Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Partie I – La culture matérielle des Guise

Chapitre 3. « Un chaisne parmy les autres arbres » : les ducs de Guise et leur suite

Texte intégral

  • 1 De La Noue F., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 183.
  • 2 Davis N.Z., Essai sur le don…, op. cit., p. 58-64 ; Neuschel K., Word of Honor…, op. cit., chap. 5 (...)
  • 3 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 233.

1« Ceux qui ont les affections un peu dressées à l’honneur, aiment grosse suite », grinçait François de La Noue1. Le gentilhomme moraliste avait beau trouver que le phénomène avait pris à son époque une ampleur regrettable, le fait est qu’un aristocrate de la Renaissance était en permanence entouré d’une foule de nobles de moindre rang et de serviteurs domestiques. Entretenir une vaste suite était en effet un impératif social dicté par les valeurs de libéralité et d’hospitalité propres au second ordre depuis l’époque médiévale2. En étant capable de mobiliser autour de sa personne un effectif impressionnant, l’aristocrate démontrait en outre l’efficacité de sa protection et la puissance de son patronage à l’égard de sa clientèle. La constitution d’un vaste entourage de serviteurs domestiques et de fidèles était par conséquent un élément primordial du travail des apparences aristocratiques. François de Lorraine sut d’ailleurs jouer cette carte lorsque Charles IX lui demanda en juin 1561 d’écourter son séjour à Guise pour revenir de toute urgence à Paris où, selon des rumeurs, des protestants s’apprêtaient à troubler les processions de la Fête-Dieu. Arrivé à Paris, le duc de Guise s’installa dans son hôtel de la rue du Chaume où il fit affluer un grand nombre de fidèles pour l’accompagner voir le roi, ce qui fit dire à Brantôme : « Il estoit fort bien en poinct, et faisoit très-beau voir ce grand homme et prince paroistre parmy trois ou quatre cens gentilshommes, ny plus ny moins qu’on void un grand et espois chaisne parestre comme l’honneur du bocage parmy les autres arbres3. » La suite formait ainsi un écrin mettant en valeur l’individualité exceptionnelle du duc de Guise.

2Par sa parenté sémantique avec le verbe « suivre », le terme « suite » suggère naturellement l’idée d’un mouvement. Plus encore que dans le monde relativement clos des hôtels urbains et des châteaux, c’était en effet lors des déplacements que l’entourage d’un Grand prenait sa pleine dimension de démonstration de puissance. L’importance politique et sociale du Grand justifiait que des gentilshommes pussent juger inconcevable de ne pas l’accompagner dans chacun de ses trajets. De plus, le caractère imposant d’un cortège de plusieurs dizaines, voire de quelques centaines de personnes manifestait aux yeux de tous les passants la dignité du seigneur ainsi entouré. Le déplacement était enfin l’occasion d’une mise en scène de la stratification sociale de la suite, ce qui contribuait à rappeler à tout un chacun la place éminente des Guise dans la société d’alors. Réunie pour honorer le duc, la suite trouvait ainsi sa pleine efficacité symbolique lorsqu’elle circulait sur les routes et chemins du royaume de France.

LA SUITE : UNE AFFAIRE D’HONNEUR

3La situation évoquée par Brantôme pour le mois de juin 1561 était certes quelque peu exceptionnelle. Elle ressortait en effet d’une logique de mobilisation ponctuelle de la clientèle destinée à impressionner les parties en présence à un moment important de la vie politique du royaume. Les gentilshommes appelés auprès du duc ne faisaient cependant que donner une ampleur extraordinaire à la suite ducale habituelle, suite définie en 1694 par le Dictionnaire de l’Académie française comme l’ensemble de « ceux qui accompagnent quelqu’un par honneur ». Derrière cette définition se cachaient en réalité des personnes aux attributions et aux statuts variés.

  • 4 BnF, fr. 3002, fos 62-65 (1566) ; fr. 8181, fos 269-288 (1540), fos 353-371 (1542) ; fr. 22429, fo (...)
  • 5 Pour les familles champenoises, voir Bourquin L., Noblesse seconde et pouvoir…, op. cit.
  • 6 Coester C., Schön wie Venus…, op. cit., p. 140. De nombreux membres de la famille Brasavola furent (...)

4La partie la plus brillante de la suite ducale était composée de gentilshommes et de nobles dames ayant fait le choix de la protection de la maison de Guise. Au premier rang d’entre eux se trouvaient bien entendu les nobles personnes dont le nom était porté sur les listes des gages et pensions de la maison4. Leur effectif resta assez stable au fil des ans, puisqu’ils étaient une trentaine environ à servir Claude puis François de Lorraine ; un repli est perceptible pour les années de jeunesse d’Henri de Lorraine (une vingtaine de gentilshommes seulement en 1566-1571), cependant la situation dut se rétablir à mesure que le troisième duc de Guise prit sa place sur la scène politique du royaume. Revêtus des fonctions de maître d’hôtel, d’écuyer d’écurie, de maréchal des logis ou de simple gentilhomme servant, ils servaient par quartier et ne demeuraient donc pas en permanence autour du duc pour lui faire honneur. La plupart étaient des nobles de moyenne importance possessionnés dans les régions dominées par les Guise : on comptait notamment parmi eux des représentants des familles champenoises de Lenoncourt, d’Amoncourt, de Choiseul, de Saint-Belin, de Jaucourt, de Sorbey, de Foissy, des familles picardes de Boves, de Hangest5. Quelques Italiens suivaient aussi les Guise de façon ordinaire, comme un capitaine appelé Baptiste et l’écuyer d’écurie Jean Francisque sous Claude de Lorraine, ou Francesco Zerbinati sous François de Lorraine. À ces gentilshommes servants, il faut encore ajouter les dames accompagnant la duchesse. Si Anne d’Este avait pour dame d’honneur Jeanne de Jumelles, demoiselle de Hangest, elle était surtout entourée de dames originaires de Ferrare : Marguerite Brasavola avait été élevée avec Anne à la cour de Renée de France, tout comme Laura Montina (« la Laure »), qui retourna à Ferrare à la fin de l’année 15596. Il en allait sans doute de même des demoiselles simplement nommées « la Vallere » et « la Cassandre » dans les comptes de la maison.

  • 7 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 232.
  • 8 Loc. cit.

5La suite ducale, toutefois, comprenait plus de nobles âmes que l’état des gages et pensions ne pourrait le laisser penser. Des clients accompagnaient en effet le duc sans pour autant appartenir officiellement à l’hôtel ducal. Si Brantôme pouvait raconter avec beaucoup de détails l’arrivée de François de Lorraine à Paris en juin 1561, c’était précisément parce qu’il avait été l’un de ces nobles admis dans l’entourage du duc sans pour autant jouir d’une place officielle dans l’hôtel. Le chroniqueur affirmait en effet : « J’avois lors cest honneur d’estre à la suitte de ce grand prince, qui me faisoit cest honneur (bien que je fusse fort jeune) de m’aymer, pour l’amour de feu mon oncle de La Chastaigneraye7. » Il n’était d’ailleurs pas seul à profiter de cette place privilégiée : « M. d’Antragues, gentil cavalier certes, et qui vist encore, qui lors suivoit mondict seigneur, s’en peut bien souvenir, car il y estoit, et moy aussi8. » La série des états des gages et pensions, complète de 1556 à 1563, ne comporte pourtant aucune trace d’un noble de ce nom.

  • 9 BnF, fr. 20641, fo 15.
  • 10 AN, MC, étude LXVIII, liasse 15, 30 juin 1553, Testament d’Antoine Adenin, 18 ans, partant pour la (...)
  • 11 BnF, fr. 8181, Compte de la dépense ordinaire de juin 1532, fos 157-214 ; ACC, 1-A-14, Dépense de (...)

6Ainsi qu’il était d’usage dans les grandes maisons nobles, les Guise nourrissaient en outre comme pages un grand nombre de jeunes nobles (fig. 36 pl. XIV). Ces derniers étaient au moins en partie issus des familles qui fournissaient à la maison de Guise ses plus fidèles serviteurs domestiques. Une lettre datée de février 1552 indique en effet que le fils d’Henri de Lenoncourt, comte de Vignory et lointain cousin de Jean et Olivier de Lenoncourt, qui avaient tous deux été gentilshommes servants de Claude de Lorraine au début des années 1540, était l’un des pages de François de Lorraine9. À la même époque, un autre des pages du duc de Guise s’appelait Antoine Adenin, seigneur de Pouchet en Picardie, et était un cousin de la famille picarde de Hangest, dont plusieurs membres servaient François de Lorraine et Anne d’Este et dont un autre membre encore était protonotaire du cardinal de Lorraine10. Répartis entre l’écurie, la vénerie et la chambre, attachés au service d’un membre de la maison en particulier, ces jeunes gens étaient nombreux : en juin 1532, ils étaient au moins douze à accompagner Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon dans leurs déplacements cynégétiques autour de Joinville ; la seule grande écurie comptait six pages en octobre 1555, cinq en janvier 1563 et six puis huit au cours de l’année 1571 ; au grand complet, ils étaient même vingt-et-un à servir Henri de Lorraine en 157611. C’était donc un large groupe de nobles qui entourait les Guise au quotidien.

  • 12 Les effectifs des officiers varièrent au cours du siècle : entre 30 et 40 sous Claude de Lorraine (...)

7Le terme « suite » était toutefois employé de façon plus large et en venait à englober des roturiers puisque les marchés de pourvoirie comportaient pour certains une clause spécifiant que les pourvoyeurs iraient « à la suite » du duc et de la duchesse de Guise. Il apparaît donc que les nombreux officiers et valets de chambre faisaient eux aussi partie de la suite12. Il est vrai que les fourriers, maîtres-queux, aides de cuisine, sommeliers de paneterie et d’échansonnerie, palefreniers, charretiers, huissiers de salle, etc. participaient en fin de compte à l’honneur de la maison en veillant à sa bonne marche quotidienne. Ils permettaient au duc et à la duchesse de recevoir dignement leurs fidèles et les aidaient dans tous les aspects quotidiens de leur paraître.

  • 13 ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de juillet 1581 ; Dépense extraordinaire de mars 1582.
  • 14 BnF, fr. 8181, fos 286-287, 371, 396 et 424.
  • 15 BnF, fr. 20553, fo 2.
  • 16 ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de juin 1560 ; Dépense ordinaire de novembre 1560.
  • 17 ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de juillet 1581 ; Dépense extraordinaire de mars 1582.

8Les personnes les plus littéralement attachées à la suite ducale étaient toutefois les laquais. L’édition de 1694 du Dictionnaire de l’Académie française définit en effet le laquais comme un « jeune valet de livrée destiné à aller à pied, & à suivre son maistre ou sa maistresse ». Le Thresor de la langue française de Nicot (1606), pour sa part, ne comporte pas d’entrée « laquais », cependant il fait apparaître le terme à l’entrée « suyvre » : « Estaller après, marcher derrière un autre par devoir de subjection ou autrement. Le lacquay suit son maistre. » Le laquais, par sa seule présence derrière son maître, signalait l’éminente dignité de celui-ci, aussi était-il tout à fait indispensable à la représentation ordinaire d’un aristocrate. Il n’était en rien un homme à tout faire, voué aux plus basses besognes, puisqu’il avait lui-même un valet à son service13. Cinq laquais étaient rémunérés par Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon en 1540, et deux encore en 1542 ; devenue veuve, la duchesse douairière n’en conserva qu’un seul à son service14. À son arrivée en France, en 1548, Anne d’Este menait avec elle quatre laquais parmi les trente-deux personnes de sa suite15. En 1560, elle en avait encore trois, tandis que son époux en avait neuf pour son seul usage, et leur fils au moins un16. Catherine de Clèves disposait quant à elle de deux laquais en 1581-1582 et Henri de Lorraine de cinq, puis de six, à la même époque17.

  • 18 BnF, fr. 8181, fo 295 ; fr. 22433, fos 77 et 151 ; ACC, 1-A-14, Dépense de la grande écurie pour l (...)
  • 19 ACC, 1-A-14, Marché pour les vêtements des pages, laquais et chantres, 1576.
  • 20 L’ordre donné au tailleur de faire des vêtements pour les garçons de l’office, daté de 1580 (ACC, (...)
  • 21 Jones A.R. et Stallybrass P., Renaissance Clothing and the Materials of Memory, Cambridge, Cambrid (...)

