op. cit., t. II, p. 211-213.

126 De L’Estoile P., Registre-journal du règne de Henri III, éd. par M. Lazard et G. Schrenck, Genève, Droz, 1992-2003, t. II, p. 150, t. III, p. 95 et t. IV, p. 113.

127 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 233 ; de Langlois C.-V., Les Hôtels de Clisson, de Guise…, op. cit., p. 42.

128 BnF, fr. 22433, fo 79. De Langlois C.-V., Les Hôtels de Clisson, de Guise…, op. cit., p. 42.

129 Labatut J.-P., Les Ducs et pairs de France au XVIIe siècle. Étude sociale, Paris, Presses universitaires de France, 1972, p. 301-302.

130 ACC, 1-D-7, liasse 1, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1537.

131 BnF, fr. 20641, fo 106 ; fr. 20515, fo 43.

132 BnF, Clair. 347, fo 157 ; Clair. 348, fo 131 ; fr. 20545, fo 65.

133 ACC, 1-D-7, liasse 4, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1568.

134 Guillemin D., « Le Château des ducs de Guise. Découverte archéologique et architecturale. Dix siècle d’histoire », Cahiers médiévaux, no 20, numéro spécial, 1980, p. 33.

135 ACC, 1-D-7, liasse 3, Compte des travaux au château de Guise pour la période 1533-1534 ; liasse 1, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1537.

136 BnF, fr. 20515, fo 13 ; fr. 20545, fo 109. Buisseret D., Ingénieurs et fortifications avant Vauban. L’organisation d’un service royal aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, CTHS, 2002, p. 22-25.

137 BnF, Clair. 345, fo 121.

138 Meurgey de Tupigny J., Le Château de Guise et ses seigneurs, Guise, Club du Vieux Manoir, 1958, p. 18.

139 BnF, fr. 20511, fo 60.

140 Dubost J.-F., La France italienne, XVI-XVIIe siècles, Paris, Aubier, 1997, p. 91-94.

141 BnF, Clair. 344, fo 168.

142 BnF, fr. 20541, fo 65.

143 BnF, fr. 20544, fo 148 ; fr. 20551, fo 5.

144 BnF, Clair. 348, fo 183 ; fr. 20545, fo 109.

145 Pour les crédits royaux destinés aux fortifications de Guise, voir BnF, fr. 20540, fo 73 ; fr. 20536, fo 55 ; fr. 22433, fo 132. Pour les crédits d’origine ducale, voir ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575 ; BnF, fr. 20551, fo 5. Louis de Proisy, le sieur de L’Eschelle et Antoine de La Garde, sieur de Tranchelion et gouverneur du duché de Guise, mettaient aussi fréquemment la main à la poche pour avancer l’argent nécessaire au paiement des ouvriers, sans oublier pour autant d’exiger des garanties puis d’en demander le remboursement (voir BnF, Clair. 348, fo 183 ; fr. 20545, fos 145-146 ; fr. 20536, fo 55).

146 BnF, fr. 20541, fo 95 ; fr. 20515, fo 43 ; fr. 20544, fo 148 ; fr. 20545, fo 109 ; fr. 20512, fo 137 ; fr. 20513, fo 39.

147 ACC, 1-D-7, liasse 2, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1551 ; liasse 4, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1568 ; BnF, fr. 20540, fos 43 et 83.

148 BnF, fr. 20513, fos 35, 37 et 46 ; ACC, 1-D-7, liasse 2, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1551.

149 BnF, fr. 5195.

150 ACC, 1-D-7, liasse 2, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1551 ; 2-D-16, Compte des travaux au château de Guise pour l’année 1564.

151 Meiss-Even M., « Les chevaux des Guise. Le haras d’Éclaron au milieu du XVIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 57, no 4bis, 2010, p. 7-29.

152 BnF, fr. 20543, fo 137.

153 Erlande-Brandenburg A., Ennès P. et Fritsch J., Musée national de la Renaissance. Château d’Écouen, Paris, RMN, 2000, p. 18.

154 Babelon J.-P., Châteaux de France…, op. cit., p. 802.

155 BnF, fr. 22433, fos 154 et 96.

156 BnF, fr. 20554, fo 127 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560, fo 2.

157 BnF, fr. 3231, fo 83.

158 ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575, fo 1 ; AN, 300 AP II 404*, fos 539-543 ; KK 906, fo 202 ; BnF, fr. 22433, fo 130.