9La présence très ostensible des laquais était encore accentuée par leur livrée. Ces serviteurs revêtaient en effet une tenue fournie par leurs maîtres et ornée des couleurs et devises de la maison, de même que les pages, auxquels les sources les associent d’ailleurs très souvent18. Cette pratique impliquait des dépenses qui étaient loin d’être négligeables, puisque, sans compter les paiements annexes faits pour des achats complémentaires de linge, elles atteignaient 2 000 livres annuelles en 1562 et dépassaient les 5 500 livres en 1576. Le nombre élevé de pages et laquais concernés, la variété des pièces de vêtements et plus encore la qualité des tissus employés expliquent l’importance de la dépense. Le marché passé entre Henri de Lorraine et son tailleur Pierre Bellet en juillet 1576 révèle ainsi que chacun des vingt-et-un pages, des sept laquais et des trois chantres du duc devait recevoir dans l’année trois habits complets19. Le duc exigeait que ces habits fussent dûment enrichis de velours, de taffetas et de broderies, ce qui explique que le montant total par personne ait atteint la coquette somme de 180 livres20. Cette dépense n’était pas cependant l’expression pure et simple de la générosité du duc, ni même une compensation pour un salaire modeste. La livrée contribuait en réalité à rendre plus immédiatement visible l’appartenance d’un individu à la sphère domestique de la maison de Guise, et par conséquent plus explicite la puissance d’une famille capable d’entretenir un grand nombre de serviteurs. La livrée aux couleurs et devises de la maison inscrivait, si ce n’est dans la chair, du moins sur le corps des domestiques leur dette à l’égard de leur protecteur et maître21. Elle déplaçait ainsi sur le corps des membres de la suite les signifiants de la richesse, de la puissance politique et de la domination sociale de la maison de Guise.

  • 22 Cf. supra chap. 2.

10La suite était donc bien une question d’honneur. Le nombre de ses membres reflétait fidèlement les ambitions de la maison, aussi les dimensions de la suite ducale ne doivent-elles pas surprendre : si les estimations proposées au chapitre précédent, fondées sur la quantité de pain distribuée quotidiennement, sont justes, François de Lorraine et Anne d’Este étaient suivis en novembre 1560 par 180 personnes, et Henri de Lorraine et Catherine de Clèves par près de 210 fidèles et serviteurs en juillet 158122. De façon plus assurée, Antoinette de Bourbon, alors veuve, nourrissait une centaine de bouches en septembre 1552. Un tel regroupement de personnes, pour certaines affichant leur soumission à l’autorité ducale jusque dans leurs vêtements, constituait une véritable démonstration de force de la part des Guise. Plus qu’à tout autre moment, c’était à l’occasion des déplacements de la suite que cette puissance sociale se donnait le plus clairement à voir.

LE TRAIN EN MARCHE

11Dans le contexte des voyages qui faisaient l’ordinaire des aristocrates de la Renaissance, le terme « train » était plus couramment employé que « suite » car il associait aux personnes entourant le maître les animaux de bât et les bagages indispensables aux voyageurs. Le train, écrivait Nicot, « c’est la suite, famille et bernage d’un grand seigneur », le bernage étant lui-même défini comme « toute la suite, train, compagnie et equippage d’un grand seigneur, tant en sommiers [bêtes de somme] qu’autre equippage ». Ces différences de terminologie invitent à considérer les aspects les plus matériels de la suite en mouvement, de la réalité d’une vie itinérante à l’aménagement des logis d’étape, en passant par les conditions du transport des voyageurs et des bagages.

Une vie itinérante

  • 23 Voir les chapitres intitulés tous deux « Une cour nomade » dans les ouvrages de Solnon J.-F., La C (...)
  • 24 « Relation de Marin Giustiniano, ambassadeur en France en l’année 1535 », in Relations des ambassa (...)

12L’itinérance de la cour royale française de la Renaissance est un fait bien connu des historiens, et une spécificité qui déplut souverainement aux ambassadeurs étrangers (fig. 3723). Le Vénitien Marino Giustiniano, en 1535, déplorait vivement ce nomadisme : « Jamais, du temps de mon ambassade, la cour ne s’arrêta dans le même endroit pendant quinze jours de suite24. » Les grands événements diplomatiques, la nécessité de donner le roi à voir à ses sujets, les besoins de la guerre, les déplacements dans les diverses résidences royales au gré des envies du souverain, des réserves de gibier et des prélèvements de la cour sur les réserves locales de nourriture, tout cela contribuait à maintenir la cour royale en perpétuel mouvement. En tant que membres éminents de la cour, les Guise participèrent à bon nombre de ces déplacements, mais les périodes qu’ils passaient en dehors de la suite royale n’étaient pas pour autant des moments de stabilité géographique. L’éclatement de leurs possessions territoriales les contraignait en effet à de fréquents voyages entre Champagne, Picardie, Normandie et Île-de-France pour donner un tour plus personnel à leur pouvoir sur ces domaines.

Fig. 37 > Tapisserie des Valois, tenture du Départ de la cour, travail flamand sur des dessins d’Antoine Caron, milieu des années 1570, Florence, Galerie des Offices.

  • 25 Itinéraire reconstitué dans ses grandes lignes à partir des lieux de clôture des comptes mensuels (...)
  • 26 Idem, à partir du compte annuel de 1562 (BnF, fr. 22433, fos 139-144).
  • 27 BnF, fr. 8181, fos 77-81 et 157-214.

13L’année 1540 fut exemplaire des déplacements incessants du duc de Guise entre ses terres et les lieux de résidence du roi : Claude de Lorraine passa la fin de l’hiver en Champagne, puis se rendit en Normandie au printemps ; il rentra en Champagne où il passa l’été en compagnie de sa femme ; celle-ci l’accompagna à l’automne puis rentra à Joinville, tandis que le duc allait séjourner quelques temps à la cour, alors en Île-de-France, avant de rejoindre son épouse25. En 1562, François de Lorraine fit preuve de la même mobilité : en Champagne à la fin de l’hiver (que l’on se souvienne du massacre de Wassy, le 1er mars), il se rendit à Paris où il passa l’essentiel du printemps, avant de partir pour Blois (juillet-août), puis au camp devant Bourges, puis au camp devant Rouen ; la fin de l’année se passa aux confins de la Normandie et de l’Île-de-France (bataille de Dreux le 19 décembre26). Les femmes menaient également cette vie nomade, quoique ce fût moins vrai pour Antoinette de Bourbon que pour Anne d’Este. De plus, un séjour dans le berceau familial de Joinville n’était pas nécessairement plus statique, car les ducs et les membres de la famille sillonnaient alors le domaine champenois au gré des chasses et des visites aux gentilshommes de la région27.

  • 28 ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555 ; Estienne C., La Guide des che (...)
  • 29 Roche D., Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fay (...)

14Il est possible de reconstituer la longueur des étapes d’un trajet-type grâce au voyage que fit en juin 1555 Henri de Lorraine, alors âgé de cinq ans et demi, entre Joinville et Paris, car le train du petit prince suivit alors l’un des itinéraires décrits par Charles Estienne dans son Guide des chemins de France (155228). La suite princière mit sept jours pour couvrir les 60 lieues du parcours (environ 265 kilomètres), faisant six étapes là où Charles Estienne n’en proposait que cinq. La longueur moyenne des étapes fut donc de 8 lieues et demi (environ 37,5 kilomètres), mais les étapes réelles varièrent entre 6 lieues (26,5 kilomètres) pour finir le voyage entre Brie-Comte-Robert et Paris et 11 lieues (48,5 kilomètres) pour une longue journée entre Nogent-sur-Seine et Nangis. Au rythme de 7 ou 8 kilomètres par heure, vitesse moyenne d’un cheval au pas, cela représentait cinq heures de trajet par jour29. La médiocre qualité des routes, la rusticité des moyens de locomotion, la nécessité de ne pas épuiser les chevaux ne permettaient pas d’aller plus vite, aussi les constants déplacements de la famille ducale à travers le royaume de France impliquaient-ils qu’une grande partie de l’existence se passait en fait sur les routes. Le rythme lent des chevaux et des chariots et les étapes dans des logements de fortune aménagés à la hâte constituaient le lot ordinaire de ces puissants seigneurs, autant si ce n’est plus que les journées passées dans de grands et beaux châteaux richement meublés.

  • 30 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 405.
  • 31 Ce chiffre est une estimation à partir du nombre de chevaux et mulets de la suite : neuf chevaux d (...)
  • 32 Quatorze chevaux d’écurie et trois mulets de litière (BnF, fr. 8181, fo 466).
  • 33 Dix-neuf chevaux et mulets (de coffre comme de litière), sans compte les chevaux loués en compléme (...)
  • 34 ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555.
  • 35 ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire du mois de juin 1560.
  • 36 BnF, fr. 8181, fo 178.

15L’ampleur du train pouvait varier de façon considérable en fonction des circonstances. Si la suite ducale au grand complet avoisinait les deux cents personnes dans la seconde moitié du siècle, tous les trajets ne mobilisaient pas une telle foule. À l’extrême, pour le rapide aller-retour qu’elle fit entre Saint-Germain-en-Laye et Paris au cours d’une même journée, Anne d’Este ne mena avec elle qu’une demoiselle, un page et deux grands laquais30. La norme du train ducal n’était toutefois pas là. En septembre 1526, Antoinette de Bourbon partit de Joinville en direction de Bar-le-Duc avec son fils aîné François, âgé de sept ans, et une suite constituée d’une douzaine de personnes31 ; en novembre 1553, la duchesse douairière se rendit à Marac avec une quinzaine de personnes32 ; lors du voyage qu’elle fit à Nancy avec sa petite fille d’Aumale dans les mêmes années, la douairière de Guise mena une suite équivalente, composée de ses dames et filles, d’officiers, de pages et d’au moins deux laquais33. En juin 1555, le petit prince de Joinville alla à Paris avec sa nourrice, l’aumônier Henri Leclerc (qui servait de maître d’hôtel), deux pages, un valet d’écurie, un valet de chambre et un laquais34 ; cinq ans plus tard, son train ressemblait plus à celui d’un adulte, en version réduite, puisqu’il voyageait avec son gouverneur, plusieurs gentilshommes, un maître d’hôtel, un écuyer, un contrôleur, des officiers (au moins un fourrier et un panetier), trois palefreniers, des pages, des valets de chambre et des laquais35. Les déambulations à but cynégétiques autour de Joinville mettaient en branle un train encore plus important : en juin 1532, le duc, la duchesse de Guise, leur fils le comte d’Aumale et leurs filles aînées circulèrent sur leurs terres champenoises en compagnie de sept muletiers, leurs chantres et joueurs de fifre, tambourin et violon, sept pages, six valets de chiens, les garçons du chenil, quatre garçons menant les lévriers, sans compter les gentilshommes et dames de leur suite ni même les officiers, laquais et chambrières36.

16Cette mobilité perpétuelle d’une suite nombreuse, voire gigantesque quand le train était au complet, avait des conséquences évidentes d’un point de vue matériel. On imagine aisément l’effort de logistique que représentaient de tels déplacements, depuis les véhicules et moyens de locomotion divers jusqu’à l’aménagement des gîtes d’étapes, en passant par le choix d’un mobilier adapté à ce style de vie.

Les aspects pratiques de la mobilité

17Inhérente à l’existence noble à l’époque de la Renaissance, la mobilité n’était pas un temps de relâchement de l’effort de distinction. Bien au contraire, toutes les solutions pratiques trouvées pour permettre le déplacement aisé des hommes et des bagages étaient en même temps des moyens d’afficher la puissance des Guise et de rendre claires les différences sociales au sein de la suite ducale.

Le transport des voyageurs

  • 37 Voir les comptes de la dépense ordinaire en BnF, fr. 8181 et ACC, 1-A-14.
  • 38 Robert J., « Les grande et petite écuries… », art. cit., p. 4-6. L’auteur de l’article ne précise (...)
  • 39 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 162.
  • 40 BnF, fr. 8181, fo 329 ; fr. 22433, fo 79 ; ACC, 1-A-14, Dépenses du duc de Guise pour ses affaires (...)

18L’aperçu fait précédemment de la mobilité ducale permet de mesurer toute l’importance d’un service comme la petite écurie, c’est-à-dire l’écurie des chevaux ordinaires destinée aux déplacements de la suite ducale. Le duc entretenait généralement entre 25 et 30 courtauds (cheval de selle aux oreilles et à la queue coupées, que l’on distingue du coursier utilisé à la guerre ou dans les tournois), la duchesse une quinzaine de haquenées (cheval ou jument calme allant à l’amble) et l’héritier du titre, vers l’âge de dix ans, une petite dizaine de chevaux, tous voués au transport des membres de la maisonnée37. À titre de comparaison, la petite écurie d’Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, comptait 20 chevaux, tandis que celle de son fils Henri de Navarre en abritait, selon les périodes, entre 32 et 5638. D’après Brantôme, qui vantait sa splendeur, le grand prieur François de Lorraine, jeune frère du deuxième duc de Guise, nourrissait pour sa part « une vintaine de beaux courtaudz39 ». La petite écurie des ducs de Guise n’était donc pas exceptionnelle, mais elle affichait clairement la haute dignité de la maison, d’autant que, sans avoir le prestige des grands chevaux achetés à prix d’or en Espagne, en Afrique du Nord ou au royaume de Naples, les animaux qui la composaient étaient choisis avec soin et valaient des sommes assez élevées : 225 livres pour trois haquenées acquises à la foire de Guibray en 1542, 106 livres pour une haquenée donnée au frère du jeune duc de Guise en 1563, 392 livres pour trois courtauds en 157140.

Fig. 38 > Des pratiques équestres genrées : les différences de posture, Le comte Jean V de Nassau et son épouse Élisabeth de Hesse-Marbourg, dessin de Bernard van Orley, vers 1530, plume et lavis, 35 × 55 cm, Munich, Staatliche Graphische Sammlung.

  • 41 Les effectifs des chevaux à livrée sont difficiles à saisir en raison des allées et venues permane (...)
  • 42 BnF, fr. 22429, fos 130-135.
  • 43 ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555, fo 13.
  • 44 BnF, fr. 3232, fo 113.
  • 45 BnF, fr. 8181, fo 398.
  • 46 Tourre-Malen C., « Des amazones aux cavalières : avatar d’un loisir féminin », in D. Roche et D. R (...)

19Le voyage à cheval était l’ordinaire des hommes de la maisonnée. Les familiers du duc chevauchaient donc sur les routes de France, qui sur l’un des courtauds de son maître (en particulier les écuyers et les pages), qui sur un cheval « à livrée » (cheval attribué à un serviteur dans l’exercice de ses fonctions), qui sur sa propre monture41. Certains gentilshommes étaient d’ailleurs defrayés de l’entretien de leur cheval durant leur quartier au service du duc de Guise ou se voyaient attribuer un complément de rémunération pour subvenir aux besoins de leur monture42. La partie féminine de la suite ducale pouvait également voyager à cheval, certaines femmes employant pour cela une haquenée de la duchesse, à l’instar de la femme de chambre de la petite Catherine de Lorraine qui accompagna de cette façon sa jeune maîtresse jusqu’à Reims43. Veillant à la bonne préparation du trousseau de la même Catherine, des années plus tard, le cardinal de Lorraine rappela la nécessité de lui fournir quatre haquenées pour ses deux demoiselles et deux femmes de chambre44. Les femmes de la famille ducale se déplaçaient parfois à cheval : l’une des juments évoquée dans la « déclaration des chevaulx et mulletz » d’Antoinette de Bourbon pour le mois de septembre 1552 est ainsi explicitement appelée « la hacquenée de madame45 ». Il n’est pas toujours évident néanmoins d’établir si ces dames montaient à cheval de façon traditionnelle, c’est-à-dire en utilisant une selle (la sambue) dotée d’une sorte d’arçon latéral formant fauteuil ainsi que d’une planchette servant de repose-pieds, ou bien si elles maîtrisaient la monte en amazone46. La première façon de monter limitait considérablement l’autonomie de la cavalière car sa posture (les épaules parallèles à la colonne vertébrale du cheval) lui rendait difficile de maîtriser le cheval et de rester stable en cas d’écart, aussi devait-elle être accompagnée d’un homme à pied qui tenait les rênes (fig. 38) ; la monte en amazone, au contraire, réorientait le corps de la cavalière vers l’avant et lui donnait toute latitude pour guider le cheval tout en ménageant sa pudeur, puisqu’elle n’était pas à califourchon sur le dos de l’animal.

  • 47 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. VII, p. 345.
  • 48 Ibid., t. II, p. 405.

20Ce serait Catherine de Médicis qui aurait introduit en France cette posture qui lui permettait de se lancer dans les longues cavalcades qu’elle affectionnait47. À tout le moins, Anne d’Este dut avoir les mêmes compétences équestres, puisque dans une anecdote la concernant, la deuxième duchesse de Guise est décrite montée sur une haquenée et « chevauch[ant] le plus roide qu’elle pouvoit […] pour se trouver au soupper de monsieur son mary » : la vitesse de la chevauchée d’Anne, qui faisait un rapide aller-retour entre Saint-Germain-en-Laye et Paris, supposait une assise confortable sur une selle d’amazone et une aisance certaine dans la conduite du cheval48. L’appartenance d’Anne d’Este à la famille ducale de Ferrare, l’une des cités du cheval à la Renaissance, rend en outre vraisemblable cette compétence de la duchesse. Il paraît néanmoins qu’il ne s’agissait pas ici d’une expression de la norme en matière de déplacement pour une grande dame : seule la nécessité de réduire le temps de trajet avait contraint la duchesse à renoncer au confort de sa litière à mules.

  • 49 Bochetel G., L’entree de la Royne en sa ville & Cité de Paris…, op. cit., p. 13-15 ; C’est l’ordre (...)
  • 50 Winn C., « Des femmes en mouvement… », The Romanic Review, vol. 94, nos 1-2, 2003, p. 125-126.
  • 51 BnF, fr. 8181, fos 54, 57-58, 77, 463, 474, 476, 489, 500 et 518-519 ; fr. 20541, fo 65 ; fr. 2054 (...)
  • 52 BnF, fr. 3232, fo 113.

21La litière était en effet le moyen de transport par excellence des femmes de l’aristocratie. Cette sorte de caisse de bois luxueusement décorée, portée grâce à des brancards par deux voire trois mules placées à l’avant et à l’arrière de la caisse, constituait un véhicule de prestige indispensable à une femme de haut rang (fig. 39). Les dictionnaires du temps attestent d’ailleurs la permanence de la dimension distinctive de ce véhicule : « Lectica. Une lictiere à bras, ou à chevaulx, où les grands seigneurs et riches gentz se faisoyent porter par leurs serviteurs ou chevaulx ou mulets : comme nous voyons encore journellement » (Dictionarium latinogallicum, par Robert Estienne, 1552) ; « Lictiere. Se prend ores pour ce tabernacle de bois couvert, ou d’autre est offe, porté sur deux brancards, par deux chevaux ou mulets, l’un devant, l’autre derrière, auquel les grandes Dames vont par pays » (Thresor de la langue française, par Jean Nicot, 1606). Lors des cérémonies monarchiques et notamment lors des entrées de la reine, le privilège de monter dans une litière était réservé aux seules femmes de la famille royale : venait d’abord la litière de la reine, que celle-ci occupait seule (en 1549, Catherine de Médicis fut néanmoins accompagnée de sa belle-sœur Marguerite « viz à viz d’elle à l’autre bout de sa litiere »), puis éventuellement les litières des mère, sœurs et filles du roi ; princesses non royales et duchesses suivaient, montées sur des haquenées, et plusieurs chariots fermaient la marche, transportant le reste des dames et filles de la reine six par six49. Hors de ces instants de mise en scène de la puissance monarchique, les nobles dames pouvaient librement user de ce moyen de locomotion qui, non content de signaler leur rang aux passants, présentait l’avantage d’être plus confortable – ou moins incommode – que les chariots et coches à la suspension bien souvent chaotique, et parfois redoutable pour une femme enceinte50. Malgré le mal des transports qu’il causait sur certains voyageurs comme Louise de Savoie et Montaigne, le succès de ce véhicule ne se démentit donc pas au cours du siècle, et Catherine de Clèves en usait tout autant qu’Antoinette de Bourbon51. Au moment du mariage de la sœur du Balafré avec le duc de Montpensier (1570), le cardinal de Lorraine, oncle de la promise, rappela qu’il était nécessaire de fournir à la future duchesse une litière digne de son rang et de sa famille et conseilla de « rafraîchir sa litière, [de la] couvrir de velours et doubler de satin cramoisi, et les arnois des mulets », suggérant au passage d’ajouter un troisième mulet pour compléter l’équipage de la demoiselle52.

Fig. 39 > Une litière à mules du cortège du Départ de la cour (détail).

  • 53 BnF, fr. 20541, fo 65.
  • 54 « Compte de dépenses de Catherine de Médicis », publié dans L. Cimber et F. Danjou, Archives curie (...)
  • 55 BnF, fr. 20542, fo 8.
  • 56 BnF, fr. 22433, fos 85 et 158. À titre de comparaison, en 1563, une haquenée fut achetée pour un p (...)

22La force de la litière comme status symbol était assez forte pour qu’en 1551 les états de Dauphiné jugeassent convenable d’offrir à Anne d’Este, épouse de leur gouverneur, « une litiere la plus belle qui se pourra faire dedans Paris53 ». L’ambition affichée par les états de Dauphiné n’était pas mince, car les grandes dames rivalisaient de faste à travers la décoration de leur véhicule : en 1558, par exemple, Catherine de Médicis dépensa 500 livres tournois pour « une lictiere complecte, couverte de veloux noir et doublée de satin cramoisy […] et pour l’acoustrement des deux mulletz » ; vingt ans plus tard, ce fut dans une somptueuse litière « à pilliers doublez de velours incarnadin d’Espaigne, en broderie d’or et de soye nuée, à devise » et entièrement vitrée que Marguerite de Valois se rendit en Flandres54. La compétition se nichait également dans le choix des mulets chargés de porter le véhicule : certes, aucun mulet ne pouvait concurrencer en noblesse un fier étalon barbe ou turc, néanmoins la recherche d’excellence et de perfection esthétique n’épargnait pas ce modeste équidé. Les états de Dauphiné promirent ainsi que la litière destinée à Anne d’Este serait accompagnée de « trois muletz des meilleurs, plus beaulx et mieulx enharnachez que faire se pourra[it] » et se montrèrent en effet très exigeants dans leur choix55. En 1562, le muletier de la duchesse acheta un mulet de litière pour la coquette somme de 150 livres, soit 50 % plus cher que les simples mulets de coffre payés l’année suivante : la somme était celle nécessaire à l’achat d’un cheval de qualité56.

  • 57 Libourel J.-L., Voitures hippomobiles. Vocabulaire typologique et technique, Paris, Éditions du pa (...)

23Les sources sont plus difficiles à manier lorsque l’on aborde le sujet des voitures hippomobiles. Les mentions de chariots, chariots branlants, coches et chariots de Flandres sont légion dans les archives des Guise, mais elles font entrer le lecteur dans un univers que les historiens peinent à reconstituer faute de vestiges et de descriptions techniques suffisamment claires, en particulier sur le problème de la suspension, essentielle pour le confort du voyage. Quelques éléments peuvent néanmoins être dégagés en croisant les sources de la maison ducale aux autres mentions connues de voitures hippomobiles de la Renaissance. Le premier type de véhicule hippomobile utilisé par les Guise était le « chariot branlant ». Cette forme primitive de coche, mal connue, était un véhicule à quatre roues dont la caisse (c’est-à-dire le corps de la voiture, accueillant les voyageurs, par opposition au train qui est la partie permettant le roulement du véhicule) était grossièrement suspendue par un système de chaînes ou de courroies de cuir57. Dans son Thesaurus linguae latinae (1531), Estienne associait d’ailleurs les « cheriots branslans » à l’expression « qui pend en hault ». L’appellation de « chariot branlant » montre bien que la suspension était considérée comme caractéristique du véhicule et le distinguait de voitures à la caisse simplement posée sur le train. L’adjectif met cependant aussi en évidence le confort limité et somme toute vacillant d’un tel engin si l’on se rappelle la définition du verbe « bransler » par Jean Nicot : « C’est balancer ça et là, d’un costé à autre sans se tenir ferme ! »

  • 58 Loc. cit.
  • 59 De Wismes C., « Les chars aux diverses époques », Bulletin de la Société archéologique de Nantes e (...)
  • 60 AN, MC, étude LXVIII, liasse 19, 22 juin 1555, Marché de charroi pour la duchesse de Guise.
  • 61 BnF, fr. 8181, fos 480, 459 et 479.