159 BnF, fr. 22433, fo 154.

160 BnF, Clair. 347, fo 295 ; fr. 20554, fo 61 ; fr. 20540, fo 55.

161 AN, 300 AP II 404*, fos 539-543 (la superficie en hectares estdonnée sur la base de la perche d’arpent, soit 51,1 m2 pour une perche ; l’inventaire de Joinville donne une liste de terrains aboutissant à un total de 750,4 perches et 3 fauchées) ; BnF, fr. 22433, fos 91 et 154.

162 ACC, 1-GE VII-16, État des dépenses faites pour les travaux réalisés au château d’Ancerville en 1602 (accompagné de quelques quittances) ; Mémoire des réparations à faire au château d’Ancerville, 17 novembre 1646 ; Prix des travaux faits à Ancerville en 1646 (avec quelques quittances).

163 Peut-être s’agissait-il des deux maisons achetées par Claude puis François de Lorraine en juillet 1548 et mars 1562 (AN, 300 AP II 404*, fos 538 et 543).

164 AN, KK 906, fo 178 ; BnF, fr. 20550, fo 42.

165 AN, KK 906, fos 110-112.

166 Voir les cahiers de la dépense ordinaire de septembre 1552 et novembre 1553 en BnF, fr. 8181.

167 AN, KK 906, fo 151 ; BnF, fr. 8181, fo 467.

168 BnF, fr. 20540, fo 33.

169 BnF, fr. 8182, fos 42-47 ; AN, MC, étude LXVIII, liasse 25, 24 août 1559.

170 AN, KK 907, fo 29 ; mention plus rapide en KK 906, fo 391.

171 BnF, fr. 8182, fos 91-99 ; ACC, 1-CB-2, liasse 8.

172 Babelon J.-P., Châteaux de France…, op. cit., p. 720.

173 BnF, fr. 20467, fo 153.

174 BnF, Clair. 349, fo 196.

175 BnF, fr. 20467, fos 153-154 ; ACC, 1-A-14, Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575, fo 1 ; BnF, fr. 22433, fos 39 et 98.

176 Coester C., Schön wie Venus…, op. cit., p. 136.

177 ACC, 1-CB-2, liasse 8, Travaux sur les murs du parc de Nanteuil, 1571 ; 1-A-14, dernière liasse, lettre-mandement d’Henri de Lorraine, 1573.

178 Chatenet M., La Cour de France au XVIe siècle…, op. cit., p. 260.

179 Androuet du Cerceau J., Les Plus excellents bastimens de France, t. II, Paris, 1579, p. 6.

180 Wardropper I., « Le mécénat des Guise… », art. cit., p. 39-40.

181 Traduction de Samaran C., « Le Primatice et les Guises… », art. cit., p. 131.

182 Lecoq A.-M., « “Queti et musis Henrici II. Gall. R.”… », art. cit.

183 BnF, fr. 3118, fo 44.

184 BnF, Clair. 349, fo 22, lettre du cardinal de Ferrare au duc de Guise, 1er février 1557 ; analyse de l’acte de cession dans Brièle L., Collection de documents…, op. cit., t. IV, p. 201.

185 Pauwels Y., Aux marges de la règle. Essai sur les ordres d’architecture à la Renaissance, Wavre, Mardaga, 2008, p. 87-88.

186 Belmas E., Jouer autrefois…, op. cit., p. 131.

187 ACC, 2-D-34, Compte rendu au duc de Guise pour l’année 1538-1539 par Louis Martin, receveur général des terres, seigneuries et baronnies de Rumigny, Aubenton, Martigny, Any, Wattephal et Condé, membres dépendant du duché de Guise.

188 Labande L.-H., Le Château et la baronnie de Marchais, Paris, Honoré Champion, 1927, p. 38-42.

189 Sur la place de la Normandie dans le patrimoine de la famille de Guise, voir Carroll S., Noble Power…, op. cit., chap. I : « The Rise of the House of Lorraine in Normandy ».

190 Babelon J.-P., Châteaux de France…, op. cit., p. 734-735.

191 AN, MC, étude III, liasse 172, 12 juillet 1584.

192 BnF, fr. 20534, fo 26.

193 De Bouillé R., Histoire…, op. cit., t. I, p. 443-444 ; ACC, 1-GE VII-14.

194 De Bouillé R., Histoire…, op. cit., t. I, p. 198-199.

195 BnF, fr. 20522, fo 35 ; fr. 20540, fo 87.

196 De La Noue F., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 180.

197 Cité par Chastel A., « Le palais d’Apolidon », in A. Chastel, Culture et demeures en France au XVIe siècle, Paris, Julliard, 1989, p. 89-90.

198 Du Haillan B., Discours sur les causes…, op. cit., t. VII, p. 164.

199 De La Noue F., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 182.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search