24Les chariots branlants n’étaient en rien une invention de la Renaissance, puisque les premières attestations de l’existence de ce véhicule remontent au XIVe siècle à propos du duc Jean de Berry (1374), de la duchesse d’Orléans (1396) et d’Isabeau de Bavière (140558). L’usage en était encore courant au XVIe siècle dans les suites des grands seigneurs et dames de la cour de France : la reine Éléonore avait plusieurs « riches chariots branlans couverts de toile d’argent et de velours de diverses couleurs » à sa suite lors de l’entrevue marseillaise de 1533 entre François Ier et le pape Clément VII, et les comptes de Marguerite d’Angoulême en 1549 comme ceux de Marguerite de France en 1550 signalent l’existence de telles voitures dans le train de ces dames ; François Clouet reçut quant à lui 66 livres en 1542 pour avoir peint le chariot branlant de François Ier, puis 20 livres dix ans plus tard pour avoir orné de croissants et de devises l’intérieur d’un chariot branlant manifestement destiné à Diane de Poitiers ; Catherine de Médicis n’était pas en reste puisqu’en 1558 elle acheta en même temps que la litière précédemment évoquée un chariot branlant d’une valeur de 200 livres59. L’usage de ces voitures n’était cependant pas réservé à la famille royale puisque le marché qu’Anne d’Este passa en 1555 avec des charretiers portait la précision suivante : « Le chariot branlant de ladite dame telz que ont les autres dames suyvant la court du Roy60. » Il s’agissait donc encore au milieu du XVIe siècle d’un élément indispensable au train d’une grande dame, même lorsque celle-ci vivait retirée du monde comme le faisait Antoinette de Bourbon61.

  • 62 Bourgeon J.-L., « Note de lecture… », art. cit., p. 661.
  • 63 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 214 ; de Valois M., Mémoires, op. cit., p. 90.
  • 64 BnF, fr. 3232, fo 113.

25Jean-Louis Bourgeon fait cependant remarquer avec raison que le chariot branlant des dames de la Renaissance n’était pas une voiture de luxe, ancêtre du carrosse, utilisée en personne par ses propriétaires, mais plutôt un mode de transport collectif pour les suivantes d’une aristocrate. Un passage du compte de Marguerite de France pour l’année 1550 évoque en effet les « deux chariotz branslans où vont partie des filles damoiselles, les femmes de chambre de madicte dame et des dames et des dictes damoiselles62 ». Il est clair ici que les chariots branlants de Marguerite étaient destinés à transporter les femmes les moins haut placées dans la hiérarchie de sa suite, tout comme les chariots branlants évoqués lors des entrées royales emmenaient les moins titrées des dames de la cour. Les archives comme les mémoires du XVIe siècle illustrent d’ailleurs abondamment cette pratique de faire circuler les demoiselles et plus encore les femmes de chambre suivant une grande dame dans un chariot qui, si l’on ne sait pas toujours s’il était « branlant » ou non, n’en était pas moins un véhicule collectif. Brantôme louait ainsi la modestie de Marguerite d’Angoulême qui n’avait jamais à sa suite que trois mulets de coffre, six mulets pour ses deux litières et « trois ou quatre charriotz pour ses filles » et Marguerite de Valois écrivait que, lors de son voyage en Flandre de 1577, elle avait à la suite de sa litière celles des dames de La Roche-sur-Yon et de Tournon, dix demoiselles à cheval ainsi que « six carrosses ou chariots » dont elle précisait bien qu’ils servaient à mener « le reste des dames et filles » de ses dames d’honneur et d’elle-même63. Au moment de constituer le trousseau de la future duchesse de Montpensier, le cardinal de Lorraine eut pour sa part cette réflexion : « [Il faut à la future mariée] quatre haquenées, savoir : pour deux demoiselles, une femme de chambre et la femme de la Vallere, et par ce moyen, pour ceste heure il ne fauldra point de chariot64. » Cette remarque du cardinal de Lorraine semble bien indiquer que l’intérêt principal d’un chariot était sa capacité à transporter six personnes en même temps, puisqu’il n’était pas jugé utile pour un train modeste de quatre suivantes.

  • 65 De Valois M., Mémoires, op. cit., p. 40, 45 et 128.
  • 66 Bourgeon J.-L., « Note de lecture… », art. cit., p. 664. C’est Pierre de l’Estoile qui rapporte le (...)
  • 67 De Thou J.-A., Mémoires, op. cit., p. 331-332. La traduction donnée dans cette édition introduit l (...)

26Dans la seconde moitié du XVIe siècle, cependant, le mépris des femmes de la haute noblesse pour les voitures hippomobiles s’estompa et l’on vit bon nombre de grandes dames, si ce n’est délaisser leur litière, du moins apprécier l’usage occasionnel de véhicules tirés par des chevaux. Les Mémoires de Marguerite de Valois renferment ainsi plusieurs anecdotes la mettant en scène dans l’une de ces voitures. En 1574, la reine de Navarre sauva la vie à un gentilhomme pourchassé en le déguisant en femme de sa suite et en le sortant dans sa voiture, car les gardes n’osaient pas empêcher la sœur du roi de circuler librement en coche et osaient encore moins demander à ses dames d’enlever le masque alors en usage chez les femmes de la cour ; la même année, Marguerite vit deux hommes, dont le premier écuyer du roi, se jeter sur les portières du chariot qu’elle occupait avec sept autres personnes ; en 1577, elle regagna Paris en compagnie du duc d’Alençon, du roi, de la reine et de Catherine de Médicis dans le chariot de cette dernière, espace propice à d’« agréables entretiens65 ». Les hommes montaient à l’occasion en voiture aux côtés de leur femme, comme Henri III qui affectionnait les promenades en coche avec la reine, mais seuls les ecclésiastiques et les grands robins s’affichaient avec une voiture leur appartenant en propre66. Les nobles d’épée mirent plus de temps à accepter un mode de déplacement qu’ils jugeaient encore efféminé et amollissant. L’usage des voitures hippomobiles par les élites, spécialement en ville, fut bien décrit comme une innovation par les contemporains, et Jacques-Auguste de Thou notait dans ses Mémoires que ce fut à la fin du règne de François Ier seulement qu’en débuta la mode à Paris67.

  • 68 Munby J., « Les origines du coche » et Coczian-Szentpeteri E., « L’évolution du coche ou l’histoir (...)
  • 69 On le trouve dans le titre d’un célèbre poème de Marguerite de Navarre (« La Coche », 1541) et dan (...)

27L’enracinement de cette pratique ne tenait semble-t-il pas à la réévaluation par les élites sociales des mérites du chariot branlant, mais plutôt à l’introduction en France, via l’Italie, de véhicules d’origine étrangère, les « coches » et « carrosses ». Jacques-Auguste de Thou soulignait que « l’usage [des voitures] étoit venu d’Italie » et Jean Nicot définissait le coche comme une « maniere de char couvert à quatre rouës tiré par deux, quatre ou plus de chevaux accouplez, que les François ont pris en usage des Italiens, qui l’ont usité par imitation des nations Septentrionales ». L’auteur du Thresor de la langue françoise évoquait par la mention de ce double emprunt le fait que le coche était une invention hongroise qui aurait été introduite en Italie par le cardinal Hippolyte d’Este, en 1509 ; son nom viendrait d’ailleurs du hongrois kocsi, « grande voiture couverte », dérivé du nom de Kocs, siège d’un relais de poste sur la route de Vienne à Pest68. Jean Nicot donnait déjà cette origine au mot (« Coche, est un mot Hongrois signifiant autant comme Chariote »), tout en signalant son passage par l’italien (« Si que le mot Italien, qui est Coccio, nous en est demeuré »). Les premières attestations du mot « coche » en français datent des années 1540, ce qui accrédite l’hypothèse de l’apparition du véhicule dans les rues de Paris à la fin du règne de François Ier69.

  • 70 Pronti S., « Chars et carrosses en Italie », in D. Roche et D. Reytier (dir.), Voitures, chevaux e (...)
  • 71 La sassoire est une « traverse de bois reliant les extrémités postérieures des armons d’un avant-t (...)

28Le succès de ces voitures vint-il d’une supériorité technique ou du souci d’adopter un raffinement bien ancré dans les cours italiennes contemporaines70 ? En l’état actuel des connaissances sur l’aspect concret des chariots branlants, il est difficile de trancher avec certitude. Il paraît toutefois peu probable que le coche ait représenté un véritable bond technologique par rapport à son prédécesseur. Le coche, connu grâce à quelques specimens conservés dans leur intégrité [en particulier celui qui fut réalisé à Brunswick à l’occasion du mariage du duc Guillaume le Jeune de Brunswick-Lunebourg et de Dorothée de Danemark, daté de 1561 (fig. 40)], présente en effet une suspension assez traditionnelle : la caisse y est suspendue grâce à des courroies de cuir (les soupentes) fixées à quatre montants de bois (les moutons) fichés verticalement dans le train au niveau des essieux. Le rayon de braquage reste mauvais en raison de l’utilisation d’un avant-train dit « à sassoire71 ». Le coche apporta peut-être un léger mieux, mais seul le carrosse moderne des années 1660 réussit à dépasser ces obstacles pour offrir un meilleur confort à ses passagers et une plus grande maniabilité au cocher.

Fig. 40 > Le coche d’apparat construit à l’occasion du mariage en 1561 du duc Guillaume le Jeune de Brunswick-Lunebourg et de Dorothée de Danemark, Musée de Cobourg.

  • 72 Cf. supra introduction.
  • 73 De Thou J.-A., Mémoires, op. cit., p. 331-332.

29Le passage par l’Italie dut être déterminant pour l’adoption du coche par les élites françaises. Outre de possibles améliorations techniques, la Péninsule apporta au coche le prestige de la vie de cour et en fit une œuvre d’architecture. Les piliers sculptés (quenouilles) supportant le toit (pavillon), les panneaux de la caisse devinrent le lieu d’un épanouissement des formes esthétiques à la mode à travers le travail des menuisiers, tandis que les rideaux utilisés pour fermer l’espace entre la caisse et le pavillon se parèrent des couleurs subtiles des plus beaux velours et des meilleures soies. Il était devenu un objet d’art monté sur roue, et non plus un véhicule collectif pratique. L’enthousiasme de Charles de Lorraine, alors cardinal de Guise, à la réception du coche que le duc de Ferrare lui offrit par l’intermédiaire de son ambassadeur en septembre 1549 ne s’explique que par cette évolution72. Comment comprendre en effet que Charles eût ainsi manifesté un tel désir de montrer sa nouvelle voiture hippomobile à monsieur de Vendôme, mesdames de Nevers et de Saint-Pol si elle n’avait été qu’un vulgaire chariot de transport ? Et comment expliquer sinon la stupéfaction des badauds témoins de la scène ? Le cardinal de Guise fut donc probablement l’un des premiers Français à posséder l’une de ces voitures hippomobiles de prestige inspirées de l’art de vivre italien, suivant de près les pionniers en la matière que furent la reine Éléonore, Diane de France et Jean de Laval-Boisdauphin73.

  • 74 BnF, fr. 22433, fo 88. Les autres mentions de coche ou de cocher dans les archives des Guise se tr (...)
  • 75 Mirot L., « L’hôtel et les collections… », art. cit., p. 169.

30Curieusement, alors que l’utilisation d’une voiture était le fait de femmes ou d’ecclésiastiques, l’une des mentions de coche de la maison de Guise concerne explicitement le duc François lui-même. En 1556, des marchands fournirent en effet seize aunes de drap noir, six aunes de velours noir et plusieurs passements pour la décoration du véhicule74. À la même date exactement, on pouvait trouver dans une cour de l’hôtel de Montmorency « une coche pour le Roy garnye de deux accoustremens, l’un de drap noir bandé de velours noir et tressé de soye noire, et l’aultre d’un feutre blanc passementé d’un petit passement blanc garny de materatz et d’oreillez75 ». Faut-il voir ici parmi les toutes premières manifestations de l’intérêt des hommes laïcs pour les véhicules hippomobiles ? Peut-être bien, mais il fallut attendre encore quelques années avant de voir s’étendre cette pratique dans la sphère des élites masculines en dehors de moments bien spécifiques où la monte à cheval était impossible.

  • 76 ACC, 1-D-7, Travaux au château de Guise, 1568 (au milieu des paiements faits par le receveur Jean (...)
  • 77 Bourgeon J.-L., « Note de lecture… », art. cit., p. 664.
  • 78 Ibid., p. 659.
  • 79 ACC, 1-A-14, Papiers de Catherine de Clèves, alors princesse douairière de Porcien, 1567.

31À l’abri, en raison de son état ecclésiastique, de l’angoisse de la dévirilisation liée à l’emploi des voitures à cheval, le cardinal Charles de Lorraine circulait dans des voitures au goût du jour. En 1568, il réquisitionna trente-deux soldats pour escorter jusqu’à Reims le chariot de Flandre qu’il avait fait réaliser au Cateau-Cambrésis76. Ce véhicule suspendu était un coche dont les panneaux de caisse s’élevaient vers l’arrière, copié sur un chariot de voyage répandu en Europe du Nord77. Il était en tout cas du type de ceux que s’arrachait le tout-Paris en 1572, à l’occasion du mariage d’Henri de Navarre et de Marguerite de Valois : le cardinal de Bourbon en fit fabriquer un « de pareille haulteur, longueur et largeur que celluy de la Royne mere du roy, ou myeulx si faire se [pouvait] » pour 180 livres tournois, la maréchale de Bourdillon fit copier celui de son père le président de Birague ; Anne de La Chastre, femme d’un chevalier de l’ordre du roi, et Guillaume de l’Aubespine, maître des requêtes de l’hôtel du roi, cédèrent tous deux à la mode à l’automne de la même année 157278. Notons cependant que Catherine de Clèves en possédait déjà un en 1567, dès avant son mariage avec le troisième duc de Guise, et que ce véhicule ne devait pas être entièrement neuf puisqu’il était alors question de son « rabillaige », c’est-à-dire de sa réparation79.

  • 80 À la fin du XVIIIe siècle, Louis-Sébastien Mercier exprimait clairement le rapport social induit p (...)
  • 81 De Thou J.-A., Mémoires, op. cit., p. 331.

32Femmes et prélats de la maison de Guise furent donc à la pointe du mouvement qui fit des voitures hippomobiles richement ornées le moyen de locomotion de prédilection des élites françaises et aboutit au tournant du XVIIe siècle à la vogue du carrosse, y compris pour les hommes. Cette évolution fut lourde de sens car la voiture hippomobile, plus encore que le cheval somptueusement harnaché, permettait une débauche de faste à travers le choix d’un attelage élégant et l’utilisation de matières luxueuses. En outre, elle imposait un nouveau rapport entre le puissant et ceux qui partageaient avec lui l’espace de la rue : à cheval, le puissant dominait le passant, dans une voiture, il se mettait à l’écart, loin de tout contact physique, choisissant à son gré de se montrer ou de se cacher en tirant les rideaux. La voiture hippomobile empiétait aussi plus largement sur l’espace public, attirant le regard et signifiant plus explicitement encore la domination d’une catégorie sociale sur les couches inférieures de la société : le carrosse exhibait l’homme fortuné tout en le dérobant au regard du vulgaire et rappelait ainsi crûment l’infranchissable distance qui les séparait80. Jacques-Auguste de Thou ne s’y trompait pas en soulignant la modestie de sa mère qui préférait se déplacer en croupe derrière un serviteur plutôt qu’utiliser une voiture au luxe tapageur81.

33Au sein de la suite ducale, les moyens de locomotion utilisés rendaient ainsi visibles les rapports hiérarchiques : pour les hommes, la beauté et le harnachement du courtaud chevauché donnaient une indication aisément déchiffrable sur le rang du cavalier, redoublant d’autres signes clairs comme la richesse du vêtement ou la qualité du maintien. Pour les femmes, le dégradé hiérarchique était encore plus explicite, depuis l’aristocratique litière jusqu’au chariot collectif des filles et des servantes de la noble dame. La lente progression au cours du siècle des voitures hippomobiles, d’abord chez les femmes et les ecclésiastiques, puis, plus timidement, chez les hommes, vint modifier ce bel ordonnancement ancien et introduire un nouveau support de faste. Les progrès techniques réalisés sur ces voitures en rendirent l’usage plus agréable et contribuèrent à leur succès. Les moyens de locomotion destinés à l’usage des passagers n’étaient cependant pas le seul indice sur le rang de l’aristocrate pour qui se mettait en train un cortège aussi impressionnant. La profusion de bagages et le déploiement logistique qui en était la conséquence constituaient autant de marques de sa puissance et de sa richesse.

Le transport des bagages

  • 82 ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560, fo 4.
  • 83 ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555 ; Dépense ordinaire du prince d (...)
  • 84 BnF, fr. 8181, fos 103, 157, 457, 464 et 472 ; ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de novembre 1560, Dé (...)
  • 85 BnF, fr. 8181, fos 167 et 175 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560 ; Dépense ord (...)

34Les déplacements quasi incessants de la suite ducale appelaient l’existence d’un mobilier adapté et donc facile à charger au moment du départ. Ceci explique la place essentielle encore occupée par les coffres dans les possessions de la maison de Guise, bien qu’il soit nécessaire ici de distinguer les solides coffres de voyage des coffres moins mobiles, souvent plus lourds et plus richement décorés, qui abondent dans les collections de meubles d’époque Renaissance. Les sept coffres fournis par François Picard, marchand parisien, pour la chambre du duc de Guise au cours du mois de novembre 1560 étaient-ils de la première ou de la seconde espèce ? La somme relativement modeste de l’ensemble (44 livres et 10 sous) peut faire pencher pour la première hypothèse, mais rien n’est sûr82. Les mentions de coffres de voyage sont cependant légion83. Bon nombre de ces derniers étaient destinés à contenir les « hardes », c’est-à-dire les vêtements et menus objets des membres de la suite, mais les coffres servaient également pour le transport des instruments nécessaires aux offices84. La suite emportait aussi avec elle des biens plus volumineux ou encombrants que des vêtements ou des ustensiles de cuisine : en juin 1532, Claude de Lorraine fit transporter entre Joinville et Doulevant-le-Château, où la famille possédait une résidence, des panneaux de tapisserie et une douzaine d’escabelles ; les lits demandaient quant à eux à être démontés et serrés dans de grandes et lourdes malles85.

  • 86 Voir les différents cahiers de la dépense ordinaire en BnF, fr. 8181 et ACC, 1-A-14.
  • 87 AN, MC, étude LXVIII, liasse 19, 22 juin 1555, Marché de charroi pour la duchesse de Guise.
  • 88 BnF, fr. 3232, fo 113 ; fr. 8181, fos 457 et 472 ; ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guis (...)

35Le transport de tous ces meubles et objets requérait une grande capacité logistique. Nombre de chevaux malliers ou porte-vaisselle et de mulets de bât ou de coffre étaient donc mobilisés : en plus des dix à quinze mulets qu’abritait généralement la petite écurie ducale (entre six et dix pour la duchesse douairière), des chevaux de trait avaient pour mission de tirer les lourds chariots utilisés pour porter une partie des bagages, en particulier les meubles qu’il aurait été difficile d’installer sur le dos d’un mulet86. L’écurie ducale en comptait une douzaine autour de 1530, et la duchesse Anne d’Este en utilisait treize pour son seul train en 155587. Il était fréquent en outre de louer des chevaux ou des mules supplémentaires pour renforcer la capacité de charge globale. Cette location permettait d’ajuster au plus près le nombre de bêtes à l’ampleur de la suite lors d’un déplacement donné et évitait d’entretenir à l’année un trop grand nombre d’animaux. Furent ainsi loués cinq chevaux de chariot et deux chevaux malliers pour le déplacement d’Antoinette de Bourbon à Marac en novembre 1553, trois chevaux de chariot pour mener les « besongnes » du prince de Joinville en juin 1555, cinq chevaux portant les affaires de deux dames de la suite de la douairière ainsi que les coffres de la cuisine jusqu’à Nancy dans les années 1550, un cheval « pour mener de la linge moullé par pays » et un char « pour mener les hardes » du duc François en plus de vingt mulets de coffre et de vingt-quatre chevaux de chariot en novembre 1560, un chariot enfin pour transporter les meubles de la future duchesse de Montpensier en 157088.

  • 89 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 212-213.
  • 90 AN, MC, étude LXXXVII, liasse 36, 9 février 1574, Marché pour six couvertures de mulets de haute-l (...)

36Si la location de chevaux, de mules et de chariots permettait de réduire quelque peu les frais inhérents à l’existence d’une suite, elle contribuait aussi à asseoir le rang social des locataires. En effet, la présence dans une suite d’un grand nombre d’animaux de charge et de selle était une véritable démonstration de magnificence. Le plus magnifique des rois du XVIe siècle, Henri III, souligna ce fait lors d’une remontrance qu’il adressa à Anne de Joyeuse vers 1577-1578. Il reprochait à celui qui était alors baron d’Arques d’avoir d’ordinaire à sa suite quatre mulets et une multitude de chevaux, alors que lui-même n’avait que six mulets, quatre haquenées et six courtauds à sa suite lorsqu’il était duc d’Orléans89. L’ampleur du cortège signalait en effet le grand seigneur capable de mobiliser une vaste clientèle de gentilshommes et de nobles dames ainsi que d’entretenir la cohorte de palefreniers, muletiers et charretiers indispensable aux bons soins des animaux de la suite. La livrée portée par les domestiques facilitait l’identification par les passants du seigneur menant si grand train, tout comme les couvertures de tapisserie couvrant les coffres sur les dos des mulets (fig. 41). Sans avoir la somptuosité des caparaçons des grands chevaux, tout brodés de soie et de métaux précieux, ces couvertures de laine de bonne qualité aux armes du seigneur contribuaient à l’affichage de la puissance et de la fortune90. Tout en masquant des coffres lourdement chargés de vêtements, de tissus précieux, de vaisselle, de livres, etc., elles suggéraient la richesse des trésors ainsi voilés aux yeux du commun.

  • 91 AN, MC, étude LIV, liasse 83, 27 août 1575, Marché de charroi pour le duc et la duchesse de Guise.
  • 92 Roche D., La Culture équestre de l’Occident…, op. cit., t. I, p. 369.
  • 93 Id., Humeurs vagabondes…, op. cit., p. 220.
  • 94 AN, MC, étude LXVIII, liasse 19, 22 juin 1555, Marché de charroi pour la duchesse de Guise ; BnF, (...)
  • 95 Il ne sera pas question ici du logement du duc et de la duchesse dans les châteaux royaux, car les (...)

37Un marché de charroi passé en août 1575 entre les duc et duchesse de Guise et un voiturier parisien donne une précieuse indication sur le poids et donc sur l’ampleur d’un chargement. Le voiturier s’engageait à fournir au duc et à son épouse six chevaux et leurs chariots pour porter « les hardes […] tant de leurs chambres que de leur train jusques au poix de cinq cens livres pour chacun cheval91 ». La livre de Paris valant environ 490 grammes, les chevaux de chariot pouvaient tirer jusqu’à 250 kilos chacun. Cette charge peut sembler très faible dans la mesure où l’on considère de nos jours qu’un cheval de trait peut facilement tirer son poids, soit 600 kilos au minimum et bien plus souvent 800 ou 900 kilos. Il faut se rappeler, cependant, que les chevaux de chariot des Guise n’avaient pas connu la vaste entreprise d’amélioration des races équines menées au XIXe siècle. L’alourdissement des chevaux fut alors un enjeu central du processus de sélection car la capacité de traction d’un cheval est étroitement corrélée à son poids et à sa taille : celle d’un cheval de 1,30 mètre est ainsi trois fois inférieure à celle des chevaux de trait lourds obtenus à la fin du XIXe siècle92. L’état de la route influe aussi beaucoup sur la force qu’il convient de mettre en œuvre pour tirer un véhicule, l’effort de traction passant de 20 à 25 kilos par tonne sur bon pavé à 80 ou 100 sur sable ou terre meuble93. Or les routes du royaume des Valois n’avaient pas grand chose à voir avec celles de la France des Lumières et de ses intendants. Il convenait donc de ne pas charger à l’excès les bêtes de sommes. Réunis, les six chevaux de chariot du duc de Guise en 1575 tractaient tout de même jusqu’à 1,5 tonne de bagages. En reprenant ce chiffre de 250 kilos de charge par cheval de chariot et en évaluant à 150 kilos la charge maximale portée par un mulet, on peut tenter quelques estimations du poids total du chargement de la suite ducale : Anne d’Este, avec treize chevaux de chariot « pour mener et conduire [ses] hardes et equipaige » en 1555, pouvait emporter 3,25 tonnes de bagages (sans compter la charge des mulets), quand sa belle-mère, pour aller à Nancy, menait à la même époque 2,9 tonnes de chargement portées par six mulets et huit chevaux de chariot ; à 10 ans, le prince de Joinville se « contentait » de 1,2 tonne, alors que les trains de ses parents réunis, mobilisant vingt mulets de coffre et vingt-quatre chevaux de chariot, s’élevaient à 9 tonnes ! En juillet 1581, Henri de Lorraine et Catherine de Clèves voyageaient plus légers, menant à peine 2,85 tonnes de « hardes » et de meubles94. Ces quelques chiffres permettent de mieux saisir l’importance de la profusion des biens possédés dans l’économie du paraître aristocratique (sans cela, il aurait en effet été possible de voyager en étant moins chargés), ainsi que les difficultés d’un long trajet sur des routes peu entretenues et souvent défoncées par les intempéries. Ils font aussi comprendre la complexité du travail des fourriers chargés d’aménager le logement de la suite lors des étapes95.

Fig. 41 > Mulets de coffre dans le cortège du Départ de la cour (détail).

L’aménagement des logis d’étape

  • 96 Les effectifs de la fourrière étaient les suivants (les chiffres entre parenthèses donnent la répa (...)
  • 97 BnF, fr. 8181, fo 458 ; ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de novembre 1560 ; Dépense extraordinaire d (...)
  • 98 BnF, fr. 8181, fos 81 et 181.
  • 99 BnF, fr. 20540, fo 125.
  • 100 BnF, fr. 8181, fos 188 et 466.

38Sous l’autorité d’un maréchal des logis (voire de deux ou trois servant vraisemblablement par quartiers sous François de Lorraine) parfois pris parmi les gentilshommes de la suite, s’affairaient les fourriers. Parallèlement à l’inflation de la suite ducale et à la montée en puissance de la maison de Guise, ce service ne cessa de prendre de l’ampleur jusqu’à la mort de François de Lorraine, puis connut un certain repli lors de la jeunesse du troisième duc (l’absence d’états des gages et pensions pour la seconde moitié des années 1570 puis pour les années 1580 empêche il est vrai de voir un possible rétablissement ultérieur96). Les fourriers précédaient la suite ducale d’une ou plusieurs journées de voyage afin de disposer d’assez de temps pour préparer les logements nécessaires97. La première étape de la préparation consistait à trouver un lieu ayant la capacité d’accueillir un grand nombre de voyageurs accompagnés d’autant de montures et de bagages imposants. Le cas le plus simple était que le train fît étape dans une résidence ducale, ce qui n’était pas rare lors de déplacements sur les terres soumises à l’autorité de la maison de Guise. En Champagne, par exemple, la famille disposait, en plus du château de Joinville, d’un chapelet de relais de chasse et de châteaux secondaires à Doulevant, éclaron, Roches-sur-Marne, Ancerville… La suite pouvait aussi compter sur l’hospitalité des gentilshommes et dames de la région traversée – plus encore, bien sûr, dans les zones comptant beaucoup de membres de la clientèle des Guise –, lesquels offraient volontiers leur toit et les services de leur domesticité aux puissants seigneurs de passage98. Lors de sa descente vers l’Italie en 1556, François de Lorraine se vit proposer avec insistance par le sieur de Villeneuve de loger au château royal de Moulins (soit l’ancien château ducal des Bourbon, dont Villeneuve avait la garde99). L’hospitalité était une valeur essentielle de la noblesse moderne, et recevoir un seigneur de plus haut rang que soi était un honneur recherché. Séjourner chez un client était de la sorte pour le duc de Guise l’assurance d’être traité avec tout le déploiement de faste dont ce client serait capable. D’autres solutions s’offraient encore au duc et à sa suite : il était possible de s’arrêter chez l’un des officiers de la localité traversée, comme le firent Claude de Lorraine et Antoinette de Bourbon en juin 1532 chez le prévôt de Biencourt ou encore la duchesse douairière en novembre 1553 chez le bailli de Chaumont100.

39Cette prise de logement n’était pas toujours sans poser problème, car les officiers de la fourrière du duc pouvaient imposer la présence de la suite avec beaucoup d’autorité et plus encore d’insolence. Peu de victimes de ces agissements avaient assez de poids pour protester, comme le fit le prévôt de l’hôtel du roi Claude Genton auprès de François de Lorraine en mars 1549 :

  • 101 BnF, fr. 20511, fo 47.

Monseigneur, votre mareschal des logis et fourrier sont venuz en ma maison où je suys demeurant qui y ont prins logis pour votre train. Et combien que je leur aye dictque ma personne et biens estoient votres et pour votre service, leur remonstrant que n’entendiez ainsi que je croy que l’on me delogeast sans me laisser de logis commodement pour ce qu’il m’en fault, ilz n’ont touteffoys laissé d’en user comme ilz eussent faictau logis du moindre crocheteur de ceste ville, qui me fait monseigneur prandre la hardiesse vous escrire la presente affin d’entendre sur ce votre voulloir et s’il vous plaist que leur laisse le tout, je le feray et tout aultre choze qu’il vous plaira me commander.101

40L’arrogance du maréchal des logis et du fourrier du duc d’Aumale face à un homme en charge d’un office important à la cour du roi (le prévôt de l’hôtel était en effet le juge en charge de tous les différends qui pouvaient survenir au sein de la suite royale) laisse entrevoir la violence mise en œuvre au moment de loger l’un des hommes les plus puissants du royaume. Le rang éminent de leur maître rendait les fourriers imbus de leur pouvoir.

  • 102 BnF, fr. 8181, fos 52-53, 58, 181, 182, 444-445, 464, 466-467 et 480 ; ACC, 1-A-14, Dépense ordina (...)

41Dans bon nombre de localités, cependant, les fourriers portaient leur choix sur une simple auberge, dont le nom a parfois été enregistré : « Le Plat d’estain » à Bar-le-Duc (1526), « L’hoste de sainte Barbe » à Stainville (1532), celui de « Sainct Anthoine » à Soncourt et celui de « Sainct Humbert » à Marac (1553), « La Croix blanche » à Saint-Nicolas, « La Charrue » à Nancy et « La Fleur de lis » à Toul (dans les années 1550), « Le Cheval blanc » à Romorantin mais aussi à Orléans (1560), l’hôte de « l’Imaige Nostre Dame » à Chateaudun (1560), « Le Heaulme » à Saint-Maur-des-Fossés (1581102), etc.

  • 103 BnF, fr. 8181, fo 159.
  • 104 ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de novembre 1560.

42Toutes ces solutions n’étaient pas exclusives les unes des autres. Il était en effet souvent difficile de loger une suite nombreuse sous un seul et même toit, aussi arrivait-il souvent que le train se divisât en petits groupes logés à la bonne fortune. En juin 1532, par exemple, une telle situation se produisit lors du séjour de la suite à Roches-sur-Marne. La famille ducale dut loger dans le petit château qu’elle y possédait, puisque l’on ne trouve pour elle nulle trace de paiement à un hôtelier ou de dédommagement à un gentilhomme, mais le reste du train se logea dans le village. Il est question dans le compte de la dépense ordinaire de ce mois de cinq logis pour les pages du duc, d’un pour les pages de la duchesse, d’un autre pour les valets de limiers, d’un pour les laquais, d’un pour Patacq et ses chiens, d’un pour « le Borgne qui mayne les chiens de la chambre » et d’un enfin pour les fifres et les chantres103. En novembre 1560, François de Lorraine et Anne d’Este étaient à la cour qui séjournait alors à Orléans ; plusieurs logis furent payés pour des hommes de leurs trains (l’aumônier de la duchesse, un gentilhomme de la suite, monsieur de Lavernée, et un officier), tandis que les cuisiniers et valets de chambre séjournaient « au villaige » ; les chevaux des écuries du duc et de la duchesse étaient aussi hébergés séparément104. Le service de la fourrière ne s’occupait certainement pas de l’aménagement concret de l’intérieur du logis des officiers ou des laquais, cependant il était de sa compétence de leur trouver un endroit où dormir et d’en payer le prix négocié avec l’hôtelier.

  • 105 BnF, fr. 8181, fos 78, 160, 172, 188, 444-445, 449, 455-457, 466 et 480 ; ACC, 1-A-14, Dépense ord (...)
  • 106 « Au logis où on a faicte la paneterie V sous » (BnF, fr. 8181, fo 188, mois de juin 1532).

43Une fois choisis le ou les lieux où la suite ducale ferait étape, il restait encore aux fourriers à préparer le logis qui abriterait le duc et/ou la duchesse. Il fallait le tendre de tapisseries à même d’en améliorer l’isolation thermique tout en créant un décor fastueux en rapport avec le rang de ceux qui y dormiraient, puis installer les autres meubles, au moins lors des séjours un peu longs. Les fourriers s’attachaient en outre à pourvoir le logis de tout le nécessaire, bois de chauffage, charbon pour la cuisine, paille pour les couchettes105… Il leur fallait enfin penser aux nécessités du service des officiers et aménager à la va-vite des espaces de stockage et de travail pour la paneterie et la cuisine106. Et tout recommencer lors de l’étape suivante.

  • 107 Le Goff O., L’Invention du confort. Naissance d’une forme sociale, Lyon, Presses universitaires de (...)
  • 108 BnF, fr. 20540, fo 125.
  • 109 Solnon J.-F., La Cour de France, op. cit., p. 61.

44Dans ces conditions, comment le nomadisme aristocratique n’aurait-il pas eu des conséquences sur la conception même du confort domestique ? La notion de confort est d’ailleurs anachronique, puisque le terme est l’emprunt fait au XIXe siècle de l’anglais comfort (lui-même issu du vieux français « conforter », soutenir) et qu’il évoque un bien-être matériel perçu comme la conséquence directe du progrès technique107. Le canapé offrant un support alliant juste ce qu’il faut de fermeté et de moelleux, l’appareil électro-ménager réduisant l’effort et le temps consacrés aux tâches ménagères, le chauffage régulier et uniforme évitant au corps de se lancer dans une lutte épuisante contre le froid sont autant d’éléments, parmi tant d’autres, de ce que la société actuelle appelle le confort. Les hommes du XVIe siècle parlaient quant à eux de commodités ou d’aisances, et ne mettaient pas exactement les mêmes choses derrière les mots. On ne peut s’en étonner après avoir suivi les Guise dans cette existence voyageuse qui fut une réalité quasi quotidienne pour la part de la population la plus à même alors d’accéder à une profonde satisfaction matérielle : qu’est-ce que le confort lorsque l’on passe bon nombre de ses journées à cheval, en proie aux intempéries et aux courbatures, ou dans des voitures à l’allure chaotique ? Quand on utilise des meubles bas et polyvalents comme les coffres, et des meubles démontables ou pliants pensés pour être pratiques plutôt qu’adaptés à la forme du corps ? Quand on habite des logis d’étapes souvent étroits et malcommodes, probablement peu lumineux, et que l’on en change sans cesse ? Les arguments avancés par le sieur de Villeneuve lorsqu’il voulait obtenir du duc qu’il vînt loger au château royal de Moulins étaient de ce point de vue très révélateurs : l’aspirant hôte promettait chaleur, bonne chère, bon vin et accueil enthousiaste plus que lits douillets et installations sanitaires de qualité108 ! De plus, les réflexions amères du cardinal Jean de Lorraine lors d’une étape de la cour particulièrement inconfortable concernaient les désagréments causés par le froid et la boue109. Les premiers critères de l’aisance et du bien-être au XVIe siècle étaient donc le confort thermique, la profusion alimentaire et un décor conforme au rang de la personne logée. La tâche incombait aux fourriers de satisfaire à tous ces critères à chaque arrêt de la suite.

  • 110 Loc. cit.

45Certes révélatrice, par l’origine et l’identité de ses membres, des réseaux clientélaires commandés par les Guise, la suite ducale participait ainsi de façon très concrète au paraître des Lorrains. L’effet de masse créé par la réunion d’un grand nombre de fidèles et de serviteurs domestiques contribuait de façon essentielle à l’impression de puissance aristocratique, tandis que les livrées revêtues par les pages et laquais traduisaient en signes clairs les rapports d’autorité et de domination au sein de la suite. Les impératifs d’une existence aristocratique faite d’une continuelle itinérance auraient pu inciter les Guise et leurs semblables à contenir autant que possible le développement de leur suite, afin de ne pas multiplier les défis logistiques. Il n’en fut rien, car les déplacements du train fournissaient une très belle occasion de faire étalage de la magnificence attendue de la part de grands seigneurs. Inhérente au style de vie aristocratique, la mobilité fut donc intégrée à l’œuvre de représentation de l’élite nobiliaire au lieu de demeurer dans la pure efficience pratique. Elle offrait au regard du commun le spectacle d’une suite nombreuse, agrégat clairement hiérarchisé de nobles élégants ayant élu un prince comme leur intercesseur auprès du roi et de serviteurs zélés parés des couleurs de leur maître. Coches et litières ornés de devises, chevaux et mulets porteurs de couvertures aux armes de la maison incitaient le spectateur au respect devant la dignité de l’aristocrate. La marche du train était ainsi une pédagogie de la soumission. La vie de « gitans » des aristocrates français, selon les termes d’un Benvenuto Cellini peu enclin à apprécier le mode de vie de la cour de France, ne les empêcha cependant pas de se lancer corps et âme dans la construction et l’aménagement de châteaux somptueux, aptes eux aussi à manifester toute la puissance d’un groupe social110.

Notes

1 De La Noue F., Discours politiques et militaires, op. cit., p. 183.

2 Davis N.Z., Essai sur le don…, op. cit., p. 58-64 ; Neuschel K., Word of Honor…, op. cit., chap. 5, en particulier p. 159-168.

3 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 233.

4 BnF, fr. 3002, fos 62-65 (1566) ; fr. 8181, fos 269-288 (1540), fos 353-371 (1542) ; fr. 22429, fos 130-165 (1552-1560), fr. 166-169 (1563, pour Anne d’Este) ; fr. 22433, fos 105-113 (1563), fos 165-174 (1562) ; fr. 22437, fos 42-50 (1556), fos 51-64 (1561), fos 69-71 (1563, pour Anne d’Este), fos 73-77 (1570), fos 79-84 (1571).

5 Pour les familles champenoises, voir Bourquin L., Noblesse seconde et pouvoir…, op. cit.

6 Coester C., Schön wie Venus…, op. cit., p. 140. De nombreux membres de la famille Brasavola furent au service des Este à Ferrare dans la seconde moitié du XVIe siècle (Guerzoni G., Le Corti estensi e la devoluzione di Ferrara del 1598, Modène, Quaderni dell’Archivio Storico, 2000).

7 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 232.

8 Loc. cit.

9 BnF, fr. 20641, fo 15.

10 AN, MC, étude LXVIII, liasse 15, 30 juin 1553, Testament d’Antoine Adenin, 18 ans, partant pour la guerre contre l’empereur.

11 BnF, fr. 8181, Compte de la dépense ordinaire de juin 1532, fos 157-214 ; ACC, 1-A-14, Dépense de la grande écurie pour le mois d’octobre 1555 ; BnF, fr. 22437, fos 65-68, Dépense de la grande écurie pour le mois de janvier 1563 ; ACC, 1-A-14, Dépense de la grande écurie pour l’année 1571 ; ACC, 1-A-14, Marché pour les vêtements des pages, laquais et chantres, 1576.

12 Les effectifs des officiers varièrent au cours du siècle : entre 30 et 40 sous Claude de Lorraine et pendant la jeunesse d’Henri de Lorraine, entre 50 et 60 sous François de Lorraine. Ils restèrent plus stables pour les valets de chambre (entre 25 et 30 personnes), sauf durant la jeunesse du troisième duc (une quinzaine de personnes).

13 ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de juillet 1581 ; Dépense extraordinaire de mars 1582.

14 BnF, fr. 8181, fos 286-287, 371, 396 et 424.

15 BnF, fr. 20553, fo 2.

16 ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de juin 1560 ; Dépense ordinaire de novembre 1560.

17 ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de juillet 1581 ; Dépense extraordinaire de mars 1582.

18 BnF, fr. 8181, fo 295 ; fr. 22433, fos 77 et 151 ; ACC, 1-A-14, Dépense de la grande écurie pour le mois d’octobre 1555 ; Dépense extraordinaire de novembre 1560 ; Dépense de la grande écurie pour l’année 1571 ; Recherches de Le Congneux sur les comptes de la maison de Guise, 1575 ; Marché pour les vêtements des pages, laquais et chantres, 1576 ; Dépense extraordinaire de juillet 1581 ; Dépense extraordinaire de mars 1582.

19 ACC, 1-A-14, Marché pour les vêtements des pages, laquais et chantres, 1576.

20 L’ordre donné au tailleur de faire des vêtements pour les garçons de l’office, daté de 1580 (ACC, 1-A-14), ne détaille par avec autant de précisions l’habit donné aux domestiques. Les garçons de cuisine, de sommellerie et de paneterie reçurent en tout cas de plus modestes parures, puisque leur habit complet coûtait 21 livres, contre 60 pour les pages et laquais.

21 Jones A.R. et Stallybrass P., Renaissance Clothing and the Materials of Memory, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 20.

22 Cf. supra chap. 2.

23 Voir les chapitres intitulés tous deux « Une cour nomade » dans les ouvrages de Solnon J.-F., La Cour de France, Paris, Fayard, 1987, et de Chatenet M., La Cour de France au XVIe siècle…, op. cit. Voir également l’ouvrage désormais classique de Boutier J., Dewerpe A. et Nordman D., Un Tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier, 1984.

24 « Relation de Marin Giustiniano, ambassadeur en France en l’année 1535 », in Relations des ambassadeurs vénitiens…, op. cit., t. I, p. 109.

25 Itinéraire reconstitué dans ses grandes lignes à partir des lieux de clôture des comptes mensuels de dépense, indiqués dans le compte annuel de dépenses pour l’année 1540 (BnF, fr. 8181, fos 260-268).

26 Idem, à partir du compte annuel de 1562 (BnF, fr. 22433, fos 139-144).

27 BnF, fr. 8181, fos 77-81 et 157-214.

28 ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555 ; Estienne C., La Guide des chemins de France, Paris, 1552, p. 54-56.

29 Roche D., Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, p. 227.

30 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 405.

31 Ce chiffre est une estimation à partir du nombre de chevaux et mulets de la suite : neuf chevaux de la duchesse, trois chevaux à livrée (c’est-à-dire trois chevaux mis à la disposition des serviteurs domestiques), six mulets dont deux pour la litière de la duchesse, les autres portant probablement les coffres (BnF, fr. 8181, fos 52-58).

32 Quatorze chevaux d’écurie et trois mulets de litière (BnF, fr. 8181, fo 466).

33 Dix-neuf chevaux et mulets (de coffre comme de litière), sans compte les chevaux loués en complément pour porter les bagages (BnF, fr. 8181, fos 444-484).

34 ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555.

35 ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire du mois de juin 1560.

36 BnF, fr. 8181, fo 178.

37 Voir les comptes de la dépense ordinaire en BnF, fr. 8181 et ACC, 1-A-14.

38 Robert J., « Les grande et petite écuries… », art. cit., p. 4-6. L’auteur de l’article ne précise cependant pas, pour la petite écurie d’Henri de Navarre, s’il ne compte que les courtauds ou aussi les chevaux de chariot.

39 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. IV, p. 162.

40 BnF, fr. 8181, fo 329 ; fr. 22433, fo 79 ; ACC, 1-A-14, Dépenses du duc de Guise pour ses affaires, 1571.

41 Les effectifs des chevaux à livrée sont difficiles à saisir en raison des allées et venues permanentes des domestiques, mais semblent osciller entre quinze et trente individus selon la date considérée. Le cahier de la dépense ordinaire de juin 1532 donne la liste des personnes ayant droit ce mois-là à un cheval à livrée : le maître d’hôtel, l’écuyer, plusieurs valets de chambre dont l’apothicaire, le fifre, le tambourin, les violons, un huissier, le portier, un homme de la paneterie, un maréchal, le marchand pourvoyeur ainsi que quelques autres personnes non identifiées, soit vingt-et-une au total (BnF, fr. 8181, fo 178).

42 BnF, fr. 22429, fos 130-135.

43 ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555, fo 13.

44 BnF, fr. 3232, fo 113.

45 BnF, fr. 8181, fo 398.

46 Tourre-Malen C., « Des amazones aux cavalières : avatar d’un loisir féminin », in D. Roche et D. Reytier (dir.), À cheval ! Écuyers, amazones et cavaliers du XIVe au XXIe siècle, Paris, Association pour l’Académie d’art équestre de Versailles, 2007, p. 225-241.

47 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. VII, p. 345.

48 Ibid., t. II, p. 405.

49 Bochetel G., L’entree de la Royne en sa ville & Cité de Paris…, op. cit., p. 13-15 ; C’est l’ordre et forme qui a esté tenue…, op. cit., p. 32-34 ; Bouquet S., Bref et sommaire recueil de ce qui a esté faict…, op. cit., p. 18-20.

50 Winn C., « Des femmes en mouvement… », The Romanic Review, vol. 94, nos 1-2, 2003, p. 125-126.

51 BnF, fr. 8181, fos 54, 57-58, 77, 463, 474, 476, 489, 500 et 518-519 ; fr. 20541, fo 65 ; fr. 20542, fo 8 ; fr. 22433, fo 158 ; ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555, fo 13 ; Dépense ordinaire de novembre 1560 ; Papiers de Catherine de Clèves, alors princesse douairière de Porcien, 1567 ; Dépense ordinaire de juillet 1581 ; Dépense extraordinaire de mars 1582. Sur le « mal de litière », voir Winn C., « Des femmes… », art. cit., p. 119 et de Montaigne M., « Des Coches », in Les Essais, op. cit., livre III, chap. VI, p. 195-196.

52 BnF, fr. 3232, fo 113.

53 BnF, fr. 20541, fo 65.

54 « Compte de dépenses de Catherine de Médicis », publié dans L. Cimber et F. Danjou, Archives curieuses…, op. cit., 1re série, t. IX, p. 117 ; de Valois M., Mémoires, op. cit., p. 89-90.

55 BnF, fr. 20542, fo 8.

56 BnF, fr. 22433, fos 85 et 158. À titre de comparaison, en 1563, une haquenée fut achetée pour un petit frère du jeune duc Henri et payée 106 livres (BnF, fr. 22433, fo 79).

57 Libourel J.-L., Voitures hippomobiles. Vocabulaire typologique et technique, Paris, Éditions du patrimoine, 2005, p. 60.

58 Loc. cit.

59 De Wismes C., « Les chars aux diverses époques », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, t. 31, 1892, p. 62 ; de La Ferrière H., Marguerite d’Angoulême (sœur de François Ier). Son livre de dépenses (1540-1549). Étude sur ses dernières années, Paris, Auguste Aubry, 1862, p. 188 ; Bourgeon J.-L., « Note de lecture : 1572, quand le tout-Paris se met à rouler en “chariot de Flandre” », Histoire, économie et société, vol. 18/3, 1999, p. 661 ; « Compte de dépenses de Catherine de Médicis », art. cit., p. 117.

60 AN, MC, étude LXVIII, liasse 19, 22 juin 1555, Marché de charroi pour la duchesse de Guise.

61 BnF, fr. 8181, fos 480, 459 et 479.

62 Bourgeon J.-L., « Note de lecture… », art. cit., p. 661.

63 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 214 ; de Valois M., Mémoires, op. cit., p. 90.

64 BnF, fr. 3232, fo 113.

65 De Valois M., Mémoires, op. cit., p. 40, 45 et 128.

66 Bourgeon J.-L., « Note de lecture… », art. cit., p. 664. C’est Pierre de l’Estoile qui rapporte les promenades en coche d’Henri III : en 1575, le roi allait « en coche avec la reine sa femme par les rues et maisons de Paris prendre les petits chiens damerets » ; durant l’hiver 1576, le couple royal se promena fréquemment en coche dans les environs de la capitale et, le 7 janvier, il dut rentrer à pieds à Paris malgré le « despiteux temps qu’il faisoit » car une pièce du véhicule s’était cassé (de L’Estoile P., Registre-journal du règne de Henri III, édité par M. Lazard et G. Schrenck, Genève, Droz, 1992-2003, t. I, p. 206-207 et t. II, p. 11-12).

67 De Thou J.-A., Mémoires, op. cit., p. 331-332. La traduction donnée dans cette édition introduit le terme « carrosse » là où le texte original en latin ne contient que les termes vagues de carruca et currus (Bourgeon J.-L., « Note de lecture… », art. cit., p. 663).

68 Munby J., « Les origines du coche » et Coczian-Szentpeteri E., « L’évolution du coche ou l’histoire d’une invention hongroise », in D. Roche et D. Reytier (dir.), Voitures, chevaux et attelages du XVIe au XIXe siècle, Paris, Association pour l’Académie d’art équestre de Versailles, 2000, p. 75-83 et 85-87 ; site du Centre national de ressources textuelles et lexicales, http://www.cnrtl.fr/etymologie/coche (consulté le 8 août 2013).

69 On le trouve dans le titre d’un célèbre poème de Marguerite de Navarre (« La Coche », 1541) et dans le récit par Jean de Montluc d’un trajet qu’il fit à travers la Hongrie en 1545 (Négociations de la France dans le Levant, ou Correspondances, mémoires et actes diplomatiques des ambassadeurs de France à Constantinople et des ambassadeurs, envoyés ou résidents à divers titres à Venise, Raguse, Rome, Malte, Jérusalem, en Turquie, Perse, Géorgie, Crimée, Syrie, Égypte, etc., et dans les États de Tunis, d’Alger et de Maroc, éditées par E. Charrière, t. I, Paris, Imprimerie nationale, 1848, p. 609). Le genre du mot reste hésitant au XVIe siècle.

70 Pronti S., « Chars et carrosses en Italie », in D. Roche et D. Reytier (dir.), Voitures, chevaux et attelages…, op. cit., p. 90.

71 La sassoire est une « traverse de bois reliant les extrémités postérieures des armons d’un avant-train de carrosse, sur laquelle s’appuie l’extrémité antérieure de la flèche ». Ce type d’« avant-train tournant [est] le plus ancien et le plus rudimentaire […]. Le frottement de la flèche sur la sassoire provoque une résistance qui gêne la rotation de l’avant-train, limitée aussi par la flèche contre laquelle viennent buter les roues » (Libourel J.-L., Voitures hippomobiles…, op. cit., p. 198).

72 Cf. supra introduction.

73 De Thou J.-A., Mémoires, op. cit., p. 331-332.

74 BnF, fr. 22433, fo 88. Les autres mentions de coche ou de cocher dans les archives des Guise se trouvent dans ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de novembre 1560 ; Dépense extraordinaire de novembre 1560 ; Papiers de Catherine de Clèves, alors princesse douairière de Porcien, 1567 ; Dépense ordinaire de juillet 1581 ; Dépense extraordinaire de mars 1582 ; BnF, fr. 22433, fo 88 ; fr. 8181, fos 489 et 519 (Dépense ordinaire d’avril 1581) ; fr. 20472, fos 123 et 207.

75 Mirot L., « L’hôtel et les collections… », art. cit., p. 169.

76 ACC, 1-D-7, Travaux au château de Guise, 1568 (au milieu des paiements faits par le receveur Jean Gaignebien pour les travaux de la forteresse ducale figurent les traces de sommes versées aux hommes qui ont rapporté le chariot de Flandre destiné au cardinal de Lorraine).

77 Bourgeon J.-L., « Note de lecture… », art. cit., p. 664.

78 Ibid., p. 659.

79 ACC, 1-A-14, Papiers de Catherine de Clèves, alors princesse douairière de Porcien, 1567.

80 À la fin du XVIIIe siècle, Louis-Sébastien Mercier exprimait clairement le rapport social induit par la voiture hippomobile dans son Tableau de Paris : « Un carrosse vous arrête, sous peine d’être moulu sur le pavé : voici qu’un pauvre, couvert de haillons, tend la main à un équipage doré où est enfoncé un homme épais qui, retranché derrière ses glaces, paraît aveugle et sourd […]. » (Mercier L.-S., Tableau de Paris, édité par J.-C. Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, p. 27) Voir aussi Roche D., La Culture équestre de l’Occident…, op. cit., t. I, p. 365-366.

81 De Thou J.-A., Mémoires, op. cit., p. 331.

82 ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560, fo 4.

83 ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555 ; Dépense ordinaire du prince de Joinville pour le mois de juin 1560 ; Dépense ordinaire de novembre 1560.

84 BnF, fr. 8181, fos 103, 157, 457, 464 et 472 ; ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de novembre 1560, Dépense extraordinaire de juillet 1581 ; Dépense extraordinaire de mars 1582.

85 BnF, fr. 8181, fos 167 et 175 ; ACC, 1-A-14, Dépense extraordinaire de novembre 1560 ; Dépense ordinaire de novembre 1560, samedi 30.

86 Voir les différents cahiers de la dépense ordinaire en BnF, fr. 8181 et ACC, 1-A-14.

87 AN, MC, étude LXVIII, liasse 19, 22 juin 1555, Marché de charroi pour la duchesse de Guise.

88 BnF, fr. 3232, fo 113 ; fr. 8181, fos 457 et 472 ; ACC, 1-A-14, Dépense des enfants du duc de Guise pour l’année 1555 ; Dépense extraordinaire de novembre 1560 ; Dépense ordinaire de novembre 1560.

89 Brantôme, Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 212-213.

90 AN, MC, étude LXXXVII, liasse 36, 9 février 1574, Marché pour six couvertures de mulets de haute-lisse pour le cardinal de Lorraine. On ne dispose pas de document similaire pour le duc de Guise, néanmoins les marchés de pourvoirie conservés comportent une clause laissant à la charge du duc le soin de fournir chaque année des couvertures de mulets avec ses armoiries valant 10 livres tournois dans les années 1570 et 5 écus en 1587 (AN, MC, étude LXVIII, liasse 39, 19 février et 27 avril 1571 ; étude LIV, liasse 83, 30 août 1575 ; étude VIII, liasse 399, 24 avril 1587) ; le prix des couvertures est identique dans le marché de boulangerie de 1575, mais le duc ne doit fournir au boulanger que trois couvertures (AN, MC, étude XXIV, liasse 37, 10 août 1575) ; le cahier de dépense ordinaire de juin 1532 contenait déjà la mention de « deux couvertes à couvrir le pain » payées au boulanger (BnF, fr. 8181, fo 199).

91 AN, MC, étude LIV, liasse 83, 27 août 1575, Marché de charroi pour le duc et la duchesse de Guise.

92 Roche D., La Culture équestre de l’Occident…, op. cit., t. I, p. 369.

93 Id., Humeurs vagabondes…, op. cit., p. 220.

94 AN, MC, étude LXVIII, liasse 19, 22 juin 1555, Marché de charroi pour la duchesse de Guise ; BnF, fr. 8181, fo 484 ; ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de juin 1560 ; Dépense ordinaire de novembre 1560 ; Dépense ordinaire de juillet 1581.

95 Il ne sera pas question ici du logement du duc et de la duchesse dans les châteaux royaux, car les logiques étaient alors entièrement différentes de celles du logis d’étape. L’attribution d’un appartement ou d’une chambre dans une résidence royale était une décision du roi et du grand maître, aussi était-elle un reflet fidèle de l’économie de la faveur à la cour. Par exemple, en 1547-1550, à Saint-Germain-en-Laye, François de Lorraine et Anne d’Este disposaient chacun d’un appartement au premier étage du château, soit une situation moins favorable que celle du connétable (au second étage avec le roi), mais similaire à celles du maréchal de Saint-André, de Pierre Strozzi et de Diane de Poitiers (Chatenet M., La Cour de France au XVIe siècle…, op. cit., p. 67-70)

96 Les effectifs de la fourrière étaient les suivants (les chiffres entre parenthèses donnent la répartition des officiers entre le service du duc et celui de la duchesse, dans cet ordre) : 2 en 1540, 2 en 1542, 4 (3-1) en 1552, 6 (4-2) en 1556, 5 (3-2) en 1557, 6 (4-2) en 1558, 1559 et 1560, 7 (5-2) en 1561 et 1562, 5 (3-2) en 1563, 2 en 1566, 4 en 1570 et 1571. Voir les différents états des gages et pensions en BnF, fr. 3002, fr. 8181, fr. 22429, fr. 22433, fr. 22437.

97 BnF, fr. 8181, fo 458 ; ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de novembre 1560 ; Dépense extraordinaire de juillet 1581.

98 BnF, fr. 8181, fos 81 et 181.

99 BnF, fr. 20540, fo 125.

100 BnF, fr. 8181, fos 188 et 466.

101 BnF, fr. 20511, fo 47.

102 BnF, fr. 8181, fos 52-53, 58, 181, 182, 444-445, 464, 466-467 et 480 ; ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de juin 1560, samedi 1er et dimanche 16 ; Dépense ordinaire de novembre 1560, samedi 30 ; Dépense ordinaire de juillet 1581, lundi 31.

103 BnF, fr. 8181, fo 159.

104 ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire de novembre 1560.

105 BnF, fr. 8181, fos 78, 160, 172, 188, 444-445, 449, 455-457, 466 et 480 ; ACC, 1-A-14, Dépense ordinaire du prince de Joinville pour le mois de juin 1560 ; Dépense ordinaire de juillet 1581.

106 « Au logis où on a faicte la paneterie V sous » (BnF, fr. 8181, fo 188, mois de juin 1532).

107 Le Goff O., L’Invention du confort. Naissance d’une forme sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1994, p. 25-27.

108 BnF, fr. 20540, fo 125.

109 Solnon J.-F., La Cour de France, op. cit., p. 61.

110 Loc. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 37 > Tapisserie des Valois, tenture du Départ de la cour, travail flamand sur des dessins d’Antoine Caron, milieu des années 1570, Florence, Galerie des Offices.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Légende Fig. 38 > Des pratiques équestres genrées : les différences de posture, Le comte Jean V de Nassau et son épouse Élisabeth de Hesse-Marbourg, dessin de Bernard van Orley, vers 1530, plume et lavis, 35 × 55 cm, Munich, Staatliche Graphische Sammlung.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Légende Fig. 39 > Une litière à mules du cortège du Départ de la cour (détail).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7955/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 40 > Le coche d’apparat construit à l’occasion du mariage en 1561 du duc Guillaume le Jeune de Brunswick-Lunebourg et de Dorothée de Danemark, Musée de Cobourg.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7955/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 41 > Mulets de coffre dans le cortège du Départ de la cour (détail).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7955/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540